© Éditions ESKA, 2012

ARTÈRES

Connaissances sur l’hypertension
artérielle, attitudes et mode de vie
parmi les employés d...
© Éditions ESKA, 2012

2

ARTÈRES
Abstract

Key words: Arterial hypertension, prevalence,
knowledge, attitudes, practice, ...
© Éditions ESKA, 2012

ARTÈRES
Déroulement de l’enquête
Après la mise à jour du matériel de pré enquête
(questionnaire), d...
© Éditions ESKA, 2012

4

ARTÈRES
quantitatifs sous de moyenne ± écart-type. Le test
statistique de Khi-deux a été utilisé...
© Éditions ESKA, 2012

ARTÈRES
Tableau 4 : niveau de connaissance et facteurs pouvant l’influencer
Niveau d’instruction
Pr...
© Éditions ESKA, 2012

6

ARTÈRES
Parmi les hypertendus, 10 (40%) personnes suivaient un
régime hyposodé et peu gras, 15 (...
© Éditions ESKA, 2012

ARTÈRES
mieux connue après la paralysie et les AVC. Ainsi, Abdullahi
et al. avaient rapporté un tau...
© Éditions ESKA, 2012

8

ARTÈRES
Conflits d’intérêts
Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêt en
rapport ave...
© Éditions ESKA, 2012

ARTÈRES
[27] Abdullahi A, Amzat J. Knowledge of hypertension among
the staff of University of Ibada...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Hta travail lome k yayedh

1 142 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 142
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
13
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Hta travail lome k yayedh

  1. 1. © Éditions ESKA, 2012 ARTÈRES Connaissances sur l’hypertension artérielle, attitudes et mode de vie parmi les employés d’un département ministériel à Lomé, Togo Hypertension knowledge, attitudes and life-style practice among employees of a governmental institution in Lomé, Togo K. YAYEHD1, F. DAMOROU1, E. EHLAN1, P. KARA1, N.W. N’DA1, Y. TÉTÉ1, M.P. N’CHO MOTTOH1, A. JOHNSON1 (1) Centre Hospitalier “Campus” de Lomé-Togo, Service de Cardiologie (2) Centre Hospitalier “Campus” de Lomé-Togo, Service de médecine du travail Auteur correspondant: Dr Komlavi YAYEHD; Service de cardiologie, CHU “Campus” Lomé; 03BP 30284 Lomé-Togo; tel: +228 91428155; fax: +228 22501768; email: kyayehd@gmail.com; kthierry2@yahoo.fr Résumé L’hypertension artérielle est un problème de santé publique dans toutes les régions du monde mais elle est souvent mal connue par les populations. But: Evaluer les connaissances, attitudes et pratiques sur l’hypertension artérielle parmi les employés d’un département ministériel à Lomé. Méthodes: Il s’agit d’une étude transversale portant sur 207 employés du ministère de l’agriculture et de ses départements qui s’était déroulée 6 juin au 5 juillet 2010. Résultats: La prévalence de l’hypertension artérielle était de 54,1%. L’âge moyen des sujets était de 42,7 ± 9,8 ans. Aucun employé n’avait un bon niveau de connaissance, 12,6% des employés avaient un niveau moyen de connaissance et 87,4% avaient un mauvais niveau de connaissance. Les principales sources d’information sur la maladie étaient les malades hypertendus (39,1%), les proches (30,9%) et les médias (25,6%) ; 47,8% des travailleurs interrogés ignoraient leur statut tensionnel. Vingt huit pourcent des sujets avaient une alimentation riche en graisse, 20,3% consommaient du sel sans modération et 6,8% étaient tabagiques. Parmi les travailleurs hypertendus, 60% ne suivaient aucun régime, 52% avaient abandonné leur traitement et le principal motif d’abandon du traitement était la disparition des symptômes (61,5%). Conclusion : les connaissances sur l’hypertension artérielle étaient faibles et les comportements à risque fréquents parmi les employés de cette institution gouvernementale. Une accentuation de la sensibilisation sur cette affection devra être initiée à l’adresse de toutes les couches de notre société afin d’endiguer cette affection qui est entrain de devenir l’une des premières causes de mortalité dans notre pays en pleine transition épidémiologique. Mots clés : hypertension artérielle, prévalence, connaissances, attitudes, pratiques, département ministériel. ANGÉIOLOGIE, 2012, VOL. 64, N° 3 1
  2. 2. © Éditions ESKA, 2012 2 ARTÈRES Abstract Key words: Arterial hypertension, prevalence, knowledge, attitudes, practice, Workers. seraient affectées [5). Ce taux de prévalence estimé varie également selon les pays : 15% pour l’Algérie, 30% pour Maurice et Seychelles, 20-35% pour le Gabon, 9,5% pour la Gambie [6]. Au Togo, la prévalence de l’HTA a été évaluée à 22% en milieu urbain et suburbain dans le sud du pays [7] et à 41,6% dans la région septentrionale [8]. Elle touche toutes les races, toutes les ethnies et toutes les couches socioprofessionnelles [9] et constitue aujourd’hui un défi majeur non seulement dans la population générale mais aussi en milieu professionnel à cause du risque d’invalidité liée à cette affection. En effet, une étude réalisée au port autonome d’Abidjan a permis de relever un taux de prévalence de l’HTA de 29,7% [10]. Au Togo, Baragou et al. ont rapporté un taux de 28,9% dans une étude réalisée dans une société de télécommunications en 2006 [11]. Les complications de l’HTA étant dominées par les accidents vasculaires cérébraux (AVC), l’insuffisance cardiaque et l’insuffisance rénale au pronostic désastreux [12], cette affection entraîne une charge énorme en termes de morbimortalité et d’incapacité de travail. Cependant, ce fâcheux pronostic peut être évité par des mesures de prévention primaire et secondaire rigoureuses qui passent par une bonne connaissance de la maladie et un bon style de vie vis-à-vis des facteurs de risque cardiovasculaires. Ainsi, il s’avère indispensable d’évaluer le niveau de connaissances des travailleurs sur la maladie en vue de contribuer efficacement à l’élaboration des programmes d’information et d’éducation sur l’HTA en milieu du travail. Malheureusement peu d’étude ont été réalisée dans ce domaine en Afrique sub-saharienne et au Togo. Le but de ce travail était donc d’évaluer les connaissances, attitudes et pratiques des travailleurs sur l’HTA à Lomé. Introduction Méthodologie Arterial hypertension is a great public health problem worldwide but it is often badly known by the populations. Aim: the purpose of present study was to evaluate the knowledge, attitudes and practices on the arterial hypertension among employees of a governmental institution in Lomé. Methods: It was a cross-sectional study among 207 employees of the ministry of agriculture and its departments, carried out from June 6 to July 5, 2010. Results: the prevalence of arterial hypertension was 54.1%. The average age was of 42.7 ± 9.8 years. No employee had a good level of knowledge, 12.6% had a mean level of knowledge and 87.4% had a bad level of knowledge. The main sources of information were the hypertensive patients (39.1%), the close relations (30.9%) and media (25.6%); 47.8% of the workers were unaware of their tensional level. 28% of the subjects had a fatty food, 20.3% had salted food and 6.8% were smokers. Among the hypertensive workers, 60% did not follow any diet, 52% had given up their treatment and the main reason for giving up the treatment was the disappearance of the clinical symptoms (61.5%). Conclusion: Knowledge on arterial hypertension was weak and the behavioral risk factors frequent among the employees of this governmental institution in Lomé. Better public heath education program must be initiated among all the workers of our country in order to slow down the progression of this disease which is becoming one of the first causes of mortality in our country because of the epidemiologic transition. L’hypertension artérielle (HTA) représente aujourd’hui un problème majeur de santé publique à l’échelle mondiale en raison de sa fréquence et des risques de maladies cardiovasculaires et rénales qui lui sont attachés. Plus d’un quart de la population mondiale adulte est hypertendue, et cette proportion devrait atteindre 29,2% à l’horizon 2025, soit près de 1,6 milliard de sujets hypertendus [1]. Premier facteur de risque cardiovasculaire [2], l’HTA constitue également le premier risque de mortalité dans le monde avec un taux de mortalité de 13% pour tous les décès. Parmi les 17 millions de patients qui meurent chaque année de maladies cardiovasculaires, on estime que 7 à 8 millions sont hypertendus [3]. Elle est inégalement répartie selon les continents et selon les pays. Sa prévalence est estimée à 15,2% et à 40% respectivement aux Etats Unis et en France [4]. Dans la région africaine, 20 millions de personnes ANGÉIOLOGIE, 2012, VOL. 64, N° 3 Type et période d’étude Il s’agit d’une étude transversale réalisée dans le cadre de la visite médicale des employés du ministère de l’agriculture et de ses départements à Lomé du 6 juin au 5 juillet 2010. Population d’étude Ont été inclus, tous les employés du ministère de l’agriculture et de ses départements résidant à Lomé, ayant donné leur consentement à participer à cette étude. Ont été exclus, les stagiaires et tout travailleur ayant refusé de se soumettre à la présente étude. Ainsi, des 215 fonctionnaires de ce département ministériel, 207 ont accepté de participer à cette étude.
  3. 3. © Éditions ESKA, 2012 ARTÈRES Déroulement de l’enquête Après la mise à jour du matériel de pré enquête (questionnaire), des notes d’informations ont été adressées aux autorités administratives et aux employés. Les enquêteurs étaient constitués de deux médecins et d’un interne des hôpitaux. Le questionnaire a été conçu après une large revue de la littérature [13-31]. Le Tableau 1 présente l’échelle d’évaluation de connaissances des travailleurs sur l’HTA. Elle comprend 12 paramètres. La réponse « OUI » était notée sur 1 point. La réponse « NON » ou « NE SAIS PAS (Nsp) » était notée sur 0 point. Un total inférieur à 6 points traduisait un mauvais niveau de connaissance et un score compris entre 6 et 8 traduisait un niveau de connaissance moyen et un total supérieur à 8 points, un bon niveau de connaissance. Tableau 1 : Echelle d’évaluation des connaissances sur l’HTA. Réponse Oui Cotation Réponse Non/Nsp Cotation 1 0 1 0 1 0 1 0 Consommation de sel sans modération 1 0 Alimentation riche en graisse* 1 0 1 1 1 0 0 0 1 0 Maladie du cœur/ Maladie du rein 1 0 Pensez-vous l’HTA est une maladie grave ? 1 0 Total 12 0 Symptômes de l’HTA Céphalées Vertige/ Phosphène/ Acouphène Lourdeur de la nuque Facteurs de risque de l’HTA Inactivité physique/obésité Tabac Stress Diabète Complications de l’HTA Paralysie Nsp : Ne sait pas * Consommation au moins deux fois par semaine des aliments suivants : sauces d’arachide, sauces de noix palme, fritures, charcuterie, huiles de mauvaise qualité, beurre, mayonnaise, fastfood L’interview était individuelle et a duré en moyenne 15 minutes; les questionnaires ont été remplis par les enquêteurs. Outre les questions relatives aux connaissances sur l’HTA (tableau 1), le questionnaire comportait des éléments sur le niveau d’instruction, les sources d’informations sur la maladie, le régime alimentaire (Consommation plus de deux fois par semaine des aliments suivants : sauces d’arachides, sauces de noix de palme, fritures, charcuterie, huile de mauvaise qualité, beurre, mayonnaise, fast-food ; consommation de sel sans modération), l’activité physique, le tabagisme, et le respect des prises médicamenteuses chez les hypertendus connus. A la fin de l’interview, la tension artérielle (TA) a été prise à chaque sujet et le poids et la taille ont été mesurés. Mesures effectuées La TA a été mesurée trois fois de suite aux deux bras en respectant un intervalle de 15 minutes entre chaque prises, en position assise avec un sphygmomanomètre à mercure. La moyenne des deux dernières mesures a été calculée [15]. Les sujets ont été considérés hypertendus lorsqu’ils avaient un traitement antihypertenseur, ou lorsque la moyenne des pressions artérielles systoliques (PAS) était ≥ 1 4 0 mm Hg et/ou celle des pressions artérielles diastoliques (PAD) ≥ 90 mm Hg. La sévérité des chiffres tensionnels a été classée selon la JNC VII [16]. Le poids a été pris avec un pèse-personne et la taille a été mesurée à l’aide d’une toise sur un sujet déchaussé et légèrement vêtu. L’indice de masse corporelle (IMC) ou indice de QUETELET a été obtenu par le rapport poids (kg)/ [taille (m)] 2. Les normes retenues pour l’IMC étaient celles recommandées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Les sujets ont donc été classés en quatre groupes : les sujets maigres dont l’IMC < 18,5 kg/m2, les sujets de poids normal dont l’IMC est compris entre 18,5 et 24,9 kg/m2, les sujets en surpoids dont l’IMC est compris entre 25 et 29,9 kg/m2, et les sujets obèses ayant un IMC ≥ 30 kg/m2 [17]. Considérations éthiques Le consentement éclairé des travailleurs a été demandé et obtenu après des explications claires sur les objectifs du travail selon la déclaration d’Helsinki. La confidentialité sur les réponses données et les chiffres tensionnels des travailleurs a été respectée. Nous avons obtenu l’adhésion des autorités administratives après leur avoir adressé des correspondances. Analyse des données Les paramètres qualitatifs ont été présentés sous forme de l’effectif suivi du pourcentage et les paramètres ANGÉIOLOGIE, 2012, VOL. 64, N° 3 3
  4. 4. © Éditions ESKA, 2012 4 ARTÈRES quantitatifs sous de moyenne ± écart-type. Le test statistique de Khi-deux a été utilisé pour la comparaison des pourcentages. Les différences ont été statistiquement significatives pour p < 0,05. Les données ont été analysées par le logiciel EPI Info version 6.04d.fr. Tableau 3 : Evaluation des connaissances des travailleurs sur l’HTA Résultats Symptômes de l’HTA Les 207 travailleurs de l’étude se répartissaient en 139 hommes (67,1%) et 68 femmes (32,8%), soit une sex-ratio de 2,04. L’âge moyen était de 42,7 ± 9,8 ans (extrêmes: 2460) ; 108 (52,2%) sujets avaient un diplôme universitaire, 70 (33,8%) avaient un niveau secondaire, 25 (12,1%) avaient un niveau primaire, et 4 (1,9%) étaient analphabètes. L’IMC moyen dans cet échantillon était de 24,6 ± 4,9 Kg/m2 (extrêmes: 15-42,6) ; huit (3,9%) employés étaient maigres, 100 (48,3%) avaient un poids normal, 73 (35,3%) étaient en surpoids et 26 (12,6%) étaient obèses. La mesure de la TA a révélé que 30 (14,5%) sujets avaient une TA normale, 70 (33,8%) avaient une préhypertension, 68 (32,8%) avaient une HTA stade I et 39 (18,8%) avaient une HTA stade II de la JNCVII. Réponse Non/Nsp* n(%) Céphalées Caractéristiques de la population d’étude Réponse Oui n(%) 56 (27) 151 (72,9) Vertige/ Phosphène/ Acouphène 6 (2,9) 201 (97,1) Lourdeur de la nuque 11 (5,3) 196 (94,7) Inactivité physique/ obésité 0 (0) 207 (100) Consommation de sel sans modération 30 (14,5) 177 (85,5) Alimentation riche en graisse 76 (36,7) 131 (63,3) Tabac 15 (7,3) 192 (92,7) Stress 76 (36,7) 131 (63,3) 4 (1,9) 203 (98,1) 151 (72,9) 56 (27,1) 6 (2,9) 201 (97,1) 197 (95,2) 10 (4,8) Facteurs de risque Diabète Complications de l’HTA Connaissances des employés et sources d’information sur l’HTA Tous les travailleurs (100%) ont affirmé avoir une fois entendu parler de l’HTA. Les malades hypertendus (39,1%), les proches (30,9%) et les médias (25,6%) ont été les principales sources d’information des travailleurs (tableau 2). Le tableau 3 présente l’échelle d’évaluation des connaissances des travailleurs sur l’HTA. Sur les 207 sujets soumis à cette étude, aucun (0%) n’avait un bon niveau de connaissance, 26 (12,6%) employés avaient un niveau moyen de connaissance et 181 personnes (87,4%) avaient un mauvais niveau de connaissance. Tableau 2 : Distribution des travailleurs en fonction des sources d’information Effectif 81 39,13 Proche 64 30,91 Média 53 25,60 Consultation 28 6,28 Sensibilisation de masse 9 2,89 École 7 0,96 Maladie du cœur/ maladie du rein Pensez-vous l’HTA est une maladie grave ? Nsp : ne sait pas Tous les quatre employés non instruits avaient un mauvais niveau de connaissance ; parmi les employés instruits, le niveau de connaissance n’était pas significativement corrélé au niveau scolaire (p = 0,15), mais il était plus élevé chez les employés hypertendus connus, p = 0,005 (tableau 4). Connaissance du statut tensionnel Proportion Malades hypertendus Paralysie ANGÉIOLOGIE, 2012, VOL. 64, N° 3 La prévalence de l’HTA dans cet échantillon était de 54,1% (112 patients). Cent vingt sept sujets (61,3%) se disaient non hypertendus, 25 (12,1%) se savaient hypertendus, et 55 (26,6%) ignoraient leur statut tensionnel ; la figure 1 présente le niveau tensionnel en fonction de la connaissance supposée du statut tensionnel des employés. Près de 50% des sujets se prétendant non hypertendus ou affirmant ignorer leur statut tensionnel avaient des chiffres tensionnels élevés.
  5. 5. © Éditions ESKA, 2012 ARTÈRES Tableau 4 : niveau de connaissance et facteurs pouvant l’influencer Niveau d’instruction Primaire Bonne connaissance Secondaire Universitaire Statut tensionnel p Non Hypertendus hypertendus connus connus p 0 0 0 – 0 0 – Connaissance moyenne 1 (4) 7 (10) 18 (16,7) 0,15 8 (32) 18 (9,9) 0,005 Mauvaise connaissance 24 (96) 63 (93) 90 (108) 0,06 17 (68) 164 (90,1) 0,005 84% 90 80 70 53,54% 46,46% 60 50,9% 50,1% 50 40 30 16% 20 10 0 Hypertendu connu Non hypertendu connu Sujets ignorant leur statut TA< 140/90 TA ≥ 140/90 Figure 1 : Niveau tensionnel en fonction de la connaissance supposée du statut tensionnel des travailleurs. Attitudes et comportements à risque des employés Attitude des hypertendus face à leur traitement antihypertenseur Dans cette étude, 42 (20,3%) travailleurs consommaient du sel sans modération, 14 (6,8%) étaient tabagiques; 8% des enquêtés (58 travailleurs) avaient une alimentation riche en graisse. Dix sept (8,2%) sujets pratiquaient un exercice physique de façon programmée et 190 (91,8%) n’en avaient pas l’habitude. Parmi les 25 travailleurs qui se connaissaient hypertendus, 14 (56%) ont découvert leur maladie au cours d’un malaise, sept (28%) de façon fortuite, trois (12%) à l’occasion d’une consultation prénatale, et un travailleur (4%) à la suite d’un accident ischémique transitoire. Tous les patients hypertendus ont été pris en charge par un personnel médical. ANGÉIOLOGIE, 2012, VOL. 64, N° 3 5
  6. 6. © Éditions ESKA, 2012 6 ARTÈRES Parmi les hypertendus, 10 (40%) personnes suivaient un régime hyposodé et peu gras, 15 (60%) ne suivaient aucun régime. Treize (52%) hypertendus avaient abandonné le traitement médicamenteux. Dix (40%) personnes ne prenaient les médicaments qu’au cours des malaises. Deux (8%) employés prenaient quotidiennement leurs médicaments. Les motifs d’abandon du traitement étaient la disparition des symptômes (8 patients soit 61,5%), l’ignorance (2 patients soit 15,4%) et la prise contraignante des médicaments (3 patients soit 61,5%). Sur les 25 employés hypertendus, deux (8%) personnes contrôlaient leur TA au moins une fois par semaine, 12 (48%) au cours des malaises, 11 (44%) prenaient leur TA occasionnellement. Discussion L’échantillon d’étude présentait une prédominance masculine avec une sex-ratio H/F de 2,04. Cette prédominance masculine a été mentionnée par d’autres auteurs : à Abidjan dans une étude portant sur le faciès de l’HTA réalisée en 1995 au port autonome d’Abidjan, Koffi et al. ont observé un sex-ratio de 6,48 [10] et en 2006, Baragou et al. rapportaient une sex-ratio de 2,90 parmi les employés d’une société de télécommunications à Lomé [11]. Ces résultats confirment le problème de sous représentation des femmes dans le secteur tertiaire dans nos pays en voie de développement confrontés au faible taux de scolarisation des filles [18]. L’âge moyen des employés était de 42,7 ± 9,8 ans. Il était comparable à celui rapporté par Koffi et al. [10] en Côte d’Ivoire et Baragou et al. [11] qui ont trouvé respectivement un âge moyen de 46 ± 6 ans et de 41 ans. Xu et al. en Chine avaient rapporté un âge moyen de 40,3 ± 11,4 ans parmi les employés des institutions gouvernementales [19]. La prévalence de l’HTA dans cette étude était de 54,1%. Elle semble avoir pratiquement doublée en 20 ans car dans des études similaires, Koffi et al en 1995 et Baragou et al. en 2006 ont rapporté des fréquences de 29,7% et 28,9% [10, 11]. Ceci pourrait rendre compte de la progression de l’HTA dans nos pays en développement en pleine transition épidémiologique [20]. Dans cette série, 12,6% des sujets étaient obèses et 35,3% avaient un surpoids. Nos résultats se rapprochaient de ceux de Jingfeng et al. [21] qui ont mentionné chez les ouvriers d’une industrie de sidérurgie en chine un taux de surpoids de 35%. Par contre ils ont trouvé un taux d’obésité plus faible que le notre (5,20%). Cette forte proportion de l’obésité dans notre étude peut s’expliquer par le fait qu’il s’agit des employés d’un secteur tertiaire sujets la plupart du temps à la sédentarité contrairement aux employés de ANGÉIOLOGIE, 2012, VOL. 64, N° 3 l’industrie de sidérurgie en Chine qui est un secteur secondaire. Tous les sujets (100%) de cette étude ont une fois entendu parler de l’HTA. Ce résultat est comparable à celui de Zabsonre et al. au Burkina Faso qui avaient rapporté un taux de 81,94% [22]. Cette enquête a révélé que les malades hypertendus (39,1%), les proches (30,9%) et les médias (25,6%) étaient les principales sources d’information des employés de ce ministère contrairement en Chine où Xu et al. [19] rapportaient que les employés des institutions et organisations gouvernementales avaient eu des informations sur l’HTA à travers les revues médicales (50,6%) et les proches (49,1%). Susan et al. [23] ont rapporté aux Etats Unis en 2004, que les médecins et autres personnels de santé étaient les principales sources d’information sur l’HTA (74%). Les médias et les proches ont été cités respectivement dans 59% et 30% des cas. Cette différence constatée aux USA et en Chine pourrait s’expliquer par la forte adhésion des praticiens à la sensibilisation de masse, et à la recherche d’informations par la population elle-même, contrairement aux réalités de nos pays en voie de développement. L’HTA se manifeste le plus souvent par des signes neurosensoriels et les principaux symptômes reconnus dans notre série étaient les céphalées (27,0%) suivies des vertiges (16,9%). Plusieurs auteurs ont constaté que les céphalées étaient le symptôme le plus connu. Iyalomhe et al. en 2010 ont rapporté un taux de 40% au Nigéria [24] tandis que Peres et al. au Brésil dans une étude portant sur les perceptions, croyances et attitudes des patients sur l’HTA avaient trouvé un taux de 18% [25]. Le stress (36,7%), la consommation habituelle d’aliments riches en graisse (36,7%) ont été reconnues par les travailleurs comme comportements à risque de l’HTA. Aucun employé n’avait reconnue l’inactivité physique comme comportement à risque. Jamatia et al. [26] dans une étude portant sur la connaissance des facteurs de risque des maladies non transmissibles chez les employés d’une usine en Inde avaient rapporté que l’inactivité physique a été mentionnée par les travailleurs dans 82,6% des cas suivi respectivement de la consommation d’alcool (72,1%), une alimentation riche en graisse (67,2%) et le tabagisme (55,2%). Près des trois quarts (72,9%) des travailleurs ont reconnus la paralysie et les AVC comme étant une complication de l’HTA. Ces résultats étaient comparables à ceux retrouvés par Abdullahi et al. [27] au Nigéria (84%) et Peres et al. [25] au Brésil (39%). Contrairement au faible taux de connaissance de l’insuffisance cardiaque (3,4%) comme étant une complication de l’HTA dans notre série, des études ont révélé que l’insuffisance cardiaque était
  7. 7. © Éditions ESKA, 2012 ARTÈRES mieux connue après la paralysie et les AVC. Ainsi, Abdullahi et al. avaient rapporté un taux de connaissance de 80% de l’insuffisance cardiaque [27]. Susan et al. [23] ont trouvé un taux de 70%. Cette différence pourrait s’expliquer par l’insuffisance de communication sur l’insuffisance cardiaque malgré qu’elle soit l’une des premières complications de l’HTA chez le sujet noir [28]. Sur les 207 sujets de cette étude, aucun n’avait un bon niveau de connaissance sur l’HTA, 12,6% avait un niveau moyen de connaissance et 87,4% avaient un mauvais niveau de connaissance. Le mauvais niveau de connaissance sur l’HTA a été également noté dans l’étude de Saleem et al. [29] au Pakistan mais de façon moins marquée: 37,9% des sujets avaient une mauvaise connaissance alors que 61,3% avaient une connaissance moyenne et 0,8% seulement des sujets avaient une connaissance adéquate sur l’HTA. Cette différence peut s’expliquer par le fait que l’étude de Saleem et al. n’a porté que sur les hypertendus connus, censés connaître mieux leur maladie [29]. Ainsi, nous avions noté dans notre série que les hypertendus avait un meilleur niveau de connaissance sur leur maladie que les non hypertendus (p = 0,005), mais qu’il n’y avait pas de lien entre le niveau de connaissance sur l’HTA et le niveau d’instruction (p = 0,15) contrairement à ce qui a été rapporté dans certaines études [22, 30]. Ceci révèle la faiblesse de la sensibilisation préventive, alors que la prévention devrait être l’axe principal de la lutte contre cette maladie dans nos populations pauvres où le coût moyen mensuel du traitement antihypertenseur qui est de l’ordre de 23000 FCFA (32Euros) [31] est hors de portée de la plupart des habitants de ce pays car 60% de la population vit sous le seuil de pauvreté de l’OMS avec un salaire minium interprofessionnel garanti de 28000 FCFA (42Euros) [32]. Ainsi, le mauvais score retrouvé dans cette étude peut être lié en grande partie à l’absence de sensibilisation sur l’HTA en milieu du travail et traduirait l’inefficacité de la lutte contre l’HTA. Sur le plan national, le programme national de lutte contre les maladies cardiovasculaires (PNLMCV) est encore à l’état embryonnaire et manque de moyens pour l‘exécution de ses activités. Parmi les 127 sujets qui se disaient non hypertendus 46,5% avaient des chiffres tensionnels élevés. Quant aux travailleurs ignorant leur statut tensionnel, la moitié a été découverte hypertendue. Cette tendance a aussi été rapportée par Zabsonre et al. [22] au Burkina Faso avec 58,6% des cas non connus. Parmi les travailleurs hypertendus connus de notre série, 84% n’avaient pas leur TA équilibrée. Ce fait a également été rapporté par d’autres auteurs : Xu et al. (19) avaient montré que 74,3% des travailleurs hypertendus avaient leur chiffre tensionnel au dessus de la normale et Tian et al. [33] ont mentionné dans leur étude un résultat similaire (96,3%). Ces résultats posent donc un problème de suivi des hypertendus qui demeure une réalité dans beaucoup de pays. Ainsi, parmi les hypertendus connus de notre série, 40% seulement suivaient un régime alimentaire et 60% ne suivaient aucun régime et le taux d’abandon du traitement médicamenteux était de 52% essentiellement dû à la disparition des symptômes. Aussi, la proportion importante d’employés ignorant leur statut tensionnel montre-t-elle que la plupart des travailleurs ne prenaient pas systématiquement leur TA et ceci révèle l’absence du bilan annuel parmi les employés de cette institution gouvernementale du fait de l’inexistence de l’assurance maladie universelle dans notre pays. Vingt huit pourcent des sujets avaient une alimentation riche en graisse, 20,3% consommaient du sel sans modération et 6,8% étaient tabagiques. Jamatia et al. [26] ont rapporté que 40,7% des travailleurs étaient tabagiques et 93,7% avaient une alimentation riche en graisse. Koffi et al. [10] en Côte d’Ivoire avaient fait le constat que 32% des sujets consommaient le tabac au moins 1 fois par jour ; les sauces grasses et les aliments riches en graisse étaient consommés par 64% des sujets au moins 1 fois par semaine. Limites de l’étude Cette enquête étant menée dans un département ministériel qui est un secteur d’activité tertiaire peut comporter un biais dont il faut tenir compte dans l’extension des résultats à tous les travailleurs notamment ceux des secteurs primaire, secondaire et informel. L’échelle d’évaluation des connaissances des travailleurs a été conçue après une large revue de la littérature car nous n’avions pas trouvé de questionnaire standard sur ce sujet ; ceci pourrait entrainer des biais d’interprétation. Conclusion Malgré le taux de prévalence élevé de l’HTA parmi les employés de cette institution gouvernementale, le niveau de connaissance global des travailleurs sur la maladie était médiocre et les comportements à risque fréquents. Une accentuation de la sensibilisation sur cette affection devra être initiée à l’adresse de toutes les couches de notre société afin d’endiguer cette affection qui est entrain de devenir l’une des premières causes de mortalité dans notre pays en pleine transition épidémiologique. Elle devra consister à vulgariser des messages d’éducation sur les média mais aussi à des séances de sensibilisation de masse, et surtout dans des approches interactives en milieu de travail, actions dont le point focal devrait être le renforcement des activités du PNLMCV. ANGÉIOLOGIE, 2012, VOL. 64, N° 3 7
  8. 8. © Éditions ESKA, 2012 8 ARTÈRES Conflits d’intérêts Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêt en rapport avec cet article. [14] Remerciements [15] Au Ministre de l’Agriculture de la République Togolaise qui a eu l’amabilité de nous faciliter la tâche dans la réussite de cette enquête, et à tout le personnel de ce département. Références [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10] [11] [12] [13] Kearney PM, Whelton M, Reynolds K. Global burden of hypertension: analysis of worldwide data. Lancet 2005; 365: 217-23. WHO, Harvard school of Public Health, World Bank. The Global burden of disease. Harvard School of Public Health 196. Ezzati M, Lopez AD, Rodgers A, Vander Hoorn S, Murray SJ. Comparative risk assessment collaborating group. Selective major risk factors and global and regional Burden of diseases. Lancet 2002; 360: 1347-60. Baragou R, Damorou F, Afangnon K, Goeh-akue E. Les HTA sévères et malignes à la clinique cardiologique du CHU Campus de Lomé. Med Afr Noire : 1998 ; 45:1587-91. WHO Regional Office Africa. Non Communicable diseases: a strategy for African Region.AFR/RC 50/10. WHO Regional Office for Africa. Report of the consultative meeting on hypertension control in the African region. Harare 23-26 novembre 1999. Damorou F, Togbossi E, Pessinaba S, Soussou B. Epidémiologie et circonstance de découverte de l’hypertension artérielle en milieu hospitalier à Kpalimé (ville secondaire du Togo). Mali Med 2008 ; 23: 17-20. Damorou F, Yayehd K, Tchérou T, Pessinaba S, Kanda A, Soussou B. Epidémiologie de l’hypertension artérielle au CHU de Kara. Afr Biomed 2009 ; 14: 95-102. Agence national d’accélération et d’évaluation en sante. Prise en charge des patients atteints d’hypertension artérielle. Rapport ANAES: Avril 2001. Koffi NM, Sally SJ, Kouame P, Silue K, Diarra Nama AJ. Faciès de l’hypertension artérielle en milieu professionnel à Abidjan. Med Afr Noire 2001; 48: 257-60. Baragou S, Soussou B, Goeh-akue E, Damorou F, Djato A, Pio M. Prévalence de l’hypertension artérielle et des principaux facteurs de risque cardiovasculaire en milieu professionnel à Lomé. J Rech Sci Univ Lomé 2006 ; 8 :257. Fourcade L, Paule P, Mafart B. Hypertension artérielle en Afrique Subsaharienne : Actualité et perspectives. Med Trop 2007 ; 67 : 559-67. Viera AJ, Cohen LW, Mitchell CM, Sloane PD. High blood pressure knowledge among primary care patients with ANGÉIOLOGIE, 2012, VOL. 64, N° 3 [16] [17] [18] [19] [20] [21] [22] [23] [24] [25] [26] known hypertension: a North Carolina Family Medicine Research Network Study. J Am Board Fam Med 2008; 21: 300-8. Roca B, Nadal E, Rovira RE, Valls S, Lapuebla C, Lloría N. Usefulness of a Hypertension Education Program. South Med J 2003; 96: 1133-7. Mancia G, De Backer G, Dominiczak A, Cifkova R, Fagard R, Germano G, et al. Guidelines for the management of arterial hypertension: The task force for the management of arterial hypertension of the European Society of Hypertension (ESH) and of the European Society of Cardiology (ESC). J Hypertens 2007; 25: 110587. Chobanian V, Bakris G, Black H. The Seventh Report of The Joint National Committee on prevention, detection, evaluation and treatment of high blood pressure. JAMA 2003; 289:2560-72. OMS. Utilisation et interprétation de l’anthropométrie. Série de rapport technique N0 854. OMS éd. Geneva 1995; 452. Nations Unies. Sixième Conférence régionale africaine sur les femmes : Synthèse des rapports nationaux sur la mise en œuvre des Plateformes d’action de Dakar et de Beijing, Addis Abeba (Ethiopie) : Commission économique pour l’Afrique (CEA). Novembre 1999 : p. 28. Xu T, Wang Y, Li W, Cen W, Zhu M, Hu B, et al. Survey of prevalence, awareness, treatment and control of hypertension among Chinese governmental and institutional employees in Beijing. J Nepal Med Assoc 2009; 48: 203-8. Reddy KS. Emerging epidemic of cardiovascular diseases in developing countries. Circulation 1998; 97: 596-601. Jingfeng J, Enchun P, Jianxin L, Jichun C, Jie C, Dongling S, et al. Classical risk factors of cardiovascular disease among Chinese male steel workers: a prospective cohort study for 20 years. BMC Public Health 2011; 11: 497. Zabsonre P, Sanou G, Avanzini F, Tognoni G. Connaissance et perception des facteurs de risque cardiovasculaire en Afrique subsaharienne. Arch Mal Cœur Vaiss 2002 ; 95: 23-28. Susan A, Oliveria S, Roland S, Chen M, Bruce D, Mc Carthy. Hypertension Knowledge, Awareness, and Attitudes in a Hypertensive Population. J Gen Intern Med 2005; 20: 219–25. Iyalomhe I, Iyalomhe B. Hypertension-related knowledge, attitudes and life-style practices among hypertensive patients in a sub-urban Nigerian community. J Public Health Epidemiol 2010; 2: 71-7. Peres D, Magna J, Viana L. Arterial hypertension patients: attitudes, beliefs, perceptions, thoughts and practices. ev Saude Publica 2003; 37(5):635-42. Jamatia B, Anand K, Kapoor S, Pandey R. Behavioral risk factors for non-communicable disease among factory employees in Faridabad; Haryana. J Nepal Med Assoc 2009; 48: 203-8.
  9. 9. © Éditions ESKA, 2012 ARTÈRES [27] Abdullahi A, Amzat J. Knowledge of hypertension among the staff of University of Ibadan, Nigeria. J Public Health Epidemiol 2011; 3: 204-09. [28] Tocci G, Sciarretta S, Volpe M. Development of heart failure in recent hypertension trials. J Hypertens 2008; 26: 1477-86. [29] Saleem F, Hassali M, Shafie A, Awad A , Bashir S. Association between Knowledge and Drug Adherence in Patients with Hypertension in Quetta, Pakistan. Trop J Pharm Res 2011; 10: 125-32. [30] Niakara A, Nebie L, Zagre N, Ouedraogo. Megnigbeto A. connaissance d’une population urbaine sur l’hypertension artérielle : enquête prospective menée à Ouagadougou, Burkina Faso. Bull Soc Pathol Exot 2003, 96 : 219-22. [31] Konin C, Adoh M, Coulibaly I, Kramoh E, Safou M, N’Guetta R, et al. Observance thérapeutique des hypertendus noirs. Arch Mal Coeur Vaiss 2007; 100:6304. [32] Togo: Document complet de stratégie de réduction de la pauvreté 2009–2011. Rapport du Fonds Monétaire International No. 10/33 de février 2010. Disponible en ligne à l’adresse : http://www.imf.org/external/ french/pubs/ft/scr/2010/cr1033f.pdf [33] Tian S, Dong GH, Wang D, Liu MM, Lin Q, Meng XJ, et al. Factors associated with prevalence, awareness, treatment and control of hypertension in urban adults from 33 communities in China. Hypertens Res 2011. doi: 10.1038/hr.2011.99. ANGÉIOLOGIE, 2012, VOL. 64, N° 3 9

×