SlideShare une entreprise Scribd logo
Visite Cyclotron / Aprémas
           Jeudi 15 Mars 2012

ABDERAHMAN - BOCQUET – FAHED – LAPORTE
PANGRAZI – QUARONI – RICHARD - TAHRI
Plan
Introduction

Sécurisation du Site

  1. Cyclotron

  2. Cyberknife

  3. Aprémas

Conclusion
Introduction
    •    Le cancer est un problème majeur de santé publique pour tous les pays
         industrialisés

    •    Les cancers sont en France :
        – La 1ère cause de mortalité chez les hommes (35% des décès en 2006)
        – La 2ème cause de mortalité chez les femmes (25% des décès)

    •    2002 : Priorité nationale

    •    Actuellement  Plan Cancer 2009-2013
L’annexe du CAL
    •   Construction du bâtiment en 1989 en réponse à l’installation d’un
        nouveau matériel etdestiné au départ à accueillir la programme Cyclotron
        Médicyc

    •   Le CAL s’associe avec le Conseil Général du 06 et le CPAM afin de fournir
        des locaux au système de prévention APREMAS

    •   Cyberknife en 2006

    •   Avec le Centre d’Orsay, le CAL est le seul établissement à utiliser cette
        technologie du Cyclotron en France pour le traitement de cancers

    •   Cette annexe fabrique aussi le 18-Fluorodeoxyglucose nécessaire aux
        services de médecines nucléaires du Sud-Est de la France
SÉCURISATION
     DU SITE
•   Epaisseurs des murs suivant les matériaux utilisés définis par calcul de
    protection (béton, béton baryté et terre essentiellement)

•   Utilisation de labyrinthes pour l’accès aux salles de soins et de portes en
    béton ou fer

•   Successions de couloirs pour favoriser la dispersion des particules
    aériennes
Cyberknife
CYCLOTRON
La protonthérapie des cancers de l’œil
    • Utilisation pour traiter les tumeurs de l’œil à l’aide de rayon dits PROTON

    • 1991  2011 = 20 ans d’existence à Nice

    • Environ 250/500 apparaissant chaque année sont traités à Nice

    • Le Cyclotron est piloté
      par un personnel
      comprenant notamment
      des ingénieurs,
      des physiciens médicaux,
      des électroniciens et
      des techniciens

    • Les traitements sont
      prescris par
      un oncologue
      radiothérapeute
Qu’est ce que c’est ?
     Accélérateur de particules testé en 1931 pour la première fois
     Utilisation pour le traitement de protonthérapie et la fabrication de 18-F

     Principes
     Il utilise l’action combinée d’un champ magnétique et d’un champ électrique
     pour délivrer un faisceau de particules accélérées

     -   Ces particules, électriquement chargées, sont introduites au centre d’une
         enceinte où règne un vide

     -   Sous l’action combinée de champs électrique et magnétique , elles
         décrivent une trajectoire en spirale depuis le centre du cyclotron jusqu’aux
         bords tandis que leur vitesse s’accroît (cavités accélératrices augmentant de
         rayons)

     -   Arrivé au rayon maximal, elles sont expulsées hors accélérateur
         Traitement ciblé
Composants
    1.   Collimateur
    2.   Modulateur en escalier
    3.   Deux cavités en forme de demi-cylindres, (les "Dees" )
    4.   Aimants
    5.   Rayonnement en Gray
         (Pic de Gray)
Caractéristiques

     • Accélération du proton d’hydrogène
     • Energie de 65 MeV
     • 3,3 cm de profondeur (max 5cm)
      Utilisation lésions oculaires
     • Accélération sous vide, faisceaux
      modélisés pour donner la forme de la tumeur (au mm près)
     • Dose létale = 6 Gray

     •   Curiethérapie: Lésion supérieure à 10 mm, taille trop importante pour le
         Cyclotron
     •   Traitement de la tumeur lorsque celle-ci ne dépasse pas plus de la
         moitié du volume de l’œil
Traitement
        Le traitement est prescrit par un ophtalmologiste à la suite de pose de
    Clips de Tantale autour de la tumeur.

    Ce traitement nécessite 2 semaines.
La première semaine qui consistera à

-   Examen scannographie et radiologique pour connaître la morphologie de
    l’œil et la position de la tumeur

-   Réaliser un masque et une empreinte dentaire personnalisée pour
    assurer le confort du traitement

-   Concevoir précisément le traitement et le contrôler par des simulations

-   Élaborer le plan précis de
         l’intervention
       (Réglages fauteuil
     + Plan de traitement)

-   Réaliser une séance de
     vérification finale

-   Consultation
    d’information
Seconde semaine

-   Dans le cas général, le traitement se fait en 4 séances sur une durée de 4
    jours
-   La région de l’œil à traiter est petite, il faut donc rester le plus immobile
    possible  Importance du masque (partie dentaire + partie plastique)
La séance
    •   Le fauteuil motorisé peut se déplacer dans 3 dimensions pour assurer la
        meilleure position possible

    •   Une fois le fauteuil placé face au collimateur, il faut fixer une lumière
        guidant le regard, lui-même suivit par des radiographies de contrôle

    •   Ce positionnement prend de 10 à 30 min

    •   L’absence de personnel soignant dure lui moins d’une minute et le
        traitement une dizaine de secondes
Détection tumeur            • Ophtalmologiste



   Anesthésie               • Ophtalmologiste



      Fixation des Clips de Tantale

  Cyclotron     • Réglages de la machine


     Anesthésie locale de l’œil

        Traitement de la tumeur
                • Masque personnalisé
                • Fixation d’un point
                • Localisation par des clips
Suivi patient
     •    Pendant le traitement (4 jours)
         - Rougeurs et gonflements de l’œil traité
         - Mise en place d’un écarteur à paupières après anesthésie locale
         - Ne rien appliquer sur l’œil (mains, eau de douches, crèmes…)
         - Port de lunette de soleil + prévoir un pansement de protection
         - Ne pas hésiter à contacter le Cyclotron en cas de doutes

     •    Après le traitement
         - Prendre les même précaution que pendant le traitement
         - Effets visibles pendant 6 semaines minimum
         - Consultations fréquentes de son ophtalmologiste
         - Le traitement étant localisé à l’œil, pas d’interdictions médicales

                              96 % de succès sur 10-15 ans
RADIOTHÉRAPIE PAR
       CYBERKNIFE
Qu’est ce que c’est ?
     •   Outil supplémentaire à la radiothérapie
     •   Mini-accélérateur monté sur un robot industriel
     •   Apparu en France en 2006
     •   Forte technicité et spécificité
     •   Coûte 4 millions € avec 1,5millions € pour l’accélérateur de particules
•   Interventions non invasives
•   Seul système de radiochirurgie se servant de la robotique intelligente
•   Présence du système « Respiratory Tracking System » suivant le
    mouvement de la respiration
•   « Synchrony » est là pour suivre, détecter et corriger les mouvements du
    robot

En résumé, il y a traitement de
- Tumeurs pulmonaires
- Tumeurs du systèmes nerveux et rachidiennes

On peut l’associer à
une Radiothérapie classique.
Caractéristiques
     •   6 axes de rotation dont un collimateur circulaire
     •   Emission de photons de 6 MeV
     •   100 faisceaux d’irradiation
          forte dose libérée au niveau du volume tumorale à traiter avec
         protection des tissus voisins
     •   Critères de sélection précis
     •   2 faisceaux de rayons X disposés orthogonalement permettent un
         positionnement précis
Précautions
    -   Manipulateurs compétents avec radioprotection « banale et classique »
    -   Protection patients: 4 caméras pour la surveillance en temps réel

              Exemple : Tumeur mobile (poumons)

     Veste avec 3 diodes (signal qui perçoit le tracking)
Contrôle et sécurité
      Chaque matin : vérification
     tirs du robot
      1/semaine : contrôle de
          l’énergie
      1/3 mois : vérification
          complète
      1/an: contrôle constructeur

     Les patients et le personnel
     doivent suivre des règles :
     - Lavage des mains
     - Port d’une tenue de
         protection appropriée
     - Désinfection quotidienne
         des locaux
Traitement   •   Avant le traitement
             -   Consultation de Radiothérapie avec le
                 radiothérapeute
             -   Consultation d’annonce avec une
                 infirmière d’information et de
                 coordination
             -   Pose de Clips ou de grains radio-
                 opaques près de la lésion

             •   Préparation et intervention
             -   Simulation et scanner pour la
                 confection de matelas et/ou masques
                 et vérification du repérage
             -   Dosimétrie pour la réalisation d’une
                 fiche individuelle de traitement
             -   Le traitement qui peut se faire sur une
                 ou plusieurs séances
En pratique
     Allongement du patient
        • Immobilisation avec matelas et masques
          personnalisés



       Réglage patient/machine


            Tirage        • Recadrage 10 mm et 1,5° ou arrêt machine
Suivi patient
     -   Séance : 30 min à 2H
     -   1 à 6 séances           soit 6-7 interventions/jours avec 2-
                                   3 manipulateurs
     -   300 patients/an
Avantages
    •   Précision
    -   Faible pénombre des faisceaux (fiche technique)
    -   Degré de liberté (grande souplesse)
    -   Précision du positionnement (immobilisation du patient et réalignement)
    -   Tracking (par un suivi optique par la machine du patient en temps réel)

    •   Intérêt clinique
    -   Tumeurs mobiles
    -   Propreté (distinction des tissus sains et lésés)
    -   Réirradiation possible (dans le cas de rechutes)
    -   Diminution du nombre de séances
APRÉMAS
•   Association pour le dépistage
Descriptions       organisé du cancer du sein et du
                   cancer colorectal sur le 06 et le 04

               •   Mandatée par l’Etat, les collectivité
                   locales ainsi que l’Assurance
                   Maladie

               •   Population concernée
                   50 à 74 ans ( obligation européenne
                   depuis 1992)

               •   Objectifs
               -   Mieux sensibiliser la population au
                   dépistage, garantir la qualité du
                   dépistage et la transparence des
                   résultats
               -   Proposer un dépistage du cancer du
                   sein et du cancer colorectal à toutes
                   les personnes pouvant en tirer un
                   bénéfice
Missions
    •   Gestion des fichiers des personnes éligibles transmis par l’Assurance
        Maladie

    •   Envoi tout les 2 ans d’une invitation personnelle au dépistage

    •   Information et formation des acteurs et promoteurs du dépistage

    •   Recueil et protection des données individuelles

    •   Communication des résultats aux personnes et à leurs médecins

    •   Suivi des dossiers patient dans le respect des délais fixés

    •   Évaluation annuelle du dépistage local en terme de qualité pour la mise
        en œuvre de corrections

    •   Communication permanente avec l’Institut de Veille Sanitaire
Ressources

    • Financement
     Public avec subventions de l’Etat et Conseil général
    Budget 2009  2 564 049 €

    •   Personnel
    -   7 secrétaires
    -   17 relecteurs
    -   Service coursier
    -   2 secrétaires médicales
    -   Maintenance base de données
Processus Mammographie


                  Dépistage                  Relecture
                    chez le
                  radiologue
                  partenaire                             Envoi des
                                                          résultats
                               Envoi des                         au
                               mammo-                     médecin
       Envoi                   graphies et                 traitant
    convocation                 dossiers                 et patient
Suivi du Cancer du sein
         La relecture s’effectue par une radiologue avec une formation spécifique
     à cet exercice et qui s’engage à faire 2000 lectures dont 1500 en relectures

     Dans le cas d’anomalies, on pourra demander :
     - D’autres radiographies
     - Des échographies
     - Des microprélèvements

      90% de succès pour un cancer
      du sein prit à temps
      90 % des anomalies repérées
      sont bégnines

     -   Test positif : patient suivi
     -   Test négatif : renvoi convocation à 18 mois
Les résultats
         La relecture
     -   Cas négatifs ou douteux en « rerelecture »
     -   Saisie numéro de dossier (numéro radiographie)
     -   Lecture anonyme avec antécédents familiaux connus

        Organisation
       3 bacs « non-suspect » ,
     « suspect » et « à refaire »
Processus Hémoculture
Recherche de sang dans les selles


                          • Délivrance du
                            test
                                                                               Envoi des
                            Insertion                       • 2 lectures
                                                                               résultats
                              dans le       Envoi postal      successives
         Réception
                           programme        du test vers
       d’un courrier
                           de dépistage     le centre de                    • À la personne
        d’APREMAS                                           Lecture du      • Au médecin
                               par le          lecture
                                                               test           traitant
      • Invitation à         médecin
                                             • Gratuit     Hemoccult II
        évoquer le
        sujet durant la
        prochaine
        consultation
        médicale


             Dans certains cas, l’APREMAS peut directement envoyer le test à la
         personne dans le cas où celle-ci n’a pas de médecin traitant
Suivi du Cancer colorectal
    •     Suivi patient

    - Test positif : patient suivi
    Réalisation d’une coloscopie pour
    détecter la source (pas toujours
    cancéreuse, 10% et 40 % de
    polypes)
    Dans le cas d’un résultat
    coloscopique normal, la
    réinvitation se fait 5 ans puis tout
    les 2 ans jusqu’à la 75ème année

    -     Test négatif :
        Renvoi convocation à 18 mois
CONCLUSION
Le dépistage précoce et l’évolution de la technologie médicale,
permettent d’améliorer la qualité du traitement et le taux de survie des
patients atteints de cancer.
•   Le 28/07/2011  Le Cyclotron II à Nice en 2014

   Le Ministre de la Santé est venu remettre une autorisation d'exploitation
pour la construction d'un prototype.

    Nice : Nouvelle arme anti cancer

     Un procédé qui fait de Nice un pôle d'excellence dans le domaine. Et à
l'origine de l'appareil du centre Lacassagne : un chercheur niçois : Pierre
Mandrillon.
MERCI DE VOTRE ATTENTION


Nous remercions l’ensemble des professionnels pour leur accueil

Contenu connexe

Tendances

Les effets biologiques des rayonnements ionisants
Les effets biologiques des rayonnements ionisantsLes effets biologiques des rayonnements ionisants
Les effets biologiques des rayonnements ionisants
Guillaume Vaast
 
Radiothérapie Amiens Gestion des Risques
Radiothérapie Amiens Gestion des RisquesRadiothérapie Amiens Gestion des Risques
Radiothérapie Amiens Gestion des Risques
coutte
 
Présentation à la Société Belge d'Ophtalmologie samedi 14 mars 2015
Présentation à la Société Belge d'Ophtalmologie samedi 14 mars 2015Présentation à la Société Belge d'Ophtalmologie samedi 14 mars 2015
Présentation à la Société Belge d'Ophtalmologie samedi 14 mars 2015
ajmage
 
Comment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Comment Travailler en Sécurité avec de la RadioactivitéComment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Comment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Heather Etchevers
 
Radiothérapie Amiens
Radiothérapie AmiensRadiothérapie Amiens
Radiothérapie Amienscoutte
 
L’Institut de radiologie: à la pointe de l’imagerie médicale
L’Institut de radiologie: à la pointe de l’imagerie médicaleL’Institut de radiologie: à la pointe de l’imagerie médicale
L’Institut de radiologie: à la pointe de l’imagerie médicale
Julia Pearl
 
Les avancées techniques marquantes de l’ecr
Les avancées techniques marquantes de l’ecrLes avancées techniques marquantes de l’ecr
Les avancées techniques marquantes de l’ecr
Réseau Pro Santé
 
Laser Excimer : principe et systèmes de fonctionnement
Laser Excimer : principe et systèmes de fonctionnementLaser Excimer : principe et systèmes de fonctionnement
Laser Excimer : principe et systèmes de fonctionnement
Ophtalmologie
 
TLM n°105 Dossier sur la robotique médicale
TLM n°105  Dossier sur la robotique médicaleTLM n°105  Dossier sur la robotique médicale
TLM n°105 Dossier sur la robotique médicale
TLM
 
La Neurochirurgie du XXIème siècle entre technologie et humanité
La Neurochirurgie du XXIème siècle entre technologie et humanitéLa Neurochirurgie du XXIème siècle entre technologie et humanité
La Neurochirurgie du XXIème siècle entre technologie et humanité
Michel Triffaux
 

Tendances (11)

Les effets biologiques des rayonnements ionisants
Les effets biologiques des rayonnements ionisantsLes effets biologiques des rayonnements ionisants
Les effets biologiques des rayonnements ionisants
 
Radiothérapie Amiens Gestion des Risques
Radiothérapie Amiens Gestion des RisquesRadiothérapie Amiens Gestion des Risques
Radiothérapie Amiens Gestion des Risques
 
Présentation à la Société Belge d'Ophtalmologie samedi 14 mars 2015
Présentation à la Société Belge d'Ophtalmologie samedi 14 mars 2015Présentation à la Société Belge d'Ophtalmologie samedi 14 mars 2015
Présentation à la Société Belge d'Ophtalmologie samedi 14 mars 2015
 
Comment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Comment Travailler en Sécurité avec de la RadioactivitéComment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Comment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
 
Radiothérapie Amiens
Radiothérapie AmiensRadiothérapie Amiens
Radiothérapie Amiens
 
L’Institut de radiologie: à la pointe de l’imagerie médicale
L’Institut de radiologie: à la pointe de l’imagerie médicaleL’Institut de radiologie: à la pointe de l’imagerie médicale
L’Institut de radiologie: à la pointe de l’imagerie médicale
 
Les avancées techniques marquantes de l’ecr
Les avancées techniques marquantes de l’ecrLes avancées techniques marquantes de l’ecr
Les avancées techniques marquantes de l’ecr
 
Laser Excimer : principe et systèmes de fonctionnement
Laser Excimer : principe et systèmes de fonctionnementLaser Excimer : principe et systèmes de fonctionnement
Laser Excimer : principe et systèmes de fonctionnement
 
Scanner coronaire 10 septembre 2009
Scanner coronaire 10 septembre 2009Scanner coronaire 10 septembre 2009
Scanner coronaire 10 septembre 2009
 
TLM n°105 Dossier sur la robotique médicale
TLM n°105  Dossier sur la robotique médicaleTLM n°105  Dossier sur la robotique médicale
TLM n°105 Dossier sur la robotique médicale
 
La Neurochirurgie du XXIème siècle entre technologie et humanité
La Neurochirurgie du XXIème siècle entre technologie et humanitéLa Neurochirurgie du XXIème siècle entre technologie et humanité
La Neurochirurgie du XXIème siècle entre technologie et humanité
 

En vedette

Dossier de credit dorange civ
Dossier de credit dorange civDossier de credit dorange civ
Dossier de credit dorange civ
judykdahe85
 
L’avenir de l’europe la tolérance
L’avenir de l’europe la toléranceL’avenir de l’europe la tolérance
L’avenir de l’europe la toléranceseven_leonardo2012
 
Plaquette eat sentive 2012
Plaquette eat sentive 2012Plaquette eat sentive 2012
Plaquette eat sentive 2012Eat-Sentive
 
Book marion lacour
Book marion lacourBook marion lacour
Book marion lacourmarionlacour
 
Les règles d'or du party de bureau
Les règles d'or du party de bureauLes règles d'or du party de bureau
Les règles d'or du party de bureau
Jobboom
 
UBA - Social media marketing
UBA - Social media marketingUBA - Social media marketing
UBA - Social media marketingHungry Minds
 
Crystal's Furniture Designs
Crystal's Furniture DesignsCrystal's Furniture Designs
Crystal's Furniture Designs
jpahuero
 
Kalosori champagne ardenne 18 oct 2012
Kalosori champagne ardenne 18 oct 2012Kalosori champagne ardenne 18 oct 2012
Kalosori champagne ardenne 18 oct 2012
frotsivalerie
 
5 formations gagnantes dans la comptabilité, la finance et l'assurance
5 formations gagnantes dans la comptabilité, la finance et l'assurance5 formations gagnantes dans la comptabilité, la finance et l'assurance
5 formations gagnantes dans la comptabilité, la finance et l'assurance
Jobboom
 
Jehangir Ratanji Dadabhai Tata
Jehangir Ratanji Dadabhai TataJehangir Ratanji Dadabhai Tata
Jehangir Ratanji Dadabhai TataSurendra Shukla
 
Programme Charlemagne 03 2014
Programme Charlemagne 03 2014Programme Charlemagne 03 2014
Programme Charlemagne 03 2014
DHI_Paris
 
Dossier de credit dorange civ
Dossier de credit dorange civDossier de credit dorange civ
Dossier de credit dorange civ
judykdahe85
 
Bourgogne innovation
Bourgogne innovationBourgogne innovation
Bourgogne innovationcitrongivre
 
Innovation Marketing et Commerciale : Lead Generation en marketing B2B speake...
Innovation Marketing et Commerciale : Lead Generation en marketing B2B speake...Innovation Marketing et Commerciale : Lead Generation en marketing B2B speake...
Innovation Marketing et Commerciale : Lead Generation en marketing B2B speake...
Hervé Gonay
 
Planzone gestion de projets en ligne
Planzone gestion de projets en lignePlanzone gestion de projets en ligne
Planzone gestion de projets en ligne
Le Krédaction
 
Digitram
DigitramDigitram
Digitram
Simon Larue
 
Swiss entrepreneur 29 oct 2013
Swiss entrepreneur 29 oct 2013Swiss entrepreneur 29 oct 2013
Swiss entrepreneur 29 oct 2013
Patrick de Sepibus 🌐
 
Rapport du député Serge Letchimy sur l'article 349
Rapport du député Serge Letchimy sur l'article 349Rapport du député Serge Letchimy sur l'article 349
Rapport du député Serge Letchimy sur l'article 349Serge Letchimy
 

En vedette (20)

Dossier de credit dorange civ
Dossier de credit dorange civDossier de credit dorange civ
Dossier de credit dorange civ
 
L’avenir de l’europe la tolérance
L’avenir de l’europe la toléranceL’avenir de l’europe la tolérance
L’avenir de l’europe la tolérance
 
Plaquette eat sentive 2012
Plaquette eat sentive 2012Plaquette eat sentive 2012
Plaquette eat sentive 2012
 
Book marion lacour
Book marion lacourBook marion lacour
Book marion lacour
 
Les règles d'or du party de bureau
Les règles d'or du party de bureauLes règles d'or du party de bureau
Les règles d'or du party de bureau
 
UBA - Social media marketing
UBA - Social media marketingUBA - Social media marketing
UBA - Social media marketing
 
Crystal's Furniture Designs
Crystal's Furniture DesignsCrystal's Furniture Designs
Crystal's Furniture Designs
 
Kalosori champagne ardenne 18 oct 2012
Kalosori champagne ardenne 18 oct 2012Kalosori champagne ardenne 18 oct 2012
Kalosori champagne ardenne 18 oct 2012
 
Pe dfa 2014 14 chik-lg
Pe dfa 2014 14 chik-lgPe dfa 2014 14 chik-lg
Pe dfa 2014 14 chik-lg
 
5 formations gagnantes dans la comptabilité, la finance et l'assurance
5 formations gagnantes dans la comptabilité, la finance et l'assurance5 formations gagnantes dans la comptabilité, la finance et l'assurance
5 formations gagnantes dans la comptabilité, la finance et l'assurance
 
Jehangir Ratanji Dadabhai Tata
Jehangir Ratanji Dadabhai TataJehangir Ratanji Dadabhai Tata
Jehangir Ratanji Dadabhai Tata
 
Programme Charlemagne 03 2014
Programme Charlemagne 03 2014Programme Charlemagne 03 2014
Programme Charlemagne 03 2014
 
Chik octobre
Chik octobreChik octobre
Chik octobre
 
Dossier de credit dorange civ
Dossier de credit dorange civDossier de credit dorange civ
Dossier de credit dorange civ
 
Bourgogne innovation
Bourgogne innovationBourgogne innovation
Bourgogne innovation
 
Innovation Marketing et Commerciale : Lead Generation en marketing B2B speake...
Innovation Marketing et Commerciale : Lead Generation en marketing B2B speake...Innovation Marketing et Commerciale : Lead Generation en marketing B2B speake...
Innovation Marketing et Commerciale : Lead Generation en marketing B2B speake...
 
Planzone gestion de projets en ligne
Planzone gestion de projets en lignePlanzone gestion de projets en ligne
Planzone gestion de projets en ligne
 
Digitram
DigitramDigitram
Digitram
 
Swiss entrepreneur 29 oct 2013
Swiss entrepreneur 29 oct 2013Swiss entrepreneur 29 oct 2013
Swiss entrepreneur 29 oct 2013
 
Rapport du député Serge Letchimy sur l'article 349
Rapport du député Serge Letchimy sur l'article 349Rapport du député Serge Letchimy sur l'article 349
Rapport du député Serge Letchimy sur l'article 349
 

Similaire à Cyclotron Nice

Techniques d’exploration radiologique du sein (mammographie,
Techniques d’exploration radiologique du sein (mammographie,Techniques d’exploration radiologique du sein (mammographie,
Techniques d’exploration radiologique du sein (mammographie,
imma-dr
 
Malades irradies en chirurgie dentaire
Malades irradies en chirurgie dentaireMalades irradies en chirurgie dentaire
Malades irradies en chirurgie dentaire
debla roumaissa
 
La scintigraphie osseuse . définition.résultats
La scintigraphie osseuse . définition.résultatsLa scintigraphie osseuse . définition.résultats
La scintigraphie osseuse . définition.résultats
ikram2212005
 
Technique opératoire de la PKR
Technique opératoire de la PKRTechnique opératoire de la PKR
Technique opératoire de la PKR
Ophtalmologie
 
Ganglion sentinelle en cancérologie cervico-faciale
Ganglion sentinelle en cancérologie cervico-facialeGanglion sentinelle en cancérologie cervico-faciale
Ganglion sentinelle en cancérologie cervico-faciale
83SCOTCH
 
Radiothérapie dosimétrie et curietherapie.ppt
Radiothérapie dosimétrie et curietherapie.pptRadiothérapie dosimétrie et curietherapie.ppt
Radiothérapie dosimétrie et curietherapie.ppt
MedHilalisme2
 
Role du paramédical dans la CTO
Role du paramédical dans la CTORole du paramédical dans la CTO
Role du paramédical dans la CTO
Hervé Faltot
 
Les ondes de choc - retour sur 108 patients traités
Les ondes de choc - retour sur 108 patients traitésLes ondes de choc - retour sur 108 patients traités
Les ondes de choc - retour sur 108 patients traités
IRMSHN276
 
Techniques de guidage en échographie interventionnelle
Techniques de guidage en échographie interventionnelleTechniques de guidage en échographie interventionnelle
Techniques de guidage en échographie interventionnelle
imma-dr
 
Imagerie scannographique du thorax
Imagerie scannographique du thoraxImagerie scannographique du thorax
Imagerie scannographique du thorax
Myriam Mbakop
 
"RAAC et genou" AFARCOT 2015, Laurent Delaunay, De Polignac
"RAAC et genou" AFARCOT 2015, Laurent Delaunay,  De Polignac"RAAC et genou" AFARCOT 2015, Laurent Delaunay,  De Polignac
"RAAC et genou" AFARCOT 2015, Laurent Delaunay, De Polignac
Lucie Beylacq
 
Atelier Urologie
Atelier UrologieAtelier Urologie
Atelier Urologie
jpp conseil et management
 
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie Gynécologique
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie GynécologiqueChirurgie ambulatoire - Chirurgie Gynécologique
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie Gynécologique
jpp conseil et management
 
Programme CTO clinique Pasteur - Essey Les Nancy
Programme CTO clinique Pasteur - Essey Les NancyProgramme CTO clinique Pasteur - Essey Les Nancy
Programme CTO clinique Pasteur - Essey Les Nancy
Hervé Faltot
 
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchiqueEndoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Dr. Kerfah Soumia
 
Communiqué de Presse Robogreffe - Octobre 2012
Communiqué de Presse Robogreffe - Octobre 2012Communiqué de Presse Robogreffe - Octobre 2012
Communiqué de Presse Robogreffe - Octobre 2012pbcom1998
 
Les systèmes de fermeture artérielle
Les systèmes de fermeture artérielleLes systèmes de fermeture artérielle
Les systèmes de fermeture artérielleHervé Faltot
 
SGRT implementation at IPC Unicancer, Marseille France
SGRT implementation at IPC Unicancer, Marseille France SGRT implementation at IPC Unicancer, Marseille France
SGRT implementation at IPC Unicancer, Marseille France
SGRT Community
 

Similaire à Cyclotron Nice (20)

Techniques d’exploration radiologique du sein (mammographie,
Techniques d’exploration radiologique du sein (mammographie,Techniques d’exploration radiologique du sein (mammographie,
Techniques d’exploration radiologique du sein (mammographie,
 
Malades irradies en chirurgie dentaire
Malades irradies en chirurgie dentaireMalades irradies en chirurgie dentaire
Malades irradies en chirurgie dentaire
 
La scintigraphie osseuse . définition.résultats
La scintigraphie osseuse . définition.résultatsLa scintigraphie osseuse . définition.résultats
La scintigraphie osseuse . définition.résultats
 
Chapitre 5 curiethérapie
Chapitre 5 curiethérapieChapitre 5 curiethérapie
Chapitre 5 curiethérapie
 
Technique opératoire de la PKR
Technique opératoire de la PKRTechnique opératoire de la PKR
Technique opératoire de la PKR
 
Ganglion sentinelle en cancérologie cervico-faciale
Ganglion sentinelle en cancérologie cervico-facialeGanglion sentinelle en cancérologie cervico-faciale
Ganglion sentinelle en cancérologie cervico-faciale
 
Radiographie intraorale
Radiographie intraoraleRadiographie intraorale
Radiographie intraorale
 
Radiothérapie dosimétrie et curietherapie.ppt
Radiothérapie dosimétrie et curietherapie.pptRadiothérapie dosimétrie et curietherapie.ppt
Radiothérapie dosimétrie et curietherapie.ppt
 
Role du paramédical dans la CTO
Role du paramédical dans la CTORole du paramédical dans la CTO
Role du paramédical dans la CTO
 
Les ondes de choc - retour sur 108 patients traités
Les ondes de choc - retour sur 108 patients traitésLes ondes de choc - retour sur 108 patients traités
Les ondes de choc - retour sur 108 patients traités
 
Techniques de guidage en échographie interventionnelle
Techniques de guidage en échographie interventionnelleTechniques de guidage en échographie interventionnelle
Techniques de guidage en échographie interventionnelle
 
Imagerie scannographique du thorax
Imagerie scannographique du thoraxImagerie scannographique du thorax
Imagerie scannographique du thorax
 
"RAAC et genou" AFARCOT 2015, Laurent Delaunay, De Polignac
"RAAC et genou" AFARCOT 2015, Laurent Delaunay,  De Polignac"RAAC et genou" AFARCOT 2015, Laurent Delaunay,  De Polignac
"RAAC et genou" AFARCOT 2015, Laurent Delaunay, De Polignac
 
Atelier Urologie
Atelier UrologieAtelier Urologie
Atelier Urologie
 
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie Gynécologique
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie GynécologiqueChirurgie ambulatoire - Chirurgie Gynécologique
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie Gynécologique
 
Programme CTO clinique Pasteur - Essey Les Nancy
Programme CTO clinique Pasteur - Essey Les NancyProgramme CTO clinique Pasteur - Essey Les Nancy
Programme CTO clinique Pasteur - Essey Les Nancy
 
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchiqueEndoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
 
Communiqué de Presse Robogreffe - Octobre 2012
Communiqué de Presse Robogreffe - Octobre 2012Communiqué de Presse Robogreffe - Octobre 2012
Communiqué de Presse Robogreffe - Octobre 2012
 
Les systèmes de fermeture artérielle
Les systèmes de fermeture artérielleLes systèmes de fermeture artérielle
Les systèmes de fermeture artérielle
 
SGRT implementation at IPC Unicancer, Marseille France
SGRT implementation at IPC Unicancer, Marseille France SGRT implementation at IPC Unicancer, Marseille France
SGRT implementation at IPC Unicancer, Marseille France
 

Dernier

Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
OCTO Technology
 
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Laurent Speyser
 
MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...
MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...
MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...
Horgix
 
PRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptx
PRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptxPRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptx
PRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptx
AlbertSmithTambwe
 
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'universitéDe l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
Université de Franche-Comté
 
Le support de présentation des Signaux 2024
Le support de présentation des Signaux 2024Le support de présentation des Signaux 2024
Le support de présentation des Signaux 2024
UNITECBordeaux
 
Les écrans informatiques au fil du temps.pptx
Les écrans informatiques au fil du temps.pptxLes écrans informatiques au fil du temps.pptx
Les écrans informatiques au fil du temps.pptx
abderrahimbourimi
 

Dernier (7)

Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
 
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
 
MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...
MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...
MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...
 
PRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptx
PRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptxPRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptx
PRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptx
 
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'universitéDe l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
 
Le support de présentation des Signaux 2024
Le support de présentation des Signaux 2024Le support de présentation des Signaux 2024
Le support de présentation des Signaux 2024
 
Les écrans informatiques au fil du temps.pptx
Les écrans informatiques au fil du temps.pptxLes écrans informatiques au fil du temps.pptx
Les écrans informatiques au fil du temps.pptx
 

Cyclotron Nice

  • 1. Visite Cyclotron / Aprémas Jeudi 15 Mars 2012 ABDERAHMAN - BOCQUET – FAHED – LAPORTE PANGRAZI – QUARONI – RICHARD - TAHRI
  • 2. Plan Introduction Sécurisation du Site 1. Cyclotron 2. Cyberknife 3. Aprémas Conclusion
  • 3. Introduction • Le cancer est un problème majeur de santé publique pour tous les pays industrialisés • Les cancers sont en France : – La 1ère cause de mortalité chez les hommes (35% des décès en 2006) – La 2ème cause de mortalité chez les femmes (25% des décès) • 2002 : Priorité nationale • Actuellement  Plan Cancer 2009-2013
  • 4. L’annexe du CAL • Construction du bâtiment en 1989 en réponse à l’installation d’un nouveau matériel etdestiné au départ à accueillir la programme Cyclotron Médicyc • Le CAL s’associe avec le Conseil Général du 06 et le CPAM afin de fournir des locaux au système de prévention APREMAS • Cyberknife en 2006 • Avec le Centre d’Orsay, le CAL est le seul établissement à utiliser cette technologie du Cyclotron en France pour le traitement de cancers • Cette annexe fabrique aussi le 18-Fluorodeoxyglucose nécessaire aux services de médecines nucléaires du Sud-Est de la France
  • 5. SÉCURISATION DU SITE
  • 6. Epaisseurs des murs suivant les matériaux utilisés définis par calcul de protection (béton, béton baryté et terre essentiellement) • Utilisation de labyrinthes pour l’accès aux salles de soins et de portes en béton ou fer • Successions de couloirs pour favoriser la dispersion des particules aériennes
  • 9. La protonthérapie des cancers de l’œil • Utilisation pour traiter les tumeurs de l’œil à l’aide de rayon dits PROTON • 1991  2011 = 20 ans d’existence à Nice • Environ 250/500 apparaissant chaque année sont traités à Nice • Le Cyclotron est piloté par un personnel comprenant notamment des ingénieurs, des physiciens médicaux, des électroniciens et des techniciens • Les traitements sont prescris par un oncologue radiothérapeute
  • 10. Qu’est ce que c’est ? Accélérateur de particules testé en 1931 pour la première fois Utilisation pour le traitement de protonthérapie et la fabrication de 18-F Principes Il utilise l’action combinée d’un champ magnétique et d’un champ électrique pour délivrer un faisceau de particules accélérées - Ces particules, électriquement chargées, sont introduites au centre d’une enceinte où règne un vide - Sous l’action combinée de champs électrique et magnétique , elles décrivent une trajectoire en spirale depuis le centre du cyclotron jusqu’aux bords tandis que leur vitesse s’accroît (cavités accélératrices augmentant de rayons) - Arrivé au rayon maximal, elles sont expulsées hors accélérateur Traitement ciblé
  • 11. Composants 1. Collimateur 2. Modulateur en escalier 3. Deux cavités en forme de demi-cylindres, (les "Dees" ) 4. Aimants 5. Rayonnement en Gray (Pic de Gray)
  • 12. Caractéristiques • Accélération du proton d’hydrogène • Energie de 65 MeV • 3,3 cm de profondeur (max 5cm)  Utilisation lésions oculaires • Accélération sous vide, faisceaux modélisés pour donner la forme de la tumeur (au mm près) • Dose létale = 6 Gray • Curiethérapie: Lésion supérieure à 10 mm, taille trop importante pour le Cyclotron • Traitement de la tumeur lorsque celle-ci ne dépasse pas plus de la moitié du volume de l’œil
  • 13. Traitement Le traitement est prescrit par un ophtalmologiste à la suite de pose de Clips de Tantale autour de la tumeur. Ce traitement nécessite 2 semaines.
  • 14. La première semaine qui consistera à - Examen scannographie et radiologique pour connaître la morphologie de l’œil et la position de la tumeur - Réaliser un masque et une empreinte dentaire personnalisée pour assurer le confort du traitement - Concevoir précisément le traitement et le contrôler par des simulations - Élaborer le plan précis de l’intervention (Réglages fauteuil + Plan de traitement) - Réaliser une séance de vérification finale - Consultation d’information
  • 15. Seconde semaine - Dans le cas général, le traitement se fait en 4 séances sur une durée de 4 jours - La région de l’œil à traiter est petite, il faut donc rester le plus immobile possible  Importance du masque (partie dentaire + partie plastique)
  • 16. La séance • Le fauteuil motorisé peut se déplacer dans 3 dimensions pour assurer la meilleure position possible • Une fois le fauteuil placé face au collimateur, il faut fixer une lumière guidant le regard, lui-même suivit par des radiographies de contrôle • Ce positionnement prend de 10 à 30 min • L’absence de personnel soignant dure lui moins d’une minute et le traitement une dizaine de secondes
  • 17. Détection tumeur • Ophtalmologiste Anesthésie • Ophtalmologiste Fixation des Clips de Tantale Cyclotron • Réglages de la machine Anesthésie locale de l’œil Traitement de la tumeur • Masque personnalisé • Fixation d’un point • Localisation par des clips
  • 18. Suivi patient • Pendant le traitement (4 jours) - Rougeurs et gonflements de l’œil traité - Mise en place d’un écarteur à paupières après anesthésie locale - Ne rien appliquer sur l’œil (mains, eau de douches, crèmes…) - Port de lunette de soleil + prévoir un pansement de protection - Ne pas hésiter à contacter le Cyclotron en cas de doutes • Après le traitement - Prendre les même précaution que pendant le traitement - Effets visibles pendant 6 semaines minimum - Consultations fréquentes de son ophtalmologiste - Le traitement étant localisé à l’œil, pas d’interdictions médicales 96 % de succès sur 10-15 ans
  • 19. RADIOTHÉRAPIE PAR CYBERKNIFE
  • 20. Qu’est ce que c’est ? • Outil supplémentaire à la radiothérapie • Mini-accélérateur monté sur un robot industriel • Apparu en France en 2006 • Forte technicité et spécificité • Coûte 4 millions € avec 1,5millions € pour l’accélérateur de particules
  • 21. Interventions non invasives • Seul système de radiochirurgie se servant de la robotique intelligente • Présence du système « Respiratory Tracking System » suivant le mouvement de la respiration • « Synchrony » est là pour suivre, détecter et corriger les mouvements du robot En résumé, il y a traitement de - Tumeurs pulmonaires - Tumeurs du systèmes nerveux et rachidiennes On peut l’associer à une Radiothérapie classique.
  • 22. Caractéristiques • 6 axes de rotation dont un collimateur circulaire • Emission de photons de 6 MeV • 100 faisceaux d’irradiation  forte dose libérée au niveau du volume tumorale à traiter avec protection des tissus voisins • Critères de sélection précis • 2 faisceaux de rayons X disposés orthogonalement permettent un positionnement précis
  • 23.
  • 24. Précautions - Manipulateurs compétents avec radioprotection « banale et classique » - Protection patients: 4 caméras pour la surveillance en temps réel Exemple : Tumeur mobile (poumons)  Veste avec 3 diodes (signal qui perçoit le tracking)
  • 25. Contrôle et sécurité  Chaque matin : vérification tirs du robot  1/semaine : contrôle de l’énergie  1/3 mois : vérification complète  1/an: contrôle constructeur Les patients et le personnel doivent suivre des règles : - Lavage des mains - Port d’une tenue de protection appropriée - Désinfection quotidienne des locaux
  • 26. Traitement • Avant le traitement - Consultation de Radiothérapie avec le radiothérapeute - Consultation d’annonce avec une infirmière d’information et de coordination - Pose de Clips ou de grains radio- opaques près de la lésion • Préparation et intervention - Simulation et scanner pour la confection de matelas et/ou masques et vérification du repérage - Dosimétrie pour la réalisation d’une fiche individuelle de traitement - Le traitement qui peut se faire sur une ou plusieurs séances
  • 27. En pratique Allongement du patient • Immobilisation avec matelas et masques personnalisés Réglage patient/machine Tirage • Recadrage 10 mm et 1,5° ou arrêt machine
  • 28. Suivi patient - Séance : 30 min à 2H - 1 à 6 séances  soit 6-7 interventions/jours avec 2- 3 manipulateurs - 300 patients/an
  • 29. Avantages • Précision - Faible pénombre des faisceaux (fiche technique) - Degré de liberté (grande souplesse) - Précision du positionnement (immobilisation du patient et réalignement) - Tracking (par un suivi optique par la machine du patient en temps réel) • Intérêt clinique - Tumeurs mobiles - Propreté (distinction des tissus sains et lésés) - Réirradiation possible (dans le cas de rechutes) - Diminution du nombre de séances
  • 31. Association pour le dépistage Descriptions organisé du cancer du sein et du cancer colorectal sur le 06 et le 04 • Mandatée par l’Etat, les collectivité locales ainsi que l’Assurance Maladie • Population concernée 50 à 74 ans ( obligation européenne depuis 1992) • Objectifs - Mieux sensibiliser la population au dépistage, garantir la qualité du dépistage et la transparence des résultats - Proposer un dépistage du cancer du sein et du cancer colorectal à toutes les personnes pouvant en tirer un bénéfice
  • 32. Missions • Gestion des fichiers des personnes éligibles transmis par l’Assurance Maladie • Envoi tout les 2 ans d’une invitation personnelle au dépistage • Information et formation des acteurs et promoteurs du dépistage • Recueil et protection des données individuelles • Communication des résultats aux personnes et à leurs médecins • Suivi des dossiers patient dans le respect des délais fixés • Évaluation annuelle du dépistage local en terme de qualité pour la mise en œuvre de corrections • Communication permanente avec l’Institut de Veille Sanitaire
  • 33. Ressources • Financement Public avec subventions de l’Etat et Conseil général Budget 2009  2 564 049 € • Personnel - 7 secrétaires - 17 relecteurs - Service coursier - 2 secrétaires médicales - Maintenance base de données
  • 34. Processus Mammographie Dépistage Relecture chez le radiologue partenaire Envoi des résultats Envoi des au mammo- médecin Envoi graphies et traitant convocation dossiers et patient
  • 35. Suivi du Cancer du sein La relecture s’effectue par une radiologue avec une formation spécifique à cet exercice et qui s’engage à faire 2000 lectures dont 1500 en relectures Dans le cas d’anomalies, on pourra demander : - D’autres radiographies - Des échographies - Des microprélèvements  90% de succès pour un cancer du sein prit à temps  90 % des anomalies repérées sont bégnines - Test positif : patient suivi - Test négatif : renvoi convocation à 18 mois
  • 36. Les résultats La relecture - Cas négatifs ou douteux en « rerelecture » - Saisie numéro de dossier (numéro radiographie) - Lecture anonyme avec antécédents familiaux connus Organisation 3 bacs « non-suspect » , « suspect » et « à refaire »
  • 37. Processus Hémoculture Recherche de sang dans les selles • Délivrance du test Envoi des Insertion • 2 lectures résultats dans le Envoi postal successives Réception programme du test vers d’un courrier de dépistage le centre de • À la personne d’APREMAS Lecture du • Au médecin par le lecture test traitant • Invitation à médecin • Gratuit Hemoccult II évoquer le sujet durant la prochaine consultation médicale Dans certains cas, l’APREMAS peut directement envoyer le test à la personne dans le cas où celle-ci n’a pas de médecin traitant
  • 38. Suivi du Cancer colorectal • Suivi patient - Test positif : patient suivi Réalisation d’une coloscopie pour détecter la source (pas toujours cancéreuse, 10% et 40 % de polypes) Dans le cas d’un résultat coloscopique normal, la réinvitation se fait 5 ans puis tout les 2 ans jusqu’à la 75ème année - Test négatif : Renvoi convocation à 18 mois
  • 40. Le dépistage précoce et l’évolution de la technologie médicale, permettent d’améliorer la qualité du traitement et le taux de survie des patients atteints de cancer.
  • 41. Le 28/07/2011  Le Cyclotron II à Nice en 2014 Le Ministre de la Santé est venu remettre une autorisation d'exploitation pour la construction d'un prototype. Nice : Nouvelle arme anti cancer Un procédé qui fait de Nice un pôle d'excellence dans le domaine. Et à l'origine de l'appareil du centre Lacassagne : un chercheur niçois : Pierre Mandrillon.
  • 42. MERCI DE VOTRE ATTENTION Nous remercions l’ensemble des professionnels pour leur accueil