SlideShare une entreprise Scribd logo
Présenté par:
Mr HARKOUCHA YOUSSEF
Année universitaire: 2015-2016
Première partie:
Théorie
I-Rappel anatomique

C’est une articulation de type énarthrose (sphéroïde).
Dans l’articulation de l’épaule, la cavité glénoïde
relativement plate de l’omoplate s’articule avec la
grande tête humérale.
Cette articulation orbiculaire est l’articulation la plus
mobile du corps humain mais fragile, car la capsule
articulaire est large et les ligaments sont faibles. De
nombreux muscles participent à la stabilisation et au
guidage de l’articulation.
Rappel anatomique: suite
Les mouvements se font dans quel plan anatomique?
1- Abduction et adduction du bras se font dans le plan
frontal.
2- Antépulsion et rétropulsion dans le plans sagittal.
3- Rotation externe et interne dans le plan horizontal.
Rappel anatomique: suite

Composée de 3 articulations juxtaposées réunies dans la
même capsule:
- Articulation huméro-cubitale (art. trochéenne à 1° de
liberté )
- Articulation huméro-radiale(articulation orbiculaire
ou sphéroïde (ellipsoïde) à 2° de liberté ).
- Articulation radio-cubitale: trochoïde à 1° de liberté.
Rappel anatomique: suite
 Articulation huméro-cubitale: au niveau de laquelle se
produisent la flexion et l’extension , celle-ci prend fin
lorsque l’olécrane se heurte à une résistance dans la
fosse olécranienne.
 Articulation huméro-radiale: C’est une articulation
orbiculaire qui ne peut participer qu’à la flexion et à la
rotation.
Rappel anatomique: suite
 Articulation radio-cubitale:
C’est une articulation trochoïde, lors de la pronation, le
radius effectue une rotation interne par dessus le
cubitus, amenant le pouce à regarder en dedans et le
dos de la main en avant ou en haut. Lors de ce
mouvement, le radius croise le cubitus. Lors de la
supination, le cubitus et le radius sont parallèles, le
pouce effectue une rotation externe, la paume de la
main regarde en avant ou en haut.
Rappel anatomique: suite

- C’est une articulation biaxiale, la cavité glénoïde ovale du
radius s’articule avec la rangée proximale des os du carpe,
le cubitus ne participe pas à la structure de cette
articulation .
- La structure de cette articulation permet d’abord une
flexion en direction de la paume de la main(palmaire) et
une extension en direction orientée vers le pouce, ainsi
qu’une abduction en direction du petit doigt ont lieu
autour de l’axe dorsopalmaire vertical.
Rappel anatomique: suite
Elle a la forme d’une articulation en selle au niveau du
pouce. Elle permet des mouvements sur deux axes,
d’une part d’adduction et d’abduction et la flexion et
l’extension. Cette mobilité du pouce contribue de
manière déterminante à la fonction de préhension de
la main humaine.
Cours traitements prothétiques du membre supérieur modifie
Rappel anatomique: suite

Elles se comportent comme des articulations
orbiculaires.
Dans ces articulations, les doigts en extension peuvent
être fortement écartés, par contre les doigts fléchis ne
peuvent être écartés aussi fortement car le mouvement
est inhibé par les ligaments articulaires
latéraux (articulation en charnière).
II-La fonction de préhension de la main
 Pour parler des possibilités de préhension d’une main
artificielle ou d’un organe de préhension, il est
indispensable de connaître les différentes formes de
préhension de la main saine.
 Selon ZUR VERTH(1927-1936) et
HILGENFELDT(1950), on distingue 4 formes
principales de préhension qui peuvent varier de
manières multiples lors de l’action de préhension.
Formes de préhension de la main
 II-1 Préhension en pointe, de précision ou de pince:
Elle s’exécute en regroupant les extrémités du pouce de l’index et
du majeur ou les extrémités du pouce et de l’index. On l’utilise
pour tenir ou saisir de petits objets.
Formes de préhension de la main
 II-2 Préhension large, grossière ou de poing:
-Elle s’exécute en enfonçant les quatre doigts dans le
creux de la main.
-La force de préhension est maximale lorsque la main est
en légère extension dorsale.
-On se sert de ce type de préhension par exemple pour
saisir un marteau, en utilisant la paume de la main
comme plateau de préhension et le pouce comme
contre-appui.
Formes de préhension de la main
 II-3 Préhension à crochet :
On parle de la préhension à crochet lorsqu’on laisse
prendre le bras et qu’on plie les quatre doigts. Dans
cette position, la main sert d’outil porteur, le pouce
n’est pas forcément utilisé.
Formes de préhension de la main
 II-4 Préhension de clé:
L’extrémité du pouce est posée sur la face radiale de la
partie médiale de l’index. On appelle cette forme de
préhension « préhension de clé » car on la retrouve
dans le mouvement de rotation typique de l’avant bras
(pour tourner une clé dans une serrure).
 La capacité de préhension de la main dépend de la
position du pouce et de l’aptitude de celui-ci à exercer
une force d’opposition. Sans le pouce la main perd sa
fonction primordiale.
III-La main
 Tout comme le pied, la main présente d’imporantes
concavités: concavité transversale distale et
transversale proximale, concavité longitudinale.
 Le creux de la main est concave aussi bien la voûte
transversale que longitudinale. Ces dernières ont une
grande signification dans la construction des orthèses.
III-La main
 III-1 La topographie de la main:
1: Pli palmaire inférieur répondant aux trois derniers articulations
métacarpo-phalangiennes.
2: Pli palmaire moyen répondant en dehors à la métacarpo-phalangienne
de l’index.
3: Pli palmaire supérieur limite l’éminence thénar ou encore pli
d’opposition du pouce.
1
2
3
 La face palmaire des doigts
commence au pli digéto-
palmaire situé 10 à15 mm au
dessus de la métacarpo-
phalongienne
 Les quatre derniers doigts sont
séparés entre eux par la
deuxième ;troisième et
quatrième commissures
 Le pli de flexion de
l’interphalongienne proximale
correspond à son articulation :il
sépare la première phalange de
la deuxième (4)
 Le pli de la flexion de
l’interphalongienne distale
correspond aussi à son
articulation et il forme la limite
supérieur de la pulpe (5)
(4)
(5)
III-La main
 III-2 Axe de la main:
-Pour trouver l’axe de la main, il faut tracer une ligne qui
passe par le majeur et l’os lunatum.
-Cet axe est facile à repérer en cherchant les points
anatomiques suivants: le processus styloïde du radius
et l’os lunatum.
 Dans la pratique et pour éviter
toute erreur on trace un angle
droit à partir du processus
styloïde du radius et
perpendiculaire à l’axe de la
main.
IV- Le coude (F/E)
 IV-1 Axe du coude:
 L’axe anatomique de l’articulation du coude passe par
les épicondyles de l’humérus.
 L’axe mécanique doit passer en bas de l’axe
anatomique 1 à 1,5 cm .
 Dans la pratique, on laisse fléchir l’avant-bras à 90° et
on mesure la circonférence qui passe par l’olécrane à
partir du sommet de l’olécrane on rapporte
médialement et latéralement le ¼ de cette
circonférence.
1/4
IV- Le coude (F/E)
 IV-2 Position de fonction et de repos:
 Dans la position de repos, le coude est en légère flexion
d’environ 10 degré.
 La position de fonction: c’est la position dans laquelle le
patient peut atteindre sa tête facilement.
 Selon le besoin et l’exigence du patient, on peut choisir
entre deux degrés:
◊Position de flexion de 30°
◊Position de flexion de 90°
IV- Le coude (F/E)
 IV-2 Position de fonction et de repos: (suite)
 Avec une position de Flexion de 30°, le patient peut
effectuer certaines activités journalières sauf atteindre
sa tête, la main dans cette position doit être en
pronation.
 Avec une position de 90°, le patient peut manger
facilement, la main doit être en position moyenne.
V-L’épaule
 Position de fonction et de repos :
 Il n’existe pas une position de fonction pour
l’articulation de l’épaule.
 Pour immobiliser l’articulation de l’épaule et pour éviter
tout rétrécissement de la capsule au niveau axillaire, le
bras doit être maintenu dans une position de 60°
d’abduction et en 15° de rétroversion et l’avant-bras en
position horizontale.
VI- Amputations des membres supérieurs
 VI-1 Causes:
-Les agénésies
Les malformations surviennent soit sans cause retrouvée, soit
dans le cadre d'une pathologie embryonnaire: rubéole pendant la
grossesse, intoxication médicamenteuse.
-Amputations par accident
-Les guerres
-Amputations pour maladies: maladie vasculaire telle l’artérite, les
infections suite à des fractures ouvertes, les tumeurs.
-Les sanctions pénales:
Encore aujourd'hui, les sanctions pénales prévues par la loi de l’islam,
dont les applications concrètes sont très variables selon les domaines,
prévoient l’amputation de la main des voleurs, et de un ou plusieurs
membres pour les rebelles.
VI-2 NIVEAUX D’AMPUTATIONS
1 Désarticulation d’épaule
2 Moignon très court de bras
3 Moignon de bras
4 Désarticulation de coude
5 Moignon très court d’avant-bras sans
conservation de la prono-supination
6 Moignon d’avant bras avec prono-supination
7 Désarticulation de poignet
8 Désarticulation métacarpienne
9 Amputation d’un ou plusieurs doigts
VI- Amputations des membres supérieurs
VII-Aperçu des systèmes de prothèses
Prothèse
Prothèse passive
Esthétique ou
cosmétique
Fonction de
préhension par le
mbre sain
Aucune fonction
de préhension par
le mbre sain
Pour le travail =
Pro.Fonctionnelle
passive
Prothèse active
A propre force
(Câble de
traction+Bandage)
A force externe
P.Myoélectrique P.hybride
VII-1 Prothèse cosmétique:
 Les prothèses cosmétiques sont dites passives car soit elles
n’assument aucune fonction de préhension, soit elles
assument une fonction passive de maintien(activation ou
désactivation avec l’autre main).
 Malgré l’absence de la fonction de préhension, les
prothèses cosmétiques ont une importance considérable
pour l’amputé:
 En Europe du nord, la fonction esthétique a une
importance considérable pour l’équilibre psychique du
patient, surtout pour les femmes et aussi pour les patients
dont la profession est orientée sur le public(c-à-d
personnes travaillant dans des services publics
d’information).
 En plus des fonctions psychosociales mentionnées ci-
dessus, la prothèse de bras remplit la fonction de
maintien en équilibre du poids du corps.
 Les amputés qui renoncent à un traitement
prothétique présentent après un certain temps du côté
de l’amputation une élévation de l’épaule et une
déformation de la colonne vertébrale .
VII-1 Prothèse cosmétique: Exemples:
VII-1 Prothèse cosmétique: Exemples:
Pouce en silicone
Main partielle en silicone
Prothèse pour Désarticulation de
l’interphalangienne proximale
Cours traitements prothétiques du membre supérieur modifie
VII-2 Prothèse fonctionnelle:
Prothèse
fonctionnelle
(travail)
Prothèse
fonctionnelle
passive
Prothèse
fonctionnelle
active
(de propre force)
Prothèse
fonctionnelle
active
(à force extérieure)
Classification
des prothèses
P.Fonctionnelle
active
VII-2 Prothèse fonctionnelle (de travail):
 A)- prothèse fonctionnelle passive:
- Peut être munie d’embouts spéciaux remplissant une
fonction passive de préhension ou de maintien.
- Ces embouts sont remplacés, ajustés, ouverts et fermés
par la main saine controlatérale.
- Un contrôle actif de la fonction de préhension du côté
de l’amputation n’est pas prévu.
L’embout Séma, élement de
raccord pour outils de
travail.(institut fédéral pour
la protection du travail)
Bras à un
élément
Avant-bras à
un élément
Bras à deux
éléments
Pièce de raccord
SEMA pour bras
avec articulation
du coude
1 2
3
4 5
6 7
8 9
Crochet de travail nickelé, avec raccord standard
Crochet-anneau de travail
1 4
6
Anneau de travail Nickelé, avec raccord standard
8
Anneau de travail mobile, nickelé avec raccord standard
Outils de
travail:
crochets et
anneaux
Outils de travail :supports à ressorts et pinces
Pince à papier
Les pinces
D’après l’institut fédéral pour la protection du travail
Outils de travail: Etau à main, serre-joint à vis et pinces
Pince de travail avec
raccord standard
Selon L’institut fédéral pour la protection de travail
B) Prothèses fonctionnelles actives(de propre force)
 Contrairement à la prothèse passive qui nécessite le changement de
nombreux outils de travail spéciaux, la prothèse de propre force est
munie d’un organe de préhension actionné par un câble de traction.
 Cet organe peut être soit une main artificielle( fonction de préhension
entre le pouce, l’index et le majeur), soit un outil de préhension
universel spécial, appelé « hook(crochet) ».
 Il existe des câbles de traction servant à ouvrir l’outil de préhension
mais aussi d’autres qui peuvent plier le coude(chez les amputés du
bras).
 Ils sont commandés par le patient de manière active à l’aide de
bandages d’épaule.
 L’avantage fonctionnel est donc considérable, car la prothèse
fonctionne de manière « autonome » et n’est plus dépendante de la
main conservée.
Hook(crochet de travail allemand)
Crochet-pince à traction
mécanique, hook standard Crochet-pince de travail
B)-1Généralités sur les bandages à force de
traction pour moignon d’avant-bras
 Pour les moignons d’avant-bras, Une seule force de traction
suffira pour actionner la main artificielle .
 L’énergie nécessaire à la traction est fournie soit par les
muscles du bras lors de l’association de l’ouverture de la
main artificielle et du mouvement de flexion et d’extension,
soit par le mouvement de la ceinture scapulaire par
l’intermédiaire d’un bandage d’épaule en forme de boucle.
C’est ce dernier que l’on emploie le plus souvent.
Bandages
Bandages
(avant-bras)
B.A force de
traction en 9
B.A force de
traction en 8
B. De Roeser
Le schéma suivant décrit les différents types de bandages correspondant au
moignon d’avant-bras :
 C’est la forme la plus simple de bandage de l’épaule en forme de
boucle.
 Il ouvre la prothèse de la main par élargissement de la ceinture
scapulaire lorsque l’épaule est portée en avant, contre la tension
du ressort de fermeture.
 Comme ce bandage ne peut pas servir de dispositif porteur,
l’adhérence doit être obtenue soit au niveau de l’emboîtement
du moignon ou par l’ intermédiaire du manchon de bras et de sa
fixation .
 BFT9 est celui qui gêne le moins l’amputé, mais il glisse très
facilement. Il ne doit pas être employé que pour les travaux
faciles.
B)-1-1 Bandage à force de traction en
neuf:(BFT9)
Bandage à force de traction en neuf
Vue dorsale Vue de face
Câble de
traction
B)-1-2 Bandage à force de traction en
huit:(BFT8)
 C’est le bandage le plus employé en cas d’amputation
d’avant-bras.
 Il commande la force de traction pour la prothèse de main
et sert de dispositif porteur efficace.
 La force de traction part de la prothèse de la main, passe
par une transmission Bowden fixée sur l’avant-bras et sur le
manchon de bras, contourne dans le dos de l’épaule
opposée pour former une boucle au niveau des épaules .
 Au milieu du dos, elle croise la bretelle qui passe par la
nuque et par le haut de l’épaule du côté de l’amputation et
qui se fixe sur la partie avant du bras.
 La bretelle supporte le manchan du bras artificiel.
Bandage à force de traction en huit
Vue de face Vue dorsale
Manchon
Bretelle
Transmission
Bowden
Câble de traction
B)-1-3 Bandage Roeser
 Le bandage Roeser utilise la force des muscles du bras pour
actionner la prothèse de main.
 L’ouverture de la prothèse de main fermée passivement est
obtenue par le mouvement d’extension dans l’articulation
de coude, avec une force de traction qui va jusqu’au
manchon du bras.
 L’allongement et le raccourcissement de la force de
traction permettent de rendre efficace le mouvement
d’ouverture avec différents degrés d’extension de l’avant-
bras.
B)-1-3 Bandage Roeser (suite)
 Grâce à l’association du mouvement
d’ouverture/de fermeture de la prothèse de main et
du mouvement de flexion/d’extension du bras
artificiel dans l’articulation de coude, des forces de
traction avec bandage allant jusqu’à la ceinture
scapulaire ne sont pas nécessaires.
 Comme le bandage Roeser nécessite toujours des
attelles de bras, il ne permet pas de mouvements
de rotation actifs de l’avant-bras.
Bandage Roeser
Vue dorsale
Vue de face
Brassard
Attelles de bras
Câble de traction
B)-2 Généralités concernant les bandages à force de traction pour
moignons de bras :
 Les amputés du bras doivent pouvoir contrôler de manière active au
moins les trois fonctions suivantes :
- Actionnement actif de la prothèse de main .
- Mouvement de flexion de l’avant-bras.
- Blocage et déblocage actif de l’articulation du coude.
 L’énergie nécessaire à l’exercice de ces fonctions est fournie d’une part
par les mouvements de la ceinture scapulaire, d’autre part par ceux
du moignon de bras dans l’articulation de coude.
 L’amputé peut exercer chacune des trois fonctions mentionnées ci-
dessus, soit avec trois forces de traction par l’intermédiaire de trois
mouvements indépendants, soit avec seulement deux forces de traction
chacune assumant l’une après l’autre deux fonctions.
 C’est ainsi que l’on fait la différence entre les bandages à trois
tractions et les bandages à deux tractions.
B)-2-1 Le bras avec bandage à trois
tractions:
 A partir du bourrelet de l’aisselle sous l’épaule du côté
opposé, le bandage à trois tractions se ramifie en trois
forces de traction séparées.
B)-2-1 Le bras avec bandage à trois tractions
(La construction de bras préhenseurs-Groupement fédéral des syndicats professionnels)
Vue dorsale Vue ventrale
La transmission
de flexion
La transmission
de blocage
La
transmission
de crochet
Bourrelet de l’aisselle
(a): Transmission de verrouillage du coude
(b): Transmission de flexion
(c): Transmission à crochet
La transmission de flexion
 La transmission Bowden de flexion tire à partir du
repli avant de l’aisselle de l’épaule opposée, par-dessus
la nuque et le milieu du dos. Elle va de la face
intérieure du bras jusqu’à la face extérieure de
l’avant-bras, est fixé juste devant l’articulation de
coude et fléchit le bras par l’élévation en avant du
moignon de bras.
La transmission de blocage
 La transmission de blocage de l’articulation de coude
part du même endroit à l’extrémité avant du bourrelet
de l’aisselle (épaule opposée).
 Elle passe derrière la nuque, par-dessus l’épaule du
côté de l’amputation, sur la surface avant de la tige de
bras et vers le cliquet de blocage de l’articulation de
coude.
La transmission de crochet :
 Elle part du repli arrière de l’aisselle au niveau de la
boucle (épaule opposée).
 Elle passe dans une transmission Bowden derrière
l’articulation de l’épaule, jusqu’à la face intérieure
de l’avant-bras (sur un plan médial par rapport à
l’articulation de coude) et jusqu’au pouce du
crochet ou jusqu’à la force de traction d’ouverture
pour la prothèse de main.
 L’élargissement de la ceinture scapulaire sert de
source d’énergie.
B)-2-2 Le bras avec bandage à deux tractions
(La construction de bras préhenseurs - Groupement
fédéral des syndicats professionnels)
C) Prothèse fonctionnelle active à force
extérieure
 La prothèse active de propre force offre des avantages
considérables par rapport à la prothèse passive mais présentent
quelques inconvénients:
-Long apprentissage nécessaire pour exécuter avec les
bandages des mouvements précis et des fonctions de préhension.
- Elle nécessite une bonne force musculaire.
 Néanmoins, avec la prothèse à force extérieure, il suffit de
déclencher des impulsions de commande(F/E;P/S;Ov/Fr) par
l’intermédiaire de commutateurs, de soupapes, ou d’électrodes.
 C’est pourquoi avec la prothèse à force extérieure, l’énergie
musculaire du patient n’est plus requise pour la commande et
l’exécution du mouvement .
C)-1 Prothèse myoélectrique
 Les prothèses myoélectriques se composent de 3 groupes
d’éléments de construction suivants:
o Eléments orthopédiques sur mesure: ex: tige de bras ou tige d’avant-
bras.
o Eléments mécaniques préfabriqués :ex: articulation de bras
mécanique, articulation de coude mécanique ou électromécanique,
art.mécanique ou éléctromécanique de prono-supination, main
électromécanique.
o Eléments électriques et électroniques préfabriqués:
ex: dispositif accumulateur d’énergie(pile), électrodes de commande,
moteurs pour le fonctionnement des articulations.
Principe de fonctionnement
 Au moyen d’électrodes cutanées intégrées dans la tige de
prothèse à l’endroit qui convient le mieux (préalablement
déterminé), des potentiels d’action musculaire sont transmis à la
commande électronique de la prothèse.
 Ces potentiels d’action musculaire résultent de la tension
volontaire de groupes musculaires et peuvent être mesurés sur la
surface de la peau au moyen d’appareils sensibles (au microvolt
près).
 Par conséquent, la tension contrôlée des groupes musculaires,
par ex. des muscles fléchisseurs ou extenseurs du bras et de
l’avant-bras, peut être utilisée comme impulsion de commande
pour les fonctions de la prothèse (flexion et extension d’un
coude électrique, ouverture et fermeture ou pronation et
supination de la main).
Principe de fonctionnement (suite)
 Les prothèses myoélectriques ne sont donc pas seulement
activées par des boutons-poussoirs ou des commutateurs,
mais aussi par des impulsions d’action musculaire.
 Il est donc facile de concevoir que pour le patient, il paraît
beaucoup plus « naturel » d’utiliser ce type de prothèses que
ceux décrits dans les chapitres précédents.
 Le signal reçu par les électrodes de commande est amené
vers les amplificateurs miniaturisés qui, par l’intermédiaire
d’un cran de commande, mettent en état de service le
moteur de prothèse sélectionné correspondant.
C)-2 Prothèses hybrides
 Les prothèses hybrides sont généralement des
prothèses de bras.
 Elles sont commandées et actionnées (fonction de
préhension et de rotation de la main) d’une part par
une force extérieure (myoélectrique), d’autre part par la
force corporelle au moyen de bandages avec traction
mécanique et blocage (pour l’articulation de coude).
Fiche de mesure pour le traitement prothétique de la main
(d’après TEUFEL)
VIII- Traitements prothétiques pour les différents
niveaux d’amputation :
 De même que pour les traitements prothétiques du
membre inférieur, il est possible de classer les
traitements prothétiques du membre supérieur selon
le niveau croissant d’amputation.
VIII-1 Prothèses des doigts
 Les prothèses de doigts sont surtout des prothèses
cosmétiques qui recouvrent le moignon du doigt.
 Elles sont maintenues en place par le frottement
d’adhérence entre le moignon du doigt et la tige élastique,
ainsi que par une légère tension élastique du matériau en
silicone ou en PVC ressemblant à du caoutchouc.
 La zone de jonction est mince et recouverte d’une bague.
VIII-1 Prothèses des doigts
 En cas de perte totale d’un seul doigt, on renonce souvent à
utiliser une prothèse, car la fixation est désavantageuse du
point de vue cosmétique et la prothèse ne présente aucun
avantage fonctionnel étant donné qu’elle ne peut offrir
aucun appui stable au pouce.
 Si tous les doigts sont conservés, la perte d’un pouce doit
toujours être compensée par un appareillage prothétique.
 Le pouce doit être ajusté de manière à pouvoir servir
d’appui au majeur lorsque l’index et l’annulaire se joignent
latéralement pendant le mouvement.
 Cet ajustage permet d’obtenir une force de préhension
optimale lors de la préhension pointue ; il permet en outre
d’exécuter la préhension de crochet.
VIII-2 Prothèses partielles de main
 La prothèse partielle de main doit être fabriquée dans
différentes versions, selon la perte et selon la fonction
restante de la main.
 On note :
a)- La prothèse partielle cosmétique de main
b)- La prothèse partielle fonctionnelle de
main(d’après FARLEY)
c)- Prothèse à sortie ouverte avec plaque de
préhension( selon Münster).
d)- Construction modifiée de la prothèse avec
plaque de préhension.
VIII-2-1 Prothèse partielle cosmétique
de la main
 Elle se compose d’une main cosmétique dont les doigts sont
remplis de mousse rigide et de fils métalliques.
 Conformément au moignon de la main, la pièce de main est
remplie d’une emboîture rembourrée (en résine moulée par ex),
laquelle est reliée aux doigts (avec de la mousse ou par collage).
 Les doigts conservés (s’il y en a) doivent être sortis du gant
cosmétique.
 Selon le degré d’amputation ainsi que le nombre et la longueur
des doigts restants, la prothèse partielle de main cosmétique a
une valeur fonctionnelle minime, voire nulle. En cas de perte des
doigts - et si le pouce est conservé- elle peut offrir au pouce un
appui limité.
VIII-2-2 Prothèse partielle fonctionnelle
de la main
 Pour la fabrication des prothèses partielles fonctionnelles de
main, les critères les plus importants ne sont pas d’ordre
cosmétique, mais fonctionnel.
 La fonction de préhension perdue doit être rétablie, au
moins pour la préhension pointue, par la prothèse.
 Selon le degré d’amputation ainsi que le nombre et la
longueur des doigts restants, la prothèse se compose de
deux principaux éléments de construction reliés entre eux
par une articulation :
 une courte tige d’avant-bras avec pouce figé.
une tige de métacarpe avec doigts figés.
VIII-2-2 Prothèse partielle fonctionnelle
de main(suite)
 Au niveau de l’axe transversal du poignet, les deux
éléments de construction sont reliés entre eux par une
articulation mobile superposée.
 Les doigts et le pouce sont montés en position
d’opposition.
 L’extension du moignon du métacarpe dans le poignet
proximal ouvre la main prothétique, la flexion
rapproche les doigts les uns des autres pour la
préhension pointue.
Prothèse partielle fonctionnelle de main
(d’après FARLEY)
Tige courte avec
pouce figé
Tige de métacarpe
avec doigts figés
articulation mobile
superposée
VIII-2-3 Prothèse à sortie ouverte avec
plaque de préhension(Münster)
 Elle exploite directement le mouvement de
flexion/d’extension du moignon du métacarpe.
 La fabrication de cette prothèse ne consiste donc pas à
fabriquer un outil préhenseur ressemblant à une main ou à
des doigts, mais à offrir au moignon du métacarpe une
opposition mobile.
 La préhension de serrage pour maintenir des objets a lieu
entre le moignon et la plaque de préhension.
 Si nécessaire, la plaque de préhension peut être
interchangeable, et pour des sollicitations plus élevées des
outils spéciaux peuvent être utilisés (crochets, anneaux, outils
de serrage, etc., voir chapitre « Les prothèses fonctionnelles
passives »).
VIII-2-3 Prothèse à sortie ouverte avec
plaque de préhension(suite)
 La prothèse se compose de deux parties principales :
- Manchon d’avant-bras avec laçage ou
fermeture autoagrippante ;
- Plaque de préhension interchangeable
montée du côté de la paume.
Prothèse à sortie ouverte avec plaque de
préhension (Münster)
Manchon
d’avant-bras
fermeture
autoagrippante
Plaque de
préhension
VIII-2-4 Construction modifiée de la
prothèse avec plaque de préhension
Si l’interchangeabilité de la plaque de préhension
n’est pas souhaitée, la construction de la prothèse
peut être plus légère (« construction de cadre d’avant-
bras avec le principe-force de trois échelons »).
VIII-3 Prothèses de poignet :
 La différence qui existe entre le moignon de métacarpe
et celui du poignet, c’est que celui-ci ne permet pas
d’effectuer les mouvements nécessaires de préhension.
 Le moignon du poignet est plus long que le moignon
d’avant-bras de longueur moyenne. Cette surlongueur
complique considérablement le raccord utile du point
de vue cosmétique d’une pièce de main préfabriquée.
Tige de poignet avec fenêtrage
disto-médial
Bandage en huit au
niveau du bras
Fenêtre ou ouverture
distale
VIII-4 Prothèses d’avant-bras :
VIII-4-1 Prothèses cosmétiques d’avant-bras
 Tige d’avant-bras enveloppant les
condyles(Münster)
 Tige d’avant-bras avec manchon de bras
 Tige d’avant-bras avec accrochage de bande en
huit
VIII-4-1 Prothèses cosmétiques
d’avant-bras
 Les prothèses cosmétiques d’avant-bras se composent
principalement de trois groupes d’éléments de
construction :
 Tige de prothèse (tige intérieure et extérieure ) ;
 Main prothétique intérieure ;
 Gant cosmétique prothétique.
Tige intérieure de prothèse
 Elle se caractérise par un contact complet avec le
moignon d’avant-bras.
 Elle englobe les condyles du bras avec une joue
condylaire médiale et celle latérale ainsi que l’ olécrâne
dans le bord dorso-proximal de la tige.
 C’est pourquoi la fabrication d’une tige de prothèse
d’avant-bras nécessite deux opérations différentes et
deux moulages en résine différents : le bord proximal
de la prothèse doit être souple, tandis que les parties
médiane et distale de la tige doivent être rigides.
Tige intérieure de prothèse
 La souplesse du bord proximal permet un « encliquetage »
des condyles et de l’olécrâne dans la tige, d’où un
cramponnage au niveau du moignon, en particulier lorsque
la tige est en extension
 Cette forme de tige (KUHN) est « autoadhésive » et ne
nécessite aucun dispositif de fixation supplémentaire, tel
que bandage ou manchon de bras.
La tige d’avant-bras enveloppant les
condyles (Münster)
Accrochage sus-épicondylaire
Tige extérieure de la prothèse
 La tige extérieure reçoit d’une part la tige intérieure
décrite précédemment, d’autre part elle établit la
liaison avec la main.
 Elle sert donc en même temps d’adaptateur et d’avant-
bras cosmétique.
 La section transversale de son extrémité distale
correspond à l’aire de la section de la main qui doit être
raccordée et reçoit la pièce de raccordement à la main.
Tige d’avant-bras avec manchon de bras
Manchon
de bras
=brassard
Tige
extérieure
Tige d’avant-bras avec accrochage de bande
en huit
 La main prothétique est livrée préfabriquée selon les
mesures du patient.
 Une main prothétique est en générale plus petite que la
main naturelle .
 La taille et la face du gant cosmétique prothétique
correspondent à celles de la main prothétique.
 Sa face extérieure est munie de tous les détails cosmétiques
d’une main naturelle (rides naturelles, couleur de la peau,
ongles, etc.).
 La couleur de la peau est commandée d’après un tableau de
comparaison des couleurs en accord avec les désirs du
patient.(voir cahier de commande Otto Bock)
VIII-5 Les prothèses pour désarticulation du
coude :
 la prothèse pour désarticulation du coude est une forme
spéciale de la prothèse du bras.
 Les difficultés d’appareillage prothétique sont à l’origine
de la surlongueur du moignon et de la forme conique
arrondie du moignon au niveau distal.
 Dans ce cas, la tige de la prothèse est soit une tige en
résine moulée avec fenêtrage médial et latéral pour les
condyles du bras, soit une tige en résine moulée avec
tige à paroi souple sur le plan distal, ou bien une tige en
cuir avec laçage ou fermetures autoagrippantes.
 L’avantage de la dernière version réside dans le fait que
la prothèse peut être mise en place assez facilement et
qu’il est possible de régler individuellement la largeur
au moyen du dispositif de fermeture de la tige.
VIII-5 Les prothèses pour désarticulation du
coude :
 La paroi mince de la tige permet d’éviter une
surlargeur supplémentaire de l’articulation.
 La longueur du moignon de désarticulation ne permet
pas d’intégrer une articulation huméro-cubitale
prothétique ordinaire.
 C’est pourquoi, des attelles d’articulation (avec
dispositif de blocage) doivent être posées sur le côté.
VIII-5 Les prothèses pour
désarticulation du coude :suite
 Dans cette prothèse, l’épaule n’est pas forcément
intégrée, car la tige n’englobe que les 2/3 du bras et
laisse l’épaule dégagée.
 Le mouvement de l’avant-bras dans l’articulation de
coude peut être soit passif (par ex. action de la main
controlatérale), soit actionné par une force de traction
avec un bandage d’épaule et de nuque.
 Il en est de même pour le dispositif de blocage de
l’articulation.
Tige en cuir pour
désarticulation du coude
Attelles d’articulation
Articulation
mécanique du coude
Emboîture en cuir
avec fermeture en
lacet
VIII-6 Les prothèses de bras :
 On parle d’amputation de bras lorsque le moignon est
plus court qu’après une désarticulation de coude et
plus long qu’après une désarticulation d’épaule.
 Néanmoins, l’amputation de bras transcondylaire est
traitée comme une désarticulation du coude et il est
préférable de traiter le très court moignon de bras
(moins de 4 cm de longueur de moignon) comme un
moignon de désarticulation d’épaule .
VIII-6 Les prothèses de bras :
 On distingue trois types de moignons selon leurs
longueurs:
 Moignons courts (jusqu’à 1/3 de la longueur
d’origine du bras),
 Moignons de longueur moyenne (1/3 central
de la longueur d’origine du bras).
 Moignons longs (plus de 2/3 de la longueur
d’origine du bras).
le traitement prothétique diffère en fonction
des différences de longueur et de l’adhésivité
du moignon.
VIII-6-1 Le moignon de bras court
 Le moignon de bras court possède un bras de levier court
ou insuffisant ne permettant pas de faire bouger la
prothèse au sens de l’amplitude du mouvement .
 la surface n’est pas assez grande pour obtenir une
adhérence suffisante entre l’épaule et le moignon.
 C’est pourquoi, la tige de prothèse inclut la hauteur de
l’épaule comme surface d’appui de la tige pour empêcher un
glissement distal de la prothèse.
 Pour empêcher des rotations involontaires, l’origine du
muscle pectoral sur la face frontale et une partie de
l’omoplate sur la face dorsale sont recouvertes par des
prolongements en forme d’aile de la tige de prothèse.
VIII-6-1 Le moignon de bras court
 Pour empêcher un glissement latéral, la tige de prothèse est
fixée au moyen d’une courroie en forme de boucle (appelée
dispositif porteur qui ne passe pas par le thorax).
 Une pièce en forme de bourrelet relevée le plus possible sur
le plan médial s’appuie dans l’aisselle au niveau de la cage
thoracique, sans toutefois gêner les nerfs, les vaisseaux
sanguins ou les cordons musculaires.
 Cet appui est nécessaire, car le poids de la prothèse amène
celle-ci en adduction et le moignon n’est pas assez long
pour s’opposer (de manière continue) à ces forces.
 Pour la même raison, le moignon est emboîté en position
de légère abduction.
Aile recouvrant la face
frontale du muscle
pectoral
Courroie reliant les deux
ailes: aile frontale et celle
dorsale recouvrant une
partie de la scapula
Appui apical empêchant
Le glissement distal
Tige de prothèse pour
moignon de bras court
VIII-6-2 Le moignon de bras de longueur moyenne :
 Le moignon de bras de longueur moyenne est emboîté
selon des principes similaires.
 En raison d’une meilleure longueur de levier et d’une
meilleure adhérence, le façonnage du bord proximal
de la tige ne doit pas être aussi caractéristique.
 L’appui de l’épaule (à hauteur de l’épaule) est soit évité,
soit nettement réduit, ce qui permet de libérer le
mouvement d’abduction.
VIII-6-2 Le moignon de bras de longueur moyenne :
 L’adhérence est meilleure et les mouvements de rotations
sont réduits .
 C’est pourquoi les ailes frontales et dorsales sont nettement
réduites.
 La tige de la prothèse doit être en contact totale avec le
moignon et aussi au niveau distal, pour éviter les œdèmes.
 Un soutien d’aisselle ainsi qu’un dispositif porteur
(bandage) restent cependant nécessaires.
Courroie ou
bande reliant les
deux ailes
Aile frontale réduite
Partie apicale de
l’épaule dégagée
Tige de prothèse pour moignon de
bras de longueur moyenne
VIII-6-3 Le moignon de bras long
 Le long moignon de bras dispose d’une longueur de
levier suffisamment efficace pour l’exécution de
mouvements de la prothèse dans l’articulation
scapulaire.
 De plus, sa surface assez grande permet d’obtenir une
bonne adhérence entre la tige et le moignon.
 C’est pourquoi, le bord proximal de la tige doit, dans la
mesure du possible, garantir la liberté de mouvement
de l’épaule.
VIII-6-3 Le moignon de bras long
 Même si, sur le plan médial, la tige s’étend jusqu’à la
hauteur de l’aisselle et enveloppe également sur le plan
latéral l’insertion du muscle deltoïde, elle ne s’appuie pas
dans l’aisselle (au niveau de la cage thoracique).
 Par conséquent, elle permet les mouvements d’abduction
et de rotation de l’épaule.
 Cette tige également est conçue comme tige de contact par
adhérence et peut être équipée d’une soupape.
 Donc l’emlpoi de la courroie n’est plus nécessaire.
VIII-6-4 L’articulation pivotante et articulation de
coude
• L’articulation pivotante située prés de l’articulation de
coude et éloignée du moignon permet de tourner la
prothèse autour de son axe longitudinal.
• Cette articulation est utilisée en cas de moignon court
et de moignon de longueur moyenne.
• Lorsque l’avant-bras est plié. cette articulation permet de
rapprocher l’avant-bras du corps, ce qui représente un
mouvement de rotation de 60° à 70 ° ,
• Il s’agit d’une articulation passive.
L’articulation du coude
 L’articulation mécanique du coude permet des angles
de flexion/extension compris entre 30° et 180°.
 Nous en distinguons deux types: active et passive.
 on trouve également dans le commerce des
articulations de coude électriques qui sont activées soit
par l’intermédiaire de boutons-poussoirs, soit par une
commande myoélectrique. Mais elles sont très
couteuses.
 Elles sont surtout prescrites pour l’appareillage
d’amputés des deux bras.
VIII-7 Les prothèses pour désarticulation de
l’épaule
• En principe, la prothèse pour désarticulation de l’épaule
peut, en ce qui concerne l’articulation scapulaire
prothétique, correspondre sur le plan distal à n’importe
quelle prothèse de bras décrite précédemment.
• Cependant, étant donné que l’articulation scapulaire
prothétique ne peut être commandée ni par la propre force,
et jusqu’à présent ni par une force extérieure, la prothèse
pour désarticulation de l’épaule présente des restrictions
fonctionnelles telles que l’emploi d’éléments de
construction de force extérieure ou de propre force dans
des articulations distales semble discutable.
 Dans tous les autres cas, la fabrication d’une prothèse
cosmétique est suffisante.
Deuxième partie :
pratique
Cours traitements prothétiques du membre supérieur modifie

Contenu connexe

Tendances

Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09
Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09
Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09
raymondteyrouz
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
killua zoldyck
 
Généralités sur les fractures
Généralités sur les fracturesGénéralités sur les fractures
Généralités sur les fractures
Dr. Yassine BEZZIANE
 
Fracture luxationperilunarienneducarpe-141111144216-conversion-gate02
Fracture luxationperilunarienneducarpe-141111144216-conversion-gate02Fracture luxationperilunarienneducarpe-141111144216-conversion-gate02
Fracture luxationperilunarienneducarpe-141111144216-conversion-gate02
Smail Rezzik
 
Physiologie am
Physiologie amPhysiologie am
Physiologie am
Abdeldjalil Gadra
 
Urogyn pedia 3 rm 12 04 11
Urogyn pedia 3 rm 12 04 11Urogyn pedia 3 rm 12 04 11
Urogyn pedia 3 rm 12 04 11
raymondteyrouz
 
La luxation congenitale de la hanche
La luxation congenitale de la hancheLa luxation congenitale de la hanche
La luxation congenitale de la hanche
ROBERT ELBAUM
 
Articulation du genou
Articulation du genouArticulation du genou
Articulation du genou
mesomenia Adr
 
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse etLe traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et
Abdeldjalil Gadra
 
Les analyses complémentaires en odf
Les analyses complémentaires en odfLes analyses complémentaires en odf
Les analyses complémentaires en odf
Abdeldjalil Gadra
 
les articulateurs et les arcs faciaux
les articulateurs et les arcs faciauxles articulateurs et les arcs faciaux
les articulateurs et les arcs faciaux
Abdeldjalil Gadra
 
Grossesse et diabète
Grossesse et diabèteGrossesse et diabète
Grossesse et diabète
Amine Dafaa
 
Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2
killua zoldyck
 
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUSFRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
Mede Space
 

Tendances (20)

Asepsie
AsepsieAsepsie
Asepsie
 
Myologie main et poignet
Myologie main et poignet Myologie main et poignet
Myologie main et poignet
 
Fracture de la rotule
Fracture de la rotuleFracture de la rotule
Fracture de la rotule
 
Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09
Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09
Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
 
Le chassis metalique
Le chassis metalique   Le chassis metalique
Le chassis metalique
 
Généralités sur les fractures
Généralités sur les fracturesGénéralités sur les fractures
Généralités sur les fractures
 
Fracture luxationperilunarienneducarpe-141111144216-conversion-gate02
Fracture luxationperilunarienneducarpe-141111144216-conversion-gate02Fracture luxationperilunarienneducarpe-141111144216-conversion-gate02
Fracture luxationperilunarienneducarpe-141111144216-conversion-gate02
 
Physiologie am
Physiologie amPhysiologie am
Physiologie am
 
Urogyn pedia 3 rm 12 04 11
Urogyn pedia 3 rm 12 04 11Urogyn pedia 3 rm 12 04 11
Urogyn pedia 3 rm 12 04 11
 
La luxation congenitale de la hanche
La luxation congenitale de la hancheLa luxation congenitale de la hanche
La luxation congenitale de la hanche
 
Traumato genou
 Traumato genou Traumato genou
Traumato genou
 
Les immobilisations
Les immobilisationsLes immobilisations
Les immobilisations
 
Articulation du genou
Articulation du genouArticulation du genou
Articulation du genou
 
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse etLe traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et
 
Les analyses complémentaires en odf
Les analyses complémentaires en odfLes analyses complémentaires en odf
Les analyses complémentaires en odf
 
les articulateurs et les arcs faciaux
les articulateurs et les arcs faciauxles articulateurs et les arcs faciaux
les articulateurs et les arcs faciaux
 
Grossesse et diabète
Grossesse et diabèteGrossesse et diabète
Grossesse et diabète
 
Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2
 
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUSFRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
 

Similaire à Cours traitements prothétiques du membre supérieur modifie

Paralysie des muscles intrinseques
Paralysie des muscles intrinsequesParalysie des muscles intrinseques
Paralysie des muscles intrinseques
Smail Rezzik
 
Les muscles extrinsèques de la main
Les muscles extrinsèques de la mainLes muscles extrinsèques de la main
Les muscles extrinsèques de la main
A Djouad Z
 
Epaule du Surfeur - Benoit Hogedez - Kinesitherapeute
Epaule du Surfeur - Benoit Hogedez - KinesitherapeuteEpaule du Surfeur - Benoit Hogedez - Kinesitherapeute
Epaule du Surfeur - Benoit Hogedez - Kinesitherapeute
Guillaume Barucq
 
Les orthèses du membre supérieur version finale
Les orthèses du membre supérieur version finaleLes orthèses du membre supérieur version finale
Les orthèses du membre supérieur version finale
Youssef Youyou
 
Les muscles de la main
Les muscles de la mainLes muscles de la main
Les muscles de la main
noraeah med
 
Manuel francophone extraits
Manuel francophone extraitsManuel francophone extraits
Manuel francophone extraits
Daniel Sum
 
Les muscles de la jambe et du pied
Les muscles de la jambe et du piedLes muscles de la jambe et du pied
Les muscles de la jambe et du pied
noraeah med
 
25IDcNMR88LIYiQA101.pptx anatomie du genou
25IDcNMR88LIYiQA101.pptx anatomie du genou25IDcNMR88LIYiQA101.pptx anatomie du genou
25IDcNMR88LIYiQA101.pptx anatomie du genou
islambouchiba9
 
Jean Emile Dubuc_Abords chirurgicaux de la hanche.pdf
Jean Emile Dubuc_Abords chirurgicaux de la hanche.pdfJean Emile Dubuc_Abords chirurgicaux de la hanche.pdf
Jean Emile Dubuc_Abords chirurgicaux de la hanche.pdf
abdohouamer1
 
Physiologie de l’édenté partiel
Physiologie de l’édenté partielPhysiologie de l’édenté partiel
Physiologie de l’édenté partiel
Abdeldjalil Gadra
 
Semiologie neurologique
Semiologie neurologiqueSemiologie neurologique
Semiologie neurologique
Elsa von Licy
 
Cours Anatomie et Biomécanique Du Genoux
Cours Anatomie et Biomécanique Du GenouxCours Anatomie et Biomécanique Du Genoux
Cours Anatomie et Biomécanique Du Genoux
MohammedGartit
 
Anatomie pour le mouvement
Anatomie pour le mouvementAnatomie pour le mouvement
Anatomie pour le mouvement
achatenet
 
Gonalgie par subluxation tête fibula, conférence 1er prix sofmmoo 2008, actua...
Gonalgie par subluxation tête fibula, conférence 1er prix sofmmoo 2008, actua...Gonalgie par subluxation tête fibula, conférence 1er prix sofmmoo 2008, actua...
Gonalgie par subluxation tête fibula, conférence 1er prix sofmmoo 2008, actua...
Adhésiolyse Manuelle Dynamique-Osteopathie-Ho Pun Cheung
 
JOUR 1 - (02) Epaules (MM. Lefèvre-Colau).pdf
JOUR 1 - (02) Epaules (MM. Lefèvre-Colau).pdfJOUR 1 - (02) Epaules (MM. Lefèvre-Colau).pdf
JOUR 1 - (02) Epaules (MM. Lefèvre-Colau).pdf
DiandraTchadeu
 
Adhesiolyse Manuelle d'une cheville douloureuse instable
Adhesiolyse Manuelle d'une cheville douloureuse instableAdhesiolyse Manuelle d'une cheville douloureuse instable
Adhesiolyse Manuelle d'une cheville douloureuse instable
E.I. HO-PUN-CHEUNG
 
cours d'obstétrique : Dystocie des épaules
cours d'obstétrique : Dystocie des épaules cours d'obstétrique : Dystocie des épaules
cours d'obstétrique : Dystocie des épaules
Ilham El Azizi
 
FEIF.pptx
FEIF.pptxFEIF.pptx

Similaire à Cours traitements prothétiques du membre supérieur modifie (20)

Paralysie des muscles intrinseques
Paralysie des muscles intrinsequesParalysie des muscles intrinseques
Paralysie des muscles intrinseques
 
Les muscles extrinsèques de la main
Les muscles extrinsèques de la mainLes muscles extrinsèques de la main
Les muscles extrinsèques de la main
 
Epaule du Surfeur - Benoit Hogedez - Kinesitherapeute
Epaule du Surfeur - Benoit Hogedez - KinesitherapeuteEpaule du Surfeur - Benoit Hogedez - Kinesitherapeute
Epaule du Surfeur - Benoit Hogedez - Kinesitherapeute
 
Les orthèses du membre supérieur version finale
Les orthèses du membre supérieur version finaleLes orthèses du membre supérieur version finale
Les orthèses du membre supérieur version finale
 
Fiche tendinite
Fiche tendiniteFiche tendinite
Fiche tendinite
 
Les muscles de la main
Les muscles de la mainLes muscles de la main
Les muscles de la main
 
Manuel francophone extraits
Manuel francophone extraitsManuel francophone extraits
Manuel francophone extraits
 
Les muscles de la jambe et du pied
Les muscles de la jambe et du piedLes muscles de la jambe et du pied
Les muscles de la jambe et du pied
 
25IDcNMR88LIYiQA101.pptx anatomie du genou
25IDcNMR88LIYiQA101.pptx anatomie du genou25IDcNMR88LIYiQA101.pptx anatomie du genou
25IDcNMR88LIYiQA101.pptx anatomie du genou
 
Jean Emile Dubuc_Abords chirurgicaux de la hanche.pdf
Jean Emile Dubuc_Abords chirurgicaux de la hanche.pdfJean Emile Dubuc_Abords chirurgicaux de la hanche.pdf
Jean Emile Dubuc_Abords chirurgicaux de la hanche.pdf
 
Physiologie de l’édenté partiel
Physiologie de l’édenté partielPhysiologie de l’édenté partiel
Physiologie de l’édenté partiel
 
Semiologie neurologique
Semiologie neurologiqueSemiologie neurologique
Semiologie neurologique
 
Cours Anatomie et Biomécanique Du Genoux
Cours Anatomie et Biomécanique Du GenouxCours Anatomie et Biomécanique Du Genoux
Cours Anatomie et Biomécanique Du Genoux
 
Dossier Gym Modif
Dossier Gym ModifDossier Gym Modif
Dossier Gym Modif
 
Anatomie pour le mouvement
Anatomie pour le mouvementAnatomie pour le mouvement
Anatomie pour le mouvement
 
Gonalgie par subluxation tête fibula, conférence 1er prix sofmmoo 2008, actua...
Gonalgie par subluxation tête fibula, conférence 1er prix sofmmoo 2008, actua...Gonalgie par subluxation tête fibula, conférence 1er prix sofmmoo 2008, actua...
Gonalgie par subluxation tête fibula, conférence 1er prix sofmmoo 2008, actua...
 
JOUR 1 - (02) Epaules (MM. Lefèvre-Colau).pdf
JOUR 1 - (02) Epaules (MM. Lefèvre-Colau).pdfJOUR 1 - (02) Epaules (MM. Lefèvre-Colau).pdf
JOUR 1 - (02) Epaules (MM. Lefèvre-Colau).pdf
 
Adhesiolyse Manuelle d'une cheville douloureuse instable
Adhesiolyse Manuelle d'une cheville douloureuse instableAdhesiolyse Manuelle d'une cheville douloureuse instable
Adhesiolyse Manuelle d'une cheville douloureuse instable
 
cours d'obstétrique : Dystocie des épaules
cours d'obstétrique : Dystocie des épaules cours d'obstétrique : Dystocie des épaules
cours d'obstétrique : Dystocie des épaules
 
FEIF.pptx
FEIF.pptxFEIF.pptx
FEIF.pptx
 

Cours traitements prothétiques du membre supérieur modifie

  • 1. Présenté par: Mr HARKOUCHA YOUSSEF Année universitaire: 2015-2016
  • 3. I-Rappel anatomique  C’est une articulation de type énarthrose (sphéroïde). Dans l’articulation de l’épaule, la cavité glénoïde relativement plate de l’omoplate s’articule avec la grande tête humérale. Cette articulation orbiculaire est l’articulation la plus mobile du corps humain mais fragile, car la capsule articulaire est large et les ligaments sont faibles. De nombreux muscles participent à la stabilisation et au guidage de l’articulation.
  • 4. Rappel anatomique: suite Les mouvements se font dans quel plan anatomique? 1- Abduction et adduction du bras se font dans le plan frontal. 2- Antépulsion et rétropulsion dans le plans sagittal. 3- Rotation externe et interne dans le plan horizontal.
  • 5. Rappel anatomique: suite  Composée de 3 articulations juxtaposées réunies dans la même capsule: - Articulation huméro-cubitale (art. trochéenne à 1° de liberté ) - Articulation huméro-radiale(articulation orbiculaire ou sphéroïde (ellipsoïde) à 2° de liberté ). - Articulation radio-cubitale: trochoïde à 1° de liberté.
  • 6. Rappel anatomique: suite  Articulation huméro-cubitale: au niveau de laquelle se produisent la flexion et l’extension , celle-ci prend fin lorsque l’olécrane se heurte à une résistance dans la fosse olécranienne.  Articulation huméro-radiale: C’est une articulation orbiculaire qui ne peut participer qu’à la flexion et à la rotation.
  • 7. Rappel anatomique: suite  Articulation radio-cubitale: C’est une articulation trochoïde, lors de la pronation, le radius effectue une rotation interne par dessus le cubitus, amenant le pouce à regarder en dedans et le dos de la main en avant ou en haut. Lors de ce mouvement, le radius croise le cubitus. Lors de la supination, le cubitus et le radius sont parallèles, le pouce effectue une rotation externe, la paume de la main regarde en avant ou en haut.
  • 8. Rappel anatomique: suite  - C’est une articulation biaxiale, la cavité glénoïde ovale du radius s’articule avec la rangée proximale des os du carpe, le cubitus ne participe pas à la structure de cette articulation . - La structure de cette articulation permet d’abord une flexion en direction de la paume de la main(palmaire) et une extension en direction orientée vers le pouce, ainsi qu’une abduction en direction du petit doigt ont lieu autour de l’axe dorsopalmaire vertical.
  • 9. Rappel anatomique: suite Elle a la forme d’une articulation en selle au niveau du pouce. Elle permet des mouvements sur deux axes, d’une part d’adduction et d’abduction et la flexion et l’extension. Cette mobilité du pouce contribue de manière déterminante à la fonction de préhension de la main humaine.
  • 11. Rappel anatomique: suite  Elles se comportent comme des articulations orbiculaires. Dans ces articulations, les doigts en extension peuvent être fortement écartés, par contre les doigts fléchis ne peuvent être écartés aussi fortement car le mouvement est inhibé par les ligaments articulaires latéraux (articulation en charnière).
  • 12. II-La fonction de préhension de la main  Pour parler des possibilités de préhension d’une main artificielle ou d’un organe de préhension, il est indispensable de connaître les différentes formes de préhension de la main saine.  Selon ZUR VERTH(1927-1936) et HILGENFELDT(1950), on distingue 4 formes principales de préhension qui peuvent varier de manières multiples lors de l’action de préhension.
  • 13. Formes de préhension de la main  II-1 Préhension en pointe, de précision ou de pince: Elle s’exécute en regroupant les extrémités du pouce de l’index et du majeur ou les extrémités du pouce et de l’index. On l’utilise pour tenir ou saisir de petits objets.
  • 14. Formes de préhension de la main  II-2 Préhension large, grossière ou de poing: -Elle s’exécute en enfonçant les quatre doigts dans le creux de la main. -La force de préhension est maximale lorsque la main est en légère extension dorsale. -On se sert de ce type de préhension par exemple pour saisir un marteau, en utilisant la paume de la main comme plateau de préhension et le pouce comme contre-appui.
  • 15. Formes de préhension de la main  II-3 Préhension à crochet : On parle de la préhension à crochet lorsqu’on laisse prendre le bras et qu’on plie les quatre doigts. Dans cette position, la main sert d’outil porteur, le pouce n’est pas forcément utilisé.
  • 16. Formes de préhension de la main  II-4 Préhension de clé: L’extrémité du pouce est posée sur la face radiale de la partie médiale de l’index. On appelle cette forme de préhension « préhension de clé » car on la retrouve dans le mouvement de rotation typique de l’avant bras (pour tourner une clé dans une serrure).
  • 17.  La capacité de préhension de la main dépend de la position du pouce et de l’aptitude de celui-ci à exercer une force d’opposition. Sans le pouce la main perd sa fonction primordiale.
  • 18. III-La main  Tout comme le pied, la main présente d’imporantes concavités: concavité transversale distale et transversale proximale, concavité longitudinale.  Le creux de la main est concave aussi bien la voûte transversale que longitudinale. Ces dernières ont une grande signification dans la construction des orthèses.
  • 19. III-La main  III-1 La topographie de la main: 1: Pli palmaire inférieur répondant aux trois derniers articulations métacarpo-phalangiennes. 2: Pli palmaire moyen répondant en dehors à la métacarpo-phalangienne de l’index. 3: Pli palmaire supérieur limite l’éminence thénar ou encore pli d’opposition du pouce. 1 2 3
  • 20.  La face palmaire des doigts commence au pli digéto- palmaire situé 10 à15 mm au dessus de la métacarpo- phalongienne  Les quatre derniers doigts sont séparés entre eux par la deuxième ;troisième et quatrième commissures  Le pli de flexion de l’interphalongienne proximale correspond à son articulation :il sépare la première phalange de la deuxième (4)  Le pli de la flexion de l’interphalongienne distale correspond aussi à son articulation et il forme la limite supérieur de la pulpe (5) (4) (5)
  • 21. III-La main  III-2 Axe de la main: -Pour trouver l’axe de la main, il faut tracer une ligne qui passe par le majeur et l’os lunatum. -Cet axe est facile à repérer en cherchant les points anatomiques suivants: le processus styloïde du radius et l’os lunatum.
  • 22.  Dans la pratique et pour éviter toute erreur on trace un angle droit à partir du processus styloïde du radius et perpendiculaire à l’axe de la main.
  • 23. IV- Le coude (F/E)  IV-1 Axe du coude:  L’axe anatomique de l’articulation du coude passe par les épicondyles de l’humérus.  L’axe mécanique doit passer en bas de l’axe anatomique 1 à 1,5 cm .  Dans la pratique, on laisse fléchir l’avant-bras à 90° et on mesure la circonférence qui passe par l’olécrane à partir du sommet de l’olécrane on rapporte médialement et latéralement le ¼ de cette circonférence. 1/4
  • 24. IV- Le coude (F/E)  IV-2 Position de fonction et de repos:  Dans la position de repos, le coude est en légère flexion d’environ 10 degré.  La position de fonction: c’est la position dans laquelle le patient peut atteindre sa tête facilement.  Selon le besoin et l’exigence du patient, on peut choisir entre deux degrés: ◊Position de flexion de 30° ◊Position de flexion de 90°
  • 25. IV- Le coude (F/E)  IV-2 Position de fonction et de repos: (suite)  Avec une position de Flexion de 30°, le patient peut effectuer certaines activités journalières sauf atteindre sa tête, la main dans cette position doit être en pronation.  Avec une position de 90°, le patient peut manger facilement, la main doit être en position moyenne.
  • 26. V-L’épaule  Position de fonction et de repos :  Il n’existe pas une position de fonction pour l’articulation de l’épaule.  Pour immobiliser l’articulation de l’épaule et pour éviter tout rétrécissement de la capsule au niveau axillaire, le bras doit être maintenu dans une position de 60° d’abduction et en 15° de rétroversion et l’avant-bras en position horizontale.
  • 27. VI- Amputations des membres supérieurs  VI-1 Causes: -Les agénésies Les malformations surviennent soit sans cause retrouvée, soit dans le cadre d'une pathologie embryonnaire: rubéole pendant la grossesse, intoxication médicamenteuse. -Amputations par accident -Les guerres -Amputations pour maladies: maladie vasculaire telle l’artérite, les infections suite à des fractures ouvertes, les tumeurs. -Les sanctions pénales: Encore aujourd'hui, les sanctions pénales prévues par la loi de l’islam, dont les applications concrètes sont très variables selon les domaines, prévoient l’amputation de la main des voleurs, et de un ou plusieurs membres pour les rebelles.
  • 28. VI-2 NIVEAUX D’AMPUTATIONS 1 Désarticulation d’épaule 2 Moignon très court de bras 3 Moignon de bras 4 Désarticulation de coude 5 Moignon très court d’avant-bras sans conservation de la prono-supination 6 Moignon d’avant bras avec prono-supination 7 Désarticulation de poignet 8 Désarticulation métacarpienne 9 Amputation d’un ou plusieurs doigts VI- Amputations des membres supérieurs
  • 29. VII-Aperçu des systèmes de prothèses Prothèse Prothèse passive Esthétique ou cosmétique Fonction de préhension par le mbre sain Aucune fonction de préhension par le mbre sain Pour le travail = Pro.Fonctionnelle passive Prothèse active A propre force (Câble de traction+Bandage) A force externe P.Myoélectrique P.hybride
  • 30. VII-1 Prothèse cosmétique:  Les prothèses cosmétiques sont dites passives car soit elles n’assument aucune fonction de préhension, soit elles assument une fonction passive de maintien(activation ou désactivation avec l’autre main).  Malgré l’absence de la fonction de préhension, les prothèses cosmétiques ont une importance considérable pour l’amputé:  En Europe du nord, la fonction esthétique a une importance considérable pour l’équilibre psychique du patient, surtout pour les femmes et aussi pour les patients dont la profession est orientée sur le public(c-à-d personnes travaillant dans des services publics d’information).
  • 31.  En plus des fonctions psychosociales mentionnées ci- dessus, la prothèse de bras remplit la fonction de maintien en équilibre du poids du corps.  Les amputés qui renoncent à un traitement prothétique présentent après un certain temps du côté de l’amputation une élévation de l’épaule et une déformation de la colonne vertébrale .
  • 33. VII-1 Prothèse cosmétique: Exemples: Pouce en silicone Main partielle en silicone Prothèse pour Désarticulation de l’interphalangienne proximale
  • 35. VII-2 Prothèse fonctionnelle: Prothèse fonctionnelle (travail) Prothèse fonctionnelle passive Prothèse fonctionnelle active (de propre force) Prothèse fonctionnelle active (à force extérieure) Classification des prothèses P.Fonctionnelle active
  • 36. VII-2 Prothèse fonctionnelle (de travail):  A)- prothèse fonctionnelle passive: - Peut être munie d’embouts spéciaux remplissant une fonction passive de préhension ou de maintien. - Ces embouts sont remplacés, ajustés, ouverts et fermés par la main saine controlatérale. - Un contrôle actif de la fonction de préhension du côté de l’amputation n’est pas prévu. L’embout Séma, élement de raccord pour outils de travail.(institut fédéral pour la protection du travail)
  • 37. Bras à un élément Avant-bras à un élément Bras à deux éléments Pièce de raccord SEMA pour bras avec articulation du coude
  • 38. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Crochet de travail nickelé, avec raccord standard Crochet-anneau de travail 1 4 6 Anneau de travail Nickelé, avec raccord standard 8 Anneau de travail mobile, nickelé avec raccord standard Outils de travail: crochets et anneaux
  • 39. Outils de travail :supports à ressorts et pinces Pince à papier Les pinces D’après l’institut fédéral pour la protection du travail
  • 40. Outils de travail: Etau à main, serre-joint à vis et pinces Pince de travail avec raccord standard Selon L’institut fédéral pour la protection de travail
  • 41. B) Prothèses fonctionnelles actives(de propre force)  Contrairement à la prothèse passive qui nécessite le changement de nombreux outils de travail spéciaux, la prothèse de propre force est munie d’un organe de préhension actionné par un câble de traction.  Cet organe peut être soit une main artificielle( fonction de préhension entre le pouce, l’index et le majeur), soit un outil de préhension universel spécial, appelé « hook(crochet) ».  Il existe des câbles de traction servant à ouvrir l’outil de préhension mais aussi d’autres qui peuvent plier le coude(chez les amputés du bras).  Ils sont commandés par le patient de manière active à l’aide de bandages d’épaule.  L’avantage fonctionnel est donc considérable, car la prothèse fonctionne de manière « autonome » et n’est plus dépendante de la main conservée.
  • 42. Hook(crochet de travail allemand) Crochet-pince à traction mécanique, hook standard Crochet-pince de travail
  • 43. B)-1Généralités sur les bandages à force de traction pour moignon d’avant-bras  Pour les moignons d’avant-bras, Une seule force de traction suffira pour actionner la main artificielle .  L’énergie nécessaire à la traction est fournie soit par les muscles du bras lors de l’association de l’ouverture de la main artificielle et du mouvement de flexion et d’extension, soit par le mouvement de la ceinture scapulaire par l’intermédiaire d’un bandage d’épaule en forme de boucle. C’est ce dernier que l’on emploie le plus souvent.
  • 44. Bandages Bandages (avant-bras) B.A force de traction en 9 B.A force de traction en 8 B. De Roeser Le schéma suivant décrit les différents types de bandages correspondant au moignon d’avant-bras :
  • 45.  C’est la forme la plus simple de bandage de l’épaule en forme de boucle.  Il ouvre la prothèse de la main par élargissement de la ceinture scapulaire lorsque l’épaule est portée en avant, contre la tension du ressort de fermeture.  Comme ce bandage ne peut pas servir de dispositif porteur, l’adhérence doit être obtenue soit au niveau de l’emboîtement du moignon ou par l’ intermédiaire du manchon de bras et de sa fixation .  BFT9 est celui qui gêne le moins l’amputé, mais il glisse très facilement. Il ne doit pas être employé que pour les travaux faciles. B)-1-1 Bandage à force de traction en neuf:(BFT9)
  • 46. Bandage à force de traction en neuf Vue dorsale Vue de face Câble de traction
  • 47. B)-1-2 Bandage à force de traction en huit:(BFT8)  C’est le bandage le plus employé en cas d’amputation d’avant-bras.  Il commande la force de traction pour la prothèse de main et sert de dispositif porteur efficace.  La force de traction part de la prothèse de la main, passe par une transmission Bowden fixée sur l’avant-bras et sur le manchon de bras, contourne dans le dos de l’épaule opposée pour former une boucle au niveau des épaules .  Au milieu du dos, elle croise la bretelle qui passe par la nuque et par le haut de l’épaule du côté de l’amputation et qui se fixe sur la partie avant du bras.  La bretelle supporte le manchan du bras artificiel.
  • 48. Bandage à force de traction en huit Vue de face Vue dorsale Manchon Bretelle Transmission Bowden Câble de traction
  • 49. B)-1-3 Bandage Roeser  Le bandage Roeser utilise la force des muscles du bras pour actionner la prothèse de main.  L’ouverture de la prothèse de main fermée passivement est obtenue par le mouvement d’extension dans l’articulation de coude, avec une force de traction qui va jusqu’au manchon du bras.  L’allongement et le raccourcissement de la force de traction permettent de rendre efficace le mouvement d’ouverture avec différents degrés d’extension de l’avant- bras.
  • 50. B)-1-3 Bandage Roeser (suite)  Grâce à l’association du mouvement d’ouverture/de fermeture de la prothèse de main et du mouvement de flexion/d’extension du bras artificiel dans l’articulation de coude, des forces de traction avec bandage allant jusqu’à la ceinture scapulaire ne sont pas nécessaires.  Comme le bandage Roeser nécessite toujours des attelles de bras, il ne permet pas de mouvements de rotation actifs de l’avant-bras.
  • 51. Bandage Roeser Vue dorsale Vue de face Brassard Attelles de bras Câble de traction
  • 52. B)-2 Généralités concernant les bandages à force de traction pour moignons de bras :  Les amputés du bras doivent pouvoir contrôler de manière active au moins les trois fonctions suivantes : - Actionnement actif de la prothèse de main . - Mouvement de flexion de l’avant-bras. - Blocage et déblocage actif de l’articulation du coude.  L’énergie nécessaire à l’exercice de ces fonctions est fournie d’une part par les mouvements de la ceinture scapulaire, d’autre part par ceux du moignon de bras dans l’articulation de coude.  L’amputé peut exercer chacune des trois fonctions mentionnées ci- dessus, soit avec trois forces de traction par l’intermédiaire de trois mouvements indépendants, soit avec seulement deux forces de traction chacune assumant l’une après l’autre deux fonctions.  C’est ainsi que l’on fait la différence entre les bandages à trois tractions et les bandages à deux tractions.
  • 53. B)-2-1 Le bras avec bandage à trois tractions:  A partir du bourrelet de l’aisselle sous l’épaule du côté opposé, le bandage à trois tractions se ramifie en trois forces de traction séparées.
  • 54. B)-2-1 Le bras avec bandage à trois tractions (La construction de bras préhenseurs-Groupement fédéral des syndicats professionnels) Vue dorsale Vue ventrale La transmission de flexion La transmission de blocage La transmission de crochet Bourrelet de l’aisselle
  • 55. (a): Transmission de verrouillage du coude (b): Transmission de flexion (c): Transmission à crochet
  • 56. La transmission de flexion  La transmission Bowden de flexion tire à partir du repli avant de l’aisselle de l’épaule opposée, par-dessus la nuque et le milieu du dos. Elle va de la face intérieure du bras jusqu’à la face extérieure de l’avant-bras, est fixé juste devant l’articulation de coude et fléchit le bras par l’élévation en avant du moignon de bras.
  • 57. La transmission de blocage  La transmission de blocage de l’articulation de coude part du même endroit à l’extrémité avant du bourrelet de l’aisselle (épaule opposée).  Elle passe derrière la nuque, par-dessus l’épaule du côté de l’amputation, sur la surface avant de la tige de bras et vers le cliquet de blocage de l’articulation de coude.
  • 58. La transmission de crochet :  Elle part du repli arrière de l’aisselle au niveau de la boucle (épaule opposée).  Elle passe dans une transmission Bowden derrière l’articulation de l’épaule, jusqu’à la face intérieure de l’avant-bras (sur un plan médial par rapport à l’articulation de coude) et jusqu’au pouce du crochet ou jusqu’à la force de traction d’ouverture pour la prothèse de main.  L’élargissement de la ceinture scapulaire sert de source d’énergie.
  • 59. B)-2-2 Le bras avec bandage à deux tractions (La construction de bras préhenseurs - Groupement fédéral des syndicats professionnels)
  • 60. C) Prothèse fonctionnelle active à force extérieure  La prothèse active de propre force offre des avantages considérables par rapport à la prothèse passive mais présentent quelques inconvénients: -Long apprentissage nécessaire pour exécuter avec les bandages des mouvements précis et des fonctions de préhension. - Elle nécessite une bonne force musculaire.  Néanmoins, avec la prothèse à force extérieure, il suffit de déclencher des impulsions de commande(F/E;P/S;Ov/Fr) par l’intermédiaire de commutateurs, de soupapes, ou d’électrodes.  C’est pourquoi avec la prothèse à force extérieure, l’énergie musculaire du patient n’est plus requise pour la commande et l’exécution du mouvement .
  • 61. C)-1 Prothèse myoélectrique  Les prothèses myoélectriques se composent de 3 groupes d’éléments de construction suivants: o Eléments orthopédiques sur mesure: ex: tige de bras ou tige d’avant- bras. o Eléments mécaniques préfabriqués :ex: articulation de bras mécanique, articulation de coude mécanique ou électromécanique, art.mécanique ou éléctromécanique de prono-supination, main électromécanique. o Eléments électriques et électroniques préfabriqués: ex: dispositif accumulateur d’énergie(pile), électrodes de commande, moteurs pour le fonctionnement des articulations.
  • 62. Principe de fonctionnement  Au moyen d’électrodes cutanées intégrées dans la tige de prothèse à l’endroit qui convient le mieux (préalablement déterminé), des potentiels d’action musculaire sont transmis à la commande électronique de la prothèse.  Ces potentiels d’action musculaire résultent de la tension volontaire de groupes musculaires et peuvent être mesurés sur la surface de la peau au moyen d’appareils sensibles (au microvolt près).  Par conséquent, la tension contrôlée des groupes musculaires, par ex. des muscles fléchisseurs ou extenseurs du bras et de l’avant-bras, peut être utilisée comme impulsion de commande pour les fonctions de la prothèse (flexion et extension d’un coude électrique, ouverture et fermeture ou pronation et supination de la main).
  • 63. Principe de fonctionnement (suite)  Les prothèses myoélectriques ne sont donc pas seulement activées par des boutons-poussoirs ou des commutateurs, mais aussi par des impulsions d’action musculaire.  Il est donc facile de concevoir que pour le patient, il paraît beaucoup plus « naturel » d’utiliser ce type de prothèses que ceux décrits dans les chapitres précédents.  Le signal reçu par les électrodes de commande est amené vers les amplificateurs miniaturisés qui, par l’intermédiaire d’un cran de commande, mettent en état de service le moteur de prothèse sélectionné correspondant.
  • 64. C)-2 Prothèses hybrides  Les prothèses hybrides sont généralement des prothèses de bras.  Elles sont commandées et actionnées (fonction de préhension et de rotation de la main) d’une part par une force extérieure (myoélectrique), d’autre part par la force corporelle au moyen de bandages avec traction mécanique et blocage (pour l’articulation de coude).
  • 65. Fiche de mesure pour le traitement prothétique de la main (d’après TEUFEL)
  • 66. VIII- Traitements prothétiques pour les différents niveaux d’amputation :  De même que pour les traitements prothétiques du membre inférieur, il est possible de classer les traitements prothétiques du membre supérieur selon le niveau croissant d’amputation.
  • 67. VIII-1 Prothèses des doigts  Les prothèses de doigts sont surtout des prothèses cosmétiques qui recouvrent le moignon du doigt.  Elles sont maintenues en place par le frottement d’adhérence entre le moignon du doigt et la tige élastique, ainsi que par une légère tension élastique du matériau en silicone ou en PVC ressemblant à du caoutchouc.  La zone de jonction est mince et recouverte d’une bague.
  • 68. VIII-1 Prothèses des doigts  En cas de perte totale d’un seul doigt, on renonce souvent à utiliser une prothèse, car la fixation est désavantageuse du point de vue cosmétique et la prothèse ne présente aucun avantage fonctionnel étant donné qu’elle ne peut offrir aucun appui stable au pouce.  Si tous les doigts sont conservés, la perte d’un pouce doit toujours être compensée par un appareillage prothétique.  Le pouce doit être ajusté de manière à pouvoir servir d’appui au majeur lorsque l’index et l’annulaire se joignent latéralement pendant le mouvement.  Cet ajustage permet d’obtenir une force de préhension optimale lors de la préhension pointue ; il permet en outre d’exécuter la préhension de crochet.
  • 69. VIII-2 Prothèses partielles de main  La prothèse partielle de main doit être fabriquée dans différentes versions, selon la perte et selon la fonction restante de la main.  On note : a)- La prothèse partielle cosmétique de main b)- La prothèse partielle fonctionnelle de main(d’après FARLEY) c)- Prothèse à sortie ouverte avec plaque de préhension( selon Münster). d)- Construction modifiée de la prothèse avec plaque de préhension.
  • 70. VIII-2-1 Prothèse partielle cosmétique de la main  Elle se compose d’une main cosmétique dont les doigts sont remplis de mousse rigide et de fils métalliques.  Conformément au moignon de la main, la pièce de main est remplie d’une emboîture rembourrée (en résine moulée par ex), laquelle est reliée aux doigts (avec de la mousse ou par collage).  Les doigts conservés (s’il y en a) doivent être sortis du gant cosmétique.  Selon le degré d’amputation ainsi que le nombre et la longueur des doigts restants, la prothèse partielle de main cosmétique a une valeur fonctionnelle minime, voire nulle. En cas de perte des doigts - et si le pouce est conservé- elle peut offrir au pouce un appui limité.
  • 71. VIII-2-2 Prothèse partielle fonctionnelle de la main  Pour la fabrication des prothèses partielles fonctionnelles de main, les critères les plus importants ne sont pas d’ordre cosmétique, mais fonctionnel.  La fonction de préhension perdue doit être rétablie, au moins pour la préhension pointue, par la prothèse.  Selon le degré d’amputation ainsi que le nombre et la longueur des doigts restants, la prothèse se compose de deux principaux éléments de construction reliés entre eux par une articulation :  une courte tige d’avant-bras avec pouce figé. une tige de métacarpe avec doigts figés.
  • 72. VIII-2-2 Prothèse partielle fonctionnelle de main(suite)  Au niveau de l’axe transversal du poignet, les deux éléments de construction sont reliés entre eux par une articulation mobile superposée.  Les doigts et le pouce sont montés en position d’opposition.  L’extension du moignon du métacarpe dans le poignet proximal ouvre la main prothétique, la flexion rapproche les doigts les uns des autres pour la préhension pointue.
  • 73. Prothèse partielle fonctionnelle de main (d’après FARLEY) Tige courte avec pouce figé Tige de métacarpe avec doigts figés articulation mobile superposée
  • 74. VIII-2-3 Prothèse à sortie ouverte avec plaque de préhension(Münster)  Elle exploite directement le mouvement de flexion/d’extension du moignon du métacarpe.  La fabrication de cette prothèse ne consiste donc pas à fabriquer un outil préhenseur ressemblant à une main ou à des doigts, mais à offrir au moignon du métacarpe une opposition mobile.  La préhension de serrage pour maintenir des objets a lieu entre le moignon et la plaque de préhension.  Si nécessaire, la plaque de préhension peut être interchangeable, et pour des sollicitations plus élevées des outils spéciaux peuvent être utilisés (crochets, anneaux, outils de serrage, etc., voir chapitre « Les prothèses fonctionnelles passives »).
  • 75. VIII-2-3 Prothèse à sortie ouverte avec plaque de préhension(suite)  La prothèse se compose de deux parties principales : - Manchon d’avant-bras avec laçage ou fermeture autoagrippante ; - Plaque de préhension interchangeable montée du côté de la paume.
  • 76. Prothèse à sortie ouverte avec plaque de préhension (Münster) Manchon d’avant-bras fermeture autoagrippante Plaque de préhension
  • 77. VIII-2-4 Construction modifiée de la prothèse avec plaque de préhension Si l’interchangeabilité de la plaque de préhension n’est pas souhaitée, la construction de la prothèse peut être plus légère (« construction de cadre d’avant- bras avec le principe-force de trois échelons »).
  • 78. VIII-3 Prothèses de poignet :  La différence qui existe entre le moignon de métacarpe et celui du poignet, c’est que celui-ci ne permet pas d’effectuer les mouvements nécessaires de préhension.  Le moignon du poignet est plus long que le moignon d’avant-bras de longueur moyenne. Cette surlongueur complique considérablement le raccord utile du point de vue cosmétique d’une pièce de main préfabriquée.
  • 79. Tige de poignet avec fenêtrage disto-médial Bandage en huit au niveau du bras Fenêtre ou ouverture distale
  • 81. VIII-4-1 Prothèses cosmétiques d’avant-bras  Tige d’avant-bras enveloppant les condyles(Münster)  Tige d’avant-bras avec manchon de bras  Tige d’avant-bras avec accrochage de bande en huit
  • 82. VIII-4-1 Prothèses cosmétiques d’avant-bras  Les prothèses cosmétiques d’avant-bras se composent principalement de trois groupes d’éléments de construction :  Tige de prothèse (tige intérieure et extérieure ) ;  Main prothétique intérieure ;  Gant cosmétique prothétique.
  • 83. Tige intérieure de prothèse  Elle se caractérise par un contact complet avec le moignon d’avant-bras.  Elle englobe les condyles du bras avec une joue condylaire médiale et celle latérale ainsi que l’ olécrâne dans le bord dorso-proximal de la tige.  C’est pourquoi la fabrication d’une tige de prothèse d’avant-bras nécessite deux opérations différentes et deux moulages en résine différents : le bord proximal de la prothèse doit être souple, tandis que les parties médiane et distale de la tige doivent être rigides.
  • 84. Tige intérieure de prothèse  La souplesse du bord proximal permet un « encliquetage » des condyles et de l’olécrâne dans la tige, d’où un cramponnage au niveau du moignon, en particulier lorsque la tige est en extension  Cette forme de tige (KUHN) est « autoadhésive » et ne nécessite aucun dispositif de fixation supplémentaire, tel que bandage ou manchon de bras.
  • 85. La tige d’avant-bras enveloppant les condyles (Münster) Accrochage sus-épicondylaire
  • 86. Tige extérieure de la prothèse  La tige extérieure reçoit d’une part la tige intérieure décrite précédemment, d’autre part elle établit la liaison avec la main.  Elle sert donc en même temps d’adaptateur et d’avant- bras cosmétique.  La section transversale de son extrémité distale correspond à l’aire de la section de la main qui doit être raccordée et reçoit la pièce de raccordement à la main.
  • 87. Tige d’avant-bras avec manchon de bras Manchon de bras =brassard Tige extérieure
  • 88. Tige d’avant-bras avec accrochage de bande en huit
  • 89.  La main prothétique est livrée préfabriquée selon les mesures du patient.  Une main prothétique est en générale plus petite que la main naturelle .  La taille et la face du gant cosmétique prothétique correspondent à celles de la main prothétique.  Sa face extérieure est munie de tous les détails cosmétiques d’une main naturelle (rides naturelles, couleur de la peau, ongles, etc.).  La couleur de la peau est commandée d’après un tableau de comparaison des couleurs en accord avec les désirs du patient.(voir cahier de commande Otto Bock)
  • 90. VIII-5 Les prothèses pour désarticulation du coude :  la prothèse pour désarticulation du coude est une forme spéciale de la prothèse du bras.  Les difficultés d’appareillage prothétique sont à l’origine de la surlongueur du moignon et de la forme conique arrondie du moignon au niveau distal.  Dans ce cas, la tige de la prothèse est soit une tige en résine moulée avec fenêtrage médial et latéral pour les condyles du bras, soit une tige en résine moulée avec tige à paroi souple sur le plan distal, ou bien une tige en cuir avec laçage ou fermetures autoagrippantes.  L’avantage de la dernière version réside dans le fait que la prothèse peut être mise en place assez facilement et qu’il est possible de régler individuellement la largeur au moyen du dispositif de fermeture de la tige.
  • 91. VIII-5 Les prothèses pour désarticulation du coude :  La paroi mince de la tige permet d’éviter une surlargeur supplémentaire de l’articulation.  La longueur du moignon de désarticulation ne permet pas d’intégrer une articulation huméro-cubitale prothétique ordinaire.  C’est pourquoi, des attelles d’articulation (avec dispositif de blocage) doivent être posées sur le côté.
  • 92. VIII-5 Les prothèses pour désarticulation du coude :suite  Dans cette prothèse, l’épaule n’est pas forcément intégrée, car la tige n’englobe que les 2/3 du bras et laisse l’épaule dégagée.  Le mouvement de l’avant-bras dans l’articulation de coude peut être soit passif (par ex. action de la main controlatérale), soit actionné par une force de traction avec un bandage d’épaule et de nuque.  Il en est de même pour le dispositif de blocage de l’articulation.
  • 93. Tige en cuir pour désarticulation du coude Attelles d’articulation Articulation mécanique du coude Emboîture en cuir avec fermeture en lacet
  • 94. VIII-6 Les prothèses de bras :  On parle d’amputation de bras lorsque le moignon est plus court qu’après une désarticulation de coude et plus long qu’après une désarticulation d’épaule.  Néanmoins, l’amputation de bras transcondylaire est traitée comme une désarticulation du coude et il est préférable de traiter le très court moignon de bras (moins de 4 cm de longueur de moignon) comme un moignon de désarticulation d’épaule .
  • 95. VIII-6 Les prothèses de bras :  On distingue trois types de moignons selon leurs longueurs:  Moignons courts (jusqu’à 1/3 de la longueur d’origine du bras),  Moignons de longueur moyenne (1/3 central de la longueur d’origine du bras).  Moignons longs (plus de 2/3 de la longueur d’origine du bras). le traitement prothétique diffère en fonction des différences de longueur et de l’adhésivité du moignon.
  • 96. VIII-6-1 Le moignon de bras court  Le moignon de bras court possède un bras de levier court ou insuffisant ne permettant pas de faire bouger la prothèse au sens de l’amplitude du mouvement .  la surface n’est pas assez grande pour obtenir une adhérence suffisante entre l’épaule et le moignon.  C’est pourquoi, la tige de prothèse inclut la hauteur de l’épaule comme surface d’appui de la tige pour empêcher un glissement distal de la prothèse.  Pour empêcher des rotations involontaires, l’origine du muscle pectoral sur la face frontale et une partie de l’omoplate sur la face dorsale sont recouvertes par des prolongements en forme d’aile de la tige de prothèse.
  • 97. VIII-6-1 Le moignon de bras court  Pour empêcher un glissement latéral, la tige de prothèse est fixée au moyen d’une courroie en forme de boucle (appelée dispositif porteur qui ne passe pas par le thorax).  Une pièce en forme de bourrelet relevée le plus possible sur le plan médial s’appuie dans l’aisselle au niveau de la cage thoracique, sans toutefois gêner les nerfs, les vaisseaux sanguins ou les cordons musculaires.  Cet appui est nécessaire, car le poids de la prothèse amène celle-ci en adduction et le moignon n’est pas assez long pour s’opposer (de manière continue) à ces forces.  Pour la même raison, le moignon est emboîté en position de légère abduction.
  • 98. Aile recouvrant la face frontale du muscle pectoral Courroie reliant les deux ailes: aile frontale et celle dorsale recouvrant une partie de la scapula Appui apical empêchant Le glissement distal Tige de prothèse pour moignon de bras court
  • 99. VIII-6-2 Le moignon de bras de longueur moyenne :  Le moignon de bras de longueur moyenne est emboîté selon des principes similaires.  En raison d’une meilleure longueur de levier et d’une meilleure adhérence, le façonnage du bord proximal de la tige ne doit pas être aussi caractéristique.  L’appui de l’épaule (à hauteur de l’épaule) est soit évité, soit nettement réduit, ce qui permet de libérer le mouvement d’abduction.
  • 100. VIII-6-2 Le moignon de bras de longueur moyenne :  L’adhérence est meilleure et les mouvements de rotations sont réduits .  C’est pourquoi les ailes frontales et dorsales sont nettement réduites.  La tige de la prothèse doit être en contact totale avec le moignon et aussi au niveau distal, pour éviter les œdèmes.  Un soutien d’aisselle ainsi qu’un dispositif porteur (bandage) restent cependant nécessaires.
  • 101. Courroie ou bande reliant les deux ailes Aile frontale réduite Partie apicale de l’épaule dégagée Tige de prothèse pour moignon de bras de longueur moyenne
  • 102. VIII-6-3 Le moignon de bras long  Le long moignon de bras dispose d’une longueur de levier suffisamment efficace pour l’exécution de mouvements de la prothèse dans l’articulation scapulaire.  De plus, sa surface assez grande permet d’obtenir une bonne adhérence entre la tige et le moignon.  C’est pourquoi, le bord proximal de la tige doit, dans la mesure du possible, garantir la liberté de mouvement de l’épaule.
  • 103. VIII-6-3 Le moignon de bras long  Même si, sur le plan médial, la tige s’étend jusqu’à la hauteur de l’aisselle et enveloppe également sur le plan latéral l’insertion du muscle deltoïde, elle ne s’appuie pas dans l’aisselle (au niveau de la cage thoracique).  Par conséquent, elle permet les mouvements d’abduction et de rotation de l’épaule.  Cette tige également est conçue comme tige de contact par adhérence et peut être équipée d’une soupape.  Donc l’emlpoi de la courroie n’est plus nécessaire.
  • 104. VIII-6-4 L’articulation pivotante et articulation de coude • L’articulation pivotante située prés de l’articulation de coude et éloignée du moignon permet de tourner la prothèse autour de son axe longitudinal. • Cette articulation est utilisée en cas de moignon court et de moignon de longueur moyenne. • Lorsque l’avant-bras est plié. cette articulation permet de rapprocher l’avant-bras du corps, ce qui représente un mouvement de rotation de 60° à 70 ° , • Il s’agit d’une articulation passive.
  • 105. L’articulation du coude  L’articulation mécanique du coude permet des angles de flexion/extension compris entre 30° et 180°.  Nous en distinguons deux types: active et passive.  on trouve également dans le commerce des articulations de coude électriques qui sont activées soit par l’intermédiaire de boutons-poussoirs, soit par une commande myoélectrique. Mais elles sont très couteuses.  Elles sont surtout prescrites pour l’appareillage d’amputés des deux bras.
  • 106. VIII-7 Les prothèses pour désarticulation de l’épaule • En principe, la prothèse pour désarticulation de l’épaule peut, en ce qui concerne l’articulation scapulaire prothétique, correspondre sur le plan distal à n’importe quelle prothèse de bras décrite précédemment. • Cependant, étant donné que l’articulation scapulaire prothétique ne peut être commandée ni par la propre force, et jusqu’à présent ni par une force extérieure, la prothèse pour désarticulation de l’épaule présente des restrictions fonctionnelles telles que l’emploi d’éléments de construction de force extérieure ou de propre force dans des articulations distales semble discutable.
  • 107.  Dans tous les autres cas, la fabrication d’une prothèse cosmétique est suffisante.