SlideShare une entreprise Scribd logo
Any where out of the
      world
      Spleen de Paris -
Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle,
et celui-là croit qu'il guérirait à côté de la fenêtre.

Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute
sans cesse avec mon âme.

"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais
comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du
végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le
liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.

"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante?
Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de
Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.

"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."

Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte?

"En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les
pays qui sont les analogies de la Mort.

- Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la
Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et
les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là,
nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront
de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!"

Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
Structure du poème ?
Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle,
et celui-là croit qu'il guérirait à côté de la fenêtre.

Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute
sans cesse avec mon âme.

"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais
comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du
végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le
liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.

"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante?
Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de
Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.

"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."

Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte?

"En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les
pays qui sont les analogies de la Mort.

- Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la
Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et
les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là,
nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront
de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!"

Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
Structure du poème
     Dialogue fictif entre le poète et son âme
             Quelle suite est suggérée ?
Solitude du poète, même son âme ne lui répond plus
               → lassitude du poète
Structure : composition en paragraphes ; 1ère partie?
Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du
désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du
poêle, et celui-là croit qu'il guérirait à côté de la fenêtre.

Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas,
et cette question de déménagement en est une que je discute
sans cesse avec mon âme.


          Temps ? Lexique ? Enonciation ? Registre ?

                           Suite du poème ?
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais
comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du
végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le
liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.

"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante?
Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de
Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.

"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."

Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte?

"En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les
pays qui sont les analogies de la Mort.

- Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la
Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et
les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là,
nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront
de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!"

Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais
comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du
végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le
liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.

"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante?
Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de
Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.

"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."

Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte?

"En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les
pays qui sont les analogies de la Mort.

- Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la
Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et
les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là,
nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront
de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!"

Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais
comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du
végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le
liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.

"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante?
Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de
Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.

"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."

Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte?

"En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les
pays qui sont les analogies de la Mort.

- Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la
Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et
les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là,
nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront
de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!"

Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais
comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du
végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le
liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.

"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante?
Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de
Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.

"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."

Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte?

"En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les
pays qui sont les analogies de la Mort.

- Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la
Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et
les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là,
nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront
de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!"

Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un
lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en
marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache
tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait
avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"
Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un
lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en
marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache
tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait
avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"
Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un
lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en
marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache
tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait
avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"
"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du
mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre
béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu
as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu
de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires
amarrés au pied des maisons?"
"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du
mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre
béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu
as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu
de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires
amarrés au pied des maisons?"
"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du
mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre
béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu
as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu
de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires
amarrés au pied des maisons?"
"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions
d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."
"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions
d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."
"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions
d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."
Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à
l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est
possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement
la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment
la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous
pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour
nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps
leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!"
Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à
l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est
possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement
la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment
la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous
pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour
nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps
leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!"
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais
comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du
végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le
liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.

"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante?
Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de
Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.

"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."

Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte?

"En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les
pays qui sont les analogies de la Mort.

- Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la
Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et
les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là,
nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront
de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!"

Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
Poème à structure fortement narrative
mettant en place une attente + chute,
     comme dans une nouvelle
Les images du poème
Les images du poème
• Image structurante du dialogue avec l’âme
Les images du poème
• Image structurante du dialogue avec l’âme
• personnifications («pauvre âme refroidie»,
  «engourdissement»)
Les images du poème
• Image structurante du dialogue avec l’âme
• personnifications («pauvre âme refroidie»,
  «engourdissement»)
• la vie = un hôpital
Les images du poème
• Image structurante du dialogue avec l’âme
• personnifications («pauvre âme refroidie»,
  «engourdissement»)
• la vie = un hôpital
• comparaisons («comme un lézard», «comme
  les reflets d’un feu d’artifice de l’Enfer»)
Les images du poème
• Image structurante du dialogue avec l’âme
• personnifications («pauvre âme refroidie»,
  «engourdissement»)
• la vie = un hôpital
• comparaisons («comme un lézard», «comme
  les reflets d’un feu d’artifice de l’Enfer»)
• métaphore («forêt de mâts»)
Les images du poème
• Image structurante du dialogue avec l’âme
• personnifications («pauvre âme refroidie»,
  «engourdissement»)
• la vie = un hôpital
• comparaisons («comme un lézard», «comme
  les reflets d’un feu d’artifice de l’Enfer»)
• métaphore («forêt de mâts»)
• synesthésie : «un long bain de ténèbres»
Introduction
Poème publié le 28 septembre 1867
Titre en anglais : rappeler l’intérêt de Baudelaire pour la
littérature anglo-saxonne et son rôle dans la diffusion
des oeuvres de son alter ego américain, Edgar Poe. Ce
titre a été inspiré d’une oeuvre d’un autre auteur que
Baudelaire a traduit : Thomas Hood, (Bridge of Sighs)
Poème à rapprocher également de l’Invitation au voyage, Rêve
parisien et Le Voyage, qui évoquent tous le désir d’un ailleurs.
L’originalité de ce poème réside dans sa structure qui
correspond à un dialogue narratif, dans lequel le poète
interpelle son âme et lui propose différentes
destinations susceptibles de lui plaire. Mais on verra que
ce texte fait surtout ressortir une poésie du mal de vivre.
Le désir d’un ailleurs
Le prétexte de ce poème est la recherche d’un ailleurs,
thème-clef chez Baud.
Le désir d’un ailleurs
Le désir d’un ailleurs
Ce qu’il veut fuir ? la réalité (ici figurée sous l’image
d’un hôpital)- Le malaise, l’insatisfaction ressortent des
2 premiers §
Le désir d’un ailleurs
Ce qu’il veut fuir ? la réalité (ici figurée sous l’image
d’un hôpital)- Le malaise, l’insatisfaction ressortent des
2 premiers §
◊ L’ailleurs est désigné par des lieux réels, des
ports, source d’inspiration des artistes (peintres et
poètes)
Le désir d’un ailleurs
 Ce qu’il veut fuir ? la réalité (ici figurée sous l’image
 d’un hôpital)- Le malaise, l’insatisfaction ressortent des
 2 premiers §
 ◊ L’ailleurs est désigné par des lieux réels, des
 ports, source d’inspiration des artistes (peintres et
 poètes)
◊ Les destinations sont citées dans un ordre qui fait
apparaître une gradation (chaud➙froid)
Le désir d’un ailleurs
 Ce qu’il veut fuir ? la réalité (ici figurée sous l’image
 d’un hôpital)- Le malaise, l’insatisfaction ressortent des
 2 premiers §
 ◊ L’ailleurs est désigné par des lieux réels, des
 ports, source d’inspiration des artistes (peintres et
 poètes)
◊ Les destinations sont citées dans un ordre qui fait
apparaître une gradation (chaud➙froid)
◊ I l s ’ agi t d’ un ai l l eur s f a i t d ’ é l é m e n t s
emblématiques de l’inspiration baudelairienne
• Transition : ces propositions restent sans
  effet sur son âme qu’ill sollicite dans un
  dialogue désespérant
La poésie du mal de vivre (le spleen)
  Dialogue entre le poète et son âme personnifiée
       ➙ montrer la personnification (lexique)
      Adresse : «mon âme, pauvre âme refroidie»
           tu t’y ragaillardirais comme un lézard
                  un paysage selon ton goût
        habiter,... te divertiras-tu, ...toi qui aimes...
  association pronominale ds la dernière proposition
                               ...
La poésie du mal de vivre (le spleen)
     Stérilité du dialogue + effet de gradation
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y
ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a
une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la
lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y
ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a
une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la
lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y
ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a
une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la
lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.
"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre
béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que
penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y
ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a
une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la
lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.
"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre
béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que
penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y
ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a
une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la
lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.
"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre
béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que
penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.
"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y
ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a
une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la
lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.
"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre
béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que
penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.
"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."

Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte ?
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y
ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a
une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la

                                                               injonction
lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.
"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre
béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que
penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.
"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."

Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte ?
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y
ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a
une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la

                                                               injonction
lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.
                                                                négation
"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre
béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que
penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.
"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."

Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte ?
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y
ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a
une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la

                                                               injonction
lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.
                                                                négation
"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre
béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que
penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.                                            handicap
"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."

Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte ?
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y
ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a
une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la

                                                               injonction
lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.
                                                                négation
"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre
béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que
penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.                                            handicap
"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."

Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte ?                                mort
"Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y
ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a
une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la

                                                               injonction
lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"

Mon âme ne répond pas.
                                                                négation
"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre
béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que
penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"

Mon âme reste muette.                                            handicap
"Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."


                                mort
Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte ?


Absence de réponse ➙ insatisfaction, mais aussi solitude,
    accentuée par la typographie (blancs = silences)
 passage au pronom «nous» dans le dernier paragraphe,
          marqué par l’évocation de la mort
Evocation du mal-être, le paysage du spleen
                ◊ rappel de l’image de l’hôpital
       état d’incertitude (cf. l’emploi du conditionnel)
◊ un mal-être tel qu’il envisage la Mort comme destination
"En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton
mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort.

- Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus
loin encore, à l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible;
installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et les lentes
alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la
monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de
ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de
temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!"

Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où!
pourvu que ce soit hors de ce monde!"


Evocation chargée de poésie (cf images + allitérations)
       ce qui va entraîner la réaction de l’âme
Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie:



       "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"




Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le
sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut
          satisfaire les aspirations de son âme.
Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie:



       "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"




Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le
sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut
          satisfaire les aspirations de son âme.
Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie:
marque le fin de l’attente


                 "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"




Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le
sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut
          satisfaire les aspirations de son âme.
Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie:
marque le fin de l’attente


                 "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"




Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le
sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut
          satisfaire les aspirations de son âme.
Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie:
marque le fin de l’attente         écho aux «feux
                                d’artifice de l’Enfer»

                 "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"




Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le
sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut
          satisfaire les aspirations de son âme.
Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie:
marque le fin de l’attente         écho aux «feux
                                d’artifice de l’Enfer»

                 "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"




Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le
sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut
          satisfaire les aspirations de son âme.
Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie:
marque le fin de l’attente         écho aux «feux        oxymore
                                d’artifice de l’Enfer»

                 "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"




Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le
sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut
          satisfaire les aspirations de son âme.
Conclusion :
- poème qui ose dire l’échec du voyage poétique et
la faillite des rêves
- poème qui tire sa force non de l’évocation d’une
plénitude, mais de la dramatisation d’une angoisse.
Sources bibliographiques :
Hélène SABBAH : Itinéraires littéraires - XIXèmé siècle, Livre du professeur, Hatier 1990
Claude PICHOIS : Baudelaire oeuvres complètes tome I - Collection La Pléiade, Gallimard
1975
Cours de Gérard FREITAG, Agrégé de Lettres modernes, Lycée Ribeaupierre
Ribeauvillé




                  © Caroline REYS - Lycée Ribeaupierre, mars 2010

Contenu connexe

Tendances

Jacques Bonnafé Délire de la Langue
Jacques Bonnafé Délire de la LangueJacques Bonnafé Délire de la Langue
Jacques Bonnafé Délire de la Langue
Editions La Dondaine
 
L HÉ R I T A G E C U L T U R E L
L  HÉ R I T A G E  C U L T U R E LL  HÉ R I T A G E  C U L T U R E L
L HÉ R I T A G E C U L T U R E L
scmanuela
 
Paris et Gabriel Garcia Marquez
Paris et Gabriel Garcia MarquezParis et Gabriel Garcia Marquez
Paris et Gabriel Garcia MarquezAndu20
 
Guigou les entretiens de puvis de chavannes
Guigou les entretiens de puvis de chavannesGuigou les entretiens de puvis de chavannes
Guigou les entretiens de puvis de chavannes
Join-Lambert Blaise
 
Exposé français yves,thomas,aurélien
Exposé français yves,thomas,aurélienExposé français yves,thomas,aurélien
Exposé français yves,thomas,aurélienFrançoise Cahen
 
Un Trio infernal a4 ch 1 à 7 Pierre ST Vincent
Un Trio infernal a4 ch 1 à 7 Pierre ST VincentUn Trio infernal a4 ch 1 à 7 Pierre ST Vincent
Un Trio infernal a4 ch 1 à 7 Pierre ST Vincent
Pierre ST Vincent
 
Los templarios actas de canciones ineditas
Los templarios actas de canciones ineditas Los templarios actas de canciones ineditas
Los templarios actas de canciones ineditas Isabel REZMO
 
Profil de mort_-_dans_la_maison_vide_rec
Profil de mort_-_dans_la_maison_vide_recProfil de mort_-_dans_la_maison_vide_rec
Profil de mort_-_dans_la_maison_vide_rec
Michel Septfontaine
 
Tes sur la vague
Tes sur la vagueTes sur la vague
Tes sur la vague
Baptiste Erpicum
 
Poètes dici et dailleurs
Poètes dici et dailleursPoètes dici et dailleurs
Poètes dici et dailleursEPSILIM
 
Cherry brandy
Cherry brandyCherry brandy
Cherry brandy
noctambule
 
Cherry brandy
Cherry brandyCherry brandy
Cherry brandy
noctambule
 
Claire barroisparisienprivé
Claire barroisparisienprivéClaire barroisparisienprivé
Claire barroisparisienprivécbarrois
 
Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015
Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015
Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015
Pierre ST Vincent
 

Tendances (18)

Jacques Bonnafé Délire de la Langue
Jacques Bonnafé Délire de la LangueJacques Bonnafé Délire de la Langue
Jacques Bonnafé Délire de la Langue
 
L HÉ R I T A G E C U L T U R E L
L  HÉ R I T A G E  C U L T U R E LL  HÉ R I T A G E  C U L T U R E L
L HÉ R I T A G E C U L T U R E L
 
Cahiers de Poésie 18
Cahiers de Poésie 18Cahiers de Poésie 18
Cahiers de Poésie 18
 
Gabriel Garcia Marquez
Gabriel Garcia MarquezGabriel Garcia Marquez
Gabriel Garcia Marquez
 
Paris et Gabriel Garcia Marquez
Paris et Gabriel Garcia MarquezParis et Gabriel Garcia Marquez
Paris et Gabriel Garcia Marquez
 
Guigou les entretiens de puvis de chavannes
Guigou les entretiens de puvis de chavannesGuigou les entretiens de puvis de chavannes
Guigou les entretiens de puvis de chavannes
 
Exposé français yves,thomas,aurélien
Exposé français yves,thomas,aurélienExposé français yves,thomas,aurélien
Exposé français yves,thomas,aurélien
 
Un Trio infernal a4 ch 1 à 7 Pierre ST Vincent
Un Trio infernal a4 ch 1 à 7 Pierre ST VincentUn Trio infernal a4 ch 1 à 7 Pierre ST Vincent
Un Trio infernal a4 ch 1 à 7 Pierre ST Vincent
 
Les mysteres de rennes2 3
Les mysteres de rennes2 3Les mysteres de rennes2 3
Les mysteres de rennes2 3
 
Los templarios actas de canciones ineditas
Los templarios actas de canciones ineditas Los templarios actas de canciones ineditas
Los templarios actas de canciones ineditas
 
Profil de mort_-_dans_la_maison_vide_rec
Profil de mort_-_dans_la_maison_vide_recProfil de mort_-_dans_la_maison_vide_rec
Profil de mort_-_dans_la_maison_vide_rec
 
Tes sur la vague
Tes sur la vagueTes sur la vague
Tes sur la vague
 
Poètes dici et dailleurs
Poètes dici et dailleursPoètes dici et dailleurs
Poètes dici et dailleurs
 
Cherry brandy
Cherry brandyCherry brandy
Cherry brandy
 
Cherry brandy
Cherry brandyCherry brandy
Cherry brandy
 
Claire barroisparisienprivé
Claire barroisparisienprivéClaire barroisparisienprivé
Claire barroisparisienprivé
 
Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015
Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015
Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015
 
Ane-abeilles
Ane-abeillesAne-abeilles
Ane-abeilles
 

En vedette

Baudelaire : Anywhere Out Of The World
Baudelaire : Anywhere Out Of The WorldBaudelaire : Anywhere Out Of The World
Baudelaire : Anywhere Out Of The World
guestd08aa2
 
Olga García - ICO
Olga García - ICOOlga García - ICO
Olga García - ICO
financiapyme
 
eLitteratie
eLitteratieeLitteratie
eLitteratie
AndreRoux
 
Imágenes digitales
Imágenes digitalesImágenes digitales
Imágenes digitales
Arifael
 
κρουαζιέρα..
κρουαζιέρα..κρουαζιέρα..
κρουαζιέρα..ridoque
 
Lex
LexLex
Gainsbourg
GainsbourgGainsbourg
Gainsbourgjerome76
 
BAUDELAIRE, Spleen de Paris, Enivrez Vous
BAUDELAIRE, Spleen de Paris, Enivrez VousBAUDELAIRE, Spleen de Paris, Enivrez Vous
BAUDELAIRE, Spleen de Paris, Enivrez Vous
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Como escribir para la web
Como escribir para la webComo escribir para la web
Como escribir para la web
Aahons
 
REDES
REDESREDES
Atrapados en las redes sociales
Atrapados en las redes socialesAtrapados en las redes sociales
Atrapados en las redes sociales
cechu-46
 
Trabajo tic
Trabajo ticTrabajo tic
Trabajo tic
Chast
 
4º encuentro de promoción 86
4º encuentro de promoción 864º encuentro de promoción 86
4º encuentro de promoción 86
crobertovera78
 
Conférence Forum Pro Images
Conférence Forum Pro ImagesConférence Forum Pro Images
Conférence Forum Pro Images
Daniel Hennemand
 
Flash Crédit du Maroc par BKB ( Mars 2011 )
Flash Crédit du Maroc par BKB ( Mars 2011 )Flash Crédit du Maroc par BKB ( Mars 2011 )
Flash Crédit du Maroc par BKB ( Mars 2011 )www.bourse-maroc.org
 
Prsentacion final
Prsentacion finalPrsentacion final
Prsentacion final
Fer Halgraves
 
Prsentacion final
Prsentacion finalPrsentacion final
Prsentacion final
Fer Halgraves
 
Castilla y león
Castilla y leónCastilla y león
Castilla y león
1951rdt
 

En vedette (20)

Baudelaire : Anywhere Out Of The World
Baudelaire : Anywhere Out Of The WorldBaudelaire : Anywhere Out Of The World
Baudelaire : Anywhere Out Of The World
 
Olga García - ICO
Olga García - ICOOlga García - ICO
Olga García - ICO
 
eLitteratie
eLitteratieeLitteratie
eLitteratie
 
Remise récompense
Remise récompenseRemise récompense
Remise récompense
 
Imágenes digitales
Imágenes digitalesImágenes digitales
Imágenes digitales
 
κρουαζιέρα..
κρουαζιέρα..κρουαζιέρα..
κρουαζιέρα..
 
Lex
LexLex
Lex
 
Gainsbourg
GainsbourgGainsbourg
Gainsbourg
 
BAUDELAIRE, Spleen de Paris, Enivrez Vous
BAUDELAIRE, Spleen de Paris, Enivrez VousBAUDELAIRE, Spleen de Paris, Enivrez Vous
BAUDELAIRE, Spleen de Paris, Enivrez Vous
 
Como escribir para la web
Como escribir para la webComo escribir para la web
Como escribir para la web
 
REDES
REDESREDES
REDES
 
Atrapados en las redes sociales
Atrapados en las redes socialesAtrapados en las redes sociales
Atrapados en las redes sociales
 
Trabajo tic
Trabajo ticTrabajo tic
Trabajo tic
 
Dia30 jun12
Dia30 jun12Dia30 jun12
Dia30 jun12
 
4º encuentro de promoción 86
4º encuentro de promoción 864º encuentro de promoción 86
4º encuentro de promoción 86
 
Conférence Forum Pro Images
Conférence Forum Pro ImagesConférence Forum Pro Images
Conférence Forum Pro Images
 
Flash Crédit du Maroc par BKB ( Mars 2011 )
Flash Crédit du Maroc par BKB ( Mars 2011 )Flash Crédit du Maroc par BKB ( Mars 2011 )
Flash Crédit du Maroc par BKB ( Mars 2011 )
 
Prsentacion final
Prsentacion finalPrsentacion final
Prsentacion final
 
Prsentacion final
Prsentacion finalPrsentacion final
Prsentacion final
 
Castilla y león
Castilla y leónCastilla y león
Castilla y león
 

Similaire à BAUDELAIRE : Anywhere Out Of The World

Textes bac 2011 sans dom juan
Textes bac 2011   sans dom juanTextes bac 2011   sans dom juan
Textes bac 2011 sans dom juan
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Win#25 mots maux
Win#25 mots mauxWin#25 mots maux
Win#25 mots maux
Olivier Marechal
 
Tant que t'es breton
Tant que t'es bretonTant que t'es breton
Tant que t'es breton
COURTOT Lionel
 
Anthologie reves
Anthologie revesAnthologie reves
Anthologie revescamille974
 
Recueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, corrects
Recueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, correctsRecueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, corrects
Recueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, corrects
Pierre ST Vincent
 
Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.
Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.
Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.
Pierre ST Vincent
 
"Correspondance au marin septentrional", V.L. Meydit Giannoni
"Correspondance au marin septentrional", V.L. Meydit Giannoni"Correspondance au marin septentrional", V.L. Meydit Giannoni
"Correspondance au marin septentrional", V.L. Meydit Giannoni
Editions du Pantheon
 
Victor hugo
Victor hugoVictor hugo
Victor hugo
EPSILIM
 
Baudelaire, charles poesia completa
Baudelaire, charles   poesia completaBaudelaire, charles   poesia completa
Baudelaire, charles poesia completaKelita Vanegas
 
Exposition au Lycée : "La Dilection, l’Idéal et le Rêve dans la Littérature"
Exposition au Lycée : "La Dilection, l’Idéal et le Rêve dans la Littérature"Exposition au Lycée : "La Dilection, l’Idéal et le Rêve dans la Littérature"
Exposition au Lycée : "La Dilection, l’Idéal et le Rêve dans la Littérature"louisemichelchampigny
 
Baudelaire2 claudia e viktoryia
Baudelaire2 claudia e viktoryiaBaudelaire2 claudia e viktoryia
Baudelaire2 claudia e viktoryia
giuseppina martoriello
 
Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu
auto-editeur
 
Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnuAux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu
auto-editeur
 
Diaporama chroniques lycéennes 3
Diaporama chroniques lycéennes 3Diaporama chroniques lycéennes 3
Diaporama chroniques lycéennes 3Luc Narduzzi
 
Un Trio Infernal a41 ch 1 à 7 Pierre st Vincent
Un Trio Infernal a41 ch 1 à 7 Pierre st VincentUn Trio Infernal a41 ch 1 à 7 Pierre st Vincent
Un Trio Infernal a41 ch 1 à 7 Pierre st Vincent
Pierre ST Vincent
 
Baudelaire
BaudelaireBaudelaire
Baudelaireagm007
 
Olivier hoën décision de bouqiin
Olivier hoën décision de bouqiinOlivier hoën décision de bouqiin
Olivier hoën décision de bouqiin
Olivier Hoen
 

Similaire à BAUDELAIRE : Anywhere Out Of The World (20)

Textes bac 2011 sans dom juan
Textes bac 2011   sans dom juanTextes bac 2011   sans dom juan
Textes bac 2011 sans dom juan
 
Verlaine selección de poemas
Verlaine selección de poemasVerlaine selección de poemas
Verlaine selección de poemas
 
Win#25 mots maux
Win#25 mots mauxWin#25 mots maux
Win#25 mots maux
 
Tant que t'es breton
Tant que t'es bretonTant que t'es breton
Tant que t'es breton
 
Anthologie reves
Anthologie revesAnthologie reves
Anthologie reves
 
Recueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, corrects
Recueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, correctsRecueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, corrects
Recueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, corrects
 
Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.
Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.
Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.
 
"Correspondance au marin septentrional", V.L. Meydit Giannoni
"Correspondance au marin septentrional", V.L. Meydit Giannoni"Correspondance au marin septentrional", V.L. Meydit Giannoni
"Correspondance au marin septentrional", V.L. Meydit Giannoni
 
Victor hugo
Victor hugoVictor hugo
Victor hugo
 
Baudelaire, charles poesia completa
Baudelaire, charles   poesia completaBaudelaire, charles   poesia completa
Baudelaire, charles poesia completa
 
Au cimetière de la pensée
Au cimetière de la penséeAu cimetière de la pensée
Au cimetière de la pensée
 
Exposition au Lycée : "La Dilection, l’Idéal et le Rêve dans la Littérature"
Exposition au Lycée : "La Dilection, l’Idéal et le Rêve dans la Littérature"Exposition au Lycée : "La Dilection, l’Idéal et le Rêve dans la Littérature"
Exposition au Lycée : "La Dilection, l’Idéal et le Rêve dans la Littérature"
 
La littérature
La littératureLa littérature
La littérature
 
Baudelaire2 claudia e viktoryia
Baudelaire2 claudia e viktoryiaBaudelaire2 claudia e viktoryia
Baudelaire2 claudia e viktoryia
 
Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu
 
Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnuAux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu
 
Diaporama chroniques lycéennes 3
Diaporama chroniques lycéennes 3Diaporama chroniques lycéennes 3
Diaporama chroniques lycéennes 3
 
Un Trio Infernal a41 ch 1 à 7 Pierre st Vincent
Un Trio Infernal a41 ch 1 à 7 Pierre st VincentUn Trio Infernal a41 ch 1 à 7 Pierre st Vincent
Un Trio Infernal a41 ch 1 à 7 Pierre st Vincent
 
Baudelaire
BaudelaireBaudelaire
Baudelaire
 
Olivier hoën décision de bouqiin
Olivier hoën décision de bouqiinOlivier hoën décision de bouqiin
Olivier hoën décision de bouqiin
 

Plus de Caroline REYS, Lycée virtuel

Marie-Josèphe Yoyotte - Tous les matins du monde
 Marie-Josèphe Yoyotte - Tous les matins du monde Marie-Josèphe Yoyotte - Tous les matins du monde
Marie-Josèphe Yoyotte - Tous les matins du monde
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Tous les matins du monde - Narration et montage
Tous les matins du monde - Narration et montageTous les matins du monde - Narration et montage
Tous les matins du monde - Narration et montage
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Generique shining
Generique shiningGenerique shining
Dom Juan, Acte I, scène 2 : Tirade dite " de l'inconstance"
Dom Juan, Acte I, scène 2 : Tirade dite " de l'inconstance"Dom Juan, Acte I, scène 2 : Tirade dite " de l'inconstance"
Dom Juan, Acte I, scène 2 : Tirade dite " de l'inconstance"
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Baudelaire : Don juan aux enfers
Baudelaire : Don juan aux enfersBaudelaire : Don juan aux enfers
Baudelaire : Don juan aux enfers
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement
Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement
Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Dom Juan, Acte III, scène 2 : la scène du pauvre
Dom Juan, Acte III, scène 2 : la  scène du pauvreDom Juan, Acte III, scène 2 : la  scène du pauvre
Dom Juan, Acte III, scène 2 : la scène du pauvre
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Dom Juan, Molière - ActeI, sc.2: éloge de l'inconstance
Dom Juan, Molière - ActeI, sc.2: éloge de l'inconstanceDom Juan, Molière - ActeI, sc.2: éloge de l'inconstance
Dom Juan, Molière - ActeI, sc.2: éloge de l'inconstanceCaroline REYS, Lycée virtuel
 
Dom juan Scène d' exposition - Acte I, scène 1
Dom juan  Scène d' exposition - Acte I, scène 1Dom juan  Scène d' exposition - Acte I, scène 1
Dom juan Scène d' exposition - Acte I, scène 1
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Textes et documents Dom Juan - Bac 2011
Textes et documents Dom Juan - Bac 2011Textes et documents Dom Juan - Bac 2011
Textes et documents Dom Juan - Bac 2011
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Vie de voltaire
Vie de voltaireVie de voltaire
Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010
Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010
Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
BAUDELAIRE - Spleen
BAUDELAIRE - SpleenBAUDELAIRE - Spleen
BAUDELAIRE - Spleen
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Baudelaire : Synthèse de la séquence "D'un recueil à l'autre"
Baudelaire : Synthèse de la séquence "D'un recueil à l'autre"Baudelaire : Synthèse de la séquence "D'un recueil à l'autre"
Baudelaire : Synthèse de la séquence "D'un recueil à l'autre"
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Les Phares
Les PharesLes Phares
Baudelaire : Synthèe du groupement de textes
Baudelaire : Synthèe du groupement de textesBaudelaire : Synthèe du groupement de textes
Baudelaire : Synthèe du groupement de textes
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Poesie : Introduction Poèmes En Prose
Poesie : Introduction Poèmes En ProsePoesie : Introduction Poèmes En Prose
Poesie : Introduction Poèmes En Prose
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal - Harmonie du soir
BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal - Harmonie du soirBAUDELAIRE, Les Fleurs du mal - Harmonie du soir
BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal - Harmonie du soir
Caroline REYS, Lycée virtuel
 

Plus de Caroline REYS, Lycée virtuel (20)

Marie-Josèphe Yoyotte - Tous les matins du monde
 Marie-Josèphe Yoyotte - Tous les matins du monde Marie-Josèphe Yoyotte - Tous les matins du monde
Marie-Josèphe Yoyotte - Tous les matins du monde
 
Tous les matins du monde - Narration et montage
Tous les matins du monde - Narration et montageTous les matins du monde - Narration et montage
Tous les matins du monde - Narration et montage
 
Generique shining
Generique shiningGenerique shining
Generique shining
 
Le Jansénisme & Tous les matins du monde
Le Jansénisme & Tous les matins du mondeLe Jansénisme & Tous les matins du monde
Le Jansénisme & Tous les matins du monde
 
Dom Juan, Acte I, scène 2 : Tirade dite " de l'inconstance"
Dom Juan, Acte I, scène 2 : Tirade dite " de l'inconstance"Dom Juan, Acte I, scène 2 : Tirade dite " de l'inconstance"
Dom Juan, Acte I, scène 2 : Tirade dite " de l'inconstance"
 
Baudelaire : Don juan aux enfers
Baudelaire : Don juan aux enfersBaudelaire : Don juan aux enfers
Baudelaire : Don juan aux enfers
 
Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement
Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement
Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement
 
Dom Juan, Acte III, scène 2 : la scène du pauvre
Dom Juan, Acte III, scène 2 : la  scène du pauvreDom Juan, Acte III, scène 2 : la  scène du pauvre
Dom Juan, Acte III, scène 2 : la scène du pauvre
 
Dom Juan, Molière - ActeI, sc.2: éloge de l'inconstance
Dom Juan, Molière - ActeI, sc.2: éloge de l'inconstanceDom Juan, Molière - ActeI, sc.2: éloge de l'inconstance
Dom Juan, Molière - ActeI, sc.2: éloge de l'inconstance
 
Dom juan Scène d' exposition - Acte I, scène 1
Dom juan  Scène d' exposition - Acte I, scène 1Dom juan  Scène d' exposition - Acte I, scène 1
Dom juan Scène d' exposition - Acte I, scène 1
 
Histoire littéraire XV°-XIX° siècles
Histoire littéraire  XV°-XIX° sièclesHistoire littéraire  XV°-XIX° siècles
Histoire littéraire XV°-XIX° siècles
 
Textes et documents Dom Juan - Bac 2011
Textes et documents Dom Juan - Bac 2011Textes et documents Dom Juan - Bac 2011
Textes et documents Dom Juan - Bac 2011
 
Vie de voltaire
Vie de voltaireVie de voltaire
Vie de voltaire
 
Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010
Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010
Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010
 
BAUDELAIRE - Spleen
BAUDELAIRE - SpleenBAUDELAIRE - Spleen
BAUDELAIRE - Spleen
 
Baudelaire : Synthèse de la séquence "D'un recueil à l'autre"
Baudelaire : Synthèse de la séquence "D'un recueil à l'autre"Baudelaire : Synthèse de la séquence "D'un recueil à l'autre"
Baudelaire : Synthèse de la séquence "D'un recueil à l'autre"
 
Les Phares
Les PharesLes Phares
Les Phares
 
Baudelaire : Synthèe du groupement de textes
Baudelaire : Synthèe du groupement de textesBaudelaire : Synthèe du groupement de textes
Baudelaire : Synthèe du groupement de textes
 
Poesie : Introduction Poèmes En Prose
Poesie : Introduction Poèmes En ProsePoesie : Introduction Poèmes En Prose
Poesie : Introduction Poèmes En Prose
 
BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal - Harmonie du soir
BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal - Harmonie du soirBAUDELAIRE, Les Fleurs du mal - Harmonie du soir
BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal - Harmonie du soir
 

Dernier

Procédure consignation Lock Out Tag Out.pptx
Procédure consignation  Lock Out Tag Out.pptxProcédure consignation  Lock Out Tag Out.pptx
Procédure consignation Lock Out Tag Out.pptx
caggoune66
 
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La JeunesseConseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Oscar Smith
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van        Herpen.      pptxIris         van        Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 
Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024
Friends of African Village Libraries
 
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdfEdito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
WarlockeTamagafk
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van         Herpen.      pptxIris         van         Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
M2i Formation
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
BenotGeorges3
 
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Billy DEYLORD
 
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
cristionobedi
 
Iris van Herpen. pptx
Iris            van        Herpen.     pptxIris            van        Herpen.     pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 

Dernier (11)

Procédure consignation Lock Out Tag Out.pptx
Procédure consignation  Lock Out Tag Out.pptxProcédure consignation  Lock Out Tag Out.pptx
Procédure consignation Lock Out Tag Out.pptx
 
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La JeunesseConseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van        Herpen.      pptxIris         van        Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
 
Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024
 
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdfEdito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van         Herpen.      pptxIris         van         Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
 
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
 
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
 
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
 
Iris van Herpen. pptx
Iris            van        Herpen.     pptxIris            van        Herpen.     pptx
Iris van Herpen. pptx
 

BAUDELAIRE : Anywhere Out Of The World

  • 1. Any where out of the world Spleen de Paris -
  • 2. Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu'il guérirait à côté de la fenêtre. Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute sans cesse avec mon âme. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale." Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte? "En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort. - Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!" Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
  • 4. Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu'il guérirait à côté de la fenêtre. Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute sans cesse avec mon âme. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale." Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte? "En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort. - Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!" Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
  • 5. Structure du poème Dialogue fictif entre le poète et son âme Quelle suite est suggérée ? Solitude du poète, même son âme ne lui répond plus → lassitude du poète Structure : composition en paragraphes ; 1ère partie?
  • 6. Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu'il guérirait à côté de la fenêtre. Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute sans cesse avec mon âme. Temps ? Lexique ? Enonciation ? Registre ? Suite du poème ?
  • 7. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale." Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte? "En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort. - Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!" Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
  • 8. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale." Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte? "En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort. - Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!" Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
  • 9. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale." Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte? "En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort. - Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!" Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
  • 10. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale." Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte? "En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort. - Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!" Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
  • 11. Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"
  • 12. Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"
  • 13. Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"
  • 14. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"
  • 15. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"
  • 16. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"
  • 17. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."
  • 18. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."
  • 19. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."
  • 20. Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!"
  • 21. Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!"
  • 22. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale." Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte? "En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort. - Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!" Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!"
  • 23. Poème à structure fortement narrative mettant en place une attente + chute, comme dans une nouvelle
  • 24. Les images du poème
  • 25. Les images du poème • Image structurante du dialogue avec l’âme
  • 26. Les images du poème • Image structurante du dialogue avec l’âme • personnifications («pauvre âme refroidie», «engourdissement»)
  • 27. Les images du poème • Image structurante du dialogue avec l’âme • personnifications («pauvre âme refroidie», «engourdissement») • la vie = un hôpital
  • 28. Les images du poème • Image structurante du dialogue avec l’âme • personnifications («pauvre âme refroidie», «engourdissement») • la vie = un hôpital • comparaisons («comme un lézard», «comme les reflets d’un feu d’artifice de l’Enfer»)
  • 29. Les images du poème • Image structurante du dialogue avec l’âme • personnifications («pauvre âme refroidie», «engourdissement») • la vie = un hôpital • comparaisons («comme un lézard», «comme les reflets d’un feu d’artifice de l’Enfer») • métaphore («forêt de mâts»)
  • 30. Les images du poème • Image structurante du dialogue avec l’âme • personnifications («pauvre âme refroidie», «engourdissement») • la vie = un hôpital • comparaisons («comme un lézard», «comme les reflets d’un feu d’artifice de l’Enfer») • métaphore («forêt de mâts») • synesthésie : «un long bain de ténèbres»
  • 31. Introduction Poème publié le 28 septembre 1867
  • 32. Titre en anglais : rappeler l’intérêt de Baudelaire pour la littérature anglo-saxonne et son rôle dans la diffusion des oeuvres de son alter ego américain, Edgar Poe. Ce titre a été inspiré d’une oeuvre d’un autre auteur que Baudelaire a traduit : Thomas Hood, (Bridge of Sighs) Poème à rapprocher également de l’Invitation au voyage, Rêve parisien et Le Voyage, qui évoquent tous le désir d’un ailleurs. L’originalité de ce poème réside dans sa structure qui correspond à un dialogue narratif, dans lequel le poète interpelle son âme et lui propose différentes destinations susceptibles de lui plaire. Mais on verra que ce texte fait surtout ressortir une poésie du mal de vivre.
  • 33. Le désir d’un ailleurs Le prétexte de ce poème est la recherche d’un ailleurs, thème-clef chez Baud.
  • 34. Le désir d’un ailleurs
  • 35. Le désir d’un ailleurs Ce qu’il veut fuir ? la réalité (ici figurée sous l’image d’un hôpital)- Le malaise, l’insatisfaction ressortent des 2 premiers §
  • 36. Le désir d’un ailleurs Ce qu’il veut fuir ? la réalité (ici figurée sous l’image d’un hôpital)- Le malaise, l’insatisfaction ressortent des 2 premiers § ◊ L’ailleurs est désigné par des lieux réels, des ports, source d’inspiration des artistes (peintres et poètes)
  • 37. Le désir d’un ailleurs Ce qu’il veut fuir ? la réalité (ici figurée sous l’image d’un hôpital)- Le malaise, l’insatisfaction ressortent des 2 premiers § ◊ L’ailleurs est désigné par des lieux réels, des ports, source d’inspiration des artistes (peintres et poètes) ◊ Les destinations sont citées dans un ordre qui fait apparaître une gradation (chaud➙froid)
  • 38. Le désir d’un ailleurs Ce qu’il veut fuir ? la réalité (ici figurée sous l’image d’un hôpital)- Le malaise, l’insatisfaction ressortent des 2 premiers § ◊ L’ailleurs est désigné par des lieux réels, des ports, source d’inspiration des artistes (peintres et poètes) ◊ Les destinations sont citées dans un ordre qui fait apparaître une gradation (chaud➙froid) ◊ I l s ’ agi t d’ un ai l l eur s f a i t d ’ é l é m e n t s emblématiques de l’inspiration baudelairienne
  • 39. • Transition : ces propositions restent sans effet sur son âme qu’ill sollicite dans un dialogue désespérant
  • 40. La poésie du mal de vivre (le spleen) Dialogue entre le poète et son âme personnifiée ➙ montrer la personnification (lexique) Adresse : «mon âme, pauvre âme refroidie» tu t’y ragaillardirais comme un lézard un paysage selon ton goût habiter,... te divertiras-tu, ...toi qui aimes... association pronominale ds la dernière proposition ...
  • 41. La poésie du mal de vivre (le spleen) Stérilité du dialogue + effet de gradation
  • 42.
  • 43. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"
  • 44. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas.
  • 45. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?"
  • 46. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette.
  • 47. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale."
  • 48. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale." Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte ?
  • 49. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la injonction lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale." Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte ?
  • 50. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la injonction lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. négation "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale." Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte ?
  • 51. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la injonction lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. négation "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. handicap "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale." Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte ?
  • 52. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la injonction lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. négation "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. handicap "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale." Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte ? mort
  • 53. "Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la injonction lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!" Mon âme ne répond pas. négation "Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?" Mon âme reste muette. handicap "Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale." mort Pas un mot. - Mon âme serait-elle morte ? Absence de réponse ➙ insatisfaction, mais aussi solitude, accentuée par la typographie (blancs = silences) passage au pronom «nous» dans le dernier paragraphe, marqué par l’évocation de la mort
  • 54. Evocation du mal-être, le paysage du spleen ◊ rappel de l’image de l’hôpital état d’incertitude (cf. l’emploi du conditionnel) ◊ un mal-être tel qu’il envisage la Mort comme destination
  • 55. "En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort. - Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!" Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!" Evocation chargée de poésie (cf images + allitérations) ce qui va entraîner la réaction de l’âme
  • 56. Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!" Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut satisfaire les aspirations de son âme.
  • 57. Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!" Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut satisfaire les aspirations de son âme.
  • 58. Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: marque le fin de l’attente "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!" Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut satisfaire les aspirations de son âme.
  • 59. Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: marque le fin de l’attente "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!" Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut satisfaire les aspirations de son âme.
  • 60. Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: marque le fin de l’attente écho aux «feux d’artifice de l’Enfer» "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!" Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut satisfaire les aspirations de son âme.
  • 61. Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: marque le fin de l’attente écho aux «feux d’artifice de l’Enfer» "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!" Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut satisfaire les aspirations de son âme.
  • 62. Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: marque le fin de l’attente écho aux «feux oxymore d’artifice de l’Enfer» "N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!" Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut satisfaire les aspirations de son âme.
  • 63. Conclusion : - poème qui ose dire l’échec du voyage poétique et la faillite des rêves - poème qui tire sa force non de l’évocation d’une plénitude, mais de la dramatisation d’une angoisse.
  • 64. Sources bibliographiques : Hélène SABBAH : Itinéraires littéraires - XIXèmé siècle, Livre du professeur, Hatier 1990 Claude PICHOIS : Baudelaire oeuvres complètes tome I - Collection La Pléiade, Gallimard 1975 Cours de Gérard FREITAG, Agrégé de Lettres modernes, Lycée Ribeaupierre Ribeauvillé © Caroline REYS - Lycée Ribeaupierre, mars 2010

Notes de l'éditeur