SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  11
Télécharger pour lire hors ligne
S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com
LES MÉCANISMES À CONNAITRE
LES ÉTAPES À SUIVRE
LES PIÈGES À ÉVITER
POUR MIEUX DÉCIDER
LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR
2
LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR
S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com
Dans un contexte de plus en plus complexe, savoir prendre des décisions devient une compétence très
recherchée.
Pourtant, dans l’imaginaire occidental, « décider » est connoté négativement. Sa racine latine « decidere »
suggère de passer à l’action en taillant, tranchant, coupant, etc.
De quoi envisager la décision, non comme une opportunité, mais comme le risque d’une perte potentielle.
Face à ces enjeux, nous continuons à croire suffisant de nous appuyer sur des méthodologies rationnelles pour
bien décider, suivant les recommandations de René Descartes. On oublie parfois que ses conseils répondaient
à des exigences d’un autre temps ; un monde aux contours plus définis.
Or, depuis les années 1950, la connaissance accumulée sur le fonctionnement du décideur aboutit au constat
que l’Homme (entendu en tant qu’espèce) n’est pas un animal rationnel. Il demeure très influencé par le contexte
et il éprouve les plus grandes difficultés à décider dans un espace-temps différent du proche et du visible, en
quelque sorte de l’ici et du maintenant.
Circonstance aggravante : le monde actuel est devenu d’une complexité inédite en raison de l’augmentation
exponentielle de la population et par l’accélération des échanges, facilitée par les nouvelles technologies.
Cet environnement pose un immense défi au décideur moderne qui doit adapter ses réflexes et
conditionnements pour décider en — presque — toute connaissance de cause.
Partons pour ce tour d’horizon des bonnes pratiques et écueils à éviter pour améliorer le processus de décision.
SOMMAIRE
LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉCISIONS..................................................................................................................................................................3
LA RATIONALITÉ LIMITÉE DU DÉCIDEUR................................................................................................................................................................4
LES BIAIS COGNITIFS : LA RAPIDITÉ AU DÉTRIMENT DE LA FIABILITÉ.......................................................................................................5
AFFRONTER UN ENVIRONNEMENT DE PLUS EN PLUS COMPLEXE...........................................................................................................6
TROUVER DES CERTITUDES DANS L’INCERTITUDE............................................................................................................................................7
DES OBJECTIFS MESURABLES MAIS PAS FORCEMENT CHIFFRÉS ..............................................................................................................8
PASSER DES PROCÉDURES AUX BOUCLES DÉCISIONNELLES….................................................................................................................9
LES BONNES PRATIQUES DU DÉCIDEUR MODERNE.....................................................................................................................................10
L’AUTEUR.................................................................................................................................................................................................. 11
3
LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR
S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com
Source: Rosenzweig, P. “What Makes Strategic Decisions Different”, Harvard Business Review, November 2013
LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉCISIONS
Notre environnement surstimulé nous pousse à prendre une très large palette de décisions. Certaines relèvent
de la routine et paraissent indolores ; d’autres peuvent nous empêcher de dormir par crainte des conséquences.
La catégorisation (ci-dessous) de Phil Rosenzweig, chercheur à l’IMD de Lausanne, nous permet de classer les
décisions selon l’impact de l’environnement et le contrôle que nous avons sur ces choix.
Les décisions les plus faciles à prendre sont celles qui s’imposent à nous et dont le résultat se mesure
immédiatement (en bas à gauche).
Faire les courses du quotidien, choisir ses tenues vestimentaires, son repas, etc.
Dans ces exemples, nous pouvons laisser l’inconscient sélectionner selon ses propres critères — que nous ignorons
souvent. Il est même conseillé de procéder rapidement à ce type de choix pour garder de l’attention et de
l’énergie pour des délibérations plus engageantes.
D’autres décisions font intervenir à la fois la volonté et la compétence comme dans le cas des projets personnels,
auxquelles il faut ajouter le facteur chance lorsqu’il s’agit de battre un concurrent.
En haut à droite se trouvent les décisions stratégiques. Elles concernent tout ce qui peut changer durablement
notre environnement, professionnel ou personnel.
Se lancer dans l’entrepreneuriat, modifier l’activité de son entreprise, quitter son lieu de vie,
accueillir un enfant dans son foyer, etc.
Tous ces exemples paraissent disparates ; ils sont pourtant « construits » sur le même modèle : le résultat final
est difficile à anticiper car il peut s’étendre sur plusieurs décennies, voire plusieurs générations, et il dépend de
nombreux facteurs, pour la plupart inconnus avant de se lancer.
Pour essayer de contrôler tant soit peu notre destin, nous avons tendance à piloter ces décisions à partir
d’approches très rationnelles, à base de « pour » et de « contre » et d’analyse de risques. Cette stratégie
s’avère vaine : nous sommes généralement de piètres prévisionnistes en raison de nos limites cognitives à
balayer l’ensemble des scénarios, et de l’imprévisibilité du monde actuel qui interdit toutes formes de
prédiction.
4
LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR
S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com
LA RATIONALITÉ LIMITÉE DU DÉCIDEUR
Dans la vision idéalisée du décideur, le fameux Homo Œconomicus, tout n’est que rationalité, logique et
optimisation économique.
Dans les années 1950, les travaux du prix Nobel Herbert A. Simon ont montré que décider en toute rationalité
impose de cumuler pas moins de quatre conditions.
Cet ensemble de conditions est rarement réuni.
D’une part, notre milieu social s’est largement complexifié et s’est en partie dématérialisé. Cela multiplie à
l’infini les critères de choix et les opportunités.
D’autre part, nous sommes très éloignés du portrait rationnel dépeint par les économistes à la sortie de la
guerre. Le décideur se comporte rarement comme une machine froide et fiable, plutôt comme un organisme qui
interagit en permanence avec son environnement.
Pour la plupart d’entre nous, la prise de décision apparait comme une course à obstacles. Ils concernent moins
les pièges qui peuvent nous être tendus que nos propres errements, potentiellement nombreux et pourtant
prévisibles, comme les biais cognitifs.
5
LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR
S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com
LES BIAIS COGNITIFS : LA RAPIDITÉ AU DÉTRIMENT DE LA FIABILITÉ
Les « biais cognitifs » sont des systèmes de pensées ou des comportements qui dévient de la norme rationnelle,
c’est à dire d’un résultat optimum. Ces biais affectent toutes les étapes de la décision, de la prise d’information
au jugement des situations, en passant par l’évaluation des choix.
En soi, notons que certains de ces raccourcis mentaux s’avèrent fort utiles dans un milieu sauvage dans lequel
la survie physique reste la priorité n 1. Ils permettent de faciliter les décisions en simplifiant la compréhension
du monde environnant.
La société actuelle exige une étude plus fine et globale des situations en jeu. Les biais cognitifs nous poussent
à nous montrer trop réducteurs et sont source d’erreurs plus ou moins dommageables.
Une des méthodes efficaces pour les endiguer consiste à échanger librement avec d’autres personnes sur notre
propre ressenti. Il convient surtout de ne pas laisser l’inconscient systématiquement aux commandes en quittant
régulièrement le mode pilotage automatique.
En reprenant la main sur le processus de décision, lorsque la situation l’exige, nous pouvons éviter un certain
nombre d’écueils et sélectionner l’option la plus raisonnable, à défaut d’être parfaite.
Au final, retenons que notre comportement « biologique » nous incite à préférer :
 Le connu/prévisible sur le nouveau/différent ;
 Simplifier/réduire plutôt que chercher à comprendre l’ensemble du système ;
 Traiter peu d’informations mais vite ;
 Le statu quo au changement ;
 Ne pas perdre au lieu de gagner plus.
« Nous sommes généralement trop confiants dans nos opinions, nos impressions et nos jugements.
Et nous surestimons notre connaissance du monde qui nous entoure. »
D.Kahneman, Prix Nobel d’économie
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_cognitif
6
LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR
S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com
Source : https://7bis.wordpress.com/tag/blogosphere/
AFFRONTER UN ENVIRONNEMENT DE PLUS EN PLUS COMPLEXE
Pendant longtemps, nos ancêtres devaient principalement composer avec des contraintes liées à la survie.
L’environnement était alors sauvage, dangereux, et les choix à procéder assez simples. Le plus important
consistait à rester en vie ; toutes les autres considérations relevant de l’accessoire.
Avec une population qui a progressé de manière exponentielle et 50 % des habitants vivent dans de grands
centres urbains, l’Homme a inversé le rapport de force avec son milieu naturel au point de créer son propre
écosystème, avec des caractéristiques spécifiques :
– La nature coexiste désormais avec un monde dématérialisé et interconnecté ;
– Dans les pays industrialisés, les règles de survie ne sont plus seulement physiques, mais aussi sociales ;
– La perception du temps s’est considérablement accélérée, avec une impression d’urgence permanente ;
– Le tout engendre une immense complexité et le sentiment que tout, ou presque, est imbriqué et illisible.
Tout ceci n’est pas qu’une vue de l’esprit : même une petite PME dans une zone rurale peut être affaiblie par
la hausse (ou la baisse) du carburant, un changement politique en Chine, une récolte pléthorique en Russie ou
un règlement voté à Bruxelles.
Auparavant, l’horizon d’un décideur pouvait s’étendre sur plusieurs années. Il était pourtant déjà difficile de
planifier des actions sur 3 à 5 ans et de prévoir un résultat réaliste.
Désormais, la cause est entendue : personne ne peut savoir ce qui peut se passer dans les 3 prochains mois,
quel que soit le secteur d’activité.
Nous sommes entrés dans une ère de mutations généralisées. Elles s’opèrent à une vitesse vertigineuse, souvent
provoquées par un individu ou un petit groupe de personnes.
Dans le sillage de la société Uber, de nombreux métiers « locaux » comme le
transport ou l’hôtellerie ont été secoués par l’activité de sites internet dont le siège
social est situé à plus de 10 000 kilomètres de la France.
Ces mutations sont alimentées par la dynamique des systèmes complexes qui
évoluent d’une manière impossible à prédire. On parle de propriété émergente.
En faisant preuve d’agilité, d’observation fine de l’environnement et de ses signaux
faibles, il est possible de détecter ces émergences et d’en être acteur. C’est ce qui
rend la période actuelle particulièrement intéressante, bien que déstabilisante…
Tous les décideurs qui continuent à vouloir appliquer une stratégie sur la base d’une approche linéaire et
séquentielle sont confrontés à une réalité confuse, parfaitement imagée par le dessin ci-contre.
Stressés par l’incapacité à contrôler leur environnement,
ces décideurs se retrouvent enfermés dans des
comportements rigides et protectionnistes ! Ils multiplient
les dépôts de brevets, les fusions (pour être plus gros et
donc plus fort), les procédures ou les systèmes de
protection de plus en plus perfectionnés et couteux.
Or, la bonne réponse face à un système complexe n’est
pas de se rigidifier mais de faire preuve d’agilité et
d’adaptation.
Comment, pour autant, savoir quelles opportunités saisir ?
Ou, exprimé autrement, comment faciliter la navigation dans cet océan d’incertitudes ?
7
LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR
S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com
Source : https://pixabay.com Auteur : OpenClipart-Vectors
TROUVER DES CERTITUDES DANS L’INCERTITUDE
La complexification du monde bouscule nos réflexes de décideur. Habitués à contrôler nos choix et les encadrer
par des approches rationnelles, nous sommes démunis face à des situations imprévisibles.
Il est vain de chercher à tout prix à rendre notre environnement contrôlable. À l’opposé,
n’avoir aucune certitude et avancer au fil de l’eau n’est pas la solution. Tout se dénoue
rapidement si nous avons réussi à fixer un cadre dans lequel nous souhaitons évoluer.
Il s’agit de nos valeurs, de principes généraux ou tout simplement du sens que nous
voulons donner à nos actions.
Souvent utilisé à tort à travers, le mot « sens » est d’une richesse rare.
De fait, il prend différentes formes, complémentaires et additionnelles :
1. Il évoque évidement le système sensoriel. Le sens doit se confronter au réel pour prendre forme.
2. Il doit signifier quelque chose. Et quelque chose qui relève de l’évidence : on parle alors de bon sens.
3. Il nous relie à notre instinct, nos besoins profonds et une part indicible de spiritualité.
4. Il fait référence à une direction, et donc se mesure dans l’action.
Le sens est un peu tout cela, mais il reste souvent insaisissable. Comme l’expliquent Axelle Larroumet et Joseph
Lusteau, de Diagonart Conseil, « le sens n’est ni l’action, ni l’orientation. Le sens se constitue à travers le lien
“virtuel” entre l’intention et l’action tout au long de son déploiement »1.
Construire du sens, c’est une manière tout à fait concrète de fabriquer notre propre boussole. Elle nous dira
précisément, non ce qui doit être suivi par effet de mode, mais les chemins compatibles avec l’intention que
nous souhaitons donner à nos comportements. Ensuite, il sera conseillé de suivre les quelques recommandations
additionnelles ci-dessous.
Il reste à savoir jalonner ce parcours par la fixation d’objectifs. L’exercice parait familier mais il doit être
adapté au contexte actuel.
1Le management inventif — 2006/Axelle Larroumet, Joseph Lusteau — Éd. Diagonart (2006)
8
LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR
S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com
DES OBJECTIFS MESURABLES MAIS PAS FORCEMENT CHIFFRÉS
L’Homme est ainsi conçu qu’il a besoin de faire travailler son imaginaire et de se projeter dans des projets.
Pendant longtemps, nos concitoyens vivaient dans un espace réduit ; les opportunités étaient rares et donc
faciles à détecter.
Dans notre monde aux interactions infinies et aux mutations permanentes, ce n’est pas le manque de projets et
d’objectifs qui est marquant mais plutôt l’abondance de choix. Or, comment fixer des objectifs sans se perdre
dans la confusion ?
Le réflexe habituel consiste à considérer que le volumes (ou la valeur) des ventes, le résultat avant impôt ou le
chiffre d’affaires sont des données « objectivables ». Par leur dimension factuelle, elles sont appréciées par les
décideurs adeptes du contrôle.
Ces méthodes de fixation d’objectifs ne sont plus adaptées en raison de plusieurs facteurs :
1- Les résultats financiers ne dépendent pas que du travail de l’entreprise ou du décideur ;
2- Ils ne produisent pas du sens, ingrédient indispensable à la motivation du décideur et de ses
collaborateurs.
3- Ils obligent une lecture court-termiste, empêchant de saisir des opportunités hors du périmètre financier
fixé en amont.
Évidemment, une entreprise ou un entrepreneur a besoin de dégager du profit et de produire du résultat pour
son développement. Ces éléments ne sont pas des objectifs, simplement des conséquences d’actions mises en
œuvre.
Les objectifs à choisir se doivent d’être en phase avec le projet de l’entreprise. Chaque entreprise, chaque
individu doit faire de la recherche de sa vocation et du sens donné à ses actions une mission prioritaire. Certains
veulent changer le monde (Apple ou Google) mais pour beaucoup, ce seront des approches plus simples et
accessibles. Ex. : rechercher l’excellence dans son métier, proposer les produits aux meilleurs prix, participer à
l’économie locale, etc.
Lorsqu’objectifs et projet d’entreprise évoluent sur la même longueur d’onde, les données financières vont suivre
et même bien au-delà. Elles seront simplement le constat que les objectifs ont été bien définis et conformes au
projet.
Quelques exemples d’objectifs :
 Améliorer le retour client
 Réduire les accidents du travail
 Renforcer l’approvisionnement local
 Accélérer le temps de traitement des dossiers
 Développer la qualité du SAV
 Sélectionner son réseau de distribution
Quel point commun partage ces quelques exemples : ils s’appuient sur des valeurs, ou a minima des normes
sociales positives et ils dépendent essentiellement de la volonté de l’organisation.
Plus l’objectif donne une direction (et donc du sens), mieux il sera accepté en interne et pourra générer de la
motivation collective favorable à l’éclosion d’innovation. Au final, ce sont autant d’avantages concurrentiels qui
pourront émerger et produire de facto des résultats financiers positifs.
Notons enfin que l’efficacité d’un objectif passe par sa capacité à être mesuré. On parle alors d’objectifs
S.M.A.R.T : Spécifique, Mesurable (par des chiffres), Atteignable, Réaliste et Temporel. À défaut, le risque est
de se retrouver avec une liste de belles intentions abstraites.
https://pixabay.com/ Auteur : Arts Bee
9
LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR
S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com
PASSER DES PROCÉDURES AUX BOUCLES DÉCISIONNELLES…
Dans un monde complexe comme le nôtre, nos réflexes cartésiens montrent leurs limites. Adopter une posture
cartésienne consiste à suivre la procédure de résolution de problème suivante, inspirée des travaux de Henry
Mintzberg.
Cette séquence rassure notre locus de contrôle, c’est à dire notre croyance de maîtriser ce qui se passe autour
de nous. Sa principale limite est de figer notre action dans un schéma qui exclue la prise en compte de
l’évolution de l’environnement. Si, en cours de route, des paramètres extérieurs venaient à être modifiés, toute
la procédure serait à revoir.
La bonne approche consiste à appliquer une boucle décisionnelle de type OODA (pour Observer, Orienter,
Décider, Agir). Inventée par John Boyd, un pilote de chasse expert du combat aérien, elle oblige le décideur
ou l’entreprise à procéder à une mise à jour constante entre le cap à suivre et l’évolution du monde environnant.
Source : http://scrumsaguenay.ca/ Détail de la Boucle OODA. Traduction de Nicolas Moinet, bonifiée par Claude Émond.
Par l’instabilité qu’elle requiert, peu d’entreprises ou d’individus sont capables d’agir suivant cette boucle. Elle
assure pourtant un haut niveau d’agilité et permet d’être toujours en phase, voir en avance sur l’évolution de
l’environnement.
C’est l’apanage des entités organisées en tribu, formées par un nombre réduit d’individus, reliés entre eux par
un projet collectif fort. On y retrouve des commandos militaires, des équipes sportives lancées dans une grande
compétition ou des start-ups dans les mois suivant leur création.
Les entreprises ou institutions de plus grandes tailles peinent à appliquer cette approche dans la mesure où les
procédures (de type séquentiel) sont préférées aux processus (de type systémique) afin de stabiliser l’édifice
souvent verticalisé.
Toutes les organisations disposent pourtant de bonnes raisons de modifier profondément leur stratégie
décisionnelle. L’enjeu ne consiste plus à montrer des compétences de pilotage dans un environnement stable et
lisible mais de savoir naviguer à vue dans un univers complexe et en constante mutation.
Identification
du problème Diagnostic Recherche de
solutions Evaluation Choix Décision
10
LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR
S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com
LES BONNES PRATIQUES DU DÉCIDEUR MODERNE
En dépit de l’inconfort provoqué par la période actuelle où tout semble chaos et remise en cause permanente,
de nombreux décideurs tirent leur épingle du jeu et surfent sur le succès.
En les observant, on constate qu’ils partagent souvent une ou plusieurs de ces bonnes pratiques :
 Le décideur moderne se montre solide sur ses fondamentaux. Il sait donner du sens à son activité et à
celle de son organisation.
 Il ne transige jamais avec le point précédent…
 … et il se montre très souple à étudier toutes les opportunités à l’intérieur de son cadre de référence.
 Conséquence de la précédente pratique, il s’appuie sur les lois qui régissent les systèmes dynamiques
en travaillant sur plusieurs projets en parallèle, partant du principe que l’émergence d’un seul d’entre
eux pourra donner d’exceptionnels résultats.
 L’erreur fait partie de son quotidien ; mieux il l’apprécie car elle lui permet d’apprendre et de
s’améliorer.
 Son « goût » pour l’erreur et ses vertus le pousse à favoriser l’autonomie de ses collaborateurs sur le
contrôle procédurier.
 Au lieu de simplifier, il cherche à comprendre le tableau général pour en retirer une idée du
fonctionnement du système. Il sait que la clé se trouve souvent dans les interactions entre des éléments
plutôt que les éléments eux-mêmes.
 Il balaye chaque situation suivant la matrice ci-dessous, alternant entre l’observation de l’environnement
et de ses propres dispositions, la vision globale et l’analyse détaillée, l’appréhension des émotions et
les techniques rationnelles.
 Enfin, il reste modeste devant une réussite (connaissant le rôle de la chance) et persévérant face à un
échec.
Au-delà de tous ces éléments, un grand décideur sait que chaque décision importante se construit sur la base
d’un matériau qui n’est jamais le même. Le résultat final dépendra de sa capacité à trouver l’équilibre entre
intransigeance sur le respect d’un cadre de valeurs et une agilité quant à la façon de réaliser ses objectifs.
11
LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR
S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com
L’AUTEUR
Sébastien DATHANÉ
Fondateur DatHa Network, Vice-Président CERFRANCE Poitou-Charentes
Juriste de formation et diplômé en psychologie, Sébastien Dathané travaille depuis de
plusieurs années sur le problème de la décision. Cadre dirigeant pendant quinze ans dans
différentes entités (organisation professionnelle, start-up, association) en lien avec les
spiritueux, il est aujourd’hui consultant, formateur et conférencier. Il intervient dans de
nombreuses écoles et universités et s’investit dans plusieurs structures en relation avec le
monde des PME/TPE.
Tel : 05 17 22 17 71/Mobile : 06 03 86 29 06/sebastien.dathane (a) gmail.com
Blog : www.datha.info
DÉCIDER DANS UN MONDE COMPLEXE, ÉDITIONS MAXIMA
À travers cet ouvrage dense et aux références fournies, l’auteur explique non
seulement comment agissent les ressorts intrinsèques à toute décision, mais il présente
aussi les bonnes pratiques et les raisonnements qui permettent de réduire
l’inadéquation entre le décideur et son milieu actuel.
Au-delà de ces aspects purement décisionnels, le livre invite à réfléchir à l’évolution
de notre espèce et sa relation avec le monde environnant, qu’il soit matériel, social
ou technologique.
Cet ouvrage s’adresse aux entrepreneurs, managers, étudiants, et plus généralement
à toutes les personnes soucieuses d’être actrices de leurs décisions.
Ils (ou elles) en parlent
CYCLE DE CONFÉRENCES
Ludiques, (un peu) provocatrices par moment, toujours interactives avec le public, ces conférences (de 45 minutes
à 1 h 30) sont construites avec un double objectif : que tout le monde passe un bon moment… et reparte avec
une petite lumière dans les yeux !
 Le processus de décision
o Comment piloter son activité dans un environnement aussi incertain ?
o Quelle est la part du chasseur-cueilleur qui reste enfouie en nous et comment bien l’utiliser ?
o Et si Descartes avait tort ? Pourquoi nos intuitions sont-elles à prendre au sérieux !
o Les nouvelles technologies : aides à la décision ou despotes de notre quotidien ?
 Questions de société
o L’Intelligence artificielle va t’elle conduire à un « homme augmenté » ou une humanité diminuée ?
o Pourquoi est-il si difficile de résister aux sirènes de la société de consommation ?
o La qualité réelle des produits a-t-elle perdu le combat face à la qualité perçue ?

Contenu connexe

Tendances

Quel est votre veritable pouvoir
Quel est votre veritable pouvoirQuel est votre veritable pouvoir
Quel est votre veritable pouvoirAlexis Monville
 
Changer le pansement ou Penser le changement (v 2020)
Changer le pansement ou Penser le changement (v 2020)Changer le pansement ou Penser le changement (v 2020)
Changer le pansement ou Penser le changement (v 2020)Christophe Keromen
 
Conduite du changement : les bases
Conduite du changement : les basesConduite du changement : les bases
Conduite du changement : les basesPascal Ponty
 
Une approche systémique interactionnelle (et stratégique)
Une approche systémique interactionnelle (et stratégique)Une approche systémique interactionnelle (et stratégique)
Une approche systémique interactionnelle (et stratégique)Christophe Keromen
 
Célébrons les Transformations agiles et systémiques
Célébrons les Transformations agiles et systémiquesCélébrons les Transformations agiles et systémiques
Célébrons les Transformations agiles et systémiquesChristophe Keromen
 
Webinaire supervision des agilistes : c'est la rentrée ! (2021-09-07)
Webinaire supervision des agilistes  : c'est la rentrée ! (2021-09-07)Webinaire supervision des agilistes  : c'est la rentrée ! (2021-09-07)
Webinaire supervision des agilistes : c'est la rentrée ! (2021-09-07)Christophe Keromen
 
Agilité & culture d’entreprise
Agilité & culture d’entrepriseAgilité & culture d’entreprise
Agilité & culture d’entrepriseChristophe Keromen
 
Penser le changement ou Changer le pansement - 2018
Penser le changement ou Changer le pansement - 2018Penser le changement ou Changer le pansement - 2018
Penser le changement ou Changer le pansement - 2018Christophe Keromen
 
Change management short
Change management shortChange management short
Change management shortytimmermans
 
Management 2020, faillite, mythes, mensonges, foutaises et décisions absurdes…
Management 2020,  faillite, mythes, mensonges, foutaises et décisions absurdes…Management 2020,  faillite, mythes, mensonges, foutaises et décisions absurdes…
Management 2020, faillite, mythes, mensonges, foutaises et décisions absurdes…Christophe Keromen
 
Innovation : accompagner le changement
Innovation : accompagner le changementInnovation : accompagner le changement
Innovation : accompagner le changementJoëlle Muller
 
Agilité et conduite du changement
Agilité et conduite du changementAgilité et conduite du changement
Agilité et conduite du changementRuth K. Dido
 
Comment gérer l’humain dans un monde VUCA - HR Square 14 - Jan-Fév 2017
Comment gérer l’humain dans un monde VUCA - HR Square 14 - Jan-Fév 2017Comment gérer l’humain dans un monde VUCA - HR Square 14 - Jan-Fév 2017
Comment gérer l’humain dans un monde VUCA - HR Square 14 - Jan-Fév 2017Philippe Vallat
 
Peut-on (encore) parler d’agilité sans parler de Scrum ?
Peut-on (encore) parler d’agilité  sans parler de Scrum ?Peut-on (encore) parler d’agilité  sans parler de Scrum ?
Peut-on (encore) parler d’agilité sans parler de Scrum ?Christophe Keromen
 
Conduite du Changement: Guide Méthodologique
Conduite du Changement: Guide MéthodologiqueConduite du Changement: Guide Méthodologique
Conduite du Changement: Guide MéthodologiqueChristophe Lastennet
 
7. JSB11 - Enjeux et qualification de la conduite du changement (Voirin)
7. JSB11 - Enjeux et qualification de la conduite du changement (Voirin)7. JSB11 - Enjeux et qualification de la conduite du changement (Voirin)
7. JSB11 - Enjeux et qualification de la conduite du changement (Voirin)Na-Young Kwon
 
Conduite du changement dans un projet portail 2.0
Conduite du changement dans un projet portail 2.0Conduite du changement dans un projet portail 2.0
Conduite du changement dans un projet portail 2.0PhilippeC
 
REX un parcours Agile pour les Managers
REX un parcours Agile pour les ManagersREX un parcours Agile pour les Managers
REX un parcours Agile pour les ManagersChristophe Keromen
 
Communications internes, levier pour faciliter le changement.
Communications internes, levier pour faciliter le changement.Communications internes, levier pour faciliter le changement.
Communications internes, levier pour faciliter le changement.PMI-Montréal
 

Tendances (20)

Quel est votre veritable pouvoir
Quel est votre veritable pouvoirQuel est votre veritable pouvoir
Quel est votre veritable pouvoir
 
Changer le pansement ou Penser le changement (v 2020)
Changer le pansement ou Penser le changement (v 2020)Changer le pansement ou Penser le changement (v 2020)
Changer le pansement ou Penser le changement (v 2020)
 
Conduite du changement : les bases
Conduite du changement : les basesConduite du changement : les bases
Conduite du changement : les bases
 
Une approche systémique interactionnelle (et stratégique)
Une approche systémique interactionnelle (et stratégique)Une approche systémique interactionnelle (et stratégique)
Une approche systémique interactionnelle (et stratégique)
 
Célébrons les Transformations agiles et systémiques
Célébrons les Transformations agiles et systémiquesCélébrons les Transformations agiles et systémiques
Célébrons les Transformations agiles et systémiques
 
Webinaire supervision des agilistes : c'est la rentrée ! (2021-09-07)
Webinaire supervision des agilistes  : c'est la rentrée ! (2021-09-07)Webinaire supervision des agilistes  : c'est la rentrée ! (2021-09-07)
Webinaire supervision des agilistes : c'est la rentrée ! (2021-09-07)
 
Agilité & culture d’entreprise
Agilité & culture d’entrepriseAgilité & culture d’entreprise
Agilité & culture d’entreprise
 
Penser le changement ou Changer le pansement - 2018
Penser le changement ou Changer le pansement - 2018Penser le changement ou Changer le pansement - 2018
Penser le changement ou Changer le pansement - 2018
 
Change management short
Change management shortChange management short
Change management short
 
Table ronde manager agile
Table ronde manager agileTable ronde manager agile
Table ronde manager agile
 
Management 2020, faillite, mythes, mensonges, foutaises et décisions absurdes…
Management 2020,  faillite, mythes, mensonges, foutaises et décisions absurdes…Management 2020,  faillite, mythes, mensonges, foutaises et décisions absurdes…
Management 2020, faillite, mythes, mensonges, foutaises et décisions absurdes…
 
Innovation : accompagner le changement
Innovation : accompagner le changementInnovation : accompagner le changement
Innovation : accompagner le changement
 
Agilité et conduite du changement
Agilité et conduite du changementAgilité et conduite du changement
Agilité et conduite du changement
 
Comment gérer l’humain dans un monde VUCA - HR Square 14 - Jan-Fév 2017
Comment gérer l’humain dans un monde VUCA - HR Square 14 - Jan-Fév 2017Comment gérer l’humain dans un monde VUCA - HR Square 14 - Jan-Fév 2017
Comment gérer l’humain dans un monde VUCA - HR Square 14 - Jan-Fév 2017
 
Peut-on (encore) parler d’agilité sans parler de Scrum ?
Peut-on (encore) parler d’agilité  sans parler de Scrum ?Peut-on (encore) parler d’agilité  sans parler de Scrum ?
Peut-on (encore) parler d’agilité sans parler de Scrum ?
 
Conduite du Changement: Guide Méthodologique
Conduite du Changement: Guide MéthodologiqueConduite du Changement: Guide Méthodologique
Conduite du Changement: Guide Méthodologique
 
7. JSB11 - Enjeux et qualification de la conduite du changement (Voirin)
7. JSB11 - Enjeux et qualification de la conduite du changement (Voirin)7. JSB11 - Enjeux et qualification de la conduite du changement (Voirin)
7. JSB11 - Enjeux et qualification de la conduite du changement (Voirin)
 
Conduite du changement dans un projet portail 2.0
Conduite du changement dans un projet portail 2.0Conduite du changement dans un projet portail 2.0
Conduite du changement dans un projet portail 2.0
 
REX un parcours Agile pour les Managers
REX un parcours Agile pour les ManagersREX un parcours Agile pour les Managers
REX un parcours Agile pour les Managers
 
Communications internes, levier pour faciliter le changement.
Communications internes, levier pour faciliter le changement.Communications internes, levier pour faciliter le changement.
Communications internes, levier pour faciliter le changement.
 

En vedette

Maitriser environnement informationnel_aut2015_ing4001
Maitriser environnement informationnel_aut2015_ing4001Maitriser environnement informationnel_aut2015_ing4001
Maitriser environnement informationnel_aut2015_ing4001Cynthia Lisée
 
Bureaux d'intelligence strategique en Belgique
Bureaux d'intelligence strategique en BelgiqueBureaux d'intelligence strategique en Belgique
Bureaux d'intelligence strategique en Belgiquemauricepapi
 
Les dangers des réseaux sociaux
Les dangers des réseaux sociauxLes dangers des réseaux sociaux
Les dangers des réseaux sociauxOlivier LABRY
 
De la recherche à la pratique : la veille stratégique comme soutien à la pris...
De la recherche à la pratique : la veille stratégique comme soutien à la pris...De la recherche à la pratique : la veille stratégique comme soutien à la pris...
De la recherche à la pratique : la veille stratégique comme soutien à la pris...Elsa Drevon
 
Les réseaux sociaux, un moyen bénéfique ou un outil Maléfique - Par Dr...
Les réseaux sociaux,  un moyen  bénéfique ou  un outil Maléfique - Par Dr...Les réseaux sociaux,  un moyen  bénéfique ou  un outil Maléfique - Par Dr...
Les réseaux sociaux, un moyen bénéfique ou un outil Maléfique - Par Dr...Ali KAHLANE
 
Livre blanc quels outils de veille pour demain promo 16 icomtec intelligenc...
Livre blanc quels outils de veille pour demain   promo 16 icomtec intelligenc...Livre blanc quels outils de veille pour demain   promo 16 icomtec intelligenc...
Livre blanc quels outils de veille pour demain promo 16 icomtec intelligenc...Maxime LEROUX
 
Tour d’horizon des méthodes de vol d’information
Tour d’horizon des méthodes de vol d’informationTour d’horizon des méthodes de vol d’information
Tour d’horizon des méthodes de vol d’informationISSA France Security Tuesday
 
L'information comme ressource stratégique
L'information comme ressource stratégiqueL'information comme ressource stratégique
L'information comme ressource stratégiqueGiorgio Pauletto
 
Techniques d'investigation en Sociologie
Techniques d'investigation en SociologieTechniques d'investigation en Sociologie
Techniques d'investigation en SociologieImane SBAI
 
INTELLIGENCE ECONOMIQUE
INTELLIGENCE ECONOMIQUEINTELLIGENCE ECONOMIQUE
INTELLIGENCE ECONOMIQUEBabacar LO
 
Au-delà de la gestion de flux RSS, valoriser sa veille
Au-delà de la gestion de flux RSS, valoriser sa veilleAu-delà de la gestion de flux RSS, valoriser sa veille
Au-delà de la gestion de flux RSS, valoriser sa veilleURFIST de Paris
 
Cours Intelligence Economique pour l'Ecole doctorale d'Orsay
Cours Intelligence Economique pour l'Ecole doctorale d'OrsayCours Intelligence Economique pour l'Ecole doctorale d'Orsay
Cours Intelligence Economique pour l'Ecole doctorale d'OrsayAurelien Gaucherand
 
Cm6.08 part2 intelligence_economique_stephane_tech
Cm6.08 part2 intelligence_economique_stephane_techCm6.08 part2 intelligence_economique_stephane_tech
Cm6.08 part2 intelligence_economique_stephane_techidigroupe6
 
Organiser sa veille sur les reseaux sociaux avec Inoreader
Organiser sa veille sur les reseaux sociaux avec InoreaderOrganiser sa veille sur les reseaux sociaux avec Inoreader
Organiser sa veille sur les reseaux sociaux avec InoreaderBryan CODER
 
Les bots : introduction
Les bots : introductionLes bots : introduction
Les bots : introductionGilles Favre
 
Entreprise et stratégie médias sociaux - #GEW2016
Entreprise et stratégie médias sociaux - #GEW2016Entreprise et stratégie médias sociaux - #GEW2016
Entreprise et stratégie médias sociaux - #GEW2016Relax In The Air
 

En vedette (17)

2016 01 30 PRE info STR-INNO ETS
2016 01 30 PRE info STR-INNO ETS2016 01 30 PRE info STR-INNO ETS
2016 01 30 PRE info STR-INNO ETS
 
Maitriser environnement informationnel_aut2015_ing4001
Maitriser environnement informationnel_aut2015_ing4001Maitriser environnement informationnel_aut2015_ing4001
Maitriser environnement informationnel_aut2015_ing4001
 
Bureaux d'intelligence strategique en Belgique
Bureaux d'intelligence strategique en BelgiqueBureaux d'intelligence strategique en Belgique
Bureaux d'intelligence strategique en Belgique
 
Les dangers des réseaux sociaux
Les dangers des réseaux sociauxLes dangers des réseaux sociaux
Les dangers des réseaux sociaux
 
De la recherche à la pratique : la veille stratégique comme soutien à la pris...
De la recherche à la pratique : la veille stratégique comme soutien à la pris...De la recherche à la pratique : la veille stratégique comme soutien à la pris...
De la recherche à la pratique : la veille stratégique comme soutien à la pris...
 
Les réseaux sociaux, un moyen bénéfique ou un outil Maléfique - Par Dr...
Les réseaux sociaux,  un moyen  bénéfique ou  un outil Maléfique - Par Dr...Les réseaux sociaux,  un moyen  bénéfique ou  un outil Maléfique - Par Dr...
Les réseaux sociaux, un moyen bénéfique ou un outil Maléfique - Par Dr...
 
Livre blanc quels outils de veille pour demain promo 16 icomtec intelligenc...
Livre blanc quels outils de veille pour demain   promo 16 icomtec intelligenc...Livre blanc quels outils de veille pour demain   promo 16 icomtec intelligenc...
Livre blanc quels outils de veille pour demain promo 16 icomtec intelligenc...
 
Tour d’horizon des méthodes de vol d’information
Tour d’horizon des méthodes de vol d’informationTour d’horizon des méthodes de vol d’information
Tour d’horizon des méthodes de vol d’information
 
L'information comme ressource stratégique
L'information comme ressource stratégiqueL'information comme ressource stratégique
L'information comme ressource stratégique
 
Techniques d'investigation en Sociologie
Techniques d'investigation en SociologieTechniques d'investigation en Sociologie
Techniques d'investigation en Sociologie
 
INTELLIGENCE ECONOMIQUE
INTELLIGENCE ECONOMIQUEINTELLIGENCE ECONOMIQUE
INTELLIGENCE ECONOMIQUE
 
Au-delà de la gestion de flux RSS, valoriser sa veille
Au-delà de la gestion de flux RSS, valoriser sa veilleAu-delà de la gestion de flux RSS, valoriser sa veille
Au-delà de la gestion de flux RSS, valoriser sa veille
 
Cours Intelligence Economique pour l'Ecole doctorale d'Orsay
Cours Intelligence Economique pour l'Ecole doctorale d'OrsayCours Intelligence Economique pour l'Ecole doctorale d'Orsay
Cours Intelligence Economique pour l'Ecole doctorale d'Orsay
 
Cm6.08 part2 intelligence_economique_stephane_tech
Cm6.08 part2 intelligence_economique_stephane_techCm6.08 part2 intelligence_economique_stephane_tech
Cm6.08 part2 intelligence_economique_stephane_tech
 
Organiser sa veille sur les reseaux sociaux avec Inoreader
Organiser sa veille sur les reseaux sociaux avec InoreaderOrganiser sa veille sur les reseaux sociaux avec Inoreader
Organiser sa veille sur les reseaux sociaux avec Inoreader
 
Les bots : introduction
Les bots : introductionLes bots : introduction
Les bots : introduction
 
Entreprise et stratégie médias sociaux - #GEW2016
Entreprise et stratégie médias sociaux - #GEW2016Entreprise et stratégie médias sociaux - #GEW2016
Entreprise et stratégie médias sociaux - #GEW2016
 

Similaire à Le livre blanc du decideur

De la prise de décision
De la prise de décisionDe la prise de décision
De la prise de décisionPhilippe Burg
 
Bpifrance Le Lab - Vaincre les solitudes du dirigeant
Bpifrance Le Lab - Vaincre les solitudes du dirigeantBpifrance Le Lab - Vaincre les solitudes du dirigeant
Bpifrance Le Lab - Vaincre les solitudes du dirigeantBpifrance
 
Bpifrance le lab_les_solitudes_du_dirigeant_version_web_110_x177_092016_p___[1]
Bpifrance le lab_les_solitudes_du_dirigeant_version_web_110_x177_092016_p___[1]Bpifrance le lab_les_solitudes_du_dirigeant_version_web_110_x177_092016_p___[1]
Bpifrance le lab_les_solitudes_du_dirigeant_version_web_110_x177_092016_p___[1]Richard GRIVAUD
 
2005 pres ducass_motiver
2005 pres ducass_motiver2005 pres ducass_motiver
2005 pres ducass_motiverAlain Ducass
 
A5 b1 risk assessement_suzanne gibson_fr
A5 b1 risk assessement_suzanne gibson_frA5 b1 risk assessement_suzanne gibson_fr
A5 b1 risk assessement_suzanne gibson_frocasiconference
 
Symposium CONF 204 Préparez-vous à être surpris !
Symposium CONF 204 Préparez-vous à être surpris !Symposium CONF 204 Préparez-vous à être surpris !
Symposium CONF 204 Préparez-vous à être surpris !PMI-Montréal
 
seance-8-jfd-prise-de-dc3a9cision-15-dias1.ppt
seance-8-jfd-prise-de-dc3a9cision-15-dias1.pptseance-8-jfd-prise-de-dc3a9cision-15-dias1.ppt
seance-8-jfd-prise-de-dc3a9cision-15-dias1.pptMARTYHOLMES5
 
Webinaire Adoa - Résiliences 20 avril - présentation et QetR
Webinaire Adoa - Résiliences 20 avril - présentation et QetRWebinaire Adoa - Résiliences 20 avril - présentation et QetR
Webinaire Adoa - Résiliences 20 avril - présentation et QetRMartin Werlen
 
Si l'histoire delachancemetaitracontée
Si l'histoire delachancemetaitracontéeSi l'histoire delachancemetaitracontée
Si l'histoire delachancemetaitracontéeAbdou Karim GUEYE
 
Aframe risques psycho sociaux et management equitable
Aframe risques psycho sociaux et management equitableAframe risques psycho sociaux et management equitable
Aframe risques psycho sociaux et management equitableVincent GUIBERT
 
"Communiquer pour convaincre" par Jan Melsen (2012)
"Communiquer pour convaincre" par Jan Melsen (2012)"Communiquer pour convaincre" par Jan Melsen (2012)
"Communiquer pour convaincre" par Jan Melsen (2012)J'ai besoin de com
 
Présentation Modèle de la Poubelle.pptx
Présentation Modèle de la Poubelle.pptxPrésentation Modèle de la Poubelle.pptx
Présentation Modèle de la Poubelle.pptxYassineBakhraoui
 
Rapport du groupe de projet Shift1Team
Rapport du groupe de projet Shift1TeamRapport du groupe de projet Shift1Team
Rapport du groupe de projet Shift1TeamBERNARD Paquito
 
TUTO - Comment gérer une convention !
TUTO - Comment gérer une convention !TUTO - Comment gérer une convention !
TUTO - Comment gérer une convention !VOLCANIC
 
Livre blanc bienveillance et performance c.lerate
Livre blanc bienveillance et performance c.lerateLivre blanc bienveillance et performance c.lerate
Livre blanc bienveillance et performance c.lerateCarol Lerate
 
Brouillon Com.Mkt.Relation 26dec
Brouillon Com.Mkt.Relation 26decBrouillon Com.Mkt.Relation 26dec
Brouillon Com.Mkt.Relation 26decSignlighter
 
Et vous, que changerez-vous avec cette crise du Covid 19 ?
Et vous, que changerez-vous avec cette crise du Covid 19 ?Et vous, que changerez-vous avec cette crise du Covid 19 ?
Et vous, que changerez-vous avec cette crise du Covid 19 ?Alexis Kummetat
 

Similaire à Le livre blanc du decideur (20)

De la prise de décision
De la prise de décisionDe la prise de décision
De la prise de décision
 
Bpifrance Le Lab - Vaincre les solitudes du dirigeant
Bpifrance Le Lab - Vaincre les solitudes du dirigeantBpifrance Le Lab - Vaincre les solitudes du dirigeant
Bpifrance Le Lab - Vaincre les solitudes du dirigeant
 
Bpifrance le lab_les_solitudes_du_dirigeant_version_web_110_x177_092016_p___[1]
Bpifrance le lab_les_solitudes_du_dirigeant_version_web_110_x177_092016_p___[1]Bpifrance le lab_les_solitudes_du_dirigeant_version_web_110_x177_092016_p___[1]
Bpifrance le lab_les_solitudes_du_dirigeant_version_web_110_x177_092016_p___[1]
 
Cours 4 to
Cours 4 toCours 4 to
Cours 4 to
 
2005 pres ducass_motiver
2005 pres ducass_motiver2005 pres ducass_motiver
2005 pres ducass_motiver
 
A5 b1 risk assessement_suzanne gibson_fr
A5 b1 risk assessement_suzanne gibson_frA5 b1 risk assessement_suzanne gibson_fr
A5 b1 risk assessement_suzanne gibson_fr
 
Symposium CONF 204 Préparez-vous à être surpris !
Symposium CONF 204 Préparez-vous à être surpris !Symposium CONF 204 Préparez-vous à être surpris !
Symposium CONF 204 Préparez-vous à être surpris !
 
seance-8-jfd-prise-de-dc3a9cision-15-dias1.ppt
seance-8-jfd-prise-de-dc3a9cision-15-dias1.pptseance-8-jfd-prise-de-dc3a9cision-15-dias1.ppt
seance-8-jfd-prise-de-dc3a9cision-15-dias1.ppt
 
Webinaire Adoa - Résiliences 20 avril - présentation et QetR
Webinaire Adoa - Résiliences 20 avril - présentation et QetRWebinaire Adoa - Résiliences 20 avril - présentation et QetR
Webinaire Adoa - Résiliences 20 avril - présentation et QetR
 
Interview saia
Interview saiaInterview saia
Interview saia
 
Pablo -audeladuvotedemocratique
Pablo  -audeladuvotedemocratiquePablo  -audeladuvotedemocratique
Pablo -audeladuvotedemocratique
 
Si l'histoire delachancemetaitracontée
Si l'histoire delachancemetaitracontéeSi l'histoire delachancemetaitracontée
Si l'histoire delachancemetaitracontée
 
Aframe risques psycho sociaux et management equitable
Aframe risques psycho sociaux et management equitableAframe risques psycho sociaux et management equitable
Aframe risques psycho sociaux et management equitable
 
"Communiquer pour convaincre" par Jan Melsen (2012)
"Communiquer pour convaincre" par Jan Melsen (2012)"Communiquer pour convaincre" par Jan Melsen (2012)
"Communiquer pour convaincre" par Jan Melsen (2012)
 
Présentation Modèle de la Poubelle.pptx
Présentation Modèle de la Poubelle.pptxPrésentation Modèle de la Poubelle.pptx
Présentation Modèle de la Poubelle.pptx
 
Rapport du groupe de projet Shift1Team
Rapport du groupe de projet Shift1TeamRapport du groupe de projet Shift1Team
Rapport du groupe de projet Shift1Team
 
TUTO - Comment gérer une convention !
TUTO - Comment gérer une convention !TUTO - Comment gérer une convention !
TUTO - Comment gérer une convention !
 
Livre blanc bienveillance et performance c.lerate
Livre blanc bienveillance et performance c.lerateLivre blanc bienveillance et performance c.lerate
Livre blanc bienveillance et performance c.lerate
 
Brouillon Com.Mkt.Relation 26dec
Brouillon Com.Mkt.Relation 26decBrouillon Com.Mkt.Relation 26dec
Brouillon Com.Mkt.Relation 26dec
 
Et vous, que changerez-vous avec cette crise du Covid 19 ?
Et vous, que changerez-vous avec cette crise du Covid 19 ?Et vous, que changerez-vous avec cette crise du Covid 19 ?
Et vous, que changerez-vous avec cette crise du Covid 19 ?
 

Le livre blanc du decideur

  • 1. S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com LES MÉCANISMES À CONNAITRE LES ÉTAPES À SUIVRE LES PIÈGES À ÉVITER POUR MIEUX DÉCIDER LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR
  • 2. 2 LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com Dans un contexte de plus en plus complexe, savoir prendre des décisions devient une compétence très recherchée. Pourtant, dans l’imaginaire occidental, « décider » est connoté négativement. Sa racine latine « decidere » suggère de passer à l’action en taillant, tranchant, coupant, etc. De quoi envisager la décision, non comme une opportunité, mais comme le risque d’une perte potentielle. Face à ces enjeux, nous continuons à croire suffisant de nous appuyer sur des méthodologies rationnelles pour bien décider, suivant les recommandations de René Descartes. On oublie parfois que ses conseils répondaient à des exigences d’un autre temps ; un monde aux contours plus définis. Or, depuis les années 1950, la connaissance accumulée sur le fonctionnement du décideur aboutit au constat que l’Homme (entendu en tant qu’espèce) n’est pas un animal rationnel. Il demeure très influencé par le contexte et il éprouve les plus grandes difficultés à décider dans un espace-temps différent du proche et du visible, en quelque sorte de l’ici et du maintenant. Circonstance aggravante : le monde actuel est devenu d’une complexité inédite en raison de l’augmentation exponentielle de la population et par l’accélération des échanges, facilitée par les nouvelles technologies. Cet environnement pose un immense défi au décideur moderne qui doit adapter ses réflexes et conditionnements pour décider en — presque — toute connaissance de cause. Partons pour ce tour d’horizon des bonnes pratiques et écueils à éviter pour améliorer le processus de décision. SOMMAIRE LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉCISIONS..................................................................................................................................................................3 LA RATIONALITÉ LIMITÉE DU DÉCIDEUR................................................................................................................................................................4 LES BIAIS COGNITIFS : LA RAPIDITÉ AU DÉTRIMENT DE LA FIABILITÉ.......................................................................................................5 AFFRONTER UN ENVIRONNEMENT DE PLUS EN PLUS COMPLEXE...........................................................................................................6 TROUVER DES CERTITUDES DANS L’INCERTITUDE............................................................................................................................................7 DES OBJECTIFS MESURABLES MAIS PAS FORCEMENT CHIFFRÉS ..............................................................................................................8 PASSER DES PROCÉDURES AUX BOUCLES DÉCISIONNELLES….................................................................................................................9 LES BONNES PRATIQUES DU DÉCIDEUR MODERNE.....................................................................................................................................10 L’AUTEUR.................................................................................................................................................................................................. 11
  • 3. 3 LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com Source: Rosenzweig, P. “What Makes Strategic Decisions Different”, Harvard Business Review, November 2013 LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉCISIONS Notre environnement surstimulé nous pousse à prendre une très large palette de décisions. Certaines relèvent de la routine et paraissent indolores ; d’autres peuvent nous empêcher de dormir par crainte des conséquences. La catégorisation (ci-dessous) de Phil Rosenzweig, chercheur à l’IMD de Lausanne, nous permet de classer les décisions selon l’impact de l’environnement et le contrôle que nous avons sur ces choix. Les décisions les plus faciles à prendre sont celles qui s’imposent à nous et dont le résultat se mesure immédiatement (en bas à gauche). Faire les courses du quotidien, choisir ses tenues vestimentaires, son repas, etc. Dans ces exemples, nous pouvons laisser l’inconscient sélectionner selon ses propres critères — que nous ignorons souvent. Il est même conseillé de procéder rapidement à ce type de choix pour garder de l’attention et de l’énergie pour des délibérations plus engageantes. D’autres décisions font intervenir à la fois la volonté et la compétence comme dans le cas des projets personnels, auxquelles il faut ajouter le facteur chance lorsqu’il s’agit de battre un concurrent. En haut à droite se trouvent les décisions stratégiques. Elles concernent tout ce qui peut changer durablement notre environnement, professionnel ou personnel. Se lancer dans l’entrepreneuriat, modifier l’activité de son entreprise, quitter son lieu de vie, accueillir un enfant dans son foyer, etc. Tous ces exemples paraissent disparates ; ils sont pourtant « construits » sur le même modèle : le résultat final est difficile à anticiper car il peut s’étendre sur plusieurs décennies, voire plusieurs générations, et il dépend de nombreux facteurs, pour la plupart inconnus avant de se lancer. Pour essayer de contrôler tant soit peu notre destin, nous avons tendance à piloter ces décisions à partir d’approches très rationnelles, à base de « pour » et de « contre » et d’analyse de risques. Cette stratégie s’avère vaine : nous sommes généralement de piètres prévisionnistes en raison de nos limites cognitives à balayer l’ensemble des scénarios, et de l’imprévisibilité du monde actuel qui interdit toutes formes de prédiction.
  • 4. 4 LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com LA RATIONALITÉ LIMITÉE DU DÉCIDEUR Dans la vision idéalisée du décideur, le fameux Homo Œconomicus, tout n’est que rationalité, logique et optimisation économique. Dans les années 1950, les travaux du prix Nobel Herbert A. Simon ont montré que décider en toute rationalité impose de cumuler pas moins de quatre conditions. Cet ensemble de conditions est rarement réuni. D’une part, notre milieu social s’est largement complexifié et s’est en partie dématérialisé. Cela multiplie à l’infini les critères de choix et les opportunités. D’autre part, nous sommes très éloignés du portrait rationnel dépeint par les économistes à la sortie de la guerre. Le décideur se comporte rarement comme une machine froide et fiable, plutôt comme un organisme qui interagit en permanence avec son environnement. Pour la plupart d’entre nous, la prise de décision apparait comme une course à obstacles. Ils concernent moins les pièges qui peuvent nous être tendus que nos propres errements, potentiellement nombreux et pourtant prévisibles, comme les biais cognitifs.
  • 5. 5 LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com LES BIAIS COGNITIFS : LA RAPIDITÉ AU DÉTRIMENT DE LA FIABILITÉ Les « biais cognitifs » sont des systèmes de pensées ou des comportements qui dévient de la norme rationnelle, c’est à dire d’un résultat optimum. Ces biais affectent toutes les étapes de la décision, de la prise d’information au jugement des situations, en passant par l’évaluation des choix. En soi, notons que certains de ces raccourcis mentaux s’avèrent fort utiles dans un milieu sauvage dans lequel la survie physique reste la priorité n 1. Ils permettent de faciliter les décisions en simplifiant la compréhension du monde environnant. La société actuelle exige une étude plus fine et globale des situations en jeu. Les biais cognitifs nous poussent à nous montrer trop réducteurs et sont source d’erreurs plus ou moins dommageables. Une des méthodes efficaces pour les endiguer consiste à échanger librement avec d’autres personnes sur notre propre ressenti. Il convient surtout de ne pas laisser l’inconscient systématiquement aux commandes en quittant régulièrement le mode pilotage automatique. En reprenant la main sur le processus de décision, lorsque la situation l’exige, nous pouvons éviter un certain nombre d’écueils et sélectionner l’option la plus raisonnable, à défaut d’être parfaite. Au final, retenons que notre comportement « biologique » nous incite à préférer :  Le connu/prévisible sur le nouveau/différent ;  Simplifier/réduire plutôt que chercher à comprendre l’ensemble du système ;  Traiter peu d’informations mais vite ;  Le statu quo au changement ;  Ne pas perdre au lieu de gagner plus. « Nous sommes généralement trop confiants dans nos opinions, nos impressions et nos jugements. Et nous surestimons notre connaissance du monde qui nous entoure. » D.Kahneman, Prix Nobel d’économie Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_cognitif
  • 6. 6 LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com Source : https://7bis.wordpress.com/tag/blogosphere/ AFFRONTER UN ENVIRONNEMENT DE PLUS EN PLUS COMPLEXE Pendant longtemps, nos ancêtres devaient principalement composer avec des contraintes liées à la survie. L’environnement était alors sauvage, dangereux, et les choix à procéder assez simples. Le plus important consistait à rester en vie ; toutes les autres considérations relevant de l’accessoire. Avec une population qui a progressé de manière exponentielle et 50 % des habitants vivent dans de grands centres urbains, l’Homme a inversé le rapport de force avec son milieu naturel au point de créer son propre écosystème, avec des caractéristiques spécifiques : – La nature coexiste désormais avec un monde dématérialisé et interconnecté ; – Dans les pays industrialisés, les règles de survie ne sont plus seulement physiques, mais aussi sociales ; – La perception du temps s’est considérablement accélérée, avec une impression d’urgence permanente ; – Le tout engendre une immense complexité et le sentiment que tout, ou presque, est imbriqué et illisible. Tout ceci n’est pas qu’une vue de l’esprit : même une petite PME dans une zone rurale peut être affaiblie par la hausse (ou la baisse) du carburant, un changement politique en Chine, une récolte pléthorique en Russie ou un règlement voté à Bruxelles. Auparavant, l’horizon d’un décideur pouvait s’étendre sur plusieurs années. Il était pourtant déjà difficile de planifier des actions sur 3 à 5 ans et de prévoir un résultat réaliste. Désormais, la cause est entendue : personne ne peut savoir ce qui peut se passer dans les 3 prochains mois, quel que soit le secteur d’activité. Nous sommes entrés dans une ère de mutations généralisées. Elles s’opèrent à une vitesse vertigineuse, souvent provoquées par un individu ou un petit groupe de personnes. Dans le sillage de la société Uber, de nombreux métiers « locaux » comme le transport ou l’hôtellerie ont été secoués par l’activité de sites internet dont le siège social est situé à plus de 10 000 kilomètres de la France. Ces mutations sont alimentées par la dynamique des systèmes complexes qui évoluent d’une manière impossible à prédire. On parle de propriété émergente. En faisant preuve d’agilité, d’observation fine de l’environnement et de ses signaux faibles, il est possible de détecter ces émergences et d’en être acteur. C’est ce qui rend la période actuelle particulièrement intéressante, bien que déstabilisante… Tous les décideurs qui continuent à vouloir appliquer une stratégie sur la base d’une approche linéaire et séquentielle sont confrontés à une réalité confuse, parfaitement imagée par le dessin ci-contre. Stressés par l’incapacité à contrôler leur environnement, ces décideurs se retrouvent enfermés dans des comportements rigides et protectionnistes ! Ils multiplient les dépôts de brevets, les fusions (pour être plus gros et donc plus fort), les procédures ou les systèmes de protection de plus en plus perfectionnés et couteux. Or, la bonne réponse face à un système complexe n’est pas de se rigidifier mais de faire preuve d’agilité et d’adaptation. Comment, pour autant, savoir quelles opportunités saisir ? Ou, exprimé autrement, comment faciliter la navigation dans cet océan d’incertitudes ?
  • 7. 7 LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com Source : https://pixabay.com Auteur : OpenClipart-Vectors TROUVER DES CERTITUDES DANS L’INCERTITUDE La complexification du monde bouscule nos réflexes de décideur. Habitués à contrôler nos choix et les encadrer par des approches rationnelles, nous sommes démunis face à des situations imprévisibles. Il est vain de chercher à tout prix à rendre notre environnement contrôlable. À l’opposé, n’avoir aucune certitude et avancer au fil de l’eau n’est pas la solution. Tout se dénoue rapidement si nous avons réussi à fixer un cadre dans lequel nous souhaitons évoluer. Il s’agit de nos valeurs, de principes généraux ou tout simplement du sens que nous voulons donner à nos actions. Souvent utilisé à tort à travers, le mot « sens » est d’une richesse rare. De fait, il prend différentes formes, complémentaires et additionnelles : 1. Il évoque évidement le système sensoriel. Le sens doit se confronter au réel pour prendre forme. 2. Il doit signifier quelque chose. Et quelque chose qui relève de l’évidence : on parle alors de bon sens. 3. Il nous relie à notre instinct, nos besoins profonds et une part indicible de spiritualité. 4. Il fait référence à une direction, et donc se mesure dans l’action. Le sens est un peu tout cela, mais il reste souvent insaisissable. Comme l’expliquent Axelle Larroumet et Joseph Lusteau, de Diagonart Conseil, « le sens n’est ni l’action, ni l’orientation. Le sens se constitue à travers le lien “virtuel” entre l’intention et l’action tout au long de son déploiement »1. Construire du sens, c’est une manière tout à fait concrète de fabriquer notre propre boussole. Elle nous dira précisément, non ce qui doit être suivi par effet de mode, mais les chemins compatibles avec l’intention que nous souhaitons donner à nos comportements. Ensuite, il sera conseillé de suivre les quelques recommandations additionnelles ci-dessous. Il reste à savoir jalonner ce parcours par la fixation d’objectifs. L’exercice parait familier mais il doit être adapté au contexte actuel. 1Le management inventif — 2006/Axelle Larroumet, Joseph Lusteau — Éd. Diagonart (2006)
  • 8. 8 LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com DES OBJECTIFS MESURABLES MAIS PAS FORCEMENT CHIFFRÉS L’Homme est ainsi conçu qu’il a besoin de faire travailler son imaginaire et de se projeter dans des projets. Pendant longtemps, nos concitoyens vivaient dans un espace réduit ; les opportunités étaient rares et donc faciles à détecter. Dans notre monde aux interactions infinies et aux mutations permanentes, ce n’est pas le manque de projets et d’objectifs qui est marquant mais plutôt l’abondance de choix. Or, comment fixer des objectifs sans se perdre dans la confusion ? Le réflexe habituel consiste à considérer que le volumes (ou la valeur) des ventes, le résultat avant impôt ou le chiffre d’affaires sont des données « objectivables ». Par leur dimension factuelle, elles sont appréciées par les décideurs adeptes du contrôle. Ces méthodes de fixation d’objectifs ne sont plus adaptées en raison de plusieurs facteurs : 1- Les résultats financiers ne dépendent pas que du travail de l’entreprise ou du décideur ; 2- Ils ne produisent pas du sens, ingrédient indispensable à la motivation du décideur et de ses collaborateurs. 3- Ils obligent une lecture court-termiste, empêchant de saisir des opportunités hors du périmètre financier fixé en amont. Évidemment, une entreprise ou un entrepreneur a besoin de dégager du profit et de produire du résultat pour son développement. Ces éléments ne sont pas des objectifs, simplement des conséquences d’actions mises en œuvre. Les objectifs à choisir se doivent d’être en phase avec le projet de l’entreprise. Chaque entreprise, chaque individu doit faire de la recherche de sa vocation et du sens donné à ses actions une mission prioritaire. Certains veulent changer le monde (Apple ou Google) mais pour beaucoup, ce seront des approches plus simples et accessibles. Ex. : rechercher l’excellence dans son métier, proposer les produits aux meilleurs prix, participer à l’économie locale, etc. Lorsqu’objectifs et projet d’entreprise évoluent sur la même longueur d’onde, les données financières vont suivre et même bien au-delà. Elles seront simplement le constat que les objectifs ont été bien définis et conformes au projet. Quelques exemples d’objectifs :  Améliorer le retour client  Réduire les accidents du travail  Renforcer l’approvisionnement local  Accélérer le temps de traitement des dossiers  Développer la qualité du SAV  Sélectionner son réseau de distribution Quel point commun partage ces quelques exemples : ils s’appuient sur des valeurs, ou a minima des normes sociales positives et ils dépendent essentiellement de la volonté de l’organisation. Plus l’objectif donne une direction (et donc du sens), mieux il sera accepté en interne et pourra générer de la motivation collective favorable à l’éclosion d’innovation. Au final, ce sont autant d’avantages concurrentiels qui pourront émerger et produire de facto des résultats financiers positifs. Notons enfin que l’efficacité d’un objectif passe par sa capacité à être mesuré. On parle alors d’objectifs S.M.A.R.T : Spécifique, Mesurable (par des chiffres), Atteignable, Réaliste et Temporel. À défaut, le risque est de se retrouver avec une liste de belles intentions abstraites. https://pixabay.com/ Auteur : Arts Bee
  • 9. 9 LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com PASSER DES PROCÉDURES AUX BOUCLES DÉCISIONNELLES… Dans un monde complexe comme le nôtre, nos réflexes cartésiens montrent leurs limites. Adopter une posture cartésienne consiste à suivre la procédure de résolution de problème suivante, inspirée des travaux de Henry Mintzberg. Cette séquence rassure notre locus de contrôle, c’est à dire notre croyance de maîtriser ce qui se passe autour de nous. Sa principale limite est de figer notre action dans un schéma qui exclue la prise en compte de l’évolution de l’environnement. Si, en cours de route, des paramètres extérieurs venaient à être modifiés, toute la procédure serait à revoir. La bonne approche consiste à appliquer une boucle décisionnelle de type OODA (pour Observer, Orienter, Décider, Agir). Inventée par John Boyd, un pilote de chasse expert du combat aérien, elle oblige le décideur ou l’entreprise à procéder à une mise à jour constante entre le cap à suivre et l’évolution du monde environnant. Source : http://scrumsaguenay.ca/ Détail de la Boucle OODA. Traduction de Nicolas Moinet, bonifiée par Claude Émond. Par l’instabilité qu’elle requiert, peu d’entreprises ou d’individus sont capables d’agir suivant cette boucle. Elle assure pourtant un haut niveau d’agilité et permet d’être toujours en phase, voir en avance sur l’évolution de l’environnement. C’est l’apanage des entités organisées en tribu, formées par un nombre réduit d’individus, reliés entre eux par un projet collectif fort. On y retrouve des commandos militaires, des équipes sportives lancées dans une grande compétition ou des start-ups dans les mois suivant leur création. Les entreprises ou institutions de plus grandes tailles peinent à appliquer cette approche dans la mesure où les procédures (de type séquentiel) sont préférées aux processus (de type systémique) afin de stabiliser l’édifice souvent verticalisé. Toutes les organisations disposent pourtant de bonnes raisons de modifier profondément leur stratégie décisionnelle. L’enjeu ne consiste plus à montrer des compétences de pilotage dans un environnement stable et lisible mais de savoir naviguer à vue dans un univers complexe et en constante mutation. Identification du problème Diagnostic Recherche de solutions Evaluation Choix Décision
  • 10. 10 LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com LES BONNES PRATIQUES DU DÉCIDEUR MODERNE En dépit de l’inconfort provoqué par la période actuelle où tout semble chaos et remise en cause permanente, de nombreux décideurs tirent leur épingle du jeu et surfent sur le succès. En les observant, on constate qu’ils partagent souvent une ou plusieurs de ces bonnes pratiques :  Le décideur moderne se montre solide sur ses fondamentaux. Il sait donner du sens à son activité et à celle de son organisation.  Il ne transige jamais avec le point précédent…  … et il se montre très souple à étudier toutes les opportunités à l’intérieur de son cadre de référence.  Conséquence de la précédente pratique, il s’appuie sur les lois qui régissent les systèmes dynamiques en travaillant sur plusieurs projets en parallèle, partant du principe que l’émergence d’un seul d’entre eux pourra donner d’exceptionnels résultats.  L’erreur fait partie de son quotidien ; mieux il l’apprécie car elle lui permet d’apprendre et de s’améliorer.  Son « goût » pour l’erreur et ses vertus le pousse à favoriser l’autonomie de ses collaborateurs sur le contrôle procédurier.  Au lieu de simplifier, il cherche à comprendre le tableau général pour en retirer une idée du fonctionnement du système. Il sait que la clé se trouve souvent dans les interactions entre des éléments plutôt que les éléments eux-mêmes.  Il balaye chaque situation suivant la matrice ci-dessous, alternant entre l’observation de l’environnement et de ses propres dispositions, la vision globale et l’analyse détaillée, l’appréhension des émotions et les techniques rationnelles.  Enfin, il reste modeste devant une réussite (connaissant le rôle de la chance) et persévérant face à un échec. Au-delà de tous ces éléments, un grand décideur sait que chaque décision importante se construit sur la base d’un matériau qui n’est jamais le même. Le résultat final dépendra de sa capacité à trouver l’équilibre entre intransigeance sur le respect d’un cadre de valeurs et une agilité quant à la façon de réaliser ses objectifs.
  • 11. 11 LE LIVRE BLANC DU DÉCIDEUR S.DATHANE ® 2016 – sebastien.dathane (at) gmail.com L’AUTEUR Sébastien DATHANÉ Fondateur DatHa Network, Vice-Président CERFRANCE Poitou-Charentes Juriste de formation et diplômé en psychologie, Sébastien Dathané travaille depuis de plusieurs années sur le problème de la décision. Cadre dirigeant pendant quinze ans dans différentes entités (organisation professionnelle, start-up, association) en lien avec les spiritueux, il est aujourd’hui consultant, formateur et conférencier. Il intervient dans de nombreuses écoles et universités et s’investit dans plusieurs structures en relation avec le monde des PME/TPE. Tel : 05 17 22 17 71/Mobile : 06 03 86 29 06/sebastien.dathane (a) gmail.com Blog : www.datha.info DÉCIDER DANS UN MONDE COMPLEXE, ÉDITIONS MAXIMA À travers cet ouvrage dense et aux références fournies, l’auteur explique non seulement comment agissent les ressorts intrinsèques à toute décision, mais il présente aussi les bonnes pratiques et les raisonnements qui permettent de réduire l’inadéquation entre le décideur et son milieu actuel. Au-delà de ces aspects purement décisionnels, le livre invite à réfléchir à l’évolution de notre espèce et sa relation avec le monde environnant, qu’il soit matériel, social ou technologique. Cet ouvrage s’adresse aux entrepreneurs, managers, étudiants, et plus généralement à toutes les personnes soucieuses d’être actrices de leurs décisions. Ils (ou elles) en parlent CYCLE DE CONFÉRENCES Ludiques, (un peu) provocatrices par moment, toujours interactives avec le public, ces conférences (de 45 minutes à 1 h 30) sont construites avec un double objectif : que tout le monde passe un bon moment… et reparte avec une petite lumière dans les yeux !  Le processus de décision o Comment piloter son activité dans un environnement aussi incertain ? o Quelle est la part du chasseur-cueilleur qui reste enfouie en nous et comment bien l’utiliser ? o Et si Descartes avait tort ? Pourquoi nos intuitions sont-elles à prendre au sérieux ! o Les nouvelles technologies : aides à la décision ou despotes de notre quotidien ?  Questions de société o L’Intelligence artificielle va t’elle conduire à un « homme augmenté » ou une humanité diminuée ? o Pourquoi est-il si difficile de résister aux sirènes de la société de consommation ? o La qualité réelle des produits a-t-elle perdu le combat face à la qualité perçue ?