SlideShare une entreprise Scribd logo

Ademe - FAQ - Pour les Appels à Projets AAP - IA investissements d avenir

Ademe - FAQ - Pour les Appels à Projets AAP - IA investissements d avenir FAQ à lire absolument avant de déposer un dossier http://www.ademe.fr/entreprises-monde-agricole/innover-developper/investissements-davenir

1  sur  4
Télécharger pour lire hors ligne
1
Version 9 juillet 2014
FAQ : les principales questions qui se posent au moment de déposer un dossier
Ce document recense les questions les plus fréquemment posées par les bénéficiaires d’aides d’Etat dans le
cadre du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), c’est-à-dire de subventions et d’avances remboursables.
Seul le Règlement financier annexé aux appels à projets ou Appels à Manifestations d’Intérêt (AMI) est
légalement opposable à l’ADEME. Les informations ci-dessous constituent un support pédagogique visant à
l’expliciter.
A. Organisation du consortium
1. Quel est le rôle du coordonnateur ?
Le coordonnateur est l’interlocuteur privilégié de l’ADEME dans toutes les phases du projet. Il réalise
notamment le suivi de l’exécution opérationnelle (y compris regroupement des livrables) et financière des
travaux par rapport à l’ensemble des autres partenaires du projet. Les coûts de coordination doivent être
clairement identifiés dans la Base de données des coûts et peuvent être inclus dans les dépenses aidées
(cf. question n°B-3).
2. Quel est le montant total minimal d’un projet ?
Le seuil minimal d’instruction est fixé dans le texte de chaque AMI au paragraphe « Critères de sélection ».
3. Combien de partenaires un consortium peut-il regrouper ?
Afin de correspondre aux critères sur la qualité du consortium et de l’organisation du projet, une
recommandation sur le nombre maximum de partenaires bénéficiaires d’une aide est émise dans chaque
AMI au paragraphe « Organisation des projets ».
4. A partir de quel seuil un partenaire peut-il être aidé par le PIA ?
En règle générale, si les coûts totaux du partenaire sont inférieurs à 300 k€, il ne pourra pas être
bénéficiaire d’une aide. Il pourra néanmoins rester partenaire du projet, en étant, par exemple, partenaire
non bénéficiaire ou positionné en sous-traitance d’un autre partenaire avant le dépôt du dossier.
5. Comment différencie-t-on une PME d’une grande entreprise ?
Les règles communautaires décrites dans le document suivant sont appliquées :
http://ec.europa.eu/enterprise/policies/sme/files/sme_definition/sme_user_guide_fr.pdf.
Les critères utilisés sont les suivants :
- nombre de salariés ;
- chiffre d’affaires et bilan ;
- contrôle éventuel par une autre entité et composition du capital.
Une déclaration de catégorie d’entreprise au sens communautaire est à remplir dans l’annexe 3b à
remettre lors du dépôt d’un dossier. Cette catégorisation (petite, moyenne ou grande entreprise) permet
de déterminer les taux d’aide applicables et la nécessité ou non de justifier du caractère incitatif de l’aide
accordée.
6. Y a-t-il un contrat unique pour l’ensemble du consortium ou un contrat par bénéficiaire ?
L’ADEME signe une convention avec chacun des partenaires du consortium qui bénéficie d’une aide. Pour
les partenaires qui bénéficient d’avances remboursables, celles-ci sont négociées au cours de l’instruction
directement avec chacun d’entre eux, sans passer par l’intermédiaire du coordonnateur.
2
7. Quelle est l’entité juridique qui contractualise avec l’ADEME ?
C’est l’entité juridique (déterminée par son numéro de SIREN) qui réalise les dépenses. En cas d’avances
remboursables, c’est cette même entité qui rembourse l’ADEME. L’ADEME n’accepte pas de mandat entre
entreprises. Si certaines dépenses sont réalisées par une filiale de cette société, elles doivent être
présentées comme de la sous-traitance ou faire l’objet d’une contractualisation séparée.
8. Quelles vérifications financières l’ADEME effectue-t-elle sur une entreprise ou une association ?
L’ADEME vérifie que les entreprises et associations partenaires d’un projet présentent une situation
financière saine. Cette vérification sera réalisée lors de l’évaluation du projet et à chaque versement.
L’ADEME vérifie en particulier les points suivants :
- L’entreprise est-elle en difficultés ? L’aide publique aux entreprises en difficultés est encadrée de façon
stricte par le droit communautaire. Pour que l’aide apportée par le PIA ne risque pas d’être interdite
ou suspendue, l’ADEME analyse donc la santé financière des entreprises bénéficiaires.
- L’intervention de l’Etat est-elle proportionnée au risque pris par les actionnaires privés de l’entité ? En
pratique l’ADEME vérifie que le financement public ne dépasse pas 50 % du financement total de
l’entité (1 € public, toutes origines confondues, pour 1€ privé).
- L’entreprise est-elle dans la capacité financière de mener à bien le projet ? En pratique l’ADEME vérifie
notamment que les capitaux propres du partenaire ne sont pas inférieurs à l’aide versée au
partenaire.
B. Coûts du projet
1. L’aide portera-elle sur l’ensemble des coûts présentés par chaque partenaire ?
L’aide porte uniquement sur les dépenses éligibles et retenues par l’ADEME, qui ne sont pas forcément
l’ensemble des coûts présentés :
- le coût total représente l’ensemble des coûts supportés par le bénéficiaire pour la mise en œuvre de
l’opération ;
- les coûts éligibles sont, parmi les coûts totaux, les coûts éligibles conformément aux encadrements
communautaires sur les aides d’Etat et qui respectent certaines conditions précisées dans l’AMI (cf.
question n° B-2) ;
- les coûts retenus constituent, parmi les coûts éligibles, l’assiette utilisée pour déterminer le niveau
d’aide pour chaque partenaire. Certains coûts éligibles sont soustraits de la base des coûts (cf.
question n° B-2), d’autres sont plafonnés (cf. question n° B-3).
Le dossier présenté doit néanmoins contenir l’ensemble des coûts qui permettent la réalisation du projet,
y compris les coûts classés comme non éligibles et non retenus par l’ADEME détaillés ci-dessous.
2. Quels coûts ne sont pas éligibles ou non retenus?
Les coûts suivants notamment ne sont pas éligibles et retenus :
- les dépenses de communication/marketing, d’homologation/certification/normalisation, de dépôt de
brevet ou de mise aux normes ;
- la rémunération et les charges sociales des personnels de la fonction publique ;
- les provisions constituées par les collectivités locales, EPIC ou autres établissements assimilés publics
au titre de l'assurance chômage de leurs salariés contractuels ;
- les coûts de génie civil et les pertes d’exploitation dans la plupart des cas ;
- une partie des investissements (cf. question n° C-2) ;
Cette liste n’est pas exhaustive.
3. Quels coûts éligibles et retenus peuvent être plafonnés et dans quelle mesure ?
Le coût de management de projet, les dépenses connexes, les salaires et les frais de missions peuvent être
plafonnés. En particulier :
- la part maximum des coûts de management retenue est de 7% des coûts éligibles et retenus. Ce
budget de management peut être réparti sur plusieurs membre du consortium ;
- le salaire mensuel maximum retenu pour les frais de personnel est de 15K€ charges comprises.
L’ADEME vérifie l’adéquation des salaires déclarés aux catégories d’intervenants (technicien,
ingénieur, chef de projets, etc.) ;
- les dépenses connexes (cf. réponse suivante).
Cette liste n’est pas exhaustive.
3
4. Qu’entend-on par « dépenses connexes » ?
Les dépenses connexes sont les frais généraux ou des frais d’environnement qui ne sont pas directement
affectés à la réalisation de l’opération mais lui sont indirectement rattachables. Les dépenses connexes
sont calculées, pour les projets de R&D, selon la formule suivante : 68% des dépenses de personnel
éligibles et retenues + 7% des autres dépenses éligibles et retenues (hors dépenses de personnel). Ce
calcul sera effectué par l’ADEME sur la base des informations fournies dans la Base de données des coûts.
5. Quelle est la différence entre refacturation interne et sous-traitance ?
La refacturation interne s’effectue au sein d’une même entreprise (= même SIREN). La sous-traitance
s’effectue entre entreprises différentes (= SIREN différents), y compris membres d’un même groupe. La
refacturation interne peut être éligible sous réserve d'être calculée sur une base précise d'unités
identifiées (heure/lots/etc.), d'être justifiée de façon précise quant à sa quotité affectée au projet, et de
pouvoir faire l'objet d'une certification par un commissaire aux comptes ou expert-comptable. Les coûts de
sous-traitance doivent être détaillés.
6. Quelle est la date d’éligibilité pour les dépenses liées au projet ?
La date d’éligibilité des dépenses est par défaut la date de réception du dossier par l’ADEME (accusé de
réception). Toutefois, dans certains cas spécifiques, une date ultérieure pourra être retenue, par exemple
en cas d’évolution significative du projet après le dépôt.
C. Financement des projets
1. Qui décide du financement ?
La décision de financement est prise par le Premier ministre, sur avis du Commissariat général à
l’investissement et des ministères concernés. Cet avis est établi sur la base de l’instruction du projet
réalisée par l’ADEME.
2. Quels encadrements communautaires servent de base au calcul des aides apportées aux projets ?
Les projets sont généralement soutenus sur la base juridique du Régime d’aides de l’ADEME exempté de
notification relatif aux aides à la RDI et en faveur de la protection de l’environnement dans le cadre des
Investissements d’Avenir. Ce régime permet de soutenir des actions de recherche, développement et
innovation (RDI) ou dans certains cas spécifiques, plus aval, des investissements pour la protection de
l’environnement. Pour certains projets spécifiques, d’autres régimes d’aides peuvent être mobilisés (par
exemple le régime d’aide à l’innovation dans le secteur de la construction navale). Dans certains cas, un
même projet peut s’adosser à plusieurs encadrements.
3. Comment sont pris en compte les coûts d’investissements ?
Le traitement des investissements diffère selon le caractère amont ou aval des actions :
- pour les actions de recherche, développement et innovation (RDI), les amortissements des instruments
et des équipements utilisés pour les besoins du projet sont éligibles au prorata de leur utilisation
pendant le projet. De même pour les bâtiments, les coûts d'amortissement correspondant à la durée du
projet sont éligibles. Les amortissements s’entendent au sens comptable du terme. Ils se font de
manière linéaire sur la base des durées de vie généralement retenues pour chacun des matériels ou
immeuble (par ex. 20 ans pour les bâtiments industriels, 5 à 10 ans pour le mobilier et l’outillage, 3 à 5
ans pour un ordinateur, etc.) ;
- pour les aides pour la protection de l’environnement, en règle générale, les coûts admissibles sont les
coûts d'investissement nécessaires pour atteindre un niveau de protection de l'environnement
supérieur au niveau requis par les normes communautaires. Ces coûts admissibles sont définis par
rapport à une solution de référence.
4
4. Qui décide de l’encadrement communautaire retenu pour chaque projet ?
En pratique l’ADEME vérifiera l’encadrement applicable lors de l’examen du projet. En règle générale, le
régime d’aides à la RDI s’applique : il est donc demandé aux porteurs de projet de se baser sur cet
encadrement, sauf mention contraire dans le texte d’AMI. Si un autre encadrement devait s’appliquer,
l’ADEME l’indiquera soit lors d’un échange préalable avant le dépôt des projets, soit lors de l’instruction
des projets.
5. Dans l’encadrement RDI, qui réalise le classement des actions en Recherche fondamentale (RF),
Recherche industrielle (RI) et Développement économique (DE) ?
Il est demandé aux porteurs de projet de proposer un classement mais l’ADEME est responsable de la
validation de ce classement. De manière générale, les actions de Recherche fondamentale sont absentes
ou très minoritaires dans les projets soutenus dans le cadre des Investissements d’Avenir.
6. Quels sont les taux d’aide appliqués ?
Les plafonds communautaires rappelés dans le Règlement financier annexé aux AMI sont strictement
respectés. En pratique, les taux d’aide accordés ne sont pas nécessairement égaux à ces maxima. Les taux
spécifiques applicables à certains AMI peuvent être précisés aux paragraphes « Règles de financement » et
« Organisation des projets ».
7. Un partenaire peut-il cumuler différentes aides ?
Un partenaire peut cumuler des aides de différents organismes sur un même projet, si la somme des aides
n’excède pas les plafonds communautaires. C’est au dernier financeur de vérifier le non dépassement de
ces plafonds. Concernant le Crédit d’impôt recherche (CIR), il peut être cumulé aux aides d’Etat, mais les
entreprises doivent déduire de l’assiette du CIR les aides directes perçues au titre d’un projet R&D l’année
de leur encaissement. Pour les avances remboursables, elles sont remboursées puis réintégrées dans les
bases du calcul CIR l’année de remboursement.
D. Versement des aides
1. Des versements peuvent-ils être suspendus ou interrompus en fonction de l’évolution de la situation
financière de l’entreprise ?
Oui (cf. question n° A-8).
2. Quel est le montant de l’avance versée au démarrage du projet? Quand les versements sont-ils réalisés ?
Un versement initial (avance) est effectué après la contractualisation de l’aide ; il est en général de 15% du
montant total de l’aide. Les versements sont ensuite associés à la validation des « étapes-clés », définies
dans les conventions de financement des projets. En pratique, il y a généralement une « étape-clé » par an.
Dans tous les cas, le cumul des versements avant le solde du projet (avance comprise) ne peut excéder
80% du montant de l’aide.
3. Un bénéficiaire d’avances remboursables et de subventions peut-il recevoir les subventions d’abord puis
des avances remboursables en fin de projet ?
Non, la répartition entre subventions et avances remboursables à chaque versement est fixe. Elle
correspond à la répartition totale entre subventions et avances remboursables définie dans la convention
de financement pour chaque partenaire.
4. Sur quelle base sont réalisés les versements?
Les versements intermédiaires sont basés sur les dépenses réalisées, justifiées par un état récapitulatif des
dépenses certifié conforme par une personne habilitée à engager financièrement le bénéficiaire. Pour le
versement final, un état récapitulatif global des dépenses est produit. Cet état récapitulatif doit être signé
par le commissaire aux comptes, l’expert-comptable ou le comptable public du bénéficiaire.

Recommandé

Filip drapak ppp in financial crises francais
Filip drapak ppp in financial crises francaisFilip drapak ppp in financial crises francais
Filip drapak ppp in financial crises francaisicgfmconference
 
Les clés pour bien financer sa startup!
Les clés pour bien financer sa startup!Les clés pour bien financer sa startup!
Les clés pour bien financer sa startup!Catherine Blondiau
 
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMAProjet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMABEL MRHAR Mohamed Amine
 
Soutenance emna-chbinou-finale-finale
Soutenance emna-chbinou-finale-finaleSoutenance emna-chbinou-finale-finale
Soutenance emna-chbinou-finale-finaleHbyboun Hwita
 
Les solutions de financement pour les entreprises sociales et solidaires
Les solutions de financement pour les entreprises sociales et solidairesLes solutions de financement pour les entreprises sociales et solidaires
Les solutions de financement pour les entreprises sociales et solidairesLa French Team
 
2.2 moyens de_financement
2.2 moyens de_financement2.2 moyens de_financement
2.2 moyens de_financementMohammed Ayedi
 
Decisions d’investissement et de financement
Decisions  d’investissement et de  financementDecisions  d’investissement et de  financement
Decisions d’investissement et de financementZouhair Aitelhaj
 

Contenu connexe

En vedette

student activities certificates
student activities certificatesstudent activities certificates
student activities certificatesMahamadou Sylla
 
Abriendo los ojos a la eternidad
Abriendo los ojos a la eternidadAbriendo los ojos a la eternidad
Abriendo los ojos a la eternidadRaul Erazo
 
118hc face a face
118hc face a face118hc face a face
118hc face a facePaulo Hodel
 
Paysans d'Avenir - Pitch en 2 minutes
Paysans d'Avenir - Pitch en 2 minutesPaysans d'Avenir - Pitch en 2 minutes
Paysans d'Avenir - Pitch en 2 minutesLaure-Line Rogerieux
 
Bloque II - Diseño Organizativo
Bloque II - Diseño OrganizativoBloque II - Diseño Organizativo
Bloque II - Diseño OrganizativoFundación CiGob
 
Travaux de rénovation du terrain de football
Travaux de rénovation du terrain de footballTravaux de rénovation du terrain de football
Travaux de rénovation du terrain de footballmairiestjouan2015
 
Calculo i correcciones [u de chile]
Calculo i correcciones [u de chile]Calculo i correcciones [u de chile]
Calculo i correcciones [u de chile]Felipe Olivares
 
La newsletter de mgrh 21
La newsletter de mgrh 21La newsletter de mgrh 21
La newsletter de mgrh 21CABINET MGRH
 
Livret Hackathon CartesBblanches
Livret Hackathon CartesBblanchesLivret Hackathon CartesBblanches
Livret Hackathon CartesBblanchesVincent Antheaume
 
Présentation de mon appartament
Présentation de mon appartamentPrésentation de mon appartament
Présentation de mon appartamentGuada_00
 
Cruche D Eau
Cruche D EauCruche D Eau
Cruche D Eaubstpie
 

En vedette (20)

student activities certificates
student activities certificatesstudent activities certificates
student activities certificates
 
Separata 5
Separata 5Separata 5
Separata 5
 
Rapport annuel 2006 2007
Rapport annuel 2006 2007Rapport annuel 2006 2007
Rapport annuel 2006 2007
 
Abriendo los ojos a la eternidad
Abriendo los ojos a la eternidadAbriendo los ojos a la eternidad
Abriendo los ojos a la eternidad
 
118hc face a face
118hc face a face118hc face a face
118hc face a face
 
Paysans d'Avenir - Pitch en 2 minutes
Paysans d'Avenir - Pitch en 2 minutesPaysans d'Avenir - Pitch en 2 minutes
Paysans d'Avenir - Pitch en 2 minutes
 
Bloque II - Diseño Organizativo
Bloque II - Diseño OrganizativoBloque II - Diseño Organizativo
Bloque II - Diseño Organizativo
 
Travaux de rénovation du terrain de football
Travaux de rénovation du terrain de footballTravaux de rénovation du terrain de football
Travaux de rénovation du terrain de football
 
Calculo i correcciones [u de chile]
Calculo i correcciones [u de chile]Calculo i correcciones [u de chile]
Calculo i correcciones [u de chile]
 
La newsletter de mgrh 21
La newsletter de mgrh 21La newsletter de mgrh 21
La newsletter de mgrh 21
 
French tech-grenoble
French tech-grenobleFrench tech-grenoble
French tech-grenoble
 
Livret Hackathon CartesBblanches
Livret Hackathon CartesBblanchesLivret Hackathon CartesBblanches
Livret Hackathon CartesBblanches
 
Modulos ama
Modulos amaModulos ama
Modulos ama
 
l'Hiver en toute beauté
l'Hiver en toute beautél'Hiver en toute beauté
l'Hiver en toute beauté
 
Présentation de mon appartament
Présentation de mon appartamentPrésentation de mon appartament
Présentation de mon appartament
 
Equipe particulière-agileFrance
Equipe particulière-agileFranceEquipe particulière-agileFrance
Equipe particulière-agileFrance
 
Cruche D Eau
Cruche D EauCruche D Eau
Cruche D Eau
 
Reperes historiques 6
Reperes historiques 6Reperes historiques 6
Reperes historiques 6
 
La caricatura
La caricaturaLa caricatura
La caricatura
 
Mario Blejer en CiGob
Mario Blejer en CiGobMario Blejer en CiGob
Mario Blejer en CiGob
 

Similaire à Ademe - FAQ - Pour les Appels à Projets AAP - IA investissements d avenir

Note sur offre de service avec volet financier v2-3.pptx
Note sur offre de service avec volet financier v2-3.pptxNote sur offre de service avec volet financier v2-3.pptx
Note sur offre de service avec volet financier v2-3.pptxJerryDesbonnes
 
Comité de suivi et d'évaluation de la loi PACTE - Rapport méthodologique
Comité de suivi et d'évaluation de la loi PACTE - Rapport méthodologiqueComité de suivi et d'évaluation de la loi PACTE - Rapport méthodologique
Comité de suivi et d'évaluation de la loi PACTE - Rapport méthodologiqueFrance Stratégie
 
BFPME - Tous unis pour Entreprendre
BFPME - Tous unis pour EntreprendreBFPME - Tous unis pour Entreprendre
BFPME - Tous unis pour EntreprendreATUGE
 
BOOSTCAMP - MIC Brussels FINANCIAL PLAN & FINANCING
BOOSTCAMP - MIC Brussels FINANCIAL PLAN & FINANCINGBOOSTCAMP - MIC Brussels FINANCIAL PLAN & FINANCING
BOOSTCAMP - MIC Brussels FINANCIAL PLAN & FINANCINGimpulse.brussels
 
IRADA : Réponses aux demandes de clarification sur les Appels à proposition d...
IRADA : Réponses aux demandes de clarification sur les Appels à proposition d...IRADA : Réponses aux demandes de clarification sur les Appels à proposition d...
IRADA : Réponses aux demandes de clarification sur les Appels à proposition d...Mohamed Larbi BEN YOUNES
 
Solucom - Les Cahiers d'Insurance Speaker
Solucom - Les Cahiers d'Insurance SpeakerSolucom - Les Cahiers d'Insurance Speaker
Solucom - Les Cahiers d'Insurance SpeakerWavestone
 
Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...
Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...
Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...Deloitte Société d'Avocats
 
Symposium 2016 : CONF. 201 Chantal Sorel Clients – Constructeurs – Opérateur...
Symposium 2016 : CONF. 201  Chantal Sorel Clients – Constructeurs – Opérateur...Symposium 2016 : CONF. 201  Chantal Sorel Clients – Constructeurs – Opérateur...
Symposium 2016 : CONF. 201 Chantal Sorel Clients – Constructeurs – Opérateur...PMI-Montréal
 
Financement de l’innovation pour les startup - CIR C2I JEI
Financement de l’innovation pour les startup - CIR C2I JEIFinancement de l’innovation pour les startup - CIR C2I JEI
Financement de l’innovation pour les startup - CIR C2I JEIMarseille Innovation
 
Sia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - Extract
Sia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - ExtractSia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - Extract
Sia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - ExtractMatthieu MENGEL
 
Rakesh verma public audit francais
Rakesh verma public audit francaisRakesh verma public audit francais
Rakesh verma public audit francaisicgfmconference
 
Finance Innovation - Livre Blanc Innovation dans l'Assurance - PARTIE 5 : FIN...
Finance Innovation - Livre Blanc Innovation dans l'Assurance - PARTIE 5 : FIN...Finance Innovation - Livre Blanc Innovation dans l'Assurance - PARTIE 5 : FIN...
Finance Innovation - Livre Blanc Innovation dans l'Assurance - PARTIE 5 : FIN...Alban Jarry (Bibliothèque de Documents)
 
Présentation pour entreprises
Présentation pour entreprisesPrésentation pour entreprises
Présentation pour entreprisesJean-René PICARD
 
Les sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docxLes sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docxChocho95
 
2015-05-20 Atelier N°11 SSA 2015 "Présentation du chantier juridique SI-SAMU"
2015-05-20 Atelier N°11 SSA 2015 "Présentation du chantier juridique SI-SAMU"2015-05-20 Atelier N°11 SSA 2015 "Présentation du chantier juridique SI-SAMU"
2015-05-20 Atelier N°11 SSA 2015 "Présentation du chantier juridique SI-SAMU"ASIP Santé
 

Similaire à Ademe - FAQ - Pour les Appels à Projets AAP - IA investissements d avenir (20)

Note sur offre de service avec volet financier v2-3.pptx
Note sur offre de service avec volet financier v2-3.pptxNote sur offre de service avec volet financier v2-3.pptx
Note sur offre de service avec volet financier v2-3.pptx
 
Comité de suivi et d'évaluation de la loi PACTE - Rapport méthodologique
Comité de suivi et d'évaluation de la loi PACTE - Rapport méthodologiqueComité de suivi et d'évaluation de la loi PACTE - Rapport méthodologique
Comité de suivi et d'évaluation de la loi PACTE - Rapport méthodologique
 
BFPME - Tous unis pour Entreprendre
BFPME - Tous unis pour EntreprendreBFPME - Tous unis pour Entreprendre
BFPME - Tous unis pour Entreprendre
 
BOOSTCAMP - MIC Brussels FINANCIAL PLAN & FINANCING
BOOSTCAMP - MIC Brussels FINANCIAL PLAN & FINANCINGBOOSTCAMP - MIC Brussels FINANCIAL PLAN & FINANCING
BOOSTCAMP - MIC Brussels FINANCIAL PLAN & FINANCING
 
econometrie 2.0.docx
econometrie  2.0.docxeconometrie  2.0.docx
econometrie 2.0.docx
 
econometrie 2.0.docx
econometrie  2.0.docxeconometrie  2.0.docx
econometrie 2.0.docx
 
IRADA : Réponses aux demandes de clarification sur les Appels à proposition d...
IRADA : Réponses aux demandes de clarification sur les Appels à proposition d...IRADA : Réponses aux demandes de clarification sur les Appels à proposition d...
IRADA : Réponses aux demandes de clarification sur les Appels à proposition d...
 
Solucom - Les Cahiers d'Insurance Speaker
Solucom - Les Cahiers d'Insurance SpeakerSolucom - Les Cahiers d'Insurance Speaker
Solucom - Les Cahiers d'Insurance Speaker
 
Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...
Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...
Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...
 
Symposium 2016 : CONF. 201 Chantal Sorel Clients – Constructeurs – Opérateur...
Symposium 2016 : CONF. 201  Chantal Sorel Clients – Constructeurs – Opérateur...Symposium 2016 : CONF. 201  Chantal Sorel Clients – Constructeurs – Opérateur...
Symposium 2016 : CONF. 201 Chantal Sorel Clients – Constructeurs – Opérateur...
 
Sig
SigSig
Sig
 
Financement de l’innovation pour les startup - CIR C2I JEI
Financement de l’innovation pour les startup - CIR C2I JEIFinancement de l’innovation pour les startup - CIR C2I JEI
Financement de l’innovation pour les startup - CIR C2I JEI
 
Sia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - Extract
Sia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - ExtractSia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - Extract
Sia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - Extract
 
Rakesh verma public audit francais
Rakesh verma public audit francaisRakesh verma public audit francais
Rakesh verma public audit francais
 
Finance Innovation - Livre Blanc Innovation dans l'Assurance - PARTIE 5 : FIN...
Finance Innovation - Livre Blanc Innovation dans l'Assurance - PARTIE 5 : FIN...Finance Innovation - Livre Blanc Innovation dans l'Assurance - PARTIE 5 : FIN...
Finance Innovation - Livre Blanc Innovation dans l'Assurance - PARTIE 5 : FIN...
 
Criteres de financement FAFIEC 2016
Criteres de financement FAFIEC 2016Criteres de financement FAFIEC 2016
Criteres de financement FAFIEC 2016
 
Présentation pour entreprises
Présentation pour entreprisesPrésentation pour entreprises
Présentation pour entreprises
 
Les sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docxLes sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docx
 
2015-05-20 Atelier N°11 SSA 2015 "Présentation du chantier juridique SI-SAMU"
2015-05-20 Atelier N°11 SSA 2015 "Présentation du chantier juridique SI-SAMU"2015-05-20 Atelier N°11 SSA 2015 "Présentation du chantier juridique SI-SAMU"
2015-05-20 Atelier N°11 SSA 2015 "Présentation du chantier juridique SI-SAMU"
 
startups.lu.pdf
startups.lu.pdfstartups.lu.pdf
startups.lu.pdf
 

Plus de polenumerique33

Guide pratique de sensibilisation au RGPD pour les TPE&PME
Guide pratique de sensibilisation au RGPD pour les TPE&PMEGuide pratique de sensibilisation au RGPD pour les TPE&PME
Guide pratique de sensibilisation au RGPD pour les TPE&PMEpolenumerique33
 
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -3
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -3Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -3
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -3polenumerique33
 
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -2
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -2Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -2
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -2polenumerique33
 
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -1
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -1Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -1
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -1polenumerique33
 
E-réputation et gestion des avis clients
E-réputation et gestion des avis clientsE-réputation et gestion des avis clients
E-réputation et gestion des avis clientspolenumerique33
 
Linked In et Twitter, duo gagnant de la communication B2B
Linked In et Twitter, duo gagnant de la communication B2BLinked In et Twitter, duo gagnant de la communication B2B
Linked In et Twitter, duo gagnant de la communication B2Bpolenumerique33
 
Cci France enquete nationale economie circulaire dec 2017
Cci France enquete nationale economie circulaire dec 2017Cci France enquete nationale economie circulaire dec 2017
Cci France enquete nationale economie circulaire dec 2017polenumerique33
 
Fiche pratique CCI France Règlement Général sur la Protection des Données RGPD
Fiche pratique CCI France Règlement Général sur la Protection des Données RGPDFiche pratique CCI France Règlement Général sur la Protection des Données RGPD
Fiche pratique CCI France Règlement Général sur la Protection des Données RGPDpolenumerique33
 
ADEME TPE PME gagnantes sur tous les coûts - codes naf + critères éligibilité
ADEME TPE PME gagnantes sur tous les coûts - codes naf + critères éligibilitéADEME TPE PME gagnantes sur tous les coûts - codes naf + critères éligibilité
ADEME TPE PME gagnantes sur tous les coûts - codes naf + critères éligibilitépolenumerique33
 
ADEME - TPE PME GAGNANTES SUR TOUS LES COUTS
ADEME - TPE PME GAGNANTES SUR TOUS LES COUTSADEME - TPE PME GAGNANTES SUR TOUS LES COUTS
ADEME - TPE PME GAGNANTES SUR TOUS LES COUTSpolenumerique33
 
Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoB
Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoBLinkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoB
Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoBpolenumerique33
 
Programme Compétitivité énergétique Région Nouvelle Aquitaine - Club Industri...
Programme Compétitivité énergétique Région Nouvelle Aquitaine - Club Industri...Programme Compétitivité énergétique Région Nouvelle Aquitaine - Club Industri...
Programme Compétitivité énergétique Région Nouvelle Aquitaine - Club Industri...polenumerique33
 
Draaf NA soutiens à la filière Industrie Agro-Alimentaire - Club Industrie Pe...
Draaf NA soutiens à la filière Industrie Agro-Alimentaire - Club Industrie Pe...Draaf NA soutiens à la filière Industrie Agro-Alimentaire - Club Industrie Pe...
Draaf NA soutiens à la filière Industrie Agro-Alimentaire - Club Industrie Pe...polenumerique33
 
ADEME - Performance Énergétique et Hydrique - Club Industrie 23 11 2017 - CCI...
ADEME - Performance Énergétique et Hydrique - Club Industrie 23 11 2017 - CCI...ADEME - Performance Énergétique et Hydrique - Club Industrie 23 11 2017 - CCI...
ADEME - Performance Énergétique et Hydrique - Club Industrie 23 11 2017 - CCI...polenumerique33
 
Cci Aquitaine Programme d'actions 2018-2020 transition énergétique et écologi...
Cci Aquitaine Programme d'actions 2018-2020 transition énergétique et écologi...Cci Aquitaine Programme d'actions 2018-2020 transition énergétique et écologi...
Cci Aquitaine Programme d'actions 2018-2020 transition énergétique et écologi...polenumerique33
 
Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoB
Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoB Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoB
Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoB polenumerique33
 
Aquassay - Club Industrie Performance Energetique et Hydrique - 23 11 2017
Aquassay - Club Industrie Performance Energetique et Hydrique - 23 11 2017Aquassay - Club Industrie Performance Energetique et Hydrique - 23 11 2017
Aquassay - Club Industrie Performance Energetique et Hydrique - 23 11 2017polenumerique33
 
Lycée Horticole Farzanis de Tonneins - projet SOLAH - Club Industrie "Perform...
Lycée Horticole Farzanis de Tonneins - projet SOLAH - Club Industrie "Perform...Lycée Horticole Farzanis de Tonneins - projet SOLAH - Club Industrie "Perform...
Lycée Horticole Farzanis de Tonneins - projet SOLAH - Club Industrie "Perform...polenumerique33
 
Worldcast systems - Club Industrie "Performance Énergétique et Hydrique" - 23...
Worldcast systems - Club Industrie "Performance Énergétique et Hydrique" - 23...Worldcast systems - Club Industrie "Performance Énergétique et Hydrique" - 23...
Worldcast systems - Club Industrie "Performance Énergétique et Hydrique" - 23...polenumerique33
 

Plus de polenumerique33 (20)

Guide pratique de sensibilisation au RGPD pour les TPE&PME
Guide pratique de sensibilisation au RGPD pour les TPE&PMEGuide pratique de sensibilisation au RGPD pour les TPE&PME
Guide pratique de sensibilisation au RGPD pour les TPE&PME
 
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -3
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -3Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -3
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -3
 
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -2
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -2Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -2
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -2
 
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -1
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -1Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -1
Les influenceurs, acteurs de l'e-réputation des entreprises -1
 
E-réputation et gestion des avis clients
E-réputation et gestion des avis clientsE-réputation et gestion des avis clients
E-réputation et gestion des avis clients
 
Linked In et Twitter, duo gagnant de la communication B2B
Linked In et Twitter, duo gagnant de la communication B2BLinked In et Twitter, duo gagnant de la communication B2B
Linked In et Twitter, duo gagnant de la communication B2B
 
Cci France enquete nationale economie circulaire dec 2017
Cci France enquete nationale economie circulaire dec 2017Cci France enquete nationale economie circulaire dec 2017
Cci France enquete nationale economie circulaire dec 2017
 
Fiche pratique CCI France Règlement Général sur la Protection des Données RGPD
Fiche pratique CCI France Règlement Général sur la Protection des Données RGPDFiche pratique CCI France Règlement Général sur la Protection des Données RGPD
Fiche pratique CCI France Règlement Général sur la Protection des Données RGPD
 
ADEME TPE PME gagnantes sur tous les coûts - codes naf + critères éligibilité
ADEME TPE PME gagnantes sur tous les coûts - codes naf + critères éligibilitéADEME TPE PME gagnantes sur tous les coûts - codes naf + critères éligibilité
ADEME TPE PME gagnantes sur tous les coûts - codes naf + critères éligibilité
 
ADEME - TPE PME GAGNANTES SUR TOUS LES COUTS
ADEME - TPE PME GAGNANTES SUR TOUS LES COUTSADEME - TPE PME GAGNANTES SUR TOUS LES COUTS
ADEME - TPE PME GAGNANTES SUR TOUS LES COUTS
 
Mon commerce Numérique
Mon commerce NumériqueMon commerce Numérique
Mon commerce Numérique
 
Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoB
Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoBLinkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoB
Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoB
 
Programme Compétitivité énergétique Région Nouvelle Aquitaine - Club Industri...
Programme Compétitivité énergétique Région Nouvelle Aquitaine - Club Industri...Programme Compétitivité énergétique Région Nouvelle Aquitaine - Club Industri...
Programme Compétitivité énergétique Région Nouvelle Aquitaine - Club Industri...
 
Draaf NA soutiens à la filière Industrie Agro-Alimentaire - Club Industrie Pe...
Draaf NA soutiens à la filière Industrie Agro-Alimentaire - Club Industrie Pe...Draaf NA soutiens à la filière Industrie Agro-Alimentaire - Club Industrie Pe...
Draaf NA soutiens à la filière Industrie Agro-Alimentaire - Club Industrie Pe...
 
ADEME - Performance Énergétique et Hydrique - Club Industrie 23 11 2017 - CCI...
ADEME - Performance Énergétique et Hydrique - Club Industrie 23 11 2017 - CCI...ADEME - Performance Énergétique et Hydrique - Club Industrie 23 11 2017 - CCI...
ADEME - Performance Énergétique et Hydrique - Club Industrie 23 11 2017 - CCI...
 
Cci Aquitaine Programme d'actions 2018-2020 transition énergétique et écologi...
Cci Aquitaine Programme d'actions 2018-2020 transition énergétique et écologi...Cci Aquitaine Programme d'actions 2018-2020 transition énergétique et écologi...
Cci Aquitaine Programme d'actions 2018-2020 transition énergétique et écologi...
 
Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoB
Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoB Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoB
Linkedin, Twitter : le duo gagnant de votre visibilité BtoB
 
Aquassay - Club Industrie Performance Energetique et Hydrique - 23 11 2017
Aquassay - Club Industrie Performance Energetique et Hydrique - 23 11 2017Aquassay - Club Industrie Performance Energetique et Hydrique - 23 11 2017
Aquassay - Club Industrie Performance Energetique et Hydrique - 23 11 2017
 
Lycée Horticole Farzanis de Tonneins - projet SOLAH - Club Industrie "Perform...
Lycée Horticole Farzanis de Tonneins - projet SOLAH - Club Industrie "Perform...Lycée Horticole Farzanis de Tonneins - projet SOLAH - Club Industrie "Perform...
Lycée Horticole Farzanis de Tonneins - projet SOLAH - Club Industrie "Perform...
 
Worldcast systems - Club Industrie "Performance Énergétique et Hydrique" - 23...
Worldcast systems - Club Industrie "Performance Énergétique et Hydrique" - 23...Worldcast systems - Club Industrie "Performance Énergétique et Hydrique" - 23...
Worldcast systems - Club Industrie "Performance Énergétique et Hydrique" - 23...
 

Ademe - FAQ - Pour les Appels à Projets AAP - IA investissements d avenir

  • 1. 1 Version 9 juillet 2014 FAQ : les principales questions qui se posent au moment de déposer un dossier Ce document recense les questions les plus fréquemment posées par les bénéficiaires d’aides d’Etat dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), c’est-à-dire de subventions et d’avances remboursables. Seul le Règlement financier annexé aux appels à projets ou Appels à Manifestations d’Intérêt (AMI) est légalement opposable à l’ADEME. Les informations ci-dessous constituent un support pédagogique visant à l’expliciter. A. Organisation du consortium 1. Quel est le rôle du coordonnateur ? Le coordonnateur est l’interlocuteur privilégié de l’ADEME dans toutes les phases du projet. Il réalise notamment le suivi de l’exécution opérationnelle (y compris regroupement des livrables) et financière des travaux par rapport à l’ensemble des autres partenaires du projet. Les coûts de coordination doivent être clairement identifiés dans la Base de données des coûts et peuvent être inclus dans les dépenses aidées (cf. question n°B-3). 2. Quel est le montant total minimal d’un projet ? Le seuil minimal d’instruction est fixé dans le texte de chaque AMI au paragraphe « Critères de sélection ». 3. Combien de partenaires un consortium peut-il regrouper ? Afin de correspondre aux critères sur la qualité du consortium et de l’organisation du projet, une recommandation sur le nombre maximum de partenaires bénéficiaires d’une aide est émise dans chaque AMI au paragraphe « Organisation des projets ». 4. A partir de quel seuil un partenaire peut-il être aidé par le PIA ? En règle générale, si les coûts totaux du partenaire sont inférieurs à 300 k€, il ne pourra pas être bénéficiaire d’une aide. Il pourra néanmoins rester partenaire du projet, en étant, par exemple, partenaire non bénéficiaire ou positionné en sous-traitance d’un autre partenaire avant le dépôt du dossier. 5. Comment différencie-t-on une PME d’une grande entreprise ? Les règles communautaires décrites dans le document suivant sont appliquées : http://ec.europa.eu/enterprise/policies/sme/files/sme_definition/sme_user_guide_fr.pdf. Les critères utilisés sont les suivants : - nombre de salariés ; - chiffre d’affaires et bilan ; - contrôle éventuel par une autre entité et composition du capital. Une déclaration de catégorie d’entreprise au sens communautaire est à remplir dans l’annexe 3b à remettre lors du dépôt d’un dossier. Cette catégorisation (petite, moyenne ou grande entreprise) permet de déterminer les taux d’aide applicables et la nécessité ou non de justifier du caractère incitatif de l’aide accordée. 6. Y a-t-il un contrat unique pour l’ensemble du consortium ou un contrat par bénéficiaire ? L’ADEME signe une convention avec chacun des partenaires du consortium qui bénéficie d’une aide. Pour les partenaires qui bénéficient d’avances remboursables, celles-ci sont négociées au cours de l’instruction directement avec chacun d’entre eux, sans passer par l’intermédiaire du coordonnateur.
  • 2. 2 7. Quelle est l’entité juridique qui contractualise avec l’ADEME ? C’est l’entité juridique (déterminée par son numéro de SIREN) qui réalise les dépenses. En cas d’avances remboursables, c’est cette même entité qui rembourse l’ADEME. L’ADEME n’accepte pas de mandat entre entreprises. Si certaines dépenses sont réalisées par une filiale de cette société, elles doivent être présentées comme de la sous-traitance ou faire l’objet d’une contractualisation séparée. 8. Quelles vérifications financières l’ADEME effectue-t-elle sur une entreprise ou une association ? L’ADEME vérifie que les entreprises et associations partenaires d’un projet présentent une situation financière saine. Cette vérification sera réalisée lors de l’évaluation du projet et à chaque versement. L’ADEME vérifie en particulier les points suivants : - L’entreprise est-elle en difficultés ? L’aide publique aux entreprises en difficultés est encadrée de façon stricte par le droit communautaire. Pour que l’aide apportée par le PIA ne risque pas d’être interdite ou suspendue, l’ADEME analyse donc la santé financière des entreprises bénéficiaires. - L’intervention de l’Etat est-elle proportionnée au risque pris par les actionnaires privés de l’entité ? En pratique l’ADEME vérifie que le financement public ne dépasse pas 50 % du financement total de l’entité (1 € public, toutes origines confondues, pour 1€ privé). - L’entreprise est-elle dans la capacité financière de mener à bien le projet ? En pratique l’ADEME vérifie notamment que les capitaux propres du partenaire ne sont pas inférieurs à l’aide versée au partenaire. B. Coûts du projet 1. L’aide portera-elle sur l’ensemble des coûts présentés par chaque partenaire ? L’aide porte uniquement sur les dépenses éligibles et retenues par l’ADEME, qui ne sont pas forcément l’ensemble des coûts présentés : - le coût total représente l’ensemble des coûts supportés par le bénéficiaire pour la mise en œuvre de l’opération ; - les coûts éligibles sont, parmi les coûts totaux, les coûts éligibles conformément aux encadrements communautaires sur les aides d’Etat et qui respectent certaines conditions précisées dans l’AMI (cf. question n° B-2) ; - les coûts retenus constituent, parmi les coûts éligibles, l’assiette utilisée pour déterminer le niveau d’aide pour chaque partenaire. Certains coûts éligibles sont soustraits de la base des coûts (cf. question n° B-2), d’autres sont plafonnés (cf. question n° B-3). Le dossier présenté doit néanmoins contenir l’ensemble des coûts qui permettent la réalisation du projet, y compris les coûts classés comme non éligibles et non retenus par l’ADEME détaillés ci-dessous. 2. Quels coûts ne sont pas éligibles ou non retenus? Les coûts suivants notamment ne sont pas éligibles et retenus : - les dépenses de communication/marketing, d’homologation/certification/normalisation, de dépôt de brevet ou de mise aux normes ; - la rémunération et les charges sociales des personnels de la fonction publique ; - les provisions constituées par les collectivités locales, EPIC ou autres établissements assimilés publics au titre de l'assurance chômage de leurs salariés contractuels ; - les coûts de génie civil et les pertes d’exploitation dans la plupart des cas ; - une partie des investissements (cf. question n° C-2) ; Cette liste n’est pas exhaustive. 3. Quels coûts éligibles et retenus peuvent être plafonnés et dans quelle mesure ? Le coût de management de projet, les dépenses connexes, les salaires et les frais de missions peuvent être plafonnés. En particulier : - la part maximum des coûts de management retenue est de 7% des coûts éligibles et retenus. Ce budget de management peut être réparti sur plusieurs membre du consortium ; - le salaire mensuel maximum retenu pour les frais de personnel est de 15K€ charges comprises. L’ADEME vérifie l’adéquation des salaires déclarés aux catégories d’intervenants (technicien, ingénieur, chef de projets, etc.) ; - les dépenses connexes (cf. réponse suivante). Cette liste n’est pas exhaustive.
  • 3. 3 4. Qu’entend-on par « dépenses connexes » ? Les dépenses connexes sont les frais généraux ou des frais d’environnement qui ne sont pas directement affectés à la réalisation de l’opération mais lui sont indirectement rattachables. Les dépenses connexes sont calculées, pour les projets de R&D, selon la formule suivante : 68% des dépenses de personnel éligibles et retenues + 7% des autres dépenses éligibles et retenues (hors dépenses de personnel). Ce calcul sera effectué par l’ADEME sur la base des informations fournies dans la Base de données des coûts. 5. Quelle est la différence entre refacturation interne et sous-traitance ? La refacturation interne s’effectue au sein d’une même entreprise (= même SIREN). La sous-traitance s’effectue entre entreprises différentes (= SIREN différents), y compris membres d’un même groupe. La refacturation interne peut être éligible sous réserve d'être calculée sur une base précise d'unités identifiées (heure/lots/etc.), d'être justifiée de façon précise quant à sa quotité affectée au projet, et de pouvoir faire l'objet d'une certification par un commissaire aux comptes ou expert-comptable. Les coûts de sous-traitance doivent être détaillés. 6. Quelle est la date d’éligibilité pour les dépenses liées au projet ? La date d’éligibilité des dépenses est par défaut la date de réception du dossier par l’ADEME (accusé de réception). Toutefois, dans certains cas spécifiques, une date ultérieure pourra être retenue, par exemple en cas d’évolution significative du projet après le dépôt. C. Financement des projets 1. Qui décide du financement ? La décision de financement est prise par le Premier ministre, sur avis du Commissariat général à l’investissement et des ministères concernés. Cet avis est établi sur la base de l’instruction du projet réalisée par l’ADEME. 2. Quels encadrements communautaires servent de base au calcul des aides apportées aux projets ? Les projets sont généralement soutenus sur la base juridique du Régime d’aides de l’ADEME exempté de notification relatif aux aides à la RDI et en faveur de la protection de l’environnement dans le cadre des Investissements d’Avenir. Ce régime permet de soutenir des actions de recherche, développement et innovation (RDI) ou dans certains cas spécifiques, plus aval, des investissements pour la protection de l’environnement. Pour certains projets spécifiques, d’autres régimes d’aides peuvent être mobilisés (par exemple le régime d’aide à l’innovation dans le secteur de la construction navale). Dans certains cas, un même projet peut s’adosser à plusieurs encadrements. 3. Comment sont pris en compte les coûts d’investissements ? Le traitement des investissements diffère selon le caractère amont ou aval des actions : - pour les actions de recherche, développement et innovation (RDI), les amortissements des instruments et des équipements utilisés pour les besoins du projet sont éligibles au prorata de leur utilisation pendant le projet. De même pour les bâtiments, les coûts d'amortissement correspondant à la durée du projet sont éligibles. Les amortissements s’entendent au sens comptable du terme. Ils se font de manière linéaire sur la base des durées de vie généralement retenues pour chacun des matériels ou immeuble (par ex. 20 ans pour les bâtiments industriels, 5 à 10 ans pour le mobilier et l’outillage, 3 à 5 ans pour un ordinateur, etc.) ; - pour les aides pour la protection de l’environnement, en règle générale, les coûts admissibles sont les coûts d'investissement nécessaires pour atteindre un niveau de protection de l'environnement supérieur au niveau requis par les normes communautaires. Ces coûts admissibles sont définis par rapport à une solution de référence.
  • 4. 4 4. Qui décide de l’encadrement communautaire retenu pour chaque projet ? En pratique l’ADEME vérifiera l’encadrement applicable lors de l’examen du projet. En règle générale, le régime d’aides à la RDI s’applique : il est donc demandé aux porteurs de projet de se baser sur cet encadrement, sauf mention contraire dans le texte d’AMI. Si un autre encadrement devait s’appliquer, l’ADEME l’indiquera soit lors d’un échange préalable avant le dépôt des projets, soit lors de l’instruction des projets. 5. Dans l’encadrement RDI, qui réalise le classement des actions en Recherche fondamentale (RF), Recherche industrielle (RI) et Développement économique (DE) ? Il est demandé aux porteurs de projet de proposer un classement mais l’ADEME est responsable de la validation de ce classement. De manière générale, les actions de Recherche fondamentale sont absentes ou très minoritaires dans les projets soutenus dans le cadre des Investissements d’Avenir. 6. Quels sont les taux d’aide appliqués ? Les plafonds communautaires rappelés dans le Règlement financier annexé aux AMI sont strictement respectés. En pratique, les taux d’aide accordés ne sont pas nécessairement égaux à ces maxima. Les taux spécifiques applicables à certains AMI peuvent être précisés aux paragraphes « Règles de financement » et « Organisation des projets ». 7. Un partenaire peut-il cumuler différentes aides ? Un partenaire peut cumuler des aides de différents organismes sur un même projet, si la somme des aides n’excède pas les plafonds communautaires. C’est au dernier financeur de vérifier le non dépassement de ces plafonds. Concernant le Crédit d’impôt recherche (CIR), il peut être cumulé aux aides d’Etat, mais les entreprises doivent déduire de l’assiette du CIR les aides directes perçues au titre d’un projet R&D l’année de leur encaissement. Pour les avances remboursables, elles sont remboursées puis réintégrées dans les bases du calcul CIR l’année de remboursement. D. Versement des aides 1. Des versements peuvent-ils être suspendus ou interrompus en fonction de l’évolution de la situation financière de l’entreprise ? Oui (cf. question n° A-8). 2. Quel est le montant de l’avance versée au démarrage du projet? Quand les versements sont-ils réalisés ? Un versement initial (avance) est effectué après la contractualisation de l’aide ; il est en général de 15% du montant total de l’aide. Les versements sont ensuite associés à la validation des « étapes-clés », définies dans les conventions de financement des projets. En pratique, il y a généralement une « étape-clé » par an. Dans tous les cas, le cumul des versements avant le solde du projet (avance comprise) ne peut excéder 80% du montant de l’aide. 3. Un bénéficiaire d’avances remboursables et de subventions peut-il recevoir les subventions d’abord puis des avances remboursables en fin de projet ? Non, la répartition entre subventions et avances remboursables à chaque versement est fixe. Elle correspond à la répartition totale entre subventions et avances remboursables définie dans la convention de financement pour chaque partenaire. 4. Sur quelle base sont réalisés les versements? Les versements intermédiaires sont basés sur les dépenses réalisées, justifiées par un état récapitulatif des dépenses certifié conforme par une personne habilitée à engager financièrement le bénéficiaire. Pour le versement final, un état récapitulatif global des dépenses est produit. Cet état récapitulatif doit être signé par le commissaire aux comptes, l’expert-comptable ou le comptable public du bénéficiaire.