SlideShare une entreprise Scribd logo
Office National de l'Electricité et de l'Eau Potable
Ecole Nationale Supérieure d'Electricité et de Mécanique
-Procédés industriels et plasturgie-
Rapport de stage d’initiation
Du 16/07/2018 au 17/08/2018
Dimensionnement d’une conduite
d’alimentation en eau potable
Réaliser par :
ZIZI OUMAIMA
Encadré par :
Mr. AZOUR ELHOUSSAIN
stage d’initiation
2
Sommaire
REMERCIEMENT ........................................................................................................................... 4
INTRODUCTION............................................................................................................................... 5
PARTIE 1 : PRESENTATION DE L’ONEE-BRANCHE EAU.................................................... 6
1. Historique de l’ONEE-Branche Eau...................................................................................7
2. Fiche technique de l’ONEE-Branche Eau........................................................................8
3. Les objectifs de L’ONEE-Branche Eau ..............................................................................8
4. Les axes stratégiques de L’ONEE-Branche Eau ............................................................9
5. Les missions de l’ONEE-Branche Eau et ses principes fondamentaux ...............9
6. Organigramme .......................................................................................................................11
7. Présentation de la Direction de généralisation de l’accès à l’eau potable (AEP)
........................................................................................................................................................12
PARTIE 2 : DESCRIPTION DE LA VISITE ................................................................................15
1. Visite de la station de traitement des eaux brutes complexe Bouregrag..........16
1.1. Présentation du complexe .........................................................................................16
1.2. Les étapes de traitement .............................................................................................17
2. Visite du laboratoire central de contrôle de la qualité des eaux ........................19
2.1. Présentation du laboratoire central.......................................................................19
2.2. Quelques types d’analyse réalisés ..........................................................................20
PARTIE 3 : DIMENSIONNEMENT D’UNE CONDUITE D’APPROVISIONNEMENT EN
EAU POTABLE..........................................................................................................................................22
1. Problématique..................................................................................................... 23
2. Démarche suivie ................................................................................................ 23
2.1. Le débit d’eau dans la canalisation.......................................................................24
2.2. Frais d’investissement de la conduite..................................................................24
2.3. Frais d’exploitation.....................................................................................................24
2.4. La pression nominale.................................................................................................25
3. RESULTATS OBTENUS.....................................................................................25
4. CONCLUSION ..............................................................................................34
stage d’initiation
3
CONCLUSION..................................................................................................................................35
LISTE DES FIGURES.........................................................................................................................36
BIBLIOGRAPHIE...............................................................................................................................37
stage d’initiation
4
REMERCIEMENTS
Au terme de ce stage, je tiens à exprimer mes vives et sincères
reconnaissances, à Mr AZZOUR ELHOUSSAIN pour m’avoir bien encadré
durant toute la période de stage.
Ainsi que Mlle SADQUI RAJAE et Mme ELLOUXE HANANE pour leurs
explications, leurs conseils et leurs aides.
Une pensée toute particulière à l’équipe du laboratoire ainsi que celle de la
station de traitement qui m’ont bien accueilli à leur tour et qui m’ont consacré
un temps aussi important tout au long de ma visite.
Je ne manquerai pas d’adresser mes remerciements à MR ELKHDAR pour
son suivi et ses remarques pertinentes.
stage d’initiation
5
INTRODUCTION
Ce stage d’initiation est considéré comme étant le premier stage dans mon
cursus et il se déroule au terme de ma première année de formation dans l’Ecole
Nationale Supérieure d'Electricité et de Mécanique au sein du département
mécanique.
J’ai eu l’occasion de l’effectuer au sein de l’Office Nationale d’Electricité et de
l’Eau Potable-Branche Eau pour une durée de 5 semaines allant du 16/07/2018
au 16/08/2016. En effet l’ONEE-Branche Eau est un établissement public qui
assure la planification, la production et la distribution des ressources hybrides.
Les objectifs de ce stage sont multiples, en effet, il va me permettre une
connaissance du milieu professionnel qui sera celui du futur diplômé, de même,
il va me permettre de découvrir des organisations du travail, un apprentissage
des relations du travail, ainsi une sensibilisation aux conditions du travail. On
peut avouer alors par cette approche concrète de la vie de l’entreprise que le
stage facilitera l’intégration professionnelle.
En outre ce stage va me donner lieu à la réalisation d’une étude technique
applicable dans l’ONEE et donc il va m’aider à établir une relation entre la
théorie et la pratique, à acquérir des nouvelles connaissances, à appréhender des
nouvelles techniques, et à développer ma spécialité. Le sujet qui m’a été confié
dans ce sens est le dimensionnement d’une conduite d’approvisionnement en
eau potable.
Alors Le présent rapport sera divisé en trois grandes parties :
• La première englobe l’environnement de mon stage : j’y présenté le lieu
où s’est déroulé mon expérience.
• La deuxième décrit les deux visites effectuées au sein de l’office, l’une à la
station de traitement et l’autre au laboratoire central
• La troisième constitue la partie pratique de mon stage
stage d’initiation
6
Partie 1 :
Présentation de
L’ONEE-Branche Eau
stage d’initiation
7
1) HISTORIQUE
L’Office Nationale de l’Eau Potable (ONEP) a été créé le 3 avril 1972 par le
dahir n°1-72-103 du 18 SAFAR 1392, en remplacement de la Régie des
Exploitations industrielles (REI) -qui assurait entre autres le service de
distribution de l’eau potable depuis 1929- l’Office National de L’Eau potable
est un établissement public marocain à caractère industriel et commercial (EPIC),
c’est l’un des véritables piliers de l’économie marocaine.
Il est doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière et
administrative, acteur principale dans le secteur de l’eau potable et de
l’assainissement, il assure la planification, la production (plus de 80% de la
production nationale, soit près de 700 millions de m3 par an.) L’ONEE-Branche
Eau est également le premier distributeur d’eau potable (en desservant près de
900 000 abonnés répartis sur plus de 350 communes urbaines et rurales) et la
distribution des ressources hydriques du pays est soumis au contrôle du ministre
des finances sous la tutelle du ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de
l’Environnement.
Ce changement d’appellation s’est accompagné d’un élargissement de
son champ d’activité et de sa vocation stratégique en tant que planificateur national
de la ressource en eau.
Le cadre juridique de l’ONEE-BEa a été révisé, pour lui conférer, les
prérogatives d’un producteur et distributeur de l’eau potable, et en lui confiant
également, la gestion du secteur de l’assainissement, dans les centres où il assure
la distribution.
Figure 1: L'ONEE-Branche Eau
stage d’initiation
8
2) FICHE TECHNIQUE DE L’ONEE-BRANCHE EAU
Figure 2: Fiche technique de l'ONEE-Branche Eau
3) LES OBJECTIFS DE L’ONEE -BRANCHE EAU ET SES PRINCIPES
FONDAMENTAUX
Le Maroc est un pays à climat semi-aride et sa situation géographique fait que
les précipitations y sont irrégulières et inégales selon les régions. Devant la rareté
des ressources en eau, l’Office National d’Electricité et de l’Eau Potable
(ONEE)-Branche Eau en tant qu’acteur principal dans le secteur, réalise des
études dans l’objectif d’assurer l’approvisionnement en eau potable par le recours
aux ressources non conventionnelles. Alors les principaux objectifs de l’ONEE-
Branche Eau- sont :
✓ Au niveau de la production
• Préservation des ressources souterraines
• Rationalisation des ressources en eau
• L’assistance technique, en matière de surveillance de la qualité
de l’eau lorsqu’un organisme public la sollicite
• Du contrôle, en liaison avec les autorités compétentes, de la
pollution des eaux susceptibles d’être utilisées pour
l’alimentation
✓ Au niveau de la distribution
• Assurer l’accès à l’eau potable des différentes localités du Royaume
• Amélioration de la qualité de service
stage d’initiation
9
• Desserte des populations non branchées.
✓ Au niveau de l’assainissement liquide
• Préservation de l’environnement et des ressources en eau.
• Amélioration des conditions sanitaires des populations
En outre, les principes fondamentaux de l’office sont :
• Servir le citoyen dans les meilleures conditions de coût et de la
qualité
• Préserver l’eau pour les générations futures,
• Fournir aux clients un service de proximité,
• Contribuer à l’amélioration des conditions d’hygiène et de santé.
4) AXES STRATEGIQUES DE L’ONEE-BRANCHE EAU
Afin de réaliser ses objectifs et d’accompagner le développement socio-
économique que connait le Royaume, l’Office a adopté une stratégie basée sur
les 4 axes suivants
• Pérennisation, sécurisation et renforcement des installations
d’alimentation en eau potable existantes ;
• Amélioration des performances techniques
• Généralisation de l’accès à l’eau potable en milieu rural
conformément au principe de « droit à l’eau pour tous »
• Intervention active dans le domaine de l’assainissement liquide
et la préservation de l’environnement
5) LES MISSIONS DE L’ONEE-BRANCHE EAU
✓ Les missions principales :
Le Dahir n°17-21-103 d’avril 1972 a énuméré les principales tâches de
l’ONEE-Branche Eau comme suit :
• La planification de l’approvisionnement du Royaume en eau
potable. Dans ce cadre :
• Il détermine l’évolution des besoins en eau potable et obtient la
réservation des ressources correspondantes.
• Il coordonne tous les programmes d’investissement relatifs aux
adductions d’eau potable
stage d’initiation
10
• L’étude, la réalisation et la gestion des adductions de l’eau
potable que le gouvernement lui confie
• La gestion des distributions de l’eau potable
✓ Les missions particulières :
L’ONEE -Branche Eau est chargée particulièrement de :
• L’adduction régionale
• Contrôle de qualité de l’eau
• Assainissement
• Formation et coopération
• Sensibilisation
Voici un schéma qui résume les différentes missions de l’ONEE-Branche
Eau
Figure 3: Différentes missions de l'ONEE-Branche Eau
stage d’initiation
11
6) L’ORGANIGRAMME DE L’ONEE-BRANCHE EAU
Figure 4: L'organigramme de l'ONEE-Branche Eau
En effet L’ONEE -Branche Eau possède une structure interne solide et bien
divisée, alors qu’elle comprend dix directions régionales, quatre pôles et dix-sept
directions centrales rattachées à ces pôles, y compris l’Institut International de
l’Eau et de l’Assainissement.
La réalisation d’un projet d’alimentation en eau potable (ou d’assainissement)
au sein de l’ONEE-Branche Eau se fait d’abord par le pôle développement qui a
pour missions principales l’étude, la planification et le suivi des travaux ainsi que
la gestion en collaboration avec des entreprises concernées par l’une de ces tâches
et qui sont sélectionnées à travers un appel d’offre effectué par la DAM
(Direction Approvisionnement et Marchés), au fur et à mesure le pôle finances
réalise le financement de ces projets, puis le pôle industriel accomplit sa mission
essentielle qui est le contrôle des exploitations concédées et la veille sur
l’intégrité du patrimoine
stage d’initiation
12
7) PRESENTATION DE LA DIRECTION DE GENERALISATION DE L’ACCES A
L’EAU POTABLE (DEP)
La direction généralisation de l’accès à l’eau potable (AEP) est concernée par
la planification, la réalisation ainsi que la gestion des installations des projets
d’approvisionnement en eau potable en milieu rural sous quatre divisions
principales
✓ Division Etude
✓ Division Travaux
✓ Division développement et coordination
✓ Division Gestion
En effet :
✓ La division d’étude et à laquelle j’ai assisté est intéressée par la
programmation et la planification de ses projets dont le processus est
comme suit :
• Etape 1 - Définition de la demande :
Basée sur des études d’évaluation du secteur, des requêtes
des autorités locales, des élus et des populations bénéficiaires,
et également des enquêtes de terrain
• Etape 2 -Etablissement des priorités, définition et réalisation
d’un programme d’études de schémas directeurs provinciaux et
communaux :
Les critères de priorisation du plan d’actions sont : la
faiblesse du taux d’accès et les difficultés
d’approvisionnement en eau
• Etape 3 -Etablissement d’une banque de projets et définition
d’un programme prioritaire :
Cette banque de projets découlera de la synthèse des études
des schémas directeurs, la priorité étant donnée aux zones
ayant le taux d’accès le plus faible, les projets présentant le
cout par habitant le plus faible et permettant un impact
important sur le taux d’accès, et ce afin d’assurer une
planification harmonieuse à l’échelle du pays
• Etape 4 -Définition d’un programme pluriannuel (contrat
programme) et recherche du financement :
Cette étape ne concerne que les projets ayant du moins une
étude de faisabilité et situés dans des zones dont les ressources
en eau sont identifiées et confirmées et le financement de ces
stage d’initiation
13
projets se fait soit par les fonds propres (de L’ONEE) ou
par les bailleurs des fonds internationaux ou locaux
• Etape 5 -Etablissement d’un programme annuel (loi de
finances)
Ce programme concerne les projets dont les financements
sont mobilisés et les ressources en eau confirmées en quantité
et qualité
Ainsi que par la coordination et le suivi des études de généralisation AEP
effectués par un bureau d’étude choisi à travers un appel d’offre
✓ La division des travaux est intéressée par le suivi des travaux de la
réalisation de ces projets faites par des entreprises concernées choisie
d’après un jugement due à un appel d’offre organisé par la division des
travaux (DCE) en collaboration avec la DAM, ce suivi se fait au niveau
administratif, qualitatif et quantitatif ainsi que par la mise en service de
ces projets et la réception provisoire
✓ La division développement et coordination est intéressée par la
coordination et le suivi de la mise en œuvre des programmes
d’approvisionnement en Eau potable en milieu rural à l’échelle nationale,
parmi ses attributions : la participation à l’analyse des blocages et la
proposition des solutions d’accompagnement, d’arbitrage, la réalisation
d’un feedback entre les responsables étude et travaux en matière de
travaux, l’accompagnement des différentes entités chargées des travaux
au niveau central et régional dans la mise en place du plan de management
des projets..
✓ La division de gestion est intéressée par l’entretien des ouvrages utilisés,
cet entretien se fait au niveau technique, financier et administratif
Alors on peut dire que le taux d’accès au milieu rural a pu connaitre une
gigantesque évolution depuis 1999 jusqu’à 2017 à cause de ce programme de
généralisation AEP
stage d’initiation
14
Figure 5: Diagramme d'évolution de l'accès à l'eau potable en milieu rural
De plus ce programme a permis entre autres de :
➢ Réduire l’écart entre les zones rurales et urbaines
➢ Garantir l’approvisionnement en eau potable de quantité et qualité
fiables des populations rurales même en période de sécheresse
➢ Améliorer les conditions de vie des bénéficiaires dans les zones rurales,
en particulier les femmes et les enfants
➢ Améliorer les conditions de l’hygiène et de santé
stage d’initiation
15
Partie 2 :
Description de la visite
stage d’initiation
16
1. VISTE DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX BRUTES
COMPLEXE BOUREGREG
1.1. Présentation du complexe :
Le complexe de production d’eau potable Bouregreg est la plus
importante unité de production de l’eau potable au royaume puisqu’elle couvre
la zone la plus peuplée est la plus industrialisée du Maroc, la partie de la côte
Atlantique allant de Kénitra à Jorf El Asfar passant par Rabat, arrivant à
Casablanca.
Figure 6: Les zones couvertes par le complexe Bouregreg
Il est constitué des ouvrages suivants :
• Barrage Sidi Mohamed BENABDELLAH : C’est la source des eaux
brutes utilisées pour produire de l’eau potable, sa capacité actuelle est de 706
millions de m3
. L’eau du barrage est prélevée par une tour de prise munie
d’orifice vannés à différentes hauteurs et immergée dans la retenue. Cette tour
est connectée à une galerie d’adduction forée en massif de diamètre 2.6 m,
située en rive gauche de la retenue qui amène l’eau jusqu’à la station de
pompage à 3 km environ en aval.
• Station de pompage : Elle est destinée à alimenter en eau brute pré-chlorée
la station de traitement à 2.8 km en aval. Elle est équipée de 6 groupes de débit
nominal 3 𝑚3
/𝑠 à 110 m HMT, chacun de puissance unitaire 4 MW ; 3
stage d’initiation
17
groupes de débit nominal de 1.5 m3
/s à 110 m de HMT, chacun de
puissance unitaire de 2 MW et un poste de transformation.
• Station de traitement : Elle est destinée à traiter de l’eau brute pour la
rendre potable en passant par plusieurs étapes. Elle est composée de trois
unités de production : S1 (1 m3
/s réalisée en 1969), S2 (3 m3
/s réalisée en
1976), et S3 (5 m3
/s réalisée en 1983).
Figure 7: Les ouvrages du complexe bouregreg
1.2. Etapes de traitement :
Le procédé de traitement mis en œuvre au niveau du complexe est de
type physico-chimique et consiste en :
• Pré-chloration : Elle est effectuée au niveau de la tour de prise moyennant
l’utilisation du chlore gazeux, elle répond a de nombreux objectifs et
présente de nombreux avantages notamment :
➢ Une oxydation du Fer et du Manganèse,
➢ Une décoloration de l'eau
➢ Une amélioration de la décantation
➢ Empêche la prolifération des algues et des micelles sur la partie
des bassins et permet leur élimination par coagulation-
floculation….
• Coagulation/floculation : La coagulation est la première étape de
traitement effectuée au niveau de la station et qui consiste à neutraliser les
charges des petites substances indésirables difficiles à enlever et qui
stage d’initiation
18
portent des charges électriques négatives qui empêche les particules
de s'agglomérer les unes aux autres pour former des particules plus
volumineuses. La floculation est l’étape qui suit et qui consiste à favoriser
la formation et la croissance de ces substances (boues) par une agitation
lente et prolongée de l’eau car le véritable souci est en fait la masse, qui ne
permet pas une sédimentation naturelle et exploitable dans le cadre d'un
traitement. Cette étape est réalisée au niveau de l’ouvrage d’arrivée par
l’injection du sulfate d’Aluminium et d’un polymère
• Décantation : Cette étape consiste à séparer les particules de densité plus
lourde que l’eau (boues). Ces particules sont récupérées en fond de bassin.
Pour que la décantation soit efficace, il faut que la vitesse de sédimentation
des particules soit élevée. Les temps de séjour augmentent lorsque la vitesse
de décantation diminue,
• Filtration sur sable : Ce processus consiste à avoir une eau limpide. L’eau
à filtrer percole à travers un lit filtrant constitué de sable dont les
caractéristiques et la hauteur de couche sont adaptées à l’eau à traiter. Les
matières en suspension sont retenues dans les espaces intergranulaires, sur la
plus grande partie de la hauteur de couche. Au cours de ce passage, la qualité
de l'eau s'améliore considérablement par la diminution du nombre de micro-
organismes (bactéries, virus, kystes), par l'élimination de matières en
suspension et colloïdales et par des changements dans sa composition
chimique.
• Désinfection par le chlore : Cette étape est la dernière étape dans le
traitement, elle se fait au niveau des citernes et elle consiste à éliminer et
désactiver tous les microorganismes pathogènes qui peuvent provoquer des
maladies
stage d’initiation
19
Figure 8: Les étapes de traitement des eaux potables
2. VISTE DU LABORATOIRE CENTRAL DE CONTROLE DE QUALITE DE
L’EAU
2.1. Présentation du laboratoire central :
Pour répondre aux attributions de l’office sur le plan qualité, un laboratoire à
l’échelle nationale a été créé en 1968 dont les principales tâches sont comme suit :
• La surveillance de la qualité des eaux produites et distribuées (le contrôle
commence depuis la prise de l’eau brute jusqu’aux points de livraison aux
distributeurs)
• L’exécution des essais et des analyses d’études lors de l’élaboration des
projets d’AEP et d’assainissement
• Le contrôle de la pollution des eaux susceptibles de servir à l’alimentation
humaine
• La prestation d’assistance technique au tiers
La direction contrôle qualité des eaux (DCE) a obtenu deux accréditions selon
le référentiel international ISO 17025 par le Ministère de l’Industrie et du commerce
du Maroc (MIC) et par le Ministère de développement durable, de l’Environnement
et des parcs (MDDEP) du Québec (canada). Le laboratoire central de l’office devient
ainsi le premier laboratoire national accrédité pour l’ensemble de la chaîne
d’analyses des eaux.
stage d’initiation
20
2.2. Quelques types d’analyse réalisés :
• Analyse Bactériologique : L’objectif de ce type d’analyse est de rechercher
soit les espèces qui sont pathogène soit celles qui sont indicatrices de
contamination fécales. L’indicateur le plus utile est bien la bactérie
Escherichia coli car elle est abondante dans les fèces humaines et assez
persistante pour être recherchée (sa durée de détection dans l’eau à 20°c varie
de 1 semaine à 1 mois), son identification est cependant difficile sur le terrain
et demande des appareils spécifiques ou l’utilisation de la méthode de
« filtration sur membrane » qui consiste à :
➢ Filtrer un volume d’eau connu sur une membrane poreuse, calibrée
pour retenir les bactéries (0,45 μm).
➢ Cette membrane est ensuite mise dans des conditions qui autorisent le
développement des bactéries : incubation nécessaire pour cela
pendant 24h ou 48h à 44°c ou 37° (ça dépend du type de bactérie) sur
un milieu nutritif favorable.
➢ Après 24 heures (48h), les bactéries présentes ont formé des colonies
de bactéries identifiables à l’œil nu.
➢ Les résultats sont exprimés en nombres de colonies par 100 ml d’eau
filtrée.
• Analyse physico-chimique : Les analyses physico-chimiques se résument
essentiellement à la mesure des paramètres suivants :
➢ La température :
La température se mesure par un thermomètre directement après le
prélèvement de l’échantillon de l’eau. En effet, celle-ci joue un rôle
dans la détermination du pH, pour la connaissance de l'origine de l'eau
et des mélanges éventuels. L’unité de la température est le degré
Celsius (c°) ou le kelvin. Méthodologie d’analyse des eaux au
laboratoire de l’ONEP.
➢ Le PH :
La lecture de PH se fait par un PH-mètre, il faut bien mélanger la
solution avant la mesure pour homogénéiser les ions H+, le PH de l’eau
à une relation étroite avec les ions H+ Selon les normes marocaines :
6,5<PH<9,5. La nature de la mesure effectuée au laboratoire est
électrométrie qui exige des électrodes de verre fragiles et des solutions
tampons pour l’étalonnage. On étalonne un pH-mètre avec des
solutions tampon. Selon les mesures que l’on va effectuer, on étalonne
soit par une solution de pH=4 pour faire des mesures en milieu acide
puis par une solution de pH=7 et enfin par une solution de pH=9 pour
faire des mesures en milieu basique
➢ La conductivité :
stage d’initiation
21
La conductivité électrique permet d'avoir une idée de la
salinité de l'eau. Une conductivité élevée traduit soit des pH anormaux,
soit une salinité élevée (l’eau pure n’est pas un bon conducteur
d’électricité). Avant de faire la mesure, il faut d’abord étalonner
l’appareil on utilise un étalon qui a une conductivité connue, puis on
met l’électrode dans un flacon contenant de l’eau après agitation,
ensuite on lit le résultat marqué dans l’écran de l’appareil. Son unité
dans le Système international d'unités (SI) est le siemens par
centimètre.
 50 à 400 : Qualité excellente.
 400 à 750 : Bonne qualité.
 750 à 1500 : Qualité médiocre mais eau utilisable.
 1500 : minéralisation excessive
➢ La turbidité :
La turbidité est un indicateur essentiel de la qualité de l’eau. Elle
correspond à une réduction de la transparence d’un liquide par la
présence de matières non dissoutes. Cette turbidité doit être traitée
car elle est constituée de matières en suspension et de
particules colloïdales auxquelles s’accrochent de nombreux micro-
organismes potentiellement pathogènes.
➢ Autres paramètres :
On possède aussi à la mesure de la quantité de quelques éléments
chimiques à savoir ; le Fer, le Manganèse, l’Aluminium, etc à l’aide
des comparateurs.
Un prélèvement au niveau de l’installation de traitement ou en amont du réseau de
distribution peut suffire pour les constituants dont la concentration ne fluctue pas
pendant la distribution. Cependant, pour ceux dont la concentration est susceptible
de varier au cours de la distribution, il convient d’effectuer les prélèvements en
fonction du comportement et/ou de la source de la substance en cause.
Les prélèvements doivent notamment être réalisés en des points proches des
extrémités du réseau de distribution et des piquages desservant directement les
habitations et les bâtiments abritant un grand nombre d’occupants. Le plomb, par
exemple, doit être dosé au niveau des piquages alimentant les consommateurs, car
les sources de plomb sont habituellement les branchements ou les installations de
plomberie des bâtiments.
stage d’initiation
22
Partie 3 :
Dimensionnement
d’une conduite
d’alimentation en eau
potable
stage d’initiation
23
1. PROBLEMATIQUE
Afin d’alimenter les localités de la fraction d’OULAD AZEM qui appartient
à la province de TAOURIRT, il est indispensable qu’une conduite soit présente.
Le sujet qu’il m’a été confié est le dimensionnement de cette conduite.
En effet Pour élever un débit Q à une hauteur géométrique H donnée on
peut, à priori, donner à la conduite un diamètre quelconque car, en faisant varier
la puissance du groupe élévatoire, on peut toujours obtenir le débit Q imposé dans
une conduite de diamètre donné. Si on adopte donc un grand diamètre, le prix
(Frinv) de la canalisation sera élevé, par contre les pertes de charges (J) seront
faibles, Si au contraire on adopte un petit diamètre, Frinv est plus faible mais (J)
sera plus importante. Il y a donc intérêt à choisir le diamètre qui permettra
d’obtenir le prix de revient minimal de l´ensemble de l´installation en
exploitation (par exemple le prix du m³ d´eau élevé, compte tenu de
l´amortissement de la canalisation et de la consommation d’énergie du groupe
élévateur) en fonction du diamètre D.
En outre le choix du matériau de la conduite se fait principalement dans ce
sens. Plusieurs matériaux peuvent être utilisés comme la fonte, l’acier, le
polyéthylène, le PVC, etc. mais seul un qui répond au critère
Alors comment choisir le diamètre convenable du matériau adéquat afin
d’avoir le minimum des couts ?
2. DEMARCHE SUIVIE
Le choix du diamètre économique résulte d’un compromis entre les dépenses
d’investissement et les dépenses de fonctionnement. En augmentant le diamètre
de la canalisation cela induit une augmentation des dépenses d’investissement,
mais une diminution des pertes de charge, et par conséquent une diminution des
dépenses en énergie. D’autre part, plus le diamètre de la conduite est petit, plus
les pertes de charge seront grandes et plus la puissance nécessaire au refoulement
sera Importante. Ce dernier point nous laisse penser qu’il existe un diamètre de
refoulement optimum ou un diamètre économique. Nous Voulons, dans cette
étude, élaborer des tableaux qui donnent directement le diamètre économique en
fonction de la somme des frais d’investissement et d’exploitation. Aussi, pour
pouvoir atteindre ce but, nous pouvons émettre les hypothèses suivantes quel que
soit le matériau de la conduite (fonte, acier, PVC, PEHD, etc.).
a) Le coefficient de pertes de charge est calculé pour une vitesse Vo= 1.2 m/s
qui diffère très peu de la vitesse économique
b) Les pertes de charges singulières sont négligeables par rapport aux pertes
de charge linéaires
stage d’initiation
24
2.1. LE DEBIT D’EAU DANS LA CANALISATION :
On appelle débit d’eau s’écoulant dans une canalisation, la quantité de l’eau qui
traverse une section droite de l’écoulement pendant l’unité de temps, il présente aussi
le besoin d’une population par jour. Son calcul se fait par la relation suivante :
𝑸 = 𝑵𝒑 ∗ 𝒅 ∗ 𝒄𝒋 ∗ 𝑪 𝒉
Np : le nombre de personne de la population concernée
d : la dotation
𝐜𝐣 : coefficient de pointe journalière
𝐜 𝐡 : coefficient de pointe horaire
2.2. FRAIS D’INVESTISSEMENT DE LA CONDUITE :
𝐅𝐢𝐧𝐯 = 𝐊𝟏 ∗ 𝐋 ∗ 𝐚
K1 : est le cout en DH/ml d’un mètre linéaire de la conduite
L : est la longueur de la conduite en mètre (m)
a : annuité d’amortissement donnée par la formule :
𝐚 =
𝐢
(𝐢 + 𝟏) 𝐧
+ 𝐢
i : taux d’annuité
n : le nombre d’années d’amortissement
2.3. FRAIS D’EXPLOITATION:
𝐅𝐞𝐱𝐩 = 𝐊𝟑 ∗ 𝐏 ∗ 𝐭
K3 : cout d’un KWh d’énergie électrique
t : temps de fonctionnement ; t=T*365 ; T=12h/jr
P : puissance réelle en KW, calculée par la formule suivante :
stage d’initiation
25
𝐏 =
𝐐 ∗ 𝐇𝐌𝐓
𝟏𝟎𝟐 ∗ 𝛈
∗ 𝟏. 𝟐
η : le rendement de la pompe (η=60%)
HMT : la hauteur manométrique totale calculé par la relation suivante
𝐇𝐌𝐓 = ∆𝐙 + 𝐉
ΔZ : la hauteur géométrique
J : les pertes de charge calculée par la relation suivante
𝐉 =
𝟖 ∗ 𝛌 ∗ 𝐋 ∗ 𝐐 𝟐
𝛑 𝟐 ∗ 𝐠 ∗ 𝐃 𝟓
λ : coefficient de frottement déterminé à partir du diagramme de Moody
Q : le débit d’eau dans la canalisation
2.4. LA PRESSION NOMINALE:
La pression nominale, c'est la pression que la conduite supporte sans dommage
durant une longue période, elle dépend du type de matériau, de la température et de
coefficient de sécurité. Elle représente la pression du matériau choisi qui est juste
supérieure à celle calculée par l’équation de Bernoulli et qui est de la forme suivante :
𝑷 𝟏 + 𝝆 ∗ 𝒈 ∗ 𝒁 𝟏 +
𝝆 ∗ 𝑽 𝟏
𝟐
𝟐
= 𝑷 𝟐 + 𝝆 ∗ 𝒈 ∗ 𝒁 𝟐 +
𝝆 ∗ 𝑽 𝟐
𝟐
𝟐
+ 𝝆 ∗ 𝒈 ∗ 𝑱
𝑷 𝟏 : La pression à l’entrée de la conduite (ce que nous cherchons)
𝑷 𝟐 : La pression au réservoir
𝑽 𝟏 : La vitesse à l’entrée
𝑽 𝟐 : La vitesse à la sortie ( 𝑽 𝟐 = 𝑽 𝟏 )
3. RESULTATS OBTENUS
Les données du problème utilisées pour déterminer le diamètre économique sont :
stage d’initiation
26
Données du problème
Cout du ml d’une conduite PVC
(DN=110) (DH/ml)
70
Cout du ml d’une conduite de la fonte
(DN=100) (DH/ml)
300
Cout du ml d’une conduite d’acier
(DN=100) (DH/ml)
300
Cout du ml d’une conduite
PEHD(DN=110) (DH/ml)
330
Cout d’un KWh d’énergie électrique
(DH/KWh)
1
Durée d’amortissement n 30
L’annuité i 8%
Type de conduite
Longueur de la conduite(ml) 138
Pour calculer la puissance de pompage
Rendement de la pompe 60%
Gravité (m/𝒔−𝟏
) 9.81
Masse volumique de l’eau (kg/ 𝐦 𝟑
) 1000
Hauteur géométrique (m) 38
Viscosité de l’eau (𝐦 𝟐
/𝐬) 10−6
Coefficient de rugosité k (mm) du PVC 0.001
Coefficient de rugosité k (mm) de la fonte
0.5
Coefficient de rugosité k (mm) de
l’acier
0.5
Coefficient de rugosité k (mm) du
PEHD
0.002
Pour calculer le débit d’eau
stage d’initiation
27
Nombre de personne de la fraction
d’Ouled Azem (hab)
6973
Dotation pour le branchement
individuel (l/hab/jr)
50
Coefficient de pointe journalière Cj 1.3
Coefficient de pointe horaire Ch 1.5
Pour determiner la pression nominale
𝑷 𝟐 (Pa) 101 325
𝒁 𝟏 (m) 556
𝒁 𝟐 (m) 593
Alors nous trouvons les résultats suivants :
stage d’initiation
28
• PVC :
DN(mm) Fr inv(DH)
Rugosité
relative Re Λ J (m) HMT(m)
Puissance
(KW) Fr expl (DH)
Somme Fr
(DH)
Prix
unitaire
(DH/ml)
90 691,8147 1,11E-05 1,08E+05 1,74E-02 2,999596967 40,99959697 7,588945007 33239,57913 33931,39383 57
110 849,597 9,09E-06 1,32E+05 1,66E-02 1,045982656 39,04598266 7,227334829 31655,72655 32505,32355 70
125 970,968 8,00E-06 1,50E+05 1,61E-02 0,534636386 38,53463639 7,132685637 31241,16309 32212,13109 80
140 1080,2019 7,14E-06 1,68E+05 1,56E-02 0,294892613 38,29489261 7,088309535 31046,79576 32126,99766 89
160 1237,9842 6,25E-06 1,92E+05 1,51E-02 0,146287147 38,14628715 7,060802954 30926,31694 32164,30114 102
200 1541,4117 5,00E-06 2,40E+05 1,43E-02 0,045334476 38,04533448 7,042116813 30844,47164 32385,88334 127
225 1735,6053 4,44E-06 2,70E+05 1,39E-02 0,024427435 38,02442743 7,03824696 30827,52169 32563,12699 143
Figure 9: Diamètre économique du PVC
Alors le diamètre économique obtenu De=140 mm
0
10000
20000
30000
40000
50000
60000
70000
80000
90 110 125 140 160 200 225
l'ensembledesfraisen(dh)
DN en (mm)
DE du PVC
Fr inv Fr expl
stage d’initiation
29
• La fonte :
DN Fr inv Rugosité relative Re λ J (m) HMT(m) Puissance(KWh) Fr expl somme Fr
80 2912,904 0,00625 9,60E+04 3,35E-02 10,38817318 48,38817318 8,956555978 39229,71518 42142,61918
100 3641,13 0,005 1,20E+05 3,20E-02 3,251578832 41,25157883 7,635586356 33443,86824 37084,99824
125 4551,4125 0,004 1,50E+05 2,90E-02 0,96558885 38,96558885 7,212454093 31590,54893 36141,96143
150 5461,695 0,003333333 1,80E+05 2,75E-02 0,367977028 38,36797703 7,101837317 31106,04745 36567,74245
200 7282,26 0,0025 2,40E+05 2,50E-02 0,079384249 38,07938425 7,048419359 30872,07679 38154,33679
Figure 10: Diamètre économique de la fonte
Alors le diamètre économique obtenu De=125
0
10000
20000
30000
40000
50000
60000
70000
80000
90000
80 100 125 150 200
ensembledesfraisen(dh)
DN en (mm)
DE du Fonte
Fr inv Fr expl somme des Fr
stage d’initiation
30
• L’acier:
DN(mm) Fr inv
Rugosité
relative Re λ J (m) HMT(m) puissance(KW) Fr expl(Dh)
somme Fr
(dh)
prix
unitaire
ml
100 3641,13 0,005 1,20E+05 3,20E-02 3,251578832 41,251579 7,635586356 33443,86824 37084,99824 300
125 4551,4125 0,004 1,50E+05 2,90E-02 0,96558885 38,965589 7,212454093 31590,54893 36141,96143 375
150 5461,695 0,003333333 1,80E+05 2,75E-02 0,367977028 38,367977 7,101837317 31106,04745 36567,74245 450
200 7282,26 0,0025 2,40E+05 2,50E-02 0,079384249 38,079384 7,048419359 30872,07679 38154,33679 600
Figure 11: Diamètre économique de l'acier
Alors le diamètre économique obtenu De=125mm
0
10000
20000
30000
40000
50000
60000
70000
80000
90000
100 125 150 200
ensembledesfraisen(dh)
DN en (mm)
DE de l'Acier
Fr d'expl fr d'inv somme des Fr
stage d’initiation
31
• PEHD (PE 80) :
DN Fr inv
Rugosité
relative Re λ J (m) HMT (m)
Puissance
(kwh) Fr expl (DH)
somme Fr
(DH)
prix
unitaire ml
90 3277,017
2,22222E-
05 1,08E+05 1,74E-02 2,999597 40,999597 7,588945007 33239,57913 36516,59613 270
110 4005,243
1,81818E-
05 1,32E+05 1,66E-02 1,045983 39,045983 7,227334829 31655,72655 35660,96955 330
125 4551,4125 0,000016 1,50E+05 1,61E-02 0,534636 38,534636 7,132685637 31241,16309 35792,57559 375
Figure 12: Diamètre économique du PEHD (PE 80)
Alors le diamètre économique obtenu De=110mm
0
10000
20000
30000
40000
50000
60000
70000
80000
90 110 125
L'ensembledesfraisen(dh)
diamètre en (mm)
DE du PEHD(PE80)
fr d'inv fr d'expl somme des fr
stage d’initiation
32
• PEHD (PE 100) :
DN Fr inv
Rugosité
relative Re λ J (m) HMT Puissance Fr expl somme Fr
prix
unitaire ml
90 3277,017 2,22222E-05 1,08E+05 1,74E-02 2,999596967 40,99959697 7,588945007 33239,57913 36516,59613 270
110 4005,243 1,81818E-05 1,32E+05 1,66E-02 1,045982656 39,04598266 7,227334829 31655,72655 35660,96955 330
125 4551,4125 0,000016 1,50E+05 1,61E-02 0,534636386 38,53463639 7,132685637 31241,16309 35792,57559 375
140 5097,582 1,42857E-05 1,68E+05 1,56E-02 0,294892613 38,29489261 7,088309535 31046,79576 36144,37776 420
160 5825,808 0,0000125 1,92E+05 1,51E-02 0,146287147 38,14628715 7,060802954 30926,31694 36752,12494 480
180 6554,034 1,11111E-05 2,16E+05 1,47E-02 0,078823448 38,07882345 7,048315556 30871,62213 37425,65613 540
200 7282,26 0,00001 2,40E+05 1,43E-02 0,045334476 38,04533448 7,042116813 30844,47164 38126,73164 600
225 8192,5425 8,88889E-06 2,70E+05 1,39E-02 0,024427435 38,02442743 7,03824696 30827,52169 39020,06419 675
Figure 13: Diamètre économique du PEHD (PE100)
Alors le diamètre économique obtenu De=110mm
0
20000
40000
60000
80000
100000
90 110 125 140 160 180 200 225
ensembledesfraisen(dh)
DN en (mm)
DE du PEHD(PE 100)
fr d'inv fr d'expl
stage d’initiation
33
Figure 14: Matériau convenable
Alors le matériau convenable est PVC
0
5000
10000
15000
20000
25000
30000
35000
40000
45000
90 110 125 140 160 180 200 225
lasommedesfraisen(dh)
DN en (mm)
le matériau convenable
PVC Fonte avec recetement de ciment Acier avec revetement de ciment PEHD(PE 80) PEHD(PE 100)
stage d’initiation
34
De plus et pour ce diamètre De=140 on a J=0.295 m alors d’après
l’équation de Bernoulli on trouve P=4.6 bar et on sait que les pressions
nominales du pvc sont : (6 bar, 10 bar, 16bar et 25 bar), d’où PN=6 bar.
4. CONCLUSION
La conduite utilisée pour alimenter le secteur d’Ouled Azem qui
appartient à la province de Taourirt est une conduite PVC de diamètre
nominal 140mm et de pression nominale 6 bar
stage d’initiation
35
Conclusion
Au cours de ce stage dans l’Office Nationale de l’Electricité et de l’Eau
Potable et précisément dans la direction Généralisation AEP, j’ai pu m’intéresser
aux étapes suivies pour alimenter le milieu rural en eau potable, plus
particulièrement les étapes de planification et de programmation des projets
d’alimentation.
En outre j’ai pu dévoiler les étapes de traitement et de contrôle effectuées
pour avoir une eau potable bien propres et près d’être utilisée par le
consommateur.
De plus, et à cause du sujet qui m’a été confié j’ai pu connaitre les étapes
qu’il faut suivre pour dimensionner une conduite d’alimentation en eau potable
En fin et c’est dû à ce stage au sein de l’office national d’électricité et de
l’eau potable-Branche Eau que j’ai pu connaitre le trajet de l’eau depuis sa
source aux robinets
stage d’initiation
36
Liste des figures
Figure 1: L'ONEE-Branche Eau....................................................................................................7
Figure 2: Fiche technique de l'ONEE-Branche Eau.............................................................. 8
Figure 3: Différentes missions de l'ONEE-Branche Eau...................................................10
Figure 4: L'organigramme de l'ONEE-Branche Eau...........................................................11
Figure 5: Diagramme d'évolution de l'accès à l'eau potable en milieu rural ...........14
Figure 6: Les zones couvertes par le complexe Bouregreg .............................................16
Figure 7: Les ouvrages du complexe bouregreg .................................................................17
Figure 8: Les étapes de traitement des eaux potables........................................................19
Figure 9: Diamètre économique du PVC ...............................................................................28
Figure 10: Diamètre économique de la fonte ......................................................................29
Figure 11: Diamètre économique de l'acier..........................................................................30
Figure 12: Diamètre économique du PEHD (PE 80)..........................................................31
Figure 13: Diamètre économique du PEHD (PE100) ........................................................32
Figure 14: Matériau convenable...............................................................................................33
stage d’initiation
37
Bibliographie
http://www.onep.org.ma/
http://www.onep.ma/directions/drc/vue_drc.htm
A. BEDJAOUI, Pr. B. ACHOUR, M.T. BOUZIANE : « Nouvelle approche pour le calcul
du diamètre économique dans les conduites de refoulement »
http://marokko.ahk.de/fileadmin/ahk_marokko/Veranstaltungen/2012-
11_Wasserreise/2012-11-27_Presentation_ONEE.pdf
stage d’initiation
38

Contenu connexe

Tendances

Rapport de stage SNCE
Rapport de stage SNCERapport de stage SNCE
Rapport de stage SNCE
Mohamed Arhoujdam
 
Introduction au modèle EPANET
Introduction au modèle EPANETIntroduction au modèle EPANET
Introduction au modèle EPANET
Roland Yonaba
 
Rapport stage onee-be_2
Rapport stage onee-be_2Rapport stage onee-be_2
Rapport stage onee-be_2
Mounir Kaali
 
Hydraulique à Surface Libre
Hydraulique à Surface LibreHydraulique à Surface Libre
Hydraulique à Surface Libre
Roland Yonaba
 
Traitement des eaux usées
Traitement des eaux uséesTraitement des eaux usées
Traitement des eaux usées
Mohamed Yassine Benfdil
 
PFE stabilite-d-un-barrage-en-remblai.pdf
PFE stabilite-d-un-barrage-en-remblai.pdfPFE stabilite-d-un-barrage-en-remblai.pdf
PFE stabilite-d-un-barrage-en-remblai.pdf
EriciousRekles
 
Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie
Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie
Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie
Moustapha Mahamat Hissein
 
Chap 5 pompes
Chap 5 pompesChap 5 pompes
Chap 5 pompes
bouafia ahmed
 
Tour d'eau dans les périmètres irrigués
Tour d'eau dans les périmètres irriguésTour d'eau dans les périmètres irrigués
Tour d'eau dans les périmètres irrigués
Hichem Achour
 
L'épuration des eaux usées
L'épuration des eaux uséesL'épuration des eaux usées
L'épuration des eaux usées
Benslimanemahmoud
 
Dessalement de l'eau de mer
Dessalement de l'eau de merDessalement de l'eau de mer
Dessalement de l'eau de mer
Bilel Loulou
 
Méthode de caquot
Méthode de caquotMéthode de caquot
Méthode de caquot
ayoub hachcham
 
Rapport PFE Génie Electrique (2016)
Rapport PFE Génie Electrique (2016)Rapport PFE Génie Electrique (2016)
Rapport PFE Génie Electrique (2016)
Mohsen Sadok
 
Conception d'une station d'epuration
Conception d'une station d'epurationConception d'une station d'epuration
Conception d'une station d'epuration
chanel86
 
Rapport de stage TFE
Rapport de stage TFERapport de stage TFE
Rapport de stage TFE
Augustine ODURO
 
MEMOIR FIN D'ETUDE STATION DE POMPAGE.docx
MEMOIR FIN D'ETUDE  STATION DE POMPAGE.docxMEMOIR FIN D'ETUDE  STATION DE POMPAGE.docx
MEMOIR FIN D'ETUDE STATION DE POMPAGE.docx
SimoFbmc
 

Tendances (20)

Rapport de stage SNCE
Rapport de stage SNCERapport de stage SNCE
Rapport de stage SNCE
 
Introduction au modèle EPANET
Introduction au modèle EPANETIntroduction au modèle EPANET
Introduction au modèle EPANET
 
Rapport stage onee-be_2
Rapport stage onee-be_2Rapport stage onee-be_2
Rapport stage onee-be_2
 
Hydraulique à Surface Libre
Hydraulique à Surface LibreHydraulique à Surface Libre
Hydraulique à Surface Libre
 
Projet irrigation-samras
Projet irrigation-samrasProjet irrigation-samras
Projet irrigation-samras
 
Ouvrages hydrauliques
Ouvrages hydrauliquesOuvrages hydrauliques
Ouvrages hydrauliques
 
Traitement des eaux usées
Traitement des eaux uséesTraitement des eaux usées
Traitement des eaux usées
 
PFE stabilite-d-un-barrage-en-remblai.pdf
PFE stabilite-d-un-barrage-en-remblai.pdfPFE stabilite-d-un-barrage-en-remblai.pdf
PFE stabilite-d-un-barrage-en-remblai.pdf
 
Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie
Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie
Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie
 
Chap 5 pompes
Chap 5 pompesChap 5 pompes
Chap 5 pompes
 
Tour d'eau dans les périmètres irrigués
Tour d'eau dans les périmètres irriguésTour d'eau dans les périmètres irrigués
Tour d'eau dans les périmètres irrigués
 
Rapport de stage PFE
Rapport de stage PFERapport de stage PFE
Rapport de stage PFE
 
L'épuration des eaux usées
L'épuration des eaux uséesL'épuration des eaux usées
L'épuration des eaux usées
 
Tp n3
Tp n3Tp n3
Tp n3
 
Dessalement de l'eau de mer
Dessalement de l'eau de merDessalement de l'eau de mer
Dessalement de l'eau de mer
 
Méthode de caquot
Méthode de caquotMéthode de caquot
Méthode de caquot
 
Rapport PFE Génie Electrique (2016)
Rapport PFE Génie Electrique (2016)Rapport PFE Génie Electrique (2016)
Rapport PFE Génie Electrique (2016)
 
Conception d'une station d'epuration
Conception d'une station d'epurationConception d'une station d'epuration
Conception d'une station d'epuration
 
Rapport de stage TFE
Rapport de stage TFERapport de stage TFE
Rapport de stage TFE
 
MEMOIR FIN D'ETUDE STATION DE POMPAGE.docx
MEMOIR FIN D'ETUDE  STATION DE POMPAGE.docxMEMOIR FIN D'ETUDE  STATION DE POMPAGE.docx
MEMOIR FIN D'ETUDE STATION DE POMPAGE.docx
 

Similaire à Dimensionnement d'une conduite d'alimentaion en eau potable -Rapport de stage d'initiation- ONEE-Branche Eau

toaz.info-rapport-de-stage-ramsa-pr_4ceae513464ccefd23fb340363f33bb4(1).pdf
toaz.info-rapport-de-stage-ramsa-pr_4ceae513464ccefd23fb340363f33bb4(1).pdftoaz.info-rapport-de-stage-ramsa-pr_4ceae513464ccefd23fb340363f33bb4(1).pdf
toaz.info-rapport-de-stage-ramsa-pr_4ceae513464ccefd23fb340363f33bb4(1).pdf
sokaina5
 
Rapport_de_stage_OCP.pdf
Rapport_de_stage_OCP.pdfRapport_de_stage_OCP.pdf
Rapport_de_stage_OCP.pdf
OUTMANEFERNOUCH1
 
2ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
2ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_20032ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
2ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
khaledH
 
cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
mohamed468001
 
Exploitation réseau d'assainissement
Exploitation réseau d'assainissementExploitation réseau d'assainissement
Exploitation réseau d'assainissement
BENYOUCEF Slimane
 
Pompage photovoltaique
Pompage photovoltaiquePompage photovoltaique
Pompage photovoltaique
PatrickTanz
 
Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...
Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...
Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...
sofyannsofyann
 
Projet d’appui de l’OCDE pour la gestion des risques au Maroc - Agadir, 19-20...
Projet d’appui de l’OCDE pour la gestion des risques au Maroc - Agadir, 19-20...Projet d’appui de l’OCDE pour la gestion des risques au Maroc - Agadir, 19-20...
Projet d’appui de l’OCDE pour la gestion des risques au Maroc - Agadir, 19-20...
OECD Governance
 
ONEE - Continuité d'activité des Systemes d'Alimentation en Eau Potable (SEAP)
ONEE - Continuité d'activité des Systemes d'Alimentation en Eau Potable (SEAP)ONEE - Continuité d'activité des Systemes d'Alimentation en Eau Potable (SEAP)
ONEE - Continuité d'activité des Systemes d'Alimentation en Eau Potable (SEAP)
OECD Governance
 
Etude d'actualisation, de supervision et contrôle d'exécution du barrage de B...
Etude d'actualisation, de supervision et contrôle d'exécution du barrage de B...Etude d'actualisation, de supervision et contrôle d'exécution du barrage de B...
Etude d'actualisation, de supervision et contrôle d'exécution du barrage de B...
Roland Yonaba
 
PROFLUID Infos Numéro 75 - Avril 2016
PROFLUID Infos Numéro 75 - Avril 2016PROFLUID Infos Numéro 75 - Avril 2016
PROFLUID Infos Numéro 75 - Avril 2016
PROFLUID
 
Contrat filiere-eau
Contrat filiere-eauContrat filiere-eau
Contrat filiere-eau
PEXE
 
ONA
ONAONA
Rapport de projet tutoré
Rapport de projet tutoréRapport de projet tutoré
Rapport de projet tutoré
Yann Corlouër
 
Guide gestion patrimoniale-hd_def
Guide gestion patrimoniale-hd_defGuide gestion patrimoniale-hd_def
Guide gestion patrimoniale-hd_def
sosi2020
 
Rendre potable les eaux de surface au Senegal gret
Rendre potable les eaux de surface au Senegal gretRendre potable les eaux de surface au Senegal gret
Rendre potable les eaux de surface au Senegal gret
PatrickTanz
 
Le bilan des 100 premiers jours avril juillet 2017 guito edouard
Le bilan des 100 premiers jours  avril   juillet 2017 guito edouardLe bilan des 100 premiers jours  avril   juillet 2017 guito edouard
Le bilan des 100 premiers jours avril juillet 2017 guito edouard
dinepacom
 

Similaire à Dimensionnement d'une conduite d'alimentaion en eau potable -Rapport de stage d'initiation- ONEE-Branche Eau (20)

toaz.info-rapport-de-stage-ramsa-pr_4ceae513464ccefd23fb340363f33bb4(1).pdf
toaz.info-rapport-de-stage-ramsa-pr_4ceae513464ccefd23fb340363f33bb4(1).pdftoaz.info-rapport-de-stage-ramsa-pr_4ceae513464ccefd23fb340363f33bb4(1).pdf
toaz.info-rapport-de-stage-ramsa-pr_4ceae513464ccefd23fb340363f33bb4(1).pdf
 
Rapport_de_stage_OCP.pdf
Rapport_de_stage_OCP.pdfRapport_de_stage_OCP.pdf
Rapport_de_stage_OCP.pdf
 
2ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
2ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_20032ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
2ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
 
cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
 
Exploitation réseau d'assainissement
Exploitation réseau d'assainissementExploitation réseau d'assainissement
Exploitation réseau d'assainissement
 
Pompage photovoltaique
Pompage photovoltaiquePompage photovoltaique
Pompage photovoltaique
 
Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...
Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...
Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...
 
Rapport annuel 2009
Rapport annuel  2009Rapport annuel  2009
Rapport annuel 2009
 
Projet d’appui de l’OCDE pour la gestion des risques au Maroc - Agadir, 19-20...
Projet d’appui de l’OCDE pour la gestion des risques au Maroc - Agadir, 19-20...Projet d’appui de l’OCDE pour la gestion des risques au Maroc - Agadir, 19-20...
Projet d’appui de l’OCDE pour la gestion des risques au Maroc - Agadir, 19-20...
 
ONEE - Continuité d'activité des Systemes d'Alimentation en Eau Potable (SEAP)
ONEE - Continuité d'activité des Systemes d'Alimentation en Eau Potable (SEAP)ONEE - Continuité d'activité des Systemes d'Alimentation en Eau Potable (SEAP)
ONEE - Continuité d'activité des Systemes d'Alimentation en Eau Potable (SEAP)
 
Etude d'actualisation, de supervision et contrôle d'exécution du barrage de B...
Etude d'actualisation, de supervision et contrôle d'exécution du barrage de B...Etude d'actualisation, de supervision et contrôle d'exécution du barrage de B...
Etude d'actualisation, de supervision et contrôle d'exécution du barrage de B...
 
PROFLUID Infos Numéro 75 - Avril 2016
PROFLUID Infos Numéro 75 - Avril 2016PROFLUID Infos Numéro 75 - Avril 2016
PROFLUID Infos Numéro 75 - Avril 2016
 
Rapport_final
Rapport_finalRapport_final
Rapport_final
 
Contrat filiere-eau
Contrat filiere-eauContrat filiere-eau
Contrat filiere-eau
 
ONA
ONAONA
ONA
 
Rapport de projet tutoré
Rapport de projet tutoréRapport de projet tutoré
Rapport de projet tutoré
 
Reda marouane
Reda marouaneReda marouane
Reda marouane
 
Guide gestion patrimoniale-hd_def
Guide gestion patrimoniale-hd_defGuide gestion patrimoniale-hd_def
Guide gestion patrimoniale-hd_def
 
Rendre potable les eaux de surface au Senegal gret
Rendre potable les eaux de surface au Senegal gretRendre potable les eaux de surface au Senegal gret
Rendre potable les eaux de surface au Senegal gret
 
Le bilan des 100 premiers jours avril juillet 2017 guito edouard
Le bilan des 100 premiers jours  avril   juillet 2017 guito edouardLe bilan des 100 premiers jours  avril   juillet 2017 guito edouard
Le bilan des 100 premiers jours avril juillet 2017 guito edouard
 

Dimensionnement d'une conduite d'alimentaion en eau potable -Rapport de stage d'initiation- ONEE-Branche Eau

  • 1. Office National de l'Electricité et de l'Eau Potable Ecole Nationale Supérieure d'Electricité et de Mécanique -Procédés industriels et plasturgie- Rapport de stage d’initiation Du 16/07/2018 au 17/08/2018 Dimensionnement d’une conduite d’alimentation en eau potable Réaliser par : ZIZI OUMAIMA Encadré par : Mr. AZOUR ELHOUSSAIN
  • 2. stage d’initiation 2 Sommaire REMERCIEMENT ........................................................................................................................... 4 INTRODUCTION............................................................................................................................... 5 PARTIE 1 : PRESENTATION DE L’ONEE-BRANCHE EAU.................................................... 6 1. Historique de l’ONEE-Branche Eau...................................................................................7 2. Fiche technique de l’ONEE-Branche Eau........................................................................8 3. Les objectifs de L’ONEE-Branche Eau ..............................................................................8 4. Les axes stratégiques de L’ONEE-Branche Eau ............................................................9 5. Les missions de l’ONEE-Branche Eau et ses principes fondamentaux ...............9 6. Organigramme .......................................................................................................................11 7. Présentation de la Direction de généralisation de l’accès à l’eau potable (AEP) ........................................................................................................................................................12 PARTIE 2 : DESCRIPTION DE LA VISITE ................................................................................15 1. Visite de la station de traitement des eaux brutes complexe Bouregrag..........16 1.1. Présentation du complexe .........................................................................................16 1.2. Les étapes de traitement .............................................................................................17 2. Visite du laboratoire central de contrôle de la qualité des eaux ........................19 2.1. Présentation du laboratoire central.......................................................................19 2.2. Quelques types d’analyse réalisés ..........................................................................20 PARTIE 3 : DIMENSIONNEMENT D’UNE CONDUITE D’APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE..........................................................................................................................................22 1. Problématique..................................................................................................... 23 2. Démarche suivie ................................................................................................ 23 2.1. Le débit d’eau dans la canalisation.......................................................................24 2.2. Frais d’investissement de la conduite..................................................................24 2.3. Frais d’exploitation.....................................................................................................24 2.4. La pression nominale.................................................................................................25 3. RESULTATS OBTENUS.....................................................................................25 4. CONCLUSION ..............................................................................................34
  • 3. stage d’initiation 3 CONCLUSION..................................................................................................................................35 LISTE DES FIGURES.........................................................................................................................36 BIBLIOGRAPHIE...............................................................................................................................37
  • 4. stage d’initiation 4 REMERCIEMENTS Au terme de ce stage, je tiens à exprimer mes vives et sincères reconnaissances, à Mr AZZOUR ELHOUSSAIN pour m’avoir bien encadré durant toute la période de stage. Ainsi que Mlle SADQUI RAJAE et Mme ELLOUXE HANANE pour leurs explications, leurs conseils et leurs aides. Une pensée toute particulière à l’équipe du laboratoire ainsi que celle de la station de traitement qui m’ont bien accueilli à leur tour et qui m’ont consacré un temps aussi important tout au long de ma visite. Je ne manquerai pas d’adresser mes remerciements à MR ELKHDAR pour son suivi et ses remarques pertinentes.
  • 5. stage d’initiation 5 INTRODUCTION Ce stage d’initiation est considéré comme étant le premier stage dans mon cursus et il se déroule au terme de ma première année de formation dans l’Ecole Nationale Supérieure d'Electricité et de Mécanique au sein du département mécanique. J’ai eu l’occasion de l’effectuer au sein de l’Office Nationale d’Electricité et de l’Eau Potable-Branche Eau pour une durée de 5 semaines allant du 16/07/2018 au 16/08/2016. En effet l’ONEE-Branche Eau est un établissement public qui assure la planification, la production et la distribution des ressources hybrides. Les objectifs de ce stage sont multiples, en effet, il va me permettre une connaissance du milieu professionnel qui sera celui du futur diplômé, de même, il va me permettre de découvrir des organisations du travail, un apprentissage des relations du travail, ainsi une sensibilisation aux conditions du travail. On peut avouer alors par cette approche concrète de la vie de l’entreprise que le stage facilitera l’intégration professionnelle. En outre ce stage va me donner lieu à la réalisation d’une étude technique applicable dans l’ONEE et donc il va m’aider à établir une relation entre la théorie et la pratique, à acquérir des nouvelles connaissances, à appréhender des nouvelles techniques, et à développer ma spécialité. Le sujet qui m’a été confié dans ce sens est le dimensionnement d’une conduite d’approvisionnement en eau potable. Alors Le présent rapport sera divisé en trois grandes parties : • La première englobe l’environnement de mon stage : j’y présenté le lieu où s’est déroulé mon expérience. • La deuxième décrit les deux visites effectuées au sein de l’office, l’une à la station de traitement et l’autre au laboratoire central • La troisième constitue la partie pratique de mon stage
  • 6. stage d’initiation 6 Partie 1 : Présentation de L’ONEE-Branche Eau
  • 7. stage d’initiation 7 1) HISTORIQUE L’Office Nationale de l’Eau Potable (ONEP) a été créé le 3 avril 1972 par le dahir n°1-72-103 du 18 SAFAR 1392, en remplacement de la Régie des Exploitations industrielles (REI) -qui assurait entre autres le service de distribution de l’eau potable depuis 1929- l’Office National de L’Eau potable est un établissement public marocain à caractère industriel et commercial (EPIC), c’est l’un des véritables piliers de l’économie marocaine. Il est doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière et administrative, acteur principale dans le secteur de l’eau potable et de l’assainissement, il assure la planification, la production (plus de 80% de la production nationale, soit près de 700 millions de m3 par an.) L’ONEE-Branche Eau est également le premier distributeur d’eau potable (en desservant près de 900 000 abonnés répartis sur plus de 350 communes urbaines et rurales) et la distribution des ressources hydriques du pays est soumis au contrôle du ministre des finances sous la tutelle du ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement. Ce changement d’appellation s’est accompagné d’un élargissement de son champ d’activité et de sa vocation stratégique en tant que planificateur national de la ressource en eau. Le cadre juridique de l’ONEE-BEa a été révisé, pour lui conférer, les prérogatives d’un producteur et distributeur de l’eau potable, et en lui confiant également, la gestion du secteur de l’assainissement, dans les centres où il assure la distribution. Figure 1: L'ONEE-Branche Eau
  • 8. stage d’initiation 8 2) FICHE TECHNIQUE DE L’ONEE-BRANCHE EAU Figure 2: Fiche technique de l'ONEE-Branche Eau 3) LES OBJECTIFS DE L’ONEE -BRANCHE EAU ET SES PRINCIPES FONDAMENTAUX Le Maroc est un pays à climat semi-aride et sa situation géographique fait que les précipitations y sont irrégulières et inégales selon les régions. Devant la rareté des ressources en eau, l’Office National d’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE)-Branche Eau en tant qu’acteur principal dans le secteur, réalise des études dans l’objectif d’assurer l’approvisionnement en eau potable par le recours aux ressources non conventionnelles. Alors les principaux objectifs de l’ONEE- Branche Eau- sont : ✓ Au niveau de la production • Préservation des ressources souterraines • Rationalisation des ressources en eau • L’assistance technique, en matière de surveillance de la qualité de l’eau lorsqu’un organisme public la sollicite • Du contrôle, en liaison avec les autorités compétentes, de la pollution des eaux susceptibles d’être utilisées pour l’alimentation ✓ Au niveau de la distribution • Assurer l’accès à l’eau potable des différentes localités du Royaume • Amélioration de la qualité de service
  • 9. stage d’initiation 9 • Desserte des populations non branchées. ✓ Au niveau de l’assainissement liquide • Préservation de l’environnement et des ressources en eau. • Amélioration des conditions sanitaires des populations En outre, les principes fondamentaux de l’office sont : • Servir le citoyen dans les meilleures conditions de coût et de la qualité • Préserver l’eau pour les générations futures, • Fournir aux clients un service de proximité, • Contribuer à l’amélioration des conditions d’hygiène et de santé. 4) AXES STRATEGIQUES DE L’ONEE-BRANCHE EAU Afin de réaliser ses objectifs et d’accompagner le développement socio- économique que connait le Royaume, l’Office a adopté une stratégie basée sur les 4 axes suivants • Pérennisation, sécurisation et renforcement des installations d’alimentation en eau potable existantes ; • Amélioration des performances techniques • Généralisation de l’accès à l’eau potable en milieu rural conformément au principe de « droit à l’eau pour tous » • Intervention active dans le domaine de l’assainissement liquide et la préservation de l’environnement 5) LES MISSIONS DE L’ONEE-BRANCHE EAU ✓ Les missions principales : Le Dahir n°17-21-103 d’avril 1972 a énuméré les principales tâches de l’ONEE-Branche Eau comme suit : • La planification de l’approvisionnement du Royaume en eau potable. Dans ce cadre : • Il détermine l’évolution des besoins en eau potable et obtient la réservation des ressources correspondantes. • Il coordonne tous les programmes d’investissement relatifs aux adductions d’eau potable
  • 10. stage d’initiation 10 • L’étude, la réalisation et la gestion des adductions de l’eau potable que le gouvernement lui confie • La gestion des distributions de l’eau potable ✓ Les missions particulières : L’ONEE -Branche Eau est chargée particulièrement de : • L’adduction régionale • Contrôle de qualité de l’eau • Assainissement • Formation et coopération • Sensibilisation Voici un schéma qui résume les différentes missions de l’ONEE-Branche Eau Figure 3: Différentes missions de l'ONEE-Branche Eau
  • 11. stage d’initiation 11 6) L’ORGANIGRAMME DE L’ONEE-BRANCHE EAU Figure 4: L'organigramme de l'ONEE-Branche Eau En effet L’ONEE -Branche Eau possède une structure interne solide et bien divisée, alors qu’elle comprend dix directions régionales, quatre pôles et dix-sept directions centrales rattachées à ces pôles, y compris l’Institut International de l’Eau et de l’Assainissement. La réalisation d’un projet d’alimentation en eau potable (ou d’assainissement) au sein de l’ONEE-Branche Eau se fait d’abord par le pôle développement qui a pour missions principales l’étude, la planification et le suivi des travaux ainsi que la gestion en collaboration avec des entreprises concernées par l’une de ces tâches et qui sont sélectionnées à travers un appel d’offre effectué par la DAM (Direction Approvisionnement et Marchés), au fur et à mesure le pôle finances réalise le financement de ces projets, puis le pôle industriel accomplit sa mission essentielle qui est le contrôle des exploitations concédées et la veille sur l’intégrité du patrimoine
  • 12. stage d’initiation 12 7) PRESENTATION DE LA DIRECTION DE GENERALISATION DE L’ACCES A L’EAU POTABLE (DEP) La direction généralisation de l’accès à l’eau potable (AEP) est concernée par la planification, la réalisation ainsi que la gestion des installations des projets d’approvisionnement en eau potable en milieu rural sous quatre divisions principales ✓ Division Etude ✓ Division Travaux ✓ Division développement et coordination ✓ Division Gestion En effet : ✓ La division d’étude et à laquelle j’ai assisté est intéressée par la programmation et la planification de ses projets dont le processus est comme suit : • Etape 1 - Définition de la demande : Basée sur des études d’évaluation du secteur, des requêtes des autorités locales, des élus et des populations bénéficiaires, et également des enquêtes de terrain • Etape 2 -Etablissement des priorités, définition et réalisation d’un programme d’études de schémas directeurs provinciaux et communaux : Les critères de priorisation du plan d’actions sont : la faiblesse du taux d’accès et les difficultés d’approvisionnement en eau • Etape 3 -Etablissement d’une banque de projets et définition d’un programme prioritaire : Cette banque de projets découlera de la synthèse des études des schémas directeurs, la priorité étant donnée aux zones ayant le taux d’accès le plus faible, les projets présentant le cout par habitant le plus faible et permettant un impact important sur le taux d’accès, et ce afin d’assurer une planification harmonieuse à l’échelle du pays • Etape 4 -Définition d’un programme pluriannuel (contrat programme) et recherche du financement : Cette étape ne concerne que les projets ayant du moins une étude de faisabilité et situés dans des zones dont les ressources en eau sont identifiées et confirmées et le financement de ces
  • 13. stage d’initiation 13 projets se fait soit par les fonds propres (de L’ONEE) ou par les bailleurs des fonds internationaux ou locaux • Etape 5 -Etablissement d’un programme annuel (loi de finances) Ce programme concerne les projets dont les financements sont mobilisés et les ressources en eau confirmées en quantité et qualité Ainsi que par la coordination et le suivi des études de généralisation AEP effectués par un bureau d’étude choisi à travers un appel d’offre ✓ La division des travaux est intéressée par le suivi des travaux de la réalisation de ces projets faites par des entreprises concernées choisie d’après un jugement due à un appel d’offre organisé par la division des travaux (DCE) en collaboration avec la DAM, ce suivi se fait au niveau administratif, qualitatif et quantitatif ainsi que par la mise en service de ces projets et la réception provisoire ✓ La division développement et coordination est intéressée par la coordination et le suivi de la mise en œuvre des programmes d’approvisionnement en Eau potable en milieu rural à l’échelle nationale, parmi ses attributions : la participation à l’analyse des blocages et la proposition des solutions d’accompagnement, d’arbitrage, la réalisation d’un feedback entre les responsables étude et travaux en matière de travaux, l’accompagnement des différentes entités chargées des travaux au niveau central et régional dans la mise en place du plan de management des projets.. ✓ La division de gestion est intéressée par l’entretien des ouvrages utilisés, cet entretien se fait au niveau technique, financier et administratif Alors on peut dire que le taux d’accès au milieu rural a pu connaitre une gigantesque évolution depuis 1999 jusqu’à 2017 à cause de ce programme de généralisation AEP
  • 14. stage d’initiation 14 Figure 5: Diagramme d'évolution de l'accès à l'eau potable en milieu rural De plus ce programme a permis entre autres de : ➢ Réduire l’écart entre les zones rurales et urbaines ➢ Garantir l’approvisionnement en eau potable de quantité et qualité fiables des populations rurales même en période de sécheresse ➢ Améliorer les conditions de vie des bénéficiaires dans les zones rurales, en particulier les femmes et les enfants ➢ Améliorer les conditions de l’hygiène et de santé
  • 15. stage d’initiation 15 Partie 2 : Description de la visite
  • 16. stage d’initiation 16 1. VISTE DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX BRUTES COMPLEXE BOUREGREG 1.1. Présentation du complexe : Le complexe de production d’eau potable Bouregreg est la plus importante unité de production de l’eau potable au royaume puisqu’elle couvre la zone la plus peuplée est la plus industrialisée du Maroc, la partie de la côte Atlantique allant de Kénitra à Jorf El Asfar passant par Rabat, arrivant à Casablanca. Figure 6: Les zones couvertes par le complexe Bouregreg Il est constitué des ouvrages suivants : • Barrage Sidi Mohamed BENABDELLAH : C’est la source des eaux brutes utilisées pour produire de l’eau potable, sa capacité actuelle est de 706 millions de m3 . L’eau du barrage est prélevée par une tour de prise munie d’orifice vannés à différentes hauteurs et immergée dans la retenue. Cette tour est connectée à une galerie d’adduction forée en massif de diamètre 2.6 m, située en rive gauche de la retenue qui amène l’eau jusqu’à la station de pompage à 3 km environ en aval. • Station de pompage : Elle est destinée à alimenter en eau brute pré-chlorée la station de traitement à 2.8 km en aval. Elle est équipée de 6 groupes de débit nominal 3 𝑚3 /𝑠 à 110 m HMT, chacun de puissance unitaire 4 MW ; 3
  • 17. stage d’initiation 17 groupes de débit nominal de 1.5 m3 /s à 110 m de HMT, chacun de puissance unitaire de 2 MW et un poste de transformation. • Station de traitement : Elle est destinée à traiter de l’eau brute pour la rendre potable en passant par plusieurs étapes. Elle est composée de trois unités de production : S1 (1 m3 /s réalisée en 1969), S2 (3 m3 /s réalisée en 1976), et S3 (5 m3 /s réalisée en 1983). Figure 7: Les ouvrages du complexe bouregreg 1.2. Etapes de traitement : Le procédé de traitement mis en œuvre au niveau du complexe est de type physico-chimique et consiste en : • Pré-chloration : Elle est effectuée au niveau de la tour de prise moyennant l’utilisation du chlore gazeux, elle répond a de nombreux objectifs et présente de nombreux avantages notamment : ➢ Une oxydation du Fer et du Manganèse, ➢ Une décoloration de l'eau ➢ Une amélioration de la décantation ➢ Empêche la prolifération des algues et des micelles sur la partie des bassins et permet leur élimination par coagulation- floculation…. • Coagulation/floculation : La coagulation est la première étape de traitement effectuée au niveau de la station et qui consiste à neutraliser les charges des petites substances indésirables difficiles à enlever et qui
  • 18. stage d’initiation 18 portent des charges électriques négatives qui empêche les particules de s'agglomérer les unes aux autres pour former des particules plus volumineuses. La floculation est l’étape qui suit et qui consiste à favoriser la formation et la croissance de ces substances (boues) par une agitation lente et prolongée de l’eau car le véritable souci est en fait la masse, qui ne permet pas une sédimentation naturelle et exploitable dans le cadre d'un traitement. Cette étape est réalisée au niveau de l’ouvrage d’arrivée par l’injection du sulfate d’Aluminium et d’un polymère • Décantation : Cette étape consiste à séparer les particules de densité plus lourde que l’eau (boues). Ces particules sont récupérées en fond de bassin. Pour que la décantation soit efficace, il faut que la vitesse de sédimentation des particules soit élevée. Les temps de séjour augmentent lorsque la vitesse de décantation diminue, • Filtration sur sable : Ce processus consiste à avoir une eau limpide. L’eau à filtrer percole à travers un lit filtrant constitué de sable dont les caractéristiques et la hauteur de couche sont adaptées à l’eau à traiter. Les matières en suspension sont retenues dans les espaces intergranulaires, sur la plus grande partie de la hauteur de couche. Au cours de ce passage, la qualité de l'eau s'améliore considérablement par la diminution du nombre de micro- organismes (bactéries, virus, kystes), par l'élimination de matières en suspension et colloïdales et par des changements dans sa composition chimique. • Désinfection par le chlore : Cette étape est la dernière étape dans le traitement, elle se fait au niveau des citernes et elle consiste à éliminer et désactiver tous les microorganismes pathogènes qui peuvent provoquer des maladies
  • 19. stage d’initiation 19 Figure 8: Les étapes de traitement des eaux potables 2. VISTE DU LABORATOIRE CENTRAL DE CONTROLE DE QUALITE DE L’EAU 2.1. Présentation du laboratoire central : Pour répondre aux attributions de l’office sur le plan qualité, un laboratoire à l’échelle nationale a été créé en 1968 dont les principales tâches sont comme suit : • La surveillance de la qualité des eaux produites et distribuées (le contrôle commence depuis la prise de l’eau brute jusqu’aux points de livraison aux distributeurs) • L’exécution des essais et des analyses d’études lors de l’élaboration des projets d’AEP et d’assainissement • Le contrôle de la pollution des eaux susceptibles de servir à l’alimentation humaine • La prestation d’assistance technique au tiers La direction contrôle qualité des eaux (DCE) a obtenu deux accréditions selon le référentiel international ISO 17025 par le Ministère de l’Industrie et du commerce du Maroc (MIC) et par le Ministère de développement durable, de l’Environnement et des parcs (MDDEP) du Québec (canada). Le laboratoire central de l’office devient ainsi le premier laboratoire national accrédité pour l’ensemble de la chaîne d’analyses des eaux.
  • 20. stage d’initiation 20 2.2. Quelques types d’analyse réalisés : • Analyse Bactériologique : L’objectif de ce type d’analyse est de rechercher soit les espèces qui sont pathogène soit celles qui sont indicatrices de contamination fécales. L’indicateur le plus utile est bien la bactérie Escherichia coli car elle est abondante dans les fèces humaines et assez persistante pour être recherchée (sa durée de détection dans l’eau à 20°c varie de 1 semaine à 1 mois), son identification est cependant difficile sur le terrain et demande des appareils spécifiques ou l’utilisation de la méthode de « filtration sur membrane » qui consiste à : ➢ Filtrer un volume d’eau connu sur une membrane poreuse, calibrée pour retenir les bactéries (0,45 μm). ➢ Cette membrane est ensuite mise dans des conditions qui autorisent le développement des bactéries : incubation nécessaire pour cela pendant 24h ou 48h à 44°c ou 37° (ça dépend du type de bactérie) sur un milieu nutritif favorable. ➢ Après 24 heures (48h), les bactéries présentes ont formé des colonies de bactéries identifiables à l’œil nu. ➢ Les résultats sont exprimés en nombres de colonies par 100 ml d’eau filtrée. • Analyse physico-chimique : Les analyses physico-chimiques se résument essentiellement à la mesure des paramètres suivants : ➢ La température : La température se mesure par un thermomètre directement après le prélèvement de l’échantillon de l’eau. En effet, celle-ci joue un rôle dans la détermination du pH, pour la connaissance de l'origine de l'eau et des mélanges éventuels. L’unité de la température est le degré Celsius (c°) ou le kelvin. Méthodologie d’analyse des eaux au laboratoire de l’ONEP. ➢ Le PH : La lecture de PH se fait par un PH-mètre, il faut bien mélanger la solution avant la mesure pour homogénéiser les ions H+, le PH de l’eau à une relation étroite avec les ions H+ Selon les normes marocaines : 6,5<PH<9,5. La nature de la mesure effectuée au laboratoire est électrométrie qui exige des électrodes de verre fragiles et des solutions tampons pour l’étalonnage. On étalonne un pH-mètre avec des solutions tampon. Selon les mesures que l’on va effectuer, on étalonne soit par une solution de pH=4 pour faire des mesures en milieu acide puis par une solution de pH=7 et enfin par une solution de pH=9 pour faire des mesures en milieu basique ➢ La conductivité :
  • 21. stage d’initiation 21 La conductivité électrique permet d'avoir une idée de la salinité de l'eau. Une conductivité élevée traduit soit des pH anormaux, soit une salinité élevée (l’eau pure n’est pas un bon conducteur d’électricité). Avant de faire la mesure, il faut d’abord étalonner l’appareil on utilise un étalon qui a une conductivité connue, puis on met l’électrode dans un flacon contenant de l’eau après agitation, ensuite on lit le résultat marqué dans l’écran de l’appareil. Son unité dans le Système international d'unités (SI) est le siemens par centimètre.  50 à 400 : Qualité excellente.  400 à 750 : Bonne qualité.  750 à 1500 : Qualité médiocre mais eau utilisable.  1500 : minéralisation excessive ➢ La turbidité : La turbidité est un indicateur essentiel de la qualité de l’eau. Elle correspond à une réduction de la transparence d’un liquide par la présence de matières non dissoutes. Cette turbidité doit être traitée car elle est constituée de matières en suspension et de particules colloïdales auxquelles s’accrochent de nombreux micro- organismes potentiellement pathogènes. ➢ Autres paramètres : On possède aussi à la mesure de la quantité de quelques éléments chimiques à savoir ; le Fer, le Manganèse, l’Aluminium, etc à l’aide des comparateurs. Un prélèvement au niveau de l’installation de traitement ou en amont du réseau de distribution peut suffire pour les constituants dont la concentration ne fluctue pas pendant la distribution. Cependant, pour ceux dont la concentration est susceptible de varier au cours de la distribution, il convient d’effectuer les prélèvements en fonction du comportement et/ou de la source de la substance en cause. Les prélèvements doivent notamment être réalisés en des points proches des extrémités du réseau de distribution et des piquages desservant directement les habitations et les bâtiments abritant un grand nombre d’occupants. Le plomb, par exemple, doit être dosé au niveau des piquages alimentant les consommateurs, car les sources de plomb sont habituellement les branchements ou les installations de plomberie des bâtiments.
  • 22. stage d’initiation 22 Partie 3 : Dimensionnement d’une conduite d’alimentation en eau potable
  • 23. stage d’initiation 23 1. PROBLEMATIQUE Afin d’alimenter les localités de la fraction d’OULAD AZEM qui appartient à la province de TAOURIRT, il est indispensable qu’une conduite soit présente. Le sujet qu’il m’a été confié est le dimensionnement de cette conduite. En effet Pour élever un débit Q à une hauteur géométrique H donnée on peut, à priori, donner à la conduite un diamètre quelconque car, en faisant varier la puissance du groupe élévatoire, on peut toujours obtenir le débit Q imposé dans une conduite de diamètre donné. Si on adopte donc un grand diamètre, le prix (Frinv) de la canalisation sera élevé, par contre les pertes de charges (J) seront faibles, Si au contraire on adopte un petit diamètre, Frinv est plus faible mais (J) sera plus importante. Il y a donc intérêt à choisir le diamètre qui permettra d’obtenir le prix de revient minimal de l´ensemble de l´installation en exploitation (par exemple le prix du m³ d´eau élevé, compte tenu de l´amortissement de la canalisation et de la consommation d’énergie du groupe élévateur) en fonction du diamètre D. En outre le choix du matériau de la conduite se fait principalement dans ce sens. Plusieurs matériaux peuvent être utilisés comme la fonte, l’acier, le polyéthylène, le PVC, etc. mais seul un qui répond au critère Alors comment choisir le diamètre convenable du matériau adéquat afin d’avoir le minimum des couts ? 2. DEMARCHE SUIVIE Le choix du diamètre économique résulte d’un compromis entre les dépenses d’investissement et les dépenses de fonctionnement. En augmentant le diamètre de la canalisation cela induit une augmentation des dépenses d’investissement, mais une diminution des pertes de charge, et par conséquent une diminution des dépenses en énergie. D’autre part, plus le diamètre de la conduite est petit, plus les pertes de charge seront grandes et plus la puissance nécessaire au refoulement sera Importante. Ce dernier point nous laisse penser qu’il existe un diamètre de refoulement optimum ou un diamètre économique. Nous Voulons, dans cette étude, élaborer des tableaux qui donnent directement le diamètre économique en fonction de la somme des frais d’investissement et d’exploitation. Aussi, pour pouvoir atteindre ce but, nous pouvons émettre les hypothèses suivantes quel que soit le matériau de la conduite (fonte, acier, PVC, PEHD, etc.). a) Le coefficient de pertes de charge est calculé pour une vitesse Vo= 1.2 m/s qui diffère très peu de la vitesse économique b) Les pertes de charges singulières sont négligeables par rapport aux pertes de charge linéaires
  • 24. stage d’initiation 24 2.1. LE DEBIT D’EAU DANS LA CANALISATION : On appelle débit d’eau s’écoulant dans une canalisation, la quantité de l’eau qui traverse une section droite de l’écoulement pendant l’unité de temps, il présente aussi le besoin d’une population par jour. Son calcul se fait par la relation suivante : 𝑸 = 𝑵𝒑 ∗ 𝒅 ∗ 𝒄𝒋 ∗ 𝑪 𝒉 Np : le nombre de personne de la population concernée d : la dotation 𝐜𝐣 : coefficient de pointe journalière 𝐜 𝐡 : coefficient de pointe horaire 2.2. FRAIS D’INVESTISSEMENT DE LA CONDUITE : 𝐅𝐢𝐧𝐯 = 𝐊𝟏 ∗ 𝐋 ∗ 𝐚 K1 : est le cout en DH/ml d’un mètre linéaire de la conduite L : est la longueur de la conduite en mètre (m) a : annuité d’amortissement donnée par la formule : 𝐚 = 𝐢 (𝐢 + 𝟏) 𝐧 + 𝐢 i : taux d’annuité n : le nombre d’années d’amortissement 2.3. FRAIS D’EXPLOITATION: 𝐅𝐞𝐱𝐩 = 𝐊𝟑 ∗ 𝐏 ∗ 𝐭 K3 : cout d’un KWh d’énergie électrique t : temps de fonctionnement ; t=T*365 ; T=12h/jr P : puissance réelle en KW, calculée par la formule suivante :
  • 25. stage d’initiation 25 𝐏 = 𝐐 ∗ 𝐇𝐌𝐓 𝟏𝟎𝟐 ∗ 𝛈 ∗ 𝟏. 𝟐 η : le rendement de la pompe (η=60%) HMT : la hauteur manométrique totale calculé par la relation suivante 𝐇𝐌𝐓 = ∆𝐙 + 𝐉 ΔZ : la hauteur géométrique J : les pertes de charge calculée par la relation suivante 𝐉 = 𝟖 ∗ 𝛌 ∗ 𝐋 ∗ 𝐐 𝟐 𝛑 𝟐 ∗ 𝐠 ∗ 𝐃 𝟓 λ : coefficient de frottement déterminé à partir du diagramme de Moody Q : le débit d’eau dans la canalisation 2.4. LA PRESSION NOMINALE: La pression nominale, c'est la pression que la conduite supporte sans dommage durant une longue période, elle dépend du type de matériau, de la température et de coefficient de sécurité. Elle représente la pression du matériau choisi qui est juste supérieure à celle calculée par l’équation de Bernoulli et qui est de la forme suivante : 𝑷 𝟏 + 𝝆 ∗ 𝒈 ∗ 𝒁 𝟏 + 𝝆 ∗ 𝑽 𝟏 𝟐 𝟐 = 𝑷 𝟐 + 𝝆 ∗ 𝒈 ∗ 𝒁 𝟐 + 𝝆 ∗ 𝑽 𝟐 𝟐 𝟐 + 𝝆 ∗ 𝒈 ∗ 𝑱 𝑷 𝟏 : La pression à l’entrée de la conduite (ce que nous cherchons) 𝑷 𝟐 : La pression au réservoir 𝑽 𝟏 : La vitesse à l’entrée 𝑽 𝟐 : La vitesse à la sortie ( 𝑽 𝟐 = 𝑽 𝟏 ) 3. RESULTATS OBTENUS Les données du problème utilisées pour déterminer le diamètre économique sont :
  • 26. stage d’initiation 26 Données du problème Cout du ml d’une conduite PVC (DN=110) (DH/ml) 70 Cout du ml d’une conduite de la fonte (DN=100) (DH/ml) 300 Cout du ml d’une conduite d’acier (DN=100) (DH/ml) 300 Cout du ml d’une conduite PEHD(DN=110) (DH/ml) 330 Cout d’un KWh d’énergie électrique (DH/KWh) 1 Durée d’amortissement n 30 L’annuité i 8% Type de conduite Longueur de la conduite(ml) 138 Pour calculer la puissance de pompage Rendement de la pompe 60% Gravité (m/𝒔−𝟏 ) 9.81 Masse volumique de l’eau (kg/ 𝐦 𝟑 ) 1000 Hauteur géométrique (m) 38 Viscosité de l’eau (𝐦 𝟐 /𝐬) 10−6 Coefficient de rugosité k (mm) du PVC 0.001 Coefficient de rugosité k (mm) de la fonte 0.5 Coefficient de rugosité k (mm) de l’acier 0.5 Coefficient de rugosité k (mm) du PEHD 0.002 Pour calculer le débit d’eau
  • 27. stage d’initiation 27 Nombre de personne de la fraction d’Ouled Azem (hab) 6973 Dotation pour le branchement individuel (l/hab/jr) 50 Coefficient de pointe journalière Cj 1.3 Coefficient de pointe horaire Ch 1.5 Pour determiner la pression nominale 𝑷 𝟐 (Pa) 101 325 𝒁 𝟏 (m) 556 𝒁 𝟐 (m) 593 Alors nous trouvons les résultats suivants :
  • 28. stage d’initiation 28 • PVC : DN(mm) Fr inv(DH) Rugosité relative Re Λ J (m) HMT(m) Puissance (KW) Fr expl (DH) Somme Fr (DH) Prix unitaire (DH/ml) 90 691,8147 1,11E-05 1,08E+05 1,74E-02 2,999596967 40,99959697 7,588945007 33239,57913 33931,39383 57 110 849,597 9,09E-06 1,32E+05 1,66E-02 1,045982656 39,04598266 7,227334829 31655,72655 32505,32355 70 125 970,968 8,00E-06 1,50E+05 1,61E-02 0,534636386 38,53463639 7,132685637 31241,16309 32212,13109 80 140 1080,2019 7,14E-06 1,68E+05 1,56E-02 0,294892613 38,29489261 7,088309535 31046,79576 32126,99766 89 160 1237,9842 6,25E-06 1,92E+05 1,51E-02 0,146287147 38,14628715 7,060802954 30926,31694 32164,30114 102 200 1541,4117 5,00E-06 2,40E+05 1,43E-02 0,045334476 38,04533448 7,042116813 30844,47164 32385,88334 127 225 1735,6053 4,44E-06 2,70E+05 1,39E-02 0,024427435 38,02442743 7,03824696 30827,52169 32563,12699 143 Figure 9: Diamètre économique du PVC Alors le diamètre économique obtenu De=140 mm 0 10000 20000 30000 40000 50000 60000 70000 80000 90 110 125 140 160 200 225 l'ensembledesfraisen(dh) DN en (mm) DE du PVC Fr inv Fr expl
  • 29. stage d’initiation 29 • La fonte : DN Fr inv Rugosité relative Re λ J (m) HMT(m) Puissance(KWh) Fr expl somme Fr 80 2912,904 0,00625 9,60E+04 3,35E-02 10,38817318 48,38817318 8,956555978 39229,71518 42142,61918 100 3641,13 0,005 1,20E+05 3,20E-02 3,251578832 41,25157883 7,635586356 33443,86824 37084,99824 125 4551,4125 0,004 1,50E+05 2,90E-02 0,96558885 38,96558885 7,212454093 31590,54893 36141,96143 150 5461,695 0,003333333 1,80E+05 2,75E-02 0,367977028 38,36797703 7,101837317 31106,04745 36567,74245 200 7282,26 0,0025 2,40E+05 2,50E-02 0,079384249 38,07938425 7,048419359 30872,07679 38154,33679 Figure 10: Diamètre économique de la fonte Alors le diamètre économique obtenu De=125 0 10000 20000 30000 40000 50000 60000 70000 80000 90000 80 100 125 150 200 ensembledesfraisen(dh) DN en (mm) DE du Fonte Fr inv Fr expl somme des Fr
  • 30. stage d’initiation 30 • L’acier: DN(mm) Fr inv Rugosité relative Re λ J (m) HMT(m) puissance(KW) Fr expl(Dh) somme Fr (dh) prix unitaire ml 100 3641,13 0,005 1,20E+05 3,20E-02 3,251578832 41,251579 7,635586356 33443,86824 37084,99824 300 125 4551,4125 0,004 1,50E+05 2,90E-02 0,96558885 38,965589 7,212454093 31590,54893 36141,96143 375 150 5461,695 0,003333333 1,80E+05 2,75E-02 0,367977028 38,367977 7,101837317 31106,04745 36567,74245 450 200 7282,26 0,0025 2,40E+05 2,50E-02 0,079384249 38,079384 7,048419359 30872,07679 38154,33679 600 Figure 11: Diamètre économique de l'acier Alors le diamètre économique obtenu De=125mm 0 10000 20000 30000 40000 50000 60000 70000 80000 90000 100 125 150 200 ensembledesfraisen(dh) DN en (mm) DE de l'Acier Fr d'expl fr d'inv somme des Fr
  • 31. stage d’initiation 31 • PEHD (PE 80) : DN Fr inv Rugosité relative Re λ J (m) HMT (m) Puissance (kwh) Fr expl (DH) somme Fr (DH) prix unitaire ml 90 3277,017 2,22222E- 05 1,08E+05 1,74E-02 2,999597 40,999597 7,588945007 33239,57913 36516,59613 270 110 4005,243 1,81818E- 05 1,32E+05 1,66E-02 1,045983 39,045983 7,227334829 31655,72655 35660,96955 330 125 4551,4125 0,000016 1,50E+05 1,61E-02 0,534636 38,534636 7,132685637 31241,16309 35792,57559 375 Figure 12: Diamètre économique du PEHD (PE 80) Alors le diamètre économique obtenu De=110mm 0 10000 20000 30000 40000 50000 60000 70000 80000 90 110 125 L'ensembledesfraisen(dh) diamètre en (mm) DE du PEHD(PE80) fr d'inv fr d'expl somme des fr
  • 32. stage d’initiation 32 • PEHD (PE 100) : DN Fr inv Rugosité relative Re λ J (m) HMT Puissance Fr expl somme Fr prix unitaire ml 90 3277,017 2,22222E-05 1,08E+05 1,74E-02 2,999596967 40,99959697 7,588945007 33239,57913 36516,59613 270 110 4005,243 1,81818E-05 1,32E+05 1,66E-02 1,045982656 39,04598266 7,227334829 31655,72655 35660,96955 330 125 4551,4125 0,000016 1,50E+05 1,61E-02 0,534636386 38,53463639 7,132685637 31241,16309 35792,57559 375 140 5097,582 1,42857E-05 1,68E+05 1,56E-02 0,294892613 38,29489261 7,088309535 31046,79576 36144,37776 420 160 5825,808 0,0000125 1,92E+05 1,51E-02 0,146287147 38,14628715 7,060802954 30926,31694 36752,12494 480 180 6554,034 1,11111E-05 2,16E+05 1,47E-02 0,078823448 38,07882345 7,048315556 30871,62213 37425,65613 540 200 7282,26 0,00001 2,40E+05 1,43E-02 0,045334476 38,04533448 7,042116813 30844,47164 38126,73164 600 225 8192,5425 8,88889E-06 2,70E+05 1,39E-02 0,024427435 38,02442743 7,03824696 30827,52169 39020,06419 675 Figure 13: Diamètre économique du PEHD (PE100) Alors le diamètre économique obtenu De=110mm 0 20000 40000 60000 80000 100000 90 110 125 140 160 180 200 225 ensembledesfraisen(dh) DN en (mm) DE du PEHD(PE 100) fr d'inv fr d'expl
  • 33. stage d’initiation 33 Figure 14: Matériau convenable Alors le matériau convenable est PVC 0 5000 10000 15000 20000 25000 30000 35000 40000 45000 90 110 125 140 160 180 200 225 lasommedesfraisen(dh) DN en (mm) le matériau convenable PVC Fonte avec recetement de ciment Acier avec revetement de ciment PEHD(PE 80) PEHD(PE 100)
  • 34. stage d’initiation 34 De plus et pour ce diamètre De=140 on a J=0.295 m alors d’après l’équation de Bernoulli on trouve P=4.6 bar et on sait que les pressions nominales du pvc sont : (6 bar, 10 bar, 16bar et 25 bar), d’où PN=6 bar. 4. CONCLUSION La conduite utilisée pour alimenter le secteur d’Ouled Azem qui appartient à la province de Taourirt est une conduite PVC de diamètre nominal 140mm et de pression nominale 6 bar
  • 35. stage d’initiation 35 Conclusion Au cours de ce stage dans l’Office Nationale de l’Electricité et de l’Eau Potable et précisément dans la direction Généralisation AEP, j’ai pu m’intéresser aux étapes suivies pour alimenter le milieu rural en eau potable, plus particulièrement les étapes de planification et de programmation des projets d’alimentation. En outre j’ai pu dévoiler les étapes de traitement et de contrôle effectuées pour avoir une eau potable bien propres et près d’être utilisée par le consommateur. De plus, et à cause du sujet qui m’a été confié j’ai pu connaitre les étapes qu’il faut suivre pour dimensionner une conduite d’alimentation en eau potable En fin et c’est dû à ce stage au sein de l’office national d’électricité et de l’eau potable-Branche Eau que j’ai pu connaitre le trajet de l’eau depuis sa source aux robinets
  • 36. stage d’initiation 36 Liste des figures Figure 1: L'ONEE-Branche Eau....................................................................................................7 Figure 2: Fiche technique de l'ONEE-Branche Eau.............................................................. 8 Figure 3: Différentes missions de l'ONEE-Branche Eau...................................................10 Figure 4: L'organigramme de l'ONEE-Branche Eau...........................................................11 Figure 5: Diagramme d'évolution de l'accès à l'eau potable en milieu rural ...........14 Figure 6: Les zones couvertes par le complexe Bouregreg .............................................16 Figure 7: Les ouvrages du complexe bouregreg .................................................................17 Figure 8: Les étapes de traitement des eaux potables........................................................19 Figure 9: Diamètre économique du PVC ...............................................................................28 Figure 10: Diamètre économique de la fonte ......................................................................29 Figure 11: Diamètre économique de l'acier..........................................................................30 Figure 12: Diamètre économique du PEHD (PE 80)..........................................................31 Figure 13: Diamètre économique du PEHD (PE100) ........................................................32 Figure 14: Matériau convenable...............................................................................................33
  • 37. stage d’initiation 37 Bibliographie http://www.onep.org.ma/ http://www.onep.ma/directions/drc/vue_drc.htm A. BEDJAOUI, Pr. B. ACHOUR, M.T. BOUZIANE : « Nouvelle approche pour le calcul du diamètre économique dans les conduites de refoulement » http://marokko.ahk.de/fileadmin/ahk_marokko/Veranstaltungen/2012- 11_Wasserreise/2012-11-27_Presentation_ONEE.pdf