LE BALAFON                                                 Mars 2012/ Numéro-7MINI EDITO…Beau printemps…! Tous, nous l’att...
OUI, JE ME LÈVERAI ET J’IRAI VERS MON PÈRE…                        Depuis le début du carême, chaque vendredi, de         ...
UNE   JOURNÉE        AUXCASCADES…A    l’occasion   de    la<Journée de la femme>,l’Établissement     Louis-Querbes a organ...
célébrée sur place, suivit d’un temps d’adoration. Unreposoir sous le manguier fera l’affaire.Certains malins ont trouvé n...
J’ai invité sœur Michelle à prévoir                                             une sortie avec sa classe à la            ...
Mgr Sanou et les prêtres du diocèse ont vécu une retraite de quelques heures àla chapelle de la communauté.Le repas du mid...
37 à l’ombre. Mais toujours cette bonne chaleur sèche et bien supportable.Venez vérifier!De retour à la maison… Rapidement...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

07 balafon mars 2012

323 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
323
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
139
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

07 balafon mars 2012

  1. 1. LE BALAFON Mars 2012/ Numéro-7MINI EDITO…Beau printemps…! Tous, nous l’attendions avec impatience, en particulier, noslecteurs et lectrices de l’hémisphère Nord. Et bon hiver à nos confrèresviateurs et associés, au sud de l’équateur! Rien n’est parfait sur notre planète.Au Burkina Faso, c’est la grande saison chaude, de février à octobre. Lemercure varie entre 30 et 40 degrés, et parfois davantage. La pluie viendrabientôt laver la nature, rafraîchir pour quelques temps l’atmosphère et nousdonner quelques heures de répit.Nous sommes arrivés à Ouagadougou le 7 octobre 1999. Je me souviens alors dela première pluie, en juin 2000. Je suis sortie sur la terrasse, en compagnie dufrère Benoît, j’ai enlevé ma chemise pour laisser couler l’eau tiède sur mesépaules. Quel souvenir! Jamais je n’ai senti ce besoin au Québec, où je sorshabituellement en compagnie de mon parapluie, au cas où…!Ce BALAFON de mars 2012 vous apporte, en forfait, quelques degrés de chaleurdu Burkina. Ils aideront à faire fondre les derniers bancs de neige, à reverdirles gazons et réchauffer vos plates-bandes. Mon souhait est peut-être enavance de quelques semaines sur dame nature printanière espérée, mais c’estpour bientôt. Agréable printemps à tous nos lecteurs et lectrices!Bonne réception de ce 7ème numéro de notre publication viatorienne burkinabé. La rédaction. 1
  2. 2. OUI, JE ME LÈVERAI ET J’IRAI VERS MON PÈRE… Depuis le début du carême, chaque vendredi, de 17H45 à 19H00, la paroisse St-Viateur célèbre le chemin de la Croix. Près de 300 personnes, grands et petits, et bon nombre de nos élèves arpentent les 14 stations, depuis le portail de la résidence des Viateurs, jusqu’à l’amphithéâtre de l’école. Portant la croix et deux cierges, trois servants en aube blanche, nous précèdent avec piété et recueillement. Grâce à un système de son portatif de qualité, don de <la Fondation René Pageau>, les commentaires et prières sont lus en français et en dioula. Et s’il arrive qu’un petit soit épuisé avant la 1ère chute de Jésus, quoi de mieux que les sandales de papa pour refaire ses forces avant de poursuivre son chemin! La célébration se termine par une quête pour les besoins de la paroisse et la bénédiction du père curé J-Marc ou du diacre Macaire.BIENVENUE AU FRÈRE BENJAMIN…Le 4 mars dernier, les Viateurs de Banfora avaitla joie d’accueillir le frère Benjamin Ouédraogo.Notre confrère fait désormais partie de notrecommunauté locale, qui compte à présent 8viateurs. C’est une première pour Benjamin quin’a jamais vécu à Banfora. Il sera affecté àl’Établissement Louis-Querbes comme aumônieret professeur en Éthique/Société. BienvenueBenjamin et que la vie dans la région desCascades te soit agréable. 2
  3. 3. UNE JOURNÉE AUXCASCADES…A l’occasion de la<Journée de la femme>,l’Établissement Louis-Querbes a organisé unesortie aux Cascades. Plusde 100 élèves ontrépondu à l’appel pour ce pique-nique les pieds dans l’eau. Quelques viateurset éducateurs encadraient cette sortie qui s’est déroulée dans la bonnehumeur, la camaraderie. Pour certains, c’était leur première visite aux chutes. Comme le 8 mars est jour férié, le stationnement des Cascades affichait complet. Ce lieu, le plus touristique de la région, attire chaque jour, et surtout en fin de semaine, nombreux locaux et touristes étrangers. Nosélèves sont revenus enchantés de leur journée qui leur a semblée trop courte.A la prochaine…!LA GRANDE MARCHE DU CARÊME DE LA PAROISSE ST-VIATEUR…Le 11 mars dernier, la paroisse St-Viateur de Banfora vivait sa grande marchedu carême. Près de 400 personnes, depuis les nourrissons jusqu’aux vieillards,ont vécu ce rendez-vous annuel, sur une distance d’environ 4 kilomètres.Pendant le parcours, les fidèles vécurent le chemin de la croix. La messe fut 3
  4. 4. célébrée sur place, suivit d’un temps d’adoration. Unreposoir sous le manguier fera l’affaire.Certains malins ont trouvé notre confrère Jocelyn fortrecueilli, d’autres n’étaient pas de cet avis! L’enquête sepoursuit. Chose certaine, il est revenu à la maison rougecomme un homard. L’estomac criait famine. Ce fut alors le moment de partager un pique-nique. Le curé semble appeler au secours après avoir pris une bouchée de riz gras un peu trop chaude. Après le repas et une courte sieste à l’ombre des manguiers, un questionnaire futproposé aux fidèles pour une meilleureparticipation au premier synodediocésain dans lequel s’est engagé l’Église-Famille de Banfora pour la présenteannée. Une journée bien remplie, recueillie, fraternelle et un rendez-vous pourle carême 2013.LES PETITS DE L’ÉCOLE ANNE-MARIE RIVIER VISITENT LA MINI-FERME DEL’ÉLOQ…Les petits furent éblouis d’apprendre que les lapins ne volent pas, que lespapas coqs ne donnent pas d’œufs et que les poussins n’ont pas de fourrure.Sœur Michelle, directrice ducours primaire, voulait donner àses élèves un cours pratique surles petits animaux : lapins,canards, poussins, pigeons, ycompris leur alimentation et lessoins de santé. Pour ajouter auspectacle, trois canards se sontenvolés sous les cris etapplaudissements des petits. 4
  5. 5. J’ai invité sœur Michelle à prévoir une sortie avec sa classe à la Ferme St-Viateur pour bientôt. Les petits pourront vérifier, de leurs yeux, que les zébus n’ont pas de plumes, que les chèvres ne volent pas et que les moutons ne mangent pas de soupe. Quoi de mieux que l’école de la vie!LE SPV DE L’ÉTABLISSEMENT LOUIS QUERBES DE BANFORA…Le groupe SPV de l’Établissement LouisQuerbes de Banfora reprend vie. En fait,depuis quelques temps, le mouvementconnaissait une certaine léthargie. Dansces derniers temps, voici qu’il retrouvetout doucement une nouvelle ferveur. Le18 février 2012, il a reçu le responsablerégional en la personne du F. Marc-Etienne Sandwidi. Depuis lors, il y a euun vent de changement dans l’équipe del’ELOQ. Dans la logique de revitalisation, le F. Gabriel Ouédraogo a organiséune sortie, le 18 mars dernier, aux Dômes de Fabédougou, à 15 km de Banfora,16 jeunes se sont retrouvés autour du thème: « Debout pour un vent dechangement…dans nos relations interpersonnelles… dans nos étudesscolaires ! » Dans son exposé, le F. Gabriel a voulu redynamiser l’équipe enmisant sur les relations interpersonnelles et le travail scolaire. Les jeunes ontpassé une agréable journée dans le partage et la joie de vivre. Bon vent àl’équipe du SPV de l’Établissement Louis Querbes!LA MESSE CHRISMALE À ST-VIATEUR DE BANFORA…La paroisse St-Viateur de Banfora fut choisie le 27 mars dernier pour lacélébration de la messe chrismale. La majorité des prêtres du diocèseaccompagnaient en Mgr Luka Sanou à l’autel. Une magnifique célébration,devant un amphithéâtre complet de fidèles recueillis et attentifs. En matinée, 5
  6. 6. Mgr Sanou et les prêtres du diocèse ont vécu une retraite de quelques heures àla chapelle de la communauté.Le repas du midi fut préparé par notre cuisiner et servi au salon de la résidencepour environ 30 convives. Pour le repas du soir, les agents pastoraux se sontajoutés. Nous avons pris le souper sur la terrasse circulaire, pour 65 invités.Cette fois, le repas fut préparé par quelques dames de la paroisse à la cantinede l’école. A 22h00, c’était la fin de la fête!CHRONIQUE DES VIATEURS DE OUAGADOUGOU… Par Julien Rainville, c.s.v.PÉRIPÉTIES D’UN RETOUR…À ma grande surprise, mon voyage s’esteffectué avec le nouvel Airbus 380. Un appareil« monstrueux, immense, à deux ponts ». Àl’aéroport de Paris, je l’avais vu se déplacer ausol. J’avoue franchement que ma premièreimpression était plutôt négative. Mais le voyages’est bien déroulé. À l’intérieur, tout respire leneuf, l’innovation. Confortable, assezsilencieux, avec un service très rapide. Seulpetit problème, au départ de Montréal, il nousa fallu passer par le dégivrage. L’opération abien duré plus d’une heure, avec conséquence que nous sommes arrivés avecune heure de retard à Paris. Quand enfin je me suis présenté au quaid’embarquement pour Ouaga, j’étais parmi les derniers! Voyant le temps quipassait, j’avais de plus en plus hâte de me retrouver à l’intérieur de l’appareil,beaucoup plus modeste cette fois-ci. Finalement, nous sommes arrivés àOuaga exactement à l’heure!L’harmattan… À l’approche de Ouaga, une poussière rouge nous empêchait devoir le sol. Parfois le miroitement d’une étendue d’eau nous permettait dedeviner que la terre était belle et bien là. À la sortie de l’appareil, un vent fortet chaud nous a accueillis. De fait, depuis quelques jours l’harmattan soufflaitses nuages de poussière rouge. Il nous déshydrate, nous colore, nous rend larespiration et la vue difficiles. Puis le thermomètre s’est mis à grimper, 35, 36, 6
  7. 7. 37 à l’ombre. Mais toujours cette bonne chaleur sèche et bien supportable.Venez vérifier!De retour à la maison… Rapidement le quotidien s’est imposé : préparation decours, d’interventions, d’eucharisties; nombreux temps d’accompagnement;présence aux confrères et amis. La vie reprend son cours normal. Mais lessouvenirs restent bien vivants : les nombreuses retrouvailles, le temps passé enfamille et en communauté, les randonnées de ski, les longues marches dans lefroid. Que de joies, que de délicatesses, que de beaux moments. Merci pourtout.Encore une fois, un très grand merci à vous tous qui m’avez si bien accueilli etcomblé de mille et une manières. Un merci particulier à toutes les personnesqui ont fourni le matériel scolaire que nous venons de recevoir. Il fait déjà lajoie d’un jeune confrère enseignant au primaire. Les professeurs de notreécole de Ouaga découvriront bientôt tout ce matériel.JOCELYN ET GABRIEL, CONFÉRENCIERS INVITÉS…Le 27 mars dernier, les frères Jocelyn et Gabriel, membres de la commission del’éducation de la fondation, ont donné une formation sur l’éducation intégraleaux sœurs du Perpétuel Secours à Ouagadougou.ET POUR CONCLURE…Nous souhaitons une bonne réception de ce BALAFON de mars 2012. Nousprofitons de l’occasion pour souhaiter à tous nos lecteurs et lectrices unmagnifique jour de Pâques.Que le Christ ressuscité comble nos attentes et nous assure l’énergie nécessairepour vivre « debout », en fils et filles de Dieu, bien vivants. 7

×