SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  27
Par : S / Abdessemed
 Le Kyste hydatique résulte du développement
tissulaire de la larve ou hydatide d’un tænia
échinocoque parasite à l’état adulte de l’intestin
grêle des canidés. C’est une anthropozoonose
cosmopolite, sévissant en zone d’élevage (ovins,
bovins, caprins, porcins, camélidés, équidés, ...).
L’échinococcose cystique est présente sur chaque
continent sauf en Antarctique
 On estime que plus d'un million de personnes
sont touchées par l'échinococcose à tout
moment.
 L'OMS va valider d'ici à 2020 une série de
stratégies efficaces de lutte contre
l'échinococcose cystique.
 Embranchement des Plathelminthes,
 Classe des Cestodes,
 Ordre des Cyclophylidés
 Famille des Taeniidae
 Echinococcus granulosus
 Echinococcus granulosus est un petit
taenia du chien (4 à 6 mm) ne
comportant que 3 à 5 anneaux dont
le dernier occupé par un utérus
ramifié rempli d’œufs.
 L'anneau terminal se détache
activement du corps du parasite puis
est éliminé dans le milieu extérieur.
Ces vers sont présents en grand
nombre dans l’intestin de l’hôte
définitif, les canidés.
 Elle se forme dans divers organes par la
vésiculisation suivie d’une croissance progressive
d’un embryon hexancanthe de 25 µm à 30 µm.
 Au terme de son développement elle peut atteindre
10 cm à 15 cm de diamètre et de forme sphérique
ou plus ou moins polylobée.
 Le kyste est rempli d'un liquide hydatique
contenant de nombreuses larves, appelées scolex
de 150 à 200 µm.
 Les scolex donneront de futures têtes
de tænia portant quatre ventouses et
une double couronne de 30 à 40
crochets.
 Les scolex sont contenus dans le
liquide directement ou dans des
vésicules filles flottant dans le liquide
hydatique.
 Comme tous les ténias, il se déroule entre l’hôte
définitif (les canidés) et l’hôte intermédiaire
(plusieurs mammifères dont le mouton et
accidentellement l’homme).
 L'hôte définitif canin se contamine par ingestion
(carnivorisme) de l’hydatide présente dans divers
organes de l'hôte intermédiaire.
 L’hôte intermédiaire s’est contaminé par ingestion
d’œufs embryonnés (embryophores) éliminées dans
le milieu extérieur par les tænias présents dans le
tube digestif des canidés.
 L’homme se contamine par
l'ingestion d’embryophores
(œufs sans coque externe)
recueillis sur le pelage du
chien ou de façon
indirecte à partir
d’aliments souillés par des
fèces du chien infesté.
L’homme constituant une
impasse épidémiologique.
 III.1 PHYSIOPATHOLOGIE :
 L’embryon hexacanthe libéré dans le tube digestif,
traverse la paroi intestinale, gagne par le système
porte, le foie, les poumons et les autres points de
l’organisme. Il s’arrête dans le premier filtre
hépatique dans 50% à 60% des cas, puis dans le
deuxième filtre pulmonaire dans 30% à 40% des cas
et dans le reste de l'organisme (os, cerveau,
thyroïde,...) dans 10% des cas. Il s’y développe
lentement et devient un kyste hydatique.
 Les manifestations pathologiques sont souvent
très tardives et n'apparaissent que bien des
années après l'infestation. Elles sont liées
surtout aux complications dues à une
fissuration, une rupture ou une surinfection
du kyste lui-même ou à une compression
anatomique de voisinage du fait de sa masse
importante.
 Lors de la rupture spontanée ou provoquée d’un
kyste hydatique, le déversement massif du liquide
hydatique provoque dans l’immédiat un choc
anaphylactique souvent mortel et la libération des
scolex et des vésicules génère d’autres kystes
hydatiques secondaires (échinococcose secondaire)
posant un véritable problème thérapeutique. En
tout cas, chaque scolex de l’hydatide dévoré par un
canidé, donnera naissance à un tænia échinocoque
adulte dans son intestin grêle.
 III.2 CLINIQUE :
 Elles dépendent de la localisation de cette
tumeur parasitaire liquidienne.
 III.2.1 Hydatidose hépatique :
 - La latence clinique silencieuse est longue
 - Le syndrome tumoral parasitaire se traduit
par une hépatomégalie isolée, indolore.
 - La compression biliaire ou vasculaire provoque un
ictère ou une hypertension portale et diverses autres
manifestations pathologiques.
 - La fissuration ou la rupture entraîne dans
l’immédiat une réaction allergique simple ou un
choc anaphylactique souvent mortel et/ou plus
tardivement une échinococcose secondaire locale,
loco-régionale ou générale à pronostic sombre.
 - Le kyste infecté évolue par ailleurs comme un
abcès du foie
 III.2.2. Hydatidose pulmonaire :
 - Primitive ou secondaire la latence clinique est
moins longue. Les cas simples se traduisent par une
toux, dyspnée ou hémoptysie impliquant une
radiographie pulmonaire qui fait le diagnostic.
 - Les complications de même ordre s’observent, en
particulier une rupture dans une bronche
entraînant la classique vomique hydatique
contenant des vésicules filles en grains de chasselas
sucés.
 III.2.3 Autres localisations :
 Le syndrome tumoral se révèle précocement dans la
localisation cérébrale ou oculaire. Par contre
l’absence réactionnelle de l’os laisse le plus souvent
évoluer l’hydatide de façon envahissante
provoquant des fractures pathologiques spontanées.
Dans ces cas là , le kyste ne prend pas la forme
classique d’un kyste sphérique liquidien et son
aspect est pseudo-tumorale et racémeux.
 IV.1 DIAGNOSTIC PAR IMAGERIE MÉDICALE :
 L’échographie, la tomodensitométrie (scanner),
l’imagerie par résonance magnétique (I.R.M.)
tentent à remplacer les anciennes méthodes et
fournissent un bilan radiologique essentiel avant
toute intervention chirurgicale. Il établit avec
précision la localisation, la taille ainsi que le
nombre des kystes. Il assure également le suivi post-
thérapeutique par la mise en évidence de
l’affaissement des kystes sous l’effet du traitement.
 IV.2 DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE :
 La phase d’invasion et d’installation de cette cestodose
larvaire tissulaire provoque très certainement une
hyperéosinophilie sanguine élevée. Cependant
l’absence habituelle des manifestations pathologiques
d’appel enlève toute sa valeur diagnostique. A la
phase de kyste hydatique constitué, ce signe
biologique passe à la normale comportant à la
rigueur une fluctuation liée au degré de fissuration
de la paroi kystique.
 Une compression des voies biliaires avec
ictère se traduit par une augmentation du
taux sanguin de la bilirubine (totale et
conjuguée).
 Une infection bactérienne d’une hydatidose
pulmonaire s’accompagne d’une leucocytose
à polynucléaire neutrophile.
 IV.3 DIAGNOSTIC PARASITOLOGIQUE DIRECT :
 Il convient de rappeler avec insistance qu’il est
absolument interdit de ponctionner un kyste suspect en
vue d’établir un diagnostic parasitologique.
 Ses indications sont précises :
- ponction per-opératoire
- vomique hydatique
- examen macroscopique et microscopique (histologique)
des pièces opératoires.
 Il apporte l’élément de certitude par la mise en évidence
de scolex caractéristiques ou de crochets.
 IV.4 DIAGNOSTIC IMMUNOLOGIQUE :
 Il s'agit de l'élément clé du diagnostic de
l'hydatidose.
 Il se base sur l’emploi de techniques
d’immunofluorescence peu reproductible
et/ou de techniques immunoenzymatiques
commerciales employant un antigène total, le
liquide hydatique.
 Toutefois, l’interprétation des résultats sérologiques
doit restée prudente :
 - Un résultat négatif ne permet jamais d’exclure une
hydatidose.
 - Un résultat positif n’est pas à l’abri des réactions
croisées (autres cestodoses larvaires, autres
parasitoses, hépatopathies associées...). C’est la raison
pour laquelle il est recommandé d’employer des
techniques de confirmation comme l’immunoblot
permettant de visualiser un profil spécifique à cette
échinococcose.
 Enfin signalons que la plupart de ces techniques
sérologiques pourraient s’appliquer également à
titrer les anticorps dans le L.C.R. en cas de
localisation cérébral du K.H.
 V.1 TRAITEMENT :
 Le traitement est essentiellement chirurgical
ou par ponction aspiration sous échographie
guidée.
 Un traitement à l'albendazole est nécessaire
avec ou sans chirurgie (ESKAZOLE ® à
15mg/kg/j)
 V.2 PROPHYLAXIE :
 - Déparasitage des chiens de chasse aux chiens
errants
 - Saisie et destruction des viscères d'animaux de
boucherie infestés, abolition des abattages sauvages
ou rituels
 - Eviter la promiscuité avec les chiens (caresses,
chiens intra domiciliaires)
 - Les campagnes de sensibilisation du grand public
 - L'échinococcose cystique est une maladie
évitable car des espèces animales domestiques en
sont les hôtes définitifs et intermédiaires. Il a été
démontré que la vermifugation périodique du
chien, l'amélioration de l'hygiène lors de l'abattage
(y compris la destruction appropriée des abats
infectés) et les campagnes de sensibilisation du
grand public permettaient de réduire et, dans les
pays à revenu élevé, de prévenir la transmission, et
d'atténuer la charge de morbidité chez l'homme.
Le kyste hydatique

Contenu connexe

Tendances

Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë CHU Tlemcen
 
Infection urinaire ext
Infection urinaire extInfection urinaire ext
Infection urinaire extkillua zoldyck
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirClaude EUGENE
 
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenirANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenirClaude EUGENE
 
Cholangiocarcinome intra-hépatique (signes, diagnostic, traitement)
Cholangiocarcinome intra-hépatique (signes, diagnostic, traitement)Cholangiocarcinome intra-hépatique (signes, diagnostic, traitement)
Cholangiocarcinome intra-hépatique (signes, diagnostic, traitement)Claude EUGENE
 
Porphyries hépatiques L 'essentiel
Porphyries hépatiques L 'essentielPorphyries hépatiques L 'essentiel
Porphyries hépatiques L 'essentielClaude EUGENE
 
Ascite non cirrhotique
Ascite non cirrhotiqueAscite non cirrhotique
Ascite non cirrhotiqueClaude EUGENE
 
Hépatites virales A et E.ppt
Hépatites virales A et E.pptHépatites virales A et E.ppt
Hépatites virales A et E.pptodeckmyn
 
Parasitologie
ParasitologieParasitologie
ParasitologieMansour1
 
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDr. Kerfah Soumia
 
Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013
Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013
Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013Nouhoum L Traore
 

Tendances (20)

Les hepatites virales
Les hepatites viralesLes hepatites virales
Les hepatites virales
 
Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë
 
Kyste hydatique du foie
Kyste hydatique du foieKyste hydatique du foie
Kyste hydatique du foie
 
Les parasites
Les parasitesLes parasites
Les parasites
 
Infection urinaire ext
Infection urinaire extInfection urinaire ext
Infection urinaire ext
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
 
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenirANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
 
Cholangiocarcinome intra-hépatique (signes, diagnostic, traitement)
Cholangiocarcinome intra-hépatique (signes, diagnostic, traitement)Cholangiocarcinome intra-hépatique (signes, diagnostic, traitement)
Cholangiocarcinome intra-hépatique (signes, diagnostic, traitement)
 
Bilharziose
BilharzioseBilharziose
Bilharziose
 
Porphyries hépatiques L 'essentiel
Porphyries hépatiques L 'essentielPorphyries hépatiques L 'essentiel
Porphyries hépatiques L 'essentiel
 
Toxoplasmose
ToxoplasmoseToxoplasmose
Toxoplasmose
 
Généralités
GénéralitésGénéralités
Généralités
 
Paludisme
PaludismePaludisme
Paludisme
 
Ponction pleurale
Ponction pleurale  Ponction pleurale
Ponction pleurale
 
Ascite non cirrhotique
Ascite non cirrhotiqueAscite non cirrhotique
Ascite non cirrhotique
 
Inflammation cours de residanat
Inflammation cours de residanatInflammation cours de residanat
Inflammation cours de residanat
 
Hépatites virales A et E.ppt
Hépatites virales A et E.pptHépatites virales A et E.ppt
Hépatites virales A et E.ppt
 
Parasitologie
ParasitologieParasitologie
Parasitologie
 
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysie
 
Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013
Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013
Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013
 

Similaire à Le kyste hydatique

Cestodes à l'état larvaire.pptx
Cestodes à l'état larvaire.pptxCestodes à l'état larvaire.pptx
Cestodes à l'état larvaire.pptxMohamedHatraf1
 
Adénopathies Cervico Faciales Orl
Adénopathies Cervico Faciales OrlAdénopathies Cervico Faciales Orl
Adénopathies Cervico Faciales OrlADELLL
 
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmoseDiagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmoseHind FQ
 
Cysticercose + photos
Cysticercose + photosCysticercose + photos
Cysticercose + photosNorbert Manzo
 
cours de toxoplasmose model de parasitologie
cours de toxoplasmose model de parasitologiecours de toxoplasmose model de parasitologie
cours de toxoplasmose model de parasitologietitimbenzahir
 
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdftoxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdfSandRab52
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Dr. Kerfah Soumia
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireDr. Kerfah Soumia
 
2005 Infections urinaires nosocomiales de l’adulte
2005 Infections urinaires nosocomiales de l’adulte2005 Infections urinaires nosocomiales de l’adulte
2005 Infections urinaires nosocomiales de l’adulteAPRHOC
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Dr. Kerfah Soumia
 
Granulomes hépatiques
Granulomes hépatiquesGranulomes hépatiques
Granulomes hépatiquesClaude EUGENE
 
PARASITOLOGIE_1.pptx
PARASITOLOGIE_1.pptxPARASITOLOGIE_1.pptx
PARASITOLOGIE_1.pptxBaraaOssman
 
Ifmt p13 cancers induits par les parasites
Ifmt p13 cancers induits par les parasitesIfmt p13 cancers induits par les parasites
Ifmt p13 cancers induits par les parasitesEuripide AVOKPAHO
 
Complément de Gastrologie
Complément de GastrologieComplément de Gastrologie
Complément de GastrologieMede Space
 

Similaire à Le kyste hydatique (20)

Cestodes à l'état larvaire.pptx
Cestodes à l'état larvaire.pptxCestodes à l'état larvaire.pptx
Cestodes à l'état larvaire.pptx
 
Adénopathies Cervico Faciales Orl
Adénopathies Cervico Faciales OrlAdénopathies Cervico Faciales Orl
Adénopathies Cervico Faciales Orl
 
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmoseDiagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
 
Cysticercose + photos
Cysticercose + photosCysticercose + photos
Cysticercose + photos
 
cours de toxoplasmose model de parasitologie
cours de toxoplasmose model de parasitologiecours de toxoplasmose model de parasitologie
cours de toxoplasmose model de parasitologie
 
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdftoxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
 
4 cestodes
4 cestodes4 cestodes
4 cestodes
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaire
 
2005 Infections urinaires nosocomiales de l’adulte
2005 Infections urinaires nosocomiales de l’adulte2005 Infections urinaires nosocomiales de l’adulte
2005 Infections urinaires nosocomiales de l’adulte
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires
 
Endocardite infectieuse
Endocardite infectieuseEndocardite infectieuse
Endocardite infectieuse
 
Granulomes hépatiques
Granulomes hépatiquesGranulomes hépatiques
Granulomes hépatiques
 
PARASITOLOGIE_1.pptx
PARASITOLOGIE_1.pptxPARASITOLOGIE_1.pptx
PARASITOLOGIE_1.pptx
 
Externat
ExternatExternat
Externat
 
La goute 2
La goute 2La goute 2
La goute 2
 
Ifmt p13 cancers induits par les parasites
Ifmt p13 cancers induits par les parasitesIfmt p13 cancers induits par les parasites
Ifmt p13 cancers induits par les parasites
 
Corynébactéries
CorynébactériesCorynébactéries
Corynébactéries
 
Présentation1.pptx
Présentation1.pptxPrésentation1.pptx
Présentation1.pptx
 
Complément de Gastrologie
Complément de GastrologieComplément de Gastrologie
Complément de Gastrologie
 

Plus de S/Abdessemed

La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptxLa coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptxS/Abdessemed
 
les principales ordonnances en mycologieetparasitologie-131017142914-phpapp01...
les principales ordonnances en mycologieetparasitologie-131017142914-phpapp01...les principales ordonnances en mycologieetparasitologie-131017142914-phpapp01...
les principales ordonnances en mycologieetparasitologie-131017142914-phpapp01...S/Abdessemed
 
Parasitologie médicale..pdf
Parasitologie médicale..pdfParasitologie médicale..pdf
Parasitologie médicale..pdfS/Abdessemed
 
La microbiologie, de ses origines aux maladies emergentes
La microbiologie, de ses origines aux maladies emergentesLa microbiologie, de ses origines aux maladies emergentes
La microbiologie, de ses origines aux maladies emergentesS/Abdessemed
 
Les milieux de culture en Bactériologie
 Les milieux de culture en Bactériologie Les milieux de culture en Bactériologie
Les milieux de culture en BactériologieS/Abdessemed
 
Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...
Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...
Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...S/Abdessemed
 
Les infections génitales chez la femme
Les infections génitales chez la femmeLes infections génitales chez la femme
Les infections génitales chez la femmeS/Abdessemed
 
Le dosage de l’hémoglobine glyquée (hb a1c)
Le dosage de l’hémoglobine glyquée (hb a1c)Le dosage de l’hémoglobine glyquée (hb a1c)
Le dosage de l’hémoglobine glyquée (hb a1c)S/Abdessemed
 
La Numération des plaquettes
La Numération des plaquettesLa Numération des plaquettes
La Numération des plaquettesS/Abdessemed
 
Généralités sur le sérodiagnostic
Généralités sur le sérodiagnosticGénéralités sur le sérodiagnostic
Généralités sur le sérodiagnosticS/Abdessemed
 
Les Réactions Antigènes- Anticorps
Les Réactions  Antigènes- AnticorpsLes Réactions  Antigènes- Anticorps
Les Réactions Antigènes- AnticorpsS/Abdessemed
 
La cytologie urinaire
La cytologie urinaire La cytologie urinaire
La cytologie urinaire S/Abdessemed
 
Tout sur la bactériologie
Tout sur la bactériologieTout sur la bactériologie
Tout sur la bactériologieS/Abdessemed
 
Les Examens de laboratoire (valeurs normales et variations pathologique)
Les Examens de laboratoire (valeurs normales et variations pathologique)Les Examens de laboratoire (valeurs normales et variations pathologique)
Les Examens de laboratoire (valeurs normales et variations pathologique)S/Abdessemed
 
Sémiologie et vocabulaire médical
Sémiologie et vocabulaire médicalSémiologie et vocabulaire médical
Sémiologie et vocabulaire médicalS/Abdessemed
 

Plus de S/Abdessemed (20)

La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptxLa coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptx
 
les principales ordonnances en mycologieetparasitologie-131017142914-phpapp01...
les principales ordonnances en mycologieetparasitologie-131017142914-phpapp01...les principales ordonnances en mycologieetparasitologie-131017142914-phpapp01...
les principales ordonnances en mycologieetparasitologie-131017142914-phpapp01...
 
Parasitologie médicale..pdf
Parasitologie médicale..pdfParasitologie médicale..pdf
Parasitologie médicale..pdf
 
Le microscope
Le microscope Le microscope
Le microscope
 
La microbiologie, de ses origines aux maladies emergentes
La microbiologie, de ses origines aux maladies emergentesLa microbiologie, de ses origines aux maladies emergentes
La microbiologie, de ses origines aux maladies emergentes
 
Les milieux de culture en Bactériologie
 Les milieux de culture en Bactériologie Les milieux de culture en Bactériologie
Les milieux de culture en Bactériologie
 
Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...
Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...
Les examens biologiques qui permettent de faire le diagnostic de l’infection ...
 
Les infections génitales chez la femme
Les infections génitales chez la femmeLes infections génitales chez la femme
Les infections génitales chez la femme
 
Le dosage de l’hémoglobine glyquée (hb a1c)
Le dosage de l’hémoglobine glyquée (hb a1c)Le dosage de l’hémoglobine glyquée (hb a1c)
Le dosage de l’hémoglobine glyquée (hb a1c)
 
La Numération des plaquettes
La Numération des plaquettesLa Numération des plaquettes
La Numération des plaquettes
 
Généralités sur le sérodiagnostic
Généralités sur le sérodiagnosticGénéralités sur le sérodiagnostic
Généralités sur le sérodiagnostic
 
Les Réactions Antigènes- Anticorps
Les Réactions  Antigènes- AnticorpsLes Réactions  Antigènes- Anticorps
Les Réactions Antigènes- Anticorps
 
La cytologie urinaire
La cytologie urinaire La cytologie urinaire
La cytologie urinaire
 
Tout sur la bactériologie
Tout sur la bactériologieTout sur la bactériologie
Tout sur la bactériologie
 
L'incubateur
L'incubateurL'incubateur
L'incubateur
 
Le distillateur
Le distillateurLe distillateur
Le distillateur
 
Le bain marie
Le bain marieLe bain marie
Le bain marie
 
La Bactériologie
La BactériologieLa Bactériologie
La Bactériologie
 
Les Examens de laboratoire (valeurs normales et variations pathologique)
Les Examens de laboratoire (valeurs normales et variations pathologique)Les Examens de laboratoire (valeurs normales et variations pathologique)
Les Examens de laboratoire (valeurs normales et variations pathologique)
 
Sémiologie et vocabulaire médical
Sémiologie et vocabulaire médicalSémiologie et vocabulaire médical
Sémiologie et vocabulaire médical
 

Dernier

Syndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitement
Syndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitementSyndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitement
Syndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitementKhadija Moussayer
 
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...Aymen Masri
 
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptxCHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptxKawTar253413
 
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》rnrncn29
 
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdfAnatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdfssuser4a70ad1
 
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptxModule 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptxOuedraogoSoumaila3
 
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024benj_2
 

Dernier (7)

Syndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitement
Syndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitementSyndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitement
Syndrome de Di George : symptomes diagnostic et traitement
 
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
 
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptxCHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
 
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
 
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdfAnatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
 
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptxModule 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
 
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
 

Le kyste hydatique

  • 1. Par : S / Abdessemed
  • 2.  Le Kyste hydatique résulte du développement tissulaire de la larve ou hydatide d’un tænia échinocoque parasite à l’état adulte de l’intestin grêle des canidés. C’est une anthropozoonose cosmopolite, sévissant en zone d’élevage (ovins, bovins, caprins, porcins, camélidés, équidés, ...). L’échinococcose cystique est présente sur chaque continent sauf en Antarctique
  • 3.  On estime que plus d'un million de personnes sont touchées par l'échinococcose à tout moment.  L'OMS va valider d'ici à 2020 une série de stratégies efficaces de lutte contre l'échinococcose cystique.
  • 4.  Embranchement des Plathelminthes,  Classe des Cestodes,  Ordre des Cyclophylidés  Famille des Taeniidae  Echinococcus granulosus
  • 5.  Echinococcus granulosus est un petit taenia du chien (4 à 6 mm) ne comportant que 3 à 5 anneaux dont le dernier occupé par un utérus ramifié rempli d’œufs.  L'anneau terminal se détache activement du corps du parasite puis est éliminé dans le milieu extérieur. Ces vers sont présents en grand nombre dans l’intestin de l’hôte définitif, les canidés.
  • 6.  Elle se forme dans divers organes par la vésiculisation suivie d’une croissance progressive d’un embryon hexancanthe de 25 µm à 30 µm.  Au terme de son développement elle peut atteindre 10 cm à 15 cm de diamètre et de forme sphérique ou plus ou moins polylobée.  Le kyste est rempli d'un liquide hydatique contenant de nombreuses larves, appelées scolex de 150 à 200 µm.
  • 7.  Les scolex donneront de futures têtes de tænia portant quatre ventouses et une double couronne de 30 à 40 crochets.  Les scolex sont contenus dans le liquide directement ou dans des vésicules filles flottant dans le liquide hydatique.
  • 8.  Comme tous les ténias, il se déroule entre l’hôte définitif (les canidés) et l’hôte intermédiaire (plusieurs mammifères dont le mouton et accidentellement l’homme).  L'hôte définitif canin se contamine par ingestion (carnivorisme) de l’hydatide présente dans divers organes de l'hôte intermédiaire.  L’hôte intermédiaire s’est contaminé par ingestion d’œufs embryonnés (embryophores) éliminées dans le milieu extérieur par les tænias présents dans le tube digestif des canidés.
  • 9.  L’homme se contamine par l'ingestion d’embryophores (œufs sans coque externe) recueillis sur le pelage du chien ou de façon indirecte à partir d’aliments souillés par des fèces du chien infesté. L’homme constituant une impasse épidémiologique.
  • 10.  III.1 PHYSIOPATHOLOGIE :  L’embryon hexacanthe libéré dans le tube digestif, traverse la paroi intestinale, gagne par le système porte, le foie, les poumons et les autres points de l’organisme. Il s’arrête dans le premier filtre hépatique dans 50% à 60% des cas, puis dans le deuxième filtre pulmonaire dans 30% à 40% des cas et dans le reste de l'organisme (os, cerveau, thyroïde,...) dans 10% des cas. Il s’y développe lentement et devient un kyste hydatique.
  • 11.  Les manifestations pathologiques sont souvent très tardives et n'apparaissent que bien des années après l'infestation. Elles sont liées surtout aux complications dues à une fissuration, une rupture ou une surinfection du kyste lui-même ou à une compression anatomique de voisinage du fait de sa masse importante.
  • 12.  Lors de la rupture spontanée ou provoquée d’un kyste hydatique, le déversement massif du liquide hydatique provoque dans l’immédiat un choc anaphylactique souvent mortel et la libération des scolex et des vésicules génère d’autres kystes hydatiques secondaires (échinococcose secondaire) posant un véritable problème thérapeutique. En tout cas, chaque scolex de l’hydatide dévoré par un canidé, donnera naissance à un tænia échinocoque adulte dans son intestin grêle.
  • 13.  III.2 CLINIQUE :  Elles dépendent de la localisation de cette tumeur parasitaire liquidienne.  III.2.1 Hydatidose hépatique :  - La latence clinique silencieuse est longue  - Le syndrome tumoral parasitaire se traduit par une hépatomégalie isolée, indolore.
  • 14.  - La compression biliaire ou vasculaire provoque un ictère ou une hypertension portale et diverses autres manifestations pathologiques.  - La fissuration ou la rupture entraîne dans l’immédiat une réaction allergique simple ou un choc anaphylactique souvent mortel et/ou plus tardivement une échinococcose secondaire locale, loco-régionale ou générale à pronostic sombre.  - Le kyste infecté évolue par ailleurs comme un abcès du foie
  • 15.  III.2.2. Hydatidose pulmonaire :  - Primitive ou secondaire la latence clinique est moins longue. Les cas simples se traduisent par une toux, dyspnée ou hémoptysie impliquant une radiographie pulmonaire qui fait le diagnostic.  - Les complications de même ordre s’observent, en particulier une rupture dans une bronche entraînant la classique vomique hydatique contenant des vésicules filles en grains de chasselas sucés.
  • 16.  III.2.3 Autres localisations :  Le syndrome tumoral se révèle précocement dans la localisation cérébrale ou oculaire. Par contre l’absence réactionnelle de l’os laisse le plus souvent évoluer l’hydatide de façon envahissante provoquant des fractures pathologiques spontanées. Dans ces cas là , le kyste ne prend pas la forme classique d’un kyste sphérique liquidien et son aspect est pseudo-tumorale et racémeux.
  • 17.  IV.1 DIAGNOSTIC PAR IMAGERIE MÉDICALE :  L’échographie, la tomodensitométrie (scanner), l’imagerie par résonance magnétique (I.R.M.) tentent à remplacer les anciennes méthodes et fournissent un bilan radiologique essentiel avant toute intervention chirurgicale. Il établit avec précision la localisation, la taille ainsi que le nombre des kystes. Il assure également le suivi post- thérapeutique par la mise en évidence de l’affaissement des kystes sous l’effet du traitement.
  • 18.  IV.2 DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE :  La phase d’invasion et d’installation de cette cestodose larvaire tissulaire provoque très certainement une hyperéosinophilie sanguine élevée. Cependant l’absence habituelle des manifestations pathologiques d’appel enlève toute sa valeur diagnostique. A la phase de kyste hydatique constitué, ce signe biologique passe à la normale comportant à la rigueur une fluctuation liée au degré de fissuration de la paroi kystique.
  • 19.  Une compression des voies biliaires avec ictère se traduit par une augmentation du taux sanguin de la bilirubine (totale et conjuguée).  Une infection bactérienne d’une hydatidose pulmonaire s’accompagne d’une leucocytose à polynucléaire neutrophile.
  • 20.  IV.3 DIAGNOSTIC PARASITOLOGIQUE DIRECT :  Il convient de rappeler avec insistance qu’il est absolument interdit de ponctionner un kyste suspect en vue d’établir un diagnostic parasitologique.  Ses indications sont précises : - ponction per-opératoire - vomique hydatique - examen macroscopique et microscopique (histologique) des pièces opératoires.  Il apporte l’élément de certitude par la mise en évidence de scolex caractéristiques ou de crochets.
  • 21.  IV.4 DIAGNOSTIC IMMUNOLOGIQUE :  Il s'agit de l'élément clé du diagnostic de l'hydatidose.  Il se base sur l’emploi de techniques d’immunofluorescence peu reproductible et/ou de techniques immunoenzymatiques commerciales employant un antigène total, le liquide hydatique.
  • 22.  Toutefois, l’interprétation des résultats sérologiques doit restée prudente :  - Un résultat négatif ne permet jamais d’exclure une hydatidose.  - Un résultat positif n’est pas à l’abri des réactions croisées (autres cestodoses larvaires, autres parasitoses, hépatopathies associées...). C’est la raison pour laquelle il est recommandé d’employer des techniques de confirmation comme l’immunoblot permettant de visualiser un profil spécifique à cette échinococcose.
  • 23.  Enfin signalons que la plupart de ces techniques sérologiques pourraient s’appliquer également à titrer les anticorps dans le L.C.R. en cas de localisation cérébral du K.H.
  • 24.  V.1 TRAITEMENT :  Le traitement est essentiellement chirurgical ou par ponction aspiration sous échographie guidée.  Un traitement à l'albendazole est nécessaire avec ou sans chirurgie (ESKAZOLE ® à 15mg/kg/j)
  • 25.  V.2 PROPHYLAXIE :  - Déparasitage des chiens de chasse aux chiens errants  - Saisie et destruction des viscères d'animaux de boucherie infestés, abolition des abattages sauvages ou rituels  - Eviter la promiscuité avec les chiens (caresses, chiens intra domiciliaires)  - Les campagnes de sensibilisation du grand public
  • 26.  - L'échinococcose cystique est une maladie évitable car des espèces animales domestiques en sont les hôtes définitifs et intermédiaires. Il a été démontré que la vermifugation périodique du chien, l'amélioration de l'hygiène lors de l'abattage (y compris la destruction appropriée des abats infectés) et les campagnes de sensibilisation du grand public permettaient de réduire et, dans les pays à revenu élevé, de prévenir la transmission, et d'atténuer la charge de morbidité chez l'homme.