SlideShare une entreprise Scribd logo
PHOTOS:HÉLÈNEMERCIER.
CLINDOEIL.CA 105
INTERNATIONAL
Kiya, originaire d’Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, avait six ans lorsque sa mère a fait venir
la «sorcière» qui l’a excisée. Aujourd’hui maman et enseignante de chimie dans une école
secondaire, la jeune femme de 26 ans fait partie de la génération qui rejette vigoureusement
l’idée de faire subir de tels traumatismes à leurs fillettes. «Les mentalités changent. Les mères
ont compris le tort et le danger que ces pratiques peuvent causer à leur enfant. Ma mère avait
17 ans lorsqu’elle a accouché de moi. Elle ne s’est pas posé de questions et a fait ce que tout le
monde faisait à l’époque.» Le plus récent recensement national, qui date de 2005, a démontré
que 74 % des femmes de 15 à 49 ans ont subi une forme ou une autre de mutilation génitale
(voir encadré). Ce score place ce territoire d’Afrique de l’Est
dans le peloton de tête des pays où se pratiquent les muti-
lations génitales féminines (MGF). Pourtant, une décennie
de campagne de sensibilisation serait en train de porter ses
fruits. En effet, les chiffres de 2005 enregistrent une baisse
de 6 %, comparativement à ceux de 2000. Et on estime que
la tendance se maintiendra en 2010.
La réalité sur le terrain
Difficile, toutefois, d’avoir l’heure juste quant à la situation
réelle sur le terrain, selon Selome Argaw, responsable de
la composante Genre du programme national du Fonds
des Nations Unies pour la Population (UNFPA) en Éthiopie.
«Il est impossible d’obtenir un portrait uniforme de la
situation pour l’Éthiopie, raconte-t-elle. Dans les régions de
Somali et d’Afar, par exemple, nous rencontrons énormé-
ment de résistance par rapport à nos campagnes de
prévention, et les parents continuent d’infibuler leurs filles.»
Cette pratique culturelle qui, contrairement à la croyance populaire, n’a rien à voir avec la
religion, semble être en régression dans les centres urbains. Mais dans les régions rurales, le défi
demeure de taille. Parlez-en à Birtukan Mulatu, qui vient d’un petit village en Arsi, au sud de
la capitale. La région est célèbre pour ses athlètes aux corps élancés, qui reviennent médaille
au cou après chaque rendez-vous olympien. Mais Birtukan, elle, ne peut pas courir. La cicatrice
qu’elle a en guise de clitoris l’élance et la friction ferait revenir les infections. Elle aussi avait six
ans lorsque deux femmes l’ont excisée. Toutes deux la tenaient immobile: l’une lui ouvrant les
jambes, l’autre lui tenant les bras et lui cachant les yeux. Elle ne pouvait donc pas voir la lame
souillée tenue par une des vieilles femmes, qui allait lui inciser cette «zone de plaisir», comme
Lorsqu’on les entend ici, les mots «excision» et «infibulation»
sonnent comme de lointaines histoires d’horreur. Pourtant,
même si la situation s’améliore lentement en Éthiopie, les petites
filles continuent d’appréhender le passage de la «sorcière»...
Rencontre avec des filles maintenant grandes, mais dont
la plaie ne se refermera jamais. par hélène mercier
RIME AVEC SOUFFRIR
QUAND
QUE POUVONS-NOUS FAIRE?
Avis à celles qui voudraient apporter
leur soutien au combat contre les
mutilations génitales féminines:
il est possible de le faire par le
biais de l’UNICEF (unicef.org),
et de l’UNFPA (unfpa.org),
les deux agences onusiennes
qui coordonnent cette lutte. Vous
pouvez également communiquer
avec l’Agence canadienne de
développement international
(ACDI; acdi-cida.gc.ca) pour lui
faire connaître votre souhait de
voir l’appui canadien (vos impôts!)
investi dans cette cause.
LEXIQUE
LA CLITORIDECTOMIE: ablation
partielle ou totale du clitoris et,
plus rarement, du prépuce (repli
de peau qui entoure le clitoris).
EXCISION: ablation partielle ou
totale du clitoris et des petites
lèvres, avec ou sans excision
des grandes lèvres.
INFIBULATION: rétrécissement
de l’orifice vaginal par la
création d’une fermeture réalisée
en cousant et en repositionnant
les petites lèvres, et parfois
les grandes, avec ou sans
ablation du clitoris.
BIRTUKAN MULATU
«ZONE DE PLAISIR»
elle la nomme elle-même. Elle allait seulement la
sentir et s’en rappeler pour le reste de ses jours. Des
jours ponctués de visites à l’hôpital, parce qu’une
infection non traitée pendant quatre ans a laissé des
marques. «Je ne pouvais pas en parler. Cette pratique
était considérée comme tellement noble! C’est elle qui
devait assurer aux filles une sexualité respectable, une
virginité avant le mariage. J’avais peur que ça nuise à
mon image si je me plaignais de ses conséquences»,
raconte celle qui a fini un jour par se confier à une
enseignante en qui elle avait une grande confiance. «J’ai
compris aujourd’hui qu’à part cette foutue douleur, ça
ne fait aucune différence, être excisée n’allait en rien
changer ma façon d’aborder ma sexualité. Cette
pratique est un crime impuni.»
Et la loi?
En 2005, l’acte de commettre des
MGF a été criminalisé. C’était la
première fois qu’il était mentionné
dans le code pénal éthiopien. Un
pas en avant démontrant la bonne
volonté du gouvernement mais qui,
concrètement, n’a pas changé les
mœurs. Pour remettre en question
les traditions de façon respectueuse
et efficace, le questionnement doit
venir de la communauté, comme l’explique le direc-
teur de l’organisation EGLDAM, Abate Gudunffa.
EGLDAM est une OGN, la première à avoir osé briser
le tabou des mutilations, qui était de taille à la fin des
années 80 en Éthiopie. Aujourd’hui, une centaine
d’organisations nationales et internationales mènent
cette lutte. «Comparativement aux efforts et à l’énergie
déployés, les résultats sont minimes, estime Abate
Gudunffa. Mais nous continuons de croire que nous
allons un jour atteindre notre objectif, celui de ne
plus blesser une seule enfant avec des pratiques
traditionnelles dangereuses.»
Sensibiliser les hommes
Bien que les MGF soient avant tout une affaire de
femmes, la pression pour que cette coutume se main-
tienne vient aussi des hommes, tout simplement parce
que nombreux sont ceux qui refusent de prendre pour
épouse une femme non excisée. La sensibilisation se
fait donc aussi du côté de la variable mâle de
l’équation. Depuis quelques années, des discussions
communautaires sont organisées, au cours desquelles
on demande à de jeunes hommes de prendre
publiquement la parole pour annoncer qu’ils sont
prêts à prendre pour épouse une femme non excisée.
«Ça leur demande beaucoup de courage, explique
Selome, de l’UNFPA, et du coup, leur geste apaise les
appréhensions des parents qui craignent de voir leur
fille “intacte” rester sans mari.»
Kiya, aujourd’hui âgée de 26 ans, et son mari
Abraham, sont catégoriques lorsque je leur demande
si Boonii, leur petite de 11 mois, subira le même
sort que sa maman: «Il n’en est absolument pas
question», répondent-ils d’un même souffle. «Si un
homme ne veut pas de ma fille parce qu’elle n’est pas
mutilée, alors je ne veux pas de ce genre d’homme
pour ma fille», tranche Abraham. Birtukan, elle, ne
pense pas avoir d’enfants. Il faudrait d’abord qu’elle
arrive à surmonter sa peur, celle qui lui tenaille le
ventre dès qu’un jeune homme l’invite à boire un café.
«Je ne sais pas si je pourrai avoir une relation sexuelle
un jour, confie l’étudiante de mar-
keting de 21 ans. J’ai déjà tellement
mal, j’ai peur que la douleur soit alors
insoutenable.» La sensibilisation à
l’échelle internationale est essentielle,
selon elle, puisque ces pratiques nous
rappellent les inégalités toujours
existantes entre les hommes et les
femmes. «Partout, il faut évoquer le
problème si on veut arriver à briser les
causes profondes de ces discrimina-
tions, martèle-t-elle. Car l’excision n’en
est qu’une parmi tant d’autres.» I
KIYA, 26 ANS, ET
BOONII, 11 MOIS
Vous vous souvenez du livre Fleur du
désert, paru en 2000 aux éditions J’ai
Lu, dans lequel la top-modèle Waris
Dirie dénonçait son infibulation et
ses conséquences? Fatima Siad, une
des concurrentes somalo-éthiopienne
d’America’s Next Top Model 2008,
a vécu une expérience similaire dont
elle a parlé ouvertement sur le plateau
de The Tyra Banks Show. À bas
les tabous!
CLINDOEIL.CA 107
INTERNATIONAL

Contenu connexe

Similaire à Clindoeil mai09_Mercier. Quand zones de douleur..

Communiqu'ailes Décembre 2014
Communiqu'ailes Décembre 2014Communiqu'ailes Décembre 2014
Communiqu'ailes Décembre 2014
Entre Ailes Ste-Julie
 
Le populaire n736 du lundi 14 septembre 2020 edition internationale
Le populaire n736 du lundi 14 septembre  2020 edition  internationaleLe populaire n736 du lundi 14 septembre  2020 edition  internationale
Le populaire n736 du lundi 14 septembre 2020 edition internationale
Fatoumata Chérif
 
Cours diu sexo nantes 2020 Harlicot Jean philippe
Cours diu sexo nantes 2020 Harlicot Jean philippeCours diu sexo nantes 2020 Harlicot Jean philippe
Cours diu sexo nantes 2020 Harlicot Jean philippe
harlicot
 
La Rose Marie Claire 2009 - Dossier de presse
La Rose Marie Claire 2009 - Dossier de presseLa Rose Marie Claire 2009 - Dossier de presse
La Rose Marie Claire 2009 - Dossier de presse
Alexandre Muller
 
Brochure Votre voix compte!
Brochure Votre voix compte!Brochure Votre voix compte!
Brochure Votre voix compte!
Unión de Asociaciones Familiares (UNAF)
 
Votre voix compte!
Votre voix compte!Votre voix compte!
Les hommes
Les hommesLes hommes
Les hommes
Kanaqt
 
Depliant ong fedep guinee femmes pouvoir developpement
Depliant ong fedep guinee femmes pouvoir developpementDepliant ong fedep guinee femmes pouvoir developpement
Depliant ong fedep guinee femmes pouvoir developpement
Fatoumata Chérif
 
Près d’une adolescente sur quatre est victime d’actes de violence physique
Près d’une adolescente sur quatre est victime d’actes de violence physiquePrès d’une adolescente sur quatre est victime d’actes de violence physique
Près d’une adolescente sur quatre est victime d’actes de violence physique
Alpha Diallo
 
Diaporama UNICEF sur le travail des enfants
Diaporama UNICEF sur le travail des enfantsDiaporama UNICEF sur le travail des enfants
Diaporama UNICEF sur le travail des enfants
vguili
 
MGF
MGFMGF
Déclaration publique pour l’abandon des pratiques traditionnelles néfastes : ...
Déclaration publique pour l’abandon des pratiques traditionnelles néfastes : ...Déclaration publique pour l’abandon des pratiques traditionnelles néfastes : ...
Déclaration publique pour l’abandon des pratiques traditionnelles néfastes : ...
unicefniger
 
Acf
AcfAcf
Información importante para la salud de las mujeres y las niñas: mutilación g...
Información importante para la salud de las mujeres y las niñas: mutilación g...Información importante para la salud de las mujeres y las niñas: mutilación g...
Información importante para la salud de las mujeres y las niñas: mutilación g...
Unión de Asociaciones Familiares (UNAF)
 
CYCI Brochure email Web (2)
CYCI Brochure email Web (2)CYCI Brochure email Web (2)
CYCI Brochure email Web (2)Steve Maman
 
Seminaire genre
Seminaire genreSeminaire genre
Seminaire genre
philip61
 
Projet chezailes
Projet chezailesProjet chezailes
Projet chezailes
Mio-Maude
 
L'education dans le monde (1)
L'education dans le monde (1)L'education dans le monde (1)
L'education dans le monde (1)François Bernard
 

Similaire à Clindoeil mai09_Mercier. Quand zones de douleur.. (20)

Communiqu'ailes Décembre 2014
Communiqu'ailes Décembre 2014Communiqu'ailes Décembre 2014
Communiqu'ailes Décembre 2014
 
Le populaire n736 du lundi 14 septembre 2020 edition internationale
Le populaire n736 du lundi 14 septembre  2020 edition  internationaleLe populaire n736 du lundi 14 septembre  2020 edition  internationale
Le populaire n736 du lundi 14 septembre 2020 edition internationale
 
Cours diu sexo nantes 2020 Harlicot Jean philippe
Cours diu sexo nantes 2020 Harlicot Jean philippeCours diu sexo nantes 2020 Harlicot Jean philippe
Cours diu sexo nantes 2020 Harlicot Jean philippe
 
La Rose Marie Claire 2009 - Dossier de presse
La Rose Marie Claire 2009 - Dossier de presseLa Rose Marie Claire 2009 - Dossier de presse
La Rose Marie Claire 2009 - Dossier de presse
 
Brochure Votre voix compte!
Brochure Votre voix compte!Brochure Votre voix compte!
Brochure Votre voix compte!
 
Votre voix compte!
Votre voix compte!Votre voix compte!
Votre voix compte!
 
Les hommes
Les hommesLes hommes
Les hommes
 
Presentation+Sfvs
Presentation+SfvsPresentation+Sfvs
Presentation+Sfvs
 
Presentation+sfvs
Presentation+sfvsPresentation+sfvs
Presentation+sfvs
 
Depliant ong fedep guinee femmes pouvoir developpement
Depliant ong fedep guinee femmes pouvoir developpementDepliant ong fedep guinee femmes pouvoir developpement
Depliant ong fedep guinee femmes pouvoir developpement
 
Près d’une adolescente sur quatre est victime d’actes de violence physique
Près d’une adolescente sur quatre est victime d’actes de violence physiquePrès d’une adolescente sur quatre est victime d’actes de violence physique
Près d’une adolescente sur quatre est victime d’actes de violence physique
 
Diaporama UNICEF sur le travail des enfants
Diaporama UNICEF sur le travail des enfantsDiaporama UNICEF sur le travail des enfants
Diaporama UNICEF sur le travail des enfants
 
MGF
MGFMGF
MGF
 
Déclaration publique pour l’abandon des pratiques traditionnelles néfastes : ...
Déclaration publique pour l’abandon des pratiques traditionnelles néfastes : ...Déclaration publique pour l’abandon des pratiques traditionnelles néfastes : ...
Déclaration publique pour l’abandon des pratiques traditionnelles néfastes : ...
 
Acf
AcfAcf
Acf
 
Información importante para la salud de las mujeres y las niñas: mutilación g...
Información importante para la salud de las mujeres y las niñas: mutilación g...Información importante para la salud de las mujeres y las niñas: mutilación g...
Información importante para la salud de las mujeres y las niñas: mutilación g...
 
CYCI Brochure email Web (2)
CYCI Brochure email Web (2)CYCI Brochure email Web (2)
CYCI Brochure email Web (2)
 
Seminaire genre
Seminaire genreSeminaire genre
Seminaire genre
 
Projet chezailes
Projet chezailesProjet chezailes
Projet chezailes
 
L'education dans le monde (1)
L'education dans le monde (1)L'education dans le monde (1)
L'education dans le monde (1)
 

Clindoeil mai09_Mercier. Quand zones de douleur..

  • 1. PHOTOS:HÉLÈNEMERCIER. CLINDOEIL.CA 105 INTERNATIONAL Kiya, originaire d’Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, avait six ans lorsque sa mère a fait venir la «sorcière» qui l’a excisée. Aujourd’hui maman et enseignante de chimie dans une école secondaire, la jeune femme de 26 ans fait partie de la génération qui rejette vigoureusement l’idée de faire subir de tels traumatismes à leurs fillettes. «Les mentalités changent. Les mères ont compris le tort et le danger que ces pratiques peuvent causer à leur enfant. Ma mère avait 17 ans lorsqu’elle a accouché de moi. Elle ne s’est pas posé de questions et a fait ce que tout le monde faisait à l’époque.» Le plus récent recensement national, qui date de 2005, a démontré que 74 % des femmes de 15 à 49 ans ont subi une forme ou une autre de mutilation génitale (voir encadré). Ce score place ce territoire d’Afrique de l’Est dans le peloton de tête des pays où se pratiquent les muti- lations génitales féminines (MGF). Pourtant, une décennie de campagne de sensibilisation serait en train de porter ses fruits. En effet, les chiffres de 2005 enregistrent une baisse de 6 %, comparativement à ceux de 2000. Et on estime que la tendance se maintiendra en 2010. La réalité sur le terrain Difficile, toutefois, d’avoir l’heure juste quant à la situation réelle sur le terrain, selon Selome Argaw, responsable de la composante Genre du programme national du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) en Éthiopie. «Il est impossible d’obtenir un portrait uniforme de la situation pour l’Éthiopie, raconte-t-elle. Dans les régions de Somali et d’Afar, par exemple, nous rencontrons énormé- ment de résistance par rapport à nos campagnes de prévention, et les parents continuent d’infibuler leurs filles.» Cette pratique culturelle qui, contrairement à la croyance populaire, n’a rien à voir avec la religion, semble être en régression dans les centres urbains. Mais dans les régions rurales, le défi demeure de taille. Parlez-en à Birtukan Mulatu, qui vient d’un petit village en Arsi, au sud de la capitale. La région est célèbre pour ses athlètes aux corps élancés, qui reviennent médaille au cou après chaque rendez-vous olympien. Mais Birtukan, elle, ne peut pas courir. La cicatrice qu’elle a en guise de clitoris l’élance et la friction ferait revenir les infections. Elle aussi avait six ans lorsque deux femmes l’ont excisée. Toutes deux la tenaient immobile: l’une lui ouvrant les jambes, l’autre lui tenant les bras et lui cachant les yeux. Elle ne pouvait donc pas voir la lame souillée tenue par une des vieilles femmes, qui allait lui inciser cette «zone de plaisir», comme Lorsqu’on les entend ici, les mots «excision» et «infibulation» sonnent comme de lointaines histoires d’horreur. Pourtant, même si la situation s’améliore lentement en Éthiopie, les petites filles continuent d’appréhender le passage de la «sorcière»... Rencontre avec des filles maintenant grandes, mais dont la plaie ne se refermera jamais. par hélène mercier RIME AVEC SOUFFRIR QUAND QUE POUVONS-NOUS FAIRE? Avis à celles qui voudraient apporter leur soutien au combat contre les mutilations génitales féminines: il est possible de le faire par le biais de l’UNICEF (unicef.org), et de l’UNFPA (unfpa.org), les deux agences onusiennes qui coordonnent cette lutte. Vous pouvez également communiquer avec l’Agence canadienne de développement international (ACDI; acdi-cida.gc.ca) pour lui faire connaître votre souhait de voir l’appui canadien (vos impôts!) investi dans cette cause. LEXIQUE LA CLITORIDECTOMIE: ablation partielle ou totale du clitoris et, plus rarement, du prépuce (repli de peau qui entoure le clitoris). EXCISION: ablation partielle ou totale du clitoris et des petites lèvres, avec ou sans excision des grandes lèvres. INFIBULATION: rétrécissement de l’orifice vaginal par la création d’une fermeture réalisée en cousant et en repositionnant les petites lèvres, et parfois les grandes, avec ou sans ablation du clitoris. BIRTUKAN MULATU «ZONE DE PLAISIR»
  • 2. elle la nomme elle-même. Elle allait seulement la sentir et s’en rappeler pour le reste de ses jours. Des jours ponctués de visites à l’hôpital, parce qu’une infection non traitée pendant quatre ans a laissé des marques. «Je ne pouvais pas en parler. Cette pratique était considérée comme tellement noble! C’est elle qui devait assurer aux filles une sexualité respectable, une virginité avant le mariage. J’avais peur que ça nuise à mon image si je me plaignais de ses conséquences», raconte celle qui a fini un jour par se confier à une enseignante en qui elle avait une grande confiance. «J’ai compris aujourd’hui qu’à part cette foutue douleur, ça ne fait aucune différence, être excisée n’allait en rien changer ma façon d’aborder ma sexualité. Cette pratique est un crime impuni.» Et la loi? En 2005, l’acte de commettre des MGF a été criminalisé. C’était la première fois qu’il était mentionné dans le code pénal éthiopien. Un pas en avant démontrant la bonne volonté du gouvernement mais qui, concrètement, n’a pas changé les mœurs. Pour remettre en question les traditions de façon respectueuse et efficace, le questionnement doit venir de la communauté, comme l’explique le direc- teur de l’organisation EGLDAM, Abate Gudunffa. EGLDAM est une OGN, la première à avoir osé briser le tabou des mutilations, qui était de taille à la fin des années 80 en Éthiopie. Aujourd’hui, une centaine d’organisations nationales et internationales mènent cette lutte. «Comparativement aux efforts et à l’énergie déployés, les résultats sont minimes, estime Abate Gudunffa. Mais nous continuons de croire que nous allons un jour atteindre notre objectif, celui de ne plus blesser une seule enfant avec des pratiques traditionnelles dangereuses.» Sensibiliser les hommes Bien que les MGF soient avant tout une affaire de femmes, la pression pour que cette coutume se main- tienne vient aussi des hommes, tout simplement parce que nombreux sont ceux qui refusent de prendre pour épouse une femme non excisée. La sensibilisation se fait donc aussi du côté de la variable mâle de l’équation. Depuis quelques années, des discussions communautaires sont organisées, au cours desquelles on demande à de jeunes hommes de prendre publiquement la parole pour annoncer qu’ils sont prêts à prendre pour épouse une femme non excisée. «Ça leur demande beaucoup de courage, explique Selome, de l’UNFPA, et du coup, leur geste apaise les appréhensions des parents qui craignent de voir leur fille “intacte” rester sans mari.» Kiya, aujourd’hui âgée de 26 ans, et son mari Abraham, sont catégoriques lorsque je leur demande si Boonii, leur petite de 11 mois, subira le même sort que sa maman: «Il n’en est absolument pas question», répondent-ils d’un même souffle. «Si un homme ne veut pas de ma fille parce qu’elle n’est pas mutilée, alors je ne veux pas de ce genre d’homme pour ma fille», tranche Abraham. Birtukan, elle, ne pense pas avoir d’enfants. Il faudrait d’abord qu’elle arrive à surmonter sa peur, celle qui lui tenaille le ventre dès qu’un jeune homme l’invite à boire un café. «Je ne sais pas si je pourrai avoir une relation sexuelle un jour, confie l’étudiante de mar- keting de 21 ans. J’ai déjà tellement mal, j’ai peur que la douleur soit alors insoutenable.» La sensibilisation à l’échelle internationale est essentielle, selon elle, puisque ces pratiques nous rappellent les inégalités toujours existantes entre les hommes et les femmes. «Partout, il faut évoquer le problème si on veut arriver à briser les causes profondes de ces discrimina- tions, martèle-t-elle. Car l’excision n’en est qu’une parmi tant d’autres.» I KIYA, 26 ANS, ET BOONII, 11 MOIS Vous vous souvenez du livre Fleur du désert, paru en 2000 aux éditions J’ai Lu, dans lequel la top-modèle Waris Dirie dénonçait son infibulation et ses conséquences? Fatima Siad, une des concurrentes somalo-éthiopienne d’America’s Next Top Model 2008, a vécu une expérience similaire dont elle a parlé ouvertement sur le plateau de The Tyra Banks Show. À bas les tabous! CLINDOEIL.CA 107 INTERNATIONAL