SlideShare une entreprise Scribd logo
Parmi les personnes accueillies aux urgences, les patients
âgés constituent un groupe spécifique mobilisant
les équipes d’urgence de façon particulière. Leurs conditions
de vie et les affections liées à l’âge entraînent une fragilité
supplémentaire chez ces patients. Leur prise en charge
comporte un nombre d’actes plus élevé, une hospitalisation
plus fréquente en unité d’hospitalisation de courte durée
(UHCD), et se caractérise par une durée de passage plus
longue que celle des patients plus jeunes.
C’est principalement la modalité de sortie qui différencie
leur passage aux urgences : 56 % des patients âgés sont
hospitalisés dans un service conventionnel tandis que 38 %
retournent à leur domicile et 5 % dans leur établissement
d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).
Se dessinent ensuite plusieurs profils de patients âgés
en fonction de leur provenance et de leurs pathologies.
Cette étude est centrée sur les recours aux urgences des personnes
âgées. L’Études et Résultats n° 1008 détaille plus spécifiquement
les causes des durées de passage aux urgences plus longues pour
les personnes âgées.
L
e taux de recours aux urgences
est plus élevé aux âges ex-
trêmes de la vie. Dans l’enquête
nationale sur les structures des urgences
hospitalières (encadré), les 6 000 patients
âgés de 75 ans ou plus représentent
12 % des passages le mardi 11 juin
2013 et 17 % des passages de patients
âgés de 15 ans ou plus alors que ce
groupe d’âge ne constitue que 11 % des
15 ans ou plus en population générale.
Parmi eux, 44 % sont âgés de 85 ans ou
plus (32 % en population générale). La
complexité des problèmes de santé s’ac-
croît avec l’âge, en raison de la présence
simultanée de plusieurs maladies chro-
niques (polypathologies) et, pour les plus
âgés, du risque d’une perte d’autonomie
(Haute Autorité de santé, 2015 et Cour
des comptes, 2012).
La fragilité physique, psychique ou
­socio-économique augmente également
avec l’âge (Sirven, 2016). L’admission
en service d’urgences survient la plupart
du temps à la suite d’un état de crise
ayant pour origine des causes médi-
cales mais également sociales (isolement
­social, manque de ressources, perte de
­mobilité…) [SFMU, 2003].
Dans cette étude, les personnes âgées
de 75 ans ou plus sont comparées aux
patients de 15 à 74 ans, en raison de
la spécificité des passages des enfants
de moins de 15 ans. La comparaison
Les personnes âgées aux urgences :
une patientèle au profil particulier
Bénédicte Boisguérin et Léa Mauro (DREES)
mars
2 017
n u m é r o
1007
2
Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier
mars
2017
n u m é r o
1007
des modes de vie des patients âgés de
75 ans ou plus et des patients plus
jeunes (15-74 ans) reflète en partie ces
situations de fragilité accrue. Ainsi, 43 %
des patients âgés vivent seuls à leur
domicile contre 32 % des 15-74 ans
(tableau 1). Par ailleurs, 14 % des 75 ans
ou plus vivent dans une institution (24 %
des 85 ans ou plus).
Avant de recourir
aux urgences, les patients
âgés ont souvent effectué
d’autres démarches
La proportion de patients qui ne sont pas
en mesure de répondre, par exemple in-
conscients, est trois fois plus élevée par-
mi les patients âgés. Les conditions d’ar-
rivée de ces patients ne sont pas connues
(encadré). En lien avec leur mode de vie,
caractérisé par une mobilité moindre que
celle des plus jeunes, les trois quarts
d’entre eux proviennent de leur domicile
et 45 % sont transportés en ambulance
ou en taxi.
Les personnes âgées, plus inscrites
dans le système de soins que les autres
patients, ont entrepris davantage de dé-
marches concernant leur état de santé
au cours des 24 heures précédant le re-
cours aux urgences, (58 % versus 35 %
pour les 15-74 ans). Quatre fois sur cinq,
ces démarches ont été réalisées auprès
de médecins, en consultation ou par
­téléphone. Au total, 20 % des patients
âgés étaient adressés aux urgences par
un médecin libéral. En outre, ces services
étaient prévenus de l’arrivée de 10 % des
patients âgés pour un accès au plateau
technique ou pour recevoir des soins
­urgents1
.
La traumatologie constitue le premier
motif de recours des personnes âgées
(25 %), suivi par les motifs cardio-­
vasculaires (17 %). Viennent ensuite les
motifs « généraux et divers » (fièvre, al-
tération de l’état général, fatigue, etc. :
12 %), avec peu d’écarts pour les 85 ans
ou plus. Par rapport aux patients plus
jeunes, les problèmes cardiaques, respi-
ratoires ou neurologiques sont plus fré-
quents tandis que les motifs de trauma-
tologie le sont moins.
En dépit de la variété des motifs de re-
cours, les prises en charge des patients
âgés aux urgences présentent des ca-
ractéristiques communes à mettre en
relation avec la fragilité et les pathologies
particulières de ces patients. De fait, la
décision d’hospitaliser ou non un patient
âgé dans un autre service présente un
double risque qui peut expliquer une prise
en charge plus complexe aux urgences.
D’une part, l’hospitalisation d’un patient
âgé peut s’avérer délétère (syndrome de
glissement2
de la personne âgée). D’autre
part, la décision de retour à domicile doit
prendre en compte des critères médi-
caux mais également l’environnement
de la personne, en particulier si elle vit
seule à domicile : il est important de tenir
compte de l’aide, de la surveillance ou du
traitement particulier que le patient devra
­recevoir à domicile (Maire, 2013).
Une prise en charge
plus longue qui comporte
plus d’actes et de séjours
en UHCD
La réalisation plus fréquente d’actes
à visée diagnostique pour les patients
âgés est largement documentée : « La
présence de multiples pathologies intri-
quées implique souvent un recours aux
examens biologiques et radiologiques.
Comparées à une population générale,
les personnes âgées ont en moyenne un
tiers d’examens complémentaires en plus
pour un pourcentage de diagnostics iden-
tiques » (SFMU, 2003). Le 11 juin 2013,
les patients âgés sont nombreux à avoir
bénéficié d’examens médicaux (actes de
biologie pour 74 % d’entre eux, actes
1. Les patients
peuvent être atten-
dus en non program-
mé pour accéder à un
plateau technique
ou recevoir des soins
urgents. Les services
sont prévenus par
un médecin de leur
arrivée.
2. Il s’agit de la
détérioration
globale des fonctions
intellectuelles d’une
personne âgée le plus
souvent consécutive
à une maladie ou à
un accident, mais
pouvant également
survenir à la suite
d’une hospitalisation.
ENCADRÉ
Sources, champ, méthodologie
Le protocole d’enquête
Les analyses de cette étude utilisent les données de l’enquête nationale sur les structures des
urgences de juin 2013, réalisée par la DREES. Conçue en partenariat avec la Société française de
médecine d’urgence (SFMU), en collaboration avec SAMU-Urgences de France (SUDF) et l’Asso-
ciation des médecins urgentistes de France (AMUF), l’enquête a été réalisée un jour donné – le
mardi 11 juin 2013, de 8 heures le matin au lendemain 8 heures – auprès des 736 points d’accueil
d’urgences présents sur le territoire.
L’enquête comporte deux volets complémentaires : un recueil administratif sur les structures
d’urgences hospitalières décrivant leur organisation et une enquête auprès des patients détail-
lant leur prise en charge. La présentation de la méthodologie détaillée de l’enquête et les don-
nées agrégées sont accessibles sur le site internet de la DREES1
.
La base finale de l’enquête comprend 734 points d’accueil sur les 736 recensés, soit un taux de
réponse de 99,7 %. La collecte a fourni 48 711 questionnaires patients sur les 52 018 passages
enregistrés aux urgences durant la journée, soit un taux de réponse de 93,6 %. Des traitements
statistiques ont été effectués par la DREES pour corriger la non-réponse totale à l’enquête, la
non-réponse partielle à certaines questions ainsi que des anomalies ou des valeurs aberrantes.
Le champ de l’étude
Le champ de l’étude porte sur tous les patients âgés de 75 ans ou plus s’étant présentés le jour
de l’enquête dans un des points d’accueil recensés, hors points d’accueil pédiatriques. Au total,
la collecte a permis d’obtenir près de 6 000 questionnaires de patients de 75 ans ou plus, soit
12 % des passages. Pour la description des patients âgés, tous les patients sont pris en compte.
Cependant, la plupart des variables décrivant les modalités d’arrivée (provenance, mode de
transports et démarches) ne sont renseignées que pour les patients en mesure de répondre ou
les patients accompagnés. Les patients ayant refusé de répondre ne sont pas pris en compte.
Par ailleurs, les patients transportés par les forces de l’ordre, ceux provenant d’un établissement
de santé ou d’une structure médico-sociale ne sont pas interrogés sur les démarches effectuées
avant leur arrivée ou leur motivation pour se rendre aux urgences. Dans les modèles décrits sur
l’hospitalisation, les patients sans abri, logés à l’hôtel ou autres ne sont pas pris en compte (au
total 5 146 patients pris en compte). Enfin, la classification a été construite en excluant certaines
modalités rares et non-réponses, en particulier les patients n’étant pas mesure de répondre, ce
qui conduit à 4 594 patients pris en compte dans cette classification. Pour cette raison, les ré-
sultats de l’ensemble des patients de la classification peuvent différer légèrement de l’ensemble
des patients âgés. Les 0,3 % de patients âgés qui retournent chez eux avec une hospitalisation
à domicile ne sont pas considérés comme hospitalisés à la sortie des urgences et sont compta-
bilisés dans les patients non hospitalisés à la sortie des urgences.
Méthodologie du modèle pour expliquer les déterminants de l’hospitalisation
Le recours à l’hospitalisation a été analysé à l’aide d’une régression logistique. Les variables
explicatives mentionnées sont significatives : elles ont chacune une influence, toutes choses
égales par ailleurs.
1. http://drees.social-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/open-data/etablissements-de-sante-sociaux-et-medico-
sociaux/article/enquete-nationale-sur-les-structures-des-urgences-hospitalieres-juin-2013
3
Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier
mars
2017
n u m é r o
1007
diagnostics de type électrocardiogramme
[ECG] pour 68 %3
). Pour la moitié d’entre
eux, la prise en charge a comporté trois
types d’examens cumulés (imagerie, bio-
logie et autre acte diagnostic) [graphique].
On observe aussi davantage d’actes de
soin (pansements, points de suture, aéro-
sols, immobilisation de membres), d’avis
spécialisés ou de passages par la salle
d’accueil des urgences vitales (SAUV)4
.
Près d’une personne âgée sur cinq a
­séjourné dans une unité d’hospitalisation
de courte durée (UHCD) pendant son pas-
sage aux urgences (contre une personne
sur treize chez les 15-74 ans). L’UHCD
fait partie intégrante du service d’urgence,
elle est destinée à hospitaliser des pa-
tients pour une durée limitée. Elle permet
la mise en observation avant orientation
(retour à domicile ou hospitalisation) et
la réalisation d’examens ou de soins. Une
fois la décision prise, elle peut également
être utilisée pour la surveillance néces-
saire avant un retour à domicile, mais
aussi de zone d’attente d’un lit en cas
d’hospitalisation conventionnelle.
Les durées de passage aux urgences des
patients âgés sont bien plus longues que
celles des autres patients. Elles se pro-
longent au-delà de huit heures pour 23 %
des patients âgés5
(contre 10 % pour les
15-74 ans). Leur prise en charge dure
plus longtemps, notamment en raison de
ces actes d’investigation et du séjour en
UHCD.
Plus de la moitié des patients
âgés sont hospitalisés en aval
des urgences
À l’issue du passage aux urgences, 56 %
des patients âgés sont hospitalisés dans
un autre service, 38 % retournent à leur
domicile6
et 5 % dans leur établisse-
ment d’hébergement pour personnes
âgées dépendantes d’origine (EHPAD)7
.
La probabilité d’hospitalisation à la sor-
tie des urgences est 2,6 fois plus élevée
que celle des 15-74 ans, toutes choses
égales par ailleurs8
. Neuf patients sur dix
sont hospitalisés dans le même établisse-
ment que le service d’urgence et un sur
dix est transféré dans un autre établisse-
ment. 68 % des personnes âgées hospi-
talisées le sont en service de médecine,
21 % en chirurgie, 8 % en soins intensifs
ou en réanimation et 3 % dans d’autres
3. Pour la comparai-
son avec les 15-74 ans
sur les actes réalisés
aux urgences, voir
tableau complé-
mentaire A sur le
site internet de la
DREES.
4. Les SAUV
permettent de
réaliser des actes de
réanimation respira-
toires et cardiaques.
5. Pour plus de
détails, voir Études et
Résultats n° 1008.
6. Y compris 0,3 %
de retours à domicile
avec hospitalisation
à domicile.
7. Le reliquat
correspond à
des ­passages aux
­urgences écourtés :
1 % des patients âgés
sont soit partis sans
attendre ou contre
avis médical, soit
ont été orientés en
maison médicale
de garde, soit sont
décédés.
8. En tenant
compte des condi-
tions d’arrivée,
du contenu
de la prise en charge
et de la pathologie
ainsi que des carac-
téristiques du point
d’accueil.
TABLEAU 1
Modalités d’arrivée aux urgences selon l’âge des patients
En %
des patients
15-74 ans
75 ans
ou plus
Mode de vie
seul à domicile 32 43
non seul à domicile 64 42
en institution 2 14
Mode d’arrivée
propres moyens 51 16
véhicule d’un tiers 22 15
ambulance, taxi 10 45
pompiers ou SMUR 15 23
Provenance
domicile 67 75
institution 1 11
établissement de santé 1 3
voie publique 23 5
Motif de recours
général et divers1
5 12
traumatologie 35 25
cardiologique 11 17
respiratoire 3 12
neurologique 6 9
gastrologique 11 10
autre 30 15
Démarches entreprises2
35 58
Dont auprès du médecin traitant ou d’un autre médecin
(médecin de garde, SOS médecin)
25 47
1. La rubrique « général et divers » comprend les patients venus pour de la fièvre, un problème d’altération de l’état
général, de la fatigue, des sutures, des pansements, etc.
2. Concernant la santé, dans les 24 heures précédant le recours aux urgences.
Champ • Points d’accueil des structures d’urgences ayant une autorisation d’urgences générales.
Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013.
GRAPHIQUE
Contenu de la prise en charge aux urgences et modalités
de sortie selon l’âge des patients
1. Imagerie, biologie, autre acte diagnostic.
Champ • Points d’accueil des structures d’urgences ayant une autorisation d’urgences générales.
Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013.
Hospitalisation
Durée de passage de 8 heures
et plus
Séjour en UHCD
Cumul des trois types
d’examens médicaux1
75 ans ou plus
0 10 20 30 40 50 60
15-74 ans
Proportion de patients
en %
4
Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier
mars
2017
n u m é r o
1007
services. Dans un quart des cas, l’équipe
des urgences a dû faire appel à plus d’un
service pour trouver une place d’hospitali-
sation à ces patients. Le délai entre la dé-
cision d’hospitalisation et l’obtention d’une
place allonge également la durée du pas-
sage aux urgences : il est supérieur à une
heure pour 35 % des personnes âgées
hospitalisées à partir des urgences.
L’enquête permet de déterminer les fac-
teurs de l’hospitalisation dans un autre
service pour les 75 ans ou plus9
. En pre-
mier lieu, la probabilité d’être hospitali-
sé augmente fortement avec le nombre
d’examens effectués et les pathologies
associées et ce, quel que soit le diagnostic
principal : les patients âgés ayant béné-
ficié d’analyses biologiques ont sept fois
plus de chance d’être hospitalisés que
les autres. D’autres éléments de la prise
en charge entrent également en compte.
Ainsi, le fait d’avoir bénéficié d’un autre
acte à visée diagnostique (de type ECG)
ou d’un avis spécialisé semblent être des
indicateurs supplémentaires de l’instabilité
de l’état de santé et de la nécessité d’une
hospitalisation.
Les personnes atteintes de pathologies
cardiaques, digestives, neurologiques ou
respiratoires ont plus de chance d’être
hospitalisées que les patients souffrant
de lésions traumatiques ou de « symp-
tômes10 
». La gravité de la pathologie
entre également en compte11
. Les pa-
tients les plus âgés (85 ans ou plus) et
ceux qui vivent seuls à domicile ont aussi
une probabilité un peu plus élevée d’être
­hospitalisés.
Certaines conditions d’arrivée semblent
aussi plus déterminantes comme l’arrivée
en ambulance ou en taxi, la provenance
du domicile ou d’un autre établissement
de santé comparée à la provenance
d’une institution. La faible taille du point
d’accueil des urgences (approchée par
le nombre de passages peu élevé, ou le
fait d’être situé dans un centre hospita-
lier [CH] plutôt qu’en centre hospitalier
régional [CHR] pour les établissements
publics) augmente la probabilité d’hospi-
talisation des patients âgés. Enfin, le fait
que le point d’accueil des urgences se
situe dans un établissement avec un ser-
vice spécialisé de gériatrie12
constitue un
facteur augmentant la probabilité d’être
hospitalisé.
Huit grands groupes
de patients âgés aux urgences
selon leur prise en charge
Une typologie13
des personnes âgées
distingue les parcours des patients hos-
pitalisés à la suite des urgences de ceux
des patients qui rentrent à domicile ou
en EHPAD après leur prise en charge aux
urgences. Huit « situations types » se des-
sinent (tableau 2).
Les quatre premiers groupes de patients
très majoritairement hospitalisés à l’issue
de leur passage se distinguent par une
prise en charge plus lourde. Leur état de
santé conduit à les soumettre à davantage
d’examens complémentaires (plus des
deux tiers cumulent des actes d’imagerie,
de biologie, et d’autres actes diagnostics
de type ECG) et bénéficient plus souvent
d’actes de soins, d’avis spécialisés ou
d’accueil en SAUV. Leur passage com-
porte plus souvent un séjour en UHCD, en
conséquence, la durée de leur passage
est plus élevée (8 heures ou plus pour
25 % à 36 % d’entre eux contre 22 % en
moyenne). Comme la majorité des patients
âgés, ces patients viennent en grande
majorité de leur domicile, pour 10 %
d’EHPAD. Ces patients majoritairement
hospitalisés se distinguent surtout par
les diagnostics à la sortie des urgences :
symptômes divers, pathologies car-
diaques, respiratoires ou neurologiques.
Le groupe le plus important
rassemble des patients
aux symptômes divers et
majoritairement hospitalisés…
Parmi les quatre groupes de patients ma-
joritairement hospitalisés, le groupe le plus
important rassemble 39 % des patients
âgés et correspond à des recours pour
des pathologies diverses. Les motifs de
recours énoncés par les patients à leur ar-
rivée aux urgences sont variés. En dépit de
la quantité d’actes exploratoires effectués,
les diagnostics posés à la sortie restent
peu précis et demeurent des symptômes
pour la moitié des patients.
Ces patients souffrent de dyspnée, d’al-
tération de l’état général, de malaises
sans perte de connaissance, de douleurs
thoraciques, etc. Le degré de gravité des
pathologies est également très hétéro-
gène et les comorbidités sont relativement
fréquentes. S’ajoute vraisemblablement
à ces pathologies un processus de perte
d’autonomie, non observable dans les
données de cette enquête mais pris en
compte par les médecins urgentistes.
… qui se distinguent
des 21 % de patients affectés
de pathologies aiguës
Les trois groupes suivants de patients ma-
joritairement hospitalisés (2, 3 et 4) se diffé-
rencient du premier par l’homogénéité des
diagnostics. Il s’agit de pathologies précises
qui, par leur sévérité, requièrent générale-
ment une prise en charge ­hospitalière.
Les patients du groupe 2 (11 % des pa-
tients âgés) souffrent de problèmes
cardiaques : insuffisances cardiaques,
troubles du rythme, pathologies coronaires
et autres thromboses ; ceux du groupe 3
(6 %) présentent des problèmes respira-
toires : infections pulmonaires et bronchites
aiguës ou chroniques. Un tiers des patients
hospitalisés pour des raisons cardiaques
ont des motifs de recours respiratoires car
les symptômes de pathologies cardiaques
et respiratoires se ressemblent. Pour ces
deux groupes, les pathologies associées
sont plus fréquentes : elles concernent
quatre patients sur dix. La santé de ces
patients s’est aggravée depuis plusieurs
jours pour près de la moitié d’entre eux.
Les patients du groupe 4 (4 %) souffrent
d’affections neurologiques. Il s’agit dans
70 % des cas d’accidents vasculaires
cérébraux (AVC) ischémiques. Ils se dis-
tinguent des premiers groupes par la
soudaineté des troubles ayant conduit aux
urgences. Ainsi, ces patients ont entrepris
moins fréquemment de démarches avant
le recours aux urgences, ils sont moins
souvent adressés par un médecin libéral et
sont plus fréquemment transportés par les
pompiers ou le service mobile d’urgence et
de réanimation (SMUR).
Enfin, 3 % des patients âgés majoritai-
rement hospitalisés (groupe 5) étaient
déjà pris en charge dans un établis-
sement de santé avant le recours aux
urgences. Parmi eux, les deux tiers
viennent d’un autre hôpital. Par ailleurs,
un quart vient d’une unité de soins de
suite et réadaptation (SSR), un quart
d’une unité de soins de longue durée
(USLD) et la moitié des services de mé-
decine et chirurgie. La moitié d’entre eux
résident habituellement en institution.
9. Les résultats qui
suivent sont pré-
sentés toutes choses
égales par ailleurs
(encadré et tableau
complémentaire B
sur le site internet
de la DREES).
10. La catégorie
« symptômes »
regroupe les symp-
tômes, signes et
résultats anormaux
d’examens cliniques
et de laboratoire,
non classés ailleurs.
11. La gravité est
approchée par un
indice construit en
regroupant les dia-
gnostics codés dans
l’enquête selon deux
critères : leur sévé-
rité estimée à dires
d’experts (SFMU)
et la proportion des
patients en soins
intensifs ou en réani-
mation selon chaque
diagnostic (étude
réalisée à partir du
PMSI) [Ricroch,
Vuagnat, 2017].
12. Pour plus de
détails, voir Etudes
et Résultats n° 1008.
13. Une classifi-
cation ascendante
hiérarchique a été
mise en œuvre pour
obtenir cette typo-
logie des personnes
âgées.
5
Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier
mars
2017
n u m é r o
1007
TABLEAU 2
Huit profils de patients âgés pris en charge aux urgences
Modalité de regroupement principale
Patients majoritairement hospitalisés
à l’issue du passage aux urgences
Patients non hospitalisés à l’issue
du passage aux urgences
Ensemble
des
patients
Modalité de regroupement secondaire Pathologies des patients
Prove-
nance
des
patients
Patholo-
gie des
patients
Provenance
des patients
Groupes de patients
Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4 Groupe 5 Groupe 6 Groupe 7 Groupe 8
symp-
tômes
divers
affections
cardiaques
affections
respira-
toires
affections
neurolo-
giques
provenant
d’un éta-
blissement
de santé
lésions
sans
gravité
provenant
d’un
EHPAD
provenant
de la voie
publique
Répartition des patients 39 % 11 % 6 % 4 % 3 % 28 % 4 % 5 % 100 %
Variables actives dans l’analyse de données
Mode
d’arrivée
propres moyens
ou véhicule d’un tiers
19 28 22 25 13 62 3 17 32
ambulance taxi 57 51 54 43 75 26 80 9 46
pompiers ou SMUR 24 22 24 32 13 13 17 74 23
Provenance
domicile 89 90 84 88 0 97 13 0 81
EHPAD 11 10 16 10 0 3 86 0 11
établissement de santé 0 0 0 0 100 0 0 0 3
voie publique 0 0 0 2 0 0 1 100 5
Prise en
charge
3 types d’examens médicaux 66 79 88 83 44 9 34 34 50
UHCD 27 21 26 23 13 3 11 13 18
Diagnostic
à la sortie
symptômes 49 0 0 0 25 14 30 24 26
lésions traumatiques 16 0 0 0 26 47 46 62 25
pathologies cardiaques 0 100 0 0 13 1 1 5 12
pathologies respiratoires 0 0 100 0 8 0 3 0 6
pathologies neurologiques 0 0 0 100 6 0 2 1 5
pathologies digestives et du
métabolisme
16 0 0 0 7 5 4 1 8
autres 20 0 0 0 15 33 13 7 19
Diagnostic
associé
1 ou plus 33 39 43 24 28 14 18 24 27
Indice
de gravité
0 ou 1 51 2 5 7 45 77 70 67 50
2 et plus 49 98 95 93 55 23 30 33 50
Durée
du passage
inférieure à 3 h 12 19 16 17 36 62 37 47 30
de 3 h à 8 h 56 57 52 47 47 33 48 41 48
8 h et plus 33 25 32 36 17 5 15 12 22
Modalité
de sortie
retour à domicile
ou en EHPA ou EHPAD
22 17 18 14 29 87 100 71 44
hospitalisation 78 83 82 86 71 14 0 29 56
Des variables supplémentaires illustratives (tranche d’âge, motif de recours, mode de vie, etc.) sont présentées dans le tableau complémentaire C sur le site internet de la DREES. Toutes les modalités sont
significatives au seuil de 5 %. Les chiffres en gras correspondent aux modalités dont la proportion est supérieure à celle de l’ensemble des patients.
Les groupes 1, 2, 3, 4 et 6 ont comme proximité principale une pathologie précise alors que les groupes 5, 7 et 8 ont comme proximité principale leur provenance avant leur arrivée aux urgences : un établissement
de santé, un EHPAD ou la voie publique. Cela n’empêche pas les patients des premiers groupes de provenir d’un établissement de santé, d’un EHPA, d’un EHPAD ou de la voie publique. De la même façon, parmi
les patients des groupes 5, 7 et 8, certains souffrent également de pathologies cardiaques, respiratoires ou neurologiques.
La classification a été construite en excluant certaines modalités rares et non-réponses. Pour cette raison les résultats de l’ensemble des patients de la classification peuvent différer légèrement de l’ensemble
des patients âgés.
Lecture • 19 % des patients du groupe 1 sont arrivés aux urgences par leurs propres moyens ou accompagnés par un tiers contre 32 % en moyenne sur l’ensemble des personnes âgées de 75 ans ou plus.
De plus, les patients du groupe 1 sont significativement différents de la moyenne des patients âgés sur les modalités de la variable mode d’arrivée (valeur test inférieure à 5 %). Ils sont significativement plus pris
en charge par une ambulance ou un taxi par exemple.
Champ • Patients âgés de 75 ans ou plus pris en compte dans la classification.
Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013.
6
Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier
mars
2017
n u m é r o
1007
Directeur de la publication : Franck von Lennep
Responsable d’édition : Souphaphone Douangdara
Secrétaires de rédaction : Sabine Boulanger et Fabienne Brifault
Composition et mise en pages : NDBD
Conception graphique : Julie Hiet et Philippe Brulin
Imprimeur : Imprimerie centrale de Lens
Pour toute information : drees-infos@sante.gouv.fr
Reproduction autorisée sous réserve de la mention des sources •
ISSN papier 1292-6876 • ISSN électronique 1146-9129 • AIP 0001384
LA DREES SUR INTERNET
Retrouvez toutes nos publications sur notre site
drees.social-sante.gouv.fr
Retrouvez toutes nos données sur
www.data.drees.sante.gouv.fr
Pour recevoir nos avis de parution
drees.social-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/avis-de-parution
Les destinataires de cette publication sont informés de l’existence à la DREES d’un traitement de données à caractère personnel les concernant. Ce traitement, sous la responsabilité du directeur de la publication, a pour objet la diffusion de la publication de la DREES. Les données utilisées
sont l’identité, la profession, l’adresse postale personnelle ou professionnelle. Conformément aux dispositions de la loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les destinataires disposent d’un droit d’accès et de rectification aux données les concernant ainsi qu’un
droit d’opposition à figurer dans ce traitement. Ils peuvent exercer ces droits en écrivant à : DREES - Bureau des publications et de la communication - 14 avenue Duquesne - 75 350 Paris 07 SP ou en envoyant un courriel à : drees-infos@sante.gouv.fr
  POUR EN SAVOIR PLUS
• Boisguérin B., Mauro L., 2017, « Les personnes âgées aux urgences : une santé plus fragile nécessitant une prise en charge plus longue », Études et Résultats, DREES,
n° 1008.
• Boisguérin B., Valdelièvre H., 2014, « Urgences : la moitié des patients restent moins de deux heures, hormis ceux maintenus en observation », Études et Résultats,
DREES, n°889, juillet.
• Cour des comptes, 2012, « La prise en charge des personnes âgées dans le système de soins : des progrès trop lents » dans Le rapport public annuel 2012, février.
• Haute Autorité de santé, 2015, « Prendre en charge une personne âgée poly pathologique en soins primaires » dans Note méthodologique et de synthèse documen-
taire, mars.
• Maire A., 2013, « Pertinence des hospitalisations via le service des urgences chez les patients de plus de 75 ans », Thèse de médecine générale, Université Paris
Diderot – Paris 7.
• Ricroch L., Vuagnat A., 2017, « Les hospitalisations après passage aux urgences moins nombreuses dans le secteur privé », Études et Résultats, DREES, n° 997, février.
• Ricroch L., 2016, « Trouver un lit après les urgences : une tâche plus facile pour les petits établissements hospitaliers », Études et Résultats, DREES, n°973, septembre.
• Ricroch L., Vuagnat A., 2015, « Urgences : sept patients sur dix attendent moins d’une heure avant le début des soins », Études et Résultats, DREES, n°929, août.
• Ricroch L., 2015, « Urgences hospitalières en 2013 : des organisations différentes selon le niveau d’activité », Études et Résultats, DREES, n°906, mars.
• Sirven N., 2016 « Vieillissement, fragilité et dépenses de santé », Questions d’économie de la santé, n°216, mai, IRDES.
• Société française de médecine d’urgence, 2003, « Prise en charge de la personne âgée de plus de 75 ans aux urgences », 10e
Conférence de consensus, décembre.
Plusieurs situations pourraient expliquer
le passage aux urgences de ces patients
préalablement hospitalisés : le besoin du
plateau technique ou du médecin spécia-
lisé d’un autre établissement ; une chute
dans le cas des patients provenant d’USLD
ou de SSR, par exemple. Les affections de
ces patients sont hétéroclites (pathologies
et degrés de gravité divers). À la suite de
leur passage aux urgences, 71 % sont ré-­
hospitalisés, 29 % retournent à domicile
ou en EHPAD. Leur séjour aux urgences
est assez court, certainement parce que la
raison de leur passage est circons-
crite, leur dossier médical a été
­préalablement transmis aux équipes
soignantes et leur modalité de sortie
est le plus souvent prévue. D’ailleurs,
ils sont relativement moins nombreux à
bénéficier d’examens complémentaires,
ces derniers ayant peut-être déjà été
­réalisés, mais plus nombreux à bénéficier
d’un avis spécialisé.
La majorité des patients âgés
qui rentrent chez eux à l’issue
des urgences présentaient
des lésions traumatiques peu
sévères
Les trois derniers groupes de patients
âgés rassemblent les passages ma-
joritairement suivis par un retour à
domicile ou en EHPAD. Ces patients
souffrent en majorité de traumatismes
peu graves : plaies et contusions ou
fractures. Ils nécessitent moins d’exa-
mens, sont rarement hospitalisés en
UHCD et la durée de leur passage est
relativement courte. Leur provenance
différencie ces patients : ceux qui
viennent de leur domicile sont davan-
tage venus par leurs propres moyens,
ceux qui viennent principalement d’un
EHPAD sont transportés en ambulance
ou taxi et ceux qui arrivent de la voie
publique sont en majorité transportés
par les pompiers ou le SMUR. Les pa-
tients venant de la voie publique ou de
leur domicile sont plus jeunes et vivent
plus souvent seuls à leur domicile que
les autres. Moins de la moitié avaient
fait une démarche avant de se rendre
aux urgences. Les patients provenant
d’un EHPAD sont plus âgés.
Le temps de passage aux urgences est plus long pour
les personnes âgées : sa durée médiane est de 4 heures
pour les patients âgés de 75 ans ou plus, contre 2 heures
et 10 minutes pour les 15-74 ans, en excluant les patients
ayant séjourné en unité d’hospitalisation de courte durée.
En prenant en compte ces derniers, la durée médiane
s’allonge, de façon plus marquée pour les patients âgés.
Elle est de 4 heures et 30 minutes, contre 2 heures
et 20 minutes pour les patients plus jeunes.
Le nombre d’examens complémentaires, plus important
pour les patients âgés, et les délais nécessaires à leur
réalisation contribuent à augmenter la durée de passage
aux urgences. À cela s’ajoutent les modalités d’hospitalisation
éventuelle en aval des urgences : le délai pour obtenir un lit
est plus important pour les personnes âgées.
En cas de retour à domicile, des durées de passage plus
longues pour les personnes âgées sont constatées dans les
points d’accueil ayant des ressources en gériatrie, en lien avec
des prises en charge plus adaptées dans ces points d’accueil.
Cette étude, centrée sur les durées de passage aux urgences
des personnes âgées, complète l’Études et Résultats n° 1007
« Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil
particulier ».
L
es patients âgés de 75 ans ou
plus constituent une patientèle
particulière des services
d’urgences à plusieurs titres. La fragilité,
la dépendance et les polypathologies, plus
fréquentes parmi ces patients, justifient
une prise en charge plus complexe que
pour les autres patients et entraînent
des durées de passage plus longues.
L’enquête nationale sur les structures
d’urgences hospitalières menée par la
DREES le 11 juin 2013 (encadré 1) permet
de déterminer les causes de ces durées de
passage plus longues des patients âgés,
selon la nature des prises en charge.
Des passages plus longs
quand ils sont suivis
d’une hospitalisation
dans un autre service
Les durées de passage des patients âgés
sont plus longues que celles des autres
adultes. La durée médiane de passage est
ainsi de 4 heures et 30 minutes pour les
premiers, contre 2 heures et 20 minutes
pour les seconds. Environ 40 % des 15-
74 ans restent moins de deux heures contre
seulement un cinquième des 75 ans ou
plus (graphique 1). Ces derniers sont plus
nombreux à passer plus de 8 heures aux ur-
gences : 23 % contre 10 % chez les 15-74
ans. En prenant en compte les conditions
d’arrivée aux urgences, les pathologies,
le contenu de la prise en charge, le séjour
Les personnes âgées aux urgences :
une santé plus fragile nécessitant
une prise en charge plus longue
Bénédicte Boisguérin et Léa Mauro (DREES)
mars
2 017
n u m é r o
1008
2
Les personnes âgées aux urgences : une santé plus fragile nécessitant une prise en charge plus longue
mars
2017
n u m é r o
1008
en unité d’hospitalisation de courte durée
(UHCD)1
, les modalités de sortie – hospi-
talisation ou retour à domicile – ainsi que
les caractéristiques du point d’accueil (en-
cadré 1), le risque d’une durée de passage
de 8 heures ou plus est plus élevé pour les
patients âgés (tableau 1)2
.
Ceci est à relier au fait que les patients
âgés sont davantage hospitalisés que les
autres adultes (56 % contre 17 % des
15-74 ans). Or, quel que soit l’âge des
patients, les durées de passages les plus
longues sont celles des patients hospitali-
sés à l’issue des urgences (durée médiane
de 5 heures et 10 minutes versus 2 heures
et 10 minutes). Toutefois, en cas d’hospi-
talisation, la proportion de passages de
8 heures ou plus chez les patients âgés
est comparable à celle des 15-74 ans :
30 % contre 27 %. Toutes choses égales
par ailleurs, y compris le recours ou non
à l’UHCD, cet écart n’est pas significatif.
Parmi les patients non hospitalisés, on
observe au contraire un écart important :
15 % des 75 ans ou plus restent 8 heures
ou plus contre 6 % des 15-74 ans et
toutes choses égales par ailleurs, le risque
d’une durée de passage plus longue est
plus élevé pour les patients âgés.
Les séjours en UHCD
et l’importance des examens
complémentaires sont
associés à des durées
de passage élevées
Outre l’issue du passage aux urgences,
d’autres facteurs contribuent à expliquer
les durées de passage élevées aux ur-
gences. Pour tous les âges, les passages
les plus longs sont fortement liés aux sé-
jours en UHCD, que les patients rentrent à
domicile ou qu’ils soient hospitalisés3
dans
un autre service (graphique 2). Or, près
d’une personne âgée sur cinq a séjourné
dans une UHCD pendant son passage aux
urgences, contre environ une personne sur
treize pour les 15-74 ans.
L’UHCD fait partie intégrante du service
d’urgence, elle est destinée à hospitaliser
des patients pour une durée limitée. Elle
permet la mise en observation avant orien-
tation (retour à domicile ou hospitalisation),
la réalisation d’examens pour préciser le
diagnostic, ou de soins de courte durée (in-
toxications alimentaires, crises d’asthmes,
par exemple).
1. L’article D.712-56
du Code de la santé
publique prévoit
que les services des
urgences disposent
d’unezonedesurveil-
lance de très courte
durée par tranche
de 10 000 passages
annuels.
Les zones de sur-
veillance sont donc
obligatoires, avec des
capacités clairement
définies.
2. Les résultats
détaillés de la
régression logistique
sont disponibles dans
le tableau complé-
mentaire A sur le
site internet de la
DREES.
3. Il faut distinguer
l’hospitalisation
en UHCD, qui fait
partie du passage
aux urgences, et
l’hospitalisation dans
un service d’aval aux
urgences, qui est une
modalité de sortie
des urgences de
même que le retour
à domicile ou en
institution. L’hospi-
talisation en UHCD
peut être suivie ou
non d’une hospitali-
sation dans un autre
service.
ENCADRÉ 1
Sources, champ, méthodologie
Le protocole d’enquête
Les analyses de cette étude utilisent l’enquête nationale sur les structures des urgences de
juin 2013, réalisée par la DREES. Conçue en partenariat avec la Société française de médecine
d’urgence (SFMU), et en collaboration avec SAMU-Urgences de France (SUDF) et l’Association
des médecins urgentistes de France (AMUF), l’enquête a été réalisée un jour donné – le mardi
11 juin 2013, de 8 heures le matin au lendemain 8 heures – auprès des 736 points d’accueil d’ur-
gences présents sur le territoire.
L’enquête comporte deux volets complémentaires : un recueil administratif sur les structures
d’urgences hospitalières décrivant leur organisation et une enquête auprès des patients détail-
lant leur prise en charge. La présentation de la méthodologie détaillée de l’enquête et les don-
nées agrégées sont accessibles sur le site Internet de la DREES1.
La base finale de l’enquête comprend 734 points d’accueil sur les 736 recensés, soit un taux de
réponse de 99,7 %. La collecte a fourni 48 711 questionnaires patients sur les 52 018 passages
enregistrés aux urgences durant la journée, soit un taux de réponse de 93,6 %. Des traitements
statistiques ont été effectués par la DREES pour corriger la non réponse totale à l’enquête, la
non réponse partielle à certaines questions ainsi que des anomalies ou des valeurs aberrantes.
Le champ de l’étude
Le champ de l’étude porte sur tous les patients âgés de 75 ans ou plus s’étant présentés le jour
de l’enquête dans un des points d’accueil recensés, hors points d’accueil pédiatriques. Au total,
la collecte a permis d’obtenir près de 6 000 questionnaires de patients de 75 ans ou plus, soit
12 % des passages et 17 % des passages de patients de 15 ans ou plus. Dans les modèles, les
patients sans abri, logés à l’hôtel ou autres ne sont pas pris en compte. Les 0,3 % de patients
âgés qui retournent chez eux avec une hospitalisation à domicile ne sont pas considérés comme
hospitalisés à la sortie des urgences.
Modélisation de l’hospitalisation, des passages de plus de 8 heures
et des passages en UHCD
L’analyse de l’hospitalisation, des passages de plus de 8 heures et des passages en UHCD se
fonde sur des régressions logistiques. Les variables prises en compte sont les conditions d’ar-
rivée aux urgences (le créneau d’arrivée, la provenance, le moyen de transport), le contenu de
la prise en charge (examens complémentaires, radiologie, biologie, acte type ECG, séjour en
UHCD), la pathologie (diagnostic posé à la sortie, degré de gravité, existence d’une patholo-
gie associée) et les caractéristiques du point d’accueil (catégorie de l’établissement de santé
dans lequel est situé le point d’accueil, affluence mesurée en nombre de passages le jour de
l’enquête, disponibilité d’imagerie non conventionnelle et ressources en gériatrie). S’y ajoutent
en cas d’hospitalisation, les modalités d’hospitalisation, le type de service, l’hospitalisation sur
place ou le transfert dans un autre établissement, le délai d’obtention d’une place.
Les variables explicatives mentionnées sont significatives : elles ont chacune une influence,
toutes choses égales par ailleurs, quand les autres variables ne varient pas. Les modèles varient
en fonction de la variable à expliquer (durée de 8 heures ou plus, passage en UHCD) et du fait
que les patients sont hospitalisés ou non. Toutefois, dans les modèles concernant les patients
hospitalisés, l’influence respective des deux classes d’âge (15-74 ans et 75 ans ou plus) ne per-
met pas de mesurer rigoureusement un effet « pur » de l’âge. En effet, ces modèles incluent
certaines variables explicatives qui sont corrélées à l’âge des patients, en particulier le passage
en UHCD et la variable « délai d’obtention d’un lit supérieur à 1 heure ».
1. http://drees.social-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/open-data/etablissements-de-sante-sociaux-et-medico-
sociaux/article/enquete-nationale-sur-les-structures-des-urgences-hospitalieres-juin-2013
GRAPHIQUE 1
Durée de passage aux urgences en fonction de l’âge
Champ • Patients âgés de 15 ans ou plus y compris les patients ayant séjourné en UHCD.
Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013.
Moins de 2 h
43
50
40
30
20
10
0
17
29
18
10
26
34
23
Proportion de
patients en %
Durée de passage
Entre 2 h et 4 h Entre 4 h et 8 h Plus de 8 h
75 ans ou plus15-74 ans
3
Les personnes âgées aux urgences : une santé plus fragile nécessitant une prise en charge plus longue
mars
2017
n u m é r o
1008
Elle peut également être utilisée comme
zone d’attente d’un lit en cas d’hospitali-
sation conventionnelle.
En prenant en compte les conditions d’ar-
rivée aux urgences, les pathologies, le
contenu de la prise en charge et les carac-
téristiques du point d’accueil, les patients
âgés ont plus de chances de séjourner
en UHCD que les 15-74 ans quand leur
passage n’est pas suivi par une hospita-
lisation dans un autre service (tableau 1).
À l’inverse, ils ont relativement moins de
chances que les autres adultes d’y séjour-
ner avant d’être hospitalisés dans un autre
service, bien que les proportions de séjours
en UHCD soient identiques pour les deux
tranches d’âge dans ce cas-là4
.
Ce résultat est à relier aux conditions
d’hospitalisation des personnes âgées.
La modélisation indique que, pour tous
les âges, le fait d’attendre longtemps un
lit augmente les chances de séjourner en
UHCD. Le recours accru à l’UHCD pour les
personnes âgées avant leur hospitalisation
serait donc surtout la conséquence d’une
attente plus longue pour obtenir un lit.
Mais lorsque l’on tient compte de cette dif-
ficulté propre aux personnes âgées, leurs
chances de séjourner en UHCD sont plu-
tôt plus faibles que celles des 15-74 ans.
Ce résultat suggère une utilisation de ces
unités, et plus généralement des parcours
intrahospitaliers, différents selon les âges
de la vie.
En tenant compte des autres facteurs
susceptibles d’influencer ces délais (en-
cadré 1), le séjour en UHCD constitue le
facteur principal d’une durée plus élevée
pour les personnes âgées (tableau 2). Le
nombre d’examens complémentaires réali-
sés allonge également la durée de passage
aux urgences, en lien avec les délais né-
cessaires à leur réalisation5
et les patients
nécessitant plusieurs recours au plateau
technique séjournent plus fréquemment
en UHCD. Par ailleurs, les points d’ac-
cueil où l’affluence est la plus importante
ont enregistré davantage de passages de
8 heures ou plus le jour de l’enquête et
leurs ­patients ont également plus fréquem-
ment séjourné en UHCD.
Parmi les autres facteurs influençant la
durée de passage aux urgences des per-
sonnes âgées ou leur séjour en UHCD,
certains jouent plus particulièrement en
cas d’hospitalisation dans un autre service,
4. Les résultats
détaillés de la
régression logistique
sont disponibles dans
le tableau complé-
mentaire C sur le
site internet de la
DREES.
5. L’imagerie non
conventionnelle par
exemple prend du
temps et les patients
des urgences n’ont
pas toujours un accès
prioritaire : d’après
l’enquête, il n’y a
pas d’imagerie par
résonance magné-
tique (IRM) sur le
site dans lequel est
implanté le service
d’urgence pour 22 %
des patients, un accès
à l’IRM existe mais
sans priorité pour les
urgences pour 26 %,
un accès à l’IRM
avec priorité pour les
urgences pour 52 %.
GRAPHIQUE 2 
Durée médiane de passage aux urgences, selon la modalité de
sortie et le séjour en UHCD
Champ • Patients âgés de 15 ans ou plus
Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013.
TABLEAU 1
Hospitalisation dans un autre service à l'issue du passage
aux urgences, durée de passage aux urgences de 8 heures
et plus et séjour en UHCD, selon l'âge des patients
Types de parcours
Proportion
de patients
de 15-74 ans
(en %)
Proportion
de patients
de 75 ans
ou plus
(en %)
Odds ratio
ajustés
75 ans
ou plus
vs 15-74 ans
(réf.)
Hospitalisation dans un autre service
à la suite des urgences
17 56 2,6**
Passage aux
urgences
de 8 heures
ou plus
tous patients 10 23 1,2**
suivi d’un retour
à domicile
ou en institution
6 15 1,4**
suivi d’une
hospitalisation dans
un autre service
27 30 ns
Séjour en UHCD
pendant le passage
aux urgences
tous patients 8 18 ns
suivi d’un retour
à domicile
ou en institution
5 12 1,2*
suivi d’une
hospitalisation dans
un autre service
24 24 0,8**
UHCD : unité d'hospitalisation de courte durée.
** : significativité à 1 %, * à 5 %, ns : coefficient non significatif.
Lecture • Chaque ligne du tableau présente les résultats d’un modèle de régression logistique qui mobilise à chaque
fois d’autres variables explicatives non mentionnées ici. Le détail de chacun de ces sept modèles est disponible sur le
site internet de la DREES.
Pour le premier modèle, 17 % des patients âgés de 15 à 74 ans sont hospitalisés à la suite de leur passage aux
urgences contre 56 % des patients âgés de 75 ans ou plus.
L'odds ratio ajusté permet d'évaluer le degré d'association entre l´âge (avoir plus ou moins de 75 ans) et le fait d'être
hospitalisé ou non, et donc la significativité statistique de l´écart. L'odds ratio estimé (2,6) est significatif à 1 %. Ainsi,
toutes choses égales par ailleurs, on peut dire que le fait d'être hospitalisé dans un autre service est plus fréquent pour
les personnes âgées que pour les patients âgés de 15 à 74 ans. Les résultats détaillés de la régression logistique sont
disponibles dans le tableau complémentaire B sur le site internet de la DREES.
Champ • Patients âgés de 15 ans ou plus y compris les patients ayant séjourné en UHCD.
Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013.
Retour à domicile
sans séjour
en UHCD
Durée médiane
de passage en heures
Hospitalisation sans
séjour en UHCD
15-74 ans
25
20
15
10
5
0
75 ans ou plus
Retour à domicile
après séjour en
UHCD
Hospitalisation
après séjour en
UHCD
4
Les personnes âgées aux urgences : une santé plus fragile nécessitant une prise en charge plus longue
mars
2017
n u m é r o
1008
TABLEAU 2
Probabilité de durée de passage aux urgences de 8 heures et plus et de séjour en UHCD
des patients âgés de 75 ans ou plus
A. pour les patients hospitalisés dans un autre service
à l'issue du passage aux urgences
B. pour les patients non hospitalisés dans un autre
service à l'issue du passage aux urgences
Durée de
passage
8 h et plus
Séjour en
UHCD
Odds ratio Odds ratio
Avec ou sans séjour en UHCD
séjour en UHCD 27,0***
sans séjour en UHCD référence
Pathologies
pathologies digestives et endocriniennes 3,2*** ns
pathologies autres 3,2*** ns
symptômes 2,2*** ns
pathologies respiratoires 2,2*** ns
pathologies cardiaques 1,7** 0,7*
pathologies neurologiques ns 0,6*
traumatologie référence référence
Contenu de la prise en charge
pas d’imagerie non conventionnelle 0,5*** ns
imagerie non conventionnelle référence référence
sans autre acte diagnostic type ECG ns 0,5***
autre acte diagnostic type ECG référence référence
Modalités d’hospitalisation
hospitalisé en chirurgie ns 0,3***
hospitalisé en soins intensifs
ou bloc opératoire
0,6** 0,5***
hospitalisé en médecine référence référence
hospitalisé dans l’établissement ns 0,6***
transféré dans un autre établissement référence référence
délai d’obtention d’une place
d’hospitalisation inférieur à 1h
0,4*** 0,4***
délai d’obtention d’une place
d’hospitalisation d’une heure ou plus
référence référence
Caractéristiques du point d’accueil
CHR 1,8*** ns
clinique privée à but non lucratif ns 3,0***
clinique privée à but lucratif 0,5** 3,1***
CH référence référence
nombre de passages < 40 0,4** 0,5**
nombre de passages 40-79 0,5*** 0,8*
nombre de passages 80-119 0,8* ns
nombre de passages 120 et plus référence référence
pas de personnel dédié
à l’inventaire des lits
0,7** 1,3*
personnel dédié à l’inventaire des lits référence référence
*** : significativité à 1 % ; ** à 5 % ; * à 10 % ; ns : coefficient non significatif.
CH : centre hospitalier ; CHR : centre hospitalier régional ; ECG : électrocardiogramme ;
EHPA : établissement d'hébergement pour personnes âgées ; ETP : équivalent temps plein ;
UCHD : unité d'hospitalisation de courte durée.
Champ • Patients âgés de 75 ans ou plus, A. hospitalisés à l'issue du passage aux urgences,
B. non hospitalisés à l'issue du passage aux urgences.
Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013.
Durée de
passage de
8 h et plus
Séjour en
UHCD
Odds ratio Odds ratio
Avec ou sans séjour en UHCD
séjour en UHCD 41,7***
sans séjour en UHCD référence
Conditions d’arrivée aux urgences
transporté par le SMUR 0,2** 1,9*
propres moyens 0,5** 0,5**
véhicule d’un tiers ns 0,6**
transporté en ambulance taxi référence référence
enregistrement avant 16 h 0,6*** 0,4***
enregistrement après 16 h référence référence
provenant d’un établissement de santé ns 0,3*
provenant de la voie publique 0,3*** ns
provenant d’une institution (EHPA) référence référence
Mode de vie
seul à domicile 0,5***
non seul à domicile ou en institution référence
Pathologies
pathologies digestives et endocriniennes 2,1** ns
pathologies respiratoires 3,9*** ns
symptômes ns 0,6*
traumatologie référence référence
Contenu de la prise en charge
pas d’imagerie non conventionnelle 0,6*** 0,5***
imagerie non conventionnelle référence référence
pas d’analyse de biologie 0,4*** 0,1***
analyse de biologie référence référence
pas d’acte diagnostic de type ECG 0,7* 0,5***
acte diagnostic de type ECG référence référence
pas d’avis spécialisé 0,7** 0,7**
avis spécialisé référence référence
Caractéristiques du point d’accueil
CHR 1,6** ns
clinique privée à but non lucratif 3,0*** ns
clinique privée à but lucratif ns ns
CH référence référence
nombre de passages < 40 0,2*** ns
nombre de passages 40-79 0,5*** ns
nombre de passages 80-119 ns 1,4*
nombre de passages 120 et plus référence référence
équipe mobile gériatrique 4,4*** 0,5*
gériatre de l’équipe des urgences 2,7* 0,3**
appel d’un gériatre de l’établissement 2,3* 0,6*
sans gériatre ni appel référence référence
assistant de service social plus d’un ETP 1,5** 0,7**
assistant de service social moins
d’un ETP
référence référence
5
Les personnes âgées aux urgences : une santé plus fragile nécessitant une prise en charge plus longue
mars
2017
n u m é r o
1008
alors que d’autres facteurs interviennent
plus spécifiquement en cas de retour à do-
micile ou en établissement d’hébergement
pour personnes âgées.
La durée des passages
et les séjours en UHCD
sont liés aux conditions
d’hospitalisation à l’issue
des urgences
Les durées de passage supérieures à
8 heures sont plus fréquentes pour les pa-
tients atteints de pathologies respiratoires,
cardiaques, digestives ou de symptômes
que pour ceux souffrant de traumatismes.
Il est probable que la décision d’hospitali-
sation est plus rapide à prendre pour ces
derniers si une intervention chirurgicale est
indiquée. Dans ce cas, la filière d’hospita-
lisation est unique, vers l’orthopédie, alors
que pour les autres pathologies, il s’agit de
choisir entre une hospitalisation en géria-
trie ou en service spécialisé (pneumologie,
cardiologie ou médecine digestive), en
fonction des disponibilités.
Le service d’hospitalisation destinataire
a également une influence : le passage
s’allonge et comporte plus fréquemment
un séjour en UHCD s’il s’agit d’une hos-
pitalisation en service de médecine plutôt
qu’en service de chirurgie ou en soins
intensifs. De même, le délai d’obtention
d’un lit augmente mécaniquement la du-
rée de passage et les séjours en UHCD.
Enfin, la proportion de passages dépassant
8 heures est plus élevée dans les centres
hospitaliers (CH) et les centres hospitaliers
régionaux (CHR) que dans les cliniques
privées à but lucratif6
. En revanche, les
séjours en UHCD sont plus répandus en
clinique privée à but lucratif ou à but non
lucratif.
En cas de retour à domicile,
la possibilité de recourir
à un gériatre va de pair avec
des durées de passage plus
longues, mais un moindre
recours à l’UHCD
Pour les patients qui rentreront à domicile
ou en institution après les urgences, les
durées de passage dépassant 8 heures
sont également plus fréquentes en cas
de pathologies respiratoires ou digestives
que pour les traumatismes. Parmi les re-
cours au plateau technique, les analyses
6. Toutes choses
égales par ailleurs,
il est plus difficile
d’obtenir une place
dans les CHR que
dans les autres éta-
blissements publics.
À l’inverse les établis-
sements privés,
à but lucratif ou non,
trouvent plus direc-
tement des places
pour leurs patients,
(Ricroch, 2016).
ENCADRÉ 2 
Quelle organisation des points d’accueil des urgences
pour les patients âgés ?
Un point d’accueil sur quatre est situé dans un établissement de santé comportant un accès
direct (sans passer par les urgences) aux services de gériatrie organisé, un sur quatre l’est
dans un établissement où cet accueil est épisodique. Pour la moitié des points d’accueil,
l’établissement de santé est donc dépourvu d’accès direct en service de gériatrie.
Les ressources en gériatrie sont plus fréquentes dans les points d’accueil
situés en établissement de santé public
63 % des points d’accueil sont situés dans un établissement comportant un ser-
vice spécialisé de gériatrie, dont 50 % ont moins de 40 lits. C’est le cas de 76 %
des points d’accueil publics, de la moitié des points d’accueil de cliniques pri-
vées à but non lucratif et 10 % seulement des cliniques privées à but lucratif.
Que les points d’accueil soient situés ou non dans un établissement avec un service spé-
cialisé de gériatrie, les équipes ont souvent la possibilité de recourir à un gériatre. Trois si-
tuations peuvent être distinguées. La situation la plus répandue est la possibilité de faire
appel à un gériatre, soit par le recours à une équipe mobile gériatrique1
pour la moitié des
points d’accueils soit par l’appel à un gériatre de l’établissement pour un tiers d’entre
eux. Au total, cette première situation concerne huit points d’accueil sur dix (neuf sur dix
pour les points d’accueil publics et cinq sur dix pour les cliniques privées à but lucratif).
La deuxième situation, minoritaire, est celle où l’équipe des urgences comporte un gé-
riatre à la journée (3 % des points d’accueil). Enfin la dernière situation regroupe les 17 %
des points d’accueil qui n’ont ni gériatre dans leur équipe ni possibilité d’y faire appel.
Dans la majorité des cas, la possibilité de faire appel à un gériatre est associée à l’existence
d’un service spécialisé de gériatrie dans l’établissement. Inversement, les points d’accueil
sans possibilité d’y faire appel sont situés dans un établissement sans service spécialisé
de gériatrie (schéma). Parmi les 63 % de points d’accueil situés dans un établissement de
santé avec un service de gériatrie, l’équipe des urgences a la possibilité de faire appel à
l’équipe mobile gériatrique dans deux tiers des cas, à un gériatre de l’établissement dans
un tiers des cas.
La part de patients âgés dans la patientèle des urgences varie selon l’envi-
ronnement, la catégorie d’établissement et l’organisation des points d’accueil
La proportion de personnes âgées est en moyenne plus élevée dans les points d’accueil
situés en centre hospitalier (20 % des 15 ans ou plus) que dans les CHR (17 %), les cliniques
privées à but non lucratif (15 %) ou à but lucratif (14 %). Elle est plus importante dans les
points d’accueil disposant de ressources ou de compétences en gériatrie. Ainsi, les per-
sonnes âgées représentent 19 % des patients de 15 ans ou plus dans les points d'accueil
d'établissements dotés d'un service spécialisé de gériatrie contre 16 % si l’établissement
n’en a pas. Elle est également plus élevée dans les points d'accueil dont l’équipe comporte
un gériatre, faisant appel à une équipe mobile gériatrique (19 %) ou à un gériatre de l’éta-
blissement (18 %) que dans les points d’accueil sans gériatre ni possibilité d’appel (15 %).
Ces situations peuvent résulter soit d’une orientation préférentielle des patients, soit d’une
adaptation des points d’accueil recevant une proportion élevée de personnes âgées.
1.Circulaire DHOS du 28 mars 2007, « il est recommandé que l’équipe mobile gériatrique intervienne dans la
structure des urgences dès l’entrée d’un patient à risque de perte d’autonomie et d’hospitalisation prolongée ».
Ressources en gériatrie des points d’accueil des structures d’urgences ayant
une autorisation d’urgences générales
[Part des patients de 75 ans ou plus / patients âgés de 15 ans ou plus]
Lecture • 235 points d’accueil, soit 37 % des points d’accueil des structures ayant une autorisation d’urgences
générales sont situés dans un établissement de santé sans service spécialisé de gériatrie. Dans ces points
d’accueil, les patients âgés de 75 ans ou plus représentent 16 % des patients âgés de 15 ans ou plus.
Champ • Points d’accueil des structures d’urgences ayant une autorisation d’urgences générales.
Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013.
Pas de service
spécialisé de gériatrie
dans l'établissement
N=235 points d’accueil
(37 %) [+75 ans=16 %]
Service spécialisé
de gériatrie dans
l'établissement
N=393 points d’accueil
(63 %) [+75 ans =19  %]
Possibilité d´appel à l´équipe mobile ou à un gériatre de
l'établissement ou gériatre dans l´équipe des urgences
N =136 points d’accueil (22 %) [+75 ans =17 %]
Possibilité d´appel à l´équipe mobile ou à un gériatre de
l´établissement ou gériatre dans l´équipe des urgences
N=388 points d’accueil (62 %) [+75 ans =19  %]
Pas d'appel possible ni de gériatre dans l´équipe
N=99 points d’accueil (16 %) [+75 ans =15 %]
Pas d´appel possible ni de gériatre dans l´équipe
N=5 points d’accueil (1 %)
6
Les personnes âgées aux urgences : une santé plus fragile nécessitant une prise en charge plus longue
mars
2017
n u m é r o
1008
Directeur de la publication : Franck von Lennep
Responsable d’édition : Souphaphone Douangdara
Secrétaires de rédaction : Sabine Boulanger et Fabienne Brifault
Composition et mise en pages : NDBD
Conception graphique : Julie Hiet et Philippe Brulin
Imprimeur : Imprimerie centrale de Lens
Pour toute information : drees-infos@sante.gouv.fr
Reproduction autorisée sous réserve de la mention des sources •
ISSN papier 1292-6876 • ISSN électronique 1146-9129 • AIP 0001384
LA DREES SUR INTERNET
Retrouvez toutes nos publications sur notre site
drees.social-sante.gouv.fr
Retrouvez toutes nos données sur
www.data.drees.sante.gouv.fr
Pour recevoir nos avis de parution
drees.social-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/avis-de-parution
Les destinataires de cette publication sont informés de l’existence à la DREES d’un traitement de données à caractère personnel les concernant. Ce traitement, sous la responsabilité du directeur de la publication, a pour objet la diffusion de la publication de la DREES. Les données utilisées
sont l’identité, la profession, l’adresse postale personnelle ou professionnelle. Conformément aux dispositions de la loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les destinataires disposent d’un droit d’accès et de rectification aux données les concernant ainsi qu’un
droit d’opposition à figurer dans ce traitement. Ils peuvent exercer ces droits en écrivant à : DREES - Bureau des publications et de la communication - 14 avenue Duquesne - 75 350 Paris 07 SP ou en envoyant un courriel à : drees-infos@sante.gouv.fr
  POUR EN SAVOIR PLUS
• Boisguérin B., Mauro L., 2016, « Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier », Études et Résultats, DREES, n° 1007.
• Ricroch L., Vuagnat A., 2017, « Les hospitalisations après passage aux urgences moins nombreuses dans le secteur privé », Études et Résultats, DREES, n° 997, février.
• Ricroch L., 2016, « Trouver un lit après les urgences : une tâche plus facile pour les petits établissements hospitaliers », Études et Résultats, DREES, n°973, septembre.
• Ricroch L., Vuagnat A., 2015, « Urgences : sept patients sur dix attendent moins d’une heure avant le début des soins », Études et Résultats, DREES, n°929, août.
• Pericaud P., 2009, « Évaluation des solutions à l’engorgement des urgences en France et à l’étranger », Thèse de médecine générale, Université Paris Descartes, Paris V.
7. Il s’agit des res-
sources en gériatrie
du point d’accueil.
L’enquête ne permet
pas de savoir si pour
un patient précis il
a été fait appel à ces
ressources
(encadré 2).
8. Quand cela est
possible, l’admission
directe en circuits
courts gériatriques,
sans passage par les
urgences, est même
à privilégier pour
éviter les risques
liés au grand âge.
Dans les autres cas,
les équipes mobiles
gériatriques des
urgences servent
également à aider
à l’admission dans
une telle structure
si nécessaire et à
fluidifier le parcours
du patient en évitant
une hospitalisation
inadaptée, d’après la
circulaire DHOS/02
no 2007-117 du
28 mars2007relative
à la filière de soins
gériatriques.
biologiques et l’attente des résultats ral-
longent nettement la durée de passage et
rendent plus fréquent le séjour en UHCD.
Par ailleurs, les ressources en gériatrie
dont disposent les points d’accueil sont
également liées à la durée de passage
et au séjour en UHCD. La possibilité7
de
recourir à un gériatre de l’établissement
ou de l’équipe des urgences et plus en-
core s’il s’agit d’une équipe mobile géria-
trique est associée à une durée de prise
en charge aux urgences plus importante.
« L’interven­tion gériatrique ne diminue pas
systématiquement la durée du passage
aux urgences, mais permet, à 90 jours,
de diminuer le taux d’institutionnalisa­tion,
d’augmenter le nombre de retours à do-
micile et d’amé­liorer l’autonomie des pa-
tients. En revanche, l’appel à une équipe
mobile gériatrique prend du temps. »
(Pericaud, 2009). Cependant, on ob-
serve moins de séjours en UHCD quand
le recours à un gériatre est possible.
De même, l’existence d’un assistant de
­service social dans la composition de
l’équipe des urgences, particulièrement
nécessaire pour organiser le retour à do-
micile de certains patients âgés, va de pair
avec une durée de passage plus longue
et un séjour moins fréquent en UHCD. Les
évaluations de ces personnels permettent
probablement d’organiser l’orientation des
personnes âgées en évitant des recours à
l’UHCD, afin d’éviter les ruptures dans les
parcours intrahospitaliers de ces patients
plus fragiles8
.

Contenu connexe

Tendances

Dire et entendre en phase terminale en EHPAD
Dire et entendre en phase terminale en EHPADDire et entendre en phase terminale en EHPAD
Dire et entendre en phase terminale en EHPAD
Jan-Cedric Hansen
 
46 André Vert PréParer Retour Avc Epp
46 André Vert PréParer Retour Avc Epp46 André Vert PréParer Retour Avc Epp
46 André Vert PréParer Retour Avc Epp
Pierre Trudelle
 
La permission thérapeutique enjeu du passage de la rééducation à la réadapt...
La permission thérapeutique   enjeu du passage de la rééducation à la réadapt...La permission thérapeutique   enjeu du passage de la rééducation à la réadapt...
La permission thérapeutique enjeu du passage de la rééducation à la réadapt...
Réseau Pro Santé
 
- Les accidents de la circoncision-
- Les accidents de la circoncision-- Les accidents de la circoncision-
- Les accidents de la circoncision-
Barry Macka MD MSc
 
Présentation de TFE
Présentation de TFEPrésentation de TFE
Présentation de TFE
Ayoub Rekima
 
La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...
La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...
La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...
Réseau Pro Santé
 
Épidémiologie
Épidémiologie Épidémiologie
Épidémiologie
abderrahmane achbani
 
compile corona virus 1
compile corona virus 1compile corona virus 1
compile corona virus 1
Patou Conrath
 
Master class HF 2017 - Expérience du Centre de l'Insuffisance cardiaque
Master class HF 2017 - Expérience du Centre de l'Insuffisance cardiaqueMaster class HF 2017 - Expérience du Centre de l'Insuffisance cardiaque
Master class HF 2017 - Expérience du Centre de l'Insuffisance cardiaque
Pierre Troisfontaines
 

Tendances (9)

Dire et entendre en phase terminale en EHPAD
Dire et entendre en phase terminale en EHPADDire et entendre en phase terminale en EHPAD
Dire et entendre en phase terminale en EHPAD
 
46 André Vert PréParer Retour Avc Epp
46 André Vert PréParer Retour Avc Epp46 André Vert PréParer Retour Avc Epp
46 André Vert PréParer Retour Avc Epp
 
La permission thérapeutique enjeu du passage de la rééducation à la réadapt...
La permission thérapeutique   enjeu du passage de la rééducation à la réadapt...La permission thérapeutique   enjeu du passage de la rééducation à la réadapt...
La permission thérapeutique enjeu du passage de la rééducation à la réadapt...
 
- Les accidents de la circoncision-
- Les accidents de la circoncision-- Les accidents de la circoncision-
- Les accidents de la circoncision-
 
Présentation de TFE
Présentation de TFEPrésentation de TFE
Présentation de TFE
 
La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...
La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...
La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...
 
Épidémiologie
Épidémiologie Épidémiologie
Épidémiologie
 
compile corona virus 1
compile corona virus 1compile corona virus 1
compile corona virus 1
 
Master class HF 2017 - Expérience du Centre de l'Insuffisance cardiaque
Master class HF 2017 - Expérience du Centre de l'Insuffisance cardiaqueMaster class HF 2017 - Expérience du Centre de l'Insuffisance cardiaque
Master class HF 2017 - Expérience du Centre de l'Insuffisance cardiaque
 

En vedette

Drees rapport de-l_observatoire_des_prix_et_de_la_prise_en_charge_en_optique_...
Drees rapport de-l_observatoire_des_prix_et_de_la_prise_en_charge_en_optique_...Drees rapport de-l_observatoire_des_prix_et_de_la_prise_en_charge_en_optique_...
Drees rapport de-l_observatoire_des_prix_et_de_la_prise_en_charge_en_optique_...
Société Tripalio
 
Dares emploi d'avenir non marchand
Dares emploi d'avenir non marchandDares emploi d'avenir non marchand
Dares emploi d'avenir non marchand
Société Tripalio
 
Insee : dette publique au 4e trimestre 2016
Insee : dette publique au 4e trimestre 2016Insee : dette publique au 4e trimestre 2016
Insee : dette publique au 4e trimestre 2016
Société Tripalio
 
Comptes nationaux trimestriels : document Insee pour le 4e trimestre 2016
Comptes nationaux trimestriels : document Insee pour le 4e trimestre 2016Comptes nationaux trimestriels : document Insee pour le 4e trimestre 2016
Comptes nationaux trimestriels : document Insee pour le 4e trimestre 2016
Société Tripalio
 
Projet d'ordonnance modifiant le code de la mutualité
Projet d'ordonnance modifiant le code de la mutualitéProjet d'ordonnance modifiant le code de la mutualité
Projet d'ordonnance modifiant le code de la mutualité
Société Tripalio
 
Augmentation du coût du travail
Augmentation du coût du travailAugmentation du coût du travail
Augmentation du coût du travail
Kahiba Grace BEHE
 
Les représentants du personnel de moins en moins protégés par l'inspection du...
Les représentants du personnel de moins en moins protégés par l'inspection du...Les représentants du personnel de moins en moins protégés par l'inspection du...
Les représentants du personnel de moins en moins protégés par l'inspection du...
Société Tripalio
 
Insee prix des matières premières
Insee prix des matières premièresInsee prix des matières premières
Insee prix des matières premières
Société Tripalio
 
Jo maintien de la complémentaire santé des anciens salariés-tarif encadré
Jo maintien de la complémentaire santé des anciens salariés-tarif encadréJo maintien de la complémentaire santé des anciens salariés-tarif encadré
Jo maintien de la complémentaire santé des anciens salariés-tarif encadré
Société Tripalio
 
Drees assurance maladie
Drees assurance maladieDrees assurance maladie
Drees assurance maladie
Société Tripalio
 

En vedette (10)

Drees rapport de-l_observatoire_des_prix_et_de_la_prise_en_charge_en_optique_...
Drees rapport de-l_observatoire_des_prix_et_de_la_prise_en_charge_en_optique_...Drees rapport de-l_observatoire_des_prix_et_de_la_prise_en_charge_en_optique_...
Drees rapport de-l_observatoire_des_prix_et_de_la_prise_en_charge_en_optique_...
 
Dares emploi d'avenir non marchand
Dares emploi d'avenir non marchandDares emploi d'avenir non marchand
Dares emploi d'avenir non marchand
 
Insee : dette publique au 4e trimestre 2016
Insee : dette publique au 4e trimestre 2016Insee : dette publique au 4e trimestre 2016
Insee : dette publique au 4e trimestre 2016
 
Comptes nationaux trimestriels : document Insee pour le 4e trimestre 2016
Comptes nationaux trimestriels : document Insee pour le 4e trimestre 2016Comptes nationaux trimestriels : document Insee pour le 4e trimestre 2016
Comptes nationaux trimestriels : document Insee pour le 4e trimestre 2016
 
Projet d'ordonnance modifiant le code de la mutualité
Projet d'ordonnance modifiant le code de la mutualitéProjet d'ordonnance modifiant le code de la mutualité
Projet d'ordonnance modifiant le code de la mutualité
 
Augmentation du coût du travail
Augmentation du coût du travailAugmentation du coût du travail
Augmentation du coût du travail
 
Les représentants du personnel de moins en moins protégés par l'inspection du...
Les représentants du personnel de moins en moins protégés par l'inspection du...Les représentants du personnel de moins en moins protégés par l'inspection du...
Les représentants du personnel de moins en moins protégés par l'inspection du...
 
Insee prix des matières premières
Insee prix des matières premièresInsee prix des matières premières
Insee prix des matières premières
 
Jo maintien de la complémentaire santé des anciens salariés-tarif encadré
Jo maintien de la complémentaire santé des anciens salariés-tarif encadréJo maintien de la complémentaire santé des anciens salariés-tarif encadré
Jo maintien de la complémentaire santé des anciens salariés-tarif encadré
 
Drees assurance maladie
Drees assurance maladieDrees assurance maladie
Drees assurance maladie
 

Similaire à La prise en charge des personnes âgées aux urgences.

Les Français et l'hôpital
Les Français et l'hôpitalLes Français et l'hôpital
Les Français et l'hôpital
Harris Interactive France
 
INTERVIEW Alfred Spira
INTERVIEW Alfred SpiraINTERVIEW Alfred Spira
INTERVIEW Alfred Spira
Rachel Bocher
 
Difficultes d'Accès aux Soins pour les migrants
Difficultes d'Accès aux Soins pour les migrantsDifficultes d'Accès aux Soins pour les migrants
Difficultes d'Accès aux Soins pour les migrants
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
2014-02-06 ASIP Santé RIR "Le SI des infirmiers libéraux"
2014-02-06 ASIP Santé RIR "Le SI des infirmiers libéraux"2014-02-06 ASIP Santé RIR "Le SI des infirmiers libéraux"
2014-02-06 ASIP Santé RIR "Le SI des infirmiers libéraux"
ASIP Santé
 
Qualité et accès aux soins : que pensent les Français de leurs médecins ?
Qualité et accès aux soins : que pensent les Français de leurs médecins ?Qualité et accès aux soins : que pensent les Français de leurs médecins ?
Qualité et accès aux soins : que pensent les Français de leurs médecins ?
Société Tripalio
 
Dp debats femmes-et_sante
Dp debats femmes-et_santeDp debats femmes-et_sante
Dp debats femmes-et_sante
Association LIR
 
7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’
7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’
7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’
Jan-Cedric Hansen
 
Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation
Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation
Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation
Michel Rotily
 
Les Français, le système de santé et les indicateurs de qualité des soins
Les Français, le système de santé et les indicateurs de qualité des soinsLes Français, le système de santé et les indicateurs de qualité des soins
Les Français, le système de santé et les indicateurs de qualité des soins
Kantar, Division Public, France
 
Rapport 2010 CDHP de l'Yonne
Rapport 2010 CDHP de l'YonneRapport 2010 CDHP de l'Yonne
Rapport 2010 CDHP de l'Yonne
CCDH75
 
Mesurer les préjudices dans les hôpitaux canadiens et faire avancer les trava...
Mesurer les préjudices dans les hôpitaux canadiens et faire avancer les trava...Mesurer les préjudices dans les hôpitaux canadiens et faire avancer les trava...
Mesurer les préjudices dans les hôpitaux canadiens et faire avancer les trava...
Canadian Patient Safety Institute
 
Aspect médicaux légaux et organisation des soins
Aspect médicaux légaux et organisation des soinsAspect médicaux légaux et organisation des soins
Aspect médicaux légaux et organisation des soins
AssiaBenz1
 
Lettre ouverte aux Ministres
Lettre ouverte aux MinistresLettre ouverte aux Ministres
Lettre ouverte aux Ministres
Paperjam_redaction
 
Ircams beh draft_1_070509
Ircams beh draft_1_070509Ircams beh draft_1_070509
Ircams beh draft_1_070509
Michel Rotily
 
Guy Pare Vf 27 Avril 2009
Guy Pare Vf 27 Avril 2009Guy Pare Vf 27 Avril 2009
Guy Pare Vf 27 Avril 2009
p.vachon
 
Complémentaire santé : taux de couverture en 2014
Complémentaire santé : taux de couverture en 2014Complémentaire santé : taux de couverture en 2014
Complémentaire santé : taux de couverture en 2014
Société Tripalio
 
RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK
RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OKRAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK
RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK
yann EIRAUDO
 
Burn-out : les professionnels de santé se sentent abandonnés et font part de ...
Burn-out : les professionnels de santé se sentent abandonnés et font part de ...Burn-out : les professionnels de santé se sentent abandonnés et font part de ...
Burn-out : les professionnels de santé se sentent abandonnés et font part de ...
Réseau Pro Santé
 

Similaire à La prise en charge des personnes âgées aux urgences. (20)

Les Français et l'hôpital
Les Français et l'hôpitalLes Français et l'hôpital
Les Français et l'hôpital
 
INTERVIEW Alfred Spira
INTERVIEW Alfred SpiraINTERVIEW Alfred Spira
INTERVIEW Alfred Spira
 
Difficultes d'Accès aux Soins pour les migrants
Difficultes d'Accès aux Soins pour les migrantsDifficultes d'Accès aux Soins pour les migrants
Difficultes d'Accès aux Soins pour les migrants
 
2014-02-06 ASIP Santé RIR "Le SI des infirmiers libéraux"
2014-02-06 ASIP Santé RIR "Le SI des infirmiers libéraux"2014-02-06 ASIP Santé RIR "Le SI des infirmiers libéraux"
2014-02-06 ASIP Santé RIR "Le SI des infirmiers libéraux"
 
Qualité et accès aux soins : que pensent les Français de leurs médecins ?
Qualité et accès aux soins : que pensent les Français de leurs médecins ?Qualité et accès aux soins : que pensent les Français de leurs médecins ?
Qualité et accès aux soins : que pensent les Français de leurs médecins ?
 
22-92
22-9222-92
22-92
 
Dp debats femmes-et_sante
Dp debats femmes-et_santeDp debats femmes-et_sante
Dp debats femmes-et_sante
 
7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’
7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’
7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’
 
Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation
Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation
Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation
 
Les Français, le système de santé et les indicateurs de qualité des soins
Les Français, le système de santé et les indicateurs de qualité des soinsLes Français, le système de santé et les indicateurs de qualité des soins
Les Français, le système de santé et les indicateurs de qualité des soins
 
Rapport 2010 CDHP de l'Yonne
Rapport 2010 CDHP de l'YonneRapport 2010 CDHP de l'Yonne
Rapport 2010 CDHP de l'Yonne
 
Mesurer les préjudices dans les hôpitaux canadiens et faire avancer les trava...
Mesurer les préjudices dans les hôpitaux canadiens et faire avancer les trava...Mesurer les préjudices dans les hôpitaux canadiens et faire avancer les trava...
Mesurer les préjudices dans les hôpitaux canadiens et faire avancer les trava...
 
Ad102433
Ad102433Ad102433
Ad102433
 
Aspect médicaux légaux et organisation des soins
Aspect médicaux légaux et organisation des soinsAspect médicaux légaux et organisation des soins
Aspect médicaux légaux et organisation des soins
 
Lettre ouverte aux Ministres
Lettre ouverte aux MinistresLettre ouverte aux Ministres
Lettre ouverte aux Ministres
 
Ircams beh draft_1_070509
Ircams beh draft_1_070509Ircams beh draft_1_070509
Ircams beh draft_1_070509
 
Guy Pare Vf 27 Avril 2009
Guy Pare Vf 27 Avril 2009Guy Pare Vf 27 Avril 2009
Guy Pare Vf 27 Avril 2009
 
Complémentaire santé : taux de couverture en 2014
Complémentaire santé : taux de couverture en 2014Complémentaire santé : taux de couverture en 2014
Complémentaire santé : taux de couverture en 2014
 
RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK
RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OKRAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK
RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK
 
Burn-out : les professionnels de santé se sentent abandonnés et font part de ...
Burn-out : les professionnels de santé se sentent abandonnés et font part de ...Burn-out : les professionnels de santé se sentent abandonnés et font part de ...
Burn-out : les professionnels de santé se sentent abandonnés et font part de ...
 

Plus de Société Tripalio

Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la JusticeDocuments officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
Société Tripalio
 
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
Société Tripalio
 
Prenons-nous en main 2024 : le programme !
Prenons-nous en main 2024 : le programme !Prenons-nous en main 2024 : le programme !
Prenons-nous en main 2024 : le programme !
Société Tripalio
 
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
Société Tripalio
 
Rapport AME 04122023_vf.pdf
Rapport AME 04122023_vf.pdfRapport AME 04122023_vf.pdf
Rapport AME 04122023_vf.pdf
Société Tripalio
 
l16t0197_texte-adopte-seance.pdf
l16t0197_texte-adopte-seance.pdfl16t0197_texte-adopte-seance.pdf
l16t0197_texte-adopte-seance.pdf
Société Tripalio
 
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdfecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
Société Tripalio
 
ST-15732-2023-INIT_fr.pdf
ST-15732-2023-INIT_fr.pdfST-15732-2023-INIT_fr.pdf
ST-15732-2023-INIT_fr.pdf
Société Tripalio
 
ST-15631-2023-INIT_en.pdf
ST-15631-2023-INIT_en.pdfST-15631-2023-INIT_en.pdf
ST-15631-2023-INIT_en.pdf
Société Tripalio
 
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
Société Tripalio
 
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdfRCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
Société Tripalio
 
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
Société Tripalio
 
pjl22-434.pdf
pjl22-434.pdfpjl22-434.pdf
pjl22-434.pdf
Société Tripalio
 
Guide AMF prospectus.pdf
Guide AMF prospectus.pdfGuide AMF prospectus.pdf
Guide AMF prospectus.pdf
Société Tripalio
 
Budget de la Présidence
Budget de la PrésidenceBudget de la Présidence
Budget de la Présidence
Société Tripalio
 
PLAN DE GOBIERNO - JM.pdf
PLAN DE GOBIERNO - JM.pdfPLAN DE GOBIERNO - JM.pdf
PLAN DE GOBIERNO - JM.pdf
Société Tripalio
 
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdfDr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
Société Tripalio
 
dffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdf
dffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdfdffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdf
dffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdf
Société Tripalio
 
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
Société Tripalio
 
COM_2023_610_1_FR.PDF
COM_2023_610_1_FR.PDFCOM_2023_610_1_FR.PDF
COM_2023_610_1_FR.PDF
Société Tripalio
 

Plus de Société Tripalio (20)

Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la JusticeDocuments officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
Documents officiels du dossier Epstein, délivrés par la Justice
 
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
Charte du candidat Prenons-nous en main pour 2024
 
Prenons-nous en main 2024 : le programme !
Prenons-nous en main 2024 : le programme !Prenons-nous en main 2024 : le programme !
Prenons-nous en main 2024 : le programme !
 
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
Conclusions de la COP 28 de Dubai, décembre 2023
 
Rapport AME 04122023_vf.pdf
Rapport AME 04122023_vf.pdfRapport AME 04122023_vf.pdf
Rapport AME 04122023_vf.pdf
 
l16t0197_texte-adopte-seance.pdf
l16t0197_texte-adopte-seance.pdfl16t0197_texte-adopte-seance.pdf
l16t0197_texte-adopte-seance.pdf
 
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdfecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
ecb.sp231121_1~8df317dc17.en.pdf
 
ST-15732-2023-INIT_fr.pdf
ST-15732-2023-INIT_fr.pdfST-15732-2023-INIT_fr.pdf
ST-15732-2023-INIT_fr.pdf
 
ST-15631-2023-INIT_en.pdf
ST-15631-2023-INIT_en.pdfST-15631-2023-INIT_en.pdf
ST-15631-2023-INIT_en.pdf
 
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
2023-11-14-allocution-laurent-fabius (1).pdf
 
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdfRCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
RCP pfizer octobre 2023 anx_160809_fr.pdf
 
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
Circulaire_relative_à_la_lutte_contre_les_infractions_susceptibles_d'être_c...
 
pjl22-434.pdf
pjl22-434.pdfpjl22-434.pdf
pjl22-434.pdf
 
Guide AMF prospectus.pdf
Guide AMF prospectus.pdfGuide AMF prospectus.pdf
Guide AMF prospectus.pdf
 
Budget de la Présidence
Budget de la PrésidenceBudget de la Présidence
Budget de la Présidence
 
PLAN DE GOBIERNO - JM.pdf
PLAN DE GOBIERNO - JM.pdfPLAN DE GOBIERNO - JM.pdf
PLAN DE GOBIERNO - JM.pdf
 
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdfDr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
Dr Broussalian réponse pour Olivier Soulier.pdf
 
dffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdf
dffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdfdffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdf
dffe1cf9ec241b5152a8688602d58ff1e640e4c1.pdf
 
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
2023-incidences-economiques-rapport-pisani-5juin.pdf
 
COM_2023_610_1_FR.PDF
COM_2023_610_1_FR.PDFCOM_2023_610_1_FR.PDF
COM_2023_610_1_FR.PDF
 

Dernier

05072024_ELABE_BFMTV_LA_TRIBUNE_DIMANCHE_Les_Français_et_les_élections[1].pdf
05072024_ELABE_BFMTV_LA_TRIBUNE_DIMANCHE_Les_Français_et_les_élections[1].pdf05072024_ELABE_BFMTV_LA_TRIBUNE_DIMANCHE_Les_Français_et_les_élections[1].pdf
05072024_ELABE_BFMTV_LA_TRIBUNE_DIMANCHE_Les_Français_et_les_élections[1].pdf
EdouardHusson
 
Projection du nombre de sièges par le sondeur Louis Harris
Projection du nombre de sièges par le sondeur Louis HarrisProjection du nombre de sièges par le sondeur Louis Harris
Projection du nombre de sièges par le sondeur Louis Harris
EdouardHusson
 
Chercheurs de sens. — 009. De 1876 à 1887
Chercheurs de sens. — 009. De 1876 à 1887Chercheurs de sens. — 009. De 1876 à 1887
Chercheurs de sens. — 009. De 1876 à 1887
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 01. Introduction aux diaporamas <em>Chercheurs de sens<...
Chercheurs de sens. — 01. Introduction aux diaporamas <em>Chercheurs de sens<...Chercheurs de sens. — 01. Introduction aux diaporamas <em>Chercheurs de sens<...
Chercheurs de sens. — 01. Introduction aux diaporamas <em>Chercheurs de sens<...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979
Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979
Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Chercheurs de sens. — 023. Depuis 1980
Chercheurs de sens. — 023.  Depuis  1980Chercheurs de sens. — 023.  Depuis  1980

Dernier (6)

05072024_ELABE_BFMTV_LA_TRIBUNE_DIMANCHE_Les_Français_et_les_élections[1].pdf
05072024_ELABE_BFMTV_LA_TRIBUNE_DIMANCHE_Les_Français_et_les_élections[1].pdf05072024_ELABE_BFMTV_LA_TRIBUNE_DIMANCHE_Les_Français_et_les_élections[1].pdf
05072024_ELABE_BFMTV_LA_TRIBUNE_DIMANCHE_Les_Français_et_les_élections[1].pdf
 
Projection du nombre de sièges par le sondeur Louis Harris
Projection du nombre de sièges par le sondeur Louis HarrisProjection du nombre de sièges par le sondeur Louis Harris
Projection du nombre de sièges par le sondeur Louis Harris
 
Chercheurs de sens. — 009. De 1876 à 1887
Chercheurs de sens. — 009. De 1876 à 1887Chercheurs de sens. — 009. De 1876 à 1887
Chercheurs de sens. — 009. De 1876 à 1887
 
Chercheurs de sens. — 01. Introduction aux diaporamas <em>Chercheurs de sens<...
Chercheurs de sens. — 01. Introduction aux diaporamas <em>Chercheurs de sens<...Chercheurs de sens. — 01. Introduction aux diaporamas <em>Chercheurs de sens<...
Chercheurs de sens. — 01. Introduction aux diaporamas <em>Chercheurs de sens<...
 
Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979
Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979
Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979
 
Chercheurs de sens. — 023. Depuis 1980
Chercheurs de sens. — 023.  Depuis  1980Chercheurs de sens. — 023.  Depuis  1980
Chercheurs de sens. — 023. Depuis 1980
 

La prise en charge des personnes âgées aux urgences.

  • 1. Parmi les personnes accueillies aux urgences, les patients âgés constituent un groupe spécifique mobilisant les équipes d’urgence de façon particulière. Leurs conditions de vie et les affections liées à l’âge entraînent une fragilité supplémentaire chez ces patients. Leur prise en charge comporte un nombre d’actes plus élevé, une hospitalisation plus fréquente en unité d’hospitalisation de courte durée (UHCD), et se caractérise par une durée de passage plus longue que celle des patients plus jeunes. C’est principalement la modalité de sortie qui différencie leur passage aux urgences : 56 % des patients âgés sont hospitalisés dans un service conventionnel tandis que 38 % retournent à leur domicile et 5 % dans leur établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Se dessinent ensuite plusieurs profils de patients âgés en fonction de leur provenance et de leurs pathologies. Cette étude est centrée sur les recours aux urgences des personnes âgées. L’Études et Résultats n° 1008 détaille plus spécifiquement les causes des durées de passage aux urgences plus longues pour les personnes âgées. L e taux de recours aux urgences est plus élevé aux âges ex- trêmes de la vie. Dans l’enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières (encadré), les 6 000 patients âgés de 75 ans ou plus représentent 12 % des passages le mardi 11 juin 2013 et 17 % des passages de patients âgés de 15 ans ou plus alors que ce groupe d’âge ne constitue que 11 % des 15 ans ou plus en population générale. Parmi eux, 44 % sont âgés de 85 ans ou plus (32 % en population générale). La complexité des problèmes de santé s’ac- croît avec l’âge, en raison de la présence simultanée de plusieurs maladies chro- niques (polypathologies) et, pour les plus âgés, du risque d’une perte d’autonomie (Haute Autorité de santé, 2015 et Cour des comptes, 2012). La fragilité physique, psychique ou ­socio-économique augmente également avec l’âge (Sirven, 2016). L’admission en service d’urgences survient la plupart du temps à la suite d’un état de crise ayant pour origine des causes médi- cales mais également sociales (isolement ­social, manque de ressources, perte de ­mobilité…) [SFMU, 2003]. Dans cette étude, les personnes âgées de 75 ans ou plus sont comparées aux patients de 15 à 74 ans, en raison de la spécificité des passages des enfants de moins de 15 ans. La comparaison Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier Bénédicte Boisguérin et Léa Mauro (DREES) mars 2 017 n u m é r o 1007
  • 2. 2 Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier mars 2017 n u m é r o 1007 des modes de vie des patients âgés de 75 ans ou plus et des patients plus jeunes (15-74 ans) reflète en partie ces situations de fragilité accrue. Ainsi, 43 % des patients âgés vivent seuls à leur domicile contre 32 % des 15-74 ans (tableau 1). Par ailleurs, 14 % des 75 ans ou plus vivent dans une institution (24 % des 85 ans ou plus). Avant de recourir aux urgences, les patients âgés ont souvent effectué d’autres démarches La proportion de patients qui ne sont pas en mesure de répondre, par exemple in- conscients, est trois fois plus élevée par- mi les patients âgés. Les conditions d’ar- rivée de ces patients ne sont pas connues (encadré). En lien avec leur mode de vie, caractérisé par une mobilité moindre que celle des plus jeunes, les trois quarts d’entre eux proviennent de leur domicile et 45 % sont transportés en ambulance ou en taxi. Les personnes âgées, plus inscrites dans le système de soins que les autres patients, ont entrepris davantage de dé- marches concernant leur état de santé au cours des 24 heures précédant le re- cours aux urgences, (58 % versus 35 % pour les 15-74 ans). Quatre fois sur cinq, ces démarches ont été réalisées auprès de médecins, en consultation ou par ­téléphone. Au total, 20 % des patients âgés étaient adressés aux urgences par un médecin libéral. En outre, ces services étaient prévenus de l’arrivée de 10 % des patients âgés pour un accès au plateau technique ou pour recevoir des soins ­urgents1 . La traumatologie constitue le premier motif de recours des personnes âgées (25 %), suivi par les motifs cardio-­ vasculaires (17 %). Viennent ensuite les motifs « généraux et divers » (fièvre, al- tération de l’état général, fatigue, etc. : 12 %), avec peu d’écarts pour les 85 ans ou plus. Par rapport aux patients plus jeunes, les problèmes cardiaques, respi- ratoires ou neurologiques sont plus fré- quents tandis que les motifs de trauma- tologie le sont moins. En dépit de la variété des motifs de re- cours, les prises en charge des patients âgés aux urgences présentent des ca- ractéristiques communes à mettre en relation avec la fragilité et les pathologies particulières de ces patients. De fait, la décision d’hospitaliser ou non un patient âgé dans un autre service présente un double risque qui peut expliquer une prise en charge plus complexe aux urgences. D’une part, l’hospitalisation d’un patient âgé peut s’avérer délétère (syndrome de glissement2 de la personne âgée). D’autre part, la décision de retour à domicile doit prendre en compte des critères médi- caux mais également l’environnement de la personne, en particulier si elle vit seule à domicile : il est important de tenir compte de l’aide, de la surveillance ou du traitement particulier que le patient devra ­recevoir à domicile (Maire, 2013). Une prise en charge plus longue qui comporte plus d’actes et de séjours en UHCD La réalisation plus fréquente d’actes à visée diagnostique pour les patients âgés est largement documentée : « La présence de multiples pathologies intri- quées implique souvent un recours aux examens biologiques et radiologiques. Comparées à une population générale, les personnes âgées ont en moyenne un tiers d’examens complémentaires en plus pour un pourcentage de diagnostics iden- tiques » (SFMU, 2003). Le 11 juin 2013, les patients âgés sont nombreux à avoir bénéficié d’examens médicaux (actes de biologie pour 74 % d’entre eux, actes 1. Les patients peuvent être atten- dus en non program- mé pour accéder à un plateau technique ou recevoir des soins urgents. Les services sont prévenus par un médecin de leur arrivée. 2. Il s’agit de la détérioration globale des fonctions intellectuelles d’une personne âgée le plus souvent consécutive à une maladie ou à un accident, mais pouvant également survenir à la suite d’une hospitalisation. ENCADRÉ Sources, champ, méthodologie Le protocole d’enquête Les analyses de cette étude utilisent les données de l’enquête nationale sur les structures des urgences de juin 2013, réalisée par la DREES. Conçue en partenariat avec la Société française de médecine d’urgence (SFMU), en collaboration avec SAMU-Urgences de France (SUDF) et l’Asso- ciation des médecins urgentistes de France (AMUF), l’enquête a été réalisée un jour donné – le mardi 11 juin 2013, de 8 heures le matin au lendemain 8 heures – auprès des 736 points d’accueil d’urgences présents sur le territoire. L’enquête comporte deux volets complémentaires : un recueil administratif sur les structures d’urgences hospitalières décrivant leur organisation et une enquête auprès des patients détail- lant leur prise en charge. La présentation de la méthodologie détaillée de l’enquête et les don- nées agrégées sont accessibles sur le site internet de la DREES1 . La base finale de l’enquête comprend 734 points d’accueil sur les 736 recensés, soit un taux de réponse de 99,7 %. La collecte a fourni 48 711 questionnaires patients sur les 52 018 passages enregistrés aux urgences durant la journée, soit un taux de réponse de 93,6 %. Des traitements statistiques ont été effectués par la DREES pour corriger la non-réponse totale à l’enquête, la non-réponse partielle à certaines questions ainsi que des anomalies ou des valeurs aberrantes. Le champ de l’étude Le champ de l’étude porte sur tous les patients âgés de 75 ans ou plus s’étant présentés le jour de l’enquête dans un des points d’accueil recensés, hors points d’accueil pédiatriques. Au total, la collecte a permis d’obtenir près de 6 000 questionnaires de patients de 75 ans ou plus, soit 12 % des passages. Pour la description des patients âgés, tous les patients sont pris en compte. Cependant, la plupart des variables décrivant les modalités d’arrivée (provenance, mode de transports et démarches) ne sont renseignées que pour les patients en mesure de répondre ou les patients accompagnés. Les patients ayant refusé de répondre ne sont pas pris en compte. Par ailleurs, les patients transportés par les forces de l’ordre, ceux provenant d’un établissement de santé ou d’une structure médico-sociale ne sont pas interrogés sur les démarches effectuées avant leur arrivée ou leur motivation pour se rendre aux urgences. Dans les modèles décrits sur l’hospitalisation, les patients sans abri, logés à l’hôtel ou autres ne sont pas pris en compte (au total 5 146 patients pris en compte). Enfin, la classification a été construite en excluant certaines modalités rares et non-réponses, en particulier les patients n’étant pas mesure de répondre, ce qui conduit à 4 594 patients pris en compte dans cette classification. Pour cette raison, les ré- sultats de l’ensemble des patients de la classification peuvent différer légèrement de l’ensemble des patients âgés. Les 0,3 % de patients âgés qui retournent chez eux avec une hospitalisation à domicile ne sont pas considérés comme hospitalisés à la sortie des urgences et sont compta- bilisés dans les patients non hospitalisés à la sortie des urgences. Méthodologie du modèle pour expliquer les déterminants de l’hospitalisation Le recours à l’hospitalisation a été analysé à l’aide d’une régression logistique. Les variables explicatives mentionnées sont significatives : elles ont chacune une influence, toutes choses égales par ailleurs. 1. http://drees.social-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/open-data/etablissements-de-sante-sociaux-et-medico- sociaux/article/enquete-nationale-sur-les-structures-des-urgences-hospitalieres-juin-2013
  • 3. 3 Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier mars 2017 n u m é r o 1007 diagnostics de type électrocardiogramme [ECG] pour 68 %3 ). Pour la moitié d’entre eux, la prise en charge a comporté trois types d’examens cumulés (imagerie, bio- logie et autre acte diagnostic) [graphique]. On observe aussi davantage d’actes de soin (pansements, points de suture, aéro- sols, immobilisation de membres), d’avis spécialisés ou de passages par la salle d’accueil des urgences vitales (SAUV)4 . Près d’une personne âgée sur cinq a ­séjourné dans une unité d’hospitalisation de courte durée (UHCD) pendant son pas- sage aux urgences (contre une personne sur treize chez les 15-74 ans). L’UHCD fait partie intégrante du service d’urgence, elle est destinée à hospitaliser des pa- tients pour une durée limitée. Elle permet la mise en observation avant orientation (retour à domicile ou hospitalisation) et la réalisation d’examens ou de soins. Une fois la décision prise, elle peut également être utilisée pour la surveillance néces- saire avant un retour à domicile, mais aussi de zone d’attente d’un lit en cas d’hospitalisation conventionnelle. Les durées de passage aux urgences des patients âgés sont bien plus longues que celles des autres patients. Elles se pro- longent au-delà de huit heures pour 23 % des patients âgés5 (contre 10 % pour les 15-74 ans). Leur prise en charge dure plus longtemps, notamment en raison de ces actes d’investigation et du séjour en UHCD. Plus de la moitié des patients âgés sont hospitalisés en aval des urgences À l’issue du passage aux urgences, 56 % des patients âgés sont hospitalisés dans un autre service, 38 % retournent à leur domicile6 et 5 % dans leur établisse- ment d’hébergement pour personnes âgées dépendantes d’origine (EHPAD)7 . La probabilité d’hospitalisation à la sor- tie des urgences est 2,6 fois plus élevée que celle des 15-74 ans, toutes choses égales par ailleurs8 . Neuf patients sur dix sont hospitalisés dans le même établisse- ment que le service d’urgence et un sur dix est transféré dans un autre établisse- ment. 68 % des personnes âgées hospi- talisées le sont en service de médecine, 21 % en chirurgie, 8 % en soins intensifs ou en réanimation et 3 % dans d’autres 3. Pour la comparai- son avec les 15-74 ans sur les actes réalisés aux urgences, voir tableau complé- mentaire A sur le site internet de la DREES. 4. Les SAUV permettent de réaliser des actes de réanimation respira- toires et cardiaques. 5. Pour plus de détails, voir Études et Résultats n° 1008. 6. Y compris 0,3 % de retours à domicile avec hospitalisation à domicile. 7. Le reliquat correspond à des ­passages aux ­urgences écourtés : 1 % des patients âgés sont soit partis sans attendre ou contre avis médical, soit ont été orientés en maison médicale de garde, soit sont décédés. 8. En tenant compte des condi- tions d’arrivée, du contenu de la prise en charge et de la pathologie ainsi que des carac- téristiques du point d’accueil. TABLEAU 1 Modalités d’arrivée aux urgences selon l’âge des patients En % des patients 15-74 ans 75 ans ou plus Mode de vie seul à domicile 32 43 non seul à domicile 64 42 en institution 2 14 Mode d’arrivée propres moyens 51 16 véhicule d’un tiers 22 15 ambulance, taxi 10 45 pompiers ou SMUR 15 23 Provenance domicile 67 75 institution 1 11 établissement de santé 1 3 voie publique 23 5 Motif de recours général et divers1 5 12 traumatologie 35 25 cardiologique 11 17 respiratoire 3 12 neurologique 6 9 gastrologique 11 10 autre 30 15 Démarches entreprises2 35 58 Dont auprès du médecin traitant ou d’un autre médecin (médecin de garde, SOS médecin) 25 47 1. La rubrique « général et divers » comprend les patients venus pour de la fièvre, un problème d’altération de l’état général, de la fatigue, des sutures, des pansements, etc. 2. Concernant la santé, dans les 24 heures précédant le recours aux urgences. Champ • Points d’accueil des structures d’urgences ayant une autorisation d’urgences générales. Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013. GRAPHIQUE Contenu de la prise en charge aux urgences et modalités de sortie selon l’âge des patients 1. Imagerie, biologie, autre acte diagnostic. Champ • Points d’accueil des structures d’urgences ayant une autorisation d’urgences générales. Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013. Hospitalisation Durée de passage de 8 heures et plus Séjour en UHCD Cumul des trois types d’examens médicaux1 75 ans ou plus 0 10 20 30 40 50 60 15-74 ans Proportion de patients en %
  • 4. 4 Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier mars 2017 n u m é r o 1007 services. Dans un quart des cas, l’équipe des urgences a dû faire appel à plus d’un service pour trouver une place d’hospitali- sation à ces patients. Le délai entre la dé- cision d’hospitalisation et l’obtention d’une place allonge également la durée du pas- sage aux urgences : il est supérieur à une heure pour 35 % des personnes âgées hospitalisées à partir des urgences. L’enquête permet de déterminer les fac- teurs de l’hospitalisation dans un autre service pour les 75 ans ou plus9 . En pre- mier lieu, la probabilité d’être hospitali- sé augmente fortement avec le nombre d’examens effectués et les pathologies associées et ce, quel que soit le diagnostic principal : les patients âgés ayant béné- ficié d’analyses biologiques ont sept fois plus de chance d’être hospitalisés que les autres. D’autres éléments de la prise en charge entrent également en compte. Ainsi, le fait d’avoir bénéficié d’un autre acte à visée diagnostique (de type ECG) ou d’un avis spécialisé semblent être des indicateurs supplémentaires de l’instabilité de l’état de santé et de la nécessité d’une hospitalisation. Les personnes atteintes de pathologies cardiaques, digestives, neurologiques ou respiratoires ont plus de chance d’être hospitalisées que les patients souffrant de lésions traumatiques ou de « symp- tômes10  ». La gravité de la pathologie entre également en compte11 . Les pa- tients les plus âgés (85 ans ou plus) et ceux qui vivent seuls à domicile ont aussi une probabilité un peu plus élevée d’être ­hospitalisés. Certaines conditions d’arrivée semblent aussi plus déterminantes comme l’arrivée en ambulance ou en taxi, la provenance du domicile ou d’un autre établissement de santé comparée à la provenance d’une institution. La faible taille du point d’accueil des urgences (approchée par le nombre de passages peu élevé, ou le fait d’être situé dans un centre hospita- lier [CH] plutôt qu’en centre hospitalier régional [CHR] pour les établissements publics) augmente la probabilité d’hospi- talisation des patients âgés. Enfin, le fait que le point d’accueil des urgences se situe dans un établissement avec un ser- vice spécialisé de gériatrie12 constitue un facteur augmentant la probabilité d’être hospitalisé. Huit grands groupes de patients âgés aux urgences selon leur prise en charge Une typologie13 des personnes âgées distingue les parcours des patients hos- pitalisés à la suite des urgences de ceux des patients qui rentrent à domicile ou en EHPAD après leur prise en charge aux urgences. Huit « situations types » se des- sinent (tableau 2). Les quatre premiers groupes de patients très majoritairement hospitalisés à l’issue de leur passage se distinguent par une prise en charge plus lourde. Leur état de santé conduit à les soumettre à davantage d’examens complémentaires (plus des deux tiers cumulent des actes d’imagerie, de biologie, et d’autres actes diagnostics de type ECG) et bénéficient plus souvent d’actes de soins, d’avis spécialisés ou d’accueil en SAUV. Leur passage com- porte plus souvent un séjour en UHCD, en conséquence, la durée de leur passage est plus élevée (8 heures ou plus pour 25 % à 36 % d’entre eux contre 22 % en moyenne). Comme la majorité des patients âgés, ces patients viennent en grande majorité de leur domicile, pour 10 % d’EHPAD. Ces patients majoritairement hospitalisés se distinguent surtout par les diagnostics à la sortie des urgences : symptômes divers, pathologies car- diaques, respiratoires ou neurologiques. Le groupe le plus important rassemble des patients aux symptômes divers et majoritairement hospitalisés… Parmi les quatre groupes de patients ma- joritairement hospitalisés, le groupe le plus important rassemble 39 % des patients âgés et correspond à des recours pour des pathologies diverses. Les motifs de recours énoncés par les patients à leur ar- rivée aux urgences sont variés. En dépit de la quantité d’actes exploratoires effectués, les diagnostics posés à la sortie restent peu précis et demeurent des symptômes pour la moitié des patients. Ces patients souffrent de dyspnée, d’al- tération de l’état général, de malaises sans perte de connaissance, de douleurs thoraciques, etc. Le degré de gravité des pathologies est également très hétéro- gène et les comorbidités sont relativement fréquentes. S’ajoute vraisemblablement à ces pathologies un processus de perte d’autonomie, non observable dans les données de cette enquête mais pris en compte par les médecins urgentistes. … qui se distinguent des 21 % de patients affectés de pathologies aiguës Les trois groupes suivants de patients ma- joritairement hospitalisés (2, 3 et 4) se diffé- rencient du premier par l’homogénéité des diagnostics. Il s’agit de pathologies précises qui, par leur sévérité, requièrent générale- ment une prise en charge ­hospitalière. Les patients du groupe 2 (11 % des pa- tients âgés) souffrent de problèmes cardiaques : insuffisances cardiaques, troubles du rythme, pathologies coronaires et autres thromboses ; ceux du groupe 3 (6 %) présentent des problèmes respira- toires : infections pulmonaires et bronchites aiguës ou chroniques. Un tiers des patients hospitalisés pour des raisons cardiaques ont des motifs de recours respiratoires car les symptômes de pathologies cardiaques et respiratoires se ressemblent. Pour ces deux groupes, les pathologies associées sont plus fréquentes : elles concernent quatre patients sur dix. La santé de ces patients s’est aggravée depuis plusieurs jours pour près de la moitié d’entre eux. Les patients du groupe 4 (4 %) souffrent d’affections neurologiques. Il s’agit dans 70 % des cas d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) ischémiques. Ils se dis- tinguent des premiers groupes par la soudaineté des troubles ayant conduit aux urgences. Ainsi, ces patients ont entrepris moins fréquemment de démarches avant le recours aux urgences, ils sont moins souvent adressés par un médecin libéral et sont plus fréquemment transportés par les pompiers ou le service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR). Enfin, 3 % des patients âgés majoritai- rement hospitalisés (groupe 5) étaient déjà pris en charge dans un établis- sement de santé avant le recours aux urgences. Parmi eux, les deux tiers viennent d’un autre hôpital. Par ailleurs, un quart vient d’une unité de soins de suite et réadaptation (SSR), un quart d’une unité de soins de longue durée (USLD) et la moitié des services de mé- decine et chirurgie. La moitié d’entre eux résident habituellement en institution. 9. Les résultats qui suivent sont pré- sentés toutes choses égales par ailleurs (encadré et tableau complémentaire B sur le site internet de la DREES). 10. La catégorie « symptômes » regroupe les symp- tômes, signes et résultats anormaux d’examens cliniques et de laboratoire, non classés ailleurs. 11. La gravité est approchée par un indice construit en regroupant les dia- gnostics codés dans l’enquête selon deux critères : leur sévé- rité estimée à dires d’experts (SFMU) et la proportion des patients en soins intensifs ou en réani- mation selon chaque diagnostic (étude réalisée à partir du PMSI) [Ricroch, Vuagnat, 2017]. 12. Pour plus de détails, voir Etudes et Résultats n° 1008. 13. Une classifi- cation ascendante hiérarchique a été mise en œuvre pour obtenir cette typo- logie des personnes âgées.
  • 5. 5 Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier mars 2017 n u m é r o 1007 TABLEAU 2 Huit profils de patients âgés pris en charge aux urgences Modalité de regroupement principale Patients majoritairement hospitalisés à l’issue du passage aux urgences Patients non hospitalisés à l’issue du passage aux urgences Ensemble des patients Modalité de regroupement secondaire Pathologies des patients Prove- nance des patients Patholo- gie des patients Provenance des patients Groupes de patients Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4 Groupe 5 Groupe 6 Groupe 7 Groupe 8 symp- tômes divers affections cardiaques affections respira- toires affections neurolo- giques provenant d’un éta- blissement de santé lésions sans gravité provenant d’un EHPAD provenant de la voie publique Répartition des patients 39 % 11 % 6 % 4 % 3 % 28 % 4 % 5 % 100 % Variables actives dans l’analyse de données Mode d’arrivée propres moyens ou véhicule d’un tiers 19 28 22 25 13 62 3 17 32 ambulance taxi 57 51 54 43 75 26 80 9 46 pompiers ou SMUR 24 22 24 32 13 13 17 74 23 Provenance domicile 89 90 84 88 0 97 13 0 81 EHPAD 11 10 16 10 0 3 86 0 11 établissement de santé 0 0 0 0 100 0 0 0 3 voie publique 0 0 0 2 0 0 1 100 5 Prise en charge 3 types d’examens médicaux 66 79 88 83 44 9 34 34 50 UHCD 27 21 26 23 13 3 11 13 18 Diagnostic à la sortie symptômes 49 0 0 0 25 14 30 24 26 lésions traumatiques 16 0 0 0 26 47 46 62 25 pathologies cardiaques 0 100 0 0 13 1 1 5 12 pathologies respiratoires 0 0 100 0 8 0 3 0 6 pathologies neurologiques 0 0 0 100 6 0 2 1 5 pathologies digestives et du métabolisme 16 0 0 0 7 5 4 1 8 autres 20 0 0 0 15 33 13 7 19 Diagnostic associé 1 ou plus 33 39 43 24 28 14 18 24 27 Indice de gravité 0 ou 1 51 2 5 7 45 77 70 67 50 2 et plus 49 98 95 93 55 23 30 33 50 Durée du passage inférieure à 3 h 12 19 16 17 36 62 37 47 30 de 3 h à 8 h 56 57 52 47 47 33 48 41 48 8 h et plus 33 25 32 36 17 5 15 12 22 Modalité de sortie retour à domicile ou en EHPA ou EHPAD 22 17 18 14 29 87 100 71 44 hospitalisation 78 83 82 86 71 14 0 29 56 Des variables supplémentaires illustratives (tranche d’âge, motif de recours, mode de vie, etc.) sont présentées dans le tableau complémentaire C sur le site internet de la DREES. Toutes les modalités sont significatives au seuil de 5 %. Les chiffres en gras correspondent aux modalités dont la proportion est supérieure à celle de l’ensemble des patients. Les groupes 1, 2, 3, 4 et 6 ont comme proximité principale une pathologie précise alors que les groupes 5, 7 et 8 ont comme proximité principale leur provenance avant leur arrivée aux urgences : un établissement de santé, un EHPAD ou la voie publique. Cela n’empêche pas les patients des premiers groupes de provenir d’un établissement de santé, d’un EHPA, d’un EHPAD ou de la voie publique. De la même façon, parmi les patients des groupes 5, 7 et 8, certains souffrent également de pathologies cardiaques, respiratoires ou neurologiques. La classification a été construite en excluant certaines modalités rares et non-réponses. Pour cette raison les résultats de l’ensemble des patients de la classification peuvent différer légèrement de l’ensemble des patients âgés. Lecture • 19 % des patients du groupe 1 sont arrivés aux urgences par leurs propres moyens ou accompagnés par un tiers contre 32 % en moyenne sur l’ensemble des personnes âgées de 75 ans ou plus. De plus, les patients du groupe 1 sont significativement différents de la moyenne des patients âgés sur les modalités de la variable mode d’arrivée (valeur test inférieure à 5 %). Ils sont significativement plus pris en charge par une ambulance ou un taxi par exemple. Champ • Patients âgés de 75 ans ou plus pris en compte dans la classification. Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013.
  • 6. 6 Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier mars 2017 n u m é r o 1007 Directeur de la publication : Franck von Lennep Responsable d’édition : Souphaphone Douangdara Secrétaires de rédaction : Sabine Boulanger et Fabienne Brifault Composition et mise en pages : NDBD Conception graphique : Julie Hiet et Philippe Brulin Imprimeur : Imprimerie centrale de Lens Pour toute information : drees-infos@sante.gouv.fr Reproduction autorisée sous réserve de la mention des sources • ISSN papier 1292-6876 • ISSN électronique 1146-9129 • AIP 0001384 LA DREES SUR INTERNET Retrouvez toutes nos publications sur notre site drees.social-sante.gouv.fr Retrouvez toutes nos données sur www.data.drees.sante.gouv.fr Pour recevoir nos avis de parution drees.social-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/avis-de-parution Les destinataires de cette publication sont informés de l’existence à la DREES d’un traitement de données à caractère personnel les concernant. Ce traitement, sous la responsabilité du directeur de la publication, a pour objet la diffusion de la publication de la DREES. Les données utilisées sont l’identité, la profession, l’adresse postale personnelle ou professionnelle. Conformément aux dispositions de la loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les destinataires disposent d’un droit d’accès et de rectification aux données les concernant ainsi qu’un droit d’opposition à figurer dans ce traitement. Ils peuvent exercer ces droits en écrivant à : DREES - Bureau des publications et de la communication - 14 avenue Duquesne - 75 350 Paris 07 SP ou en envoyant un courriel à : drees-infos@sante.gouv.fr   POUR EN SAVOIR PLUS • Boisguérin B., Mauro L., 2017, « Les personnes âgées aux urgences : une santé plus fragile nécessitant une prise en charge plus longue », Études et Résultats, DREES, n° 1008. • Boisguérin B., Valdelièvre H., 2014, « Urgences : la moitié des patients restent moins de deux heures, hormis ceux maintenus en observation », Études et Résultats, DREES, n°889, juillet. • Cour des comptes, 2012, « La prise en charge des personnes âgées dans le système de soins : des progrès trop lents » dans Le rapport public annuel 2012, février. • Haute Autorité de santé, 2015, « Prendre en charge une personne âgée poly pathologique en soins primaires » dans Note méthodologique et de synthèse documen- taire, mars. • Maire A., 2013, « Pertinence des hospitalisations via le service des urgences chez les patients de plus de 75 ans », Thèse de médecine générale, Université Paris Diderot – Paris 7. • Ricroch L., Vuagnat A., 2017, « Les hospitalisations après passage aux urgences moins nombreuses dans le secteur privé », Études et Résultats, DREES, n° 997, février. • Ricroch L., 2016, « Trouver un lit après les urgences : une tâche plus facile pour les petits établissements hospitaliers », Études et Résultats, DREES, n°973, septembre. • Ricroch L., Vuagnat A., 2015, « Urgences : sept patients sur dix attendent moins d’une heure avant le début des soins », Études et Résultats, DREES, n°929, août. • Ricroch L., 2015, « Urgences hospitalières en 2013 : des organisations différentes selon le niveau d’activité », Études et Résultats, DREES, n°906, mars. • Sirven N., 2016 « Vieillissement, fragilité et dépenses de santé », Questions d’économie de la santé, n°216, mai, IRDES. • Société française de médecine d’urgence, 2003, « Prise en charge de la personne âgée de plus de 75 ans aux urgences », 10e Conférence de consensus, décembre. Plusieurs situations pourraient expliquer le passage aux urgences de ces patients préalablement hospitalisés : le besoin du plateau technique ou du médecin spécia- lisé d’un autre établissement ; une chute dans le cas des patients provenant d’USLD ou de SSR, par exemple. Les affections de ces patients sont hétéroclites (pathologies et degrés de gravité divers). À la suite de leur passage aux urgences, 71 % sont ré-­ hospitalisés, 29 % retournent à domicile ou en EHPAD. Leur séjour aux urgences est assez court, certainement parce que la raison de leur passage est circons- crite, leur dossier médical a été ­préalablement transmis aux équipes soignantes et leur modalité de sortie est le plus souvent prévue. D’ailleurs, ils sont relativement moins nombreux à bénéficier d’examens complémentaires, ces derniers ayant peut-être déjà été ­réalisés, mais plus nombreux à bénéficier d’un avis spécialisé. La majorité des patients âgés qui rentrent chez eux à l’issue des urgences présentaient des lésions traumatiques peu sévères Les trois derniers groupes de patients âgés rassemblent les passages ma- joritairement suivis par un retour à domicile ou en EHPAD. Ces patients souffrent en majorité de traumatismes peu graves : plaies et contusions ou fractures. Ils nécessitent moins d’exa- mens, sont rarement hospitalisés en UHCD et la durée de leur passage est relativement courte. Leur provenance différencie ces patients : ceux qui viennent de leur domicile sont davan- tage venus par leurs propres moyens, ceux qui viennent principalement d’un EHPAD sont transportés en ambulance ou taxi et ceux qui arrivent de la voie publique sont en majorité transportés par les pompiers ou le SMUR. Les pa- tients venant de la voie publique ou de leur domicile sont plus jeunes et vivent plus souvent seuls à leur domicile que les autres. Moins de la moitié avaient fait une démarche avant de se rendre aux urgences. Les patients provenant d’un EHPAD sont plus âgés.
  • 7. Le temps de passage aux urgences est plus long pour les personnes âgées : sa durée médiane est de 4 heures pour les patients âgés de 75 ans ou plus, contre 2 heures et 10 minutes pour les 15-74 ans, en excluant les patients ayant séjourné en unité d’hospitalisation de courte durée. En prenant en compte ces derniers, la durée médiane s’allonge, de façon plus marquée pour les patients âgés. Elle est de 4 heures et 30 minutes, contre 2 heures et 20 minutes pour les patients plus jeunes. Le nombre d’examens complémentaires, plus important pour les patients âgés, et les délais nécessaires à leur réalisation contribuent à augmenter la durée de passage aux urgences. À cela s’ajoutent les modalités d’hospitalisation éventuelle en aval des urgences : le délai pour obtenir un lit est plus important pour les personnes âgées. En cas de retour à domicile, des durées de passage plus longues pour les personnes âgées sont constatées dans les points d’accueil ayant des ressources en gériatrie, en lien avec des prises en charge plus adaptées dans ces points d’accueil. Cette étude, centrée sur les durées de passage aux urgences des personnes âgées, complète l’Études et Résultats n° 1007 « Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier ». L es patients âgés de 75 ans ou plus constituent une patientèle particulière des services d’urgences à plusieurs titres. La fragilité, la dépendance et les polypathologies, plus fréquentes parmi ces patients, justifient une prise en charge plus complexe que pour les autres patients et entraînent des durées de passage plus longues. L’enquête nationale sur les structures d’urgences hospitalières menée par la DREES le 11 juin 2013 (encadré 1) permet de déterminer les causes de ces durées de passage plus longues des patients âgés, selon la nature des prises en charge. Des passages plus longs quand ils sont suivis d’une hospitalisation dans un autre service Les durées de passage des patients âgés sont plus longues que celles des autres adultes. La durée médiane de passage est ainsi de 4 heures et 30 minutes pour les premiers, contre 2 heures et 20 minutes pour les seconds. Environ 40 % des 15- 74 ans restent moins de deux heures contre seulement un cinquième des 75 ans ou plus (graphique 1). Ces derniers sont plus nombreux à passer plus de 8 heures aux ur- gences : 23 % contre 10 % chez les 15-74 ans. En prenant en compte les conditions d’arrivée aux urgences, les pathologies, le contenu de la prise en charge, le séjour Les personnes âgées aux urgences : une santé plus fragile nécessitant une prise en charge plus longue Bénédicte Boisguérin et Léa Mauro (DREES) mars 2 017 n u m é r o 1008
  • 8. 2 Les personnes âgées aux urgences : une santé plus fragile nécessitant une prise en charge plus longue mars 2017 n u m é r o 1008 en unité d’hospitalisation de courte durée (UHCD)1 , les modalités de sortie – hospi- talisation ou retour à domicile – ainsi que les caractéristiques du point d’accueil (en- cadré 1), le risque d’une durée de passage de 8 heures ou plus est plus élevé pour les patients âgés (tableau 1)2 . Ceci est à relier au fait que les patients âgés sont davantage hospitalisés que les autres adultes (56 % contre 17 % des 15-74 ans). Or, quel que soit l’âge des patients, les durées de passages les plus longues sont celles des patients hospitali- sés à l’issue des urgences (durée médiane de 5 heures et 10 minutes versus 2 heures et 10 minutes). Toutefois, en cas d’hospi- talisation, la proportion de passages de 8 heures ou plus chez les patients âgés est comparable à celle des 15-74 ans : 30 % contre 27 %. Toutes choses égales par ailleurs, y compris le recours ou non à l’UHCD, cet écart n’est pas significatif. Parmi les patients non hospitalisés, on observe au contraire un écart important : 15 % des 75 ans ou plus restent 8 heures ou plus contre 6 % des 15-74 ans et toutes choses égales par ailleurs, le risque d’une durée de passage plus longue est plus élevé pour les patients âgés. Les séjours en UHCD et l’importance des examens complémentaires sont associés à des durées de passage élevées Outre l’issue du passage aux urgences, d’autres facteurs contribuent à expliquer les durées de passage élevées aux ur- gences. Pour tous les âges, les passages les plus longs sont fortement liés aux sé- jours en UHCD, que les patients rentrent à domicile ou qu’ils soient hospitalisés3 dans un autre service (graphique 2). Or, près d’une personne âgée sur cinq a séjourné dans une UHCD pendant son passage aux urgences, contre environ une personne sur treize pour les 15-74 ans. L’UHCD fait partie intégrante du service d’urgence, elle est destinée à hospitaliser des patients pour une durée limitée. Elle permet la mise en observation avant orien- tation (retour à domicile ou hospitalisation), la réalisation d’examens pour préciser le diagnostic, ou de soins de courte durée (in- toxications alimentaires, crises d’asthmes, par exemple). 1. L’article D.712-56 du Code de la santé publique prévoit que les services des urgences disposent d’unezonedesurveil- lance de très courte durée par tranche de 10 000 passages annuels. Les zones de sur- veillance sont donc obligatoires, avec des capacités clairement définies. 2. Les résultats détaillés de la régression logistique sont disponibles dans le tableau complé- mentaire A sur le site internet de la DREES. 3. Il faut distinguer l’hospitalisation en UHCD, qui fait partie du passage aux urgences, et l’hospitalisation dans un service d’aval aux urgences, qui est une modalité de sortie des urgences de même que le retour à domicile ou en institution. L’hospi- talisation en UHCD peut être suivie ou non d’une hospitali- sation dans un autre service. ENCADRÉ 1 Sources, champ, méthodologie Le protocole d’enquête Les analyses de cette étude utilisent l’enquête nationale sur les structures des urgences de juin 2013, réalisée par la DREES. Conçue en partenariat avec la Société française de médecine d’urgence (SFMU), et en collaboration avec SAMU-Urgences de France (SUDF) et l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF), l’enquête a été réalisée un jour donné – le mardi 11 juin 2013, de 8 heures le matin au lendemain 8 heures – auprès des 736 points d’accueil d’ur- gences présents sur le territoire. L’enquête comporte deux volets complémentaires : un recueil administratif sur les structures d’urgences hospitalières décrivant leur organisation et une enquête auprès des patients détail- lant leur prise en charge. La présentation de la méthodologie détaillée de l’enquête et les don- nées agrégées sont accessibles sur le site Internet de la DREES1. La base finale de l’enquête comprend 734 points d’accueil sur les 736 recensés, soit un taux de réponse de 99,7 %. La collecte a fourni 48 711 questionnaires patients sur les 52 018 passages enregistrés aux urgences durant la journée, soit un taux de réponse de 93,6 %. Des traitements statistiques ont été effectués par la DREES pour corriger la non réponse totale à l’enquête, la non réponse partielle à certaines questions ainsi que des anomalies ou des valeurs aberrantes. Le champ de l’étude Le champ de l’étude porte sur tous les patients âgés de 75 ans ou plus s’étant présentés le jour de l’enquête dans un des points d’accueil recensés, hors points d’accueil pédiatriques. Au total, la collecte a permis d’obtenir près de 6 000 questionnaires de patients de 75 ans ou plus, soit 12 % des passages et 17 % des passages de patients de 15 ans ou plus. Dans les modèles, les patients sans abri, logés à l’hôtel ou autres ne sont pas pris en compte. Les 0,3 % de patients âgés qui retournent chez eux avec une hospitalisation à domicile ne sont pas considérés comme hospitalisés à la sortie des urgences. Modélisation de l’hospitalisation, des passages de plus de 8 heures et des passages en UHCD L’analyse de l’hospitalisation, des passages de plus de 8 heures et des passages en UHCD se fonde sur des régressions logistiques. Les variables prises en compte sont les conditions d’ar- rivée aux urgences (le créneau d’arrivée, la provenance, le moyen de transport), le contenu de la prise en charge (examens complémentaires, radiologie, biologie, acte type ECG, séjour en UHCD), la pathologie (diagnostic posé à la sortie, degré de gravité, existence d’une patholo- gie associée) et les caractéristiques du point d’accueil (catégorie de l’établissement de santé dans lequel est situé le point d’accueil, affluence mesurée en nombre de passages le jour de l’enquête, disponibilité d’imagerie non conventionnelle et ressources en gériatrie). S’y ajoutent en cas d’hospitalisation, les modalités d’hospitalisation, le type de service, l’hospitalisation sur place ou le transfert dans un autre établissement, le délai d’obtention d’une place. Les variables explicatives mentionnées sont significatives : elles ont chacune une influence, toutes choses égales par ailleurs, quand les autres variables ne varient pas. Les modèles varient en fonction de la variable à expliquer (durée de 8 heures ou plus, passage en UHCD) et du fait que les patients sont hospitalisés ou non. Toutefois, dans les modèles concernant les patients hospitalisés, l’influence respective des deux classes d’âge (15-74 ans et 75 ans ou plus) ne per- met pas de mesurer rigoureusement un effet « pur » de l’âge. En effet, ces modèles incluent certaines variables explicatives qui sont corrélées à l’âge des patients, en particulier le passage en UHCD et la variable « délai d’obtention d’un lit supérieur à 1 heure ». 1. http://drees.social-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/open-data/etablissements-de-sante-sociaux-et-medico- sociaux/article/enquete-nationale-sur-les-structures-des-urgences-hospitalieres-juin-2013 GRAPHIQUE 1 Durée de passage aux urgences en fonction de l’âge Champ • Patients âgés de 15 ans ou plus y compris les patients ayant séjourné en UHCD. Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013. Moins de 2 h 43 50 40 30 20 10 0 17 29 18 10 26 34 23 Proportion de patients en % Durée de passage Entre 2 h et 4 h Entre 4 h et 8 h Plus de 8 h 75 ans ou plus15-74 ans
  • 9. 3 Les personnes âgées aux urgences : une santé plus fragile nécessitant une prise en charge plus longue mars 2017 n u m é r o 1008 Elle peut également être utilisée comme zone d’attente d’un lit en cas d’hospitali- sation conventionnelle. En prenant en compte les conditions d’ar- rivée aux urgences, les pathologies, le contenu de la prise en charge et les carac- téristiques du point d’accueil, les patients âgés ont plus de chances de séjourner en UHCD que les 15-74 ans quand leur passage n’est pas suivi par une hospita- lisation dans un autre service (tableau 1). À l’inverse, ils ont relativement moins de chances que les autres adultes d’y séjour- ner avant d’être hospitalisés dans un autre service, bien que les proportions de séjours en UHCD soient identiques pour les deux tranches d’âge dans ce cas-là4 . Ce résultat est à relier aux conditions d’hospitalisation des personnes âgées. La modélisation indique que, pour tous les âges, le fait d’attendre longtemps un lit augmente les chances de séjourner en UHCD. Le recours accru à l’UHCD pour les personnes âgées avant leur hospitalisation serait donc surtout la conséquence d’une attente plus longue pour obtenir un lit. Mais lorsque l’on tient compte de cette dif- ficulté propre aux personnes âgées, leurs chances de séjourner en UHCD sont plu- tôt plus faibles que celles des 15-74 ans. Ce résultat suggère une utilisation de ces unités, et plus généralement des parcours intrahospitaliers, différents selon les âges de la vie. En tenant compte des autres facteurs susceptibles d’influencer ces délais (en- cadré 1), le séjour en UHCD constitue le facteur principal d’une durée plus élevée pour les personnes âgées (tableau 2). Le nombre d’examens complémentaires réali- sés allonge également la durée de passage aux urgences, en lien avec les délais né- cessaires à leur réalisation5 et les patients nécessitant plusieurs recours au plateau technique séjournent plus fréquemment en UHCD. Par ailleurs, les points d’ac- cueil où l’affluence est la plus importante ont enregistré davantage de passages de 8 heures ou plus le jour de l’enquête et leurs ­patients ont également plus fréquem- ment séjourné en UHCD. Parmi les autres facteurs influençant la durée de passage aux urgences des per- sonnes âgées ou leur séjour en UHCD, certains jouent plus particulièrement en cas d’hospitalisation dans un autre service, 4. Les résultats détaillés de la régression logistique sont disponibles dans le tableau complé- mentaire C sur le site internet de la DREES. 5. L’imagerie non conventionnelle par exemple prend du temps et les patients des urgences n’ont pas toujours un accès prioritaire : d’après l’enquête, il n’y a pas d’imagerie par résonance magné- tique (IRM) sur le site dans lequel est implanté le service d’urgence pour 22 % des patients, un accès à l’IRM existe mais sans priorité pour les urgences pour 26 %, un accès à l’IRM avec priorité pour les urgences pour 52 %. GRAPHIQUE 2  Durée médiane de passage aux urgences, selon la modalité de sortie et le séjour en UHCD Champ • Patients âgés de 15 ans ou plus Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013. TABLEAU 1 Hospitalisation dans un autre service à l'issue du passage aux urgences, durée de passage aux urgences de 8 heures et plus et séjour en UHCD, selon l'âge des patients Types de parcours Proportion de patients de 15-74 ans (en %) Proportion de patients de 75 ans ou plus (en %) Odds ratio ajustés 75 ans ou plus vs 15-74 ans (réf.) Hospitalisation dans un autre service à la suite des urgences 17 56 2,6** Passage aux urgences de 8 heures ou plus tous patients 10 23 1,2** suivi d’un retour à domicile ou en institution 6 15 1,4** suivi d’une hospitalisation dans un autre service 27 30 ns Séjour en UHCD pendant le passage aux urgences tous patients 8 18 ns suivi d’un retour à domicile ou en institution 5 12 1,2* suivi d’une hospitalisation dans un autre service 24 24 0,8** UHCD : unité d'hospitalisation de courte durée. ** : significativité à 1 %, * à 5 %, ns : coefficient non significatif. Lecture • Chaque ligne du tableau présente les résultats d’un modèle de régression logistique qui mobilise à chaque fois d’autres variables explicatives non mentionnées ici. Le détail de chacun de ces sept modèles est disponible sur le site internet de la DREES. Pour le premier modèle, 17 % des patients âgés de 15 à 74 ans sont hospitalisés à la suite de leur passage aux urgences contre 56 % des patients âgés de 75 ans ou plus. L'odds ratio ajusté permet d'évaluer le degré d'association entre l´âge (avoir plus ou moins de 75 ans) et le fait d'être hospitalisé ou non, et donc la significativité statistique de l´écart. L'odds ratio estimé (2,6) est significatif à 1 %. Ainsi, toutes choses égales par ailleurs, on peut dire que le fait d'être hospitalisé dans un autre service est plus fréquent pour les personnes âgées que pour les patients âgés de 15 à 74 ans. Les résultats détaillés de la régression logistique sont disponibles dans le tableau complémentaire B sur le site internet de la DREES. Champ • Patients âgés de 15 ans ou plus y compris les patients ayant séjourné en UHCD. Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013. Retour à domicile sans séjour en UHCD Durée médiane de passage en heures Hospitalisation sans séjour en UHCD 15-74 ans 25 20 15 10 5 0 75 ans ou plus Retour à domicile après séjour en UHCD Hospitalisation après séjour en UHCD
  • 10. 4 Les personnes âgées aux urgences : une santé plus fragile nécessitant une prise en charge plus longue mars 2017 n u m é r o 1008 TABLEAU 2 Probabilité de durée de passage aux urgences de 8 heures et plus et de séjour en UHCD des patients âgés de 75 ans ou plus A. pour les patients hospitalisés dans un autre service à l'issue du passage aux urgences B. pour les patients non hospitalisés dans un autre service à l'issue du passage aux urgences Durée de passage 8 h et plus Séjour en UHCD Odds ratio Odds ratio Avec ou sans séjour en UHCD séjour en UHCD 27,0*** sans séjour en UHCD référence Pathologies pathologies digestives et endocriniennes 3,2*** ns pathologies autres 3,2*** ns symptômes 2,2*** ns pathologies respiratoires 2,2*** ns pathologies cardiaques 1,7** 0,7* pathologies neurologiques ns 0,6* traumatologie référence référence Contenu de la prise en charge pas d’imagerie non conventionnelle 0,5*** ns imagerie non conventionnelle référence référence sans autre acte diagnostic type ECG ns 0,5*** autre acte diagnostic type ECG référence référence Modalités d’hospitalisation hospitalisé en chirurgie ns 0,3*** hospitalisé en soins intensifs ou bloc opératoire 0,6** 0,5*** hospitalisé en médecine référence référence hospitalisé dans l’établissement ns 0,6*** transféré dans un autre établissement référence référence délai d’obtention d’une place d’hospitalisation inférieur à 1h 0,4*** 0,4*** délai d’obtention d’une place d’hospitalisation d’une heure ou plus référence référence Caractéristiques du point d’accueil CHR 1,8*** ns clinique privée à but non lucratif ns 3,0*** clinique privée à but lucratif 0,5** 3,1*** CH référence référence nombre de passages < 40 0,4** 0,5** nombre de passages 40-79 0,5*** 0,8* nombre de passages 80-119 0,8* ns nombre de passages 120 et plus référence référence pas de personnel dédié à l’inventaire des lits 0,7** 1,3* personnel dédié à l’inventaire des lits référence référence *** : significativité à 1 % ; ** à 5 % ; * à 10 % ; ns : coefficient non significatif. CH : centre hospitalier ; CHR : centre hospitalier régional ; ECG : électrocardiogramme ; EHPA : établissement d'hébergement pour personnes âgées ; ETP : équivalent temps plein ; UCHD : unité d'hospitalisation de courte durée. Champ • Patients âgés de 75 ans ou plus, A. hospitalisés à l'issue du passage aux urgences, B. non hospitalisés à l'issue du passage aux urgences. Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013. Durée de passage de 8 h et plus Séjour en UHCD Odds ratio Odds ratio Avec ou sans séjour en UHCD séjour en UHCD 41,7*** sans séjour en UHCD référence Conditions d’arrivée aux urgences transporté par le SMUR 0,2** 1,9* propres moyens 0,5** 0,5** véhicule d’un tiers ns 0,6** transporté en ambulance taxi référence référence enregistrement avant 16 h 0,6*** 0,4*** enregistrement après 16 h référence référence provenant d’un établissement de santé ns 0,3* provenant de la voie publique 0,3*** ns provenant d’une institution (EHPA) référence référence Mode de vie seul à domicile 0,5*** non seul à domicile ou en institution référence Pathologies pathologies digestives et endocriniennes 2,1** ns pathologies respiratoires 3,9*** ns symptômes ns 0,6* traumatologie référence référence Contenu de la prise en charge pas d’imagerie non conventionnelle 0,6*** 0,5*** imagerie non conventionnelle référence référence pas d’analyse de biologie 0,4*** 0,1*** analyse de biologie référence référence pas d’acte diagnostic de type ECG 0,7* 0,5*** acte diagnostic de type ECG référence référence pas d’avis spécialisé 0,7** 0,7** avis spécialisé référence référence Caractéristiques du point d’accueil CHR 1,6** ns clinique privée à but non lucratif 3,0*** ns clinique privée à but lucratif ns ns CH référence référence nombre de passages < 40 0,2*** ns nombre de passages 40-79 0,5*** ns nombre de passages 80-119 ns 1,4* nombre de passages 120 et plus référence référence équipe mobile gériatrique 4,4*** 0,5* gériatre de l’équipe des urgences 2,7* 0,3** appel d’un gériatre de l’établissement 2,3* 0,6* sans gériatre ni appel référence référence assistant de service social plus d’un ETP 1,5** 0,7** assistant de service social moins d’un ETP référence référence
  • 11. 5 Les personnes âgées aux urgences : une santé plus fragile nécessitant une prise en charge plus longue mars 2017 n u m é r o 1008 alors que d’autres facteurs interviennent plus spécifiquement en cas de retour à do- micile ou en établissement d’hébergement pour personnes âgées. La durée des passages et les séjours en UHCD sont liés aux conditions d’hospitalisation à l’issue des urgences Les durées de passage supérieures à 8 heures sont plus fréquentes pour les pa- tients atteints de pathologies respiratoires, cardiaques, digestives ou de symptômes que pour ceux souffrant de traumatismes. Il est probable que la décision d’hospitali- sation est plus rapide à prendre pour ces derniers si une intervention chirurgicale est indiquée. Dans ce cas, la filière d’hospita- lisation est unique, vers l’orthopédie, alors que pour les autres pathologies, il s’agit de choisir entre une hospitalisation en géria- trie ou en service spécialisé (pneumologie, cardiologie ou médecine digestive), en fonction des disponibilités. Le service d’hospitalisation destinataire a également une influence : le passage s’allonge et comporte plus fréquemment un séjour en UHCD s’il s’agit d’une hos- pitalisation en service de médecine plutôt qu’en service de chirurgie ou en soins intensifs. De même, le délai d’obtention d’un lit augmente mécaniquement la du- rée de passage et les séjours en UHCD. Enfin, la proportion de passages dépassant 8 heures est plus élevée dans les centres hospitaliers (CH) et les centres hospitaliers régionaux (CHR) que dans les cliniques privées à but lucratif6 . En revanche, les séjours en UHCD sont plus répandus en clinique privée à but lucratif ou à but non lucratif. En cas de retour à domicile, la possibilité de recourir à un gériatre va de pair avec des durées de passage plus longues, mais un moindre recours à l’UHCD Pour les patients qui rentreront à domicile ou en institution après les urgences, les durées de passage dépassant 8 heures sont également plus fréquentes en cas de pathologies respiratoires ou digestives que pour les traumatismes. Parmi les re- cours au plateau technique, les analyses 6. Toutes choses égales par ailleurs, il est plus difficile d’obtenir une place dans les CHR que dans les autres éta- blissements publics. À l’inverse les établis- sements privés, à but lucratif ou non, trouvent plus direc- tement des places pour leurs patients, (Ricroch, 2016). ENCADRÉ 2  Quelle organisation des points d’accueil des urgences pour les patients âgés ? Un point d’accueil sur quatre est situé dans un établissement de santé comportant un accès direct (sans passer par les urgences) aux services de gériatrie organisé, un sur quatre l’est dans un établissement où cet accueil est épisodique. Pour la moitié des points d’accueil, l’établissement de santé est donc dépourvu d’accès direct en service de gériatrie. Les ressources en gériatrie sont plus fréquentes dans les points d’accueil situés en établissement de santé public 63 % des points d’accueil sont situés dans un établissement comportant un ser- vice spécialisé de gériatrie, dont 50 % ont moins de 40 lits. C’est le cas de 76 % des points d’accueil publics, de la moitié des points d’accueil de cliniques pri- vées à but non lucratif et 10 % seulement des cliniques privées à but lucratif. Que les points d’accueil soient situés ou non dans un établissement avec un service spé- cialisé de gériatrie, les équipes ont souvent la possibilité de recourir à un gériatre. Trois si- tuations peuvent être distinguées. La situation la plus répandue est la possibilité de faire appel à un gériatre, soit par le recours à une équipe mobile gériatrique1 pour la moitié des points d’accueils soit par l’appel à un gériatre de l’établissement pour un tiers d’entre eux. Au total, cette première situation concerne huit points d’accueil sur dix (neuf sur dix pour les points d’accueil publics et cinq sur dix pour les cliniques privées à but lucratif). La deuxième situation, minoritaire, est celle où l’équipe des urgences comporte un gé- riatre à la journée (3 % des points d’accueil). Enfin la dernière situation regroupe les 17 % des points d’accueil qui n’ont ni gériatre dans leur équipe ni possibilité d’y faire appel. Dans la majorité des cas, la possibilité de faire appel à un gériatre est associée à l’existence d’un service spécialisé de gériatrie dans l’établissement. Inversement, les points d’accueil sans possibilité d’y faire appel sont situés dans un établissement sans service spécialisé de gériatrie (schéma). Parmi les 63 % de points d’accueil situés dans un établissement de santé avec un service de gériatrie, l’équipe des urgences a la possibilité de faire appel à l’équipe mobile gériatrique dans deux tiers des cas, à un gériatre de l’établissement dans un tiers des cas. La part de patients âgés dans la patientèle des urgences varie selon l’envi- ronnement, la catégorie d’établissement et l’organisation des points d’accueil La proportion de personnes âgées est en moyenne plus élevée dans les points d’accueil situés en centre hospitalier (20 % des 15 ans ou plus) que dans les CHR (17 %), les cliniques privées à but non lucratif (15 %) ou à but lucratif (14 %). Elle est plus importante dans les points d’accueil disposant de ressources ou de compétences en gériatrie. Ainsi, les per- sonnes âgées représentent 19 % des patients de 15 ans ou plus dans les points d'accueil d'établissements dotés d'un service spécialisé de gériatrie contre 16 % si l’établissement n’en a pas. Elle est également plus élevée dans les points d'accueil dont l’équipe comporte un gériatre, faisant appel à une équipe mobile gériatrique (19 %) ou à un gériatre de l’éta- blissement (18 %) que dans les points d’accueil sans gériatre ni possibilité d’appel (15 %). Ces situations peuvent résulter soit d’une orientation préférentielle des patients, soit d’une adaptation des points d’accueil recevant une proportion élevée de personnes âgées. 1.Circulaire DHOS du 28 mars 2007, « il est recommandé que l’équipe mobile gériatrique intervienne dans la structure des urgences dès l’entrée d’un patient à risque de perte d’autonomie et d’hospitalisation prolongée ». Ressources en gériatrie des points d’accueil des structures d’urgences ayant une autorisation d’urgences générales [Part des patients de 75 ans ou plus / patients âgés de 15 ans ou plus] Lecture • 235 points d’accueil, soit 37 % des points d’accueil des structures ayant une autorisation d’urgences générales sont situés dans un établissement de santé sans service spécialisé de gériatrie. Dans ces points d’accueil, les patients âgés de 75 ans ou plus représentent 16 % des patients âgés de 15 ans ou plus. Champ • Points d’accueil des structures d’urgences ayant une autorisation d’urgences générales. Source • DREES, enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013. Pas de service spécialisé de gériatrie dans l'établissement N=235 points d’accueil (37 %) [+75 ans=16 %] Service spécialisé de gériatrie dans l'établissement N=393 points d’accueil (63 %) [+75 ans =19  %] Possibilité d´appel à l´équipe mobile ou à un gériatre de l'établissement ou gériatre dans l´équipe des urgences N =136 points d’accueil (22 %) [+75 ans =17 %] Possibilité d´appel à l´équipe mobile ou à un gériatre de l´établissement ou gériatre dans l´équipe des urgences N=388 points d’accueil (62 %) [+75 ans =19  %] Pas d'appel possible ni de gériatre dans l´équipe N=99 points d’accueil (16 %) [+75 ans =15 %] Pas d´appel possible ni de gériatre dans l´équipe N=5 points d’accueil (1 %)
  • 12. 6 Les personnes âgées aux urgences : une santé plus fragile nécessitant une prise en charge plus longue mars 2017 n u m é r o 1008 Directeur de la publication : Franck von Lennep Responsable d’édition : Souphaphone Douangdara Secrétaires de rédaction : Sabine Boulanger et Fabienne Brifault Composition et mise en pages : NDBD Conception graphique : Julie Hiet et Philippe Brulin Imprimeur : Imprimerie centrale de Lens Pour toute information : drees-infos@sante.gouv.fr Reproduction autorisée sous réserve de la mention des sources • ISSN papier 1292-6876 • ISSN électronique 1146-9129 • AIP 0001384 LA DREES SUR INTERNET Retrouvez toutes nos publications sur notre site drees.social-sante.gouv.fr Retrouvez toutes nos données sur www.data.drees.sante.gouv.fr Pour recevoir nos avis de parution drees.social-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/avis-de-parution Les destinataires de cette publication sont informés de l’existence à la DREES d’un traitement de données à caractère personnel les concernant. Ce traitement, sous la responsabilité du directeur de la publication, a pour objet la diffusion de la publication de la DREES. Les données utilisées sont l’identité, la profession, l’adresse postale personnelle ou professionnelle. Conformément aux dispositions de la loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les destinataires disposent d’un droit d’accès et de rectification aux données les concernant ainsi qu’un droit d’opposition à figurer dans ce traitement. Ils peuvent exercer ces droits en écrivant à : DREES - Bureau des publications et de la communication - 14 avenue Duquesne - 75 350 Paris 07 SP ou en envoyant un courriel à : drees-infos@sante.gouv.fr   POUR EN SAVOIR PLUS • Boisguérin B., Mauro L., 2016, « Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier », Études et Résultats, DREES, n° 1007. • Ricroch L., Vuagnat A., 2017, « Les hospitalisations après passage aux urgences moins nombreuses dans le secteur privé », Études et Résultats, DREES, n° 997, février. • Ricroch L., 2016, « Trouver un lit après les urgences : une tâche plus facile pour les petits établissements hospitaliers », Études et Résultats, DREES, n°973, septembre. • Ricroch L., Vuagnat A., 2015, « Urgences : sept patients sur dix attendent moins d’une heure avant le début des soins », Études et Résultats, DREES, n°929, août. • Pericaud P., 2009, « Évaluation des solutions à l’engorgement des urgences en France et à l’étranger », Thèse de médecine générale, Université Paris Descartes, Paris V. 7. Il s’agit des res- sources en gériatrie du point d’accueil. L’enquête ne permet pas de savoir si pour un patient précis il a été fait appel à ces ressources (encadré 2). 8. Quand cela est possible, l’admission directe en circuits courts gériatriques, sans passage par les urgences, est même à privilégier pour éviter les risques liés au grand âge. Dans les autres cas, les équipes mobiles gériatriques des urgences servent également à aider à l’admission dans une telle structure si nécessaire et à fluidifier le parcours du patient en évitant une hospitalisation inadaptée, d’après la circulaire DHOS/02 no 2007-117 du 28 mars2007relative à la filière de soins gériatriques. biologiques et l’attente des résultats ral- longent nettement la durée de passage et rendent plus fréquent le séjour en UHCD. Par ailleurs, les ressources en gériatrie dont disposent les points d’accueil sont également liées à la durée de passage et au séjour en UHCD. La possibilité7 de recourir à un gériatre de l’établissement ou de l’équipe des urgences et plus en- core s’il s’agit d’une équipe mobile géria- trique est associée à une durée de prise en charge aux urgences plus importante. « L’interven­tion gériatrique ne diminue pas systématiquement la durée du passage aux urgences, mais permet, à 90 jours, de diminuer le taux d’institutionnalisa­tion, d’augmenter le nombre de retours à do- micile et d’amé­liorer l’autonomie des pa- tients. En revanche, l’appel à une équipe mobile gériatrique prend du temps. » (Pericaud, 2009). Cependant, on ob- serve moins de séjours en UHCD quand le recours à un gériatre est possible. De même, l’existence d’un assistant de ­service social dans la composition de l’équipe des urgences, particulièrement nécessaire pour organiser le retour à do- micile de certains patients âgés, va de pair avec une durée de passage plus longue et un séjour moins fréquent en UHCD. Les évaluations de ces personnels permettent probablement d’organiser l’orientation des personnes âgées en évitant des recours à l’UHCD, afin d’éviter les ruptures dans les parcours intrahospitaliers de ces patients plus fragiles8 .