SlideShare une entreprise Scribd logo

SEL Informations - Décembre 2015

SEL
SEL
SELSEL

Parrainer c'est aussi offrir une éducation

SEL Informations - Décembre 2015

1  sur  20
Télécharger pour lire hors ligne
Une action chrétienne dans un monde en détressewww.selfrance.org
Trimestriel2015/12-N°124
Les filleuls
vous disent
« Merci ! »
12
Agriculture
& santé :
une relation
bénéfique
3
Le rendez-vous
des délégués
14
Santé & Agriculture :
le duo gagnant !
InformationsDécembre 2015
2
ÉDITORIAL
Une action chrétienne dans un monde en détresse
Le SEL est une association protestante de solidarité internationale qui fonde son action sur une vision responsable de
l’engagement chrétien en vue de
réduire la pauvreté dans les pays
en développement. Les actions
qu’il entreprend visent à amélio-
rer les conditions de vie de per-
sonnes et de populations en
situations de pauvreté, dans une
perspective d’autonomie.
Créé par l'Alliance Evangélique
Française en 1980, le SEL déploie
des activités basées sur l'ensei-
gnement biblique qui associe la
Parole et les actes afin de trans-
mettre l'amour de Dieu. C’est
pourquoi le SEL travaille en par-
tenariat avec des organisations
chrétiennes locales, respon-
sables des projets qu’elles élabo-
rent et mettent elles-mêmes en
œuvre.
Le SEL mène une action humani-
taire : le financement qu’il octroie
à ses partenaires s’inscrit donc
dans ce cadre ; ceux-ci déploient
leur action au-delà des diffé-
rences de religion, d’opinions po-
litiques ou d’origines ethniques et
en prenant en compte l’ensemble
des besoins physiques, écono-
miques et spirituels des bénéfi-
ciaires finaux.
Questions à Patrick Guiborat,
Directeur général du SEL
Les dons faits au SEL vous permettent de recevoir un reçu fiscal donnant droit à une réduction d’impôts
(66%, ou 75% aux Ticket-Repas, ou 60% pour une entreprise) ; vous pouvez aussi nommer le SEL béné-
ficiaire d’une assurance vie.
De plus, par la Fondation SEL vous pouvez attribuer un legs en indiquant "Fondation SEL, Service d'En-
traide et de Liaison, 157 rue des Blains, 92220 Bagneux", ou pour la déduction ISF, en lui envoyant un
chèque à son ordre et à son adresse, et en mentionnant au verso "Fondation SEL".
Le changement climatique
concerne-t-il le SEL ?
Depuis ses débuts en 1980, le SEL a soutenu
des projets qui permettaient à des popu-
lations vulnérables de faire face aux aléas
climatiques, notamment dans le domaine
agricole. En 2007, nous avons même focalisé
la journée annuelle du SEL sur l’environ-
nement avec un grand dossier La création
souffre, agissons!*. J’écrivais à l’époque
« Les pays pauvres seront les plus exposés
au changement climatique alors qu’ils man-
quent déjà de l’essentiel ; ce sont eux qui
souffriront le plus des désordres de la
nature alors qu’ils ne sont pas les premiers
responsables et qu’ils ont moins de moyens
de prévention et de réparation ». Hélas, le
réchauffement se poursuit avec des consé-
quences dramatiques pour les plus vulné-
rables. Comme on ne peut pas l’arrêter de
suite, il nous faut tout faire pour qu’il n’aug-
mente pas trop.
Quel rapport entre pauvreté
et réchauffement de la planète ?
Pour beaucoup de nos partenaires locaux,
le travail pour réduire la pauvreté est lié à
l’environnement. A des
conditions déjà bien diffi-
ciles s’ajoutent les chan-
gements climatiques qui
rendent leur tâche encore plus dure, aux-
quels se rajoutent les catastrophes liées
au climat.
Notre crainte, c’est que ce réchauffement
ne réduise à néant une partie du travail
effectué depuis tant d’années : un récent
rapport de la Banque Mondiale indique
que, sans mesures immédiates, plus de
100 millions de personnes supplémentaires
tomberaient sous le seuil d’extrême pau-
vreté à l’horizon 2030.
Prions donc pour que les engagements de
nos gouvernants pour réduire l’influence
humaine négative sur le climat soient tenus
voire dépassés, et que chacun et chacune
d’entre nous puissions également faire
notre part individuelle et collective dans
ce domaine.
*Une partie de ce dossier est à votre dis-
position sur le site du SEL :
selfrance.org/ressources/outils de sensi-
bilisation/environnement.
Imprimésurpapier100%recyclé
Partenaires du SEL
Le Défi Michée veut mobiliser les chrétiens contre l’extrême pauvreté, notamment
en les encourageant à interpeller les gouvernants au sujet de leur engagement
pris en 2000 de réduire l’extrême pauvreté de moitié d’ici 2015 (Objectifs du
Millénaire pour le Développement).
Depuis 1983, ARTISANAT SEL s’inscrit dans une démarche de commerce équitable
pour permettre à des femmes et des hommes de vivre dignement de leur travail par
l’échange économique. Distincte du SEL, l’association agréée entreprise solidaire fait
vivre aujourd’hui plusieurs milliers d’artisans et de producteurs à travers le monde.
Faire le bilan de l’année
2015, pour le SEL, n’est
pas chose facile, tant
cette année a été riche
en évènements. J’en
retiendrais deux qui me
paraissent particulièrement significatifs.
Tout d’abord, c’est avec beaucoup de
joie et de reconnaissance que nous avons
dépassé les 9000 enfants parrainés.
Grâce à la fidélité des nombreux parrains
Français, ces enfants voient leur vie
prendre une autre dimension, par l’aide
à la scolarité, la prise en charge de la
santé, l’aide alimentaire, et surtout, le
développement de leur personnalité, qui
leur permettra de devenir des acteurs
efficaces dans leur propre communauté.
Le deuxième évènement qui m’a mar-
qué cette année a été la rencontre de
VOLDEB, un partenaire chrétien local du
SEL, dans la région de Porto Novo au
Bénin. Celui-ci mène des actions de dé-
veloppement dans le domaine agricole
(maraîchage et élevage) en faveur de
communautés villageoises. J’ai été im-
pressionné par le dynamisme et le pro-
fessionnalisme de ce partenaire qui a
aidé les membres de ces communautés
à se réconcilier les uns avec les autres,
à retrouver la confiance en eux-mêmes
et, grâce à leur travail, l’espoir d’une
vie meilleure.
De plus en plus de voix s’élèvent parmi
les spécialistes pour dire que l’agriculture
familiale est probablement le meilleur
moyen pour que les populations les plus
pauvres sortent de la misère. Je l’ai
constaté lors de cette visite où j’ai ren-
contré des gens heureux de voir leur
vie changer. C’est grâce à vos dons que
tout cela a été et sera encore possible.
En ce temps de Noël, recevons ces
bonnes nouvelles comme des cadeaux
du Seigneur !
Daniel Babiak
Vice-président du SEL
SOMMAIRE
P2 : Edito et Questions à Patrick Guiborat
P3 : Dossier (projets) : Agriculture et santé : une
relation bénéfique !
P 6 : Paroles de partenaires
P 8 : Là où nos partenaires reboisent, la pauvreté recule !
P 10 : Urgences & crises
P 11 : Parrainage : Merci Abbel !
P 12 : Les filleuls vous disent « Merci ! »
P 13 : Souvenirs de Noël
P 14 : Le rendez-vous incontournable des délégués du
SEL !
P 15 : La page est à vous : A l’assaut du désert
& Compassion Arte
P 16 : Artisanat SEL : Quand Artisanat SEL rencontre ses
artisans
p 17 : Défi Michée : Ensemble pour relever le défi d’un
monde plus juste
P 18 : Nouvelles du SEL
P 19 : Journée du SEL
A NOS NOUVEAUX LECTEURS
Vous recevez peut-être pour la première
fois notre journal. Si vous souhaitez être
tenus au courant de nos activités, vous
pouvez vous abonner au prix indiqué ci-
dessous.
Si vous ne souhaitez pas recevoir notre
journal, dites-le-nous en renvoyant votre
étiquette. Nous ne voudrions pas vous
importuner davantage.
Conformément à l’article 27 de la loi du
6 janvier 1978, vous disposez d’un droit
d’accès et de rectification aux données
vous concernant dans nos fichiers.
Dons uniquement :
IBAN : FR57 2004 1000 0100 0195 5F02 034
BIC : PSSTFRPPPAR
Parrainage et Ticket-Repas :
IBAN - FR34 2004 1000 0113 7110 9S02 033
BIC - PSSTFRPPPAR
Directeurs de la publication :
Claude Grandjean et Patrick Guiborat
Responsable de la rédaction : David Alonso
Comité de Rédaction : Isabelle Duval,
Nicolas Fouquet, Patrick Guiborat, Ann Hatava,
Daniel Hillion, Véronique Lavoué
SEL PROJETS BELGIQUE
243 route Provinciale - 1301 BIERGES
Tél. / Fax (010) 65.08.51
Compte Fortis : IBAN : BE85 0012 1339 3006
BIC : GEBABEBB
avec la mention DON
SEL SUISSE ROMANDE
Compte bancaire :
Banque COOP CH 413585.300070-9
Association Service d’Entraide
et de Liaison
157 rue des Blains - 92220 BAGNEUX
Tél. 01 45 36 41 51 - Fax 01 46 16 20 86
contact@selfrance.org
Artisanat-SEL
BP 21002 - 45701 Villemandeur
Tél. 02 38 89 21 00 - Fax 02 38 85 14 09
contact@artisanatsel.com
www.artisanatsel.com 
Mise en page : J. Maré
Impression :
IMEAF - La colline
26160 La Begude de Mazenc
Tél. 04 75 90 20 70
CPPAP N°1116H80951
(30/11/2016)
N°ISSN 1145-2269
Prix du n° : 1 €
Abonnement : 4 €
Abonnement de soutien : 20 €
© Photos : SEL (sauf mention).
33
Agriculture et santé :
une relation bénéfique !
U
ne étude rapide du sujet
permet en effet de voir
que les relations entre
agriculture et santé sont doubles1
,
et ce, à deux titres : non seule-
ment, leurs influences sont réci-
proques (l’agriculture affecte la
santé comme la santé affecte
l’agriculture) mais elles se veu-
lent aussi antagonistes (parfois
positives comme parfois néga-
tives).
L’agriculture,
un soutien
indispensable
à la santé
Pour commencer, il convient
d’observer que l’agriculture est
indispensable à la santé en ce
sens qu’elle permet de produire
les aliments dont se nourrissent
les humains. Or, aujourd’hui, une
personne sur neuf – soit 795 mil-
lions de personnes – ne mange
ni à sa faim ni ne reçoit la nour-
riture dont elle a besoin pour
mener une vie saine et active.
Le Programme Alimentaire Mon-
dial, l’organisme d’aide alimen-
taire de l’ONU, souligne que « la
faim et la malnutrition constituent
le risque sanitaire mondial le
plus important - plus que le sida,
le paludisme et la tuberculose
réunis ».2
DOSSIER
Agriculture et santé, deux domaines dans lesquels nos partenaires interviennent dans les
pays en développement pour améliorer les conditions de vie des personnes et des commu-
nautés pauvres. À première vue, ces deux champs d’action sont relativement cloisonnés et
pourtant il semblerait qu’ils soient plus liés qu’on ne le pense…
1
http://www.cairn.info/l-agriculture-au-service-du-developpement--9780821372999-page-270.htm
2
http://fr.wfp.org/faim
Un cercle vertueux trop souvent ignoré
4
Bien que sûrement les plus évi-
dents, les bienfaits de l’agricul-
ture sur la santé ne s’arrêtent
pas non plus aux seuls apports
alimentaires. L’agriculture permet
également de produire de nom-
breux biens non comestibles qui
sont pourtant essentiels à la
bonne santé des individus. Il peut
s’agir « de fibres ou de matériaux
pouvant servir à les abriter »3
mais aussi de plantes qui seront
utilisées pour des médicaments
par exemple.
Enfin, plus globalement, l’activité
agricole occupe une place cen-
trale dans la plupart des pays
en développement. «  Plus de
80 % des ménages ruraux [y]
pratiquent l’agriculture sous une
forme ou sous une autre et les
ménages les plus pauvres sont,
en général, ceux qui dépendent
le plus de l’exploitation familiale
et du travail salarié agricole ».4
L’agriculture a alors toute son
importance car elle génère des
revenus qui pourront notamment
être utilisés pour des dépenses
de santé.
L’agriculture
peut aussi
menacer la santé
Au-delà de ces effets bénéfiques,
il arrive aussi que l’agriculture
ait une incidence négative sur la
santé. Les caractéristiques des
systèmes de production agricole
peuvent augmenter le risque de
maladies liées à l’eau5
. C’est ainsi
que, dans certains cas, l’irrigation
crée des conditions favorables à
la propagation du paludisme.
Les personnes en situation de
pauvreté sont tout particulière-
ment exposées à ce type de
risque du fait de la proximité
entre leurs lieux d’habitation et
les champs dans lesquels elles
travaillent. D’ailleurs, ce constat
est aussi valable pour ce qui est
des dangers liés à la transmission
de maladies infectieuses d’origine
animale. L’épidémie de grippe
aviaire de type A (H5N1)6
en 2004
avait mis en lumière ce vaste
problème.
Enfin, si les denrées agricoles
peuvent constituer une grave
menace pour la santé de ceux
qui les produisent, il semblerait
qu’elles puissent aussi avoir des
effets néfastes sur ceux qui les
consomment. C’est ce dont on
s’aperçoit malheureusement avec
l’usage trop abondant qui est
parfois fait des pesticides7
, tout
particulièrement dans les pays
en développement.
La santé peut
aussi affecter
l’agriculture
Si l’on vient de voir que l’activité
agricole peut exercer une
influence – positive comme néga-
tive – sur la santé, il ne faut pas
non plus négliger le fait que la
santé peut également avoir des
effets sur l’agriculture. Ainsi, la
demande en produits agricoles
se verra affectée par l’état de
santé des individus ou par des
recommandations alimentaires
qui pourraient être suivies à
l’échelle mondiale.
DOSSIER
3
http://www.who.int/bulletin/volumes/84/12/05-025650ab/fr/
4
http://www.ifad.org/rpr2011/report/f/overview.pdf
5
http://www.who.int/water_sanitation_health/diseases/malaria/fr/
6
http://www.who.int/mediacentre/factsheets/avian_influenza/fr/
7
http://www.who.int/ipcs/assessment/public_health/pesticides/fr/
70% de ceux qui souf-
frent de la faim sont des
agriculteurs
80% de la production
agricole subsaharienne est
réalisée par des petites ex-
ploitations familiales.
3 chiffres clés
1personne
sur 3 est un
paysan
Les bienfaits
de l'agriculture
sont
indispensables
pour le bon
développement
des enfants.
Plus encore, dans les commu-
nautés agricoles, d’importants
problèmes de santé – tels que
le sida et le paludisme – peuvent
avoir des effets désastreux en
termes de performances profes-
sionnelles, de revenus ou encore
de productivité agricole. «  Une
étude des agriculteurs engagés
dans la production intensive de
légumes en Côte d’Ivoire a mon-
tré que les agriculteurs atteints
de paludisme étaient à peu près
deux fois moins productifs que
les agriculteurs sains ».8
Le défi particulier dans ce type
de situation est que les pro-
blèmes de santé initiaux risquent
bien souvent de pousser les indi-
vidus concernés dans une sorte
de cycle vicieux. Ces personnes
se voient alors prises dans une
spirale descendante où la maladie
entraîne une perte de revenus
qui elle-même les empêche de
se soigner correctement.
Passé un premier étonnement,
il n’apparaît finalement pas
illogique de lier agriculture et
santé. Bien au contraire, les
deux domaines semblent aller
de pair et mériteraient sûre-
ment qu’on les aborde plus
souvent ensemble car « la co-
ordination des interventions
visant respectivement l’agri-
culture et la santé peut géné-
rer, pour les pauvres des pays
en développement, des béné-
fices significatifs en termes de
bien-être ».9
5
DOSSIER
8
http://www.cairn.info/l-agriculture-au-service-du-developpement--9780821372999-page-270.htm
9
http://www.cairn.info/l-agriculture-au-service-du-developpement--9780821372999-page-270.htm
« Cela nous a permis de payer
les soins médicaux ! »
Depuis plus de 30 ans, le SEL soutient le développement des
exploitations agricoles en Afrique francophone et plus particu-
lièrement subsaharienne. Témoignage de Julienne, l’une des
bénéficiaires de notre partenaire Sanga Mamba, en République
Démocratique du Congo.
« Avant ce projet, je n’avais rien. Il fallait
que je fasse des acrobaties pour mettre
une marmite sur le feu. En cas de maladie,
je manquais d’argent pour acheter les
médicaments et payer la consultation.
Aujourd’hui, je suis heureuse car nous
avons semé, récolté et vendu le soja, les
feuilles de manioc et les arachides. Cela
nous a permis de payer la scolarité et les
soins médicaux.
Si je suis en bonne santé, sans problème alimentaire, c’est
grâce au projet de Sanga Mamba. En tant qu’agricultrice, main-
tenant, j’ai un peu d’argent qui me permet de manger selon
mon choix et je peux m’acheter un comprimé de paracéta-
mol. »
Pour aller plus loin
Grâce aux dossiers Agriculture et Santé du SEL disponibles sur notre site internet
dans la rubrique Ressources, découvrez de façon ludique et pédagogique les enjeux
qui touchent aujourd’hui tant de familles rurales pauvres.
www.selfrance.org/ressources/outils/outis de sensibilisation.
6
Paroles de partenaires
TÉMOIGNAGES
« Je suis venu travailler ici parce
j’y trouve de l’aide financière pour
payer de la nourriture pour ma
famille et pour soigner mes deux
enfants quand ils sont malades.
L’autre jour, c’est grâce à l’argent
de trois jours de travail que j’ai pu
amener mon enfant au dispen-
saire pour les soins. Sans ça,
comment j’allais faire ? Mon mari
n’a pas les moyens. L’aide du pro-
jet nous soulage beaucoup. Merci
au vous et au projet. Que Dieu vous
bénisse. Amen ! »
Mme Agate à Doufiguisso (Burkina faso) bénéficiaire du programme de dé-
veloppement agropastoral de notre partenaire FWS (Fondation Wurodini
Service)
« J’ai 29 ans et je suis maman de
5 enfants. Bien avant le projet, rien
ne marchait. Mon mari, un conducteur
de taxi-moto, n’arrivait pas à satisfaire
à nos besoins : sa moto vieille de
10 ans tombait souvent en panne et
finalement le propriétaire nous a retiré
la moto. Avec 5 enfants à charge, il
faut nécessairement faire quelque
chose ! Je passais de maison en mai-
son pour faire quelques travaux
domestiques moyennant un petit sou
avec quelques restes de repas, mais
hélas notre misère grandissait. Nous
mangions tout ce qui nous tombait
sous la main, ce qui a affecté durement
la santé de trois de mes enfants et
entraîné leur déscolarisation.
Ce projet est venu nous sauver, moi et ma famille. Aujourd’hui, nous sommes
en bonne santé et mes enfants, soignés, ont pu reprendre le chemin de l’école.
Je remercie Dieu et ceux qui ont subventionné ce projet. »
Mahugnon, d’Adjara non loin de Porto Novo (Bénin), bénéficiaire de l’action
de notre partenaire MI-EV.

Recommandé

Sel infos Mai 2019
Sel infos Mai 2019Sel infos Mai 2019
Sel infos Mai 2019SEL
 
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019SEL
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021SEL
 
Sel infos n129 dec 2016
Sel infos n129 dec 2016Sel infos n129 dec 2016
Sel infos n129 dec 2016SEL
 
Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016SEL
 
Sel infos n130
Sel infos n130Sel infos n130
Sel infos n130SEL
 
Lettre de nouvelle 2020 Eau et Assainissement
Lettre de nouvelle 2020 Eau et AssainissementLettre de nouvelle 2020 Eau et Assainissement
Lettre de nouvelle 2020 Eau et AssainissementSEL
 
Sel infos février 2020
Sel infos février 2020Sel infos février 2020
Sel infos février 2020SEL
 

Contenu connexe

Tendances

SEL Infos - Mai 2015
SEL Infos - Mai 2015SEL Infos - Mai 2015
SEL Infos - Mai 2015SEL
 
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017SEL
 
SEL Infos Décembre 2018
SEL Infos Décembre 2018SEL Infos Décembre 2018
SEL Infos Décembre 2018SEL
 
Rapport d'activités 2014
Rapport d'activités 2014Rapport d'activités 2014
Rapport d'activités 2014ilot73
 
Journal des donateurs n°1
Journal des donateurs n°1 Journal des donateurs n°1
Journal des donateurs n°1 ilot73
 
Journal des donateurs n°3
Journal des donateurs n°3Journal des donateurs n°3
Journal des donateurs n°3ilot73
 
Rapport d'activités 2015
Rapport d'activités 2015Rapport d'activités 2015
Rapport d'activités 2015ilot73
 
Journal des donateurs n°2
Journal des donateurs n°2Journal des donateurs n°2
Journal des donateurs n°2ilot73
 
Rapport d'activités 2013
Rapport d'activités 2013Rapport d'activités 2013
Rapport d'activités 2013ilot73
 
Sel infos Mai 2017
Sel infos Mai 2017Sel infos Mai 2017
Sel infos Mai 2017SEL
 
SEL Infos Février 2019
SEL Infos Février 2019SEL Infos Février 2019
SEL Infos Février 2019SEL
 
brochure-campagne-2015-finale
brochure-campagne-2015-finalebrochure-campagne-2015-finale
brochure-campagne-2015-finaleKatia McEvoy
 
Pipelette n°6 - Newsletter Senioriales de l'automne 2018
Pipelette n°6 - Newsletter Senioriales de l'automne 2018Pipelette n°6 - Newsletter Senioriales de l'automne 2018
Pipelette n°6 - Newsletter Senioriales de l'automne 2018Senioriales
 
SEL Informations - Septembre 2015
SEL Informations - Septembre 2015SEL Informations - Septembre 2015
SEL Informations - Septembre 2015SEL
 
Sel infos n128 sept 2016
Sel infos n128 sept 2016Sel infos n128 sept 2016
Sel infos n128 sept 2016SEL
 
RF 55f - Fondation Raoul Follereau - Rapport Annuel 2008
RF 55f - Fondation Raoul Follereau - Rapport Annuel 2008RF 55f - Fondation Raoul Follereau - Rapport Annuel 2008
RF 55f - Fondation Raoul Follereau - Rapport Annuel 2008Bernard hardy
 
RF 57f - Fondation Raoul Follereau - 57e Journée Mondiale des lépreux - 30 et...
RF 57f - Fondation Raoul Follereau - 57e Journée Mondiale des lépreux - 30 et...RF 57f - Fondation Raoul Follereau - 57e Journée Mondiale des lépreux - 30 et...
RF 57f - Fondation Raoul Follereau - 57e Journée Mondiale des lépreux - 30 et...Bernard hardy
 
RF 52f - Fondation Raoul Follereau - La revue Lèpres - novembre 2009 : La fid...
RF 52f - Fondation Raoul Follereau - La revue Lèpres - novembre 2009 : La fid...RF 52f - Fondation Raoul Follereau - La revue Lèpres - novembre 2009 : La fid...
RF 52f - Fondation Raoul Follereau - La revue Lèpres - novembre 2009 : La fid...Bernard hardy
 
Dossier de presse Secours Catholique 2013 / stats2012
Dossier de presse Secours Catholique 2013 / stats2012Dossier de presse Secours Catholique 2013 / stats2012
Dossier de presse Secours Catholique 2013 / stats2012icicnancyfr
 

Tendances (20)

SEL Infos - Mai 2015
SEL Infos - Mai 2015SEL Infos - Mai 2015
SEL Infos - Mai 2015
 
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
 
SEL Infos Décembre 2018
SEL Infos Décembre 2018SEL Infos Décembre 2018
SEL Infos Décembre 2018
 
Rapport d'activités 2014
Rapport d'activités 2014Rapport d'activités 2014
Rapport d'activités 2014
 
Journal des donateurs n°1
Journal des donateurs n°1 Journal des donateurs n°1
Journal des donateurs n°1
 
Journal des donateurs n°3
Journal des donateurs n°3Journal des donateurs n°3
Journal des donateurs n°3
 
Rapport d'activités 2015
Rapport d'activités 2015Rapport d'activités 2015
Rapport d'activités 2015
 
Journal des donateurs n°2
Journal des donateurs n°2Journal des donateurs n°2
Journal des donateurs n°2
 
Rapport d'activités 2013
Rapport d'activités 2013Rapport d'activités 2013
Rapport d'activités 2013
 
Sel infos Mai 2017
Sel infos Mai 2017Sel infos Mai 2017
Sel infos Mai 2017
 
SEL Infos Février 2019
SEL Infos Février 2019SEL Infos Février 2019
SEL Infos Février 2019
 
brochure-campagne-2015-finale
brochure-campagne-2015-finalebrochure-campagne-2015-finale
brochure-campagne-2015-finale
 
Pipelette n°6 - Newsletter Senioriales de l'automne 2018
Pipelette n°6 - Newsletter Senioriales de l'automne 2018Pipelette n°6 - Newsletter Senioriales de l'automne 2018
Pipelette n°6 - Newsletter Senioriales de l'automne 2018
 
SEL Informations - Septembre 2015
SEL Informations - Septembre 2015SEL Informations - Septembre 2015
SEL Informations - Septembre 2015
 
Sel infos n128 sept 2016
Sel infos n128 sept 2016Sel infos n128 sept 2016
Sel infos n128 sept 2016
 
RF 55f - Fondation Raoul Follereau - Rapport Annuel 2008
RF 55f - Fondation Raoul Follereau - Rapport Annuel 2008RF 55f - Fondation Raoul Follereau - Rapport Annuel 2008
RF 55f - Fondation Raoul Follereau - Rapport Annuel 2008
 
RF 57f - Fondation Raoul Follereau - 57e Journée Mondiale des lépreux - 30 et...
RF 57f - Fondation Raoul Follereau - 57e Journée Mondiale des lépreux - 30 et...RF 57f - Fondation Raoul Follereau - 57e Journée Mondiale des lépreux - 30 et...
RF 57f - Fondation Raoul Follereau - 57e Journée Mondiale des lépreux - 30 et...
 
RF 52f - Fondation Raoul Follereau - La revue Lèpres - novembre 2009 : La fid...
RF 52f - Fondation Raoul Follereau - La revue Lèpres - novembre 2009 : La fid...RF 52f - Fondation Raoul Follereau - La revue Lèpres - novembre 2009 : La fid...
RF 52f - Fondation Raoul Follereau - La revue Lèpres - novembre 2009 : La fid...
 
Esperance 91
Esperance 91 Esperance 91
Esperance 91
 
Dossier de presse Secours Catholique 2013 / stats2012
Dossier de presse Secours Catholique 2013 / stats2012Dossier de presse Secours Catholique 2013 / stats2012
Dossier de presse Secours Catholique 2013 / stats2012
 

En vedette

Embroid
EmbroidEmbroid
Embroidbpesko
 
Djwilorpresskit
DjwilorpresskitDjwilorpresskit
DjwilorpresskitImpe Corp
 
Хмелева-Токарєва О.В.
Хмелева-Токарєва О.В.Хмелева-Токарєва О.В.
Хмелева-Токарєва О.В.Київ Київ
 
regulation testiculaire
regulation testiculaireregulation testiculaire
regulation testiculaireguestb1cbc1
 
Dandy 26
Dandy 26Dandy 26
Dandy 26grs614
 
MIS407-1 Portfolio Project Jerrod Rodgers w metadata
MIS407-1 Portfolio Project Jerrod Rodgers w metadataMIS407-1 Portfolio Project Jerrod Rodgers w metadata
MIS407-1 Portfolio Project Jerrod Rodgers w metadataJerrod Rodgers
 
Implementing IBM InfoSphere BigInsights on IBM System x
Implementing IBM InfoSphere BigInsights on IBM System xImplementing IBM InfoSphere BigInsights on IBM System x
Implementing IBM InfoSphere BigInsights on IBM System xIBM India Smarter Computing
 
Ufo (ατια)
Ufo (ατια)Ufo (ατια)
Ufo (ατια)avramaki
 
Lecture 9. metabolism of lipids (2)
Lecture 9.  metabolism of lipids (2)Lecture 9.  metabolism of lipids (2)
Lecture 9. metabolism of lipids (2)Deeptha Welagedara
 
resume sanjay patil
resume sanjay patilresume sanjay patil
resume sanjay patilSanjay Patil
 

En vedette (14)

Embroid
EmbroidEmbroid
Embroid
 
Djwilorpresskit
DjwilorpresskitDjwilorpresskit
Djwilorpresskit
 
Хмелева-Токарєва О.В.
Хмелева-Токарєва О.В.Хмелева-Токарєва О.В.
Хмелева-Токарєва О.В.
 
regulation testiculaire
regulation testiculaireregulation testiculaire
regulation testiculaire
 
Aaa
AaaAaa
Aaa
 
img463
img463img463
img463
 
Dandy 26
Dandy 26Dandy 26
Dandy 26
 
MIS407-1 Portfolio Project Jerrod Rodgers w metadata
MIS407-1 Portfolio Project Jerrod Rodgers w metadataMIS407-1 Portfolio Project Jerrod Rodgers w metadata
MIS407-1 Portfolio Project Jerrod Rodgers w metadata
 
Implementing IBM InfoSphere BigInsights on IBM System x
Implementing IBM InfoSphere BigInsights on IBM System xImplementing IBM InfoSphere BigInsights on IBM System x
Implementing IBM InfoSphere BigInsights on IBM System x
 
Ufo (ατια)
Ufo (ατια)Ufo (ατια)
Ufo (ατια)
 
Product Design Report
Product Design ReportProduct Design Report
Product Design Report
 
Big Insights v4.1
Big Insights v4.1Big Insights v4.1
Big Insights v4.1
 
Lecture 9. metabolism of lipids (2)
Lecture 9.  metabolism of lipids (2)Lecture 9.  metabolism of lipids (2)
Lecture 9. metabolism of lipids (2)
 
resume sanjay patil
resume sanjay patilresume sanjay patil
resume sanjay patil
 

Similaire à SEL Informations - Décembre 2015

Sel infos 133 Septembre 2017
Sel infos 133 Septembre 2017Sel infos 133 Septembre 2017
Sel infos 133 Septembre 2017SEL
 
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015SEL
 
Sel infos 142 Septembre 2019
Sel infos 142 Septembre 2019Sel infos 142 Septembre 2019
Sel infos 142 Septembre 2019SEL
 
SEL Informations - MARS 2016
SEL Informations - MARS 2016SEL Informations - MARS 2016
SEL Informations - MARS 2016SEL
 
Sel infos Février 2018
Sel infos Février 2018Sel infos Février 2018
Sel infos Février 2018SEL
 
Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020SEL
 
SEL INFOS novembre 2019
SEL INFOS novembre 2019SEL INFOS novembre 2019
SEL INFOS novembre 2019SEL
 
SEL Infos Mai 2020
SEL Infos Mai 2020SEL Infos Mai 2020
SEL Infos Mai 2020SEL
 
Sel infos Novembre 2020
Sel infos Novembre 2020Sel infos Novembre 2020
Sel infos Novembre 2020SEL
 
SEL INFOS 136 MAI 2018
SEL INFOS 136 MAI 2018SEL INFOS 136 MAI 2018
SEL INFOS 136 MAI 2018SEL
 
Novembre en Enfance - dossier de presse 2008
Novembre en Enfance - dossier de presse 2008Novembre en Enfance - dossier de presse 2008
Novembre en Enfance - dossier de presse 2008Alexandre Muller
 
Secours catholique : rapport statistique 2012
Secours catholique : rapport statistique 2012Secours catholique : rapport statistique 2012
Secours catholique : rapport statistique 2012Nathalie SALLES
 
Sel infos 127 defi michee
Sel infos 127 defi micheeSel infos 127 defi michee
Sel infos 127 defi micheeSEL
 
Sel infos Septembre 2018
Sel infos Septembre 2018Sel infos Septembre 2018
Sel infos Septembre 2018SEL
 
Livre Blanc "Femmes, santé, climat, avançons ensemble vers la COP22"
Livre Blanc "Femmes, santé, climat, avançons ensemble vers la COP22"Livre Blanc "Femmes, santé, climat, avançons ensemble vers la COP22"
Livre Blanc "Femmes, santé, climat, avançons ensemble vers la COP22"Appel Climat Santé
 

Similaire à SEL Informations - Décembre 2015 (20)

Sel infos 133 Septembre 2017
Sel infos 133 Septembre 2017Sel infos 133 Septembre 2017
Sel infos 133 Septembre 2017
 
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
 
Sel infos 142 Septembre 2019
Sel infos 142 Septembre 2019Sel infos 142 Septembre 2019
Sel infos 142 Septembre 2019
 
SEL Informations - MARS 2016
SEL Informations - MARS 2016SEL Informations - MARS 2016
SEL Informations - MARS 2016
 
Sel infos Février 2018
Sel infos Février 2018Sel infos Février 2018
Sel infos Février 2018
 
Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020
 
SEL INFOS novembre 2019
SEL INFOS novembre 2019SEL INFOS novembre 2019
SEL INFOS novembre 2019
 
SEL Infos Mai 2020
SEL Infos Mai 2020SEL Infos Mai 2020
SEL Infos Mai 2020
 
Sel infos Novembre 2020
Sel infos Novembre 2020Sel infos Novembre 2020
Sel infos Novembre 2020
 
SEL INFOS 136 MAI 2018
SEL INFOS 136 MAI 2018SEL INFOS 136 MAI 2018
SEL INFOS 136 MAI 2018
 
Défi Michée
Défi  MichéeDéfi  Michée
Défi Michée
 
Rapport annuel 2020 SOS Faim
Rapport annuel 2020 SOS FaimRapport annuel 2020 SOS Faim
Rapport annuel 2020 SOS Faim
 
Novembre en Enfance - dossier de presse 2008
Novembre en Enfance - dossier de presse 2008Novembre en Enfance - dossier de presse 2008
Novembre en Enfance - dossier de presse 2008
 
Croix rouge-en-chiffres-2020
Croix rouge-en-chiffres-2020Croix rouge-en-chiffres-2020
Croix rouge-en-chiffres-2020
 
Secours catholique : rapport statistique 2012
Secours catholique : rapport statistique 2012Secours catholique : rapport statistique 2012
Secours catholique : rapport statistique 2012
 
Sel infos 127 defi michee
Sel infos 127 defi micheeSel infos 127 defi michee
Sel infos 127 defi michee
 
Sel infos Septembre 2018
Sel infos Septembre 2018Sel infos Septembre 2018
Sel infos Septembre 2018
 
Livre Blanc "Femmes, santé, climat, avançons ensemble vers la COP22"
Livre Blanc "Femmes, santé, climat, avançons ensemble vers la COP22"Livre Blanc "Femmes, santé, climat, avançons ensemble vers la COP22"
Livre Blanc "Femmes, santé, climat, avançons ensemble vers la COP22"
 
Livre blanc-femmes-sante-climat-2016
Livre blanc-femmes-sante-climat-2016Livre blanc-femmes-sante-climat-2016
Livre blanc-femmes-sante-climat-2016
 
Mailing janvier 2021
Mailing janvier 2021Mailing janvier 2021
Mailing janvier 2021
 

Plus de SEL

Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021SEL
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020SEL
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019SEL
 
Lettre ticket repas janvier 2019 ld
Lettre ticket repas janvier 2019 ldLettre ticket repas janvier 2019 ld
Lettre ticket repas janvier 2019 ldSEL
 
Lettre de nouvelles eau octobre 2018
Lettre de nouvelles eau octobre 2018Lettre de nouvelles eau octobre 2018
Lettre de nouvelles eau octobre 2018SEL
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas
Lettre de nouvelles Ticket-RepasLettre de nouvelles Ticket-Repas
Lettre de nouvelles Ticket-RepasSEL
 
Sel stage communication digitale
Sel stage communication digitaleSel stage communication digitale
Sel stage communication digitaleSEL
 
Lettre ticket-repas janvier 2018
Lettre ticket-repas janvier 2018Lettre ticket-repas janvier 2018
Lettre ticket-repas janvier 2018SEL
 
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017 Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017 SEL
 
Lettre de nouvelles santé janvier 2017
Lettre de nouvelles santé janvier 2017Lettre de nouvelles santé janvier 2017
Lettre de nouvelles santé janvier 2017SEL
 
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17SEL
 
Offre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
Offre emploi Chargé de Mission Relations EglisesOffre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
Offre emploi Chargé de Mission Relations EglisesSEL
 
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017SEL
 

Plus de SEL (13)

Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
 
Lettre ticket repas janvier 2019 ld
Lettre ticket repas janvier 2019 ldLettre ticket repas janvier 2019 ld
Lettre ticket repas janvier 2019 ld
 
Lettre de nouvelles eau octobre 2018
Lettre de nouvelles eau octobre 2018Lettre de nouvelles eau octobre 2018
Lettre de nouvelles eau octobre 2018
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas
Lettre de nouvelles Ticket-RepasLettre de nouvelles Ticket-Repas
Lettre de nouvelles Ticket-Repas
 
Sel stage communication digitale
Sel stage communication digitaleSel stage communication digitale
Sel stage communication digitale
 
Lettre ticket-repas janvier 2018
Lettre ticket-repas janvier 2018Lettre ticket-repas janvier 2018
Lettre ticket-repas janvier 2018
 
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017 Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
 
Lettre de nouvelles santé janvier 2017
Lettre de nouvelles santé janvier 2017Lettre de nouvelles santé janvier 2017
Lettre de nouvelles santé janvier 2017
 
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
 
Offre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
Offre emploi Chargé de Mission Relations EglisesOffre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
Offre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
 
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
 

Dernier

Spectacle du Parvis à Arreau le 27 février
Spectacle du Parvis à Arreau le 27 févrierSpectacle du Parvis à Arreau le 27 février
Spectacle du Parvis à Arreau le 27 févrierPhilippe Villette
 
Le Schéma intercommunal de développement de la lecture publique
Le Schéma intercommunal de développement de la lecture publiqueLe Schéma intercommunal de développement de la lecture publique
Le Schéma intercommunal de développement de la lecture publiqueFrançoise HECQUARD
 
2023-22 annexe-tampon TARIF AVEC ASSO. INTERET GENERAL.pdf
2023-22 annexe-tampon TARIF AVEC ASSO. INTERET GENERAL.pdf2023-22 annexe-tampon TARIF AVEC ASSO. INTERET GENERAL.pdf
2023-22 annexe-tampon TARIF AVEC ASSO. INTERET GENERAL.pdfMAIRIEORGERUS
 
Programme du Pays d'art et d'histoire des vallées d'Aure et du Louron du 19 a...
Programme du Pays d'art et d'histoire des vallées d'Aure et du Louron du 19 a...Programme du Pays d'art et d'histoire des vallées d'Aure et du Louron du 19 a...
Programme du Pays d'art et d'histoire des vallées d'Aure et du Louron du 19 a...Philippe Villette
 
Accidentologie sur les Hautes-Pyrénées
Accidentologie sur les Hautes-PyrénéesAccidentologie sur les Hautes-Pyrénées
Accidentologie sur les Hautes-PyrénéesPhilippe Villette
 
REGLEMENT DE LA SALLE signé-tampon.pdf;;;;;;
REGLEMENT DE LA SALLE signé-tampon.pdf;;;;;;REGLEMENT DE LA SALLE signé-tampon.pdf;;;;;;
REGLEMENT DE LA SALLE signé-tampon.pdf;;;;;;MAIRIEORGERUS
 
Le territoire et la lecture publique : enjeux
Le territoire et la lecture publique : enjeuxLe territoire et la lecture publique : enjeux
Le territoire et la lecture publique : enjeuxFrançoise HECQUARD
 

Dernier (14)

Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...
Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...
Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...
 
Spectacle du Parvis à Arreau le 27 février
Spectacle du Parvis à Arreau le 27 févrierSpectacle du Parvis à Arreau le 27 février
Spectacle du Parvis à Arreau le 27 février
 
Le Schéma intercommunal de développement de la lecture publique
Le Schéma intercommunal de développement de la lecture publiqueLe Schéma intercommunal de développement de la lecture publique
Le Schéma intercommunal de développement de la lecture publique
 
Chercheurs de sens. — 02. Préhistoire et antiquité jusqu’à J.-C.
Chercheurs de sens. — 02. Préhistoire et antiquité jusqu’à J.-C.Chercheurs de sens. — 02. Préhistoire et antiquité jusqu’à J.-C.
Chercheurs de sens. — 02. Préhistoire et antiquité jusqu’à J.-C.
 
Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures de la résistance à l'occupation is...
 
Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...
 
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
 
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
 
2023-22 annexe-tampon TARIF AVEC ASSO. INTERET GENERAL.pdf
2023-22 annexe-tampon TARIF AVEC ASSO. INTERET GENERAL.pdf2023-22 annexe-tampon TARIF AVEC ASSO. INTERET GENERAL.pdf
2023-22 annexe-tampon TARIF AVEC ASSO. INTERET GENERAL.pdf
 
Programme du Pays d'art et d'histoire des vallées d'Aure et du Louron du 19 a...
Programme du Pays d'art et d'histoire des vallées d'Aure et du Louron du 19 a...Programme du Pays d'art et d'histoire des vallées d'Aure et du Louron du 19 a...
Programme du Pays d'art et d'histoire des vallées d'Aure et du Louron du 19 a...
 
Accidentologie sur les Hautes-Pyrénées
Accidentologie sur les Hautes-PyrénéesAccidentologie sur les Hautes-Pyrénées
Accidentologie sur les Hautes-Pyrénées
 
REGLEMENT DE LA SALLE signé-tampon.pdf;;;;;;
REGLEMENT DE LA SALLE signé-tampon.pdf;;;;;;REGLEMENT DE LA SALLE signé-tampon.pdf;;;;;;
REGLEMENT DE LA SALLE signé-tampon.pdf;;;;;;
 
Le territoire et la lecture publique : enjeux
Le territoire et la lecture publique : enjeuxLe territoire et la lecture publique : enjeux
Le territoire et la lecture publique : enjeux
 
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ?
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ?Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ?
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ?
 

SEL Informations - Décembre 2015

  • 1. Une action chrétienne dans un monde en détressewww.selfrance.org Trimestriel2015/12-N°124 Les filleuls vous disent « Merci ! » 12 Agriculture & santé : une relation bénéfique 3 Le rendez-vous des délégués 14 Santé & Agriculture : le duo gagnant ! InformationsDécembre 2015
  • 2. 2 ÉDITORIAL Une action chrétienne dans un monde en détresse Le SEL est une association protestante de solidarité internationale qui fonde son action sur une vision responsable de l’engagement chrétien en vue de réduire la pauvreté dans les pays en développement. Les actions qu’il entreprend visent à amélio- rer les conditions de vie de per- sonnes et de populations en situations de pauvreté, dans une perspective d’autonomie. Créé par l'Alliance Evangélique Française en 1980, le SEL déploie des activités basées sur l'ensei- gnement biblique qui associe la Parole et les actes afin de trans- mettre l'amour de Dieu. C’est pourquoi le SEL travaille en par- tenariat avec des organisations chrétiennes locales, respon- sables des projets qu’elles élabo- rent et mettent elles-mêmes en œuvre. Le SEL mène une action humani- taire : le financement qu’il octroie à ses partenaires s’inscrit donc dans ce cadre ; ceux-ci déploient leur action au-delà des diffé- rences de religion, d’opinions po- litiques ou d’origines ethniques et en prenant en compte l’ensemble des besoins physiques, écono- miques et spirituels des bénéfi- ciaires finaux. Questions à Patrick Guiborat, Directeur général du SEL Les dons faits au SEL vous permettent de recevoir un reçu fiscal donnant droit à une réduction d’impôts (66%, ou 75% aux Ticket-Repas, ou 60% pour une entreprise) ; vous pouvez aussi nommer le SEL béné- ficiaire d’une assurance vie. De plus, par la Fondation SEL vous pouvez attribuer un legs en indiquant "Fondation SEL, Service d'En- traide et de Liaison, 157 rue des Blains, 92220 Bagneux", ou pour la déduction ISF, en lui envoyant un chèque à son ordre et à son adresse, et en mentionnant au verso "Fondation SEL". Le changement climatique concerne-t-il le SEL ? Depuis ses débuts en 1980, le SEL a soutenu des projets qui permettaient à des popu- lations vulnérables de faire face aux aléas climatiques, notamment dans le domaine agricole. En 2007, nous avons même focalisé la journée annuelle du SEL sur l’environ- nement avec un grand dossier La création souffre, agissons!*. J’écrivais à l’époque « Les pays pauvres seront les plus exposés au changement climatique alors qu’ils man- quent déjà de l’essentiel ; ce sont eux qui souffriront le plus des désordres de la nature alors qu’ils ne sont pas les premiers responsables et qu’ils ont moins de moyens de prévention et de réparation ». Hélas, le réchauffement se poursuit avec des consé- quences dramatiques pour les plus vulné- rables. Comme on ne peut pas l’arrêter de suite, il nous faut tout faire pour qu’il n’aug- mente pas trop. Quel rapport entre pauvreté et réchauffement de la planète ? Pour beaucoup de nos partenaires locaux, le travail pour réduire la pauvreté est lié à l’environnement. A des conditions déjà bien diffi- ciles s’ajoutent les chan- gements climatiques qui rendent leur tâche encore plus dure, aux- quels se rajoutent les catastrophes liées au climat. Notre crainte, c’est que ce réchauffement ne réduise à néant une partie du travail effectué depuis tant d’années : un récent rapport de la Banque Mondiale indique que, sans mesures immédiates, plus de 100 millions de personnes supplémentaires tomberaient sous le seuil d’extrême pau- vreté à l’horizon 2030. Prions donc pour que les engagements de nos gouvernants pour réduire l’influence humaine négative sur le climat soient tenus voire dépassés, et que chacun et chacune d’entre nous puissions également faire notre part individuelle et collective dans ce domaine. *Une partie de ce dossier est à votre dis- position sur le site du SEL : selfrance.org/ressources/outils de sensi- bilisation/environnement. Imprimésurpapier100%recyclé Partenaires du SEL Le Défi Michée veut mobiliser les chrétiens contre l’extrême pauvreté, notamment en les encourageant à interpeller les gouvernants au sujet de leur engagement pris en 2000 de réduire l’extrême pauvreté de moitié d’ici 2015 (Objectifs du Millénaire pour le Développement). Depuis 1983, ARTISANAT SEL s’inscrit dans une démarche de commerce équitable pour permettre à des femmes et des hommes de vivre dignement de leur travail par l’échange économique. Distincte du SEL, l’association agréée entreprise solidaire fait vivre aujourd’hui plusieurs milliers d’artisans et de producteurs à travers le monde. Faire le bilan de l’année 2015, pour le SEL, n’est pas chose facile, tant cette année a été riche en évènements. J’en retiendrais deux qui me paraissent particulièrement significatifs. Tout d’abord, c’est avec beaucoup de joie et de reconnaissance que nous avons dépassé les 9000 enfants parrainés. Grâce à la fidélité des nombreux parrains Français, ces enfants voient leur vie prendre une autre dimension, par l’aide à la scolarité, la prise en charge de la santé, l’aide alimentaire, et surtout, le développement de leur personnalité, qui leur permettra de devenir des acteurs efficaces dans leur propre communauté. Le deuxième évènement qui m’a mar- qué cette année a été la rencontre de VOLDEB, un partenaire chrétien local du SEL, dans la région de Porto Novo au Bénin. Celui-ci mène des actions de dé- veloppement dans le domaine agricole (maraîchage et élevage) en faveur de communautés villageoises. J’ai été im- pressionné par le dynamisme et le pro- fessionnalisme de ce partenaire qui a aidé les membres de ces communautés à se réconcilier les uns avec les autres, à retrouver la confiance en eux-mêmes et, grâce à leur travail, l’espoir d’une vie meilleure. De plus en plus de voix s’élèvent parmi les spécialistes pour dire que l’agriculture familiale est probablement le meilleur moyen pour que les populations les plus pauvres sortent de la misère. Je l’ai constaté lors de cette visite où j’ai ren- contré des gens heureux de voir leur vie changer. C’est grâce à vos dons que tout cela a été et sera encore possible. En ce temps de Noël, recevons ces bonnes nouvelles comme des cadeaux du Seigneur ! Daniel Babiak Vice-président du SEL SOMMAIRE P2 : Edito et Questions à Patrick Guiborat P3 : Dossier (projets) : Agriculture et santé : une relation bénéfique ! P 6 : Paroles de partenaires P 8 : Là où nos partenaires reboisent, la pauvreté recule ! P 10 : Urgences & crises P 11 : Parrainage : Merci Abbel ! P 12 : Les filleuls vous disent « Merci ! » P 13 : Souvenirs de Noël P 14 : Le rendez-vous incontournable des délégués du SEL ! P 15 : La page est à vous : A l’assaut du désert & Compassion Arte P 16 : Artisanat SEL : Quand Artisanat SEL rencontre ses artisans p 17 : Défi Michée : Ensemble pour relever le défi d’un monde plus juste P 18 : Nouvelles du SEL P 19 : Journée du SEL A NOS NOUVEAUX LECTEURS Vous recevez peut-être pour la première fois notre journal. Si vous souhaitez être tenus au courant de nos activités, vous pouvez vous abonner au prix indiqué ci- dessous. Si vous ne souhaitez pas recevoir notre journal, dites-le-nous en renvoyant votre étiquette. Nous ne voudrions pas vous importuner davantage. Conformément à l’article 27 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant dans nos fichiers. Dons uniquement : IBAN : FR57 2004 1000 0100 0195 5F02 034 BIC : PSSTFRPPPAR Parrainage et Ticket-Repas : IBAN - FR34 2004 1000 0113 7110 9S02 033 BIC - PSSTFRPPPAR Directeurs de la publication : Claude Grandjean et Patrick Guiborat Responsable de la rédaction : David Alonso Comité de Rédaction : Isabelle Duval, Nicolas Fouquet, Patrick Guiborat, Ann Hatava, Daniel Hillion, Véronique Lavoué SEL PROJETS BELGIQUE 243 route Provinciale - 1301 BIERGES Tél. / Fax (010) 65.08.51 Compte Fortis : IBAN : BE85 0012 1339 3006 BIC : GEBABEBB avec la mention DON SEL SUISSE ROMANDE Compte bancaire : Banque COOP CH 413585.300070-9 Association Service d’Entraide et de Liaison 157 rue des Blains - 92220 BAGNEUX Tél. 01 45 36 41 51 - Fax 01 46 16 20 86 contact@selfrance.org Artisanat-SEL BP 21002 - 45701 Villemandeur Tél. 02 38 89 21 00 - Fax 02 38 85 14 09 contact@artisanatsel.com www.artisanatsel.com  Mise en page : J. Maré Impression : IMEAF - La colline 26160 La Begude de Mazenc Tél. 04 75 90 20 70 CPPAP N°1116H80951 (30/11/2016) N°ISSN 1145-2269 Prix du n° : 1 € Abonnement : 4 € Abonnement de soutien : 20 € © Photos : SEL (sauf mention).
  • 3. 33 Agriculture et santé : une relation bénéfique ! U ne étude rapide du sujet permet en effet de voir que les relations entre agriculture et santé sont doubles1 , et ce, à deux titres : non seule- ment, leurs influences sont réci- proques (l’agriculture affecte la santé comme la santé affecte l’agriculture) mais elles se veu- lent aussi antagonistes (parfois positives comme parfois néga- tives). L’agriculture, un soutien indispensable à la santé Pour commencer, il convient d’observer que l’agriculture est indispensable à la santé en ce sens qu’elle permet de produire les aliments dont se nourrissent les humains. Or, aujourd’hui, une personne sur neuf – soit 795 mil- lions de personnes – ne mange ni à sa faim ni ne reçoit la nour- riture dont elle a besoin pour mener une vie saine et active. Le Programme Alimentaire Mon- dial, l’organisme d’aide alimen- taire de l’ONU, souligne que « la faim et la malnutrition constituent le risque sanitaire mondial le plus important - plus que le sida, le paludisme et la tuberculose réunis ».2 DOSSIER Agriculture et santé, deux domaines dans lesquels nos partenaires interviennent dans les pays en développement pour améliorer les conditions de vie des personnes et des commu- nautés pauvres. À première vue, ces deux champs d’action sont relativement cloisonnés et pourtant il semblerait qu’ils soient plus liés qu’on ne le pense… 1 http://www.cairn.info/l-agriculture-au-service-du-developpement--9780821372999-page-270.htm 2 http://fr.wfp.org/faim Un cercle vertueux trop souvent ignoré
  • 4. 4 Bien que sûrement les plus évi- dents, les bienfaits de l’agricul- ture sur la santé ne s’arrêtent pas non plus aux seuls apports alimentaires. L’agriculture permet également de produire de nom- breux biens non comestibles qui sont pourtant essentiels à la bonne santé des individus. Il peut s’agir « de fibres ou de matériaux pouvant servir à les abriter »3 mais aussi de plantes qui seront utilisées pour des médicaments par exemple. Enfin, plus globalement, l’activité agricole occupe une place cen- trale dans la plupart des pays en développement. «  Plus de 80 % des ménages ruraux [y] pratiquent l’agriculture sous une forme ou sous une autre et les ménages les plus pauvres sont, en général, ceux qui dépendent le plus de l’exploitation familiale et du travail salarié agricole ».4 L’agriculture a alors toute son importance car elle génère des revenus qui pourront notamment être utilisés pour des dépenses de santé. L’agriculture peut aussi menacer la santé Au-delà de ces effets bénéfiques, il arrive aussi que l’agriculture ait une incidence négative sur la santé. Les caractéristiques des systèmes de production agricole peuvent augmenter le risque de maladies liées à l’eau5 . C’est ainsi que, dans certains cas, l’irrigation crée des conditions favorables à la propagation du paludisme. Les personnes en situation de pauvreté sont tout particulière- ment exposées à ce type de risque du fait de la proximité entre leurs lieux d’habitation et les champs dans lesquels elles travaillent. D’ailleurs, ce constat est aussi valable pour ce qui est des dangers liés à la transmission de maladies infectieuses d’origine animale. L’épidémie de grippe aviaire de type A (H5N1)6 en 2004 avait mis en lumière ce vaste problème. Enfin, si les denrées agricoles peuvent constituer une grave menace pour la santé de ceux qui les produisent, il semblerait qu’elles puissent aussi avoir des effets néfastes sur ceux qui les consomment. C’est ce dont on s’aperçoit malheureusement avec l’usage trop abondant qui est parfois fait des pesticides7 , tout particulièrement dans les pays en développement. La santé peut aussi affecter l’agriculture Si l’on vient de voir que l’activité agricole peut exercer une influence – positive comme néga- tive – sur la santé, il ne faut pas non plus négliger le fait que la santé peut également avoir des effets sur l’agriculture. Ainsi, la demande en produits agricoles se verra affectée par l’état de santé des individus ou par des recommandations alimentaires qui pourraient être suivies à l’échelle mondiale. DOSSIER 3 http://www.who.int/bulletin/volumes/84/12/05-025650ab/fr/ 4 http://www.ifad.org/rpr2011/report/f/overview.pdf 5 http://www.who.int/water_sanitation_health/diseases/malaria/fr/ 6 http://www.who.int/mediacentre/factsheets/avian_influenza/fr/ 7 http://www.who.int/ipcs/assessment/public_health/pesticides/fr/ 70% de ceux qui souf- frent de la faim sont des agriculteurs 80% de la production agricole subsaharienne est réalisée par des petites ex- ploitations familiales. 3 chiffres clés 1personne sur 3 est un paysan Les bienfaits de l'agriculture sont indispensables pour le bon développement des enfants.
  • 5. Plus encore, dans les commu- nautés agricoles, d’importants problèmes de santé – tels que le sida et le paludisme – peuvent avoir des effets désastreux en termes de performances profes- sionnelles, de revenus ou encore de productivité agricole. «  Une étude des agriculteurs engagés dans la production intensive de légumes en Côte d’Ivoire a mon- tré que les agriculteurs atteints de paludisme étaient à peu près deux fois moins productifs que les agriculteurs sains ».8 Le défi particulier dans ce type de situation est que les pro- blèmes de santé initiaux risquent bien souvent de pousser les indi- vidus concernés dans une sorte de cycle vicieux. Ces personnes se voient alors prises dans une spirale descendante où la maladie entraîne une perte de revenus qui elle-même les empêche de se soigner correctement. Passé un premier étonnement, il n’apparaît finalement pas illogique de lier agriculture et santé. Bien au contraire, les deux domaines semblent aller de pair et mériteraient sûre- ment qu’on les aborde plus souvent ensemble car « la co- ordination des interventions visant respectivement l’agri- culture et la santé peut géné- rer, pour les pauvres des pays en développement, des béné- fices significatifs en termes de bien-être ».9 5 DOSSIER 8 http://www.cairn.info/l-agriculture-au-service-du-developpement--9780821372999-page-270.htm 9 http://www.cairn.info/l-agriculture-au-service-du-developpement--9780821372999-page-270.htm « Cela nous a permis de payer les soins médicaux ! » Depuis plus de 30 ans, le SEL soutient le développement des exploitations agricoles en Afrique francophone et plus particu- lièrement subsaharienne. Témoignage de Julienne, l’une des bénéficiaires de notre partenaire Sanga Mamba, en République Démocratique du Congo. « Avant ce projet, je n’avais rien. Il fallait que je fasse des acrobaties pour mettre une marmite sur le feu. En cas de maladie, je manquais d’argent pour acheter les médicaments et payer la consultation. Aujourd’hui, je suis heureuse car nous avons semé, récolté et vendu le soja, les feuilles de manioc et les arachides. Cela nous a permis de payer la scolarité et les soins médicaux. Si je suis en bonne santé, sans problème alimentaire, c’est grâce au projet de Sanga Mamba. En tant qu’agricultrice, main- tenant, j’ai un peu d’argent qui me permet de manger selon mon choix et je peux m’acheter un comprimé de paracéta- mol. » Pour aller plus loin Grâce aux dossiers Agriculture et Santé du SEL disponibles sur notre site internet dans la rubrique Ressources, découvrez de façon ludique et pédagogique les enjeux qui touchent aujourd’hui tant de familles rurales pauvres. www.selfrance.org/ressources/outils/outis de sensibilisation.
  • 6. 6 Paroles de partenaires TÉMOIGNAGES « Je suis venu travailler ici parce j’y trouve de l’aide financière pour payer de la nourriture pour ma famille et pour soigner mes deux enfants quand ils sont malades. L’autre jour, c’est grâce à l’argent de trois jours de travail que j’ai pu amener mon enfant au dispen- saire pour les soins. Sans ça, comment j’allais faire ? Mon mari n’a pas les moyens. L’aide du pro- jet nous soulage beaucoup. Merci au vous et au projet. Que Dieu vous bénisse. Amen ! » Mme Agate à Doufiguisso (Burkina faso) bénéficiaire du programme de dé- veloppement agropastoral de notre partenaire FWS (Fondation Wurodini Service) « J’ai 29 ans et je suis maman de 5 enfants. Bien avant le projet, rien ne marchait. Mon mari, un conducteur de taxi-moto, n’arrivait pas à satisfaire à nos besoins : sa moto vieille de 10 ans tombait souvent en panne et finalement le propriétaire nous a retiré la moto. Avec 5 enfants à charge, il faut nécessairement faire quelque chose ! Je passais de maison en mai- son pour faire quelques travaux domestiques moyennant un petit sou avec quelques restes de repas, mais hélas notre misère grandissait. Nous mangions tout ce qui nous tombait sous la main, ce qui a affecté durement la santé de trois de mes enfants et entraîné leur déscolarisation. Ce projet est venu nous sauver, moi et ma famille. Aujourd’hui, nous sommes en bonne santé et mes enfants, soignés, ont pu reprendre le chemin de l’école. Je remercie Dieu et ceux qui ont subventionné ce projet. » Mahugnon, d’Adjara non loin de Porto Novo (Bénin), bénéficiaire de l’action de notre partenaire MI-EV.
  • 7. TÉMOIGNAGES 7 « Avant, dès le mois de mars, nous commencions une vie de misère jusqu’à la nouvelle récolte. A la rentrée scolaire des enfants, il nous fallait contracter des prêts afin de nous en sortir. La formation d’ABEP nous a sortis de l’ignorance et a renforcé nos capacités pour améliorer nos rendements. Nous étions riches sans le savoir ! Le renforcement de nos capacités est arrivé grâce à votre projet. Dès cette année, grâce à la pépinière, nous pourrons subventionner l’achat des fournitures scolaires et l’alimentation s’améliore dans plusieurs foyers. » Mr. Abalo Luc à Adjengré (Togo), bénéficiaire de notre partenaire ABEP (Action pour le Bien-Etre de la Population).
  • 8. 8 Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?  Je m’appelle Ankou Saram. Je préside l’Association pour le Bien-Être de la Population (ABEP). Je suis aussi Secré- taire Général adjoint du bureau national des Assemblées de Dieu au Togo ainsi que pasteur titulaire d’une Eglise à Lomé. Pourriez-vous présenter ABEP en quelques mots ? ABEP est une association qui intervient  principalement pour diminuer : • Les effets du réchauffement climatique, • La pauvreté et l’exode rural, • La malnutrition, Quelles sont les activités d’ABEP ? ABEP travaille dans plusieurs domaines. Le  reboisement est notre activité principale. La for- mation et la sensibilisation dans ce domaine sont nos premières missions. Nous formons nos bénéficiaires au reboisement et nous les accompagnons dans la création de pépinières et la mise en terre des plants. Faire seulement de la sensibili- sation est insuffisant. Nous sen- sibilisons, mais nous formons aussi. Face à la déforestation, nous apportons des solutions concrètes grâce au reboisement : nous avons créé des pépinières qui permettent aux bénéficiaires d’avoir plus facilement accès aux plants à replanter. Comment vous est venue l’idée d’agir dans ce domaine ? J’ai été longtemps pasteur en milieu rural : j’ai pu constater la pauvreté au quotidien. En discu- tant avec les agriculteurs, j’ai compris qu’il leur était de plus en plus compliqué de cultiver : ils n’arrivaient plus à prévoir les pluies qui se décalaient, et même parfois ne venaient plus. Je me suis donc intéressé au réchauf- fement climatique. J’ai alors com- mencé à poser un autre regard sur  l’abattage anarchique des arbres,  vendus comme bois de chauffage pour la cuisine. En effet, cette situation entraîne un exode rural important, d’abord chez les enfants d’agriculteurs qui partent vers les villes et pour les agriculteurs eux-mêmes qui n’arrivent plus à vivre correc- tement du travail de la terre. Aujourd’hui, dans les lieux où nous agissons, les gens commen- cent à revenir  et  ceux qui sont restés ne pensent plus à partir. Grâce au reboisement et à l’utili- sation de nouvelles techniques Nous voudrions vous faire découvrir le travail remarquable d’ABEP, un de nos partenaires chrétiens qui lutte contre la déforestation au Togo. Grâce au reboisement, il redonne espoir aux agriculteurs locaux et leur donne les moyens de subvenir à leurs besoins. Là où nos partenaires reboisent, la pauvreté recule ! INTERVIEW
  • 9. 9 PROJETS DE DÉVELOPPEMENT agricoles auxquelles nous les avons formés, ils arrivent à nou- veau à subvenir à leurs besoins. Quels sont les changements cli- matiques auxquels fait face le Togo ?  Cette année 2015 est un bon exemple : nous avons eu 4 mois de sécheresse au moment de la saison agricole dans le sud. Cer- tains agriculteurs  n’ont  pas pu planter un seul grain de maïs ! Alors qu’au nord, où il est censé pleuvoir plus rarement, il y a eu trop de pluies et des inon- dations. Nous voyons aussi sur les côtes que le niveau de la mer monte et certains habitants voient leurs maisons détruites par les vagues. Comment ce projet vous per- met-il de témoigner de l’amour de Dieu ? Nous pensons que Dieu n’a pas voulu ces problèmes pour l’homme. Et que c’est Dieu qui nous a poussés à créer ce projet : lorsque nous mettons en place de nouvelles formations et que nous rencontrons de nouveaux bénéficiaires, nous rappelons tou- jours que c’est grâce à Dieu que ce projet existe. Ainsi ils voient que des églises, des chrétiens et des pasteurs s’inquiètent de leur bien-être. Et quand on leur dit que ce n’est pas nous, mais Dieu qui fait cela, ils sont surpris. Q u e l s s o n t l e s impacts positifs directs visibles dans la vie des bénéfi- ciaires ? Au quotidien et à tra- vers ce projet, nous voyons qu’ils réus- sissent à mieux se prendre en charge et surtout qu’ils ne souhaitent plus s’en aller. Grâce au pro- jet, leurs ressources financières augmentent, ils arri- vent à scolariser leurs enfants et à  prendre en charge les dépenses de santé. Nous voyons particulièrement une différence au niveau de l’accouchement des femmes qui se fait dans de meilleures conditions, dans des centres de santé, plutôt qu’à la maison. Nous voyons aussi une meilleure coopération entre les villageois. Ceux qui ont bénéficié des for- mations ont pu faire plusieurs récoltes cette année, ce qui leur a permis d’avoir un meilleur ren- dement. Quels sont les effets positifs espérés sur le long terme ? Sur le long terme, nous souhai- tons participer à  freiner le réchauffement climatique  et ainsi  réguler la pluviométrie. Replanter des arbres nous per- mettra aussi d’avoir de la matière organique, indispensable pour fertiliser les terres et freiner l’érosion des sols. Nous espé- rons  aussi que ce soit un bon levier économique pour les familles : elles pourront, à terme, vendre leurs arbres pour faire du bois de chauffe, dans un cadre  de coupes raisonnées. Grâce à ces projets, nous espé- rons que les villageois pourront sortir de la pauvreté. Pour conclure, vous vouliez dire quelques mots à nos donateurs ? Dieu a placé en eux la volonté et la capacité de faire des dons  : qu’ils soient bénis pour cette aide qu’ils nous apportent. Nous sou- haitons les remercier et aussi demander la bénédiction de Dieu sur eux afin qu’ils continuent de se soucier des plus pauvres de ce monde. Grâce à vos dons, le SEL soutient l’ABEP Grâce au soutien de nos donateurs, le SEL a com- mencé à aider l’ABEP en 2009 à travers un projet pilote de reboisement, pour un budget 5 000 €. Le but était de lutter contre le changement cli- matique, la déforestation et la pauvreté en favori- sant le reboisement. L’objectif étant, à terme, de freiner l’exode rural et d’améliorer les conditions de vie de la population. Ce projet pilote ayant bien fonctionné, le SEL a ren- forcé son partenariat en 2013 avec un nouveau plan d’action à hauteur de 66 000 €, versés sur trois ans à l’ABEP. Chaque année, ce projet permet de former 300 per- sonnes et de reboiser 15 hectares. Faites un don aujourd’hui : aidez-nous à faire reculer la pauvreté.
  • 10. 10 Les crises irakienne et syrienne affectent depuis 2011 toute la region du Moyen-Orient. En Syrie, près de la moitié de la population a dû abandonner son domicile. 4 millions de personnes se sont réfugiées dans les pays voisins et 6 millions se sont déplacées à l’intérieur du pays. En Irak, ce sont près de 3,2 millions de personnes qui ont quitté leur domicile. Nos partenaires de l’Alliance Integral* sont à pied d’œuvre sur le terrain pour aider les déplacés et réfugiés à se préparer à l’hiver. En Jordanie, notre partenaire ACCTS distribue des chauffages d’appoint aux réfugiés syriens nouvel- lement arrivés. En Irak, notre partenaire installe des tentes et tapis isolants afin de protéger les déplacés du froid dans les bâtiments en construction où ils se sont installés. Merci de continuer à prier pour nos par- tenaires sur le terrain et pour tous les irakiens et syriens qui subissent ces crises de plein fouet. *Le SEL est membre de d’Integral, une alliance internationale de 23 orga- nisations chrétiennes travaillant ensemble pour apporter une réponse plus efficace à la pauvreté.  Crise Moyen-Orient : prions pour les déplacés face à l’hiver URGENCES & CRISES Crise Nigeria, Cameroun, Niger et Tchad Les défis à relever face aux violences de Boko Haram sont toujours plus nombreux. A la suite des conflits au Came- roun, Tchad, Niger et Nigeria, plus de 2,5 millions personnes ont dû fuir leurs villages depuis mai 2013. Malgré les récoltes récentes, plus de 11 millions de personnes sont toujours dans une situation d’insécurité d’alimentaire aïgue dans ces 4 pays. Au Nord Cameroun, plus de 60 000 refugiés du Nigeria sont hébergés dans des camps ou chez des familles d’accueil. Grâce à vous, notre partenaire au Nord Cameroun a déjà pu distribuer du maïs, du riz et du savon à plus de 920 réfugiés. Merci de continuer à prier pour que la paix de Dieu soit présente à nouveau dans cette région en crise. ©Photo:TearfundUK La crise en Centrafrique conti- nue. Le conflit entre bandes rebelles a causé 6 000 morts et plus de 2,7 millions personnes ont besoin d’une aide humani- taire. En novembre 2015, plus de 100 maisons ont été brulées pen- dant un week-end et cette vio- lence a entrainé ensuite le dépla- cement de plusieurs centaines d’habitants. Au total, presque 400 000 personnes ont fui leur maison dans ce pays. Le conflit a traumatisé les populations, plus particulièrement les enfants. Mais il y a toujours de l’espoir. Grâce à vos dons, notre parte- naire Jeunesse Unie pour la Pro- tection de l’Environnement et le Développement Communautaire (JUPEDEC) a démarré un projet de soutien psychologique à des- tination des enfants. De plus, ils vont former des parents, des res- ponsables des communautés et des leaders religieux afin qu’ils puissent être capables de mieux aider les enfants traumatisés. Cette formation peut transformer la vie des enfants. Merci de prier pour ce projet, de remercier Dieu pour notre partenaire et d’inter- céder plus spécifiquement pour les élections présidentielles et législatives le 27 décembre 2015. Crise Centrafrique : il y a toujours de l’espoir
  • 11. A b b e l , a n c i e n enfant parrainé d’Haïti nous a rendu visite en octobre. Son témoignage de vie a été un réel encourage- ment pour toutes les personnes qui l’ont écouté. Un exemple avec ce retour de Pulse Rennes… « Merci Abbel pour ton témoignage poignant ! Merci de nous avoir raconté ton enfance dans un bidonville de Port- au-Prince et combien le parrainage a changé ta vie : tu as pu manger à ta faim, faire des études et recevoir des ensei- gnements bibliques... et maintenant tu veux être pasteur et tu parraines d’autres enfants... » 11 Merci Abbel ! PARRAINAGE D'ENFANTS L e SEL, avec son partenaire Compassion, met en œuvre, grâce au soutien de ses donateurs, un parrainage qui accompagne le filleul tout au long de sa jeunesse, de son enfant à l’adolescence. Mais cet accom- pagnement éducatif trouve parfois sa limite à l’aube de l’âge adulte, quand le jeune adolescent doit entamer des études supérieures ou une formation professionnelle plus poussée. Avec notre partenaire Compas- sion, nous allons dorénavant pro- poser une approche plus large, offrant à beaucoup plus de jeunes filleuls la possibilité d’être accompa- gnés tout au long de leur cycle édu- catif, même jeune adulte. Dorénavant, nous prendrons en charge la scolarité des jeunes jusqu’à 22 ans. Cette nou- velle approche va nous permettre de proposer à chaque jeune étudiant parrainé la meilleure filière possible, en tenant compte du contexte dans lequel il vit, de ses besoins et de ses capacités. Nous allons évoluer vers cette approche dans les mois qui viennent. Accompagner plus de jeunes plus loin Dans les studios d'Essentiel Radio à Lyon Vous pouvez retrouver les différentes interventions d’Abbel ainsi que ses interviews radio sur le site du SEL : www.selfrance.org/index.php?id=1339 A la rencontre des jeunes de Pulse Rennes Un ancien enfant parrainé ayant bénéficié du soutien prolongé à sa scolarité
  • 12. CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE12 Les filleuls vous disent « Merci ! » Si vous êtes parrains, vous avez sans doute reçu et déjà répondu à l’appel de Noël (si ce n’est pas le cas, il n’est pas trop tard). A travers les centres de notre partenaire Compas- sion, dans le monde entier, des enfants, des jeunes vont recevoir de votre part un pré- sent, signe de l’affection que vous leur portez. Soyez-en ici chacun remerciés. Cette petite fille vient de recevoir sa première poupée. Elle vit en Ouganda. Gabriela, 10 ans, vit au Brésil. Mukosha a 7 ans. Il a grandi au Rwanda. PARRAINAGE D'ENFANTS
  • 13. N otre partenaire Compas- sion, qui gère les centres locaux où sont accueillis nos filleuls, tente de résoudre les problèmes qui empêchent les enfants de se développer nor- malement. En Inde, par exemple, un centre faisait régulièrement face à des coupures d’électricité intempestives qui perturbaient les temps d’études et de devoirs : sans lumière, en fin de journée, difficile de réviser. Grâce au par- rainage +, le centre a pu s’équiper de panneaux solaires et de bat- teries lui permettant de stocker l’énergie. Les enfants peuvent ainsi étudier à la lumière des ampoules, sans se soucier d’autre chose que de leurs études. Dans un autre registre, celui de la santé, un centre de Compas- sion au Kenya faisait face régu- lièrement à des propagations de bilharziose. Ce ver, particulière- ment contagieux, affaiblit l’enfant et l’expose à d’autres maladies, l’entravant dans sa scolarité quand ce n’est pas plus invali- dant. Une façon efficace de lutter contre cette infection, c’est de connaître des règles sanitaires et de les pratiquer. Grâce au par- rainage +, une campagne de sen- sibilisation couvrant tous les centres du Kenya a été lancée, avec succès. Plusieurs milliers d’enfants et de jeunes ont appris les gestes simples d’hygiène qui éloignent les risques d’infection. Achevons ces exemples de Par- rainage + par la Bolivie, plus pré- cisément à Cochabamba. Ici, le souci, c’est l’hygiène. En l’absence d’eau courante et potable, les enfants allaient boire et faire leurs besoins au même endroit : la rivière, où pullulent mouches et autres insectes vecteurs de contagions. Pour stopper ce com- portement fragilisant les enfants, le centre de Compassion avait besoin de deux choses : des toi- lettes et de l’eau courante. Grâce au Parrainage +, c’est aujourd’hui chose faite. Les enfants bénéfi- cient de latrines propres et ne sont plus exposés aux eaux infes- tées de microbes. Le Parrainage +, c’est une façon concrète de faire la différence dans la vie des filleuls. Pour un montant modique, chaque par- rain permet d’améliorer les conditions de vie et de prise en charge des filleuls, facilitant leur scolarité et augmentant leur pos- sibilité d’avoir une vie meilleure. 13 Le parrainage + Près de la moitié des parrains du SEL ont choisi le parrainage +. En faisant ce choix, ils offrent à leur filleul la possibilité de bénéficier d’un cadre de vie amélioré, dans des domaines aussi variés que l’accès à l’énergie, la salubrité ou la santé, que nous vous présentons dans les lignes suivantes. PARRAINAGE D'ENFANTS Apprendre à lutter contre la bilharziose Intéressé par le parrainage + ? Contactez-nous au 01 45 36 41 52 ou par email : parrainage@selfrance.org
  • 14. 14 Comme chaque année, les délégués du SEL se retrou- vent pour partager et échanger leurs belles expériences vécues au sein de leur Église locale. C ette année encore, c’était avec plaisir que nous avons reçu nos délégués dans les locaux du siège à Bagneux et sur Lyon pour p a r t a g e r c e moment convivial. Une journée qui a été rythmée par des échanges constructifs, des a t e l i e r s , u n e étude biblique et des interventions. Nous avons également eu la joie d’accueillir Abbel qui nous a communiqué son témoi- gnage tout à la fois émouvant et encourageant. Abbel est un jeune homme qui a bénéficié du parrainage du SEL en Haïti depuis son jeune âge. Un sou- tien qui a complètement changé sa vie. Aujourd’hui Abbel occupe un poste de ges- tionnaire de projet au sein de Compassion Haïti, parraine 2 enfants et vient en aide à sa communauté. Pour retrouver le témoignage d’Abbel n’hésitez pas à consul- ter le Blog du SEL à l’adresse : blog.selfrance.org Le rendez-vous incontournable des délégués du SEL ! DÉLÉGUÉS « Cette journée des délégués m’a permis de connaître d’autres délégués de la région et nous nous sommes édifiés mutuellement par le par- tage de nos expériences. Les informations et en- couragements recueillis de la part des membres du SEL étaient motivants et utiles pour notre mis- sion de délégués. » Isabelle PECRON, Déléguée dans une Église à Paris « La réunion des délégués du SEL à Bagneux, nous a permis de rencontrer les responsables qui nous ont parlé du partage en se référant à la Bible, de la réalisation des projets de développement, des actions dans les situations d’urgence. Nous avons été parti- culièrement impressionnés du témoignage d’Abbel. A travers son histoire, le constat que nous fai- sons est le suivant  : si nous ne pouvons pas changer le monde, nous pouvons complètement transformer la vie d’un enfant et lui donner un avenir. » M et Mme MILLE, Délégués dans une Église à Vaux-sur-Seine Un moment privilégié « La journée des délégués est un moment privilégié de partage avec ceux qui ont la même vision pour l’œuvre du SEL. Nous avons pu bénéficier de la visite d’Abbel, ancien enfant parrainé en Haïti et apprendre toute la différence que le parrainage a fait pas seulement pour lui mais aussi pour sa famille et sa communauté. Deux choses qu’il a dites résument pour moi son témoignage : avant d’être parrainé, ses parents ont dû choisir entre envoyer les enfants à l’école et manger, et s’il n’avait pas été parrainé, il serait aujourd’hui soit en prison soit au cimetière. Nous étions tous très émus par son témoignage et doublement convaincus de l’importance du parrainage. » Rosemary COX, Déléguée dans une Église à Veneux-les-Sablons
  • 15. 15 LA PAGE EST À VOUS « A l’assaut du désert », le projet 2016 de Marc Brunet Après plusieurs défis sportifs extrêmes, c’est au Maroc, en 2016, que va se dérouler la nouvelle aventure de Marc Brunet, ancien directeur de Séphora, la musique de la Vie. Au programme, « Le Marathon des Sables » : une épreuve d’une semaine où il courra un marathon par jour dans le désert en complète autonomie. Marc tentera de relever ce défi par des tempéra- tures pouvant osciller entre 0° et 50° ! Avec Marc le défi est aussi solidaire ! Il veut récolter des fonds pour lutter contre la déserti- fication en Afrique avec la Ferme Pilote de Guiè, partenaire du SEL au Burkina Faso. Cette ferme met au point des techniques de reconquête des sols dégradés, avec les agriculteurs locaux volon- taires. Ainsi, petit à petit, plus une goutte d’eau ne se perd, et ces régions reverdissent, donnant à la population l’espoir d’un avenir meilleur. « Compassion Arte » lorsque des artistes s’unissent pour le parrainage « Compassion Arte », c’est le projet de deux artistes  : Lucia Klein et Calogero Caruso. En octobre, ils ont organisé 4 jours d’exposition : couture, pâte à sel, dessin, peinture, autant d’œuvres à admirer, mais aussi à acheter ! Car le projet se voulait aussi solidaire. Etant tous deux parrains, lesorganisateursdésiraientpartager cette expérience avec d’autres et récolter des fonds pour le SEL. «  L’expo s’est passée en toute simplicité et dans la joie. Parmi les invités il y avait des parrains, marraines de notre église. C’était plein de belles surprises. », raconte Calogero. Au final, plus de 100 personnes ont assisté à l’événement et 300 € ont été récoltés pour soutenir un centre d’accueil d’enfants parrainés en Haïti ! Un grand Merci à eux ! Pour soutenir le projet, RDV sur www.aventure-en-solidaire.net 
  • 16. J e me suis d’abord rendu chez Asha Handicraft à Bombay, un partenaire historique d’Artisanat SEL : Yves Turquais : Bonjour Imanuel. Quelestl’impactmajeurducommerce équitable pour des artisans comme vous ? ImanuelBundulu :L’activitééconomique permet de réduire la pauvreté. Oui, letravailsocialapporteunchangement réel dans la vie des artisans.  YT : Pourriez-vous citer un exemple pour nos lecteurs ? IB : Sameena a bénéficié il y a 20 ans du programme de scolarisation mis en place par Asha Handicraft. Elle a ainsi pu étudier jusqu’à l’université et devenir professeur. Aujourd’hui, elle donne des cours de soutien aux enfants des artisans. YT : L’école publique est pourtant obligatoire en Inde ? IB : Oui, mais les parents préfèrent envoyer les fillettes travailler dans les champs ou à la maison. Ce que décrit ici Imannuel est mal- heureusement la réalité pour des dizaines de millions d’enfants en Inde. C’est pourquoi Asha Handicraft emploie des travailleurs sociaux pour favoriser ainsi la scolarisation à laquelle ont droits tous les enfants indiens. Je suis ensuite allé rencontrer Samuel Masih responsable de Noah’s Ark, partenaire d’Artisanat SEL depuis 1986, à Moradabad (au Nord Ouest de l'Inde). YT  : Bonjour Samuel. Quelle est votre plus grande fierté ? SM : La création de 20 ateliers avec une activité économique durable. 300 artisans y travaillent et sont payés 25% de plus qu’ailleurs. Et ils bénéficient d’avantages supplémen- taires : accès aux soins, éducation des enfants, formation technique, participation aux bénéfices… Cependant, la montée des nationa- lismes religieux dans la région inquiète Samuel. La parole du Christ « Je suis venu affranchir les captifs » n’est pas acceptable en Inde car elle bouscule le système oppressant des castes hindoues. La réponse de nos partenaires reste et restera toujours de témoigner de l’amour de Dieu et de vivre l’Evangile en s’occupant de tous selon leurs besoins sans aucune discrimination. Quand Artisanat SEL rencontre ses artisans COMMERCE ÉQUITABLE Yves Turquais, directeur d’Artisanat SEL, a rendu visite à plusieurs des artisans indiens dont vous pouvez retrouver les produits dans le dernier catalogue. En quelques mots, ces artisans nous partagent leur réalité faites d’attentes, de joie et de bénédictions. Tournée d’octobre 2015 en Inde et au Bangladesh Vous pouvez soutenir les partenaires d’Artisanat SEL dans l’intercession et la prière. Et soutenez-les par vos achats ici : cela a du sens pour eux là-bas. www.artisanatsel.com Demande de catalogue. Pour passer commande. • Email : contact@artisanatsel.com • Tél : 02 38 89 33 33 • BP 21002 F-45701 Villemandeur Cedex « Témoigner de l’Amour de Dieu le Père… » « …le meilleur moyen de toucher les cœurs ». Yves Turquais avec Kashem. Aidez-nous à poursuivre notre action de commerce équitable ! R Oui, je veux aider au préfinancement des objets artisanaux en prêtant la somme de ............. €1 Nom : Prénom Adresse Code Postal Ville Tel : E-mail : 1. Une convention d'apport avec droit de reprise vous sera proposée - montant si possible à partir de 1 000 €, sans intérêts. ¡ 16
  • 17. 17 Uni pour relever le défi d’un monde plus juste N ous étions 340 participants issus de 63 pays différents, tous acteurs chrétiens évan- géliques de l’action sociale, huma- nitaire œuvrant pour le développe- ment, l’éducation, la paix et la justice. Entre exposés intéressants en sessions plénières et rencontres personnelles, ce fut un temps édi- fiant fait de témoignages, d’échanges entre participants, de réunions d’in- formations, de temps de louange et de réconciliation, … Exposed, une campagne qui rassemble Comme les autres pays, j’ai pu faire connaître ce que le Défi Michée France a accompli durant ces 10 der- nières années, en présentant nos campagnes et certaines actions réa- lisées par les chrétiens dans leurs églises. En synthèse, nous avons réalisé que nous avions tous fait la campagne «  Exposed  » (contre la corruption) de différentes manières, parfois avec un impact considérable sur l’église et la société civile. En dehors d’« Exposed », les actions sont nombreuses et diverses : mobi- lisation des chrétiens sur les ques- tions de pauvreté, édition de litté- rature, plaidoyer de grande ampleur, sensibilisation sur la réconciliation… Tous les continents se mobilisent, chacun à leur manière, selon leur moyen et leur culture. Que retenir d’une si belle rencontre ? Les églises font face, d’un pays à l’autre, à des contextes différents et par conséquent les défis à relever ne sont pas partout les mêmes : vio- lence, malnutrition, illettrisme, cor- ruption, injustice, sécheresse, ex- ploitation, esclavage, génocide, massacre, ségrégation, pollution, … Mais face à tous ces défis, il y a une réalité encore plus forte : les chrétiens partout dans le monde s’engagent pour leurs prochains vulnérables et en souffrance ! C’est un sujet de re- connaissance envers Dieu et un très grand encouragement : nous sommes engagésensembleaunomdel’Evangile dans le service pour les plus pauvres, les petits, les marginalisés, les rejetés, les démunis. Un point marquant, c’est de voir à quel point la pauvreté et la souf- france sont très souvent liées au comportement égoïste, orgueilleux, violent et belliqueux de l’être humain. Bien sûr, cela se vérifie à travers toute l’Histoire humaine depuis Adam, et cela ne s’arrêtera qu’au retour du Seigneur. Mais cette triste vérité est toujours si difficile à accep- ter. Pour conclure, cette rencontre nous rappelle et nous conforte dans notre vision. Les églises - et les chrétiens qui les composent - doivent continuer à jouer un rôle prophétique dans ce monde. Apporter la lumière, la jus- tice, la réconciliation, la paix, l’amour, la fraternité et la compassion au nom du Christ, apporter l’Evangile à tous les hommes, pour répondre à leurs besoins tant physiques que matériels, psychologiques et spiri- tuels : telle est la mission intégrale qui est la nôtre. Du 14 au 18 septembre dernier a eu lieu, à Lima, la Consultation triennale de Michée Global, qui rassemble le Réseau Michée et le Défi Michée, autour du thème : « Mission intégrale et Shalom : Justice, Paix, Joie ». Christophe Hahling, membre du Comité de pilotage du Défi Michée France, revient sur ce moment fort. Car moi, le Seigneur, je sais bien quels projets je forme pour vous ; et je vous l’affirme : ce ne sont pas des projets de malheur mais des projets de bonheur. Je veux vous donner un avenir à espérer. Jérémie 29, v.7,11
  • 18. 18 L es 12 et 13 février 2016, un forum sur la mission intégrale se tiendra au Domaine Saint Joseph à Lyon. Ce forum est co-organisé par ASAH (Association au Service de l’Action Huma- nitaire) dont le SEL est membre, et la FMEF (Fédé- ration de Missions Évangéliques Francophones). A cette occasion, Daniel Hillion, responsable des relations avec les Églises au SEL, animera un atelier autour du thème suivant : « Peut-on faire de l’humanitaire sans l’évangélisation ? Peut-on faire de l’évangélisation sans humanitaire ? » Être, Dire et Faire les enjeux de la mission intégrale NOUVELLES L e saviez-vous  ? Le SEL est habilité à recevoir des legs. En effet, le SEL dispose d’une fondation : la « Fondation SEL ». Elle est reconnue d’utilité publique, habilitée notamment à délivrer des reçus fiscaux pour les dons des personnes assujetties à l’ISF et aussi à recevoir des legs (sans droits de muta- tion). Faire un legs au SEL, c’est nous donner les moyens de lutter durablement contre la pau- vreté. Depuis plus de 30 ans, nous étendons notre action, fidèles à notre mission. Votre legs nous permet de continuer ce combat en faveur des plus pauvres, avec nos partenaires locaux chrétiens. Pour que votre legs soit bien attribué au SEL, indiquez clairement sur votre testament qu’il est au profit de  : «  Fondation SEL, Service d’Entraide et de Liaison, 157 rue des Blains 92220 BAGNEUX ». Pour toute question sur l’une ou l’autre de ces possibilités, n’hésitez pas à nous contacter par : • email : assistantedg@selfrance.org • courrier : SEL 157, rue des Blains 92220 Bagneux • téléphone : Gladys Vespasien au 01 45 36 41 50 Nous vous répondrons en toute confidentia- lité. Votre reçu fiscal 2015 Vous recevrez fin février 2016 votre reçu fiscal 2015 récapitulant l’ensemble des dons que vous avez faits au SEL jusqu’au 31 décembre 2015 (date de chèque). Si vous êtes intéressés à participer à ce forum, vous pouvez vous inscrire directement sur internet : http://www.missionintegrale.org. Faire un legs au SEL pour soutenir durablement la lutte contre la pauvreté
  • 19. Dimanche20mars2016 JournéeduSEL Une action chrétienne dans un monde en détresse Parrainé par le RESSOURCESDISPONIBLESÀ PARTIR DU15 JANVIER A la rencontre des partenaires chrétiens locaux du SEL : des hommes et des femmes ordinaires avec qui Dieu réalise des projets extraordinaires. www.journeedusel.selfrance.org
  • 20. Oui, je veux soutenir les projets en faveurs des agriculteurs. Nom : Prénom : Adresse : Code postal : Ville : Courriel : @ SI1512C Sa santé, sa scolarité dépendent aussi de sa sécurité alimentaire 70% de ceux qui souffrent de la faim sont des agriculteurs. Dans l’extrème pauvreté, ils ne peuvent donner à leurs enfants ni l’accès aux soins ni une alimentation suffisante. Le SEL, avec ses partenaires, agit pour les aider. Je fait un don de : ❏ 25 € ❏ 50 € ❏ 100 € ❏ 150 € ❏ Autre : ……………… € DEO Je règle par chèque à l’ordre du SEL et je renvoie mon don dans l’enveloppe T ou à : SEL, 157 rue des Blains, 92220 BAGNEUX Vous pouvez aussi faire votre don sur internet : www.selfrance.org 66% du montant de votre don peuvent être déduit de vos impôts dans les limites légales. ✂