Agir dans des
environnements
très connectés
Christian Licoppe
Télécom ParisTech
FING, 26 octobre 2010
1.
La « conversationnalisation »
de nos environnements
Habiter un monde qui « parle » (1/3)
 Des tours de conversation, des actes de langage
• produits à des fins pratiques et ...
Habiter un monde qui « parle » (2/3)
Le marketing mobile comme « marketing de la
permission »
La construction sociale, jur...
Habiter un monde qui « parle » (3/3)
 Des tours de conversation, des actes de langage
• produits à des fins pratiques et ...
2.
Les « foules connectées »
L
La « ville augmentée »
La publicité des positions
 Rend visible non seulement des positions mais aussi des proximités
...
La « ville augmentée »
Le problème des « foules connectées »
 La ville
• comme lieu du côtoiement entre étrangers
• De la...
3.
Agir dans des environnements
très connectés
La multi-activité
Conseil scientifique 21 octobre 2010page 8
La multi-activité (1/2)
Contexte : un débat public sur l’émergence et l’omni-
présence de comportements multi-tâches
- Po...
La multi-activité (2/2)
La multi-activité n’est pas la vigilance attentionnelle : elle
s’appuie sur des écologies et des ...
Les points d’appui
de la multi-activité
 Le corps
 Le temps
 Les dossiers, listes ...
 Les cadres, fenêtres
Les formes contemporaines de la multi-activité
Communication et des réseaux sociaux
 Un problème qui n’est pas nouveau en...
Une question tout autant pragmatique et
morale que cognitive
 La multi-activité n’est pas qu’un enjeu de cognition et d’a...
4.
Technologies réflexives,
Société réflexive
Les technologies réflexives (1/2)
 Mise en réseau des senseurs et des capteurs pour rendre visible aux
personnes l’évolut...
Urban Mobs (Z.Smoreda, OrangeLabs)
Conseil scientifique 21 octobre 2010page 16
Les technologies réflexives (2/2)
 Dans l’idée que cette réflexivité sur les usages conduira à
des formes de régulation i...
Merci !
Conseil scientifique 21 octobre 2010page 18
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Présentation de Christian Licoppe à la journée "Questions numériques 2011"

2 295 vues

Publié le

4 points de prospective pour fing

Publié dans : Technologie, Business
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 295
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
240
Actions
Partages
0
Téléchargements
30
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • A compléter…
    Périmètre uniquement TPT ici.
  • Présentation de Christian Licoppe à la journée "Questions numériques 2011"

    1. 1. Agir dans des environnements très connectés Christian Licoppe Télécom ParisTech FING, 26 octobre 2010
    2. 2. 1. La « conversationnalisation » de nos environnements
    3. 3. Habiter un monde qui « parle » (1/3)  Des tours de conversation, des actes de langage • produits à des fins pratiques et stratégiques par des agencements socio-techniques Conseil scientifique 21 octobre 2010page 2
    4. 4. Habiter un monde qui « parle » (2/3) Le marketing mobile comme « marketing de la permission » La construction sociale, juridique, marketing des demandes de permission a) L’ironie paradoxale du cas du push Bluetooth Utilise l’identifiant Bluetooth, qualifié par la CNIL comme donnée personnelles b) Le design fin des demandes de permission de localisation (AFCDP, MMA, CNIL) Qui les emet ? Sont elles cessibles ? A quoi engagent-elles ? Pour combien de temps ? Comment formuler lieux et proximités ? Avec quelle précision ? Conseil scientifique 21 octobre 2010page 3
    5. 5. Habiter un monde qui « parle » (3/3)  Des tours de conversation, des actes de langage • produits à des fins pratiques et stratégiques par des agencements socio-techniques • « repris » et réintégrés dans les conversation des personnes qui « habitent » ces écologies informationnelles  Le GPS dans les voitures  Le travail de connexion  Le design et l’usage de tours de parole hybride  Le besoin d’une approche « techno-pragmatique » Conseil scientifique 21 octobre 2010page 4
    6. 6. 2. Les « foules connectées »
    7. 7. L La « ville augmentée » La publicité des positions  Rend visible non seulement des positions mais aussi des proximités  Savoir que l’on est mutuellement proches à des conséquences sociales • Met en jeu et projette une rencontre • Un monde géolocalisé est un monde où prolifère les possibilités imprévues de rencontre (serendipité)  La charge morale de ces « rencontres » virtuelles, d’autant plus que ces proches (spatialement) sont des proches (relationnellement) Conseil scientifique 21 octobre 2010page 6
    8. 8. La « ville augmentée » Le problème des « foules connectées »  La ville • comme lieu du côtoiement entre étrangers • De la mobilité en masse d’une foule d’anonymes • Urbanité minimale fondée largement sur l’accès visuel  La ville connectée • Comme lieu de rencontre entre individus en réseau qui sont « reconnus » via leurs terminaux • Urbanité fondée sur les échanges médiatés  La « foule connectée » • Tension (e.g. RATP) • Les rassemblements DragonQuest9 Conseil scientifique 21 octobre 2010page 7
    9. 9. 3. Agir dans des environnements très connectés La multi-activité Conseil scientifique 21 octobre 2010page 8
    10. 10. La multi-activité (1/2) Contexte : un débat public sur l’émergence et l’omni- présence de comportements multi-tâches - Porté surtout par la psychologie et les sciences cognitives - L’émergence de nouveaux styles cognitifs (Hayles, 2008) Quand peut-on parler de multi-activité, et pourquoi ?
    11. 11. La multi-activité (2/2) La multi-activité n’est pas la vigilance attentionnelle : elle s’appuie sur des écologies et des dispositifs particuliers  Les « technologies de l’attention » • Le design et le traitement des « notifications » et des alertes (Ambient intelligence et Ubiquitous Computing) • Prolifération des notifications et d’une « crise de la sommation » Parler de multi-activité suppose des dispositifs constitutifs de la commensurabilité des engagements et la rendant visible
    12. 12. Les points d’appui de la multi-activité  Le corps  Le temps  Les dossiers, listes ...  Les cadres, fenêtres
    13. 13. Les formes contemporaines de la multi-activité Communication et des réseaux sociaux  Un problème qui n’est pas nouveau en soi, mais qui est renouvelé par la pervasivité des TIC et les formes de normativité propres aux communications médiatées  De... A...
    14. 14. Une question tout autant pragmatique et morale que cognitive  La multi-activité n’est pas qu’un enjeu de cognition et d’attention : elle a une double dimension morale  La personne prise au croisement de différents cours d’action et ordres de normativité en tension  Elle contredit l’attente de sens commun d’un engagement plein dans l’action et l’interaction et pose problème aux approches sociologiques et anthropologiques traditionnelles de l’action et de l’interaction
    15. 15. 4. Technologies réflexives, Société réflexive
    16. 16. Les technologies réflexives (1/2)  Mise en réseau des senseurs et des capteurs pour rendre visible aux personnes l’évolution en temps réel de leur état et de leurs pratiques Conseil scientifique 21 octobre 2010page 15 Get the app, join the happy map (Sunday Times, Octobre 2010) A daily 'emotion index' of the nation is being compiled through a smartphone technology which takes stock of people’s mood swings Mappiness: track your wellbeing - Your phone will beep between two and five times a day - Rate how happy, awake and relaxed your feel, from 1 to 10 - Compare your real time results with the national average
    17. 17. Urban Mobs (Z.Smoreda, OrangeLabs) Conseil scientifique 21 octobre 2010page 16
    18. 18. Les technologies réflexives (2/2)  Dans l’idée que cette réflexivité sur les usages conduira à des formes de régulation individuelle et collective des comportements  Un lien fort avec le développement durable • les « smart grids » appliquées à la consommation électrique  Un enjeu de recherche important pour les SHS • Quels sont les effets performatifs de cette réflexivité ? • Quels types de régulation émergent ? En quoi cela produit il des consommateurs actifs et engagés ? • Ne sommes nous pas en train de développer Conseil scientifique 21 octobre 2010page 17
    19. 19. Merci ! Conseil scientifique 21 octobre 2010page 18

    ×