SlideShare une entreprise Scribd logo
L’accréditation des chirurgiens  
par l’HAS peut - elle tenir ses  
promesses ? 
Depuis 4 ans, l’HAS s’est lancée dans 
une démarche d’accréditation des spé-cialités 
médicales à risques, dont la 
chirurgie. Démarche louable dans sa - 
nalité, elle a écarté deux structures exis-tantes 
du contrôle de la qualité de la for-mation 
continue des médecins : l’Uni-versité 
qui assure la formation des étu-diants 
et la spécialisation des internes et 
le Conseil de l’Ordre qui enregistre les 
diplômes et donne la qualication admi-nistrative 
des médecins. Pour asseoir 
son autorité et faire avancer les méde-cins 
dans cette démarche, elle valide 
annuellement cette accréditation auto-risant 
alors le remboursement partiel 
de l’assurance professionnelle. L’HAS 
s’appuie sur les sociétés savantes des 
« spécialités à risques » et c’est bien. (Il 
faudra un jour dé€nir les rôles et fonc-tions 
de chacun, car les recouvrements 
de mission deviennent de plus en plus 
fréquents, mais là n’est pas mon pro-pos). 
Elle peine, malgré les efforts permanents 
de ses promoteurs à acquérir une réelle 
autorité. L’HAS doit impérativement in-tégrer 
dans sa ré!exion les freins à une 
saine intégration de cette accréditation 
an qu’elle ne se désintègre pas sous 
les coups de butoir de la réalité. Pour 
notre spécialité chirurgicale, la portée de 
cette accréditation est actuellement dé-risoire 
face à notre réalité hospitalière : 
1 - le hiatus entre « l’accréditation » 
vue par la direction administrative et 
l’accréditation des chirurgiens : 
Le noyau dur de la démarche d’accrédi-tation 
des chirurgiens est, par exemple 
pour les chirurgiens thoraciques, l’inté-gration 
du dossier de chaque patient 
opéré (du bilan pré-opératoire au suivi à 
long terme) dans une base de données 
nationale appelée « Epithor ». La tenue 
de cette base de données nécessite un 
temps de saisie, une rigueur permanente 
que les chirurgiens seuls ne peuvent 
assumer sereinement. Une aide admi-nistrative 
(temps de secrétariat, temps 
d’ARC, implication de la cellule qualité, 
etc.) permettrait, outre la reconnais-sance 
institutionnelle de l’importance 
de cette démarche, une bonne tenue 
de cette base de données. Or, la seule 
démarche d’accréditation reconnue par 
les établissements est celle pour les-quels 
des moyens humains, matériels 
et nanciers colossaux sont investis 
pour accoucher de « souris », les vrais 
problèmes étant souvent occultés selon 
l’importance politique de l’établisse-ment. 
Il apparaît important que les directions 
administratives des établissements 
soient sensibilisées à cette « autre ac-créditation 
» et qu’elles reçoivent des 
injonctions administratives pour la sou-tenir 
de façon effective. L’institution de 
moyens ciblés, ou d’une ligne budgé-taire, 
seraient la garantie d’une recon-naissance 
effective. La réponse ministé-rielle 
de l’inclusion dans la T2A du nan-cement 
des évaluations médicales n’est 
pas recevable. 
2 - la perte de compétence des 
Ibodes et l’absence d’exigence sur 
leur formation : 
La réorganisation des blocs opéra-toires 
imposée par le ministère, avec la 
« Meah » comme levier, a écarté de sa 
logique les exigences chirurgicales. Les 
effets collatéraux sont nombreux (un bi-lan 
serait souhaitable). La transversalité 
des Ibodes est un des piliers de cette 
réorganisation : de l’orthopédie avec 
ses multiples ancillaires, à l’endovas-culaire, 
en passant par la coelioscopie 
et l’ophtalmologie, il est aisé de com-prendre 
qu’un même Ibode ne peut 
pas assurer avec pertinence toutes ces 
spécialités. Leur spécicité n’étant pas 
reconnue (contrairement aux Iades), les 
Ibodes font ce qu’ils peuvent, mais avec 
un engagement qu’ils relativisent de 
plus en plus. La perte de pertinence de 
cette assistance chirurgicale se reporte 
sur le chirurgien qui doit compenser en 
augmentant sa vigilance sur ses aides 
au détriment du déroulement de l’acte 
opératoire. Cette déviance d’attention 
du chirurgien est cause d’« Evénements 
Porteurs de Risques ». Nier l’importance 
de la formation des Ibodes et l’effet dé-létère 
de leur polyvalence relève de la 
mauvaise foi. 
3 - le point de rupture entre l’acti-vité 
administrative chronophage et le 
coeur de notre métier : 
Le retard de certains dans leur démarche 
d’accréditation (moi, le premier…) est 
peut-être lié à la fatigue : 70 heures 
hebdomadaires dans la contrainte et 
le combat permanent (autres que ceux 
imposés par les patients, la réalisation 
et le suivi des actes opératoires, les 
urgences et les consultations) amputent 
d’une grosse dose d’enthousiasme pour 
la démarche d’accréditation. 
4 - la bascule constante des impéra-tifs 
organisationnels dans « la hotte » 
des chirurgiens : 
L’organisation d’un service de chirur-gie 
étant, par nature centrée sur l’acte 
opératoire, toutes les évolutions orga-nisationnelles 
nissent sur les épaules 
du chirurgien : information du patient, 
informatisation du dossier médical, 
check-list, codage des actes, !exibi-lité 
de la gestion des salles opératoires, 
prescriptions post-opératoires, sans 
parler de la pénurie du temps anesthé-sique 
qui encourage nos collaborateurs 
à se désengager du suivi médical de 
nos patients âgés poly-pathologiques. 
Les chirurgiens commencent à se lasser 
de la perte de reconnaissance des spé-ci 
cités de la chirurgie et perçoivent une 
contradiction !agrante entre les objec-tifs 
légitimes d’amélioration de la qualité 
par l’HAS et l’ignorance de la dégrada-tion 
de leurs conditions de travail, délé-tère 
pour cette qualité recherchée. 
5 - la réorganisation des PDSs/CDSs 
qui va se faire au désavantage des 
chirurgiens : 
C’est une problématique de politique sa-nitaire 
majeure. On sent qu’elle piétine. 
Les enjeux sont grands pour chaque 
établissement, pour chaque chirurgien 
et in ne pour la population. Sa réussite 
ne peut se faire que dans la concertation 
avec des objectifs clairement annon-cés 
an d’obtenir un engagement de 
chaque chirurgien. On craint que l’ob-session 
d’économie fasse passer cette 
réorganisation de façon unilatérale. Si 
cette révolution sanitaire échoue, on 
observera une dégradation de la prise 
en charge des urgences chirurgicales, 
au regard de laquelle l’accréditation des 
chirurgiens apparaîtra bien seconde. 
L’HAS ne peut pas justier sa promotion 
de la qualité en s’appuyant uniquement 
sur l’accréditation des chirurgiens. Elle 
doit porter son attention sur les EPRs 
qui remonteront vers elle au travers de 
ces 5 éclairages que le SCH lui pro-pose 
: nancement spécique de l’éva-luation 
médicale, reconnaissance de la 
spécificité des Ibodes, gouvernance 
administrative chronophage, conditions 
de travail des chirurgiens et organisation 
des PDSs. 
Dr Bernard Lenot 
Saint-Brieuc 
Président du SCH 
6 Lettre du SCH N°19 - Novembre 2011 S H www.scialytique.org S H 7

Contenu connexe

Tendances

Les tendinites de_l epaule
Les tendinites de_l epauleLes tendinites de_l epaule
Les tendinites de_l epaule
abdesselam2015
 
Pret pour la certification
Pret pour la certificationPret pour la certification
Pret pour la certification
Hervé Faltot
 
Les infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d’état sont aussi spécialisé(e)s ...
Les infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d’état sont aussi spécialisé(e)s ...Les infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d’état sont aussi spécialisé(e)s ...
Les infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d’état sont aussi spécialisé(e)s ...
Réseau Pro Santé
 
Améliorer la qualité des soins ainsi que la sécurité des patients et leur exp...
Améliorer la qualité des soins ainsi que la sécurité des patients et leur exp...Améliorer la qualité des soins ainsi que la sécurité des patients et leur exp...
Améliorer la qualité des soins ainsi que la sécurité des patients et leur exp...Canadian Patient Safety Institute
 
Être DIM
Être DIMÊtre DIM
Être DIM
Rachel Bocher
 
La reconnaissance du statut exclusif des ibode.
La reconnaissance du statut exclusif des ibode.La reconnaissance du statut exclusif des ibode.
La reconnaissance du statut exclusif des ibode.
Réseau Pro Santé
 
When good doctors go bad...
When good doctors go bad...When good doctors go bad...
When good doctors go bad...
Réseau Pro Santé
 
Pourquoi j'ai fait le DU?
Pourquoi j'ai fait le DU?Pourquoi j'ai fait le DU?
Pourquoi j'ai fait le DU?
Hervé Faltot
 
Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...
Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...
Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...
Haute Autorité de Santé
 
Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles? étude globale ...
Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles?  étude globale ...Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles?  étude globale ...
Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles? étude globale ...
DataNB
 
Point de vue du Syndicat des Praticiens de Santé (FPS)
Point de vue du Syndicat des Praticiens de Santé (FPS)Point de vue du Syndicat des Praticiens de Santé (FPS)
Point de vue du Syndicat des Praticiens de Santé (FPS)
Réseau Pro Santé
 
Attractivite de la_recherche_clinique
Attractivite de la_recherche_cliniqueAttractivite de la_recherche_clinique
Attractivite de la_recherche_cliniqueAssociation LIR
 
Dr Dubost Coordination du Parcours Patient
Dr Dubost Coordination du Parcours PatientDr Dubost Coordination du Parcours Patient
Dr Dubost Coordination du Parcours PatientIDATE DigiWorld
 
La chirurgie du cancer à l’hôpital public en dehors du territoire, point de...
La chirurgie du cancer à l’hôpital public   en dehors du territoire, point de...La chirurgie du cancer à l’hôpital public   en dehors du territoire, point de...
La chirurgie du cancer à l’hôpital public en dehors du territoire, point de...
Réseau Pro Santé
 
Programme pour l’Amélioration Continue du Travail en Equipe (PACTE) - HAS
Programme pour l’Amélioration Continue du Travail en Equipe (PACTE) - HASProgramme pour l’Amélioration Continue du Travail en Equipe (PACTE) - HAS
Programme pour l’Amélioration Continue du Travail en Equipe (PACTE) - HAS
Haute Autorité de Santé
 
La genèse selon interaction healthcare
La genèse selon interaction healthcareLa genèse selon interaction healthcare
La genèse selon interaction healthcare
Réseau Pro Santé
 
Webinaire "Retour et maintien en emploi après cancer" du 24 juin 2021
Webinaire "Retour et maintien en emploi après cancer" du 24 juin 2021Webinaire "Retour et maintien en emploi après cancer" du 24 juin 2021
Webinaire "Retour et maintien en emploi après cancer" du 24 juin 2021
CRAMIF
 

Tendances (19)

Les tendinites de_l epaule
Les tendinites de_l epauleLes tendinites de_l epaule
Les tendinites de_l epaule
 
Pret pour la certification
Pret pour la certificationPret pour la certification
Pret pour la certification
 
Les infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d’état sont aussi spécialisé(e)s ...
Les infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d’état sont aussi spécialisé(e)s ...Les infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d’état sont aussi spécialisé(e)s ...
Les infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d’état sont aussi spécialisé(e)s ...
 
Améliorer la qualité des soins ainsi que la sécurité des patients et leur exp...
Améliorer la qualité des soins ainsi que la sécurité des patients et leur exp...Améliorer la qualité des soins ainsi que la sécurité des patients et leur exp...
Améliorer la qualité des soins ainsi que la sécurité des patients et leur exp...
 
Edito2007
Edito2007Edito2007
Edito2007
 
Être DIM
Être DIMÊtre DIM
Être DIM
 
La reconnaissance du statut exclusif des ibode.
La reconnaissance du statut exclusif des ibode.La reconnaissance du statut exclusif des ibode.
La reconnaissance du statut exclusif des ibode.
 
When good doctors go bad...
When good doctors go bad...When good doctors go bad...
When good doctors go bad...
 
Pourquoi j'ai fait le DU?
Pourquoi j'ai fait le DU?Pourquoi j'ai fait le DU?
Pourquoi j'ai fait le DU?
 
Le Journal (11)
Le Journal (11)Le Journal (11)
Le Journal (11)
 
Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...
Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...
Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...
 
Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles? étude globale ...
Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles?  étude globale ...Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles?  étude globale ...
Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles? étude globale ...
 
Point de vue du Syndicat des Praticiens de Santé (FPS)
Point de vue du Syndicat des Praticiens de Santé (FPS)Point de vue du Syndicat des Praticiens de Santé (FPS)
Point de vue du Syndicat des Praticiens de Santé (FPS)
 
Attractivite de la_recherche_clinique
Attractivite de la_recherche_cliniqueAttractivite de la_recherche_clinique
Attractivite de la_recherche_clinique
 
Dr Dubost Coordination du Parcours Patient
Dr Dubost Coordination du Parcours PatientDr Dubost Coordination du Parcours Patient
Dr Dubost Coordination du Parcours Patient
 
La chirurgie du cancer à l’hôpital public en dehors du territoire, point de...
La chirurgie du cancer à l’hôpital public   en dehors du territoire, point de...La chirurgie du cancer à l’hôpital public   en dehors du territoire, point de...
La chirurgie du cancer à l’hôpital public en dehors du territoire, point de...
 
Programme pour l’Amélioration Continue du Travail en Equipe (PACTE) - HAS
Programme pour l’Amélioration Continue du Travail en Equipe (PACTE) - HASProgramme pour l’Amélioration Continue du Travail en Equipe (PACTE) - HAS
Programme pour l’Amélioration Continue du Travail en Equipe (PACTE) - HAS
 
La genèse selon interaction healthcare
La genèse selon interaction healthcareLa genèse selon interaction healthcare
La genèse selon interaction healthcare
 
Webinaire "Retour et maintien en emploi après cancer" du 24 juin 2021
Webinaire "Retour et maintien en emploi après cancer" du 24 juin 2021Webinaire "Retour et maintien en emploi après cancer" du 24 juin 2021
Webinaire "Retour et maintien en emploi après cancer" du 24 juin 2021
 

Similaire à L’accréditation des chirurgiens par l'has peut elle tenir ses promesses

La plate forme chirurgicale du sch.
La plate forme chirurgicale du sch.La plate forme chirurgicale du sch.
La plate forme chirurgicale du sch.
Réseau Pro Santé
 
Evolution du métier d’anesthésie-réanimation - Qu’attendent les IADE ? Renco...
Evolution du métier d’anesthésie-réanimation -  Qu’attendent les IADE ? Renco...Evolution du métier d’anesthésie-réanimation -  Qu’attendent les IADE ? Renco...
Evolution du métier d’anesthésie-réanimation - Qu’attendent les IADE ? Renco...
Réseau Pro Santé
 
Le dpc ne doit pas exclure la fmc !
Le dpc ne doit pas exclure la fmc !Le dpc ne doit pas exclure la fmc !
Le dpc ne doit pas exclure la fmc !
Réseau Pro Santé
 
L’étrange distinction d’un des de réanimation.
L’étrange distinction d’un des de réanimation.L’étrange distinction d’un des de réanimation.
L’étrange distinction d’un des de réanimation.
Réseau Pro Santé
 
Interview Mme Danielle TOUPILLIER
Interview Mme Danielle TOUPILLIER Interview Mme Danielle TOUPILLIER
Interview Mme Danielle TOUPILLIER
Rachel Bocher
 
Châteauroux, Orthez, chroniques de drames annoncés
Châteauroux, Orthez,  chroniques de drames annoncésChâteauroux, Orthez,  chroniques de drames annoncés
Châteauroux, Orthez, chroniques de drames annoncés
Réseau Pro Santé
 
INTERVIEW Anne-marie ARMENTERAS DE SAXCE - Directrice générale DGOS
INTERVIEW Anne-marie ARMENTERAS DE SAXCE - Directrice générale DGOSINTERVIEW Anne-marie ARMENTERAS DE SAXCE - Directrice générale DGOS
INTERVIEW Anne-marie ARMENTERAS DE SAXCE - Directrice générale DGOS
Réseau Pro Santé
 
Interview Anne Marie Armenteras De Saxce - Directrice générale DGOS
Interview Anne Marie Armenteras De Saxce - Directrice générale DGOSInterview Anne Marie Armenteras De Saxce - Directrice générale DGOS
Interview Anne Marie Armenteras De Saxce - Directrice générale DGOS
Rachel Bocher
 
Evolution du métier d’anesthésie-réanimation - Délégation de tâche pour la p...
Evolution du métier d’anesthésie-réanimation  - Délégation de tâche pour la p...Evolution du métier d’anesthésie-réanimation  - Délégation de tâche pour la p...
Evolution du métier d’anesthésie-réanimation - Délégation de tâche pour la p...
Réseau Pro Santé
 
10 propositions pour réduire la pénibilité et essayer de prévenir l’épuisemen...
10 propositions pour réduire la pénibilité et essayer de prévenir l’épuisemen...10 propositions pour réduire la pénibilité et essayer de prévenir l’épuisemen...
10 propositions pour réduire la pénibilité et essayer de prévenir l’épuisemen...
Rachel Bocher
 
Contribution d’AH pour la grande conférence de la santé
Contribution d’AH pour la grande conférence de la santé Contribution d’AH pour la grande conférence de la santé
Contribution d’AH pour la grande conférence de la santé
Réseau Pro Santé
 
Accréditation en équipe perspective pour les mar
Accréditation en équipe   perspective pour les marAccréditation en équipe   perspective pour les mar
Accréditation en équipe perspective pour les mar
Réseau Pro Santé
 
Pibm en dix questions
Pibm en dix questionsPibm en dix questions
Pibm en dix questions
Réseau Pro Santé
 
Etre dim
Etre dimEtre dim
Les conflits d'intérêts au sein de l'AP-HP
Les conflits d'intérêts au sein de l'AP-HPLes conflits d'intérêts au sein de l'AP-HP
Les conflits d'intérêts au sein de l'AP-HP
Market iT
 
Dynamique syndicale. rapport de mission du dr e.hubert.
Dynamique syndicale. rapport de mission du dr e.hubert.Dynamique syndicale. rapport de mission du dr e.hubert.
Dynamique syndicale. rapport de mission du dr e.hubert.
Réseau Pro Santé
 
Interview le dpc une préoccupation majeure du cfar depuis 2009.
Interview   le dpc   une préoccupation majeure du cfar depuis 2009.Interview   le dpc   une préoccupation majeure du cfar depuis 2009.
Interview le dpc une préoccupation majeure du cfar depuis 2009.
Réseau Pro Santé
 
EQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES_DB.pptx
EQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES_DB.pptxEQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES_DB.pptx
EQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES_DB.pptx
Guillaume Alsac
 
EQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES.pptx
EQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES.pptxEQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES.pptx
EQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES.pptx
Guillaume Alsac
 
La reconnaissance du statut des ibode.
La reconnaissance du statut des ibode.La reconnaissance du statut des ibode.
La reconnaissance du statut des ibode.
Réseau Pro Santé
 

Similaire à L’accréditation des chirurgiens par l'has peut elle tenir ses promesses (20)

La plate forme chirurgicale du sch.
La plate forme chirurgicale du sch.La plate forme chirurgicale du sch.
La plate forme chirurgicale du sch.
 
Evolution du métier d’anesthésie-réanimation - Qu’attendent les IADE ? Renco...
Evolution du métier d’anesthésie-réanimation -  Qu’attendent les IADE ? Renco...Evolution du métier d’anesthésie-réanimation -  Qu’attendent les IADE ? Renco...
Evolution du métier d’anesthésie-réanimation - Qu’attendent les IADE ? Renco...
 
Le dpc ne doit pas exclure la fmc !
Le dpc ne doit pas exclure la fmc !Le dpc ne doit pas exclure la fmc !
Le dpc ne doit pas exclure la fmc !
 
L’étrange distinction d’un des de réanimation.
L’étrange distinction d’un des de réanimation.L’étrange distinction d’un des de réanimation.
L’étrange distinction d’un des de réanimation.
 
Interview Mme Danielle TOUPILLIER
Interview Mme Danielle TOUPILLIER Interview Mme Danielle TOUPILLIER
Interview Mme Danielle TOUPILLIER
 
Châteauroux, Orthez, chroniques de drames annoncés
Châteauroux, Orthez,  chroniques de drames annoncésChâteauroux, Orthez,  chroniques de drames annoncés
Châteauroux, Orthez, chroniques de drames annoncés
 
INTERVIEW Anne-marie ARMENTERAS DE SAXCE - Directrice générale DGOS
INTERVIEW Anne-marie ARMENTERAS DE SAXCE - Directrice générale DGOSINTERVIEW Anne-marie ARMENTERAS DE SAXCE - Directrice générale DGOS
INTERVIEW Anne-marie ARMENTERAS DE SAXCE - Directrice générale DGOS
 
Interview Anne Marie Armenteras De Saxce - Directrice générale DGOS
Interview Anne Marie Armenteras De Saxce - Directrice générale DGOSInterview Anne Marie Armenteras De Saxce - Directrice générale DGOS
Interview Anne Marie Armenteras De Saxce - Directrice générale DGOS
 
Evolution du métier d’anesthésie-réanimation - Délégation de tâche pour la p...
Evolution du métier d’anesthésie-réanimation  - Délégation de tâche pour la p...Evolution du métier d’anesthésie-réanimation  - Délégation de tâche pour la p...
Evolution du métier d’anesthésie-réanimation - Délégation de tâche pour la p...
 
10 propositions pour réduire la pénibilité et essayer de prévenir l’épuisemen...
10 propositions pour réduire la pénibilité et essayer de prévenir l’épuisemen...10 propositions pour réduire la pénibilité et essayer de prévenir l’épuisemen...
10 propositions pour réduire la pénibilité et essayer de prévenir l’épuisemen...
 
Contribution d’AH pour la grande conférence de la santé
Contribution d’AH pour la grande conférence de la santé Contribution d’AH pour la grande conférence de la santé
Contribution d’AH pour la grande conférence de la santé
 
Accréditation en équipe perspective pour les mar
Accréditation en équipe   perspective pour les marAccréditation en équipe   perspective pour les mar
Accréditation en équipe perspective pour les mar
 
Pibm en dix questions
Pibm en dix questionsPibm en dix questions
Pibm en dix questions
 
Etre dim
Etre dimEtre dim
Etre dim
 
Les conflits d'intérêts au sein de l'AP-HP
Les conflits d'intérêts au sein de l'AP-HPLes conflits d'intérêts au sein de l'AP-HP
Les conflits d'intérêts au sein de l'AP-HP
 
Dynamique syndicale. rapport de mission du dr e.hubert.
Dynamique syndicale. rapport de mission du dr e.hubert.Dynamique syndicale. rapport de mission du dr e.hubert.
Dynamique syndicale. rapport de mission du dr e.hubert.
 
Interview le dpc une préoccupation majeure du cfar depuis 2009.
Interview   le dpc   une préoccupation majeure du cfar depuis 2009.Interview   le dpc   une préoccupation majeure du cfar depuis 2009.
Interview le dpc une préoccupation majeure du cfar depuis 2009.
 
EQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES_DB.pptx
EQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES_DB.pptxEQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES_DB.pptx
EQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES_DB.pptx
 
EQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES.pptx
EQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES.pptxEQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES.pptx
EQUILIBRES_FONDEMENTS_SCIENTIFIQUES.pptx
 
La reconnaissance du statut des ibode.
La reconnaissance du statut des ibode.La reconnaissance du statut des ibode.
La reconnaissance du statut des ibode.
 

L’accréditation des chirurgiens par l'has peut elle tenir ses promesses

  • 1. L’accréditation des chirurgiens par l’HAS peut - elle tenir ses promesses ? Depuis 4 ans, l’HAS s’est lancée dans une démarche d’accréditation des spé-cialités médicales à risques, dont la chirurgie. Démarche louable dans sa - nalité, elle a écarté deux structures exis-tantes du contrôle de la qualité de la for-mation continue des médecins : l’Uni-versité qui assure la formation des étu-diants et la spécialisation des internes et le Conseil de l’Ordre qui enregistre les diplômes et donne la qualication admi-nistrative des médecins. Pour asseoir son autorité et faire avancer les méde-cins dans cette démarche, elle valide annuellement cette accréditation auto-risant alors le remboursement partiel de l’assurance professionnelle. L’HAS s’appuie sur les sociétés savantes des « spécialités à risques » et c’est bien. (Il faudra un jour dé€nir les rôles et fonc-tions de chacun, car les recouvrements de mission deviennent de plus en plus fréquents, mais là n’est pas mon pro-pos). Elle peine, malgré les efforts permanents de ses promoteurs à acquérir une réelle autorité. L’HAS doit impérativement in-tégrer dans sa ré!exion les freins à une saine intégration de cette accréditation an qu’elle ne se désintègre pas sous les coups de butoir de la réalité. Pour notre spécialité chirurgicale, la portée de cette accréditation est actuellement dé-risoire face à notre réalité hospitalière : 1 - le hiatus entre « l’accréditation » vue par la direction administrative et l’accréditation des chirurgiens : Le noyau dur de la démarche d’accrédi-tation des chirurgiens est, par exemple pour les chirurgiens thoraciques, l’inté-gration du dossier de chaque patient opéré (du bilan pré-opératoire au suivi à long terme) dans une base de données nationale appelée « Epithor ». La tenue de cette base de données nécessite un temps de saisie, une rigueur permanente que les chirurgiens seuls ne peuvent assumer sereinement. Une aide admi-nistrative (temps de secrétariat, temps d’ARC, implication de la cellule qualité, etc.) permettrait, outre la reconnais-sance institutionnelle de l’importance de cette démarche, une bonne tenue de cette base de données. Or, la seule démarche d’accréditation reconnue par les établissements est celle pour les-quels des moyens humains, matériels et nanciers colossaux sont investis pour accoucher de « souris », les vrais problèmes étant souvent occultés selon l’importance politique de l’établisse-ment. Il apparaît important que les directions administratives des établissements soient sensibilisées à cette « autre ac-créditation » et qu’elles reçoivent des injonctions administratives pour la sou-tenir de façon effective. L’institution de moyens ciblés, ou d’une ligne budgé-taire, seraient la garantie d’une recon-naissance effective. La réponse ministé-rielle de l’inclusion dans la T2A du nan-cement des évaluations médicales n’est pas recevable. 2 - la perte de compétence des Ibodes et l’absence d’exigence sur leur formation : La réorganisation des blocs opéra-toires imposée par le ministère, avec la « Meah » comme levier, a écarté de sa logique les exigences chirurgicales. Les effets collatéraux sont nombreux (un bi-lan serait souhaitable). La transversalité des Ibodes est un des piliers de cette réorganisation : de l’orthopédie avec ses multiples ancillaires, à l’endovas-culaire, en passant par la coelioscopie et l’ophtalmologie, il est aisé de com-prendre qu’un même Ibode ne peut pas assurer avec pertinence toutes ces spécialités. Leur spécicité n’étant pas reconnue (contrairement aux Iades), les Ibodes font ce qu’ils peuvent, mais avec un engagement qu’ils relativisent de plus en plus. La perte de pertinence de cette assistance chirurgicale se reporte sur le chirurgien qui doit compenser en augmentant sa vigilance sur ses aides au détriment du déroulement de l’acte opératoire. Cette déviance d’attention du chirurgien est cause d’« Evénements Porteurs de Risques ». Nier l’importance de la formation des Ibodes et l’effet dé-létère de leur polyvalence relève de la mauvaise foi. 3 - le point de rupture entre l’acti-vité administrative chronophage et le coeur de notre métier : Le retard de certains dans leur démarche d’accréditation (moi, le premier…) est peut-être lié à la fatigue : 70 heures hebdomadaires dans la contrainte et le combat permanent (autres que ceux imposés par les patients, la réalisation et le suivi des actes opératoires, les urgences et les consultations) amputent d’une grosse dose d’enthousiasme pour la démarche d’accréditation. 4 - la bascule constante des impéra-tifs organisationnels dans « la hotte » des chirurgiens : L’organisation d’un service de chirur-gie étant, par nature centrée sur l’acte opératoire, toutes les évolutions orga-nisationnelles nissent sur les épaules du chirurgien : information du patient, informatisation du dossier médical, check-list, codage des actes, !exibi-lité de la gestion des salles opératoires, prescriptions post-opératoires, sans parler de la pénurie du temps anesthé-sique qui encourage nos collaborateurs à se désengager du suivi médical de nos patients âgés poly-pathologiques. Les chirurgiens commencent à se lasser de la perte de reconnaissance des spé-ci cités de la chirurgie et perçoivent une contradiction !agrante entre les objec-tifs légitimes d’amélioration de la qualité par l’HAS et l’ignorance de la dégrada-tion de leurs conditions de travail, délé-tère pour cette qualité recherchée. 5 - la réorganisation des PDSs/CDSs qui va se faire au désavantage des chirurgiens : C’est une problématique de politique sa-nitaire majeure. On sent qu’elle piétine. Les enjeux sont grands pour chaque établissement, pour chaque chirurgien et in ne pour la population. Sa réussite ne peut se faire que dans la concertation avec des objectifs clairement annon-cés an d’obtenir un engagement de chaque chirurgien. On craint que l’ob-session d’économie fasse passer cette réorganisation de façon unilatérale. Si cette révolution sanitaire échoue, on observera une dégradation de la prise en charge des urgences chirurgicales, au regard de laquelle l’accréditation des chirurgiens apparaîtra bien seconde. L’HAS ne peut pas justier sa promotion de la qualité en s’appuyant uniquement sur l’accréditation des chirurgiens. Elle doit porter son attention sur les EPRs qui remonteront vers elle au travers de ces 5 éclairages que le SCH lui pro-pose : nancement spécique de l’éva-luation médicale, reconnaissance de la spécificité des Ibodes, gouvernance administrative chronophage, conditions de travail des chirurgiens et organisation des PDSs. Dr Bernard Lenot Saint-Brieuc Président du SCH 6 Lettre du SCH N°19 - Novembre 2011 S H www.scialytique.org S H 7