Page 1

Repenser la place des individus au
travail dans une société numérique

”

Veille et
articles - 2013
En 2013, la Fi...
Page 2

SOmmaire

Page 3

05/19
Articles

Veille

21/35
Articles

Veille

37/55
Articles

Veille

57/67
Articles

Veille

...
Page 4

Page 5

1. Etat des
lieux
ARTICLES

06/17

VEILLE

18/19

Au lancement de Digiwork se trouvent
quelques travaux pr...
Articles

Page 6

Page 7

ArticleS

loppement intégrés...) a souvent été
synonyme de gains de productivité, mais
aussi de ...
1. Ce que le numérique fait au travail et réciproquement

grâce au numérique que des millions
de travailleurs organisent p...
2. La dynamique d’internet. Prospective 2030

2. La dynamique
d’internet.
Prospective
2030
Telecom Paris & FING

Chapitre ...
3. Interview fictive - Prospective sur le travail en 2053

3. Interview
fictive Prospective
sur le travail
en 2053
anact

...
4. Scénarios - Questions Numériques

4. Scénarios
- Questions
Numériques
La fing

Scénarios de rupture tirés des
cahiers d...
4. Scénarios - Questions Numériques

plus en plus d’employés et même d’ouvriers. Les uns et les autres ont essayé
toutes s...
VEille

The Future of Work

MIT Technoloy Review

des emplois devenus obsolètes ou
non compétitifs ?

#Futur #Robot #Trava...
Page 20

Page 21

2. L’individu au
travail
ARTICLES

22/31

VEILLE

32/35

Fini le temps où l’individu était rattaché
à un...
Articles Page 22

Page 23

ArticleS

Et normalement, leur prétendue agilité
d’usages, leurs « usages natifs » devraient
êt...
1. Numérique : la génération Y, nouvelle chienlit ?

précarité financière, etc.
On peut pousser certaines de ces tendances...
2. L’auto-entrepreneur, un travailleur de notre temps

2. L’autoentrepreneur,
un travailleur
de notre
temps
Aurialie jubli...
3. Le “travailleur” de demain sera un mouton à dix pattes

3. Le
“travailleur”
de demain
sera un
mouton à dix
pattes
Auria...
4. Et vous, vous faites quoi ?

4. Et vous,
vous faites
quoi ?
Aurialie jublin

Paru le 26 Février 2013 sur
www.fing.tumbl...
VEille Page 32

The new artisans
network era

of

the

Harold Jarche
#Artisan (philosophie)
#Ecosystème d’activité #Indivi...
VEille Page 34

L’individu au travail

bouteillages, ou des données du CRM
quand il est chez un client.

Une vision de la ...
Page 36

Page 37

3. Nouveaux
collectifs,
nouveaux
managements
ARTICLES

38/51

VEILLE

52/55

L’hyperconnexion des indivi...
Articles Page 38

Page 39

ArticleS

Les entreprises se transforment
pour survivre
>>    Ce qui ressort des témoignages
de...
1. Le futur du travail dans l’entreprise (1/2) : l’agilité… ou le néant ?

clients et partenaires d’Alcatel-Lucent
de part...
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Veille et articles-digiwork_2013
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Veille et articles-digiwork_2013

7 510 vues

Publié le

La Fing a engagé le programme Digiwork pour réfléchir sur ce que le numérique changeait au travail, en partant du point de vue des individus, dans leur relation aux collectifs de travail, aux organisations, dans la gestion de leur parcours professionnel, … Tout au long de l’année, nous avons effectué un travail de veille régulier et rédigé des articles pour nourrir nos réflexions, ce document regroupe ces différentes ressources.

0 commentaire
6 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
7 510
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 319
Actions
Partages
0
Téléchargements
158
Commentaires
0
J’aime
6
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Veille et articles-digiwork_2013

  1. 1. Page 1 Repenser la place des individus au travail dans une société numérique ” Veille et articles - 2013 En 2013, la Fing a engagé le programme Digiwork pour réfléchir sur ce que le numérique changeait au travail, en partant du point de vue des individus, dans leur relation aux collectifs de travail, aux organisations, dans la gestion de leur parcours professionnel, … ” Un premier travail collaboratif de cartographie a mis en lumière quatre grands axes de transformation : “l’individu au travail”, “nouveaux collectifs, nouveaux managements”, “nouveaux espaces, nouvelles temporalités” et “valeur du travail, mesure de l’activité et rétribution”. Un travail de veille régulier et la rédaction d’articles ont nourri ces thématiques tout au long de l’année 2013. C’est l’ensemble de ces ressources que vous retrouverez dans ce document.
  2. 2. Page 2 SOmmaire Page 3 05/19 Articles Veille 21/35 Articles Veille 37/55 Articles Veille 57/67 Articles Veille 69/83 Articles Veille 85/86 Etat des lieux 1. Ce que le numérique fait au travail et réciproquement 2. La dynamique d’internet. Prospective 2030 3. Interview fictive - Prospective sur le travail en 2053 4. Scénarios - Questions Numériques Veille à découvrir en page 18. L’individu au travail 1. Numérique : la génération Y, nouvelle chienlit ? 2.L’auto-entrepreneur, un travailleur de notre temps 3. Le travailleur de demain sera un mouton à dix pattes 4. Et vous, vous faites quoi... ? Veille à découvrir en page 32. Nouveaux collectifs, nouveaux managements 1. Le futur du travail dans l’entreprise : l’agilité... ou le néant 2. Le numérique, vecteur d’innovations sociales au travail ? 3. Productivité ou innovation, faut-il choisir 4.Les données : quels effets sur le monde du travail ? 5. Attention, une entreprise virtuelle peut en cacher une autre Veille à découvrir en page 52. Nouveaux espaces, nouvelles temporalités 1. Les espaces de coworking, une tendance qui se confirme 2. Le temps, marqueur intemporel de la lutte des classes et des genres ? 3. Evolution du corps, évolution du travail Veille à découvrir en page 66. Valeur du travail, mesure de l’activité, rétribution 1. Qu’est-ce que le numérique change à la création de valeur par le travail ? 2.Le futur du travail dans l’entreprise : ...sans l’entreprise ? 3. Numérique 1 – Emploi zéro ! Veille à découvrir en page 82. Index par mots-clés
  3. 3. Page 4 Page 5 1. Etat des lieux ARTICLES 06/17 VEILLE 18/19 Au lancement de Digiwork se trouvent quelques travaux préparatoires : une participation au rapport « Futur de l’Internet », un article dans Internet Actu, quelques scénarios de rupture issus de Questions Numériques. Cela a nourri, entre autres, l’interview fictive, réalisée pour le numéro spécial de la revue Travail & Changement de l’ANACT.
  4. 4. Articles Page 6 Page 7 ArticleS loppement intégrés...) a souvent été synonyme de gains de productivité, mais aussi de nouvelles formes de bureaucratie, de taylorisme, et de surveillance. 1. Ce que le numérique fait au travail et réciproquement Amandine brugière / Aurialie jublin Paru le 10 Mars 2013 sur internetactu.net le média de la fing C’est essentiellement sous l’angle de l’emploi et de la crise économique que la question du travail se pose aujourd’hui dans les médias. Or depuis les années 90, les économies des pays de l’OCDE se caractérisent par une croissance faible (ponctuée de crises économiques régulières) et un taux de chômage élevé. Le temps de travail a diminué de manière constante, l’emploi à temps partiel a augmenté ainsi que le chômage longue durée. La part du travail dans le Produit intérieur brut a elle aussi diminué. De là à croire que le travail rapporte moins, il n’y a qu’un pas... Une crise du marché de l’emploi qui cache des évolutions plus profondes des pratiques de travail Vis-à-­is de ces “tendances de fond” v observées sur deux décennies dans presque tous les pays de l’OCDE, l’impact des technologies numériques est habituellement pointé à deux titres : >>    Elles constituent le principal support de la globalisation, de la mise en réseau de l’économie et de sa financiarisation, produisant en particulier une très forte interdépendance et une mise en concurrence mondiale des économies comme l’expliquait déjà Manuel Castells dans La société en réseau ; >>    Elle accélère la croissance de la productivité du travail ; productivité qui transforme les tâches, les fonctions nécessaires à l’activité, et en particulier en diminue le nombre. Dès 1995, Jérémy Rifkin dans La fin du travail prévoyait que les TIC, ayant gagné tous les pans de l’économie (suite à l’informatisation massive des entreprises et des marchés financiers durant les années 80) conduiraient à une productivité très forte des entreprises, et une “croissance sans emploi”. Aujourd’hui même, l’économie numérique, secteur de grande productivité et porteur de croissance, se révèle peu créatrice d’emplois, à l’image de la Silicon Valley en perte nette d’emplois depuis 15 ans. Les auteurs de l’Age de la Multitude y voient là les signes d’un affaiblissement du “travail” au profit de “l’activité” : “Depuis dix ans, on croit que le numérique va créer des emplois. Or il crée peu d’emplois directs, et contribue plutôt à supprimer des bureaucraties ou des rentes. L’optimisation sans précédent qu’il permet (dans le domaine de la consommation, des services) devrait contribuer à faire baisser le travail, au sens ancien du terme. Mais pas l’activité : car en amont du travail proprement dit (produire un service, un bien, un contenu), on voit se développer toute une activité de veille, d’autoformation, d’e­ éputation, de connexion, d’échanges, r d’expérimentations...”. Derrière les problématiques d’emploi pourraient bien se cacher des évolutions profondes de ce qui pourrait/ devrait être reconnu comme du “travail productif”. Le numérique, à l’origine d’un malentendu croissant entre les individus et les organisations ? Des débuts de l’informatisation des entreprises (années 80/90) à la démocratisation des outils (à partir des années 2000), le numérique a outillé des évolutions successives dans les manières d’organiser le travail et de le contrôler, dans les manières de produire et de commercialiser, générant beaucoup de changements, et donc de tensions. Le développement des systèmes d’informations (les progiciels de gestion intégrés, les environnements de déve- Le découpage (unbundling) possible de toute la chaîne de valeur a permis de nouvelles souplesses dans la production (le mode projet, la “production juste­ ­ à temps”) mais a aussi facilité les externalisations, les délocalisations... L’individualisation des équipements, leur portabilité et l’informatique dans les nuages sont en train de modifier les conditions de travail comme le soulignait la récente note d’analyse du Centre d’analyse stratégique sur l’impact des TIC sur les conditions de travail, et d’en faire éclater l’unité de temps et de lieu. On travaille plus facilement à distance, en mobilité, à des heures décalées. Un des effets les plus communément ressentis est celui d’un brouillage des frontières entre vie professionnelle et vie privée : on travaille de chez soi, on gère des communications personnelles – téléphone, sms, tweet – pendant les heures de travail. On amène au travail son équipement personnel (le phénomène Bring your own device, Byod), plus performant, moins bridé. On utilise l’équipement professionnel à des fins personnelles (films, jeux pour enfants...). Cela engendre en particulier deux tensions : >>    Celle liée à l’injonction paradoxale d’une “autonomie sous contrôle” faite au travailleur connecté : d’un côté on attend de lui autonomie, prise d’initiative, responsabilité, et de l’autre on contrôle en temps réel ses résultats, ses déplacements, ses communications... >>    Celle liée à la coexistence dans le temps et dans l’espace des activités contraintes, choisies, personnelles, de loisirs, etc. Si le “travail­ gagne pain” ne réussit pas sa mue en “sources d’épanouissement ou réalisation de soi“, il court le risque d’un investissement moindre de la part des individus. Le rapport au travail se construit aujourd’hui, et peut­être plus fortement encore chez les jeunes générations, autour d’attentes expressives et relationnelles très fortes. 1. Ce que le numérique fait au travail et réciproquement Cette dernière tension pourrait en outre être renforcée par une montée des revendications autour du “travail gratuit” (qu’on appelle le digital labor). L’économie sous­acente aux réseaux est j en train de mettre à jour de nouvelles formes de production de valeur, basées sur la captation des traces d’usages. Par là, c’est la notion même de “travail” qui est bousculée puisque toutes activités développées sur les réseaux (la production ou le partage de contenu, les réseaux sociaux, la navigation, les recherches...) constituent une forme de travail gratuit alimentant “l’Internet­ Factory”. Cette tension montante entre travail et activité est forte de conséquences, car “l’activité” n’est pas encore source de revenus, alors même qu’elle est sous­endue par des dépenses put bliques importantes d’éducation, de protection sociale, d’accès aux réseaux... Si de nouvelles fiscalités se cherchent autour de la captation des données, cela ne constitue d’un début de réponse. En attendant, le malentendu entre les organisations et les individus va croissant. Les entreprises avouent leurs difficultés à obtenir de leurs collaborateurs l’engagement et l’audace qu’elles en espèrent. Les individus disent ne pas trouver dans les organisations, le contexte pour “se réaliser”. Ils se sentent souvent peu écoutés, mal reconnus dans leurs efforts. Ils s’investissent moins dans des entreprises qui, sentent­ investissent ils, moins en eux. La flexibilité n’a pas été cet opérateur magique attendu, entre les attentes des entreprises en matière d’adaptation aux fluctuations des marchés, et les aspirations des individus, en matière d’autonomisation et de construction d’itinéraire professionnel diversifié et sécurisé. Pour éviter le divorce, il devient urgent de re­ uestionner ce qu’est le travail à q l’ère du numérique, au regard de ses différentes caractéristiques : production de richesse, obtention de revenu, liberté de création, épanouissement personnel, obtention de droits et de protection... Explorer de nouveaux modèles Si le numérique est l’une des causes de la crise du travail (mais pas la seule !), il fait aussi partie des solutions. C’est
  5. 5. 1. Ce que le numérique fait au travail et réciproquement grâce au numérique que des millions de travailleurs organisent plus souplement leur travail, inventent de nouvelles formes de collaboration, élargissent leurs réseaux et leurs horizons professionnels. C’est grâce aux réseaux qu’ont pu émerger des projets collectifs auparavant inimaginables : Wikipedia, le logiciel libre, les communautés de pratiques, lecrowdsourcing... Et ce qui donnait lieu – hier – à la production collaborative de biens informationnels s’étend aujourd’hui à la production de biens tangibles : les voitures “crowdsourcées” de Local Motors, de Fiat... Des espaces de travail émergent (FabLab, Biolab), où les outils de production, basés sur des technologies de pointe sont mutualisés. La jeune entreprise innovante se développe aussi “hors les murs”, à travers les espaces de co­ orking ou même, complètement en w réseau. Certes, ces initiatives sont encore très émergentes, pas toujours stabilisées. Mais elles dessinent des formes nouvelles d’organisation du travail dont on peut extrapoler des “modèles”, extraire des questionnements, voire tirer de premiers enseignements. En particulier trois phénomènes nous apparaissent comme source d’innovation et/ou de nouvelles conflictualités : >>    L’affirmation, au travail, “d’individus autonomes, connectés, outillés, en réseau” : tel des compagnons modernes, ces “nomades coopératifs” qu’évoque P. Vandramin dans son livre Le travail au singulier, affinent leurs outils, leurs méthodes, leur savoir­ faire, leur communauté, leur engagement au fil des expériences professionnelles. La démocratisation des outils numériques et le développement de pratiques de Byod pourraient laisser croire à un phénomène d’individualisation et d’indépendance vis­ ­ is des organiàv sations. Or il pourrait s’agir – aussi et surtout – d’un rapport au travail mu par la recherche d’épanouissement personnel et d’un apprentissage permanent par les pairs comme le montrent les pratiques de multi­ tasking, ou des slashers, ceux qui cumulent plusieurs emplois. >>    Notons que ces postures, d’une Articles Page 8 grande proximité avec la philosophie des Hackers (“Changer sa vie plutôt que de changer la vie” ; “Get paid, get fit, make something cool“) sont le fait de populations instruites, cultivées. Ce qui rejoint les thèses du capitalisme cognitif sur le “travail vivant”, et le travail comme “production de soi” qu’évoquait André Gorz dans L’immatériel. >>    Les organisations, les entreprises sont parfois déstabilisées par ces nouvelles tendances, tentant d’y résister, plutôt que d’en tirer parti. Pour les individus en revanche, l’enjeu est de réussir à construire la cohérence de leur itinéraire professionnel et le sécuriser. >>    L’émergence de pratiques collaboratives spontanées à la base de nouveaux collectifs de travail : les individus se forgent au fil des expériences des réseaux personnels, à partir des communautés d’intérêts auxquelles ils appartiennent, de relations personnelles et professionnelles. Mélangeant liens forts et liens faibles “activables à tout moment”, ces réseaux s’émancipent des frontières des organisations. Les interactions dans l’entreprise ne se limitent plus aux collègues de bureau. >>    Sur les réseaux, de nouvelles collaborations productives émergent autour d’abord de biens informationnels ou dans le cadre d’événements collaboratifs (hackathon, barcamp, start­up week­end...), mais aussi pour la production de biens tangibles, comme le montre le projet Wikspeed (l’ingénieur américain Joe Justice ayant réussi à monter des équipes “instantanées” partout dans le monde pour une production collaborative de véhicule moins cher, plus durable, en open source). >>    Ces dynamiques se caractérisent par une forte dimension identitaire, par l’affirmation de l’appartenance à une communauté, par le primat de la finalité du projet, et des valeurs qu’il sous­end. De nouveaux modes t de management y sont expérimentés. Mais ces dynamiques ont aussi du mal à dépasser la durée de vie Page 9 ArticleS des projets. Cela interroge le format que devraient prendre les organisations : leur niveau de souplesse comme de durabilité et de stabilité. >>    Les nouvelles formes de mesure de l’activité et ses rétributions : la production de valeur ne se limite plus à la production des entreprises (mesure du PIB), et les activités productives ne se limitent pas au travail. Aux capacités des salariés, des fournisseurs, ou de l’outil de production, viennent s’ajouter celles des clients­ utilisateurs pouvant devenir des contributeurs actifs, comme le montre, à l’extrême, l’exemple de cette entreprise canadienne Sensorica (citée par Lionel Maurel). Grâce à une traçabilité des contributions et une évaluation par les pairs, cette entreprise a fait de la collaboration le cœur de son activité. >>    Le numérique change la donne en ce qu’il permet de mesurer, compter, tracer un très grand nombre d’activités, et donc aussi, de donner de la visibilité aux externalités positives, au mode de contributions multiples. Cela devrait sans doute modifier à l’avenir les formes de mesure et rétribution de l’activité productive. On le voit déjà à travers les revendications autour du travail gratuit, autour de nouvelles fiscalités sur la réutilisation des données personnelles, les monnaies complémentaires, comme moyen de rétribution des individus (valoriser les compétences ou inciter aux pratiques durables, à l’exemple du projet Tinkuy), ou de transactions entre les entreprises comme commencent à le proposer certaines monnaies complémentaires (vidéo). Cela questionne aussi l’entreprise comme cadre organisant et rémunérant l’activité inventive. La Fing ouvre, avec une diversité de partenaires, une réflexion collective sur les évolutions du travail et de l’entreprise à l’ère du numérique. S’étendant sur toute l’année 2013, cette réflexion s’attachera à explorer les ruptures possibles. Les partenaires se laissent le droit “d’imaginer”, de concevoir des modèles nouveaux, libres, hors normes, afin de stimuler l’intelligence collective, et donner envie aux acteurs de faire bouger les 1. Ce que le numérique fait au travail et réciproquement lignes. Suivez la réflexion au fil de l’eau et participez à l’alimenter sur le réseau social de la Fing.
  6. 6. 2. La dynamique d’internet. Prospective 2030 2. La dynamique d’internet. Prospective 2030 Telecom Paris & FING Chapitre Travail & Entreprises, Etude prospective, Commissariat général à la stratégie et à la prospective, paru en Mai 2013 sur www. strategie.gouv.fr Internet forme sans aucun doute l’innovation la plus importante de la fin du XXe siècle. Aujourd’hui, plus de 2,5 milliards d’êtres humains y sont connectés. Demain, internet nous reliera également à des dizaines de milliards d’objets, de capteurs, de robots, qui dialogueront entre eux et prendront progressivement en charge des pans entiers de la gestion de notre vie quotidienne. La dynamique d’internet influence l’ensemble de notre économie, offrant de réelles opportunités de croissance mais obligeant des secteurs entiers à s’adapter. Plus largement, internet bouleverse les organisations, les modes de production, le travail, le rapport au savoir et à la connaissance, l’expression démocratique, les liens sociaux et le rôle de la puissance publique.Nous ne sommes qu’à l’aube des transformations numériques de nos sociétés. À partir d’une analyse rétrospective d’internet, cette étude a cherché à dégager les tendances que crée une histoire forte désormais de plus de vingt ans, sans négliger les ruptures que suscite une croissance jusqu’à présent quasi exponentielle. Extrait du chapitre 1.4. Travail et activité : vers un brouillage des frontières « Les transformations de la «vie numérique» se combinent avec celles, nombreuses, de la vie au travail. Il serait abusif de surestimer la causalité numérique, qui n’est pas toujours déterminante parmi de nombreux autres facteurs. Les modalités actuelles et futures du travail, comme les transformations des organisations, influeront sur les usages de l’internet par les bouleversements des tâches, de la localisation, des liens aux organisations, que choisissent ou subissent les individus au travail. Réciproquement, les possibilités numériques amplifient un ensemble de tensions entre les normes qu’elles imposent et les capacités qu’elles distribuent. Les dispositifs numériques et leurs usages mettent en visibilité le brouillage des frontières entre vie privée, vie sociale et vie professionnelle. L’exercice d’un Articles Page 10 travail aujourd’hui est la condition majeure d’appartenance sociale : c’est un facteur essentiel d’identité, de lien social, d’accès aux droits et à la protection. La démocratisation des technologies numériques a permis l’individualisation des équipements, des usages, et ce de manière concomitante à un processus d’individualisation des objectifs professionnels, des trajectoires. Cette individualisation est notamment caractérisée par l’injonction croissante à l’autonomie au travail, faite aux individus. Celle-ci s’accompagne de pressions accrues : abstraction et complexité, productivité, et contrôle, dépendance informatique... 1. Un travail de plus en plus abstrait, complexe et individualisé. L’usage des TIC contribue à changer la nature du travail et des compétences mises en œuvre pour l’exercer : la part d’abstraction (ne serait-ce que lecture, écriture) devient de plus en plus grande. «Le commercial ne voit plus le client, le vendeur ne voit plus le stock, l’opérateur ne touche plus la vanne... Il ne s’agit plus d’agir directement mais de recueillir, traiter et transformer des volumes d’information toujours plus importants» (BenedettoMeyer M., Klein T., in CAS 2012). La surcharge informationnelle, due au traitement d’un nombre croissant d’informations morcelées, désordonnées, crée un stress qui se cumule à des problèmes de dispersion de l’attention au travail (Datchary, 2004). Produire un travail de qualité nécessite de savoir/ pouvoir se déconnecter. Les TIC joueraient aussi sur la complexification et l’individualisation des tâches, les individus étant invités à organiser leur propre travail, à travailler en «mode projet» et sur plusieurs projets simultanés, à collaborer et être disponibles pour leurs clients et partenaires extérieurs. En définitive, de l’individualisation des tâches à l’individualisation des trajectoires, le pas est franchi. La part croissante d’immatériel dans le travail, et la dématérialisation d’un nombre croissant d’activités font coexister au quotidien le travail et les centres d’intérêts personnels des individus, voire à créer des ponts entre eux. Pour autant tout le monde accède à un travail choisi Page 11 ArticleS et épanouissant, réunissant les deux polarités. Mais cette proximité engendre un niveau d’exigence plus élevé ou des frustrations plus grandes, participant au divorce entre les entreprises et leurs salariés. Enfin rappelons que les systèmes informatiques génèrent aussi un certain nombre d’emplois aux activités prescrites, basiques, peu abstraites. Les nouveaux ouvriers de l’informatique. 2. Intensification du travail et accroissement de la productivité individuelle. Le travail est sous pression : de la recherche de productivité, de l’intensification du rythme, de la complexification des tâches, d’un univers marchand hyperconcurrentiel et interdépendant, d’une exigence d’hyperréactivité aux clients. Dans ce contexte, les TIC jouent un rôle d’équipement «des normes de productivité, des visées managériales, de la mise en concurrence et du volume de l’activité» et d’enrichissement de «la panoplie des outils de contrôle» (Chevallet et al., 2012). Néanmoins, l’intensification du travail (les indicateurs d’intensification sont la nécessité de travailler dans des délais serrés, à des rythmes rapides, sous des pressions externes ou en respectant des normes rigides) , observée durant les années 1990, semble s’être ralentie dans la deuxième moitié des années 2000 (Eurofound, 2011). Pour 67 % des travailleurs européens, le rythme du travail dépend en premier lieu des demandes des clients, des usagers, des patients. Or la communication par les TIC participe à créer une culture de l’immédiateté (se sentir obligé de répondre à un email dès réception). «L’ubiquité» permise par la portabilité des équipements participe à cette intensification et à l’accroissement de la productivité individuelle « grâce à la réduction des exigences spatiales et temporelles dans la réalisation du travail, l’accroissement de la flexibilité, la diminution des coûts de coordination, l’amélioration de la communication et de l’échange de connaissances, (...) l’immédiateté de l’accès à l’information, la hausse de la performance dans la prise de décision, l’accroissement de la réactivité face aux clients» (Besseyre des Horts, 2006). 2. La dynamique d’internet. Prospective 2030 3. Un contrôle accru mais inégalement réparti. Les TIC renforcent les mesures de contrôle du travail, et ce de plusieurs manières (Chevallet et al., 2012) : la prescription visant à encadrer par des normes et des procédures de qualité le travail, le contrôle direct via la surveillance, la traçabilité, ou la remontée en temps réel des résultats, ou enfin le contrôle exercé par les pairs ou les clients. «Les TIC offrent ainsi des modalités de contrôle inédites et performantes qui s’ajoutent ou se substituent à celles qui existent déjà». La fréquence du contrôle dans les entreprises utilisant les TIC semble s’intensifier (Greenan et al., 2012), sauf pour les utilisateurs de TIC avancés, qui «apparaissent comme un salariat de confiance». Le travail nomade équipé en TIC apparaît aussi moins contrôlé et plus autonome que les autres (Coutrot, 2004). Tandis que d’autres catégories de métiers ou d’entreprises (voice-picking, téléopérateurs) versent dans l’excès inverse, engendrant baisse de l’engagement au travail et risques psycho-sociaux. Par la traçabilité et la mesure de soi qu’elles rendent possibles, les TIC participent aussi à des mécanismes de contrôle de l’individu sur lui-même : elles amplifient un phénomène de rétroaction: auto-évaluation, autorégulation, sentiment de responsabilité accru. 4. Panne, incident, dysfonctionnement informatiques. Les individus sont de plus en plus dépendants du bon fonctionnement des équipements informatiques et du système d’information des entreprises. Selon l’enquête COI 2006, la moitié des salariés déclare un rythme de travail perturbé par des pannes et incidents informatiques. Ce qui est de l’ordre de la perturbation pour les salariés d’entreprises peut se révéler une véritable paralysie pour les travailleurs à domicile, indépendants ou télétravailleurs, ne pouvant compter que sur eux. Si la tendance à l’individualisation se confirme, c’est parce que les cadres établis du travail sont, pour beaucoup, en voie d’éclatement : le lieu, le temps, la hiérarchie, jusqu’aux frontières même de l’activité «travail». >>    Lire la suite en consultant l’étude
  7. 7. 3. Interview fictive - Prospective sur le travail en 2053 3. Interview fictive Prospective sur le travail en 2053 anact Publiée dans la revue Travail & Changement, n°32, de l’ANACT, paru en Mai 2013 sur www.anact.fr Comment l’informatisation a-telle modifié l’organisation des entreprises ? L’informatisation et surtout la portabilité des équipements ont pulvérisé l’entreprise physique. Ces vingt dernières années, on a assisté à une disparition presque totale de l’immobilier d’entreprise dans le secteur des services. Le mouvement gagne aujourd’hui de manière significative les structures industrielles, qui démultiplient les espaces locaux de fabrication, afin de diminuer les coûts de transport et revivifier l’économie locale durable. Les entreprises n’ont quasiment plus de siège social. Les actifs immatériels sont dans le “cloud”. Les réseaux sociaux d’entreprise sont devenus le socle de référence et d’appartenance à une entreprise : l’espace où se déroule tous les échanges, où circulent toutes les informations. Mais dans les années 10, c’était rare : les pionniers de l’internet ont expérimenté et montré le chemin. C’est une transformation complète des RH que l’on vit aujourd’hui. Il faut apprendre à manier les données, les traces d’usages laissés sur les réseaux sociaux d’entreprises avec justesse, car elles ne disent pas tout de l’individu au travail et du travail « réel ». Google, avec son People Analytics en a fait les frais en son temps. L’entreprise ne s’en est jamais remise. Cette “immatérialisation” des RH s’est installée sans provoquer de choc social, étonnement… C’est vrai ! Sans doute le doit-on à la généralisation progressive des processus de décisions collectifs au sein des entreprises, qui est l’un des effets collatéraux majeurs de la révolution numérique. Puisque l’entreprise n’a plus de lieux et que le travail est devenu en grande partie immatériel, les employeurs ont du redoubler d’ingéniosité pour fidéliser leurs salariés. L’employé choisit la structure où il souhaite travailler selon la palette des services proposés (infrastructures, loisirs, services santé, services famille…) ainsi que les valeurs promues. De son côté, l’entreprise choisit ses employés dont elle connaît au travers des réseaux tous les aspects de la vie. Le travail devient en quelque sorte un lieu Articles Page 12 de rencontre entre des intérêts et des convictions partagées. Rien ne peut dès lors fonctionner qui ne soit conçu, décidé, validé, évalué de manière commune. D’où… le grand débat public ouvert en Europe sur les problématiques de rémunération ? Oui, mais sur ce sujet, la pression est aussi venue de l’extérieur, ou disons d’une fusion des rôles entre les employésclients-consommateurs-usagers, devenus chacun des contributeurs majeurs des écosystèmes de production. Il aura fallu moins de trente ans à l’économie collaborative pour faire éclater la chaîne de valeur, avec un cœur de l’entreprise qui s’est atrophié et un maillage de soustraitance formelle ou informelle qui s’est à l’inverse considérablement étendu. La grande vague de revendications sociales autour de nouveaux modèles de rémunération qui a traversé l’Europe en 2050 témoigne d’une prise de conscience aigue des enjeux de la part des citoyens : la masse de données, de contenus, d’informations, d’évaluations, de co-production, de services qu’ils injectent dans les réseaux constitue une formidable matière première pour des entreprises qui les exploitent massivement sans contrepartie financière. La récente instauration d’un revenu minimum d’existence, alimenté par la taxe sur les droits de réutilisation des données individuelles, constitue la première pierre d’une refonte radicale de la rétribution du travail. Page 13 ArticleS 3. Interview fictive - Prospective sur le travail en 2053
  8. 8. 4. Scénarios - Questions Numériques 4. Scénarios - Questions Numériques La fing Scénarios de rupture tirés des cahiers d’enjeux Questions Numériques 2011 - 2012 www. fing.org 1. DES PLACES TAHRIR DANS LES ENTREPRISES >>    2013 > SudLeaks hacke les conseils d’administrations. >>    2014 > Le management de la multinationale Axum tombe suite à une révolte des salariés. Ses concurrents en profitent, avant de subir la même chose. >>    2015 > « Grenelle » mondial des entreprises. Un fragile accord est trouvé pour réduire le pouvoir des actionnaires. >>    2020 > Le multi-entreprenariat s’est largement répandu, et devient un moteur essentiel de la croissance. A peine sorties de la tourmente économique des années 2008-2012, les entreprises font face à une nouvelle crise – interne, cette fois. Les salariés ont payé un lourd tribut à la crise : dégraissages, salaires bloqués, retour d’un management autoritaire, tyrannie de l’urgence et focalisation sur le court terme. Le sens de leur métier leur échappe. Ils ont souvent le sentiment de mal servir leurs clients. Équipés de tous les outils électroniques possibles, ils se sentent invités à s’impliquer toujours plus, avec toujours moins d’autonomie pour le faire. Et ils s’en parlent. Ils font fuiter l’information interne quand elle les choque. Dans les forums de discussion, ils publient, ils dénoncent. Leurs cibles : le management qui ne prend pas sa part des sacrifices, et le pouvoir anonyme des actionnaires, qui absorbent en dividendes l’essentiel de leurs efforts tout en paraissant se moquer de leur culture d’entreprise. Les secrets deviennent publics, le management perd son emprise. Par l’intermédiaire des réseaux sociaux, la révolte devient révolution. Au terme d’une série d’opérations « coup de poing », les salariés d’une première entreprise renversent leur équipe de direction. Ceux d’une autre obtiennent des actionnaires majoritaires un pacte dans lequel ils s’engagent à contribuer au développement de long terme de l’entreprise. Chaque succès étend la contagion. A partir de 2014, malgré un chômage Articles Page 14 élevé, de nombreux salariés quittent leur entreprise, forts des réseaux informels qu’ils ont tissés auprès de clients et de partenaires. Ils organisent leur activité en réseaux, auprès de plusieurs clients et employeurs. Plusieurs dispositifs les y aident comme le « wiki des compétences » ou des plates-formes de collaboration. Un nouveau contrat de travail se répand rapidement : le multi-entreprenariat. Il devient de plus en plus difficile pour les entreprises d’attirer et de fidéliser des salariés à plein temps. 2. GÉNÉRATIONS « CHACUN POUR SOI » >>    2012 > Les 18-25 ans quittent massivement Facebook et reconstruisent leurs liens ailleurs, sur des espaces fragmentés mais dédiés. >>    2014 > Le mouvement « Design for me », qui appelait à différencier les interfaces pour rendre possible les mêmes usages entre générations, produit l’effet inverse. L’outil a induit des usages spécifiques qui deviennent de véritables marqueurs identitaires générationnels. >>    2017 > Les entreprises réorganisent leurs espaces et leur management, leurs critères d’évaluation sont pondérés en fonction de l’âge et de la génération. Début 2014, la tour que livre Jean Nouvel à la multinationale Babel, à La Défense, propose une organisation inédite : chaque bloc de 4 étages est alloué à une génération, selon sa date de naissance : « 1949-1959 » en haut, puis « 1969-1979 », puis « 1989 et plus », et ainsi de suite. Chaque bloc est organisé et équipé d’une manière spécifique. Entre chaque bloc, un étage « intergénérationnel », celui où l’on trouve les salles de réunion, les espaces de détente, la cafétéria… Babel et Jean Nouvel ont pris ce parti à contrecœur, mais instruits par l’expérience. Il faut se rendre à l’évidence : chaque génération a désormais ses propres cultures, technologies, méthodes, esthétique, services, communautés… De la consommation aux sociabilités quotidiennes, même en famille, en pas- Page 15 ArticleS 4. Scénarios - Questions Numériques sant par les manières d’apprendre et de travailler, il n’existe presque plus aucune référence commune. Sur le marché du travail, le « CV PDF » des vieux côtoie la qualité des recommandations en ligne par des pairs et l’obfuscation de certaines informations plus gênantes. à la maison, si certains moments communs tels que les repas demeurent, la plupart volent en éclat devant les pratiques individuelles, les outils de synchronisation se trouvant priés d’organiser la continuité. Dans l’entreprise, on répartit aussi les responsabilités par génération : celles qui nécessitent d’être multitâches, celles qui ont besoin d’une énergie concentrée autour d’un projet, celles qui nécessitent de penser à long terme… C’est la société toute entière qui fonctionne à plusieurs vitesses. Même les grands réseaux sociaux en ligne se fragmentent, la « portabilité » des données facilitant toutefois l’interaction entre les uns et les autres. En revanche, c’est dans l’échange entre les générations que l’on va chercher les idées neuves, ou encore, les valeurs les plus essentielles. En admettant la scission des générations, aurait-on finalement enrichi leur interaction ? 3. LA TENTE TRAVAILLEUR QUECHUA DU >>    2012 > à cause de la pression foncière, la distance moyenne domicile-travail autour des agglomérations françaises franchit le seuil des 50 km. >>    2014 > Les transports impossibles, le litre d’essence à 3 euros, la pénurie d’argent public éloignent toute perspective de désengorgement du RER et des TER , dont les tarifs augmentent. >>    2015 > Prenant acte de l’explosion des situations de travail nomade, le droit du travail européen supprime la référence au « lieu de travail ». Avril 2012 : l’esplanade de la Défense se réveille avec, au pied des principales tours de bureaux, une dizaine de tentes, dont les habitants ne sont autres que des employés de ces bureaux. En quelques semaines, cette pratique fait boule de neige. Les pouvoirs publics, qui ont d’abord choisi d’ignorer le phénomène pour ne pas lui donner trop d’importance, convoquent les principaux employeurs concernés pour leur demander d’intervenir auprès de leurs salariés. Embarras. Confrontés à l’engorgement durable du RER, au renchérissement du carburant, à la rigueur salariale et à la pression foncière qui les a inexorablement éloignés, les employés expliquent n’avoir pas d’autre choix que de se rapprocher radicalement de leur lieu de travail. Moins coûteuse, cette solution est aussi beaucoup moins fatigante pour eux (plus de 2h30 gagnées par jour) et bien pratique pour le management. D’autant que, malgré les grands discours, le télétravail continue de se heurter à la résistance de la majorité des employeurs comme des employés. Deux profils de travailleurs émergent. Les « travailhabitants » des villes choisissent, au moins quelques jours par semaine, des solutions précaires de logement à proximité immédiate de leur travail, poussant Quechua à augmenter sa gamme avec des yourtes du plus bel effet, et ouvrant un nouveau marché au camping car. Les solutions trouvées, sauvages dans un premier temps, sont peu à peu négociées avec les employeurs qui consentent à l’amélioration des douches et vestiaires de leurs bureaux. Les aménageurs installent prises électriques, Wi-Fi et vidéosurveillance dans les espaces occupés par les tentes. Les travailhabitants utilisent également les réseaux télécoms des entreprises pour leurs usages privés, contraignant les responsables informatiques à une violente régulation des accès. De leur côté, les « habitravailleurs » des champs parviennent, la plupart du temps, à ne pas se déplacer pour travailler, se détachant peu à peu du corps social de l’entreprise. Sur leur CV, ils indiquent désormais qu’ils disposent d’un équipement professionnel connecté à domicile (ils en précisent le débit, la qualité, la sécurité). Loin de se limiter aux cols blancs, cette situation concerne de
  9. 9. 4. Scénarios - Questions Numériques plus en plus d’employés et même d’ouvriers. Les uns et les autres ont essayé toutes sortes de transports intelligents, collectifs, mutualisés. Ils y ont renoncé, les jugeant trop contraignantes. 4. Cdi c’est fini ? Le contrat de travail à durée indéterminée et à plein temps n’a plus la cote. Face aux variations de plus en plus rapides des marchés, les entreprises en réduisent la proportion de toutes les manières possibles : CDD, intérim, externalisation, automatisation… Mais beaucoup de salariés, en particulier les plus jeunes et les plus qualifiés, préfèrent également d’autres formules. Les uns multiplient les emplois à temps partiel, voire les petits boulots, pour augmenter leurs revenus et réduire leur risque en cas de licenciement. Les autres choisissent d’organiser leur temps de manière à saisir toutes les opportunités, à concilier leurs différents centres d’intérêt. La pluriactivité se développe dans toutes les catégories sociales, depuis les «travailleurs pauvres» contraints de cumuler plusieurs jobs, jusqu’aux cadres qui développent des activités complémentaires en auto-entrepreneurs. Un nombre croissant de salariés bascule vers un statut libéral ou recourt au portage salarial, tout en travaillant au sein de petits collectifs d’indépendants. Ils cumulent contrats de travail, missions d’intérim, commandes, projets entrepreneuriaux, formation, activités bénévoles… Leur temps de travail rémunéré varie en fonction des missions, mais aussi de leurs autres engagements, de leur forme physique, des différents moments de leur vie. De leur côté, les entreprises se réorganisent autour de noyaux restreints de salariés stables, aux côtés desquels des collaborateurs viennent prendre place pour des missions spécifiques. Leurs bureaux se vident, sauf lors de périodes de surchauffe. Certaines entreprises réduisent leurs surfaces, d’autres les partagent et les rendent accessible aux travailleurs flexibles, même si ceux-ci n’ont aucun lien avec l’entreprise. Chaque individu devient responsable de développer et de valoriser son «em- Articles Page 16 ployabilité». Les réseaux sociaux jouent un rôle central. C’est par eux que l’on se fait connaître et que l’on trouve de quoi s’employer ; que l’on travaille au sein d’équipes projets, que l’on se forme réciproquement, que l’on s’échange des accréditations qui certifient nos compétences ; que l’on articule ses différentes activités et les cercles de relations qui vont avec… Si cette tendance convient bien aux «travailleurs du savoir» et à certains travailleurs manuels très qualifiés, son extension aux jeunes qui n’ont pas encore de réseaux, ainsi qu’aux travailleurs plus âgés et moins qualifiés, pose en revanche des problèmes majeurs. Il faut inventer un nouveau filet de sécurité. L’»allocation universelle», versée à chacun sans condition, devient d’actualité en Europe. En attendant, la tension monte entre travailleurs «stables», qui rêvent de la liberté des autres et payent leur sécurité d’horaires contraignants et de salaires peu attractifs, et les «flexibles» qui s’inquiètent du lendemain et, plus encore, de leur retraite. Page 17 ArticleS 4. Scénarios - Questions Numériques
  10. 10. VEille The Future of Work MIT Technoloy Review des emplois devenus obsolètes ou non compétitifs ? #Futur #Robot #Travail Il y a un an, la revue du MIT sortait un numéro spécial sur le futur du travail. Au sommaire : «La créativité peut-elle être automatisée?», «La nouvelle vague des robots d’usine», «Automatiser ou périr», «Les travailleurs humains, managés par un algorithme», ... A lire ou relire. Métamorphose numérique (La) - Vers une société de la connaissance et de la coopération www.editionsalternatives.com #Futur #Technologie Le monde connaît aujourd’hui un développement sans précédent du fait des technologies de l’information et de la communication. Le numérique (Internet, réseaux, informatique, etc.) se déploie à grande vitesse et certains de nos usages ne peuvent plus se concevoir sans lui. Ce livre n’est pas un livre sur la technologie mais sur l’homme. Il rompt en cela avec les approches centrées sur les techniques et propose une vision inspirante du futur numérique que nous sommes en train d’inventer. 12 technologies qui vont changer le monde (et tuer des emplois) Rue89 #Futur #Technologie Un rapport de McKinsey liste des innovations qui auraient un impact économique colossal. Mais que faire Numérique et emploi : la création créatrice ? Manpowergroup #emploi #Futur #Robot La robotique créerait 3,5 millions d’emplois dans le monde d’ici 2025... Plus loin que l’image des fermetures d’usines, symboles de la première phase du processus de destruction créatrice, peut-on regarder l’horizon d’une innovation technologique portant un nouvel élan de l’emploi ? Page 18 Page 19 Veille Etat des lieux
  11. 11. Page 20 Page 21 2. L’individu au travail ARTICLES 22/31 VEILLE 32/35 Fini le temps où l’individu était rattaché à une organisation pour le restant de sa vie. L’exigence de flexibilité imposée par le marché d’un côté, le développement de la robotisation et l’automatisation de l’autre, enfin la recherche de sens et du développement personnel ont conduit les individus, bon an mal an, à se forger leur propre « écosystème d’activités » : ils affinent eux-mêmes leurs outils de travail, leurs savoirs et leurs expertises, leurs réseaux. Ils articulent sans cesse des activités rémunérées et non-rémunérées, et se constituent par-là une « diaspora d’organisations » (publiques / privées / formelles / informelles) essentielle à leur trajectoire professionnelle, et constitutive de leur identité.
  12. 12. Articles Page 22 Page 23 ArticleS Et normalement, leur prétendue agilité d’usages, leurs « usages natifs » devraient être un atout, devraient faire d’eux une ressource rare, une valeur recherchée, ce qui n’est pas le cas. Cette appellation de Digital Natives est pleine d’ambigüité 1. Numérique : la génération Y, nouvelle chienlit ? Amandine brugière Paru le 11Juin 2013 sur www. metiseurope.eu D’où vient la défiance des chefs d’entreprise, des managers vis-à-vis des jeunes générations ? Cette fantasmatique génération Y, - et ce sera pire avec la génération Z dit-on, marquerait-elle une nouvelle « chienlit » pour les entreprises? Le constat semble, en tout cas, celui d’une incompréhension, d’une difficulté à intégrer les jeunes générations, à les impliquer, à les faire adhérer à la culture de l’entreprise, à comprendre leur mode de fonctionnement. Rappelons, en introduction, que la défiance vis-à-vis de la jeunesse est une figure politique classique, le jeune étant porteur des bouillonnements et des transformations de demain, et donc d’une remise en cause de l’ordre établi. Rappelons aussi qu’aujourd’hui dans un marché de l’emploi atrophié, avec un nombre d’activités rémunérées qui ne couvre pas la population active, les jeunes d’un côté mais les moins jeunes aussi de l’autre, sont laissés de côté. C’est quand même une des explications de ce parcours extrêmement long d’intégration et de sécurisation des trajectoires (7 ans en moyenne). Mais dans le champ du travail, ce clivage générationnel vient se greffer en plus sur la nouvelle donne technologique. Il est vrai que le monde du travail est en pleine transformation sous l’influence des technologies (ce qui est encore relativement peu pris en compte). Les technologies numériques sont désormais partout, elles ont intégré toute la chaîne de valeur des organisations : l’outil de production, l’administration, communication, le commerce, la finance, le marketing. >>    L’informatisation a modifié le contenu même du travail : toujours plus dématérialisé ou médié par des interfaces, et donc nécessitant plus de réflexivité. >>    Elles font éclater le cadre spatiotemporel de l’entreprise : on peut travailler en dehors, en mobilité. Quand on compare les statistiques du taux d’équipement des 20/30 ans et des plus de 70 ans (qui n’ont pas connu l’informatisation au travail), le décalage est important en effet. Mais si on prend en compte la génération des baby-boomers, les écarts se resserrent en termes d’équipement >>    Elles transforment considérablement les marchés financiers (algorithmes prévisionnels, les données prédictives, High-Frequency Trading). >>    téléphonie mobile 98% des 18-39 ans, contre 85% des plus de 60 ans >>    Elles modifient les modes de recrutement et même la gestion des ressources humaines qui s’appuient de plus en plus sur l’analyse des données et des traces d’usages laissées par les individus sur les ordinateurs et les réseaux internes («People Analytics» de Google) comme en termes d’usages : >>    L’ubiquité des outils et des réseaux brouillent les frontières entre vie professionnelle et vie privée : le travail déborde sur la sphère privée, mais la vie personnelle se gère aussi du bureau. >>    La figure des salariés - clients contributeurs - consommateurs se confondent : c’est l’économie collaborative. >>    L’impact des technologies sur le travail c’est aussi l’automatisation, la robotisation, l’augmentation de la productivité d’un côté, la diminution d’un certain nombre d’emplois de l’autre. L’économie numérique crée de la croissance mais avec peu d’emploi. >>    Enfin le numérique est à la fois moyen de production, moyen de mesure de la valeur et supports de nouvelles formes de rétribution. Bref, tout se transforme. Mais aussi nombreuses et profondes soient-elles, ces transformations touchent toutes les générations, pas seulement les jeunes. >>    Ordinateurs au domicile : 94% des 18-39, contre 70% des plus de 60 ans >>    les jeunes et les baby-boomers ont un panel d’usages identiques : mail, chat, navigation, e-administration, e-commerce, réseaux sociaux, etc. Certains usages sont plus teintés générationnellement (le chat, le SMS, le téléchargement d’un côté / le-administration de l’autre), >>    envoi de SMS : 98% pour les 18-24 ans, 87% pour les 25-39, 37% pour les plus de 60 ans ce qui correspond - grosso modo - aux situations de vie des personnes, et à leurs centres d’intérêts. Cette appellation «digital natives» met surtout en évidence le fait que les jeunes n’ont pas d’autres référents d’usages. Mais cette position leur confère justement un peu moins de réflexivité sur leurs pratiques, que ceux qui ont du s’adapter, ce qui devrait constituer un avantage. Qu’est-ce qui clive alors les générations au travail? Si ce n’est pas tout à fait ou de manière pas si évidente - l’usage technique des outils, c’est peut-être tout simplement un certain rapport au travail, qui diffère, par les idéologies sousjacentes sur lesquelles il prend appui. Car la technologie n’est pas neutre, elle n’est pas dépourvue d’idéologie. Dans son passionnant ouvrage Aux 1. Numérique : la génération Y, nouvelle chienlit ? sources de l’utopie numérique, l’essayiste américain Fred Turner décrypte l’influence de la contre-culture américaine des années 70 sur la cyberculture, la culture des réseaux. C’est sur la Côte Ouest des Etats-Unis, que la greffe du numérique a prise, sous l’influence des communautés hippies. Celles-ci ont placé l’individu au cœur de leur projet d’émancipation : plutôt que de prendre appui sur le pouvoir, il s’agissait de se réinventer soi-même - pour changer le monde. Cette philosophie libertaire à l’origine des réseaux internet s’est conjuguée ensuite à des courants plus libéraux. Une hypothèse que je vous propose aujourd’hui, est de considérer que cette « philosophie Hackers », pour le dire de manière un peu rapide, porte des valeurs aujourd’hui dominantes chez les jeunes. On pourrait la caractériser par les éléments suivants : >>    s’inscrire dans un projet qui ait du sens, >>    se faire plaisir, >>    se sentir appartenir communauté, à une >>    affirmer son individualité, >>    continuer à apprendre et se former. Récemment une revue en ligne sur l’emploi résumait cette philosophie Hackers de la manière suivante « Get Paid, Get Fit and make something cool ! » : qui est une version un peu plus libérale. La recherche du sens et du plaisir, du développement personnel a pris le dessus. Aujourd’hui les outils numériques participent à mettre l’ensemble des activités que l’on mène sur un même plan : on gère à partir d’un même support, dans un même espace temps l’ensemble de ses activités. On ne gère plus un emploi, mais toute sa vie active : car chaque élément - loisirs, familles, engagement associatif, militant - comptent : constituant des expériences, des réseaux, des passerelles, des apprentissages nouveaux - potentiellement des compétences, une employabilité. Cela participe à mettre en tension ce qui a du sens, et de ce qui n’en a pas, dans notre quotidien, et cela, dans un contexte d’instabilité de l’emploi, de
  13. 13. 1. Numérique : la génération Y, nouvelle chienlit ? précarité financière, etc. On peut pousser certaines de ces tendances à leur paroxysme pour voir ce qu’elle donnerait (ce qu’on fait à la FING, dans le cadre de nos travaux Digiwork) >>    «Turn over subi des entreprises» >>    «Tous intermittents : un travail si je veux, quand je veux !» >>    «Les réseaux interpersonnels d’activités» : comme le véritable point d’appartenance >>    «La place Tahrir dans les entreprises» : ou la force des mobilisations virales >>    «Des congés illimités» : la maîtrise de son temps >>    «L’entreprise comme utopie sociale» : le choix des valeurs Reconsidérer le rapport au travail, c’est prendre en compte le rapport à l’activité. Ces aspirations à agencer/gérer différemment sa vie active que l’on identifie chez les jeunes - où l’activité prend le dessus sur le travail - ne sont pourtant pas tout à fait nouvelles : elles ressemblent beaucoup à celles des retraités actifs / ces baby-boomers - qui conjuguent aisément poursuite d’une vie professionnelle - à un rythme choisi -, solidarités familiales, engagements associatifs, parfois politiques, développement personnel, formation, apprentissage - certes, avec le revenu d’existence en plus. Finalement, il y a peut-être beaucoup à prendre ou à apprendre de nos aînés. Articles Page 24 Page 25 ArticleS 1. Numérique : la génération Y, nouvelle chienlit ?
  14. 14. 2. L’auto-entrepreneur, un travailleur de notre temps 2. L’autoentrepreneur, un travailleur de notre temps Aurialie jublin Paru le 17Juin 2013 sur www. fing.tumblr.com le blog de la Fing La mobilisation des auto-entrepreneurs pour la défense de leur statut a fait un peu parler d’elle du fait de l’utilisation amusante du terme ”poussin” (en référence à la récente ”révolte des Pigeons”) et du hastag #pioupiou. Elle fait en tout cas écho à de nombreux concepts identifiés au cours des premiers mois de l’expédition Digiwork : individualisation du travail, nouveaux collectifs de travail, nouvelles formes de rémunération, ect. Le statut d’auto-entrepreneur (décrié principalement par les artisans du bâtiment qui y voit une concurrence déloyale), les compagnons du devoir ou l’indépendant sont des figures que nous explorons particulièrement dans l’expédition Digiwork pour toutes les représentations qui les entourent : l’autonomie (l’individu est son seul responsable, il n’y a, a priori, pas de lien de subordination), la gestion libre de son temps (il choisit quand il travaille, que ce soit dans la journée, la semaine ou l’année), l’apprentissage continue (d’outils récents, de nouvelles compétences), la gestion de son employabilité, … tout en essayant de renverser les règles. La fin du travail, annoncée par Jérémy Rifkin dans les années 90, devient de jour en jour une réalité : après les emplois des ouvriers, ce sont maintenant les emplois du secteur tertiaire qui sont menacés par l’automatisation et la robotisation. L’individu doit donc développer de nouvelles activités rémunératrices pour pouvoir continuer à vivre. A partir d’une compétence, d’un savoir-faire, il imagine son emploi, propose une activité, il capitalise des expériences, construit son environnement de travail, il se crée son réseau et va parfois dans des espaces de coworking pour le développer et rencontrer physiquement d’autres personnes. Les auto-entrepreneurs partagent un même statut, mais pas une même activité (commerce ou services, développeur web ou coach en développement personnel, en passant par fabriquant de bijoux), et c’est en ça que le ”collectif des Poussins”, leader de la contestation, est un cas intéressant de formation d’un collectif en ligne d’individualités disparates, qui se sont fédérées autour d’une cause, à coup de pétition et de tweets. Nous Articles Page 26 observons ainsi la création de nouveaux collectifs, émergeant spontanément, issus d’une communauté d’intérêt installés ou non (il y a quelques années sortait par exemple le blog lafusionpourlesnuls. compour la mobilisation des employés de la fusion de l’ANPE et de l’Assedic dans Pôle Emploi). Enfin, les auto-entrepreneurs encourent les mêmes risques : isolement, précarité, droits sociaux peu nombreux. La limitation des charges sociales octroyée aux auto-entrepreneurs pouvait ainsi être vue comme une compensation à la précarité : “Vous n’êtes pas salarié, vous avez une activité rémunératrice limitée, des droits sociaux encore plus limités, donc vous payez peu de charges”. Or l’abaissement du plafond de l’activité, équivalent à un smic par mois (pour les activités de services), revient à une légalisation de la précarité : “Vous n’êtes pas salarié, vous avez une activité rémunératrice encore plus réduite, des droits sociaux toujours très limités, mais débrouillez-vous avec ça”. Notre propos dans l’expédition Digiwork n’est pas de faire l’apologie de l’autonomie et du libéralisme, en prônant que tout le monde doit être responsable de son employabilité. En imaginant le scénario “Tous intermittents”, dans lequel l’individu devenait le “gestionnaire autonome de son portefeuille d’activités” et où les entreprises étaient ”des “boîtes à projet” dans lesquelles les individus, porteurs de leur savoir-faire, se retrouvent pour collaborer sur une mission”, nous mettions en avant la nécessité d’inventer de nouveaux modèles de solidarité pour pallier les risques de précarisation des itinéraires personnels. La question de la redistribution de la valeur et de la rémunération est centrale : car si le numérique change la manière dont on produit, il change aussi la manière dont on mesure la valeur. Il est même le support à de nouvelles formes de rétribution. Il faut prendre acte du fait que le travail, l’activité s’élaborent différemment, et nécessitent de nouvelles redéfinitions des solidarités. Pour le moment, nous en sommes encore au début de notre réflexion, mais nous espérons pouvoir apporter des pistes d’action innovantes sur le sujet d’ici quelques semaines. Page 27 ArticleS 2. L’auto-entrepreneur, un travailleur de notre temps
  15. 15. 3. Le “travailleur” de demain sera un mouton à dix pattes 3. Le “travailleur” de demain sera un mouton à dix pattes Aurialie jublin Paru le 11 Mars 2013 sur www.fing.tumblr.com le blog de la Fing Le numérique a changé l’activité productive et va continuer à la faire évoluer. Dans un monde de plus en plus informatisé, connecté, automatisé, robotisé, l’humain va devoir développer de nouvelles compétences, principalement dans les activités de services. Les 2 études reprises ci-après (une française et une américaine) ont cherché à les décrire, sans s’attacher à des activités particulières ou aux possibles métiers du futur. Dans l’étude du CAS et de la DGT sur “L’impact des technologies de l’information et de la communication sur les conditions de travail”, Yves Lasfargue décrit les 10 évolutions qui modifient les conditions de travail dans la société numérique (p. 87). Ainsi, le “travailleur” devra savoir gérer : >>    les changements permanents (du matériel, des logiciels) >>    la numérisation et l’abstraction (ainsi que la dématérialisation, les trois provoquant un sentiment de déshumanisation des relations) >>    les informations de plus en plus écrites (impliquant l’exclusion des illettrés) >>    l’interactivité et l’instantanéité >>    la surabondance des informations >>    la logique contractuelle (obligation de suivre des procédures, d’atteindre des objectifs) >>    le temps et l’urgence >>    l’espace et le travail à distance >>    la vulnérabilité (des systèmes complexes fragilisés par les pannes, les attaques, …) >>    la traçabilité et la transparence Institute for the future a été un peu plus loin en décrivant les 10 compétences nécessaires en 2020 (j’ai gardé les notions en anglais, car leur traduction n’est pas toujours aisée en français). Ces compétences sont les suivantes : >>    Sense-making : capacité à déterminer le sens profond de ce qui est exprimé (différencier les homonymes, par ex) >>    Social intelligence : capacité à se connecter aux autres d’une façon profonde et directe, à comprendre Articles Page 28 les réactions des autres et à stimuler des interactions >>    Novel & adaptative thinking : capacité à penser et à arriver à des solutions et des réponses au-delà de ce qui est appris par cœur ou basé sur des règles >>    Cross-cultural competency : capacité à travailler dans différents milieux culturels >>    Computational thinking : capacité à traduire une importante somme de données et d’informations dans des concepts abstraits et à comprendre un raisonnement basé sur des données >>    New-media literacy : capacité à évaluer et à développer du contenu qui utilise les nouvelles formes de média, et à s’appuyer sur ces médias pour une communication convaincante >>    Transdisciplinarity : capacité à comprendre des concepts venant de diverses disciplines >>    Design mindset : capacité à représenter et développer des taches et des processus de travail pour les résultats voulus >>    Cognitive load management : capacité à filtrer l’information par importance, et à comprendre comment maximiser le fonctionnement cognitif en utilisant une variété d’outils et de techniques >>    Virtual collaboration : capacité à travailler de façon productive, à mener une mission et à montrer sa présence comme un membre d’une équipe virtuelle. Une grande partie de ces compétences sont des actions que les robots ne savent pas encore faire. Dans cet article de The Economist, intitulé “Robocolleague”, l’auteur conclue en écrivant : “les entreprises peuvent trouver plus intéressant d’investir dans des technologies qui améliorent la productivité des travailleurs nationaux moins qualifiés, en augmentant leurs salaires. Un jour, les robots intelligents pourront changer cette situation. Mais tant que les humains conserveront l’avantage de la flexibilité cognitive, les entreprises continueront de tirer parti de travailleurs pleins de bonne volonté.” Page 29 ArticleS 3. Le “travailleur” de demain sera un mouton à dix pattes
  16. 16. 4. Et vous, vous faites quoi ? 4. Et vous, vous faites quoi ? Aurialie jublin Paru le 26 Février 2013 sur www.fing.tumblr.com le blog de la Fing Dans une soirée ou sur Twitter, on se présente souvent en disant où l’on travaille et ce que l’on fait. : “Bonjour, je suis Machin, je suis responsable Bidule chez Truc et compagnie.” Lors du 1e atelier de l’expédition Digiwork, une personne avait fait la remarque suivante : “Comment on se présente si on n’est plus un “métier” ?” Les personnes sans emploi peuvent en effet ressentir une gêne. Et pourtant sans emploi ne veut pas dire sans activité, cela veut seulement dire “sans activité salarié”. Allez dire aux contributeurs de Wikipedia , aux hommes et femmes au foyer qui s’occupent de leurs enfants, ou aux cuisiniers-amateurs-blogueursà-leurs-heures, … qu’ils sont sans activité ou qu’ils ne contribuent pas à l’économie. Et puis, un métier, une fonction ne disent pas grand-chose de ce que l’on fait au quotidien. Dans un article intitulé “La fin du travail tel qu’on le connaît”, Josh Bersin, un spécialiste des questions RH, propose de remplacer le mot “travail” (“job”) par “rôle” et “fonction” par “série de tâches et de spécialités”. Le mot “rôle” m’a fait spontanément penser à l’histoire de JeanPaul Sartre sur le garçon de café, utilisée pour expliquer ses concepts d’”essence”, “existence” et de “mauvaise foi”. Selon Sartre, le garçon de café en fait des tonnes (“Il a le geste vif et appuyé, un peu trop précis, un peu trop rapide, il vient vers les consommateurs d’un pas un peu trop vif, il s’incline avec un peu trop d’empressement, sa voix, ses yeux expriment un intérêt un peu trop plein de sollicitude pour la commande du client”), car il joue à être un garçon de café, pour se persuader lui-même qu’il se confond avec sa fonction, qu’il est sa fonction. Sartre a pris l’exemple du garçon de café, mais il aurait très bien pu prendre un boucher, un publicitaire ou un manager, chacun jouerait sa fonction. Mais les slashers l’ont bien compris, ils cumulent les activités et multiplient les opportunités pour vivre plusieurs expériences en une même journée, appartenir à différents univers, s’épanouir dans un domaine qui les passionnent, développer des compétences, nourrir un profil original… Freddy Krueger, vendeur de glaces la journée et tueur psycho- Articles Page 30 pathe d’enfants la nuit, ne dira sûrement pas le contraire ! Par contre, sur le problème sémantique autour des mots “travail”, “activité”, “emploi”, “métier”, “fonction”, “rôle”, … je ne suis pas sûre qu’il soit d’une grande aide. Page 31 ArticleS 4. Et vous, vous faites quoi ?
  17. 17. VEille Page 32 The new artisans network era of the Harold Jarche #Artisan (philosophie) #Ecosystème d’activité #Individu Petit extrait d’un article d’Harold Jarche qui a fait la même analyse que Digiwork sur l’individu équipé, autonome et connecté, l’émergence de pratique collaboratives et de collectifs et les nouvelles formes de création de valeur : «Knowledge artisans are amplified versions of their preindustrial counterparts. Augmented by technology, they rely on their networks and skills to solve complex problems and test new ideas. Small groups of highly productive knowledge artisans are capable of producing goods and services that used to take much larger teams and resources. In addition to redefining how work is done, knowledge artisans are creating new organizational structures and business models, such as virtual companies, crowd-sourced product development, and alternative currencies.» Chez les « intellos précaires », un travail qui prend tout le temps L’humanité #Discontinuité du parcours #Temps Confrontés à la discontinuité des emplois et des activités, subissant pour l’écrasante majorité d’entre eux l’inconfort de rémunérations à la fois faibles et aléatoires, des dizaines de milliers de travailleurs dans les industries dites «créatives» sont contraints de rester disponibles en permanence. «Une idée, un boulot» : le garagiste qui apprend à ses clients à réparer répartition des richesses produites, devront évoluer pour offrir un avenir à la «troisième révolution industrielle». franceinfo #Artisan #Individu #Compétence Yann Raguenes, un jeune mécanicien automobile de 27 ans, a ouvert «Un garage et vous», à Les Sorinières, près de Nantes, où il met à la disposition de ses clients, ses conseils et son matériel. «Comment être heureux au travail en vivant dans un esprit de pauvreté?» L’express #Sens #Valeur La pauvreté est combattue comme une source de malheur, mais aussi présentée comme une voie de bonheur lorsqu’elle touche l’esprit et non l’existence matérielle. Philippe Laurent s’interroge sur son sens au travail. Outils sociaux sur l’espace de travail Microsoft #Espace de travail #Outils sociaux #Service Microsoft a mené une enquête dans 32 pays sur l’utilisation des «outils sociaux» dans l’entreprise. Malgré les restrictions de l’entreprise et les hésitations du management, les travailleurs veulent utiliser les outils sociaux sur leur lieu de travail, même si cela signifie dépenser leur propre argent. Après Bring Your Own Device (Apportez Votre Équipement personnel, en français), voilà le Bring Your Own Service. Le travail disparaît, intervention de Paul Jorion Ce soir ou Jamais Quand les robots remplaceront les hommes Economie Matin #Automatisation #Disparition de l’emploi #Robot Un court article de Jean-Michel Billaut, gourou de l’internet français, qui a le mérite d’extraire les principaux sujets de controverses du scénario de la robotisation massive de nos sociétés. L’esclave était le prototype du robot 0.0, le prolétaire sa version 1.0, et les robots biologistes constitueront la prochaine étape du robot 2.0. Les modèles d’innovation qui supportent la croissance, ainsi que la #Automatisation #Compensation Face à l’augmentation continue du chômage, il rappelle notamment la proposition du Suisse Jean de Sismondi (1773-1842) selon laquelle tout ouvrier remplacé par une machine bénéficie d’une rente, indexée sur la richesse créée désormais par celle-ci. After your job is gone TechCrunch Page 33 Veille breux liens, l’auteur Jon Evans fait un historique de la disparition du travail, touchant tout d’abord les ouvriers du secteur secondaire puis les employés du secteur tertiaire, dans lequel les avocats, financiers et chirurgiens ne sont pas à l’abri. Il imagine ensuite un monde se divisant en deux catégories : une minorité décroissante de très riches - les travailleurs des technologies, les barons de la finance, et ceux qui ont hérité leur fortune, pour la plupart - vivant dans une poignée de villes idylliques dégoulinant de richesse, et/ou leur maison d’été est à proximité des plages, des lacs et des montagnes ... et la majorité qui gagne peu, avec des contrats de travail occasionnels et des petits boulots, trop pauvre pour même visiter les lieux où les riches vivent, travaillent et jouent. Matthieu ou chronique de la disparition du travail Metis #Contrainte #Disparition du travail #Individu Extrait : «Matthieu expérimente l’emploi en même temps que l’invisibilité de son travail. Le travail a disparu. Comme dans la publicité, les tâches qui lui sont demandées en ont la forme, la couleur mais n’en sont pas. Il en a les obligations, les allers retours quotidiens, les horaires, la subordination, l’ambiance morose, mais il n’en a pas les opportunités. Il n’en rencontre pas les dimensions expressives que revendiquent même des salariés plus modestes des caisses de grande distribution. Il n’arrive pas à se sentir utile, il ne participe pas à un collectif, il n’est pas autonome et il ne voit rien d’intéressant dans ce qu’il a à faire.» Identité professionnelle : un métier et beaucoup plus Cursus #Disparition du travail #Activité #Emploi #Identité #Individu Illustrant son propos par de nom- « Que faites-vous dans la vie ? » À L’individu au travail cette question banale, on répond le plus souvent en donnant le nom de son métier, ou de sa fonction dans l’entreprise qui nous emploie. Mais que répond-on lorsqu’on est sans emploi ? Sans emploi et très investi dans une ou plusieurs activités ? Que répond t-on lorsqu’on occupe plusieurs emplois ? Lors que son emploi ne correspond à aucun nom habituel ? Que l’on occupe un emploi alimentaire mais que l’on construit à côté une expertise passionnante ? Qu’est-ce que le nouveau « CDII » ou « CDI intermittent » ? Andre Gorz YouTube #Artisan #Individu #Travail (concept) Le travail est une invention du capitalisme industriel. Durant l’antiquité, le travail ne se déroulait pas dans la sphère publique. Les femmes travaillaient (ou sinon les esclaves), les hommes faisaient de la politique. Le travail était mal vu. Pour Max Weber, au Moyen-âge il n’y avait pas de travail mais des besognes, des peines, des labeurs (paysans), et des œuvres (des artisans). Democratie & Socialisme #Contrat #Temps Le CDII ou contrat à durée indéterminée intermittent est, de fait, une sorte de contrat à temps partiel annualisé : le salarié va alterner des périodes travaillées et non travaillées, et sa rémunération sera « lissée » sur l’année : comment payer quatre mois de travail en douze fois ? Il sera « ouvert » aux entreprises de moins de 50 salariés (dans un premier temps dit « expérimental »). Apprendre à entreprendre dans un monde en réseau Email : Not Dead, Evolving Harvard Business Review #Email #Infographie #Outil Le HBR a mené une enquête en 2012 auprès de 2.600 travailleurs aux États-Unis, Royaume-Uni et en Afrique du Sud qui utilisent l’email quotidiennement. Les résultats indiquent que l’email n’est pas mort (les gens passent la moitié de leur journée de travail à les traiter), mais qu’il a évolué. Il est devenu une archive consultable, la source de la responsabilité d’un manager, l’outil de collaboration le plus efficace des travailleurs, un moyen d’avoir de l’information, ... Cursus #Automatisation #Robot Les applications numériques ont beau nous rendre la vie plus simple et plus excitante au quotidien, force est de constater aussi qu’elles ont détruit un nombre considérable d’emplois. Grosso modo, toutes les tâches routinières qui pouvaient être programmées et automatisées l’ont été ou sont en passe de l’être. Des robots et des logiciels remplacent les travailleurs dans de multiples domaines; le mouvement, qui a touché en premier lieu les processus industriels, s’est rapidement étendu au procès des services. Il touche désormais les professions intellectuelles dites supérieures. Pour un Google Now du poste de travail Bloc-notes de Bertrand Duperrin #Espace de travail numérique #Outil Alors que les outils grand public envahissent le bureau et que l’on croule sous les informations, l’auteur pense que l’application Google Now, service prédictif qui pousse à l’utilisateur, sans qu’il n’ait rien demandé, les informations dont il a besoin quand il en a besoin, va devenir indispensable sur le poste de travail. Par exemple, un commercial pourrait recevoir l’information selon laquelle il devrait tout de suite se mettre en route, vu les em-
  18. 18. VEille Page 34 L’individu au travail bouteillages, ou des données du CRM quand il est chez un client. Une vision de la formation tout au long de la vie en Europe pour 2030 Missing Out/Peur de rater quelque chose) est le nouveau mal des employés hyper connectés, mais qui ne se limite pas pour autant à la sphère professionnelle. Il est souvent lié au FONK (Fear Of Not Knowing/Peur de ne pas savoir). Email : combien de temps encore ? formation-professionnelle.fr #Compétence #Espace de travail numérique Au-delà de la question de la formation, l’article aborde une thématique traitée dans Digiwork, celle de l’environnement de travail, dans lequel la démonstration des compétences et des aptitudes sera préférée aux diplômes ; la performance des employés sera mesurée et quantifiée en continu au travers de systèmes de mesures numériques ; les limites du public/privé, professionnel/ personnel, bureau/domicile, réel/virtuel, formel/informel seront confuses, ... LinkedIn wants to be your personal assistant with new Contacts app Los Angeles Times #Application #Réseaux sociaux Comme un assistant personnel virtuel, la nouvelle application, baptisée LinkedIn Contacts, réunit dans un seul endroit les informations de contacts des divers e-mails, le calendrier de l’utilisateur et l’adresse des services d’annuaire. Il met également automatiquement à jour les informations des contact à chaque fois qu’il y a un changement, que ce soit dans le Google de l’utilisateur ou d’un compte Outlook. Sont inclus dans ces informations les détails de conversations et de réunions passées que vous avez eues avec le contact. Rialland, maître de conférence à Sciences-Po Paris, consultante en gestion de l’information dans l’entreprise, pour «Comprendre et maîtriser la déferlante d’informations». Les agences d’emploi : 16 millions de missions d’intérim ... en autres France Culture manpowergroup Peut-on se passer de l’email ? 500 milliards de mail sont envoyés chaque jour dans le monde. Créé il y a 30 ans, ce moyen de communication a conquis le monde, individus et entreprises. Plus que jamais utilisé, l’email est aussi plus que jamais remis en cause. Une émission produite par Telecom EM, et à écouter sur le MOOC de France culture. #Intérim #Parcours professionnel En 2012, après deux années de redressement, l’emploi intérimaire a chuté de 11,6%. Mais le travail temporaire demeure un vecteur d’accès à l’emploi, souligne le Prisme (Professionnels de l’intérim, services et métiers de l’emploi) dans son bilan annuel. Surtout, les agences d’emploi s’affirment comme un acteur de référence de la sécurisation des parcours professionnels et de la réactivité RH. 8 atouts des candidats ayant mené une reconversion professionnelle Itaquecoaching.com #Employabilité #Parcours professionnel #Reconversion Les itinéraires bis de la vie professionnelle ont beau être en passe de devenir la norme, les recruteurs frileux continueraient à camper dans les idées reçues sur l’employabilité des personnes au «parcours atypique». Et entre autres celle des candidats ayant changé de métier. Pourtant, ils ont d’autant plus d’atouts qu’ils on suivi ce parcours difficile. #Email #Outil #Radio Jobs in the Future Wagepoint.org #Compétence #Métier De nombreuses fonctions n’existaient pas dans l’entreprise il y a 10 ans, (développeur d’application, social media manager, expert en développement durable, designer orienté usage, ...), cette infographie propose 10 nouveaux métiers en 2030 (manager d’avatars, architecte digital, nano‐ médecin, ...) et les 5 compétences à développer (esprit critique, résolution de problème, créativité, esprit d’entreprenariat, culture numérique). «Infobésité», le mal du siècle Viuz.com FranceTVInfo #Souffrance #souffrance #Vidéo Le syndrome de FOMO (Fear Of Les conseils de Caroline Sauvajol- Veille L’individu au travail pas que les seniors ou les personnes peu qualifiées. Quels seront les métiers de demain ? Mode(s) d’emploi #Compétence #Info pratiques #Métier Liste de quelques guides pratiques à consulter en ligne gratuitement sur les nouvelles compétences, les métiers cadres en émergence, les métiers des jeux vidéos, ... Fidbacks, le profil de confiance Le blog de collaborative la consommation #Ecosystème d’activité #Réputation #Service Lancé en janvier 2013, le site Fidbacks permet à ses membres de créer et partager un profil agrégeant l’ensemble des commentaires qu’ils ont reçus sur les différentes plateformes d’échanges entre particuliers qu’ils utilisent (Airbnb, Buzzcar, Couchsurfing, Blablacar, Deways, eBay, Etsy, Priceminister, VadrouilleCovoiturage, Zilok ...). Ainsi, grâce à Fidbacks, un nouveau membre sur un site pourra attester de sa réputation complète agrégée et certifiée par Fidbacks directement sur son profil et ce dès le premier jour. In a hyper-connected world it is healthy to disconnect L’obsolescence (programmée) de nos compétences : la course contre la montre pinterest ManpowerGroup Une infographie sur la déconnexion volontaire pour bien profiter de ses vacances... pour celles et ceux qui en auront. #Compétence Fomo, nouveau mal du siècle Page 35 Résultats de l’enquête du Centre européen pour le développement de la formation professionnelle (CEDEFOP) sur la perte, le vieillissement ou l’inadaptation des compétences, phénomène qui ne concerne #Déconnexion #Souffrance Le travail peut-il à nouveau nous faire vivre ? RH Info #engagement Les contextes qui permettaient à une personne de trouver une raison stable pour s’impliquer dans son travail sont en grande partie révolus. Les comportements cyniques en matière sociale ont fait tomber les illusions. Dossier Real Humans Slate #Robot #pop culture Arte diffusait le mois dernier la série Real Humans, racontant la cohabitation, plus ou moins facile, entre les humains et les hubots (robots à visage humain qui aident au quotidien les humains). Relations humain-hubot, activistes anti-hubot, discrimination envers les hubots, hubots se battant pour leur liberté, ... les thèmes abordés par la série sont nombreux et Real Humans apportent donc un éclairage intéressant sur la thématique Robot/ Humain. Erik Brynjolfsson : La solution pour la croissance ? Faire la course avec les machines.... Ted #video Alors que les machines s’approprient davantage de travail, beaucoup se retrouvent sans emploi ou voient leurs augmentations de salaire sans cesse repoussées. Est-ce la fin de la croissance ? Non, selon Erik Brynjolfsson - ce sont simplement les difficultés grandissantes d’une économie radicalement réorganisée. Un cas fascinant qui expose pourquoi les grandes innovations sont devant nous... si nous considérons les ordinateurs comme faisant partie de notre équipe.
  19. 19. Page 36 Page 37 3. Nouveaux collectifs, nouveaux managements ARTICLES 38/51 VEILLE 52/55 L’hyperconnexion des individus au travail et leur mise en réseaux modifient la manière dont les collectifs productifs - inventifs se forment. Les frontières inter-services, ou internes-externes à l’organisation se diluent. Les collectifs se structurent autour de valeurs, d’enjeux et de finalités partagés. Ils articulent réseaux physiques et réseaux numériques. Cela en appelle à de nouvelles formes de management des équipes et des projets, à de nouvelles représentativités des collectifs ; et ouvre aussi sur de nouvelles formes de mobilisation-revendication.
  20. 20. Articles Page 38 Page 39 ArticleS Les entreprises se transforment pour survivre >>    Ce qui ressort des témoignages des chefs d’entreprises et chercheurs réunis par la Fing, c’est que les réponses sont à trouver dans la souplesse et l’ouverture : 1. Le futur du travail dans l’entreprise (1/2) : l’agilité… ou le néant ? Equipe des ateliers de l’emploi, Manpower Paru le 10 Juillet 2013 sur Le numérique déstabilise les entreprises parce qu’il accélère un double-mouvement qui brouille ses frontières : >>    les usages privés ont évolué de manière fulgurante et s’immiscent dans l’entreprise au point de remettre en cause ses codes – hiérarchiques en particulier ; >>    dans le même temps, le modèle tayloriste dépérit, les relations de travail « à vie » n’existent plus et les collaborations ponctuelles se multiplient : les collectifs d’hier ont muté, et le concept même de salariat – au cœur de tout l’édifice du travail, en France en particulier – devient flou. internetactu.net le média de la fing A ces deux questions déterminantes de l’avenir du « vivre ensemble » dans le collectif qu’est l’entreprise, l’expédition Digiwork de la Fing a tenté d’apporter des éléments de réponses lors de Futur en Seine 2013. Quel modèle d’organisation les entreprises peuvent-elles adopter alors que le numérique permet à chaque salarié de transformer son rapport de pouvoir à l’entreprise ? L’individu au pouvoir signe-t-il la mort de l’entreprise ? Après l’ère industrielle qui faisait du salarié un subordonné stricto sensu, simple exécutant, on assiste au retour de l’individu dans l’entreprise, et avec lui d’une certaine confusion entre vies privée et professionnelle – et/ou publique. Ce phénomène ne se cantonne pas au travail, ce sont tous les citoyens qui subissent une “injonction sociale à l’individualisation”, estime Anne-France Kogan, enseignant-chercheur à l’Ecole des Mines de Nantes. Aujourd’hui, l’autonomie devient une valeur cardinale et l’individu doit être responsable de ses choix, en substance. Le numérique incarne autant qu’il accé- lère radicalement le processus : les salariés font entrer leur téléphone mobile, tablette ou ordinateur portable dans l’entreprise, leurs réseaux de connaissances professionnelles et d’affinités personnelles s’entremêlent, leurs passions se conjuguent au travail collectif, leurs talents et créativités doivent fonctionner ensemble à l’ère de l’innovation… In fine, l’entreprise aujourd’hui doit gérer autant de quêtes du bonheur qu’il y a d’individus en son sein. Car dans une économie dont la créativité est le moteur, le génie de chacun tout comme sa relation au collectif sont déterminants : la prise en compte de l’individu dans toute sa complexité, intime comme sociale, est une donnée tout à fait nouvelle dans les entreprises ! Plus prosaïque, l’exemple de l’utilisation professionnelle de son téléphone ou ordinateur portable personnel (phénomène connu sous l’acronyme Byod, pour Bring your own device), qui pose d’importants problèmes de sécurité des données et de compatibilité logicielle, est typique des transformations actuelles : où se situe la frontière entre travail et activité personnelle, activité associative, temps libre ? Comment décompter le temps de travail quand on peut traiter la demande d’un client dans les transports en commun et pendant les vacances ? Comment faire vivre un collectif quand le “lieu de travail” perd de sa signification (c’est la question qui a conduit Marissa Mayer à décider l’interdiction du télétravail chez Yahoo) ? Ces questions sont plus qu’essentielles, elles sont existentielles : Comment les entreprises pourront-elles survivre dans leur forme actuelle, alors que tous les fondements de leur existence moderne sont sapés ? Sauront-elles se montrer suffisamment agiles pour se réinventer ? >>    un management qui cherche plus à stimuler et accompagner qu’à imposer, ce qui se concrétise par exemple par un accompagnement plutôt qu’une interdiction du Byod ; >>    un fonctionnement en “entreprise étendue” qui se diffuse : au cœur de la réussite de Poult, ce modèle partenarial destiné à favoriser la réalisation de projets est aujourd’hui revendiqué par des grandes entreprises dans leur relation avec leur écosystème de PME sous-traitantes ; >>    une organisation qui brise les silos, cherche à favoriser le travail “en mode start-up” et stimule l’ “intrapreneuriat” (concept qui veut que le salarié soit un entrepreneur à l’intérieur de l’entreprise)…; >>    des entités qui deviennent “apprenantes”, en créant notamment leurs propres universités. Face aux mutations numériques, Nathalie Andrieu, directrice générale en charge du numérique au Groupe La Poste n’a eu d’autre choix que de revoir son modèle économique, son organisation et son fonctionnement. Elle explique ainsi que son entreprise cherche aujourd’hui à valoriser, parmi ses salariés, quatre traits de caractère propres aux entrepreneurs : >>    1. goût du risque ; >>    2. non conformisme ; >>    3. capacité d’organisation et efficacité personnelle ; >>    4. capacité à se remettre en cause. “L’entreprise étendue” prend corps grâce au numérique Elle préconise d’adopter le modèle de “l’entreprise étendue”, qui fonctionne en écosystème en intégrant ses sous-trai- 1. Le futur du travail dans l’entreprise (1/2) : l’agilité… ou le néant ? tants et tous les acteurs d’un projet : “On doit travailler ensemble, faire coopérer start-ups et grandes entreprises, au lieu de les opposer. Une entreprise comme La Poste a besoin d’être bousculée par des startups qui remettent en cause les habitudes, les rythmes”, reconnaît-elle. “Ce n’est que comme ça que la France pourra reprendre un temps d’avance”. Ceci étant dit, l’arrivée de “l’extérieur” dans l’entreprise et la prise de pouvoir d’individus qui y font entrer leur vie privée via les appareils numériques (le fameux Byod), pose un défi de taille aux responsables informatiques : comment éviter l’anarchie ? Comment éviter de perdre le contrôle, avec tout ce que cela implique en termes de sécurité des informations confidentielles notamment ? Poussés par la démocratisation des usages privés (la “consumérisation de l’IT”, c’est-à-dire des technologies de l’information”, le fait que des produits initialement conçus pour un usage domestique soient adaptés au marché professionnel), les employés construisent peu à peu un Shadow IT – une informatique parallèle – où chacun amène et utilise l’outil qu’il préfère, en contournant la norme. Une telle fronde douce, sans revendication, est une nouveauté pour les entreprises ! Pour Philippe Bletterie, responsable du management chez Alcatel-Lucent, l’alternative est claire : “soit la patrouille s’adapte, soit non, et on travaille moins bien, dans de moins bonnes conditions”. Sans accompagnement des usages, le mal-être guette ; plus fondamentalement, au-delà des “risques psycho-sociaux”, il s’agit selon lui de savoir intégrer le nouveau capital apporté par l’individu au lieu de verrouiller les accès. L’adaptation d’Alcatel-Lucent à cette nouvelle réalité du travail s’est traduite par l’élaboration d’un nouveau cadre favorisant à la fois l’autonomie et le partage, avec notamment une bibliothèque d’applications professionnelles que chaque collaborateur choisit selon ses propres besoins et, surtout, la création d’un “Youtube d’entreprise” accessible à distance. Baptisé OpenTouch Video Store, cette plateforme concrétise la notion d’entreprise étendue en permettant aux collaborateurs, fournisseurs,
  21. 21. 1. Le futur du travail dans l’entreprise (1/2) : l’agilité… ou le néant ? clients et partenaires d’Alcatel-Lucent de partager des documents vidéo en lien avec leur activité – sans aucun matériel ni logiciel spécifique requis. Une solution collaborative qui fluidifie la communication de l’entreprise avec toutes ses parties prenantes, valorise l’apport de chacun et stimule l’échange, tout en faisant confiance à l’auto-régulation sans pour autant sacrifier la maîtrise des données. Quand les usages et l’innovation font la loi, le management se réinvente Corollaire de ce changement, l’élaboration d’un outil numérique en entreprise ne se fait plus en top-down aujourd’hui : ce n’est plus la Direction qui décide et les salariés qui appliquent, notamment parce que les usages individuels ont pris une telle place dans la vie de chacun que l’entreprise perdrait énormément de temps, d’énergie et d’argent en cherchant à les contrer. Le DSI (Directeur des systèmes d’information) voit son rôle stratégique évoluer, il “s’ancre dans le business“ – en offrant des solutions à même d’augmenter la productivité – et devient force de proposition pour assurer une politique numérique en phase avec les usages. Pour satisfaire au mieux aux préférences de chacun, les expérimentations et développements “par itération” se multiplient, qui facilitent les réactions rapides et flexibles au changement, autorisant les tests et les retours en arrière. Le but : améliorer le bien-être au travail tout en stimulant l’innovation. Autre exemple encore avec Poult, leader de la biscuiterie (1/5e des biscuits vendus en France), qui connaît une croissance annuelle à deux chiffres – souvent supérieure à 20%. La recette de Laurent Noël, son responsable R&D et Innovation : libérer les initiatives, notamment en instaurant un leadership tournant pour éviter que ne se cristallisent des lieux de pouvoirs, et ainsi challenger sans cesse la créativité de ses équipes – le tout accompagné d’une communication intensive et transparente (transmission de tous les comptes de résultats) ainsi que d’une politique de formation étoffée. Chez Poult, le postulat de l’empowerment des salariés consiste en la “déhié- Articles Page 40 rarchisation”, la suppression des strates et des postes de contrôle – deux échelons hiérarchiques ont déjà disparu. Plutôt que d’interdire, le rôle des managers et des responsables des ressources humaines de Poult est donc de définir le sens et les objectifs du travail, en aidant l’individu à se responsabiliser, en libérant leurs capacités d’innovation. Au sein de cette biscuiterie, les employés sont des “intrapreneurs” et s’inscrivent dans un véritable écosystème : participation aux pôles de compétitivité, création d’incubateurs internes (structures d’appui au développement de projets innovants), etc. Vers l’entreprise-artiste, royaume des déviants ? Poult est-elle pionnière ? Quel sera le modèle de demain ? Quelle mythologie remplacera celle, moribonde, des “merveilles de l’industrie” ? C’est la question essentielle, selon Armand Hatchuel, professeur titulaire de la chaire “théories de la conception” de l’Ecole des Mines, coauteur de Refonder l’Entreprise (qui lui a valu plusieurs prix littéraires, dont celui de la Fondation ManpowerGroup pour l’emploi) et pilote du projet de recherche “L’entreprise, formes de la propriété et responsabilités sociales” au Collège des Bernardins. “Le processus d’innovation est aujourd’hui le même que celui de la création artistique”, assène-t-il. Pour lui, la mutation de La Poste relève de cette démarche : “Je ne suis plus ce que vous pensez que je suis !”, proclamerait l’entreprise auprès de ses parties prenantes. Henri Seydoux, PDG de l’entreprise de systèmes et kits mains libres Parrot, abonde dans son sens : “l’entreprise d’aujourd’hui est un monde de saltimbanques”, sur le modèle de la Sillicon Valley. Elle s’appuie sur des créatifs, dont la valeur ajoutée repose avant tout sur la capacité d’étonnement et à penser contre la norme. Pour lui comme pour Armand Hatchuel, la réticence des Français au changement viendrait du fait que les fondations du travail sont ancrées dans nos imaginaires collectifs comme si elles étaient par nature immuables. Pour Armand Hatchuel : “Les termes « inno- Page 41 ArticleS vation » et « entreprise » sont historiquement ancrés, idéologisés ! Le modèle d’innovation qui s’est imposé est celui issu de la science. Connu de tous, il est aujourd’hui saturé. Henri Seydoux estime pour sa part que la planification qui a fait la gloire de l’industrie est dépassée. Pourtant, on ferait comme si elle pouvait encore avoir cours aujourd’hui, et ce “mensonge” serait destructeur pour l’aventure humaine qu’est l’entreprise : “il est difficile de faire fonctionner des collectifs fondés sur des leurres !”. Dans un monde d’incertitude, un business plan “doit tenir en une demie-page” et les spécifications logicielles (c’est-à-dire l’ensemble explicite d’exigences à satisfaire par un produit) seraient à bannir parce qu’elles font croire en la possibilité de totalement maîtriser le futur : “elles transmettent une croyance dans un monde idéalisé ; au final, elles induisent en erreur”. En somme, l’entreprise doit retrouver sa raison d’être : “créer !”, rappelle Henri Seydoux. “Devoir dégager des bénéfices, c’est sa contrainte, pas sa gloire”. Pour Armand Hatchuel aussi, le seul salut de l’entreprise, aujourd’hui, résiderait dans son basculement ontologique : “L’entreprise du futur doit protéger le déviant, car c’est le déviant qui innove et qui est capable de créer de la rationalité dans l’inconnu”. Pour pousser ce changement, le chercheur propose deux options : >>    Refondre les cadres légaux, car notre code du travail (1891) serait obsolète et alimenterait des archaïsmes structurels. Et de proposer un modèle : la “Flexible purpose Corporation” créée en Californie (Etats-Unis). Alors que la loi américaine impose aux dirigeants d’entreprises de poursuivre un objectif unique (maximiser la performance de l’entreprise dans l’intérêt des actionnaires), ce nouveau statut permet d’élargir la mission principale de l’entreprise et d’éviter que la maximisation du profit des seuls actionnaires en soit l’unique horizon. >>    Redéfinir le gouvernement de l’entreprise, le management, pour le rendre authentiquement “horizon- 1. Le futur du travail dans l’entreprise (1/2) : l’agilité… ou le néant ? tal” et transformer les managers en accompagnateurs du changement. Peut-être même jusqu’au point de “virer tous les chefs”, comme le préconise le gourou du management Gary Hamel. Hors de l’agilité, point de salut ? La conférence Entreprise du futur lors du Futur en Seine 2013 par l’Atelier de l’emploiSi les entreprises cherchent à anticiper et accompagner les bouleversements de leurs fondations, c’est parce qu’ils remettent en cause leur existence même. Comme l’explique Daniel Kaplan, délégué général de la Fing, elles doivent toutes prendre conscience, aujourd’hui, de la nécessité d’évoluer en profondeur si elles veulent éviter que ne surgissent “des places Tahrir dans les entreprises”. Reste, qu’au bout de ce tunnel de l’inconnu que “l’agilité” représente, il pourrait y avoir la lumière. Pour clore une conférence passionnée sur l’entreprise du futur, qui a donné lieu à de nombreux questionnements sur l’avenir de la croissance, Philippe Lemoine, président de la Fing, a rappelé que, en 1870, tous les acteurs d’une société à genoux et à bout de souffle se sont mis à dépasser leur rôle pour trouver une voie de réenchantement et accéder à la “modernité”. Résultat : en 1889, la tour Eiffel symbolisait le renouveau français lors de l’Exposition universelle de Paris. “En quinze ans, on reprend la main sur le futur !”, s’enthousiasme Philippe Lemoine. Un mot d’ordre, donc, pour que les entreprises et tous leurs collaborateurs participent activement à la réécriture d’un destin commun : agilisez-vous ! L’Atelier de l’emploi L’atelier de l’emploi est un blog de tendances, décryptages, analyses et solutions pour l’emploi édité par Manpower Group. Ce double compte rendu des ateliers et conférences portant sur l’avenir du travail organisés dans le cadre de Futur en Seine 2013 est publié en partenariat avec l’expédition Digiwork de la Fing.

×