40 jours de prière 2013

2 443 vues

Publié le

Retrouvez 40 méditations pour 40 jours de prière.

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 443
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
22
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

40 jours de prière 2013

  1. 1. GuyEmylSAXEMARD 2013 40joursdeprière Retrouvez dans cette compilation les textes des 40 jours de prière.
  2. 2. Jour 1 Faim et soif de la Parole de Dieu Texte de base « Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, l‟Éternel, Où j‟enverrai la famine dans le pays, Non pas la disette du pain et la soif de l‟eau, Mais la faim et la soif d‟entendre les paroles de l‟Éternel. » Amos 8 : 11 Méditation Voici une prophétie qui doit nous permettre de réfléchir aujourd‟hui ; nous qui attendons le retour de Jésus. Le prophète prédit un temps de famine, non pas de famine physique, mais une famine spirituelle. Oui, le prophète prédit un temps où les gens seront à la recherche de la Parole de Dieu, mais ne la trouverons plus. Nous vivons aujourd‟hui dans un monde si bouleversé que, de plus en plus, les gens se tournent vers les choses spirituelles. Ils sont en recherche de quelque chose qu‟ils ne peuvent décrire mais qui pourrait leur apporter la paix intérieure. A la recherche d‟autre choses, de nouvelles recettes pour donner du sens à leur existence et se sentir mieux. En tant que chrétiens, nous avons cette Parole puissante venant de Dieu lui-même. Nous avons à notre disposition cette révélation qui est une vraie boussole pour trouver le chemin qui mène au bonheur. Qu‟en faisons-nous ? Ce texte m‟interpelle à ce niveau : alors que certains sont en recherche, alors que le moment viendra où il y aura cette famine spirituelle, que faisons-nous aujourd‟hui de la Parole de Dieu ? Quelle place a-t-elle dans notre vie ? Sommes-nous de simples lecteurs de la Bible ou la Parole a-t-elle un impact dans notre existence ? A-t-elle pris vie en nous ? De plus en plus, nous constatons une désaffection pour l‟étude de la Parole de Dieu dans nos assemblées. Beaucoup ne font plus la leçon de l‟Ecole du sabbat. Dans beaucoup de foyers, le culte de famille est totalement absent. On ne se réunit plus pour l‟ouverture et la fermeture du sabbat. Plus de temps personnel pour l‟étude de la Bible. Il n‟y a pas pire que celui qui a faim alors que la nourriture est à côté de lui. Oui, nous avons à notre disposition la Parole de Dieu. Nous l‟avons sous divers format : en papier, en numérique, dans nos bibliothèques, dans nos portables, dans nos ordinateurs. Mais finalement, quel impact a-t-elle dans notre vie ? Aujourd‟hui, il ne suffit pas de posséder la Bible. Il faut y découvrir un homme : Jésus qui veut marcher avec nous chaque jour. Avez-vous chaque jour faim et soif de la Parole de Dieu ? Esprit de prophétie « Tous ceux qui croient de tout leur cœur à la Parole de Dieu auront faim et soif de connaître sa volonté. Dieu est l‟auteur de la vérité. Il éclaire les compréhensions obscurcies et donne à l‟esprit humain le pouvoir de se saisir et de comprendre les vérités qu‟Il a révélées. » Conseils à l’Église page 40. « Si vous voulez vous mettre à l‟œuvre comme Jésus l‟attend de ses disciples; si vous voulez attirer des âmes à lui, vous éprouverez le besoin d‟une expérience plus profonde et d‟une plus grande connaissance des choses de Dieu. Vous aurez faim et soif de la justice; vous crierez à Dieu; votre foi sera fortifiée et votre âme pourra boire à longs traits à la source du salut. L‟opposition et les épreuves que vous aurez à surmonter vous pousseront à la lecture de la Bible et à la prière. Vous croîtrez dans la grâce et la connaissance de Jésus-Christ, et vous acquerrez une riche expérience. » Le meilleur chemin, page 77. Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, donne-moi faim et soif de ta Parole. C‟est vrai, je n‟ai pas toujours trouvé cette Parole délicieuse. Mais je souhaite, par ta grâce, commencer chaque journée avec ta Parole avant de faire toute autre activité. Aide-moi chaque jour à retrouver le goût de lire et d‟étudier ta Parole. Au nom de Jésus. Amen.
  3. 3. Jour 2 Un projet de paix et de bonheur Texte de base « Car je connais les projets que j‟ai formés sur vous, dit l‟Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l‟espérance.» Jérémie 29 : 11 Méditation Aujourd‟hui, la question du projet est devenue centrale dans toute organisation. Les entreprises, les associations, les écoles et même les collectivités territoriales font du mode projet une manière de fonctionner. Quand je lis la Parole de Dieu, je me rends compte que la notion de projet est une notion profondément divine. Dieu a un projet pour chacun de nous. Un projet unique et personnalisé. Un programme à la mesure et à la taille de chacun. J‟apprécie beaucoup ce texte de Jérémie 29 : 11 où Dieu nous dit qu‟il a mis en place un projet pour nous. Le projet de Dieu pour nous est un projet de paix. Un projet qui doit faire de nous des êtres heureux. Alors que le désespoir gagne de plus en plus de terrain dans notre monde, Dieu promet à ces enfants un projet qui leur donne un avenir et de l‟espérance. Une autre version dit : un avenir plein d‟espérance. Le chrétien n‟est donc pas un être désespéré. Il n‟est pas une âme en peine qui erre dans ce monde se souciant de son lendemain. Il n‟est pas perdu et en proie au doute concernant son avenir. Non, il est inscrit dans un projet divin conçu par celui qui connait la fin de toutes choses. Celui qui se décrit dans l‟Apocalypse comme l‟Alpha et l‟Omega a préparé pour nous un projet de paix. Qu‟avons-nous donc à craindre ? Pourquoi nous inquiéter ? Inscrivons-nous dans le projet de Dieu et nous aurons un avenir et de l‟espérance. Nous ne sommes donc pas des êtres guidés par le hasard. Nous avons une mission spécifique que Dieu a mise en place pour nous. Avez-vous découvert le projet de Dieu pour votre vie ? Esprit de prophétie « Consacrez-vous au Seigneur chaque matin, vous et vos enfants. Ne comptez ni sur les mois ni sur les années; ils ne vous appartiennent pas. Vous ne disposez que de la journée présente. Conduisez-vous comme si c‟était la dernière que vous deviez passer ici-bas. Exposez vos plans au Seigneur, et demandez-Lui qu‟Il vous aide à les exécuter ou à les abandonner. Préférez ceux de Dieu aux vôtres, même si vous deviez renoncer à des projets qui vous sont particulièrement chers. Ainsi, votre vie sera de plus en plus façonnée sur le modèle divin; et “la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ.” Philippiens 4:7.» Conseils à l’Église page 123. « Le Seigneur est déshonoré lorsque nous exprimons des idées ou projets de qualité inférieure. Celui qui ne perçoit pas les dignes exigences de la loi de Dieu ou qui en néglige des aspects, la viole tout entière. Celui qui se contente de ne suivre que partiellement l‟idéal de justice et qui ne triomphe pas de tout ennemi spirituel, ne remplira pas les objectifs du Christ. Il dévalorisera sa vie religieuse et affaiblira son caractère. Sous la pression des tentations, ses défauts de caractère prédomineront et le mal triomphera. » Conseils aux éducateurs, aux parents et aux étudiants, page 77. « Il nous faut suivre plus étroitement le plan de Dieu pour nos vies. Accomplir de notre mieux l‟ouvrage qui s‟offre à nous, confier nos projets au Seigneur, être attentif aux indications qu‟il nous donne par sa providence — voilà ce qui nous guidera avec sûreté dans le choix d‟une profession. » Education, page 300 Ma prière pour aujourd’hui Seigneur, aide-moi à prendre conscience que tu as un projet pour moi. Aide-moi à découvrir ce projet et à vivre la vie que tu as prévue pour moi. Au nom de Jésus. Amen.
  4. 4. Jour 3 Notre bonheur : Dieu Texte de base « Car je connais les projets que j‟ai formés sur vous, dit l‟Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l‟espérance. Vous m`invoquerez, et vous partirez; vous me prierez, et je vous exaucerai. Vous me chercherez, et vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre cœur.» Jérémie 29 : 11 à 13 Méditation Ce texte de Jérémie est vraiment d‟actualité. Nous devons véritablement aujourd‟hui prendre en compte ce que Dieu nous dit dans ce texte. Notre joie, notre bonheur et notre paix intérieure vient de notre relation avec Dieu. Mais bien plus, une vie réussie sur terre sous-entend que nous rentions dans le projet que Dieu a prévu non seulement pour l‟humanité, mais aussi pour chacun de nous individuellement. Beaucoup de personnes dans notre monde sont malheureuses parce qu‟elle rejette Dieu et le projet qu‟il a prévu pour eux. Ils ont du mal à être heureuse, ressentent un vide intérieur qu‟elles comblent avec des plaisirs qui ne leur apportent qu‟une satisfaction éphémère. Tant que nous ne reconnaitrons pas notre besoin de dépendre de Dieu chaque jour, nous vivrons à côté du merveilleux plan de bonheur que Dieu a prévu pour nous. Tant que nous essaierons de vivre en dehors du projet que Dieu a élaboré pour nous, nous passerons à côté de notre vie et nous serons malheureux. Beaucoup de jeunes sont perdus dans la vie parce qu‟ils n‟ont pas découvert le merveilleux plan que Dieu a prévu pour eux. Beaucoup de personnes en arrivent au désespoir et au suicide parce qu‟elles n‟ont pas compris que Dieu a un projet précis pour leur vie sur cette terre. Mais bien pire, beaucoup de chrétiens adventistes (jeunes ou adultes) sont dans nos églises et n‟ont pas trouvés le projet de Dieu pour eux. Ils ne se sentent pas utiles dans l‟œuvre. Ils n‟ont pas trouvés leur place dans la vie. Ils ne savent pas ce que Dieu attend d‟eux de manière personnelle et individuelle. Certes, ils connaissent les doctrines, ils participent aux activités de l‟Eglise, mais quand vient une épreuve et l‟heure des vrais choix ; ils laissent l‟Eglise. Le texte de Jérémie nous invite à chercher Dieu. Notre bonheur se trouve en lui. Notre vie n‟a de sens que si nous sommes attachés à Dieu. Seul son projet pour nous apporte le bonheur et donne du sens à notre existence. Avons-nous cherché l‟Eternel ? Il nous promet qu‟il se laisse trouver. Esprit de prophétie « Consacrez-vous au Seigneur chaque matin, vous et vos enfants. Ne comptez ni sur les mois ni sur les années; ils ne vous appartiennent pas. Vous ne disposez que de la journée présente. Conduisez-vous comme si c‟était la dernière que vous deviez passer ici-bas. Exposez vos plans au Seigneur, et demandez-Lui qu‟Il vous aide à les exécuter ou à les abandonner. Préférez ceux de Dieu aux vôtres, même si vous deviez renoncer à des projets qui vous sont particulièrement chers. Ainsi, votre vie sera de plus en plus façonnée sur le modèle divin; et “la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ.” Philippiens 4:7.» Conseils à l’Église page 123. « Le Seigneur est déshonoré lorsque nous exprimons des idées ou projets de qualité inférieure. Celui qui ne perçoit pas les dignes exigences de la loi de Dieu ou qui en néglige des aspects, la viole tout entière. Celui qui se contente de ne suivre que partiellement l‟idéal de justice et qui ne triomphe pas de tout ennemi spirituel, ne remplira pas les objectifs du Christ. Il dévalorisera sa vie religieuse et affaiblira son caractère. Sous la pression des tentations, ses défauts de caractère prédomineront et le mal triomphera. » Conseils aux éducateurs, aux parents et aux étudiants, page 77. « Il nous faut suivre plus étroitement le plan de Dieu pour nos vies. Accomplir de notre mieux l‟ouvrage qui s‟offre à nous, confier nos projets au Seigneur, être attentif aux indications qu‟il nous donne par sa providence — voilà ce qui nous guidera avec sûreté dans le choix d‟une profession. » Education, page 300 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, aide-moi à prendre conscience que tu as un projet pour moi. Aide-moi à découvrir ce projet et à vivre la vie que tu as prévue pour moi. Au nom de Jésus. Amen.
  5. 5. Jour 4 Lucifer : perturbateur du projet de Dieu Texte de base « Tu disais en ton cœur: Je monterai au ciel, j‟élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu; Je m‟assiérai sur la montagne de l‟assemblée, A l‟extrémité du septentrion; Je monterai sur le sommet des nues, Je serai semblable au Très Haut.» Esaïe 14 : 13 à 14 Méditation L‟origine du péché est en réalité l‟histoire d‟un ange qui a rejeté le projet de Dieu pour lui. Il n‟est pas resté à sa place, la place que Dieu lui avait attribuée. Voilà un ange qui a tous les dons possibles. De plus, la Bible nous dit qu‟il était beau. Il est à la tête de l‟armée des anges. Dans l‟organisation du ciel, il vient juste après la Trinité. Pourtant, sa position ne le satisfait pas. Il veut être ailleurs : être calife à la place du calife. Il estime qu‟il peut être Dieu. Il oublie sa position de créature et désire prendre la place de son Créateur. Il oublie ce qu‟il doit à la divinité. Et il convoite une place qui n‟est pas la sienne. Il veut être au comité des affaires célestes. Il ne comprend pas pourquoi il ne peut participer aux conciliabules divins. Il veut être un décideur, pas un simple exécutant. Il ne veut pas seulement obéir, il veut faire les lois. Il veut faire SA loi. Ainsi commence le péché. Un ange qui ne veut pas rester à sa place. Un ange qui refuse le projet de Dieu pour lui. Le péché ne commence donc pas dans des actions mauvaises. Le péché commence quand je me mets à penser que mon projet est bien meilleur que celui de Dieu. Je suis pécheur quand je refuse de rester à la place que Dieu m‟a assignée : créature soumis au Dieu Tout-Puissant. Dans notre vie de tous les jours, ne nous arrive-t-il pas de refuser le projet de Dieu pour nous ? De rouspéter et de nous plaindre constamment ? Ne nous arrive-t-il pas de refuser la place que Dieu lui-même nous a assignée dans l‟Eglise ? L‟histoire de Lucifer se renouvelle à chaque fois que l‟être humain pense détenir en lui-même les clés de son propre bonheur, quand il pense qu‟il n‟a pas besoin de dépendre de Dieu pour être heureux. Quand il pense qu‟il est capable de faire sans Dieu et que son projet est bien meilleur que celui de Dieu. L‟histoire nous montre où son attitude a conduit Lucifer : loin de Dieu. Il est aujourd‟hui l‟ennemi qui veut nous entrainer dans sa déchéance. Depuis ce jour, chaque jour, nous devons faire un choix : le projet de Dieu ou le projet de Lucifer devenu Satan. Quel choix feras-tu aujourd‟hui ? Esprit de prophétie « Si Lucifer avait réellement désiré être semblable au Très-Haut, il n‟aurait jamais quitté la place qui lui était réservée dans le ciel; car l‟esprit du Très-Haut se manifeste par un ministère désintéressé. Lucifer convoitait la puissance de Dieu, mais non son caractère. Il recherchait la première place pour lui-même; quiconque est animé de son esprit agira de même. Il en résultera la haine, la discorde, la guerre. Le règne appartient au plus fort. Le royaume de Satan est celui de la force; chaque individu regarde son voisin comme un obstacle à son avancement, ou un tremplin pour s‟élever plus haut. » Jésus-Christ, page 431. « Lucifer était jaloux de Jésus-Christ; il l‟enviait. Cependant, quand tous les anges se prosternèrent devant Jésus pour reconnaître sa suprématie et son autorité légitime, il s‟inclina avec eux; mais son cœur était rempli de haine et d‟envie. Le Christ faisait partie du conseil spécial de Dieu concernant ses plans, tandis que Lucifer ne les connaissait pas. Il ne comprenait pas et il ne lui était pas permis de connaître les desseins du Très-Haut. Mais Jésus était le souverain reconnu du ciel; son pouvoir et son autorité étaient comparables au pouvoir et à l‟autorité de Dieu lui-même. Lucifer se croyait le préféré parmi les habitants du ciel. Il avait été grandement exalté, mais cela n‟avait suscité chez lui ni la reconnaissance ni la louange envers le Créateur. Il aspirait au rang de Dieu lui-même. Il se glorifiait de sa position élevée. Il se savait honoré des anges et avait une mission spéciale à remplir. Ayant été très proche du Tout-Puissant, les rayons incessants de la lumière glorieuse qui entourait le Dieu éternel avaient brillé sur lui. C‟est avec plaisir qu‟il se rappelait comment les anges avaient obéi à sa parole. Ses vêtements n‟étaient-ils pas magnifiques? Pourquoi fallait-il qu‟on rende hommage à Jésus plus qu‟à lui? Il quitta la présence immédiate du Père, mécontent et rempli d‟envie à l‟égard de Jésus-Christ. Dissimulant ses véritables desseins, il rassembla les anges et exposa son sujet: lui-même. Se faisant passer pour une victime, il dit que Dieu lui avait préféré Jésus et l‟avait laissé de côté.» L’histoire de la rédemption, page 12 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, aide-moi à réaliser que le péché commence quand je refuse le projet que tu as pour moi. Aide-moi chaque jour à te faire confiance et à découvrir le projet que tu me destines Au nom de Jésus. Amen.
  6. 6. Jour 5Un projet prévu avant la fondation du monde (1) Texte de base « Mon corps n`était point caché devant toi, Lorsque j`ai été fait dans un lieu secret, Tissé dans les profondeurs de la terre. Quand je n`étais qu`une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m`étaient destinés, Avant qu`aucun d`eux existât.» Psaume 139 : 15 et 16 Méditation Dans ce psaume, David magnifie le nom de Dieu à travers le fait qu‟il ait créé l‟homme. Il reconnait en l‟homme une créature merveilleuse que seul un Dieu Tout-Puissant a pu créer. Lorsque nous prenons conscience de l‟ingéniosité du fonctionnement humain, nous sommes dans l‟obligation de constater que notre existence n‟est pas due au hasard mais vient de la décision d‟un Dieu Tout-Puissant qui a un projet pour chacun de nous. Le hasard n‟a rien à y voir. Notre vie entre dans un projet prévu par Dieu depuis la nuit des temps, bien avant la fondation du monde. Dans notre texte, le Seigneur nous dit qu‟aucun de nos actes, aucune de nos pensées, aucune de nos réflexions ne lui sont étrangers. Rien de cela ne le prend au dépourvu. Rien dans notre vie ne le surprend. L‟histoire du péché n‟a donc pas pris Dieu au dépourvu. Et la solution de Dieu remonte elle aussi à la nuit des temps. Notre texte aujourd‟hui révèle une autre chose : mon existence n‟est pas un hasard. Votre existence n‟est pas un hasard. Je ne parle ici de l‟existence des êtres humains pris dans leur globalité. Je parle ici de l‟existence de chaque personne individuellement sur cette planète. Dieu nous connait chacun intimement. Pour affirmer cela, Jésus va dire cette phrase : « Et même les cheveux de votre tête sont tous comptés. » Matthieu 10 : 30. Jésus va donc montrer à ces disciples que le Dieu de l‟univers n‟est pas trop occupé pour prendre soin de chacune de ses créatures. Il sait qui je suis, où je suis né et mes différents projets. Parce que Dieu a un ennemi qui veut détruire l‟être humain, il fait tout pour permettre à chaque être humain de découvrir le projet d‟amour qu‟il a pour eux. Toute l‟histoire humaine a pour but de démasquer un ennemi qui avance masqué face à un Dieu qui se révèle et dit dès le début ce qu‟il veut faire. Lorsque je prends conscience que je suis né d‟un projet divin, lorsque je comprends que ce Dieu me connaît personnellement et que son désir est de me voir vivre selon son projet, dans une relation de dépendance avec lui, je prends conscience de ma valeur aux yeux de Dieu. Je ne suis pas un simple homme dans la foule des 7 milliards d‟habitants sur cette terre. Dieu me connait. Il veut mon bien. Je dois lui faire confiance. Esprit de prophétie « Celui qui lit dans le cœur des hommes connaît leurs faiblesses mieux qu‟eux-mêmes. Il voit les aptitudes de chacun; il sait que si celles-ci sont bien dirigées, elles peuvent servir à l‟avancement de son règne. Dans sa providence, Dieu amène les hommes de différents pays et de différentes conditions à découvrir les défauts qu‟ils ignoraient. Il leur donne le moyen de s‟en corriger, afin d‟être aptes au service chrétien.» Conquérants pacifiques, page 469. « L‟amour de Dieu pour son Église est infini. Il prend des siens un soin incessant. Il ne permet à aucune affliction d‟atteindre son Église, si ce n‟est pour la purifier et lui assurer son bien présent et éternel.» Evènements des derniers jours, page 118 « Les anges du ciel sont envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut. Nous ne savons pas encore qui sont ceux-là; on ne voit pas encore qui sera le vainqueur, appelé à partager l‟héritage des saints dans la lumière; mais les anges du ciel parcourent la terre en tous sens, cherchant à réconforter les affligés, à protéger ceux qui sont en péril, à gagner les cœurs au Christ. Personne n‟est négligé ou oublié. Dieu, qui ne fait pas acception de personnes, prend également soin de toutes les âmes qu‟il a créées. » Jésus-Christ, page 641 « Aucun acte d‟oppression ou de cruauté dirigé contre eux ne passe inaperçu. Sa main s‟étend comme un bouclier sur tous ceux qui l‟honorent et qui l‟aiment. Malheur à celui qui frappe cette main: elle brandit l‟épée de la justice. » Patriarches et prophètes, page 271 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, malgré mes difficultés, malgré mon indignité et mes péchés, tu me dis dans ta Parole que j‟ai du prix à tes yeux. Aide-moi à y croire et à vivre avec cette certitude même quand tout va mal dans ma vie. Rappelle-moi constamment que tu n‟es jamais pris au dépourvu par les évènements qui arrivent dans ma vie. Aide- moi à te faire confiance. Au nom de Jésus. Amen.
  7. 7. Jour 6Un projet prévu avant la fondation du monde (2) Texte de base « La parole de l`Éternel me fut adressée, en ces mots: Avant que je t`eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t`avais consacré, je t`avais établi prophète des nations.» Jérémie 1 : 4 et 5 Méditation Notre texte de base présente l‟appel de Dieu à Jérémie. Il l‟appelle à devenir prophète. Jérémie est appelé à cette tâche à un moment trouble de la vie du peuple d‟Israël. Le peuple a complètement abandonné Dieu. Il ne sait maintenant plus quoi faire. Dieu suscite donc un prophète pour parler en son nom et apporter la vision de Dieu pour le bien-être du peuple. Le passage que nous étudions aujourd‟hui cible véritablement le moment où Dieu s‟adresse à Jérémie pour lui donner sa mission. Chose étonnante : Dieu explique à Jérémie qu‟il l‟a choisi dès le ventre de sa mère. Il l‟a choisi même avant qu‟il ne soit formé. La vie de Jérémie et ce qu‟il est au moment de son appel sont connus de Dieu. Dieu a façonné Jérémie pour faire de lui à un moment donné un prophète. Il a dirigé son existence pour le mener vers le projet qu‟il avait prévu pour lui. Toutes les circonstances de sa vie, toutes les personnes rencontrées, toutes les expériences, toutes les compétences acquises, tous les dons avaient un but de conduire Jérémie à être ce que Dieu avait prévu qu‟il soit dès avant la fondation du monde. Mais chose d‟autant plus étonnante : lorsque Dieu appelle quelqu‟un à son service, il l‟appelle à une tâche particulière et précise. Une tâche qui correspond à ce que l‟individu est. Une tâche où Dieu sait que celui qu‟il appelle sera à la hauteur s‟il lui fait confiance. Oui, Jérémie est appelé à être un prophète, un porte-parole de Dieu. Celui qui transmet un message particulier dans un moment particulier. Si vous lisez le livre de Jérémie, vous constaterez que les choses n‟ont pas été faciles pour Jérémie. Mais Jérémie remplira jusqu‟au bout sa mission. Dieu l‟a appelé et Dieu va le qualifier pour cette tâche. Nous verrons cela demain. Je crois que comme Jérémie, Dieu appelle chacun de nous à une mission particulière. Notre naissance n‟est pas un hasard. Nous sommes appelés à une tâche particulière dans cette société, dans notre foyer, dans notre famille, dans notre quartier, dans notre ville, dans notre église ou encore dans notre communauté religieuse. Nous ne sommes pas là par hasard. Notre vie avait été prévue et programmée par Dieu pour une mission bien précise. Un projet que Dieu avait prévu pour nous dès avant la fondation du monde. Je ne peux donc pensé que je n‟ai pas de valeur et que je ne sers à rien sur cette terre. Je suis dans le programme divin. Je fais partie du plan de Dieu pour restaurer l‟image de Dieu salie par Satan. Oui, comme Jérémie, il y aura des moments difficiles, mais si nous restons attachés à Dieu, confiants en celui qui nous a choisi parce qu‟il nous connait, nous réussirons. Esprit de prophétie « Dieu vit dans le jeune Jérémie un caractère qui resterait fidèle à sa foi et se dresserait pour le droit contre l‟opposition la plus violente. Dès son enfance, il s‟était montré ferme; il allait maintenant affronter les difficultés comme un bon soldat de la croix.» Patriarches et prophètes, page 311. Les expériences que fit Jérémie au cours de sa jeunesse ainsi que dans les dernières années de son ministère, lui enseignèrent que “la voie de l‟homme n‟est pas en son pouvoir; ce n‟est pas à l‟homme, quand il marche, à diriger ses pas”. Il apprit à prier: “Châtie-moi, ô Eternel! mais avec équité, et non dans ta colère, de peur que tu ne m‟anéantisses.” Jérémie 10 : 23 et 24 Lorsqu‟il fut appelé à boire à la coupe des tribulations et du désespoir, lorsqu‟il fut tenté de dire dans sa misère: “Ma force est perdue, je n‟ai plus d‟espérance en l‟Eternel!” il se rappela les bénédictions divines, et il s‟écria triomphalement: “Les bontés de l‟Eternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme. Elles se renouvellent chaque matin. Oh! Que ta fidélité est grande! L‟Eternel est mon partage, dit mon âme; c‟est pourquoi je veux espérer en lui. L‟Eternel a de la bonté pour qui espère en lui, pour l‟âme qui le cherche. Il est bon d‟attendre en silence le secours de l‟Eternel.” Jérémie 3 : 18 et 22 à 26.» Patriarches et prophètes, page 321 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, comme Jérémie, aide-moi à accepter le projet et la mission que tu as pour ma vie. Aide-moi à découvrir le plan que tu as pour moi. Tu me permets de comprendre que ma présence sur cette terre n‟est pas un hasard et que j‟ai quelque chose à faire pour toi. Merci Seigneur pour ce choix et aide-moi à ne pas te décevoir. Aide-moi à ne pas regarder à mon indignité mais à regarder à toi qui m‟as appelé. Au nom de Jésus. Amen.
  8. 8. Jour 7 Dieu nous qualifie pour son projet Texte de base « Je répondis: Ah! Seigneur Éternel! Voici, je ne sais point parler, car je suis un enfant. Et l`Éternel me dit: Ne dis pas: Je suis un enfant. Car tu iras vers tous ceux auprès de qui je t`enverrai, et tu diras tout ce que je t`ordonnerai. Ne les crains point, car je suis avec toi pour te délivrer, dit l`Éternel. Puis l`Éternel étendit sa main, et toucha ma bouche; et l`Éternel me dit: Voici, je mets mes paroles dans ta bouche.» Jérémie 1 : 6 à 8 Méditation Comme nous l‟avons vu hier, Dieu appelle Jérémie à une mission particulière. Dieu avait prévu pour lui cette mission dès avant sa naissance. Nous comprenons donc que Dieu conduit la vie de chacun afin qu‟il prenne sa place dans le projet qu‟Il prévoit pour lui. Il nous connait mieux que quiconque et il conduit les circonstances de notre vie dans le sens du projet qu‟il a pour nous. Seulement ce projet ne peut se dérouler que si nous faisons le choix de vivre avec Dieu. Dans notre texte aujourd‟hui, nous continuons l‟épisode de l‟appel de Jérémie. Nous voyons dans ce texte comment Jérémie répond à cet appel du Seigneur. Jérémie reconnait sa petitesse face à la tâche que le Seigneur lui confie. Il s‟humilie devant l‟honneur qui lui est fait et reconnait qu‟il est peu de choses face au projet du Grand Dieu de l‟univers. Lorsque Dieu nous apparait, lorsque nous sommes dans la présence de Dieu, il n‟y a pas de place pour l‟orgueil, la propre suffisance ou le gonflement de la poitrine. Et même quand Dieu nous choisit pour une tache, cela ne fait pas de nous des surhommes, des privilégiés ou des nantis. L‟appel de Dieu est d‟abord une responsabilité. Etre appelé par Dieu, c‟est reconnaitre notre indignité et notre besoin de dépendre de Dieu pour réussir. Mais ce que le texte d‟aujourd‟hui nous dit, c‟est que lorsque Dieu nous appelle, il nous qualifie. Jérémie expose au seigneur ses défauts, ses manquements. Ils sont sûrement légitimes. Qui n‟a pas de défauts ? Mais Dieu, dans son amour, vient et touche ses lèvres. En quelque sorte, Dieu intervient à l‟endroit même de la faiblesse. Il dit ici à Jérémie : « Puisque tu dis que tu ne sais pas parler, et bien voilà, moi ton Créateur, je te touche les lèvres. Je fais plus : je mets mes paroles dans ta bouche. » Lorsque Dieu nous appelle, il nous donne les moyens d‟accomplir la mission qu‟il a prévu pour nous. En nous recrutant, il ne nous demande pas d‟être parfaits, mais de lui faire confiance et de compter sur sa force. Dieu vous appelle à une mission qu‟il a prévu pour vous de manière spécifique dès la fondation du monde. Pour la découvrir, il faut passer du temps avec Lui dans la prière et l‟étude de la Bible. Il vous faut apprendre à dépendre de lui et à privilégier ses voies aux vôtres. J‟aime ce Dieu qui me donne de la valeur malgré mon indignité. J‟aime ce Dieu qui fait de moi un collaborateur dans son plan et qui me donne tous les outils nécessaires pour réussir. J‟aime ce Dieu qui donne du sens à mon existence en me disant que ma vie sur terre n‟est pas due au hasard. Ma vie a un sens : son sens se trouve dans le projet et la mission de Dieu pour moi. Esprit de prophétie « Parmi ceux qui avaient mis leur espoir dans un réveil permanent, après la réforme de Josias, figure Jérémie. Celui-ci fut appelé par Dieu à la vocation prophétique pendant la douzième année du règne de Josias, alors qu‟il n‟était encore qu‟un enfant. Membre du sacerdoce lévitique, il fut élevé en vue du service sacré. Aux jours heureux de cette préparation au ministère, il était loin de supposer qu‟il avait été choisi dès sa naissance pour être “prophète des nations”. Lorsque l‟appel de Dieu lui parvint, il fut accablé par le sentiment de son indignité. “Ah! Seigneur Eternel! s‟écria-t-il, voici, je ne sais point parler, car je suis un enfant.” Jérémie 1 : 5 et 6 » prophètes et rois, page 311. « Au sujet de son appel prophétique, Jérémie écrivit: “L‟Eternel étendit sa main, et toucha ma bouche; et l‟Eternel me dit: Voici, je mets mes paroles dans ta bouche. Regarde, je t‟établis aujourd‟hui sur les nations et sur les royaumes, pour que tu arraches et que tu abattes, pour que tu ruines et que tu détruises, pour que tu bâtisses et que tu plantes.” Remercions le Seigneur pour ces mots: “bâtir et planter”. Grâce à eux, le prophète eut la certitude que le plan de Dieu était de restaurer et de guérir. Les messages de Jérémie au cours des années qui suivirent furent très durs. […)Cependant, le prophète devait accompagner ces messages de l‟assurance du pardon en faveur de tous ceux qui se détourneraient du mal.» Prophètes et rois, page 312 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, aide-moi à réaliser que le péché commence quand je refuse le projet que tu as pour moi. Aide-moi chaque jour à te faire confiance et à découvrir le projet que tu me destines Au nom de Jésus. Amen.
  9. 9. Jour 8Abraham : croire dans le projet de Dieu. Texte de base «L`Éternel dit à Abram: Va-t‟en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai.» Genèse 12 : 1 Méditation Abraham est communément appelé le père des croyants. Sa foi et sa confiance dans le projet de Dieu doivent aujourd‟hui caractériser ceux qui attendent le second retour de Jésus. Au chapitre 12 de la Genèse, Dieu s‟adresse à Abram et lui demande de partir. Il lui demande de prendre tout ce qu‟il a, famille et biens, et de partir vers un pays qu‟il lui montrera. Il faut avoir une bonne dose de foi et de confiance pour prendre Dieu au pied de la lettre et partir. Surtout que dans cette histoire, Abraham n‟est pas seul. Il y a toute sa famille. Imaginez que vous êtres père de famille et que vous vous réveillez un matin en disant à votre femme et à vos enfants que vous avez reçu une vision de Dieu. Et vous leur dites que Dieu vous a demandé de vendre la maison et le terrain, de faire vos bagages et de partir en Afrique pour évangéliser. Quel serait la réaction de votre famille ? Ici, la famille d‟Abraham réagit bien. Elle suit Abraham. Je crois qu‟il y a ici une leçon fondamentale à retirer : la famille d‟Abraham le suit parce qu‟ils connaissent et reconnaissent la relation qu‟Abraham a avec Dieu. Sa famille et ses serviteurs voient dans la vie d‟Abraham un homme soumis au projet de Dieu pour sa vie. Et même si Abraham ne connait pas la destination du voyage, il n‟est pas inquiet. Il connait celui qui l‟a appelé. Il se confie en celui qui a toujours dirigé sa vie. Il croit en son projet pour lui. Et même si Abraham a du mal à tout comprendre, il va de l‟avant, confiant en celui qui l‟a appelé et conduit jusqu‟à maintenant. Jésus dira : « mes brebis connaissent ma voix et elles me suivent. » Oui, Abraham connaissait la voix de son Dieu. Il ne risquait pas de se tromper. Il avait l‟habitude de converser, de communier, de passer du temps avec son Dieu. Avons- nous cette foi d‟Abraham ? Connaissons-nous la voix de Dieu ? Reconnaissons-nous sa voix quand il s‟adresse à nous ? La voix de Dieu nous est-elle familière ? L‟important n‟est pas de connaitre tous les détails du chemin à parcourir, mais de reconnaître la voix de celui qui nous appelle et de lui faire confiance ! La destination qu‟il nous propose est la bonne. Et c‟est la meilleure pour nous. Esprit de prophétie « Comme première condition de l‟accomplissement de cette promesse, sa foi devra être éprouvée; un sacrifice va lui être demandé. Abram reçoit cet ordre: “Quitte ton pays, ta famille, et la maison de ton père, et va dans le pays que je te montrerai.”(4) Sa parenté et ses amis pourraient contrecarrer les plans de Dieu envers son serviteur. Pour que celui-ci soit qualifié en vue de sa grande mission de gardien des oracles sacrés, il devra s‟éloigner du milieu où il a passé sa jeunesse. Il lui faudra revêtir un caractère à part, agir autrement que tout le reste du monde. Il n‟aura pas même la satisfaction ni la possibilité de se faire comprendre de ses amis. “Les choses spirituelles se discernent spirituellement.” Il restera même incompris de sa parenté idolâtre. En rapport tout particulier avec le ciel, il devra vivre parmi des étrangers.» Patriarches et prophètes, page 104. « Ce qui était demandé à Abram n‟était ni une épreuve facile, ni un léger sacrifice. Des liens puissants l‟attachaient à sa patrie, à sa parenté, à son foyer. Mais il n‟hésite point. Il ne demande pas si le pays où il se rend est fertile, si le climat en est salubre, si les environs en sont agréables, ni s‟il est possible de s‟y enrichir. Dieu ayant parlé, son serviteur obéira: car, pour lui, le plus beau lieu de la terre est celui où Dieu l‟appelle.» Patriarches et prophètes, page 104 « Beaucoup de croyants, aujourd‟hui encore, sont soumis à la même épreuve que le patriarche, avertis, non par une voix venant directement du ciel, mais par la Parole de Dieu et des circonstances providentielles. Ils sont appelés à abandonner une carrière qui leur promet la fortune et les honneurs, à quitter leurs proches ou à renoncer à un milieu agréable et avantageux, pour entrer dans une voie où les attendent des inconvénients, des renoncements, des sacrifices. Une vie facile, un entourage sympathique risqueraient d‟entraver la formation morale indispensable à l‟accomplissement de l‟œuvre à laquelle le Seigneur les destine. En conséquence, il les emmène loin des influences et des conseils humains, là où, n‟ayant plus que Dieu pour ressource, ils pourront mieux le connaître. Heureux mortels, ceux qui acceptent des devoirs tout nouveaux dans des champs d‟activité inexplorés, et qui sont prêts à travailler pour Dieu d‟un cœur ferme et joyeux, estimant, par amour pour le Sauveur, leurs pertes pour des gains! » Patriarches et prophètes, page 104 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, aide-moi à avoir la foi d‟Abraham. Aide-moi à entendre ta voix et à accepter ce que tu me demandes. Aide-moi à être disposé à te servir quel que soit l‟endroit où tu m‟appelleras. Au nom de Jésus. Amen.
  10. 10. Jour 9 Abraham : quand mon impatience perturbe le projet de Dieu Texte de base « Je rendrai ta postérité comme la poussière de la terre, en sorte que, si quelqu`un peut compter la poussière de la terre, ta postérité aussi sera comptée.» Genèse 13 : 16 Méditation Dieu va faire une merveilleuse promesse à Abraham, lui l‟homme de foi. Il aurait une descendance. Pour un homme, savoir qu‟il aura une descendance est une chose importante. C‟est une transmission de nom, certes ; mais c‟est aussi la transmission d‟une histoire et de valeurs. Pour Abraham, c‟est la poursuite du projet de Dieu sur la terre. C‟est l‟assurance qu‟il y aura toujours un groupe de personnes attaché à la Parole de Dieu. Mais l‟histoire d‟Abraham se complique : la promesse tarde à venir et il se fait vieux. Sara se fait vieille. Physiquement, ce n‟est plus possible. Alors, Abraham se laisse influencer par sa femme Sara. Il va accepter une voie, une autre voie pour accélérer le projet de Dieu. Il va accepter de prendre sa servante pour produire cette descendance. Que de problèmes sont nés de cette erreur ! Oui, il nous arrive de vouloir donner un petit coup de main à Dieu. Nous voulons le forcer à aller plus vite. Et pour cela, souvent, nous sortons de la voie et nous n‟écoutons plus sa voix. Combien de fois avons-nous voulu aider Dieu en prenant des raccourcis ? Raccourcis qui nous amènent à des compromis dangereux pour notre croissance spirituelle. Le péché comme nous l‟avons dit, c‟est sortir du projet de Dieu prévu pour nous. Toutes les fois où nous tentons de faire à la place de Dieu, où nous essayons de donner un coup de pouce, toutes les fois où nous voulons accélérer les choses de Dieu, nous péchons. Nous sortons du cadre que Dieu a prévu. Notre temps n‟est pas le temps de Dieu. Abraham l‟avait oublié. Il a préféré écouter Sara. Abraham a semblé douter du Dieu Tout-Puissant, capable de faire la naître la vie. Il a seulement pensé aux contingences humaines. Mais Dieu est aussi le Dieu des miracles. Les promesses de Dieu pour nous sont certaines. Quel que soient les circonstances, Dieu a le pouvoir d‟accomplir ce qu‟il a dit. Nous n‟avons pas à nous inquiéter. Il est vrai que nous avons souvent l‟impression que le temps joue contre nous. Nous avons même l‟impression que Dieu nous a oublié et que ses bénédictions tombent à côté de nous et pas sur nous. Mais, Dieu ne nous a pas oubliés. Ce qu‟il a dit s‟accomplira certainement. La foi est cette confiance que nous avons en Dieu malgré les circonstances. La vraie foi voit au-delà des circonstances présentes et sait discerner la volonté de Dieu malgré les moments difficiles. La vraie foi continue de tenir pour vrai les promesses de Dieu. Esprit de prophétie « Abraham n‟ignorait pas les conséquences qui résultent de mariages entre les croyants et les incroyants. Il avait sous les yeux tout ce qui s‟était passé à cet égard depuis le temps de Caïn jusqu‟à son époque, y compris les conséquences de son mariage avec Agar, comme ceux de Lot d‟Ismaël et de Lot. Son manque de foi et celui de Sara avaient eu pour résultat la naissance d‟Ismaël, chez qui, depuis l‟enfance, l‟influence et les enseignements du père avaient été contrecarrés par la parenté idolâtre de la mère. La jalousie d‟Agar et des femmes qu‟elles avaient données à Ismaël avait entouré la famille de celui-ci d‟une barrière qu‟Abraham avait été impuissant à renverser, et l‟idolâtrie s‟était établie dans la famille du fils aîné. Séparé de son père, aigri par les querelles d‟un foyer exempt d‟affection et dénué de la crainte de Dieu, Ismaël s‟était vu contraint de choisir l‟existence aventureuse d‟un pillard du désert, « sa main levée contre tous, et la main de tous contre lui (Genèse 16 :12) Vers la fin de sa vie, regrettant son passé coupable, il revint au Dieu de son père. Mais l‟exemple donné à sa postérité subsista. Turbulente et idolâtre, la nation puissante issue de lui fut toujours une cause de souffrances pour les descendants d‟Isaac. » Patriarches et prophètes, chapitre 15. Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, aide-moi à être patient dans tes promesses. Aide-moi à compter sur toi complètement et à être patient dans l‟accomplissement dans tes promesses. Au nom de Jésus. Amen.
  11. 11. Jour 10 Abraham : l‟épreuve de la foi Texte de base « Dieu dit : Prends ton Fils, je te prie, ton unique fils, celui que tu aimes, Isaac, va-t‟en au pays de Morija et là, offre-le en holocauste sur l‟une des montagnes que je t‟indiquerai » Genèse 22 : 2 Méditation S‟inscrire dans le projet de Dieu demande que nous ayons une foi véritable. L‟épisode dont nous parlons aujourd‟hui est un récit célèbre de la Parole de Dieu. Il est souvent utilisé pour définir la foi que doit posséder celui qui marche avec Dieu. Nous allons aujourd‟hui l‟utiliser pour montrer que le projet de Dieu pour nous n‟est pas toujours clair mais repose d‟abord sur la confiance que l‟on développe en Dieu. Dieu a réalisé sa promesse dans la vie d‟Abraham : il lui a donné une descendance. Un fils du nom d‟Isaac. C‟est une occasion pour Abraham de fortifier sa foi en Jésus. Les expériences que nous faisons avec Dieu chaque jour sont des occasions de nous permettre de consolider notre foi en Dieu. Chaque jour, nous sommes mis devant des situations où nous aurons des choix à faire. Ces différents choix peuvent être simples, d‟autres difficiles et compliqués. Mais toujours, nous devons faire un choix entre deux options : laisser le projet de Dieu se développer en nous ou accepter le projet de l‟ennemi. Voici donc notre Ami Abraham devant un choix. Un choix difficile. Dieu l‟invite à sacrifier son fils, son unique fils. Comment comprendre cette demande de Dieu ? Comment imaginer demander une telle chose à un père qui a attendu aussi longtemps l‟enfant qui lui avait été promis ? Oui, les demandes de Dieu dans le cadre de son projet peuvent sembler déconcertantes. Mais, comme moi, vous vous rendez compte qu‟Abraham ne remet pas en question. Il aurait pu dire que ce n‟est pas la voix de Dieu. Non ! Il connaissait la voix de Dieu. Il savait que c‟était Dieu qui lui parlait. Abraham ne s‟attarde pas sur la demande mais sur celui qui lui a parlé. Souvent, nous nous attardons sur ce qui nous est demandé et remettant en question la Parole de Dieu. Il nous faut agir comme Abraham : fixer notre attention sur celui qui a parlé. C‟est notre relation avec Dieu qui consolide notre confiance en Dieu. C‟est la connaissance de Dieu qui développe notre confiance. Dieu est une personne avec nous entrons en relation. Dieu n‟est pas un ensemble de règle à respecter. Dieu désire développer une relation d‟amour. C‟est de cette relation d‟amour que découle l‟obéissance. La décision d‟Abraham est difficile. Elle n‟est pas exempte de questionnement intérieur. D‟une réflexion en profondeur. Mais ce questionnement n‟empêche pas l‟obéissance d‟Abraham. Parce qu‟au final, ce qui prend le dessus, ce qui est important, c‟est la Parole de Dieu ; c‟est le projet de Dieu. Nous aurons des épreuves, des moments difficiles dans notre marche avec Dieu. Nous aurons des décisions difficiles à prendre. L‟angoisse sera là. Mais c‟est là que notre foi doit prendre la place. C‟est là que notre foi intervient. Je fais confiance à celui qui m‟a créé. A celui qui me connait. A celui qui dit qu‟il ne permettra pas que je sois tenté au-delà de mes forces. Esprit de prophétie « L‟acte de foi dont Abraham vient de donner l‟exemple est comme une colonne de feu illuminant le sentier des serviteurs de Dieu jusqu‟aux derniers siècles. Durant trois journées de voyage, il avait eu suffisamment de temps pour réfléchir et pour douter, s‟il y avait été disposé. Il aurait pu facilement se dire qu‟en tuant son fils, il allait être considéré comme un meurtrier, comme un second Caïn ; qu‟il serait méprisé, mis au ban de la société, et que c‟en serait fini de tous ses enseignements et de sa mission au milieu de ses contemporains. Il aurait pu prétexter son grand âge. Mais le patriarche n‟a pas cherché de prétextes pour refuser d‟obéir à Dieu. Il ne s‟est réfugié derrière aucun de ces subterfuges. Humain et sujet aux mêmes faiblesses, aux mêmes penchants que nous, il ne s‟est pas demandé comment la promesse divine pourrait se concilier avec la mort d‟Isaac. Il ne s‟est pas arrêté à parlementer avec son cœur saignant. Convaincu que Dieu est juste dans toutes ses exigences, il a obéi à la lettre. » Patriarches et prophètes, chapitre 13 Pour aller plus loin : Lire le chapitre 13 du livre Patriarches et prophètes intitulé Le sacrifice d‟Isaac. Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, aide-moi à avoir une foi comme Abraham. Une foi qui te fait confiance même quand je ne comprends pas toujours où tu veux me conduire. Aide-moi à ne pas regarder principalement à la difficulté de ce que tu me demandes mais à croire que tu ne veux que mon bien. Au nom de Jésus. Amen.
  12. 12. Jour 11 Elie : quand le doute s‟installe (1) Texte de base « Élie, voyant cela, se leva et s`en alla, pour sauver sa vie. Il arriva à Beer Schéba, qui appartient à Juda, et il y laissa son serviteur.» 1 Rois 19 : 3 Méditation Cette histoire d‟Elie est pour tous ceux qui pensent que les chrétiens ne connaissent pas des moments de déprime ou de dépression. Beaucoup de chrétiens pensent que la vie chrétienne est un long fleuve tranquille et que ceux qui ont des difficultés n‟ont pas assez de foi ou ont des péchés cachés. Pour eux, un chrétien doit être toujours en forme. C‟est Jésus lui-même qui a prévenu ses disciples : „‟Vous aurez des tribulations dans le monde.‟‟ Les attaques du malin pour nous déstabiliser ou nous éloigner des projets de Dieu sont sévères. Satan n‟a pas l‟intention de jouer avec nous. Gardons-nous de pointer du doigt ceux qui passent des moments difficiles. Gardons-nous de porter un jugement sur ceux qui tombent sur la route de la foi. L‟histoire d‟Elie, particulièrement celle qui nous intéresse aujourd‟hui, nous invite à la sagesse face à certaines situations que traversent des personnes dans nos Eglises ou dans nos relations. Remettons-nous dans le contexte : Elie vient de remporter une superbe victoire. Une superbe victoire sur les prophètes de Baal ! Grâce à son intervention, le peuple de Dieu reconnait Dieu comme le véritable Dieu. Le feu est descendu du ciel et a consumé le sacrifice. Le miracle s‟est produit à la simple prière de foi d‟Elie. Pourtant, dans notre texte, il fuit. Il fuit face à Jézabel. Une reine méchante et idolâtre. Il ne comprend pas. Il a du mal à comprendre où Dieu le conduit. Le projet de Dieu pour lui semble flou. Il vient de faire ce que Dieu lui a demandé. Et Dieu a même répondu à sa prière et là, il se retrouve face à une femme qui veut le tuer. Vous est-il déjà arrivé de remporter une grande victoire et d‟avoir le sentiment d‟être très proche de Dieu ? Et puis le lendemain, tout va mal. Tout s‟assombrit à nouveau. C‟est le trou noir. Vous avez alors l‟impression que Dieu vous a abandonnée. Rassurez-vous ce n‟est qu‟une impression. Satan a l‟art et la manière de nous insuffler ce genre de sentiment. Il conduit certaines fois les évènements autour de nous pour nous faire croire que Dieu nous a totalement abandonné. Et même que nos victoires précédentes ne sont rien ! Elie va connaître ce moment difficile. Il va s‟enfuir dans le désert. Il va s‟enfuir face à une femme. Il est déprimé et désolé. Il ira même jusqu‟à demander la mort. Mais la suite du texte que nous verrons durant les jours suivants, nous montre que c‟est à ce moment-là que Dieu se révèle. Il n‟est jamais loin de nos préoccupations. Il est toujours présent à nos côtés, même quand notre foi flanche. Et malgré toutes les circonstances, son projet pour nous se réalisera. J‟aime ce Dieu qui se révèle. Ce Dieu qui intervient quand le diable veut nous entourer de ténèbres. Aujourd‟hui, si vous passez par des difficultés, si vous avez l‟impression que Dieu vous a abandonné, relevez la tête. Regardez et espérez en Dieu. Ne culpabilisez pas ! Et même si vous avez pêché, repentez- vous, jetez-vous au pied de la croix ! Dieu vous accueillera. Esprit de prophétie « Au moment de sa plus grande faiblesse le Christ fut assailli par les tentations les plus terribles. Satan s‟imaginait vaincre ainsi. Cette méthode lui avait réussi auparavant. Des hommes qui avaient combattu vaillamment et pendant longtemps pour le bien s‟étaient trouvés vaincus quand leurs forces avaient subi une défaillance, quand leur volonté s‟était affaiblie, quand leur foi avait cessé de se reposer sur Dieu. Moïse, las de quarante années de vie errante avec Israël, sentit sa foi chanceler. Il commit une faute au seuil de la terre promise. Tel fut aussi le cas d‟Elie. Il resta ferme devant le roi Achab et fit face à toute la nation d‟Israël conduite par les quatre cent cinquante prophètes de Baal. A la fin de la terrible journée passée sur le Carmel, le peuple promit d‟obéir à Dieu et les faux prophètes furent exterminés. Ce même soir, cependant, Elie s‟enfuit devant les menaces de Jézabel, afin de mettre sa vie en sûreté! C‟est ainsi que Satan a toujours profité des faiblesses de l‟humanité. Et il continue d‟agir de la même manière. Dès qu‟un homme est entouré de nuages, plongé dans la perplexité par les circonstances, ou affligé par la pauvreté ou le malheur, Satan est tout prêt à renouveler ses tentations. Il cherche les points faibles de notre caractère. Il s‟efforce d‟ébranler notre confiance en Dieu, qui tolère un tel état de choses. Nous sommes tentés de perdre confiance, de mettre en doute l‟amour divin. Souvent le tentateur se présente à nous comme il se présenta au Christ, rangeant devant nous en ordre de bataille nos faiblesses et nos infirmités. Il espère nous décourager et nous faire lâcher prise. Alors il est sûr de sa proie. Mais si nous voulons lui résister comme l‟a fait Jésus, nous échapperons à plus d‟une défaite. Discuter avec l‟ennemi, c‟est lui donner l‟avantage.» Jésus-Christ, page 101 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, dans mes moments de doute et de faiblesse, aide-moi à me souvenir de toutes les fois où tu es intervenu dans ma vie. Aide-moi à compter sur toi et sur toi seul. Aide-moi à comprendre que les circonstances adverses n‟entraveront jamais ton projet pour moi. Au nom de Jésus. Amen.
  13. 13. Jour 12 Elie : quand le doute s‟installe (2) Texte de base « Et là, il entra dans la caverne, et il y passa la nuit. Et voici, la parole de l`Éternel lui fut adressée, en ces mots: Que fais-tu ici, Élie?.» 1 Rois 19 : 9 Méditation Continuons avec l‟histoire d‟Elie. Elie s‟enfuit dans le désert. Le texte biblique nous dit qu‟il se sépare même de son serviteur. Après une journée de marche, il s‟assied sous un genêt et demande à mourir. Et pour bien signifier son envie de mourir, il s‟endort. Un ange le réveillera pour lui donner à manger. Un repas venu des cuisines du ciel. Mais Elie ne se contente pas de ce repas divin. Il se rendort. Il n‟a plus le courage de s‟émouvoir de ce miracle auquel il vient d‟assister. Oui, il peut arriver que les difficultés et les problèmes nous cachent les interventions de Dieu dans notre vie. Il peut arriver que nos doutes nous brouillent la vue. Mais Dieu se révèle : il renouvelle ses interventions. L‟ange va alors de nouveau réveiller Elie pour lui donner à manger. Il va aussi lui dire que la route sera longue. Elie se lèvera et marchera pendant 40 jours. J‟essaie d‟imaginer ces quarante jours. Quarante jours de questions. Quarante jours où Elie essaie de comprendre le projet de Dieu pour lui. Ce projet lui semble trouble. Il ne comprend pas. Oui, il arrive que nous ayons des doutes sur le projet de Dieu pour nous. Il arrive que nous ayons l‟impression que le projet de Dieu pour nous soit lourd, compliqué et difficile à concevoir. Elie se retrouve dans ce cas. Mais Dieu est bon ! Elie va alors rentrer dans une grotte. Il va y passer la nuit. Et là, Dieu va se révéler à lui. Il se révèle avec une question : « Que fais-tu ici ? » Drôle de question ! Comme si Dieu ne savait pas que Jézabel voulait le tuer ! Comme si Dieu ne connaissait pas sa peur ! Mais Dieu lui pose cette question pour lui permettre de parler! Il veut entendre Elie ! Elie va faire une réponse à Dieu. Une réponse qui exprime son incompréhension face au projet de Dieu pour lui. Mais nous y reviendrons demain ! Attardons- nous sur la question de Dieu ! Que fais-tu ici ? Voilà une question que Dieu vous pose aujourd‟hui ! Que fais-tu ici ? Que fais-tu là où tu es dans ta vie aujourd‟hui ? Es-tu à la place que Dieu t‟a assigné ? Vis-tu comme Dieu voudrait que tu vives ? Es-tu dans le projet qu‟il a prévu pour toi ? Il y a des questions que Dieu nous pose ; non qu‟il ne connaisse pas la réponse ; mais parce qu‟il veut nous interpeller. Dieu veut t‟interpeller aujourd‟hui : Que fais-tu aujourd‟hui ? Où en es-tu dans ta vie spirituelle ? Cette question n‟a pas pour but de nous embarrasser mais d‟établir un dialogue. Car Dieu est un Dieu de relation. Il veut nous parler, il veut nous entendre. Qu‟allons-nous lui répondre ? Il est prêt à tout entendre : à entendre notre embarras, notre désarroi, nos doutes et notre incompréhension. Esprit de prophétie « S‟il arrive, à la suite de circonstances pénibles, que des hommes de grande spiritualité, éprouvés à l‟extrême, se laissent aller au découragement et au désespoir, et s‟ils ne trouvent plus rien dans la vie qui les attire ou les attache, il ne faut pas s‟en étonner; cela n‟a rien d‟étrange, ni de nouveau. Qu‟ils se rappellent que le plus grand des prophètes s‟enfuit pour sa vie devant la colère d‟une femme exaspérée. Brisé de fatigue, exténué par les rigueurs de la route, en proie au plus cruel désespoir, le fugitif demanda de mourir. Mais c‟est alors qu‟il désespérait et que son œuvre semblait menacée d‟insuccès qu‟il reçut la plus précieuse leçon de sa vie. Il apprit au moment de son extrême faiblesse qu‟il est nécessaire et toujours possible de se confier en Dieu dans des circonstances paraissant insurmontables. S‟il arrive à ceux qui ont mis toutes leurs énergies au service d‟une cause exigeant des sacrifices de tomber dans le doute et le découragement, qu‟ils pensent à Elie et retrempent leur courage dans l‟exemple donné par le prophète. La sollicitude incessante de Dieu, son amour, sa puissance se manifestent plus particulièrement envers ses serviteurs dont le zèle est mal compris ou inapprécié, dont les conseils et les reproches sont méprisés, et dont tout essai de réforme se heurte à la haine et à la résistance..» Prophètes et rois, page 128 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, merci de te révéler à moi dans mes moments difficiles. Aide-moi dans ces moments à te parler sincèrement et de ne pas couper la communication avec toi. Merci d‟entendre et de comprendre mes doutes et mon incompréhension. Aide-moi à me reposer en toi entièrement. Amen.
  14. 14. Jour 13 Elie : quand le doute s‟installe (3) Texte de base « Il répondit: J‟ai déployé mon zèle pour l‟Éternel, le Dieu des armées; car les enfants d`Israël ont abandonné ton alliance, ils ont renversé tes autels, et ils ont tué par l‟épée tes prophètes; je suis resté, moi seul, et ils cherchent à m‟ôter la vie. [...] Mais je laisserai en Israël sept mille hommes, tous ceux qui n‟ont point fléchi les genoux devant Baal, et dont la bouche ne l‟a point baisé.» 1 Rois 19 : 10 et 18 Méditation Je trouve cet épisode de la vie d‟Elie passionnante. Elle a beaucoup de chose à nous enseigner si nous voulons laisser Dieu nous parler. A la question de Dieu, Elie va faire une réponse à Dieu. Une réponse venant du cœur. Une réponse où il exprime son incompréhension. J‟aime cette franchise du prophète Elie. Elie s‟épanche devant Dieu. Je crois que souvent, nous avons perdu cette proximité avec Dieu. Nous disons souvent que prier, c‟est parler à Dieu comme à son meilleur ami. Pourtant, nos prières sont si aseptisée, si formaliste que souvent elle n‟exprime pas la réalité de nos sentiments. Certes, il faut respecter Dieu. Elie le fait. Mais il dit à Dieu ce qu‟il ressent. Il a besoin de s‟ouvrir à Dieu parce qu‟il ne comprend pas. Dieu l‟a appelé, il a obéit. Pourtant, il a l‟impression de ne pas être entendu, de ne pas être compris. Il ressent la solitude du beaucoup de dirigeants ou de responsables quand les choses ne vont pas aussi qu‟il le voudrait. Nous avons souvent l‟impression que les choses ne vont pas à la vitesse que nous souhaitons dans notre vie et dans l‟Eglise. Nous souhaiterions voir les choses aller plus vite. Nous ne comprenons pas que Dieu nous appelle à faire certaines choses et que nous nous rendions compte que les choses n‟avancent pas, ne changent pas. Alors, comme Elie, on a l‟impression d‟être seul. Dieu va répondre à Elie : Dieu laissera 7 000 hommes qui n‟ont pas fléchi les genoux devant Baal. Cette réponse est un encouragement et un avertissement. Un encouragement parce que Dieu montre à Elie que son travail n‟est pas vain. Son implication n‟est inutile. Sa prédication n‟est pas vaine. Un avertissement parce que Dieu veut dire à Elie qu‟il ne doit jamais croire être le seul à avoir raison dans le peuple de Dieu. Il est très facile face à certaines situations dans nos vies et dans églises de nous croire être les seuls à avoir raison. Et souvent cette attitude conduit souvent certains à s‟ériger en juge implacable. S‟écartant ainsi du projet de Dieu. Jouant le rôle de Satan en devenant l‟accusateur des frères. La tentation est souvent grande de croire que l‟on est le seul à savoir, le seul à comprendre, le seul à être réveillé, le seul à comprendre le temps dans lequel nous vivons. Et bien non ! La réponse de Dieu à cette attitude : il y a 7 000 qui n‟ont pas abandonné. 7 000 qui continuent la course. 7 000 qui se battent pour défendre le projet de Dieu dans leur vie te dans l‟Eglise. Ici, Dieu rappelle à Elie la nécessaire solidarité des enfants de Dieu. Ne vous inquiétez pas ! Les choses sont difficiles certes dans nos vies et dans l‟Eglise. Mais la victoire est au bout. Les beaux jours de l‟Eglise sont devant elle. Dieu est à l‟œuvre ! Il tient les rênes. Faisons lui confiance. Esprit de prophétie « De nombreux chrétiens pensent qu‟ils n‟ont qu‟à s‟en référer au Christ seul en ce qui concerne la vérité et leur expérience religieuse, et qu‟ils n‟ont nul besoin d‟avoir recours à ses serviteurs. Il est vrai que Jésus est l‟ami des pécheurs, et que son cœur est ému de compassion à leur égard. Il a tout pouvoir dans le ciel et sur la terre, mais il se sert des moyens qu‟il a choisis pour éclairer et sauver les hommes. Il conduit les pécheurs à son Eglise, par laquelle il communique la lumière au monde.» Conquérants pacifiques, page 107 « Dans sa sagesse, le Seigneur a prévenu ce danger en établissant des liens étroits entre les croyants; le chrétien doit être uni au chrétien et l‟église à l‟église. C‟est ainsi que l‟humain coopérera avec le divin. Chaque moyen employé par Dieu, pour son œuvre, sera contrôlé par le Saint-Esprit. Tous les chrétiens seront unis pour agir avec méthode et sous une direction éclairée, afin d‟apporter au monde la bonne nouvelle du salut. » Conquérants pacifiques, page 144 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, aide-moi à ne jamais penser que je le seul à comprendre. Aide-moi à ne jamais m‟emmurer dans un égoïsme qui m‟érige en juge de mes frères et sœurs. Aide-moi à toujours croire que c‟est toi qui dirige ton église et à te faire confiance. Aide-moi à me mettre à ta disposition pour la poursuite de ton projet sur la terre et dans ma vie. Au nom de Jésus. Amen.
  15. 15. Jour 14 Elie : quand Dieu se révèle Texte de base « … Et après le feu, un murmure doux et léger. Quand Élie l`entendit, il s`enveloppa le visage de son manteau, il sortit et se tint à l`entrée de la caverne. Et voici, une voix lui fit entendre ces paroles: Que fais-tu ici, Élie?» 1 Rois 19 : 12 et 13 Méditation Lorsque nous sommes en proie au doute et accablé par les difficultés, Dieu se révèle à nous. Il vient à notre rencontre ! Il sait entendre et comprendre nos peurs et nos pleurs. Il ne nous accuse pas, ne nous fais de remontrances : il se présente comme un Père compatissant, désireux de renouer le contact. Souvent, c‟est nous qui l‟avons rejeté. C‟est nous qui avons refusé son projet. Mais il est Amour ! Il ne peut cesser de nous aimer. Et lorsque nous reconnaissons nos erreurs, il nous accueille les bras ouverts. Elie va vivre dans cette grotte une rencontre extraordinaire avec Dieu. Et la Bible nous donne des détails forts intéressants et nous permet de comprendre que Dieu n‟est pas toujours là où on l‟attend. Dieu va interpeller Elie et va passer devant lui. La Bible nous dit qu‟il y eut un vent fort et violent, ensuite un tremblement de terre ; et après un feu. Dieu n‟était pas dans toutes ces choses. Et le texte biblique termine en disant : « Et après le feu, un murmure doux et léger ! » Et là Elie réagit, il reconnait la présence de Dieu. Il prend la position de l‟adoration et de la soumission. Ce texte m‟invite à une profonde réflexion. Beaucoup aujourd‟hui, dans les communautés religieuses sont adeptes du bruit, du festif et de l‟ambiance. Pour eux, tout cela reflète la présence de Dieu. Ici Dieu ne se révèle pas dans les choses bruyantes. Non, il apparait dans le vent doux et léger. Oui, des fois et très souvent même, il faut savoir se taire et être dans le silence pour entendre ce murmure doux et léger. Il faut être à l‟écoute pour entendre Dieu. Pas besoin de grands sauts, de gesticulations ou de musiques bruyantes ! Juste une écoute attentive pour entendre ce vent doux et léger. Elie vit une rencontre avec Dieu et Dieu lui donne à nouveau une mission. Dieu lui présente son projet et Elie comprend qu‟il doit continuer à faire confiance à Dieu. Cette rencontre avec Dieu conduit Elie à renouveler ces forces. C‟est le but de chacune de nos rencontres avec Dieu, de nos moments d‟intimité avec notre Ami céleste : nous redonner du courage, redessiner la voie qui mène à l‟objectif éternel. Pour faire bref, nous remettre sur le chemin du projet qu‟il a prévu pour nous. Quand tout va mal dans ta vie, quand l‟incompréhension te guette, Dieu se révèle. Il vient vers toi. Il s‟exprime et il s‟explique. Pour l‟entendre, fais silence et écoute ! Ne panique pas ! Sois confiant ! Attends en silence le secours de l‟Eternel ! La véritable rencontre avec Dieu nous ramène vers la vraie adoration. Elle nous ramène à comprendre que seul dieu est capable de donner du sens à notre existence. Lui seul est digne de recevoir alors notre adoration. Rencontrer Dieu, c‟est sortir du chaos de nos vies, du tumulte de nos existences, du désordre de nos activités. Oui, Dieu remet de l‟ordre. Son projet pour nous a pour but de nous sortir de l‟engrenage néfaste du péché qui nous conduit vers la mort. Il veut nous redonner la vie, LA vraie vie : celle qui commence ici-bas avec lui et se poursuivra dans l‟éternité. Vaste projet ! Merveilleux projet ! Esprit de prophétie « L‟ange invita alors le prophète à sortir de la caverne, à se tenir sur la montagne devant Dieu et à prêter l‟oreille à ses paroles. “Et voici, l‟Eternel passa. Et devant l‟Eternel, il y eut un vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers: l‟Eternel n‟était pas dans le vent. Et après le vent, ce fut un tremblement de terre: l‟Eternel n‟était pas dans le tremblement de terre. Et après le tremblement de terre, un feu: l‟Eternel n‟était pas dans le feu. Et après le feu, un murmure doux et léger. Quand Elie l‟entendit, il s‟enveloppa le visage de son manteau, il sortit et se tint à l‟entrée de la caverne.” Dieu se révéla à son serviteur, non pas dans de violentes manifestations de sa puissance, mais dans “un murmure doux et léger”. Il désirait apprendre ainsi à Elie que ce n‟est pas toujours le travail exécuté dans les plus brillantes conditions qui a le plus d‟importance pour l‟accomplissement de ses desseins. Alors que le prophète attendait que Dieu se révélât à lui, une violente tempête se déchaîna; les éclairs sillonnèrent la nue, et un feu dévorant passa soudain. Mais Dieu n‟était pas dans ces éléments déchaînés. Ensuite, on entendit un murmure doux et léger. Elie se couvrit le visage en présence de l‟Eternel; il se calma, son esprit s‟apaisa et se soumit. Il comprenait maintenant qu‟une confiance tranquille, une ferme assurance en Dieu lui assureraient un secours efficace au moment du besoin. Ce n‟est pas toujours une présentation savante des vérités divines qui convainc et convertit les âmes. On n‟atteint le cœur des hommes ni par la logique, ni par l‟éloquence, mais par les douces influences du Saint-Esprit qui se font sentir silencieusement, mais sûrement, dans la transformation et le développement du caractère. Seul le murmure doux et léger de l‟Esprit de Dieu peut changer les cœurs.» Prophètes et Rois, page 124 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, je désire vivre aujourd‟hui cette rencontre avec toi. Je désire comme Elie entendre le murmure doux et léger de ta voix. Aide-moi à faire silence ! Aide-moi à taire autour de moi tous les bruits qui m‟empêchent de t‟entendre. Au nom de Jésus. Amen.
  16. 16. Jour 15 Dieu ou la dynamique de la rencontre. Texte de base « … Ils me feront un sanctuaire, et j`habiterai au milieu d`eux » Exode 25 : 8 Méditation Le but et le projet de Dieu a toujours été d'être en relation avec l'homme. Dès la création, nous voyons un Dieu qui est en relation. Le péché, comme perturbateur du projet divin, vient tout contrecarrer. Il met une séparation, une cassure, une distance entre Dieu et l'homme. Mais aussi entre l'homme et son prochain. Il faut donc un intermédiaire: quelqu'un qui fera le lien entre Dieu et l'homme. Quelqu'un qui réparera les cassures, toutes les cassures. (Entre Dieu et l'homme, entre l'homme et son prochain) Au peuple d'Israël qu'il vient de délivrer, Dieu va leur demander de lui faire un sanctuaire. Il ne s'agit pas d'une simple construction. Il ne s'agit pas d'un simple lieu pour abriter ou enfermer Dieu. Rien ne peut contenir notre Dieu. Et rien n'est assez magnifique à lui consacrer. Cette construction n'a qu'un but et Dieu l'exprime dans notre texte de base: "... Et j'habiterai au milieu d'eux." Le but du sanctuaire est donc la rencontre. La rencontre de Dieu avec son peuple. D'ailleurs, la tente qui abrite le sanctuaire est aussi appelé tente de la rencontre. Cette rencontre n'est pas seulement rencontre de Dieu avec son peuple. C'est aussi la rencontre des membres du peuple entre eux. Il y a donc cette double dimension. C'est cette double dimension qui renforce la notion de peuple. C'est cela la définition de l'Eglise. L'église regroupe ceux qui ont ce désir de vivre la rencontre avec Dieu. Toute rencontre avec Dieu nous amène à considérer l'autre. Tout culte, toute réunion à l'église vise la rencontre avec Dieu. C'est cette présence de Dieu qui rend nos rencontres importantes. C'est cette présence de Dieu dans un lieu consacré, qui nous vivifie et revigore. Ce ne sont ni le lieu, ni le programme en eux-mêmes qui sont essentiel, mais le Dieu qui nous y invite. Nos cultes, nos moments d'adoration à l'Eglise visent-ils la rencontre avec Dieu? Qu'est-ce qui est le plus important: le programme ou la rencontre avec Dieu? Si nous comprenons le désir de rencontre de Dieu, si nous prenons conscience que chaque rassemblement d'église a pour but la rencontre, vous conviendrez avec moi que le programme n'est qu'un moyen et non une fin en soi. Le programme qui se déroule dans nos lieux de culte doit avoir comme objectif une rencontre personnelle de chaque membre avec Dieu. Trop souvent, il arrive que les contingences du programme prennent le pas sur la rencontre avec Dieu. Trop souvent, nous portons plus d'attention au déroulé du programme plus qu'à être ouvert à la présence et à la Parole de Dieu. Dans le sanctuaire, le pécheur ne sort pas avec le même état d'esprit avec lequel il est entré. Il entre en pécheur, conscient de sa faute, courbé par le péché. Mais il ressort de la tente de la rencontre justifié. Quelque chose s'est passé. Il y a un changement. Il a, comme dit le chant, déposer ses fardeaux dans le sanctuaire. Il repart léger. Aujourd'hui, nos rassemblements dans nos lieux de rencontres (que ce soit un temple, une église, une salle, un local ou autre) doivent nous trouver différents à la sortie. Il doit y avoir un avant et un après. Nous devons repartir léger, pardonné, ayant vécu collectivement une rencontre avec Dieu. C'est dans la dynamique de la rencontre que Dieu nous change. C'est dans cette dynamique que nous croissons spirituellement. Le projet de Dieu pour nous est qu'il désire nous voir renouer une relation pleine et entière avec Lui. Cette relation passe par ces temps de rencontre. De rencontre véritable où nous rencontrons véritablement Dieu. De rencontres où le programme est un moyen pour nous amener à entrer en communion avec le Dieu infini. Esprit de prophétie « A moins que des idées correctes sur le véritable culte et sur le vrai respect ne soient inculqués aux membres, il y aura une tendance croissante à placer les choses sacrées et éternelles sur le même plan que les choses profanes, et ceux qui proclament la vérité offenseront Dieu et déshonoreront cette vérité elle-même. Ils ne pourront jamais, avec leurs idées frustres, apprécier un ciel pur et saint et être prêts à se joindre aux adorateurs de Dieu, là-haut, dans les cours célestes où tout est pureté et perfection, où chaque être témoigne une parfaite révérence pour Dieu et pour sa sainteté. Selon les indications de Paul, l‟œuvre des ambassadeurs de Dieu consiste à rendre tout homme parfait en Christ. » Avec Dieu chaque jour, 8 octobre, page 302 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, je désire, à chaque fois que je me rends dans un lieu de culte, vivre une véritable rencontre avec toi. Aide-moi par mon attitude, mon implication et ma consécration à favoriser cette rencontre avec toi lorsque je suis dans l‟assemblée des saints. ! Aide-moi à ressentir ta présence dans le lieu de culte, à avoir foi que tu es pleinement présent. Au nom de Jésus. Amen.
  17. 17. Jour 16 Jonas : quand le projet de Dieu n‟entre pas dans ma logique. Texte de base « La parole de l`Éternel fut adressée à Jonas, fils d‟Amitthaï, en ces mots:1:2 Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie contre elle! Car sa méchanceté est montée jusqu`à moi.» Jonas 1 : 1 et 2 Méditation L'histoire de Jonas m'a toujours paru assez bizarre. J'ai tellement entendu de prédications sur la vie de Jonas que je la connais par cœur. Pourtant, plus je la relis, plus j'y découvre des vérités essentielles pour la vie spirituelle de tout chrétien. Et particulièrement alors que nous sommes à quelques jours du prochain retour de Jésus. Je crois que le fait que nous aimions ce prophète, c‟est que Jonas nous ressemble tous. Même si nous ne voulons pas l‟avouer, Nous avons tous été à un moment ou un autre de notre existence un Jonas. De plus, le livre de Jonas semble inachevé. Nous n‟avons pas la réponse de Jonas à l‟interpellation de Dieu. Nous restons sur notre faim. Mais finalement, je crois qu'elle est inachevé parce que la suite de son histoire, c'est une réponse que Dieu attend de nous. C‟est chacun que Dieu interpelle. Voici l'histoire d'un prophète que Dieu appelle. Nous avons dit dans une précédente méditation que lorsque Dieu nous appelle, c‟est parce qu‟il a déjà mis à notre disposition les capacités nécessaires pour réaliser ce qu‟il nous demande. Mais il est bizarre de voir une personne que Dieu appelle faire tout le contraire de ce que Dieu lui demande. Certains se disent sûrement: Pourquoi Dieu appelle-t-il Jonas alors que dans sa prescience il sait que celui-ci va faire le contraire? L'attitude de Dieu est ici à noter. Elle est pleine de bonté envers l'humain pécheur et révèle une leçon pour nous aujourd'hui. Très souvent, dans nos communautés, lorsque l'on dit qu'un homme a été appelé par Dieu, on s'attend à voir un homme parfait. Une sorte de super chrétien en veste et cravates. Pourtant, l'histoire de Jonas nous apprend une chose: lorsque Dieu nous appelle, cela ne signifie en rien que nous sommes meilleurs que d'autres. Cela ne signifie en aucun cas que celui qui est appelé est parfait. Ce n'est pas un parvenu, quelqu‟un qui est au sommet de sa vie spirituelle. Non ! Celui qui répond à l‟appel de Dieu est tout simplement un pécheur justifié, conscient de son besoin de Dieu et qui accepte d'entrer dans le projet de Dieu pour lui. En réalité, aucun de nous n‟est assez bon en lui-même pour devenir un serviteur, un prophète ou un prédicateur au service de Dieu. Nous nous mettons au service de Dieu en reconnaissance de ce qu‟il a fait pour nous. Et la fonction à laquelle Dieu nous appelle est un choix de Dieu. C‟est Dieu qui qualifie ! C‟est Dieu nous emploie et nous donne nos tâches. Dans le choix de Jonas, Dieu choisit Jonas parce qu'il a aussi une leçon pour lui. Il veut lui enseigner quelque chose. L'appel de Dieu ne signifie en aucun cas que nous connaissons tout, que nous n'avons plus besoin d'apprendre. Tous nous sommes appelés par Dieu pour une mission particulière et spécifique. Cela ne doit en aucun cas faire de nous des êtres supérieurs. Nous demeurons des serviteurs au même titre que tous les autres. Restons humbles face au Seigneur ! Tout ce que nous faisons et que nous faisons bien, n‟est pas dû à nous, mais à Dieu qui nous inspire. Retenons une chose : Le projet de Dieu pour moi ne s'arrête pas quand je réponds à son appel. Il ne fait que débuter. Le but de Dieu est que je progresse jusqu'à ressembler à Jésus. L‟œuvre qu‟il a commencé en toi, il souhaite le terminer. Fais-lui confiance Esprit de prophétie « Si le Seigneur nous envoie, comme Jonas, à Ninive, il ne veut pas que nous nous rendions à Joppé ou à Capernaüm. Il a des raisons pour nous envoyer là où nos pas ont été dirigés. Peut-être y a-t-il où nous sommes quelque âme à secourir. Celui qui conduisit l‟évangéliste Philippe vers le ministre éthiopien, l‟apôtre Pierre vers le centenier romain, Corneille, et la jeune fille israélite vers le capitaine syrien, Naaman, envoie aujourd‟hui des hommes, des femmes, des jeunes gens pour le représenter auprès de ceux qui ont besoin des secours et des directives célestes. » Ministère de la guérison, chapitre 40 Dans son amour et son intérêt à notre égard, celui qui nous connaît mieux que nous-mêmes ne nous permet pas de chercher à satisfaire égoïstement notre ambition. Il ne tolère pas que nous évitions ces devoirs humbles mais sacrés qui nous attendent autour de nous, car ceux-ci nous préparent souvent pour une œuvre plus importante. Nos plans sont souvent déjoués afin que s‟accomplissent ceux du Seigneur. » Ministère de la guérison, chapitre 40 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, je prends conscience que lorsque tu m‟appelles, tu désires faire un travail en moi. Aide-moi à rester humble et à toujours regarder à toi. Au nom de Jésus. Amen.
  18. 18. Jour 17 Jonas : quand le projet de Dieu n‟entre pas dans ma logique (2). Texte de base « Jonas, dans le ventre du poisson, pria l‟Éternel, son Dieu. 2:2 Il dit: Dans ma détresse, j‟ai invoqué l‟Éternel, Et il m‟a exaucé; Du sein du séjour des morts j‟ai crié, Et tu as entendu ma voix..» Jonas 2 : 1 et 2 Méditation Jonas s'est donc enfui à l'opposé de la destination que Dieu lui préconise. Il s'enfuit loin de la mission, croyant ainsi fuir Dieu. Croyant du coup fuir le projet que Dieu a pour lui. Mais dans le bateau qui l'emmène au loin, il se rend compte qu'il ne peut fuir Dieu. La tempête qui secoue l‟embarcation lui fait prendre conscience que fuir n'est pas la bonne méthode. Pour que la tempête cesse, il préconise qu‟on le jette à la mer. Être jeté à la mer pour Jonas est une énième fuite. Une fuite qu'il pense être définitif. Dieu ne pourra lui reprocher de ne pas être allé à Ninive puisqu'il ne sera plus là. Fuir les plans de Dieu peut nous amener très loin. Beaucoup de personnages bibliques l'ont vécu. Mais, toutes ces péripéties nous ramènent toujours vers un point: Dieu. Tous les détours nous ramènent à une vision juste: le projet de Dieu pour nous est le meilleur. Mais Dieu nous a laissé la liberté de choix: si nous persistons à le fuir, il ne nous obligera pas. Mais, il laissera toujours la porte ouverte nous permettant de revenir. Toujours son Esprit nous parlera pour nous convaincre de péché, de justice et de jugement. Mais Jonas semble ignorer que Dieu est Tout-Puissant. Lorsque nous voulons le contourner, il se retrouve toujours sur notre chemin. Jonas est donc jeté à la mer. La tempête se calme. Jonas est à l‟eau. Il flotte tant bien que mal. Ou il coule s‟il ne sait pas nager ! Mais Dieu intervient ! Un gros poisson va avaler Jonas ! La Bible ne parle pas de baleine, mais d‟un gros poisson. Dans le ventre du gros poisson, Jonas aura le temps de réfléchir. Il fait un retour sur lui-même. Trois jours pour prendre conscience de sa faute et de sa fuite. Et Jonas va rencontrer Dieu dans le ventre de la baleine. Dieu nous offre toujours l‟opportunité de le rencontrer, l‟occasion de le retrouver. Cela peut être dans une chambre en secret, dans un lieu de culte, dans la salle d‟attente d‟un médecin ou encore comme Jonas dans des lieux improbables : en l‟occurrence ici dans le ventre d‟un poisson. Cette rencontre remet Jonas sur la bonne route. Il est vomi par le poisson et prend un bateau. Direction Ninive. Il s‟en va pour la mission que Dieu lui a confiée. Et Il va prêcher. Il va élever la voix. Il va parcourir la ville délivrant son appel à la repentance. Ensuite, il se met en retrait parce que pour lui Dieu va détruire cette ville. Il se met donc au premier rang pour assister à la destruction de Ninive. Drôle de prophète. Il prêche mais ne souhaite pas être compris et entendu. Il prêche mais sans conviction. Il ne s‟attend pas à une réponse positive. Ne nous arrive-t-il pas d‟agir ainsi ? Nous prêchons mais en nous disant que les gens ne répondront pas, qu‟ils sont intéressés par autre chose. Nous parlons des disciples à la Pentecôte qui ont baptisé trois mille âmes, mais nous n‟y croyons pas aujourd‟hui. Nous minimisons les capacités de la Parole de Dieu. Nous minimisons la puissance de la Parole de Dieu. L‟auteur de l‟épître aux Hébreux déclare : « Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu`une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu`à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. » Hébreux 4 : 12 Fort souvent, nous pensons que ce sont les qualités du prédicateur qui donnent de la force à la Parole de Dieu. La puissance ne se trouve pas dans le prédicateur, mais dans la Parole elle-même, car elle vient du Dieu fort et puissant. Croyons-nous véritablement en la puissance de la Parole de Dieu ? Elle peut faire en vous un travail formidable si vous avez foi en celui qui parle : le Dieu Tout-Puissant. Esprit de prophétie « Le message d‟avertissement doit être diffusé de ville en ville, de cité en cité et d‟un pays à l‟autre, non en cherchant à éblouir le public, mais par la puissance de l‟Esprit et avec le concours d‟hommes de foi. » » Evangéliser, chapitre 2 « La vérité renferme une puissance vivante, et le Saint-Esprit est l‟agent qui permet aux esprits humains d‟accéder à la vérité. Mais il faut que les pasteurs et tous les ouvriers qui proclament la vérité fassent preuve de conviction et de détermination. Ils doivent aller de l‟avant avec foi, et présenter la Parole comme des gens qui y croient. Efforcez-vous de faire comprendre à ceux auprès desquels vous exercez votre ministère qu‟il s‟agit de la vérité de Dieu. Prêchez Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. Ainsi seront mis en évidence les mensonges de Satan. » Evangéliser, chapitre 46 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, aide-moi à croire en la puissance de ta Parole. Aide-moi à accomplir avec conviction et foi la mission que tu m‟as confié. Aide-moi à ne pas me confier en moi, sur mes capacités, mon éloquence mais sur toi ! Au nom de Jésus. Amen.
  19. 19. Jour 18Jonas : quand le projet de Dieu n‟entre pas dans ma logique (3). Texte de base « Et l`Éternel dit: Tu as pitié du ricin qui ne t`a coûté aucune peine et que tu n`as pas fait croître, qui est né dans une nuit et qui a péri dans une nuit. Et moi, je n`aurais pas pitié de Ninive, la grande ville, dans laquelle se trouvent plus de cent vingt mille hommes qui ne savent pas distinguer leur droite de leur gauche, et des animaux en grand nombre!» Jonas 2 : 1 et 2 Méditation Voilà Jonas sur son promontoire ! Il attend que Dieu intervienne ! Il attend de voir le feu tomber du ciel. Ce peuple n‟est pas le peuple de Dieu. C‟est un peuple étranger. Un peuple qui a déjà attaqué Israël. Jonas s‟en souvient. Et aujourd‟hui, Dieu lui demande pourtant de présenter un message de repentance à ce peuple. Dieu attire notre attention sur plusieurs choses ici. La première leçon est celle du pardon. Savons-nous pardonner ? Savons-nous vraiment et totalement pardonné ? La deuxième leçon : nous avons un message d‟espoir à porter. Nous ne pouvons pas choisir les destinataires de ce message. Il est pour e langue, tribu et peuple. Quel que soit leur histoire présente ou passé. Jonas va jusqu‟à se fâcher contre Dieu. Il a du mal à comprendre la bonté et l‟amour de Dieu. Il ne comprend pas pourquoi ne fait pas ce qu‟il a dit. Pourquoi il ne détruit pas. Il est tellement irrité qu‟il demande à mourir. Jonas ne voit le monde que depuis son promontoire. Il ne voit le monde qu‟à travers ses sentiments, ses blessures, son passé. Il a du mal à sortir de lui-même. Fort souvent, nous agissons comme Jonas. Nous vivons en projetant sur Dieu nos propres sentiments. Nous voyons le monde à travers notre logique. Nous voulons façonner le projet de Dieu selon notre vision des choses. Dieu désire que nous comprenions que, pour mieux comprendre la vie, il nous faut prendre de la hauteur. Prendre de la hauteur, c‟est avoir une vision divine des choses. C‟est entrer dans le projet de Dieu. Avoir une vision cosmique du grand conflit entre le bien et le mal. Jonas n‟a pas cette vision. Il campe sur ses positions, sur ce qu‟il pense être la bonne vision du monde. Il refuse de sortir de lui-même pour entrer dans le projet de Dieu. Fort souvent, notre vie est rempli d‟amertume, de rancune, simplement parce que nous refusons de prendre de la hauteur et de voir les choses avec les yeux de Dieu. Pour y arriver, il faut vivre une vraie transformation, une vraie relation avec Dieu. Jonas se fâche et Dieu lui demande s‟il a vraiment des raisons de se fâcher. Cette question devrait faire réfléchir Jonas. Lui qui est resté trois jours dans le ventre d‟un poisson devrait être sensible aux questions de Dieu. Mais il ne l‟est pas. Il s‟attache à sa propre vision du monde. Il est aveugle. Il arrive que notre attachement à ce que nous croyons être vrais dans certaines situations, nous empêche de voir comment Dieu est intervenu dans nos vies par le passé. Mais Jonas ne répond pas à la question de Dieu. Il attend encore le feu d‟artifice de la destruction de Ninive. Et Dieu va utiliser une parabole. Sous le soleil de son promontoire, Dieu fera pousser un ricin. Jonas est heureux. Il est à l‟ombre. Il persiste à croire que Dieu détruira. Il fait grève. Mais Dieu fait mourir le ricin. Jonas se fâche. Il prend la mouche. Il ne comprend pas pourquoi ce ricin est mort. Son coin d‟ombre a disparu. Et là, Dieu lui pose une question : comment peut-il s‟émouvoir pour un ricin et pas pour les habitants de Ninive ? Cette question de Dieu nous est tous adressé. Cette question nous invite à remettre les choses à leur place. A revenir à l‟essentiel. A donner de la valeur à ce qui en a. Esprit de prophétie « Ce n‟est pas en vain qu‟il proclama ce message. Le cri qui résonna dans les rues de la ville païenne circula de bouche en bouche, jusqu‟à ce que tous les Ninivites eussent entendu l‟effrayante nouvelle. L‟Esprit de Dieu fit pénétrer profondément les paroles de Jonas dans le cœur de chacun, et des foules frémirent à l‟idée de leurs péchés, et se repentirent en s‟humiliant dans la poussière. […]Lorsque Jonas apprit que Dieu avait décidé d‟épargner la ville qui s‟était repentie de ses péchés en prenant le sac et la cendre, au lieu d‟être le premier à se réjouir de ce miracle de la grâce, il se laissa gagner par l‟idée qu‟on le considérerait comme un faux prophète. Jaloux de sa réputation, il perdit de vue la valeur infiniment grande des âmes de cette ville corrompue. La compassion manifestée par le Seigneur envers Ninive repentante “déplut fort à Jonas, et il fut irrité.» « […]Confus, humilié, incapable de comprendre les desseins de Dieu qui épargnait Ninive, Jonas avait cependant accompli sa mission, consistant à avertir cette grande ville. Et bien que l‟événement prédit ne se soit pas réalisé, le message du prophète n‟en émanait pas moins de Dieu, et il atteignait le but souhaité: la puissance de la grâce divine fut connue parmi les païens. Ceux qui, depuis longtemps, “avaient pour demeure les ténèbres et l‟ombre de la mort, vivaient captifs dans la misère et dans les chaînes”, et “dans leur détresse, ils crièrent à l‟Eternel, et il les délivra de leurs angoisses; il les fit sortir des ténèbres et de l‟ombre de la mort, et il rompit leurs liens”. “Il envoya sa parole et les guérit, il les fit échapper de la fosse. […]La patience de Dieu est très grande, au point que lorsque nous considérons l‟outrage continuel réservé à ses saints commandements, nous sommes émerveillés. Le Tout-Puissant n‟a pas exercé son pouvoir comme il aurait pu le faire, mais soyons sûrs qu‟il punira les méchants qui se moquent des justes revendications du Décalogue. » Prophètes et Rois, page 207 à 211. Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, aide-moi à croire en la puissance de ta Parole. Aide-moi à accomplir avec conviction et foi la mission que tu m‟as confié. Aide-moi à ne pas me confier en moi, sur mes capacités, mon éloquence mais sur toi ! Au nom de Jésus. Amen.
  20. 20. Jour 19 Le projet de Dieu : croire en ma valeur. Texte de base « Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes œuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien.» Psaume 139 : 14 Méditation Nous vivons dans une société dans laquelle beaucoup ne trouvent plus leur place. Dès que vous ne répondez pas à certains standards, vous êtes mis de côté. Aujourd‟hui, ce n‟est plus l‟humain qui est important, c‟est le profit. Et dans cette société du profit, beaucoup ont du mal à suivre. Tout est fait pour écarter Dieu. Moins on fait référence au religieux, mieux c‟est. Le vécu de la foi est renvoyé dans la sphère privé. On nous demande donc d‟être schizophrènes. Religieux chez nous et simplement humaniste en public. Pour tout chrétien qui se respecte et qui a compris l‟enseignement biblique, cela est impossible. Notre vie, nos valeurs, nos choix, notre conception de la vie découlent de notre relation avec Dieu. Dans le contexte biblique, il nous est impossible de séparer ce que nous croyons de ce nous faisons. Impossible de vivre en relation avec Dieu seulement dans la sphère privée. Cette relation avec Dieu déborde vers l‟extérieur. Ainsi, le christianisme ne se vit pas dans le secret. Cela se remarque. Cela se voit. Beaucoup de nos contemporains ont du mal à trouver un sens à leur existence. Avoir de l‟argent, c‟est important. Mais cela ne donne pas toujours un sens à l‟existence. Beaucoup aujourd‟hui en arrive à se suicider au travail. Jamais le monde du travail n‟a compté autant de personne déprimée et dépressive. De personne qui ne voit plus l‟utilité de ce qu‟ils font. Ils n‟ont pas l‟impression de s‟épanouir personnellement et d‟être utile à la communauté. Vous l‟avez constaté comme moi : plus une société rejette Dieu, plus ceux qui la composent ont du mal à trouver un sens à leur vie. Pour faire face à la perte de sens et au vide de leur existence, il se tourne vers toute sorte d‟activités capables de faire monter leur adrénaline. Nous avons dans cette société une propension à vouloir aller au bout de nos limites, à toucher l‟extrême et à nous faire peur. A vivre aux frontières de la vie. A vouloir côtoyer la mort pour mieux se sentir en vie. Cela se voit dans certains sports (vitesse, sport extrême, poursuite de records même si pour y arriver, il faut se doper, …), dans certaines habitudes de vie (insécurité routière, prise de risque, banalisation de produits néfastes pour la santé,…). L‟homme vit une fuite en avant pour soulager la perte de sens de son existence. La production cinématographique aujourd‟hui en est un exemple. Pour fuir la réalité, il se crée des mondes où tout est possible. Où il peut donner libre cours à son imagination, soit en créant un monde idéal soit en donnant libre cours à sa rage intérieure. Ce vide et cette perte de sens ne trouvent sa solution que dans une relation pleine et entière avec Dieu. Notre vie ne prend du sens et devient utile à la communauté que lorsque nous acceptons le projet de Dieu. Il n‟y a que ce projet qui donne du sens à notre vie. Il n‟y a que ce projet qui nous permet de vivre au présent sans avoir peur de l‟avenir. Demain, nous continuerons cette réflexion. Esprit de prophétie « Dans le service rituel israélite, tout sacrifice devait être sans défaut. L‟Ecriture nous demande d‟offrir nos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui constitue de notre part un culte raisonnable. Nous sommes l‟ouvrage de Dieu. Méditant sur l‟œuvre de Dieu dans l‟homme, le Psalmiste s‟écrie: “Je suis une créature si merveilleuse.” Psaumes 139:14. De nombreux savants possèdent la théorie de la vérité sans comprendre les lois qui régissent leur être. Dieu nous a confié des dons et des talents; nous devons en tirer le meilleur profit, en tant que ses fils et ses filles. Si nous sacrifions nos énergies mentales et physiques à de mauvaises habitudes ou à de pernicieuses inclinations, il nous sera impossible d‟honorer Dieu comme nous le devrions. » Conseils sur la nutrition et les aliments, page 22. « A travers les siècles, l‟accession aux richesses et aux honneurs a toujours constitué une menace pour l‟humilité et la spiritualité. C‟est au moment où un homme réussit, où ses semblables parlent de lui favorablement, qu‟il est en grand danger. L‟homme conserve toujours sa nature humaine. La prospérité spirituelle ne peut être maintenue qu‟aussi longtemps que l‟homme sent sa dépendance totale envers Dieu pour l‟acquisition de la sagesse et de la perfection du caractère. Et ceux qui ont le mieux conscience de leur besoin de dépendre de Dieu sont généralement ceux qui disposent le moins de richesses ou d‟honneurs humains pour s‟y appuyer.» Conseils à l’économe, page 153 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, aide-moi à du discernement sur la société qui m‟entoure ! Aide-moi à prendre les bonnes décisions celle qui entrent dans le cadre de ton projet pour moi ! Au nom de Jésus. Amen.
  21. 21. Jour 20 Le projet de Dieu : croire en ma valeur (2). Texte de base « C‟est toi qui as formé mes reins, Qui m‟as tissé dans le sein de ma mère.» Psaume 139 : 13 Méditation Comme nous l‟avons dit hier, nous vivons dans une société où l‟être humain ne trouve plus le sens. Il s‟est donc engouffré dans toutes sortes d‟activités pour oublier son vide intérieur. Nous vivons dans une société où le corps humain est déprécié. L est étalé et maltraité. Ce corps, pour des questions de mode, est découvert et montré à tous ! Ce qui devrait être caché est mis en évidence. La notion de respect est devenue flou voire inexistante. Les propos crus et les injures sont devenus une manière de parler. La montée du racisme, de la xénophobie et de l‟intolérance fait craindre des lendemains sombres. Je crois qu‟en tant que chrétien, nous avons un message à faire passer aujourd‟hui. Les valeurs de la Bible nous offrent l‟opportunité de mettre en avant les notions de respect, de tolérance, d‟accueil de l‟autre dans sa différence et de considération pour le corps. Je ne peux pas parler du projet de Dieu sans réaliser que je suis une créature. Sans réaliser que je suis soumis à ce Dieu. Je le reconnais comme Père, Sauveur et Seigneur. Père parce qu‟il m‟a crée ; Sauveur parce qu‟il m‟a racheté du péché et Seigneur parce qu‟il est aujourd‟hui celui pour lequel je vis. Je vis selon ces principes et valeurs. Parler d‟un projet spécifique prévu par Dieu pour chaque être humain, c‟est prendre conscience qu‟en quelque part, nous sommes tous liés. Nous avons tous le même Père. Il est très facile aujourd‟hui d‟entrer dans un mode de fonctionnement ou l‟individualisme prime. Et il est dommage que même nos communautés religieuses acceptent cet individualisme comme une manière valable de vivre. Pourtant, le texte biblique m‟invite à prendre conscience de l‟existence de l‟autre, à aimer l‟autre, à le soutenir. Et l‟apôtre Paul m‟invite même à considérer l‟autre avant moi-même. Reconnaitre le projet de Dieu pour moi, c‟est aussi comprendre que j‟ai aussi besoin des autres. Nous sommes connectés les uns aux autres. Impossible d‟être dans ce monde sans parler de relation : relation avec Dieu et relation les autres. Nous comprenons donc que les concepts de race supérieure, de racisme et de xénophobie sont étrangers au projet de Dieu. Nous comprenons aussi que ce qui fait la valeur d‟un homme n‟a rien à voir avec son rang social, son salaire ou le quartier qu‟il habite. Tout être humain mérite mon respect, ma considération parce qu‟il est créature de Dieu et que Dieu a aussi pour lui un projet. Je suis des fois affligé de voir comment nous nous traitons les uns les autres. Affligé parce qu‟il m‟arrive aussi d‟avoir des attitudes et des schémas de pensée qui vont à l‟encontre de ce Dieu veut. Ma nature pécheresse m‟aveugle et fausse mon regard. Tout le projet de Dieu vise à transformer notre regard, à modifier notre perception du monde. Et c‟est pourquoi l‟apôtre Paul nous invite à un renouvellement de notre intelligence. Un vrai changement intérieur. Il ne s‟agit pas d‟un pansement. Il s‟agit d‟une vraie opération chirurgicale. Pour employer un terme informatique, il s‟agit de formater notre disque dur, de changer complètement le programme. Régulièrement, les programmes informatiques changent. Pour être plus performants et plus pratique pour l‟utilisateur. Dieu veut changer notre programme. Le virus du péché a tout déprogrammé. Il faut un antivirus puissant mais aussi une nouvelle programmation. L‟Eglise aujourd‟hui, doit être le lieu de la rencontre et de l‟acceptation de l‟autre. L‟Eglise doit être le lieu de l‟apprentissage de la relation retrouvée : une relation où le respect, la tolérance, le pardon sont pleinement présents. Des lieux d‟accueil où l‟âme brisée trouvera refuge et attention. Etre dans le projet de Dieu, c‟est prendre conscience de ma valeur, de la valeur de tout être humain et d‟agir en conséquence. Je ne suis pas n‟importe qui. Je suis un être créé par Dieu pour un but précis. Je dois jouer mon rôle ici-bas et le faire bien. Esprit de prophétie « Lorsqu‟on s‟arrête aux petites divergences, on en arrive à des actes qui détruisent la fraternité chrétienne. Ne permettons pas à l‟ennemi d‟obtenir ainsi l‟avantage sur nous. Approchons-nous toujours plus près de Dieu et plus près les uns des autres. C‟est ainsi que nous serons des térébinthes de la justice plantés par le Seigneur, et arrosés par le fleuve de vie. Que de fruits nous porterons alors! Le Christ n‟a-t-il pas dit: “Si vous portez beaucoup de fruit, c‟est ainsi que mon Père sera glorifié.” Jean 15:8.» Conseils à l’Eglise, page 32. « La vie du Christ a établi une religion sans caste, une religion dans laquelle Juifs et Gentils, libres et esclaves, unis par les liens de la fraternité, sont égaux devant Dieu. Rien d‟artificieux ne teintait ses actes. Il ne faisait aucune différence entre voisins et étrangers, amis et ennemis. Ce qui touchait le cœur de Jésus, c‟était l‟âme assoiffée de l‟eau de la vie. » Ministère de la guérison, page 22. « Le Christ n‟a cessé, au cours des siècles, de réveiller dans les âmes le sentiment de la fraternité divine. Soyez ses collaborateurs. Tandis que règnent dans le monde la méfiance et l‟indifférence, ses disciples doivent manifester l‟esprit qui règne au ciel. » Ministère de la guérison, page 132 Ma prière pour aujourd’hui : Seigneur, aide-moi à ne jamais me croire supérieur même quand j‟ai découvert ton projet pour moi. Aide-moi à prendre en compte le fait que j‟ai besoin des autres. Au nom de Jésus. Amen.

×