SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  8
Télécharger pour lire hors ligne
Quatorze heures de vol à me débattre avec les formulaires vert et blanc, le petit sachet de
poivre du Western Meal et le début de cernes du décalage horaire qui surpique mes
pommettes d'un maquillage de panda. Je déboule sur le tarmac du Terminal Tom Bradley
comme une asphyxiée découvre l’oxygène. Une bulle douce, chaude, entêtante…
Délicieuse ! J'ai presque envie de hurler. Attirail de baroudeuse et sourire éclatant ? Check !
L’élégance arquée de LAX se dissipe à la vitesse du Shuttle blanc qui se fond dans la ville. Des
panneaux partout, des structures géantes et un accent mouillé à tous les lacs de la Terre… Le
dépaysement est total ! Los Angeles est bouillonnante, multicolore, cosmopolite,
éblouissante ! L'allée aux palmiers, éclose à Beverly Hills, découpe sur le dallage étoilé
d’Hollywood de petits carrés de soleil. Bugs Bunny, Bette Davis et Britney se disputent les ‘B’
du Boulevard tandis que l'American Dream déchire, de ses lettres immenses, l'indigo du ciel.
Le Robinson Crusoé qui a foulé du pied la plus célèbre de
ses terres inconnues hier, se réveille sous mes boucles et
casquette, saisissant et goûtant tout des beautés végétales
qui s'offrent à sa vue. Paradise Road est un pont aisément
franchi entre le luxe tranquille de la Corona del Mar et la
nature frémissante du Los Padres National Forest… Mille
crayonnés s'éparpillent déjà dans mes poches, dans mon
sac et sous les sièges de la Hudson… -Note perso : Epargne
de gribouillages la carte de la Côte Ouest et la serviette du Juicy Burger de LA que tu
conserves en souvenir de ton premier hamburger US, please !- La brise paisible de l’après-
midi souffle sur les terrains désertés des volleyball teams de l'été un sable encore chaud qui
glisse entre les orteils. Les étendues sauvages d’East Beach ne ressemblent à rien que j'aie vu
ailleurs. Le paysage à la tombée du jour, à la fois dépouillé et gigantesque, est magnifique…
L’avertissement ‘Enjoy the Eye-Candy !’ me creuse les fossettes :)




J'avale les miles qui me séparent des maisons bleues de San Francisco. Je souris, les mains
fermement agrippées au long flirt que me réserve la Côte Pacifique. En revers des pistachiers
                                      et des vignes qui se posent en grappes sur son
                                      versant continental, la Highway One révèle, au creux
                                      de ses courbes, un lacet de criques ensablées par
                                      l'océan. Louvoyant entre les trucks, je fais escale à
                                      Monterey et Santa Cruz. J'ignore si mes 32gb suffiront
                                      à rendre les millions d'instantanés qui s'impriment, à
                                      chaque seconde, sur mon iris chocolat… 9,75 $ pour
                                      pénétrer Pebble Beach et découvrir 17-mile Drive
                                      sous toutes les coutures. Timing parfait, carburant
                                      ok ! Halte méritée devant The Lone Cypress, symbole
                                      prisonnier d'un rocher taillé par les salins du large. En
                                      longeant le plus profond canyon sous-marin
                                      américain, j’ai brûlé d'apercevoir le sillon de l’une des
                                      Reines de Monterey Bay, entre le dos brillant des
                                      dauphins et la majesté nonchalante de lions de mer
                                      léchant la fraîcheur des vagues.
Un ‘Bakery Tray’ dégusté au Cafe Venue (un assortiment de muffins aux abricots, Slrps !), je
délaisse The 5th Street pour un cable car à proximité. Le mécanisme de traction, séculaire, a
été mis en place pour gravir des montagnes russes urbaines. Les rues colorées rivalisent de
hauteur, de parfums épicés et de ces petites portes en bois craquelées de peinture qui font
le charme des villes côtières du Sud. Il règne, au cœur de la mégalopole d’acier, une poésie
portuaire que je ne peux retranscrire. La torpeur glacée d'Alcatraz reste imperceptible
jusqu’au Golden Gate Bridge. The Rock se rejoint uniquement par bateau, sous les yeux
calcaires de son svelte gardien. Rien ne figure le chahut interne qui résonne en moi dès le
pied posé sur l'île. Bruissante de valses fantômes, humide et mortelle, elle murmure… Dans
le décor fondu au noir, le pont légendaire, étincelant de mille perles de lumière, étend son
tracé grandiose au-delà du possible. San Francisco ronronne dans la nuit…
Ce matin, c’est la panique totale ! Le réveil m’a snobée jusqu’à l'heure fatidique de libération
des chambres et, tout en oubliant mes objectifs à la réception du Pickwick Hotel, j’ai piétiné
pour trouver la Highway 49 ! Les treize kilomètres du Bay Bridge, à peine embrassés, ne
m'ont pas porté chance ! Relativisons,
ça pourrait être pire… Une panne de bus
durant les 82 heures de trajet de la ligne
San Francisco/Miami, par exemple
(Dingue, non ?). A Columbia State Park,
ravitaillement en Reese's butter peanut
cups et Coca. Plus Yosemite approche,
plus les paysages embellissent et
charment. Il faudrait dix personnes bout
à bout pour faire le tour des séquoias
géants que j'observe à l'arrivée. La
végétation se montre plus tendre et
gourmande qu'à San Francisco… L'horizon écharpé se couvre d'un manteau calme, écho
d'une nature qui dépasse tout. Devant des dômes granitiques spectaculaires et les chutes les
plus hautes d'Amérique, je me sens minuscule… Minuscule et conquise.
95.7, 106.1, 89.5FM… Alors que toutes les stations sifflotent sur le plus long tronçon du Road
Trip (même KissCountry 93.7FM !), une lave florale incandescente se déverse aux abords de
Fresno. En laissant courir sur les champs fauchés le feu des Poppies, la flagrance et la force
de l’été indien l’illustrent dans toute sa saveur… L’irisée abricot des flammèches ondule. On
dirait des coquelicots. Aux portes du désert de Mojave, l’air sèche et les reliefs durcissent.
Les cactus ont remplacé l’intégralité de la flore lorsqu’on touche Sin City par le South Strip.
La ville aux hôtels-casinos de plus de 7000 chambres révèle ses titres d’artisane et courtisane
de l’Extravagance. Le ballet de pluie du Bellagio, les Sirènes de Treasure Island et le Tout
Venise métamorphosent, d’un coup de black-jack surprise, le manège des shows à plumes et
des tours de magie que l’on s’imagine. Coups de cœur absolus pour le chic insolite des
fontaines romaines et l’immense aquarium marbré des oasis du Mirage !
Walking on the sea jusqu’au Pacific Park de Santa Monica Pier ! En arrivant par la colline
d’Ocean Avenue, la descente bordée de palmiers et de balcons en pierre blanche est
somptueuse. Depuis la double jetée surpeuplée du ponton, je me plais à penser que quelque
part au bout de la mythique sixty-six qui s’éteint à mes pieds, il y a le Lac Michigan. A
quelques centaines de mètres des maillots rouges des poupées de Baywatch serpente un
plancher des sables qui rappelle les sillons et dunes du photographe W. A. Garnett,
actuellement exposé au Getty Center. Au paroxysme de la détente après les miles vaincus du
matin : la voix lumineuse et les yeux papillonnants de Jodi Benson au Walt Disney Concert
Hall Downtown, puis un petit parasol vert de Starbucks au 1356, Third Street Promenade. Je
rejoins Ventura Boulevard avec un souvenir sucré du Dunkin’Donuts tandis que les moutons
blancs du ciel figurent des barbes-à-papa. Pas de resto ce soir, promis !
Debout à l’aube ! Kit de survie au Ralphs face à la piscine du Sportmen’s Lodge et balade
dans Sherman Oaks qui s’éveille. Il y a quelque chose d’irréel à partager ici les paysages
quotidiens de tant de superstars des petit et grand écrans. Des citadins pressés préparent le
«Good Morning Sherman Oaks!» Breakfast mensuel. Il est trop tôt pour apercevoir qui que
ce soit, mais ça me suffit d’être simplement là. Tour farouche des vitrines après le Rodeo
Drive Shopping d’hier (hum…) et Free Shuttle jusqu’à la planète chromée d’Universal dès les
premiers rayons du midi. La file du Jurassic Park Ride est hallucinante sans un Sésame à
150$, mais c’est trop tard : je trépigne déjà comme au Soir de Noël ! Le hors-saison lui a tout
permis et la fillette qui écrit ces lignes a des paillettes qui lui débordent des yeux ! Mes mots
s’entrechoquent et Superman-le-carnet vole bientôt sur l’imprimé rouge de mon lit. Super-
excited, je compose quatorze chiffres pour toucher l’Europe et diffuser ma magie !




J’ouvre les yeux avec le rappel insistant des réacteurs aériens et une jolie voix qui ramène
sur Terre. Je m’étonne de n’avoir pas vu passer les trente derniers miles jusqu’à l’aéroport,
du moins jusqu’à ce que ma vue s’affine et se pose sur ma pile de cours. Les boissons fluos,
le tracé bleu du Pacifique, les figures de mode et le fromage en tube… Tout cela n’est-il
qu’un rêve ? J’ai voulu croquer l’Amérique comme un fruit délicieux, et j’en reviens
amoureuse. Mon pincement au cœur m’y fait poser les doigts. Je n’y étais pas… Nous
sommes le 4 juillet 2012 et dans quelques dizaines d’heures l’Ouest ouvrira dans le cœur de
quelqu’un sa liberté sauvage et ses horizons… Je croise les doigts à m’en faire blanchir les
jointures. Je veux mordre dans ce fruit et savourer ses quartiers. Dans un coin de chambre, il
y a un flacon vide pour accueillir le sable blanc de Malibu. Et un peu plus loin, un carnet
Terre de Sienne sur lequel j’appose les lettres ‘Superman’ en me mordant les lèvres.

Contenu connexe

En vedette

Archives: le réseau opaque de Luciano D'Onofrio
Archives: le réseau opaque de Luciano D'OnofrioArchives: le réseau opaque de Luciano D'Onofrio
Archives: le réseau opaque de Luciano D'OnofrioLeSoir.be
 
Probalistic Data Structures by Jim Duey - Big Data TechCon
Probalistic Data Structures by Jim Duey - Big Data TechConProbalistic Data Structures by Jim Duey - Big Data TechCon
Probalistic Data Structures by Jim Duey - Big Data TechConBZEvents
 
Les dépenses élecotrales
Les dépenses élecotrales Les dépenses élecotrales
Les dépenses élecotrales LeSoir.be
 
Caroline Billen
Caroline BillenCaroline Billen
Caroline BillenLeSoir.be
 
Morgan Germain
Morgan GermainMorgan Germain
Morgan GermainLeSoir.be
 
Bruno Stainier
Bruno StainierBruno Stainier
Bruno StainierLeSoir.be
 
Bilan du gouvernement Di Rupo
Bilan du gouvernement Di RupoBilan du gouvernement Di Rupo
Bilan du gouvernement Di RupoLeSoir.be
 
Introduction to-the-industrial-revolution-11621
Introduction to-the-industrial-revolution-11621Introduction to-the-industrial-revolution-11621
Introduction to-the-industrial-revolution-11621hokie80
 
La lettre de Theo Francken aux Irakiens
La lettre de Theo Francken aux IrakiensLa lettre de Theo Francken aux Irakiens
La lettre de Theo Francken aux IrakiensLeSoir.be
 

En vedette (9)

Archives: le réseau opaque de Luciano D'Onofrio
Archives: le réseau opaque de Luciano D'OnofrioArchives: le réseau opaque de Luciano D'Onofrio
Archives: le réseau opaque de Luciano D'Onofrio
 
Probalistic Data Structures by Jim Duey - Big Data TechCon
Probalistic Data Structures by Jim Duey - Big Data TechConProbalistic Data Structures by Jim Duey - Big Data TechCon
Probalistic Data Structures by Jim Duey - Big Data TechCon
 
Les dépenses élecotrales
Les dépenses élecotrales Les dépenses élecotrales
Les dépenses élecotrales
 
Caroline Billen
Caroline BillenCaroline Billen
Caroline Billen
 
Morgan Germain
Morgan GermainMorgan Germain
Morgan Germain
 
Bruno Stainier
Bruno StainierBruno Stainier
Bruno Stainier
 
Bilan du gouvernement Di Rupo
Bilan du gouvernement Di RupoBilan du gouvernement Di Rupo
Bilan du gouvernement Di Rupo
 
Introduction to-the-industrial-revolution-11621
Introduction to-the-industrial-revolution-11621Introduction to-the-industrial-revolution-11621
Introduction to-the-industrial-revolution-11621
 
La lettre de Theo Francken aux Irakiens
La lettre de Theo Francken aux IrakiensLa lettre de Theo Francken aux Irakiens
La lettre de Theo Francken aux Irakiens
 

Similaire à Caroline Mathias

Virginie Klon
Virginie KlonVirginie Klon
Virginie KlonLeSoir.be
 
Alexandre Marcos
Alexandre MarcosAlexandre Marcos
Alexandre MarcosLeSoir.be
 
Olivier Abeloos
Olivier AbeloosOlivier Abeloos
Olivier AbeloosLeSoir.be
 
Coline Delaunois
Coline DelaunoisColine Delaunois
Coline DelaunoisLeSoir.be
 
Alexis Muller
Alexis MullerAlexis Muller
Alexis MullerLeSoir.be
 
Jessica Inglese
Jessica IngleseJessica Inglese
Jessica IngleseLeSoir.be
 
Emmanuelle Hubert
Emmanuelle HubertEmmanuelle Hubert
Emmanuelle HubertLeSoir.be
 
Lauréline Matriche
Lauréline MatricheLauréline Matriche
Lauréline MatricheLeSoir.be
 
Mathieu Noël
Mathieu NoëlMathieu Noël
Mathieu NoëlLeSoir.be
 
Jean-François Bolland
Jean-François BollandJean-François Bolland
Jean-François BollandLeSoir.be
 
Michaël Scholze
Michaël ScholzeMichaël Scholze
Michaël ScholzeLeSoir.be
 
Delphine Moureau
Delphine MoureauDelphine Moureau
Delphine MoureauLeSoir.be
 
Alix Sepulchre
Alix SepulchreAlix Sepulchre
Alix SepulchreLeSoir.be
 
Un sac de plage très spécial
Un sac de plage très spécialUn sac de plage très spécial
Un sac de plage très spécialMarie Bo
 
Simon Lenaerts
Simon LenaertsSimon Lenaerts
Simon LenaertsLeSoir.be
 

Similaire à Caroline Mathias (20)

Virginie Klon
Virginie KlonVirginie Klon
Virginie Klon
 
Alexandre Marcos
Alexandre MarcosAlexandre Marcos
Alexandre Marcos
 
Olivier Abeloos
Olivier AbeloosOlivier Abeloos
Olivier Abeloos
 
Lara Burton
Lara BurtonLara Burton
Lara Burton
 
Coline Delaunois
Coline DelaunoisColine Delaunois
Coline Delaunois
 
Alexis Muller
Alexis MullerAlexis Muller
Alexis Muller
 
Jessica Inglese
Jessica IngleseJessica Inglese
Jessica Inglese
 
Emmanuelle Hubert
Emmanuelle HubertEmmanuelle Hubert
Emmanuelle Hubert
 
Lauréline Matriche
Lauréline MatricheLauréline Matriche
Lauréline Matriche
 
Mathieu Noël
Mathieu NoëlMathieu Noël
Mathieu Noël
 
Jean-François Bolland
Jean-François BollandJean-François Bolland
Jean-François Bolland
 
SUNSHINE COAST - BC
SUNSHINE COAST - BCSUNSHINE COAST - BC
SUNSHINE COAST - BC
 
Michaël Scholze
Michaël ScholzeMichaël Scholze
Michaël Scholze
 
Delphine Moureau
Delphine MoureauDelphine Moureau
Delphine Moureau
 
Alix Sepulchre
Alix SepulchreAlix Sepulchre
Alix Sepulchre
 
Un sac de plage très spécial
Un sac de plage très spécialUn sac de plage très spécial
Un sac de plage très spécial
 
Mala 1 2
Mala 1 2Mala 1 2
Mala 1 2
 
Simon Lenaerts
Simon LenaertsSimon Lenaerts
Simon Lenaerts
 
Visite En Terre à Voyages
Visite En Terre à VoyagesVisite En Terre à Voyages
Visite En Terre à Voyages
 
Voyage Toundra Arctique
Voyage Toundra ArctiqueVoyage Toundra Arctique
Voyage Toundra Arctique
 

Plus de LeSoir.be

Seule l'imagination peut nous sauver
Seule l'imagination peut nous sauverSeule l'imagination peut nous sauver
Seule l'imagination peut nous sauverLeSoir.be
 
Charles Cumont - Mémoires 39-42.pdf
Charles Cumont - Mémoires 39-42.pdfCharles Cumont - Mémoires 39-42.pdf
Charles Cumont - Mémoires 39-42.pdfLeSoir.be
 
Les garderies des 9 et 10 novembre
Les garderies des 9 et 10 novembreLes garderies des 9 et 10 novembre
Les garderies des 9 et 10 novembreLeSoir.be
 
Accord de gouvernement
Accord de gouvernementAccord de gouvernement
Accord de gouvernementLeSoir.be
 
Les discours du Roi aux Autorités du pays
Les discours du Roi aux Autorités du paysLes discours du Roi aux Autorités du pays
Les discours du Roi aux Autorités du paysLeSoir.be
 
La lettre ouverte d'Emmanuel Macron aux Français
La lettre ouverte d'Emmanuel Macron aux FrançaisLa lettre ouverte d'Emmanuel Macron aux Français
La lettre ouverte d'Emmanuel Macron aux FrançaisLeSoir.be
 
Communiqué de la Plateforme citoyenne
Communiqué de la Plateforme citoyenneCommuniqué de la Plateforme citoyenne
Communiqué de la Plateforme citoyenneLeSoir.be
 
La carte de la concentration d'ozone
La carte de la concentration d'ozone La carte de la concentration d'ozone
La carte de la concentration d'ozone LeSoir.be
 
«J’ai été battu et torturé»: le script de la conversation entre le CGRA et un...
«J’ai été battu et torturé»: le script de la conversation entre le CGRA et un...«J’ai été battu et torturé»: le script de la conversation entre le CGRA et un...
«J’ai été battu et torturé»: le script de la conversation entre le CGRA et un...LeSoir.be
 
La note du CGRA (2/2)
La note du CGRA (2/2)La note du CGRA (2/2)
La note du CGRA (2/2)LeSoir.be
 
La note du CGRA (1/2)
La note du CGRA (1/2)La note du CGRA (1/2)
La note du CGRA (1/2)LeSoir.be
 
Programme Esperanzah!
Programme Esperanzah!Programme Esperanzah!
Programme Esperanzah!LeSoir.be
 
Rapport belge
Rapport belgeRapport belge
Rapport belgeLeSoir.be
 
Le cours de Stéphane Mercier
Le cours de Stéphane MercierLe cours de Stéphane Mercier
Le cours de Stéphane MercierLeSoir.be
 
Le calendrier des Playoffs 1 et 2
Le calendrier des Playoffs 1 et 2Le calendrier des Playoffs 1 et 2
Le calendrier des Playoffs 1 et 2LeSoir.be
 
Declarationpolitiquegenerale
DeclarationpolitiquegeneraleDeclarationpolitiquegenerale
DeclarationpolitiquegeneraleLeSoir.be
 
Infographie startup
Infographie startupInfographie startup
Infographie startupLeSoir.be
 
L'audience de la Radio en France en Janvier - Mars 2015
L'audience de la Radio en France en Janvier - Mars 2015L'audience de la Radio en France en Janvier - Mars 2015
L'audience de la Radio en France en Janvier - Mars 2015LeSoir.be
 
Le calendrier des Playoffs 1, 2 et 3
Le calendrier des Playoffs 1, 2 et 3Le calendrier des Playoffs 1, 2 et 3
Le calendrier des Playoffs 1, 2 et 3LeSoir.be
 
Fond social européen
Fond social européenFond social européen
Fond social européenLeSoir.be
 

Plus de LeSoir.be (20)

Seule l'imagination peut nous sauver
Seule l'imagination peut nous sauverSeule l'imagination peut nous sauver
Seule l'imagination peut nous sauver
 
Charles Cumont - Mémoires 39-42.pdf
Charles Cumont - Mémoires 39-42.pdfCharles Cumont - Mémoires 39-42.pdf
Charles Cumont - Mémoires 39-42.pdf
 
Les garderies des 9 et 10 novembre
Les garderies des 9 et 10 novembreLes garderies des 9 et 10 novembre
Les garderies des 9 et 10 novembre
 
Accord de gouvernement
Accord de gouvernementAccord de gouvernement
Accord de gouvernement
 
Les discours du Roi aux Autorités du pays
Les discours du Roi aux Autorités du paysLes discours du Roi aux Autorités du pays
Les discours du Roi aux Autorités du pays
 
La lettre ouverte d'Emmanuel Macron aux Français
La lettre ouverte d'Emmanuel Macron aux FrançaisLa lettre ouverte d'Emmanuel Macron aux Français
La lettre ouverte d'Emmanuel Macron aux Français
 
Communiqué de la Plateforme citoyenne
Communiqué de la Plateforme citoyenneCommuniqué de la Plateforme citoyenne
Communiqué de la Plateforme citoyenne
 
La carte de la concentration d'ozone
La carte de la concentration d'ozone La carte de la concentration d'ozone
La carte de la concentration d'ozone
 
«J’ai été battu et torturé»: le script de la conversation entre le CGRA et un...
«J’ai été battu et torturé»: le script de la conversation entre le CGRA et un...«J’ai été battu et torturé»: le script de la conversation entre le CGRA et un...
«J’ai été battu et torturé»: le script de la conversation entre le CGRA et un...
 
La note du CGRA (2/2)
La note du CGRA (2/2)La note du CGRA (2/2)
La note du CGRA (2/2)
 
La note du CGRA (1/2)
La note du CGRA (1/2)La note du CGRA (1/2)
La note du CGRA (1/2)
 
Programme Esperanzah!
Programme Esperanzah!Programme Esperanzah!
Programme Esperanzah!
 
Rapport belge
Rapport belgeRapport belge
Rapport belge
 
Le cours de Stéphane Mercier
Le cours de Stéphane MercierLe cours de Stéphane Mercier
Le cours de Stéphane Mercier
 
Le calendrier des Playoffs 1 et 2
Le calendrier des Playoffs 1 et 2Le calendrier des Playoffs 1 et 2
Le calendrier des Playoffs 1 et 2
 
Declarationpolitiquegenerale
DeclarationpolitiquegeneraleDeclarationpolitiquegenerale
Declarationpolitiquegenerale
 
Infographie startup
Infographie startupInfographie startup
Infographie startup
 
L'audience de la Radio en France en Janvier - Mars 2015
L'audience de la Radio en France en Janvier - Mars 2015L'audience de la Radio en France en Janvier - Mars 2015
L'audience de la Radio en France en Janvier - Mars 2015
 
Le calendrier des Playoffs 1, 2 et 3
Le calendrier des Playoffs 1, 2 et 3Le calendrier des Playoffs 1, 2 et 3
Le calendrier des Playoffs 1, 2 et 3
 
Fond social européen
Fond social européenFond social européen
Fond social européen
 

Caroline Mathias

  • 1.
  • 2. Quatorze heures de vol à me débattre avec les formulaires vert et blanc, le petit sachet de poivre du Western Meal et le début de cernes du décalage horaire qui surpique mes pommettes d'un maquillage de panda. Je déboule sur le tarmac du Terminal Tom Bradley comme une asphyxiée découvre l’oxygène. Une bulle douce, chaude, entêtante… Délicieuse ! J'ai presque envie de hurler. Attirail de baroudeuse et sourire éclatant ? Check ! L’élégance arquée de LAX se dissipe à la vitesse du Shuttle blanc qui se fond dans la ville. Des panneaux partout, des structures géantes et un accent mouillé à tous les lacs de la Terre… Le dépaysement est total ! Los Angeles est bouillonnante, multicolore, cosmopolite, éblouissante ! L'allée aux palmiers, éclose à Beverly Hills, découpe sur le dallage étoilé d’Hollywood de petits carrés de soleil. Bugs Bunny, Bette Davis et Britney se disputent les ‘B’ du Boulevard tandis que l'American Dream déchire, de ses lettres immenses, l'indigo du ciel.
  • 3. Le Robinson Crusoé qui a foulé du pied la plus célèbre de ses terres inconnues hier, se réveille sous mes boucles et casquette, saisissant et goûtant tout des beautés végétales qui s'offrent à sa vue. Paradise Road est un pont aisément franchi entre le luxe tranquille de la Corona del Mar et la nature frémissante du Los Padres National Forest… Mille crayonnés s'éparpillent déjà dans mes poches, dans mon sac et sous les sièges de la Hudson… -Note perso : Epargne de gribouillages la carte de la Côte Ouest et la serviette du Juicy Burger de LA que tu conserves en souvenir de ton premier hamburger US, please !- La brise paisible de l’après- midi souffle sur les terrains désertés des volleyball teams de l'été un sable encore chaud qui glisse entre les orteils. Les étendues sauvages d’East Beach ne ressemblent à rien que j'aie vu ailleurs. Le paysage à la tombée du jour, à la fois dépouillé et gigantesque, est magnifique… L’avertissement ‘Enjoy the Eye-Candy !’ me creuse les fossettes :) J'avale les miles qui me séparent des maisons bleues de San Francisco. Je souris, les mains fermement agrippées au long flirt que me réserve la Côte Pacifique. En revers des pistachiers et des vignes qui se posent en grappes sur son versant continental, la Highway One révèle, au creux de ses courbes, un lacet de criques ensablées par l'océan. Louvoyant entre les trucks, je fais escale à Monterey et Santa Cruz. J'ignore si mes 32gb suffiront à rendre les millions d'instantanés qui s'impriment, à chaque seconde, sur mon iris chocolat… 9,75 $ pour pénétrer Pebble Beach et découvrir 17-mile Drive sous toutes les coutures. Timing parfait, carburant ok ! Halte méritée devant The Lone Cypress, symbole prisonnier d'un rocher taillé par les salins du large. En longeant le plus profond canyon sous-marin américain, j’ai brûlé d'apercevoir le sillon de l’une des Reines de Monterey Bay, entre le dos brillant des dauphins et la majesté nonchalante de lions de mer léchant la fraîcheur des vagues.
  • 4. Un ‘Bakery Tray’ dégusté au Cafe Venue (un assortiment de muffins aux abricots, Slrps !), je délaisse The 5th Street pour un cable car à proximité. Le mécanisme de traction, séculaire, a été mis en place pour gravir des montagnes russes urbaines. Les rues colorées rivalisent de hauteur, de parfums épicés et de ces petites portes en bois craquelées de peinture qui font le charme des villes côtières du Sud. Il règne, au cœur de la mégalopole d’acier, une poésie portuaire que je ne peux retranscrire. La torpeur glacée d'Alcatraz reste imperceptible jusqu’au Golden Gate Bridge. The Rock se rejoint uniquement par bateau, sous les yeux calcaires de son svelte gardien. Rien ne figure le chahut interne qui résonne en moi dès le pied posé sur l'île. Bruissante de valses fantômes, humide et mortelle, elle murmure… Dans le décor fondu au noir, le pont légendaire, étincelant de mille perles de lumière, étend son tracé grandiose au-delà du possible. San Francisco ronronne dans la nuit…
  • 5. Ce matin, c’est la panique totale ! Le réveil m’a snobée jusqu’à l'heure fatidique de libération des chambres et, tout en oubliant mes objectifs à la réception du Pickwick Hotel, j’ai piétiné pour trouver la Highway 49 ! Les treize kilomètres du Bay Bridge, à peine embrassés, ne m'ont pas porté chance ! Relativisons, ça pourrait être pire… Une panne de bus durant les 82 heures de trajet de la ligne San Francisco/Miami, par exemple (Dingue, non ?). A Columbia State Park, ravitaillement en Reese's butter peanut cups et Coca. Plus Yosemite approche, plus les paysages embellissent et charment. Il faudrait dix personnes bout à bout pour faire le tour des séquoias géants que j'observe à l'arrivée. La végétation se montre plus tendre et gourmande qu'à San Francisco… L'horizon écharpé se couvre d'un manteau calme, écho d'une nature qui dépasse tout. Devant des dômes granitiques spectaculaires et les chutes les plus hautes d'Amérique, je me sens minuscule… Minuscule et conquise.
  • 6. 95.7, 106.1, 89.5FM… Alors que toutes les stations sifflotent sur le plus long tronçon du Road Trip (même KissCountry 93.7FM !), une lave florale incandescente se déverse aux abords de Fresno. En laissant courir sur les champs fauchés le feu des Poppies, la flagrance et la force de l’été indien l’illustrent dans toute sa saveur… L’irisée abricot des flammèches ondule. On dirait des coquelicots. Aux portes du désert de Mojave, l’air sèche et les reliefs durcissent. Les cactus ont remplacé l’intégralité de la flore lorsqu’on touche Sin City par le South Strip. La ville aux hôtels-casinos de plus de 7000 chambres révèle ses titres d’artisane et courtisane de l’Extravagance. Le ballet de pluie du Bellagio, les Sirènes de Treasure Island et le Tout Venise métamorphosent, d’un coup de black-jack surprise, le manège des shows à plumes et des tours de magie que l’on s’imagine. Coups de cœur absolus pour le chic insolite des fontaines romaines et l’immense aquarium marbré des oasis du Mirage !
  • 7. Walking on the sea jusqu’au Pacific Park de Santa Monica Pier ! En arrivant par la colline d’Ocean Avenue, la descente bordée de palmiers et de balcons en pierre blanche est somptueuse. Depuis la double jetée surpeuplée du ponton, je me plais à penser que quelque part au bout de la mythique sixty-six qui s’éteint à mes pieds, il y a le Lac Michigan. A quelques centaines de mètres des maillots rouges des poupées de Baywatch serpente un plancher des sables qui rappelle les sillons et dunes du photographe W. A. Garnett, actuellement exposé au Getty Center. Au paroxysme de la détente après les miles vaincus du matin : la voix lumineuse et les yeux papillonnants de Jodi Benson au Walt Disney Concert Hall Downtown, puis un petit parasol vert de Starbucks au 1356, Third Street Promenade. Je rejoins Ventura Boulevard avec un souvenir sucré du Dunkin’Donuts tandis que les moutons blancs du ciel figurent des barbes-à-papa. Pas de resto ce soir, promis !
  • 8. Debout à l’aube ! Kit de survie au Ralphs face à la piscine du Sportmen’s Lodge et balade dans Sherman Oaks qui s’éveille. Il y a quelque chose d’irréel à partager ici les paysages quotidiens de tant de superstars des petit et grand écrans. Des citadins pressés préparent le «Good Morning Sherman Oaks!» Breakfast mensuel. Il est trop tôt pour apercevoir qui que ce soit, mais ça me suffit d’être simplement là. Tour farouche des vitrines après le Rodeo Drive Shopping d’hier (hum…) et Free Shuttle jusqu’à la planète chromée d’Universal dès les premiers rayons du midi. La file du Jurassic Park Ride est hallucinante sans un Sésame à 150$, mais c’est trop tard : je trépigne déjà comme au Soir de Noël ! Le hors-saison lui a tout permis et la fillette qui écrit ces lignes a des paillettes qui lui débordent des yeux ! Mes mots s’entrechoquent et Superman-le-carnet vole bientôt sur l’imprimé rouge de mon lit. Super- excited, je compose quatorze chiffres pour toucher l’Europe et diffuser ma magie ! J’ouvre les yeux avec le rappel insistant des réacteurs aériens et une jolie voix qui ramène sur Terre. Je m’étonne de n’avoir pas vu passer les trente derniers miles jusqu’à l’aéroport, du moins jusqu’à ce que ma vue s’affine et se pose sur ma pile de cours. Les boissons fluos, le tracé bleu du Pacifique, les figures de mode et le fromage en tube… Tout cela n’est-il qu’un rêve ? J’ai voulu croquer l’Amérique comme un fruit délicieux, et j’en reviens amoureuse. Mon pincement au cœur m’y fait poser les doigts. Je n’y étais pas… Nous sommes le 4 juillet 2012 et dans quelques dizaines d’heures l’Ouest ouvrira dans le cœur de quelqu’un sa liberté sauvage et ses horizons… Je croise les doigts à m’en faire blanchir les jointures. Je veux mordre dans ce fruit et savourer ses quartiers. Dans un coin de chambre, il y a un flacon vide pour accueillir le sable blanc de Malibu. Et un peu plus loin, un carnet Terre de Sienne sur lequel j’appose les lettres ‘Superman’ en me mordant les lèvres.