Simon Cappelle   1
Gymnase de la Cité                             Travail de maturité 2011-2012      « Développement de la trottinette freest...
SommaireIntroductionIntroduction                                                                                    4Probl...
IntroductionIntroductionAlors que la trottinette reste pour les enfants, un simple jouet et pour la plupart des adultes, u...
Du freestyle* de rue (street) au skatepark, à linstar du skateboard*, roller* ou BMX*, la trottinetteest aujourdhui une di...
Cest après de nombreux wheeling*, gap* et slide, quà Vidy, pour la première fois, je pose untailwip*, une figure héritée d...
Ces marques ont commencé à sponsoriser les meilleurs trottiriders pour faire valoir leur produit. Etmême si ce nétait pas ...
Histoire de la Trottinette                                        La trottinette, date des années 1910-19301. Elle est iss...
Même si quelques tentatives plus ou moins réussies pour relancer la trottinette à moteur ont vu lejour, il a fallu attendr...
DéveloppementArrivée de la trottinette freestyle.Pratique plutôt récente, personne ne peut donner une année précise de lar...
sondé à laquelle on retranche leur durée dentraînement. Nous constatons que dans la fourchette despersonnes de 16 à 18 ans...
Actuellement, pratiquez-vous un autre sport urbain en parallèle ?                                           En regardant c...
En cherchant, on s’aperçoit qu’à part lannuel contest * de Montreux qui réunit chaque année desriders internationaux, il e...
Vous avez commencé la trottinette freestyle :                                          28%                          Sur de...
Elle se distingue par sa double fonctionnalité : un moyen de déplacement simple et un outil depratique sportive.Bien enten...
Le matérielLes pionniers dune pratique « à la mode ».                         Quelle était la marque de votre première tro...
comprendre quauparavant, pour se procurer un trottinette freestyle, il fallait, soit la commander surinternet, soit se dép...
CommunicationLe commencementAfin dexpliquer la propagation de cette pratique dans le milieu du sport urbain, cette partie ...
Avez vous déjà fait des vidéos ?30                                               Le non simpose, mais, est suivi de près p...
Vous regardez des vidéos freestyle pour :                                                                Le plaisir évidem...
Les sponsorsTout sport urbain doit avoir des teams* de riders performants et des marques à représenter.Quen est-il dans le...
Votre sponsor vous donne :                                               5 des 7 sponsorisés bénéficient de tournées avec ...
ConclusionSynthèse du travail et conclusion personnelleLes trois sujets principaux choisis pour ce sujet, à savoir le déve...
RemerciementsJe tiens à remercier toutes les personnes ayant répondu à mon sondage, sans qui rien naurait pu êtrepossible....
Annexe n°1                   Sondage : Développement de la trottinette freestylePratique1. Quel age avez-vous ? ______ ans...
❏ Toujours de la même marque           ❏ En fonction du poids / matériel utilisé à sa fabrication❏ Le moins cher          ...
Annexe N°2              Technique : de la trottinette de base à la trottinette freestyle.Pour avoir un aperçu des changeme...
La MaddGear Xtrème na quun an. Elle est complètement refondue freestyle et bénéficie de toutesles amélioration pensées jus...
Annexe N°3    Statistique : Évolution du nombre dentrées par année des trottiriders au                             skatepa...
GlossaireBackflip : Figure qui consiste à effectué un tour complet verticalement.BMX : Vélo fait pour le freestyle.Bowl : ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Tm simon cappelle

970 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
970
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tm simon cappelle

  1. 1. Simon Cappelle 1
  2. 2. Gymnase de la Cité Travail de maturité 2011-2012 « Développement de la trottinette freestyle en région lémanique » Sous la direction de Patrick MichodSimon Cappelle
  3. 3. SommaireIntroductionIntroduction 4Problématique personnelle 5Histoire de la trottinette 8Le développementArrivée de la trottinette freestyle 10La trottinette freestyle, pourquoi ? 12La trottinette freestyle, comment ? 13Le matérielLes pionniers dune pratique actuellement « à la mode » 16La communicationLe commencement 18Les vidéos 18Les sponsors 21ConclusionSynthèse du travail et conclusion personnelle 23Remerciements 24AnnexesAnnexe 1 : Sondage : développement de la trottinette freestyle.Annexe 2 : Technique : de la trottinette de base à la trottinette freestyle.Annexe 3 : Statistique : évolution du nombre dentrées par année des trottiriders au skatepark deLa Fièvre.GlossaireSimon Cappelle 3
  4. 4. IntroductionIntroductionAlors que la trottinette reste pour les enfants, un simple jouet et pour la plupart des adultes, unmoyen pratique de se déplacer en ville, certaines personnes en font un usage très particulier ....Le freestyle !Simon Cappelle
  5. 5. Du freestyle* de rue (street) au skatepark, à linstar du skateboard*, roller* ou BMX*, la trottinetteest aujourdhui une discipline à part entière des sports urbains. Elle subit donc les modificationsnécessaires à une telle pratique, que ce soit au niveau du matériel 1 ou de la communication.Ce développement a pris de nombreuses années aux autres pratiques, alors que la trottinette a, enquelques années, envahi le marché et on ne cesse de voir apparaitre de nouveaux modèles, denouvelles marques et des nouvelles figures.Des trottinettes de plus en plus résistantes, légères et maniables séduisent rapidement lesadolescents de 12 à 18 ans. Moins fastidieuse que le skate, plus sûre que le roller et moins cher quele BMX, la trottinette simpose aujourdhui dans tout les skateparks européens, américains etaustraliens.Si désormais, il est difficile de ne pas croiser une horde de trottiriders* dans tous les skateparks, onest en droit de se demander comment la trottinette, en si peu de temps, est passée du simple jouetpour enfants au sport extrême. Qui sont les personnes qui le pratique ? Quest ce qui a favorisé etmarqué ce développement ? Est-ce quil a bénéficié de la culture et des structures déjà en place pourles autres sports urbains ?Cest au cœur de ces questions que ce travail de maturité a pris sa source.Problématique personnelleJai choisi ce sujet car jy suis très impliqué. À 7 ans, mes parents mon offert la première trottinettedisponible sur le marché : une Micro sortie en suisse en 2000. Je me suis rapidement habitué à cetengin émergent, entre autre sur le chemin de lécole. Mon caractère fait que je ne pouvais mecontenter des simples déplacements proposés, à lépoque, par ce jouet.Aidé de quelques amis avec qui on s’entraînait à slider* sur les marches du préau de Floréal2 et àsauter depuis de petits (ou plus grands) murets - une culture tout droit issue du Skate, quun de mesami pratiquait depuis lâge de 5 ans. Seul dans les Skatepark avec ma trottinette, cest là que jaientrevu les possibilités quoffrait cet engin, même si jétais loin d’envisager ce qui ce faitactuellement.* Voir Glossaire.1 Voir annexe n°2 « Technique : de la trottinette de base à la trottinette freestyle. »2 Établissement primaire situé dans le quartier sous-gare de Lausanne.Simon Cappelle 5
  6. 6. Cest après de nombreux wheeling*, gap* et slide, quà Vidy, pour la première fois, je pose untailwip*, une figure héritée du BMX qui constitue actuellement la base de la trottinette. À uneépoque où les vidéos de trottinette freestyle nexistaient pas, il fallait faire preuve dimagination etévoluer très empiriquement. Du skatepark de « La Fièvre » à Lausanne, au jardin dun ami où lonconstruisait des sauts avec des planches de bois, sans oublier la rue et ses « modules* naturels », latrottinette pouvait évoluer partout.En 2005, le bowl* de Vidy ouvre ses portes, et un petit groupe de pionniers se forme. Nous nousdonnions rendez-vous tous les week-end et tous les jours de vacances pour un entraînement intensifqui se finissait souvent par une baignade dans le lac Léman. La trottinette se développe doucementmais sûrement.Peut après, les choses senchainent vite, Micro Xtrème (non dépendant de Micro) sort la metalcore*,la roue qui est pour la trottinette ce que les mots sont pour les écrivains. Cette roue a permis deprendre plus de vitesse et darrêter den changer toutes les semaines. Si cette roue révolutionnaireexiste sous de nombreuses variantes aujourdhui, le principe est resté le même que celui dil y a huitans.Les premières vidéos étrangères de qualité font leur apparition sur YouTube 1, de nouvelles figuresminspirent.Le problème majeur à cette époque, est la résistance de lobjet qui, na pas été conçu pour encaisserdes sauts de deux mètres. Il fallait toujours avoir sa trousse à outils et des pièces de rechange avantde partir rider*. Cest alors quen 2006, Micro Xtrème sort la première trottinette freestyle ! Unetrottinette normale avec un plateau renforcé par des barres daluminium supplémentaires et unsystème de pliage bloqué par des visses et des boulons. Si on ne peut plus la plier, elle ne peutdésormais plus lâcher en pleine descente ou lors dun saut.Avec cette trottinette et quelques renforts maison, on arrivait à rider plus longtemps, mais ça coutaitcher et pour finir, ce nétait pas assez résistant.Micro Xtrème sort alors de nouveaux modèles, ma fois, assez décevants ou seulement pas assezoptimisés. Mais le marché de la trottinette ne passe pas inaperçu ! Madd Gear, marque australiennequi a bénéficié dune exportation en masse de la roue metalcore, fait son apparition avec destrottinettes entièrement refondues et réfléchies pour ce sport. Très vite quelque chose comme cinqmarques se partagent le marché en pleine expansion.* Voir Glossaire.1 Site internet de partage de vidéo gratuit.Simon Cappelle
  7. 7. Ces marques ont commencé à sponsoriser les meilleurs trottiriders pour faire valoir leur produit. Etmême si ce nétait pas mon objectif, être sponsorisé, on en rêvait tous et certain lon fait !Grand nombre de nouvelles figures sont nées en cinq ans, de plus en plus folles, évoluant aussi enfonction du matériel. Et cela continue toujours ! Je me suis vite fait dépasser.Voila lhistoire que je pourrais plus tard, raconter à mes enfants. Mais est-elle vraiment objective ?Comme je ne peux pas tirer une généralité de mon cas et que les sources sur le sujet sont quasimentinexistantes, jai décidé de regrouper des informations à travers un sondage sadressant à lexpertcomme au débutant. Ce sondage, ma permis de construire une argumentation sur les différentsfacteurs du développement et le développement lui même.Pour ce faire, il ma fallu définir les principaux axes du contenu de mon sondage. Jai choisi enpremière partie le développement, qui concerne lâge du pratiquant, la durée de la pratique et lemilieu dans lequel il a commencé.En deuxième partie, vient le matériel, qui a joué un rôle considérable dans le développement, car ila permis de nouveaux tricks* et surtout, une meilleure accessibilité. Jai pu voir quelles ont été lesmarques « phares » qui ont lancé le mouvement et comment le matériel circule actuellement.La troisième et dernière partie reprend laspect communication, notamment les vidéos et lessponsors. Deux éléments importants dans le développement dune pratique, et en plus, ultradéveloppé à notre époque.Avec ces trois thèmes, jai considéré avoir assez déléments pour couvrir toutes les parties dudéveloppement.Le questionnaire1 a été distribué pendant le mois daout 2012 à tous les riders que je croisais enrégion lémanique; cest donc un questionnaire ciblé, que je nai pas envoyé en espérant des retoursmais, je me suis déplacé pour aller trouver mes réponses. Jai récolté 50 résultats au total. Cela mapermis de tirer quelques généralités et de prendre conscience déléments nouveaux.* Voir Glossaire.1 Voir annexe n°1 « Sondage : développement de la trottinette freestyle. »Simon Cappelle 7
  8. 8. Histoire de la Trottinette La trottinette, date des années 1910-19301. Elle est issue de la haute bourgeoisie. Elle se différencie de la trottinette actuelle par ses 3 roues et sa fabrication en bois. Elle nen reste pas moins un simple jouet. Déjà à cette époque il en existe de nombreuses variantes, notamment la trottinette la plus classique de notre époque avec 2 grosses roues à pneu.Par la suite, la trottinette troqua sa 3ème roue contre un moteur, permettant à ses usagers de sedéplacer aisément et sans effort en ville. Notons que le mot trottinette viendrait du verbe« trottiner », donc marcher tranquillement. “L’idée de pouvoir se déplacer seul pour un prix modique créa une mini révolution ” -"The Motor Cycle", 1935.En 1935, la trottinette classique laissa sa place à un arsenal dedifférents prototypes à moteur. On retiendra entre autre, lefameux « Autoped » (image ci-contre) produit par lacompagnie Autoped de New-York, et devint une mode qui sepropagea en France, en Grande Bretagne et en Allemagne avectoute une série de nouvelles marques.Mais après guerre, lutilisation de la voiture, sans réellelimitation de carburant, évinça complètement notre véhicule hybride.1 Information disponible sur : http://www.clg-lesdeuxpins-frontignan.ac- montpellier.fr/Pedagogie/Technologie/Histoire de la Trottinette.htmSimon Cappelle
  9. 9. Même si quelques tentatives plus ou moins réussies pour relancer la trottinette à moteur ont vu lejour, il a fallu attendre les année 90 où J.D corporation lança, après 5 ans de la part de MicroMobility Systems Ltd - entreprise Suisse - , un nouveau modèle : La « Razor ». Équipée dun frein, de petites roues, dun système de pliage et de matériaux beaucoup plus légers, la Razor donne un nouvel essor à la trottinette en reprenant ses avantages primaires : la rapidité et la facilité du transport.Elle connaitra un développement très rapide au Japon et une évolution particulière en Suisse, paysnatal de la trottinette freestyle ! Moi, sur la rampe de Bethusy, octobre 2009.Simon Cappelle 9
  10. 10. DéveloppementArrivée de la trottinette freestyle.Pratique plutôt récente, personne ne peut donner une année précise de larrivée de la trottinette chezles riders*. On est donc en droit de se demander depuis combien de temps la trottinette freestyle sepratique et à quelle vitesse elle sest propagée, à lombre des autres pratiques urbaines.Cest pourquoi, mon sondage commence par deux questions simples : lâge du pratiquant et depuiscombien de temps il pratique la trottinette freestyle. Quel âge avez-vous ? 8 7 La fourchette dâge des trottiriders actuels se situe 6 entre 12 et 17 ans. Peu de personnes commencent 5 4 après 17 ans, peut-être, du fait que la trottinette reste 3 considérée comme un jouet, et quau bout dun 2 moment, on a envie de passer à autre chose. Seuls 1 les vrais passionnés continuent, comme dans les 0 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 22 autres pratiques urbaines. ÂgePour ce qui est de la durée pratiquée, Depuis combien de temps pratiquez-vous la trottinette freestyle ?nous obtenons deux piques de 1 ans et 4 12ans, pour une moyenne donc de 2.5 ans. 10 8Peut-on alors dire que la trottinette a 6atteint lapogée de son développement 4début 2010 ? Je pense que oui, vu que 2lorsque lon croise ce résultat au 0pourcentage de trottiriders venant 1 ans 2 ans 4 ans 6 ans et plus >6 mois 1 ans et demis 3 ans 5 anssexercer à la Fièvre entre 2009 et 20101,on remarque le début dune progression de la fréquentation du Skatepark.Pour donner plus de sens à ces résultats, et pour étudier les deux piques à 1 et 4 ans, nous avonsdécidé de regarder lâge moyen du trottirider à ses débuts en faisant la moyenne de lâge de chaque* Voir Glossaire.1 Voir annexe n°3 « Annexe 3 : Statistique : évolution du nombre dentrées par année des trottiriders au skatepark de La Fièvre. »Simon Cappelle
  11. 11. sondé à laquelle on retranche leur durée dentraînement. Nous constatons que dans la fourchette despersonnes de 16 à 18 ans, 13 dentre elles (68%), sentrainent depuis 4 ans ou plus.Sur lensemble, nous obtenons lâge moyen du début de la pratique de la trottinette freestyle à 12ans.Cest un âge normal pour commencer la trottinette freestyle, sachant que la trottinette en tant quejouet, sinitie dans la vie dun enfant vers lâge de 8 ans.Voila qui nous amène à la question suivante :Ces trottiriders, faisaient-ils déjà un sport similaire avant de commencer latrottinette freestyle ? 40% Oui 60% NonUniquement 40% des sondés ont commencé la trottinette freestyle à la suitedune pratique de sports urbains. Pratiquiez-vous un autre sport urbain avant la trottinette ? 30 25 20 15 10 5 0 Oui Skate BMX Roller NonCe 40% reflète la descendance de la culture, maintenant bien encrée, des sports urbains. Ce quilaisse supposer que la trottinette évolue, pour la plupart des utilisateurs, du jouet au sport extrême,car 60%, soit 30 personnes, ont répondu ne jamais avoir pratiqué de sport urbain avant.Nous commençons à distinguer deux sources favorisant le développement de la trottinette freestyle;En premier lieu, les personnes curieuses et séduites par cette activité et en second lieu, cellespratiquant un sport similaire, voulant sessayer à du nouveau - démarche plus intuitive lors de lanaissance dune nouvelle catégorie.La question numéro 4 complète la précédente car elle indique le pourcentage de personnes ayantcontinué ou abandonné leur pratique urbaine après avoir commencé la trottinette freestyle. Et donnele nombre de trottiriders, qui grâce à la trottinette freestyle, ont eu envie de sinitier à une nouvellepratique.Simon Cappelle 11
  12. 12. Actuellement, pratiquez-vous un autre sport urbain en parallèle ? En regardant chaque sondage individuellement, jai pu constaté quuniquement deux personnes se sont adonnées à des pratiques 9% 24% Oui différentes depuis. Mais cest sans compter ceux qui ont arrêté Non Abstentio la trottinette pour se mettre entièrement à un autre sport urbain 67% n et que je nai pas pu sondé. En outre, 8 des personnes faisant un autre sport urbain avant la trottinette freestyle (40%) ont trouvé leur voie puisquelles ontarrêté leur pratique d’antan pour se mettre uniquement à la trottinette freestyle.Les 9% dabstention mont interpelé. Jen déduis que beaucoup denfants nont pas forcémentcompris le sens de la question, à cause du mot « parallèle » qui pouvait leur poser un problème decompréhension.Si 35 personnes sont autant attachées à leur sport, quest ce qui plaît autant dans la trottinettefreestyle ?La trottinette freestyle, pourquoi ?Jai décidé de sonder les trottiriders afin de connaitre ce qui les motivent à pratiquer un sport pour lemoins périlleux. Les sondés avaient le choix entre le plaisir, la compétition, les amis, les sensations,le danger et une case libre. 1% 7%Heureusement, le plaisir sort vainqueur et de 21% Le plaisirloin, avec 40%, suivi par les amis et les 42% La compétitionsensations. Par contre, le constat intéressant est Les amis Lesque le danger et la compétition obtiennent sensations Le dangerrespectivement 7% et 4%. Les filles 4% 25%Ces trottiriders ne seraient-ils pas conscientsdes risques quils encourent ? Jai limpressionquon minimalise souvent les risques et que malheureusement les riders portent rarement un casque,car ils nimaginent pas que les accidents puissent être mortels. Mais de manière générale, on ne faitpas ce sport pour le danger. Le danger est plutôt un des effet, il faut en être conscient. Moi-même,jai souvent eu de nombreuse écorchures et dimportants hématomes.Un point également intéressant est que seul 4% des personnes interrogées, pratiquent la trottinettefreestyle pour la compétition. Pourquoi ?Simon Cappelle
  13. 13. En cherchant, on s’aperçoit qu’à part lannuel contest * de Montreux qui réunit chaque année desriders internationaux, il existe seulement de petits contests dans des villes comme Lausanne, Aigle,Martigny et Sion. Mais ces contests sont des événements ponctuels car ils ne se déroulent passystématiquement dune année à lautre.Le manque de compétitions touche toutes les autres disciplines de sports urbains : les contests deskate sont assez fréquents alors que les contests de rollers et de BMX se déroulent de façonexceptionnelle. On constate cependant que les contests de trottinette rassemblent beaucoup demonde.Par exemple, le contest de juin 2012 au bowl de Vidy a rassemblé 150 personnes. Les riders detoute lEurope sont prêts à parcourir des kilomètres pour venir se mesurer à dautres cadors* de ladiscipline. Ce fût le cas pour le contest annuel de Lyon où le podium accueillit pendant 3 ans un oudeux lausannois en catégorie amateur.La trottinette reste un hobby pour beaucoup, mais ceux qui en veulent, nhésitent pas à tout donner.Bel aboutissement après des milliers dheures dentraînement.La trottinette freestyle, comment ?Intéressons nous maintenant à la dernière partie introductive de mon sondage : Comment en arrive-t-on à pratiquer la trottinette freestyle ?Nous avons pu constater précédemment que la trottinette est pratiquée par deux catégorie depersonnes : ceux qui ont commencé grâce à la pratique dun autre sport urbain, et ceux qui ontcommencé à partir de rien.* Voir Glossaire.Simon Cappelle 13
  14. 14. Vous avez commencé la trottinette freestyle : 28% Sur des modules de 50% skatepark Dans un 22% Bowl Dans la rue (street)Mais rien, nest pas le terme exact. En effet, de nombreux riders ont commencé dans la rue, avant devenir exploiter les modules prévus à cet effet. Cest pourquoi nous retrouvons les 25 personnesayant commencé dans la rue (50%) dans les 60% des gens ayant commencé sans avoir pratiqué unautre sport urbain avant la trottinette freestyle.Les 10% restant des personnes interrogées ont débuté la pratique directement au bowl ou auskatepark.Pour les personnes pratiquant déjà un sport urbain, il est normal de commencer directement dans unenvironnement familier, comme un skatepark ou un bowl.Ceci peut expliquer la progression lente de la fréquentation des skateparks par la trottinettefreestyle. Il faut du temps pour quune pratique passe de la rue aux modules de freestyle etégalement le temps au matériel de sadapter. Dès lors, on voit nettement la fréquentation desskatepark augmenter, comme celui de la Fièvre 1.Abordons maintenant la question de la fréquence d’entraînement.On constate sur le graphique ci-contre, que Combien de fois vous entrainez-vous par mois ?la proportion de trottiriders sentrainantchaque jour est, par rapport aux autres Chaque jours 40% 28% Tout les week-sports, vraiment étonnante. Le fait que la end 2% 3-6 fois par moistrottinette soit facilement transportable - 30% Moins de 3 fois par moiselle est justement faite pour cela - et que Variablebeaucoup sen servent pour aller à lécoleet pour dautres déplacements, favorise lutilisation quotidienne. La trottinette ne demandant pasdautres accessoires pour être utilisée à des fins acrobatiques. La trottinette freestyle, en tant quesport, ne demande pas de cours réguliers avec un professeur, mais uniquement de lentraînementpersonnel.1 Voir annexe n°3 « Statistique : évolution du nombre dentrées par année des trottiriders au skatepark de La Fièvre. »Simon Cappelle
  15. 15. Elle se distingue par sa double fonctionnalité : un moyen de déplacement simple et un outil depratique sportive.Bien entendu, cest le cas dautres sports urbains. À la différence, quà faible niveau, un skate estplus contraignant pour les déplacements. Le BMX est plus gros et encombrant et les rollersdemandent un changement de chaussure. Cest pourquoi, la trottinette bénéficie dun avantage nonnégligeable pour plaire à un plus large public.On le sait maintenant, la trottinette est utilisée par des personnes de différents milieux. Elle migregénéralement de la rue au skatepark et séduit par sa simplicité et sa praticité.Alors, comment le matériel a suivi cette évolution ? Cest ce que je vais mefforcer de relever dansle chapitre suivant. La MX Park, la première trottinette entièrement repensée freestyle.Simon Cappelle 15
  16. 16. Le matérielLes pionniers dune pratique « à la mode ». Quelle était la marque de votre première trottinette ? 11% 2% 30% 4% 4% Micro District Jdbug Blunt 7%Micro Xtrème Chili Madd Gear Trottinette en plastique French ID Assemblage de différentes 4% marques 9% 22% 7%Comme lindique le graphique ci-dessus, la majeure partie des trottiriders ont commencé avec destrottinettes « de base », sans renfort. Comme expliqué dans la partie historique, la Jdbug et la Microsont les premières trottinettes du genre. Ces trottinettes ne sont pas faites pour le freestyle ; çarejoint ce que jai constaté précédemment sur la migration de la trottinette, dabord simple jouet pourensuite devenir une pratique freestyle.Si la majorité a commencé la trottinette freestyle à lâge de 12 ans, beaucoup ont commencé latrottinette avant, avec des trottinettes « de base », pour les déplacements – comme ce fut le cas pourmoi.Dans le pourcentage de personnes ayant commencé avec des trottinettes de modèle freestyle, onretrouve la séparation entre les gens qui ont commencé dans la rue, avec des trottinettes de base etceux qui, directement, ayant l’habitude de ce milieu et de ses pratiques, ont pu acquérir le bonmodèle avant de commencer.Mais, ne nous laissons pas entraîner dans un constat aussi simpliste. Au niveau du matériel, uneautre catégorie de riders est en train de faire son apparition : Ceux qui achètent, pour leurdéplacement, une trottinette freestyle et qui auront ensuite envie de lutiliser comme sport urbain.Car si avant, le marché grand publique était partagé entre Micro, Jdbug et dautres marques dumême type, voila que Madd Gear 1 dans les année 2011 fait son apparition en grand surface. Il faut1 Marque australienne spécialisée dans la trottinette freestyle.Simon Cappelle
  17. 17. comprendre quauparavant, pour se procurer un trottinette freestyle, il fallait, soit la commander surinternet, soit se déplacer dans des magasins spécialisés, comme la Withbox de Montreux. Ce genrede magasins, suite au succès de ce sport, se sont partagés le marché spécialisé. Chaque grande villeavait son revendeur, qui s’accaparait le monopole des ventes... Il ny avait que des trottinettes cherset très optimisées freestyle.Aujourdhui, on trouve des trottinettes « freestyle » dans les magasins comme Manor et Athleticum;toutes de la célèbre marque Madd Gear, qui dans le Comment achetez-vous votre équipement ?graphique précédant dépasse en pourcentage la marquelocale : Micro Xtrème. 3% Internet 23% 20% ShopEn effet, Madd Gear, un des principal instigateur du Amis Sponsordéveloppement de cette branche, conscient de la 54%demande croissante de trottinettes freestyle, ne sest pascontenté den produire pour les chevronnés mais a viséun public plus jeune. Madd Gear a commencé à produire des trottinettes moins résistantes et aussimoins chers, tout en gardant cet aspect « freestyle ». Ces trottinettes se trouvent maintenant danstoutes les grandes surfaces. Plus besoin de se déplacer dans une autre ville ou de surfer sur le netpour trouver son bonheur. Cest dailleurs le thème de la question n°9 qui résume bien ce que jaiexpliqué. Actuellement, les « shops » ont pris le dessus sur internet et les amis.Ce qui explique l’expansion rapide de cette pratique chez les jeunes. Comme mon petit frère, qui àlâge de 8 ans, possédait déjà une trottinette freestyle, moins cher que les trottinettes de base delépoque. À 9 ans, il fréquente déjà les skateparks et les bowls.Le matériel a su évoluer suivant le besoin des utilisateurs, et surtout, de leurs demandes. Une des façons de casser sa trottinette malgré les renforts.Simon Cappelle 17
  18. 18. CommunicationLe commencementAfin dexpliquer la propagation de cette pratique dans le milieu du sport urbain, cette partie dusondage vise à connaitre les principaux acteurs du développement.Comment avez vous découvert ce sport ? Nos deux catégories de trottiriders sont concernés par la même question. Que lon vienne du milieu ou 6% non, comment en sont-ils arrivés à pratiquer ce 30% Vidéo(s) 24% Ami(s) sport ? Vu dans la rue, Le diagramme ci-contre, nous indique que 40% des skatepark Pionnier 40% utilisateurs ont découvert ce sport grâce au « bouche à oreille ». Le média vidéo a contribué favorablement à ce développement. Grâce à une lecture minutieuse des sondages, jaiconstaté que les personnes ayant découvert la trottinette freestyle au skatepark, pratiquaient déjà unsport urbain.Pour la catégorie que jai nommé « pionnier », il sagit de tout ceux qui nont pas été influencés parune de ces sources et qui par conséquent, considèrent que cest leur propre source de créativité qui apermis de transcender la trottinette de base.Si les vidéos ont une part si importante dans les débuts de la trottinette freestyle, portons-yattention.Les vidéosTout dabord, nous allons voir comment les vidéos prennent place dans la vie du rider lémanique ;est-ce quil en produit ou les regarde-t-il uniquement ?Cest le sujet de la question n°12.Simon Cappelle
  19. 19. Avez vous déjà fait des vidéos ?30 Le non simpose, mais, est suivi de près par le oui ; ce qui2826 signifie quun grand nombre de personnes produisent des2422 vidéos. 46% des riders se sentent impliqués dans le201816 développement médiatique de cette pratique.1412 Quant à la personne qui a répondu avoir fait 40 vidéos, il ne10 8 sagit pas dun plaisantin, mais de Benjamin Friant, pro rider 6 4 de Montreux, qui a approximé le nombre de vidéos sur lui, 2 0 sur ses apparitions et sur les vidéos quil a édité pour Oui 1 2 3 4 40 Non dautres. Ça fait de lui le rider le plus influant, médiatiquement parlant, sur la côte lémanique. Pour en revenir au nombre de vidéos, il est fréquent de se filmer, non seulement pour partager son expérience, mais aussi pour immortaliser des tricks que lon ne posera * plus souvent. Cest aussi un moyen de se faire connaitre. Alors quen disent les riders ? Regardez-vous des vidéos de trottinette freestyle ? 4% 10% Oui, beaucoup de Non, seulement nouvelles sorties quand je tombe sur une vidéo sur des 20% sites de partage ou autres 52% Oui, toutes les Non, jamais nouvelles vidéos de mes riders préférés De temps en temps 14% Les vidéos sont omniprésentes chez le rider, que ce soit le fait den faire ou den visionner. On s’aperçoit aussi que seul 14% des sondés suivent des riders bien précis, jen déduis quil ny a pas vraiment « didole » dans le milieu, et que chacun a ses chances. Regarder toutes les vidéos actuelles permet de connaître les nouveaux tricks et riders, et de voir le niveau global. Voyons pourquoi ces riders regardent des vidéos. * Voir Glossaire. Simon Cappelle 19
  20. 20. Vous regardez des vidéos freestyle pour : Le plaisir évidement, comme dans la Vous tenir au courant de ce qui se fait pratique, sort vainqueur. Il est suivi de 30 deux questions étroitement liées : 20 découvrir de nouveaux tricks et se tenir 10 au courant de ce qui se fait. La Vous améliorer 0 Le plaisir première vise laspect découverte simple tandis que la deuxième implique de vouloir vraiment être renseigné sur lévolution et le niveau général des Découvrir de nouveaux tricks vidéos regardées. La première peut sedire passive alors que la deuxième est plus active.Les vidéos contribuent sans aucun doute au développement, par lapport didées nouvelles, commepar la possibilité détudier facilement les mouvements effectués.Même si lenvie de saméliorer au travers des vidéos est minoritaire, elle reste bien présente.Découvrir de nouveaux tricks ainsi que de bien connaitre tout ce qui se fait, constitue une partdamélioration. La culture peut désormais se partager de pays en pays très facilement, et nonuniquement de ville en ville comme cela la été pour les autres disciplines, où seuls les événementsorganisés rassemblaient les riders entre eux.Le système actuel de communication peut être mis en parallèle avec la technologie. En effet, àlépoque, on retenait le nom de ceux qui faisaient de grandes découvertes, alors que maintenant, rareest celui qui découvre quelque chose sans laide dautres personnes. Il sagit plus dun collectif quede lillumination dun seul individu.Au niveau de la trottinette, ce qui favorise le développement uniforme est léchange. On perd un peules figures «prestigieuses », comme le furent Rodney Mullen et Tony Hawk au skate, deux skatersqui ont beaucoup innové dans leur domaine.Heureusement, de très bons riders comme Terry Price (premier double backflip *) et Ryan William,font office de légende et leur nom restera gravé, parmi dautres dans la culture du sport urbain ; paspour leur innovation, mais pour leur talent à effectuer des tricks déjà connus ou des enchaînements.* Voir Glossaire.Simon Cappelle
  21. 21. Les sponsorsTout sport urbain doit avoir des teams* de riders performants et des marques à représenter.Quen est-il dans le monde de la trottinette ?À la question n°15, je minterroge sur le sponsoring, pour savoir si dans la région lémanique, nousavons la chance davoir des cadors de la discipline.On s’aperçoit que le sponsoring Êtes-vous sponsorisé ?marche plutôt bien car 13% des 45 40sondés sont sponsorisés. Les 35 30marques varient entre WhiteBox et 25 20Micro Xtrème qui sont des marques 15 10plutôt locales et avec Blunt et 5 0Exode, la communauté de Exode Gear Blunt Autres Oui WhiteBox Micro Xtrème Nontrottinette freestyle est plutôt bienreprésentée.Pour la réponse « autre », il sagit de marques qui ne sont pas en rapport avec la trottinette.Les plus perspicace auront noté labsence de Madd Gear dans ce tableau, qui ne sponsorise plus enEurope, pour des raisons pratiques. Ils ont restreint - pour le moment - la team pro à l’Australie etl’Amérique.Observons maintenant les contraintes de ces semi-professionnels : Votre sponsor vous demande de : La base du sponsoring est den 7 parler autour de soi. Les riders 6 5 doivent principalement produire des 4 vidéos, participer à des compétitions 3 2 et porter les vêtements du sponsor. 1 0 De cette façon, la marque est bien Participer à des compétitions En parler autour de vous Faire des vidéos Porter leurs vêtements représentée.* Voir Glossaire.Simon Cappelle 21
  22. 22. Votre sponsor vous donne : 5 des 7 sponsorisés bénéficient de tournées avec la marque.7 Le niveau globale de sponsoring sélève à 14% ; un faible6 pourcentage pour de grands privilèges ! Contrairement à5 dautres disciplines, peu de personnes sont sponsorisées pour4 en parler ou tester le matériel uniquement - dans la limite des3 personnes que jai pu interroger.2 Un seul reçoit de largent, il sagit de Benjamin Friant,1 précédemment cité.0 Pour lanecdote, il pourrait yen avoir un 2ème, mais celui-ci Habits Matériel Argent Voyage est considéré comme trop jeune pour recevoir de largent. Eneffet, il a 14 ans et il est particulièrement doué.La communication occupe une place importante dans le développement de cette pratique enparticulier. Ce qui explique une évolution massive et « silencieuse », dans le sens où la trottinettefreestyle nest pas encore une discipline très médiatisée, sauf pour ses pratiquants et leurs proches.Elle reste pour linstant un objet vidéo que seul les passionnés iront regarder. Micro Xtrème, première marque de trottinette freestyle, basé à Montreux.Madd Gear, marque australienne French ID, marque française. Phoenix Pro Scooter, marquebénéficiant de la meilleure popularité. américaine.Simon Cappelle
  23. 23. ConclusionSynthèse du travail et conclusion personnelleLes trois sujets principaux choisis pour ce sujet, à savoir le développement, le matériel et lacommunication se recoupent sur de nombreux points. Le développement donne les bases delévolution de la trottinette et est influencé par le matériel qui sest amélioré et vulgarisé, alors quauniveau de la communication, lair internet a porté le mouvement à travers le monde. Lévolution dela trottinette comme sport urbain est aussi favorisée par sa simplicité dutilisation et daccessibilitéqui ont amené beaucoup de monde de la « rue » à lutiliser en temps que technique sportive.À linstar du Skate, la trottinette est passée du jouet au sport urbain, mais très rapidement et defaçon homogène cette fois-ci. Elle nen reste pas moins un jouet et un moyen de transport encoretrès répandu.Le milieu du ride a ainsi cessé de porter une étiquette trash* et sest mis à accueillir de nouvellesmentalités.Aujourdhui et depuis quelques années, la trottinette freestyle est lengin de ride le plus répandudans les Skatepark. Le mouvement étant principalement Suisse, il s’avérait vital de le mettre parécrit. Pour cela, les riders lémanique ont su répondre présent, moffrant la possibilité détudier leurpratique. Il est clair que le développement nest et ne sera pas le même dans dautres pays qui, soitont connu directement la trottinette freestyle, soit qui lont connu plus tardivement. Bien que danstous les cas, elle connaisse un succès sans précédant.Je suis aussi fier de faire partie de ces premiers « trotteux »* aux pratiques extrème ! Une passionqui a su me donner le moral en toute circonstance et un sujet intéressant de travail de maturité.* Voir Glossaire.Simon Cappelle 23
  24. 24. RemerciementsJe tiens à remercier toutes les personnes ayant répondu à mon sondage, sans qui rien naurait pu êtrepossible.Mes amis « cobayes » pour la création du sondage et les tests effectués.Mon directeur de travail pour le suivi et les corrections effectuées.Ma mère pour sa patience.Tous ceux qui mont soutenu ou qui mont aidé dune quelconque façon.Pour finir, merci à toutes et tous qui ont lu mon travail et qui le liront.Simon Cappelle
  25. 25. Annexe n°1 Sondage : Développement de la trottinette freestylePratique1. Quel age avez-vous ? ______ ans.2. Depuis combien de temps pratiquez-vous la trottinette freestyle ? _______________3. Pratiquiez-vous un autre sport urbain avant la trottinette ?❏ Oui : ❏ Le skate, ❏ Le BMX, ❏ Le roller, Autre : _______________❏ Non.4. Actuellement, pratiquez-vous un autre sport urbain en parallèle ? ❏ Oui. ❏ Non.5. Vous pratiquez la trottinette freestyle pour (choix multiple) :❏ Le plaisir ❏ Les sensations❏ La compétition ❏ Le danger❏ Les amis Autre : _______________6. Combien de fois vous entrainez-vous par mois ?❏ Chaque jours ❏ Moins de 3 fois par mois❏ Tout les week-end ❏ 3-6 fois par mois❏ Variable7. Vous avez commencé la trottinette freestyle :❏ Sur des modules de Skatepark❏ Dans un Bowl❏ Dans la rue (street)Matériel8. Quelle était la marque de votre première trottinette ?❏ Micro ❏ Madd Gear❏ Jdbug ❏ French ID❏ Micro Xtrème ❏ District❏ Assemblages de différentes marqueAutre : __________________9. Comment achetez-vous votre équipement (choix multiple) ?❏ Internet❏ Shop❏ Amis10. Comment choisissez vous votre équipement (choix multiple) ?❏ Avis sur internet ❏ Testé sur une autre trottinette❏ Conseillé par un ami ❏ Suivant le designSimon Cappelle 25
  26. 26. ❏ Toujours de la même marque ❏ En fonction du poids / matériel utilisé à sa fabrication❏ Le moins cher ❏ Au hasardCommunication11. Comment avez vous découvert ce sport ?❏ Vidéo(s)❏ Ami(s)❏ Vu dans la rue, skatepark etc...Autre : _______________12. Avez vous déjà fait des vidéos ?❏ Oui, nombre : _____❏ Non.13. Regardez-vous des vidéos de trottinette freestyle ?❏ Oui, beaucoup de nouvelles sorties❏ Oui, toutes les nouvelles vidéos de mes riders préférés❏ De temps en temps❏ Non, que quen je tombe sur une vidéo par des sites de partage ou autres.❏ Non, jamais14. Si oui, vous regardez des vidéos freestyle pour (choix multiple) :❏ Le plaisir❏ Vous améliorer❏ Découvrir de nouveaux tricks❏ Vous tenir au courant de ce qui se faitAutre : _______________15. Êtes-vous sponsorisez ?❏ Oui, par (marque) : _______________❏ Non.Si oui :16. Votre sponsors vous demande de (choix multiple) :❏ Faire des vidéos ❏ Porter leurs vêtements❏ Participer à des compétitions ❏ En parler autour de vousAutres : _______________17. Votre sponsors vous donne (choix multiple):❏ Habits ❏ Argent❏ Matériel ❏ VoyageAutre : _______________Simon Cappelle
  27. 27. Annexe N°2 Technique : de la trottinette de base à la trottinette freestyle.Pour avoir un aperçu des changements opérés sur la trottinette freestyle par rapport à la trottinettede base et pour être à jour sur le vocabulaire employé, voici deux schémas détaillés de la trottinettede base et la trottinette freestyle.La « Razor » est constituée de nombreuses pièces, notamment au niveau du guidon pour permettreun système de réglage sur la hauteur.Les poignées peuvent être détachées et la trottinette pliée pour minimiser la place.Le système convient bien à une utilisation normal, mais nest pas assez résistant pour une utilisationqui implique des chutes de plusieurs mètres.Simon Cappelle 27
  28. 28. La MaddGear Xtrème na quun an. Elle est complètement refondue freestyle et bénéficie de toutesles amélioration pensées jusque là pour cette pratique. Par exemple le monobloc qui ne peutmaintenant plus changer de taille et qui devient ainsi beaucoup plus résistant. Il est en une seulpièce de la fourche à la fin des poignée.Le système de pliage beaucoup trop fragile a été enlevé. La fourche bénéficie dun système decompression pour éviter davoir du jeu.Le plateau entièrement refait est recouvert dun « grip » pour une meilleur adhérence.Vient la fameuse et obligatoire « metalcore » et un système de serrage du monobloque à 4 visesainsi quun frein renforcé. Bref, cest indéniablement une autre trottinette.Simon Cappelle
  29. 29. Annexe N°3 Statistique : Évolution du nombre dentrées par année des trottiriders au skatepark de La Fièvre Entrée 2009 19% 35% trottinette skate roller 46% Entrée 2010 23% 50% trottinette skate roller 27% Entrée 2011 19% trottinette skate 60% 21% rollerSimon Cappelle 29
  30. 30. GlossaireBackflip : Figure qui consiste à effectué un tour complet verticalement.BMX : Vélo fait pour le freestyle.Bowl : Sorte de « piscine » conçu pour le ride.Cador : Nom familier désignant une personne compétente dans son domaine.Contest : Mot employé dans le milieu du ride pour désigner une compétition.Freestyle : En anglais « style libre » désigne toutes les catégories de glisse quand le style passeavant la vitesse en faisant des sauts, des figures etc...Gap : Transfert dune partie distincte à une autre. Ça peut aller dun gap du trottoir à la route, à ungap entre deux toits de maison par exemple.Metalcore : Roue ayant une jante en aluminium et une gomme plus dure conçue pour le ride.Module : Structure permettant de faire des figures (rampe, demi-rampe, pyramide etc..)Poser (une figure) : réussir un tricks, une figure. On dit alors quon la posée.Sport extrême : Terme populaire désignant une activité sportive particulièrement dangereuse quiexpose la personne à des blessures graves en cas derreur dans son exercice.Rider (verbe): Pratiquer un sport de glisse en général (snowboard, skate etc...).Rider (nom) : Pratiquant dun sport de glisse.Roller : Patin à roulettes dont les roulettes sont en ligne et qui ressemble à un patin à glace.Tailwip : Figure qui consiste à faire tourner en lair son plateau autour du guidon.Teams : Désigne une équipe de personnes connues et sélectionnées par un sponsor.Trash : Utilisé en tant quadjectif dans le langage courant, il qualifie une action ou un ouvrage,voir un personnage physiquement sale, répugnant ou moralement malsain.Trick : Mot anglais pour désigner une figure exécutée.Trottirider : Pratiquant de la trottinette freestyle.Trotteux : Nom commun du trottirider pour ceux qui ne sy connaissent pas.Slider : Glisser sur une partie métallique avec le plateau de la trottinette.Skatboard : Parfois appelé « planche à roulettes », le Skateboard alias Skate, est une planche debois sous laquelle sont fixés deux essieux tenant quatre roues.Skatepark : Lieu dévolution des sports urbains par le biais de différents modules regroupés à unseul endroit. Un skatepark est constitué de plusieurs modules.Wheeling : Communément appelé en vélo une « roue avant », le wheeling consiste à rouler enéquilibre sur la roue arrière uniquement.Simon Cappelle

×