La lettre ouverte des communes

1 508 vues

Publié le

L'Union des villes et communes wallonnes réunit ce jeudi matin son assemblée générale annuelle. Au centre des préoccupations des municipalistes: les finances des pouvoirs locaux soumises à des tensions négatives très fortes qui ne sont pas toujours à mettre à charge des élus de proximité.

  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

La lettre ouverte des communes

  1. 1. Lannée politique communalePériode du 1erjanvier 2012 au 31 mars 20132012Rapportdactivités
  2. 2. Rapport d’activités 20122Le présent rapport d’acti-vités est le fruit de l’actionpolitique portée, avec forceet conviction, par le Conseild’administration sous la hou-lette de son Président, JacquesGobert, et du travail de terrainde toute une équipe, quoti-diennement au service despouvoirs locaux.Il a été rédigé par MichelLHoost, Conseiller Presse& Communication à lUniondes Villes et Communes deWallonie.Toute information à proposde ce document peut être ob-tenue auprès de Louise-MarieBataille, Secrétaire générale.TABLE DES MATIERESLe mot du Président...............................................................................................................................................................................................................................3L’Union en action - Der Verband in Aktion....................................................................................................................................4A la une....................................................................................................................................................................................................................................................................................5L’aménagement du territoire.....................................................................................................................................................................................10La culture.....................................................................................................................................................................................................................................................................11Le développement durable..............................................................................................................................................................................................12Le développement économique.............................................................................................................................................................................13L’énergie............................................................................................................................................................................................................................................................................14Lenfance et la jeunesse........................................................................................................................................................................................................17L’environnement..........................................................................................................................................................................................................................................18L’Europe et l’International...............................................................................................................................................................................................22Les finances communales................................................................................................................................................................................................25Le fonctionnement de la commune et les modes de gestion..............................................30La gouvernance............................................................................................................................................................................................................................................32Les intercommunales .................................................................................................................................................................................................................33Le logement.............................................................................................................................................................................................................................................................35Les mandataires...........................................................................................................................................................................................................................................39Les marchés publics.......................................................................................................................................................................................................................40La mobilité, le transport et la voirie.................................................................................................................................................42Les nouvelles technologies et l’e-gouvernement............................................................................................45Le personnel communal........................................................................................................................................................................................................46La police...........................................................................................................................................................................................................................................................................48La ruralité..................................................................................................................................................................................................................................................................50La sécurité.................................................................................................................................................................................................................................................................51Les services d’incendie............................................................................................................................................................................................................52Les services postaux......................................................................................................................................................................................................................53Une équipe au service des pouvoirs locaux......................................................................................................................54
  3. 3. Rapport d’activités 2012 3L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALELE MOT DU PRESIDENTEn 2012, année électorale, l’Union a redoublé d’efforts pour ses membresLe millésime 2012 a été marqué du sceau du scrutin communal du 14 octobre, àl’issue duquel ont été installés les 262 nouveaux conseils communaux et conseils del’action sociale.Sous le nom de code Opération nouveaux élus, l’Union a concocté un impressionnantdispositif pour aider ses membres à affronter avec succès l’organisation ou le passagede l’épreuve électorale, ainsi que pour permettre aux 5.306 anciens ou nouveaux élusde démarrer de façon optimale la législature 2013-2018.Pas moins de 9 changements ayant été apportés au Code de la démocratie locale et dela décentralisation (CDLD) juste avant le scrutin, il importait pour l’Union d’aider sesmembres à les appliquer. De même, le Programme stratégique transversal communal(PST) a nécessité pédagogie et promotion auprès des femmes et des hommesdésignés à la gouverne des municipalités wallonnes pour 6 années.L’Union, qui assiste, conseille, forme et informe en continu ses membres, a redoubléd’efforts dans ce contexte électoral fort chargé. Cet accompagnement spécifique atouché 20.000 candidats, bénéficiant, entre février et juin 2012, d’un Calendrier desélections, d’une brochure La Commune expliquée aux candidats et aux nouveaux élus,d’un site internet www.lacommune.be et d’un dossier spécial dans le Mouvementcommunal.Octobre et novembre 2012 ont été synonymes d’activité intense pour les conseillersde l’UVCW, assaillis de questions techniques et procédurales émanant des membres.Ils n’ont pas ménagé leurs efforts pour leur assurer assistance-conseil et information.Comme de tradition tous les 6 ans, le Service Formation de l’Union a proposé uncopieux et varié programme sur mesure à destination des mandataires locaux,spécialement des nouveaux élus. Au total, plus de 52 dates entre décembre et juin2013, partout en Wallonie, pour informer, sensibiliser et mobiliser quant à la bonnegouvernance, à la planification stratégique, au fonctionnement et aux missionsdes communes, ainsi qu’à toutes les thématiques spécifiques liées aux métiers encommune.En décembre 2012, est paru l’ouvrage grand public La Commune, édition 2013.Last but not least, un Espace ressources a été rendu accessible aux mandataires locauxsur le site internet de l’Union : www.uvcw.be/nouveaux-elus.Bref,toutaétémisenœuvreparleséquipesdel’Unionpourqu’ainsioutillés,informéset formés, les femmes et les hommes à qui les électeurs ont donné leur confiancepour 6 ans soient parés pour démarrer ou poursuivre la formidable aventure de ladémocratie locale et du service public local. Pour le plus grand bénéfice du citoyen !Jacques GobertPrésident
  4. 4. Rapport d’activités 20124L’UNION EN ACTIONLes lignes qui suivent sont le reflet dynamique de l’action efficace et pragmatiqueque l’Union des Villes et Communes de Wallonie poursuit journellement pour ladéfense et la promotion de ses membres. C’est également le panorama de l’annéepolitique communale.Sont sélectionnés ici les combats-phares que le Conseil d’administration de l’UVCW,sous la houlette de son Président, a menés pour la démocratie locale. Les principauxdossiers et les travaux prospectifs essentiels y sont relatés.Pour davantage d’exhaustivité, le lecteur est invité à notamment consulter le siteinternet www.uvcw.be et ses actualités.DER VERBAND IN AKTIONDie folgenden Zeilen sind das dynamische Abbild der wirksamen und pragmatischenAktion, die der Städte- und Gemeindeverband der Wallonie tagtäglich für dieVerteidigung und Unterstützung seiner Mitglieder unternimmt. Sie sind ebenfallsdas Panorama des politischen Jahres auf Gemeindeebene.Wir haben hier die wichtigsten Gefechte ausgewählt, die der Verwaltungsratdes Verbandes unter der Führung seines Präsidenten für die lokale Demokratieausgetragen hat. Unsere wichtigsten Dossiers, sowie die wesentlichenzukunftsorientierten Arbeiten werden hier kurz vorgestellt.Um ausführlichere Informationen zu erhalten, laden wir unsere Leser dazu ein,insbesondere unsere Internet-Seite www.uvcw.be zu besuchen und die Neuigkeitennachzulesen.
  5. 5. Rapport d’activités 2012 5L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEFinances localesA LA UNELe point sur les finances locales au terme de lalégislature communale1En mai 2012, à l’occasion de son Assemblée générale, l’Union a dressé le bilanfinancier de l’année écoulée et de la législature communale 2007-2012.La croissance des recettes a poursuivi son ressac : une faible moyenne de 2,8 % paran sur 2007-2011. Les municipalités sont parvenues à contenir la croissance des dé-penses à 2,8 % par an sur la législature. C’est une véritable prouesse !Les dépenses en faveur des zones de police, des services d’incendie, des CPAS et deshôpitaux ont connu une croissance de 5 % par an, la même évolution que celles enpersonnel. C’est dire l’effort sur les frais de fonctionnement, en dépit d’un énormetransfert de charges du Fédéral vers les pouvoirs locaux. Le spectre du financementdes pensions des agents statutaires équivaut à un surcoût cumulé d’1 milliard d’eurosd’ici 2016 pour les pouvoirs locaux belges. Ces chiffres insoutenables plaident pourune réforme que l’Union a appelée de ses vœux : la pension mixte. Avec la crise éco-nomique, la croissance des dépenses d’aide sociale accordée par les CPAS a explosé(+ 8,8 % en 2011).Dans ce contexte, les villes et communes wallonnes, respectant la trajectoire etl’équilibre budgétaires, ont maintenu leurs finances à flot, ce qui constitue un véri-table tour de force. Pour rappel, la part des communes dans la dette publique belgen’est que de 5 %. Le boni cumulé connaît toutefois une érosion, lente mais inexo-rable. Il a atteint 288 millions d’euros en 2012. Globalement, la situation financièredes communes wallonnes reste donc saine.Mais pour combien de temps? Et non sans un prix à payer : la stagnation des inves-tissements en 2010 et 2011, signe de difficultés financières évidentes. Auquel s’ajouteun «effet ciseau» résultant des transferts croissants de tâches fédérales, assortis dedotations insuffisantes pour y faire face. C’est inquiétant, car les villes et communesconcentrent près de 50 % des investissements publics belges. Face à ce constat,l’Union a tracé une série de pistes pour optimiser les recettes et les dépenses. Pour enassurer la prévisibilité et la stabilité aussi.D’abord, elle a réclamé des autorités, régionales et fédérales, davantage de soutienpour investir dans les services de proximité. Ensuite, elle attend de la Région et dela Communauté une simplification radicale des procédures d’octroi de subventions.Du droit de tirage, l’UVCW espère une évolution vers un véritable Fonds d’investis-sements pour accélérer le rythme et permettre une dynamique de programmationstratégique communale.L’Union a réfléchi à des sources de rentrées supplémentaires, à commencer par lafiscalité immobilière (18 % des recettes communales), moyennant le recours à desindicateurs experts (de quoi récupérer 40 millions d’euros). L’Union a proposé degénéraliser la redevance de voirie à tous les impétrants et de créer une ristourne de lavignette autoroutière, pour compenser l’utilisation de la voirie locale (90 % de la voi-rie wallonne) par les usagers. Dans un second temps, il serait question de simplifierla fiscalité locale, de taxer les mâts éoliens et de réformer la fiscalité patrimoniale.1 Personnes de référence : Alexandre Maitre, Directeur du Département Gouvernance locale, Katlyn Van Overmeire, Conseil-ler, Amaury Bertholomé, Conseiller, et Inès Degembe, Secrétaire (Cellule Finances et Fiscalité).
  6. 6. Rapport d’activités 20126Programme stratégiquetransversal communal(PST)Programme stratégique transversal communal :c’est parti !2En janvier 2012, le Ministre wallon des Pouvoirs locaux et de la Ville et l’Union ontprésenté le Programme stratégique transversal communal (PST), un outil neuf pouraider les majorités issues du scrutin d’octobre 2012 à optimiser leur gouvernancelocale.Les communes ont été incitées à proposer, dans les 6 mois après l’installationdes conseils, un PST en lieu et place de la traditionnelle déclaration de politiquecommunale. Le PST représente une volonté inédite de généraliser la culture de laplanification et de l’évaluation à l’échelon local, car de bonnes pratiques existaientdéjà en maints endroits de Wallonie.Pour l’élaboration de leur PST, les communes ont déjà pu s’appuyer sur un vade-mecum simple et didactique concocté par l’Union (Mouv. comm., Hors série,12/2011). Elles bénéficient désormais d’un Guide pratique du PST pour définir sesobjectifs et indicateurs édité chez Politeia. Réalisé par l’Union et BSB ManagementConsulting, en étroite collaboration avec le Cabinet du Ministre, ses administrations(DGO5, DGO1 et CRAC) et un groupe d’experts communaux, cet ouvrage démystifiele PST en permettant à toutes les communes de s’approprier les clés pour le créer etle faire vivre.Les communes ont également bénéficié, depuis début 2012, d’une informationspécifique de l’Union. En décembre 2012, après le scrutin local, l’Union a organisé3 séances de formation/information sur le thème du PST, toujours en collaborationavec le Ministre wallon des Pouvoirs locaux et de laVille et son administration. Ce futun beau succès : pas moins de 300 municipalistes, issus de la moitié des communeswallonnes et de plusieurs CPAS, y ont participé, témoignant de l’intérêt porté à cettedémarche de gouvernance innovante.En janvier 2013, le Ministre a lancé l’appel à candidatures PST dans le but de choisirun groupe de communes-pilotes acceptant de servir de «laboratoire». Non sans suc-cès : pas moins de 132 communes y ont répondu favorablement, signalant leur inté-rêt pour la démarche et leur souhait d’y être associées, dont 87 ont rentré un dossierde candidature pour devenir une commune pilote subventionnée.Les 24 communes lauréates se sont engagées à réaliser un PST pour le mois d’oc-tobre 2013 au plus tard et à partager leur expérience et leurs réflexions avec toutes lesautres intéressées par la démarche via un Réseau PST. Elles bénéficient de l’accom-pagnement d’un groupe de travail spécifique composé du Cabinet, des administra-tions concernées (DGO5, DGO1 et CRAC) et de l’Union.L’Union soutient évidemment toutes les villes et communes manifestant de l’intérêtpour le PST, pas seulement celles retenues en qualité de communes pionnières. Carl’opération, évaluée au cours de la législature 2013-2018, pourrait être généralisée.Une rubrique de notre site est consacrée au PST : www.uvcw.be/pst.2 Personnes de référence : Michèle Boverie, Secrétaire générale adjointe, Alexandre Maitre, Directeur du DépartementGouvernance locale, et Edouard Vercruysse, Conseiller Expert.
  7. 7. Rapport d’activités 2012 7L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALESchéma de Développementde l’Espace régional(SDER)Actualisation du SDER : l’avis de l’Union3En septembre 2012, l’Union a transmis au Ministre wallon de l’Aménagementdu Territoire un avis volumineux et fort étayé à propos de la révision du Schémade développement de l’espace régional (SDER). Le SDER exprime les optionsd’aménagement et de développement durable pour tout le territoire wallon auxhorizons 2020 et 2040, au regard de 6 défis majeurs : démographie, cohésion sociale,compétitivité, mobilité, énergie et climat.L’Union a salué la volonté de réviser ce document d’orientation essentiel, devenu ob-solète, tout en plaidant pour une indispensable réforme parallèle du Code wallon del’aménagement du territoire, de l’urbanisme, du patrimoine et de l’énergie (Cwatupe).Face à la multiplicité des objectifs définis dans la note régionale, l’Union a demandéune clarté forte sur les priorités et une grille de lecture pour faire du SDER un véri-table outil d’appui à la décision. L’Union a aussi souhaité que soit précisée la contri-bution des autorités locales. Et quid de la marge de manœuvre laissée aux communesquant à la maîtrise de leur territoire ?L’Union a surtout pointé plusieurs oublis majeurs du projet de SDER. La Wallonie nes’y trouve pas inscrite dans l’espace européen. L’absence de prise en compte des mé-tropoles voisines et le manque d’ambition suprarégionale interpellent. La révisiondes plans de secteur n’apparaît que trop ponctuellement dans le projet ; or, elle estprioritaire vu leur obsolescence.Si la notion de bassin de vie sous-tend avec ambition certains objectifs du SDER,l’Union entend qu’ils portent un réel projet territorial de développement. Le spectredes compétences embrassées par les bassins doit être élargi, et les conditions néces-saires à leur émergence et leur bon fonctionnement, entre autres en termes de gou-vernance, doivent être clarifiés.Pour l’Union, la démarche idéale consisterait en la rencontre entre vision régionale etvolontés politiques locales, dans une logique de complémentarité, la Wallonie fixantles grands pôles, des projets territoriaux d’initiative locale (communautés urbainesou communautés de communes à un niveau supra-communal) venant se maillerlibrement autour d’eux.La ruralité, composante essentielle du territoire wallon, est insuffisamment prise encompte. Dans les objectifs du SDER, l’Union veut voir inscrire une réelle ambitionpour les espaces ruraux wallons. Parallèlement, l’Union a clairement plaidé pour unrenforcement du rôle des villes dans la structuration de l’espace régional wallon. Ellea souhaité l’inscription des prémisses d’une véritable politique wallonne de la villedans les objectifs du SDER.Enfin, l’articulation entre les pôles urbains et le monde rural fait défaut. L’Union as-pire à un développement territorial équilibré, où chaque territoire, selon ses spéci-ficités et ses potentialités, peut participer au déploiement régional, sans hiérarchieentre eux.3 Personnes de référence : Tom De Schutter, Directeur du Département Développement territorial, Thibault Ceder, ConseillerExpert, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Aménagement du territoire).
  8. 8. Rapport d’activités 20128édition - PoliteiaL’Union relance son activité d’édition avec Politeia4Janvier 2013 a marqué le début d’une collaboration entre l’Union et la maison d’édi-tion Politeia, déjà partenaire de longue date de notre homologue flamande, la VVSG.Depuis ses origines, l’Union a toujours exercé une activité édition à destination deses membres. Sur le site internet, dans le Mouvement communal ou sous forme decontributions pointues juridiques ou techniques, la production des conseillers/au-teurs de l’Union est riche, variée et, surtout, très à jour. Elle fait également preuved’une bienvenue vulgarisation dans des matières éminemment complexes.C’est ce savoir-faire au sein de ses équipes et ce fonds de publications que l’Unionmet désormais à disposition de tous ses membres au sein des pouvoirs locaux, encréant et en lançant avec Politeia une collection baptisée Les indispensables des pou-voirs locaux.La collection abordera progressivement, par thèmes, l’ensemble des préoccupationsqui agitent aujourd’hui les pouvoirs locaux au sens large (villes et communes, CPAS,intercommunales, zones de police, sociétés de logement de service public, etc.).Elle s’adressera tantôt aux mandataires, tantôt aux techniciens des administrationslocales, mais aussi plus largement au monde académique ou aux citoyens intéresséspar la démocratie locale dans toutes ses composantes.Le parti a été pris de privilégier des ouvrages de petit format, concis, pratiques etaccessibles, concrets, actualisés. L’Union a tenu à proposer des prix très abordables,assortis de conditions préférentielles en faveur de ses membres. Des formulesd’abonnement intéressantes sont également disponibles.Cette collaboration démarre sur les chapeaux de roue, puisque 5 ouvrages sont déjàproposés à l’issue du 1erquadrimestre 2013 :• Modèles pratiques de règlements d’ordre intérieur à l’usage des communes, CPAS etintercommunales ;• Guide du PST à l’usage des pouvoirs locaux ;• La responsabilité pénale du mandataire ;• Modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl communale.Les praticiens de la matière se sont aussi arrachés le Vade-mecum des marchéspublics des pouvoirs locaux, un ouvrage hors collection paru en avril 2013.Il est possible de commander l’ensemble de ces ouvrages sur www.politeia.be.4 Personnes de référence : Michèle Boverie, Secrétaire générale adjointe, et Michel L’Hoost, Conseiller Presse et Communication.
  9. 9. Rapport d’activités 2012 9L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEUWEFédérations sectoriellesMunicipalistes wallons et entrepreneurs:des liens plus forts5 Il existe une tradition de dialogue étroit et soutenu entre le monde patronal et lesmunicipalistes wallons. Ces liens ont encore trouvé à se renforcer dans le courant del’année 2012, notamment par le biais de contacts entre l’UVCW, d’une part, l’Unionwallonne des Entreprises (UWE) ou certaines de ses fédérations sectorielles (CCW,FWEV, FEGC, Fediex, Comeos, …), d’autre part.Fin août, l’Union et l’UWE se sont ainsi réunies à Beloeil. Au cours de cette rencontre,de nombreux points de convergence ont été identifiés, principalement en aménage-ment du territoire et développement économique, mais aussi en mobilité, déchets,marchés publics et grands travaux d’infrastructure. La recherche de l’efficience parles communes wallonnes et la vision stratégique pluriannuelle via le Programmestratégique transversal communal (PST) a fort intéressé le monde de l’entreprise.Peu avant les élections communales, une délégation du secteur wallon de laconstruction a été reçue par l’Union. La CCW a notamment appelé les pouvoirslocaux, gros donneurs d’ordres avec plus de 50 % de l’investissement public du pays,à maintenir le volume de leurs investissements malgré la crise. Les deux associationsont plébiscité le droit de tirage pour davantage de prévisibilité et de programmationdes investissements. La CCW a souligné la bonne expérience qu’elle a du droit detirage en voirie, tandis que l’UVCW a insisté sur une extension du système à d’autrestypes de travaux et le besoin d’une procédure plus légère.Les partenariats Public-Privé (PPP), l’effort de simplification administrative enmatière de marchés publics ont été salués et encouragés de part et d’autre. Les gi-gantesques défis de l’urbanisme et du logement ont naturellement été débattus, demême que la transition vers une société basse énergie, la fiscalité immobilière, la ges-tion des déchets de construction et de démolition ou des terres de voiries, la questiondes impétrants. Dans tous ces domaines, de nombreux points de convergence ourevendications communes ont émergé.CCW et UVCW ont convenu de refaire le point très régulièrement sur toutes ces ma-tières, inévitablement appelées à connaître d’autres développements dans le futur.Début 2013 aura également vu la parution croisée d’interviews du nouveau pré-sident de l’UWE, Monsieur Héris, dans le Mouvement communal et de son homo-logue de l’Union, Monsieur Gobert, fraîchement reconduit dans ses fonctions, dansDynamisme.5 Personne de référence : Michèle Boverie, Secrétaire générale adjointe.
  10. 10. Rapport d’activités 201210Code wallon del’Aménagement duTerritoire,de l’Urbanisme,du Patrimoine etde l’EnergiePolitique foncièreLAMENAGEMENT DU TERRITOIRE6Développement territorial, planification, urbanisme… les communes sont lespartenaires de proximité de la Région en matière de gestion de l’espace et de cadrede vie.6Cwatupe : une action plus discrète, mais non moinssoutenueDans la foulée du travail colossal accompli en 2011, l’Union a continué, tout au longde l’année 2012, à suivre de très près le cheminement du projet gouvernementalde refonte du Code wallon de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme, dupatrimoine et de l’énergie (Cwatupe).L’Unionasaisichaqueoccasionderappelersapositionetsespropositions,entérinéespar son Conseil d’administration et exprimées dès mai 2011 lors d’auditions auParlement wallon. Au total, plus de 200 constats et propositions concrètes, issus d’unegrande enquête de terrain, classés par thème, par outil et par article, destinés à tendrevers un aménagement durable du territoire.Les propositions formulées par les municipalistes au Ministre wallon del’Aménagement duTerritoire visent à accélérer, simplifier et optimiser les procédureset les outils, notamment en les allégeant des éléments susceptibles de détournerla commune des enjeux de la police de l’aménagement du territoire et de celle del’urbanisme et de l’architecture; finalités qui devraient pouvoir constituer l’épinedorsale structurant une nouvelle approche du développement territorial.Politique foncière locale : l’Union dépose une noteprospective7La Wallonie est confrontée à des défis majeurs : pression foncière, étalement urbain,saturation du trafic, sous-utilisation du foncier, détériorations de certains quartiers,immeubles abandonnés, … Afin de les relever, les pouvoirs publics peuvent jouer dela «politique foncière», soit une multitude d’instruments contenus dans des législa-tions éparses leur permettant d’influer positivement sur le développement territorialen disposant du sol.En mai 2012, le Conseil d’administration de l’Union a interpellé les ministres régio-naux et fédéraux concernés, leur rappelant que les pouvoirs locaux sont incontesta-blement LE niveau de pouvoir le plus approprié pour quantité d’actions publiques,tant les enjeux et les réalités de terrain peuvent différer d’un territoire à l’autre.Identifiant 5 axes d’optimalisation de la politique foncière locale, l’Union a réclaméla création d’instruments juridiques diversifiés et complémentaires, ainsi que l’amé-lioration des outils existants. Un soutien régional aux politiques foncières localesserait bienvenu, assorti de moyens conséquents, pour permettre aux autorités lo-cales d’œuvrer pleinement à la satisfaction de l’intérêt général. Ce soutien prendraitla forme d’un fonds régional organisé sous la forme d’un droit de tirage et doté d’uneenveloppe suffisamment importante.6 Personnes de référence : Thibault Ceder, Conseiller Expert, Arnaud Ransy, Conseiller, Philippe Pieters, Consultant et MarieDéom, Secrétaire (Cellule Aménagement du territoire).7 Personne de référence : Alexandre Ponchaut, Conseiller
  11. 11. Rapport d’activités 2012 11L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEBibliothèquesPrêt publicLA CULTURE8Bibliothèques et rémunération pour prêt public :l’Union en appelle à la Fédération WallonieBruxelles8En septembre 2012, l’Union a remis avis au Ministre fédéral de l’Economie et à laMinistre de la Culture de la Communauté française quant au projet d’arrêté royalrelatif à la rémunération pour prêt public.L’Union a fait part de ses grandes inquiétudes quant aux répercussions financièresdu projet d’arrêté royal pour les bibliothèques publiques, donc pour les finances despouvoirs locaux. En particulier, les 8 années d’effet rétroactif (2004-2012) du nouvelarrêté risquaient d’entraîner des difficultés financières pour les institutions de prêtpublic.L’Union a été très déçue de constater que le nouvel arrêté royal, adopté le 13 dé-cembre, fixe des montants de rémunération pour prêt public sensiblement plus éle-vés que prévu.Heureusement, le texte prévoit des dispositions transitoires pour la période 2004-2012 : un échelonnement des paiements sur 3 années, en coordination avec d’autrespouvoirs publics, est expressément prévu. Pour la même période, les Communautésdevront remettre une déclaration centralisée à la société de gestion des droits pour lecompte des institutions de prêt de leur ressort. Et une réduction forfaitaire de 5 % estprévue en raison de la déclaration et du paiement centralisé par les Communautés.L’Union voit dans ces dispositions une invite à la Fédération Wallonie-Bruxelles àprendre en charge le paiement des rémunérations pour prêt public en lieu et placedes institutions de prêt (à l’exemple de la Communauté flamande). Dans son arrêt du30 juin 2011, la Cour de Justice européenne a en effet rappelé que les Etats membrespeuvent fixer les montants de la rémunération en fonction de leurs propres objectifsde promotion culturelle. Or, cette matière est du ressort des Communautés.L’Union entend rester vigilante sur ce dossier. Il est hors de question que le paiementdes arriérés de 8 années soit supporté par les institutions de prêt et les communes.Les conséquences de l’arrêt de la Cour de Justice européenne du 30 juin 2011 ne sonten effet pas de leur responsabilité et ne peuvent dès lors être mises à leur charge.8 Personnes de référence : Caroline Francotte, Conseiller, et Valérie Houmard, Secrétaire (Cellule Sport, Culture, Enfance etEgalité des chances).
  12. 12. Rapport d’activités 201212Agenda local 21Principe de subsidiaritéDroit de tirageLE DEVELOPPEMENT DURABLE9Stratégie régionale de développement durable :l’UVCW pour le développement de l’Agenda 21 local9A l’été 2012, le Conseil d’administration de l’Union a remis avis quant à la stratégierégionale de développement durable dont la Wallonie entend se doter pour 2014.L’Union, qui promeut et encourage le Programme stratégique communal transversal(PST) dans les villes et communes wallonnes, a salué la volonté régionale de lancerune démarche similaire.Pour l’Union, cette stratégie doit :• être ambitieuse, notamment en termes de gouvernance et de concertation ;• être financièrement planifiée, soutenue et transparente ;• être assortie d’un plan reprenant des actions concrètes prioritaires ;• avoir pour vocation première la coordination des outils régionaux existants ;• être partagée, s’il le faut, via une nouvelle architecture des instances consultatives.Face à l’apparente volonté wallonne de faire participer les communes aux objectifsdu plan, l’Union a rappelé le principe de subsidiarité, reconnu au niveau suprana-tional. Pas question donc d’imposer des objectifs, les moyens de les atteindre ou deprévoir des sanctions, dans aucun domaine (entre autres environnemental).Dans l’optique d’un partenariat fort entre la Région et les communes, l’Union a ré-pété sa priorité d’une évolution vers un réel droit de tirage qui permettrait une réelleplanification des stratégies locales, concourrait à la simplification administrative etappuierait les pouvoirs locaux dans leurs politiques de développement durable.Les pouvoirs locaux sont confrontés à des enjeux importants en matière de déve-loppement durable, notamment dans leurs aspects territoriaux. Les municipalistesaimeraient voir leurs efforts en la matière reconnus et soutenus. En termes de pro-motion, l’Union a prôné la création d’un label ‘Agenda 21 local’ pour les outils de pla-nification stratégiques locaux répondant aux critères de l’Agenda 21 local.Le décret-cadre relatif au développement durable en gestation au Gouvernementwallon pourrait prévoir à la fois le processus de labellisation et les critères à rencon-trer pour y prétendre. La labellisation pourrait être progressive selon le degré d’inté-gration et de participation des divers processus. L’obtention du label ouvrirait, pourla commune, l’accès à des soutiens régionaux pour concrétiser les actions du planstratégique de développement durable local.9 Personne de référence : Tom De Schutter, Directeur du Département Développement territorial.
  13. 13. Rapport d’activités 2012 13L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEAgences deDéveloppement local(ADL)AgrémentLE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE10La commune est un levier important pour quantité d’entreprises et pour la vitalitééconomique en général. Par sa connaissance du terrain, sa capacité à rassemblerles hommes et les informations, à mobiliser les énergies et à créer des partenariatslocaux, la commune joue un rôle prépondérant en matière de développement local,notamment par le biais des agences de développement local (ADL).10ADL: l’Union pour un allongement de l’agrément de3 à 6 ansVu l’impact considérable des agences de développement local (ADL) sur le tissu éco-nomique local, l’Union estime que la durée de l’agrément des ADL devrait être por-tée de 3 à 6 ans via une modification décrétale. En octobre 2012, elle l’a fait savoir aux3 Ministres wallons en charge de ce dispositif.En collaboration avec les acteurs locaux, les agents de développement local posentun diagnostic fouillé du territoire local (analyse AFOM), dont ils dégagent des priori-tés à court, moyen et long termes. Ce lourd travail est accompli une première fois lorsde la demande d’agrément par la commune auprès de la Région, et 3 ans plus tard,lors du renouvellement de l’agrément.Passer de 3 à 6 ans permettrait aux agents ADL de se consacrer pleinement aux pro-jets en étant moins accaparés par des tâches administratives, de bénéficier d’uncadre stable et durable pour réaliser les projets et de mieux coller à la stratégie com-munale exprimée dans la déclaration de politique générale communale (DPC) ou leprogramme stratégique transversal communal (PST). Enfin, offrir des perspectivesd’emploi à plus long terme aux agents de développement local concourrait à dimi-nuer la rotation de personnel importante qui les caractérise. L’Union a sollicité un examen en urgence de sa proposition, car la plupart des ADLvoient leur agrément prendre fin le 31 décembre 2013 et les demandes de renouvel-lement d’agrément sont attendues dès le 1er mai 2013.10 Personnes de référence : KatlynVan Overmeire, Conseiller, et Inès Degembe, Secrétaire (Cellule Développement local/ADL).
  14. 14. Rapport d’activités 201214Cadre éolienL’ENERGIE11L’un des défis du XXIesiècle, la question énergétique, impacte les communes : coûtsliés à la libéralisation, gestion rationnelle, intégration aux permis d’urbanisme.11Cadre de référence éolien : les inquiétudes etles réserves de l’UnionLe 21 février 2013, le Gouvernement wallon a adopté le cadre de référence éolienactualisé, accompagné d’une cartographie. Ce cadre, qui s’inscrit dans les objectifswallons en matière d’énergie renouvelable (4500 GWh en 2020), détermine les critèresà respecter en Wallonie pour l’implantation des éoliennes de puissance (>100 kW)et intègre les enjeux actuels tels que la multiplication des parcs, les impacts sur lepaysage et le cadre de vie, la participation citoyenne et des pouvoirs locaux dans lesprojets.La cartographie des zones de développement éolien découpe tout le territoire wallonen lots possèdant un productible éolien à atteindre et comprenant plusieurs zonessusceptibles d’accueillir un parc éolien. De quoi fournir à l’autorité publique uneanalyse comparative des sites et mettre fin au système du «premier arrivé, premierservi».Dans son avis remis au printemps 2012 au Ministre wallon du Développementdurable, l’Union a exprimé de vives craintes quant au respect de l’autonomie com-munale et a ardemment plaidé pour la concertation active avec les garanties du bonaménagement local. A cet égard, le caractère provisoire de la carte adoptée réjouit lesmunicipalistes, qui pourront réagir avant même le lancement d’enquêtes publiques.L’Union a exigé le maintien de la maîtrise communale quant à la gestion de son fon-cier. Le caractère d’utilité publique de la production éolienne ne peut conduire àl’accaparement ou la perte de disponibilité de territoires communaux.Compte tenu de l’impact des projets éoliens sur leur territoire, un retour financierpour les communes est indispensable. L’Union a revendiqué le maintien absolu del’autonomie communale existant dans les négociations libres entre communes etopérateurs éoliens. Qui dautre que les villes et communes, est mieux à même d’esti-mer la formule qui rencontre l’intérêt public sur leur territoire (taxe, redevance, in-demnisation pour préjudice voyer ou environnemental, location, droit de superficieou d’emphytéose) ?Pour favoriser la participation des communes le souhaitant à un projet éolien,l’Union a également souhaité des mécanismes d’aide à l’investissement, l’assainisse-ment du marché de revente des permis et l’adaptation de la législation relative auxrégies communales autonomes.Sous l’angle de l’environnement et de la santé publique, l’Union a plaidé pour unemodulation de la norme de bruit et un suivi médical des populations exposées auxéoliennes, par une instance faisant autorité, afin d’objectiver la polémique sur lesnuisances et risques subis.Enfin, vu le développement soutenu de l’énergie renouvelable en Wallonie, l’Uniona rappelé au Ministre son exigence, dès 2013, d’un mécanisme de compensationdirecte, disposant d’une base légale et garantissant la neutralité budgétaire de lahausse des quotas de certificats verts pour les pouvoirs locaux.11 Personnes de référence : Marianne Duquesne, Conseiller, et Véronique Bierlaire, Secrétaire (Cellule Energie).
  15. 15. Rapport d’activités 2012 15L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEEfficacité énergétiqueéclairage publicDirective efficacité énergétique : l’Union interpellele Secrétaire d’EtatEn 2012, l’autorité européenne a travaillé sur une directive relative à l’efficacité éner-gétique. L’Union a naturellement suivi de près l’ensemble de ce processus législatif,en collaboration avec son organisation faîtière européenne, le Conseil des Com-munes et Régions d’Europe (CCRE).La directive en projet pouvait en effet impacter considérablement les autorités lo-cales et régionales, acteurs-clés dans la mise en œuvre des politiques relatives à l’effi-cacité énergétique. En mai 2012, avant la négociation finale au Parlement européen,l’Union a donc plaidé auprès du Secrétaire d’Etat à l’Energie pour une approcheflexible, basée sur le rapport coût-efficacité.L’Union a plus particulièrement ferraillé à propos de 2 dispositions. En ce quiconcerne la rénovation annuelle de 3 % de bâtiments publics, l’Union a fait en sorteque le Fédéral propose de se concentrer seulement sur les bâtiments appartenant auniveau fédéral, à l’exclusion des infrastructures locales et régionales.En matière de marchés publics, l’Union a toujours pensé et défendu que le choixdoit être laissé aux autorités publiques d’inclure des critères d’efficacité énergétiquedans les appels d’offres publics. Elle a donc demandé au Secrétaire d’Etat de soutenirl’approche la moins prescriptive dans ce domaine.La directive a été adoptée le 25 octobre 2012 et l’Union a été largement entendue,puisque les deux dispositions ne concernent finalement que les Etats centraux etnon les entités régionales ou locales.Eclairage public : l’Union salue le financementéquilibré du remplacement des lampes à mercureA l’automne 2012, la Wallonie a décidé le financement du dispositif accélérant leremplacement des 63.000 lampes à mercure assurant l’éclairage public. Très énergi-vores, elles seront en effet interdites à la vente en Europe dès 2015.Malgré une politique volontariste menée en Wallonie depuis plus de 20 ans pouraméliorer l’efficacité énergétique de l’éclairage public communal, grâce notammentaux programmes EPEE (1989-1998) et EPURE (depuis 1999), l’Union a déploré àmaintes reprises le budget insuffisant et a calculé qu’il faudrait encore plus de 20 anspour mener à terme cette politique.L’Union voulait accélérer la modernisation des parcs lumineux via un dispositif no-vateur inspiré des contrats de performance énergétique français, mais adapté à lasituation wallonne (où la gestion de l’éclairage public est confiée aux gestionnairesde réseau de distribution d’électricité - GRD).En octobre 2012, l’Union s’est réjouie de l’adoption, par le Gouvernement wallon,d’un mécanisme de financement s’inspirant de ce modèle et assurant une neutralitébudgétaire pour les communes. Concrètement, un tiers du coût de remplacement(équivalent à la maintenance) est intégré à l’obligation de service public (OSP) enmatière d’éclairage public, les deux autres tiers sont prêtés par les GRD aux com-munes, qui les remboursent grâce aux économies d’énergie réalisées.L’Union a salué l’équilibre de la mesure, qui tient à la fois compte des besoins desvilles et communes ayant encore beaucoup de luminaires à remplacer et de l’intérêtde celles ayant déjà procédé à ces investissements par le passé. Certes, comme toutconsommateur d’électricité, elles contribuent à l’OSP, mais la très grande majoritéont obtenu jadis des subsides pour financer la modernisation de leur parc d’éclai-rage public et bénéficient depuis des réductions de consommations d’énergie.
  16. 16. Rapport d’activités 201216Programme UREBAUREBA : l’Union réclame une éligibilité pour tous lesservices à la collectivité financés par les communesLe programme UREBA soutient financièrement les personnes de droit public et lesorganismes non commerciaux voulant réduire la consommation énergétique deleurs bâtiments. Un décret de 1993 (utilisation rationnelle de l’énergie, économiesd’énergie et énergies renouvelables) et un arrêté de 2003 (amélioration de la perfor-mance énergétique des bâtiments) édictent les règles d’éligibilité à ces subventions.Sont ainsi visés par le décret : «écoles, hôpitaux, piscines, et autres services àla collectivité, asbl et associations de fait poursuivant un but philanthropique,scientifique,technique ou pédagogique,dans les domaines de lénergie,de la protectionde lenvironnement ou de la lutte contre lexclusion sociale». L’arrêté définit quant àlui les personnes de droit public : «toute commune, centre public d’aide sociale etprovince de Wallonie».Depuis lors toutefois, des dispositions légales ont modifié l’organisation de certainsservices à la collectivité, comme la réforme des polices de 1998. Il en résulte unediscrimination : une zone de police mono-communale, personne de droit public, aaccès aux subsides UREBA pour l’a mélioration énergétique de ses commissariats,tandis qu’une zone pluri-communale ne peut y prétendre, car dotée d’une person-nalité juridique propre.En janvier 2013, l’Union a sensibilisé le Ministre wallon du Développement durableet de la Fonction publique à cette anomalie qui impacte in fine certaines communes,alors que toutes contribuent largement au financement de ces services. Un problèmesimilaire est susceptible de se poser après la création des zones de secours issues dela réforme en cours des services d’incendie pour les casernes de pompiers.L’UVCW a donc demandé une adaptation des textes légaux régissant l’octroi des sub-sides UREBA, en ajoutant aux bénéficiaires les services à la collectivité financés parles communes, tels que la police et les services de secours.
  17. 17. Rapport d’activités 2012 17L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEAccueil de la petiteenfanceAires de jeuxLENFANCE ET LA JEUNESSE12Accueil de la petite enfance : accessibilité pour tous ?12En octobre 2012, l’Union, interrogée au sujet de l’accessibilité des milieux d’accueilagréés par l’ONE aux enfants dont les parents sont sans emploi, a dressé un tristeconstat : les moyens dégagés par la FédérationWallonie-Bruxelles pour l’accueil de lapetite enfance (de 0 à 3 ans), et plus largement pour l’enfance, sont insuffisants pourcouvrir les besoins du terrain.Dans ce contexte, les droits des parents à pouvoir bénéficier d’un service d’accueil,principalement pour développer une activité professionnelle, sont mis en cause.Pratiquement, afin de concilier les intérêts en présence et de décloisonner la réflexionsur la politique à mener, l’Union invite à distinguer les parents qui ont un emploi (etun besoin structurel d’accueil pour se rendre au travail et pouvoir le conserver) desparents à la recherche d’un emploi (et un besoin ponctuel d’accueil pour se rendreà des entretiens de sélection, suivre des formations ou reprendre très rapidement letravail suite à un entretien d’embauche concluant).Pour l’Union, nul doute que la solution appropriée doive prendre en compte les be-soins distincts des parents, étant entendu que les pouvoirs organisateurs locaux sontles mieux à même d’identifier et d’intégrer les situations concrètes des parents.Un modèle de cahier de charges pour la constructiond’aires de jeux13En juin 2012, l’Union a mis à disposition de ses membres un modèle de cahier spécialdes charges pour la construction d’aires de jeux, ainsi qu’un modèle de délibérationet un modèle de rapport d’attribution. Il est accessible aux membres sur le RéseauMarchés publics & PPP (http://marchespublics.uvcw.be).Ces modèles sont le fruit d’un travail mené de concert par un groupe de travail in-terne de l’Union, avec le précieux concours de l’Association des Etablissements spor-tifs (AES). D’autres projets de modèles en matière d’infrastructures sportives sont enprojet dans le cadre de cette collaboration avec l’AES.12 Personnes de référence: Caroline Francotte, Conseiller, et Valérie Houmard, Secrétaire (Cellule Sport, Enfance, Social,Culture).13 Personne de référence : Sylvie Bollen et Mathieu Lambert, Conseillers Experts, Marie-Laure Van Rillaer, Conseiller (CelluleMarchés publics et Fonctionnement institutionnel)
  18. 18. Rapport d’activités 201218Natura 2000Compensations fiscalesEnquêtes publiquesL’ENVIRONNEMENT14Protection de la nature, gestion des impacts sur l’eau, l’air, le bruit, les sols viales permis d’environnement, répression de la délinquance environnementale, lacommune protège en 1èreligne le cadre et la qualité de vie des citoyens.14Natura 2000 : enfin la compensation fiscaleen faveur des communes15L’exonération du précompte immobilier pour les propriétaires de terrain sis enNatura 2000 est une mesure fiscale prise par le Gouvernement wallon pour aider lespropriétaires à adopter le projet Natura 2000. Cependant, les communes wallonnesvoient leur budget annuel amputé des centimes additionnels perçus pour ces ter-rains. Dès 2001, l’autorité régionale s’est engagée à compenser intégralement laperte de ces revenus additionnels locaux au précompte immobilier. Elle a confirmécet engagement en 2007.Pour 2011, c’est chose faite : les communes ont reçu, fin 2012, un courrier les assurantd’une juste compensation de ces pertes financières et leur indiquant le modus ope-randi. Chaque commune reçoit un montant adapté à sa situation particulière, mon-tant revu chaque année en fonction des variations des additionnels perçus. La des-tination de ces montants est décidée en toute autonomie par la commune, commepour toute recette issue de la perception des additionnels au précompte immobilier. Natura 2000 : une aide précieuse autourdes enquêtes publiques16Début novembre 2012, les avant-projets d’arrêtés portant désignation de 240 sitesNatura 2000, et l’avant-projet d’arrêté fixant les objectifs de conservation pour le ré-seau Natura 2000, ont passé la rampe du Gouvernement wallon. Cette étape a permisla fixation des dates de lancement des enquêtes publiques. Pour chaque site Natura2000, une enquête publique de 45 jours a ainsi pu être tenue, conformément au pres-crit légal. Et, après le scrutin communal, comme l’avait demandé l’Union.L’Union n’a pas ménagé ses efforts à l’approche de cette période cruciale. Dans lecourant du mois d’octobre 2012, elle a organisé de nombreuses séances de formationà destination de ses membres. Fin novembre 2012 a vu la mise en ligne d’une nouvelleversion de l’Espace Natura 2000 du site internet de l’Union. Outre des informationsgénérales quant au fonctionnement de ce projet de protection de la biodiversité, lesacteurs intéressés par Natura 2000 y ont trouvé la teneur du nouvel arrêté de sub-vention et les différentes procédures d’interdiction, d’autorisation et de notification. Surtout, en collaboration avec Naturawal, l’Union a mis à disposition de tous lespropriétaires et gestionnaires (forestiers ou agricoles, privés ou publics) un guided’aide à la participation aux enquêtes publiques. Ce guide a fait office de véritableboussole pour s’orienter et réagir à propos dans ces procédures complexes. 14 Personnes de référence : Tom De Schutter, Directeur du département Développement territorial, Gwenaël Delaite, ArnaudRansy et ChristelTermol, Conseillers, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement, agriculture, ruralité, nature et forêts).15 Personnes de référence : Christel Termol, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement, agriculture,ruralité, nature et forêts).16 Personnes de référence : Christel Termol, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement, agriculture,ruralité, nature et forêts).
  19. 19. Rapport d’activités 2012 19L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALESacs prépayésCoût-vérité des déchetsDistribution des sacs prépayés :la tolérance administrative reste de mise17L’arrêté «coût-vérité» du 5 mars 2008 relatif à la gestion des déchets ménagers définitle service minimum offert par les communes à leurs citoyens en la matière et leurimpose entre autres la distribution d’un certain nombre de sacs prépayés adaptés àla collecte des ordures.L’Union a toujours attiré l’attention sur les difficultés logistiques rencontrées par cer-taines communes dans la mise en œuvre de cette disposition, dont l’impact béné-fique pour l’environnement n’est nullement démontré.L’incertitude persistant quant au caractère obligatoire de la mesure, certaines com-munes n’ont pas été en mesure de prévoir une distribution, ni d’adapter le montantde leur taxe déchets. Au printemps 2012, l’Union a donc sollicité le Ministre wallonde l’Environnement pour qu’il garantisse aux communes concernées l’absence desanction. Ce qui fut fait lors d’une intervention devant le Parlement wallon.Toutefois, malgré la bonne volonté ministérielle, aucun accord n’a depuis été établidans ce sens, si bien que l’obligation légale est maintenue pour 2013. Interrogés parl’Union en février 2013, les Ministres Furlan et Henry ont tous deux affirmé que, pourl’exercice 2013, la tolérance administrative prévaudrait encore pour les communesen défaut d’application de la mesure.Vigilante et tenace, l’Union continue de réclamer la suppression pure et simple de lamesure ou à tout le moins son caractère facultatif. Les reports successifs conjugués àl’absence de sanctions démontrent le bien-fondé de cette position et plaident pourune clarification définitive de la situation. Cout-vérité des déchets :un taux de couverture plus acceptable18Le décret déchets de juin 1996 impose aux communes de répercuter le coût de lagestion des déchets ménagers sur leurs citoyens, à concurrence d’un taux déterminé.Pour l’exercice 2013, la menace planait d’un taux oscillant entre 100 % et 110 %.Toutefois, la circulaire budgétaire d’octobre 2012 a finalement retenu une fourchettecomprise entre 95 % et 110 %.L’Union s’est réjouie de cet assouplissement, tout en rappelant sa revendicationhistorique d’une fourchette encore plus large, variant de 90 % à 110 %. De quoipermettre une meilleure prise en compte des aléas de la vie communale et éviterla nécessaire surestimation des recettes (donc une taxation plus élevée) en vue deréduire les risques de non-respect de la mesure.17 Personnes de référence : Gwenaël Delaite, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement, agriculture,ruralité, nature et forêts).18 Personnes de référence : Arnaud Ransy, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement).
  20. 20. Rapport d’activités 201220DélinquanceenvironnementaleAgents constatateursProlifération des chatsDélinquance environnementale :les agents constatateurs sont prolongés19En vertu d’un décret de juin 2008, les communes peuvent adopter un règlementassorti de sanctions administratives et procéder à l’engagement d’agents pourprévenir, constater et réprimer les actes de délinquance environnementale, véritablenuisance et source d’insécurité. Cette politique est essentielle pour les pouvoirslocaux, en ce qu’elle permet une nette amélioration de la qualité et du cadre de vie.Toutefois, l’engagement et le maintien de ces agents constatateurs ne sont possiblespour les communes que grâce au soutien régional, au travers de points APE et d’unmontant forfaitaire pour couvrir les coûts de fonctionnement. Les municipalités enbénéficient certes depuis 5 ans, mais l’Union doit se battre chaque année auprès desministres wallons de l’Emploi et de l’Environnement pour la reconduction de la me-sure et le dispositif reste précaire.En l’absence du financement pérenne qu’elle réclame depuis toujours, l’Union ade nouveau sollicité, en juin 2012, la reconduction du soutien régional, qui devaitprendre fin début 2013.C’est donc avec soulagement et gratitude que l’Union a appris, début 2013, la confir-mation des points APE jusqu’au 31 décembre 2014 (le subside relatif aux frais defonctionnement pour 2013 était acquis depuis plusieurs mois). L’Union n’aban-donne cependant pas sa revendication d’un soutien financier pérenne des agentsconstatateurs, pour assurer la continuité et la professionnalisation de leurs missionsau service de la collectivité.Prolifération des chats : l’Union sort ses griffes20A l’été 2012, l’Union a pris connaissance du projet d’arrêté royal destiné à luttercontre la prolifération des chats retournés à l’état sauvage. Si l’utilité publique decette mesure n’est pas contestable, l’Union a tout de même fait savoir à la Ministrefédérale de la Santé publique qu’elle ne relevait pas des missions communales envertu de l’article 135 de la nouvelle loi communale (salubrité, sécurité et tranquillitépubliques), mais visait plutôt le bien-être animal, compétence fédérale.L’Union a dénoncé cette tentative d’imposition d’une nouvelle mission aux pou-voirs locaux, sans transfert de moyens budgétaires. Car le texte prévoyait que lescommunes prennent en charge la stérilisation, le nourrissage et la pose d’abris pourchats, le traitement de données statistiques et l’élaboration d’un plan de lutte contrela prolifération des chats.Sans être insensibles au bien-être animal, les municipalistes ont fait savoir à laMinistre, par la voix de l’Union, qu’ils ne pouvaient en aucun cas accepter cesobligations en l’absence d’un financement de la mesure. En conséquence, l’Union ademandé de suspendre l’adoption de cet arrêté royal ou, à tout le moins, d’en rendreles dispositions facultatives pour les pouvoirs locaux.19 Personnes de référence: Arnaud Ransy, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement).20 Personnes de référence: Arnaud Ransy, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement).
  21. 21. Rapport d’activités 2012 21L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEGrand gibierDéclarationenvironnementaleou urbanistiqueétang de RolySurdensité de grand gibier : l’Union sort du bois21Le 13 mars 2012, le Conseil d’administration de l’Union s’est penché sur la question desimpacts liés à la surdensité de grand gibier. L’avis remis au Ministre wallon de la Natureet de la Forêt préconise une série de mesures indispensables pour tendre à l’équilibreentre les fonctions agro-sylvicoles, la biodiversité et la pratique de l’activité cynégétique.En effet, la surdensité de grand gibier met à mal l’équilibre des forêts wallonnes, avecdes impacts considérables sur la production forestière, la biodiversité, et même la sé-curité et la santé publiques. Ce déséquilibre peut aussi affecter à terme les financescommunales, car il malmène la certification forestière PEFC et la production sylvicole.L’Union a suggéré une action à l’échelle wallonne, tant sur la densité de gibier quesur sa localisation. En outre, elle a recommandé un plan de réduction des popula-tions de sangliers et de cerfs (là où il y a surnombre), sur 5 ans par exemple, assortid’une évaluation annuelle.Elle a prôné des mesures structurelles pour s’assurer de l’accomplissement de ceplan de réduction (possibilités complémentaires de chasse en battue, souplesse desconsignes de tirs quant aux paramètres physiques, plan de réduction drastique pourle sanglier) et des actions complémentaires, le cas échéant.Quant au nourrissage dissuasif (interdit dans les forêts domaniales et dans une com-mune forestière sur trois), l’Union a demandé de le recadrer dans sa fonction premièreet de ne plus l’autoriser toute l’année, ni en tout lieu. A terme, une fois les effets de cerecadrage engrangés et cumulés avec ceux d’un retour à un niveau de population sup-portable par le milieu, la pratique du nourrissage ne devrait quasi plus être nécessaire.L’Union a exprimé son souhait de participer à la définition des modalités de mise enœuvre concrète des modifications de la pratique du nourrissage.Déclaration environnementale ou urbanistique :l’Union dénonce une transposition bancaledes obligations européennes en droit wallonL’arrêté du 1erdécembre 2012 transpose en droit wallon un arrêt de la Cour de Justiceeuropéenne dit «Etang de Roly». Dans cette affaire, l’Etat belge s’est vu condamnerpour n’avoir pas imposé, pour certaines activités soumises à un régime déclaratif,une évaluation appropriée des incidences quand ces activités sont susceptibles d’af-fecter un site Natura 2000.Par cet arrêté, le Gouvernement wallon soumet toutes les activités nécessitant décla-ration environnementale (classe 3) et tous les actes et travaux nécessitant une décla-ration urbanistique préalable (Cwatupe, art. 263) au régime d’obligation de notifica-tion en vigueur pour Natura 2000.Pour l’Union, ce n’est pas la meilleure manière de répondre à l’arrêt de la Cour de Jus-tice. En effet, pourquoi viser l’ensemble des activités soumises à déclaration environ-nementale ou urbanistique, dès lors que la Cour ne se focalisait que sur les projetssusceptibles d’avoir une incidence sur un site Natura 2000 ?L’Union s’est également étonnée de voir l’obligation de notification mise à charge de lacommune, engendrant des frais et difficultés d’application. L’Union a d’ailleurs rédigéune circulaire explicative à destination de ses membres pour pallier cette lacune.L’Union a regretté le manque de concertation dans ce dossier, qu’elle voudrait lieraux travaux relatifs à la dématérialisation de la déclaration environnementale et à laréforme du Cwatupe.21 Personnes de référence: Christel Termol, Conseiller, et Marie Déom, Secrétaire (Cellule Environnement).
  22. 22. Rapport d’activités 201222Projets communauxeuropéensJumelagesCoopérationinternationalecommunale(CIC)L’EUROPE ET L’INTERNATIONAL22Les pouvoirs locaux agissent toujours davantage au-delà des frontières wallonnes.L’UVCW développe et pérennise les outils permettant une meilleure participationde tous à cette dynamique. Elle appuie les communes qui le souhaitent sur deuxterrains privilégiés : l’Europe (programmes européens) et le reste du monde(coopération décentralisée).22Des projets communaux à dimension européenneLe Service Europe/International facilite l’accès des communes wallonnes à lascène internationale en fournissant, dans un contexte complexe et changeant, uneinformation ciblée, pertinente et constamment actualisée. La rubrique Europe/International du site internet de l’Union offre, depuis plus de 10 ans, le recensementpermanent des appels à projets européens destinés aux autorités locales, desactualités intéressantes, une base de données des institutions étrangères à la recherchede partenaires wallons et un répertoire des projets internationaux impliquant descommunes wallonnes.Cette base de données a été remaniée en profondeur et mise à jour en 2012. Sastructure met davantage en lumière les projets européens et internationaux menéspar les villes et communes deWallonie. Le répertoire permet désormais de découvrir,commune par commune, une fiche reprenant les points de contact et les projetsmenés dans le cadre de ses activités européennes et internationales.Le Service Europe/International diffuse largement et environ tous les mois unenewsletter électronique. Le lecteur y trouve des informations relatives aux expérienceslocales réussies à l’étranger, à la défense des intérêts des pouvoirs locaux au niveaueuropéen et mondial, aux opportunités de financement, à la mise en réseau avecdes partenaires étrangers, aux conférences et bonnes pratiques. Les communeswallonnes y dénichent de nouvelles ouvertures et de quoi contribuer à asseoir leurvisibilité sur la scène internationale.A la demande, l’Union appuie directement les communes wallonnes souhaitantmettre en place des projets européens. Elle les encadre ainsi dans des programmescentralisés tels que ‘L’Europe pour les citoyens’ (dont l’action ‘Jumelage de villes’), enleur offrant assistance et conseil dans l’élaboration de leur dossier de candidature.Chaque année, plusieurs dossiers examinés par nos services sont ainsi sélectionnéspar la Commission européenne.La coopération internationale communale,l’appui institutionnel aux communes du SudLa solidarité internationale Nord-Sud prend une place croissante dans le cœur etles actions des communes wallonnes. L’Union a poursuivi la mise en œuvre duProgramme fédéral de coopération internationale communale (CIC) en appuyantles 38 communes wallonnes et bruxelloises partenaires d’une municipalité du Sud.Cet engagement d’un genre nouveau des municipalités wallonnes semble entrédurablement dans les mœurs.En plus de la coordination et des réunions au niveau belge, la concertation entrecommunes partenaires gagne en efficacité grâce à la tenue de plateformes de travailSud-Sud et Nord-Sud. Des réunions de concertation se sont ainsi tenues au BurkinaFaso, et au Maroc. Et la Ville de Virton, partenaire de Tchaourou, a représentél’ensemble du groupe de travail Bénin lors du Forum national sur la réforme de l’étatcivil, qui s’est tenu en juillet à Cotonou.Enoutre,mêmesilaphasedeprogrammation2008/2009-2012aétéprolongéejusquefin 2013, un bilan et des réflexions quant aux orientations à donner au programme22 Personnes de référence: Isabelle Compagnie, Chef du Service Europe-International, Clarisse Goffin et Frank Willemans,Chargés de mission, et Elisabeth Manteau, Secrétaire.
  23. 23. Rapport d’activités 2012 23L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEBéninBurkina FasoSénégalCongo RDCse sont avérés nécessaires. Ainsi, en novembre 2012, l’Union a soumis à la Directiongénérale de la Coopération au Développement (DGD) un programme d’action 2013et de cadre stratégique pour 2014-2019, s’appuyant sur :• les enseignements tirés par l’UVCW de la programmation terminée ;• l’évaluation externe menée par PriceWaterhouseCoopers (PwC), mettant enlumière le réel potentiel du programme ;• les expériences de terrain des partenariats ;• les nouvelles approches souhaitées par la coopération belge et les instancesinternationales.Parmi les réorientations stratégiques proposées pour une évolution positive duProgramme :• le renforcement de l’ancrage institutionnel en Belgique et dans les pays parte-naires, dans le but d’accroître la qualité et la durabilité de la relation partenariale ;• le renforcement des capacités des communes partenaires à gérer leur dévelop-pement au bénéfice direct de leurs populations, via la création d’un Fonds dedéveloppement communal (FDC) dans chaque pays partenaire ;• le renforcement de l’implication des élus dans le programme ;• la sensibilisation de la société civile ;• le renforcement des capacités des acteurs locaux dans les communes partenairesà prendre la responsabilité sur le processus ;• la stimulation des échanges entre communes africaines.Par ailleurs, le blog consacré au Programme CIC http://www.cic-gis.be s’est révélé unoutilefficaceetfortutiliséparlespartenaires,encecomprisduSud.Ilestrégulièrementalimenté en informations administratives, pédagogiques ou directement liées auxrésultats du programme, tant par les communes que par l’UVCW.Tableau récapitulatif23: les partenariats entre communes wallonnes et africainesPays – Objectif principal Communes du Nord Communes du SudBénin : augmentationdes recettes fiscaleset mobilisation desressources exogènesHuyArlonVirtonTintignyBouillonNatitingouBemberekeTchaourouDjidjaSavalouBurkina Faso :mobilisation desressources financières etassainissement public(eau et déchets)LessinesMouscronOupeyeHabayFernelmontRamilliesBraine-le-ComteLeuze-en-HainautPerwezDoDedougouGourcyKombissiriTiébéléMoussodougouSig NoghinBaskuyNiangolokoSénégal : outils dedéveloppement local, enparticulier économiqueGesves Région de DiourbelRDC : état civil et popu-lationNamurHerveCourt-Saint-EtienneViroinvalFlémalleWalhainOlneMasinaNgaliemaKasa VubuNzobe LuziN’DjiliMadimbaMatete23 Ne sont citées ici que les communes ayant déjà signé leur convention de partenariat avec une commune africaine. Unequinzaine de communes bruxelloises sont également présentes avec des partenariats répartis dans les 5 pays du Programme(en 2012, il n’y a pas eu, au niveau wallon, de partenariat actif avec le Maroc).
  24. 24. Rapport d’activités 201224Conseil des Communes etrégions d’Europe(CCRE)Congrès des Pouvoirslocaux et régionauxdu Conseil de l’Europe(CPLRE)Le Service Europe/International a continué d’assister les membres désireux derépondre aux appels lancés par Wallonie-Bruxelles International (WBI), en vue,soit de développer des projets de coopération décentralisée dans les pays du Sud,soit de mettre en œuvre une action d’éducation au développement, soit encore departiciper à la Semaine de la solidarité internationale. En 2012, respectivement huit,cinq et trois nouveaux projets communaux ont été sélectionnés et ont bénéficié dessubventions de WBI.Les intérêts des pouvoirs locaux, toujours à défendre24L’Union défend les intérêts de ses membres en salle des machines, là où se décidentles politiques. Elle participe activement entre autres au Conseil Wallonie-Bruxellesde la Coopération internationale et contribue donc à l’élaboration de cette politiquespécifique.Pour toutes les autres politiques relevant du monde communal, l’UVCW estreprésentée au sein de 2 instances européennes :• le Conseil des Communes et Régions d’Europe (CCRE), la fédération des pouvoirslocaux européens, qui promeut et défend les intérêts des autorités locales dansl’élaboration des politiques de l’Union européenne ;• le Congrès des Pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe (CPLRE), quicontribue à la réflexion sur le développement de la démocratie locale en Europe.Sans oublier l’intervention technique efficace des conseillers de l’Union au sein dedifférentes commissions de travail liées à ces deux instances supranationales.24 Personne de référence : Louise-Marie Bataille, Secrétaire générale.
  25. 25. Rapport d’activités 2012 25L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEBudgets fédéralet régionalAjustements budgétaireséquilibre financierLES FINANCES COMMUNALES25L’Union des Villes et Communes de Wallonie nourrit une préoccupation de tous lesinstants quant à l’état des finances locales. Sur ce front, elle oeuvre sans relâche àobtenir des résultats tangibles pour ses membres.25Budgets et ajustements budgétaires :l’Union vigilante sur tous les fronts26Début 2012, suite à la détérioration accélérée des finances publiques et à la trèsnette baisse des prévisions de croissance du pays, le Gouvernement fédéral et lesexécutifs régionaux et communautaires ont dû ajuster leurs budgets. Compressiondes dépenses et recherche de nouvelles recettes étaient au menu pour contribuer auretour à l’équilibre budgétaire en 2015.Au niveau wallon, l’Union s’est réjouie de constater que, grâce à ses interpellationscontinues, les grandes sources de financement structurelles des communes ont étéépargnées (Fonds des communes ou travaux subsidiés). Il aurait été pour le moinsillogique et surréaliste que les communes se voient invitées à combler un trouqu’elles n’ont pas creusé !En revanche, l’Union a déploré certaines promesses non tenues par le Gouvernementwallon. En effet, il n’y a finalement pas eu d’intervention régionale en faveur desvilles et communes dans les déboires du Holding communal, alors que la Région etl’Etat les avaient clairement poussées à cet investissement à perte.A l’échelon fédéral également, l’Union a fait preuve tout au long de 2012 et début 2013d’une vigilance totale lors des ajustements budgétaires et de la confection du budget.Elle a ainsi fait barrage à toute tentative de report de charges (services d’incendie,police locale, CPAS ou politiques de sécurité) ou de réduction de moyens.Dans le débat sur les matières dites «usurpées», l’Union a ainsi évité que les pouvoirslocaux ne soient victimes ou otages d’esclandres ne les concernant pas. Le finance-ment de politiques telles que la politique des grandes villes a donc pu être reconduit.De même, le spectre de la taxation des intercommunales a été écarté à deux reprises.Mais combien de temps durera ce sursis ?Dans la tourmente financière,les communes ont tenu le cap en 201227En octobre 2012, au terme d’une législature communale 2007-2012 très chahutée,l’Union a fait le point sur la situation financière des communes wallonnes au fil dedeux analyses parues dans le Mouvement communal. Des événements exceptionnelsétant venus perturber l’ensemble des pouvoirs publics, les villes et communes n’ontpas échappé aux secousses financières à l’origine de troubles économiques et sociaux.La Cellule Finances de l’Union a dressé l’évolution des recettes et dépenses dans unlong article intitulé D’une législature à l’autre, analyse des finances communales en 2012.Elle s’est aussi penchée, dans une veille informative fédérale, sur les reports de chargesdu pouvoir fédéral vers les communes sans transferts de moyens, ces reports étant ana-lysés sous l’angle des manques à gagner et des risques financiers pour les municipalités.Ces deux articles témoignent de l’attention appuyée de l’UVCW vis-à-vis de l’évo-lution des finances communales, entre deux législatures locales, période charnièremarquée par des turbulences économiques toujours en cours, et une importantemue institutionnelle à venir.25 Personnes de référence : Alexandre Maitre, Directeur du Département Gouvernance locale, Mathieu Lambert, Conseiller Expert,Amaury Bertholomé et KatlynVan Overmeire, Conseillers, et Inès Degembe, Secrétaire (Cellule Finances, fiscalité et ADL).26 Personne de référence : Amaury Bertholomé, Conseiller (Cellule Finances).27 Personne de référence : Amaury Bertholomé, Conseiller (Cellule Finances).
  26. 26. Rapport d’activités 201226Trajectoire budgétaireInstitut des Comptesnationaux (ICN)Les communes continueront à assurer leurs nombreuses missions, dans l’espritconstructif d’une gouvernance efficiente et transparente visant l’amélioration duquotidien de chaque concitoyen. Pour ce faire, elles auront besoin du respect dechaque niveau de pouvoir, ce respect se traduisant par la pérennisation de sourcesde financement ne souffrant pas de coupes arbitraires et obscures, l’absence de re-port de charges sans contrepartie, et la prise en compte des nouvelles réalités, no-tamment sociales, auxquelles les pouvoirs locaux font face.Dans ces conditions seulement, les villes et communes wallonnes pourront, encorepour 6 ans, gérer leurs compétences avec la même rigueur budgétaire.Trajectoire budgétaire : les communes ne creusentpas le déficit public !28Fin mars 2012 a vu la parution du rapport de l’Institut des Comptes nationaux (ICN)sur les comptes des administrations publiques 2011. Il en est clairement ressorti queles administrations locales présentent un solde de financement à l’équilibre. Le défi-cit des pouvoirs locaux atteignait en effet 158 millions d’euros en 2011 (contre 13,7milliards pour l’ensemble des pouvoirs publics belges, dont 12,4 milliards pour l’Etatfédéral).L’Union attendait avec impatience cette confirmation de la bonne gestion financièremunicipale, caractérisée, à la différence de celle des entités fédérées et de l’Etat fé-déral, par une obligation d’équilibre budgétaire. D’autant que le rapport d’octobre2011 du Conseil supérieur des Finances (CSF) sur la trajectoire budgétaire pointaitun effort à fournir en 2012 par les pouvoirs locaux à hauteur d’1,4 milliard d’euros,suscitant l’ire et les plus vives critiques de l’Union.Mieux, l’ICN corrigeait ses conclusions pour la période 2004-2010, concluant à «uneamélioration du solde de financement des administrations locales et de l’ensemble desadministrations publiques de 0,2 % du PIB».Il est donc apparu que les pouvoirs locaux, responsables de près de la moitié desinvestissements publics en Belgique, pèsent à peine plus d’1 % du déficit public glo-bal, sans contribuer à la dégradation du solde de financement des pouvoirs publics. Cependant, en raison du marasme économique prolongé depuis 2008, et aussi sousla pression croissante des reports de charges opérées par le Fédéral (police, incendie,aide sociale), le solde des pouvoirs locaux a plongé, passant de + 725 millions d’eurosà - 158 millions d’euros.Si les pouvoirs locaux, et singulièrement les communes, ont maintenu leurs financesà l’équilibre, c’est dès lors au prix de sacrifices sur leurs autres missions et investisse-ments, donc au détriment de la population et des entreprises.Lors de leur Assemblée générale de mai 2012, les municipalistes se sont engagés à dé-velopper et mettre en œuvre des solutions en vue d’optimaliser recettes et dépenses,mais ont redit attendre de l’Etat fédéral qu’il prenne ses responsabilités, notammentfinancières, dans ses compétences.A l’adresse des autorités européennes, l’Union a formulé le vœu que les futures direc-tives sur les marchés publics n’empêchent pas les coopérations et mutualisations,indispensables à une plus grande efficience dans la gestion publique locale.28 Personne de référence : Alexandre Maitre, Directeur du Département Gouvernance locale.
  27. 27. Rapport d’activités 2012 27L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEAdditionnels auPrécompte immobilierBelgacomAdditionnels au précompte immobilier : Belgacom veutse soustraire au paiement de ses impôts locaux !29En décembre 2012, au détour du constat d’un recul des recettes à l’impôt foncierdans certaines communes, l’Union a découvert les négociations menées entre Bel-gacom et les services fiscaux fédéraux en charge du traitement de son précompteimmobilier.La manoeuvre fiscale vise à éluder l’impôt foncier sur le matériel et l’outillage et à ré-clamer remboursement d’un soi-disant «indu» de plusieurs années, majoré d’intérêtssubstantiels, aux bénéficiaires de l’impôt et de ses additionnels que sont la Région (àhauteur de 2 %), les provinces (38 %), mais surtout les villes et communes (60 %).En février 2013, le Conseil d’administration de l’Union a appelé l’autorité fédérale àrevoir d’urgence le mécanisme d’imposition pour ‘inerter’ les techniques d’évasionfiscale en cause, notamment dans le chef de Belgacom, et récupérer les montantsperdus ou leur équivalent. Soit 60 millions d’euros pour les municipalités wallonnes.L’Union a qualifié cette échappatoire fiscale d’inadmissible dans le chef d’une en-treprise publique comme Belgacom. D’autant que l’opérateur téléphonique n’a eude cesse de contester la fiscalité locale (entre autres, la taxe sur les pylônes GSM) etd’utiliser la voirie communale essentielle à ses profits, pour l’usage et la dégradationde laquelle il ne paie aucune contribution.L’Union a profité de l’occasion pour remettre sur le tapis son exigence d’une généra-lisation des redevances de voirie à charge du secteur des télécoms, histoire d’enfinobtenir de ce dernier une juste contribution aux infrastructures publiques locales.Sur le principe, l’Union s’est encore interrogée sur le rôle joué par l’Etat fédéral, dontles services ont géré ce dossier dans la totale ignorance des destinataires de l’impôt,entraînant une difficulté de financement majeure pour les villes et communes, et unretard dommageable dans la recherche de solutions législatives ou réglementairespermettant de mettre fin à l’évasion.Réestimation des recettes communales :l’Union interpelle le Ministre30Début 2013, de nombreuses communes ont été informées par l’administration fis-cale fédérale de réestimations budgétaires pour l’année 2012, touchant notammentaux recettes en matière d’additionnels communaux à l’impôt des personnes phy-siques (IPP). Ces recettes représentent plus de 800 millions € annuellement et globa-lement, soit 18 % des recettes ordinaires des communes wallonnes. C’est dire si ellessont essentielles pour l’équilibre financier des villes et communes.En janvier 2013, l’Union a attiré l’attention du Ministre fédéral des Finances à proposde deux conséquences directes de cette situation.La première difficulté est de nature comptable. L’Union a constaté, sous l’angle macro-économique, une diminution de 5,3 % en 2012 par rapport aux recettes IPP initiale-ment budgétisées par les communes wallonnes, les obligeant à ouvrir de coûteuseslignes de crédit pour combler leurs besoins en liquidité. L’analyse micro-économiquerévèle d’importantes variations selon les communes (plus de 20 % entre le montantbudgétisé initialement et le montant estimé par le SPF Finances en fin d’exercice).29 Personnes de référence : Mathieu Lambert, Conseiller Expert, et Inès Degembe, Secrétaire (Cellule Finances, fiscalité et ADL).30 Personnes de référence : Amaury Bertholomé, Conseiller, et Inès Degembe, Secrétaire (Cellule Finances, fiscalité et ADL).
  28. 28. Rapport d’activités 201228Recettes communalesCirculaire budgétaireUne autre difficulté survient au niveau des résultats des comptes des administrationslocales libellés selon la méthode comptable SEC 95. Comme c’est la date d’enrôle-ment de l’impôt qui constitue le point de rattachement de la recette communale àl’exercice, et non la date de versement effectif des additionnels communaux dans lacaisse communale, il est capital que l’administration fédérale enrôle les impôts del’exercice 2012 en décembre 2012. L’Union a sensibilisé le Ministre des Finances surcette question qui inquiète fortement les municipalistes.Plus globalement, l’Union a redit son désir de voir un système permanent d’avancesfixes se substituer à des versements irréguliers et imprévisibles du Fédéral vers lescommunes. De quoi éliminer définitivement le risque de trésorerie et répondre aubesoin de financement des communes, important au premier semestre.Dans un rapport datant de janvier 2011, le Conseil supérieur des Finances ne recom-mandait pas autre chose, arguments majeurs à l’appui.Circulaire budgétaire 2013 : l’UVCW entendue !31En septembre 2012, l’Union a relayé les positions et revendications de son Conseild’administration auprès du Ministre wallon des Pouvoirs locaux et de la Ville en cequi concerne la traditionnelle circulaire budgétaire guidant les gestionnaires com-munaux dans la confection de leur budget 2013.Quant aux dépenses de personnel, l’Union a demandé au Ministre de veiller à la bonnetransmission des informations de l’ONSSAPL vers les communes, afin qu’elles sachentrapidement la hauteur des cotisations de responsabilisation à acquitter en 2013.En ce qui concerne les compensations Plan Marshall, l’Union a réclamé au Ministrel’indispensable mise à jour des données cadastrales des entreprises. La non-compensation de l’exonération du précompte immobilier dans les périmètresdes aéroports publics régionaux lèse considérablement 4 communes, en totalecontradiction avec le principe de neutralité budgétaire inscrite dans la DPR. L’Uniona exprimé son plus vif mécontentement à ce sujet.En matière de dépenses de transfert, l’Union a donné de la voix au sujet des boniséventuellement constatés aux comptes des entités consolidées des communes sousplan de gestion et des dotations communales aux zones de police. Elle a eu ses apai-sements sur ces deux aspects.L’Union, qui a demandé à être associée à la réflexion quant à la refonte de l’architecturede la fiscalité locale, a obtenu une promesse ministérielle en ce sens. La possibilitépour les communes de lever une taxe sur les mâts d’éoliennes, pourtant retenue dansle 1erprojet de circulaire, a finalement disparu, ce que l’Union a vivement regretté,car c’est un droit des communes, analogue à celui de taxer les pylônes GSM, reconnupar la Cour constitutionnelle.Enfin, suite au lobbying tenace de l’Union, la circulaire a prévu la possibilité d’indexerautomatiquement les redevances si elle est prévue dans les règlements.31 Personne de référence : Amaury Bertholomé, Conseiller (Cellule Finances).
  29. 29. Rapport d’activités 2012 29L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEFonds des frontaliersRéseau FiscalitéFonds des frontaliers : les demandes de l’Unionportent leurs fruits32En raison de sa taille et de sa position géographique, notre pays voit chaque jourses frontières traversées par des citoyens belges, français, néerlandais, allemandsou luxembourgeois, à des fins professionnelles. L’Union a relevé qu’entre 2000 et2011, le nombre de frontaliers résidant en Belgique et travaillant au Grand-Duchéde Luxembourg est passé de 23.000 à près de 40.000 personnes. Ces situations nesont pas sans conséquence sur les recettes fiscales de nos communes, qui ne peuventtaxer ces personnes en raison d’accords fiscaux entre les deux pays pour éviter les casde double imposition.Le Fonds des frontaliers a été créé en 2001 pour compenser le sérieux manque à ga-gner ainsi subi par les communes wallonnes. Financé par le Grand-Duché et indexéde 2 % chaque année, ce Fonds n’a cependant pas connu la même progression que leflux migratoire. Il atteignait 17,1 millions d’euros en 2011, dont 15,7 millions d’eurosrevenant aux communes wallonnes. Selon les calculs de l’Union, le Fonds devraitdépasser 28 millions d’euros.En mai 2012, elle a interpellé le Ministre fédéral des Finances quant à cette situationqui lèse chaque année davantage les communes wallonnes et a réclamé un refinan-cement du Fonds. Fin juin, devant le Sénat, le Ministre des Finances a annoncé avoirchargé son administration d’engager des négociations avec son homologue luxem-bourgeois.C’est une excellente nouvelle pour les communes directement voisines du Grand-Duché, mais également pour l’ensemble des communes wallonnes qui sont quasitoutes, à des degrés divers, bénéficiaires du Fonds des frontaliers !L’Union s’est naturellement félicitée de ces avancées, tout en restant attentive à laconcrétisation de ces promesses ainsi qu’au sort des communes frontalières avecla France, qui n’ont pas encore perçu les retombées positives du dernier avenant àla convention entre la Belgique et la France. Elle a également demandé au Ministred’insister auprès de son administration pour qu’elle régularise les cas fréquents defraudes à l’immatriculation entre ces deux pays.Un nouveau Réseau Fiscalité sur le site de l’Union33La fiscalité est une matière complexe, et la fiscalité locale n’échappe pas à la règle.En avril 2012, pour aider ses membres à faire face aux questions et défis dansce domaine, l’Union a mis en ligne un nouvel outil à disposition exclusive de sesmembres, le Réseau Fiscalité : http://reseaux.uvcw.be/fiscalite.Construit sur le modèle des réseaux déjà mis en ligne sur le site de l’Union, il consti-tue une plateforme d’échanges, de réflexions et de concertation. Son contenu estdestiné à évoluer dans le temps, mais, dès son lancement, il a offert la possibilité deposer des questions, déposer des documents (modèles, etc.) ou articles et répondreaux questions. Des courriels sont aussi envoyés aux membres inscrits pour les infor-mer en temps réel des mises à jour.L’Union est bien entendu active sur le réseau, ses conseillers suivant les discussions(juridiques, techniques, etc.) et intervenant si nécessaire. Elle pourra également re-layer, vers les instances régionales et/ou fédérales concernées, les constats et préoc-cupations rencontrés sur le terrain local, via ce nouveau canal.32 Personne de référence : Amaury Bertholomé, Conseiller (Cellule Finances et fiscalité).33 Personne de référence : Mathieu Lambert, Conseiller Expert (Cellule Finances et fiscalité).
  30. 30. Rapport d’activités 201230Règlement d’Ordreintérieur (ROI)Régie communaleautonome (RCA)LEFONCTIONNEMENTDELACOMMUNEETLESMODESDEGESTION34Le fonctionnement optimal de l’institution communale constitue le cœur de métierde l’Union desVilles et Communes de Wallonie.34Les décrets du 26 avril 2012 et du 31 janvier 2013 ont tous deux apporté desmodifications relativement importantes au Code de la démocratie locale et de ladécentralisation (CDLD). L’Union s’est évidemment fort investie pour aider lesmandataires et le personnel des pouvoirs locaux à digérer tous ces changements.Elle a notamment adapté toute une série de modèles à destination de ses membres.Nouveaux modèles de ROI pour communes, CPAS etintercommunales35En décembre 2012, comme de tradition à l’aube de chaque nouvelle législature com-munale, l’Union a élaboré un nouveau modèle de règlement d’ordre intérieur (ROI)du conseil communal, assorti d’un commentaire des articles.L’exercice n’était pas anodin, car la réforme du Code de la démocratie locale et dela décentralisation (CDLD) du 26 avril 2012 a introduit nombre de modifications,notamment dans le libellé du ROI : droit d’interpellation des habitants, présidencedu conseil communal, bulletin d’information communal, droits des conseillers com-munaux dans les asbl à prépondérance communale, etc.Les équipes de l’Union ont également rédigé des modèles de ROI pour les CPAS et lesintercommunales. Le recueil de ces 3 modèles a fait l’objet d’une publication en col-laboration avec les éditions Politeia. Il a été distribué gratuitement à tous les visiteurslors du Salon des mandataires en février 2013.Mise à jour du vade-mecum de la régie communaleautonome36Le même décret du 26 avril 2012 modifiant le CDLD a modifié le régime des régiescommunales autonomes (RCA). L’Union a donc profité de l’été 2012 pour mettre àjour son Vade-Mecum de la régie communale autonome.Ce document présente brièvement la RCA (activités et fonctionnement), énumère lesavantages et contraintes liés à la création d’une telle structure, dresse un inventairedes démarches à entreprendre (tant sur le plan administratif que civil) et propose unmodèle de statuts.Il est disponible gratuitement sur le site de l’Union.34 Personnes de référence : Sylvie Bollen, Conseiller Expert, Laetitia Vander Borght, Conseiller, et Inès Degembe, Secrétaire(Cellule Fonctionnement institutionnel et modes de gestion).35 Personnes de référence : Sylvie Bollen, Conseiller Expert (Cellule Fonctionnement institutionnel), Luigi Mendola, ConseillerExpert (Cellule Personnel et RH), LaetitiaVander Borght, Conseiller (Cellule Intercommunales et modes de gestion), BernardAntoine, Directeur général de la Fédération des CPAS.36 Personnes de référence : Laetitia Vander Borght, Conseiller (Cellule Intercommunales et modes de gestion).
  31. 31. Rapport d’activités 2012 31L’ANNÉE POLITIQUECOMMUNALEAsbl communalesContrat de GestionCode de la Démocratielocale et de laDécentralisation (CDLD)Un modèle de contrat de gestion entre unecommune et son asbl communale37L’année 2012 a également vu se concrétiser la réforme des asbl communales.L’Union a eu la satisfaction d’y voir ses revendications essentielles rencontrées : uncadre minimal et souple, reposant sur la notion de contrat de gestion et offrant unmaximum de transparence.Dans le sillage de ce nouveau régime, en juillet 2012, l’Union a mis à disposition deses membres un modèle de contrat de gestion formalisant les relations entre unecommune et son asbl communale.Ce modèle est accessible gratuitement sur le site de l’Union. Depuis avril 2013, il estégalement disponible en version papier, dans le cadre du partenariat éditorial nouéavec Politeia.Décret du 31 janvier 2013 modifiant le CDLDAprès celui du 26 avril 2012, le décret du 31 janvier 2013 a également entraîné unesérie de modifications au CDLD. Ces nouvelles règles touchent principalement auxdroits des conseillers communaux (extension du droit à l’information), à la simpli-fication des règles de tutelle (fin de la tutelle provinciale) et à l’octroi et au contrôledes subventions.L’Union a vu d’un très bon œil l’entrée en vigueur de ces dispositions, dont bon nombrecorrespondaient à des demandes émises de longue date par les municipalistes.C’était le cas de l’unification des procédures de tutelle entre les mains du Gouverne-ment wallon, véritable moteur de simplification administrative, et du raccourcisse-ment des délais d’instruction des dossiers.Mais aussi de la suppression de la tutelle générale d’annulation avec transmissionobligatoire sur les plans stratégiques des intercommunales et de l’exclusion des sub-ventions octroyées entre commune et CPAS du champ d’application du régime juri-dique relatif à l’octroi et au contrôle des subventions.L’Union a donc décerné un «satisfecit» global à l’autorité régionale, même si elle au-rait souhaité un allègement encore plus substantiel de certaines règles (en matièrede tutelle notamment).37 Personnes de référence : Laetitia Vander Borght, Conseiller (Cellule Intercommunales et modes de gestion).Laetitia Vander BorghtModèledecontratdegestionentreunecommuneetsonasblcommunaleModèledecontratdegestionentreunecommuneetsonasblcommunaleL’Union des Villes et Communes de Wallonie a le plaisir de mettreà disposition des municipalistes ainsi que des personnes issues dumondeassociatifunmodèledecontratdegestionformalisantlesre-lationsentreunecommuneetsonasbldite«communale».Cemodèleaccompagné de son commentaire intéressera tout particulièrementles fonctionnaires et mandataires publics ainsi que les acteurs dumonde associatif tenus, conformément aux nouvelles dispositionsduCodedeladémocratielocaleetdeladécentralisation,des’atteleràlarédactiond’unetelleconvention.Le lecteur y trouvera notamment des dispositions visant à définirla nature et l’étendue des missions confiées par la commune à sonasbl, leurs conditions d’exécution, les moyens mis à disposition del’asblparlacommunepourlesmeneràbien,etlesrèglesrelativesaucontrôledelacommunesursonasbl:évaluationdestâchesconfiéeset emploi conforme de la subvention.Soit une excellente base pouradapterlalégislationrégionaleàleursréalités.L’ouvrage intègre déjà la nouvelle réglementation concernantles subventions,entrant en vigueur au 1er juin 2013.Les indispensablesdes pouvoirs locauxLivre_collection_UVCW_G&S_Mars2013_B.indd 2-3 10/04/13 18:11

×