La Résistance Indrienne    DOSSIER PEDAGOGIQUE ANNUEL DU CNRD 2013 - 2014   En partenariat avec le Comité dUnion des Assoc...
Concours                         IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIInational ...
REMARQUES PEDAGOGIQUES GENERALES      Le contenu du dossier pédagogique essaie de suivre au plus près l’esprit du décrypta...
MOT DU C.U.R.D.I../AN.A.C.R.       Le Concours National de la Résistance et de la Déportation est né en 1961 d’une volonté...
CHRONOLOGIE SPECIFIQUEIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII...
clandestin « Libre France » puis « Arc », en référence à Jeanne dArc.Octobre: en zone occupée, Maurice Ripoche créé le mou...
1941Janvier: A Paris, 1er numéro du journal clandestin « Valmy ». Création d’un Comité d’Action Socialiste(C.A.S.) pour la...
représailles à lattentat de Nantes, aux 50 otages au camp de Souges (Gironde) en représailles à lattentat deBordeaux), de ...
1er mai: Manifestations en zone sud, à l’appel de la presse clandestine et de La France Libre.15 Mai: En zone sud, le jour...
2 février: Capitulation allemande à Stalingrad15 février-21 mars: Séjour à Londres de Jean Moulin et du général Charles Dé...
194410 janvier: A Alger, ordonnance portant la création des Commissariats Régionaux de la République(publié au Journal Off...
10 août: En région parisienne, début de la grève des Cheminots. Elle est suivie le 15 par lentrée en grèvede la police par...
ETAT DES LIBERTES EN 1940Situation des libertés politiques et syndicales :26 septembre 1939: Interdiction du parti Communi...
Essai dossier pédagogique internet cnrd 2013
Essai dossier pédagogique internet cnrd 2013
Essai dossier pédagogique internet cnrd 2013
Essai dossier pédagogique internet cnrd 2013
Essai dossier pédagogique internet cnrd 2013
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Essai dossier pédagogique internet cnrd 2013

557 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
557
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Essai dossier pédagogique internet cnrd 2013

  1. 1. La Résistance Indrienne DOSSIER PEDAGOGIQUE ANNUEL DU CNRD 2013 - 2014 En partenariat avec le Comité dUnion des Associations de Résistants et déportés de lIndre(C.U.R.DI.) et lAssociation des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance (A.N.A.C.R.) LA.N.A.C.R a mis en ligne sur son site internet un ensemble de ressources à ladresse suivante : www.anacr36.fr/concours-de-la-resistance-et-de-la-deportation/les-dossiers-pedagogique-anacr/2013 Communiquer pour résister (1940 - 1945) A.N.A.C.R.36 1 ter, Boulevard Blaise Pascal – 36000 CHÂTEAUROUX Tél. 02-54-27-24-62 – anacr-indre@orange.fr - site internet www.anacr36.fr
  2. 2. Concours IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIInational de SOMMAIREla Résistance Remarques pédagogiques 2et de la Mot du C.U.R.D.I. et de lA.N.A.C.R. 3 Chronologie spécifique nationale et départementale 4Déportation Etat des libertés en 1940 X2014 Carte de lIndre résistante en 1944 XCommuniquer Savoir : France Libre et Résistance Intérieure X Résistance armée et Résistance civile Xpour résister Communiquer pour résister X Sources générales de base X Ouvrages/Brochures X DVD spécifiques X Expositions X Autres X Communiquer pour résister : formes et sources X A lexemple de lIndre : communiquer pour résister X Aujourdhui, quelles formes de communication pour résister aux oppressions ? X Machine à écrire américaine Compléments dapports pour les établissements participants X Underwood servant à écrire des tracts Contacts X et messages Coupon à retourner pour les demandes dapports X © ANACR36 - 2013
  3. 3. REMARQUES PEDAGOGIQUES GENERALES Le contenu du dossier pédagogique essaie de suivre au plus près l’esprit du décryptage du sujet duconcours et sa formulation le jour des épreuves. La rédaction du sujet de la part des participants implique: – une introduction présentant le contexte historique précédant la guerre avec des quelques éléments de chronologie; – le sens donné au mot « communiquer » dans le cadre de la Résistance et limportance de ce domaine sous lOccupation; – une présentation diversifiée des formes de communication avec leurs retombées; – lévolution des moyens de communication pour résister aujourdhui en lien anec lactualité.Appuis de base: le dossier pédagogique C.U.R.D.I/A.N.A.C.R., les brochures spécifiques du PatrioteRésistant de la Fondation Nationale des Déportés, Internés Résistans et Patriotes (F.N.D.I.R.P.) et celle de laFondation pour la Résistance Lors de la communication qui sest tenue le 20 octobre 2012 dans le cadre des rendez-vous delHistoire à Blois, la présidente du Jury National a précisé: – que de nombreux lycées professionnels obtiennent des prix nationaux; – que la modification de forme du brevet des collèges pourrait être prise en compte pour la réalisation du sujet collège par les jurys.
  4. 4. MOT DU C.U.R.D.I../AN.A.C.R. Le Concours National de la Résistance et de la Déportation est né en 1961 d’une volonté communed’assurer le devoir d’histoire et de perpétuer la mémoire de la Résistance et de la Déportation. Ce Concours scolaire, le plus important en nombre de candidats, revêt pour le C.U.R.D.I. etl’A.N.A.C.R. une importance essentielle: il symbolise l’investissement des Associations de Résistant(e)s etde Déporté(e)s et de leurs ami(e)s en direction de la jeunesse, enjeu fondamental dans la transmission deleur expérience; les témoins et acteurs disparaissant, sa pérennité est vitale. Il a vu en 2011-2012l’inscription de 24 établissements scolaires et la participation de 547 candidat(e)s dans notre département,soit un des plus hauts niveaux depuis sa création, ce qui place l’Indre au tout premier plan académique et àun des tous premiers rangs sur le plan national. A la motivation historique et mémorielle s’ajoute celle citoyenne et civique comme l’ont affirmé lesPrésidents de la République successifs et comme l’indique explicitement chaque année le Ministère del’Education Nationale dans le Bulletin Officiel faisant référence au thème du Concours. Le sujet de cette 52 ième édition «Communiquer pour résister» devrait permettre d’aborder le thèmesous des angles multiples pouvant provoquer un intérêt autant général que particulier, ainsi qu’entraîner untravail interdisciplinaire par la transversalité du thème; par ailleurs, la thèmatique abordée a une déclinaisonrégionale et départementale très concrète, facilitant son approche. Parfaitement conscients qu’il n’est pas facile de concilier emploi du temps et préparation auConcours, le C.U.R.D.I. et l’A.N.A.C.R. - avec l’appui des partenaires habituels de la mémoire - vousproposent ce dossier pédagogique annuel au plus près des besoins des connaissances et desapprofondissements de recherches ainsi que les contacts possibles avec nos associations : complémentairedes autres brochures, le but est d’apporter à chaque enseignant désireux de s’inscrire avec ses élèves dans leConcours 2012-2013 une aide concrète et rapidement exploitable pour se lancer dans la préparation du sujet. Nous espérons que ces premiers éléments vous permettront de pouvoir aborder sereinement le sujetde ce Concours et d’en maintenir la réussite, ce dont se réjouiraient nos associations et les Résistant(e)stoujours présents. Le Président du CURDI Le Président de la FNDIRP Le Co Président de l’ANACR Jean Grazon Claude Dugénit Jean Annequin
  5. 5. CHRONOLOGIE SPECIFIQUEIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIPrécisions: en italiques les dates-clés /en gras, les événements se rapportant à lIndre 19393 septembre1939: Déclaration de guerre de la France et la Grande-Bretagne à lAllemagne 194010 mai: Offensive allemande en France15 juin: Jean Toulat, un jeune sergent en garnison à Châteauroux, rédige et distribue un tract intitulé« Espoir quand même », appelant à ne pas capituler.18 juin: 1er appel à la « Résistance » du Général de Gaulle à la B.B.C. (Londres). Quelques jours après,naissance de la France Libre (F.L.).1 juillet 1940: Le 2ème Bureau de la France Libre envoie son premier agent de renseignement en France(Jack Mansion). Ce bureau sera nommé successivement Services de Renseignements (S.R. À partir du 15avril 1941) puis le Bureau Central de Renseignements dAction (B.C.R.A.) à partir du 17 janvier 1942. Début juillet, à Paris, Jean Texcier (peintre) rédige les Conseils à l’occupé, lune des premièresbrochures clandestines prenant ses distances avec les Allemands.19 – 22 juillet: Winston Churchill crée le « Special Operations Executive » (S.O.E.), destiné à soutenirles mouvements de résistance, au départ ceux des pays dEurope occupés par lAllemagne, etprogressivement ceux de tous les pays en guerre, y compris en Extrême-Orient, et les pays faisant partie delAxe.10 juillet: LAssemblée Nationale, seigeant à Vichy, vote les pleins pouvoirs constituants au MaréchalPétain (84 ans). Fin de la IIIième République (1870 – 1940).18 juillet: A la B.B.C., début des 5 minutes quotidiennes allouées à La France Libre. De Gaulle désignecomme chargé de liaison auprès de la B.B.C., Maurice Shumann, journaliste politique. Lémissionsappellera « Honneur et Patrie ». Il fera environ 1000 interventions entre le 17 juillet 1940 et le 30 mai1944.06 septembre: en zone sud, le Général Gabriel Cochet diffuse son 1 er bulletin d’appel à la préparationde la revanche. A Paris, Jules Corréard, inspecteur général des finances, rédige et diffuse un petit journal
  6. 6. clandestin « Libre France » puis « Arc », en référence à Jeanne dArc.Octobre: en zone occupée, Maurice Ripoche créé le mouvement « Ceux de la Résistance » et diffuse unappel clandestin « Français, nous serons ceux de la Libération ». A Paris, Raymond Deiss, imprimeur etéditeur, rédige une feuille dinformation quil baptisa « Pantagruel ». Dans le nord, Jean-Baptiste Lebas (plussouvent appelé Jean lebas) fonda lun des tout premiers réseaux de Résistance en zone occupée, « LHommeLibre » avec un journal du même nom, lequel devient ensuite « La IVème République. Beaucoup depublications clandestines disparaissent en 1941. ? Dans lIndre, à Déols, installation dune imprimerie clandestine par des militants communistes. Ilsdiffusent tracts et journaux partout. 18 dentre eux seront arrêtés en 1941. Max Hymans, député de lIndre,fait passer des informations en Angletrre par lintermédiaire du consulat britannique de Barcelone.24 octobre: entrevue de Montoire (Loir et Cher) entre le maréchal Pétain et Hitler a lieu dans la gare deMontoire sur Loir. La poignée de main entre eux officialise la collaboration.27 octobre: A Brazzaville (Congo), le général de Gaulle lance un manifeste annonçant la création dunConseil de Défense de l’Empire.Novembre: en zone sud, manifeste du Mouvement Libération Nationale (M.L.N.) d’Henri Fresnay.Fondation du journal clandestin « Liberté », des groupes France-Liberté, la Dernière Colonne (nom duminuscule noyau qui a constitué après les mouvements Libération-Sud). Dans les régions occupées, parutionde l’Université Libre (Paris). En captivité (Nantes). Les Petites Ailes (Nord Pas de Calais). En Alsaceannexée, parution de l’Alsace.6 novembre: premier tract « résistant » identifié, diffusé dans lIndre sous le titre « La Liaisonfrançaise » (pour le rassemblement des Français)11 novembre: A Paris, manifestation antiallemande d’étudiants et de lycéens. Cest le 1er actedopposition publique.15 novembre: A Paris, manifeste signé par 12 syndicalistes contre Vichy et la Charte du travail de RenéBelin (ministre du travail). Ce manifeste titré « Principes du syndicalisme français », connu sous le nom de« Manifeste des Douze », acte public dopposition à la politique du gouvernement de Vichy.16 novembre: Déclaration organique de La France Libre, complétant le manifeste de Brazzaville. Ellemarque un degré supplémentaire dans léchelle de la légitimation et de la représentativité politiques de laFrance Libre.Décembre: 1er courrier envoyé au 2ème Bureau de La France Libre par Gilbert Renault dit « Raymond »(plus tard Jean-Luc, Morin, Watteau, Roulier, Beauce et Rémy). Il est plus connu sous le nom de ColonelRémy.1er décembre: Christian Pineau et Robert Lacoste sortent le 1 er numéro de « Libération-Nord ». Ils fontpartis des 12 syndicalistes qui ont rédigé le « manifeste des Douze ».18 décembre: Ordonnance allemande condamnant à la peine de mort tout distributeur, auteur ouimprimeur de tracts.23 décembre: A la B.B.C., de Gaulle lance le 1er appel à une manifestation collective en métropole, pourle 1er janvier 1941. (« l’heure d’espérance »).
  7. 7. 1941Janvier: A Paris, 1er numéro du journal clandestin « Valmy ». Création d’un Comité d’Action Socialiste(C.A.S.) pour la zone occupée. En zone sud, Henry Fresnay et Berty Albrecht (du Mouvement de LibérationNationale – M.L.N.) publient lune des premières publication clandestines diffusées en zone occupée et enzone libre. Cette publication est nommée « Bulletin ».Les intervenant Belges francophones sur la B.B.C. lance la « campagne des V ». Ils avaient proposé lesymbole « V », comme victoire, pour symbole de ralliement.22 janvier: La B.B.C. Reçoit une carte venant dun port français de la Manche signalant que de petits Vapparaissent de toute part.22 mars: La section française lance à leur tour un mot dordre sur les ondes de la B.B.C. de couvrir lesmurs de V en lhonneur du roi Pierre de Yougoslavie qui avait refusé de capituler devant les allemands. Lesuccès est telle que au mois de juillet, les allemands répliquent en adoptant à leur tour le V, comme Victoire,symbole de la visctoire allemande.1er avril: 1er numéro de « La Voix du Nord » imprimé à Lille. Il naît dun acte de refus : on ne pactise pasavec le mal, on ne collabore pas avec lennemi affirme ce premier numéro. (74 numéros, le numéro 66correspondant à la libération septembre 1944).6 mai: Parachutage près de Vatan du 1er agent de la section F du SOE : Georges Bégué. Celui-cientre en contact avec M.Hymans et envoie de Châteauroux (14 rue des Pavillons), le 9 mai, le premiermessage radio en Anglettre. A partir de septembre, des avions Lysander atterrissent dans lIndre,amenant des agents des services secrets anglais (S.O.E.) qui sont ensuite dispatchés dans toute laFrance.12 mai: Décret publié au Journal Officiel du 28 mai est relatif aux déclarations à faire par lescommerçants radioélectriciens lorsquils vendent des appareils de T.S.F. Ou des pièces détachées.15 mai: Le Parti Communiste Français (P.C.F.) lance un appel à la création d’un « Front National de luttepour la Libération et l’indépendance » de la France27 mai – 10 juin: Grande grève dans les Houillères du Nord et du Pas de Calais. La quasi totalité dubassin minier, environ 100 000 mineurs se mirent en grève.Juin: A Paris, parution du Bulletin du groupe étudiants des Volontaires de la Liberté.14 juillet: en zone occupée , parution du 1er numéro de « Défense de La France », imprimé dans lescaves de la Sorbonne (de juillet 1941 à août 1944 sort 47 numéros). En janvier 1944, le numéro tiré à 450000 exemplaires.Octobre: Dans lIndre, arrestation à Châteauroux du garagiste Fleuret dont latelier servait de boîteà lettres.23 octobre: Suite aux différentes exécutions, (48 dotages le 21 octobre dont 27 à Chateaubriant en
  8. 8. représailles à lattentat de Nantes, aux 50 otages au camp de Souges (Gironde) en représailles à lattentat deBordeaux), de Gaulle fait un discours à la B.B.C., désapprouvant les attentats contre les militaires allemandspour des raisons tactiques.Novembre: Le Mouvement de la Libération National (M.L.N.) rebaptisé le Mouvement de LibérationFrançaise (M.L.F.) fusionne avec dautres réseaux plus petits. Lors de la fusion avec le réseau « Liberté » lemouvement change de nom et devient « Combat ».1er numéro des « Cahiers du Témoignage Chrétien » du père Pierre Chaillet (pseudonyme Testis). Laparticularité de ce journal cloandestin tient à son aspect spirituel et catholique de la résistance (31 numéros).7 novembre: Marie Léon Yvon Morandat (dit Yvon Morandat) est parachuté en zone sud pour prendrecontact avec les mouvements de Résistance et les syndicats et de les financer.Décembre: En zone sud, 1er numéro de Franc-tireur créé à Lyon. 37 numéros ont été imprimés. Ledernier a été tiré en 165 000 exemplaires. Tous les articles ne sont pas signés.1° numéro du journal Combat, du mouvement de Résistant Combat. Il sera publié de 1941 à 1974.Fin 1941: Dans lIndre, installation dune imprimerie clandestine chez Georges Pirot, à la ferme desJodons, commune de Jeu-les-Bois : tracts sur duplicateur puis sur ronéo en 1942 avant le déplacementde limprimerie en mars 1943 suite à une visite de la Gestapo.Formation du groupe clandestin des « Collégiens de La Châtre » : distributions de tracts ; graffitis,inscriptions, ...Formation dune organisation de collecte de renseignements et daide au passage de la ligne dedémarcation ayant pour responsables Georges Combeau, chef de district à la gare dIssoudun etLucien Loyauté, employé S.N.C.F., à la gare de Vierzon. Ce réseau dabord nommé Frégate, devientGoélette courant 1942. Il sera en liaison directe avec le B.C.R.A. à Londres. A la fin de la guerre, ceréseau est plus connu sous le nom de Frégate-Goélette. Les réseaux de la France Libre organiserontensuite en Champagne berrichonne un grand nombre dopérations datterrissages et de parachutages. 19422 janvier: Parachutage de Jean Moulin, « représentant du général de Gaulle et délégué du ComitéNational Français (C.N.F.) en zone non occupée ». Il est chargé dorganiser la Résistance Intérieure.20 Février: les Editions de Minuit, maison dédition française clandestine, publient « Le Silence de lamer » de Jean Bruller (alias Vercors).Avril: Jean Moulin crée le Bureau d’Information et de Presse (B.I.P.), véritable agence de presseclandestine qui sera dirigé par Georges Bidault. Le rôle de ce bureau est de transmettre le flux dinformationentre les mouvements clandestins et métropoles et la France Libre.28 avril: Christian Pineau ramène de Londres le 1er message politique du général de Gaulle à laRésistance Intérieure.MAI: Dans lIndre, formation des premiers maquis FTP près de Chabris.
  9. 9. 1er mai: Manifestations en zone sud, à l’appel de la presse clandestine et de La France Libre.15 Mai: En zone sud, le journal du Comite daction Socialiste (C.A.S.) devient « Le Populaire ». DanielMayer sort le 1er numéro.Juin: Publication du 1er Cahier de l’Organisation Civile et Militaire, (O.C.M.).14 juillet: En zone sud, nombreuses manifestations dans les grandes villes à l’appel de la presseclandestine et de La France Libre. A Toulouse, parution de « Libérer et Fédérer ».16 juillet: Rafle du VelDHiv23 août: Lettre épiscopale de lArchevêque de Toulouse Jule-Géraud Saliège sur les rafles des Juifs enzone sudSeptembre: Début de publication des Lettres Françaises, journal qui regroupe des écrivains de toutestendances et reflète les idées de la Résistance intellectuelle.4 septembre: Dans lIndre, à Tendu, premier parachutage dexplosifs S.O.E..13 octobre: En zone sud, vague de grèves contre les réquisitions de main d’œuvre pour l’Allemagne,lancée à partir des ateliers S.N.C.F. d’Oullins (Rhône). A cette occasion, 1er tract commun intitulé, « Pas unhomme en Allemagne », entre le Parti Communiste Français (P.C.F.) et des mouvements non communistes.20 octobre: « J’accuse », organe du Mouvement National Contre le Racisme (M.N.C.R.), dénoncelextermination de masse en cours des Juifs déportés de France.21 octobre: En zone sud, 1er numéro de « Résistance » de Marcel Renet (Jacques Destrée).11 Novembre : Suite au débarquement allié en Afrique du Nord, les Allemands envahissent la zone sud.Création du Service des Opérations Aériennes et Maritimes (S.O.A.M.). Plus tard, il sera scindé plus tard endeux services techniques spécifiques: le S.A.P . (Service des Atterrissages et Parachutages) et le W.T.(Wireless Télégraphy) ou "Service radio". 19436 janvier: Incidents en gare de Montluçon contre le départ de requis en Allemagne.26 janvier: Fusion de Combat, Franc Tireur et Libération dans les Mouvements Unis de la Résistance(M.U.R.). Dans lIndre, seul existe le mouvement Libération dirigé par Robert Monestier.27 janvier: En zone occupée, arrivée de Pierre Brossolette, (allias Brumaire en 1943), pour une missionde coordination des mouvements de zone nord.
  10. 10. 2 février: Capitulation allemande à Stalingrad15 février-21 mars: Séjour à Londres de Jean Moulin et du général Charles Délestraint.16 février: Vichy instaure le Service Obligatoire du Travail (S.O.T.) ainsi appellé la première semaine,et en raison des railleries dues aux initiales, fut rébaptisé le Service du Travail Obligatoire (S.T.O.).21 Février: Nouvelles instructions du général Charles de Gaulle prescrivant la création d’un ConseilNational de la Résistance (C.N.R.).Avril: Création du service Maquis des MUR qui devient le Service National Maquis en août 1943 ; enzone nord, création du Bureau des Opérations Aériennes (BOA).Mi-avril: Création du Service Maquis des Mouvements Unis de la Résistance (M.U.R.) qui devient leService National Maquis en août 1943.15 mai: Télégramme de Jean Moulin annonçant (par anticipation) le ralliement du Conseil National de laRésistance (C.N.R.) au général Charles de Gaulle.27 mai: A Paris, 1ère réunion du Conseil National de la Résistance, (C.N.R.) sous la présidence de JeanMoulin. Sur dénonciation, celui-ci sera arrêté par les Allemands à Caluire (Lyon) le 21 juin suivant.13 juillet: Dans lIndre, à Obterre, premier parachutage darmes pour le mouvement M.U.R..14 juillet: Manifestations de masse et grèves dans les grandes villes. Publication de « l’Honneur des Poètes » par les Editions de Minuit.Septembre: Les Cahiers de Libération publient les paroles du « Chant de la Libération » (futur Chantdes Partisans).Novembre: Dans lIndre, constitution dun maquis Francs-Tireurs et Partisans (F.T.P.) dans laforêt de Bommiers.11 novembre : Manifestations et grèves dans les grandes villes. Défilé des Maquisards à Oyonnax(Ain). Arrestations massives à Grenoble (Isère).décembre: Dans lIndre, arrivée de Robert Vollet, chargé de former une école de cadres pour lesmaquis de lArmée Secrète(A.S.). Il deviendra en 1944 le commandant du groupe de la ForceFrançaise de lIntérieur (F.F.I. Indre -Est).29 décembre: Accord d’action commune entre l’Armée Secrète (A.S.) et les Francs-Tireurs et Partisans(F.T.P.).31 décembre: A Lyon, diffusion du faux « Nouvelliste » à la place du journal collaborateur « LeNouvelliste ».
  11. 11. 194410 janvier: A Alger, ordonnance portant la création des Commissariats Régionaux de la République(publié au Journal Officiel le 6 juillet).1er février: Ordonnance créant les Forces Française de l’Intérieur (F.F.I.), composées des formationsmilitaires, des Mouvements de Résistance (A.S., Maquis, Groupes Francs) des F.T.P. et de l’Organisation deRésistance Armée (O.R.A.).19 février: Ouverture du procès contre le groupe de résistants communistes des Francs-Tireurs etPartisans – Mains doeuvre immigré (F.T.P – M.O.I.) surnommé le groupe « Manouchian », comprenant 23membres dont 20 étrangers. Création dune affiche propagande placardée en France dans le contexte de lacondamnation à mort des 23 membres21 février: Exécution du groupe de résistants communistes « Manouchian » au fort du Mont-Valérien.15 mars: Adoption du programme du Conseil National de la Résistance.Fin mars: Assaut des allemands et de la milice française contre le maquis des Glières (Alpes).21 avril: Ordonnance du Comité Français de Libération Nationale (C.F.L.N.) fixant l’organisation despouvoirs publics en France après la Libération. Les femmes françaises obtiennent le droit de vote ainsi queleur éligibilité. Le 3 juin le C.F.L.N. prend le nom de Gouvernement Provisoire de la République Française(G.P.R.F.).25-27 mai: Grèves à Marseille.1er & 5 juin: A la B.B.C., les messages à destination de la Résistance française : annonce du jour J etdéclenchement des plans d’action.5-6 juin: Dans lIndre, parachutage de la mission interalliée Hugh6 juin: Débarquement des Alliés en Normandie. la Résistance française déclenche partout des actions deguérilla et de sabotage. Dans lIndre, 3 000 Forces françaises de lIntérieur (F.F.I.) en armes.Pendant tout lété, de nombreux combats opposent les maquisards de lIndre aux Allemands : Dun lePoëlier (juin), Genest (juillet), Valençay, Ecueillé (août), ...9-10 juin: Massacres dArgenton et dOradour sur Glane.25 juin: 1ers parachutages massifs de matériel réalisés de jour sur les principaux Maquis.3 juillet: Proclamation de la « République du Vercors ». Fin juillet: assaut allemand contre le Vercors..
  12. 12. 10 août: En région parisienne, début de la grève des Cheminots. Elle est suivie le 15 par lentrée en grèvede la police parisienne et le 18 par un ordre de grève générale lancé par les syndicats.15 août: Débarquement allié en Provence. Reddition de la garnison de Brive aux F.F.I..18 août: A Paris, grève générale lancée par les syndicats, ordre de mobilisation générale.19 août: A l’appel du C.N.R. et du Comité Parisien de Libération, insurrection parisienne placée sous laresponsabilité du colonel F.F.I. Rol-Tanguy. Occupation de la Préfecture de police.25 août: Libération de Paris où entre la 2 ième Division Blindé (D.B.) de Leclerc. Le 31 août, de Gaulleet le G.P.R.F. sinstallent à Paris. La presse clandestine sort au grand jour.10 septembre: Dans lIndre, les forces F.F.I. atteignent 15 800 hommes. Reddition de la colonne dugénéral allemand Elster. Deuxième Libération de Châteauroux et Libération du département.
  13. 13. ETAT DES LIBERTES EN 1940Situation des libertés politiques et syndicales :26 septembre 1939: Interdiction du parti Communiste10 juillet 1940: Pleins pouvoirs donnés au maréchal Pétain pour la mise en œuvre de la RévolutionNationale, entre ordre et mouvement: – assemblées délibérantes et municipalités suspendues ; – partis politiques entrant dans la clandestinité ; – dissolution des confédérations syndicales/charte du travail associant patronat et ouvriers ; – création dinstitutions relais telle la Légion des Combattants/forces de sécurité (gendarmerie, police) au service de Vichy ; – encadrement de la jeunesse et de la société : chantiers de jeunesse/censure et propagande/mesures dexclusion ; – obligation de serment prêté au Régime de Vichy par les fonctionnaires et magistrats.Situation de la liberté dexpression :26 août 1939: Feuilles communistes interdites11 juin 1940: Tous les journaux quittent la capitale sur ordre du gouvernement, le Matin reparaît ern accordavec les Allemandsjuin/juillet 1940: Certains journaux choisissent de disparaître, la plupart des titres davant-guerre continuantde paraître/contrôle et censure de Vichy sur la presse qui doit petit à petit exhalter le régime/ les titres ayantdécidé de réintégrer la capitale le font sous contrôle allemand. En même temps paraissent déjà les premières feuilles clandestines

×