SlideShare une entreprise Scribd logo
Elle a bougé, j’en suis sûr.
Elle a bougé, j’en suis sûr. j’ai vu distinctement son petit doigt s’abaisser doucement, sa main se serrer comme un poing et revenir à sa position normale.
 
Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et  l’illusion.
Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et  l’hallucination.
Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et  le doute.
Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et  le vertige.
Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et  la peur.
Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et  la peur.   J’ai peur
Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et  la peur.   Dans mes chairs J’ai peur
Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et  la peur.   Dans mes chairs mes veines J’ai peur
Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et  la peur.   Dans mes chairs mes veines Je crois que j’ai parlé tout seul cette nuit, je crois que j’ai crié  Je ne sais plus Non, j’ai vu distinctement son petit doigt s’abaisser doucement et puis, sa main s’est serrée comme un poing, puis elle est revenue à sa position normale. Imaginez ma frayeur, je n’ai pas bougé. J’en étais tétanisé. Et j’en frissonne encore. C’est pas une illusion ça, c’est pas une illusion.  La confusion a commencé son long travail de destruction dès le lendemain.  J’ai peur
Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et  la peur.   Dans mes chairs mes veines Je crois que j’ai parlé tout seul cette nuit, je crois que j’ai crié  Je ne sais plus Non, j’ai vu distinctement son petit doigt s’abaisser doucement et puis, sa main s’est serrée comme un poing, puis elle est revenue à sa position normale. Imaginez ma frayeur, je n’ai pas bougé. J’en étais tétanisé. Et j’en frissonne encore. C’est pas une illusion ça, c’est pas une illusion.  La confusion a commencé son long travail de destruction dès le lendemain.  Ça grouille de partout Je ne suis pas fou, je le dis, et très vite j’avais tourné l’affaire en dérision, je m’étais moqué de moi, de cette attitude ridicule, ma stupidité, ces peurs qui n’en sont pas. Mais pourquoi donc mon cerveau ne l’oubliait pas ? Car elle revint sans cesse toute la journée. Toujours cette même impression désagréable qui s’insinuait, me rendait subitement anxieux, et chaque fois que j’en cherchais la raison, c’est son visage qui s’affichait. Il n’y avait que cela, la seule explication. Pourtant j’avais le tour de mes préoccupations habituelles : pas de souci particulier, pas d’erreur au taf, le frigo était plein, le loyer payé… Bref, rien qui ne justifiait ce mal-être sinon elle.  Je n’en peux plus Ses mains sur mon cou, je me suis senti étranglé et je pensais bien l’être, j’ai commencé à me débattre mais contre quoi ? Contre rien. Et j’ai enfoncé le pied sur le frein. Je me suis arrêté comme j’ai pu, le moteur avait calé. Dans le silence j’entendais juste mon souffle, affolé.  J’ai tremblé. C’est ridicule et ça m’énerve, je suis incapable de me contrôler. Pourtant ce pourrait être plus simple. Le problème c’est que le fond de l’impasse est fait de telle manière que, quand je mets le journal dans la boîte aux lettres, la main noire est dans mon dos. C’est ça le problème. Si elle était devant moi, sûr que je n’aurais pas peur. Quand je la regarde je n’ai pas peur, c’est dès qu’elle est dans le dos. J’ai essayé de la servir en ne la quittant pas des yeux mais je ne peux pas. C’est mal foutu cette impasse.   J’ai peur
Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et  la peur.   Dans mes chairs mes veines Je crois que j’ai parlé tout seul cette nuit, je crois que j’ai crié  Je ne sais plus Non, j’ai vu distinctement son petit doigt s’abaisser doucement et puis, sa main s’est serrée comme un poing, puis elle est revenue à sa position normale. Imaginez ma frayeur, je n’ai pas bougé. J’en étais tétanisé. Et j’en frissonne encore. C’est pas une illusion ça, c’est pas une illusion.  La confusion a commencé son long travail de destruction dès le lendemain.  Ça grouille de partout Je ne suis pas fou, je le dis, et très vite j’avais tourné l’affaire en dérision, je m’étais moqué de moi, de cette attitude ridicule, ma stupidité, ces peurs qui n’en sont pas. Mais pourquoi donc mon cerveau ne l’oubliait pas ? Car elle revint sans cesse toute la journée. Toujours cette même impression désagréable qui s’insinuait, me rendait subitement anxieux, et chaque fois que j’en cherchais la raison, c’est son visage qui s’affichait. Il n’y avait que cela, la seule explication. Pourtant j’avais le tour de mes préoccupations habituelles : pas de souci particulier, pas d’erreur au taf, le frigo était plein, le loyer payé… Bref, rien qui ne justifiait ce mal-être sinon elle.  Je n’en peux plus Ses mains sur mon cou, je me suis senti étranglé et je pensais bien l’être, j’ai commencé à me débattre mais contre quoi ? Contre rien. Et j’ai enfoncé le pied sur le frein. Je me suis arrêté comme j’ai pu, le moteur avait calé. Dans le silence j’entendais juste mon souffle, affolé.  J’ai tremblé. C’est ridicule et ça m’énerve, je suis incapable de me contrôler. Pourtant ce pourrait être plus simple. Le problème c’est que le fond de l’impasse est fait de telle manière que, quand je mets le journal dans la boîte aux lettres, la main noire est dans mon dos. C’est ça le problème. Si elle était devant moi, sûr que je n’aurais pas peur. Quand je la regarde je n’ai pas peur, c’est dès qu’elle est dans le dos. J’ai essayé de la servir en ne la quittant pas des yeux mais je ne peux pas. C’est mal foutu cette impasse.   J’ai les yeux rougis.  J’ai perdu le sommeil, j’ai perdu la faim également. Je m’alimente, c’est tout. Je n’ai plus goût à rien. Je sombre dans un état mélancolique. Mais je ne suis pas fou. J’ai bien compris ce qui se passe. Ce sont peut-être des délires mais je garde ma raison. En attendant c’est toute la ville qui s’affiche comme une projection de mes états d’âme. Quand je suis en forme, la ville est belle. Quand je vais mal, elle se peuple soudain d’angoisses. Hier, j’avais de la fièvre et la ville était oppressante, l’air était pesant et semblait presque liquide. Oui il y avait quelque chose de liquide qui s’insinuait jusque dans mes yeux – comme un voile sur la cornée, une impression de flou, ça agace. Et quand mes humeurs sont noires, la ville plonge dans les ténèbres. C’est ainsi, je peux naviguer dans ma tête comme dans la ville. Je ne sais laquelle influence le plus l’autre.  Ses mains sur mon cou J’ai peur
J’ai peur
[object Object],[object Object],journal déchiré

Contenu connexe

En vedette

Lugaresyobjetosdecelabración
LugaresyobjetosdecelabraciónLugaresyobjetosdecelabración
Lugaresyobjetosdecelabración
religion sjc
 
Olympics powerpoint revised
Olympics powerpoint revisedOlympics powerpoint revised
Olympics powerpoint revised
martin440
 
Margarita Y Las Joyas
Margarita Y Las JoyasMargarita Y Las Joyas
Margarita Y Las Joyas
Fuensanta Muñoz
 
04 modelatge torrencial (los acsa)
04   modelatge torrencial (los acsa)04   modelatge torrencial (los acsa)
04 modelatge torrencial (los acsa)Javier
 
2006 Seattle Hadco Fall Dealer Meeting Flyer
2006 Seattle Hadco Fall  Dealer Meeting Flyer2006 Seattle Hadco Fall  Dealer Meeting Flyer
2006 Seattle Hadco Fall Dealer Meeting Flyer
GrDesigner
 
Twitter
TwitterTwitter
Twitter
carmen-muoz8
 
03 duongxuapdf
03 duongxuapdf03 duongxuapdf
03 duongxuapdfNhaQue43
 
Forms and conventions of a thriller
Forms and conventions of a thrillerForms and conventions of a thriller
Forms and conventions of a thriller
george palacios
 

En vedette (10)

Lugaresyobjetosdecelabración
LugaresyobjetosdecelabraciónLugaresyobjetosdecelabración
Lugaresyobjetosdecelabración
 
Olympics powerpoint revised
Olympics powerpoint revisedOlympics powerpoint revised
Olympics powerpoint revised
 
Margarita Y Las Joyas
Margarita Y Las JoyasMargarita Y Las Joyas
Margarita Y Las Joyas
 
04 modelatge torrencial (los acsa)
04   modelatge torrencial (los acsa)04   modelatge torrencial (los acsa)
04 modelatge torrencial (los acsa)
 
2006 Seattle Hadco Fall Dealer Meeting Flyer
2006 Seattle Hadco Fall  Dealer Meeting Flyer2006 Seattle Hadco Fall  Dealer Meeting Flyer
2006 Seattle Hadco Fall Dealer Meeting Flyer
 
Twitter
TwitterTwitter
Twitter
 
03 duongxuapdf
03 duongxuapdf03 duongxuapdf
03 duongxuapdf
 
Forms and conventions of a thriller
Forms and conventions of a thrillerForms and conventions of a thriller
Forms and conventions of a thriller
 
Bonne fete-papa-colibri27
Bonne fete-papa-colibri27Bonne fete-papa-colibri27
Bonne fete-papa-colibri27
 
รายงาน
รายงานรายงาน
รายงาน
 

Similaire à La main noire

Reflets
RefletsReflets
RefletsNezumy
 
Reflets
RefletsReflets
RefletsNezumy
 
Miroir
MiroirMiroir
MiroirNezumy
 
Miroir
MiroirMiroir
MiroirNezumy
 
Miroir
MiroirMiroir
MiroirNezumy
 
Monz un bas de chez crim
Monz un bas de chez crimMonz un bas de chez crim
Monz un bas de chez crim
sarah Benmerzouk
 
Ma Copine Humour
Ma Copine HumourMa Copine Humour
Ma Copine Humoursalimbouras
 
EXTRAIT du roman « L'Inconnue de l'équation » de Xavier Massé
EXTRAIT du roman « L'Inconnue de l'équation » de Xavier MasséEXTRAIT du roman « L'Inconnue de l'équation » de Xavier Massé
EXTRAIT du roman « L'Inconnue de l'équation » de Xavier Massé
Taurnada
 
Lambert chapitre1
Lambert chapitre1Lambert chapitre1
Lambert chapitre1
LeSoir.be
 
Les murs ont tes oreilles textes traduits.pptx
Les murs ont tes oreilles textes traduits.pptxLes murs ont tes oreilles textes traduits.pptx
Les murs ont tes oreilles textes traduits.pptx
BochraTriki1
 
Pas pareil
Pas pareilPas pareil
Pas pareilNezumy
 
Extraits La plume du silence, Jean Witt, Presses de la Renaissance, Paris, 2007
Extraits La plume du silence, Jean Witt, Presses de la Renaissance, Paris, 2007Extraits La plume du silence, Jean Witt, Presses de la Renaissance, Paris, 2007
Extraits La plume du silence, Jean Witt, Presses de la Renaissance, Paris, 2007
Philippe Spitz
 
Texte la nouvelle reserve
Texte la nouvelle reserveTexte la nouvelle reserve
Texte la nouvelle reserve
laetizia
 
Ici et ailleurs recueil de nouvelles
Ici et ailleurs recueil de nouvellesIci et ailleurs recueil de nouvelles
Ici et ailleurs recueil de nouvelles
EVA DIALLO AUTEUR
 
Du stage... au reportage 2015
Du stage... au reportage 2015Du stage... au reportage 2015
Du stage... au reportage 2015
docdarius
 
Du stage... au reportage 2015
Du stage... au reportage 2015Du stage... au reportage 2015
Du stage... au reportage 2015
docdarius
 

Similaire à La main noire (20)

Fantastique
FantastiqueFantastique
Fantastique
 
Reflets
RefletsReflets
Reflets
 
Reflets
RefletsReflets
Reflets
 
Miroir
MiroirMiroir
Miroir
 
Miroir
MiroirMiroir
Miroir
 
Miroir
MiroirMiroir
Miroir
 
Gserieys la maison
Gserieys la maisonGserieys la maison
Gserieys la maison
 
Monz un bas de chez crim
Monz un bas de chez crimMonz un bas de chez crim
Monz un bas de chez crim
 
Ma Copine Humour
Ma Copine HumourMa Copine Humour
Ma Copine Humour
 
Fantastique
FantastiqueFantastique
Fantastique
 
EXTRAIT du roman « L'Inconnue de l'équation » de Xavier Massé
EXTRAIT du roman « L'Inconnue de l'équation » de Xavier MasséEXTRAIT du roman « L'Inconnue de l'équation » de Xavier Massé
EXTRAIT du roman « L'Inconnue de l'équation » de Xavier Massé
 
Lambert chapitre1
Lambert chapitre1Lambert chapitre1
Lambert chapitre1
 
Les murs ont tes oreilles textes traduits.pptx
Les murs ont tes oreilles textes traduits.pptxLes murs ont tes oreilles textes traduits.pptx
Les murs ont tes oreilles textes traduits.pptx
 
Pas pareil
Pas pareilPas pareil
Pas pareil
 
Extraits La plume du silence, Jean Witt, Presses de la Renaissance, Paris, 2007
Extraits La plume du silence, Jean Witt, Presses de la Renaissance, Paris, 2007Extraits La plume du silence, Jean Witt, Presses de la Renaissance, Paris, 2007
Extraits La plume du silence, Jean Witt, Presses de la Renaissance, Paris, 2007
 
Texte la nouvelle reserve
Texte la nouvelle reserveTexte la nouvelle reserve
Texte la nouvelle reserve
 
Ici et ailleurs recueil de nouvelles
Ici et ailleurs recueil de nouvellesIci et ailleurs recueil de nouvelles
Ici et ailleurs recueil de nouvelles
 
Du stage... au reportage 2015
Du stage... au reportage 2015Du stage... au reportage 2015
Du stage... au reportage 2015
 
Final
FinalFinal
Final
 
Du stage... au reportage 2015
Du stage... au reportage 2015Du stage... au reportage 2015
Du stage... au reportage 2015
 

Dernier

De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'universitéDe l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
Université de Franche-Comté
 
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Laurent Speyser
 
Le support de présentation des Signaux 2024
Le support de présentation des Signaux 2024Le support de présentation des Signaux 2024
Le support de présentation des Signaux 2024
UNITECBordeaux
 
MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...
MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...
MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...
Horgix
 
PRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptx
PRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptxPRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptx
PRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptx
AlbertSmithTambwe
 
Les écrans informatiques au fil du temps.pptx
Les écrans informatiques au fil du temps.pptxLes écrans informatiques au fil du temps.pptx
Les écrans informatiques au fil du temps.pptx
abderrahimbourimi
 
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
OCTO Technology
 

Dernier (7)

De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'universitéDe l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
 
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
 
Le support de présentation des Signaux 2024
Le support de présentation des Signaux 2024Le support de présentation des Signaux 2024
Le support de présentation des Signaux 2024
 
MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...
MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...
MongoDB in a scale-up: how to get away from a monolithic hell — MongoDB Paris...
 
PRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptx
PRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptxPRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptx
PRESENTATION DE L'ACTIVE DIRECTORY SOUS WINDOWS SERVEUR.pptx
 
Les écrans informatiques au fil du temps.pptx
Les écrans informatiques au fil du temps.pptxLes écrans informatiques au fil du temps.pptx
Les écrans informatiques au fil du temps.pptx
 
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
 

La main noire

  • 1. Elle a bougé, j’en suis sûr.
  • 2. Elle a bougé, j’en suis sûr. j’ai vu distinctement son petit doigt s’abaisser doucement, sa main se serrer comme un poing et revenir à sa position normale.
  • 3.  
  • 4. Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et l’illusion.
  • 5. Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et l’hallucination.
  • 6. Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et le doute.
  • 7. Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et le vertige.
  • 8. Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et la peur.
  • 9. Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et la peur. J’ai peur
  • 10. Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et la peur. Dans mes chairs J’ai peur
  • 11. Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et la peur. Dans mes chairs mes veines J’ai peur
  • 12. Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et la peur. Dans mes chairs mes veines Je crois que j’ai parlé tout seul cette nuit, je crois que j’ai crié Je ne sais plus Non, j’ai vu distinctement son petit doigt s’abaisser doucement et puis, sa main s’est serrée comme un poing, puis elle est revenue à sa position normale. Imaginez ma frayeur, je n’ai pas bougé. J’en étais tétanisé. Et j’en frissonne encore. C’est pas une illusion ça, c’est pas une illusion. La confusion a commencé son long travail de destruction dès le lendemain. J’ai peur
  • 13. Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et la peur. Dans mes chairs mes veines Je crois que j’ai parlé tout seul cette nuit, je crois que j’ai crié Je ne sais plus Non, j’ai vu distinctement son petit doigt s’abaisser doucement et puis, sa main s’est serrée comme un poing, puis elle est revenue à sa position normale. Imaginez ma frayeur, je n’ai pas bougé. J’en étais tétanisé. Et j’en frissonne encore. C’est pas une illusion ça, c’est pas une illusion. La confusion a commencé son long travail de destruction dès le lendemain. Ça grouille de partout Je ne suis pas fou, je le dis, et très vite j’avais tourné l’affaire en dérision, je m’étais moqué de moi, de cette attitude ridicule, ma stupidité, ces peurs qui n’en sont pas. Mais pourquoi donc mon cerveau ne l’oubliait pas ? Car elle revint sans cesse toute la journée. Toujours cette même impression désagréable qui s’insinuait, me rendait subitement anxieux, et chaque fois que j’en cherchais la raison, c’est son visage qui s’affichait. Il n’y avait que cela, la seule explication. Pourtant j’avais le tour de mes préoccupations habituelles : pas de souci particulier, pas d’erreur au taf, le frigo était plein, le loyer payé… Bref, rien qui ne justifiait ce mal-être sinon elle. Je n’en peux plus Ses mains sur mon cou, je me suis senti étranglé et je pensais bien l’être, j’ai commencé à me débattre mais contre quoi ? Contre rien. Et j’ai enfoncé le pied sur le frein. Je me suis arrêté comme j’ai pu, le moteur avait calé. Dans le silence j’entendais juste mon souffle, affolé. J’ai tremblé. C’est ridicule et ça m’énerve, je suis incapable de me contrôler. Pourtant ce pourrait être plus simple. Le problème c’est que le fond de l’impasse est fait de telle manière que, quand je mets le journal dans la boîte aux lettres, la main noire est dans mon dos. C’est ça le problème. Si elle était devant moi, sûr que je n’aurais pas peur. Quand je la regarde je n’ai pas peur, c’est dès qu’elle est dans le dos. J’ai essayé de la servir en ne la quittant pas des yeux mais je ne peux pas. C’est mal foutu cette impasse. J’ai peur
  • 14. Elle a bougé, j’en suis sûr. Et mon esprit embourbé ne sait plus démêler le réel et la peur. Dans mes chairs mes veines Je crois que j’ai parlé tout seul cette nuit, je crois que j’ai crié Je ne sais plus Non, j’ai vu distinctement son petit doigt s’abaisser doucement et puis, sa main s’est serrée comme un poing, puis elle est revenue à sa position normale. Imaginez ma frayeur, je n’ai pas bougé. J’en étais tétanisé. Et j’en frissonne encore. C’est pas une illusion ça, c’est pas une illusion. La confusion a commencé son long travail de destruction dès le lendemain. Ça grouille de partout Je ne suis pas fou, je le dis, et très vite j’avais tourné l’affaire en dérision, je m’étais moqué de moi, de cette attitude ridicule, ma stupidité, ces peurs qui n’en sont pas. Mais pourquoi donc mon cerveau ne l’oubliait pas ? Car elle revint sans cesse toute la journée. Toujours cette même impression désagréable qui s’insinuait, me rendait subitement anxieux, et chaque fois que j’en cherchais la raison, c’est son visage qui s’affichait. Il n’y avait que cela, la seule explication. Pourtant j’avais le tour de mes préoccupations habituelles : pas de souci particulier, pas d’erreur au taf, le frigo était plein, le loyer payé… Bref, rien qui ne justifiait ce mal-être sinon elle. Je n’en peux plus Ses mains sur mon cou, je me suis senti étranglé et je pensais bien l’être, j’ai commencé à me débattre mais contre quoi ? Contre rien. Et j’ai enfoncé le pied sur le frein. Je me suis arrêté comme j’ai pu, le moteur avait calé. Dans le silence j’entendais juste mon souffle, affolé. J’ai tremblé. C’est ridicule et ça m’énerve, je suis incapable de me contrôler. Pourtant ce pourrait être plus simple. Le problème c’est que le fond de l’impasse est fait de telle manière que, quand je mets le journal dans la boîte aux lettres, la main noire est dans mon dos. C’est ça le problème. Si elle était devant moi, sûr que je n’aurais pas peur. Quand je la regarde je n’ai pas peur, c’est dès qu’elle est dans le dos. J’ai essayé de la servir en ne la quittant pas des yeux mais je ne peux pas. C’est mal foutu cette impasse. J’ai les yeux rougis. J’ai perdu le sommeil, j’ai perdu la faim également. Je m’alimente, c’est tout. Je n’ai plus goût à rien. Je sombre dans un état mélancolique. Mais je ne suis pas fou. J’ai bien compris ce qui se passe. Ce sont peut-être des délires mais je garde ma raison. En attendant c’est toute la ville qui s’affiche comme une projection de mes états d’âme. Quand je suis en forme, la ville est belle. Quand je vais mal, elle se peuple soudain d’angoisses. Hier, j’avais de la fièvre et la ville était oppressante, l’air était pesant et semblait presque liquide. Oui il y avait quelque chose de liquide qui s’insinuait jusque dans mes yeux – comme un voile sur la cornée, une impression de flou, ça agace. Et quand mes humeurs sont noires, la ville plonge dans les ténèbres. C’est ainsi, je peux naviguer dans ma tête comme dans la ville. Je ne sais laquelle influence le plus l’autre. Ses mains sur mon cou J’ai peur
  • 16.