Ressources numériques en bibliothèque

4 204 vues

Publié le

Ressources numériques en bibliothèque

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 204
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
207
Actions
Partages
0
Téléchargements
26
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Depuis internet et le numérique, l'accès à l'information et à la documentation n'est plus le monopole des bibliothèques.
    C'est une révolution, mais une réalité qui a du mal à s'imposer encore aujourd'hui.
    La bibl est encore souvent pensée comme le seul endroit où la vraie culture existe.
    Or, le problème de l'accès à l'information n'est plus le problème central.
  • Effet majeur du numérique : copie sans perte. Pas plus cher de multiplier les exemplaires.
    Bibliothèque : en situation de concurrence avec les industries culturelles (à la différence des musées par ex, ou des archives, qui sont touchés par le numérique mais ont un contenu exclusif).
    La presse est en même situation par rapport à Internet.
    Infobésité
    Le problème n'est plus l'accès mais l'orientation dans un monde d'information. Des millions de textes, d'images, de musiques et de films sont mis en ligne chaque jour.
    Comment s'y retrouver ?
    Recherche de la pertinence de l'information et de la ressource → souci de boussole du web.
  • Les grosses entreprises du web créent des silos d'information et « captent » l'attention des publics.
    C'est un enjeu central de leur stratégie car c'est un enjeu de rémunération (par la publicité).
     
    Web comme abondance / bib comme rarété → on ne va pas vers les bibliothèques
  • Livre =+ pour le physique
    Musique et vidéo =+ pour le numérique
  • Où est la bibliothèque ?
    Dans les 24 % de cd audio ?
  • V.U = visiteurs uniques
  • Et pourtant à l'international le marché de la musique augmente malgré toutes les plaintes du secteur.
    En France, cela baisse → la France paierait elle son retard dans l'entrée sur le marché numérique et la proposition de modèles économiques adaptés aux publics ?
  • Single CD → numérique
    Album CD → physique
  • Nous sommes bien dans un monde de consommation abondante de la vidéo
  • Pour les bibliothèques, un des buts serait de toucher les « non-lecteurs » ?
  • Le niveau d'équipement numérique influe sur la consommation de livres numériques
    L'équipement est donc une question :
    les bibliothèques doivent-elles fournir du matériel ?
    Le problème est-il dans les usages et leur apprentissage ?
  • Le bibliothèque … on la place où ?
  • Comment arriver à monétiser des contenus immatériels ?
    «Quand on partage un bien matériel, il se divise. Quand on partage un bien immatériel, il se multiplie». Serge Soudoplatoff - Les vraies ruptures d’internet
  • L’offre est encore mince  stratégie de certains éditeurs et leurs réticences à voir des bibliothèques proposer des livres numériques
    Présence de mesures techniques de protection autrement dit des DRM. Cela rentre en totale contradiction avec les recommandations de CAREL sur le livre numérique en bibliothèque publique. Rappelons au passage que COUPERIN a rejeté l’offre de Numilog à cause de la présence de DRM.
    Certains livres ne sont accessibles qu’en streaming in-situ
    Un titre peut être accessible pour 3 ans. La licence est de 1095 jours
    Les bibliothèques pourront mettre à disposition ce livre 20 fois pendant 21 jours.
    certains titres interdisent les accès simultanés
    On ne peut que déplorer le principe de la chronodégradabilité imposée
    L’ACS4 (DRM d’adobe) se traduit par l’interdiction pour les lecteurs de copier/coller certains passages du livre.
  • Publicité :
    Les annonceurs paient pour les utilisateurs (qui sans être une nouveauté connaît un développement fulgurant avec Internet)
    Freemium/premium :
    peu d’utilisateurs payent pour les autres (par exemple : la version de base d’un logiciel est gratuite mais des versions professionnelles sont payantes) ;
  • Bibliothèques : aucun modèle ne fonctionne pour le prêt d'ebooks.
    Donc tout est à inventer ?
    http://www.actualitte.com/bibliotheques/bibliotheques-aucun-modele-ne-fonctionne-pour-le-pret-d-ebooks-41248.htm
     
    Etude offre commerciale de livres numériques pour les bibliothèques
    http://fr.scribd.com/doc/132272056/Etude-offre-commerciale-de-livres-numeriques-pour-les-bibliotheques-pdf#download
  • Vouloir monopoliser l’offre en amont
    Exemple :
    les fournisseurs de contenus obligent à passer par leur solution pour des contenus donnés
    ces contenus sont lisibles uniquement sur un type de liseuses fournis par la même entreprise
    Un Fournisseur = vente / stockage / prêt / échange / lecture
    Exemple :
    Amazon
    Apple
  • Avec l'expansion massive du numérique, nous vivons une véritable mutation des pratiques culturelles. Les bibliothèques doivent se positionner dans l'environnement numérique.
    Nos missions traditionnelles ne sont pas remises en question mais les outils changent et la constitution de la collection physique tend à devenir un outil parmi les autres.
    Ce secteur très mouvant implique une prise de risque en nous obligeant à rester dans un mode expérimental.
    Depuis dix ans, certaines d'entre elles ont fait le pari - avec plus ou moins de réussite - de créer une « seconde médiathèque » en mettant à disposition de nouveaux services liés aux ressources électroniques.
  • Téléchargement :
    certains ebooks
    Livres audios
  • Les bib louerait la partie premium / les usagers utiliserait gratuitement le service
  • Ressources numériques en bibliothèque

    1. 1. LES RESSOURCES NUMERIQUES EN BIBLIOTHÈQUE Renaud CHAUVET Médiat Rhône-Alpes
    2. 2. Remerciements Le diaporama de l'ensemble de cette matinée doit beaucoup à Anne-Gaëlle GAUDION et aux présentations et/ou blogs de collègues avec qui elle collabore dans le cadre d'autres formations, et en particulier le cycle Biblioquest : Renaud Aïoutz : http://footnotes.fr Lionel Dujol : http://labibapprivoisee.wordpress.com/ Lionel Maurel : http://scinfolex.wordpress.com Silvère Mercier : http://www.bibliobsession.net/ Christophe Robert : http://lirographe.wordpress.com Antoine Viry : http://www.adiffuser.net Hervé Bienvault : http://aldus2006.typepad.fr/ Gilles Rettel : http://blog.formations-musique.com/
    3. 3. Les bibliothèques n'ont plus le monopole de l'accès à des documents rares
    4. 4. Avec le numérique Passage d’une économie de la rareté… http://www.flickr.com/photos/margotte05/2979721814/
    5. 5. … à une économie de l’abondance Quelles conséquences pour les bibliothèques ? http://www.flickr.com/photos/10024349@N08/777043967/
    6. 6. « […] la bibliothèque campe fondamentalement sur un principe de rareté : rareté du stock, rareté des exemplaires, rareté des lieux et rareté des horaires. La bibliothèque est un univers de non-disponibilité, radicalement inverse de celui qui naît avec la logique du numérique. C’est pourquoi, bien que relevant d’un service public non marchand, elle est un avatar de l’économie de la rareté. La bibliothèque de l’abondance reste donc encore à inventer […] http://www.flickr.com/photos/automatt/117413934/ Dominique Lahary - http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article991
    7. 7. Une réponse, la bibliothèque hybride ? « La bibliothèque hybride est plus difficile à concevoir dans le domaine des bibliothèques publiques. C'est que les biens dématérialisés qui intéressent le grand public relèvent pour l'essentiel, légalement (l'internet gratuit) ou non (le téléchargement dit illicite) d'un univers de l'abondance, qui est aussi celui de la désintermédiation. L'achat de services payants tel que le propose le service CAREL de la BPI, c'est important, mais demeurera marginal. Quand la dématérialisation fait passer de la rareté à l'abondance, alors la bibliothèque perd de son intérêt parce qu'on peut s'en passer. Il est ainsi démontré qu'elle relève de l‘économie de la rareté, non de l'abondance. » Dominique Laharay - http://tinyurl.com/bok22yh
    8. 8. Le contenu dématérialisé représente 12 % du marché des biens culturels en France en 2012
    9. 9. Bouleversements du marché de la musique http://www.trempo.com/hors-sillon/?p=368
    10. 10. Les plateformes de streaming musical
    11. 11. Et en bibliothèques ?
    12. 12. Évolution du marché de la vidéo
    13. 13. La VoD va t-elle remplacer le marché du DVD ? 1 internaute sur 3 aurait déjà regardé une vidéo à la demande, soit une hausse de plus de 50% en un an
    14. 14. http://www.mediametrie.fr/
    15. 15. Un prix moyen des locations élevé Il s’élève, en 2012, à 4,62 € (contre environ 9 € pour le téléchargement définitif). Ces prix doivent être rapprochés de ceux des supports physiques : 8,40 € pour un DVD de catalogue et 17,60 € pour un film récent. La guerre des prix redoutée par les producteurs n’a pas eu lieu... La vidéo à la demande par abonnement (VàDA) reste en revanche peu développée, en dépit des attentes des usagers : 10 % du marché de la VàD. La plateforme la plus riche, CanalPlay Infinity, propose une offre globale de plus de 8 000 programmes (dont 3 400 films) et compte plus de 200 000 abonnés. INSET Nancy - CC BY Renaud 24 au 26 juin 2013 Aïoutz Source : Contribution aux politiques culturelles à l'ère numérique – Rapport Pierre Lescure http://www.culturecommunication.gouv.fr/var/culture/storage/culture_mag/rapport_lescure/index.htm#/
    16. 16. L'arrivée de Netflix en France en 2014
    17. 17. Et en bibliothèques ?
    18. 18. Le chiffre d'affaire du marché du jeu vidéo
    19. 19. Les plateformes de jeux en ligne http://www.casualhardcoregamer.fr/?p=1565
    20. 20. http://fr.slideshare.net/memoire2silence/dofus-m-arseille-le-19-fvrier-2009
    21. 21. Les applications Google vs Apple
    22. 22. 3,6M de tablettes (contre 1,5M en 2011) et 300 000 liseuses ont été vendues en France en 2012 37% des libraires font de la vente en ligne sur leur site internet 100 000 oeuvres littéraires numériques (dans les différents formats epub, pdf ...) sont disponibles en France Les livres numériques pourraient atteindre 3% du marché total du livre d'ici 2015 2M d'ebooks ont été téléchargés en 2012 Les plus intéressés par ce format seraient les 50 ans et +, puisque 30% d'entre eux déclarent envisager de lire un livre numérique Le marché du livre retient son souffle…
    23. 23. http://www.gfkrt.com/imperia/md/content/rt-france/cp_gfk_barom__tre_rec_vague_4_juillet_2011.pdf
    24. 24. le livre contenu dans votre Kindle ne sera pas lisible par vous, le temps du prêt pour enfin le redevenir au bout de 14 jours. Oui, exactement comme un vrai livre papier !! Vous pourrez prêter une seule fois le livre par ami... C'est à dire que si vous avez 10 amis, vous pourrez prêter 10 fois votre livre à ces 10 amis, mais pas plus d'1 fois par ami.
    25. 25. Depuis le 25 octobre 2012 en France Baptisé Kindle Lending Library, cette offre réservée aux clients Premium d’Amazon (79€/an) et détenteurs d’un Kindle 4, Kindle Touch ou Kindle Fire, permet aux utilisateurs d’emprunter un livre par mois, sans date limite de retour. Il est cependant impossible de louer deux ouvrages en même temps. En cas d’emprunt d’un nouveau titre, le précédent prêt est ainsi automatiquement retiré du Kindle par Amazon. http://www.actualitte.com/reportages/la-bibliotheque-de-pret-kindle-en-france-nourrie-d-auteurs-
    26. 26. Le casse-tête des modèles économiques http://www.flickr.com/photos/sravishankar/3460495/ Comment arriver à monétiser des contenus immatériels ?
    27. 27. http://www.flickr.com/photos/esparta/472155815 «Quand on partage un bien matériel, il se divise. Quand on partage un bien immatériel, il se multiplie» Serge Soudoplatoff - Les vraies ruptures d’internet
    28. 28. Monétiser l’immatériel ??? « […] le numérique, de manière tendancielle, ne vaut rien. Le numérique a un coût, surtout lorsqu’on doit numériser, mais, une fois l’investissement réalisé, financièrement et en tant que tel, il ne vaut plus rien. Soyons plus précis : un fichier numérique ne vaut rien […] Un fichier numérique en circulation, c’est de la nitroglycérine pour celui qui en attend une source de revenu. » Christian Fauré
    29. 29. De nouveaux acteurs
    30. 30. Le projet PNB Fonctionnement : •Les distributeurs transmettent à DILICOM la description des offres définies par les éditeurs. •Les offres sont intégrées dans le Fichier Exhaustif du Livre (FEL) et diffusées aux libraires raccordées au Hub. •Les libraires présentent les offres des différents distributeurs aux collectivités à travers leur site professionnel. •Les bibliothèques procèdent à leurs acquisitions auprès des libraires qui passent leurs commandes via le Hub. •Les livres numériques sont mis à disposition des usagers des bibliothèques dès que le libraire a validé la commande auprès des distributeurs. •L’hébergement des fichiers est assuré par les distributeurs. •Le Hub archive les transactions afin de garantir aux collectivités la pérennité de l’accès aux ressources achetées
    31. 31. 5 grands types de modèles économiques Achat à l'acte Abonnement Publicité Freemium/Premium Offre gratuite et légale http://www.flickr.com/photos/cutthemcoupons/5598245619/
    32. 32. 5 grands types de modèles économiques 1. Achat à l’acte : • Amazon / Itunes / Google play / • Publie.net / Izneo • Numilog / Ave comics 2. Abonnement : • Spotify / Izneo / Publie.net • Netflix / Lekiosk
    33. 33. 5 grands types de modèles économiques 3. Le modèle freemium • Deezer • Youboox • 24symbols 4. La location • Izneo • Amazon
    34. 34. 5 grands types de modèles économiques 5. L’offre gratuit et légale • Wikisource • Internet archive • Gallica • Project gutenberg
    35. 35. Premier réflexe… Récréer artificiellement des formes de rareté avec des DRM Mais au risque de dégrader l’offre légale…
    36. 36. Le problème des DRM Le « prêt numérique » n’est possible qu’avec le recours à des DRM pour rendre les fichiers « chronodégradables ». La consultation par l’usager implique le téléchargement et l’installation d’un logiciel de lecture spécifique.
    37. 37. Des offres numériques « imitant » l’offre physique Notion problématique « d’exemplaire numérique » Maintien artificiel de la rareté dans l’environnement numérique
    38. 38. Second réflexe… La tentation de l’intégration verticale
    39. 39. Quelle place pour les ressources numériques en bibliothèques ? http://www.flickr.com/photos/jeffmaurone/2505572445/
    40. 40. […] On peut dire que la " fonction bibliothèque " n'a pas disparu, bien au contraire. Qu'est-ce que cette fonction ? C'est la description qui permet la localisation et l'accès (fonction catalogue), et c'est la fourniture (fonction accès). Quand des blogueurs écrivent " le peer to peer c'est la bibliothèque d'aujourd'hui ", ils ne manient pas la métaphore. Il faut les prendre au pied de la lettre. […] Un " système bibliothèque " global est en train de se mettre en place et la fonction bibliothèque échappe en partie aux bibliothèques institutionnelles. Mais si les choses sont plus aisées pour les usagers, où est le problème ? Leur paradis ne saurait être le cauchemar des bibliothécaires. […] Il importe de repenser la place de la bibliothèque institutionnelle dans le " système bibliothèque " global. http://www.flickr.com/photos/macloo/4238478675/sizes/z/in/photostream Dominique Lahary. Entre matière et dématérialisation, entre rareté et abondance. Message à biblio.fr. 07/07/06
    41. 41. Les ressources numériques en bibliothèque : une offre complexe et diversifiée http://www.flickr.com/photos/sherriwood/4908275621/
    42. 42. Caractéristiques économiques de l’offre numérique • Coût fixe élevé création • Coût reproduction nul • Coût de diffusion réduit • Recherche d’une multiplication des ventes • Discrimination des prix • Grille tarifaire variable. • Segmentations affinées du client et du produit
    43. 43. Diversité des modèles d’accès A distance http://www.flickr.com/photos/alexandre-s/6340999898/ Sur place En ligne
    44. 44. Ressources numériques : comment y accéder ? Première question : • Sur place et/ou à distance ? • Quels matériels ou logiciels impérativement nécessaires ? Deuxième question : • Par reconnaissance d'adresses IP ? (i.e le bibliothécaire délivre au fournisseur une liste à autoriser.) • Grâce à une authentification de l'Internaute ?
    45. 45. Diversité des modes de consultation Téléchargement / Streaming
    46. 46. Diversité des modèles économiques Différents critères pour le calcul des prix
    47. 47. Le Prix Au final, le prix d’une ressource dépend : •Du nombre fichiers accessibles •Des lieux où le service est accessible •De la possibilité de consultations (à l’acte) •Du nombre de postes et/ou en connexions simultanées Source : Politique documentaire des ressources numériques - Lirographe
    48. 48. 2 milliards d’ici 2013 520 millions en 2010 28 millions en 2011 28 millions en 2013 Famille de supports Source : Hubert Guillaud http://www.flickr.com/photos/jardindemarandon/5293526915
    49. 49. Type de formats Source : Hubert Guillaud http://www.flickr.com/photos/jardindemarandon/5293526915
    50. 50. source http://fr.onsoftware.com/p/livres-electroniques-quelle-liseuse-pour-quel-format/
    51. 51. Les configurations des supports Pour la mise en place de ressources numériques, la question des « machines » qui servent de supports est difficile à gérer en plus : • Systèmes d’exploitation (windows, mac, linux, android) • Logiciels propriétaires, gratuits ou libres à installer • Plugins (sur les navigateurs) nécessaires à la lecture • Compatibilité avec les systèmes de protection
    52. 52. Diversité des modes d’acquisition Bouquet / Sélection http://www.flickr.com/photos/embem30/2808139070/
    53. 53. Les modes d’acquisition Les bouquets constitués ou à constituer : Exemple : toutapprendre Au titre : Exemple : numilog Jetons : exemple : lekiosk
    54. 54. Un exemple de fiche CAREL
    55. 55. Un exemple de fiche CAREL
    56. 56. Un exemple de fiche CAREL
    57. 57. Les principales offres actuelles pour les bibliothèques publiques Les modèles de fourniture des livres numériques aux bibliothèques combinent quatre variables essentielles : 1. la possibilité de télécharger l'ouvrage ou la consultation en ligne sur site ou à distance ; 2. la licence illimitée ou limitée (licence plutôt qu'achat : ce n'est plus la propriété du support papier qui induit le droit de lire l'ouvrage, mais la concession d'une licence, perpétuelle ou temporaire) ; 3. le choix des ouvrages titre à titre ou sous forme de bouquet ; 4. le paiement forfaitaire par la bibliothèque ou le paiement à l'usage.
    58. 58. Les premières licences nationales : Les licences nationales consacrent un droit d’accès à des ressources électroniques (natives ou numérisées) étendu à une vaste communauté selon des modalités strictement identiques. Elles entérinent le principe de l’équité dans la documentation pour les étudiants et les chercheurs. Ce projet (avec le site qui permet de déclarer vos adresses IP afin de bénéficier de l’accès à ces ressources) est piloté et confié à http://www.istex.fr/ « Les licences nationales constituent un dispositif permettant d'acquérir la documentation électronique au niveau du pays pour desservir l'ensemble des communautés d'enseignement et de recherche françaises ». Définition de Couperin http://www.licencesnationales.fr/
    59. 59. Enjeux des licences nationales dans les bibliothèques • Égalité d'accès • Éviter les doubles comptages des populations • Réduction des coûts et économie d'échelle • Offre numérique pérenne • Collection de référence
    60. 60. Des licences nationales en attendant une licence globale ?
    61. 61. http://www.actualitte.com/bibliotheques/bibliotheques-aucun-modele-ne-fonctionne-pour-le-pret-d-ebooks- 41248.htm http://fr.scribd.com/doc/132272056/Etude-offre-commerciale-de-livres-numeriques-pour-les-bibliotheques-pdf#download
    62. 62. Comment s'y retrouver ?...
    63. 63. Mais pourtant au Etats-Unis… Depuis Avril 2011, partenariat Amazon/OverDrive pour prêt sur Kindle Succès de la plateforme d’OverDrive pour le prêt de livres numériques en bibliothèque (plus de 15 000 clients…)
    64. 64. L'offre OverDrive aux bibliothèques Fourniture d'un service clé en main de gestion des prêts : Création d'un site web en marque blanche hébergé par Overdrive, adaptable aux noms, logos... de la bibliothèque. Possibilité pour OverDrive d'insérer du matériel publicitaire sur le site web. Contrat long, de l'ordre de trois à quatre années : Les contrats sont conclus bibliothèque par bibliothèque mais les conditions financières peuvent avoir été négociées par des consortia regroupant plusieurs "petites" bibliothèques. Les tarifs pratiqués par OverDrive peuvent varier selon la taille de la population desservie par la bibliothèque. Nous avons pu constater des tarifs variant de 1 500 US $ à 13 000 USD par an. Ces tarifs annuels incluent systématiquement un crédit d'achat d'ouvrages qui semble assez largement variable selon chaque contrat mais peut représenter jusqu'à 40 ou 50% de l'abonnement annuel. OverDrive domine ainsi nettement le marché nord-américain, avec une présence dans près de 1 600 bibliothèques au Canada et 16 500 bibliothèques aux Etats- Unis (90% du marché).
    65. 65. Dérives et tensions autour d'OverDrive
    66. 66. Dérives et tensions autour d'OverDrive
    67. 67. Trouver une nouvelle façon d’articuler offre en bibliothèque et offre commerciale ? Vers des bibliothèques-sandwich ?
    68. 68.  Développements des « buy links » dans les catalogues de bibliothèques aux Etats-Unis Emprunter une version numérique avec Overdrive Acheter une copie numérique depuis le catalogue de la bibliothèque
    69. 69. Quelle valeur ajoutée pour les bibliothèques ? http://www.flickr.com/photos/timtom/2926928691/ Avec un peu de recul, la situation actuelle revient à acheter pour d’autres des accès rares pour des contenus “naturellement” cachés derrière des murs payants, qu’on s’épuise ensuite à valoriser. “Le web” a compris depuis bien longtemps que le meilleur moyen de “valoriser” (faire connaître) des contenus est de laisser l’accès libre quitte à vendre des services ensuite (= freemiun). Faire le contraire a des conséquences lourdes : difficulté d’accès à un monde clos, hétérogène, exclusif à certains moyens techniques et sélectionnés par un bibliothécaire inconnu. (Silvère Mercier)
    70. 70. En France depuis 10 ans, de nombreuses expériences… http://www.flickr.com/photos/8781729@N04/3289260179/ Mais des résultats parfois décevants : CAREL/BPI. Enquête sur les abonnements aux ressources numériques payantes dans les bibliothèque de lecture publique, 2010. http://www.vodeclic.com/enquete
    71. 71. Et si les bibliothèques étaient l'une des voies « free » d'une édition qui donne accès à des contenus en freemium ? Sans s'encombrer des actuels DRM chronodégradables attachés à un fichier, pourquoi ne pas considérer, comme cela est déjà le cas depuis vingt ans pour des contenus académiques, que ce qui est loué par la bibliothèque pour ses usagers c'est un accès et des services ? Elles pourraient alors représenter un puissant levier de développement d'une offre légale et attractive tout en continuant à jouer leur rôle.
    72. 72. En résumé Avec les ressources électroniques, nous devons donc toujours nous appuyer sur les fondements et les méthodes de la Pol Doc. Mais ceci désormais dans un environnement plus complexe qui doit impérativement prendre en compte : 1. Le contenu exact des contenus proposés ; 2. L'adéquation du format numérique au(x) public(s) cible(s) ; 3. Les modalités techniques d'accès aux ressources (dans une double dimension : quel matériel et que logiciel ?) ; 4. Les questions juridiques (usages licites ? Propriété ? Accès ? Conservation pérenne?) ; 5. Le modèle économique de vente proposé et son évolution.
    73. 73. Difficultés des acquisitions • TVA : abaisser le taux • Archivage : l’organiser • Modèle économique : o Uniformiser les conditions de vente pour les collectivités o Rassembler les négociations • Pauvreté de l’édition francophone • Diversité des plates formes : améliorer les accès • Comment acheter avec des marchés ?
    74. 74. Du stock au flux : la bibliothèque, colosse aux pieds d'argile ? L'acquisition de stocks de ressources numérique se heurte : 1. aux moyens financiers (les prix sont plus élevés quand il s'agit d'acquisition de fichiers) ; 2. à la gestion de l'archivage et de l'accès pérennes des fichiers acquis (obsolescence des matériels, des formats...). Ainsi, en fonction de leur dotation budgétaire, de leurs priorités documentaires en termes d'offre par rapport aux publics desservis, des contions des offres commerciales, les bibliothèques doivent-elles faire des choix en étant conscientes des implications à moyen et à long terme. L'investissement massif dans de la documentation en accès temporaire fragilise la position de la bibliothèque qui devient totalement dépendante des fournisseurs d'information et de leur politique commerciale.
    75. 75. http://www.flickr.com/photos/nickwheeleroz/2220008689/sizes/z/in/photostream/ Stratégies alternatives ? ressources libres et gratuites
    76. 76. Pourquoi utiliser des ressources libres et / ou gratuites ?
    77. 77. Libre ≠ Libre de droits
    78. 78. Libre ≠ gratuit
    79. 79. Trouver et réutiliser des contenus sous licences libres http://search.creativecommons.org
    80. 80. Licence Creative commons
    81. 81. Trouver et réutiliser des contenus sous licences libres Sons http://www.dogmazic.net http://www.jamendo.com/fr/ http://soundcloud.com/
    82. 82. Trouver et réutiliser des contenus sous licences libres Textes http://fr.wikipedia.org http://fr.wikisource.org http://www.archive.org http://www.gutenberg.org http://www.inlibroveritas.net/
    83. 83. Trouver et réutiliser des contenus sous licences libres Vidéo http://www.youtube.com/editor http://vimeo.com/ http://blip.tv/
    84. 84. Trouver et réutiliser des contenus sous licences libres Ressources pédagogiques Khan Academy MIT Open Courseware Manuels scolaires Sésamath ou LeLivreScolaire.fr
    85. 85. Récupérer des eBooks gratuits pour ses tablettes Médiathèque d’Issy Les Moulineaux : Prêts de liseuses chargées avec plus de 200 titres issus de Feedbooks, eBooks gratuits, Projet Gutenberg, In Libro Veritas, etc (domaine public ou licences libres).
    86. 86. Source : CRDP de Franche-Comté
    87. 87. Médiation numérique en bibliothèque : une définition La médiation numérique est une démarche visant à mettre en oeuvre des dispositifs de flux, des dispositifs passerelles et des dispositifs ponctuels pour favoriser l’accès organisé ou fortuit, l'appropriation et la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire. Silvère Mercier
    88. 88. Dispositif de médiation numérique Un dispositif de médiation numérique n'existe qu'au travers de trois dimensions étroitement imbriquées : des besoins d'informations, des usages et des outils. Il vise à satisfaire un besoin d'information au moyen d'un outil s'inscrivant dans des usages informationnels. •Dispositifs de flux •Dispositifs ponctuels •Dispositifs passerelles Silvère Mercier http://www.mindmeister.com/fr/153648606/dispositifs-de-m-diation-num-rique http://www.mindmeister.com/fr/191920933/la-m-diation-num-rique-quelques-dispositifs-techniques
    89. 89. Des services de médiation
    90. 90. Médiation sur des « plateformes commerciales » Music me Guider dans l’abondance
    91. 91. Visibilité http://www.flickr.com/photos/katphotos/1030473901
    92. 92. Visibilité Dans le catalogue
    93. 93. Visibilité Sur le portail
    94. 94. « Mettre en scène » une offre gratuite de livres numériques Paris littéraire : des classiques géolocalisés à télécharger gratuitement
    95. 95. Faire découvrir des contenus sous licences libres
    96. 96. 128 voXmédias - Alençon
    97. 97. Bornes de culture libre Automazic et Minimazic, http://www.dogmazic.net
    98. 98. Des contenus sous licence libre pour des actions de médiation en ligne
    99. 99. Dispositifs de médiation • Musique : • Clé USB avec une sélection de musique en libre diffusion (Argentan, Toul) • Juke-box littéraire (médiathèque de Poitiers) • Matérialiser le livre numérique • Livres « boîtiers » / livres « fantômes » / CD / DVD • Créer des passerelles vers vos contenus : • Qr codes
    100. 100. Une affaire de médiation et de migration ? La bibliothèque familiariserait aussi avec le fonctionnement des produits et permettrait de les tester avant un achat personnel (quelle tablette est la plus performante ? Ce service est-il intéressant ?...). Cette médiation technique favorise la migration vers l’édition numérique et constitue une nouvelle dimension du service public de la lecture, et la bibliothèque est un pivot du développement de la filière. En attendant, les bibliothèques trouvent des solutions grâce à des coopérations de long terme, en redéfinissant leurs missions de service public. Le numérique et l’environnement compétitif les poussent à « ouvrir » leurs murs : leur activité doit systématiquement être mise en perspective par une analyse globale du secteur de l’édition. L’arrivée du numérique rappelle qu’il existe autant de formes de marchés qu’il existe de secteurs éditoriaux, et que les offres doivent donc être adaptées.
    101. 101. Quelle articulation avec la stratégie d’ensemble de l’établissement ? http://www.flickr.com/photos/barbaracoughlin/5325745734/
    102. 102. Quelle stratégie adopter par rapport aux ressources numériques ? • intégrer les ressources numériques au sein de la politique documentaire (choix et suivi par les chargés de domaines) • signaler (dans le catalogue et sur le portail) et rematérialiser dans les espaces de la bibliothèque • développer la médiation numérique au sein des 3 communautés (usagers et partenaires / territoire / intérêt) sur place et à distance • développer la formation à l'utilisation de ces ressources (présentation, ateliers, intégration dans l'action culturelle) et la considérer comme une activité permanente de la bibliothèque
    103. 103. L'offre de ressources numériques en bibliothèque lister et analyser les offres à destination des bibliothèques puis présenter une synthèse agrémentée d'exemples de mise en oeuvre dans des établissements •Quelle offre de livres numériques ? •Quelle offre d'abonnements de presse ? •Quelle offre de contenus musicaux ? •Quelle offre de contenus vidéo ? •Quelle offre de ressources d'autoformation ? •Quelle offre de jeux vidéo en ligne ?
    104. 104. Pour aller plus loin - Etude sur l'offre commerciale de livres numériques à destination des bibliothèques de lecture publique Idate / Ministère de la Culture et de la communication (mars 2013) http://fr.scribd.com/doc/132272056/Etude-offre-commerciale-de-livres-numeriques-pour-les- bibliotheques-pdf#download - Etude des usages et besoins concernant l'utilisation d'outils et de ressources numériques (nov. 2012) http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-60530 - Les ressources numériques en BDP : évolution ou révolution ? mémoire de conservateur de Hélène Ouali-Séon (jan. 2012) http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-56854 - Enquête annuelle sur les ressources numériques dans les bibliothèques Vodeclic (fev. 2011) http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-56729 - Les ressources numériques dans les médiathèques territoriales : état des lieux et lignes de fuite Mémoire de conservateur de Julien Gusthiot (dec. 2010) http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-49078 - Proposer des ressources numériques en bibliothèque : guide pratique BDP Hérault (juin 2010) http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-56570

    ×