Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
Marcel Aimé Elie LAURENGE
Parcours militaire de Marcel
Marcel est né le 23 décembre 1853 à Lille, et effectue son service ...
Marcel était donc « engagé
conditionnel d'un an » .
En effet, le service militaire durait à
cette époque entre 10 mois et ...
Passé dans la réserve, Marcel est toujours bien noté par ses supérieurs
et il gravit les échelons. Il passe chef de batail...
Etat des officiers au 31 décembre 1913
SES NOTATIONS
1883 : engagé conditionnel d’un an sorti caporal, intelligent, animé d’un bon
esprit militaire, plein de zèl...
1889 : Excellent officier Major. Mêmes notes que ci-dessus. A fait une période
du 27 avril au 11 mai 1889 à Lille.
1891 : ...
1895 : Nommé Chef de Bataillon au 3ème RIT par décret et décision
ministérielle du 13 mars 1895
Lille le 2 avril 1895.
189...
1903 : a accompli au Quesnoy au 3ème RIT une période d’instruction du 21 octobre
au 3 novembre 1903.

1905 : a accompli un...
Marcel obtient également la Légion d’honneur le 29 aout 1907.
Dans le civil, Marcel est entrepreneur en bâtiment , juge au Tribunal de
Commerce, vice-président du Syndicat des Entrepre...
1914
Le 3ème R.I.T. n’ayant pas de LtColonel à la mobilisation, Marcel
mobilise et commande le régiment
jusqu’au 6 aout 14...
Le 3ème bataillon (environ 900 hommes) commandé par Marcel, était donc affecté
au fort d'Hautmont et à ses retranchements....
1914 : Le commandant Laurenge a continué à mériter pendant le siège de Maubeuge
des notes aussi élogieuses que celles préc...
.

Fait prisonnier à Maubeuge le 8 septembre, il est cité à l’ordre de la Place :
Citation à l’ordre de la Place de
Maubeu...
Prisonnier, Marcel arrive le 14 septembre 1914 au camp de Torgau, sur
l'Elbe, au nord-ouest de la Saxe, puis est transféré...
Marcel est donc resté interné au camp de Torgau de septembre 1914 à
janvier 1915
Le camp de Gütersloh où Marcel était prisonnier de janvier 1915 à mai 1916 ...

… devenu aujourd'hui une clinique
psychiat...
Camp de Gütersloh
Camp de Gütersloh
Camp de Gütersloh
Camp de Gütersloh
aujourd’hui bien arboré
Marcel
est
finalement
transféré en Suisse le 4 mai
1916 à l'Hôpital de Glion, puis
à celui de Lausanne, et est
rapatrié le...
Il est donc rapatrié le 31 janvier
1918, affecté à la commission bis de
l'habillement comme Président le 21
juin 1918.
Il ...
Inhumé au coté de son
épouse, dans le caveau familial du
cimetière du sud à Lille ...

… il est ensuite déplacé quelques m...
Marcel Aimé Elie Laurenge a
Marcel Aimé Elie Laurenge a
Marcel Aimé Elie Laurenge a
Marcel Aimé Elie Laurenge a
Marcel Aimé Elie Laurenge a
Marcel Aimé Elie Laurenge a
Marcel Aimé Elie Laurenge a
Marcel Aimé Elie Laurenge a
Marcel Aimé Elie Laurenge a
Marcel Aimé Elie Laurenge a
Marcel Aimé Elie Laurenge a
Marcel Aimé Elie Laurenge a
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Marcel Aimé Elie Laurenge a

384 vues

Publié le

Publié dans : Spirituel
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Marcel Aimé Elie Laurenge a

  1. 1. Marcel Aimé Elie LAURENGE Parcours militaire de Marcel Marcel est né le 23 décembre 1853 à Lille, et effectue son service comme « engagé conditionnel d’un an » au 89 Régiment d'Infanterie en 1873 :
  2. 2. Marcel était donc « engagé conditionnel d'un an » . En effet, le service militaire durait à cette époque entre 10 mois et 5 ans. Chaque appelé tirait un numéro au sort ; celui qui obtenait le bon numéro ne restait que 10 mois sous les drapeaux, tandis que celui qui n 'avait pas été favorisé par le sort pouvait être contraint de rester 5 ans au régiment. Par contre, en cas d'engagement conditionnel d'un an, qui devait se contracter avant le tirage au sort, le jeune soldat faisait 1 an jour pour jour ; il évitait donc le service de 5 ans, mais devait verser 1500 fr, et était assujettis à des examens trimestriels. Il devait aussi, préalablement, passer un examen d'admission pour prouver qu'il possédait un certain degré d'instruction.
  3. 3. Passé dans la réserve, Marcel est toujours bien noté par ses supérieurs et il gravit les échelons. Il passe chef de bataillon au 3ème Régiment d'Infanterie Territoriale le 13 mars 1895 : • 89ème Régiment d'Infanterie : •engagé conditionnel d’un an, soldat le 1er novembre 1873 •caporal le 1er novembre 1874 •127ème Régiment d'Infanterie : sous-lieutenant le 24 juillet 1879 •16ème Bataillon de Chasseurs à Pieds : le 12 août 1879 •3ème Régiment d'Infanterie Territoriale : le 20 février 1883 •1er Régiment d'Infanterie Territoriale : •lieutenant le 28 février 1883 •capitaine le 24 août 1885 •capitaine adjudant major le 22 mars 1889 •243ème régiment de réserve le 13 juillet 1891 •1er Régiment d'Infanterie Territoriale le 19 janvier 1895 •3ème Régiment d'Infanterie Territoriale : commandant chef de bat. le 13 mars 1895
  4. 4. Etat des officiers au 31 décembre 1913
  5. 5. SES NOTATIONS 1883 : engagé conditionnel d’un an sorti caporal, intelligent, animé d’un bon esprit militaire, plein de zèle et de bonne volonté, connaît très convenablement ses devoirs et règlements, bonne constitution, apte à faire campagne. Lille, janvier 1883 Le Lieutenant Colonel Dureille ? 1885 : excellent officier, connaît bien ses devoirs, bon esprit militaire, très zélé, caractère très énergique, bon commandement, tenue correcte, apte à faire campagne, proposé pour le grade de Capitaine. Lille, le 1er juin 1885 Promu Capitaine le 24 août 1885. 1886 : bon capitaine, a bien commandé sa compagnie sous tous les rapports, caractère énergique et conciliant, tenue correcte. Apte à faire campagne. Lille le 23 juin 1886 1888 : Bon officier, instruit, intelligent, commandant fort bien sa compagnie à tous les points de vue, connaît ses règlements, les applique convenablement, beaucoup de zèle, monte bien à cheval, apte à faire campagne. Lille, le 29 juin 1888
  6. 6. 1889 : Excellent officier Major. Mêmes notes que ci-dessus. A fait une période du 27 avril au 11 mai 1889 à Lille. 1891 : A commandé la 1ère Compagnie du 2ème Bataillon du 243ème du 15 au 28 août 1891. Officier intelligent, instruit et capable. Naturellement équilibré, caractère calme et énergique. Jugement droit. A dirigé l’instruction et l’administration de sa compagnie d’une manière irréprochable. A de réelles aptitudes militaires. Commande avec autorité, avec intelligence et avec tact. Très apte à faire campagne. Monte bien à cheval. Tenue, principes et conduite excellents. Proposé pour Chef de Bataillon. 1893 : Convoqué au 243ème du 5 au 30 septembre 1893. Commandant de compagnie remarquable. Très intelligent, ayant le feu sacré et le goût inné du métier militaire, M le capitaine Laurenge a organisé, administré, discipliné et instruit sa compagnie comme un excellent capitaine de l’armée active. Commandant avec tact et avec vigueur. Proposé pour le grade de Chef de Bataillon depuis 1891 et pour Chevalier de la légion d’honneur (1ère fois). Lille, le 1er octobre 1893 1895 : passé au 1er RIT Lille le 21 janvier 1895
  7. 7. 1895 : Nommé Chef de Bataillon au 3ème RIT par décret et décision ministérielle du 13 mars 1895 Lille le 2 avril 1895. 1896 : Période d’exercices du 28 septembre au 11 octobre 1896. Excellent officier sous tous les rapports. Commandant son bataillon avec beaucoup de zèle et d’énergie, pour rendre de très bon services. Avenir limité au grade de chef de bataillon. 1898 : a accompli une période d’instruction du 2 au 16 octobre 1898. Sert très bien, intelligent, ferme, connaît bien les règlements, commande bien son bataillon, rendrait de grands services en campagne. 1900 : a accompli une période d’exercices du 30 septembre au 14 octobre 1900. A fait preuve d’aptitudes dans le commandement de son bataillon, connaît bien les règlements, les applique judicieusement. Apte à rendre de bons services en cas de mobilisation.
  8. 8. 1903 : a accompli au Quesnoy au 3ème RIT une période d’instruction du 21 octobre au 3 novembre 1903. 1905 : a accompli une période d’instruction du 24 septembre au 8 octobre inclus. Excellent chef de bataillon, intelligent, éducation parfaite, dévoué et très apte au commandement. Officier supérieur particulièrement méritant. Proposé pour chevalier de la légion d’honneur. Note 18. 1907 : a accompli une période d’instruction du 26 mai au 9 juin inclus. Confirmation entière des excellentes notes méritées à la précédente période. Résumé Note 18. 1909 : a accompli une période d’instruction du 30 juin au 10 juillet. S'est montré toujours très apte, zélé et rigoureux. Officier supérieur possédant de réelles qualités militaires. 1911 : a fait une période d’instruction du 13 juin au 23 juin Officier supérieur toujours zélé, rigoureux et actif, le commandant Laurenge a donné une fois de plus les preuves de sa réelle aptitude au commandement. Le 22 juin 1911 Le Lt Colonel du 3 RIT 1913 : a accompli une période d’instruction du 11 au 24 août. Excellent officier supérieur, très entraîné, très actif, montant vigoureusement à cheval. A dirigé l’instruction de son bataillon avec une grande sûreté de vues, en a exercé le commandement avec autorité et bienveillance, a obtenu les meilleurs résultats
  9. 9. Marcel obtient également la Légion d’honneur le 29 aout 1907.
  10. 10. Dans le civil, Marcel est entrepreneur en bâtiment , juge au Tribunal de Commerce, vice-président du Syndicat des Entrepreneurs, et adjoint aux Travaux du maire de Lille :
  11. 11. 1914 Le 3ème R.I.T. n’ayant pas de LtColonel à la mobilisation, Marcel mobilise et commande le régiment jusqu’au 6 aout 14 (il a 61 ans), puis commande le 3ème bataillon. Le régiment est affecté à la défense du camp retranché de Maubeuge :
  12. 12. Le 3ème bataillon (environ 900 hommes) commandé par Marcel, était donc affecté au fort d'Hautmont et à ses retranchements. Les Allemands, craignant une réutilisation ultérieure du fort par les Français, le firent sauter après la reddition de Maubeuge.
  13. 13. 1914 : Le commandant Laurenge a continué à mériter pendant le siège de Maubeuge des notes aussi élogieuses que celles précédemment obtenues. Il a montré de la bravoure, de l’intelligence des choses militaires et un dévouement à toutes épreuves. Le 3ème RIT n’ayant pas de Lt Colonel au moment de la mobilisation, il l’a très bien mobilisé et commandé jusqu’à mon arrivée à Maubeuge le 8 août. Lt Colonel Yvères, le 10 sep 1917 Rochang. .
  14. 14. . Fait prisonnier à Maubeuge le 8 septembre, il est cité à l’ordre de la Place : Citation à l’ordre de la Place de Maubeuge : Le Général Gouverneur cite à l’ordre de la Place le Chef de Bataillon LAURENGE, du 3ème RIT « Officier de complément de grande valeur morale et professionnelle. A dirigé avec habilité et rendu fructueuses les reconnaissances prescrites aux unités de son Bataillon. Le 7 septembre 1914 a montré la plus grande énergie en ramenant à leurs postes de combat, soit par sa seule autorité morale, soit sous la menace de son révolver des troupes qui se retiraient sous la violence d’un bombardement qui les prenait de revers. » Le Général Gouverneur Signé : Fournier.
  15. 15. Prisonnier, Marcel arrive le 14 septembre 1914 au camp de Torgau, sur l'Elbe, au nord-ouest de la Saxe, puis est transféré en janvier 1915 au camp de Gütersloh en Westphalie.
  16. 16. Marcel est donc resté interné au camp de Torgau de septembre 1914 à janvier 1915
  17. 17. Le camp de Gütersloh où Marcel était prisonnier de janvier 1915 à mai 1916 ... … devenu aujourd'hui une clinique psychiatrique et institut médicolégale ...
  18. 18. Camp de Gütersloh
  19. 19. Camp de Gütersloh
  20. 20. Camp de Gütersloh
  21. 21. Camp de Gütersloh aujourd’hui bien arboré
  22. 22. Marcel est finalement transféré en Suisse le 4 mai 1916 à l'Hôpital de Glion, puis à celui de Lausanne, et est rapatrié le 31 janvier 1918 pour amaigrissement, dépression, neurasthénie et artériosclérose généralisée.
  23. 23. Il est donc rapatrié le 31 janvier 1918, affecté à la commission bis de l'habillement comme Président le 21 juin 1918. Il est ensuite affecté le 21 juillet 1918 à la Chefferie de Génie de Bayonne, Chef des chantiers du camp Sénégalais de Sendets (près de Pau). Rayé des Cadres le 4 avril 1919. Après-guerre il se retire à HABAS (entre Bayonne et Pau) où il avait fait construire une grande demeure, les "Housprats", et où il meurt à 86 ans, durant la grande invasion, le 15 juin 40, 11 ans après sa femme, sans avoir eu d’enfant.
  24. 24. Inhumé au coté de son épouse, dans le caveau familial du cimetière du sud à Lille ... … il est ensuite déplacé quelques mètres plus loin

×