SlideShare une entreprise Scribd logo
PREFECTURE DE LA SAVOIE
DIRECTION DE LA PROTECTION CIVILE
Château des Ducs de Savoie - 73000 CHAMBERY
Téléphone (79) 34.37.14
CHUTES DE BLOCS ROCHEUX A LA PRA [SAVOIE)
COMMUNE DU FRENEY
CONDITIONS GEOLOGIQUES ET PREVENTIONS
par
A. PACHOUD
BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES
SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL
B. P. 6009 - 45018 ORLEANS CEDEX - Téléphone (38) 63.00.12
Service géologique régional J U R A - A L P E S
B. P. 6083 - 69604 VILLEURBANNE CEDEX - Téléphone (78) 52.26.67
75 SGN O43 JAL Lyon, Février 1975
R E S U M E
A la demande de la Préfecture de la Savoie, le service géologique régional
du B.R.G.M. a étudié les méthodes de préventions possibles contre les chutes
de blocs qui se produisent à La Pra, dans la vallée de la Maurienne en rive
gauche de l'Arc.
Modalités administratives : lettre du département de la Savoie en date du
28 Novembre 1974.
Conclusions ; Aucune action n'est possible dans la falaise d'où partent les
blocs étant donné ses dimensions, le pendage des bancs et leur fissuration. A
sa base l'éboulis vif qui tapisse la pente présente également des signes d'ins-
tabilité. Les dispositifs de protections ne peuvent être installés qu'au pied
de la montagne, au dessus de la voie ferrée.
Ingénieur chargé de l'étude
Technicien
Dessinateur
Secrétaire
A. PACHOUD
R. AMAT-CHANTOUX
J.F. RIEUX
G. BARROUE
- 1 -
TABLE DES MATIERES Pa_ge_s_
1 - INTRODUCTION 2
2 - RAPPEL DU CADRE GENERAL DE CETTE ZONE ACCIDENTEE 2
3 - ROLE DE LA FORET 6
s ss = = s =3 — s = s :
=s ss=:— =
4 - ETUDE DU CONE D'EBOULIS 6
5 - ï|AVAyX=DE=PRgTECTION=DEJA=ENTREPRIS=PAR=LA=SiNiCJ,Fi 7
6
- SiQHÇiïQ^QQMPLIMENTAIRE 8
61 - EXAMEN DES DIFFERENTES METHODES 8
611 - Purge, dynamitage, consolidation de la falaise 8
612 - Construction de banquettes 8
613 - Défense de surface 8
62 - DISPOSITIFS DE PROTECTION CONSEILLES 10
621 - Défense rapprochée 10
622 - Défense éloignée 12
7 - ELEMENTS_DE_PRIX_DE_REVIENT 13
71 - ELEVATION DU MUR 13
72 - ECHELLE DE PERROQUET, TYPE S.N.C.F. 13
73 - TRAVAUX D'ELARGISSEMENT DU FOSSE 13
74 - COUT DES FILETS 13
8 - CONCLUSIONS 13
TABLE DES FIGURES
1 - Vue d'ensemble de la falaise et du cône d'éboulis de 3
La Pra
2 a - Plan de situation 4
2 b - Coupe géologique de la falaise et du cône d'éboulis 5
de La Pra
6 - Défense rapprochée des voies de communication à La Pra 9
- 2 -
1 - INTRODUCTION
Des chutes de blocs rocheux se produisent fréquemment le long
du flanc sud de la vallée de la Maurienne, sur la commune du Freney,
en amont de la station S.N.C.F. de La Pra.
La vallée, ici très étroite, est empruntée par le lit de l'Arc,
et, en rive gauche contre le versant d'où proviennent les ébou-
lements, par-la route nationale N° 6 qui dessert Modane et l'Italie
et par la voie ferrée Paris-Rome.
Les blocs atteignent parfois la voie ferrée et la route. En
1952, ils sont parvenus jusqu'à l'usine Péchiney qui se trouve à
proximité.
En 1972, après de nouvelles chutes, le B.R.G.M. était intervenu
à la demande de la Préfecture de la Savoie (rapports JAL 72/30 et
73/17). La route nationale devant être déplacée sur l'autre rive,
à défaut de pouvoir adopter la même solution pour le chemin de fer,
la prolongation de la galerie déjà existante soit sous sa forme
actuelle, soit par une "casquette", avait été étudiée mais non re-
tenue, car d'une réalisation technique difficile et d'un coût très
élevé (dépassant 10.000.000 NF).
i
La S.N.C.F. a alors pris à son compte la réalisation de travaux
de protection rapprochés de la ligne, à charge pour le propriétaire
de la falaise, c'est à dire la commune du Frenay, d'effectuer des
travaux de défense éloignés.
La commune n'ayant pas un budget permettant de faire face à ce
genre de dépense, l'Administration préfectorale a obtenu des crédits
du Ministère de l'Intérieur pour faire étudier la possibilité d'im-
planter d'autres ouvrages de protection.
L'objet de ce travail est donc de déterminer si les conditions
géologiques et topographiques des terrains entre la vallée et la
falaise d'où partent les blocs, permettent d'édifier un système de
défense et dans l'affirmative, de le définir et le situer.
2 - RAPPEL=Dy=ÇADRE=GENERAL=DE=ÇETTE=ZONE=AÇCIDENTEE=(voir fig. 1
et 2a, 2b).
En rive gauche de l'Arc les blocs partent d'une falaise de grès
du houiller dont le pendage est de 25° environ dirigé vers le NW,
c'est à dire à peu de chose près, dans le sens de la pente topogra-
phique.
Les bancs sont très facturés. Découpés par les joints de stra-
tification et les fissures, ils glissent sous l'action de la pesan-
teur sur la surface du banc inférieur et viennent s'écraser au pied
de la falaise. Celle-ci est donc soumise à un effritement "en grand"
presque continu sur une hauteur de 300 m et une largeur de 550 m
environ.
- 3 -
VUE D'ENSEMBLE DE LÀ FALAISE ET DU CONE D'EBOULIS DE LA PRA Fig. 1
1660 m
Barre rocheuse ä éboulements fréquents
^
/ ^
1350 m
couloir
d'avalanche
sentier
<Gabions
Twnnel SNCF
paravalanche
. Echelle du milieu
f voie ferrée
T Route N.6
T l'Arc
Echelle du
/pont
+ 950 m
75 SGN 043_JAL-
Usine Péchinei
• 1 i.l
A '.
t It«
¡
SGR JHRA-ALPES / Û2.
FALAISE DE LA PRA
PLAN DE SITUATION
E C H E L L E 1 / 5 0 0 0
FIG.2a
B R G M / S G R JURA-ALPES/ 02.75 AI
- 5 -
FIG-2b
COUPE GEOLOGIQUE DE LA FALAISE
ET DU CONE D'EBOULIS DELA PRA
VOIE FERREE PARIS-ROME
te.
L E G E N D E
^•ftc EBOUL1S BLOCS ET TERRAIN ARGILEUX D'ALTERATION
BANCS DE GRES HOUILLER
£ï MASSIF PROBABLE DE GRES HOUILLERS
£ SCHISTES ARGILEUX DU HOUILLER
E C H E L L E 1/ 50OO
B R G M / S G R JURA-ALPFS / O S .75 SfiN OAT JAI
- 6 -
Toute purge ou mesure de consolidation sont impossibles.
Les chutes de blocs de toutes tailles sont donc fréquentes, la
plupart éclatent au bas des rochers; les fragments, qui peuvent être
encore très volumineux, dévalent le cône d'éboulis. La plupart
s'arrêtent à mi-pente, mais parfois un ou plusieurs gros blocs ar-
rivent jusqu'à la vallée et les voies de communication, en grands
bonds successifs comme en témoignent les arbres cassés ou les points
d'impact sur les troncs.
De plus, d'après notre étude du cône d'éboulis, nous avons la
preuve que certains blocs arrêtés peuvent se remettre en mouvement
et continuer à descendre la pente. Ces éboulis sont eux-mêmes dan- •
gereux.
Il faut souligner cette caractéristique de la falaise de La Pra :
l'arrivée des blocs jusqu'à la vallée n'est pas très fréquente, mais
très dangereuse. Par contre, à l'amont du cône d'éboulis, la chute
des rochers à partir de la falaise se produit souvent : les blocs de
taille moyenne ou petite s'arrêtent pour la plupart sur le cône-
La S.N.C.F. avait- déjà construit il y a plusieurs dizaines d'années
une galerie sûr la voie ferrée pour la protéger d'un couloir d'ava-
lanches.
La zone de la vallée la pljis exposée à recevoir des blocs s'étend
depuis cette galerie jusqu'au petit pont avant la station de La Pra
soit sur une longueur de 300 m environ.
3 - ROLE DE LA FORET
= == = = s;S3 = = = = = = = = = =
Dans ce genre de chutes de blocs, lorsqu'il ne s'agit pas d'un
écroulement en masse et instantané d'un large pan de falaise, la
forêt qui s'étend au pied a un rôle protecteur certain, car étant
donné que la majorité des débris ont un volume inférieur au mètre
cube, ils sont freinés par les arbres et finissent par s'arrêter
contre un tronc. Il suffit de parcourir le cône d'éboulis pour s'en
convaincre. Plus la forêt sera dense, plus son action sera efficace.
Or, ici la forêt semble se clairsemer donnant ainsi une plus
grande facilité aux blocs pour atteindre la vallée.
Par contre, lorsque les gros blocs dévalent la pente en rebon-
dissant le rôle protecteur de la forêt est bien moindre.
4 - |TUDEJ3U=C0NEjr§BgyLIS (voir fig. 2b)
II s'agit d'un ébouli "vif", c'est à dire actuellement alimenté
par la falaise. Depuis la base de celle-ci jusqu'à la voie ferrée,
sa pente topographique moyenne est de 44°; à sa base, la partie oc-
cidentale est moins raide que la partie orientale. Il est établi
- 7 -
sur des terrains d'âge houiller gréseux et schisteux, ces derniers
étant dominants.
Sa surface est composée d'une forte épaisseur de blocs de grès
de toutes tailles provenant de l'effritement continu de la falaise
et reposant sur des terrains argileux dus à l'altération des schistes
sous-jacents.
Nous avons relevé la trace de plusieurs petits glissements ce
qui est normal étant donné la nature et le pendage du substratum
d'une part, la pente topographique d'autre part. Ces accidents coïn-
cident avec de petites sources. Il est probable que des glissements
de plus grande ampleur pourraient se produire si la masse des éboulis
gréseux ne pesait pas sur les terrains argileux. 
Une observation minutieuse des blocs nous a montré que certains
d'un volume important, basculaient lentement vers l'aval. Ce mouvement
est probablement dû à la reptation des terrains sous-jacents.
Toutes ces constatations indiquent que ce cone d'éboulis est une
zone délicate où il serait dangereux de modifier les conditions de
l'équilibre précaire qui s'est établi.
Comme nous l'avons dit plus haut, il est recouvert d'une forêt
de résineux dont le rôle de "barrière" est certain, du moins pour
les petits blocs.
De grandes clairières allongées dans la pente existent parmi les
arbres. Ces zones sans végétation correspondent à une épaisseur de
blocs particulièrement importante où la végétation a du mal à s'éta-
blir.
On voit également parmi les arbres des bandes dénudées partant
de la falaise et descendant, soit jusqu'au bas de la pente, soit
jusqu'à un clapier. Ces couloirs correspondent soit à des zones
d'avalanches (particulièrement à l'Est) soit à des zones de chutes
de blocs ayant écrasé la forêt (principalement à l'Ouest), ou aux
deux phénomènes à la fois.
Mais ces couloirs ne sont pas les uniques chemins des.blocs dé-
valant la pente. En 1972, les rochers qui ont atteint l'Arc, n'ont
taillé aucune percée dans la forêt. Leurs bonds n'ont fait qu'.écrêter
certains arbres.
5
~
La voie de chemin de fer passe au pied d'un mur épais la sépa-
rant du pied de la montagne. Entre ce dernier et le parapet existe
un petit fossé de quelques mètres de large, encombré par les blocs
descendus jusqu'ici.
_ g _
Pour éviter les accidents, la S.N.C.F. a établi au-dessus du
mur un réseau de fils d'alerte dont la rupture interrompt le trafic
sur la voie.
A la suite de la chute des blocs de 1972, la S.N.C.F. a cons-
truit une protection rapprochée. En Février 1975, celle-ci consiste
en :
- une échelle de "perroquet" faite de rails et de traverse en
•amont du pont (nous appellerons cet ouvrage dans la suite du
texte : l'échelle du pont).
- une échelle de "perroquet" dans la partie centrale du pied du
cône (nous l'appellerons : l'échelle du milieu).
- un barrage en gabions dans un couloir aboutissant à l'entrée
de de la galerie paravalanche
Ce système de défense n'est donc pas continu, mais couvre certains
secteurs particulièrement critiques.
6 - PROTEÇTION_ÇOMPLEMENTAIRE
61 - EXAMEN DES DIFFERENTES METHODES -
611 - Purge, dynamitage, consolidation de la falaise
sont exclus a priori étant donné la nature du problème.
612 - Construction de banquettes
De tels replats bordés de remblais sont efficaces,
mais ici ils ne peuvent être établis que sur le cône d''éboulis. Or,
nous avons vu que celui-ci n'est pas sûr. La création de talus et
de tranchées ne ferait qu'accroître son instabilité. Cette méthode
ne peut être retenue, sauf, à Ta rigueur, le long du sentier sur
une trentaine de mètres derrière l'échelle du pont. Cette solution
est très localisée et ne doit être envisagée qu'en cas de chutes
très fréquentes en ce point.
D'autre part, tous travaux importants sur le cône
d'éboulis conduiraient inévitablement à faire disparaitre des arbres
pour établir les surfaces, les pistes d'accès etc.. Or, nous avons
vu que le rôle protecteur de la forêt n'est pas négligeable.
613 - Défense de surface
Celle-ci consiste en :
- filets
- râteliers ou échelles de "perroquet"
- 9 -
•Fig. 6
Défenses rapprochées des voies de communication à La PRA
ligne d'alarme
1°/ Etat des lieux avant travaux
nationale 6
2°/ Méthode adoptée par la S.N.C.F.
3°/ Méthodes préconisées
mur et remblai échelle inclinée
B.R.G.M; / SGR JURA-ALPES / 02.75 75 SGN 043 JAL
- 10 -
Dans le cas de La Pra, les filets constituent une
protection insuffisante employés seuls, mais ils peuvent être uti-
lisés en appoint et nous reviendrons sur leur rôle par la suite.
Les râteliers métalliques, faits de poutrelles jux-
taposées étant donné la hauteur (au moins 6 m) et la longueur qu'ils
devraient avoir, ne semblent pas adaptés au problème vu leur prix
de revient.
Les échelles de "perroquet" du type de construction
déjà employée sur le site, paraissent être une méthode préventive
satisfaisante.
62 - DISPOSITIFS DE PROTECTION CONSEILLES (voir fig. 6)
I
II reste entendu que la prévention la meilleure serait la
construction d'une galerie ou d'une casquette ou bien le détourne-
ment de la voie ferrée sur l'autre rive.
Pour rester dans un cadre budgétaire acceptable, nous re- •
jetons les solutions très onéreuses comme des remblais en terre
armée par exemple.
Les méthodes plus économiques que nous préconisons ci-après
ne peuvent garantir une sécurité à 100 %, il restera 1 ou 2 % de
risques exceptionnels.
Nous envisagerons,'ci-dessous, tout d'abord la défense rap-
prochée, puis la défense éloignée.
621 - Protection rapprochée
II est nécessaire de compléter les défenses déjà
établies par la S.N.C.F. Les systèmes envisagés ne peuvent être édi-
fiés que dans le fossé séparant le versant de la montagne du mur
actuel de protection de la voie.
On peut concevoir les méthodes suivantes :
1°/ - Surélévation du mur :
Le mur existant épais d'un mètre devrait être
exhaussé d'au moins 2 m 50. Cette construction
serait accompagnée :
- d'un élargissement du fossé pour atteindre la
largeur de 10 m environ
- de l'édification d'un remblai de matériaux
meubles contre le mur pour amortir les chocs
des blocs.
- 11 -
2o
/ - Construction d'échelles inclinées :
On pourrait se contenter de compléter le sys-
tème d'échelles déjà établi par la S.N.C.F.
L'échelle du pont doit remplir correctement son
office. Par contre, l'échelle du milieu est très
proche du talus; nous craignons que certains
blocs puissent la franchir en rebondissant.
Nous préférons incliner l'échelle vers l'aval
de façon à augmenter son aire de réception.
Ces échelles devront avoir une hauteur identique
à celle des échelles existantes et les matériaux
de construction seront les mêmes. Ainsi conçus,
ces ouvrages ressemblent à des râteliers para-
valanches.
Nous avons déjà dit que le râtelier métallique
classique, étant donné la hauteur requise, 7-8 m,
serait d'un prix de revient excessif.
L'échelle de perroquet inclinée doit rester
éloignée du mur de protection de la voie pour
que le bloc rocheux, mime s'il casse des tra-
verses', puisse tomber derrière le mur.
La longueur d'ouvrage restant à construire, doit
être de l'ordre de 200 mètres.
Le fossé doit être élargi jusqu'à'une dizaine
de mètres.
Il ne peut être question de refaire l'échelle
du milieu, mais, à notre avis, le mur de pro-
tection devrait être exhaussé sur la longueur
parallèle à cette échelle.
3°/ - Méthode mixte : surélévation du mur et échelle
inclinée :
Selon les disponibilités financières, une troi-
sième solution consisterait à surélever le mur
et à construire une échelle inclinée derrière
L'investissement est plus important, mais la
sécurité plus grande.
- 12 -
622 - Défense éloignée
Nous avons vu qu'il est fortement déconseillé de
modifier le profil topographique actuel du cône d'éboulis. Toute
protection doit rester aérienne. Actuellement, cette défense
éloignée est assurée par la forêt, dont le rôle est loin d'être
négligeable dans le cas de petits blocs.
Une première conclusion est donc l'utilité de la
préservation de cette forêt, et si possible son développement.
Or, elle semble en recession. Si elle venait à dis-
paraître, une plus forte proportion de blocs parviendrait jusqu'à
la vallée.
II faut donc envisager un système qui aide la forêt
actuelle à retenir les blocs et éventuellement puisse la suppléer.
A notre avis, étant donné les conditions géologiques
et tbpographiques du cône d'éboulis de La Pra, il n'y a qu'une mé-
thode : ce sont les filets genre paravalanches. Ils ont déjà fait
leurs preuves, dans les Alpes pour la rétention des blocs rocheux,
bien que ce ne soit pas leur destination première.
Les filets à fibres synthétiques sont à proscrire,
car l'arrête des blocs peut cisailler la maille.
Il faut des filets en acier de type BRUGG.
Leur hauteur utile n'est pas élevée : 2,50 m (en réa-
lité 3 m mais ils sont en position inclinée), elle est cependant
suffisante pour le service attendu : l'arrêt des petits blocs.
Ces filets pourraient être disposés à proximité du
sentier qui parcourt la totalité du cône d'éboulis près de sa base.
Nous soulignons bien que ce dispositif de filets n'est
envisagé que comme une méthode de prévention complémentaire.
En résumé, la protection des voies de communication
à La Pra peut se concevoir ainsi :
- défense rapprochée imperative : renforcement des
moyens déjà mis en place par la S.N.C.F., par
élargissement du fossé, puis, soit élévation du
mur de protection, soit .construction de nouvelles
échelles inclinées, ou la combinaison des deux
méthodes.
- défense éloignée moins urgente mais conseillée ;
réseau de filets.
- 13 -
7 - ELEMENTS DE PRIX DE REVIENT
z=r=s=r==== = = = = = = = = 3 = = r::= = = = = = = = =
Pour permettre une estimation approximative des investissements
et une comparaison entre les méthodes, nous donnons' à titre indica-
tif des prix obtenus auprès d'entreprises spécialisées. Il faut
considérer ces chiffres comme des ordres de grandeur et non pas
comme des devis.
71 - ELEVATION DU MUR
Prix du mètre linéaire d'un mètre de large x 2,5 m de
haut : 1.700 F
Coût approximatif pour 300 m 510.000 F
72 - ECHELLE DE PERROQUET, TYPE S.N.C.F.
Prix du mètre linéaire de 1.600 à 2.000 F
Coût approximatif pour 200 m à 2.000 F
le mètre 400.000 F
Auquel devrait s'ajouter le prix
de 100 m de mur 170.000 F
570.000 F
73 - TRAVAUX D'ELARGISSEMENT DU FOSSE
Prévu quelque soit la méthode (71 ou 72) 100.000 F
74 - COUT DES FILETS
Le mètre linéaire : de 1.600 à 2.000 F
Coût approximatif pour 300 m à 2.000 F
le mètre .
*
. 600.000 F
8 - CONCLUSIONS
=========:==
L'étude géologique indique que rien ne peut empêcher la falaise
de s'éroder et les blocs de tomber.
Les conditions du cône d'éboulis sont telles qu'aucun ouvrage
garantissant une sécurité totale ne peut être établi sur celui-ci.
Les méthodes préventives envisagées s'ajoutant à celles déjà
mises en place par la S.N.C.F., doivent diminuer très fortement
le risque.

Contenu connexe

Similaire à 75-SGN-043-JAL.pdf

Echokarst 67
Echokarst 67Echokarst 67
Echokarst 67
tridaine
 
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagne
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagneCours 7 : Des rifts aux chaînes de montagne
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagne
Nicolas Coltice
 
Grotte de bunant 2e partie hiver 1978
Grotte de bunant 2e partie hiver 1978Grotte de bunant 2e partie hiver 1978
Grotte de bunant 2e partie hiver 1978
Michel Septfontaine
 
Géologie des barrages.pptx
Géologie des barrages.pptxGéologie des barrages.pptx
Géologie des barrages.pptx
AbdelmounjiAmine1
 
Calcul Stabilite Des Barrages
Calcul Stabilite Des BarragesCalcul Stabilite Des Barrages
Calcul Stabilite Des Barrages
guest7e4ef6
 
Calcul Stabilite Des Barrages
Calcul Stabilite Des BarragesCalcul Stabilite Des Barrages
Calcul Stabilite Des Barrages
OURAHOU Mohamed
 
Calcul Stabilite Des Barrages
Calcul Stabilite Des BarragesCalcul Stabilite Des Barrages
Calcul Stabilite Des Barrages
guest4a5dea
 
P4 risque de rupture de barrage
P4 risque de rupture de barrageP4 risque de rupture de barrage
P4 risque de rupture de barrage
SMBS contact
 
Amcrps protection anticrue-fr
Amcrps protection anticrue-frAmcrps protection anticrue-fr
Amcrps protection anticrue-fr
Césarus Julus
 
Lac de La Crégut : Equipements hydroélectriques du territoire - Haute Tarentaine
Lac de La Crégut : Equipements hydroélectriques du territoire - Haute TarentaineLac de La Crégut : Equipements hydroélectriques du territoire - Haute Tarentaine
Lac de La Crégut : Equipements hydroélectriques du territoire - Haute Tarentaine
Muriel Tournadre
 
Etude sur les inondations à Rufisque
Etude sur les inondations à RufisqueEtude sur les inondations à Rufisque
Etude sur les inondations à Rufisque
Alexandre Lette
 
Aissa et al
Aissa et alAissa et al
Aissa et al
Mohamed Hamza Aissa
 
Butée de pied
Butée de piedButée de pied
Butée de pied
Rachid Abdi
 
3b loi barnierpos_a4
3b loi barnierpos_a43b loi barnierpos_a4
3b loi barnierpos_a4
Ville d'Ergué-Gabéric
 
3b loi barnierpos_a4
3b loi barnierpos_a43b loi barnierpos_a4
3b loi barnierpos_a4
Ville d'Ergué-Gabéric
 
Congres francais de mecanique 2009 pecker-teyssandier
Congres francais de mecanique   2009 pecker-teyssandierCongres francais de mecanique   2009 pecker-teyssandier
Congres francais de mecanique 2009 pecker-teyssandier
gefyra-rion
 
La crégut 3 équipements hydroélectriques du territoire ; fil de l'eau haute t...
La crégut 3 équipements hydroélectriques du territoire ; fil de l'eau haute t...La crégut 3 équipements hydroélectriques du territoire ; fil de l'eau haute t...
La crégut 3 équipements hydroélectriques du territoire ; fil de l'eau haute t...
Association de sauvegarde du lac de La Crégut-Trémouille 15270 Cantal-Auvergne-France
 
Dimensionnement Lacs Collinaires
Dimensionnement Lacs CollinairesDimensionnement Lacs Collinaires
Dimensionnement Lacs Collinaires
OURAHOU Mohamed
 

Similaire à 75-SGN-043-JAL.pdf (20)

Echokarst 67
Echokarst 67Echokarst 67
Echokarst 67
 
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagne
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagneCours 7 : Des rifts aux chaînes de montagne
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagne
 
Grotte de bunant 2e partie hiver 1978
Grotte de bunant 2e partie hiver 1978Grotte de bunant 2e partie hiver 1978
Grotte de bunant 2e partie hiver 1978
 
Géologie des barrages.pptx
Géologie des barrages.pptxGéologie des barrages.pptx
Géologie des barrages.pptx
 
Calcul Stabilite Des Barrages
Calcul Stabilite Des BarragesCalcul Stabilite Des Barrages
Calcul Stabilite Des Barrages
 
Calcul Stabilite Des Barrages
Calcul Stabilite Des BarragesCalcul Stabilite Des Barrages
Calcul Stabilite Des Barrages
 
Calcul Stabilite Des Barrages
Calcul Stabilite Des BarragesCalcul Stabilite Des Barrages
Calcul Stabilite Des Barrages
 
P4 risque de rupture de barrage
P4 risque de rupture de barrageP4 risque de rupture de barrage
P4 risque de rupture de barrage
 
Synthèse 2012 glacier du Mont Valier
Synthèse 2012 glacier du Mont ValierSynthèse 2012 glacier du Mont Valier
Synthèse 2012 glacier du Mont Valier
 
Amcrps protection anticrue-fr
Amcrps protection anticrue-frAmcrps protection anticrue-fr
Amcrps protection anticrue-fr
 
Lac de La Crégut : Equipements hydroélectriques du territoire - Haute Tarentaine
Lac de La Crégut : Equipements hydroélectriques du territoire - Haute TarentaineLac de La Crégut : Equipements hydroélectriques du territoire - Haute Tarentaine
Lac de La Crégut : Equipements hydroélectriques du territoire - Haute Tarentaine
 
Etude sur les inondations à Rufisque
Etude sur les inondations à RufisqueEtude sur les inondations à Rufisque
Etude sur les inondations à Rufisque
 
Aissa et al
Aissa et alAissa et al
Aissa et al
 
Mvmt terrain
Mvmt terrainMvmt terrain
Mvmt terrain
 
Butée de pied
Butée de piedButée de pied
Butée de pied
 
3b loi barnierpos_a4
3b loi barnierpos_a43b loi barnierpos_a4
3b loi barnierpos_a4
 
3b loi barnierpos_a4
3b loi barnierpos_a43b loi barnierpos_a4
3b loi barnierpos_a4
 
Congres francais de mecanique 2009 pecker-teyssandier
Congres francais de mecanique   2009 pecker-teyssandierCongres francais de mecanique   2009 pecker-teyssandier
Congres francais de mecanique 2009 pecker-teyssandier
 
La crégut 3 équipements hydroélectriques du territoire ; fil de l'eau haute t...
La crégut 3 équipements hydroélectriques du territoire ; fil de l'eau haute t...La crégut 3 équipements hydroélectriques du territoire ; fil de l'eau haute t...
La crégut 3 équipements hydroélectriques du territoire ; fil de l'eau haute t...
 
Dimensionnement Lacs Collinaires
Dimensionnement Lacs CollinairesDimensionnement Lacs Collinaires
Dimensionnement Lacs Collinaires
 

Plus de rodolphe gilbert-collet

07-23 JP Derrier (1).pdf conférence dans le cadre les mardis de l'histoire
07-23  JP Derrier (1).pdf  conférence dans  le cadre les mardis de l'histoire07-23  JP Derrier (1).pdf  conférence dans  le cadre les mardis de l'histoire
07-23 JP Derrier (1).pdf conférence dans le cadre les mardis de l'histoire
rodolphe gilbert-collet
 
les mardis de l'histoire 16 juillet 2024 AVEC
les mardis de l'histoire 16 juillet 2024 AVECles mardis de l'histoire 16 juillet 2024 AVEC
les mardis de l'histoire 16 juillet 2024 AVEC
rodolphe gilbert-collet
 
2024 _07 Marc HIVERT.pdf conférence et débat sur l'IA
2024 _07 Marc HIVERT.pdf conférence  et débat sur l'IA2024 _07 Marc HIVERT.pdf conférence  et débat sur l'IA
2024 _07 Marc HIVERT.pdf conférence et débat sur l'IA
rodolphe gilbert-collet
 
les mardis de l'histoire programme été 2024
les mardis de l'histoire  programme été 2024les mardis de l'histoire  programme été 2024
les mardis de l'histoire programme été 2024
rodolphe gilbert-collet
 
Concert de musique baroque en l'église de Fontcouverte
Concert de musique baroque en l'église de FontcouverteConcert de musique baroque en l'église de Fontcouverte
Concert de musique baroque en l'église de Fontcouverte
rodolphe gilbert-collet
 
sortie printemps 2024 musée savoisien (1).pdf
sortie printemps 2024 musée savoisien (1).pdfsortie printemps 2024 musée savoisien (1).pdf
sortie printemps 2024 musée savoisien (1).pdf
rodolphe gilbert-collet
 
Michel DURAND (1).pdf les veillées du vendredi
Michel DURAND (1).pdf les veillées  du vendrediMichel DURAND (1).pdf les veillées  du vendredi
Michel DURAND (1).pdf les veillées du vendredi
rodolphe gilbert-collet
 
AG 12 janvier 2024 AVEC 12 janvier 2024
AG  12 janvier 2024 AVEC 12 janvier 2024AG  12 janvier 2024 AVEC 12 janvier 2024
AG 12 janvier 2024 AVEC 12 janvier 2024
rodolphe gilbert-collet
 
AG AVEC Assemblée Générale Association AVEC le 12 janvier 2024
AG AVEC Assemblée Générale Association AVEC le 12 janvier 2024AG AVEC Assemblée Générale Association AVEC le 12 janvier 2024
AG AVEC Assemblée Générale Association AVEC le 12 janvier 2024
rodolphe gilbert-collet
 
reperes_laicite-8.pdftextes et piste de réflexion intéressantes pour le prés...
reperes_laicite-8.pdftextes et piste de réflexion  intéressantes pour le prés...reperes_laicite-8.pdftextes et piste de réflexion  intéressantes pour le prés...
reperes_laicite-8.pdftextes et piste de réflexion intéressantes pour le prés...
rodolphe gilbert-collet
 
PROGRAMME FIS BONNEVAL 2023-2024.pdf
PROGRAMME FIS BONNEVAL 2023-2024.pdfPROGRAMME FIS BONNEVAL 2023-2024.pdf
PROGRAMME FIS BONNEVAL 2023-2024.pdf
rodolphe gilbert-collet
 
Moderation-2023-Netino-by-Webhelp.pdf
Moderation-2023-Netino-by-Webhelp.pdfModeration-2023-Netino-by-Webhelp.pdf
Moderation-2023-Netino-by-Webhelp.pdf
rodolphe gilbert-collet
 
Visite dans les Langhe.pdf
Visite dans les Langhe.pdfVisite dans les Langhe.pdf
Visite dans les Langhe.pdf
rodolphe gilbert-collet
 
Visite dans les Langhe.pdf
Visite dans les Langhe.pdfVisite dans les Langhe.pdf
Visite dans les Langhe.pdf
rodolphe gilbert-collet
 
Affiche Récital Entraigues 2023.pdf
Affiche Récital Entraigues 2023.pdfAffiche Récital Entraigues 2023.pdf
Affiche Récital Entraigues 2023.pdf
rodolphe gilbert-collet
 
08-08 P. Geneletti.pdf
08-08  P. Geneletti.pdf08-08  P. Geneletti.pdf
08-08 P. Geneletti.pdf
rodolphe gilbert-collet
 
1er août 2023.pdf
1er août 2023.pdf1er août 2023.pdf
1er août 2023.pdf
rodolphe gilbert-collet
 
vélo.pdf
vélo.pdfvélo.pdf
07-25 M. MAZENOT.pdf
07-25  M. MAZENOT.pdf07-25  M. MAZENOT.pdf
07-25 M. MAZENOT.pdf
rodolphe gilbert-collet
 
07-25 M. MAZENOT.pdf
07-25  M. MAZENOT.pdf07-25  M. MAZENOT.pdf
07-25 M. MAZENOT.pdf
rodolphe gilbert-collet
 

Plus de rodolphe gilbert-collet (20)

07-23 JP Derrier (1).pdf conférence dans le cadre les mardis de l'histoire
07-23  JP Derrier (1).pdf  conférence dans  le cadre les mardis de l'histoire07-23  JP Derrier (1).pdf  conférence dans  le cadre les mardis de l'histoire
07-23 JP Derrier (1).pdf conférence dans le cadre les mardis de l'histoire
 
les mardis de l'histoire 16 juillet 2024 AVEC
les mardis de l'histoire 16 juillet 2024 AVECles mardis de l'histoire 16 juillet 2024 AVEC
les mardis de l'histoire 16 juillet 2024 AVEC
 
2024 _07 Marc HIVERT.pdf conférence et débat sur l'IA
2024 _07 Marc HIVERT.pdf conférence  et débat sur l'IA2024 _07 Marc HIVERT.pdf conférence  et débat sur l'IA
2024 _07 Marc HIVERT.pdf conférence et débat sur l'IA
 
les mardis de l'histoire programme été 2024
les mardis de l'histoire  programme été 2024les mardis de l'histoire  programme été 2024
les mardis de l'histoire programme été 2024
 
Concert de musique baroque en l'église de Fontcouverte
Concert de musique baroque en l'église de FontcouverteConcert de musique baroque en l'église de Fontcouverte
Concert de musique baroque en l'église de Fontcouverte
 
sortie printemps 2024 musée savoisien (1).pdf
sortie printemps 2024 musée savoisien (1).pdfsortie printemps 2024 musée savoisien (1).pdf
sortie printemps 2024 musée savoisien (1).pdf
 
Michel DURAND (1).pdf les veillées du vendredi
Michel DURAND (1).pdf les veillées  du vendrediMichel DURAND (1).pdf les veillées  du vendredi
Michel DURAND (1).pdf les veillées du vendredi
 
AG 12 janvier 2024 AVEC 12 janvier 2024
AG  12 janvier 2024 AVEC 12 janvier 2024AG  12 janvier 2024 AVEC 12 janvier 2024
AG 12 janvier 2024 AVEC 12 janvier 2024
 
AG AVEC Assemblée Générale Association AVEC le 12 janvier 2024
AG AVEC Assemblée Générale Association AVEC le 12 janvier 2024AG AVEC Assemblée Générale Association AVEC le 12 janvier 2024
AG AVEC Assemblée Générale Association AVEC le 12 janvier 2024
 
reperes_laicite-8.pdftextes et piste de réflexion intéressantes pour le prés...
reperes_laicite-8.pdftextes et piste de réflexion  intéressantes pour le prés...reperes_laicite-8.pdftextes et piste de réflexion  intéressantes pour le prés...
reperes_laicite-8.pdftextes et piste de réflexion intéressantes pour le prés...
 
PROGRAMME FIS BONNEVAL 2023-2024.pdf
PROGRAMME FIS BONNEVAL 2023-2024.pdfPROGRAMME FIS BONNEVAL 2023-2024.pdf
PROGRAMME FIS BONNEVAL 2023-2024.pdf
 
Moderation-2023-Netino-by-Webhelp.pdf
Moderation-2023-Netino-by-Webhelp.pdfModeration-2023-Netino-by-Webhelp.pdf
Moderation-2023-Netino-by-Webhelp.pdf
 
Visite dans les Langhe.pdf
Visite dans les Langhe.pdfVisite dans les Langhe.pdf
Visite dans les Langhe.pdf
 
Visite dans les Langhe.pdf
Visite dans les Langhe.pdfVisite dans les Langhe.pdf
Visite dans les Langhe.pdf
 
Affiche Récital Entraigues 2023.pdf
Affiche Récital Entraigues 2023.pdfAffiche Récital Entraigues 2023.pdf
Affiche Récital Entraigues 2023.pdf
 
08-08 P. Geneletti.pdf
08-08  P. Geneletti.pdf08-08  P. Geneletti.pdf
08-08 P. Geneletti.pdf
 
1er août 2023.pdf
1er août 2023.pdf1er août 2023.pdf
1er août 2023.pdf
 
vélo.pdf
vélo.pdfvélo.pdf
vélo.pdf
 
07-25 M. MAZENOT.pdf
07-25  M. MAZENOT.pdf07-25  M. MAZENOT.pdf
07-25 M. MAZENOT.pdf
 
07-25 M. MAZENOT.pdf
07-25  M. MAZENOT.pdf07-25  M. MAZENOT.pdf
07-25 M. MAZENOT.pdf
 

Dernier

Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...
Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...
Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...
manalishivani8
 
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdfWebinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Institut de l'Elevage - Idele
 
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdfcours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
afigloria194
 
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdfWebinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Institut de l'Elevage - Idele
 
Présentation Mémoire Cybersecurity .pptx
Présentation Mémoire Cybersecurity .pptxPrésentation Mémoire Cybersecurity .pptx
Présentation Mémoire Cybersecurity .pptx
KODJO10
 
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdfWebinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Institut de l'Elevage - Idele
 

Dernier (6)

Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...
Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...
Shimla Girls call Service 000XX00000 Provide Best And Top Girl Service And No...
 
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdfWebinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
 
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdfcours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
 
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdfWebinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
 
Présentation Mémoire Cybersecurity .pptx
Présentation Mémoire Cybersecurity .pptxPrésentation Mémoire Cybersecurity .pptx
Présentation Mémoire Cybersecurity .pptx
 
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdfWebinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
 

75-SGN-043-JAL.pdf

  • 1. PREFECTURE DE LA SAVOIE DIRECTION DE LA PROTECTION CIVILE Château des Ducs de Savoie - 73000 CHAMBERY Téléphone (79) 34.37.14 CHUTES DE BLOCS ROCHEUX A LA PRA [SAVOIE) COMMUNE DU FRENEY CONDITIONS GEOLOGIQUES ET PREVENTIONS par A. PACHOUD BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL B. P. 6009 - 45018 ORLEANS CEDEX - Téléphone (38) 63.00.12 Service géologique régional J U R A - A L P E S B. P. 6083 - 69604 VILLEURBANNE CEDEX - Téléphone (78) 52.26.67 75 SGN O43 JAL Lyon, Février 1975
  • 2. R E S U M E A la demande de la Préfecture de la Savoie, le service géologique régional du B.R.G.M. a étudié les méthodes de préventions possibles contre les chutes de blocs qui se produisent à La Pra, dans la vallée de la Maurienne en rive gauche de l'Arc. Modalités administratives : lettre du département de la Savoie en date du 28 Novembre 1974. Conclusions ; Aucune action n'est possible dans la falaise d'où partent les blocs étant donné ses dimensions, le pendage des bancs et leur fissuration. A sa base l'éboulis vif qui tapisse la pente présente également des signes d'ins- tabilité. Les dispositifs de protections ne peuvent être installés qu'au pied de la montagne, au dessus de la voie ferrée. Ingénieur chargé de l'étude Technicien Dessinateur Secrétaire A. PACHOUD R. AMAT-CHANTOUX J.F. RIEUX G. BARROUE
  • 3. - 1 - TABLE DES MATIERES Pa_ge_s_ 1 - INTRODUCTION 2 2 - RAPPEL DU CADRE GENERAL DE CETTE ZONE ACCIDENTEE 2 3 - ROLE DE LA FORET 6 s ss = = s =3 — s = s : =s ss=:— = 4 - ETUDE DU CONE D'EBOULIS 6 5 - ï|AVAyX=DE=PRgTECTION=DEJA=ENTREPRIS=PAR=LA=SiNiCJ,Fi 7 6 - SiQHÇiïQ^QQMPLIMENTAIRE 8 61 - EXAMEN DES DIFFERENTES METHODES 8 611 - Purge, dynamitage, consolidation de la falaise 8 612 - Construction de banquettes 8 613 - Défense de surface 8 62 - DISPOSITIFS DE PROTECTION CONSEILLES 10 621 - Défense rapprochée 10 622 - Défense éloignée 12 7 - ELEMENTS_DE_PRIX_DE_REVIENT 13 71 - ELEVATION DU MUR 13 72 - ECHELLE DE PERROQUET, TYPE S.N.C.F. 13 73 - TRAVAUX D'ELARGISSEMENT DU FOSSE 13 74 - COUT DES FILETS 13 8 - CONCLUSIONS 13 TABLE DES FIGURES 1 - Vue d'ensemble de la falaise et du cône d'éboulis de 3 La Pra 2 a - Plan de situation 4 2 b - Coupe géologique de la falaise et du cône d'éboulis 5 de La Pra 6 - Défense rapprochée des voies de communication à La Pra 9
  • 4. - 2 - 1 - INTRODUCTION Des chutes de blocs rocheux se produisent fréquemment le long du flanc sud de la vallée de la Maurienne, sur la commune du Freney, en amont de la station S.N.C.F. de La Pra. La vallée, ici très étroite, est empruntée par le lit de l'Arc, et, en rive gauche contre le versant d'où proviennent les ébou- lements, par-la route nationale N° 6 qui dessert Modane et l'Italie et par la voie ferrée Paris-Rome. Les blocs atteignent parfois la voie ferrée et la route. En 1952, ils sont parvenus jusqu'à l'usine Péchiney qui se trouve à proximité. En 1972, après de nouvelles chutes, le B.R.G.M. était intervenu à la demande de la Préfecture de la Savoie (rapports JAL 72/30 et 73/17). La route nationale devant être déplacée sur l'autre rive, à défaut de pouvoir adopter la même solution pour le chemin de fer, la prolongation de la galerie déjà existante soit sous sa forme actuelle, soit par une "casquette", avait été étudiée mais non re- tenue, car d'une réalisation technique difficile et d'un coût très élevé (dépassant 10.000.000 NF). i La S.N.C.F. a alors pris à son compte la réalisation de travaux de protection rapprochés de la ligne, à charge pour le propriétaire de la falaise, c'est à dire la commune du Frenay, d'effectuer des travaux de défense éloignés. La commune n'ayant pas un budget permettant de faire face à ce genre de dépense, l'Administration préfectorale a obtenu des crédits du Ministère de l'Intérieur pour faire étudier la possibilité d'im- planter d'autres ouvrages de protection. L'objet de ce travail est donc de déterminer si les conditions géologiques et topographiques des terrains entre la vallée et la falaise d'où partent les blocs, permettent d'édifier un système de défense et dans l'affirmative, de le définir et le situer. 2 - RAPPEL=Dy=ÇADRE=GENERAL=DE=ÇETTE=ZONE=AÇCIDENTEE=(voir fig. 1 et 2a, 2b). En rive gauche de l'Arc les blocs partent d'une falaise de grès du houiller dont le pendage est de 25° environ dirigé vers le NW, c'est à dire à peu de chose près, dans le sens de la pente topogra- phique. Les bancs sont très facturés. Découpés par les joints de stra- tification et les fissures, ils glissent sous l'action de la pesan- teur sur la surface du banc inférieur et viennent s'écraser au pied de la falaise. Celle-ci est donc soumise à un effritement "en grand" presque continu sur une hauteur de 300 m et une largeur de 550 m environ.
  • 5. - 3 - VUE D'ENSEMBLE DE LÀ FALAISE ET DU CONE D'EBOULIS DE LA PRA Fig. 1 1660 m Barre rocheuse ä éboulements fréquents ^ / ^ 1350 m couloir d'avalanche sentier <Gabions Twnnel SNCF paravalanche . Echelle du milieu f voie ferrée T Route N.6 T l'Arc Echelle du /pont + 950 m 75 SGN 043_JAL- Usine Péchinei
  • 6. • 1 i.l A '. t It«
  • 8. FALAISE DE LA PRA PLAN DE SITUATION E C H E L L E 1 / 5 0 0 0 FIG.2a B R G M / S G R JURA-ALPES/ 02.75 AI
  • 9. - 5 - FIG-2b COUPE GEOLOGIQUE DE LA FALAISE ET DU CONE D'EBOULIS DELA PRA VOIE FERREE PARIS-ROME te. L E G E N D E ^•ftc EBOUL1S BLOCS ET TERRAIN ARGILEUX D'ALTERATION BANCS DE GRES HOUILLER £ï MASSIF PROBABLE DE GRES HOUILLERS £ SCHISTES ARGILEUX DU HOUILLER E C H E L L E 1/ 50OO B R G M / S G R JURA-ALPFS / O S .75 SfiN OAT JAI
  • 10. - 6 - Toute purge ou mesure de consolidation sont impossibles. Les chutes de blocs de toutes tailles sont donc fréquentes, la plupart éclatent au bas des rochers; les fragments, qui peuvent être encore très volumineux, dévalent le cône d'éboulis. La plupart s'arrêtent à mi-pente, mais parfois un ou plusieurs gros blocs ar- rivent jusqu'à la vallée et les voies de communication, en grands bonds successifs comme en témoignent les arbres cassés ou les points d'impact sur les troncs. De plus, d'après notre étude du cône d'éboulis, nous avons la preuve que certains blocs arrêtés peuvent se remettre en mouvement et continuer à descendre la pente. Ces éboulis sont eux-mêmes dan- • gereux. Il faut souligner cette caractéristique de la falaise de La Pra : l'arrivée des blocs jusqu'à la vallée n'est pas très fréquente, mais très dangereuse. Par contre, à l'amont du cône d'éboulis, la chute des rochers à partir de la falaise se produit souvent : les blocs de taille moyenne ou petite s'arrêtent pour la plupart sur le cône- La S.N.C.F. avait- déjà construit il y a plusieurs dizaines d'années une galerie sûr la voie ferrée pour la protéger d'un couloir d'ava- lanches. La zone de la vallée la pljis exposée à recevoir des blocs s'étend depuis cette galerie jusqu'au petit pont avant la station de La Pra soit sur une longueur de 300 m environ. 3 - ROLE DE LA FORET = == = = s;S3 = = = = = = = = = = Dans ce genre de chutes de blocs, lorsqu'il ne s'agit pas d'un écroulement en masse et instantané d'un large pan de falaise, la forêt qui s'étend au pied a un rôle protecteur certain, car étant donné que la majorité des débris ont un volume inférieur au mètre cube, ils sont freinés par les arbres et finissent par s'arrêter contre un tronc. Il suffit de parcourir le cône d'éboulis pour s'en convaincre. Plus la forêt sera dense, plus son action sera efficace. Or, ici la forêt semble se clairsemer donnant ainsi une plus grande facilité aux blocs pour atteindre la vallée. Par contre, lorsque les gros blocs dévalent la pente en rebon- dissant le rôle protecteur de la forêt est bien moindre. 4 - |TUDEJ3U=C0NEjr§BgyLIS (voir fig. 2b) II s'agit d'un ébouli "vif", c'est à dire actuellement alimenté par la falaise. Depuis la base de celle-ci jusqu'à la voie ferrée, sa pente topographique moyenne est de 44°; à sa base, la partie oc- cidentale est moins raide que la partie orientale. Il est établi
  • 11. - 7 - sur des terrains d'âge houiller gréseux et schisteux, ces derniers étant dominants. Sa surface est composée d'une forte épaisseur de blocs de grès de toutes tailles provenant de l'effritement continu de la falaise et reposant sur des terrains argileux dus à l'altération des schistes sous-jacents. Nous avons relevé la trace de plusieurs petits glissements ce qui est normal étant donné la nature et le pendage du substratum d'une part, la pente topographique d'autre part. Ces accidents coïn- cident avec de petites sources. Il est probable que des glissements de plus grande ampleur pourraient se produire si la masse des éboulis gréseux ne pesait pas sur les terrains argileux. Une observation minutieuse des blocs nous a montré que certains d'un volume important, basculaient lentement vers l'aval. Ce mouvement est probablement dû à la reptation des terrains sous-jacents. Toutes ces constatations indiquent que ce cone d'éboulis est une zone délicate où il serait dangereux de modifier les conditions de l'équilibre précaire qui s'est établi. Comme nous l'avons dit plus haut, il est recouvert d'une forêt de résineux dont le rôle de "barrière" est certain, du moins pour les petits blocs. De grandes clairières allongées dans la pente existent parmi les arbres. Ces zones sans végétation correspondent à une épaisseur de blocs particulièrement importante où la végétation a du mal à s'éta- blir. On voit également parmi les arbres des bandes dénudées partant de la falaise et descendant, soit jusqu'au bas de la pente, soit jusqu'à un clapier. Ces couloirs correspondent soit à des zones d'avalanches (particulièrement à l'Est) soit à des zones de chutes de blocs ayant écrasé la forêt (principalement à l'Ouest), ou aux deux phénomènes à la fois. Mais ces couloirs ne sont pas les uniques chemins des.blocs dé- valant la pente. En 1972, les rochers qui ont atteint l'Arc, n'ont taillé aucune percée dans la forêt. Leurs bonds n'ont fait qu'.écrêter certains arbres. 5 ~ La voie de chemin de fer passe au pied d'un mur épais la sépa- rant du pied de la montagne. Entre ce dernier et le parapet existe un petit fossé de quelques mètres de large, encombré par les blocs descendus jusqu'ici.
  • 12. _ g _ Pour éviter les accidents, la S.N.C.F. a établi au-dessus du mur un réseau de fils d'alerte dont la rupture interrompt le trafic sur la voie. A la suite de la chute des blocs de 1972, la S.N.C.F. a cons- truit une protection rapprochée. En Février 1975, celle-ci consiste en : - une échelle de "perroquet" faite de rails et de traverse en •amont du pont (nous appellerons cet ouvrage dans la suite du texte : l'échelle du pont). - une échelle de "perroquet" dans la partie centrale du pied du cône (nous l'appellerons : l'échelle du milieu). - un barrage en gabions dans un couloir aboutissant à l'entrée de de la galerie paravalanche Ce système de défense n'est donc pas continu, mais couvre certains secteurs particulièrement critiques. 6 - PROTEÇTION_ÇOMPLEMENTAIRE 61 - EXAMEN DES DIFFERENTES METHODES - 611 - Purge, dynamitage, consolidation de la falaise sont exclus a priori étant donné la nature du problème. 612 - Construction de banquettes De tels replats bordés de remblais sont efficaces, mais ici ils ne peuvent être établis que sur le cône d''éboulis. Or, nous avons vu que celui-ci n'est pas sûr. La création de talus et de tranchées ne ferait qu'accroître son instabilité. Cette méthode ne peut être retenue, sauf, à Ta rigueur, le long du sentier sur une trentaine de mètres derrière l'échelle du pont. Cette solution est très localisée et ne doit être envisagée qu'en cas de chutes très fréquentes en ce point. D'autre part, tous travaux importants sur le cône d'éboulis conduiraient inévitablement à faire disparaitre des arbres pour établir les surfaces, les pistes d'accès etc.. Or, nous avons vu que le rôle protecteur de la forêt n'est pas négligeable. 613 - Défense de surface Celle-ci consiste en : - filets - râteliers ou échelles de "perroquet"
  • 13. - 9 - •Fig. 6 Défenses rapprochées des voies de communication à La PRA ligne d'alarme 1°/ Etat des lieux avant travaux nationale 6 2°/ Méthode adoptée par la S.N.C.F. 3°/ Méthodes préconisées mur et remblai échelle inclinée B.R.G.M; / SGR JURA-ALPES / 02.75 75 SGN 043 JAL
  • 14. - 10 - Dans le cas de La Pra, les filets constituent une protection insuffisante employés seuls, mais ils peuvent être uti- lisés en appoint et nous reviendrons sur leur rôle par la suite. Les râteliers métalliques, faits de poutrelles jux- taposées étant donné la hauteur (au moins 6 m) et la longueur qu'ils devraient avoir, ne semblent pas adaptés au problème vu leur prix de revient. Les échelles de "perroquet" du type de construction déjà employée sur le site, paraissent être une méthode préventive satisfaisante. 62 - DISPOSITIFS DE PROTECTION CONSEILLES (voir fig. 6) I II reste entendu que la prévention la meilleure serait la construction d'une galerie ou d'une casquette ou bien le détourne- ment de la voie ferrée sur l'autre rive. Pour rester dans un cadre budgétaire acceptable, nous re- • jetons les solutions très onéreuses comme des remblais en terre armée par exemple. Les méthodes plus économiques que nous préconisons ci-après ne peuvent garantir une sécurité à 100 %, il restera 1 ou 2 % de risques exceptionnels. Nous envisagerons,'ci-dessous, tout d'abord la défense rap- prochée, puis la défense éloignée. 621 - Protection rapprochée II est nécessaire de compléter les défenses déjà établies par la S.N.C.F. Les systèmes envisagés ne peuvent être édi- fiés que dans le fossé séparant le versant de la montagne du mur actuel de protection de la voie. On peut concevoir les méthodes suivantes : 1°/ - Surélévation du mur : Le mur existant épais d'un mètre devrait être exhaussé d'au moins 2 m 50. Cette construction serait accompagnée : - d'un élargissement du fossé pour atteindre la largeur de 10 m environ - de l'édification d'un remblai de matériaux meubles contre le mur pour amortir les chocs des blocs.
  • 15. - 11 - 2o / - Construction d'échelles inclinées : On pourrait se contenter de compléter le sys- tème d'échelles déjà établi par la S.N.C.F. L'échelle du pont doit remplir correctement son office. Par contre, l'échelle du milieu est très proche du talus; nous craignons que certains blocs puissent la franchir en rebondissant. Nous préférons incliner l'échelle vers l'aval de façon à augmenter son aire de réception. Ces échelles devront avoir une hauteur identique à celle des échelles existantes et les matériaux de construction seront les mêmes. Ainsi conçus, ces ouvrages ressemblent à des râteliers para- valanches. Nous avons déjà dit que le râtelier métallique classique, étant donné la hauteur requise, 7-8 m, serait d'un prix de revient excessif. L'échelle de perroquet inclinée doit rester éloignée du mur de protection de la voie pour que le bloc rocheux, mime s'il casse des tra- verses', puisse tomber derrière le mur. La longueur d'ouvrage restant à construire, doit être de l'ordre de 200 mètres. Le fossé doit être élargi jusqu'à'une dizaine de mètres. Il ne peut être question de refaire l'échelle du milieu, mais, à notre avis, le mur de pro- tection devrait être exhaussé sur la longueur parallèle à cette échelle. 3°/ - Méthode mixte : surélévation du mur et échelle inclinée : Selon les disponibilités financières, une troi- sième solution consisterait à surélever le mur et à construire une échelle inclinée derrière L'investissement est plus important, mais la sécurité plus grande.
  • 16. - 12 - 622 - Défense éloignée Nous avons vu qu'il est fortement déconseillé de modifier le profil topographique actuel du cône d'éboulis. Toute protection doit rester aérienne. Actuellement, cette défense éloignée est assurée par la forêt, dont le rôle est loin d'être négligeable dans le cas de petits blocs. Une première conclusion est donc l'utilité de la préservation de cette forêt, et si possible son développement. Or, elle semble en recession. Si elle venait à dis- paraître, une plus forte proportion de blocs parviendrait jusqu'à la vallée. II faut donc envisager un système qui aide la forêt actuelle à retenir les blocs et éventuellement puisse la suppléer. A notre avis, étant donné les conditions géologiques et tbpographiques du cône d'éboulis de La Pra, il n'y a qu'une mé- thode : ce sont les filets genre paravalanches. Ils ont déjà fait leurs preuves, dans les Alpes pour la rétention des blocs rocheux, bien que ce ne soit pas leur destination première. Les filets à fibres synthétiques sont à proscrire, car l'arrête des blocs peut cisailler la maille. Il faut des filets en acier de type BRUGG. Leur hauteur utile n'est pas élevée : 2,50 m (en réa- lité 3 m mais ils sont en position inclinée), elle est cependant suffisante pour le service attendu : l'arrêt des petits blocs. Ces filets pourraient être disposés à proximité du sentier qui parcourt la totalité du cône d'éboulis près de sa base. Nous soulignons bien que ce dispositif de filets n'est envisagé que comme une méthode de prévention complémentaire. En résumé, la protection des voies de communication à La Pra peut se concevoir ainsi : - défense rapprochée imperative : renforcement des moyens déjà mis en place par la S.N.C.F., par élargissement du fossé, puis, soit élévation du mur de protection, soit .construction de nouvelles échelles inclinées, ou la combinaison des deux méthodes. - défense éloignée moins urgente mais conseillée ; réseau de filets.
  • 17. - 13 - 7 - ELEMENTS DE PRIX DE REVIENT z=r=s=r==== = = = = = = = = 3 = = r::= = = = = = = = = Pour permettre une estimation approximative des investissements et une comparaison entre les méthodes, nous donnons' à titre indica- tif des prix obtenus auprès d'entreprises spécialisées. Il faut considérer ces chiffres comme des ordres de grandeur et non pas comme des devis. 71 - ELEVATION DU MUR Prix du mètre linéaire d'un mètre de large x 2,5 m de haut : 1.700 F Coût approximatif pour 300 m 510.000 F 72 - ECHELLE DE PERROQUET, TYPE S.N.C.F. Prix du mètre linéaire de 1.600 à 2.000 F Coût approximatif pour 200 m à 2.000 F le mètre 400.000 F Auquel devrait s'ajouter le prix de 100 m de mur 170.000 F 570.000 F 73 - TRAVAUX D'ELARGISSEMENT DU FOSSE Prévu quelque soit la méthode (71 ou 72) 100.000 F 74 - COUT DES FILETS Le mètre linéaire : de 1.600 à 2.000 F Coût approximatif pour 300 m à 2.000 F le mètre . * . 600.000 F 8 - CONCLUSIONS =========:== L'étude géologique indique que rien ne peut empêcher la falaise de s'éroder et les blocs de tomber. Les conditions du cône d'éboulis sont telles qu'aucun ouvrage garantissant une sécurité totale ne peut être établi sur celui-ci. Les méthodes préventives envisagées s'ajoutant à celles déjà mises en place par la S.N.C.F., doivent diminuer très fortement le risque.