SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  20
Télécharger pour lire hors ligne
Mai 2020
145
I N F O R M A T I O N S
PROJETS
Ticket-Repas:
un pour tous,
tous pour un !
Une action chrétienne dans un monde en détresse
PARRAINAGE
Quand être une fille
relève du défi !
VOYAGE TOGO 2020
« Mieux qu’un voyage
à New York » :
les participants racontent
URGENCE
Burkina Faso :
Ils ont besoin de nous !
www.selfrance.org
ÉDITORIAL SOMMAIRE
2 I SEL INFORMATIONS I 145
Un simple repas peut-il changer la vie d’un enfant ?
C’est une bien étrange question me direz-vous ! Nous
ne nous la posons plus en ces termes dans nos pays.
Pourtant, d’après l’OMS, plus de 800 millions de per-
sonnes souffrent encore de la faim dans le monde ;
150 millions d’enfants accusent des retards de crois-
sance. S’il est incontestable que des progrès ont été
accomplis ces dernières années, beaucoup reste à
faire. Il semble même que les chiffres repartent à la hausse…
Un enfant peut-il étudier efficacement, le ventre vide ? Non ! Les profes-
sionnels de la santé et de l’éducation, chez nous comme dans les pays en
développement, sont unanimes. La faim altère la concentration.
En tant que chrétien, cela m’interpelle ! Que puis-je faire ? Lors de mes
visites de projets Ticket-Repas en Afrique, j’ai souvent fait le même constat :
lesenfantsquibénéficientderepaséquilibrésetréguliers,sontplusépanouis
et plus attentifs. Les encadrants, mais aussi les parents nous le témoignent.
Je remarque aussi que lorsqu’une cantine scolaire est mise en place, les
écoliers sont également plus en sécurité, car ils ne doivent pas sortir de
l’école pour aller chercher à manger à l'extérieur, s’ils ont assez d’argent.
Alors, pour revenir à ma première question : oui, un repas complet par jour
change la vie des enfants ! C’est pourquoi, au SEL, nous valorisons le travail
des partenaires qui mettent en place des cantines en faveur des enfants
plus vulnérables : pris en charge et bien nourris, ces enfants se développent
à tous niveaux.
Je vous invite à découvrir ces projets dans ce numéro du SEL Informations,
et pourquoi pas, à vous engager à votre tour à faire la différence dans la vie
des enfants. Bonne lecture !
«  Le jeûne tel que je l’aime, le voici […] C’est partager ton pain avec celui qui a
faim. » Esaïe 58.6-7
DANIEL BABIAK
Vice-Président du SEL
P3 | SEL News
P6 | Dossier
Tous concernés par
leur vulnérabilité !
P10 | Sourds et vulnérables ?
Pas forcément
P11 | Urgence
Burkina Faso :
Face à la crise, les chrétiens
répondent présent !
P12 | Projets
Quand les enfants mangent,
ça donne ça...
P14 | Parrainage
Être une fille : un défi en soi !
P16 | Michée France
Stop au travail des enfants !
P18 | Sensibilisation
Togo 2020 : « Mieux qu’un
voyage à New York ! »
Imprimésurpapier100%recyclé
Directeurs de la publication : Marc Benner et Patrick Guiborat | Responsable de la rédaction : David Alonso | Secrétariat de rédaction : Laura Boyadjian | Comité de rédaction : Laura Boyadjian, Véronique
Lavoué et David Alonso | Équipe de rédaction : Daniel Babiak, Patrick Guiborat, Laura Boyadjian, Doris Lévi Alvarès, Audrey Mouanga, Anaïs N’Landu, Isabelle Duval, Sarah Lunianga, Claire Balverde et
Nicolas Fouquet | Illustrations : Lynn Williams | Graphisme et mise en page : Jacques Maré | Prix du numéro : 1 € | Abonnement : 4 € - Abonnement de soutien : 20 € | CPPAP n°1121 H 80951 | ISSN 1145-
2269 | Imprimerie IMEAF | Trimestriel : mai 2020 | Photos : SEL (sauf mention)
Association Service d’Entraide et de Liaison, 157 rue des Blains - 92220 BAGNEUX - Tél. 01 45 36 41 51 - contact@selfrance.org | Dons uniquement : IBAN : FR57 2004 1000 0100 0195 5F02 034 - BIC :
PSSTFRPPPAR | Parrainage et Ticket-Repas : IBAN - FR34 2004 1000 0113 7110 9S02 033 - BIC - PSSTFRPPPAR | SEL PROJETS BELGIQUE, 243 route Provinciale - 1301 BIERGES - Tél. / Fax (010)
65.08.51 - Compte Fortis : IBAN : BE85 0012 1339 3006 - BIC : GEBABEBB avec la mention DON | SEL SUISSE ROMANDE, Compte bancaire : Banque COOP CH 413585.300070-9
IMPÔT À LA SOURCE ET DÉDUCTION FISCALE
Avec l’impôt à la source, vous pouvez toujours déduire 66% de vos dons (75 % pour les Ticket-Repas) dans la limite de 20% du revenu imposable : vos droits sont identiques.
En janvier 2020, vous avez reçu un acompte équivalent à 60% de la réduction d'impôt dont vous avez bénéficié en 2019, relatif à vos dons réalisés en 2018. En juillet 2020, vous recevrez le solde, calculé à partir de votre
déclaration de revenus faite au printemps. Pour en savoir plus : selfrance.org, rubrique déductions fiscales. Vous pouvez aussi nommer le SEL bénéficiaire d’une assurance vie.
De plus, par la Fondation SEL vous pouvez attribuer un legs en indiquant au verso « Pour la Fondation du Protestantisme, avec affectation à la Fondation SEL », ou pour la déduction IFI, en envoyant votre chèque à l’ordre
de « Fondation SEL », à l'adresse suivante : 157 rue des Blains, 92220 Bagneux.
Si vous ne souhaitez pas recevoir notre journal, dites-le-nous en renvoyant votre étiquette. Nous ne voudrions pas vous importuner davantage. Conformément à l’article 27 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d’un
droit d’accès et de rectification aux données vous concernant dans nos fichiers.
Le mot de Patrick
Je vous écris ces mots alors que nous prépa-
rons progressivement le déconfinement de
l’équipe du SEL. Comme la plupart d’entre vous, les salariés
ont été confinés depuis le mardi 17 mars, la majorité travaillant
à domicile. En quelques jours, nos activités ont été réorganisées
pour nous permettre de continuer à accomplir notre mission :
agir avec nos partenaires locaux chrétiens en faveur des plus
démunis, dans les pays en développement.
C’est aussi le cas des membres des réseaux avec lesquels le
SEL collabore, diversement impactés par cette pandémie mon-
diale. Les uns après les autres, les bureaux de Compassion
comme de TearFund, en Europe, en Amérique du Nord et en
Océanie, ont basculé majoritairement en télétravail pour main-
tenir les missions actives dans les pays en développement.
Certains sont d’ailleurs réouverts.
Dans les pays où travaillent les partenaires du SEL, en Afrique,
en Amérique Latine et en Asie, les premiers cas de maladie et
de décès ont été recensés. Même s’ils ne savent pas comment
la pandémie va progresser, la fin de maigres ressources pour
des millions de familles et la progression de la malnutrition et
de la faim se font déjà ressentir. Nos partenaires s‘organisent
au mieux pour protéger et aider leurs bénéficiaires et leurs
équipes, en fonction de leurs moyens.
En ces jours troublés, nous nous remettons entre les mains de
Dieu. Qu’en Lui, nous puissions trouver la ferme assurance et
la force de surmonter ces épreuves, en manifestant autour de
nous Son amour et Sa compassion infinie, comme il est écrit
dans 2 Corinthiens 1.3-4 :
« Bénissons Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, le
Père riche en bonté, le Dieu qui accorde le réconfort en toute
occasion. Il nous console dans toutes nos détresses, afin que
nous puissions réconforter ceux qui passent par toutes sortes
de détresses, en leur apportant la consolation que nous avons
nous-mêmes reçue de lui. »
PATRICK GUIBORAT, DIRECTEUR GÉNÉRAL DU SEL
SEL NEWS
145 I SEL INFORMATIONS I 3
Pour nous suivre
Site :
www.selfrance.org
Blog :
www.blog.selfrance.org
Youtube :
SEL
Facebook :
SEL (Service d’Entraide
et de Liaison)
Twitter :
ong_SEL
À propos du SEL
Le Service d’Entraide et de Liaison est une association protestante de
solidarité internationale, créé en 1980 par l’Alliance Évangélique Française.
Il vise à améliorer les conditions de vie de personnes et de populations en
situations de pauvreté dans les pays en développement, et travaille en par-
tenariat avec des organisations chrétiennes locales, responsables des
projets qu’elles élaborent et mettent en œuvre.
Instagram :
sel_ong
Le 7 mars dernier, le SEL était à Rouen pour la rencontre
d’EvènementiElles autour du thème Ancrée dans sa Parole.
Une belle occasion, pour les participantes, d’être édifiées au
travers d’enseignements et de formations.
L’oratrice, la canadienne Stéphanie Reader, a partagé des
messages puissants et encouragé chaque femme présente
à impacter ce monde. Touchées par cet appel, plusieurs
d’entre elles ont décidé de parrainer un enfant avec le SEL.
Certaines ont fait ce pas pour la toute première fois, d’au-
tres ont choisi de renouveler un engagement qu’elles
avaient arrêté dans le passé. D’autres encore ont poussé
leur amour un peu plus loin en parrainant un enfant supplé-
mentaire !
Au sortir de cette riche journée, les sourires sur les visages
de ces participantes se refléteront assurément dans les
yeux des enfants qui ont trouvé de nouvelles marraines !
Joindrel’acteà la Parole!
SEL NEWS
4 I SEL INFORMATIONS I 145
JOURNÉE DU SEL
L’important, ce n’est pas
la date, c’est de la faire !
Le 22 mars devait se dérouler notre Journée du SEL dans des centaines
d’Églises partout en France. Au vue des circonstances sanitaires de ces
dernièressemaines,leprogrammedevoscultesasûrementétéchamboulé.
Et si vous organisiez tout de même la Journée du SEL ? Finalement, que
ce soit en juin ou en septembre, en visio ou en présentiel, l’important c’est
de la faire !
En plus du kit d’animation, nous vous proposons une intervention du SEL
pour votre culte dans un format en ligne. Contactez-nous pour discuter
des modalités.
Téléchargez gratuitement le kit d’animation sur jour-
needusel.selfrance.org
The Game :
1 an plus tard !
Il y a presque un an, Michel et Stéphanie
participaient à la première édition de « The
Game », un jeu d’aventure collaboratif
chrétien, organisé par le centre de vacances
Teen Ranch l’Hermon.
« L’ambiance était vraiment sympa et nous avons fait de belles
rencontres. Les moments de louange et de méditation chaque
matin nous ont recentré sur l’essentiel. La région offre de
grands espaces naturels, loin du bruit et du stress urbain. »
raconte Michel.
Chaque binôme de participants choisissait une association à
soutenir. Tous deux parrains, Michel et Stéphanie ont choisi
la nôtre. Pourquoi ? Pour Stéphanie, professeure : « Le bien-
être des enfants me tient très à cœur. [Avec] le parrainage, il
suffit d’un cœur pour donner et pour écrire, lire, et se réjouir
ensemble. » Michel, quant à lui, a récemment visité un centre
de parrainage au Pérou : « Je me suis rendu compte de l’impact
de ces programmes : une aide matérielle et spirituelle qui peut
littéralement sortir ces enfants de la misère. »
TICKET-REPAS
Afin d’encourager la générosité des
français envers les plus vulnérables,
le Sénat a relevé le plafond des dons
faits aux associations.
Ainsi, votre don pour les Ticket-
Repas vous permet de bénéficier
d’une réduction d’impôts de 75 %,
dans la limite de 1000 € (et non plus
de 552 €) pour les revenus de 2020.
Des avantages
fiscaux
encore plus
avantageux !
145 I SEL INFORMATIONS I 5
Un(e) Assistant(e)
Communication
et Événementiel
À plein temps en CDI.
Poste basé à Bagneux. À pourvoir
dès maintenant. Plus d’informa-
tion sur selfrance.org, rubrique
« nous rejoindre ».
LE SEL RECRUTE !
SEL NEWS
LeSELcontribueàlaformationdesétu-
diants de l’Institut Biblique de diverses
manières. Daniel Hillion, directeur des
études au SEL, donne un cours sur
« Pauvretéetengagementsocialduchré-
tien ». Laura Boyadjian, salariée du SEL
et ancienne étudiante, participe à la
tournée du Groupe Vocal de l’Institut.
Enfin, l’IBN invite régulièrement à ses
Carrefours hebdomadaires des inter-
venantsliésauSEL(commenosvisiteurs
Sagine ou Carlo Jay).
Quant à l’IBN, il veille dans le cadre de
sa formation (cours du jour : 70 étu-
diants ;coursdusoir,dusamedietàdis-
tance:100étudiants)àpromouvoirl’en-
gagement social et missionnaire et à in-
former sur les actions du SEL.
L’espoir et la prière de l’un et de l'autre,
c'estquelesfutursresponsablesd’Églises
etd’œuvressoienttoujoursplussensibles
à la cause des plus démunis.
Le SEL est heureux de collaborer avec plusieurs
artistes ambassadeurs, qui portent les missions du SEL
non seulement dans leur cœur, mais aussi dans leurs
écrits, leurs compositions et leurs concerts.
En ces temps de crise où leur métier est fortement impacté, nous souhaitons
honorer leur engagement à nos côtés et aux côtés de nos partenaires et de leurs
bénéficiaires… Et prier particulièrement pour eux !
Annenciel, Louise Zbinden, Mélody Payloun Louzy, Serge Hub, Pierre Lachat,
Jean-Luc Gadreau, Thomas Blanc, KaBe, Héritage, Hillsong, la Compagnie des
Actes, Gospel Unit : un grand merci !
N’hésitez pas à aller découvrir leur travail.
L'un sert la cause de la solidarité internationale, l'autre prépare jeunes et moins
jeunes au ministère. Ensemble, ils collaborent pour mieux atteindre leurs objectifs.
Découvrez un partenariat aux multiples facettes.
SEL et Institut Biblique de Nogent :
main dans la main !
6 I SEL INFORMATIONS I 145
DOSSIER
PAR LAURA BOYADJIAN
Petits, dépendants pour leurs besoins de base, fragiles,
vivant parfois avec un handicap, les enfants sont tout
particulièrement vulnérables. Et donc plus facilement
exposés à la maltraitance, aux violences, à la perte de
la dignité. Mais leur histoire ne s’arrête pas là.
Tous concernés
par leur vulnérabilité !
I
ssu d’une famille éclatée, Kamel1
a été élevé par sa grand-mère puis
confié à un marabout2
dans un
daara3
, au Sénégal. Ils y étaient environ
quarante enfants talibés.
Tôt le matin, ils apprenaient le coran,
puis accomplissaient des travaux
domestiques. Le marabout ne deman-
dait pas d’argent à leur famille mais
les enfants étaient contraints d’aller
mendier de la nourriture ou de l’argent
dans les maisons, les restaurants ou
les marchés. S’ils n’apprenaient pas
bien ou ne faisaient pas ce qu’on leur
demandait, ils étaient punis ou battus.
Ne supportant plus ces sévices corpo-
rels, Kamel fugua et finit par intégrer
ungrouped’enfantsdelarue.Ensemble
ils sillonnaient les rues pour mendier
ou, pire, voler pour survivre.
ÊTRE VULNÉRABLE :
C’EST QUOI ?
L’histoire de Kamel n’est malheureu-
sement pas isolée. Comme lui, beau-
coupd’enfantsdanslemondeseretrou-
vent, dès leur plus jeune âge, dans des
situations diverses de fragilité.
Le degré de vulnérabilité est lié à plu-
sieurs facteurs, et en tout premier,
l’âge. En effet, plus un être humain est
jeune, plus il dépend d’autrui, un adulte
leplussouvent.PourFabienneBrugère,
philosophe française, toute personne,
en raison de son interdépendance à
autrui, est en réalité vulnérable. Par
exemple, le nourrisson naît notamment
avec le besoin d’être nourri. Ne pas y
répondre correctement reviendra à
renforcer sa vulnérabilité. Il en va de
même pour les autres besoins qui se
développent avec l’âge.
La question devient donc probléma-
tique quand les adultes censés prendre
soin des plus jeunes sont défaillants
pour différentes raisons. Quelles pers-
pectives alors pour ces enfants, parti-
culièrementenAfriquesubsaharienne ?
DES SITUATIONS
VARIÉES : LESQUELLES ?
La condition des orphelins est la pre-
mière à nous venir à l’esprit lorsque
l’on pense vulnérabilité : de nombreux
enfants sont orphelins de père et de
mèreouviventséparésdeleursparents
biologiques. Souvent placés chez un
tuteur ou parent proche, ils deviennent
l’enfant de plus, parfois l’enfant de trop.
Le manque de moyens des familles
pour subvenir à la scolarité de leurs
enfants les poussent, généralement, à
les retirer de l’école. Or, un enfant non
scolarisé voit ses choix d’avenir ré-
duits : à aider ses parents en travail-
lant, qu’importe son âge, ou à errer
dans les rues, se retrouvant alors ex-
posé à toutes sortes de dangers
comme le trafic d’enfants ou des abus
physiques et psychologiques.
Les enfants malades, vivant avec le
sida en particulier, ou souffrant d’un
handicap ne sont, de leur côté, pas en
reste.Danscertainesrégions,lamaladie
145 I SEL INFORMATIONS I 7
DOSSIER
1
Afin de protéger l’identité de ce bénéficiaire, nous avons
changé son prénom.
2 Un maître coranique.
3 École coranique.
Un bon repas
contribue à
rendre les
enfants plus
grands, plus
forts, plus
concentrés à
l’école... donc
moins
vulnérables !
et le handicap sont parfois associés à
une malédiction sur la famille : le por-
teur de la malédiction se voit rejeté.
D’autre part, le manque de moyens
des parents pour soigner leur enfant
peut les amener à le percevoir comme
un fardeau, ou un sujet de honte. Il
sera peu considéré, voire négligé.
Enfin, dans les circonstances actuelles
liées au covid-19, nous aurions tort de
négligerlerôleaggravantdessituations
de conflit et des crises humanitaires
ou sanitaires sur la vulnérabilité des
enfants. Le manque d’accès à des res-
sources de base, telles l’eau et la nour-
riture, les expose d’autant plus à la
maladie et à la malnutrition, en parti-
culier dans les milieux pauvres.
Il va donc sans dire que la situation
des enfants les plus vulnérables néces-
site une attention toute particulière.
PROTÉGER LES
ENFANTS : COMMENT ?
Pour nos partenaires Ticket-Repas, ces
enfants sont plus que les étiquettes
qu’on leur a collées. Ils ne sont pas
sourds, orphelins ou malades du sida,
ils sont des enfants comme les autres.
Afin de les rendre moins vulnérables,
ces chrétiens leur offrent un cadre
sécurisant, avec du personnel bienveil-
lant et à l’écoute. École, centre de for-
mation, maison d’accueil, orphelinat,
cantine,sontautantdestructuresqu’ils
mettent en place pour accueillir les
enfants et les aider à s’épanouir.
L’aide alimentaire s’avère alors être le
bonus indispensable à leur bon déve-
loppement.Quandlesenfantsmangent
régulièrement, de manière nutritive et
saine, on constate alors une véritable
transformation : ils grandissent, sont
en meilleure santé, plus concentrés à
l’école, ont plus d’énergie… Un bon
repas, voilà la touche finale qui com-
plète tout le processus.
Et Kamel  ? Son histoire ne s’est pas
arrêtée dans la rue. Il a pu être pris en
charge par un de nos partenaires
Ticket-Repas, au Sénégal. Grâce à ce
centre d’accueil, il a pu rattraper son
retard scolaire et souhaite étudier l’in-
génierie électronique. Mais, pour lui,
la meilleure chose qu’il a reçu auprès
de ce partenaire, c’est sa rencontre
avec l’amour de Dieu. n
8 I SEL INFORMATIONS I 145
DOSSIER
TICKET-REPAS ET COVID-19
Nos partenaires continuent
mais différemment
Si dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, le gouvernement n’a pas
opté pour le confinement, des mesures drastiques ont néanmoins été mises en
place. Nos partenaires Ticket-Repas ont donc immédiatement réagi et trouvé
de nouvelles solutions pour aider les enfants plus vulnérables et leurs familles.
Quand certains distribuent des kits alimentaires dans les familles, d’autres équi-
pent celles-ci en dispositifs lave-mains, seaux et savons. La plupart sensibilisent
activement les communautés à l’importance d’appliquer les gestes barrières.
Pour en savoir plus ?
Rendez-vous dans le livret offert en supplément
de votre SEL Informations.
À Madagascar aussi, les enfants aiment finir
le repas sur une note sucrée !
145 I SEL INFORMATIONS I 9
DOSSIER
Une cantine qui fait du bien
L e CESA c’est, avant tout, des
femmes et des hommes qui
ont choisi de se consacrer aux
enfants. Membre d’une fédération
régionale pour la protection de l’en-
fance,cetteassociationestsoucieuse
du bien-être holistique des enfants.
Et une chose est sûre : Elise, la coor-
dinatrice, et son équipe ne manquent
pas d’idées et ne lésinent pas sur les
moyens pour accompagner ces
enfants vulnérables.
En effet, ils leur proposent des acti-
vités adaptées à leur âge et centrées
sur l’enseignement biblique. En com-
plément, Berthe, sage-femme, dis-
penseauxenfantsdesenseignements
pratiques sur des thèmes tels que
l’hygiène ou la sexualité, pour les
adolescents. Les enfants sont suivis
régulièrement par l’infirmière nutri-
tionniste, Grâce.
Chaque midi, le CESA transforme
ses locaux en une véritable cantine :
ces repas permettent de réunir les
enfants et de veiller à leur bonne
santé. Ils sont un appui aux familles,
souventsoucieusesdenepaspouvoir
nourrir leurs enfants, comme Angèle.
Cette jeune maman s’occupe, en plus
des siens, de 3 autres enfants dont
la mère est décédée : « Mon 1er
fils a
été pris en charge par le CESA depuis
qu’il a un mois, après que mon mari
m’ait abandonnée. Il a maintenant
11 ans et s’il mange jusqu’à présent
c’est grâce au CESA. » n
Au Tchad, le Centre Espoir et Avenir (CESA), association chrétienne partenaire du
SEL, œuvre au cœur de la ville de Kelo. Depuis plusieurs années, ses membres
viennent en aide à des enfants orphelins de père ou de mère, en leur offrant
notamment des repas. Lumière sur leur travail !
PAR ANAÏS N’LANDU
Encadrés avec bienveillance par l’équipe du CESA, les enfants de Kelo s’épanouissent à tous les niveaux !
10 I SEL INFORMATIONS I 145
L a vulnérabilité a de multiples
facettes : abandon, trafic humain,
sida, extrême pauvreté, handicap,
etc. Sans aide extérieure, il est difficile
pourlesenfantsvulnérablesdesurmonter
les difficultés, voire d’espérer avoir
un avenir.
Parce qu’ils veulent apporter plus qu’une
aide alimentaire, trois de nos partenaires
chrétiens, au Burkina Faso, au Sénégal
et au Togo, accompagnent plus particu-
lièrementlesenfantsmalentendantsdans
leurquotidienetlesaidentàseconstruire
un avenir.
UNE VULNÉRABILITÉ
PARTICULIÈRE
En France, un enfant malentendant, une
fois diagnostiqué, va rapidement être
équipéd’aidesauditivesetbénéficierd’un
suivimédical.Luietsafamilleapprendront
lalanguedessignesetpourrontainsicom-
muniquer. Cela ne se fait pas sans diffi-
cultémaisdesressourcessontdisponibles
pourinformeretaccompagnerl’enfantet
sa famille dans cette situation.
Dans un contexte africain, le scénario est
tout autre. Le diagnostic se fait souvent
très tard. Les familles ne bénéficient ni
d’accompagnement,nidepriseencharge.
De fait, un enfant malentendant ne peut
pas communiquer avec son environne-
ment  : personne ne lui a enseigné la
languedessignes.Ilestsouventconsidéré
comme un fardeau par sa famille. Il va
donc apprendre à se débrouiller seul.
Cependant, il reste très exposé au danger
dans les rues de sa ville.
Son avenir est limité s’il ne sait ni lire, ni
écrireets’iln’apaspusuivredeformation
professionnelle ou supérieure.
UNE AIDE CONCRÈTE
En Afrique de l’Ouest, trois de nos par-
tenaires locaux chrétiens se consacrent
à la cause des enfants malentendants :
l’InstitutdesJeunesSourdsduFaso(Oua-
gadougou), l’école Ephphatha (Lomé) et
Sourds et vulnérables ?
Pas forcément !
DOSSIER
La surdité n’a pas de frontière. Et pourtant, selon le pays où l’on vit, on ne recevra pas la
même prise en charge. Dans certaines régions d’Afrique subsaharienne, être un enfant
malentendant, c’est être un enfant sans avenir. Trois de nos partenaires Ticket-Repas
interviennent particulièrement pour eux. Découvrez leur combat ! PAR ISABELLE DUVAL
Ajouté à l’accompagnement reçu,
ces repas réguliers donnent aux
enfants les ressources nécessaires
pour affronter le quotidien.
145 I SEL INFORMATIONS I 11
URGENCE
BURKINA FASO
Face à la crise, les chrétiens
répondent présent !
Cela fait des mois que le Burkina Faso subit régulièrement
des attaques, contribuant à l’insécurité générale. Dans
ce contexte sombre, aujourd’hui aggravé par l’urgence
sanitaire liée au covid-19, nos partenaires chrétiens
rayonnent, par leurs actions, comme des lumières.
Et vous y contribuez !
D
epuis août 2019, nos partenaires locaux chrétiens mettent en place des
projets d’urgence pour répondre aux besoins des déplacés du nord
du Burkina.
Espaces d’accueil pour les enfants déplacés déscolarisés, réhabilitation de puits,
distributions de kits alimentaires… Au total, près de 6000 personnes ont pu
être appuyées grâce à leur action entre août 2019 et janvier 2020.
En février dernier, six de nos partenaires ont pu participer à une formation sur la
mise en place de réponses d’urgence. Organisée par Tearfund Burkina, elle leur a
permis d’améliorer leurs compétences dans l’organisation et la qualité de leurs
projets.Reconnaissantspourcetteopportunité,ilsvoientleurmotivationrenforcée
pour continuer à aider leurs concitoyens victimes des violences terroristes.
Aujourd’hui, les estimations parlent de près de 900 000 personnes déplacées d’ici
la fin du premier semestre 2020. Les besoins, en constante augmentation, n’ont
pas été allégés par l’épidémie de coronavirus, qui a aussi touché le Burkina Faso.
Vous aussi, vous pouvez faire quelque chose ! Tenez-vous aux côtés
des partenaires du SEL en soutenant leurs actions par un don. Ensemble,
soyons porteurs d’espoir pour ces populations déplacées.
Pour agir toujours plus, toujours mieux, les partenaires du SEL
se forment à la réponse aux situations d’urgence.
l’École Renaissance des Sourds
(Dakar). Les responsables de ces
associations ont tous décidé de s’en-
gager à 100% dans l’éducation de
ces enfants.
Ces partenaires Ticket-Repas du SEL
ont un point commun : ce sont des
écoles. Ainsi, l’une des premières
choses que les enfants apprennent,
àleurarrivée,estlalanguedessignes.
Et cela change leur vie ! Ils peuvent
enfin communiquer avec des enfants
de leur âge et avec des adultes.
Dans ce cadre, l’aide alimentaire,
apportée grâce aux projets Ticket-
Repas fait une énorme différence,
bien plus qu’on ne l’imagine !
UN COMBAT
DANS L’ASSIETTE
Les cantines scolaires soutenues par
le SEL permettent aux enfants de
rester dans l’enceinte de l’école pen-
dant la pause de midi. Ils n’ont plus
besoin de sortir et de chercher à
manger auprès des vendeuses du
quartier, ce qui les exposait au dan-
ger. Leur sécurité est assurée.
Un des effets secondaires, et non
négligeable,descantinesestlaconvi-
vialité ! Le temps du repas favorise
les échanges entre les enfants et
des amitiés se forment. Les enfants
ont le temps de manger, mais aussi
de se reposer et de réviser quelques
leçons entre 12h et 14h. Enfin, leur
niveau de concentration l’après-midi
est beaucoup plus élevé grâce aux
déjeuners fournis par les cantines.
Assurément, les écoles de sourds et
les cantines mises en place dans ce
cadre ne supprimeront pas la sur-
dité des enfants. Cependant, leur
impact est évident ! Elles diminuent
de manière significative la vulnéra-
bilité liée à ce handicap. Les enfants
ont enfin un cadre pour s’épanouir
et se développer, comme n’importe
quel enfant ! n
PROJETS DE DÉVELOPPEMENT
12 I SEL INFORMATIONS I 145
Lorsqu’un enfant ne mange pas de manière régulière, suffisante et variée, les effets sont rapidement
visibles : fatigue physique, retard de croissance, difficultés de concentration et d’apprentissage…
Bénéficier des programmes Ticket-Repas, ça change donc tout pour de nombreux enfants en Afrique !
Quand ils ont accès à des repas
nutritifs et réguliers...
… et plus concentrés à l’école.
… beaucoup…
Ils sont en meilleure santé...
Ils ont de l’énergie…
C’est fou tout ce que les enfants
peuvent faire !
Ils peuvent enfin rêver
du métier qu’ils voudraient faire.
Oui, quand les enfants sont bien nourris,
ils peuvent juste se soucier d’être…
des enfants !
... d’énergie à dépenser !
Ticket-Repas,
le combat commence
dans l’assiette
Soutenez un projet Ticket-Repas avec le SEL ;
faites reculer la malnutrition !
ILLUSTRATIONS : LYNN WILLIAMS
PAR LAURA BOYADJIAN
PARRAINAGE
CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE14 I
e belles montagnes vertes et une
ville calme, tel est l’environne-
ment dans lequel Silvia a grandi.
Aînée d’une famille pauvre, Silvia a eu
la chance à 5 ans, alors qu’elle entrait
à l’école, d’intégrer le programme de
parrainage d’enfant du centre d’ac-
cueil proche de chez elle.
« C’était comme un cadeau pour
moi  !  J’aimais étudier et apprendre de
nouvelles choses.  » Être parrainée lui
donna un véritable espoir, en dépit de
toutes les circonstances douloureuses
auxquelles elle faisait face à la maison.
ÊTRE AIMÉE, C’EST
TROP DEMANDER ?
«  Je me souviens de la gentillesse de
mon père quand j’étais petite, surtout
quand je revenais de l’école. Il me de-
mandait ce que j’avais appris et m’aidait
à faire mes devoirs car ma mère était
analphabète. Cependant, en grandis-
sant, je ne me souviens d’aucune chose
positive, ni de ce dont j’avais le plus be-
soin  : l’amour.  »
LesparentsdeSilvia,sesontrencontrés
alors qu’ils travaillaient dans une plan-
tation de café. En y repensant, elle
confesse : «  Mon père regrette encore
Voici l’histoire de Silvia : elle est née dans une ville frontalière entre le Guatemala et le
Mexique et n’a pas eu une enfance facile. En effet, dans une culture où les femmes sont
perçues comme plus faibles, elle a dû se battre pour casser les barrières qui
l’empêchaient de s’épanouir.
PAR SARAH LUNIANGA
Au Guatemala, l'éducation des filles
n'est pas une priorité. En effet,
beaucoup doivent abandonner
prématurément l'école pour se
marier et travailler.
que mes sœurs et moi n’ayons pas eu à
aller travailler comme ma mère et lui
l’ont fait… Il voulait probablement que
nous souffrions comme lui.  »
Mariés très jeunes, ses parents ont
toujours eu une relation très compli-
quée. «  Nous n’avons jamais vu mon
père battre ma mère, mais nous sa-
vions ce qu’il se passait », partage Sil-
via. Face à cette situation, elle fut vite
prise comme repère par ses sœurs.
CONTINUER L’ÉCOLE :
UNE BATAILLE GAGNÉE
Aprèslasixième,sonpèrevoulutqu’elle
abandonne définitivement l’école. Il
estimait qu’elle avait atteint un niveau
scolaireplusquesuffisant.Ilcommença
donc à trouver des excuses pour ne
pas la laisser continuer ses études.
Mais à force de supplications, il céda.
Pour Silvia, le manque de soutien de
son père était dur à surmonter. Mal-
gré cela, elle fit preuve d’une persévé-
rance qui paya : elle sortit bachelière.
«  Durant toutes ces années difficiles,
j’ai été grandement encouragée par
mes parrains, présents dès le début et
jusqu’à l’obtention de mon diplôme
universitaire. Connaissant notre situa-
tion, ils priaient pour moi et ma famille.
Je voyais Dieu les utiliser pour me faire
savoir que je n’étais pas seule.  »
RÊVER DEVIENT
POSSIBLE
Un jour, le directeur de son centre
d’accueil lui parla d’un programme de
développement de leader. Embrassant
ce défi avec un effort incroyable, elle
commença à se battre pour quelque
chose de nouveau pour elle : rêver.
«  Je me souviens de ce jour où j’ai passé
le concours  : nous étions 80 candidats  !
J’étais très découragée car je savais que
seules 20 personnes seraient admises
dans ce programme. À ma grande sur-
prise, je reçus un appel quelques jours
plus tard me disant que j’étais admise.
Je n’y croyais pas  !  »
Sachant qu’elle n’aurait pas le soutien
de ses parents, Silvia envisageait de
renoncer à son rêve. Finalement, elle
décida de ne rien leur dire et accepta
de faire partie de ce programme, peu
importe les conséquences. Elle étudia
l’œuvre sociale et reçut une formation
chrétienne sur le leadership.
PERSÉVÉRER, ENCORE
ET ENCORE
Elle démontra très vite un caractère
de leader, dévouée, quel que soit le
contexte : à l’église, à l’école, dans sa
communauté, dans sa famille. Elle de-
vint un exemple pour tous.
Pour autant, les difficultés ne s’arrêtè-
rent pas là. Durant ses années univer-
sitaires elle dut faire face, en plus des
nombreux problèmes familiaux, à un
manque de moyens financiers et à de
longs trajets à pied pour aller à l’école.
Cependant, grâce à Dieu et à sa pro-
pre détermination, elle resta forte et
surmonta tous ces obstacles.
Elle obtint brillamment une licence à
l’université et devint même major de
sa promotion.
Aujourd’hui, elle travaille au sein
d’une Organisation Non Gouverne-
mentale (ONG) qui se bat pour l’éga-
lité des femmes au sein de la famille et
de la société. Cette ONG œuvre à in-
demniser les victimes de la guerre ci-
vile au Guatemala, et à changer la
culture machiste profondément enra-
cinée dans le pays. n
145 I SEL INFORMATIONS I 15
PARRAINAGE
«  Bien que les changements ne
soient pas immédiatement visibles,
nous espérons qu’avec le temps, les
choses changeront pour le bien
d’une société égalitaire. » Silvia
16 I SEL INFORMATIONS I 145
P
récisons d’abord que seul le
travail qui nuit au développe-
ment physique et mental des
enfantsetquilesprivedeleurdignité,
de leur potentiel et de leur enfance
est considéré comme du travail des
enfants par l’Organisation Interna-
tionale du Travail (OIT).
En 2016, cette situation affectait
88 millions de garçons et 64 millions
de filles entre 5 et 17 ans dans le
monde dont 73 millions étaient vic-
times des pires formes de travail
(esclavage, utilisation dans les conflits
armés, prostitution, tri des déchets,
travail dans les mines…)1
QUELS LIENS ENTRE
ÉCONOMIE ET TRAVAIL
DES ENFANTS ?
La pandémie du Covid-19 illustre
bien le lien entre économie et travail
des enfants. D’ailleurs, l’Unicef a rapi-
dement identifié l’augmentation du
152 millions d’enfants sont victimes du travail forcé. Les institutions internationales
reconnaissent que l’atténuation de ce fléau nécessite un changement structurel. En
quoi une « économie généreuse », au service de l’humanité, peut-elle constituer une
arme non négligeable dans ce combat ? PAR CLAIRE BALVERDE
MICHÉE FRANCE
POUR UNE ÉCONOMIE GÉNÉREUSE
Stop au travail des enfants !
MICHÉE FRANCE
travail des enfants2
comme un des
risques liés au Covid-19. En effet, les
conséquences économiques du confi-
nementinternational(perteouréduc-
tion des revenus familiaux), associées
à la fermeture prolongée des établis-
sements scolaires, contribuent à ali-
menter ce fléau.
Le travail des enfants est proportion-
nellement plus important dans les
pays à faible revenu national (RN).
Les principaux déterminants du tra-
vail des enfants sont la pauvreté des
familles et des communautés et l’ex-
clusion sociale, lesquelles existent au
sein des pays de tous les niveaux
de RN.
L’emploi des enfants est un autre re-
flet de l’incapacité des membres du
ménage en âge de travailler à géné-
rer des moyens de subsistance.
COMBATTRE
LE « TRAVAIL
DES ENFANTS »
L’Organisation des Nations Unies
(ONU) a adopté, le 20 novembre
1989, la Convention internationale
des droits de l’enfant dont l’arti-
cle 32 précise : « Les États parties re-
connaissent le droit de l'enfant d'être
protégé contre l'exploitation écono-
mique (...) ». Les Objectifs de déve-
loppement durable, adoptés par
l’ONU en 2015, renouvèlent cet en-
gagement (voir la cible 8.7).
Les instances internationales recon-
naissent que des politiques publiques
fiscales et économiques appropriées
sont nécessaires pour contribuer à
l’atténuation du travail des enfants.
C’estpourquoi,MichéeFranceencou-
rage l’essor d’une « économie géné-
reuse », c’est-à-dire au service de l’hu-
manité, qui respecte, par exemple, le
droit de tout adulte à « une rémuné-
ration équitable et satisfaisante lui
assurant ainsi qu'à sa famille une exis-
tence conforme à la dignité humaine
et complétée, s'il y a lieu, par tous
autres moyens de protection sociale. »3
Si les adultes en bénéficiaient, les
enfants auraient plus de probabilité
de suivre une scolarité.
Le travail des enfants étant la consé-
quence de nombreux facteurs socio-
économiques, il doit être intégré à
des politiques générales des secteurs
del’éducation,delaprotectionsociale
et surtout de l’économie. Adopter
« uneéconomiegénéreuse »contribue
à préserver l’enfance ainsi que le
potentiel et la dignité des enfants. n
145 I SEL INFORMATIONS I 17
Contribuez à une
économie généreuse !
Inscrivez-vous sur michee-france.org et recevez quotidiennement,
pendant 40 jours, un e-mail contenant une réflexion et une action, une
façon de grandir en tant que disciple du Christ et de contribuer ainsi à
une économie généreuse !
« J’ai bien apprécié l’aspect concret alterné avec des réflexions de cœur
et d’attitudes » Olivier G."
1
Bureau international du travail, Estimations mondiales du
travail des enfants, Résultats et Tendances 2012‐2016, Orga‐
nisation Internationale du Travail, Genève, 2017.
2
The Alliance for child protection in humanitarian action,
Technical Note : Protection of Children during the Coronavirus
Pandemic (v.1).
3
Article 23 de la Déclaration universelle des droits de
l'homme, adopté le 10 décembre 1948 par l’Assemblée géné‐
rale de l’ONU.
« Les États parties reconnaissent le droit de l'enfant d'être protégé
contre l'exploitation économique. » Convention internationale des
droits de l'enfant (1989)
18 I SEL INFORMATIONS I 145
À LA DÉCOUVERTE
DU TERRAIN
Partie prenante du voyage, Pa-
tricia a vu un intérêt réel à se
rendre sur place : « Un aperçu du
terrain change le regard, renforce
l'intérêt pour le SEL et stimule à
porter les partenaires dans la
prière.Maintenant,nousavonsdes
visages associés à des projets ! »
C’est ainsi que Jasmine résume le premier voyage de
groupe organisé par le SEL. En février 2020, les quinze
participants prenaient leur envol pour le Togo, à la
découverte des projets menés sur le terrain par nos
partenaires. Ils y étaient et ils racontent : voici un
petit aperçu de ce séjour « extra-ordinaire » !
VOYAGE DÉCOUVERTE TOGO
Patricia rencontre la famille
de son filleul
SENSIBILISATION
«Mieux qu’un voyage à
New York!»
PAR NICOLAS FOUQUET
V
ous aviez peut-être vu cir-
culer l’information dans les
différentssupportsdecom-
munication du SEL. Premier du
genre, l’idée de ce voyage était de
donner la possibilité à des parrains,
donateurs ou encore délégués de
prendre conscience de la réalité
du terrain et de vivre un temps
d’encouragement mutuel avec les
bénéficiaires et partenaires locaux.
Un accueil dont chacun se souviendra !
SENSIBILISATION
Ce séjour a aussi été l’occasion de vivre
des temps forts en groupe. Mélanie a
ainsi beaucoup reçu des échanges avec
les autres participants. «  J'ai apprécié
l'unité qu’il y avait entre nous. Nous
venions tous d'Églises assez diffé-
rentes mais notre but commun nous
a réunis. Il y avait une vraie commu-
nion fraternelle et spirituelle entre
nous. »
UN PROGRAMME
RICHE ET VARIÉ
D’une durée de huit jours, le
séjour a cherché à montrer la
diversité des actions menées par
les partenaires du SEL, tout en
ménageantquelquestempspour
découvrir le pays. Cynthia, une
de nos bénévoles, a justement
« apprécié le programme car les activités
étaient variées et permettaient de bien voir
et comprendre différents aspects du SEL ».
Au niveau du parrainage d’enfants, les
participants ont pu visiter un centre de
parrainage, rencontrer des familles d’en-
fants parrainés ou encore voir le bureau
national de Compassion.
Pour ce qui est des projets de dévelop-
pement, ils ont passé une journée avec
un partenaire œuvrant dans la construc-
tion de puits et de latrines, visité une
école de sourds et enfin découvert des
projetsd’élevageetdemaraîchage.Marie-
Armelle a alors été «  impressionnée par
la foi qui anime les différents acteurs
sur place ».
LA CERISE SUR
LE GÂTEAU
Pour de nombreux participants, ce
voyage a aussi été l’occasion de faire la
connaissance de leur filleul. Cet événe-
ment avait forcément une saveur parti-
culière. «  Tout était très bien mais la
rencontre avec mon filleul a vraiment été un
moment fort pour moi » raconte Marie-
Noële, une déléguée du SEL.
Ce temps spécial n’a pour autant pas
occulté la pertinence du reste du
séjour. Mélanie confie ainsi avoir
trouvé enrichissant l’ensemble du
voyage. «  Avant de partir, je
pensaisquelarencontreavec
mon filleul serait le grand
jour du programme. Mais en
faitchaquejourdelasemaine
était "le grand jour".  »
UN ENGAGEMENT
AFFERMI
La découverte de la réalité du terrain a
permis aux participants de mieux com-
prendre l’action du SEL.
Eddie soutientl’associationdepuisquinze
ans et il ne regrette pas d’être parti au
Togo. « Je pensais connaître le SEL mais en
définitivejeleconnaissaismal.J’aidécouvert
toute une facette de son travail avec cette
dimension d’accompagnement des parte-
naires. Sur ce point, j’ai été vraiment impres-
sionnéparleurprofessionnalismeet,surtout,
par leur engagement à vouloir, au nom de
Jésus, lutter contre la pauvreté. »
Ce voyage a ainsi pu conforter les parti-
cipants dans leur soutien aux actions du
SEL. « Le programme a complètement ré-
pondu à mes questions sur l’utilisation des
aides et des dons gérés par l’équipe du
SEL. », confie enfin Sylviane. n
145 I SEL INFORMATIONS I 19
Une belle journée pour les
parrains et leurs filleuls
Alexandre ne rate aucune occasion
de jouer au foot avec les enfants!
Visite à l’école des sourds
de Lomé
TOUS CONCERNÉS !
Un repas, ça peut tout changer dans la vie d’un enfant !
Plus pe琀ts donc plus vulnérables ? Nos partenaires chré琀ens en Afrique lu琀ent contre ce fait en
prenant en charge les enfants les plus vulnérables. L’aide alimentaire fournie dans ce cadre apporte
le bonus indispensable à leur développement, tout par琀culièrement dans le contexte du Covid-19.
OUI, JE VEUX SOUTENIR LE FONDS TICKET-REPAS DU SEL !
Je fais un don ponctuel par chèque
(à l’ordre du SEL) de :
o 25 € o 50 € o 100 € o 150 €
o Autre : ……………… €* DTR
Nom : ....................................................................................................
Prénom : ...............................................................................................
Adresse : ...............................................................................................
Code postal |_|_|_|_|_| Ville : .............................................................
Courriel : .........................................................@..................................
Tél. : .......................................................................................................
Merci de nous retourner votre don dans l’enveloppe T jointe au SEL, 157 rue des Blains – 92220 BAGNEUX
SI2005C
Pour faire reculer la malnutri琀on
TICKET-REPAS : le combat commence dans l’assie琀e !
*Si vous êtes imposable, 75% de votre don peut être déduit de vos impôts
dans les limites légales.
Vous pouvez aussi faire un don par internet sur
www.selfrance.org
soit environ 6,25 €* soit environ 12,50 €* soit environ 25 €* soit environ 37,50 €*

Contenu connexe

Tendances

Rapport annuel du SEL 2013-2014
Rapport annuel du SEL 2013-2014Rapport annuel du SEL 2013-2014
Rapport annuel du SEL 2013-2014SEL
 
Sel infos Février 2018
Sel infos Février 2018Sel infos Février 2018
Sel infos Février 2018SEL
 
No. 5 - janvier 2016
No. 5 - janvier 2016No. 5 - janvier 2016
No. 5 - janvier 2016Bard Lyne
 

Tendances (8)

Rapport annuel du SEL 2013-2014
Rapport annuel du SEL 2013-2014Rapport annuel du SEL 2013-2014
Rapport annuel du SEL 2013-2014
 
Bullpar Fev10
Bullpar Fev10Bullpar Fev10
Bullpar Fev10
 
Bulletin mem janvier 2013
Bulletin mem janvier 2013Bulletin mem janvier 2013
Bulletin mem janvier 2013
 
Zapping 22 août -
Zapping 22   août -Zapping 22   août -
Zapping 22 août -
 
Sel infos Février 2018
Sel infos Février 2018Sel infos Février 2018
Sel infos Février 2018
 
Bulletin me m avril 2015
Bulletin me m avril 2015Bulletin me m avril 2015
Bulletin me m avril 2015
 
Esperance 88
Esperance 88 Esperance 88
Esperance 88
 
No. 5 - janvier 2016
No. 5 - janvier 2016No. 5 - janvier 2016
No. 5 - janvier 2016
 

Similaire à SEL Infos Mai 2020

Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020SEL
 
Sel infos février 2020
Sel infos février 2020Sel infos février 2020
Sel infos février 2020SEL
 
Sel infos n128 sept 2016
Sel infos n128 sept 2016Sel infos n128 sept 2016
Sel infos n128 sept 2016SEL
 
Sel infos n130
Sel infos n130Sel infos n130
Sel infos n130SEL
 
SEL Informations - MARS 2016
SEL Informations - MARS 2016SEL Informations - MARS 2016
SEL Informations - MARS 2016SEL
 
SEL Infos - Mai 2015
SEL Infos - Mai 2015SEL Infos - Mai 2015
SEL Infos - Mai 2015SEL
 
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015SEL
 
SEL INFOS novembre 2019
SEL INFOS novembre 2019SEL INFOS novembre 2019
SEL INFOS novembre 2019SEL
 
Sel infos 133 Septembre 2017
Sel infos 133 Septembre 2017Sel infos 133 Septembre 2017
Sel infos 133 Septembre 2017SEL
 
Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016SEL
 
Sel infos Mai 2017
Sel infos Mai 2017Sel infos Mai 2017
Sel infos Mai 2017SEL
 
SEL INFOS 136 MAI 2018
SEL INFOS 136 MAI 2018SEL INFOS 136 MAI 2018
SEL INFOS 136 MAI 2018SEL
 
Sel infos Mai 2019
Sel infos Mai 2019Sel infos Mai 2019
Sel infos Mai 2019SEL
 
SEL Informations - Décembre 2015
 SEL Informations - Décembre 2015 SEL Informations - Décembre 2015
SEL Informations - Décembre 2015SEL
 
Rapport annuel de 2013 ong sifos
Rapport annuel de 2013 ong sifosRapport annuel de 2013 ong sifos
Rapport annuel de 2013 ong sifosWEBDEV FOUNDATION
 
Lettre ticket-repas janvier 2018
Lettre ticket-repas janvier 2018Lettre ticket-repas janvier 2018
Lettre ticket-repas janvier 2018SEL
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021SEL
 
Lettre ticket repas janvier 2019 ld
Lettre ticket repas janvier 2019 ldLettre ticket repas janvier 2019 ld
Lettre ticket repas janvier 2019 ldSEL
 
Sel infos n129 dec 2016
Sel infos n129 dec 2016Sel infos n129 dec 2016
Sel infos n129 dec 2016SEL
 

Similaire à SEL Infos Mai 2020 (20)

Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020
 
Sel infos février 2020
Sel infos février 2020Sel infos février 2020
Sel infos février 2020
 
Sel infos n128 sept 2016
Sel infos n128 sept 2016Sel infos n128 sept 2016
Sel infos n128 sept 2016
 
Sel infos n130
Sel infos n130Sel infos n130
Sel infos n130
 
SEL Informations - MARS 2016
SEL Informations - MARS 2016SEL Informations - MARS 2016
SEL Informations - MARS 2016
 
SEL Infos - Mai 2015
SEL Infos - Mai 2015SEL Infos - Mai 2015
SEL Infos - Mai 2015
 
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
 
SEL INFOS novembre 2019
SEL INFOS novembre 2019SEL INFOS novembre 2019
SEL INFOS novembre 2019
 
Sel infos 133 Septembre 2017
Sel infos 133 Septembre 2017Sel infos 133 Septembre 2017
Sel infos 133 Septembre 2017
 
Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016
 
Sel infos Mai 2017
Sel infos Mai 2017Sel infos Mai 2017
Sel infos Mai 2017
 
SEL INFOS 136 MAI 2018
SEL INFOS 136 MAI 2018SEL INFOS 136 MAI 2018
SEL INFOS 136 MAI 2018
 
Sel infos Mai 2019
Sel infos Mai 2019Sel infos Mai 2019
Sel infos Mai 2019
 
SEL Informations - Décembre 2015
 SEL Informations - Décembre 2015 SEL Informations - Décembre 2015
SEL Informations - Décembre 2015
 
Rapport annuel de 2013 ong sifos
Rapport annuel de 2013 ong sifosRapport annuel de 2013 ong sifos
Rapport annuel de 2013 ong sifos
 
Lettre ticket-repas janvier 2018
Lettre ticket-repas janvier 2018Lettre ticket-repas janvier 2018
Lettre ticket-repas janvier 2018
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021
 
Bulletin MeM janvier 2015
Bulletin MeM janvier 2015Bulletin MeM janvier 2015
Bulletin MeM janvier 2015
 
Lettre ticket repas janvier 2019 ld
Lettre ticket repas janvier 2019 ldLettre ticket repas janvier 2019 ld
Lettre ticket repas janvier 2019 ld
 
Sel infos n129 dec 2016
Sel infos n129 dec 2016Sel infos n129 dec 2016
Sel infos n129 dec 2016
 

Plus de SEL

Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021SEL
 
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019SEL
 
Lettre de nouvelle 2020 Eau et Assainissement
Lettre de nouvelle 2020 Eau et AssainissementLettre de nouvelle 2020 Eau et Assainissement
Lettre de nouvelle 2020 Eau et AssainissementSEL
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019SEL
 
Lettre de nouvelles eau octobre 2018
Lettre de nouvelles eau octobre 2018Lettre de nouvelles eau octobre 2018
Lettre de nouvelles eau octobre 2018SEL
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas
Lettre de nouvelles Ticket-RepasLettre de nouvelles Ticket-Repas
Lettre de nouvelles Ticket-RepasSEL
 
Sel stage communication digitale
Sel stage communication digitaleSel stage communication digitale
Sel stage communication digitaleSEL
 
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017 Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017 SEL
 
Lettre de nouvelles santé janvier 2017
Lettre de nouvelles santé janvier 2017Lettre de nouvelles santé janvier 2017
Lettre de nouvelles santé janvier 2017SEL
 
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17SEL
 
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017SEL
 
Offre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
Offre emploi Chargé de Mission Relations EglisesOffre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
Offre emploi Chargé de Mission Relations EglisesSEL
 
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017SEL
 
Offre emploi chargé polyvalent parrainage
Offre emploi chargé polyvalent parrainageOffre emploi chargé polyvalent parrainage
Offre emploi chargé polyvalent parrainageSEL
 

Plus de SEL (14)

Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
 
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019
 
Lettre de nouvelle 2020 Eau et Assainissement
Lettre de nouvelle 2020 Eau et AssainissementLettre de nouvelle 2020 Eau et Assainissement
Lettre de nouvelle 2020 Eau et Assainissement
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
 
Lettre de nouvelles eau octobre 2018
Lettre de nouvelles eau octobre 2018Lettre de nouvelles eau octobre 2018
Lettre de nouvelles eau octobre 2018
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas
Lettre de nouvelles Ticket-RepasLettre de nouvelles Ticket-Repas
Lettre de nouvelles Ticket-Repas
 
Sel stage communication digitale
Sel stage communication digitaleSel stage communication digitale
Sel stage communication digitale
 
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017 Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
 
Lettre de nouvelles santé janvier 2017
Lettre de nouvelles santé janvier 2017Lettre de nouvelles santé janvier 2017
Lettre de nouvelles santé janvier 2017
 
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
 
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
 
Offre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
Offre emploi Chargé de Mission Relations EglisesOffre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
Offre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
 
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
 
Offre emploi chargé polyvalent parrainage
Offre emploi chargé polyvalent parrainageOffre emploi chargé polyvalent parrainage
Offre emploi chargé polyvalent parrainage
 

SEL Infos Mai 2020

  • 1. Mai 2020 145 I N F O R M A T I O N S PROJETS Ticket-Repas: un pour tous, tous pour un ! Une action chrétienne dans un monde en détresse PARRAINAGE Quand être une fille relève du défi ! VOYAGE TOGO 2020 « Mieux qu’un voyage à New York » : les participants racontent URGENCE Burkina Faso : Ils ont besoin de nous ! www.selfrance.org
  • 2. ÉDITORIAL SOMMAIRE 2 I SEL INFORMATIONS I 145 Un simple repas peut-il changer la vie d’un enfant ? C’est une bien étrange question me direz-vous ! Nous ne nous la posons plus en ces termes dans nos pays. Pourtant, d’après l’OMS, plus de 800 millions de per- sonnes souffrent encore de la faim dans le monde ; 150 millions d’enfants accusent des retards de crois- sance. S’il est incontestable que des progrès ont été accomplis ces dernières années, beaucoup reste à faire. Il semble même que les chiffres repartent à la hausse… Un enfant peut-il étudier efficacement, le ventre vide ? Non ! Les profes- sionnels de la santé et de l’éducation, chez nous comme dans les pays en développement, sont unanimes. La faim altère la concentration. En tant que chrétien, cela m’interpelle ! Que puis-je faire ? Lors de mes visites de projets Ticket-Repas en Afrique, j’ai souvent fait le même constat : lesenfantsquibénéficientderepaséquilibrésetréguliers,sontplusépanouis et plus attentifs. Les encadrants, mais aussi les parents nous le témoignent. Je remarque aussi que lorsqu’une cantine scolaire est mise en place, les écoliers sont également plus en sécurité, car ils ne doivent pas sortir de l’école pour aller chercher à manger à l'extérieur, s’ils ont assez d’argent. Alors, pour revenir à ma première question : oui, un repas complet par jour change la vie des enfants ! C’est pourquoi, au SEL, nous valorisons le travail des partenaires qui mettent en place des cantines en faveur des enfants plus vulnérables : pris en charge et bien nourris, ces enfants se développent à tous niveaux. Je vous invite à découvrir ces projets dans ce numéro du SEL Informations, et pourquoi pas, à vous engager à votre tour à faire la différence dans la vie des enfants. Bonne lecture ! «  Le jeûne tel que je l’aime, le voici […] C’est partager ton pain avec celui qui a faim. » Esaïe 58.6-7 DANIEL BABIAK Vice-Président du SEL P3 | SEL News P6 | Dossier Tous concernés par leur vulnérabilité ! P10 | Sourds et vulnérables ? Pas forcément P11 | Urgence Burkina Faso : Face à la crise, les chrétiens répondent présent ! P12 | Projets Quand les enfants mangent, ça donne ça... P14 | Parrainage Être une fille : un défi en soi ! P16 | Michée France Stop au travail des enfants ! P18 | Sensibilisation Togo 2020 : « Mieux qu’un voyage à New York ! » Imprimésurpapier100%recyclé Directeurs de la publication : Marc Benner et Patrick Guiborat | Responsable de la rédaction : David Alonso | Secrétariat de rédaction : Laura Boyadjian | Comité de rédaction : Laura Boyadjian, Véronique Lavoué et David Alonso | Équipe de rédaction : Daniel Babiak, Patrick Guiborat, Laura Boyadjian, Doris Lévi Alvarès, Audrey Mouanga, Anaïs N’Landu, Isabelle Duval, Sarah Lunianga, Claire Balverde et Nicolas Fouquet | Illustrations : Lynn Williams | Graphisme et mise en page : Jacques Maré | Prix du numéro : 1 € | Abonnement : 4 € - Abonnement de soutien : 20 € | CPPAP n°1121 H 80951 | ISSN 1145- 2269 | Imprimerie IMEAF | Trimestriel : mai 2020 | Photos : SEL (sauf mention) Association Service d’Entraide et de Liaison, 157 rue des Blains - 92220 BAGNEUX - Tél. 01 45 36 41 51 - contact@selfrance.org | Dons uniquement : IBAN : FR57 2004 1000 0100 0195 5F02 034 - BIC : PSSTFRPPPAR | Parrainage et Ticket-Repas : IBAN - FR34 2004 1000 0113 7110 9S02 033 - BIC - PSSTFRPPPAR | SEL PROJETS BELGIQUE, 243 route Provinciale - 1301 BIERGES - Tél. / Fax (010) 65.08.51 - Compte Fortis : IBAN : BE85 0012 1339 3006 - BIC : GEBABEBB avec la mention DON | SEL SUISSE ROMANDE, Compte bancaire : Banque COOP CH 413585.300070-9 IMPÔT À LA SOURCE ET DÉDUCTION FISCALE Avec l’impôt à la source, vous pouvez toujours déduire 66% de vos dons (75 % pour les Ticket-Repas) dans la limite de 20% du revenu imposable : vos droits sont identiques. En janvier 2020, vous avez reçu un acompte équivalent à 60% de la réduction d'impôt dont vous avez bénéficié en 2019, relatif à vos dons réalisés en 2018. En juillet 2020, vous recevrez le solde, calculé à partir de votre déclaration de revenus faite au printemps. Pour en savoir plus : selfrance.org, rubrique déductions fiscales. Vous pouvez aussi nommer le SEL bénéficiaire d’une assurance vie. De plus, par la Fondation SEL vous pouvez attribuer un legs en indiquant au verso « Pour la Fondation du Protestantisme, avec affectation à la Fondation SEL », ou pour la déduction IFI, en envoyant votre chèque à l’ordre de « Fondation SEL », à l'adresse suivante : 157 rue des Blains, 92220 Bagneux. Si vous ne souhaitez pas recevoir notre journal, dites-le-nous en renvoyant votre étiquette. Nous ne voudrions pas vous importuner davantage. Conformément à l’article 27 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant dans nos fichiers.
  • 3. Le mot de Patrick Je vous écris ces mots alors que nous prépa- rons progressivement le déconfinement de l’équipe du SEL. Comme la plupart d’entre vous, les salariés ont été confinés depuis le mardi 17 mars, la majorité travaillant à domicile. En quelques jours, nos activités ont été réorganisées pour nous permettre de continuer à accomplir notre mission : agir avec nos partenaires locaux chrétiens en faveur des plus démunis, dans les pays en développement. C’est aussi le cas des membres des réseaux avec lesquels le SEL collabore, diversement impactés par cette pandémie mon- diale. Les uns après les autres, les bureaux de Compassion comme de TearFund, en Europe, en Amérique du Nord et en Océanie, ont basculé majoritairement en télétravail pour main- tenir les missions actives dans les pays en développement. Certains sont d’ailleurs réouverts. Dans les pays où travaillent les partenaires du SEL, en Afrique, en Amérique Latine et en Asie, les premiers cas de maladie et de décès ont été recensés. Même s’ils ne savent pas comment la pandémie va progresser, la fin de maigres ressources pour des millions de familles et la progression de la malnutrition et de la faim se font déjà ressentir. Nos partenaires s‘organisent au mieux pour protéger et aider leurs bénéficiaires et leurs équipes, en fonction de leurs moyens. En ces jours troublés, nous nous remettons entre les mains de Dieu. Qu’en Lui, nous puissions trouver la ferme assurance et la force de surmonter ces épreuves, en manifestant autour de nous Son amour et Sa compassion infinie, comme il est écrit dans 2 Corinthiens 1.3-4 : « Bénissons Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père riche en bonté, le Dieu qui accorde le réconfort en toute occasion. Il nous console dans toutes nos détresses, afin que nous puissions réconforter ceux qui passent par toutes sortes de détresses, en leur apportant la consolation que nous avons nous-mêmes reçue de lui. » PATRICK GUIBORAT, DIRECTEUR GÉNÉRAL DU SEL SEL NEWS 145 I SEL INFORMATIONS I 3 Pour nous suivre Site : www.selfrance.org Blog : www.blog.selfrance.org Youtube : SEL Facebook : SEL (Service d’Entraide et de Liaison) Twitter : ong_SEL À propos du SEL Le Service d’Entraide et de Liaison est une association protestante de solidarité internationale, créé en 1980 par l’Alliance Évangélique Française. Il vise à améliorer les conditions de vie de personnes et de populations en situations de pauvreté dans les pays en développement, et travaille en par- tenariat avec des organisations chrétiennes locales, responsables des projets qu’elles élaborent et mettent en œuvre. Instagram : sel_ong Le 7 mars dernier, le SEL était à Rouen pour la rencontre d’EvènementiElles autour du thème Ancrée dans sa Parole. Une belle occasion, pour les participantes, d’être édifiées au travers d’enseignements et de formations. L’oratrice, la canadienne Stéphanie Reader, a partagé des messages puissants et encouragé chaque femme présente à impacter ce monde. Touchées par cet appel, plusieurs d’entre elles ont décidé de parrainer un enfant avec le SEL. Certaines ont fait ce pas pour la toute première fois, d’au- tres ont choisi de renouveler un engagement qu’elles avaient arrêté dans le passé. D’autres encore ont poussé leur amour un peu plus loin en parrainant un enfant supplé- mentaire ! Au sortir de cette riche journée, les sourires sur les visages de ces participantes se refléteront assurément dans les yeux des enfants qui ont trouvé de nouvelles marraines ! Joindrel’acteà la Parole!
  • 4. SEL NEWS 4 I SEL INFORMATIONS I 145 JOURNÉE DU SEL L’important, ce n’est pas la date, c’est de la faire ! Le 22 mars devait se dérouler notre Journée du SEL dans des centaines d’Églises partout en France. Au vue des circonstances sanitaires de ces dernièressemaines,leprogrammedevoscultesasûrementétéchamboulé. Et si vous organisiez tout de même la Journée du SEL ? Finalement, que ce soit en juin ou en septembre, en visio ou en présentiel, l’important c’est de la faire ! En plus du kit d’animation, nous vous proposons une intervention du SEL pour votre culte dans un format en ligne. Contactez-nous pour discuter des modalités. Téléchargez gratuitement le kit d’animation sur jour- needusel.selfrance.org The Game : 1 an plus tard ! Il y a presque un an, Michel et Stéphanie participaient à la première édition de « The Game », un jeu d’aventure collaboratif chrétien, organisé par le centre de vacances Teen Ranch l’Hermon. « L’ambiance était vraiment sympa et nous avons fait de belles rencontres. Les moments de louange et de méditation chaque matin nous ont recentré sur l’essentiel. La région offre de grands espaces naturels, loin du bruit et du stress urbain. » raconte Michel. Chaque binôme de participants choisissait une association à soutenir. Tous deux parrains, Michel et Stéphanie ont choisi la nôtre. Pourquoi ? Pour Stéphanie, professeure : « Le bien- être des enfants me tient très à cœur. [Avec] le parrainage, il suffit d’un cœur pour donner et pour écrire, lire, et se réjouir ensemble. » Michel, quant à lui, a récemment visité un centre de parrainage au Pérou : « Je me suis rendu compte de l’impact de ces programmes : une aide matérielle et spirituelle qui peut littéralement sortir ces enfants de la misère. » TICKET-REPAS Afin d’encourager la générosité des français envers les plus vulnérables, le Sénat a relevé le plafond des dons faits aux associations. Ainsi, votre don pour les Ticket- Repas vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôts de 75 %, dans la limite de 1000 € (et non plus de 552 €) pour les revenus de 2020. Des avantages fiscaux encore plus avantageux !
  • 5. 145 I SEL INFORMATIONS I 5 Un(e) Assistant(e) Communication et Événementiel À plein temps en CDI. Poste basé à Bagneux. À pourvoir dès maintenant. Plus d’informa- tion sur selfrance.org, rubrique « nous rejoindre ». LE SEL RECRUTE ! SEL NEWS LeSELcontribueàlaformationdesétu- diants de l’Institut Biblique de diverses manières. Daniel Hillion, directeur des études au SEL, donne un cours sur « Pauvretéetengagementsocialduchré- tien ». Laura Boyadjian, salariée du SEL et ancienne étudiante, participe à la tournée du Groupe Vocal de l’Institut. Enfin, l’IBN invite régulièrement à ses Carrefours hebdomadaires des inter- venantsliésauSEL(commenosvisiteurs Sagine ou Carlo Jay). Quant à l’IBN, il veille dans le cadre de sa formation (cours du jour : 70 étu- diants ;coursdusoir,dusamedietàdis- tance:100étudiants)àpromouvoirl’en- gagement social et missionnaire et à in- former sur les actions du SEL. L’espoir et la prière de l’un et de l'autre, c'estquelesfutursresponsablesd’Églises etd’œuvressoienttoujoursplussensibles à la cause des plus démunis. Le SEL est heureux de collaborer avec plusieurs artistes ambassadeurs, qui portent les missions du SEL non seulement dans leur cœur, mais aussi dans leurs écrits, leurs compositions et leurs concerts. En ces temps de crise où leur métier est fortement impacté, nous souhaitons honorer leur engagement à nos côtés et aux côtés de nos partenaires et de leurs bénéficiaires… Et prier particulièrement pour eux ! Annenciel, Louise Zbinden, Mélody Payloun Louzy, Serge Hub, Pierre Lachat, Jean-Luc Gadreau, Thomas Blanc, KaBe, Héritage, Hillsong, la Compagnie des Actes, Gospel Unit : un grand merci ! N’hésitez pas à aller découvrir leur travail. L'un sert la cause de la solidarité internationale, l'autre prépare jeunes et moins jeunes au ministère. Ensemble, ils collaborent pour mieux atteindre leurs objectifs. Découvrez un partenariat aux multiples facettes. SEL et Institut Biblique de Nogent : main dans la main !
  • 6. 6 I SEL INFORMATIONS I 145 DOSSIER PAR LAURA BOYADJIAN Petits, dépendants pour leurs besoins de base, fragiles, vivant parfois avec un handicap, les enfants sont tout particulièrement vulnérables. Et donc plus facilement exposés à la maltraitance, aux violences, à la perte de la dignité. Mais leur histoire ne s’arrête pas là. Tous concernés par leur vulnérabilité !
  • 7. I ssu d’une famille éclatée, Kamel1 a été élevé par sa grand-mère puis confié à un marabout2 dans un daara3 , au Sénégal. Ils y étaient environ quarante enfants talibés. Tôt le matin, ils apprenaient le coran, puis accomplissaient des travaux domestiques. Le marabout ne deman- dait pas d’argent à leur famille mais les enfants étaient contraints d’aller mendier de la nourriture ou de l’argent dans les maisons, les restaurants ou les marchés. S’ils n’apprenaient pas bien ou ne faisaient pas ce qu’on leur demandait, ils étaient punis ou battus. Ne supportant plus ces sévices corpo- rels, Kamel fugua et finit par intégrer ungrouped’enfantsdelarue.Ensemble ils sillonnaient les rues pour mendier ou, pire, voler pour survivre. ÊTRE VULNÉRABLE : C’EST QUOI ? L’histoire de Kamel n’est malheureu- sement pas isolée. Comme lui, beau- coupd’enfantsdanslemondeseretrou- vent, dès leur plus jeune âge, dans des situations diverses de fragilité. Le degré de vulnérabilité est lié à plu- sieurs facteurs, et en tout premier, l’âge. En effet, plus un être humain est jeune, plus il dépend d’autrui, un adulte leplussouvent.PourFabienneBrugère, philosophe française, toute personne, en raison de son interdépendance à autrui, est en réalité vulnérable. Par exemple, le nourrisson naît notamment avec le besoin d’être nourri. Ne pas y répondre correctement reviendra à renforcer sa vulnérabilité. Il en va de même pour les autres besoins qui se développent avec l’âge. La question devient donc probléma- tique quand les adultes censés prendre soin des plus jeunes sont défaillants pour différentes raisons. Quelles pers- pectives alors pour ces enfants, parti- culièrementenAfriquesubsaharienne ? DES SITUATIONS VARIÉES : LESQUELLES ? La condition des orphelins est la pre- mière à nous venir à l’esprit lorsque l’on pense vulnérabilité : de nombreux enfants sont orphelins de père et de mèreouviventséparésdeleursparents biologiques. Souvent placés chez un tuteur ou parent proche, ils deviennent l’enfant de plus, parfois l’enfant de trop. Le manque de moyens des familles pour subvenir à la scolarité de leurs enfants les poussent, généralement, à les retirer de l’école. Or, un enfant non scolarisé voit ses choix d’avenir ré- duits : à aider ses parents en travail- lant, qu’importe son âge, ou à errer dans les rues, se retrouvant alors ex- posé à toutes sortes de dangers comme le trafic d’enfants ou des abus physiques et psychologiques. Les enfants malades, vivant avec le sida en particulier, ou souffrant d’un handicap ne sont, de leur côté, pas en reste.Danscertainesrégions,lamaladie 145 I SEL INFORMATIONS I 7 DOSSIER 1 Afin de protéger l’identité de ce bénéficiaire, nous avons changé son prénom. 2 Un maître coranique. 3 École coranique. Un bon repas contribue à rendre les enfants plus grands, plus forts, plus concentrés à l’école... donc moins vulnérables !
  • 8. et le handicap sont parfois associés à une malédiction sur la famille : le por- teur de la malédiction se voit rejeté. D’autre part, le manque de moyens des parents pour soigner leur enfant peut les amener à le percevoir comme un fardeau, ou un sujet de honte. Il sera peu considéré, voire négligé. Enfin, dans les circonstances actuelles liées au covid-19, nous aurions tort de négligerlerôleaggravantdessituations de conflit et des crises humanitaires ou sanitaires sur la vulnérabilité des enfants. Le manque d’accès à des res- sources de base, telles l’eau et la nour- riture, les expose d’autant plus à la maladie et à la malnutrition, en parti- culier dans les milieux pauvres. Il va donc sans dire que la situation des enfants les plus vulnérables néces- site une attention toute particulière. PROTÉGER LES ENFANTS : COMMENT ? Pour nos partenaires Ticket-Repas, ces enfants sont plus que les étiquettes qu’on leur a collées. Ils ne sont pas sourds, orphelins ou malades du sida, ils sont des enfants comme les autres. Afin de les rendre moins vulnérables, ces chrétiens leur offrent un cadre sécurisant, avec du personnel bienveil- lant et à l’écoute. École, centre de for- mation, maison d’accueil, orphelinat, cantine,sontautantdestructuresqu’ils mettent en place pour accueillir les enfants et les aider à s’épanouir. L’aide alimentaire s’avère alors être le bonus indispensable à leur bon déve- loppement.Quandlesenfantsmangent régulièrement, de manière nutritive et saine, on constate alors une véritable transformation : ils grandissent, sont en meilleure santé, plus concentrés à l’école, ont plus d’énergie… Un bon repas, voilà la touche finale qui com- plète tout le processus. Et Kamel  ? Son histoire ne s’est pas arrêtée dans la rue. Il a pu être pris en charge par un de nos partenaires Ticket-Repas, au Sénégal. Grâce à ce centre d’accueil, il a pu rattraper son retard scolaire et souhaite étudier l’in- génierie électronique. Mais, pour lui, la meilleure chose qu’il a reçu auprès de ce partenaire, c’est sa rencontre avec l’amour de Dieu. n 8 I SEL INFORMATIONS I 145 DOSSIER TICKET-REPAS ET COVID-19 Nos partenaires continuent mais différemment Si dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, le gouvernement n’a pas opté pour le confinement, des mesures drastiques ont néanmoins été mises en place. Nos partenaires Ticket-Repas ont donc immédiatement réagi et trouvé de nouvelles solutions pour aider les enfants plus vulnérables et leurs familles. Quand certains distribuent des kits alimentaires dans les familles, d’autres équi- pent celles-ci en dispositifs lave-mains, seaux et savons. La plupart sensibilisent activement les communautés à l’importance d’appliquer les gestes barrières. Pour en savoir plus ? Rendez-vous dans le livret offert en supplément de votre SEL Informations. À Madagascar aussi, les enfants aiment finir le repas sur une note sucrée !
  • 9. 145 I SEL INFORMATIONS I 9 DOSSIER Une cantine qui fait du bien L e CESA c’est, avant tout, des femmes et des hommes qui ont choisi de se consacrer aux enfants. Membre d’une fédération régionale pour la protection de l’en- fance,cetteassociationestsoucieuse du bien-être holistique des enfants. Et une chose est sûre : Elise, la coor- dinatrice, et son équipe ne manquent pas d’idées et ne lésinent pas sur les moyens pour accompagner ces enfants vulnérables. En effet, ils leur proposent des acti- vités adaptées à leur âge et centrées sur l’enseignement biblique. En com- plément, Berthe, sage-femme, dis- penseauxenfantsdesenseignements pratiques sur des thèmes tels que l’hygiène ou la sexualité, pour les adolescents. Les enfants sont suivis régulièrement par l’infirmière nutri- tionniste, Grâce. Chaque midi, le CESA transforme ses locaux en une véritable cantine : ces repas permettent de réunir les enfants et de veiller à leur bonne santé. Ils sont un appui aux familles, souventsoucieusesdenepaspouvoir nourrir leurs enfants, comme Angèle. Cette jeune maman s’occupe, en plus des siens, de 3 autres enfants dont la mère est décédée : « Mon 1er fils a été pris en charge par le CESA depuis qu’il a un mois, après que mon mari m’ait abandonnée. Il a maintenant 11 ans et s’il mange jusqu’à présent c’est grâce au CESA. » n Au Tchad, le Centre Espoir et Avenir (CESA), association chrétienne partenaire du SEL, œuvre au cœur de la ville de Kelo. Depuis plusieurs années, ses membres viennent en aide à des enfants orphelins de père ou de mère, en leur offrant notamment des repas. Lumière sur leur travail ! PAR ANAÏS N’LANDU Encadrés avec bienveillance par l’équipe du CESA, les enfants de Kelo s’épanouissent à tous les niveaux !
  • 10. 10 I SEL INFORMATIONS I 145 L a vulnérabilité a de multiples facettes : abandon, trafic humain, sida, extrême pauvreté, handicap, etc. Sans aide extérieure, il est difficile pourlesenfantsvulnérablesdesurmonter les difficultés, voire d’espérer avoir un avenir. Parce qu’ils veulent apporter plus qu’une aide alimentaire, trois de nos partenaires chrétiens, au Burkina Faso, au Sénégal et au Togo, accompagnent plus particu- lièrementlesenfantsmalentendantsdans leurquotidienetlesaidentàseconstruire un avenir. UNE VULNÉRABILITÉ PARTICULIÈRE En France, un enfant malentendant, une fois diagnostiqué, va rapidement être équipéd’aidesauditivesetbénéficierd’un suivimédical.Luietsafamilleapprendront lalanguedessignesetpourrontainsicom- muniquer. Cela ne se fait pas sans diffi- cultémaisdesressourcessontdisponibles pourinformeretaccompagnerl’enfantet sa famille dans cette situation. Dans un contexte africain, le scénario est tout autre. Le diagnostic se fait souvent très tard. Les familles ne bénéficient ni d’accompagnement,nidepriseencharge. De fait, un enfant malentendant ne peut pas communiquer avec son environne- ment  : personne ne lui a enseigné la languedessignes.Ilestsouventconsidéré comme un fardeau par sa famille. Il va donc apprendre à se débrouiller seul. Cependant, il reste très exposé au danger dans les rues de sa ville. Son avenir est limité s’il ne sait ni lire, ni écrireets’iln’apaspusuivredeformation professionnelle ou supérieure. UNE AIDE CONCRÈTE En Afrique de l’Ouest, trois de nos par- tenaires locaux chrétiens se consacrent à la cause des enfants malentendants : l’InstitutdesJeunesSourdsduFaso(Oua- gadougou), l’école Ephphatha (Lomé) et Sourds et vulnérables ? Pas forcément ! DOSSIER La surdité n’a pas de frontière. Et pourtant, selon le pays où l’on vit, on ne recevra pas la même prise en charge. Dans certaines régions d’Afrique subsaharienne, être un enfant malentendant, c’est être un enfant sans avenir. Trois de nos partenaires Ticket-Repas interviennent particulièrement pour eux. Découvrez leur combat ! PAR ISABELLE DUVAL Ajouté à l’accompagnement reçu, ces repas réguliers donnent aux enfants les ressources nécessaires pour affronter le quotidien.
  • 11. 145 I SEL INFORMATIONS I 11 URGENCE BURKINA FASO Face à la crise, les chrétiens répondent présent ! Cela fait des mois que le Burkina Faso subit régulièrement des attaques, contribuant à l’insécurité générale. Dans ce contexte sombre, aujourd’hui aggravé par l’urgence sanitaire liée au covid-19, nos partenaires chrétiens rayonnent, par leurs actions, comme des lumières. Et vous y contribuez ! D epuis août 2019, nos partenaires locaux chrétiens mettent en place des projets d’urgence pour répondre aux besoins des déplacés du nord du Burkina. Espaces d’accueil pour les enfants déplacés déscolarisés, réhabilitation de puits, distributions de kits alimentaires… Au total, près de 6000 personnes ont pu être appuyées grâce à leur action entre août 2019 et janvier 2020. En février dernier, six de nos partenaires ont pu participer à une formation sur la mise en place de réponses d’urgence. Organisée par Tearfund Burkina, elle leur a permis d’améliorer leurs compétences dans l’organisation et la qualité de leurs projets.Reconnaissantspourcetteopportunité,ilsvoientleurmotivationrenforcée pour continuer à aider leurs concitoyens victimes des violences terroristes. Aujourd’hui, les estimations parlent de près de 900 000 personnes déplacées d’ici la fin du premier semestre 2020. Les besoins, en constante augmentation, n’ont pas été allégés par l’épidémie de coronavirus, qui a aussi touché le Burkina Faso. Vous aussi, vous pouvez faire quelque chose ! Tenez-vous aux côtés des partenaires du SEL en soutenant leurs actions par un don. Ensemble, soyons porteurs d’espoir pour ces populations déplacées. Pour agir toujours plus, toujours mieux, les partenaires du SEL se forment à la réponse aux situations d’urgence. l’École Renaissance des Sourds (Dakar). Les responsables de ces associations ont tous décidé de s’en- gager à 100% dans l’éducation de ces enfants. Ces partenaires Ticket-Repas du SEL ont un point commun : ce sont des écoles. Ainsi, l’une des premières choses que les enfants apprennent, àleurarrivée,estlalanguedessignes. Et cela change leur vie ! Ils peuvent enfin communiquer avec des enfants de leur âge et avec des adultes. Dans ce cadre, l’aide alimentaire, apportée grâce aux projets Ticket- Repas fait une énorme différence, bien plus qu’on ne l’imagine ! UN COMBAT DANS L’ASSIETTE Les cantines scolaires soutenues par le SEL permettent aux enfants de rester dans l’enceinte de l’école pen- dant la pause de midi. Ils n’ont plus besoin de sortir et de chercher à manger auprès des vendeuses du quartier, ce qui les exposait au dan- ger. Leur sécurité est assurée. Un des effets secondaires, et non négligeable,descantinesestlaconvi- vialité ! Le temps du repas favorise les échanges entre les enfants et des amitiés se forment. Les enfants ont le temps de manger, mais aussi de se reposer et de réviser quelques leçons entre 12h et 14h. Enfin, leur niveau de concentration l’après-midi est beaucoup plus élevé grâce aux déjeuners fournis par les cantines. Assurément, les écoles de sourds et les cantines mises en place dans ce cadre ne supprimeront pas la sur- dité des enfants. Cependant, leur impact est évident ! Elles diminuent de manière significative la vulnéra- bilité liée à ce handicap. Les enfants ont enfin un cadre pour s’épanouir et se développer, comme n’importe quel enfant ! n
  • 12. PROJETS DE DÉVELOPPEMENT 12 I SEL INFORMATIONS I 145 Lorsqu’un enfant ne mange pas de manière régulière, suffisante et variée, les effets sont rapidement visibles : fatigue physique, retard de croissance, difficultés de concentration et d’apprentissage… Bénéficier des programmes Ticket-Repas, ça change donc tout pour de nombreux enfants en Afrique ! Quand ils ont accès à des repas nutritifs et réguliers... … et plus concentrés à l’école. … beaucoup… Ils sont en meilleure santé... Ils ont de l’énergie… C’est fou tout ce que les enfants peuvent faire ! Ils peuvent enfin rêver du métier qu’ils voudraient faire. Oui, quand les enfants sont bien nourris, ils peuvent juste se soucier d’être… des enfants ! ... d’énergie à dépenser ! Ticket-Repas, le combat commence dans l’assiette Soutenez un projet Ticket-Repas avec le SEL ; faites reculer la malnutrition ! ILLUSTRATIONS : LYNN WILLIAMS PAR LAURA BOYADJIAN
  • 13.
  • 14. PARRAINAGE CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE14 I e belles montagnes vertes et une ville calme, tel est l’environne- ment dans lequel Silvia a grandi. Aînée d’une famille pauvre, Silvia a eu la chance à 5 ans, alors qu’elle entrait à l’école, d’intégrer le programme de parrainage d’enfant du centre d’ac- cueil proche de chez elle. « C’était comme un cadeau pour moi  !  J’aimais étudier et apprendre de nouvelles choses.  » Être parrainée lui donna un véritable espoir, en dépit de toutes les circonstances douloureuses auxquelles elle faisait face à la maison. ÊTRE AIMÉE, C’EST TROP DEMANDER ? «  Je me souviens de la gentillesse de mon père quand j’étais petite, surtout quand je revenais de l’école. Il me de- mandait ce que j’avais appris et m’aidait à faire mes devoirs car ma mère était analphabète. Cependant, en grandis- sant, je ne me souviens d’aucune chose positive, ni de ce dont j’avais le plus be- soin  : l’amour.  » LesparentsdeSilvia,sesontrencontrés alors qu’ils travaillaient dans une plan- tation de café. En y repensant, elle confesse : «  Mon père regrette encore Voici l’histoire de Silvia : elle est née dans une ville frontalière entre le Guatemala et le Mexique et n’a pas eu une enfance facile. En effet, dans une culture où les femmes sont perçues comme plus faibles, elle a dû se battre pour casser les barrières qui l’empêchaient de s’épanouir. PAR SARAH LUNIANGA Au Guatemala, l'éducation des filles n'est pas une priorité. En effet, beaucoup doivent abandonner prématurément l'école pour se marier et travailler.
  • 15. que mes sœurs et moi n’ayons pas eu à aller travailler comme ma mère et lui l’ont fait… Il voulait probablement que nous souffrions comme lui.  » Mariés très jeunes, ses parents ont toujours eu une relation très compli- quée. «  Nous n’avons jamais vu mon père battre ma mère, mais nous sa- vions ce qu’il se passait », partage Sil- via. Face à cette situation, elle fut vite prise comme repère par ses sœurs. CONTINUER L’ÉCOLE : UNE BATAILLE GAGNÉE Aprèslasixième,sonpèrevoulutqu’elle abandonne définitivement l’école. Il estimait qu’elle avait atteint un niveau scolaireplusquesuffisant.Ilcommença donc à trouver des excuses pour ne pas la laisser continuer ses études. Mais à force de supplications, il céda. Pour Silvia, le manque de soutien de son père était dur à surmonter. Mal- gré cela, elle fit preuve d’une persévé- rance qui paya : elle sortit bachelière. «  Durant toutes ces années difficiles, j’ai été grandement encouragée par mes parrains, présents dès le début et jusqu’à l’obtention de mon diplôme universitaire. Connaissant notre situa- tion, ils priaient pour moi et ma famille. Je voyais Dieu les utiliser pour me faire savoir que je n’étais pas seule.  » RÊVER DEVIENT POSSIBLE Un jour, le directeur de son centre d’accueil lui parla d’un programme de développement de leader. Embrassant ce défi avec un effort incroyable, elle commença à se battre pour quelque chose de nouveau pour elle : rêver. «  Je me souviens de ce jour où j’ai passé le concours  : nous étions 80 candidats  ! J’étais très découragée car je savais que seules 20 personnes seraient admises dans ce programme. À ma grande sur- prise, je reçus un appel quelques jours plus tard me disant que j’étais admise. Je n’y croyais pas  !  » Sachant qu’elle n’aurait pas le soutien de ses parents, Silvia envisageait de renoncer à son rêve. Finalement, elle décida de ne rien leur dire et accepta de faire partie de ce programme, peu importe les conséquences. Elle étudia l’œuvre sociale et reçut une formation chrétienne sur le leadership. PERSÉVÉRER, ENCORE ET ENCORE Elle démontra très vite un caractère de leader, dévouée, quel que soit le contexte : à l’église, à l’école, dans sa communauté, dans sa famille. Elle de- vint un exemple pour tous. Pour autant, les difficultés ne s’arrêtè- rent pas là. Durant ses années univer- sitaires elle dut faire face, en plus des nombreux problèmes familiaux, à un manque de moyens financiers et à de longs trajets à pied pour aller à l’école. Cependant, grâce à Dieu et à sa pro- pre détermination, elle resta forte et surmonta tous ces obstacles. Elle obtint brillamment une licence à l’université et devint même major de sa promotion. Aujourd’hui, elle travaille au sein d’une Organisation Non Gouverne- mentale (ONG) qui se bat pour l’éga- lité des femmes au sein de la famille et de la société. Cette ONG œuvre à in- demniser les victimes de la guerre ci- vile au Guatemala, et à changer la culture machiste profondément enra- cinée dans le pays. n 145 I SEL INFORMATIONS I 15 PARRAINAGE «  Bien que les changements ne soient pas immédiatement visibles, nous espérons qu’avec le temps, les choses changeront pour le bien d’une société égalitaire. » Silvia
  • 16. 16 I SEL INFORMATIONS I 145 P récisons d’abord que seul le travail qui nuit au développe- ment physique et mental des enfantsetquilesprivedeleurdignité, de leur potentiel et de leur enfance est considéré comme du travail des enfants par l’Organisation Interna- tionale du Travail (OIT). En 2016, cette situation affectait 88 millions de garçons et 64 millions de filles entre 5 et 17 ans dans le monde dont 73 millions étaient vic- times des pires formes de travail (esclavage, utilisation dans les conflits armés, prostitution, tri des déchets, travail dans les mines…)1 QUELS LIENS ENTRE ÉCONOMIE ET TRAVAIL DES ENFANTS ? La pandémie du Covid-19 illustre bien le lien entre économie et travail des enfants. D’ailleurs, l’Unicef a rapi- dement identifié l’augmentation du 152 millions d’enfants sont victimes du travail forcé. Les institutions internationales reconnaissent que l’atténuation de ce fléau nécessite un changement structurel. En quoi une « économie généreuse », au service de l’humanité, peut-elle constituer une arme non négligeable dans ce combat ? PAR CLAIRE BALVERDE MICHÉE FRANCE POUR UNE ÉCONOMIE GÉNÉREUSE Stop au travail des enfants !
  • 17. MICHÉE FRANCE travail des enfants2 comme un des risques liés au Covid-19. En effet, les conséquences économiques du confi- nementinternational(perteouréduc- tion des revenus familiaux), associées à la fermeture prolongée des établis- sements scolaires, contribuent à ali- menter ce fléau. Le travail des enfants est proportion- nellement plus important dans les pays à faible revenu national (RN). Les principaux déterminants du tra- vail des enfants sont la pauvreté des familles et des communautés et l’ex- clusion sociale, lesquelles existent au sein des pays de tous les niveaux de RN. L’emploi des enfants est un autre re- flet de l’incapacité des membres du ménage en âge de travailler à géné- rer des moyens de subsistance. COMBATTRE LE « TRAVAIL DES ENFANTS » L’Organisation des Nations Unies (ONU) a adopté, le 20 novembre 1989, la Convention internationale des droits de l’enfant dont l’arti- cle 32 précise : « Les États parties re- connaissent le droit de l'enfant d'être protégé contre l'exploitation écono- mique (...) ». Les Objectifs de déve- loppement durable, adoptés par l’ONU en 2015, renouvèlent cet en- gagement (voir la cible 8.7). Les instances internationales recon- naissent que des politiques publiques fiscales et économiques appropriées sont nécessaires pour contribuer à l’atténuation du travail des enfants. C’estpourquoi,MichéeFranceencou- rage l’essor d’une « économie géné- reuse », c’est-à-dire au service de l’hu- manité, qui respecte, par exemple, le droit de tout adulte à « une rémuné- ration équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une exis- tence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale. »3 Si les adultes en bénéficiaient, les enfants auraient plus de probabilité de suivre une scolarité. Le travail des enfants étant la consé- quence de nombreux facteurs socio- économiques, il doit être intégré à des politiques générales des secteurs del’éducation,delaprotectionsociale et surtout de l’économie. Adopter « uneéconomiegénéreuse »contribue à préserver l’enfance ainsi que le potentiel et la dignité des enfants. n 145 I SEL INFORMATIONS I 17 Contribuez à une économie généreuse ! Inscrivez-vous sur michee-france.org et recevez quotidiennement, pendant 40 jours, un e-mail contenant une réflexion et une action, une façon de grandir en tant que disciple du Christ et de contribuer ainsi à une économie généreuse ! « J’ai bien apprécié l’aspect concret alterné avec des réflexions de cœur et d’attitudes » Olivier G." 1 Bureau international du travail, Estimations mondiales du travail des enfants, Résultats et Tendances 2012‐2016, Orga‐ nisation Internationale du Travail, Genève, 2017. 2 The Alliance for child protection in humanitarian action, Technical Note : Protection of Children during the Coronavirus Pandemic (v.1). 3 Article 23 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, adopté le 10 décembre 1948 par l’Assemblée géné‐ rale de l’ONU. « Les États parties reconnaissent le droit de l'enfant d'être protégé contre l'exploitation économique. » Convention internationale des droits de l'enfant (1989)
  • 18. 18 I SEL INFORMATIONS I 145 À LA DÉCOUVERTE DU TERRAIN Partie prenante du voyage, Pa- tricia a vu un intérêt réel à se rendre sur place : « Un aperçu du terrain change le regard, renforce l'intérêt pour le SEL et stimule à porter les partenaires dans la prière.Maintenant,nousavonsdes visages associés à des projets ! » C’est ainsi que Jasmine résume le premier voyage de groupe organisé par le SEL. En février 2020, les quinze participants prenaient leur envol pour le Togo, à la découverte des projets menés sur le terrain par nos partenaires. Ils y étaient et ils racontent : voici un petit aperçu de ce séjour « extra-ordinaire » ! VOYAGE DÉCOUVERTE TOGO Patricia rencontre la famille de son filleul SENSIBILISATION «Mieux qu’un voyage à New York!» PAR NICOLAS FOUQUET V ous aviez peut-être vu cir- culer l’information dans les différentssupportsdecom- munication du SEL. Premier du genre, l’idée de ce voyage était de donner la possibilité à des parrains, donateurs ou encore délégués de prendre conscience de la réalité du terrain et de vivre un temps d’encouragement mutuel avec les bénéficiaires et partenaires locaux. Un accueil dont chacun se souviendra !
  • 19. SENSIBILISATION Ce séjour a aussi été l’occasion de vivre des temps forts en groupe. Mélanie a ainsi beaucoup reçu des échanges avec les autres participants. «  J'ai apprécié l'unité qu’il y avait entre nous. Nous venions tous d'Églises assez diffé- rentes mais notre but commun nous a réunis. Il y avait une vraie commu- nion fraternelle et spirituelle entre nous. » UN PROGRAMME RICHE ET VARIÉ D’une durée de huit jours, le séjour a cherché à montrer la diversité des actions menées par les partenaires du SEL, tout en ménageantquelquestempspour découvrir le pays. Cynthia, une de nos bénévoles, a justement « apprécié le programme car les activités étaient variées et permettaient de bien voir et comprendre différents aspects du SEL ». Au niveau du parrainage d’enfants, les participants ont pu visiter un centre de parrainage, rencontrer des familles d’en- fants parrainés ou encore voir le bureau national de Compassion. Pour ce qui est des projets de dévelop- pement, ils ont passé une journée avec un partenaire œuvrant dans la construc- tion de puits et de latrines, visité une école de sourds et enfin découvert des projetsd’élevageetdemaraîchage.Marie- Armelle a alors été «  impressionnée par la foi qui anime les différents acteurs sur place ». LA CERISE SUR LE GÂTEAU Pour de nombreux participants, ce voyage a aussi été l’occasion de faire la connaissance de leur filleul. Cet événe- ment avait forcément une saveur parti- culière. «  Tout était très bien mais la rencontre avec mon filleul a vraiment été un moment fort pour moi » raconte Marie- Noële, une déléguée du SEL. Ce temps spécial n’a pour autant pas occulté la pertinence du reste du séjour. Mélanie confie ainsi avoir trouvé enrichissant l’ensemble du voyage. «  Avant de partir, je pensaisquelarencontreavec mon filleul serait le grand jour du programme. Mais en faitchaquejourdelasemaine était "le grand jour".  » UN ENGAGEMENT AFFERMI La découverte de la réalité du terrain a permis aux participants de mieux com- prendre l’action du SEL. Eddie soutientl’associationdepuisquinze ans et il ne regrette pas d’être parti au Togo. « Je pensais connaître le SEL mais en définitivejeleconnaissaismal.J’aidécouvert toute une facette de son travail avec cette dimension d’accompagnement des parte- naires. Sur ce point, j’ai été vraiment impres- sionnéparleurprofessionnalismeet,surtout, par leur engagement à vouloir, au nom de Jésus, lutter contre la pauvreté. » Ce voyage a ainsi pu conforter les parti- cipants dans leur soutien aux actions du SEL. « Le programme a complètement ré- pondu à mes questions sur l’utilisation des aides et des dons gérés par l’équipe du SEL. », confie enfin Sylviane. n 145 I SEL INFORMATIONS I 19 Une belle journée pour les parrains et leurs filleuls Alexandre ne rate aucune occasion de jouer au foot avec les enfants! Visite à l’école des sourds de Lomé
  • 20. TOUS CONCERNÉS ! Un repas, ça peut tout changer dans la vie d’un enfant ! Plus pe琀ts donc plus vulnérables ? Nos partenaires chré琀ens en Afrique lu琀ent contre ce fait en prenant en charge les enfants les plus vulnérables. L’aide alimentaire fournie dans ce cadre apporte le bonus indispensable à leur développement, tout par琀culièrement dans le contexte du Covid-19. OUI, JE VEUX SOUTENIR LE FONDS TICKET-REPAS DU SEL ! Je fais un don ponctuel par chèque (à l’ordre du SEL) de : o 25 € o 50 € o 100 € o 150 € o Autre : ……………… €* DTR Nom : .................................................................................................... Prénom : ............................................................................................... Adresse : ............................................................................................... Code postal |_|_|_|_|_| Ville : ............................................................. Courriel : .........................................................@.................................. Tél. : ....................................................................................................... Merci de nous retourner votre don dans l’enveloppe T jointe au SEL, 157 rue des Blains – 92220 BAGNEUX SI2005C Pour faire reculer la malnutri琀on TICKET-REPAS : le combat commence dans l’assie琀e ! *Si vous êtes imposable, 75% de votre don peut être déduit de vos impôts dans les limites légales. Vous pouvez aussi faire un don par internet sur www.selfrance.org soit environ 6,25 €* soit environ 12,50 €* soit environ 25 €* soit environ 37,50 €*