SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  20
Télécharger pour lire hors ligne
Une action chrétienne dans un monde en détressewww.selfrance.org
Trimestriel2018/09N°138
Vous n’imaginez pas…
Les bienfaits du parrainage
Vous n’imaginez pas…
Les bienfaits du parrainage
Informations
Septembre 2018
Sécurité
Alimentaire :
l’enquête !
12
Dossier
parrainage :
Vous
n’imaginez
pas...
3
Découvrez
le nouveau
jeu du SEL
15
« Quand je serai grande,
préparez-vous. Je serai docteur
et je vous ferai des piqûres ! »
Christine Joy, Philippines.
22
ÉDITORIAL
Une action chrétienne dans un monde en détresse
Questions à Patrick Guiborat,
Directeur général du SEL
Les dons faits au SEL vous permettent de recevoir un reçu fiscal donnant droit à une réduction d’impôts
(66%, ou 75% aux Ticket-Repas, ou 60% pour une entreprise) ; vous pouvez aussi nommer le SEL béné-
ficiaire d’une assurance vie.
De plus, par la Fondation SEL vous pouvez attribuer un legs en indiquant au verso « Pour la Fondation
du Protestantisme, avec affectation à la Fondation SEL », ou pour la déduction IFI, en envoyant votre
chèque à l’ordre de « Fondation SEL », à l'adresse suivante : 157 rue des Blains, 92220 Bagneux.
Quand nous parlons des bienfaits du parrai-
nage que l’on n’imagine pas, à quoi pensez-
vous spontanément ?
En plus des bienfaits ‘classiques’ (santé, sco-
larité, social, spirituel), le cadre sécurisant et
valorisant des centres de parrainage dans
lesquels des personnes formées s’occupent
des enfants me semble un bienfait considérable
pour eux. « Connus, aimés, protégés » est un
leitmotiv qui fonde l’approche de Compassion
pour donner confiance aux enfants et aux
jeunes en vue de sortir du cycle de la pauvreté.
Les parents et la communauté bénéficient
aussi de la présence du parrainage de di-
verses manières : sensibilisations et forma-
tions, projets d’accès à l’eau, aux latrines, etc.
Mais on pense peut-être moins au bienfait
qu’apporte à une Église ce projet commun de
mobilisation pour les enfants démunis. C’est
un formidable moteur de dynamisme qui per-
met aux chrétiens d’être impliqués dans la
société, et rend leur témoignage crédible au-
tour d’eux. Cette colonne vertébrale apportée
par l’action du parrainage fait rayonner
l’Église, lui permet d’avoir
un impact conséquent et
d’être aussi un point de dé-
part vers d’autres actions et projets pour
toute la communauté environnante.
Quels sont vos points d’étonnement lors de
rencontres avec d’anciens enfants parrai-
nés ?
Mon dernier étonnement date d’il y a un mois.
J’ai rencontré une jeune femme originaire de
Bolivie qui travaille maintenant en Espagne
comme guide touristique et comme… mis-
sionnaire. Même s’il faut faire attention à ne
pas généraliser, j’ai le sentiment d’être face
à des personnes désormais adultes, solides
spirituellement, qui ont une perspective plus
large sur la société avec ses défis.
Je suis également toujours étonné du sens
des responsabilités dont ils témoignent pour
rendre d’une manière ou d’une autre, à leur
tour, le bien qu’ils ont reçu grâce à toutes
ces années de parrainage. Chacun des deux
visiteurs de Haïti qui ont fait une tournée avec
le SEL en 2015 et 2017, en sont un exemple.
Imprimésurpapier100%recyclé
Partenaire du SEL
Michée France veut mobiliser le monde protestant contre l’extrême pauvreté
en invitant chacun à ajuster ses comportements et à interpeler les gouvernants
sur leur promesse d’aide au développement.
Quel est l’impact réel du
parrainage  ? Voilà une
question intéressante
pour aborder ce nouveau
numéro du SEL informa-
tions consacré à ce sujet.
La première idée qui nous vient géné-
ralement à l’esprit, c’est que le parrai-
nage permet à l’enfant d’être pris en
charge au niveau de sa scolarité, de sa
santé, et qu’il se retrouve avec d’autres,
au moins une fois par semaine, dans
un centre pour chanter, prier, et avoir
des enseignements divers. Tout cela est
vrai, j’ai pu le constater encore récem-
ment en visitant notre filleule au Togo.
Cependant, cela n’est pas complet !
Un point qui me semble essentiel dans
le parrainage, est le changement de
mentalité qui va s’opérer chez l’enfant,
grâce à l’accompagnement des bénévoles
de l’Église qui l’entourent. Ce change-
ment va l’amener progressivement à se
regarder, non plus comme un enfant
pauvre destiné à rester pauvre toute sa
vie, mais comme une créature que Dieu
aime et veut bénir. C’est finalement une
véritable « conversion » qui va se pro-
duire  ! Bien sûr, il peut y avoir des
échecs, mais chaque enfant doit avoir
sa chance.
Le parrainage a également un impact
sur la famille de l’enfant. En diminuant
la charge financière de cet enfant, les
parents peuvent mieux s’occuper des
autres enfants, sans compter les diverses
formations et accompagnements dont
ils bénéficient aussi. Ainsi c’est toute
une communauté qui va bénéficier des
bienfaits du parrainage, parce que leurs
enfants pourront avoir un autre avenir.
Ma prière est que chaque enfant parrainé
puisse faire sienne cette parole du
Psaume 139 verset 14 : « Je confesse
que je suis une vraie merveille. » (TOB)
Bonne lecture !
Daniel Babiak
Vice-Président du SEL
SOMMAIRE
P2 : Édito et Questions à Patrick Guiborat
P3 : Dossier : Vous n’imaginez pas…
P7 : Savez-vous tout ce que le parrainage offre ?
P8 : « Quelle joie de se retrouver ! »
P10 : Appel de Noël 2018
P11 : Urgence : Madagascar, à l’épreuve
des cyclones
P12 : Projets : Sécurité Alimentaire : l’enquête !
P14 : Flashback sur la Journée du SEL 2018
P15 : EAD/Sensibilisation : « Les villageois de
Baobila », le nouveau jeu de société du SEL
P16 : Michée France : Culte Michée 2018 : Pour une
justice généreuse !
P17 : Délégués : Et si c’était vous ?
P18 : De vous à nous
À NOS NOUVEAUX LECTEURS
Vous recevez peut-être pour la première fois
notre journal. Si vous souhaitez être tenus au
courant de nos activités, vous pouvez vous abon-
ner au prix indiqué ci-dessous.
Si vous ne souhaitez pas recevoir notre journal,
dites-le-nous en renvoyant votre étiquette. Nous
ne voudrions pas vous importuner davantage.
Conformément à l’article 27 de la loi du 6 janvier
1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rec-
tification aux données vous concernant dans nos
fichiers.
Dons uniquement :
IBAN : FR57 2004 1000 0100 0195 5F02 034
BIC : PSSTFRPPPAR
Parrainage et Ticket-Repas :
IBAN - FR34 2004 1000 0113 7110 9S02 033
BIC - PSSTFRPPPAR
Directeurs de la publication :
Claude Grandjean et Patrick Guiborat
Responsable de la rédaction : David Alonso
Secrétaire de rédaction : Laura Boyadjian
Comité de rédaction : Daniel Babiak, Daniel Hillion, David Alonso, Lydie Louvel, Laura Boyadjian,
Véronique Lavoué, Nicolas Fouquet, Sophonie Jean-Louis, Claire Balverde, Doris Lévi Alvarès.
SEL PROJETS BELGIQUE
243 route Provinciale - 1301 BIERGES – Tél. / Fax (010) 65.08.51
Compte Fortis : IBAN : BE85 0012 1339 3006
BIC : GEBABEBB
avec la mention DON
SEL SUISSE ROMANDE
Compte bancaire :
Banque COOP CH 413585.300070-9
Pour nous suivre
© Photos : SEL (sauf mention).
Le SEL est une association protestante de solidarité internationale qui fonde son action sur une vision responsable de l’engagement
chrétien en vue de réduire la pauvreté dans les pays en développement. Les actions qu’il entreprend visent à améliorer les
conditions de vie de personnes et de populations en situations de pauvreté, dans une perspective d’autonomie.
Créé par l'Alliance Evangélique Française en 1980, le SEL déploie des activités basées sur l'enseignement biblique qui associe la
Parole et les actes afin de transmettre l'amour de Dieu. C’est pourquoi le SEL travaille en partenariat avec des organisations chré-
tiennes locales, responsables des projets qu’elles élaborent et mettent elles-mêmes en œuvre.
Le SEL mène une action humanitaire : le financement qu’il octroie à ses partenaires s’inscrit donc dans ce cadre ; ceux-ci déploient
leur action au-delà des différences de religion, d’opinions politiques ou d’origines ethniques et en prenant en compte l’ensemble
des besoins physiques, économiques et spirituels des bénéficiaires finaux.
Twitter :
ong_SEL
Facebook :
SEL (Service d’Entraide
et de Liaison)
Youtube :
SEL
Blog :
http://blog.selfrance.org
Site :
http://selfrance.org
Association Service
d’Entraide et de Liaison
157 rue des Blains
92220 BAGNEUX
Tél. 01 45 36 41 51
Fax 01 46 16 20 86
contact@selfrance.org 
Mise en page : J. Maré
Impression :
IMEAF - La colline
26160 La Begude de Mazenc
Tél. 04 75 90 20 70
CPPAP N°1121 H 80951
(30/11/2021)
N°ISSN 1145-2269
Prix du n° : 1 €
Abonnement : 4 €
Abonnement de soutien : 20 €
Instagram :
sel_ong
33
PARRAINAGE D'ENFANTS
Vous n’imaginez pas…
L
e centre d’accueil, appelé
parfois aussi « centre de dé-
veloppement de l’enfant  »,
est un élément clé dans la mise
enœuvreduparrainage.Lesenfants
parrainés y passent normalement
un minimum de 4 heures par se-
maine, 44 semaines par an. C’est
là qu’ils reçoivent les bénéfices
du programme : soutien scolaire,
enseignement chrétien, soutien
médical et alimentaire, activités
sociales et culturelles.
Passer du temps
dans un centre
d’accueil
Un programme d’enseignement,
appelé « curriculum », a été éla-
boré pour les différentes tranches
d’âge et permet d’aborder toutes
sortes de sujets qui peuvent aller
de l’hygiène corporelle aux his-
toires bibliques en passant par la
résolution des conflits ou au fait
de savoir s’occuper de plantes et
d’animaux. Le but ? Équiper les
enfants de multiples manières
pour leur vie d’enfant… et leur vie
future d’adulte.
Être en relation
avec un parrain
ou une marraine
Vous ne l’imaginiez peut-être pas,
mais la relation de l’enfant avec
son parrain ou sa marraine fait
partie intégrante du projet péda-
gogique de développement de
Le parrainage est un outil au service du développement de l’enfant. Grâce au travail de
centres d’accueil rattachés à des Églises locales et au soutien de parrains et de marraines,
il ouvre des portes aux enfants qui en bénéficient et à ceux qui les entourent. Vous
n’imaginez pas forcément toutes les potentialités et toutes les réalisations que permet
le parrainage !
CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE4
l’enfant ! En envoyant réguliè-
rement à son filleul le message
qu’il est aimé et considéré par
quelqu’un qui vit très loin de chez
lui, les lettres contribuent à
construire l’enfant qui les reçoit.
Le pasteur burkinabè Samuel
Korgo, qui dirige une Église
accueillant un centre de parrai-
nage, raconte  : «  Les lettres
reçues par les enfants sont
source de joie. L’enfant en parle
autour de lui. Quand il reçoit une
lettre, il la lit avec ses amis. »
Certains enfants parrainés
conservent comme l’un des tré-
sors les plus précieux qu’ils pos-
sèdent les lettres de leur parrain
ou marraine. Une lettre d’encou-
ragement peut aussi être relue
dans des moments difficiles.
Une action qui va
au-delà du seul
enfant parrainé
Les enfants parrainés sont les
premiers bénéficiaires du par-
rainage  : c’est logique, car ce
sont eux qui fréquentent le centre
d’accueil où les services du pro-
gramme leur sont dispensés.
Mais quand un enfant est par-
rainé, les choses ne s’arrêtent
pas à lui. Le savoir qu’il acquiert
en suivant le curriculum est sus-
ceptible d’être partagé, qu’il
s’agisse de notions d’hygiène ou
des enseignements chrétiens
reçus au centre.
Samuel Korgo est affirmatif  :
« Tout ce que l’enfant reçoit est
partagé avec les autres membres
de la famille. » Parfois le parrain
envoie de l’argent pour faire un
cadeau à l’enfant. Dans ce cas-
là, explique Samuel Korgo, on
l’utilise pour acheter des vête-
ments, des vivres, un moyen de
déplacement pour l’enfant… et
toute la famille en profite. Parfois
le cadeau servira à acheter des
animaux pour faire de l’élevage
– ce qui procurera un revenu à
la famille entière.
Des équipiers des centres d’ac-
cueil visitent les familles, des
sessions de sensibilisation à des-
tination des parents sont orga-
nisées, des projets supplémen-
taires complétant l’apport du
parrainage sont mis en place
(« parrainage plus »).
Samuel Korgo raconte aussi com-
ment les infrastructures fournies
PARRAINAGE D'ENFANTS
« Tout ce que l’enfant reçoit
est partagé avec les autres
membres de la famille. »
Samuel Korgo, ancien direc-
teur de centre d’accueil au
Burkina Faso.
Alemayehu :
Agriculteur
en Éthiopie
« L’environnement dans lequel
j’ai grandi ne me permettait
pas d’avoir de grands rêves. Je
n’avais personne à prendre
pour exemple. J’ai rarement
entendu un mot d’encoura-
gement, excepté par le per-
sonnel du centre d’accueil de
Compassion ; j’ai alors excellé
dans mon éducation. Je suis
reconnaissant d’avoir reçu
l’éducation dont j’avais besoin
pour rejoindre l’Université
Hawassa et y étudier l’horti-
culture. J’ai prié à chaque pas
et le Seigneur m’a accordé
les désirs de mon cœur. »
par le parrainage peuvent per-
mettre à l’Église de faire le bien
au-delà des enfants parrainés :
le centre rattaché à son Église a
pu être équipé d’une aire de jeux
pour les enfants. En dehors des
horaires du parrainage, les
enfants non parrainés peuvent
aussi y avoir accès !
Se projeter
vers l’avenir
L’objectif du parrainage n’est pas
d’aider pour aider, mais d’aider
pour permettre à l’enfant de voler
de ses propres ailes. Se projeter
dans l’avenir n’est pas toujours
si facile pour un enfant qui vit
dans la pauvreté.
Quand Salama, une petite fille
du Kenya, a été inscrite dans un
centre de parrainage ses aspi-
rations pour le futur étaient
réduites aux dimensions des
conditions de vie de sa famille :
sa mère casse des cailloux et,
dans la suite, elle se voyait casser
des cailloux elle aussi. Après un
certain temps, ses rêves sont
devenus plus grands  : devenir
professeur. Une équipière du cen-
tre commente : « Un jour Salama
sauvera sa famille toute entière.
Peut-être pas demain, mais dans
le futur la famille sera complè-
tement transformée. »
À partir de l’âge de 12 ans,
chaque enfant parrainé remplit
annuellement un document inti-
tulé « Mon projet pour demain »
qui l’aide à se fixer des objectifs
pour l’année qui vient. Chaque
enfant détermine ses propres
objectifs et il n’y a aucune réper-
cussion négative s’ils ne sont pas
atteints. L’enfant apprend qu’il
peut faire des projets et se donner
des moyens pour les réaliser.
Est-ce que
ça marche ?
Toutes les histoires d’enfants
parrainés sont différentes. Cer-
taines sont spectaculaires et
d’autres moins. Les circonstances
dans lesquelles les enfants vivent
restent parfois très difficiles.
Quand une porte s’ouvre devant
PARRAINAGE D'ENFANTS
April : Travailleuse sociale
aux Philippines
« Mon parrain était un exemple à suivre. Malgré le manque de
beaucoup de choses, il était encore prêt à donner à d’autres. Il
m’a tellement appris. J’aide les autres car je connais le bienfait
d’avoir des gens qui s’occupent de moi et je veux que les gens
en fassent l’expérience. En tant que travailleuse sociale, je suis
en charge des questions juridiques. Chaque jour, j’essaie d’être
une ambassadrice de l’amour de Dieu pour les enfants. »
5
Au centre d'accueil Compassion, Cindy, 14 ans, a l'occasion d'être accompagnée dans l'étude de la Bible.
Elle y trouve de précieux encouragements pour sa vie.
un enfant, il a aussi une part de
responsabilité dans le fait de sai-
sir les potentialités qui lui sont
offertes. Il ne serait pas raison-
nable de promettre un « happy
end » à chaque parrainage.
Ce qui peut être raconté, ce sont
les nombreuses histoires venant
d’Afrique, d’Asie et d’Amérique
du Sud qui montrent, à la fin d’un
parrainage comment un enfant
a appris à « faire le bien » et à
« bien le faire » quel que soit le
niveau auquel il le fait : dans sa
famille, dans son quartier… et
parfois à l’échelle de son pays.
C’est peut-être le meilleur exem-
ple du fait que le parrainage n’est
pas fait pour profiter uniquement
à l’enfant parrainé.
Quand il avait douze ans, John,
jeune ougandais, et les autres
membres de sa fratrie ont été
chassés de leur maison par leur
oncle qui voulait se l’approprier.
Sa mère était morte et son père
s’était enfui pour ne jamais reve-
nir. Le pasteur de John a
demandé conseil à un avocat…
sans succès.
« J’ai pleuré. Je savais que nous
avions tout perdu. J’étais frustré
et sans espoir », explique John. Il
prit la résolution de devenir avocat
et de rechercher la justice pour
tous. Grâce au soutien de son par-
rain et du personnel du centre
d’accueil, John est avocat. Depuis
2009, lorsque sa carrière a com-
mencé, il a défendu gratuitement
la cause de plus de 300 personnes
vivant dans la pauvreté.
L’importance
de l’espérance
Alors que le contexte de pauvreté
dans lequel vivent les enfants
parrainés leur envoie un message
terriblement sombre («  Tu ne
comptes pas », « Ta vie ne sera
jamais belle », etc.), le parrainage
mené en lien avec une Église
locale leur parle d’espérance. La
vision du parrainage consiste à
délivrer les enfants de la pauvreté
au nom de Jésus.
Vous n’imaginez pas tout ce que
le parrainage peut accomplir…
Et parfois, en retour, c’est le par-
rain ou la marraine qui devien-
nent le bénéficiaire. Ils découvrent
que leur filleul a des choses à
leur apprendre sur la prière, la
fidélité de Dieu et l’espoir pour
le futur. Interrogé sur ce que les
enfants parrainés peuvent
apprendre à des Occidentaux,
Samuel Korgo évoque le conten-
tement et la joie de vivre.
Il y a certainement de nom-
breuses choses que nous n’ima-
ginons pas encore que Dieu va
faire avec le parrainage !
CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE6
PARRAINAGE D'ENFANTS
Maydi :
Ingénieur
d’affaires
au Honduras
« Enfant, je n’avais aucun es-
poir, aucun rêve. Au centre
Compassion, j’ai eu de nom-
breuses opportunités. Adolescente, je rêvais grand et voulais de-
venir ingénieur d’affaires. Mes parents n’avaient pas les moyens
de m’offrir une telle carrière universitaire mais je n’ai jamais
perdu espoir. Dieu m’a ouvert une porte grâce à Compassion et
je suis devenue ingénieur d’affaires. D’une certaine façon, j’ai
brisé le cycle de la pauvreté, grâce à Jésus. »
Parrainé enfant, John est maintenant avocat. Il défend gratui-
tement la cause de personnes vivant dans la pauvreté.
7
Savez-vouS tout
ce que Le parrainage offre?
Plus d’1,9 millions d’enfants bénéficient des programmes de parrainage de Compassion,
le partenaire du SEL. Mais qu’y reçoivent-ils ? Découvrez comment au travers du
parrainage, ils voient leurs différents besoins comblés et peuvent enfin rêver en grand !
PARRAINAGE D'ENFANTS
Être aimé...
l’amour fait ressortir
tout le potentiel caché
au plus profond
de son cœur.
L’aide
alimentaire...
pour le prémunir
de la malnutrition.
L’éducation...
pour vaincre
l’analphabétisme
et lui apporter
des bases essentielles.
Les soins...
pour lutter contre
les différentes
maladies.
Le message
de l’Évangile...
pour surmonter la peur,
remplacer le désespoir
par l’espérance.
4000 :
c’est le nombre d’heures
passées en moyenne dans
les programmes de parrainage.
50 à 80%:
c’est le pourcentage
de chances d’obtenir
un diplôme
universitaire
pour un enfant
parrainé.
Un enfant parrainé
est 12 à 18 fois plus susceptible
d’avoir un emploi salarié
une fois adulte.
30 à 75%
de chances de plus
de devenir un leader
dans sa communauté
Vous aussi, aidez un enfant à rêver plus grand : parrainez-le avec le SEL !
Le SEL, en partenariat avec Compassion International, croit fermement que l’amour, l’éducation et les
soins reçus par les enfants dans les centres d’accueil sont un moyen efficace pour briser les chaines
de la pauvreté.
En découvrant qu'il a de la valeur et du potentiel l'enfant a la possibilité de rêver et parfois même de
réaliser ses rêves !
Vous souhaitez parrainer un enfant avec le SEL ?
Remplissez le coupon joint ou allez sur www.selfrance.org
Sources : Compassion International
CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE8
SEL : C’était ta 3ème
visite :
qu’est-ce qui était différent
des autres fois ?
On constate dès l’arrivée que la
situation politique s’est un peu
tendue et que la menace terro-
riste est devenue palpable. Mais
comme chez nous, les gens conti-
nuent à vivre sans céder à la peur.
Le fait d’être déjà venu à plusieurs
reprises a permis de créer des
liens avec beaucoup d’amis. Un
musicien m’a prêté sa guitare
pour toute la semaine de tour-
nage et son groupe vocal parti-
cipera aux chœurs sur le clip.
À mon arrivée chez ma filleule,
j’avais l’impression de faire partie
de la famille : quel accueil ! Que
d’affection et quelle joie de se
retrouver ! De même au centre
d’accueil, les rapports ont été
plus que chaleureux. Lors de ma
dernière visite à ma filleule en
2012, j’avais quitté une enfant, 6
ans plus tard, je retrouve presque
une adulte. Les échanges s’en
trouvent enrichis.
« Quelle joie de se retrouver ! »
PARRAINAGE D'ENFANTS
En janvier, Pierre Lachat, artiste partenaire du SEL s’est rendu pour la 3ème
fois au Burkina
Faso pour rendre visite à sa filleule, Ragnagnewendé, qu’il parraine depuis 2006.
« J’avais quitté une enfant, 6 ans plus tard, je retrouve presque une adulte ! »
Qu’est-ce qui te marque le plus
dans les centres d’accueil que
tu as pu visiter ?
Je suis toujours admiratif devant
la consécration de ceux qui don-
nent de leur temps, de leur éner-
gie et de leur amour pour prendre
en charge ces centaines d’en-
fants. Ils sont au service de Dieu
et recherchent l’excellence dans
leur travail. Cela crée un climat
valorisant pour les enfants qui
sont visiblement heureux de par-
ticiper et de bénéficier de tout
ce qui leur est proposé. Le signe
visible de leur uniforme leur
confère une dignité visible
de tous.
C’est bientôt la fin du parrainage
de Ragnagnewendé : que
retiens-tu de toutes ces années
et de l’évolution de la relation
avec elle ?
Je retiens un cheminement qui
peut sembler parfois long, mais
la persévérance apporte de belles
récompenses. Nos échanges de
courrier se sont enrichis au fur
et à mesure. Je me réjouis d’avoir
pu accompagner une petite fille
dans son développement global
et de continuer à l’aider encore
pour un petit moment, alors
qu’elle a besoin de s’affermir
dans la confiance.
C’est vrai qu’il existe dans le par-
rainage une part d’affectif non
négligeable. C’est le beau côté
de la relation avec le(la) filleul(e).
Quand on reçoit l’invitation à
écrire notre dernière lettre, on
peut ressentir un choc, et même
si ce n’est pas une surprise, ça
reste un moment difficile. Le fait
d’y réfléchir à l’avance nous per-
met d’anticiper et de se préparer
au cours des mois (voire des
années) qui précèdent la fin du
parrainage. On peut ainsi prendre
le temps d’exprimer ce qui nous
semble encore important pour
encourager l’enfant devenu bien-
tôt adulte. Nous le remettons à
Dieu qui prendra soin de lui.
Le mot de la fin…
C’est le Seigneur qui conduit, qui
nous donne une conviction pour
aller de l’avant dans le parrai-
nage. Et il nous le rappelle en
cours de route. Lors de ma vi-
site, quand j’ai partagé un verset
avec ma filleule, elle m’a montré
dans sa Bible que c’était son
verset préféré. Un petit clin d’œil
du Seigneur... 
9
PARRAINAGE D'ENFANTS
Pierre prévoit une tournée spéciale parrainage du 20 octobre au
1er
novembre 2018 dans l’est de la France. Ce sera une configuration
à 3 sur scène. Si vous ou votre Église êtes intéressés par une
soirée dans votre ville, merci de prendre contact au plus vite
avec Pierre : chantre@pierrelachat.com - 06 81 59 61 52
«  Partager la vision du parrainage est une bonne façon de
témoigner de l’amour du Christ et une occasion d’annoncer
l’Évangile. Il est de plus en plus difficile d’inviter des amis à
des soirées d’évangélisation, l’aspect humanitaire peut les inté-
resser et les toucher. »
Je garderai courage !
En préparant son voyage, Pierre a écrit une dernière chanson
pour sa filleule, intitulée « Toutes ces années ». Il explique : « Il
y est question de ce temps qui passe si vite, et le parrainage
nous le rappelle. J’ai l’impression de revoir ces années écoulées
passer en quelques secondes devant mes yeux. J’espère avoir
été un encouragement pour elle et cette chanson le lui redit,
aussi pour l’après parrainage. Pendant le tournage du clip, ma
filleule a voulu chanter le refrain en l’adaptant, passant du ‘tu’
au ‘je’. Et au moment des adieux, elle a réécrit cette phrase sur
son tableau : « Je garderai le courage ! » Du coup, c’est moi qui
suis reparti encouragé ! »
CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE10
Recevoir un cadeau à Noël, quoi de plus nor-
mal, n’est-ce pas ? Dans les familles des en-
fants parrainés, cela ne va pas forcément de
soi. Ce rendez-vous est plutôt un souci de
plus pour les parents car, quand on a juste
ce qu’il faut pour vivre, il n’y a pas beaucoup
de place pour les cadeaux.
Mais grâce à vous, l’inquiétude est rempla-
cée par la joie de toute une famille. En
effet, votre don sonne comme un message
d’amour à votre filleul : « Je ne t’ai pas
oublié ! ». Et il représente un tel soulage-
ment pour ses parents …
Noël est un véritable temps de réjouis-
sance. Et les bons moments, ça se partage !
C’est pourquoi, dans la plupart des centres d’accueil, ce moment est
vécu en famille. C’est l’occasion pour les enfants parrainés de présenter ce qu’ils ont préparé
avec leurs animateurs : danse, sketch, poèmes qui rappellent le message de Noël : Jésus, Dieu
fait homme, faible comme un petit enfant et pourtant appelé à être le sauveur de l’humanité.
Un exemple inspirant pour tous, petits et grands.
Aujourd’hui, vous avez la possibilité de faire ce cadeau ! En répondant simplement à l’appel de
Noël du SEL par un don, même modeste, chaque filleul pourra recevoir à Noël un cadeau de la
part de son parrain. Le saviez-vous ? Pour qu’aucun enfant ne soit oublié, votre don contribue
à un fonds de Noël, ce qui nous permet d’offrir un cadeau à chaque filleul, quoi qu’il arrive.
Nous vous remercions de tout cœur pour votre soutien !
Comment participer à l’appel de Noël ?
C’est simple ! Deux solutions s’offrent à vous :
• Rendez-vous sur notre site internet
www.selfrance.org (rubrique parrainage/appel de
Noël), remplissez votre carte et faites votre don.
• Répondez au courrier avec sa carte (voir ci-
contre) que vous recevrez à partir du 15 octobre
L’équipe du parrainage se tient à votre disposition pour
répondre à vos questions au 01 45 36 41 52 ou par email
à parrainage@selfrance.org
PARRAINAGE D'ENFANTS
Imaginez tout ce qu’un cadeau
représente pour votre filleul(e) !
11
SECOURS D’URGENCE
Madagascar,
à l’épreuve des cyclones
V
ents violents, pluies dilu-
viennes, montées des eaux
ont causé de terribles
dégâts. Non averties par les pou-
voirs publics, les populations ne
s’étaient pas préparées au pire.
Phase 1 : Réponse
d’urgence
Avec l’aide des parents des
enfants bénéficiaires du parrai-
nage et des Ticket-Repas, les
partenaires du SEL ont :
• Distribué des kits de vivres,
des articles ménagers, des
fournitures scolaires aux
familles les plus touchées.
• Commencé le déblaiement et
la sécurisation des bâtiments.
• Installé des chapiteaux pour
accueillir les enfants des can-
tines et du centre de parrainage
durant la saison des pluies.
• Dispensé des formations pour
limiter les risques d’épidémie.
Phase 2 : Réhabilitation
et reconstruction
25 familles pauvres dont la maison
avait été détruite ont désormais
une nouvelle maison. Grâce à
l'appui de notre partenaire Ticket-
Repas la CFC, Communauté Fra-
ternelle Chrétienne, 10 autres
maisons sont presque terminées.
D’autres chantiers ont démarré
pour notre partenaire MIDEM :
la réparation du toit du centre
de parrainage, la reconstruction
de salles de classe et de cantines,
la distribution de matériaux de
construction aux familles des
enfants parrainés.
Phase 3 : Atténuer et
se préparer
Pour diminuer l’impact d’un pro-
chain cyclone, la MIDEM réfléchit
à de nouvelles constructions plus
résistantes. Elle souhaite forma-
liser son plan d’intervention et
former une équipe spécialisée.
De leur côté, plusieurs personnes
de la CFC ont été formées aux
Premiers secours et à la pré-
vention des cyclones.
Que le Seigneur encourage les
victimes du cyclone au travers
des partenaires du SEL et
accompagne la reconstruction.
Les 5 et 6 janvier 2018, la région de Tamatave (côte Est de Madagascar) a été brusquement
frappée par un violent cyclone : Ava. Les projets de nos partenaires dans cette région n’ont
pas été épargnés. Découvrez étape après étape, le travail de nos partenaires chrétiens à la
suite de cette catastrophe.
Après le cyclone, les partenaires ont construit en urgence un chapiteau
pour abriter les enfants pendant le repas.
Crise alimentaire
au Sahel
La période de soudure a été
particulièrement difficile cette
année : les pluies insuffi-
santes ont entrainé de mau-
vaises récoltes.
Au Burkina Faso, les parte-
naires du SEL ont pu distribuer
des céréales aux familles les
plus vulnérables, gratuitement
ou à coût social. Afin de réduire
l’impact d’une prochaine
sécheresse, plusieurs actions
sont menées : formations sur
des techniques culturales
adaptées à cette évolution cli-
matique, banque de céréales
ou activités génératrices de
revenu alternatives.
PROJETS DE DÉVELOPPEMENT
Témoin n°1
Madame Rasmata, bénéficiaire d’un projet de microcrédit :
« Au-delà d’être utile à mon entourage, le bénéfice que mon
activité génère me sert à combler mes besoins quotidiens
(nourriture, soins de mes parents et mes enfants). »
12
Sécurité Alimenta
Indice n°1 :
Des communautés bien équipéesSécuriser l’alimentation des populations ce n’est passeulement leur offrir de la nourriture de qualité et enquantité... mais surtout leur donner les moyens des’en procurer.
Des associations chrétiennes, comme notre partenairele RAPS (Réseau d’Action de Partage et de Solidarité) auTchad, investissent dans la formation et permettent auxbénéficiaires d’acquérir de nouvelles techniques agri-coles (maraîchage, compost, pépinières…). D’autres par-tenaires renforcent les communautés en les équipantd’outils, de charrettes ou de semences. Ils deviennentainsi autonomes et responsables !
Indice n°2 :
Produire pour vivre
Au Togo, la production locale de riz
couvre difficilement les besoins de
la consommation nationale.
Chaque année, entre 130 et 150 000 tonnes de riz sont
importées pour satisfaire aux besoins de la population.
Bonne Œuvre, un de nos partenaires locaux, s’est donc
engagé à soutenir un groupement de riziculteurs afin
d’encourager la produc-
tion de riz local. Il équipe
les bénéficiaires en ma-
tériel aratoire, les forme
sur les techniques cul-
turales, et facilite leur
accès au matériel de
base pour la récolte, le
tri et le séchage du riz.
Indice n°3 :
AGR (Activités
Génératrices de Revenus)
Sécuriser les communautés par la mise
en place d’AGR leur permet de se res-
ponsabiliser en développant une activité
qui portera du fruit.
Le CCMS (Centre Chrétien du Mont Sinaï),
par exemple, a formé une quinzaine de
femmes burkinabé au tissage et leur a per-
mis d’avoir leur propre métier à tisser. Mu-
nies de ce savoir-faire, elles peuvent ainsi
développer leur propre activité et pourvoir
aux besoins de leur famille.
Indice n°4 :
Un combat dans l’assietteQue ce soit une cantine, un programme de réhabilitation
nutritionnelle ou la fourniture de kits alimentaires pour
des familles affectées par le VIH/sida, les programmes
Ticket-Repas changent des vies !En Afrique de l’Ouest, nos partenaires chrétiens se mobili-
sent et permettent aux plus vulnérables de bien se nourrir.
Ainsi, ils ont l’énergie et les forces suffisantes pour se
relever et lutter pour leur avenir.
Vous n’imaginez pas... tous les bienfaits de la sécurité alimentaire. Pourtant, avec enco
lointaine. Comment nos partenaires sur le terrain œuvrent-ils pour sécuriser l’alimenta
nous avons mené l’enquête !
PROJETS DE DÉVELOPPEMENT
Témoin n°2
Madame Thérèse, bénéficiaire
d’un projet agriculture : « Au-
jourd’hui je suis très contente
lorsque je me trouve envahie
par les clients qui se précipitent
pour se procurer mes chik-
wangues. Mes enfants sont
scolarisés, ils ont trois repas
par jour et se rendent au centre
de santé en cas de maladie. »
13
aire : l’enquête !
Seulement, un corps malade ne peut assimiler ni retenircorrectement les aliments. C’est un cycle sans fin…C’est pourquoi nos partenaires agissent au niveau de lasanté : ils sensibilisent les communautés à l’importance dese faire soigner et rendent accessibles aux plus vulnérablesles soins et les médicaments.
Indice n°7 :
Bien manger, ça s’apprend !
Connaitre les bons aliments, savoir ce
qui est bon pour soi et son enfant, ça
s’apprend !
Plusieurs de nos partenaires locaux ensei-
gnent, aux enfants et à leurs mamans, les
bases d’une
bonne alimen-
tation. Et ça
change tout !
Indice n°6 :
De Petites Actions
Faisables…
et Importantes1
Adopter de bonnes pra-
tiques d’hygiène, c’est
aussi un moyen de lutter contre
la malnutrition !
En sensibili-
sant les com-
m u n a u t é s
environnantes
au lavage des
m a i n s a u
savon, à l’uti-
lisation de
latrines hygié-
niques et à la
consommation d’eau potable, le
CEPROMOR&AEPH, (Centre pour
la Promotion du Monde Rural)
observe des changements de
comportement concrets.
Les PAFI se multiplient dans les
villages et la mortalité due aux
maladies d’origine hydrique a
diminué de 30%. Moins ma-
lades, les populations assimilent
mieux les aliments et retrouvent
ainsi des forces.
1
Petites Actions Faisables et Importantes :
PAFI (cf. SEL Informations n°131 – Mai 2017)
Indice no
8 :
Sécuriser leur avenir, ensemble !
Les différents projets mis en œuvre par les partenaires du
SEL contribuent chacun à leur mesure à la sécurité alimen-
taire des bénéficiaires.
En soutenant les projets de développement, vous permettez à
de nombreuses personnes de voir leurs conditions de vie nette-
ment améliorées !
Pour donner, c’est simple : utilisez le coupon ci-joint ou allez sur
notre site www.selfrance.org
Indice n°5: Une santé d’acierPour la plupart des personnes vivant dans une pauvretéextrême, la santé n’est pas toujours une priorité… Eneffet, pour eux, manger sera toujours préférable àl’achat de médicaments.
ore 815 millions de personnes souffrant de la faim dans le monde, cette réalité semble
ation des communautés ? C’est la question que nous nous sommes posés. Et pour vous,
14
Suite à l’étude réalisée pour dres-
ser le bilan de cet événement,
nous avons été heureux de
constater que les documents ont
répondu à vos attentes !
Des ressources
appréciées
Vous avez été nombreux (76%) à
animer un culte, des groupes
d’enfants, des réunions de prières
ou des groupes de maison avec
ces outils, et nous nous en réjouis-
sons ! Vous semblez avoir beau-
coup apprécié les vidéos (67%
d’entre vous les ont téléchargées),
ainsi que le canevas de culte et
le plan de prédication.
Un bel élan
de générosité !
Cette année, nous souhaitions
vous sensibiliser sur la question
de la Sécurité Alimentaire en
Afrique. La vidéo « Sécurité Ali-
mentaire  » présentait donc la
situation actuelle en Afrique, les
besoins des populations dému-
nies, et la manière dont nos par-
tenaires chrétiens locaux y répon-
dent. Vous avez été 130 à la
télécharger  ! Nous espérons
qu’elle vous aura permis de
mieux comprendre le travail de
nos partenaires et les projets
qu’ils mettent en place comme
les cantines ou l’aide aux paysans.
Un grand merci pour votre par-
ticipation, votre intérêt et votre
soutien à ces projets. Grâce à
vos dons : plus de 38 600 € ont
été récoltés !
Flashback sur
la Journée du SEL 2018
JOURNÉE DU SEL
« Faire le bien, et bien le faire », c’était le thème de cette année ! Vous avez été nombreux
à vous rendre sur le site dédié pour télécharger les ressources mises à votre disposition.
L’heure du bilan est arrivée : revenons ensemble sur la Journée du SEL 2018 !
JOURNÉE DU SEL 2018 :
VOUS NOUS AVEZ ACCUEILLIS !
Sortez vos agendas !
Réservez dès à présent la
date de la prochaine Journée
du SEL : dimanche 24 mars
2019 ! Parlez-en à votre pas-
teur, à vos anciens et respon-
sables de groupe de jeunes et
d’enfants, pour organiser un
culte spécial.
Cette année, plusieurs
assemblées ont reçu
des personnes du SEL
pour nous permettre
de vivre ensemble
cette Journée du SEL
et de la partager sur
les réseaux sociaux. Il
y a eu plusieurs di-
zaines de milliers de
vues des moments
forts  : prédications,
témoignages, etc.
Un grand merci à cha-
cune de ces églises
(Meulan, Paris Belleville, Metz
et Mulhouse) et à leurs délé-
gués du SEL. Merci également
aussi à toutes celles et ceux qui
nous ont rejoints à Marseille
pour un week-end SEL, orga-
nisé avec l’Église Baptiste et le
CEP de Marseille, Pulse et Tho-
mas Blanc et ses musiciens.
« C’était vivant, et je prie
que cela produise des
fruits et ne s’arrête pas
à ce que l’on a vu et vécu
qui était déjà
très chouette. »
(Marc, délégué à Marseille)
Retrouvez toutes les res-
sources de la campagne
« Faire le Bien » sur le site :
www.responsabilite.sel-
france.org
Citations, pistes d’actions,
documents de réflexion, vidéos
sont gratuitement mis à votre
disposition. N’hésitez pas à
les utiliser !
15
« Les villageois de Baobila »,
le nouveau jeu de société du SEL
À l’automne, découvrez « Les villageois
de Baobila », le nouveau jeu de société
imaginé par le SEL pour sensibiliser aux
questions de pauvreté. Cet article vous
en dit plus. N’hésitez pas à le précom-
mander dès maintenant et bénéficiez
d’un tarif préférentiel !
15
Le jeu
Vous êtes un villageois de Baobila, une commu-
nauté rurale d’un pays en développement en
Afrique. Les années passent. La vie y est dure et
les circonstances ne vous épargnent pas. Néan-
moins, vous faites tout ce qui est en votre pouvoir
pour surmonter les difficultés. Entre coopération
et individualisme, entre éthique et pragmatisme,
ferez-vous les bons choix et arriverez-vous à
sortir de la pauvreté ?
EAD/SENSIBILISATION
Nom :
Prénom :
Nombre de jeux souhaités :
Adresse :
Code postal : Ville :
Courriel : @
Tél. :
SI1809D
!
Coupon à renvoyer accompagné de votre règlement
et de votre bon de commande, dans l'enveloppe
préaffranchie. Ou à adresser à :
SEL, 157 rue des Blains 92220 BAGNEUX
Oui, je souhaite précommander le jeu
de société « Les villageois de Baobila »
et bénéficier du tarif préférentiel de
24,90 € au lieu de 34,90 € (+ frais de
port offerts).
Caractéristiques du jeu
Âge : 12 ans et +
Joueurs : 2-4
Temps d’une partie : 45 mn
Frais de port + 10 € offerts
Offre valable jusqu’au 1er
novembre 2018
Bénéficiez de l'offre préférentielle offerte au lecteur de
ce SEL Informations en nous renvoyant le coupon ci-
dessous accompagné de votre règlement.
Les précommandes sont ouvertes !
Achetez le jeu maintenant, à l’aide du coupon ci-dessous, et bé-
néficiez d’un tarif préférentiel de 24,90 € au lieu de 34,90 €
(+ frais de port offerts) ! L’offre n’est valable que jusqu’au 1e
no-
vembre, alors n’hésitez pas !
Le jeu vous sera envoyé dès sa sortie courant novembre.
16
Réservez votre dimanche 14 octobre 2018 pour vivre un culte Michée en commun avec une autre
communauté chrétienne de votre ville ou de votre région autour du thème « pour une justice géné-
reuse ». Ensemble, découvrons comment l’Église peut exprimer en actes de justice son expérience
de la grâce de Dieu.
pour une JUSTICE
GÉNÉREUSE!
Culte michée 2018
MICHÉE FRANCE
En luttant
contre la traite
des personnes
Vivre le
culte Michée
Avec la rentrée, les activités
ont repris de plus belle et
l’agenda se remplit bien vite.
Le 17 octobre aura lieu la
journée internationale pour
l’élimination de la pauvreté,
une occasion de penser à ce
mal, racine de tant de souf-
frances(immigration,mendicité,
esclavagisme, etc.) et surtout
aux moyens de le combattre.
Oui, il y a toujours un plan
de salut ! « La foi, l’espérance
et l’amour » demeurent (1
Co 13). Cette bonne nouvelle,
partageons-la lors d’un culte
spécial Michée !
En commun
Cetteannée,nousvousinvitons
à vivre un culte en commun
avec une autre communauté
chrétienne de votre ville ou
devotrerégionpourtémoigner
de l’accueil généreux que Dieu
nous offre. Dans Jean 13.35,
Jésus dit à ses disciples : « À
ceci tous connaîtront que vous
êtes mes disciples, si vous
avez de l’amour les uns pour
les autres. » Il montre ici le
lien direct entre notre relation
avec lui (relation verticale) et
notre relation entre nous
(relationhorizontale).Collaborer
dans l’amour avec une autre
églisetémoignedenotreobéis-
sance à l’appel de Jésus.
Pour la justice
généreuse…
Dans le cycle de nos trois
annéessurl’Évangilegénéreux,
nous lançons notre campagne
« Pourunejusticegénéreuse »,
c’est-à-dire une justice motivée
par l’amour. Puisque tout
croyant en Jésus a été pro-
clamé juste aux yeux de Dieu
par grâce à cause de Son
amour pour nous, ainsi nous
pouvons pratiquer des actes
de justice par grâce et par
amour envers notre prochain.
Parmi les nombreux combats
pour la justice, Michée France
a choisi cette fois-ci de se
concentrer sur la lutte contre
la traite des personnes, l’un
des fruits de la pauvreté.
Dans le dossier du culte, nous
partageons de nombreux té-
moignages, idées d’action,
outils de sensibilisation sur
cette thématique. Dans le
dernier SEL Informations spé-
cial Michée, nous avons pré-
senté un « réseau de libéra-
tion » pour aider les victimes
à sortir du « réseau de traite ».
Nous pouvons tous y participer
d’une manière ou d’une autre.
Témoignons de l’espoir qui
nous anime et qui peut libérer
les victimes de traite !
Les inscriptions sont ouvertes !
Ne ratez pas l’occasion : organisez le culte Michée dans votre église !
Rendez-vous sur www.michee-france.org pour vous inscrire et recevoir
gratuitement toutes les ressources du culte !
17
DÉLÉGUÉS
SEL : Depuis combien de temps
es-tu marraine ? Comment l’es-
tu devenue ?
Viviane : Il y a une douzaine d’an-
nées, une amie m’a parlé du pro-
gramme de parrainage du SEL
et depuis, c’est une joie pour moi
de participer à améliorer le quo-
tidien d’enfants, de leur permettre
d’étudier, de briser la spirale de
la pauvreté et d’envisager l’avenir
plus sereinement.
As-tu un lien particulier avec
l’enfant que tu parraines ?
Si oui, lequel ?
J’ai eu le privilège de parrainer
un jeune de Bolivie, Severino,
seulement quelques années car
il était déjà adolescent, mais
notre correspondance a toujours
été un temps fort. Nous avons
pu échanger sur divers sujets,
notamment la foi et j’ai été très
triste d’apprendre un jour qu’il
avait atteint « la limite d’âge »
alors qu’on avait encore tant de
choses à se dire ! Il travaille
maintenant et a le projet de
reprendre des études avec l’ar-
gent économisé. Mais les belles
rencontres sont inoubliables.
Un jour, j’ai eu l’occasion d’adap-
ter un scénario pour Tournesol
(LLB) sur le thème « riches/pau-
vres ». On peut être pauvre maté-
riellement mais riche en qualités,
en vertus. En lisant le thème,
c’était une évidence  : l’histoire
se déroulerait en Bolivie et le
héros s’appellerait… Severino !
En tant que déléguée, comment
partages-tu ta joie de parrainer ?
Chaque année, nous organisons
la Journée du SEL avec le groupe
de femmes. Nous parrainons un
petit Haïtien et Anne, notre secré-
taire, nous donne régulièrement
de ses nouvelles. Des brochures
sont à disposition et nous
sommes maintenant plusieurs
parrains dans l’Église. Parrainer
est une magnifique action à faire
connaître !
Cela fait une énorme différence
dans la vie des enfants. J’ai eu
l’occasion de visiter un centre d’ac-
cueil et de voir avec quel sérieux
et quel amour les enfants sont
entourés, encouragés et de décou-
vrir aussi leur contexte familial.
Beaucoup d’enfants prient et
rêvent d’avoir un parrain/une
marraine ; c’est peut-être vous
qui aiderez à porter leur cause
en devenant délégué !
Vous souhaitez avoir
plus d’informations sur
le rôle de délégué(e)s ?
Contactez
sjeanlouis@selfrance.org
Et si c’était vous ?
Avez-vous déjà imaginé que vous pourriez être délégué du SEL ? Rencontre avec Viviane,
déléguée d’une Église à Paris. Découvrons son histoire de marraine et ce qui la motive
dans son engagement à faire plus.
Venez rencontrer Jean-Yves Patrick,
un jeune parrainé burkinabé !
Actuellement étudiant en géogra-
phie, Jean-Yves est toujours par-
rainé et sert activement dans son
centre d’accueil !
Grâce à cette visite, les chrétiens
et les Églises en France auront
l’occasion de rencontrer une per-
sonne qui connait la réalité de la
pauvreté et qui a expérimenté les
bienfaits des programmes de par-
rainage d’enfants.
Il sera accompagné de Samuel
Korgo, pasteur et ancien directeur
de centre d’accueil parrainage, venu
en 2016 recevoir son diplôme de
Master de la Faculté Libre de Théo-
logie Évangélique de Vaux-sur-
Seine et témoigner lors d’une tour-
née avec le SEL.
Rendez-vous sur www.selfrance.org
pour savoir si Jean-Yves et Samuel
passeront près de chez vous !
Après Abbel, Samuel et Sagine, nous avons la joie d’accueillir Jean-Yves Patrick, un jeune
burkinabé de 20 ans, qui vient nous parler du parrainage du 28 septembre au 15 octobre.
18
Merci à nos 64 coureurs ou mar-
cheurs qui se sont inscrits pour
prendre le départ des 2, 6 ou
10 km de la Course des Héros
de Paris et Lyon le dimanche 17
juin dernier.
Grâce à leur engagement et à
tous leurs sponsors, nous avons
récolté plus de 21 600 € !
Cet argent permettra de financer
les actions de nos partenaires
en Afrique, pour des projets favo-
risant la Sécurité Alimentaire,
comme des cantines scolaires
ou du soutien aux paysans ! De
nombreuses personnes pourront
ainsi être nourries de manière
suffisante et régulière.
Vous n’avez pas pu participer ?
Rendez-vous le 16 juin 2019 pour
une nouvelle aventure ! Restez
connectés, les inscriptions ouvri-
ront le 1er
décembre.
Course des héros 2018 :
un grand !!!
DE VOUS À NOUS
Avis aux amateurs
de pain !
Nos donateurs ne manquent pas
d’idées pour soutenir le SEL. Nous
nous réjouissons de leurs initiatives
et souhaitons vous partager, dans
ce numéro, l’histoire d’un boulanger
qui a décidé de mettre la main à la
pâte pour ceux qui ont faim.
C’est en avril dernier que Vincent, bou-
langer bio à Pailharès (07), a « ressenti
le besoin d’œuvrer plus pour le royaume
de Dieu ».
Il a ainsi eu l’idée de confectionner un
pain en suivant les indications données
par Dieu à Ezéchiel (Ez 4.9) : « Prends
du blé, de l’orge, des fèves, des lentilles,
du millet et de l’épeautre ! Mets-les
dans un même récipient et fais-en du
pain. ». Il lui a donné le nom de « Pain
d’Ezéchiel ».
Il propose désormais ce pain à sa clientèle
deux fois par semaine et reverse les
bénéfices des ventes du «  Pain d’Ezé-
chiel » à des projets favorisant la Sécurité
Alimentaire en Afrique subsaharienne.
DE VOUS À NOUS
C’est le message fort de la
comédie musicale « Jésus, Le
Don d’une Vie  » produite par
Carolyn Charbonnier & La Com-
pagnie des Actes, dont le SEL
est partenaire.
La 1ère
représentation s’est déroulée
à guichets fermés, le 5 mai dernier
au Théâtre André Malraux de Rueil
Malmaison. Les 850 spectateurs ont
été plongés dans la réalité de l’his-
toire de Jésus, à travers les chants,
les danses, les costumes, les décors
et les jeux de lumières ingénieux.
À la fin du spectacle, Benjamin qui
jouait le rôle d’André, disciple de
Jésus, a témoigné de la manière
dont lui et son épouse vivent le mes-
sage véhiculé par le spectacle et
manifestent l’amour de Dieu : en
parrainant un enfant pour l’aider à
sortir de la pauvreté.
Nous ne mesurons souvent pas l’influence que nous pouvons avoir sur
la vie des enfants qui nous entourent ou dont nous croisons la route.
Pourtant, il suffit parfois d’une minute, d’une «simple petite minute»,
pour changer le cours d’une existence tout entière.
Paul, Michelle, Joshua, Sandra, Lily, Robert et tous les autres, dont
l’histoire nous est contée dans ce livre, en ont fait l’expérience. Leur
parcours, profondément touchant, souvent bouleversant, nous appelle à
devenir à notre tour les artisans de moments inoubliables dans la vie des
enfants que nous rencontrons.
IL SUFFIT D’UNE MINUTE
Wess Stafford a œuvré en faveur des enfants durant une quarantaine
d’années avec Compassion International, dont une vingtaine
comme président de l’organisation. Aujourd’hui à la retraite, il
continue de défendre la cause des enfants à travers le monde.
«A chaque fois qu’un enfant croise notre route,
nous avons le pouvoir et l’occasion de l’encourager
ou, au contraire, de le démolir…»
16.90 EUR288 pages
ÉDITIONS OURANIA
Nouveauté
Dans votre librairie chrétienne du 1er
au 26 septembre 2018.
« Aimer les autres en les servant,
c’est la mission de tout croyant »
Après la représentation, 4 enfants ont trouvé un parrain/une marraine sur
le stand du SEL et plusieurs autres via le site Internet.
La tournée continue ! Retrouvez la troupe de Jésus, le Don d’une Vie dès
la rentrée, le 29 septembre, au Théâtre de Longjumeau (91).
Plus d’infos sur www.ledondunevie.fr
OUI, AVEC 28 € PAR MOIS JE VEUX CHANGER LA VIE D’UN ENFANT !
Nom :
Prénom :
Adresse :
Code postal : Ville :
Courriel : @
Tél. :
SI1809C
Avec 28 € par mois vous permettez à un enfant de
bénéficier d’un soutien scolaire, d’un enseignement
chrétien, d’un suivi médical et d’activités sociales.
Je recevrai d’ici quelques jours la présentation de mon filleul, avec sa photo et des informations
sur sa famille et son environnement
www.selfrance.org
réalisez le rêve
d’un enfant :
parrainez-le !
Je préfère parrainer :
❏ Un garçon ❏ Une fille ❏ Indifférent
❏ En Afrique ❏ En Asie ❏ En Amérique latine
Je peux lire :
❏ L’espagnol ❏ L’anglais ❏ Le portugais
❏ Je souhaite recevoir plus d’information
avant de m’engager à parrainer un enfant.
Vous pouvez aussi remplir votre demande de parrainage
sur www.selfrance.org
✂
A renvoyer dans une enveloppe timbrée au
SEL, 157 rue des Blains - 92220 BAGNEUX

Contenu connexe

Tendances

Sel infos 133 Septembre 2017
Sel infos 133 Septembre 2017Sel infos 133 Septembre 2017
Sel infos 133 Septembre 2017SEL
 
SEL Infos - Mai 2015
SEL Infos - Mai 2015SEL Infos - Mai 2015
SEL Infos - Mai 2015SEL
 
SEL Informations - Septembre 2015
SEL Informations - Septembre 2015SEL Informations - Septembre 2015
SEL Informations - Septembre 2015SEL
 
Rapport annuel du SEL 2013-2014
Rapport annuel du SEL 2013-2014Rapport annuel du SEL 2013-2014
Rapport annuel du SEL 2013-2014SEL
 
SEL Informations - MARS 2016
SEL Informations - MARS 2016SEL Informations - MARS 2016
SEL Informations - MARS 2016SEL
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019SEL
 
Clefs pour la jeunesse : outil pédagogique Touka
Clefs pour la jeunesse : outil pédagogique ToukaClefs pour la jeunesse : outil pédagogique Touka
Clefs pour la jeunesse : outil pédagogique ToukaUniversité de Paix Asbl
 
Lettre aux Amis de Placetas 29
Lettre aux Amis de Placetas 29Lettre aux Amis de Placetas 29
Lettre aux Amis de Placetas 29tnivard
 
La gerbe –lézan rapport activité 2015
La gerbe –lézan rapport activité 2015La gerbe –lézan rapport activité 2015
La gerbe –lézan rapport activité 2015Esperance La Gerbe
 

Tendances (15)

Sel infos 133 Septembre 2017
Sel infos 133 Septembre 2017Sel infos 133 Septembre 2017
Sel infos 133 Septembre 2017
 
SEL Infos - Mai 2015
SEL Infos - Mai 2015SEL Infos - Mai 2015
SEL Infos - Mai 2015
 
SEL Informations - Septembre 2015
SEL Informations - Septembre 2015SEL Informations - Septembre 2015
SEL Informations - Septembre 2015
 
Depliant CLSC
Depliant CLSCDepliant CLSC
Depliant CLSC
 
Rapport annuel du SEL 2013-2014
Rapport annuel du SEL 2013-2014Rapport annuel du SEL 2013-2014
Rapport annuel du SEL 2013-2014
 
Bulletin Automne 2009-FR
Bulletin Automne 2009-FRBulletin Automne 2009-FR
Bulletin Automne 2009-FR
 
Bullpar Fev10
Bullpar Fev10Bullpar Fev10
Bullpar Fev10
 
Bulletin mem janvier 2013
Bulletin mem janvier 2013Bulletin mem janvier 2013
Bulletin mem janvier 2013
 
SEL Informations - MARS 2016
SEL Informations - MARS 2016SEL Informations - MARS 2016
SEL Informations - MARS 2016
 
Bulletin me m avril 2015
Bulletin me m avril 2015Bulletin me m avril 2015
Bulletin me m avril 2015
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2019
 
Communiqu'Ailes d'avril 2014
Communiqu'Ailes d'avril 2014Communiqu'Ailes d'avril 2014
Communiqu'Ailes d'avril 2014
 
Clefs pour la jeunesse : outil pédagogique Touka
Clefs pour la jeunesse : outil pédagogique ToukaClefs pour la jeunesse : outil pédagogique Touka
Clefs pour la jeunesse : outil pédagogique Touka
 
Lettre aux Amis de Placetas 29
Lettre aux Amis de Placetas 29Lettre aux Amis de Placetas 29
Lettre aux Amis de Placetas 29
 
La gerbe –lézan rapport activité 2015
La gerbe –lézan rapport activité 2015La gerbe –lézan rapport activité 2015
La gerbe –lézan rapport activité 2015
 

Similaire à Sel infos Septembre 2018

Sel infos février 2020
Sel infos février 2020Sel infos février 2020
Sel infos février 2020SEL
 
Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020SEL
 
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015SEL
 
SEL INFOS novembre 2019
SEL INFOS novembre 2019SEL INFOS novembre 2019
SEL INFOS novembre 2019SEL
 
Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016SEL
 
Lettre ticket-repas janvier 2018
Lettre ticket-repas janvier 2018Lettre ticket-repas janvier 2018
Lettre ticket-repas janvier 2018SEL
 
SEL Infos Décembre 2018
SEL Infos Décembre 2018SEL Infos Décembre 2018
SEL Infos Décembre 2018SEL
 
Lettre ticket repas janvier 2019 ld
Lettre ticket repas janvier 2019 ldLettre ticket repas janvier 2019 ld
Lettre ticket repas janvier 2019 ldSEL
 
Sel infos Mai 2019
Sel infos Mai 2019Sel infos Mai 2019
Sel infos Mai 2019SEL
 
Sel infos Mai 2017
Sel infos Mai 2017Sel infos Mai 2017
Sel infos Mai 2017SEL
 
Sel infos n129 dec 2016
Sel infos n129 dec 2016Sel infos n129 dec 2016
Sel infos n129 dec 2016SEL
 
Discours President Smel 2013
Discours President Smel 2013Discours President Smel 2013
Discours President Smel 2013smelinfo
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas
Lettre de nouvelles Ticket-RepasLettre de nouvelles Ticket-Repas
Lettre de nouvelles Ticket-RepasSEL
 
Ag du 7 avril 2017
Ag du 7 avril 2017Ag du 7 avril 2017
Ag du 7 avril 2017bambins
 
Ill 100 rapportactivite_2008
Ill 100 rapportactivite_2008Ill 100 rapportactivite_2008
Ill 100 rapportactivite_2008moutamani
 
SPLV - 10 ans déjà
SPLV - 10 ans déjàSPLV - 10 ans déjà
SPLV - 10 ans déjàJos St-Amand
 

Similaire à Sel infos Septembre 2018 (20)

Sel infos février 2020
Sel infos février 2020Sel infos février 2020
Sel infos février 2020
 
Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020
 
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
SEL Infos : Prière de les rejoindre | Février 2015
 
SEL INFOS novembre 2019
SEL INFOS novembre 2019SEL INFOS novembre 2019
SEL INFOS novembre 2019
 
Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016
 
Lettre ticket-repas janvier 2018
Lettre ticket-repas janvier 2018Lettre ticket-repas janvier 2018
Lettre ticket-repas janvier 2018
 
SEL Infos Décembre 2018
SEL Infos Décembre 2018SEL Infos Décembre 2018
SEL Infos Décembre 2018
 
Deck softange mag - fr
Deck  softange mag - frDeck  softange mag - fr
Deck softange mag - fr
 
Lettre ticket repas janvier 2019 ld
Lettre ticket repas janvier 2019 ldLettre ticket repas janvier 2019 ld
Lettre ticket repas janvier 2019 ld
 
Esperance 90
Esperance 90 Esperance 90
Esperance 90
 
Sel infos Mai 2019
Sel infos Mai 2019Sel infos Mai 2019
Sel infos Mai 2019
 
Sel infos Mai 2017
Sel infos Mai 2017Sel infos Mai 2017
Sel infos Mai 2017
 
Bénévolat Rêve d'Aby
Bénévolat Rêve d'AbyBénévolat Rêve d'Aby
Bénévolat Rêve d'Aby
 
Sel infos n129 dec 2016
Sel infos n129 dec 2016Sel infos n129 dec 2016
Sel infos n129 dec 2016
 
Discours President Smel 2013
Discours President Smel 2013Discours President Smel 2013
Discours President Smel 2013
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas
Lettre de nouvelles Ticket-RepasLettre de nouvelles Ticket-Repas
Lettre de nouvelles Ticket-Repas
 
Ag du 7 avril 2017
Ag du 7 avril 2017Ag du 7 avril 2017
Ag du 7 avril 2017
 
Ill 100 rapportactivite_2008
Ill 100 rapportactivite_2008Ill 100 rapportactivite_2008
Ill 100 rapportactivite_2008
 
SPLV - 10 ans déjà
SPLV - 10 ans déjàSPLV - 10 ans déjà
SPLV - 10 ans déjà
 
Bulletin MeM janvier 2015
Bulletin MeM janvier 2015Bulletin MeM janvier 2015
Bulletin MeM janvier 2015
 

Plus de SEL

Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021SEL
 
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019SEL
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021SEL
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020SEL
 
Lettre de nouvelle 2020 Eau et Assainissement
Lettre de nouvelle 2020 Eau et AssainissementLettre de nouvelle 2020 Eau et Assainissement
Lettre de nouvelle 2020 Eau et AssainissementSEL
 
Lettre de nouvelles eau octobre 2018
Lettre de nouvelles eau octobre 2018Lettre de nouvelles eau octobre 2018
Lettre de nouvelles eau octobre 2018SEL
 
Sel stage communication digitale
Sel stage communication digitaleSel stage communication digitale
Sel stage communication digitaleSEL
 
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017 Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017 SEL
 
Lettre de nouvelles santé janvier 2017
Lettre de nouvelles santé janvier 2017Lettre de nouvelles santé janvier 2017
Lettre de nouvelles santé janvier 2017SEL
 
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17SEL
 
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017SEL
 
Offre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
Offre emploi Chargé de Mission Relations EglisesOffre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
Offre emploi Chargé de Mission Relations EglisesSEL
 
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017SEL
 
Offre emploi chargé polyvalent parrainage
Offre emploi chargé polyvalent parrainageOffre emploi chargé polyvalent parrainage
Offre emploi chargé polyvalent parrainageSEL
 

Plus de SEL (14)

Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
Lettre de nouvelle des projets Santé janv 2021
 
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019
Lettre de nouvelles des projets Agriculture sept 2019
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Mai 2021
 
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020
Lettre de nouvelles Ticket-Repas Novembre 2020
 
Lettre de nouvelle 2020 Eau et Assainissement
Lettre de nouvelle 2020 Eau et AssainissementLettre de nouvelle 2020 Eau et Assainissement
Lettre de nouvelle 2020 Eau et Assainissement
 
Lettre de nouvelles eau octobre 2018
Lettre de nouvelles eau octobre 2018Lettre de nouvelles eau octobre 2018
Lettre de nouvelles eau octobre 2018
 
Sel stage communication digitale
Sel stage communication digitaleSel stage communication digitale
Sel stage communication digitale
 
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017 Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
Offre emploi cdd chargé polyvalent parrainage 2017
 
Lettre de nouvelles santé janvier 2017
Lettre de nouvelles santé janvier 2017Lettre de nouvelles santé janvier 2017
Lettre de nouvelles santé janvier 2017
 
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
Lettre de nouvelle Ticket Repas Juillet 17
 
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
Lettre de nouvelles Agriculture sept 2017
 
Offre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
Offre emploi Chargé de Mission Relations EglisesOffre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
Offre emploi Chargé de Mission Relations Eglises
 
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
Lettre de nouvelles Eau & Assainissement, juin 2017
 
Offre emploi chargé polyvalent parrainage
Offre emploi chargé polyvalent parrainageOffre emploi chargé polyvalent parrainage
Offre emploi chargé polyvalent parrainage
 

Sel infos Septembre 2018

  • 1. Une action chrétienne dans un monde en détressewww.selfrance.org Trimestriel2018/09N°138 Vous n’imaginez pas… Les bienfaits du parrainage Vous n’imaginez pas… Les bienfaits du parrainage Informations Septembre 2018 Sécurité Alimentaire : l’enquête ! 12 Dossier parrainage : Vous n’imaginez pas... 3 Découvrez le nouveau jeu du SEL 15 « Quand je serai grande, préparez-vous. Je serai docteur et je vous ferai des piqûres ! » Christine Joy, Philippines.
  • 2. 22 ÉDITORIAL Une action chrétienne dans un monde en détresse Questions à Patrick Guiborat, Directeur général du SEL Les dons faits au SEL vous permettent de recevoir un reçu fiscal donnant droit à une réduction d’impôts (66%, ou 75% aux Ticket-Repas, ou 60% pour une entreprise) ; vous pouvez aussi nommer le SEL béné- ficiaire d’une assurance vie. De plus, par la Fondation SEL vous pouvez attribuer un legs en indiquant au verso « Pour la Fondation du Protestantisme, avec affectation à la Fondation SEL », ou pour la déduction IFI, en envoyant votre chèque à l’ordre de « Fondation SEL », à l'adresse suivante : 157 rue des Blains, 92220 Bagneux. Quand nous parlons des bienfaits du parrai- nage que l’on n’imagine pas, à quoi pensez- vous spontanément ? En plus des bienfaits ‘classiques’ (santé, sco- larité, social, spirituel), le cadre sécurisant et valorisant des centres de parrainage dans lesquels des personnes formées s’occupent des enfants me semble un bienfait considérable pour eux. « Connus, aimés, protégés » est un leitmotiv qui fonde l’approche de Compassion pour donner confiance aux enfants et aux jeunes en vue de sortir du cycle de la pauvreté. Les parents et la communauté bénéficient aussi de la présence du parrainage de di- verses manières : sensibilisations et forma- tions, projets d’accès à l’eau, aux latrines, etc. Mais on pense peut-être moins au bienfait qu’apporte à une Église ce projet commun de mobilisation pour les enfants démunis. C’est un formidable moteur de dynamisme qui per- met aux chrétiens d’être impliqués dans la société, et rend leur témoignage crédible au- tour d’eux. Cette colonne vertébrale apportée par l’action du parrainage fait rayonner l’Église, lui permet d’avoir un impact conséquent et d’être aussi un point de dé- part vers d’autres actions et projets pour toute la communauté environnante. Quels sont vos points d’étonnement lors de rencontres avec d’anciens enfants parrai- nés ? Mon dernier étonnement date d’il y a un mois. J’ai rencontré une jeune femme originaire de Bolivie qui travaille maintenant en Espagne comme guide touristique et comme… mis- sionnaire. Même s’il faut faire attention à ne pas généraliser, j’ai le sentiment d’être face à des personnes désormais adultes, solides spirituellement, qui ont une perspective plus large sur la société avec ses défis. Je suis également toujours étonné du sens des responsabilités dont ils témoignent pour rendre d’une manière ou d’une autre, à leur tour, le bien qu’ils ont reçu grâce à toutes ces années de parrainage. Chacun des deux visiteurs de Haïti qui ont fait une tournée avec le SEL en 2015 et 2017, en sont un exemple. Imprimésurpapier100%recyclé Partenaire du SEL Michée France veut mobiliser le monde protestant contre l’extrême pauvreté en invitant chacun à ajuster ses comportements et à interpeler les gouvernants sur leur promesse d’aide au développement. Quel est l’impact réel du parrainage  ? Voilà une question intéressante pour aborder ce nouveau numéro du SEL informa- tions consacré à ce sujet. La première idée qui nous vient géné- ralement à l’esprit, c’est que le parrai- nage permet à l’enfant d’être pris en charge au niveau de sa scolarité, de sa santé, et qu’il se retrouve avec d’autres, au moins une fois par semaine, dans un centre pour chanter, prier, et avoir des enseignements divers. Tout cela est vrai, j’ai pu le constater encore récem- ment en visitant notre filleule au Togo. Cependant, cela n’est pas complet ! Un point qui me semble essentiel dans le parrainage, est le changement de mentalité qui va s’opérer chez l’enfant, grâce à l’accompagnement des bénévoles de l’Église qui l’entourent. Ce change- ment va l’amener progressivement à se regarder, non plus comme un enfant pauvre destiné à rester pauvre toute sa vie, mais comme une créature que Dieu aime et veut bénir. C’est finalement une véritable « conversion » qui va se pro- duire  ! Bien sûr, il peut y avoir des échecs, mais chaque enfant doit avoir sa chance. Le parrainage a également un impact sur la famille de l’enfant. En diminuant la charge financière de cet enfant, les parents peuvent mieux s’occuper des autres enfants, sans compter les diverses formations et accompagnements dont ils bénéficient aussi. Ainsi c’est toute une communauté qui va bénéficier des bienfaits du parrainage, parce que leurs enfants pourront avoir un autre avenir. Ma prière est que chaque enfant parrainé puisse faire sienne cette parole du Psaume 139 verset 14 : « Je confesse que je suis une vraie merveille. » (TOB) Bonne lecture ! Daniel Babiak Vice-Président du SEL SOMMAIRE P2 : Édito et Questions à Patrick Guiborat P3 : Dossier : Vous n’imaginez pas… P7 : Savez-vous tout ce que le parrainage offre ? P8 : « Quelle joie de se retrouver ! » P10 : Appel de Noël 2018 P11 : Urgence : Madagascar, à l’épreuve des cyclones P12 : Projets : Sécurité Alimentaire : l’enquête ! P14 : Flashback sur la Journée du SEL 2018 P15 : EAD/Sensibilisation : « Les villageois de Baobila », le nouveau jeu de société du SEL P16 : Michée France : Culte Michée 2018 : Pour une justice généreuse ! P17 : Délégués : Et si c’était vous ? P18 : De vous à nous À NOS NOUVEAUX LECTEURS Vous recevez peut-être pour la première fois notre journal. Si vous souhaitez être tenus au courant de nos activités, vous pouvez vous abon- ner au prix indiqué ci-dessous. Si vous ne souhaitez pas recevoir notre journal, dites-le-nous en renvoyant votre étiquette. Nous ne voudrions pas vous importuner davantage. Conformément à l’article 27 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rec- tification aux données vous concernant dans nos fichiers. Dons uniquement : IBAN : FR57 2004 1000 0100 0195 5F02 034 BIC : PSSTFRPPPAR Parrainage et Ticket-Repas : IBAN - FR34 2004 1000 0113 7110 9S02 033 BIC - PSSTFRPPPAR Directeurs de la publication : Claude Grandjean et Patrick Guiborat Responsable de la rédaction : David Alonso Secrétaire de rédaction : Laura Boyadjian Comité de rédaction : Daniel Babiak, Daniel Hillion, David Alonso, Lydie Louvel, Laura Boyadjian, Véronique Lavoué, Nicolas Fouquet, Sophonie Jean-Louis, Claire Balverde, Doris Lévi Alvarès. SEL PROJETS BELGIQUE 243 route Provinciale - 1301 BIERGES – Tél. / Fax (010) 65.08.51 Compte Fortis : IBAN : BE85 0012 1339 3006 BIC : GEBABEBB avec la mention DON SEL SUISSE ROMANDE Compte bancaire : Banque COOP CH 413585.300070-9 Pour nous suivre © Photos : SEL (sauf mention). Le SEL est une association protestante de solidarité internationale qui fonde son action sur une vision responsable de l’engagement chrétien en vue de réduire la pauvreté dans les pays en développement. Les actions qu’il entreprend visent à améliorer les conditions de vie de personnes et de populations en situations de pauvreté, dans une perspective d’autonomie. Créé par l'Alliance Evangélique Française en 1980, le SEL déploie des activités basées sur l'enseignement biblique qui associe la Parole et les actes afin de transmettre l'amour de Dieu. C’est pourquoi le SEL travaille en partenariat avec des organisations chré- tiennes locales, responsables des projets qu’elles élaborent et mettent elles-mêmes en œuvre. Le SEL mène une action humanitaire : le financement qu’il octroie à ses partenaires s’inscrit donc dans ce cadre ; ceux-ci déploient leur action au-delà des différences de religion, d’opinions politiques ou d’origines ethniques et en prenant en compte l’ensemble des besoins physiques, économiques et spirituels des bénéficiaires finaux. Twitter : ong_SEL Facebook : SEL (Service d’Entraide et de Liaison) Youtube : SEL Blog : http://blog.selfrance.org Site : http://selfrance.org Association Service d’Entraide et de Liaison 157 rue des Blains 92220 BAGNEUX Tél. 01 45 36 41 51 Fax 01 46 16 20 86 contact@selfrance.org  Mise en page : J. Maré Impression : IMEAF - La colline 26160 La Begude de Mazenc Tél. 04 75 90 20 70 CPPAP N°1121 H 80951 (30/11/2021) N°ISSN 1145-2269 Prix du n° : 1 € Abonnement : 4 € Abonnement de soutien : 20 € Instagram : sel_ong
  • 3. 33 PARRAINAGE D'ENFANTS Vous n’imaginez pas… L e centre d’accueil, appelé parfois aussi « centre de dé- veloppement de l’enfant  », est un élément clé dans la mise enœuvreduparrainage.Lesenfants parrainés y passent normalement un minimum de 4 heures par se- maine, 44 semaines par an. C’est là qu’ils reçoivent les bénéfices du programme : soutien scolaire, enseignement chrétien, soutien médical et alimentaire, activités sociales et culturelles. Passer du temps dans un centre d’accueil Un programme d’enseignement, appelé « curriculum », a été éla- boré pour les différentes tranches d’âge et permet d’aborder toutes sortes de sujets qui peuvent aller de l’hygiène corporelle aux his- toires bibliques en passant par la résolution des conflits ou au fait de savoir s’occuper de plantes et d’animaux. Le but ? Équiper les enfants de multiples manières pour leur vie d’enfant… et leur vie future d’adulte. Être en relation avec un parrain ou une marraine Vous ne l’imaginiez peut-être pas, mais la relation de l’enfant avec son parrain ou sa marraine fait partie intégrante du projet péda- gogique de développement de Le parrainage est un outil au service du développement de l’enfant. Grâce au travail de centres d’accueil rattachés à des Églises locales et au soutien de parrains et de marraines, il ouvre des portes aux enfants qui en bénéficient et à ceux qui les entourent. Vous n’imaginez pas forcément toutes les potentialités et toutes les réalisations que permet le parrainage !
  • 4. CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE4 l’enfant ! En envoyant réguliè- rement à son filleul le message qu’il est aimé et considéré par quelqu’un qui vit très loin de chez lui, les lettres contribuent à construire l’enfant qui les reçoit. Le pasteur burkinabè Samuel Korgo, qui dirige une Église accueillant un centre de parrai- nage, raconte  : «  Les lettres reçues par les enfants sont source de joie. L’enfant en parle autour de lui. Quand il reçoit une lettre, il la lit avec ses amis. » Certains enfants parrainés conservent comme l’un des tré- sors les plus précieux qu’ils pos- sèdent les lettres de leur parrain ou marraine. Une lettre d’encou- ragement peut aussi être relue dans des moments difficiles. Une action qui va au-delà du seul enfant parrainé Les enfants parrainés sont les premiers bénéficiaires du par- rainage  : c’est logique, car ce sont eux qui fréquentent le centre d’accueil où les services du pro- gramme leur sont dispensés. Mais quand un enfant est par- rainé, les choses ne s’arrêtent pas à lui. Le savoir qu’il acquiert en suivant le curriculum est sus- ceptible d’être partagé, qu’il s’agisse de notions d’hygiène ou des enseignements chrétiens reçus au centre. Samuel Korgo est affirmatif  : « Tout ce que l’enfant reçoit est partagé avec les autres membres de la famille. » Parfois le parrain envoie de l’argent pour faire un cadeau à l’enfant. Dans ce cas- là, explique Samuel Korgo, on l’utilise pour acheter des vête- ments, des vivres, un moyen de déplacement pour l’enfant… et toute la famille en profite. Parfois le cadeau servira à acheter des animaux pour faire de l’élevage – ce qui procurera un revenu à la famille entière. Des équipiers des centres d’ac- cueil visitent les familles, des sessions de sensibilisation à des- tination des parents sont orga- nisées, des projets supplémen- taires complétant l’apport du parrainage sont mis en place (« parrainage plus »). Samuel Korgo raconte aussi com- ment les infrastructures fournies PARRAINAGE D'ENFANTS « Tout ce que l’enfant reçoit est partagé avec les autres membres de la famille. » Samuel Korgo, ancien direc- teur de centre d’accueil au Burkina Faso. Alemayehu : Agriculteur en Éthiopie « L’environnement dans lequel j’ai grandi ne me permettait pas d’avoir de grands rêves. Je n’avais personne à prendre pour exemple. J’ai rarement entendu un mot d’encoura- gement, excepté par le per- sonnel du centre d’accueil de Compassion ; j’ai alors excellé dans mon éducation. Je suis reconnaissant d’avoir reçu l’éducation dont j’avais besoin pour rejoindre l’Université Hawassa et y étudier l’horti- culture. J’ai prié à chaque pas et le Seigneur m’a accordé les désirs de mon cœur. »
  • 5. par le parrainage peuvent per- mettre à l’Église de faire le bien au-delà des enfants parrainés : le centre rattaché à son Église a pu être équipé d’une aire de jeux pour les enfants. En dehors des horaires du parrainage, les enfants non parrainés peuvent aussi y avoir accès ! Se projeter vers l’avenir L’objectif du parrainage n’est pas d’aider pour aider, mais d’aider pour permettre à l’enfant de voler de ses propres ailes. Se projeter dans l’avenir n’est pas toujours si facile pour un enfant qui vit dans la pauvreté. Quand Salama, une petite fille du Kenya, a été inscrite dans un centre de parrainage ses aspi- rations pour le futur étaient réduites aux dimensions des conditions de vie de sa famille : sa mère casse des cailloux et, dans la suite, elle se voyait casser des cailloux elle aussi. Après un certain temps, ses rêves sont devenus plus grands  : devenir professeur. Une équipière du cen- tre commente : « Un jour Salama sauvera sa famille toute entière. Peut-être pas demain, mais dans le futur la famille sera complè- tement transformée. » À partir de l’âge de 12 ans, chaque enfant parrainé remplit annuellement un document inti- tulé « Mon projet pour demain » qui l’aide à se fixer des objectifs pour l’année qui vient. Chaque enfant détermine ses propres objectifs et il n’y a aucune réper- cussion négative s’ils ne sont pas atteints. L’enfant apprend qu’il peut faire des projets et se donner des moyens pour les réaliser. Est-ce que ça marche ? Toutes les histoires d’enfants parrainés sont différentes. Cer- taines sont spectaculaires et d’autres moins. Les circonstances dans lesquelles les enfants vivent restent parfois très difficiles. Quand une porte s’ouvre devant PARRAINAGE D'ENFANTS April : Travailleuse sociale aux Philippines « Mon parrain était un exemple à suivre. Malgré le manque de beaucoup de choses, il était encore prêt à donner à d’autres. Il m’a tellement appris. J’aide les autres car je connais le bienfait d’avoir des gens qui s’occupent de moi et je veux que les gens en fassent l’expérience. En tant que travailleuse sociale, je suis en charge des questions juridiques. Chaque jour, j’essaie d’être une ambassadrice de l’amour de Dieu pour les enfants. » 5 Au centre d'accueil Compassion, Cindy, 14 ans, a l'occasion d'être accompagnée dans l'étude de la Bible. Elle y trouve de précieux encouragements pour sa vie.
  • 6. un enfant, il a aussi une part de responsabilité dans le fait de sai- sir les potentialités qui lui sont offertes. Il ne serait pas raison- nable de promettre un « happy end » à chaque parrainage. Ce qui peut être raconté, ce sont les nombreuses histoires venant d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud qui montrent, à la fin d’un parrainage comment un enfant a appris à « faire le bien » et à « bien le faire » quel que soit le niveau auquel il le fait : dans sa famille, dans son quartier… et parfois à l’échelle de son pays. C’est peut-être le meilleur exem- ple du fait que le parrainage n’est pas fait pour profiter uniquement à l’enfant parrainé. Quand il avait douze ans, John, jeune ougandais, et les autres membres de sa fratrie ont été chassés de leur maison par leur oncle qui voulait se l’approprier. Sa mère était morte et son père s’était enfui pour ne jamais reve- nir. Le pasteur de John a demandé conseil à un avocat… sans succès. « J’ai pleuré. Je savais que nous avions tout perdu. J’étais frustré et sans espoir », explique John. Il prit la résolution de devenir avocat et de rechercher la justice pour tous. Grâce au soutien de son par- rain et du personnel du centre d’accueil, John est avocat. Depuis 2009, lorsque sa carrière a com- mencé, il a défendu gratuitement la cause de plus de 300 personnes vivant dans la pauvreté. L’importance de l’espérance Alors que le contexte de pauvreté dans lequel vivent les enfants parrainés leur envoie un message terriblement sombre («  Tu ne comptes pas », « Ta vie ne sera jamais belle », etc.), le parrainage mené en lien avec une Église locale leur parle d’espérance. La vision du parrainage consiste à délivrer les enfants de la pauvreté au nom de Jésus. Vous n’imaginez pas tout ce que le parrainage peut accomplir… Et parfois, en retour, c’est le par- rain ou la marraine qui devien- nent le bénéficiaire. Ils découvrent que leur filleul a des choses à leur apprendre sur la prière, la fidélité de Dieu et l’espoir pour le futur. Interrogé sur ce que les enfants parrainés peuvent apprendre à des Occidentaux, Samuel Korgo évoque le conten- tement et la joie de vivre. Il y a certainement de nom- breuses choses que nous n’ima- ginons pas encore que Dieu va faire avec le parrainage ! CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE6 PARRAINAGE D'ENFANTS Maydi : Ingénieur d’affaires au Honduras « Enfant, je n’avais aucun es- poir, aucun rêve. Au centre Compassion, j’ai eu de nom- breuses opportunités. Adolescente, je rêvais grand et voulais de- venir ingénieur d’affaires. Mes parents n’avaient pas les moyens de m’offrir une telle carrière universitaire mais je n’ai jamais perdu espoir. Dieu m’a ouvert une porte grâce à Compassion et je suis devenue ingénieur d’affaires. D’une certaine façon, j’ai brisé le cycle de la pauvreté, grâce à Jésus. » Parrainé enfant, John est maintenant avocat. Il défend gratui- tement la cause de personnes vivant dans la pauvreté.
  • 7. 7 Savez-vouS tout ce que Le parrainage offre? Plus d’1,9 millions d’enfants bénéficient des programmes de parrainage de Compassion, le partenaire du SEL. Mais qu’y reçoivent-ils ? Découvrez comment au travers du parrainage, ils voient leurs différents besoins comblés et peuvent enfin rêver en grand ! PARRAINAGE D'ENFANTS Être aimé... l’amour fait ressortir tout le potentiel caché au plus profond de son cœur. L’aide alimentaire... pour le prémunir de la malnutrition. L’éducation... pour vaincre l’analphabétisme et lui apporter des bases essentielles. Les soins... pour lutter contre les différentes maladies. Le message de l’Évangile... pour surmonter la peur, remplacer le désespoir par l’espérance. 4000 : c’est le nombre d’heures passées en moyenne dans les programmes de parrainage. 50 à 80%: c’est le pourcentage de chances d’obtenir un diplôme universitaire pour un enfant parrainé. Un enfant parrainé est 12 à 18 fois plus susceptible d’avoir un emploi salarié une fois adulte. 30 à 75% de chances de plus de devenir un leader dans sa communauté Vous aussi, aidez un enfant à rêver plus grand : parrainez-le avec le SEL ! Le SEL, en partenariat avec Compassion International, croit fermement que l’amour, l’éducation et les soins reçus par les enfants dans les centres d’accueil sont un moyen efficace pour briser les chaines de la pauvreté. En découvrant qu'il a de la valeur et du potentiel l'enfant a la possibilité de rêver et parfois même de réaliser ses rêves ! Vous souhaitez parrainer un enfant avec le SEL ? Remplissez le coupon joint ou allez sur www.selfrance.org Sources : Compassion International
  • 8. CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE8 SEL : C’était ta 3ème visite : qu’est-ce qui était différent des autres fois ? On constate dès l’arrivée que la situation politique s’est un peu tendue et que la menace terro- riste est devenue palpable. Mais comme chez nous, les gens conti- nuent à vivre sans céder à la peur. Le fait d’être déjà venu à plusieurs reprises a permis de créer des liens avec beaucoup d’amis. Un musicien m’a prêté sa guitare pour toute la semaine de tour- nage et son groupe vocal parti- cipera aux chœurs sur le clip. À mon arrivée chez ma filleule, j’avais l’impression de faire partie de la famille : quel accueil ! Que d’affection et quelle joie de se retrouver ! De même au centre d’accueil, les rapports ont été plus que chaleureux. Lors de ma dernière visite à ma filleule en 2012, j’avais quitté une enfant, 6 ans plus tard, je retrouve presque une adulte. Les échanges s’en trouvent enrichis. « Quelle joie de se retrouver ! » PARRAINAGE D'ENFANTS En janvier, Pierre Lachat, artiste partenaire du SEL s’est rendu pour la 3ème fois au Burkina Faso pour rendre visite à sa filleule, Ragnagnewendé, qu’il parraine depuis 2006. « J’avais quitté une enfant, 6 ans plus tard, je retrouve presque une adulte ! »
  • 9. Qu’est-ce qui te marque le plus dans les centres d’accueil que tu as pu visiter ? Je suis toujours admiratif devant la consécration de ceux qui don- nent de leur temps, de leur éner- gie et de leur amour pour prendre en charge ces centaines d’en- fants. Ils sont au service de Dieu et recherchent l’excellence dans leur travail. Cela crée un climat valorisant pour les enfants qui sont visiblement heureux de par- ticiper et de bénéficier de tout ce qui leur est proposé. Le signe visible de leur uniforme leur confère une dignité visible de tous. C’est bientôt la fin du parrainage de Ragnagnewendé : que retiens-tu de toutes ces années et de l’évolution de la relation avec elle ? Je retiens un cheminement qui peut sembler parfois long, mais la persévérance apporte de belles récompenses. Nos échanges de courrier se sont enrichis au fur et à mesure. Je me réjouis d’avoir pu accompagner une petite fille dans son développement global et de continuer à l’aider encore pour un petit moment, alors qu’elle a besoin de s’affermir dans la confiance. C’est vrai qu’il existe dans le par- rainage une part d’affectif non négligeable. C’est le beau côté de la relation avec le(la) filleul(e). Quand on reçoit l’invitation à écrire notre dernière lettre, on peut ressentir un choc, et même si ce n’est pas une surprise, ça reste un moment difficile. Le fait d’y réfléchir à l’avance nous per- met d’anticiper et de se préparer au cours des mois (voire des années) qui précèdent la fin du parrainage. On peut ainsi prendre le temps d’exprimer ce qui nous semble encore important pour encourager l’enfant devenu bien- tôt adulte. Nous le remettons à Dieu qui prendra soin de lui. Le mot de la fin… C’est le Seigneur qui conduit, qui nous donne une conviction pour aller de l’avant dans le parrai- nage. Et il nous le rappelle en cours de route. Lors de ma vi- site, quand j’ai partagé un verset avec ma filleule, elle m’a montré dans sa Bible que c’était son verset préféré. Un petit clin d’œil du Seigneur...  9 PARRAINAGE D'ENFANTS Pierre prévoit une tournée spéciale parrainage du 20 octobre au 1er novembre 2018 dans l’est de la France. Ce sera une configuration à 3 sur scène. Si vous ou votre Église êtes intéressés par une soirée dans votre ville, merci de prendre contact au plus vite avec Pierre : chantre@pierrelachat.com - 06 81 59 61 52 «  Partager la vision du parrainage est une bonne façon de témoigner de l’amour du Christ et une occasion d’annoncer l’Évangile. Il est de plus en plus difficile d’inviter des amis à des soirées d’évangélisation, l’aspect humanitaire peut les inté- resser et les toucher. » Je garderai courage ! En préparant son voyage, Pierre a écrit une dernière chanson pour sa filleule, intitulée « Toutes ces années ». Il explique : « Il y est question de ce temps qui passe si vite, et le parrainage nous le rappelle. J’ai l’impression de revoir ces années écoulées passer en quelques secondes devant mes yeux. J’espère avoir été un encouragement pour elle et cette chanson le lui redit, aussi pour l’après parrainage. Pendant le tournage du clip, ma filleule a voulu chanter le refrain en l’adaptant, passant du ‘tu’ au ‘je’. Et au moment des adieux, elle a réécrit cette phrase sur son tableau : « Je garderai le courage ! » Du coup, c’est moi qui suis reparti encouragé ! »
  • 10. CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE10 Recevoir un cadeau à Noël, quoi de plus nor- mal, n’est-ce pas ? Dans les familles des en- fants parrainés, cela ne va pas forcément de soi. Ce rendez-vous est plutôt un souci de plus pour les parents car, quand on a juste ce qu’il faut pour vivre, il n’y a pas beaucoup de place pour les cadeaux. Mais grâce à vous, l’inquiétude est rempla- cée par la joie de toute une famille. En effet, votre don sonne comme un message d’amour à votre filleul : « Je ne t’ai pas oublié ! ». Et il représente un tel soulage- ment pour ses parents … Noël est un véritable temps de réjouis- sance. Et les bons moments, ça se partage ! C’est pourquoi, dans la plupart des centres d’accueil, ce moment est vécu en famille. C’est l’occasion pour les enfants parrainés de présenter ce qu’ils ont préparé avec leurs animateurs : danse, sketch, poèmes qui rappellent le message de Noël : Jésus, Dieu fait homme, faible comme un petit enfant et pourtant appelé à être le sauveur de l’humanité. Un exemple inspirant pour tous, petits et grands. Aujourd’hui, vous avez la possibilité de faire ce cadeau ! En répondant simplement à l’appel de Noël du SEL par un don, même modeste, chaque filleul pourra recevoir à Noël un cadeau de la part de son parrain. Le saviez-vous ? Pour qu’aucun enfant ne soit oublié, votre don contribue à un fonds de Noël, ce qui nous permet d’offrir un cadeau à chaque filleul, quoi qu’il arrive. Nous vous remercions de tout cœur pour votre soutien ! Comment participer à l’appel de Noël ? C’est simple ! Deux solutions s’offrent à vous : • Rendez-vous sur notre site internet www.selfrance.org (rubrique parrainage/appel de Noël), remplissez votre carte et faites votre don. • Répondez au courrier avec sa carte (voir ci- contre) que vous recevrez à partir du 15 octobre L’équipe du parrainage se tient à votre disposition pour répondre à vos questions au 01 45 36 41 52 ou par email à parrainage@selfrance.org PARRAINAGE D'ENFANTS Imaginez tout ce qu’un cadeau représente pour votre filleul(e) !
  • 11. 11 SECOURS D’URGENCE Madagascar, à l’épreuve des cyclones V ents violents, pluies dilu- viennes, montées des eaux ont causé de terribles dégâts. Non averties par les pou- voirs publics, les populations ne s’étaient pas préparées au pire. Phase 1 : Réponse d’urgence Avec l’aide des parents des enfants bénéficiaires du parrai- nage et des Ticket-Repas, les partenaires du SEL ont : • Distribué des kits de vivres, des articles ménagers, des fournitures scolaires aux familles les plus touchées. • Commencé le déblaiement et la sécurisation des bâtiments. • Installé des chapiteaux pour accueillir les enfants des can- tines et du centre de parrainage durant la saison des pluies. • Dispensé des formations pour limiter les risques d’épidémie. Phase 2 : Réhabilitation et reconstruction 25 familles pauvres dont la maison avait été détruite ont désormais une nouvelle maison. Grâce à l'appui de notre partenaire Ticket- Repas la CFC, Communauté Fra- ternelle Chrétienne, 10 autres maisons sont presque terminées. D’autres chantiers ont démarré pour notre partenaire MIDEM : la réparation du toit du centre de parrainage, la reconstruction de salles de classe et de cantines, la distribution de matériaux de construction aux familles des enfants parrainés. Phase 3 : Atténuer et se préparer Pour diminuer l’impact d’un pro- chain cyclone, la MIDEM réfléchit à de nouvelles constructions plus résistantes. Elle souhaite forma- liser son plan d’intervention et former une équipe spécialisée. De leur côté, plusieurs personnes de la CFC ont été formées aux Premiers secours et à la pré- vention des cyclones. Que le Seigneur encourage les victimes du cyclone au travers des partenaires du SEL et accompagne la reconstruction. Les 5 et 6 janvier 2018, la région de Tamatave (côte Est de Madagascar) a été brusquement frappée par un violent cyclone : Ava. Les projets de nos partenaires dans cette région n’ont pas été épargnés. Découvrez étape après étape, le travail de nos partenaires chrétiens à la suite de cette catastrophe. Après le cyclone, les partenaires ont construit en urgence un chapiteau pour abriter les enfants pendant le repas. Crise alimentaire au Sahel La période de soudure a été particulièrement difficile cette année : les pluies insuffi- santes ont entrainé de mau- vaises récoltes. Au Burkina Faso, les parte- naires du SEL ont pu distribuer des céréales aux familles les plus vulnérables, gratuitement ou à coût social. Afin de réduire l’impact d’une prochaine sécheresse, plusieurs actions sont menées : formations sur des techniques culturales adaptées à cette évolution cli- matique, banque de céréales ou activités génératrices de revenu alternatives.
  • 12. PROJETS DE DÉVELOPPEMENT Témoin n°1 Madame Rasmata, bénéficiaire d’un projet de microcrédit : « Au-delà d’être utile à mon entourage, le bénéfice que mon activité génère me sert à combler mes besoins quotidiens (nourriture, soins de mes parents et mes enfants). » 12 Sécurité Alimenta Indice n°1 : Des communautés bien équipéesSécuriser l’alimentation des populations ce n’est passeulement leur offrir de la nourriture de qualité et enquantité... mais surtout leur donner les moyens des’en procurer. Des associations chrétiennes, comme notre partenairele RAPS (Réseau d’Action de Partage et de Solidarité) auTchad, investissent dans la formation et permettent auxbénéficiaires d’acquérir de nouvelles techniques agri-coles (maraîchage, compost, pépinières…). D’autres par-tenaires renforcent les communautés en les équipantd’outils, de charrettes ou de semences. Ils deviennentainsi autonomes et responsables ! Indice n°2 : Produire pour vivre Au Togo, la production locale de riz couvre difficilement les besoins de la consommation nationale. Chaque année, entre 130 et 150 000 tonnes de riz sont importées pour satisfaire aux besoins de la population. Bonne Œuvre, un de nos partenaires locaux, s’est donc engagé à soutenir un groupement de riziculteurs afin d’encourager la produc- tion de riz local. Il équipe les bénéficiaires en ma- tériel aratoire, les forme sur les techniques cul- turales, et facilite leur accès au matériel de base pour la récolte, le tri et le séchage du riz. Indice n°3 : AGR (Activités Génératrices de Revenus) Sécuriser les communautés par la mise en place d’AGR leur permet de se res- ponsabiliser en développant une activité qui portera du fruit. Le CCMS (Centre Chrétien du Mont Sinaï), par exemple, a formé une quinzaine de femmes burkinabé au tissage et leur a per- mis d’avoir leur propre métier à tisser. Mu- nies de ce savoir-faire, elles peuvent ainsi développer leur propre activité et pourvoir aux besoins de leur famille. Indice n°4 : Un combat dans l’assietteQue ce soit une cantine, un programme de réhabilitation nutritionnelle ou la fourniture de kits alimentaires pour des familles affectées par le VIH/sida, les programmes Ticket-Repas changent des vies !En Afrique de l’Ouest, nos partenaires chrétiens se mobili- sent et permettent aux plus vulnérables de bien se nourrir. Ainsi, ils ont l’énergie et les forces suffisantes pour se relever et lutter pour leur avenir. Vous n’imaginez pas... tous les bienfaits de la sécurité alimentaire. Pourtant, avec enco lointaine. Comment nos partenaires sur le terrain œuvrent-ils pour sécuriser l’alimenta nous avons mené l’enquête !
  • 13. PROJETS DE DÉVELOPPEMENT Témoin n°2 Madame Thérèse, bénéficiaire d’un projet agriculture : « Au- jourd’hui je suis très contente lorsque je me trouve envahie par les clients qui se précipitent pour se procurer mes chik- wangues. Mes enfants sont scolarisés, ils ont trois repas par jour et se rendent au centre de santé en cas de maladie. » 13 aire : l’enquête ! Seulement, un corps malade ne peut assimiler ni retenircorrectement les aliments. C’est un cycle sans fin…C’est pourquoi nos partenaires agissent au niveau de lasanté : ils sensibilisent les communautés à l’importance dese faire soigner et rendent accessibles aux plus vulnérablesles soins et les médicaments. Indice n°7 : Bien manger, ça s’apprend ! Connaitre les bons aliments, savoir ce qui est bon pour soi et son enfant, ça s’apprend ! Plusieurs de nos partenaires locaux ensei- gnent, aux enfants et à leurs mamans, les bases d’une bonne alimen- tation. Et ça change tout ! Indice n°6 : De Petites Actions Faisables… et Importantes1 Adopter de bonnes pra- tiques d’hygiène, c’est aussi un moyen de lutter contre la malnutrition ! En sensibili- sant les com- m u n a u t é s environnantes au lavage des m a i n s a u savon, à l’uti- lisation de latrines hygié- niques et à la consommation d’eau potable, le CEPROMOR&AEPH, (Centre pour la Promotion du Monde Rural) observe des changements de comportement concrets. Les PAFI se multiplient dans les villages et la mortalité due aux maladies d’origine hydrique a diminué de 30%. Moins ma- lades, les populations assimilent mieux les aliments et retrouvent ainsi des forces. 1 Petites Actions Faisables et Importantes : PAFI (cf. SEL Informations n°131 – Mai 2017) Indice no 8 : Sécuriser leur avenir, ensemble ! Les différents projets mis en œuvre par les partenaires du SEL contribuent chacun à leur mesure à la sécurité alimen- taire des bénéficiaires. En soutenant les projets de développement, vous permettez à de nombreuses personnes de voir leurs conditions de vie nette- ment améliorées ! Pour donner, c’est simple : utilisez le coupon ci-joint ou allez sur notre site www.selfrance.org Indice n°5: Une santé d’acierPour la plupart des personnes vivant dans une pauvretéextrême, la santé n’est pas toujours une priorité… Eneffet, pour eux, manger sera toujours préférable àl’achat de médicaments. ore 815 millions de personnes souffrant de la faim dans le monde, cette réalité semble ation des communautés ? C’est la question que nous nous sommes posés. Et pour vous,
  • 14. 14 Suite à l’étude réalisée pour dres- ser le bilan de cet événement, nous avons été heureux de constater que les documents ont répondu à vos attentes ! Des ressources appréciées Vous avez été nombreux (76%) à animer un culte, des groupes d’enfants, des réunions de prières ou des groupes de maison avec ces outils, et nous nous en réjouis- sons ! Vous semblez avoir beau- coup apprécié les vidéos (67% d’entre vous les ont téléchargées), ainsi que le canevas de culte et le plan de prédication. Un bel élan de générosité ! Cette année, nous souhaitions vous sensibiliser sur la question de la Sécurité Alimentaire en Afrique. La vidéo « Sécurité Ali- mentaire  » présentait donc la situation actuelle en Afrique, les besoins des populations dému- nies, et la manière dont nos par- tenaires chrétiens locaux y répon- dent. Vous avez été 130 à la télécharger  ! Nous espérons qu’elle vous aura permis de mieux comprendre le travail de nos partenaires et les projets qu’ils mettent en place comme les cantines ou l’aide aux paysans. Un grand merci pour votre par- ticipation, votre intérêt et votre soutien à ces projets. Grâce à vos dons : plus de 38 600 € ont été récoltés ! Flashback sur la Journée du SEL 2018 JOURNÉE DU SEL « Faire le bien, et bien le faire », c’était le thème de cette année ! Vous avez été nombreux à vous rendre sur le site dédié pour télécharger les ressources mises à votre disposition. L’heure du bilan est arrivée : revenons ensemble sur la Journée du SEL 2018 ! JOURNÉE DU SEL 2018 : VOUS NOUS AVEZ ACCUEILLIS ! Sortez vos agendas ! Réservez dès à présent la date de la prochaine Journée du SEL : dimanche 24 mars 2019 ! Parlez-en à votre pas- teur, à vos anciens et respon- sables de groupe de jeunes et d’enfants, pour organiser un culte spécial. Cette année, plusieurs assemblées ont reçu des personnes du SEL pour nous permettre de vivre ensemble cette Journée du SEL et de la partager sur les réseaux sociaux. Il y a eu plusieurs di- zaines de milliers de vues des moments forts  : prédications, témoignages, etc. Un grand merci à cha- cune de ces églises (Meulan, Paris Belleville, Metz et Mulhouse) et à leurs délé- gués du SEL. Merci également aussi à toutes celles et ceux qui nous ont rejoints à Marseille pour un week-end SEL, orga- nisé avec l’Église Baptiste et le CEP de Marseille, Pulse et Tho- mas Blanc et ses musiciens. « C’était vivant, et je prie que cela produise des fruits et ne s’arrête pas à ce que l’on a vu et vécu qui était déjà très chouette. » (Marc, délégué à Marseille) Retrouvez toutes les res- sources de la campagne « Faire le Bien » sur le site : www.responsabilite.sel- france.org Citations, pistes d’actions, documents de réflexion, vidéos sont gratuitement mis à votre disposition. N’hésitez pas à les utiliser !
  • 15. 15 « Les villageois de Baobila », le nouveau jeu de société du SEL À l’automne, découvrez « Les villageois de Baobila », le nouveau jeu de société imaginé par le SEL pour sensibiliser aux questions de pauvreté. Cet article vous en dit plus. N’hésitez pas à le précom- mander dès maintenant et bénéficiez d’un tarif préférentiel ! 15 Le jeu Vous êtes un villageois de Baobila, une commu- nauté rurale d’un pays en développement en Afrique. Les années passent. La vie y est dure et les circonstances ne vous épargnent pas. Néan- moins, vous faites tout ce qui est en votre pouvoir pour surmonter les difficultés. Entre coopération et individualisme, entre éthique et pragmatisme, ferez-vous les bons choix et arriverez-vous à sortir de la pauvreté ? EAD/SENSIBILISATION Nom : Prénom : Nombre de jeux souhaités : Adresse : Code postal : Ville : Courriel : @ Tél. : SI1809D ! Coupon à renvoyer accompagné de votre règlement et de votre bon de commande, dans l'enveloppe préaffranchie. Ou à adresser à : SEL, 157 rue des Blains 92220 BAGNEUX Oui, je souhaite précommander le jeu de société « Les villageois de Baobila » et bénéficier du tarif préférentiel de 24,90 € au lieu de 34,90 € (+ frais de port offerts). Caractéristiques du jeu Âge : 12 ans et + Joueurs : 2-4 Temps d’une partie : 45 mn Frais de port + 10 € offerts Offre valable jusqu’au 1er novembre 2018 Bénéficiez de l'offre préférentielle offerte au lecteur de ce SEL Informations en nous renvoyant le coupon ci- dessous accompagné de votre règlement. Les précommandes sont ouvertes ! Achetez le jeu maintenant, à l’aide du coupon ci-dessous, et bé- néficiez d’un tarif préférentiel de 24,90 € au lieu de 34,90 € (+ frais de port offerts) ! L’offre n’est valable que jusqu’au 1e no- vembre, alors n’hésitez pas ! Le jeu vous sera envoyé dès sa sortie courant novembre.
  • 16. 16 Réservez votre dimanche 14 octobre 2018 pour vivre un culte Michée en commun avec une autre communauté chrétienne de votre ville ou de votre région autour du thème « pour une justice géné- reuse ». Ensemble, découvrons comment l’Église peut exprimer en actes de justice son expérience de la grâce de Dieu. pour une JUSTICE GÉNÉREUSE! Culte michée 2018 MICHÉE FRANCE En luttant contre la traite des personnes Vivre le culte Michée Avec la rentrée, les activités ont repris de plus belle et l’agenda se remplit bien vite. Le 17 octobre aura lieu la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, une occasion de penser à ce mal, racine de tant de souf- frances(immigration,mendicité, esclavagisme, etc.) et surtout aux moyens de le combattre. Oui, il y a toujours un plan de salut ! « La foi, l’espérance et l’amour » demeurent (1 Co 13). Cette bonne nouvelle, partageons-la lors d’un culte spécial Michée ! En commun Cetteannée,nousvousinvitons à vivre un culte en commun avec une autre communauté chrétienne de votre ville ou devotrerégionpourtémoigner de l’accueil généreux que Dieu nous offre. Dans Jean 13.35, Jésus dit à ses disciples : « À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » Il montre ici le lien direct entre notre relation avec lui (relation verticale) et notre relation entre nous (relationhorizontale).Collaborer dans l’amour avec une autre églisetémoignedenotreobéis- sance à l’appel de Jésus. Pour la justice généreuse… Dans le cycle de nos trois annéessurl’Évangilegénéreux, nous lançons notre campagne « Pourunejusticegénéreuse », c’est-à-dire une justice motivée par l’amour. Puisque tout croyant en Jésus a été pro- clamé juste aux yeux de Dieu par grâce à cause de Son amour pour nous, ainsi nous pouvons pratiquer des actes de justice par grâce et par amour envers notre prochain. Parmi les nombreux combats pour la justice, Michée France a choisi cette fois-ci de se concentrer sur la lutte contre la traite des personnes, l’un des fruits de la pauvreté. Dans le dossier du culte, nous partageons de nombreux té- moignages, idées d’action, outils de sensibilisation sur cette thématique. Dans le dernier SEL Informations spé- cial Michée, nous avons pré- senté un « réseau de libéra- tion » pour aider les victimes à sortir du « réseau de traite ». Nous pouvons tous y participer d’une manière ou d’une autre. Témoignons de l’espoir qui nous anime et qui peut libérer les victimes de traite ! Les inscriptions sont ouvertes ! Ne ratez pas l’occasion : organisez le culte Michée dans votre église ! Rendez-vous sur www.michee-france.org pour vous inscrire et recevoir gratuitement toutes les ressources du culte !
  • 17. 17 DÉLÉGUÉS SEL : Depuis combien de temps es-tu marraine ? Comment l’es- tu devenue ? Viviane : Il y a une douzaine d’an- nées, une amie m’a parlé du pro- gramme de parrainage du SEL et depuis, c’est une joie pour moi de participer à améliorer le quo- tidien d’enfants, de leur permettre d’étudier, de briser la spirale de la pauvreté et d’envisager l’avenir plus sereinement. As-tu un lien particulier avec l’enfant que tu parraines ? Si oui, lequel ? J’ai eu le privilège de parrainer un jeune de Bolivie, Severino, seulement quelques années car il était déjà adolescent, mais notre correspondance a toujours été un temps fort. Nous avons pu échanger sur divers sujets, notamment la foi et j’ai été très triste d’apprendre un jour qu’il avait atteint « la limite d’âge » alors qu’on avait encore tant de choses à se dire ! Il travaille maintenant et a le projet de reprendre des études avec l’ar- gent économisé. Mais les belles rencontres sont inoubliables. Un jour, j’ai eu l’occasion d’adap- ter un scénario pour Tournesol (LLB) sur le thème « riches/pau- vres ». On peut être pauvre maté- riellement mais riche en qualités, en vertus. En lisant le thème, c’était une évidence  : l’histoire se déroulerait en Bolivie et le héros s’appellerait… Severino ! En tant que déléguée, comment partages-tu ta joie de parrainer ? Chaque année, nous organisons la Journée du SEL avec le groupe de femmes. Nous parrainons un petit Haïtien et Anne, notre secré- taire, nous donne régulièrement de ses nouvelles. Des brochures sont à disposition et nous sommes maintenant plusieurs parrains dans l’Église. Parrainer est une magnifique action à faire connaître ! Cela fait une énorme différence dans la vie des enfants. J’ai eu l’occasion de visiter un centre d’ac- cueil et de voir avec quel sérieux et quel amour les enfants sont entourés, encouragés et de décou- vrir aussi leur contexte familial. Beaucoup d’enfants prient et rêvent d’avoir un parrain/une marraine ; c’est peut-être vous qui aiderez à porter leur cause en devenant délégué ! Vous souhaitez avoir plus d’informations sur le rôle de délégué(e)s ? Contactez sjeanlouis@selfrance.org Et si c’était vous ? Avez-vous déjà imaginé que vous pourriez être délégué du SEL ? Rencontre avec Viviane, déléguée d’une Église à Paris. Découvrons son histoire de marraine et ce qui la motive dans son engagement à faire plus.
  • 18. Venez rencontrer Jean-Yves Patrick, un jeune parrainé burkinabé ! Actuellement étudiant en géogra- phie, Jean-Yves est toujours par- rainé et sert activement dans son centre d’accueil ! Grâce à cette visite, les chrétiens et les Églises en France auront l’occasion de rencontrer une per- sonne qui connait la réalité de la pauvreté et qui a expérimenté les bienfaits des programmes de par- rainage d’enfants. Il sera accompagné de Samuel Korgo, pasteur et ancien directeur de centre d’accueil parrainage, venu en 2016 recevoir son diplôme de Master de la Faculté Libre de Théo- logie Évangélique de Vaux-sur- Seine et témoigner lors d’une tour- née avec le SEL. Rendez-vous sur www.selfrance.org pour savoir si Jean-Yves et Samuel passeront près de chez vous ! Après Abbel, Samuel et Sagine, nous avons la joie d’accueillir Jean-Yves Patrick, un jeune burkinabé de 20 ans, qui vient nous parler du parrainage du 28 septembre au 15 octobre. 18 Merci à nos 64 coureurs ou mar- cheurs qui se sont inscrits pour prendre le départ des 2, 6 ou 10 km de la Course des Héros de Paris et Lyon le dimanche 17 juin dernier. Grâce à leur engagement et à tous leurs sponsors, nous avons récolté plus de 21 600 € ! Cet argent permettra de financer les actions de nos partenaires en Afrique, pour des projets favo- risant la Sécurité Alimentaire, comme des cantines scolaires ou du soutien aux paysans ! De nombreuses personnes pourront ainsi être nourries de manière suffisante et régulière. Vous n’avez pas pu participer ? Rendez-vous le 16 juin 2019 pour une nouvelle aventure ! Restez connectés, les inscriptions ouvri- ront le 1er décembre. Course des héros 2018 : un grand !!! DE VOUS À NOUS Avis aux amateurs de pain ! Nos donateurs ne manquent pas d’idées pour soutenir le SEL. Nous nous réjouissons de leurs initiatives et souhaitons vous partager, dans ce numéro, l’histoire d’un boulanger qui a décidé de mettre la main à la pâte pour ceux qui ont faim. C’est en avril dernier que Vincent, bou- langer bio à Pailharès (07), a « ressenti le besoin d’œuvrer plus pour le royaume de Dieu ». Il a ainsi eu l’idée de confectionner un pain en suivant les indications données par Dieu à Ezéchiel (Ez 4.9) : « Prends du blé, de l’orge, des fèves, des lentilles, du millet et de l’épeautre ! Mets-les dans un même récipient et fais-en du pain. ». Il lui a donné le nom de « Pain d’Ezéchiel ». Il propose désormais ce pain à sa clientèle deux fois par semaine et reverse les bénéfices des ventes du «  Pain d’Ezé- chiel » à des projets favorisant la Sécurité Alimentaire en Afrique subsaharienne.
  • 19. DE VOUS À NOUS C’est le message fort de la comédie musicale « Jésus, Le Don d’une Vie  » produite par Carolyn Charbonnier & La Com- pagnie des Actes, dont le SEL est partenaire. La 1ère représentation s’est déroulée à guichets fermés, le 5 mai dernier au Théâtre André Malraux de Rueil Malmaison. Les 850 spectateurs ont été plongés dans la réalité de l’his- toire de Jésus, à travers les chants, les danses, les costumes, les décors et les jeux de lumières ingénieux. À la fin du spectacle, Benjamin qui jouait le rôle d’André, disciple de Jésus, a témoigné de la manière dont lui et son épouse vivent le mes- sage véhiculé par le spectacle et manifestent l’amour de Dieu : en parrainant un enfant pour l’aider à sortir de la pauvreté. Nous ne mesurons souvent pas l’influence que nous pouvons avoir sur la vie des enfants qui nous entourent ou dont nous croisons la route. Pourtant, il suffit parfois d’une minute, d’une «simple petite minute», pour changer le cours d’une existence tout entière. Paul, Michelle, Joshua, Sandra, Lily, Robert et tous les autres, dont l’histoire nous est contée dans ce livre, en ont fait l’expérience. Leur parcours, profondément touchant, souvent bouleversant, nous appelle à devenir à notre tour les artisans de moments inoubliables dans la vie des enfants que nous rencontrons. IL SUFFIT D’UNE MINUTE Wess Stafford a œuvré en faveur des enfants durant une quarantaine d’années avec Compassion International, dont une vingtaine comme président de l’organisation. Aujourd’hui à la retraite, il continue de défendre la cause des enfants à travers le monde. «A chaque fois qu’un enfant croise notre route, nous avons le pouvoir et l’occasion de l’encourager ou, au contraire, de le démolir…» 16.90 EUR288 pages ÉDITIONS OURANIA Nouveauté Dans votre librairie chrétienne du 1er au 26 septembre 2018. « Aimer les autres en les servant, c’est la mission de tout croyant » Après la représentation, 4 enfants ont trouvé un parrain/une marraine sur le stand du SEL et plusieurs autres via le site Internet. La tournée continue ! Retrouvez la troupe de Jésus, le Don d’une Vie dès la rentrée, le 29 septembre, au Théâtre de Longjumeau (91). Plus d’infos sur www.ledondunevie.fr
  • 20. OUI, AVEC 28 € PAR MOIS JE VEUX CHANGER LA VIE D’UN ENFANT ! Nom : Prénom : Adresse : Code postal : Ville : Courriel : @ Tél. : SI1809C Avec 28 € par mois vous permettez à un enfant de bénéficier d’un soutien scolaire, d’un enseignement chrétien, d’un suivi médical et d’activités sociales. Je recevrai d’ici quelques jours la présentation de mon filleul, avec sa photo et des informations sur sa famille et son environnement www.selfrance.org réalisez le rêve d’un enfant : parrainez-le ! Je préfère parrainer : ❏ Un garçon ❏ Une fille ❏ Indifférent ❏ En Afrique ❏ En Asie ❏ En Amérique latine Je peux lire : ❏ L’espagnol ❏ L’anglais ❏ Le portugais ❏ Je souhaite recevoir plus d’information avant de m’engager à parrainer un enfant. Vous pouvez aussi remplir votre demande de parrainage sur www.selfrance.org ✂ A renvoyer dans une enveloppe timbrée au SEL, 157 rue des Blains - 92220 BAGNEUX