SlideShare une entreprise Scribd logo
Question 4 : La Guerre froide, conflit idéologique, conflit de puissance
Etude de cas :
Berlin, une ville au cœur des enjeux de la Guerre froide
Introduction :
Alliés durant la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis et l’URSS sont devenues des superpuissances dotées de
larges zones d’influence à la suite de leur victoire contre les puissances de l’Axe. En 1945, les Etats-Unis et l’URSS
s’entendent pour réorganiser l’Europe et régler le sort des vaincus lors des conférences de Yalta (février 1945) et de
Potsdam (juillet 1945), mais aussi pour instaurer un nouvel ordre mondial avec la fondation de l’Organisation des
Nations Unies (ONU) en juin 1945.
Cependant, ces deux superpuissances sont fondées sur des idéologies rivales à vocation universelle : les Etats-Unis
affirment être à la tête du « monde libre » alors que l’URSS souhaite étendre le communisme à l’échelle mondiale.
Dès 1946, l’alliance fait place à la méfiance. Le 5 mars, lors d’un discours prononcé à Fulton (USA), Winston Churchill
affirme qu’un « rideau de fer » coupe désormais l’Europe en deux. Il dénonce la politique expansionniste de l’URSS
qui impose des régimes communistes dans les pays d’Europe de l’Est pour en prendre le contrôle.
Berlin, l’ancienne capitale du Reich occupée par les armées alliées et soviétiques, est au cœur de ces enjeux.
En quoi la ville de Berlin illustre-t-elle les enjeux de la Guerre froide ?
I. Berlin au cœur des crises de la guerre froide
1) Le blocus de Berlin
La ville de Berlin est au cœur de la première crise de la Guerre froide. Les conférences de Yalta et de Potsdam
avaient prévu qu’une fois l’Allemagne vaincue, elle serait occupée militairement selon un découpage attribuant
une zone à chacun des Alliés (Américains, Britanniques, Français et Soviétiques).
En raison de son statut particulier et symbolique, l’ancienne capitale du Reich, située en zone soviétique, serait
également divisée en secteurs attribués aux vainqueurs selon le même principe. Ce qui veut dire que les secteurs
berlinois attribués aux puissances occidentales sont enclavés dans la zone soviétique.
En juin 1948, les Occidentaux prennent la décision d’introduire à Berlin-Ouest le Deutsche Mark, déjà en circulation
dans les zones occidentales. Les Soviétiques y voient une tentative des Alliés de fusionner les 3 secteurs de Berlin-
Ouest et de constituer une enclave occidentale en zone soviétique. L’URSS décrète le blocus terrestre de Berlin-
Ouest. Les Etats-Unis y voient une tentative de faire passer Berlin-Ouest sous contrôle soviétique.
Chacun y voit une violation des accords de Potsdam.
En réaction, les Etats-Unis décident d’organiser un gigantesque pont aérien pour ravitailler les Berlinois de l’Ouest,
auquel participent également les Britanniques et, dans une moindre mesure, les Français.
Le pont aérien dure jusqu’au 12 mai 1949 lorsque Staline cède. Près de 280 000 vols ont été effectués (soit plus de
800/jour), 8000 t de marchandises livrées/jour.
Le blocus de Berlin est la première grande crise de la Guerre froide. Elle met fin définitivement à l’entente entre
Occidentaux et Soviétiques, aggrave les tensions et accélère la partition de l’Europe en deux blocs antagonistes.
L’Allemagne est elle-même désormais divisée car la crise a engendré la création de deux Etats indépendants : la
République fédérale d’Allemagne (RFA) à l’Ouest et la République démocratique allemande (RDA) à l’Est.
2) La deuxième crise de Berlin (1961)
Berlin était divisée depuis 1948 mais jusqu’en août 1961, on pouvait passer d’un secteur à l’autre. Entre 1945 et
1961, Berlin-Ouest était devenue une « brèche » permettant aux Allemands de l’Est de fuir la RDA. Ainsi durant
cette période 3,5 millions d’Allemands sont « passés à l’Ouest ». Cette « hémorragie » concernait principalement les
jeunes et les plus qualifiés, ce qui menaçait l’existence même de la RDA, et pouvait avoir des conséquences néfastes
dans les autres démocraties populaires (Pologne, Hongrie…).
Pour stopper les départs le gouvernement est-allemand, avec le soutien des Soviétiques, érigea un mur dans la nuit
du 13 août 1961.
La construction du mur de Berlin n’est que l’évènement le plus connu d’une crise beaucoup plus longue entre les
Etats-Unis et l’URSS concernant le statut de Berlin.
Pour les Soviétiques, qui n’hésitent pas à lancer un ultimatum pour trouver une solution, il devient inacceptable que
les Occidentaux puissent disposer d’un « avant-poste » au cœur du bloc communiste et que celui-ci permette de
« passer à l’Ouest ».
De leur côté, les Occidentaux ne peuvent pas accepter que Berlin-Ouest se retrouve isolée.
La crise de Berlin de 1961 est l’une des crises les plus importantes de la Guerre froide car elle opposa directement
les Etats-Unis et l’URSS, deux puissances nucléaires, durant une période de grande tensions (Crise de l’U2, Crise de
Cuba…).
Du fait des menaces de recourir à l’arme nucléaire par les deux superpuissances, la crise de Berlin se termina par un
statu quo, garantit par l’équilibre de la terreur, qui restera en vigueur jusqu’à la fin de la Guerre froide.
II. Berlin symbole de la division du monde en blocs antagonistes
1) La bipolarisation du monde
La Guerre froide débute véritablement en 1947 lorsque les Soviétiques imposent des régimes communistes dans les
Etats qu’elle a libérés et qu’elle occupe militairement (Coup de Prague, 1948…). L’URSS met en place les
démocraties populaires (Tchécoslovaquie, Hongrie, Pologne, RDA, Roumanie, Bulgarie), c’est-à-dire des régimes
dictatoriaux sous l’autorité de l’URSS qui utilisent la répression comme outil de gouvernement.
Le rideau de fer coupe l’Europe en deux de la Finlande à la Grèce.
Chaque bloc renforce ses sphères d’influence :
- Par une aide économique : Les Etats-Unis participent à la reconstruction de l’Europe et du Japon par le Plan
Marshall en échange de l’importation de produits américains (y compris des armes), alors que l’URSS met en
place le Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM).
- Par le réarmement : Les Etats-Unis créent l’OTAN (Organisation de l’Atlantique Nord), une alliance militaire
comprenant les Etats-Unis, le Canada et les pays d’Europe occidentale.
L’URSS fait de même avec le Pacte de Varsovie, créé en 1955, qui regroupe l’URSS et les démocraties
populaires d’Europe de l’Est.
La RFA rejoint l’OTAN en 1955 et la RDA adhère au Pacte de Varsovie en 1956.
En raison de la menace que fait peser « l’équilibre de la terreur », les Etats-Unis et l’URSS évitent de s’affronter
directement et s’efforcent de négocier, comme lors de la crise de Berlin de 1961 : c’est la coexistence pacifique.
C’est pourquoi les Etats-Unis et l’OTAN n’interviennent pas lors de l’insurrection des Berlinois de l’Est contre le
gouvernement est-allemand en 1953, ou lors de la répression de l’insurrection de Budapest (1956) et du Printemps
de Prague (1968) par les troupes soviétiques et du Pacte de Varsovie.
Cependant, les deux Grands (USA et URSS) s’affrontent par alliés interposés :
- En Corée (1950-1953)
- Au Vietnam (1964-1975)
- Au Moyen-Orient : Guerre du Kippour (1973), Afghanistan (1979-1989)
2) Berlin incarne le conflit idéologique entre les deux Grands
La guerre froide est fondée sur une opposition idéologique entre les Etats-Unis et l’URSS.
A Berlin, chaque côté est caractérisé par la volonté de montrer son idéologie et sa puissance par des réalisations
architecturales.
Les Etats-Unis affirment être les garants de la liberté, de la démocratie et de l’économie de marché face à la
dictature communiste. Les Soviétiques quant à eux considèrent les Etats-Unis comme une puissance impérialiste,
colonialiste voire même fasciste.
En 1947, le président Truman élabore la doctrine du containment, destinée à endiguer la progression du
communisme par tous les moyens : économique (Plan Marshall), militaire (OTAN, interventions militaires pour
soutenir les Etats alliés, livraison d’armes…), politiques (coups d’Etats organisés par la CIA en Amérique latine…).
Les Soviétiques répliquent par la doctrine Jdanov qui crée le Kominform (organisation de liaison des partis
communistes, y compris ceux de l’Ouest, sous l’autorité de l’URSS).
C’est pour endiguer la progression du communisme que les Etats-Unis ne veulent pas céder Berlin-Ouest à
l’occasion des crises de 1948-49 (blocus) et de 1961 (construction du mur), et s’engagent militairement en Corée et
au Vietnam.
III. Berlin, une ville révélatrice des relations entre deux Grands
1) De la Détente à la guerre « fraîche »
La crise de Berlin de 1961 et la crise de Cuba (1962) marquent l’apogée de la Guerre froide qui fut sur le point de
dégénérer en guerre directe entre Américains et Soviétiques.
Suite au bras de fer de la crise de Cuba, les deux Grands prennent conscience du danger d’un anéantissement
mutuel en cas de guerre nucléaire. C’est la raison pour laquelle les Etats-Unis et l’URSS s’engagent dans une
politique de « détente » : un dialogue est instauré, la course aux armements est ralentie…
Néanmoins la compétition idéologique se poursuit, notamment dans le domaine spatial, du sport… et les conflits
périphériques perdurent (Vietnam…) ;
En Allemagne, le chancelier ouest-allemand Willy Brandt lance en 1972 l’Ostpolitik qui permet, pour la première
fois, d’établir des relations officielles entre la RFA et la RDA.
Les accords d’Helsinki (1975), signés par les pays d’Europe, les Etats-Unis et l’URSS, marquent l’apogée de la
Détente et font naitre de grands espoirs de paix.
Cependant, à partir de la présidence de Jimmy Carter, les Soviétiques profitent d’un affaiblissement des Etats-Unis
sur la scène internationale pour relancer la Guerre froide (invasion de l’Afghanistan, réarmement…).
En 1977, les Soviétiques installent des missiles balistiques nucléaires SS 20 en RDA. Ces missiles rompent l’équilibre
des forces et menacent directement les forces de l’OTAN basées en Europe.
Ronald Reagan, président des Etats-Unis de 1980 à 1988, répond en installant à son tour des missiles Pershing en
RFA : c’est la crise des euromissiles.
Ronald Reagan, très anti-communiste, qualifie l’URSS d’« Empire du Mal » et relance la course aux armements pour
épuiser économiquement l’URSS avec notamment le programme IDS (Initiative de défense stratégique).
Cette nouvelle période de tension est qualifiée de « guerre fraîche ». Le cinéma américain rend compte de cette
relance de la Guerre froide.
2) La chute du Mur et la fin de la Guerre froide
Le nouveau dirigeant de l’URSS à partir de 1985, Mikhaïl Gorbatchev, comprend que la course aux armements
épuise économiquement son pays. Il retire les missiles SS 20 et se désengage d’Afghanistan.
Il est également plus ouvert aux idées démocratiques. A partir de 1987, il met en place d’importantes réformes
politiques (Glasnost) et économiques (Perestroïka).
La Hongrie et la Pologne se rapprochent du monde occidental et réclament des élections libres. En 1989, la Hongrie
ouvre ses frontières avec l’Autriche. Des dizaines de milliers d’Allemands de l’Est passent à l’Ouest.
Le 9 novembre, sous la pression, le gouvernement est-allemand ouvre les frontières. Le Mur tombe. Gorbatchev
annonce qu’il n’interviendra pas.
La chute du Mur entraîne la réunification de l’Allemagne en octobre 1990 et symbolise la fin du communisme en
Europe.
Conclusion :
La ville de Berlin est au cœur des enjeux de la Guerre froide car son statut, issu de la Seconde Guerre mondiale, est
un enjeu politique, idéologique et militaire pour les deux Grands et illustre l’évolution des relations entre les deux
blocs. De par sa partition, la ville symbolise également deux modèles antagonistes qui s’affrontent durant 40 ans.
Berlin est à l’origine de la première grande crise de la Guerre froide en 1948 et l’effondrement du Mur en 1989 qui
la séparait en deux marque la défaite politique, économique et idéologique des régimes communistes ainsi que la
fin de la Guerre froide. La chute du Mur entraîne la fin des démocraties populaires. L’URSS, quant à elle, disparait en
décembre 1991.

Contenu connexe

Tendances

Diapo europe depuis 1945
Diapo europe depuis 1945Diapo europe depuis 1945
Diapo europe depuis 1945Parchemin
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
COURS
COURSCOURS
COURS
houizot
 
Hongrie: la contre révolution de 1956
Hongrie: la contre révolution de 1956Hongrie: la contre révolution de 1956
Hongrie: la contre révolution de 1956
Persoonlijke studie teksten
 
COURS
COURSCOURS
COURS
houizot
 
La première guerre mondiale 2007 (Patry)
La première guerre mondiale 2007 (Patry)La première guerre mondiale 2007 (Patry)
La première guerre mondiale 2007 (Patry)
Marc-André Patry
 
cours
courscours
cours
houizot
 
La Deuxième Guerre mondiale
La Deuxième Guerre mondialeLa Deuxième Guerre mondiale
La Deuxième Guerre mondiale
Marc-André Patry
 
cours
courscours
cours
houizot
 
La france dans la deuxième guerre mondiale
La france dans la deuxième guerre mondialeLa france dans la deuxième guerre mondiale
La france dans la deuxième guerre mondialeProFees
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
Diaporama puissance usa 1945 à nos jours
Diaporama puissance usa 1945 à nos joursDiaporama puissance usa 1945 à nos jours
Diaporama puissance usa 1945 à nos jours
pilou06
 

Tendances (18)

Diapo europe depuis 1945
Diapo europe depuis 1945Diapo europe depuis 1945
Diapo europe depuis 1945
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
COURS
COURSCOURS
COURS
 
Hongrie: la contre révolution de 1956
Hongrie: la contre révolution de 1956Hongrie: la contre révolution de 1956
Hongrie: la contre révolution de 1956
 
COURS
COURSCOURS
COURS
 
La première guerre mondiale 2007 (Patry)
La première guerre mondiale 2007 (Patry)La première guerre mondiale 2007 (Patry)
La première guerre mondiale 2007 (Patry)
 
cours
courscours
cours
 
La Deuxième Guerre mondiale
La Deuxième Guerre mondialeLa Deuxième Guerre mondiale
La Deuxième Guerre mondiale
 
cours
courscours
cours
 
La france dans la deuxième guerre mondiale
La france dans la deuxième guerre mondialeLa france dans la deuxième guerre mondiale
La france dans la deuxième guerre mondiale
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
Diaporama puissance usa 1945 à nos jours
Diaporama puissance usa 1945 à nos joursDiaporama puissance usa 1945 à nos jours
Diaporama puissance usa 1945 à nos jours
 

Similaire à cours

La Guerre froide.pptx
La Guerre froide.pptxLa Guerre froide.pptx
La Guerre froide.pptx
fournierthomas
 
COURS
COURSCOURS
COURS
houizot
 
Degél ou coexistence pacifique
Degél ou coexistence pacifiqueDegél ou coexistence pacifique
Degél ou coexistence pacifique
YuleStanleyJuster1
 
Un monde bipolaire au temps de La Guerre froide.pptx
Un monde bipolaire au  temps de La Guerre froide.pptxUn monde bipolaire au  temps de La Guerre froide.pptx
Un monde bipolaire au temps de La Guerre froide.pptx
Loicjason
 
Ayrton guerre froide 3°3
Ayrton guerre froide 3°3Ayrton guerre froide 3°3
Ayrton guerre froide 3°3
éric chamon
 
Fiches ressources Seconde Guerre mondiale
Fiches ressources Seconde Guerre mondialeFiches ressources Seconde Guerre mondiale
Fiches ressources Seconde Guerre mondialehgtice
 
Vivre les 74 ans de la fin de la tyranny nazifasciste
Vivre les 74 ans de la fin de la tyranny nazifascisteVivre les 74 ans de la fin de la tyranny nazifasciste
Vivre les 74 ans de la fin de la tyranny nazifasciste
Fernando Alcoforado
 
Le rideau de fer
Le rideau de ferLe rideau de fer
Le rideau de fer
arnaudthomas18
 
Fin Seconde guerre mondiale
Fin Seconde guerre mondialeFin Seconde guerre mondiale
Fin Seconde guerre mondiale
NadineHG
 
cours
courscours
cours
houizot
 
2 ts usa depuis 1918
2 ts usa depuis 19182 ts usa depuis 1918
2 ts usa depuis 1918Compagnonjbd
 
guerre mondial l ll ll ll l l llllllllllllllllllllllllll
guerre mondial l  ll ll ll l l    llllllllllllllllllllllllllguerre mondial l  ll ll ll l l    llllllllllllllllllllllllll
guerre mondial l ll ll ll l l llllllllllllllllllllllllll
jadmoubaraklaaboubi
 
Term Bipolarisation decolo.pdf
Term Bipolarisation decolo.pdfTerm Bipolarisation decolo.pdf
Term Bipolarisation decolo.pdf
NadineHG
 
Fiche 919
Fiche 919Fiche 919
Fiche 919origene
 
plan détaillé seconde guerre mondiale
plan détaillé seconde guerre mondialeplan détaillé seconde guerre mondiale
plan détaillé seconde guerre mondiale
Thomas Galoisy
 
ladeuximeguerremondiale-110401222543-phpapp02.pptx
ladeuximeguerremondiale-110401222543-phpapp02.pptxladeuximeguerremondiale-110401222543-phpapp02.pptx
ladeuximeguerremondiale-110401222543-phpapp02.pptx
darouich1
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Axelle m. celia d. alix g. matthias c.
Axelle m. celia d. alix g. matthias c.Axelle m. celia d. alix g. matthias c.
Axelle m. celia d. alix g. matthias c.
arnaudthomas18
 
Le rideau de fer
Le rideau de ferLe rideau de fer
Le rideau de fer
arnaudthomas18
 

Similaire à cours (20)

La Guerre froide.pptx
La Guerre froide.pptxLa Guerre froide.pptx
La Guerre froide.pptx
 
COURS
COURSCOURS
COURS
 
Degél ou coexistence pacifique
Degél ou coexistence pacifiqueDegél ou coexistence pacifique
Degél ou coexistence pacifique
 
Un monde bipolaire au temps de La Guerre froide.pptx
Un monde bipolaire au  temps de La Guerre froide.pptxUn monde bipolaire au  temps de La Guerre froide.pptx
Un monde bipolaire au temps de La Guerre froide.pptx
 
Ayrton guerre froide 3°3
Ayrton guerre froide 3°3Ayrton guerre froide 3°3
Ayrton guerre froide 3°3
 
Fiches ressources Seconde Guerre mondiale
Fiches ressources Seconde Guerre mondialeFiches ressources Seconde Guerre mondiale
Fiches ressources Seconde Guerre mondiale
 
Vivre les 74 ans de la fin de la tyranny nazifasciste
Vivre les 74 ans de la fin de la tyranny nazifascisteVivre les 74 ans de la fin de la tyranny nazifasciste
Vivre les 74 ans de la fin de la tyranny nazifasciste
 
Le rideau de fer
Le rideau de ferLe rideau de fer
Le rideau de fer
 
Fin Seconde guerre mondiale
Fin Seconde guerre mondialeFin Seconde guerre mondiale
Fin Seconde guerre mondiale
 
cours
courscours
cours
 
2 ts usa depuis 1918
2 ts usa depuis 19182 ts usa depuis 1918
2 ts usa depuis 1918
 
guerre mondial l ll ll ll l l llllllllllllllllllllllllll
guerre mondial l  ll ll ll l l    llllllllllllllllllllllllllguerre mondial l  ll ll ll l l    llllllllllllllllllllllllll
guerre mondial l ll ll ll l l llllllllllllllllllllllllll
 
Term Bipolarisation decolo.pdf
Term Bipolarisation decolo.pdfTerm Bipolarisation decolo.pdf
Term Bipolarisation decolo.pdf
 
Fiche 919
Fiche 919Fiche 919
Fiche 919
 
plan détaillé seconde guerre mondiale
plan détaillé seconde guerre mondialeplan détaillé seconde guerre mondiale
plan détaillé seconde guerre mondiale
 
ladeuximeguerremondiale-110401222543-phpapp02.pptx
ladeuximeguerremondiale-110401222543-phpapp02.pptxladeuximeguerremondiale-110401222543-phpapp02.pptx
ladeuximeguerremondiale-110401222543-phpapp02.pptx
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12 h-1. Mémoire des guerres :...
 
Axelle m. celia d. alix g. matthias c.
Axelle m. celia d. alix g. matthias c.Axelle m. celia d. alix g. matthias c.
Axelle m. celia d. alix g. matthias c.
 
Le rideau de fer
Le rideau de ferLe rideau de fer
Le rideau de fer
 
La Sgm
La SgmLa Sgm
La Sgm
 

Plus de houizot

cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 
COURS
COURSCOURS
COURS
houizot
 
cours
courscours
cours
houizot
 

Plus de houizot (20)

cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
COURS
COURSCOURS
COURS
 
cours
courscours
cours
 

cours

  • 1. Question 4 : La Guerre froide, conflit idéologique, conflit de puissance Etude de cas : Berlin, une ville au cœur des enjeux de la Guerre froide Introduction : Alliés durant la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis et l’URSS sont devenues des superpuissances dotées de larges zones d’influence à la suite de leur victoire contre les puissances de l’Axe. En 1945, les Etats-Unis et l’URSS s’entendent pour réorganiser l’Europe et régler le sort des vaincus lors des conférences de Yalta (février 1945) et de Potsdam (juillet 1945), mais aussi pour instaurer un nouvel ordre mondial avec la fondation de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en juin 1945. Cependant, ces deux superpuissances sont fondées sur des idéologies rivales à vocation universelle : les Etats-Unis affirment être à la tête du « monde libre » alors que l’URSS souhaite étendre le communisme à l’échelle mondiale. Dès 1946, l’alliance fait place à la méfiance. Le 5 mars, lors d’un discours prononcé à Fulton (USA), Winston Churchill affirme qu’un « rideau de fer » coupe désormais l’Europe en deux. Il dénonce la politique expansionniste de l’URSS qui impose des régimes communistes dans les pays d’Europe de l’Est pour en prendre le contrôle. Berlin, l’ancienne capitale du Reich occupée par les armées alliées et soviétiques, est au cœur de ces enjeux. En quoi la ville de Berlin illustre-t-elle les enjeux de la Guerre froide ? I. Berlin au cœur des crises de la guerre froide 1) Le blocus de Berlin La ville de Berlin est au cœur de la première crise de la Guerre froide. Les conférences de Yalta et de Potsdam avaient prévu qu’une fois l’Allemagne vaincue, elle serait occupée militairement selon un découpage attribuant une zone à chacun des Alliés (Américains, Britanniques, Français et Soviétiques). En raison de son statut particulier et symbolique, l’ancienne capitale du Reich, située en zone soviétique, serait également divisée en secteurs attribués aux vainqueurs selon le même principe. Ce qui veut dire que les secteurs berlinois attribués aux puissances occidentales sont enclavés dans la zone soviétique. En juin 1948, les Occidentaux prennent la décision d’introduire à Berlin-Ouest le Deutsche Mark, déjà en circulation dans les zones occidentales. Les Soviétiques y voient une tentative des Alliés de fusionner les 3 secteurs de Berlin- Ouest et de constituer une enclave occidentale en zone soviétique. L’URSS décrète le blocus terrestre de Berlin- Ouest. Les Etats-Unis y voient une tentative de faire passer Berlin-Ouest sous contrôle soviétique. Chacun y voit une violation des accords de Potsdam. En réaction, les Etats-Unis décident d’organiser un gigantesque pont aérien pour ravitailler les Berlinois de l’Ouest, auquel participent également les Britanniques et, dans une moindre mesure, les Français. Le pont aérien dure jusqu’au 12 mai 1949 lorsque Staline cède. Près de 280 000 vols ont été effectués (soit plus de 800/jour), 8000 t de marchandises livrées/jour. Le blocus de Berlin est la première grande crise de la Guerre froide. Elle met fin définitivement à l’entente entre Occidentaux et Soviétiques, aggrave les tensions et accélère la partition de l’Europe en deux blocs antagonistes. L’Allemagne est elle-même désormais divisée car la crise a engendré la création de deux Etats indépendants : la République fédérale d’Allemagne (RFA) à l’Ouest et la République démocratique allemande (RDA) à l’Est.
  • 2. 2) La deuxième crise de Berlin (1961) Berlin était divisée depuis 1948 mais jusqu’en août 1961, on pouvait passer d’un secteur à l’autre. Entre 1945 et 1961, Berlin-Ouest était devenue une « brèche » permettant aux Allemands de l’Est de fuir la RDA. Ainsi durant cette période 3,5 millions d’Allemands sont « passés à l’Ouest ». Cette « hémorragie » concernait principalement les jeunes et les plus qualifiés, ce qui menaçait l’existence même de la RDA, et pouvait avoir des conséquences néfastes dans les autres démocraties populaires (Pologne, Hongrie…). Pour stopper les départs le gouvernement est-allemand, avec le soutien des Soviétiques, érigea un mur dans la nuit du 13 août 1961. La construction du mur de Berlin n’est que l’évènement le plus connu d’une crise beaucoup plus longue entre les Etats-Unis et l’URSS concernant le statut de Berlin. Pour les Soviétiques, qui n’hésitent pas à lancer un ultimatum pour trouver une solution, il devient inacceptable que les Occidentaux puissent disposer d’un « avant-poste » au cœur du bloc communiste et que celui-ci permette de « passer à l’Ouest ». De leur côté, les Occidentaux ne peuvent pas accepter que Berlin-Ouest se retrouve isolée. La crise de Berlin de 1961 est l’une des crises les plus importantes de la Guerre froide car elle opposa directement les Etats-Unis et l’URSS, deux puissances nucléaires, durant une période de grande tensions (Crise de l’U2, Crise de Cuba…). Du fait des menaces de recourir à l’arme nucléaire par les deux superpuissances, la crise de Berlin se termina par un statu quo, garantit par l’équilibre de la terreur, qui restera en vigueur jusqu’à la fin de la Guerre froide. II. Berlin symbole de la division du monde en blocs antagonistes 1) La bipolarisation du monde La Guerre froide débute véritablement en 1947 lorsque les Soviétiques imposent des régimes communistes dans les Etats qu’elle a libérés et qu’elle occupe militairement (Coup de Prague, 1948…). L’URSS met en place les démocraties populaires (Tchécoslovaquie, Hongrie, Pologne, RDA, Roumanie, Bulgarie), c’est-à-dire des régimes dictatoriaux sous l’autorité de l’URSS qui utilisent la répression comme outil de gouvernement. Le rideau de fer coupe l’Europe en deux de la Finlande à la Grèce. Chaque bloc renforce ses sphères d’influence : - Par une aide économique : Les Etats-Unis participent à la reconstruction de l’Europe et du Japon par le Plan Marshall en échange de l’importation de produits américains (y compris des armes), alors que l’URSS met en place le Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM). - Par le réarmement : Les Etats-Unis créent l’OTAN (Organisation de l’Atlantique Nord), une alliance militaire comprenant les Etats-Unis, le Canada et les pays d’Europe occidentale. L’URSS fait de même avec le Pacte de Varsovie, créé en 1955, qui regroupe l’URSS et les démocraties populaires d’Europe de l’Est. La RFA rejoint l’OTAN en 1955 et la RDA adhère au Pacte de Varsovie en 1956. En raison de la menace que fait peser « l’équilibre de la terreur », les Etats-Unis et l’URSS évitent de s’affronter directement et s’efforcent de négocier, comme lors de la crise de Berlin de 1961 : c’est la coexistence pacifique. C’est pourquoi les Etats-Unis et l’OTAN n’interviennent pas lors de l’insurrection des Berlinois de l’Est contre le gouvernement est-allemand en 1953, ou lors de la répression de l’insurrection de Budapest (1956) et du Printemps de Prague (1968) par les troupes soviétiques et du Pacte de Varsovie. Cependant, les deux Grands (USA et URSS) s’affrontent par alliés interposés : - En Corée (1950-1953) - Au Vietnam (1964-1975) - Au Moyen-Orient : Guerre du Kippour (1973), Afghanistan (1979-1989)
  • 3. 2) Berlin incarne le conflit idéologique entre les deux Grands La guerre froide est fondée sur une opposition idéologique entre les Etats-Unis et l’URSS. A Berlin, chaque côté est caractérisé par la volonté de montrer son idéologie et sa puissance par des réalisations architecturales. Les Etats-Unis affirment être les garants de la liberté, de la démocratie et de l’économie de marché face à la dictature communiste. Les Soviétiques quant à eux considèrent les Etats-Unis comme une puissance impérialiste, colonialiste voire même fasciste. En 1947, le président Truman élabore la doctrine du containment, destinée à endiguer la progression du communisme par tous les moyens : économique (Plan Marshall), militaire (OTAN, interventions militaires pour soutenir les Etats alliés, livraison d’armes…), politiques (coups d’Etats organisés par la CIA en Amérique latine…). Les Soviétiques répliquent par la doctrine Jdanov qui crée le Kominform (organisation de liaison des partis communistes, y compris ceux de l’Ouest, sous l’autorité de l’URSS). C’est pour endiguer la progression du communisme que les Etats-Unis ne veulent pas céder Berlin-Ouest à l’occasion des crises de 1948-49 (blocus) et de 1961 (construction du mur), et s’engagent militairement en Corée et au Vietnam. III. Berlin, une ville révélatrice des relations entre deux Grands 1) De la Détente à la guerre « fraîche » La crise de Berlin de 1961 et la crise de Cuba (1962) marquent l’apogée de la Guerre froide qui fut sur le point de dégénérer en guerre directe entre Américains et Soviétiques. Suite au bras de fer de la crise de Cuba, les deux Grands prennent conscience du danger d’un anéantissement mutuel en cas de guerre nucléaire. C’est la raison pour laquelle les Etats-Unis et l’URSS s’engagent dans une politique de « détente » : un dialogue est instauré, la course aux armements est ralentie… Néanmoins la compétition idéologique se poursuit, notamment dans le domaine spatial, du sport… et les conflits périphériques perdurent (Vietnam…) ; En Allemagne, le chancelier ouest-allemand Willy Brandt lance en 1972 l’Ostpolitik qui permet, pour la première fois, d’établir des relations officielles entre la RFA et la RDA. Les accords d’Helsinki (1975), signés par les pays d’Europe, les Etats-Unis et l’URSS, marquent l’apogée de la Détente et font naitre de grands espoirs de paix. Cependant, à partir de la présidence de Jimmy Carter, les Soviétiques profitent d’un affaiblissement des Etats-Unis sur la scène internationale pour relancer la Guerre froide (invasion de l’Afghanistan, réarmement…). En 1977, les Soviétiques installent des missiles balistiques nucléaires SS 20 en RDA. Ces missiles rompent l’équilibre des forces et menacent directement les forces de l’OTAN basées en Europe. Ronald Reagan, président des Etats-Unis de 1980 à 1988, répond en installant à son tour des missiles Pershing en RFA : c’est la crise des euromissiles. Ronald Reagan, très anti-communiste, qualifie l’URSS d’« Empire du Mal » et relance la course aux armements pour épuiser économiquement l’URSS avec notamment le programme IDS (Initiative de défense stratégique). Cette nouvelle période de tension est qualifiée de « guerre fraîche ». Le cinéma américain rend compte de cette relance de la Guerre froide.
  • 4. 2) La chute du Mur et la fin de la Guerre froide Le nouveau dirigeant de l’URSS à partir de 1985, Mikhaïl Gorbatchev, comprend que la course aux armements épuise économiquement son pays. Il retire les missiles SS 20 et se désengage d’Afghanistan. Il est également plus ouvert aux idées démocratiques. A partir de 1987, il met en place d’importantes réformes politiques (Glasnost) et économiques (Perestroïka). La Hongrie et la Pologne se rapprochent du monde occidental et réclament des élections libres. En 1989, la Hongrie ouvre ses frontières avec l’Autriche. Des dizaines de milliers d’Allemands de l’Est passent à l’Ouest. Le 9 novembre, sous la pression, le gouvernement est-allemand ouvre les frontières. Le Mur tombe. Gorbatchev annonce qu’il n’interviendra pas. La chute du Mur entraîne la réunification de l’Allemagne en octobre 1990 et symbolise la fin du communisme en Europe. Conclusion : La ville de Berlin est au cœur des enjeux de la Guerre froide car son statut, issu de la Seconde Guerre mondiale, est un enjeu politique, idéologique et militaire pour les deux Grands et illustre l’évolution des relations entre les deux blocs. De par sa partition, la ville symbolise également deux modèles antagonistes qui s’affrontent durant 40 ans. Berlin est à l’origine de la première grande crise de la Guerre froide en 1948 et l’effondrement du Mur en 1989 qui la séparait en deux marque la défaite politique, économique et idéologique des régimes communistes ainsi que la fin de la Guerre froide. La chute du Mur entraîne la fin des démocraties populaires. L’URSS, quant à elle, disparait en décembre 1991.