SlideShare une entreprise Scribd logo
Gestion des capitaux London ltée 1 de 2 Novembre 2010
Commentaire mensuel sur les placements
Novembre 2010
PAS SI MAL TOUT COMPTE FAIT
Le mois d’octobre n’était pas si mal tout compte fait. Malgré sa vilaine
réputation (il s’agirait d’un mauvais mois pour les investisseurs),
octobre s’est révélé plutôt plaisant. Les marchés internationaux étaient
généralement positifs et les résultats cumulatifs de l’année
impressionnaient, surtout dans le cas du S&P/TSX au Canada et du
S&P500 aux États-unis (voir le tableau 1).
Quoique les investisseurs semblent toujours maîtriser leurs humeurs, ils
sont bien plus optimistes qu’au printemps, une période où sévissait
beaucoup de découragement. Par conséquent, même de modestes
embellies au chapitre des perspectives ont entraîné des gains
remarquables sur les marchés financiers.
Qu’est-ce qui a mis le vent dans les voiles des investisseurs en octobre?
- Le plan de détente quantitative aux États-Unis a été bien
communiqué et la plupart des gens, même s’ils ne le voient pas
comme un remède miracle susceptible de guérir tous les
problèmes, sentent qu’il va stimuler l’économie dans ce pays.
- Les bénéfices des sociétés au deuxième trimestre étaient confirmés
aux États-Unis et au Canada, et les résultats s’avéraient très bons
jusqu’à présent.
- On a prédit avec raison que les élections de mi-mandat aux États-
Unis se solderaient par une impasse politique. Cette situation
pourrait ne pas sembler positive d’emblée, mais elle exerce un
effet calmant sur les marchés puisqu’il est improbable que soient
adoptés quelque projet de loi vital que ce soit (touchant la réforme
financière et le soins de santé, par exemple) ou quelque hausse
d’impôt d’importance. En d’autre termes, on risque moins
d’assister à un « choc » de nature politique imposé aux marchés en
raison d’un grand changement d’orientation au niveau fédéral.
Au Canada, deux des plus petits secteurs, ceux des technologies de
l’information et de la santé (dont le poids correspond à 2,6 % et 0,8 %
respectivement du S&P/TSX) étaient les plus performants en octobre
(voir le tableau 2). La démonstration de la nouvelle tablette
électronique BlackBerry PlayBook de Research in Motion a ragaillardi
à nouveau les investisseurs et relancé le cours de cette action, c’est-à-
dire donc le secteur tout entier. Quant au secteur de la santé, les
résultats fort satisfaisants étaient attribuables à un meilleur moral des
investisseurs.
À part les petits secteurs, c’est le marché des matériaux qui a mené la
troupe pour ce qui concerne le S&P/TSX en octobre, avec l’aide de prix
des marchandises raffermis, surtout du côté des métaux et des mines.
En effet, les prix de marchandises ont continué à augmenter
rapidement, et plus qu’on ne l’escomptait généralement cette année.
L’indice CRB du secteur industriel (indice du prix des marchandises) a
gagné 34 % pour l’année à ce jour et 114 % pendant le seul mois
d’octobre.
DES RAISONS DE S’ASSOUPLIR
La deuxième vague de mesures d’augmentation de la masse monétaire
ou d’assouplissement quantitatif (le « QE2 ») du gouvernement fédéral
américain n’a pas été officiellement annoncée avant le début de
novembre, mais comme le message a été bien transmis, la plus grande
partie de son effet initial sur les marchés boursiers s’est fait ressentir en
octobre. Ainsi que les chiffres l’indiquent (voir le tableau 1), la réaction
des actionnaires, lesquels s’attendent à une revitalisation de l’économie
et à un gain net au niveau du cours des actions, était principalement
positive.
FAITS SAILLANTS DU MOIS D’OCTOBRE
 Les places boursières mondiales ont maintenu leur élan en
octobre tandis que les marchés obligataires, plus modérés,
n’ont pu rester en territoire positif durant le mois que grâce aux
revenus qu’ils ont générés.
 La deuxième vague prévue de mesures d’assouplissement
quantitatif par le gouvernement des États-Unis a soutenu les
marchés boursiers et les prix des marchandises en raison de
l’espoir suscité à l’égard de la croissance de l’économie
américaine.
 L’indice CRB du secteur industriel (indice du prix des
marchandises) a gagné 11,4 % durant le mois.
 Le dollar canadien approchait de la parité avec la devise
américaine, à 0,983 $US en fin de mois. Au nombre des
catalyseurs, on trouve :
o les avantages financiers du Canada (particulièrement
en regard des États-Unis), tels qu’une meilleure
situation quant à la circulation des crédits bancaires,
la croissance de l’emploi, la consommation et
l’habitation,
o des prix des marchandises en hausse et, bien sûr,
o un dollar US faible.
 La Banque du Canada n’a pas touché au taux de financement à
un jour, choisissant de ne pas trop s’écarter de la politique
monétaire actuelle des États-unis. Quand la Réserve fédérale
américaine a-t-elle augmenté les taux la dernière fois? Le
29 juin 2006!
Tableau 1– Sommaire des résultats des principaux
marchés
Résultats boursiers* Octobre ÀCJ
S&P/TSX composé 2,5 % 7,9 %
S&P500 3,7 % 6,1 %
– en $ CA 2,5 % 2,2 %
MSCI EAEO 1,8 % -1,3 %
– en $ CA 2,8 % -0,9 %
MSCI Marchés émergents 2,2 % 8,3 %
Obligataire universel DEX** 0,2 % 7,7 %
Obligations de sociétés cotées BBB** 0,3 % 10,5 %
*monnaie locale (sauf indication contraire); cours seulement
**rendement total, obligations canadiennes
Source : Bloomberg, MSCI Barra, Financière BN, PC Bond, RBC
Marchés des capitaux
LCM, tous droits réservés. Vous ne pouvez ni reproduire, ni distribuer, ni utiliser autrement toute partie du présent article sans l’autorisation écrite préalable de Gestion des capitaux London ltée.
Les opinions exprimées dans le présent commentaire n’engagent que Gestion des capitaux London ltée (« Gestion des capitaux London ») à la date de leur publication et peuvent
changer sans préavis. Ce commentaire n’est présenté qu’à titre d’information et n’a pas pour but d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement précis, ni de
fournir des conseils juridiques ou fiscaux. Tout investisseur potentiel devrait étudier avec soin les documents de placement avant de prendre la décision d’investir et s’adresser à
son conseiller pour obtenir des conseils en fonction de sa situation particulière. Gestion des capitaux London est une filiale de la London Life, Compagnie d’Assurance-Vie. La
London Life et Gestion des capitaux London sont membres du groupe de sociétés de la Corporation Financière Power.
Gestion des capitaux London ltée 2 de 2 Novembre 2010
Étant donné toute cette animation autour de la question de
l’assouplissement monétaire quantitatif, il convient de prendre un peu
de temps pour bien examiner le sujet.
Qu’est-ce que le QE2? Pour certains, il s’agit d’acheter de l’actif à
grande échelle, et pour d’autres, d’émettre de la monnaie et de faire des
chèques. Le QE2 signifie que le gouvernement des États-Unis (qui n’a
plus la latitude voulue pour modifier l’économie en abaissant les taux
d’intérêt) annonce son intention d’acquérir des obligations d’État
américaines, ce qui crée une augmentation de la demande et pousse les
rendements vers le bas. Autrement dit, le QE2 est un moyen pour le
gouvernement américain d’utiliser les forces du marché, c’est-à-dire
l’offre et la demande, afin d’abaisser les taux créditeurs. Des taux
d’intérêt inférieurs devraient encourager les entreprises et les
consommateurs à emprunter et à dépenser, donc stimuler la croissance
de l’économie.
On espère qu’en achetant beaucoup d’obligations du Trésor, l’État
ramènera les rendements à un niveau si bas (et pendant si longtemps)
que l’économie retrouvera un certain souffle. C’est qu’ainsi, la
croissance produirait des hausses de prix, donc l’inflation essentielle
aux États-Unis pour éviter la déflation et la morosité économique.
Le risque. Le raisonnement est essentiellement bon. Cependant, tout le
monde n’est pas heureux à l’idée que les États-Unis émettent plus de
monnaie dans le dessein d’acheter ces titres. En effet, en émettant plus
de monnaie, les États-Unis occasionneront plus de pression à la baisse
sur la valeur du billet vert, d’où des exportations à destination d’autres
pays comme la Chine, l’Inde, le Japon et, oui, le Canada, moins
concurrentielles. Ces émissions de monnaie susciteront également une
augmentation du prix des marchandises, qui sont évalués en dollar US,
générant une partie de la pression inflationniste en question. Or, si une
certaine pression inflationniste est nécessaire aux États-Unis pour
revenir à des niveaux plus « normaux », le reste de la planète n’en a
généralement pas besoin. Certaines nations, surtout dans le cas des
marchés émergents, pourraient même souffrir de ces facteurs
inflationnistes supplémentaires.
En outre, une telle situation pose un risque pour les détenteurs
d’obligations. Dans l’immédiat, l’incidence sur les prix de ces titres
peut évidemment s’avérer positive (ils augmenteront puisque le
gouvernement, comme acheteur, vient stimuler la demande). Toutefois,
l’inflation n’est pas en bout de ligne une bonne nouvelle pour les
investisseurs en obligations. Nous l’avons déjà constaté en ce qui
concerne les investissements sur le marché monétaire, où l’achat d’un
bon du Trésor à rendement infime génère, ô surprise, des résultats
presque nuls. Les experts qui gèrent activement des obligations auront
fort à faire pour positionner leurs portefeuilles de manière à trouver des
occasions de profit tout en respectant les paramètres de risque de leur
mandat.
KARMA
Les élections de mi-mandat de novembre chez nos voisins du Sud vous
auront peut-être fait penser au vieil adage selon lequel un pays a la
classe politique qu’il mérite. Comme on dit dans le monde de
l’investissement, « tout se paie ». Ce serait notre karma, de l’avis de
bien des gens. En d’autres termes, qui dit gros rendements dit gros
risques, et petits risques, petits rendements. La plupart d’entre nous
sommes suffisamment sages pour accepter cette réalité et nous assurer
de disposer d’un portefeuille bien diversifié conçu dans une optique à
long terme et qui compose avec nos attentes quant au risque et aux
résultats. Il s’agira probablement d’un portefeuille qui combine des
obligations et des actions, destiné à concilier la tolérance au risque et
l’horizon de placement. Voilà ce qu’on pourrait appeler un bon
karma…
Tableau 2 – Résultats sectoriels au Canada
Rendements sectoriels du
S&P/TSX*
Octobre ÀCJ
S&P/TSX 2,5 % 7,9 %
Énergie 1,5 % -1,0 %
Matériaux 4,1 % 24,0 %
Industrie 2,1 % 11,9 %
Consommation discrétionnaire 2,8 % 17,9 %
Biens de consommation de base 4,4 % 8,2 %
Santé 8,2 % 49,5 %
Finances 1,6 % 3,8 %
Technologies de l’information 11,2 % -13,1 %
Télécommunications 0,1 % 17,3 %
Services aux collectivités -0,9 % 7,7 %
*cours seulement
Source : Banque Nationale

Contenu connexe

Tendances

Commentaires de décembre 2012
Commentaires de décembre 2012Commentaires de décembre 2012
Commentaires de décembre 2012
Martin Leduc
 
Commentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marché
Commentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marchéCommentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marché
Commentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marché
Martin Leduc
 
Revue Octobre 2010
Revue Octobre 2010Revue Octobre 2010
Revue Octobre 2010
Martin Leduc
 
Juillet 2010
Juillet 2010Juillet 2010
Juillet 2010
Martin Leduc
 
Role des autorités monétaires
Role des autorités monétairesRole des autorités monétaires
Role des autorités monétaires
Manon Cuylits
 
Commentaires d\'avril 2012
Commentaires d\'avril 2012Commentaires d\'avril 2012
Commentaires d\'avril 2012
Martin Leduc
 
[FR] The ripple effect - Multi-Asset Market Intelligence
[FR] The ripple effect - Multi-Asset Market Intelligence [FR] The ripple effect - Multi-Asset Market Intelligence
[FR] The ripple effect - Multi-Asset Market Intelligence
NN Investment Partners
 
Commentaires sur la volatilité des marchés
Commentaires sur la volatilité des marchésCommentaires sur la volatilité des marchés
Commentaires sur la volatilité des marchés
Martin Leduc
 
Fed contre BCE: le match des politiques monétaires face à la crise
Fed contre BCE: le match des politiques monétaires face à la criseFed contre BCE: le match des politiques monétaires face à la crise
Fed contre BCE: le match des politiques monétaires face à la crise
Manon Cuylits
 
Syz & co syz asset management - 1 mois en 10 images février 2013
Syz & co   syz asset management - 1 mois en 10 images février 2013Syz & co   syz asset management - 1 mois en 10 images février 2013
Syz & co syz asset management - 1 mois en 10 images février 2013
Banque_SYZ
 
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 20101003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
Bordier & Cie
 
Présentation du Ministre Wilson Laleau au Forum Economique du Secteur Privé: ...
Présentation du Ministre Wilson Laleau au Forum Economique du Secteur Privé: ...Présentation du Ministre Wilson Laleau au Forum Economique du Secteur Privé: ...
Présentation du Ministre Wilson Laleau au Forum Economique du Secteur Privé: ...
Fritz-Gérald Calixte, Av., MPA
 
I week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaudI week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaud
CCI Nantes St-Nazaire
 
Commentaires de juillet 2012
Commentaires de juillet 2012Commentaires de juillet 2012
Commentaires de juillet 2012
Martin Leduc
 
Commentaires de décembre 2011
Commentaires de décembre 2011Commentaires de décembre 2011
Commentaires de décembre 2011
Martin Leduc
 
100816 mj banques_centrales_lt
100816 mj banques_centrales_lt100816 mj banques_centrales_lt
100816 mj banques_centrales_lt
Bordier & Cie
 
Syz & co syz asset management - point de vue 8 février 2013
Syz & co   syz asset management - point de vue 8 février 2013Syz & co   syz asset management - point de vue 8 février 2013
Syz & co syz asset management - point de vue 8 février 2013
Banque_SYZ
 
Commentaires août 2011
Commentaires août 2011Commentaires août 2011
Commentaires août 2011
Martin Leduc
 

Tendances (20)

Commentaires de décembre 2012
Commentaires de décembre 2012Commentaires de décembre 2012
Commentaires de décembre 2012
 
Commentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marché
Commentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marchéCommentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marché
Commentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marché
 
Revue Octobre 2010
Revue Octobre 2010Revue Octobre 2010
Revue Octobre 2010
 
Juillet 2010
Juillet 2010Juillet 2010
Juillet 2010
 
300300092
300300092300300092
300300092
 
Role des autorités monétaires
Role des autorités monétairesRole des autorités monétaires
Role des autorités monétaires
 
Commentaires d\'avril 2012
Commentaires d\'avril 2012Commentaires d\'avril 2012
Commentaires d\'avril 2012
 
[FR] The ripple effect - Multi-Asset Market Intelligence
[FR] The ripple effect - Multi-Asset Market Intelligence [FR] The ripple effect - Multi-Asset Market Intelligence
[FR] The ripple effect - Multi-Asset Market Intelligence
 
Commentaires sur la volatilité des marchés
Commentaires sur la volatilité des marchésCommentaires sur la volatilité des marchés
Commentaires sur la volatilité des marchés
 
Fed contre BCE: le match des politiques monétaires face à la crise
Fed contre BCE: le match des politiques monétaires face à la criseFed contre BCE: le match des politiques monétaires face à la crise
Fed contre BCE: le match des politiques monétaires face à la crise
 
Syz & co syz asset management - 1 mois en 10 images février 2013
Syz & co   syz asset management - 1 mois en 10 images février 2013Syz & co   syz asset management - 1 mois en 10 images février 2013
Syz & co syz asset management - 1 mois en 10 images février 2013
 
AoûT 2010
AoûT 2010AoûT 2010
AoûT 2010
 
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 20101003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
 
Présentation du Ministre Wilson Laleau au Forum Economique du Secteur Privé: ...
Présentation du Ministre Wilson Laleau au Forum Economique du Secteur Privé: ...Présentation du Ministre Wilson Laleau au Forum Economique du Secteur Privé: ...
Présentation du Ministre Wilson Laleau au Forum Economique du Secteur Privé: ...
 
I week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaudI week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaud
 
Commentaires de juillet 2012
Commentaires de juillet 2012Commentaires de juillet 2012
Commentaires de juillet 2012
 
Commentaires de décembre 2011
Commentaires de décembre 2011Commentaires de décembre 2011
Commentaires de décembre 2011
 
100816 mj banques_centrales_lt
100816 mj banques_centrales_lt100816 mj banques_centrales_lt
100816 mj banques_centrales_lt
 
Syz & co syz asset management - point de vue 8 février 2013
Syz & co   syz asset management - point de vue 8 février 2013Syz & co   syz asset management - point de vue 8 février 2013
Syz & co syz asset management - point de vue 8 février 2013
 
Commentaires août 2011
Commentaires août 2011Commentaires août 2011
Commentaires août 2011
 

Similaire à Commentaires de novembre 2010

Le marché repo, expliqué - et pourquoi la Fed y a injecté des centaines de mi...
Le marché repo, expliqué - et pourquoi la Fed y a injecté des centaines de mi...Le marché repo, expliqué - et pourquoi la Fed y a injecté des centaines de mi...
Le marché repo, expliqué - et pourquoi la Fed y a injecté des centaines de mi...
Rachid68
 
Conférence Saxo Banque 15/11- Normalisation de la politique monétaire, liquid...
Conférence Saxo Banque 15/11- Normalisation de la politique monétaire, liquid...Conférence Saxo Banque 15/11- Normalisation de la politique monétaire, liquid...
Conférence Saxo Banque 15/11- Normalisation de la politique monétaire, liquid...
SarahLacaisse
 
Point conjoncture et marchés de Raymond James AM
Point conjoncture et marchés de Raymond James AMPoint conjoncture et marchés de Raymond James AM
Point conjoncture et marchés de Raymond James AM
Marina Ubeda
 
Commentaires de Mai 2011
Commentaires de Mai 2011Commentaires de Mai 2011
Commentaires de Mai 2011
Martin Leduc
 
Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?
Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?
Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?
RedStones Real Estate
 
Commentaires de juin 2011
Commentaires de juin 2011Commentaires de juin 2011
Commentaires de juin 2011
Martin Leduc
 
Trappe de liquidité
Trappe de liquiditéTrappe de liquidité
Trappe de liquidité
cabotinon
 
Investivity lettre investisseurs_sept2017
Investivity lettre investisseurs_sept2017Investivity lettre investisseurs_sept2017
Investivity lettre investisseurs_sept2017
Eric Thuillier
 
Attaques speculatives
Attaques speculativesAttaques speculatives
Attaques speculatives
Amine Oussedik
 
Rétrospective de l'année économique 2018 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année économique 2018 en dessins par David MartinRétrospective de l'année économique 2018 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année économique 2018 en dessins par David Martin
La Française
 
Priorité information n°32
Priorité information n°32Priorité information n°32
Priorité information n°32
Frédéric Apollonio
 
Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...
Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...
Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...
OFI Asset Management
 
Commentaires de décembre 2010
Commentaires de décembre 2010Commentaires de décembre 2010
Commentaires de décembre 2010
Martin Leduc
 
Note de conjoncture "Marchés" de Federal Finance
Note de conjoncture "Marchés" de Federal FinanceNote de conjoncture "Marchés" de Federal Finance
Note de conjoncture "Marchés" de Federal Finance
FederalFinance
 
Nouvel an chinois
Nouvel an chinoisNouvel an chinois
Nouvel an chinois
AXAPrevPat
 
Perspectives macro 131_fr
Perspectives macro 131_frPerspectives macro 131_fr
Perspectives macro 131_fr
Cherradi -
 
Commentaires de mars 2012
Commentaires de mars 2012Commentaires de mars 2012
Commentaires de mars 2012
Martin Leduc
 
Commentaires de février 2011
Commentaires de février 2011Commentaires de février 2011
Commentaires de février 2011
Martin Leduc
 
Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance
FederalFinance
 
100412 mj émergents_lt
100412 mj émergents_lt100412 mj émergents_lt
100412 mj émergents_lt
Bordier & Cie
 

Similaire à Commentaires de novembre 2010 (20)

Le marché repo, expliqué - et pourquoi la Fed y a injecté des centaines de mi...
Le marché repo, expliqué - et pourquoi la Fed y a injecté des centaines de mi...Le marché repo, expliqué - et pourquoi la Fed y a injecté des centaines de mi...
Le marché repo, expliqué - et pourquoi la Fed y a injecté des centaines de mi...
 
Conférence Saxo Banque 15/11- Normalisation de la politique monétaire, liquid...
Conférence Saxo Banque 15/11- Normalisation de la politique monétaire, liquid...Conférence Saxo Banque 15/11- Normalisation de la politique monétaire, liquid...
Conférence Saxo Banque 15/11- Normalisation de la politique monétaire, liquid...
 
Point conjoncture et marchés de Raymond James AM
Point conjoncture et marchés de Raymond James AMPoint conjoncture et marchés de Raymond James AM
Point conjoncture et marchés de Raymond James AM
 
Commentaires de Mai 2011
Commentaires de Mai 2011Commentaires de Mai 2011
Commentaires de Mai 2011
 
Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?
Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?
Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?
 
Commentaires de juin 2011
Commentaires de juin 2011Commentaires de juin 2011
Commentaires de juin 2011
 
Trappe de liquidité
Trappe de liquiditéTrappe de liquidité
Trappe de liquidité
 
Investivity lettre investisseurs_sept2017
Investivity lettre investisseurs_sept2017Investivity lettre investisseurs_sept2017
Investivity lettre investisseurs_sept2017
 
Attaques speculatives
Attaques speculativesAttaques speculatives
Attaques speculatives
 
Rétrospective de l'année économique 2018 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année économique 2018 en dessins par David MartinRétrospective de l'année économique 2018 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année économique 2018 en dessins par David Martin
 
Priorité information n°32
Priorité information n°32Priorité information n°32
Priorité information n°32
 
Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...
Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...
Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...
 
Commentaires de décembre 2010
Commentaires de décembre 2010Commentaires de décembre 2010
Commentaires de décembre 2010
 
Note de conjoncture "Marchés" de Federal Finance
Note de conjoncture "Marchés" de Federal FinanceNote de conjoncture "Marchés" de Federal Finance
Note de conjoncture "Marchés" de Federal Finance
 
Nouvel an chinois
Nouvel an chinoisNouvel an chinois
Nouvel an chinois
 
Perspectives macro 131_fr
Perspectives macro 131_frPerspectives macro 131_fr
Perspectives macro 131_fr
 
Commentaires de mars 2012
Commentaires de mars 2012Commentaires de mars 2012
Commentaires de mars 2012
 
Commentaires de février 2011
Commentaires de février 2011Commentaires de février 2011
Commentaires de février 2011
 
Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance
 
100412 mj émergents_lt
100412 mj émergents_lt100412 mj émergents_lt
100412 mj émergents_lt
 

Plus de Martin Leduc

December 2012 Commentary
December 2012 CommentaryDecember 2012 Commentary
December 2012 Commentary
Martin Leduc
 
November 2012 Commentary
November 2012 CommentaryNovember 2012 Commentary
November 2012 Commentary
Martin Leduc
 
October 2012 Commentary
October 2012 CommentaryOctober 2012 Commentary
October 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires d\'octobre 2012
Commentaires d\'octobre 2012Commentaires d\'octobre 2012
Commentaires d\'octobre 2012
Martin Leduc
 
September 2012 Commentary
September 2012 CommentarySeptember 2012 Commentary
September 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires de septembre 2012
Commentaires de septembre 2012Commentaires de septembre 2012
Commentaires de septembre 2012
Martin Leduc
 
August 2012 Commentary
August 2012 CommentaryAugust 2012 Commentary
August 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires août 2012
Commentaires août 2012Commentaires août 2012
Commentaires août 2012
Martin Leduc
 
July 2012 Commentary
July 2012 CommentaryJuly 2012 Commentary
July 2012 Commentary
Martin Leduc
 
June 2012 Commentary
June 2012 CommentaryJune 2012 Commentary
June 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires de Juin 2012
Commentaires de Juin 2012Commentaires de Juin 2012
Commentaires de Juin 2012
Martin Leduc
 
May 2012 Commentary
May 2012 CommentaryMay 2012 Commentary
May 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires de mai 2012
Commentaires de mai 2012Commentaires de mai 2012
Commentaires de mai 2012
Martin Leduc
 
March 2012 Commentary
March 2012 CommentaryMarch 2012 Commentary
March 2012 Commentary
Martin Leduc
 
January 2012 Commentary
January 2012 CommentaryJanuary 2012 Commentary
January 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires de janvier 2012
Commentaires de janvier 2012Commentaires de janvier 2012
Commentaires de janvier 2012
Martin Leduc
 
December 2011 Commentary
December 2011 CommentaryDecember 2011 Commentary
December 2011 Commentary
Martin Leduc
 
November 2011 Commentary
November 2011 CommentaryNovember 2011 Commentary
November 2011 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires de novembre 2011
Commentaires de novembre 2011Commentaires de novembre 2011
Commentaires de novembre 2011
Martin Leduc
 
October 2011 Commentary
October 2011 CommentaryOctober 2011 Commentary
October 2011 Commentary
Martin Leduc
 

Plus de Martin Leduc (20)

December 2012 Commentary
December 2012 CommentaryDecember 2012 Commentary
December 2012 Commentary
 
November 2012 Commentary
November 2012 CommentaryNovember 2012 Commentary
November 2012 Commentary
 
October 2012 Commentary
October 2012 CommentaryOctober 2012 Commentary
October 2012 Commentary
 
Commentaires d\'octobre 2012
Commentaires d\'octobre 2012Commentaires d\'octobre 2012
Commentaires d\'octobre 2012
 
September 2012 Commentary
September 2012 CommentarySeptember 2012 Commentary
September 2012 Commentary
 
Commentaires de septembre 2012
Commentaires de septembre 2012Commentaires de septembre 2012
Commentaires de septembre 2012
 
August 2012 Commentary
August 2012 CommentaryAugust 2012 Commentary
August 2012 Commentary
 
Commentaires août 2012
Commentaires août 2012Commentaires août 2012
Commentaires août 2012
 
July 2012 Commentary
July 2012 CommentaryJuly 2012 Commentary
July 2012 Commentary
 
June 2012 Commentary
June 2012 CommentaryJune 2012 Commentary
June 2012 Commentary
 
Commentaires de Juin 2012
Commentaires de Juin 2012Commentaires de Juin 2012
Commentaires de Juin 2012
 
May 2012 Commentary
May 2012 CommentaryMay 2012 Commentary
May 2012 Commentary
 
Commentaires de mai 2012
Commentaires de mai 2012Commentaires de mai 2012
Commentaires de mai 2012
 
March 2012 Commentary
March 2012 CommentaryMarch 2012 Commentary
March 2012 Commentary
 
January 2012 Commentary
January 2012 CommentaryJanuary 2012 Commentary
January 2012 Commentary
 
Commentaires de janvier 2012
Commentaires de janvier 2012Commentaires de janvier 2012
Commentaires de janvier 2012
 
December 2011 Commentary
December 2011 CommentaryDecember 2011 Commentary
December 2011 Commentary
 
November 2011 Commentary
November 2011 CommentaryNovember 2011 Commentary
November 2011 Commentary
 
Commentaires de novembre 2011
Commentaires de novembre 2011Commentaires de novembre 2011
Commentaires de novembre 2011
 
October 2011 Commentary
October 2011 CommentaryOctober 2011 Commentary
October 2011 Commentary
 

Commentaires de novembre 2010

  • 1. Gestion des capitaux London ltée 1 de 2 Novembre 2010 Commentaire mensuel sur les placements Novembre 2010 PAS SI MAL TOUT COMPTE FAIT Le mois d’octobre n’était pas si mal tout compte fait. Malgré sa vilaine réputation (il s’agirait d’un mauvais mois pour les investisseurs), octobre s’est révélé plutôt plaisant. Les marchés internationaux étaient généralement positifs et les résultats cumulatifs de l’année impressionnaient, surtout dans le cas du S&P/TSX au Canada et du S&P500 aux États-unis (voir le tableau 1). Quoique les investisseurs semblent toujours maîtriser leurs humeurs, ils sont bien plus optimistes qu’au printemps, une période où sévissait beaucoup de découragement. Par conséquent, même de modestes embellies au chapitre des perspectives ont entraîné des gains remarquables sur les marchés financiers. Qu’est-ce qui a mis le vent dans les voiles des investisseurs en octobre? - Le plan de détente quantitative aux États-Unis a été bien communiqué et la plupart des gens, même s’ils ne le voient pas comme un remède miracle susceptible de guérir tous les problèmes, sentent qu’il va stimuler l’économie dans ce pays. - Les bénéfices des sociétés au deuxième trimestre étaient confirmés aux États-Unis et au Canada, et les résultats s’avéraient très bons jusqu’à présent. - On a prédit avec raison que les élections de mi-mandat aux États- Unis se solderaient par une impasse politique. Cette situation pourrait ne pas sembler positive d’emblée, mais elle exerce un effet calmant sur les marchés puisqu’il est improbable que soient adoptés quelque projet de loi vital que ce soit (touchant la réforme financière et le soins de santé, par exemple) ou quelque hausse d’impôt d’importance. En d’autre termes, on risque moins d’assister à un « choc » de nature politique imposé aux marchés en raison d’un grand changement d’orientation au niveau fédéral. Au Canada, deux des plus petits secteurs, ceux des technologies de l’information et de la santé (dont le poids correspond à 2,6 % et 0,8 % respectivement du S&P/TSX) étaient les plus performants en octobre (voir le tableau 2). La démonstration de la nouvelle tablette électronique BlackBerry PlayBook de Research in Motion a ragaillardi à nouveau les investisseurs et relancé le cours de cette action, c’est-à- dire donc le secteur tout entier. Quant au secteur de la santé, les résultats fort satisfaisants étaient attribuables à un meilleur moral des investisseurs. À part les petits secteurs, c’est le marché des matériaux qui a mené la troupe pour ce qui concerne le S&P/TSX en octobre, avec l’aide de prix des marchandises raffermis, surtout du côté des métaux et des mines. En effet, les prix de marchandises ont continué à augmenter rapidement, et plus qu’on ne l’escomptait généralement cette année. L’indice CRB du secteur industriel (indice du prix des marchandises) a gagné 34 % pour l’année à ce jour et 114 % pendant le seul mois d’octobre. DES RAISONS DE S’ASSOUPLIR La deuxième vague de mesures d’augmentation de la masse monétaire ou d’assouplissement quantitatif (le « QE2 ») du gouvernement fédéral américain n’a pas été officiellement annoncée avant le début de novembre, mais comme le message a été bien transmis, la plus grande partie de son effet initial sur les marchés boursiers s’est fait ressentir en octobre. Ainsi que les chiffres l’indiquent (voir le tableau 1), la réaction des actionnaires, lesquels s’attendent à une revitalisation de l’économie et à un gain net au niveau du cours des actions, était principalement positive. FAITS SAILLANTS DU MOIS D’OCTOBRE  Les places boursières mondiales ont maintenu leur élan en octobre tandis que les marchés obligataires, plus modérés, n’ont pu rester en territoire positif durant le mois que grâce aux revenus qu’ils ont générés.  La deuxième vague prévue de mesures d’assouplissement quantitatif par le gouvernement des États-Unis a soutenu les marchés boursiers et les prix des marchandises en raison de l’espoir suscité à l’égard de la croissance de l’économie américaine.  L’indice CRB du secteur industriel (indice du prix des marchandises) a gagné 11,4 % durant le mois.  Le dollar canadien approchait de la parité avec la devise américaine, à 0,983 $US en fin de mois. Au nombre des catalyseurs, on trouve : o les avantages financiers du Canada (particulièrement en regard des États-Unis), tels qu’une meilleure situation quant à la circulation des crédits bancaires, la croissance de l’emploi, la consommation et l’habitation, o des prix des marchandises en hausse et, bien sûr, o un dollar US faible.  La Banque du Canada n’a pas touché au taux de financement à un jour, choisissant de ne pas trop s’écarter de la politique monétaire actuelle des États-unis. Quand la Réserve fédérale américaine a-t-elle augmenté les taux la dernière fois? Le 29 juin 2006! Tableau 1– Sommaire des résultats des principaux marchés Résultats boursiers* Octobre ÀCJ S&P/TSX composé 2,5 % 7,9 % S&P500 3,7 % 6,1 % – en $ CA 2,5 % 2,2 % MSCI EAEO 1,8 % -1,3 % – en $ CA 2,8 % -0,9 % MSCI Marchés émergents 2,2 % 8,3 % Obligataire universel DEX** 0,2 % 7,7 % Obligations de sociétés cotées BBB** 0,3 % 10,5 % *monnaie locale (sauf indication contraire); cours seulement **rendement total, obligations canadiennes Source : Bloomberg, MSCI Barra, Financière BN, PC Bond, RBC Marchés des capitaux
  • 2. LCM, tous droits réservés. Vous ne pouvez ni reproduire, ni distribuer, ni utiliser autrement toute partie du présent article sans l’autorisation écrite préalable de Gestion des capitaux London ltée. Les opinions exprimées dans le présent commentaire n’engagent que Gestion des capitaux London ltée (« Gestion des capitaux London ») à la date de leur publication et peuvent changer sans préavis. Ce commentaire n’est présenté qu’à titre d’information et n’a pas pour but d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement précis, ni de fournir des conseils juridiques ou fiscaux. Tout investisseur potentiel devrait étudier avec soin les documents de placement avant de prendre la décision d’investir et s’adresser à son conseiller pour obtenir des conseils en fonction de sa situation particulière. Gestion des capitaux London est une filiale de la London Life, Compagnie d’Assurance-Vie. La London Life et Gestion des capitaux London sont membres du groupe de sociétés de la Corporation Financière Power. Gestion des capitaux London ltée 2 de 2 Novembre 2010 Étant donné toute cette animation autour de la question de l’assouplissement monétaire quantitatif, il convient de prendre un peu de temps pour bien examiner le sujet. Qu’est-ce que le QE2? Pour certains, il s’agit d’acheter de l’actif à grande échelle, et pour d’autres, d’émettre de la monnaie et de faire des chèques. Le QE2 signifie que le gouvernement des États-Unis (qui n’a plus la latitude voulue pour modifier l’économie en abaissant les taux d’intérêt) annonce son intention d’acquérir des obligations d’État américaines, ce qui crée une augmentation de la demande et pousse les rendements vers le bas. Autrement dit, le QE2 est un moyen pour le gouvernement américain d’utiliser les forces du marché, c’est-à-dire l’offre et la demande, afin d’abaisser les taux créditeurs. Des taux d’intérêt inférieurs devraient encourager les entreprises et les consommateurs à emprunter et à dépenser, donc stimuler la croissance de l’économie. On espère qu’en achetant beaucoup d’obligations du Trésor, l’État ramènera les rendements à un niveau si bas (et pendant si longtemps) que l’économie retrouvera un certain souffle. C’est qu’ainsi, la croissance produirait des hausses de prix, donc l’inflation essentielle aux États-Unis pour éviter la déflation et la morosité économique. Le risque. Le raisonnement est essentiellement bon. Cependant, tout le monde n’est pas heureux à l’idée que les États-Unis émettent plus de monnaie dans le dessein d’acheter ces titres. En effet, en émettant plus de monnaie, les États-Unis occasionneront plus de pression à la baisse sur la valeur du billet vert, d’où des exportations à destination d’autres pays comme la Chine, l’Inde, le Japon et, oui, le Canada, moins concurrentielles. Ces émissions de monnaie susciteront également une augmentation du prix des marchandises, qui sont évalués en dollar US, générant une partie de la pression inflationniste en question. Or, si une certaine pression inflationniste est nécessaire aux États-Unis pour revenir à des niveaux plus « normaux », le reste de la planète n’en a généralement pas besoin. Certaines nations, surtout dans le cas des marchés émergents, pourraient même souffrir de ces facteurs inflationnistes supplémentaires. En outre, une telle situation pose un risque pour les détenteurs d’obligations. Dans l’immédiat, l’incidence sur les prix de ces titres peut évidemment s’avérer positive (ils augmenteront puisque le gouvernement, comme acheteur, vient stimuler la demande). Toutefois, l’inflation n’est pas en bout de ligne une bonne nouvelle pour les investisseurs en obligations. Nous l’avons déjà constaté en ce qui concerne les investissements sur le marché monétaire, où l’achat d’un bon du Trésor à rendement infime génère, ô surprise, des résultats presque nuls. Les experts qui gèrent activement des obligations auront fort à faire pour positionner leurs portefeuilles de manière à trouver des occasions de profit tout en respectant les paramètres de risque de leur mandat. KARMA Les élections de mi-mandat de novembre chez nos voisins du Sud vous auront peut-être fait penser au vieil adage selon lequel un pays a la classe politique qu’il mérite. Comme on dit dans le monde de l’investissement, « tout se paie ». Ce serait notre karma, de l’avis de bien des gens. En d’autres termes, qui dit gros rendements dit gros risques, et petits risques, petits rendements. La plupart d’entre nous sommes suffisamment sages pour accepter cette réalité et nous assurer de disposer d’un portefeuille bien diversifié conçu dans une optique à long terme et qui compose avec nos attentes quant au risque et aux résultats. Il s’agira probablement d’un portefeuille qui combine des obligations et des actions, destiné à concilier la tolérance au risque et l’horizon de placement. Voilà ce qu’on pourrait appeler un bon karma… Tableau 2 – Résultats sectoriels au Canada Rendements sectoriels du S&P/TSX* Octobre ÀCJ S&P/TSX 2,5 % 7,9 % Énergie 1,5 % -1,0 % Matériaux 4,1 % 24,0 % Industrie 2,1 % 11,9 % Consommation discrétionnaire 2,8 % 17,9 % Biens de consommation de base 4,4 % 8,2 % Santé 8,2 % 49,5 % Finances 1,6 % 3,8 % Technologies de l’information 11,2 % -13,1 % Télécommunications 0,1 % 17,3 % Services aux collectivités -0,9 % 7,7 % *cours seulement Source : Banque Nationale