SlideShare une entreprise Scribd logo
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
VII La pierre du salut
(1)
Or si le Saint-Esprit peut commuer en
bénédiction chaque sentence que tu t’es
imposée, alors ce ne peut pas être un péché.
Le péché est la seule chose au monde qui ne
puisse changer. Il est immuable. Et de son
immuabilité, le monde dépend. La magie du
monde peut sembler cacher aux pécheurs la
douleur du péché, et les tromper avec parures
et ruses. Or chacun sait que le coût du péché,
c’est la mort. Et c’est ainsi. Car le péché est
une requête de mort, le souhait de rendre les
fondements de ce monde aussi sûrs que
l’amour, aussi fiables que le Ciel et aussi forts
que Dieu Lui-même. Le monde est à l’abri de
l’amour pour quiconque pense que le péché
est possible. Et il ne changera pas non plus. Or
est-il possible que ce que Dieu n’a pas créé ait
les mêmes attributs que Sa création, alors que
cela s’y oppose à tous égards ?
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
VII La pierre du salut
(2)
Ça ne peut pas être que le souhait de mort
du «pécheur» est tout aussi fort que la
Volonté de vie de Dieu. Ni que les bases
d’un monde qu’il n’a pas fait sont aussi
fermes et sûres que le Ciel. Comment se
pourrait-il que l’enfer et le Ciel soient les
mêmes? Et est-il possible que ce qu’il n’a
pas voulu ne puisse être changé? Qu’est-ce
qui est immuable, à part Sa Volonté? Et
qu’est-ce qui peut partager ses attributs,
sauf elle-même? Quel souhait peut
s’élever contre Sa Volonté, et être
immuable? Si tu pouvais te rendre compte
que rien n’est inchangeable, que la Volonté
de Dieu, ce cours ne serait pas difficile
pour toi. Car c’est cela que tu ne crois pas.
Or il n’est rien d’autre que tu pourrais
croire, si seulement tu regardais ce qu’elle
est réellement.
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
VII La pierre du salut
(3)
Revenons à ce que nous avons dit plus tôt, et
pensons-y plus attentivement. Ce doit être
soit que Dieu est fou, soit que ce monde est
un lieu de folie. Il n’est pas une de Ses Pensées
qui ait le moindre sens en ce monde. Et rien
de ce que ce monde tient pour vrai n’a la
moindre signification dans Son Esprit. Ce qui
n’a pas de sens et pas de signification est
insanité. Et ce qui est folie ne peut pas être la
vérité. Si une seule croyance si profondément
estimée ici était vraie, alors chaque Pensée
que Dieu a jamais eue serait une illusion. Et si
une seule de Ses Pensées est vraie, alors
toutes les croyances auxquelles le monde
donne une signification sont fausses, et n’ont
pas le moindre sens. Voilà le choix que tu fais.
Ne tente pas de le voir différemment, ni de le
tourner en quelque chose qu’il n’est pas. Car
c’est la seule décision que tu puisses prendre.
Le reste appartient à Dieu, et non à toi.
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
VII La pierre du salut
(4)
Justifier une seule valeur que le monde
soutient, c’est nier la santé d’esprit de ton
Père et la tienne. Car Dieu et Son Fils bien-
aimé ne pensent pas différemment. Et c’est
l’accord de Leur pensée qui rend le Fils co-
créateur avec l’Esprit Dont la Pensée l’a créé.
Donc s’il choisit de croire une seule pensée
opposée à la vérité, il a décidé qu’il n’est pas
le Fils de son Père parce que le Fils est fou, et
la santé d’esprit doit se trouver à part à la fois
du Père et du Fils. Voilà ce que tu crois. Ne
pense pas que cette croyance dépende de la
forme qu’elle prend. Qui pense que le monde
est sain d’esprit de quelque façon que ce soit,
est justifié dans quoi que ce soit qu’il pense,
ou est maintenu par une forme quelconque
de raison, croit que cela est vrai. Le péché
n’est pas réel parce que le Père et le Fils ne
sont pas insanes. Ce monde est in-signifiant
parce qu’il repose sur le péché. Qui pourrait
créer l’inchangeable s’il ne repose pas sur la
vérité?
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
VII La pierre du salut
(5)
Le Saint-Esprit a le pouvoir de
changer tout le fondement du
monde que tu vois en quelque
chose d’autre; une base qui n’est
pas insane, sur laquelle une
perception saine peut être fondée,
un autre monde perçu. Un monde
dans lequel rien n’est contredit qui
mènerait le Fils de Dieu à la santé
d’esprit et à la joie. Rien n’atteste la
mort et la cruauté, la séparation et
les différences. Car ici tout est perçu
comme étant un, et nul ne perd afin
que chacun gagne.
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
VII La pierre du salut
(6)
Tout ce que tu crois, soumets-le au test de
cette seule condition, et comprends que
tout ce qui remplit cette seule exigence est
digne de ta foi. Mais rien d’autre. Ce qui
n’est pas amour est péché, et chacun
perçoit l’autre comme insane et in-
signifiant. L’amour est la base d’un monde
perçu comme entièrement fou pour les
pécheurs, qui croient que leur voie est
celle qui mène à la santé d’esprit. Mais le
péché est également insane aux yeux de
l’amour, dont le doux regard voudrait aller
par-delà la folie et se poser paisiblement
sur la vérité. Chacun voit un monde
immuable, comme chacun définit
l’inchangeable et éternelle vérité de ce
que tu es. Et chacun reflète une vue de ce
que le Père et le Fils doivent être, pour
rendre ce point de vue signifiant et sain.
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
VII La pierre du salut
(7)
Ta fonction particulière est la forme
particulière sous laquelle le fait que Dieu
n’est pas insane t’apparaît le plus sensé et
le plus signifiant. Le contenu est le même.
La forme est adaptée à tes besoins
particuliers, au temps et au lieu
particuliers dans lesquels tu penses te
trouver, et où tu peux être libre du lieu et
du temps, et de tout ce que tu crois devoir
te limiter. Le Fils de Dieu ne peut pas être
lié par le temps ni le lieu ni quoi que ce
soit que Dieu n’a pas voulu. Or si Sa
Volonté est vue comme folie, alors la
forme de santé d’esprit qui la rend le plus
acceptable à ceux qui sont insanes requiert
un choix particulier. Et ce choix ne peut pas
non lus être fait par les insanes, dont le
problème est que leurs choix ne sont pas
libres, ni guidés par la raison à la lumière
du bon sens.
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
VII La pierre du salut
(8)
Ce serait folie de confier le salut aux
insanes. Parce qu’il n’est pas fou, Dieu
en a désigné Un, aussi saint d’esprit
que Lui, pour faire s’élever un monde
plus sain à la vue de quiconque a
choisi l’insanité pour son salut. À
Celui-là est donné le choix de la forme
qui lui convient le mieux : une forme
qui n’attaquera pas le monde qu’il
voit, mais y entrera tranquillement et
lui montrera qu’il est fou. Celui-là ne
fait qu’indiquer une alternative, une
autre façon de regarder ce qu’il a vu
auparavant et reconnaît comme le
monde dans lequel il vit, et
qu’auparavant il pensait comprendre.
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
VII La pierre du salut
(9)
Maintenant c’est ce qu’il doit remettre en
question, parce que l’alternative a une forme
qu’il ne peut nier, sur laquelle il ne peut
passer et qu’il ne peut manquer
complètement de percevoir. Pour chacun une
fonction particulière est conçue pour être
perçue comme possible, et de plus en plus
désirée au fur et à mesure qu’elle lui prouve
que c’est une alternative qu’il veut vraiment.
De cette position, sa peccabilité, e tout le
péché qu’il voit dans le monde, lui offrent de
moins en moins. Jusqu’à ce qu’il en vienne à
comprendre qu’ils lui ont coûté sa santé
d’esprit, et qu’ils se dressent entre lui et
quelque espoir qu’il a d’être sain d’esprit. Il
n’est pas non plus sans pouvoir s’évader de la
folie, car il a un rôle particulier dans l’évasion
de chacun. Il ne peut pas plus être laissé en-
dehors, sans une fonction particulière dans
l’espoir de paix, que son Père ne pourrait
passer sur Son Fils, et passer outre sans souci
ni considération pour lui.
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
VII La pierre du salut
(10)
Qu’y a-t-il de fiable, sauf l’Amour de
Dieu? Et où demeure la santé d’esprit,
sauf en Lui? Celui Qui parle pour Lui
peut te montrer cela, dans
l’alternative qu’il a choisie pour toi
particulièrement. C’est la Volonté de
Dieu que tu te souviennes de cela, et
émerges ainsi du deuil le plus profond
à la joie parfaite. Accepte la fonction
qui t’a été assignée dans le Propre
plan de Dieu pour montrer à Son Fils
que l’enfer et le Ciel sont différents, et
non les mêmes. Et qu’au Ciel Ils sont
tous les mêmes, sans les différences
qui auraient fait un enfer du Ciel et un
ciel de l’enfer, si une telle insanité
avait été possible.
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
VII La pierre du salut
(11)
Toute la croyance voulant que quelqu’un
perde ne fait que refléter le principe sous-
jacent que Dieu doit être insane. Car dans
ce monde il semble que l’un doive gagner
parce qu’un autre a perdu. Si cela était
vrai, alors Dieu est fou, en effet ! Mais
qu’est-ce que cette croyance, sinon une
forme du principe plus fondamental : « Le
péché est réel et gouverne le monde »?
Pour chaque petit gain, quelqu’un doit
perdre, et payer le montant exact en sang
et en souffrance. Car autrement le mal
triompherait et la destruction serait le coût
total de quelque gain que ce soit. Toi qui
crois que Dieu est fou, considère cela
attentivement, et comprends que ce doit
être ou Dieu ou cela qui est insane, mais
guère les deux.
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
VII La pierre du salut
(12)
Le salut est renaissance de l’idée que
personne ne peut perdre pour que
quiconque gagne. Et tous doivent gagner, si
quiconque doit être gagnant. Ici est
rétablie la santé d’esprit. Et sur cette seule
pierre de vérité, la foi en l’éternelle santé
d’esprit de Dieu peut reposer dans une
parfaite confiance et une paix parfaite. La
raison est satisfaite, car toutes les
croyances insanes peuvent être corrigées
ici. Et le péché doit être impossible, si cela
est vrai. Voilà la pierre sur laquelle repose
le salut, la position élevée d’où le Saint-
Esprit donne une signification et une
direction au plan dans lequel ta fonction
particulière a un rôle. Car ici ta fonction
particulière est rendue entière, parce
qu’elle partage la fonction du tout.
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
VII La pierre du salut
(13)
Rappelle-toi que toute tentation n’est
que ceci : une folle croyance voulant
que l’insanité de Dieu te rendrait sain
d’esprit et te donnerait ce que tu veux;
que soit Dieu, soit toi, doit perdre
contre la folie, parce que vos buts ne
peuvent pas être réconciliés. La mort
exige la vie, mais la vie n’est pas
maintenue à n’importe quel prix. Nul
ne peut souffrir pour que la Volonté
de Dieu soit accomplie. Le salut est Sa
Volonté parce que tu la partages. Pas
pour toi seul, mais pour le Soi Qui est
le Fils de Dieu. Il ne peut pas perdre,
car s’il le pouvait la perte serait celle
de son Père, et en Lui nulle perte n’est
possible. Et cela est sain parce que
c’est la vérité.

Contenu connexe

En vedette

DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTIONDEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
Pierrot Caron
 
Introduction aux leçons 181 à 200
Introduction aux leçons 181 à 200Introduction aux leçons 181 à 200
Introduction aux leçons 181 à 200
Pierrot Caron
 
Chapitre 15: V. L'instant saint et les relations particulières
Chapitre 15: V. L'instant saint et les relations particulièresChapitre 15: V. L'instant saint et les relations particulières
Chapitre 15: V. L'instant saint et les relations particulières
Pierrot Caron
 
Introduction aux leçons 181 à 200
Introduction aux leçons 181 à 200Introduction aux leçons 181 à 200
Introduction aux leçons 181 à 200
Pierrot Caron
 
Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?
Pierrot Caron
 
Révision VI - Introduction
Révision VI - IntroductionRévision VI - Introduction
Révision VI - Introduction
Pierrot Caron
 
Introduction aux leçons 181-200
Introduction aux leçons 181-200Introduction aux leçons 181-200
Introduction aux leçons 181-200
Pierrot Caron
 

En vedette (7)

DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTIONDEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
 
Introduction aux leçons 181 à 200
Introduction aux leçons 181 à 200Introduction aux leçons 181 à 200
Introduction aux leçons 181 à 200
 
Chapitre 15: V. L'instant saint et les relations particulières
Chapitre 15: V. L'instant saint et les relations particulièresChapitre 15: V. L'instant saint et les relations particulières
Chapitre 15: V. L'instant saint et les relations particulières
 
Introduction aux leçons 181 à 200
Introduction aux leçons 181 à 200Introduction aux leçons 181 à 200
Introduction aux leçons 181 à 200
 
Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?
 
Révision VI - Introduction
Révision VI - IntroductionRévision VI - Introduction
Révision VI - Introduction
 
Introduction aux leçons 181-200
Introduction aux leçons 181-200Introduction aux leçons 181-200
Introduction aux leçons 181-200
 

Similaire à Chapitre 25: VII La pierre du salut

Chapitre 22: II. L’impeccabilité de ton frère
Chapitre 22: II. L’impeccabilité de ton frèreChapitre 22: II. L’impeccabilité de ton frère
Chapitre 22: II. L’impeccabilité de ton frère
Pierrot Caron
 
Chapitre 22: II. L’impeccabilité de ton frère
Chapitre 22:  II. L’impeccabilité de ton frère Chapitre 22:  II. L’impeccabilité de ton frère
Chapitre 22: II. L’impeccabilité de ton frère
Pierrot Caron
 
III. Perception et choix
III. Perception et choixIII. Perception et choix
III. Perception et choix
Pierrot Caron
 
Chapitre 25: III. Perception et choix
Chapitre 25: III. Perception et choix Chapitre 25: III. Perception et choix
Chapitre 25: III. Perception et choix
Pierrot Caron
 
Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité
 Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité  Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité
Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité
Pierrot Caron
 
VIII. La vision de l’impeccabilité
VIII. La vision de l’impeccabilitéVIII. La vision de l’impeccabilité
VIII. La vision de l’impeccabilité
Pierrot Caron
 
Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité
Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilitéChapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité
Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité
Pierrot Caron
 
Chapitre 22: VI. La lumière de la relation sainte
Chapitre 22: VI. La lumière de la relation sainteChapitre 22: VI. La lumière de la relation sainte
Chapitre 22: VI. La lumière de la relation sainte
Pierrot Caron
 
Chapitre 22: VI. La lumière de la relation sainte
Chapitre 22:  VI. La lumière de la relation sainteChapitre 22:  VI. La lumière de la relation sainte
Chapitre 22: VI. La lumière de la relation sainte
Pierrot Caron
 
III. Le péché comme ajustement
III. Le péché comme ajustementIII. Le péché comme ajustement
III. Le péché comme ajustement
Pierrot Caron
 
Chapitre 20: III. Le péché comme ajustement
Chapitre 20: III. Le péché comme ajustement Chapitre 20: III. Le péché comme ajustement
Chapitre 20: III. Le péché comme ajustement
Pierrot Caron
 
Chapitre 20: III. Le péché comme ajustement
Chapitre 20: III. Le péché comme ajustementChapitre 20: III. Le péché comme ajustement
Chapitre 20: III. Le péché comme ajustement
Pierrot Caron
 
VII. Les lois de la guérison
VII. Les lois de la guérisonVII. Les lois de la guérison
VII. Les lois de la guérison
Pierrot Caron
 
Chapitre 26: VII. Les lois de la guérison
Chapitre 26: VII. Les lois de la guérison Chapitre 26: VII. Les lois de la guérison
Chapitre 26: VII. Les lois de la guérison
Pierrot Caron
 
Chapitre 21: VI. Raison versus folie
Chapitre 21:  VI. Raison versus folie Chapitre 21:  VI. Raison versus folie
Chapitre 21: VI. Raison versus folie
Pierrot Caron
 
Chapitre 21: VI. Raison versus folie
Chapitre 21: VI. Raison versus folieChapitre 21: VI. Raison versus folie
Chapitre 21: VI. Raison versus folie
Pierrot Caron
 
VIII. La justice retournée à l’amour
VIII. La justice retournée à l’amourVIII. La justice retournée à l’amour
VIII. La justice retournée à l’amour
Pierrot Caron
 
Chapitre 25: VIII. La justice retournée à l’amour
Chapitre 25: VIII. La justice retournée à l’amour Chapitre 25: VIII. La justice retournée à l’amour
Chapitre 25: VIII. La justice retournée à l’amour
Pierrot Caron
 
LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.
LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.
LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.
Pierrot Caron
 
LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.
LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.
LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.
Pierrot Caron
 

Similaire à Chapitre 25: VII La pierre du salut (20)

Chapitre 22: II. L’impeccabilité de ton frère
Chapitre 22: II. L’impeccabilité de ton frèreChapitre 22: II. L’impeccabilité de ton frère
Chapitre 22: II. L’impeccabilité de ton frère
 
Chapitre 22: II. L’impeccabilité de ton frère
Chapitre 22:  II. L’impeccabilité de ton frère Chapitre 22:  II. L’impeccabilité de ton frère
Chapitre 22: II. L’impeccabilité de ton frère
 
III. Perception et choix
III. Perception et choixIII. Perception et choix
III. Perception et choix
 
Chapitre 25: III. Perception et choix
Chapitre 25: III. Perception et choix Chapitre 25: III. Perception et choix
Chapitre 25: III. Perception et choix
 
Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité
 Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité  Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité
Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité
 
VIII. La vision de l’impeccabilité
VIII. La vision de l’impeccabilitéVIII. La vision de l’impeccabilité
VIII. La vision de l’impeccabilité
 
Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité
Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilitéChapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité
Chapitre 20: VIII. La vision de l’impeccabilité
 
Chapitre 22: VI. La lumière de la relation sainte
Chapitre 22: VI. La lumière de la relation sainteChapitre 22: VI. La lumière de la relation sainte
Chapitre 22: VI. La lumière de la relation sainte
 
Chapitre 22: VI. La lumière de la relation sainte
Chapitre 22:  VI. La lumière de la relation sainteChapitre 22:  VI. La lumière de la relation sainte
Chapitre 22: VI. La lumière de la relation sainte
 
III. Le péché comme ajustement
III. Le péché comme ajustementIII. Le péché comme ajustement
III. Le péché comme ajustement
 
Chapitre 20: III. Le péché comme ajustement
Chapitre 20: III. Le péché comme ajustement Chapitre 20: III. Le péché comme ajustement
Chapitre 20: III. Le péché comme ajustement
 
Chapitre 20: III. Le péché comme ajustement
Chapitre 20: III. Le péché comme ajustementChapitre 20: III. Le péché comme ajustement
Chapitre 20: III. Le péché comme ajustement
 
VII. Les lois de la guérison
VII. Les lois de la guérisonVII. Les lois de la guérison
VII. Les lois de la guérison
 
Chapitre 26: VII. Les lois de la guérison
Chapitre 26: VII. Les lois de la guérison Chapitre 26: VII. Les lois de la guérison
Chapitre 26: VII. Les lois de la guérison
 
Chapitre 21: VI. Raison versus folie
Chapitre 21:  VI. Raison versus folie Chapitre 21:  VI. Raison versus folie
Chapitre 21: VI. Raison versus folie
 
Chapitre 21: VI. Raison versus folie
Chapitre 21: VI. Raison versus folieChapitre 21: VI. Raison versus folie
Chapitre 21: VI. Raison versus folie
 
VIII. La justice retournée à l’amour
VIII. La justice retournée à l’amourVIII. La justice retournée à l’amour
VIII. La justice retournée à l’amour
 
Chapitre 25: VIII. La justice retournée à l’amour
Chapitre 25: VIII. La justice retournée à l’amour Chapitre 25: VIII. La justice retournée à l’amour
Chapitre 25: VIII. La justice retournée à l’amour
 
LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.
LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.
LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.
 
LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.
LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.
LEÇON 198 – Seule ma condamnation me blesse.
 

Plus de Pierrot Caron

Qu’est-ce que le péché ?
Qu’est-ce que le péché ?Qu’est-ce que le péché ?
Qu’est-ce que le péché ?
Pierrot Caron
 
LEÇON 255 – Je choisis de passer ce jour dans la paix parfaite.
LEÇON 255 – Je choisis de passer ce jour dans la paix parfaite.LEÇON 255 – Je choisis de passer ce jour dans la paix parfaite.
LEÇON 255 – Je choisis de passer ce jour dans la paix parfaite.
Pierrot Caron
 
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTIONDEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
Pierrot Caron
 
Chapitre 23: IV. Au dessus du champ de bataille
Chapitre 23: IV. Au dessus du champ de batailleChapitre 23: IV. Au dessus du champ de bataille
Chapitre 23: IV. Au dessus du champ de bataille
Pierrot Caron
 
LEÇON 253 – Mon Soi gouverne l’univers.
LEÇON 253 – Mon Soi gouverne l’univers.LEÇON 253 – Mon Soi gouverne l’univers.
LEÇON 253 – Mon Soi gouverne l’univers.
Pierrot Caron
 
Qu’est-ce que le péché ?
Qu’est-ce que le péché ?Qu’est-ce que le péché ?
Qu’est-ce que le péché ?
Pierrot Caron
 
Citations UCEM (Texte 10.INT.1.4)
Citations UCEM (Texte 10.INT.1.4)Citations UCEM (Texte 10.INT.1.4)
Citations UCEM (Texte 10.INT.1.4)
Pierrot Caron
 
Chapitre 23: Introduction
Chapitre 23: IntroductionChapitre 23: Introduction
Chapitre 23: Introduction
Pierrot Caron
 
Citations UCEM (Texte 26.V.10.4)
Citations UCEM (Texte 26.V.10.4)Citations UCEM (Texte 26.V.10.4)
Citations UCEM (Texte 26.V.10.4)
Pierrot Caron
 
LEÇON 250 – Que je ne me voie pas comme étant limité.
LEÇON 250 – Que je ne me voie pas comme étant limité.LEÇON 250 – Que je ne me voie pas comme étant limité.
LEÇON 250 – Que je ne me voie pas comme étant limité.
Pierrot Caron
 
Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?
Pierrot Caron
 
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTIONDEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
Pierrot Caron
 
Citations UCEM (Texte 17.III.1.3)
Citations UCEM (Texte 17.III.1.3)Citations UCEM (Texte 17.III.1.3)
Citations UCEM (Texte 17.III.1.3)
Pierrot Caron
 
LEÇON 249 – Le pardon met fin à toute souffrance et à toute perte.
LEÇON 249 – Le pardon met fin à toute souffrance et à toute perte.LEÇON 249 – Le pardon met fin à toute souffrance et à toute perte.
LEÇON 249 – Le pardon met fin à toute souffrance et à toute perte.
Pierrot Caron
 
Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?
Pierrot Caron
 
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTIONDEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
Pierrot Caron
 
Chapitre 22: V. Faiblesse et défensive
Chapitre 22: V. Faiblesse et défensiveChapitre 22: V. Faiblesse et défensive
Chapitre 22: V. Faiblesse et défensive
Pierrot Caron
 
Citations UCEM (Leçon 186.6.3)
Citations UCEM (Leçon 186.6.3)Citations UCEM (Leçon 186.6.3)
Citations UCEM (Leçon 186.6.3)
Pierrot Caron
 
LEÇON 248 – Quoi que ce soit qui souffre ne fait pas partie de moi.
LEÇON 248 – Quoi que ce soit qui souffre ne fait pas partie de moi.LEÇON 248 – Quoi que ce soit qui souffre ne fait pas partie de moi.
LEÇON 248 – Quoi que ce soit qui souffre ne fait pas partie de moi.
Pierrot Caron
 
Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?
Pierrot Caron
 

Plus de Pierrot Caron (20)

Qu’est-ce que le péché ?
Qu’est-ce que le péché ?Qu’est-ce que le péché ?
Qu’est-ce que le péché ?
 
LEÇON 255 – Je choisis de passer ce jour dans la paix parfaite.
LEÇON 255 – Je choisis de passer ce jour dans la paix parfaite.LEÇON 255 – Je choisis de passer ce jour dans la paix parfaite.
LEÇON 255 – Je choisis de passer ce jour dans la paix parfaite.
 
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTIONDEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
 
Chapitre 23: IV. Au dessus du champ de bataille
Chapitre 23: IV. Au dessus du champ de batailleChapitre 23: IV. Au dessus du champ de bataille
Chapitre 23: IV. Au dessus du champ de bataille
 
LEÇON 253 – Mon Soi gouverne l’univers.
LEÇON 253 – Mon Soi gouverne l’univers.LEÇON 253 – Mon Soi gouverne l’univers.
LEÇON 253 – Mon Soi gouverne l’univers.
 
Qu’est-ce que le péché ?
Qu’est-ce que le péché ?Qu’est-ce que le péché ?
Qu’est-ce que le péché ?
 
Citations UCEM (Texte 10.INT.1.4)
Citations UCEM (Texte 10.INT.1.4)Citations UCEM (Texte 10.INT.1.4)
Citations UCEM (Texte 10.INT.1.4)
 
Chapitre 23: Introduction
Chapitre 23: IntroductionChapitre 23: Introduction
Chapitre 23: Introduction
 
Citations UCEM (Texte 26.V.10.4)
Citations UCEM (Texte 26.V.10.4)Citations UCEM (Texte 26.V.10.4)
Citations UCEM (Texte 26.V.10.4)
 
LEÇON 250 – Que je ne me voie pas comme étant limité.
LEÇON 250 – Que je ne me voie pas comme étant limité.LEÇON 250 – Que je ne me voie pas comme étant limité.
LEÇON 250 – Que je ne me voie pas comme étant limité.
 
Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?
 
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTIONDEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
 
Citations UCEM (Texte 17.III.1.3)
Citations UCEM (Texte 17.III.1.3)Citations UCEM (Texte 17.III.1.3)
Citations UCEM (Texte 17.III.1.3)
 
LEÇON 249 – Le pardon met fin à toute souffrance et à toute perte.
LEÇON 249 – Le pardon met fin à toute souffrance et à toute perte.LEÇON 249 – Le pardon met fin à toute souffrance et à toute perte.
LEÇON 249 – Le pardon met fin à toute souffrance et à toute perte.
 
Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?
 
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTIONDEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
DEUXIÈME PARTIE - INTRODUCTION
 
Chapitre 22: V. Faiblesse et défensive
Chapitre 22: V. Faiblesse et défensiveChapitre 22: V. Faiblesse et défensive
Chapitre 22: V. Faiblesse et défensive
 
Citations UCEM (Leçon 186.6.3)
Citations UCEM (Leçon 186.6.3)Citations UCEM (Leçon 186.6.3)
Citations UCEM (Leçon 186.6.3)
 
LEÇON 248 – Quoi que ce soit qui souffre ne fait pas partie de moi.
LEÇON 248 – Quoi que ce soit qui souffre ne fait pas partie de moi.LEÇON 248 – Quoi que ce soit qui souffre ne fait pas partie de moi.
LEÇON 248 – Quoi que ce soit qui souffre ne fait pas partie de moi.
 
Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?Qu'est-ce que le monde ?
Qu'est-ce que le monde ?
 

Chapitre 25: VII La pierre du salut

  • 1. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU VII La pierre du salut (1) Or si le Saint-Esprit peut commuer en bénédiction chaque sentence que tu t’es imposée, alors ce ne peut pas être un péché. Le péché est la seule chose au monde qui ne puisse changer. Il est immuable. Et de son immuabilité, le monde dépend. La magie du monde peut sembler cacher aux pécheurs la douleur du péché, et les tromper avec parures et ruses. Or chacun sait que le coût du péché, c’est la mort. Et c’est ainsi. Car le péché est une requête de mort, le souhait de rendre les fondements de ce monde aussi sûrs que l’amour, aussi fiables que le Ciel et aussi forts que Dieu Lui-même. Le monde est à l’abri de l’amour pour quiconque pense que le péché est possible. Et il ne changera pas non plus. Or est-il possible que ce que Dieu n’a pas créé ait les mêmes attributs que Sa création, alors que cela s’y oppose à tous égards ?
  • 2. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU VII La pierre du salut (2) Ça ne peut pas être que le souhait de mort du «pécheur» est tout aussi fort que la Volonté de vie de Dieu. Ni que les bases d’un monde qu’il n’a pas fait sont aussi fermes et sûres que le Ciel. Comment se pourrait-il que l’enfer et le Ciel soient les mêmes? Et est-il possible que ce qu’il n’a pas voulu ne puisse être changé? Qu’est-ce qui est immuable, à part Sa Volonté? Et qu’est-ce qui peut partager ses attributs, sauf elle-même? Quel souhait peut s’élever contre Sa Volonté, et être immuable? Si tu pouvais te rendre compte que rien n’est inchangeable, que la Volonté de Dieu, ce cours ne serait pas difficile pour toi. Car c’est cela que tu ne crois pas. Or il n’est rien d’autre que tu pourrais croire, si seulement tu regardais ce qu’elle est réellement.
  • 3. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU VII La pierre du salut (3) Revenons à ce que nous avons dit plus tôt, et pensons-y plus attentivement. Ce doit être soit que Dieu est fou, soit que ce monde est un lieu de folie. Il n’est pas une de Ses Pensées qui ait le moindre sens en ce monde. Et rien de ce que ce monde tient pour vrai n’a la moindre signification dans Son Esprit. Ce qui n’a pas de sens et pas de signification est insanité. Et ce qui est folie ne peut pas être la vérité. Si une seule croyance si profondément estimée ici était vraie, alors chaque Pensée que Dieu a jamais eue serait une illusion. Et si une seule de Ses Pensées est vraie, alors toutes les croyances auxquelles le monde donne une signification sont fausses, et n’ont pas le moindre sens. Voilà le choix que tu fais. Ne tente pas de le voir différemment, ni de le tourner en quelque chose qu’il n’est pas. Car c’est la seule décision que tu puisses prendre. Le reste appartient à Dieu, et non à toi.
  • 4. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU VII La pierre du salut (4) Justifier une seule valeur que le monde soutient, c’est nier la santé d’esprit de ton Père et la tienne. Car Dieu et Son Fils bien- aimé ne pensent pas différemment. Et c’est l’accord de Leur pensée qui rend le Fils co- créateur avec l’Esprit Dont la Pensée l’a créé. Donc s’il choisit de croire une seule pensée opposée à la vérité, il a décidé qu’il n’est pas le Fils de son Père parce que le Fils est fou, et la santé d’esprit doit se trouver à part à la fois du Père et du Fils. Voilà ce que tu crois. Ne pense pas que cette croyance dépende de la forme qu’elle prend. Qui pense que le monde est sain d’esprit de quelque façon que ce soit, est justifié dans quoi que ce soit qu’il pense, ou est maintenu par une forme quelconque de raison, croit que cela est vrai. Le péché n’est pas réel parce que le Père et le Fils ne sont pas insanes. Ce monde est in-signifiant parce qu’il repose sur le péché. Qui pourrait créer l’inchangeable s’il ne repose pas sur la vérité?
  • 5. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU VII La pierre du salut (5) Le Saint-Esprit a le pouvoir de changer tout le fondement du monde que tu vois en quelque chose d’autre; une base qui n’est pas insane, sur laquelle une perception saine peut être fondée, un autre monde perçu. Un monde dans lequel rien n’est contredit qui mènerait le Fils de Dieu à la santé d’esprit et à la joie. Rien n’atteste la mort et la cruauté, la séparation et les différences. Car ici tout est perçu comme étant un, et nul ne perd afin que chacun gagne.
  • 6. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU VII La pierre du salut (6) Tout ce que tu crois, soumets-le au test de cette seule condition, et comprends que tout ce qui remplit cette seule exigence est digne de ta foi. Mais rien d’autre. Ce qui n’est pas amour est péché, et chacun perçoit l’autre comme insane et in- signifiant. L’amour est la base d’un monde perçu comme entièrement fou pour les pécheurs, qui croient que leur voie est celle qui mène à la santé d’esprit. Mais le péché est également insane aux yeux de l’amour, dont le doux regard voudrait aller par-delà la folie et se poser paisiblement sur la vérité. Chacun voit un monde immuable, comme chacun définit l’inchangeable et éternelle vérité de ce que tu es. Et chacun reflète une vue de ce que le Père et le Fils doivent être, pour rendre ce point de vue signifiant et sain.
  • 7. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU VII La pierre du salut (7) Ta fonction particulière est la forme particulière sous laquelle le fait que Dieu n’est pas insane t’apparaît le plus sensé et le plus signifiant. Le contenu est le même. La forme est adaptée à tes besoins particuliers, au temps et au lieu particuliers dans lesquels tu penses te trouver, et où tu peux être libre du lieu et du temps, et de tout ce que tu crois devoir te limiter. Le Fils de Dieu ne peut pas être lié par le temps ni le lieu ni quoi que ce soit que Dieu n’a pas voulu. Or si Sa Volonté est vue comme folie, alors la forme de santé d’esprit qui la rend le plus acceptable à ceux qui sont insanes requiert un choix particulier. Et ce choix ne peut pas non lus être fait par les insanes, dont le problème est que leurs choix ne sont pas libres, ni guidés par la raison à la lumière du bon sens.
  • 8. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU VII La pierre du salut (8) Ce serait folie de confier le salut aux insanes. Parce qu’il n’est pas fou, Dieu en a désigné Un, aussi saint d’esprit que Lui, pour faire s’élever un monde plus sain à la vue de quiconque a choisi l’insanité pour son salut. À Celui-là est donné le choix de la forme qui lui convient le mieux : une forme qui n’attaquera pas le monde qu’il voit, mais y entrera tranquillement et lui montrera qu’il est fou. Celui-là ne fait qu’indiquer une alternative, une autre façon de regarder ce qu’il a vu auparavant et reconnaît comme le monde dans lequel il vit, et qu’auparavant il pensait comprendre.
  • 9. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU VII La pierre du salut (9) Maintenant c’est ce qu’il doit remettre en question, parce que l’alternative a une forme qu’il ne peut nier, sur laquelle il ne peut passer et qu’il ne peut manquer complètement de percevoir. Pour chacun une fonction particulière est conçue pour être perçue comme possible, et de plus en plus désirée au fur et à mesure qu’elle lui prouve que c’est une alternative qu’il veut vraiment. De cette position, sa peccabilité, e tout le péché qu’il voit dans le monde, lui offrent de moins en moins. Jusqu’à ce qu’il en vienne à comprendre qu’ils lui ont coûté sa santé d’esprit, et qu’ils se dressent entre lui et quelque espoir qu’il a d’être sain d’esprit. Il n’est pas non plus sans pouvoir s’évader de la folie, car il a un rôle particulier dans l’évasion de chacun. Il ne peut pas plus être laissé en- dehors, sans une fonction particulière dans l’espoir de paix, que son Père ne pourrait passer sur Son Fils, et passer outre sans souci ni considération pour lui.
  • 10. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU VII La pierre du salut (10) Qu’y a-t-il de fiable, sauf l’Amour de Dieu? Et où demeure la santé d’esprit, sauf en Lui? Celui Qui parle pour Lui peut te montrer cela, dans l’alternative qu’il a choisie pour toi particulièrement. C’est la Volonté de Dieu que tu te souviennes de cela, et émerges ainsi du deuil le plus profond à la joie parfaite. Accepte la fonction qui t’a été assignée dans le Propre plan de Dieu pour montrer à Son Fils que l’enfer et le Ciel sont différents, et non les mêmes. Et qu’au Ciel Ils sont tous les mêmes, sans les différences qui auraient fait un enfer du Ciel et un ciel de l’enfer, si une telle insanité avait été possible.
  • 11. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU VII La pierre du salut (11) Toute la croyance voulant que quelqu’un perde ne fait que refléter le principe sous- jacent que Dieu doit être insane. Car dans ce monde il semble que l’un doive gagner parce qu’un autre a perdu. Si cela était vrai, alors Dieu est fou, en effet ! Mais qu’est-ce que cette croyance, sinon une forme du principe plus fondamental : « Le péché est réel et gouverne le monde »? Pour chaque petit gain, quelqu’un doit perdre, et payer le montant exact en sang et en souffrance. Car autrement le mal triompherait et la destruction serait le coût total de quelque gain que ce soit. Toi qui crois que Dieu est fou, considère cela attentivement, et comprends que ce doit être ou Dieu ou cela qui est insane, mais guère les deux.
  • 12. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU VII La pierre du salut (12) Le salut est renaissance de l’idée que personne ne peut perdre pour que quiconque gagne. Et tous doivent gagner, si quiconque doit être gagnant. Ici est rétablie la santé d’esprit. Et sur cette seule pierre de vérité, la foi en l’éternelle santé d’esprit de Dieu peut reposer dans une parfaite confiance et une paix parfaite. La raison est satisfaite, car toutes les croyances insanes peuvent être corrigées ici. Et le péché doit être impossible, si cela est vrai. Voilà la pierre sur laquelle repose le salut, la position élevée d’où le Saint- Esprit donne une signification et une direction au plan dans lequel ta fonction particulière a un rôle. Car ici ta fonction particulière est rendue entière, parce qu’elle partage la fonction du tout.
  • 13. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU VII La pierre du salut (13) Rappelle-toi que toute tentation n’est que ceci : une folle croyance voulant que l’insanité de Dieu te rendrait sain d’esprit et te donnerait ce que tu veux; que soit Dieu, soit toi, doit perdre contre la folie, parce que vos buts ne peuvent pas être réconciliés. La mort exige la vie, mais la vie n’est pas maintenue à n’importe quel prix. Nul ne peut souffrir pour que la Volonté de Dieu soit accomplie. Le salut est Sa Volonté parce que tu la partages. Pas pour toi seul, mais pour le Soi Qui est le Fils de Dieu. Il ne peut pas perdre, car s’il le pouvait la perte serait celle de son Père, et en Lui nulle perte n’est possible. Et cela est sain parce que c’est la vérité.