SlideShare une entreprise Scribd logo
La dysphagie
Dr Nsenga Djapa Guy Roger/ Dr Nzoume Nsope Marcel
Assistant d’hépatogastroentérologie
Département de Médecine interne et spécialités
FMSP - UDs
Cible
L3: Filière médecine et sciences biomédicales / FMSP /UDs
Pré-requis
• Anatomie de l’appareil digestif
• Embryologie de l’appareil digestif
• Physiologie de l’appareil digestif
Objectifs d’apprentissages
Objectif général
Être capable d’évaluer de façon globale un patient présentant une
dysphagie
Objectifs spécifiques
1. Savoir distinguer une dysphagie de ce qu’elle n’est pas
2. Pouvoir préciser 5 caractéristiques clés d’une dysphagie
3. Différencier une étiologie maligne d’une cause fonctionnelle
4. Savoir hiérarchiser les examens complémentaires en cas de dysphagie
Plan
Introduction
I. Généralités
II. Démarche diagnostique
III. Quelques étiologies fréquentes
Conclusion
Introduction
• Difficulté à déglutir (avaler)
• Problème fréquent, dont la prévalence augment avec l’âge
• C’est un symptôme majeur en pathologie œsophagienne
• L’endoscopie œsogastroduodénale est l’examen de première intention
• Hantise du cancer de l’œsophage.
I- Généralités
1. Définition
2. Rappels anatomiques
3. Rappels physiologiques: la déglutition
4. Physiopathologie
5. Les causes de la dysphagie
I.1- Définition
• La dysphagie est une sensation de gêne ou d’obstacle à la
progression du bol alimentaire survenant au cours de la déglutition.
• C’est une difficulté dans les phases initiales de la déglutition
(oropharyngée) ou comme une sensation de gêne ou de blocage des
aliments solides ou liquides lors de la déglutition pendant le passage
de la bouche à l’estomac (œsophagienne).
• La dysphagie est alors la « perception » d’un obstacle au passage
normal du bol alimentaire.
I.1- Définition
• Elle peut aller de la simple gêne à l’arrêt.
• C'est un symptôme fréquent, traduisant une lésion fonctionnelle ou
organique au niveau de I'oropharynx, de L'œsophage ou de la partie
proximal de l'estomac.
• L'endroit où la sensation de gène est ressentie ne correspond pas
toujours au niveau de la lésion.
I.2- Rappels anatomiques
I.2- Rappels anatomiques
I.3- Rappels physiologiques
• La déglutition oropharyngée est un processus qui est réglé par un
centre médullaire spécifique.
• L’œsophage moyen et distal est réglé par un réflexe autonome
péristaltique qui est coordonné par le système nerveux entérique.
I.4- Bases physiopathologiques
Physiologie de la déglutition
• Phase volontaire – oropharyngée
- Muscle strié
• Phase involontaire – œsophagienne
- Muscles lisses (ondes péristaltiques primaire et secondaire)
• Requiert une bonne coordination des muscles impliqués
I.4- Bases physiopathologiques
Dysphagie causée par
• Trouble de l’amplitude et la coordination des muscles nécessaires
• Contractions de faible amplitude
- Mauvaise coordination du péristaltisme
 accumulation et mauvaise clairance œsophagienne.
- Obstacle sur le trajet du bol alimentaire.
I.5- Les causes de la dysphagie
 Elles sont divisées habituellement en 2 sous-types
 la dysphagie oropharyngée : les anomalies touchent l'oropharynx et le sphincter supérieur de
l’oesophage.
 la dysphagie œsophagienne : les anomalies touchent le corps et le sphincter inférieur de
l’œsophage.
 Quelque soit le sous-type, il peut s’agir soit d’une cause
 neuromusculaire (dysphagie fonctionnelle) ou
 mécanique ou obstructive (organique): endoluminale, pariétale ou extrinsèque
I.5- Les causes de la dysphagie
Causes neuromusculaires Causes mécaniques
AVC Carcinome
Dysthyroïdie Pharyngites
Maladie de Parkinson Ostéophytose du rachis cervical
Dystrophie musculaire Goitre
Myasthenia gravis Diverticule de Zenker
Sclérose multiple Chirurgie antérieur
Tumeurs du Système nerveux central radiothérapie
Polymyosites
Sclérose latérale amyotrophique
I.5- Les causes de la dysphagie
Causes neuromusculaires Causes mécaniques
Troubles primaires Intrinsèques
Achalasie Les tumeurs (bénignes et malignes)
Spasme oesophagien diffu Les diverticules
Œsophage cass-noisette (hyperpression
oesophagienne)
Les anneaux œsophagiens
Les corps étrangers
Sténose peptique
Troubles secondaires Extrinsèques
Chaga’s disease Masses médiastinales
Troubles liés au RGO Compression vasculaire
Sclérodermie Ostéphytose rachidienne
Amyloïdose
II- Démarche diagnostique
1. Diagnostic positif
2. Diagnostic différentiel
3. Diagnostic étiologique
II.1- Diagnostic positif
Affirmer la dysphagie
• Contexte facile: difficulté franche de la déglutition
• Contexte difficile:
• Dysphagie discrète: accrochage alimentaire fugace et/ou intermittent
• Dysphagie noyée dans un tableau fonctionnel riche (signes
respiratoires, signes cardiovasculaires, signes neurologiques, autres
symptômes digestifs tel que nausées et épigastralgie)
II.1- Diagnostic positif
Circonstances de découverte
1. Patient venant consulter pour une difficulté à avaler
2. Découverte d’une difficulté à avaler à l’enquête des systèmes chez un
patient venu vous voir pour un autre problème
3. Appel en service pour un patient se plaignant d’une dysphagie récente ou
ancienne
NB: La nécessité de bien caractériser chaque plainte que nous recevons, mais
aussi de bien faire l’enquête des systèmes.
II.2- Diagnostic différentiel
La dysphagie doit être différenciée
• De l’odynophagie = douleur ressenti lors de la progression des aliments
dans l’œsophage (mais sans sensation de blocage de l’aliment).
• Du globe pharyngé (globus hyctericus) = sensation de striction cervicale
liée à l’anxiété (diagnostic d’exclusion) permanent!!!
• De l’anorexie = perte d’appétit, surtout lorsqu’elle porte de façon élective
sur certains aliments (viande par exemple).
• D’une satiété précoce avec impression possible de blocage épigastrique,
mais qui survient après plusieurs bouchées (ça ne passe pas Docteur!!!).
II.3- Diagnostic étiologique
a. Etape clinique
b. Etape paracliniqe
II.3- Diagnostic étiologique
a. Etape clinique
Anamnèse
• Histoire de la dysphagie (caractérisation)
• Antécédents
• Enquête des systèmes
Examen physique
II.3- Diagnostic étiologique
a. Etape clinique: Anamnèse
Caractérisation de la dysphagie
1. Chez qui? L’âge fixe le contexte (dysphagie chez sujet jeune versus sujet
âgé)
2. Durée des symptômes: récente ou ancienne
3. Mode d’installation: brutale d’emblé maximale, insidieuse
4. Évolution: intermittente, permanente et stable, permanent et d’intensité
croissante. Si elle est progressive, il faut envisager une sténose peptique
ou un carcinome. Intermittente avec impaction alimentaire, tout
particulièrement chez l’homme jeune, suspecter une œsophagite à
éosinophiles.
II.3- Diagnostic étiologique
a. Etape clinique: Anamnèse
Caractérisation de la dysphagie
5. Types d’aliments concernés: solides, solides et liquides, préférentiellement
les liquides (dysphagie paradoxale).
6. Localisation: haute - oropharyngée (avec difficulté à initier la déglutition)
ou rétrosternale – œsophagienne (sensation de blocage au passage du bol
alimentaire).
NB, pour la localisation rétrosternale, le siège indiqué par le patient ne
présume pas de fâçon sûre du siège de la lésion!!!
II.3- Diagnostic étiologique
Etape clinique: Anamnèse
Antécédents
Personnels:
• Médicaux: Reflux gastro-œsophagien (pyrosis, régurgitation), épigastralgie,
hypertension artérielle, diabète, sclérodermie, HIV,
• Chirurgicaux: trachéotomie, autres chirurgie ORL
• Autres: alcoolisme, tabagisme, ingestion de produits caustiques,
radiothérapie médiastinale, autre tumeur ORL
• Familiaux: tumeurs digestives dans la famille
II.3- Diagnostic étiologique
Etape clinique: Anamnèse
Enquête des systèmes
• Général: amaigrissement,
• Système digestif: pyrosis, régurgitation, douleur abdominale (épigastrique),
hoquet
• Respiratoire: douleur thoracique ou dorsale, toux rythmée par les repas
(fistule oeso-trachéale) ou positionnelle
• Sphère ORL: dysphonie
• Nerveux: déficit sensitif, moteur et ou sensoriel.
II.3- Diagnostic étiologique
La question la plus importante en ce qui concerne la dysphagie
œsophagienne est d’exclure une tumeur maligne.
Le caractère malin est vraisemblable en cas de:
• Durée courte - < 4 mois
• Progression de la maladie
• Dysphagie plus marquée pour les solides que les liquides
• Perte de poids
II.3- Diagnostic étiologique
Par contre une achalasie est plus vraisemblable dans les cas suivants
• Dysphagie concernant aussi bien les solides que les liquides
• L’existence d’une régurgitation passive nocturne de mucus ou
d’aliments
• Problème existant depuis plusieurs mois ou années
• Le patient fait des manœuvres supplémentaires afin de faire passer la
nourriture (boire de l’eau, changer de position)
II.3- Diagnostic étiologique
a. Etape clinique: Examen physique
• Sur le plan général: poids, taille (Indice de masse corporelle), ictère, pâleur,
l’halitose,
• Sur le plan digestif: cavité buccale (candidose buccale, loge amygdalienne),
distension abdominale, foie palpable (douloureux?)
• Sphère ORL: masse cervicale antérieure (goitre?) adénopathies cervicales…
• Sur le plan neurologique: perte de la sensibilité, paralysie de membre ou
de la face
• Peau: syndrome de CREST (calcinose, maladie de Raynaud, dysmotilité
oesophagienne, sclérodactylie et télangiectasie)
II.3- Diagnostic étiologique
• Examen physique (images du goitre, de la candidose buccale,
éléments du syndrome de CREST)
II.3- Diagnostic étiologique
• Syndrome de CREST/ calcinose sous cutanée, syndrome de Raynaud
II.3- Diagnostic étiologique
b. Etape paraclinique
1. Biologie
2. Exploration fonctionnelle
3. Iconographique
II.3- Diagnostic étiologique
b. Etape paraclinique: Biologie
• Numération formule sanguine (NFS)
• Vitesse de sédimentation
• Protéine C réactive (CRP)
• Fonctions hépatiques: transaminases, taux de prothrombine, albuminémie,
bilirubine totale et directe, gamma GT, phosphatases alkalines
• Fonction rénale: urée et créatininémie sérique, ionogramme sanguin
• Fonction thyroïdienne: TSH – ultra sensible, T4, T3.
II.3- Diagnostic étiologique
b. Etape paraclinique: Fonctionnel
• Endoscopie œsogastroduodénale
• Examen de première intention devant toute dysphagie!!!!!
• Permet la visualisation de la muqueuse digestive supérieure.
• Permet de faire des prélèvement devant toute lésion suspecte
• La manométrie œsophagienne
• Indiquée en cas de suspicion d’un trouble moteur de l’oesophage
II.3- Diagnostic étiologique
II.3- Diagnostic étiologique
II.3- Diagnostic étiologique
b. Etape paraclinique: Iconographique
Le Transit oeso-gastro-duodénal (TOGD)
• Imagerie fonctionnel
• Permet d’apprécier le passage du bol dans le tractus digestif supérieur
• Permet le voir soit des tumeur ou des pertes de substances, ou apprécier la
hauteur d’une sténose (rétrécissement de l’œsophage)
III. Quelques étiologies
1. Dysphagies œsophagiennes
2. Dysphagies oro-pharyngées
III. Quelques étiologies
1. Dysphagies œsophagiennes
• La dysphagie est ressentie comme une sensation d'accrochage ou
de blocage des aliments .
• Ces causes sont dominées par 4 principales étiologies
a. Le cancer de l'œsophage ou du cardia
dysphagie : -récente,
siège à tout l’œsophage
amaigrissement important
d'abord aux solides uniquement, -puis rapidement progressive,
III. Quelques étiologies
1. Dysphagies œsophagiennes
b. Sténose œsophagienne par reflux : sténose peptique
Dysphagie : -déjà ancienne
Généralement basse
Aux solides uniquement s’aggravant lentement
Sans amaigrissement net au début (bon état général)
Souvent des antécédents de pyrosis ou de régurgitation anciens.
III. Quelques étiologies
1. Dysphagies œsophagiennes
c. Candidose œsophagienne
Dysphagie : -déjà ancienne
Siège à tout l’oesophage
Prédominant aux solides
Tableau d’amaigrissement
Souvent terrain d’immunodépression (VIH, cancer,
immunosuppression,,,
III. Quelques étiologies
1. Dysphagies œsophagiennes
d. Trouble moteur œsophagien type achalasie
Dysphagie : -ancienne
Généralement basse
Aux solides et aux liquides
Souvent paradoxale
Intermittente , capricieuse
Peut être provoquée ou aggravée par les aliments chauds ou glacés
Souvent associée à des régurgitations non acides .
III. Quelques étiologies
1. Dysphagies œsophagiennes
e. Autres causes œsophagiennes
• Corps étranger intra-oesophagien
• Tumeurs bénignes de l’oesophage.
• sténose caustique.
• anneau ou membrane de l'oesophage.
• œsophagites infectieuses : tuberculose,CMV, ...
III. Quelques étiologies
2. Dysphagies oro-pharyngées
• La dysphagie est ressentie comme une difficulté d'initier la
déglutition
.
2. Neuromusculaires et
vasculaires
• AVC
• Maladie de Parkinson
• Sclérose latérale
amyotrophique
• Sclérose en plaques
• Myastjénie
• Myopathies
3. Tumorales : bénignes ou malignes :
 les cancers de la
sphère ORL.
 les goitres compressifs.
 le diverticule de Zenker
.
1. Causes infectieuses
 -angine, pharyngite.
 candidose bucco-
pharyngée .
Avons-nous atteints nos objectifs?
Objectif général
Être capable d’évaluer de façon globale un patient présentant une
dysphagie.
Objectifs spécifiques
1. Savoir distinguer une dysphagie de ce qu’elle n’est pas
2. Pouvoir préciser 5 caractéristiques clés d’une dysphagie
3. Différencier une étiologie maligne d’une cause fonctionnelle
4. Savoir hiérarchiser les examens complémentaires en cas de dysphagie
Conclusion
Symptôme fréquent
Nombreuse causes: organiques et moteurs
Complication: aphagie voir sténose complète
Principale crainte est le cancer
L’endoscopie digestive haute est l’examen de première intention

Contenu connexe

Tendances

Occlusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguësOcclusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguës
Mehdi Razzok
 
Lithiase vésiculaire et ses complications
Lithiase vésiculaire et ses complicationsLithiase vésiculaire et ses complications
Lithiase vésiculaire et ses complications
Dr. Abdellah Benrahou
 
ictére du nouveau né
ictére du nouveau néictére du nouveau né
ictére du nouveau né
laamlove
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
drchamadi
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
Mehdi Razzok
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissents
killua zoldyck
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinale
Rose De Sable
 
Syndrome de Zollinger-Ellison
Syndrome de Zollinger-EllisonSyndrome de Zollinger-Ellison
Syndrome de Zollinger-Ellison
wuefab
 
V A H E D I Lesions
V A H E D I  LesionsV A H E D I  Lesions
V A H E D I Lesions
Salima Ali
 
Syndromes mediastinaux
Syndromes mediastinauxSyndromes mediastinaux
Syndromes mediastinaux
hind henzazi
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigue
othmaneBenrokhrokh
 
Cat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagieCat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagie
Salim KHELIF
 
Cat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueCat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chronique
assadn2
 
La tuberculose intestinale
La tuberculose intestinaleLa tuberculose intestinale
La tuberculose intestinale
Rose De Sable
 
Cours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesCours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicales
Hana Hanouna
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
Claude EUGENE
 

Tendances (20)

Ascites
AscitesAscites
Ascites
 
Occlusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguësOcclusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguës
 
Lithiase vésiculaire et ses complications
Lithiase vésiculaire et ses complicationsLithiase vésiculaire et ses complications
Lithiase vésiculaire et ses complications
 
ictére du nouveau né
ictére du nouveau néictére du nouveau né
ictére du nouveau né
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissents
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinale
 
Syndrome de Zollinger-Ellison
Syndrome de Zollinger-EllisonSyndrome de Zollinger-Ellison
Syndrome de Zollinger-Ellison
 
V A H E D I Lesions
V A H E D I  LesionsV A H E D I  Lesions
V A H E D I Lesions
 
Glycogenoses
GlycogenosesGlycogenoses
Glycogenoses
 
Syndromes mediastinaux
Syndromes mediastinauxSyndromes mediastinaux
Syndromes mediastinaux
 
Hematurie
HematurieHematurie
Hematurie
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigue
 
Cat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagieCat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagie
 
Cat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueCat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chronique
 
La tuberculose intestinale
La tuberculose intestinaleLa tuberculose intestinale
La tuberculose intestinale
 
Cours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesCours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicales
 
Icteres
IcteresIcteres
Icteres
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
 

Similaire à La dysphagie 2023-2024.pptx

Nausée et vomissement 2023-2024.pptx
Nausée et vomissement 2023-2024.pptxNausée et vomissement 2023-2024.pptx
Nausée et vomissement 2023-2024.pptx
larryfonkou
 
Semio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnelsSemio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnels
ssuser402aa2
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissents
killua zoldyck
 
DIAGNOSTIC D’UNE DYSPHAGIE.pptx
DIAGNOSTIC D’UNE DYSPHAGIE.pptxDIAGNOSTIC D’UNE DYSPHAGIE.pptx
DIAGNOSTIC D’UNE DYSPHAGIE.pptx
madiassakonate1
 
20 Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
20  Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf20  Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
20 Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
constantsambo
 
CAT.pptx
CAT.pptxCAT.pptx
CAT.pptx
Diene Doubidou
 
Vieillissement et nutrition.pptVieillissement et nutrition.pptVieillissement ...
Vieillissement et nutrition.pptVieillissement et nutrition.pptVieillissement ...Vieillissement et nutrition.pptVieillissement et nutrition.pptVieillissement ...
Vieillissement et nutrition.pptVieillissement et nutrition.pptVieillissement ...
KhalidBarkat1
 
Relacion disfunción intestinal y cerebral dr karoly horvath
Relacion disfunción intestinal y cerebral dr karoly horvathRelacion disfunción intestinal y cerebral dr karoly horvath
Relacion disfunción intestinal y cerebral dr karoly horvath
Marta Montoro
 
Le syndrome de l' Intestin Irritable Pr Arbaoui fac med tlemcen
Le syndrome de l'  Intestin Irritable  Pr Arbaoui fac med tlemcenLe syndrome de l'  Intestin Irritable  Pr Arbaoui fac med tlemcen
Le syndrome de l' Intestin Irritable Pr Arbaoui fac med tlemcen
Arbaoui Bouzid
 
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Egn Njeba
 
Semiologie
SemiologieSemiologie
Semiologie
Mehdi Razzok
 
Semiologie 160321170735
Semiologie 160321170735Semiologie 160321170735
Semiologie 160321170735
Jalal Chafiq
 
Bulletin Attadamoune 2011
Bulletin Attadamoune 2011Bulletin Attadamoune 2011
Bulletin Attadamoune 2011
collabopharma
 
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestionFiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
CCMO Mutuelle
 
Stéatose hépatique aigue gravidique sce gastroentérologie CHU Tlemcen
Stéatose hépatique aigue gravidique  sce gastroentérologie CHU TlemcenStéatose hépatique aigue gravidique  sce gastroentérologie CHU Tlemcen
Stéatose hépatique aigue gravidique sce gastroentérologie CHU Tlemcen
Arbaoui Bouzid
 
Notions de pathologies ia 2017
Notions de pathologies ia 2017Notions de pathologies ia 2017
Notions de pathologies ia 2017
elkhantach
 
Dyspepsie fonctionnelle
Dyspepsie fonctionnelleDyspepsie fonctionnelle
Dyspepsie fonctionnelle
Nawal Kanouni
 
Cas Clinique: petite Aisha et maladie de Crohn
Cas Clinique: petite Aisha et maladie de Crohn Cas Clinique: petite Aisha et maladie de Crohn
Cas Clinique: petite Aisha et maladie de Crohn
AbuHasan59
 

Similaire à La dysphagie 2023-2024.pptx (20)

Nausée et vomissement 2023-2024.pptx
Nausée et vomissement 2023-2024.pptxNausée et vomissement 2023-2024.pptx
Nausée et vomissement 2023-2024.pptx
 
Semio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnelsSemio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnels
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissents
 
DIAGNOSTIC D’UNE DYSPHAGIE.pptx
DIAGNOSTIC D’UNE DYSPHAGIE.pptxDIAGNOSTIC D’UNE DYSPHAGIE.pptx
DIAGNOSTIC D’UNE DYSPHAGIE.pptx
 
Semiologi (1)
Semiologi (1)Semiologi (1)
Semiologi (1)
 
20 Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
20  Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf20  Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
20 Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
 
CAT.pptx
CAT.pptxCAT.pptx
CAT.pptx
 
Vieillissement et nutrition.pptVieillissement et nutrition.pptVieillissement ...
Vieillissement et nutrition.pptVieillissement et nutrition.pptVieillissement ...Vieillissement et nutrition.pptVieillissement et nutrition.pptVieillissement ...
Vieillissement et nutrition.pptVieillissement et nutrition.pptVieillissement ...
 
Relacion disfunción intestinal y cerebral dr karoly horvath
Relacion disfunción intestinal y cerebral dr karoly horvathRelacion disfunción intestinal y cerebral dr karoly horvath
Relacion disfunción intestinal y cerebral dr karoly horvath
 
Le syndrome de l' Intestin Irritable Pr Arbaoui fac med tlemcen
Le syndrome de l'  Intestin Irritable  Pr Arbaoui fac med tlemcenLe syndrome de l'  Intestin Irritable  Pr Arbaoui fac med tlemcen
Le syndrome de l' Intestin Irritable Pr Arbaoui fac med tlemcen
 
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
 
Constipation
ConstipationConstipation
Constipation
 
Semiologie
SemiologieSemiologie
Semiologie
 
Semiologie 160321170735
Semiologie 160321170735Semiologie 160321170735
Semiologie 160321170735
 
Bulletin Attadamoune 2011
Bulletin Attadamoune 2011Bulletin Attadamoune 2011
Bulletin Attadamoune 2011
 
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestionFiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
 
Stéatose hépatique aigue gravidique sce gastroentérologie CHU Tlemcen
Stéatose hépatique aigue gravidique  sce gastroentérologie CHU TlemcenStéatose hépatique aigue gravidique  sce gastroentérologie CHU Tlemcen
Stéatose hépatique aigue gravidique sce gastroentérologie CHU Tlemcen
 
Notions de pathologies ia 2017
Notions de pathologies ia 2017Notions de pathologies ia 2017
Notions de pathologies ia 2017
 
Dyspepsie fonctionnelle
Dyspepsie fonctionnelleDyspepsie fonctionnelle
Dyspepsie fonctionnelle
 
Cas Clinique: petite Aisha et maladie de Crohn
Cas Clinique: petite Aisha et maladie de Crohn Cas Clinique: petite Aisha et maladie de Crohn
Cas Clinique: petite Aisha et maladie de Crohn
 

La dysphagie 2023-2024.pptx

  • 1. La dysphagie Dr Nsenga Djapa Guy Roger/ Dr Nzoume Nsope Marcel Assistant d’hépatogastroentérologie Département de Médecine interne et spécialités FMSP - UDs
  • 2. Cible L3: Filière médecine et sciences biomédicales / FMSP /UDs Pré-requis • Anatomie de l’appareil digestif • Embryologie de l’appareil digestif • Physiologie de l’appareil digestif
  • 3. Objectifs d’apprentissages Objectif général Être capable d’évaluer de façon globale un patient présentant une dysphagie Objectifs spécifiques 1. Savoir distinguer une dysphagie de ce qu’elle n’est pas 2. Pouvoir préciser 5 caractéristiques clés d’une dysphagie 3. Différencier une étiologie maligne d’une cause fonctionnelle 4. Savoir hiérarchiser les examens complémentaires en cas de dysphagie
  • 4. Plan Introduction I. Généralités II. Démarche diagnostique III. Quelques étiologies fréquentes Conclusion
  • 5. Introduction • Difficulté à déglutir (avaler) • Problème fréquent, dont la prévalence augment avec l’âge • C’est un symptôme majeur en pathologie œsophagienne • L’endoscopie œsogastroduodénale est l’examen de première intention • Hantise du cancer de l’œsophage.
  • 6. I- Généralités 1. Définition 2. Rappels anatomiques 3. Rappels physiologiques: la déglutition 4. Physiopathologie 5. Les causes de la dysphagie
  • 7. I.1- Définition • La dysphagie est une sensation de gêne ou d’obstacle à la progression du bol alimentaire survenant au cours de la déglutition. • C’est une difficulté dans les phases initiales de la déglutition (oropharyngée) ou comme une sensation de gêne ou de blocage des aliments solides ou liquides lors de la déglutition pendant le passage de la bouche à l’estomac (œsophagienne). • La dysphagie est alors la « perception » d’un obstacle au passage normal du bol alimentaire.
  • 8. I.1- Définition • Elle peut aller de la simple gêne à l’arrêt. • C'est un symptôme fréquent, traduisant une lésion fonctionnelle ou organique au niveau de I'oropharynx, de L'œsophage ou de la partie proximal de l'estomac. • L'endroit où la sensation de gène est ressentie ne correspond pas toujours au niveau de la lésion.
  • 11. I.3- Rappels physiologiques • La déglutition oropharyngée est un processus qui est réglé par un centre médullaire spécifique. • L’œsophage moyen et distal est réglé par un réflexe autonome péristaltique qui est coordonné par le système nerveux entérique.
  • 12. I.4- Bases physiopathologiques Physiologie de la déglutition • Phase volontaire – oropharyngée - Muscle strié • Phase involontaire – œsophagienne - Muscles lisses (ondes péristaltiques primaire et secondaire) • Requiert une bonne coordination des muscles impliqués
  • 13. I.4- Bases physiopathologiques Dysphagie causée par • Trouble de l’amplitude et la coordination des muscles nécessaires • Contractions de faible amplitude - Mauvaise coordination du péristaltisme  accumulation et mauvaise clairance œsophagienne. - Obstacle sur le trajet du bol alimentaire.
  • 14. I.5- Les causes de la dysphagie  Elles sont divisées habituellement en 2 sous-types  la dysphagie oropharyngée : les anomalies touchent l'oropharynx et le sphincter supérieur de l’oesophage.  la dysphagie œsophagienne : les anomalies touchent le corps et le sphincter inférieur de l’œsophage.  Quelque soit le sous-type, il peut s’agir soit d’une cause  neuromusculaire (dysphagie fonctionnelle) ou  mécanique ou obstructive (organique): endoluminale, pariétale ou extrinsèque
  • 15. I.5- Les causes de la dysphagie Causes neuromusculaires Causes mécaniques AVC Carcinome Dysthyroïdie Pharyngites Maladie de Parkinson Ostéophytose du rachis cervical Dystrophie musculaire Goitre Myasthenia gravis Diverticule de Zenker Sclérose multiple Chirurgie antérieur Tumeurs du Système nerveux central radiothérapie Polymyosites Sclérose latérale amyotrophique
  • 16. I.5- Les causes de la dysphagie Causes neuromusculaires Causes mécaniques Troubles primaires Intrinsèques Achalasie Les tumeurs (bénignes et malignes) Spasme oesophagien diffu Les diverticules Œsophage cass-noisette (hyperpression oesophagienne) Les anneaux œsophagiens Les corps étrangers Sténose peptique Troubles secondaires Extrinsèques Chaga’s disease Masses médiastinales Troubles liés au RGO Compression vasculaire Sclérodermie Ostéphytose rachidienne Amyloïdose
  • 17. II- Démarche diagnostique 1. Diagnostic positif 2. Diagnostic différentiel 3. Diagnostic étiologique
  • 18. II.1- Diagnostic positif Affirmer la dysphagie • Contexte facile: difficulté franche de la déglutition • Contexte difficile: • Dysphagie discrète: accrochage alimentaire fugace et/ou intermittent • Dysphagie noyée dans un tableau fonctionnel riche (signes respiratoires, signes cardiovasculaires, signes neurologiques, autres symptômes digestifs tel que nausées et épigastralgie)
  • 19. II.1- Diagnostic positif Circonstances de découverte 1. Patient venant consulter pour une difficulté à avaler 2. Découverte d’une difficulté à avaler à l’enquête des systèmes chez un patient venu vous voir pour un autre problème 3. Appel en service pour un patient se plaignant d’une dysphagie récente ou ancienne NB: La nécessité de bien caractériser chaque plainte que nous recevons, mais aussi de bien faire l’enquête des systèmes.
  • 20. II.2- Diagnostic différentiel La dysphagie doit être différenciée • De l’odynophagie = douleur ressenti lors de la progression des aliments dans l’œsophage (mais sans sensation de blocage de l’aliment). • Du globe pharyngé (globus hyctericus) = sensation de striction cervicale liée à l’anxiété (diagnostic d’exclusion) permanent!!! • De l’anorexie = perte d’appétit, surtout lorsqu’elle porte de façon élective sur certains aliments (viande par exemple). • D’une satiété précoce avec impression possible de blocage épigastrique, mais qui survient après plusieurs bouchées (ça ne passe pas Docteur!!!).
  • 21. II.3- Diagnostic étiologique a. Etape clinique b. Etape paracliniqe
  • 22. II.3- Diagnostic étiologique a. Etape clinique Anamnèse • Histoire de la dysphagie (caractérisation) • Antécédents • Enquête des systèmes Examen physique
  • 23. II.3- Diagnostic étiologique a. Etape clinique: Anamnèse Caractérisation de la dysphagie 1. Chez qui? L’âge fixe le contexte (dysphagie chez sujet jeune versus sujet âgé) 2. Durée des symptômes: récente ou ancienne 3. Mode d’installation: brutale d’emblé maximale, insidieuse 4. Évolution: intermittente, permanente et stable, permanent et d’intensité croissante. Si elle est progressive, il faut envisager une sténose peptique ou un carcinome. Intermittente avec impaction alimentaire, tout particulièrement chez l’homme jeune, suspecter une œsophagite à éosinophiles.
  • 24. II.3- Diagnostic étiologique a. Etape clinique: Anamnèse Caractérisation de la dysphagie 5. Types d’aliments concernés: solides, solides et liquides, préférentiellement les liquides (dysphagie paradoxale). 6. Localisation: haute - oropharyngée (avec difficulté à initier la déglutition) ou rétrosternale – œsophagienne (sensation de blocage au passage du bol alimentaire). NB, pour la localisation rétrosternale, le siège indiqué par le patient ne présume pas de fâçon sûre du siège de la lésion!!!
  • 25. II.3- Diagnostic étiologique Etape clinique: Anamnèse Antécédents Personnels: • Médicaux: Reflux gastro-œsophagien (pyrosis, régurgitation), épigastralgie, hypertension artérielle, diabète, sclérodermie, HIV, • Chirurgicaux: trachéotomie, autres chirurgie ORL • Autres: alcoolisme, tabagisme, ingestion de produits caustiques, radiothérapie médiastinale, autre tumeur ORL • Familiaux: tumeurs digestives dans la famille
  • 26. II.3- Diagnostic étiologique Etape clinique: Anamnèse Enquête des systèmes • Général: amaigrissement, • Système digestif: pyrosis, régurgitation, douleur abdominale (épigastrique), hoquet • Respiratoire: douleur thoracique ou dorsale, toux rythmée par les repas (fistule oeso-trachéale) ou positionnelle • Sphère ORL: dysphonie • Nerveux: déficit sensitif, moteur et ou sensoriel.
  • 27. II.3- Diagnostic étiologique La question la plus importante en ce qui concerne la dysphagie œsophagienne est d’exclure une tumeur maligne. Le caractère malin est vraisemblable en cas de: • Durée courte - < 4 mois • Progression de la maladie • Dysphagie plus marquée pour les solides que les liquides • Perte de poids
  • 28. II.3- Diagnostic étiologique Par contre une achalasie est plus vraisemblable dans les cas suivants • Dysphagie concernant aussi bien les solides que les liquides • L’existence d’une régurgitation passive nocturne de mucus ou d’aliments • Problème existant depuis plusieurs mois ou années • Le patient fait des manœuvres supplémentaires afin de faire passer la nourriture (boire de l’eau, changer de position)
  • 29. II.3- Diagnostic étiologique a. Etape clinique: Examen physique • Sur le plan général: poids, taille (Indice de masse corporelle), ictère, pâleur, l’halitose, • Sur le plan digestif: cavité buccale (candidose buccale, loge amygdalienne), distension abdominale, foie palpable (douloureux?) • Sphère ORL: masse cervicale antérieure (goitre?) adénopathies cervicales… • Sur le plan neurologique: perte de la sensibilité, paralysie de membre ou de la face • Peau: syndrome de CREST (calcinose, maladie de Raynaud, dysmotilité oesophagienne, sclérodactylie et télangiectasie)
  • 30. II.3- Diagnostic étiologique • Examen physique (images du goitre, de la candidose buccale, éléments du syndrome de CREST)
  • 31. II.3- Diagnostic étiologique • Syndrome de CREST/ calcinose sous cutanée, syndrome de Raynaud
  • 32. II.3- Diagnostic étiologique b. Etape paraclinique 1. Biologie 2. Exploration fonctionnelle 3. Iconographique
  • 33. II.3- Diagnostic étiologique b. Etape paraclinique: Biologie • Numération formule sanguine (NFS) • Vitesse de sédimentation • Protéine C réactive (CRP) • Fonctions hépatiques: transaminases, taux de prothrombine, albuminémie, bilirubine totale et directe, gamma GT, phosphatases alkalines • Fonction rénale: urée et créatininémie sérique, ionogramme sanguin • Fonction thyroïdienne: TSH – ultra sensible, T4, T3.
  • 34. II.3- Diagnostic étiologique b. Etape paraclinique: Fonctionnel • Endoscopie œsogastroduodénale • Examen de première intention devant toute dysphagie!!!!! • Permet la visualisation de la muqueuse digestive supérieure. • Permet de faire des prélèvement devant toute lésion suspecte • La manométrie œsophagienne • Indiquée en cas de suspicion d’un trouble moteur de l’oesophage
  • 37. II.3- Diagnostic étiologique b. Etape paraclinique: Iconographique Le Transit oeso-gastro-duodénal (TOGD) • Imagerie fonctionnel • Permet d’apprécier le passage du bol dans le tractus digestif supérieur • Permet le voir soit des tumeur ou des pertes de substances, ou apprécier la hauteur d’une sténose (rétrécissement de l’œsophage)
  • 38. III. Quelques étiologies 1. Dysphagies œsophagiennes 2. Dysphagies oro-pharyngées
  • 39. III. Quelques étiologies 1. Dysphagies œsophagiennes • La dysphagie est ressentie comme une sensation d'accrochage ou de blocage des aliments . • Ces causes sont dominées par 4 principales étiologies a. Le cancer de l'œsophage ou du cardia dysphagie : -récente, siège à tout l’œsophage amaigrissement important d'abord aux solides uniquement, -puis rapidement progressive,
  • 40. III. Quelques étiologies 1. Dysphagies œsophagiennes b. Sténose œsophagienne par reflux : sténose peptique Dysphagie : -déjà ancienne Généralement basse Aux solides uniquement s’aggravant lentement Sans amaigrissement net au début (bon état général) Souvent des antécédents de pyrosis ou de régurgitation anciens.
  • 41. III. Quelques étiologies 1. Dysphagies œsophagiennes c. Candidose œsophagienne Dysphagie : -déjà ancienne Siège à tout l’oesophage Prédominant aux solides Tableau d’amaigrissement Souvent terrain d’immunodépression (VIH, cancer, immunosuppression,,,
  • 42. III. Quelques étiologies 1. Dysphagies œsophagiennes d. Trouble moteur œsophagien type achalasie Dysphagie : -ancienne Généralement basse Aux solides et aux liquides Souvent paradoxale Intermittente , capricieuse Peut être provoquée ou aggravée par les aliments chauds ou glacés Souvent associée à des régurgitations non acides .
  • 43. III. Quelques étiologies 1. Dysphagies œsophagiennes e. Autres causes œsophagiennes • Corps étranger intra-oesophagien • Tumeurs bénignes de l’oesophage. • sténose caustique. • anneau ou membrane de l'oesophage. • œsophagites infectieuses : tuberculose,CMV, ...
  • 44. III. Quelques étiologies 2. Dysphagies oro-pharyngées • La dysphagie est ressentie comme une difficulté d'initier la déglutition . 2. Neuromusculaires et vasculaires • AVC • Maladie de Parkinson • Sclérose latérale amyotrophique • Sclérose en plaques • Myastjénie • Myopathies 3. Tumorales : bénignes ou malignes :  les cancers de la sphère ORL.  les goitres compressifs.  le diverticule de Zenker . 1. Causes infectieuses  -angine, pharyngite.  candidose bucco- pharyngée .
  • 45. Avons-nous atteints nos objectifs? Objectif général Être capable d’évaluer de façon globale un patient présentant une dysphagie. Objectifs spécifiques 1. Savoir distinguer une dysphagie de ce qu’elle n’est pas 2. Pouvoir préciser 5 caractéristiques clés d’une dysphagie 3. Différencier une étiologie maligne d’une cause fonctionnelle 4. Savoir hiérarchiser les examens complémentaires en cas de dysphagie
  • 46. Conclusion Symptôme fréquent Nombreuse causes: organiques et moteurs Complication: aphagie voir sténose complète Principale crainte est le cancer L’endoscopie digestive haute est l’examen de première intention