SlideShare une entreprise Scribd logo
2015
Choré-
graphes:
un
état
des
lieux
Questionnaire réalisé par
synav isyndicat national
des arts vivants
En 2013, après plus de dix ans de discussions
et de prises de position, l’État accorde aux auteurs
le droit à la formation professionnelle, une nouvelle
reconnaissance pour un métier que certains
ne considèrent pas encore comme tel.
Au même moment, Chorégraphes Associé.e.s s’empare
du débat pour questionner son application dans
le secteur chorégraphique. Mais l’interrogation
s’avère bien plus vaste.
La formation, fabrique de l’auteur, ouvre la brèche
sur la nécessité de mettre en perspective ce statut
de chorégraphe et d’en réaliser un état des lieux
en France. Qui sont les chorégraphes ?
Comment pensent-ils leur activité, leur statut ?
Quels sont leurs moyens financiers et humains ?
Comment interroger la diffusion de leurs œuvres ?
Quels sont leurs besoins de formation ?
L’enquête est lancée en 2015, et, sans distinction
d’esthétique, d’âge, de notoriété, de sexe
ou de budgets, une centaine de chorégraphes
répondent au questionnaire mis en place.
Vérifier des impressions de terrain, faire émerger
des chiffres et ouvrir la voie à des questionnements
et propositions, sont les objectifs que se donne
Chorégraphes Associé.e.s. Chiffres domptés,
objectivation et tri des réponses, la présente
synthèse n’a pas pour intention de présenter
des résultats exhaustifs ou sans équivoque,
mais de faire ressortir des constats saillants
pour continuer de défendre la reconnaissance
d’un métier pas comme les autres.
Introduction
En 2015, Chorégraphes Associé.e.s et le Synavi
élaborent un questionnaire destiné aux
chorégraphes pour dresser un état des lieux
des chorégraphes en France.
 
Certaines questions concernent les chorégraphes
en tant que personnes (Chorégraphes Associé.e.s
est un groupement syndical d’auteurs), d’autres
concernent les structures qui les emploient
(le Synavi est un syndicat d’employeurs repré-
sentant les structures indépendantes de création).
 
102 chorégraphes répondent au questionnaire.
Nous les remercions chaleureusement d’avoir
pris le temps de répondre.
 
Leurs réponses nous permettent d’identifier
un certain nombre de problématiques,
mais aussi de tendances liées à l’organisation
du secteur chorégraphique.
 
Voici l’état des lieux qui découle de ces réponses.
Ces 102 chorégraphes travaillent dans des situations
très différentes, qu’il s’agisse de leur manière
d’appréhender leur métier (du chorégraphe
indépendant travaillant pour plusieurs
structures au chorégraphe lié à une seule
compagnie), de leur pérennité dans le paysage
artistique français, de leur inscription
ou non dans les réseaux institutionnels,
de leur répartition géographique (14 régions
représentées parmi les personnes qui indiquent
leur provenance géographique, soit 19 avec
l’ancienne répartition territoriale), de leurs
moyens humains, financiers, matériels,
de leur conception de leur place d’auteur...
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Qui sont-ils ?
Parmi les chorégraphes salariés, 85% sont intermittents du spectacle.
Pour quitravaillent-ils ?
Les chorégraphes mènent plusieurs
activités professionnelles.
87% des chorégraphes sont, parfois ou toujours,
interprètes de leurs propres créations.
56% sont interprètes pour d’autres créateurs,
ce qui témoigne d’une assez grande interconnexion
au sein du milieu artistique.
La plupart est rémunérée uniquement comme
artiste chorégraphique, profession non cadre.
L’une des raisons est probablement la fragilité
financière des compagnies.
70% des chorégraphes assument un rôle
de responsable artistique dans la structure
dans laquelle ils travaillent. Parmi eux,
3% sont rémunérés pour cette fonction.
Près de la moitié des chorégraphes ont une activité
professionnelle en-dehors du spectacle vivant :
enseignant, animateur, ostéopathe...
Les employeurs des chorégraphes sont à :
80% des compagnies sous forme associative,
20% autres (CCN, conservatoires, opéras, villes…).
40% d’entre eux travaillent pour une seule structure,
60% collaborent avec plusieurs structures.
Statut des chorégraphes
Les chorégraphes sont très majoritairement salariés (96%).
Une minorité (2%) est déclarée en tant que travailleur-euse
non salarié-e (régime des auteurs ou travailleur indépendant :
rémunérés en droits d'auteurs ou honoraires).
14
1
1
2
2
3
6
7
9
13
13
16
4
5
6
Répartition géographique
(de haut en bas, en nombre de chorégraphes)
Île de France
PACA
Auvergne-Rhône-Alpes
Nouvelle Aquitaine
Grand-Est
Pays de la Loire
Occitanie/Pyrénées Méditérranée
Centre-Val de Loire
Normandie
Hauts-de-France
Réunion
Bourgogne-Franche-Comté
Guadeloupe
Bretagne
Non communiqué
Professions des chorégraphes salariés
(de haut en bas, en nombre de chorégraphes)
Metteur-e en scène
Directeur-trice artistique de compagnie
Chorégraphe ou artiste chorégraphique
Chorégraphe
Artiste chorégraphique
16
27
47
3
2
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chorégraphe
auteur Rémunération du travail d’écriture
Dans la majorité des cas, les temps d’écriture
ne sont pas rémunérés. Lorsqu’ils le sont,
c’est majoritairement sous forme de salaire, parfois
sous forme de droits d’auteurs.
80% des auteurs chorégraphiques ont perçu, ou perçoivent régulièrement, des droits d’auteurs.
La question des droits d’auteur et de leur perception démontrent
une certaine confusion entre le droit moral (protection de l’œuvre) et le droit patrimonial
(rémunération liée à l’exploitation de l’œuvre).
20% des chorégraphes assimilent la déclaration de l’œuvre à la SACD à une protection
au regard du droit moral. Pour plus d’informations entre droit moral et droit patrimonial,
voir la plateforme du chorégraphe sur le site de Chorégraphes Associé.e.s.
Pourquoi ne pas les mentionner ?
− Une minorité de chorégraphes est engagée dans des démarches collectives
au regard des droits d’auteurs (notions de Copyleft ou Creative Commons) ;
− Les réponses dénotent une volonté de l’auteur d’avoir la liberté de percevoir
ou non des droits, et donc de les céder gratuitement lors de certaines diffusions ;
− Il est de plus signalé une évolution récente : certains lieux de diffusion sont réticents
à prendre en charge les droits d’auteurs ;
− Quelques-uns choisissent de travailler hors de France, dans des pays où l’œuvre
est plus collective qu’individuelle, et où les relations entre art, territoire et population
sont plus évidentes.
73%
22%
4%
1%
Pourquoi oui ? Pourquoi non ?
Reconnaissance de la qualité
d’auteur chorégraphique
Surcharge de travail
Revenu supplémentaire Manque d’information
Sentiment d’appartenir à la
famille des auteurs
Manque de liberté de l’auteur
qui doit déclarer toutes
ses œuvres à la SACD
Reconnaissance des pairs Inadaptation à certains modes
de création collective
oui
non
parfois
nesaitpas
Ressources et
moyens financiers
Droits d’auteurs dans l’exploitation des spectacles
70% des chorégraphes interrogés mentionnent leurs droits d’auteurs dans les contrats
de cession de leurs œuvres. Près de 20% ne le font pas.
Dans 5% des cas, c’est variable, et 5% ne sait pas.
Relation des chorégraphes à la SACD
Déclarez-vous vos œuvres à la SACD ?
Des moyens alloués aux compagnies
La quasi-totalité (95%) des moyens financiers sont alloués aux structures
employeuses. Par ailleurs, 10% des chorégraphes perçoivent directement des aides :
4% sous forme de bourses d’auteurs (SACD, Fondation Beaumarchais...)
6% sous forme de commandes directes à l’auteur chorégraphe.
Répartition des ressources d’origine publique ou privée
72% des compagnies sont financées majoritairement par des fonds publics.
13% sont financées majoritairement par des fonds privés.
15% sont financées à égalité par des fonds publics et privés.
Évolution des ressources
On constate une diminution importante des moyens financiers.
Les plus impactées sont les structures financées par des fonds publics.
Conséquence : il devient nécessaire de multiplier les partenaires financiers.
Beaucoup soulignent un combat incessant pour maintenir
un niveau de financement acceptable.
Co-productions et cessions de spectacles
Dans 89% des cas, le volume des contrats de coproduction ou de cession
est en baisse (en nombre, en montant, en prise en charge des frais annexes).
Où ?
Réseaux de diffusion
Tous les réseaux de diffusion sont utilisés : CCN, CDC,
scènes nationales, théâtres municipaux, scènes régionales,
festivals, rue, lieux du patrimoine, MJC, hôpitaux, etc.
Quelques chiffres
39% réseaux nationaux
6% diffusion à l’international
22% espace public
Diffusion des œuvres sur internet
L’immense majorité diffuse ses œuvres sur internet (88%),
la plupart du temps sous forme d’extraits ou de teaser.
40%
30%
25%
5%
1 2 3 4
1
2
3
4
De 1 à 10 fois
De 10 à 20 fois
De 20 à 100 fois
Plus de 100 fois
Nombre de représentations d’une œuvre
Avec qui
travaillent-ils ?
Dans la création
− 85% des chorégraphes créent aujourd’hui des petites formes de 1 à 5 danseurs.
− Presque tous signalent une diminution des durées de résidences avec toute l’équipe
et une augmentation du temps de préparation en solo pour le ou la chorégraphe.
La baisse de moyens financiers a des conséquences directes sur la liberté de création :
moins d’interprètes et moins de temps pour créer.
Structuration administrative des compagnies
Seuls la moitié des chorégraphes sont accompagnés par une structure administrative.
Pour une minorité de chorégraphes en début de parcours (9%), l’équipe administrative
a pu s’étoffer en raison d’un développement de leur compagnie.
7% des chorégraphes ou compagnies sont engagés dans un processus de mutualisation :
− 3% sous forme de Groupement d’Employeurs, en s’associant à d’autres structures ;
− 4% en accompagnement par un bureau de production (que l’on peut considérer
comme une forme de coopération indirecte par la mise à disposition de compétences).
13% des compagnies bénéficient de contrats aidés :
− 10% CUI – CAE
− 3% emplois tremplins
Dans 10% des cas, les compagnies sous forme associative bénéficient
de l’engagement bénévole des membres de leur Conseil d’Administration.
Un chorégraphe de plus en plus polyvalent : 23% des chorégraphes assurent des métiers
administratifs au sein de leur compagnie, soit seuls, soit accompagnés par un salarié
administratif engagé le plus souvent à temps partiel.
Après l’élan incroyable donné par les chorégraphes
qui ont initié la danse contemporaine dans les années 80
et qui ont insufflé une énergie à l’ensemble du secteur
de la création, par la nouveauté des langages qu’ils inven-
taient et grâce à une réelle politique chorégraphique
de la part du Ministère de la Culture, qu’en est-il
aujourd’hui des chorégraphes et de la danse en France ?
Nos conclusions contribuent à dresser une situation
en demi-teinte.
D’un côté, on constate comment le chorégraphe est devenu
un élément porteur dans son engagement d’artiste dans
le frottement avec l’univers sociétal. En effet, dans un monde
où le corps est de plus en plus sédentaire, où les relations sont
de plus en plus distantes, les chorégraphes continuent d’inventer
de nouvelles manières de créer ensemble, s’engagent dans
des modes de coopération qui reflètent leur préoccupation
pour le monde dont ils font partie.
Mais, d’un autre côté, la raréfaction des ressources, la satiété des
lieux de diffusion et la précarisation du métier de chorégraphe
poussent à se poser la question de l’avenir des chorégraphes
et du secteur chorégraphique en France.
Les auteurs chorégraphes ont cette faculté monumentale
d’inventer des formes, des outils, des dispositifs, des réseaux
qui irriguent le champ de la pensée et de l’action dans tous
les territoires de la nouvelle société du spectacle, pour amener
justement l’être humain à être acteur de sa vie à travers
la mise en jeu de son corps.
Comment les pouvoirs publics peuvent-ils s’engager
(politiquement, socialement et artistiquement) pour soutenir
les valeurs portées par le métier de chorégraphe ?
Et ainsi lui donner les moyens de sa reconnaissance auprès
du plus grand nombre, au-delà des barrières de classes,
de genres, de cultures et de générations.
Conclusion
Formations aux différentes écritures artistiques
Écriture chorégraphique :
Histoire des différents processus d’écriture
chorégraphique aux XXe
et XXIe
siècles ;
Analyse chorégraphique ;
Écritures spécifiques (film, solo...) ;
Danses des différentes régions du monde ;
Formations sur la relation spécifique danse & musique.
Autres écritures :
Dramaturgie ;
Scénographie ;
Composition musicale ;
Écriture numérique.
Formations transdisciplinaires :
Écritures croisées (danse, arts pastiques, arts
visuels, littérature, poésie, musique, sciences...) ;
Formation mixte artistique et sociale :
écritures artistiques transdisciplinaires
et analyse de l’évolution du secteur culturel
(contextes de production, nouveaux espaces
de diffusion, nouvelles relations au public...).
Formations techniques :
Lumière, Son, Multimédia.
Gestion de projet :
RH : management, direction d’artistes interprètes ;
Communication ;
Gestion et développement de projet ;
Rencontres avec le public.
Le questionnaire propose aux chorégraphes de lister
les formations qu’ils aimeraient suivre.
Les réponses peuvent être réparties en 3 catégories
principales : formations artistiques, techniques
et liées à la gestion de projet artistique.
La grande majorité des chorégraphes (85%)
souhaiterait bénéficier de formations.
Formation
professionnelle
En plus de ces formations,
de nombreux chorégraphes
ont mentionné leur souhait
de participer à des rencontres :
− entre chorégraphes
pour partager différentes
démarches d’écriture ;
− avec des auteurs de différents
secteurs artistiques (littérature,
poésie, musique, arts
plastiques, arts visuels...)
− avec des professionnels issus
de champs complémentaires au
champ de la création artistique :
philosophes, sociologues,
urbanistes, chercheurs divers…
Publication : Chorégraphes Associé.e.s — Tirage 500 exemplaires
Traitement et analyse de l’enquête : Natacha Paquignon pour Chorégraphes Associé.e.s,
Elie Golgevit pour le Synavi
Textes additionnels : Léa Poiré
Graphisme : Thomas Treffot
Réalisation et coordination : Micheline Lelièvre et Julie Trouverie
synav isyndicat national
des arts vivants

Contenu connexe

Tendances

Higher Paper 2 - Human Geography
Higher Paper 2  - Human GeographyHigher Paper 2  - Human Geography
Higher Paper 2 - Human Geography
nicolabenson
 
Engage Mobile Consumers in the Moment
Engage Mobile Consumers in the MomentEngage Mobile Consumers in the Moment
Engage Mobile Consumers in the Moment
Vivastream
 
Unit 3 - Jun 11 Question Paper
Unit 3 - Jun 11 Question PaperUnit 3 - Jun 11 Question Paper
Unit 3 - Jun 11 Question Paper
mattbentley34
 
Building for the future
Building for the futureBuilding for the future
Building for the future
Newsworks
 
Foundation paper human geography
Foundation paper   human geographyFoundation paper   human geography
Foundation paper human geography
nicolabenson
 
Unit 1 exam paper jan 2011
Unit 1 exam paper jan 2011Unit 1 exam paper jan 2011
Unit 1 exam paper jan 2011
Sally Longford
 
Registro de la practica educativa
Registro de la practica educativaRegistro de la practica educativa
Registro de la practica educativa
Maria Navas Garrido
 
Plantilla clases
Plantilla clasesPlantilla clases
Plantilla clases
cybicolla
 
Bo de kt chuong i ds+hh 7
Bo de kt chuong i ds+hh 7Bo de kt chuong i ds+hh 7
Bo de kt chuong i ds+hh 7
doanhuongdn
 
Convention UMP défense nationale
Convention UMP défense nationaleConvention UMP défense nationale
Convention UMP défense nationale
melclalex
 

Tendances (12)

Higher Paper 2 - Human Geography
Higher Paper 2  - Human GeographyHigher Paper 2  - Human Geography
Higher Paper 2 - Human Geography
 
Engage Mobile Consumers in the Moment
Engage Mobile Consumers in the MomentEngage Mobile Consumers in the Moment
Engage Mobile Consumers in the Moment
 
Unit 3 - Jun 11 Question Paper
Unit 3 - Jun 11 Question PaperUnit 3 - Jun 11 Question Paper
Unit 3 - Jun 11 Question Paper
 
Unit 3 - Jun 13
Unit 3 - Jun 13Unit 3 - Jun 13
Unit 3 - Jun 13
 
Building for the future
Building for the futureBuilding for the future
Building for the future
 
Foundation paper human geography
Foundation paper   human geographyFoundation paper   human geography
Foundation paper human geography
 
Unit 1 exam paper jan 2011
Unit 1 exam paper jan 2011Unit 1 exam paper jan 2011
Unit 1 exam paper jan 2011
 
Registro de la practica educativa
Registro de la practica educativaRegistro de la practica educativa
Registro de la practica educativa
 
Hojapuntos
HojapuntosHojapuntos
Hojapuntos
 
Plantilla clases
Plantilla clasesPlantilla clases
Plantilla clases
 
Bo de kt chuong i ds+hh 7
Bo de kt chuong i ds+hh 7Bo de kt chuong i ds+hh 7
Bo de kt chuong i ds+hh 7
 
Convention UMP défense nationale
Convention UMP défense nationaleConvention UMP défense nationale
Convention UMP défense nationale
 

En vedette

L’action des Centres Chorégraphiques Nationaux en direction des publics
L’action des Centres Chorégraphiques Nationaux en direction des publicsL’action des Centres Chorégraphiques Nationaux en direction des publics
L’action des Centres Chorégraphiques Nationaux en direction des publics
La French Team
 
Les droits culturels, qu’est-ce que ça change ?
Les droits culturels, qu’est-ce que ça change ? Les droits culturels, qu’est-ce que ça change ?
Les droits culturels, qu’est-ce que ça change ?
La French Team
 
Note de conjoncture sur les dépenses culturelles des collectivités territoria...
Note de conjoncture sur les dépenses culturelles des collectivités territoria...Note de conjoncture sur les dépenses culturelles des collectivités territoria...
Note de conjoncture sur les dépenses culturelles des collectivités territoria...
La French Team
 
223 résidences d’art visuel en France
223 résidences d’art visuel en France223 résidences d’art visuel en France
223 résidences d’art visuel en France
La French Team
 
La culture pour tous - Des solutions pour la démocratisation ? par Jean-Miche...
La culture pour tous - Des solutions pour la démocratisation ? par Jean-Miche...La culture pour tous - Des solutions pour la démocratisation ? par Jean-Miche...
La culture pour tous - Des solutions pour la démocratisation ? par Jean-Miche...
La French Team
 
Modèles Économiques et politique d'innovation dans le Secteur de l'Artisanat ...
Modèles Économiques et politique d'innovation dans le Secteur de l'Artisanat ...Modèles Économiques et politique d'innovation dans le Secteur de l'Artisanat ...
Modèles Économiques et politique d'innovation dans le Secteur de l'Artisanat ...
La French Team
 
Le financement court terme des TPE
Le financement court terme des TPELe financement court terme des TPE
Le financement court terme des TPE
La French Team
 
La naturaleza
La naturalezaLa naturaleza
La naturaleza
leydi54
 
Kegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 4B
Kegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 4BKegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 4B
Kegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 4B
Amphie Yuurisman
 
Señales de transito
Señales de transitoSeñales de transito
Señales de transito
tandazovictor
 
Leyes de la gestalt
Leyes de la gestaltLeyes de la gestalt
Leyes de la gestalt
Felipe Forero
 
Kegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 1 B
Kegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 1 BKegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 1 B
Kegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 1 B
Amphie Yuurisman
 
Plantas
PlantasPlantas
Lieux culturels et valorisation du territoire
Lieux culturels et valorisation du territoireLieux culturels et valorisation du territoire
Lieux culturels et valorisation du territoire
La French Team
 
Informe rendición de cuentas 2016
Informe rendición de cuentas 2016Informe rendición de cuentas 2016
Informe rendición de cuentas 2016
HUGOARMANDOGRANADOS
 
Livre blanc Artishoc : relation aux publics connecté(e)s
Livre blanc Artishoc : relation aux publics connecté(e)sLivre blanc Artishoc : relation aux publics connecté(e)s
Livre blanc Artishoc : relation aux publics connecté(e)s
La French Team
 
Enquête : Les jeunes et la lecture
Enquête : Les jeunes et la lectureEnquête : Les jeunes et la lecture
Enquête : Les jeunes et la lecture
La French Team
 
Guide Entreprendre dans la culture en Auvergne-Rhône-Alpes
Guide Entreprendre dans la culture en Auvergne-Rhône-AlpesGuide Entreprendre dans la culture en Auvergne-Rhône-Alpes
Guide Entreprendre dans la culture en Auvergne-Rhône-Alpes
La French Team
 
Contenus culturels dans un environnement en ligne : analyse du transfert de v...
Contenus culturels dans un environnement en ligne : analyse du transfert de v...Contenus culturels dans un environnement en ligne : analyse du transfert de v...
Contenus culturels dans un environnement en ligne : analyse du transfert de v...
La French Team
 

En vedette (19)

L’action des Centres Chorégraphiques Nationaux en direction des publics
L’action des Centres Chorégraphiques Nationaux en direction des publicsL’action des Centres Chorégraphiques Nationaux en direction des publics
L’action des Centres Chorégraphiques Nationaux en direction des publics
 
Les droits culturels, qu’est-ce que ça change ?
Les droits culturels, qu’est-ce que ça change ? Les droits culturels, qu’est-ce que ça change ?
Les droits culturels, qu’est-ce que ça change ?
 
Note de conjoncture sur les dépenses culturelles des collectivités territoria...
Note de conjoncture sur les dépenses culturelles des collectivités territoria...Note de conjoncture sur les dépenses culturelles des collectivités territoria...
Note de conjoncture sur les dépenses culturelles des collectivités territoria...
 
223 résidences d’art visuel en France
223 résidences d’art visuel en France223 résidences d’art visuel en France
223 résidences d’art visuel en France
 
La culture pour tous - Des solutions pour la démocratisation ? par Jean-Miche...
La culture pour tous - Des solutions pour la démocratisation ? par Jean-Miche...La culture pour tous - Des solutions pour la démocratisation ? par Jean-Miche...
La culture pour tous - Des solutions pour la démocratisation ? par Jean-Miche...
 
Modèles Économiques et politique d'innovation dans le Secteur de l'Artisanat ...
Modèles Économiques et politique d'innovation dans le Secteur de l'Artisanat ...Modèles Économiques et politique d'innovation dans le Secteur de l'Artisanat ...
Modèles Économiques et politique d'innovation dans le Secteur de l'Artisanat ...
 
Le financement court terme des TPE
Le financement court terme des TPELe financement court terme des TPE
Le financement court terme des TPE
 
La naturaleza
La naturalezaLa naturaleza
La naturaleza
 
Kegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 4B
Kegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 4BKegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 4B
Kegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 4B
 
Señales de transito
Señales de transitoSeñales de transito
Señales de transito
 
Leyes de la gestalt
Leyes de la gestaltLeyes de la gestalt
Leyes de la gestalt
 
Kegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 1 B
Kegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 1 BKegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 1 B
Kegiatan Belajar Mengajar Matematika Dasar 1 B
 
Plantas
PlantasPlantas
Plantas
 
Lieux culturels et valorisation du territoire
Lieux culturels et valorisation du territoireLieux culturels et valorisation du territoire
Lieux culturels et valorisation du territoire
 
Informe rendición de cuentas 2016
Informe rendición de cuentas 2016Informe rendición de cuentas 2016
Informe rendición de cuentas 2016
 
Livre blanc Artishoc : relation aux publics connecté(e)s
Livre blanc Artishoc : relation aux publics connecté(e)sLivre blanc Artishoc : relation aux publics connecté(e)s
Livre blanc Artishoc : relation aux publics connecté(e)s
 
Enquête : Les jeunes et la lecture
Enquête : Les jeunes et la lectureEnquête : Les jeunes et la lecture
Enquête : Les jeunes et la lecture
 
Guide Entreprendre dans la culture en Auvergne-Rhône-Alpes
Guide Entreprendre dans la culture en Auvergne-Rhône-AlpesGuide Entreprendre dans la culture en Auvergne-Rhône-Alpes
Guide Entreprendre dans la culture en Auvergne-Rhône-Alpes
 
Contenus culturels dans un environnement en ligne : analyse du transfert de v...
Contenus culturels dans un environnement en ligne : analyse du transfert de v...Contenus culturels dans un environnement en ligne : analyse du transfert de v...
Contenus culturels dans un environnement en ligne : analyse du transfert de v...
 

Similaire à Chorégraphes : un état des lieux 2015

Pontinho
PontinhoPontinho
Pontinho
weleslima
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
AdelBelouka
 
Poblacion aborigen prehispanica 11a1
Poblacion aborigen prehispanica 11a1Poblacion aborigen prehispanica 11a1
Poblacion aborigen prehispanica 11a1
Michel Wen
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
viaudalizee
 
Fiche Paris gare du Nord
Fiche Paris gare du NordFiche Paris gare du Nord
Fiche Paris gare du Nord
Albert Train
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
Luciedunglas
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
sachazndbn
 
Fiche Paris gare de Lyon
Fiche Paris gare de LyonFiche Paris gare de Lyon
Fiche Paris gare de Lyon
Albert Train
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
Luciedunglas
 
Uplof
UplofUplof
Uplof
tanusoni89
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
anaisbenassis
 
Fiche Paris gare Montparnasse
Fiche Paris gare MontparnasseFiche Paris gare Montparnasse
Fiche Paris gare Montparnasse
Albert Train
 
Fiche Paris gare de l'Est
Fiche Paris gare de l'EstFiche Paris gare de l'Est
Fiche Paris gare de l'Est
Albert Train
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
manonglrdo
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
angeliqueportales
 
Contested planet june 2010
Contested planet june 2010Contested planet june 2010
Contested planet june 2010
Sally Longford
 
Wildwood Xlite 2013 Brochure
Wildwood Xlite 2013 BrochureWildwood Xlite 2013 Brochure
Wildwood Xlite 2013 Brochure
darjmich
 

Similaire à Chorégraphes : un état des lieux 2015 (20)

Unit 3 - Jun 11
Unit 3 - Jun 11Unit 3 - Jun 11
Unit 3 - Jun 11
 
Pontinho
PontinhoPontinho
Pontinho
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
 
Poblacion aborigen prehispanica 11a1
Poblacion aborigen prehispanica 11a1Poblacion aborigen prehispanica 11a1
Poblacion aborigen prehispanica 11a1
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
 
Fiche Paris gare du Nord
Fiche Paris gare du NordFiche Paris gare du Nord
Fiche Paris gare du Nord
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
 
Fiche Paris gare de Lyon
Fiche Paris gare de LyonFiche Paris gare de Lyon
Fiche Paris gare de Lyon
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
 
Uplof
UplofUplof
Uplof
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
 
Fiche Paris gare Montparnasse
Fiche Paris gare MontparnasseFiche Paris gare Montparnasse
Fiche Paris gare Montparnasse
 
Fiche Paris gare de l'Est
Fiche Paris gare de l'EstFiche Paris gare de l'Est
Fiche Paris gare de l'Est
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
 
Normes courriers
Normes courriersNormes courriers
Normes courriers
 
SAP+Case+Study
SAP+Case+StudySAP+Case+Study
SAP+Case+Study
 
Contested planet june 2010
Contested planet june 2010Contested planet june 2010
Contested planet june 2010
 
6 ge01 01_jan 2011
6 ge01 01_jan 20116 ge01 01_jan 2011
6 ge01 01_jan 2011
 
Wildwood Xlite 2013 Brochure
Wildwood Xlite 2013 BrochureWildwood Xlite 2013 Brochure
Wildwood Xlite 2013 Brochure
 

Plus de La French Team

Les dépenses culturelles des collectivités territoriales et leurs groupements...
Les dépenses culturelles des collectivités territoriales et leurs groupements...Les dépenses culturelles des collectivités territoriales et leurs groupements...
Les dépenses culturelles des collectivités territoriales et leurs groupements...
La French Team
 
Formations pour les professionnels du secteur culturel
Formations pour les professionnels du secteur culturelFormations pour les professionnels du secteur culturel
Formations pour les professionnels du secteur culturel
La French Team
 
Observation des acteurs culturels et créatifs dans la métropole de Lyon
Observation des acteurs culturels et créatifs dans la métropole de LyonObservation des acteurs culturels et créatifs dans la métropole de Lyon
Observation des acteurs culturels et créatifs dans la métropole de Lyon
La French Team
 
Etude jeunes, musique et risques auditifs
Etude jeunes, musique et risques auditifsEtude jeunes, musique et risques auditifs
Etude jeunes, musique et risques auditifs
La French Team
 
350 chaines youtube culturelles et scientifiques
350 chaines youtube culturelles et scientifiques350 chaines youtube culturelles et scientifiques
350 chaines youtube culturelles et scientifiques
La French Team
 
Le nouveau guide Pôle Emploi à destination des intermittents du spectacle
Le nouveau guide Pôle Emploi à destination des intermittents du spectacleLe nouveau guide Pôle Emploi à destination des intermittents du spectacle
Le nouveau guide Pôle Emploi à destination des intermittents du spectacle
La French Team
 
« Réussir la généralisation de l’éducation artistique et culturelle »
« Réussir la généralisation de l’éducation artistique et culturelle »« Réussir la généralisation de l’éducation artistique et culturelle »
« Réussir la généralisation de l’éducation artistique et culturelle »
La French Team
 
Atlas du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-Alpes
Atlas du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-AlpesAtlas du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-Alpes
Atlas du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-Alpes
La French Team
 
Copyrights & US tech giants - Expectations in Europe
Copyrights & US tech giants - Expectations in EuropeCopyrights & US tech giants - Expectations in Europe
Copyrights & US tech giants - Expectations in Europe
La French Team
 
Baromètre 2018 des métiers de la musique
Baromètre 2018 des métiers de la musiqueBaromètre 2018 des métiers de la musique
Baromètre 2018 des métiers de la musique
La French Team
 
Le mécénat culturel : outil indispensable de la vitalité culturelle
Le mécénat culturel : outil indispensable de la vitalité culturelleLe mécénat culturel : outil indispensable de la vitalité culturelle
Le mécénat culturel : outil indispensable de la vitalité culturelle
La French Team
 
Les financements publics de la culture en nouvelle aquitaine
Les financements publics de la culture en nouvelle aquitaineLes financements publics de la culture en nouvelle aquitaine
Les financements publics de la culture en nouvelle aquitaine
La French Team
 
Les incubateurs dans la Métropole du Grand Paris
Les incubateurs dans la Métropole du Grand ParisLes incubateurs dans la Métropole du Grand Paris
Les incubateurs dans la Métropole du Grand Paris
La French Team
 
Financements de l'Etat pour les associations
Financements de l'Etat pour les associationsFinancements de l'Etat pour les associations
Financements de l'Etat pour les associations
La French Team
 
L’émergence d’un modèle d’affaires québécois de captation et de diffusion des...
L’émergence d’un modèle d’affaires québécois de captation et de diffusion des...L’émergence d’un modèle d’affaires québécois de captation et de diffusion des...
L’émergence d’un modèle d’affaires québécois de captation et de diffusion des...
La French Team
 
Comment rémunérer les auteurs
Comment rémunérer les auteursComment rémunérer les auteurs
Comment rémunérer les auteurs
La French Team
 
Observatoire 2018 de l'égalité entre femmes et hommes dans la culture et la c...
Observatoire 2018 de l'égalité entre femmes et hommes dans la culture et la c...Observatoire 2018 de l'égalité entre femmes et hommes dans la culture et la c...
Observatoire 2018 de l'égalité entre femmes et hommes dans la culture et la c...
La French Team
 
Guide de recommandations sur les relations entre réalisateur-trice et product...
Guide de recommandations sur les relations entre réalisateur-trice et product...Guide de recommandations sur les relations entre réalisateur-trice et product...
Guide de recommandations sur les relations entre réalisateur-trice et product...
La French Team
 
Inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture
Inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la cultureInégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture
Inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture
La French Team
 
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
La French Team
 

Plus de La French Team (20)

Les dépenses culturelles des collectivités territoriales et leurs groupements...
Les dépenses culturelles des collectivités territoriales et leurs groupements...Les dépenses culturelles des collectivités territoriales et leurs groupements...
Les dépenses culturelles des collectivités territoriales et leurs groupements...
 
Formations pour les professionnels du secteur culturel
Formations pour les professionnels du secteur culturelFormations pour les professionnels du secteur culturel
Formations pour les professionnels du secteur culturel
 
Observation des acteurs culturels et créatifs dans la métropole de Lyon
Observation des acteurs culturels et créatifs dans la métropole de LyonObservation des acteurs culturels et créatifs dans la métropole de Lyon
Observation des acteurs culturels et créatifs dans la métropole de Lyon
 
Etude jeunes, musique et risques auditifs
Etude jeunes, musique et risques auditifsEtude jeunes, musique et risques auditifs
Etude jeunes, musique et risques auditifs
 
350 chaines youtube culturelles et scientifiques
350 chaines youtube culturelles et scientifiques350 chaines youtube culturelles et scientifiques
350 chaines youtube culturelles et scientifiques
 
Le nouveau guide Pôle Emploi à destination des intermittents du spectacle
Le nouveau guide Pôle Emploi à destination des intermittents du spectacleLe nouveau guide Pôle Emploi à destination des intermittents du spectacle
Le nouveau guide Pôle Emploi à destination des intermittents du spectacle
 
« Réussir la généralisation de l’éducation artistique et culturelle »
« Réussir la généralisation de l’éducation artistique et culturelle »« Réussir la généralisation de l’éducation artistique et culturelle »
« Réussir la généralisation de l’éducation artistique et culturelle »
 
Atlas du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-Alpes
Atlas du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-AlpesAtlas du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-Alpes
Atlas du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-Alpes
 
Copyrights & US tech giants - Expectations in Europe
Copyrights & US tech giants - Expectations in EuropeCopyrights & US tech giants - Expectations in Europe
Copyrights & US tech giants - Expectations in Europe
 
Baromètre 2018 des métiers de la musique
Baromètre 2018 des métiers de la musiqueBaromètre 2018 des métiers de la musique
Baromètre 2018 des métiers de la musique
 
Le mécénat culturel : outil indispensable de la vitalité culturelle
Le mécénat culturel : outil indispensable de la vitalité culturelleLe mécénat culturel : outil indispensable de la vitalité culturelle
Le mécénat culturel : outil indispensable de la vitalité culturelle
 
Les financements publics de la culture en nouvelle aquitaine
Les financements publics de la culture en nouvelle aquitaineLes financements publics de la culture en nouvelle aquitaine
Les financements publics de la culture en nouvelle aquitaine
 
Les incubateurs dans la Métropole du Grand Paris
Les incubateurs dans la Métropole du Grand ParisLes incubateurs dans la Métropole du Grand Paris
Les incubateurs dans la Métropole du Grand Paris
 
Financements de l'Etat pour les associations
Financements de l'Etat pour les associationsFinancements de l'Etat pour les associations
Financements de l'Etat pour les associations
 
L’émergence d’un modèle d’affaires québécois de captation et de diffusion des...
L’émergence d’un modèle d’affaires québécois de captation et de diffusion des...L’émergence d’un modèle d’affaires québécois de captation et de diffusion des...
L’émergence d’un modèle d’affaires québécois de captation et de diffusion des...
 
Comment rémunérer les auteurs
Comment rémunérer les auteursComment rémunérer les auteurs
Comment rémunérer les auteurs
 
Observatoire 2018 de l'égalité entre femmes et hommes dans la culture et la c...
Observatoire 2018 de l'égalité entre femmes et hommes dans la culture et la c...Observatoire 2018 de l'égalité entre femmes et hommes dans la culture et la c...
Observatoire 2018 de l'égalité entre femmes et hommes dans la culture et la c...
 
Guide de recommandations sur les relations entre réalisateur-trice et product...
Guide de recommandations sur les relations entre réalisateur-trice et product...Guide de recommandations sur les relations entre réalisateur-trice et product...
Guide de recommandations sur les relations entre réalisateur-trice et product...
 
Inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture
Inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la cultureInégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture
Inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture
 
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
 

Chorégraphes : un état des lieux 2015

  • 2. En 2013, après plus de dix ans de discussions et de prises de position, l’État accorde aux auteurs le droit à la formation professionnelle, une nouvelle reconnaissance pour un métier que certains ne considèrent pas encore comme tel. Au même moment, Chorégraphes Associé.e.s s’empare du débat pour questionner son application dans le secteur chorégraphique. Mais l’interrogation s’avère bien plus vaste. La formation, fabrique de l’auteur, ouvre la brèche sur la nécessité de mettre en perspective ce statut de chorégraphe et d’en réaliser un état des lieux en France. Qui sont les chorégraphes ? Comment pensent-ils leur activité, leur statut ? Quels sont leurs moyens financiers et humains ? Comment interroger la diffusion de leurs œuvres ? Quels sont leurs besoins de formation ? L’enquête est lancée en 2015, et, sans distinction d’esthétique, d’âge, de notoriété, de sexe ou de budgets, une centaine de chorégraphes répondent au questionnaire mis en place. Vérifier des impressions de terrain, faire émerger des chiffres et ouvrir la voie à des questionnements et propositions, sont les objectifs que se donne Chorégraphes Associé.e.s. Chiffres domptés, objectivation et tri des réponses, la présente synthèse n’a pas pour intention de présenter des résultats exhaustifs ou sans équivoque, mais de faire ressortir des constats saillants pour continuer de défendre la reconnaissance d’un métier pas comme les autres. Introduction En 2015, Chorégraphes Associé.e.s et le Synavi élaborent un questionnaire destiné aux chorégraphes pour dresser un état des lieux des chorégraphes en France.   Certaines questions concernent les chorégraphes en tant que personnes (Chorégraphes Associé.e.s est un groupement syndical d’auteurs), d’autres concernent les structures qui les emploient (le Synavi est un syndicat d’employeurs repré- sentant les structures indépendantes de création).   102 chorégraphes répondent au questionnaire. Nous les remercions chaleureusement d’avoir pris le temps de répondre.   Leurs réponses nous permettent d’identifier un certain nombre de problématiques, mais aussi de tendances liées à l’organisation du secteur chorégraphique.   Voici l’état des lieux qui découle de ces réponses. Ces 102 chorégraphes travaillent dans des situations très différentes, qu’il s’agisse de leur manière d’appréhender leur métier (du chorégraphe indépendant travaillant pour plusieurs structures au chorégraphe lié à une seule compagnie), de leur pérennité dans le paysage artistique français, de leur inscription ou non dans les réseaux institutionnels, de leur répartition géographique (14 régions représentées parmi les personnes qui indiquent leur provenance géographique, soit 19 avec l’ancienne répartition territoriale), de leurs moyens humains, financiers, matériels, de leur conception de leur place d’auteur...
  • 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Qui sont-ils ? Parmi les chorégraphes salariés, 85% sont intermittents du spectacle. Pour quitravaillent-ils ? Les chorégraphes mènent plusieurs activités professionnelles. 87% des chorégraphes sont, parfois ou toujours, interprètes de leurs propres créations. 56% sont interprètes pour d’autres créateurs, ce qui témoigne d’une assez grande interconnexion au sein du milieu artistique. La plupart est rémunérée uniquement comme artiste chorégraphique, profession non cadre. L’une des raisons est probablement la fragilité financière des compagnies. 70% des chorégraphes assument un rôle de responsable artistique dans la structure dans laquelle ils travaillent. Parmi eux, 3% sont rémunérés pour cette fonction. Près de la moitié des chorégraphes ont une activité professionnelle en-dehors du spectacle vivant : enseignant, animateur, ostéopathe... Les employeurs des chorégraphes sont à : 80% des compagnies sous forme associative, 20% autres (CCN, conservatoires, opéras, villes…). 40% d’entre eux travaillent pour une seule structure, 60% collaborent avec plusieurs structures. Statut des chorégraphes Les chorégraphes sont très majoritairement salariés (96%). Une minorité (2%) est déclarée en tant que travailleur-euse non salarié-e (régime des auteurs ou travailleur indépendant : rémunérés en droits d'auteurs ou honoraires). 14 1 1 2 2 3 6 7 9 13 13 16 4 5 6 Répartition géographique (de haut en bas, en nombre de chorégraphes) Île de France PACA Auvergne-Rhône-Alpes Nouvelle Aquitaine Grand-Est Pays de la Loire Occitanie/Pyrénées Méditérranée Centre-Val de Loire Normandie Hauts-de-France Réunion Bourgogne-Franche-Comté Guadeloupe Bretagne Non communiqué Professions des chorégraphes salariés (de haut en bas, en nombre de chorégraphes) Metteur-e en scène Directeur-trice artistique de compagnie Chorégraphe ou artiste chorégraphique Chorégraphe Artiste chorégraphique 16 27 47 3 2
  • 4. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chorégraphe auteur Rémunération du travail d’écriture Dans la majorité des cas, les temps d’écriture ne sont pas rémunérés. Lorsqu’ils le sont, c’est majoritairement sous forme de salaire, parfois sous forme de droits d’auteurs. 80% des auteurs chorégraphiques ont perçu, ou perçoivent régulièrement, des droits d’auteurs. La question des droits d’auteur et de leur perception démontrent une certaine confusion entre le droit moral (protection de l’œuvre) et le droit patrimonial (rémunération liée à l’exploitation de l’œuvre). 20% des chorégraphes assimilent la déclaration de l’œuvre à la SACD à une protection au regard du droit moral. Pour plus d’informations entre droit moral et droit patrimonial, voir la plateforme du chorégraphe sur le site de Chorégraphes Associé.e.s. Pourquoi ne pas les mentionner ? − Une minorité de chorégraphes est engagée dans des démarches collectives au regard des droits d’auteurs (notions de Copyleft ou Creative Commons) ; − Les réponses dénotent une volonté de l’auteur d’avoir la liberté de percevoir ou non des droits, et donc de les céder gratuitement lors de certaines diffusions ; − Il est de plus signalé une évolution récente : certains lieux de diffusion sont réticents à prendre en charge les droits d’auteurs ; − Quelques-uns choisissent de travailler hors de France, dans des pays où l’œuvre est plus collective qu’individuelle, et où les relations entre art, territoire et population sont plus évidentes. 73% 22% 4% 1% Pourquoi oui ? Pourquoi non ? Reconnaissance de la qualité d’auteur chorégraphique Surcharge de travail Revenu supplémentaire Manque d’information Sentiment d’appartenir à la famille des auteurs Manque de liberté de l’auteur qui doit déclarer toutes ses œuvres à la SACD Reconnaissance des pairs Inadaptation à certains modes de création collective oui non parfois nesaitpas Ressources et moyens financiers Droits d’auteurs dans l’exploitation des spectacles 70% des chorégraphes interrogés mentionnent leurs droits d’auteurs dans les contrats de cession de leurs œuvres. Près de 20% ne le font pas. Dans 5% des cas, c’est variable, et 5% ne sait pas. Relation des chorégraphes à la SACD Déclarez-vous vos œuvres à la SACD ? Des moyens alloués aux compagnies La quasi-totalité (95%) des moyens financiers sont alloués aux structures employeuses. Par ailleurs, 10% des chorégraphes perçoivent directement des aides : 4% sous forme de bourses d’auteurs (SACD, Fondation Beaumarchais...) 6% sous forme de commandes directes à l’auteur chorégraphe. Répartition des ressources d’origine publique ou privée 72% des compagnies sont financées majoritairement par des fonds publics. 13% sont financées majoritairement par des fonds privés. 15% sont financées à égalité par des fonds publics et privés. Évolution des ressources On constate une diminution importante des moyens financiers. Les plus impactées sont les structures financées par des fonds publics. Conséquence : il devient nécessaire de multiplier les partenaires financiers. Beaucoup soulignent un combat incessant pour maintenir un niveau de financement acceptable. Co-productions et cessions de spectacles Dans 89% des cas, le volume des contrats de coproduction ou de cession est en baisse (en nombre, en montant, en prise en charge des frais annexes).
  • 5. Où ? Réseaux de diffusion Tous les réseaux de diffusion sont utilisés : CCN, CDC, scènes nationales, théâtres municipaux, scènes régionales, festivals, rue, lieux du patrimoine, MJC, hôpitaux, etc. Quelques chiffres 39% réseaux nationaux 6% diffusion à l’international 22% espace public Diffusion des œuvres sur internet L’immense majorité diffuse ses œuvres sur internet (88%), la plupart du temps sous forme d’extraits ou de teaser. 40% 30% 25% 5% 1 2 3 4 1 2 3 4 De 1 à 10 fois De 10 à 20 fois De 20 à 100 fois Plus de 100 fois Nombre de représentations d’une œuvre Avec qui travaillent-ils ? Dans la création − 85% des chorégraphes créent aujourd’hui des petites formes de 1 à 5 danseurs. − Presque tous signalent une diminution des durées de résidences avec toute l’équipe et une augmentation du temps de préparation en solo pour le ou la chorégraphe. La baisse de moyens financiers a des conséquences directes sur la liberté de création : moins d’interprètes et moins de temps pour créer. Structuration administrative des compagnies Seuls la moitié des chorégraphes sont accompagnés par une structure administrative. Pour une minorité de chorégraphes en début de parcours (9%), l’équipe administrative a pu s’étoffer en raison d’un développement de leur compagnie. 7% des chorégraphes ou compagnies sont engagés dans un processus de mutualisation : − 3% sous forme de Groupement d’Employeurs, en s’associant à d’autres structures ; − 4% en accompagnement par un bureau de production (que l’on peut considérer comme une forme de coopération indirecte par la mise à disposition de compétences). 13% des compagnies bénéficient de contrats aidés : − 10% CUI – CAE − 3% emplois tremplins Dans 10% des cas, les compagnies sous forme associative bénéficient de l’engagement bénévole des membres de leur Conseil d’Administration. Un chorégraphe de plus en plus polyvalent : 23% des chorégraphes assurent des métiers administratifs au sein de leur compagnie, soit seuls, soit accompagnés par un salarié administratif engagé le plus souvent à temps partiel.
  • 6. Après l’élan incroyable donné par les chorégraphes qui ont initié la danse contemporaine dans les années 80 et qui ont insufflé une énergie à l’ensemble du secteur de la création, par la nouveauté des langages qu’ils inven- taient et grâce à une réelle politique chorégraphique de la part du Ministère de la Culture, qu’en est-il aujourd’hui des chorégraphes et de la danse en France ? Nos conclusions contribuent à dresser une situation en demi-teinte. D’un côté, on constate comment le chorégraphe est devenu un élément porteur dans son engagement d’artiste dans le frottement avec l’univers sociétal. En effet, dans un monde où le corps est de plus en plus sédentaire, où les relations sont de plus en plus distantes, les chorégraphes continuent d’inventer de nouvelles manières de créer ensemble, s’engagent dans des modes de coopération qui reflètent leur préoccupation pour le monde dont ils font partie. Mais, d’un autre côté, la raréfaction des ressources, la satiété des lieux de diffusion et la précarisation du métier de chorégraphe poussent à se poser la question de l’avenir des chorégraphes et du secteur chorégraphique en France. Les auteurs chorégraphes ont cette faculté monumentale d’inventer des formes, des outils, des dispositifs, des réseaux qui irriguent le champ de la pensée et de l’action dans tous les territoires de la nouvelle société du spectacle, pour amener justement l’être humain à être acteur de sa vie à travers la mise en jeu de son corps. Comment les pouvoirs publics peuvent-ils s’engager (politiquement, socialement et artistiquement) pour soutenir les valeurs portées par le métier de chorégraphe ? Et ainsi lui donner les moyens de sa reconnaissance auprès du plus grand nombre, au-delà des barrières de classes, de genres, de cultures et de générations. Conclusion Formations aux différentes écritures artistiques Écriture chorégraphique : Histoire des différents processus d’écriture chorégraphique aux XXe et XXIe siècles ; Analyse chorégraphique ; Écritures spécifiques (film, solo...) ; Danses des différentes régions du monde ; Formations sur la relation spécifique danse & musique. Autres écritures : Dramaturgie ; Scénographie ; Composition musicale ; Écriture numérique. Formations transdisciplinaires : Écritures croisées (danse, arts pastiques, arts visuels, littérature, poésie, musique, sciences...) ; Formation mixte artistique et sociale : écritures artistiques transdisciplinaires et analyse de l’évolution du secteur culturel (contextes de production, nouveaux espaces de diffusion, nouvelles relations au public...). Formations techniques : Lumière, Son, Multimédia. Gestion de projet : RH : management, direction d’artistes interprètes ; Communication ; Gestion et développement de projet ; Rencontres avec le public. Le questionnaire propose aux chorégraphes de lister les formations qu’ils aimeraient suivre. Les réponses peuvent être réparties en 3 catégories principales : formations artistiques, techniques et liées à la gestion de projet artistique. La grande majorité des chorégraphes (85%) souhaiterait bénéficier de formations. Formation professionnelle En plus de ces formations, de nombreux chorégraphes ont mentionné leur souhait de participer à des rencontres : − entre chorégraphes pour partager différentes démarches d’écriture ; − avec des auteurs de différents secteurs artistiques (littérature, poésie, musique, arts plastiques, arts visuels...) − avec des professionnels issus de champs complémentaires au champ de la création artistique : philosophes, sociologues, urbanistes, chercheurs divers…
  • 7. Publication : Chorégraphes Associé.e.s — Tirage 500 exemplaires Traitement et analyse de l’enquête : Natacha Paquignon pour Chorégraphes Associé.e.s, Elie Golgevit pour le Synavi Textes additionnels : Léa Poiré Graphisme : Thomas Treffot Réalisation et coordination : Micheline Lelièvre et Julie Trouverie synav isyndicat national des arts vivants