SlideShare une entreprise Scribd logo
La révolution : Un contexte politique & des perspectives
                                                                Ben Gayess.A




Le contexte, médiatique et politique, actuel en Tunisie semble propice. Les médias ont
changés le cap au point de l'émergence d'un marché médiatique où le flux de
l'information et la personnalité des commentateurs sont devenus une marchandise à
haute valeur ajoutée. Des politiciens, des académiciens, des journalistes et des portes
paroles de la société civile se bousculent sur les plateaux. La surenchère médiatique
est arrivée au point d'inviter des sportifs afin d'analyser la relation entre le ratage d'un
pénalty et la révolution! Sur le plan politique, les partis comme les individus se sont
troussés la manche pour étaler leur savoir, leur savoir-faire et la pertinence de leur
d'analyse. Les partis politiques pilules, les communiqués tombent en avalanche, les
alliances se tissent, les forums et assemblées sont nombreuses...Un rassasiement
médiatique et politique au point de provoquer une indigestion aigüe!



A/ Comment? Pourquoi?

Il est évident que le vide politique méticuleusement créé et la mainmise médiatique
étaient des actions choisies pour affamer le peuple politiquement, l'assoiffer
médiatiquement. Cette politique s'est basée sur trois procédures distinctes:
multiplication des médias partisanes du RCD, légalisation de partis décors, ouverture
de la porte des institutions législatives aux partisans de la politique dictatoriale. La
ligne éditoriale des médias est tissée par l'Agence Tunisienne de Communication
Extérieur(ATCE) qui détient la vanne de financement des médias. Certains médias
sont allés jusqu'à rétrécir le cercle des lignes rouges tracés par la dictature, une
autocensure qui valait un flux financier plus important. Le rôle de ces médias est de
maquiller la vie politique, sociale et économique du pays, en manipulant les
indicateurs de développement humain(IDH),en multipliant les entretiens et en
diffusant les reportages truqués. Le RCD, cet ogre politique, s'est parfaitement
imbriqué à l'appareil de l'état au point de gêner la bureaucratie classique, bien infiltré
dans les institutions civiles lui permettant d'imposer une stratégie de "développement".
Une stratégie imposée par les multinationales via les instructions de la BM, la FMI et
l'OMC. La mondialisation (globalisation) visait à défricher la voie à la libre circulation
du capital, des biens produits et des hommes. Mais les préalables pour un marché
concurrentiel ne sont pas respectés. Ni le marché financier, ni le potentiel productif, ni
la liberté d'investissement ne sont réhabilités pour ce nouveau contexte. La
privatisation des unités productives parfois rentable)a été une source d'accumulation
de richesses de la myriade familiale du président déchu et ce à travers l'escroquerie
financière, les pots de vin et l'acquisition au moindre prix de ces unités. Quant au
secteur qui a le plus bénéficié de ce contexte, il s'agit du secteur des services. Les
secteurs productifs (agriculture, industrie d'extraction, industrie agroalimentaire)
étaient relativement délaissés. Pourtant, l'efficience économique (Part du volume
d'investissement/PIB) et sociale (Part du volume d'investissement/Nombre d'emploi
créé) sont en faveur des secteurs de production de biens réels. En dépit de cela, la
politique dictatoriale s'est contentée d'ouvrir les frontières devant les IDE qui sont
placés pour promouvoir la production de biens destinés à l'exportation. Bénéficiant
d'une législation favorable (exonération fiscale, convertibilité monétaire, coût de la
main d'œuvre, partenariat), les IDE sont devenus le goulot d'étranglement du
processus d'accumulation du capital national et de l'élargissement du marché intérieur.
Ainsi, le gouvernement et les commis de l'état sont devenus les serviteurs des
multinationales et du camp mafieux de la famille du président. La politique de la
mondialisation a réduit le rôle de l'état, d'un état planificateur et productif à un état
d'exécution des recommandations des institutions internationales. Le second rôle de
l'état est d'ordre sécuritaire, un "chien de garde" qui veille sur le climat social et
politique. Vue ces nouvelles attributions, il est normal qu'aux yeux des défenseurs du
capital financier la collaboration avec la dictature est justifiable.

L'état, en jouant ce rôle facilitateur, a préparé les conditions propices à
l'investissement et la liberté des échanges. La législation, en rapport avec le rôle que
jouait l'état, peut éventuellement constituer le talon d'Achille à cette politique. Dans un
pays démocratique, où la séparation et/ou l'équilibre constitutionnel des pouvoirs
existe, le risque reste minime. Pour attirer les IDE, le gouvernement tunisien a choisi
le chemin le plus court en neutralisant l'instance législative par la technique de la
mainmise. Le chef d'orchestre n'est autre que l'appareil de propagande du
gouvernement: le parti au pouvoir(PSD).Ce dernier a, lui même, été sujet d'un
réaménagement qui l'a mis au sillage des choix préétablis. Entre autre, tous les partis
politiques et les instances civiles ont signés la "charte nationale" et sont devenus des
partenaires de la relève dictatoriale.

Le RCD, par ses manipulations et son imbrication dans l'appareil de l'état, les partisans
décors (partis politiques et institutions collaboratrices) ont ainsi légitimé le pouvoir de
Ben Ali contre des miettes politico-financières. Une stratégie politique qui a enfanté
une Chambre Parlementaire sous l'égide du RCD et les ramasseurs de miettes et la
Chambre des conseillers, occupée par les "Unionistes"(UGTT, UTICA, UTAP,
UNFT) et les désignées de l’exécutif (1/3)!

Deux chambres constitutionnelles complètement acquises au profit du RCD dont le
premier dirigeant n'est autre que le président de la république. Enfin, c’est aux médias,
ce 4ème pouvoir, de faciliter la tâche de l’état. La ligne directrice reposait sur deux
solides piliers :

1/Médiatiser la « judicieuse » politique de l’état ;

2/Avorter tout message constructif.

La médiatisation de la politique de l’état était accès sur les éventuels effets et impacts
positifs de la mondialisation. Les tables rondes, les forums et les publications
excluaient tout avis ou réflexion contraire aux messages voulus. Les indicateurs de
développement sont généralement présentés sous formes de pourcentages comparatifs
aveuglant la répartition réelle des richesses. L’ATCE était là pour encourager le
maquillage de la vie en Tunisie tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. La censure
est l’outil fréquemment utilisé pour anéantir tout essai d’éclaircissement ou d’analyse
de la réalité. La liberté d’expression et de la presse ne sont que de mots casés derrière
une fausse bibliothèque. C’est à l’intérieur de cette dernière qu’on a caché l’appât des
maquilleurs de la politique désastreuse de l’état-famille.
Le second pilier est une alchimie abortive de tout message constructif. Aucun secteur
n’a été épargné : culturel, scientifique, sportif, éducatif, historique…La subvention de
l’état pour promouvoir ces secteurs n’était allouée qu’à la médiocrité. Nombreux sont
ceux qui se hâtaient aux portes des ministères de tutelles pour ramasser les miettes de
la subvention. La corruption est la porte d’entrée aux salons des commissions
d’évaluation et d’allocution de la subvention.

Bref, le contenu politique et médiatique était d’une qualité et d’une quantité
indigestes. Les gens avertis sont allés chercher la réalité sous d’autres cieux
médiatiques. Les médias satellitaires et l’internet, malgré la censure, étaient le refuge
idéal pour ceux qui en disposent.

Que faisaient les partis politiques qui se vantent de la pertinence de leur analyse ?

Où étaient les nouveaux messagers (groupes et individus)?

Einstein disait: "celui qui désire représenter un phénomène vivant dans son évolution,
doit se trouver devant le dilemme suivant: être en avant ou en arrière, pas au milieu".
Nul parti n'était en avant, c'est à dire avant-gardiste! Personne n'a prédit la révolte!
Une preuve irréfutable que les partis politiques avaient d’autres chats à fouettés. Ils
étaient à la recherche d’une légalité constitutionnelle ou d’une légitimité étrangère
d’une part, et ils sont démunis des outils scientifiques pour une judicieuse analyse,
d’autre part. Pour les raisons ci-citées, tout le monde était surpris par une émeute
spontanée qui a évolué en une révolte populaire organisée. Une révolte qui s'est
distinguée par son caractère social, la vitesse de sa propagation, la créativité
organisationnelle, l'amplitude croissante de ses objectifs et la sympathie acquise au
niveau tant régionale qu'internationale. Certes que les conditions étaient favorables
aux contestations (carence d'investissement, chômage, bas niveau de vie) mais le
moment du déclenchement a pris en contrepied tous les politiciens. Tous les
subterfuges politiques (RCD et ses satellites) les manœuvres politiciennes des partis
politiques de décor de la seconde génération (PDP, Ettajdid) et les tractations actuelles
n'ont pu et ne peuvent étouffer la révolution. Les conseils, fronts et forums que se
partagent les partis politiques sont verticaux et non viables. Les parties constituantes
manquent de programmes clairs, la plate forme politique est étroite tant d'un point de
vue des objectifs et que dans le temps. Donc, des coalitions éphémères. D'ailleurs, l es
derniers événements confirment cette hypothèse.



B/ Que faire ?

Les enjeux politiques sont énormes, les forces progressistes devraient s'aligner à la
population en adoptant et développant ses slogans (objectifs) et ses méthodes
organisationnelles. Pour que les acquis de la révolution ne soient pas accaparer par une
myriade de partis politiques, et pour que le chemin de la révolution ne soit pas dévié
en faveur d'une poignée d'opportunistes, la vigilance est de mise. Une meilleure
vigilance consiste en l'adoption de deux activités primordiales:

1/ Concevoir des instances représentatives et horizontales (toutes les catégories
sociales, toutes les régions). Des structures de concertation, de décision et de gestion.
2/ Approfondir l'analyse de la situation actuelle (sectaire et globale) afin de développer
       le programme de développement d'une Tunisie libre et démocratique.

       Un programme qui tient compte des objectifs assignés par la révolution, de sa capacité
       innovatrice sur le plan organisationnel, politique, social et économique.

       L'infantilisme politique de ceux qui se brandissent l'étendard d'une légitimité
       historique(ex-prisonniers, expatriés) pour un partage de pouvoir, n'est qu'un
       entêtement devant les sacrifices de la révolution qui, a bel et bien, résisté à toutes les
       tentatives de son assujettissement politique et organisationnelle.

Annexes :
Des questions en attente de réponses !

 1/ Ya-t-il des potentialités spécifiques territoriales, locales et régionales (humaines,
naturelles, facteurs de production, circuits courts et longs de commercialisation..)?

2/ Les citoyens de ces régions, appuyés par des facilitateurs ou modérateurs, ne sont-ils pas
les mieux placés à identifier les problèmes, analyser la relation de causalité et proposer les
alternatives de développement?

3/ Les commis de l'état, les hauts responsables administrateurs ou les honorables politiciens
siégeant à Tunis et les grandes villes, ont-ils l'aval de continuer à méditer à la place des
autres?

4/ Les citoyens de ces régions (politisés ou apolitiques) n'ont-ils pas le droit de s'organiser et
participer à la conception et à l'élaboration des projets de développement de leur propre
potentialités?

5/ N'est-il pas temps de couper avec les approches descendantes et centralisées?

6/ N'est-il pas à l’ordre du jour de rompre avec les projets stéréotypés?

7/ N'est-il pas pertinent de reconsidérer les droits et devoirs du citoyen?

8/ Si les réponses aux questions précédentes sont affirmatives, quel est le rôle des partis
politiques, syndicats, associations, ONG et les personnalités indépendantes?

9/ Si les réponses sont mitigées, comment peut-on concevoir un espace où la LIBERTE (pas
uniquement la liberté d'organisation et d'info), la DIGNITE (pas seulement un changement
comportemental civique), l'EGALITE REGIONALE (qui n'est pas une aumône, un
saupoudrage de quelques institutions de services ou industrielles) et LE DROIT AU
TRAVAIL(qui n'est possible que par l'initiation d'une nouvelle dynamique économique).

Contenu connexe

En vedette

Brit Y Los Bebes
Brit Y Los BebesBrit Y Los Bebes
Brit Y Los Bebesacunato
 
Masilla pop
Masilla popMasilla pop
Masilla pop
ricardofer2010
 
Leccion 3 cuarto trimestre 2010
Leccion 3 cuarto trimestre 2010Leccion 3 cuarto trimestre 2010
Leccion 3 cuarto trimestre 2010
Dimension Joven
 
Trabajo de taller cat.
Trabajo de taller cat.Trabajo de taller cat.
Trabajo de taller cat.
pamelavillalobos
 
Boletin nº03 SSRV
Boletin nº03 SSRVBoletin nº03 SSRV
Boletin nº03 SSRV
ssrvvalpo
 
Social Media Fallstudie Salzkammergut (Österreich)
Social Media Fallstudie Salzkammergut (Österreich)Social Media Fallstudie Salzkammergut (Österreich)
Social Media Fallstudie Salzkammergut (Österreich)
University of Applied Sciences of Western Switzerlan Valais
 
Trabajo tic 1
Trabajo tic 1Trabajo tic 1
Trabajo tic 1
cecilia andrea
 
Personajes 08
Personajes 08Personajes 08
Personajes 08
Dimension Joven
 
Rutas
RutasRutas
Rutas
horellano
 
Le ciel, un modèle de perfection et d'éternité ?
Le ciel, un modèle de perfection et d'éternité ?Le ciel, un modèle de perfection et d'éternité ?
Le ciel, un modèle de perfection et d'éternité ?
Thibault Cantegrel
 
Presentación final
Presentación finalPresentación final
Presentación finalDanieLKz
 
4.primera guerra
4.primera guerra4.primera guerra
4.primera guerra
Enrique L
 
Repaso general
Repaso generalRepaso general
Repaso general
primerosauxilios
 
9782909735221 inquisiteur
9782909735221 inquisiteur9782909735221 inquisiteur
9782909735221 inquisiteur
sti1966
 
Uso del internet en la enseñanza del ingles
Uso del internet en la enseñanza del inglesUso del internet en la enseñanza del ingles
Uso del internet en la enseñanza del ingles
Robiin Castro
 
Evolución histórica de internet y situación actual
Evolución histórica de internet y situación actualEvolución histórica de internet y situación actual
Evolución histórica de internet y situación actual
noemigancedo
 
Wie das Chanten des Namens Gottes funktioniert
Wie das Chanten des Namens Gottes funktioniertWie das Chanten des Namens Gottes funktioniert
Wie das Chanten des Namens Gottes funktioniert
SSRF Inc.
 
Pis de sistemas
Pis de sistemas Pis de sistemas
Pis de sistemas
laura1gomez
 
Estimado señor gómez
Estimado señor gómezEstimado señor gómez
Estimado señor gómez
Alejandro Sosa de Cieza
 
Séminaire clientèle britannique
Séminaire clientèle britanniqueSéminaire clientèle britannique
Séminaire clientèle britannique
Anjou tourisme
 

En vedette (20)

Brit Y Los Bebes
Brit Y Los BebesBrit Y Los Bebes
Brit Y Los Bebes
 
Masilla pop
Masilla popMasilla pop
Masilla pop
 
Leccion 3 cuarto trimestre 2010
Leccion 3 cuarto trimestre 2010Leccion 3 cuarto trimestre 2010
Leccion 3 cuarto trimestre 2010
 
Trabajo de taller cat.
Trabajo de taller cat.Trabajo de taller cat.
Trabajo de taller cat.
 
Boletin nº03 SSRV
Boletin nº03 SSRVBoletin nº03 SSRV
Boletin nº03 SSRV
 
Social Media Fallstudie Salzkammergut (Österreich)
Social Media Fallstudie Salzkammergut (Österreich)Social Media Fallstudie Salzkammergut (Österreich)
Social Media Fallstudie Salzkammergut (Österreich)
 
Trabajo tic 1
Trabajo tic 1Trabajo tic 1
Trabajo tic 1
 
Personajes 08
Personajes 08Personajes 08
Personajes 08
 
Rutas
RutasRutas
Rutas
 
Le ciel, un modèle de perfection et d'éternité ?
Le ciel, un modèle de perfection et d'éternité ?Le ciel, un modèle de perfection et d'éternité ?
Le ciel, un modèle de perfection et d'éternité ?
 
Presentación final
Presentación finalPresentación final
Presentación final
 
4.primera guerra
4.primera guerra4.primera guerra
4.primera guerra
 
Repaso general
Repaso generalRepaso general
Repaso general
 
9782909735221 inquisiteur
9782909735221 inquisiteur9782909735221 inquisiteur
9782909735221 inquisiteur
 
Uso del internet en la enseñanza del ingles
Uso del internet en la enseñanza del inglesUso del internet en la enseñanza del ingles
Uso del internet en la enseñanza del ingles
 
Evolución histórica de internet y situación actual
Evolución histórica de internet y situación actualEvolución histórica de internet y situación actual
Evolución histórica de internet y situación actual
 
Wie das Chanten des Namens Gottes funktioniert
Wie das Chanten des Namens Gottes funktioniertWie das Chanten des Namens Gottes funktioniert
Wie das Chanten des Namens Gottes funktioniert
 
Pis de sistemas
Pis de sistemas Pis de sistemas
Pis de sistemas
 
Estimado señor gómez
Estimado señor gómezEstimado señor gómez
Estimado señor gómez
 
Séminaire clientèle britannique
Séminaire clientèle britanniqueSéminaire clientèle britannique
Séminaire clientèle britannique
 

Similaire à La revolution un contexte politique et des perspectives

Desenclavement Et Mode De Gouvernance
Desenclavement Et Mode De GouvernanceDesenclavement Et Mode De Gouvernance
Desenclavement Et Mode De GouvernanceSonia Charbti
 
Desenclavement et mode de gouvernance
Desenclavement et mode de gouvernanceDesenclavement et mode de gouvernance
Desenclavement et mode de gouvernanceSonia Charbti
 
Essai d'analyse d'un slogan d'une révolution ouraganBen Gayess.A
Essai d'analyse d'un slogan d'une révolution ouraganBen Gayess.AEssai d'analyse d'un slogan d'une révolution ouraganBen Gayess.A
Essai d'analyse d'un slogan d'une révolution ouraganBen Gayess.ASonia Charbti
 
N47
N47N47
Médiatisation internationale de l'AMDH
Médiatisation internationale de l'AMDHMédiatisation internationale de l'AMDH
Médiatisation internationale de l'AMDH
Scrib Net
 
EBOOK Laurent Alexandre - L Intelligence Artificielle va-t-elle aussi tuer la...
EBOOK Laurent Alexandre - L Intelligence Artificielle va-t-elle aussi tuer la...EBOOK Laurent Alexandre - L Intelligence Artificielle va-t-elle aussi tuer la...
EBOOK Laurent Alexandre - L Intelligence Artificielle va-t-elle aussi tuer la...
MohamadOunsi
 
Lettre Exprimeo : Tea Party : possible en France ?
Lettre Exprimeo : Tea Party :  possible en France ?Lettre Exprimeo : Tea Party :  possible en France ?
Lettre Exprimeo : Tea Party : possible en France ?
Newday
 
Note journalisme geopolitique
Note journalisme geopolitiqueNote journalisme geopolitique
Note journalisme geopolitique
Hugo SOUTRA
 
L audiovisuel public est il vraiment public ?
L audiovisuel public est il vraiment public ?L audiovisuel public est il vraiment public ?
L audiovisuel public est il vraiment public ?
Dr Sebastien Poulain
 
Comprendre Les Enjeux Stratégiques HS n°31 - Les entretiens du directeur. Ent...
Comprendre Les Enjeux Stratégiques HS n°31 - Les entretiens du directeur. Ent...Comprendre Les Enjeux Stratégiques HS n°31 - Les entretiens du directeur. Ent...
Comprendre Les Enjeux Stratégiques HS n°31 - Les entretiens du directeur. Ent...
Jean-François Fiorina
 
Projet de société de Me Madické Niang "Coalition Madické 2019 "
Projet de société de Me Madické Niang "Coalition Madické 2019 "Projet de société de Me Madické Niang "Coalition Madické 2019 "
Projet de société de Me Madické Niang "Coalition Madické 2019 "
Serigne Diagne
 
Charte des Progressistes
Charte des ProgressistesCharte des Progressistes
Rapport gorce
Rapport gorceRapport gorce
Rapport gorce
pascaljan
 
Al Qotb France-Bulletin n°6 juin2013
Al Qotb France-Bulletin n°6 juin2013Al Qotb France-Bulletin n°6 juin2013
Al Qotb France-Bulletin n°6 juin2013
AL QOTB Tunisie
 
Socialistes du 21ème siècle
Socialistes du 21ème siècleSocialistes du 21ème siècle
Socialistes du 21ème siècle
Thomas Puijalon
 
Socialiste au 21ème siècle
Socialiste au 21ème siècleSocialiste au 21ème siècle
Socialiste au 21ème siècle
Thomas Puijalon
 
Socialistes du xx ie siècle (3)
Socialistes du xx ie siècle (3)Socialistes du xx ie siècle (3)
Socialistes du xx ie siècle (3)Thomas Puijalon
 

Similaire à La revolution un contexte politique et des perspectives (20)

Desenclavement Et Mode De Gouvernance
Desenclavement Et Mode De GouvernanceDesenclavement Et Mode De Gouvernance
Desenclavement Et Mode De Gouvernance
 
Desenclavement et mode de gouvernance
Desenclavement et mode de gouvernanceDesenclavement et mode de gouvernance
Desenclavement et mode de gouvernance
 
Essai d'analyse d'un slogan d'une révolution ouraganBen Gayess.A
Essai d'analyse d'un slogan d'une révolution ouraganBen Gayess.AEssai d'analyse d'un slogan d'une révolution ouraganBen Gayess.A
Essai d'analyse d'un slogan d'une révolution ouraganBen Gayess.A
 
Essai D
Essai DEssai D
Essai D
 
N47
N47N47
N47
 
N47
N47N47
N47
 
Médiatisation internationale de l'AMDH
Médiatisation internationale de l'AMDHMédiatisation internationale de l'AMDH
Médiatisation internationale de l'AMDH
 
EBOOK Laurent Alexandre - L Intelligence Artificielle va-t-elle aussi tuer la...
EBOOK Laurent Alexandre - L Intelligence Artificielle va-t-elle aussi tuer la...EBOOK Laurent Alexandre - L Intelligence Artificielle va-t-elle aussi tuer la...
EBOOK Laurent Alexandre - L Intelligence Artificielle va-t-elle aussi tuer la...
 
Lettre Exprimeo : Tea Party : possible en France ?
Lettre Exprimeo : Tea Party :  possible en France ?Lettre Exprimeo : Tea Party :  possible en France ?
Lettre Exprimeo : Tea Party : possible en France ?
 
Note journalisme geopolitique
Note journalisme geopolitiqueNote journalisme geopolitique
Note journalisme geopolitique
 
L audiovisuel public est il vraiment public ?
L audiovisuel public est il vraiment public ?L audiovisuel public est il vraiment public ?
L audiovisuel public est il vraiment public ?
 
Comprendre Les Enjeux Stratégiques HS n°31 - Les entretiens du directeur. Ent...
Comprendre Les Enjeux Stratégiques HS n°31 - Les entretiens du directeur. Ent...Comprendre Les Enjeux Stratégiques HS n°31 - Les entretiens du directeur. Ent...
Comprendre Les Enjeux Stratégiques HS n°31 - Les entretiens du directeur. Ent...
 
Projet de société de Me Madické Niang "Coalition Madické 2019 "
Projet de société de Me Madické Niang "Coalition Madické 2019 "Projet de société de Me Madické Niang "Coalition Madické 2019 "
Projet de société de Me Madické Niang "Coalition Madické 2019 "
 
2008 independance media
2008 independance media2008 independance media
2008 independance media
 
Charte des Progressistes
Charte des ProgressistesCharte des Progressistes
Charte des Progressistes
 
Rapport gorce
Rapport gorceRapport gorce
Rapport gorce
 
Al Qotb France-Bulletin n°6 juin2013
Al Qotb France-Bulletin n°6 juin2013Al Qotb France-Bulletin n°6 juin2013
Al Qotb France-Bulletin n°6 juin2013
 
Socialistes du 21ème siècle
Socialistes du 21ème siècleSocialistes du 21ème siècle
Socialistes du 21ème siècle
 
Socialiste au 21ème siècle
Socialiste au 21ème siècleSocialiste au 21ème siècle
Socialiste au 21ème siècle
 
Socialistes du xx ie siècle (3)
Socialistes du xx ie siècle (3)Socialistes du xx ie siècle (3)
Socialistes du xx ie siècle (3)
 

Plus de Sonia Charbti

من أجل تأسيس جديد
من أجل تأسيس جديدمن أجل تأسيس جديد
من أجل تأسيس جديد
Sonia Charbti
 
من هي قوى تونس الحرّة
من هي قوى تونس الحرّةمن هي قوى تونس الحرّة
من هي قوى تونس الحرّةSonia Charbti
 
مشـروع إعلان مبادئ للدستور قوى تونس الحرّة
مشـروع إعلان مبادئ للدستور   قوى تونس الحرّةمشـروع إعلان مبادئ للدستور   قوى تونس الحرّة
مشـروع إعلان مبادئ للدستور قوى تونس الحرّةSonia Charbti
 
قوى تونس الحرّة بيان رقم 7
قوى تونس الحرّة بيان رقم 7قوى تونس الحرّة بيان رقم 7
قوى تونس الحرّة بيان رقم 7Sonia Charbti
 
قوى تونس الحرّة بيان رقم 5
قوى تونس الحرّة بيان رقم 5قوى تونس الحرّة بيان رقم 5
قوى تونس الحرّة بيان رقم 5Sonia Charbti
 
قوى تونس الحرّة بيان رقم 4
قوى تونس الحرّة بيان رقم 4قوى تونس الحرّة بيان رقم 4
قوى تونس الحرّة بيان رقم 4Sonia Charbti
 
قوى تونس الحرّة بيان رقم 3
قوى تونس الحرّة بيان رقم 3قوى تونس الحرّة بيان رقم 3
قوى تونس الحرّة بيان رقم 3Sonia Charbti
 
قوى تونس الحرّة بيان رقم 2
قوى تونس الحرّة بيان رقم 2قوى تونس الحرّة بيان رقم 2
قوى تونس الحرّة بيان رقم 2Sonia Charbti
 
قوى تونس الحرّة بيان رقم 1
قوى تونس الحرّة بيان رقم 1قوى تونس الحرّة بيان رقم 1
قوى تونس الحرّة بيان رقم 1Sonia Charbti
 
عبدالسلام حمدي كماشة رأس المال المالي
عبدالسلام حمدي  كماشة رأس المال الماليعبدالسلام حمدي  كماشة رأس المال المالي
عبدالسلام حمدي كماشة رأس المال الماليSonia Charbti
 
رضا شهاب المكّي جريدة الإعلان
رضا شهاب المكّي   جريدة الإعلانرضا شهاب المكّي   جريدة الإعلان
رضا شهاب المكّي جريدة الإعلانSonia Charbti
 
رضا شهاب المكّي الصحافة
رضا شهاب المكّي   الصحافةرضا شهاب المكّي   الصحافة
رضا شهاب المكّي الصحافةSonia Charbti
 
رضا شهاب المكّي الشروق
رضا شهاب المكّي    الشروقرضا شهاب المكّي    الشروق
رضا شهاب المكّي الشروقSonia Charbti
 
العولمة والثورات الجديدة
العولمة والثورات الجديدةالعولمة والثورات الجديدة
العولمة والثورات الجديدةSonia Charbti
 
الثورة المضادة عبدالسلام حمدي
الثورة المضادة   عبدالسلام حمديالثورة المضادة   عبدالسلام حمدي
الثورة المضادة عبدالسلام حمديSonia Charbti
 
الأرضية السياسية لقوى تونس الحرّة
الأرضية السياسية لقوى تونس الحرّةالأرضية السياسية لقوى تونس الحرّة
الأرضية السياسية لقوى تونس الحرّةSonia Charbti
 
Ridha M E K K I Quotidient
Ridha  M E K K I QuotidientRidha  M E K K I Quotidient
Ridha M E K K I QuotidientSonia Charbti
 
Contre RéVolition Politique Def S A B E R D A H I
Contre RéVolition Politique Def  S A B E R  D A H IContre RéVolition Politique Def  S A B E R  D A H I
Contre RéVolition Politique Def S A B E R D A H ISonia Charbti
 

Plus de Sonia Charbti (20)

من أجل تأسيس جديد
من أجل تأسيس جديدمن أجل تأسيس جديد
من أجل تأسيس جديد
 
من هي قوى تونس الحرّة
من هي قوى تونس الحرّةمن هي قوى تونس الحرّة
من هي قوى تونس الحرّة
 
مشـروع إعلان مبادئ للدستور قوى تونس الحرّة
مشـروع إعلان مبادئ للدستور   قوى تونس الحرّةمشـروع إعلان مبادئ للدستور   قوى تونس الحرّة
مشـروع إعلان مبادئ للدستور قوى تونس الحرّة
 
قوى تونس الحرّة بيان رقم 7
قوى تونس الحرّة بيان رقم 7قوى تونس الحرّة بيان رقم 7
قوى تونس الحرّة بيان رقم 7
 
قوى تونس الحرّة بيان رقم 5
قوى تونس الحرّة بيان رقم 5قوى تونس الحرّة بيان رقم 5
قوى تونس الحرّة بيان رقم 5
 
قوى تونس الحرّة بيان رقم 4
قوى تونس الحرّة بيان رقم 4قوى تونس الحرّة بيان رقم 4
قوى تونس الحرّة بيان رقم 4
 
قوى تونس الحرّة بيان رقم 3
قوى تونس الحرّة بيان رقم 3قوى تونس الحرّة بيان رقم 3
قوى تونس الحرّة بيان رقم 3
 
قوى تونس الحرّة بيان رقم 2
قوى تونس الحرّة بيان رقم 2قوى تونس الحرّة بيان رقم 2
قوى تونس الحرّة بيان رقم 2
 
قوى تونس الحرّة بيان رقم 1
قوى تونس الحرّة بيان رقم 1قوى تونس الحرّة بيان رقم 1
قوى تونس الحرّة بيان رقم 1
 
عبدالسلام حمدي كماشة رأس المال المالي
عبدالسلام حمدي  كماشة رأس المال الماليعبدالسلام حمدي  كماشة رأس المال المالي
عبدالسلام حمدي كماشة رأس المال المالي
 
رضا شهاب المكّي جريدة الإعلان
رضا شهاب المكّي   جريدة الإعلانرضا شهاب المكّي   جريدة الإعلان
رضا شهاب المكّي جريدة الإعلان
 
رضا شهاب المكّي الصحافة
رضا شهاب المكّي   الصحافةرضا شهاب المكّي   الصحافة
رضا شهاب المكّي الصحافة
 
رضا شهاب المكّي الشروق
رضا شهاب المكّي    الشروقرضا شهاب المكّي    الشروق
رضا شهاب المكّي الشروق
 
العولمة والثورات الجديدة
العولمة والثورات الجديدةالعولمة والثورات الجديدة
العولمة والثورات الجديدة
 
الثورة المضادة عبدالسلام حمدي
الثورة المضادة   عبدالسلام حمديالثورة المضادة   عبدالسلام حمدي
الثورة المضادة عبدالسلام حمدي
 
الأرضية السياسية لقوى تونس الحرّة
الأرضية السياسية لقوى تونس الحرّةالأرضية السياسية لقوى تونس الحرّة
الأرضية السياسية لقوى تونس الحرّة
 
Ridha M E K K I Quotidient
Ridha  M E K K I QuotidientRidha  M E K K I Quotidient
Ridha M E K K I Quotidient
 
Ridha M E K K I L
Ridha  M E K K I   LRidha  M E K K I   L
Ridha M E K K I L
 
Echographie D
Echographie DEchographie D
Echographie D
 
Contre RéVolition Politique Def S A B E R D A H I
Contre RéVolition Politique Def  S A B E R  D A H IContre RéVolition Politique Def  S A B E R  D A H I
Contre RéVolition Politique Def S A B E R D A H I
 

La revolution un contexte politique et des perspectives

  • 1. La révolution : Un contexte politique & des perspectives Ben Gayess.A Le contexte, médiatique et politique, actuel en Tunisie semble propice. Les médias ont changés le cap au point de l'émergence d'un marché médiatique où le flux de l'information et la personnalité des commentateurs sont devenus une marchandise à haute valeur ajoutée. Des politiciens, des académiciens, des journalistes et des portes paroles de la société civile se bousculent sur les plateaux. La surenchère médiatique est arrivée au point d'inviter des sportifs afin d'analyser la relation entre le ratage d'un pénalty et la révolution! Sur le plan politique, les partis comme les individus se sont troussés la manche pour étaler leur savoir, leur savoir-faire et la pertinence de leur d'analyse. Les partis politiques pilules, les communiqués tombent en avalanche, les alliances se tissent, les forums et assemblées sont nombreuses...Un rassasiement médiatique et politique au point de provoquer une indigestion aigüe! A/ Comment? Pourquoi? Il est évident que le vide politique méticuleusement créé et la mainmise médiatique étaient des actions choisies pour affamer le peuple politiquement, l'assoiffer médiatiquement. Cette politique s'est basée sur trois procédures distinctes: multiplication des médias partisanes du RCD, légalisation de partis décors, ouverture de la porte des institutions législatives aux partisans de la politique dictatoriale. La ligne éditoriale des médias est tissée par l'Agence Tunisienne de Communication Extérieur(ATCE) qui détient la vanne de financement des médias. Certains médias sont allés jusqu'à rétrécir le cercle des lignes rouges tracés par la dictature, une autocensure qui valait un flux financier plus important. Le rôle de ces médias est de maquiller la vie politique, sociale et économique du pays, en manipulant les indicateurs de développement humain(IDH),en multipliant les entretiens et en diffusant les reportages truqués. Le RCD, cet ogre politique, s'est parfaitement imbriqué à l'appareil de l'état au point de gêner la bureaucratie classique, bien infiltré dans les institutions civiles lui permettant d'imposer une stratégie de "développement". Une stratégie imposée par les multinationales via les instructions de la BM, la FMI et l'OMC. La mondialisation (globalisation) visait à défricher la voie à la libre circulation du capital, des biens produits et des hommes. Mais les préalables pour un marché concurrentiel ne sont pas respectés. Ni le marché financier, ni le potentiel productif, ni la liberté d'investissement ne sont réhabilités pour ce nouveau contexte. La privatisation des unités productives parfois rentable)a été une source d'accumulation de richesses de la myriade familiale du président déchu et ce à travers l'escroquerie financière, les pots de vin et l'acquisition au moindre prix de ces unités. Quant au secteur qui a le plus bénéficié de ce contexte, il s'agit du secteur des services. Les secteurs productifs (agriculture, industrie d'extraction, industrie agroalimentaire) étaient relativement délaissés. Pourtant, l'efficience économique (Part du volume d'investissement/PIB) et sociale (Part du volume d'investissement/Nombre d'emploi créé) sont en faveur des secteurs de production de biens réels. En dépit de cela, la politique dictatoriale s'est contentée d'ouvrir les frontières devant les IDE qui sont
  • 2. placés pour promouvoir la production de biens destinés à l'exportation. Bénéficiant d'une législation favorable (exonération fiscale, convertibilité monétaire, coût de la main d'œuvre, partenariat), les IDE sont devenus le goulot d'étranglement du processus d'accumulation du capital national et de l'élargissement du marché intérieur. Ainsi, le gouvernement et les commis de l'état sont devenus les serviteurs des multinationales et du camp mafieux de la famille du président. La politique de la mondialisation a réduit le rôle de l'état, d'un état planificateur et productif à un état d'exécution des recommandations des institutions internationales. Le second rôle de l'état est d'ordre sécuritaire, un "chien de garde" qui veille sur le climat social et politique. Vue ces nouvelles attributions, il est normal qu'aux yeux des défenseurs du capital financier la collaboration avec la dictature est justifiable. L'état, en jouant ce rôle facilitateur, a préparé les conditions propices à l'investissement et la liberté des échanges. La législation, en rapport avec le rôle que jouait l'état, peut éventuellement constituer le talon d'Achille à cette politique. Dans un pays démocratique, où la séparation et/ou l'équilibre constitutionnel des pouvoirs existe, le risque reste minime. Pour attirer les IDE, le gouvernement tunisien a choisi le chemin le plus court en neutralisant l'instance législative par la technique de la mainmise. Le chef d'orchestre n'est autre que l'appareil de propagande du gouvernement: le parti au pouvoir(PSD).Ce dernier a, lui même, été sujet d'un réaménagement qui l'a mis au sillage des choix préétablis. Entre autre, tous les partis politiques et les instances civiles ont signés la "charte nationale" et sont devenus des partenaires de la relève dictatoriale. Le RCD, par ses manipulations et son imbrication dans l'appareil de l'état, les partisans décors (partis politiques et institutions collaboratrices) ont ainsi légitimé le pouvoir de Ben Ali contre des miettes politico-financières. Une stratégie politique qui a enfanté une Chambre Parlementaire sous l'égide du RCD et les ramasseurs de miettes et la Chambre des conseillers, occupée par les "Unionistes"(UGTT, UTICA, UTAP, UNFT) et les désignées de l’exécutif (1/3)! Deux chambres constitutionnelles complètement acquises au profit du RCD dont le premier dirigeant n'est autre que le président de la république. Enfin, c’est aux médias, ce 4ème pouvoir, de faciliter la tâche de l’état. La ligne directrice reposait sur deux solides piliers : 1/Médiatiser la « judicieuse » politique de l’état ; 2/Avorter tout message constructif. La médiatisation de la politique de l’état était accès sur les éventuels effets et impacts positifs de la mondialisation. Les tables rondes, les forums et les publications excluaient tout avis ou réflexion contraire aux messages voulus. Les indicateurs de développement sont généralement présentés sous formes de pourcentages comparatifs aveuglant la répartition réelle des richesses. L’ATCE était là pour encourager le maquillage de la vie en Tunisie tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. La censure est l’outil fréquemment utilisé pour anéantir tout essai d’éclaircissement ou d’analyse de la réalité. La liberté d’expression et de la presse ne sont que de mots casés derrière une fausse bibliothèque. C’est à l’intérieur de cette dernière qu’on a caché l’appât des maquilleurs de la politique désastreuse de l’état-famille.
  • 3. Le second pilier est une alchimie abortive de tout message constructif. Aucun secteur n’a été épargné : culturel, scientifique, sportif, éducatif, historique…La subvention de l’état pour promouvoir ces secteurs n’était allouée qu’à la médiocrité. Nombreux sont ceux qui se hâtaient aux portes des ministères de tutelles pour ramasser les miettes de la subvention. La corruption est la porte d’entrée aux salons des commissions d’évaluation et d’allocution de la subvention. Bref, le contenu politique et médiatique était d’une qualité et d’une quantité indigestes. Les gens avertis sont allés chercher la réalité sous d’autres cieux médiatiques. Les médias satellitaires et l’internet, malgré la censure, étaient le refuge idéal pour ceux qui en disposent. Que faisaient les partis politiques qui se vantent de la pertinence de leur analyse ? Où étaient les nouveaux messagers (groupes et individus)? Einstein disait: "celui qui désire représenter un phénomène vivant dans son évolution, doit se trouver devant le dilemme suivant: être en avant ou en arrière, pas au milieu". Nul parti n'était en avant, c'est à dire avant-gardiste! Personne n'a prédit la révolte! Une preuve irréfutable que les partis politiques avaient d’autres chats à fouettés. Ils étaient à la recherche d’une légalité constitutionnelle ou d’une légitimité étrangère d’une part, et ils sont démunis des outils scientifiques pour une judicieuse analyse, d’autre part. Pour les raisons ci-citées, tout le monde était surpris par une émeute spontanée qui a évolué en une révolte populaire organisée. Une révolte qui s'est distinguée par son caractère social, la vitesse de sa propagation, la créativité organisationnelle, l'amplitude croissante de ses objectifs et la sympathie acquise au niveau tant régionale qu'internationale. Certes que les conditions étaient favorables aux contestations (carence d'investissement, chômage, bas niveau de vie) mais le moment du déclenchement a pris en contrepied tous les politiciens. Tous les subterfuges politiques (RCD et ses satellites) les manœuvres politiciennes des partis politiques de décor de la seconde génération (PDP, Ettajdid) et les tractations actuelles n'ont pu et ne peuvent étouffer la révolution. Les conseils, fronts et forums que se partagent les partis politiques sont verticaux et non viables. Les parties constituantes manquent de programmes clairs, la plate forme politique est étroite tant d'un point de vue des objectifs et que dans le temps. Donc, des coalitions éphémères. D'ailleurs, l es derniers événements confirment cette hypothèse. B/ Que faire ? Les enjeux politiques sont énormes, les forces progressistes devraient s'aligner à la population en adoptant et développant ses slogans (objectifs) et ses méthodes organisationnelles. Pour que les acquis de la révolution ne soient pas accaparer par une myriade de partis politiques, et pour que le chemin de la révolution ne soit pas dévié en faveur d'une poignée d'opportunistes, la vigilance est de mise. Une meilleure vigilance consiste en l'adoption de deux activités primordiales: 1/ Concevoir des instances représentatives et horizontales (toutes les catégories sociales, toutes les régions). Des structures de concertation, de décision et de gestion.
  • 4. 2/ Approfondir l'analyse de la situation actuelle (sectaire et globale) afin de développer le programme de développement d'une Tunisie libre et démocratique. Un programme qui tient compte des objectifs assignés par la révolution, de sa capacité innovatrice sur le plan organisationnel, politique, social et économique. L'infantilisme politique de ceux qui se brandissent l'étendard d'une légitimité historique(ex-prisonniers, expatriés) pour un partage de pouvoir, n'est qu'un entêtement devant les sacrifices de la révolution qui, a bel et bien, résisté à toutes les tentatives de son assujettissement politique et organisationnelle. Annexes : Des questions en attente de réponses ! 1/ Ya-t-il des potentialités spécifiques territoriales, locales et régionales (humaines, naturelles, facteurs de production, circuits courts et longs de commercialisation..)? 2/ Les citoyens de ces régions, appuyés par des facilitateurs ou modérateurs, ne sont-ils pas les mieux placés à identifier les problèmes, analyser la relation de causalité et proposer les alternatives de développement? 3/ Les commis de l'état, les hauts responsables administrateurs ou les honorables politiciens siégeant à Tunis et les grandes villes, ont-ils l'aval de continuer à méditer à la place des autres? 4/ Les citoyens de ces régions (politisés ou apolitiques) n'ont-ils pas le droit de s'organiser et participer à la conception et à l'élaboration des projets de développement de leur propre potentialités? 5/ N'est-il pas temps de couper avec les approches descendantes et centralisées? 6/ N'est-il pas à l’ordre du jour de rompre avec les projets stéréotypés? 7/ N'est-il pas pertinent de reconsidérer les droits et devoirs du citoyen? 8/ Si les réponses aux questions précédentes sont affirmatives, quel est le rôle des partis politiques, syndicats, associations, ONG et les personnalités indépendantes? 9/ Si les réponses sont mitigées, comment peut-on concevoir un espace où la LIBERTE (pas uniquement la liberté d'organisation et d'info), la DIGNITE (pas seulement un changement comportemental civique), l'EGALITE REGIONALE (qui n'est pas une aumône, un saupoudrage de quelques institutions de services ou industrielles) et LE DROIT AU TRAVAIL(qui n'est possible que par l'initiation d'une nouvelle dynamique économique).