Histoplasmose

2 389 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 389
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
42
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Histoplasmose

  1. 1. L’HISTOPLASMOSE
  2. 2. INTRODUCTIONChampignon dimorphique: Forme levure : État parasitaire chez l’homme Forme mycélienne : - Saprophyte dans le milieu extérieur - À l’origine de la contamination - Obtenue en culture sur milieux d’isolement
  3. 3. INTRODUCTIONIl existe 2 histoplasmoses humaines dont : Histoplasmoses à petite forme (américaine) Histoplasma capsulatum variété capsulatum Histoplasmose à grande forme (africaine) Histoplasma capsulatum variété duboisii
  4. 4. Histoplasmose à petites formes ou Maladie de Darling
  5. 5. INTRODUCTIONMycose : système réticulo-endothélialChampignon opportunisteSIDA ++Au USA : 3ème mycose chez le sidéen (après candidose et cryptococcose)
  6. 6. AGENT PATHOGENEHistoplasma capsulatum variété capsulatum Forme filamenteuse
  7. 7. Histoplasma capsulatum variété capsulatum: forme levure
  8. 8. EPIDÉMIOLOGIE
  9. 9. Principaux foyers de l’histoplasmose à H. capsulatum
  10. 10. EPIDÉMIOLOGIE• Contamination: Inhalation de spores (ou conidies) issues de la forme saprophytique tellurique• Transmission : Voie respiratoire Pas de contagion interhumaine
  11. 11. EPIDÉMIOLOGIEBiotope :o Sols enrichis en matières organiques (fientes des oiseaux; guano de chauve-souris)o Endroits confinés (grottes, tunnels…)
  12. 12. CLINIQUE1. Primo-infection pulmonaire : - Souvent asymptomatique - Syndrome pseudo grippal - Rx thorax: Infiltrat puis calcifications intra parenchymateuses
  13. 13. CLINIQUE2. Histoplasmoses disséminées : – Atteintes viscérales multiples adénopathies hépatomégalie splénomégalie – Lésions buccales – Insuffisance surrénalienne
  14. 14. Ulcération au niveau de la face interne des joues
  15. 15. DIAGNOSTIC• Diagnostic mycologique• Diagnostic anatomopathologique• Diagnostic immunologique
  16. 16. DIAGNOSTIC• Diagnostic mycologique 1. Prélèvements 2. Examen direct 3. Culture
  17. 17. PrélèvementsL. B. A.CrachatsMoelleBiopsies ganglionnaire…
  18. 18. DIAGNOSTIC• Diagnostic mycologique 1. Prélèvements 2. Examen direct : 3. Culture
  19. 19. Frottis de moelle (MGG):Levures intracellulaire sphériques ou ovoïdes3 à 5 µm de diamètre entourés d’un halo clair
  20. 20. LBA (MGG): amas de petites levures (3µm) à l’intérieur d’un macrophage alvéolaire
  21. 21. DIAGNOSTICDiagnostic mycologique 1. Prélèvements 2. Examen direct 3. Culture: La Culture des produits pathologiques est dangereuse : le laboratoire doit être prévenu de la possibilité de diagnostic d’histoplasmose++++
  22. 22. Culture d’H.capsulatum Forme filamenteuse: responsable de la contamination aérienne
  23. 23. DIAGNOSTIC• Diagnostic mycologique• Diagnostic anatomopathologique• Diagnostic immunologique
  24. 24. Coupe histologique pulmonaire (imprégnation argentique): levures ovalaires de petite taille (2-3µm), bourgeonnantes
  25. 25. Surrénales (imprégnation argentique):petites levures ovoïdes au sein d’une nécrose caséeuse
  26. 26. TRAITEMENT1. Formes pulmonaires isolées peu symptomatiques guérissent spontanément2. Histoplasmose chez le sidéen : 2-1 Traitement d’attaque : Itraconazole : 400 mg/j : 3 mois Amphotéricine B : formes sévères 2-2 Traitement d’entretien : nécessaire dans l’infection au VIH
  27. 27. Histoplasmose à grandes formes ou Histoplasmose Africaine
  28. 28. AGENT PATHOGENEHistoplasma capsulatum variété duboisiiForme levure: différented’Histoplasma capsulatumvariété capsulatumContamination ? Aérien ? Forme levure 15µm Bourgeonne en forme de 8
  29. 29. EPIDÉMIOLOGIEHistoplasmose exclusivement Africaine
  30. 30. CLINIQUEAtteinte pulmonaire : passe inaperçueSignes cutanés ++Atteinte ostéo-articulaire
  31. 31. CLINIQUE Atteintes cutanées:nodules ombiliqués, parfois ulcérés (tête et tronc)
  32. 32. CLINIQUE Atteinte ostéo-articulaire: l’évolution est chronique
  33. 33. DIAGNOSTIC• Diagnostic mycologique 1. Prélèvements: pus ; sérosités 2. Examen direct: levures : 5 – 20 µm ; paroi à double contour ; base de bourgeonnement étroite 3. Culture 4. Examen anatomopathologique
  34. 34. levures : 5 – 20 µmparoi à double contourbase de bourgeonnement étroite
  35. 35. Culture : Forme filamenteuse
  36. 36. TRAITEMENTAmphotéricine B : 0,5 – 0,8 mg/kg/jItraconazole: 200 – 400 mg/jTraitement d’entretien en cas d’immunosuppression sous-jacente

×