SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  4
Télécharger pour lire hors ligne
Introduction
La chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie sont les bases
du traitement contre le cancer. Des avancées dans le domaine
de l’immunologie (une branche de la science qui étudie tous les
aspects du système immunitaire) ont toutefois permis de mieux
comprendre de quelles façons les propres mécanismes de
défense du corps humain peuvent être utilisés pour améliorer
les résultats et atténuer certains des effets indésirables toxiques
du traitement pour les patients atteints d’un cancer du sang.
Les chercheurs sur le cancer étudient maintenant des moyens
d’exploiter le système immunitaire pour détruire les cellules
cancéreuses.
Le système immunitaire défend le corps contre les infections et
le cancer. Il se compose de milliards de cellules de différentes
catégories. Les lymphocytes, un type de globule blanc, forment
en grande partie le système immunitaire. Il existe trois types de
lymphocytes : les lymphocytes B (cellules B), les lymphocytes
T (cellules T) et les cellules tueuses naturelles (natural killer
ou Nk). Les cellules B produisent des anticorps servant à
combattre les infections, tandis que les cellules T et les cellules
NK tuent directement les cellules infectées ou cancéreuses et
communiquent avec les autres cellules du système au moyen
de substances chimiques appelées « cytokines ».
Les lymphomes et les leucémies à cellules B surviennent lorsque
les cellules B normales subissent des mutations (changements)
et deviennent cancéreuses. Ces cellules B cancéreuses se
multiplient ensuite et prennent la place des cellules B normales.
L’immunothérapie améliore la capacité du corps à détecter et à
tuer les cellules cancéreuses. Cette approche thérapeutique est
fondée sur le concept selon lequel les cellules immunitaires ou
les anticorps sont capables de reconnaître et de tuer les cellules
cancéreuses. Les cellules immunitaires ou les anticorps peuvent
être fabriqués en laboratoire ou par un fabricant de produits
pharmaceutiques dans des conditions strictement contrôlées par
les autorités gouvernementales, pour ensuite être administrées
aux patients afin de traiter le cancer. On distingue plusieurs
types d’immunothérapie. Certaines sont déjà approuvées, tandis
que d’autres sont à l’étude dans des essais cliniques qui visent à
vérifier si elles peuvent permettre de traiter efficacement divers
types de cancer.
L’un des types d’immunothérapie consiste en la modification
génique des propres cellules T du patient pour qu’elles
reconnaissent et attaquent les cellules cancéreuses. Les
récepteurs qui sont produits à la surface des cellules T sont
appelés « récepteurs d’antigènes chimériques ». Ce traitement
est appelé « immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T ».
Pour ce type de thérapie, un échantillon de sang est prélevé
chez le patient et envoyé dans un laboratoire où les cellules
T sont séparées des autres cellules. Ces cellules T sont
ensuite modifiées pour exprimer un récepteur spécifique, qui
permettra aux cellules T génétiquement modifiées de trouver
et de tuer les cellules cancéreuses. Les cellules T modifiées
sont ensuite multipliées en laboratoire et réinjectées au patient
par voie intraveineuse.
L’antigène (toute substance qui amène le système immunitaire
à produire des anticorps contre elle) le plus souvent ciblé
dans les essais cliniques qui étudient l’utilisation des cellules
CAR-T pour le traitement de la leucémie et du lymphome est
appelé « classe de différenciation (CD) 19 ». Des essais ciblant
d’autres antigènes (BCMA, CD22, CD123, ROR-1, ligands de
NKG2D) sont aussi en cours. CD19 est exprimé à la surface
de pratiquement toutes les cellules B saines et cancéreuses,
y compris les cellules B de lymphome et de leucémie. CD19
n’étant exprimée sur aucune autre cellule saine que les cellules
B, elle représente une cible idéale pour l’immunothérapie
fondée sur les cellules CAR-T.
Nouvel horizon de traitement :
cellules T porteuses de récepteurs
d’antigènes chimériques (CAR-T)
Fonctionnement de l’immunothérapie
fondée sur les cellules T porteuses
d’antigènes chimériques
Utilisé avec la permission de la Stiliyan Petrov Foundation (SPF) et de la
faculté d’hématologie de la University College London, au Royaume-Uni.
www.thestiliyanpetrovfoundation.com/cart-t-cell.html
FS27 Cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR) | Révisé en février 2016 | Traduit en novembre 2017 page 1
Les cellules
T modifiées
reconnaissent
et tuent la
tumeur
Échantillon
de sang
Réinjection
au patient
Gènes CAR
Extraction
des cellules T
Modification
génétique des
cellules T
SLLC: présentant l’information la plus récente pour les patients, les proces aidants et les professionnels de la sante.
Des cellules T sont prélevées chez un patient.
Les cellules T sont prélevées par aphérèse, un processus
qui consiste à prélever du sang et à en retirer un ou plusieurs
composants (comme le plasma, les plaquettes ou les globules
blancs). Les autres éléments sanguins sont ensuite réinjectés
au patient.
Les cellules T sont génétiquement modifiées en laboratoire.
Les cellules T sont envoyées à un laboratoire ou à un fabricant
de produits pharmaceutiques, qui les modifie génétiquement
pour les doter de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR)
sur leur surface.
Après cette modification génétique, les cellules T sont
désignées sous le nom de « cellules T porteuses de
récepteurs d’antigènes chimériques » ou cellules CAR-T.
Les récepteurs d’antigènes chimériques sont des protéines
qui permettent aux cellules T de reconnaître un antigène sur
des cellules cancéreuses ciblées.
Les cellules CAR-T génétiquement modifiées sont
ensuite multipliées. On stimule la croissance des cellules T
génétiquement modifiées du patient en laboratoire jusqu’à
ce qu’il y en ait des millions. Une fois qu’elles ont atteint un
nombre suffisant, les cellules sont congelées et envoyées à
l’hôpital ou au centre de traitement du patient.
Les cellules CAR-T sont administrées au patient à
l’hôpital ou au centre de traitement. Beaucoup de patients
reçoivent un bref cycle de chimiothérapie avant une
transfusion de cellules CAR-T. Après avoir été réinjectées
dans le sang du patient, ces cellules se multiplient. Elles entrent
en mode « attaque » en reconnaissant et en tuant les cellules
cancéreuses qui possèdent l’antigène ciblé sur leur surface.
Les cellules CAR- T aident à prévenir la rechute.
Les cellules CAR- T peuvent rester dans l’organisme longtemps
après avoir été transfusées au patient. Elles le protègent contre
les risques de rechute; par conséquent, cette thérapie entraîne
souvent des rémissions à long terme.
À l’heure actuelle, l’immunothérapie fondée sur les cellules
CAR-T n’est offerte qu’aux patients qui participent à un essai
clinique. Les protocoles d’essais cliniques varient; les soins
peuvent être offerts en milieu hospitalier ou dans un centre
de traitement. Les patients peuvent être obligés de séjourner
au centre de traitement ou de rester à proximité avant,
pendant ou après la thérapie. Certains protocoles exigent que
les patients confirment qu’une personne sera disponible pour
s’occuper d’eux avant pour être autorisés à participer
à l’essai clinique.
Effets secondaires possibles
de l’immunothérapie fondée sur les
cellules CAR-T
Syndrome de libération de cytokines. L’un des effets toxiques
graves associés à l’immunothérapie fondée sur les cellules
CAR-T est le syndrome de libération de cytokines. Ce syndrome
est le résultat de l’activation des cellules T; sa présence
indique donc une réponse positive à la thérapie. Les cellules
CAR-T réinjectées qui entrent en contact avec leurs cibles sont
rapidement activées et des cytokines (messagers chimiques qui
aident les cellules T à accomplir leurs tâches) sont sécrétées.
Les symptômes associés à une forme bénigne de libération
de cytokines s’apparentent souvent à ceux d’infections virales,
comme la grippe.
Avec l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T, de
grandes quantités de cytokines sont produites par le système
immunitaire activé. Dans ce contexte, le syndrome de libération
de cytokines peut causer une forte fièvre, une baisse de la
tension artérielle ou une mauvaise oxygénation des poumons
(une condition qui exige une oxygénothérapie temporaire).
Certains patients souffrent de délire, de confusion et de
convulsions pendant le traitement. Ces symptômes apparaissent
généralement dans les premières semaines de la thérapie.
On ne comprend pas tout à fait ce qui cause les symptômes
du syndrome de libération de cytokines. L’une des explications
possibles est que les cellules CAR-T sécrètent des cytokines.
Ces symptômes sont toutefois réversibles.
Dans le cadre d’une étude réalisée auprès de 40 patients, un
peu plus de la moitié d’entre eux ont présenté un syndrome
de libération de cytokines à différents degrés, soit le grade
1 – bénin (10 %), le grade 2 – modéré (17 %), le grade 3 – grave
(15 %) et le grade 4 – potentiellement mortel (15 %). Le syndrome
de libération de cytokines de grade 1 était bénin et a pu être
traité avec des médicaments pour faire baisser la fièvre; le
syndrome de grade 4 a parfois mis en danger la vie des patients
et a nécessité une ventilation assistée.
Les patients dont la maladie est particulièrement grave avant
l’injection des cellules CAR-T sont plus susceptibles de présenter
les manifestations les plus aiguës du syndrome. Les chercheurs
ont découvert que les patients chez qui les réactions étaient les
plus importantes exprimaient des niveaux élevés d’interleukine
(IL)-6, une cytokine sécrétée par les cellules T en réponse à
une inflammation. Les médecins ont mis au point des plans de
traitement pour les cas les plus graves. On a parfois recours
à des médicaments qui affaiblissent le système immunitaire
comme les corticostéroïdes. D’autres méthodes pour réduire
la fréquence des cas graves de syndrome de libération de
cytokines sont actuellement à l’étude, dont l’administration
de l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T en doses
multiples et la réduction du fardeau de la maladie avant la
transfusion de cellules CAR-T.
FS27 Immunothérapie fondée sur les cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR) page 2
Immunothérapie fondée sur les cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR)
Aplasie des cellules B. L’immunothérapie fondée sur les
cellules CAR-T qui cible les antigènes se trouvant à la surface
des cellules B détruit les cellules B cancéreuses, mais aussi
les cellules B saines. Par conséquent, l’aplasie des cellules
B (nombre peu élevé ou absence de cellules B) est un effet
indésirable auquel on peut s’attendre. Une absence de cellules
B peut nuire à la capacité de l’organisme de produire les
anticorps qui le protègent contre les infections. La thérapie
de substitution par immunoglobuline intraveineuse est utilisée
pour prévenir les infections. On ignore pendant combien de
temps la diminution du nombre de cellules B persiste, mais on
sait qu’aucun effet secondaire à long terme n’a été observé.
Syndrome de lyse tumorale (SLT). Un autre des effets
secondaires connus de l’immunothérapie fondée sur les
cellules CAR-T est le syndrome de lyse tumorale. Il s’agit d’un
ensemble de complications métaboliques qui peuvent être
occasionnées par la décomposition des cellules mourantes,
généralement au début de traitements toxiques contre le
cancer. Le SLT peut cependant survenir un mois ou plus après
l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T. Tout traitement
causant la décomposition des cellules cancéreuses, y compris
les cellules CAR-T, peut engendrer cette complication
potentiellement mortelle pour laquelle on a recours à un
traitement de soutien standard.
Résultat, limites et perspectives
d’avenir de l’immunothérapie fondée
sur les cellules CAR-T
Les résultats préliminaires des essais cliniques portant sur
l’utilisation des cellules CAR-T sont impressionnants et semblent
très prometteurs pour les patients atteints d’un cancer du sang.
L’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T pourrait être
une option pour ceux dont la leucémie lymphoblastique aiguë
(LLA) a récidivé après une chimiothérapie intensive ou une
greffe de cellules souches. Dans le cadre de certaines études,
jusqu’à 90 % des enfants et des adultes atteints d’une LLA ayant
récidivé plusieurs fois ou qui n’ont pas répondu aux traitements
courants ont obtenu une rémission après une immunothérapie
fondée sur les cellules CAR-T. Les études sur l’administration de
ce type de thérapie chez des patients souffrant d’autres types
de cancer, dont la leucémie lymphoïde chronique (LLC), certains
types de lymphomes non hodgkiniens (LNH), y compris le
lymphome diffus à grandes cellules B et le lymphome folliculaire,
et le myélome multiple, sont également très encourageantes.
Bien que les premiers résultats de l’immunothérapie fondée
sur les cellules CAR-T aient déjà été observés, la plupart des
patients qui participent à ces essais cliniques ne sont suivis
que depuis peu de temps. Au terme de ces essais, ils fourniront
de l’information sur la durée de la réponse au traitement
à long terme. Il est important que davantage d’enfants et
d’adultes participent à des essais cliniques, car en étudiant des
échantillons de plus grande taille sur une plus longue période,
les chercheurs seront mieux en mesure de comprendre les
effets de ce type de thérapie, de trouver des moyens d’en
réduire la toxicité et d’améliorer la gestion de celle-ci.
Les chercheurs en sont aux premières étapes de l’étude de
ce traitement. Des études sont en cours afin de trouver des
moyens d’améliorer la production de cellules CAR-T, de cerner
des cibles et des récepteurs additionnels et d’atténuer les effets
indésirables de l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T.
Nous sommes là pour vous aider
La SLLC offre gratuitement de l’information et du support aux
patients et aux familles touchés par un cancer du sang.
1-866-637-0281 | sllcanada.org
Remerciements
La SLLC remercie :
Saar Gill, M. D., Ph. D.
Professeur adjoint de médecine
Hôpital de l’Université de la Pennsylvanie
Philadelphie, Pennsylvanie
FS27 Immunothérapie fondée sur les cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR) page 3
Immunothérapie fondée sur les cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR)
Références
Barrett D, Singh N, Porter D, et collab. Chimeric antigen receptor
therapy for cancer. Annual Review of Medicine. 2014;65:333-347.
Cairo MS, Coiffier B, Reiter A, et collab. Recommendations
for the evaluation of risk and prophylaxis of tumour lysis
syndrome (TLS) in adults and children with malignant diseases:
an expert TLS panel consensus. British Journal of Haematology.
2010;149(4):578-586.
Kochenderfer JN. Genetic engineering of T cells in leukemia
and lymphoma. Clinical Advances in Hematology & Oncology.
2014;12(3):190-192.
Kochenderfer JN, Dudley ME, Kassim SH, et collab.
Chemotherapy-refractory diffuse large B-cell lymphoma treated
with autologous T cells expressing an anti-CD19 chimeric antigen
receptor. Journal of Clinical Oncology. 2015;33(6):540-549.
Kudchodkar SB et Maus V. « Chimeric antigen receptor (CAR)
T-cell immunotherapy for leukemia and beyond. » OncLive.
29 août 2014. Disponible à www.onclive.com/ publications/
contemporary-oncology/2014/August-2014/ Chimeric-Antigen-
Receptor-CAR-T-Cell-Immunotherapy- for-Leukemia-and-Beyond.
Consulté le 27 janvier 2016.
Lee DW, Kochenderfer JN, Stetler-Stevenson M, et collab.
T cells expressing CD19 chimeric antigen receptors for acute
lymphoblastic leukaemia in children and young adults: a phase
1 dose-escalation trial. Lancet. 2015;385(9967):517-528.
Magee M et Snook A. Challenges to chimeric antigen receptor
(CAR)-T cell therapy for cancer [review]. Discovery Medicine.
2014;18(100):265-271.
Maude SL, Frey N, Shaw PA, et collab. Chimeric antigen receptor
T cells for sustained remissions in leukemia. New England
Journal of Medicine. 2014;371(16):1507-1517.
Maude S, Teachey D, Porter D, et collab. CD19-targeted chimeric
antigen receptor T cell therapy for acute lymphoblastic leukemia.
Blood. 2015;125(26):4017-4023.
National Cancer Institute. CAR T-Cell Therapy: Engineering
Patients’ Immune Cells to Treat Their Cancers. Disponible à
www.cancer.gov/about-cancer/treatment/research/car-t-cells.
Mis à jour le 16 octobre 2014. Consulté le 28 janvier 2016.
Porter DL, Lacey SF, Hwang W, et collab. Cytokine release
syndrome (CRS) after chimeric antigen receptor (CAR) T cell
therapy for relapsed/refractory (R/R) CLL. Oral and Poster
Abstracts. 56th Annual American Society of Hematology
Annual Meeting and Exhibition. Décembre 2014.
Porter DL, Levine BL, Kalos M, et collab. Chimeric antigen
receptor-modified T cells in chronic lymphoid leukemia.
New England Journal of Medicine. 2011;365(8):725-733.
Shi H, Sun M, Liu L, et collab. Chimeric antigen receptor
for adoptive immunotherapy of cancer: latest research
and future prospects. Molecular Cancer. 2014;13:219-226.
The Stiliyan Petrov Foundation (SPF). Engineering
the immune system to treat cancer. Disponible à
www.thestiliyanpetrovfoundation.com/cart-t-cell.html.
Consulté le 27 janvier 2016.
Cette publication vise à fournir de l’information à jour sur le sujet traité.
Elle est offerte à titre de service public par la Société de leucémie et
lymphome du Canada (SLLC). À noter que la SLLC ne fournit pas de
services médicaux ni autres services professionnels.
FS27 Immunothérapie fondée sur les cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR) page 4
Immunothérapie fondée sur les cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR)

Contenu connexe

Tendances

Le processus de_cancerisation_
Le processus de_cancerisation_Le processus de_cancerisation_
Le processus de_cancerisation_Karol Aguilar
 
Watier ppp lyon 2013
Watier ppp lyon 2013Watier ppp lyon 2013
Watier ppp lyon 2013Groupe IMT
 
Nicole Brousse : Qu’est-ce qu’un lymphome ? Comment le diagnostiquer ?
Nicole Brousse : Qu’est-ce qu’un lymphome ? Comment le diagnostiquer ?Nicole Brousse : Qu’est-ce qu’un lymphome ? Comment le diagnostiquer ?
Nicole Brousse : Qu’est-ce qu’un lymphome ? Comment le diagnostiquer ?Francelymphomeespoir
 
Therapie ciblee dr benjamin hoch - 23 11 2012
Therapie ciblee   dr benjamin hoch - 23 11 2012Therapie ciblee   dr benjamin hoch - 23 11 2012
Therapie ciblee dr benjamin hoch - 23 11 2012cac_mougins
 
L’année du sein 2017 - Biomarqueurs : signatures génomiques & immunothérapie
L’année du sein 2017 - Biomarqueurs : signatures génomiques & immunothérapieL’année du sein 2017 - Biomarqueurs : signatures génomiques & immunothérapie
L’année du sein 2017 - Biomarqueurs : signatures génomiques & immunothérapieElisabeth RUSS
 
Les cancers de l’endomètre : actualités 2016
Les cancers de l’endomètre : actualités 2016Les cancers de l’endomètre : actualités 2016
Les cancers de l’endomètre : actualités 2016Elisabeth RUSS
 
Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin Dr. Kerfah Soumia
 
Ose pharma cp 3 juillet 2012 vf
Ose pharma cp 3 juillet 2012 vfOse pharma cp 3 juillet 2012 vf
Ose pharma cp 3 juillet 2012 vfOSEPharma
 
Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".
Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".
Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".Elisabeth RUSS
 

Tendances (10)

Le processus de_cancerisation_
Le processus de_cancerisation_Le processus de_cancerisation_
Le processus de_cancerisation_
 
Lymphomes cf 11 02 14
Lymphomes cf 11 02 14Lymphomes cf 11 02 14
Lymphomes cf 11 02 14
 
Watier ppp lyon 2013
Watier ppp lyon 2013Watier ppp lyon 2013
Watier ppp lyon 2013
 
Nicole Brousse : Qu’est-ce qu’un lymphome ? Comment le diagnostiquer ?
Nicole Brousse : Qu’est-ce qu’un lymphome ? Comment le diagnostiquer ?Nicole Brousse : Qu’est-ce qu’un lymphome ? Comment le diagnostiquer ?
Nicole Brousse : Qu’est-ce qu’un lymphome ? Comment le diagnostiquer ?
 
Therapie ciblee dr benjamin hoch - 23 11 2012
Therapie ciblee   dr benjamin hoch - 23 11 2012Therapie ciblee   dr benjamin hoch - 23 11 2012
Therapie ciblee dr benjamin hoch - 23 11 2012
 
L’année du sein 2017 - Biomarqueurs : signatures génomiques & immunothérapie
L’année du sein 2017 - Biomarqueurs : signatures génomiques & immunothérapieL’année du sein 2017 - Biomarqueurs : signatures génomiques & immunothérapie
L’année du sein 2017 - Biomarqueurs : signatures génomiques & immunothérapie
 
Les cancers de l’endomètre : actualités 2016
Les cancers de l’endomètre : actualités 2016Les cancers de l’endomètre : actualités 2016
Les cancers de l’endomètre : actualités 2016
 
Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin
 
Ose pharma cp 3 juillet 2012 vf
Ose pharma cp 3 juillet 2012 vfOse pharma cp 3 juillet 2012 vf
Ose pharma cp 3 juillet 2012 vf
 
Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".
Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".
Cancers mammaires & Lymphocytes infiltrant les tumeurs "TIL".
 

Similaire à Kccanada17 155-llsc car-t-fast-facts-v4

Ac monoclonaux en oncologie
Ac monoclonaux en oncologieAc monoclonaux en oncologie
Ac monoclonaux en oncologieSorayaMezouar1
 
Présentation des immunothérapies.
Présentation des immunothérapies.Présentation des immunothérapies.
Présentation des immunothérapies.Réseau Pro Santé
 
Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...
Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...
Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...Vih.org
 
Le Catalyst Novembre Edition
Le Catalyst Novembre EditionLe Catalyst Novembre Edition
Le Catalyst Novembre EditionMichael Leung
 
boulin_cancérologie_2017.ppt-Mode-de-compatibilité.pdf
boulin_cancérologie_2017.ppt-Mode-de-compatibilité.pdfboulin_cancérologie_2017.ppt-Mode-de-compatibilité.pdf
boulin_cancérologie_2017.ppt-Mode-de-compatibilité.pdfSouleymane5
 
1. GENERALITE SUR L’ONCOLOGIE.pdf
1. GENERALITE SUR L’ONCOLOGIE.pdf1. GENERALITE SUR L’ONCOLOGIE.pdf
1. GENERALITE SUR L’ONCOLOGIE.pdfSoufianaKouyate
 
COURS-CANCEROLOGIE.ppt
COURS-CANCEROLOGIE.pptCOURS-CANCEROLOGIE.ppt
COURS-CANCEROLOGIE.ppttaoufikakabli1
 
PET/CT Imaging for oncologic patients receiving immuno therapy
PET/CT Imaging for oncologic patients receiving immuno therapyPET/CT Imaging for oncologic patients receiving immuno therapy
PET/CT Imaging for oncologic patients receiving immuno therapyIoana Andreea Stoian
 
Cancer Exposé
Cancer  ExposéCancer  Exposé
Cancer ExposéHouria2
 
Rapport cancer du sang 2016 BioNeed
Rapport cancer du sang 2016 BioNeedRapport cancer du sang 2016 BioNeed
Rapport cancer du sang 2016 BioNeedElodie Panier
 
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdfSIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdfSargata SIN
 
La réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitro
La réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitroLa réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitro
La réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitroInstitut Pasteur de Madagascar
 
Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...
Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...
Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...vtesimplified
 
Prophylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire fr
Prophylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire frProphylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire fr
Prophylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire frvtesimplified
 
medics_anti_cancereux.ppt
medics_anti_cancereux.pptmedics_anti_cancereux.ppt
medics_anti_cancereux.ppttaoufikakabli1
 

Similaire à Kccanada17 155-llsc car-t-fast-facts-v4 (20)

Ac monoclonaux en oncologie
Ac monoclonaux en oncologieAc monoclonaux en oncologie
Ac monoclonaux en oncologie
 
Présentation des immunothérapies.
Présentation des immunothérapies.Présentation des immunothérapies.
Présentation des immunothérapies.
 
Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...
Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...
Le traitement en primo-infection à VIH - Christine Rouzioux - Rencontre du Cr...
 
Le Catalyst Novembre Edition
Le Catalyst Novembre EditionLe Catalyst Novembre Edition
Le Catalyst Novembre Edition
 
San 7
San 7San 7
San 7
 
boulin_cancérologie_2017.ppt-Mode-de-compatibilité.pdf
boulin_cancérologie_2017.ppt-Mode-de-compatibilité.pdfboulin_cancérologie_2017.ppt-Mode-de-compatibilité.pdf
boulin_cancérologie_2017.ppt-Mode-de-compatibilité.pdf
 
Immunosuppression in pediatric transplantation
Immunosuppression in pediatric transplantationImmunosuppression in pediatric transplantation
Immunosuppression in pediatric transplantation
 
1. GENERALITE SUR L’ONCOLOGIE.pdf
1. GENERALITE SUR L’ONCOLOGIE.pdf1. GENERALITE SUR L’ONCOLOGIE.pdf
1. GENERALITE SUR L’ONCOLOGIE.pdf
 
COURS-CANCEROLOGIE.ppt
COURS-CANCEROLOGIE.pptCOURS-CANCEROLOGIE.ppt
COURS-CANCEROLOGIE.ppt
 
PET/CT Imaging for oncologic patients receiving immuno therapy
PET/CT Imaging for oncologic patients receiving immuno therapyPET/CT Imaging for oncologic patients receiving immuno therapy
PET/CT Imaging for oncologic patients receiving immuno therapy
 
Cancer Exposé
Cancer  ExposéCancer  Exposé
Cancer Exposé
 
Rapport cancer du sang 2016 BioNeed
Rapport cancer du sang 2016 BioNeedRapport cancer du sang 2016 BioNeed
Rapport cancer du sang 2016 BioNeed
 
Cours 4 cellules dendritiques et LNK 2016
Cours 4 cellules dendritiques et LNK 2016Cours 4 cellules dendritiques et LNK 2016
Cours 4 cellules dendritiques et LNK 2016
 
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdfSIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_CANCER_DE_MALADIE_DE_PLUMMER.pdf
 
La réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitro
La réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitroLa réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitro
La réponse immunitaire cellulaire et les mesures in vitro
 
Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...
Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...
Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...
 
Prophylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire fr
Prophylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire frProphylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire fr
Prophylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire fr
 
Crohn
CrohnCrohn
Crohn
 
medics_anti_cancereux.ppt
medics_anti_cancereux.pptmedics_anti_cancereux.ppt
medics_anti_cancereux.ppt
 
Selection of cadaveric donors in renal transplantation
Selection of cadaveric donors in renal transplantationSelection of cadaveric donors in renal transplantation
Selection of cadaveric donors in renal transplantation
 

Plus de Patou Conrath

4. dermatoses bulleuses
4. dermatoses bulleuses4. dermatoses bulleuses
4. dermatoses bulleusesPatou Conrath
 
Notice bbraun perfusor-spaceversionn
Notice bbraun perfusor-spaceversionnNotice bbraun perfusor-spaceversionn
Notice bbraun perfusor-spaceversionnPatou Conrath
 
bbraun pompe perfusion Manuel utilisateurinfusomat-space
bbraun pompe perfusion Manuel utilisateurinfusomat-spacebbraun pompe perfusion Manuel utilisateurinfusomat-space
bbraun pompe perfusion Manuel utilisateurinfusomat-spacePatou Conrath
 
Bbraun Perfusor space-ficheprogrammationsimplifiee
Bbraun Perfusor space-ficheprogrammationsimplifieeBbraun Perfusor space-ficheprogrammationsimplifiee
Bbraun Perfusor space-ficheprogrammationsimplifieePatou Conrath
 
Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2
Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2
Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2Patou Conrath
 
Respi evita xl notice d utilisation_evita_xl_drager
Respi evita xl notice d utilisation_evita_xl_dragerRespi evita xl notice d utilisation_evita_xl_drager
Respi evita xl notice d utilisation_evita_xl_dragerPatou Conrath
 
Respi monnal t60 canada yl180117-mu-monnal-t60-manuel-utilisateur
Respi monnal t60 canada yl180117-mu-monnal-t60-manuel-utilisateurRespi monnal t60 canada yl180117-mu-monnal-t60-manuel-utilisateur
Respi monnal t60 canada yl180117-mu-monnal-t60-manuel-utilisateurPatou Conrath
 
Agilia pompefcf manuel agiliavp
Agilia pompefcf manuel agiliavpAgilia pompefcf manuel agiliavp
Agilia pompefcf manuel agiliavpPatou Conrath
 
Boulot hemostase et covid
Boulot hemostase et covidBoulot hemostase et covid
Boulot hemostase et covidPatou Conrath
 
Ofcf manuel agiliasp
Ofcf manuel agiliaspOfcf manuel agiliasp
Ofcf manuel agiliaspPatou Conrath
 
Agilia ps ereapoussesseringuesagiliaofcf tech-agiliasp_mc
Agilia ps ereapoussesseringuesagiliaofcf tech-agiliasp_mcAgilia ps ereapoussesseringuesagiliaofcf tech-agiliasp_mc
Agilia ps ereapoussesseringuesagiliaofcf tech-agiliasp_mcPatou Conrath
 
Agilia pompefcf manuel agiliavp
Agilia pompefcf manuel agiliavpAgilia pompefcf manuel agiliavp
Agilia pompefcf manuel agiliavpPatou Conrath
 
Burncenterventilation
BurncenterventilationBurncenterventilation
BurncenterventilationPatou Conrath
 
Mes 190701-evita infinity-drager
Mes 190701-evita infinity-dragerMes 190701-evita infinity-drager
Mes 190701-evita infinity-dragerPatou Conrath
 
Mes 190701-evita infinity-drager (1)
Mes 190701-evita infinity-drager (1)Mes 190701-evita infinity-drager (1)
Mes 190701-evita infinity-drager (1)Patou Conrath
 
Is1.48 vari fit_and_facefit_niv_mask_fr_issue_3_web (1)
Is1.48 vari fit_and_facefit_niv_mask_fr_issue_3_web (1)Is1.48 vari fit_and_facefit_niv_mask_fr_issue_3_web (1)
Is1.48 vari fit_and_facefit_niv_mask_fr_issue_3_web (1)Patou Conrath
 
Burncenterventilation
BurncenterventilationBurncenterventilation
BurncenterventilationPatou Conrath
 
Lit arjo message d'erreur
Lit arjo message d'erreurLit arjo message d'erreur
Lit arjo message d'erreurPatou Conrath
 
respi d'anesthesie prismus dragger Notice d'utilisation primus
respi d'anesthesie prismus dragger Notice d'utilisation primusrespi d'anesthesie prismus dragger Notice d'utilisation primus
respi d'anesthesie prismus dragger Notice d'utilisation primusPatou Conrath
 

Plus de Patou Conrath (20)

4. dermatoses bulleuses
4. dermatoses bulleuses4. dermatoses bulleuses
4. dermatoses bulleuses
 
Notice bbraun perfusor-spaceversionn
Notice bbraun perfusor-spaceversionnNotice bbraun perfusor-spaceversionn
Notice bbraun perfusor-spaceversionn
 
bbraun pompe perfusion Manuel utilisateurinfusomat-space
bbraun pompe perfusion Manuel utilisateurinfusomat-spacebbraun pompe perfusion Manuel utilisateurinfusomat-space
bbraun pompe perfusion Manuel utilisateurinfusomat-space
 
Bbraun Perfusor space-ficheprogrammationsimplifiee
Bbraun Perfusor space-ficheprogrammationsimplifieeBbraun Perfusor space-ficheprogrammationsimplifiee
Bbraun Perfusor space-ficheprogrammationsimplifiee
 
Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2
Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2
Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2
 
Respi evita xl notice d utilisation_evita_xl_drager
Respi evita xl notice d utilisation_evita_xl_dragerRespi evita xl notice d utilisation_evita_xl_drager
Respi evita xl notice d utilisation_evita_xl_drager
 
Respi monnal t60 canada yl180117-mu-monnal-t60-manuel-utilisateur
Respi monnal t60 canada yl180117-mu-monnal-t60-manuel-utilisateurRespi monnal t60 canada yl180117-mu-monnal-t60-manuel-utilisateur
Respi monnal t60 canada yl180117-mu-monnal-t60-manuel-utilisateur
 
Boulot ira et covid
Boulot ira et covidBoulot ira et covid
Boulot ira et covid
 
Agilia pompefcf manuel agiliavp
Agilia pompefcf manuel agiliavpAgilia pompefcf manuel agiliavp
Agilia pompefcf manuel agiliavp
 
Boulot hemostase et covid
Boulot hemostase et covidBoulot hemostase et covid
Boulot hemostase et covid
 
Ofcf manuel agiliasp
Ofcf manuel agiliaspOfcf manuel agiliasp
Ofcf manuel agiliasp
 
Agilia ps ereapoussesseringuesagiliaofcf tech-agiliasp_mc
Agilia ps ereapoussesseringuesagiliaofcf tech-agiliasp_mcAgilia ps ereapoussesseringuesagiliaofcf tech-agiliasp_mc
Agilia ps ereapoussesseringuesagiliaofcf tech-agiliasp_mc
 
Agilia pompefcf manuel agiliavp
Agilia pompefcf manuel agiliavpAgilia pompefcf manuel agiliavp
Agilia pompefcf manuel agiliavp
 
Burncenterventilation
BurncenterventilationBurncenterventilation
Burncenterventilation
 
Mes 190701-evita infinity-drager
Mes 190701-evita infinity-dragerMes 190701-evita infinity-drager
Mes 190701-evita infinity-drager
 
Mes 190701-evita infinity-drager (1)
Mes 190701-evita infinity-drager (1)Mes 190701-evita infinity-drager (1)
Mes 190701-evita infinity-drager (1)
 
Is1.48 vari fit_and_facefit_niv_mask_fr_issue_3_web (1)
Is1.48 vari fit_and_facefit_niv_mask_fr_issue_3_web (1)Is1.48 vari fit_and_facefit_niv_mask_fr_issue_3_web (1)
Is1.48 vari fit_and_facefit_niv_mask_fr_issue_3_web (1)
 
Burncenterventilation
BurncenterventilationBurncenterventilation
Burncenterventilation
 
Lit arjo message d'erreur
Lit arjo message d'erreurLit arjo message d'erreur
Lit arjo message d'erreur
 
respi d'anesthesie prismus dragger Notice d'utilisation primus
respi d'anesthesie prismus dragger Notice d'utilisation primusrespi d'anesthesie prismus dragger Notice d'utilisation primus
respi d'anesthesie prismus dragger Notice d'utilisation primus
 

Kccanada17 155-llsc car-t-fast-facts-v4

  • 1. Introduction La chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie sont les bases du traitement contre le cancer. Des avancées dans le domaine de l’immunologie (une branche de la science qui étudie tous les aspects du système immunitaire) ont toutefois permis de mieux comprendre de quelles façons les propres mécanismes de défense du corps humain peuvent être utilisés pour améliorer les résultats et atténuer certains des effets indésirables toxiques du traitement pour les patients atteints d’un cancer du sang. Les chercheurs sur le cancer étudient maintenant des moyens d’exploiter le système immunitaire pour détruire les cellules cancéreuses. Le système immunitaire défend le corps contre les infections et le cancer. Il se compose de milliards de cellules de différentes catégories. Les lymphocytes, un type de globule blanc, forment en grande partie le système immunitaire. Il existe trois types de lymphocytes : les lymphocytes B (cellules B), les lymphocytes T (cellules T) et les cellules tueuses naturelles (natural killer ou Nk). Les cellules B produisent des anticorps servant à combattre les infections, tandis que les cellules T et les cellules NK tuent directement les cellules infectées ou cancéreuses et communiquent avec les autres cellules du système au moyen de substances chimiques appelées « cytokines ». Les lymphomes et les leucémies à cellules B surviennent lorsque les cellules B normales subissent des mutations (changements) et deviennent cancéreuses. Ces cellules B cancéreuses se multiplient ensuite et prennent la place des cellules B normales. L’immunothérapie améliore la capacité du corps à détecter et à tuer les cellules cancéreuses. Cette approche thérapeutique est fondée sur le concept selon lequel les cellules immunitaires ou les anticorps sont capables de reconnaître et de tuer les cellules cancéreuses. Les cellules immunitaires ou les anticorps peuvent être fabriqués en laboratoire ou par un fabricant de produits pharmaceutiques dans des conditions strictement contrôlées par les autorités gouvernementales, pour ensuite être administrées aux patients afin de traiter le cancer. On distingue plusieurs types d’immunothérapie. Certaines sont déjà approuvées, tandis que d’autres sont à l’étude dans des essais cliniques qui visent à vérifier si elles peuvent permettre de traiter efficacement divers types de cancer. L’un des types d’immunothérapie consiste en la modification génique des propres cellules T du patient pour qu’elles reconnaissent et attaquent les cellules cancéreuses. Les récepteurs qui sont produits à la surface des cellules T sont appelés « récepteurs d’antigènes chimériques ». Ce traitement est appelé « immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T ». Pour ce type de thérapie, un échantillon de sang est prélevé chez le patient et envoyé dans un laboratoire où les cellules T sont séparées des autres cellules. Ces cellules T sont ensuite modifiées pour exprimer un récepteur spécifique, qui permettra aux cellules T génétiquement modifiées de trouver et de tuer les cellules cancéreuses. Les cellules T modifiées sont ensuite multipliées en laboratoire et réinjectées au patient par voie intraveineuse. L’antigène (toute substance qui amène le système immunitaire à produire des anticorps contre elle) le plus souvent ciblé dans les essais cliniques qui étudient l’utilisation des cellules CAR-T pour le traitement de la leucémie et du lymphome est appelé « classe de différenciation (CD) 19 ». Des essais ciblant d’autres antigènes (BCMA, CD22, CD123, ROR-1, ligands de NKG2D) sont aussi en cours. CD19 est exprimé à la surface de pratiquement toutes les cellules B saines et cancéreuses, y compris les cellules B de lymphome et de leucémie. CD19 n’étant exprimée sur aucune autre cellule saine que les cellules B, elle représente une cible idéale pour l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T. Nouvel horizon de traitement : cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR-T) Fonctionnement de l’immunothérapie fondée sur les cellules T porteuses d’antigènes chimériques Utilisé avec la permission de la Stiliyan Petrov Foundation (SPF) et de la faculté d’hématologie de la University College London, au Royaume-Uni. www.thestiliyanpetrovfoundation.com/cart-t-cell.html FS27 Cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR) | Révisé en février 2016 | Traduit en novembre 2017 page 1 Les cellules T modifiées reconnaissent et tuent la tumeur Échantillon de sang Réinjection au patient Gènes CAR Extraction des cellules T Modification génétique des cellules T SLLC: présentant l’information la plus récente pour les patients, les proces aidants et les professionnels de la sante.
  • 2. Des cellules T sont prélevées chez un patient. Les cellules T sont prélevées par aphérèse, un processus qui consiste à prélever du sang et à en retirer un ou plusieurs composants (comme le plasma, les plaquettes ou les globules blancs). Les autres éléments sanguins sont ensuite réinjectés au patient. Les cellules T sont génétiquement modifiées en laboratoire. Les cellules T sont envoyées à un laboratoire ou à un fabricant de produits pharmaceutiques, qui les modifie génétiquement pour les doter de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR) sur leur surface. Après cette modification génétique, les cellules T sont désignées sous le nom de « cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques » ou cellules CAR-T. Les récepteurs d’antigènes chimériques sont des protéines qui permettent aux cellules T de reconnaître un antigène sur des cellules cancéreuses ciblées. Les cellules CAR-T génétiquement modifiées sont ensuite multipliées. On stimule la croissance des cellules T génétiquement modifiées du patient en laboratoire jusqu’à ce qu’il y en ait des millions. Une fois qu’elles ont atteint un nombre suffisant, les cellules sont congelées et envoyées à l’hôpital ou au centre de traitement du patient. Les cellules CAR-T sont administrées au patient à l’hôpital ou au centre de traitement. Beaucoup de patients reçoivent un bref cycle de chimiothérapie avant une transfusion de cellules CAR-T. Après avoir été réinjectées dans le sang du patient, ces cellules se multiplient. Elles entrent en mode « attaque » en reconnaissant et en tuant les cellules cancéreuses qui possèdent l’antigène ciblé sur leur surface. Les cellules CAR- T aident à prévenir la rechute. Les cellules CAR- T peuvent rester dans l’organisme longtemps après avoir été transfusées au patient. Elles le protègent contre les risques de rechute; par conséquent, cette thérapie entraîne souvent des rémissions à long terme. À l’heure actuelle, l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T n’est offerte qu’aux patients qui participent à un essai clinique. Les protocoles d’essais cliniques varient; les soins peuvent être offerts en milieu hospitalier ou dans un centre de traitement. Les patients peuvent être obligés de séjourner au centre de traitement ou de rester à proximité avant, pendant ou après la thérapie. Certains protocoles exigent que les patients confirment qu’une personne sera disponible pour s’occuper d’eux avant pour être autorisés à participer à l’essai clinique. Effets secondaires possibles de l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T Syndrome de libération de cytokines. L’un des effets toxiques graves associés à l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T est le syndrome de libération de cytokines. Ce syndrome est le résultat de l’activation des cellules T; sa présence indique donc une réponse positive à la thérapie. Les cellules CAR-T réinjectées qui entrent en contact avec leurs cibles sont rapidement activées et des cytokines (messagers chimiques qui aident les cellules T à accomplir leurs tâches) sont sécrétées. Les symptômes associés à une forme bénigne de libération de cytokines s’apparentent souvent à ceux d’infections virales, comme la grippe. Avec l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T, de grandes quantités de cytokines sont produites par le système immunitaire activé. Dans ce contexte, le syndrome de libération de cytokines peut causer une forte fièvre, une baisse de la tension artérielle ou une mauvaise oxygénation des poumons (une condition qui exige une oxygénothérapie temporaire). Certains patients souffrent de délire, de confusion et de convulsions pendant le traitement. Ces symptômes apparaissent généralement dans les premières semaines de la thérapie. On ne comprend pas tout à fait ce qui cause les symptômes du syndrome de libération de cytokines. L’une des explications possibles est que les cellules CAR-T sécrètent des cytokines. Ces symptômes sont toutefois réversibles. Dans le cadre d’une étude réalisée auprès de 40 patients, un peu plus de la moitié d’entre eux ont présenté un syndrome de libération de cytokines à différents degrés, soit le grade 1 – bénin (10 %), le grade 2 – modéré (17 %), le grade 3 – grave (15 %) et le grade 4 – potentiellement mortel (15 %). Le syndrome de libération de cytokines de grade 1 était bénin et a pu être traité avec des médicaments pour faire baisser la fièvre; le syndrome de grade 4 a parfois mis en danger la vie des patients et a nécessité une ventilation assistée. Les patients dont la maladie est particulièrement grave avant l’injection des cellules CAR-T sont plus susceptibles de présenter les manifestations les plus aiguës du syndrome. Les chercheurs ont découvert que les patients chez qui les réactions étaient les plus importantes exprimaient des niveaux élevés d’interleukine (IL)-6, une cytokine sécrétée par les cellules T en réponse à une inflammation. Les médecins ont mis au point des plans de traitement pour les cas les plus graves. On a parfois recours à des médicaments qui affaiblissent le système immunitaire comme les corticostéroïdes. D’autres méthodes pour réduire la fréquence des cas graves de syndrome de libération de cytokines sont actuellement à l’étude, dont l’administration de l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T en doses multiples et la réduction du fardeau de la maladie avant la transfusion de cellules CAR-T. FS27 Immunothérapie fondée sur les cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR) page 2 Immunothérapie fondée sur les cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR)
  • 3. Aplasie des cellules B. L’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T qui cible les antigènes se trouvant à la surface des cellules B détruit les cellules B cancéreuses, mais aussi les cellules B saines. Par conséquent, l’aplasie des cellules B (nombre peu élevé ou absence de cellules B) est un effet indésirable auquel on peut s’attendre. Une absence de cellules B peut nuire à la capacité de l’organisme de produire les anticorps qui le protègent contre les infections. La thérapie de substitution par immunoglobuline intraveineuse est utilisée pour prévenir les infections. On ignore pendant combien de temps la diminution du nombre de cellules B persiste, mais on sait qu’aucun effet secondaire à long terme n’a été observé. Syndrome de lyse tumorale (SLT). Un autre des effets secondaires connus de l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T est le syndrome de lyse tumorale. Il s’agit d’un ensemble de complications métaboliques qui peuvent être occasionnées par la décomposition des cellules mourantes, généralement au début de traitements toxiques contre le cancer. Le SLT peut cependant survenir un mois ou plus après l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T. Tout traitement causant la décomposition des cellules cancéreuses, y compris les cellules CAR-T, peut engendrer cette complication potentiellement mortelle pour laquelle on a recours à un traitement de soutien standard. Résultat, limites et perspectives d’avenir de l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T Les résultats préliminaires des essais cliniques portant sur l’utilisation des cellules CAR-T sont impressionnants et semblent très prometteurs pour les patients atteints d’un cancer du sang. L’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T pourrait être une option pour ceux dont la leucémie lymphoblastique aiguë (LLA) a récidivé après une chimiothérapie intensive ou une greffe de cellules souches. Dans le cadre de certaines études, jusqu’à 90 % des enfants et des adultes atteints d’une LLA ayant récidivé plusieurs fois ou qui n’ont pas répondu aux traitements courants ont obtenu une rémission après une immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T. Les études sur l’administration de ce type de thérapie chez des patients souffrant d’autres types de cancer, dont la leucémie lymphoïde chronique (LLC), certains types de lymphomes non hodgkiniens (LNH), y compris le lymphome diffus à grandes cellules B et le lymphome folliculaire, et le myélome multiple, sont également très encourageantes. Bien que les premiers résultats de l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T aient déjà été observés, la plupart des patients qui participent à ces essais cliniques ne sont suivis que depuis peu de temps. Au terme de ces essais, ils fourniront de l’information sur la durée de la réponse au traitement à long terme. Il est important que davantage d’enfants et d’adultes participent à des essais cliniques, car en étudiant des échantillons de plus grande taille sur une plus longue période, les chercheurs seront mieux en mesure de comprendre les effets de ce type de thérapie, de trouver des moyens d’en réduire la toxicité et d’améliorer la gestion de celle-ci. Les chercheurs en sont aux premières étapes de l’étude de ce traitement. Des études sont en cours afin de trouver des moyens d’améliorer la production de cellules CAR-T, de cerner des cibles et des récepteurs additionnels et d’atténuer les effets indésirables de l’immunothérapie fondée sur les cellules CAR-T. Nous sommes là pour vous aider La SLLC offre gratuitement de l’information et du support aux patients et aux familles touchés par un cancer du sang. 1-866-637-0281 | sllcanada.org Remerciements La SLLC remercie : Saar Gill, M. D., Ph. D. Professeur adjoint de médecine Hôpital de l’Université de la Pennsylvanie Philadelphie, Pennsylvanie FS27 Immunothérapie fondée sur les cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR) page 3 Immunothérapie fondée sur les cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR)
  • 4. Références Barrett D, Singh N, Porter D, et collab. Chimeric antigen receptor therapy for cancer. Annual Review of Medicine. 2014;65:333-347. Cairo MS, Coiffier B, Reiter A, et collab. Recommendations for the evaluation of risk and prophylaxis of tumour lysis syndrome (TLS) in adults and children with malignant diseases: an expert TLS panel consensus. British Journal of Haematology. 2010;149(4):578-586. Kochenderfer JN. Genetic engineering of T cells in leukemia and lymphoma. Clinical Advances in Hematology & Oncology. 2014;12(3):190-192. Kochenderfer JN, Dudley ME, Kassim SH, et collab. Chemotherapy-refractory diffuse large B-cell lymphoma treated with autologous T cells expressing an anti-CD19 chimeric antigen receptor. Journal of Clinical Oncology. 2015;33(6):540-549. Kudchodkar SB et Maus V. « Chimeric antigen receptor (CAR) T-cell immunotherapy for leukemia and beyond. » OncLive. 29 août 2014. Disponible à www.onclive.com/ publications/ contemporary-oncology/2014/August-2014/ Chimeric-Antigen- Receptor-CAR-T-Cell-Immunotherapy- for-Leukemia-and-Beyond. Consulté le 27 janvier 2016. Lee DW, Kochenderfer JN, Stetler-Stevenson M, et collab. T cells expressing CD19 chimeric antigen receptors for acute lymphoblastic leukaemia in children and young adults: a phase 1 dose-escalation trial. Lancet. 2015;385(9967):517-528. Magee M et Snook A. Challenges to chimeric antigen receptor (CAR)-T cell therapy for cancer [review]. Discovery Medicine. 2014;18(100):265-271. Maude SL, Frey N, Shaw PA, et collab. Chimeric antigen receptor T cells for sustained remissions in leukemia. New England Journal of Medicine. 2014;371(16):1507-1517. Maude S, Teachey D, Porter D, et collab. CD19-targeted chimeric antigen receptor T cell therapy for acute lymphoblastic leukemia. Blood. 2015;125(26):4017-4023. National Cancer Institute. CAR T-Cell Therapy: Engineering Patients’ Immune Cells to Treat Their Cancers. Disponible à www.cancer.gov/about-cancer/treatment/research/car-t-cells. Mis à jour le 16 octobre 2014. Consulté le 28 janvier 2016. Porter DL, Lacey SF, Hwang W, et collab. Cytokine release syndrome (CRS) after chimeric antigen receptor (CAR) T cell therapy for relapsed/refractory (R/R) CLL. Oral and Poster Abstracts. 56th Annual American Society of Hematology Annual Meeting and Exhibition. Décembre 2014. Porter DL, Levine BL, Kalos M, et collab. Chimeric antigen receptor-modified T cells in chronic lymphoid leukemia. New England Journal of Medicine. 2011;365(8):725-733. Shi H, Sun M, Liu L, et collab. Chimeric antigen receptor for adoptive immunotherapy of cancer: latest research and future prospects. Molecular Cancer. 2014;13:219-226. The Stiliyan Petrov Foundation (SPF). Engineering the immune system to treat cancer. Disponible à www.thestiliyanpetrovfoundation.com/cart-t-cell.html. Consulté le 27 janvier 2016. Cette publication vise à fournir de l’information à jour sur le sujet traité. Elle est offerte à titre de service public par la Société de leucémie et lymphome du Canada (SLLC). À noter que la SLLC ne fournit pas de services médicaux ni autres services professionnels. FS27 Immunothérapie fondée sur les cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR) page 4 Immunothérapie fondée sur les cellules T porteuses de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR)