SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  118
Télécharger pour lire hors ligne
1715-­‐1789	
  
La	
  France	
  des	
  Lumières	
  
Introduc)on	
  
•  Depuis	
  le	
  temps	
  de	
  la	
  régence	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  (1715-­‐1723)	
  et	
  du	
  Système	
  de	
  Law	
  («	
  tout	
  un	
  siècle	
  en	
  
8	
  ans	
  »	
  écrit	
  Michelet),	
  jusqu’aux	
  grandes	
  entreprises	
  réformatrices	
  des	
  années	
  1760-­‐1780,	
  la	
  France	
  des	
  
Lumières	
  se	
  singularise	
  par	
  une	
  fièvre	
  de	
  chaque	
  instant,	
  une	
  extraordinaire	
  effervescence.	
  	
  
•  Effervescence	
   économique,	
   tout	
   d’abord,	
   marquée	
   par	
   le	
   développement	
   sans	
   précédent	
   du	
   grand	
  
commerce	
  atlanWque,	
  effervescence	
  démographique	
  avec	
  une	
  populaWon	
  qui	
  passe	
  de	
  22	
  a	
  28,5	
  millions	
  
d’habitants,	
   effervescence	
   administraWve,	
   effervescence	
   encore,	
   au	
   cours	
   de	
   la	
   guerre	
   de	
   Sept	
   ans	
  
(1756-­‐1763)	
  quand	
  les	
  armées	
  du	
  roi	
  sont	
  mobilisées	
  de	
  l’AtlanWque	
  Nord	
  a	
  l’Océan	
  Indien,	
  en	
  passant	
  par	
  
les	
  différents	
  théâtres	
  d’opéraWon	
  du	
  vieux	
  conWnent,	
  dans	
  ce	
  qui	
  fut	
  le	
  premier	
  véritable	
  conflit	
  mondial,	
  
effervescence	
  intellectuelle,	
  avec	
  la	
  rédacWon	
  de	
  l’Encyclopédie.	
  	
  
Quai	
  des	
  Chartrons	
  a	
  Bordeaux.	
  
Introduc)on	
  
•  Les	
   Lumières	
   furent	
   avant	
   tout	
   ce	
   moment	
   décisif	
   dans	
   l’histoire	
   des	
   idées	
   et	
   du	
   processus	
   de	
   notre	
  
modernité,	
  érigeant	
  la	
  raison	
  en	
  impéraWf	
  suprême,	
  matrice	
  et	
  moteur	
  d’une	
  transformaWon	
  du	
  monde	
  
capable	
  de	
  casser	
  le	
  cycle	
  des	
  violences	
  individuelles	
  et	
  collecWves.	
  	
  
•  L’Enseigne	
  de	
  Gersaint	
  de	
  Wa`eau	
  tourne	
  la	
  symboliquement	
  la	
  page	
  du	
  Grand	
  Siècle	
  et	
  du	
  règne	
  de	
  
Louis	
  XIV	
  pour	
  ouvrir	
  avec	
  la	
  régence	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  (1715-­‐1723).	
  Sur	
  la	
  gauche	
  de	
  ce`e	
  scène	
  de	
  
plus	
  de	
  trois	
  mètres,	
  on	
  emballe	
  le	
  portrait	
  de	
  Louis	
  XIV.	
  Ici,	
  Wa`eau	
  reconnaît	
  l’importance	
  du	
  public,	
  
alors	
  que	
  l’espace	
  public	
  et	
  criWque	
  de	
  l’art	
  ne	
  s’est	
  pas	
  consWtue.	
  	
  
Introduc)on	
  
•  La	
  France	
  du	
  XVIIIème	
  siècle	
  découvre	
  l’Amérique	
  mieux	
  qu’elle	
  ne	
  l’avait	
  fait	
  au	
  XVIème	
  siècle.	
  Entre	
  le	
  
chocolat	
  catholique	
  et	
  le	
  the	
  protestant,	
  le	
  café	
  peut	
  donc	
  entrer	
  dans	
  la	
  mythologie	
  de	
  la	
  France.	
  Pars	
  
retrouve	
  sa	
  vocaWon	
  universaliste	
  parce	
  qu’il	
  devient	
  un	
  grand	
  café.	
  
•  «	
   Le	
   Roi	
   ramené	
   a	
   Versailles	
   ».	
   Tout	
   va	
   se	
   refermer,	
   se	
   renfermer	
   dans	
   ce	
   labyrinthe	
   de	
   peWts	
  
appartements	
  confines,	
  plus	
  sordides	
  en	
  fin	
  de	
  compte	
  que	
  fastueux,	
  l’étouffeur	
  de	
  l’histoire.	
  Le	
  tome	
  de	
  
Michelet	
  ne	
  manque	
  pas	
  a	
  l’organisaWon	
  habituelle	
  en	
  trois	
  temps	
  de	
  la	
  deuxième	
  série	
  de	
  l’Histoire	
  de	
  
France	
   :	
   il	
   y	
   a	
   bien	
   l’élan	
   iniWal	
   de	
   la	
   première	
   Régence,	
   tout	
   posiWf,	
   puis	
   une	
   longue	
   phase	
   de	
   lu`e	
  
correspondant	
  a	
  l’expérience	
  financière	
  de	
  Law	
  et	
  enfin	
  la	
  retombée,	
  le	
  retour	
  a	
  Versailles,	
  la	
  réappariWon	
  
désolante	
  d’un	
  roi,	
  la	
  soumission	
  a	
  Rome,	
  la	
  victoire	
  des	
  grands	
  seigneurs	
  parasites.	
  
Introduc)on	
  
•  Le	
  lit	
  de	
  parade	
  du	
  XVIIème	
  siècle	
  recule	
  devant	
  les	
  meubles	
  de	
  jour	
  et	
  de	
  conversaWon.	
  «	
  La	
  femme	
  s’est	
  
levée	
  en	
  ce	
  siècle.	
  Elle	
  n’est	
  plus	
  couchée	
  ;	
  elle	
  est	
  assise.	
  »	
  Tout,	
  a	
  l’ère	
  de	
  la	
  Régence,	
  est	
  emporte	
  par	
  le	
  
souffle	
   de	
   l’esprit	
   dynamisant	
   la	
   maWère	
   et	
   n’en	
   laissant	
   plus	
   percevoir	
   que	
   le	
   mouvement.	
   Wa`eau	
  
possède	
  le	
  génie	
  rare	
  de	
  rendre	
  le	
  mouvement,	
  le	
  rythme	
  et	
  la	
  grâce	
  de	
  la	
  démarche.	
  Il	
  a	
  «	
  la	
  puissance	
  de	
  
peindre	
  l’esprit	
  ».	
  Le	
  vent	
  souffle	
  sur	
  la	
  Régence	
  :	
  vent	
  vivifiant	
  de	
  l’esprit,	
  il	
  fait	
  cingler	
  le	
  siècle	
  vers	
  
l’avenir,	
  il	
  insuffle	
  sa	
  légèreté	
  aux	
  robes	
  et	
  aux	
  pas	
  ;	
  vent	
  inquiétant	
  de	
  la	
  vanité	
  et	
  de	
  la	
  folie,	
  il	
  gonfle	
  les	
  
acWons	
   de	
   l’eau,	
   emporte	
   celui-­‐ci	
   dans	
   les	
   airs	
   comme	
   un	
   ballon	
   sans	
   lest	
   et	
   siffle	
   dans	
   le	
   cerveau	
  
disparate	
  et	
  fêle	
  de	
  l’égérie	
  du	
  temps,	
  la	
  duchesse	
  de	
  Berry.	
  Elle	
  est	
  dépeinte	
  souvent	
  comme	
  la	
  figure	
  
emblémaWque	
  de	
  la	
  Régence	
  et	
  de	
  ses	
  débauches,	
  accusée	
  d'inceste	
  avec	
  son	
  père.	
  Enceinte	
  des	
  œuvres	
  
du	
  capitaine	
  de	
  sa	
  garde,	
  le	
  chevalier	
  de	
  Riom,	
  la	
  duchesse	
  de	
  Berry,	
  veuve	
  depuis	
  5	
  ans,	
  s'acharne	
  à	
  
dissimuler	
  son	
  état.	
  
La	
  duchesse	
  de	
  Berry	
  
La	
  France	
  a	
  la	
  mort	
  de	
  Louis	
  XIV	
  
•  La	
  difficile	
  guerre	
  de	
  succession	
  d’Espagne:	
  La	
  dernière	
  guerre	
  livrée	
  
par	
  Louis	
  XIV,	
  la	
  guerre	
  de	
  succession	
  d’Espagne,	
  qui	
  dure	
  de	
  1701	
  a	
  
1713,	
   est	
   une	
   guerre	
   européenne:	
   on	
   se	
   bat	
   aussi	
   bien	
   au	
   Pays	
  
Basque	
  qu’en	
  Ukraine.	
  La	
  France	
  est	
  alliée	
  de	
  l’Espagne,	
  depuis	
  que	
  le	
  
peWt	
  fils	
  de	
  Louis	
  XIV,	
  le	
  duc	
  d’Anjou,	
  est	
  devenu	
  roi	
  sous	
  le	
  nom	
  de	
  
Philippe	
  V.	
  
•  Les	
  puissances	
  européennes	
  ne	
  peuvent	
  accepter	
  la	
  formaWon	
  d’un	
  
bloc	
  franco-­‐espagnol	
  des	
  Bourbons,	
  pas	
  plus	
  que	
  de	
  voir	
  l’exclusivité	
  
du	
  commerce	
  avec	
  l’empire	
  colonial	
  espagnol	
  offerte	
  aux	
  Français.	
  
•  Les	
  Français	
  ont	
  longtemps	
  tente	
  de	
  maintenir	
  le	
  théâtre	
  d’opéraWons	
  
éloignes	
  du	
  «	
  Pré	
  Carre	
  ».	
  Mais	
  des	
  1706,	
  les	
  coalises	
  sont	
  au	
  contact	
  
de	
  «	
  la	
  ceinture	
  de	
  fer	
  »,	
  c’est-­‐a-­‐dire	
  des	
  forteresses	
  organisées	
  par	
  
Vauban,	
  en	
  rideaux	
  défensifs	
  successifs.	
  Des	
  citadelles	
  tombent,	
  ainsi	
  
Lille,	
  malgré	
  une	
  farouche	
  résistance.	
  	
  
•  L’hiver	
   1709,	
   le	
   «	
   Grand	
   Hiver	
   »	
   est	
   épouvantable.	
   La	
   situaWon	
  
matérielle	
  des	
  Français	
  se	
  dégrade	
  de	
  jour	
  en	
  jour,	
  les	
  batailles	
  sont	
  
de	
  plus	
  en	
  plus	
  féroces:	
  Malplaquet,	
  le	
  11	
  septembre	
  1709,	
  en	
  est	
  un	
  
bon	
  exemple.	
  	
  
Malplaquet:	
  défaite	
  tac<que	
  mais	
  victoire	
  
stratégique.	
  
Le	
  maréchal	
  de	
  	
  Villars	
  se	
  trouve	
  face	
  au	
  duc	
  de	
  
Marlborough.	
  
Hôtel	
  royal	
  des	
  Invalides.	
  
Dessine	
  par	
  Liberal	
  Bruant,	
  l’hôtel	
  
royal	
  des	
  invalides	
  qui	
  doit	
  
accueillir	
  4.000	
  invalides,	
  rappelle	
  
le	
  cout	
  humain	
  des	
  guerres	
  de	
  
Louis	
  XIV	
  .	
  
La	
  France	
  a	
  la	
  mort	
  de	
  Louis	
  XIV	
  
•  Le	
  temps	
  de	
  la	
  fête	
  brillante	
  a	
  Versailles	
  est	
  bien	
  loin,	
  mais	
  la	
  France	
  
ne	
  cède	
  pas	
  et	
  le	
  maréchal	
  de	
  Villars	
  remporte	
  une	
  victoire	
  décisive	
  
avec	
  deux	
  fois	
  moins	
  de	
  troupes	
  que	
  les	
  coalises	
  du	
  prince	
  Eugene,	
  a	
  
Denain,	
  en	
  juillet	
  1712.	
  
•  Par	
  la	
  signature	
  du	
  traite	
  d’Utrecht,	
  en	
  avril	
  1713,	
  les	
  Provinces-­‐Unies	
  
obWennent	
  le	
  droit	
  de	
  placer	
  des	
  garnisons	
  dans	
  les	
  forteresses	
  de	
  la	
  
Barriere	
   (place	
   des	
   Pays-­‐Bas)	
   pour	
   se	
   protéger	
   d’une	
   éventuelle	
  
menace	
  française:	
  Ypres,	
  Tournai,	
  Gand,	
  Mons,	
  Charleroi,	
  Namur.	
  	
  
•  L’hypothèque	
   financière:	
   On	
   a	
   créé	
   des	
   impôts	
   nouveaux,	
   la	
  
capitaWon	
  en	
  1695	
  et	
  le	
  dixième	
  en	
  1710.	
  La	
  capitaWon	
  est	
  un	
  impôt	
  
direct,	
   le	
   premier	
   levé	
   en	
   théorie	
   sur	
   tous	
   les	
   Français,	
   sans	
  
exempWon	
  possible.	
  Le	
  dixième	
  porte	
  en	
  théorie	
  sur	
  tous	
  les	
  revenus,	
  
mobiliers,	
  immobiliers,	
  les	
  offices,	
  l’industrie,	
  10%	
  des	
  revenus	
  sont	
  
dus.	
  	
  
•  En	
  1693,	
  la	
  vaisselle	
  et	
  le	
  mobilier	
  d’argent	
  de	
  Versailles	
  sont	
  portes	
  a	
  
la	
   Monnaie	
   pour	
   être	
   fondus.	
   On	
   mulWplie	
   les	
   ventes	
   de	
   charges	
  
municipales	
  et	
  d’offices	
  anoblissant.	
  On	
  invente	
  des	
  droits	
  sur	
  les	
  jeux	
  
de	
  cartes	
  ,	
  les	
  perruques,	
  les	
  huiles…	
  Autant	
  de	
  signes	
  d’un	
  royaume	
  
aux	
  abois.	
  	
  
Bataille	
  de	
  Denain	
  
CeFe	
  victoire	
  est	
  une	
  étape	
  décisive	
  dans	
  le	
  règlement	
  de	
  la	
  guerre	
  
de	
   Succession	
   d'Espagne	
   	
   où	
   le	
   peLt-­‐fils	
   de	
   Louis	
   XIV,	
   Philippe	
   V	
  
d'Espagne	
  et	
  l'empereur	
  Charles	
  VI	
  du	
  Saint	
  Empire	
  se	
  disputent	
  le	
  
trône	
  d'Espagne.	
  Il	
  est	
  cependant	
  important	
  de	
  noter	
  qu'au	
  soir	
  de	
  la	
  
bataille,	
  rien	
  n'est	
  joué	
  et	
  le	
  succès	
  de	
  la	
  fin	
  de	
  la	
  guerre	
  dépendra	
  
des	
   opéraLons	
   qui	
   se	
   dérouleront	
   dans	
   les	
   jours	
   suivants,	
   et	
   qui	
  
conduiront	
   les	
   Français	
   à	
   reprendre	
   en	
   quelques	
   mois	
   les	
   places	
  
fortes	
  que	
  les	
  alliés	
  avaient	
  mis	
  2	
  ans	
  à	
  conquérir.	
  
Le	
  prince	
  Eugene	
  et	
  le	
  duc	
  de	
  Marlborough	
  	
  
•  La	
  guerre,	
  c’est	
  le	
  nom	
  propre	
  du	
  vrai	
  roi	
  d’Angleterre,	
  Marlborough,	
  
qui	
  va	
  sous	
  la	
  reine	
  Anne,	
  gouverner	
  et	
  comba`re.	
  La	
  Guerre,	
  le	
  nom	
  
d’Eugene,	
   l’épée,	
   l’âme	
   meurtrière	
   de	
   l’Autriche.	
   Eugene	
   a	
   38	
   ans,	
  
dans	
  son	
  visage	
  indéfiniment	
  long,	
  ses	
  longues	
  et	
  pales	
  joues	
  flétries	
  
et	
  comme	
  le	
  fantôme	
  d’un	
  vieux	
  prince	
  italien.	
  L’Anglais,	
  vendu	
  aux	
  
Juifs,	
  fut	
  l’homme	
  de	
  la	
  Bourse	
  de	
  Londres.	
  Et	
  Eugene	
  organisa	
  aux	
  
colonies	
   fronWères	
   l’instrument	
   machiavélique,	
   le	
   poignard	
   de	
  
l’Autriche,	
   qui,	
   retourne	
   contre	
   les	
   peuples,	
   perpétua	
   ce	
   monstre,	
  
ce`e	
  Babel	
  impériale.	
  
duc	
  de	
  Marlborough	
  
John	
  Churchill,	
  comte	
  puis	
  1er	
  duc	
  de	
  Marlborough	
  est	
  un	
  général	
  et	
  
homme	
  poliLque	
  anglais	
  dont	
  la	
  carrière	
  s’étend	
  sur	
  le	
  règne	
  de	
  cinq	
  
monarques	
  du	
  XVIIe	
  et	
  XVIIIe	
  siècles.	
  	
  
Prince	
  Eugene	
  
Les	
  deux	
  grands	
  chefs	
  français:	
  Vendôme	
  et	
  Villars	
  
•  Le	
  hasard	
  et	
  la	
  faim	
  mènent	
  la	
  France	
  en	
  ce`e	
  grande	
  loterie	
  qu’est	
  la	
  
guerre.	
   Notre	
   Villars	
   n’aimait	
   que	
   les	
   romans,	
   les	
   comédies,	
   les	
  
opéras,	
  qu’il	
  retenait,	
  citait	
  à	
  chaque	
  instant.	
  Grand	
  coureur	
  d’actrices	
  
et	
  de	
  filles	
  (sans	
  parler	
  de	
  choses	
  pires).	
  Sa	
  vie	
  de	
  près	
  d’un	
  siècle	
  fut	
  
une	
  merveilleuse	
  gasconnade.	
  Le	
  roi	
  ne	
  connaissait	
  ni	
  ses	
  moyens,	
  ni	
  
les	
  difficultés,	
  le	
  possible,	
  ni	
  l’impossible.	
  Il	
  ne	
  tenait	
  nul	
  compte	
  des	
  
distances,	
   ni	
   des	
   saisons.	
   Il	
   disposait	
   d’une	
   arme	
   nouvelle	
   que	
  
personne	
  ne	
  maniait	
  comme	
  les	
  Français,	
  la	
  baïonne`e.	
  Ce	
  fut	
  encore	
  
Villars	
   qui	
   nous	
   releva	
   sur	
   le	
   Rhin.	
   La	
   France	
   avait	
   deux	
   généraux,	
  
Villars	
   et	
   Vendôme,	
   et	
   elle	
   n’en	
   sut	
   que	
   faire.	
   Vendôme,	
   sans	
  
direcWon,	
  laisse	
  à	
  sa	
  paresse,	
  flo`a,	
  puis	
  s’amusa	
  à	
  la	
  vaine	
  affaire	
  du	
  
Tyrol.	
   Villars,	
   abandonne	
   sans	
   secours	
   en	
   Allemagne,	
   ayant	
   en	
   face	
  
deux	
   armées,	
   et	
   près	
   meme	
   de	
   manquer	
   de	
   poudre,	
   ne	
   se	
   Wra	
  
d’affaire	
   qu’en	
   gagnant	
   une	
   grande	
   bataille	
   sur	
   les	
   troupes	
   de	
  
l’Empire	
  a	
  Höchstädt	
  (21	
  septembre	
  1703).	
  
duc	
  de	
  Villars	
  
John	
  Churchill,	
  comte	
  puis	
  1er	
  duc	
  de	
  Marlborough	
  est	
  un	
  général	
  et	
  
homme	
  poliLque	
  anglais	
  dont	
  la	
  carrière	
  s’étend	
  sur	
  le	
  règne	
  de	
  cinq	
  
monarques	
  du	
  XVIIe	
  et	
  XVIIIe	
  siècles.	
  	
  
duc	
  de	
  Vendôme	
  
Les	
  défaites	
  et	
  leurs	
  responsables	
  
•  Le	
  roi	
  n’avait	
  a	
  cœur	
  qu’un	
  général,	
  son	
  ami	
  Villeroy.	
  Celui-­‐ci	
  était	
  tel	
  que	
  le	
  roi	
  
meme	
  parfois,	
  voyant	
  qu’il	
  ne	
  comprenait	
  rien,	
  baissait	
  la	
  tète	
  et	
  rougissait,	
  essayait	
  
de	
  lui	
  me`re	
  les	
  choses	
  a	
  sa	
  portée.	
  L’exemple	
  de	
  Villars,	
  déporte	
  aux	
  Cévennes	
  
pour	
  indocilité,	
  disait	
  assez	
  a	
  ces	
  généraux	
  courWsans	
  ce	
  qu’ils	
  avaient	
  a	
  faire.	
  En	
  
1704,	
   Blenheim	
   qui	
   perd	
   tout	
   en	
   Allemagne,	
   qui	
   perd	
   notre	
   réputaWon,	
   notre	
  
ascendant	
  militaire.	
  En	
  1706,	
  Ramillies	
  et	
  Turin,	
  la	
  perte	
  des	
  Pays-­‐Bas	
  et	
  de	
  l’Italie.	
  
Ajoutons	
  Gibraltar,	
  Barcelone	
  et	
  Valence.	
  
Marechal	
  de	
  Villeroy	
  
L'écrasante	
  victoire	
  alliée	
  meFant	
  Vienne	
  à	
  l'abri	
  de	
  l'armée	
  franco	
  bavaroise	
  et	
  empêchant	
  ainsi	
  l'effondrement	
  de	
  l'Alliance.	
  La	
  Bavière	
  fut	
  éliminée	
  de	
  la	
  
guerre,	
  privant	
  Louis	
  XIV	
  de	
  tout	
  espoir	
  d'une	
  victoire	
  rapide.	
  L'armée	
  française	
  subit	
  plus	
  de	
  30	
  000	
  pertes	
  dont	
  son	
  commandant	
  en	
  chef,	
  le	
  maréchal	
  de	
  
Tallard,	
  qui	
  avait	
  été	
  fait	
  prisonnier	
  et	
  amené	
  en	
  Angleterre.	
  
Marechal	
  de	
  Tallard	
  
La	
  France	
  a	
  la	
  mort	
  de	
  Louis	
  XIV	
  
•  La	
  situaWon	
  du	
  royaume	
  est	
  donc	
  catastrophique,	
  c’est	
  un	
  lourd	
  passif	
  que	
  
recueille	
   Louis	
   XV,	
   et	
   l’un	
   des	
   principaux	
   soucis	
   du	
   Régent,	
   Philippe	
  
d’Orléans,	
  sera	
  de	
  sorWr	
  de	
  ce`e	
  impasse	
  financière,	
  de	
  désende`er	
  l’Etat.	
  
C’est	
  tout	
  l’enjeu	
  de	
  l’expérience	
  de	
  Law	
  et	
  de	
  son	
  système.	
  	
  
Samuel	
  Bernard	
  
Il	
  devient	
  le	
  banquier	
  de	
  la	
  cour	
  a	
  la	
  fin	
  du	
  règne	
  de	
  Louis	
  
XIV.	
   Peint	
   en	
   1726,	
   ce	
   tableau	
   montre	
   l’invesLssement	
   de	
  
Samuel	
  Bernard	
  dans	
  le	
  commerce	
  mariLme.	
  
Antoine	
  Crozat,	
  Marquis	
  de	
  Chastel	
  
Directeur	
  des	
  Compagnies	
  de	
  Guinée	
  	
  
La	
  France	
  a	
  la	
  mort	
  de	
  Louis	
  XIV	
  
•  Une	
  société	
  domptée	
  mais	
  lasse:	
  Les	
  entreprises	
  de	
  Louis	
  XIV	
  et	
  de	
  Louvois	
  
en	
   vue	
   de	
   l’unificaWon	
   du	
   royaume	
   (Une	
   foi,	
   une	
   loi,	
   un	
   roi)	
   si	
   elles	
  
débouchent	
  sur	
  l’exil	
  en	
  direcWon	
  du	
  Refuge	
  de	
  170	
  a	
  180.000	
  huguenots	
  au	
  
cours	
   de	
   la	
   période	
   1685-­‐1730,	
   s’inscrivent	
   dans	
   un	
   long	
   processus	
   de	
  
remise	
  en	
  cause	
  de	
  l’Edit	
  de	
  Nantes.	
  	
  
•  Louis	
   XIV	
   a	
   son	
   peWt	
   fils:	
   «	
   Mon	
   enfant,	
   vous	
   allez	
   être	
   un	
   grand	
   roi;	
   ne	
  
m’imitez	
  pas	
  dans	
  le	
  gout	
  que	
  j’ai	
  eu	
  pour	
  les	
  bâLments,	
  ni	
  dans	
  celui	
  que	
  
j’ai	
  eu	
  pour	
  la	
  guerre;	
  tachez	
  au	
  contraire	
  d’avoir	
  la	
  paix	
  avec	
  vos	
  voisins.	
  »	
  
•  Le	
  siècle	
  de	
  la	
  bulle	
  Unigenitus:	
  La	
  bulle	
  Unigenitus	
  ou	
  Unigenitus	
  Dei	
  Filius	
  
est	
   la	
   bulle	
   que	
   le	
   pape	
   Clément	
   XI	
   édicte	
   en	
   septembre	
   1713	
   pour	
  
dénoncer	
  le	
  jansénisme.	
  Loin	
  de	
  me`re	
  fin	
  aux	
  divisions	
  de	
  l'Église,	
  ce`e	
  
bulle	
   provoque	
   la	
   coaliWon,	
   voire	
   la	
   fusion	
   de	
   plusieurs	
   opposiWons	
   :	
  
gallicane,	
  richériste	
  et	
  janséniste.	
  Face	
  au	
  refus	
  du	
  parlement	
  de	
  Paris	
  de	
  
l'enregistrer	
   et	
   aux	
   réWcences	
   de	
   certains	
   évêques,	
   Louis	
   XIV	
   cherche	
   à	
  
l'imposer	
  par	
  la	
  force.	
  	
  
•  «	
  Criez	
  et	
  faites	
  retenWr	
  votre	
  voix	
  comme	
  une	
  trompe`e	
  ».	
  Les	
  jansénistes	
  
suivent	
   a	
   la	
   le`re	
   l’exhortaWon	
   du	
   prophète	
   Jérémie,	
   auxquels	
   ils	
   feront	
  
ouvertement	
   référence	
   dans	
   leur	
   feuille	
   emblémaWque,	
   les	
   Nouvelles	
  
EcclésiasWques.	
  Et	
  très	
  tôt,	
  le	
  pouvoir	
  monarchique	
  a	
  perçu	
  le	
  jansénisme	
  
comme	
  une	
  menace	
  pour	
  l’absoluWsme.	
  	
  
Interrogatoire	
  des	
  religieuses	
  de	
  Port	
  Royal	
  
Le	
  par<	
  des	
  dévots	
  et	
  le	
  duc	
  de	
  Bourgogne	
  
•  La	
   noblesse	
   apparaît	
   vivant	
   de	
   honteuses	
  
industries.	
   Le	
   clergé,	
   dans	
   sa	
   folle	
   bulle,	
  
condamne	
  à	
  la	
  fois	
  le	
  dogme	
  chréWen,	
  l’esprit	
  
anWchréWen.	
   En	
   septembre	
   1710,	
   Desmarets	
  
proposa	
   d’ajouter	
   à	
   tous	
   les	
   impôts,	
   le	
  
1/10ème	
   sur	
   le	
   revenu,	
   qui	
   devait	
   a`eindre	
  
tout	
  le	
  monde,	
  le	
  clergé	
  meme	
  et	
  la	
  noblesse.	
  
La	
  noblesse,	
  généralement	
  expropriée,	
  ruinée,	
  
ne	
   vit	
   que	
   de	
   hasards,	
   d’expédients,	
   jeux,	
  
mendicité,	
   sales	
   associaWons	
   avec	
   les	
  
financiers,	
   servage	
   des	
   hommes	
   d’argent.	
   La	
  
finance,	
   longtemps	
   plumée	
   par	
   la	
   noblesse,	
  
prenait	
   bien	
   sa	
   revanche.	
   Les	
   jansénistes	
  
furent	
  les	
  derniers	
  chréWens,	
  ils	
  soutenaient	
  ce	
  
qui	
   était	
   le	
   fond	
   du	
   ChrisWanisme,	
   la	
   grâce	
  
contre	
  le	
  libre	
  arbitre.	
  
•  La	
  mort	
  du	
  Dauphin	
  faisait	
  dauphin	
  le	
  duc	
  de	
  
Bourgogne,	
   le	
   prince	
   des	
   dévots	
   hériWer	
  
présompWf.	
   Il	
   prit	
   des	
   lors	
   connaissance	
   de	
  
toutes	
   les	
   affaires	
   et	
   donna	
   grand	
  
encouragement	
   et	
   aux	
   jésuites	
   dans	
   leur	
  
guerre	
   et	
   aux	
   utopistes	
   de	
   Cambrai.	
   Le	
   fond	
  
commun	
  était	
  de	
  faire	
  la	
  monarchie	
  fortement	
  
aristocraWque,	
   de	
   lui	
   associer	
   des	
   assemblées	
  
où	
  domineraient	
  les	
  évêques	
  et	
  les	
  seigneurs.	
  
Ils	
  croient	
  guérir	
  les	
  maux	
  par	
  ceux	
  qui	
  les	
  ont	
  
faits	
   !Une	
   fièvre	
   pourprée	
   emporta	
   le	
   duc	
   de	
  
Bourgogne,	
   lui	
   et	
   sa	
   charmante	
   femme,	
   en	
  
février	
  1712.	
  
Louis	
  XIV	
  était	
  fier	
  de	
  sa	
  nombreuse	
  famille,	
  il	
  aimait	
  parLculièrement	
  ce	
  portrait	
  qui	
  le	
  
représente	
  lui	
  avec	
  le	
  grand	
  Dauphin,	
  son	
  peLt	
  fils	
  le	
  duc	
  de	
  Bourgogne	
  et	
  son	
  arrière	
  peLt	
  fils	
  le	
  
duc	
  de	
  Bretagne,	
  en	
  compagnie	
  de	
  madame	
  de	
  Maintenon.	
  
La	
  France	
  a	
  la	
  mort	
  de	
  Louis	
  XIV	
  
•  Comprendre	
   un	
   conflit	
   aux	
   enjeux	
   mulWples:	
   La	
   conversion	
   des	
   cures	
   du	
   Paris	
   Ligueur,	
   jésuites	
   et	
   ultramontains	
   au	
  
gallicanisme	
  et	
  au	
  jansénisme	
  est	
  acquise	
  dans	
  les	
  années	
  1650.	
  De	
  fait,	
  le	
  jansénisme	
  capte	
  l’ancienne	
  clientèle	
  de	
  la	
  Ligue	
  
et	
  de	
  la	
  Fronde	
  religieuse.	
  	
  	
  
•  Le	
  parallèle	
  entre	
  l’Eglise	
  et	
  la	
  monarchie	
  est	
  lourd	
  de	
  menaces	
  pour	
  l’autorité	
  royale.	
  	
  
•  Le	
  terme	
  «	
  jansénistes	
  »	
  apparaît	
  des	
  1641	
  pour	
  les	
  sWgmaWser	
  comme	
  disciples	
  de	
  Jansénius,	
  l’évêque	
  d’Ypres	
  dans	
  les	
  
Pays-­‐Bas	
  espagnols.	
  	
  
•  La	
   Bulle	
   Unigenitus	
   de	
   1713:	
   «	
   Comme	
   des	
   loups	
   qui	
   dépouillent	
   leur	
   peau	
   pour	
   se	
   couvrir	
   de	
   la	
   peau	
   des	
   brebis,	
   ils	
  
s’enveloppent,	
  pour	
  ainsi	
  parler,	
  des	
  maximes	
  de	
  la	
  loi	
  divine,	
  des	
  préceptes	
  des	
  Saintes	
  Ecritures.	
  »	
  
Le	
  départ	
  des	
  religieuses	
  et	
  la	
  
destruc<on	
  de	
  Port	
  Royal,	
  le	
  29	
  
octobre	
  1709	
  
La	
  régence	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  
•  Assurer	
  la	
  régence:	
  le	
  duc	
  Philippe	
  d’Orléans	
  (1674-­‐1723)	
  est	
  le	
  
fils	
  de	
  Monsieur,	
  frère	
  du	
  roi,	
  et	
  d’Elizabeth	
  Charlo`e	
  de	
  Bavière,	
  
la	
  fameuse	
  PalaWne.	
  	
  
•  Sous	
   la	
   houle`e	
   de	
   son	
   précepteur,	
   l'abbé	
   Guillaume	
   Dubois,	
  
dont	
   il	
   fera	
   un	
   cardinal	
   et	
   un	
   premier	
   ministre,	
   il	
   a	
   bénéficié	
  
d’une	
  éducaWon	
  moderne,	
  a	
  la	
  fois	
  arWsWque	
  et	
  scienWfique.	
  	
  
La	
  régence	
  
•  La	
  régence	
  est	
  tout	
  un	
  siècle	
  en	
  
8	
   années.	
   Elle	
   amène	
   a	
   la	
   fois	
  
trois	
   choses	
   :	
   une	
   révélaWon,	
  
u n e 	
   r é v o l u W o n ,	
   u n e
	
   créaWon	
   :	
   i) 	
   c’est 	
   une
	
   soudaine	
   révélaWon	
   d’un	
  
monde	
   arrange	
   et	
   masque	
  
depuis	
   50	
   ans.	
   Les	
   toits	
   sont	
  
enlevés	
  et	
  l’on	
  voit	
  tout,	
  ii)	
  et	
  ce	
  
n’est	
   pas	
   seulement	
   la	
   lumière	
  
qui	
  revient,	
  c’est	
  le	
  mouvement.	
  
La	
   Régence	
   est	
   une	
   révoluWon	
  
économique	
  et	
  sociale	
  et	
  la	
  plus	
  
grande	
   que	
   nous	
   ayons	
   vécu	
  
avant	
   1789,	
   iii)	
   elle	
   semble	
  
avorter,	
  et	
  n’est	
  reste	
  pas	
  moins	
  
énormément	
   féconde.	
   La	
  
Régence	
  est	
  la	
  créaWon	
  de	
  mille	
  
choses.	
   Mais	
   ce	
   qui	
   fut	
   plus	
  
grand,	
   un	
   nouvel	
   esprit	
  
commença,	
   contre	
   l’esprit	
  
barbare,	
   l’inquisiWon	
   bigote	
   du	
  
règne	
  précédent,	
  un	
  large	
  esprit	
  
doux	
   et	
   humain.	
   Les	
   lointaines	
  
e n t r e p r i s e s	
   d e	
   L a w ,	
   s a	
  
colonisaWon,	
   les	
   razzia	
   qu’on	
   fit	
  
pour	
   leur	
   Mississippi,	
   obligent	
  
les	
  plus	
  froids	
  a	
  songer	
  a	
  l’autre	
  
hémisphère,	
   a	
   ces	
   terres	
  
inconnues.	
   Le	
   XVIIème	
   siècle	
  
voyait	
   Versailles,	
   le	
   XVIIIème	
  
siècle	
  voyait	
  la	
  terre.	
  
La	
  régence	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  
•  L’habilite	
   et	
   le	
   pragmaWsme	
   d’un	
   homme	
   d’Etat:	
   la	
   polysynodie:	
   Le	
   Régent	
  
donne	
  des	
  gages	
  au	
  parlement	
  et	
  surtout	
  s’adresse	
  a	
  lui	
  en	
  des	
  termes	
  et	
  avec	
  
des	
  références	
  au	
  bien	
  public	
  qui	
  ne	
  peuvent	
  que	
  le	
  saWsfaire.	
  	
  
•  Ainsi,	
   les	
   premières	
   années	
   de	
   la	
   Régence	
   sont	
   associées	
   au	
   souvenir	
   de	
   la	
  
polysynodie.	
  Il	
  s’agit	
  de	
  la	
  créaWon	
  de	
  «	
  bureaux	
  parWculiers	
  »	
  a	
  la	
  «	
  manière	
  des	
  
juntes	
  d’Espagne	
  ».	
  	
  
•  Déjà	
   sous	
   Louis	
   XIV,	
   l’organisaWon	
   du	
   gouvernement	
   du	
   royaume	
   s’arWcule	
  
autour	
   des	
   secrétaires	
   d’Etat	
   issus	
   de	
   la	
   finance	
   et	
   de	
   la	
   robe.	
   Avec	
   eux,	
   des	
  
bureaux	
  qui	
  s’étoffent	
  et	
  sont	
  comme	
  des	
  embryons	
  de	
  ministères.	
  Ainsi,	
  sous	
  
Louis	
   XIV,	
   les	
   bureaux	
   s’organisent	
   en	
   réseaux	
   de	
   fidélité,	
   de	
   parentèles:	
   les	
  
Colbert,	
   les	
   Le	
   Tellier	
   (Louvois),	
   les	
   Phélyppeaux	
   (Pontchartrain).	
   Le	
   roi	
   reçoit	
  
séparément	
   les	
   secrétaires	
   d’Etat,	
   en	
   dehors	
   du	
   Conseil,	
   pour	
   examiner	
   les	
  
dossiers:	
  l’entrevue	
  s’appelle	
  alors	
  la	
  liasse.	
  	
  
•  Avec	
   la	
   polysynodie	
   insWtuée	
   par	
   la	
   déclaraWon	
   de	
   septembre	
   1715,	
   les	
  
différents	
  conseils	
  de	
  gouvernement	
  fusionnent	
  dans	
  le	
  conseil	
  de	
  régence.	
  	
  
Le	
  cortège	
  royal	
  traverse	
  la	
  Sainte	
  
Chapelle	
  après	
  le	
  lit	
  de	
  jus<ce	
  de	
  
septembre	
  1715.	
  
La	
  régence	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  
•  CréaWon	
   de	
   conseils	
   parWculiers:	
   L’accent	
   est	
   mis	
   sur	
   la	
   collégialité,	
   puisque	
   ces	
   conseils	
   se	
   subsWtuent	
   au	
   rôle	
   joue	
  
auparavant	
  par	
  les	
  secrétaires	
  d’Etat	
  et	
  le	
  contrôleur	
  général	
  des	
  finances.	
  Ils	
  forment	
  les	
  ministères	
  collégiaux,	
  me`ant	
  
l’accent	
  sur	
  les	
  praWques	
  délibéraWves	
  et	
  la	
  recherche	
  de	
  consensus.	
  	
  Il	
  faut	
  cependant	
  nuancer	
  la	
  chasse	
  aux	
  sorcières	
  dont	
  
auraient	
  été	
  vicWmes	
  les	
  anciens	
  secrétaires	
  d’Etat.	
  Plusieurs	
  ordonnances	
  créent	
  sept	
  conseils	
  parWculiers.	
  Leurs	
  présidents	
  
méritent	
  de	
  retenir	
  l’a`enWon.	
  A	
  la	
  guerre,	
  on	
  trouve	
  le	
  maréchal	
  duc	
  de	
  Villars	
  est	
  le	
  vainqueur	
  de	
  Denain	
  en	
  1712,	
  dont	
  la	
  
victoire	
  sauve	
  le	
  royaume	
  et	
  précipite	
  la	
  conclusion	
  des	
  hosWlités	
  en	
  lézardant	
  le	
  front	
  allie,	
  notamment	
  entre	
  Anglais	
  et	
  
Néerlandais.	
  
•  Avec	
  la	
  polysynodie	
  insWtuée	
  par	
  la	
  déclaraWon	
  de	
  septembre	
  1715,	
  les	
  différents	
  conseils	
  de	
  gouvernement	
  fusionnent	
  
dans	
  le	
  conseil	
  de	
  régence.	
  La	
  straWficaWon	
  des	
  affaires	
  du	
  gouvernement	
  en	
  deux	
  niveaux	
  –	
  niveau	
  poliWque	
  et	
  niveau	
  
administraWf	
   –	
   se	
   retrouvent	
   partout	
   en	
   Europe.	
   Partout	
   également,	
   on	
   trouve	
   un	
   conseil	
   poliWque	
   restreint	
   autour	
   du	
  
monarque:	
  «	
  Conseil	
  d’Etat	
  »	
  en	
  Espagne,	
  «	
  Conférence	
  secrète	
  »	
  en	
  Autriche,	
  «	
  Riksard	
  »	
  en	
  Suède,	
  «	
  Senat	
  dirigeant	
  dans	
  
l’empire	
  russe.	
  	
  
•  Le	
  régent	
  doit	
  également	
  préparer	
  Louis	
  XV	
  au	
  «	
  dur	
  méWer	
  de	
  roi	
  ».	
  Louis	
  XV	
  commence	
  a	
  assister	
  aux	
  séances	
  du	
  conseil	
  
de	
  régence	
  a	
  l'âge	
  de	
  10	
  ans.	
  Apres	
  un	
  bref	
  séjour	
  a	
  Vincennes	
  de	
  septembre	
  a	
  décembre	
  1715,	
  dont	
  on	
  esWme	
  le	
  bon	
  air	
  
favorable	
  a	
  sa	
  sante.	
  	
  
Louis	
  XV	
  enfant	
  recevant	
  une	
  leçon,	
  en	
  
présence	
  de	
  M.	
  de	
  Fleury	
  et	
  du	
  Régent	
  
La	
  régence	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  
•  SorWr	
   de	
   l’impasse	
   monétaire	
   et	
   financière,	
   le	
   système	
   Law:	
   Dans	
  
l’immédiat,	
   compte	
   tenu	
   de	
   la	
   situaWon	
   financière	
   dramaWque	
   du	
  
royaume,	
  le	
  retour	
  du	
  crédit	
  et	
  le	
  désende`ement	
  de	
  l’Etat	
  consWtuent	
  
le	
  premier	
  des	
  défis	
  auxquels	
  le	
  Régent	
  et	
  ses	
  conseils	
  sont	
  confrontes.	
  	
  
•  A	
  la	
  fin	
  du	
  règne,	
  au	
  lendemain	
  d’une	
  période	
  difficile,	
  il	
  était	
  devenu	
  
habituel	
  en	
  France	
  de	
  réunir	
  une	
  chambre	
  de	
  jusWce	
  desWnée	
  a	
  juger	
  
les	
   profiteurs,	
   les	
   financiers	
   accapareurs,	
   a	
   regonfler	
   les	
   caisses	
   de	
  
l’Etat	
  et	
  surtout	
  a	
  adresser	
  un	
  signal	
  réconfortant	
  «	
  aux	
  peuples	
  ».	
  Des	
  
boucs	
   émissaires	
   sont	
   désignés	
   également	
   en	
   1715,	
   mais	
   le	
   Trésor	
  
royal	
  ne	
  recouvre	
  que	
  20	
  millions	
  sur	
  les	
  160	
  millions	
  espérés….	
  
•  Law,	
  c’est	
  un	
  joueur	
  propulse	
  contrôleur	
  général	
  des	
  finances.	
  Il	
  part	
  
du	
   principe	
   que	
   les	
   échanges	
   et	
   la	
   confiance	
   sont	
   le	
   nœud	
   du	
  
problème,	
   non	
   la	
   de`e	
   en	
   	
   elle-­‐même.	
   Une	
   fois	
   l’acWvité	
   revenu,	
  
l’exWncWon	
   de	
   la	
   de`e	
   ne	
   sera	
   plus	
   impossible.	
   Comme	
   la	
   France	
  
connaît	
  une	
  pénurie	
  de	
  métaux	
  précieux,	
  le	
  papier-­‐monnaie	
  s’impose.	
  
Tenant	
  compte	
  de	
  la	
  loi	
  de	
  Gresham,	
  «	
  la	
  mauvaise	
  monnaie	
  chasse	
  le	
  
bonne	
  »,	
  et	
  pour	
  éviter	
  que	
  le	
  papier	
  monnaie,	
  par	
  son	
  aspect	
  insolite,	
  
ne	
  trouve	
  pas	
  preneur,	
  la	
  banque	
  doit	
  drainer	
  le	
  stock	
  métallique	
  qui	
  
lui	
  servira	
  d’encaisse.	
  
•  La	
  Banque	
  générale	
  est	
  crée	
  en	
  mai	
  1716	
  et	
  ses	
  billets	
  sont	
  acceptes	
  
par	
  les	
  caisses	
  royales,	
  il	
  s’agit	
  donc	
  de	
  papier-­‐monnaie.	
  La	
  Compagnie	
  
d’Occident,	
   le	
   «	
   Mississipi	
   »	
   fondée	
   en	
   aout	
   1717,	
   est	
   le	
   deuxième	
  
pilier	
  du	
  système.	
  Son	
  objecWf	
  est	
  la	
  colonisaWon	
  de	
  la	
  Louisiane	
  avec	
  
monopole.	
   Cependant,	
   si	
   la	
   banque	
   de	
   Law	
   avait	
   un	
   avenir,	
   la	
  
compagnie	
   ne	
   possédait	
   pas	
   un	
   capital	
   suffisant,	
   et	
   ne	
   pouvait	
   être	
  
rentable,	
  dans	
  le	
  meilleur	
  des	
  cas,	
  qu’a	
  très	
  long	
  terme.	
  	
  
Rue	
  Quincampoix,	
  siège	
  de	
  la	
  Banque	
  
générale	
  de	
  Law	
  
La	
  régence	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  
•  L’ascension	
  et	
  le	
  succès	
  de	
  Law	
  paraissent	
  excepWonnels:	
  il	
  faut	
  quatre	
  
acWons	
   du	
   Mississipi	
   pour	
   obtenir	
   une	
   acWon	
   de	
   la	
   Compagnie	
   des	
  
Indes.	
   Sa	
   Banque	
   annonce	
   les	
   banques	
   contemporaines	
   d’émission,	
  
puisqu’il	
  obWent	
  en	
  juillet	
  1719	
  le	
  monopole	
  de	
  la	
  monnaie.	
  
•  Law	
  pense	
  qu’en	
  mulWpliant	
  les	
  émissions,	
  il	
  relance	
  ‘acWvité	
  et	
  que	
  les	
  
bénéfices	
  de	
  la	
  Compagnie,	
  dont	
  les	
  expédiWons	
  sont	
  financières	
  par	
  
les	
   mêmes	
   émissions,	
   serviront	
   a	
   éteindre	
   la	
   de`e	
   de	
   l’Etat.	
   Des	
  
fortunes	
  aussi	
  colossales	
  que	
  fragiles	
  se	
  bâWssent	
  en	
  quelques	
  heures:	
  
c’est	
  cela	
  la	
  Régence,	
  une	
  violente	
  et	
  enivrante	
  bourrasque	
  de	
  rêves	
  
fous	
  et	
  de	
  jouissances	
  qui	
  s’empare	
  d’une	
  société	
  cadenassée	
  depuis	
  
trop	
  longtemps.	
  	
  
•  Les	
   agioteurs	
   praWquent	
   déjà,	
   comme	
   dans	
   les	
   crises	
   boursières	
   les	
  
plus	
   récentes,	
   l’achat	
   a	
   découvert.	
   Ils	
   passent	
   des	
   opWons	
   d’achat	
   a	
  
10.000	
   livres	
   avec	
   un	
   premier	
   versement	
   iniWal	
   de	
   1000	
   livres	
  
seulement,	
   l’orientaWon	
   haussière	
   des	
   cours	
   permet	
   des	
   bénéfices	
  
énormes	
   dans	
   des	
   délais	
   records.	
   La	
   réalité	
   finit	
   par	
   ra`raper	
   la	
  
spéculaWon	
   effrénée.	
   Certains	
   réalisent	
   leurs	
   papiers	
   a	
   temps	
   et	
  
touchent	
   de	
   véritables	
   fortunes.	
   Au	
   nombre	
   de	
   ces	
   heureux	
  
bénéficiaires	
  du	
  Système,	
  le	
  prince	
  de	
  ConW,	
  le	
  duc	
  de	
  Bourbon,	
  tous	
  
deux	
  princes	
  du	
  sang.	
  	
  
Rue	
  Quincampoix,	
  siège	
  de	
  la	
  
Compagnie	
  
La	
  régence	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  
•  L’entrée	
  de	
  la	
  France	
  dans	
  le	
  système	
  du	
  crédit	
  bancaire,	
  du	
  papier-­‐monnaie	
  en	
  sera	
  très	
  sensiblement	
  retardée.	
  Le	
  Système	
  
était	
  en	
  fait	
  trop	
  novateur,	
  en	
  avance	
  sur	
  son	
  temps.	
  	
  
•  Les	
  fortunes	
  rapidement	
  faites	
  provoquent	
  cependant	
  une	
  forte	
  consommaWon	
  de	
  produits	
  de	
  luxe,	
  sWmulant	
  l’arWsanat	
  
d’art.	
  l’inflaWon	
  induite	
  augmente	
  l’acWvité.	
  Et	
  Law	
  a	
  assoupli	
  également	
  les	
  règlements	
  colberWens,	
  perme`ant	
  l’essor	
  du	
  
trafic	
  sucrier	
  et	
  la	
  traite	
  negriere.	
  	
  
Crédit	
  est	
  mort.	
  Les	
  mauvais	
  payeurs	
  l’ont	
  tue.	
  Le	
  
système	
  Law	
  et	
  la	
  bulle	
  spéculaLve	
  qu’il	
  a	
  suscitée	
  
ont	
  déboussolé	
  les	
  esprits	
  et	
  renverse	
  les	
  valeurs.	
  	
  La	
  
spéculaLon	
  forcenée	
  a	
  tue	
  la	
  confiance	
  car	
  «	
  la	
  
mauvaise	
  monnaie	
  chasse	
  la	
  bonne	
  ».	
  Les	
  
épargnants	
  sont	
  ruines	
  au	
  profit	
  des	
  spéculateurs	
  qui	
  
leur	
  ont	
  vendu	
  du	
  vent	
  et	
  su	
  liquider	
  a	
  temps	
  leur	
  
placement.	
  	
  
Law	
  au	
  sommet	
  de	
  la	
  gloire:	
  l’été	
  1719	
  	
  
•  Toute	
   l’Europe	
   devint	
   malade	
   de	
   la	
   fièvre	
   de	
   spéculaWon.	
   Avec	
   un	
   don	
  
étrange	
   de	
   rapide	
   calcul	
   (qu’il	
   tenait	
   de	
   son	
   père	
   banquier),	
   une	
  
infaillibilité	
  de	
  jeu	
  non	
  démenWe,	
  le	
  pouvoir	
  d’être	
  riche,	
  Law	
  n’esWmait	
  
rien	
  que	
  l’idée.	
  En	
  présence	
  de	
  la	
  vieille	
  machine	
  monarchique,	
  qui	
  gisait	
  
disloquée,	
   hors	
   d’état	
   de	
   se	
   réparer,	
   il	
   avait	
   fait	
   jaillir	
   de	
   terre	
   deux	
  
créaWons	
  vivantes,	
  deux	
  cites	
  sœurs,	
  unies	
  par	
  tant	
  de	
  liens	
  qu’elles	
  n’en	
  
étaient	
  qu’une	
  au	
  fond	
  :	
  la	
  République	
  de	
  banque	
  ;	
  en	
  vigueur	
  déjà,	
  en	
  
prospérité,	
  depuis	
  trois	
  ans,	
  au	
  grand	
  avantage	
  de	
  l’Etat;	
  la	
  République	
  de	
  
commerce,	
   Compagnie	
   d’Occident,	
   qui	
   bientôt	
   fut	
   aussi	
   celle	
   du	
  
commerce	
  d’Orient	
  et	
  du	
  monde.	
  
•  Le	
   beau	
   printemps	
   de	
   1719	
   semblait	
   une	
   aurore	
   sociale	
   :	
   incroyable	
  
succès	
  de	
  Law.	
  Ses	
  acWons	
  montaient	
  d’heure	
  en	
  heure,	
  l’enthousiasme	
  
aussi.	
  Tous	
  lui	
  disaient	
  d’oser.	
  On	
  est	
  saisi	
  de	
  voir	
  tout	
  ce	
  qui	
  s’entreprit	
  
en	
  quelques	
  mois	
  de	
  1719.	
  L’égalité	
  d’instrucWon,	
  l’égalité	
  d’impôt,	
  une	
  
simplificaWon	
  immense,	
  hardie,	
  de	
  l’administraWon,	
  le	
  remboursement	
  de	
  
la	
  de`e.	
  
•  Le	
   Régent	
   ouvre	
   à	
   tous	
   l’Université.	
   Elle	
   est	
   payée	
   par	
   l’Etat	
   et	
   donne	
  
l’enseignement	
  gratuit.	
  Quels	
  sont	
  les	
  premiers	
  écoliers	
  qui	
  sortent	
  de	
  la	
  
tout	
  à	
  l’heure,	
  le	
  fils	
  du	
  coutelier,	
  le	
  puissant	
  Diderot,	
  un	
  enfant	
  de	
  hasard	
  
qu’élevé	
  un	
  menuisier,	
  le	
  vaste	
  d’Alembert,	
  c’est-­‐a-­‐dire	
  l’Encyclopédie.	
  
•  On	
   épurait	
   Paris	
   en	
   faveur	
   du	
   Mississipi.	
   Les	
   galants	
   cavaliers	
   de	
   la	
  
maréchaussée	
   enlevaient	
   poliment	
   les	
   demoiselles,	
   de	
   moyenne	
   vertu,	
  
qui	
  devaient	
  peupler	
  l’Amérique.	
  Elles	
  furent	
  mariées	
  sommairement.	
  A	
  
Saint	
  MarWn	
  des	
  Champs,	
  on	
  mit	
  les	
  malheureuses	
  en	
  face	
  de	
  la	
  bande	
  
d’hommes.	
  Parmi	
  ces	
  inconnus,	
  mendiants	
  ou	
  voleurs,	
  elles	
  durent	
  choisir	
  
en	
  deux	
  minutes.	
  
Law	
  et	
  la	
  chute	
  de	
  la	
  Compagnie	
  du	
  Mississipi	
  
•  On	
  associa,	
  on	
  fondit	
  les	
  deux	
  établissements.	
  La	
  Banque	
  
devint	
  la	
  caissière	
  de	
  la	
  Compagnie,	
  et	
  celle-­‐ci	
  cauWon	
  de	
  
la	
  Banque.	
  Ce	
  fut	
  le	
  plus	
  fragile,	
  le	
  plus	
  ruineux	
  des	
  deux	
  
établissements	
  qui	
  prétendit	
  soutenir	
  l’autre.	
  
•  Le	
   gros	
   acWonnaire	
   de	
   la	
   Compagnie,	
   ConW,	
   arrive	
   avec	
  
trois	
   fourgons	
   dans	
   la	
   cour	
   de	
   la	
   Compagnie,	
   rue	
  
Quincampoix	
  ;	
  il	
  fallut	
  le	
  payer,	
  remplir	
  ses	
  trois	
  voitures.	
  
En	
  plein	
  jour,	
  au	
  milieu	
  de	
  la	
  foule	
  ébahie,	
  il	
  emporte	
  14	
  
millions.	
   Les	
   riches	
   du	
   Système,	
   gorges	
   par	
   lui,	
   en	
  
devinrent	
   les	
   plus	
   cruels	
   ennemis,	
   ardents	
   apôtres	
   de	
   la	
  
baisse,	
   outrageux	
   insulteurs	
   de	
   Law	
   et	
   du	
   papier.	
   Dans	
  
leur	
  orgies,	
  ne	
  pouvant	
  bruler	
  l’homme,	
  ils	
  brulaient	
  des	
  
billets,	
  pour	
  bien	
  convaincre	
  le	
  public	
  que	
  ce	
  n’étaient	
  que	
  
des	
  chiffons.	
  
•  Law,	
  entre	
  au	
  Palais-­‐Royal,	
  son	
  carrosse	
  fut	
  brise,	
  le	
  
cocher	
  blesse.	
  Law	
  n’osa	
  plus	
  sorWr,	
  coucha	
  chez	
  le	
  
Régent.	
  
•  On	
  s’avise	
  un	
  peu	
  plus	
  tard	
  de	
  séparer	
  la	
  Compagnie	
  de	
  la	
  
Banque	
  ;	
  on	
  se	
  figure	
  qu’après	
  avoir	
  cruellement	
  ruine	
  par	
  
la	
  seconde,	
  on	
  pourra	
  isoler,	
  faire	
  fleurir	
  a	
  part	
  la	
  
première,	
  comme	
  pure	
  Compagnie	
  de	
  Commerce.	
  
La	
  régence	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  
Pèlerinage	
  pour	
  l’ile	
  de	
  Cythère	
  dit	
  L’embarquement	
  pour	
  Cythère.	
  Jean-­‐Antoine	
  Wa^eau.	
  Les	
  amoureux	
  se	
  préparent-­‐ils	
  a	
  
embarquer	
  pour	
  Cythère	
  –	
  l’ile	
  de	
  l’amour	
  dont	
  le	
  souvenir	
  est	
  aFache	
  a	
  Aphrodite	
  –	
  ou	
  en	
  reviennent-­‐ils?	
  En	
  peinture,	
  
WaFeau	
  inaugure	
  le	
  genre	
  de	
  la	
  fête	
  galante.	
  La	
  fête	
  galante	
  est	
  celle	
  de	
  la	
  maitrise	
  de	
  la	
  sensualité	
  et	
  du	
  contrôle	
  de	
  soi.	
  Les	
  
parLcipants	
  connaissent	
  les	
  codes	
  mondains	
  et	
  courtois,	
  car	
  l’art	
  de	
  plaire	
  et	
  l’art	
  de	
  l’être	
  en	
  société	
  mondaine	
  s’apprennent	
  
et	
  se	
  maitrisent.	
  Cet	
  entre	
  soi	
  donne	
  le	
  ton	
  de	
  la	
  sociabilité	
  des	
  amis	
  choisis	
  qui	
  forment	
  des	
  sociétés,	
  jouent	
  au	
  théâtre	
  
amateur	
  et	
  conversent	
  dans	
  les	
  jardins	
  d’agrément.	
  La	
  richesse	
  des	
  vêtements,	
  les	
  reflets	
  de	
  lumière	
  sont	
  rendus	
  avec	
  un	
  effet	
  
rare	
  au	
  point	
  que	
  les	
  Goncourt	
  considéraient	
  WaFeau	
  comme	
  «	
  un	
  tailleur	
  divin,	
  couturier	
  de	
  génie	
  »	
  .	
  	
  
Le	
  bal	
  masque	
  de	
  l’Opéra	
  
•  Après	
  la	
  bigoterie,	
  les	
  rites	
  étouffants	
  et	
  les	
  fornicaWons	
  secrètes	
  du	
  palais	
  de	
  Versailles,	
  l’aristocrate	
  découvre	
  les	
  usages	
  
ludiques	
  de	
  la	
  grande	
  ville:	
  promenades	
  sur	
  les	
  cours	
  à	
  carrosse	
  des	
  Champs-­‐Élysées,	
  fréquentaWon	
  des	
  salons	
  li`éraires,	
  
premiers	
  clubs,	
  et	
  bientôt	
  le	
  bal	
  masque	
  de	
  l’Opéra,	
  emblémaWque	
  des	
  années	
  folles	
  de	
  la	
  Régence:	
  mêlant	
  des	
  gens	
  de	
  
toute	
  condiWon.	
  
Manon	
  Lescaut	
  
Manon	
  Lescaut,	
  voici	
  un	
  livre	
  populaire.	
  Très	
  grand	
  évènement	
  dont	
  la	
  popularité	
  fut	
  immense.	
  Ce	
  livre	
  tout	
  peWt	
  s’adresse	
  a	
  
un	
  grand	
  peuple,	
  celui	
  des	
  amoureux.	
  L’amour	
  est	
  grand	
  au	
  XVIIIème	
  siècle.	
  A	
  travers	
  le	
  caprice	
  désordonne	
  et	
  la	
  mobilité,	
  
l’amour	
  subsiste	
  adore	
  et	
  surtout	
  admire.	
  Le	
  peWt	
  chevalier	
  Des	
  Grieux	
  et	
  Manon,	
  les	
  deux	
  enfants	
  qui	
  arrivent	
  de	
  leur	
  pays,	
  
lui	
  a	
  17ans,	
  elle	
  a	
  15,	
  qui	
  se	
  trouvent	
  si	
  vite	
  au	
  niveau	
  de	
  la	
  corrupWon	
  de	
  Paris,	
  ne	
  peuvent	
  lui	
  devoir	
  leur	
  précocité	
  pour	
  le	
  
vice.	
  Il	
  passe	
  vite	
  du	
  séminaire	
  au	
  tripot,	
  à	
  l’escroquerie	
  !	
  Le	
  chevalier	
  de	
  Manon	
  est-­‐il	
  tout	
  à	
  fait	
  sans	
  principes	
  ?	
  Qu’il	
  s’en	
  
rende	
  compte	
  ou	
  non,	
  il	
  en	
  a	
  deux.	
  L’un	
  :	
  qu’un	
  homme	
  ne,	
  élevé	
  chréWennement,	
  peut	
  toujours	
  revenir	
  de	
  ses	
  échappées	
  de	
  
jeunesse,	
  qu’il	
  peut	
  aller	
  fort	
  loin	
  sans	
  danger	
  du	
  salut.	
  L’autre	
  :	
  le	
  principe	
  galant,	
  que	
  l’amour	
  excuse	
  tout,	
  qu’un	
  véritable	
  
amant	
  a	
  le	
  droit	
  de	
  tout	
  faire.	
  Avec	
  ces	
  deux	
  idées,	
  rien	
  n’embarrasse	
  Prévost.	
  Il	
  court	
  bride	
  aba`ue,	
  va	
  les	
  deux	
  pieds	
  dans	
  le	
  
ruisseau.	
  
La	
  régence	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  
•  Le	
   tournant	
   de	
   l’année	
   1728:	
   Face	
   aux	
   défis	
   a	
   la	
   fois	
   financiers,	
  
diplomaWques,	
   religieux	
   (la	
   crise	
   janséniste),	
   le	
   Régent	
   entend	
  
gouverner	
   directement	
   ave	
   autorité,	
   efficacité	
   et	
   pragmaWsme.	
   Son	
  
ancien	
   précepteur,	
   Guillaume	
   Dubois,	
   habile	
   maitre	
   d’œuvre	
   de	
   la	
  
poliWque	
  étrangère,	
  en	
  profite	
  directement.	
  Il	
  revêt	
  bientôt	
  la	
  pourpre	
  
cardinalice.	
  	
  
•  La	
   querelle	
   janséniste	
   au	
   centre	
   de	
   l’agenda	
   poliWque	
   et	
   de	
   l’espace	
  
public:	
   Depuis	
   la	
   mort	
   de	
   Louis	
   XIV,	
   la	
   quesWon	
   d’Unigenitus	
   n’est	
  
nullement	
  réglée.	
  Le	
  flot	
  de	
  mémoires	
  et	
  de	
  pamphlets	
  ne	
  s’est	
  pas	
  tari	
  
et	
  risque	
  en	
  combinant	
  la	
  théologie	
  janséniste	
  et	
  le	
  gallicanisme	
  radical	
  
risque	
  de	
  menacer	
  l’autorité	
  aussi	
  bien	
  de	
  l’Eglise	
  que	
  de	
  la	
  monarchie.	
  	
  
•  Le	
  conflit	
  ouvert	
  avec	
  le	
  parlement:	
  Si	
  Philippe	
  d’Orléans	
  a	
  habilement	
  
négocié	
   en	
   1715	
   le	
   souWen	
   nécessaire	
   du	
   parlement	
   de	
   Paris,	
   les	
  
quesWons	
  financières	
  et	
  fiscales,	
  religieuses,	
  les	
  rivalités	
  entre	
  la	
  haute	
  
robe	
  et	
  l’aristocraWe	
  d’épée	
  tendent	
  rapidement	
  les	
  relaWons.	
  	
  
•  Le	
  Régent	
  interdit	
  au	
  parlement	
  de	
  Paris	
  sous	
  peine	
  de	
  désobéissance	
  
de	
  se	
  considérer,	
  au	
  nom	
  de	
  la	
  théorie	
  des	
  classes	
  qui	
  unirait	
  toutes	
  les	
  
cours	
   souveraines	
   du	
   royaume,	
   comme	
   «	
   la	
   tête	
   d’un	
   Parlement	
   de	
  
France.	
  »	
  
•  La	
   conspiraWon	
   de	
   Cellamare	
   est	
   contemporaine	
   d’une	
   autre,	
   en	
  
Bretagne,	
  dite	
  de	
  Pontallec.	
  Si	
  l’Espagne	
  est	
  intéressée	
  aux	
  deux,	
  et	
  a	
  
encourage	
  les	
  conjures	
  bretons,	
  la	
  coordinaWon	
  des	
  deux	
  entreprises	
  
n’est	
  pas	
  clairement	
  prouvée.	
  
Louis-­‐Antoine	
  de	
  Noailles,	
  archevêque	
  
de	
  Paris	
  (1651-­‐1729)	
  
La	
  régence	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  
•  La	
  conspiraWon	
  du	
  marquis	
  de	
  Pontallec:	
  Très	
  a`achée	
  a	
  ses	
  privilèges	
  
fiscaux	
  et	
  prompte	
  a	
  rappeler	
  le	
  bon	
  temps	
  de	
  la	
  duchesse	
  Anne,	
  la	
  
Bretagne	
  entend	
  bien,	
  au	
  sorWr	
  de	
  la	
  guerre	
  de	
  succession	
  d’Espagne,	
  
voir	
   la	
   pression	
   fiscale	
   s’alléger	
   rapidement.	
   La	
   grève	
   de	
   l’impôt	
  
s’organise.	
   On	
   procède	
   sur	
   dénonciaWon	
   a	
   70	
   arrestaWons.	
   Le	
   duc	
  
d’Orléans	
   manifeste	
   son	
   autorité	
   et	
   envoie	
   un	
   signal:	
   la	
   Régence,	
  
période	
  ordinaire	
  si	
  féconde	
  en	
  complots	
  et	
  en	
  menées	
  subversives,	
  ne	
  
toléra	
  pas	
  les	
  désordres	
  et	
  la	
  collusion	
  avec	
  l’étranger.	
  Pontallec	
  et	
  les	
  
siens	
  en	
  font	
  les	
  frais.	
  
•  Le	
  Régent	
  riposte	
  tous	
  azimuts	
  pour	
  neutraliser	
  les	
  parlements	
  et	
  les	
  
jansénistes.	
  L’objecWf	
  est	
  de	
  contrer	
  les	
  prétenWons	
  du	
  roi	
  d’Espagne,	
  
Philippe	
  V.	
  Et	
  dans	
  ces	
  condiWons,	
  le	
  Régent	
  doit	
  absolument	
  être	
  en	
  
paix	
  avec	
  Londres.	
  C’est	
  la	
  que	
  la	
  poliWque	
  de	
  l'abbé	
  Dubois	
  prend	
  tout	
  
son	
  sens.	
  	
  
Louis-­‐Antoine	
  de	
  Noailles,	
  archevêque	
  de	
  Paris	
  (1651-­‐1729).	
  Passionne	
  de	
  théâtre,	
  la	
  duchesse	
  voulait	
  que	
  dans	
  ses	
  fêtes	
  «	
  il	
  
entra	
  de	
  l’idée,	
  de	
  l’invenLon,	
  et	
  la	
  joie	
  eut	
  de	
  l’esprit.	
  »	
  Dévorée	
  d’ambiLon,	
  elle	
  refuse	
  que	
  son	
  mari	
  soit	
  évince	
  par	
  le	
  duc	
  
d’Orléans	
  et	
  mulLplie	
  les	
  tentaLves	
  de	
  déstabilisaLon	
  de	
  la	
  Régence.	
  	
  
La	
  régence	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  
•  De	
   la	
   paix	
   d’Utrecht	
   a	
   l’improbable	
   alliance	
   anglaise	
   (1713-­‐1717):	
  
George	
   Ier	
   veille	
   de	
   près	
   sur	
   son	
   cher	
   électorat	
   de	
   Hanovre.	
   Un	
  
rapprochement	
  avec	
  la	
  France	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  perme`rait	
  au	
  roi	
  
d’Angleterre	
  de	
  réduire	
  le	
  risque	
  d’une	
  intervenWon	
  française	
  contre	
  le	
  
Hanovre,	
   vulnérable	
   aux	
   a`aques	
   terrestres,	
   de	
   limiter	
   les	
   capacités	
  
offensives	
   des	
   jacobites,	
   et	
   d’éviter	
   la	
   réunion	
   des	
   couronnes	
  
d’Espagne	
  et	
  de	
  France	
  sur	
  la	
  tête	
  du	
  peWt-­‐fils	
  de	
  Louis	
  XIV,	
  Philippe	
  V,	
  
roi	
  d’Espagne.	
  	
  
•  Menaces	
   espagnols	
   et	
   élargissent	
   de	
   l’alliance:	
   En	
   décembre	
   1718,	
  
après	
   des	
   atermoiements	
   qui	
   s’expliquent	
   par	
   l’impopularité	
   d’une	
  
guerre	
   contre	
   un	
   Bourbon,	
   peWt-­‐fils	
   de	
   Louis	
   XIV,	
   pour	
   lequel	
   les	
  
Français	
  ont	
  comba`u	
  14	
  ans,	
  la	
  France	
  déclare	
  la	
  guerre	
  a	
  l’Espagne.	
  
En	
   1719,	
   les	
   troupes	
   françaises	
   envahissent	
   le	
   Pays	
   Basque	
   et	
   la	
  
Catalogne	
  tandis	
  que	
  la	
  flo`e	
  anglaise	
  a`aque	
  la	
  cote	
  atlanWque.	
  	
  
•  Au	
   Nord	
   comme	
   au	
   Sud	
   de	
   l’Europe,	
   la	
   Régence	
   renonce	
   donc	
   aux	
  
anciens	
   allies	
   du	
   royaume	
   de	
   Louis	
   XIV,	
   l’Espagne	
   depuis	
   qu’un	
  
Bourbon	
  règne	
  a	
  Madrid,	
  et	
  la	
  Suède	
  pour	
  conserver	
  le	
  bénéfice	
  de	
  la	
  
paix	
  et	
  consolider	
  l’alliance	
  anglaise.	
  	
  
Visite	
  de	
  Pierre	
  Ier	
  au	
  roi	
  au	
  Louvre.	
  Pour	
  asseoir	
  ses	
  ambiLons	
  européennes,	
  Pierre	
  a	
  bien	
  compris	
  qu’il	
  lui	
  faut	
  dresser	
  un	
  état	
  
des	
  savoirs	
  et	
  techniques	
  dont	
  l’acquisiLon	
  a	
  la	
  modernisaLon	
  de	
  la	
  Russie.	
  	
  
L’obliga<on	
  de	
  l’alliance	
  avec	
  l’Angleterre	
  
•  Loin	
  de	
  rompre	
  la	
  paix,	
  le	
  Régent	
  dit	
  fort	
  raisonnablement	
  a	
  l’Angleterre:	
  «	
  
GaranWssez	
  moi	
  le	
  mainWen	
  de	
  la	
  paix	
  et	
  j’éloigne	
  le	
  prétendant.	
  »	
  Lui,	
  et	
  ses	
  
amis	
  les	
  plus	
  sensés,	
  comme	
  le	
  duc	
  de	
  Noailles,	
  voyaient	
  que,	
  dans	
  un	
  tel	
  
état	
  de	
  ruine,	
  de	
  désorganisaWon,	
  il	
  fallait	
  a	
  toute	
  condiWon	
  assurer	
  la	
  paix,	
  
ménager	
  l’Angleterre,	
  et	
  s’entendre	
  avec	
  Georges.	
  L’Angleterre	
  n’avait	
  pas	
  à	
  
la	
  guerre	
  un	
  intérêt	
  réel,	
  puisque	
  l’Espagne,	
  et	
  la	
  France	
  bientôt,	
  offraient	
  
sans	
  guerre	
  tous	
  les	
  avantages	
  qu’elle	
  désirait.	
  
•  C’est	
   par	
   l’Eglise	
   qu’on	
   eut	
   du	
   commencer	
   la	
   reforme.	
   Noailles	
   avait	
   très	
  
bien	
  compris	
  que	
  le	
  premier	
  coup	
  à	
  frapper	
  était	
  de	
  chasser	
  les	
  Jésuites.	
  Le	
  
second	
  eut	
  été	
  de	
  se	
  passer	
  du	
  pape	
  pour	
  l’élecWon	
  des	
  évêques	
  ;	
  le	
  Régent	
  
y	
  songeait.	
  Le	
  troisième	
  eut	
  été	
  de	
  rappeler	
  les	
  protestants.	
  
•  La	
  de`e	
  fut	
  réduite	
  a	
  peu	
  près	
  à	
  la	
  moiWe,	
  et	
  ce`e	
  moiWe	
  en	
  Wtres	
  converWe	
  
en	
   Wtres	
   nouveaux	
   qu’on	
   appela	
   les	
   Billets	
   d’Etat.	
   Des	
   chiffons,	
   des	
  
promesses	
  de	
  rentes,	
  des	
  terres	
  abandonnées,	
  des	
  acWons	
  de	
  la	
  Compagnie	
  
d’Occident,	
  hypothéquées	
  sur	
  la	
  savane	
  américaine,	
  ou	
  sur	
  la	
  peau	
  de	
  l’ours	
  
qui	
  court	
  les	
  bois.	
  
•  Ce	
  faquin	
  de	
  Dubois	
  eut	
  ce	
  que	
  n’ont	
  pas	
  toujours	
  les	
  gens	
  d’esprit,	
  un	
  sens	
  
net	
  et	
  vif	
  du	
  réel,	
  une	
  vue	
  très	
  lucide	
  de	
  la	
  situaWon,	
  nulle	
  fausse	
  poésie,	
  
nulle	
   illusion.	
   Le	
   France	
   qui	
   ne	
   sait	
   pas	
   haïr,	
   haïssait	
   si	
   peu	
   l’Angleterre,	
  
qu’elle	
   imitait	
   tant	
   qu’elle	
   pouvait,	
   copiait	
   ses	
   modes,	
   ses	
   banques,	
   et	
  
pendant	
  tout	
  le	
  siècle,	
  nos	
  écrivains	
  en	
  font	
  des	
  éloges	
  insensés.	
  	
  
•  Madame,	
  au	
  premier	
  jour	
  que	
  son	
  fils	
  fut	
  Régent,	
  lui	
  avait	
  demande	
  pour	
  
grâce	
  «	
  de	
  n’employer	
  jamais	
  ce	
  coquin	
  de	
  Dubois	
  ».	
  Et,	
  en	
  effet,	
  il	
  n’eut	
  nul	
  
emploi,	
  aucun	
  Wtre.	
  A	
  60	
  ans,	
  il	
  n’était	
  encore	
  rien.	
  Rarement	
  on	
  le	
  montre	
  
de	
   face	
   ;	
   les	
   yeux	
   sont	
   trop	
   sinistres	
   et	
   l’ensemble	
   trop	
   bas.	
   Une	
   vilaine	
  
peWte	
  perruque	
  blonde	
  pointe	
  violement	
  en	
  avant,	
  comme	
  celle	
  d’une	
  bété	
  
de	
  proie,	
  «	
  d’une	
  fouine	
  »	
  dit	
  Saint	
  Simon.	
  
La	
  ruse	
  de	
  l’histoire	
  –	
  l'abbé	
  Dubois	
  
•  Ce	
  fripon	
  de	
  Dubois,	
  ambiWeux	
  voue	
  a	
  l’Angleterre,	
  fla`eur	
  de	
  Rome,	
  
faux	
  de	
  toute	
  manière,	
  il	
  eut	
  pourtant	
  certainement	
  un	
  idéal	
  qui	
  fit	
  son	
  
âpre	
  passion	
  ;	
  il	
  poursuivit	
  par	
  des	
  moyens	
  indignes	
  un	
  but	
  très	
  haut,	
  
très	
  grand,	
  le	
  solide	
  établissement,	
  la	
  fondaWon	
  de	
  la	
  paix	
  du	
  monde.	
  
En	
  travaillant	
  contre	
  l’Espagne,	
  il	
  eut	
  pour	
  raison	
  suprême	
  l’intérêt	
  de	
  
ses	
   maitres,	
   le	
   solide	
   affermissement	
   de	
   Georges	
   et	
   du	
   Régent,	
   la	
  
fondaWon	
  définiWve	
  des	
  maisons	
  de	
  Hanovre	
  et	
  d’Orléans.	
  L’Espagne	
  
c’était	
  l’ennemi.	
  Elle	
  portait	
  avec	
  le	
  Stuart	
  le	
  drapeau	
  de	
  la	
  barbarie.	
  
Elle	
   revenait	
   toujours	
   à	
   son	
   rêve	
   de	
   l’armada	
   qui	
   eut	
   en	
   Angleterre	
  
rétabli	
  le	
  papisme	
  et	
  assomme	
  par	
  contrecoup	
  le	
  Régent	
  en	
  France.	
  
Traite	
  de	
  paix	
  d’Utrecht	
  
La	
  régence	
  de	
  Philippe	
  d’Orléans	
  
•  Les	
  débuts	
  d’une	
  «	
  société	
  poliWque	
  parfaitement	
  libre	
  »:	
  De	
  1723	
  a	
  
1731,	
   l’histoire	
   du	
   club	
   de	
   l’Entresol	
   reflète	
   l’effervescence	
  
intellectuelle	
  et	
  poliWque	
  de	
  l’après	
  Louis	
  XIV,	
  la	
  rencontre	
  en	
  poliWque	
  
et	
  utopie,	
  diplomaWe	
  européenne	
  et	
  cosmopoliWsme,	
  sphère	
  privée	
  et	
  
espace	
   public,	
   public	
   choisi	
   et	
   recherche	
   d’une	
   informaWon	
   libre,	
  
recoupée	
  et	
  commentée.	
  	
  
Le	
  lit	
  de	
  jus<ce	
  	
  tenu	
  au	
  parlement	
  de	
  Paris	
  a	
  la	
  
majorité	
  de	
  Louis	
  XV,	
  le	
  22	
  février	
  1723.	
  	
  
Cavalcade	
  de	
  Louis	
  XV,	
  après	
  le	
  sacre	
  a	
  Reims.	
  	
  
Le	
  jeune	
  Louis	
  XV	
  et	
  le	
  château	
  de	
  la	
  Mue^e	
  
•  Louis	
  XV	
  n’était	
  pas	
  ne	
  gai,	
  n’aimait	
  personne.	
  Au	
  parc	
  de	
  la	
  Mue`e,	
  dont	
  le	
  Régent	
  lui	
  fit	
  cadeau,	
  son	
  joujou	
  favori	
  était	
  une	
  
vache	
  naine	
  et	
  de	
  faire	
  le	
  laiWer.	
  
Les	
  années	
  Fleury	
  
•  Le	
  duc	
  de	
  Bourbon	
  devient	
  premier	
  ministre:	
  Il	
  se	
  réserve	
  la	
  feuille	
  des	
  
bénéfices	
   (le	
   contrôle	
   des	
   nominaWons	
   aux	
   sièges	
   épiscopaux	
   et	
   aux	
  
abbayes),	
   qui	
   lui	
   permet	
   de	
   poursuivre	
   l’œuvre	
   entamée	
   au	
   comite	
  
ecclésiasWque,	
   l’ancien	
   conseil	
   de	
   conscience	
   pour	
   éradiquer	
   le	
  
jansénisme	
  des	
  rangs	
  du	
  clergé.	
  
•  Paris-­‐Duverney	
   propose	
   la	
   levée	
   d’impôts	
   et	
   remet	
   en	
   vigueur	
   de	
  
vieilles	
  taxes.	
  Et	
  il	
  renoue	
  avec	
  la	
  praWque	
  des	
  mutaWons	
  monétaires.	
  
En	
  vue	
  d’établir	
  une	
  Ecole	
  Militaire	
  a	
  Paris,	
  sur	
  le	
  modèle	
  du	
  collège	
  des	
  
cadets	
   de	
   Catherine	
   II,	
   il	
   pose	
   la	
   quesWon	
   du	
   financement	
   de	
  
l’établissement	
  en	
  proposant	
  de	
  lui	
  a`ribuer	
  le	
  produit	
  des	
  droits	
  sur	
  
les	
  cartes	
  a	
  jouer,	
  impôt	
  indirect	
  perçu	
  auprès	
  des	
  imprimeurs.	
  	
  
•  Le	
  duc	
  de	
  Bourbon	
  remet	
  au	
  gout	
  du	
  jour,	
  par	
  la	
  déclaraWon	
  de	
  1724,	
  la	
  
persécuWon	
   contre	
   les	
   protestants,	
   alors	
   que	
   la	
   Régence	
   avait	
   été	
  
plutôt	
  modérée	
  a	
  leur	
  égard.	
  	
  
•  Fleury	
  et	
  le	
  conflit	
  janséniste:	
  ParWsan	
  d’un	
  gallicanisme	
  modéré,	
  Fleury	
  
n’est	
  pas	
  un	
  grand	
  admirateur	
  de	
  la	
  bulle	
  Unigenitus,	
  mais	
  il	
  est	
  hosWle	
  
aux	
   jansénistes.	
   C’est	
   lui	
   qui	
   va	
   devoir	
   gérer	
   la	
   levée	
   de	
   boucliers	
  
qu’elle	
  suscite…	
  Une	
  cinquantaine	
  d’avocats	
  portent	
  en	
  effet	
  l’affaire	
  
sur	
   le	
   terrain	
   juridique.	
   Unigenitus	
   est	
   non	
   seulement	
   une	
   a`aque	
  
portée	
   aux	
   libertés	
   de	
   l’Eglise	
   de	
   France,	
   mais	
   elle	
   représente	
   une	
  
menace	
   pour	
   «	
   la	
   patrie	
   »	
   et	
   «	
   le	
   citoyen	
   ».	
   La	
   défense	
   du	
   principe	
  
gallican	
  les	
  amène	
  a	
  déplacer	
  le	
  conflit,	
  qui	
  opposait	
  tradiWonnellement	
  
l’Eglise	
  de	
  France	
  et	
  le	
  pape	
  au	
  sein	
  du	
  royaume,	
  de	
  la	
  naWon	
  et	
  de	
  
l’Eglise	
   de	
   France.	
   Le	
   conflit	
   concerne	
   désormais,	
   d’une	
   part	
   les	
  
évêques	
   consWtuWonnaires	
   accuses	
   de	
   vouloir	
   	
   usurper	
   l’autorité	
  
royale,	
  et	
  d’autre	
  part,	
  le	
  parlement	
  qui	
  défend	
  les	
  libertés	
  de	
  l’Eglise	
  
gallicane.	
  	
  
Le	
  cardinal	
  de	
  Fleury.	
  Il	
  s’inscrit	
  dans	
  la	
  lignée	
  
des	
  cardinaux	
  ministres,	
  de	
  Richelieu	
  a	
  Mazarin.	
  
Le	
  pouvoir	
  de	
  Fleury	
  n’est	
  pas	
  une	
  parenthèse,	
  	
  il	
  
dure	
  17	
  ans	
  jusqu’en	
  1743.	
  Surnomme	
  
«	
  L’Eternité	
  »,	
  il	
  l’exerce	
  encore	
  a	
  presque	
  90	
  ans.	
  	
  	
  	
  
Joseph	
  Paris-­‐Duverney.	
  «	
  Au	
  fond	
  il	
  aimait	
  les	
  affaires	
  pour	
  les	
  affaires	
  bien	
  plus	
  
que	
  pour	
  l’argent.	
  Il	
  mania	
  des	
  milliards	
  et	
  laissa	
  une	
  fortune	
  médiocre.	
  »	
  Michelet	
  
Les	
  premières	
  années	
  du	
  règne	
  de	
  Louis	
  XV	
  
•  le	
   roi	
   a	
   14	
   ans,	
   le	
   droit	
   formel	
   de	
   régner	
   sinon	
   la	
   capacité	
   de	
  
gouverner.	
  Un	
  arrangement	
  poliWque	
  le	
  graWfie	
  de	
  la	
  double	
  tutelle	
  
d’un	
  évêque,	
  Mgr	
  Fleury,	
  qui	
  fut	
  son	
  précepteur,	
  et	
  d’un	
  prince	
  du	
  
sang,	
  le	
  duc	
  de	
  Bourgogne,	
  «	
  Monsieur	
  le	
  Duc	
  ».	
  
•  A	
  Versailles,	
  ou	
  s’efface	
  l’influence	
  émancipatrice	
  de	
  la	
  capitale,	
  le	
  
roi	
  se	
  retranche	
  dans	
  d’arrière-­‐cabinet	
  et	
  s’y	
  entoure	
  de	
  favoris	
  de	
  
son	
  âge,	
  qui	
  culWvent	
  le	
  mépris	
  du	
  beau	
  sexe.	
  Louis	
  XV	
  serait-­‐il	
  un	
  
nouvel	
   Henri	
   III	
   ?	
   Apres	
   le	
   renvoi	
   a	
   Madrid	
   de	
   l’impubère	
   infante	
  
fiancée	
   au	
   jeune	
   roi.	
   Mme	
   de	
   Prie	
   se	
   charge	
   de	
   découvrir	
   une	
  
épouse	
  performante.	
  Ce	
  sera	
  Marie	
  Leszinska,	
  la	
  Polonaise,	
  fille	
  du	
  
roi	
   dépouille	
   de	
   son	
   royaume,	
   Stanislas.	
   Follement	
   enhardie,	
  
l’intrigante	
   se	
   met	
   en	
   tète	
   de	
   purger	
   Versailles	
   de	
   «l’Eglise	
   non	
  
conformiste	
  »	
  des	
  mignons	
  de	
  la	
  cour.	
  
Marie	
  Leszinska.	
  	
  
Les	
  années	
  Fleury	
  
•  Les	
  Nouvelles	
  EcclésiasWques,	
  un	
  défi	
  permanent	
  a	
  l’autorité:	
  Elles	
  
sont	
   désormais	
   imprimées,	
   et	
   de	
   périodicité	
   hebdomadaire,	
   elles	
  
sont	
  Wrées	
  a	
  6000	
  exemplaires.	
  Et	
  la,	
  l’Antéchrist	
  désigne	
  de	
  plus	
  en	
  
plus	
   clairement	
   les	
   jésuites	
   qui	
   veulent	
   prendre	
   le	
   contrôle	
   de	
  
l’Eglise	
  et	
  de	
  l’esprit	
  des	
  princes.	
  	
  
•  Le	
   mouvement	
   convulsionnaire:	
   Il	
   nait	
   a	
   Paris	
   autour	
   des	
  
évènements	
   survenus	
   dans	
   le	
   cimeWère	
   de	
   l’église	
   saint	
   Médard.	
  
Avec	
   cet	
   évènement,	
   les	
   bourgeois	
   jansénistes	
   appariassent	
   aussi	
  
crédules	
   que	
   les	
   paysans	
   provençaux.	
   Des	
   listes	
   de	
   miraculés	
  
circulent,	
  la	
  terre	
  du	
  cimeWère	
  est	
  vendue	
  	
  en	
  peWts	
  sachets.	
  	
  
Les	
  convulsionnaires	
  au	
  cime<ère	
  de	
  saint	
  Médard	
  
sur	
  la	
  tombe	
  du	
  diacre	
  François	
  de	
  Paris.	
  
Le	
  réveil	
  du	
  jansénisme	
  
•  Le	
  roi	
  de	
  France	
  choisissait	
  les	
  évêques	
  et	
  les	
  bénéficiaires	
  des	
  grandes	
  abbayes.	
  ContradicWon	
  majeure	
  et	
  source	
  de	
  
maints	
  conflits	
  l’Eglise	
  de	
  France	
  formait	
  une	
  insWtuWon	
  impliquant	
  le	
  «	
  patronat	
  »	
  de	
  la	
  monarchie	
  à	
  tous	
  ses	
  étages,	
  
et	
  elle	
  appartenait	
  en	
  même	
  temps	
  à	
  un	
  organisme	
  supranaWonal,	
  l’Eglise	
  apostolique	
  et	
  romaine.	
  Pour	
  les	
  Gallicans,	
  
l’obéissance	
   au	
   roi	
   de	
   France	
   l’emportait	
   nécessairement	
   sur	
   la	
   soumission	
   à	
   Rome.	
   À	
   l’oppose	
   de	
   ce`e	
   ligne,	
   les	
  
ultramontains	
  se	
  représentaient	
  l’Eglise	
  comme	
  une	
  monarchie	
  universelle.	
  
•  Avec	
   les	
   Jansénistes,	
   la	
   dispute	
   idéologique	
   se	
   nourrit	
   des	
   écrits	
   de	
   saint	
   AugusWn.	
   Selon	
   la	
   thèse	
   augusWnienne,	
  
l’homme	
  déchu	
  après	
  le	
  péché	
  originel	
  ne	
  pouvait	
  a`eindre	
  le	
  salut	
  qu’au	
  moyen	
  d’une	
  inspiraWon	
  d’amour	
  divin.	
  
Ce`e	
  grâce	
  est	
  l’effet	
  irrésisWble	
  de	
  la	
  miséricorde	
  divine,	
  comme	
  un	
  don	
  gratuit	
  et	
  efficace	
  qui	
  s’impose	
  à	
  la	
  volonté	
  
humaine,	
  mais	
  elle	
  n’est	
  pas	
  accessible	
  à	
  tous.	
  C’est	
  prendre	
  le	
  contre-­‐pied	
  de	
  la	
  pensée	
  de	
  saint	
  Thomas	
  pour	
  qui	
  la	
  
coopéraWon	
   humaine	
   est	
   nécessaire,	
   l’homme	
   contribuant	
   à	
   son	
   salut	
   par	
   les	
   œuvres.	
   Jansénius	
   enseignait	
   que	
   la	
  
corrupWon	
  de	
  la	
  nature	
  humaine	
  ne	
  peut	
  être	
  surmontée	
  que	
  par	
  le	
  secours	
  de	
  la	
  grâce	
  et	
  au	
  prix	
  d’une	
  conduite	
  
morale	
  très	
  exigeante,	
  excluant	
  tout	
  marchandage	
  avec	
  Dieu.	
  
•  Pour	
  Luis	
  Molina,	
  jésuite	
  espagnol,	
  la	
  nature	
  humaine	
  n’est	
  pas	
  radicalement	
  corrompue,	
  Dieu	
  ayant	
  donné	
  a	
  chaque	
  
homme	
  la	
  liberté	
  de	
  pencher	
  vers	
  le	
  bien	
  ou	
  vers	
  le	
  mal.	
  La	
  rédempWon	
  du	
  pêcheur	
  reste	
  toujours	
  possible	
  et	
  prend	
  un	
  
caractère	
  universel,	
  car	
  le	
  Christ	
  n’est	
  pas	
  mort	
  pour	
  les	
  seuls	
  élus.	
  
•  Le	
   recrutement	
   social	
   de	
   Port-­‐Royal	
   reste	
   cependant	
   étroitement	
   circonscrit	
   à	
   la	
   haute	
   noblesse	
   et	
   à	
   la	
   grande	
  
bourgeoisie	
  parisienne.	
  Mazarin	
  considère	
  et	
  traite	
  ce	
  mouvement	
  de	
  «	
  rebelles	
  »	
  avec	
  une	
  hosWlité	
  déclare,	
  a†tude	
  
qui	
  sera	
  reprise	
  par	
  Louis	
  XIV	
  jusqu'à	
  la	
  fin	
  de	
  son	
  règne.	
  
•  La	
   tacWque	
   des	
   jansénistes	
   consiste	
   à	
   développer	
   un	
   vaste	
   mouvement	
   péWWonnaire	
   en	
   faisant	
   vibrer	
   la	
   corde	
  
gallicane.	
  En	
  refusant	
  le	
  principe	
  d’autorité,	
  en	
  développant	
  des	
  formes	
  autonomes	
  de	
  résistance	
  qui	
  s’appuyaient	
  sur	
  
la	
  base	
  du	
  clergé	
  et	
  les	
  classes	
  populaires,	
  le	
  «	
  républicanisme	
  janséniste	
  »	
  des	
  Lumières	
  comme	
  un	
  jalon	
  important,	
  
qui	
  a	
  joué	
  un	
  rôle	
  dans	
  la	
  combinaison	
  complexe	
  d’idées	
  et	
  de	
  faits,	
  dans	
  l’accumulaWon	
  de	
  ce`e	
  masse	
  criWque	
  qui	
  
contribue	
  à	
  reme`re	
  en	
  cause	
  le	
  modèle	
  monarchique	
  dans	
  l’Eglise	
  comme	
  dans	
  l’Etat.	
  
Les	
  années	
  Fleury	
  
•  La	
   poliWque	
   extérieure	
   de	
   Fleury:	
   Si	
   la	
   crise	
   janséniste	
   forme	
   la	
   trame	
   des	
   années	
  
Fleury,	
   le	
   vieux	
   cardinal	
   doit	
   également	
   faire	
   face	
   a	
   une	
   fin	
   de	
   cycle	
   diplomaWque	
  
marquée	
  par	
  le	
  rafraichissement	
  des	
  relaWons	
  franco-­‐britanniques	
  puis	
  le	
  retour	
  de	
  la	
  
guerre	
  européenne.	
  	
  
•  La	
  guerre	
  de	
  succession	
  de	
  Pologne	
  (1733-­‐1738):	
  C’est	
  le	
  dernier	
  grand	
  conflit	
  du	
  siècle	
  
sans	
  extension	
  coloniale	
  et	
  scelle	
  la	
  rupture	
  de	
  l’ancienne	
  alliance,	
  sans	
  déboucher	
  sur	
  
un	
  conflit	
  ouvert	
  entre	
  Londres	
  et	
  Paris.	
  Mais	
  la	
  candidature	
  de	
  Stanislas,	
  soutenue	
  par	
  
la	
  France,	
  provoque	
  une	
  détérioraWon	
  rapide	
  des	
  relaWons	
  diplomaWques	
  entre	
  Paris	
  et	
  
Vienne.	
  Isole,	
  Stanislas	
  se	
  replie	
  a	
  Dantzig,	
  assiégée	
  par	
  les	
  Russes,	
  dans	
  l’espoir	
  d’être	
  
secouru	
  par	
  Louis	
  XV.	
  Cependant,	
  Fleury	
  ne	
  veut	
  pas	
  d’une	
  intervenWon	
  en	
  BalWque	
  qui	
  
inquièterait	
  Londres	
  et	
  donnerait	
  des	
  arguments	
  au	
  parW	
  anW-­‐français.	
  	
  
•  De	
  Dantzig	
  qui	
  capitule,	
  Stanislas	
  parvint	
  a	
  s’échapper.	
  Sur	
  le	
  Rhin,	
  deux	
  vétérans	
  des	
  
guerres	
   de	
   Louis	
   XIV	
   se	
   font	
   face,	
   le	
   maréchal	
   de	
   Berwick	
   dans	
   la	
   camp	
   français,	
   le	
  
prince	
  Eugene,	
  du	
  cote	
  des	
  Habsbourg,	
  se	
  font	
  face.	
  
•  Il	
   faut	
   donc	
   limiter	
   la	
   portée	
   des	
   conflits.	
   Et	
   faire	
   comprendre	
   a	
   Londres	
   que	
   si	
   le	
  
royaume	
  de	
  Louis	
  XV	
  a	
  la	
  volonté	
  et	
  les	
  moyens	
  de	
  défendre	
  ses	
  intérêts	
  stratégiques,	
  il	
  
ne	
  cherche	
  pas	
  a	
  rompre	
  les	
  principaux	
  équilibres.	
  	
  
•  Deux	
  fois	
  déchu	
  du	
  royaume	
  de	
  Pologne,	
  Stanislas,	
  beau-­‐père	
  de	
  Louis	
  XV,	
  devient	
  duc	
  
de	
  Lorraine.	
  Son	
  duché	
  doit	
  revenir	
  a	
  la	
  couronne	
  de	
  France	
  a	
  sa	
  mort.	
  
Marechal,	
  duc	
  de	
  Berwick.	
  Comme	
  le	
  maréchal	
  de	
  Saxe,	
  le	
  duc	
  de	
  Berwick	
  est	
  l’un	
  des	
  grands	
  
capitaines	
  d’origine	
  étrangère	
  au	
  service	
  de	
  la	
  France.	
  Fils	
  illégiLme	
  du	
  roi	
  Jacques	
  II	
  
d’Angleterre	
  et	
  d’Arabella	
  Churchill,	
  il	
  est	
  a	
  parLr	
  de	
  la	
  Glorieuse	
  RévoluLon	
  d’Angleterre	
  et	
  de	
  
l’exil	
  de	
  son	
  père,	
  de	
  tous	
  les	
  combats	
  	
  de	
  la	
  fin	
  du	
  règne	
  de	
  Louis	
  XIV.	
  
Stanislas	
  Leszczynki	
  	
  
Les	
  années	
  Fleury	
  
•  Un	
  royaume	
  bien	
  géré:	
  Orry	
  donne	
  une	
  forte	
  impulsion	
  au	
  réseau	
  rouWer.	
  Il	
  adresse	
  aux	
  
intendants	
  des	
  généralités	
  en	
  1737	
  une	
  instrucWon	
  détaillée	
  sur	
  la	
  corvée	
  royale.	
  Il	
  vise	
  
d’abord	
  a	
  réorganiser	
  et	
  a	
  réparer	
  les	
  infrastructures	
  existantes	
  grâce	
  a	
  la	
  corvée	
  royale.	
  	
  
•  Dans	
   le	
   domaine	
   des	
   manufactures,	
   Orry	
   témoigne	
   de	
   la	
   prégnance	
   de	
   l’héritage	
  
colberWen.	
  Les	
  enquêtes	
  qu’il	
  lance	
  doive	
  déboucher	
  sur	
  des	
  règlements	
  qui	
  établissent	
  
des	
   normes	
   de	
   qualité	
   favorisant	
   la	
   réputaWon	
   des	
   produits	
   français	
   sur	
   les	
   marches	
  
extérieurs.	
  Il	
  reforme	
  par	
  ailleurs	
  les	
  statuts	
  de	
  la	
  Compagnie	
  des	
  Indes.	
  
•  Le	
  1/10eme	
  est	
  rétabli	
  mais	
  sans	
  déclaraWon	
  actualisée,	
  fidèle	
  et	
  contrôlée,	
  des	
  revenus	
  
des	
  contribuables.	
  Il	
  sera	
  supprime	
  a	
  la	
  fin	
  de	
  1736	
  a	
  néanmoins	
  rapporte	
  une	
  trentaine	
  
millions	
  de	
  livres.	
  
•  CriWque	
  pour	
  son	
  autoritarisme	
  et	
  son	
  manque	
  de	
  diplomaWe,	
  Orry	
  est	
  mal	
  en	
  cour	
  auprès	
  
de	
  la	
  marquise	
  de	
  Pompadour,	
  la	
  nouvelle	
  maitresse	
  royale,	
  dont	
  il	
  contrarie	
  notamment	
  
les	
  projets	
  en	
  s’opposant	
  a	
  ce	
  que	
  son	
  frère	
  devienne	
  fermier-­‐général.	
  
Louis	
  Mandrin.	
  «	
  Capitaine	
  général	
  
des	
  contrebandiers	
  »	
  marque	
  les	
  
esprits	
  du	
  temps	
  par	
  le	
  caractère	
  
foudroyant	
  des	
  opéraLons	
  qu’il	
  
mène.	
  
Philibert	
  Orry,	
  contrôleur	
  général	
  des	
  finances.	
  Conseiller	
  au	
  parlement	
  de	
  Paris	
  en	
  1715,	
  il	
  est	
  nomme	
  au	
  conseil	
  de	
  
commerce	
  en	
  1718,	
  avant	
  de	
  débuter	
  comme	
  intendant	
  a	
  Soisson	
  en	
  1722.	
  il	
  est	
  choisi	
  a	
  la	
  surprise	
  générale	
  pour	
  remplacer	
  Le	
  
PeleLer	
  des	
  Forts	
  au	
  contrôle	
  général	
  des	
  finances	
  qu’il	
  Lent	
  jusqu’en	
  1745,	
  établissant	
  un	
  record	
  depuis	
  Colbert.	
  
Les	
  années	
  Fleury	
  
•  Les	
   chanWers	
   modernisateurs	
   ne	
   se	
   limitent	
   pas	
   aux	
   infrastructures	
   rouWères,	
   ils	
   concernent	
  
également	
   un	
   domaine	
   essenWel	
   pour	
   le	
   roi	
   de	
   jusWce,	
   celui	
   de	
   droit	
   et	
   de	
   la	
   jusWce.	
   C’est	
  
l’œuvre	
  du	
  chancelier	
  d’Aguesseau.	
  	
  
•  Financiers,	
  aristocrates	
  d’épée,	
  collecWonneurs,	
  savants	
  et	
  francs-­‐maçons:	
  Trésorier	
  général	
  des	
  
états	
  de	
  Languedoc,	
  Joseph	
  Bonnier	
  de	
  la	
  Mosson	
  n’est	
  pas	
  seulement	
  richissime,	
  il	
  a	
  incarne	
  
aussi	
  la	
  figure	
  du	
  financier	
  amateur	
  d’art	
  et	
  collecWonneur	
  qui	
  marque	
  l’ensemble	
  du	
  siècle.	
  Son	
  
cabinet	
   curieux	
   est	
   réputé	
   a	
   travers	
   tout	
   le	
   royaume	
   et	
   au-­‐delà,	
   et	
   le	
   classement	
   de	
   ses	
  
collecWons	
  en	
  huit	
  pièces	
  aux	
  desWnaWons	
  précises,	
  donne	
  en	
  exemple.	
  Il	
  ne	
  suit	
  d’ailleurs	
  pas	
  la	
  
division	
   tradiWonnelle	
   au	
   sein	
   des	
   cabinets	
   de	
   curiosité	
   entre	
   Naturalia	
   et	
   ArWficiala.	
   Autre	
  
originalité,	
  Bonnier	
  collecWonne	
  les	
  objets	
  issus	
  du	
  savoir-­‐faire	
  arWsanal.	
  	
  
•  Ses	
   collecWons	
   sont	
   organisées	
   en	
   cabinets	
   spécialisés:	
   i)	
   cabinet	
   d’anatomie,	
   squele`es	
  
d’humains	
   et	
   de	
   mammifères,	
   	
   ii)	
   cabinet	
   de	
   chimie,	
   ustensiles	
   scienWfiques,	
   iii)	
   cabinet	
   de	
  
pharmacie,	
  objets	
  nécessaires	
  aux	
  apothicaires,	
  iv)	
  cabinet	
  de	
  drogues,	
  échanWllon	
  de	
  plantes	
  
(racines,	
  feuilles,	
  fleurs	
  et	
  gomme)	
  et	
  de	
  minéraux	
  uWlises	
  pour	
  leurs	
  propriétés	
  médicinales,	
  v)	
  
cabinet	
   du	
   tour,	
   objets	
   arWsanaux	
   en	
   bois	
   et	
   en	
   métal,	
   vi)	
   cabinet	
   des	
   animaux	
   en	
   fiole,	
   vii)	
  
cabinet	
  des	
  insectes	
  et	
  animaux	
  desséchés,	
  viii)	
  cabinet	
  de	
  physique	
  et	
  mécanique.	
  	
  
Le	
  chancelier	
  Henry	
  
François	
  d’Aguesseau.	
  
Avocat	
  général	
  au	
  
Parlement	
  de	
  Paris	
  de	
  
1690	
  a	
  1700,	
  puis	
  
procureur	
  général	
  avant	
  
de	
  devenir	
  chancelier	
  de	
  
France	
  en	
  1717.	
  
Germain	
  Louis	
  de	
  Chauvelin,	
  garde	
  des	
  sceaux.	
  Issu	
  de	
  la	
  haute	
  robe,	
  Chauvelin	
  apparLent	
  a	
  la	
  clientèle	
  des	
  survivants	
  du	
  clan	
  
Louvois.	
  Chauvelin	
  joue	
  de	
  1727	
  a	
  son	
  renvoi	
  en	
  1737	
  un	
  rôle	
  essenLel	
  dans	
  le	
  gouvernement	
  du	
  royaume	
  puisqu’il	
  est	
  a	
  la	
  fois	
  
garde	
  des	
  Sceaux	
  et	
  secrétaire	
  d’Etat	
  aux	
  affaires	
  étrangères.	
  	
  
Les	
  années	
  Fleury	
  
•  Chaulnes	
  est	
  également	
  un	
  franc-­‐maçon	
  disWngue,	
  emblémaWque	
  de	
  ce`e	
  période	
  
des	
   Ducs	
   sous	
   l’Acacia.	
   Pour	
   lui,	
   la	
   maçonnerie	
   n’est	
   pas	
   seulement	
   un	
  
diverWssement	
  mondain	
  et	
  d’origine	
  anglaise	
  qu’il	
  partage	
  avec	
  les	
  ducs	
  et	
   	
  pairs,	
  
doubles	
  d’un	
  engagent	
  iniWaWque.	
  Il	
  la	
  praWque	
  en	
  amateur	
  des	
  sciences	
  et	
  des	
  arts,	
  
au	
  sens	
  noble	
  du	
  terme.	
  	
  
•  Chaulnes	
  et	
  Bonnier	
  de	
  la	
  Mosson	
  témoignent	
  a	
  la	
  fois	
  de	
  la	
  prospérité	
  de	
  l’Etat	
  de	
  
finance	
   et	
   des	
   gens	
   du	
   roi,	
   de	
   l’associaWon	
   de	
   la	
   puissance	
   provinciale	
   et	
   de	
  
l’inserWon	
  dans	
  les	
  réseaux	
  curiaux,	
  de	
  la	
  haute	
  finance	
  et	
  de	
  l’aristocraWe	
  d’épée,	
  
du	
   service	
   du	
   roi	
   et	
   de	
   la	
   promoWon	
   des	
   intérêts	
   familiaux,	
   de	
   la	
   disWncWon	
  
mondaine	
  et	
  de	
  l’ouverture	
  déterminée	
  aux	
  sciences	
  et	
  aux	
  arts.	
  Figures	
  éminentes	
  
des	
  savants	
  amateurs	
  et	
  de	
  collecWonneurs	
  averWs,	
  ils	
  symbolisent	
  l’importance	
  et	
  
la	
  capacité	
  d’entrainement	
  des	
  élites	
  provinciales	
  sous	
  le	
  règne	
  de	
  Louis	
  XV.	
  
Le	
  cabinet	
  de	
  physique	
  de	
  Bonnier	
  de	
  
la	
  Mosson,	
  1734.	
  Le	
  collecLonneur	
  a	
  
distribue	
  son	
  cabinet	
  en	
  pièces	
  a	
  
thèmes.	
  
Le	
  duc	
  de	
  Chaulnes	
  en	
  Hercule,	
  la	
  duchesse	
  de	
  Chaulnes	
  en	
  Hébé.	
  PortraiLste	
  a	
  succès	
  des	
  femmes	
  de	
  l’aristocraLe	
  de	
  cour,	
  
Naqer	
  affecLonne	
  le	
  travesLssement	
  a	
  l’anLque.	
  Il	
  choisit	
  de	
  représenter	
  de	
  manière	
  flaFeuse	
  le	
  couple	
  que	
  forment	
  le	
  duc	
  et	
  la	
  
duchesse	
  de	
  Charnes	
  sous	
  l’apparence	
  mythologique	
  du	
  couple	
  Hercule	
  –	
  reconnaissable	
  a	
  sa	
  massue	
  –	
  et	
  Hébé,	
  fille	
  de	
  Zeus	
  et	
  
d’Héra,	
  déesse	
  grecque	
  de	
  la	
  fécondité	
  et	
  de	
  la	
  vitalité.	
  Madame	
  de	
  Deffand	
  la	
  décrit	
  ainsi:	
  «	
  On	
  aperçoit	
  toutes	
  ces	
  qualités	
  en	
  
elles	
  mais	
  c’est	
  a	
  la	
  manière	
  de	
  la	
  lanterne	
  magique:	
  elles	
  disparaissent	
  a	
  mesure	
  qu’elles	
  se	
  produisent.	
  Tout	
  l’or	
  du	
  Pérou	
  passe	
  
par	
  ses	
  mains	
  sans	
  qu’elle	
  en	
  soit	
  plus	
  riche.	
  »	
  
Les	
  années	
  Fleury	
  
•  Les	
  débuts	
  d’un	
  confit	
  majeur	
  la	
  guerre	
  de	
  succession	
  d’Autriche	
  
(1740-­‐1748):	
  La	
  dispariWon	
  du	
  roi	
  Fréderic-­‐Guillaume	
  de	
  Prusse	
  
et	
  de	
  l’empereur	
  Charles	
  VI	
  fragilisent	
  l’équilibre	
  des	
  puissances	
  
en	
  Europe	
  centrale	
  et	
  orientale.	
  A	
  Berlin,	
  Fréderic	
  II	
  (1740-­‐1786),	
  
connu	
   pour	
   ses	
   relaWons	
   orageuses	
   avec	
   son	
   père	
   et	
   sa	
  
réputaWon	
   de	
   prince-­‐philosophe	
   accède	
   au	
   trône.	
   Son	
   père,	
   le	
  
«	
  roi	
  sergent	
  »	
  lui	
  lègue	
  une	
  armée	
  puissante	
  et	
  entrainée	
  qu’il	
  
brule	
  d’uWliser	
  contre	
  l’hériWère	
  des	
  Etats	
  des	
  Habsbourg,	
  Marie-­‐
Thérèse,	
  pour	
  s’emparer	
  de	
  la	
  riche	
  Silésie.	
  
•  Versailles	
  a	
  renouvelé	
  ses	
  capitulaWons	
  avec	
  l’empire	
  o`oman	
  et	
  
cherche	
  a	
  contenir	
  les	
  ambiWons	
  russes	
  au	
  Nord	
  et	
  a	
  l’Est	
  avec	
  
une	
  série	
  d’alliances	
  de	
  revers	
  avec	
  Stockholm,	
  Copenhague	
  et	
  
Berlin.	
  	
  
•  Louis	
  XV	
  penche	
  pour	
  une	
  poliWque	
  du	
  juste	
  milieu	
  mais	
  le	
  parW	
  
anWautrichien	
  emmené	
  par	
  le	
  maréchal	
  de	
  Belle-­‐Isle	
  souWent	
  la	
  
candidature	
  impériale	
  de	
  l’électeur	
  de	
  Bavière	
  pousse	
  a	
  la	
  guerre	
  
et	
   fait	
   miroiter	
   la	
   conquête	
   des	
   Pays-­‐Bas	
   autrichiens	
   (actuelle	
  
Belgique).	
  	
  
•  En	
   décembre	
   1740,	
   la	
   Prusse	
   s’empare	
   de	
   la	
   Silésie.	
   Marie-­‐
Thérèse	
  se	
  retrouve	
  isolée.	
  Devant	
  le	
  nouveau	
  rapport	
  de	
  force,	
  
la	
   France	
   décide	
   de	
   s’allier	
   a	
   la	
   Prusse.	
   Maurice	
   de	
   Saxe	
  
commande	
   un	
   corps	
   d’armée,	
   et	
   celui	
   qui	
   sera	
   bientôt	
   le	
   plus	
  
brillant	
   maréchal	
   de	
   Louis	
   XV,	
   s’empare	
   de	
   Linz	
   et	
   Passau	
   en	
  
Haute	
  Autriche,	
  et	
  pénètre	
  en	
  Bohème.	
  	
  
•  Mais	
   Fréderic	
   II	
   n’est	
   pas	
   seulement	
   prompt	
   a	
   agresser	
   ses	
  
rivaux,	
  il	
  fait	
  bien	
  peu	
  de	
  cas	
  de	
  ses	
  allies,	
  qu’il	
  n’hésite	
  pas	
  a	
  
abandonner	
  en	
  plein	
  conflit,	
  s’il	
  y	
  trouve	
  son	
  intérêt.	
  La	
  France	
  
«	
  fait	
  donc	
  la	
  guerre	
  pour	
  le	
  roi	
  de	
  Prusse.	
  »	
  
A	
  view	
  of	
  the	
  glorious	
  ac<on	
  of	
  Deongen.	
  Au	
  moment	
  
de	
  la	
  bataille	
  de	
  Deqngen,	
  France	
  et	
  Grande-­‐Bretagne	
  
ne	
  sont	
  pas	
  encore	
  officiellement	
  en	
  guerre.	
  George	
  II	
  
d’Angleterre	
  commande	
  l’armée	
  dite	
  pragmaLque	
  –	
  par	
  
référence	
  a	
  la	
  pragmaLque	
  sancLon	
  dont	
  elle	
  souLent	
  
l’exécuLon.	
  Le	
  maréchal	
  de	
  Noailles	
  a	
  mis	
  au	
  point	
  un	
  
solide	
  disposiLf	
  défensif,	
  qui	
  lui	
  vaut	
  un	
  commentaire	
  
louangeur	
  de	
  Fréderic	
  II	
  de	
  Prusse.	
  La	
  victoire	
  semble	
  en	
  
vue,	
  alors	
  que	
  le	
  duc	
  d’Harcourt	
  décide	
  imprudemment	
  
de	
  passer	
  a	
  l’aFaque	
  avec	
  les	
  troupes	
  d'Elite	
  de	
  la	
  
maison	
  du	
  roi,	
  forçant	
  les	
  baFeries	
  françaises	
  a	
  cesser	
  
leur	
  Lr.	
  La	
  compagnie	
  des	
  chevau-­‐légers	
  du	
  roi	
  est	
  
anéanLe.	
  	
  
Les	
  années	
  Fleury	
  
•  Prague,	
   ancienne	
   capitale	
   impériale,	
   est	
   prise	
   par	
   les	
   Français.	
   Et	
  
nouvel	
  affront	
  pour	
  les	
  Français,	
  Fréderic	
  II,	
  se	
  sentant	
  en	
  posiWon	
  
de	
   force,	
   négocie	
   une	
   paix	
   séparée	
   avec	
   Marie-­‐Thérèse,	
   encore	
  
reine	
   de	
   Hongrie.	
   Isoles	
   a	
   Prague,	
   les	
   Français	
   résistent	
  
brillamment.	
   Belle-­‐Isle	
   réussit	
   une	
   retraite	
   remarquable	
   en	
   plein	
  
hiver.	
  La	
  garnison	
  chargée	
  de	
  fixer	
  les	
  Autrichiens	
  sort	
  de	
  la	
  place	
  
avec	
   les	
   honneurs	
   de	
   la	
   guerre	
   et	
   un	
   sauf-­‐conduit.	
   L’échec	
   de	
   la	
  
poliWque	
  anWautrichienne	
  de	
  Belle-­‐Isle	
  est	
  néanmoins	
  patent.	
  	
  
•  L’Angleterre,	
  qui	
  a	
  œuvre	
  pour	
  que	
  Vienne	
  et	
  Berlin	
  fassent	
  la	
  paix,	
  
s’a`èle	
   a	
   recréer	
   une	
   large	
   coaliWon	
   anW-­‐française.	
   L’objecWf	
   est	
  
comme	
   lors	
   des	
   deux	
   dernières	
   grandes	
   guerres	
   de	
   Louis	
   XIV,	
  
guerre	
  de	
  la	
  ligue	
  d’Augsbourg	
  et	
  de	
  succession	
  d’Espagne:	
  me`re	
  
sur	
   pied	
   une	
   alliance	
   entre	
   les	
   Etats	
   protestants	
   d’Europe	
   et	
   le	
  
l’Autriche	
  des	
  Habsbourg.	
  	
  
•  A	
  la	
  mort	
  du	
  cardinal	
  Fleury,	
  en	
  janvier	
  1743,	
  le	
  bilan	
  diplomaWque	
  
et	
  militaire	
  est	
  plus	
  que	
  décevant.	
  La	
  France	
  est	
  de	
  nouveau	
  isolée	
  
en	
  Europe.	
  	
  
L’Europe	
  en	
  1740.	
  	
  
Fréderic	
  II	
  
•  Fréderic	
  devient	
  roi,	
  en	
  octobre	
  l’Empereur	
  meurt.	
  Déjà,	
  Fréderic	
  
amassait	
   une	
   force	
   ;	
   il	
   entassait	
   en	
   lui	
   un	
   trésor	
   d’énergie,	
   de	
  
volonté	
  puissante.	
  L’heure	
  sonne	
  ;	
  il	
  apparaît	
  d’airain.	
  Il	
  prit	
  la	
  
Silésie	
  aux	
  Autrichiens,	
  mais	
  Fréderic	
  semblait	
  seul,	
  sans	
  allie.	
  En	
  
réalité,	
  il	
  avait	
  la	
  France	
  avec	
  lui.	
  Fréderic	
  savait	
  a	
  merveille	
  la	
  
vraie	
  situaWon.	
  C’est	
  l’Autriche	
  elle-­‐même	
  qui	
  avait	
  tue	
  Fleury,	
  
usant	
  et	
  abusant	
  de	
  se	
  crédulité,	
  le	
  rendant	
  ridicule.	
  
•  Frédéric	
   ne	
   pouvait	
   être	
   accuse	
   de	
   nos	
   désastres,	
   c’est	
   lui	
   qui	
  
pouvait	
  accuser.	
  On	
  avait	
  constamment	
  agi	
  sans	
  lui,	
  et	
  contre	
  lui.	
  
On	
   l’avait	
   laisse	
   seul	
   au	
   moment	
   décisif	
   d’avril	
   1742.	
   Certes	
   il	
  
avait	
   le	
   droit	
   de	
   nous	
   tourner	
   le	
   dos.	
   Il	
   était	
   pourtant	
   un	
   des	
  
nôtres,	
   constamment	
   inspire	
   et	
   imbu	
   de	
   la	
   France.	
   Français	
  
signifiait	
  pour	
  lui	
  libre	
  penseur.	
  Etre	
  un	
  roi	
  tout	
  français,	
  cela	
  lui	
  
paraissait	
  être	
  roi	
  des	
  esprits	
  et	
  de	
  l’opinion,	
  grande	
  puissance	
  
qu’il	
  culWva	
  toujours	
  et	
  qui	
  n’aida	
  pas	
  peu	
  au	
  beau	
  succès	
  de	
  ses	
  
affaires.	
  Son	
  armée	
  qui	
  n’avait	
  fait	
  la	
  guerre	
  que	
  sur	
  les	
  places	
  de	
  
Berlin,	
  était	
  dressée	
  sans	
  doute.	
  Mais	
  tout	
  cela	
  n’est	
  rien.	
  Une	
  
armée	
  ne	
  se	
  forme	
  qu’en	
  guerre	
  et	
  sous	
  le	
  feu.	
  Son	
  influence	
  ôta	
  
deux	
   armées	
   a	
   nos	
   ennemis:	
   i)	
   celle	
   du	
   Hollandais	
   que	
  
l’Angleterre	
  voulait	
  donner	
  aux	
  princes	
  allemands	
  et	
  que	
  le	
  roi	
  
de	
  Prusse	
  paralysa	
  plus	
  d’une	
  année	
  ;	
  ii)	
  les	
  troupes	
  anglaises	
  de	
  
Flandre	
  que	
  Georges,	
  ce	
  furieux	
  Allemand,	
  plus	
  Autrichien	
  que	
  
l’Autriche,	
  envoyait	
  a	
  Marie-­‐Thérèse.	
  
•  Frédéric	
  s’obsWnait	
  à	
  nous	
  croire	
  de	
  bonne	
  foi.	
  Les	
  belles	
  le`res	
  
qu’il	
  écrivait	
  alors	
  sont	
  un	
  peu	
  juvéniles.	
  Avec	
  son	
  air	
  prudent	
  et	
  
doucement	
  moqueur	
  qu’il	
  eut	
  toujours,	
  il	
  était	
  ivre	
  de	
  la	
  France.	
  
Marie-­‐Thérèse	
  d’Autriche	
  
•  Marie-­‐Thérèse,	
  ce`e	
  femme	
  de	
  28	
  ans,	
  toujours	
  grosse	
  et	
  
nourrice,	
  avec	
  sa	
  beauté	
  pléthorique,	
  ivre	
  de	
  sang	
  et	
  bouffie	
  
de	
  fureur,	
  a	
  beau	
  être	
  dévote	
  ;	
  on	
  voit	
  déjà	
  ses	
  filles	
  et	
  le	
  
fantasWque	
   orgueil	
   de	
   Marie-­‐Antoine`e,	
   et	
   les	
  
emportements	
  de	
  la	
  sanguinaire	
  Caroline.	
  
De	
  la	
  gloire	
  de	
  Fontenoy	
  au	
  désamour	
  du	
  bienaimé	
  
•  Débutée	
   sous	
   le	
   ministériat	
   du	
   cardinal	
   Fleury,	
   la	
   guerre	
   prend	
   un	
   tour	
   dramaWque	
  
lorsque	
  Louis	
  XV	
  qui	
  s’est	
  rendue	
  aux	
  armées,	
  	
  tombe	
  gravement	
  malade	
  a	
  Metz,	
  en	
  aout	
  
1744.	
  Il	
  fait	
  publiquement	
  pénitence	
  et	
  vœu	
  a	
  sainte	
  Geneviève,	
  s’il	
  guérit,	
  d’élever	
  une	
  
une	
  église	
  sur	
  la	
  colline	
  parisienne	
  éponyme.	
  Ses	
  anciennes	
  maitresses,	
  les	
  duchesses	
  de	
  
Lauragais	
   et	
   de	
   Châteauroux	
   sont	
   renvoyées,	
   il	
   faut	
   au	
   roi	
   recouvrer	
   une	
   moralité	
  
publique	
  digne	
  du	
  Très	
  ChréWen.	
  	
  
•  Malgré	
  la	
  paix	
  séparée	
  de	
  1742,	
  Fréderic	
  II	
  craint	
  de	
  perdre	
  le	
  bénéfice	
  de	
  la	
  Silésie.	
  Apres	
  
la	
   déclaraWon	
   de	
   guerre	
   a	
   l’Autriche	
   en	
   avril	
   1744,	
   Louis	
   XV	
   se	
   rend	
   aux	
   armées.	
   Ses	
  
forces	
   commandées	
   par	
   Noailles	
   et	
   Maurice	
   de	
   Saxe	
   pénètrent	
   dans	
   les	
   Pays-­‐Bas	
  
autrichiens.	
  Comme	
  convenu,	
  Fréderic	
  II	
  passe	
  de	
  son	
  cote	
  a	
  l’offensive	
  en	
  Bohème.	
  	
  
•  Maurice	
  de	
  Saxe	
  affronte	
  a	
  Fontenoy	
  les	
  troupes	
  alliées	
  sous	
  le	
  commandement	
  du	
  duc	
  
de	
  Cumberland,	
  composées	
  de	
  Britanniques,	
  d’Autrichiens	
  et	
  de	
  Néerlandais,	
  auxquels	
  
les	
  Français	
  ont	
  pris	
  les	
  places	
  de	
  la	
  Barriere.	
  La	
  victoire	
  est	
  une	
  revanche	
  de	
  la	
  bataille	
  de	
  
De†ngen.	
  	
  
•  Bruxelles	
  est	
  prise	
  en	
  février	
  1746.	
  Les	
  drapeaux	
  pris	
  a	
  François	
  Ier	
  lors	
  du	
  désastre	
  de	
  
Pavie	
  en	
  1525	
  sont	
  ainsi	
  récupérés.	
  	
  
	
  
	
  
Duchesse	
  de	
  Lauragais.	
  
Duchesse	
  de	
  Châteauroux..	
  
La	
  bataille	
  de	
  Fontenoy	
  
•  Les	
  Anglais,	
  Hollandais,	
  Hanovriens,	
  regardaient	
  comment	
  percer	
  a	
  nous.	
  Il	
  fallait	
  
franchir	
  les	
  ravins	
  ;	
  puis	
  on	
  était	
  en	
  face	
  de	
  trois	
  redoutes,	
  avec	
  celle	
  de	
  Fontenoy	
  
au	
   centre.	
   Dans	
   ces	
   redoutes	
   tonnaient	
   120	
   canons.	
   Richelieu,	
   risquant	
   sa	
  
fortune,	
   demanda	
   si	
   sa	
   Majesté	
   voudrait	
   envoyer	
   ses	
   canons.	
   Le	
   roi	
   parut	
  
trouble.	
  Il	
  hésita,	
  puis	
  consenWt,	
  ne	
  pouvant	
  guère	
  faire	
  autrement.	
  Ces	
  canons,	
  à	
  
l’instant	
   traines	
   devant	
   la	
   masse	
   anglaise,	
   Wres	
   à	
   quelques	
   pas,	
   y	
   firent	
   une	
  
horrible	
  trouée.	
  D’aout	
  en	
  octobre	
  1745,	
  la	
  ligue	
  (d’Autriche,	
  Saxe,	
  Angleterre,	
  
Piémont)	
  était	
  vaincue	
  partout.	
  En	
  Flandre,	
  on	
  avait	
  pris	
  Bruges	
  et	
  Gand,	
  et	
  l’on	
  
invesWssait	
  Bruxelles.	
  En	
  Italie,	
  une	
  armée	
  espagnole,	
  parWe	
  de	
  Naples,	
  et	
  ayant	
  
joint	
  notre	
  armée	
  de	
  Provence,	
  secondée	
  des	
  Génois,	
  avait	
  sépare	
  brusquement	
  
le	
  Piémontais	
  de	
  l’Autriche.	
  
	
  
Derrière	
   le	
   mythe	
   de	
   la	
   guerre	
  
en	
   dentelles,	
   «	
   messieurs	
   les	
  
Anglais,	
   Lrez	
   les	
   premiers	
   »,	
  
Fontenoy	
   est	
   une	
   bataille	
  
couteuse	
  en	
  vies	
  humaines.	
  
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789
1715 1789

Contenu connexe

Tendances

Le XVIIe Siècle
Le XVIIe SiècleLe XVIIe Siècle
Le XVIIe SiècleM. Alioui
 
Diapo séance 3
Diapo séance 3Diapo séance 3
Diapo séance 3Parchemin
 
Marivaux et son temps
Marivaux et son tempsMarivaux et son temps
Marivaux et son tempsDuretC
 
L'histoire du courrier postal
L'histoire du courrier postalL'histoire du courrier postal
L'histoire du courrier postalTITIPETITBOUT
 
Le courrier postal
Le courrier postalLe courrier postal
Le courrier postalDenis Cusset
 
L'Histoire de la Poste
L'Histoire de la PosteL'Histoire de la Poste
L'Histoire de la PosteJoke Channel
 
Histoire du courrier
Histoire du courrierHistoire du courrier
Histoire du courrierMichel Cénac
 
La poste
La posteLa poste
La postedenis
 
La franc maconnerie et la révolution francaise [ maurice talmeyr republique s...
La franc maconnerie et la révolution francaise [ maurice talmeyr republique s...La franc maconnerie et la révolution francaise [ maurice talmeyr republique s...
La franc maconnerie et la révolution francaise [ maurice talmeyr republique s...Andre Iridium
 
Des Cannibales - Montaigne
Des Cannibales - MontaigneDes Cannibales - Montaigne
Des Cannibales - MontaigneDuretC
 
03 L Europe FéOdale
03   L Europe FéOdale03   L Europe FéOdale
03 L Europe FéOdalerafa5979
 
Mondialisation ibérique
Mondialisation ibériqueMondialisation ibérique
Mondialisation ibériqueNadineHG
 
Etienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis Gallet
Etienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis GalletEtienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis Gallet
Etienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis GalletJean-Luc Garneau
 
L'histoire du courrier postal
L'histoire du courrier postalL'histoire du courrier postal
L'histoire du courrier postalsectionloisirs
 
L histoire du-courrier_postal
L histoire du-courrier_postalL histoire du-courrier_postal
L histoire du-courrier_postalDominique Pongi
 
Courrier Postal Histoire
Courrier Postal HistoireCourrier Postal Histoire
Courrier Postal HistoireAmarinois
 

Tendances (18)

Le XVIIe Siècle
Le XVIIe SiècleLe XVIIe Siècle
Le XVIIe Siècle
 
Diapo séance 3
Diapo séance 3Diapo séance 3
Diapo séance 3
 
XVe-XVIe siecles
XVe-XVIe sieclesXVe-XVIe siecles
XVe-XVIe siecles
 
Marivaux et son temps
Marivaux et son tempsMarivaux et son temps
Marivaux et son temps
 
L'histoire du courrier postal
L'histoire du courrier postalL'histoire du courrier postal
L'histoire du courrier postal
 
Le courrier postal
Le courrier postalLe courrier postal
Le courrier postal
 
L'Histoire de la Poste
L'Histoire de la PosteL'Histoire de la Poste
L'Histoire de la Poste
 
Histoire du courrier
Histoire du courrierHistoire du courrier
Histoire du courrier
 
La poste
La posteLa poste
La poste
 
La franc maconnerie et la révolution francaise [ maurice talmeyr republique s...
La franc maconnerie et la révolution francaise [ maurice talmeyr republique s...La franc maconnerie et la révolution francaise [ maurice talmeyr republique s...
La franc maconnerie et la révolution francaise [ maurice talmeyr republique s...
 
Histoire de france
Histoire de franceHistoire de france
Histoire de france
 
Des Cannibales - Montaigne
Des Cannibales - MontaigneDes Cannibales - Montaigne
Des Cannibales - Montaigne
 
03 L Europe FéOdale
03   L Europe FéOdale03   L Europe FéOdale
03 L Europe FéOdale
 
Mondialisation ibérique
Mondialisation ibériqueMondialisation ibérique
Mondialisation ibérique
 
Etienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis Gallet
Etienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis GalletEtienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis Gallet
Etienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis Gallet
 
L'histoire du courrier postal
L'histoire du courrier postalL'histoire du courrier postal
L'histoire du courrier postal
 
L histoire du-courrier_postal
L histoire du-courrier_postalL histoire du-courrier_postal
L histoire du-courrier_postal
 
Courrier Postal Histoire
Courrier Postal HistoireCourrier Postal Histoire
Courrier Postal Histoire
 

En vedette

ANALYSE DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION DIGITALE ITALIENNE POUR LA MARQUE ET...
ANALYSE DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION DIGITALE ITALIENNE POUR LA MARQUE ET...ANALYSE DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION DIGITALE ITALIENNE POUR LA MARQUE ET...
ANALYSE DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION DIGITALE ITALIENNE POUR LA MARQUE ET...Angela Picin
 
Planisoft comptes annuels et annexes au 31 decembre 2005
Planisoft comptes annuels et annexes au 31 decembre 2005Planisoft comptes annuels et annexes au 31 decembre 2005
Planisoft comptes annuels et annexes au 31 decembre 2005Frontware International
 
Marketer prenez le pouvoir - Intervention conférence AfterDan juin 2013
Marketer prenez le pouvoir - Intervention conférence AfterDan juin 2013Marketer prenez le pouvoir - Intervention conférence AfterDan juin 2013
Marketer prenez le pouvoir - Intervention conférence AfterDan juin 2013Olivier du Chayla
 
Email marketing nestor alfaro.net - nessware.net
Email marketing   nestor alfaro.net - nessware.netEmail marketing   nestor alfaro.net - nessware.net
Email marketing nestor alfaro.net - nessware.netAndres Hertzer Ibañez
 
Domaining market 2011
Domaining market 2011Domaining market 2011
Domaining market 2011Simon Legouge
 
Introduction d'une nouvelle espèce en territoire touristique
Introduction d'une nouvelle espèce en territoire touristiqueIntroduction d'une nouvelle espèce en territoire touristique
Introduction d'une nouvelle espèce en territoire touristiquemarinemaingot
 
affiliation dernières tendances et évolutions2010
affiliation   dernières tendances et évolutions2010affiliation   dernières tendances et évolutions2010
affiliation dernières tendances et évolutions2010Effiliation
 
Manuel Stylstar Fr
Manuel Stylstar FrManuel Stylstar Fr
Manuel Stylstar Frguest8a1c5d
 
Route 1 De Carole FréChette
Route  1  De  Carole FréChetteRoute  1  De  Carole FréChette
Route 1 De Carole FréChettemanue17
 
Institutions tv
Institutions tvInstitutions tv
Institutions tvjacksoc19
 
Digital Wallonia. Stratégie Numérique de la Wallonie.
Digital Wallonia. Stratégie Numérique de la Wallonie.Digital Wallonia. Stratégie Numérique de la Wallonie.
Digital Wallonia. Stratégie Numérique de la Wallonie.Agence du Numérique (AdN)
 
Speed Demo 7 Minutes Pour Comprendre Les Enjeux Du Droit De La PropriéTé Inte...
Speed Demo 7 Minutes Pour Comprendre Les Enjeux Du Droit De La PropriéTé Inte...Speed Demo 7 Minutes Pour Comprendre Les Enjeux Du Droit De La PropriéTé Inte...
Speed Demo 7 Minutes Pour Comprendre Les Enjeux Du Droit De La PropriéTé Inte...Gerard Haas
 

En vedette (20)

ANALYSE DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION DIGITALE ITALIENNE POUR LA MARQUE ET...
ANALYSE DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION DIGITALE ITALIENNE POUR LA MARQUE ET...ANALYSE DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION DIGITALE ITALIENNE POUR LA MARQUE ET...
ANALYSE DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION DIGITALE ITALIENNE POUR LA MARQUE ET...
 
El gust
El gustEl gust
El gust
 
Planisoft comptes annuels et annexes au 31 decembre 2005
Planisoft comptes annuels et annexes au 31 decembre 2005Planisoft comptes annuels et annexes au 31 decembre 2005
Planisoft comptes annuels et annexes au 31 decembre 2005
 
Marketer prenez le pouvoir - Intervention conférence AfterDan juin 2013
Marketer prenez le pouvoir - Intervention conférence AfterDan juin 2013Marketer prenez le pouvoir - Intervention conférence AfterDan juin 2013
Marketer prenez le pouvoir - Intervention conférence AfterDan juin 2013
 
Email marketing nestor alfaro.net - nessware.net
Email marketing   nestor alfaro.net - nessware.netEmail marketing   nestor alfaro.net - nessware.net
Email marketing nestor alfaro.net - nessware.net
 
Domaining market 2011
Domaining market 2011Domaining market 2011
Domaining market 2011
 
Qué soy, qué me merezco
Qué soy, qué me merezcoQué soy, qué me merezco
Qué soy, qué me merezco
 
5º basico b 13 de noviembre
5º basico b  13 de noviembre5º basico b  13 de noviembre
5º basico b 13 de noviembre
 
Introduction d'une nouvelle espèce en territoire touristique
Introduction d'une nouvelle espèce en territoire touristiqueIntroduction d'une nouvelle espèce en territoire touristique
Introduction d'une nouvelle espèce en territoire touristique
 
affiliation dernières tendances et évolutions2010
affiliation   dernières tendances et évolutions2010affiliation   dernières tendances et évolutions2010
affiliation dernières tendances et évolutions2010
 
Manuel Stylstar Fr
Manuel Stylstar FrManuel Stylstar Fr
Manuel Stylstar Fr
 
Route 1 De Carole FréChette
Route  1  De  Carole FréChetteRoute  1  De  Carole FréChette
Route 1 De Carole FréChette
 
Institutions tv
Institutions tvInstitutions tv
Institutions tv
 
4º basico b 29 de mayo
4º basico b  29 de mayo 4º basico b  29 de mayo
4º basico b 29 de mayo
 
Présentation bib 93
Présentation bib 93Présentation bib 93
Présentation bib 93
 
Êtes-vous motivé à vendre?
Êtes-vous motivé à vendre?Êtes-vous motivé à vendre?
Êtes-vous motivé à vendre?
 
Digital Wallonia. Stratégie Numérique de la Wallonie.
Digital Wallonia. Stratégie Numérique de la Wallonie.Digital Wallonia. Stratégie Numérique de la Wallonie.
Digital Wallonia. Stratégie Numérique de la Wallonie.
 
Speed Demo 7 Minutes Pour Comprendre Les Enjeux Du Droit De La PropriéTé Inte...
Speed Demo 7 Minutes Pour Comprendre Les Enjeux Du Droit De La PropriéTé Inte...Speed Demo 7 Minutes Pour Comprendre Les Enjeux Du Droit De La PropriéTé Inte...
Speed Demo 7 Minutes Pour Comprendre Les Enjeux Du Droit De La PropriéTé Inte...
 
Idc big data dk
Idc big data   dkIdc big data   dk
Idc big data dk
 
2º basico a
2º basico a2º basico a
2º basico a
 

Similaire à 1715 1789

Rois de France 2023
Rois de France 2023Rois de France 2023
Rois de France 2023NadineHG
 
Roi et dynastie
Roi et dynastieRoi et dynastie
Roi et dynastieCinemaTICE
 
2nde Rois France.pdf
2nde Rois France.pdf2nde Rois France.pdf
2nde Rois France.pdfNadineHG
 
Louis14, le baroque et versailles
Louis14, le baroque et versaillesLouis14, le baroque et versailles
Louis14, le baroque et versaillesmercheguillen
 
Conférence - Corsaires et écologie
Conférence - Corsaires et écologieConférence - Corsaires et écologie
Conférence - Corsaires et écologieKevin Lognoné
 
lieux qui ont fait l'histoire
lieux qui ont fait l'histoirelieux qui ont fait l'histoire
lieux qui ont fait l'histoireBalcon60
 
Livret pour la visite du Paris Révolutionnaire
Livret pour la visite du Paris RévolutionnaireLivret pour la visite du Paris Révolutionnaire
Livret pour la visite du Paris RévolutionnaireChristine FIASSON
 
TRAVAIL DE CARLOS RECA LUQUE ET JUAN MANUEL MARTÍNEZ CÉSPEDES (2 TRIM)
TRAVAIL DE CARLOS RECA LUQUE ET JUAN MANUEL MARTÍNEZ CÉSPEDES (2 TRIM)TRAVAIL DE CARLOS RECA LUQUE ET JUAN MANUEL MARTÍNEZ CÉSPEDES (2 TRIM)
TRAVAIL DE CARLOS RECA LUQUE ET JUAN MANUEL MARTÍNEZ CÉSPEDES (2 TRIM)manusp14
 
Francemoyenage1
Francemoyenage1Francemoyenage1
Francemoyenage1alforni
 
Sortie - Découverte des lieux de la Révolution à Paris
Sortie - Découverte des lieux de la Révolution à ParisSortie - Découverte des lieux de la Révolution à Paris
Sortie - Découverte des lieux de la Révolution à ParisChristine FIASSON
 
Guerre de cent ans 1ère partie
Guerre de cent ans 1ère partieGuerre de cent ans 1ère partie
Guerre de cent ans 1ère partiecoriolan76
 
1e T Revo 2
1e T Revo 21e T Revo 2
1e T Revo 2NadineHG
 
Histoire générale jon l. jon p. mikel
Histoire générale jon l.  jon p.  mikelHistoire générale jon l.  jon p.  mikel
Histoire générale jon l. jon p. mikelluberrifrantsesa
 

Similaire à 1715 1789 (20)

Rois de France 2023
Rois de France 2023Rois de France 2023
Rois de France 2023
 
Roi et dynastie
Roi et dynastieRoi et dynastie
Roi et dynastie
 
2nde Rois France.pdf
2nde Rois France.pdf2nde Rois France.pdf
2nde Rois France.pdf
 
1629 1715
1629 17151629 1715
1629 1715
 
Louis14, le baroque et versailles
Louis14, le baroque et versaillesLouis14, le baroque et versailles
Louis14, le baroque et versailles
 
Conférence - Corsaires et écologie
Conférence - Corsaires et écologieConférence - Corsaires et écologie
Conférence - Corsaires et écologie
 
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
 
lieux qui ont fait l'histoire
lieux qui ont fait l'histoirelieux qui ont fait l'histoire
lieux qui ont fait l'histoire
 
Livret pour la visite du Paris Révolutionnaire
Livret pour la visite du Paris RévolutionnaireLivret pour la visite du Paris Révolutionnaire
Livret pour la visite du Paris Révolutionnaire
 
TRAVAIL DE CARLOS RECA LUQUE ET JUAN MANUEL MARTÍNEZ CÉSPEDES (2 TRIM)
TRAVAIL DE CARLOS RECA LUQUE ET JUAN MANUEL MARTÍNEZ CÉSPEDES (2 TRIM)TRAVAIL DE CARLOS RECA LUQUE ET JUAN MANUEL MARTÍNEZ CÉSPEDES (2 TRIM)
TRAVAIL DE CARLOS RECA LUQUE ET JUAN MANUEL MARTÍNEZ CÉSPEDES (2 TRIM)
 
Tensions, mutations..t berthot
Tensions, mutations..t berthotTensions, mutations..t berthot
Tensions, mutations..t berthot
 
Francemoyenage1
Francemoyenage1Francemoyenage1
Francemoyenage1
 
Sortie - Découverte des lieux de la Révolution à Paris
Sortie - Découverte des lieux de la Révolution à ParisSortie - Découverte des lieux de la Révolution à Paris
Sortie - Découverte des lieux de la Révolution à Paris
 
Guerre de cent ans 1ère partie
Guerre de cent ans 1ère partieGuerre de cent ans 1ère partie
Guerre de cent ans 1ère partie
 
1e T Revo 2
1e T Revo 21e T Revo 2
1e T Revo 2
 
5. Renaissances
5. Renaissances5. Renaissances
5. Renaissances
 
Paris
ParisParis
Paris
 
Histoire de France
Histoire de FranceHistoire de France
Histoire de France
 
Louis XIV
Louis XIVLouis XIV
Louis XIV
 
Histoire générale jon l. jon p. mikel
Histoire générale jon l.  jon p.  mikelHistoire générale jon l.  jon p.  mikel
Histoire générale jon l. jon p. mikel
 

Plus de Pierre-emmanuel Mahias (9)

1945 2005
1945 20051945 2005
1945 2005
 
Les grandes guerres
Les grandes guerresLes grandes guerres
Les grandes guerres
 
La republique imaginee
La republique imagineeLa republique imaginee
La republique imaginee
 
1815 - 1870
1815 - 18701815 - 1870
1815 - 1870
 
Revolution consulatempire
Revolution consulatempireRevolution consulatempire
Revolution consulatempire
 
Guerre des religions
Guerre des religionsGuerre des religions
Guerre des religions
 
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiensAge d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
 
2. Feodalites 888 1180
2. Feodalites 888 11802. Feodalites 888 1180
2. Feodalites 888 1180
 
1. La France avant la France
1. La France avant la France1. La France avant la France
1. La France avant la France
 

1715 1789

  • 1. 1715-­‐1789   La  France  des  Lumières  
  • 2. Introduc)on   •  Depuis  le  temps  de  la  régence  de  Philippe  d’Orléans  (1715-­‐1723)  et  du  Système  de  Law  («  tout  un  siècle  en   8  ans  »  écrit  Michelet),  jusqu’aux  grandes  entreprises  réformatrices  des  années  1760-­‐1780,  la  France  des   Lumières  se  singularise  par  une  fièvre  de  chaque  instant,  une  extraordinaire  effervescence.     •  Effervescence   économique,   tout   d’abord,   marquée   par   le   développement   sans   précédent   du   grand   commerce  atlanWque,  effervescence  démographique  avec  une  populaWon  qui  passe  de  22  a  28,5  millions   d’habitants,   effervescence   administraWve,   effervescence   encore,   au   cours   de   la   guerre   de   Sept   ans   (1756-­‐1763)  quand  les  armées  du  roi  sont  mobilisées  de  l’AtlanWque  Nord  a  l’Océan  Indien,  en  passant  par   les  différents  théâtres  d’opéraWon  du  vieux  conWnent,  dans  ce  qui  fut  le  premier  véritable  conflit  mondial,   effervescence  intellectuelle,  avec  la  rédacWon  de  l’Encyclopédie.     Quai  des  Chartrons  a  Bordeaux.  
  • 3. Introduc)on   •  Les   Lumières   furent   avant   tout   ce   moment   décisif   dans   l’histoire   des   idées   et   du   processus   de   notre   modernité,  érigeant  la  raison  en  impéraWf  suprême,  matrice  et  moteur  d’une  transformaWon  du  monde   capable  de  casser  le  cycle  des  violences  individuelles  et  collecWves.     •  L’Enseigne  de  Gersaint  de  Wa`eau  tourne  la  symboliquement  la  page  du  Grand  Siècle  et  du  règne  de   Louis  XIV  pour  ouvrir  avec  la  régence  de  Philippe  d’Orléans  (1715-­‐1723).  Sur  la  gauche  de  ce`e  scène  de   plus  de  trois  mètres,  on  emballe  le  portrait  de  Louis  XIV.  Ici,  Wa`eau  reconnaît  l’importance  du  public,   alors  que  l’espace  public  et  criWque  de  l’art  ne  s’est  pas  consWtue.    
  • 4. Introduc)on   •  La  France  du  XVIIIème  siècle  découvre  l’Amérique  mieux  qu’elle  ne  l’avait  fait  au  XVIème  siècle.  Entre  le   chocolat  catholique  et  le  the  protestant,  le  café  peut  donc  entrer  dans  la  mythologie  de  la  France.  Pars   retrouve  sa  vocaWon  universaliste  parce  qu’il  devient  un  grand  café.   •  «   Le   Roi   ramené   a   Versailles   ».   Tout   va   se   refermer,   se   renfermer   dans   ce   labyrinthe   de   peWts   appartements  confines,  plus  sordides  en  fin  de  compte  que  fastueux,  l’étouffeur  de  l’histoire.  Le  tome  de   Michelet  ne  manque  pas  a  l’organisaWon  habituelle  en  trois  temps  de  la  deuxième  série  de  l’Histoire  de   France   :   il   y   a   bien   l’élan   iniWal   de   la   première   Régence,   tout   posiWf,   puis   une   longue   phase   de   lu`e   correspondant  a  l’expérience  financière  de  Law  et  enfin  la  retombée,  le  retour  a  Versailles,  la  réappariWon   désolante  d’un  roi,  la  soumission  a  Rome,  la  victoire  des  grands  seigneurs  parasites.  
  • 5. Introduc)on   •  Le  lit  de  parade  du  XVIIème  siècle  recule  devant  les  meubles  de  jour  et  de  conversaWon.  «  La  femme  s’est   levée  en  ce  siècle.  Elle  n’est  plus  couchée  ;  elle  est  assise.  »  Tout,  a  l’ère  de  la  Régence,  est  emporte  par  le   souffle   de   l’esprit   dynamisant   la   maWère   et   n’en   laissant   plus   percevoir   que   le   mouvement.   Wa`eau   possède  le  génie  rare  de  rendre  le  mouvement,  le  rythme  et  la  grâce  de  la  démarche.  Il  a  «  la  puissance  de   peindre  l’esprit  ».  Le  vent  souffle  sur  la  Régence  :  vent  vivifiant  de  l’esprit,  il  fait  cingler  le  siècle  vers   l’avenir,  il  insuffle  sa  légèreté  aux  robes  et  aux  pas  ;  vent  inquiétant  de  la  vanité  et  de  la  folie,  il  gonfle  les   acWons   de   l’eau,   emporte   celui-­‐ci   dans   les   airs   comme   un   ballon   sans   lest   et   siffle   dans   le   cerveau   disparate  et  fêle  de  l’égérie  du  temps,  la  duchesse  de  Berry.  Elle  est  dépeinte  souvent  comme  la  figure   emblémaWque  de  la  Régence  et  de  ses  débauches,  accusée  d'inceste  avec  son  père.  Enceinte  des  œuvres   du  capitaine  de  sa  garde,  le  chevalier  de  Riom,  la  duchesse  de  Berry,  veuve  depuis  5  ans,  s'acharne  à   dissimuler  son  état.   La  duchesse  de  Berry  
  • 6. La  France  a  la  mort  de  Louis  XIV   •  La  difficile  guerre  de  succession  d’Espagne:  La  dernière  guerre  livrée   par  Louis  XIV,  la  guerre  de  succession  d’Espagne,  qui  dure  de  1701  a   1713,   est   une   guerre   européenne:   on   se   bat   aussi   bien   au   Pays   Basque  qu’en  Ukraine.  La  France  est  alliée  de  l’Espagne,  depuis  que  le   peWt  fils  de  Louis  XIV,  le  duc  d’Anjou,  est  devenu  roi  sous  le  nom  de   Philippe  V.   •  Les  puissances  européennes  ne  peuvent  accepter  la  formaWon  d’un   bloc  franco-­‐espagnol  des  Bourbons,  pas  plus  que  de  voir  l’exclusivité   du  commerce  avec  l’empire  colonial  espagnol  offerte  aux  Français.   •  Les  Français  ont  longtemps  tente  de  maintenir  le  théâtre  d’opéraWons   éloignes  du  «  Pré  Carre  ».  Mais  des  1706,  les  coalises  sont  au  contact   de  «  la  ceinture  de  fer  »,  c’est-­‐a-­‐dire  des  forteresses  organisées  par   Vauban,  en  rideaux  défensifs  successifs.  Des  citadelles  tombent,  ainsi   Lille,  malgré  une  farouche  résistance.     •  L’hiver   1709,   le   «   Grand   Hiver   »   est   épouvantable.   La   situaWon   matérielle  des  Français  se  dégrade  de  jour  en  jour,  les  batailles  sont   de  plus  en  plus  féroces:  Malplaquet,  le  11  septembre  1709,  en  est  un   bon  exemple.     Malplaquet:  défaite  tac<que  mais  victoire   stratégique.   Le  maréchal  de    Villars  se  trouve  face  au  duc  de   Marlborough.   Hôtel  royal  des  Invalides.   Dessine  par  Liberal  Bruant,  l’hôtel   royal  des  invalides  qui  doit   accueillir  4.000  invalides,  rappelle   le  cout  humain  des  guerres  de   Louis  XIV  .  
  • 7. La  France  a  la  mort  de  Louis  XIV   •  Le  temps  de  la  fête  brillante  a  Versailles  est  bien  loin,  mais  la  France   ne  cède  pas  et  le  maréchal  de  Villars  remporte  une  victoire  décisive   avec  deux  fois  moins  de  troupes  que  les  coalises  du  prince  Eugene,  a   Denain,  en  juillet  1712.   •  Par  la  signature  du  traite  d’Utrecht,  en  avril  1713,  les  Provinces-­‐Unies   obWennent  le  droit  de  placer  des  garnisons  dans  les  forteresses  de  la   Barriere   (place   des   Pays-­‐Bas)   pour   se   protéger   d’une   éventuelle   menace  française:  Ypres,  Tournai,  Gand,  Mons,  Charleroi,  Namur.     •  L’hypothèque   financière:   On   a   créé   des   impôts   nouveaux,   la   capitaWon  en  1695  et  le  dixième  en  1710.  La  capitaWon  est  un  impôt   direct,   le   premier   levé   en   théorie   sur   tous   les   Français,   sans   exempWon  possible.  Le  dixième  porte  en  théorie  sur  tous  les  revenus,   mobiliers,  immobiliers,  les  offices,  l’industrie,  10%  des  revenus  sont   dus.     •  En  1693,  la  vaisselle  et  le  mobilier  d’argent  de  Versailles  sont  portes  a   la   Monnaie   pour   être   fondus.   On   mulWplie   les   ventes   de   charges   municipales  et  d’offices  anoblissant.  On  invente  des  droits  sur  les  jeux   de  cartes  ,  les  perruques,  les  huiles…  Autant  de  signes  d’un  royaume   aux  abois.     Bataille  de  Denain   CeFe  victoire  est  une  étape  décisive  dans  le  règlement  de  la  guerre   de   Succession   d'Espagne     où   le   peLt-­‐fils   de   Louis   XIV,   Philippe   V   d'Espagne  et  l'empereur  Charles  VI  du  Saint  Empire  se  disputent  le   trône  d'Espagne.  Il  est  cependant  important  de  noter  qu'au  soir  de  la   bataille,  rien  n'est  joué  et  le  succès  de  la  fin  de  la  guerre  dépendra   des   opéraLons   qui   se   dérouleront   dans   les   jours   suivants,   et   qui   conduiront   les   Français   à   reprendre   en   quelques   mois   les   places   fortes  que  les  alliés  avaient  mis  2  ans  à  conquérir.  
  • 8. Le  prince  Eugene  et  le  duc  de  Marlborough     •  La  guerre,  c’est  le  nom  propre  du  vrai  roi  d’Angleterre,  Marlborough,   qui  va  sous  la  reine  Anne,  gouverner  et  comba`re.  La  Guerre,  le  nom   d’Eugene,   l’épée,   l’âme   meurtrière   de   l’Autriche.   Eugene   a   38   ans,   dans  son  visage  indéfiniment  long,  ses  longues  et  pales  joues  flétries   et  comme  le  fantôme  d’un  vieux  prince  italien.  L’Anglais,  vendu  aux   Juifs,  fut  l’homme  de  la  Bourse  de  Londres.  Et  Eugene  organisa  aux   colonies   fronWères   l’instrument   machiavélique,   le   poignard   de   l’Autriche,   qui,   retourne   contre   les   peuples,   perpétua   ce   monstre,   ce`e  Babel  impériale.   duc  de  Marlborough   John  Churchill,  comte  puis  1er  duc  de  Marlborough  est  un  général  et   homme  poliLque  anglais  dont  la  carrière  s’étend  sur  le  règne  de  cinq   monarques  du  XVIIe  et  XVIIIe  siècles.     Prince  Eugene  
  • 9. Les  deux  grands  chefs  français:  Vendôme  et  Villars   •  Le  hasard  et  la  faim  mènent  la  France  en  ce`e  grande  loterie  qu’est  la   guerre.   Notre   Villars   n’aimait   que   les   romans,   les   comédies,   les   opéras,  qu’il  retenait,  citait  à  chaque  instant.  Grand  coureur  d’actrices   et  de  filles  (sans  parler  de  choses  pires).  Sa  vie  de  près  d’un  siècle  fut   une  merveilleuse  gasconnade.  Le  roi  ne  connaissait  ni  ses  moyens,  ni   les  difficultés,  le  possible,  ni  l’impossible.  Il  ne  tenait  nul  compte  des   distances,   ni   des   saisons.   Il   disposait   d’une   arme   nouvelle   que   personne  ne  maniait  comme  les  Français,  la  baïonne`e.  Ce  fut  encore   Villars   qui   nous   releva   sur   le   Rhin.   La   France   avait   deux   généraux,   Villars   et   Vendôme,   et   elle   n’en   sut   que   faire.   Vendôme,   sans   direcWon,  laisse  à  sa  paresse,  flo`a,  puis  s’amusa  à  la  vaine  affaire  du   Tyrol.   Villars,   abandonne   sans   secours   en   Allemagne,   ayant   en   face   deux   armées,   et   près   meme   de   manquer   de   poudre,   ne   se   Wra   d’affaire   qu’en   gagnant   une   grande   bataille   sur   les   troupes   de   l’Empire  a  Höchstädt  (21  septembre  1703).   duc  de  Villars   John  Churchill,  comte  puis  1er  duc  de  Marlborough  est  un  général  et   homme  poliLque  anglais  dont  la  carrière  s’étend  sur  le  règne  de  cinq   monarques  du  XVIIe  et  XVIIIe  siècles.     duc  de  Vendôme  
  • 10. Les  défaites  et  leurs  responsables   •  Le  roi  n’avait  a  cœur  qu’un  général,  son  ami  Villeroy.  Celui-­‐ci  était  tel  que  le  roi   meme  parfois,  voyant  qu’il  ne  comprenait  rien,  baissait  la  tète  et  rougissait,  essayait   de  lui  me`re  les  choses  a  sa  portée.  L’exemple  de  Villars,  déporte  aux  Cévennes   pour  indocilité,  disait  assez  a  ces  généraux  courWsans  ce  qu’ils  avaient  a  faire.  En   1704,   Blenheim   qui   perd   tout   en   Allemagne,   qui   perd   notre   réputaWon,   notre   ascendant  militaire.  En  1706,  Ramillies  et  Turin,  la  perte  des  Pays-­‐Bas  et  de  l’Italie.   Ajoutons  Gibraltar,  Barcelone  et  Valence.   Marechal  de  Villeroy   L'écrasante  victoire  alliée  meFant  Vienne  à  l'abri  de  l'armée  franco  bavaroise  et  empêchant  ainsi  l'effondrement  de  l'Alliance.  La  Bavière  fut  éliminée  de  la   guerre,  privant  Louis  XIV  de  tout  espoir  d'une  victoire  rapide.  L'armée  française  subit  plus  de  30  000  pertes  dont  son  commandant  en  chef,  le  maréchal  de   Tallard,  qui  avait  été  fait  prisonnier  et  amené  en  Angleterre.   Marechal  de  Tallard  
  • 11. La  France  a  la  mort  de  Louis  XIV   •  La  situaWon  du  royaume  est  donc  catastrophique,  c’est  un  lourd  passif  que   recueille   Louis   XV,   et   l’un   des   principaux   soucis   du   Régent,   Philippe   d’Orléans,  sera  de  sorWr  de  ce`e  impasse  financière,  de  désende`er  l’Etat.   C’est  tout  l’enjeu  de  l’expérience  de  Law  et  de  son  système.     Samuel  Bernard   Il  devient  le  banquier  de  la  cour  a  la  fin  du  règne  de  Louis   XIV.   Peint   en   1726,   ce   tableau   montre   l’invesLssement   de   Samuel  Bernard  dans  le  commerce  mariLme.   Antoine  Crozat,  Marquis  de  Chastel   Directeur  des  Compagnies  de  Guinée    
  • 12. La  France  a  la  mort  de  Louis  XIV   •  Une  société  domptée  mais  lasse:  Les  entreprises  de  Louis  XIV  et  de  Louvois   en   vue   de   l’unificaWon   du   royaume   (Une   foi,   une   loi,   un   roi)   si   elles   débouchent  sur  l’exil  en  direcWon  du  Refuge  de  170  a  180.000  huguenots  au   cours   de   la   période   1685-­‐1730,   s’inscrivent   dans   un   long   processus   de   remise  en  cause  de  l’Edit  de  Nantes.     •  Louis   XIV   a   son   peWt   fils:   «   Mon   enfant,   vous   allez   être   un   grand   roi;   ne   m’imitez  pas  dans  le  gout  que  j’ai  eu  pour  les  bâLments,  ni  dans  celui  que   j’ai  eu  pour  la  guerre;  tachez  au  contraire  d’avoir  la  paix  avec  vos  voisins.  »   •  Le  siècle  de  la  bulle  Unigenitus:  La  bulle  Unigenitus  ou  Unigenitus  Dei  Filius   est   la   bulle   que   le   pape   Clément   XI   édicte   en   septembre   1713   pour   dénoncer  le  jansénisme.  Loin  de  me`re  fin  aux  divisions  de  l'Église,  ce`e   bulle   provoque   la   coaliWon,   voire   la   fusion   de   plusieurs   opposiWons   :   gallicane,  richériste  et  janséniste.  Face  au  refus  du  parlement  de  Paris  de   l'enregistrer   et   aux   réWcences   de   certains   évêques,   Louis   XIV   cherche   à   l'imposer  par  la  force.     •  «  Criez  et  faites  retenWr  votre  voix  comme  une  trompe`e  ».  Les  jansénistes   suivent   a   la   le`re   l’exhortaWon   du   prophète   Jérémie,   auxquels   ils   feront   ouvertement   référence   dans   leur   feuille   emblémaWque,   les   Nouvelles   EcclésiasWques.  Et  très  tôt,  le  pouvoir  monarchique  a  perçu  le  jansénisme   comme  une  menace  pour  l’absoluWsme.     Interrogatoire  des  religieuses  de  Port  Royal  
  • 13. Le  par<  des  dévots  et  le  duc  de  Bourgogne   •  La   noblesse   apparaît   vivant   de   honteuses   industries.   Le   clergé,   dans   sa   folle   bulle,   condamne  à  la  fois  le  dogme  chréWen,  l’esprit   anWchréWen.   En   septembre   1710,   Desmarets   proposa   d’ajouter   à   tous   les   impôts,   le   1/10ème   sur   le   revenu,   qui   devait   a`eindre   tout  le  monde,  le  clergé  meme  et  la  noblesse.   La  noblesse,  généralement  expropriée,  ruinée,   ne   vit   que   de   hasards,   d’expédients,   jeux,   mendicité,   sales   associaWons   avec   les   financiers,   servage   des   hommes   d’argent.   La   finance,   longtemps   plumée   par   la   noblesse,   prenait   bien   sa   revanche.   Les   jansénistes   furent  les  derniers  chréWens,  ils  soutenaient  ce   qui   était   le   fond   du   ChrisWanisme,   la   grâce   contre  le  libre  arbitre.   •  La  mort  du  Dauphin  faisait  dauphin  le  duc  de   Bourgogne,   le   prince   des   dévots   hériWer   présompWf.   Il   prit   des   lors   connaissance   de   toutes   les   affaires   et   donna   grand   encouragement   et   aux   jésuites   dans   leur   guerre   et   aux   utopistes   de   Cambrai.   Le   fond   commun  était  de  faire  la  monarchie  fortement   aristocraWque,   de   lui   associer   des   assemblées   où  domineraient  les  évêques  et  les  seigneurs.   Ils  croient  guérir  les  maux  par  ceux  qui  les  ont   faits   !Une   fièvre   pourprée   emporta   le   duc   de   Bourgogne,   lui   et   sa   charmante   femme,   en   février  1712.   Louis  XIV  était  fier  de  sa  nombreuse  famille,  il  aimait  parLculièrement  ce  portrait  qui  le   représente  lui  avec  le  grand  Dauphin,  son  peLt  fils  le  duc  de  Bourgogne  et  son  arrière  peLt  fils  le   duc  de  Bretagne,  en  compagnie  de  madame  de  Maintenon.  
  • 14. La  France  a  la  mort  de  Louis  XIV   •  Comprendre   un   conflit   aux   enjeux   mulWples:   La   conversion   des   cures   du   Paris   Ligueur,   jésuites   et   ultramontains   au   gallicanisme  et  au  jansénisme  est  acquise  dans  les  années  1650.  De  fait,  le  jansénisme  capte  l’ancienne  clientèle  de  la  Ligue   et  de  la  Fronde  religieuse.       •  Le  parallèle  entre  l’Eglise  et  la  monarchie  est  lourd  de  menaces  pour  l’autorité  royale.     •  Le  terme  «  jansénistes  »  apparaît  des  1641  pour  les  sWgmaWser  comme  disciples  de  Jansénius,  l’évêque  d’Ypres  dans  les   Pays-­‐Bas  espagnols.     •  La   Bulle   Unigenitus   de   1713:   «   Comme   des   loups   qui   dépouillent   leur   peau   pour   se   couvrir   de   la   peau   des   brebis,   ils   s’enveloppent,  pour  ainsi  parler,  des  maximes  de  la  loi  divine,  des  préceptes  des  Saintes  Ecritures.  »   Le  départ  des  religieuses  et  la   destruc<on  de  Port  Royal,  le  29   octobre  1709  
  • 15. La  régence  de  Philippe  d’Orléans   •  Assurer  la  régence:  le  duc  Philippe  d’Orléans  (1674-­‐1723)  est  le   fils  de  Monsieur,  frère  du  roi,  et  d’Elizabeth  Charlo`e  de  Bavière,   la  fameuse  PalaWne.     •  Sous   la   houle`e   de   son   précepteur,   l'abbé   Guillaume   Dubois,   dont   il   fera   un   cardinal   et   un   premier   ministre,   il   a   bénéficié   d’une  éducaWon  moderne,  a  la  fois  arWsWque  et  scienWfique.    
  • 16. La  régence   •  La  régence  est  tout  un  siècle  en   8   années.   Elle   amène   a   la   fois   trois   choses   :   une   révélaWon,   u n e   r é v o l u W o n ,   u n e   créaWon   :   i)   c’est   une   soudaine   révélaWon   d’un   monde   arrange   et   masque   depuis   50   ans.   Les   toits   sont   enlevés  et  l’on  voit  tout,  ii)  et  ce   n’est   pas   seulement   la   lumière   qui  revient,  c’est  le  mouvement.   La   Régence   est   une   révoluWon   économique  et  sociale  et  la  plus   grande   que   nous   ayons   vécu   avant   1789,   iii)   elle   semble   avorter,  et  n’est  reste  pas  moins   énormément   féconde.   La   Régence  est  la  créaWon  de  mille   choses.   Mais   ce   qui   fut   plus   grand,   un   nouvel   esprit   commença,   contre   l’esprit   barbare,   l’inquisiWon   bigote   du   règne  précédent,  un  large  esprit   doux   et   humain.   Les   lointaines   e n t r e p r i s e s   d e   L a w ,   s a   colonisaWon,   les   razzia   qu’on   fit   pour   leur   Mississippi,   obligent   les  plus  froids  a  songer  a  l’autre   hémisphère,   a   ces   terres   inconnues.   Le   XVIIème   siècle   voyait   Versailles,   le   XVIIIème   siècle  voyait  la  terre.  
  • 17. La  régence  de  Philippe  d’Orléans   •  L’habilite   et   le   pragmaWsme   d’un   homme   d’Etat:   la   polysynodie:   Le   Régent   donne  des  gages  au  parlement  et  surtout  s’adresse  a  lui  en  des  termes  et  avec   des  références  au  bien  public  qui  ne  peuvent  que  le  saWsfaire.     •  Ainsi,   les   premières   années   de   la   Régence   sont   associées   au   souvenir   de   la   polysynodie.  Il  s’agit  de  la  créaWon  de  «  bureaux  parWculiers  »  a  la  «  manière  des   juntes  d’Espagne  ».     •  Déjà   sous   Louis   XIV,   l’organisaWon   du   gouvernement   du   royaume   s’arWcule   autour   des   secrétaires   d’Etat   issus   de   la   finance   et   de   la   robe.   Avec   eux,   des   bureaux  qui  s’étoffent  et  sont  comme  des  embryons  de  ministères.  Ainsi,  sous   Louis   XIV,   les   bureaux   s’organisent   en   réseaux   de   fidélité,   de   parentèles:   les   Colbert,   les   Le   Tellier   (Louvois),   les   Phélyppeaux   (Pontchartrain).   Le   roi   reçoit   séparément   les   secrétaires   d’Etat,   en   dehors   du   Conseil,   pour   examiner   les   dossiers:  l’entrevue  s’appelle  alors  la  liasse.     •  Avec   la   polysynodie   insWtuée   par   la   déclaraWon   de   septembre   1715,   les   différents  conseils  de  gouvernement  fusionnent  dans  le  conseil  de  régence.     Le  cortège  royal  traverse  la  Sainte   Chapelle  après  le  lit  de  jus<ce  de   septembre  1715.  
  • 18. La  régence  de  Philippe  d’Orléans   •  CréaWon   de   conseils   parWculiers:   L’accent   est   mis   sur   la   collégialité,   puisque   ces   conseils   se   subsWtuent   au   rôle   joue   auparavant  par  les  secrétaires  d’Etat  et  le  contrôleur  général  des  finances.  Ils  forment  les  ministères  collégiaux,  me`ant   l’accent  sur  les  praWques  délibéraWves  et  la  recherche  de  consensus.    Il  faut  cependant  nuancer  la  chasse  aux  sorcières  dont   auraient  été  vicWmes  les  anciens  secrétaires  d’Etat.  Plusieurs  ordonnances  créent  sept  conseils  parWculiers.  Leurs  présidents   méritent  de  retenir  l’a`enWon.  A  la  guerre,  on  trouve  le  maréchal  duc  de  Villars  est  le  vainqueur  de  Denain  en  1712,  dont  la   victoire  sauve  le  royaume  et  précipite  la  conclusion  des  hosWlités  en  lézardant  le  front  allie,  notamment  entre  Anglais  et   Néerlandais.   •  Avec  la  polysynodie  insWtuée  par  la  déclaraWon  de  septembre  1715,  les  différents  conseils  de  gouvernement  fusionnent   dans  le  conseil  de  régence.  La  straWficaWon  des  affaires  du  gouvernement  en  deux  niveaux  –  niveau  poliWque  et  niveau   administraWf   –   se   retrouvent   partout   en   Europe.   Partout   également,   on   trouve   un   conseil   poliWque   restreint   autour   du   monarque:  «  Conseil  d’Etat  »  en  Espagne,  «  Conférence  secrète  »  en  Autriche,  «  Riksard  »  en  Suède,  «  Senat  dirigeant  dans   l’empire  russe.     •  Le  régent  doit  également  préparer  Louis  XV  au  «  dur  méWer  de  roi  ».  Louis  XV  commence  a  assister  aux  séances  du  conseil   de  régence  a  l'âge  de  10  ans.  Apres  un  bref  séjour  a  Vincennes  de  septembre  a  décembre  1715,  dont  on  esWme  le  bon  air   favorable  a  sa  sante.     Louis  XV  enfant  recevant  une  leçon,  en   présence  de  M.  de  Fleury  et  du  Régent  
  • 19. La  régence  de  Philippe  d’Orléans   •  SorWr   de   l’impasse   monétaire   et   financière,   le   système   Law:   Dans   l’immédiat,   compte   tenu   de   la   situaWon   financière   dramaWque   du   royaume,  le  retour  du  crédit  et  le  désende`ement  de  l’Etat  consWtuent   le  premier  des  défis  auxquels  le  Régent  et  ses  conseils  sont  confrontes.     •  A  la  fin  du  règne,  au  lendemain  d’une  période  difficile,  il  était  devenu   habituel  en  France  de  réunir  une  chambre  de  jusWce  desWnée  a  juger   les   profiteurs,   les   financiers   accapareurs,   a   regonfler   les   caisses   de   l’Etat  et  surtout  a  adresser  un  signal  réconfortant  «  aux  peuples  ».  Des   boucs   émissaires   sont   désignés   également   en   1715,   mais   le   Trésor   royal  ne  recouvre  que  20  millions  sur  les  160  millions  espérés….   •  Law,  c’est  un  joueur  propulse  contrôleur  général  des  finances.  Il  part   du   principe   que   les   échanges   et   la   confiance   sont   le   nœud   du   problème,   non   la   de`e   en     elle-­‐même.   Une   fois   l’acWvité   revenu,   l’exWncWon   de   la   de`e   ne   sera   plus   impossible.   Comme   la   France   connaît  une  pénurie  de  métaux  précieux,  le  papier-­‐monnaie  s’impose.   Tenant  compte  de  la  loi  de  Gresham,  «  la  mauvaise  monnaie  chasse  le   bonne  »,  et  pour  éviter  que  le  papier  monnaie,  par  son  aspect  insolite,   ne  trouve  pas  preneur,  la  banque  doit  drainer  le  stock  métallique  qui   lui  servira  d’encaisse.   •  La  Banque  générale  est  crée  en  mai  1716  et  ses  billets  sont  acceptes   par  les  caisses  royales,  il  s’agit  donc  de  papier-­‐monnaie.  La  Compagnie   d’Occident,   le   «   Mississipi   »   fondée   en   aout   1717,   est   le   deuxième   pilier  du  système.  Son  objecWf  est  la  colonisaWon  de  la  Louisiane  avec   monopole.   Cependant,   si   la   banque   de   Law   avait   un   avenir,   la   compagnie   ne   possédait   pas   un   capital   suffisant,   et   ne   pouvait   être   rentable,  dans  le  meilleur  des  cas,  qu’a  très  long  terme.     Rue  Quincampoix,  siège  de  la  Banque   générale  de  Law  
  • 20. La  régence  de  Philippe  d’Orléans   •  L’ascension  et  le  succès  de  Law  paraissent  excepWonnels:  il  faut  quatre   acWons   du   Mississipi   pour   obtenir   une   acWon   de   la   Compagnie   des   Indes.   Sa   Banque   annonce   les   banques   contemporaines   d’émission,   puisqu’il  obWent  en  juillet  1719  le  monopole  de  la  monnaie.   •  Law  pense  qu’en  mulWpliant  les  émissions,  il  relance  ‘acWvité  et  que  les   bénéfices  de  la  Compagnie,  dont  les  expédiWons  sont  financières  par   les   mêmes   émissions,   serviront   a   éteindre   la   de`e   de   l’Etat.   Des   fortunes  aussi  colossales  que  fragiles  se  bâWssent  en  quelques  heures:   c’est  cela  la  Régence,  une  violente  et  enivrante  bourrasque  de  rêves   fous  et  de  jouissances  qui  s’empare  d’une  société  cadenassée  depuis   trop  longtemps.     •  Les   agioteurs   praWquent   déjà,   comme   dans   les   crises   boursières   les   plus   récentes,   l’achat   a   découvert.   Ils   passent   des   opWons   d’achat   a   10.000   livres   avec   un   premier   versement   iniWal   de   1000   livres   seulement,   l’orientaWon   haussière   des   cours   permet   des   bénéfices   énormes   dans   des   délais   records.   La   réalité   finit   par   ra`raper   la   spéculaWon   effrénée.   Certains   réalisent   leurs   papiers   a   temps   et   touchent   de   véritables   fortunes.   Au   nombre   de   ces   heureux   bénéficiaires  du  Système,  le  prince  de  ConW,  le  duc  de  Bourbon,  tous   deux  princes  du  sang.     Rue  Quincampoix,  siège  de  la   Compagnie  
  • 21. La  régence  de  Philippe  d’Orléans   •  L’entrée  de  la  France  dans  le  système  du  crédit  bancaire,  du  papier-­‐monnaie  en  sera  très  sensiblement  retardée.  Le  Système   était  en  fait  trop  novateur,  en  avance  sur  son  temps.     •  Les  fortunes  rapidement  faites  provoquent  cependant  une  forte  consommaWon  de  produits  de  luxe,  sWmulant  l’arWsanat   d’art.  l’inflaWon  induite  augmente  l’acWvité.  Et  Law  a  assoupli  également  les  règlements  colberWens,  perme`ant  l’essor  du   trafic  sucrier  et  la  traite  negriere.     Crédit  est  mort.  Les  mauvais  payeurs  l’ont  tue.  Le   système  Law  et  la  bulle  spéculaLve  qu’il  a  suscitée   ont  déboussolé  les  esprits  et  renverse  les  valeurs.    La   spéculaLon  forcenée  a  tue  la  confiance  car  «  la   mauvaise  monnaie  chasse  la  bonne  ».  Les   épargnants  sont  ruines  au  profit  des  spéculateurs  qui   leur  ont  vendu  du  vent  et  su  liquider  a  temps  leur   placement.    
  • 22. Law  au  sommet  de  la  gloire:  l’été  1719     •  Toute   l’Europe   devint   malade   de   la   fièvre   de   spéculaWon.   Avec   un   don   étrange   de   rapide   calcul   (qu’il   tenait   de   son   père   banquier),   une   infaillibilité  de  jeu  non  démenWe,  le  pouvoir  d’être  riche,  Law  n’esWmait   rien  que  l’idée.  En  présence  de  la  vieille  machine  monarchique,  qui  gisait   disloquée,   hors   d’état   de   se   réparer,   il   avait   fait   jaillir   de   terre   deux   créaWons  vivantes,  deux  cites  sœurs,  unies  par  tant  de  liens  qu’elles  n’en   étaient  qu’une  au  fond  :  la  République  de  banque  ;  en  vigueur  déjà,  en   prospérité,  depuis  trois  ans,  au  grand  avantage  de  l’Etat;  la  République  de   commerce,   Compagnie   d’Occident,   qui   bientôt   fut   aussi   celle   du   commerce  d’Orient  et  du  monde.   •  Le   beau   printemps   de   1719   semblait   une   aurore   sociale   :   incroyable   succès  de  Law.  Ses  acWons  montaient  d’heure  en  heure,  l’enthousiasme   aussi.  Tous  lui  disaient  d’oser.  On  est  saisi  de  voir  tout  ce  qui  s’entreprit   en  quelques  mois  de  1719.  L’égalité  d’instrucWon,  l’égalité  d’impôt,  une   simplificaWon  immense,  hardie,  de  l’administraWon,  le  remboursement  de   la  de`e.   •  Le   Régent   ouvre   à   tous   l’Université.   Elle   est   payée   par   l’Etat   et   donne   l’enseignement  gratuit.  Quels  sont  les  premiers  écoliers  qui  sortent  de  la   tout  à  l’heure,  le  fils  du  coutelier,  le  puissant  Diderot,  un  enfant  de  hasard   qu’élevé  un  menuisier,  le  vaste  d’Alembert,  c’est-­‐a-­‐dire  l’Encyclopédie.   •  On   épurait   Paris   en   faveur   du   Mississipi.   Les   galants   cavaliers   de   la   maréchaussée   enlevaient   poliment   les   demoiselles,   de   moyenne   vertu,   qui  devaient  peupler  l’Amérique.  Elles  furent  mariées  sommairement.  A   Saint  MarWn  des  Champs,  on  mit  les  malheureuses  en  face  de  la  bande   d’hommes.  Parmi  ces  inconnus,  mendiants  ou  voleurs,  elles  durent  choisir   en  deux  minutes.  
  • 23. Law  et  la  chute  de  la  Compagnie  du  Mississipi   •  On  associa,  on  fondit  les  deux  établissements.  La  Banque   devint  la  caissière  de  la  Compagnie,  et  celle-­‐ci  cauWon  de   la  Banque.  Ce  fut  le  plus  fragile,  le  plus  ruineux  des  deux   établissements  qui  prétendit  soutenir  l’autre.   •  Le   gros   acWonnaire   de   la   Compagnie,   ConW,   arrive   avec   trois   fourgons   dans   la   cour   de   la   Compagnie,   rue   Quincampoix  ;  il  fallut  le  payer,  remplir  ses  trois  voitures.   En  plein  jour,  au  milieu  de  la  foule  ébahie,  il  emporte  14   millions.   Les   riches   du   Système,   gorges   par   lui,   en   devinrent   les   plus   cruels   ennemis,   ardents   apôtres   de   la   baisse,   outrageux   insulteurs   de   Law   et   du   papier.   Dans   leur  orgies,  ne  pouvant  bruler  l’homme,  ils  brulaient  des   billets,  pour  bien  convaincre  le  public  que  ce  n’étaient  que   des  chiffons.   •  Law,  entre  au  Palais-­‐Royal,  son  carrosse  fut  brise,  le   cocher  blesse.  Law  n’osa  plus  sorWr,  coucha  chez  le   Régent.   •  On  s’avise  un  peu  plus  tard  de  séparer  la  Compagnie  de  la   Banque  ;  on  se  figure  qu’après  avoir  cruellement  ruine  par   la  seconde,  on  pourra  isoler,  faire  fleurir  a  part  la   première,  comme  pure  Compagnie  de  Commerce.  
  • 24. La  régence  de  Philippe  d’Orléans   Pèlerinage  pour  l’ile  de  Cythère  dit  L’embarquement  pour  Cythère.  Jean-­‐Antoine  Wa^eau.  Les  amoureux  se  préparent-­‐ils  a   embarquer  pour  Cythère  –  l’ile  de  l’amour  dont  le  souvenir  est  aFache  a  Aphrodite  –  ou  en  reviennent-­‐ils?  En  peinture,   WaFeau  inaugure  le  genre  de  la  fête  galante.  La  fête  galante  est  celle  de  la  maitrise  de  la  sensualité  et  du  contrôle  de  soi.  Les   parLcipants  connaissent  les  codes  mondains  et  courtois,  car  l’art  de  plaire  et  l’art  de  l’être  en  société  mondaine  s’apprennent   et  se  maitrisent.  Cet  entre  soi  donne  le  ton  de  la  sociabilité  des  amis  choisis  qui  forment  des  sociétés,  jouent  au  théâtre   amateur  et  conversent  dans  les  jardins  d’agrément.  La  richesse  des  vêtements,  les  reflets  de  lumière  sont  rendus  avec  un  effet   rare  au  point  que  les  Goncourt  considéraient  WaFeau  comme  «  un  tailleur  divin,  couturier  de  génie  »  .    
  • 25. Le  bal  masque  de  l’Opéra   •  Après  la  bigoterie,  les  rites  étouffants  et  les  fornicaWons  secrètes  du  palais  de  Versailles,  l’aristocrate  découvre  les  usages   ludiques  de  la  grande  ville:  promenades  sur  les  cours  à  carrosse  des  Champs-­‐Élysées,  fréquentaWon  des  salons  li`éraires,   premiers  clubs,  et  bientôt  le  bal  masque  de  l’Opéra,  emblémaWque  des  années  folles  de  la  Régence:  mêlant  des  gens  de   toute  condiWon.  
  • 26. Manon  Lescaut   Manon  Lescaut,  voici  un  livre  populaire.  Très  grand  évènement  dont  la  popularité  fut  immense.  Ce  livre  tout  peWt  s’adresse  a   un  grand  peuple,  celui  des  amoureux.  L’amour  est  grand  au  XVIIIème  siècle.  A  travers  le  caprice  désordonne  et  la  mobilité,   l’amour  subsiste  adore  et  surtout  admire.  Le  peWt  chevalier  Des  Grieux  et  Manon,  les  deux  enfants  qui  arrivent  de  leur  pays,   lui  a  17ans,  elle  a  15,  qui  se  trouvent  si  vite  au  niveau  de  la  corrupWon  de  Paris,  ne  peuvent  lui  devoir  leur  précocité  pour  le   vice.  Il  passe  vite  du  séminaire  au  tripot,  à  l’escroquerie  !  Le  chevalier  de  Manon  est-­‐il  tout  à  fait  sans  principes  ?  Qu’il  s’en   rende  compte  ou  non,  il  en  a  deux.  L’un  :  qu’un  homme  ne,  élevé  chréWennement,  peut  toujours  revenir  de  ses  échappées  de   jeunesse,  qu’il  peut  aller  fort  loin  sans  danger  du  salut.  L’autre  :  le  principe  galant,  que  l’amour  excuse  tout,  qu’un  véritable   amant  a  le  droit  de  tout  faire.  Avec  ces  deux  idées,  rien  n’embarrasse  Prévost.  Il  court  bride  aba`ue,  va  les  deux  pieds  dans  le   ruisseau.  
  • 27. La  régence  de  Philippe  d’Orléans   •  Le   tournant   de   l’année   1728:   Face   aux   défis   a   la   fois   financiers,   diplomaWques,   religieux   (la   crise   janséniste),   le   Régent   entend   gouverner   directement   ave   autorité,   efficacité   et   pragmaWsme.   Son   ancien   précepteur,   Guillaume   Dubois,   habile   maitre   d’œuvre   de   la   poliWque  étrangère,  en  profite  directement.  Il  revêt  bientôt  la  pourpre   cardinalice.     •  La   querelle   janséniste   au   centre   de   l’agenda   poliWque   et   de   l’espace   public:   Depuis   la   mort   de   Louis   XIV,   la   quesWon   d’Unigenitus   n’est   nullement  réglée.  Le  flot  de  mémoires  et  de  pamphlets  ne  s’est  pas  tari   et  risque  en  combinant  la  théologie  janséniste  et  le  gallicanisme  radical   risque  de  menacer  l’autorité  aussi  bien  de  l’Eglise  que  de  la  monarchie.     •  Le  conflit  ouvert  avec  le  parlement:  Si  Philippe  d’Orléans  a  habilement   négocié   en   1715   le   souWen   nécessaire   du   parlement   de   Paris,   les   quesWons  financières  et  fiscales,  religieuses,  les  rivalités  entre  la  haute   robe  et  l’aristocraWe  d’épée  tendent  rapidement  les  relaWons.     •  Le  Régent  interdit  au  parlement  de  Paris  sous  peine  de  désobéissance   de  se  considérer,  au  nom  de  la  théorie  des  classes  qui  unirait  toutes  les   cours   souveraines   du   royaume,   comme   «   la   tête   d’un   Parlement   de   France.  »   •  La   conspiraWon   de   Cellamare   est   contemporaine   d’une   autre,   en   Bretagne,  dite  de  Pontallec.  Si  l’Espagne  est  intéressée  aux  deux,  et  a   encourage  les  conjures  bretons,  la  coordinaWon  des  deux  entreprises   n’est  pas  clairement  prouvée.   Louis-­‐Antoine  de  Noailles,  archevêque   de  Paris  (1651-­‐1729)  
  • 28. La  régence  de  Philippe  d’Orléans   •  La  conspiraWon  du  marquis  de  Pontallec:  Très  a`achée  a  ses  privilèges   fiscaux  et  prompte  a  rappeler  le  bon  temps  de  la  duchesse  Anne,  la   Bretagne  entend  bien,  au  sorWr  de  la  guerre  de  succession  d’Espagne,   voir   la   pression   fiscale   s’alléger   rapidement.   La   grève   de   l’impôt   s’organise.   On   procède   sur   dénonciaWon   a   70   arrestaWons.   Le   duc   d’Orléans   manifeste   son   autorité   et   envoie   un   signal:   la   Régence,   période  ordinaire  si  féconde  en  complots  et  en  menées  subversives,  ne   toléra  pas  les  désordres  et  la  collusion  avec  l’étranger.  Pontallec  et  les   siens  en  font  les  frais.   •  Le  Régent  riposte  tous  azimuts  pour  neutraliser  les  parlements  et  les   jansénistes.  L’objecWf  est  de  contrer  les  prétenWons  du  roi  d’Espagne,   Philippe  V.  Et  dans  ces  condiWons,  le  Régent  doit  absolument  être  en   paix  avec  Londres.  C’est  la  que  la  poliWque  de  l'abbé  Dubois  prend  tout   son  sens.     Louis-­‐Antoine  de  Noailles,  archevêque  de  Paris  (1651-­‐1729).  Passionne  de  théâtre,  la  duchesse  voulait  que  dans  ses  fêtes  «  il   entra  de  l’idée,  de  l’invenLon,  et  la  joie  eut  de  l’esprit.  »  Dévorée  d’ambiLon,  elle  refuse  que  son  mari  soit  évince  par  le  duc   d’Orléans  et  mulLplie  les  tentaLves  de  déstabilisaLon  de  la  Régence.    
  • 29. La  régence  de  Philippe  d’Orléans   •  De   la   paix   d’Utrecht   a   l’improbable   alliance   anglaise   (1713-­‐1717):   George   Ier   veille   de   près   sur   son   cher   électorat   de   Hanovre.   Un   rapprochement  avec  la  France  de  Philippe  d’Orléans  perme`rait  au  roi   d’Angleterre  de  réduire  le  risque  d’une  intervenWon  française  contre  le   Hanovre,   vulnérable   aux   a`aques   terrestres,   de   limiter   les   capacités   offensives   des   jacobites,   et   d’éviter   la   réunion   des   couronnes   d’Espagne  et  de  France  sur  la  tête  du  peWt-­‐fils  de  Louis  XIV,  Philippe  V,   roi  d’Espagne.     •  Menaces   espagnols   et   élargissent   de   l’alliance:   En   décembre   1718,   après   des   atermoiements   qui   s’expliquent   par   l’impopularité   d’une   guerre   contre   un   Bourbon,   peWt-­‐fils   de   Louis   XIV,   pour   lequel   les   Français  ont  comba`u  14  ans,  la  France  déclare  la  guerre  a  l’Espagne.   En   1719,   les   troupes   françaises   envahissent   le   Pays   Basque   et   la   Catalogne  tandis  que  la  flo`e  anglaise  a`aque  la  cote  atlanWque.     •  Au   Nord   comme   au   Sud   de   l’Europe,   la   Régence   renonce   donc   aux   anciens   allies   du   royaume   de   Louis   XIV,   l’Espagne   depuis   qu’un   Bourbon  règne  a  Madrid,  et  la  Suède  pour  conserver  le  bénéfice  de  la   paix  et  consolider  l’alliance  anglaise.     Visite  de  Pierre  Ier  au  roi  au  Louvre.  Pour  asseoir  ses  ambiLons  européennes,  Pierre  a  bien  compris  qu’il  lui  faut  dresser  un  état   des  savoirs  et  techniques  dont  l’acquisiLon  a  la  modernisaLon  de  la  Russie.    
  • 30. L’obliga<on  de  l’alliance  avec  l’Angleterre   •  Loin  de  rompre  la  paix,  le  Régent  dit  fort  raisonnablement  a  l’Angleterre:  «   GaranWssez  moi  le  mainWen  de  la  paix  et  j’éloigne  le  prétendant.  »  Lui,  et  ses   amis  les  plus  sensés,  comme  le  duc  de  Noailles,  voyaient  que,  dans  un  tel   état  de  ruine,  de  désorganisaWon,  il  fallait  a  toute  condiWon  assurer  la  paix,   ménager  l’Angleterre,  et  s’entendre  avec  Georges.  L’Angleterre  n’avait  pas  à   la  guerre  un  intérêt  réel,  puisque  l’Espagne,  et  la  France  bientôt,  offraient   sans  guerre  tous  les  avantages  qu’elle  désirait.   •  C’est   par   l’Eglise   qu’on   eut   du   commencer   la   reforme.   Noailles   avait   très   bien  compris  que  le  premier  coup  à  frapper  était  de  chasser  les  Jésuites.  Le   second  eut  été  de  se  passer  du  pape  pour  l’élecWon  des  évêques  ;  le  Régent   y  songeait.  Le  troisième  eut  été  de  rappeler  les  protestants.   •  La  de`e  fut  réduite  a  peu  près  à  la  moiWe,  et  ce`e  moiWe  en  Wtres  converWe   en   Wtres   nouveaux   qu’on   appela   les   Billets   d’Etat.   Des   chiffons,   des   promesses  de  rentes,  des  terres  abandonnées,  des  acWons  de  la  Compagnie   d’Occident,  hypothéquées  sur  la  savane  américaine,  ou  sur  la  peau  de  l’ours   qui  court  les  bois.   •  Ce  faquin  de  Dubois  eut  ce  que  n’ont  pas  toujours  les  gens  d’esprit,  un  sens   net  et  vif  du  réel,  une  vue  très  lucide  de  la  situaWon,  nulle  fausse  poésie,   nulle   illusion.   Le   France   qui   ne   sait   pas   haïr,   haïssait   si   peu   l’Angleterre,   qu’elle   imitait   tant   qu’elle   pouvait,   copiait   ses   modes,   ses   banques,   et   pendant  tout  le  siècle,  nos  écrivains  en  font  des  éloges  insensés.     •  Madame,  au  premier  jour  que  son  fils  fut  Régent,  lui  avait  demande  pour   grâce  «  de  n’employer  jamais  ce  coquin  de  Dubois  ».  Et,  en  effet,  il  n’eut  nul   emploi,  aucun  Wtre.  A  60  ans,  il  n’était  encore  rien.  Rarement  on  le  montre   de   face   ;   les   yeux   sont   trop   sinistres   et   l’ensemble   trop   bas.   Une   vilaine   peWte  perruque  blonde  pointe  violement  en  avant,  comme  celle  d’une  bété   de  proie,  «  d’une  fouine  »  dit  Saint  Simon.  
  • 31. La  ruse  de  l’histoire  –  l'abbé  Dubois   •  Ce  fripon  de  Dubois,  ambiWeux  voue  a  l’Angleterre,  fla`eur  de  Rome,   faux  de  toute  manière,  il  eut  pourtant  certainement  un  idéal  qui  fit  son   âpre  passion  ;  il  poursuivit  par  des  moyens  indignes  un  but  très  haut,   très  grand,  le  solide  établissement,  la  fondaWon  de  la  paix  du  monde.   En  travaillant  contre  l’Espagne,  il  eut  pour  raison  suprême  l’intérêt  de   ses   maitres,   le   solide   affermissement   de   Georges   et   du   Régent,   la   fondaWon  définiWve  des  maisons  de  Hanovre  et  d’Orléans.  L’Espagne   c’était  l’ennemi.  Elle  portait  avec  le  Stuart  le  drapeau  de  la  barbarie.   Elle   revenait   toujours   à   son   rêve   de   l’armada   qui   eut   en   Angleterre   rétabli  le  papisme  et  assomme  par  contrecoup  le  Régent  en  France.   Traite  de  paix  d’Utrecht  
  • 32. La  régence  de  Philippe  d’Orléans   •  Les  débuts  d’une  «  société  poliWque  parfaitement  libre  »:  De  1723  a   1731,   l’histoire   du   club   de   l’Entresol   reflète   l’effervescence   intellectuelle  et  poliWque  de  l’après  Louis  XIV,  la  rencontre  en  poliWque   et  utopie,  diplomaWe  européenne  et  cosmopoliWsme,  sphère  privée  et   espace   public,   public   choisi   et   recherche   d’une   informaWon   libre,   recoupée  et  commentée.     Le  lit  de  jus<ce    tenu  au  parlement  de  Paris  a  la   majorité  de  Louis  XV,  le  22  février  1723.     Cavalcade  de  Louis  XV,  après  le  sacre  a  Reims.    
  • 33. Le  jeune  Louis  XV  et  le  château  de  la  Mue^e   •  Louis  XV  n’était  pas  ne  gai,  n’aimait  personne.  Au  parc  de  la  Mue`e,  dont  le  Régent  lui  fit  cadeau,  son  joujou  favori  était  une   vache  naine  et  de  faire  le  laiWer.  
  • 34. Les  années  Fleury   •  Le  duc  de  Bourbon  devient  premier  ministre:  Il  se  réserve  la  feuille  des   bénéfices   (le   contrôle   des   nominaWons   aux   sièges   épiscopaux   et   aux   abbayes),   qui   lui   permet   de   poursuivre   l’œuvre   entamée   au   comite   ecclésiasWque,   l’ancien   conseil   de   conscience   pour   éradiquer   le   jansénisme  des  rangs  du  clergé.   •  Paris-­‐Duverney   propose   la   levée   d’impôts   et   remet   en   vigueur   de   vieilles  taxes.  Et  il  renoue  avec  la  praWque  des  mutaWons  monétaires.   En  vue  d’établir  une  Ecole  Militaire  a  Paris,  sur  le  modèle  du  collège  des   cadets   de   Catherine   II,   il   pose   la   quesWon   du   financement   de   l’établissement  en  proposant  de  lui  a`ribuer  le  produit  des  droits  sur   les  cartes  a  jouer,  impôt  indirect  perçu  auprès  des  imprimeurs.     •  Le  duc  de  Bourbon  remet  au  gout  du  jour,  par  la  déclaraWon  de  1724,  la   persécuWon   contre   les   protestants,   alors   que   la   Régence   avait   été   plutôt  modérée  a  leur  égard.     •  Fleury  et  le  conflit  janséniste:  ParWsan  d’un  gallicanisme  modéré,  Fleury   n’est  pas  un  grand  admirateur  de  la  bulle  Unigenitus,  mais  il  est  hosWle   aux   jansénistes.   C’est   lui   qui   va   devoir   gérer   la   levée   de   boucliers   qu’elle  suscite…  Une  cinquantaine  d’avocats  portent  en  effet  l’affaire   sur   le   terrain   juridique.   Unigenitus   est   non   seulement   une   a`aque   portée   aux   libertés   de   l’Eglise   de   France,   mais   elle   représente   une   menace   pour   «   la   patrie   »   et   «   le   citoyen   ».   La   défense   du   principe   gallican  les  amène  a  déplacer  le  conflit,  qui  opposait  tradiWonnellement   l’Eglise  de  France  et  le  pape  au  sein  du  royaume,  de  la  naWon  et  de   l’Eglise   de   France.   Le   conflit   concerne   désormais,   d’une   part   les   évêques   consWtuWonnaires   accuses   de   vouloir     usurper   l’autorité   royale,  et  d’autre  part,  le  parlement  qui  défend  les  libertés  de  l’Eglise   gallicane.     Le  cardinal  de  Fleury.  Il  s’inscrit  dans  la  lignée   des  cardinaux  ministres,  de  Richelieu  a  Mazarin.   Le  pouvoir  de  Fleury  n’est  pas  une  parenthèse,    il   dure  17  ans  jusqu’en  1743.  Surnomme   «  L’Eternité  »,  il  l’exerce  encore  a  presque  90  ans.         Joseph  Paris-­‐Duverney.  «  Au  fond  il  aimait  les  affaires  pour  les  affaires  bien  plus   que  pour  l’argent.  Il  mania  des  milliards  et  laissa  une  fortune  médiocre.  »  Michelet  
  • 35. Les  premières  années  du  règne  de  Louis  XV   •  le   roi   a   14   ans,   le   droit   formel   de   régner   sinon   la   capacité   de   gouverner.  Un  arrangement  poliWque  le  graWfie  de  la  double  tutelle   d’un  évêque,  Mgr  Fleury,  qui  fut  son  précepteur,  et  d’un  prince  du   sang,  le  duc  de  Bourgogne,  «  Monsieur  le  Duc  ».   •  A  Versailles,  ou  s’efface  l’influence  émancipatrice  de  la  capitale,  le   roi  se  retranche  dans  d’arrière-­‐cabinet  et  s’y  entoure  de  favoris  de   son  âge,  qui  culWvent  le  mépris  du  beau  sexe.  Louis  XV  serait-­‐il  un   nouvel   Henri   III   ?   Apres   le   renvoi   a   Madrid   de   l’impubère   infante   fiancée   au   jeune   roi.   Mme   de   Prie   se   charge   de   découvrir   une   épouse  performante.  Ce  sera  Marie  Leszinska,  la  Polonaise,  fille  du   roi   dépouille   de   son   royaume,   Stanislas.   Follement   enhardie,   l’intrigante   se   met   en   tète   de   purger   Versailles   de   «l’Eglise   non   conformiste  »  des  mignons  de  la  cour.   Marie  Leszinska.    
  • 36. Les  années  Fleury   •  Les  Nouvelles  EcclésiasWques,  un  défi  permanent  a  l’autorité:  Elles   sont   désormais   imprimées,   et   de   périodicité   hebdomadaire,   elles   sont  Wrées  a  6000  exemplaires.  Et  la,  l’Antéchrist  désigne  de  plus  en   plus   clairement   les   jésuites   qui   veulent   prendre   le   contrôle   de   l’Eglise  et  de  l’esprit  des  princes.     •  Le   mouvement   convulsionnaire:   Il   nait   a   Paris   autour   des   évènements   survenus   dans   le   cimeWère   de   l’église   saint   Médard.   Avec   cet   évènement,   les   bourgeois   jansénistes   appariassent   aussi   crédules   que   les   paysans   provençaux.   Des   listes   de   miraculés   circulent,  la  terre  du  cimeWère  est  vendue    en  peWts  sachets.     Les  convulsionnaires  au  cime<ère  de  saint  Médard   sur  la  tombe  du  diacre  François  de  Paris.  
  • 37. Le  réveil  du  jansénisme   •  Le  roi  de  France  choisissait  les  évêques  et  les  bénéficiaires  des  grandes  abbayes.  ContradicWon  majeure  et  source  de   maints  conflits  l’Eglise  de  France  formait  une  insWtuWon  impliquant  le  «  patronat  »  de  la  monarchie  à  tous  ses  étages,   et  elle  appartenait  en  même  temps  à  un  organisme  supranaWonal,  l’Eglise  apostolique  et  romaine.  Pour  les  Gallicans,   l’obéissance   au   roi   de   France   l’emportait   nécessairement   sur   la   soumission   à   Rome.   À   l’oppose   de   ce`e   ligne,   les   ultramontains  se  représentaient  l’Eglise  comme  une  monarchie  universelle.   •  Avec   les   Jansénistes,   la   dispute   idéologique   se   nourrit   des   écrits   de   saint   AugusWn.   Selon   la   thèse   augusWnienne,   l’homme  déchu  après  le  péché  originel  ne  pouvait  a`eindre  le  salut  qu’au  moyen  d’une  inspiraWon  d’amour  divin.   Ce`e  grâce  est  l’effet  irrésisWble  de  la  miséricorde  divine,  comme  un  don  gratuit  et  efficace  qui  s’impose  à  la  volonté   humaine,  mais  elle  n’est  pas  accessible  à  tous.  C’est  prendre  le  contre-­‐pied  de  la  pensée  de  saint  Thomas  pour  qui  la   coopéraWon   humaine   est   nécessaire,   l’homme   contribuant   à   son   salut   par   les   œuvres.   Jansénius   enseignait   que   la   corrupWon  de  la  nature  humaine  ne  peut  être  surmontée  que  par  le  secours  de  la  grâce  et  au  prix  d’une  conduite   morale  très  exigeante,  excluant  tout  marchandage  avec  Dieu.   •  Pour  Luis  Molina,  jésuite  espagnol,  la  nature  humaine  n’est  pas  radicalement  corrompue,  Dieu  ayant  donné  a  chaque   homme  la  liberté  de  pencher  vers  le  bien  ou  vers  le  mal.  La  rédempWon  du  pêcheur  reste  toujours  possible  et  prend  un   caractère  universel,  car  le  Christ  n’est  pas  mort  pour  les  seuls  élus.   •  Le   recrutement   social   de   Port-­‐Royal   reste   cependant   étroitement   circonscrit   à   la   haute   noblesse   et   à   la   grande   bourgeoisie  parisienne.  Mazarin  considère  et  traite  ce  mouvement  de  «  rebelles  »  avec  une  hosWlité  déclare,  a†tude   qui  sera  reprise  par  Louis  XIV  jusqu'à  la  fin  de  son  règne.   •  La   tacWque   des   jansénistes   consiste   à   développer   un   vaste   mouvement   péWWonnaire   en   faisant   vibrer   la   corde   gallicane.  En  refusant  le  principe  d’autorité,  en  développant  des  formes  autonomes  de  résistance  qui  s’appuyaient  sur   la  base  du  clergé  et  les  classes  populaires,  le  «  républicanisme  janséniste  »  des  Lumières  comme  un  jalon  important,   qui  a  joué  un  rôle  dans  la  combinaison  complexe  d’idées  et  de  faits,  dans  l’accumulaWon  de  ce`e  masse  criWque  qui   contribue  à  reme`re  en  cause  le  modèle  monarchique  dans  l’Eglise  comme  dans  l’Etat.  
  • 38. Les  années  Fleury   •  La   poliWque   extérieure   de   Fleury:   Si   la   crise   janséniste   forme   la   trame   des   années   Fleury,   le   vieux   cardinal   doit   également   faire   face   a   une   fin   de   cycle   diplomaWque   marquée  par  le  rafraichissement  des  relaWons  franco-­‐britanniques  puis  le  retour  de  la   guerre  européenne.     •  La  guerre  de  succession  de  Pologne  (1733-­‐1738):  C’est  le  dernier  grand  conflit  du  siècle   sans  extension  coloniale  et  scelle  la  rupture  de  l’ancienne  alliance,  sans  déboucher  sur   un  conflit  ouvert  entre  Londres  et  Paris.  Mais  la  candidature  de  Stanislas,  soutenue  par   la  France,  provoque  une  détérioraWon  rapide  des  relaWons  diplomaWques  entre  Paris  et   Vienne.  Isole,  Stanislas  se  replie  a  Dantzig,  assiégée  par  les  Russes,  dans  l’espoir  d’être   secouru  par  Louis  XV.  Cependant,  Fleury  ne  veut  pas  d’une  intervenWon  en  BalWque  qui   inquièterait  Londres  et  donnerait  des  arguments  au  parW  anW-­‐français.     •  De  Dantzig  qui  capitule,  Stanislas  parvint  a  s’échapper.  Sur  le  Rhin,  deux  vétérans  des   guerres   de   Louis   XIV   se   font   face,   le   maréchal   de   Berwick   dans   la   camp   français,   le   prince  Eugene,  du  cote  des  Habsbourg,  se  font  face.   •  Il   faut   donc   limiter   la   portée   des   conflits.   Et   faire   comprendre   a   Londres   que   si   le   royaume  de  Louis  XV  a  la  volonté  et  les  moyens  de  défendre  ses  intérêts  stratégiques,  il   ne  cherche  pas  a  rompre  les  principaux  équilibres.     •  Deux  fois  déchu  du  royaume  de  Pologne,  Stanislas,  beau-­‐père  de  Louis  XV,  devient  duc   de  Lorraine.  Son  duché  doit  revenir  a  la  couronne  de  France  a  sa  mort.   Marechal,  duc  de  Berwick.  Comme  le  maréchal  de  Saxe,  le  duc  de  Berwick  est  l’un  des  grands   capitaines  d’origine  étrangère  au  service  de  la  France.  Fils  illégiLme  du  roi  Jacques  II   d’Angleterre  et  d’Arabella  Churchill,  il  est  a  parLr  de  la  Glorieuse  RévoluLon  d’Angleterre  et  de   l’exil  de  son  père,  de  tous  les  combats    de  la  fin  du  règne  de  Louis  XIV.   Stanislas  Leszczynki    
  • 39. Les  années  Fleury   •  Un  royaume  bien  géré:  Orry  donne  une  forte  impulsion  au  réseau  rouWer.  Il  adresse  aux   intendants  des  généralités  en  1737  une  instrucWon  détaillée  sur  la  corvée  royale.  Il  vise   d’abord  a  réorganiser  et  a  réparer  les  infrastructures  existantes  grâce  a  la  corvée  royale.     •  Dans   le   domaine   des   manufactures,   Orry   témoigne   de   la   prégnance   de   l’héritage   colberWen.  Les  enquêtes  qu’il  lance  doive  déboucher  sur  des  règlements  qui  établissent   des   normes   de   qualité   favorisant   la   réputaWon   des   produits   français   sur   les   marches   extérieurs.  Il  reforme  par  ailleurs  les  statuts  de  la  Compagnie  des  Indes.   •  Le  1/10eme  est  rétabli  mais  sans  déclaraWon  actualisée,  fidèle  et  contrôlée,  des  revenus   des  contribuables.  Il  sera  supprime  a  la  fin  de  1736  a  néanmoins  rapporte  une  trentaine   millions  de  livres.   •  CriWque  pour  son  autoritarisme  et  son  manque  de  diplomaWe,  Orry  est  mal  en  cour  auprès   de  la  marquise  de  Pompadour,  la  nouvelle  maitresse  royale,  dont  il  contrarie  notamment   les  projets  en  s’opposant  a  ce  que  son  frère  devienne  fermier-­‐général.   Louis  Mandrin.  «  Capitaine  général   des  contrebandiers  »  marque  les   esprits  du  temps  par  le  caractère   foudroyant  des  opéraLons  qu’il   mène.   Philibert  Orry,  contrôleur  général  des  finances.  Conseiller  au  parlement  de  Paris  en  1715,  il  est  nomme  au  conseil  de   commerce  en  1718,  avant  de  débuter  comme  intendant  a  Soisson  en  1722.  il  est  choisi  a  la  surprise  générale  pour  remplacer  Le   PeleLer  des  Forts  au  contrôle  général  des  finances  qu’il  Lent  jusqu’en  1745,  établissant  un  record  depuis  Colbert.  
  • 40. Les  années  Fleury   •  Les   chanWers   modernisateurs   ne   se   limitent   pas   aux   infrastructures   rouWères,   ils   concernent   également   un   domaine   essenWel   pour   le   roi   de   jusWce,   celui   de   droit   et   de   la   jusWce.   C’est   l’œuvre  du  chancelier  d’Aguesseau.     •  Financiers,  aristocrates  d’épée,  collecWonneurs,  savants  et  francs-­‐maçons:  Trésorier  général  des   états  de  Languedoc,  Joseph  Bonnier  de  la  Mosson  n’est  pas  seulement  richissime,  il  a  incarne   aussi  la  figure  du  financier  amateur  d’art  et  collecWonneur  qui  marque  l’ensemble  du  siècle.  Son   cabinet   curieux   est   réputé   a   travers   tout   le   royaume   et   au-­‐delà,   et   le   classement   de   ses   collecWons  en  huit  pièces  aux  desWnaWons  précises,  donne  en  exemple.  Il  ne  suit  d’ailleurs  pas  la   division   tradiWonnelle   au   sein   des   cabinets   de   curiosité   entre   Naturalia   et   ArWficiala.   Autre   originalité,  Bonnier  collecWonne  les  objets  issus  du  savoir-­‐faire  arWsanal.     •  Ses   collecWons   sont   organisées   en   cabinets   spécialisés:   i)   cabinet   d’anatomie,   squele`es   d’humains   et   de   mammifères,     ii)   cabinet   de   chimie,   ustensiles   scienWfiques,   iii)   cabinet   de   pharmacie,  objets  nécessaires  aux  apothicaires,  iv)  cabinet  de  drogues,  échanWllon  de  plantes   (racines,  feuilles,  fleurs  et  gomme)  et  de  minéraux  uWlises  pour  leurs  propriétés  médicinales,  v)   cabinet   du   tour,   objets   arWsanaux   en   bois   et   en   métal,   vi)   cabinet   des   animaux   en   fiole,   vii)   cabinet  des  insectes  et  animaux  desséchés,  viii)  cabinet  de  physique  et  mécanique.     Le  chancelier  Henry   François  d’Aguesseau.   Avocat  général  au   Parlement  de  Paris  de   1690  a  1700,  puis   procureur  général  avant   de  devenir  chancelier  de   France  en  1717.   Germain  Louis  de  Chauvelin,  garde  des  sceaux.  Issu  de  la  haute  robe,  Chauvelin  apparLent  a  la  clientèle  des  survivants  du  clan   Louvois.  Chauvelin  joue  de  1727  a  son  renvoi  en  1737  un  rôle  essenLel  dans  le  gouvernement  du  royaume  puisqu’il  est  a  la  fois   garde  des  Sceaux  et  secrétaire  d’Etat  aux  affaires  étrangères.    
  • 41. Les  années  Fleury   •  Chaulnes  est  également  un  franc-­‐maçon  disWngue,  emblémaWque  de  ce`e  période   des   Ducs   sous   l’Acacia.   Pour   lui,   la   maçonnerie   n’est   pas   seulement   un   diverWssement  mondain  et  d’origine  anglaise  qu’il  partage  avec  les  ducs  et    pairs,   doubles  d’un  engagent  iniWaWque.  Il  la  praWque  en  amateur  des  sciences  et  des  arts,   au  sens  noble  du  terme.     •  Chaulnes  et  Bonnier  de  la  Mosson  témoignent  a  la  fois  de  la  prospérité  de  l’Etat  de   finance   et   des   gens   du   roi,   de   l’associaWon   de   la   puissance   provinciale   et   de   l’inserWon  dans  les  réseaux  curiaux,  de  la  haute  finance  et  de  l’aristocraWe  d’épée,   du   service   du   roi   et   de   la   promoWon   des   intérêts   familiaux,   de   la   disWncWon   mondaine  et  de  l’ouverture  déterminée  aux  sciences  et  aux  arts.  Figures  éminentes   des  savants  amateurs  et  de  collecWonneurs  averWs,  ils  symbolisent  l’importance  et   la  capacité  d’entrainement  des  élites  provinciales  sous  le  règne  de  Louis  XV.   Le  cabinet  de  physique  de  Bonnier  de   la  Mosson,  1734.  Le  collecLonneur  a   distribue  son  cabinet  en  pièces  a   thèmes.   Le  duc  de  Chaulnes  en  Hercule,  la  duchesse  de  Chaulnes  en  Hébé.  PortraiLste  a  succès  des  femmes  de  l’aristocraLe  de  cour,   Naqer  affecLonne  le  travesLssement  a  l’anLque.  Il  choisit  de  représenter  de  manière  flaFeuse  le  couple  que  forment  le  duc  et  la   duchesse  de  Charnes  sous  l’apparence  mythologique  du  couple  Hercule  –  reconnaissable  a  sa  massue  –  et  Hébé,  fille  de  Zeus  et   d’Héra,  déesse  grecque  de  la  fécondité  et  de  la  vitalité.  Madame  de  Deffand  la  décrit  ainsi:  «  On  aperçoit  toutes  ces  qualités  en   elles  mais  c’est  a  la  manière  de  la  lanterne  magique:  elles  disparaissent  a  mesure  qu’elles  se  produisent.  Tout  l’or  du  Pérou  passe   par  ses  mains  sans  qu’elle  en  soit  plus  riche.  »  
  • 42. Les  années  Fleury   •  Les  débuts  d’un  confit  majeur  la  guerre  de  succession  d’Autriche   (1740-­‐1748):  La  dispariWon  du  roi  Fréderic-­‐Guillaume  de  Prusse   et  de  l’empereur  Charles  VI  fragilisent  l’équilibre  des  puissances   en  Europe  centrale  et  orientale.  A  Berlin,  Fréderic  II  (1740-­‐1786),   connu   pour   ses   relaWons   orageuses   avec   son   père   et   sa   réputaWon   de   prince-­‐philosophe   accède   au   trône.   Son   père,   le   «  roi  sergent  »  lui  lègue  une  armée  puissante  et  entrainée  qu’il   brule  d’uWliser  contre  l’hériWère  des  Etats  des  Habsbourg,  Marie-­‐ Thérèse,  pour  s’emparer  de  la  riche  Silésie.   •  Versailles  a  renouvelé  ses  capitulaWons  avec  l’empire  o`oman  et   cherche  a  contenir  les  ambiWons  russes  au  Nord  et  a  l’Est  avec   une  série  d’alliances  de  revers  avec  Stockholm,  Copenhague  et   Berlin.     •  Louis  XV  penche  pour  une  poliWque  du  juste  milieu  mais  le  parW   anWautrichien  emmené  par  le  maréchal  de  Belle-­‐Isle  souWent  la   candidature  impériale  de  l’électeur  de  Bavière  pousse  a  la  guerre   et   fait   miroiter   la   conquête   des   Pays-­‐Bas   autrichiens   (actuelle   Belgique).     •  En   décembre   1740,   la   Prusse   s’empare   de   la   Silésie.   Marie-­‐ Thérèse  se  retrouve  isolée.  Devant  le  nouveau  rapport  de  force,   la   France   décide   de   s’allier   a   la   Prusse.   Maurice   de   Saxe   commande   un   corps   d’armée,   et   celui   qui   sera   bientôt   le   plus   brillant   maréchal   de   Louis   XV,   s’empare   de   Linz   et   Passau   en   Haute  Autriche,  et  pénètre  en  Bohème.     •  Mais   Fréderic   II   n’est   pas   seulement   prompt   a   agresser   ses   rivaux,  il  fait  bien  peu  de  cas  de  ses  allies,  qu’il  n’hésite  pas  a   abandonner  en  plein  conflit,  s’il  y  trouve  son  intérêt.  La  France   «  fait  donc  la  guerre  pour  le  roi  de  Prusse.  »   A  view  of  the  glorious  ac<on  of  Deongen.  Au  moment   de  la  bataille  de  Deqngen,  France  et  Grande-­‐Bretagne   ne  sont  pas  encore  officiellement  en  guerre.  George  II   d’Angleterre  commande  l’armée  dite  pragmaLque  –  par   référence  a  la  pragmaLque  sancLon  dont  elle  souLent   l’exécuLon.  Le  maréchal  de  Noailles  a  mis  au  point  un   solide  disposiLf  défensif,  qui  lui  vaut  un  commentaire   louangeur  de  Fréderic  II  de  Prusse.  La  victoire  semble  en   vue,  alors  que  le  duc  d’Harcourt  décide  imprudemment   de  passer  a  l’aFaque  avec  les  troupes  d'Elite  de  la   maison  du  roi,  forçant  les  baFeries  françaises  a  cesser   leur  Lr.  La  compagnie  des  chevau-­‐légers  du  roi  est   anéanLe.    
  • 43. Les  années  Fleury   •  Prague,   ancienne   capitale   impériale,   est   prise   par   les   Français.   Et   nouvel  affront  pour  les  Français,  Fréderic  II,  se  sentant  en  posiWon   de   force,   négocie   une   paix   séparée   avec   Marie-­‐Thérèse,   encore   reine   de   Hongrie.   Isoles   a   Prague,   les   Français   résistent   brillamment.   Belle-­‐Isle   réussit   une   retraite   remarquable   en   plein   hiver.  La  garnison  chargée  de  fixer  les  Autrichiens  sort  de  la  place   avec   les   honneurs   de   la   guerre   et   un   sauf-­‐conduit.   L’échec   de   la   poliWque  anWautrichienne  de  Belle-­‐Isle  est  néanmoins  patent.     •  L’Angleterre,  qui  a  œuvre  pour  que  Vienne  et  Berlin  fassent  la  paix,   s’a`èle   a   recréer   une   large   coaliWon   anW-­‐française.   L’objecWf   est   comme   lors   des   deux   dernières   grandes   guerres   de   Louis   XIV,   guerre  de  la  ligue  d’Augsbourg  et  de  succession  d’Espagne:  me`re   sur   pied   une   alliance   entre   les   Etats   protestants   d’Europe   et   le   l’Autriche  des  Habsbourg.     •  A  la  mort  du  cardinal  Fleury,  en  janvier  1743,  le  bilan  diplomaWque   et  militaire  est  plus  que  décevant.  La  France  est  de  nouveau  isolée   en  Europe.     L’Europe  en  1740.    
  • 44. Fréderic  II   •  Fréderic  devient  roi,  en  octobre  l’Empereur  meurt.  Déjà,  Fréderic   amassait   une   force   ;   il   entassait   en   lui   un   trésor   d’énergie,   de   volonté  puissante.  L’heure  sonne  ;  il  apparaît  d’airain.  Il  prit  la   Silésie  aux  Autrichiens,  mais  Fréderic  semblait  seul,  sans  allie.  En   réalité,  il  avait  la  France  avec  lui.  Fréderic  savait  a  merveille  la   vraie  situaWon.  C’est  l’Autriche  elle-­‐même  qui  avait  tue  Fleury,   usant  et  abusant  de  se  crédulité,  le  rendant  ridicule.   •  Frédéric   ne   pouvait   être   accuse   de   nos   désastres,   c’est   lui   qui   pouvait  accuser.  On  avait  constamment  agi  sans  lui,  et  contre  lui.   On   l’avait   laisse   seul   au   moment   décisif   d’avril   1742.   Certes   il   avait   le   droit   de   nous   tourner   le   dos.   Il   était   pourtant   un   des   nôtres,   constamment   inspire   et   imbu   de   la   France.   Français   signifiait  pour  lui  libre  penseur.  Etre  un  roi  tout  français,  cela  lui   paraissait  être  roi  des  esprits  et  de  l’opinion,  grande  puissance   qu’il  culWva  toujours  et  qui  n’aida  pas  peu  au  beau  succès  de  ses   affaires.  Son  armée  qui  n’avait  fait  la  guerre  que  sur  les  places  de   Berlin,  était  dressée  sans  doute.  Mais  tout  cela  n’est  rien.  Une   armée  ne  se  forme  qu’en  guerre  et  sous  le  feu.  Son  influence  ôta   deux   armées   a   nos   ennemis:   i)   celle   du   Hollandais   que   l’Angleterre  voulait  donner  aux  princes  allemands  et  que  le  roi   de  Prusse  paralysa  plus  d’une  année  ;  ii)  les  troupes  anglaises  de   Flandre  que  Georges,  ce  furieux  Allemand,  plus  Autrichien  que   l’Autriche,  envoyait  a  Marie-­‐Thérèse.   •  Frédéric  s’obsWnait  à  nous  croire  de  bonne  foi.  Les  belles  le`res   qu’il  écrivait  alors  sont  un  peu  juvéniles.  Avec  son  air  prudent  et   doucement  moqueur  qu’il  eut  toujours,  il  était  ivre  de  la  France.  
  • 45. Marie-­‐Thérèse  d’Autriche   •  Marie-­‐Thérèse,  ce`e  femme  de  28  ans,  toujours  grosse  et   nourrice,  avec  sa  beauté  pléthorique,  ivre  de  sang  et  bouffie   de  fureur,  a  beau  être  dévote  ;  on  voit  déjà  ses  filles  et  le   fantasWque   orgueil   de   Marie-­‐Antoine`e,   et   les   emportements  de  la  sanguinaire  Caroline.  
  • 46. De  la  gloire  de  Fontenoy  au  désamour  du  bienaimé   •  Débutée   sous   le   ministériat   du   cardinal   Fleury,   la   guerre   prend   un   tour   dramaWque   lorsque  Louis  XV  qui  s’est  rendue  aux  armées,    tombe  gravement  malade  a  Metz,  en  aout   1744.  Il  fait  publiquement  pénitence  et  vœu  a  sainte  Geneviève,  s’il  guérit,  d’élever  une   une  église  sur  la  colline  parisienne  éponyme.  Ses  anciennes  maitresses,  les  duchesses  de   Lauragais   et   de   Châteauroux   sont   renvoyées,   il   faut   au   roi   recouvrer   une   moralité   publique  digne  du  Très  ChréWen.     •  Malgré  la  paix  séparée  de  1742,  Fréderic  II  craint  de  perdre  le  bénéfice  de  la  Silésie.  Apres   la   déclaraWon   de   guerre   a   l’Autriche   en   avril   1744,   Louis   XV   se   rend   aux   armées.   Ses   forces   commandées   par   Noailles   et   Maurice   de   Saxe   pénètrent   dans   les   Pays-­‐Bas   autrichiens.  Comme  convenu,  Fréderic  II  passe  de  son  cote  a  l’offensive  en  Bohème.     •  Maurice  de  Saxe  affronte  a  Fontenoy  les  troupes  alliées  sous  le  commandement  du  duc   de  Cumberland,  composées  de  Britanniques,  d’Autrichiens  et  de  Néerlandais,  auxquels   les  Français  ont  pris  les  places  de  la  Barriere.  La  victoire  est  une  revanche  de  la  bataille  de   De†ngen.     •  Bruxelles  est  prise  en  février  1746.  Les  drapeaux  pris  a  François  Ier  lors  du  désastre  de   Pavie  en  1525  sont  ainsi  récupérés.         Duchesse  de  Lauragais.   Duchesse  de  Châteauroux..  
  • 47. La  bataille  de  Fontenoy   •  Les  Anglais,  Hollandais,  Hanovriens,  regardaient  comment  percer  a  nous.  Il  fallait   franchir  les  ravins  ;  puis  on  était  en  face  de  trois  redoutes,  avec  celle  de  Fontenoy   au   centre.   Dans   ces   redoutes   tonnaient   120   canons.   Richelieu,   risquant   sa   fortune,   demanda   si   sa   Majesté   voudrait   envoyer   ses   canons.   Le   roi   parut   trouble.  Il  hésita,  puis  consenWt,  ne  pouvant  guère  faire  autrement.  Ces  canons,  à   l’instant   traines   devant   la   masse   anglaise,   Wres   à   quelques   pas,   y   firent   une   horrible  trouée.  D’aout  en  octobre  1745,  la  ligue  (d’Autriche,  Saxe,  Angleterre,   Piémont)  était  vaincue  partout.  En  Flandre,  on  avait  pris  Bruges  et  Gand,  et  l’on   invesWssait  Bruxelles.  En  Italie,  une  armée  espagnole,  parWe  de  Naples,  et  ayant   joint  notre  armée  de  Provence,  secondée  des  Génois,  avait  sépare  brusquement   le  Piémontais  de  l’Autriche.     Derrière   le   mythe   de   la   guerre   en   dentelles,   «   messieurs   les   Anglais,   Lrez   les   premiers   »,   Fontenoy   est   une   bataille   couteuse  en  vies  humaines.