SlideShare une entreprise Scribd logo
RPC1 St-Paul 21/01/2015
Dr Elisabeth Russ
Paris
*
*
*1- Caractère contributif et représentatif
d’une biopsie
*2- Fiabilité des études
immunohistochimiques sur biopsie
*3- Hybridation In Situ HER2 sur biopsie
*
*
*Devant une masse ACR5 le radiologue va
confier au pathologiste un échantillon
tumoral, la biopsie.
*Le pathologiste aura pour mission :
- de confirmer le diagnostic de carcinome
infiltrant,
- donner les facteurs pronostiques et les
facteurs prédictifs de réponse au traitement
dont les facteurs théranostiques.
*
*Grande majorité des cas : le pathologiste confirme
qu’il s’agit d’un carcinome infiltrant,
la cible est atteinte.
*la qualité du prélèvement est facile à apprécier à
l’aide d’un tableau synthétique
: nombre de biopsies
: taille des biopsies
: taille du carcinome infiltrant sur chaque biopsie
*Faux positifs : très rares, 0,002%, étude de
Nottingham en 2009 (40 000 biopsies)
*
*
*Dans de cas rares : discordance anatomo-
radiologique :
-absence de carcinome infiltrant,
-absence de lésion histologique susceptible
d’expliquer la cible observée à l’imagerie,
-Sous-estimation : CCIS
*Reprendre les renseignements cliniques et
radiologiques : geste difficile? tumeur profonde?
prothèse mammaire?
*Effectuer multiples recoupes et parfois des
études immunohistochimiques diagnostiques (CLI)
?
*
*Confrontation anatomo-radiologique :
dialogue indispensable entre le pathologiste
et le radiologue et/ou le clinicien :
-soit en RCP pré-thérapeutique,
-soit communication téléphonique ou mail.
*le pathologiste doit clairement conclure à :
« prélèvement non satisfaisant pour
évaluation car non contributif, à
renouveler » (accord d’experts).
*
*Le pathologiste doit s’assurer du caractère
suffisamment représentatif de la biopsie
pour définir les facteurs pronostiques et
prédictifs de réponse au traitement de la
tumeur.
*Il s’agit pour lui d’observer un foyer
suffisamment étendu de carcinome infiltrant
pour en définir le type histologique, le grade,
les récepteurs hormonaux, le Ki67 et le
statut Her2 et à l’avenir dans notre pratique
courante les altérations génomiques.
*
*Il est possible de conclure à « carcinome infiltrant » sans
pour autant estimer que la biopsie soit suffisamment
représentative de la tumeur.
*Confronter taille de la tumeur et taille du foyer
tumoral sur biopsie.
*Taux de concordance pour le type histologique : 72 à 82%
*Taux de concordance pour le grade histo-pronostique :
25% de sous-estimation et 8% de surestimation. Très
bonne concordance pour le grade 3 : 84%.
*
*
*Si traitement néo-adjuvant : notion
fondamentale
*Si le pathologiste estime qu’il n’a pas assez de
matériel, il doit l’exprimer clairement
« prélèvement non satisfaisant pour évaluation
car non représentatif, à renouveler »
(accord d’experts).
*
*Traitement néo-adjuvant :
Le radiologue a un rôle majeur dans le cas d’une
volumineuse tumeur ACR5 mesurant plus de 3
cm; il peut anticiper la possibilité d’un
traitement néo-adjuvant et prélever
suffisamment de matériel pour une analyse
histologique fiable, d’où la proposition de
certains radiologues de réaliser des
macrobiopsies 10G ou 8G.
*
*
*Le pathologiste est confronté au
dilemme suivant :
doit-il renouveler systématiquement sur la
pièce opératoire les études
immunohistochimiques des récepteurs
hormonaux et du statut Her2 déjà réalisées
sur la biopsie?
*
*Les conditions du pré-analytique (les étapes
de préparation des tissus tumoraux) sont
optimales sur biopsies par rapport aux pièces
opératoires.
*Pré-analytique : nombreux paramètres.
*Fixation de la biopsie est très rapide en
raison de sa faible épaisseur.
*Vitesse de diffusion tissulaire du fixateur
+ rapide et homogène sur biopsie/pièce
opératoire.
*
*Radiologue immerge le matériel biopsique très
rapidement (moins de 10’) et précise le plus souvent
l’heure de la biopsie.
*Durée de fixation est ainsi totalement maîtrisée.
*Durée de fixation : minimum 6H et maximum 72H
(pour HER2).
(Recommandations nationales et internationales : (1)
et (2)).
*
*Résultats des récepteurs hormonaux sur biopsie sont très
fiables : ils sont devenus le Gold Standard (Recommandations
internationales : ASCO/CAP(4))
Concordance : RO 93%, RP 85%, Méta-Analyse de Li (2012)
*Résultat du statut Her2 acceptable sur biopsie :
l’hétérogénéité intra-tumorale est idéalement mise en évidence
sur la pièce opératoire. Ceci concerne 11% à 40% des CI
(Recommandations internationales et nationales : (1) et (3)).
Concordance 89 à 100% dans les 5 études menées de 2009 à
2013.
*Ki67 : Bonne concordance quand Ki67 inférieur à 10% ou
supérieur à 30%. Dans la zone grise entre 10 % et 30%
difficultés sur biopsies comme sur PO.
*
*En conséquence, il est inutile de renouveler
les tests sur la pièce opératoire dans certains
cas :
- carcinome infiltrant de grade 1, RH
positifs et statut Her2 négatif (score 0 ou
score 1+) (Recommandations nationales et
internationales : (1) (3) (4)).
*
On ne
renouvelle pas
les tests
CI grade 1
RH+ et HER2
négatif
*
*Renouveler les tests immunohistochimiques des
récepteurs hormonaux et du statut Her2 sur la pièce
opératoire : CCI de grade 3 de phénotype triple
négatif sur biopsie : représentativité suffisante
de la biopsie ?
*(Recommandations nationales et internationales : (1)
et (3)).
*
*Il est également nécessaire de renouveler l’étude du
statut Her2 sur la pièce opératoire quand on observe
une discordance histologique sur la biopsie :
un carcinome infiltrant de grade 1, CLI, Mucineux,
Tubuleux, adénoïde kystique, sécrétoire, associé à
un score Her2 3+ : envisager un problème
technique (Recommandations nationales et
internationales : (1) et (3)).
*
On
renouvelle
les tests
Pour confirmer
CCI grade 3
TRIPLE
NEGATIF
Discordances
histologiques
CI grade 1 et
HER2 positif ???
CLI, Mucineux,
tubuleux et
HER2 positif ???
*
*
*Dans le cas d’un carcinome infiltrant au statut
Her2 équivoque 2+, l’attitude actuelle est de
réaliser l’étude en hybridation in situ sur la pièce
opératoire si le statut Her2 équivoque est
confirmé.
*Si la patiente bénéficie d’un traitement néo-
adjuvant, l’étude en hybridation in situ sera
réalisée sur la biopsie.
*
*Une étude complémentaire de Her2 par
hybridation in situ sera également fortement
conseillée sur biopsie, pour vérifier
l’amplification de Her2 en cas de discordance
histologique.
SISH
*
*Un statut Her2 3+ associé à un carcinome
infiltrant au statut Her2 habituellement négatif :
un carcinome infiltrant de grade 1,
un carcinome tubuleux,
un carcinome sécrétoire,
un carcinome adénoïde kystique,
un carcinome mucineux
un carcinome lobulaire infiltrant.
*(Recommandations nationales et internationales :
(1) et (3)).
*
*1- Caractère suffisamment représentatif d’une
biopsie : notion à faire figurer dans les CR ACP,
diffusion plus large de tableaux synthétiques.
Importance en cas de traitement néo-adjuvant.
*2- Fiabilité des études immunohistochimiques sur
biopsie :
ne pas répéter systématiquement les tests.
*3- Fiabilité de l’Hybridation In Situ HER2 sur
biopsie : en cas de chimiothérapie néo-adjuvante,
contrôler une discordance histologique.
*
* (1) Recommendations for human epidermal growth factor
receptor 2 testing in breast cancer : American Society of
Clinical Oncology/College of American Pathologists clinical
practice update. Wolff AC et al. J Clin Oncol 2013 Nov 1; 31:
3997-4013.
* (2) Recommandations du GEFPICS concernant la phase pré-
analytique pour l’évaluation de HER2 et des récepteurs
hormonaux dans le cancer du sein : mise à jour 2014.
MacGrogan G et al. Annales de Pathologie Octobre 2014, vol 34
n°5 : 366-372.
* (3) Mise à jour des recommandations du GEFPICS pour
l’évaluation du statut HER2 dans les cancers du sein en France.
Penault Llorca F et al. Annales de Pathologie Octobre 2014, vol
34 n°5 : 352-365.
* (4) ASCO/CAP Guideline Recommandations for
immunohistochemical Testing of Estrogen and Progesterone
Receptors in Breast Cancer. Hammond EH et al. J Clin Oncol
2010 Jun 1; 28: 2784-95.

Contenu connexe

Tendances

CANCER MAMMAIRE : CARCINOME PAPILLAIRE INFILTRANT
CANCER MAMMAIRE : CARCINOME PAPILLAIRE INFILTRANTCANCER MAMMAIRE : CARCINOME PAPILLAIRE INFILTRANT
CANCER MAMMAIRE : CARCINOME PAPILLAIRE INFILTRANT
Elisabeth RUSS
 
ENVAHISSEMENT GANGLIONNAIRE DANS LES CANCERS DES VADS
ENVAHISSEMENT GANGLIONNAIRE DANS LES CANCERS DES VADSENVAHISSEMENT GANGLIONNAIRE DANS LES CANCERS DES VADS
ENVAHISSEMENT GANGLIONNAIRE DANS LES CANCERS DES VADS
asafu00
 
TNCD: Cancer du colon
TNCD: Cancer du colonTNCD: Cancer du colon
TNCD: Cancer du colon
bouchaala-walid
 
TNCD: Cancer du colon métastatique
TNCD: Cancer du colon métastatiqueTNCD: Cancer du colon métastatique
TNCD: Cancer du colon métastatique
bouchaala-walid
 
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
Elisabeth RUSS
 
Travail Pratique #1 : Gefitinib
Travail Pratique #1 : GefitinibTravail Pratique #1 : Gefitinib
Travail Pratique #1 : Gefitinib
StevenTran108
 
Cancer mammaire : carcinomes lobulaires in situ.
Cancer mammaire : carcinomes lobulaires in situ. Cancer mammaire : carcinomes lobulaires in situ.
Cancer mammaire : carcinomes lobulaires in situ.
Elisabeth RUSS
 
Cancer mammaire - SFSPM2015 : Interprétation et pertinence des prélèvements p...
Cancer mammaire - SFSPM2015 : Interprétation et pertinence des prélèvements p...Cancer mammaire - SFSPM2015 : Interprétation et pertinence des prélèvements p...
Cancer mammaire - SFSPM2015 : Interprétation et pertinence des prélèvements p...
Elisabeth RUSS
 
Dr gilles Russ et Pr laurence Leenhardt
Dr gilles Russ et  Pr laurence LeenhardtDr gilles Russ et  Pr laurence Leenhardt
Dr gilles Russ et Pr laurence Leenhardtall-in-web
 
Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...
Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...
Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...
Vih.org
 
Facteurs Biologiques De Risque Mtev
Facteurs Biologiques De Risque MtevFacteurs Biologiques De Risque Mtev
Facteurs Biologiques De Risque Mtevsfa_angeiologie
 
011 fith multicentric gela program for agressive lymphomas
011   fith multicentric gela program for agressive lymphomas011   fith multicentric gela program for agressive lymphomas
011 fith multicentric gela program for agressive lymphomasLaboucat12
 
CARCINOMES MAMMAIRES : CYTOPONCTION GANGLIONNAIRE OU MICROBIOPSIE GANGLIONNAIRE?
CARCINOMES MAMMAIRES : CYTOPONCTION GANGLIONNAIRE OU MICROBIOPSIE GANGLIONNAIRE?CARCINOMES MAMMAIRES : CYTOPONCTION GANGLIONNAIRE OU MICROBIOPSIE GANGLIONNAIRE?
CARCINOMES MAMMAIRES : CYTOPONCTION GANGLIONNAIRE OU MICROBIOPSIE GANGLIONNAIRE?
Elisabeth RUSS
 
Diaporama myriad nl1 sans logo
Diaporama myriad nl1 sans logoDiaporama myriad nl1 sans logo
Diaporama myriad nl1 sans logo
MedecinePlus
 
Lerat du hépatites virales 2015
Lerat  du hépatites virales 2015Lerat  du hépatites virales 2015
Lerat du hépatites virales 2015
odeckmyn
 
Therapie ciblee dr benjamin hoch - 23 11 2012
Therapie ciblee   dr benjamin hoch - 23 11 2012Therapie ciblee   dr benjamin hoch - 23 11 2012
Therapie ciblee dr benjamin hoch - 23 11 2012cac_mougins
 
Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...
Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...
Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...Francelymphomeespoir
 
Breast Cancer : Le Pathologiste et les biopsies mammaires, utilité des tableaux
Breast Cancer : Le Pathologiste et les biopsies mammaires, utilité des tableauxBreast Cancer : Le Pathologiste et les biopsies mammaires, utilité des tableaux
Breast Cancer : Le Pathologiste et les biopsies mammaires, utilité des tableaux
Elisabeth RUSS
 
Traitement Hépatite chronique virale C Pr Arbaoui fac med Tlemcen avril 2012
Traitement  Hépatite chronique virale C  Pr Arbaoui fac med Tlemcen avril 2012Traitement  Hépatite chronique virale C  Pr Arbaoui fac med Tlemcen avril 2012
Traitement Hépatite chronique virale C Pr Arbaoui fac med Tlemcen avril 2012Arbaoui Bouzid
 
Chevalier du 2012.ppt
Chevalier  du 2012.pptChevalier  du 2012.ppt
Chevalier du 2012.pptodeckmyn
 

Tendances (20)

CANCER MAMMAIRE : CARCINOME PAPILLAIRE INFILTRANT
CANCER MAMMAIRE : CARCINOME PAPILLAIRE INFILTRANTCANCER MAMMAIRE : CARCINOME PAPILLAIRE INFILTRANT
CANCER MAMMAIRE : CARCINOME PAPILLAIRE INFILTRANT
 
ENVAHISSEMENT GANGLIONNAIRE DANS LES CANCERS DES VADS
ENVAHISSEMENT GANGLIONNAIRE DANS LES CANCERS DES VADSENVAHISSEMENT GANGLIONNAIRE DANS LES CANCERS DES VADS
ENVAHISSEMENT GANGLIONNAIRE DANS LES CANCERS DES VADS
 
TNCD: Cancer du colon
TNCD: Cancer du colonTNCD: Cancer du colon
TNCD: Cancer du colon
 
TNCD: Cancer du colon métastatique
TNCD: Cancer du colon métastatiqueTNCD: Cancer du colon métastatique
TNCD: Cancer du colon métastatique
 
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
 
Travail Pratique #1 : Gefitinib
Travail Pratique #1 : GefitinibTravail Pratique #1 : Gefitinib
Travail Pratique #1 : Gefitinib
 
Cancer mammaire : carcinomes lobulaires in situ.
Cancer mammaire : carcinomes lobulaires in situ. Cancer mammaire : carcinomes lobulaires in situ.
Cancer mammaire : carcinomes lobulaires in situ.
 
Cancer mammaire - SFSPM2015 : Interprétation et pertinence des prélèvements p...
Cancer mammaire - SFSPM2015 : Interprétation et pertinence des prélèvements p...Cancer mammaire - SFSPM2015 : Interprétation et pertinence des prélèvements p...
Cancer mammaire - SFSPM2015 : Interprétation et pertinence des prélèvements p...
 
Dr gilles Russ et Pr laurence Leenhardt
Dr gilles Russ et  Pr laurence LeenhardtDr gilles Russ et  Pr laurence Leenhardt
Dr gilles Russ et Pr laurence Leenhardt
 
Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...
Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...
Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...
 
Facteurs Biologiques De Risque Mtev
Facteurs Biologiques De Risque MtevFacteurs Biologiques De Risque Mtev
Facteurs Biologiques De Risque Mtev
 
011 fith multicentric gela program for agressive lymphomas
011   fith multicentric gela program for agressive lymphomas011   fith multicentric gela program for agressive lymphomas
011 fith multicentric gela program for agressive lymphomas
 
CARCINOMES MAMMAIRES : CYTOPONCTION GANGLIONNAIRE OU MICROBIOPSIE GANGLIONNAIRE?
CARCINOMES MAMMAIRES : CYTOPONCTION GANGLIONNAIRE OU MICROBIOPSIE GANGLIONNAIRE?CARCINOMES MAMMAIRES : CYTOPONCTION GANGLIONNAIRE OU MICROBIOPSIE GANGLIONNAIRE?
CARCINOMES MAMMAIRES : CYTOPONCTION GANGLIONNAIRE OU MICROBIOPSIE GANGLIONNAIRE?
 
Diaporama myriad nl1 sans logo
Diaporama myriad nl1 sans logoDiaporama myriad nl1 sans logo
Diaporama myriad nl1 sans logo
 
Lerat du hépatites virales 2015
Lerat  du hépatites virales 2015Lerat  du hépatites virales 2015
Lerat du hépatites virales 2015
 
Therapie ciblee dr benjamin hoch - 23 11 2012
Therapie ciblee   dr benjamin hoch - 23 11 2012Therapie ciblee   dr benjamin hoch - 23 11 2012
Therapie ciblee dr benjamin hoch - 23 11 2012
 
Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...
Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...
Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...
 
Breast Cancer : Le Pathologiste et les biopsies mammaires, utilité des tableaux
Breast Cancer : Le Pathologiste et les biopsies mammaires, utilité des tableauxBreast Cancer : Le Pathologiste et les biopsies mammaires, utilité des tableaux
Breast Cancer : Le Pathologiste et les biopsies mammaires, utilité des tableaux
 
Traitement Hépatite chronique virale C Pr Arbaoui fac med Tlemcen avril 2012
Traitement  Hépatite chronique virale C  Pr Arbaoui fac med Tlemcen avril 2012Traitement  Hépatite chronique virale C  Pr Arbaoui fac med Tlemcen avril 2012
Traitement Hépatite chronique virale C Pr Arbaoui fac med Tlemcen avril 2012
 
Chevalier du 2012.ppt
Chevalier  du 2012.pptChevalier  du 2012.ppt
Chevalier du 2012.ppt
 

En vedette

Cancer mammaire : Le radiologue, HER2 & le pré-analytique.
Cancer mammaire : Le radiologue, HER2 & le pré-analytique.Cancer mammaire : Le radiologue, HER2 & le pré-analytique.
Cancer mammaire : Le radiologue, HER2 & le pré-analytique.
Elisabeth RUSS
 
Cancers mammaires infra-centimétriques - JFR2013
Cancers mammaires infra-centimétriques - JFR2013Cancers mammaires infra-centimétriques - JFR2013
Cancers mammaires infra-centimétriques - JFR2013
Elisabeth RUSS
 
CANCER MAMMAIRE - JFR2012 : biopsies mammaires & comptes rendus fiches standa...
CANCER MAMMAIRE - JFR2012 : biopsies mammaires & comptes rendus fiches standa...CANCER MAMMAIRE - JFR2012 : biopsies mammaires & comptes rendus fiches standa...
CANCER MAMMAIRE - JFR2012 : biopsies mammaires & comptes rendus fiches standa...
Elisabeth RUSS
 
Actualité 2016 : les cancers de l’endometre
Actualité 2016 : les cancers de l’endometreActualité 2016 : les cancers de l’endometre
Actualité 2016 : les cancers de l’endometre
Elisabeth RUSS
 
Cancer mammaire : les tumeurs infra-centimétriques
Cancer mammaire : les tumeurs infra-centimétriquesCancer mammaire : les tumeurs infra-centimétriques
Cancer mammaire : les tumeurs infra-centimétriques
Elisabeth RUSS
 
Cancer mammaire - JFR2015 - Microcalcifications et néoplasies lobulaires
Cancer mammaire - JFR2015 - Microcalcifications et néoplasies lobulairesCancer mammaire - JFR2015 - Microcalcifications et néoplasies lobulaires
Cancer mammaire - JFR2015 - Microcalcifications et néoplasies lobulaires
Elisabeth RUSS
 
Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".
Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".
Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".
Elisabeth RUSS
 
Cancers mammaires : Impacts des recommandations du NCCN 2016
Cancers mammaires : Impacts des recommandations du NCCN 2016Cancers mammaires : Impacts des recommandations du NCCN 2016
Cancers mammaires : Impacts des recommandations du NCCN 2016
Elisabeth RUSS
 

En vedette (8)

Cancer mammaire : Le radiologue, HER2 & le pré-analytique.
Cancer mammaire : Le radiologue, HER2 & le pré-analytique.Cancer mammaire : Le radiologue, HER2 & le pré-analytique.
Cancer mammaire : Le radiologue, HER2 & le pré-analytique.
 
Cancers mammaires infra-centimétriques - JFR2013
Cancers mammaires infra-centimétriques - JFR2013Cancers mammaires infra-centimétriques - JFR2013
Cancers mammaires infra-centimétriques - JFR2013
 
CANCER MAMMAIRE - JFR2012 : biopsies mammaires & comptes rendus fiches standa...
CANCER MAMMAIRE - JFR2012 : biopsies mammaires & comptes rendus fiches standa...CANCER MAMMAIRE - JFR2012 : biopsies mammaires & comptes rendus fiches standa...
CANCER MAMMAIRE - JFR2012 : biopsies mammaires & comptes rendus fiches standa...
 
Actualité 2016 : les cancers de l’endometre
Actualité 2016 : les cancers de l’endometreActualité 2016 : les cancers de l’endometre
Actualité 2016 : les cancers de l’endometre
 
Cancer mammaire : les tumeurs infra-centimétriques
Cancer mammaire : les tumeurs infra-centimétriquesCancer mammaire : les tumeurs infra-centimétriques
Cancer mammaire : les tumeurs infra-centimétriques
 
Cancer mammaire - JFR2015 - Microcalcifications et néoplasies lobulaires
Cancer mammaire - JFR2015 - Microcalcifications et néoplasies lobulairesCancer mammaire - JFR2015 - Microcalcifications et néoplasies lobulaires
Cancer mammaire - JFR2015 - Microcalcifications et néoplasies lobulaires
 
Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".
Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".
Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".
 
Cancers mammaires : Impacts des recommandations du NCCN 2016
Cancers mammaires : Impacts des recommandations du NCCN 2016Cancers mammaires : Impacts des recommandations du NCCN 2016
Cancers mammaires : Impacts des recommandations du NCCN 2016
 

Similaire à Cancer mammaire - St Paul 2015 - Peut-on présager de l’exactitude des résultats d’une biopsie mammaire?

TNCD: Cancer de l'estomac
TNCD: Cancer de l'estomacTNCD: Cancer de l'estomac
TNCD: Cancer de l'estomac
bouchaala-walid
 
Breast imaging interv breast jyseror
Breast imaging interv breast jyserorBreast imaging interv breast jyseror
Breast imaging interv breast jyserorJFIM
 
CANCER PRIMITIF DU FOIE (CHC). Après les recommandations 2019 du TNCD.
CANCER PRIMITIF DU FOIE (CHC). Après les recommandations 2019 du TNCD.CANCER PRIMITIF DU FOIE (CHC). Après les recommandations 2019 du TNCD.
CANCER PRIMITIF DU FOIE (CHC). Après les recommandations 2019 du TNCD.
Claude EUGENE
 
Cas clinique astro cervix 2
Cas clinique astro cervix 2Cas clinique astro cervix 2
Cas clinique astro cervix 2
samir attar
 
Recommandations de radiothérapie dans les adénomes hypophysaires jm.simon
Recommandations de radiothérapie dans les adénomes hypophysaires jm.simonRecommandations de radiothérapie dans les adénomes hypophysaires jm.simon
Recommandations de radiothérapie dans les adénomes hypophysaires jm.simonall-in-web
 
Pénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 cas
Pénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 casPénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 cas
Pénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 cas
iosrjce
 
Cancer larynx
Cancer larynxCancer larynx
Cancer larynx
Nasser Hassane
 
les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie
les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie
les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie
Dr.Oudainia Mounira
 
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdfSIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdf
Sargata SIN
 
Rapport d'experts 2013 - Traitement antirétroviral chez l’adulte
Rapport d'experts 2013 - Traitement antirétroviral chez l’adulteRapport d'experts 2013 - Traitement antirétroviral chez l’adulte
Rapport d'experts 2013 - Traitement antirétroviral chez l’adulte
Vih.org
 
Marc Spielmann : Apport de la génomique en phase adjuvante
Marc Spielmann :  Apport de la génomique en phase adjuvanteMarc Spielmann :  Apport de la génomique en phase adjuvante
Marc Spielmann : Apport de la génomique en phase adjuvantebreastcancerupdatecongress
 
Polypectomie
PolypectomiePolypectomie
Polypectomie
Vincent Di Martino
 
cancer de l_oesophage 2.pptx cours a minima
cancer  de l_oesophage 2.pptx cours a minimacancer  de l_oesophage 2.pptx cours a minima
cancer de l_oesophage 2.pptx cours a minima
madiassakonate1
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
Sargata SIN
 
kc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptxkc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptx
cyliabenali1
 
SIN_SARGATA_ISS,_GOITRE_MULTIHÉTÉRONODULAIRE_TOXIQUE,_GOOD,_13.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_GOITRE_MULTIHÉTÉRONODULAIRE_TOXIQUE,_GOOD,_13.pdfSIN_SARGATA_ISS,_GOITRE_MULTIHÉTÉRONODULAIRE_TOXIQUE,_GOOD,_13.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_GOITRE_MULTIHÉTÉRONODULAIRE_TOXIQUE,_GOOD,_13.pdf
Sargata SIN
 
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophageCancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophageRose De Sable
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’ADENOME TOXIQUE DE LA THYROIDE, A PROPOS DE 68 CAS,...
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’ADENOME TOXIQUE DE  LA THYROIDE, A PROPOS DE 68 CAS,...ETUDE RETROSPECTIVE DE L’ADENOME TOXIQUE DE  LA THYROIDE, A PROPOS DE 68 CAS,...
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’ADENOME TOXIQUE DE LA THYROIDE, A PROPOS DE 68 CAS,...
Sargata SIN
 

Similaire à Cancer mammaire - St Paul 2015 - Peut-on présager de l’exactitude des résultats d’une biopsie mammaire? (20)

TNCD: Cancer de l'estomac
TNCD: Cancer de l'estomacTNCD: Cancer de l'estomac
TNCD: Cancer de l'estomac
 
Breast imaging interv breast jyseror
Breast imaging interv breast jyserorBreast imaging interv breast jyseror
Breast imaging interv breast jyseror
 
CANCER PRIMITIF DU FOIE (CHC). Après les recommandations 2019 du TNCD.
CANCER PRIMITIF DU FOIE (CHC). Après les recommandations 2019 du TNCD.CANCER PRIMITIF DU FOIE (CHC). Après les recommandations 2019 du TNCD.
CANCER PRIMITIF DU FOIE (CHC). Après les recommandations 2019 du TNCD.
 
Cas clinique astro cervix 2
Cas clinique astro cervix 2Cas clinique astro cervix 2
Cas clinique astro cervix 2
 
Recommandations de radiothérapie dans les adénomes hypophysaires jm.simon
Recommandations de radiothérapie dans les adénomes hypophysaires jm.simonRecommandations de radiothérapie dans les adénomes hypophysaires jm.simon
Recommandations de radiothérapie dans les adénomes hypophysaires jm.simon
 
Pénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 cas
Pénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 casPénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 cas
Pénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 cas
 
Amp her2 estomac casablanca
Amp her2 estomac casablancaAmp her2 estomac casablanca
Amp her2 estomac casablanca
 
Cancer larynx
Cancer larynxCancer larynx
Cancer larynx
 
les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie
les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie
les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie
 
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdfSIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdf
 
Rapport d'experts 2013 - Traitement antirétroviral chez l’adulte
Rapport d'experts 2013 - Traitement antirétroviral chez l’adulteRapport d'experts 2013 - Traitement antirétroviral chez l’adulte
Rapport d'experts 2013 - Traitement antirétroviral chez l’adulte
 
Marc Spielmann : Apport de la génomique en phase adjuvante
Marc Spielmann :  Apport de la génomique en phase adjuvanteMarc Spielmann :  Apport de la génomique en phase adjuvante
Marc Spielmann : Apport de la génomique en phase adjuvante
 
Polypectomie
PolypectomiePolypectomie
Polypectomie
 
Senonov
SenonovSenonov
Senonov
 
cancer de l_oesophage 2.pptx cours a minima
cancer  de l_oesophage 2.pptx cours a minimacancer  de l_oesophage 2.pptx cours a minima
cancer de l_oesophage 2.pptx cours a minima
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
 
kc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptxkc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptx
 
SIN_SARGATA_ISS,_GOITRE_MULTIHÉTÉRONODULAIRE_TOXIQUE,_GOOD,_13.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_GOITRE_MULTIHÉTÉRONODULAIRE_TOXIQUE,_GOOD,_13.pdfSIN_SARGATA_ISS,_GOITRE_MULTIHÉTÉRONODULAIRE_TOXIQUE,_GOOD,_13.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_GOITRE_MULTIHÉTÉRONODULAIRE_TOXIQUE,_GOOD,_13.pdf
 
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophageCancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophage
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’ADENOME TOXIQUE DE LA THYROIDE, A PROPOS DE 68 CAS,...
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’ADENOME TOXIQUE DE  LA THYROIDE, A PROPOS DE 68 CAS,...ETUDE RETROSPECTIVE DE L’ADENOME TOXIQUE DE  LA THYROIDE, A PROPOS DE 68 CAS,...
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’ADENOME TOXIQUE DE LA THYROIDE, A PROPOS DE 68 CAS,...
 

Plus de Elisabeth RUSS

Cancers du sein : nouvelle classification TNM - 8è édition / AJCC
Cancers du sein : nouvelle classification TNM - 8è édition / AJCCCancers du sein : nouvelle classification TNM - 8è édition / AJCC
Cancers du sein : nouvelle classification TNM - 8è édition / AJCC
Elisabeth RUSS
 
BREAST CANCER : pathology report table for breast carcinomas
BREAST CANCER : pathology report table for breast carcinomasBREAST CANCER : pathology report table for breast carcinomas
BREAST CANCER : pathology report table for breast carcinomas
Elisabeth RUSS
 
MICROCALCIFICATIONS ET NEOPLASIES LOBULAIRES
MICROCALCIFICATIONS ET NEOPLASIES LOBULAIRESMICROCALCIFICATIONS ET NEOPLASIES LOBULAIRES
MICROCALCIFICATIONS ET NEOPLASIES LOBULAIRES
Elisabeth RUSS
 
CANCERS MAMMAIRES ET HER2 : LE ROLE CLE DU RADIOLOGUE DANS LE PRE-ANALYTIQUE
CANCERS MAMMAIRES ET HER2 : LE ROLE CLE DU RADIOLOGUE DANS LE PRE-ANALYTIQUECANCERS MAMMAIRES ET HER2 : LE ROLE CLE DU RADIOLOGUE DANS LE PRE-ANALYTIQUE
CANCERS MAMMAIRES ET HER2 : LE ROLE CLE DU RADIOLOGUE DANS LE PRE-ANALYTIQUE
Elisabeth RUSS
 
CARCINOMES MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES
CARCINOMES MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIESCARCINOMES MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES
CARCINOMES MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES
Elisabeth RUSS
 
CARCINOMES MAMMAIRES INFILTRANTS : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES?
CARCINOMES MAMMAIRES INFILTRANTS : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES?CARCINOMES MAMMAIRES INFILTRANTS : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES?
CARCINOMES MAMMAIRES INFILTRANTS : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES?
Elisabeth RUSS
 
CANCERS MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES
CANCERS MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUESCANCERS MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES
CANCERS MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES
Elisabeth RUSS
 
CLIS jfr2015.pdf%%
CLIS jfr2015.pdf%%CLIS jfr2015.pdf%%
CLIS jfr2015.pdf%%
Elisabeth RUSS
 

Plus de Elisabeth RUSS (8)

Cancers du sein : nouvelle classification TNM - 8è édition / AJCC
Cancers du sein : nouvelle classification TNM - 8è édition / AJCCCancers du sein : nouvelle classification TNM - 8è édition / AJCC
Cancers du sein : nouvelle classification TNM - 8è édition / AJCC
 
BREAST CANCER : pathology report table for breast carcinomas
BREAST CANCER : pathology report table for breast carcinomasBREAST CANCER : pathology report table for breast carcinomas
BREAST CANCER : pathology report table for breast carcinomas
 
MICROCALCIFICATIONS ET NEOPLASIES LOBULAIRES
MICROCALCIFICATIONS ET NEOPLASIES LOBULAIRESMICROCALCIFICATIONS ET NEOPLASIES LOBULAIRES
MICROCALCIFICATIONS ET NEOPLASIES LOBULAIRES
 
CANCERS MAMMAIRES ET HER2 : LE ROLE CLE DU RADIOLOGUE DANS LE PRE-ANALYTIQUE
CANCERS MAMMAIRES ET HER2 : LE ROLE CLE DU RADIOLOGUE DANS LE PRE-ANALYTIQUECANCERS MAMMAIRES ET HER2 : LE ROLE CLE DU RADIOLOGUE DANS LE PRE-ANALYTIQUE
CANCERS MAMMAIRES ET HER2 : LE ROLE CLE DU RADIOLOGUE DANS LE PRE-ANALYTIQUE
 
CARCINOMES MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES
CARCINOMES MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIESCARCINOMES MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES
CARCINOMES MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES
 
CARCINOMES MAMMAIRES INFILTRANTS : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES?
CARCINOMES MAMMAIRES INFILTRANTS : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES?CARCINOMES MAMMAIRES INFILTRANTS : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES?
CARCINOMES MAMMAIRES INFILTRANTS : MICROBIOPSIES OU MACROBIOPSIES?
 
CANCERS MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES
CANCERS MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUESCANCERS MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES
CANCERS MAMMAIRES INFRA-CENTIMETRIQUES
 
CLIS jfr2015.pdf%%
CLIS jfr2015.pdf%%CLIS jfr2015.pdf%%
CLIS jfr2015.pdf%%
 

Cancer mammaire - St Paul 2015 - Peut-on présager de l’exactitude des résultats d’une biopsie mammaire?

  • 1. RPC1 St-Paul 21/01/2015 Dr Elisabeth Russ Paris *
  • 2. * *1- Caractère contributif et représentatif d’une biopsie *2- Fiabilité des études immunohistochimiques sur biopsie *3- Hybridation In Situ HER2 sur biopsie
  • 3. *
  • 4. * *Devant une masse ACR5 le radiologue va confier au pathologiste un échantillon tumoral, la biopsie. *Le pathologiste aura pour mission : - de confirmer le diagnostic de carcinome infiltrant, - donner les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs de réponse au traitement dont les facteurs théranostiques.
  • 5. * *Grande majorité des cas : le pathologiste confirme qu’il s’agit d’un carcinome infiltrant, la cible est atteinte. *la qualité du prélèvement est facile à apprécier à l’aide d’un tableau synthétique : nombre de biopsies : taille des biopsies : taille du carcinome infiltrant sur chaque biopsie *Faux positifs : très rares, 0,002%, étude de Nottingham en 2009 (40 000 biopsies)
  • 6. *
  • 7. * *Dans de cas rares : discordance anatomo- radiologique : -absence de carcinome infiltrant, -absence de lésion histologique susceptible d’expliquer la cible observée à l’imagerie, -Sous-estimation : CCIS *Reprendre les renseignements cliniques et radiologiques : geste difficile? tumeur profonde? prothèse mammaire? *Effectuer multiples recoupes et parfois des études immunohistochimiques diagnostiques (CLI) ?
  • 8. * *Confrontation anatomo-radiologique : dialogue indispensable entre le pathologiste et le radiologue et/ou le clinicien : -soit en RCP pré-thérapeutique, -soit communication téléphonique ou mail. *le pathologiste doit clairement conclure à : « prélèvement non satisfaisant pour évaluation car non contributif, à renouveler » (accord d’experts).
  • 9. * *Le pathologiste doit s’assurer du caractère suffisamment représentatif de la biopsie pour définir les facteurs pronostiques et prédictifs de réponse au traitement de la tumeur. *Il s’agit pour lui d’observer un foyer suffisamment étendu de carcinome infiltrant pour en définir le type histologique, le grade, les récepteurs hormonaux, le Ki67 et le statut Her2 et à l’avenir dans notre pratique courante les altérations génomiques.
  • 10. * *Il est possible de conclure à « carcinome infiltrant » sans pour autant estimer que la biopsie soit suffisamment représentative de la tumeur. *Confronter taille de la tumeur et taille du foyer tumoral sur biopsie. *Taux de concordance pour le type histologique : 72 à 82% *Taux de concordance pour le grade histo-pronostique : 25% de sous-estimation et 8% de surestimation. Très bonne concordance pour le grade 3 : 84%.
  • 11. *
  • 12. * *Si traitement néo-adjuvant : notion fondamentale *Si le pathologiste estime qu’il n’a pas assez de matériel, il doit l’exprimer clairement « prélèvement non satisfaisant pour évaluation car non représentatif, à renouveler » (accord d’experts).
  • 13. * *Traitement néo-adjuvant : Le radiologue a un rôle majeur dans le cas d’une volumineuse tumeur ACR5 mesurant plus de 3 cm; il peut anticiper la possibilité d’un traitement néo-adjuvant et prélever suffisamment de matériel pour une analyse histologique fiable, d’où la proposition de certains radiologues de réaliser des macrobiopsies 10G ou 8G.
  • 14. *
  • 15. * *Le pathologiste est confronté au dilemme suivant : doit-il renouveler systématiquement sur la pièce opératoire les études immunohistochimiques des récepteurs hormonaux et du statut Her2 déjà réalisées sur la biopsie?
  • 16. * *Les conditions du pré-analytique (les étapes de préparation des tissus tumoraux) sont optimales sur biopsies par rapport aux pièces opératoires. *Pré-analytique : nombreux paramètres. *Fixation de la biopsie est très rapide en raison de sa faible épaisseur. *Vitesse de diffusion tissulaire du fixateur + rapide et homogène sur biopsie/pièce opératoire.
  • 17. * *Radiologue immerge le matériel biopsique très rapidement (moins de 10’) et précise le plus souvent l’heure de la biopsie. *Durée de fixation est ainsi totalement maîtrisée. *Durée de fixation : minimum 6H et maximum 72H (pour HER2). (Recommandations nationales et internationales : (1) et (2)).
  • 18. * *Résultats des récepteurs hormonaux sur biopsie sont très fiables : ils sont devenus le Gold Standard (Recommandations internationales : ASCO/CAP(4)) Concordance : RO 93%, RP 85%, Méta-Analyse de Li (2012) *Résultat du statut Her2 acceptable sur biopsie : l’hétérogénéité intra-tumorale est idéalement mise en évidence sur la pièce opératoire. Ceci concerne 11% à 40% des CI (Recommandations internationales et nationales : (1) et (3)). Concordance 89 à 100% dans les 5 études menées de 2009 à 2013. *Ki67 : Bonne concordance quand Ki67 inférieur à 10% ou supérieur à 30%. Dans la zone grise entre 10 % et 30% difficultés sur biopsies comme sur PO.
  • 19. * *En conséquence, il est inutile de renouveler les tests sur la pièce opératoire dans certains cas : - carcinome infiltrant de grade 1, RH positifs et statut Her2 négatif (score 0 ou score 1+) (Recommandations nationales et internationales : (1) (3) (4)).
  • 20. * On ne renouvelle pas les tests CI grade 1 RH+ et HER2 négatif
  • 21. * *Renouveler les tests immunohistochimiques des récepteurs hormonaux et du statut Her2 sur la pièce opératoire : CCI de grade 3 de phénotype triple négatif sur biopsie : représentativité suffisante de la biopsie ? *(Recommandations nationales et internationales : (1) et (3)).
  • 22. * *Il est également nécessaire de renouveler l’étude du statut Her2 sur la pièce opératoire quand on observe une discordance histologique sur la biopsie : un carcinome infiltrant de grade 1, CLI, Mucineux, Tubuleux, adénoïde kystique, sécrétoire, associé à un score Her2 3+ : envisager un problème technique (Recommandations nationales et internationales : (1) et (3)).
  • 23. * On renouvelle les tests Pour confirmer CCI grade 3 TRIPLE NEGATIF Discordances histologiques CI grade 1 et HER2 positif ??? CLI, Mucineux, tubuleux et HER2 positif ???
  • 24. *
  • 25. * *Dans le cas d’un carcinome infiltrant au statut Her2 équivoque 2+, l’attitude actuelle est de réaliser l’étude en hybridation in situ sur la pièce opératoire si le statut Her2 équivoque est confirmé. *Si la patiente bénéficie d’un traitement néo- adjuvant, l’étude en hybridation in situ sera réalisée sur la biopsie.
  • 26. * *Une étude complémentaire de Her2 par hybridation in situ sera également fortement conseillée sur biopsie, pour vérifier l’amplification de Her2 en cas de discordance histologique. SISH
  • 27. * *Un statut Her2 3+ associé à un carcinome infiltrant au statut Her2 habituellement négatif : un carcinome infiltrant de grade 1, un carcinome tubuleux, un carcinome sécrétoire, un carcinome adénoïde kystique, un carcinome mucineux un carcinome lobulaire infiltrant. *(Recommandations nationales et internationales : (1) et (3)).
  • 28. * *1- Caractère suffisamment représentatif d’une biopsie : notion à faire figurer dans les CR ACP, diffusion plus large de tableaux synthétiques. Importance en cas de traitement néo-adjuvant. *2- Fiabilité des études immunohistochimiques sur biopsie : ne pas répéter systématiquement les tests. *3- Fiabilité de l’Hybridation In Situ HER2 sur biopsie : en cas de chimiothérapie néo-adjuvante, contrôler une discordance histologique.
  • 29. * * (1) Recommendations for human epidermal growth factor receptor 2 testing in breast cancer : American Society of Clinical Oncology/College of American Pathologists clinical practice update. Wolff AC et al. J Clin Oncol 2013 Nov 1; 31: 3997-4013. * (2) Recommandations du GEFPICS concernant la phase pré- analytique pour l’évaluation de HER2 et des récepteurs hormonaux dans le cancer du sein : mise à jour 2014. MacGrogan G et al. Annales de Pathologie Octobre 2014, vol 34 n°5 : 366-372. * (3) Mise à jour des recommandations du GEFPICS pour l’évaluation du statut HER2 dans les cancers du sein en France. Penault Llorca F et al. Annales de Pathologie Octobre 2014, vol 34 n°5 : 352-365. * (4) ASCO/CAP Guideline Recommandations for immunohistochemical Testing of Estrogen and Progesterone Receptors in Breast Cancer. Hammond EH et al. J Clin Oncol 2010 Jun 1; 28: 2784-95.