SlideShare une entreprise Scribd logo
les coûts de production
des films en 2014
films d’initiative française ayant reçu
l’agrément de production en 2014
les études du CNC
mars 2015
2 Les coûts de production des films en 2014
Centre national du cinéma et de l’image animée
Direction des études, des statistiques et de la prospective
12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16
Tél : 01.44.34.38.26
Fax : 01.44.34.34.55
www.cnc.fr
ISSN : 1951-4743
Fanny Beuré, Benoît Danard, Alice Landrieu, Jessica Veyret
Les coûts de production des films en 2014 3
Sommaire
Synthèse ............................................................................................................................... 5
Méthodologie......................................................................................................................... 7
I. Coûts de production des films, tous genres confondus ............................................... 8
A. Structure de l’échantillon............................................................................................. 8
B. Les films retenus......................................................................................................... 8
C. Les films retenus selon leur coût total........................................................................10
D. Dépenses à l’étranger................................................................................................12
E. Crédit d’impôt ............................................................................................................13
II. Coûts de production des films de fiction.....................................................................14
A. Structure globale des coûts de production des films de fiction ...................................14
a. Répartition films de fiction selon le coût total de production...................................14
b. Répartition des dépenses .......................................................................................15
B. Les dépenses de rémunération..................................................................................17
a. Les droits artistiques...............................................................................................17
b. Les dépenses de personnel....................................................................................19
c. La rémunération des producteurs ...........................................................................20
d. Les coûts d’interprétation........................................................................................21
e. Les charges sociales ..............................................................................................23
C. Les dépenses techniques ..........................................................................................24
a. Les moyens techniques ..........................................................................................24
b. Les frais de pellicules et laboratoires ......................................................................26
D. Les dépenses de tournage ........................................................................................27
a. Les dépenses de décors et costumes.....................................................................27
b. Frais de transports, défraiements et régie...............................................................29
c. Frais d’assurances et divers ...................................................................................30
E. Structure des coûts de production selon le coût total .................................................31
a. Films dont le coût total est inférieur à 1 M€.............................................................32
b. Films dont le coût total est compris entre 1 M€ et 2,5 M€ .......................................34
c. Films dont le coût total est compris entre 2,5 M€ et 4 M€ .......................................35
d. Films dont le coût total est compris entre 4 M€ et 5,5 M€ .......................................36
e. Films dont le coût total est compris entre 5,5 M€ et 7 M€ .......................................37
f. Films dont le coût total est compris entre 7 M€ et 15 M€ ........................................38
g. Films dont le coût total est supérieur à 15 M€.........................................................39
III. Localisation des dépenses des films de fiction...........................................................41
A. Localisation globale des dépenses des films de fiction ..............................................41
B. Éclairage sur la localisation des dépenses techniques...............................................44
a. Frais de pellicules et laboratoires............................................................................44
b. Moyens techniques.................................................................................................45
C. Eclairage sur la localisation des dépenses de décors et de costumes .......................46
4 Les coûts de production des films en 2014
D. Eclairage sur la localisation des dépenses d’assurances et divers ............................47
E. Localisation des dépenses de production selon le coût total......................................47
a. Films dont le coût total est inférieur à 1 M€.............................................................49
b. Films dont le coût total est compris entre 1 M€ et 2,5 M€ .......................................50
c. Films dont le coût total est compris entre 2,5 M€ et 4 M€ .......................................51
d. Films dont le coût total est compris entre 4 M€ et 5,5 M€ .......................................52
e. Films dont le coût total est compris entre 5,5 M€ et 7 M€ .......................................53
f. Films dont le coût total est compris entre 7 M€ et 15 M€ ........................................54
g. Films dont le coût total est supérieur à 15 M€.........................................................55
IV. Crédit d’impôt des films de fiction ..............................................................................56
A. Méthodologie .............................................................................................................57
B. Présentation de l’échantillon ......................................................................................58
C. Structure des coûts de production des films...............................................................59
a. Structure des coûts de production ..........................................................................59
b. Localisation des dépenses de production ...............................................................61
D. Evaluation du crédit d’impôt.......................................................................................64
V. Coûts de production des documentaires et des films d’animation ..............................66
A. Films documentaires..................................................................................................66
a. Structure des coûts de production des films documentaires ...................................67
b. Localisation des dépenses des films documentaires...............................................68
c. Impact du crédit d’impôt sur les films documentaires..............................................70
B. Films d’animation.......................................................................................................71
a. Structure des coûts de production des films d’animation.........................................71
b. Les dépenses de production des films d’animation sur la période 2005-2013.........73
c. Localisation des dépenses des films d’animation....................................................74
d. Impact du crédit d’impôt sur les films d’animation ...................................................75
VI. ANNEXES .................................................................................................................76
ANNEXE 1 – Dépenses des films de fiction selon le coût total de production.....................76
ANNEXE 2 – Détail des dépenses de droits artistiques pour la fiction en 2014..................79
ANNEXE 3 – Détail des dépenses de personnel en 2014 ..................................................82
ANNEXE 4 – Détail des dépenses d’interprétation en 2014 ...............................................86
ANNEXE 5 – Liste des films ayant reçu l’agrément de production en 2014........................88
ANNEXE 6 – Descriptif du crédit d’impôt cinéma en vigueur dans sa nouvelle forme depuis le
1er
janvier 2006 ..................................................................................................................92
Les coûts de production des films en 2014 5
Synthèse
Pour la douzième année consécutive, le CNC a réalisé une étude sur la structure des coûts de
production des films d’initiative française ayant reçu un agrément de production. Cette étude
est réalisée à partir des coûts définitifs des films, c’est-à-dire une fois le tournage du film
achevé. L’analyse donne un éclairage sur la répartition des dépenses de fabrication d’un film
en fonction de son coût total et sur la localisation des dépenses en France et à l’étranger.
En 2014, 202 films d’initiative française (tous genres confondus) ont obtenu un agrément de
production (197 films en 2013), pour un volume de dépenses de 1 023,16 M€, soit une
augmentation de 4,6 % par rapport à 2013.
Il convient de rappeler que le périmètre de cette étude est différent de celui du bilan annuel de
la production cinématographique qui s’attache à l’année d’agrément des investissements et
non à celle de l’agrément de production. Or, il se passe en moyenne 18 mois entre les deux
agréments. Ainsi, seuls 2,2 % des films ayant reçu l’agrément de production en 2014 ont
obtenu un agrément des investissements préalable la même année, 42,0 % d’entre eux l’ont
reçu en 2013, 46,4 % en 2012 et 9,4 % entre 2009 et 2011.
Progression des coûts de production de la fiction
Le coût moyen des films de fiction progresse en 2014 (+3,2 % par rapport à 2013), à 5,75 M€.
Cette hausse est essentiellement due au plus grand nombre de films de fiction au coût
compris entre 5,5 M€ et 15 M€ (+14 films par rapport à 2013). Le coût médian des films de
fiction augmente également en 2014 : +16,4 %, à 4,33 M€.
Stabilité de la structure des coûts
En 2014, le poids des principaux postes de coût est relativement stable par rapport à 2013.
Les dépenses de rémunération (droits artistiques, frais de personnel, rémunérations des
producteurs, dépenses d’interprétation et charges sociales) composent toujours plus de la
moitié du coût moyen d’un film (57,9 % en 2014, 58,6 % en 2013). Au sein de cet ensemble,
les principaux coûts de fabrication sont : le personnel (19,6 % du coût total en 2014, 19,5 %
en 2013), les charges sociales (12,1 % du coût total en 2014, comme en 2013) et
l’interprétation (11,4 % du coût total en 2014, 13,2 % en 2013). La part des dépenses de
tournage représente 30,6 % des coûts de production des films de fiction en 2014 (30,1 % en
2013), et celle des dépenses techniques 11,4 % (11,3 % en 2013).
Entre 2005 et 2014, la structure des dépenses de rémunération évolue assez peu. En dépit
des variations annuelles, les dépenses de personnel et celles relatives aux charges sociales
ont un poids stable, composant respectivement environ le tiers et 20 % de l’ensemble des
dépenses des rémunérations. Sur la période, le poids, dans les rémunérations, des dépenses
relatives à l’interprétation diminue (-2,2 points), tandis que celle dévolue aux droits artistiques
progresse (+2,5 points).
6 Les coûts de production des films en 2014
Légère baisse des dépenses d’interprétation
En 2014, le poids du poste « interprétation » s’élève en moyenne à 11,4 % (13,2 % en 2013).
Il augmente avec le coût du film. Il se situe entre 6,6 % pour les films au coût inférieur à 1 M€
et 13,9 % pour les films au coût supérieur à 15 M€.
En 2014, la part des dépenses allouées aux rôles principaux diminue de 1,6 point, à 7,1 % du
coût total. Là encore, cette part varie fortement selon le coût du film. Elle est de 4,1 % pour les
films à moins de 1 M€ et de 9,6 % pour les films à plus de 15 M€ en 2014. La tendance
générale, observée en 2014, à la baisse du poids des rémunérations des rôles principaux,
n’est pas la même pour les films des différentes tranches de coûts. En effet, cette baisse est
surtout le fait des films aux coûts supérieurs à 15 M€ (-2,1 points) et de ceux aux coûts
compris entre 4 M€ et 5,5 M€ (-2,1 points également). A l’inverse, le poids de ce poste pour
les films à moins de 1 M€ progresse de 1,3 point.
Effet relocalisant du crédit d’impôt cinéma pour les films de fiction
Les films bénéficiant du crédit d’impôt réalisent 6,5 % de leurs dépenses à l’étranger en 2014,
contre 48,1 % pour les films sans crédit d’impôt. L’effet relocalisant du crédit d’impôt est
encore plus marqué sur certaines dépenses. Ainsi, les films avec crédit d’impôt réalisent plus
de 90 % de leurs dépenses en France sur des postes qui sans ce dispositif sont couramment
délocalisés.
En 2014, les films bénéficiant du crédit d’impôt dépensent 33,33 M€ à l’étranger (6,5 % de
leurs dépenses totales de production). 20,3 % de ces dépenses extranationales sont liées au
personnel, tandis que 13,9 % sont captées par le poste « assurances et divers » et que
13,4 % sont consacrées à la rémunération des interprètes. Viennent ensuite les dépenses de
transports, défraiement et régie (12,6 %) et celles relatives aux moyens techniques (9,3 %).
414,31 M€ de crédit d’impôt cinéma en dix ans
Sur l’ensemble de la période 2005-2014, le montant total de crédit d’impôt cinéma atteint
414,31 M€, soit 18,6 % des dépenses totales éligibles (19,9 % en 2014) et 8,3 % du coût total
des films (9,6 % en 2014). En 2014, le montant total du crédit d’impôt s’élève à 49,16 M€, soit
un montant moyen de 496 584 € par film bénéficiaire.
En appliquant aux films bénéficiaires du crédit d’impôt la part de dépenses en France réalisée
par les films qui n’en sont pas bénéficiaires à savoir 59,4 %, le montant de leurs dépenses en
France s’élèverait à 2 971,82 M€ au lieu de 4 767,94 M€. De 2005 à 2014, le crédit d’impôt
aurait donc permis de relocaliser 1 796,12 M€ de dépenses sur le territoire national.
Les coûts de production des films en 2014 7
Méthodologie
Le CNC a réalisé une étude sur la structure des coûts de production de l’ensemble des films
d’initiative française ayant reçu un agrément de production sur la période 2005-2014.
L’analyse, construite à partir des données de l’agrément de production, appréhende les coûts
définitifs de production des films. Les devis prévisionnels, communiqués au CNC dans les
dossiers d’agrément des investissements, avant tournage, peuvent en effet subir des
évolutions non négligeables.
Il convient de rappeler que l’agrément de production peut être délivré de deux façons : soit
lorsque l’entreprise de production a reçu des sommes au titre de l’agrément des
investissements pour le tournage du film (il permet ainsi de rendre cet octroi définitif), soit
directement au titre de la production d’œuvres cinématographiques achevées, lorsque
l’agrément des investissements n’est pas requis.
Le périmètre de cette étude est différent de celui du bilan annuel de la production
cinématographique, qui s’attache à l’année d’agrément des investissements. Certaines
analyses peuvent ainsi apparaître divergentes entre les deux études.
Parmi les 202 films ayant reçu l’agrément de production en 2014, 21 films (10,4 %) l’ont
obtenu directement. Parmi les 181 films ayant reçu au préalable un agrément des
investissements, 2,2 % l’ont reçu en 2014, 42,0 % en 2013, 46,4 % en 2012 et 9,4 % entre
2009 et 2011.
Les fiches de coûts utilisées pour cette analyse sont renseignées de manière déclarative par
les entreprises de production et envoyées au service du soutien à la production et à la
distribution du CNC. Ces données sont, par conséquent, à considérer avec les précautions
d’usage.
Les résultats de cette étude livrent un éclairage sur la répartition des coûts de production des
films d’initiative française et sur la localisation des dépenses en France ou à l’étranger.
Pour la dixième année, cette étude présente une analyse spécifique des films bénéficiant du
crédit d’impôt.
Les films documentaires ainsi que les longs métrages d’animation font l’objet d’une analyse
distincte, compte tenu de la structure de production spécifique à chaque genre.
Il convient de préciser que certaines données relatives aux années antérieures à 2014 ont fait
l’objet de corrections.
8 Les coûts de production des films en 2014
I. Coûts de production des films, tous genres
confondus
A. Structure de l’échantillon
L’étude porte sur 1 802 films d’initiative française ayant reçu l’agrément de production entre
2005 et 2014. Certains films ne peuvent être inclus dans l’analyse, faute de détails suffisants
sur leurs coûts. C’est le cas de trois titres en 2006 (Bab’ Aziz, le prince qui contemplait son
âme, le Domaine perdu et Quelques jours en septembre), de deux titres en 2007 (Barakat et
Franklin et le trésor du lac) et de trois titres en 2014 (Nuits Blanches sur la Jetée, Vandal et Au
Bord du Monde).
B. Les films retenus
En 2014, 202 films d’initiative française ont obtenu un agrément de production, soit le
deuxième niveau de production le plus élevé de la décennie, après 2012 (204 films). Parmi les
films ayant reçu l’agrément de production en 2014, 21 films (10,4 %) l’ont obtenu directement,
dont 10 fictions et 11 documentaires.
Les films de l’échantillon
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
fiction 160 126 142 141 141 160 137 165 164 161
documentaire 21 12 20 23 31 26 30 31 27 31
animation 2 3 4 5 5 4 6 8 6 10
total 183 141 166 169 177 190 173 204 197 202
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
En 2014, les films d’initiative française cumulent 1 023,16 M€ de dépenses de production, soit
une augmentation de 4,6 % par rapport à 2013. Il s’agit d’un montant largement supérieur à la
moyenne observée sur les dix années d’analyse (895,41 M€). Cette progression est en partie
imputable à celle du nombre de films ayant reçu l’agrément de production en 2014 (+2,5 %
par rapport à 2013, c'est-à-dire 5 films de plus).
Coûts totaux de production des films (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
fiction 771,38 671,95 636,03 840,04 833,04 940,74 637,37 934,68 912,81 925,06
documentaire 26,00 6,67 20,19 21,09 23,75 87,68 23,46 14,64 16,87 35,96
animation 20,20 29,42 76,09 39,13 48,50 63,93 80,89 105,80 48,65 62,14
total 817,59 708,04 732,30 900,26 905,29 1092,35 741,71 1 055,11 978,33 1 023,16
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
Les coûts de production des films en 2014 9
Un film agréé en 2014 coûte en moyenne 5,07 M€, contre 4,97 M€ pour un film agréé
en 2013. Cette hausse de 2,0 % est liée à celle du nombre de films dont le coût est compris
entre 5,5 M€ et 7 M€ (+10 films par rapport à 2013). Depuis 2005, le coût moyen des films
d’initiative française agréés progresse en moyenne de 2,0 % par an alors que l’indice des prix
à la consommation augmente de 1,4 % par an en moyenne sur la période
Le coût moyen des films de fiction progresse en 2014 (+3,2 % par rapport à 2013), à 5,75 M€.
Cette hausse est essentiellement due au plus grand nombre de films de fiction au coût
compris entre 5,5 M€ et 15 M€ (+14 films par rapport à 2013). Le coût médian des films de
fiction augmente également en 2014 : +16,4%, à 4,33 M€.
En 2014, le coût moyen des documentaires progresse très fortement (+85,6 %), pour s’établir
à 1,16 M€. Cette hausse est liée à la présence, en 2014, du documentaire Amazonia, au coût
exceptionnellement élevé de 12,69 M€, qui en fait le deuxième documentaire le plus coûteux
de la décennie. Le coût médian d’un film documentaire s’élève à 0,29 M€ en 2014 (-37,2 %
par rapport à 2013).
Le coût moyen des films d’animation diminue de 23,4 %, à 6,21 M€ en 2014. Contrairement à
2013, où aucun film n’était dans ce cas, un film affiche pourtant des dépenses supérieures
à 15 M€ (Jack et la Mécanique du cœur, à 25,30 M€). Les autres films d’animation ayant reçu
l’agrément de production en 2014 ont des dépenses très modérées, notamment Jasmine
(0,66 M€) et Conversation Animée Avec Noam Chomsky (0,35 M€). Le coût médian des films
d’animation passe de 8,22 M€ en 2013 à 4,67 M€ en 2014 (-43,1 %).
Coûts moyens de production des films (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
fiction 4,82 5,33 4,48 5,96 5,91 5,88 4,65 5,66 5,57 5,75
documentaire 1,24 0,56 1,01 0,92 0,77 3,37 0,78 0,47 0,62 1,16
animation 10,10 9,81 19,02 7,83 9,70 15,98 13,48 13,22 8,11 6,21
total 4,47 5,02 4,41 5,33 5,11 5,75 4,29 5,17 4,97 5,07
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
Coûts médians de production des films (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
fiction 3,66 3,29 2,66 3,55 3,89 3,42 3,29 4,16 3,72 4,33
documentaire 0,48 0,40 0,49 0,54 0,49 0,51 0,54 0,33 0,47 0,29
animation 10,10 4,47 8,72 6,90 11,19 6,13 4,65 9,39 8,22 4,67
total 3,45 3,06 2,50 3,16 3,47 3,10 2,76 3,39 3,11 3,42
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
42,6 % des films d’initiative française ayant obtenu un agrément de production en 2014 sont
financés par une ou plusieurs chaînes de télévision gratuites, contre 48,2 % en 2013 et
52,5 % en 2012. Deux films agréés en 2014 sont financés simultanément par deux chaînes
gratuites.
10 Les coûts de production des films en 2014
Nombre de films coproduits par une chaîne gratuite
1
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
TF1 29 18 19 23 19 14 19 17 15 15
France 2 29 25 26 25 29 33 26 35 33 27
France 3 23 16 16 29 16 31 15 32 24 28
Arte 13 12 16 11 12 15 10 16 17 10
M6 9 8 6 10 12 8 3 8 7 7
Direct 8 - - - - - - - - 3 1
total
2
99 75 79 93 84 95 71 107 95 86
1
Ont été financés simultanément par deux chaînes gratuites : 4 films en 2005, 4 en 2006, 4 en 2007, 5 en 2008, 4 en 2009, 6 en
2010, 2 en 2011,1 en 2012, 4 en 2013 et 2 en 2014.
2
En raison des films simultanément financés par deux chaînes gratuites, le total n’est pas égal à la somme des résultats par
chaîne.
Source : CNC
C. Les films retenus selon leur coût total
La part des films au coût compris entre 2,5 M€ et 5,5 M€ diminue en 2014 (-4,6 points par
rapport à 2013, à 22,3 %), ainsi que celle des films au coût supérieur à 15 M€ (-1,6 point, à
5,0 %). A l’opposé, le poids des films au coût compris entre 5,5 M€ et 15 M€ progresse,
à 28,2 % en 2014 (+6,4 points par rapport à 2013). En 2014, la part des films au coût inférieur
à 2,5 M€ est stable : ils composent 44,6 % de la production, contre 47,6 % en 2013.
Nombre de films selon le coût de production
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
moins de 1 M€ 36 28 36 28 36 36 45 46 50 48
1 M€ à 2,5 M€ 42 30 47 47 41 45 37 34 38 42
2,5 M€ à 4 M€ 31 28 27 24 27 31 28 33 26 20
4 M€ à 5,5 M€ 30 16 9 13 11 15 18 21 27 25
5,5 M€ à 7 M€ 11 10 13 23 14 15 12 22 11 21
7 M€ à 15 M€ 25 20 27 23 38 34 28 37 32 36
plus de 15 M€ 8 9 7 11 10 14 5 11 13 10
total 183 141 166 169 177 190 173 204 197 202
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
Répartition des films selon le coût de production (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
moins de 1 M€ 19,7 19,9 21,7 16,6 20,3 18,9 26,0 22,5 25,4 23,8
1 M€ à 2,5 M€ 23,0 21,3 28,3 27,8 23,2 23,7 21,4 16,7 19,3 20,8
2,5 M€ à 4 M€ 16,9 19,9 16,3 14,2 15,3 16,3 16,2 16,2 13,2 9,9
4 M€ à 5,5 M€ 16,4 11,3 5,4 7,7 6,2 7,9 10,4 10,3 13,7 12,4
5,5 M€ à 7 M€ 6,0 7,1 7,8 13,6 7,9 7,9 6,9 10,8 5,6 10,4
7 M€ à 15 M€ 13,7 14,2 16,3 13,6 21,5 17,9 16,2 18,1 16,2 17,8
plus de 15 M€ 4,4 6,4 4,2 6,5 5,6 7,4 2,9 5,4 6,6 5,0
total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
Les coûts moyens des films selon les différentes tranches de coût est relativement stable dans
le temps, en particulier pour les films au coût compris entre 2,5 M€ et 7 M€. Les films au coût
compris entre 1 M€ et 2,5 M€, ceux au coût compris entre 7 M€ et 15 M€ et ceux au coût
supérieur 15 M€ affichent en 2014 des hausse respectives de leur coût moyen de 10,6 %, de
5,9 % et de 6,9 % par rapport à 2013.
Les coûts de production des films en 2014 11
Entre 2013 et 2014, les films de la tranche de coût la plus faible (moins de 1 M€) enregistrent
une baisse de leur coût moyen (-17,7 %, à 0,36 M€). Ceci est en partie imputable à la
progression du nombre de films produits avec moins de 80 000 € : ils sont trois en 2014, alors
qu’aucun film n’était dans ce cas en 2013. Depuis 2005, le budget moyen des films au coût
inférieur à 1 M€ diminue en moyenne de 4,2 % par an.
Coûts moyens des films selon le coût de production (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
moins de 1 M€ 0,53 0,51 0,50 0,48 0,53 0,51 0,51 0,38 0,44 0,36
1 M€ à 2,5 M€ 1,62 1,66 1,66 1,78 1,75 1,71 1,67 1,75 1,61 1,79
2,5 M€ à 4 M€ 3,30 3,14 3,20 3,25 3,36 3,17 3,19 3,23 3,22 3,30
4 M€ à 5,5 M€ 4,75 4,79 4,42 4,66 4,80 4,73 4,66 4,70 4,71 4,78
5,5 M€ à 7 M€ 6,01 6,00 6,19 6,15 6,22 6,21 6,22 6,19 6,12 6,15
7 M€ à 15 M€ 9,98 10,15 9,92 9,86 9,47 9,91 9,44 10,18 9,23 9,78
plus de 15 M€ 21,27 24,04 23,12 26,95 22,34 28,41 28,95 23,63 24,71 26,42
total 4,47 5,02 4,41 5,33 5,11 5,75 4,29 5,17 4,97 5,07
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
Coûts médians des films selon le coût de production (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
moins de 1 M€ 0,47 0,49 0,47 0,47 0,47 0,51 0,49 0,33 0,41 0,29
1 M€ à 2,5 M€ 1,54 1,67 1,69 1,81 1,80 1,72 1,61 1,77 1,64 1,93
2,5 M€ à 4 M€ 3,49 3,16 3,25 3,33 3,60 3,12 3,13 3,13 3,27 3,36
4 M€ à 5,5 M€ 4,81 4,78 4,15 4,61 5,00 4,77 4,56 4,76 4,73 4,71
5,5 M€ à 7 M€ 5,89 5,91 6,12 6,13 6,19 6,34 6,31 6,18 6,07 5,95
7 M€ à 15 M€ 10,04 9,44 9,89 9,08 9,07 9,43 9,31 9,65 8,76 9,09
plus de 15 M€ 21,37 21,57 18,67 17,12 22,94 26,01 24,15 23,70 24,38 25,69
total 3,45 3,06 2,50 3,16 3,47 3,10 2,76 3,39 3,11 3,42
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
Coûts minimums de production des films
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
moins de 1 M€ 0,11 0,13 0,17 0,03 0,20 0,09 0,03 0,06 0,10 0,06
1 à 2,5 M€ 1,00 1,02 1,00 1,02 1,00 1,07 1,01 1,05 1,03 1,00
2,5 à 4 M€ 2,51 2,53 2,51 2,61 2,53 2,50 2,53 2,55 2,50 2,50
4 à 5,5 M€ 4,04 4,13 4,02 4,16 4,03 4,01 4,06 4,01 4,10 4,04
5,5 à 7 M€ 5,55 5,54 5,61 5,52 5,67 5,52 5,57 5,51 5,53 5,52
7 à 15 M€ 7,23 7,08 7,14 7,07 7,16 7,01 7,10 7,03 7,06 7,09
plus de 15 M€ 16,82 15,01 15,38 15,16 15,03 16,54 15,27 15,47 15,11 15,62
total 0,11 0,13 0,17 0,03 0,20 0,09 0,03 0,06 0,10 0,06
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
Coûts maximums de production des films
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
moins de 1 M€ 0,98 0,98 0,99 0,90 0,99 0,98 0,99 0,90 0,98 0,89
1 à 2,5 M€ 2,49 2,47 2,49 2,48 2,48 2,49 2,45 2,48 2,39 2,50
2,5 à 4 M€ 3,98 3,89 3,97 3,97 3,97 3,97 3,99 3,98 3,94 3,99
4 à 5,5 M€ 5,49 5,50 5,28 5,23 5,32 5,45 5,41 5,46 5,48 5,50
5,5 à 7 M€ 6,70 6,96 6,74 6,97 6,96 6,94 6,70 6,91 7,00 6,92
7 à 15 M€ 14,20 14,99 14,68 13,72 14,54 14,69 12,88 14,73 13,99 14,99
plus de 15 M€ 26,12 42,97 54,58 74,98 28,84 57,13 56,40 37,82 60,34 42,52
total 26,12 42,97 54,58 74,98 28,84 57,13 56,40 37,82 60,34 42,52
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
12 Les coûts de production des films en 2014
D. Dépenses à l’étranger
En 2014, 233,19 M€ de dépenses ont été réalisées à l’étranger, tous genre confondus, soit
une progression de 1,6 % par rapport en 2013. Il s’agit du montant le plus élevé depuis la
mise en place de l’étude. 132 films, tous genres confondus, réalisent des dépenses à
l’étranger en 2014 (114 films en 2013).
Films effectuant des dépenses de production à l’étranger
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
fiction 78 65 75 73 88 100 81 109 95 105
documentaire 13 10 16 9 19 14 19 19 15 19
animation 2 3 3 4 5 3 5 8 4 8
total 93 78 94 86 112 117 105 136 114 132
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
La part des dépenses effectuées hors de France diminue légèrement en 2014 : elle s’élève à
22,8 % du total des dépenses des films agrées, contre 23,5 % en 2013. Cette part de
dépenses à l’étranger varie selon le genre du film : elle est de 23,1 % pour la fiction et de
24,1 % pour l’animation, contre 18,0 % pour le documentaire.
Dépenses réalisées à l’étranger (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
fiction 115,73 102,45 72,37 122,49 118,86 171,90 83,63 157,98 214,76 213,34
documentaire 2,87 1,10 4,32 1,55 2,43 20,28 2,99 2,18 1,83 8,66
animation 5,35 14,10 3,21 7,61 15,74 3,73 8,20 23,81 12,87 11,19
total 123,95 117,65 79,90 131,65 137,03 195,91 94,83 183,97 229,45 233,19
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
Dépenses réalisées en France (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
fiction 655,65 569,49 563,66 717,55 714,19 768,84 553,73 776,70 698,05 711,72
documentaire 23,13 5,57 15,86 19,54 21,31 67,40 20,47 12,46 15,05 27,30
animation 14,86 15,33 72,88 31,52 32,75 60,20 72,69 81,98 35,78 50,95
total 693,64 590,40 652,40 768,62 768,26 896,44 646,88 871,14 748,88 789,97
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
Les coûts de production des films en 2014 13
E. Crédit d’impôt
En 2014, 113 films sont bénéficiaires du crédit d’impôt, tous genres confondus. Le montant
total de crédit d’impôt alloué à ces films s’élève à 55,53 M€.
Nombre de films bénéficiaires du crédit d’impôt
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
fiction 60 83 96 103 98 99 80 103 92 98
documentaire 2 1 4 9 10 9 11 6 11 7
animation - 2 3 4 4 4 5 6 6 8
total 62 86 103 116 112 112 96 115 109 113
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
Montant de crédit d’impôt accordé (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
fiction 20,55 32,86 39,71 48,23 49,67 46,65 35,42 51,76 40,28 49,16
documentaire 0,09 0,06 0,16 1,25 0,80 3,06 1,06 0,38 0,80 2,23
animation - 1,06 2,06 3,16 3,60 2,31 2,18 4,48 4,04 4,14
total 20,64 33,99 41,93 52,64 54,07 52,03 38,66 56,63 45,13 55,53
Base : FIF (tous genres confondus).
Source : CNC
14 Les coûts de production des films en 2014
II. Coûts de production des films de fiction
A. Structure globale des coûts de production des films de fiction
a. Répartition films de fiction selon le coût total de production
En 2014, 161 films d’initiative française de fiction ont reçu un agrément de production, soit
trois films de moins qu’en 2013. Il s’agit du troisième nombre annuel de films le plus élevé
depuis la mise en place de l’étude.
Films de fiction selon le coût de production
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
moins de 1 M€ 19 17 22 9 10 16 20 19 27 20
1 à 2,5 M€ 40 29 44 44 37 43 33 30 34 40
2,5 à 4 M€ 30 27 24 23 27 29 25 32 26 18
4 à 5,5 M€ 30 15 8 12 10 13 16 19 26 22
5,5 à 7 M€ 10 10 13 21 13 15 12 22 10 18
7 à 15 M€ 24 20 25 21 34 32 27 35 28 34
plus de 15 M€ 7 8 6 11 10 12 4 8 13 9
total 160 126 142 141 141 160 137 165 164 161
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
La répartition de ces films selon leur coût évolue légèrement entre 2013 et 2014. La part des
films dont le budget est inférieur à 1 M€ diminue de 4,0 points à 12,4 % ; tout comme la part
des films au coût supérieur à 15 M€ (-2,3 points, à 5,6 %), celle des films au coût compris
entre 2,5 M€ et 4 M€ (-4,7 points, à 11,2 %) et celle des films au coût compris entre 4 M€ et
5,5 M€ (-2,2 points, à 13,7 %). Dans le même temps, la part des films au coût compris entre
1 M€ et 2,5 M€ progresse de 4,1 points, à 24,8 %, tout comme celle des films au coût compris
entre 5,5 M€ et 7 M€ (+5,1 points, à 11,2 %) et celle des films au coût compris entre 7 M€ et
15 M€ (+4,0 points, à 21,1 %).
Répartition des films de fiction selon le coût de production (%)
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
11,9 13,5 15,5
6,4 7,1 10,0 14,6 11,5 16,5 12,4
25,0 23,0
31,0
31,2 26,2 26,9 24,1
18,2
20,7 24,8
18,8 21,4
16,9
16,3 19,1 18,1 18,2
19,4
15,9 11,2
18,8 11,9 5,6
8,5 7,1 8,1
11,7
11,5
15,9
13,7
6,3
7,9 9,2
14,9
9,2
9,4
8,8
13,3
6,1
11,2
15,0 15,9 17,6 14,9
24,1 20,0
19,7 21,2 17,1 21,1
4,4 6,3 4,2 7,8 7,1 7,5 2,9 4,8 7,9 5,6
0,0%
10,0%
20,0%
30,0%
40,0%
50,0%
60,0%
70,0%
80,0%
90,0%
100,0%
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
plus de 15 M€
7 à 15 M€
5,5 à 7 M€
4 à 5,5 M€
2,5 à 4 M€
1 à 2,5 M€
moins de 1 M€
Les coûts de production des films en 2014 15
b. Répartition des dépenses
L’ensemble des postes de production se divise en trois catégories :
• les rémunérations regroupant les droits artistiques, le personnel, l’interprétation, les
charges sociales et la rémunération du producteur ;
• les coûts techniques constitués des moyens techniques et des dépenses de pellicules
et de laboratoires ;
• les coûts de tournage intégrant les décors et costumes, les transports, défraiements,
frais de régie, les assurances et divers.
En 2014, le poids des principaux postes de coût est relativement stable par rapport à 2013.
Les postes relatifs aux rémunérations (hors participations) composent toujours plus de la
moitié du coût moyen d’un film (57,9 % en 2014, 58,6 % en 2013). Au sein de cet ensemble,
les principaux coûts de fabrication sont : le personnel (19,6 % du coût total en 2014, 19,5 %
en 2013), les charges sociales (12,1 % du coût total en 2014, comme en 2013) et
l’interprétation (11,4 % du coût total en 2014, 13,2 % en 2013). La part des dépenses de
tournage représente 30,6 % des coûts de production des films de fiction en 2014 (30,1 % en
2013), et celle des dépenses techniques 11,4 % (11,3 % en 2013).
La structure des coûts de production des films de fiction évolue légèrement sur les dix années
étudiées : elle présente une baisse des dépenses techniques (-3,5 points entre 2005 et 2014)
au profit des dépenses de tournage (+2,5 points) et des rémunérations (+1,0 point).
Principaux postes de coût de production des films de fiction (%)
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
57,0 57,9 56,8 54,6 56,3 56,1 58,3 58,6 58,6 57,9
15,0 14,1 14,4 14,3 13,3 13,5 11,9 12,2 11,3 11,4
28,1 28,0 28,8 31,1 30,5 30,4 29,7 29,2 30,1 30,6
0,0%
10,0%
20,0%
30,0%
40,0%
50,0%
60,0%
70,0%
80,0%
90,0%
100,0%
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
rémunérations technique tournage
16 Les coûts de production des films en 2014
Répartition des coûts de production des films de fiction (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
rémunérations 57,0 57,9 56,8 54,6 56,3 56,1 58,3 58,6 58,6 57,9
droits artistiques 8,2 9,5 7,7 7,1 8,2 8,9 9,4 9,5 8,5 9,8
personnel 19,4 18,0 18,9 18,5 19,4 19,7 18,8 20,0 19,5 19,6
rémunération producteur 4,8 5,6 4,9 4,2 5,0 4,9 5,1 5,5 5,3 5,0
interprétation 12,5 13,1 12,6 12,9 11,4 10,9 12,1 10,9 13,2 11,4
charges sociales 12,1 11,7 12,7 12,0 12,2 11,8 13,0 12,5 12,1 12,1
technique 15,0 14,1 14,4 14,3 13,3 13,5 11,9 12,2 11,3 11,4
moyens techniques 9,0 9,0 8,8 9,8 8,5 9,0 7,7 8,5 8,5 8,8
pellicules-laboratoires 6,0 5,1 5,6 4,5 4,7 4,5 4,2 3,7 2,8 2,7
tournage 28,1 28,0 28,8 31,1 30,5 30,4 29,7 29,2 30,1 30,6
décors et costumes 7,2 7,5 7,8 8,8 8,3 9,1 7,6 7,1 7,8 8,2
transports, défraiements, régie 9,2 9,0 9,2 9,8 9,4 9,4 10,2 10,1 9,3 10,4
assurances et divers 5,8 5,7 6,0 6,8 6,3 5,7 5,7 6,1 6,9 6,1
divers
1
5,9 5,9 5,8 5,7 6,4 6,2 6,3 5,9 6,1 6,0
total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
1
Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus.
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Coûts totaux de production des films de fiction (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
rémunérations 439,50 389,00 361,14 459,08 468,98 528,00 371,69 547,56 534,54 536,01
droits artistiques 63,27 63,93 48,98 59,62 68,65 83,65 59,98 89,18 77,69 90,43
personnel 149,63 120,85 119,89 155,21 161,28 184,94 119,52 186,98 178,04 181,37
rémunération producteur 36,96 37,47 31,35 35,48 41,83 45,71 32,48 51,83 48,30 46,63
interprétation 96,11 88,14 80,18 108,30 95,20 102,52 77,11 102,27 120,41 105,51
charges sociales 93,54 78,62 80,74 100,47 102,01 111,19 82,59 117,30 110,12 112,07
technique 115,38 94,79 91,52 120,11 110,39 126,94 76,08 114,43 103,32 105,86
moyens techniques 69,38 60,78 55,73 82,30 70,99 84,21 49,22 79,48 77,78 80,97
pellicules-laboratoires 46,00 34,01 35,79 37,80 39,40 42,73 26,85 34,95 25,54 24,90
tournage 216,50 188,16 183,37 260,86 253,68 285,79 189,60 272,69 274,95 283,18
décors et costumes 55,90 50,12 49,86 73,57 69,53 85,52 48,66 66,56 71,46 75,64
transports, défraiements, régie 70,61 60,44 58,24 81,91 78,20 88,25 64,90 94,15 84,71 96,00
assurances et divers 44,49 38,10 38,09 57,22 52,52 53,78 36,11 56,95 62,82 56,48
divers
1
45,49 39,49 37,18 48,16 53,44 58,24 39,93 55,03 55,96 55,07
total 771,38 671,95 636,03 840,04 833,04 940,74 637,37 934,68 912,81 925,06
1
Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus.
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Coût moyen de production des films de fiction (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
rémunérations 2,75 3,09 2,54 3,26 3,33 3,30 2,71 3,32 3,26 3,33
droits artistiques 0,40 0,51 0,34 0,42 0,49 0,52 0,44 0,54 0,47 0,56
personnel 0,94 0,96 0,84 1,10 1,14 1,16 0,87 1,13 1,09 1,13
rémunération producteur 0,23 0,30 0,22 0,25 0,30 0,29 0,24 0,31 0,29 0,29
interprétation 0,60 0,70 0,56 0,77 0,68 0,64 0,56 0,62 0,73 0,66
charges sociales 0,58 0,62 0,57 0,71 0,72 0,69 0,60 0,71 0,67 0,70
technique 0,72 0,75 0,64 0,85 0,78 0,79 0,56 0,69 0,63 0,66
moyens techniques 0,43 0,48 0,39 0,58 0,50 0,53 0,36 0,48 0,47 0,50
pellicules-laboratoires 0,29 0,27 0,25 0,27 0,28 0,27 0,20 0,21 0,16 0,15
tournage 1,35 1,49 1,29 1,85 1,80 1,79 1,38 1,65 1,68 1,76
décors et costumes 0,35 0,40 0,35 0,52 0,49 0,53 0,36 0,40 0,44 0,47
transports, défraiements, régie 0,44 0,48 0,41 0,58 0,55 0,55 0,47 0,57 0,52 0,60
assurances et divers 0,28 0,30 0,27 0,41 0,37 0,34 0,26 0,35 0,38 0,35
divers
1
0,28 0,31 0,26 0,34 0,38 0,36 0,29 0,33 0,34 0,34
total 4,82 5,33 4,48 5,96 5,91 5,88 4,65 5,66 5,57 5,75
1
Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus.
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Les coûts de production des films en 2014 17
B. Les dépenses de rémunération
Les dépenses de rémunération incluent les droits artistiques, les frais de personnel, les
rémunérations des producteurs, les dépenses d’interprétation et les charges sociales.
Entre 2005 et 2014, la structure des dépenses de rémunération évolue assez peu. En dépit
des variations annuelles, les dépenses de personnel et celles relatives aux charges sociales
ont un poids stable, composant respectivement environ le tiers et 20 % de l’ensemble des
dépenses des rémunérations. Sur la période, le poids des dépenses relatives à l’interprétation
diminue (-2,2 points), tandis que celle dévolue aux droits artistiques progresse (+2,5 points).
Répartition des dépenses de rémunérations (%)
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
a. Les droits artistiques1
Les droits artistiques s’élèvent à 90,43 M€ en 2014, soit une augmentation de 16,4 % par
rapport à 2013.
En 2014, 81,0 % des dépenses relatives aux droits artistiques sont captés par quatre sous-
postes : le sujet, les coûts d’adaptation et dialogues, les droits d'auteur du réalisateur et les
droits musicaux.
En 2014, les dépenses relatives au sujet représentent 29,69 M€, soit le plus haut niveau
observé depuis la mise en place de l’étude et 3,2 % du coût total (comme en 2013). Ce niveau
exceptionnel de dépenses s’explique par la présence de cinq films de fiction consacrant plus
de 1 M€ à ce poste de coût : Une Rencontre, Mea Culpa, Malavita, Or Noir, Supercondriaque
(ce dernier y consacrant 3,88 M€). Ces films cumulent 9,38 M€ de dépenses, soit 31,6 % du
total observé sur ce poste. De la même façon, cinq films allouaient plus de 1 M€ à ce poste en
2013, concentrant 34,3 % des dépenses relatives au poste « sujet ».
1
Le détail des dépenses en droits artistiques par tranche de coût est présenté en annexe 2, page 86.
14,4 16,4 13,6 13,0 14,6 15,8 16,1 16,3 14,5 16,9
34,0 31,1 33,2 33,8 34,4 35,0 32,2 34,1 33,3 33,8
8,4 9,6 8,7 7,7 8,9 8,7 8,7 9,5 9,0 8,7
21,9 22,7 22,2 23,6 20,3 19,4 20,7 18,7 22,5 19,7
21,3 20,2 22,4 21,9 21,8 21,1 22,2 21,4 20,6 20,9
0,0%
20,0%
40,0%
60,0%
80,0%
100,0%
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
charges
sociales
interprétation
rémunération
producteur
personnel
droits
artistiques
18 Les coûts de production des films en 2014
Les dépenses relatives aux droits musicaux sont stables (-0,4 %) par rapport à 2013, à
16,46 M€, restant à un niveau élevé. Ce dernier s’explique notamment par la présence de
deux films consacrant plus de 700 000 € aux droits musicaux : Malavita et Or Noir.
Entre 2013 et 2014, les dépenses consacrées au poste « agents littéraires et conseils »
progressent de 45,2 %, à 6,50 M€. Trois films consacrent plus de 300 000 € à ce poste,
concentrant 15 % du total : Supercondriaque, Le Passé et Grace de Monaco.
Poids des dépenses de droits artistiques dans le coût total (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
sujet 2,2 2,2 2,0 2,3 1,8 2,4 2,8 2,8 3,2 3,2
adaptation et dialogues 1,4 1,4 1,1 0,8 1,3 1,5 1,2 1,6 1,0 1,2
droits d'auteur du réalisateur 1,6 2,8 1,7 1,3 1,6 1,8 1,6 1,5 1,3 1,7
droits musicaux 1,7 1,7 1,5 1,6 1,6 1,5 1,6 1,9 1,8 1,8
droits divers 0,6 0,5 0,8 0,6 0,9 0,8 1,2 0,9 0,4 0,9
traduction et dactylographie 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
frais sur manuscrits 0,1 0,2 0,2 0,1 0,4 0,2 0,2 0,3 0,2 0,1
frais préliminaires 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,1 0,1
agents littéraires et conseils 0,5 0,5 0,4 0,4 0,6 0,5 0,6 0,6 0,5 0,7
droits artistiques : total 8,2 9,5 7,7 7,1 8,2 8,9 9,4 9,5 8,5 9,8
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Dépenses de droits artistiques (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
sujet 16,89 14,71 12,43 19,51 14,75 22,25 17,97 25,89 28,83 29,69
adaptation et dialogues 10,95 9,55 7,08 6,61 11,04 13,66 7,61 14,56 9,42 11,08
droits d'auteur du réalisateur 12,05 18,66 10,53 10,53 12,95 16,80 10,50 14,09 11,45 16,00
droits musicaux 12,76 11,68 9,63 13,33 13,40 14,41 10,39 17,40 16,52 16,46
droits divers 4,82 3,36 4,88 4,64 7,66 7,30 7,62 8,07 4,05 7,90
traduction et dactylographie 0,74 0,52 0,54 0,58 0,76 0,89 0,60 0,91 0,80 0,94
frais sur manuscrits 1,02 1,63 1,10 0,70 3,09 2,07 1,17 2,80 1,47 1,01
frais préliminaires 0,44 0,23 0,07 0,37 0,25 1,34 0,06 0,15 0,69 0,86
agents littéraires et conseils 3,60 3,58 2,72 3,34 4,75 4,93 4,07 5,32 4,47 6,50
droits artistiques : total 63,27 63,93 48,98 59,62 68,65 83,65 59,98 89,18 77,69 90,43
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Eclairage sur les dépenses d’écriture
Les dépenses d’écriture (sujet + adaptation et dialogues) concentrent 4,4 % du total des coûts
de production soit 45,1 % des droits artistiques en 2014. Deux films consacrent au moins
14 % de leur coût total aux dépenses d’écriture en 2014 : Le Bonheur et Le Renard Jaune
(tous deux au coût total inférieur à 300 000 €).
Neuf adaptations littéraires figurent parmi les vingt films aux dépenses d’écriture les plus
élevées en 2014 : Or Noir, Malavita, Angélique, La Belle et la Bête, Gemma Bovery, Zulu,
Belle et Sébastien, Au Bonheur des ogres, Le Premier homme.
Les coûts de production des films en 2014 19
Part des dépenses d’écriture
1
dans le coût total (%)
1
Sujet + adaptation et dialogues.
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
b. Les dépenses de personnel1
Les droits artistiques s’élèvent à 181,37 M€ en 2014, soit une augmentation de 1,9 % par
rapport à 2013.
En 2014, la majeure partie des dépenses de personnel est allouée à la direction administrative
(2,7 % du coût total, soit 25,10 M€), à la rémunération du personnel technique lié au montage
et à la finition (2,0 % du total ; 18,28 M€), à celle de la main-d’œuvre relative à la régie (1,8 %
du total ; 16,85 M€) et à celle de la main-d’œuvre relative au tournage (1,8 % du total ;
16,24 M€).
Au sein du poste « personnel », la plupart des dépenses sont stables ou augmentent. Certains
postes sont en hausse, comme le poste « ameublement » (+18,7 %), le poste « conseillers
spécialisés » (+13,7 %), ou ceux consacrées aux rémunérations du « réalisateur technicien »
(+13,6 %) et du personnel travaillant à la « régie » (+11,0 %).
Poids des dépenses relatives au personnel dans le coût total (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
réalisateur technicien 1,1 1,2 1,1 1,0 1,1 1,0 1,5 1,4 1,2 1,4
direction administration 2,4 2,4 2,6 2,4 2,5 2,4 2,6 2,7 2,8 2,7
régie 1,5 1,4 1,5 1,6 1,6 1,6 1,6 1,7 1,7 1,8
mise en scène techniciens 1,6 1,6 1,6 1,6 1,6 1,6 1,7 1,7 1,6 1,6
conseillers spécialisés 0,4 0,4 0,4 0,4 0,3 0,4 0,3 0,4 0,4 0,5
prises de vues 1,5 1,5 1,4 1,5 1,4 1,3 1,4 1,6 1,5 1,5
son 0,6 0,5 0,6 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5
costumes 0,7 0,7 0,7 0,8 0,9 0,9 0,8 0,8 0,8 0,9
maquillage 0,6 0,6 0,7 0,7 0,7 0,6 0,7 0,7 0,6 0,7
ameublement 0,8 0,8 0,8 0,9 0,9 0,8 0,8 0,9 0,8 0,9
équipe décoration 1,3 1,3 1,3 1,5 1,4 1,3 1,4 1,4 1,4 1,3
montage et finition 2,0 1,8 2,0 1,9 1,9 1,7 2,0 2,0 1,9 2,0
main d'œuvre tournage 1,7 1,7 1,8 1,8 1,8 1,8 1,6 1,8 1,7 1,8
main d'œuvre décors 1,4 1,3 1,3 1,1 1,5 1,2 1,0 1,2 1,1 1,1
divers 1,7 0,8 0,9 0,6 1,2 2,6 0,7 1,3 1,3 1,0
agents artistiques du personnel technique 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
personnel : total 19,4 18,0 18,9 18,5 19,4 19,7 18,8 20,0 19,5 19,6
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
1
Le détail des dépenses de personnel par tranche de coût est présenté en annexe 3, page 89.
3,6 3,6 3,1 3,1 3,1
3,8 4,0 4,3 4,2 4,4
0
2
4
6
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
20 Les coûts de production des films en 2014
Dépenses relatives au personnel (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
réalisateur technicien 8,26 7,96 7,09 8,13 8,95 9,53 9,30 12,93 11,37 12,91
direction administration 18,27 15,92 16,57 20,44 20,92 22,50 16,62 25,09 25,36 25,10
régie 11,84 9,53 9,25 13,06 13,23 14,67 10,30 16,10 15,18 16,85
mise en scène techniciens 12,23 10,69 10,45 13,13 13,51 14,65 11,03 15,92 14,82 14,54
conseillers spécialisés 2,96 2,39 2,57 3,62 2,91 3,31 2,02 3,34 3,71 4,22
prises de vues 11,88 10,28 9,08 12,94 12,00 12,57 9,05 14,58 13,87 13,43
son 4,44 3,63 3,60 4,23 4,11 4,47 3,40 4,86 4,41 4,35
costumes 5,62 4,59 4,62 7,13 7,14 8,00 5,06 7,78 7,65 8,17
maquillage 4,78 4,20 4,34 6,22 5,73 5,85 4,15 6,12 5,86 6,06
ameublement 5,93 5,51 5,31 7,92 7,46 7,58 5,01 8,24 7,09 8,42
équipe décoration 10,39 8,56 8,24 12,64 11,82 12,57 8,99 12,75 12,44 12,40
montage et finition 15,30 12,23 12,76 15,60 15,72 16,43 12,57 19,01 16,99 18,28
main d'œuvre tournage 13,29 11,16 11,45 15,02 14,98 16,79 10,36 16,61 15,91 16,24
main d'œuvre décors 11,14 8,51 8,22 9,27 12,23 11,01 6,38 10,77 9,93 9,80
divers 12,76 5,12 5,44 5,25 9,80 24,05 4,53 11,80 12,30 9,55
agents artistiques du
personnel technique
0,59 0,59 0,90 0,61 0,77 0,97 0,75 1,08 1,15 1,06
personnel : total 149,63 120,85 119,89 155,21 161,28 184,94 119,52 186,98 178,04 181,37
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
c. La rémunération des producteurs
La part de dépenses liée à la rémunération des producteurs diminue de 0,3 point en 2014, à
5,0 % du coût total des films. Ces dépenses représentent 46,63 M€ (48,30 M€ en 2013). Six
titres consacrent plus de 1 M€ à ce poste (comme en 2013) ; parmi eux seul Or Noir y dédie
plus de 2 M€ (un seul film était également dans ce cas en 2013).
En 2014, un peu plus de 17 % des films de fiction (soit 28 titres) se partagent 50 % du total
des rémunérations des producteurs (25 titres en 2013, 27 titres en 2012). Il convient de
rappeler que ces dépenses ne correspondent pas nécessairement à la seule rémunération du
producteur délégué. Elles peuvent couvrir des frais de structure engagés dans la production
du film et la rémunération du producteur exécutif.
Part de la rémunération des producteurs dans le coût total (%)
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
4,8
5,6
4,9
4,2
5,0 4,9 5,1 5,5 5,3 5,0
0,0
2,0
4,0
6,0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Les coûts de production des films en 2014 21
d. Les coûts d’interprétation1
Les dépenses relatives à l’interprétation s’élèvent à 105,51 M€ en 2014, soit une baisse de
12,4 % par rapport à 2013. Leur poids dans le cout total des films atteint 11,4 % en 2014, soit
1,8 point de moins qu’en 2013.
En 2014, la part des dépenses allouées aux rôles principaux diminue de 1,6 point, à 7,1 % du
coût total.
Part de la rémunération des rôles principaux dans le coût total (%)
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Cependant, cette part varie fortement selon le coût du film. Elle est ainsi de 4,1 % pour les
films à moins de 1 M€ et de 9,6 % pour les films à plus de 15 M€ en 2014. La tendance
générale, observée en 2014, à la baisse du poids des rémunérations des rôles principaux,
n’est pas la même pour les films des différentes tranches de coûts. En effet, cette baisse est
surtout le fait des films aux coûts supérieurs à 15 M€ (-2,1 points) et de ceux aux coûts
compris entre 4 M€ et 5,5 M€ (-2,1 points également). A l’inverse, le poids de ce poste pour
les films à moins de 1 M€ progresse de 1,3 point.
Part de la rémunération des rôles principaux selon le coût des films (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
moins de 1 M€ 2,6 5,4 3,2 2,4 2,7 2,9 2,6 3,8 2,8 4,1
1 M€ à 2,5 M€ 5,2 4,4 4,2 3,7 4,3 3,5 4,1 3,0 3,7 4,3
2,5 M€ à 4 M€ 5,2 6,4 6,8 6,1 4,9 4,8 5,6 5,6 5,8 4,2
4 M€ à 5,5 M€ 8,1 5,8 6,6 8,9 6,9 6,2 7,5 6,7 7,0 4,9
5,5 M€ à 7 M€ 7,5 7,6 7,4 8,0 8,3 5,8 10,4 6,6 7,1 7,1
7 M€ à 15 M€ 9,2 9,2 11,1 9,4 8,1 7,5 8,3 7,8 8,5 7,2
plus de 15 M€ 10,7 11,5 6,7 8,5 5,7 8,1 8,6 7,0 11,7 9,6
total 8,2 8,6 8,2 8,0 6,7 6,8 7,7 6,8 8,7 7,1
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Le poids des dépenses allouées aux rôles secondaires augmente très légèrement (1,6 % du
coût total en 2014, contre 1,5 % en 2013). La part des dépenses de rémunération des petits
rôles, quant à elle, diminue très légèrement (-0,2 point à 1,7 % du total des dépenses).
Parallèlement, la part des dépenses consacrées aux agents artistiques représente 0,8 % du
coût total en 2014, comme en 2013 et en 2012. Depuis 2005, cette part est relativement stable
et comprise entre 0,7 % et 1,0 %.
1
Le détail des dépenses d’interprétation par tranche de coût est présenté en annexe 4, page 93.
8,2 8,6 8,2 8,0
6,7 6,8
7,7
6,8
8,7
7,1
0,0
5,0
10,0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
22 Les coûts de production des films en 2014
Poids des dépenses relatives à l'interprétation (hors BNC)
1
dans le coût total (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
rôles principaux 8,2 8,6 8,2 8,0 6,7 6,8 7,7 6,8 8,7 7,1
rôles secondaires 1,3 1,8 1,5 1,6 1,7 1,6 1,6 1,4 1,5 1,6
petits rôles, doublures, figuration 1,8 1,6 1,6 2,0 1,9 1,5 1,6 1,7 1,9 1,7
personnels artistiques après tournage 0,1 0,1 0,2 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
personnels musique 0,1 0,2 0,2 0,2 0,2 0,1 0,2 0,2 0,2 0,1
agents artistiques 0,9 0,9 0,9 1,0 0,8 0,7 1,0 0,8 0,8 0,8
interprétation: total 12,5 13,1 12,6 12,9 11,4 10,9 12,1 10,9 13,2 11,4
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Le volume financier relatif aux têtes d’affiche s’élève à 65,38 M€ en 2014, soit une diminution
de 17,7 % par rapport à 2013. En 2014, 15 films (soit 9,3 % des films de fiction) affectent plus
de 1 M€ aux rôles principaux et cumulent 50,6 % des dépenses totales de ce poste. En 2013,
21 titres dépensaient plus de 1 M€ (12,8 % des fictions et 63,0 % des dépenses totales du
poste). Les dix films qui consacrent le plus aux rôles principaux en 2014 pèsent pour 42,1 %
des dépenses totales de ce poste ; en 2013, ils représentaient 44,7 % du total.
En 2014, seul Malavita alloue plus de 5 M€ aux rôles principaux avec 7,57 M€ dépensés sur
ce poste (deux films franchissaient le seuil des 5 M€ en en 2013, aucun en 2012). Deux autres
films consacrent plus de 3 M€ aux premiers rôles : Eyjafjallojökull et Supercondriaque (deux
films étaient également dans ce cas en 2012).
Nombre de films atteignant un seuil de dépenses consacrées aux rôles principaux
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
plus de 5 M€ 1 1 - 1 - 1 - - 2 1
plus de 3 M€ 2 2 1 1 2 1 4 3
plus de 2 M€ 5 5 3 4 2 4 1 3 8 6
plus de 1 M€ 14 12 17 20 12 15 10 14 21 15
Base : FIF de fiction.
Source : CNC
En 2014, les dépenses relatives aux rôles secondaires progressent (+8,9 %), à 14,51 M€. Un
film, Angélique, consacre plus de 1 M€ à ce poste. Deux autres films (Qu'est-ce qu'on a fait au
Bon Dieu ? et Grace de Monaco) consacrent plus de 700 000 € à ce poste et un film (Avant
l’hiver) y consacre plus de 500 000 €. En 2013, aucun film ne consacrait plus de 1 M€ aux
rémunérations des rôles secondaires, deux films (Turf et Stars 80) franchissaient le seuil des
700 000 € et un film (Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté) le seuil des 500 000 €.
Entre 2013 et 2014, les dépenses consacrées à la rémunération des petits rôles, doublures et
figuration diminuent de 11,5 %, à 15,57 M€. Onze films y consacrent plus de 300 000 € et
concentrent 37,4 % des dépenses sur ce poste. Il s’agit de : Or Noir, La Grande Boucle, La
Belle et la Bête, Blood Ties, Malavita, Angélique, Grace de Monaco, Au Bonheur des Ogres,
Yves Saint Laurent, Mea Culpa et Supercondriaque.
1
Les bénéfices non commerciaux (BNC) correspondent à la composante « droit à l’image » de la rémunération des acteurs. Ils
sont, dans cette étude, comptabilisés dans le poste « droits artistiques » (sous-poste « droits divers »).
Les coûts de production des films en 2014 23
Dépenses relatives à l'interprétation (hors BNC)
1
(M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
rôles principaux 63,24 57,82 51,98 67,14 56,08 64,15 49,13 63,49 79,41 65,38
rôles secondaires 9,94 11,79 9,62 13,54 14,30 14,62 10,04 13,27 13,32 14,51
petits rôles, doublures, figuration 13,79 10,49 10,21 16,75 15,85 14,52 10,16 15,50 17,59 15,57
personnels artistiques après tournage 1,06 0,70 1,53 0,91 0,77 0,93 0,56 1,10 0,65 0,95
personnels musique 1,05 1,32 1,01 1,64 1,33 1,39 1,07 1,78 1,93 1,37
agents artistiques 7,02 6,02 5,83 8,33 6,88 6,91 6,16 7,14 7,51 7,72
interprétation: total 96,11 88,14 80,18 108,30 95,20 102,52 77,11 102,27 120,41 105,51
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
e. Les charges sociales
Pour la huitième année consécutive, le détail des charges sociales figure dans cette étude. Ce
détail n’est toutefois disponible que pour 100 des 161 films de fiction de 2014. Dans certains
cas, il a été reconstitué à partir des devis prévisionnels détaillés. La répartition indiquée ci-
après doit donc être considérée avec précaution. Les charges sociales détaillées ne
concernent que les charges versées en France.
En 2014, comme les années précédentes, plus de la moitié des charges sociales concernent
les techniciens (62,9 % en 2014, 55,5 % en 2013). Les parts des charges sociales concernant
les comédiens (18,3 %) et celles concernant les auteurs (2,0 %) diminuent. Celles relatives
aux producteurs, progressent de 2,2 points, à 9,0 % des charges sociales.
Le poids des charges sociales en France diminue à 9,7 % du coût des films concernés en
2014 (11,0 % en 2013, 11,9 % en 2012).
Répartition des dépenses relatives aux charges sociales versées en France (%)
2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
charges sociales auteurs 4,5 1,2 1,1 3,8 1,9 5,8 6,3 2,0
charges sociales producteurs 9,5 8,3 7,6 9,6 9,5 5,2 6,8 9,0
charges sociales comédiens 21,5 21,2 22,1 21,6 21,8 27,4 23,8 18,3
charges sociales ouvriers 10,1 7,7 10,0 7,6 7,5 6,1 6,8 6,4
charges sociales techniciens 54,3 60,4 58,6 56,9 57,9 55,1 55,5 62,9
charges sociales divers 0,2 1,3 0,7 0,5 1,4 0,4 0,7 1,3
charges sociales : total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
part dans le coût des films concernés 12,3 10,9 12,3 11,1 12,0 11,9 11,0 9,7
Base FIF (fictions) pour lesquels le détail des charges sociales est disponible : 101 films (2007), 110 films (2008),
107 films (2009), 122 films (2010), 92 films (2011), 108 films (2012), 114 films (2013) et 100 films (2014).
Source : CNC.
24 Les coûts de production des films en 2014
C. Les dépenses techniques
Les coûts techniques couvrent l’ensemble des moyens techniques et les frais de pellicules et
de laboratoires. Sur la période 2005-2014, avec l’essor des technologies numériques, la part
des dépenses destinées aux moyens techniques augmente (+16,4 points à 76,5 %) au
détriment de celle des dépenses relatives aux pellicules et aux laboratoires (23,5 % en 2014).
Répartition des dépenses techniques (%)
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
a. Les moyens techniques
Les dépenses relatives aux moyens techniques s’élèvent à 80,97 M€ en 2014, soit une
progression de 4,1 % par rapport à 2013. En 2014, sur l’ensemble des films, la part des
moyens techniques progresse légèrement à 8,8 % des coûts totaux des films de fiction (8,5 %
en 2013).
Depuis 2005, la part des dépenses de moyens techniques affectée à la postproduction des
films (montage, auditorium, postproduction vidéo, génériques et films-annonces) a tendance à
diminuer. Elle s’établit à 3,0 % du coût total en 2014.
Part des dépenses de postproduction
1
dans le coût total (%)
1
Dépenses relatives aux postes montage, auditorium, postproduction vidéo, génériques et films-annonces.
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Les autres dépenses en moyens techniques se répartissent essentiellement entre le matériel
de prises de vue (12,26 M€ en 2014, à 1,3 % du coût total), les coûts d’éclairage (10,74 M€ en
2013, à 1,2 % du coût total) et le montage (également 10,74 M€ et 1,2 % du total).
60,1 64,1 60,9 68,5 64,3 66,3 64,7 69,5 75,3 76,5
39,9 35,9 39,1 31,5 35,7 33,7 35,3 30,5 24,7 23,5
0,0%
20,0%
40,0%
60,0%
80,0%
100,0%
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
pellicules-
laboratoires
moyens
techniques
4,5 4,4 4,4 4,3
3,6 3,5 3,4 3,2 2,9 3,0
0,0
2,0
4,0
6,0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Les coûts de production des films en 2014 25
Poids des dépenses relatives aux moyens techniques dans le coût total (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
matériel prises de vue "cinéma" 1,4 1,3 1,2 1,4 1,3 1,2 1,1 1,2 1,2 1,2
matériel prises de vue "vidéo" 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,2 0,1
machineries 0,7 0,6 0,6 0,7 0,7 0,7 0,7 0,8 0,7 0,7
éclairage 1,4 1,2 1,3 1,2 1,3 1,3 1,2 1,3 1,1 1,2
son 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3
montage 2,0 1,8 2,1 1,7 1,6 1,4 1,3 1,2 1,0 1,2
auditorium 1,5 1,5 1,4 1,2 1,2 1,2 1,3 1,1 1,0 1,0
postproduction vidéo 0,7 0,6 0,6 1,0 0,5 0,6 0,5 0,6 0,5 0,5
génériques et films annonces 0,4 0,5 0,4 0,4 0,4 0,3 0,3 0,3 0,3 0,4
autres prestations 0,6 1,1 0,9 1,7 1,3 1,9 0,8 1,6 2,1 2,3
moyens techniques : total 9,0 9,0 8,8 9,8 8,5 9,0 7,7 8,5 8,5 8,8
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
En valeur, les dépenses consacrées aux moyens techniques progressent de 4,1 % entre 2013
et 2014, à 80,97 M€. Les postes qui augmentent le plus sont les postes « génériques et films
annonces » (+16,5 %) et « montage » (+12,3 %).
En 2014, deux films dépensent plus de 3 M€ en moyens techniques. Il s’agit de La Belle et la
Bête, qui alloue à ce poste la somme record de 11,70 M€ (soit 30,7 % de son coût total), ainsi
que Or Noir (3,81 M€ dépenses pour les moyens techniques). En 2013, comme en 2012, trois
films dépensaient plus de 3 M€ en moyens techniques.
Dépenses relatives aux moyens techniques (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
matériel prises de vue 10,75 8,82 7,52 11,78 10,46 11,28 7,20 11,56 11,08 11,04
matériel prises de vue "vidéo" 0,53 0,61 0,59 0,89 0,63 0,65 0,86 0,80 1,63 1,22
machineries 5,11 4,17 3,89 6,16 5,81 6,92 4,68 7,13 6,72 6,31
éclairage 10,93 8,13 8,04 10,44 11,07 12,42 7,61 11,91 10,49 10,74
son 2,50 2,00 2,12 2,29 2,33 2,59 2,08 2,99 3,05 2,75
montage 15,32 11,90 13,44 14,08 12,96 12,88 8,24 11,35 9,56 10,74
auditorium 11,40 9,93 8,72 10,35 9,86 11,14 8,29 10,26 8,81 9,39
postproduction vidéo 5,07 4,27 3,50 8,31 4,31 5,95 2,90 5,69 4,91 4,62
génériques et films annonces 3,21 3,54 2,40 3,50 3,08 2,73 1,97 3,03 2,79 3,25
autres prestations 4,55 7,42 5,51 14,51 10,47 17,63 5,39 14,76 18,73 20,90
moyens techniques : total 69,38 60,78 55,73 82,30 70,99 84,21 49,22 79,48 77,78 80,97
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
.
26 Les coûts de production des films en 2014
b. Les frais de pellicules et laboratoires
L’ensemble des dépenses relatives aux pellicules et aux laboratoires diminue en 2014 pour la
deuxième année consécutive (-2,5 %, à 24,90 M€). La part des frais de pellicules et de
laboratoires dans le coût total des films diminue de manière régulière sur la période. En 2014,
elle est de 2,7 % ; elle était de 6,0 % en 2005.
Le sous-poste « laboratoires » concentre 71,3 % des dépenses de « pellicules et
laboratoires » et représente à lui seul 1,9 % du coût total des films en 2014. En revanche, le
sous-poste « pellicules » continue de diminuer, à 0,2 % du total des dépenses en 2014. Son
poids n’a jamais été aussi bas sur la période étudiée. Ce recul, amorcé en 2008, est corrélé
au développement de l’usage des techniques numériques.
Poids des dépenses relatives aux pellicules et aux laboratoires dans le coût total (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
pellicules 1,3 1,1 1,3 1,0 1,0 0,9 0,8 0,6 0,2 0,2
laboratoires 4,0 3,2 3,7 2,8 3,2 3,0 2,8 2,4 2,1 1,9
laboratoire vidéo 0,5 0,6 0,6 0,6 0,5 0,5 0,5 0,5 0,3 0,4
sous-titrages 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,2 0,2
laboratoire photo 0,1 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
pellicules-laboratoires : total 6,0 5,1 5,6 4,5 4,7 4,5 4,2 3,7 2,8 2,7
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Dépenses relatives aux pellicules et aux laboratoires (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
pellicules 9,84 7,59 8,04 8,33 8,24 8,69 4,81 5,99 1,96 1,69
laboratoires 31,03 21,67 23,30 23,62 26,26 28,52 17,98 22,76 19,37 17,76
laboratoires vidéo 3,75 3,72 3,72 4,92 4,05 4,50 3,36 4,98 2,77 3,94
sous-titrages 0,80 0,62 0,40 0,64 0,61 0,74 0,58 1,01 1,41 1,42
laboratoires photo 0,58 0,41 0,33 0,29 0,25 0,28 0,12 0,20 0,02 0,09
pellicules-laboratoires : total 46,00 34,01 35,79 37,80 39,40 42,73 26,85 34,95 25,54 24,90
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Il est important de souligner que les dépenses relatives aux pellicules et aux laboratoires sont
limitées pour les films à très gros budgets : ces dépenses ne franchissent quasiment jamais le
seuil de 1 M€ et leur poids décroit à mesure que le coût d’un film augmente. Ainsi, peuvent-
elles représenter jusqu’à plus de 15 % du coût total de certains films à moins de 1 M€ et
moins de 2 % de celui de films dont le coût est supérieur à 15 M€.
Les coûts de production des films en 2014 27
D. Les dépenses de tournage
Les coûts de tournage englobent les frais de décors et costumes, les frais de transports,
défraiements et régie, les assurances et frais divers ainsi que les autres coûts.
Sur la période 2005-2014, la part des dépenses de transports, défraiements et régie
progresse (+1,3 point), ainsi que celle de décors et costumes (+0,9 point). A l’inverse, le poids
des dépenses de décors et costumes diminue légèrement (-0,6 point).
Répartition des dépenses de tournage (%)
*
Le poste « divers » comprend notamment les frais généraux et les imprévus.
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
a. Les dépenses de décors et costumes
Les dépenses relatives aux décors et aux costumes s’élèvent à 75,64 M€ en 2014, soit une
progression de 5,8 % par rapport à 2013.
Comme les années précédentes, les « décors » (studios, décors naturels intérieurs et
extérieurs, meubles et accessoires, frais divers et de décoration) concentrent à eux seuls la
majeure partie des dépenses de décors et costumes en 2014 . Ils représentent 5,8 % du coût
total des films, contre 6,0 % en 2013. Le poids des décors naturels intérieurs diminue
légèrement à 2,3 % du coût total (2,4 % en 2013), de même que la part des dépenses
relatives aux décors naturels extérieurs (respectivement 1,3 % en 2014, contre 1,2 % en
2013). La part dévolue aux moyens de transports jouant passe de 0,5 % à 0,7 % du coût total
entre 2013 et 2014 : cette hausse est principalement due au film En Solitaire, qui concentre
27,9 % des dépenses observées sur ce sous-poste.
25,8 26,6 27,2 28,2 27,4 29,9 25,7 24,4 26,0 26,7
32,6 32,1 31,8 31,4 30,8 30,9 34,2 34,5 30,8 33,9
20,6 20,2 20,8 21,9 20,7 18,8 19,0 20,9 22,8 19,9
21,0 21,0 20,3 18,5 21,1 20,4 21,1 20,2 20,4 19,4
0,0%
10,0%
20,0%
30,0%
40,0%
50,0%
60,0%
70,0%
80,0%
90,0%
100,0%
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
divers*
assurances et divers
transports,
défraiements, régie
décors et costumes
28 Les coûts de production des films en 2014
Part des dépenses de décors
1
dans le coût total (%)
1
Les dépenses de « décors » sont celles relatives aux studios, aux décors naturels intérieurs et extérieurs, aux meubles et
accessoires, ainsi que les frais divers et de décoration
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Poids des dépenses relatives aux décors et costumes dans le coût total (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
studios 1,4 1,6 1,2 1,9 1,1 1,4 0,9 0,8 1,2 1,3
décors naturels intérieurs 2,1 2,0 1,9 2,0 2,6 1,9 2,4 2,3 2,4 2,3
décors naturels extérieurs 0,6 0,8 1,2 1,1 0,9 1,3 0,9 0,7 0,8 0,6
frais divers et décoration 0,4 0,5 0,5 0,6 0,6 0,9 0,7 0,7 0,7 0,6
meubles et accessoires 1,0 0,9 1,0 0,9 0,9 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0
moyens de transports jouant 0,4 0,5 0,5 0,8 0,7 0,7 0,4 0,4 0,5 0,7
effets spéciaux 0,5 0,4 0,6 0,5 0,5 0,8 0,5 0,3 0,4 0,6
costumes 0,8 0,7 0,8 0,8 0,8 0,9 0,8 0,7 0,8 0,9
postiches et maquillage 0,1 0,1 0,2 0,2 0,2 0,2 0,1 0,1 0,1 0,2
décors et costumes: total 7,2 7,5 7,8 8,8 8,3 9,1 7,6 7,1 7,8 8,2
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Entre 2013 et 2014, les dépenses afférentes aux costumes, postiches et maquillage
progressent de 22,8 %, à 10,10 M€. Cette hausse est l’effet de la présence, parmi les films
agréés en 2014, de plusieurs films à budget élevé, biopics ou adaptation littéraires, ayant
fortement recours à ce type de dépenses, comme Yves Saint Laurent, La Belle Et La Bête,
Grace de Monaco et Angélique.
Dépenses relatives aux décors et costumes (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
studios 10,46 10,83 7,40 15,67 9,39 13,33 5,91 7,64 10,66 11,57
décors naturels intérieurs 16,00 13,17 11,82 16,47 21,86 18,32 15,38 21,20 22,24 21,15
décors naturels extérieurs 4,92 5,12 7,67 9,09 7,63 11,79 5,49 6,76 7,13 5,94
frais divers et décoration 3,43 3,41 3,47 5,26 5,33 8,33 4,35 6,57 6,18 5,24
meubles et accessoires 7,61 5,93 6,37 7,80 7,69 9,41 6,07 9,12 8,78 9,70
moyens de transports jouant 2,78 3,45 3,28 6,61 5,85 6,45 2,39 4,05 4,29 6,76
effets spéciaux 3,65 2,38 3,72 4,47 3,97 7,61 3,16 3,26 3,96 5,19
costumes 6,09 4,91 5,17 6,56 6,46 8,60 5,07 6,62 6,91 8,40
postiches et maquillage 0,98 0,91 0,96 1,64 1,35 1,68 0,84 1,35 1,32 1,71
décors et costumes: total 55,90 50,12 49,86 73,57 69,53 85,52 48,66 66,56 71,46 75,64
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
5,5 5,7 5,8 6,5 6,2 6,5 5,8 5,5 6,0 5,8
0,0
5,0
10,0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Les coûts de production des films en 2014 29
b. Frais de transports, défraiements et régie
L’ensemble des dépenses relatives aux transports, défraiements et régie s’élèvent à 96,00 M€
en 2014, soit une progression de 13,3 % par rapport à 2013. Ces dépenses représentent
10,4 % des coûts totaux en 2014, contre 9,3 % en 2013. Cette augmentation est liée à la
présence de plusieurs films y consacrant une part importante. Parmi les films agréés en 2014,
quatre allouent plus de 25 % de leur coût total à ces dépenses, tandis qu’aucun film n’était
dans ce cas en 2013.
En 2014, les dépenses de défraiements, de déplacements après tournage et de droits de
douanes captent 4,3 % du coût total des films, soit une baisse de 0,6 point par rapport à 2013.
Le deuxième sous-poste est constitué des frais en cours de tournage, stables à 3,1 % en 2014
(comme en 2013).
Poids des dépenses relatives aux transports, défraiements et régie dans le coût total (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
déplacements avant tournage 0,7 0,6 0,7 0,8 0,7 0,8 0,7 0,8 0,7 1,1
tournage 2,7 2,8 3,1 3,0 3,0 3,1 3,1 3,0 3,1 3,1
défraiements, déplacements après tournage,
droits de douanes
3,9 4,0 3,6 4,2 3,9 3,8 4,6 4,3 3,7 4,3
frais de bureau, régie et divers 1,8 1,6 1,7 1,8 1,7 1,7 1,9 1,9 1,8 1,9
transport, défraiements, frais: total 9,2 9,0 9,2 9,8 9,4 9,4 10,2 10,1 9,3 10,4
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
.
En valeur, les coûts liés aux transports, défraiements et régie affichent en 2014 une
progression de 13,3 %, à 96,00 M€. Cinq films consacrent plus de 2 M€ aux dépenses de
« transports, défraiements et régie » en 2014 (quatre d’entre eux affichent un coût total
supérieur à 15 M€). Pour chacun d’entre eux, ceci est lié au fait qu’ils ont réalisé une partie
importante de leur tournage hors de la France métropolitaine : Or Noir (Tunisie et Qatar),
Grace de Monaco (Monaco, Belgique, Italie), Zulu (Afrique du Sud, Namibie) et
Supercondriaque (Belgique, Hongrie). Dans le cas de Malavita, l’importance de ce poste de
dépenses n’est pas tant à mettre en relation avec le tournage d’une partie du film à New York
(seulement 1 jour de tournage), mais le fait que le tournage en France s’est déroulé sur
quatre régions différentes, entre la Normandie, Nice et Saint-Denis.
En 2013, cinq films (tous à plus de 15 M€), consacraient plus de 2 M€ aux dépenses de
« transports, défraiements et régie »
Dépenses relatives aux transports, défraiements et régie (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
déplacements avant tournage 5,11 3,79 4,69 7,08 6,01 7,75 4,19 7,88 6,50 10,11
tournage 20,80 18,86 19,92 24,91 25,18 29,10 19,55 27,74 27,86 28,47
défraiements, déplacements après tournage,
droits de douanes
30,45 27,06 23,08 34,97 32,69 35,70 29,09 40,51 34,08 39,66
frais de bureau, régie et divers 14,25 10,74 10,54 14,95 14,31 15,70 12,07 18,03 16,26 17,76
transport, défraiements, frais: total 70,61 60,44 58,24 81,91 78,20 88,25 64,90 94,15 84,71 96,00
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
30 Les coûts de production des films en 2014
c. Frais d’assurances et divers
En 2014, les frais d’assurances et divers enregistrent une baisse de 10,1 %, à 56,48 M€.
L’ensemble des frais d’assurances et divers représentent 6,1 % du coût total des films.
Le premier sous-poste est constitué par les frais financiers (4,4 % du coût total en 2014, 5,0 %
en 2013). Viennent ensuite les dépenses d’assurance (0,8 % en 2014, comme en 2013). Les
frais d’actes et de contentieux diminuent en 2014 (-19,1 %, à 6,05 M€) et représentent 0,7 %
du coût total des films (0,8 % en 2013).
Ceci est notamment imputable au fait qu’en 2014, aucun film n’alloue plus de 900 000 € à ce
poste, tandis qu’en 2013 un titre y consacrait plus de 1 800 000 €.
Poids des dépenses relatives aux assurances et divers dans le coût total (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
assurances 1,1 1,2 1,0 1,2 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8
publicité 0,2 0,2 0,2 0,2 0,1 0,2 0,2 0,2 0,3 0,3
frais d'actes et de contentieux 0,5 0,3 0,4 0,4 0,3 0,4 0,4 0,6 0,8 0,7
frais financiers 4,0 4,0 4,4 5,0 5,1 4,3 4,3 4,5 5,0 4,4
assurances et divers : total 5,8 5,7 6,0 6,8 6,3 5,7 5,7 6,1 6,9 6,1
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
En 2014,12 films dépensent plus de 1 M€ en assurances et divers (dont 2 dépensant plus
de 2 M€), contre 15 en 2013 (trois à plus de 2 M€). Les dix films qui dépensent le plus en
assurances et divers en 2014 cumulent 34,1 % des dépenses totales sur ce poste. En 2013,
les dix films qui dépensent le plus en assurances et divers représentaient 34,9 % des
dépenses totales sur ce poste.
Dépenses relatives aux assurances et divers (M€)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
assurances 8,41 7,77 6,38 9,81 6,32 7,30 4,94 7,69 7,42 7,14
publicité 1,25 1,44 1,13 1,88 0,94 2,06 1,29 1,62 2,59 2,38
frais d'actes et de contentieux 3,81 2,12 2,55 3,39 2,75 4,01 2,69 5,16 7,48 6,05
frais financiers 31,02 26,77 28,03 42,14 42,51 40,40 27,18 42,48 45,33 40,90
assurances et divers : total 44,49 38,10 38,09 57,22 52,52 53,78 36,11 56,95 62,82 56,48
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Eclairage sur les frais financiers
En 2014, les frais financiers représentent en moyenne 4,4 % du coût d’un film. Six films
consacrent plus de 1 M€ aux frais financiers en 2014 (sept en 2013). Ils cumulent 13,97 M€,
soit 34,2 % de l’ensemble des frais financiers. L’étude de l’évolution de la part des frais
financiers selon le coût des films révèle une relative tendance à l’homogénéisation du poids de
cette dépense quel que soit le coût du film. Chaque année, les tranches inférieures se
rapprochent des tranches supérieures, franchissant progressivement le seuil de 4 %. En 2014,
seuls les films au coût inférieur à 2,5 M€ affichent une part des frais financiers sensiblement
inférieurs : pour les films à moins de 1 M€, elle est de 1 % ; pour les films au coût compris
entre 1 M€ à 2,5 M€, elle est de 2,7 %. Les films de la tranche 5,5 M€ à 7 M€ affichent
également, pour la deuxième année consécutive, une part de dépense légèrement plus faible
que la moyenne, à 3,4 %.
Les coûts de production des films en 2014 31
Part des frais financiers selon le coût total des films (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
moins de 1 M€ 1,4 2,6 1,5 1,9 2,7 2,5 2,6 2,0 2,6 1,0
1 M€ à 2,5 M€ 3,4 2,6 3,5 4,2 4,4 4,0 3,9 3,9 3,6 2,7
2,5 M€ à 4 M€ 3,7 3,9 4,2 4,9 5,1 3,7 3,8 4,2 4,0 4,5
4 M€ à 5,5 M€ 4,0 3,4 4,6 4,6 4,7 4,4 4,2 3,4 5,4 4,7
5,5 M€ à 7 M€ 4,0 4,4 4,4 4,9 5,7 5,4 4,4 5,3 3,2 3,4
7 M€ à 15 M€ 4,2 4,1 4,2 5,0 5,0 4,1 4,0 4,8 5,5 4,3
plus de 15 M€ 4,5 4,4 5,9 5,4 5,3 4,4 5,8 4,5 5,3 5,6
total 4,0 4,0 4,4 5,0 5,1 4,3 4,3 4,5 5,0 4,4
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
E. Structure des coûts de production selon le coût total1
En 2014, le poids de certains postes varie fortement en fonction du coût total du film, pour
d’autres, il reste relativement stable.
Le poids du poste « interprétation » augmente avec le coût total du film. Il se situe entre 6,6 %
pour les films au coût inférieur à 1 M€ et 13,9 % pour les films au coût supérieur à 15 M€.
De la même façon, la part des dépenses consacrée aux moyens technique varie avec le coût
total, augmentant cette fois en sens inverse de celui-ci : elle est de 14,8 % pour les films à
moins de 1 M€ et de 8,7 % pour les films à plus de 7 M€.
En 2014, le poids du « personnel », premier poste de coût, se situe entre 16,5 % et 21,9 %
selon les tranches de coût.
La part représentée par les charges sociales varie entre 8,4 % et 14,3 % du coût total. En
2014, elle est la plus basse pour les films de la tranche de coût la plus élevée.
La part du poste « décors et costumes » augmente proportionnellement au coût du film. En
2014, elle se situe entre 4,7 % pour les films à moins de 1 M€ et 10,1 % pour les films au
budget supérieur à 15 M€.
Le poids du poste « droits artistiques » varie lui-aussi selon le coût du film, entre 7,6 % et
12,5 % selon les tranches en 2014. Comme en 2013 et en 2012, ce sont les films au budget
inférieur à 1 M€ qui affichent la part la plus importante (12,5 %).
La part des coûts techniques, « pellicules, laboratoires » et « moyens techniques », apparaît
inversement liée au coût du film. En effet, ces coûts représentent 22,3 % des dépenses totales
pour les films à moins de 1 M€ en 2014, contre 10,7 % pour les films à plus de 7 M€. Une
partie des frais techniques constitue en effet des coûts fixes qui impactent davantage les films
à budget réduit, en raison de l’absence d’économie d’échelle.
La part des dépenses de rémunération du producteur varie assez peu en fonction du coût du
film et se situe entre 4,4 % et 5,9 % du coût total de ce dernier en 2014.
1
Les valeurs des différents postes de dépense sont disponibles en annexe 1, page 76.
32 Les coûts de production des films en 2014
Structure des dépenses de production selon le coût total des films de fiction en 2014 (M€)
<1 M€ 1-2,5M€ 2,5-4M€ 4-5,5M€ 5,5-7M€ 7-15M€ >15M€
rémunérations 51,6 55,4 56,2 59,9 60,5 60,5 53,8
droits artistiques 12,5 8,0 7,6 10,4 7,6 10,7 10,2
personnel 17,2 21,2 20,7 21,2 21,9 20,1 16,5
rémunération producteur 4,4 4,7 5,8 6,0 4,6 5,1 4,6
interprétation 6,6 8,0 8,6 9,0 12,1 11,5 13,9
charges sociales 10,9 13,4 13,5 13,3 14,3 13,2 8,4
technique 22,3 15,9 13,4 10,9 10,9 9,4 12,6
moyens techniques 14,8 10,4 9,3 7,8 8,1 7,2 10,8
pellicules laboratoires 7,6 5,4 4,1 3,2 2,8 2,2 1,7
tournage 26,0 28,8 30,4 29,1 28,6 30,1 33,7
décors et costumes 4,7 6,0 6,8 6,7 8,5 8,0 10,1
transports, défraiements, régie 11,1 11,7 11,9 10,3 9,1 9,6 11,3
assurances et divers 3,3 4,6 5,8 5,9 4,8 6,3 7,2
divers 7,0 6,4 5,9 6,2 6,2 6,3 5,1
total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
Poids des catégories de dépenses de production selon le coût total des films en 2005 et en 2014
(%)
Base : FIF de fiction.
Source : CNC.
a. Films dont le coût total est inférieur à 1 M€
La répartition du coût des films à moins de 1 M€ diffère de celle des autres films avec un poids
plus faible des dépenses de rémunération (en 2014, elles représentent 51,6 % du coût total de
ces films, contre 57,9 % de celui de l’ensemble des films) et une part plus importante allouée
aux dépenses techniques (22,3 %, contre 11,4 % pour l’ensemble des films). Les films à petit
budget doivent en effet faire face à des coûts techniques incompressibles.
Après une baisse en 2013, la part des dépenses de droits artistiques augmente pour les films
de cette tranche de coût (+2,2 points à 12,5 %). En 2014, parmi les 20 films de cette tranche,
quatre films dédient plus de 20 % de leur coût total aux dépenses de droits artistiques (dont un
y consacrant plus de plus de 37 %), tandis qu’ils étaient seulement deux dans ce cas en 2013
(aucun à plus de 28 %)
55,4 51,6 56,2 55,4 59,9 56,2 60,5 59,9 60,5 60,5 53,8 60,5 57,9 53,8
15,9 22,3 13,4 15,9 10,9 13,4 10,9 10,9 9,4 10,9
12,6
9,4 11,4 12,6
28,8 26,0 30,4 28,8 29,1 30,4 28,6 29,1 30,1 28,6 33,7 30,1 30,6 33,7
0,0
10,0
20,0
30,0
40,0
50,0
60,0
70,0
80,0
90,0
100,0
2005
2014
2005
2014
2005
2014
2005
2014
2005
2014
2005
2014
2005
2014<1M€ 1-2,5M€ 2,5-4M€ 4-5,5M€ 5,5-7M€ 7-15M€ >15M€
tournage
technique
rémunérations
Les coûts de production des films en 2014 33
Le poids des dépenses de pellicules et de laboratoires diminue de 1,9 point et s’établit à
7,6 % du coût total des films à moins de 1 M€. Depuis 2005, en dépit des variations annuelles
liées à la nature des films agréés, se dégage une tendance à la baisse du poids des dépenses
de pellicules et de laboratoires dans le coût total des films aux plus petits budgets. Ce poste
composait ainsi 15,3 % du coût total des films à moins de 1 M€ en 2005. Cette baisse est à
attribuer à la généralisation des tournages en numérique.
La part de l’interprétation progresse en 2014 : +1,5 point, à 6,6 % du coût total des films de la
tranche. Parmi les films agréés en 2014, deux films à moins de 1 M€ consacraient plus de
17 % de leur coût total aux dépenses d’interprétation (dont un y consacre plus de 25 %),
tandis qu’aucun film de cette tranche de coût n’y consacrait plus de 14 % en 2013.
Le poids des dépenses de « transports, défraiements, régie » augmente également en 2014
pour les films à moins de 1 M€ : +1,7 point, à 11,1 % du coût total. Cette hausse est
notamment le fait du film Océane, agréé en 2014. Il dédie 27,7 % de son coût total à ce poste
de dépenses, alors qu’aucun film n’y consacrait plus de 23,1 % en 2013.
Structure des dépenses de production pour les films dont le coût total est inférieur à 1 M€ (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
droits artistiques 7,3 6,6 9,5 12,6 6,0 11,2 8,2 12,9 10,3 12,5
personnel 22,4 20,3 17,7 15,3 18,3 16,6 18,5 17,8 17,2 17,2
rémunération producteur 3,8 5,0 4,7 4,7 6,5 5,1 7,1 4,8 4,7 4,4
interprétation 6,2 8,5 5,3 4,9 4,8 5,8 5,6 8,0 5,1 6,6
charges sociales 10,3 9,7 12,9 10,6 12,7 11,1 11,0 9,1 11,6 10,9
moyens techniques 15,3 12,7 13,2 15,9 11,5 12,4 13,6 13,6 15,8 14,8
pellicules-laboratoires 15,3 11,9 14,6 16,4 12,0 14,9 9,8 8,6 9,5 7,6
décors et costumes 3,2 4,0 3,9 2,2 7,1 2,7 4,6 7,1 5,6 4,7
transports, défraiements, régie 8,8 10,4 8,7 9,9 10,5 9,2 11,2 9,9 9,4 11,1
assurances et divers 2,2 4,1 2,6 2,9 3,9 4,4 4,5 3,2 4,1 3,3
divers
1
5,4 6,9 6,8 4,8 6,7 6,6 5,8 4,9 6,7 7,0
total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
1
Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus.
Base FIF de fiction au coût inférieur à 1 M€ : 19 films en 2005, 17 films en 2006, 22 films en 2007, 9 films en 2008, 10 films en
2009, 16 films en 2010, 20 films en 2011, 19 films en 2012, 27 films en 2013, 20 films en 2014.
Source : CNC.
Structure des grandes catégories de dépenses de production pour les films dont le coût total est
inférieur à 1 M€ (%)
Base FIF de fiction au coût inférieur à 1 M€ : 19 films en 2005, 17 films en 2006, 22 films en 2007, 9 films en 2008, 10 films en
2009, 16 films en 2010, 20 films en 2011, 19 films en 2012, 27 films en 2013, 20 films en 2014.
Source : CNC.
49,8 50,1 50,2 48,1 48,3 49,8 50,5 52,6 48,8 51,6
30,6 24,6 27,8 32,2
23,5 27,3 23,4 22,2 25,3 22,3
19,5 25,3 22,0 19,7
28,2 22,9 26,1 25,2 25,9 26,0
0,0
20,0
40,0
60,0
80,0
100,0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
rémunérations
technique
tournage
34 Les coûts de production des films en 2014
b. Films dont le coût total est compris entre 1 M€ et 2,5 M€
La structure de dépenses des films dont le coût est compris entre 1 M€ et 2,5 M€ est
relativement stable dans le temps. En 2014, la part des dépenses consacrées au personnel
est particulièrement haute pour les films de cette tranche de coût : 21,2 % du cout total, soit
une augmentation de 1,4 point par rapport à 2013 et un niveau largement supérieur à la
moyenne observée sur l’ensemble des films (19,6 %).
Le poids des dépenses consacrées aux charges sociales progresse (+1,6 point, à 13,4). Les
dépenses de transports, défraiements et régie constituent le troisième poste de dépenses en
2014, en dépit d’une légère baisse de leur poids dans le total (-0,5 point, soit 11,7 %). La part
de l’interprétation augmente pour la deuxième année consécutive (+1,1 point à 8,0 %).
Les films au coût compris entre 1 M€ et 2,5 M€ sont toujours caractérisés par une part
importante allouée aux moyens techniques. En dépit d’une baisse de 1,4 point par rapport à
2013, ce poste représente 10,4 % du coût total des films de la tranche en 2014 quand cette
part s’élève à 8,8 % pour l’ensemble des films. Le poids des dépenses de pellicules et de
laboratoires continue de baisser pour les films de cette tranche de coût (5,4 % en 2014,
contre 6,1 % en 2013).
Structure des dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 1 M€ et
2,5 M€ (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
droits artistiques 6,8 7,5 7,6 7,0 7,0 6,0 6,3 6,8 8,2 8,0
personnel 20,1 21,1 19,9 20,9 19,0 19,0 19,9 21,4 19,8 21,2
rémunération producteur 4,4 4,5 5,1 4,7 5,2 5,8 4,8 5,7 5,4 4,7
interprétation 8,2 7,6 7,6 6,9 7,6 6,4 7,5 6,2 6,9 8,0
charges sociales 12,7 13,4 12,8 14,2 12,7 12,4 13,0 13,0 11,8 13,4
moyens techniques 11,2 10,7 10,2 10,2 10,4 10,4 10,5 10,8 11,8 10,4
pellicules-laboratoires 10,7 10,0 10,1 9,3 9,2 8,3 7,8 6,6 6,1 5,4
décors et costumes 4,6 5,1 4,9 5,6 5,8 6,1 5,6 5,5 6,1 6,0
transports, défraiements, régie 10,4 10,2 11,0 9,8 11,2 13,4 12,8 12,8 12,2 11,7
assurances et divers 4,6 4,1 4,9 5,1 6,1 5,6 5,9 5,4 5,5 4,6
divers
1
6,1 6,0 5,9 6,3 5,9 6,6 6,0 5,9 6,0 6,4
total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
1
Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus.
Base FIF de fiction au coût compris entre 1 M€ et 2,5 M€ : 40 films en 2005, 29 films en 2006, 44 films en 2007, 44 films en
2008, 37 films en 2009, 43 films en 2010, 33 films en 2011, 30 films en 2012, 34 films en 2013, 40 films en 2014.
Source : CNC.
Structure des grandes catégories de dépenses de production pour les films dont le coût total est
compris entre 1 M€ et 2,5 M€ (%)
Base FIF de fiction au coût compris entre 1 M€ et 2,5 M€ : 40 films en 2005, 29 films en 2006, 44 films en 2007, 44 films en
2008, 37 films en 2009, 43 films en 2010, 33 films en 2011, 30 films en 2012, 34 films en 2013, 40 films en 2014.
Source : CNC.
52,2 54,0 53,0 53,7 51,4 49,6 51,5 53,1 52,2 55,4
22,0 20,7 20,3 19,5 19,6 18,7 18,3 17,3 18,0 15,9
25,8 25,3 26,8 26,8 29,0 31,7 30,2 29,6 29,8 28,8
0,0
20,0
40,0
60,0
80,0
100,0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
rémunérations
technique
tournage
Les coûts de production des films en 2014 35
c. Films dont le coût total est compris entre 2,5 M€ et 4 M€
La part des dépenses de personnel est également importante pour les films au coût compris
entre 2,5 M€ à 4 M€. Elle s’élève à 20,7 % du coût total en 2014 (19,6 % pour l’ensemble des
films), soit un très léger recul de 0,4 point par rapport à 2013. Le poids des charges sociales
diminue légèrement à 13,5 % du coût total (-0,3 point par rapport à 2013). Comme pour les
films au coût compris entre 1 M€ et 2,5 M€, les dépenses de transports, défraiements et régie
constituent le troisième poste de dépenses en 2014, à 11,9 % du total (11,0 % en 2013).
Le poids des dépenses d’interprétation diminue de 1,3 point, à 8,6 %, tandis que celui des
dépenses consacrées aux moyens techniques augmente de 1,2 point, à 9,3 % en 2014.
Structure des dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 2,5 M€
et 4 M€ (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
droits artistiques 7,0 7,3 6,5 7,8 6,6 8,4 7,7 7,5 7,3 7,6
personnel 19,2 20,9 19,8 19,2 20,9 20,0 19,7 21,2 21,0 20,7
rémunération producteur 5,8 4,7 4,2 5,3 4,5 5,5 4,7 4,7 5,6 5,8
interprétation 8,9 10,4 10,9 10,0 8,7 8,7 9,3 9,0 10,0 8,6
charges sociales 12,3 12,9 13,6 13,1 13,1 13,7 13,8 13,4 13,7 13,5
moyens techniques 10,3 9,6 9,9 8,8 8,4 8,2 8,3 9,1 8,2 9,3
pellicules-laboratoires 7,8 6,9 7,1 6,9 7,6 7,1 6,2 5,3 4,0 4,1
décors et costumes 6,0 7,2 7,5 7,0 6,9 6,4 7,4 6,2 7,4 6,8
transports, défraiements, régie 11,1 8,7 8,5 9,2 10,6 10,6 11,1 11,6 11,0 11,9
assurances et divers 5,4 5,2 5,9 6,3 6,6 5,2 5,2 6,1 5,3 5,8
divers
1
6,3 6,1 5,9 6,5 6,2 6,2 6,7 5,9 6,5 5,9
total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
1
Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus.
Base FIF de fiction au coût compris entre 2,5 M€ et 4 M€ : 30 films en 2005, 27 films en 2006, 24 films en 2007, 23 films en
2008, 27 films en 2009, 29 films en 2010, 25 films en 2011, 32 films en 2012, 26 films en 2013, 18 films en 2014.
Source : CNC.
Structure des grandes catégories de dépenses de production pour les films dont le coût total est
compris entre 2,5 M€ et 4 M€ (%)
Base FIF de fiction au coût compris entre 2,5 M€ et 4 M€ : 30 films en 2005, 27 films en 2006, 24 films en 2007, 23 films en
2008, 27 films en 2009, 29 films en 2010, 25 films en 2011, 32 films en 2012, 26 films en 2013, 18 films en 2014.
Source : CNC.
53,1 56,2 55,0 55,4 53,7 56,3 55,2 55,8 57,7 56,2
18,1 16,5 17,1 15,7 16,0 15,4 14,5 14,4 12,1 13,4
28,7 27,3 27,9 28,9 30,3 28,4 30,3 29,8 30,2 30,4
0,0
20,0
40,0
60,0
80,0
100,0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
rémunérations
technique
tournage
36 Les coûts de production des films en 2014
d. Films dont le coût total est compris entre 4 M€ et 5,5 M€
Pour les films au coût compris entre 4 M€ et 5,5 M€, la part des dépenses de personnel atteint
21,2 % du coût total en 2014 (+0,7 point par rapport à 2013). Le poids des charges sociales
progresse très légèrement, à 13,3 % du coût total (+0,7 point par rapport à 2013).
Le poids des dépenses liées à la rémunération des interprètes diminue de façon significative
en 2014 : -2,6 points, à 9,0 %. En effet, deux films consacraient plus de 20 % de leur coût total
à ce poste en 2013, tandis qu’aucun film n’y consacre plus de 16,2 % en 2014.
A l’opposé, la part des dépenses liées aux droits artistiques progresse de 2,2 points en 2014,
à 10,4 %. Il s’agit du plus haut niveau observé pour les films de cette tranche de coûts sur la
décennie. Sept films consacrent plus de 12 % de leur coût total à ce poste en 2014, ils
n’étaient que trois films dans ce cas en 2013.
Le poids des dépenses de pellicules et de laboratoires diminue pour la deuxième année
consécutive, à 3,2 % du coût total. Il s’agit du niveau le plus faible depuis la mise en place de
l’étude.
Structure des dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 4 M€ et
5,5 M€ (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
droits artistiques 8,5 8,8 8,9 7,7 7,7 8,8 8,6 9,3 8,2 10,4
personnel 18,4 19,5 18,9 19,1 21,5 19,5 20,1 20,6 20,5 21,2
rémunération producteur 5,1 4,9 5,9 4,1 4,1 5,2 5,7 5,9 5,2 6,0
interprétation 13,1 9,9 10,7 13,8 11,4 10,6 11,4 11,1 11,6 9,0
charges sociales 13,5 13,3 14,2 14,6 11,6 12,5 12,2 13,9 12,6 13,3
moyens techniques 9,3 10,1 8,8 8,1 8,1 9,5 10,3 7,7 8,4 7,8
pellicules-laboratoires 6,1 6,1 5,4 5,5 5,6 6,5 4,6 5,1 3,7 3,2
décors et costumes 6,4 7,3 6,5 6,5 7,9 6,7 7,0 6,6 7,3 6,7
transports, défraiements, régie 8,6 9,7 8,3 7,9 10,7 8,4 8,0 8,8 9,5 10,3
assurances et divers 5,3 4,8 5,9 5,9 5,8 6,4 5,5 4,8 6,8 5,9
divers
1
5,8 5,6 6,4 6,8 5,7 5,8 6,6 6,2 6,2 6,2
total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
1
Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus.
Base FIF de fiction au coût compris entre 4 M€ et 5,5 M€ : 30 films en 2005, 15 films en 2006, 8 films en 2007, 12 films en 2008,
10 films en 2009, 13 films en 2010, 16 films en 2011, 19 films en 2012, 26 films en 2013, 22 films en 2014.
Source : CNC.
Structure des grandes catégories de dépenses de production pour les films dont le coût total est
compris entre 4 M€ et 5,5 M€ (%)
Base FIF de fiction au coût compris entre 4 M€ et 5,5 M€ : 30 films en 2005, 15 films en 2006, 8 films en 2007, 12 films en 2008,
10 films en 2009, 13 films en 2010, 16 films en 2011, 19 films en 2012, 26 films en 2013, 22 films en 2014.
Source : CNC.
58,5 56,4 58,6 59,2 56,2 56,6 58,0 60,8 58,1 59,9
15,4 16,2 14,2 13,7 13,8 16,0 14,9 12,8 12,1 10,9
26,1 27,4 27,2 27,1 30,0 27,3 27,2 26,3 29,9 29,1
0,0
20,0
40,0
60,0
80,0
100,0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
rémunérations
technique
tournage
Les coûts de production des films en 2014 37
e. Films dont le coût total est compris entre 5,5 M€ et 7 M€
En 2014, comme en 2013, c’est pour les films au coût compris entre 5,5 M€ et 7 M€ que la
part des dépenses de personnel est la plus haute, à 21,9 % du coût total (19,6 % pour
l’ensemble des films), soit une progression de 0,6 point par rapport à 2013 et son niveau le
plus élevé depuis la mise en place de l’étude. Le poids des charges sociales augmente
également : +1,6 point par rapport à 2013, à 14,3 % du coût total des films de la tranche. Il
s’agit, là encore, d’un niveau bien supérieur à la moyenne de l’ensemble des films (12,1 %).
Le poids de l’interprétation diminue très légèrement (-0,1 point), à 12,1 % du coût total des
films de la tranche.
Après une forte augmentation en 2013, la part des dépenses liées aux droits artistiques
diminue de 2,6 points en 2014, à 7,6 %.
Structure des dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 5,5 M€
et 7 M€ (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
droits artistiques 9,3 9,2 8,1 8,9 7,9 9,9 11,4 8,2 10,2 7,6
personnel 19,3 17,1 18,2 18,8 19,2 19,3 18,2 20,1 21,3 21,9
rémunération producteur 3,1 5,0 5,8 4,8 4,8 5,3 5,2 6,0 5,0 4,6
interprétation 11,7 12,5 11,7 11,9 13,5 10,3 15,2 11,2 12,2 12,1
charges sociales 12,7 13,1 12,8 12,9 11,6 12,9 12,5 14,3 12,7 14,3
moyens techniques 9,4 9,0 9,5 8,8 9,3 7,3 6,2 7,7 7,6 8,1
pellicules-laboratoires 5,4 5,1 5,1 5,2 4,8 4,7 3,9 3,6 3,0 2,8
décors et costumes 7,5 6,3 8,0 7,9 7,3 7,8 7,4 7,8 8,1 8,5
transports, défraiements, régie 10,0 10,7 8,4 8,3 9,2 8,6 8,0 8,6 8,3 9,1
assurances et divers 6,9 5,8 5,6 6,4 6,7 7,0 5,9 6,7 4,6 4,8
divers
1
4,7 6,2 6,9 6,2 5,6 7,0 6,1 5,8 6,8 6,2
total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
1
Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus.
Base FIF de fiction au coût compris entre 5,5 M€ et 7 M€ : 10 films en 2005, 10 films en 2006, 13 films en 2007, 21 films en 2008,
13 films en 2009, 15 films en 2010, 12 films en 2011, 22 films en 2012, 10 films en 2013, 18 films en 2014.
Source : CNC.
Structure des grandes catégories de dépenses de production pour les films dont le coût total est
compris entre 5,5 M€ et 7 M€ (%)
Base FIF de fiction au coût compris entre 5,5 M€ et 7 M€ : 10 films en 2005, 10 films en 2006, 13 films en 2007, 21 films en 2008,
13 films en 2009, 15 films en 2010, 12 films en 2011, 22 films en 2012, 10 films en 2013, 18 films en 2014.
Source : CNC.
56,0 56,9 56,5 57,3 57,0 57,7 62,5 59,7 61,5 60,5
14,9 14,1 14,6 14,0 14,1 12,0
10,1 11,4 10,6 10,9
29,1 29,0 28,9 28,7 28,9 30,4 27,4 28,9 27,9 28,6
0,0
20,0
40,0
60,0
80,0
100,0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
rémunérations
technique
tournage
38 Les coûts de production des films en 2014
f. Films dont le coût total est compris entre 7 M€ et 15 M€
En 2014, comme en 2013, c’est pour les films de la tranche de 7 M€ à 15 M€ que la part
dévolue aux dépenses techniques est la plus basse (9,4 %, contre 11,4 % pour l’ensemble
des films). Celle dédiée à l’interprétation est, en revanche, supérieure à la moyenne (12,1 %,
contre 11,4 %). Au cours de la période d’étude, il est difficile de dégager des tendances tant la
tranche intègre des films aux coûts très différents.
Après deux années de progression, la part des dépenses de personnel diminue légèrement
mais reste à un niveau élevé : -0,6 point, à 20,1 % du coût total en 2014.
Le poids des dépenses d’interprétation diminue de 1,9 point, à 11,5 % : en 2014, trois films
consacrent plus de 20 % de leur coût total à ce poste, tandis qu’ils étaient cinq dans ce cas en
2013. De la même façon, la part des dépenses d’ « assurances et divers » diminue de 1,6
point par rapport à 2013, à 6,3 %. À l’opposé, la part des dépenses liées au poste
« transports, défraiements, régie » progresse de 1,1 point à 9,6 % du coût total.
Structure des dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 7 M€ et
15 M€ (%)
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
droits artistiques 8,7 9,1 8,1 6,8 8,8 8,4 9,8 9,6 8,5 10,7
personnel 18,3 17,3 17,8 18,5 18,8 20,3 19,0 20,0 20,7 20,1
rémunération producteur 4,8 5,2 4,6 5,2 5,6 4,5 5,0 5,3 5,9 5,1
interprétation 14,2 14,0 16,0 15,0 13,1 11,8 13,1 12,0 13,4 11,5
charges sociales 13,2 13,2 13,2 13,4 12,8 12,4 14,0 12,5 12,2 13,2
moyens techniques 7,9 8,9 7,6 7,8 8,2 8,6 6,9 8,2 7,0 7,2
pellicules-laboratoires 4,9 4,7 4,2 4,0 4,1 4,2 3,2 3,3 2,3 2,2
décors et costumes 8,1 7,9 7,6 8,3 7,5 9,5 7,5 6,9 7,6 8,0
transports, défraiements, régie 7,8 7,6 8,2 8,6 8,1 9,2 9,9 10,1 8,5 9,6
assurances et divers 5,9 6,0 5,9 6,5 6,4 5,4 5,3 6,3 7,9 6,3
divers
1
6,2 6,0 6,8 6,0 6,5 5,8 6,3 5,9 6,0 6,3
total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
1
Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus.
Base FIF de fiction au coût compris entre 7 M€ et 15 M€ : 24 films en 2005, 20 films en 2006, 25 films en 2007, 21 films en 2008,
34 films en 2009, 32 films en 2010, 27 films en 2011, 35 films en 2012, 28 films en 2013, 34 films en 2014.
Source : CNC.
Structure des grandes catégories de dépenses de production pour les films dont le coût total est
compris entre 7 M€ et 15 M€ (%)
Base FIF de fiction au coût compris entre 7 M€ et 15 M€ : 24 films en 2005, 20 films en 2006, 25 films en 2007, 21 films en 2008,
34 films en 2009, 32 films en 2010, 27 films en 2011, 35 films en 2012, 28 films en 2013, 34 films en 2014.
Source : CNC.
59,2 58,9 59,8 58,9 59,1 57,3 60,9 59,3 60,7 60,5
12,8 13,6 11,8 11,8 12,4 12,8 10,1 11,5 9,3 9,4
28,0 27,5 28,5 29,3 28,5 29,9 29,0 29,2 30,0 30,1
0,0
20,0
40,0
60,0
80,0
100,0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
rémunérations
technique
tournage
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_
Etude couts de prod 12-03-15_

Contenu connexe

En vedette

The cowboys
The cowboysThe cowboys
The cowboys
Jhordan
 
Réduire l'empreinte carbone dans les écoles
Réduire l'empreinte carbone dans les écolesRéduire l'empreinte carbone dans les écoles
Réduire l'empreinte carbone dans les écoles
Evelyn PEYROTH
 
Landscape
LandscapeLandscape
Landscape
aguslatief
 
Ensayo sige viabilidad_crm
Ensayo sige viabilidad_crmEnsayo sige viabilidad_crm
Ensayo sige viabilidad_crm
Gabriel Gongora
 
Trabajo de sistema
Trabajo de sistemaTrabajo de sistema
Trabajo de sistema
uan
 
Secret de l_oignon1
Secret de l_oignon1Secret de l_oignon1
Secret de l_oignon1
Serge Monteil
 
Presentación fundación telefónica coolhunting - 13 de julio 2010 - m anuel s...
Presentación fundación telefónica  coolhunting - 13 de julio 2010 - m anuel s...Presentación fundación telefónica  coolhunting - 13 de julio 2010 - m anuel s...
Presentación fundación telefónica coolhunting - 13 de julio 2010 - m anuel s...
Asociación Española de Coolhunting
 
Lautaro y Paloma
Lautaro y PalomaLautaro y Paloma
Lautaro y Paloma
Quinto B BN
 
Diapositiva[1]
Diapositiva[1]Diapositiva[1]
Diapositiva[1]
tatiana arroyave
 
A pesar de la crisis, Angel Ron asegura que el Popular se convierte en la ent...
A pesar de la crisis, Angel Ron asegura que el Popular se convierte en la ent...A pesar de la crisis, Angel Ron asegura que el Popular se convierte en la ent...
A pesar de la crisis, Angel Ron asegura que el Popular se convierte en la ent...
Banco Popular
 
Cibercultura Diapositovas
Cibercultura DiapositovasCibercultura Diapositovas
Cibercultura Diapositovas
maria paula moreno velez
 
Tema 2 jerarquia de los sistemas
Tema 2   jerarquia de los sistemasTema 2   jerarquia de los sistemas
Tema 2 jerarquia de los sistemas
Erick Ruiz
 
Ante las inminentes elecciones municipales 3ª parte.
Ante las inminentes elecciones municipales  3ª parte.Ante las inminentes elecciones municipales  3ª parte.
Ante las inminentes elecciones municipales 3ª parte.
Luis Bados Ramirez
 
Presentaciondeinformaticarobotica 100318222127-phpapp02
Presentaciondeinformaticarobotica 100318222127-phpapp02Presentaciondeinformaticarobotica 100318222127-phpapp02
Presentaciondeinformaticarobotica 100318222127-phpapp02
Liliana Bonilla
 
Collaboration et Innovation
Collaboration et InnovationCollaboration et Innovation
Collaboration et Innovation
Sylvain Carle
 
Folleto Solid Tile 2010
Folleto Solid Tile 2010Folleto Solid Tile 2010
Folleto Solid Tile 2010
SolidTile
 
Sistemas de ecuaciones de 2 x 2
Sistemas de ecuaciones de  2 x 2Sistemas de ecuaciones de  2 x 2
Sistemas de ecuaciones de 2 x 2
andredorado
 
Portfolio
PortfolioPortfolio
Portfolio
mishabrofft
 
Notas periodo ciencias
Notas  periodo cienciasNotas  periodo ciencias
Notas periodo ciencias
Edwin
 
Anorexia colegio
Anorexia colegioAnorexia colegio

En vedette (20)

The cowboys
The cowboysThe cowboys
The cowboys
 
Réduire l'empreinte carbone dans les écoles
Réduire l'empreinte carbone dans les écolesRéduire l'empreinte carbone dans les écoles
Réduire l'empreinte carbone dans les écoles
 
Landscape
LandscapeLandscape
Landscape
 
Ensayo sige viabilidad_crm
Ensayo sige viabilidad_crmEnsayo sige viabilidad_crm
Ensayo sige viabilidad_crm
 
Trabajo de sistema
Trabajo de sistemaTrabajo de sistema
Trabajo de sistema
 
Secret de l_oignon1
Secret de l_oignon1Secret de l_oignon1
Secret de l_oignon1
 
Presentación fundación telefónica coolhunting - 13 de julio 2010 - m anuel s...
Presentación fundación telefónica  coolhunting - 13 de julio 2010 - m anuel s...Presentación fundación telefónica  coolhunting - 13 de julio 2010 - m anuel s...
Presentación fundación telefónica coolhunting - 13 de julio 2010 - m anuel s...
 
Lautaro y Paloma
Lautaro y PalomaLautaro y Paloma
Lautaro y Paloma
 
Diapositiva[1]
Diapositiva[1]Diapositiva[1]
Diapositiva[1]
 
A pesar de la crisis, Angel Ron asegura que el Popular se convierte en la ent...
A pesar de la crisis, Angel Ron asegura que el Popular se convierte en la ent...A pesar de la crisis, Angel Ron asegura que el Popular se convierte en la ent...
A pesar de la crisis, Angel Ron asegura que el Popular se convierte en la ent...
 
Cibercultura Diapositovas
Cibercultura DiapositovasCibercultura Diapositovas
Cibercultura Diapositovas
 
Tema 2 jerarquia de los sistemas
Tema 2   jerarquia de los sistemasTema 2   jerarquia de los sistemas
Tema 2 jerarquia de los sistemas
 
Ante las inminentes elecciones municipales 3ª parte.
Ante las inminentes elecciones municipales  3ª parte.Ante las inminentes elecciones municipales  3ª parte.
Ante las inminentes elecciones municipales 3ª parte.
 
Presentaciondeinformaticarobotica 100318222127-phpapp02
Presentaciondeinformaticarobotica 100318222127-phpapp02Presentaciondeinformaticarobotica 100318222127-phpapp02
Presentaciondeinformaticarobotica 100318222127-phpapp02
 
Collaboration et Innovation
Collaboration et InnovationCollaboration et Innovation
Collaboration et Innovation
 
Folleto Solid Tile 2010
Folleto Solid Tile 2010Folleto Solid Tile 2010
Folleto Solid Tile 2010
 
Sistemas de ecuaciones de 2 x 2
Sistemas de ecuaciones de  2 x 2Sistemas de ecuaciones de  2 x 2
Sistemas de ecuaciones de 2 x 2
 
Portfolio
PortfolioPortfolio
Portfolio
 
Notas periodo ciencias
Notas  periodo cienciasNotas  periodo ciencias
Notas periodo ciencias
 
Anorexia colegio
Anorexia colegioAnorexia colegio
Anorexia colegio
 

Similaire à Etude couts de prod 12-03-15_

Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010) Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
SPFA
 
La production cinématographique en 2016
La production cinématographique en 2016La production cinématographique en 2016
La production cinématographique en 2016
La French Team
 
Les coûts de distribution des films français en 2014
Les coûts de distribution des films français en 2014Les coûts de distribution des films français en 2014
Les coûts de distribution des films français en 2014
LeCNC
 
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2008" (juin 2009)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2008" (juin 2009) Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2008" (juin 2009)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2008" (juin 2009)
SPFA
 
RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...
RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...
RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...
Guillaume Kordonian
 
Rallumer la télévision,10 propositions pour faire rayonner l’audiovisuel fran...
Rallumer la télévision,10 propositions pour faire rayonner l’audiovisuel fran...Rallumer la télévision,10 propositions pour faire rayonner l’audiovisuel fran...
Rallumer la télévision,10 propositions pour faire rayonner l’audiovisuel fran...
Hortense Billot
 
Couts distribution 2015 03-06-
Couts distribution 2015 03-06-Couts distribution 2015 03-06-
Couts distribution 2015 03-06-LeCNC
 
Rapport cnc janv2013_lepers_portugal
Rapport cnc janv2013_lepers_portugalRapport cnc janv2013_lepers_portugal
Rapport cnc janv2013_lepers_portugalMarc Bourhis
 
Rapport de la Cour des comptes sur la coopération européenne en matière d'arm...
Rapport de la Cour des comptes sur la coopération européenne en matière d'arm...Rapport de la Cour des comptes sur la coopération européenne en matière d'arm...
Rapport de la Cour des comptes sur la coopération européenne en matière d'arm...
Société Tripalio
 
Etat des lieux des Fablabs 2014
Etat des lieux des Fablabs 2014Etat des lieux des Fablabs 2014
Etat des lieux des Fablabs 2014
polenumerique33
 
La lettre du CNC n°120
La lettre du CNC n°120La lettre du CNC n°120
La lettre du CNC n°120
LeCNC
 
YelloPark - Dossier de concertation préalable
YelloPark - Dossier de concertation préalableYelloPark - Dossier de concertation préalable
YelloPark - Dossier de concertation préalable
ostadium
 
Contenu du rapport - la contrefacon - une activite criminelle
Contenu du rapport - la contrefacon - une activite criminelleContenu du rapport - la contrefacon - une activite criminelle
Contenu du rapport - la contrefacon - une activite criminelle
WAITO Foundation
 
Mémoire Master Cinéma
Mémoire Master CinémaMémoire Master Cinéma
Mémoire Master Cinéma
Charlotte Bap
 
Crédit Immobilier de France - fin de cycles & perspectives
Crédit Immobilier de France - fin de cycles & perspectivesCrédit Immobilier de France - fin de cycles & perspectives
Crédit Immobilier de France - fin de cycles & perspectives
Bruno Risser
 
Evaluation des aides à la production cinématographique et audiovisuelle en ré...
Evaluation des aides à la production cinématographique et audiovisuelle en ré...Evaluation des aides à la production cinématographique et audiovisuelle en ré...
Evaluation des aides à la production cinématographique et audiovisuelle en ré...
LeCNC
 
dimensionnement et conception d'un convoyeur à bande
dimensionnement et conception d'un convoyeur à bandedimensionnement et conception d'un convoyeur à bande
dimensionnement et conception d'un convoyeur à bande
Hasni Zied
 
Complet micro-economie
Complet micro-economieComplet micro-economie
Complet micro-economie
Mohamed Harroch
 
La place et le rôle économique des droits d’auteur et des droits voisins dans...
La place et le rôle économique des droits d’auteur et des droits voisins dans...La place et le rôle économique des droits d’auteur et des droits voisins dans...
La place et le rôle économique des droits d’auteur et des droits voisins dans...
Dr Sebastien Poulain
 

Similaire à Etude couts de prod 12-03-15_ (20)

Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010) Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
 
La production cinématographique en 2016
La production cinématographique en 2016La production cinématographique en 2016
La production cinématographique en 2016
 
Les coûts de distribution des films français en 2014
Les coûts de distribution des films français en 2014Les coûts de distribution des films français en 2014
Les coûts de distribution des films français en 2014
 
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2008" (juin 2009)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2008" (juin 2009) Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2008" (juin 2009)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2008" (juin 2009)
 
RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...
RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...
RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...
 
Rallumer la télévision,10 propositions pour faire rayonner l’audiovisuel fran...
Rallumer la télévision,10 propositions pour faire rayonner l’audiovisuel fran...Rallumer la télévision,10 propositions pour faire rayonner l’audiovisuel fran...
Rallumer la télévision,10 propositions pour faire rayonner l’audiovisuel fran...
 
Couts distribution 2015 03-06-
Couts distribution 2015 03-06-Couts distribution 2015 03-06-
Couts distribution 2015 03-06-
 
Rapport cnc janv2013_lepers_portugal
Rapport cnc janv2013_lepers_portugalRapport cnc janv2013_lepers_portugal
Rapport cnc janv2013_lepers_portugal
 
Rapport de la Cour des comptes sur la coopération européenne en matière d'arm...
Rapport de la Cour des comptes sur la coopération européenne en matière d'arm...Rapport de la Cour des comptes sur la coopération européenne en matière d'arm...
Rapport de la Cour des comptes sur la coopération européenne en matière d'arm...
 
Etat des lieux des Fablabs 2014
Etat des lieux des Fablabs 2014Etat des lieux des Fablabs 2014
Etat des lieux des Fablabs 2014
 
La lettre du CNC n°120
La lettre du CNC n°120La lettre du CNC n°120
La lettre du CNC n°120
 
YelloPark - Dossier de concertation préalable
YelloPark - Dossier de concertation préalableYelloPark - Dossier de concertation préalable
YelloPark - Dossier de concertation préalable
 
Contenu du rapport - la contrefacon - une activite criminelle
Contenu du rapport - la contrefacon - une activite criminelleContenu du rapport - la contrefacon - une activite criminelle
Contenu du rapport - la contrefacon - une activite criminelle
 
Mémoire Master Cinéma
Mémoire Master CinémaMémoire Master Cinéma
Mémoire Master Cinéma
 
Projet is
Projet isProjet is
Projet is
 
Crédit Immobilier de France - fin de cycles & perspectives
Crédit Immobilier de France - fin de cycles & perspectivesCrédit Immobilier de France - fin de cycles & perspectives
Crédit Immobilier de France - fin de cycles & perspectives
 
Evaluation des aides à la production cinématographique et audiovisuelle en ré...
Evaluation des aides à la production cinématographique et audiovisuelle en ré...Evaluation des aides à la production cinématographique et audiovisuelle en ré...
Evaluation des aides à la production cinématographique et audiovisuelle en ré...
 
dimensionnement et conception d'un convoyeur à bande
dimensionnement et conception d'un convoyeur à bandedimensionnement et conception d'un convoyeur à bande
dimensionnement et conception d'un convoyeur à bande
 
Complet micro-economie
Complet micro-economieComplet micro-economie
Complet micro-economie
 
La place et le rôle économique des droits d’auteur et des droits voisins dans...
La place et le rôle économique des droits d’auteur et des droits voisins dans...La place et le rôle économique des droits d’auteur et des droits voisins dans...
La place et le rôle économique des droits d’auteur et des droits voisins dans...
 

Plus de LeCNC

L'économie de la télévision de rattrapage en 2015
L'économie de la télévision de rattrapage en 2015L'économie de la télévision de rattrapage en 2015
L'économie de la télévision de rattrapage en 2015
LeCNC
 
Présentation coûts de la production des films en 2014
Présentation coûts de la production des films en 2014Présentation coûts de la production des films en 2014
Présentation coûts de la production des films en 2014
LeCNC
 
Présentation coûts de distribution des films français en 2013
Présentation coûts de distribution des films français en 2013 Présentation coûts de distribution des films français en 2013
Présentation coûts de distribution des films français en 2013
LeCNC
 
La production cinématographique en 2014
La production cinématographique en 2014La production cinématographique en 2014
La production cinématographique en 2014
LeCNC
 
L'économie de la télévision de rattrapage en 2014
L'économie de la télévision de rattrapage en 2014L'économie de la télévision de rattrapage en 2014
L'économie de la télévision de rattrapage en 2014
LeCNC
 
bilan du Fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle - aide au développement d...
 bilan du Fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle - aide au développement d... bilan du Fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle - aide au développement d...
bilan du Fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle - aide au développement d...
LeCNC
 
Les pratiques de consommation de jeux vidéo des français
Les pratiques de consommation de jeux vidéo des français Les pratiques de consommation de jeux vidéo des français
Les pratiques de consommation de jeux vidéo des français
LeCNC
 

Plus de LeCNC (7)

L'économie de la télévision de rattrapage en 2015
L'économie de la télévision de rattrapage en 2015L'économie de la télévision de rattrapage en 2015
L'économie de la télévision de rattrapage en 2015
 
Présentation coûts de la production des films en 2014
Présentation coûts de la production des films en 2014Présentation coûts de la production des films en 2014
Présentation coûts de la production des films en 2014
 
Présentation coûts de distribution des films français en 2013
Présentation coûts de distribution des films français en 2013 Présentation coûts de distribution des films français en 2013
Présentation coûts de distribution des films français en 2013
 
La production cinématographique en 2014
La production cinématographique en 2014La production cinématographique en 2014
La production cinématographique en 2014
 
L'économie de la télévision de rattrapage en 2014
L'économie de la télévision de rattrapage en 2014L'économie de la télévision de rattrapage en 2014
L'économie de la télévision de rattrapage en 2014
 
bilan du Fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle - aide au développement d...
 bilan du Fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle - aide au développement d... bilan du Fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle - aide au développement d...
bilan du Fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle - aide au développement d...
 
Les pratiques de consommation de jeux vidéo des français
Les pratiques de consommation de jeux vidéo des français Les pratiques de consommation de jeux vidéo des français
Les pratiques de consommation de jeux vidéo des français
 

Etude couts de prod 12-03-15_

  • 1. les coûts de production des films en 2014 films d’initiative française ayant reçu l’agrément de production en 2014 les études du CNC mars 2015
  • 2. 2 Les coûts de production des films en 2014 Centre national du cinéma et de l’image animée Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55 www.cnc.fr ISSN : 1951-4743 Fanny Beuré, Benoît Danard, Alice Landrieu, Jessica Veyret
  • 3. Les coûts de production des films en 2014 3 Sommaire Synthèse ............................................................................................................................... 5 Méthodologie......................................................................................................................... 7 I. Coûts de production des films, tous genres confondus ............................................... 8 A. Structure de l’échantillon............................................................................................. 8 B. Les films retenus......................................................................................................... 8 C. Les films retenus selon leur coût total........................................................................10 D. Dépenses à l’étranger................................................................................................12 E. Crédit d’impôt ............................................................................................................13 II. Coûts de production des films de fiction.....................................................................14 A. Structure globale des coûts de production des films de fiction ...................................14 a. Répartition films de fiction selon le coût total de production...................................14 b. Répartition des dépenses .......................................................................................15 B. Les dépenses de rémunération..................................................................................17 a. Les droits artistiques...............................................................................................17 b. Les dépenses de personnel....................................................................................19 c. La rémunération des producteurs ...........................................................................20 d. Les coûts d’interprétation........................................................................................21 e. Les charges sociales ..............................................................................................23 C. Les dépenses techniques ..........................................................................................24 a. Les moyens techniques ..........................................................................................24 b. Les frais de pellicules et laboratoires ......................................................................26 D. Les dépenses de tournage ........................................................................................27 a. Les dépenses de décors et costumes.....................................................................27 b. Frais de transports, défraiements et régie...............................................................29 c. Frais d’assurances et divers ...................................................................................30 E. Structure des coûts de production selon le coût total .................................................31 a. Films dont le coût total est inférieur à 1 M€.............................................................32 b. Films dont le coût total est compris entre 1 M€ et 2,5 M€ .......................................34 c. Films dont le coût total est compris entre 2,5 M€ et 4 M€ .......................................35 d. Films dont le coût total est compris entre 4 M€ et 5,5 M€ .......................................36 e. Films dont le coût total est compris entre 5,5 M€ et 7 M€ .......................................37 f. Films dont le coût total est compris entre 7 M€ et 15 M€ ........................................38 g. Films dont le coût total est supérieur à 15 M€.........................................................39 III. Localisation des dépenses des films de fiction...........................................................41 A. Localisation globale des dépenses des films de fiction ..............................................41 B. Éclairage sur la localisation des dépenses techniques...............................................44 a. Frais de pellicules et laboratoires............................................................................44 b. Moyens techniques.................................................................................................45 C. Eclairage sur la localisation des dépenses de décors et de costumes .......................46
  • 4. 4 Les coûts de production des films en 2014 D. Eclairage sur la localisation des dépenses d’assurances et divers ............................47 E. Localisation des dépenses de production selon le coût total......................................47 a. Films dont le coût total est inférieur à 1 M€.............................................................49 b. Films dont le coût total est compris entre 1 M€ et 2,5 M€ .......................................50 c. Films dont le coût total est compris entre 2,5 M€ et 4 M€ .......................................51 d. Films dont le coût total est compris entre 4 M€ et 5,5 M€ .......................................52 e. Films dont le coût total est compris entre 5,5 M€ et 7 M€ .......................................53 f. Films dont le coût total est compris entre 7 M€ et 15 M€ ........................................54 g. Films dont le coût total est supérieur à 15 M€.........................................................55 IV. Crédit d’impôt des films de fiction ..............................................................................56 A. Méthodologie .............................................................................................................57 B. Présentation de l’échantillon ......................................................................................58 C. Structure des coûts de production des films...............................................................59 a. Structure des coûts de production ..........................................................................59 b. Localisation des dépenses de production ...............................................................61 D. Evaluation du crédit d’impôt.......................................................................................64 V. Coûts de production des documentaires et des films d’animation ..............................66 A. Films documentaires..................................................................................................66 a. Structure des coûts de production des films documentaires ...................................67 b. Localisation des dépenses des films documentaires...............................................68 c. Impact du crédit d’impôt sur les films documentaires..............................................70 B. Films d’animation.......................................................................................................71 a. Structure des coûts de production des films d’animation.........................................71 b. Les dépenses de production des films d’animation sur la période 2005-2013.........73 c. Localisation des dépenses des films d’animation....................................................74 d. Impact du crédit d’impôt sur les films d’animation ...................................................75 VI. ANNEXES .................................................................................................................76 ANNEXE 1 – Dépenses des films de fiction selon le coût total de production.....................76 ANNEXE 2 – Détail des dépenses de droits artistiques pour la fiction en 2014..................79 ANNEXE 3 – Détail des dépenses de personnel en 2014 ..................................................82 ANNEXE 4 – Détail des dépenses d’interprétation en 2014 ...............................................86 ANNEXE 5 – Liste des films ayant reçu l’agrément de production en 2014........................88 ANNEXE 6 – Descriptif du crédit d’impôt cinéma en vigueur dans sa nouvelle forme depuis le 1er janvier 2006 ..................................................................................................................92
  • 5. Les coûts de production des films en 2014 5 Synthèse Pour la douzième année consécutive, le CNC a réalisé une étude sur la structure des coûts de production des films d’initiative française ayant reçu un agrément de production. Cette étude est réalisée à partir des coûts définitifs des films, c’est-à-dire une fois le tournage du film achevé. L’analyse donne un éclairage sur la répartition des dépenses de fabrication d’un film en fonction de son coût total et sur la localisation des dépenses en France et à l’étranger. En 2014, 202 films d’initiative française (tous genres confondus) ont obtenu un agrément de production (197 films en 2013), pour un volume de dépenses de 1 023,16 M€, soit une augmentation de 4,6 % par rapport à 2013. Il convient de rappeler que le périmètre de cette étude est différent de celui du bilan annuel de la production cinématographique qui s’attache à l’année d’agrément des investissements et non à celle de l’agrément de production. Or, il se passe en moyenne 18 mois entre les deux agréments. Ainsi, seuls 2,2 % des films ayant reçu l’agrément de production en 2014 ont obtenu un agrément des investissements préalable la même année, 42,0 % d’entre eux l’ont reçu en 2013, 46,4 % en 2012 et 9,4 % entre 2009 et 2011. Progression des coûts de production de la fiction Le coût moyen des films de fiction progresse en 2014 (+3,2 % par rapport à 2013), à 5,75 M€. Cette hausse est essentiellement due au plus grand nombre de films de fiction au coût compris entre 5,5 M€ et 15 M€ (+14 films par rapport à 2013). Le coût médian des films de fiction augmente également en 2014 : +16,4 %, à 4,33 M€. Stabilité de la structure des coûts En 2014, le poids des principaux postes de coût est relativement stable par rapport à 2013. Les dépenses de rémunération (droits artistiques, frais de personnel, rémunérations des producteurs, dépenses d’interprétation et charges sociales) composent toujours plus de la moitié du coût moyen d’un film (57,9 % en 2014, 58,6 % en 2013). Au sein de cet ensemble, les principaux coûts de fabrication sont : le personnel (19,6 % du coût total en 2014, 19,5 % en 2013), les charges sociales (12,1 % du coût total en 2014, comme en 2013) et l’interprétation (11,4 % du coût total en 2014, 13,2 % en 2013). La part des dépenses de tournage représente 30,6 % des coûts de production des films de fiction en 2014 (30,1 % en 2013), et celle des dépenses techniques 11,4 % (11,3 % en 2013). Entre 2005 et 2014, la structure des dépenses de rémunération évolue assez peu. En dépit des variations annuelles, les dépenses de personnel et celles relatives aux charges sociales ont un poids stable, composant respectivement environ le tiers et 20 % de l’ensemble des dépenses des rémunérations. Sur la période, le poids, dans les rémunérations, des dépenses relatives à l’interprétation diminue (-2,2 points), tandis que celle dévolue aux droits artistiques progresse (+2,5 points).
  • 6. 6 Les coûts de production des films en 2014 Légère baisse des dépenses d’interprétation En 2014, le poids du poste « interprétation » s’élève en moyenne à 11,4 % (13,2 % en 2013). Il augmente avec le coût du film. Il se situe entre 6,6 % pour les films au coût inférieur à 1 M€ et 13,9 % pour les films au coût supérieur à 15 M€. En 2014, la part des dépenses allouées aux rôles principaux diminue de 1,6 point, à 7,1 % du coût total. Là encore, cette part varie fortement selon le coût du film. Elle est de 4,1 % pour les films à moins de 1 M€ et de 9,6 % pour les films à plus de 15 M€ en 2014. La tendance générale, observée en 2014, à la baisse du poids des rémunérations des rôles principaux, n’est pas la même pour les films des différentes tranches de coûts. En effet, cette baisse est surtout le fait des films aux coûts supérieurs à 15 M€ (-2,1 points) et de ceux aux coûts compris entre 4 M€ et 5,5 M€ (-2,1 points également). A l’inverse, le poids de ce poste pour les films à moins de 1 M€ progresse de 1,3 point. Effet relocalisant du crédit d’impôt cinéma pour les films de fiction Les films bénéficiant du crédit d’impôt réalisent 6,5 % de leurs dépenses à l’étranger en 2014, contre 48,1 % pour les films sans crédit d’impôt. L’effet relocalisant du crédit d’impôt est encore plus marqué sur certaines dépenses. Ainsi, les films avec crédit d’impôt réalisent plus de 90 % de leurs dépenses en France sur des postes qui sans ce dispositif sont couramment délocalisés. En 2014, les films bénéficiant du crédit d’impôt dépensent 33,33 M€ à l’étranger (6,5 % de leurs dépenses totales de production). 20,3 % de ces dépenses extranationales sont liées au personnel, tandis que 13,9 % sont captées par le poste « assurances et divers » et que 13,4 % sont consacrées à la rémunération des interprètes. Viennent ensuite les dépenses de transports, défraiement et régie (12,6 %) et celles relatives aux moyens techniques (9,3 %). 414,31 M€ de crédit d’impôt cinéma en dix ans Sur l’ensemble de la période 2005-2014, le montant total de crédit d’impôt cinéma atteint 414,31 M€, soit 18,6 % des dépenses totales éligibles (19,9 % en 2014) et 8,3 % du coût total des films (9,6 % en 2014). En 2014, le montant total du crédit d’impôt s’élève à 49,16 M€, soit un montant moyen de 496 584 € par film bénéficiaire. En appliquant aux films bénéficiaires du crédit d’impôt la part de dépenses en France réalisée par les films qui n’en sont pas bénéficiaires à savoir 59,4 %, le montant de leurs dépenses en France s’élèverait à 2 971,82 M€ au lieu de 4 767,94 M€. De 2005 à 2014, le crédit d’impôt aurait donc permis de relocaliser 1 796,12 M€ de dépenses sur le territoire national.
  • 7. Les coûts de production des films en 2014 7 Méthodologie Le CNC a réalisé une étude sur la structure des coûts de production de l’ensemble des films d’initiative française ayant reçu un agrément de production sur la période 2005-2014. L’analyse, construite à partir des données de l’agrément de production, appréhende les coûts définitifs de production des films. Les devis prévisionnels, communiqués au CNC dans les dossiers d’agrément des investissements, avant tournage, peuvent en effet subir des évolutions non négligeables. Il convient de rappeler que l’agrément de production peut être délivré de deux façons : soit lorsque l’entreprise de production a reçu des sommes au titre de l’agrément des investissements pour le tournage du film (il permet ainsi de rendre cet octroi définitif), soit directement au titre de la production d’œuvres cinématographiques achevées, lorsque l’agrément des investissements n’est pas requis. Le périmètre de cette étude est différent de celui du bilan annuel de la production cinématographique, qui s’attache à l’année d’agrément des investissements. Certaines analyses peuvent ainsi apparaître divergentes entre les deux études. Parmi les 202 films ayant reçu l’agrément de production en 2014, 21 films (10,4 %) l’ont obtenu directement. Parmi les 181 films ayant reçu au préalable un agrément des investissements, 2,2 % l’ont reçu en 2014, 42,0 % en 2013, 46,4 % en 2012 et 9,4 % entre 2009 et 2011. Les fiches de coûts utilisées pour cette analyse sont renseignées de manière déclarative par les entreprises de production et envoyées au service du soutien à la production et à la distribution du CNC. Ces données sont, par conséquent, à considérer avec les précautions d’usage. Les résultats de cette étude livrent un éclairage sur la répartition des coûts de production des films d’initiative française et sur la localisation des dépenses en France ou à l’étranger. Pour la dixième année, cette étude présente une analyse spécifique des films bénéficiant du crédit d’impôt. Les films documentaires ainsi que les longs métrages d’animation font l’objet d’une analyse distincte, compte tenu de la structure de production spécifique à chaque genre. Il convient de préciser que certaines données relatives aux années antérieures à 2014 ont fait l’objet de corrections.
  • 8. 8 Les coûts de production des films en 2014 I. Coûts de production des films, tous genres confondus A. Structure de l’échantillon L’étude porte sur 1 802 films d’initiative française ayant reçu l’agrément de production entre 2005 et 2014. Certains films ne peuvent être inclus dans l’analyse, faute de détails suffisants sur leurs coûts. C’est le cas de trois titres en 2006 (Bab’ Aziz, le prince qui contemplait son âme, le Domaine perdu et Quelques jours en septembre), de deux titres en 2007 (Barakat et Franklin et le trésor du lac) et de trois titres en 2014 (Nuits Blanches sur la Jetée, Vandal et Au Bord du Monde). B. Les films retenus En 2014, 202 films d’initiative française ont obtenu un agrément de production, soit le deuxième niveau de production le plus élevé de la décennie, après 2012 (204 films). Parmi les films ayant reçu l’agrément de production en 2014, 21 films (10,4 %) l’ont obtenu directement, dont 10 fictions et 11 documentaires. Les films de l’échantillon 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 fiction 160 126 142 141 141 160 137 165 164 161 documentaire 21 12 20 23 31 26 30 31 27 31 animation 2 3 4 5 5 4 6 8 6 10 total 183 141 166 169 177 190 173 204 197 202 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC En 2014, les films d’initiative française cumulent 1 023,16 M€ de dépenses de production, soit une augmentation de 4,6 % par rapport à 2013. Il s’agit d’un montant largement supérieur à la moyenne observée sur les dix années d’analyse (895,41 M€). Cette progression est en partie imputable à celle du nombre de films ayant reçu l’agrément de production en 2014 (+2,5 % par rapport à 2013, c'est-à-dire 5 films de plus). Coûts totaux de production des films (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 fiction 771,38 671,95 636,03 840,04 833,04 940,74 637,37 934,68 912,81 925,06 documentaire 26,00 6,67 20,19 21,09 23,75 87,68 23,46 14,64 16,87 35,96 animation 20,20 29,42 76,09 39,13 48,50 63,93 80,89 105,80 48,65 62,14 total 817,59 708,04 732,30 900,26 905,29 1092,35 741,71 1 055,11 978,33 1 023,16 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC
  • 9. Les coûts de production des films en 2014 9 Un film agréé en 2014 coûte en moyenne 5,07 M€, contre 4,97 M€ pour un film agréé en 2013. Cette hausse de 2,0 % est liée à celle du nombre de films dont le coût est compris entre 5,5 M€ et 7 M€ (+10 films par rapport à 2013). Depuis 2005, le coût moyen des films d’initiative française agréés progresse en moyenne de 2,0 % par an alors que l’indice des prix à la consommation augmente de 1,4 % par an en moyenne sur la période Le coût moyen des films de fiction progresse en 2014 (+3,2 % par rapport à 2013), à 5,75 M€. Cette hausse est essentiellement due au plus grand nombre de films de fiction au coût compris entre 5,5 M€ et 15 M€ (+14 films par rapport à 2013). Le coût médian des films de fiction augmente également en 2014 : +16,4%, à 4,33 M€. En 2014, le coût moyen des documentaires progresse très fortement (+85,6 %), pour s’établir à 1,16 M€. Cette hausse est liée à la présence, en 2014, du documentaire Amazonia, au coût exceptionnellement élevé de 12,69 M€, qui en fait le deuxième documentaire le plus coûteux de la décennie. Le coût médian d’un film documentaire s’élève à 0,29 M€ en 2014 (-37,2 % par rapport à 2013). Le coût moyen des films d’animation diminue de 23,4 %, à 6,21 M€ en 2014. Contrairement à 2013, où aucun film n’était dans ce cas, un film affiche pourtant des dépenses supérieures à 15 M€ (Jack et la Mécanique du cœur, à 25,30 M€). Les autres films d’animation ayant reçu l’agrément de production en 2014 ont des dépenses très modérées, notamment Jasmine (0,66 M€) et Conversation Animée Avec Noam Chomsky (0,35 M€). Le coût médian des films d’animation passe de 8,22 M€ en 2013 à 4,67 M€ en 2014 (-43,1 %). Coûts moyens de production des films (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 fiction 4,82 5,33 4,48 5,96 5,91 5,88 4,65 5,66 5,57 5,75 documentaire 1,24 0,56 1,01 0,92 0,77 3,37 0,78 0,47 0,62 1,16 animation 10,10 9,81 19,02 7,83 9,70 15,98 13,48 13,22 8,11 6,21 total 4,47 5,02 4,41 5,33 5,11 5,75 4,29 5,17 4,97 5,07 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC Coûts médians de production des films (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 fiction 3,66 3,29 2,66 3,55 3,89 3,42 3,29 4,16 3,72 4,33 documentaire 0,48 0,40 0,49 0,54 0,49 0,51 0,54 0,33 0,47 0,29 animation 10,10 4,47 8,72 6,90 11,19 6,13 4,65 9,39 8,22 4,67 total 3,45 3,06 2,50 3,16 3,47 3,10 2,76 3,39 3,11 3,42 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC 42,6 % des films d’initiative française ayant obtenu un agrément de production en 2014 sont financés par une ou plusieurs chaînes de télévision gratuites, contre 48,2 % en 2013 et 52,5 % en 2012. Deux films agréés en 2014 sont financés simultanément par deux chaînes gratuites.
  • 10. 10 Les coûts de production des films en 2014 Nombre de films coproduits par une chaîne gratuite 1 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 TF1 29 18 19 23 19 14 19 17 15 15 France 2 29 25 26 25 29 33 26 35 33 27 France 3 23 16 16 29 16 31 15 32 24 28 Arte 13 12 16 11 12 15 10 16 17 10 M6 9 8 6 10 12 8 3 8 7 7 Direct 8 - - - - - - - - 3 1 total 2 99 75 79 93 84 95 71 107 95 86 1 Ont été financés simultanément par deux chaînes gratuites : 4 films en 2005, 4 en 2006, 4 en 2007, 5 en 2008, 4 en 2009, 6 en 2010, 2 en 2011,1 en 2012, 4 en 2013 et 2 en 2014. 2 En raison des films simultanément financés par deux chaînes gratuites, le total n’est pas égal à la somme des résultats par chaîne. Source : CNC C. Les films retenus selon leur coût total La part des films au coût compris entre 2,5 M€ et 5,5 M€ diminue en 2014 (-4,6 points par rapport à 2013, à 22,3 %), ainsi que celle des films au coût supérieur à 15 M€ (-1,6 point, à 5,0 %). A l’opposé, le poids des films au coût compris entre 5,5 M€ et 15 M€ progresse, à 28,2 % en 2014 (+6,4 points par rapport à 2013). En 2014, la part des films au coût inférieur à 2,5 M€ est stable : ils composent 44,6 % de la production, contre 47,6 % en 2013. Nombre de films selon le coût de production 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 moins de 1 M€ 36 28 36 28 36 36 45 46 50 48 1 M€ à 2,5 M€ 42 30 47 47 41 45 37 34 38 42 2,5 M€ à 4 M€ 31 28 27 24 27 31 28 33 26 20 4 M€ à 5,5 M€ 30 16 9 13 11 15 18 21 27 25 5,5 M€ à 7 M€ 11 10 13 23 14 15 12 22 11 21 7 M€ à 15 M€ 25 20 27 23 38 34 28 37 32 36 plus de 15 M€ 8 9 7 11 10 14 5 11 13 10 total 183 141 166 169 177 190 173 204 197 202 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC Répartition des films selon le coût de production (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 moins de 1 M€ 19,7 19,9 21,7 16,6 20,3 18,9 26,0 22,5 25,4 23,8 1 M€ à 2,5 M€ 23,0 21,3 28,3 27,8 23,2 23,7 21,4 16,7 19,3 20,8 2,5 M€ à 4 M€ 16,9 19,9 16,3 14,2 15,3 16,3 16,2 16,2 13,2 9,9 4 M€ à 5,5 M€ 16,4 11,3 5,4 7,7 6,2 7,9 10,4 10,3 13,7 12,4 5,5 M€ à 7 M€ 6,0 7,1 7,8 13,6 7,9 7,9 6,9 10,8 5,6 10,4 7 M€ à 15 M€ 13,7 14,2 16,3 13,6 21,5 17,9 16,2 18,1 16,2 17,8 plus de 15 M€ 4,4 6,4 4,2 6,5 5,6 7,4 2,9 5,4 6,6 5,0 total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC Les coûts moyens des films selon les différentes tranches de coût est relativement stable dans le temps, en particulier pour les films au coût compris entre 2,5 M€ et 7 M€. Les films au coût compris entre 1 M€ et 2,5 M€, ceux au coût compris entre 7 M€ et 15 M€ et ceux au coût supérieur 15 M€ affichent en 2014 des hausse respectives de leur coût moyen de 10,6 %, de 5,9 % et de 6,9 % par rapport à 2013.
  • 11. Les coûts de production des films en 2014 11 Entre 2013 et 2014, les films de la tranche de coût la plus faible (moins de 1 M€) enregistrent une baisse de leur coût moyen (-17,7 %, à 0,36 M€). Ceci est en partie imputable à la progression du nombre de films produits avec moins de 80 000 € : ils sont trois en 2014, alors qu’aucun film n’était dans ce cas en 2013. Depuis 2005, le budget moyen des films au coût inférieur à 1 M€ diminue en moyenne de 4,2 % par an. Coûts moyens des films selon le coût de production (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 moins de 1 M€ 0,53 0,51 0,50 0,48 0,53 0,51 0,51 0,38 0,44 0,36 1 M€ à 2,5 M€ 1,62 1,66 1,66 1,78 1,75 1,71 1,67 1,75 1,61 1,79 2,5 M€ à 4 M€ 3,30 3,14 3,20 3,25 3,36 3,17 3,19 3,23 3,22 3,30 4 M€ à 5,5 M€ 4,75 4,79 4,42 4,66 4,80 4,73 4,66 4,70 4,71 4,78 5,5 M€ à 7 M€ 6,01 6,00 6,19 6,15 6,22 6,21 6,22 6,19 6,12 6,15 7 M€ à 15 M€ 9,98 10,15 9,92 9,86 9,47 9,91 9,44 10,18 9,23 9,78 plus de 15 M€ 21,27 24,04 23,12 26,95 22,34 28,41 28,95 23,63 24,71 26,42 total 4,47 5,02 4,41 5,33 5,11 5,75 4,29 5,17 4,97 5,07 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC Coûts médians des films selon le coût de production (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 moins de 1 M€ 0,47 0,49 0,47 0,47 0,47 0,51 0,49 0,33 0,41 0,29 1 M€ à 2,5 M€ 1,54 1,67 1,69 1,81 1,80 1,72 1,61 1,77 1,64 1,93 2,5 M€ à 4 M€ 3,49 3,16 3,25 3,33 3,60 3,12 3,13 3,13 3,27 3,36 4 M€ à 5,5 M€ 4,81 4,78 4,15 4,61 5,00 4,77 4,56 4,76 4,73 4,71 5,5 M€ à 7 M€ 5,89 5,91 6,12 6,13 6,19 6,34 6,31 6,18 6,07 5,95 7 M€ à 15 M€ 10,04 9,44 9,89 9,08 9,07 9,43 9,31 9,65 8,76 9,09 plus de 15 M€ 21,37 21,57 18,67 17,12 22,94 26,01 24,15 23,70 24,38 25,69 total 3,45 3,06 2,50 3,16 3,47 3,10 2,76 3,39 3,11 3,42 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC Coûts minimums de production des films 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 moins de 1 M€ 0,11 0,13 0,17 0,03 0,20 0,09 0,03 0,06 0,10 0,06 1 à 2,5 M€ 1,00 1,02 1,00 1,02 1,00 1,07 1,01 1,05 1,03 1,00 2,5 à 4 M€ 2,51 2,53 2,51 2,61 2,53 2,50 2,53 2,55 2,50 2,50 4 à 5,5 M€ 4,04 4,13 4,02 4,16 4,03 4,01 4,06 4,01 4,10 4,04 5,5 à 7 M€ 5,55 5,54 5,61 5,52 5,67 5,52 5,57 5,51 5,53 5,52 7 à 15 M€ 7,23 7,08 7,14 7,07 7,16 7,01 7,10 7,03 7,06 7,09 plus de 15 M€ 16,82 15,01 15,38 15,16 15,03 16,54 15,27 15,47 15,11 15,62 total 0,11 0,13 0,17 0,03 0,20 0,09 0,03 0,06 0,10 0,06 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC Coûts maximums de production des films 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 moins de 1 M€ 0,98 0,98 0,99 0,90 0,99 0,98 0,99 0,90 0,98 0,89 1 à 2,5 M€ 2,49 2,47 2,49 2,48 2,48 2,49 2,45 2,48 2,39 2,50 2,5 à 4 M€ 3,98 3,89 3,97 3,97 3,97 3,97 3,99 3,98 3,94 3,99 4 à 5,5 M€ 5,49 5,50 5,28 5,23 5,32 5,45 5,41 5,46 5,48 5,50 5,5 à 7 M€ 6,70 6,96 6,74 6,97 6,96 6,94 6,70 6,91 7,00 6,92 7 à 15 M€ 14,20 14,99 14,68 13,72 14,54 14,69 12,88 14,73 13,99 14,99 plus de 15 M€ 26,12 42,97 54,58 74,98 28,84 57,13 56,40 37,82 60,34 42,52 total 26,12 42,97 54,58 74,98 28,84 57,13 56,40 37,82 60,34 42,52 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC
  • 12. 12 Les coûts de production des films en 2014 D. Dépenses à l’étranger En 2014, 233,19 M€ de dépenses ont été réalisées à l’étranger, tous genre confondus, soit une progression de 1,6 % par rapport en 2013. Il s’agit du montant le plus élevé depuis la mise en place de l’étude. 132 films, tous genres confondus, réalisent des dépenses à l’étranger en 2014 (114 films en 2013). Films effectuant des dépenses de production à l’étranger 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 fiction 78 65 75 73 88 100 81 109 95 105 documentaire 13 10 16 9 19 14 19 19 15 19 animation 2 3 3 4 5 3 5 8 4 8 total 93 78 94 86 112 117 105 136 114 132 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC La part des dépenses effectuées hors de France diminue légèrement en 2014 : elle s’élève à 22,8 % du total des dépenses des films agrées, contre 23,5 % en 2013. Cette part de dépenses à l’étranger varie selon le genre du film : elle est de 23,1 % pour la fiction et de 24,1 % pour l’animation, contre 18,0 % pour le documentaire. Dépenses réalisées à l’étranger (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 fiction 115,73 102,45 72,37 122,49 118,86 171,90 83,63 157,98 214,76 213,34 documentaire 2,87 1,10 4,32 1,55 2,43 20,28 2,99 2,18 1,83 8,66 animation 5,35 14,10 3,21 7,61 15,74 3,73 8,20 23,81 12,87 11,19 total 123,95 117,65 79,90 131,65 137,03 195,91 94,83 183,97 229,45 233,19 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC Dépenses réalisées en France (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 fiction 655,65 569,49 563,66 717,55 714,19 768,84 553,73 776,70 698,05 711,72 documentaire 23,13 5,57 15,86 19,54 21,31 67,40 20,47 12,46 15,05 27,30 animation 14,86 15,33 72,88 31,52 32,75 60,20 72,69 81,98 35,78 50,95 total 693,64 590,40 652,40 768,62 768,26 896,44 646,88 871,14 748,88 789,97 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC
  • 13. Les coûts de production des films en 2014 13 E. Crédit d’impôt En 2014, 113 films sont bénéficiaires du crédit d’impôt, tous genres confondus. Le montant total de crédit d’impôt alloué à ces films s’élève à 55,53 M€. Nombre de films bénéficiaires du crédit d’impôt 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 fiction 60 83 96 103 98 99 80 103 92 98 documentaire 2 1 4 9 10 9 11 6 11 7 animation - 2 3 4 4 4 5 6 6 8 total 62 86 103 116 112 112 96 115 109 113 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC Montant de crédit d’impôt accordé (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 fiction 20,55 32,86 39,71 48,23 49,67 46,65 35,42 51,76 40,28 49,16 documentaire 0,09 0,06 0,16 1,25 0,80 3,06 1,06 0,38 0,80 2,23 animation - 1,06 2,06 3,16 3,60 2,31 2,18 4,48 4,04 4,14 total 20,64 33,99 41,93 52,64 54,07 52,03 38,66 56,63 45,13 55,53 Base : FIF (tous genres confondus). Source : CNC
  • 14. 14 Les coûts de production des films en 2014 II. Coûts de production des films de fiction A. Structure globale des coûts de production des films de fiction a. Répartition films de fiction selon le coût total de production En 2014, 161 films d’initiative française de fiction ont reçu un agrément de production, soit trois films de moins qu’en 2013. Il s’agit du troisième nombre annuel de films le plus élevé depuis la mise en place de l’étude. Films de fiction selon le coût de production 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 moins de 1 M€ 19 17 22 9 10 16 20 19 27 20 1 à 2,5 M€ 40 29 44 44 37 43 33 30 34 40 2,5 à 4 M€ 30 27 24 23 27 29 25 32 26 18 4 à 5,5 M€ 30 15 8 12 10 13 16 19 26 22 5,5 à 7 M€ 10 10 13 21 13 15 12 22 10 18 7 à 15 M€ 24 20 25 21 34 32 27 35 28 34 plus de 15 M€ 7 8 6 11 10 12 4 8 13 9 total 160 126 142 141 141 160 137 165 164 161 Base : FIF de fiction. Source : CNC. La répartition de ces films selon leur coût évolue légèrement entre 2013 et 2014. La part des films dont le budget est inférieur à 1 M€ diminue de 4,0 points à 12,4 % ; tout comme la part des films au coût supérieur à 15 M€ (-2,3 points, à 5,6 %), celle des films au coût compris entre 2,5 M€ et 4 M€ (-4,7 points, à 11,2 %) et celle des films au coût compris entre 4 M€ et 5,5 M€ (-2,2 points, à 13,7 %). Dans le même temps, la part des films au coût compris entre 1 M€ et 2,5 M€ progresse de 4,1 points, à 24,8 %, tout comme celle des films au coût compris entre 5,5 M€ et 7 M€ (+5,1 points, à 11,2 %) et celle des films au coût compris entre 7 M€ et 15 M€ (+4,0 points, à 21,1 %). Répartition des films de fiction selon le coût de production (%) Base : FIF de fiction. Source : CNC. 11,9 13,5 15,5 6,4 7,1 10,0 14,6 11,5 16,5 12,4 25,0 23,0 31,0 31,2 26,2 26,9 24,1 18,2 20,7 24,8 18,8 21,4 16,9 16,3 19,1 18,1 18,2 19,4 15,9 11,2 18,8 11,9 5,6 8,5 7,1 8,1 11,7 11,5 15,9 13,7 6,3 7,9 9,2 14,9 9,2 9,4 8,8 13,3 6,1 11,2 15,0 15,9 17,6 14,9 24,1 20,0 19,7 21,2 17,1 21,1 4,4 6,3 4,2 7,8 7,1 7,5 2,9 4,8 7,9 5,6 0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0% 50,0% 60,0% 70,0% 80,0% 90,0% 100,0% 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 plus de 15 M€ 7 à 15 M€ 5,5 à 7 M€ 4 à 5,5 M€ 2,5 à 4 M€ 1 à 2,5 M€ moins de 1 M€
  • 15. Les coûts de production des films en 2014 15 b. Répartition des dépenses L’ensemble des postes de production se divise en trois catégories : • les rémunérations regroupant les droits artistiques, le personnel, l’interprétation, les charges sociales et la rémunération du producteur ; • les coûts techniques constitués des moyens techniques et des dépenses de pellicules et de laboratoires ; • les coûts de tournage intégrant les décors et costumes, les transports, défraiements, frais de régie, les assurances et divers. En 2014, le poids des principaux postes de coût est relativement stable par rapport à 2013. Les postes relatifs aux rémunérations (hors participations) composent toujours plus de la moitié du coût moyen d’un film (57,9 % en 2014, 58,6 % en 2013). Au sein de cet ensemble, les principaux coûts de fabrication sont : le personnel (19,6 % du coût total en 2014, 19,5 % en 2013), les charges sociales (12,1 % du coût total en 2014, comme en 2013) et l’interprétation (11,4 % du coût total en 2014, 13,2 % en 2013). La part des dépenses de tournage représente 30,6 % des coûts de production des films de fiction en 2014 (30,1 % en 2013), et celle des dépenses techniques 11,4 % (11,3 % en 2013). La structure des coûts de production des films de fiction évolue légèrement sur les dix années étudiées : elle présente une baisse des dépenses techniques (-3,5 points entre 2005 et 2014) au profit des dépenses de tournage (+2,5 points) et des rémunérations (+1,0 point). Principaux postes de coût de production des films de fiction (%) Base : FIF de fiction. Source : CNC. 57,0 57,9 56,8 54,6 56,3 56,1 58,3 58,6 58,6 57,9 15,0 14,1 14,4 14,3 13,3 13,5 11,9 12,2 11,3 11,4 28,1 28,0 28,8 31,1 30,5 30,4 29,7 29,2 30,1 30,6 0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0% 50,0% 60,0% 70,0% 80,0% 90,0% 100,0% 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 rémunérations technique tournage
  • 16. 16 Les coûts de production des films en 2014 Répartition des coûts de production des films de fiction (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 rémunérations 57,0 57,9 56,8 54,6 56,3 56,1 58,3 58,6 58,6 57,9 droits artistiques 8,2 9,5 7,7 7,1 8,2 8,9 9,4 9,5 8,5 9,8 personnel 19,4 18,0 18,9 18,5 19,4 19,7 18,8 20,0 19,5 19,6 rémunération producteur 4,8 5,6 4,9 4,2 5,0 4,9 5,1 5,5 5,3 5,0 interprétation 12,5 13,1 12,6 12,9 11,4 10,9 12,1 10,9 13,2 11,4 charges sociales 12,1 11,7 12,7 12,0 12,2 11,8 13,0 12,5 12,1 12,1 technique 15,0 14,1 14,4 14,3 13,3 13,5 11,9 12,2 11,3 11,4 moyens techniques 9,0 9,0 8,8 9,8 8,5 9,0 7,7 8,5 8,5 8,8 pellicules-laboratoires 6,0 5,1 5,6 4,5 4,7 4,5 4,2 3,7 2,8 2,7 tournage 28,1 28,0 28,8 31,1 30,5 30,4 29,7 29,2 30,1 30,6 décors et costumes 7,2 7,5 7,8 8,8 8,3 9,1 7,6 7,1 7,8 8,2 transports, défraiements, régie 9,2 9,0 9,2 9,8 9,4 9,4 10,2 10,1 9,3 10,4 assurances et divers 5,8 5,7 6,0 6,8 6,3 5,7 5,7 6,1 6,9 6,1 divers 1 5,9 5,9 5,8 5,7 6,4 6,2 6,3 5,9 6,1 6,0 total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 1 Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus. Base : FIF de fiction. Source : CNC. Coûts totaux de production des films de fiction (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 rémunérations 439,50 389,00 361,14 459,08 468,98 528,00 371,69 547,56 534,54 536,01 droits artistiques 63,27 63,93 48,98 59,62 68,65 83,65 59,98 89,18 77,69 90,43 personnel 149,63 120,85 119,89 155,21 161,28 184,94 119,52 186,98 178,04 181,37 rémunération producteur 36,96 37,47 31,35 35,48 41,83 45,71 32,48 51,83 48,30 46,63 interprétation 96,11 88,14 80,18 108,30 95,20 102,52 77,11 102,27 120,41 105,51 charges sociales 93,54 78,62 80,74 100,47 102,01 111,19 82,59 117,30 110,12 112,07 technique 115,38 94,79 91,52 120,11 110,39 126,94 76,08 114,43 103,32 105,86 moyens techniques 69,38 60,78 55,73 82,30 70,99 84,21 49,22 79,48 77,78 80,97 pellicules-laboratoires 46,00 34,01 35,79 37,80 39,40 42,73 26,85 34,95 25,54 24,90 tournage 216,50 188,16 183,37 260,86 253,68 285,79 189,60 272,69 274,95 283,18 décors et costumes 55,90 50,12 49,86 73,57 69,53 85,52 48,66 66,56 71,46 75,64 transports, défraiements, régie 70,61 60,44 58,24 81,91 78,20 88,25 64,90 94,15 84,71 96,00 assurances et divers 44,49 38,10 38,09 57,22 52,52 53,78 36,11 56,95 62,82 56,48 divers 1 45,49 39,49 37,18 48,16 53,44 58,24 39,93 55,03 55,96 55,07 total 771,38 671,95 636,03 840,04 833,04 940,74 637,37 934,68 912,81 925,06 1 Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus. Base : FIF de fiction. Source : CNC. Coût moyen de production des films de fiction (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 rémunérations 2,75 3,09 2,54 3,26 3,33 3,30 2,71 3,32 3,26 3,33 droits artistiques 0,40 0,51 0,34 0,42 0,49 0,52 0,44 0,54 0,47 0,56 personnel 0,94 0,96 0,84 1,10 1,14 1,16 0,87 1,13 1,09 1,13 rémunération producteur 0,23 0,30 0,22 0,25 0,30 0,29 0,24 0,31 0,29 0,29 interprétation 0,60 0,70 0,56 0,77 0,68 0,64 0,56 0,62 0,73 0,66 charges sociales 0,58 0,62 0,57 0,71 0,72 0,69 0,60 0,71 0,67 0,70 technique 0,72 0,75 0,64 0,85 0,78 0,79 0,56 0,69 0,63 0,66 moyens techniques 0,43 0,48 0,39 0,58 0,50 0,53 0,36 0,48 0,47 0,50 pellicules-laboratoires 0,29 0,27 0,25 0,27 0,28 0,27 0,20 0,21 0,16 0,15 tournage 1,35 1,49 1,29 1,85 1,80 1,79 1,38 1,65 1,68 1,76 décors et costumes 0,35 0,40 0,35 0,52 0,49 0,53 0,36 0,40 0,44 0,47 transports, défraiements, régie 0,44 0,48 0,41 0,58 0,55 0,55 0,47 0,57 0,52 0,60 assurances et divers 0,28 0,30 0,27 0,41 0,37 0,34 0,26 0,35 0,38 0,35 divers 1 0,28 0,31 0,26 0,34 0,38 0,36 0,29 0,33 0,34 0,34 total 4,82 5,33 4,48 5,96 5,91 5,88 4,65 5,66 5,57 5,75 1 Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus. Base : FIF de fiction. Source : CNC.
  • 17. Les coûts de production des films en 2014 17 B. Les dépenses de rémunération Les dépenses de rémunération incluent les droits artistiques, les frais de personnel, les rémunérations des producteurs, les dépenses d’interprétation et les charges sociales. Entre 2005 et 2014, la structure des dépenses de rémunération évolue assez peu. En dépit des variations annuelles, les dépenses de personnel et celles relatives aux charges sociales ont un poids stable, composant respectivement environ le tiers et 20 % de l’ensemble des dépenses des rémunérations. Sur la période, le poids des dépenses relatives à l’interprétation diminue (-2,2 points), tandis que celle dévolue aux droits artistiques progresse (+2,5 points). Répartition des dépenses de rémunérations (%) Base : FIF de fiction. Source : CNC. a. Les droits artistiques1 Les droits artistiques s’élèvent à 90,43 M€ en 2014, soit une augmentation de 16,4 % par rapport à 2013. En 2014, 81,0 % des dépenses relatives aux droits artistiques sont captés par quatre sous- postes : le sujet, les coûts d’adaptation et dialogues, les droits d'auteur du réalisateur et les droits musicaux. En 2014, les dépenses relatives au sujet représentent 29,69 M€, soit le plus haut niveau observé depuis la mise en place de l’étude et 3,2 % du coût total (comme en 2013). Ce niveau exceptionnel de dépenses s’explique par la présence de cinq films de fiction consacrant plus de 1 M€ à ce poste de coût : Une Rencontre, Mea Culpa, Malavita, Or Noir, Supercondriaque (ce dernier y consacrant 3,88 M€). Ces films cumulent 9,38 M€ de dépenses, soit 31,6 % du total observé sur ce poste. De la même façon, cinq films allouaient plus de 1 M€ à ce poste en 2013, concentrant 34,3 % des dépenses relatives au poste « sujet ». 1 Le détail des dépenses en droits artistiques par tranche de coût est présenté en annexe 2, page 86. 14,4 16,4 13,6 13,0 14,6 15,8 16,1 16,3 14,5 16,9 34,0 31,1 33,2 33,8 34,4 35,0 32,2 34,1 33,3 33,8 8,4 9,6 8,7 7,7 8,9 8,7 8,7 9,5 9,0 8,7 21,9 22,7 22,2 23,6 20,3 19,4 20,7 18,7 22,5 19,7 21,3 20,2 22,4 21,9 21,8 21,1 22,2 21,4 20,6 20,9 0,0% 20,0% 40,0% 60,0% 80,0% 100,0% 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 charges sociales interprétation rémunération producteur personnel droits artistiques
  • 18. 18 Les coûts de production des films en 2014 Les dépenses relatives aux droits musicaux sont stables (-0,4 %) par rapport à 2013, à 16,46 M€, restant à un niveau élevé. Ce dernier s’explique notamment par la présence de deux films consacrant plus de 700 000 € aux droits musicaux : Malavita et Or Noir. Entre 2013 et 2014, les dépenses consacrées au poste « agents littéraires et conseils » progressent de 45,2 %, à 6,50 M€. Trois films consacrent plus de 300 000 € à ce poste, concentrant 15 % du total : Supercondriaque, Le Passé et Grace de Monaco. Poids des dépenses de droits artistiques dans le coût total (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 sujet 2,2 2,2 2,0 2,3 1,8 2,4 2,8 2,8 3,2 3,2 adaptation et dialogues 1,4 1,4 1,1 0,8 1,3 1,5 1,2 1,6 1,0 1,2 droits d'auteur du réalisateur 1,6 2,8 1,7 1,3 1,6 1,8 1,6 1,5 1,3 1,7 droits musicaux 1,7 1,7 1,5 1,6 1,6 1,5 1,6 1,9 1,8 1,8 droits divers 0,6 0,5 0,8 0,6 0,9 0,8 1,2 0,9 0,4 0,9 traduction et dactylographie 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 frais sur manuscrits 0,1 0,2 0,2 0,1 0,4 0,2 0,2 0,3 0,2 0,1 frais préliminaires 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,1 0,1 agents littéraires et conseils 0,5 0,5 0,4 0,4 0,6 0,5 0,6 0,6 0,5 0,7 droits artistiques : total 8,2 9,5 7,7 7,1 8,2 8,9 9,4 9,5 8,5 9,8 Base : FIF de fiction. Source : CNC. Dépenses de droits artistiques (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 sujet 16,89 14,71 12,43 19,51 14,75 22,25 17,97 25,89 28,83 29,69 adaptation et dialogues 10,95 9,55 7,08 6,61 11,04 13,66 7,61 14,56 9,42 11,08 droits d'auteur du réalisateur 12,05 18,66 10,53 10,53 12,95 16,80 10,50 14,09 11,45 16,00 droits musicaux 12,76 11,68 9,63 13,33 13,40 14,41 10,39 17,40 16,52 16,46 droits divers 4,82 3,36 4,88 4,64 7,66 7,30 7,62 8,07 4,05 7,90 traduction et dactylographie 0,74 0,52 0,54 0,58 0,76 0,89 0,60 0,91 0,80 0,94 frais sur manuscrits 1,02 1,63 1,10 0,70 3,09 2,07 1,17 2,80 1,47 1,01 frais préliminaires 0,44 0,23 0,07 0,37 0,25 1,34 0,06 0,15 0,69 0,86 agents littéraires et conseils 3,60 3,58 2,72 3,34 4,75 4,93 4,07 5,32 4,47 6,50 droits artistiques : total 63,27 63,93 48,98 59,62 68,65 83,65 59,98 89,18 77,69 90,43 Base : FIF de fiction. Source : CNC. Eclairage sur les dépenses d’écriture Les dépenses d’écriture (sujet + adaptation et dialogues) concentrent 4,4 % du total des coûts de production soit 45,1 % des droits artistiques en 2014. Deux films consacrent au moins 14 % de leur coût total aux dépenses d’écriture en 2014 : Le Bonheur et Le Renard Jaune (tous deux au coût total inférieur à 300 000 €). Neuf adaptations littéraires figurent parmi les vingt films aux dépenses d’écriture les plus élevées en 2014 : Or Noir, Malavita, Angélique, La Belle et la Bête, Gemma Bovery, Zulu, Belle et Sébastien, Au Bonheur des ogres, Le Premier homme.
  • 19. Les coûts de production des films en 2014 19 Part des dépenses d’écriture 1 dans le coût total (%) 1 Sujet + adaptation et dialogues. Base : FIF de fiction. Source : CNC. b. Les dépenses de personnel1 Les droits artistiques s’élèvent à 181,37 M€ en 2014, soit une augmentation de 1,9 % par rapport à 2013. En 2014, la majeure partie des dépenses de personnel est allouée à la direction administrative (2,7 % du coût total, soit 25,10 M€), à la rémunération du personnel technique lié au montage et à la finition (2,0 % du total ; 18,28 M€), à celle de la main-d’œuvre relative à la régie (1,8 % du total ; 16,85 M€) et à celle de la main-d’œuvre relative au tournage (1,8 % du total ; 16,24 M€). Au sein du poste « personnel », la plupart des dépenses sont stables ou augmentent. Certains postes sont en hausse, comme le poste « ameublement » (+18,7 %), le poste « conseillers spécialisés » (+13,7 %), ou ceux consacrées aux rémunérations du « réalisateur technicien » (+13,6 %) et du personnel travaillant à la « régie » (+11,0 %). Poids des dépenses relatives au personnel dans le coût total (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 réalisateur technicien 1,1 1,2 1,1 1,0 1,1 1,0 1,5 1,4 1,2 1,4 direction administration 2,4 2,4 2,6 2,4 2,5 2,4 2,6 2,7 2,8 2,7 régie 1,5 1,4 1,5 1,6 1,6 1,6 1,6 1,7 1,7 1,8 mise en scène techniciens 1,6 1,6 1,6 1,6 1,6 1,6 1,7 1,7 1,6 1,6 conseillers spécialisés 0,4 0,4 0,4 0,4 0,3 0,4 0,3 0,4 0,4 0,5 prises de vues 1,5 1,5 1,4 1,5 1,4 1,3 1,4 1,6 1,5 1,5 son 0,6 0,5 0,6 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 costumes 0,7 0,7 0,7 0,8 0,9 0,9 0,8 0,8 0,8 0,9 maquillage 0,6 0,6 0,7 0,7 0,7 0,6 0,7 0,7 0,6 0,7 ameublement 0,8 0,8 0,8 0,9 0,9 0,8 0,8 0,9 0,8 0,9 équipe décoration 1,3 1,3 1,3 1,5 1,4 1,3 1,4 1,4 1,4 1,3 montage et finition 2,0 1,8 2,0 1,9 1,9 1,7 2,0 2,0 1,9 2,0 main d'œuvre tournage 1,7 1,7 1,8 1,8 1,8 1,8 1,6 1,8 1,7 1,8 main d'œuvre décors 1,4 1,3 1,3 1,1 1,5 1,2 1,0 1,2 1,1 1,1 divers 1,7 0,8 0,9 0,6 1,2 2,6 0,7 1,3 1,3 1,0 agents artistiques du personnel technique 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 personnel : total 19,4 18,0 18,9 18,5 19,4 19,7 18,8 20,0 19,5 19,6 Base : FIF de fiction. Source : CNC. 1 Le détail des dépenses de personnel par tranche de coût est présenté en annexe 3, page 89. 3,6 3,6 3,1 3,1 3,1 3,8 4,0 4,3 4,2 4,4 0 2 4 6 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
  • 20. 20 Les coûts de production des films en 2014 Dépenses relatives au personnel (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 réalisateur technicien 8,26 7,96 7,09 8,13 8,95 9,53 9,30 12,93 11,37 12,91 direction administration 18,27 15,92 16,57 20,44 20,92 22,50 16,62 25,09 25,36 25,10 régie 11,84 9,53 9,25 13,06 13,23 14,67 10,30 16,10 15,18 16,85 mise en scène techniciens 12,23 10,69 10,45 13,13 13,51 14,65 11,03 15,92 14,82 14,54 conseillers spécialisés 2,96 2,39 2,57 3,62 2,91 3,31 2,02 3,34 3,71 4,22 prises de vues 11,88 10,28 9,08 12,94 12,00 12,57 9,05 14,58 13,87 13,43 son 4,44 3,63 3,60 4,23 4,11 4,47 3,40 4,86 4,41 4,35 costumes 5,62 4,59 4,62 7,13 7,14 8,00 5,06 7,78 7,65 8,17 maquillage 4,78 4,20 4,34 6,22 5,73 5,85 4,15 6,12 5,86 6,06 ameublement 5,93 5,51 5,31 7,92 7,46 7,58 5,01 8,24 7,09 8,42 équipe décoration 10,39 8,56 8,24 12,64 11,82 12,57 8,99 12,75 12,44 12,40 montage et finition 15,30 12,23 12,76 15,60 15,72 16,43 12,57 19,01 16,99 18,28 main d'œuvre tournage 13,29 11,16 11,45 15,02 14,98 16,79 10,36 16,61 15,91 16,24 main d'œuvre décors 11,14 8,51 8,22 9,27 12,23 11,01 6,38 10,77 9,93 9,80 divers 12,76 5,12 5,44 5,25 9,80 24,05 4,53 11,80 12,30 9,55 agents artistiques du personnel technique 0,59 0,59 0,90 0,61 0,77 0,97 0,75 1,08 1,15 1,06 personnel : total 149,63 120,85 119,89 155,21 161,28 184,94 119,52 186,98 178,04 181,37 Base : FIF de fiction. Source : CNC. c. La rémunération des producteurs La part de dépenses liée à la rémunération des producteurs diminue de 0,3 point en 2014, à 5,0 % du coût total des films. Ces dépenses représentent 46,63 M€ (48,30 M€ en 2013). Six titres consacrent plus de 1 M€ à ce poste (comme en 2013) ; parmi eux seul Or Noir y dédie plus de 2 M€ (un seul film était également dans ce cas en 2013). En 2014, un peu plus de 17 % des films de fiction (soit 28 titres) se partagent 50 % du total des rémunérations des producteurs (25 titres en 2013, 27 titres en 2012). Il convient de rappeler que ces dépenses ne correspondent pas nécessairement à la seule rémunération du producteur délégué. Elles peuvent couvrir des frais de structure engagés dans la production du film et la rémunération du producteur exécutif. Part de la rémunération des producteurs dans le coût total (%) Base : FIF de fiction. Source : CNC. 4,8 5,6 4,9 4,2 5,0 4,9 5,1 5,5 5,3 5,0 0,0 2,0 4,0 6,0 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
  • 21. Les coûts de production des films en 2014 21 d. Les coûts d’interprétation1 Les dépenses relatives à l’interprétation s’élèvent à 105,51 M€ en 2014, soit une baisse de 12,4 % par rapport à 2013. Leur poids dans le cout total des films atteint 11,4 % en 2014, soit 1,8 point de moins qu’en 2013. En 2014, la part des dépenses allouées aux rôles principaux diminue de 1,6 point, à 7,1 % du coût total. Part de la rémunération des rôles principaux dans le coût total (%) Base : FIF de fiction. Source : CNC. Cependant, cette part varie fortement selon le coût du film. Elle est ainsi de 4,1 % pour les films à moins de 1 M€ et de 9,6 % pour les films à plus de 15 M€ en 2014. La tendance générale, observée en 2014, à la baisse du poids des rémunérations des rôles principaux, n’est pas la même pour les films des différentes tranches de coûts. En effet, cette baisse est surtout le fait des films aux coûts supérieurs à 15 M€ (-2,1 points) et de ceux aux coûts compris entre 4 M€ et 5,5 M€ (-2,1 points également). A l’inverse, le poids de ce poste pour les films à moins de 1 M€ progresse de 1,3 point. Part de la rémunération des rôles principaux selon le coût des films (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 moins de 1 M€ 2,6 5,4 3,2 2,4 2,7 2,9 2,6 3,8 2,8 4,1 1 M€ à 2,5 M€ 5,2 4,4 4,2 3,7 4,3 3,5 4,1 3,0 3,7 4,3 2,5 M€ à 4 M€ 5,2 6,4 6,8 6,1 4,9 4,8 5,6 5,6 5,8 4,2 4 M€ à 5,5 M€ 8,1 5,8 6,6 8,9 6,9 6,2 7,5 6,7 7,0 4,9 5,5 M€ à 7 M€ 7,5 7,6 7,4 8,0 8,3 5,8 10,4 6,6 7,1 7,1 7 M€ à 15 M€ 9,2 9,2 11,1 9,4 8,1 7,5 8,3 7,8 8,5 7,2 plus de 15 M€ 10,7 11,5 6,7 8,5 5,7 8,1 8,6 7,0 11,7 9,6 total 8,2 8,6 8,2 8,0 6,7 6,8 7,7 6,8 8,7 7,1 Base : FIF de fiction. Source : CNC. Le poids des dépenses allouées aux rôles secondaires augmente très légèrement (1,6 % du coût total en 2014, contre 1,5 % en 2013). La part des dépenses de rémunération des petits rôles, quant à elle, diminue très légèrement (-0,2 point à 1,7 % du total des dépenses). Parallèlement, la part des dépenses consacrées aux agents artistiques représente 0,8 % du coût total en 2014, comme en 2013 et en 2012. Depuis 2005, cette part est relativement stable et comprise entre 0,7 % et 1,0 %. 1 Le détail des dépenses d’interprétation par tranche de coût est présenté en annexe 4, page 93. 8,2 8,6 8,2 8,0 6,7 6,8 7,7 6,8 8,7 7,1 0,0 5,0 10,0 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
  • 22. 22 Les coûts de production des films en 2014 Poids des dépenses relatives à l'interprétation (hors BNC) 1 dans le coût total (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 rôles principaux 8,2 8,6 8,2 8,0 6,7 6,8 7,7 6,8 8,7 7,1 rôles secondaires 1,3 1,8 1,5 1,6 1,7 1,6 1,6 1,4 1,5 1,6 petits rôles, doublures, figuration 1,8 1,6 1,6 2,0 1,9 1,5 1,6 1,7 1,9 1,7 personnels artistiques après tournage 0,1 0,1 0,2 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 personnels musique 0,1 0,2 0,2 0,2 0,2 0,1 0,2 0,2 0,2 0,1 agents artistiques 0,9 0,9 0,9 1,0 0,8 0,7 1,0 0,8 0,8 0,8 interprétation: total 12,5 13,1 12,6 12,9 11,4 10,9 12,1 10,9 13,2 11,4 Base : FIF de fiction. Source : CNC. Le volume financier relatif aux têtes d’affiche s’élève à 65,38 M€ en 2014, soit une diminution de 17,7 % par rapport à 2013. En 2014, 15 films (soit 9,3 % des films de fiction) affectent plus de 1 M€ aux rôles principaux et cumulent 50,6 % des dépenses totales de ce poste. En 2013, 21 titres dépensaient plus de 1 M€ (12,8 % des fictions et 63,0 % des dépenses totales du poste). Les dix films qui consacrent le plus aux rôles principaux en 2014 pèsent pour 42,1 % des dépenses totales de ce poste ; en 2013, ils représentaient 44,7 % du total. En 2014, seul Malavita alloue plus de 5 M€ aux rôles principaux avec 7,57 M€ dépensés sur ce poste (deux films franchissaient le seuil des 5 M€ en en 2013, aucun en 2012). Deux autres films consacrent plus de 3 M€ aux premiers rôles : Eyjafjallojökull et Supercondriaque (deux films étaient également dans ce cas en 2012). Nombre de films atteignant un seuil de dépenses consacrées aux rôles principaux 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 plus de 5 M€ 1 1 - 1 - 1 - - 2 1 plus de 3 M€ 2 2 1 1 2 1 4 3 plus de 2 M€ 5 5 3 4 2 4 1 3 8 6 plus de 1 M€ 14 12 17 20 12 15 10 14 21 15 Base : FIF de fiction. Source : CNC En 2014, les dépenses relatives aux rôles secondaires progressent (+8,9 %), à 14,51 M€. Un film, Angélique, consacre plus de 1 M€ à ce poste. Deux autres films (Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? et Grace de Monaco) consacrent plus de 700 000 € à ce poste et un film (Avant l’hiver) y consacre plus de 500 000 €. En 2013, aucun film ne consacrait plus de 1 M€ aux rémunérations des rôles secondaires, deux films (Turf et Stars 80) franchissaient le seuil des 700 000 € et un film (Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté) le seuil des 500 000 €. Entre 2013 et 2014, les dépenses consacrées à la rémunération des petits rôles, doublures et figuration diminuent de 11,5 %, à 15,57 M€. Onze films y consacrent plus de 300 000 € et concentrent 37,4 % des dépenses sur ce poste. Il s’agit de : Or Noir, La Grande Boucle, La Belle et la Bête, Blood Ties, Malavita, Angélique, Grace de Monaco, Au Bonheur des Ogres, Yves Saint Laurent, Mea Culpa et Supercondriaque. 1 Les bénéfices non commerciaux (BNC) correspondent à la composante « droit à l’image » de la rémunération des acteurs. Ils sont, dans cette étude, comptabilisés dans le poste « droits artistiques » (sous-poste « droits divers »).
  • 23. Les coûts de production des films en 2014 23 Dépenses relatives à l'interprétation (hors BNC) 1 (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 rôles principaux 63,24 57,82 51,98 67,14 56,08 64,15 49,13 63,49 79,41 65,38 rôles secondaires 9,94 11,79 9,62 13,54 14,30 14,62 10,04 13,27 13,32 14,51 petits rôles, doublures, figuration 13,79 10,49 10,21 16,75 15,85 14,52 10,16 15,50 17,59 15,57 personnels artistiques après tournage 1,06 0,70 1,53 0,91 0,77 0,93 0,56 1,10 0,65 0,95 personnels musique 1,05 1,32 1,01 1,64 1,33 1,39 1,07 1,78 1,93 1,37 agents artistiques 7,02 6,02 5,83 8,33 6,88 6,91 6,16 7,14 7,51 7,72 interprétation: total 96,11 88,14 80,18 108,30 95,20 102,52 77,11 102,27 120,41 105,51 Base : FIF de fiction. Source : CNC. e. Les charges sociales Pour la huitième année consécutive, le détail des charges sociales figure dans cette étude. Ce détail n’est toutefois disponible que pour 100 des 161 films de fiction de 2014. Dans certains cas, il a été reconstitué à partir des devis prévisionnels détaillés. La répartition indiquée ci- après doit donc être considérée avec précaution. Les charges sociales détaillées ne concernent que les charges versées en France. En 2014, comme les années précédentes, plus de la moitié des charges sociales concernent les techniciens (62,9 % en 2014, 55,5 % en 2013). Les parts des charges sociales concernant les comédiens (18,3 %) et celles concernant les auteurs (2,0 %) diminuent. Celles relatives aux producteurs, progressent de 2,2 points, à 9,0 % des charges sociales. Le poids des charges sociales en France diminue à 9,7 % du coût des films concernés en 2014 (11,0 % en 2013, 11,9 % en 2012). Répartition des dépenses relatives aux charges sociales versées en France (%) 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 charges sociales auteurs 4,5 1,2 1,1 3,8 1,9 5,8 6,3 2,0 charges sociales producteurs 9,5 8,3 7,6 9,6 9,5 5,2 6,8 9,0 charges sociales comédiens 21,5 21,2 22,1 21,6 21,8 27,4 23,8 18,3 charges sociales ouvriers 10,1 7,7 10,0 7,6 7,5 6,1 6,8 6,4 charges sociales techniciens 54,3 60,4 58,6 56,9 57,9 55,1 55,5 62,9 charges sociales divers 0,2 1,3 0,7 0,5 1,4 0,4 0,7 1,3 charges sociales : total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 part dans le coût des films concernés 12,3 10,9 12,3 11,1 12,0 11,9 11,0 9,7 Base FIF (fictions) pour lesquels le détail des charges sociales est disponible : 101 films (2007), 110 films (2008), 107 films (2009), 122 films (2010), 92 films (2011), 108 films (2012), 114 films (2013) et 100 films (2014). Source : CNC.
  • 24. 24 Les coûts de production des films en 2014 C. Les dépenses techniques Les coûts techniques couvrent l’ensemble des moyens techniques et les frais de pellicules et de laboratoires. Sur la période 2005-2014, avec l’essor des technologies numériques, la part des dépenses destinées aux moyens techniques augmente (+16,4 points à 76,5 %) au détriment de celle des dépenses relatives aux pellicules et aux laboratoires (23,5 % en 2014). Répartition des dépenses techniques (%) Base : FIF de fiction. Source : CNC. a. Les moyens techniques Les dépenses relatives aux moyens techniques s’élèvent à 80,97 M€ en 2014, soit une progression de 4,1 % par rapport à 2013. En 2014, sur l’ensemble des films, la part des moyens techniques progresse légèrement à 8,8 % des coûts totaux des films de fiction (8,5 % en 2013). Depuis 2005, la part des dépenses de moyens techniques affectée à la postproduction des films (montage, auditorium, postproduction vidéo, génériques et films-annonces) a tendance à diminuer. Elle s’établit à 3,0 % du coût total en 2014. Part des dépenses de postproduction 1 dans le coût total (%) 1 Dépenses relatives aux postes montage, auditorium, postproduction vidéo, génériques et films-annonces. Base : FIF de fiction. Source : CNC. Les autres dépenses en moyens techniques se répartissent essentiellement entre le matériel de prises de vue (12,26 M€ en 2014, à 1,3 % du coût total), les coûts d’éclairage (10,74 M€ en 2013, à 1,2 % du coût total) et le montage (également 10,74 M€ et 1,2 % du total). 60,1 64,1 60,9 68,5 64,3 66,3 64,7 69,5 75,3 76,5 39,9 35,9 39,1 31,5 35,7 33,7 35,3 30,5 24,7 23,5 0,0% 20,0% 40,0% 60,0% 80,0% 100,0% 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 pellicules- laboratoires moyens techniques 4,5 4,4 4,4 4,3 3,6 3,5 3,4 3,2 2,9 3,0 0,0 2,0 4,0 6,0 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
  • 25. Les coûts de production des films en 2014 25 Poids des dépenses relatives aux moyens techniques dans le coût total (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 matériel prises de vue "cinéma" 1,4 1,3 1,2 1,4 1,3 1,2 1,1 1,2 1,2 1,2 matériel prises de vue "vidéo" 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,2 0,1 machineries 0,7 0,6 0,6 0,7 0,7 0,7 0,7 0,8 0,7 0,7 éclairage 1,4 1,2 1,3 1,2 1,3 1,3 1,2 1,3 1,1 1,2 son 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 montage 2,0 1,8 2,1 1,7 1,6 1,4 1,3 1,2 1,0 1,2 auditorium 1,5 1,5 1,4 1,2 1,2 1,2 1,3 1,1 1,0 1,0 postproduction vidéo 0,7 0,6 0,6 1,0 0,5 0,6 0,5 0,6 0,5 0,5 génériques et films annonces 0,4 0,5 0,4 0,4 0,4 0,3 0,3 0,3 0,3 0,4 autres prestations 0,6 1,1 0,9 1,7 1,3 1,9 0,8 1,6 2,1 2,3 moyens techniques : total 9,0 9,0 8,8 9,8 8,5 9,0 7,7 8,5 8,5 8,8 Base : FIF de fiction. Source : CNC. En valeur, les dépenses consacrées aux moyens techniques progressent de 4,1 % entre 2013 et 2014, à 80,97 M€. Les postes qui augmentent le plus sont les postes « génériques et films annonces » (+16,5 %) et « montage » (+12,3 %). En 2014, deux films dépensent plus de 3 M€ en moyens techniques. Il s’agit de La Belle et la Bête, qui alloue à ce poste la somme record de 11,70 M€ (soit 30,7 % de son coût total), ainsi que Or Noir (3,81 M€ dépenses pour les moyens techniques). En 2013, comme en 2012, trois films dépensaient plus de 3 M€ en moyens techniques. Dépenses relatives aux moyens techniques (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 matériel prises de vue 10,75 8,82 7,52 11,78 10,46 11,28 7,20 11,56 11,08 11,04 matériel prises de vue "vidéo" 0,53 0,61 0,59 0,89 0,63 0,65 0,86 0,80 1,63 1,22 machineries 5,11 4,17 3,89 6,16 5,81 6,92 4,68 7,13 6,72 6,31 éclairage 10,93 8,13 8,04 10,44 11,07 12,42 7,61 11,91 10,49 10,74 son 2,50 2,00 2,12 2,29 2,33 2,59 2,08 2,99 3,05 2,75 montage 15,32 11,90 13,44 14,08 12,96 12,88 8,24 11,35 9,56 10,74 auditorium 11,40 9,93 8,72 10,35 9,86 11,14 8,29 10,26 8,81 9,39 postproduction vidéo 5,07 4,27 3,50 8,31 4,31 5,95 2,90 5,69 4,91 4,62 génériques et films annonces 3,21 3,54 2,40 3,50 3,08 2,73 1,97 3,03 2,79 3,25 autres prestations 4,55 7,42 5,51 14,51 10,47 17,63 5,39 14,76 18,73 20,90 moyens techniques : total 69,38 60,78 55,73 82,30 70,99 84,21 49,22 79,48 77,78 80,97 Base : FIF de fiction. Source : CNC. .
  • 26. 26 Les coûts de production des films en 2014 b. Les frais de pellicules et laboratoires L’ensemble des dépenses relatives aux pellicules et aux laboratoires diminue en 2014 pour la deuxième année consécutive (-2,5 %, à 24,90 M€). La part des frais de pellicules et de laboratoires dans le coût total des films diminue de manière régulière sur la période. En 2014, elle est de 2,7 % ; elle était de 6,0 % en 2005. Le sous-poste « laboratoires » concentre 71,3 % des dépenses de « pellicules et laboratoires » et représente à lui seul 1,9 % du coût total des films en 2014. En revanche, le sous-poste « pellicules » continue de diminuer, à 0,2 % du total des dépenses en 2014. Son poids n’a jamais été aussi bas sur la période étudiée. Ce recul, amorcé en 2008, est corrélé au développement de l’usage des techniques numériques. Poids des dépenses relatives aux pellicules et aux laboratoires dans le coût total (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 pellicules 1,3 1,1 1,3 1,0 1,0 0,9 0,8 0,6 0,2 0,2 laboratoires 4,0 3,2 3,7 2,8 3,2 3,0 2,8 2,4 2,1 1,9 laboratoire vidéo 0,5 0,6 0,6 0,6 0,5 0,5 0,5 0,5 0,3 0,4 sous-titrages 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,2 0,2 laboratoire photo 0,1 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 pellicules-laboratoires : total 6,0 5,1 5,6 4,5 4,7 4,5 4,2 3,7 2,8 2,7 Base : FIF de fiction. Source : CNC. Dépenses relatives aux pellicules et aux laboratoires (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 pellicules 9,84 7,59 8,04 8,33 8,24 8,69 4,81 5,99 1,96 1,69 laboratoires 31,03 21,67 23,30 23,62 26,26 28,52 17,98 22,76 19,37 17,76 laboratoires vidéo 3,75 3,72 3,72 4,92 4,05 4,50 3,36 4,98 2,77 3,94 sous-titrages 0,80 0,62 0,40 0,64 0,61 0,74 0,58 1,01 1,41 1,42 laboratoires photo 0,58 0,41 0,33 0,29 0,25 0,28 0,12 0,20 0,02 0,09 pellicules-laboratoires : total 46,00 34,01 35,79 37,80 39,40 42,73 26,85 34,95 25,54 24,90 Base : FIF de fiction. Source : CNC. Il est important de souligner que les dépenses relatives aux pellicules et aux laboratoires sont limitées pour les films à très gros budgets : ces dépenses ne franchissent quasiment jamais le seuil de 1 M€ et leur poids décroit à mesure que le coût d’un film augmente. Ainsi, peuvent- elles représenter jusqu’à plus de 15 % du coût total de certains films à moins de 1 M€ et moins de 2 % de celui de films dont le coût est supérieur à 15 M€.
  • 27. Les coûts de production des films en 2014 27 D. Les dépenses de tournage Les coûts de tournage englobent les frais de décors et costumes, les frais de transports, défraiements et régie, les assurances et frais divers ainsi que les autres coûts. Sur la période 2005-2014, la part des dépenses de transports, défraiements et régie progresse (+1,3 point), ainsi que celle de décors et costumes (+0,9 point). A l’inverse, le poids des dépenses de décors et costumes diminue légèrement (-0,6 point). Répartition des dépenses de tournage (%) * Le poste « divers » comprend notamment les frais généraux et les imprévus. Base : FIF de fiction. Source : CNC. a. Les dépenses de décors et costumes Les dépenses relatives aux décors et aux costumes s’élèvent à 75,64 M€ en 2014, soit une progression de 5,8 % par rapport à 2013. Comme les années précédentes, les « décors » (studios, décors naturels intérieurs et extérieurs, meubles et accessoires, frais divers et de décoration) concentrent à eux seuls la majeure partie des dépenses de décors et costumes en 2014 . Ils représentent 5,8 % du coût total des films, contre 6,0 % en 2013. Le poids des décors naturels intérieurs diminue légèrement à 2,3 % du coût total (2,4 % en 2013), de même que la part des dépenses relatives aux décors naturels extérieurs (respectivement 1,3 % en 2014, contre 1,2 % en 2013). La part dévolue aux moyens de transports jouant passe de 0,5 % à 0,7 % du coût total entre 2013 et 2014 : cette hausse est principalement due au film En Solitaire, qui concentre 27,9 % des dépenses observées sur ce sous-poste. 25,8 26,6 27,2 28,2 27,4 29,9 25,7 24,4 26,0 26,7 32,6 32,1 31,8 31,4 30,8 30,9 34,2 34,5 30,8 33,9 20,6 20,2 20,8 21,9 20,7 18,8 19,0 20,9 22,8 19,9 21,0 21,0 20,3 18,5 21,1 20,4 21,1 20,2 20,4 19,4 0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0% 50,0% 60,0% 70,0% 80,0% 90,0% 100,0% 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 divers* assurances et divers transports, défraiements, régie décors et costumes
  • 28. 28 Les coûts de production des films en 2014 Part des dépenses de décors 1 dans le coût total (%) 1 Les dépenses de « décors » sont celles relatives aux studios, aux décors naturels intérieurs et extérieurs, aux meubles et accessoires, ainsi que les frais divers et de décoration Base : FIF de fiction. Source : CNC. Poids des dépenses relatives aux décors et costumes dans le coût total (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 studios 1,4 1,6 1,2 1,9 1,1 1,4 0,9 0,8 1,2 1,3 décors naturels intérieurs 2,1 2,0 1,9 2,0 2,6 1,9 2,4 2,3 2,4 2,3 décors naturels extérieurs 0,6 0,8 1,2 1,1 0,9 1,3 0,9 0,7 0,8 0,6 frais divers et décoration 0,4 0,5 0,5 0,6 0,6 0,9 0,7 0,7 0,7 0,6 meubles et accessoires 1,0 0,9 1,0 0,9 0,9 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 moyens de transports jouant 0,4 0,5 0,5 0,8 0,7 0,7 0,4 0,4 0,5 0,7 effets spéciaux 0,5 0,4 0,6 0,5 0,5 0,8 0,5 0,3 0,4 0,6 costumes 0,8 0,7 0,8 0,8 0,8 0,9 0,8 0,7 0,8 0,9 postiches et maquillage 0,1 0,1 0,2 0,2 0,2 0,2 0,1 0,1 0,1 0,2 décors et costumes: total 7,2 7,5 7,8 8,8 8,3 9,1 7,6 7,1 7,8 8,2 Base : FIF de fiction. Source : CNC. Entre 2013 et 2014, les dépenses afférentes aux costumes, postiches et maquillage progressent de 22,8 %, à 10,10 M€. Cette hausse est l’effet de la présence, parmi les films agréés en 2014, de plusieurs films à budget élevé, biopics ou adaptation littéraires, ayant fortement recours à ce type de dépenses, comme Yves Saint Laurent, La Belle Et La Bête, Grace de Monaco et Angélique. Dépenses relatives aux décors et costumes (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 studios 10,46 10,83 7,40 15,67 9,39 13,33 5,91 7,64 10,66 11,57 décors naturels intérieurs 16,00 13,17 11,82 16,47 21,86 18,32 15,38 21,20 22,24 21,15 décors naturels extérieurs 4,92 5,12 7,67 9,09 7,63 11,79 5,49 6,76 7,13 5,94 frais divers et décoration 3,43 3,41 3,47 5,26 5,33 8,33 4,35 6,57 6,18 5,24 meubles et accessoires 7,61 5,93 6,37 7,80 7,69 9,41 6,07 9,12 8,78 9,70 moyens de transports jouant 2,78 3,45 3,28 6,61 5,85 6,45 2,39 4,05 4,29 6,76 effets spéciaux 3,65 2,38 3,72 4,47 3,97 7,61 3,16 3,26 3,96 5,19 costumes 6,09 4,91 5,17 6,56 6,46 8,60 5,07 6,62 6,91 8,40 postiches et maquillage 0,98 0,91 0,96 1,64 1,35 1,68 0,84 1,35 1,32 1,71 décors et costumes: total 55,90 50,12 49,86 73,57 69,53 85,52 48,66 66,56 71,46 75,64 Base : FIF de fiction. Source : CNC. 5,5 5,7 5,8 6,5 6,2 6,5 5,8 5,5 6,0 5,8 0,0 5,0 10,0 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
  • 29. Les coûts de production des films en 2014 29 b. Frais de transports, défraiements et régie L’ensemble des dépenses relatives aux transports, défraiements et régie s’élèvent à 96,00 M€ en 2014, soit une progression de 13,3 % par rapport à 2013. Ces dépenses représentent 10,4 % des coûts totaux en 2014, contre 9,3 % en 2013. Cette augmentation est liée à la présence de plusieurs films y consacrant une part importante. Parmi les films agréés en 2014, quatre allouent plus de 25 % de leur coût total à ces dépenses, tandis qu’aucun film n’était dans ce cas en 2013. En 2014, les dépenses de défraiements, de déplacements après tournage et de droits de douanes captent 4,3 % du coût total des films, soit une baisse de 0,6 point par rapport à 2013. Le deuxième sous-poste est constitué des frais en cours de tournage, stables à 3,1 % en 2014 (comme en 2013). Poids des dépenses relatives aux transports, défraiements et régie dans le coût total (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 déplacements avant tournage 0,7 0,6 0,7 0,8 0,7 0,8 0,7 0,8 0,7 1,1 tournage 2,7 2,8 3,1 3,0 3,0 3,1 3,1 3,0 3,1 3,1 défraiements, déplacements après tournage, droits de douanes 3,9 4,0 3,6 4,2 3,9 3,8 4,6 4,3 3,7 4,3 frais de bureau, régie et divers 1,8 1,6 1,7 1,8 1,7 1,7 1,9 1,9 1,8 1,9 transport, défraiements, frais: total 9,2 9,0 9,2 9,8 9,4 9,4 10,2 10,1 9,3 10,4 Base : FIF de fiction. Source : CNC. . En valeur, les coûts liés aux transports, défraiements et régie affichent en 2014 une progression de 13,3 %, à 96,00 M€. Cinq films consacrent plus de 2 M€ aux dépenses de « transports, défraiements et régie » en 2014 (quatre d’entre eux affichent un coût total supérieur à 15 M€). Pour chacun d’entre eux, ceci est lié au fait qu’ils ont réalisé une partie importante de leur tournage hors de la France métropolitaine : Or Noir (Tunisie et Qatar), Grace de Monaco (Monaco, Belgique, Italie), Zulu (Afrique du Sud, Namibie) et Supercondriaque (Belgique, Hongrie). Dans le cas de Malavita, l’importance de ce poste de dépenses n’est pas tant à mettre en relation avec le tournage d’une partie du film à New York (seulement 1 jour de tournage), mais le fait que le tournage en France s’est déroulé sur quatre régions différentes, entre la Normandie, Nice et Saint-Denis. En 2013, cinq films (tous à plus de 15 M€), consacraient plus de 2 M€ aux dépenses de « transports, défraiements et régie » Dépenses relatives aux transports, défraiements et régie (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 déplacements avant tournage 5,11 3,79 4,69 7,08 6,01 7,75 4,19 7,88 6,50 10,11 tournage 20,80 18,86 19,92 24,91 25,18 29,10 19,55 27,74 27,86 28,47 défraiements, déplacements après tournage, droits de douanes 30,45 27,06 23,08 34,97 32,69 35,70 29,09 40,51 34,08 39,66 frais de bureau, régie et divers 14,25 10,74 10,54 14,95 14,31 15,70 12,07 18,03 16,26 17,76 transport, défraiements, frais: total 70,61 60,44 58,24 81,91 78,20 88,25 64,90 94,15 84,71 96,00 Base : FIF de fiction. Source : CNC.
  • 30. 30 Les coûts de production des films en 2014 c. Frais d’assurances et divers En 2014, les frais d’assurances et divers enregistrent une baisse de 10,1 %, à 56,48 M€. L’ensemble des frais d’assurances et divers représentent 6,1 % du coût total des films. Le premier sous-poste est constitué par les frais financiers (4,4 % du coût total en 2014, 5,0 % en 2013). Viennent ensuite les dépenses d’assurance (0,8 % en 2014, comme en 2013). Les frais d’actes et de contentieux diminuent en 2014 (-19,1 %, à 6,05 M€) et représentent 0,7 % du coût total des films (0,8 % en 2013). Ceci est notamment imputable au fait qu’en 2014, aucun film n’alloue plus de 900 000 € à ce poste, tandis qu’en 2013 un titre y consacrait plus de 1 800 000 €. Poids des dépenses relatives aux assurances et divers dans le coût total (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 assurances 1,1 1,2 1,0 1,2 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 publicité 0,2 0,2 0,2 0,2 0,1 0,2 0,2 0,2 0,3 0,3 frais d'actes et de contentieux 0,5 0,3 0,4 0,4 0,3 0,4 0,4 0,6 0,8 0,7 frais financiers 4,0 4,0 4,4 5,0 5,1 4,3 4,3 4,5 5,0 4,4 assurances et divers : total 5,8 5,7 6,0 6,8 6,3 5,7 5,7 6,1 6,9 6,1 Base : FIF de fiction. Source : CNC. En 2014,12 films dépensent plus de 1 M€ en assurances et divers (dont 2 dépensant plus de 2 M€), contre 15 en 2013 (trois à plus de 2 M€). Les dix films qui dépensent le plus en assurances et divers en 2014 cumulent 34,1 % des dépenses totales sur ce poste. En 2013, les dix films qui dépensent le plus en assurances et divers représentaient 34,9 % des dépenses totales sur ce poste. Dépenses relatives aux assurances et divers (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 assurances 8,41 7,77 6,38 9,81 6,32 7,30 4,94 7,69 7,42 7,14 publicité 1,25 1,44 1,13 1,88 0,94 2,06 1,29 1,62 2,59 2,38 frais d'actes et de contentieux 3,81 2,12 2,55 3,39 2,75 4,01 2,69 5,16 7,48 6,05 frais financiers 31,02 26,77 28,03 42,14 42,51 40,40 27,18 42,48 45,33 40,90 assurances et divers : total 44,49 38,10 38,09 57,22 52,52 53,78 36,11 56,95 62,82 56,48 Base : FIF de fiction. Source : CNC. Eclairage sur les frais financiers En 2014, les frais financiers représentent en moyenne 4,4 % du coût d’un film. Six films consacrent plus de 1 M€ aux frais financiers en 2014 (sept en 2013). Ils cumulent 13,97 M€, soit 34,2 % de l’ensemble des frais financiers. L’étude de l’évolution de la part des frais financiers selon le coût des films révèle une relative tendance à l’homogénéisation du poids de cette dépense quel que soit le coût du film. Chaque année, les tranches inférieures se rapprochent des tranches supérieures, franchissant progressivement le seuil de 4 %. En 2014, seuls les films au coût inférieur à 2,5 M€ affichent une part des frais financiers sensiblement inférieurs : pour les films à moins de 1 M€, elle est de 1 % ; pour les films au coût compris entre 1 M€ à 2,5 M€, elle est de 2,7 %. Les films de la tranche 5,5 M€ à 7 M€ affichent également, pour la deuxième année consécutive, une part de dépense légèrement plus faible que la moyenne, à 3,4 %.
  • 31. Les coûts de production des films en 2014 31 Part des frais financiers selon le coût total des films (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 moins de 1 M€ 1,4 2,6 1,5 1,9 2,7 2,5 2,6 2,0 2,6 1,0 1 M€ à 2,5 M€ 3,4 2,6 3,5 4,2 4,4 4,0 3,9 3,9 3,6 2,7 2,5 M€ à 4 M€ 3,7 3,9 4,2 4,9 5,1 3,7 3,8 4,2 4,0 4,5 4 M€ à 5,5 M€ 4,0 3,4 4,6 4,6 4,7 4,4 4,2 3,4 5,4 4,7 5,5 M€ à 7 M€ 4,0 4,4 4,4 4,9 5,7 5,4 4,4 5,3 3,2 3,4 7 M€ à 15 M€ 4,2 4,1 4,2 5,0 5,0 4,1 4,0 4,8 5,5 4,3 plus de 15 M€ 4,5 4,4 5,9 5,4 5,3 4,4 5,8 4,5 5,3 5,6 total 4,0 4,0 4,4 5,0 5,1 4,3 4,3 4,5 5,0 4,4 Base : FIF de fiction. Source : CNC. E. Structure des coûts de production selon le coût total1 En 2014, le poids de certains postes varie fortement en fonction du coût total du film, pour d’autres, il reste relativement stable. Le poids du poste « interprétation » augmente avec le coût total du film. Il se situe entre 6,6 % pour les films au coût inférieur à 1 M€ et 13,9 % pour les films au coût supérieur à 15 M€. De la même façon, la part des dépenses consacrée aux moyens technique varie avec le coût total, augmentant cette fois en sens inverse de celui-ci : elle est de 14,8 % pour les films à moins de 1 M€ et de 8,7 % pour les films à plus de 7 M€. En 2014, le poids du « personnel », premier poste de coût, se situe entre 16,5 % et 21,9 % selon les tranches de coût. La part représentée par les charges sociales varie entre 8,4 % et 14,3 % du coût total. En 2014, elle est la plus basse pour les films de la tranche de coût la plus élevée. La part du poste « décors et costumes » augmente proportionnellement au coût du film. En 2014, elle se situe entre 4,7 % pour les films à moins de 1 M€ et 10,1 % pour les films au budget supérieur à 15 M€. Le poids du poste « droits artistiques » varie lui-aussi selon le coût du film, entre 7,6 % et 12,5 % selon les tranches en 2014. Comme en 2013 et en 2012, ce sont les films au budget inférieur à 1 M€ qui affichent la part la plus importante (12,5 %). La part des coûts techniques, « pellicules, laboratoires » et « moyens techniques », apparaît inversement liée au coût du film. En effet, ces coûts représentent 22,3 % des dépenses totales pour les films à moins de 1 M€ en 2014, contre 10,7 % pour les films à plus de 7 M€. Une partie des frais techniques constitue en effet des coûts fixes qui impactent davantage les films à budget réduit, en raison de l’absence d’économie d’échelle. La part des dépenses de rémunération du producteur varie assez peu en fonction du coût du film et se situe entre 4,4 % et 5,9 % du coût total de ce dernier en 2014. 1 Les valeurs des différents postes de dépense sont disponibles en annexe 1, page 76.
  • 32. 32 Les coûts de production des films en 2014 Structure des dépenses de production selon le coût total des films de fiction en 2014 (M€) <1 M€ 1-2,5M€ 2,5-4M€ 4-5,5M€ 5,5-7M€ 7-15M€ >15M€ rémunérations 51,6 55,4 56,2 59,9 60,5 60,5 53,8 droits artistiques 12,5 8,0 7,6 10,4 7,6 10,7 10,2 personnel 17,2 21,2 20,7 21,2 21,9 20,1 16,5 rémunération producteur 4,4 4,7 5,8 6,0 4,6 5,1 4,6 interprétation 6,6 8,0 8,6 9,0 12,1 11,5 13,9 charges sociales 10,9 13,4 13,5 13,3 14,3 13,2 8,4 technique 22,3 15,9 13,4 10,9 10,9 9,4 12,6 moyens techniques 14,8 10,4 9,3 7,8 8,1 7,2 10,8 pellicules laboratoires 7,6 5,4 4,1 3,2 2,8 2,2 1,7 tournage 26,0 28,8 30,4 29,1 28,6 30,1 33,7 décors et costumes 4,7 6,0 6,8 6,7 8,5 8,0 10,1 transports, défraiements, régie 11,1 11,7 11,9 10,3 9,1 9,6 11,3 assurances et divers 3,3 4,6 5,8 5,9 4,8 6,3 7,2 divers 7,0 6,4 5,9 6,2 6,2 6,3 5,1 total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Base : FIF de fiction. Source : CNC. Poids des catégories de dépenses de production selon le coût total des films en 2005 et en 2014 (%) Base : FIF de fiction. Source : CNC. a. Films dont le coût total est inférieur à 1 M€ La répartition du coût des films à moins de 1 M€ diffère de celle des autres films avec un poids plus faible des dépenses de rémunération (en 2014, elles représentent 51,6 % du coût total de ces films, contre 57,9 % de celui de l’ensemble des films) et une part plus importante allouée aux dépenses techniques (22,3 %, contre 11,4 % pour l’ensemble des films). Les films à petit budget doivent en effet faire face à des coûts techniques incompressibles. Après une baisse en 2013, la part des dépenses de droits artistiques augmente pour les films de cette tranche de coût (+2,2 points à 12,5 %). En 2014, parmi les 20 films de cette tranche, quatre films dédient plus de 20 % de leur coût total aux dépenses de droits artistiques (dont un y consacrant plus de plus de 37 %), tandis qu’ils étaient seulement deux dans ce cas en 2013 (aucun à plus de 28 %) 55,4 51,6 56,2 55,4 59,9 56,2 60,5 59,9 60,5 60,5 53,8 60,5 57,9 53,8 15,9 22,3 13,4 15,9 10,9 13,4 10,9 10,9 9,4 10,9 12,6 9,4 11,4 12,6 28,8 26,0 30,4 28,8 29,1 30,4 28,6 29,1 30,1 28,6 33,7 30,1 30,6 33,7 0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0 70,0 80,0 90,0 100,0 2005 2014 2005 2014 2005 2014 2005 2014 2005 2014 2005 2014 2005 2014<1M€ 1-2,5M€ 2,5-4M€ 4-5,5M€ 5,5-7M€ 7-15M€ >15M€ tournage technique rémunérations
  • 33. Les coûts de production des films en 2014 33 Le poids des dépenses de pellicules et de laboratoires diminue de 1,9 point et s’établit à 7,6 % du coût total des films à moins de 1 M€. Depuis 2005, en dépit des variations annuelles liées à la nature des films agréés, se dégage une tendance à la baisse du poids des dépenses de pellicules et de laboratoires dans le coût total des films aux plus petits budgets. Ce poste composait ainsi 15,3 % du coût total des films à moins de 1 M€ en 2005. Cette baisse est à attribuer à la généralisation des tournages en numérique. La part de l’interprétation progresse en 2014 : +1,5 point, à 6,6 % du coût total des films de la tranche. Parmi les films agréés en 2014, deux films à moins de 1 M€ consacraient plus de 17 % de leur coût total aux dépenses d’interprétation (dont un y consacre plus de 25 %), tandis qu’aucun film de cette tranche de coût n’y consacrait plus de 14 % en 2013. Le poids des dépenses de « transports, défraiements, régie » augmente également en 2014 pour les films à moins de 1 M€ : +1,7 point, à 11,1 % du coût total. Cette hausse est notamment le fait du film Océane, agréé en 2014. Il dédie 27,7 % de son coût total à ce poste de dépenses, alors qu’aucun film n’y consacrait plus de 23,1 % en 2013. Structure des dépenses de production pour les films dont le coût total est inférieur à 1 M€ (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 droits artistiques 7,3 6,6 9,5 12,6 6,0 11,2 8,2 12,9 10,3 12,5 personnel 22,4 20,3 17,7 15,3 18,3 16,6 18,5 17,8 17,2 17,2 rémunération producteur 3,8 5,0 4,7 4,7 6,5 5,1 7,1 4,8 4,7 4,4 interprétation 6,2 8,5 5,3 4,9 4,8 5,8 5,6 8,0 5,1 6,6 charges sociales 10,3 9,7 12,9 10,6 12,7 11,1 11,0 9,1 11,6 10,9 moyens techniques 15,3 12,7 13,2 15,9 11,5 12,4 13,6 13,6 15,8 14,8 pellicules-laboratoires 15,3 11,9 14,6 16,4 12,0 14,9 9,8 8,6 9,5 7,6 décors et costumes 3,2 4,0 3,9 2,2 7,1 2,7 4,6 7,1 5,6 4,7 transports, défraiements, régie 8,8 10,4 8,7 9,9 10,5 9,2 11,2 9,9 9,4 11,1 assurances et divers 2,2 4,1 2,6 2,9 3,9 4,4 4,5 3,2 4,1 3,3 divers 1 5,4 6,9 6,8 4,8 6,7 6,6 5,8 4,9 6,7 7,0 total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 1 Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus. Base FIF de fiction au coût inférieur à 1 M€ : 19 films en 2005, 17 films en 2006, 22 films en 2007, 9 films en 2008, 10 films en 2009, 16 films en 2010, 20 films en 2011, 19 films en 2012, 27 films en 2013, 20 films en 2014. Source : CNC. Structure des grandes catégories de dépenses de production pour les films dont le coût total est inférieur à 1 M€ (%) Base FIF de fiction au coût inférieur à 1 M€ : 19 films en 2005, 17 films en 2006, 22 films en 2007, 9 films en 2008, 10 films en 2009, 16 films en 2010, 20 films en 2011, 19 films en 2012, 27 films en 2013, 20 films en 2014. Source : CNC. 49,8 50,1 50,2 48,1 48,3 49,8 50,5 52,6 48,8 51,6 30,6 24,6 27,8 32,2 23,5 27,3 23,4 22,2 25,3 22,3 19,5 25,3 22,0 19,7 28,2 22,9 26,1 25,2 25,9 26,0 0,0 20,0 40,0 60,0 80,0 100,0 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 rémunérations technique tournage
  • 34. 34 Les coûts de production des films en 2014 b. Films dont le coût total est compris entre 1 M€ et 2,5 M€ La structure de dépenses des films dont le coût est compris entre 1 M€ et 2,5 M€ est relativement stable dans le temps. En 2014, la part des dépenses consacrées au personnel est particulièrement haute pour les films de cette tranche de coût : 21,2 % du cout total, soit une augmentation de 1,4 point par rapport à 2013 et un niveau largement supérieur à la moyenne observée sur l’ensemble des films (19,6 %). Le poids des dépenses consacrées aux charges sociales progresse (+1,6 point, à 13,4). Les dépenses de transports, défraiements et régie constituent le troisième poste de dépenses en 2014, en dépit d’une légère baisse de leur poids dans le total (-0,5 point, soit 11,7 %). La part de l’interprétation augmente pour la deuxième année consécutive (+1,1 point à 8,0 %). Les films au coût compris entre 1 M€ et 2,5 M€ sont toujours caractérisés par une part importante allouée aux moyens techniques. En dépit d’une baisse de 1,4 point par rapport à 2013, ce poste représente 10,4 % du coût total des films de la tranche en 2014 quand cette part s’élève à 8,8 % pour l’ensemble des films. Le poids des dépenses de pellicules et de laboratoires continue de baisser pour les films de cette tranche de coût (5,4 % en 2014, contre 6,1 % en 2013). Structure des dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 1 M€ et 2,5 M€ (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 droits artistiques 6,8 7,5 7,6 7,0 7,0 6,0 6,3 6,8 8,2 8,0 personnel 20,1 21,1 19,9 20,9 19,0 19,0 19,9 21,4 19,8 21,2 rémunération producteur 4,4 4,5 5,1 4,7 5,2 5,8 4,8 5,7 5,4 4,7 interprétation 8,2 7,6 7,6 6,9 7,6 6,4 7,5 6,2 6,9 8,0 charges sociales 12,7 13,4 12,8 14,2 12,7 12,4 13,0 13,0 11,8 13,4 moyens techniques 11,2 10,7 10,2 10,2 10,4 10,4 10,5 10,8 11,8 10,4 pellicules-laboratoires 10,7 10,0 10,1 9,3 9,2 8,3 7,8 6,6 6,1 5,4 décors et costumes 4,6 5,1 4,9 5,6 5,8 6,1 5,6 5,5 6,1 6,0 transports, défraiements, régie 10,4 10,2 11,0 9,8 11,2 13,4 12,8 12,8 12,2 11,7 assurances et divers 4,6 4,1 4,9 5,1 6,1 5,6 5,9 5,4 5,5 4,6 divers 1 6,1 6,0 5,9 6,3 5,9 6,6 6,0 5,9 6,0 6,4 total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 1 Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus. Base FIF de fiction au coût compris entre 1 M€ et 2,5 M€ : 40 films en 2005, 29 films en 2006, 44 films en 2007, 44 films en 2008, 37 films en 2009, 43 films en 2010, 33 films en 2011, 30 films en 2012, 34 films en 2013, 40 films en 2014. Source : CNC. Structure des grandes catégories de dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 1 M€ et 2,5 M€ (%) Base FIF de fiction au coût compris entre 1 M€ et 2,5 M€ : 40 films en 2005, 29 films en 2006, 44 films en 2007, 44 films en 2008, 37 films en 2009, 43 films en 2010, 33 films en 2011, 30 films en 2012, 34 films en 2013, 40 films en 2014. Source : CNC. 52,2 54,0 53,0 53,7 51,4 49,6 51,5 53,1 52,2 55,4 22,0 20,7 20,3 19,5 19,6 18,7 18,3 17,3 18,0 15,9 25,8 25,3 26,8 26,8 29,0 31,7 30,2 29,6 29,8 28,8 0,0 20,0 40,0 60,0 80,0 100,0 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 rémunérations technique tournage
  • 35. Les coûts de production des films en 2014 35 c. Films dont le coût total est compris entre 2,5 M€ et 4 M€ La part des dépenses de personnel est également importante pour les films au coût compris entre 2,5 M€ à 4 M€. Elle s’élève à 20,7 % du coût total en 2014 (19,6 % pour l’ensemble des films), soit un très léger recul de 0,4 point par rapport à 2013. Le poids des charges sociales diminue légèrement à 13,5 % du coût total (-0,3 point par rapport à 2013). Comme pour les films au coût compris entre 1 M€ et 2,5 M€, les dépenses de transports, défraiements et régie constituent le troisième poste de dépenses en 2014, à 11,9 % du total (11,0 % en 2013). Le poids des dépenses d’interprétation diminue de 1,3 point, à 8,6 %, tandis que celui des dépenses consacrées aux moyens techniques augmente de 1,2 point, à 9,3 % en 2014. Structure des dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 2,5 M€ et 4 M€ (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 droits artistiques 7,0 7,3 6,5 7,8 6,6 8,4 7,7 7,5 7,3 7,6 personnel 19,2 20,9 19,8 19,2 20,9 20,0 19,7 21,2 21,0 20,7 rémunération producteur 5,8 4,7 4,2 5,3 4,5 5,5 4,7 4,7 5,6 5,8 interprétation 8,9 10,4 10,9 10,0 8,7 8,7 9,3 9,0 10,0 8,6 charges sociales 12,3 12,9 13,6 13,1 13,1 13,7 13,8 13,4 13,7 13,5 moyens techniques 10,3 9,6 9,9 8,8 8,4 8,2 8,3 9,1 8,2 9,3 pellicules-laboratoires 7,8 6,9 7,1 6,9 7,6 7,1 6,2 5,3 4,0 4,1 décors et costumes 6,0 7,2 7,5 7,0 6,9 6,4 7,4 6,2 7,4 6,8 transports, défraiements, régie 11,1 8,7 8,5 9,2 10,6 10,6 11,1 11,6 11,0 11,9 assurances et divers 5,4 5,2 5,9 6,3 6,6 5,2 5,2 6,1 5,3 5,8 divers 1 6,3 6,1 5,9 6,5 6,2 6,2 6,7 5,9 6,5 5,9 total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 1 Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus. Base FIF de fiction au coût compris entre 2,5 M€ et 4 M€ : 30 films en 2005, 27 films en 2006, 24 films en 2007, 23 films en 2008, 27 films en 2009, 29 films en 2010, 25 films en 2011, 32 films en 2012, 26 films en 2013, 18 films en 2014. Source : CNC. Structure des grandes catégories de dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 2,5 M€ et 4 M€ (%) Base FIF de fiction au coût compris entre 2,5 M€ et 4 M€ : 30 films en 2005, 27 films en 2006, 24 films en 2007, 23 films en 2008, 27 films en 2009, 29 films en 2010, 25 films en 2011, 32 films en 2012, 26 films en 2013, 18 films en 2014. Source : CNC. 53,1 56,2 55,0 55,4 53,7 56,3 55,2 55,8 57,7 56,2 18,1 16,5 17,1 15,7 16,0 15,4 14,5 14,4 12,1 13,4 28,7 27,3 27,9 28,9 30,3 28,4 30,3 29,8 30,2 30,4 0,0 20,0 40,0 60,0 80,0 100,0 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 rémunérations technique tournage
  • 36. 36 Les coûts de production des films en 2014 d. Films dont le coût total est compris entre 4 M€ et 5,5 M€ Pour les films au coût compris entre 4 M€ et 5,5 M€, la part des dépenses de personnel atteint 21,2 % du coût total en 2014 (+0,7 point par rapport à 2013). Le poids des charges sociales progresse très légèrement, à 13,3 % du coût total (+0,7 point par rapport à 2013). Le poids des dépenses liées à la rémunération des interprètes diminue de façon significative en 2014 : -2,6 points, à 9,0 %. En effet, deux films consacraient plus de 20 % de leur coût total à ce poste en 2013, tandis qu’aucun film n’y consacre plus de 16,2 % en 2014. A l’opposé, la part des dépenses liées aux droits artistiques progresse de 2,2 points en 2014, à 10,4 %. Il s’agit du plus haut niveau observé pour les films de cette tranche de coûts sur la décennie. Sept films consacrent plus de 12 % de leur coût total à ce poste en 2014, ils n’étaient que trois films dans ce cas en 2013. Le poids des dépenses de pellicules et de laboratoires diminue pour la deuxième année consécutive, à 3,2 % du coût total. Il s’agit du niveau le plus faible depuis la mise en place de l’étude. Structure des dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 4 M€ et 5,5 M€ (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 droits artistiques 8,5 8,8 8,9 7,7 7,7 8,8 8,6 9,3 8,2 10,4 personnel 18,4 19,5 18,9 19,1 21,5 19,5 20,1 20,6 20,5 21,2 rémunération producteur 5,1 4,9 5,9 4,1 4,1 5,2 5,7 5,9 5,2 6,0 interprétation 13,1 9,9 10,7 13,8 11,4 10,6 11,4 11,1 11,6 9,0 charges sociales 13,5 13,3 14,2 14,6 11,6 12,5 12,2 13,9 12,6 13,3 moyens techniques 9,3 10,1 8,8 8,1 8,1 9,5 10,3 7,7 8,4 7,8 pellicules-laboratoires 6,1 6,1 5,4 5,5 5,6 6,5 4,6 5,1 3,7 3,2 décors et costumes 6,4 7,3 6,5 6,5 7,9 6,7 7,0 6,6 7,3 6,7 transports, défraiements, régie 8,6 9,7 8,3 7,9 10,7 8,4 8,0 8,8 9,5 10,3 assurances et divers 5,3 4,8 5,9 5,9 5,8 6,4 5,5 4,8 6,8 5,9 divers 1 5,8 5,6 6,4 6,8 5,7 5,8 6,6 6,2 6,2 6,2 total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 1 Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus. Base FIF de fiction au coût compris entre 4 M€ et 5,5 M€ : 30 films en 2005, 15 films en 2006, 8 films en 2007, 12 films en 2008, 10 films en 2009, 13 films en 2010, 16 films en 2011, 19 films en 2012, 26 films en 2013, 22 films en 2014. Source : CNC. Structure des grandes catégories de dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 4 M€ et 5,5 M€ (%) Base FIF de fiction au coût compris entre 4 M€ et 5,5 M€ : 30 films en 2005, 15 films en 2006, 8 films en 2007, 12 films en 2008, 10 films en 2009, 13 films en 2010, 16 films en 2011, 19 films en 2012, 26 films en 2013, 22 films en 2014. Source : CNC. 58,5 56,4 58,6 59,2 56,2 56,6 58,0 60,8 58,1 59,9 15,4 16,2 14,2 13,7 13,8 16,0 14,9 12,8 12,1 10,9 26,1 27,4 27,2 27,1 30,0 27,3 27,2 26,3 29,9 29,1 0,0 20,0 40,0 60,0 80,0 100,0 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 rémunérations technique tournage
  • 37. Les coûts de production des films en 2014 37 e. Films dont le coût total est compris entre 5,5 M€ et 7 M€ En 2014, comme en 2013, c’est pour les films au coût compris entre 5,5 M€ et 7 M€ que la part des dépenses de personnel est la plus haute, à 21,9 % du coût total (19,6 % pour l’ensemble des films), soit une progression de 0,6 point par rapport à 2013 et son niveau le plus élevé depuis la mise en place de l’étude. Le poids des charges sociales augmente également : +1,6 point par rapport à 2013, à 14,3 % du coût total des films de la tranche. Il s’agit, là encore, d’un niveau bien supérieur à la moyenne de l’ensemble des films (12,1 %). Le poids de l’interprétation diminue très légèrement (-0,1 point), à 12,1 % du coût total des films de la tranche. Après une forte augmentation en 2013, la part des dépenses liées aux droits artistiques diminue de 2,6 points en 2014, à 7,6 %. Structure des dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 5,5 M€ et 7 M€ (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 droits artistiques 9,3 9,2 8,1 8,9 7,9 9,9 11,4 8,2 10,2 7,6 personnel 19,3 17,1 18,2 18,8 19,2 19,3 18,2 20,1 21,3 21,9 rémunération producteur 3,1 5,0 5,8 4,8 4,8 5,3 5,2 6,0 5,0 4,6 interprétation 11,7 12,5 11,7 11,9 13,5 10,3 15,2 11,2 12,2 12,1 charges sociales 12,7 13,1 12,8 12,9 11,6 12,9 12,5 14,3 12,7 14,3 moyens techniques 9,4 9,0 9,5 8,8 9,3 7,3 6,2 7,7 7,6 8,1 pellicules-laboratoires 5,4 5,1 5,1 5,2 4,8 4,7 3,9 3,6 3,0 2,8 décors et costumes 7,5 6,3 8,0 7,9 7,3 7,8 7,4 7,8 8,1 8,5 transports, défraiements, régie 10,0 10,7 8,4 8,3 9,2 8,6 8,0 8,6 8,3 9,1 assurances et divers 6,9 5,8 5,6 6,4 6,7 7,0 5,9 6,7 4,6 4,8 divers 1 4,7 6,2 6,9 6,2 5,6 7,0 6,1 5,8 6,8 6,2 total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 1 Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus. Base FIF de fiction au coût compris entre 5,5 M€ et 7 M€ : 10 films en 2005, 10 films en 2006, 13 films en 2007, 21 films en 2008, 13 films en 2009, 15 films en 2010, 12 films en 2011, 22 films en 2012, 10 films en 2013, 18 films en 2014. Source : CNC. Structure des grandes catégories de dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 5,5 M€ et 7 M€ (%) Base FIF de fiction au coût compris entre 5,5 M€ et 7 M€ : 10 films en 2005, 10 films en 2006, 13 films en 2007, 21 films en 2008, 13 films en 2009, 15 films en 2010, 12 films en 2011, 22 films en 2012, 10 films en 2013, 18 films en 2014. Source : CNC. 56,0 56,9 56,5 57,3 57,0 57,7 62,5 59,7 61,5 60,5 14,9 14,1 14,6 14,0 14,1 12,0 10,1 11,4 10,6 10,9 29,1 29,0 28,9 28,7 28,9 30,4 27,4 28,9 27,9 28,6 0,0 20,0 40,0 60,0 80,0 100,0 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 rémunérations technique tournage
  • 38. 38 Les coûts de production des films en 2014 f. Films dont le coût total est compris entre 7 M€ et 15 M€ En 2014, comme en 2013, c’est pour les films de la tranche de 7 M€ à 15 M€ que la part dévolue aux dépenses techniques est la plus basse (9,4 %, contre 11,4 % pour l’ensemble des films). Celle dédiée à l’interprétation est, en revanche, supérieure à la moyenne (12,1 %, contre 11,4 %). Au cours de la période d’étude, il est difficile de dégager des tendances tant la tranche intègre des films aux coûts très différents. Après deux années de progression, la part des dépenses de personnel diminue légèrement mais reste à un niveau élevé : -0,6 point, à 20,1 % du coût total en 2014. Le poids des dépenses d’interprétation diminue de 1,9 point, à 11,5 % : en 2014, trois films consacrent plus de 20 % de leur coût total à ce poste, tandis qu’ils étaient cinq dans ce cas en 2013. De la même façon, la part des dépenses d’ « assurances et divers » diminue de 1,6 point par rapport à 2013, à 6,3 %. À l’opposé, la part des dépenses liées au poste « transports, défraiements, régie » progresse de 1,1 point à 9,6 % du coût total. Structure des dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 7 M€ et 15 M€ (%) 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 droits artistiques 8,7 9,1 8,1 6,8 8,8 8,4 9,8 9,6 8,5 10,7 personnel 18,3 17,3 17,8 18,5 18,8 20,3 19,0 20,0 20,7 20,1 rémunération producteur 4,8 5,2 4,6 5,2 5,6 4,5 5,0 5,3 5,9 5,1 interprétation 14,2 14,0 16,0 15,0 13,1 11,8 13,1 12,0 13,4 11,5 charges sociales 13,2 13,2 13,2 13,4 12,8 12,4 14,0 12,5 12,2 13,2 moyens techniques 7,9 8,9 7,6 7,8 8,2 8,6 6,9 8,2 7,0 7,2 pellicules-laboratoires 4,9 4,7 4,2 4,0 4,1 4,2 3,2 3,3 2,3 2,2 décors et costumes 8,1 7,9 7,6 8,3 7,5 9,5 7,5 6,9 7,6 8,0 transports, défraiements, régie 7,8 7,6 8,2 8,6 8,1 9,2 9,9 10,1 8,5 9,6 assurances et divers 5,9 6,0 5,9 6,5 6,4 5,4 5,3 6,3 7,9 6,3 divers 1 6,2 6,0 6,8 6,0 6,5 5,8 6,3 5,9 6,0 6,3 total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 1 Le poste « divers » comprend les frais généraux et les imprévus. Base FIF de fiction au coût compris entre 7 M€ et 15 M€ : 24 films en 2005, 20 films en 2006, 25 films en 2007, 21 films en 2008, 34 films en 2009, 32 films en 2010, 27 films en 2011, 35 films en 2012, 28 films en 2013, 34 films en 2014. Source : CNC. Structure des grandes catégories de dépenses de production pour les films dont le coût total est compris entre 7 M€ et 15 M€ (%) Base FIF de fiction au coût compris entre 7 M€ et 15 M€ : 24 films en 2005, 20 films en 2006, 25 films en 2007, 21 films en 2008, 34 films en 2009, 32 films en 2010, 27 films en 2011, 35 films en 2012, 28 films en 2013, 34 films en 2014. Source : CNC. 59,2 58,9 59,8 58,9 59,1 57,3 60,9 59,3 60,7 60,5 12,8 13,6 11,8 11,8 12,4 12,8 10,1 11,5 9,3 9,4 28,0 27,5 28,5 29,3 28,5 29,9 29,0 29,2 30,0 30,1 0,0 20,0 40,0 60,0 80,0 100,0 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 rémunérations technique tournage