SlideShare une entreprise Scribd logo
Modifiez le style du titre
1
“
1- Les bases de la culture
CHAPITRE I
Vers une évolution culturelle
19
Chapitre I
Vers une évolution culturelle
A travers l’histoire, chaque style, chaque école et chaque tendance artistique
débutent leur aventure par des tâtonnements, subissent ensuite les
influences techniques et conceptuelles des arts qui les ont précédés, et
enfin atteignent leur maturité dans l’analyse de ce legs culturel et la mise
en synthèse des schèmes transmis et des formes créées, pour vieillir et
décliner dans la répétition de ces mêmes formes, en les vidant de leur sève,
tout en les surchargeant d’autres motifs et d’autres ornements, jusqu’au
superficiel et à l’étouffement.
Toutefois, chaque art a sa vie propre, conforme à la société qui l’a engendré,
subissant, dès tâtonnements, l’influence du relief du climat, de la religion,
des traditions et de la mentalité du milieu et de l’époque. Ces tâtonnements
peuvent durer longtemps, surtout dans les premiers temps, ne trouvant pas,
sans doute, de legs culturel duquel les hommes puissent s’influencer, dans
leur isolement et dans leur mode de vie rudimentaire. Dans ces premiers
temps, aussi, l’esprit d’analyse et de synthèse n’est pas encore formulé,
et par ce fait, tout l’art préhistorique et même les grandes civilisations
orientales ne marqueront pas cette parabole culturelle pour atteindre
l’apogée souhaité. Quant à leur décadence, elle ne verra pas ce « superficiel
jusqu’a à l’étouffement » que tardivement.
En revanche, tout en avançant dans l’histoire et dans cette aventure
culturelle, les tâtonnements se rétrécissent, et les influences s’accumulent,
l’originalité du peuple et de sa production culturelle se distingue alors,
dans sa maturité et son épanouissement. Mais la déclinaison de son art se
prolonge dans une agonie douloureuse.
20
Il faut dire également, que l’art qui s’articule dans un pays donné, après ses
tâtonnements indispensables dans la recherche de son originalité, se laisse
influencer, dans un premier temps, par la sève des arts antérieurs, et non
par leurs formes cadavériques, s’abreuve des éléments et des conceptions
les plus remarquables des arts qui l’ont précédé dans cette aventure vers
l’inconnu. D’où l’évolution de l’art universel à travers l’histoire.
On conçoit, certainement, pour la civilisation, dans son grand
développement, des phases progressives ; on parle, au début, de la
découverte du feu, qui est, en fait, la première révolution humaine, séparant
l’homme du mode de vie de la bête. La deuxième phase, distinguée par
l’agriculture et l’écriture, est conçue comme deuxième révolution humaine,
éloignant l’homme du nomadisme ; la sédentarisation, base initiale de toute
civilisation, révolutionne, alors, le mode de vie des hommes. La troisième
phase se situe dans la révolution industrielle, bouleversant, encore une
fois, les systèmes agraire, maritime, nomade et commercial, faisant naitre
dans l’homme la mentalité industrielle. Et maintenant, dans le grand essor
que connaissent les sciences expérimentales et l’industrie dans plusieurs
domaines qu’on explore ou invente, tels l’électronique, le numérique et la
génétique, ainsi que la cybernétique, on admet que notre mode de vie se
transforme, dans une quatrième révolution humaine.
Cependant, on insiste sur le développement de la civilisation, sans classifier
les phases évolutives de la culture, croyant que les deux,culture civilisation,
se confondent dans le progrès. Pourtant, en analysant les « révolutions
cultuelles » à travers l’histoire, on distingue, effectivement, cette confusion
voulue, ou plutôt la récupération de la culture par la civilisation qui l’exploite
en tant qu’arme du pouvoir, on remarque, aussi, dans certains époques,
la mise en évidence de la religion que l’art sert, souvent, avec une grande
spiritualité, ne tenant pas compte, parfois, des conflits politiques, et dans
d’autres, c’est la culture, dans sa grande autonomie et son épuration, qui
oriente la destinée des hommes.
21
Ainsi, avec la révolution du feu, comme on va le voir, l’homme est dominé,
dans son nomadisme, par les forces de la nature, dont il conçoit, à travers
ses tâtonnements, les premières divinités. Avec l’établissement des grandes
civilisations, agraires ou maritimes, va naître le polythéisme et le culte des
dieux, ainsi que le culte des ancêtres et des rois divinisés. Dans le monde
médiéval, le monothéisme se distingue par les élans fiévreux des peuples,
dans l’édification, des monuments religieux et des sanctuaires, pour les
cultes ou l’éducation, ainsi que dans les conflits religieux et les guerres au
nom de leur croyance, de leurs cultes ou de leur race.
Cependant, avant la révolution industrielle, l’esprit moderne est né surtout
en Europe, avec la Renaissance, un esprit qui se libère des dogmes religieux
du Moyen-âge, mais, en même temps, cet esprit tend vers un impérialisme
hérité de l’antiquité, plus étendu et plus féroce, vers la colonisation, la traite
des esclaves et le génocide des peuples.
Et progressivement, après les grands progrès atteints avec la révolution
industrielle, on assiste à la grande autonomie de la culture et de l’art, à leur
grande épuration, à la réalisation de l’art dans la ville conçue comme une
gigantesque œuvre d’art, et à la création de nouveaux concepts artistiques,
scientifiques et culturels, concernant la vie sociale, ainsi que la création de
nouveaux besoins.
En même temps, comme aboutissement des confrotements des convoitises
et des appels à la libération des peuples soumis, on assiste à des guerres
régionales et mondiales, à des guerres d’indépendance ou de confusion,
au nom de la vie ou de la mort, à des conflits qui touchent tout notre globe
terrestre, entre l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud, au nom de la civilisation
elle-même, au nom d’une histoire mal assimilée, au nom des concepts
hérités parfois du Moyen-âge, et même de l’Antiquité, mais qui restent
vagues et ambigus.
22
1- Les bases de la culture :
Dans son essence, l’art constitue un équilibre adéquat entre la religion
et la science, entre le sentiment et la raison. Dans sa naissance, il débute
par le jeu, le divertissement et l’expression spontanée, un jeu individuel
ou collectif, une aventure vers l’inconnu, où les multiples techniques et
conceptions se découvrent avec le temps, s’apprennent et se forment,
véhiculées avec tous les éléments qui ont constitué la culture et la
civilisation.Cette pratique et cette théorie acquises depuis des millénaires
se confrontent à l’expression qui s’aiguise ou se rétrécit, d’où la destinée de
l’art dans un milieu et une époque donnés.
De la liberté instinctive aux dogmes.
La naissance de l’art débute avec ce jeu spontané et cette expression
grossière, un moment primaire de l’humanité et de la vie, qui reste
inoubliable pour toute culture et pour tout artiste ; on y revient après
maturité afin d’y rechercher les sources de l’être et de l’art. Mais cette
nature est à dépasser, car dans son évolution, l’art cherche à réformer cette
nature. Ainsi, dès cette naissance de l’art et de la culture, et même avant,
dès que l’homme s’est constitué en homo sapiens, dès que notre ancêtre
a découvert la différence qui le sépare de la bête, en découvrant le feu, la
première révolution humaine va transformer l’homme, sa destinée et son
environnement, dans la première dualité : nature et culture, une dualité qui
est à la base de toutes les visions ultérieures, de toute la culture naissante,
pour comprendre la nature.
Cette étape pré artistique, qui concerne l’homme préhistorique, l’homme
primitif, les débuts tâtonnants de tout art nouveau, ainsi que notre petite
enfance, mais selon des critères différents, initie à l’art, crée ce penchant
à la créativité et au travail manuel, mais elle reste encore dominée par la
sensation et les éléments de la nature saisis comme forces.
23
Dans cette logique, on considère l’art de la préhistoire et les arts primitifs
comme des sources de l’art, des tâtonnements manuels soumis à la
sensation et à l’instinct, dominés par les forces de la nature, la magie et
l’esprit mythique encore balbutiant, des bases essentielles pour toute
civilisation, et vers lesquels les artistes retournent chercher les schèmes
initiaux de l’inspiration. Il en est de même pour cette peinture spontanée
et cette sculpture grossière chères à toute société et par quoi débute
presque tout art dans un milieu et une époque donnés. Mais tant que ces
manifestations restent dominées par la sensation et le chaos visuel, tant que
leurs expressions restent instinctives et grossières, non encore affinées par
la conscience, elles restent préartistiques. Tout art dans son état sauvage,
comme dans la Préhistoire, chez les peuples primitifs et les peintres naïfs,
est délimité dans sa phase primaire, dominé par la sensation, cette force
primaire, et par les éléments de la nature considérés dans leur état animiste.
N’ayant pas pu accéder à l’art, à force de rester statique dans son travail
sans aucune évolution, cet art sauvage secrète, néanmoins, un monde
intérieur et instinctif, notre monde avant l’évolution de la conscience, fige
pour l’éternité, l’enfance de la culture.
Il semble que l’art sauvage élaboré par les peuples primitifs, tout en
constituant une anomalie dans la mouvance culturelle universelle, nous a
aidés (et nous aide encore) à déchiffrer les traces de notre passé lointain,
la Préhistoire.
La Préhistoire, où a débuté la culture universelle, constitue le plus long âge
de l’humanité. Lentement et péniblement, à partir de l’Afrique, berceau
de l’humanité, commence l’épopée des migrations, suivie par la formation
des races. Durant ces migrations, l’homme est passé par plusieurs stades
d’évolution, dont les plus importants sont le Paléolithique, leMésolithique
et le Néolithique. Les premiers balbutiements de la culture, apparus dans
le paléolithique se sont prolongés durant presque 40.000ans.
24
En découvrant le feu, l’homme se découvre en tant qu’être humain, détaché
de la bête, prêt à créer sa propre culture, une culture toujours dominée
par sa sensation et par les forces de la nature. Dans son aventure nomade,
habitant les grottes et les cavernes, cherchant à suivre et à comprendre le
monde, en explorant son milieu, en manipulant des outils naturels et en
fabriquant d’autres, des sensations, transformées plus tard en concepts,
naissent en lui, parmi elles, on trouve :
•	 La crainte des forces de la nature devenues par la suite des divinités
ambiguës.
•	 L’enterrement des morts évolué dans le culte des morts et le culte des
ancêtres.
•	 L’amalgame encore confus de la sexualité, la fécondité et la fertilité,
symbolisé par la terre-mère.  
Mais, poussé à être prédateur pour survivre, l’image de la bête qu’il chasse
et dont il se défend constamment avec les outils rudimentaires, l’obsède, à
tel point qu’elle remplit sa symbolique naissante, tout en se manifestant sur
les parois des cavernes profondes constituées comme premiers sanctuaires.
Ces animaux, dont il se nourrit, résument toute sa destinée et tous ses
horizons, avec leurs mouvements, leur repos, leur course, leur fureur ou
leur agonie, symbolisant sans doute ces forces obscures et angoissantes,
qu’il grave dans l’os ou la paroi, qu’il va sculpter en totem.
Il les grave, les dessine et les peint, toujours de profil, ne retenant que cette
image fugitive de côté en le pourchassant, mais déjà, dans ces silhouettes
qui s’interpénètrent et se juxtaposent, dans des traits hâtifs, spontanés
et expressifs, il fonde les signes primaires de l’évolution humaine ; parmi
ces signes qui retracent sa présence, sa vie et ses horizons, on doit retenir
l’image de la sagaie et de la blessure, épurée dans la droite et la courbe. Dans
25
cette dualité naissante, l’homme et la femme se manifestent dans des signes
et des symboles multipliés selon les régions, symbolisant cette nébuleuse
des sensations qui concernent le mâle et la femelle, comme l’attaque et la
protection, le dehors et le dedans.
En même temps, naissent les outils de la prédation, ce par quoi cet âge
initial est connu, des outils pour la chasse ou la pêche, des outils dont la
plupart sont aigus, anguleux, conçus comme des armes symbolisés par la
sagaie, en contraste spontané avec la blessure que cette arme provoque.
Le deuxième âge, le Mésolithique, est connu surtout à travers les efforts
fournis par la femme, c’est elle qui a eu l’instinct de protéger sa progéniture,
ainsi que les petits de la proie tuée par l’homme, et qu’ils ont suivie trainée
par le prédateur jusqu’à son abri. La femme a eu l’idée de domestiquer les
bêtes, en allaitant leurs petits, en créant pour eux un enclos. C’est elle,
aussi, qui a eu l’idée de construire un abri au bord de l’eau, une hutte ou
une cabane sur pilotis, bref ; c’est elle qui a eu l’instinct de former et de
protéger la première cellule sociale, la famille.
En créant l’enclos, rond certainement et conforme à sa féminité tendre
et protectrice, elle crée aussi les récipients de sa cuisine, en argile ou en
pierre, des récipients caractérisés eux-aussi par la rondeur, ainsi que d’autres
ustensiles.
La petite cellule sociale a pu se grouper au bord du fleuve, avec ses animaux
domestiques, en village entouré d’une enceinte, réplique de l’enclos, avec
aussi ses champs où poussent des plantes domestiques elles aussi. Et c’est
ainsi qu’on entre dans le troisième âge, le Néolithique.
Avec la domestication des plantes et des animaux, et dans leur besoin de
constituer la première cellule sociale, l’homme et la femme créent l’arbi,
l’enclos, la hutte, la maison sur pilotis et l’enceinte. Avec le Mésolithique,
où le rôle de la femme se révèle principal dans la création du concept
26
de la courbe et de la rondeur, qui symbolise l’intimité, la protection et la
permanence, la société se fonde dans le clan et la tribu, souvent au bord
de l’eau, avec le totem protecteur, un totem issu d’un animal vénéré, que
la tribu entoure par ses habitations rudimentaires, tout en s’occupant,
pacifiquement, de ses activités quotidiennes.
Le cueilleur du Paléolithique, à force d’observer les grains, les racines et les
plantes, se sédentarise, parvenant peu à peu à maîtriser son environnement,
en défrichant la forêt et en construisant des villages. En véritable paysan, il
cultive des céréales et élève du bétail. Son mode de vie change considérable-
ment. Nous assistons à la deuxième révolution humaine, celle de l’agriculture
et de la sédentarisation. Après le Paléolithique, celui de l’homme prédateur,
et le Mésolithique, celui de la femme protectrice, on arrive au troisième âge
dans l’évolution de la culture, le Néolithique, qui est la synthèse des deux
premiers, et en même temps le dialogue, afin de créer la cité.
Grâce à l’élevage, les hommes s’assurent une réserve alimentaire en denrées
comestibles, toujours disponible. En plus de la viande, les animaux leur
fournissent du lait, du cuir et de la laine. Construction des villages, élevage
et agriculture sont ainsi liés étroitement, engendrant pour les besoins de
la tribu un certain nombre d’innovations techniques majeurs, comme la
céramique, le polissage de la pierre et le tissage des fibres végétales et
animales. Avec les techniques nouvelles, la société s’organise et connait,
surtout avec l’âge des métaux, des métiers spécialisés; outre les paysans
et les éleveurs, on trouve les mineurs, les colporteurs et les bronziers qui
travaillent pour les anciens prédateurs, nouvellement établis en une classe
sociale privilégiée : les guerriers. La fonction de cette aristocratie guerrière
est de défendre les villages, maintenant édifiés sur des hauteurs et protégés
par des remparts, et puis, plus tard, des cités-Etats.
27
Avec le Néolithique, et avec l’apparition de l’agriculture, la société agraire
naît, aussi, avec sa mentalité et son système hiérarchique qui se développent
autour d’un chef surgi de la classe guerrière.
L’expression humaine, s’éloignant des cavernes, mais toujours dominée par
la sensation et les forces de la nature, a négligé plus ou moins les peintures
pariétales, pour se consacrer à l’édification de l’architecture dans ses
premiers tâtonnements, à la stylisation de la forme humaine ou animale,
dans la sculpture, après l’avoir schématisée.
Avec l’organisation sociale dans des villages réunis, où chaque groupe
s’occupe de sa fonction spécialisée, naît l’architecture dans ses premiers
balbutiements les plus rudimentaires, donnant tout d’abord à la religion
naissante ses assises. Toujours implantés dans un paysage dégagé,
souvent sur des hauteurs, des énormes pierres dressées en menhirs se
rattachant parfois aux cromlechs en des observatoires astronomiques,
ou en monuments funéraires, les dolmens constituent des monuments
mégalithiques géants qui semblent régner sur un territoire. De ces
monuments, se dégagent déjà deux notions mythico-rituelles : le culte des
forces célestes et le culte des ancêtres ; supplantant le sorcier, le prêtre
détient ces cultes, les défend et incite la société à les vénérer, tout en gardant
pour lui les secrets magiques des cultes, s’imposant comme chef religieux
de cette société agraie, auprès du chef politique et militaire ; parfois, le
prêtre détient le pouvoir des trois fonctions, en tant que roi divin suprême.
De collectives, les sépultures deviennent individuelles, à l’âge de bronze;
elles reflètent la distinction d’un individu, le chef ou le roi, par rapport au
groupe social. Dans les tombes signalées par des tumulus, on a trouvé,
à côté des squelettes, des armes en bronze, des bijoux, et même parfois
de la vaisselle et des vêtements en or. Avec l’inhumation, apparait aussi
l’incinération des morts ; de petits vases en offrande, accompagnent les
urnes, en général.
28
Les mythes et les symboles qui orientent l’art, se renouvellent aussi; l’image
du guerrier armé supplante celle de la femme, et les cultes solaires prennent
de l’importance.
Ce premier legs culturel de la Préhistoire, exprimant les sources originelles
de l’humanité, influencera les premières civilisations, ainsi que d’autres
peuplades non touchées par la révolution urbaine.
Ces peuplades non évoluées, dispersées en groupes, en tribus minoritaires,
dans les régions arides ou dans les forêts vierges, dans certaines régions
de l’Afrique-berceau de l’humanité-de l’Amérique latine et en Océanie,
resteront primitives plus ou moins dans leurs relations humaines, dans leurs
sentiments religieux et dans leur culture archaïque, spontanées dans leurs
formes d’art, statisées et figées dans leur phase préhistorique, transmettant
de générationen génération leur maigre savoir-faire artisanal, avec des
changements très lents et à peine perceptibles.
2- Les civilisations agraires :
Au bord des grands fleuves, commencent les grandes agglomérations qui
aboutissent à la fondation de la civilisation dans le Croissant fertile et à
l’Indus. L’Antiquité est caractérisée ainsi dans sa révolution agraire, par
l’écriture, la naissance de la royauté, de la société urbaine, de la cité-Etat
puis de l’Empire.
Les premières grandes civilisations, à savoir celle de la Mésopotamie et
celle de l’Indus, ont préservé ce legs archaïque de la Préhistoire, dans leurs
tâtonnements primaires, pour fonder la royauté divine, leurs mythes, leurs
cultes religieux et la conception de leur culture.L’influence de la Préhistoire
se précise dans l’assimilation des forces de la nature, toujours dominant
les hommes, mais des forces valorisées par des noms, des figures et des
attributs ; cette influence se précise, également, dans l’architecture, à travers
le concept de l’élévation : l’image balbutiante des mégalithes, de l’enclos et

Contenu connexe

Similaire à Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Destinée de l'Art

V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...
V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...
V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...
CIRCONSCRIPTIONS DES AFFAIRES SCOLAIRES ET DE LA PETITE ENFANCE
 
Arte postconceptual
Arte postconceptualArte postconceptual
Arte postconceptual
Lucía Hernández
 
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la Renaissance
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la RenaissanceChapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la Renaissance
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la Renaissance
Azzam Madkour
 
Ritournelles
RitournellesRitournelles
Ritournelles
antiAtlas of Borders
 
Le Manifeste pour la création dans l’espace public
Le Manifeste pour la création dans l’espace publicLe Manifeste pour la création dans l’espace public
Le Manifeste pour la création dans l’espace public
La French Team
 
Article créolisation urban culture
Article créolisation   urban cultureArticle créolisation   urban culture
Article créolisation urban culture
Aude4159
 
La théorie diffusionniste
La théorie diffusionnisteLa théorie diffusionniste
La théorie diffusionniste
Souad Azizi
 
Culture: terme, notion et concept
Culture: terme, notion et conceptCulture: terme, notion et concept
Culture: terme, notion et concept
Souad Azizi
 
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestatairesChapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Azzam Madkour
 
Programme des animations estivales chez Lily a Germ
Programme des animations estivales chez Lily a GermProgramme des animations estivales chez Lily a Germ
Programme des animations estivales chez Lily a Germ
Philippe Villette
 
La Kreolitude.docx
La Kreolitude.docxLa Kreolitude.docx
Amérindien nous
Amérindien nousAmérindien nous
Amérindien nous
Alain Grosrey
 
Cassirer&starobinski hermes 1996_20_155
Cassirer&starobinski hermes 1996_20_155Cassirer&starobinski hermes 1996_20_155
Cassirer&starobinski hermes 1996_20_155
Serge Pahaut
 
Modernity - Museo Pigorini
Modernity - Museo PigoriniModernity - Museo Pigorini
Modernity - Museo Pigorini
Simone Petrucci
 
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
SAILLYLaurent
 
Objet et démarche de l'anthropologie
Objet et démarche de l'anthropologieObjet et démarche de l'anthropologie
Objet et démarche de l'anthropologie
Souad Azizi
 
La théorie évolutionniste
La théorie évolutionnisteLa théorie évolutionniste
La théorie évolutionniste
Souad Azizi
 
Pres mouvements littéraires 2016
Pres mouvements littéraires 2016Pres mouvements littéraires 2016
Pres mouvements littéraires 2016
Philippe Campet
 
Analyse prehistoire V-Augendre
Analyse prehistoire  V-AugendreAnalyse prehistoire  V-Augendre
Analyse prehistoire V-Augendre
Académie de Dijon - Histoire-géo
 
C o n f é r e n c e juvignac v 03.01 09 12 2014
C o n f é r e n c e juvignac v 03.01  09 12 2014C o n f é r e n c e juvignac v 03.01  09 12 2014
C o n f é r e n c e juvignac v 03.01 09 12 2014
José-Xavier Polet
 

Similaire à Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Destinée de l'Art (20)

V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...
V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...
V) culture continuatrice de l'âge recent, production de concept philosophique...
 
Arte postconceptual
Arte postconceptualArte postconceptual
Arte postconceptual
 
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la Renaissance
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la RenaissanceChapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la Renaissance
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 1- La soif de la Renaissance
 
Ritournelles
RitournellesRitournelles
Ritournelles
 
Le Manifeste pour la création dans l’espace public
Le Manifeste pour la création dans l’espace publicLe Manifeste pour la création dans l’espace public
Le Manifeste pour la création dans l’espace public
 
Article créolisation urban culture
Article créolisation   urban cultureArticle créolisation   urban culture
Article créolisation urban culture
 
La théorie diffusionniste
La théorie diffusionnisteLa théorie diffusionniste
La théorie diffusionniste
 
Culture: terme, notion et concept
Culture: terme, notion et conceptCulture: terme, notion et concept
Culture: terme, notion et concept
 
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestatairesChapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
 
Programme des animations estivales chez Lily a Germ
Programme des animations estivales chez Lily a GermProgramme des animations estivales chez Lily a Germ
Programme des animations estivales chez Lily a Germ
 
La Kreolitude.docx
La Kreolitude.docxLa Kreolitude.docx
La Kreolitude.docx
 
Amérindien nous
Amérindien nousAmérindien nous
Amérindien nous
 
Cassirer&starobinski hermes 1996_20_155
Cassirer&starobinski hermes 1996_20_155Cassirer&starobinski hermes 1996_20_155
Cassirer&starobinski hermes 1996_20_155
 
Modernity - Museo Pigorini
Modernity - Museo PigoriniModernity - Museo Pigorini
Modernity - Museo Pigorini
 
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
 
Objet et démarche de l'anthropologie
Objet et démarche de l'anthropologieObjet et démarche de l'anthropologie
Objet et démarche de l'anthropologie
 
La théorie évolutionniste
La théorie évolutionnisteLa théorie évolutionniste
La théorie évolutionniste
 
Pres mouvements littéraires 2016
Pres mouvements littéraires 2016Pres mouvements littéraires 2016
Pres mouvements littéraires 2016
 
Analyse prehistoire V-Augendre
Analyse prehistoire  V-AugendreAnalyse prehistoire  V-Augendre
Analyse prehistoire V-Augendre
 
C o n f é r e n c e juvignac v 03.01 09 12 2014
C o n f é r e n c e juvignac v 03.01  09 12 2014C o n f é r e n c e juvignac v 03.01  09 12 2014
C o n f é r e n c e juvignac v 03.01 09 12 2014
 

Plus de Azzam Madkour

Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégrationChapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Azzam Madkour
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- III
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- IIIChapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- III
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- III
Azzam Madkour
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- II
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- IIChapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- II
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- II
Azzam Madkour
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopieChapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie
Azzam Madkour
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrieChapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrie
Azzam Madkour
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Azzam Madkour
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaireChapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Azzam Madkour
 
Chapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaire
Chapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaireChapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaire
Chapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaire
Azzam Madkour
 
Chapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'art
Chapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'artChapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'art
Chapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'art
Azzam Madkour
 
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Azzam Madkour
 
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...
Azzam Madkour
 
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...
Azzam Madkour
 

Plus de Azzam Madkour (12)

Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégrationChapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- III
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- IIIChapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- III
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- III
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- II
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- IIChapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- II
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie- II
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopieChapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art-3- La grande utopie
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrieChapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrie
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 2- Un art au service de l'industrie
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaireChapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
 
Chapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaire
Chapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaireChapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaire
Chapitre IV: Un art en délire- 2- La libération totale de l'imaginaire
 
Chapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'art
Chapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'artChapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'art
Chapitre IV: Un art en délire- 1- Vers la négation de l'art
 
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
 
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...
Chapitre II: Vers une autonomie de l'art- 2- Le baroque et le classicisme/ 3-...
 
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...
 

Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Destinée de l'Art

  • 1. Modifiez le style du titre 1 “ 1- Les bases de la culture CHAPITRE I Vers une évolution culturelle
  • 2. 19 Chapitre I Vers une évolution culturelle A travers l’histoire, chaque style, chaque école et chaque tendance artistique débutent leur aventure par des tâtonnements, subissent ensuite les influences techniques et conceptuelles des arts qui les ont précédés, et enfin atteignent leur maturité dans l’analyse de ce legs culturel et la mise en synthèse des schèmes transmis et des formes créées, pour vieillir et décliner dans la répétition de ces mêmes formes, en les vidant de leur sève, tout en les surchargeant d’autres motifs et d’autres ornements, jusqu’au superficiel et à l’étouffement. Toutefois, chaque art a sa vie propre, conforme à la société qui l’a engendré, subissant, dès tâtonnements, l’influence du relief du climat, de la religion, des traditions et de la mentalité du milieu et de l’époque. Ces tâtonnements peuvent durer longtemps, surtout dans les premiers temps, ne trouvant pas, sans doute, de legs culturel duquel les hommes puissent s’influencer, dans leur isolement et dans leur mode de vie rudimentaire. Dans ces premiers temps, aussi, l’esprit d’analyse et de synthèse n’est pas encore formulé, et par ce fait, tout l’art préhistorique et même les grandes civilisations orientales ne marqueront pas cette parabole culturelle pour atteindre l’apogée souhaité. Quant à leur décadence, elle ne verra pas ce « superficiel jusqu’a à l’étouffement » que tardivement. En revanche, tout en avançant dans l’histoire et dans cette aventure culturelle, les tâtonnements se rétrécissent, et les influences s’accumulent, l’originalité du peuple et de sa production culturelle se distingue alors, dans sa maturité et son épanouissement. Mais la déclinaison de son art se prolonge dans une agonie douloureuse.
  • 3. 20 Il faut dire également, que l’art qui s’articule dans un pays donné, après ses tâtonnements indispensables dans la recherche de son originalité, se laisse influencer, dans un premier temps, par la sève des arts antérieurs, et non par leurs formes cadavériques, s’abreuve des éléments et des conceptions les plus remarquables des arts qui l’ont précédé dans cette aventure vers l’inconnu. D’où l’évolution de l’art universel à travers l’histoire. On conçoit, certainement, pour la civilisation, dans son grand développement, des phases progressives ; on parle, au début, de la découverte du feu, qui est, en fait, la première révolution humaine, séparant l’homme du mode de vie de la bête. La deuxième phase, distinguée par l’agriculture et l’écriture, est conçue comme deuxième révolution humaine, éloignant l’homme du nomadisme ; la sédentarisation, base initiale de toute civilisation, révolutionne, alors, le mode de vie des hommes. La troisième phase se situe dans la révolution industrielle, bouleversant, encore une fois, les systèmes agraire, maritime, nomade et commercial, faisant naitre dans l’homme la mentalité industrielle. Et maintenant, dans le grand essor que connaissent les sciences expérimentales et l’industrie dans plusieurs domaines qu’on explore ou invente, tels l’électronique, le numérique et la génétique, ainsi que la cybernétique, on admet que notre mode de vie se transforme, dans une quatrième révolution humaine. Cependant, on insiste sur le développement de la civilisation, sans classifier les phases évolutives de la culture, croyant que les deux,culture civilisation, se confondent dans le progrès. Pourtant, en analysant les « révolutions cultuelles » à travers l’histoire, on distingue, effectivement, cette confusion voulue, ou plutôt la récupération de la culture par la civilisation qui l’exploite en tant qu’arme du pouvoir, on remarque, aussi, dans certains époques, la mise en évidence de la religion que l’art sert, souvent, avec une grande spiritualité, ne tenant pas compte, parfois, des conflits politiques, et dans d’autres, c’est la culture, dans sa grande autonomie et son épuration, qui oriente la destinée des hommes.
  • 4. 21 Ainsi, avec la révolution du feu, comme on va le voir, l’homme est dominé, dans son nomadisme, par les forces de la nature, dont il conçoit, à travers ses tâtonnements, les premières divinités. Avec l’établissement des grandes civilisations, agraires ou maritimes, va naître le polythéisme et le culte des dieux, ainsi que le culte des ancêtres et des rois divinisés. Dans le monde médiéval, le monothéisme se distingue par les élans fiévreux des peuples, dans l’édification, des monuments religieux et des sanctuaires, pour les cultes ou l’éducation, ainsi que dans les conflits religieux et les guerres au nom de leur croyance, de leurs cultes ou de leur race. Cependant, avant la révolution industrielle, l’esprit moderne est né surtout en Europe, avec la Renaissance, un esprit qui se libère des dogmes religieux du Moyen-âge, mais, en même temps, cet esprit tend vers un impérialisme hérité de l’antiquité, plus étendu et plus féroce, vers la colonisation, la traite des esclaves et le génocide des peuples. Et progressivement, après les grands progrès atteints avec la révolution industrielle, on assiste à la grande autonomie de la culture et de l’art, à leur grande épuration, à la réalisation de l’art dans la ville conçue comme une gigantesque œuvre d’art, et à la création de nouveaux concepts artistiques, scientifiques et culturels, concernant la vie sociale, ainsi que la création de nouveaux besoins. En même temps, comme aboutissement des confrotements des convoitises et des appels à la libération des peuples soumis, on assiste à des guerres régionales et mondiales, à des guerres d’indépendance ou de confusion, au nom de la vie ou de la mort, à des conflits qui touchent tout notre globe terrestre, entre l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud, au nom de la civilisation elle-même, au nom d’une histoire mal assimilée, au nom des concepts hérités parfois du Moyen-âge, et même de l’Antiquité, mais qui restent vagues et ambigus.
  • 5. 22 1- Les bases de la culture : Dans son essence, l’art constitue un équilibre adéquat entre la religion et la science, entre le sentiment et la raison. Dans sa naissance, il débute par le jeu, le divertissement et l’expression spontanée, un jeu individuel ou collectif, une aventure vers l’inconnu, où les multiples techniques et conceptions se découvrent avec le temps, s’apprennent et se forment, véhiculées avec tous les éléments qui ont constitué la culture et la civilisation.Cette pratique et cette théorie acquises depuis des millénaires se confrontent à l’expression qui s’aiguise ou se rétrécit, d’où la destinée de l’art dans un milieu et une époque donnés. De la liberté instinctive aux dogmes. La naissance de l’art débute avec ce jeu spontané et cette expression grossière, un moment primaire de l’humanité et de la vie, qui reste inoubliable pour toute culture et pour tout artiste ; on y revient après maturité afin d’y rechercher les sources de l’être et de l’art. Mais cette nature est à dépasser, car dans son évolution, l’art cherche à réformer cette nature. Ainsi, dès cette naissance de l’art et de la culture, et même avant, dès que l’homme s’est constitué en homo sapiens, dès que notre ancêtre a découvert la différence qui le sépare de la bête, en découvrant le feu, la première révolution humaine va transformer l’homme, sa destinée et son environnement, dans la première dualité : nature et culture, une dualité qui est à la base de toutes les visions ultérieures, de toute la culture naissante, pour comprendre la nature. Cette étape pré artistique, qui concerne l’homme préhistorique, l’homme primitif, les débuts tâtonnants de tout art nouveau, ainsi que notre petite enfance, mais selon des critères différents, initie à l’art, crée ce penchant à la créativité et au travail manuel, mais elle reste encore dominée par la sensation et les éléments de la nature saisis comme forces.
  • 6. 23 Dans cette logique, on considère l’art de la préhistoire et les arts primitifs comme des sources de l’art, des tâtonnements manuels soumis à la sensation et à l’instinct, dominés par les forces de la nature, la magie et l’esprit mythique encore balbutiant, des bases essentielles pour toute civilisation, et vers lesquels les artistes retournent chercher les schèmes initiaux de l’inspiration. Il en est de même pour cette peinture spontanée et cette sculpture grossière chères à toute société et par quoi débute presque tout art dans un milieu et une époque donnés. Mais tant que ces manifestations restent dominées par la sensation et le chaos visuel, tant que leurs expressions restent instinctives et grossières, non encore affinées par la conscience, elles restent préartistiques. Tout art dans son état sauvage, comme dans la Préhistoire, chez les peuples primitifs et les peintres naïfs, est délimité dans sa phase primaire, dominé par la sensation, cette force primaire, et par les éléments de la nature considérés dans leur état animiste. N’ayant pas pu accéder à l’art, à force de rester statique dans son travail sans aucune évolution, cet art sauvage secrète, néanmoins, un monde intérieur et instinctif, notre monde avant l’évolution de la conscience, fige pour l’éternité, l’enfance de la culture. Il semble que l’art sauvage élaboré par les peuples primitifs, tout en constituant une anomalie dans la mouvance culturelle universelle, nous a aidés (et nous aide encore) à déchiffrer les traces de notre passé lointain, la Préhistoire. La Préhistoire, où a débuté la culture universelle, constitue le plus long âge de l’humanité. Lentement et péniblement, à partir de l’Afrique, berceau de l’humanité, commence l’épopée des migrations, suivie par la formation des races. Durant ces migrations, l’homme est passé par plusieurs stades d’évolution, dont les plus importants sont le Paléolithique, leMésolithique et le Néolithique. Les premiers balbutiements de la culture, apparus dans le paléolithique se sont prolongés durant presque 40.000ans.
  • 7. 24 En découvrant le feu, l’homme se découvre en tant qu’être humain, détaché de la bête, prêt à créer sa propre culture, une culture toujours dominée par sa sensation et par les forces de la nature. Dans son aventure nomade, habitant les grottes et les cavernes, cherchant à suivre et à comprendre le monde, en explorant son milieu, en manipulant des outils naturels et en fabriquant d’autres, des sensations, transformées plus tard en concepts, naissent en lui, parmi elles, on trouve : • La crainte des forces de la nature devenues par la suite des divinités ambiguës. • L’enterrement des morts évolué dans le culte des morts et le culte des ancêtres. • L’amalgame encore confus de la sexualité, la fécondité et la fertilité, symbolisé par la terre-mère. Mais, poussé à être prédateur pour survivre, l’image de la bête qu’il chasse et dont il se défend constamment avec les outils rudimentaires, l’obsède, à tel point qu’elle remplit sa symbolique naissante, tout en se manifestant sur les parois des cavernes profondes constituées comme premiers sanctuaires. Ces animaux, dont il se nourrit, résument toute sa destinée et tous ses horizons, avec leurs mouvements, leur repos, leur course, leur fureur ou leur agonie, symbolisant sans doute ces forces obscures et angoissantes, qu’il grave dans l’os ou la paroi, qu’il va sculpter en totem. Il les grave, les dessine et les peint, toujours de profil, ne retenant que cette image fugitive de côté en le pourchassant, mais déjà, dans ces silhouettes qui s’interpénètrent et se juxtaposent, dans des traits hâtifs, spontanés et expressifs, il fonde les signes primaires de l’évolution humaine ; parmi ces signes qui retracent sa présence, sa vie et ses horizons, on doit retenir l’image de la sagaie et de la blessure, épurée dans la droite et la courbe. Dans
  • 8. 25 cette dualité naissante, l’homme et la femme se manifestent dans des signes et des symboles multipliés selon les régions, symbolisant cette nébuleuse des sensations qui concernent le mâle et la femelle, comme l’attaque et la protection, le dehors et le dedans. En même temps, naissent les outils de la prédation, ce par quoi cet âge initial est connu, des outils pour la chasse ou la pêche, des outils dont la plupart sont aigus, anguleux, conçus comme des armes symbolisés par la sagaie, en contraste spontané avec la blessure que cette arme provoque. Le deuxième âge, le Mésolithique, est connu surtout à travers les efforts fournis par la femme, c’est elle qui a eu l’instinct de protéger sa progéniture, ainsi que les petits de la proie tuée par l’homme, et qu’ils ont suivie trainée par le prédateur jusqu’à son abri. La femme a eu l’idée de domestiquer les bêtes, en allaitant leurs petits, en créant pour eux un enclos. C’est elle, aussi, qui a eu l’idée de construire un abri au bord de l’eau, une hutte ou une cabane sur pilotis, bref ; c’est elle qui a eu l’instinct de former et de protéger la première cellule sociale, la famille. En créant l’enclos, rond certainement et conforme à sa féminité tendre et protectrice, elle crée aussi les récipients de sa cuisine, en argile ou en pierre, des récipients caractérisés eux-aussi par la rondeur, ainsi que d’autres ustensiles. La petite cellule sociale a pu se grouper au bord du fleuve, avec ses animaux domestiques, en village entouré d’une enceinte, réplique de l’enclos, avec aussi ses champs où poussent des plantes domestiques elles aussi. Et c’est ainsi qu’on entre dans le troisième âge, le Néolithique. Avec la domestication des plantes et des animaux, et dans leur besoin de constituer la première cellule sociale, l’homme et la femme créent l’arbi, l’enclos, la hutte, la maison sur pilotis et l’enceinte. Avec le Mésolithique, où le rôle de la femme se révèle principal dans la création du concept
  • 9. 26 de la courbe et de la rondeur, qui symbolise l’intimité, la protection et la permanence, la société se fonde dans le clan et la tribu, souvent au bord de l’eau, avec le totem protecteur, un totem issu d’un animal vénéré, que la tribu entoure par ses habitations rudimentaires, tout en s’occupant, pacifiquement, de ses activités quotidiennes. Le cueilleur du Paléolithique, à force d’observer les grains, les racines et les plantes, se sédentarise, parvenant peu à peu à maîtriser son environnement, en défrichant la forêt et en construisant des villages. En véritable paysan, il cultive des céréales et élève du bétail. Son mode de vie change considérable- ment. Nous assistons à la deuxième révolution humaine, celle de l’agriculture et de la sédentarisation. Après le Paléolithique, celui de l’homme prédateur, et le Mésolithique, celui de la femme protectrice, on arrive au troisième âge dans l’évolution de la culture, le Néolithique, qui est la synthèse des deux premiers, et en même temps le dialogue, afin de créer la cité. Grâce à l’élevage, les hommes s’assurent une réserve alimentaire en denrées comestibles, toujours disponible. En plus de la viande, les animaux leur fournissent du lait, du cuir et de la laine. Construction des villages, élevage et agriculture sont ainsi liés étroitement, engendrant pour les besoins de la tribu un certain nombre d’innovations techniques majeurs, comme la céramique, le polissage de la pierre et le tissage des fibres végétales et animales. Avec les techniques nouvelles, la société s’organise et connait, surtout avec l’âge des métaux, des métiers spécialisés; outre les paysans et les éleveurs, on trouve les mineurs, les colporteurs et les bronziers qui travaillent pour les anciens prédateurs, nouvellement établis en une classe sociale privilégiée : les guerriers. La fonction de cette aristocratie guerrière est de défendre les villages, maintenant édifiés sur des hauteurs et protégés par des remparts, et puis, plus tard, des cités-Etats.
  • 10. 27 Avec le Néolithique, et avec l’apparition de l’agriculture, la société agraire naît, aussi, avec sa mentalité et son système hiérarchique qui se développent autour d’un chef surgi de la classe guerrière. L’expression humaine, s’éloignant des cavernes, mais toujours dominée par la sensation et les forces de la nature, a négligé plus ou moins les peintures pariétales, pour se consacrer à l’édification de l’architecture dans ses premiers tâtonnements, à la stylisation de la forme humaine ou animale, dans la sculpture, après l’avoir schématisée. Avec l’organisation sociale dans des villages réunis, où chaque groupe s’occupe de sa fonction spécialisée, naît l’architecture dans ses premiers balbutiements les plus rudimentaires, donnant tout d’abord à la religion naissante ses assises. Toujours implantés dans un paysage dégagé, souvent sur des hauteurs, des énormes pierres dressées en menhirs se rattachant parfois aux cromlechs en des observatoires astronomiques, ou en monuments funéraires, les dolmens constituent des monuments mégalithiques géants qui semblent régner sur un territoire. De ces monuments, se dégagent déjà deux notions mythico-rituelles : le culte des forces célestes et le culte des ancêtres ; supplantant le sorcier, le prêtre détient ces cultes, les défend et incite la société à les vénérer, tout en gardant pour lui les secrets magiques des cultes, s’imposant comme chef religieux de cette société agraie, auprès du chef politique et militaire ; parfois, le prêtre détient le pouvoir des trois fonctions, en tant que roi divin suprême. De collectives, les sépultures deviennent individuelles, à l’âge de bronze; elles reflètent la distinction d’un individu, le chef ou le roi, par rapport au groupe social. Dans les tombes signalées par des tumulus, on a trouvé, à côté des squelettes, des armes en bronze, des bijoux, et même parfois de la vaisselle et des vêtements en or. Avec l’inhumation, apparait aussi l’incinération des morts ; de petits vases en offrande, accompagnent les urnes, en général.
  • 11. 28 Les mythes et les symboles qui orientent l’art, se renouvellent aussi; l’image du guerrier armé supplante celle de la femme, et les cultes solaires prennent de l’importance. Ce premier legs culturel de la Préhistoire, exprimant les sources originelles de l’humanité, influencera les premières civilisations, ainsi que d’autres peuplades non touchées par la révolution urbaine. Ces peuplades non évoluées, dispersées en groupes, en tribus minoritaires, dans les régions arides ou dans les forêts vierges, dans certaines régions de l’Afrique-berceau de l’humanité-de l’Amérique latine et en Océanie, resteront primitives plus ou moins dans leurs relations humaines, dans leurs sentiments religieux et dans leur culture archaïque, spontanées dans leurs formes d’art, statisées et figées dans leur phase préhistorique, transmettant de générationen génération leur maigre savoir-faire artisanal, avec des changements très lents et à peine perceptibles. 2- Les civilisations agraires : Au bord des grands fleuves, commencent les grandes agglomérations qui aboutissent à la fondation de la civilisation dans le Croissant fertile et à l’Indus. L’Antiquité est caractérisée ainsi dans sa révolution agraire, par l’écriture, la naissance de la royauté, de la société urbaine, de la cité-Etat puis de l’Empire. Les premières grandes civilisations, à savoir celle de la Mésopotamie et celle de l’Indus, ont préservé ce legs archaïque de la Préhistoire, dans leurs tâtonnements primaires, pour fonder la royauté divine, leurs mythes, leurs cultes religieux et la conception de leur culture.L’influence de la Préhistoire se précise dans l’assimilation des forces de la nature, toujours dominant les hommes, mais des forces valorisées par des noms, des figures et des attributs ; cette influence se précise, également, dans l’architecture, à travers le concept de l’élévation : l’image balbutiante des mégalithes, de l’enclos et