SlideShare une entreprise Scribd logo
ORDRE DES BARREAUX FRANCOPHONES ET GERMANOPHONE DE BELGIQUE
                                  L’avocat conseille. L’avocat concilie. L’avocat défend.




            Avis de l’Ordre des barreaux francophones et germanophone
                      concernant la proposition de loi interprétative
           de l’article 304 du code judicaire et des amendements ultérieurs




Suite à un incident survenu devant le tribunal de première instance de Bruxelles,
plusieurs parlementaires ont déposé une proposition de loi interprétative de l’article 304
du code judiciaire ayant pour objet de supprimer, dans certaines circonstances,
l’obligation faite aux juges et aux autres membres d’une juridiction de traiter un dossier
en cas de parenté avec l’avocat d’une des parties.

Alors que la proposition originaire concernait une loi interprétative du contenu de l’article
304 du code judiciaire, et instaurait une obligation d’abstention à charge de l’avocat ou
du mandataire d’une partie, les amendements introduits proposent aujourd’hui une
proposition de loi modificative de l’article 304 du code judiciaire et qui modalise
l’obligation d’abstention mise à charge des juges et des autres membres des juridictions
mais sans plus comminer d’obligations à charge de l’avocat ou du mandataire d’une
partie.

L’Ordre des barreaux            francophones      et   germanophone         synthétise    ci-dessous     ses
observations :


1. La modification du contenu de l’article 304 du code judiciaire n’est pas
justifiée


         a. La modification du contenu de l’article 304 du code judiciaire n’est pas
            opportune

La disposition de l’article 304 du code judiciaire consacre une règle d’incompatibilité
adressée aux membres d’une juridiction.

Les règles d’incompatibilité sont fondées sur les règles et exigences objectives
d’organisation judiciaire et sont essentielles à la bonne administration de la justice1 ;
elles participent de la sorte à l’ordre public2.

Les règles d’incompatibilité ont pour objet de garantir l’impartialité objective des
juridictions, c’est-à-dire l’impression d’impartialité, que doit présenter le juge (entendu


1
   (Cass., 10 mars 1997, Pas.1997, I, p.339; Cass., 19 décembre 2002, Pas., 2002, p.2540 et Cass., 12
février 2009, Pas., 2009, p.436).
2
   La violation de ces règles peut être invoquée pour la première fois devant la Cour de Cassation.
                                                       1
                     Proposition de loi interprétative de l’article 304 du code judiciaire – 295
    11.10.2011 - Avis de l’Ordre des barreaux francophones et germanophone concernant la proposition de loi
     interprétative du 2 mai 2011 concernant l’article 304 du Code judicaire et des amendements ultérieurs
                                                        LE-hb
au sens large) aux yeux du justiciable3. L’apparence d’impartialité garantie par les
incompatibilités doit permettre que le justiciable n’entretienne aucun doute sur
l’impartialité de la juridiction.

La modification proposée, qui créée une brèche dans le régime des incompatibilités en ce
qu’il permet (ou contraint) un membre d’une juridiction de ne plus présenter cette
apparence d’impartialité, en participant au traitement d’un litige alors qu’il entretient un
lien de parenté avec l’avocat de l’une des parties, met à mal le principe même, d’ordre
public, de l’impartialité objective des juridictions.

On peut d’ailleurs se demander si l’adoption d’une telle règle, en droit interne, n’aurait
pas pour conséquence de violer le droit à l’accès à un tribunal indépendant et impartial
consacré par l’article 6 §1 de la Convention européenne des droits de l’homme.



         b. La modification du contenu de l’article 304 n’est pas nécessaire

Quoique les incidents comparables à celui qui a suscité le dépôt de la présente
proposition sont particulièrement rares, il est bien entendu nécessaire de pouvoir y
apporter des solutions.

L’Ordre des barreaux francophones et germanophone souligne à cet égard que les règles
déontologiques professionnelles et, le cas échéant, les règles disciplinaires du barreau,
permettent, dans l’état existant du texte de l’article 304 du code judiciaire, de proposer
les outils d’examen et de résolution de ce type d’incident.

L’article 444 du code judiciaire impose aux avocats un devoir de délicatesse que le
conseil de l’Ordre a pour mission de maintenir et de faire respecter en application de
l’article 455 du code judiciaire. En outre, le bâtonnier de l’Ordre dispose d’un pouvoir
d’enjoindre à un avocat de s’abstenir d’intervenir dans un dossier lorsque cette
intervention peut être de nature à causer préjudice à des tiers ou à l’honneur de l’Ordre
et ce en application de l’article 473 du code judiciaire.

Les autorités ordinales disposent donc des moyens leur permettant d’examiner la
situation, selon tous ses tenants et aboutissants et de prendre, le cas échéant, la
décision qui s’impose pour éviter que se présente une situation d’incompatibilité telle que
régie par l’article 304 du code judiciaire lorsque ceci s’avère nécessaire.

Le Conseil Consultatif de la Magistrature a rappelé à cet égard, de manière pertinente,
dans son avis, une décision du conseil de l’Ordre français du barreau de Bruxelles :

«        Si Me X a pu, en conscience, accepter de se charger de la défense de
         Monsieur Y, son devoir de délicatesse lui impose d’avoir égard à
         l’ensemble des      conséquences de son intervention tant pour la
         magistrature que pour ses confrères et les clients de ceux-ci. Le Conseil
         de l’Ordre considère que Me X manquerai au devoir de délicatesse si, dans
         les circonstances de l’espèce, il maintenait son intervention en tant que le
         conseil de Monsieur Y. »

L’incident concerné peut donc être rencontré par l’application des règles existantes.


3
    (Cass., 9 janvier 2002, Pas. 2002, p.43).
                                                      2
                     Proposition de loi interprétative de l’article 304 du code judiciaire – 295
    11.10.2011 - Avis de l’Ordre des barreaux francophones et germanophone concernant la proposition de loi
     interprétative du 2 mai 2011 concernant l’article 304 du Code judicaire et des amendements ultérieurs
                                                        LE-hb
2.    La modification proposée ne permet pas nécessairement d’atteindre le
résultat poursuivi et peut générer de nouvelles difficultés


         a) L’objectif poursuivi n’est pas nécessairement atteint

Le dernier état de la proposition (amendement n°6) prévoit que le membre de la
juridiction ne doit toutefois pas s’abstenir lorsque se présentent les circonstances
évoquées à l’alinéa 2 du nouvel article 304 du code judiciaire.

 Cette formulation est ambiguë puisqu’elle peut signifier soit que le juge ou les autres
membres de la juridiction ont la faculté de choisir de s’abstenir ou non de poursuivre le
traitement du litige, soit que le juge ou les autres membres de la juridiction sont
contraints de poursuivre leur intervention malgré le lien de parenté avec l’avocat d’une
des parties.

La nuance entre ces deux alternatives est de taille et l’ambiguïté doit absolument être
levée.

Si l’on considère que le juge ou les autres membres de la juridiction disposent du choix
de s’abstenir ou non, on se trouve donc d’abord dans une situation d’incertitude totale
dont l’issue dépendra non plus de l’application du critère de l’apparence d’impartialité
objective mais bien de la décision personnelle du membre de la juridiction concernée qu’il
prendra vraisemblablement en raison de son sentiment d’impartialité subjective. Ceci
paraît peu souhaitable.

En tout état de cause, si le juge ou les autres membres de la juridiction s’abstiennent,
l’objectif poursuivi n’est pas atteint puisque le procès est interrompu.

Si le juge ou les autres membres de la juridiction ne s’abstiennent pas, ils imposent
alors aux autres parties au procès une situation de parenté avec l’avocat d’une des
parties au litige qui est susceptible d’inspirer à ces autres parties des doutes quant à
l’impartialité réelle de la juridiction (l’effet induit est alors parfaitement contraire au
fondement de l’article 304 du code judiciaire). Si le membre concerné de la juridiction
est un juge, les parties au procès, qui nourriront certains doutes quant à l’impartialité
réelle de la juridiction, pourront déposer une requête en récusation pour suspicion
légitime en application de l’article 828, 1° du code judiciaire; l’incident né de cette
demande devra être traité par une autre juridiction et si la suspicion légitime est retenue
(ce qui risque d’être souvent le cas), l’affaire devra être confiée à un autre juge :
l’objectif poursuivi ne sera pas atteint puisque le procès sera suspendu.

Si l’on considère, par contre, que le membre de la juridiction est dorénavant contraint de
poursuivre son intervention, on se retrouve alors dans la seconde branche de l’alternative
décrite ci-dessus. La règle risque ici également de ne pas atteindre l’objectif poursuivi. 4
La règle aurait pour effet d’imposer, sans recours possible (à l’exception du juge, cfr. ci-
dessus), l’intervention d’un membre du tribunal lié à l’avocat ou au mandataire d’une des
parties par un lien de parenté considéré suffisamment étroit pour justifier un doute à
l’égard de l’impartialité objective de la juridiction !

4
  L’Ordre des barreaux francophones et germanophone rappelle que la règle selon laquelle le membre de la
juridiction concerné par le lien de parenté serait contraint de poursuivre le traitement du litige malgré ce lien de
parenté est en opposition avec le principe d’impartialité objective qui sous-tend l’incompatibilité de l’article 304
du Code judiciaire et pourrait être jugé contraire au droit d’accès à un tribunal impartial et indépendant consacré
par l’article 6§1 de la Convention européenne des droits de l’homme.
                                                         3
                     Proposition de loi interprétative de l’article 304 du code judiciaire – 295
    11.10.2011 - Avis de l’Ordre des barreaux francophones et germanophone concernant la proposition de loi
     interprétative du 2 mai 2011 concernant l’article 304 du Code judicaire et des amendements ultérieurs
                                                        LE-hb
b) La modification proposée peut générer de nouvelles difficultés

Divers moments–charnières, permettant de départager les situations soumises au
principe général de l’incompatibilité et des situations soumises au régime dérogatoire,
objet de la proposition, ont été proposés.

Actuellement (amendements n°5 et n°6) il est proposé que le régime dérogatoire entre
en application lorsque l’incompatibilité résultant de la parenté se révèle en cours de
procédure à l’occasion de l’intervention de l’avocat ou du mandataire d’une partie et
après que cette partie a pris connaissance ou aurait pu raisonnablement prendre
connaissance de la composition de la juridiction qui examine l’affaire.

L’Ordre des barreaux francophones et germanophone précise tout d’abord qu’il se rallie
aux observations qui ont été formulées antérieurement, pour les autres suggestions de
moments–charnières, telles que formulées par le Conseil Consultatif de la Magistrature
et par l’Orde van de Vlaamse Balies.

Le dernier critère proposé, même s’il présente l’avantage de ne pas être figé, est
néanmoins source d’une réelle incertitude.

Il n’existe en effet pas de cadre légal ou réglementaire qui organise l’information des
parties relativement à l’identité des membres de la juridiction appelés à participer au
traitement d’un litige.     Si certaines initiatives locales ont été prises soit par des
juridictions soit en concertation entre les juridictions et les barreaux, elles ne concernent
toutefois que la mise à disposition de ce type d’information à l’égard des avocats et non
pas à l’égard des parties. Il n’est, en conséquence, pas possible de disposer d’un critère
réellement objectif permettant d’identifier le moment où une partie à un litige a pris
connaissance ou aurait pu prendre connaissance de l’identité des membres la juridiction
appelés à participer au traitement de l’affaire.

Or, dans le système proposé, on doit supposer que c’est le juge chargé du traitement de
l’affaire qui, pour déterminer si c’est le régime général de l’incompatibilité ou le régime
dérogatoire qui s’applique, devra rechercher à quel moment la partie concernée a eu
connaissance ou aurait pu raisonnablement prendre connaissance de la composition de la
juridiction. Il sera donc de la sorte amené non seulement à apprécier quel régime doit
s’appliquer mais encore la consistance concrète du critère départageant l’application des
deux régimes5.

En outre, et ainsi que déjà développé par plusieurs avis communiqués à la Commission
de la Justice, la composition d’une juridiction appelée à trancher un litige est loin d’être
figée. Ainsi, si le règlement d’ordre intérieur d’une juridiction peut prévoir quels sont les
magistrats affectés au service d’une chambre particulière et quels sont les jours auxquels
ils siègent habituellement, des modifications peuvent intervenir entre le moment où
l’affaire est attribuée à cette chambre et le moment où elle est effectivement examinée
en raison par exemple d’une nouvelle affectation temporaire d’un membre du personnel à
une autre fonction (une autre chambre, un autre service, une fonction en dehors du
tribunal), d’une promotion, d’une absence pour cause de maladie ou encore d’un décès.
Il se peut donc parfaitement que les membres d’une juridiction qui assument le

5
   Une conception saine du règlement de ce type de conflit nécessiterait que ce soit un autre juge que celui
concerné par le problème de l’incompatibilité qui apprécie quel est le moment à partir duquel une partie a pris
connaissance ou aurait dû raisonnablement prendre connaissance de la composition de la juridiction.
                                                      4
                     Proposition de loi interprétative de l’article 304 du code judiciaire – 295
    11.10.2011 - Avis de l’Ordre des barreaux francophones et germanophone concernant la proposition de loi
     interprétative du 2 mai 2011 concernant l’article 304 du Code judicaire et des amendements ultérieurs
                                                        LE-hb
traitement effectif d’un litige ne soient pas ceux dont l’intervention a été un moment ou à
un autre prévue selon l’organisation du tribunal.

Il paraît incontestable que la mise en œuvre du système, quel que soit le moment le
moment-charnière proposé soit la source de discussion et éventuellement de conflit
nouveau.


                                                *   *   *

Pour les raisons évoquées ci-dessus,              l’Ordre des barreaux francophones et
germanophone n’est pas favorable à l’adoption de la proposition de loi et des
amendements même si la dernière version de la proposition, telle qu’elle résulte des
amendements 5, 6 et 7, a déjà répondu à diverses observations formulées tant par
l’Ordre des Barreaux francophones et germanophone que par l’Orde van de Vlaamse
Balies, le Conseil d’Etat et le Conseil Consultatif de la Magistrature.




Pour l’O.B.F.G.
Yves Kevers, avocat au barreau de Liège
11 octobre 2011




                                                    5
                   Proposition de loi interprétative de l’article 304 du code judiciaire – 295
  11.10.2011 - Avis de l’Ordre des barreaux francophones et germanophone concernant la proposition de loi
   interprétative du 2 mai 2011 concernant l’article 304 du Code judicaire et des amendements ultérieurs
                                                      LE-hb

Contenu connexe

Tendances

Discour du bâtonnier de Mauritanie : situation des droits de la défense dans ...
Discour du bâtonnier de Mauritanie : situation des droits de la défense dans ...Discour du bâtonnier de Mauritanie : situation des droits de la défense dans ...
Discour du bâtonnier de Mauritanie : situation des droits de la défense dans ...
JLMB
 
Vade mecum salduz
Vade mecum salduzVade mecum salduz
Vade mecum salduzOBFG
 
Qpc1
Qpc1Qpc1
Michelle Martin: l'arrêt de la cour de cassation
Michelle Martin: l'arrêt de la cour de cassationMichelle Martin: l'arrêt de la cour de cassation
Michelle Martin: l'arrêt de la cour de cassation
Cédric Petit
 
Projet de loi sur la présence de l'avocat dès le premier interrogatoire
Projet de loi sur la présence de l'avocat dès le premier interrogatoireProjet de loi sur la présence de l'avocat dès le premier interrogatoire
Projet de loi sur la présence de l'avocat dès le premier interrogatoire
JLMB
 
2,quiz justice
2,quiz justice2,quiz justice
2,quiz justice
jeremybo
 
Projet modif législation sur les armes
Projet modif législation sur les armesProjet modif législation sur les armes
Projet modif législation sur les armesRabolliot
 
Guide de l’injonction de payer
Guide de l’injonction de payerGuide de l’injonction de payer
Guide de l’injonction de payer
Christophe BUFFET
 
Communiqué de presse du barreau d'Itsanbuk
Communiqué de presse du barreau d'ItsanbukCommuniqué de presse du barreau d'Itsanbuk
Communiqué de presse du barreau d'Itsanbuk
JLMB
 
Annales semestre 5_2014_12_09_22_53_15_966
Annales semestre 5_2014_12_09_22_53_15_966Annales semestre 5_2014_12_09_22_53_15_966
Annales semestre 5_2014_12_09_22_53_15_966
Pauline Guivarch
 
La grenouille et les pingouins
La grenouille et les pingouinsLa grenouille et les pingouins
La grenouille et les pingouins
JLMB
 

Tendances (11)

Discour du bâtonnier de Mauritanie : situation des droits de la défense dans ...
Discour du bâtonnier de Mauritanie : situation des droits de la défense dans ...Discour du bâtonnier de Mauritanie : situation des droits de la défense dans ...
Discour du bâtonnier de Mauritanie : situation des droits de la défense dans ...
 
Vade mecum salduz
Vade mecum salduzVade mecum salduz
Vade mecum salduz
 
Qpc1
Qpc1Qpc1
Qpc1
 
Michelle Martin: l'arrêt de la cour de cassation
Michelle Martin: l'arrêt de la cour de cassationMichelle Martin: l'arrêt de la cour de cassation
Michelle Martin: l'arrêt de la cour de cassation
 
Projet de loi sur la présence de l'avocat dès le premier interrogatoire
Projet de loi sur la présence de l'avocat dès le premier interrogatoireProjet de loi sur la présence de l'avocat dès le premier interrogatoire
Projet de loi sur la présence de l'avocat dès le premier interrogatoire
 
2,quiz justice
2,quiz justice2,quiz justice
2,quiz justice
 
Projet modif législation sur les armes
Projet modif législation sur les armesProjet modif législation sur les armes
Projet modif législation sur les armes
 
Guide de l’injonction de payer
Guide de l’injonction de payerGuide de l’injonction de payer
Guide de l’injonction de payer
 
Communiqué de presse du barreau d'Itsanbuk
Communiqué de presse du barreau d'ItsanbukCommuniqué de presse du barreau d'Itsanbuk
Communiqué de presse du barreau d'Itsanbuk
 
Annales semestre 5_2014_12_09_22_53_15_966
Annales semestre 5_2014_12_09_22_53_15_966Annales semestre 5_2014_12_09_22_53_15_966
Annales semestre 5_2014_12_09_22_53_15_966
 
La grenouille et les pingouins
La grenouille et les pingouinsLa grenouille et les pingouins
La grenouille et les pingouins
 

En vedette

Spirituelle Ursachen von Problemen Teil 3 von 3
Spirituelle Ursachen von Problemen Teil 3 von 3Spirituelle Ursachen von Problemen Teil 3 von 3
Spirituelle Ursachen von Problemen Teil 3 von 3SSRF Inc.
 
Retículas para pantalla
Retículas para pantallaRetículas para pantalla
Retículas para pantalla
camilolinares23
 
Reclutamiento ii
Reclutamiento iiReclutamiento ii
Reclutamiento ii
Jaione Berraondo Iriondo
 
Cahier exercice frs(1).xlsx vierge
Cahier exercice frs(1).xlsx viergeCahier exercice frs(1).xlsx vierge
Cahier exercice frs(1).xlsx viergekimlachance91
 
Bulletin de l'Omnium décembre 1999
Bulletin de l'Omnium décembre 1999Bulletin de l'Omnium décembre 1999
Bulletin de l'Omnium décembre 1999sti1966
 
Aula der Wissenschaften "Web 2.0 leicht erklärt"
Aula der Wissenschaften "Web 2.0 leicht erklärt"Aula der Wissenschaften "Web 2.0 leicht erklärt"
Aula der Wissenschaften "Web 2.0 leicht erklärt"Meral Akin-Hecke
 
Consultoria una profecion
Consultoria una profecionConsultoria una profecion
Consultoria una profecion
maggyyy
 
Notre nouvelle carte d'Autome
Notre nouvelle carte d'AutomeNotre nouvelle carte d'Autome
Notre nouvelle carte d'AutomeLausanne-Moudon
 
Art contest requirements 2015
Art contest requirements 2015Art contest requirements 2015
Art contest requirements 2015
mccoycr
 
Rapport cour des comptes dépenses de communication des ministères
Rapport cour des comptes dépenses de communication des ministèresRapport cour des comptes dépenses de communication des ministères
Rapport cour des comptes dépenses de communication des ministèresCécile Jandau
 
Fatima presentación1 historia
Fatima presentación1 historiaFatima presentación1 historia
Fatima presentación1 historia
evamanzanor
 
Stratégie Collaborative
Stratégie CollaborativeStratégie Collaborative
Stratégie Collaborative
FFINCHELSTEIN
 
Conception de modèles_simples
Conception de modèles_simplesConception de modèles_simples
Conception de modèles_simplesressmy
 
Afmm
AfmmAfmm
Ampliación c minoica
Ampliación c minoicaAmpliación c minoica
Ampliación c minoica
evamanzanor
 
Leader in the Digital Age: Lernen vom LIDA-Award Gewinner 2011 - Vineet Nayar
Leader in the Digital Age: Lernen vom LIDA-Award Gewinner 2011 - Vineet NayarLeader in the Digital Age: Lernen vom LIDA-Award Gewinner 2011 - Vineet Nayar
Leader in the Digital Age: Lernen vom LIDA-Award Gewinner 2011 - Vineet Nayar
doubleYUU – Wir machen digitale Transformationen. Erfolgreich.
 
Présentation corpo 2015
Présentation corpo 2015Présentation corpo 2015
Présentation corpo 2015
algodesign
 

En vedette (20)

Spirituelle Ursachen von Problemen Teil 3 von 3
Spirituelle Ursachen von Problemen Teil 3 von 3Spirituelle Ursachen von Problemen Teil 3 von 3
Spirituelle Ursachen von Problemen Teil 3 von 3
 
Retículas para pantalla
Retículas para pantallaRetículas para pantalla
Retículas para pantalla
 
Reclutamiento ii
Reclutamiento iiReclutamiento ii
Reclutamiento ii
 
Cahier exercice frs(1).xlsx vierge
Cahier exercice frs(1).xlsx viergeCahier exercice frs(1).xlsx vierge
Cahier exercice frs(1).xlsx vierge
 
Kim lachance.doc
Kim lachance.docKim lachance.doc
Kim lachance.doc
 
Bulletin de l'Omnium décembre 1999
Bulletin de l'Omnium décembre 1999Bulletin de l'Omnium décembre 1999
Bulletin de l'Omnium décembre 1999
 
Aula der Wissenschaften "Web 2.0 leicht erklärt"
Aula der Wissenschaften "Web 2.0 leicht erklärt"Aula der Wissenschaften "Web 2.0 leicht erklärt"
Aula der Wissenschaften "Web 2.0 leicht erklärt"
 
Consultoria una profecion
Consultoria una profecionConsultoria una profecion
Consultoria una profecion
 
Rester cool !
Rester cool !Rester cool !
Rester cool !
 
Notre nouvelle carte d'Autome
Notre nouvelle carte d'AutomeNotre nouvelle carte d'Autome
Notre nouvelle carte d'Autome
 
Art contest requirements 2015
Art contest requirements 2015Art contest requirements 2015
Art contest requirements 2015
 
Rapport cour des comptes dépenses de communication des ministères
Rapport cour des comptes dépenses de communication des ministèresRapport cour des comptes dépenses de communication des ministères
Rapport cour des comptes dépenses de communication des ministères
 
Belles maximes de vie
Belles maximes de vieBelles maximes de vie
Belles maximes de vie
 
Fatima presentación1 historia
Fatima presentación1 historiaFatima presentación1 historia
Fatima presentación1 historia
 
Stratégie Collaborative
Stratégie CollaborativeStratégie Collaborative
Stratégie Collaborative
 
Conception de modèles_simples
Conception de modèles_simplesConception de modèles_simples
Conception de modèles_simples
 
Afmm
AfmmAfmm
Afmm
 
Ampliación c minoica
Ampliación c minoicaAmpliación c minoica
Ampliación c minoica
 
Leader in the Digital Age: Lernen vom LIDA-Award Gewinner 2011 - Vineet Nayar
Leader in the Digital Age: Lernen vom LIDA-Award Gewinner 2011 - Vineet NayarLeader in the Digital Age: Lernen vom LIDA-Award Gewinner 2011 - Vineet Nayar
Leader in the Digital Age: Lernen vom LIDA-Award Gewinner 2011 - Vineet Nayar
 
Présentation corpo 2015
Présentation corpo 2015Présentation corpo 2015
Présentation corpo 2015
 

Similaire à 11 10 2011 avis obfg prop loi interpré du 2 mai 2001

La Cour constitutionnelle annule partiellement la loi Salduz
La Cour constitutionnelle annule partiellement la loi SalduzLa Cour constitutionnelle annule partiellement la loi Salduz
La Cour constitutionnelle annule partiellement la loi Salduz
JLMB
 
Cassation belge 19052011
Cassation belge 19052011Cassation belge 19052011
Cassation belge 19052011
JLMB
 
Justice ordonnances coronavirus
Justice ordonnances coronavirusJustice ordonnances coronavirus
Justice ordonnances coronavirus
Léo Guittet
 
Commentaires du CCBE sur le projet de règlement de procédure
Commentaires du CCBE sur le projet de règlement de procédureCommentaires du CCBE sur le projet de règlement de procédure
Commentaires du CCBE sur le projet de règlement de procédureOBFG
 
17 03 2011 comm. presse OBFG garde a vue
17 03 2011 comm. presse OBFG garde a vue17 03 2011 comm. presse OBFG garde a vue
17 03 2011 comm. presse OBFG garde a vue
JLMB
 
Proposition mahoux 5 997
Proposition mahoux 5 997Proposition mahoux 5 997
Proposition mahoux 5 997
JLMB
 
Proposition Mahoux 5 997
Proposition Mahoux 5 997Proposition Mahoux 5 997
Proposition Mahoux 5 997
JLMB
 
Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21
Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21
Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21
Laurent Sailly
 
2011 11 30 réponse obfg consultation détention (2)
2011 11 30 réponse obfg consultation détention (2)2011 11 30 réponse obfg consultation détention (2)
2011 11 30 réponse obfg consultation détention (2)OBFG
 
La Cour constitutionnelle annule partiellement la loi Salduz
La Cour constitutionnelle annule partiellement la loi SalduzLa Cour constitutionnelle annule partiellement la loi Salduz
La Cour constitutionnelle annule partiellement la loi Salduz
JLMB
 
Projet de thèse - Le droit transitoire
Projet de thèse - Le droit transitoireProjet de thèse - Le droit transitoire
Projet de thèse - Le droit transitoirePierre Bon
 
L'expertise judiciaire
L'expertise judiciaireL'expertise judiciaire
L'expertise judiciaire
Jérôme Blanchetiere
 

Similaire à 11 10 2011 avis obfg prop loi interpré du 2 mai 2001 (12)

La Cour constitutionnelle annule partiellement la loi Salduz
La Cour constitutionnelle annule partiellement la loi SalduzLa Cour constitutionnelle annule partiellement la loi Salduz
La Cour constitutionnelle annule partiellement la loi Salduz
 
Cassation belge 19052011
Cassation belge 19052011Cassation belge 19052011
Cassation belge 19052011
 
Justice ordonnances coronavirus
Justice ordonnances coronavirusJustice ordonnances coronavirus
Justice ordonnances coronavirus
 
Commentaires du CCBE sur le projet de règlement de procédure
Commentaires du CCBE sur le projet de règlement de procédureCommentaires du CCBE sur le projet de règlement de procédure
Commentaires du CCBE sur le projet de règlement de procédure
 
17 03 2011 comm. presse OBFG garde a vue
17 03 2011 comm. presse OBFG garde a vue17 03 2011 comm. presse OBFG garde a vue
17 03 2011 comm. presse OBFG garde a vue
 
Proposition mahoux 5 997
Proposition mahoux 5 997Proposition mahoux 5 997
Proposition mahoux 5 997
 
Proposition Mahoux 5 997
Proposition Mahoux 5 997Proposition Mahoux 5 997
Proposition Mahoux 5 997
 
Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21
Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21
Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21
 
2011 11 30 réponse obfg consultation détention (2)
2011 11 30 réponse obfg consultation détention (2)2011 11 30 réponse obfg consultation détention (2)
2011 11 30 réponse obfg consultation détention (2)
 
La Cour constitutionnelle annule partiellement la loi Salduz
La Cour constitutionnelle annule partiellement la loi SalduzLa Cour constitutionnelle annule partiellement la loi Salduz
La Cour constitutionnelle annule partiellement la loi Salduz
 
Projet de thèse - Le droit transitoire
Projet de thèse - Le droit transitoireProjet de thèse - Le droit transitoire
Projet de thèse - Le droit transitoire
 
L'expertise judiciaire
L'expertise judiciaireL'expertise judiciaire
L'expertise judiciaire
 

Plus de OBFG

05 09 2012 comm presse libération conditionnelle
05 09 2012  comm  presse libération conditionnelle05 09 2012  comm  presse libération conditionnelle
05 09 2012 comm presse libération conditionnelle
OBFG
 
Lettre à la Turquie
Lettre à la TurquieLettre à la Turquie
Lettre à la Turquie
OBFG
 
Marché public de services juridiques
Marché public de services juridiquesMarché public de services juridiques
Marché public de services juridiques
OBFG
 
Lettre cameroun
Lettre camerounLettre cameroun
Lettre cameroun
OBFG
 
Lettre turquie
Lettre turquieLettre turquie
Lettre turquie
OBFG
 
Lettre de l'o.b.f.g. à la ministre de la justice
Lettre de l'o.b.f.g. à la ministre de la justiceLettre de l'o.b.f.g. à la ministre de la justice
Lettre de l'o.b.f.g. à la ministre de la justice
OBFG
 
21.06.12 lettre de la ministre de la justice
21.06.12 lettre de la ministre de la justice21.06.12 lettre de la ministre de la justice
21.06.12 lettre de la ministre de la justice
OBFG
 
22.06.12 lettre à la république islamique d'iran
22.06.12 lettre à la république islamique d'iran22.06.12 lettre à la république islamique d'iran
22.06.12 lettre à la république islamique d'iran
OBFG
 
22.06.12 lettre au président du pakistan
22.06.12 lettre au président du pakistan22.06.12 lettre au président du pakistan
22.06.12 lettre au président du pakistan
OBFG
 
21.06.12 q° arrondissements judiciaires
21.06.12 q° arrondissements judiciaires21.06.12 q° arrondissements judiciaires
21.06.12 q° arrondissements judiciaires
OBFG
 
21.06.2012 communiqué de presse pétition
21.06.2012 communiqué de presse pétition21.06.2012 communiqué de presse pétition
21.06.2012 communiqué de presse pétition
OBFG
 
Carte blanche des associations aj
Carte blanche des associations   ajCarte blanche des associations   aj
Carte blanche des associations aj
OBFG
 
14 06 2012 barr bxl video conference
14 06 2012 barr bxl video conference 14 06 2012 barr bxl video conference
14 06 2012 barr bxl video conference
OBFG
 
13.06.12 q° olivier maignain
13.06.12 q° olivier maignain13.06.12 q° olivier maignain
13.06.12 q° olivier maignain
OBFG
 
30 05 2012 c s j avis d'office sur la scission de l'arrondissement judiciai...
30 05 2012 c s j   avis d'office sur la scission de l'arrondissement judiciai...30 05 2012 c s j   avis d'office sur la scission de l'arrondissement judiciai...
30 05 2012 c s j avis d'office sur la scission de l'arrondissement judiciai...
OBFG
 
2012 06 07 question orale de mme christine defraigne à la ministre de la just...
2012 06 07 question orale de mme christine defraigne à la ministre de la just...2012 06 07 question orale de mme christine defraigne à la ministre de la just...
2012 06 07 question orale de mme christine defraigne à la ministre de la just...
OBFG
 
Lettre des avocats membres de la commission consultative
Lettre des avocats membres de la commission consultativeLettre des avocats membres de la commission consultative
Lettre des avocats membres de la commission consultative
OBFG
 
Communiqué 15 juin 2012 section droit social du baj de bruxelles
Communiqué 15 juin 2012   section droit social du baj de bruxellesCommuniqué 15 juin 2012   section droit social du baj de bruxelles
Communiqué 15 juin 2012 section droit social du baj de bruxelles
OBFG
 
05 06 2012 communiqué de presse
05 06 2012  communiqué de presse05 06 2012  communiqué de presse
05 06 2012 communiqué de presse
OBFG
 
Séance plénière du sénat du 31 mai 2012
Séance plénière du sénat du 31 mai 2012Séance plénière du sénat du 31 mai 2012
Séance plénière du sénat du 31 mai 2012
OBFG
 

Plus de OBFG (20)

05 09 2012 comm presse libération conditionnelle
05 09 2012  comm  presse libération conditionnelle05 09 2012  comm  presse libération conditionnelle
05 09 2012 comm presse libération conditionnelle
 
Lettre à la Turquie
Lettre à la TurquieLettre à la Turquie
Lettre à la Turquie
 
Marché public de services juridiques
Marché public de services juridiquesMarché public de services juridiques
Marché public de services juridiques
 
Lettre cameroun
Lettre camerounLettre cameroun
Lettre cameroun
 
Lettre turquie
Lettre turquieLettre turquie
Lettre turquie
 
Lettre de l'o.b.f.g. à la ministre de la justice
Lettre de l'o.b.f.g. à la ministre de la justiceLettre de l'o.b.f.g. à la ministre de la justice
Lettre de l'o.b.f.g. à la ministre de la justice
 
21.06.12 lettre de la ministre de la justice
21.06.12 lettre de la ministre de la justice21.06.12 lettre de la ministre de la justice
21.06.12 lettre de la ministre de la justice
 
22.06.12 lettre à la république islamique d'iran
22.06.12 lettre à la république islamique d'iran22.06.12 lettre à la république islamique d'iran
22.06.12 lettre à la république islamique d'iran
 
22.06.12 lettre au président du pakistan
22.06.12 lettre au président du pakistan22.06.12 lettre au président du pakistan
22.06.12 lettre au président du pakistan
 
21.06.12 q° arrondissements judiciaires
21.06.12 q° arrondissements judiciaires21.06.12 q° arrondissements judiciaires
21.06.12 q° arrondissements judiciaires
 
21.06.2012 communiqué de presse pétition
21.06.2012 communiqué de presse pétition21.06.2012 communiqué de presse pétition
21.06.2012 communiqué de presse pétition
 
Carte blanche des associations aj
Carte blanche des associations   ajCarte blanche des associations   aj
Carte blanche des associations aj
 
14 06 2012 barr bxl video conference
14 06 2012 barr bxl video conference 14 06 2012 barr bxl video conference
14 06 2012 barr bxl video conference
 
13.06.12 q° olivier maignain
13.06.12 q° olivier maignain13.06.12 q° olivier maignain
13.06.12 q° olivier maignain
 
30 05 2012 c s j avis d'office sur la scission de l'arrondissement judiciai...
30 05 2012 c s j   avis d'office sur la scission de l'arrondissement judiciai...30 05 2012 c s j   avis d'office sur la scission de l'arrondissement judiciai...
30 05 2012 c s j avis d'office sur la scission de l'arrondissement judiciai...
 
2012 06 07 question orale de mme christine defraigne à la ministre de la just...
2012 06 07 question orale de mme christine defraigne à la ministre de la just...2012 06 07 question orale de mme christine defraigne à la ministre de la just...
2012 06 07 question orale de mme christine defraigne à la ministre de la just...
 
Lettre des avocats membres de la commission consultative
Lettre des avocats membres de la commission consultativeLettre des avocats membres de la commission consultative
Lettre des avocats membres de la commission consultative
 
Communiqué 15 juin 2012 section droit social du baj de bruxelles
Communiqué 15 juin 2012   section droit social du baj de bruxellesCommuniqué 15 juin 2012   section droit social du baj de bruxelles
Communiqué 15 juin 2012 section droit social du baj de bruxelles
 
05 06 2012 communiqué de presse
05 06 2012  communiqué de presse05 06 2012  communiqué de presse
05 06 2012 communiqué de presse
 
Séance plénière du sénat du 31 mai 2012
Séance plénière du sénat du 31 mai 2012Séance plénière du sénat du 31 mai 2012
Séance plénière du sénat du 31 mai 2012
 

11 10 2011 avis obfg prop loi interpré du 2 mai 2001

  • 1. ORDRE DES BARREAUX FRANCOPHONES ET GERMANOPHONE DE BELGIQUE L’avocat conseille. L’avocat concilie. L’avocat défend. Avis de l’Ordre des barreaux francophones et germanophone concernant la proposition de loi interprétative de l’article 304 du code judicaire et des amendements ultérieurs Suite à un incident survenu devant le tribunal de première instance de Bruxelles, plusieurs parlementaires ont déposé une proposition de loi interprétative de l’article 304 du code judiciaire ayant pour objet de supprimer, dans certaines circonstances, l’obligation faite aux juges et aux autres membres d’une juridiction de traiter un dossier en cas de parenté avec l’avocat d’une des parties. Alors que la proposition originaire concernait une loi interprétative du contenu de l’article 304 du code judiciaire, et instaurait une obligation d’abstention à charge de l’avocat ou du mandataire d’une partie, les amendements introduits proposent aujourd’hui une proposition de loi modificative de l’article 304 du code judiciaire et qui modalise l’obligation d’abstention mise à charge des juges et des autres membres des juridictions mais sans plus comminer d’obligations à charge de l’avocat ou du mandataire d’une partie. L’Ordre des barreaux francophones et germanophone synthétise ci-dessous ses observations : 1. La modification du contenu de l’article 304 du code judiciaire n’est pas justifiée a. La modification du contenu de l’article 304 du code judiciaire n’est pas opportune La disposition de l’article 304 du code judiciaire consacre une règle d’incompatibilité adressée aux membres d’une juridiction. Les règles d’incompatibilité sont fondées sur les règles et exigences objectives d’organisation judiciaire et sont essentielles à la bonne administration de la justice1 ; elles participent de la sorte à l’ordre public2. Les règles d’incompatibilité ont pour objet de garantir l’impartialité objective des juridictions, c’est-à-dire l’impression d’impartialité, que doit présenter le juge (entendu 1 (Cass., 10 mars 1997, Pas.1997, I, p.339; Cass., 19 décembre 2002, Pas., 2002, p.2540 et Cass., 12 février 2009, Pas., 2009, p.436). 2 La violation de ces règles peut être invoquée pour la première fois devant la Cour de Cassation. 1 Proposition de loi interprétative de l’article 304 du code judiciaire – 295 11.10.2011 - Avis de l’Ordre des barreaux francophones et germanophone concernant la proposition de loi interprétative du 2 mai 2011 concernant l’article 304 du Code judicaire et des amendements ultérieurs LE-hb
  • 2. au sens large) aux yeux du justiciable3. L’apparence d’impartialité garantie par les incompatibilités doit permettre que le justiciable n’entretienne aucun doute sur l’impartialité de la juridiction. La modification proposée, qui créée une brèche dans le régime des incompatibilités en ce qu’il permet (ou contraint) un membre d’une juridiction de ne plus présenter cette apparence d’impartialité, en participant au traitement d’un litige alors qu’il entretient un lien de parenté avec l’avocat de l’une des parties, met à mal le principe même, d’ordre public, de l’impartialité objective des juridictions. On peut d’ailleurs se demander si l’adoption d’une telle règle, en droit interne, n’aurait pas pour conséquence de violer le droit à l’accès à un tribunal indépendant et impartial consacré par l’article 6 §1 de la Convention européenne des droits de l’homme. b. La modification du contenu de l’article 304 n’est pas nécessaire Quoique les incidents comparables à celui qui a suscité le dépôt de la présente proposition sont particulièrement rares, il est bien entendu nécessaire de pouvoir y apporter des solutions. L’Ordre des barreaux francophones et germanophone souligne à cet égard que les règles déontologiques professionnelles et, le cas échéant, les règles disciplinaires du barreau, permettent, dans l’état existant du texte de l’article 304 du code judiciaire, de proposer les outils d’examen et de résolution de ce type d’incident. L’article 444 du code judiciaire impose aux avocats un devoir de délicatesse que le conseil de l’Ordre a pour mission de maintenir et de faire respecter en application de l’article 455 du code judiciaire. En outre, le bâtonnier de l’Ordre dispose d’un pouvoir d’enjoindre à un avocat de s’abstenir d’intervenir dans un dossier lorsque cette intervention peut être de nature à causer préjudice à des tiers ou à l’honneur de l’Ordre et ce en application de l’article 473 du code judiciaire. Les autorités ordinales disposent donc des moyens leur permettant d’examiner la situation, selon tous ses tenants et aboutissants et de prendre, le cas échéant, la décision qui s’impose pour éviter que se présente une situation d’incompatibilité telle que régie par l’article 304 du code judiciaire lorsque ceci s’avère nécessaire. Le Conseil Consultatif de la Magistrature a rappelé à cet égard, de manière pertinente, dans son avis, une décision du conseil de l’Ordre français du barreau de Bruxelles : « Si Me X a pu, en conscience, accepter de se charger de la défense de Monsieur Y, son devoir de délicatesse lui impose d’avoir égard à l’ensemble des conséquences de son intervention tant pour la magistrature que pour ses confrères et les clients de ceux-ci. Le Conseil de l’Ordre considère que Me X manquerai au devoir de délicatesse si, dans les circonstances de l’espèce, il maintenait son intervention en tant que le conseil de Monsieur Y. » L’incident concerné peut donc être rencontré par l’application des règles existantes. 3 (Cass., 9 janvier 2002, Pas. 2002, p.43). 2 Proposition de loi interprétative de l’article 304 du code judiciaire – 295 11.10.2011 - Avis de l’Ordre des barreaux francophones et germanophone concernant la proposition de loi interprétative du 2 mai 2011 concernant l’article 304 du Code judicaire et des amendements ultérieurs LE-hb
  • 3. 2. La modification proposée ne permet pas nécessairement d’atteindre le résultat poursuivi et peut générer de nouvelles difficultés a) L’objectif poursuivi n’est pas nécessairement atteint Le dernier état de la proposition (amendement n°6) prévoit que le membre de la juridiction ne doit toutefois pas s’abstenir lorsque se présentent les circonstances évoquées à l’alinéa 2 du nouvel article 304 du code judiciaire. Cette formulation est ambiguë puisqu’elle peut signifier soit que le juge ou les autres membres de la juridiction ont la faculté de choisir de s’abstenir ou non de poursuivre le traitement du litige, soit que le juge ou les autres membres de la juridiction sont contraints de poursuivre leur intervention malgré le lien de parenté avec l’avocat d’une des parties. La nuance entre ces deux alternatives est de taille et l’ambiguïté doit absolument être levée. Si l’on considère que le juge ou les autres membres de la juridiction disposent du choix de s’abstenir ou non, on se trouve donc d’abord dans une situation d’incertitude totale dont l’issue dépendra non plus de l’application du critère de l’apparence d’impartialité objective mais bien de la décision personnelle du membre de la juridiction concernée qu’il prendra vraisemblablement en raison de son sentiment d’impartialité subjective. Ceci paraît peu souhaitable. En tout état de cause, si le juge ou les autres membres de la juridiction s’abstiennent, l’objectif poursuivi n’est pas atteint puisque le procès est interrompu. Si le juge ou les autres membres de la juridiction ne s’abstiennent pas, ils imposent alors aux autres parties au procès une situation de parenté avec l’avocat d’une des parties au litige qui est susceptible d’inspirer à ces autres parties des doutes quant à l’impartialité réelle de la juridiction (l’effet induit est alors parfaitement contraire au fondement de l’article 304 du code judiciaire). Si le membre concerné de la juridiction est un juge, les parties au procès, qui nourriront certains doutes quant à l’impartialité réelle de la juridiction, pourront déposer une requête en récusation pour suspicion légitime en application de l’article 828, 1° du code judiciaire; l’incident né de cette demande devra être traité par une autre juridiction et si la suspicion légitime est retenue (ce qui risque d’être souvent le cas), l’affaire devra être confiée à un autre juge : l’objectif poursuivi ne sera pas atteint puisque le procès sera suspendu. Si l’on considère, par contre, que le membre de la juridiction est dorénavant contraint de poursuivre son intervention, on se retrouve alors dans la seconde branche de l’alternative décrite ci-dessus. La règle risque ici également de ne pas atteindre l’objectif poursuivi. 4 La règle aurait pour effet d’imposer, sans recours possible (à l’exception du juge, cfr. ci- dessus), l’intervention d’un membre du tribunal lié à l’avocat ou au mandataire d’une des parties par un lien de parenté considéré suffisamment étroit pour justifier un doute à l’égard de l’impartialité objective de la juridiction ! 4 L’Ordre des barreaux francophones et germanophone rappelle que la règle selon laquelle le membre de la juridiction concerné par le lien de parenté serait contraint de poursuivre le traitement du litige malgré ce lien de parenté est en opposition avec le principe d’impartialité objective qui sous-tend l’incompatibilité de l’article 304 du Code judiciaire et pourrait être jugé contraire au droit d’accès à un tribunal impartial et indépendant consacré par l’article 6§1 de la Convention européenne des droits de l’homme. 3 Proposition de loi interprétative de l’article 304 du code judiciaire – 295 11.10.2011 - Avis de l’Ordre des barreaux francophones et germanophone concernant la proposition de loi interprétative du 2 mai 2011 concernant l’article 304 du Code judicaire et des amendements ultérieurs LE-hb
  • 4. b) La modification proposée peut générer de nouvelles difficultés Divers moments–charnières, permettant de départager les situations soumises au principe général de l’incompatibilité et des situations soumises au régime dérogatoire, objet de la proposition, ont été proposés. Actuellement (amendements n°5 et n°6) il est proposé que le régime dérogatoire entre en application lorsque l’incompatibilité résultant de la parenté se révèle en cours de procédure à l’occasion de l’intervention de l’avocat ou du mandataire d’une partie et après que cette partie a pris connaissance ou aurait pu raisonnablement prendre connaissance de la composition de la juridiction qui examine l’affaire. L’Ordre des barreaux francophones et germanophone précise tout d’abord qu’il se rallie aux observations qui ont été formulées antérieurement, pour les autres suggestions de moments–charnières, telles que formulées par le Conseil Consultatif de la Magistrature et par l’Orde van de Vlaamse Balies. Le dernier critère proposé, même s’il présente l’avantage de ne pas être figé, est néanmoins source d’une réelle incertitude. Il n’existe en effet pas de cadre légal ou réglementaire qui organise l’information des parties relativement à l’identité des membres de la juridiction appelés à participer au traitement d’un litige. Si certaines initiatives locales ont été prises soit par des juridictions soit en concertation entre les juridictions et les barreaux, elles ne concernent toutefois que la mise à disposition de ce type d’information à l’égard des avocats et non pas à l’égard des parties. Il n’est, en conséquence, pas possible de disposer d’un critère réellement objectif permettant d’identifier le moment où une partie à un litige a pris connaissance ou aurait pu prendre connaissance de l’identité des membres la juridiction appelés à participer au traitement de l’affaire. Or, dans le système proposé, on doit supposer que c’est le juge chargé du traitement de l’affaire qui, pour déterminer si c’est le régime général de l’incompatibilité ou le régime dérogatoire qui s’applique, devra rechercher à quel moment la partie concernée a eu connaissance ou aurait pu raisonnablement prendre connaissance de la composition de la juridiction. Il sera donc de la sorte amené non seulement à apprécier quel régime doit s’appliquer mais encore la consistance concrète du critère départageant l’application des deux régimes5. En outre, et ainsi que déjà développé par plusieurs avis communiqués à la Commission de la Justice, la composition d’une juridiction appelée à trancher un litige est loin d’être figée. Ainsi, si le règlement d’ordre intérieur d’une juridiction peut prévoir quels sont les magistrats affectés au service d’une chambre particulière et quels sont les jours auxquels ils siègent habituellement, des modifications peuvent intervenir entre le moment où l’affaire est attribuée à cette chambre et le moment où elle est effectivement examinée en raison par exemple d’une nouvelle affectation temporaire d’un membre du personnel à une autre fonction (une autre chambre, un autre service, une fonction en dehors du tribunal), d’une promotion, d’une absence pour cause de maladie ou encore d’un décès. Il se peut donc parfaitement que les membres d’une juridiction qui assument le 5 Une conception saine du règlement de ce type de conflit nécessiterait que ce soit un autre juge que celui concerné par le problème de l’incompatibilité qui apprécie quel est le moment à partir duquel une partie a pris connaissance ou aurait dû raisonnablement prendre connaissance de la composition de la juridiction. 4 Proposition de loi interprétative de l’article 304 du code judiciaire – 295 11.10.2011 - Avis de l’Ordre des barreaux francophones et germanophone concernant la proposition de loi interprétative du 2 mai 2011 concernant l’article 304 du Code judicaire et des amendements ultérieurs LE-hb
  • 5. traitement effectif d’un litige ne soient pas ceux dont l’intervention a été un moment ou à un autre prévue selon l’organisation du tribunal. Il paraît incontestable que la mise en œuvre du système, quel que soit le moment le moment-charnière proposé soit la source de discussion et éventuellement de conflit nouveau. * * * Pour les raisons évoquées ci-dessus, l’Ordre des barreaux francophones et germanophone n’est pas favorable à l’adoption de la proposition de loi et des amendements même si la dernière version de la proposition, telle qu’elle résulte des amendements 5, 6 et 7, a déjà répondu à diverses observations formulées tant par l’Ordre des Barreaux francophones et germanophone que par l’Orde van de Vlaamse Balies, le Conseil d’Etat et le Conseil Consultatif de la Magistrature. Pour l’O.B.F.G. Yves Kevers, avocat au barreau de Liège 11 octobre 2011 5 Proposition de loi interprétative de l’article 304 du code judiciaire – 295 11.10.2011 - Avis de l’Ordre des barreaux francophones et germanophone concernant la proposition de loi interprétative du 2 mai 2011 concernant l’article 304 du Code judicaire et des amendements ultérieurs LE-hb