Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

L'équitation et le cheval Ernest Molier

2 139 vues

Publié le

L'équitation et le cheval Ernest Molier

Publié dans : Sports
  • Get HERE to Download eBook === http://ebookdfsrewsa.justdied.com/ ebookdfsrewsa.justdied.com B01H08DSGM-il-etait-une-fois-hippolybre-le-cheval-qui-voulait-etre-libre-le-respect-des-differences-l-autisme-la-liberte-le-bonheur-volume-9-des-avec-nos-enfants-sur-le-sens-de-la-vie.html
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

L'équitation et le cheval Ernest Molier

  1. 1. Source gallica.bnf.fr / Château-Musée de Saumur L'équitation et le cheval
  2. 2. Molier, Ernest (18..-1933). L'équitation et le cheval. 1911. 1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF. Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : - La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. - La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. CLIQUER ICI POUR ACCÉDER AUX TARIFS ET À LA LICENCE 2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : - des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. - des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation. 4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisationcommerciale@bnf.fr.
  3. 3. SPORTS BIBLIOTHÈQUE L'ÉQOITATION et LtCHEVAL Par MüLlER
  4. 4. L'ÉQU ITATION ET LE CHEVAL
  5. 5. SPORTS-BIBLIOTHÈQUE OUVRAGES DÉJÀ PARUS LE FOOTBALL, par CH. GONDOUIN et JORDAN. LA BOXE, par WILLIE LEWIS, JOE JEANNETTE, CHARLEMONT, etc. LE GOLF, par ARNADD MASSY. LES SPORTS D'HIVER, par L. MAGNUS et R. DE LA FREGEO- LIÈRE. LES COURSES A PIED ET LES CONCOURS ATHLÉ- TIQUES, par DE FLEURAC, FAILLIOT, SPITZER, ANDRÉ. L'ESCRIME, par JEAN JOSEPH-RENAUD. L'AUTOMOBILE, par H. PETIT et MEYAN. LA CHASSE A TIR, par CUNISSET-CARNOT PROCHAINEMENT LES SPORTS DE DÉFENSE, appliqués aux combats sérieux, par JEAN JOSEPH-RENAUD. LES COURSESDE CHEVAUX, par SAINT-GEORGES. LE YACHTING, par CLERC RAMPAL, FOREST, etc. LE CYCLISME, par MARCEL VIOL- LETTE, PETIT-BRETON, ELLEGAARD. LA NATATION ET LE RO- WING, par JARVIS, LEIN et G. LE ROY. LA CHASSE A COURRE, par le CAPITAINE DE MAROLLES. LE TIR,parle ComteD'ALINCOURT, COMMANDANT FERRUS, COM- MANDANT CHAUCHAT, CRE- QUI DE MONTFORT, etc. LES EXERCICES PHYSI- QUES, par BONNES, MAS- POLI, PIERRE PAYSSE. LA LUTTE, par PAUL PONS, AKI- TARO-ONO, BLAZE. LA CONDUITE EN GUIDES, par le Comte POTOCKI. HOCKEY, TENNIS, BOW- LING, BALLES ET BOULES, par CRIVELLI. GERMONT, DE FLEURAC. LA PÊCHE, par CUNISSET- CARNOT. L'AÉRONAUTIQUE,par le COM- MANDANT VOYER, le CAPITAINE DO, etc. L'ALPINISME, par GEORGES CA- SELLA. ANIMAUX DE SPORTS ET DE COMBAT, par JACQUES BOULENGER. Il paraît un volume par mois.
  6. 6. SPORTS-BIBLIOTHÈQUE L'ÉQUITATION ET LE CHEVAL PAR E. MOLIER PRÉFACE DE PAUL BOURGET DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE OUVRAGE ORNÉ DE 43 PAGES D'ILLUS- TRATIONS PHOTOGRAPHIQUES HORS TEXTE PIERRE LAFITTE & Cie 90, AVENUE DES CHAMPS-ÉLYSÉES PARIS
  7. 7. Tous droits de traduction et de repro- duction réservés pour tous pays. Copyright, by PIERRELAFITTE et Cie, 1911.
  8. 8. L'ÉQUITATION ET LE CHEVAL TABLE DES MATIÈRES Préface de Paul Bourget, de l'Académie française XIII AVANT-PROPOS XVII L'ÉQUITATION ET LE CHEVAL DE SELLE 1 Historique 1 Xénophon 2 Les Romains 3 Cavaliers barbares 4 La chevalerie 4 Les tournois 5 Les écrivains Fiaschi, Grison, etc., etc 6 L'école française Pluvinel 8 Le grand siècle 9 Le XVIIIe siècle. Robichon de la Guérinière 9 L'école de Versailles 11 L'Empire 12 Restauration 12 Second Empire. Baucher 13 LE CHEVAL 17 Son origine. Son caractère. Ses qualités. Ses défauts ...... 17 Intelligence et mémoire 23 L'atavisme 27 Description détaillée du cheval 29 La tête 31 L'oreille 31 Le toupet 32 Les yeux 32 Le chanfrein ........................ 32
  9. 9. Les naseaux 32 La bouche 33 Les dents : .. 34 La ganache 37 La langue 37 L'encolure 38 Le garrot 39 Le rein 40 La croupe 41 La queue 42 Le poitrail 43 Le passage des sangles 43 Le ventre 44 Les côtes 44 Le flanc 45 Membres antérieurs 45 Bras et avant-bras 46 Le genou 46 Le canon 48 Le boulet 48 Le paturon 48 La couronne 49 Le pied 49 L'arrière-main 51 Le jarret SI Le beau cheval de selle 53 Les robes 60 Vices, tics et mauvaises habitudes 63 Le tic à la mangeoire 63 Tic de l'ours 64 Le piaffeur dans la stalle 64 Chevaux qui grattent et tapent 65 Chevaux qui se grattent la queue 65 Chevaux qui se couchent en vache 65 Chevaux laissant pendre la langue 66 Chevaux qui se mettent les pieds de derrière l'un sur l'autre . 66 Tirer au renard 66 Tares physiques 67 Morve ou farcin 67 De la boiterie 68 Cécité et cheval borgne .................. 69
  10. 10. Engorgement des jambes 70 Chevaux qui se touchent les boulets en marchant 70 Effort de boulet 70 Cheval couronné 71 Crevasses et prises de longe 71 La fourbure 72 Le cornage 73 La fluxion périodique 73 Le vertigo 75 L'immobilité 75 Les tares du pied 76 Les tares des jambes 78 Supercheries employées par les maquignons pour vendre des che- vaux tarés ou vicieux 83 L'âge 83 Eparvin sec 85 Les pieds 85 Les yeux 85 Chevaux peureux 85 Cheval rueur 86 Bouche malade 86 LE DRESSAGE 87 Dressage. Allures. Défense 87 Des défenses 92 La pointe 95 La ruade 98 Le reculer 101 Le coup de pied en vache 101 Le cheval qui s'emporte .. 102 Le mors aux dents 102 L'« immobilité » 103 L'encensement 104 Châtiments et récompenses..- ........ 105 Le saut 108 EQUITATION 113 Considérations générales 113 Equitation élémentaire 123 Le montoir 123 La position du cavalier.................. 124 La selle ......................... 127
  11. 11. Le bridon 130 La bride 131 Le filet 132 Le mors 133 La gourmette 134 Fausse gourmette 135 Tenue des rênes des deux mains 135 Tenue des rênes d'une main 136 Leçon à la longe 137 Emploi de la force 141 La volte 144 Le changement de mains 144 Travail des hanches 147 Pivots sur l'avant et l'arrière-main 148 Pas de côté ou marche sur deux pistes, tête et croupe au mur. 148 Le galop 152 Le rôle de l'éperon 153 Maniement de la cravache 156 Usage de la martingale 157 Le filet releveur 157 Le caveçon 158 Généralités sur les allures 159 Le pas 159 Le trot 160 L'amble 160 L'aubin 161 Le trot à l'anglaise .. 161 Le galop 161 La tenue du cavalier 164 Le saut 164 L'apprentissage du saut 169 Origine des grands sauts 173 Sauts dangereux 174 Equitation supérieure dile haute école 178 Le rassembler 181 Travail de décontraction 182 Pirouette au galop 186 Serpentine au trot 190 Changement de pied au galop, au temps 193 Galop sur place 199 Galop en arrière 200 Le piaffer ......................... 203
  12. 12. Le passage 207 Le passage sur deux pistes 212 Passage en arrière 212 La pesade 215 Le mésair 216 La courbette 216 La capriole 219 La cabrade 219 La cabrade en marchant au temps 223 La lançade 223 Lançade et capriole combinées 223 La ruade 224 Coordination des aides 227 Haute école de cirque 229 Tensions de jambes. Pas et trot espagnol 234 Tensions de jambes 245 Pivot sur tension de jambe 249 Pirouette avec tension de jambe 249 Galop sur trois jambes 250 Balancé de l'avant-main et de l'arrière-main 253 Reculer sur l'éperon 257 Reculer sur l'éperon avec contraction de la mâchoire 258 Difficulté de la haute école 258 LA VOLTIGE « 259 Histoire de la voltige 261 Le cheval de voltige 262 Harnachement du cheval de voltige 262 Dressage du cheval de voltige 263 Pour dresser le cheval de voltige à sauter 265 Comment on prépare un voltigeur 266 La position du voltigeur .. 267 Passement de jambes 267 Passement des jambes assis en dedans et en dehors 268 Les ciseaux 268 Remonter de terre sur le cheval arrêté 268 Précautions à prendre pour éviter les chutes 271 Voltige au galop 271 Prendre une foulée 272 Saut remonté assis 275 Saut remonté à califourchon ................ 275 Saut remonté à genoux ................... 276
  13. 13. Le saut des barrières 277 Voltiger sur le dos du cheval 277 Le remplacement à cheval 277 L'ÉQUITATION FÉMININE 279 Lafemme à cheval. Son costume 279 La femme à califourchon 280 Equitationféminine 287 La selle 288 L'étrier 291 Tapis de selle 291 La bride 292 La leçon 295 Le montoir 295 La position 296 Maniement de la bride 297 Maniement de la cravache 298 Le pas 299 Les aides 301 Le reculer 302 Le galop 303 Le saut 304 Le trot à l'anglaise 308 Les appuyés, 312 Recommandations 316 L'éperon 319 La descente 319 Haute école de l'amazone 320 Des chutes 323 Avantage de la voltige pour les jeunes filles 327 LES SOINS DU CHEVAL 329 Les soins à l'écurie. Alimentation. Hygiène ........... 329 LE CHEVAL D'ARMES 335 Le cheval de guerre à travers les âges 335 Historique 335 Ce qu'il est. Ce qu'il devrait être .............. 341 Cavalerie de réserve 345 Chevaux de dragons 347 Chevaux de légère 348 Cavalerie d'Algérie .................... 349
  14. 14. Le cheval d'artillerie 350 Cheval d'infanterie 351 Rations 351 Ferrure 35'2 Harnachement 353 Nombre de chevaux des officiers en temps de paix 353 Achat du cheval d'armes 354 Réforme 357 Recensement et réquisition 358 Réquisition 360 Que pourront donner les chevaux de réquisition ? ...... 362 Dressage des chevaux d'armes 364 Généralités sur le cheval d'officier. 368 L'école de Saumur 371 Organisation des cours 372 Personnel enseignant 373 Remonte 373 Instruction équestre 374 Examen de fin de cours 375 Travail des sous-maîtres 376 L'école de guerre 376 Ecole de Fontainebleau 376 Sociétés équestres 378 La réunion hippique militaire 378 L'escadron de Saint-Georges 381 Autres sociétés équestres 381 Le rassembler 382 Quelques personnalités équestres 383 S. A. R. la duchesse de Chartres 383 Mm0 la duchesse d'Uzès 383 Milo Kousnetzoff. 386 M. le baron de Vaux 386 M. Desurmont 389 M. Crousse, capitaine d'artillerie 389 M. Henri Leclerc 390 Ecuyersprofessionnels et écuyers de cirque ...... 391 Coates et Georges Parr ,............ 391 Corradini 393 Emile Gautier ....................... 394 James Fillis ,.............. 394
  15. 15. Franconi 394 Pellier 395 Lalanne 395 Albert Schumann 395 Ecuyèresprofessionnelles et ècuyères de cirque 396 Emilie Loisset 396 Elisa Petzold 396 Thérèse Renz 396 Camille Van Walberg - 397 Marguerite Dudley 397 Blanche Allarty 397 YoladeNyss 398 Mme Heusmann 399 Anna judic 399 Alice Lavigne 399 CONCLUSION - - ......... 401 CARNET DU DOCTEUR 403 CARNET DU VÉTÉRINAIRE ................. 417
  16. 16. PRÉFACE A M. ERNEST MOLIER Cher Monsieur, vous voulez donc que j'ajoute une page justificatrice au spirituel volume de mon confrère et ami, M. Emile Faguet : Le Culte de l'Incompétence? Quel est mon titre pour présenter au public un traité d'équi- tation? Aucun, sinon d'avoir aimé le cheval passionné- ment, et malheureusement, riayant jamais eu le loisir de faire de véritables progrès dans cet art. C'en est un et si délicat, si réfléchi! Ceux qui liront vos deux chapitres sur le Caractère du cheval d'abord, puis sur le Dressage, s'en rendront compte : tout est nuance dans l'équitation et j'oserais dire — au risque de paraître un peu paradoxal, mais ce sera peut-être la justification de cette lettre-pré- face, — nuance psychologique. Vous Vave% montré, avec cette netteté singulière que donne la parfaite compétence, le domptage du cheval, de cet animal si vigoureux, médiocrement intelligent, mais doué d'une telle mémoire, n'est pas un problème de force. C'est un problème d'observation, de réflexion et de patience. A cause de cela, il est à désirer que ce sport, intellectuel s'il
  17. 17. en fût, ne disparaisse pas de l'éducation des jeunesgens, et surtout qu'il ne soit pas remplacé par ces pratiques de mécanicien,propres à brutifier l'homme autant que le che- val est propre à l'affiner. Etre à cheval, c'est prendre con- tact avec la vie, avec une énergie sensible et délicate qui répond à nos moindres mouvements, que nous dirigeons, à condition de la comprendre. Nous nous rendons compte que nos moindres mouvements doivent être subordonnés pour être efficaces. N'est-ce pas le principe même de la grande éducation? Et puis quel moyen de communication avec la nature ! Voici qu'en vous écrivant, d'innombrables souvenirs se lèvent dansmapensée. Les images d"anciennespromenadesà cheval me reviennentparcentaines: en Orient, surles vastes plages de sable fauve, près de la mer couleur de saphir et parmi les chemins creux bordés de cactus qui environnent Beyrouth, — en Amérique et dans les forêts de magnolias et de térébinthesde la Géorgie, traverséesde larges rivières rouges, — à Tanger, et sur cette route sauvage qui, de pro- montoire en promontoire, gagne le.cap Spartel et son phare dressé sur les gouffres mouvants de l'Atlantique, -plus près de nous, en Provence et sous les pins maritimes qui font ressembler les bords de la rade d'Hyères à la Pineta de Ravenne. D'avoir parcouru ainsi ces coins bénis du monde me les a rendus si présents, si familiers. Cela seul fait du cheval un instrument de locomotion bien supé- rieur à l'automobile. Traverser une contrée à cheval, c'est entrer dans son intimité, c'est en connaître, en étudier tout le détail, tout le relief, les montées et les descentes de ses chemins, les qualités de son sol, celles de son atmosphère. C'est prendre garde aux formes des arbres, à celles des rochers. Aller en automobile, c'estpasser, c'est courird'une
  18. 18. course éperdue au milieu de visions cinématographiques aussitôt effacées qu'apparues. Qu'en reste-t-il? Une impres- sion de vitesse qui a sa griserie et surtout sa commodité, mais pas un tableau fixé, pas une vision précise et minu- tieuse autour de laquelle nous puissions revenir et nous attarder longtemps pour en nourrir notre rêve. Des livres comme le vôtre, cher Monsieur, prouvent que nous ne sommes pas encore devenus un peuple de chauf- feurs et que la tradition, du noble art équestre n'est pas près de s'éteindre cheï nous. Il faut s'en réjouir pour nos arrière-neveux, et souhaiter que l'envahissement de la mécanique ne les amène pas à préférer les randonnées ver- tigineuses et leurs secousses névropathiques à la sensation saine, heureuse, humaine d'une bête de race allante et dressée qui vous emporte sous bois, à un joli galop de chasse rapide, mais réglé, mais mesuré, par une belle matinée fraîche deprintemps ou d'automne. Comme votre livre m'en a donné la nostalgie! J'ai une autre raison plus personnelle pour m'y être complu. Vous y n:.entt'onnei des noms qui s'associent, pour moi, à celui d'un homme dont j'ai tant admiré le talent d'écrire, et goûté l'étonnant esprit de conversation : mon vieil ami Barbey d'Aurevilly. Barbey — voilà qui va vous ravir — raffolait du cirque. Dans les années qui sui- virent la guerre, quand il était encore, malgré la soixan- taine passée et très passée, d'une prodigieuse vitalité physique et morale, que de soirées nous passâmes en- semble, au Cirque d'Été, à regarder les écuyers et les écuyères dont vous rappeler la vogue aujourd hui oubliée ! Barbey me disait : « Ce que ces gens-là font avec leur corps, nous devons le faire avec notre esprit ». Cette char- mante Emilie Loisset dont vous raconte la mort tragique,
  19. 19. de quel accent illa regrettait ! Il voulait composer des vers sur elle et saluer cette jeune ombre. S'il vivait encore, c'est à lui que vous aurie1: dû demander de présenter votre essai. Il l'aurait fait magnifiquement. Je n'ai pu que le faire simplement. Mais c'est de tout cœur que je vous souhaite d'avoir avec ce volume autant de succès qu'avec vos représentations de la rue Benouville, et que je vous envoie mes compliments. PAUL BOURGET, de l'Académie française. Paris, 13 novembre 1911.
  20. 20. AVANT-PROPOS Il faut être ignorant comme un maître d'école Pour se flatter de dire une seule parole Que personne ici-bas n'ait pu dire avant vous C'est imiter quelqu'unque de planter des choux. ALFRED DE MUSSET. LA collection sportive de Sports-Bibliothèque ayant bien voulu me demander un travail sur l'équitation et le cheval, je n'ai pu résister au plaisir de traiter un sujet qui m'a toujours passionné. M'autorisant, pour accepter cette tâche, de ma longue expérience, je prie toutefois le lecteur de considérer cette œuvre comme celle d'un pra- ticien bien plus que comme celle d'un écrivain. Voué pour ainsi dire à l'équitation depuis mon enfance, j'ai monté mon premier cheval à l'âge de sept ans. Ce fut un poney qui fit mon apprentissage, puis une jument dont l'excellent caractère me permit de courir à travers bois et champs. Enfin, quand sonna ma vingtième année, mon père me donna 2.000 francs pour m'acheter un cheval. Naïvement j'estimai que je quadruplerais mon plaisir en en achetant quatre pour le même prix. Et j'acquis ainsi à
  21. 21. une vente aux enchères quatre chevaux de belle apparence, mais qui se montrèrent rétifs à plaisir. Une bataille achar- née s'engagea entre moi et ma nouvelle cavalerie. Je con- nus les fâcheux déplacements d'assiette, et l'art de tomber n'eut plus de secret pour moi. Mais je finis par avoir rai- son de mes quatre élèves et je leur suis reconnaissant aujourd'hui des leçons qu'ils m'ont données. Sans eux, peut-être, aurais-je commencé par m'enfermer au manège qui, si nécessaire pour l'instruction, devient nuisible lors- qu'on s'y adonne exclusivement, l'équitation du dehors donnant seule l'énergie et l'aplomb. Je ne me suis spécialisé dans l'équitation de cirque, qu'après avoir été, toute ma jeunesse, un cavalierdu dehors, suivi des chasses et même gagné à dix-huit ans une course à Deauville (le Prix du Bassin). J'insiste sur ce point, car ceux qui me liront ne doivent pas perdre de vue que cette équitation toute particulière constitue un art dont on a le droit d'être épris comme je le suis moi-même, mais qui ne peut convenir que dans le manège ou dans le cirque. C'est alors qu'en dépit de ma situation indépendante, je rêvai de devenir un dresseur. Il m'a fallu beaucoup tra- vailler pour y arriver, car, je puis le dire sans forfanterie, je n'ai point eu de maître. Les professionnels à qui je m'adressai à cette époque me refusèrent toujours leurs conseils. En revanche, ils ne me ménageaient pas leurs critiques souvent assez peu bienveillantes. Avais-je obtenu un résultat comme dressage, ils me disaient : « Ce n'est
  22. 22. pas mal pour un amateur. » Leur présentais-je un cheval complètement fini, laconiquement ils proféraient : « Il y a de quoi faire. » Les critiques de quelques maîtres, cependant, furent, par leur justesse, de précieux enseignements pour moi : Victor Franconi, à qui je présentais des changements de pied au temps en me servant, paraît-il, du filet en même temps que du mors pour relever la tête de mon cheval qui avait tendance à s'enterrer, me dit : « Votre cheval n'est pas fini, les changements de pied doivent s'obtenir avec les effets de mors seuls. » C'était un peu sévère, mais c'était juste. Faute de leçons, voulant avoir l'avis d'un grand écuyer, à l'époque de mes débuts dans le dressage, je présentai à l'un d'eux un cheval d'École. Après avoir exécuté devant lui appuyers, passage, changements de pied, pas espagnol, courbettes, mon cheval m'opposa quelque résistance pour passer au trot espagnol. Je le touchai de l'éperon naturel- lement, et le voilà qui détacha une ruade formidable sur mon attaque avant de s'embarquer au trot espagnol. Aussitôt mon spectateur tournant les talons : « Votre cheval n'est pas dompté, mon bon ami, me lança-t-il, je reviendrai quand il le sera. » Il avait raison, car un cheval qui rue sur l'éperon n'est pas complètement dans l'obéissance. Le seul encouragement que j'aie jamais reçu m'a été donné par une célébrité équestre de premier ordre : M. le comte de Montigny. Me voyant débourrer une jument, et
  23. 23. chercher à la mettre dans la main, il me dit après m'avoir longtemps observé : « Vous avez vraiment une patte de vieille chatte. » Pourquoi vieille chatte et non pas jeune chat ? probablement trouvait-il la patte de la vieille chatte plus souple et plus habile que celle du jeune chat, en tout cas je fus très flatté et fis depuis tous mes efforts pour per- fectionner cette patte de vieille chatte. Le cheval fut d'ailleurs mon seul et véritable éducateur. Et c'est ainsi qu'il y a une trentaine d'années, pour avoir mes aises et travailler tranquillement, je fis construire un manège dans ma propriété de la rue Benouville. J'ai passé là, je puis le dire, le meilleur temps de ma vie. Encouragé par le succès de mes représentations, j'y ai dressé un nombre considérable de chevaux. De plus, j'y ai formé des élèves, des jeunes gens, des jeunes filles, des femmes dont les succès, depuis, m'ont fait honneur, et m'ont valu, dans cette spécialité, une notoriété dont je leur suis reconnaissant. Maintenant que je me suis présenté, conformément à l'usage, je désirerais avant d'aborder l'objet de ce livre, définir le sport équestre tel que je l'entends, c'est-à-dire indiquer quelle est, à mon avis, la place qu'il doit occuper dans les sports en général. Et d'abord où commence, où s'arrète le sportproprement dit? Si nous consultons les dictionnaires encyclopédiques, le mot « sport » — d'origine française, prétendent les uns, anglaise, affirment les autres — ne se serait appliqué pri-
  24. 24. mitivement qu'à un certain nombre de jeux et de divertis- sements. Depuis, la chasse, la pêche, les courses, les amu- sements en plein air ont été englobés dans cette définition. Aujourd'hui elle s'étend à tout ce qui exerce par passe- temps les facultés physiques ou intellectuelles, du bridge à la photographie, en passant par la boxe et les haltères. Larousse lui-même se range à cette façon de voir. En ce qui me concerne, j'estime que plus l'homme aura déployé de vigueur, d'adresse et d'énergie par lui-même, sans le secours d'aucun appareil (ni l'intervention d'aucun animal, serais-je tenté d'ajouter) plus le sport qu'il prati- quera aura de valeur. L'équitation n'aurait ainsi, logi- quement, qu'une place secondaire dans les sports, et c'est au coureur à pied qu'il faudrait adjuger la première place. Mais ceci posé, j'estime que l'élégance prime bien d'autres qualités, et de là peut-être le caractère de no- blesse qui depuis des siècles s'attache à la pratique du cheval. On ne saurait mieux le prouver qu'en rappelant le titre de chevalier donné à ceux qui s'adonnaient à l'équi- tation. C'est ainsi que l'Histoire mélange dans une com- mune estime grands seigneurs et écuyers de cirque, asso- ciant sans distinction d'origine les noms de Pluvinel, La Guérinière, Baucher, comte d'Aure, Franconi, pour la plus grande gloire de l'équitation française. C'est un sport noble entre tous, comme il le demeurera toujours, un sport qui fut, surtout chez les Romains, le privilège dela société aristocratique et de la haute bourgeoisie. De ces deux
  25. 25. classes, du reste, sortirent les premiers chevaliers et c'est dans leur sein que se recruta finalement l'ordre équestre, corps d'élite distinct de la cavalerie attachée à chaque légion romainequi comprenait des recrues étrangères assez nombreuses. Autrefois, à l'époque où le mot gentilhomme avait sa plus haute signification et n'avait pas été rem- placé par celui de gentleman, un vrai gentilhomme n'était désigné de ce nom que s'il était cavalier et escrimeur. Ecoutez ce que dit le baron d'Estreillis de l'équitation : « Elle procure une des suprêmes jouissances données par Dieu à l'homme ; bien peu d'autres laissent moins de regrets après elles et se renouvellent aussi facilement ». Et ajouterai-je : durent aussi longtemps. Un marquis de la Bigne monte à cheval jusqu'à quatre-vingt-dix ans. En 1834, un M. Vevers, âgé de soixante-douze ans, gagne un steeple-chase hérissé d'obstacles et qui avait 6.000 mètres de parcours. Je demande donc une place d'honneur pour l'équitation qui nous a valu la noble conquête célébrée par Buffon. Si je me suis permis d'écrire un livre et d'émettre des principes d'équitation, c'est que j'ai été toute ma vie un fervent praticien de celle-ci. J'ajouterai que j'ai tenu à n'avancer aucune théorie qui ne fût justifiée pratiquement par le résultat de mes travaux. Pour le prouver du reste, je ne donne pas dans cet ouvrage de dessins plus ou moins fantaisistes à l'appui de mes théories. Ce sont des photogra- phies de mes meilleurs élèves et de chevaux dressés et
  26. 26. montés par moi dans leurs allures et attitudes démonstra- tives qui viennentsouligner mon texte. Ces chevaux d'Ecole travaillent à mes soirées où tout le monde peut les voir. Ces excellentes photographies constituent une documenta- tion indispensable pour le lecteur, chacune ayant sa valeur schématique propre, susceptible au besoin de suppléer aux lacunes de la plume d'un homme de cheval *. Pour conclure, j'exprimerai l'espoir que le lecteur me saura gré de ne m'être jamais laissé entraîner dans cet ouvrage à une technique aussi fantaisiste que prétentieuse, et de n'avoir pas cherché à lui en imposer en m'élevant dans les sphères nébuleuses des théories transcendantes. Je m'en suis bien gardé, estimant les formules de ce genre, souvent si creuses et si obscures, qu'il faut chercher entre les lignes ce que l'auteur à voulu dire. J'ai, au con- traire fait tous mes efforts pour demeurer aussi clair et aussi conçis que possible, et être intelligible à tous, m'abs- tenant au surplus de toute critique à l'égard des principes de ceux qui, avant moi et d'une manière souvent si remar- quable, ont traité de l'équitation. i. Ces photographies ont été exécutées par M. Delton.
  27. 27. L'ÉQUITATION ET LE CHEVAL DE SELLE HISTORIQUE c'EST en fouillant les vieux textes grecs que l'on retrouve l'origine — sinon exacte, du moins légendaire — de l'équitation. Ces textes nous disent que epunetut le créateur du premier cheval. Nous nous en rapportons à la tradition. Il est toutefois permis de se demander comment il s'y prit. C'est bien simple. Le dieu estima un beau jour, — on ne dit pas exactement pourquoi, — qu'il seyait de faire un cadeau utile aux Athé- niens. Très embarrassé d'abord, ne sachant quoi leur donner, il eut un trait de génie : il frappa tout simplement de son tri- dent la terre qui s'ouvrit immédiatement; il en jaillit un admirable cheval, frémissant et bondissant. Qu'advint-il de cette noble bête ? L'histoire est muette sur ce point. Nous savons seulement que ce fut Bellérophonqui, le premier, songea à utiliser le cheval comme monture. Ce qui demeure plus certain, c'est que ce furent les Thessaliens, peuple exces- sivement belliqueux, qui débutèrent dans l'art de dompter et dresser des chevaux pour la guerre, et que c'est probablement à eux qu'il faut faire remonter la première apparition du che- val d'armes. Cette apparition, naturellement, jeta un certain trouble dans l'esprit des peuples, et ce n'est pas pour rien
  28. 28. que la légende des Centaures et le récit de leurs exploits homériques sont parvenus jusqu'à nous. C'est vers la même époque que l'on trouve la trace des Amazones, guerrières intrépides, demeurées célèbres pour leur habileté à maîtriser et à conduire les chevaux. Penthésilée, leur reine, était, assure-t-on, une nature éner- gique et fière, mais nous ignorons tout de ses talents équestres. La seule chose dont l'Histoire fasse mention, c'est la défaite des Amazones et leur anéantissement par Hercule. XÉNOPHON Abandonnons le domaine fabuleux dela légende pour entrer dans celui beaucoup plus précis de l'histoiregrecque et romaine. Un point obscur serait à élucider pour commencer : le fameux cheval de Troie était-il l'image d'un cheval de selle ou d'un cheval d'attelage? Nous penchons pour la seconde hypothèse, car les Grecs de cette époque-là ne montaient point encore les chevaux, ne s'en servant que comme animaux de trait, c'est-à-dire attelés et harnachés. Ce qui ne les empêcha point de devenir plus tard de fameux cava- liers. C'est à un Grec d'ailleurs que nous devons le premier ouvrage sur l'équitationqui soit parvenujusqu'à nous. Les can- didats au baccalauréat ès lettres d'autrefois ont tous traduit quelques passages du Traité de l'Equitation, et quiconque a fait ses humanités connaît le nom du fameux homme de guerre qui l'a signé : Xénophon. Un contemporain débutant dans la carrière équestre pourrait encore aujourd'hui tirer quelque fruit de la lecture de ce livre, car il fourmille de con- seils pratiques et d'axiomes de dressage qui n'ont rien perdu de leur valeur. Elle est de Xénophon, cette phrase qui a une saveur toute d'actualité : « L'équitation est presque un plaisir ; on souhaiteparfois d'avoir des ailes ; il n'est rien qui s'en rap- proche davantage ».
  29. 29. « Presque un plaisir » nous force néanmoins à songer que c'est un soldat qui parle, et la conclusion est devenue caduque, aujourd'hui que l'homme semble avoir conquis définitivement le domaine de l'air. Après Xénophon, c'est Alexandre, dont les exploits valurent l'immortalité à son cheval de guerre Bucéphale. LES ROMAINS Sans plus nous attarder, passons des Grecs aux Romains chez qui 1 équitation, tout en restant une branche de l'art militaire, tend déjà à devenir ce que nous appelons aujourd'hui un sport. La question de savoir comment on montait à cheval dans ce temps-là n'est pas moins intéressante que l'histoire, d'ailleurs controversée, des faits d'armes des légions romaines. Et d'abord les Romains ne connurent qu'assez tard la selle et l'étrier. Les premiers chevaliers se contentaient, en guise de selle, d'une double couverture de drap, de laine, parfois de cuir ; le harnais assez primitif était niellé d'or ou de métal précieux, le harna- chement se composait d'un mors brisé, d'une bride et d'une sangle. Les cavaliers n'avaient d'éperon qu'à un seul pied, et leurs chevauxn'étaientpas ferrés. D'aprèsles documents archéo- logiques, il paraît certain en effet que les premiers Latins se contentaient de garnir la sole de leurs chevaux de paille ou de cuir, à l'instardes Barbares, et que la ferrure, d'origine celtique, ne leur fut connue qu'après la conquête des Gaules. En revanche, les Romains, ces polythéistes par excellence, furent les premiers à déifier le cheval. César, on le sait, éleva une statue au sien sur le parvis du temple de Vénus. Verus portait en guise d'amulette une effigie en or de Voluaris, son coursier favori, auquel, d'ailleurs, il fut plus tard élevé un tombeau sur le mont Vatican. Caligula, ce fou sadique, avait fait édifier pour le sien un véritable palais, et projetait de lui
  30. 30. faire décerner les honneurs divins quand il périt assassiné. L'Histoire, si fertile en anecdotes sur les chevaux d'empe- reurs, l'est un peu moins en ce qui concerne le vulgum pecus, mais nous savons néanmoins quel rôle important jouait le cheval ordinaire bien dressé et entraîné dans les courses de chars et dans les jeux équestres qui étaient déjà comme le premier balbutiement des exercices de nos hippodromes actuels. CAVALIERS BARBARES De l'avis des Romains eux-mêmes, les Bar- bares d'Orient étaient des cavaliers plus intré- pides, du moins plus aguerris qu'eux, et mieux adaptés à leur monture ; les cavaliers barbares ignoraient cependant à peu près complètement l'usage de la selle, voire parfois celui de la bride, ce qui prouverait que la bride et la selle ne sont devenus des aides et des accessoires indispensa- bles qu'avec le temps. Néanmoins, nous devons admettre que ce furent les Barbares, bien plus que les Grecs et les Romains, qui furent les premiers maîtres du cheval. Et qui pourrait dire si notre prédominance ne fut pas due aussi à notre supériorité à cheval, supériorité que devait démontrer sûrement, quelques siècles plus tard, la bataille de Poitiers (au VIIIe siècle) où la cavalerie franque défit superbement la cavalerie sarrasine. LA CHE- VALERIE La trame de l'histoire — de l'histoire chevaline tout au moins — s'obscurcit quelque peu au début de notre ère, et nous risquerions de piétiner sur place en suivant un ordre chronologique trop rigoureux. Après la victoire de Poitiers, qui fut surtout une victoire de la cavalerie, le goût du cheval d'armes se propagea très rapidement en
  31. 31. France, et l'histoire du cheval, dès lors, reste strictement liée à notre histoire militaire. Tout le monde veut combattre à cheval, tous ceux du moins qui ont les moyens d'acquérir une monture. L'engouement du cheval gagne, sous Charlemagne, puis sous la féodalité, toutes les classes riches de la société, et on se préoccupe dès lors d'élevage et de croisements. Les races nouvelles résultant d'un mélange de sang espagnol et arabe sont très recherchées et viennent améliorer nos types autoch- tones. En même temps se développe la passion, véritablement ata- vique celle-là, des jeux équestres et des joutes où la brutalité naturelle à nos pères se donne largement carrière. Même l'im- mixtion des femmes à ces jeux, n'en adoucit point tout de suite le caractère barbare. Il fallut des siècles pour convertir les joutes barbares des cavaliers francs en tournois à peu près courtois, et en tirer finalement les nobles cours d'amour du bon roi René, ou les prestigieux carrousels du roi Soleil. LES TOURNOIS Il serait oiseux de discuter ici l'origine des tournois, qu'on peut faire remonter soit à l'époque byzantine, soit à l'invasion germaine, soit à une épo- que plus lointaine et plus imprécise. Ce qu'il y a de certain, c'est qu'ils fleurirent en France pendant tout le moyen âge et reçurent une vive impulsion à l'époque des croisades (XIe et XIIe siècles) où les ordres de chevalerie militaires ou reli- gieux, mixtes le plus souvent, brillèrent, sitôt créés, du plus vif éclat. Le fait seul de la création presque simultanée de tous ces ordres démontre assez l'importance qu'avait alors le cheval dans les combats et les gestes militaires en général. Les amateurs et même les professionnels liront avec profit, sur cette matière, l'ouvrage admirablement documenté d'un
  32. 32. contemporain érudit, le capitaine Picard (Origines de l'Ecole de cavalerie). En tout cas, emprunterons-nous à ce dernier la description des airs de manège alors en vogue : « Le chevalier sans cesse occupé à guerroyer, à rompre des lances, qui passait d'un tournoi à un autre, devait savoir manœuvrer son cheval en tous sens ; aussi, par l'exercice des voltes sur les hanches et sur les épaules, se mettait-il en mesure de faire face à l'ennemi de tous les côtés. » A mesure que le poids des siècles s'accumule sur la chevalerie, celui des armures diminue et finit par subir de telles réductions que l'armure de don Mioballe en vient à ne plus peser que quelques livres ; encore s'en remet-il la plupart du temps à son écuyer du soin de la porter. C'est que le chevalier prévoit déjà que, dans les batailles futures, l'avantage sera aux hommes légers, à l'infanterie protégée par l'artillerie. Le cheval d'armes, lui, survit à toutes les révolutions de notre histoire. Le tournoi supprimé, il demeure le destrier fringant des simples joutes et passes d'armes qui restent en faveur jusqu'à l'époque où elles cèdent la place aux carrousels complè- tement innocents ceux-là, et qui ne sont que de brillantes exhibitions où hommes et chevaux rivalisent d'élégance, d'adresse et de somptuosité. LES ÉCRIVAINS FIASCHI, GRI- SON, ETC., ETC. C'est à partir de cette époque aussi que l'équitation française se dégage enfin des traditions purement orales et transmises pour devenir une science basée sur des théories écrites. Les traités sur l'équitation se multiplient si rapi- dement dès l'aube du XVIe siècle, voire dès la fin du XVe, qu'on dirait vraiment que les grands écuyers de l'époque n'avaient attendu que la diffusion de l'invention de Gutemberg pour se transformer en écrivains.
  33. 33. Le capitaine Picard, qui possède à fond la bibliographie hip- pique depuis ses origines jusqu'à nos jours, analyse séparément la plupart de ces ouvrages, que le lecteur consultera avec fruit s'il veut remonter aux sources de l'art équestre français, et dont les notions d'ailleurs se trouvaient ébauchées déjà dans les vieilles chroniques du temps. Le premier auteur connu sur la matière paraît avoir été un certain Benjamin de Hannibale. Vinrent ensuite un traité latin de Laurentius Rusim et un autre de du Bellay sur la Discipline militaire. Vers 1530,Fiaschi fonde l'école de Naples qui produirabientôt l'illustre Pluvinel. Fiaschi a de plus écrit un assez gros traité dont je ne veux donner que les sous-titres : I. De la manière de bien emboucher les chevaux et de la nature d'iceux. (Cette première partie est une dissertation un peu indigeste sur la bouche du cheval et sur les divers mors et brides en usage à cette époque.) II. Du moyen de bien manier les chevaux, avec les dessins. III. Du moyen de bien ferrer les chevaux, avec les dessins des fers qui y sont propres. Mais le nom de Fiaschi est à retenir surtout, parce qu'il avait compris ou pressenti les dispositions mélomanes du cheval, ou plutôt son instinct inné du rythme, et qu'il fut le premier à dresser des chevaux à l'aide de la musique. Cependant, tandis que l'école de Naples bat son plein avec ses rudesses presque moyenâgeuses encore, l'équitation en France subit une évolution assez rapide. Elle se concrète en une science raisonnée et pratique, toute de finesse, de souplesse, — d'humanité, dirais-je presque. Les cavaliers lourdement armés et les chevaux bardés de fer, disparaissent pour faire place à des seigneurs élégants, vêtus de soie et de brocart, faisant évoluer des montures fines, alertes, sellées et bridées richement.
  34. 34. Les traités de l'époque, celui de Grison notamment, sont surtout des traités de dressage. L'ÉCOLE FRAN- ÇAISE. PLUVINEL Nous laissons les Italiensmaintenant pour parler des Français. Les deux premiers noms qui surgissent à cette époque et qui tous deux se réclament de l'école de Naples par leurs études du moins, sont celui, à jamais célèbre, de Pluvinel, et celui de La Broue, son prédécesseur de quelques années dans la carrière. Dans les deux ouvrages qu'il a laissés, La Broue pose les véritables bases de l'équitation française dont les principes s'éloignent notablement dès lors de ceux de l'école italienne. Il oppose la douceur et la persuasion, si l'on peut dire, aux pro- cédés sévères et durs des écuyers italiens, et trouve, pour le dressage du cheval, des formules neuves. Et il recommande, comme tous les vrais écuyers n'ont cessé de le faire depuis, les exercices du dehors qui seuls peuvent éduquer et aguerrir le cheval de manège. Pluvinel, le grand Pluvinel, dont tous les hommes de cheval connaissent l'œuvre à peine vieillie, est le fondateur de la pre- mière académie hippique française. Ex-premier écuyer de Henri III, il fit ensuite, sous le règne de Henri IV, une carrière des plus brillantes, et mourut chargé d'ans et d'honneurs,comme on disait autrefois. Il fut d'ailleurs le maître d'équitation du Dauphin, et c'est pour le futur Louis XIII qu'il écrivit sa fameuse Instruction en l'exercice de monter à cheval. Ce traité, paru en 1626, est un des meilleurs manuels théoriques qui aient été publiés au XVIIe siècle, et l'un des plus avisés aussi, même dans les questions accessoires de l'équitation. Il est bon nombre de ses conseils que nos jeunes cavaliers actuels pourraient méditer et suivre utilement.
  35. 35. LE GRAND SIÈCLE Mais nous voici au grand siècle, le siècle des grandes éloquences et des frivolités, le siècle où les gestes s'enrubannent comme les houlettes des personnages du romancier Honoré d'Urfé. Le Roi soleil n'hésite pas à conduire lui-même les quadrilles de splendides carrousels où il a pour vis-à-vis son frère, le Grand Condé et les ducs d'Enghien et de Guise; mais, nous allons, avant le milieu de son règne, voir la fin de ces somp- tueux carrousels, tandis que l'équitation savante tendra à prendre une place de plus en plus prépondérante. L'école de Versailles, dont nous reparlerons plus loin, com- mence à briller d'un certain éclat et à répandre autour d'elle un enseignement réputé. Cependant, au point de vue pédagogique, aucun écrivain de cette époque n'égalera Pluvinel, ni le marquis de Newcastle, ce pair d'Angleterre qui s'occupa aussi des chevaux de course, ni M. de Beaurepère qui publia Le modèle du cavalierfrançais, ni M. de Beaumont et son Écuyer français, ni Du Plessis, tant vanté par Saint-Simon, ni même M. de Vaudreuil, le pro- fesseur de La Guérinière, j'en passe, et non des moindres, de ce siècle si fertile en professeurs d'hippiatrique. LE XVIIIe SIÈCLE. ROBICHON DE LA GUÉRINIÈRE Le XVIIIe siècle pourrait, au point de vue où nous nous plaçons, se résumer en un seul nom, celui de La Guérinière dont l'ouvrage remarquable, École de cava- lerie, est assez universellementconnu et apprécié pour que nous nous dispensions d'en faire l'éloge ici. Ce qu'il importe de fixer, au point de vue historique, c'est la perfection atteinte dès lors par l'école française, comparativement aux écoles étrangères, à celle surtout dont le marquis de Newcastle avait essayé de faire prévaloir les traditions.
  36. 36. Je riai fait que compulser, profiter des enseignements de mes prédécesseurs, tâchant de résumer, de donner leplus de clartépossible à tout ce qui a étépubliésurl'équitationpour enfaire unrecueilutile à l'enseignement. Qui tient ce modeste langage, si différent de celui d'écrivains plus outrecuidants qu'érudits, qui, pour faire croire à leur science, dénigrent tous ceux qui ont écrit et pra- tiqué avant eux pour se poser en inventeurs? C'est La Gué- rinière lui-même : ce grand écuyer, doublé d'un écrivain, était un modèle de modestie. Et cependant il est univer- sellement reconnu pour être le père de l'équitation mo- derne. Ses principes n'ont pas vieilli et, malgré toutes les modifications et tous les soi-disant perfectionnements qu'on a pu y apporter, ils restentla base de l'équitation française et même mondiale. Tous ceux qui ont travaillé et travaillent l'équitation ont puisé dans La Guérinière leurs meilleurs ensei- gnements, et le nom de ce grand maître est aussi impérissable que sa méthode. Ecuyer en chef du fameux manège des Tuileries, il travailla constamment à simplifier les procédés de dressage, apprit au cavalier à chercher ses moyens de tenue « dans l'équilibre et dans la rectitude de la position ». Il fut l'apôtre admirablement inspiré de l'équitation naturelle et raisonnée. Sa grande pré- occupation fut de toujours pénétrer les écuyers de son temps,
  37. 37. de l'indispensabilité de donner au cheval toute son aisance. Et il leur indiqua les moyens d'y parvenir. C'est une des plus grandes figures qui aient existé dans l'his- toire de l'équitation. La scission se fait à cette époque entre l'équitation militaire et l'équitation civile, et nous voyons le maréchal de Saxe, préoccupé d'améliorer la cavalerie, préconiser par des instruc- tions très précises l'orientation nouvelle de l'instruction des troupes à cheval. L'ÉCOLE DE VERSAILLES Nous ne pouvons passer sous silence la célèbre école de Versailles qui brille d'un si vif éclat au XVIIIe siècle. Placée sous la surveillance du grand écuyer M. le Premier, elle donne l'instruction équestre non seulement aux pages, mais encore aux plus grands seigneurs de la cour; elle ne disparaîtra, comme toutes les grandes écoles, qu'avec la Révolution qui réquisitionne les écuries et décapite les maîtres. Parmi les écuyers célèbres qui, après La Guérinière, lais- sèrent un nom dans les cadres de l'École de Versailles, on remarque MM. de Nestrer, de Salvert, de Neuilly. MM. de Lubersac, de Montfaucon, de Rogles, apparte- naient à l'École des Chevau-légers. Parmi les écuyers de l'école militaire se trouvaient MM. d'Auvergne et de Bois- deffre. L'équitation militaire prend, à partir de cette époque, la plus large place dans l'histoire du cheval. « L'équitation rationnelle, logique, fine, élégante, artistique avait disparu ; il ne s'agissait plus alors que de former à la hâte des instructeurs pour nos régiments. »
  38. 38. LEMPIRE Quant à la période impériale, elle fut moins une période d écuyers que de cavaliers. Les sabots de la cavalerie française foulèrent tous les pays de l'Europe. Les écuyers proprement dits furent peu nombreux, les centaures y étaient légion : cavaliers et montures accomplissaient les mêmes prouesses. On voyait même de mauvais cavaliers, comme Napo- léon, réaliser des exploits de résistance équestre qui feraient hésiter nos meilleurs écuyers. RESTAURATION La Restauration rouvrit l'école de Ver- sailles et les deux d Abzac reprirent la direction du manège du roi. Malgré la présence de ces grands écuyers et celle du célèbre d'Aure, l'école de Versailles, qui disparut définitivement en 1830, n'eut pas l'influence de sa devancière de l'ancienne monarchie : l'équitation « aux rênes flottantes » et le style anglais en furent les principales causes. La grande école demeure encore l'académie indiscutée de l'équitation française et sa réputation reste comme par le passé mondiale. Continuateur, gardien en quelque sorte des grandes traditions, le comte d'Aure, dernier écuyer en chef du célèbre manège de Versailles, fut et est demeuré une des notoriétés de la science équestre. Son nom est inséparable de celui de Baucher qui devait être en désaccord complet avec lui. Le comte d'Aure, bien qu'élevé dans la tradition classique, ne s'y montra point systématiquement inféodé, et c'est là un des côtés les plus appréciables de son immense intelligence de l'équitation. Avant même que disparût l'école de Versailles, il vit très bien la nécessité d'orienter l'art équestre dans une voie nouvelle, plus immédiatement pratique, et de le débarrasser des inutilités qui l'encombraient. Lui aussi eut des théories restées célèbres.
  39. 39. Il émit comme principe fondamental que la base de l'équita- tion usuelle doit être d'obtenir une impulsion très franche au début du dressage et la corrélation de la position de la tête et de l'encolure avecla vitesse de l'allure. Il estimait aussi que l'appui sur la main ferme et léger, devaitaugmenter en raison directe de l'impulsion exigée. « Je ne puis mieux comparer, écrivait-il, la situation du cheval dirigé par l'homme, qu'à celle de l'aveugle conduit par son chien ; tant que l'aveugle est conduit et qu'il suit son guide, l'aveugle marche en confiance, si la tension cesse, l'incertitude arrive. » Ce n'est pas seulement comme théoricien que le comte d'Aure laissera le plus durable souvenir. Il fut un praticien hors ligne, s'imposant au monde équestre de son temps par son tact et sa puissance à cheval : à tel point que l'ancien écuyer cavalcadour de Louis XVIII et de Charles X, devint, après 1830, malgré ses convictions, écuyer en chef de l'école de Saumur. SECOND EMPIRE BAUCHER A cette époque apparaît au cirque des Champs- Elysées un écuyer dont l'autorité s'impose subite- ment : Baucher ; sa méthode excite l'admiration de bon nombre d'hommes de cheval, mais trouve en revanche d'aussi nombreux contradicteurs : en somme, elle révolutionne le monde équestre à tel point que le duc d'Orléans fait envoyer pendant un certain temps Baucher comme profes- seur à Saumur. C'est à lui qu'on doit cette fameuse détermination de l'équi- libre du premier genre : « main sans jambes, jambes sans main » qui révolutionna les théories alors en vigueur dans le dressage. Baucher fut le génie incarné de l'équitation savante. Très contesté, très jalousé, ses détracteurs les plus farouches furent les premiers à s'inspirer de ses travaux quand ils n'allèrent
  40. 40. pas jusqu'à les copier servilement. Ses théories, en anta- gonisme complet avec celles du comte d'Aure, suscitèrent entre eux des polémiques et une rivalité qui mirent le désaccord entre ces deux hommes remarquables. Ce n'est guère qu'après sa mort — comme tou- jours — que l'on fut una- nime à donnerà Baucher la place immense qu'il méritait d'occuper dans l'histoire de l'équitation. Ses études sur la légfè- reté absolue, c'est-à-dire sur toute absence de ré- sistance au moindre effet des rênes, rendant par cela même très facile la position du ramener, constituaient une nou- veauté qui lui était abso- lument personnelle. Est-il besoin de rappe- ler ici sa délicate et subtile théorie sur les « effets d'ensemble ». Aujourd'hui on pèse sainement et sans parti pris l'œuvre du maître des maîtres en équitation savante. Et cette œuvre laissera une empreinte ineffaçable dans l'évo- lution de l'équitation française. Quant au praticien, il fut, paraît- il, d'une habileté sans égale. Que de choses restées dans l'om- bre n'a-t-il point éclairées d'un jour nouveau et inattendu, avec quelle maîtrisen'a-t-il point appuyé d'exemples ses théories les plus nouvelles ? Le baron d'Etreillis qui l'avait beaucoup vu et qui l'appréciait infiniment, puisqu'il fait dans son livre le
  41. 41. plus grand éloge de sa science équestre, lui adresse cependant cette critique : « La question d'art, de haute école, l'absorbait au point de faire disparaître toute autre considération. Pour lui, un cheval était comme le drap destiné à confectionnerun habit, on ne devait pas l'utiliser pour un autre usage. Jamais nous n'avons pu le voir à cheval qu'entre quatre murs ; dans notre opinion, il était hors d'état de suivre pendant une heure une chasse marchant bon train, ou de sauter la première barrière venue, sur le cheval le plus doux ». Mais nous, partisans de l'équitation du dehors, nous ne pouvons nous empêcher de regretter que ce grand artiste se soit toute sa vie renfermé dans son cirque : peut-être pourrons-nous faire le reproche contraire au comte d'Aure d'avoir relativementnégligé le manège. Quel malheur que d'Aure et Baucher aient été aussi intransigeants ; car en se complétant l'un par l'autre, ils auraient, à notre avis, réalisé la perfection de l'art équestre. Sans médire de ces grands écuyers, et puisque nous parlons de 1830, j'estime que la course au clocher, instituée à cette époque, a eu aussi pour les cavaliers de grands avantages en leur donnant la solidité sur les obstacles, le courage et l'endu- rance qui sont les qualités primordiales pour l'équitation du dehors. Ces courses au clocher furent du reste l'origine des steeple-chases.
  42. 42. LE CHEVAL SON ORIGINE. SON CARACTÈRE. SES QUALITÉS. SES DÉFAUTS QUEL est le pays d'origine du premier cheval ? Personne ne le sait au juste. La Bible n'en signale aucune trace aux premiers âges du monde. Les tribus juives même ne devaient point connaître le cheval, car il n'est pas fait mention de lui dans la Genèse, au début de leur histoire. Il n'est fait mention du cheval que bien plus tard, à l'époque des Rois : Salomon est indiqué comme possédant 40.000 che- vaux de trait. Il ne faut pas oublier d'ailleurs que les provinces habitées alors par les tribus juives — la Galilée et la Samarie surtout — étaient des pays de montagnes, et que le cheval ne se rencontre que dans les pays de plaines. Donc, les exégètes qui nous affir- ment que les pasteurs de la Mésopotamie ne connurent point le cheval ont raison, mais nous soupçonnons qu'il existait quand même longtemps auparavant, dans tous les pays environnants, en Égypte, en Assyrie, en Syrie surtout d'où proviennent encore aujourd'hui les chevaux les plus parfaits. Dans l'histoire de Joseph en Égypte il est question des chevaux des Égyptiens, et le livre de Josué relate les premiers combats d'Israël contre les rois syriens et leur cavalerie. Or ces combats se situent à
  43. 43. une époque qui se confond à peu près avec les débuts de l'his- toire d'Assyrie, — le plus ancien des peuples cavaliers connus — non point de son histoire mythique et apocryphe mais de celle sur laquelle on possède les premiers documents authentiques. On peut donc dire avec certitude que les premiers chevaux connus furent des chevaux d'Asie, des chevaux syriens et assyriens, et que le cheval apparut sur terre en même temps que l'homme et sous les mêmes latitudes. Reste un point que personne n'a élucidé. Comment apparu- rent et vécurent les premiers chevaux? Buffon lui-même est muet sur la question, mais la page où il résume l'histoire des chevaux sauvages devrait suffire à édifier ceux qui inclinent à croire que le cheval est venu au monde avec une selle sur le dos. Et je le cite d'autant plus volontiers que, hormis le célèbre exorde sur la « noble conquête », personne ne connaît le traité de Buffon ou du moins ne se souvient de l'avoir lu. Voici son éloquent plaidoyer en faveur du cheval de tous les temps et de tous les pays. « C'est par la perte de la liberté que commence son éduca- tion, et c'est par la contrainte qu'elle s'achève. L'esclavage et la domesticité de ces animaux sont même si universels, si anciens, que nous ne les voyons que rarement dans leur état naturel : ils sont toujours couverts de harnais dans leurs travaux; on ne les délivre jamais de leurs liens, même dans les temps du repos ; et si on les laisse quelquefois errer en liberté dans les pâturages, ils y portent toujours les marques de la servitude, et souvent les empreintes cruelles du travail et de la douleur ; la bouche est déformée par les plis que le mors a produits ; les flancs sont entamés par des plaies, ou sillonnés de cicatrices faites par l'éperon ; la corne des pieds est traversée par des clous. L'attitude du corps est encore gênée par l'impression subsistante des entraves habituelles ; on les en délivrerait en
  44. 44. vain, ils n'en seraient pas plus libres ; ceux même dont l'escla- vage est le plus doux, qu'on ne nourrit, qu'on n'entretient que pour le luxe et la magnificence, et dont les chaînes dorées ser- vent moins à leur parure qu'à la vanité de leur maître, sont encore plus déshonorés par l'élégance de leur toupet, par les tresses de leurs crins, par l'or et la soie dont on les couvre, que par les fers qui sont sous leurs pieds. » Personne certes ne sera tenté de contester l'exactitude de ces observations. Elles démontrent, par ailleurs, qu'au double point de vue humanitaire et utilitaire, le cheval est celui de tous les animaux domestiques qui a le plus besoin d'être protégé. Le cheval est bien le plus superbe animal de la création, quand il est de pure race, arabe, anglais, russe, français ou allemand. Il importe cependant de le laisser tel que la nature l'a fait. Je n'admets pas que des gens assez fortunés pour posséder un beau cheval, se laissent entraîner par le sno- bisme et ne veuillent pas comprendre que c'est une faute de goût que de lui fair-e subir des transformations dont le résultat immédiat est de mutiler une bête que la nature avait faite de toute beauté. Crinière, queue, sont particulièrement visées; elles subissent l'outrage du ciseau : pourquoi? Pour sacrifier à une mode que rien ne justifie. Ainsi abîmé, on en arrive à identifier un animal complet comme race et comme ensemble, à la dernière des rosses. Je reconnais que pour posséder un joli port de queue et pour pouvoir conserver crins et crinière, un cheval doit être parfait de race et de modèle, ces ornements naturels ne convenant qu'à la bête d'origine. Aussi bien, comme les beaux chevaux sont fort rares, il est certain que les sujets de valeur secondaire gagnent à être trans- formés, préparés à la « mode anglaise », car c'est elle qui pré- vaut en matière équestre.
  45. 45. Il n'en reste pas moins vrai qu'il est pénible de voir un malheureux cheval tortiller en vain, pour chasser les mouches, soit l'embryon de queue qu'on a bien voulu lui laisser, soit cette même queue conservée dans toute sa longueur mais dépourvue de crins, rappelant ces fourreaux-brosses avec lesquels on nettoie les verres de lampe, alors que la nature prévoyante l'avait gratifié d'un panache majestueux qui avait sa raison d'être pratique pour l'animal et ajoutait encore à sa beauté. Le port de queue chez le cheval doit en quelque sorte être
  46. 46. fier — c'est-à-dire que l'animal étant en action, la queue bien détachée doit s'incurver dans un mouvement harmonieux au- dessus de la croupe. Si sa tendance à s'infléchir vers le sol est trop accusée, c'est au détrimentde l'élégance généralede la bête. J'ai été très surpris de voir un trop grand nombre d'acheteurs n'attacher qu'une médiocre importance à cette question du port de queue et tolérer que les marchands leur présentent un che- val bourré de gingembre. Ils n'ignorent pas cependant que l'usage du gingembre est un moyen empirique, absolument artificiel, dont les effets ne sont que momentanés. La superche- rie est en effet de peu de durée, tel cheval présenté par le marchand avec la queue superbement en panache se retrouve chez l'acquéreur avec le même appendice complètement abattu. Le port noble de la queue donnant, à mon avis, une grande valeur au cheval, il mériterait d'être pris en considération par l'acheteur. La qualité primordiale et dominante du cheval est la force. Il est raide et maladroit si on le compare au chat, au chien, à la chèvre et à beaucoup d'autres quadrupèdes, mais il est doué d'une grande vigueur. Peu d'animaux sont capa- bles de le suivre dans sa course. Ses trois allures — le pas, le trot et le galop —sont plus nettes, plus régulières que celles des autres quadrupèdes. Le cheval possède même naturelle- ment une allure très élégante nommée par les écuyers de manège le passage. J'ai dit naturellement. Je le répète, car contrairement à une opinion généralement admise, j'estime que le passage est une allure naturelle au cheval. Si vous observez le cheval frais qui vient d'être lâché en liberté, vous remarquerezqu'il fait souvent de lui-même un bon tour au passage, mais avec une fierté, un tride, une vigueur qu'il est bien difficile de lui donner par le dressage. La tête haute, l'encolure rouée, les oreilles piquées, la queue
  47. 47. relevée, il se cadence gracieusement et harpe tellement les jambes que dans ses mouvements élastiques, il semble ne plus prendre contact avec le sol. Les gens qui aiment et connaissent le cheval peuvent alors apprécier, en le considérant à cette allure, toute l'étendue de son nerf, toute la puissance mécanique de son ressort. Si j'ai tenu à donner ici une image rapide du passage, c'est — et j'y reviens volontairement — pour démontrer qu'il cons- titue bien chez le cheval une allure non pas artificielle, mais
  48. 48. essentiellementnaturelle. Et je tiens même à dire dès à présent que c'est cette raison qui m'incitera, lorsque j'en viendrai à faire une démarcation entre les allures naturelles et les allures arti- ficielles, à classer le passage et le piaffer parmi les premières. Je ne vais pas évidemment jusqu'à dire que le cheval, dans son dressage, donne le passage qui lui est naturel, aussi faci- lement que le pas, le trot, le galop. Non. Bien au contraire, j'ajouterai même que le meilleur dresseur aura une grande dif- ficulté à obtenir volontairement du cheval un passage aussi beau et aussi correct que celui qu'il a vu donner au même ani- mal, de lui-même, dans la prairie. C'est cette difficulté qu'ont toujours rencontrée les dresseurs qui leur a fait croire, me semble-t-il, que le passage n'est pas une allure naturelle. Je pense tout différemment. Et j'espère l'avoir démontré, surtout après m'être autorisé de la photogra- phie de cette superbe haquenée qui vient d'être lâchée devant ses écuries, instantané des plus probants que j'apporte ici à l'appui de ma thèse (Voir page 205). N'insistons pas quant à présent, sur les qualités physiques — ou plus exactement mécaniques — du cheval ; parlons un peu de son moral et de son i ntelligence. Le moral est bon : l'animal est résistant et courageux.o INTELLIGENCE ET MÉMOIRE Pour être sincère, le cheval ne brille pas par l'intelligence ; il n'est guère d'animaux ayant aussi peu de raisonnement que lui. Un simple exemple à l'appui de cette opinion : Prenez un cheval peureux ; placez sur son passage, à droite, un objet sus- ceptible de l'effrayer, un tonneau ou un sac de blé par exemple. Par de bons et habiles procédés, vous allez arriver à le mettre en confiance, à lui retirer sa frayeur, pour qu'il passe tranquille- ment, sans aucune crainte, à côté de l'objet qui l'épouvantait.
  49. 49. Ce résultat obtenu, placez à gauche les mêmes objets ; vous aurez à vaincre les mêmes résis- tances que lorsqu'ils se trou- vaient du côté droit. Tout sera à recommencer. L'animal n'a donc pas eu assez de raisonnement pour compren- dre que cet objet qui l'effrayait une seconde fois était le même que celui dont il avait eu peur la première. Poussons les choses plus loin pour démontrercombien la com- paraison de son intelligence avec celle des autres animaux lui est désavantageuse. Le cheval le plus doux donne en jouant, sans raison, un coup de pied mortel à l'homme qui le soigne. Le chien le plus mé- chant mordra-t-iljamais son maître? Il faut avouer que la manière dont le cheval est élevé contribue sin- gulièrement à lui reti- rer le peu d'intelligence qu'il pourrait avoir. Le malheureux qui était fait pour être libre et courir dans les grands espaces débute mal dès sa venue en
  50. 50. ce monde. Après un semblant d'indépendance dans la prairie, il est brusquement attaché assez court et condamné à une immobilité presque complète dans une stalle généralement trop étroite et tout juste assez longue. Son peu d'intelligence est encore atrophié par cette captivité qui n'aura plus de fin. Apprivoisé à coups de fourche à l'écurie, il l'est dehors à coups de bâton. Attelé presque toujours trop jeune à une voiture trop lourde, on lui met dans la bouche, sa partie la plus délicate, une barre de fer qu'on nomme mors, munie de deux puissants leviers. S'il veut se porter en avant, on lui arrache la mâ- choire en l'asseyant sur les jarrets avec cet ins- trument de supplice; si la douleur l'empêche d'avancer à la volonté de son bourreau, celui-ci n'hésite pas à le frapper à tour de bras avec un fouet. Monté, ce sont les mêmes procédés dont on use envers lui, avec cette simple différence que le fouet est remplacé par la cravache. Il n'y verrait peut-être que demi-mal si, comme il arrive souvent, nombre de dresseurs, armant leurs talons d'épe- rons à molettes pointues et profitant de la position à califour- chon, très commode pour se servir des jambes, n'en usaient pour fourrager durement les flancs de leur monture juste à l'endroit où s'arrêtent les côtes, c'est-à-dire au ventre. Le cheval ainsi élevé, devient fatalement une brute, sa phy- sionomie morne en fait une véritable caricature qui n'a plus
  51. 51. qu'une ressemblance éloignée avec l'animal libre et fier que la nature avait créé. Peut-être que s'il vivait plus étroitement avec son maître, cette intelligence précaire se développerait chez le cheval comme elle se développe chez le chien qui est, pour ainsi dire inti- mement lié à l'existence de son maître. Si la sincérité oblige à recon- naître le peu d'intelligence du cheval, il est juste de lui accorder sans réserve une très grande qua- lité : la mémoire. Certainement il possède une mémoire tout à fait remarquable. Un cheval dressé en haute école ou en liberté, pourra par la suite être attelé, monté en course ou à la chasse, jamais il n'oubliera son travail de jadis même dans ses moindres détails. Vous pourrez le reprendre au ma- nège au bout de plusieurs mois, de plusieurs années, après avoir cesse de le monter, et lui demander tout ce que vous lui avez appris autrefois, son travail le plus compliqué même. C'est certainement lui qui surprendra votre mémoire en défaut, hésitant et même se défendant lorsque vous intervertirez, par oubli, l'ordre de son ancien travail. Lorsqu'il fait de la route, vous pouvez également constater sa grande mémoire. A-t-il parcouru un chemin deux fois? Il pourra vous guider dans tous ses détours ; les méandres en sont gravés dans son esprit, et il ira jusqu'à vous arrêter net, si vous n'y prenez pas garde, aux endroits précis où vous
  52. 52. l'aurez arrêté la première fois que vous avez fait le même trajet. Cette mémoire, si utile pour le dressage, lui est bien com- mode pour se défendre. Il sait à merveille l'utiliser à son profit. Vous a-t-il désarçonné à une place? Menez-vous;en repassant à cette même place, il cherchera certainement à recommencer. Et cette mémoire très précise, toujours en éveil, lui dicte quel- quefois sa ligne de conduite ; tel cavalier l'a forcé à obéir : il ne lui résistera plus ; tel autre a eu peur de lui et lui a cédé : il lui résistera à outrance. De ceci, il faut déduire qu'on doit beaucoup compter sur la mémoire du cheval, et que s'il apprend lentement et diffici- lement, en revanche, il n'oublie jamais. C'est pourquoi le dresseur averti de cette grande mémoire et de ce peu d'intelligence, devra suppléer à l'infériorité de la seconde en procédant par une graduation très lente et très nette dans le dressage et profiter ainsi de ce qui est acquis définiti- vement sans risquer d'embrouiller par de trop multiples demandes les facultés restreintes d'intelligence du cheval. Cette manière de procéder aura en outre l'avantage de ne pas l'énerver, car, comme on le sait, il est très emporté et ses prin- cipales révoltes sont occasionnées presque toujours par une insuffisance de compréhension. Gardez-vous donc des faiblesses et des mauvaises leçons dont les conséquences sont presque irréparables. L'ATAVISME Le caractère du cheval, comme celui des autres animaux, subit d'une façon très cu- rieuse les influences de 1 atavisme. Qu'on en juge plutôt. Il y a près d'un quart de siècle, lorsque les premières bicyclettes ont commencé à circuler dans Paris et dans sa périphérie, ce n'est point de peur, mais d'une véritable terreur que furent pris les chevaux. On les vit se dérober, se jeter sur
  53. 53. n'importequel obstacle, inconscients et affolés, plutôt que de se laisser approcher par ces véhicules inconnus d'eux ; il en est même quelques-uns qui ne purent jamais s'habituer au voisi- nage de ces nouvelles machines. Puis, dès la deuxième ou troi- sième génération, nous avons vu venir à Paris de jeunes che- vaux, qui voyaient passer près d'eux pour la première fois des bicyclettes avec la plus grande indifférence. Il en a été de même pour l'automobile. Les premierschevaux en furent terrorisés, leur descendance ne s'en émeut plus. L'exemple est peut-être plus frappant ici, parce que cette petite locomotive sans voie ferrée a débuté dans la carrière avec un bruit infernal. Il a fallu au cheval une mentalité facilement transformable pour oublier, en moins de deux générations, ses terreurs premières et voir passer presque dans ses jambes, sans s'en inquiéter, les véhicules trépidants dont les moteurs transmettaient à ses oreilles un vacarme bien fait pour l'effrayer. Les lois de l'atavisme s'étendent d'une génération à l'autre, à toutes les qualités et à tous les défauts du cheval, aussi bien aux tares morales qu'aux tares physiques. Un animal rétif transmettra à sa descendance, à un degré plus ou moins déve- loppé, un caractèresemblable au sien. Un cheval doux, lympha- tique, engendrera des animaux calmes et apathiques. D'une manière générale, on peutdire que tous les défauts de caractère se transmettent de génération en génération, sous une même forme, mais avec une intensité variable.
  54. 54. DESCRIPTION DÉ- TAILLÉE DU CHEVAL Nous devons donc rechercher, comme cheval de selle, l'animal robuste et le plus près du sang possible. Comme le sang n'est
  55. 55. en somme que le sang oriental, il faudra donc que le cheval de selle ne s'éloigne pas trop de cette origine orientale, tel le pur sang anglais qui s'en rapproche le plus. Je ne saurais mieux faire que de reproduire ici comme type de cheval oriental le magnifique étalon syrien dessiné par Adam. Pour qu'un cheval soit réellementbeau, il ne suffit pas que cer- tainespartiesde son corps soient bien établies, il faut encore que toutes ses parties forment une harmonie parfaite, harmonie qui ne doit être contrariée par aucune défectuosité. Voici pour l'en-
  56. 56. semble ; nous allons, en détail, décrire chaque partie du cheval, en expliquant ce qu'elle doit être pour se rapprocher de la per- fection. LA TÊTE La tête se compose des oreilles, dufront, du tou- pet, des yeux, du chanfrein, des naseaux, de la bouche, des lèvres et de la ganache. L'OREILLE L'oreille ne doit être ni trop grande ni trop sur le front, enfin quand elles se dressent dans des directions opposées, on dit des chevaux affectés de telles oreilles qu'ils sont « mal coiffés ». L'intérieur de l'oreille est généralement revêtu d'une couche de poils assez longs qu'il était autrefois d'usage de couper; mais on a reconnu que c'était une erreur, car ce duvet est des- tiné à empêcher les corps étrangers et les mouches d'entrerdans le cornet acoustique qui, par sa position, les reçoit trop faci- lement.
  57. 57. LE TOUPET Comme l'indique son nom, le toupet est une mèche de crins qui pend sur le front, attachée entre les deux oreilles. Le toupet naturel est plus ou moins long, mais il est généralement raccourci ou supprimé pour satisfaire aux exigences variables de la mode. LES YEUX Comme je l'ai déjà dit, l'œil doit être plutôt à fleur de tête que rentré ; de couleur foncée ; les deux yeux ne doivent pas être de couleur différente, car le cheval serait dit alors cheval à l'œil vairon. Cette dissemblance est considérée comme une laideur. L'œil doit être bien ouvert et les paupières bien mobiles. Quand il est trop couvert, c'est généralement un signe de sournoiserie ou de méchanceté. On dit qu'un cheval a « des yeux de cochon » lorsqu'ils sont trop petits. LE CHANFREIN Le chanfrein est la partie qui descend du front au nez. Il doit être le plus droit pos- sible, car lorsqu'il est busqué il donne à la tête du cheval l'aspect d'une tête de mouton. Beaucoup d'irlandais, quelques normands, ont le chanfrein busqué. Quant au front, il doit être large et plat. LES NASEAUX Les naseaux doivent être bien ouverts, car, étant destinés à l'entrée de l'air dans les pou- mons, plus ils seront ouverts et dilatables, plus les poumons absorberont facilement l'air. Cette large ouverture des naseaux est tellement importante que certains peuples d'Orient ouvrent avec des ciseaux les naseaux de leurs poulains lorsqu'ils vien- nent au monde, sachant parfaitement que pour obtenir une marche rapide du cheval, il faut qu'il puisse aspirer l'air à pleins poumons,
  58. 58. Les naseaux doivent aspirer et repousser l'air extérieur sans aucun bruit, bruit qui serait signe d'une tare de la gorge ou des poumons. LA BOUCHE Je commence la description de la bouche par les lèvres. Ces lèvres, qui sont d'une grande mobilité, servent au cheval non seulement à prendre sa nour- riture, mais encore à trier dans le grain, dans l'herbe et dans le fourrage, les parties qui conviennent le mieux à son alimen- tation. Le cheval a donc dans la bouche une adresse et un tact égaux à ceux que nous avons dans les mains et que je pour- rais comparer aussi à l'adresse de la trompe de l'éléphant. Chez le jeune cheval, ces lèvres sont peu charnues, mais plus le cheval prend d'âge, plus les lèvres deviennent épaisses. Elles doivent pourtant toujours rester assez fermes pour être bien collées sur les dents et se joindre afin que la bouche reste constamment fermée. Un grand défaut pour un cheval est d'avoir la lèvre inférieure pendante; cela dépare complètement sa physionomie. La lèvre supérieure ne doit pas non plus être trop longue, car elle viendrait coiffer la lèvre inférieure, ce qui serait aussi très disgracieux. Les lèvres du cheval, comme je l'ai déjà dit, sont tellement mobiles que c'est avec elles qu'il commence à s'emparer des branches du mors pour prendre ce mors dans les dents lorsqu'il veut s'emballer. On remédie généralement aux inconvénients que peut avoir ce défaut, dans la conduite du cheval, en mettant au mors une fausse gourmette. Combien de chevaux aussi ouvrent la porte de leur box et les robinets d'eau avec leurs lèvres. Lorsqu'on ouvre la bouche du cheval, on trouve les dents, la langue, le palais et les barres. Comme chez presque tous les animaux de son espèce, la
  59. 59. bouche du cheval ne comprend que des molaires et des inci- sives. Il n'y a guère qu'une canine, à laquelle on donne le nom de crochet, qui vient de chaque côté des mâchoires du cheval lorsqu'il prend de l'âge. LES DENTS Les dents, chez le cheval, ont une grande impor- tance en dehors du rôle qu elles jouent comme masticatrices, rôle déjà capital, car le cheval, se nourrissant d'herbes sèches et de grains et n'ayant pas, comme les rumi- nants, la faculté de mastiquer plusieurs fois sa nourriture, doit du premier coup broyer ses aliments. C'est vous dire la néces- sité de la grande puissance de sa mâchoire qui rend les mor- sures du cheval si redoutables. Dans sa jeunesse, le cheval
  60. 60. a les dents courtes, très enfoncées dans les gencives et la mâchoire presque convexe. En avançant en âge, les dents perdent de leur convexité, et dans la vieillesse l'angle qu'elles forment devient de plus en plus aigu. C'est par l'inspection des dents qu'on arrive le plus sûrement à déterminer l'âge d'un cheval. Nous allons donc donner une série de schémas montrant la configuration de la bouche du cheval depuis l'âge de trois ans jusqu'à dix-huit ans, car après cet âge, le cheval entrant dans la vieillesse est en plein déclin et son âge n'a plus d'intérêt. Comme il n'y a pas de règle sans exception, il y a beaucoup de mâchoires irrégulières qui ne permettent pas de reconnaîtrel'âge d'un cheval et qui pourraient même tromper si on se fiait aux apparences. Entre ces irré- gularités, l'une des principales est la longueur prématurée des dents chez le jeune cheval ; elle se présente dans plusieurs cas. Il peut d'abord arriverque la mâchoire inférieure n'étant pas au- dessous de la mâchoire supérieure, et les incisives d'en bas et d'en haut ne frottant pas l'une sur l'autre, l'usure n'atteigne pas un degré normal et que les dents deviennent ainsi trop longues. Les chevaux qui ne mangent pas d'avoineont généralement aussi les dents plus longues, ces dents n'ayant rien à broyer. Puisque nous parlons de la longueur démesurée des dents, je signalerai l'allongement de certaines molaires, allongement qui produit des aspérités gênant à ce point la mastication, qu'on est obligé
  61. 61. de les faire limer pour que le cheval puisse bien broyer sa nourriture et que le grain n'arrive pas dans l'estomac sans être moulu,ce qui occa- sionnerait de mauvaises digestions, et affaiblirait le cheval puisqu'il ne pourrait pas dans ce cas s'assimiler les principes nutritifs du grain et du fourrage. Une irrégularité qui n'a pas les mêmes inconvénients mais qui facilite les erreurs ou tromperies en ce qui con- cerne 1 âge d'un cheval, c'est l'effacement préma- turé de la fève1 dans les incisives, effacement qui, lorsqu'il se produit, peut faire croire que le cheval est beaucoup plus âgé qu'il ne l'est réellement.Lorsque les chevaux ont des inci- sives ainsi rasées avant l'âge, on les nomme bégus. Les connaisseurs en che- vaux, lorsqu'ils se trouvent enprésenced'unsujetbégu, n'ont plus comme ressource, pour déterminer son âge, que i. La fève est la partie ovale de couleur marron légèrement creuse qui se trouve au, milieu de la dent du jeune cheval.
  62. 62. d'examiner la ganache, les salières, les saillies des os de la tête et l'aspect général du cheval, ce qui est beaucoup plus difficile et bien moins certain. Dans certains cas, les chevaux, quoique vieillissant, ont aussi les dents de devant très usées et trop courtes. Ce sont les tiqueurs '. LA GANACHE En termes techniquesvétérinaires « la ganache est une région basse ayant pour siège la por- tion rectiligne du maxillaire inférieur » ; en somme, c'est elle qui forme toute la mâchoire inférieure, depuis le cou jusqu'à la barbe qui la sépare de la lèvre inférieure. Comme je l'ai dit plus haut, la ganache se compose de deux os réunis ensemble, lesquels os, selon qu'ils sont plus ou moins minces, aident à déterminer l'âge du cheval. Il passe aussi à la partie intérieure de la ganache une veine sur laquelle on a l'ha- bitude de « tâter le pouls » chez le cheval. Puisque j'ai été amené à parler de la barbe, je tiens encore à lui marquer sa place dans la mâchoire inférieure, place qui est représentée par un creux, une sorte de petite gouttière, précédant la lèvre inférieure. C'est à cet endroitde la ganache que vient por- ter la gourmette, qui est le point d'appui des leviers du mors. Ce point d'appui est assez solide, car deux os, en descendant et fai- sant suite à la ganache, offrent un point sérieux de résistance. C est en pinçant la peau entre la gourmette et ces os, qu'on obtient une sensibilité qui vient s'ajouter à celle de l'effet du mors sur les barres. LA LANGUE Il est important que la langue d'un cheval soit d'un volume normal et assez ferme pour être bien maintenue à l'intérieur de la bouche, adhérente à la cavité 1. Voir aux Défauts et tares du cheval.
  63. 63. de la mâchoire inférieure, car si elle était trop longue elle pen- drait, ce qui est d'un aspect désagréable. Une langue pendante est un défaut capital pour un cheval, parce qu'il est irrémédiable. Tous les moyens essayés jusqu'à ce jour pour l'empêcher n'ont jamais donné aucun bon résultat. Le cheval qui a l'habitude de passer sa langue par dessus le mors est d'une conduite difficile, car l'action du mors, n'étant plus mitigée par le support de la langue, perd de son efficacité. La bouche du cheval devient dure et pleine de contractions. On réussit quelquefois à empêcher ce défaut par l'emploi du mors à palette. Comme il est toujours dange- reux d'explorer la bouche d'un cheval, en tenant cette bouche avec les mains, il est d'usage d'empoi- gner la langue avec la main en l'entrant par la partie dépourvue de dents, c'est-à-dire en la passant sur les barres, et de la porter un peu sur le côté de la bouche, de façon à ce qu'elle se trouve pincée entre les molaires inférieures et les molaires supérieures, position dans laquelle le cheval ne peut plus mordre sans se mordre lui-même la langue, ce qu'il se gardera bien de faire. L'ENCOLURE Puisque nous avons commencé l'examen du cheval par la tête, continuons par l'encolure. L'encolure est la partie allongée qui relie la tête au corps. Elle a comme point plus élevé la nuque, et comme base le garrot. Sa partie supérieure est garnie de crins, qu'on appelle la crinière, et sa partie inférieure, plus charnue, vient s'attacher au poitrail.
  64. 64. L'encolure doit être puissante à sa base, et aller en s'amin- cissant jusqu'à la nuque. Comme je ne m'occupe que de l'en- colure du cheval de selle, je la préfère haute, suffisamment longue et un peu arrondie, c'est-à-dire rouée à la partie supé- rieure, car si elle l'était à la base, le cheval aurait trop de ten- dance à s'encapuchonner. Il faut éviter les chevaux qui ont l'encolure trop courte et surtout ceux qui l'ont renversée, c'est- à-dire creusée en son milieu. Cette conformation est rebelle à la mise en main et d'un effet disgracieux. On appelle « coude cerf » la forme de cette encolure. Comme vous le verrez dans le dressage du cheval, l'assou- plissement de l'encolure étant d'une très grande importance, il faudra choisir avec soin un sujet à encolure longue et flexible, sans être trop grêle, trop « cou de cygne », afin que cet assou- plissement ne dégénère pas en dislocation. Certains chevaux, et des meilleurs, ont quelquefois sur la partie latérale du cou, une marque plus ou moins profonde, ressemblant à une cicatrice. Cette marque est naturelle, elle s'appelle le « coup de lance », et les vieux auteurs la considèrent presque toujours comme le signe d'une grande qualité chez l'animal. LE GARROT Le garrot est une saillie osseuse qui sert d'inter- médiaire entre le cou et le dos du cheval, il se trouve donc logé entre les deux épaules. Le garrot doit être bien sorti, c'est-à-dire avoir une bonne élévation au-dessus du dos, se prolonger le plus possible en arrière, surtout chez le cheval de selle, mais il ne faut pas cependant que cette éléva- tion soit exagérée, car le garrot devenant moins charnu à mesure que le cheval prend de l'âge, finirait par être en lame de couteau, et le manque de chair sur l'os qui en est le fond, occa- sionnerait une sécheresse trop grande de cette partie, séche-
  65. 65. resse qui rend le derme cassant et trop facilement enclin aux blessures occasionnées par la selle. Comme nous le verronsplus tard, les chevaux ayant le garrot très sorti devront être équipés avec des selles à garrot découpé. Le défaut contraire chez cer- tains chevaux et surtout chez les juments, c'est d'avoir le garrot peu apparent, pour ainsi dire enfoui dans les chairs. C'est l'in- verse du garrot en lame de couteau, c'est le garrot empâté ; les chevaux qui possèdent ce garrot manquent du reste générale- ment d'espèce et sont difficiles à seller, car la selle n'étant pas retenue en avant a tendance à glisser sur les épaules. Je le déconseille donc absolument dans le choix d'un cheval de selle. Du reste, le cheval à garrot élevé s'approchant le plus, sous ce rapport, de la perfection, est le cheval haut de devant ; celui qui a le garrot peu saillant est presque toujours le cheval bas du devant. Cette défectuosité saute aux yeux des moins expé- rimentés. C'est le garrot du cheval adulte, de six ou sept ans, que je viens de décrire, car le poulain a rarement un garrot bien sorti. En somme, il n'est pas de cheval bien fait sans garrot saillant. LE REIN Le rein est la partie qui joint le dos à la croupe. Il est, avec les jambes, une des parties les plus impor- tantes du cheval, surtout du cheval de selle. Il doit donc être le plus solide et le plus résistant possible. Pour cela il faut qu'il soit court et large. Le dos et le rein d'un cheval doivent juste avoir la longueur suffisante pour y poser la selle. Il doit être droit et bien attaché sur les hanches et sur la croupe. Il y a des dos arqués qui sont très solides, mais qui sont disgracieux et donnent une grande raideur au cheval. Il y a des dos creux et ce sont les plus mauvais, car cette forme concave entraîne la faiblesse.
  66. 66. Quelques chevaux ont cette conformationde dos de naissance, beaucoup la prennent en vieillissant, on dit alors qu'ils sont ensellés, et par ce fait ils sont incapables de porter du poids. Il faut donc les écarter, surtout comme chevaux de selle. Une qualité très importante du rein est la souplesse, pour cette rai- son que les muscles du dos comme tous les autres ne doivent pas avoir de raideur. Cette souplesse est tellement importante que tous les connaisseurs en chevaux pincent le dos du cheval afin de voir si le rein cède et si le cheval se plie sous la pression des doigts, ce qui témoigne du degré de souplesse de l'animal. Il ne faut pas confondre la souplesse avec la faiblesse de certains reins mous, mal attachés et étroits qui, tout en ayant une bonne apparence, sont faibles. Le cavalier les reconnaîtra facilement lorsqu'il se mettra en selle. Les chevaux affectés d'un mauvais rein se plient presque en deux et se jettent un peu de droite à gauche, en recevant le poids du cavalier. Quelques chevaux cependant ne font ces deux mouvements plus ou moins inquiétants que par excès de sensibilité ; c'est à l'habileté du cavalier à discerner le cheval faible de rein du cheval seulement nerveux et impressionnable. Par dérogation à ce que je viens de dire, je préfère le rein un peu fléchi au-dessous de la ligne droite, au rein trop droit. Cette forme légèrement affaissée donnera au cheval une grande sou- plesse, très appréciable pour le cavalier. Il est bien certain que cette forme légèrement concave du rein ne devra jamais être exagérée, car nous retomberions dans la faiblesse ou dans l'en- sellement. LA CROUPE La croupe et la queue sont les régions qui vien- nent après le rein, et tont partie de cet ensem- ble qui s'appelle l'arrière-main ; la croupeé tant destinée, non seulement à porter du poids, mais à supporter les efforts du
  67. 67. rein, il faut la rechercher puissante, c'est-à-dire large, avce la pointedes hanches bien sortie. Ilne la faut pas trop longue, mais cependant assez pour que le cheval ait de l'élégance. Il est important aussi qu'elle soit assez droite et que celle-ci ne tombe pas brusquement de la pointe des hanches à la pointe des fesses, ce qui donnerait au cheval l'aspect très commun. Il aurait ce qu'on appelle la croupe fuyante ou « ravalée ». La croupe devra donc être puissante, large, et plutôt longue que courte. LA QUEUE La queue est la prolongation de la colonne ver- tebraie qui vient dépasser la croupe a la partie supérieure. Pour qu'un cheval ait la queue bien attachée, il faut qu'elle soit sur la même ligne que la partie supérieure de la croupe et qu'elle soit fixée assez haut pour que le cheval, dès qu'il se met en mouvement, porte la queue légèrement au-des- sus de la ligne des reins. La queue à l'état naturel est toujours longue et très four- nie de crins, mais à toutes les époques la mode en modifie la longueur et la forme. Les Romains déjà la coupaient très courte ainsi que la crinière, puis sous Louis XIII et Louis XIV on la laissait dans toute sa longueur, mais on la nouait chez le che- val de selle et chez le cheval de parade. Maintenant, suivant la mode, on la laisse tour à tour longue, en brosse, en éventail, en sifflet, et quelquefois tellement rac- courcie qu'il n'en reste pour ainsi dire plus. Il est mêmechez le cheval un granddéfautqui est d'ailleurs une maladie, c'est de ne pas avoir de poils sur la queue. Ces chevaux s'appellent « queue de rat » ; chose curieuse, les chevaux affec- tés d'une pareille queue sont presque toujours excellents. « Queue de rat n'a jamais laissé son cavalier dans l'embarras. » Enfin quelle que soit la queue, on l'a toujours vouluetrès haute, c'est pour cela qu'autrefois on ajoutait aux croupières des che-
  68. 68. vaux des culerons releveurs, sorte de supports qui remontaient la queue. Quant à la question des procédés artificiels pour faire tenir la queue, elle relève d'un chapitre spécial sur le maquil- lage et les transformations que l'on fait subir aux chevaux. LE POITRAIL Le poitrail, qui forme la base de l'avant-main du cheval doit être puissant et large d'une façon générale, car étant formé des pectoraux et des muscles qui rattachent les épaules et les jambes au tronc, s'il était étroit, ces muscles n'auraient pas assez de développement, et par con- - séquent ne seraient pas robustes. Lorsqu'un cheval a le poitrail étroit, on dit qu'il est étroit du devant, et c'est un grand défaut pour les raisons que je viens de donner et encore pour l'esthétique générale de l'animal. Cette largeur du poitrail, qui est très appréciable, ne doit pas être non plus exagérée et doit rester en rapport avec l'ensemble de l'animal pour cette raison que si l'étroitesse du poitrail entraîne celle de l'avant-main, il est bien certain qu'un poitrail trop large, trop empâté chez un cheval léger, mince, est également un défaut. En somme, les proportions doivent rester harmonieusesentre le poitrail, le corps et l'ensemble de l'animal. LE PASSAGE DES SANGLES Le passage des sangles correspond à ce qu'on appelle chez l'homme la ceinture, c'est-à-dire que cest la partie la plus rétrécie du corpsqui, passant derrière le garrot, se continue de chaque côté des côtes, de leur partie la plus amincie à celle de leur attache, en venant tourner en dessous du cheval, à la partie aplatie qu'on nomme le sternum. On dit qu'un cheval a un bon passage de sangles, lors- que ce passage est bien marqué sous le ventre du cheval par la présence d'une région plus incurvée qui se dessine un peu en arrière du sternum.
  69. 69. LE VENTRE Un beau cheval doit avoir un ventreproportionné à sa taille, ni trop resserré, ni trop développé. Lorsqu'il est trop resserré, on dit qu'il est levretté, qu'il man- que de boyaux, qu'il a de l'air sous le ventre. Les chevaux ainsi construits se nourrissent généralement mal et c'est bien regrettable, car ce sont presque toujours des che- vaux énergiques, pleins de qualités. Ceux qui, au contraire, ont un gros ventre sont ceux qui se nourrissent trop. Ceux-là, il faut les museler à l'écurie, pour qu'ils ne se laissent pas aller à satisfaire leur grand appétit qui les porte à se bourrer de paille. La dimension exagérée du ventre chez un cheval le rend épais et disgracieux. On dit qu'il a le ventre de vache. Les chevaux à gros ventre sont généralement apathiques, lourds et paresseux. Il faut cependant, pour ne pas tomber dans l'exagération, admettre que le jeune cheval qui se nourrit d'herbes et n'est pas encore engrainé ni entraîné, ait le ventre assez proé- minent. LES COTES Les côtes doivent être fortes et résistantes, ni trop larges, ni trop étroites, de façon a ce que le cheval de selle, tout en étant assez bien garni de chaque côté ne soit pas non plus rendu trop volumineux par un écartement exagéré des côtes. Cette bonne proportion avec l'ensemble du cheval est surtout importante chez l'animal de selle, car de même que le cavalier doit trouver un dos et un rein bien con- formés pour s'asseoir, il doit pouvoir aussi loger ses jambes et ne pas être gêné par un excès de largeur ou d'étroitesse. On dit d'un cheval qu'il a les côtes plates, quand ces côtes, insuffisamment arquées, se dessinent presque droites, et, dimi- nuant le volume de la cage thoracique, compriment les organes respiratoires et digestifs. Ces chevaux manquent généralement de qualité.
  70. 70. LE FLANC Le flanc est la partie charnue qui se trouve entre les côtes et les hanches. Sa forme dépend immédiatement de celle du ventre. Nous ne nous étendrons pas sur cette forme et sur ses dimensions car nous en avons déjà fait la descriptionà propos du ventre en général. Le grand intérêt qu'offre le flanc du cheval c'est la grande facilité avec laquelle il relate les mouvements des organes de la respiration. C'est par l'examen du flanc, par la lenteur ou la fréquence de ses mouvements qu'on distingue le cheval poussif de celui qui ne l'est pas. Par son agitation et l'irrégularité de ses battements on reconnaît aussi son degré d'essoufflement, après un travail plus ou moins exagéré. MEMBRES ANTÉRIEURS La conformation de l'épaule est très importante, car de sa longueur et de son degré d'obliquité dépend la vitesse ou l'élévation des mouve- ments du cheval, mouvements qui d'habitude produisent des effets contraires. Je dis d'habitude, parce que certains chevaux, particulièrement ceux doués de beaucoup de sang, peuventavoir de la vitesse tout en levant les jambes. Il faut avant tout que l'épaule soit longue, parce que de son développement dépend le développementmusculaire correspondant et que de l'amplitude du mouvement de l'épaule dépend celle du membre tout entier, à condititon toutefois que le reste de ce membre soit bien proportionné. Il faut encore que l'épaule soit oblique, l'obli- quité, en effet, permet au membre de se soulever dans une grande mesure et d'accomplir tout son jeu avant son retour sur le sol. Voyez le cheval oriental, le véritable pur sang, comme il passe élégammentla jambe à une bonne hauteurà chaque enjam- bée. La perfection pour moi c'est que le cheval porte bien la iambe en avant, au pas et au trot, en la soulevant à une certaine
  71. 71. distance du sol, et vienne reposer son pied légèrement, bien d'aplomb, ni trop sur la pince, ni trop sur le talon. Je proscris donc le cheval qui rase le tapis, de même que celui qui marche du genou. L'un risque d'accrocher le sol et de tomber, l'autre perd du temps en l'air au lieu d'avancer. L'épaule, quel que soit le cheval, doit être bien musclée, car c'est elle qui, en faisant mouvoir les jambes, provoque et règle comme un ressort le mouvement d'ensemble. BRAS ET AVANT-BRAS Le bras et l'avant-bras forment la partie supé- rieure de la jambe au-dessous de l'épaule. Je n'ai rien de bien particulier à dire sur le bras et sur l'avant-bras; plus ils seront musclés, plus ils seront solides. Leur longueur doit être en proportion du reste de la jambe, c'est-à-dire en former un peu plus de la moitié. Cepen- dant, dans la recherche de la vitesse, il faut tenir compte de la longueur de l'avant-bras, mais ne jamais tomber dans l'exagé- ration car alors le cheval raserait le tapis et ce défaut compro- mettrait la sécurité du cavalier. Avant de terminer ces observations sur le bias, je signa- lerai une excroissance de corne qui se trouve vers sa partie inférieure et qu'on appelle lachataigne. Elle a peu d'importance si ce n'est qu'elle prend souvent trop de développement et qu'on est obligé de la tailler comme toutes les excroissances de corne. De quelle utilité est la « chataigne » et que vient-elle faire là ? Personne n'a jamais pu l'expliquer. LE GENOU Le genou qui, entre parenthèse, ne correspond en aucune façon au genou de l'homme, est l'arti- culation qui sert au bas de la jambe à se mouvoir en dessous de l'avant-bras. Il doit être sec, un peu descendu et formant bosse de chaque côté de la jambe. S'il est trop gros et enveloppé
  72. 72. d'une texture molle, on ditqu'il estempâté. Ce genou ne vaut rien, il est sujet aux maladies et déformations. De la qualité du genou vice de naissance qui nuit beaucoup au bon aspect et à la soli- dité du cheval dans sa marche. On dit du cheval brassicourt qu'il est arqué. Il peut l'être aussi par usure, c'est ce qui arrive assez fréquemment chez les chevaux surmenés. Le défaut contraire pour un cheval, c'est d'avoir le genou qui creuse en arrière. Si le bas des jambes s'en va à droite et à gauche en dessous des aplombs, on dit le chevalpaizard. Dans d'autres cas, toujours à cause de la mauvaise con- formation des genoux, le bas des jambes se trouve tourné en dedans au lieu d'être en dehors, on dit alors qu'il est cagneux. C'est laid et disgracieux. Il faut donc éviter les chevaux ayant les pieds trop en dehors ou trop en dedans, mais comme la per- fection est rare et que dans le choix d'un cheval il faut souvent faire quelques concessionsrelativement à la beauté idéale, je préfèrerai le cheval panard au cheval cagneux, car j'ai reconnu par expérience qu'il était plus adroit.
  73. 73. LE CANON Le canon est immédiatementau-dessous du genou, d'où il va rejoindre le boulet. Il doit être large, court, descendant verticalement et sa qualité dépend de sa sécheresse et de sa netteté. Il doit être également bien détaché. Le tendon qui forme sa partie postérieure doit être aussi bien sorti et très net. Cette netteté doit être contrôlée non seulement par le regard mais aussi par le toucher. C'est en descendant le pouce et l'index le long de la partie inférieure de la jambe dr cheval composée du talon et du tendon qu'on peut constater la netteté de l'une et de l'autre. Tout ce qui viendrait rompre ces deux lignes ne pourrait être qu'une tare. LE BOULET Le boulet est l'articulation formant aussi saillie qui joint le canon au paturon. Ayant un rôle très important dans le mécanisme de la jambe, il doit être fort, large, épais sans être empâté, car s'il l'était,il ne serait plus net. Une particularité du boulet qui n'a peut-être pas beaucoup d'importance,c'est d'être muni à la partie postérieured'une touffe de crins au milieu de laquelle se trouve une excroissance de corne appelée l'ergot. On entend par fanon, l'ensemble cons- titué par la touffe de crins et l'ergot. Chez les chevaux de race, il est peu volumineux, mais il est gros et épais chez les che- vaux communs. LE PATURON Le paturon qui prend naissance au-dessous du boulet sur lequel il s'attache vient se con- fondre avec la partie supérieure de la couronne. Il joue absolu- ment le même rôle que le poignet humain qui lie la main au bras. Chez le cheval c'est lui qui fait mouvoir le pied au-dessous du canon. Ce rôle est très important dans les mouvements de flexion et d'extension de la jambe. C'est en partie de lui que dépendentla sûreté et l'élasticitéde la marche d'un cheval. Il doit

×