SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  4
Télécharger pour lire hors ligne
1
Février 2021 Décryptage N°18
Banques européennes : résistantes mais peu profitables
Stress test à grandeur nature, l’arrivée soudaine de la crise sanitaire liée à la COVID-19 a fortement
mis à l’épreuve le secteur bancaire européen. Si elles ont pu être montrées du doigt lors de la crise
financière de 2008, force est de constater que les banques européennes font preuve d’une certaine
résilience. Toutefois, leur faible profitabilité risque à terme d’être encore plus entamée tandis que
les défis qu’elles devront relever pour rester compétitives seront d’autant plus grands.
La résilience des banques européennes
Les banques européennes sont entrées dans la
crise sanitaire bien mieux préparées que lors
de la crise financière de 2008. Elles avaient
davantage de fonds propres de base de
catégorie 1 (CET1)1
et de liquidité (LCR)2
, de
dépôts des ménages et des entreprises non-
financières. Elles ont aussi pu se refinancer en
février, avant que les marchés primaires ne
s’arrêtent temporairement3
. De plus, le taux
de créances douteuses se situait à 3,1%, bien
en-dessous du pic de 7,1% atteint en 20144
. Ce
coussin de sécurité a été essentiel pour
garantir la confiance du système bancaire et a
permis aux banques européennes de traverser
cette crise sans trop d’encombres. Il devrait
en outre permettre d’aider au mieux les
ménages et entreprises et d’alimenter la
future relance économique.
Toutefois, quand bien même la robustesse des
banques européennes s’est nettement
renforcée, leurs valorisations boursières ont
chuté encore plus violemment lors des trente
premiers jours du début de la crise Covid-19
que lors du début de la crise financière de
2008. Même si la tendance s’est inversée deux
mois après, cette forte baisse souligne le
faible attrait du secteur pour les investisseurs.
1A la différence des fonds propres de catégorie 2 (composés
principalement de dettes subordonnées) qui sont complémentaires et
qui permettent de rembourser les déposants et créanciers de rang
supérieur en cas d’insolvabilité, les fonds propres de catégorie 1 sont
considérés comme le « noyau dur » de la banque. Il s’agit
essentiellement du capital social, des primes d’émission et réserves.
2Le ratio de couverture des liquidités LCR vise à favoriser la résilience
à court terme en veillant à ce que les banques disposent de
suffisamment d’actifs liquides de haute qualité (HQLA : High Quality
Liquid Assets) pour faire face à une crise qui durerait 30 jours.
Image 1 : Valorisations boursières des banques
lors de la Crise financière et la Crise Covid-19
Source : Mécanisme européen de stabilité5
Face à la violence du choc pour lequel peu
voire aucun élément comparable ne peut être
trouvé, cette méfiance pourrait aussi
s’expliquer par la peur d’assister à une
augmentation substantielle du risque de crédit
et donc de voir le secteur bancaire confronté
une nouvelle fois aux problématiques des
créances douteuses. Si le cas venait à se
représenter, cela pourrait détériorer les actifs
financiers et la rentabilité des banques et
serait susceptible de déprimer la croissance
des crédits et donc la reprise économique6
.
3Leur CET1 ratio était proche de 15% au T4 2019, contre 9% en 2009
et leur LCR ratio était proche de 150% (bien au-dessus des 100% exigés
par Bâle III) au T1 2020. Voir: EBA (2020): The EU Banking Sector:
First Insights into the COVID-19 Impacts, Thematic Note
4Voir : https://eba.europa.eu/risk-analysis-and-data/risk-dashboard
5Mascher et Strauch (2020): A stronger banking union for a stronger
recovery, European Stability Mechanism
6Voir: Ari et al. (2020): COVID-19 and non-performing loans: lessons
from past crises, ECB & Serrano (2020) The impact of non-performing
loans on bank lending in Europe: an empirical analysis, NAJEF
2
La norme IFRS 9 à l’épreuve du COVID19
Si les stress tests de l’Agence bancaire
européenne (ABE) ont été annulés pour
l’année 2020 afin de permettre aux banques
de donner la priorité aux activités
opérationnelles, la BCE leur a quant à elle
demandé de ne pas distribuer temporairement
des dividendes et d’éviter de prendre des
hypothèses trop pessimistes pour les
provisions bancaires7
. En effet, la nouvelle
norme comptable IFRS 9, entrée en vigueur le
1er
janvier 2018, introduit une approche
prospective pour la comptabilisation des
pertes de crédit dans les comptes financiers.
Image 2 : Provisions selon IFRS 9 et IAS 39
Source : Banque centrale suédoise8
Image 3 : Les trois étapes selon IFRS 9
Source : Deloitte9
A la différence de la norme IAS 39, jugée « too
little, too late » lors de la dernière crise
financière et critiquée pour son caractère
7BCE (2020): La supervision bancaire de la BCE offre davantage de
flexibilité aux banques en réaction au coronavirus
8Frykström & Li (2018): IFRS 9 – the new accounting standard for
credit loss recognition, Sveriges Riksbank
9Deloitte (2016): A Drain on Resources? The Impact of IFRS 9 on
Banking Sector Regulatory Capital
10L’ancienne norme IAS 39 rendait toutefois les résultats bancaires
encore plus procycliques selon la Banque centrale suédoise.
rétrospectif car elle ne comptabilisait une
perte de crédit lorsqu’il y avait un signe clair
de défaut ou de défaillance sur les intérêts
et/ou paiements du principal, la nouvelle
norme comptable IFRS 9 incorpore un large
éventail d’informations prospectives sur une
durée de 12 mois, y compris des projections
macroéconomiques. Bien que l’approche des
pertes de crédit attendues « expected credit
loss » (ECL) soit plus conservatrice et puisse
améliorer la stabilité financière, la
transparence sur la qualité, le calcul du risque
et donc aider à la valorisation des actifs, elle
pourrait toutefois rendre les résultats
financiers des banques procycliques10
.
La faible rentabilité des banques européennes
Bien que cette nouvelle norme ait pu pénaliser
les résultats bancaires de façon
conjoncturelle, par le biais des provisions
anticipatives passées, il n’en demeure pas
moins que la faible profitabilité des banques
européennes est en réalité un problème
structurel au sein de la zone euro11
.
Une étude du FMI12
, comprenant un
échantillon de 114 banques européennes
analysé sur 4 périodes : pré-boom (2000-
2004), boom (2005-2007), crise (2008-2012) et
post-crise (2013-2016), a montré que leur
profitabilité s’est nettement dégradée au fil
du temps. Alors que leur ROA13
« return on
assets » était aux alentours de 0,6% lors de la
période pré-boom, il ne se stabilisait plus
qu’en moyenne à 0,2% entre les années 2013
et 2016. Dans la même veine, leur ROE14
«
return on equity » était en moyenne à 3,2%
lors de la période post-crise, ce qui est quatre
fois moins que durant la période pré-boom. La
faible profitabilité des banques européennes
était tout aussi inchangée lors de la période
qui précéda l’arrivée du COVID-1915
.
11ECB (2020): Financial Stability Review (November 2020)
12Detragiache et al. (2018): Where Have All the Profits Gone?
European Bank Profitability Over the Financial Cycle, IMF
13Ce ratio financier de profitabilité est obtenu en divisant le résultat
net par le total des actifs.
14Ce ratio financier de profitabilité est obtenu en divisant le résultat
net par les capitaux propres.
15Guindos (2019): Euro area banks: the profitability challenge, ECB
3
Face à ce constat, seulement un tiers des
institutions bancaires européennes les plus
importantes avaient un ROE supérieur à leur
COE « cost of equity »16
en 2017,
correspondant à la rentabilité minimum exigée
par les actionnaires. Cette faible rentabilité
explique d’ailleurs en partie la raison pour
laquelle elles ont un faible « price-to book-
ratio », c’est à dire une capitalisation
boursière moins élevée que leurs actifs nets. A
contrario, les banques américaines, elles,
étaient valorisées au même moment à un prix
supérieur à leurs actifs nets, en partie grâce à
une profitabilité supérieure, et ce même en
ajustant des normes IFRS et US GAAP17
.
Image 4 : Profitabilité des banques UE et US
Source : Fonds Monétaire International
Image 5 : Ratio cours des banques américaines
et européennes sur leurs actifs nets
Source : Mécanisme européen de stabilité18
Bien que la situation en termes de profitabilité
diffère grandement entre les banques de la
zone euro, il n’en reste pas moins que des
banques peu rentables peuvent entraver la
16Resti (2019): The main factors for the subdued profitability of
significant banks in the Banking Union, European Parliament
17Les banques américaines ont dans l’ensemble aussi mieux géré leur
stock de créances douteuses au sortir de la crise financière de 2008,
ce qui leur a permis de préserver leur profitabilité.
18Mascher et Strauch (2020): A stronger banking union for a stronger
recovery, European Stability Mechanism
19Guindos (2019): Euro area banks: the profitability challenge, ECB
stabilité financière. D’une part, elles ne sont
pas en mesure de générer des réserves, ce qui
rend plus difficile de constituer des
amortisseurs en cas de chocs imprévus.
D’autre part, elles doivent se refinancer à un
coût plus important, ce qui complexifie le
refinancement en cas de besoin et la
croissance des prêts. Enfin, les banques peu
profitables et qui ne sont pas viables peuvent
être amenées à prendre plus de risques pour
compenser le manque de rentabilité19
.
Plusieurs raisons peuvent expliquer la faible
profitabilité des banques européennes : le bas
niveau des taux d’intérêt, la concurrence
accrue avec les institutions financières non
bancaires, le stock important des actifs, le
désendettement, la réglementation, les
dépenses et investissements liés à la
digitalisation, la non-maîtrise des coûts, le
manque de diversification, la faible croissance
économique ainsi que la sur-bancarisation20
.
Pour ce dernier élément, la différence est en
effet très marquée avec les Etats-Unis. La
taille du secteur bancaire européen a fini par
complètement dépasser celle des marchés des
capitaux, pénalisant au demeurant le
financement des petites et moyennes
entreprises puisque les crédits bancaires ont
tendance à être procycliques. Alors que le
rapport des actifs bancaires sur les
capitalisations boursières et obligataires était
inférieur à 2 à la fin des années 1990, il est
passé à 4 en 2008. Aux Etats-Unis, il est resté
inférieur à 1 sur la même période21
. De plus,
au sortir de la crise financière de 2008, la
consolidation du secteur bancaire a été plus
importante aux Etats-Unis22
qu’en Europe, où
les fusions et acquisitions dans le secteur
bancaire sont d’ailleurs en tendance baissière
depuis 201023
.
20ECB (2019): Euro area bank profitability: where can consolidation
help, Financial Stability Review et footnote n°12
21Draghi (2016): Intervention au CERS à Francfort-sur-le-Main & ESRB
(2014): Is Europe Overbanked, Advisory Scientific Committee
22Assemblée Nationale (2020): Rapport d’information sur la stabilité
du système bancaire européen, Rapport n°3022
23Enria (2019): Is less more? Profitability and consolidation in the
European banking sector, European Central Bank
-
Pré-boom
(2000-2004)
Boom
(2005-2007)
Crise
(2008-2012)
Post-crise
(2013-2016)
ROA - UE 0,6% 0,7% 0,2% 0,2%
ROA - US 1,0% 1,0% 0,3% 0,6%
ROE - UE 13,3% 15,7% 3,1% 3,2%
ROE - US 15,0% 15,0% 4,2% 8,4%
4
Image 6 : Les différences de profitabilité des
banques européennes en 2018 (ROE et COE)
Images 7 et 8 : La sur-bancarisation de la zone
euro illustrée avec deux graphiques
Source : Banque centrale européenne24
L’avenir du paysage bancaire européen
Indépendamment de la crise COVID qui risque
de pénaliser encore plus la profitabilité des
banques européennes quel que soit le scenario
retenu25
, avec notamment des dépréciations
passées et la hausse des frais administratifs
engendrée pour traiter les futures créances
douteuses, la situation globale ne semble pas
être saine. Le poids des actifs bancaires dans
l’économie est très important26
tandis que les
fragilités internes sont persistantes. D’autant
que le secteur reste aussi confronté à des
chocs externes, notamment à cause de son
exposition aux risques souverain et de
cyberattaques, dans un monde qui est devenu
de plus en plus interconnecté et digitalisé27
.
Dans un tel contexte, les institutions
européennes poussent davantage pour une
union bancaire européenne ainsi qu’une union
des marchés des capitaux. Pour financer
l’économie réelle, mieux faut-il s’en remettre
à plusieurs canaux plutôt qu’à un seul.
D’autant que les crédits sont procycliques et
condamnent par la même occasion
l’innovation, car les start-ups ont moins
d’actifs tangibles. Aussi et au-delà du risque
systémique qu’incombe un poids important
des actifs bancaires dans l’économie, il existe
encore bien trop de divergences entre les pays
membres de la zone euro. Les banques (et
assurances) sont trop exposées aux risques
nationaux (« home bias ») tandis que les coûts
de financement peuvent varier jusqu’à 2%
pour une entreprise opérant dans un même
secteur d’activité mais empruntant dans des
pays différents28
.
Les banques européennes devront ainsi réduire
leurs coûts et améliorer leur efficacité
opérationnelle (diminuer les effectifs en
fermant des succursales et agences, investir et
adopter de nouvelles technologies pour limiter
les intermédiaires, sécuriser les transactions
et développer de nouveaux produits et
services) et procéder à des activités de fusion-
acquisition entre elles pour développer des
synergies (créer des économies d’échelle,
améliorer leurs revenus et diversifier leurs
activités et expositions géographiques)29
.
Thomas Valici
thomas.valici@fondation-idea.lu
24Voir: footnote n°22
25ECB (2020): COVID-19 Vulnerability Analysis: Results Overview
26300% du PIB en zone euro, contre 85% du PIB aux Etats Unis. Voir:
Thomsen (2019): On Capital Market Finance in Europe, IMF
27ESRB (2020): Systemic cyber risk, European Financial Supervision
28Lagarde (2019): The Euro Area: Creating a Stronger Economic
Ecosystem, IMF & footnote n°26
29Kowalik et al. (2015): Bank consolidation and Merger Activity
Following the Crisis, Federal Reserve of Kansas City

Contenu connexe

Tendances

100215 mj la_grèce_leséchos
100215 mj la_grèce_leséchos100215 mj la_grèce_leséchos
100215 mj la_grèce_leséchos
Bordier & Cie
 
Commentaires de Juin 2012
Commentaires de Juin 2012Commentaires de Juin 2012
Commentaires de Juin 2012
Martin Leduc
 
Revue de presse 02 au 06 juillet 2012
Revue de presse 02 au 06 juillet 2012Revue de presse 02 au 06 juillet 2012
Revue de presse 02 au 06 juillet 2012
tpillon
 
Commentaires sur la volatilité des marchés
Commentaires sur la volatilité des marchésCommentaires sur la volatilité des marchés
Commentaires sur la volatilité des marchés
Martin Leduc
 
Mémoire master complementaire de loic sarton
Mémoire master complementaire de loic sartonMémoire master complementaire de loic sarton
Mémoire master complementaire de loic sarton
Loic Sarton
 
Crise finance origine et debat
Crise finance origine et debatCrise finance origine et debat
Crise finance origine et debat
Farouk Nignan
 

Tendances (19)

100215 mj la_grèce_leséchos
100215 mj la_grèce_leséchos100215 mj la_grèce_leséchos
100215 mj la_grèce_leséchos
 
Gestion des engagements hors bilan des banques sous l’angle du contrôle bancaire
Gestion des engagements hors bilan des banques sous l’angle du contrôle bancaireGestion des engagements hors bilan des banques sous l’angle du contrôle bancaire
Gestion des engagements hors bilan des banques sous l’angle du contrôle bancaire
 
Balises n°8 - Spécial Paiments Innovants
Balises n°8 - Spécial Paiments InnovantsBalises n°8 - Spécial Paiments Innovants
Balises n°8 - Spécial Paiments Innovants
 
Présentation agences de notation
Présentation agences de notation Présentation agences de notation
Présentation agences de notation
 
Bâle III et ses implications
Bâle III et ses implicationsBâle III et ses implications
Bâle III et ses implications
 
Financement des PME
Financement des PMEFinancement des PME
Financement des PME
 
BÂLE III
BÂLE IIIBÂLE III
BÂLE III
 
Fed contre BCE: le match des politiques monétaires face à la crise
Fed contre BCE: le match des politiques monétaires face à la criseFed contre BCE: le match des politiques monétaires face à la crise
Fed contre BCE: le match des politiques monétaires face à la crise
 
Commentaires de Juin 2012
Commentaires de Juin 2012Commentaires de Juin 2012
Commentaires de Juin 2012
 
Revue de presse 02 au 06 juillet 2012
Revue de presse 02 au 06 juillet 2012Revue de presse 02 au 06 juillet 2012
Revue de presse 02 au 06 juillet 2012
 
Commentaires sur la volatilité des marchés
Commentaires sur la volatilité des marchésCommentaires sur la volatilité des marchés
Commentaires sur la volatilité des marchés
 
196295620 les-agences-de-notation-financiere-pptx
196295620 les-agences-de-notation-financiere-pptx196295620 les-agences-de-notation-financiere-pptx
196295620 les-agences-de-notation-financiere-pptx
 
Bâle II / Bâle III
Bâle II / Bâle IIIBâle II / Bâle III
Bâle II / Bâle III
 
Mémoire master complementaire de loic sarton
Mémoire master complementaire de loic sartonMémoire master complementaire de loic sarton
Mémoire master complementaire de loic sarton
 
Mémoire de Fin d'études - Réglementation prudentielle - Partie pratique - Pré...
Mémoire de Fin d'études - Réglementation prudentielle - Partie pratique - Pré...Mémoire de Fin d'études - Réglementation prudentielle - Partie pratique - Pré...
Mémoire de Fin d'études - Réglementation prudentielle - Partie pratique - Pré...
 
Enquête affacturage 2014
Enquête affacturage 2014Enquête affacturage 2014
Enquête affacturage 2014
 
Crise des subprimes
Crise des subprimesCrise des subprimes
Crise des subprimes
 
Crise finance origine et debat
Crise finance origine et debatCrise finance origine et debat
Crise finance origine et debat
 
Rapport observatoire du financement des entreprises avril 2011 (http://www.me...
Rapport observatoire du financement des entreprises avril 2011 (http://www.me...Rapport observatoire du financement des entreprises avril 2011 (http://www.me...
Rapport observatoire du financement des entreprises avril 2011 (http://www.me...
 

Similaire à Banques européennes : résistantes mais peu profitables

Réforme prudentielle du risque souverain
Réforme prudentielle du risque souverainRéforme prudentielle du risque souverain
Réforme prudentielle du risque souverain
Simon Shohet
 
Conference AESCM Shanghai (2009 04 21) - Credit Management
Conference  AESCM  Shanghai (2009 04 21) - Credit  ManagementConference  AESCM  Shanghai (2009 04 21) - Credit  Management
Conference AESCM Shanghai (2009 04 21) - Credit Management
emmanum
 
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vfBpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
BPCE
 
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vfBpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
BPCE
 
Eric Delannoy Journal des finances 25 avril 2009
Eric Delannoy Journal des finances 25 avril 2009Eric Delannoy Journal des finances 25 avril 2009
Eric Delannoy Journal des finances 25 avril 2009
onepoint x weave
 
L'activité internationale des grands groupes français depuis 2006
L'activité internationale des grands groupes français depuis 2006L'activité internationale des grands groupes français depuis 2006
L'activité internationale des grands groupes français depuis 2006
Groupe SFC, cabinet d'expertise comptable
 

Similaire à Banques européennes : résistantes mais peu profitables (20)

Banques
BanquesBanques
Banques
 
Les conditions d’un retour durable à la stabilité dans la zone euro
Les conditions d’un retour durable à la stabilité dans la zone euroLes conditions d’un retour durable à la stabilité dans la zone euro
Les conditions d’un retour durable à la stabilité dans la zone euro
 
Balises 8 - Spécial Paiments Innovants
Balises 8 - Spécial Paiments InnovantsBalises 8 - Spécial Paiments Innovants
Balises 8 - Spécial Paiments Innovants
 
Réforme prudentielle du risque souverain
Réforme prudentielle du risque souverainRéforme prudentielle du risque souverain
Réforme prudentielle du risque souverain
 
Conference AESCM Shanghai (2009 04 21) - Credit Management
Conference  AESCM  Shanghai (2009 04 21) - Credit  ManagementConference  AESCM  Shanghai (2009 04 21) - Credit  Management
Conference AESCM Shanghai (2009 04 21) - Credit Management
 
Finance: Publication des stress-tests effectués par l'EBA & la BCE
Finance: Publication des stress-tests effectués par l'EBA & la BCEFinance: Publication des stress-tests effectués par l'EBA & la BCE
Finance: Publication des stress-tests effectués par l'EBA & la BCE
 
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vfBpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
 
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vfBpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
 
Chiffres de l'assurance ACPR 2019
Chiffres de l'assurance ACPR 2019Chiffres de l'assurance ACPR 2019
Chiffres de l'assurance ACPR 2019
 
Eric Delannoy Journal des finances 25 avril 2009
Eric Delannoy Journal des finances 25 avril 2009Eric Delannoy Journal des finances 25 avril 2009
Eric Delannoy Journal des finances 25 avril 2009
 
L'activité internationale des grands groupes français depuis 2006
L'activité internationale des grands groupes français depuis 2006L'activité internationale des grands groupes français depuis 2006
L'activité internationale des grands groupes français depuis 2006
 
Pilotage du ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio)
Pilotage du ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio)Pilotage du ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio)
Pilotage du ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio)
 
La nouvelle réglementation Bâle III implique-t-elle un changement des busines...
La nouvelle réglementation Bâle III implique-t-elle un changement des busines...La nouvelle réglementation Bâle III implique-t-elle un changement des busines...
La nouvelle réglementation Bâle III implique-t-elle un changement des busines...
 
Les résultats 2009 du Fonds Bruxellois de Garantie
Les résultats 2009 du Fonds Bruxellois de GarantieLes résultats 2009 du Fonds Bruxellois de Garantie
Les résultats 2009 du Fonds Bruxellois de Garantie
 
Le Financement des PME (étude PME Finance)
Le Financement des PME (étude PME Finance)Le Financement des PME (étude PME Finance)
Le Financement des PME (étude PME Finance)
 
Etude ministère économie du financement des entreprises
Etude ministère économie du financement des entreprisesEtude ministère économie du financement des entreprises
Etude ministère économie du financement des entreprises
 
10 ans après la crise, où en sommes-nous?
10 ans après la crise, où en sommes-nous?10 ans après la crise, où en sommes-nous?
10 ans après la crise, où en sommes-nous?
 
Quel rôle et quel modèle pour les banques françaises ?
Quel rôle et quel modèle pour les banques françaises ?Quel rôle et quel modèle pour les banques françaises ?
Quel rôle et quel modèle pour les banques françaises ?
 
Quel rôle et quel modèle pour les banques françaises ?
Quel rôle et quel modèle pour les banques françaises ?Quel rôle et quel modèle pour les banques françaises ?
Quel rôle et quel modèle pour les banques françaises ?
 
Analyse crise
Analyse criseAnalyse crise
Analyse crise
 

Plus de Paperjam_redaction

Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023
Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023
Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023
Paperjam_redaction
 
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdfLere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Paperjam_redaction
 
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdfBank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Paperjam_redaction
 
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdfBank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Paperjam_redaction
 
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdfRapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Paperjam_redaction
 
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Paperjam_redaction
 
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdfConférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Paperjam_redaction
 

Plus de Paperjam_redaction (20)

Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023
Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023
Rapport annuel de Encevo Group pour l'année 2023
 
Limites de revenus aides individuelles logement.pdf
Limites de revenus aides individuelles logement.pdfLimites de revenus aides individuelles logement.pdf
Limites de revenus aides individuelles logement.pdf
 
rapport-compte-gnral-2022-vf.pdf
rapport-compte-gnral-2022-vf.pdfrapport-compte-gnral-2022-vf.pdf
rapport-compte-gnral-2022-vf.pdf
 
ADC2023.pdf
ADC2023.pdfADC2023.pdf
ADC2023.pdf
 
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdfLere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
Lere-de-lIA_Opportunites-et-defis_Fondation-IDEA-asbl_VD.pdf
 
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdfBank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts FinTechs_October 2023_v5.pdf
 
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdfBank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
Bank account in Luxembourg - Contacts AIFs_October 2023_final_v2.pdf
 
Patents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdf
Patents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdfPatents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdf
Patents-trade-marks-and-startup-finance-study.pdf
 
Bulletin du Statec
Bulletin du StatecBulletin du Statec
Bulletin du Statec
 
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdfRapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
Rapport d'analyse 8 - subvention de loyer.pdf
 
Note 34.pdf
Note 34.pdfNote 34.pdf
Note 34.pdf
 
Note 35.pdf
Note 35.pdfNote 35.pdf
Note 35.pdf
 
European innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdf
European innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdfEuropean innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdf
European innovation scoreboard 2022-KI0922386ENN (1).pdf
 
Lettre d'intention LU-BE.pdf
Lettre d'intention LU-BE.pdfLettre d'intention LU-BE.pdf
Lettre d'intention LU-BE.pdf
 
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
Affiche Mouvement Social L01B Metz Thionville Luxembourg du mardi 26 septembr...
 
IMD World Talent Report 2023.pdf
IMD World Talent Report 2023.pdfIMD World Talent Report 2023.pdf
IMD World Talent Report 2023.pdf
 
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdfConférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
Conférence Luxembourg Stratégie - Programme - 26.09.23[19].pdf
 
RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023
RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023
RÈGLEMENT (UE) 2023/1115 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 31 mai 2023
 
Asti.pdf
Asti.pdfAsti.pdf
Asti.pdf
 
2023-26-inf-fr.docx.pdf
2023-26-inf-fr.docx.pdf2023-26-inf-fr.docx.pdf
2023-26-inf-fr.docx.pdf
 

Banques européennes : résistantes mais peu profitables

  • 1. 1 Février 2021 Décryptage N°18 Banques européennes : résistantes mais peu profitables Stress test à grandeur nature, l’arrivée soudaine de la crise sanitaire liée à la COVID-19 a fortement mis à l’épreuve le secteur bancaire européen. Si elles ont pu être montrées du doigt lors de la crise financière de 2008, force est de constater que les banques européennes font preuve d’une certaine résilience. Toutefois, leur faible profitabilité risque à terme d’être encore plus entamée tandis que les défis qu’elles devront relever pour rester compétitives seront d’autant plus grands. La résilience des banques européennes Les banques européennes sont entrées dans la crise sanitaire bien mieux préparées que lors de la crise financière de 2008. Elles avaient davantage de fonds propres de base de catégorie 1 (CET1)1 et de liquidité (LCR)2 , de dépôts des ménages et des entreprises non- financières. Elles ont aussi pu se refinancer en février, avant que les marchés primaires ne s’arrêtent temporairement3 . De plus, le taux de créances douteuses se situait à 3,1%, bien en-dessous du pic de 7,1% atteint en 20144 . Ce coussin de sécurité a été essentiel pour garantir la confiance du système bancaire et a permis aux banques européennes de traverser cette crise sans trop d’encombres. Il devrait en outre permettre d’aider au mieux les ménages et entreprises et d’alimenter la future relance économique. Toutefois, quand bien même la robustesse des banques européennes s’est nettement renforcée, leurs valorisations boursières ont chuté encore plus violemment lors des trente premiers jours du début de la crise Covid-19 que lors du début de la crise financière de 2008. Même si la tendance s’est inversée deux mois après, cette forte baisse souligne le faible attrait du secteur pour les investisseurs. 1A la différence des fonds propres de catégorie 2 (composés principalement de dettes subordonnées) qui sont complémentaires et qui permettent de rembourser les déposants et créanciers de rang supérieur en cas d’insolvabilité, les fonds propres de catégorie 1 sont considérés comme le « noyau dur » de la banque. Il s’agit essentiellement du capital social, des primes d’émission et réserves. 2Le ratio de couverture des liquidités LCR vise à favoriser la résilience à court terme en veillant à ce que les banques disposent de suffisamment d’actifs liquides de haute qualité (HQLA : High Quality Liquid Assets) pour faire face à une crise qui durerait 30 jours. Image 1 : Valorisations boursières des banques lors de la Crise financière et la Crise Covid-19 Source : Mécanisme européen de stabilité5 Face à la violence du choc pour lequel peu voire aucun élément comparable ne peut être trouvé, cette méfiance pourrait aussi s’expliquer par la peur d’assister à une augmentation substantielle du risque de crédit et donc de voir le secteur bancaire confronté une nouvelle fois aux problématiques des créances douteuses. Si le cas venait à se représenter, cela pourrait détériorer les actifs financiers et la rentabilité des banques et serait susceptible de déprimer la croissance des crédits et donc la reprise économique6 . 3Leur CET1 ratio était proche de 15% au T4 2019, contre 9% en 2009 et leur LCR ratio était proche de 150% (bien au-dessus des 100% exigés par Bâle III) au T1 2020. Voir: EBA (2020): The EU Banking Sector: First Insights into the COVID-19 Impacts, Thematic Note 4Voir : https://eba.europa.eu/risk-analysis-and-data/risk-dashboard 5Mascher et Strauch (2020): A stronger banking union for a stronger recovery, European Stability Mechanism 6Voir: Ari et al. (2020): COVID-19 and non-performing loans: lessons from past crises, ECB & Serrano (2020) The impact of non-performing loans on bank lending in Europe: an empirical analysis, NAJEF
  • 2. 2 La norme IFRS 9 à l’épreuve du COVID19 Si les stress tests de l’Agence bancaire européenne (ABE) ont été annulés pour l’année 2020 afin de permettre aux banques de donner la priorité aux activités opérationnelles, la BCE leur a quant à elle demandé de ne pas distribuer temporairement des dividendes et d’éviter de prendre des hypothèses trop pessimistes pour les provisions bancaires7 . En effet, la nouvelle norme comptable IFRS 9, entrée en vigueur le 1er janvier 2018, introduit une approche prospective pour la comptabilisation des pertes de crédit dans les comptes financiers. Image 2 : Provisions selon IFRS 9 et IAS 39 Source : Banque centrale suédoise8 Image 3 : Les trois étapes selon IFRS 9 Source : Deloitte9 A la différence de la norme IAS 39, jugée « too little, too late » lors de la dernière crise financière et critiquée pour son caractère 7BCE (2020): La supervision bancaire de la BCE offre davantage de flexibilité aux banques en réaction au coronavirus 8Frykström & Li (2018): IFRS 9 – the new accounting standard for credit loss recognition, Sveriges Riksbank 9Deloitte (2016): A Drain on Resources? The Impact of IFRS 9 on Banking Sector Regulatory Capital 10L’ancienne norme IAS 39 rendait toutefois les résultats bancaires encore plus procycliques selon la Banque centrale suédoise. rétrospectif car elle ne comptabilisait une perte de crédit lorsqu’il y avait un signe clair de défaut ou de défaillance sur les intérêts et/ou paiements du principal, la nouvelle norme comptable IFRS 9 incorpore un large éventail d’informations prospectives sur une durée de 12 mois, y compris des projections macroéconomiques. Bien que l’approche des pertes de crédit attendues « expected credit loss » (ECL) soit plus conservatrice et puisse améliorer la stabilité financière, la transparence sur la qualité, le calcul du risque et donc aider à la valorisation des actifs, elle pourrait toutefois rendre les résultats financiers des banques procycliques10 . La faible rentabilité des banques européennes Bien que cette nouvelle norme ait pu pénaliser les résultats bancaires de façon conjoncturelle, par le biais des provisions anticipatives passées, il n’en demeure pas moins que la faible profitabilité des banques européennes est en réalité un problème structurel au sein de la zone euro11 . Une étude du FMI12 , comprenant un échantillon de 114 banques européennes analysé sur 4 périodes : pré-boom (2000- 2004), boom (2005-2007), crise (2008-2012) et post-crise (2013-2016), a montré que leur profitabilité s’est nettement dégradée au fil du temps. Alors que leur ROA13 « return on assets » était aux alentours de 0,6% lors de la période pré-boom, il ne se stabilisait plus qu’en moyenne à 0,2% entre les années 2013 et 2016. Dans la même veine, leur ROE14 « return on equity » était en moyenne à 3,2% lors de la période post-crise, ce qui est quatre fois moins que durant la période pré-boom. La faible profitabilité des banques européennes était tout aussi inchangée lors de la période qui précéda l’arrivée du COVID-1915 . 11ECB (2020): Financial Stability Review (November 2020) 12Detragiache et al. (2018): Where Have All the Profits Gone? European Bank Profitability Over the Financial Cycle, IMF 13Ce ratio financier de profitabilité est obtenu en divisant le résultat net par le total des actifs. 14Ce ratio financier de profitabilité est obtenu en divisant le résultat net par les capitaux propres. 15Guindos (2019): Euro area banks: the profitability challenge, ECB
  • 3. 3 Face à ce constat, seulement un tiers des institutions bancaires européennes les plus importantes avaient un ROE supérieur à leur COE « cost of equity »16 en 2017, correspondant à la rentabilité minimum exigée par les actionnaires. Cette faible rentabilité explique d’ailleurs en partie la raison pour laquelle elles ont un faible « price-to book- ratio », c’est à dire une capitalisation boursière moins élevée que leurs actifs nets. A contrario, les banques américaines, elles, étaient valorisées au même moment à un prix supérieur à leurs actifs nets, en partie grâce à une profitabilité supérieure, et ce même en ajustant des normes IFRS et US GAAP17 . Image 4 : Profitabilité des banques UE et US Source : Fonds Monétaire International Image 5 : Ratio cours des banques américaines et européennes sur leurs actifs nets Source : Mécanisme européen de stabilité18 Bien que la situation en termes de profitabilité diffère grandement entre les banques de la zone euro, il n’en reste pas moins que des banques peu rentables peuvent entraver la 16Resti (2019): The main factors for the subdued profitability of significant banks in the Banking Union, European Parliament 17Les banques américaines ont dans l’ensemble aussi mieux géré leur stock de créances douteuses au sortir de la crise financière de 2008, ce qui leur a permis de préserver leur profitabilité. 18Mascher et Strauch (2020): A stronger banking union for a stronger recovery, European Stability Mechanism 19Guindos (2019): Euro area banks: the profitability challenge, ECB stabilité financière. D’une part, elles ne sont pas en mesure de générer des réserves, ce qui rend plus difficile de constituer des amortisseurs en cas de chocs imprévus. D’autre part, elles doivent se refinancer à un coût plus important, ce qui complexifie le refinancement en cas de besoin et la croissance des prêts. Enfin, les banques peu profitables et qui ne sont pas viables peuvent être amenées à prendre plus de risques pour compenser le manque de rentabilité19 . Plusieurs raisons peuvent expliquer la faible profitabilité des banques européennes : le bas niveau des taux d’intérêt, la concurrence accrue avec les institutions financières non bancaires, le stock important des actifs, le désendettement, la réglementation, les dépenses et investissements liés à la digitalisation, la non-maîtrise des coûts, le manque de diversification, la faible croissance économique ainsi que la sur-bancarisation20 . Pour ce dernier élément, la différence est en effet très marquée avec les Etats-Unis. La taille du secteur bancaire européen a fini par complètement dépasser celle des marchés des capitaux, pénalisant au demeurant le financement des petites et moyennes entreprises puisque les crédits bancaires ont tendance à être procycliques. Alors que le rapport des actifs bancaires sur les capitalisations boursières et obligataires était inférieur à 2 à la fin des années 1990, il est passé à 4 en 2008. Aux Etats-Unis, il est resté inférieur à 1 sur la même période21 . De plus, au sortir de la crise financière de 2008, la consolidation du secteur bancaire a été plus importante aux Etats-Unis22 qu’en Europe, où les fusions et acquisitions dans le secteur bancaire sont d’ailleurs en tendance baissière depuis 201023 . 20ECB (2019): Euro area bank profitability: where can consolidation help, Financial Stability Review et footnote n°12 21Draghi (2016): Intervention au CERS à Francfort-sur-le-Main & ESRB (2014): Is Europe Overbanked, Advisory Scientific Committee 22Assemblée Nationale (2020): Rapport d’information sur la stabilité du système bancaire européen, Rapport n°3022 23Enria (2019): Is less more? Profitability and consolidation in the European banking sector, European Central Bank - Pré-boom (2000-2004) Boom (2005-2007) Crise (2008-2012) Post-crise (2013-2016) ROA - UE 0,6% 0,7% 0,2% 0,2% ROA - US 1,0% 1,0% 0,3% 0,6% ROE - UE 13,3% 15,7% 3,1% 3,2% ROE - US 15,0% 15,0% 4,2% 8,4%
  • 4. 4 Image 6 : Les différences de profitabilité des banques européennes en 2018 (ROE et COE) Images 7 et 8 : La sur-bancarisation de la zone euro illustrée avec deux graphiques Source : Banque centrale européenne24 L’avenir du paysage bancaire européen Indépendamment de la crise COVID qui risque de pénaliser encore plus la profitabilité des banques européennes quel que soit le scenario retenu25 , avec notamment des dépréciations passées et la hausse des frais administratifs engendrée pour traiter les futures créances douteuses, la situation globale ne semble pas être saine. Le poids des actifs bancaires dans l’économie est très important26 tandis que les fragilités internes sont persistantes. D’autant que le secteur reste aussi confronté à des chocs externes, notamment à cause de son exposition aux risques souverain et de cyberattaques, dans un monde qui est devenu de plus en plus interconnecté et digitalisé27 . Dans un tel contexte, les institutions européennes poussent davantage pour une union bancaire européenne ainsi qu’une union des marchés des capitaux. Pour financer l’économie réelle, mieux faut-il s’en remettre à plusieurs canaux plutôt qu’à un seul. D’autant que les crédits sont procycliques et condamnent par la même occasion l’innovation, car les start-ups ont moins d’actifs tangibles. Aussi et au-delà du risque systémique qu’incombe un poids important des actifs bancaires dans l’économie, il existe encore bien trop de divergences entre les pays membres de la zone euro. Les banques (et assurances) sont trop exposées aux risques nationaux (« home bias ») tandis que les coûts de financement peuvent varier jusqu’à 2% pour une entreprise opérant dans un même secteur d’activité mais empruntant dans des pays différents28 . Les banques européennes devront ainsi réduire leurs coûts et améliorer leur efficacité opérationnelle (diminuer les effectifs en fermant des succursales et agences, investir et adopter de nouvelles technologies pour limiter les intermédiaires, sécuriser les transactions et développer de nouveaux produits et services) et procéder à des activités de fusion- acquisition entre elles pour développer des synergies (créer des économies d’échelle, améliorer leurs revenus et diversifier leurs activités et expositions géographiques)29 . Thomas Valici thomas.valici@fondation-idea.lu 24Voir: footnote n°22 25ECB (2020): COVID-19 Vulnerability Analysis: Results Overview 26300% du PIB en zone euro, contre 85% du PIB aux Etats Unis. Voir: Thomsen (2019): On Capital Market Finance in Europe, IMF 27ESRB (2020): Systemic cyber risk, European Financial Supervision 28Lagarde (2019): The Euro Area: Creating a Stronger Economic Ecosystem, IMF & footnote n°26 29Kowalik et al. (2015): Bank consolidation and Merger Activity Following the Crisis, Federal Reserve of Kansas City