Ge	
  4.1-­‐16	
  Les	
  deux	
  voies	
  –	
  1.	
  
Genèse	
  4.1-­‐16	
   	
   	
   	
   	
   EER	
  de	
  Vevey,	
  cu...
Ge	
  4.1-­‐16	
  Les	
  deux	
  voies	
  –	
  2.	
  
d’humains	
  »,6	
   et	
   père	
   du	
   mensonge,	
   en	
   se	...
Ge	
  4.1-­‐16	
  Les	
  deux	
  voies	
  –	
  3.	
  
b.	
  La	
  religion	
  et	
  la	
  foi	
  
Caïn	
   offre	
   un	
 ...
Ge	
  4.1-­‐16	
  Les	
  deux	
  voies	
  –	
  4.	
  
Abel,	
   lui,	
   n’a	
   rien	
   gagné	
   à	
   vue	
   humaine....
Ge	
  4.1-­‐16	
  Les	
  deux	
  voies	
  –	
  5.	
  
Dieu	
  appelle	
  les	
  vagabonds	
  du	
  monde	
  à	
  retrouver...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ge 4.1 16 les deux voies - eer vevey

78 vues

Publié le

Notes du message de Robin Reeve, le 13.12.2015

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
78
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ge 4.1 16 les deux voies - eer vevey

  1. 1. Ge  4.1-­‐16  Les  deux  voies  –  1.   Genèse  4.1-­‐16           EER  de  Vevey,  culte  du  dimanche  13  décembre  2015   LES  DEUX  VOIES   La   Genèse,   en   nous   rapportant   l’histoire   ancienne   du   monde,   n’a   pas   d’abord   l’intention   de   nous  décrire  les  procédés  par  lesquels  notre  monde  a  été  créé.     Son  but  premier  est  de  nous  révéler  le  sens  de  la  vie  :  qui  est  Dieu,  quels  sont  le  rôle  et  la  nature   des  différents  éléments  de  la  création  et  en  particulier  de  l’être  humain,  seule  créature  à  l’image  de   Dieu.   Elle   nous   explique   aussi   notre   réalité   présente.   Comment,   alors   que   Dieu   avait   créé   toutes   choses  bonnes,  l’humanité  –  dans  la  personne  d’Adam  –  s’est  laissé  tenter  par  Satan.  Comment  elle  a   voulu  s’arroger  le  pouvoir  de  Dieu  et  décider  d’elle-­‐même  du  bien  et  du  qui  est  mal.   Comment  elle  a  été  privée  de  l’arbre  de  vie  et  chassée  du  Jardin  d’Éden,  devenant  ainsi  mortelle   et  séparée  du  Créateur  qu’elle  avait  rejeté.   Cet  état  de  déchéance  est  celle  de  l’humanité  actuelle,  corrompue  par  le  péché  jusque  dans  sa   volonté,  commettant  toutes  sortes  d’actes  mauvais  et  incapable  de  chercher  Dieu  par  elle-­‐même.   À  la  suite  de  la  Chute,  Dieu  prononce  les  malédictions  qui  frapperont  l’humanité.  Mais  quand  il   annonce  au  serpent  –  le  diable  –  que  celui-­‐ci  sera  maudit  et  abaissé  entre  toutes  les  créatures,  YHWH   prédit  une  issue  heureuse  à  l’avenir  :  «  Je  mettrai  l’hostilité  entre  toi  et  la  femme,  entre  ta  descendance   et  sa  descendance.  Celle-­‐ci  te  meurtrira  à  la  tête  et  toi,  tu  la  meurtriras  au  talon.  »1 La   seconde   partie   de   cette   prophétie   est   ce   qu’on   appelle   le   «  protévangile  »  :   la   première   annonce  de  l’œuvre  de  Jésus.   Dans  le  conflit  entre  Satan  et  les  hommes,  un  descendant  d’Ève  écrasera  la  tête  du  diable.  Mais   au  prix  d’une  profonde  blessure  en  retour,  de  la  part  d’un  rejeton  du  serpent.   Ce  descendant  d’Ève,  c’est  Jésus.  Jésus  qui  aura  la  victoire  sur  le  diable,  le  désarmant  de  ses   accusations  et  de  ses  prétentions  sur  l’humanité.  Mais  une  victoire  qui  aura  pour  prix  la  mort  ignoble   de  la  Croix.  Une  mort,  toutefois,  qui  n’est  que  blessure  ;  car  Jésus,  parfait  et  innocent,  ne  pouvait  pas   être  retenu  par  la  mort.   Oui,  en  prononçant  ses  malédictions  à  la  suite  de  la  Chute,  Dieu  annonçait  déjà  le  salut  et  la   grâce  pour  l’humanité.   DEUX  DESCENDANCES,  DEUX  HUMANITÉS Aujourd’hui,  c’est  la  première  partie  de  la  prédiction  mérite  notre  attention. Il  y  est  littéralement  question  de  deux  «  semences  ».2   Nous  avons  vu  que  la  descendance  de  la  femme  aboutit  à  Jésus.   Mais  qu’en  est-­‐il  de  la  «  semence  »  du  serpent  ?     C’est  ici  que  le  reste  de  la  Bible  nous  éclaire  sur  la  nature  de  cette  descendance.   Ce  n’est  pas  le  serpent  qui  engendrera  biologiquement  des  enfants  :  sa  descendance  est  une   partie  de  l’humanité.  Celle  qui  sert  le  diable,  celle  qui  se  rebelle  contre  Dieu.  Le  sens  de  descendance   est  avant  tout  spirituel,  comme  le  montrent  d’autres  passages  clés  de  la  Bible.   Ainsi,  dans  sa  parabole  de  l’ivraie  et  du  bon  grain,  Jésus  explique  que  l’humanité  est  partagée   entre  «  fils  du  royaume  et  fils  du  malin  »  :  ces  derniers  ont  été  «  semés  »  par  l’ennemi,  par  le  diable  :  ils   sont  bien  sa  «  semence  »,  en  écho  avec  le  texte  de  la  Genèse  –  de  la  «  mauvais  graine  »  dirons-­‐nous  en   français.3   Jésus  appelle  «  race  de  vipères  »4   les  religieux  qu’il  discerne  comme  des  ennemis  mortels  :  le   terme  utilisé5   évoque  le  fait  d’avoir  été  engendré,  produit  par  les  vipères.   Dans   l’Évangile   de   Jean,   les   pharisiens   proclament   que   Dieu   est   leur   père.   Mais   Jésus   leur   affirme   qu’ils   ont   au   contraire   le   diable   pour   père   –   le   diable   qu’il   appelle   littéralement   «  tueur                                                                                                                   1   Ge  3.15  (TOB).   2   ‫ע‬ ַ‫ֶר‬‫  ז‬ zerâ.   3   Mt  13.38-­‐39.   4   Mt  3.7  (//  Lc  3.7),  12.34,  23.33.   5   γέννηµα  
  2. 2. Ge  4.1-­‐16  Les  deux  voies  –  2.   d’humains  »,6   et   père   du   mensonge,   en   se   référant   au   serpent   de   la   Genèse,   qui   a   causé   par   ses   mensonges  la  Chute  mortelle  de  l’humanité.7   Plus   tard,   Paul,   à   Chypre,   confrontant   Elymas   le   sorcier,   l’appelle,   parce   que   celui-­‐ci   est   un   trompeur  :  «  fils  du  diable  ».8   Jean,  dans  sa  première  lettre,  appelle  les  chrétiens  «  enfants  de  Dieu  »,  en  contraste  avec  les   «  enfants  du  diable  ».  Il  décrit  un  enfant  de  Dieu  comme  une  personne  qui  est  «  née  de  Dieu  »  et  qui  a   «  reçu  la  semence  de  Dieu  en  lui  ».  Il  poursuit  en  prenant  l’exemple  de  Caïn,  qui  «  était  du  malin  et  qui   tua  son  frère  ».9   De  nouveau  une  référence  à  l’histoire  de  la  Chute,  dont  le  premier  meurtre  fait  partie.10   Donc,   les   textes   que   nous   venons   de   voir   montrent   que   l’idée   de   «  descendance  »   n’est   pas   d’abord  biologique,  mais  qu’elle  désigne  le  comportement  et  l’appartenance  spirituelle.   En   fait,   sur   le   plan   biologique,   les   deux   descendances   sont   humaines   et   se   rattachent   à   Ève,   mère  des  vivants.   Toute  l’histoire  du  salut  peut  se  lire  comme  la  lutte  entre  ces  deux  descendances.   Le   combat   entre   Dieu   et   le   diable   prend   forme   concrète   dans   l’affrontement   entre   une   humanité  attachée  au  mal  et  une  humanité  née  de  Dieu.   Plus  précisément,  le  message  de  la  rédemption  est  un  appel  à  tous  les  hommes  qui,  du  fait  de  la   Chute  et  de  leurs  péchés,  commencent  leur  existence  comme  fils  du  diable.  Un  appel  à  changer  de   camp,  à  changer  de  voie  et  à  devenir  des  enfants  de  Dieu.   Je  nous  propose  donc  de  lire  l’histoire  de  Caïn  et  Abel  à  la  lumière  de  cette  double  descendance.   Et  je  nous  invite  à  y  réfléchir  en  rapport  avec  nous-­‐mêmes,  sur  les  points  suivants  :   -­‐  Ai-­‐je  clairement  choisi  ma  voie  ?  Est-­‐ce  que  j’ai  compris  que  j’ai  commencé  ma  vie  comme  «  étant   du  Malin  »  et  qu’il  est  nécessaire  de  «  naître  d’en  haut  »,  de  «  naître  de  Dieu  »  pour  devenir  un  de  ses   enfants  ?   -­‐   Et   si   je   suis   déjà   un   enfant   de   Dieu,   en   quoi   est-­‐ce   que   je   me   comporte   encore   en   enfant   du   diable  ?  En  quoi,  sournoisement,  les  ténèbres  dont  j’ai  été  délivré  essaient  malgré  tout  d’imprégner  ma   vie  ?   Méditons  donc  sur  ces  deux  voies  en  comparant  les  deux  frères.   COMPARONS  LES  VOIES   a.  Le  fils  évident  et  le  fils  inutile   Ève,  quand  elle  met  au  monde  Caïn  s’écrie  :  «  J’ai  acquis  un  homme  avec  Dieu.  »  Elle  utilise  un   verbe   (qānâ)   qui   sonne   comme   le   prénom   Caïn   (qayin).   Ève   pense   vraisemblablement   que   la   prédiction  de  Dieu  s’est  accomplie  :  son  premier  fils  sera  le  vainqueur  du  diable  promis.   Son  deuxième  fils,  lui,  reçoit  le  nom  d’Abel  (hevel)  qui  signifie  «  vapeur,  souffle  ».  C’est  le  terme   que   l’Ecclésiaste   utilise   pour   parler   de   la   futilité   de   l’existence  :   «  Vanités   des   vanités,   tout   est   vanité  !  »11   Vu  que  Caïn  est  l’élu,  Abel  est  l’inutile,  le  «  vient  ensuite  »…   Ève  se  trompe  –  comme  les  hommes  se  trompent  le  plus  souvent  au  long  de  l’histoire  du  salut.   L’homme  regarde  à  l’éclat,  à  l’évidence,  mais  Dieu  regarde  au  cœur  et  choisit  ce  que  le  monde  méprise   pour  accomplir  ses  plans.   Caïn   est   malheureusement   le   premier   descendant   du   serpent   –   et   nous   avons   vu   que   Jean   l’utilise  comme  l’exemple  type  des  «  fils  du  diable  ».   Abel,  quant  à  lui,  est  célébré  dans  la  lettre  aux  Hébreux  comme  un  «  juste  ».  Il  est  le  premier   dans   la   liste   des   héros   de   la   foi   qui   aboutit   à   Jésus,   «  le   pionnier   de   la   foi,   qui   la   porte   à   son   accomplissement  ».12                                                                                                                   6   ἀνθρωποκτόνος   7   Jn  8.33-­‐44.  «  Tueur  d’humains  »  ἀνθρωποκτόνος  (anthrōpoktonos)   8   Ac  13.8-­‐10   9   1Jn  4.8-­‐12   10   La  Genèse  est  divisée  en  sections  commençant  par  «  Voici  les  générations  de  »,  les  toledoth  :  la  première  section  après  le   récit  général  de  la  création  va  de  Ge  2.4  à  4.20.  Section  suivante  :  5.1-­‐6.8.   11   Qo  1.2   ‫ֵל‬‫ב‬ֲ‫ה‬ ‫ִים‬‫ל‬ָ‫ב‬ֲ‫ה‬ ‫ֹל‬ ‫כּ‬ַ‫ה‬ ‫ֶל‬‫ב‬ֽ ָ‫ה‬  
  3. 3. Ge  4.1-­‐16  Les  deux  voies  –  3.   b.  La  religion  et  la  foi   Caïn   offre   un   sacrifice   que   Dieu   n’agrée   pas.   La   lettre   aux   Hébreux   souligne   que   le   sacrifice   d’Abel  était  «  de  plus  grande  valeur  »  que  celui  de  Caïn.13   Certains  pensent  à  tort  que  c’est  la  nature  de   l’offrande  qui  fait  la  différence  (Abel  a  égorgé  du  bétail,  soulignant  le  sang  qui  purifie  du  péché).   Mais   la   Genèse   ne   parle   pas   de   hiérarchie   entre   ces   offrandes   –   et   il   n’est   pas   question   de   sacrifice  pour  le  péché.   Les  deux  frères  avaient  une  occupation  honorable,  Caïn  cultivateur  et  Abel  éleveur  de  bétail.   Les  deux  ont  présenté  à  Dieu  le  produit  de  leur  travail  :  Caïn  ne  pouvait  présenter  que  des  végétaux  au   Seigneur.   La  lettre  aux  Hébreux,  elle,  évoque  la  valeur  du  sacrifice  en  lien  avec  la  foi  :  «  C'est  par  la  foi   qu'Abel  offrit  à  Dieu  un  sacrifice  de  plus  grande  valeur  que  celui  de  Caïn  ;  par   elle,  il  lui  fut  rendu  le   témoignage  qu'il  était  juste,  Dieu  lui-­‐même  rendant  témoignage  à  ses  offrandes.  »   C’est   l’attitude   profonde   des   deux   frères   qui   a   déterminé   l’approbation   ou   le   rejet   des   offrandes.  Et  le  texte  de  la  Genèse  nous  en  donne  l’indice  :  Caïn  offre  seulement  «  du  fruit  de  la  terre  »,   alors  qu’Abel  donne  les  premiers-­‐nés  avec  leur  graisse.   Caïn  est  religieux.  Il  opère  une  transaction  avec  Dieu.  Il  donne  sans  y  mettre  son  cœur.  Il  donne   dans  un  but  intéressé.  Jude  dit  des  adversaires  de  l’Evangile  qu’ils  «  ont  suivi  la  voie  de  Caïn,  ils  se  sont   jetés  pour  un  salaire  dans  l'égarement  de  Balaam,  ils  se  sont  perdus  par  la  révolte  de  Coré.  »14   Abel  est  l’homme  de  foi.  Il  donne  les  premiers-­‐nés  de  son  élevage,  il  confie  à  Dieu  l’avenir  de   son  troupeau.  Et  il  ajoute  leur  graisse  au  sacrifice,  c’est-­‐à-­‐dire  ce  qui  représente  la  bonne  santé  et  la   qualité  de  l’animal.  Abel  aime  Dieu  et  lui  fait  confiance  :  il  agit  de  tout  cœur,  sans  calcul.   Il  nous  faut  vraiment  comprendre  que  l’Evangile  n’est  pas  une  religion.   La  foi  n’est  pas  dans  un  calcul  et  un  marchandage  avec  Dieu.   Chaque   fois   que   nous   faisons   quelque   chose   pour   Dieu   afin   qu’il   «  fonctionne  »   en   notre   faveur,   nous   sommes  dans  la  sphère  de  la  religion  et  non  de  la  foi.   C’est  la  religion  qui  amène  les  gens  à  toutes  sortes  de  pratiques,  pour  s’acheter  le  ciel,  pour  se  protéger  de   la  misère  ou  de  la  maladie.   Mais  la  foi,  elle,  est  désintéressée.  Elle  aime  Dieu,  sans  calcul,  sans  marchandage.   c.  Le  meurtrier  et  le  martyr   L’attitude  de  Caïn,  qui  suit  le  rejet  de  son  offrande  révèle  son  mauvais  fond.   Il  est  en  colère,  parce  qu’il  est  dans  cet  esprit  de  marchandage.  Il  ne  se  remet  pas  en  question.   Pour   lui,   le   sacrifice   est   une   méthode   qui   doit   «  faire   fonctionner  »   Dieu.   Son   sacrifice   est   un   placement,  dont  il  attend  un  retour  sur  investissement.   Le  texte  dit  que  son  visage  était  baissé.15   Il  n’est  pas  levé  pour  chercher  Dieu.   Mais  le  Seigneur  prend  l’initiative.  Il  l’interroge  sur  sa  colère  et  l’appelle  à  changer  d’attitude.   C’est  la  première  fois  que  le  péché  est  nommé  dans  la  Bible.   Mais  Caïn  ne  répond  pas  à  Dieu  –  a-­‐t-­‐il  même  relevé  la  tête  ?  Il  ne  se  repent  pas.  Sa  colère  est   fondée  sur  son  orgueil,  et  la  suite  le  montrera.  C’est  le  type  de  colère  que  Jésus  relie  au  meurtre,  dans   son  Sermon  sur  la  Montagne.16   Caïn  parle  à  Abel,  et  l’emmène  à  la  campagne,  c’est-­‐à-­‐dire  loin  de  la  maison  de  leurs  parents.   Et  il  tue  son  frère.  Premier  meurtre  dans  l’histoire  de  la  rédemption.  Irruption  terrible  de  la   violence   au   sein   de   l’humanité.   Cet   assassinat,   prémédité,   rattache   Caïn   au   diable,   le   «  tueur   d’hommes  »  :  il  est  le  fils  de  son  père  spirituel.   Sa  colère  est  meurtrière,  parce  qu’il  refuse  de  voir  que  le  mal  est  en  lui  :  jaloux,  il  tue  celui  qui  a   «  réussi  ».  Ici  aussi,  l’esprit  de  la  religion  est  à  l’œuvre.  Les  sacrifices  sont  pour  Caïn  un  concours,  un   moyen  de  se  comparer.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 12   Hé  11.  4b  et  12.2   13   Hé  11.4   14   Jd  11   15  ּ ‫ְלו‬ּ‫פ‬ִּ ‫י‬ֽ ַ‫ו‬ ‫יו‬ֽ ָ‫נ‬ָּ‫פ‬     16   Mt  5.21-­‐22  
  4. 4. Ge  4.1-­‐16  Les  deux  voies  –  4.   Abel,   lui,   n’a   rien   gagné   à   vue   humaine.   Son   sacrifice,   agréé,   ne   l’a   pas   protégé   d’une   mort   violente.  Si  l’on  a  l’attitude  religieuse  de  Caïn,  on  dira  que  Dieu  n’a  pas  «  fonctionné  »…   Or,  Abel  est  un  juste.  Et  sa  mort,  injuste  et  violente,  est  le  premier  martyre  de  l’Histoire.   Premier  «  héros  de  la  foi  »  dans  la  lettre  aux  Hébreux,  Abel  annonce  celui  vers  qui  tend  toute  la   liste   des   justes  :   Jésus,   comme   lui,   agréé   par   Dieu,   sera   le   rejeté   et   mourra   assassiné,   sans   laisser   derrière  lui  d’enfants.   La  Genèse  ne  rapporte  aucune  parole  d’Abel.  Mais  sa  foi  parle  !  Et  c’est  sa  foi  qui  nous  parle   encore,  bien  qu’il  ait  été  assassiné.17   Réfléchissons  à  notre  attitude  profonde  :  tenons-­‐nous  de  l’orgueil  et  de  la  colère  de  Caïn  ?   Quel  est  notre  rapport  à  la  violence  ?  Approuvons-­‐nous  trop  facilement  la  violence,  comme  une  solution   aux  problèmes  de  l’humanité  ?  C’est  pourtant  ce  que  le  monde  nous  enseigne,  massivement  !   Et  l’exemple  d’Abel  nous  parle-­‐t-­‐il  ?  Sommes-­‐nous  fidèles  à  Dieu,  même  si  notre  santé  ou  notre  vie  ne  se   développe  pas  selon  les  critères  de  réussite  et  de  bonheur  humains  ?  Même  si  tout  y  donne  l’impression  de  stérilité   et  de  vanité  ?  Aimons-­‐nous  Dieu  pour  Dieu,  ou  pour  ses  bienfaits  ?   d.  Le  menteur  impénitent   Abel   mort,   l’histoire   continue   avec   Caïn.   Elle   se   concentre   sur   lui.   Elle   nous   parle   de   notre   corruption,  mais  aussi  de  la  grâce  de  Dieu.   Quand  le  Seigneur  l’interroge,  Caïn  ment  :  il  prétend  ne  pas  savoir  où  est  son  frère.     Il  prétend  même  avec  arrogance  que  Dieu  n’a  pas  à  lui  demander  où  est  Abel  :  il  n’est  pas  le   gardien  de  son  frère.   Mais  le  Seigneur  le  confronte  à  son  crime  et  le  maudit  :  la  terre  ensanglantée  lui  résistera  :  de   cultivateur,  il  deviendra  vagabond.   Et  malgré  les  évidences  de  son  crime,  qu’il  reconnaît,  Caïn  ne  se  repent  pas.  La  seule  chose   qu’il  demande  à  Dieu,  c’est  d’être  protégé  des  conséquences  de  son  péché.     Il  n’a  pas  évolué  d’un  pouce  :  Dieu  doit  «  fonctionner  »  et  servir  ses  intérêts.   Le  Seigneur  place  alors  un  signe  sur  Caïn  pour  que  les  autres  hommes  ne  le  tuent  pas.     Nous  voyons  ici  la  grâce  de  Dieu,  qui  fait  briller  le  soleil  sur  les  bons  comme  sur  les  méchants.   Dieu  dont  la  Providence  est  un  appel  à  la  foi.  Une  invitation  à  prendre  la  voie  du  salut.   Malheureusement,  Caïn  ne  répond  pas  à  l’appel  de  la  grâce.   Il  sort  de  la  présence  de  Dieu  (v.  10)  ;  il  quitte  la  région  d’Eden,  terre  promise,  pour  s’installer   dans  la  terre  du  vagabondage.   Caïn  reste  un  homme  mauvais,  séparé  de  Dieu.  Mais  celui-­‐ci  lui  permet  de  vivre,  d’avoir  des   enfants  :  ce  qu’Abel  n’a  pas  eu  le  bonheur  de  connaître…   Il   peut   être   choquant   de   voir   le   Seigneur   ne   pas   sanctionner   le   mal   à   la   mesure   des   actes   commis.   C’est  que  Caïn  nous  parle  de  l’humanité  qui  erre  loin  de  son  Créateur.   D’une  humanité  qui  ne  veut  pas  changer  de  voie.   Et  d’un  Dieu  qui  est  patient,  qui  retient  un  juste  jugement  de  la  méchanceté.   Cette  providence  divine  envers  tous,  cette  grâce  que  le  Seigneur  manifeste  envers  tous,  est  un   appel  se  détourner  du  péché  et  à  retrouver  le  chemin  de  Dieu.   Si   nous   voyons   notre   monde,   et   le   bien   qui   s’y   fait   malgré   les   horreurs   qui   s’y   commettent,   soyons   des   témoins  de  la  grâce  que  le  Christ  offre  à  tous.   Dieu  est  patient  avec  nous.  Aujourd’hui  encore  la  porte  du  salut  est  ouverte  à  quiconque  veut  la  franchir.  Et   même  pour  nous,  enfants  de  Dieu,  qui  avons  été  enfants  du  diable  auparavant,  nous  savons  que  nous  avons  trop   souvent   des   désirs   et   des   attitudes   qui   révèlent   que   nous   n’avons   pas   encore   surmonté   ce   qui   fait   de   nous   des   «  Caïn  ».  Le  Seigneur  nous  appelle  à  lui,  à  ne  pas  errer  à  l’est  d’Eden.     CONCLUSION   À  quelle  descendance  appartenons-­‐nous  ?  Quel  camp  avons-­‐nous  choisi  ?  Il  n’y  a  pas  de  zone  neutre.  On  n’est  pas  placé   devant  un  choix  symétrique.  Soit  on  est  un  enfant  du  malin,  soit  on  est  un  enfant  de  Dieu.   Dieu  appelle  tous  les  «  Caïn  »  à  changer  d’attitude,  à  quitter  la  religion,  à  quitter  la  violence,  à  quitter  le  mensonge,  à   quitter  l’orgueil  et  l’impénitence  qui  les  condamne.                                                                                                                   17   Hé  11.4b  
  5. 5. Ge  4.1-­‐16  Les  deux  voies  –  5.   Dieu  appelle  les  vagabonds  du  monde  à  retrouver  le  chemin  d’Eden,  puis  à  retrouver  l’accès  du  Jardin,  grâce  à  l’œuvre   de  Jésus.  Dieu  nous  appelle  tous  à  retrouver  le  chemin  de  son  amour.  De  peur  que  l’errance  d’aujourd’hui  devienne  éternelle.  

×