Passons les portes avec Jeanne Antide

166 vues

Publié le

A l’occasion du 24 aout, date de l’entrée au ciel de notre fondatrice et en lien avec le thème de l’année jubilaire, nous évoquons les portes franchies par Sainte Jeanne-Antide Thouret au cours de sa vie (27 novembre 1765- 24 aout 1826). Cette évocation est inspirée par une célébration composée par sr Anne-Claire Bertrand à Sancey pour les Amis de Jeanne-Antide.

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
166
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
37
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Passons les portes avec Jeanne Antide

  1. 1. De Sancey à Naples
  2. 2. Il y a tant de portes à franchir dans nos vies!
  3. 3. Portes de nos maisons, de nos communautés, portes de nos familles, de nos quartiers, portes de nos églises, portes de nos pays et de nos cultures … Chaque porte ouverte nous invite à rencontrer l’autre, nous invite au voyage pour découvrir d’autres rivages, d’autres visages ! Porte de nos frères et sœurs, porte du silence, porte de Dieu : c’est Jésus qui nous invite au passage ! La Parole de Dieu en saint Jean (Jn 10, 1-11) « Oui, je vous le dis : si quelqu’un n’entre pas par la porte dans l’enclos des brebis, mais s’il passe par-dessus le mur à un autre endroit, c’est un voleur et un bandit. Mais celui qui entre par la porte, c’est le berger des brebis. Le gardien lui ouvre la porte, et les brebis écoutent la voix du berger. Il appelle ses brebis chacune par son nom et il les conduit dehors. Quand il les a fait sortir, il marche devant elles. Et ses brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix. [...] La porte, c’est moi. Celui qui entre en passant par moi sera sauvé. Il pourra entrer et sortir et il trouvera de la nourriture. […] Moi, je suis venu pour que les gens aient la vie, et pour que cette vie soit abondante. Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. » Il y a tant de portes à franchir dans nos vies! Avec Lui Jésus, le Bon Berger, comme Jeanne-Antide, franchissons les portes de nos vies!
  4. 4. La Porte de la Naissance et du Baptême c’est là que tout commence ! « Jeanne-Antide naît le 27 novembre 1765 à Sancey le long, baillage de Baume les Dames en Franche Comté ! Son père Jean François Thouret, sa mère Jeanne-Claude Labbe furent réjouis de sa naissance parce qu’ils avaient des fils et point de filles ! Elle eut au baptême pour parrain Modeste Biguenet et pour marraine Jeanne-Antide Vestremayr ! » Il y a tant de portes à ouvrir dans nos vies ! Et pour nous Quelles portes se sont ouvertes depuis notre baptême? Quels chemins depuis ce jour ?
  5. 5. La porte de la famille où tout se construit ! Jeanne-Antide grandit …Sage, réfléchie, avenante ! Comme une plante puise sa vie dans son terreau, s’épanouit avec le soleil, Jeanne- Antide reçoit en héritage avec la vie les plus belles qualités des filles des montagnes de la Comté ! Dieu la conduit, Il prépare sa servante ! Ne nous dit-on pas dans une phrase courte mais limpide que Jeanne-Antide « était occupée continuellement au soin et à la conduite de la maison de son père, elle était comme la mère de ses frères, d’une jeune sœur, d’un oncle et d’une tante et des domestiques les assistant en santé comme en maladie… » Il y a tant de portes à ouvrir dans nos vies ! Et nous Quelle prière, quelle action de grâce pour nos familles, terreau de nos vies, de nos appels, de nos vocations ?
  6. 6. La porte de la compassion où le cœur s’éveille à la tendresse de Dieu ! « Dès que Jeanne-Antide eut l’âge de raison elle gémissait en secret de voir sa bonne et pieuse mère extrêmement affligée sans pouvoir y remédier ! Elle lui donna toutes les consolations qui étaient en son pouvoir, jusqu’à sa mort » Le jour vint où Jeanne-Claude épuisée par les fatigues et les chagrins s’éteignit doucement dans les bras de sa fille ! Attentive jusqu’au bout envers elle, Jeanne-Antide a puisé auprès de sa mère ce sens de l’autre, de l’accueil, de la compassion pour tous, pour les plus pauvres et les malades ! Attentive elle l’est envers tous et surtout envers les pauvres qui se présentent à la porte de la maison ! « Elle cachait les aliments dont elle se privait pour les leur donner secrètement ! La compassion qu’elle leur portait faisait qu’elle choisissait tous les moments qu’elle se trouvait seule à la maison pour leur porter du pain, du vin et quelques autres aliments ! Les autres pauvres qui venaient demander l’aumône à la porte la recevaient toujours ! » Et nous à quelle écoute, à quelle compassion sommes-nous conviés? Il y a tant de portes à ouvrir dans nos vies !
  7. 7. Il y a tant de portes à ouvrir dans nos vies ! Porte de la prière, de la vocation, là où Dieu nous appelle ! Jeanne-Antide au carrefour essentiel de sa vie continuait à « consulter Dieu par la prière, le jeûne et l’aumône ! Le Bon Dieu commença à faire connaître qu’il la destinait à une vocation en faveur des pauvres et des malades » Ainsi nous le confie sr Rosalie : « Tels étaient les sentiments de son cœur, elle ne faisait aucun cas des biens et des honneurs de la terre, elle n’estimait que le bonheur d’être tout à Dieu et de le servir… » Et c’est l’heure de la décision ! Partir pour Dieu, avec Dieu, pour les pauvres et avec eux ! Quitter son père qu’elle ne reverra plus, voilà le plus dur pour Jeanne-Antide ! Jeanne-Antide laisse la maison paternelle, courageuse, confiant les siens à Dieu mais c’est de nuit au mois de juillet 1787 ! L’ombre cache ses larmes ! Seule brûle dans son cœur la lampe de la confiance en son Dieu.
  8. 8. La porte de la mission au-delà des frontières! Laissons encore résonner en nous quelques paroles de Jeanne-Antide ! « C’est Jésus Christ seul que nous avons toujours suivi, c’est Lui seul que nous voulons toujours suivre ! » « Notre prochain est partout, Dieu est partout, cela nous suffit » A Naples, là où arrive Jeanne-Antide en 1810 : c’est un pays étranger, une terre étrangère, une langue étrangère « Je passerais les mers, j’irais au bout du monde si Dieu le voulait… » Nous pouvons évoquer les noms des pays où sont présentes les filles de Jeanne-Atnide ! Il y a tant de portes à ouvrir dans nos vies !
  9. 9. La porte du pardon, de la miséricorde ! Jésus Christ, Jeanne-Antide l’a suivi jusqu’au bout… Elle arrive au terme de sa vie avec LUI ! Fondations multiples, voyages, soucis, don total d’elle-même dans le service du pauvre, fatigues, rejets, trahisons, elle a tout vécu Jeanne Antide aux pieds de Jésus crucifié en qui dit-elle « elle puise toute la force dont j’ai besoin » et cela dans de longues nuits de prière et d’adoration ! Il lui reste une porte à franchir avant l’ultime étape, c’est la porte du pardon pour vivre comme son maître ! Dans la miséricorde ! « C’est en Dieu seul que j’ai mis toute ma confiance ! Si Jésus daigne être pour moi je ne dois rien craindre…J’éprouve de la joie à ce que sa divine miséricorde me veut dans cette position… » « Ma bonne fille, Dieu seul est mon tout… Bienheureux les miséricordieux, ils trouveront miséricorde ! Pardonnons à tous nos ennemis comme nous désirons que Dieu nous pardonne ! » Il y a tant de portes à ouvrir dans nos vies !
  10. 10. Il y a dans nos vies une dernière porte ! Jeanne-Antide va la franchir le 24 Août 1826 ! Peu de temps avant elle a écrit à ses filles restées en France « Vous écrivant la nuit je le fais bien mal ! Je pense à vous tous les jours… Vous avez bien des maux pour soulager les malheureux, tenez bon !!! Pour moi je tire ma grosse charrette avec les bras de Dieu seul ! » « Je vous aime plus que la plus tendre de toutes les mères ! » Et arrive l’heure du passage de la dernière porte. Jeanne-Antide est dans les bras de son Dieu ! Avec Marie, Porte du ciel, elle a passé la vraie porte, pour une éternité d’amour ! Avec elle, chantons notre action de grâce au Seigneur ! Prions: Seigneur, que Ton Esprit nous envoie et nous accompagne sur les routes où Tu nous attends! Qu’Il fasse de nous des sœurs et des frères, unis en ton Amour dans l’Eglise, et nous donne la grâce d’être des « Amis » des plus pauvres! Amen!

×