Exterieur haute ecole

1 580 vues

Publié le

Etienne BEUDANT

Publié dans : Sports
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 580
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
783
Actions
Partages
0
Téléchargements
16
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Exterieur haute ecole

  1. 1. 1/ f ; f., :
  2. 2. zD y • ^/Vo KC(ll,KjeC;mEHIE BIBLIOTHÈQUE
  3. 3. % 'ü
  4. 4. S_ |jìUaCi>c '•e >—u xiAtxA*,.— Il "-X SU.; KROLKdeC&VmiilK BIBLIOTHÈQUE
  5. 5. E x t é r i e u r 6Î Haute Écote
  6. 6. MÊME LIBRAIRIE : Traité de Zootechnie LES ÉQUIDÉS Prodtictioix et Sexploitation, des ÉcfU-idés Par P. DECHAMBRE PROFESSEUR DE ZOOTECHNIE A L'ÉCOLE NA­ TIONALE D'AGRICULTURE DE GRIGNON ET A L'ÉCOLE VÉ TÉRINAIRE D' ALFORT, MEMHRE DE L'A CADÉMIE D'AGRICOLTURE. Un volume in-12 de 442 pages, texte se rré, illustré de 77 grav ures et 5 cartes. Reliure angl aise souple. 2° Édition (1921). Prix : 20 francs en libr airie ; 21 fr. 50 franco pour la Fran ce; 22 francs fr anco pour l'Etranger.
  7. 7. e ' / E, BEUDANT H/O t é r n e i m r et M a M i t e ' - •: , e @ l e P R É F A C E D E M. T H . M ON O D Vétérinaire principal de /re classe Directeur du Service vétérinaire des troupes Chef de l'élevage au Maroc AVEC 4 4 PLANCHES HORS TEXTE PARIS LIBRAIRIE DES SCIENCES AGRICOLES C H A R L ES A M AT, ÉDITE UR 11, rue de Mézières (VI') 1923
  8. 8. C l / ' 3 / 0 A M. LE GÉNÉRAL DE DIVISION JOUINOT-GAMBETTA Mon Général, Au début des ho stilités vous ni'aviez formellement promis de m 1envoyer au grand front... Puis, fai été brisé physiquement et vous n'avez pu m1em­ mener hélas! ni en France, ni en Orient, où, par Véclatante prise d'Uskub, vous avez ouvert la porte à la victoire finale. La souffrance, qui ne me quitte jamais, peut seule adoucir Vamertume que mon inaction iria laissée. Tout est fini pour moi et je ne suis même plus capable de m'occuper d'equita­ tion, art qui m'a tant passionné qu'on m'a souvent reproché de trop m 'y adonner. Cependant, plusieurs hommes de cheval me demandent de publier des notes prises au Maroc, et que j'adressais au fur et à mesure que je montais de nouveaux chevaux, à M. Monod, directeur du service vétérinaire et ch ef de l'élevage. Ce savant hippiâtre insiste lui-même particulièrement, et j'aurais d'au­ tant plus mauvaise grâce à me dérober, que j'ai seulement mis en pratique les doctrines équestres du général baron Faverot de Kerbrech. La réussite du dressage de mes che­ vaux n'a donc été q u'un faible hommage rendu à la mémoire vénérée de l'ancien colonel du 23e dragons où j'ai débuté. Pour expliquer les résultats obtenus j'ai résumé, le plus fidèlement possible, les principes qui m'ont guidé et il est tout naturel, mon Général, qu'en témoignage de m on inalté­ rable gratitude envers mon dernier colonel, je sollicite l'hon­ neur de vous offrir mon modeste travail sur le cheval, ce noble
  9. 9. — VI — animal dont vous avez si bien su tirer parti, ce vaillant qui permet d'allier la vitesse à l'audace, de surprendre et de vain­ cre, comme vous l'avez fait avec la cavalerie d'A frique « en surmontant toutes les difficultés, en brisant toutes les résis­ tances », à travers le massif de l a Golesnitsa-Planina, dans des montagnes réputées inaccessibles. E. BEUDANT.
  10. 10. PRÉFACE J'ai suivi pendant de longues années les efforts du capitaine Beudant. Les merveilleux résultats d'une méthode sans défaillance m'ont frappé et je suis heu­ reux d'en rendre ici témoignage. | Extérieur et haute école est écrit dans un style précis, attrayant, agréable et facile à lire comme un roman. C'est l'œuvre d'un maître que je voudrais voir ré­ pandre dans le monde cavalier, comme synthétisant tout ce qui a été écrit de sensé et de logique sur la matière. Par excès de modestie l'auteur se défend d'avoir entrepris, pendant son séjour aux haras marocains, autre chose que le dressage du cheval. Mais, les faits sont là, ce sont les succès des produits de son époque sur les hippodromes chérifiens. L'histoire de ses chevaux est une magnifique leçon, et les amateurs qui ont eu le rare bonheur d'assister à leur travail et de constater la perfection atteinte, sont restés remplis d'admiration. Une méthode ne vaut que par ce qu'elle engendre : les élèves du capitaine Beudant, si bien dressés, soit à l'extérieur, soit en haute école, sans contrainte et sans fatigue, sont la preuve évidente que sa méthode est la bonne. Il ne dompte pas le cheval; il fait de la leçon un exercice salutaire, un jeu instru ctif qui n'amène jamais la fatigue, et il fait remarquer que les fautes pro-
  11. 11. —— Vili — viennent le plus souvent du cavalier qui s'attaque aux effets au lieu de détruire leurs causes. Assouplir l'animal, lui apprendre à répondre à la moindre indication formulée par la main et par les jambes, ne pas le gêner, développer ses aptitudes na­ turelles, l'amener à amplifier et à exagérer les mou­ vements de ses membres, telle est la progression. Il arrive ainsi à porter au maximum, toutes les facultés et les moyens du cheval et à lui faire rendre tout ce qu'il est susceptible de donner, sans jamais dépasser la limite du jeu physiologique des membres. Une maîtrise de soi absolue, une patience à toute épreuve, la fermeté alliée à la douceur, une observa­ tion soutenue, un jugement sûr, une position impec­ cable, toutes ces qualités Beudant les possède à un degré tel, que dans le dressage de ses chevaux les mé­ comptes sont inconnus. Enfin une des raisons de l'excellence de son ou­ vrage est le soin qu'il a pris, avant de s'adresser aux écuyers privilégiés qui peuvent tout entreprendre, d'indiquer au« cavaliers de fortune, des procédés si simples à employer et si compréhensibles par le cheval, qu'ils sont l'assurance de la réussite pour l'homme et l'animal les moins bien disposés. Le manuel du capitaine Beudant est le plus métho­ dique, le plus pratique et le plus accessible des traités d'équitation. Il sera lu et relu par tous les cavaliers, écuyers et hommes de cheval, par tous ceux qui aiment ce noble animal. Th. MONOD, Vétérinaire principal de classe, directeur du Service vétérinaire des troupes, chef de l 'élevage au Maroc.
  12. 12. FIG. I. — lìohersart II. Hongre, né à Bourkika, le 5 avril igoô, par Robersart, pur-sang anglais, et Baronne, barbe non tracée, bai cerise, i»» G3 (p. 77).
  13. 13. FIG. 2. — Robersart 11. Près du chemin de Djdiclo. (Mazagan) à Sidi-Boa-Chaïb (Azemmour), Maroc.
  14. 14. xteraew --"% . Xiï et Hante Ecole 0) ^ Du dressage. La carrière ne se parcourt pas tou­ jours comme nous l'avons rêvée, mais bien telle que la destinée nous l'a faite, et nous devons nous considérer comme ayant rempli notre tache du moment où nous avons la conviction d'avoir agi pour le mieux dans la sphère d'action que la destinée nous a tracée. (Général L'HOTTE.) Pendant inon séjour aux haras marocains, j'ai essayé d'« agir pour le mieux » en m 'occupant du cheval. Toute­ fois, n'ayant pas l'envergure nécessaire pour faire plus que de l'équitation, j'ai étudié seulement le dressage du cheval de selle. C'est d'ailleurs une question de la plus haute importance, car on sait qu'il est essentiel pour le budget national et, surtout, pour la valeur de la cavalerie, que les chevaux soient parfaitement dressés, sans préjudice pour leurs qua­ lités, et de façon au contraire à prolonger la durée de leur emploi dans l'armée. Et puis, on prétendait avant la guerre que notre equita­ tion n'était pas comparable à celle des A llemands; aussi, ne pouvant pas marcher à la victoire comme les vrais écuyers l'ont fait, ai-je entrepris, moi simple amateur, de contribuer à détruire cette hérésie. Le résultat de mes efforts est l'affermissement de ma conviction touchant le néant des théories et des formules scientifiques pour le dressage du cheval. EXTÉRIEUR ET HA UTE ÉC OLE 1
  15. 15. — 2 — Les discussions sur les principes et sur les « effets des effets » des moy ens employés ne sont, pour moi, que vains propos et paroles creuses, et je crois fermement qu'il faut baser le dressage sur ceci : tant que le cheval ne sera pas une machine sans âme, tant qu'il jouira d'une faculté intellective lui permettant d'impressionner toutes les parties de son corps plus rapidement que ne pourra le faire Vapplication de nos calculs, son dressage mathématique restera une utopie. Le principe essentiel est, j'en suis persuadé : observer le cheval libre, réfléchir et tâcher de bien faire soi-même, au lieu d'accuser la mauvaise volonté ou les tares de son cheval. Le cheval observe son cavalier et il se rend compte des moindres gestes qu'il fait, même inconsciemment, puis il réfléchit et, tout à coup, il surprend celui qui le monte,'soit par une défense inattendue, soit par la bonne exécution d'un mouvement qui lui avait été vainement demandé et qu'il a compris en méditant dans son écurie. C'est si vrai que, sauf exception, un bon sauteur dont le cavalier craint l'obstacle, cesse bien vite de sauter. Au contraire, un cheval auquel on a demandé convena­ blement mais sans bon résultat, un départ au galop, par exemple, donne parfaitement ce départ au même cavalier, ~ la première fois qu'il le remonte même longtemps après la première demande. Observer et réfléchir sont certainement pour le cavalier les deux plus grandes chances de succès. Malheureusement, on pense toujours à châtier le cheval; et l'on a tort la plupart du temps, car l'animal ne répond qu'à ce que les aides lui demandent réellement. La faute provient presque toujours du cavalier qui, ne sachant pas parler correctement le langage des aides; ne se fait pas bien comprendre, ou exprime même le contraire de ce qu'il veut dire. L'infirmité qui me fait souffrir est une grosse difficulté, mais, en toute chose, il y a un bon côté, et le fait de ne
  16. 16. — 3 — plus pouvoir me servir puissamment des aides, a été très instructif pour moi, en m'obligeant à n'employer que très peu de force. Cela m'a confirmé dans l'idée qu'on emploie, habituellement, beaucoup plus de vigueur qu'il n'en faut en se servant des aides. Il faut agir soi-même le mo ins possible e t laisser le plus possible le cheval agir de lui-même. Pour être facilement compris du cheval, le langage des aides doit être simple, or, avec les théories scientifiques, il en est rarement ainsi, et la leçon devienb aussi difficile à donner qu'à comprendre. Le dressage est alors un travail aussi pénible pour le cavalier que pour le cheval. On va jusqu'à indiquer, pour l'obtention d'un mouvement élé­ mentaire, de lever, par exemple, la main droite en ouvrant la rêne, de baisser la main gauche en fermant la rêne, de mettre une jambe en avant et l'autre en arrière et de faire en plus un déplacement d'assiette suivi d'une inclinaison du corps en avant. Il n'est pas donné à tout le monde de raconter tant de choses à la fois sans se tromper et en se faisant comprendre. Moi, je n'essaierai pas, j'aurais peur de radoter. On dit aussi qu'il faut opérer au moment précis du lever ou du poser d'un membre, etc., etc.; à mon humble avis, c'est chercher la petite bête; c'est trop priver le cheval d'initiative. Si je veux partir au galop, l'action, agissant sur la position, met insensiblement l'animal au galop, sans brusquerie, sans que je m'en aperçoive et j'éprouve la sensation qu'on-ressent dans un bon wagon d'un train bien conduit au départ : onest obligé de prêter l'oreille au bruit des roues pour savoir si l'on est en marche. Eijrfin, sous prétexte de faire mieux que la nature, on va jusqu'à contraindre le cheval à prendre des habitudes gênantes pour lui comme pour le cavalier. C'est ainsi que des écuyers de valeur dépensent du temps et du talent, afin d'obtenir que le cheval fasse toujours une descente d'en­ colure quand on lui demande un départ au galop.
  17. 17. Or, jamais un animal en liberté ne fait de descente d'en­ colure, et, une fois monté, il n'en fait que s'il est gêné par la main du cavalier, ou que sile cavalier, croyant bien faire, lui a enseigné ce mouvement, dont il est impossible d'ex­ pliquer Vutilité. Certains écuyers ont transformé ce mou­ vement en une action moelleuse qui se fait lentement, avec l'étendue voulue par le maître, mais c'est là l'exception, et l'origine de cette bizarrerie n'en est pas moins la gêne causée par la main. La preuve en est dans ce fait que le seul moyen de corriger un cheval de cette sorte de tic est de ne plus le gêner. Laissé libre, il perd l'habitude de faire des descentes d'encolure. A Saumur, j'avais lu dans l'ouvrage du capitaine Séyès : « P artir au galop sur une descente de main », et, quand, étant sous-lieutenant, j'ai travaillé l'équitation, je me suis appliqué à obtenir de belles descentes d'encolure bien douces. Mais, n'ayant pu arriver à comprendre l'efficacité de ce mouvement ennuyeux, je l'ai abandonné et, depuis, mon premier soin a toujours été de faire disparaître cette habitude quand je l'ai trouvée chez un des chevaux qui m'ont été confiés. Je dois dire d'ailleurs que, sauf mes pre­ miers chevaux d'officier, je n'ai jamais monté d'animaux faisant moelleusement des descentes d'encolure. Vers 1902 ou 1903, en étudiant la méthode du général Faverot de Kerbrech que je venais de recevoir, j'ai lu la recommandation de faire « le plus possible de descentes de main et de jambes ». Ne sachant que penser, car les des­ centes de main telles que je les comprenais, sont en contra­ diction avec la recherche constante de la légèreté « san s que la tête bouge », je me décidai à écrire au général, qui m'envoya immédiatement cette définition : « F aire une descente de main et de jambes veut dire simplement cesser absolument de faire sentir la main et les jambes au cheval. En un mot, laisser l'animal complètement libre tant qu'il garde la position et la même allure. C'est la preuve que le cheval est vraiment en équilibre. »
  18. 18. — 5 — Cet éclaircissement me causa une des plus grandes joies de ma vie, car la descente de main ainsi comprise corres­ pondait à l'idéal que je m'étais fait du dressage du cheval, en observant les chevaux libres en Amérique et en Afrique. L'équilibre est le but de toutes les recherches. C'est aussi l'écueil des calculateurs qui enseignent l'art équestre et, en 1776, Du Paty de Clam, ancien mousquetaire, s'est écrié dans son " discours àl'Académie desSciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux" : « Mais, il ne faut pas espérer que l'on puisse donner ce tact et ce discernement délicat qui appartient à la pratique. Cet art contient une infinité d'industries singulières, inconnues à tous ceux qui ne l'exercent pas souvent, peu observées par ceux qui l'exercent et négligées par leë s avants les plus universels, merveilleuses et ravissantes dès qu'elles sont vues par des yeux éclairés. La carrière est immense et les auteurs classiques, s'il y en avait, ne seraient pas suffisants pour rendre écuyer. » Les méthodes. « Ne poussez pas trop loin l'étude seientUlque... Bien plutôt, étudiez- les lois de la nature, le plus souvent juste dans son œuvre, savante par elle, même, et en la consultant, vous arri­ verez plus sûrement au but. » (ROUSS13LET.) Il y a peu de règles absolues quant à leur mise en pra­ tique. Il y a des principes évidemment. Il faut du bleu et du jaune pour faire du vert, cependant le tact seul, le génie, indique à l'artiste la nuance des flots de l'Océan et celle des bois et des prairies. Il en est de même des règles de l'équitation. Le cavalier doit rechercher la manière qui convient le mieux à ses aptitudes. Il doit étudier le tempérament du sujet qu'il veut dresser, car le tempérament varie avec
  19. 19. — 6 — chaque individu et le même principe s'applique d'une façon particulière sur chaque animal. Le nécessaire est d'assou­ plir le cheval. Une fois assoupli par un moyen quelconque, il répond à n'importe quelle action logique et judicieuse­ ment exercée, pourvu qu'il ne s'agisse pas d'un dressage spécial tel que, par exemple, l'emploi de l'éperon en avant pour arrêter et en arrière pour porter en avant. Dans la pratique il arrive à chaque instant que dans le maniement du cheval dressé, on utilise intuitivement, sui­ vant le cas, les différents modes d'emploi des aides : les aides diagonales aussi bien que les aides latérales; c'est le tact qui guide. Mais au commencement du dressage, il est essentiel de procéder méthodiquement. En tout cas, il nefaut pasperdre de vue qu'un cheval excité commet des insanités. Sous l'influence de la gourmandise, avec son nez il jette l'avoine hors de la mangeoire afin de l'engloutir plus vite; il mord le seau dans lequel on lui apporte à boire et il en renverse l'eau, etc. Pour se faire comprendre, c'est donc d'abord le calme qu'il faut obtenir. Bien des méthodes de dressage ont revendiqué la supé­ riorité, actuellement elles semblent très différentes les unes des autres, et, cependant, elles ont toutes la même base. Elles dérivent toutes de l'enseignement de Baucher et du comte d'Aure, les grands maîtres de l'équitation moderne. Les principes de ces deux novateurs sont, je crois, les mêmes, et il est regrettable que leurs partisans s'efforcent plus de critiquer leurs antagonistes que de rechercher les motifs du dissentiment qui existe entre les deux écoles et dont l'anéantissement amènerait la méthode pratique si désirable pour la conservation des chevaux. D'Aure a enseigné qu'à la pression des jambes, le cheval doit se porter en avant, et plus ou moins sur la main sui­ vant l'usage auquel il est destiné. D'après Baucher, le cheval doit se placer en arrière de la main tout en se grandissant, en même temps qu'il coule
  20. 20. — 7 — en avant des jambes. D'Aure, qui voulait avant tout l'im­ pulsion, disait à ses élèves: «En avant. »Baucher, qui récla­ mait d'une manière constante la légèreté, répétait : «Pous­ sez. » Comme d'Aure, Baucher faisait donc bien tout d'abord appel à l'impulsion, a écrit le général L'Hotte, mais au lieu de la laisser échapper tout de suite en avant, il voulait que le cavalier s'en emparât d'abord, pour obtenir lasoumission des ressorts. Ces enseignements, commentés et plus ou moins déna­ turés, ont formé de nombreuses sectes et ont soulevé d'interminables polémiques. D'Aure rejetait l'emploi de la force, il voulait qu'on mît seulement le cheval en situation de faire lui-même, et il ne recherchait qu'en partie la possession des forcesde l'animal (légèreté relative). Baucher, depuis l'épanouissement de son génie, s'était inspiré de l'animal en liberté et il avait obtenu l'équilibre naturel dans lequel le cheval, aussi léger aux jambes qu'à la main, semblait ne se mouvoir que spontanément, de lui-même. Il exigeait la possession complète des forces du cheval (légèreté parfaite). C'était le raffinement de l'équi- tation du comte d'Aure, mais c'était la même equitation. A mon humble avis, la véritable formule, la seule qu'il faut adopter, est celle du général L'Hotte : «Avoir le cheval léger aux jambes, autant qu'à la main, c'est-à-dire l'avoir toujours coulant et comme insaisissable dans les talons, à moins toutefois que la main ne s'oppose au mouvement en avant. » Pour « m ettre » u n cheval, les adeptes des différentes méthodes de dressage développent des théories ingénieuses, et ils essaient de prouver la nécessité de leur très difficile application, par des démonstrations savantes, fréquem­ ment corroborées par des figures et des calculs mécaniques.' J'admire les écuyers convaincus qui professent ces prin­ cipes scientifiques, mais je n'ai jamais osé les suivre dans
  21. 21. — 8 leurs études. Je trouve, en effet, ces études trop fortes pour moi. D'ailleurs, j'attribue à leurs prétentions, les faits indis­ cutables qui ont provoqué des jugements très sévères sur l'instruction équestre en France, sur le mauvais dressage des chevaux de la cavalerie et sur leur usure prématurée, désastreuse, dit-on avec raison, pour notre budget. On doit, selon moi, agir sur le moral du cheval, et ne chercher à l'habituer à coordonner ses forces, d'après les lois de la mécanique, que pour mieux les mettre à la disposition de sa bonne volonté. L'héroïsme du cavalier vient de son cœur et non pas de considérations mathématiques; comment donc vouloir faire de son vaillant compagnon un simple automate, alors que c'est le courage surtout qui fait briller la qualité des che­ vaux les plus appréciés sur les hippodromes, à la chasse et partout où ils travaillent pour nous, aussi bien au trait qu'à la selle? D'Auvergne, « le fondateur de l'équitation militaire », a du reste fait cette observation : « Vouloir tout démontrer dans un art est une chose absurde. Il faut que la pratique ait ses avantages quand elle est conduite par des principes généraux. » Et Rousselet a écrit : « Les méthodes scientifiques qui concluent d'une manière absolue ne sont pas applicables au cheval soumis à tant d'influences diverses dont lescauses échappent pour la plupart à nos sens et à nos calculs. » Il y a deux manières de s'adresser au moral du cheval : une qui terrifie, l'autre qui essaie de parler logiquement à son intelligence. Fillis a écrit dans son cours d'équitation : « Il y a tou­ jours un moment où le cheval joue son va-tout et se défend en désespéré. Tant qu'un cheval nes'est pas défendu, son dressage n'est pas définitif. » Or, la lutte offre le s plus grands dangers, et si elle ne produit pas toujours la rétivité, elle laisse toujours de
  22. 22. — 9 — vilaines traces dans l'esprit du cheval, dans son organisme et dans ses membres qu'elle tare plus ou moins. L'animal rudoyé s'excite, puis, surtout s'il est nerveux, il s'affole et il s'exaspère, et plus il »'exaspère moins il comprend. Il en arrive même à s'immobiliser en se campant, en contrac­ tant tous ses muscles, et je n e m'imagine pas comment il est alors possible de le ramener à la raison, en continuant à le brusquer. En tout cas, le calme, et le calme seul, peut rendre la régularité aux allures qui ont été détraquées. C'est là une des parties importantes du dressage dont la lutte ne peut pas s'occuper. Un instructeur brutal, qui terrifie les recrues, paralyse leur bonne volonté et il risque d'engendrer des mécomptes assez graves pour conduire aux pires extrémités des jeunes gens qui auraient fait des soldats d'élite entre les mains d'un chef pondéré et sage. Mettre d'abord en confiance et faire ensuite preuve de douceur en même temps que d'une autorité calme mais inflexible, c'est la règle immuable et souveraine en éducation, même pour celle du cheval. Quoi qu'il en soit, je laisse à de plus habiles que moi les doctrines et la violence, car elles sont au-dessus de^ mes moyens, et je m ets seulement de mon mieux en pratique cette règle moins tapageuse du général Faverot de Ker- brech : « La leçon doit être pour le cheval comme pour le cava­ lier, un exercice salutaire, un jeu instructif qui n'amène jamais la fatigue. Dès que la sueur apparaît, c'est que l'homme a dépassé la mesure. » Un cheval abîmé, rendu rétif par de pernicieux moyens de conduite, a quelquefois de la mauvaise volonté, im cheval neuf n'en montre jamais. Aussi suis-je persuadé que la pre­ mière condition de réussite est, pour le cavalier, une mé­ fiance très sincère de son propre savoir et de son adresse. Il n'y a pas à faire le terrible, c'est une vanité mal placée et contraire au dressage aussi bien qu'à la conservation de l'élève ou à l'instruction du cavalier. Du reste, il ne faut
  23. 23. — 10 — pas se le dissimuler, il est plus facile de faire acte de puis­ sance que de savoir. Quand, après observation minutieuse, on a la quasi-certitude d'avoir agi logiquement, d'avoir su se faire comprendre et de n'avoir pas involontairement enfreint les lois de la mécanique, en chargeant un membre qu'il aurait fallu décharger ou en faisant quelque autre faute de ce genre, alors, au lieu de châtier, il faut remettre le cheval en confiance, le décontracter et essayer à nou­ veau de se faire obéir. Le cheval, je le répète, répond tou­ jours logiquement à ce qui lui est demandé. Au lieu donc de vouloir le contraindre à répondre comme on le désire il faut s'appliquer à bien faire soi-même. La valeur de la réponse est toujours en proportion de celle de la demande. Si le cheval n'obéit pas, le cavalier ne peut s'en prendre qu'à lui-même; c'est qu'il a mal placé son élève ou qu'il ne lui a pas donné l'impulsion nécessaire. En résumé, « c'es t par des actions douces, opportunes, qu'on amène le cheval à l'obéissance tout en prévenant la défense » (ROUSSELET). Par l'application constante de ces principes, le cheval devient docile et franc, et son éducation se fait d'autant plus aisément qu'on suit davantage ces s ages recomman­ dations du général Faverot de Kerbrech : « En dressage on veut toujours aller trop vite. Pour arriver promptement, ne pas se presser mais assurer solidement chacun de ses pas. » « Dem ander souvent, se contenter de peu, récompenser beaucoup. » Si on n'a pas la chance d'avoir un bon professeur d'équi- tation, il est nécessaire d'analyser les traités d'équitation afin d'y puiser, comme je viens de le dire, les règles qui paraissent le mieux convenir aux aptitudes dont on dispose. Malheureusement, j'avoue, à ma grande confusion, que je trouve ces ouvrages compliqués, trop savants et pénibles à étudier. Ainsi je n'ai jamais eu le courage d'apprendre la décomposition des allures, et lorsque je lis qu'en agissant
  24. 24. — 11 — de telle jambe, à tel moment, on précipite le lever de tel membre du cheval, etc., que pour partir au galop à droite il faut faire venir la croupe à droite, pour telle raison, etc., je trouve que c'est beaucoup trop fort pour moi et je saute à une autre page ou je ferme le livre. Quand je vois que dans un cours de dressage à l'usage des brigadiers de l'armée, on indique de compter les foulées du. cheva l pendant qu'il galope, de tirer une rêne à telle foulée et une autre rêne à une autre foulée, je reste stupéfait et je me dis qu'il est bien difficile de monter à cheval cor­ rectement, selon les règles, et que je serais, par les temps nouveaux, un bien mauvais brigadier. J'ai eu comme unique professeur d'equitation le lieu­ tenant Champion, écuyer à Saumur, qui commanda plus tard le dépôt de remonte de Montrouge et fut tué glorieu­ sement au commencement de la guerre, en 1914. Il mon­ tait à cheval vigoureusement, mais le seul conseil qu'il nous donna jamais fut celui-ci : « T irez dessus, tapez dedans. » Et, en somme, après plus de trente-cinq ans d'études continuelles faites depuis, j'en arrive à croire fer­ mement qu'il avait raison. Tout se résume à enseigner au cheval à obéir à la main et à se porter en avant sous l'action des jambes. Le reste est de la fantaisie. A Saumur, j'ai lu une partie de l'ouvrage du capitaine Séyès d'après la méthode du commandant Dutilh. Malheu­ reusement, je n'ai rien saisi du tout et j'ai rendu le bouquin à son propriétaire. En 1898, j'ai eu entre lesmains, pendant quelques heures, la méthode Fillis. Elle m'a émerveillé par ses photogra­ phies et je suis encore très peiné de n'avoir même pas eu le temps de la parcourir entièrement. Si ma mémoire ne me trompe pas, James Fillis a écrit en substance et très justement, qu'il n'y a pas plus lieu de s'étonner en voyant un cheval déployer impunément pour son organisme, les efforts prodigieux que certains mouvements de haute école nécessitent, qu'il n'y a lieu de
  25. 25. — 12 — s'étonner en regardant les gymnasiarques exécuter leurs tours de force. C'est par l'exercice rationnel qu'on arrive à rendre les ressorts du cheval, comme ceux des gymnasiar­ ques, capables de se tendre à l'extrême sans se briser. En 1915, j'ai trouvé à Rabat le cours du capitaine de Saint-Phalle (lre édition); mais j'ai vu, au bas d'une gra­ vure, je crois, que la jument Mademoiselle (TÉtiolles élslt montée avec une bride spéciale, permettant d'employer un mors ou l'autre, suivant les airs de fantaisie qui lui étaient demandés. Cela m'a suffi et, par crainte des dis­ sertations scientifiques, j'ai fermé le livre. Cependant, j'étais honteux et je pensais que ma paresse était impardonnable, lorsque, quelques mois plus tard, j'ai appris qu'en montant ses chevaux, le capitaine de Saint- Phalle « jou ait, sans s'en douter, d'un instrument horri­ blement faux et que tous ses chevaux, sauf peut-être Marseille II, étaient absolument rétifs, même montés par lui ». Ceci est l'effondrement de tout ce que le capitaine de Saint-Phalle a voulu édifier, car la docilité est, sans conteste possible, une des qualités indispensables du cheval de selle, puisque le travail à Vextérieur est sa raison d'être. On n'a pas le droit d'oublier que les assouplissements du manège et la haute école ne sont qu'un vernis d'élégance utile, mais pas absolument nécessaire à un dressage qui a pour but de rendre l'animal agréable à monter à l'extérieur. La valeur d'un écuyer réside dans son habileté à manier un cheval comme il le veut, en annihilant toutes les résis­ tances que le manque de dressage ou la rétivité ont pu faire naître. Que peut-on donc penser de principes compliqués pouvant faire obtenir parfois quelques mouvements plus ou moins excentriques, sans permettre au cavalier de mener son cheval où il le veut et comme il le veut? Le traité du capitaine de Saint-Phalle est, pour moi, la condamnation des théories mécaniques et difficiles à appli­ quer et il montre qu'il faut toujours en revenir à conclure
  26. 26. — 13 — avec Rousselet : « Bien plutôt, étudiez les lois de la nature le plus souvent juste dans son œuvre, savante par elle- même et, en la consultant, vous arriverez plus sûrement au but. » lì est à remarquer que, bien loin d'avoir des chevaux rétifs, les grands écuyers ont étonné non seulement par le brillant des sujets qui les ont illustrés, mais encore et sur­ tout, par leur aptitude à monter et à manier à leur gré des animaux qu'il ne paraissait pas possible de faire obéir. Or, je n'ai jamais entendu dire qu'ils aient employé des instruments spéciaux pour chacun des différents exercices qu'ils demandaient, ou qu'ils aient divisé l'équitation en équitation de manège et en équitation d'extérieur, ni en équitation extensive avec équilibre transversal ou longi­ tudinal, ou autre chose encore. D'Abzac provoqua cette exclamation : « Ou vous êtes le diable, ou vous êtes M. d'Abzac! » Rousselet montait toujours victorieusement et sans diffi­ culté les chevaux dont ses élèves ne venaient pas à bout. Le comte d'Aure a excité l'enthousiasme des hommes de cheval les plus exigeants de son époque, en tirant le parti qu'il voulait des animaux indociles au moyen des­ quels certains amateurs en renom, comme lord Seymour, voulaient le mettre à l'épreuve. Au même moment il mon­ tait avec un brillant jusqu'alors inconnu, les plus beaux étalons du haras du Pin, et il obtenait des prodiges avec ses chevaux d'école, notamment avec LeCerf, son cheval favori. Quant à Baucher, qui, d'après le général L'Hotte, a été le plus grand génie équestre q ui ait peut-être existé, la plu­ part des chevaux avec lesquels il a émerveillé ses contem­ porains, avaient été de mauvaises bêtes avant de lui appar­ tenir. Kléber, par exemple, que personne ne voulait plus monter à cause de la défectuosité de ses allures et de son manque de solidité, devint en très peu de temps un cheval de haute école extraordinaire. « Il était entier, a écrit le général L'Hotte, et le voisinage des juments causait chez
  27. 27. •— 14 — lui une grande surexcitation, mais entre les jambes de Baucher, il paraissait insensible à leur approche. » On cite de lui bien d'autres faits invraisemblables; mais, pour moi, le plus frappant est le dressage de Géricault. Voici le résumé de ce qu'en raconte le général L'Hotte : « Un soir, au cirque, Baucher venait de recueillir comme toujours des applaudissements enthousiastes, lorsque lord Seymour déclara qu'il avait dans ses écuries un poulain de trois ans sur lequel Baucher, malgré toute sa science, ne parviendrait pas à faire un tour de bois de Boulogne. M. de Lancosme Brèves releva le défi, disant qu'il n'était pas besoin du maître pour monter le poulain. Il tint et gagna le pari dont Géricault était l'enjeu, puis il pria cour­ toisement Baucher d'accepter le cheval. « Faire un tour de bois de Boulogne avec ce cheval témoi­ gna de la puissante tenue de M. de Lancosme Brèves, mais ce qu'il y eut de merveilleux fut que Baucher monta le terrible animal en haute école vingt-huit jours plus tard, en plein cirque, au milieu des lumières,' des objets ef­ frayants et des tonnerres d'applaudissements qui accom­ pagnaient toujours le travail de l'incomparable artiste. » Je n'ai jamais eu le bonheur, même à Saumur, d'assister à une reprise ou à une séance de haute école. Seulement, j'ai eu la bonne fortune d'admirer souvent, avec la plus jalouse attention, des officiers d ont les chevaux resteront toujours dans ma mémoire comme l'idéal qu'un amateur peut rêver. Selon moi, en effet, rien en équitation ne doit se comparer;;à l'allure des chevaux que j'ai vu galoper avec le colonel Faverot de Kerbrech au 23e dragons, le colonel de Bauchêne à Lunévi!le, le colonel de Contades sous les ordres duquel je me suis trouvé un moment à Alger, ou bien des chevaux dressés par le colonel Communal et qu'il m'a fait monter en Algérie, alors qu'il était lieutenant à Constantine et Miliana et capitaine à Tiaret. La plus grande jouissance équestre est certainement de courir en terrain varié, parsemé d'obstacles, avec un cheval
  28. 28. — 15 — bien mis et je ne peux pas comprendre qu'on recherche l'exécution plus ou moins raiSe d'airs de fantaisie, avant d'avoir rendu le cheval agréable à monter à l'extérieur. Si j'ai fait souvent le contraire, c'est parce que les circons­ tances m'y ont forcé, soit par,le mauvais terrain des pays que j'ai habités, soit par le manque de qualité des chevaux que j'ai montés et qui pouvaient, tout au plus, servir à étudier la haute école. Pendant que j'étais dans le plâtre, j'ai lu les passages les moins scientifiques, c'est-à-dire les plus faciles à lire, de VÉquitation actuelle de Gustave Le Bon. A mon humble avis, cet ouvrage est l'utopie d'un savant psychologue qui, pour stimuler notre amour-propre, a cru devoir porter aux nues l'équitation allemande et Plinzer, l'écuyer en chef de l'empereur d'Allemagne. L'auteur s'est aussi appliqué à démontrer que le trot enlevé pratiqué comme en Angleterre, comme partout, comme l'ont indiqué d'Aure, le général L'Hotte et tous nos brillants cavaliers militaires, est ridicule : au lieu de pencher le corps en avant, a-t-il écrit en substance, il faut le tenir droit, au. lieu de raccourcir les étriers, il faut les allonger, etc... Et pourtant, un grand maître officiel de l'école française, a défini son enthousiasme pour VÉquitation actuelle en la comparant, pour les écuyers, à la lumière éclatant sur le chemin de Damas! Philosophiquement et mathématiquement parlant et même au point de vue des principes, c'est parfait, et je ne crois pas qu'on puisse mieux résumer la méthode des grands maîtres dont Baucher et d'Aure sont les représentants, que Gustave Le Bon ne l'a fait en écrivant : « Les jambes donnent l'impulsion et la main règle la forme dans laquelle sera dépensée cette impulsion. » Il a aussi écrit :« Le dressage raisonné du cheval constitue pour le cavalier une gymnastique de l'intelligence et du caractère qu'aucun enseignement théorique ne saurait
  29. 29. — 16 — remplacer. Elle lui apprend à la fois la fermeté et la dou­ ceur, exerce sa patience, développe énormément son juge­ ment et ses facultés d'observation. En dressant le cheval l'homme se dresse lui-même et dans bien des circonstances de la vie, il éprouvera les bienfaits de ce dressage. Je ne connais pas de plus utile complément de l'éducation que le dressage d'un cheval. Les psychologues de profession, s'ils pouvaient s'y adonner un peu, seraient surpris de la quan­ tité de choses qu'ils apprendraient. Il y aurait là pour eux un monde de recherches encore inexploré. » D'autres pensées sont discutables, comme celle-ci : « Le cheval reflète toujours par son obéissance, par ses résis­ tances ou ses hésitations, par le degré de perfection de son dressage, le caractère de son cavalier. Il n'est pas généra­ lement très difficile, é tant donné un cheval, de diagnosti­ quer l'intelligence et le caractère de celui qui le monte ordinairement. » Je crois qu'on peut surtout reconnaître le caractère et la nature de son talent. Au point de vue du dressage, les raisonnements de Gus­ tave Le Bon sont logiques, mais leur point de départ est ordinairement faux. En voici des exemples : 1° « Le travail de haute école dònne presque toujours des bases courtes; c'est pourquoi on lui reproche d'étein­ dre un peu les allures. » Or, le travail fondamental de la haute école, le piaffer, est bien un exercice dans lequel les mouvements sont courts, mais il assouplit les articulations et fortifie énormément les muscles de la croupe. D'un autre côté, pour faire trotter un cheval avec éclat, le meilleur moyen est de le faire passager ou, encore mieux, de lui apprendre le trot espagnol, car rien ne développe le jeu des épaules autant que cette belle allure de fantaisie. 2° « Le cheval en liberté dans un champ sait fort bien se tirer d'affaires, mais par la présence d'un cavalier sur son
  30. 30. — 17 — dos, toutes ses allures deviennent artificielles, c'est-à-dire irrégulières, et c'est au cavalier à les régulariser. » Or, tous ceux qui ont vu les chevaux marcher et courir dans les pays où l'on s'en sert réellement, ont étéémerveillés de l'adresse de ces animaux, chargés comme des bêtes de somme ou montés par des cavaliers qui n'essayaient pas de leur indiquer la façon de conserver leur équilibre. Un cheval monté en simple licol de corde ou, encore mieux, sans rien à la tête, est toujours droit et ses allures sont régulières. C'est ordinairement le contraire quand son cava­ lier veut le guider. Gustave Le Bon raconte lui-même que, dans les Indes, il n'a dû probablement son salut dans un sentier de montagne qu'il a suivi beaucoup plus vite qu'il ne le désirait, qu'à la sagesse dont il a fait preuve en aban­ donnant le cheval qu'il montait à son propre instinct au lieu d'essayer de le conduire scientifiquement.. Je suis'sûr que les allures de l'animal ont été régulières. Là vérité est que la science peut redonner la régularité aux allures qui ont été détraquées par l'homme et qui sont devenues habituelles chez le cheval soumis aux aides du cavalier. Mais c'est l'obéissance à ces aides qui a vicié les allures. 3° «Comment arriverons-nous, a encore écrit Gustave Le Bon, à l'obliger toujours à nous obéir? Il suffira de faire suivre immédiatement et toujours, l'obéissance d'une ré­ compense (caresses, avoine, sucre, etc...) et le refus d'obéis­ sance, d'une punition (éperon, cravache, etc...). Ici le maître a prêté à la majorité de ceux qui montent, la rectitude exceptionnelle de son jugement, et son prin­ cipe, évidemment juste, est l'origine de presque tous les in ­ succès, parce que, presque toujours, lecheval obéit, de son mieux et logiquement, à des ordres mal exprimés. Le cava­ lier seul est fautif, et cependant, il punit la bonne volonté de l'animal qui exécute ce qu i lui est réellement demandé. II ne s'agit pas seulement de calculer la formule à em­ ployer pour obtenir un mouvement d'un cheval placé EXTÉRIEUR ET HAUTE ÉCOL E
  31. 31. — 18 — comme nous le souhaitons, il s'agit de modifier la formule suivant la circonstance du moment. Le cheval portant notre poids et le sien dont nous modifions l'équilibre, sent instinctivement, bien mieux que nous, comment la formule doit être modifiée; voilà pourquoi il faut le laisser libre de disposer de ses forces comme il l 'entend, afin d'obtenir le résultat que nous recherchons. Du reste, loin de moi la pensée de contester aux écuyers savants le pouvoir d'appliquer leurs calculs; j'avoue seule­ ment, je le répète, que cela est au-dessus de mes forces et que je ne me sens pas capable d'employer à la fois lesquatre aides, plus un ou deux déplacements d'assiette, pour obte­ nir un simple départ au galop que le cheval, laissé libre, sait exécuter bien plus élégamment que quand il y est contraint par des préparations mécaniques le plaçant plus ou moins de travers. Pour être sincère, je dois en outre ajouter qu'au lieu de devenir de plus en plus exigeant dans l'emploi de mes aides, afin d'obtenir plus de délicatesse et de raffinement dans les exercices, j'en suis arrivé à consi­ dérer l'épaule en dedans et les divers appuyers comme de simples divertissements, souvent dangereux, et dont la seule utilité, ou à peu près, est de permettre au cavalier militaire de se placer dans le rang. Jamais on n'a vu un animal en liberté ranger les hanches de côté pour entamer une allure : trot, galop ou passage. Il est donc illogique de l'obliger à se traverser quand il porte un cavalier et, en définitive, tout le dressage est dans ceci : éperons -pour provoquer V action, hridon pour diriger Vaction qui produit le-mouvement. Pour mon compte personnel, je ne traverse le cheval que par fantaisie et pour ne pas déroger à l'usage qui a con­ sacré cette façon de marcher, mais, quand je veux apprendre au cheval à partir au trot, au galop ou au passage, ou à changer de pied étant au galop, jamais je ne cesse de m'ef- forcer de l'avoir le plus possible droit d'épaules et de hanches.
  32. 32. — 19 — Deux ouvrages m'ont servi d'évangile : celui que le général Faverot de Kerbrech a intitulé Dressage méthodique du cheval de selle d'après les derniers enseignements de Baucher et Un officier de cavalerie, dans lequel le général L'Hotte, sans donner aucun moyen de dressage, a cité des principes et en a apprécié l'application par les différents écuyers dont il a étudié les préceptes. Digne élève de ses deux maîtres, d'Aure et Baucher, le général L'Hotte a été le plus grand écuyer de son époque, car certains de ses chevaux ont été supérieurs à ceux de Baucher dont il parle comme d'un « écuyer incomparable ». Dans son livre, que je ne me console pas d'avoir perdu, bien que j'en aie conservé de nombreuses notes, il a écrit qu'il a fait du d'Aure avec certains chevaux et du Baucher avec certains autres, et c'est dans l'exposé du travail exé­ cuté par les chevaux de ses deux professeurs, ainsi que dans la comparaison qu'il a établie sur leur manière de faire, que j'ai trouvé qu'au fond les deux méthodes sont les mêmes; elles recherchent les mêmes choses, mais à des degrés différents : l'impulsion et la légèreté. Cependant Baucher a recommandé l'emploi alterné des aides, au lieu de leur emploi simultané, aux cavaliers peu adroits, pour simplifier l'action de leurs aides et éviter les fautes résultant de leur manque d'accord. Et le général Faverot de Kerbrech a pris comme base de son « dressage méthodique du cheval de selle » le pr in­ cipe « Main sans jambes, jambes sans main » qu'il faut mettre en pratique tant qu'il n'y a pas de raisons sérieuses de s'en écarter. Mais il a bien spécifié « qu' il vient un mo­ ment dans le dressage et plus tard dans le maniement du cheval dressé, où il y a lieu, au contraire, d'unir les effets des aides inférieures à celui des aides supérieures ». Cela se fait tout naturellement, sans crainte qu'il y ait manque d'accord entre les aides dont les effets deviennent de sim­ ples effleurements. Le cheval se porte toujours sur le mors, comme chez
  33. 33. — 20 — d'Aure, mais l'appui se réduit au poids des rênes dans les descentes de main et de jambes, c'est-à-dire quand les hanches se passent des jambes en m ême temps que la bouche se passe de la main. Cette méthode est, je crois, la seule qui, avec celle de James Fillis, indique en détail la façon d'opérer, qui cherche en un mot à instruire le lecteur, et non pas à faire parade d'une science dont les secrets restent jalousement cachés. Elle n'astreint pas aux études théoriques dont j'ai parlé plus haut; elle est par conséquent simple, claire, tout le monde peut l'étudier, et c'est la plus pratique des mé­ thodes. C'est pourquoi on doit être reconnaissant au général Faverot de Kerbrech d'avoir résumé les derniers enseigne­ ments du grand Baucher auquel aucun cheval n'a résisté et à propos duquel le général L'Hotte a écrit : « C'est à lui plus qu'à tout autre que peuvent s'appliquer ces paroles de La Bruyère ; « Qua nd on excelle dans son art et qu'on lui « donne toute la perfection dont il est capable, l'on en sort « en quelque manière, et l'on égale ce qu'il y a de plus noble « et de plus élevé. » Main sans jambes, jambes sans main. Les amateurs agiront prudemment en se bornant, comme moi, à cette façon de faire, simple, à la portée de tous et qui peut se résumer ainsi : quand on donne l'impulsion au cheval de dressage, la main ne doit agir que pour diriger ou pour retenir; on évite ainsi de contrarier l'élève, on se fait comprendre facilement puisque, par les jambes, on porte toujours le cheval en avant, tandis que, par la main, OÏL tire dans le sens contraire ou bien on indique une direc­ tion sans qu'il puisse y avoir de doute ou d'incertitude : les jambes vers l'avant, la main vers l'arrière ou vers les côtés.
  34. 34. — 21 — Dans l'emploi simultané des jambes et de la main, les jambes corrigent en effet, instinctivement, les fautes com­ mises par la main et, réciproquement, la main corrige les fautes commises par les jambes. Au contraire, l'emploi isolé des aides supérieures et inférieures ne corrige pas ces fautes à l'insu du cavalier. Celui-ci peut alors les apprécier et se rendre compte que lui-même provoque souvent la résistance, a écrit le général L'Hotte, en déterminant, soit dans un sens, soit dans un autre, un surcroît inopportun des forces; qu'il fait « presque toujours trop » et que moins on fait, mieux on fait. Le plus sage est d'agir le moins possible sur le cheval et de la façon qui le contrarie le moins. Voilà pourquoi, au commencement, l'emploi alternatif de la main et des jambes est préférable à leur emploi simultané. Mais une fois le cheval dressé, il faut souvent unir l'effet des aides infé­ rieures à celui des aides supérieures. Définitions. LE TACT. — C'est le génie de l'équitation, le « senti ment du cheval ». C 'est l'à-propos qui indique au cavalier la façon et le moment d'agir, l'intensité et la durée de son action. C'est lui qui fait réussir et tire d'embarras. AIDES. — Les aides transmettent au cheval la volonté du cavalier. Ce sont la main, les jambes (avec les éperons) et, éventuellement, la cravache, les appels de langue et les déplacements de poids du cavalier. Ces déplacements (d'assiette) auxquels le cheval est excessivement sensible, sont à proscrire sauf au galop de course. Il est, en effet, difficile de s'en servir avec jus­ tesse, surtout dans les mouvements répétés, tels que les changements de pied au galop au temps. En outre.
  35. 35. — 22 — ils blessent plus ou moins le cheval, et, enfin, ils sont disgracieux. Une seule exception est parfois à recommander, c'est l'effet qu'on produit en chassant bien les fesses sous soi et en pesant sur l'assiette pour inciter le cheval à se porter en avant. L'inclinaison du corps en avant favorise, au contraire, le reculer. En dehors de ces cas spéciaux, il ne faut pas oublier qu'en equitation, la principale chose à rechercher est l'aplomb, toujours Vaplomb. IMPULSION. — Force soumise à la volonté du cheval et qui le pousse toujours dans la direction indiquée par le cavalier. C'est l'élément indispensable à l'emploi du cheval en haute école aussi bien qu'à l'extérieur. « C'est le vent qui » souffle dans les voiles du navire. » « Il en est de l'impulsion comme de la vapeur : le cavalier tient dans la main la sou­ pape de la chaudière, et il l aisse échapper plus ou moins la vapeur qui doit se présenter d'une manière constante. » (Comte D'AURE.) C'est là le perçant, et un cheval n'est bien mis, et par conséquent agréable à monter à l'extérieur, en promenade, au manège ou en haute école, que s'il a de l'impulsion, du perçant. Mais il n e faut pas confondre : l'impulsion n'est pas une défense que le cheval emploie pour emmener son cavalier à sa guise et souvent d'une façon dangereuse. Elle est seulement, chez le cheval de selle, l a force qui pousse autant que l'exige l'exécution du mouvement cherché. A l'extérieur elle a mène l'appui juste nécessaire, autre­ ment dit, l'appui qui n'essaie pas de surpasser le soutien que la main lui fait et qui ne doit être qu'un simple contact. Ce contact de la bouche du cheval avec la main aug­ mente aux allures vives; il devient assez ferme pour donner à l'homme la confiance et au cheval la franchise. Aux
  36. 36. — 23 — allures ralenties, il descend jusqu'au poids des rênes quand, dans la descente de main et de jambes, le cheval conserve de lui-même son équilibre. L'ACTION — c'est-à-dire l'impulsion produitepar l'ardeur du cheval — est une qualité que la violence de l'homme peut aiguillonner, mais qui est comme l'émulation du sol­ dat, et n'existe pas sans l'amour-propre. La force communiquée à l'animal par les aides du cava­ lier, si vigoureuses et si savantes soient-elles, est bien peu de chose. Impuissante à engendrer la vitesse en plat, ou le courage devant les gros obstacles, elle amène juste, en haute école, l'exécution pénible des mouvements tels que, par exemple, ceux du passage dans lequel les hanches rampent triste­ ment sous les jambes crispées du cavalier. Au contraire, lorsque le cheval agit, ou croit agir volon­ tairement, par plaisir, l'énergie qu'il déploie crée des mer­ veilles. Elle est un gage de succès sur les champs de course et dans les concours hippiques, et elle détermine chez le cheval passageant librement (descente de main et de jambes) la flexibilité des, jarrets, l'élasticité dans le jeu des ressorts et le port superbe de la tête et de la queue. Ces gestes incomparables donnent à l'animal une majesté qui frappe les spectateurs d'admiration. L'action est un fait psychologique qui échappe absolu­ ment au calcul mathématique. Cela prouve, une fois de plus, que s'il est obligatoire de tâcher de ne jamais aller, au moins en dressage, à l'encontre des lois de la mécanique, le fait d'édifier l'équitation sur des théories mathématiques est une chimère. MOUVEMENT. — C'est l'effet produit par l'action sur la position. Le passage du mouvement à l'inaction est l'effet de la position sur l'action. POSITION. — C'est la répartition du poids sur les quatre
  37. 37. — 24 — membres en raison du mouvement demandé. Elle a pour complément la disposition des rayons articulaires appro­ priée à cette répartition du poids. Indépendamment de la position particulière que le cheval prend à chaque mouvement, on distingue la position géné­ rale qu'il prend à l'extérieur et celle qui convient à l'équi- tation dite de manège. En liberté le cheval tend son encolure presque horizon­ talement au pas et au galop, surtout quand il veut aller vite, et il l'élève un peu plus au trot. Quand il veut briller, se montrer dans toute sa splendeur (haute école), il se gr andit au contraire, porte l'encolure le plus haut possible et place la tête dans une position voisine de la verticale, « au ramener ». Pour le cheval monté, la vraie position est, selon moi, celle qu'il prendrait de lui-même si, étant en liberté, il voulait exécuter ce que le cavalier lui demande. C'est la seule dérogation que je fais aux préceptes du général Fa- verot de Kerbrech qui veulent la tête constamment fixée au ramener. Je ije prétends certes pas avoir raison ; j'obéisseulement à mon idée fixe de tâcher d'imiter la nature. ÉQUILIBRE. — Le cheval monté est en équilibre quand de simples indications suffisent au cavalier pour modifier, à son gré, la disposition du poids sur ses colonnes de sou­ tien (FAVEROT DE KERBRECH). Le cheval en liberté est toujours en équilibre, autrement dit, le poids des différentes parties de son corps est réparti de telle sorte sur les quatre membres, qu'il se déplace de lui-même dans tous les sens et selon le besoin. Il est par conséquent logique de chercher toujours à laisser au cheval le plus possible de liberté. L'idéal serait un cheval qui, après de simples indications, agirait sans le secours des aides, qui conserverait de lui-même son équi­ libre (descente de main et de jambes), et semblerait se
  38. 38. — 25 — diriger à sa guise au travail de haute école, de même qu'à l'extérieur, à travers la campagne, il galoperait comme le cheval sauvage, en franchissant sans contrainte talus, fossés et autres obstacles. Pour tendre vers cet idéal, il est rationnel de procéder comme on le fait pour éduquer un être quelconque : éviter par-dessus tout de provoquer l'aversion de l'élève pour le travail qu'on lui demande, l'in­ téresser au contraire à ce travail, mais lui montrer, si c'est nécessaire, par des moyens fermes et exempts de brusque­ rie, qu'il est obligé d'obéir. En liberté, la plus vilaine rosse d'un escadron est d'une agilité surprenante. Pourquoi redevient-elle si gauche et si empruntée quand elle est montée? Ce n'est pas, autant qu'on le croit ordinairement, le poids du cavalier qui la gêne, car, sauf pour des parcours longs et pénibles, ce poids ne lui pèse guère. La véritable raison de sa mine piteuse et de sa maladresse est l'opposition que nous faisons à son équilibre. Nous empêchons le cheval de disposer comme il le ferait naturellement du poids de son corps et nous sommes cause qu'il se raidit de partout et qu'il perd ses facultés, de même que la frayeur est la cause de notre im­ puissance à savoir nager spontanément comme tous les autres animaux savent le faire. Dès leur jeune âge les che­ vaux passagent, changent de pied au galop et sautent faci­ lement, or, quand nous les montons, ils ne savent même plus marcher. Ce qui précède indique clairement que le dressage du cheval consiste à le mettre en confiance, à décontracter tous ses muscles et à l'amener à livrer toutes ses forces au cavalier pour que celui-ci dispose à son gré de celles dont il a besoin, ou que, selon les circonstances, il permette au cheval de s'en servir à sa guise-. Le mouvement et l'équilibre sont inséparables. Ceci es t un des principes fondamentaux du dressage; Baucher l'a exprimé ainsi : « L'éq uilibre doit être obtenu sans al­ térer le mouvement, et, d'autre part, le mouvement,
  39. 39. — 26 — tout en s'opérant, ne doit porter aucune atteinte à l'équi­ libre. » ACCULEMENT. — Un cheval est acculé toutes les fois que ses forces se trouvent en arrière des jambes du cavalier (BAUCHER). Il ne faut pas assimiler l'acculement au reculer, lequel est une marche régulière, nette et bien franche en arrière. Au reculer convenablement exécuté, le cheval n'est pas en arrière des jambes, puisque la moindre action de ces aides le reporte immédiatement en avant. DÉCOMPOSER LA FOR CE ET LE MOUVEMENT. — Toutes les fois que dans le dressage l'équilibre se perd, que des résistances sérieuses se produisent, il faut décomposer la force et le mouvement. Pour cela, le cavalier laisse son cheval dans l'inaction jusqu'à ce que l'équilibre soit rétabli, jusqu'à ce que le mouvement qui a provoqué la défense « ne résonne plus dans son organisme ». Quand le calme est revenu, le cavalier redonne l'action et la position qui doi­ vent produire le mouvement précédemment cherché ou l'allure interrompue. LE CHEVAL DROIT. — Avoir le cheval droit d'épaules et de hanches est la difficulté la plus grande de l'équitation. Il est vrai que pour surmonter cette difficulté on va ordi­ nairement à l'encontre de la logique. Pour redresser un cheval, ce n'est pas sur les hanches qu'il faut agir directe­ ment, c'est sur l'avant-main. S'il porte ses hanches à gauche, c'est par la rêne droite d'appui qu'on peut les faire venir vers la droite. L'emploi de la jambe du côté verslequel les hanches se portent est peu commode, de plus, dès que cette jambe cesse de se faire sentir, les hanches reviennent de travers. La rêne d'appui au contraire s'emploie facile­ ment et avec succès certain. La raison en est bien simple : les hanches de travers sont l'effet delà mauvaise répartition
  40. 40. — 27 — du poids sur les épaules. Si au lieu de s'évertuer à détruire cet effet on supprime la cause, l'effet disparaît, le cheval se redresse. L'habitude de ne pas rester droit d'épaules et de han­ ches vient, je crois, toujours d'une mauvaise éducation, et, aussi, de la gêne causée maladroitement par le cavalier. Presque jamais, en effet, on ne voit de bons cavaliers dont le cheval soit parfaitement droit; au contraire tous lesche­ vaux qu'on rencontre en pays arabe, montés par les indi­ gènes et n'ayant rien à la tête, ni bride, ni licol, sont abso­ lument droits. Mais quand les Arabes, se croyant cavaliers, les montent avec leur bride et leurs étriers ou leurs éperons, ces mêmes chevaux sont toujours absolument de travers (on sait que les étriers arabes servent d'éperons). RÊNE D'APPUI. — Du principe qui indique la main pour diriger et retenir et les jambes pour pousser en avant, dé­ coule naturellement l'emploi de la rêne d'appui. Ainsi pour appuyer vers la droite, la jambe droite donnant toujours et d'abord l'impulsion, la jambe gauche pousse les hanches vers la droite et la rêne gauche pousse les épaules vers le même côté. Si on se contente de tirer la rêne droite, le bout du nez vient bien de ce côté, mais le poids de l'encolure reste en arrière sur l'épaule gauche qui ne suit pas, et le mouvement est difficile. EFFETS DIAGONAUX. — En tirant vers la droite une em­ barcation par l'avant et en la poussant par l'arrière vers la droite aussi, elle est évidemment portée vers la droite, parallèlement à sa première direction, parce qu'elle est rigide, mais d'après ce qui vient d'être dit pour la rêne d'appui, il n'en est pas de même pour le cheval qui est flexible, et l'épaule gauche qui devrait dépasser la droite pour éviter l'acculement reste en arrière, surchargée qu'elle est par le poids de l'encolure. De plus l'action de la rêne
  41. 41. — 28 — droite gêne le jeu de l'épaule droite. Les effets diagonaux, qui donnent d'ailleurs au cheval l'habitude de se placer de travers aux différentes allures, sont donc illogiques. DESCENTE DE MAIN ET DE JAMBES. — Le cheval doit conserver de lui-même la position que lui a donnée le cava­ lier, tant que celui-ci ne la modifie pas. Quand il est en mouvement, son impulsion doit se con­ tinuer sans altération jusqu'à ce que le cavalier en diminue ou en annule à sa volonté l'intensité. C'est ainsi qu'à l'extérieur, le cheval bien dressé conserve à toutes les allures, exactement la vitesse qui lui est indi­ quée. Il est comme la locomotive à laquelle le mécanicien donne, en fixant le régulateur, une vitesse qui ne se mo­ difie en rien tant que le régulateur reste à la même place (Voir page 4). On dit généralement qu'un cheval fait une descente de main, quand il baisse la tête en allongeant l'encolure pour se débarrasser de la main du cavalier, ou, au moins, de la bride qui le gêne. Or, c'est précisément le contraire qu'il faut comprendre : le cavalier peut faire une descente de main, quand son élève est devenu assez fort pour se passer des rênes qui soutiennent et guident sa tête comme des lisières. Faire une descente de main et de jambes veut donc dire simplement « cesser de faire sentir la main et les jambes au cheval ». En un mot, laisser l'animal complètement libre tant qu'il garde la position qu'on lui a donnée et la même allure. Cela a pour but d'amener le cheval à continuer de lui-même et sans changement aucun, l'allure ou le mouve­ ment qu'il a commencé. C'est la preuve que le cheval est vraiment en équilibre. On commence par baisser la main un instant ; dès que le cheval déplace sa tête ou allonge son allure, on fait sentir le mors, et ainsi de suite, en laissant le cheval de plus en plus « livré à lui-même ». Par un procédé analogue, on habitue le cheval à se passer de l'action des jambes.
  42. 42. — 29 A l'extérieur, plus encore qu'au manège, le cheval doit être laissé libre, car l'instinct le conserve, le remet en équi­ libre infiniment mieux que ne saurait le faire le talent du plus habile cavalier. Si, en traversant un torrent, le cheval heurte une grosse pierre, tombe dans un trou, ou est en­ traîné par je courant, que le cavalier se garde bien de tirer sur les rênes et il arrivera probablement sain et sauf à terre. Si dans les sentiers de montagne le cheval arrive à un pas­ sage périlleux, s'il glisse à un endroit escarpé, au moment où le cavalier aura l'impression qu'i va être précipité dans le ravin, qu'il ait le courage, qu'il ose se maintenir d'aplomb sur sa selle, en relâchant les rênes afin de laisser le cheval libre de se mouvoir à sa guise, et il sera presque certain d'éviter une chute. A l'extérieur, comme en haute école, le cheval ne peut bien marcher qu'à la condition de conserver l'équilibre instable approprié au mouvement qu'il veut exécuter, et le maintien constant de cet équilibre est le secret de la conduite du cheval. Toutefois, cela ne signifie pas qu'aux allures vives il faut lâcher son chevaL Le contact avec la bouche ne doit jamais cesser, mais il est évident que s'il peut se réduire simplement au poids des rênes tenues par leur extrémité, il n'en est pas de même aux grandes vitesses. C'est Vaction de la main qui doit pouvoir cesser et non pas la relation qui est indispensable entre la main et la bouche du cheval, pour donner confiance au cavalier et pour lui permettre de diriger ou de reprendre sa monture sans à-coups. La légèreté. « C'est elle qui donne à la fois à l'équitation savante, à la haute équitation, son véritable cachet, et à l'écuyer qui la pratique le caractère de son talent. « Elle consiste pour le cavalier à avoir le cheval léger aux jambes autant qu'à la main, c'est-à-dire à l'avoir toujours
  43. 43. — 30 — coulant et comme insaisissable dans les talons, à moins que la main ne s'oppose au mouvement en avant. » (Général L'HOTTE.) LÉGÈRETÉ A LA MAIN. La chose essentielle pour la sécurité du cavalier est de pouvoir tenir, arrêter ou con­ duire son cheval. Le premier travail à faire quand on entreprend le dres­ sage d'un cheval est donc de s'assurer que sa bouche n'est pas « b raquée » et de tâcher d'obtenir la légèreté dès le début et petit à petit par des flexions de mâchoire faites d'abord à pied si c'est nécessaire. Faire, puis entretenir la bouche de son cheval, doit être la préoccupation constante du cavalier, quel que soit le service auquel on destine l'animal. De même que le cheval de promenade n'est agréable que si sa bouche est légère, de même le cheval de course n'est montable que si sa bouche est bonne. Celui qui met le nez en l'air ne refuse le bridon que parce que sa bouche est égarée au lieu d'être faite au mors, et ce n'est pas par la force des jambes qu'on peut l'y habituer. On entend par ces mots « légèreté à la main » la qualité di cheval qui obéit aux rênes sans peser à la main, sans que celle-ci éprouve la sensation d'un poids plus ou moins difficile à déplacer ou d'une force qui résiste à son action. La légèreté se reconnaît donc à l'absence de résistance aux effets du mors de bride ou du mors de filet. La simple demi-tension de l'une ou des deux rênes doit provoquer la mobilité de la mâchoire inférieure sans que la tête bouge, sans que l'ouverture de la bouche soit sensiblement appa­ rente, et la langue de l'animal doit faire alors sauter l'un des mors sur l'autre, ce qui produit par moments un bruit argentin. Cette mobilité moelleuse doit persister pendant un cer­ tain temps et non cesser brusquement.
  44. 44. — 31 — La vraie légèreté est pour le cavalier l'indice révélateur et infaillible de l'équilibre de son cheval. La légèreté doit s'obtenir par la demi-tension des rênes agissant graduellement et lentement. Si le cavalier obtient ainsi la légèreté, mais la légèreté telle qu'elle vient d'être définie, il doit s'empresser de rendre; l'animal est en équi­ libre, il est prêt à recevoir l'action et la position pour tout mouvement qui pourra lui être demandé (Général FAVEROT DE KERBBECH). LA MAIN. — Pour amener la légèreté, la main se fixe sans jamais se rapprocher du corps du cavalier, les doigts exerçant sur les rênes une pression lente qui doit faire céder la mâchoire. Si cette « force lente » n'a rrive pas à décontracter la bouche du cheval, il faut avoir recours aux vibrations pour les résistances de forces et aux demi- arrêts pour les résistances de poids. VIBRATION. -— S orte de frémissement imprimé à l'un des mors, soit directement (à pied), soit par l'intermé­ diaire des rênes. DEMI-ARRÊT. -— Action par laquelle la main passe rapi­ dement et sans cesser le contact avec la bouche, d'une force insuffisante à une force beaucoup plus grande. Le contact continuel avec la bouche différencie absolument le demi-arrêt de la saccade, procédé dangereux et dont l'usage doit être exclus du dressage du cheval de selle. FLEXIONS DE MÂCHOIRE. — 1° Avec les deux rênes de bride. — Pour la première flexion, le cavalier se place d'abord à gauche et à hauteur de l'extrémité antérieure de l'encolure. Il tient la rêne droite de bride dans la main droite, à 16 centimètres du mors, et la rêne gauche dans la main gauche, à 10 centimètres seulement, puis il élève la tête de l'animal le plus possible et rapproche légèrement et progressivement la main droite de son corps en éloi­
  45. 45. — 32 — gnant la gauche. Si cet effet, continué pendant plusieurs secondes, n'amène pas là légèreté, il emploie le demi-arrêt ou la vibration suivant le cas, mais en les appliquant sur la rêne gauche; dès que la mâchoire se mobilise moelleu- sement il rend. Puis le cavalier se place à droite du cheval, et il rede­ mande la même flexion par les moyens inverses en agissant sur la rêne gauche par la main gauche, etc. 2° Avec les deux rênes du filet. — Le cavalier revient du côté montoir, et après avoir élevé l'encolure, il croise les rênes du filet sous la barbe, de manière à tenir à 16 centi­ mètres du mors la rêne gauche dans la main droite et la rêne droite dans la main gauche. Il demande la légèreté en marquant une traction égale et progressive sur les deux rênes à la fois, e t il rend dès qu'elle se manifeste. 3° Avec une rêne de filet et ce lle de bride du même côté. — Elle se fait en se plaçant à gauche d'abord et en prenant Ja rêne de filet de ce côté dans la main gauche et la rêne gauche de bride dans la main droite. On élève la tête et l'encolure, puis on provoque l'écartement des mâchoires en portant le poignet gauche en avant du cheval et le droit vers l'épaule du côté montoir. S'il faut vaincre des résistances, on donne lesdemi-arrêts ou les vibrations sur le filet seul. Dès que la mâchoire se mobilise on rend. On répète cette flexion en se plaçant à droite de l'animal et en la demandant avec les autres rênes. On a soin, entre ces différentes flexions, de laisser le cheval au repos en quittant complètement les rênes pen­ dant une ou deux minutes, chaque fois qu'il est bien léger. On l'habitue ainsi à se soutenir de lui-même. On fait ensuite les mêmes flexions en prenant les anneaux du filet puis les branches du mors de bride. De la façon dont les flexions sont faites dépend en grande partie le dressage du cheval, car il est très difficile de re­ mettre un cheval qui a été mal éduqué sous ce rapport.
  46. 46. — 33 — Il arrive souvent que pour demander une flexion de mâchoire le cavalier fait sentir le mors sur les barres, puis il rend tout dès que le cheval, pour échapper à la gêne que lui cause le mors, place brusquement sa tête verticalement en ouvrant la bouche et en relâchant plus ou moins la mâ­ choire inférieure. Cette flexion est vicieuse et très dange­ reuse, car, presque toujours, un cheval ainsi manqué plie l'encolure et place sa tête verticalement, souvent même en dedans de la verticale, pour fuir le mors en ouvrant la bouche démesurément; il échappe alors à toute action de la main. Ce n'est pas sur la tête qu'il faut agir : elle doit rester haute et immobile où le cavalier la place, le but étant seu­ lement de mobiliser la mâchoire inférieure. La langue fait alors sauter le mors, la bouche s'entr'ouvre très peu, moel- leusement, sans raideur, et, après la flexion, la tête ne doit pas se déplacer. La bouche doit seulement sourire; elle peut même ne pas s'ouvrir du tout. LA BOUCHE. — Elle est la même chez tous les chevaux et les résistances qu'elle offre à la main viennent unique­ ment de là raideur de la mâchoire inférieure, non de la sensibilité de la muqueuse. Ce sont, en effet, les chevaux les plus fins qui présentent, plus que les autres, ce qu'on nomme ordinairement la « bouche dure ». Une main experte ou bien douée tient avec un fil un animal qu'un cavalier très vigoureux ne parvient pas à maîtriser. Cela se voit à chaque instant avec un même cheval dont les différents cavaliers ne changent évidem­ ment pas la bouche. Il faut avoir expérimenté longuement et minutieusement la bouche du cheval, pour se rendre compte de la sensibilité prodigieuse qu'elle présente quand elle est influencée d'une certaine façon, tandis qu'elle résiste avec une force extrême à une autre manière de faire. Tel cheval qui arrache parfois EXTÉBIEUR ET HAUTE ÉCO LE S
  47. 47. — 34 — les bras, obéit à l'effet d'une rêne posée seulement sur un doigt. Ni la bouche ni les flancs du cheval n'ont naturellement la délicatesse d'une sensitive et ils sont d'abord à peu près aussi indifférents à la bride qu'aux talons. Mais l'éducation par le mors et l'éperon arrive à rendre la bouche impres­ sionnable à un effleurement imperceptible de la main, et le flanc sensible au simple frôlement de la jambe. DE L'EMBOUCHURE. — On croit quelquefois qu'un cheval mené habituellement avec le filet a la « bouch e tendre » et qu'un cheval conduit avec le mors debride a la « bouche dure ». Or, c'est exactement le contraire qui a lieu. Le bridon est plus doux, il abîme moins que la bride quand il ne sert qu'à conduire plus sûrement qu'avec un licol, mais, s'il est employé comme le mors de bride, il est plus dangereux que lui. Il est certain qu'entre des mains expertes le bridon détruit, facilement toutes les résistances, mais, ordinaire­ ment, la bouche faite avec le mors de bride est faite pour le mors de bridon, tandis que la mâchoire qui cède au mors de bridon résiste souvent au mors de bride, tant qu'elle n'a pas été travaillée spécialement par cet instrument. Les chevaux des Arabes n'ont une bouche si facile que parce qu'elle a été assouplie par leur mors. Quelques-uns pourtant en arrivent à se braquer sur le mors arabe. En dressage, le plus pratique pour commencer, est un mors de bride, ensuite on peut se contenter d'un bridon. ACTION DE LA M AIN. — Quand une serrure, mal entre­ tenue, paraît difficile à ouvrir et qu'après plusieurs essais infructueux on emploie la force, qu'on s'impatiente, on dépense sa peine en pure perte et on finit par tordre ou par casser la clef sans faire céder la serrure. Mais, si avant d'en arriver là, on fait venir un serrurier, celui-ci prend doucement la clef et, sans faire aucun effort, il ouvre la
  48. 48. — 35 — serrure comme par enchantement. Voilà l'action de la main sur la bouche du cheval au moyen du mors. Il existe une corrélation étonnante entre la bouche du cheval et les différents ressorts de son organisme. Le cheval ne peut, en effet, contracter un muscle pour opposer une résistance quelconque aux exigences de l'homme, sans contracter en même temps sa mâchoire. Inversement, à mesure que le cheval devient léger de la bouche, il reprend son équilibre. Exemple : soit un cheval non assoupli qui se détraque au galop et se raidit. Si par hasard il galope bien, dès qu'une rudesse de la main se fait sentir, elle est instantanément suivie d'un coup de rein et d'une irrégularité dans l'allure. Si la main n'agit pas maladroitement au contraire, la bou­ che reste moelleuse et le galop se continue régulièrement et sans réactions désagréables pour le cavalier. C'est la preuve que la bouche est l'indice révélateur de la souplesse de l'organisme du cheval; c'est aussi la preuve que la moindre action sur la bouche du cheval se répercute im­ médiatement sur les différentes parties de son corps. Quand, donc, on obtient la légèreté de la bouche, c'est qu'on réussit à faire disparaître les résistances à un endroit quelconque; c'est qu'on produit ou qu'on rétablit l'équi­ libre. Ce résultat indispensable à la bonne exécution du mou­ vement demandé se conserve tant que la légèreté subsiste. Cela démontre, péremptoirement, que l'obtention ou le maintien de la légèreté doit être la préoccupation constante du cavalier. LA BONNE MAIN. — Il en est de la main du cavalier comme de la bouche du cheval, et les expressions « il a la main dure »,« il a la bouche dure », « il a une bonne main, la main légère, etc... », « il a la bouche fine » n' ont pas le sens qu'on leur prête ordinairement Il n'y a que le cavalier qui ne sait pas et le cavalier qui
  49. 49. — 36 — sait donner à sa main, puissante ou faible peu importe, la fixité qui, à l'extérieur, permet de retenir le cheval qui tire et qui, en haute équitation, permet l'exécution des mouvements les plus difficiles en agissant sur la bouche du cheval sans prendre sur Vimpulsion. LÉGÈRETÉ DES HANCHES. — Petites attaques. Si le cheval est trop froid aux talons, il faut employer les « pe­ tites attaques », c'est-à-dire que, quand l'approche des mollets ne produit pas l'effet qu'on désire, on fait aussitôt sentir les deux éperons. Dans la petite attaque, l'éperon pique vivement et sans se fixer du tout au cheval. C'est le coup de lancette du vétérinaire qui fait une saignée. Le simple contact de la botte doit suffire pour obtenir ou aug­ menter l'impulsion ou pour déplacer les hanches. La finesse des hanches signifie la parfaite obéissance des hanches et non pas la crainte des jambes ou une sensibilité excessive et inquiète. Un cheval bien mis, fin, n'appréhende ni la main, ni la jambe, ni l'éperon; ce n'est pas un animal difficile à monter et que le moindre contact du talon affole. Il supporte les aides sans aucun trouble, mais il obéit à la moindre indication de leur part. La vapeur du comte d'Aure (page 22), réglée ainsi, est l'image de l'impulsion indispensable à l'extérieur et indispensable aussi aux airs de haute école, car seule elle donne la vie et le brillant. C'est à tout cela qu'il faut songer pendant le dressage, de façon à faire exécuter de la manière la plus utile, une partie plus ou moins grande, selon le but à atteindre, des exercices indiqués dans la, progression suivante. Tout ce qu'elle contient est la copie exacte ou le résumé, quelquefois un commentaire aussi fidèle que possible, des enseignements du général Faverot de Kerbrech, dont je me suis efforcé d'interpréter avec justesse les idées. Pour me faire comprendre je supposerai le travail fait dans un manège rectangulaire. Le mot légèreté employé comme indication signifiera
  50. 50. — 37 — prendre le contact avec la bouche du cheval, décontracter ou demander la mobilité moelleuse de la mâchoire, suivant qu'il s'agira d'un simple dressage ordinaire ou d'un dres­ sage plus perfectionné. La demande de légèreté ne sera indiquée que de temps en temps pour rappeler qu'il ne faut jamais l'oublier, qu'elle doit se faire à chaque mouvement. Progression du dressage. MONTOIR. — Faire monter un aide; le cavalier flatte le cheval; s'il bouge, l'aide s'arrête dans la position dans laquelle il se trouve. Prendre les crins, faire claquer l'étri- vière, se dresser sur Pétrier, redescendre, recommencer, se mettre en selle, répéter du côté hors montoir. Marcher : légèreté, fermer les jambes, baisser la main, aussitôt le. mouvement obtenu lâcher les jambes. Arrêter : élever les poignets en tirant sur les rênes sans fermer les jambes, mais s'en servir pour fixer le cheval et l'empêcher de reculer. Reculer : légèreté, élever les poignets en tirant sur les rênes sans faire sentir les jambes. Une fois lereculer indiqué le cheval doit reculer sans effet de main, arrêter par les jambes ou se porter en avant. Tourner : 1° par la rêne du dedans, ouvrir le bras sans tirer ; 2° par la rêne du dehors (rêne d'appui), élever les poignets et les porter à droite ou à gauche sans tirer. PAS DE CÔTÉ. — La tête puis la croupe au mur. La jambe du côté vers lequel on veut aller doit agir la première. Demander un pas ou deux, arrêter, décontracter, recom­ mencer, obtenir les pas de côté vers la droite et vers la gauche. I. L
  51. 51. — 38 — PIROUETTES. — Un pas, arrêter, décontracter, etc... Dans la pirouette renversée, la jambe du dehors doit agir seule; aussitôt le mouvement demandé lâcher les rênes. Dans la pirouette ordinaire, la rêne opposée au côté vers lequel on va doit remplacer le plus possible la jambe du dehors. VOLTE, DEMI-VOLTE. CHANGEMENT DE MAIN DIAGONAL. — Exécuter ces mouvements en tenant les hanches; appuyer d'abord un pas, puis deux, puis trois, etc., en terminant le mouvement. Obéissance à l'éperon. Le cheval ayant pris l'habitude d'obéir, il f aut se hâter de le familiariser avec l'éperon. DRESSAGE ORDINAIRE. — Apprendre au cheval à se porter en avant au contact de l'éperon. Pour cela baisser la main en faisant sentir progressivement l'éperon (ou l'éperon moucheté) et cesser l'action du fer dès que le mouvement se produit. Si par hasard l'animal persiste à reculer, l'attaquer, franchement par les éperons ou même par la cravache, jusqu'à ce qu'il se porte en avant. Récom­ penser dès l'obéissance obtenue. S'il rue, demi-arrêts plus ou moins énergiques, et, si c'est nécessaire, un bon coup de cravache au moment de la ruade. ÉQUITATION SAVANTE. — L'obéissance du cheval à l'éperon doit être celle du fils à son père. Obéissance com­ plète, exempte de toute hésitation, soudaine s'il le faut, mais jamais empreinte de brusquerie ou de mauvaise humeur. ^Po ur l'inculquer à son élève, le cavalier doit donc faire acte d'une autorité inflexible, mais absolument calme. Le
  52. 52. — 39 — général Faverot de Kerbrech indique ainsi comment il faut procéder pour faire connaître l'éperon au cheval : «D'abord appui des mollets en place. Demander la légèreté, appro­ cher les deux mollets des flancs du cheval et augmenter progressivement la puissance de cette pression, tout en faisant avec le filet une opposition suffisante pour empê­ cher le cheval de se porter en avant. Si le cheval conserve son immobilité, son calme et sa légèreté pendant que les jambes se serrent avec une certaine énergie, on s'empresse de tout rendre et de caresser. «S'il se mobilise et s'inquiète, ilfaut continuer la pression des mollets sans l'augmenter et agir par demi-arrêts, jus­ qu'à ce que l'immobilité survienne. Alors le cavalier des­ serre les jambes au plus vite et il flatte le cheval de la voix et de la main. Appuyer ensuite les talons nus, puis les molettes recouvertes et, enfin, les éperons débarrassés de toute enveloppe. » Ordinairement on peut d'emblée se servir d'éperons non recouverts. MARCHER SUR L'ÉPE RON. — Quand on a obtenu ce ré­ sultat sur place il faut, et c'est de la plus haute importance, habituer le cheval à se porter de pied ferme en avant sur l'éperon. A cet effet, l'éperon restant au poil, et la main, après avoir fait opposition pour maintenir l'immobilité, ayant rencontré la légèreté, le cavalier baisse un peu les poignets et augmente la force de l'appui du fer. Quand le cheval se porte en avant, les aides inférieures se relâchent aussitôt, puis la main arrête. On répète cet exercice autant qu'il est nécessaire pour y bien confirmer le cheval. APPUI DES ÉPERO NS EN MARCHANT AU PAS. — Il faut arriver franchement mais doucement au fer, la main em­ pêchant l'accélération de l'allure; c'est-à-dire qu'il faut éviter l'appui timide des éperons qui chatouille ou irrite le cheval.
  53. 53. — 40 — Si l'arrivée des éperons au poil amène le désordre, réta­ blir avant tout le calme et la régularité de la marche par des demi-arrêts, ou recommencer à donner la leçon en place. Du PAS AU TRO T SUR L'ÉPERO N. — Puis apprendre à supporter l'appui du fer au petit trot, la main faisant oppo­ sition. Enfin passer de l'arrêt au pas, au petit trot et au grand trot, de la même façon que l'on est passé de l'arrêt au pas. Le cheval alors connaît l'éperon et l'on est sûr d'avoir de l'impulsion quand on s'en sert, puisqu'on a appris à l'animal à donner toujours à ses forces la direction d'ar­ rière en avant lorsque le fer s'appuie au poil. Effet d'ensemble sur l'éperon. Il n'est pas à la portée de tout le monde; c'est un rasoir qu'il ne faut pas mettre entre les mains d'un singe. Voici, d'après le général Faverot de Kerbrech, comment il faut le pratiquer. La première condition de réussite est de ne pas lâcher la tête de l'animal. On doit donc avoir les rênes courtes. Il est préférable et plus sûr de se servir à cet effet de celles de la bride. Mais l'essentiel est de ne pas rendre, de façon à empêcher tout mouvement d'éloignement de la tête. Les mollets se ferment en même temps avec force et, aussitôt après leur étreinte énergique, on arrive à l'appui bien franc des deux éperons. La main continue son oppo­ sition jusqu'à ce que cette pression vigoureuse, graduée et simultanée des jambes et des éperons, poussant la masse sur le mors qui fait barrière, ait produit l'immobilité ou rétabli la régularité de l'allure si l'on est en mouvement et qu'on juge inutile d'immobiliser l'animal. La légèreté s'étant manifestée, on relâche les doigts, puis
  54. 54. — 41 — les éperons et enfui les jambes. L'effet d'ensemble, ainsi pratiqué sans hésitation, est le seul moyen absolument sûr d'empêcher toute défense. Mais, même dans le cas où l'occasion d'en faire usage ne se présente pas, il est indispensable de consacrer une partie de chaque séance à redonner plusieurs fois toute la leçon de l'éperon. Si l'animal reculait à l'appui des éperons, il faudrait l'attaquer vigoureusement jusqu'à ce qu'il se porte en avant. Cette défense est peu à craindre, si l'on a bien suivi la progression indiquée. Il faut toujours que le cheval se porte sur la main à l'appui des éperons, et à plus forte raison à l'attaque des éperons. Il doit en être de même dans l'effet d'ensemble de pied ferme; seulement, là, il n'y a pas de mouvement. Les forces viennent finir contre le mors, qui fait céder la mâ­ choire. Si l'animal rue à l'approche du fer, le punir par un coup de cravache cinglé auprès de la botte. N'en donner qu'un seul, ma is u n bon, et aussitôt la désobéissance (FAVEROT DE KERBRECH). Il est bien entendu que l'action de l'éperon n'est pas d'immobiliser parfois le cheval, et de le porter parfois en avant. Cette action est toujours de porter en avant, et elle exige toujours la propulsion qui n'est atténuée ou annihilée que par l'action de la main. L'usage du fer doit être proportionné à la finesse du cheval, au degré de sa légèreté aux aides, car, évidemment, sur un cheval déjà rendu sensible, il ne saurait être question d'employer une force brutale avec les éperons, ni de pallier leur action en agissant sur le mors, comme le ferait un tringlot sur la bouche de son mulet. Tel est le procédé qui a été indiqué par Baucher, et, ce qu'il a de précieux, outre les résultats qu'il produit, c'est qu'il est toujours applicable quels que soient le tempérament et le caractère du cheval, choses qui varient avec chaque individu. « Aussi vicieux
  55. 55. — 42 — qu'il soit, l'animal s'aperçoit vite qu'il lui est impossible de résister; le sentiment de son impuissance l'amène à renoncer à la lutte, son moral est dompté et il se résigne à obéir. » (Général FAVEROT DE KERBRECH.) Lie chev al qui a été habitué à se soumettre à 1' « effet d'ensemble sur l'éperon » ne song e plus à désobéir à celui qui sait le lui appliquer. L'utilité de l'effet d'ensemble en équitation courante n'est pas contestable; c'est précisément là qu'il est néces­ saire, puisqu'il agit de telle sorte que le cheval est toujours contraint à aller de l'avant. Le cheval destiné aux courses d'obstacles devra surtout y être accoutumé, afin que le cavalier puisse toujours l'em­ pêcher de se dérober et être sûr de le dominer dans toutes les circonstances. Accord des aides. La main ne doit aucunement diminuer la force qui donne le mouvem ent. La force qui pousse ne doit entraîner dans le sens du mouvement que la petite quantité de poids nécessaire au mouvement. En dressage, de toutes les fautes commises par la m ain, la plus commune et la plus grave est cell e de prendre sur V im­ pulsion. Du ramener. Le ramener amène le chanfrein du cheval à une position voisine de la verticale. Il est la conséquence de la décon­ traction de la mâchoire. Il faut d'abord que la mâchoire cède. On décontracte la mâchoire, la tête restant haute et même horizontale; c'est seulement après avoir obtenu la légèreté qu'on peut lui permettre de se rapprocher de la verticale.
  56. 56. — 43 — Elle se place alors d'elle-même dans la position la plus commode. La main doit agir seule sans attendre l'action des jambes, sans prendre sur le mouvement et sans altérer la vitesse de l'allure. Effets des rênes isolées, pu is entre-croisées et, enfin, emploi simultané des deux rênes de bride ou de filet. Ce n'est pas la position de la tête qui amène la légèreté de la bouche, c'est, au contraire, la mobilité de la mâchoire qui rapproche la tête de la verticale. La légèreté est la cause, et la position est l'effet. Il est donc illogique de s'acharner, comme on le fait ordinairement, à s'occuper de l'effet en négligeant la cause. Si la main, armée d'un mors, réussit à placer la tête verticalement et à forcer la bouche à s'ouvrir, elle ne produit pas pour cela l'équilibre (reconnaissable à la légèreté), car le cheval essaie toujours de résister à ce qui le contrarie. La cession de la tête et de la mâchoire à une puissance supérieure n'implique pas la décontraction des muscles voisins et, encore bien moins, celle des autres parties du corps du cheval. C'est ce qui arrive lorsque les jambes con­ traignent la bouche à céder au fer qui la fait souffrir. Quand, au contraire, la main est assez insinuante pour amener le relâchement des muscles de la tête, les autres muscles se relâchent aussi, parce que l'animal prend con­ fiance et se livre. De cet abandon des forces importunes occasionnant la raideur, résulte le retour à l'équilibre qui se manifeste par la légèreté de la bouche. Essayer d'as­ souplir un cheval au trot ou au galop, c'est chercher une difficulté souvent insurmontable. C'est en place ou au pas seulement qu'on peut rendre très vite le cheval léger de la bouche et des hanches, qu'on peut détruire prompte- ment toutes les résistances. Au TROT. — Répéter au petit trot ce q ui a été fait au pas. On ne doit prendre le trot que lorsque tout le travail au pas se fait régulièrement, avec légèreté, l'encolure sou-
  57. 57. — 44 — tenue et la tête placée. En tout cas, au trot comme au pas, il faut laisser le plus possible le cheval libre dès qu'il est léger. « Qu'il croie qu'il est son maître et c'est alors qu'il est notre esclave. » (BAUCHER.) Mais il ne faut jamais qu'il soit libre de faire ce qui ne lui est pas demandé. Le rassembler. Il consiste à provoquer, sans avancer d'une façon sen­ sible, le fonctionnement, la mise en jeu des ressorts de l'organisme, à obtenir en un mot 1'«action sur place », ou, si l'on est en marche, à l'augmenter sans produire un ac­ croissement de vitesse appréciable. C'est donc le « rassem­ bler » qui permet d'asseoir le cheval, de diminuer sa base de sustentation, et de donner de la hauteur aux différentes allures -(Général FAVEROT DE KERBRECH). Ce n'est pas du tout, par conséquent, ce que l'on entend ordinairement, puisque, ordinairement, on « rassemble », di t-on, en tirant sur les rênes et en fermant les jambes pour rapprocher les uns des autres les quatre pieds de l'animal, diminuer sa base de sustentation tout en conservant l'immobilité, et lui donner ainsi une position d'équilibre facile à rompre, afin d'obtenir le mouvement dans le sens voulu. Dans le véritable rassembler le cheval est bien dans un équilibre dont la translation est facile en tout sens, mais il est en action. Ce n'est pas seulement la concentration du poids, c'est la concentration des forces qui donne l'action. Pour l'obtenir, placer le cheval droit et le rendre léger. Le mettre en mouvement par de petits coups de mollet et recevoir l'action dans la main qui projette le mouvement en haut au lieu de le laisser fuir en avant. Dès qu'il y a un peu de mobilité des membres, rendre, décontracter et laisser l'animal au repos avant de recommencer. Le redres­ ser dès qu'il se traverse et ne chercher la mobilité des ap­ puis que lorsqu'il est droit et léger.
  58. 58. — 45 — DIFFÉRENCE ENTRE L' « EFFET D'ENSEMBLE » ET LE « RASSEMBLER ». — L'effet d'ensemble calme, éteint ou règle, les aides agissant simultanément avec une pro­ gression continue et graduée. Le rassembler anime, réveille, surexcite l'activité, donne la vie et le brillant, les aides agissant alternativement. Travail au galop. DÉPARTS AU GA LOP. — 1° Étant au pas, placer la tête par .la rêne directe et agir comme pour partir au trot; on ob­ tient le galop sur le pied du côté pour lequel le cheval est placé. 2° Ou bien : étant au pas, en cercle, placer le cheval par la rêne du dedans, donner l'action par les jambes, d'abord celle du dedans/et l'action agissant sur la position produit le galop. 3° Pour un cheval qui a été habitué à galoper de travers (aides diagonales), chercher à obtenir le galop par la rêne d'appui agissant de bas en haut et poussant du côté du pied sur lequel on veut que le cheval galope. Employer également les deux jambes en se servant de la rêne d'appui, le cheval marchant comme dans le changement de main diagonal dans un manège (parallèlement à un côté), les hanches exactement derrière les épaules. Lorsqu'on veut pousser un peu plus loin le dressage, le moyen le plus sûr et le plus rapide d'y arriver est celui-ci : Ne songer aux départs au galop qu'après avoir obtenu le piaffer. Alors, seulement, demander les départs au galop en plaçant la tête du cheval et en l'élevant avec les rênes de filet, en tâchant de ne pas agir du tout des jambes. Avec cet enseignement, on obtient très facilement les appuyers, les changements de pied, etc. Cela provient de ce que le piaffer, bien exécuté, est la cl ef qu i permet de dis­ poser complètement des forces du cheval. I
  59. 59. — 46 — L'allure doit être réglée. Changer souvent de rênes. Si la vitesse augmente, décomposer. Départs à faux. Galop en cercle juste et à faux. Si le cheval n'est pas droit, le redresser par la rêne d'appui, comme il a été indiqué en parlant du cheval droit. Beaucoup de descentes de main et de jambes. Reculer. Petits cercles. GALOP DE DEUX PISTE S. — Demander quelques foulées et reprendre le pas. CHANGEMENT DE MAIN DIAGONAL. — Deux ou trois foulées en tenant les hanches, et passer au pas (action de là jambe du dedans). Quand le dressage avance, la main doit presque tout faire. DEMI-VOLTES AU GALOP DE DEUX PISTE S, DEMI-VOLTES RENVERSÉES. PIROUETTES AU GALOP. —• Petites demi- voltes, etc., commencées au pas et finies au galop. VOLTES AU GA LOP DE DEUX PISTES. — Commencer au . pas, faire une ou deux foulées de galop, puis deux, puis trois et ainsi de suite. DÉPART AU GA LOP PAR LA M AIN SEUL E. — Il s'obtient de deux façons, le cheval restant droit d'épaules et de hanches : 1° Par la rêne directe (départ à droite). Marchant au pas élever la main vers la gauche en donnant un léger demi- arrêt et chercher à enlever le cheval, sans diminuer la vitesse. Si le cheval ralentit rendre la main, porter en avant avec les jambes, avec la droite principalement, et recom­ mencer le même effet de main ; 2° Par la rêne d'appui (départ à droite). Marchant au pas demander la légèreté, baisser la main vers la gauche, puis la relever vers la droite en poussant l'encolure avec la rêne gauche. Si le cheval ralentit, rendre la main ;
  60. 60. I -— 47 — donner l'action avec lea jambes et recommencer l'effet de main. C'est en somme le « rouler » don t on se sert quelquefois à la fin d'une course à chaque foulée des membres anté­ rieurs, pour faire produire au cheval toute sa vitesse. Par ces moyens le cheval prend très vite l'habitude de partir au galop franchement et sans se traverser à une simple indication de la main transmettant la pensée du cavalier. C'est particulièrement précieux à l'extérieur (manœuvres, agents de liaison, etc.). GALOP DE DEUX PISTES SANS JAMBES. — Demander l'enlever au galop sur les hanches par des demi-arrêts sans s'aider des jambes. Si l'action diminue, la main rend tout et les jambes redonnent l'impulsion. DÉPART AU G ALOP PAR LES JAMBES SEULES. — Les rênes doivent rester sur le cou. Si au contact des jambes le cheval prend le trot, relâcher les jambes entièrement et empêcher par des demi-arrêts le cheval de se porter en avant. L'al­ lure du pas rétablie, recommencer à demander le départ au galop par les jambes seules. CHANGEMENTS DE PIED AU G ALOP. — D onner la position de tête comme pour le départ au galop par les mains seu les et laisser faire le cheval. Si le cheval se ralentit, pousser par les jambes, au besoin par l'éperon, jusqu'à ce que l'impulsion soit suffisante. Pendant l'action des jambes, plus du tout de main et ne pas demander le changement de pied. L'action parais­ sant suffisante, redonner la position. Si en donnant la posi­ tion l'action meurt, abandonner la position, pousser en avant sans main, puis redonner la position en cessant l'ac­ tion des jambes. Le mouvement vient seul si l'action est suffisante. Le cheval ne doit pas augmenter son allure : s'il l'aug-
  61. 61. — 48 '— mente, arrêter court, décontracter, recommencer. Décom­ poser pour ce travail; presque pas de jambes. Le cheval doit changer de pied de lui-même. Ne pas renverser. Avec un animal qui a assez d'action, ne pas se servir des jambes afin d'éviter que le derrière ne change avant le devant. Si le cheval manque d'impulsion et qu'il est à craindre qu'après l'effet de main il ne lui en reste plus suffisamment pour que le changement de pied se fasse, les jambes doivent agir d'abord, surtout celle du côté du pied demandé, alors la main donne de suite la position (Gén éral FAVEROT DE KERBRECH). CHANGEMENT DE P IED PAR LE S JA MBES SEULES. — Arri­ ver à laisser les rênes sur le cou; agir des deux jambes, surtout de celle du côté du pied demandé. CHANGEMENTS DE PIED RÉPÉTÉS. — L'essentiel est que le cheval exécute des changements de pied parfaits de droite à gauche et de gauche à droite, à des intervalles peu éloignés. On les obtient le plus facilement par les rênes seules quand le cheval a assez d'action. Rapprocher de plus en plus ces changements. Ne pas se presser, donner la position et laisser faire le cheval. Les déplacements de la main à droite et à gauche doivent être exécutés de telle sorte que le cheval soit seul à s'en rendre compte. Lorsqu'on les demande par les jambes seules, on doit pouvoir laisser les rênes sur le cou sans que l'allure aug­ mente; cela prouve que l'équilibre ne se perd pas. La jambe du côté opposé au pied demandé indique le mouvement, mais c'est la jambe du côté du pied demandé qui le déter­ mine. On arrive aux changements de pied aux deux temps, puis au temps en en demandant deux seulement et en passant au pas pour récompenser.
  62. 62. — 49 — Pour cette leçon il faut beaucoup de calme; si le cheval s'affole, si l'allure augmente ou que l'équilibre s'altère, cesser de demander le changement de pied, arrêter et décontracter avant de recommencer. En tout cas, le cavalier doit bien se garder de faire des déplacements d'assiette. La main doit agir seule, ou les jambes seules, moelleusement et, plus que jamais, il faut éviter les saccades et la brusquerie. Veiller surtout à ce que l'action soit suffisante. Si elle manque, si la main prend sur l'impulsion, l'arrière-main ne change pas en même temps que l'avant-main. Il ne faut pas oublier que dans les véritables changements de pied, le cheval change de pied en Voir, pendant la période de suspension. Cette marche de fantaisie est très difficile à obtenir, aussi Fillis a-t-il dit avec raison : « Celui qui fait bien exécuter des changements de pied au temps sur le cercle peut être content de lui et de son cheval. » « Pou r réussir éviter surtout de demander ce travail de précision à un cheval fatigué, énervé, mouillé de sueur, ce qui obligerait à l'obtenir par la force. Il faut que l'animal reste frais pour ces leçons difficiles, q ue ce soit pour lui un jeu entrem êlé de repos et de récompenses. » (Général FA- VEROT DE KERBRECH.) Le cheval s'habitue assez aisément, mais il n'en est pas de même du cavalier. Il ne parvient qu'après de longs exercices à saisir le coup de main ou de jambes lui permet­ tant de bien demander, puis de bien entretenir le mouve­ ment sans contrarier le cheval. Du GALOP ALLONGÉ. — Prendre successivement des vitesses de plus en plus grandes, mais chaque fois uniformes et bien réglées. La mobilité de la mâchoire diminue quand le train augmente. ARRÊTER COU RT EN MA RCHANT A UN G ALOP RAP IDE. — - Agir au besoin très fortement des poignets jusqu'à l'im- EXTÉRIEUR ET HAU TE ÉC OLE 4

×