Salwa	  Majouji	                          ...
                                                                                                                          ...
 américain	   a	   ainsi	   voulu	   célébrer	   toutes	   les	   personnes	   qui	   contribuent	   à	   la	   croissance...
 des	  profondes	  mutations	  au	  sein	  de	  leur	  profession.	  	  Pour	  se	  démarquer	  à	  long	  terme,	  ils	  ...
 la	  production	  de	  l’information	  à	  travers	  des	  espaces	  de	  communication	  qui	  encouragent	  le	  conten...
 Si	  à	  ses	  débuts	  les	  utilisateurs	  de	  Twitter	  se	  servaient	  de	  cet	  outil	  pour	  étayer	  leurs	  é...
                                                                                                                          ...
 public	   d’avoir	   accès	   à	   l’information	   en	   temps	   réel.	   Les	   premières	   photos	   des	   décombre...
 	  Les	   médias	   et	   réseaux	   sociaux	   permettent	   au	   plus	   grand	   nombre	   de	   devenir	   des	  cré...
 Toute	   une	   stratégie	   avait	   été	   déployée,	   augmentant	   la	   visibilité	   du	   candidat	   et	  permet...
 Sur	  ce	  thème,	  fort	  passionnant,	  et	  qui	  est	  encore	  à	  ses	  balbutiements,	  il	  est	  possible	  de	 ...
 	  Pendant	   le	   printemps	   arabe,	   j’ai	   suivi	   avec	   beaucoup	   d’attention	   le	   cours	   des	  événe...
 Aujourd’hui	  nous	  sommes	  informés	  en	  temps	  réel.	  Attendre	  le	  Téléjournal	  de	  18	  h	  ou	  La	  Press...
 aucun	   doute	   celles	   du	   web	   social.	   À	   nous	   maintenant	   d’utiliser	   judicieusement	   ces	  outi...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Twitter ou la révolution en 140 caractères

467 vues

Publié le

Essai produit dans le cadre du cours Internet et relations publiques

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
467
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Twitter ou la révolution en 140 caractères

  1. 1.   Salwa  Majouji                             Twitter  ou  la  révolution  en  140  caractères               Travail  remis  à   Monsieur  Patrice  Leroux       Dans  le  cadre  du  cours  REP2400   Internet  et  relations  publiques                               Certificat  de  relations  publiques   Faculté  d’éducation  permanente   Université  de  Montréal     Automne  2011  
  2. 2.   Twitter  ou  la  révolution  en  140  caractères    Les   réseaux   et   médias   sociaux   sont   une   véritable   révolution   dans   le   monde   des  communications   modernes.   Devenus   incontournables,   ils   sont   de   plus   en   plus  omniprésents   dans   nos   vies   personnelles   et   professionnelles.   Ils   connaissent   une  popularité  qui  ne  se  dément  pas,  et  ce,  partout  sur  la  planète.  La  preuve?  Voici  quelques  chiffres  pour  illustrer  cette  affirmation  (2010)1  :     § Facebook  :  500  millions  d’utilisateurs     § Blogueurs  :  plus  de  141  millions   § Twitter  :  quelque  25  millions  d’utilisateurs   § Wikipédia  :  10  millions  d’articles  publiés    On   s’en   doute,   le   Québec   ne   fait   pas   exception   à   la   règle.   Comme   le   souligne   une   étude  récente  publiée  par  le  CEFRIO,  «  plus  des  trois  quarts  (78  %)  des  internautes  québécois  ont   fréquenté   ou   ont   contribué   au   contenu   d’au   moins   un   média   social,   qu’il   s’agisse   de  réseaux   sociaux   (sites   de   réseautage   tels   Facebook),   de   blogues   ou   de   microblogues  (tels  que  Twitter).  Ce  sont  dailleurs  les  réseaux  sociaux  qui  ont  enregistré  les  plus  forts  taux  de  croissance  :  en  effet,  la  participation  des    internautes  à  ce  chapitre  est  passée  de  34  %   en   2009   à   48  %   en   2010,   soit   une   augmentation   de   41  %  »2.   Les   internautes   ont  manifestement   développé   de   nouvelles   manières   d’utiliser   Internet   et   sont   donc  devenus  une  nouvelle  source  d’influence.    En   2006,   le   célèbre   magazine   Time,   qui   détermine   depuis   1927   la   personnalité   de  l’année,   a   arrêté   son   choix   sur   l’internaute,   titrant   ainsi   sa   Une  :   Person   of   the   Year  :  YOU.   Yes,   you   control   the   Information   Age.   Welcome   to   your   world.   «  Le   magazine                                                                                                                    CEFRIO  (2010)  L’explosion  des  médias  sociaux  au  Québec,  page  4  1  Idem  2   1  
  3. 3.  américain   a   ainsi   voulu   célébrer   toutes   les   personnes   qui   contribuent   à   la   croissance  phénoménale   de   contenus   dans   Internet,   que   ce   soit   avec   les   blogues   ou   les   sites  comme  YouTube  et  MySpace3  ».    Une  du  Time,  décembre  2006      On  ne  peut  donc  plus  faire  abstraction  de  cette  réalité,  qui  nécessairement  bouleverse  bien   des   professions   et   la   façon   de   produire   et   consommer   l’information.   On   parle   de  webacteur.   Les   utilisateurs   d’Internet   jadis   naviguaient   sur   le   web,   glanaient   des  informations;   ils   n’étaient   pas   appelés   à   participer,   à   réagir   au   contenu   qui   leur   était  proposé.  D’acteur  passif,  l’internaute  est  devenu  webacteur.  Un  internaute  qui  participe  au  contenu.4      Les   médias   traditionnels   n’ont   plus   le   monopole   de   la   création   de   contenu   et  d’information.   Ils   doivent   désormais   partager   l’espace,   se   repositionner,   et   actualiser  leurs  manières  de  faire  en  fonction  du  développement  des  technologies,  et  surtout,  de  l’utilisation  qu’en  font  les  citoyens  et  consommateurs.  Les  journalistes  sont  confrontés  à                                                                                                                  3  Radio-­‐Canada.  «  Personnalité  de  l’année  2006.  «  Vous  »,  dit  le  Time  »  Article  disponible  en  ligne  http://www.radio-­‐canada.ca/nouvelles/International/2006/12/16/010-­‐time-­‐personnalite-­‐2006.shtml4  Communication  8020.  D’internautes  à  webacteurs:  le  web  n’appartient  plus  aux  corporations,  Article  disponible  en  ligne  :    http://www.communication-­‐8020.com/blogue8020/2009/02/23/internautes-­‐a-­‐webacteurs-­‐le-­‐web-­‐nappartient-­‐plus-­‐aux-­‐corporations   2  
  4. 4.  des  profondes  mutations  au  sein  de  leur  profession.    Pour  se  démarquer  à  long  terme,  ils  doivent  créer  du  contenu  à  valeur  ajoutée.    L’arrivée   d’Internet   a   nettement   modifié   la   manière   dont   on   s’informe.   En   2009,   un  sondage   SOM/Branchez-­‐vous   nous   apprend   que   la   proportion   des   Québécois   qui   avait  Internet   comme   source   première   d’information   est   passée   de   8  %   en   2004   à   30  %   en  2009.   Chez   les   25-­‐34   ans,   cette   proportion   atteint   46  %.   La   télévision,   la   radio   et   la  presse  écrite  ont  toutes  connu  des  reculs.      Néanmoins,  les  réflexes  journalistiques  doivent  demeurer,  et  la  rigueur  et  l’éthique  ne  doivent   pas   céder   le   pas   à   une   surenchère   de   l’information.   Les   journalistes   doivent  donc  encore  et  toujours  vérifier  leurs  sources,  s’assurer  de  la  véracité  du  contenu  et  de  la  qualité  des  informations  qu’ils  mettent  en  ligne.    L’accès  à  l’information,  tout  comme  sa  diffusion  sont  devenus  possibles  pour  tous.  On  assiste  à  une  véritable  démocratisation  de  l’information.    Les   réseaux   sociaux   sont   dans   la   logique   de   la   dynamique   participative,   on   doit   donc  revoir   les   modèles   traditionnels   de   communication   qui   sont   statiques  :   un   émetteur  envoie  un  message  à  un  récepteur.  La  communication  n’est  plus  à  sens  unique;  elle  est  désormais   bidirectionnelle.   «  Le   Web   2.0   renferme   un   énorme   potentiel   pour   la  démocratisation   de   la   communication.   Les   groupes   sociaux   qui   étaient  traditionnellement  exclus  des  canaux  de  communication  peuvent  désormais  participer  à     3  
  5. 5.  la  production  de  l’information  à  travers  des  espaces  de  communication  qui  encouragent  le  contenu  généré  par  l’utilisateur  »5.    La  communication  se  fait  désormais  en  temps  réel,  et  les  réactions  aussi.  C’est  la  beauté  de  la  chose.  Et  son  danger  aussi.      Et  Twitter  dans  tout  ça?  En   2011,   Twitter   fêtait   son   5e   anniversaire.   Depuis   le   premier   gazouillis   (la   version  française  du  mot  tweet)  envoyé  par  Jack  Dorsey  (@jack),  cofondateur  de  Twitter  (le  21  mars  2006),  les  choses  ont  bien  évolué.  En  2011,  on  évalue  la  valeur  de  Twitter  à  près  de  huit  milliards  de  dollars6!    Entre  2006  et  2011,  Twitter  a  conquis  plus  de  200  millions  d’adeptes  à  travers  le  monde.  On   estime   à   140   millions   le   nombre   de   messages   envoyé   quotidiennement.   Et   chaque  jour  qui  passe  voit  l’ajout  de  460  000  nouveaux  inscrits  à  travers  le  monde.    Twitter,  c’est  une  plate  forme  de  microbloguage  qui  limite  les  envois  à  140  caractères.  L’esprit  de  synthèse  et  de  concision  y  est  donc  de  mise.        Toute  une  série  de  codes  a  été  élaborée  au  fil  du  temps.  Un  véritable  langage  propre  à  cette  plate-­‐forme.                                                                                                                    5  UNESCO.  Le  PIDC  soutient  la  formation  au  journalisme  2.0  des  professionnels  des  médias  latino-­‐américains  Communiqué  émis  le  12  février  2010  6  Brousseau-­‐Pouliot,  Vincent.  «  7,7  milliards  de  dollars  pour  140  caractères  ?  «    dans  La  Presse,  19  mars  2011  Article  disponible  en  ligne  http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/technologie/201103/19/01-­‐4381116-­‐77-­‐milliards-­‐de-­‐dollars-­‐pour-­‐140-­‐caracteres.php   4  
  6. 6.  Si  à  ses  débuts  les  utilisateurs  de  Twitter  se  servaient  de  cet  outil  pour  étayer  leurs  états  d’âme  et  raconter  leur  vie,  les  choses  ont  depuis  beaucoup  changé.  L’utilisation  que  l’on  fait   de   Twitter   est   désormais   beaucoup   plus   songée.   À   un   point   tel   que   les  communicateurs   développent   désormais   des   stratégies   de   réseaux   sociaux   à   intégrer  dans  les  plans  de  communication.  C’est  dire  leur  importance  sans  cesse  grandissante.    Cette   plate-­‐forme   est   donc   devenue   incontournable   pour   bien   des   professions,   à  commencer   par   le   journalisme,   le   marketing   et   les   relations   publiques   qui   ont   toutes  dû  apprendre   à   l’utiliser   de   manière   optimale.   Il   serait   désormais   inconcevable   pour  l’industrie  des  médias  de  ne  pas  être  présente  sur  Twitter.      Quelques  exemples  du  rôle  que  peut  jouer  Twitter  L’information,  les  photos  et  vidéo  circulent  désormais  avant  même  que  les  journalistes  ne   soient   sur   place.   L’information   est   relayée   sur   les   réseaux   sociaux   avant   d’être  reprise  par  les  médias  traditionnels.  Ce  fut  le  cas  lors  de  l’amerrissage  d’un  Airbus  sur  la  rivière  Hudson  en  2009.  Alors  qu’aucun  journaliste  ne  se  trouvait  sur  place  à  ce  moment  précis,   un   utilisateur   de   Twitter,   Janis   Krums   (@jkrums),   a   utilisé   cette   plate-­‐forme   pour  envoyer  ce  message  Theres  a  plane  in  the  Hudson.  Im  on  the  ferry  going  to  pick  up  the  people.  Crazy.  Il  a  du  même  coup  envoyé  une  photo  de  l’avion.  Le  message  et  la  photo  ont   été   relayés   à   des   milliers   d’autres   personnes.   Les   médias   traditionnels   ont   même  utilisé   cette   photo   pour   illustrer   leurs   articles.   Quelque   trente   de   minutes   plus   tard,  l’auteur  du  tweet  était  interviewé  par  un  réseau  télévisé  américain.  C’est  ce  qu’on  peut  appeler  du  journalisme  citoyen.     5  
  7. 7.    @jkrums  Theres  a  plane  in  the  Hudson.    Im  on  the  ferry  going  to  pick  up  the  people.  Crazy.  En  2009,  lors  des  manifestations  en  Iran  suite  aux  élections  C’est  ainsi  que  nous  avons  appris  la  mort  de  Neda,  devenue  depuis  symbole  de  ces  manifestations.  «  La  jeune  fille  est   décédée   dans   les   bras   de   son   père   et   surtout,   devant   la   caméra   basse   résolution  dun  téléphone  portable.  Immédiatement,  la  vidéo  de  sa  mort  brutale  a  été  postée  sur  Youtube,  Facebook  et  Twitter.  Les  réseaux  sociaux,  déjà  suspendus  aux  lèvres  de  la  vox  populi   iranienne   et   de   ses   slogans,   ont   réagi   de   manière   épidermique   aux   images  »7.  C’est  ainsi  qu’apparut  le  slogan  La  révolution  ne  sera  pas  télévisée,  elle  sera  twitterisée  «  [résumant]   lopposition   entre   la   supposée   lenteur   des   médias   traditionnels   et   la  réactivité  dInternet  »8.    En   janvier   2009,   le   séisme   en   Haïti  a   été   une   nouvelle   occasion   de   découvrir   les  possibilités  qu’offrent  les  réseaux  et  médias  sociaux.  Peu  de  temps  après  que  la  terra  ait  tremblé,  les  communications  outremer  avec  Haïti  n’étaient  possibles  que  par  Internet.  Twitter,   Skype   et   Facebook   ont   été   des   outils   qui   ont   permis   aux   journalistes   et   au                                                                                                                  7  Tesquet,  Olivier.  «  Neda,  martyre  2.0  »  dans  L’Express,  22  juin  20098  Mouillard,  ylvain.  «  Iran,  la  révolution  Twitter  ?  dans  Libération,  5  juin  2009   6  
  8. 8.  public   d’avoir   accès   à   l’information   en   temps   réel.   Les   premières   photos   des   décombres  ont   été   prises   depuis   des   téléphones   portables   et   relayées   par   les   utilisateurs   de  Twitter.   En   quelques   heures,   les   images   faisaient   le   tour   de   la   planète.   Le   premier   à  avoir  envoyé  un  message  à  ce  sujet  et  des  images  de  la  catastrophe  fut  l’animateur  de  radio  et  de  télévision  haïtiennes,  Carel  Pedre  (@carelpedre).  Capture  d’écran  du  compte  Twitter  de  Carel  Pedre  Source  :  Le  monde  de  la  photo    www.lemondedelaphoto.com/Twitter-­‐premiere-­‐source-­‐d-­‐images,2882.html      Dans   le   cas   des   révolutions   en   Tunisie   et   en   Égypte   le   rôle   des   médias   sociaux,   et   de  Facebook  et  Twitter  en  particulier  est  indéniable.  Il  faut  toutefois  se  garder  d’attribuer  les   soulèvements   populaires   aux   réseaux   sociaux.   Le   jour   où,   à   Sidi   Bouzid,  Mouhammed   Bouazizi   a   décidé   de   s’immoler   par   le   feu,   ce   fut   avant   tout   un   geste   de  désespoir.   Le   rôle   des   médias   sociaux   est   plutôt   d’avoir   permis   aux   gens,   en   Tunisie  comme   ailleurs,   de   connaître   ce   qui   se   passait   alors   dans   ce   pays,   images   et   vidéos   à  l’appui.   Ce   fut   aussi   un   formidable   outil   de   logistique   et   d’organisation.   Twitter   aura  plutôt  servi  comme  moyen  d’organisation  de  la  révolte  et  non  pas  comme  catalyseur  de  la  révolte  populaire,  comme  certains  voudraient  bien  nous  le  faire  croire.     7  
  9. 9.    Les   médias   et   réseaux   sociaux   permettent   au   plus   grand   nombre   de   devenir   des  créateurs   de   contenu,   d’information   et   de   conversations.   Ils   peuvent   participer   aux  débats,   échanger   avec   des   personnes   de   partout   sur   la   planète,   se   mobiliser,   comme   on  le  voit  actuellement  avec  le  mouvement  Occupy  Wall  Street.    Néanmoins,  force  est  de  constater  qu’à  l’heure  actuelle,  la  majorité  des  utilisateurs  des  réseaux   sociaux   utilisent   ces   derniers   dans   le   but   de   socialiser,   davantage   que   pour  produire  et  mettre  en  ligne  du  contenu.  À  cet  effet,  je  me  permettrai  de  citer  à  nouveau  l’étude   du   CEFRIO   dans   laquelle   on   retrouve   les   principales   motivations   citées   par   les  internautes,  quant  à  l’utilisation  qu’ils  font  des  réseaux  sociaux.   • Socialiser  avec  ses  amis  37  %   • Rétablir  ou  garder  le  contact  avec  d’anciens  amis  25  %   • Se  divertir  14  %   • Rechercher  et  partager  de  l’information  8  %   • Afficher  des  photos  et  diffuser  des  vidéos  3  %   • Échanger  à  des  fins  professionnelles  4  %   • Partager  ses  centres  d’intérêt  et  ses  passions  3  %   • Rencontrer  de  nouvelles  personnes  4  %    On   constate   donc   avec   ces   chiffres   que   la   création   de   contenu   par   les   internautes  demeure  un  phénomène  marginal…  pour  le  moment.    Twitter  :  désormais  incontournable  dans  les  campagnes  électorales    Twitter   a   même   investi   le   champ   du   politique!   En   2008,   lors   de   la   campagne  présidentielle   américaine,   Obama   a   utilisé   cette   plate-­‐forme   pour   faire   connaitre   sa  plate-­‐forme  électorale,  pour  amasser  des  dons,  et  pour  recruter  de  nouveaux  membres.     8  
  10. 10.  Toute   une   stratégie   avait   été   déployée,   augmentant   la   visibilité   du   candidat   et  permettant   de   rejoindre   et   mobiliser   un   public   plus   jeune.     Au   lendemain   de   sa   victoire,  il   tweetait   ceci  :   We   just   made   history.   All   of   this   happened   because   you   gave   your   time,  talent  and  passion.  All  of  this  happened  because  of  you.  Thanks.    Et   visiblement,   l’équipe   d’Obama   prépare   déjà   le   terrain   pour   l’élection   de   2012.   En  effet,   en   juin   dernier,   Obama   est   devenu   le   premier   président   qui   live-­‐tweet  (l’équivalent   du   clavardage   pour   Twitter).   En   utilisant   le   mot-­‐clic 9  #AskObama   les  internautes   ont   pu   poser   au   président   diverses   questions   ayant   trait   à   l’économie,  l’emploi,   l’éducation,   la   santé,   etc.   Au   total,   ce   sont   près   de   170   000   questions   qui   lui  ont   été   posées!   On   peut   d’ailleurs   encore   s’y   référer   puisque   le   site   Internet  http://askobama.twitter.com   encore   en   ligne   nous   permet   de   visionner   la   vidéo   où  Obama  répond  aux  questions  et  lire  les  tweets  envoyés  sous  le  mot-­‐clic.    Il   semble   que   désormais,   les   campagnes   politiques   ne   peuvent   plus   se   passer   des  réseaux   sociaux.   Partout,   les   hommes   et   femmes   politiques   tentent   d’établir   un  dialogue   avec   les   électeurs.   Ce   fût   le   cas   au   Canada   lors   des   dernières   élections  fédérales  et  ce  sera  le  cas  sans  aucun  doute  lors  de  la  campagne  présidentielle  française  qui   aura   lieu   l’an   prochain.   Déjà,   la   bataille   est   amorcée   et   les   candidats   cherchent   à  reproduire  le  modèle  qui  a  permis  à  Obama  de  gagner  la  faveur  des  Américains  au  point  où  ces  derniers  l’ont  élu  président.                                                                                                                  9  Mot-­‐clic  est  la  version  québécoise  de  hashtag.  Il  permet  de  de  faire  du  référencement  dans  Twitter.  Sur  ce  sujet,  on  peut  lire  l’article  de  Fabien  Deglise  paru  dans  Le  Devoir.  Hashtag  ou  mot-­‐clic?  http://www.ledevoir.com/opinion/blogues/les-­‐mutations-­‐tranquilles/316992/hashtag-­‐ou-­‐mot-­‐clic   9  
  11. 11.  Sur  ce  thème,  fort  passionnant,  et  qui  est  encore  à  ses  balbutiements,  il  est  possible  de  consulter   le   site   Internet   (français)   Élus   2.0   qui   recense   l’utilisation   d’Internet   par   les  personnalités   politiques   et   son   impact   sur   la   politique.   Le   site   dépasse   les   frontières  françaises  et  présente  ce  qui  se  passe  partout  dans  le  monde  à  ce  sujet.    Et  moi,  et  moi  et  moi!  J’ai   rejoint   les   rangs   des   twittos   (utilisateurs   de   Twitter)   il   y   a   près   de   deux   ans  maintenant.  Il  est  rare  qu’une  journée  se  termine  sans  que  je  n’ai  consulté  au  moins  une  à  deux  fois  mon  compte.  J’avoue  même  avoir  résisté  à  la  vague  et  retardé  mon  entrée  dans  les  rangs,  ne  comprenant  pas  trop  à  quoi  cet  outil  pouvait  servir.    Mon   utilisation   a   beaucoup   évolué   depuis   mes   débuts.   Elle   est   maintenant   autant  personnelle   et   professionnelle.   Avec   le   temps,   j’ai   compris   les   nombreux   avantages  qu’une  telle  présence  me  procurait.      Sur  le  plan  personnel  Twitter  m’a  permis  de  connaitre  des  personnes  avec  qui  je  partage  beaucoup  d’intérêts.  Certaines  personnes  avec  qui  j’ai  même  traversé  la  frontière  du  monde  virtuel  pour  les  rencontrer   dans   le   monde   réel.   Je   suis   abonnée   à   des   comptes   très   divers  :   des  journalistes,   des   organismes   communautaires,   des   politiciens,   des   étudiants,   des  artistes,   etc.   Toutes   ces   personnes   m’alimentent   au   quotidien.   Beaucoup   d’entre   elles  sont  très  inspirantes.  Je  me  surprends  même  à  demander  conseil  à  des  personnes  que  je  ne   connais,   dans   les   faits,   pas   du   tout.   Et   beaucoup   d’entre   elles,   très   généreuses,  offrent  des  réponses  à  mes  questionnements.       10  
  12. 12.    Pendant   le   printemps   arabe,   j’ai   suivi   avec   beaucoup   d’attention   le   cours   des  événements  en  Égypte  et  en  Tunisie.  D’origine  tunisienne,  c’est  avec  beaucoup  d’intérêt  que  je  me  suis  intéressée  à  ce  qui  se  passait  au  pays  de  mes  ancêtres.  Ceux  qui  n’étaient  pas  en  Tunisie  à  ce  moment  pouvaient  suivre,  en  temps  réel,  l’évolution  de  la  situation.  Ce  fut  mon  cas.  J’étais  littéralement  branchée  sur  les  différents  mots-­‐clic  en  lien  avec  ce  qui   passait   là-­‐bas.   C’est   par   Twitter   que   j’ai   appris,   avant   même   qu’aucun   journal   ne  dévoile  l’information,  que  Ben  Ali  avait  quitté  le  pays.      Sur  le  plan  professionnel  Tous  les  matins,  je  me  branche  sur  mon  compte  pour  voir  les  grands  titres  des  journaux,  pour  connaitre  l’actualité  du  moment.  Twitter,  c’est  aussi  un  peu  mon  fil  de  presse.  Je  vois   les   articles   des   différents   médias   que   je   consulte   pour   ensuite   déterminer   ceux   que  je   lirai   avant   de   me   rendre   au   boulot   (ou   sur   le   chemin,   en   utilisant   mon   téléphone  intelligent).  J’arrive  au  travail  avec  une  longueur  d’avance.  Je  connais  les  sujets  du  jour  et   j’ai   jeté   un   œil   aux   communiqués   émis   dans   les   heures   précédentes.   C’est   un   outil   de  veille  qui  m’est  devenu  absolument  indispensable  pour  mon  travail.    Étonnamment,   je   n’ai   pas   accès   à   Twitter   dans   le   cadre   de   mon   travail.   L’organisation  pour   laquelle   je   travaille   semble   bien   réfractaire   à   autoriser   les   employés   à   naviguer   sur  les   réseaux   sociaux,   peu   importe   leur   nature.   Cela   s’explique   sans   doute   par   une  méconnaissance  de  la  chose,  et  par  la  crainte  de  voir  les  employés  y  perdre  beaucoup  de  temps.  Pourtant  une  plate-­‐forme  comme  Twitter,  si  elle  est  utilisée  intelligemment,  peut  apporter  beaucoup  au  travail.       11  
  13. 13.  Aujourd’hui  nous  sommes  informés  en  temps  réel.  Attendre  le  Téléjournal  de  18  h  ou  La  Presse   ou   Le   Devoir   du   lendemain   pour   se   tenir   informé,   c’est   déjà   être   en   retard.  L’accès  à  Twitter  nous  permet  d’être  à  l’affut,  presque  au  moment  où  elle  survient,  de  la  nouvelle.  Dans  une  organisation  publique  comme  la  mienne,  cela  est  très  précieux.  On  gagne   beaucoup   de   temps   et   peut   réagir   rapidement   pour   régler   une   situation   ou  répondre  aux  critiques  et  questions  des  citoyens.      J’ai   aussi   appris   à   partager   des   informations   avec   des   collègues   de   différents  départements.  Nous  nous  alimentons  mutuellement,  connaissant  les  préoccupations  et  champs  d’intérêt  des  uns  et  des  autres.  Cela  crée  une  collaboration  intéressante.  Il  y  a  même   quelques   collègues   avec   qui   je   tweete   et   que   je   n’ai   jamais   rencontrés   dans   le  monde  réel!    Twitter  m’aura  aussi  permis  de  suivre,  à    plusieurs  reprises,  le  mot-­‐clic  d’une  conférence  qui  m’intéresse  et  à  laquelle  je  ne  pouvais  participer,  de  connaître  les  activités  de  mes  partenaires,  d’être  au  courant  de  ce  qui  se  passe  ici  comme  ailleurs  sur  des  sujets  très  variés  et  liés  à  mon  travail.    Conclusion  Nous   vivons   une   époque   formidable   où   le   développement   sans   cesse   continu   des  médias   et   réseaux   sociaux   nous   offre   des   occasions   de   devenir   chaque   jour   plus  informés.   Pour   la   femme   curieuse   que   je   suis,   cela   constitue   toute   une   révolution.  L’information   est   à   portée   de   mains.   Les   gens   aussi.   Les   années   à   venir   seront   sans     12  
  14. 14.  aucun   doute   celles   du   web   social.   À   nous   maintenant   d’utiliser   judicieusement   ces  outils,  dans  notre  vie  personnelle  comme  dans  notre  vie  personnelle.          Bibliographie    CEFRIO  (2010).  L’explosion  des  médias  sociaux  au  Québec,  NetTendances  2010,  volume  1,  numéro  1,  Montréal,  18  p.    Étude  disponible  en  ligne  :  www.cefrio.qc.ca/fileadmin/documents/Publication/NETendances-­‐Vol1-­‐1.pdf    Radio-­‐Canada.   «  Personnalité   de   l’année   2006.   «  Vous  »,   dit   le   Time  »   Article   mis   en   ligne   le   16  décembre  2006  Article  disponible  en  ligne  :  www.radio-­‐canada.ca/nouvelles/International/2006/12/16/010-­‐time-­‐personnalite-­‐2006.shtml    Communication  8020.  D’internautes  à  webacteurs:  le  web  n’appartient  plus  aux  corporations  Article  disponible  en  ligne  :  www.communication-­‐8020.com/blogue8020/2009/02/23/internautes-­‐a-­‐webacteurs-­‐le-­‐web-­‐nappartient-­‐plus-­‐aux-­‐corporations    UNESCO.  Le  PIDC  soutient  la  formation  au  journalisme  2.0  des  professionnels  des  médias  latino-­‐américains  Communiqué  émis  le  12  février  2010    Brousseau-­‐Pouliot,  Vincent.  «  7,7  milliards  de  dollars  pour  140  caractères  ?  «    dans  La  Presse,  19  mars  2011    Article  disponible  en  ligne  :  lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/technologie/201103/19/01-­‐4381116-­‐77-­‐milliards-­‐de-­‐dollars-­‐pour-­‐140-­‐caracteres.php    Tesquet,  Olivier.  «  Neda,  martyre  2.0  »  dans  L’Express,  22  juin  2009  Article  disponible  en  ligne  :  www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-­‐orient/neda-­‐martyre-­‐2-­‐0_769146.html    Mouillard,  Sylvain.  «  Iran,  la  révolution  Twitter  ?  »  dans  Libération,  5  juin  2009  Article  disponible  en  ligne  :  www.liberation.fr/monde/0101574203-­‐iran-­‐la-­‐revolution-­‐twitter      Pour  aller  plus  loin    Blanc,  Michèle.  Les  médias  sociaux  101.  Le  réseau  mondial  des  beaux-­‐frères  et  des  belles-­‐sœurs,  Les  Éditions  Logiques,  Montréal,  2010      Collard,  Nathalie.  «  L’histoire  de  Twitter  en  (un  peu  plus  de)  140  caractères  »  dans  La  Presse,  19  mars  2011  Article  disponible  en  ligne  :  technaute.cyberpresse.ca/dossiers/le-­‐phenomene-­‐twitter/201103/19/01-­‐4381094-­‐lhistoire-­‐de-­‐twitter-­‐en-­‐un-­‐peu-­‐plus-­‐de-­‐140-­‐caracteres.php    Lebeuf,  Sophie-­‐Hélène.  «  Twitter  :  micro-­‐blogue,  maxi-­‐croissance  »    Article  mis  à  jour  le  23  mars  2009    Article  disponible  en  ligne  :  www.radio-­‐canada.ca/nouvelles/societe/2009/03/19/001-­‐Twitter-­‐Accueil.shtml     13  

×