SlideShare une entreprise Scribd logo
didactique   de   la    communication:cours pour        étudiants
publié                 par            Ahmed                   Ely


Introduction:x
Avant de parler de didactique de la communication, il est
important de rappeler une évidence dont parle Jean –Claude
Abric.x
Dans son ouvrage Psychologie de la communication, l’auteur
présente de manière très accessible les différentes théories
psychologiques qui s’appliquent à la communication humaine
et       les     techniques        qui      en   découlent.x
A partir de l’idée que la communication est une interaction,
l’auteur      développe        les       thèmes    suivants:x
-facteurs généraux intervenant dans les situations de
communication,x
-communication interindividuelle, écoute active et méthodes
d’entretien,x
-dynamique des communications dans les groupes et
réunions,x
-relations entre communication et influence sociale
(conformisme,       innovation,     rôle    des  actants…).x
En conclusion, Jean-Claude Abric pose la prééminence du
climat sur la technique dans la communication humaine : «
c’est la qualité de la relation qui génère la qualité de la
communication                                              »x
Essai            de           définition        :x

La didactique de la communication,( au carrefour de plusieurs
sciences sociales et humaines (psychologie, sociologie,
anthropologie, linguistique,…) est un champ disciplinaire qui
puise matière à réflexion et objet d’étude de la problématique
de l’enseignement de la communication à l’université. Elle
s’interroge    sur     les    compétences       (référentiel   de
compétences)dont doivent être dotés des étudiants
universitaires, les problèmes observés et les moyens
théoriques et pratiques à mettre en œuvre pour un
enseignement        fonctionnel,     efficace    et     innovant.x
Dans son rôle prescriptif, elle vise à concevoir des
propositions probantes pour cibler des compétences
prioritaires que l’étudiant doit s’approprier tout le long de son
cursus.x
Parallèlement, dans son rôle suggestif, elle cherche à inspirer
des      pratiques      nouvelles     pour    mieux      dynamiser
l’enseignement de la didactique de la communication en
motivant et impliquant davantage l’étudiant en situation.x
Des                attitudes             à              développer
Tout individu peut être amené à développer cinq grands types
d’attitudes : interprétation, évaluation, aide ou conseil,
questionnement ou enquête, compréhension. Cette dernière
attitude crée un climat relationnel qui facilite l’expression. Elle
correspond à l’orientation non directive initiée et développée
par                          Carl                         Rogers.x
L’auteur présente trois techniques, qui diffèrent sur la part
d’initiative laissée à la personne interrogée et sur les objectifs
:x
- l’entretien non directif, qui vise l’expression de sentiments
et                 de                 motivations                 ;x
-l’entretien guidé ou focalisé, afin de repérer des opinions,
des         attitudes,        des        comportements            ;x
-le questionnaire, qui vise le même objectif que l’entretien
cible.x
Difficultés de la communication et l’échec scolaire.x
Il est important de parler de la pédagogie de l’erreur(de textes
à fautes uniques ou multiples), des stratégies de remédiation
qui en découlent et des enjeux de distanciation et de
conscientisation qu’elle enclenche chez les étudiants, même
à                                                     l’université.x
De tels outils didactiques crée des opportunités de
communication individuelles ou interindividuelles à même de
favoriser            la         prise          de          parole.x
Des indices révélateurs à exploiter au profit d’une
communication optimale( Schéma de kerbrat Orecchioni)x
Une enquête menée dans un milieu d’étudiants (dans des
universités françaises) a permis de faire le constat suivant:x
Plusieurs types de difficultés sont constatés chez les
étudiants mis en situation de communication universitaire en
langue                          française                         :x
prise          de         notes         aux         cours         ;x
réalisation              de           tâches            multiples;x
interventions                                       personnelles;x
examens.x
En général, les difficultés portent essentiellement sur des
compétences discursives (d’autres erreurs ne sont pas
exclues!)x
-difficultés à sélectionner et à hiérarchiser l’information;x
-difficultés à cerner précisément l’objet d’une question ;x
-difficultés à produire un texte cohérent et adapté à une
demande                                             précise.x
Pour palier les difficultés relevées, il semble nécessaire de
s’ouvrir à la dimension discursive/communicative qui
implique différents contextes de la communication
universitaire et de tous les paramètres qui la construisent.
En conséquence, la communication n’est pas uniquement une
fin en soi: elle est à la fois objet d’étude et technique
d’animation et de recherche universitaire.
Les                 approches                 communicatives

Les approches communicatives se développent donc à partir
de                       plusieurs                      facteurs:
- une critique, tant au niveau des principes théoriques que de
la mise en œuvre des méthodes audio-orales (MAO) et des
méthodes                    audiovisuelles                 (MAV);
- l’utilisation d’outils nouveaux permettant de définir les
besoins des étudiants et les contenus d’enseignements;
- une évolution méthodologique qui intègre des principes
différents quant aux progressions, documents et techniques
de                                                         classe.
Il ne s’agit plus seulement d’apprendre en situation le
système de la langue, mais d’apprendre à communiquer en se
référant tout autant au code linguistique qu’aux règles
sociales et culturelles qui dans un milieu donné régissent
l’échange                                             langagier.
L’approche communicative recentre l’enseignement de la
LE(langue étrangère) sur la communication. Il s’agit donc
pour l’étudiant d’acquérir une compétence de communication.
Ainsi, un certain nombre de “programmes de langue” ont
essayé de prendre en compte la dimension communicative du
langage, à partir des données de la sociolinguistique, de la
sémantique        et     de      la     pragmatique      (Austin).
Il est est question d’optimiser l’enseignement et
l’apprentissage du français en l’adaptant régulièrement aux
conditions scientifiques et socioculturelles via des actes de
parole       ,    sous-tendus       par     des    compétences
communicationnelles et langagières, aussi bien en réception
qu’en production, orale et/ou écrite(traiter activement
l’information pour construire du sens, produire une
communication orale ou écrite qui soit correcte, claire,
organisée       et     efficace,     transmettre,    reformuler-
paraphraser-,adapter un message existant à des contraintes
proposées, participer positivement dans des échanges
interactifs en direct ou à distance(cf Schéma de la
communication de Kerbrat-Subjectivité dans le langage).
Il s’agit d’apprendre non pas simplement à produire des
phrases dans une langue étrangère, mais à communiquer
dans               cette               même               langue.
Dans cette optique, l’enseignement d’un savoir linguistique
“ouvert” ne suffit plus : on doit viser l’apprentissage de
savoir-faire langagiers, de comportements (langagiers)
remplissant différentes fonctions pour réaliser des projets,
des objectifs de communication(objectifs fonctionnels) en
connaissance      de    cause,en      sachant    s’adapter    aux
circonstances concrètes de l’échange tel que l’exige une
situation de communication universitaire, authentique ou
simulée.
diverses composantes de la compétence communicative:
1_ la compétence linguistique : habileté à interpréter et à
appliquer les règles du code linguistique dans une situation
de                                               communication.
2_ la compétence sociolinguistique : habileté à interpréter et à
utiliser différents types de discours en fonction d’une
situation                    de                  communication.
3_ la compétence socioculturelle : habileté à interpréter et à
utiliser les objets culturels liés à une situation de
communication
4_ la compétence référentielle : habileté à interpréter et à
utiliser des domaines d’expérience, des objets du monde et
de leurs relations dans une situation de communication
5_la compétence stratégique : habileté à utiliser des
stratégies verbales et non-verbales pour maintenir le contact
avec les interlocuteurs et gérer l’acte de communication en
fonction        de        l’intention       des        locuteurs.
Selon                un                spécialiste              :
* “le même sujet, confronté à des situations de
communication différentes, peut être très adéquat et efficace
dans certaines, maladroit et inefficace dans d’autres ; sa
compétence de communication est donc définie par rapport à
des           familles           de         situations          ;
* dans la même situation, sa “ performance globale ” met en
jeu de multiples opérations langagières, dont les unes sont
mieux maîtrisées que d’autres et qui contribuent donc
diversement       à      la      performance       globale.     “
La      didactique     des      langues     (fle    bien    entendu)
Remarque: Parler de la didactique de la communication incite
à        évoquer         la      didactique       des       langues.
Quelques                                                  fonctions:
* conceptualise des capacités langagières et des capacités de
communication (voire d’agir communicationnel), en les
distinguant          les        unes        des        autres       ;
* s’intéresse aux situations de la vie qui sollicitent fortement
la communication verbale, voire non verbale, aux
compétences mises en jeu et participe à leur
conceptualisation,                          …                      ”.
Bien entendu, les linguistes et les didacticiens se sont depuis
longtemps intéressés aux interactions sociales et aux
situations dans lesquelles les échanges verbaux sont
cruciaux.
La          notion          de         compétence           (Rappel)
Pour                     Le                  Boterf                 :
La compétence ne réside pas dans les ressources
(connaissances, capacités…) à mobiliser mais dans la
mobilisation même de ces ressources. La compétence est de
l’ordre du “ savoir mobiliser ” (Le Boterf, 1994, p. 16).
L’analyse retrouve ici des savoirs théoriques (connaissances
déclaratives et procédurales, en général verbalisables), et des
savoirs d’action (savoir-faire, à la limite des routines en
général                                                            ).
Récapitulatif      des      compétences       relationnelles    clés.
Tous les éléments constitutifs de l’autorité relationnelle
(leadership pour les anglicistes) sont intéressants à renforcer.
Ces éléments sont source de progression permanente pour la
vie. Qu’est-ce qui fait que l’on perçoit l’autorité relationnelle
d’une                             personne                         ?
La responsabilité est un élément déterminant. Il s’agit de la
façon dont l’individu face à une situation problématique
cherche à trouver les causes et les solutions en n’étant pas
toujours en train de les chercher hors de lui. (…).
Le sens de la responsabilité d’une personne croît quand elle
fait attention à ses relations sur quatre niveaux : ce qu’elle dit,
ce qu’elle fait, ce qu’elle laisse dire et ce qu’elle laisse faire.
L’initiative relationnelle : c’est la capacité à savoir clairement
ce qu’on veut, ce qu’on pense, à dire ou à demander pour soi.
Elle s’oppose à la soumission et au désir premier de faire
plaisir                   aux                 autres.
: ‫الموضوع الصلى من هنا: منتديات الستاذ التعليمية التربوية المغربية‬
‫فرييييييييييييييييييييق واحيييييييييييييييييييد لتعلييييييييييييييييييييم رائد‬
http://www.profvb.com/vb/showthread.php?p=311774

L’écoute active : capacité à s’intéresser vraiment à l’autre et à
se          départir         de         ses         a        priori.
L’autonomie : connaissance de ses forces et acceptation de
ses limites. Capacité à alerter à temps quand des difficultés
personnelles font jour et à se faire aider sans se sentir
minable. L’autonomie se distingue des comportements
dépendants                      et                   indépendants.
La force de conviction : très connectée à la qualité de
l’écoute, c’est la capacité à développer des propos qui
prennent en compte le point de vue de l’autre tout en faisant
état de sa propre conviction. C’est savoir parler pour être
compris et non parler pour se faire plaisir !
La capacité à conduire des confrontations quel que soit le
statut de l’interlocuteur.Il s’agit là, de la capacité à ne pas
laisser des désaccords dans le flou, à ne pas laisser se
développer               des             conflits           larvés.
La capacité à ne pas pérenniser des dysfonctionnements
latéraux : c’est le cas des collaborateurs qui osent dire à un
collègue leur point de vue sur un mode de fonctionnement
qu’il trouve inadapté même en n’étant pas le manager de ce
collègue.     C’est     fuir    les    attitudes    moutonnières.
La capacité à coopérer sans craindre que ses apports soient
dilués           dans             une          équipe           (…)
Retenons                                                           :
Les                compétences                   sont              :
-des capacités d’action, “ ensemble de capacités
communicatives (attention conjointe, requête, ordre,
intention, etc.), que l’on peut redéfinir comme la construction
des significations liées aux actions humaines. Les
productions sonores impliquées dans ces processus
interactifs n’ont alors qu’une valeur illocutoire. Quand
apparaît le langage proprement dit, des formes locutoires (ou
signes) sont intégrées au processus et l’enfant développe
rapidement des capacités d’action verbale ou langagière ”
(Dolz,       Pasquier        et       Bronckart,       1993)       ;
-des capacités discursives, grâce auxquelles les locuteurs
construisent et se servent de” critères leur permettant
d’effectuer un choix parmi les modèles discursifs disponibles
dans      l’environnement        langagier     ”    (ibid.)   ;
- des capacités linguistico-discursives, divisées elles-mêmes
en “ cinq ensembles d’opérations impliquées dans toute
production langagière : des opérations de planification, de
structuration temporelle, de cohésion, de connexion et de
modalisation                                              ”

Préparer et présenter un projet personnalisé(mémoire en
l’occurence) en essayant d’intégrer un élément d’ordre
cognitif, un élément d’ordre motivationnel et un élément
d’ordre                                       méthodologique.
Donc la didactique de la communication doit responsabiliser
l’étudiant en le rendant plus autonome, plus réflexif,
dynamique et interactif dans ses différentes interventions en
langue française (débat, travaux de groupes, exposé,
soutenance, entretiens, résolution de situations-problèmes et
d’autres tâches en formation universitaire qui le préparent à la
formation professionnelle et à l’insertion dans la vie
active).Elle doit également prendre en charge les non-
participants:là   s’avère   l’importance    des      techniques
d’animation universitaire et le coach pédagogique.
Des domaines de compétences en décloisonnement:

1.               Production                écrite
Elle vise la construction de textes (commentaire de
textes,dissertation,synthèses    de       textes,résume      de
textes,analyse de textes ,mémoire,…).A ce niveau,il faut tenir
compte               de             trois              phases:
-conception,
-mise                        en                         oeuvre;
-révision                     et                     réecriture.

2.Communication                                            orale;

3.Lecture.
« A partir de différents travaux – enquêtes, recherche
documentaire, résumés, réécriture de textes et autres
exercices autour du texte – on s’efforcera par l’acquisition
d’outils fondamentaux de mieux structurer ses textes et
d’atteindre la rigueur dans l’expression. On cherchera
particulièrement à reconsidérer sa propre écriture, en se
distanciant           des          habitudes           acquises.
Si l’objet de ces travaux reste la production écrite individuelle
et collective, le travail de groupe et l’expression orale en
seront                        les                       moteurs.
Participation active demandée. »
Le langage : analyse, interprétation,             argumentation

« L’analyse de textes (articles de presse, textes publicitaires,
etc.) et des situations de communication dans lesquelles ils
sont produits, sera l’occasion d’introduire différentes notions
du domaine de la sémantique et de la pragmatique :
notamment       celles  d’implication,   de     présupposition,
d’argumentation,de                              modalisation,…

Ces notions seront utilisées dans le cadre de travaux :
analyses   et  commentaires,    productions   textuelles.

Cette problématique, qui concerne le sens des énoncés, les
effets de sens, les possibles interprétations, nous paraît
particulièrement   opératoire   …      »Jean-Noël   Darde

Compétences                                               visées:

I     Argumenter         à      l’écrit     et      à      l’oral:

« De la plaidoirie de l’avocat à l’allocution politique, du
message publicitaire à la négociation commerciale, de la
discussion amicale à la soutenance d’un mémoire ou d’une
thèse, les techniques d’argumentation, héritées de l’ancienne
rhétorique sont partout présentes. » . Alex-Louise
TESSONNEAU

Objectifs                                                        :

- Apprendre à argumenter aussi bien à l’oral qu’à l’écrit

- Développer dans ce domaine, la précision, la rigueur, l’esprit
d’analyse.

Déroulement

- Divers supports (discours médiatiques, textes à
thèse,mémoire de fin d’études,entretiens divers rapports,
tracts, débats,textes à fautes serviront à étudier les méthodes
adoptées dans les différents cas, les enchaînements logiques,
les différentes façons de convaincre, séduire, émouvoir à
l’oral                et                à                 l’écrit.
- Des exercices écrits et oraux permettront de développer les
techniques    et    pratiques    dégagées     précédemment.

II    Expression     orale       :     nouveau           regard         sur       soi

« Pratique de l’expression orale à partir de courtes
interventions individuelles enregistrées à la vidéo.

Le travail d’observation en groupe et l’analyse individuelle
des documents enregistrés permettent progressivement à
chacun de reconnaître ses modes d’expression à l’oral et de
développer un nouveau regard sur soi et sur les autres. »
Cristina                                 MARTINEZ-BISETTI

L’expression orale : vers une expression plus juste, plus vraie

« Développer une autre relation à soi, par l’écoute intérieure
et l’écriture. Travailler sur soi pour se tranquilliser, se libérer
des habitues d’écoute réactives intérieures et extérieures.
Ecrire pour libérer le sens personnel qui se tisse, s’élabore,
s’imagine, se dévoile en nous à partir de ce nouveau calme.
Partage à l’oral du sens défini ainsi en chacun. » Christina
MARTINEZ-BISETTI

Expression                   écrite                      et                    orale

Ce cours de méthodologie s’adresse aux étudiants qui
désirent gagner de l’aisance à l’écrit et à l’oral.

Les              objectifs                  sont                   de                :

-        faciliter          le          passage                à              l’écrit.

-       écrire       pour            être          lu         et        compris.

- prendre la parole en groupe, défendre une idée face à un
auditoire.

-     savoir     présenter       oralement              un     travail         écrit.

Déroulement : sous forme d’atelier, alternance d’exercices
pratiques, de travaux individuels et en groupe. Brigitte
RAMONT

L’attention de l’étudiant doit porter sur les paramètres
suivants pour développer son potentiel langagier et
communicationnel:

a) des facteurs d’ordre linguistique: mobiliser le lexique et les
structures conformément aux exigences de la situation
-support;

b) des facteurs d’ordre psychologique :mettre les étudiants
en confiance (aussi par les formes de travail proposées) en
fixant des tâches et en élaborant des consignes qui
déclenchent la prise de parole. La tâche proposée doit avoir
du sens pour l’étudiant et pour son sa formation univeristaire.

les        trois        phases           de         l’expression

1. l’élaboration de la pensée : ce qui doit être dit et comment
en relation avec la situation et l’interlocuteur (trouver les
idées qui répondent à la nécessité de la communication) ;

2. l’élaboration du discours, la formulation : la transformation
de ce qui doit être dit et comment en phrases (mobilisation
des moyens linguistiques dont l’étudiant dispose : lexique et
grammaire)                                                     ;

3. la réalisation sonore et gestuelle du message(voix,débit-
intonation,pauses)

Mettre les étudiants en situation de communication doit
constituer un souci majeur del’enseignant pour l’entraîner à
pouvoir et vouloir s’exprimer et communiquer devant ses
camarades            et          ses           professeurs.

Etudiants,voici quelques recommandations à respecter lors
de toute prise de parole ,surtout quand vous devez présenter
un                                                  exposé:

- Vous devez être très sélectif dans le choix des informations
que vous allez présenter. La plupart des exposés courts
peuvent contenir une idée au maximum. –Résistez à la
tentation de dire tout ce que vous savez: Vous n’avez le
temps que de présenter les choses les plus intéressantes.

. La sophistication dans l’expression orale n’est pas corrélée
avec la sagesse, l’originalité ou l’intelligence, mais bien avec
l’ennui     et     l’étonnement         de      votre     public.

On fait de la recherche pour raconter une histoire, en
décrivant comment on a choisi le problème, quels sont nos
objectifs, comment nous les avons explorés, quels sont les
données et les résultats, et quelle est la morale de l’histoire
(la conclusion). Evitez une organisation style article.

- Préparez vos deux premières phrases comme si elles étaient
des slogans publicitaires pour vous-même et votre exposé. Il
s’agit de capturer l’attention des auditeurs dans premières
phrases.

- Attirez d’emblée l’attention avec une question rhétorique,
une anecdote, ou un paradoxe. Faites l’hypothèse que vos
auditeurs sont des étudiants de candidature (restez simple).

8- En préparant votre exposé, considérez les étapes
suivantes:

Ecrivez sur des fiches les points que vous voulez faire

Assemblez        ces      fiches        en       un    “aperçu”

Révisez l’aperçu en vous concentrant sur les transitions

Ecrivez votre exposé comme si vous le disiez ;* travaillez la
présentation      orale,  pas       le      style       écrit

Faites   un   nouvel    aperçu     de    votre   version   écrite

Entraînez-vous à dire votre exposé à partir de la version écrite

Préparez-vous devant un miroir et chronométrez-vous. Faites
en sorte de pouvoir faire votre exposé en 11 ou 12 minutes

Apprenez à donner votre exposé à l’aide d’une seule fiche, ou
mieux,                     de                       mémoire
-Décrivez le problème que vous explorez en termes concrets
et spécifiques. Aidez les auditeurs à comprendre les détails
importants           avant           de         généraliser.

- Décrivez exactement quelles réponses les sujets devaient
donner,   en    donnant  un     ou  plusieurs   exemples.

- Rien ne vous force à décrire chaque condition, chaque
résultat, ou chaque analyse. En particulier, éliminez de votre
exposé tous les résultats qui ne sont pas clairs ou qui sont
difficilement interprétables. Votre objectif est de raconter une
histoire simple et cohérente, et pas de transmettre la vérité
crue avec tous ses défauts. La première règle est de raconter
une histoire simple, pleine de suspense, qui se termine bien,
et qui n’est pas ennuyante. Eliminer certains détails n’est pas
la même chose que falsifier ses données. Les exposés sont
faits pour convaincre, les articles pour corriger le tir et donner
les                                                         détails.

- Résumez votre idée principale et concluez clairement.
Indiquez clairement au public quand vous avez terminé, par
exemple en vous reculant, en souriant et en disant “Merci”.
Applaudissez-vous les uns les autres à la fin de vos exposés.
Demandez s’il y a des questions et attendez * très longtemps.

- Ne vous souciez pas de devoir répondre à des questions
difficiles ;* la plupart du temps, il n’y en aura pas. Vous en
savez plus sur la recherche que vous décrivez que n’importe
qui d’autre dans la salle. Ne soyez pas intimidé par la
présence de personnalités dans la salle: la plupart d’entre
elles sont en train d’essayer de comprendre ce que vous avez
fait    et   ne    posent    que   des     questions   simples.

-Si on vous pose une question à laquelle vous ne savez pas
répondre, il est acceptable de dire “Je ne sais pas” ou “C’est
une question difficile à laquelle je n’ai pas pensé” ou “J’aurai
besoin de temps pour penser à cela” ou encore “Bonne idée *
c’est une suggestion à essayer dans une expérience
ultérieure”. Vous ne devez pas avoir des réponses
instantanées à tout. Si vous ne comprenez pas une question,
demandez qu’on vous la reformule. Si on vous pose trois
questions à la fois, répondez à une des trois et passez à une
autre                                                 personne.
- Demandez à un ami de vous poser une question que vous
avez préparée à l’avance. Souvent, le public a besoin de
temps       pour       formuler      ses       questions.

- Souriez, ayez l’air sympathique et content d’être là. Parlez
clairement

Stratégies pour manifester sa capacité de se mettre
intuitivement à la place de son prochain, de ressentir la même
chose      que        lui,    de     s’identifier     à     lui

1. Accorder une importance aux attitudes réceptives des
auditeurs.

2. Tenir compte des nouvelles informations et cerner les
nouveaux acquis découlant de la communication même.

3. S’adapter à l’auditeur pour capter sa possibilité de
raisonner, son pouvoir réel d’agir, sa capacité de s’émouvoir,
sa façon de percevoir les faits, sa capacité de comprendre
telle approche, les valeurs qu’il respecte, les mobiles qui
expliquent        sa        présence         à        l’exposé

4. Ouvrir l’accès aux récepteurs récalcitrants en modifiant ses
propres attitudes communicationnelles : soulever des
émotions, favoriser les objections, respecter les dissidences
et          faire       naître        des          motivations.

5. Établir un contrat d’interaction et d’adhésion au
discours           avec            ses           auditeurs

6. Exprimer ses besoins, ses sentiments, ses raisons pour
entrer en relation avec les auditeurs : exploiter dans ses
phrases     l’affirmative,    la  dubitative,    l’interrogative,
l’impérative,     la   conditionnelle   et    la     concessive.

7. Vérifier les sentiments de ses auditeurs, s’assurer qu’ils
ont                                                 compris

8. Ressentir vivement son auditoire, tendance à se laisser
guider                      par                         lui
9. Provoquer une réaction à quelque chose pour produire une
prise de conscience chez ses auditeurs ; faire anticiper les
auditeurs          dans            l’action         désirée.

10. Entretenir des relations agréables avec ses auditeurs :
être de connivence avec les pensées et sentiments de son
groupe ; répéter ses pensées en des formes variées.

Processus pour manifester sa capacité d’être sûr de soi, de
ses                                             possibilités

1. Développer un raisonnement : le trac ne disparaîtra jamais,
car il est une réponse organique normale qui cependant il
diminue      en      développant       un      raisonnement.

2. Se présenter aux destinataires avec l’idée de dire ce qui
pourra les intéresser ou de répondre à leurs attentes.

3. Posséder son sujet. Cela permet de s’exprimer avec
conviction.

4. Établir le sens de ses idées, son plan de
communication, ses attitudes et procédés aident à acquérir
l’assurance     en        un       public     bienveillant.

5. Apprendre à parler dans une action graduée, organisée.
Vaincre    les    difficultés  de     façon     morcelée.

6. Ne pas chercher à trop réussir : vous risquez de surestimer
vos capacités qui s’évaporeraient quand surviennent les
déceptions        de         ses        performances.
7. Ne pas s’élever au-delà de ses propres valeurs, avancer
humblement.

8. Ne pas focaliser sur les insuccès, mais plutôt sur les
réussites   graduelles    :   travailler l’auto-correction

9. Avancer graduellement, il ne faut pas que les gens vous
voient        venir          d’un        seul        coup.

10.   Apprendre   à   respirer   profondément   plusieurs   fois

11. Imaginer le lieu de parole que vous allez occuper.
12. Montrer que vous êtes sûr de ce que vous énoncez

13. Ne pas attendre d’être parfait en tout : est requis un effort
pour      offrir      le      meilleur        de       soi-même

14.     Ne    pas       laisser     votre          timidité         vous         envahir.

15. Ne pas se présenter devant le public sans préparation.x

16.     Les      symptômes          du            trac       :       les        mains

deviennent           moites,       les            jambes            flageolent,         les

joues        s’empourprent,            les         aissettes           rigolent,         le

cœur      cogne,        la     gorge         se         resserre,          la    mémoire

s’estompe,      la      voix      tremble          et      les      intestins      se

relâchent
Processus pour manifester sa capacité d’apporter des
arguments        probants        (qui     constituent      une      preuve)
1. Conduire les pensées, les actes, les paroles et les gestes à
l’impact         ou          la        portée           du        message.
2. énoncer les convictions profondes, le principe auquel on
croit                                                           fermement.
3. Trouver l’approche qui sied au groupe, à son talent et à ses
moyens.
4. Se concentrer sur ce que tu dis et sur ce que tu fais.
5. être un modèle à suivre tellement est grande ta cohésion
mentale       et     corporelle        avec        ce    qui      est      dit.
6. Persuader les gens par la profondeur de son idée et par la
voltige     de      sa      logique,        de      son     raisonnement.
7. Rapporter ce que les autres ont exprimé, penser par soi-
même         mais         exprimer         une        opinion        fondée.
Inutile de rappeler que les principaux rôles incombant aux cfi
étaient et sont toujours la formation initiale et continue dans
différents modules, aussi bien des enseignants que des chefs
des               établissements                     primaires.
: ‫الموضوع الصلى من هنا: منتديات الستاذ التعليمية التربوية المغربية‬
‫فرييييييييييييييييييييق واحيييييييييييييييييييد لتعلييييييييييييييييييييم رائد‬
http://www.profvb.com/vb/showthread.php?p=311778
Mais à l’avènement de la Nouvelle Charte d’Education et de
Formation, et conformément aux différentes clauses qui
régissent le système éducatif, le projet restructuration des Cfi
comme étant des établissements de formation de Cadres non
universitaires,il s’avère déterminant que ces derniers se
voient impliqués dans la recherche pédagogique en
coordination avec d’autres partenaires telles que les
Universités ,les AREF les écoles d’application et les
délégations pour mieux concrétiser les réformes préconisées,
mais qui tardent à aboutir car la qualité de l’enseignement est
toujours                                              défaillante.
Je poserai quelques questions que je juge pertinentes :
Pourquoi toutes les démarches entreprises par le Ministère de
l’Education Nationale et ses différents partenaires sont loin
d’atteindre les objectifs de réforme tant souhaitée ? Les
problèmes de la réforme concernent uniquement les Manuels
scolaires ?la Formation initiale et continue des enseignants ?
Les curricula ? L’encadrement pédagogique ?l’absence d’une
morale professionnelle suffisamment mûrie ? L’absence des
premiers concernés qui sont les enseignants dans les plans
de réforme ? La discontinuité dans la gestion de la chose
pédagogique dictée par la mobilité des responsables du
MEN ? L’absence d’une stratégie personnalisée et clairement
définie ? L’inadéquation du système pédagogique aux
exigences du marché de la formation et de l’emploi ?
L’absence de synergie entre associations opérant en matière
de qualité et les initiateurs des réformes ? L’absence d’une
stratégie d’évaluation et de régulation clairement définie
accompagnant              ces           réformes             ?…..
Je pense que le problème majeur source de toute la crise que
traverse notre système éducatif depuis bien des années est
consécutif à l’absence d’un créneau on ne peut plus crucial
qu’est la recherche pédagogique qui constitue un véritable
levier porteur et prometteur des champs didactique et
pédagogique.
Dites-moi SVP comment peut-on,espérer sonder le degré de
pertinence ,d’adaptabilité,d’éducabilité et d’efficacité de notre
système pédagogique, innover, expérimenter ,souscrire à la
qualité,en    l’absence    d’une    politique    de    recherche
pédagogique qui impliquerait plusieurs acteurs de différents
statuts, sous forme de groupes ou de noyaux de recherche
suffisamment structurés, financés et encadrés pour assister
une école qui se veut citoyenne,moderne,efficace et
innovante                                                    ?
Un autre volet est digne d’être soulevé, vu son importance en
matière de fondement et de documentation sous forme d’une
banque de données dans différents champs de la pédagogie
et de la didactique.Les quelques questions qui suivent
peuvent piquer notre curiosité, nourrir nos réflexions pour un
véritable   débat    au    niveau    régional    et   national.
1. Qu’est ce qui nous empêche d’avoir des banques de
données –pour ne parler que de des curricula de
l’enseignement du français langue étrangère- qui soit
accessible à toute personne intéressée par l’évolution de
notre système pédagogique(depuis l’indépendance jusqu’à
nos                           jours)                         ?

-au niveau du discours relatif à l’enseignement de la lecture et
des fondements théoriques qui sous-tendent les différentes
approches            autrefois           en          vigueur            ;
-au       niveau      de       l’enseignement           de       l’écrit,
-au      niveau      de     l’enseignement          de     l’oral       ;
-au niveau de la gestion des classes à cours multiples
-au niveau de l’évaluation des manuels scolaires
-au niveau de l’analyse de pratiques de classes et de leur
répercussion           sur         le         créneau           qualité
-au niveau des causes de l’échec scolaire et la politique de
lutte    contre    toutes     les     formes      de     déperditions,
-au niveau de travaux entrepris par des équipes de recherche-
action pour formaliser, accompagner, concrétiser les
réformes à entreprendre, innover, expérimenter, sous l’égide
du Ministère tutelle et en concertation avec différents
acteurs(associations                      et                   autres)
Fondements                   du                 projet                  :
L’ouverture des établissements sur le milieu environnant est
une exigence incontournable pour une école citoyenne qui se
veut     une    véritable    locomotive        de    développement,
La tendance en Sciences de l’éducation, en Ingénierie de le
formation, est au regroupement,à des synergies spécialisées
qui stipulent concertation,partenariat,gestion fédérée,regards
croisés       pour        optimiser         la       rentabilité        ;
Inutile de rappeler que l’apprentissage d’une langue étrangère
suppose        une      maitrise       minimale        des      quatre
skills:comprendre,parler,lire et écrire.Entendons-nous bien
que la production doit s’appliquer aussi bien à l’oral qu’à
l’écrit.
Mais on constate avec amertume que l’enseignement de l’oral
est loin de s’ajuster aux spécificités des apprenants pour les
mettre                dans              des             situations
motivantes,fonctionnelles,pragmatiques                           et
interactives,authentiques ou simulées qui soient en mesure
d’impliquer les élèves pour leur permettre d’apprendre
effectivement l’oral selon des approches appropriées aux
besoin                 du                public              ciblé.
Il ne faut pas nier que beaucoup d’efforts sont fournis en
amont pour repenser le processus et donner du sens aux
activités orales.Mais il s’avère qu’en aval les résultats
obtenus sont peu satisfaisants,selon les régions,les
conditions d’exercice des enseignants et selon des
contingences                                  extra-pédagogiques.
J’essaie ,pour inciter à réfléchir et a voir profondément et clair
la problématique qui n’est pas toujours maitrisée,de poser un
certain nombre de questions que je juge pertinentes.
1.l’oral jouit-il toujours d’une priorité dans nos classes(tout
niveau                                                 confondu);
2.les progressions et les compétences visées sont
véritablement ajustées aux spécificités de nos élèves?

3.Les différentes activités programmées dans différents
domaines      d’apprentissage     sont-elles      suffisamment
décloisonnées      pour     permettre     un     apprentissage
suffisamment             dosé           et            équilibré?
4.Les élèves jouent-ils pleinement leur” métier d’élèves” en
situation         d’apprentissage            de           l’oral?
5.Les enseignants arrivent-ils à se décentrer pour mettre les
élèves    dans    de    véritable  situations    d’interactions
linguistiques       ,communicatives        et       affectives?
6.Les stratégies mises en œuvre(stratégies d’enseignement et
stratégies d’apprentissage)sont elles murement réfléchies et
savamment                                            investies?
7.Les séances accordées à l’oral sont-elles qualitativement
porteuses                    et                 prometteuses?
8.Les stratégies métacognitives sont elles mobilisées chez
nos élèves pour leur permettre de se distancier vis-a-vis de
leurs prises de parole et de s’auto-réguler,aidés par leurs
enseignants?
9.Les stratégies préconisées en matière de qualité sont -elles
vraiment                                           qualitatives?
10.L’environnement psycho-pédagogique est-il promu de
façon à déclencher un véritable et efficace apprentissage de
l’oral?
11.Les stratégies de suivi et de régulation sont-elles en
mesure de venir en aides au bon nombre d’apprenants en
difficultés?
12.La formation continue est elle suffisamment ficelée pour
aider les enseignants à faire échec à l’échec?
13.L’oral est-il suffisamment valorisé en situations scolaires
et extra-scolaires pour inciter les apprenants à mieux
s’investir en la matière?x
x

Contenu connexe

Tendances

l`approche communicative
  l`approche communicative  l`approche communicative
l`approche communicative
LILIBETH MELO H
 
Approche communicative
Approche communicative Approche communicative
Approche communicative
Belkacem Midoun
 
Programme C1
Programme C1Programme C1
Méthodologie de collecte des données en Français sur Objectif Spécifique
Méthodologie de collecte des données en Français sur Objectif SpécifiqueMéthodologie de collecte des données en Français sur Objectif Spécifique
Méthodologie de collecte des données en Français sur Objectif Spécifique
Nicolas Clf
 
Erwan morel apport des tic à l'enseignement-apprentissage des langues
Erwan morel   apport des tic à l'enseignement-apprentissage des languesErwan morel   apport des tic à l'enseignement-apprentissage des langues
Erwan morel apport des tic à l'enseignement-apprentissage des langues
Erwan MOREL
 
Français sur objectif spécifique.
Français sur objectif spécifique.Français sur objectif spécifique.
Français sur objectif spécifique.
espiritupm
 

Tendances (8)

l`approche communicative
  l`approche communicative  l`approche communicative
l`approche communicative
 
Programme c2
Programme c2Programme c2
Programme c2
 
Approche communicative
Approche communicative Approche communicative
Approche communicative
 
Programme C1
Programme C1Programme C1
Programme C1
 
Méthodologie de collecte des données en Français sur Objectif Spécifique
Méthodologie de collecte des données en Français sur Objectif SpécifiqueMéthodologie de collecte des données en Français sur Objectif Spécifique
Méthodologie de collecte des données en Français sur Objectif Spécifique
 
Fos 2014
Fos 2014Fos 2014
Fos 2014
 
Erwan morel apport des tic à l'enseignement-apprentissage des langues
Erwan morel   apport des tic à l'enseignement-apprentissage des languesErwan morel   apport des tic à l'enseignement-apprentissage des langues
Erwan morel apport des tic à l'enseignement-apprentissage des langues
 
Français sur objectif spécifique.
Français sur objectif spécifique.Français sur objectif spécifique.
Français sur objectif spécifique.
 

En vedette

Optique Gojo-Derasse
Optique Gojo-DerasseOptique Gojo-Derasse
Optique Gojo-Derasse
opticien1
 
Estructura e inventario Bio-Logic
Estructura e inventario Bio-LogicEstructura e inventario Bio-Logic
Estructura e inventario Bio-Logic
mateom1coloyo
 
Formation google analytics - Création de tests
Formation google analytics - Création de testsFormation google analytics - Création de tests
Formation google analytics - Création de tests
Softeam agency
 
week-16x
week-16xweek-16x
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnesCours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
Nicolas Coltice
 
Recursos Multidisciplinares
Recursos MultidisciplinaresRecursos Multidisciplinares
Horarios de Centro de Negocios Personales 5 enero de 2015
Horarios de Centro de Negocios Personales 5 enero de 2015Horarios de Centro de Negocios Personales 5 enero de 2015
Horarios de Centro de Negocios Personales 5 enero de 2015
Banco Popular
 
2012_1_sch_DidácticaOrganizacionEscolar
2012_1_sch_DidácticaOrganizacionEscolar2012_1_sch_DidácticaOrganizacionEscolar
2012_1_sch_DidácticaOrganizacionEscolar
Biblioteca d'Humanitats, Universitat de València
 
Philosopher's Index
Philosopher's IndexPhilosopher's Index
Eco synthese2
Eco synthese2Eco synthese2
Eco synthese2
Sarahfe
 
WebSchool Orléans - B.A BA de la Création Web
WebSchool Orléans - B.A BA de la Création WebWebSchool Orléans - B.A BA de la Création Web
WebSchool Orléans - B.A BA de la Création Web
TRIBELEADR
 
Rita Levi
Rita Levi Rita Levi
Rita Levi
Christian Delwiche
 
87165 pantheon comediens-disparus1
87165 pantheon comediens-disparus187165 pantheon comediens-disparus1
87165 pantheon comediens-disparus1
Christian Delwiche
 
9150 objectifs 2013 2016 du district 9150
9150 objectifs 2013 2016 du district 91509150 objectifs 2013 2016 du district 9150
9150 objectifs 2013 2016 du district 9150
Rotary International
 
Plan Único Popular
Plan Único PopularPlan Único Popular
Plan Único Popular
Banco Popular
 
Reflexiones
ReflexionesReflexiones
Reflexiones
hjonilton
 
Veille : L'impact de l'évolution des technologies web sur le référencement et...
Veille : L'impact de l'évolution des technologies web sur le référencement et...Veille : L'impact de l'évolution des technologies web sur le référencement et...
Veille : L'impact de l'évolution des technologies web sur le référencement et...
maclic
 
El plagio
El plagioEl plagio
El plagio
mateom1coloyo
 
Veille sur : Web 2.0, Web 3.0, Social Media et Real Time Web
Veille sur : Web 2.0, Web 3.0, Social Media et Real Time WebVeille sur : Web 2.0, Web 3.0, Social Media et Real Time Web
Veille sur : Web 2.0, Web 3.0, Social Media et Real Time Web
maclic
 

En vedette (20)

Optique Gojo-Derasse
Optique Gojo-DerasseOptique Gojo-Derasse
Optique Gojo-Derasse
 
Estructura e inventario Bio-Logic
Estructura e inventario Bio-LogicEstructura e inventario Bio-Logic
Estructura e inventario Bio-Logic
 
Formation google analytics - Création de tests
Formation google analytics - Création de testsFormation google analytics - Création de tests
Formation google analytics - Création de tests
 
week-16x
week-16xweek-16x
week-16x
 
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnesCours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
 
Recursos Multidisciplinares
Recursos MultidisciplinaresRecursos Multidisciplinares
Recursos Multidisciplinares
 
Horarios de Centro de Negocios Personales 5 enero de 2015
Horarios de Centro de Negocios Personales 5 enero de 2015Horarios de Centro de Negocios Personales 5 enero de 2015
Horarios de Centro de Negocios Personales 5 enero de 2015
 
2012_1_sch_DidácticaOrganizacionEscolar
2012_1_sch_DidácticaOrganizacionEscolar2012_1_sch_DidácticaOrganizacionEscolar
2012_1_sch_DidácticaOrganizacionEscolar
 
Philosopher's Index
Philosopher's IndexPhilosopher's Index
Philosopher's Index
 
Coop2012vert
Coop2012vertCoop2012vert
Coop2012vert
 
Eco synthese2
Eco synthese2Eco synthese2
Eco synthese2
 
WebSchool Orléans - B.A BA de la Création Web
WebSchool Orléans - B.A BA de la Création WebWebSchool Orléans - B.A BA de la Création Web
WebSchool Orléans - B.A BA de la Création Web
 
Rita Levi
Rita Levi Rita Levi
Rita Levi
 
87165 pantheon comediens-disparus1
87165 pantheon comediens-disparus187165 pantheon comediens-disparus1
87165 pantheon comediens-disparus1
 
9150 objectifs 2013 2016 du district 9150
9150 objectifs 2013 2016 du district 91509150 objectifs 2013 2016 du district 9150
9150 objectifs 2013 2016 du district 9150
 
Plan Único Popular
Plan Único PopularPlan Único Popular
Plan Único Popular
 
Reflexiones
ReflexionesReflexiones
Reflexiones
 
Veille : L'impact de l'évolution des technologies web sur le référencement et...
Veille : L'impact de l'évolution des technologies web sur le référencement et...Veille : L'impact de l'évolution des technologies web sur le référencement et...
Veille : L'impact de l'évolution des technologies web sur le référencement et...
 
El plagio
El plagioEl plagio
El plagio
 
Veille sur : Web 2.0, Web 3.0, Social Media et Real Time Web
Veille sur : Web 2.0, Web 3.0, Social Media et Real Time WebVeille sur : Web 2.0, Web 3.0, Social Media et Real Time Web
Veille sur : Web 2.0, Web 3.0, Social Media et Real Time Web
 

Similaire à Didactique de la communication

Chapitre1 Théories de la communication I Les formes de la communication
Chapitre1 Théories de la communication I Les formes de la communicationChapitre1 Théories de la communication I Les formes de la communication
Chapitre1 Théories de la communication I Les formes de la communication
Daniel Cornelis
 
Le multi agenda : Une formalisation commune de l’agir enseignant pour la fo...
Le multi agenda :  Une formalisation commune de l’agir enseignant pour la fo...Le multi agenda :  Une formalisation commune de l’agir enseignant pour la fo...
Le multi agenda : Une formalisation commune de l’agir enseignant pour la fo...
YacineSlama
 
communication pédagogique.ppt
communication pédagogique.pptcommunication pédagogique.ppt
communication pédagogique.ppt
Salahelmour
 
275233800-Club-Ados-Plus-1-Guide-دليل-المعلم-في-اللغة-الفرنسية-2016-للصف-الأو...
275233800-Club-Ados-Plus-1-Guide-دليل-المعلم-في-اللغة-الفرنسية-2016-للصف-الأو...275233800-Club-Ados-Plus-1-Guide-دليل-المعلم-في-اللغة-الفرنسية-2016-للصف-الأو...
275233800-Club-Ados-Plus-1-Guide-دليل-المعلم-في-اللغة-الفرنسية-2016-للصف-الأو...
ssuser9dc3f4
 
médiation cognitive et langagière
médiation cognitive et langagière médiation cognitive et langagière
médiation cognitive et langagière
BENAISSA Lazhar
 
Se1 support document
Se1 support documentSe1 support document
Se1 support document
Mr Bounab Samir
 
La web collaboration : Springer Claude (2014) Iasi, Roumanie
La web collaboration : Springer Claude (2014) Iasi, RoumanieLa web collaboration : Springer Claude (2014) Iasi, Roumanie
La web collaboration : Springer Claude (2014) Iasi, Roumanie
Claudespringer
 
OBJECTIFS : Alliance francaise-sao-paulo-14-36
OBJECTIFS : Alliance francaise-sao-paulo-14-36OBJECTIFS : Alliance francaise-sao-paulo-14-36
OBJECTIFS : Alliance francaise-sao-paulo-14-36
Marcel Lebrun
 
PUBLIER-Comparaison_methodes_TVB1-Latitudes1_Raquel-Pollo
PUBLIER-Comparaison_methodes_TVB1-Latitudes1_Raquel-PolloPUBLIER-Comparaison_methodes_TVB1-Latitudes1_Raquel-Pollo
PUBLIER-Comparaison_methodes_TVB1-Latitudes1_Raquel-Pollo
Raquel Pollo Gonzalez
 
Article morales roura
Article  morales rouraArticle  morales roura
Article morales roura
ChristopherKwon6
 
Accompagnement dans une commauté d'apprentissage des langues en ligne
Accompagnement dans une commauté d'apprentissage des langues en ligneAccompagnement dans une commauté d'apprentissage des langues en ligne
Accompagnement dans une commauté d'apprentissage des langues en ligne
Web2Learn
 
Cours fondamental (Rachida BOUZNAKARI)
Cours  fondamental (Rachida BOUZNAKARI)Cours  fondamental (Rachida BOUZNAKARI)
Cours fondamental (Rachida BOUZNAKARI)
Ministère de la Santé Publique Maroc
 
Les métamorphoses dans la formation et l'enseignement à l'orée du XXIème siècle
Les métamorphoses dans la formation et l'enseignement à l'orée du XXIème siècleLes métamorphoses dans la formation et l'enseignement à l'orée du XXIème siècle
Les métamorphoses dans la formation et l'enseignement à l'orée du XXIème siècle
Michel Billières
 
Enseigner une discipline en français quelles approches méthodologiques meknes...
Enseigner une discipline en français quelles approches méthodologiques meknes...Enseigner une discipline en français quelles approches méthodologiques meknes...
Enseigner une discipline en français quelles approches méthodologiques meknes...
DNL francophone des sections internationales
 
"L'évaluation dans la perspective actionnelle"
"L'évaluation dans la perspective actionnelle""L'évaluation dans la perspective actionnelle"
"L'évaluation dans la perspective actionnelle"
decoed
 
Pour des langues plus vivantes à l'école
Pour des langues plus vivantes à l'écolePour des langues plus vivantes à l'école
Pour des langues plus vivantes à l'école
Rémi Thibert
 
DUFLEPK module 2
DUFLEPK module 2DUFLEPK module 2
DUFLEPK module 2
Marion Rolland
 
Videoconferencia uni javierana[1]
Videoconferencia uni javierana[1]Videoconferencia uni javierana[1]
Videoconferencia uni javierana[1]
Carolina
 
Seminaire beacco juin2011
Seminaire beacco juin2011Seminaire beacco juin2011
Seminaire beacco juin2011
agaudel
 
Seminaire beacco juin2011
Seminaire beacco juin2011Seminaire beacco juin2011
Seminaire beacco juin2011
agaudel
 

Similaire à Didactique de la communication (20)

Chapitre1 Théories de la communication I Les formes de la communication
Chapitre1 Théories de la communication I Les formes de la communicationChapitre1 Théories de la communication I Les formes de la communication
Chapitre1 Théories de la communication I Les formes de la communication
 
Le multi agenda : Une formalisation commune de l’agir enseignant pour la fo...
Le multi agenda :  Une formalisation commune de l’agir enseignant pour la fo...Le multi agenda :  Une formalisation commune de l’agir enseignant pour la fo...
Le multi agenda : Une formalisation commune de l’agir enseignant pour la fo...
 
communication pédagogique.ppt
communication pédagogique.pptcommunication pédagogique.ppt
communication pédagogique.ppt
 
275233800-Club-Ados-Plus-1-Guide-دليل-المعلم-في-اللغة-الفرنسية-2016-للصف-الأو...
275233800-Club-Ados-Plus-1-Guide-دليل-المعلم-في-اللغة-الفرنسية-2016-للصف-الأو...275233800-Club-Ados-Plus-1-Guide-دليل-المعلم-في-اللغة-الفرنسية-2016-للصف-الأو...
275233800-Club-Ados-Plus-1-Guide-دليل-المعلم-في-اللغة-الفرنسية-2016-للصف-الأو...
 
médiation cognitive et langagière
médiation cognitive et langagière médiation cognitive et langagière
médiation cognitive et langagière
 
Se1 support document
Se1 support documentSe1 support document
Se1 support document
 
La web collaboration : Springer Claude (2014) Iasi, Roumanie
La web collaboration : Springer Claude (2014) Iasi, RoumanieLa web collaboration : Springer Claude (2014) Iasi, Roumanie
La web collaboration : Springer Claude (2014) Iasi, Roumanie
 
OBJECTIFS : Alliance francaise-sao-paulo-14-36
OBJECTIFS : Alliance francaise-sao-paulo-14-36OBJECTIFS : Alliance francaise-sao-paulo-14-36
OBJECTIFS : Alliance francaise-sao-paulo-14-36
 
PUBLIER-Comparaison_methodes_TVB1-Latitudes1_Raquel-Pollo
PUBLIER-Comparaison_methodes_TVB1-Latitudes1_Raquel-PolloPUBLIER-Comparaison_methodes_TVB1-Latitudes1_Raquel-Pollo
PUBLIER-Comparaison_methodes_TVB1-Latitudes1_Raquel-Pollo
 
Article morales roura
Article  morales rouraArticle  morales roura
Article morales roura
 
Accompagnement dans une commauté d'apprentissage des langues en ligne
Accompagnement dans une commauté d'apprentissage des langues en ligneAccompagnement dans une commauté d'apprentissage des langues en ligne
Accompagnement dans une commauté d'apprentissage des langues en ligne
 
Cours fondamental (Rachida BOUZNAKARI)
Cours  fondamental (Rachida BOUZNAKARI)Cours  fondamental (Rachida BOUZNAKARI)
Cours fondamental (Rachida BOUZNAKARI)
 
Les métamorphoses dans la formation et l'enseignement à l'orée du XXIème siècle
Les métamorphoses dans la formation et l'enseignement à l'orée du XXIème siècleLes métamorphoses dans la formation et l'enseignement à l'orée du XXIème siècle
Les métamorphoses dans la formation et l'enseignement à l'orée du XXIème siècle
 
Enseigner une discipline en français quelles approches méthodologiques meknes...
Enseigner une discipline en français quelles approches méthodologiques meknes...Enseigner une discipline en français quelles approches méthodologiques meknes...
Enseigner une discipline en français quelles approches méthodologiques meknes...
 
"L'évaluation dans la perspective actionnelle"
"L'évaluation dans la perspective actionnelle""L'évaluation dans la perspective actionnelle"
"L'évaluation dans la perspective actionnelle"
 
Pour des langues plus vivantes à l'école
Pour des langues plus vivantes à l'écolePour des langues plus vivantes à l'école
Pour des langues plus vivantes à l'école
 
DUFLEPK module 2
DUFLEPK module 2DUFLEPK module 2
DUFLEPK module 2
 
Videoconferencia uni javierana[1]
Videoconferencia uni javierana[1]Videoconferencia uni javierana[1]
Videoconferencia uni javierana[1]
 
Seminaire beacco juin2011
Seminaire beacco juin2011Seminaire beacco juin2011
Seminaire beacco juin2011
 
Seminaire beacco juin2011
Seminaire beacco juin2011Seminaire beacco juin2011
Seminaire beacco juin2011
 

Didactique de la communication

  • 1. didactique de la communication:cours pour étudiants publié par Ahmed Ely Introduction:x Avant de parler de didactique de la communication, il est important de rappeler une évidence dont parle Jean –Claude Abric.x Dans son ouvrage Psychologie de la communication, l’auteur présente de manière très accessible les différentes théories psychologiques qui s’appliquent à la communication humaine et les techniques qui en découlent.x A partir de l’idée que la communication est une interaction, l’auteur développe les thèmes suivants:x -facteurs généraux intervenant dans les situations de communication,x -communication interindividuelle, écoute active et méthodes d’entretien,x -dynamique des communications dans les groupes et réunions,x -relations entre communication et influence sociale (conformisme, innovation, rôle des actants…).x En conclusion, Jean-Claude Abric pose la prééminence du climat sur la technique dans la communication humaine : « c’est la qualité de la relation qui génère la qualité de la communication »x Essai de définition :x La didactique de la communication,( au carrefour de plusieurs sciences sociales et humaines (psychologie, sociologie, anthropologie, linguistique,…) est un champ disciplinaire qui puise matière à réflexion et objet d’étude de la problématique de l’enseignement de la communication à l’université. Elle s’interroge sur les compétences (référentiel de compétences)dont doivent être dotés des étudiants universitaires, les problèmes observés et les moyens théoriques et pratiques à mettre en œuvre pour un enseignement fonctionnel, efficace et innovant.x Dans son rôle prescriptif, elle vise à concevoir des propositions probantes pour cibler des compétences prioritaires que l’étudiant doit s’approprier tout le long de son cursus.x Parallèlement, dans son rôle suggestif, elle cherche à inspirer
  • 2. des pratiques nouvelles pour mieux dynamiser l’enseignement de la didactique de la communication en motivant et impliquant davantage l’étudiant en situation.x Des attitudes à développer Tout individu peut être amené à développer cinq grands types d’attitudes : interprétation, évaluation, aide ou conseil, questionnement ou enquête, compréhension. Cette dernière attitude crée un climat relationnel qui facilite l’expression. Elle correspond à l’orientation non directive initiée et développée par Carl Rogers.x L’auteur présente trois techniques, qui diffèrent sur la part d’initiative laissée à la personne interrogée et sur les objectifs :x - l’entretien non directif, qui vise l’expression de sentiments et de motivations ;x -l’entretien guidé ou focalisé, afin de repérer des opinions, des attitudes, des comportements ;x -le questionnaire, qui vise le même objectif que l’entretien cible.x Difficultés de la communication et l’échec scolaire.x Il est important de parler de la pédagogie de l’erreur(de textes à fautes uniques ou multiples), des stratégies de remédiation qui en découlent et des enjeux de distanciation et de conscientisation qu’elle enclenche chez les étudiants, même à l’université.x De tels outils didactiques crée des opportunités de communication individuelles ou interindividuelles à même de favoriser la prise de parole.x Des indices révélateurs à exploiter au profit d’une communication optimale( Schéma de kerbrat Orecchioni)x Une enquête menée dans un milieu d’étudiants (dans des universités françaises) a permis de faire le constat suivant:x Plusieurs types de difficultés sont constatés chez les étudiants mis en situation de communication universitaire en langue française :x prise de notes aux cours ;x réalisation de tâches multiples;x interventions personnelles;x examens.x En général, les difficultés portent essentiellement sur des compétences discursives (d’autres erreurs ne sont pas exclues!)x -difficultés à sélectionner et à hiérarchiser l’information;x
  • 3. -difficultés à cerner précisément l’objet d’une question ;x -difficultés à produire un texte cohérent et adapté à une demande précise.x Pour palier les difficultés relevées, il semble nécessaire de s’ouvrir à la dimension discursive/communicative qui implique différents contextes de la communication universitaire et de tous les paramètres qui la construisent. En conséquence, la communication n’est pas uniquement une fin en soi: elle est à la fois objet d’étude et technique d’animation et de recherche universitaire. Les approches communicatives Les approches communicatives se développent donc à partir de plusieurs facteurs: - une critique, tant au niveau des principes théoriques que de la mise en œuvre des méthodes audio-orales (MAO) et des méthodes audiovisuelles (MAV); - l’utilisation d’outils nouveaux permettant de définir les besoins des étudiants et les contenus d’enseignements; - une évolution méthodologique qui intègre des principes différents quant aux progressions, documents et techniques de classe. Il ne s’agit plus seulement d’apprendre en situation le système de la langue, mais d’apprendre à communiquer en se référant tout autant au code linguistique qu’aux règles sociales et culturelles qui dans un milieu donné régissent l’échange langagier. L’approche communicative recentre l’enseignement de la LE(langue étrangère) sur la communication. Il s’agit donc pour l’étudiant d’acquérir une compétence de communication. Ainsi, un certain nombre de “programmes de langue” ont essayé de prendre en compte la dimension communicative du langage, à partir des données de la sociolinguistique, de la sémantique et de la pragmatique (Austin). Il est est question d’optimiser l’enseignement et l’apprentissage du français en l’adaptant régulièrement aux conditions scientifiques et socioculturelles via des actes de parole , sous-tendus par des compétences communicationnelles et langagières, aussi bien en réception qu’en production, orale et/ou écrite(traiter activement l’information pour construire du sens, produire une communication orale ou écrite qui soit correcte, claire, organisée et efficace, transmettre, reformuler-
  • 4. paraphraser-,adapter un message existant à des contraintes proposées, participer positivement dans des échanges interactifs en direct ou à distance(cf Schéma de la communication de Kerbrat-Subjectivité dans le langage). Il s’agit d’apprendre non pas simplement à produire des phrases dans une langue étrangère, mais à communiquer dans cette même langue. Dans cette optique, l’enseignement d’un savoir linguistique “ouvert” ne suffit plus : on doit viser l’apprentissage de savoir-faire langagiers, de comportements (langagiers) remplissant différentes fonctions pour réaliser des projets, des objectifs de communication(objectifs fonctionnels) en connaissance de cause,en sachant s’adapter aux circonstances concrètes de l’échange tel que l’exige une situation de communication universitaire, authentique ou simulée. diverses composantes de la compétence communicative: 1_ la compétence linguistique : habileté à interpréter et à appliquer les règles du code linguistique dans une situation de communication. 2_ la compétence sociolinguistique : habileté à interpréter et à utiliser différents types de discours en fonction d’une situation de communication. 3_ la compétence socioculturelle : habileté à interpréter et à utiliser les objets culturels liés à une situation de communication 4_ la compétence référentielle : habileté à interpréter et à utiliser des domaines d’expérience, des objets du monde et de leurs relations dans une situation de communication 5_la compétence stratégique : habileté à utiliser des stratégies verbales et non-verbales pour maintenir le contact avec les interlocuteurs et gérer l’acte de communication en fonction de l’intention des locuteurs. Selon un spécialiste : * “le même sujet, confronté à des situations de communication différentes, peut être très adéquat et efficace dans certaines, maladroit et inefficace dans d’autres ; sa compétence de communication est donc définie par rapport à des familles de situations ; * dans la même situation, sa “ performance globale ” met en jeu de multiples opérations langagières, dont les unes sont mieux maîtrisées que d’autres et qui contribuent donc diversement à la performance globale. “
  • 5. La didactique des langues (fle bien entendu) Remarque: Parler de la didactique de la communication incite à évoquer la didactique des langues. Quelques fonctions: * conceptualise des capacités langagières et des capacités de communication (voire d’agir communicationnel), en les distinguant les unes des autres ; * s’intéresse aux situations de la vie qui sollicitent fortement la communication verbale, voire non verbale, aux compétences mises en jeu et participe à leur conceptualisation, … ”. Bien entendu, les linguistes et les didacticiens se sont depuis longtemps intéressés aux interactions sociales et aux situations dans lesquelles les échanges verbaux sont cruciaux. La notion de compétence (Rappel) Pour Le Boterf : La compétence ne réside pas dans les ressources (connaissances, capacités…) à mobiliser mais dans la mobilisation même de ces ressources. La compétence est de l’ordre du “ savoir mobiliser ” (Le Boterf, 1994, p. 16). L’analyse retrouve ici des savoirs théoriques (connaissances déclaratives et procédurales, en général verbalisables), et des savoirs d’action (savoir-faire, à la limite des routines en général ). Récapitulatif des compétences relationnelles clés. Tous les éléments constitutifs de l’autorité relationnelle (leadership pour les anglicistes) sont intéressants à renforcer. Ces éléments sont source de progression permanente pour la vie. Qu’est-ce qui fait que l’on perçoit l’autorité relationnelle d’une personne ? La responsabilité est un élément déterminant. Il s’agit de la façon dont l’individu face à une situation problématique cherche à trouver les causes et les solutions en n’étant pas toujours en train de les chercher hors de lui. (…). Le sens de la responsabilité d’une personne croît quand elle fait attention à ses relations sur quatre niveaux : ce qu’elle dit, ce qu’elle fait, ce qu’elle laisse dire et ce qu’elle laisse faire. L’initiative relationnelle : c’est la capacité à savoir clairement ce qu’on veut, ce qu’on pense, à dire ou à demander pour soi. Elle s’oppose à la soumission et au désir premier de faire plaisir aux autres. : ‫الموضوع الصلى من هنا: منتديات الستاذ التعليمية التربوية المغربية‬
  • 6. ‫فرييييييييييييييييييييق واحيييييييييييييييييييد لتعلييييييييييييييييييييم رائد‬ http://www.profvb.com/vb/showthread.php?p=311774 L’écoute active : capacité à s’intéresser vraiment à l’autre et à se départir de ses a priori. L’autonomie : connaissance de ses forces et acceptation de ses limites. Capacité à alerter à temps quand des difficultés personnelles font jour et à se faire aider sans se sentir minable. L’autonomie se distingue des comportements dépendants et indépendants. La force de conviction : très connectée à la qualité de l’écoute, c’est la capacité à développer des propos qui prennent en compte le point de vue de l’autre tout en faisant état de sa propre conviction. C’est savoir parler pour être compris et non parler pour se faire plaisir ! La capacité à conduire des confrontations quel que soit le statut de l’interlocuteur.Il s’agit là, de la capacité à ne pas laisser des désaccords dans le flou, à ne pas laisser se développer des conflits larvés. La capacité à ne pas pérenniser des dysfonctionnements latéraux : c’est le cas des collaborateurs qui osent dire à un collègue leur point de vue sur un mode de fonctionnement qu’il trouve inadapté même en n’étant pas le manager de ce collègue. C’est fuir les attitudes moutonnières. La capacité à coopérer sans craindre que ses apports soient dilués dans une équipe (…) Retenons : Les compétences sont : -des capacités d’action, “ ensemble de capacités communicatives (attention conjointe, requête, ordre, intention, etc.), que l’on peut redéfinir comme la construction des significations liées aux actions humaines. Les productions sonores impliquées dans ces processus interactifs n’ont alors qu’une valeur illocutoire. Quand apparaît le langage proprement dit, des formes locutoires (ou signes) sont intégrées au processus et l’enfant développe rapidement des capacités d’action verbale ou langagière ” (Dolz, Pasquier et Bronckart, 1993) ; -des capacités discursives, grâce auxquelles les locuteurs construisent et se servent de” critères leur permettant d’effectuer un choix parmi les modèles discursifs disponibles dans l’environnement langagier ” (ibid.) ; - des capacités linguistico-discursives, divisées elles-mêmes
  • 7. en “ cinq ensembles d’opérations impliquées dans toute production langagière : des opérations de planification, de structuration temporelle, de cohésion, de connexion et de modalisation ” Préparer et présenter un projet personnalisé(mémoire en l’occurence) en essayant d’intégrer un élément d’ordre cognitif, un élément d’ordre motivationnel et un élément d’ordre méthodologique. Donc la didactique de la communication doit responsabiliser l’étudiant en le rendant plus autonome, plus réflexif, dynamique et interactif dans ses différentes interventions en langue française (débat, travaux de groupes, exposé, soutenance, entretiens, résolution de situations-problèmes et d’autres tâches en formation universitaire qui le préparent à la formation professionnelle et à l’insertion dans la vie active).Elle doit également prendre en charge les non- participants:là s’avère l’importance des techniques d’animation universitaire et le coach pédagogique. Des domaines de compétences en décloisonnement: 1. Production écrite Elle vise la construction de textes (commentaire de textes,dissertation,synthèses de textes,résume de textes,analyse de textes ,mémoire,…).A ce niveau,il faut tenir compte de trois phases: -conception, -mise en oeuvre; -révision et réecriture. 2.Communication orale; 3.Lecture. « A partir de différents travaux – enquêtes, recherche documentaire, résumés, réécriture de textes et autres exercices autour du texte – on s’efforcera par l’acquisition d’outils fondamentaux de mieux structurer ses textes et d’atteindre la rigueur dans l’expression. On cherchera particulièrement à reconsidérer sa propre écriture, en se distanciant des habitudes acquises. Si l’objet de ces travaux reste la production écrite individuelle et collective, le travail de groupe et l’expression orale en seront les moteurs.
  • 8. Participation active demandée. » Le langage : analyse, interprétation, argumentation « L’analyse de textes (articles de presse, textes publicitaires, etc.) et des situations de communication dans lesquelles ils sont produits, sera l’occasion d’introduire différentes notions du domaine de la sémantique et de la pragmatique : notamment celles d’implication, de présupposition, d’argumentation,de modalisation,… Ces notions seront utilisées dans le cadre de travaux : analyses et commentaires, productions textuelles. Cette problématique, qui concerne le sens des énoncés, les effets de sens, les possibles interprétations, nous paraît particulièrement opératoire … »Jean-Noël Darde Compétences visées: I Argumenter à l’écrit et à l’oral: « De la plaidoirie de l’avocat à l’allocution politique, du message publicitaire à la négociation commerciale, de la discussion amicale à la soutenance d’un mémoire ou d’une thèse, les techniques d’argumentation, héritées de l’ancienne rhétorique sont partout présentes. » . Alex-Louise TESSONNEAU Objectifs : - Apprendre à argumenter aussi bien à l’oral qu’à l’écrit - Développer dans ce domaine, la précision, la rigueur, l’esprit d’analyse. Déroulement - Divers supports (discours médiatiques, textes à thèse,mémoire de fin d’études,entretiens divers rapports, tracts, débats,textes à fautes serviront à étudier les méthodes adoptées dans les différents cas, les enchaînements logiques, les différentes façons de convaincre, séduire, émouvoir à l’oral et à l’écrit.
  • 9. - Des exercices écrits et oraux permettront de développer les techniques et pratiques dégagées précédemment. II Expression orale : nouveau regard sur soi « Pratique de l’expression orale à partir de courtes interventions individuelles enregistrées à la vidéo. Le travail d’observation en groupe et l’analyse individuelle des documents enregistrés permettent progressivement à chacun de reconnaître ses modes d’expression à l’oral et de développer un nouveau regard sur soi et sur les autres. » Cristina MARTINEZ-BISETTI L’expression orale : vers une expression plus juste, plus vraie « Développer une autre relation à soi, par l’écoute intérieure et l’écriture. Travailler sur soi pour se tranquilliser, se libérer des habitues d’écoute réactives intérieures et extérieures. Ecrire pour libérer le sens personnel qui se tisse, s’élabore, s’imagine, se dévoile en nous à partir de ce nouveau calme. Partage à l’oral du sens défini ainsi en chacun. » Christina MARTINEZ-BISETTI Expression écrite et orale Ce cours de méthodologie s’adresse aux étudiants qui désirent gagner de l’aisance à l’écrit et à l’oral. Les objectifs sont de : - faciliter le passage à l’écrit. - écrire pour être lu et compris. - prendre la parole en groupe, défendre une idée face à un auditoire. - savoir présenter oralement un travail écrit. Déroulement : sous forme d’atelier, alternance d’exercices pratiques, de travaux individuels et en groupe. Brigitte
  • 10. RAMONT L’attention de l’étudiant doit porter sur les paramètres suivants pour développer son potentiel langagier et communicationnel: a) des facteurs d’ordre linguistique: mobiliser le lexique et les structures conformément aux exigences de la situation -support; b) des facteurs d’ordre psychologique :mettre les étudiants en confiance (aussi par les formes de travail proposées) en fixant des tâches et en élaborant des consignes qui déclenchent la prise de parole. La tâche proposée doit avoir du sens pour l’étudiant et pour son sa formation univeristaire. les trois phases de l’expression 1. l’élaboration de la pensée : ce qui doit être dit et comment en relation avec la situation et l’interlocuteur (trouver les idées qui répondent à la nécessité de la communication) ; 2. l’élaboration du discours, la formulation : la transformation de ce qui doit être dit et comment en phrases (mobilisation des moyens linguistiques dont l’étudiant dispose : lexique et grammaire) ; 3. la réalisation sonore et gestuelle du message(voix,débit- intonation,pauses) Mettre les étudiants en situation de communication doit constituer un souci majeur del’enseignant pour l’entraîner à pouvoir et vouloir s’exprimer et communiquer devant ses camarades et ses professeurs. Etudiants,voici quelques recommandations à respecter lors de toute prise de parole ,surtout quand vous devez présenter un exposé: - Vous devez être très sélectif dans le choix des informations que vous allez présenter. La plupart des exposés courts peuvent contenir une idée au maximum. –Résistez à la tentation de dire tout ce que vous savez: Vous n’avez le
  • 11. temps que de présenter les choses les plus intéressantes. . La sophistication dans l’expression orale n’est pas corrélée avec la sagesse, l’originalité ou l’intelligence, mais bien avec l’ennui et l’étonnement de votre public. On fait de la recherche pour raconter une histoire, en décrivant comment on a choisi le problème, quels sont nos objectifs, comment nous les avons explorés, quels sont les données et les résultats, et quelle est la morale de l’histoire (la conclusion). Evitez une organisation style article. - Préparez vos deux premières phrases comme si elles étaient des slogans publicitaires pour vous-même et votre exposé. Il s’agit de capturer l’attention des auditeurs dans premières phrases. - Attirez d’emblée l’attention avec une question rhétorique, une anecdote, ou un paradoxe. Faites l’hypothèse que vos auditeurs sont des étudiants de candidature (restez simple). 8- En préparant votre exposé, considérez les étapes suivantes: Ecrivez sur des fiches les points que vous voulez faire Assemblez ces fiches en un “aperçu” Révisez l’aperçu en vous concentrant sur les transitions Ecrivez votre exposé comme si vous le disiez ;* travaillez la présentation orale, pas le style écrit Faites un nouvel aperçu de votre version écrite Entraînez-vous à dire votre exposé à partir de la version écrite Préparez-vous devant un miroir et chronométrez-vous. Faites en sorte de pouvoir faire votre exposé en 11 ou 12 minutes Apprenez à donner votre exposé à l’aide d’une seule fiche, ou mieux, de mémoire
  • 12. -Décrivez le problème que vous explorez en termes concrets et spécifiques. Aidez les auditeurs à comprendre les détails importants avant de généraliser. - Décrivez exactement quelles réponses les sujets devaient donner, en donnant un ou plusieurs exemples. - Rien ne vous force à décrire chaque condition, chaque résultat, ou chaque analyse. En particulier, éliminez de votre exposé tous les résultats qui ne sont pas clairs ou qui sont difficilement interprétables. Votre objectif est de raconter une histoire simple et cohérente, et pas de transmettre la vérité crue avec tous ses défauts. La première règle est de raconter une histoire simple, pleine de suspense, qui se termine bien, et qui n’est pas ennuyante. Eliminer certains détails n’est pas la même chose que falsifier ses données. Les exposés sont faits pour convaincre, les articles pour corriger le tir et donner les détails. - Résumez votre idée principale et concluez clairement. Indiquez clairement au public quand vous avez terminé, par exemple en vous reculant, en souriant et en disant “Merci”. Applaudissez-vous les uns les autres à la fin de vos exposés. Demandez s’il y a des questions et attendez * très longtemps. - Ne vous souciez pas de devoir répondre à des questions difficiles ;* la plupart du temps, il n’y en aura pas. Vous en savez plus sur la recherche que vous décrivez que n’importe qui d’autre dans la salle. Ne soyez pas intimidé par la présence de personnalités dans la salle: la plupart d’entre elles sont en train d’essayer de comprendre ce que vous avez fait et ne posent que des questions simples. -Si on vous pose une question à laquelle vous ne savez pas répondre, il est acceptable de dire “Je ne sais pas” ou “C’est une question difficile à laquelle je n’ai pas pensé” ou “J’aurai besoin de temps pour penser à cela” ou encore “Bonne idée * c’est une suggestion à essayer dans une expérience ultérieure”. Vous ne devez pas avoir des réponses instantanées à tout. Si vous ne comprenez pas une question, demandez qu’on vous la reformule. Si on vous pose trois questions à la fois, répondez à une des trois et passez à une autre personne.
  • 13. - Demandez à un ami de vous poser une question que vous avez préparée à l’avance. Souvent, le public a besoin de temps pour formuler ses questions. - Souriez, ayez l’air sympathique et content d’être là. Parlez clairement Stratégies pour manifester sa capacité de se mettre intuitivement à la place de son prochain, de ressentir la même chose que lui, de s’identifier à lui 1. Accorder une importance aux attitudes réceptives des auditeurs. 2. Tenir compte des nouvelles informations et cerner les nouveaux acquis découlant de la communication même. 3. S’adapter à l’auditeur pour capter sa possibilité de raisonner, son pouvoir réel d’agir, sa capacité de s’émouvoir, sa façon de percevoir les faits, sa capacité de comprendre telle approche, les valeurs qu’il respecte, les mobiles qui expliquent sa présence à l’exposé 4. Ouvrir l’accès aux récepteurs récalcitrants en modifiant ses propres attitudes communicationnelles : soulever des émotions, favoriser les objections, respecter les dissidences et faire naître des motivations. 5. Établir un contrat d’interaction et d’adhésion au discours avec ses auditeurs 6. Exprimer ses besoins, ses sentiments, ses raisons pour entrer en relation avec les auditeurs : exploiter dans ses phrases l’affirmative, la dubitative, l’interrogative, l’impérative, la conditionnelle et la concessive. 7. Vérifier les sentiments de ses auditeurs, s’assurer qu’ils ont compris 8. Ressentir vivement son auditoire, tendance à se laisser guider par lui
  • 14. 9. Provoquer une réaction à quelque chose pour produire une prise de conscience chez ses auditeurs ; faire anticiper les auditeurs dans l’action désirée. 10. Entretenir des relations agréables avec ses auditeurs : être de connivence avec les pensées et sentiments de son groupe ; répéter ses pensées en des formes variées. Processus pour manifester sa capacité d’être sûr de soi, de ses possibilités 1. Développer un raisonnement : le trac ne disparaîtra jamais, car il est une réponse organique normale qui cependant il diminue en développant un raisonnement. 2. Se présenter aux destinataires avec l’idée de dire ce qui pourra les intéresser ou de répondre à leurs attentes. 3. Posséder son sujet. Cela permet de s’exprimer avec conviction. 4. Établir le sens de ses idées, son plan de communication, ses attitudes et procédés aident à acquérir l’assurance en un public bienveillant. 5. Apprendre à parler dans une action graduée, organisée. Vaincre les difficultés de façon morcelée. 6. Ne pas chercher à trop réussir : vous risquez de surestimer vos capacités qui s’évaporeraient quand surviennent les déceptions de ses performances. 7. Ne pas s’élever au-delà de ses propres valeurs, avancer humblement. 8. Ne pas focaliser sur les insuccès, mais plutôt sur les réussites graduelles : travailler l’auto-correction 9. Avancer graduellement, il ne faut pas que les gens vous voient venir d’un seul coup. 10. Apprendre à respirer profondément plusieurs fois 11. Imaginer le lieu de parole que vous allez occuper.
  • 15. 12. Montrer que vous êtes sûr de ce que vous énoncez 13. Ne pas attendre d’être parfait en tout : est requis un effort pour offrir le meilleur de soi-même 14. Ne pas laisser votre timidité vous envahir. 15. Ne pas se présenter devant le public sans préparation.x 16. Les symptômes du trac : les mains deviennent moites, les jambes flageolent, les joues s’empourprent, les aissettes rigolent, le cœur cogne, la gorge se resserre, la mémoire s’estompe, la voix tremble et les intestins se relâchent Processus pour manifester sa capacité d’apporter des arguments probants (qui constituent une preuve) 1. Conduire les pensées, les actes, les paroles et les gestes à l’impact ou la portée du message. 2. énoncer les convictions profondes, le principe auquel on croit fermement. 3. Trouver l’approche qui sied au groupe, à son talent et à ses moyens. 4. Se concentrer sur ce que tu dis et sur ce que tu fais. 5. être un modèle à suivre tellement est grande ta cohésion mentale et corporelle avec ce qui est dit. 6. Persuader les gens par la profondeur de son idée et par la voltige de sa logique, de son raisonnement. 7. Rapporter ce que les autres ont exprimé, penser par soi- même mais exprimer une opinion fondée. Inutile de rappeler que les principaux rôles incombant aux cfi étaient et sont toujours la formation initiale et continue dans différents modules, aussi bien des enseignants que des chefs des établissements primaires. : ‫الموضوع الصلى من هنا: منتديات الستاذ التعليمية التربوية المغربية‬ ‫فرييييييييييييييييييييق واحيييييييييييييييييييد لتعلييييييييييييييييييييم رائد‬ http://www.profvb.com/vb/showthread.php?p=311778
  • 16. Mais à l’avènement de la Nouvelle Charte d’Education et de Formation, et conformément aux différentes clauses qui régissent le système éducatif, le projet restructuration des Cfi comme étant des établissements de formation de Cadres non universitaires,il s’avère déterminant que ces derniers se voient impliqués dans la recherche pédagogique en coordination avec d’autres partenaires telles que les Universités ,les AREF les écoles d’application et les délégations pour mieux concrétiser les réformes préconisées, mais qui tardent à aboutir car la qualité de l’enseignement est toujours défaillante. Je poserai quelques questions que je juge pertinentes : Pourquoi toutes les démarches entreprises par le Ministère de l’Education Nationale et ses différents partenaires sont loin d’atteindre les objectifs de réforme tant souhaitée ? Les problèmes de la réforme concernent uniquement les Manuels scolaires ?la Formation initiale et continue des enseignants ? Les curricula ? L’encadrement pédagogique ?l’absence d’une morale professionnelle suffisamment mûrie ? L’absence des premiers concernés qui sont les enseignants dans les plans de réforme ? La discontinuité dans la gestion de la chose pédagogique dictée par la mobilité des responsables du MEN ? L’absence d’une stratégie personnalisée et clairement définie ? L’inadéquation du système pédagogique aux exigences du marché de la formation et de l’emploi ? L’absence de synergie entre associations opérant en matière de qualité et les initiateurs des réformes ? L’absence d’une stratégie d’évaluation et de régulation clairement définie accompagnant ces réformes ?….. Je pense que le problème majeur source de toute la crise que traverse notre système éducatif depuis bien des années est consécutif à l’absence d’un créneau on ne peut plus crucial qu’est la recherche pédagogique qui constitue un véritable levier porteur et prometteur des champs didactique et pédagogique. Dites-moi SVP comment peut-on,espérer sonder le degré de pertinence ,d’adaptabilité,d’éducabilité et d’efficacité de notre système pédagogique, innover, expérimenter ,souscrire à la qualité,en l’absence d’une politique de recherche pédagogique qui impliquerait plusieurs acteurs de différents statuts, sous forme de groupes ou de noyaux de recherche suffisamment structurés, financés et encadrés pour assister
  • 17. une école qui se veut citoyenne,moderne,efficace et innovante ? Un autre volet est digne d’être soulevé, vu son importance en matière de fondement et de documentation sous forme d’une banque de données dans différents champs de la pédagogie et de la didactique.Les quelques questions qui suivent peuvent piquer notre curiosité, nourrir nos réflexions pour un véritable débat au niveau régional et national. 1. Qu’est ce qui nous empêche d’avoir des banques de données –pour ne parler que de des curricula de l’enseignement du français langue étrangère- qui soit accessible à toute personne intéressée par l’évolution de notre système pédagogique(depuis l’indépendance jusqu’à nos jours) ? -au niveau du discours relatif à l’enseignement de la lecture et des fondements théoriques qui sous-tendent les différentes approches autrefois en vigueur ; -au niveau de l’enseignement de l’écrit, -au niveau de l’enseignement de l’oral ; -au niveau de la gestion des classes à cours multiples -au niveau de l’évaluation des manuels scolaires -au niveau de l’analyse de pratiques de classes et de leur répercussion sur le créneau qualité -au niveau des causes de l’échec scolaire et la politique de lutte contre toutes les formes de déperditions, -au niveau de travaux entrepris par des équipes de recherche- action pour formaliser, accompagner, concrétiser les réformes à entreprendre, innover, expérimenter, sous l’égide du Ministère tutelle et en concertation avec différents acteurs(associations et autres) Fondements du projet : L’ouverture des établissements sur le milieu environnant est une exigence incontournable pour une école citoyenne qui se veut une véritable locomotive de développement, La tendance en Sciences de l’éducation, en Ingénierie de le formation, est au regroupement,à des synergies spécialisées qui stipulent concertation,partenariat,gestion fédérée,regards croisés pour optimiser la rentabilité ; Inutile de rappeler que l’apprentissage d’une langue étrangère suppose une maitrise minimale des quatre skills:comprendre,parler,lire et écrire.Entendons-nous bien que la production doit s’appliquer aussi bien à l’oral qu’à
  • 18. l’écrit. Mais on constate avec amertume que l’enseignement de l’oral est loin de s’ajuster aux spécificités des apprenants pour les mettre dans des situations motivantes,fonctionnelles,pragmatiques et interactives,authentiques ou simulées qui soient en mesure d’impliquer les élèves pour leur permettre d’apprendre effectivement l’oral selon des approches appropriées aux besoin du public ciblé. Il ne faut pas nier que beaucoup d’efforts sont fournis en amont pour repenser le processus et donner du sens aux activités orales.Mais il s’avère qu’en aval les résultats obtenus sont peu satisfaisants,selon les régions,les conditions d’exercice des enseignants et selon des contingences extra-pédagogiques. J’essaie ,pour inciter à réfléchir et a voir profondément et clair la problématique qui n’est pas toujours maitrisée,de poser un certain nombre de questions que je juge pertinentes. 1.l’oral jouit-il toujours d’une priorité dans nos classes(tout niveau confondu); 2.les progressions et les compétences visées sont véritablement ajustées aux spécificités de nos élèves? 3.Les différentes activités programmées dans différents domaines d’apprentissage sont-elles suffisamment décloisonnées pour permettre un apprentissage suffisamment dosé et équilibré? 4.Les élèves jouent-ils pleinement leur” métier d’élèves” en situation d’apprentissage de l’oral? 5.Les enseignants arrivent-ils à se décentrer pour mettre les élèves dans de véritable situations d’interactions linguistiques ,communicatives et affectives? 6.Les stratégies mises en œuvre(stratégies d’enseignement et stratégies d’apprentissage)sont elles murement réfléchies et savamment investies? 7.Les séances accordées à l’oral sont-elles qualitativement porteuses et prometteuses? 8.Les stratégies métacognitives sont elles mobilisées chez nos élèves pour leur permettre de se distancier vis-a-vis de leurs prises de parole et de s’auto-réguler,aidés par leurs enseignants? 9.Les stratégies préconisées en matière de qualité sont -elles vraiment qualitatives?
  • 19. 10.L’environnement psycho-pédagogique est-il promu de façon à déclencher un véritable et efficace apprentissage de l’oral? 11.Les stratégies de suivi et de régulation sont-elles en mesure de venir en aides au bon nombre d’apprenants en difficultés? 12.La formation continue est elle suffisamment ficelée pour aider les enseignants à faire échec à l’échec? 13.L’oral est-il suffisamment valorisé en situations scolaires et extra-scolaires pour inciter les apprenants à mieux s’investir en la matière?x x