SlideShare une entreprise Scribd logo
Hôtel Dubois de Fosseux - 14, rue du Marché au Filé - 62012 Arras Cedex - www.ccomptes.fr
Rapport d’observations définitives
et sa réponse
COMMUNE DE GRAVELINES
(Département du Nord)
Exercices 2010 et suivants
Observations délibérées le 19 octobre 2016
- 2/35 -
SOMMAIRE
SYNTHESE ........................................................................................................................................4
RAPPELS A LA REGLEMENTATION............................................................................................5
RECOMMANDATIONS....................................................................................................................6
I. PROCÉDURE ..........................................................................................................................................7
II. OBSERVATIONS DÉFINITIVES .......................................................................................................7
I - PRÉSENTATION DE LA COMMUNE ...................................................................................7
II - LES SUITES DU DERNIER RAPPORT D’OBSERVATIONS DÉFINITIVES.....................7
III - L’INFORMATION FINANCIÈRE ET LA FIABILITÉ DES COMPTES...............................8
A - L’INFORMATION FINANCIERE ...........................................................................................8
1 - Les états de la dette au compte administratif et au compte de gestion ....................8
2 - L’état du personnel annexé au compte administratif...............................................8
3 - Les états annexés au compte administratif non prévus par la maquette
budgétaire ................................................................................................................9
B - LA FIABILITE DES COMPTES ..............................................................................................9
1 - La tenue de l’inventaire physique et la concordance avec l’état de l’actif..............9
2 - Etat des restes à réaliser.........................................................................................10
IV - LA SITUATION FINANCIÈRE (2011-2015) ........................................................................10
A - LA SECTION DE FONCTIONNEMENT.................................................................................10
1 - L’excédent brut de fonctionnement.......................................................................10
2 - Les produits de gestion..........................................................................................10
a - La fiscalité reversée........................................................................................11
b - La fiscalité directe locale................................................................................12
3 - Les charges de gestion...........................................................................................13
4 - L’autofinancement dégagé ....................................................................................13
B - LE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS ......................................................................14
1 - Les dépenses d’investissement..............................................................................14
2 - Le financement de l’investissement ......................................................................14
C - LA STRUCTURE FINANCIERE ...........................................................................................15
1 - Le poids de la dette................................................................................................15
2 - L’équilibre du bilan ...............................................................................................15
D - CONCLUSION SUR LA SITUATION FINANCIERE................................................................15
V - LES PRÉVISIONS FINANCIÈRES .......................................................................................16
VI - LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES .................................................................16
A - LES CHARGES DE PERSONNEL .........................................................................................16
1 - L’impact des mesures réglementaires....................................................................17
2 - Les mesures spécifiques décidées par la collectivité.............................................17
B - LES EFFECTIFS.................................................................................................................18
1 - L’évolution des effectifs........................................................................................18
2 - Les caractéristiques des effectifs...........................................................................19
3 - La répartition des effectifs par filière d’emplois ...................................................20
4 - La politique de recrutement...................................................................................20
5 - La mutualisation....................................................................................................21
C - LE TEMPS DE TRAVAIL ....................................................................................................22
1 - L’organisation du temps de travail ........................................................................22
a - La durée effective du travail...........................................................................22
b - Un régime particulièrement coûteux ..............................................................23
2 - L’organisation et le suivi des comptes épargne-temps (CET)...............................23
3 - Les heures supplémentaires...................................................................................23
- 3/35 -
4 - L’absence au travail...............................................................................................24
a - Mesure de l’absentéisme ................................................................................24
b - Le coût de l’absentéisme................................................................................25
c - Les mesures de lutte contre l’absentéisme .....................................................25
D - LA GESTION DES EFFECTIFS ET DES CARRIERES..............................................................26
1 - La gestion des effectifs..........................................................................................26
2 - L’avancement d’échelon .......................................................................................26
3 - Le régime indemnitaire..........................................................................................27
a - Les indemnités versées au titre de l’article 111 de la loi n° 84-53 du
26 janvier 1984...............................................................................................27
b - La diversité des primes versées......................................................................27
4 - La nouvelle bonification indiciaire (NBI) .............................................................28
VII - L’AIDE AUX ASSOCIATIONS.............................................................................................28
A - MONTANT DES SUBVENTIONS.........................................................................................28
B - LES CONTRATS AVEC LES ASSOCIATIONS .......................................................................29
C - L’EVALUATION DE L’ACTIVITE DES ASSOCIATIONS........................................................30
VIII -LA POLITIQUE CULTURELLE............................................................................................31
A - LA DEFINITION ................................................................................................................31
B - LE COUT ..........................................................................................................................31
C - PARTENARIATS CULTURELS DE LA VILLE DE GRAVELINES ............................................32
D - FREQUENTATION DES EQUIPEMENTS CULTURELS...........................................................34
E - MESURE DE LA SATISFACTION DES USAGERS .................................................................34
- 4/35 -
Synthèse
Située dans la région Nord-Pas-de-Calais, à mi-distance entre Dunkerque et Calais, Gravelines
fait partie de la communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral et appartient au groupement de
sept communes qui forment les « Rives de l’Aa ».
La commune compte 11 868 habitants mais dispose d’un budget comparable à celui d’une
commune comptant entre 40 000 et 50 000 habitants.
L’élément qui caractérise la commune de Gravelines est la manne financière apportée par la
communauté urbaine de Dunkerque par le biais des reversements de fiscalité professionnelle, soit
581 M€ entre 2000 et 2015, qui représentent les deux-tiers de ses produits de gestion. La première
composante, à savoir l’attribution de compensation, traduit des transferts de compétence demeurés
limités de la commune vers la communauté urbaine. L’autre composante, la dotation de solidarité
communautaire, qui est normalement destinée à réduire les inégalités entre les communes de la
communauté, n’a cessé d’augmenter au profit de la commune de Gravelines. Ce constat avait déjà été
fait par la chambre en 2007 dans le cadre de l’examen de la gestion de la communauté urbaine de
Dunkerque Grand Littoral.
Depuis l’an 2000, la très importante fiscalité reversée par la communauté urbaine de
Dunkerque à la commune de Gravelines permet à celle-ci un niveau élevé de dépenses, sans
compromettre toutefois la situation financière, qui reste saine à la fin de 2015, caractérisée par une
épargne consistante et donc une bonne capacité de désendettement. Cependant, la réduction de la
dotation globale de fonctionnement, qui matérialise la participation à l’effort de redressement des
finances publiques, conduit la commune à rechercher des économies. Pour l’avenir, l’analyse
prospective montre à terme une possible dégradation de sa capacité d’autofinancement et de
désendettement, qui exigera de la commune une certaine vigilance quant à la maîtrise de ses charges
de fonctionnement.
A cet égard, la gestion du personnel offre des marges de manœuvre puisque les charges de
personnel représentaient en 2015 environ trois fois la moyenne de la strate démographique. La
titularisation des agents contractuels explique, pour l’essentiel, la forte augmentation de la masse
salariale de 3,8 % en moyenne annuelle sur la période 2011-2015. Le temps de travail des agents est
sensiblement inférieur à la durée légale de 1 607 heures par an, l’écart représentant un surcoût pour
la collectivité évalué à 1,36 M€. Le taux d’absentéisme est élevé en comparaison de la moyenne
nationale. Les outils de suivi des effectifs font défaut, comme le chiffrage des effectifs en équivalents
temps plein.
Les subventions aux associations de droit privé et à la régie gravelinoise des équipements de
sports et de loisirs représentent un montant annuel supérieur à 10 M€, soit près de sept fois la moyenne
de la strate démographique 2015. Pour autant, la commune n’évalue pas l’activité des associations au
regard des conventions qui les lient à elle. Le constat a été fait singulièrement dans le cas des deux
importantes associations Agir et Atouts Ville, prises comme exemples. Par ailleurs, les subventions
qui leur sont accordées, qui devraient être notifiées comme aides d’Etat à la Commission européenne,
ne le sont pas. En effet, les conventions de subventionnement ne définissent ni les modalités de
compensation des coûts de l’exécution de la charge de service public ni celles relatives au contrôle et
au reversement d’un éventuel excédent de subvention.
La politique culturelle ne donne pas lieu à délibération du conseil municipal. Là encore, même
si la collectivité suit la fréquentation des principaux équipements culturels et cherche à mesurer la
satisfaction des usagers, les orientations décidées ne définissent ni objectifs opérationnels ni
indicateurs de performance, empêchant toute évaluation des résultats.
- 5/35 -
Rappels à la réglementation
Mis en
œuvre
Partiellement
mis en œuvre
Non mis
en œuvre
Page
1. Compléter l’état du personnel avec les effectifs
budgétaires exprimés en équivalents temps plein et
réduire le nombre d’états annexés au compte
administratif, pour se conformer aux maquettes
budgétaires fixées par l’instruction budgétaire et
comptable M14.
X 8
2. Compléter l’inventaire physique des biens et
vérifier sa concordance avec l’état de l’actif tenu
par le comptable, en conformité avec
l’instruction M14.
X 9
3. Compléter la note préalable au débat d’orientation
budgétaire avec les engagements pluriannuels et la
présentation de la structure et de l’évolution des
dépenses et des effectifs, conformément à
l’article L. 2312-1 du code général des collectivités
territoriales.
X 16
4. Respecter la durée du temps de travail,
conformément au décret n° 2001-623 du
12 juillet 2001 relatif à l’aménagement et à la
réduction du temps de travail dans la fonction
publique territoriale, pour ce qui concerne la mise
en œuvre de la journée de solidarité.
X 22
5. Mettre en œuvre un dispositif de contrôle
automatisé du temps de travail conformément au
décret n° 2002-60 du 14 janvier 2002 modifié
relatif au calcul des heures supplémentaires.
X 24
6. Conditionner l’avancement d’échelon des agents
aux conditions décrites par les décrets du
12 mai 2016 pris en application de
l’article 78 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984.
X 26
7. Attribuer la nouvelle bonification indiciaire en
respectant les conditions prévues par le
décret n° 2006-779 du 3 juillet 2006,
singulièrement pour les agents exerçant des
fonctions d’accueil à titre principal.
X 28
8. Compléter les conventions conclues avec les
associations Agir et Atouts Ville conformément
aux articles 4 et 5 de la décision du
20 décembre 2011 relative à l’application de
l’article 106-2 du traité sur le fonctionnement de
l’Union européenne aux aides d’État.
X 30
- 6/35 -
Recommandations
Mise en
œuvre
Partiellement
mise en
œuvre
Non
mise en
œuvre
Page
9. Présenter un schéma pluriannuel de recrutement à
l’assemblée délibérante.
X 21
10. Mettre en place une gestion prévisionnelle des
effectifs, des emplois et des compétences.
X 26
11. Renforcer la lutte contre l’absentéisme. X 25
12. Délibérer sur la politique culturelle de la
commune.
X 31
13. Recenser, de manière exhaustive, les spectateurs
d’un spectacle vivant afin de pouvoir comparer la
fréquentation des équipements culturels de
Gravelines avec les statistiques nationales.
X 35
- 7/35 -
I. PROCÉDURE
L’examen de la gestion de la commune de Gravelines a porté sur la période courant à partir
de l’année 2010. La lettre d’ouverture de contrôle a été adressée le 22 janvier 2016 à
M. Bertrand Ringot, maire de la commune sur toute la période.
En application de l’article L. 243-1 du code des juridictions financières (CJF), l’entretien
préalable à la formulation d’observations provisoires par la chambre a eu lieu le 28 avril 2016 avec
l’ordonnateur.
Le rapport d’observations provisoires a été communiqué au maire le 21 juillet 2016. Des
extraits ont été notifiés à M. Patrice Vergriète, président de la communauté urbaine de Dunkerque,
à M. Didier Mégret, président de l’association AGIR et à M. Alain Potier, président de
l’association « Atouts ville ». Seul M. Bertrand Ringot a répondu.
La chambre, dans sa séance du 19 octobre 2016, a arrêté les observations définitives
reproduites ci-après.
II. OBSERVATIONS DEFINITIVES
I - PRÉSENTATION DE LA COMMUNE
Située dans la région Nord-Pas-de-Calais, Picardie, à mi-distance entre Dunkerque et
Calais, Gravelines (11 868 habitants) fait partie de la communauté urbaine de Dunkerque Grand
Littoral et appartient au groupement de sept communes qui forment les « Rives de l’Aa ».
La commune de Gravelines bénéficie d’une grande richesse économique en raison de la
présence sur son territoire de trois sites majeurs : la centrale nucléaire la plus puissante d’Europe,
l’usine « Aluminium Dunkerque » appartenant au groupe Rio Tinto Alcan et la ferme aquacole
« Aquanord », leader français de la production de bars et de dorades. Au total, ce sont plus de 300
entreprises qui sont implantées sur le territoire de la commune.
II - LES SUITES DU DERNIER RAPPORT D’OBSERVATIONS DÉFINITIVES
Dans le cadre de son précédent contrôle, la chambre avait adressé à la commune treize
recommandations. Sept ont été suivies d’effet, quatre l’ont été partiellement, deux ne l’ont pas été.
Les recommandations suivantes ont été suivies d’effet :
- améliorer les taux de réalisation budgétaire, grâce à la mise en place de simulations
budgétaires ;
- qualifier de service social d’intérêt général les activités sociales des associations Agir et
Atouts ville ;
- valoriser les aides aux associations, comme l’attestent les annexes aux comptes
administratifs ;
- cesser l’activité de prêt au personnel communal ;
- 8/35 -
- régulariser la situation administrative de l’ancien directeur général des services et du
directeur des services technique et informatique ;
- rationaliser et sécuriser les procédures internes de la commande publique, notamment
par l’établissement d’un guide applicable à l’ensemble des services. Compte tenu de la
réforme de la commande publique entrée en vigueur le 1er
avril 2016, il importera pour
les services d’actualiser le guide interne ;
- régulariser le dispositif de gestion des utilisations des véhicules municipaux et des cartes
d’approvisionnement en carburant ; désormais, des carnets de bord sont complétés.
Certaines ont été partiellement suivies d’effet : c’est le cas des recommandations 1 à 3 qui
visaient à améliorer le suivi de l’exécution budgétaire afin de mieux maîtriser les charges de
fonctionnement. Elles ont permis une réduction des charges à caractère général mais sont restées
sans effet sur la maîtrise des charges de personnel. En outre, certaines mesures ont été prises pour
lutter contre l’absentéisme comme le retrait du régime indemnitaire pour la maladie ordinaire et le
plan de prévention pour les accidents de service.
Enfin, deux sont restées peu ou pas appliquées :
- instaurer un dispositif de contrôle automatisé du temps de travail ;
- introduire une gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences.
Ces deux derniers points, parmi d’autres, seront examinés dans le cadre du présent examen
de gestion.
III - L’INFORMATION FINANCIÈRE ET LA FIABILITÉ DES COMPTES
L’information financière et la fiabilité des comptes ont été éprouvées sur le compte
administratif et le compte de gestion de l’exercice 2015.
A - L’information financière
1 - Les états de la dette au compte administratif et au compte de gestion
Les états de la dette tenus respectivement par l’ordonnateur et par le comptable, sont
concordants.
Les états de la dette annexés au compte administratif ne révèlent pas d’emprunts structurés
comportant des risques de taux.
2 - L’état du personnel annexé au compte administratif
La présentation de l’état du personnel au compte administratif 2015 s’écarte sensiblement
du cadre défini dans la maquette budgétaire du compte administratif réglementée par l’instruction
budgétaire et comptable M14.
Un certain nombre de rubriques ne sont pas tenues, parmi lesquelles celles des effectifs
budgétaires, exprimés en équivalent temps plein (ETP). La chambre invite la commune à y
remédier afin que l’information relative au personnel soit complète.
- 9/35 -
Selon l’ordonnateur, il y sera remédié dès le prochain vote du budget : l’état du personnel
sera présenté tel que défini dans la maquette budgétaire.
3 - Les états annexés au compte administratif non prévus par la maquette
budgétaire
Le compte administratif 2015 ajoute aux annexes réglementaires des états non prévus par
la maquette budgétaire réglementée par l’instruction M14 : l’état des prêts au personnel, l’état du
patrimoine bâti, l’état des locations et mises à disposition, la liste des véhicules, les tarifs
communaux, l’état des marchés conclus en 2015 et la liste des associations auxquelles adhère la
commune.
Le compte administratif, qui atteint plus de 500 pages au lieu de 150 dans la maquette
réglementaire, s’en trouve fortement surchargé. La chambre invite donc la commune à alléger la
présentation budgétaire du compte administratif en supprimant les états annexés non prévus par la
maquette budgétaire.
Le maire précise que ces états, qui étaient joints principalement à titre d’information, seront
supprimés autant que possible dès le prochain vote du budget.
B - La fiabilité des comptes
Une information fiable est une information exempte d’erreur et de biais significatifs, à
laquelle les utilisateurs peuvent faire confiance et permettant de présenter une image fidèle des
comptes communaux. Les critères de la fiabilité sont l’image fidèle, la prééminence de la substance
sur la forme, la neutralité, la prudence et l’exhaustivité.
1 - La tenue de l’inventaire physique et la concordance avec l’état de l’actif
Le suivi des immobilisations constitue un élément essentiel de la qualité comptable.
L’instruction budgétaire et comptable M14 prévoit que la responsabilité de leur suivi incombe, de
manière conjointe, à l’ordonnateur et au comptable. L’ordonnateur est chargé plus spécifiquement
du recensement des biens et de leur identification, il tient l’inventaire, registre justifiant la réalité
physique des biens. Le comptable est, pour sa part, responsable de leur enregistrement et de leur
suivi à l’actif du bilan : à ce titre, il tient l’état de l’actif1 ainsi que le fichier des immobilisations,
documents comptables justifiant les soldes des comptes apparaissant à la balance et au bilan.
L’inventaire et l’état de l’actif doivent correspondre.
Or, l’inventaire de l’ordonnateur et l’état de l’actif tenu par le comptable présentent au
31 décembre 2015 un écart supérieur à 65 M€ sur un actif immobilisé total de 260 M€. En effet,
l’inventaire est incomplet : il ne reprend que les biens mobiliers amortissables, alors qu’il a
vocation à enregistrer toutes les immobilisations.
Il appartient à la commune de compléter l’inventaire avec les biens qui n’y figurent pas, et
de se rapprocher du comptable public pour veiller à la parfaite concordance entre les deux états.
L’ordonnateur précise qu’il se conformera à ce rappel à la règlementation dès 2017.
1 L’état de l’actif est établi par le comptable public tous les deux ans (pour les exercices budgétaires pairs) à partir
du fichier des immobilisations. Pour les exercices budgétaires impairs, un état des flux d’immobilisations est
produit au compte de gestion du receveur municipal.
- 10/35 -
2 - Etat des restes à réaliser
Le rapprochement entre l’état des restes à réaliser arrêté au 31 décembre 2015 et les
justifications produites ne suscite aucune observation.
En conclusion sur l’information financière et la fiabilité des comptes, il appartient à la
commune de Gravelines de compléter son information financière, dans un souci de transparence,
et son inventaire physique pour qu’il reflète fidèlement la situation patrimoniale.
IV - LA SITUATION FINANCIÈRE (2011-2015)
La commune n’ayant pas de budget annexe, l’analyse de la situation financière porte sur le
budget principal.
Les comparaisons se fondent sur les données moyennes de la strate démographique des
communes de 10 000 à 20 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé. Cependant, les
données financières de la commune de Gravelines la situeraient plutôt parmi la strate des
communes de 20 000 à 50 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé, comme par
exemple la commune de Compiègne (Oise).
A - La section de fonctionnement
1 - L’excédent brut de fonctionnement
L’excédent brut de fonctionnement résulte de la comparaison entre les produits de gestion
et les charges de gestion.
Sur la période 2011 à 2015, l’excédent brut de fonctionnement se rétracte de 10,97 M€ à
9,3 M€, soit une variation annuelle de - 4,1 %. Cette évolution résulte d’une progression annuelle
des charges de gestion plus rapide, de 1,4 %, que celle des produits de gestion, de 0,3 %.
2 - Les produits de gestion
En 2015, la fiscalité représente 93 % des produits de gestion. La fiscalité reversée, de
34,37 M€, et la fiscalité directe locale, de 16,84 M€, représentent chacune respectivement 60,67 %
et 30,71 % des produits de gestion.
L’évolution des produits de gestion est restituée dans le tableau ci-après :
Tableau n° 1 – Evolution des produits de gestion (2011-2015)
Source : comptes de gestion.
en € 2011 2012 2013 2014 2015
Var. annuelle
moyenne
Ressources fiscales propres (nettes des restitutions) 15 394 951 15 834 622 16 237 507 16 456 157 16 842 850 2,3%
+ Ressources d'exploitation 1 433 336 1 837 833 1 509 683 1 496 286 2 267 335 12,1%
= Produits "flexibles" (a) 16 828 287 17 672 455 17 747 190 17 952 443 19 110 186 3,2%
Ressources institutionnelles (dotations et
participations)
1 955 630 1 990 806 1 982 761 1 830 924 1 053 401 -14,3%
+ Fiscalité reversée par l'interco et l'Etat 35 033 291 34 922 373 34 948 392 34 818 458 34 370 319 -0,5%
= Produits "rigides" (b) 36 988 921 36 913 179 36 931 153 36 649 382 35 423 720 -1,1%
Production immobilisée, travaux en régie (c) 313 212 371 328 301 232 356 699 305 818 -0,6%
= Produits de gestion (a+b+c = A) 54 130 421 54 956 961 54 979 575 54 958 525 54 839 724 0,3%
- 11/35 -
a - La fiscalité reversée
La fiscalité reversée permet d’absorber facilement la suppression totale de la dotation
globale de fonctionnement, qui a entraîné une perte de recettes d’environ 1 M€ chaque année
depuis 2015. En réponse aux observations provisoires, l’ordonnateur indique que la contribution
de la commune au redressement des finances publiques a ainsi augmenté de 147 % passant de
414 610 € en 2014 à 1 023 691 € en 2015. En 2016, elle sera selon lui de 1 033 029 €. Ce contexte
a conduit la commune à rechercher des économies dès 2015 et pour les années 2016 et 2017.
La fiscalité reversée se compose, d’une part, de composants issus de l’intercommunalité, à
savoir l’attribution de compensation et la dotation de solidarité communautaire et, d’autre part, de
composants en provenance de l’Etat, à savoir le fonds national de garantie individuelle des
ressources et, depuis 2012, le fonds national de péréquation des ressources communales et
intercommunales. Ce dernier consiste à prélever une partie des ressources de certaines
intercommunalités et communes pour la reverser à des intercommunalités et communes moins
favorisées. Le montant du fonds national de péréquation a augmenté de 187 %. Pour 2016, la
contribution à ce fonds sera de 1,033 M€.
La commune est contributrice nette au fonds national de garantie individuelle des
ressources2 : elle reverse au fonds de la fiscalité professionnelle.
Le tableau qui suit retrace le détail de la fiscalité reversée par l’intercommunalité et l’Etat.
Tableau n° 2 – Détail de la fiscalité reversée
Source : comptes de gestion.
Depuis l’an 2000, le niveau de l’attribution de compensation et de la dotation de solidarité
communale est très élevé. Sur la période 2000 à 2015, soit en 16 ans, les deux dotations cumulées
ont généré un produit de 581 M€, comme le montre le tableau suivant.
Tableau n° 3 – Evolution de l’attribution de compensation et de la dotation
de solidarité communautaire (2000-2015) en euros
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 TOTAUX
32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 518 241 736
3 228 147 3 631 909 4 035 782 4 440 390 4 812 990 5 185 141 5 568 650 5 714 554 5 817 011 5 860 774 5 593 025 63 194 324
35 619 143 36 022 905 36 426 778 36 831 386 37 203 986 37 576 137 37 959 646 38 105 550 38 208 007 38 251 770 37 984 021 581 436 060
Source : commune de Gravelines.
Les deux dotations présentent une courbe d’évolution fortement différenciée : l’attribution
de compensation est pratiquement inchangée depuis l’origine alors que la dotation de solidarité
communautaire connaît une progression continue jusqu’en 2014 inclus.
2 Mécanisme mis en œuvre à compter de 2011 de compensation intégrale du manque à gagner pour les collectivités
territoriales résultant de la suppression de la taxe professionnelle.
en € 2011 2012 2013 2014 2015
Var. annuelle
moyenne
Attribution de compensation brute 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 0,0%
+ Dotation de solidarité communautaire brute 5 568 650 5 714 554 5 817 011 5 860 774 5 593 025 0,1%
+ Fonds de péréquation (FPIC)et de solidarité 0 -256 822 -333 260 -506 957 -687 347 N.C.
+/- Contribution nette des fonds nationaux de garantie
individuelle des ressources (FNGIR)
-2 926 355 -2 926 355 -2 926 355 -2 926 355 -2 926 355 0,0%
= Fiscalité reversée par l'Etat et l'interco 35 033 291 34 922 373 34 948 392 34 818 458 34 370 319 -0,5%
- 12/35 -
La fiscalité reversée par l’intercommunalité suscite deux remarques.
1) Sur l’attribution de compensation
Les reversements importants de fiscalité reflètent des transferts de compétence limités entre
la communauté urbaine de Dunkerque et la ville de Gravelines3, comme le constatait déjà la
chambre régionale des comptes dans son rapport d’observations définitives de 2007 sur la
communauté urbaine de Dunkerque. La situation n’a pas évolué depuis cette date.
2) Sur la dotation de solidarité communautaire
La dotation de solidarité communautaire versée à la commune de Gravelines n’a cessé
d’augmenter jusqu’en 2014, alors même qu’elle est destinée à réduire les inégalités de fiscalité
entre les communes de la communauté urbaine. Ce point également avait déjà été mis en exergue
dans le cadre du contrôle effectué en 2007 sur la communauté urbaine de Dunkerque.
Depuis ce constat, la situation n’a pas évolué. En effet, en dépit de la révision de la dotation
de solidarité communautaire envisagée en 2016 par la communauté urbaine de Dunkerque, la
commune de Gravelines devrait continuer à bénéficier d’un montant similaire.
b - La fiscalité directe locale
La fiscalité directe locale a augmenté en moyenne de 1,9 % par an (cf. tableau ci-après).
Tableau n° 4 – Evolution de la fiscalité directe locale
Source : comptes de gestion.
Cette augmentation s’explique exclusivement par l’évolution des bases d’imposition de la
taxe d’habitation et de la taxe foncière sur les propriétés bâties. Les bases de cette dernière
représentent plus de trois fois la moyenne de la strate, celles de la taxe d’habitation, moins de la
moitié.
Depuis 2001, les taux d’imposition de la taxe d’habitation et de la taxe foncière sur les
propriétés bâties sont restés inchangés. Cependant, ils sont nettement plus élevés que les taux
moyens de la strate. En 2014, le taux de la taxe d’habitation était de 24,15 % à Gravelines contre
un taux moyen dans la strate de 15,87 %, et la même année, le taux de la taxe foncière sur les
propriétés bâties était de 28,56 % contre 22,65 %.
3 Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais – rapport d’observations définitives du
12 septembre 2007. Le texte du rapport figure à l’adresse :
http://www.ccomptes.fr/content/download/32212/522270/version/1/file/NPR200726.pdf.
Et la réponse de la communauté urbaine de Dunkerque à l’adresse :
http://www.ccomptes.fr/content/download/32213/522280/version/1/file/NPO200726R.pdf.
en € 2011 2012 2013 2014 2015
Var. annuelle
moyenne
Impôts locaux nets des restitutions 14 971 617 15 397 310 15 854 627 16 041 316 16 117 466 1,9%
+ Taxes sur activités de service et domaine 36 183 54 867 69 303 86 563 85 927 24,1%
+ Taxes sur activités industrielles 0 0 0 0 282 311 N.C.
+ Taxes liées à l'environnement et l'urbanisation 149 265 167 409 171 845 177 510 181 872 5,1%
+ Autres taxes (dont droits de mutation à titre onéreux,
DMTO)
237 886 215 036 141 732 150 768 175 274 -7,4%
= Ressources fiscales propres (nettes des
restitutions)
15 394 951 15 834 622 16 237 507 16 456 157 16 842 850 2,3%
- 13/35 -
Au demeurant, dans sa réponse aux observations provisoires, l’ordonnateur relève que les
allocations destinées à compenser les pertes de recettes consécutives à certaines mesures
d’exonération, de réduction des bases ou de plafonnement des taux prises par le législateur en
matière de fiscalité directe locale sont passées de 410 769 € en 2011 à 289 925 € en 2015.
3 - Les charges de gestion
Les charges à caractère général ont diminué dans le cadre de l’effort d’économies
municipales mis en œuvre. En revanche, les charges de personnel ont continué de progresser.
En effet, elles augmentent, en moyenne annuelle, de 4,1 % hors atténuation de charges en
raison, notamment, de la titularisation des agents contractuels. En 2015, elles représentaient ainsi
2 144 € par habitant contre 664 € par habitant pour la moyenne de la strate.
Même si elles ont légèrement diminué, les subventions présentent un niveau très élevé de
plus de 8 M€ en 2015, soit 699 € par habitant contre 97 € pour la moyenne de la strate, hors prise
en comptes des subventions exceptionnelles, proches de 4 M€, versées à la régie municipale
chargée des équipements sportifs et de loisirs.
L’évolution des charges de gestion est restituée dans le tableau ci-après.
Tableau n° 5 – Evolution des charges de gestion (2011-2015)
Source : comptes de gestion.
4 - L’autofinancement dégagé
La capacité d’autofinancement (CAF) brute diminue de près de 12 % en cinq ans, en raison
de la baisse de l’excédent brut de fonctionnement et de la progression des subventions
exceptionnelles versées aux services publics à caractère industriel et commercial. En 2015, la CAF
brute atteignait, cependant, 337 € par habitant contre une moyenne de la strate à 183 € par habitant.
Tableau n° 6 – Evolution de l’autofinancement brut (2011-2015)
Source : comptes de gestion.
Toujours en 2015, la CAF nette du remboursement en capital des emprunts s’élevait à 82 €
par habitant (contre 328 € en 2011) pour une moyenne de la strate à 90 € par habitant (contre 114 €
en 2011).
en € 2011 2012 2013 2014 2015
Var. annuelle
moyenne
Charges à caractère général 9 627 860 9 726 772 10 150 941 9 758 467 8 728 496 -2,4%
+ Charges de personnel 21 738 205 22 711 916 22 948 381 24 343 036 25 488 517 4,1%
+ Subventions de fonctionnement 8 423 231 8 595 387 8 580 796 8 448 971 8 313 213 -0,3%
+ Autres charges de gestion 3 363 788 3 433 150 3 280 500 3 257 881 3 006 696 -2,8%
= Charges de gestion (B) 43 153 083 44 467 225 44 960 618 45 808 355 45 536 922 1,4%
en € 2011 2012 2013 2014 2015
Var. annuelle
moyenne
Excédent brut de fonctionnement (A-B) 10 977 337 10 489 736 10 018 957 9 150 169 9 302 802 -4,1%
en % des produits de gestion 20,3% 19,1% 18,2% 16,6% 17,0%
+/- Résultat financier (réel seulement) -808 764 -759 177 -621 849 -685 624 -652 134 -5,2%
- Subventions exceptionnelles versées aux services
publics industriels et commerciaux
3 316 378 3 499 000 3 570 200 3 483 200 3 998 200 4,8%
+/- Solde des opérations d'aménagements de terrains
(ou +/- values de cession de stocks)
0 0 0 0 0 N.C.
+/- Autres produits et charges excep. réels -222 864 -94 175 20 358 -19 766 -651 908 30,8%
= CAF brute 6 629 332 6 137 385 5 847 265 4 961 580 4 000 560 -11,9%
en % des produits de gestion 12,2% 11,2% 10,6% 9,0% 7,3%
- 14/35 -
B - Le financement des investissements
1 - Les dépenses d’investissement
Même s’il marque une pause en 2015, l’effort d’équipement sur les cinq dernières années
est très soutenu. En 2015, les dépenses d’équipement s’élevaient à 413 € par habitant contre 268 €
par habitant pour la moyenne de la strate. Le tableau ci-après retrace l’évolution des dépenses
d’investissement.
Tableau n° 7 – Evolution des dépenses d’investissement
Source : comptes de gestion.
Depuis l’origine, le niveau d’équipement est particulièrement élevé comme le montre l’état
de l’actif immobilisé qui dépasse 260 M€ en 2015. Ainsi, à Gravelines, le nombre d’équipements
sportifs, de 95, et culturel, de 8, sont très largement supérieurs aux moyennes nationales, de 56,44,
et régionale, de 5,25. Parmi les équipements culturels, la commune compte une médiathèque, un
musée et une salle de spectacle. Parmi les équipements sportifs figurent une base nautique et de
plein air, un centre équestre, des centres multisports.
2 - Le financement de l’investissement
Sur la période 2011-2015, les ressources propres ont financé les dépenses d’investissement
à hauteur de 72 % et les emprunts nouveaux à hauteur de 28 %. Cette structure de financement est
éloignée de la comparaison nationale6 où les recettes propres d’investissement représentent 90 %
des dépenses d’investissement.
EMPLOIS 2011 2012 2013 2014 2015 RESSOURCES 2011 2012 2013 2014 2015 Cumul Part
Annuité en capital
de la dette
2 754 2 761 3 002 3 013 3 028 CAF 6 629 6 137 5 847 4 961 4 000 27 574 58 %
Autres dépenses
d'investissement
5 701 8 312 6 820 7 852 4 848
Recettes
d'investissement
(hors emprunt)
2 043 1 184 630 1 175 1 576 6 608 14 %
Total 8 455 11 073 9 822 10 865 7 876
Financement
propre disponible
8 672 7 321 6 477 6 136 5 576 34 182 72 %
Variation du FRN
(ressource nette)
2 417 580
Nouveaux emprunts
de l'année
2 200 1 800 2 000 4 400 2 880 13 280 28 %
Total 10 872 9 121 8 477 10 536 8 456 47 462
Variation du FRN
(emploi net)
1 952 1 345 329
Source : comptes de gestion.
4 Ministère des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative - Les équipements sportifs
des communes de 2 500 à 12 000 habitants – Publication de 2011, à l’adresse :
http://www.sports.gouv.fr/IMG/archives/pdf/Plaquette_2500_12000Hab_3Volets_v2.pdf.
5 Observatoire des territoires – équipements culturels http://carto.observatoire-des-
territoires.gouv.fr/#v=map9;i=equipt_culturel.tx_equipt;l=fr;sly=f_reg_e_DR;sid=12
6 La Banque postale – Territoires et Finances – communes et intercommunalités, 2015, p.5. L’étude est disponible
à l’adresse : https://www.labanquepostale.com/content/dam/groupe/actus-pub/pdf/etudes/finances-
locales/2015/20151216_territoires-et-finances-3.pdf.
en € 2011 2012 2013 2014 2015
Cumul sur les
années
- Dépenses d'équipement (y compris travaux en régie
)
5 445 604 7 905 540 6 353 178 7 677 348 4 671 525 32 053 196
- Subventions d'équipement (y compris subventions
en nature)
2 982 206 168 636 680 400 833 170 833 1 417 496
+/- Dons, subventions et prises de participation en
nature, reçus ou donnés
412 397 240 904 53 010 -225 247 150 481 215
- Participations et inv. financiers nets -162 158 -43 933 -87 163 -28 570 -22 069 -343 892
+/- Variation de stocks de terrains, biens et produits 0 0 0 0 0 0
- Charges à répartir 0 0 0 0 0 0
+/- Variation autres dettes et cautionnements 2 535 3 285 -136 209 27 520 27 990 -74 879
Total 5 701 361 8 311 964 6 819 495 7 851 885 4 848 430 33 533 135
- 15/35 -
C - La structure financière
1 - Le poids de la dette
Sur la période, malgré un recours accru à l’emprunt en 2015, la commune s’est légèrement
désendettée : de 22,1 M€ en 2011, le stock de dettes a ainsi été ramené à 21,1 M€ en 2015. Dans
sa réponse à la chambre, l’ordonnateur fait valoir qu’entre 2000 et 2015, la dette de la commune a
diminué de près de 26 M€, soit de 56 %. L’évolution de la dette est restituée dans le tableau ci-
après.
Tableau n° 8 – Evolution de l’encours de la dette
Source : comptes de gestion.
En 2015, l’endettement de la commune, de 1 763 € par habitant, était près de deux fois
supérieur à la moyenne de la strate, de 944 €.
Mais en raison de son niveau élevé de CAF brute, la capacité de désendettement de la
commune est satisfaisante. En 2015, le ratio qui l’exprime, en rapportant l’encours de la dette à la
CAF brute, était de 5,2 années. En 2014, année où une comparaison avec la strate est possible, les
deux ratios étaient proches, de 3,25 années pour la commune contre 4,65 années pour la moyenne
de la strate.
2 - L’équilibre du bilan
Sur la période, l’équilibre du bilan a quelque peu évolué puisque les ressources longues
destinées à financer l’investissement ont eu tendance à se tarir. La commune conserve un niveau
de trésorerie satisfaisant, correspondant à 25 jours de charges courantes en 2015. L’équilibre du
bilan est retracé dans le tableau ci-dessous.
Tableau n° 9 – Evolution du bilan
Source : comptes de gestion.
Dans le cas présent, le besoin en fonds de roulement négatif, qui ne traduit pas de retards
de paiement aux fournisseurs, abonde la trésorerie.
D - Conclusion sur la situation financière
Depuis 15 ans, la véritable rente que constitue la fiscalité professionnelle unique reversée
par la communauté urbaine de Dunkerque à la commune de Gravelines autorise celle-ci à maintenir
un niveau de dépenses élevé, tant en fonctionnement qu’en investissement, sans compromettre
l’équilibre de sa situation financière, qui reste saine à la fin de 2015, caractérisée par une épargne
consistante et une bonne capacité de désendettement.
en € 2011 2012 2013 2014 2015
Var. annuelle
moyenne
Encours de dettes du BP au 1er janvier 22 160 927 21 609 105 20 644 765 19 778 664 21 137 529 -1,2%
au 31 décembre en € 2011 2012 2013 2014 2015
Var. annuelle
moyenne
Fonds de roulement net global 6 026 284 4 074 875 2 730 096 2 401 746 2 982 392 -16,1%
- Besoin en fonds de roulement global -881 941 -1 528 175 -639 402 -970 033 -300 033 -23,6%
=Trésorerie nette 6 908 225 5 603 050 3 369 498 3 371 779 3 282 425 -17,0%
en nombre de jours de charges courantes 57,4 45,2 26,9 26,5 25,9
Dont trésorerie active 6 908 225 5 603 050 3 369 498 3 371 779 3 282 425 -17,0%
Dont trésorerie passive 0 0 0 0 0 N.C.
- 16/35 -
V - LES PRÉVISIONS FINANCIÈRES
Le rapport de présentation qui accompagne le débat d’orientation budgétaire ne contient
aucune précision sur les engagements pluriannuels envisagés.
Pour autant, il existe des prospectives financières qui pourraient être communiquées à
l’organe délibérant. Ainsi, en août 2015, un document interne comporte des simulations relatives
à des comptes administratifs prévisionnels pour les années 2016 et 2017.
Ces simulations montrent que l’autofinancement brut s’établirait à 2,65 M€ en 2017 en
raison notamment des conséquences financières attachées à la suppression de la dotation globale
de fonctionnement. L’encours de la dette diminuerait à 19,4 M€. Dans ces conditions, la capacité
prévisionnelle de désendettement se détériorerait à 7,32 années.
Conformément aux 2e
et 3e
alinéas de l’article L. 2312-1 du code général des collectivités
territoriales, la chambre invite la commune à enrichir le rapport de présentation qui accompagne
le débat d’orientations budgétaires des engagements pluriannuels envisagés, en y ajoutant la
présentation de la structure et de l’évolution des dépenses et des effectifs7, qui fait également
défaut.
Dès novembre 2016, le rapport transmis et présenté au conseil municipal sera complété
afin de respecter notamment les dispositions du décret du 24 juin 2016 relatif au contenu ainsi
qu’aux modalités de publication et de transmission du rapport d’orientations budgétaires.
VI - LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
A - Les charges de personnel
Entre 2011 et 2015, les charges de personnel présentent une progression particulièrement
soutenue de 4,1 % par an, singulièrement au cours des périodes 2011-2012 (+ 4,5 %), 2013-2014
(+ 6,1 %) et 2014-2015 (+ 4,7 %), comme le montre le tableau suivant. En 2015, elles représentent
45 % des charges de gestion et 55 % des charges courantes.
Tableau n° 10 – Charges de personnel nettes des remboursements de mise à disposition
En M€ 2011 2012 2013 2014 2015
Var.
annuelle
moyenne
Charges totales de personnel 21,738 22,712 22,948 24,343 25,488 4,1 %
- Remboursement de personnel mis à
disposition
0 0 0 0 0,689
= Charges totales de personnel nettes
des remboursements pour MAD8
21,738 22,712 22,948 24,343 24,799 3,3 %
en % des produits de gestion 40,2 % 41,3 % 41,7 % 44,3 % 45,2 %
Source : comptes de gestion.
7 Dans les communes de plus de 10 000 habitants, le rapport mentionné au deuxième alinéa du présent article
comporte, en outre, une présentation de la structure et de l’évolution des dépenses et des effectifs. Ce rapport
précise notamment l’évolution prévisionnelle et l’exécution des dépenses de personnel, des rémunérations, des
avantages en nature et du temps de travail.
8 MAD : mise à disposition.
- 17/35 -
Elles sont particulièrement importantes puisqu’elles s’élèvent en 2015 à 2 144 €/hab., soit
plus de trois fois la moyenne de la strate (664 €/hab.).
En 2013, dernière année pour laquelle on dispose d’une comparaison, la rémunération
moyenne d’un agent municipal à Gravelines est de 2 259 € contre 1 836 € pour la moyenne des
communes9.
Cette progression des dépenses de personnel s’explique à la fois par l’impact de mesures
réglementaires mais également et surtout par des mesures spécifiques décidées par la collectivité,
notamment la titularisation d’agents contractuels.
1 - L’impact des mesures réglementaires
Si le point d’indice n’a subi aucune revalorisation depuis 2010, des mesures réglementaires
ponctuelles ont eu un impact direct sur l’augmentation de la masse salariale telles que le
relèvement du minimum de traitement dans la fonction publique10, la modification du taux de la
contribution employeur à la CNRACL11, la création d’un 8e
échelon dans les grades dotés de
l’échelle 6 de rémunération des cadres d’emplois de catégorie C (agents d’exécution) de la fonction
publique territoriale 12, les dispositions indiciaires applicables aux agents de la catégorie C et de
la catégorie B (cadres intermédiaires) de la fonction publique territoriale13, et enfin, l’affiliation
des élus locaux au régime général de la sécurité sociale14.
Les recrutements intervenus dans le cadre de la mise en œuvre des nouvelles activités
périscolaires entre 2014 et 2015 ont également contribué à la progression de la masse salariale.
2 - Les mesures spécifiques décidées par la collectivité
La collectivité n’est pas en mesure de calculer l’impact sur la masse salariale de l’évolution
de la carrière de ses agents, appelé effet glissement vieillesse technicité positif (GVT+), ni celui
du remplacement des départs d’agents à forte ancienneté par des agents plus jeunes, appelé GVT
négatif. Les seuls éléments spécifiques pris en compte dans le calcul de la masse salariale sont les
avancements d’échelon et les entrées et sorties connues du personnel.
En valeur moyenne annuelle, les rémunérations des titulaires ont augmenté de 4,9 % en
cinq ans, soit une augmentation très forte, qui correspond à une politique assumée de titularisation
des agents contractuels. A l’inverse, les rémunérations des non-titulaires ont diminué de - 6,6 %
et leur part dans la dépense de rémunération est passée de 19 à 13 %.
Le régime indemnitaire voté par l’assemblée délibérante a également contribué à
l’augmentation de la masse salariale, avec une hausse moyenne de 4,3 % par an. D’un montant de
3,9 M€ en 2015, il représente 25 % de la rémunération du personnel titulaire.
9 Source : DGCL - Les collectivités locales en chiffres 2015, page 192.
10 Décrets n° 2012-847 du 2 juillet 2012 et n° 2013-33 du 10 janvier 2013.
11 Décrets n° 2012-1525 du 28 décembre 2012, n° 2013-1290 du 27 décembre 2013 et n° 2014-1531 du
17 décembre 2014 /CNRACL : Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales.
12 Décret n° 2013-587 du 4 juillet 2013.
13 Décret n° 2014-80 du 29 janvier 2014.
14 Décret suite article 18 LFSS.
- 18/35 -
Tableau n° 11 – Evolution des rémunérations versées au personnel
En € 2011 2012 2013 2014 2015
Var.
annuelle
moyenne
Rémunération principale 8 967 510 9 391 437 9 732 934 10 489 633 11 014 069 5,3 %
+ Régime indemnitaire voté par
l’assemblée
3 281 733 3 443 745 3 567 060 3 758 431 3 878 096 4,3 %
+ Autres indemnités 416 434 410 520 437 568 438 049 448 293 1,9 %
= Rémunérations du personnel
titulaire (a)
12 665 676 13 245 702 13 737 562 14 686 113 15 340 458 4,9 %
en % des rémunérations du
personnel*
80,0 % 79,9 % 82,7 % 84,5 % 86,6 %
Rémunération principale 2 542 030 2 678 942 2 373 030 2 249 476 2 000 854 - 5,8 %
+ Régime indemnitaire voté par
l’assemblée
502 905 575 685 451 872 370 307 320 602 - 10,6 %
+ Autres indemnités 0 0 0 0 0 N.C.
= Rémunérations du personnel
non titulaire (b)
3 044 935 3 254 627 2 824 902 2 619 783 2 321 456 - 6,6 %
en % des rémunérations du
personnel*
19,2 % 19,6 % 17,0 % 15,1 % 13,1 %
Autres rémunérations (c) 123 789 71 321 56 166 81 931 57 427 - 17,5 %
= Rémunérations du personnel
hors atténuations de charges
(a+b+c)
15 834 400 16 571 650 16 618 630 17 387 827 17 719 341 2,9 %
Atténuations de charges 697 129 769 614 783 795 807 200 179 677 - 28,7 %
= Rémunérations du personnel 15 137 271 15 802 036 15 834 835 16 580 627 17 539 664 3,8 %
Source : comptes de gestion.
* Hors atténuations de charges.
Le service des ressources humaines de la ville de Gravelines a produit un état prévisionnel
pour 2016 des dépenses mensuelles de la masse salariale prenant en compte les mesures
règlementaires ainsi que les avancements d’échelon et les mouvements des personnels. Ces
prévisions conduiraient à une baisse de la masse salariale de 0,7 %.
B - Les effectifs
1 - L’évolution des effectifs
Au 31 décembre 2015, la commune de Gravelines comptait 601 agents sur emplois
permanents. Son effectif a augmenté de 20 agents entre 2011 et 2015, représentant une hausse de
3,4 %. Dans sa réponse aux observations provisoires, l’ordonnateur justifie cette évolution par « la
montée en compétences des services et le mode de recrutement … la collectivité recrute des agents
non titulaires possédant le niveau requis puis les forment pour qu’ils intègrent la fonction publique
dans la catégorie hiérarchique correspondant à leur poste ». Il indique que ce dispositif a
fonctionné dans les secteurs en tension comme les maîtres-nageurs sauveteurs où les
fonctionnaires se font rares, ou dans la filière d’enseignement artistique où l’absence de concours
ainsi que la création de nombreux postes à temps non complet empêchent, selon lui, le recrutement
de fonctionnaires.
Les 43 postes de non-titulaires supprimés au cours de la période 2011 à 2015 ont été
remplacés par 64 emplois de titulaires. La commune de Gravelines a procédé à une vague de
titularisation au cours des exercices 2012 et 2013 (- 16 non-titulaires et + 17 titulaires) et une
augmentation des effectifs de 25 agents entre 2013 et 2014.
- 19/35 -
Le développement de l’intercommunalité n’a pas eu d’impact en termes de transferts
d’emplois au cours de la période sous revue.
En 2015, la collectivité n’a pas remplacé certains départs (20 sorties contre 6 entrées) et les
effectifs ont baissé de 1,5 %, soit - 9 agents.
2 - Les caractéristiques des effectifs
L’effectif de la commune se distingue, sous plusieurs aspects, de ce qui est relevé
nationalement.
Ainsi, en 2014, le taux d’administration est de 51,3 agents pour 1 000 habitants à
Gravelines, pour un taux moyen national de 18,2 pour les communes entre 10 000 et
20 000 habitants15.
La ville présente même un niveau d’administration beaucoup plus élevé que celui observé
dans la strate supérieure des villes de 20 000 à 50 000 hab., où le taux est de 20 agents pour 1 000
habitants.
Par ailleurs, outre le fait que la commune de Gravelines emploie annuellement un grand
nombre de saisonniers répartis dans les services des sports et animation de la plage (215 en 2014
et 157 en 2015), l’effectif se caractérise par une proportion de titulaires et un âge moyen plus élevé
que ce qui est habituellement constaté, mais aussi par un renforcement de l’encadrement
intermédiaire, de catégorie B, et un faible taux d’agents d’encadrement supérieur représentés par
la catégorie A.
La répartition des effectifs permanents au 31 décembre 2011 et au 31 décembre 2015 figure
ci-après :
Tableau n° 12 – Répartition des effectifs permanents au 31 décembre
selon le statut et la catégorie hiérarchique
2011 2015 Evolution
Catégories A B C T A B C T A B C T
Titulaires 16 82 365 463 23 99 405 527 7 17 40 64
Non-titulaires
5 14 97 116 2 16 55 73 - 3 2 - 42 - 43
dont :
Emplois de direction 3 3 2 2 - 1 - 1
Collaborateurs cabinet 1 1 1 1 0 0
Nombre total des agents 22 96 462 580 26 115 460 601 3 19 - 2 20
Source : commune – cf. tableau : évolution des effectifs complets pour chaque année – hors emplois aidés.
Toutes catégories confondues, sur la période 2011 à 2015, le nombre de titulaires s’est
accru de 14 % alors que celui des non-titulaires diminuait de 37 %. Les agents titulaires
représentaient 80 % de l’effectif total en 2011 et 88 % en 2015, soit 527 agents. Le taux national
est inférieur à 74 % fin 201316.
15 Source : DGCL - Les collectivités locales en chiffres 2016, tableau « communes et établissements communaux
ayant des effectifs sur emplois principaux, au 31 décembre 2014, p. 80.
16 INSEE Première mars 2016 - L’emploi dans la fonction publique en 2014.
- 20/35 -
Ce sont les agents d’encadrement intermédiaire de la catégorie B qui connaissent, sur la
période, la plus importante augmentation des effectifs, passant de 96 à 115 (+ 20 %). En 2015,
toutes filières et tous statuts confondus, les effectifs se répartissent à hauteur de 4 % en
catégorie A, 19 % en catégorie B et 77 % en catégorie C.
3 - La répartition des effectifs par filière d’emplois
Le tableau qui figure ci-après retrace la répartition des effectifs par filière.
Tableau n° 13 – Répartition des effectifs permanents au 31 décembre par filière d’emplois
Filières d’emplois 2011 2012 2013 2014 2015 Évolution
Administrative 133 130 134 135 138 + 5
Animation 8 8 9 8 8 0
Culturelle 39 39 40 53 50 + 11
Médico-sociale
Police municipale 5 5 5 5 5 0
Sociale 23 26 24 23 24 + 1
Sportive 43 45 43 43 42 - 1
Technique 328 330 329 342 333 + 5
Total 579 583 584 609 600 + 21
Source : commune.
55 % des emplois permanents sont occupés par des agents de la filière technique, chiffre
stable sur la période 2011-2015. Cette proportion est sensiblement supérieure à ce qui est constaté
habituellement, en raison notamment des agents intervenant dans les nouvelles activités
périscolaires. D’après le guide des collectivités locales 2015 de la direction générale des
collectivités locales, la proportion d’agents au sein des services techniques est de 46 % des
titulaires au 31 décembre 2013.
La filière administrative concentre 23 % des agents. Leur nombre a faiblement progressé,
passant de 133 en 2011 à 138 en 2015. Les effectifs des autres filières n’ont pas enregistré de
modification significative.
Ce sont les effectifs des services de la filière culturelle qui ont progressé le plus, soit de 11
agents. Cette filière, qui compte 50 agents au 31 décembre 2015, représente 8 % de l’ensemble des
emplois permanents.
4 - La politique de recrutement
La politique municipale actuelle applique le non-remplacement des départs en retraite mais
la collectivité n’est pas en mesure de chiffrer cet objectif dans le cadre de la maîtrise des dépenses
de personnel.
Une analyse des besoins est réalisée en amont des recrutements avec le responsable du
service demandeur, la direction générale des services et la direction des ressources humaines.
Le recrutement interne est privilégié et recherché presque systématiquement avant recours
à l’extérieur : « Avant toute décision de recrutement externe, la possibilité de pourvoir le poste
par la voie de la mobilité interne ou la réorganisation du service est examinée. Le cas échéant si
les compétences requises pour le poste ne sont pas identifiées en interne, une annonce de mobilité
interne peut être publiée pour permettre aux agents intéressés par le poste de candidater, quand
bien même ils ne disposent pas de l’ensemble des compétences souhaitées. »
- 21/35 -
S’agissant de l’externalisation, seuls les services relatifs à la gestion du camping de
Petit Fort Philippe (depuis 2007) et du réseau câblé (depuis 2011) font l’objet de délégations de
service public. Le délégataire du camping consacre à ce service 5 ETP en CDI17, 4 ETP en CDD18
sur 9 mois et 5,8 ETP en CDD sur 2 mois. Celui titulaire de la gestion du réseau câblé emploie 4
collaborateurs à temps plein, 1 commercial à temps partagé et 10 techniciens à temps partagé.
Aucune étude n’a été menée à l’effet d’évaluer les conséquences financières en cas de reprise en
régie de la gestion de ces deux services.
La collectivité a mis en place un outil de prospective identifiant les perspectives de départ
en retraite. L’outil a été diffusé au comité de direction afin d’anticiper les demandes de
remplacement éventuel ou de travailler sur la réorganisation ou la formation d’agents plus jeunes
pour couvrir les besoins générés par les départs. Les propositions de création d’emploi font l’objet
d’une évaluation financière transmise uniquement à l’autorité territoriale. Selon l’ordonnateur, il
s’agit d’une extrapolation des départs dont les dates peuvent varier jusqu’à cinq années. Les
données sont donc à manier avec précaution et sujet à interprétation. Mais la commune n’a pas
mis en place de schéma pluriannuel de recrutement. Elle ne formalise pas sa politique en la matière
par une délibération du conseil municipal.
La chambre invite l’ordonnateur à présenter un schéma pluriannuel de recrutement à
l’assemblée délibérante, faisant apparaître les départs prévus, les recrutements et les
non-remplacements. Le maire admet que ces éléments pourraient être présentés aux élus.
5 - La mutualisation
L’article 67 de la loi du 16 décembre 2010, codifié à l’article L. 5211-39-1 du code général
des collectivités territoriales, rend obligatoire pour le président de l’établissement public de
coopération intercommunale, dans l’année qui suit chaque renouvellement général des conseils
municipaux, l’établissement d’un rapport relatif aux mutualisations entre les services de l’EPCI et
ceux des communes membres. Selon l’article L. 5211-39-1 précité, « ce rapport comporte un
projet de schéma de mutualisation des services à mettre en œuvre pendant la durée du mandat. Le
projet de schéma prévoit notamment l’impact prévisionnel de la mutualisation sur les effectifs de
l’établissement public de coopération à fiscalité propre et des communes concernées et sur leurs
dépenses de fonctionnement. »
Les principes d’élaboration d’un schéma de mutualisation ont été présentés à l’ensemble
des maires des communes de la communauté urbaine de Dunkerque lors de la conférence des
maires de novembre 2014. Un schéma de mutualisation a été adopté par la communauté urbaine,
qui se décline autour de cinq thématiques : les ressources humaines, la mise en commun de
moyens, l’assistance aux communes, les systèmes d’information, les achats groupés. Chaque
thématique est répartie en actions : de la simple création d’un réseau à la mise en place de services
communs.
Par délibération du 10 novembre 2015, le conseil municipal de la commune de Gravelines
a émis un avis favorable au schéma de mutualisation présenté par la communauté urbaine de
Dunkerque « sous réserve, toutefois, pour y parvenir, de la mise en œuvre d’un partenariat avec la
commune avec des points d’étape réguliers entre les services concernés ». Aucune prévision de
l’impact de la mutualisation en termes d’effectifs et de dépenses de fonctionnement ne figure dans
le document approuvé par la commune.
17 CDI : contrat à durée indéterminée.
18 CDD : contrat à durée déterminée.
- 22/35 -
A ce jour, aucune mutualisation ou mise en commun de services n’a été effectuée entre la
commune et la communauté urbaine de Dunkerque.
C - Le temps de travail
1 - L’organisation du temps de travail
a - La durée effective du travail
Par délibération du 12 novembre 1982, la commune a engagé, dans le cadre de la signature
d’un contrat de solidarité, un processus de réduction de la durée du travail avec application des 35
heures au 1er
septembre 1983. Par délibération du 20 décembre 2001, le conseil municipal de
Gravelines a confirmé ce régime, conformément à ce que prévoyait la
loi n° 2001-2 du 3 janvier 2001 pour les collectivités ayant procédé à la réduction du temps de
travail antérieurement au 1er
janvier 2001.
Le régime des congés annuels des agents de la commune de Gravelines repose sur une
délibération du conseil municipal du 29 juin 1997 qui faisait suite à un mouvement de grève du
personnel de 12 jours et à un accord conclu avec l’intersyndicale des grévistes. Le document fixe
la durée des congés annuels des agents communaux « dans le respect du principe de parité des
fonctions publiques… » Les agents à temps complet qui effectuent 35 heures hebdomadaires
bénéficient d’un droit à congés annuels de 25 jours, ainsi que d’un ou deux jours supplémentaires
dénommés « congés hiver » lorsqu’ils posent des congés hors période.
De nombreuses dispositions favorables aux agents s’ajoutent au régime légal et viennent
accroître le temps non travaillé :
- dix jours de congés exceptionnels par an sont accordés (ducasse, carnaval…). Comme
le précise le guide des congés : « Ces congés ne sont pas un droit mais une faveur
accordée au personnel présent au service. Ils ne sont pas comptés dans le calcul des
congés annuels » ;
- des congés d’ancienneté sont accordés dès la première année de présence (1 jour) et
peuvent atteindre 10 jours (au-delà de 35 années d’ancienneté) ;
- les agents faisant valoir leurs droits à retraite bénéficient d’un mois de congés
supplémentaires le mois précédent le départ.
Sur le plan juridique, le maintien des droits acquis antérieurement à la date d’entrée en
vigueur de la loi n° 2001-2 du 3 janvier 2001 ne suscite aucune remarque. Tel n’est pas le cas de
l’absence de prise en compte de la journée de solidarité prévue par l’article 6 de la
loi n° 2004-626 du 30 juin 2004. La commune n’a pas pris de délibération pour en fixer les
conditions d’application et cette journée n’est tout simplement pas appliquée. La chambre invite
la commune à prendre les mesures nécessaires pour régulariser ce point. Selon l’ordonnateur, il
sera mis à l’ordre du jour d’un prochain conseil municipal.
Il n’empêche que le régime instauré par la collectivité au profit de ses agents est
extrêmement favorable et déroge au régime légal de la durée du travail auquel est astreinte la très
grande majorité des collectivités locales ne bénéficiant pas du maintien des droits acquis
antérieurement à 2001.
- 23/35 -
b - Un régime particulièrement coûteux
Le régime de temps de travail instauré à Gravelines est extrêmement coûteux pour la
commune, comme le soulignait déjà le rapport précédent de la chambre.
Si l’on considère les seuls dix jours de congés exceptionnels accordés chaque année, le
nombre de jours non travaillés ressort à 147 (104 + 8 + 25 +10), le nombre de jours travaillés
ressort lui-même à 218 et le nombre d’heures travaillées à 1 526, soit un nombre sensiblement
inférieur à la médiane de 1 561 observée la même année19. Le surcoût pour la collectivité peut être
estimé à 1,26 M€.
Si l’on prend en compte les congés d’ancienneté, que l’on peut évaluer par effet de lissage
à 5 jours, le montant susvisé doit être majoré de 50 %, soit un surcoût total de 1,89 M€. En prenant
en compte le 3e
avantage visé plus haut (un mois de congé précédant la retraite), le surcoût réel ne
peut être inférieur à 2 M€.
Lors du précédent contrôle, la chambre avait déjà souligné le coût important supporté par
la collectivité pour une durée du travail située bien en dessous du niveau fixé par la loi du
3 janvier 2001. La chambre invite donc la collectivité à reconsidérer son régime de temps de
travail.
2 - L’organisation et le suivi des comptes épargne-temps (CET)
Par délibération du 28 mars 2007, le conseil municipal de la commune de Gravelines a
autorisé la mise en place du compte épargne-temps (CET) pour les agents titulaires et
non-titulaires, sans compensation financière des jours épargnés.
Au 31 décembre 2015, la commune dénombrait 215 comptes épargne-temps ouverts avec
un total de 2 072 jours accumulés, soit une moyenne de 9,6 jours par CET. Conformément à
l’instruction M1420, la commune pourrait constituer une provision pour risques21.
En 2015, seuls 117 CET ont été alimentés et peuvent être considérés comme actifs. Par
ailleurs, la collectivité n’a pas délibéré pour permettre la monétisation des CET. La nécessité de
provisions pour risque ne concerne donc que les agents susceptibles de quitter l’effectif sans
pouvoir bénéficier des jours de congés épargnés. La commune s’engage à prévoir des provisions
en ce sens.
3 - Les heures supplémentaires
Par délibération du 2 octobre 2002, la collectivité a fixé les modalités d’octroi d’indemnités
horaires ou forfaitaires pour travaux supplémentaires (IHTS ou IFTS) et arrêté la liste des grades
pouvant bénéficier des IFTS.
19 Cour des comptes – rapport sur les finances publiques locales 2016.
20 En dehors des trois cas visés au § 3.2.1 (dès l’ouverture d’un contentieux en première instance contre la commune,
dès l’ouverture d’une procédure collective prévue au livre VI du code de commerce, lorsque le recouvrement des
restes à recouvrer sur compte de tiers est compromis malgré les diligences faites par le comptable public), une
provision peut être constituée dès l’apparition d’un risque avéré.
21 Provisions pour la mise en œuvre du compte épargne-temps (CET).
Des provisions sont constituées pour couvrir les charges afférentes aux jours épargnés sur CET par l’ensemble des
personnels.
Elles sont reprises pour couvrir le coût que le service supporte du fait des conditions de consommation des droits
ouverts aux personnels concernés (indemnisation, congés, prise en compte par le régime de retraite additionnelle
de la fonction publique…).
- 24/35 -
L’absence de système automatisé de décompte du temps de travail, déjà relevée par la
chambre lors de son précédent contrôle, ne permet pas au service des ressources humaines de
comptabiliser de façon exacte les heures supplémentaires accomplies par les agents. Or, le
décret n° 2002-60 du 14 janvier 2002 modifié dispose dans son article 1er
que le versement des
IHTS est subordonné à la mise en œuvre par l’employeur de moyens de contrôle automatisé.
La collectivité est favorable à la mise en œuvre de ce dispositif non seulement pour les
heures supplémentaires mais aussi pour des raisons de gestion et de sécurité (respect des horaires,
vérification des présences par les services déconcentrés, gestion des plannings…). Toutefois, le
logiciel ressources humaines ne permet pas cette mise en œuvre immédiate. Une première étude a
été menée et sa concrétisation est envisagée après une concertation préalable avec les représentants
du personnel.
La chambre invite de nouveau la commune à mettre en œuvre des moyens de contrôle
automatisé du temps de travail conformément au décret précité.
Selon les éléments transmis par la collectivité, le nombre d’heures supplémentaires
diminue de 39 % sur la période 2011-2015. Leur volume annuel passe de 18 731 heures en 2011
à 11 340 en 2015. Les principaux services concernés sont les sports, les fêtes et logistique, la police
municipale, la scène Vauban, la voirie et les ateliers municipaux.
En 2015, leur coût (cf. tableau ci-après) représentait un montant de 252 164,05 € pour 237
bénéficiaires, soit un montant annuel moyen de 1 063,98 € et une moyenne d’environ
48 heures supplémentaires par bénéficiaire.
Tableau n° 14 – Heures supplémentaires payées entre 2011 et 2015
Année Nombre Montant en €
2011 18 731,25 353 232,22
2012 20 872,50 404 740,29
2013 16 512,00 327 951,44
2014 14 999,50 305 163,40
2015 11 340,25 252 164,05
Source : commune de Gravelines.
4 - L’absence au travail
a - Mesure de l’absentéisme
Le nombre de jours d’absence pour raisons de santé à Gravelines (cf. tableau ci-après) était
de 27,05 jours par agent en 2013, soit un nombre significativement plus élevé que la moyenne
nationale, de 22,422.
En 2015, année pour laquelle aucune comparaison n’est encore disponible, ce nombre a été
ramené à 21,39, ce qui traduit une amélioration significative.
22 Source : rapport annuel sur l’état de la fonction publique 2015, p. 411.
- 25/35 -
Tableau n° 15 – Répartition des journées d’absence pour raisons de santé
2012 2013 2014 2015
Nombre de jours d’absence pour raisons de
santé (maladie ordinaire, longue maladie,
accidents du travail et de trajet, maladie
professionnelle)
14 790 15 331 13 195 12 406
Total effectif équivalents temps plein 564,8 566,65 589,02 579,8
Nombre moyen de journées d’absence par
agent (titulaires et non-titulaires permanents)
pour « raisons de santé »
26,18 27,05 22,4 21,39
Source : commune – données 2010 et 2011 incomplètes.
b - Le coût de l’absentéisme
L’absentéisme – celui pris en compte ici est celui pour raisons de santé – d’abord un coût
direct lié au paiement de rémunérations par la collectivité à des personnels absents au travail. Sur
la base d’un coût moyen d’un agent équivalent temps plein (ETP) estimé à 43 740 €, en 2015, ce
coût peut être évalué à 2,36 M€, ou 54 ETP, soit 9 % des effectifs de la commune.
Pour sa part, le maire estime que la valorisation de l’absentéisme sur lequel la collectivité
peut avoir une action (absentéisme compressible : maladie ordinaire et accident du travail) est de
1,53 M€ et non de 2,36 M€. Cela reste important et la commune poursuivra les efforts engagés,
constatés par une baisse régulière de l’absentéisme global depuis 2012.
L’absentéisme est également à l’origine de coûts indirects, principalement les dispositions
que la commune est amenée à prendre pour palier le remplacement des agents manquants, ainsi
que la perte de productivité générée par cette absence. La commune n’a pas cherché à évaluer ces
deux coûts.
c - Les mesures de lutte contre l’absentéisme
La commune sollicite des contrôles et expertises médicales sur la justification des arrêts
maladie. Mais cette pratique demeure marginale au vu des absences comptabilisées.
Tableau n° 16 – Evolution des contrôles et expertises
2011 2012 2013 2014 2015
Expertises 6 23 34 27 16
Contrôles 1 3 24 22 15
Source : commune de Gravelines.
L’absentéisme compressible fait l’objet d’actions régulières, telles que le retrait du régime
indemnitaire pour la maladie ordinaire et l’élaboration d’un plan de prévention pour les accidents
de service. Cependant, l’effort engagé par la collectivité mérite d’être poursuivi ; elle gagnerait
notamment à procéder, en amont, à une analyse précise des causes d’absence au travail.
- 26/35 -
D - La gestion des effectifs et des carrières
1 - La gestion des effectifs
Le rapport sur l’état de la collectivité établi par la commune tous les deux ans,
conformément à l’article 33 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires
relatives à la fonction publique territoriale, présente certaines inexactitudes. Le rapprochement des
données du dernier rapport au 31 décembre 2013 avec l’annexe « état du personnel » du compte
administratif 2013 fait apparaître un écart à la fois sur le nombre de postes pourvus sur des emplois
permanents (- 114 au rapport) et sur le nombre d’emplois non permanents (- 192 au rapport).
La commune s’est dotée d’une cellule de contrôle de gestion dont l’un des objectifs est
d’analyser les coûts des actions menées, notamment sur la partie « coût salarial », mais une gestion
prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences reste à mettre en place. La collectivité
reconnaît qu’aucune stratégie en matière de gestion prospective des ressources humaines n’a été
arrêtée à ce jour « autre que le non-remplacement des fonctionnaires partant à la retraite, les
réorganisations et mutualisations de services pour diminuer les effectifs tout en maintenant un
niveau de service équivalent ». La cartographie des métiers et le schéma pluriannuel de
recrutement couplés à une connaissance de l’évaluation des missions et activités des services
doivent permettre d’approfondir la gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des
compétences.
La chambre avait déjà noté cette lacune lors du dernier contrôle. Au regard de l’effectif
important de la collectivité, elle invite, de nouveau, la commune à renforcer les actions en matière
de gestion prévisionnelle des effectifs des emplois et compétences.
2 - L’avancement d’échelon
Selon l’article 78 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 : « l’avancement d’échelon a lieu
de façon continue d’un échelon à l’échelon immédiatement supérieur. Il est fonction à la fois de
l’ancienneté et de la valeur professionnelle, […]. L’avancement d’échelon à l’ancienneté
maximale est accordé de plein droit. L’avancement d’échelon à l’ancienneté minimale peut être
accordé aux fonctionnaires dont la valeur professionnelle le justifie ». En 2015, 286 agents, toutes
catégories confondues, ont bénéficié d’un avancement au minimum et 23 ont progressé à
l’avancement maximal.
La pratique qui prédomine à la commune de Gravelines, soit l’avancement d’échelon à la
durée minimale, est contraire à la règlementation précitée, qui n’autorise l’avancement à
l’ancienneté minimale que lorsque la valeur professionnelle de l’agent le justifie.
Pour l’avenir, les décrets du 12 mai 2016 précisent des durées uniques d’échelon par
catégorie d’agents. La chambre invite la commune à se conformer aux règles posées par la loi
susvisée selon ces nouvelles modalités.
- 27/35 -
3 - Le régime indemnitaire
a - Les indemnités versées au titre de l’article 111 de la loi n° 84-53 du
26 janvier 1984
Par délibération du 5 décembre 1985, la commune de Gravelines a « légalisé » le versement
à l’ensemble du personnel d’une prime de vacances d’un montant de 564,06 €23 pouvant être
revalorisée, chaque année, sur la base de l’évolution de l’indice de la fonction publique, ainsi qu’un
13ème
mois dont le montant est égal au traitement de base augmenté de l’indemnité de résidence.
Une délibération du 24 mars 1997 confirme le versement au titre des avantages acquis de
la prime de fin d’année correspondant à un 13ème
mois, versée en novembre, des primes de cantine
(536,31 €) et d’habillement (122,57 €), versées en avril, de la prime de vacances, versée en mai.
Le 17 juin 1998, le conseil municipal régularise, avec effet au 1er
janvier 1997, le versement
d’une prime de départ en retraite calculée au prorata du temps de présence dans la fonction
publique territoriale, sur la base de 167,69 € pour 10 années de présence plus 15,24 € par année
supplémentaire. Tous ces avantages étaient auparavant versés par l’amicale du personnel
communal.
L’ensemble de ces primes reste, de plus, indexé sur l’évolution des traitements de la
fonction publique.
La chambre souligne le caractère avantageux du régime indemnitaire instauré par la
commune de Gravelines au titre du maintien des droits acquis.
b - La diversité des primes versées
L’examen du régime indemnitaire en vigueur dans la commune de Gravelines nécessite la
lecture de plus d’une trentaine de délibérations sur la période de 1985 à 2015, pour 19 primes ou
indemnités dénombrées.
Trois primes versées au titre des droits acquis, et qui concernent quasiment l’ensemble des
agents, absorbent 52 % de la dépense indemnitaire, qui se chiffre à 3 885 243 €. Il s’agit des primes
dites « 13ème
mois », « de vacances » et « de cantine », pour des montants respectifs de 1 M€,
678 000 € et 313 000 €.
Parmi les autres primes et indemnités versées aux agents, se détachent l’indemnité
d’administration et de technicité et l’indemnité d’exercice des missions des préfectures, pour des
montants respectifs de 841 000 € et 418 000 €, soit un total de 1 259 000 € représentant 32,4 %
des primes et indemnités versées. Leur contrôle sur l’exercice 2014 n’a pas révélé d’anomalie.
Pour clarifier le régime indemnitaire et le rendre plus lisible, la chambre recommande à la
collectivité de procéder à une refonte de son dispositif. Dans sa réponse aux observations
provisoires, l’ordonnateur indique que la commune délibèrera pour instaurer le nouveau régime
indemnitaire ; à cette occasion, elle simplifiera le système actuel en le fondant sur un référentiel
métiers/fonctions.
23 Les montants en francs ont été convertis en euros.
- 28/35 -
4 - La nouvelle bonification indiciaire (NBI)
En 2015, la NBI était servie à 188 agents titulaires ou stagiaires de la collectivité, soit 31 %
des effectifs permanents pour une valeur d’environ 221 000 €, au titre des différentes fonctions
exercées (encadrement de services, tenue de régies, emploi administratif de direction…), dont
notamment les fonctions d’accueil du public pour 113 agents.
La commune de Gravelines attribue la NBI plus largement que ne le prévoient les textes.
L’attribution de la nouvelle bonification indiciaire (NBI) est régie par les dispositions du
décret n° 2006-779 du 3 juillet 2006 portant attribution de la nouvelle bonification indiciaire à
certains personnels de la fonction publique territoriale. Elle vise à valoriser les emplois comportant
une responsabilité ou une technicité particulière. Son attribution est liée à l’exercice des fonctions
et non à l’appartenance à un corps ou cadre d’emplois. La liste des fonctions éligibles à la NBI est
reprise en annexe du décret suscité24.
Le décret précité dresse la liste des fonctions ouvrant droit à l’attribution de la NBI, parmi
lesquelles figurent « les fonctions d’accueil exercées à titre principal ». Selon la jurisprudence25,
la précision « à titre principal » implique que les fonctions d’accueil doivent représenter plus de
50 % de l’activité de l’agent.
Tel n’est pas le cas. Les 113 agents percevant la NBI au titre des fonctions d’accueil ne
consacrent pas la majorité de leur activité à cette fonction.
Dans ces conditions, la chambre invite la commune à revoir les conditions d’attribution de
la NBI conformément au décret et à la jurisprudence précitée. La collectivité a indiqué qu’elle s’y
conformerait.
VII - L’AIDE AUX ASSOCIATIONS
A - Montant des subventions
Sur la période 2010 à 2015, les subventions aux associations de droit privé ont diminué de
12,4 %, pour atteindre 6,3 M€ la dernière année. En 2015, année où l’on dispose de données
comparatives, le total des subventions courantes atteint 8 M€, ce chiffre incluant celles accordées
au centre communal d’action sociale. Comme évoqué dans l’analyse financière, le montant par
habitant des subventions de fonctionnement versées (c/657), de 714 €, est sans commune mesure
avec celui de la moyenne de la strate, de 98 €.
Au surplus, viennent s’ajouter à ces subventions régulières les subventions exceptionnelles
de près de 4 M€ versées à la régie gravelinoise des équipements de sports et de loisirs,
établissement public à caractère industriel et commercial. A cet égard, la chambre note l’effort fait
par la commune pour régulariser la situation de l’association Sportica, qui gérait jusqu’en 2012
ces équipements.
24 1. Fonctions de direction, d’encadrement, assortis de responsabilités particulières.
2. Fonctions impliquant une technicité particulière.
3. Fonctions d’accueil exercées à titre principal.
4. Fonctions impliquant une technicité et une polyvalence particulières liées à l’exercice dans certaines
collectivités ou dans leurs établissements publics assimilés.
25 Question AN 08.06.2010. Conseil d’Etat – 3è
et 8è
sous-sections réunies – 04.06.2007 –
Commune de Carrières-sur-Seine.
- 29/35 -
En 2015, la part des subventions totales – hors centre communal d’action sociale – dans les
charges de fonctionnement est de 18,3 %.
Le tableau ci-après retrace l’évolution des subventions entre 2010 et 2015 :
Tableau n° 17 – Evolution des subventions aux associations et à l’établissement public
à caractère industriel et commercial (2010-2015)
En milliers d’€ 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Evolution
Subventions aux
associations (c/6574)
7 253 6 492 6 657 6 554 6 554 6 357 - 12,35 %
Subventions exceptionnelles
(c/6745)
91 213 3 499 3 570 3 483 3 998 4 293 %
Total des subventions
accordées
7 344 6 705 10 156 10 124 10 037 10 355 41 %
Charges de fonctionnement 48 672 53 908 54 449 55 242 55 995 56 609 16,30 %
Ratio subventions/charges
de fonctionnement
15,08 % 12,43 % 18,65 % 18,32 % 17,92 % 18,29 %
Source : comptes administratifs.
Une des caractéristiques des subventions accordées aux associations est leur forte
concentration, comme le montre le tableau qui suit. Les deux associations Agir et Atouts Ville
reçoivent respectivement ainsi 1,3 M€ et 2 M€, soit 32 % des subventions totales. La régie
gravelinoise reçoit, quant à elle, 4 M€ de subventions, correspondant à 38,6 % du total.
Tableau n° 18 – Répartition des subventions
2015
Montant des subventions
directes (en €)
Part dans le total des
subventions aux
associations et à l’EPIC
Association Agir 1 300 000 12,55 %
Association Atouts Ville 2 036 300 19,66 %
Régie gravelinoise des équipements de sports et de loisirs 3 998 200 38,60 %
TOTAL 7 334 500
Source : comptes administratifs.
B - Les contrats avec les associations
L’association Atouts Ville contribue à proposer de meilleures conditions de vie dans les
quartiers de Gravelines. Pour cela, elle met à la disposition des familles, sans aucune distinction
sociale ou de convictions individuelles, un ensemble de services et de réalisations, à caractère
socio-culturel. C’est ainsi qu’elle gère quatre maisons de quartier et deux multi-accueils.
L’association Agir a, quant à elle, pour objet d’aider les gravelinois à s’insérer au mieux
dans la société sur un plan social et professionnel. Elle coordonne, pour ce faire, toutes les actions
communales liées à l’insertion, à l’emploi et la formation, en cherchant à faciliter la rencontre
entre les acteurs économiques, les chercheurs d’emploi et les structures existantes
(ex : prospection, salons, bourses…).
Par leur objet respectif, les associations Atouts Ville et Agir peuvent être considérées
comme remplissant des missions dévolues à des services d’intérêt économique général. Et par leur
niveau, supérieur à 500 000 €, les subventions qui leur sont accordées doivent s’inscrire dans le
dispositif européen des aides d’Etat.
- 30/35 -
Lors du dernier contrôle, la chambre avait déjà critiqué la fragilité des conventions liant la
commune et les associations Agir et Atouts Ville, notamment au regard de la qualification de
service d’intérêt économique général, qui conditionne la légalité des aides d’Etat. La commune a
pris les initiatives nécessaires pour régulariser ce point et qualifier leurs activités.
Mais cette régularisation n’a pas eu pour effet de purger le dossier de toutes ses difficultés.
Ainsi, lorsqu’en 2015, la commune a conclu avec chaque association une convention annuelle pour
l’exercice 2016 à des montants supérieurs à 500 000 €26, il lui fallait, pour se dispenser de notifier
ces aides qualifiées d’aides d’Etat à la Commission européenne, respecter toutes les conditions
prévues par l’article 106, § 2, du traité de fonctionnement de l’Union européenne, ayant donné
naissance à la jurisprudence Alumnia. Selon celle-ci, une subvention publique versée à une
association exerçant une activité de service d’intérêt économique général n’est compatible avec le
droit européen de la concurrence qu’à trois conditions :
- l’objet d’intérêt général ou la charge de service public est clairement exposé dans la
convention, l’arrêté ou la décision d’attribution (« mandat ») ;
- la modalité de détermination de la subvention (budget, barème) compensant strictement
les coûts de l’exécution de la charge de service public est, de même, clairement exposée
dans l’acte attributif ;
- la convention, l’arrêté ou la décision précise les modalités de contrôle et de reversement
d’un éventuel excédent trop-versé de subvention (« surcompensation ») au-delà d’un
bénéfice (ou « excédent de gestion ») raisonnable.
Or, l’examen des conventions de subventionnement pour l’année 2016 montre que les deux
dernières conditions n’y sont pas mentionnées. Les modalités de compensation relatives au coût
d’exécution de la charge de service public et les modalités de reversement d’un trop-versé de
subvention ont été éludées.
La chambre invite la commune à compléter les conventions conclues avec ces deux
associations conformément aux articles 4 et 5 de la décision du 20 décembre 2011 relative à
l’application de l’article 106-2 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne aux aides
d’État.
Le maire précise que les conventions d’objectifs seront révisées pour l’exercice 2017.
C - L’évaluation de l’activité des associations
Les conventions de subventionnement susvisées ne présentent ni objectifs opérationnels,
ni indicateurs de performances permettant d’évaluer la portée des actions associatives qu’elles
définissent. Pour contribuer à l’évaluation des actions associatives, la rédaction future de la
convention de subventionnement pourrait s’inspirer du guide de l’évaluation dans le cadre des
conventions pluriannuelles d’objectifs passées entre l’Etat et les associations27.
26 1 950 300 € seront attribués à l’association Atouts Ville au titre de l’année 2016. Il faut ajouter 742 213,79 € au
titre des aides indirectes. 1 050 000 € seront versés à l’association Agir au titre de l’année 2016. Il convient
d’ajouter 152 705,28 € au titre des aides indirectes.
27 Le texte du guide peut être consulté, à l’adresse :
http://www.associations.gouv.fr/IMG/pdf/guide_evaluation_v2012.pdf.
- 31/35 -
VIII -LA POLITIQUE CULTURELLE
A - La définition
Les objectifs de la politique culturelle sont liés au programme de la municipalité qui a été
présenté dans des documents publics ainsi que régulièrement via des articles thématiques dans le
journal municipal à publication mensuelle. En outre, la municipalité communique les orientations
de sa politique culturelle par l’intermédiaire de ses instances participatives (commission culture
constituée de membres élus et non élus proposés par les groupes majoritaire et d’opposition) ainsi
que par une large diffusion (articles et site internet de la ville).
Mais la définition de la politique culturelle et ses orientations n’ont pas fait l’objet d’une
délibération du conseil municipal.
A titre interne, quatre axes majeurs ont été fixés :
- l’accès pour tous à la culture ;
- l’éducation artistique et culturelle ;
- la médiation artistique, culturelle, patrimoniale. Elle se construit autour des événements,
déclinée sous de multiples formes : sensibilisation avant un événement, rencontre après
une manifestation ou un spectacle, par exemple ;
- la diffusion artistique et culturelle, grâce à une programmation annuelle de qualité.
La fixation de ces axes n’est accompagnée ni d’objectifs opérationnels, ni d’indicateurs de
performance opposables, notamment en matière de fréquentation des espaces culturels. Il n’est
donc pas possible d’évaluer l’action culturelle de la commune même si des moyens humains et
financiers y sont dégagés et si des bilans ou évaluations sont établis sous forme de retours des
usagers et de comptes rendus d’activités, tableaux de bord, statistiques, échanges et réunions de
groupes de travail et de la commission extra-municipale « culture ».
La chambre recommande de formaliser dans une délibération les objectifs de la politique
culturelle municipale et de procéder à une évaluation desdits objectifs et des moyens mis en œuvre.
S’il est vrai que les objectifs opérationnels et la vocation des équipements figurent dans les
règlements intérieurs des structures culturelles qui sont votés au conseil municipal (médiathèque,
centre culturel et artistique François Mitterrand, espace culturel Decaestecker), il n’existe pas de
document transversal qui pourrait permettre de valoriser la complémentarité des structures
culturelles et de leurs activités. L’ordonnateur a proposé de formaliser ce document transversal
courant 2017. Il listera plus clairement les indicateurs de performance, notamment concernant les
objectifs de fréquentation. Le suivi et les bilans réguliers fournis par les structures pourraient suivre
ce schéma. Elles pourront décliner, par objectifs opérationnels, leurs données statistiques et retours
d’activités. L’évaluation sera ainsi informatisée et plus lisible.
B - Le coût
En 2015, la fonction « culture » représente une dépense de 5,14 M€. Les dépenses de
fonctionnement, de 4,6 M€, se répartissent entre conservation et diffusion du patrimoine (2,6 M€),
action culturelle (1,23 M€) et expression artistique (0,8 M€). Les dépenses d’investissement
représentent un total de 0,528 M€.
- 32/35 -
En 2010, dernière année où des statistiques nationales sont disponibles, le niveau des
dépenses culturelles à Gravelines était en valeur absolue deux fois et demie supérieur à la moyenne
nationale, alors qu’en valeur relative, la part des charges culturelles dans le total du budget était
comparable.
Le coût de la fonction « culture » est restitué dans le tableau ci-après.
Tableau n° 19 – Evolution de la fonction 3 « culture »
Sous - fonctions 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Variation
2015/2010
Dépenses de fonctionnement
31 Expression
artistique
700 890,09 696 392,83 695 169,07 799 214,21 824 954,34 824 678,13 17,66 %
32 Conservation
et diffusion des
patrimoines
2 365 937,1 2 494 728,11 2 582 146,04 2 581 126,68 2 604 789,37 2 558 061,29 8,12 %
33 Action
culturelle
1 003 599,52 1 140 160,93 1 145 906,19 1 125 241,69 1 081 062,73 1 233 000,67 22,85 %
Total fonction 3 4 069 886,81 4 331 281,87 4 423 221,3 4 505 582,58 4 510 806,44 4 615 740,09 13,41 %
Charges totales de
fonctionnement
48 672 383,51 53 908 128,01 54 449 743,73 55 242 915,98 55 995 822,73 56 609 211,49 16,30 %
% des charges
totales de
fonctionnement
8,36 % 8,03 % 8,12 % 8,15 % 8,05 % 8,15 %
Dépenses d’investissement
31 Expression
artistique
30 185,42 29 777,31 233 098,73 25 359,13 18 472,55 14 997,98 - 50,32 %
32 Conservation
et diffusion des
patrimoines
478 913,49 339 533,91 662 838,97 937 038,35 622 877,34 170 669,93 - 64,36 %
33 Action
culturelle
187 207,90 177 672,80 183 873,31 86 245,09 367 364,68 333 949,96 78,38 %
Total fonction 3 696 386,81 546 984,02 1 079 811,01 1 048 642,57 1 028 714,57 519 617,57 - 25,38 %
Dépenses totales
d’investissement
9 699 933,96 9 437 138,62 11 298 909,07 10 139 377,11 11 164 134,24 7 977 566,86 - 17,75 %
% des dépenses
d’investissement
7,17 % 5,79 % 9,55 % 10,34 % 9,21 % 6,51 %
Total général de
la fonction 3
4 766 193,62 4 878 265,89 5 503 032,31 5 554 225,15 5 539 521,01 5 135 357,66 7,74 %
Source : présentation, par fonction, des comptes administratifs.
C - Partenariats culturels de la ville de Gravelines
La ville de Gravelines adhère à des associations nationales ou régionales28 en lien direct
avec les activités artistiques ou culturelles de ses équipements. Ces adhésions permettent de
bénéficier d’informations régulières sur l’évolution des pratiques, des projets culturels et
patrimoniaux à une échelle nationale ou internationale. Elles permettent aussi de bénéficier de
partenariat sur des actions ciblées et d’avoir un relais et une visibilité au sein des réseaux
artistiques, patrimoniaux et culturels.
En outre, pour développer l’action culturelle, la commune de Gravelines coopère avec
d’autres collectivités : Etat, région, département, communauté urbaine de Dunkerque, SIVOM29
des rives de l’Aa et de la Colme, communes.
28 Association Nord-Pas-de-Calais en scène, association Fab Lab de Calais, Fédération française de handi danse,
association image en bibliothèque, association Icomos, conseil international des monuments et des sites, fondation
du patrimoine…
29 SIVOM : syndicat intercommunal à vocation multiple.
- 33/35 -
Ainsi, le musée du dessin et de l’estampe originale, qui dispose du label « Musée de
France », est fréquemment en contact avec d’autres musées pour le prêt ou l’emprunt d’œuvres.
Le musée met en place des actions communes : avec l’association des conservateurs
du Nord-Pas-de-Calais, des thématiques peuvent être partagées dans une programmation (ateliers,
expositions, publications) ; au niveau de l’agglomération, le musée est impliqué avec les musées
d’art contemporain pour des projets communs mais et une mutualisation (groupement d’achat) des
voyages de presse visant à la promotion des expositions.
De même, la scène Vauban / Service culture assure un partenariat avec la scène nationale
de Dunkerque « le Bâteau Feu » et permet à la ville d’accueillir des spectacles « hors les murs »,
qui viennent enrichir la programmation gravelinoise et permettent de proposer aux habitants du
théâtre contemporain mais aussi d’attirer à la Scène Vauban le public fidèle du Bâteau Feu.
La médiathèque municipale fait partie du réseau des bibliothèques de l’agglomération
« Les balises », projet de réseau de lecture publique initié par la communauté urbaine de
Dunkerque. Il y a mutualisation d’un logiciel de gestion de bibliothèque entre les villes
participantes afin de partager les catalogues informatisés des bibliothèques et d’avoir un site
internet commun.
L’école municipale de musique et le centre artistique et culturel François Mitterrand
développent des partenariats entre différentes écoles de musique de l’agglomération (auditions et
concerts communs) ainsi qu’avec le Jazz Club de Dunkerque (équipement soutenu par la
communauté urbaine qui propose des master-class ou concerts éducatifs ouverts au public et
délocalisés sur le territoire de Gravelines.
Le contrat local d’éducation artistique est piloté par la communauté urbaine de Dunkerque
et consiste en l’accueil en résidences de quatre à six artistes dans différentes disciplines, de janvier
à mai.
Selon l’ordonnateur, cette implication et ces résultats (visibilité, pertinence des acteurs,
partenariats à différentes échelles) permettent de constater l’efficacité de l’échelle communale
pour les équipements culturels de Gravelines. Cette efficacité est liée, entre autre, à la politique de
proximité, au travail de terrain et à la qualité des services à la population qui relèvent bien d’une
gestion à l’échelle d’une ville, ce qui n’exclut en rien les possibilités de participation active à des
actions ou à des programmes culturels qui seraient financés à l’échelle de l’agglomération.
La richesse et la variété des équipements culturels et les efforts faits pour mettre ces
équipements en synergie avec ceux des autres acteurs de l’agglomération dunkerquoise est notable.
Cependant, compte tenu du rayonnement de certains équipements bien au-delà du simple périmètre
de la commune, singulièrement dans le cas des musées, la chambre estime que la question du
transfert de la compétence de leur gestion à la communauté urbaine de Dunkerque mériterait d’être
envisagée.
Le rapport d'observations définives
Le rapport d'observations définives
Le rapport d'observations définives

Contenu connexe

Tendances

Bulletin juin 2015
Bulletin juin 2015Bulletin juin 2015
Bulletin juin 2015
mairiedeDomagne
 
Fusion des caisses « congés intempéries BTP » du Grand ouest et de la Méditer...
Fusion des caisses « congés intempéries BTP » du Grand ouest et de la Méditer...Fusion des caisses « congés intempéries BTP » du Grand ouest et de la Méditer...
Fusion des caisses « congés intempéries BTP » du Grand ouest et de la Méditer...
Kahiba Grace BEHE
 
bulletin municipal Domagne décembre 2015
bulletin municipal Domagne décembre 2015bulletin municipal Domagne décembre 2015
bulletin municipal Domagne décembre 2015
mairiedeDomagne
 
Domagne dec 2017
Domagne dec 2017 Domagne dec 2017
Domagne dec 2017
mairiedeDomagne
 
Compte rendu conseil municipal de Gaillac du 11 mai 2010
Compte rendu conseil municipal de Gaillac du 11 mai 2010Compte rendu conseil municipal de Gaillac du 11 mai 2010
Compte rendu conseil municipal de Gaillac du 11 mai 2010
Gaillac Info
 
Guide pratique de domagné
Guide pratique de domagnéGuide pratique de domagné
Guide pratique de domagné
mairiedeDomagne
 
Drees : Retraites 2017
Drees : Retraites 2017Drees : Retraites 2017
Drees : Retraites 2017
Société Tripalio
 
Budget louveciennes 2012
Budget louveciennes 2012Budget louveciennes 2012
Budget louveciennes 2012
Osons
 
Bais bulletin juillet 2013
Bais bulletin juillet 2013Bais bulletin juillet 2013
Bais bulletin juillet 2013
cyber35
 
GESTION DES RISQUES ET DESASTRES
GESTION DES RISQUES ET DESASTRESGESTION DES RISQUES ET DESASTRES
GESTION DES RISQUES ET DESASTRES
laurentlamothe
 
Conseil Municipal du 12 juin 2012 - le compte-rendu
Conseil Municipal du 12 juin 2012 - le compte-renduConseil Municipal du 12 juin 2012 - le compte-rendu
Conseil Municipal du 12 juin 2012 - le compte-rendu
Communication Clermont
 
Budgets Primitifs 2017
Budgets Primitifs 2017Budgets Primitifs 2017
Budgets Primitifs 2017
MairieClohars
 
Guide (version défénitive)
Guide (version défénitive)Guide (version défénitive)
Guide (version défénitive)
mairiedeDomagne
 
Guide statistique fiscalite locale directe 2010
Guide statistique fiscalite locale directe 2010Guide statistique fiscalite locale directe 2010
Guide statistique fiscalite locale directe 2010
Ministère de l'Économie et des Finances
 
Bulletin juin 2018 (site)
Bulletin juin 2018 (site)Bulletin juin 2018 (site)
Bulletin juin 2018 (site)
mairiedeDomagne
 
Versement transport
Versement transport Versement transport
Versement transport
FabMob
 
Programme de travail partenarial 2015 d'AudéLor et Lorient Technopole
Programme de travail partenarial 2015 d'AudéLor et Lorient TechnopoleProgramme de travail partenarial 2015 d'AudéLor et Lorient Technopole
Programme de travail partenarial 2015 d'AudéLor et Lorient Technopole
AudéLor
 
Journal d'Argentré du Plessis
Journal d'Argentré du PlessisJournal d'Argentré du Plessis
Journal d'Argentré du Plessis
Mairie Argentré du Plessis
 

Tendances (20)

Bulletin juin 2015
Bulletin juin 2015Bulletin juin 2015
Bulletin juin 2015
 
Fusion des caisses « congés intempéries BTP » du Grand ouest et de la Méditer...
Fusion des caisses « congés intempéries BTP » du Grand ouest et de la Méditer...Fusion des caisses « congés intempéries BTP » du Grand ouest et de la Méditer...
Fusion des caisses « congés intempéries BTP » du Grand ouest et de la Méditer...
 
bulletin municipal Domagne décembre 2015
bulletin municipal Domagne décembre 2015bulletin municipal Domagne décembre 2015
bulletin municipal Domagne décembre 2015
 
Domagne dec 2017
Domagne dec 2017 Domagne dec 2017
Domagne dec 2017
 
Compte rendu conseil municipal de Gaillac du 11 mai 2010
Compte rendu conseil municipal de Gaillac du 11 mai 2010Compte rendu conseil municipal de Gaillac du 11 mai 2010
Compte rendu conseil municipal de Gaillac du 11 mai 2010
 
Bulletin juin 2014
Bulletin juin 2014Bulletin juin 2014
Bulletin juin 2014
 
Guide pratique de domagné
Guide pratique de domagnéGuide pratique de domagné
Guide pratique de domagné
 
Drees : Retraites 2017
Drees : Retraites 2017Drees : Retraites 2017
Drees : Retraites 2017
 
Budget louveciennes 2012
Budget louveciennes 2012Budget louveciennes 2012
Budget louveciennes 2012
 
Bais bulletin juillet 2013
Bais bulletin juillet 2013Bais bulletin juillet 2013
Bais bulletin juillet 2013
 
GESTION DES RISQUES ET DESASTRES
GESTION DES RISQUES ET DESASTRESGESTION DES RISQUES ET DESASTRES
GESTION DES RISQUES ET DESASTRES
 
Conseil Municipal du 12 juin 2012 - le compte-rendu
Conseil Municipal du 12 juin 2012 - le compte-renduConseil Municipal du 12 juin 2012 - le compte-rendu
Conseil Municipal du 12 juin 2012 - le compte-rendu
 
Budgets Primitifs 2017
Budgets Primitifs 2017Budgets Primitifs 2017
Budgets Primitifs 2017
 
Guide (version défénitive)
Guide (version défénitive)Guide (version défénitive)
Guide (version défénitive)
 
Guide statistique fiscalite locale directe 2010
Guide statistique fiscalite locale directe 2010Guide statistique fiscalite locale directe 2010
Guide statistique fiscalite locale directe 2010
 
Bulletin juin 2018 (site)
Bulletin juin 2018 (site)Bulletin juin 2018 (site)
Bulletin juin 2018 (site)
 
Versement transport
Versement transport Versement transport
Versement transport
 
Programme de travail partenarial 2015 d'AudéLor et Lorient Technopole
Programme de travail partenarial 2015 d'AudéLor et Lorient TechnopoleProgramme de travail partenarial 2015 d'AudéLor et Lorient Technopole
Programme de travail partenarial 2015 d'AudéLor et Lorient Technopole
 
Journal d'Argentré du Plessis
Journal d'Argentré du PlessisJournal d'Argentré du Plessis
Journal d'Argentré du Plessis
 
Cs 1312
Cs 1312Cs 1312
Cs 1312
 

Similaire à Le rapport d'observations définives

Rapport de la Cour des comptes sur la commune d'Auriol
Rapport de la Cour des comptes sur la commune d'AuriolRapport de la Cour des comptes sur la commune d'Auriol
Rapport de la Cour des comptes sur la commune d'Auriol
Société Tripalio
 
Rapport Cour des comptes La Londe Les Maures
Rapport Cour des comptes La Londe Les MauresRapport Cour des comptes La Londe Les Maures
Rapport Cour des comptes La Londe Les Maures
Webm Aster
 
déclaration politique générale
déclaration politique généraledéclaration politique générale
déclaration politique générale
Cédric Petit
 
Projet de déclaration de Politique générale
Projet de déclaration de Politique généraleProjet de déclaration de Politique générale
Projet de déclaration de Politique générale
Gil Durand
 
Rapport d'observations définitives sur la gestion de l'assistance publique de...
Rapport d'observations définitives sur la gestion de l'assistance publique de...Rapport d'observations définitives sur la gestion de l'assistance publique de...
Rapport d'observations définitives sur la gestion de l'assistance publique de...
Société Tripalio
 
Programme de Travail Partenarial 2015 de l'AURH
Programme de Travail Partenarial 2015 de l'AURHProgramme de Travail Partenarial 2015 de l'AURH
Programme de Travail Partenarial 2015 de l'AURH
AURH - Agence d'urbanisme Le Havre - Estuaire de la Seine
 
Rapport cour des comptes bois de vincennes et boulogne
Rapport cour des comptes bois de vincennes et boulogneRapport cour des comptes bois de vincennes et boulogne
Rapport cour des comptes bois de vincennes et boulogne
Adrien Pittore
 
Unédic : rapport financier 2010
Unédic : rapport financier 2010Unédic : rapport financier 2010
Unédic : rapport financier 2010
Unédic
 
Le livre noir des Communes
Le livre noir des CommunesLe livre noir des Communes
Le livre noir des Communes
Thomas Bernard
 
Débat d'orientations budgétaires 2017
Débat d'orientations budgétaires 2017Débat d'orientations budgétaires 2017
Débat d'orientations budgétaires 2017
La Drôme Le Département
 
Bat juin 2017 site
Bat juin 2017 siteBat juin 2017 site
Bat juin 2017 site
mairiedeDomagne
 
Rapport activite fisac 2010
Rapport activite fisac 2010Rapport activite fisac 2010
Rapport activite fisac 2010
Ministère de l'Économie et des Finances
 
Sylvain Pechcontal - Circulaire Taxe de séjour - Formation MOPA CNFPT 2012
Sylvain Pechcontal - Circulaire Taxe de séjour - Formation MOPA CNFPT 2012Sylvain Pechcontal - Circulaire Taxe de séjour - Formation MOPA CNFPT 2012
Sylvain Pechcontal - Circulaire Taxe de séjour - Formation MOPA CNFPT 2012
MONA
 
1 rp - projet arr+¬t+®
1 rp - projet arr+¬t+® 1 rp - projet arr+¬t+®
1 rp - projet arr+¬t+®
Orgerus Mairie
 
1 rp - projet arrêté
1 rp -  projet arrêté 1 rp -  projet arrêté
1 rp - projet arrêté
Orgerus Mairie
 
1 rp - projet arr.
1 rp - projet arr. 1 rp - projet arr.
1 rp - projet arr.
Orgerus Mairie
 
Rapport de la chambre régionale des comptes sur la scène nationale Le Bateau Feu
Rapport de la chambre régionale des comptes sur la scène nationale Le Bateau FeuRapport de la chambre régionale des comptes sur la scène nationale Le Bateau Feu
Rapport de la chambre régionale des comptes sur la scène nationale Le Bateau Feu
Annick Michaud
 
Aides financieres 2016 pour des travaux de renovation energetique-des-logemen...
Aides financieres 2016 pour des travaux de renovation energetique-des-logemen...Aides financieres 2016 pour des travaux de renovation energetique-des-logemen...
Aides financieres 2016 pour des travaux de renovation energetique-des-logemen...
Ludovic Clerima
 

Similaire à Le rapport d'observations définives (20)

Rapport de la Cour des comptes sur la commune d'Auriol
Rapport de la Cour des comptes sur la commune d'AuriolRapport de la Cour des comptes sur la commune d'Auriol
Rapport de la Cour des comptes sur la commune d'Auriol
 
Rapport Cour des comptes La Londe Les Maures
Rapport Cour des comptes La Londe Les MauresRapport Cour des comptes La Londe Les Maures
Rapport Cour des comptes La Londe Les Maures
 
déclaration politique générale
déclaration politique généraledéclaration politique générale
déclaration politique générale
 
Projet de déclaration de Politique générale
Projet de déclaration de Politique généraleProjet de déclaration de Politique générale
Projet de déclaration de Politique générale
 
Rapport d'observations définitives sur la gestion de l'assistance publique de...
Rapport d'observations définitives sur la gestion de l'assistance publique de...Rapport d'observations définitives sur la gestion de l'assistance publique de...
Rapport d'observations définitives sur la gestion de l'assistance publique de...
 
Programme de Travail Partenarial 2015 de l'AURH
Programme de Travail Partenarial 2015 de l'AURHProgramme de Travail Partenarial 2015 de l'AURH
Programme de Travail Partenarial 2015 de l'AURH
 
Rapport cour des comptes bois de vincennes et boulogne
Rapport cour des comptes bois de vincennes et boulogneRapport cour des comptes bois de vincennes et boulogne
Rapport cour des comptes bois de vincennes et boulogne
 
Unédic : rapport financier 2010
Unédic : rapport financier 2010Unédic : rapport financier 2010
Unédic : rapport financier 2010
 
Le livre noir des Communes
Le livre noir des CommunesLe livre noir des Communes
Le livre noir des Communes
 
Débat d'orientations budgétaires 2017
Débat d'orientations budgétaires 2017Débat d'orientations budgétaires 2017
Débat d'orientations budgétaires 2017
 
Bat juin 2017 site
Bat juin 2017 siteBat juin 2017 site
Bat juin 2017 site
 
Rapport fpic-pour-cfl-27sept-2012
Rapport fpic-pour-cfl-27sept-2012Rapport fpic-pour-cfl-27sept-2012
Rapport fpic-pour-cfl-27sept-2012
 
Rapport activite fisac 2010
Rapport activite fisac 2010Rapport activite fisac 2010
Rapport activite fisac 2010
 
Rapport activite-fisac-2009
Rapport activite-fisac-2009Rapport activite-fisac-2009
Rapport activite-fisac-2009
 
Sylvain Pechcontal - Circulaire Taxe de séjour - Formation MOPA CNFPT 2012
Sylvain Pechcontal - Circulaire Taxe de séjour - Formation MOPA CNFPT 2012Sylvain Pechcontal - Circulaire Taxe de séjour - Formation MOPA CNFPT 2012
Sylvain Pechcontal - Circulaire Taxe de séjour - Formation MOPA CNFPT 2012
 
1 rp - projet arr+¬t+®
1 rp - projet arr+¬t+® 1 rp - projet arr+¬t+®
1 rp - projet arr+¬t+®
 
1 rp - projet arrêté
1 rp -  projet arrêté 1 rp -  projet arrêté
1 rp - projet arrêté
 
1 rp - projet arr.
1 rp - projet arr. 1 rp - projet arr.
1 rp - projet arr.
 
Rapport de la chambre régionale des comptes sur la scène nationale Le Bateau Feu
Rapport de la chambre régionale des comptes sur la scène nationale Le Bateau FeuRapport de la chambre régionale des comptes sur la scène nationale Le Bateau Feu
Rapport de la chambre régionale des comptes sur la scène nationale Le Bateau Feu
 
Aides financieres 2016 pour des travaux de renovation energetique-des-logemen...
Aides financieres 2016 pour des travaux de renovation energetique-des-logemen...Aides financieres 2016 pour des travaux de renovation energetique-des-logemen...
Aides financieres 2016 pour des travaux de renovation energetique-des-logemen...
 

Plus de Jean-michel Neugate

Message de prévention relatif à la peste porcine africaine
Message de prévention relatif à la peste porcine africaineMessage de prévention relatif à la peste porcine africaine
Message de prévention relatif à la peste porcine africaine
Jean-michel Neugate
 
Chiffrage des recettes fiscales du programme du Nouveau Front Populaire
Chiffrage des recettes fiscales du programme du Nouveau Front PopulaireChiffrage des recettes fiscales du programme du Nouveau Front Populaire
Chiffrage des recettes fiscales du programme du Nouveau Front Populaire
Jean-michel Neugate
 
barometrepolitiqueodoxa-mai2024-240527162240-0a77b8ff.pdf
barometrepolitiqueodoxa-mai2024-240527162240-0a77b8ff.pdfbarometrepolitiqueodoxa-mai2024-240527162240-0a77b8ff.pdf
barometrepolitiqueodoxa-mai2024-240527162240-0a77b8ff.pdf
Jean-michel Neugate
 
Présidentielle : des élus pour une candidature Hidalgo
Présidentielle : des élus pour une candidature Hidalgo Présidentielle : des élus pour une candidature Hidalgo
Présidentielle : des élus pour une candidature Hidalgo
Jean-michel Neugate
 
Dix ans après... Les leçons d'Outreau
Dix ans après... Les leçons d'OutreauDix ans après... Les leçons d'Outreau
Dix ans après... Les leçons d'Outreau
Jean-michel Neugate
 
Port du masque obligatoire dans le Pas-de-Calais
Port du masque obligatoire dans le Pas-de-Calais Port du masque obligatoire dans le Pas-de-Calais
Port du masque obligatoire dans le Pas-de-Calais
Jean-michel Neugate
 
Charte de principes pour l'islam de france
Charte de principes pour l'islam de franceCharte de principes pour l'islam de france
Charte de principes pour l'islam de france
Jean-michel Neugate
 
Barometre politique odoxa dentsu-consulting - decembre 2020
Barometre politique odoxa   dentsu-consulting - decembre 2020Barometre politique odoxa   dentsu-consulting - decembre 2020
Barometre politique odoxa dentsu-consulting - decembre 2020
Jean-michel Neugate
 
ÉTAT DES LIEUX DE LA LITTÉRATURE EN AMONT DE LA RÉOUVERTURE ANNONCÉE DES CRÈC...
ÉTAT DES LIEUX DE LA LITTÉRATURE EN AMONT DE LA RÉOUVERTURE ANNONCÉE DES CRÈC...ÉTAT DES LIEUX DE LA LITTÉRATURE EN AMONT DE LA RÉOUVERTURE ANNONCÉE DES CRÈC...
ÉTAT DES LIEUX DE LA LITTÉRATURE EN AMONT DE LA RÉOUVERTURE ANNONCÉE DES CRÈC...
Jean-michel Neugate
 
Les plans pour une caisse à savon
Les plans pour une caisse à savonLes plans pour une caisse à savon
Les plans pour une caisse à savon
Jean-michel Neugate
 
Soignez-vous ! : le cri d’alarme des soignants face au renoncement massif aux...
Soignez-vous ! : le cri d’alarme des soignants face au renoncement massif aux...Soignez-vous ! : le cri d’alarme des soignants face au renoncement massif aux...
Soignez-vous ! : le cri d’alarme des soignants face au renoncement massif aux...
Jean-michel Neugate
 
La surmortalité liée au Covid-19 aurait atteint entre 25 et 30 000 décès de m...
La surmortalité liée au Covid-19 aurait atteint entre 25 et 30 000 décès de m...La surmortalité liée au Covid-19 aurait atteint entre 25 et 30 000 décès de m...
La surmortalité liée au Covid-19 aurait atteint entre 25 et 30 000 décès de m...
Jean-michel Neugate
 
Un rapport du Sénat alerte sur l’aggravation de la menace islamiste en France
Un rapport du Sénat alerte sur l’aggravation de la menace islamiste en FranceUn rapport du Sénat alerte sur l’aggravation de la menace islamiste en France
Un rapport du Sénat alerte sur l’aggravation de la menace islamiste en France
Jean-michel Neugate
 
Une France tolérante, un racisme de plus en plus agressif
Une France tolérante, un racisme de plus en plus agressifUne France tolérante, un racisme de plus en plus agressif
Une France tolérante, un racisme de plus en plus agressif
Jean-michel Neugate
 
Des députés déposent une proposition de loi pour créer un fonds d'indemnisati...
Des députés déposent une proposition de loi pour créer un fonds d'indemnisati...Des députés déposent une proposition de loi pour créer un fonds d'indemnisati...
Des députés déposent une proposition de loi pour créer un fonds d'indemnisati...
Jean-michel Neugate
 
Barometre politique odoxa mai 2020
Barometre politique odoxa   mai 2020Barometre politique odoxa   mai 2020
Barometre politique odoxa mai 2020
Jean-michel Neugate
 
Masque en tissu : le tuto
Masque en tissu : le tutoMasque en tissu : le tuto
Masque en tissu : le tuto
Jean-michel Neugate
 
Masque en papier : le tuto
Masque en papier : le tutoMasque en papier : le tuto
Masque en papier : le tuto
Jean-michel Neugate
 
Evaluation de l'impact économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures d...
Evaluation de l'impact économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures d...Evaluation de l'impact économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures d...
Evaluation de l'impact économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures d...
Jean-michel Neugate
 
Projet de loi d'urgence pour lutter contre l'épidémie de Coronavirus
Projet de loi d'urgence pour lutter contre l'épidémie de CoronavirusProjet de loi d'urgence pour lutter contre l'épidémie de Coronavirus
Projet de loi d'urgence pour lutter contre l'épidémie de Coronavirus
Jean-michel Neugate
 

Plus de Jean-michel Neugate (20)

Message de prévention relatif à la peste porcine africaine
Message de prévention relatif à la peste porcine africaineMessage de prévention relatif à la peste porcine africaine
Message de prévention relatif à la peste porcine africaine
 
Chiffrage des recettes fiscales du programme du Nouveau Front Populaire
Chiffrage des recettes fiscales du programme du Nouveau Front PopulaireChiffrage des recettes fiscales du programme du Nouveau Front Populaire
Chiffrage des recettes fiscales du programme du Nouveau Front Populaire
 
barometrepolitiqueodoxa-mai2024-240527162240-0a77b8ff.pdf
barometrepolitiqueodoxa-mai2024-240527162240-0a77b8ff.pdfbarometrepolitiqueodoxa-mai2024-240527162240-0a77b8ff.pdf
barometrepolitiqueodoxa-mai2024-240527162240-0a77b8ff.pdf
 
Présidentielle : des élus pour une candidature Hidalgo
Présidentielle : des élus pour une candidature Hidalgo Présidentielle : des élus pour une candidature Hidalgo
Présidentielle : des élus pour une candidature Hidalgo
 
Dix ans après... Les leçons d'Outreau
Dix ans après... Les leçons d'OutreauDix ans après... Les leçons d'Outreau
Dix ans après... Les leçons d'Outreau
 
Port du masque obligatoire dans le Pas-de-Calais
Port du masque obligatoire dans le Pas-de-Calais Port du masque obligatoire dans le Pas-de-Calais
Port du masque obligatoire dans le Pas-de-Calais
 
Charte de principes pour l'islam de france
Charte de principes pour l'islam de franceCharte de principes pour l'islam de france
Charte de principes pour l'islam de france
 
Barometre politique odoxa dentsu-consulting - decembre 2020
Barometre politique odoxa   dentsu-consulting - decembre 2020Barometre politique odoxa   dentsu-consulting - decembre 2020
Barometre politique odoxa dentsu-consulting - decembre 2020
 
ÉTAT DES LIEUX DE LA LITTÉRATURE EN AMONT DE LA RÉOUVERTURE ANNONCÉE DES CRÈC...
ÉTAT DES LIEUX DE LA LITTÉRATURE EN AMONT DE LA RÉOUVERTURE ANNONCÉE DES CRÈC...ÉTAT DES LIEUX DE LA LITTÉRATURE EN AMONT DE LA RÉOUVERTURE ANNONCÉE DES CRÈC...
ÉTAT DES LIEUX DE LA LITTÉRATURE EN AMONT DE LA RÉOUVERTURE ANNONCÉE DES CRÈC...
 
Les plans pour une caisse à savon
Les plans pour une caisse à savonLes plans pour une caisse à savon
Les plans pour une caisse à savon
 
Soignez-vous ! : le cri d’alarme des soignants face au renoncement massif aux...
Soignez-vous ! : le cri d’alarme des soignants face au renoncement massif aux...Soignez-vous ! : le cri d’alarme des soignants face au renoncement massif aux...
Soignez-vous ! : le cri d’alarme des soignants face au renoncement massif aux...
 
La surmortalité liée au Covid-19 aurait atteint entre 25 et 30 000 décès de m...
La surmortalité liée au Covid-19 aurait atteint entre 25 et 30 000 décès de m...La surmortalité liée au Covid-19 aurait atteint entre 25 et 30 000 décès de m...
La surmortalité liée au Covid-19 aurait atteint entre 25 et 30 000 décès de m...
 
Un rapport du Sénat alerte sur l’aggravation de la menace islamiste en France
Un rapport du Sénat alerte sur l’aggravation de la menace islamiste en FranceUn rapport du Sénat alerte sur l’aggravation de la menace islamiste en France
Un rapport du Sénat alerte sur l’aggravation de la menace islamiste en France
 
Une France tolérante, un racisme de plus en plus agressif
Une France tolérante, un racisme de plus en plus agressifUne France tolérante, un racisme de plus en plus agressif
Une France tolérante, un racisme de plus en plus agressif
 
Des députés déposent une proposition de loi pour créer un fonds d'indemnisati...
Des députés déposent une proposition de loi pour créer un fonds d'indemnisati...Des députés déposent une proposition de loi pour créer un fonds d'indemnisati...
Des députés déposent une proposition de loi pour créer un fonds d'indemnisati...
 
Barometre politique odoxa mai 2020
Barometre politique odoxa   mai 2020Barometre politique odoxa   mai 2020
Barometre politique odoxa mai 2020
 
Masque en tissu : le tuto
Masque en tissu : le tutoMasque en tissu : le tuto
Masque en tissu : le tuto
 
Masque en papier : le tuto
Masque en papier : le tutoMasque en papier : le tuto
Masque en papier : le tuto
 
Evaluation de l'impact économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures d...
Evaluation de l'impact économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures d...Evaluation de l'impact économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures d...
Evaluation de l'impact économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures d...
 
Projet de loi d'urgence pour lutter contre l'épidémie de Coronavirus
Projet de loi d'urgence pour lutter contre l'épidémie de CoronavirusProjet de loi d'urgence pour lutter contre l'épidémie de Coronavirus
Projet de loi d'urgence pour lutter contre l'épidémie de Coronavirus
 

Le rapport d'observations définives

  • 1. Hôtel Dubois de Fosseux - 14, rue du Marché au Filé - 62012 Arras Cedex - www.ccomptes.fr Rapport d’observations définitives et sa réponse COMMUNE DE GRAVELINES (Département du Nord) Exercices 2010 et suivants Observations délibérées le 19 octobre 2016
  • 2. - 2/35 - SOMMAIRE SYNTHESE ........................................................................................................................................4 RAPPELS A LA REGLEMENTATION............................................................................................5 RECOMMANDATIONS....................................................................................................................6 I. PROCÉDURE ..........................................................................................................................................7 II. OBSERVATIONS DÉFINITIVES .......................................................................................................7 I - PRÉSENTATION DE LA COMMUNE ...................................................................................7 II - LES SUITES DU DERNIER RAPPORT D’OBSERVATIONS DÉFINITIVES.....................7 III - L’INFORMATION FINANCIÈRE ET LA FIABILITÉ DES COMPTES...............................8 A - L’INFORMATION FINANCIERE ...........................................................................................8 1 - Les états de la dette au compte administratif et au compte de gestion ....................8 2 - L’état du personnel annexé au compte administratif...............................................8 3 - Les états annexés au compte administratif non prévus par la maquette budgétaire ................................................................................................................9 B - LA FIABILITE DES COMPTES ..............................................................................................9 1 - La tenue de l’inventaire physique et la concordance avec l’état de l’actif..............9 2 - Etat des restes à réaliser.........................................................................................10 IV - LA SITUATION FINANCIÈRE (2011-2015) ........................................................................10 A - LA SECTION DE FONCTIONNEMENT.................................................................................10 1 - L’excédent brut de fonctionnement.......................................................................10 2 - Les produits de gestion..........................................................................................10 a - La fiscalité reversée........................................................................................11 b - La fiscalité directe locale................................................................................12 3 - Les charges de gestion...........................................................................................13 4 - L’autofinancement dégagé ....................................................................................13 B - LE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS ......................................................................14 1 - Les dépenses d’investissement..............................................................................14 2 - Le financement de l’investissement ......................................................................14 C - LA STRUCTURE FINANCIERE ...........................................................................................15 1 - Le poids de la dette................................................................................................15 2 - L’équilibre du bilan ...............................................................................................15 D - CONCLUSION SUR LA SITUATION FINANCIERE................................................................15 V - LES PRÉVISIONS FINANCIÈRES .......................................................................................16 VI - LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES .................................................................16 A - LES CHARGES DE PERSONNEL .........................................................................................16 1 - L’impact des mesures réglementaires....................................................................17 2 - Les mesures spécifiques décidées par la collectivité.............................................17 B - LES EFFECTIFS.................................................................................................................18 1 - L’évolution des effectifs........................................................................................18 2 - Les caractéristiques des effectifs...........................................................................19 3 - La répartition des effectifs par filière d’emplois ...................................................20 4 - La politique de recrutement...................................................................................20 5 - La mutualisation....................................................................................................21 C - LE TEMPS DE TRAVAIL ....................................................................................................22 1 - L’organisation du temps de travail ........................................................................22 a - La durée effective du travail...........................................................................22 b - Un régime particulièrement coûteux ..............................................................23 2 - L’organisation et le suivi des comptes épargne-temps (CET)...............................23 3 - Les heures supplémentaires...................................................................................23
  • 3. - 3/35 - 4 - L’absence au travail...............................................................................................24 a - Mesure de l’absentéisme ................................................................................24 b - Le coût de l’absentéisme................................................................................25 c - Les mesures de lutte contre l’absentéisme .....................................................25 D - LA GESTION DES EFFECTIFS ET DES CARRIERES..............................................................26 1 - La gestion des effectifs..........................................................................................26 2 - L’avancement d’échelon .......................................................................................26 3 - Le régime indemnitaire..........................................................................................27 a - Les indemnités versées au titre de l’article 111 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984...............................................................................................27 b - La diversité des primes versées......................................................................27 4 - La nouvelle bonification indiciaire (NBI) .............................................................28 VII - L’AIDE AUX ASSOCIATIONS.............................................................................................28 A - MONTANT DES SUBVENTIONS.........................................................................................28 B - LES CONTRATS AVEC LES ASSOCIATIONS .......................................................................29 C - L’EVALUATION DE L’ACTIVITE DES ASSOCIATIONS........................................................30 VIII -LA POLITIQUE CULTURELLE............................................................................................31 A - LA DEFINITION ................................................................................................................31 B - LE COUT ..........................................................................................................................31 C - PARTENARIATS CULTURELS DE LA VILLE DE GRAVELINES ............................................32 D - FREQUENTATION DES EQUIPEMENTS CULTURELS...........................................................34 E - MESURE DE LA SATISFACTION DES USAGERS .................................................................34
  • 4. - 4/35 - Synthèse Située dans la région Nord-Pas-de-Calais, à mi-distance entre Dunkerque et Calais, Gravelines fait partie de la communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral et appartient au groupement de sept communes qui forment les « Rives de l’Aa ». La commune compte 11 868 habitants mais dispose d’un budget comparable à celui d’une commune comptant entre 40 000 et 50 000 habitants. L’élément qui caractérise la commune de Gravelines est la manne financière apportée par la communauté urbaine de Dunkerque par le biais des reversements de fiscalité professionnelle, soit 581 M€ entre 2000 et 2015, qui représentent les deux-tiers de ses produits de gestion. La première composante, à savoir l’attribution de compensation, traduit des transferts de compétence demeurés limités de la commune vers la communauté urbaine. L’autre composante, la dotation de solidarité communautaire, qui est normalement destinée à réduire les inégalités entre les communes de la communauté, n’a cessé d’augmenter au profit de la commune de Gravelines. Ce constat avait déjà été fait par la chambre en 2007 dans le cadre de l’examen de la gestion de la communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral. Depuis l’an 2000, la très importante fiscalité reversée par la communauté urbaine de Dunkerque à la commune de Gravelines permet à celle-ci un niveau élevé de dépenses, sans compromettre toutefois la situation financière, qui reste saine à la fin de 2015, caractérisée par une épargne consistante et donc une bonne capacité de désendettement. Cependant, la réduction de la dotation globale de fonctionnement, qui matérialise la participation à l’effort de redressement des finances publiques, conduit la commune à rechercher des économies. Pour l’avenir, l’analyse prospective montre à terme une possible dégradation de sa capacité d’autofinancement et de désendettement, qui exigera de la commune une certaine vigilance quant à la maîtrise de ses charges de fonctionnement. A cet égard, la gestion du personnel offre des marges de manœuvre puisque les charges de personnel représentaient en 2015 environ trois fois la moyenne de la strate démographique. La titularisation des agents contractuels explique, pour l’essentiel, la forte augmentation de la masse salariale de 3,8 % en moyenne annuelle sur la période 2011-2015. Le temps de travail des agents est sensiblement inférieur à la durée légale de 1 607 heures par an, l’écart représentant un surcoût pour la collectivité évalué à 1,36 M€. Le taux d’absentéisme est élevé en comparaison de la moyenne nationale. Les outils de suivi des effectifs font défaut, comme le chiffrage des effectifs en équivalents temps plein. Les subventions aux associations de droit privé et à la régie gravelinoise des équipements de sports et de loisirs représentent un montant annuel supérieur à 10 M€, soit près de sept fois la moyenne de la strate démographique 2015. Pour autant, la commune n’évalue pas l’activité des associations au regard des conventions qui les lient à elle. Le constat a été fait singulièrement dans le cas des deux importantes associations Agir et Atouts Ville, prises comme exemples. Par ailleurs, les subventions qui leur sont accordées, qui devraient être notifiées comme aides d’Etat à la Commission européenne, ne le sont pas. En effet, les conventions de subventionnement ne définissent ni les modalités de compensation des coûts de l’exécution de la charge de service public ni celles relatives au contrôle et au reversement d’un éventuel excédent de subvention. La politique culturelle ne donne pas lieu à délibération du conseil municipal. Là encore, même si la collectivité suit la fréquentation des principaux équipements culturels et cherche à mesurer la satisfaction des usagers, les orientations décidées ne définissent ni objectifs opérationnels ni indicateurs de performance, empêchant toute évaluation des résultats.
  • 5. - 5/35 - Rappels à la réglementation Mis en œuvre Partiellement mis en œuvre Non mis en œuvre Page 1. Compléter l’état du personnel avec les effectifs budgétaires exprimés en équivalents temps plein et réduire le nombre d’états annexés au compte administratif, pour se conformer aux maquettes budgétaires fixées par l’instruction budgétaire et comptable M14. X 8 2. Compléter l’inventaire physique des biens et vérifier sa concordance avec l’état de l’actif tenu par le comptable, en conformité avec l’instruction M14. X 9 3. Compléter la note préalable au débat d’orientation budgétaire avec les engagements pluriannuels et la présentation de la structure et de l’évolution des dépenses et des effectifs, conformément à l’article L. 2312-1 du code général des collectivités territoriales. X 16 4. Respecter la durée du temps de travail, conformément au décret n° 2001-623 du 12 juillet 2001 relatif à l’aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique territoriale, pour ce qui concerne la mise en œuvre de la journée de solidarité. X 22 5. Mettre en œuvre un dispositif de contrôle automatisé du temps de travail conformément au décret n° 2002-60 du 14 janvier 2002 modifié relatif au calcul des heures supplémentaires. X 24 6. Conditionner l’avancement d’échelon des agents aux conditions décrites par les décrets du 12 mai 2016 pris en application de l’article 78 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984. X 26 7. Attribuer la nouvelle bonification indiciaire en respectant les conditions prévues par le décret n° 2006-779 du 3 juillet 2006, singulièrement pour les agents exerçant des fonctions d’accueil à titre principal. X 28 8. Compléter les conventions conclues avec les associations Agir et Atouts Ville conformément aux articles 4 et 5 de la décision du 20 décembre 2011 relative à l’application de l’article 106-2 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne aux aides d’État. X 30
  • 6. - 6/35 - Recommandations Mise en œuvre Partiellement mise en œuvre Non mise en œuvre Page 9. Présenter un schéma pluriannuel de recrutement à l’assemblée délibérante. X 21 10. Mettre en place une gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences. X 26 11. Renforcer la lutte contre l’absentéisme. X 25 12. Délibérer sur la politique culturelle de la commune. X 31 13. Recenser, de manière exhaustive, les spectateurs d’un spectacle vivant afin de pouvoir comparer la fréquentation des équipements culturels de Gravelines avec les statistiques nationales. X 35
  • 7. - 7/35 - I. PROCÉDURE L’examen de la gestion de la commune de Gravelines a porté sur la période courant à partir de l’année 2010. La lettre d’ouverture de contrôle a été adressée le 22 janvier 2016 à M. Bertrand Ringot, maire de la commune sur toute la période. En application de l’article L. 243-1 du code des juridictions financières (CJF), l’entretien préalable à la formulation d’observations provisoires par la chambre a eu lieu le 28 avril 2016 avec l’ordonnateur. Le rapport d’observations provisoires a été communiqué au maire le 21 juillet 2016. Des extraits ont été notifiés à M. Patrice Vergriète, président de la communauté urbaine de Dunkerque, à M. Didier Mégret, président de l’association AGIR et à M. Alain Potier, président de l’association « Atouts ville ». Seul M. Bertrand Ringot a répondu. La chambre, dans sa séance du 19 octobre 2016, a arrêté les observations définitives reproduites ci-après. II. OBSERVATIONS DEFINITIVES I - PRÉSENTATION DE LA COMMUNE Située dans la région Nord-Pas-de-Calais, Picardie, à mi-distance entre Dunkerque et Calais, Gravelines (11 868 habitants) fait partie de la communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral et appartient au groupement de sept communes qui forment les « Rives de l’Aa ». La commune de Gravelines bénéficie d’une grande richesse économique en raison de la présence sur son territoire de trois sites majeurs : la centrale nucléaire la plus puissante d’Europe, l’usine « Aluminium Dunkerque » appartenant au groupe Rio Tinto Alcan et la ferme aquacole « Aquanord », leader français de la production de bars et de dorades. Au total, ce sont plus de 300 entreprises qui sont implantées sur le territoire de la commune. II - LES SUITES DU DERNIER RAPPORT D’OBSERVATIONS DÉFINITIVES Dans le cadre de son précédent contrôle, la chambre avait adressé à la commune treize recommandations. Sept ont été suivies d’effet, quatre l’ont été partiellement, deux ne l’ont pas été. Les recommandations suivantes ont été suivies d’effet : - améliorer les taux de réalisation budgétaire, grâce à la mise en place de simulations budgétaires ; - qualifier de service social d’intérêt général les activités sociales des associations Agir et Atouts ville ; - valoriser les aides aux associations, comme l’attestent les annexes aux comptes administratifs ; - cesser l’activité de prêt au personnel communal ;
  • 8. - 8/35 - - régulariser la situation administrative de l’ancien directeur général des services et du directeur des services technique et informatique ; - rationaliser et sécuriser les procédures internes de la commande publique, notamment par l’établissement d’un guide applicable à l’ensemble des services. Compte tenu de la réforme de la commande publique entrée en vigueur le 1er avril 2016, il importera pour les services d’actualiser le guide interne ; - régulariser le dispositif de gestion des utilisations des véhicules municipaux et des cartes d’approvisionnement en carburant ; désormais, des carnets de bord sont complétés. Certaines ont été partiellement suivies d’effet : c’est le cas des recommandations 1 à 3 qui visaient à améliorer le suivi de l’exécution budgétaire afin de mieux maîtriser les charges de fonctionnement. Elles ont permis une réduction des charges à caractère général mais sont restées sans effet sur la maîtrise des charges de personnel. En outre, certaines mesures ont été prises pour lutter contre l’absentéisme comme le retrait du régime indemnitaire pour la maladie ordinaire et le plan de prévention pour les accidents de service. Enfin, deux sont restées peu ou pas appliquées : - instaurer un dispositif de contrôle automatisé du temps de travail ; - introduire une gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences. Ces deux derniers points, parmi d’autres, seront examinés dans le cadre du présent examen de gestion. III - L’INFORMATION FINANCIÈRE ET LA FIABILITÉ DES COMPTES L’information financière et la fiabilité des comptes ont été éprouvées sur le compte administratif et le compte de gestion de l’exercice 2015. A - L’information financière 1 - Les états de la dette au compte administratif et au compte de gestion Les états de la dette tenus respectivement par l’ordonnateur et par le comptable, sont concordants. Les états de la dette annexés au compte administratif ne révèlent pas d’emprunts structurés comportant des risques de taux. 2 - L’état du personnel annexé au compte administratif La présentation de l’état du personnel au compte administratif 2015 s’écarte sensiblement du cadre défini dans la maquette budgétaire du compte administratif réglementée par l’instruction budgétaire et comptable M14. Un certain nombre de rubriques ne sont pas tenues, parmi lesquelles celles des effectifs budgétaires, exprimés en équivalent temps plein (ETP). La chambre invite la commune à y remédier afin que l’information relative au personnel soit complète.
  • 9. - 9/35 - Selon l’ordonnateur, il y sera remédié dès le prochain vote du budget : l’état du personnel sera présenté tel que défini dans la maquette budgétaire. 3 - Les états annexés au compte administratif non prévus par la maquette budgétaire Le compte administratif 2015 ajoute aux annexes réglementaires des états non prévus par la maquette budgétaire réglementée par l’instruction M14 : l’état des prêts au personnel, l’état du patrimoine bâti, l’état des locations et mises à disposition, la liste des véhicules, les tarifs communaux, l’état des marchés conclus en 2015 et la liste des associations auxquelles adhère la commune. Le compte administratif, qui atteint plus de 500 pages au lieu de 150 dans la maquette réglementaire, s’en trouve fortement surchargé. La chambre invite donc la commune à alléger la présentation budgétaire du compte administratif en supprimant les états annexés non prévus par la maquette budgétaire. Le maire précise que ces états, qui étaient joints principalement à titre d’information, seront supprimés autant que possible dès le prochain vote du budget. B - La fiabilité des comptes Une information fiable est une information exempte d’erreur et de biais significatifs, à laquelle les utilisateurs peuvent faire confiance et permettant de présenter une image fidèle des comptes communaux. Les critères de la fiabilité sont l’image fidèle, la prééminence de la substance sur la forme, la neutralité, la prudence et l’exhaustivité. 1 - La tenue de l’inventaire physique et la concordance avec l’état de l’actif Le suivi des immobilisations constitue un élément essentiel de la qualité comptable. L’instruction budgétaire et comptable M14 prévoit que la responsabilité de leur suivi incombe, de manière conjointe, à l’ordonnateur et au comptable. L’ordonnateur est chargé plus spécifiquement du recensement des biens et de leur identification, il tient l’inventaire, registre justifiant la réalité physique des biens. Le comptable est, pour sa part, responsable de leur enregistrement et de leur suivi à l’actif du bilan : à ce titre, il tient l’état de l’actif1 ainsi que le fichier des immobilisations, documents comptables justifiant les soldes des comptes apparaissant à la balance et au bilan. L’inventaire et l’état de l’actif doivent correspondre. Or, l’inventaire de l’ordonnateur et l’état de l’actif tenu par le comptable présentent au 31 décembre 2015 un écart supérieur à 65 M€ sur un actif immobilisé total de 260 M€. En effet, l’inventaire est incomplet : il ne reprend que les biens mobiliers amortissables, alors qu’il a vocation à enregistrer toutes les immobilisations. Il appartient à la commune de compléter l’inventaire avec les biens qui n’y figurent pas, et de se rapprocher du comptable public pour veiller à la parfaite concordance entre les deux états. L’ordonnateur précise qu’il se conformera à ce rappel à la règlementation dès 2017. 1 L’état de l’actif est établi par le comptable public tous les deux ans (pour les exercices budgétaires pairs) à partir du fichier des immobilisations. Pour les exercices budgétaires impairs, un état des flux d’immobilisations est produit au compte de gestion du receveur municipal.
  • 10. - 10/35 - 2 - Etat des restes à réaliser Le rapprochement entre l’état des restes à réaliser arrêté au 31 décembre 2015 et les justifications produites ne suscite aucune observation. En conclusion sur l’information financière et la fiabilité des comptes, il appartient à la commune de Gravelines de compléter son information financière, dans un souci de transparence, et son inventaire physique pour qu’il reflète fidèlement la situation patrimoniale. IV - LA SITUATION FINANCIÈRE (2011-2015) La commune n’ayant pas de budget annexe, l’analyse de la situation financière porte sur le budget principal. Les comparaisons se fondent sur les données moyennes de la strate démographique des communes de 10 000 à 20 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé. Cependant, les données financières de la commune de Gravelines la situeraient plutôt parmi la strate des communes de 20 000 à 50 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé, comme par exemple la commune de Compiègne (Oise). A - La section de fonctionnement 1 - L’excédent brut de fonctionnement L’excédent brut de fonctionnement résulte de la comparaison entre les produits de gestion et les charges de gestion. Sur la période 2011 à 2015, l’excédent brut de fonctionnement se rétracte de 10,97 M€ à 9,3 M€, soit une variation annuelle de - 4,1 %. Cette évolution résulte d’une progression annuelle des charges de gestion plus rapide, de 1,4 %, que celle des produits de gestion, de 0,3 %. 2 - Les produits de gestion En 2015, la fiscalité représente 93 % des produits de gestion. La fiscalité reversée, de 34,37 M€, et la fiscalité directe locale, de 16,84 M€, représentent chacune respectivement 60,67 % et 30,71 % des produits de gestion. L’évolution des produits de gestion est restituée dans le tableau ci-après : Tableau n° 1 – Evolution des produits de gestion (2011-2015) Source : comptes de gestion. en € 2011 2012 2013 2014 2015 Var. annuelle moyenne Ressources fiscales propres (nettes des restitutions) 15 394 951 15 834 622 16 237 507 16 456 157 16 842 850 2,3% + Ressources d'exploitation 1 433 336 1 837 833 1 509 683 1 496 286 2 267 335 12,1% = Produits "flexibles" (a) 16 828 287 17 672 455 17 747 190 17 952 443 19 110 186 3,2% Ressources institutionnelles (dotations et participations) 1 955 630 1 990 806 1 982 761 1 830 924 1 053 401 -14,3% + Fiscalité reversée par l'interco et l'Etat 35 033 291 34 922 373 34 948 392 34 818 458 34 370 319 -0,5% = Produits "rigides" (b) 36 988 921 36 913 179 36 931 153 36 649 382 35 423 720 -1,1% Production immobilisée, travaux en régie (c) 313 212 371 328 301 232 356 699 305 818 -0,6% = Produits de gestion (a+b+c = A) 54 130 421 54 956 961 54 979 575 54 958 525 54 839 724 0,3%
  • 11. - 11/35 - a - La fiscalité reversée La fiscalité reversée permet d’absorber facilement la suppression totale de la dotation globale de fonctionnement, qui a entraîné une perte de recettes d’environ 1 M€ chaque année depuis 2015. En réponse aux observations provisoires, l’ordonnateur indique que la contribution de la commune au redressement des finances publiques a ainsi augmenté de 147 % passant de 414 610 € en 2014 à 1 023 691 € en 2015. En 2016, elle sera selon lui de 1 033 029 €. Ce contexte a conduit la commune à rechercher des économies dès 2015 et pour les années 2016 et 2017. La fiscalité reversée se compose, d’une part, de composants issus de l’intercommunalité, à savoir l’attribution de compensation et la dotation de solidarité communautaire et, d’autre part, de composants en provenance de l’Etat, à savoir le fonds national de garantie individuelle des ressources et, depuis 2012, le fonds national de péréquation des ressources communales et intercommunales. Ce dernier consiste à prélever une partie des ressources de certaines intercommunalités et communes pour la reverser à des intercommunalités et communes moins favorisées. Le montant du fonds national de péréquation a augmenté de 187 %. Pour 2016, la contribution à ce fonds sera de 1,033 M€. La commune est contributrice nette au fonds national de garantie individuelle des ressources2 : elle reverse au fonds de la fiscalité professionnelle. Le tableau qui suit retrace le détail de la fiscalité reversée par l’intercommunalité et l’Etat. Tableau n° 2 – Détail de la fiscalité reversée Source : comptes de gestion. Depuis l’an 2000, le niveau de l’attribution de compensation et de la dotation de solidarité communale est très élevé. Sur la période 2000 à 2015, soit en 16 ans, les deux dotations cumulées ont généré un produit de 581 M€, comme le montre le tableau suivant. Tableau n° 3 – Evolution de l’attribution de compensation et de la dotation de solidarité communautaire (2000-2015) en euros 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 TOTAUX 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 518 241 736 3 228 147 3 631 909 4 035 782 4 440 390 4 812 990 5 185 141 5 568 650 5 714 554 5 817 011 5 860 774 5 593 025 63 194 324 35 619 143 36 022 905 36 426 778 36 831 386 37 203 986 37 576 137 37 959 646 38 105 550 38 208 007 38 251 770 37 984 021 581 436 060 Source : commune de Gravelines. Les deux dotations présentent une courbe d’évolution fortement différenciée : l’attribution de compensation est pratiquement inchangée depuis l’origine alors que la dotation de solidarité communautaire connaît une progression continue jusqu’en 2014 inclus. 2 Mécanisme mis en œuvre à compter de 2011 de compensation intégrale du manque à gagner pour les collectivités territoriales résultant de la suppression de la taxe professionnelle. en € 2011 2012 2013 2014 2015 Var. annuelle moyenne Attribution de compensation brute 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 32 390 996 0,0% + Dotation de solidarité communautaire brute 5 568 650 5 714 554 5 817 011 5 860 774 5 593 025 0,1% + Fonds de péréquation (FPIC)et de solidarité 0 -256 822 -333 260 -506 957 -687 347 N.C. +/- Contribution nette des fonds nationaux de garantie individuelle des ressources (FNGIR) -2 926 355 -2 926 355 -2 926 355 -2 926 355 -2 926 355 0,0% = Fiscalité reversée par l'Etat et l'interco 35 033 291 34 922 373 34 948 392 34 818 458 34 370 319 -0,5%
  • 12. - 12/35 - La fiscalité reversée par l’intercommunalité suscite deux remarques. 1) Sur l’attribution de compensation Les reversements importants de fiscalité reflètent des transferts de compétence limités entre la communauté urbaine de Dunkerque et la ville de Gravelines3, comme le constatait déjà la chambre régionale des comptes dans son rapport d’observations définitives de 2007 sur la communauté urbaine de Dunkerque. La situation n’a pas évolué depuis cette date. 2) Sur la dotation de solidarité communautaire La dotation de solidarité communautaire versée à la commune de Gravelines n’a cessé d’augmenter jusqu’en 2014, alors même qu’elle est destinée à réduire les inégalités de fiscalité entre les communes de la communauté urbaine. Ce point également avait déjà été mis en exergue dans le cadre du contrôle effectué en 2007 sur la communauté urbaine de Dunkerque. Depuis ce constat, la situation n’a pas évolué. En effet, en dépit de la révision de la dotation de solidarité communautaire envisagée en 2016 par la communauté urbaine de Dunkerque, la commune de Gravelines devrait continuer à bénéficier d’un montant similaire. b - La fiscalité directe locale La fiscalité directe locale a augmenté en moyenne de 1,9 % par an (cf. tableau ci-après). Tableau n° 4 – Evolution de la fiscalité directe locale Source : comptes de gestion. Cette augmentation s’explique exclusivement par l’évolution des bases d’imposition de la taxe d’habitation et de la taxe foncière sur les propriétés bâties. Les bases de cette dernière représentent plus de trois fois la moyenne de la strate, celles de la taxe d’habitation, moins de la moitié. Depuis 2001, les taux d’imposition de la taxe d’habitation et de la taxe foncière sur les propriétés bâties sont restés inchangés. Cependant, ils sont nettement plus élevés que les taux moyens de la strate. En 2014, le taux de la taxe d’habitation était de 24,15 % à Gravelines contre un taux moyen dans la strate de 15,87 %, et la même année, le taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties était de 28,56 % contre 22,65 %. 3 Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais – rapport d’observations définitives du 12 septembre 2007. Le texte du rapport figure à l’adresse : http://www.ccomptes.fr/content/download/32212/522270/version/1/file/NPR200726.pdf. Et la réponse de la communauté urbaine de Dunkerque à l’adresse : http://www.ccomptes.fr/content/download/32213/522280/version/1/file/NPO200726R.pdf. en € 2011 2012 2013 2014 2015 Var. annuelle moyenne Impôts locaux nets des restitutions 14 971 617 15 397 310 15 854 627 16 041 316 16 117 466 1,9% + Taxes sur activités de service et domaine 36 183 54 867 69 303 86 563 85 927 24,1% + Taxes sur activités industrielles 0 0 0 0 282 311 N.C. + Taxes liées à l'environnement et l'urbanisation 149 265 167 409 171 845 177 510 181 872 5,1% + Autres taxes (dont droits de mutation à titre onéreux, DMTO) 237 886 215 036 141 732 150 768 175 274 -7,4% = Ressources fiscales propres (nettes des restitutions) 15 394 951 15 834 622 16 237 507 16 456 157 16 842 850 2,3%
  • 13. - 13/35 - Au demeurant, dans sa réponse aux observations provisoires, l’ordonnateur relève que les allocations destinées à compenser les pertes de recettes consécutives à certaines mesures d’exonération, de réduction des bases ou de plafonnement des taux prises par le législateur en matière de fiscalité directe locale sont passées de 410 769 € en 2011 à 289 925 € en 2015. 3 - Les charges de gestion Les charges à caractère général ont diminué dans le cadre de l’effort d’économies municipales mis en œuvre. En revanche, les charges de personnel ont continué de progresser. En effet, elles augmentent, en moyenne annuelle, de 4,1 % hors atténuation de charges en raison, notamment, de la titularisation des agents contractuels. En 2015, elles représentaient ainsi 2 144 € par habitant contre 664 € par habitant pour la moyenne de la strate. Même si elles ont légèrement diminué, les subventions présentent un niveau très élevé de plus de 8 M€ en 2015, soit 699 € par habitant contre 97 € pour la moyenne de la strate, hors prise en comptes des subventions exceptionnelles, proches de 4 M€, versées à la régie municipale chargée des équipements sportifs et de loisirs. L’évolution des charges de gestion est restituée dans le tableau ci-après. Tableau n° 5 – Evolution des charges de gestion (2011-2015) Source : comptes de gestion. 4 - L’autofinancement dégagé La capacité d’autofinancement (CAF) brute diminue de près de 12 % en cinq ans, en raison de la baisse de l’excédent brut de fonctionnement et de la progression des subventions exceptionnelles versées aux services publics à caractère industriel et commercial. En 2015, la CAF brute atteignait, cependant, 337 € par habitant contre une moyenne de la strate à 183 € par habitant. Tableau n° 6 – Evolution de l’autofinancement brut (2011-2015) Source : comptes de gestion. Toujours en 2015, la CAF nette du remboursement en capital des emprunts s’élevait à 82 € par habitant (contre 328 € en 2011) pour une moyenne de la strate à 90 € par habitant (contre 114 € en 2011). en € 2011 2012 2013 2014 2015 Var. annuelle moyenne Charges à caractère général 9 627 860 9 726 772 10 150 941 9 758 467 8 728 496 -2,4% + Charges de personnel 21 738 205 22 711 916 22 948 381 24 343 036 25 488 517 4,1% + Subventions de fonctionnement 8 423 231 8 595 387 8 580 796 8 448 971 8 313 213 -0,3% + Autres charges de gestion 3 363 788 3 433 150 3 280 500 3 257 881 3 006 696 -2,8% = Charges de gestion (B) 43 153 083 44 467 225 44 960 618 45 808 355 45 536 922 1,4% en € 2011 2012 2013 2014 2015 Var. annuelle moyenne Excédent brut de fonctionnement (A-B) 10 977 337 10 489 736 10 018 957 9 150 169 9 302 802 -4,1% en % des produits de gestion 20,3% 19,1% 18,2% 16,6% 17,0% +/- Résultat financier (réel seulement) -808 764 -759 177 -621 849 -685 624 -652 134 -5,2% - Subventions exceptionnelles versées aux services publics industriels et commerciaux 3 316 378 3 499 000 3 570 200 3 483 200 3 998 200 4,8% +/- Solde des opérations d'aménagements de terrains (ou +/- values de cession de stocks) 0 0 0 0 0 N.C. +/- Autres produits et charges excep. réels -222 864 -94 175 20 358 -19 766 -651 908 30,8% = CAF brute 6 629 332 6 137 385 5 847 265 4 961 580 4 000 560 -11,9% en % des produits de gestion 12,2% 11,2% 10,6% 9,0% 7,3%
  • 14. - 14/35 - B - Le financement des investissements 1 - Les dépenses d’investissement Même s’il marque une pause en 2015, l’effort d’équipement sur les cinq dernières années est très soutenu. En 2015, les dépenses d’équipement s’élevaient à 413 € par habitant contre 268 € par habitant pour la moyenne de la strate. Le tableau ci-après retrace l’évolution des dépenses d’investissement. Tableau n° 7 – Evolution des dépenses d’investissement Source : comptes de gestion. Depuis l’origine, le niveau d’équipement est particulièrement élevé comme le montre l’état de l’actif immobilisé qui dépasse 260 M€ en 2015. Ainsi, à Gravelines, le nombre d’équipements sportifs, de 95, et culturel, de 8, sont très largement supérieurs aux moyennes nationales, de 56,44, et régionale, de 5,25. Parmi les équipements culturels, la commune compte une médiathèque, un musée et une salle de spectacle. Parmi les équipements sportifs figurent une base nautique et de plein air, un centre équestre, des centres multisports. 2 - Le financement de l’investissement Sur la période 2011-2015, les ressources propres ont financé les dépenses d’investissement à hauteur de 72 % et les emprunts nouveaux à hauteur de 28 %. Cette structure de financement est éloignée de la comparaison nationale6 où les recettes propres d’investissement représentent 90 % des dépenses d’investissement. EMPLOIS 2011 2012 2013 2014 2015 RESSOURCES 2011 2012 2013 2014 2015 Cumul Part Annuité en capital de la dette 2 754 2 761 3 002 3 013 3 028 CAF 6 629 6 137 5 847 4 961 4 000 27 574 58 % Autres dépenses d'investissement 5 701 8 312 6 820 7 852 4 848 Recettes d'investissement (hors emprunt) 2 043 1 184 630 1 175 1 576 6 608 14 % Total 8 455 11 073 9 822 10 865 7 876 Financement propre disponible 8 672 7 321 6 477 6 136 5 576 34 182 72 % Variation du FRN (ressource nette) 2 417 580 Nouveaux emprunts de l'année 2 200 1 800 2 000 4 400 2 880 13 280 28 % Total 10 872 9 121 8 477 10 536 8 456 47 462 Variation du FRN (emploi net) 1 952 1 345 329 Source : comptes de gestion. 4 Ministère des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative - Les équipements sportifs des communes de 2 500 à 12 000 habitants – Publication de 2011, à l’adresse : http://www.sports.gouv.fr/IMG/archives/pdf/Plaquette_2500_12000Hab_3Volets_v2.pdf. 5 Observatoire des territoires – équipements culturels http://carto.observatoire-des- territoires.gouv.fr/#v=map9;i=equipt_culturel.tx_equipt;l=fr;sly=f_reg_e_DR;sid=12 6 La Banque postale – Territoires et Finances – communes et intercommunalités, 2015, p.5. L’étude est disponible à l’adresse : https://www.labanquepostale.com/content/dam/groupe/actus-pub/pdf/etudes/finances- locales/2015/20151216_territoires-et-finances-3.pdf. en € 2011 2012 2013 2014 2015 Cumul sur les années - Dépenses d'équipement (y compris travaux en régie ) 5 445 604 7 905 540 6 353 178 7 677 348 4 671 525 32 053 196 - Subventions d'équipement (y compris subventions en nature) 2 982 206 168 636 680 400 833 170 833 1 417 496 +/- Dons, subventions et prises de participation en nature, reçus ou donnés 412 397 240 904 53 010 -225 247 150 481 215 - Participations et inv. financiers nets -162 158 -43 933 -87 163 -28 570 -22 069 -343 892 +/- Variation de stocks de terrains, biens et produits 0 0 0 0 0 0 - Charges à répartir 0 0 0 0 0 0 +/- Variation autres dettes et cautionnements 2 535 3 285 -136 209 27 520 27 990 -74 879 Total 5 701 361 8 311 964 6 819 495 7 851 885 4 848 430 33 533 135
  • 15. - 15/35 - C - La structure financière 1 - Le poids de la dette Sur la période, malgré un recours accru à l’emprunt en 2015, la commune s’est légèrement désendettée : de 22,1 M€ en 2011, le stock de dettes a ainsi été ramené à 21,1 M€ en 2015. Dans sa réponse à la chambre, l’ordonnateur fait valoir qu’entre 2000 et 2015, la dette de la commune a diminué de près de 26 M€, soit de 56 %. L’évolution de la dette est restituée dans le tableau ci- après. Tableau n° 8 – Evolution de l’encours de la dette Source : comptes de gestion. En 2015, l’endettement de la commune, de 1 763 € par habitant, était près de deux fois supérieur à la moyenne de la strate, de 944 €. Mais en raison de son niveau élevé de CAF brute, la capacité de désendettement de la commune est satisfaisante. En 2015, le ratio qui l’exprime, en rapportant l’encours de la dette à la CAF brute, était de 5,2 années. En 2014, année où une comparaison avec la strate est possible, les deux ratios étaient proches, de 3,25 années pour la commune contre 4,65 années pour la moyenne de la strate. 2 - L’équilibre du bilan Sur la période, l’équilibre du bilan a quelque peu évolué puisque les ressources longues destinées à financer l’investissement ont eu tendance à se tarir. La commune conserve un niveau de trésorerie satisfaisant, correspondant à 25 jours de charges courantes en 2015. L’équilibre du bilan est retracé dans le tableau ci-dessous. Tableau n° 9 – Evolution du bilan Source : comptes de gestion. Dans le cas présent, le besoin en fonds de roulement négatif, qui ne traduit pas de retards de paiement aux fournisseurs, abonde la trésorerie. D - Conclusion sur la situation financière Depuis 15 ans, la véritable rente que constitue la fiscalité professionnelle unique reversée par la communauté urbaine de Dunkerque à la commune de Gravelines autorise celle-ci à maintenir un niveau de dépenses élevé, tant en fonctionnement qu’en investissement, sans compromettre l’équilibre de sa situation financière, qui reste saine à la fin de 2015, caractérisée par une épargne consistante et une bonne capacité de désendettement. en € 2011 2012 2013 2014 2015 Var. annuelle moyenne Encours de dettes du BP au 1er janvier 22 160 927 21 609 105 20 644 765 19 778 664 21 137 529 -1,2% au 31 décembre en € 2011 2012 2013 2014 2015 Var. annuelle moyenne Fonds de roulement net global 6 026 284 4 074 875 2 730 096 2 401 746 2 982 392 -16,1% - Besoin en fonds de roulement global -881 941 -1 528 175 -639 402 -970 033 -300 033 -23,6% =Trésorerie nette 6 908 225 5 603 050 3 369 498 3 371 779 3 282 425 -17,0% en nombre de jours de charges courantes 57,4 45,2 26,9 26,5 25,9 Dont trésorerie active 6 908 225 5 603 050 3 369 498 3 371 779 3 282 425 -17,0% Dont trésorerie passive 0 0 0 0 0 N.C.
  • 16. - 16/35 - V - LES PRÉVISIONS FINANCIÈRES Le rapport de présentation qui accompagne le débat d’orientation budgétaire ne contient aucune précision sur les engagements pluriannuels envisagés. Pour autant, il existe des prospectives financières qui pourraient être communiquées à l’organe délibérant. Ainsi, en août 2015, un document interne comporte des simulations relatives à des comptes administratifs prévisionnels pour les années 2016 et 2017. Ces simulations montrent que l’autofinancement brut s’établirait à 2,65 M€ en 2017 en raison notamment des conséquences financières attachées à la suppression de la dotation globale de fonctionnement. L’encours de la dette diminuerait à 19,4 M€. Dans ces conditions, la capacité prévisionnelle de désendettement se détériorerait à 7,32 années. Conformément aux 2e et 3e alinéas de l’article L. 2312-1 du code général des collectivités territoriales, la chambre invite la commune à enrichir le rapport de présentation qui accompagne le débat d’orientations budgétaires des engagements pluriannuels envisagés, en y ajoutant la présentation de la structure et de l’évolution des dépenses et des effectifs7, qui fait également défaut. Dès novembre 2016, le rapport transmis et présenté au conseil municipal sera complété afin de respecter notamment les dispositions du décret du 24 juin 2016 relatif au contenu ainsi qu’aux modalités de publication et de transmission du rapport d’orientations budgétaires. VI - LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES A - Les charges de personnel Entre 2011 et 2015, les charges de personnel présentent une progression particulièrement soutenue de 4,1 % par an, singulièrement au cours des périodes 2011-2012 (+ 4,5 %), 2013-2014 (+ 6,1 %) et 2014-2015 (+ 4,7 %), comme le montre le tableau suivant. En 2015, elles représentent 45 % des charges de gestion et 55 % des charges courantes. Tableau n° 10 – Charges de personnel nettes des remboursements de mise à disposition En M€ 2011 2012 2013 2014 2015 Var. annuelle moyenne Charges totales de personnel 21,738 22,712 22,948 24,343 25,488 4,1 % - Remboursement de personnel mis à disposition 0 0 0 0 0,689 = Charges totales de personnel nettes des remboursements pour MAD8 21,738 22,712 22,948 24,343 24,799 3,3 % en % des produits de gestion 40,2 % 41,3 % 41,7 % 44,3 % 45,2 % Source : comptes de gestion. 7 Dans les communes de plus de 10 000 habitants, le rapport mentionné au deuxième alinéa du présent article comporte, en outre, une présentation de la structure et de l’évolution des dépenses et des effectifs. Ce rapport précise notamment l’évolution prévisionnelle et l’exécution des dépenses de personnel, des rémunérations, des avantages en nature et du temps de travail. 8 MAD : mise à disposition.
  • 17. - 17/35 - Elles sont particulièrement importantes puisqu’elles s’élèvent en 2015 à 2 144 €/hab., soit plus de trois fois la moyenne de la strate (664 €/hab.). En 2013, dernière année pour laquelle on dispose d’une comparaison, la rémunération moyenne d’un agent municipal à Gravelines est de 2 259 € contre 1 836 € pour la moyenne des communes9. Cette progression des dépenses de personnel s’explique à la fois par l’impact de mesures réglementaires mais également et surtout par des mesures spécifiques décidées par la collectivité, notamment la titularisation d’agents contractuels. 1 - L’impact des mesures réglementaires Si le point d’indice n’a subi aucune revalorisation depuis 2010, des mesures réglementaires ponctuelles ont eu un impact direct sur l’augmentation de la masse salariale telles que le relèvement du minimum de traitement dans la fonction publique10, la modification du taux de la contribution employeur à la CNRACL11, la création d’un 8e échelon dans les grades dotés de l’échelle 6 de rémunération des cadres d’emplois de catégorie C (agents d’exécution) de la fonction publique territoriale 12, les dispositions indiciaires applicables aux agents de la catégorie C et de la catégorie B (cadres intermédiaires) de la fonction publique territoriale13, et enfin, l’affiliation des élus locaux au régime général de la sécurité sociale14. Les recrutements intervenus dans le cadre de la mise en œuvre des nouvelles activités périscolaires entre 2014 et 2015 ont également contribué à la progression de la masse salariale. 2 - Les mesures spécifiques décidées par la collectivité La collectivité n’est pas en mesure de calculer l’impact sur la masse salariale de l’évolution de la carrière de ses agents, appelé effet glissement vieillesse technicité positif (GVT+), ni celui du remplacement des départs d’agents à forte ancienneté par des agents plus jeunes, appelé GVT négatif. Les seuls éléments spécifiques pris en compte dans le calcul de la masse salariale sont les avancements d’échelon et les entrées et sorties connues du personnel. En valeur moyenne annuelle, les rémunérations des titulaires ont augmenté de 4,9 % en cinq ans, soit une augmentation très forte, qui correspond à une politique assumée de titularisation des agents contractuels. A l’inverse, les rémunérations des non-titulaires ont diminué de - 6,6 % et leur part dans la dépense de rémunération est passée de 19 à 13 %. Le régime indemnitaire voté par l’assemblée délibérante a également contribué à l’augmentation de la masse salariale, avec une hausse moyenne de 4,3 % par an. D’un montant de 3,9 M€ en 2015, il représente 25 % de la rémunération du personnel titulaire. 9 Source : DGCL - Les collectivités locales en chiffres 2015, page 192. 10 Décrets n° 2012-847 du 2 juillet 2012 et n° 2013-33 du 10 janvier 2013. 11 Décrets n° 2012-1525 du 28 décembre 2012, n° 2013-1290 du 27 décembre 2013 et n° 2014-1531 du 17 décembre 2014 /CNRACL : Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales. 12 Décret n° 2013-587 du 4 juillet 2013. 13 Décret n° 2014-80 du 29 janvier 2014. 14 Décret suite article 18 LFSS.
  • 18. - 18/35 - Tableau n° 11 – Evolution des rémunérations versées au personnel En € 2011 2012 2013 2014 2015 Var. annuelle moyenne Rémunération principale 8 967 510 9 391 437 9 732 934 10 489 633 11 014 069 5,3 % + Régime indemnitaire voté par l’assemblée 3 281 733 3 443 745 3 567 060 3 758 431 3 878 096 4,3 % + Autres indemnités 416 434 410 520 437 568 438 049 448 293 1,9 % = Rémunérations du personnel titulaire (a) 12 665 676 13 245 702 13 737 562 14 686 113 15 340 458 4,9 % en % des rémunérations du personnel* 80,0 % 79,9 % 82,7 % 84,5 % 86,6 % Rémunération principale 2 542 030 2 678 942 2 373 030 2 249 476 2 000 854 - 5,8 % + Régime indemnitaire voté par l’assemblée 502 905 575 685 451 872 370 307 320 602 - 10,6 % + Autres indemnités 0 0 0 0 0 N.C. = Rémunérations du personnel non titulaire (b) 3 044 935 3 254 627 2 824 902 2 619 783 2 321 456 - 6,6 % en % des rémunérations du personnel* 19,2 % 19,6 % 17,0 % 15,1 % 13,1 % Autres rémunérations (c) 123 789 71 321 56 166 81 931 57 427 - 17,5 % = Rémunérations du personnel hors atténuations de charges (a+b+c) 15 834 400 16 571 650 16 618 630 17 387 827 17 719 341 2,9 % Atténuations de charges 697 129 769 614 783 795 807 200 179 677 - 28,7 % = Rémunérations du personnel 15 137 271 15 802 036 15 834 835 16 580 627 17 539 664 3,8 % Source : comptes de gestion. * Hors atténuations de charges. Le service des ressources humaines de la ville de Gravelines a produit un état prévisionnel pour 2016 des dépenses mensuelles de la masse salariale prenant en compte les mesures règlementaires ainsi que les avancements d’échelon et les mouvements des personnels. Ces prévisions conduiraient à une baisse de la masse salariale de 0,7 %. B - Les effectifs 1 - L’évolution des effectifs Au 31 décembre 2015, la commune de Gravelines comptait 601 agents sur emplois permanents. Son effectif a augmenté de 20 agents entre 2011 et 2015, représentant une hausse de 3,4 %. Dans sa réponse aux observations provisoires, l’ordonnateur justifie cette évolution par « la montée en compétences des services et le mode de recrutement … la collectivité recrute des agents non titulaires possédant le niveau requis puis les forment pour qu’ils intègrent la fonction publique dans la catégorie hiérarchique correspondant à leur poste ». Il indique que ce dispositif a fonctionné dans les secteurs en tension comme les maîtres-nageurs sauveteurs où les fonctionnaires se font rares, ou dans la filière d’enseignement artistique où l’absence de concours ainsi que la création de nombreux postes à temps non complet empêchent, selon lui, le recrutement de fonctionnaires. Les 43 postes de non-titulaires supprimés au cours de la période 2011 à 2015 ont été remplacés par 64 emplois de titulaires. La commune de Gravelines a procédé à une vague de titularisation au cours des exercices 2012 et 2013 (- 16 non-titulaires et + 17 titulaires) et une augmentation des effectifs de 25 agents entre 2013 et 2014.
  • 19. - 19/35 - Le développement de l’intercommunalité n’a pas eu d’impact en termes de transferts d’emplois au cours de la période sous revue. En 2015, la collectivité n’a pas remplacé certains départs (20 sorties contre 6 entrées) et les effectifs ont baissé de 1,5 %, soit - 9 agents. 2 - Les caractéristiques des effectifs L’effectif de la commune se distingue, sous plusieurs aspects, de ce qui est relevé nationalement. Ainsi, en 2014, le taux d’administration est de 51,3 agents pour 1 000 habitants à Gravelines, pour un taux moyen national de 18,2 pour les communes entre 10 000 et 20 000 habitants15. La ville présente même un niveau d’administration beaucoup plus élevé que celui observé dans la strate supérieure des villes de 20 000 à 50 000 hab., où le taux est de 20 agents pour 1 000 habitants. Par ailleurs, outre le fait que la commune de Gravelines emploie annuellement un grand nombre de saisonniers répartis dans les services des sports et animation de la plage (215 en 2014 et 157 en 2015), l’effectif se caractérise par une proportion de titulaires et un âge moyen plus élevé que ce qui est habituellement constaté, mais aussi par un renforcement de l’encadrement intermédiaire, de catégorie B, et un faible taux d’agents d’encadrement supérieur représentés par la catégorie A. La répartition des effectifs permanents au 31 décembre 2011 et au 31 décembre 2015 figure ci-après : Tableau n° 12 – Répartition des effectifs permanents au 31 décembre selon le statut et la catégorie hiérarchique 2011 2015 Evolution Catégories A B C T A B C T A B C T Titulaires 16 82 365 463 23 99 405 527 7 17 40 64 Non-titulaires 5 14 97 116 2 16 55 73 - 3 2 - 42 - 43 dont : Emplois de direction 3 3 2 2 - 1 - 1 Collaborateurs cabinet 1 1 1 1 0 0 Nombre total des agents 22 96 462 580 26 115 460 601 3 19 - 2 20 Source : commune – cf. tableau : évolution des effectifs complets pour chaque année – hors emplois aidés. Toutes catégories confondues, sur la période 2011 à 2015, le nombre de titulaires s’est accru de 14 % alors que celui des non-titulaires diminuait de 37 %. Les agents titulaires représentaient 80 % de l’effectif total en 2011 et 88 % en 2015, soit 527 agents. Le taux national est inférieur à 74 % fin 201316. 15 Source : DGCL - Les collectivités locales en chiffres 2016, tableau « communes et établissements communaux ayant des effectifs sur emplois principaux, au 31 décembre 2014, p. 80. 16 INSEE Première mars 2016 - L’emploi dans la fonction publique en 2014.
  • 20. - 20/35 - Ce sont les agents d’encadrement intermédiaire de la catégorie B qui connaissent, sur la période, la plus importante augmentation des effectifs, passant de 96 à 115 (+ 20 %). En 2015, toutes filières et tous statuts confondus, les effectifs se répartissent à hauteur de 4 % en catégorie A, 19 % en catégorie B et 77 % en catégorie C. 3 - La répartition des effectifs par filière d’emplois Le tableau qui figure ci-après retrace la répartition des effectifs par filière. Tableau n° 13 – Répartition des effectifs permanents au 31 décembre par filière d’emplois Filières d’emplois 2011 2012 2013 2014 2015 Évolution Administrative 133 130 134 135 138 + 5 Animation 8 8 9 8 8 0 Culturelle 39 39 40 53 50 + 11 Médico-sociale Police municipale 5 5 5 5 5 0 Sociale 23 26 24 23 24 + 1 Sportive 43 45 43 43 42 - 1 Technique 328 330 329 342 333 + 5 Total 579 583 584 609 600 + 21 Source : commune. 55 % des emplois permanents sont occupés par des agents de la filière technique, chiffre stable sur la période 2011-2015. Cette proportion est sensiblement supérieure à ce qui est constaté habituellement, en raison notamment des agents intervenant dans les nouvelles activités périscolaires. D’après le guide des collectivités locales 2015 de la direction générale des collectivités locales, la proportion d’agents au sein des services techniques est de 46 % des titulaires au 31 décembre 2013. La filière administrative concentre 23 % des agents. Leur nombre a faiblement progressé, passant de 133 en 2011 à 138 en 2015. Les effectifs des autres filières n’ont pas enregistré de modification significative. Ce sont les effectifs des services de la filière culturelle qui ont progressé le plus, soit de 11 agents. Cette filière, qui compte 50 agents au 31 décembre 2015, représente 8 % de l’ensemble des emplois permanents. 4 - La politique de recrutement La politique municipale actuelle applique le non-remplacement des départs en retraite mais la collectivité n’est pas en mesure de chiffrer cet objectif dans le cadre de la maîtrise des dépenses de personnel. Une analyse des besoins est réalisée en amont des recrutements avec le responsable du service demandeur, la direction générale des services et la direction des ressources humaines. Le recrutement interne est privilégié et recherché presque systématiquement avant recours à l’extérieur : « Avant toute décision de recrutement externe, la possibilité de pourvoir le poste par la voie de la mobilité interne ou la réorganisation du service est examinée. Le cas échéant si les compétences requises pour le poste ne sont pas identifiées en interne, une annonce de mobilité interne peut être publiée pour permettre aux agents intéressés par le poste de candidater, quand bien même ils ne disposent pas de l’ensemble des compétences souhaitées. »
  • 21. - 21/35 - S’agissant de l’externalisation, seuls les services relatifs à la gestion du camping de Petit Fort Philippe (depuis 2007) et du réseau câblé (depuis 2011) font l’objet de délégations de service public. Le délégataire du camping consacre à ce service 5 ETP en CDI17, 4 ETP en CDD18 sur 9 mois et 5,8 ETP en CDD sur 2 mois. Celui titulaire de la gestion du réseau câblé emploie 4 collaborateurs à temps plein, 1 commercial à temps partagé et 10 techniciens à temps partagé. Aucune étude n’a été menée à l’effet d’évaluer les conséquences financières en cas de reprise en régie de la gestion de ces deux services. La collectivité a mis en place un outil de prospective identifiant les perspectives de départ en retraite. L’outil a été diffusé au comité de direction afin d’anticiper les demandes de remplacement éventuel ou de travailler sur la réorganisation ou la formation d’agents plus jeunes pour couvrir les besoins générés par les départs. Les propositions de création d’emploi font l’objet d’une évaluation financière transmise uniquement à l’autorité territoriale. Selon l’ordonnateur, il s’agit d’une extrapolation des départs dont les dates peuvent varier jusqu’à cinq années. Les données sont donc à manier avec précaution et sujet à interprétation. Mais la commune n’a pas mis en place de schéma pluriannuel de recrutement. Elle ne formalise pas sa politique en la matière par une délibération du conseil municipal. La chambre invite l’ordonnateur à présenter un schéma pluriannuel de recrutement à l’assemblée délibérante, faisant apparaître les départs prévus, les recrutements et les non-remplacements. Le maire admet que ces éléments pourraient être présentés aux élus. 5 - La mutualisation L’article 67 de la loi du 16 décembre 2010, codifié à l’article L. 5211-39-1 du code général des collectivités territoriales, rend obligatoire pour le président de l’établissement public de coopération intercommunale, dans l’année qui suit chaque renouvellement général des conseils municipaux, l’établissement d’un rapport relatif aux mutualisations entre les services de l’EPCI et ceux des communes membres. Selon l’article L. 5211-39-1 précité, « ce rapport comporte un projet de schéma de mutualisation des services à mettre en œuvre pendant la durée du mandat. Le projet de schéma prévoit notamment l’impact prévisionnel de la mutualisation sur les effectifs de l’établissement public de coopération à fiscalité propre et des communes concernées et sur leurs dépenses de fonctionnement. » Les principes d’élaboration d’un schéma de mutualisation ont été présentés à l’ensemble des maires des communes de la communauté urbaine de Dunkerque lors de la conférence des maires de novembre 2014. Un schéma de mutualisation a été adopté par la communauté urbaine, qui se décline autour de cinq thématiques : les ressources humaines, la mise en commun de moyens, l’assistance aux communes, les systèmes d’information, les achats groupés. Chaque thématique est répartie en actions : de la simple création d’un réseau à la mise en place de services communs. Par délibération du 10 novembre 2015, le conseil municipal de la commune de Gravelines a émis un avis favorable au schéma de mutualisation présenté par la communauté urbaine de Dunkerque « sous réserve, toutefois, pour y parvenir, de la mise en œuvre d’un partenariat avec la commune avec des points d’étape réguliers entre les services concernés ». Aucune prévision de l’impact de la mutualisation en termes d’effectifs et de dépenses de fonctionnement ne figure dans le document approuvé par la commune. 17 CDI : contrat à durée indéterminée. 18 CDD : contrat à durée déterminée.
  • 22. - 22/35 - A ce jour, aucune mutualisation ou mise en commun de services n’a été effectuée entre la commune et la communauté urbaine de Dunkerque. C - Le temps de travail 1 - L’organisation du temps de travail a - La durée effective du travail Par délibération du 12 novembre 1982, la commune a engagé, dans le cadre de la signature d’un contrat de solidarité, un processus de réduction de la durée du travail avec application des 35 heures au 1er septembre 1983. Par délibération du 20 décembre 2001, le conseil municipal de Gravelines a confirmé ce régime, conformément à ce que prévoyait la loi n° 2001-2 du 3 janvier 2001 pour les collectivités ayant procédé à la réduction du temps de travail antérieurement au 1er janvier 2001. Le régime des congés annuels des agents de la commune de Gravelines repose sur une délibération du conseil municipal du 29 juin 1997 qui faisait suite à un mouvement de grève du personnel de 12 jours et à un accord conclu avec l’intersyndicale des grévistes. Le document fixe la durée des congés annuels des agents communaux « dans le respect du principe de parité des fonctions publiques… » Les agents à temps complet qui effectuent 35 heures hebdomadaires bénéficient d’un droit à congés annuels de 25 jours, ainsi que d’un ou deux jours supplémentaires dénommés « congés hiver » lorsqu’ils posent des congés hors période. De nombreuses dispositions favorables aux agents s’ajoutent au régime légal et viennent accroître le temps non travaillé : - dix jours de congés exceptionnels par an sont accordés (ducasse, carnaval…). Comme le précise le guide des congés : « Ces congés ne sont pas un droit mais une faveur accordée au personnel présent au service. Ils ne sont pas comptés dans le calcul des congés annuels » ; - des congés d’ancienneté sont accordés dès la première année de présence (1 jour) et peuvent atteindre 10 jours (au-delà de 35 années d’ancienneté) ; - les agents faisant valoir leurs droits à retraite bénéficient d’un mois de congés supplémentaires le mois précédent le départ. Sur le plan juridique, le maintien des droits acquis antérieurement à la date d’entrée en vigueur de la loi n° 2001-2 du 3 janvier 2001 ne suscite aucune remarque. Tel n’est pas le cas de l’absence de prise en compte de la journée de solidarité prévue par l’article 6 de la loi n° 2004-626 du 30 juin 2004. La commune n’a pas pris de délibération pour en fixer les conditions d’application et cette journée n’est tout simplement pas appliquée. La chambre invite la commune à prendre les mesures nécessaires pour régulariser ce point. Selon l’ordonnateur, il sera mis à l’ordre du jour d’un prochain conseil municipal. Il n’empêche que le régime instauré par la collectivité au profit de ses agents est extrêmement favorable et déroge au régime légal de la durée du travail auquel est astreinte la très grande majorité des collectivités locales ne bénéficiant pas du maintien des droits acquis antérieurement à 2001.
  • 23. - 23/35 - b - Un régime particulièrement coûteux Le régime de temps de travail instauré à Gravelines est extrêmement coûteux pour la commune, comme le soulignait déjà le rapport précédent de la chambre. Si l’on considère les seuls dix jours de congés exceptionnels accordés chaque année, le nombre de jours non travaillés ressort à 147 (104 + 8 + 25 +10), le nombre de jours travaillés ressort lui-même à 218 et le nombre d’heures travaillées à 1 526, soit un nombre sensiblement inférieur à la médiane de 1 561 observée la même année19. Le surcoût pour la collectivité peut être estimé à 1,26 M€. Si l’on prend en compte les congés d’ancienneté, que l’on peut évaluer par effet de lissage à 5 jours, le montant susvisé doit être majoré de 50 %, soit un surcoût total de 1,89 M€. En prenant en compte le 3e avantage visé plus haut (un mois de congé précédant la retraite), le surcoût réel ne peut être inférieur à 2 M€. Lors du précédent contrôle, la chambre avait déjà souligné le coût important supporté par la collectivité pour une durée du travail située bien en dessous du niveau fixé par la loi du 3 janvier 2001. La chambre invite donc la collectivité à reconsidérer son régime de temps de travail. 2 - L’organisation et le suivi des comptes épargne-temps (CET) Par délibération du 28 mars 2007, le conseil municipal de la commune de Gravelines a autorisé la mise en place du compte épargne-temps (CET) pour les agents titulaires et non-titulaires, sans compensation financière des jours épargnés. Au 31 décembre 2015, la commune dénombrait 215 comptes épargne-temps ouverts avec un total de 2 072 jours accumulés, soit une moyenne de 9,6 jours par CET. Conformément à l’instruction M1420, la commune pourrait constituer une provision pour risques21. En 2015, seuls 117 CET ont été alimentés et peuvent être considérés comme actifs. Par ailleurs, la collectivité n’a pas délibéré pour permettre la monétisation des CET. La nécessité de provisions pour risque ne concerne donc que les agents susceptibles de quitter l’effectif sans pouvoir bénéficier des jours de congés épargnés. La commune s’engage à prévoir des provisions en ce sens. 3 - Les heures supplémentaires Par délibération du 2 octobre 2002, la collectivité a fixé les modalités d’octroi d’indemnités horaires ou forfaitaires pour travaux supplémentaires (IHTS ou IFTS) et arrêté la liste des grades pouvant bénéficier des IFTS. 19 Cour des comptes – rapport sur les finances publiques locales 2016. 20 En dehors des trois cas visés au § 3.2.1 (dès l’ouverture d’un contentieux en première instance contre la commune, dès l’ouverture d’une procédure collective prévue au livre VI du code de commerce, lorsque le recouvrement des restes à recouvrer sur compte de tiers est compromis malgré les diligences faites par le comptable public), une provision peut être constituée dès l’apparition d’un risque avéré. 21 Provisions pour la mise en œuvre du compte épargne-temps (CET). Des provisions sont constituées pour couvrir les charges afférentes aux jours épargnés sur CET par l’ensemble des personnels. Elles sont reprises pour couvrir le coût que le service supporte du fait des conditions de consommation des droits ouverts aux personnels concernés (indemnisation, congés, prise en compte par le régime de retraite additionnelle de la fonction publique…).
  • 24. - 24/35 - L’absence de système automatisé de décompte du temps de travail, déjà relevée par la chambre lors de son précédent contrôle, ne permet pas au service des ressources humaines de comptabiliser de façon exacte les heures supplémentaires accomplies par les agents. Or, le décret n° 2002-60 du 14 janvier 2002 modifié dispose dans son article 1er que le versement des IHTS est subordonné à la mise en œuvre par l’employeur de moyens de contrôle automatisé. La collectivité est favorable à la mise en œuvre de ce dispositif non seulement pour les heures supplémentaires mais aussi pour des raisons de gestion et de sécurité (respect des horaires, vérification des présences par les services déconcentrés, gestion des plannings…). Toutefois, le logiciel ressources humaines ne permet pas cette mise en œuvre immédiate. Une première étude a été menée et sa concrétisation est envisagée après une concertation préalable avec les représentants du personnel. La chambre invite de nouveau la commune à mettre en œuvre des moyens de contrôle automatisé du temps de travail conformément au décret précité. Selon les éléments transmis par la collectivité, le nombre d’heures supplémentaires diminue de 39 % sur la période 2011-2015. Leur volume annuel passe de 18 731 heures en 2011 à 11 340 en 2015. Les principaux services concernés sont les sports, les fêtes et logistique, la police municipale, la scène Vauban, la voirie et les ateliers municipaux. En 2015, leur coût (cf. tableau ci-après) représentait un montant de 252 164,05 € pour 237 bénéficiaires, soit un montant annuel moyen de 1 063,98 € et une moyenne d’environ 48 heures supplémentaires par bénéficiaire. Tableau n° 14 – Heures supplémentaires payées entre 2011 et 2015 Année Nombre Montant en € 2011 18 731,25 353 232,22 2012 20 872,50 404 740,29 2013 16 512,00 327 951,44 2014 14 999,50 305 163,40 2015 11 340,25 252 164,05 Source : commune de Gravelines. 4 - L’absence au travail a - Mesure de l’absentéisme Le nombre de jours d’absence pour raisons de santé à Gravelines (cf. tableau ci-après) était de 27,05 jours par agent en 2013, soit un nombre significativement plus élevé que la moyenne nationale, de 22,422. En 2015, année pour laquelle aucune comparaison n’est encore disponible, ce nombre a été ramené à 21,39, ce qui traduit une amélioration significative. 22 Source : rapport annuel sur l’état de la fonction publique 2015, p. 411.
  • 25. - 25/35 - Tableau n° 15 – Répartition des journées d’absence pour raisons de santé 2012 2013 2014 2015 Nombre de jours d’absence pour raisons de santé (maladie ordinaire, longue maladie, accidents du travail et de trajet, maladie professionnelle) 14 790 15 331 13 195 12 406 Total effectif équivalents temps plein 564,8 566,65 589,02 579,8 Nombre moyen de journées d’absence par agent (titulaires et non-titulaires permanents) pour « raisons de santé » 26,18 27,05 22,4 21,39 Source : commune – données 2010 et 2011 incomplètes. b - Le coût de l’absentéisme L’absentéisme – celui pris en compte ici est celui pour raisons de santé – d’abord un coût direct lié au paiement de rémunérations par la collectivité à des personnels absents au travail. Sur la base d’un coût moyen d’un agent équivalent temps plein (ETP) estimé à 43 740 €, en 2015, ce coût peut être évalué à 2,36 M€, ou 54 ETP, soit 9 % des effectifs de la commune. Pour sa part, le maire estime que la valorisation de l’absentéisme sur lequel la collectivité peut avoir une action (absentéisme compressible : maladie ordinaire et accident du travail) est de 1,53 M€ et non de 2,36 M€. Cela reste important et la commune poursuivra les efforts engagés, constatés par une baisse régulière de l’absentéisme global depuis 2012. L’absentéisme est également à l’origine de coûts indirects, principalement les dispositions que la commune est amenée à prendre pour palier le remplacement des agents manquants, ainsi que la perte de productivité générée par cette absence. La commune n’a pas cherché à évaluer ces deux coûts. c - Les mesures de lutte contre l’absentéisme La commune sollicite des contrôles et expertises médicales sur la justification des arrêts maladie. Mais cette pratique demeure marginale au vu des absences comptabilisées. Tableau n° 16 – Evolution des contrôles et expertises 2011 2012 2013 2014 2015 Expertises 6 23 34 27 16 Contrôles 1 3 24 22 15 Source : commune de Gravelines. L’absentéisme compressible fait l’objet d’actions régulières, telles que le retrait du régime indemnitaire pour la maladie ordinaire et l’élaboration d’un plan de prévention pour les accidents de service. Cependant, l’effort engagé par la collectivité mérite d’être poursuivi ; elle gagnerait notamment à procéder, en amont, à une analyse précise des causes d’absence au travail.
  • 26. - 26/35 - D - La gestion des effectifs et des carrières 1 - La gestion des effectifs Le rapport sur l’état de la collectivité établi par la commune tous les deux ans, conformément à l’article 33 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, présente certaines inexactitudes. Le rapprochement des données du dernier rapport au 31 décembre 2013 avec l’annexe « état du personnel » du compte administratif 2013 fait apparaître un écart à la fois sur le nombre de postes pourvus sur des emplois permanents (- 114 au rapport) et sur le nombre d’emplois non permanents (- 192 au rapport). La commune s’est dotée d’une cellule de contrôle de gestion dont l’un des objectifs est d’analyser les coûts des actions menées, notamment sur la partie « coût salarial », mais une gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences reste à mettre en place. La collectivité reconnaît qu’aucune stratégie en matière de gestion prospective des ressources humaines n’a été arrêtée à ce jour « autre que le non-remplacement des fonctionnaires partant à la retraite, les réorganisations et mutualisations de services pour diminuer les effectifs tout en maintenant un niveau de service équivalent ». La cartographie des métiers et le schéma pluriannuel de recrutement couplés à une connaissance de l’évaluation des missions et activités des services doivent permettre d’approfondir la gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences. La chambre avait déjà noté cette lacune lors du dernier contrôle. Au regard de l’effectif important de la collectivité, elle invite, de nouveau, la commune à renforcer les actions en matière de gestion prévisionnelle des effectifs des emplois et compétences. 2 - L’avancement d’échelon Selon l’article 78 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 : « l’avancement d’échelon a lieu de façon continue d’un échelon à l’échelon immédiatement supérieur. Il est fonction à la fois de l’ancienneté et de la valeur professionnelle, […]. L’avancement d’échelon à l’ancienneté maximale est accordé de plein droit. L’avancement d’échelon à l’ancienneté minimale peut être accordé aux fonctionnaires dont la valeur professionnelle le justifie ». En 2015, 286 agents, toutes catégories confondues, ont bénéficié d’un avancement au minimum et 23 ont progressé à l’avancement maximal. La pratique qui prédomine à la commune de Gravelines, soit l’avancement d’échelon à la durée minimale, est contraire à la règlementation précitée, qui n’autorise l’avancement à l’ancienneté minimale que lorsque la valeur professionnelle de l’agent le justifie. Pour l’avenir, les décrets du 12 mai 2016 précisent des durées uniques d’échelon par catégorie d’agents. La chambre invite la commune à se conformer aux règles posées par la loi susvisée selon ces nouvelles modalités.
  • 27. - 27/35 - 3 - Le régime indemnitaire a - Les indemnités versées au titre de l’article 111 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 Par délibération du 5 décembre 1985, la commune de Gravelines a « légalisé » le versement à l’ensemble du personnel d’une prime de vacances d’un montant de 564,06 €23 pouvant être revalorisée, chaque année, sur la base de l’évolution de l’indice de la fonction publique, ainsi qu’un 13ème mois dont le montant est égal au traitement de base augmenté de l’indemnité de résidence. Une délibération du 24 mars 1997 confirme le versement au titre des avantages acquis de la prime de fin d’année correspondant à un 13ème mois, versée en novembre, des primes de cantine (536,31 €) et d’habillement (122,57 €), versées en avril, de la prime de vacances, versée en mai. Le 17 juin 1998, le conseil municipal régularise, avec effet au 1er janvier 1997, le versement d’une prime de départ en retraite calculée au prorata du temps de présence dans la fonction publique territoriale, sur la base de 167,69 € pour 10 années de présence plus 15,24 € par année supplémentaire. Tous ces avantages étaient auparavant versés par l’amicale du personnel communal. L’ensemble de ces primes reste, de plus, indexé sur l’évolution des traitements de la fonction publique. La chambre souligne le caractère avantageux du régime indemnitaire instauré par la commune de Gravelines au titre du maintien des droits acquis. b - La diversité des primes versées L’examen du régime indemnitaire en vigueur dans la commune de Gravelines nécessite la lecture de plus d’une trentaine de délibérations sur la période de 1985 à 2015, pour 19 primes ou indemnités dénombrées. Trois primes versées au titre des droits acquis, et qui concernent quasiment l’ensemble des agents, absorbent 52 % de la dépense indemnitaire, qui se chiffre à 3 885 243 €. Il s’agit des primes dites « 13ème mois », « de vacances » et « de cantine », pour des montants respectifs de 1 M€, 678 000 € et 313 000 €. Parmi les autres primes et indemnités versées aux agents, se détachent l’indemnité d’administration et de technicité et l’indemnité d’exercice des missions des préfectures, pour des montants respectifs de 841 000 € et 418 000 €, soit un total de 1 259 000 € représentant 32,4 % des primes et indemnités versées. Leur contrôle sur l’exercice 2014 n’a pas révélé d’anomalie. Pour clarifier le régime indemnitaire et le rendre plus lisible, la chambre recommande à la collectivité de procéder à une refonte de son dispositif. Dans sa réponse aux observations provisoires, l’ordonnateur indique que la commune délibèrera pour instaurer le nouveau régime indemnitaire ; à cette occasion, elle simplifiera le système actuel en le fondant sur un référentiel métiers/fonctions. 23 Les montants en francs ont été convertis en euros.
  • 28. - 28/35 - 4 - La nouvelle bonification indiciaire (NBI) En 2015, la NBI était servie à 188 agents titulaires ou stagiaires de la collectivité, soit 31 % des effectifs permanents pour une valeur d’environ 221 000 €, au titre des différentes fonctions exercées (encadrement de services, tenue de régies, emploi administratif de direction…), dont notamment les fonctions d’accueil du public pour 113 agents. La commune de Gravelines attribue la NBI plus largement que ne le prévoient les textes. L’attribution de la nouvelle bonification indiciaire (NBI) est régie par les dispositions du décret n° 2006-779 du 3 juillet 2006 portant attribution de la nouvelle bonification indiciaire à certains personnels de la fonction publique territoriale. Elle vise à valoriser les emplois comportant une responsabilité ou une technicité particulière. Son attribution est liée à l’exercice des fonctions et non à l’appartenance à un corps ou cadre d’emplois. La liste des fonctions éligibles à la NBI est reprise en annexe du décret suscité24. Le décret précité dresse la liste des fonctions ouvrant droit à l’attribution de la NBI, parmi lesquelles figurent « les fonctions d’accueil exercées à titre principal ». Selon la jurisprudence25, la précision « à titre principal » implique que les fonctions d’accueil doivent représenter plus de 50 % de l’activité de l’agent. Tel n’est pas le cas. Les 113 agents percevant la NBI au titre des fonctions d’accueil ne consacrent pas la majorité de leur activité à cette fonction. Dans ces conditions, la chambre invite la commune à revoir les conditions d’attribution de la NBI conformément au décret et à la jurisprudence précitée. La collectivité a indiqué qu’elle s’y conformerait. VII - L’AIDE AUX ASSOCIATIONS A - Montant des subventions Sur la période 2010 à 2015, les subventions aux associations de droit privé ont diminué de 12,4 %, pour atteindre 6,3 M€ la dernière année. En 2015, année où l’on dispose de données comparatives, le total des subventions courantes atteint 8 M€, ce chiffre incluant celles accordées au centre communal d’action sociale. Comme évoqué dans l’analyse financière, le montant par habitant des subventions de fonctionnement versées (c/657), de 714 €, est sans commune mesure avec celui de la moyenne de la strate, de 98 €. Au surplus, viennent s’ajouter à ces subventions régulières les subventions exceptionnelles de près de 4 M€ versées à la régie gravelinoise des équipements de sports et de loisirs, établissement public à caractère industriel et commercial. A cet égard, la chambre note l’effort fait par la commune pour régulariser la situation de l’association Sportica, qui gérait jusqu’en 2012 ces équipements. 24 1. Fonctions de direction, d’encadrement, assortis de responsabilités particulières. 2. Fonctions impliquant une technicité particulière. 3. Fonctions d’accueil exercées à titre principal. 4. Fonctions impliquant une technicité et une polyvalence particulières liées à l’exercice dans certaines collectivités ou dans leurs établissements publics assimilés. 25 Question AN 08.06.2010. Conseil d’Etat – 3è et 8è sous-sections réunies – 04.06.2007 – Commune de Carrières-sur-Seine.
  • 29. - 29/35 - En 2015, la part des subventions totales – hors centre communal d’action sociale – dans les charges de fonctionnement est de 18,3 %. Le tableau ci-après retrace l’évolution des subventions entre 2010 et 2015 : Tableau n° 17 – Evolution des subventions aux associations et à l’établissement public à caractère industriel et commercial (2010-2015) En milliers d’€ 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Evolution Subventions aux associations (c/6574) 7 253 6 492 6 657 6 554 6 554 6 357 - 12,35 % Subventions exceptionnelles (c/6745) 91 213 3 499 3 570 3 483 3 998 4 293 % Total des subventions accordées 7 344 6 705 10 156 10 124 10 037 10 355 41 % Charges de fonctionnement 48 672 53 908 54 449 55 242 55 995 56 609 16,30 % Ratio subventions/charges de fonctionnement 15,08 % 12,43 % 18,65 % 18,32 % 17,92 % 18,29 % Source : comptes administratifs. Une des caractéristiques des subventions accordées aux associations est leur forte concentration, comme le montre le tableau qui suit. Les deux associations Agir et Atouts Ville reçoivent respectivement ainsi 1,3 M€ et 2 M€, soit 32 % des subventions totales. La régie gravelinoise reçoit, quant à elle, 4 M€ de subventions, correspondant à 38,6 % du total. Tableau n° 18 – Répartition des subventions 2015 Montant des subventions directes (en €) Part dans le total des subventions aux associations et à l’EPIC Association Agir 1 300 000 12,55 % Association Atouts Ville 2 036 300 19,66 % Régie gravelinoise des équipements de sports et de loisirs 3 998 200 38,60 % TOTAL 7 334 500 Source : comptes administratifs. B - Les contrats avec les associations L’association Atouts Ville contribue à proposer de meilleures conditions de vie dans les quartiers de Gravelines. Pour cela, elle met à la disposition des familles, sans aucune distinction sociale ou de convictions individuelles, un ensemble de services et de réalisations, à caractère socio-culturel. C’est ainsi qu’elle gère quatre maisons de quartier et deux multi-accueils. L’association Agir a, quant à elle, pour objet d’aider les gravelinois à s’insérer au mieux dans la société sur un plan social et professionnel. Elle coordonne, pour ce faire, toutes les actions communales liées à l’insertion, à l’emploi et la formation, en cherchant à faciliter la rencontre entre les acteurs économiques, les chercheurs d’emploi et les structures existantes (ex : prospection, salons, bourses…). Par leur objet respectif, les associations Atouts Ville et Agir peuvent être considérées comme remplissant des missions dévolues à des services d’intérêt économique général. Et par leur niveau, supérieur à 500 000 €, les subventions qui leur sont accordées doivent s’inscrire dans le dispositif européen des aides d’Etat.
  • 30. - 30/35 - Lors du dernier contrôle, la chambre avait déjà critiqué la fragilité des conventions liant la commune et les associations Agir et Atouts Ville, notamment au regard de la qualification de service d’intérêt économique général, qui conditionne la légalité des aides d’Etat. La commune a pris les initiatives nécessaires pour régulariser ce point et qualifier leurs activités. Mais cette régularisation n’a pas eu pour effet de purger le dossier de toutes ses difficultés. Ainsi, lorsqu’en 2015, la commune a conclu avec chaque association une convention annuelle pour l’exercice 2016 à des montants supérieurs à 500 000 €26, il lui fallait, pour se dispenser de notifier ces aides qualifiées d’aides d’Etat à la Commission européenne, respecter toutes les conditions prévues par l’article 106, § 2, du traité de fonctionnement de l’Union européenne, ayant donné naissance à la jurisprudence Alumnia. Selon celle-ci, une subvention publique versée à une association exerçant une activité de service d’intérêt économique général n’est compatible avec le droit européen de la concurrence qu’à trois conditions : - l’objet d’intérêt général ou la charge de service public est clairement exposé dans la convention, l’arrêté ou la décision d’attribution (« mandat ») ; - la modalité de détermination de la subvention (budget, barème) compensant strictement les coûts de l’exécution de la charge de service public est, de même, clairement exposée dans l’acte attributif ; - la convention, l’arrêté ou la décision précise les modalités de contrôle et de reversement d’un éventuel excédent trop-versé de subvention (« surcompensation ») au-delà d’un bénéfice (ou « excédent de gestion ») raisonnable. Or, l’examen des conventions de subventionnement pour l’année 2016 montre que les deux dernières conditions n’y sont pas mentionnées. Les modalités de compensation relatives au coût d’exécution de la charge de service public et les modalités de reversement d’un trop-versé de subvention ont été éludées. La chambre invite la commune à compléter les conventions conclues avec ces deux associations conformément aux articles 4 et 5 de la décision du 20 décembre 2011 relative à l’application de l’article 106-2 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne aux aides d’État. Le maire précise que les conventions d’objectifs seront révisées pour l’exercice 2017. C - L’évaluation de l’activité des associations Les conventions de subventionnement susvisées ne présentent ni objectifs opérationnels, ni indicateurs de performances permettant d’évaluer la portée des actions associatives qu’elles définissent. Pour contribuer à l’évaluation des actions associatives, la rédaction future de la convention de subventionnement pourrait s’inspirer du guide de l’évaluation dans le cadre des conventions pluriannuelles d’objectifs passées entre l’Etat et les associations27. 26 1 950 300 € seront attribués à l’association Atouts Ville au titre de l’année 2016. Il faut ajouter 742 213,79 € au titre des aides indirectes. 1 050 000 € seront versés à l’association Agir au titre de l’année 2016. Il convient d’ajouter 152 705,28 € au titre des aides indirectes. 27 Le texte du guide peut être consulté, à l’adresse : http://www.associations.gouv.fr/IMG/pdf/guide_evaluation_v2012.pdf.
  • 31. - 31/35 - VIII -LA POLITIQUE CULTURELLE A - La définition Les objectifs de la politique culturelle sont liés au programme de la municipalité qui a été présenté dans des documents publics ainsi que régulièrement via des articles thématiques dans le journal municipal à publication mensuelle. En outre, la municipalité communique les orientations de sa politique culturelle par l’intermédiaire de ses instances participatives (commission culture constituée de membres élus et non élus proposés par les groupes majoritaire et d’opposition) ainsi que par une large diffusion (articles et site internet de la ville). Mais la définition de la politique culturelle et ses orientations n’ont pas fait l’objet d’une délibération du conseil municipal. A titre interne, quatre axes majeurs ont été fixés : - l’accès pour tous à la culture ; - l’éducation artistique et culturelle ; - la médiation artistique, culturelle, patrimoniale. Elle se construit autour des événements, déclinée sous de multiples formes : sensibilisation avant un événement, rencontre après une manifestation ou un spectacle, par exemple ; - la diffusion artistique et culturelle, grâce à une programmation annuelle de qualité. La fixation de ces axes n’est accompagnée ni d’objectifs opérationnels, ni d’indicateurs de performance opposables, notamment en matière de fréquentation des espaces culturels. Il n’est donc pas possible d’évaluer l’action culturelle de la commune même si des moyens humains et financiers y sont dégagés et si des bilans ou évaluations sont établis sous forme de retours des usagers et de comptes rendus d’activités, tableaux de bord, statistiques, échanges et réunions de groupes de travail et de la commission extra-municipale « culture ». La chambre recommande de formaliser dans une délibération les objectifs de la politique culturelle municipale et de procéder à une évaluation desdits objectifs et des moyens mis en œuvre. S’il est vrai que les objectifs opérationnels et la vocation des équipements figurent dans les règlements intérieurs des structures culturelles qui sont votés au conseil municipal (médiathèque, centre culturel et artistique François Mitterrand, espace culturel Decaestecker), il n’existe pas de document transversal qui pourrait permettre de valoriser la complémentarité des structures culturelles et de leurs activités. L’ordonnateur a proposé de formaliser ce document transversal courant 2017. Il listera plus clairement les indicateurs de performance, notamment concernant les objectifs de fréquentation. Le suivi et les bilans réguliers fournis par les structures pourraient suivre ce schéma. Elles pourront décliner, par objectifs opérationnels, leurs données statistiques et retours d’activités. L’évaluation sera ainsi informatisée et plus lisible. B - Le coût En 2015, la fonction « culture » représente une dépense de 5,14 M€. Les dépenses de fonctionnement, de 4,6 M€, se répartissent entre conservation et diffusion du patrimoine (2,6 M€), action culturelle (1,23 M€) et expression artistique (0,8 M€). Les dépenses d’investissement représentent un total de 0,528 M€.
  • 32. - 32/35 - En 2010, dernière année où des statistiques nationales sont disponibles, le niveau des dépenses culturelles à Gravelines était en valeur absolue deux fois et demie supérieur à la moyenne nationale, alors qu’en valeur relative, la part des charges culturelles dans le total du budget était comparable. Le coût de la fonction « culture » est restitué dans le tableau ci-après. Tableau n° 19 – Evolution de la fonction 3 « culture » Sous - fonctions 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Variation 2015/2010 Dépenses de fonctionnement 31 Expression artistique 700 890,09 696 392,83 695 169,07 799 214,21 824 954,34 824 678,13 17,66 % 32 Conservation et diffusion des patrimoines 2 365 937,1 2 494 728,11 2 582 146,04 2 581 126,68 2 604 789,37 2 558 061,29 8,12 % 33 Action culturelle 1 003 599,52 1 140 160,93 1 145 906,19 1 125 241,69 1 081 062,73 1 233 000,67 22,85 % Total fonction 3 4 069 886,81 4 331 281,87 4 423 221,3 4 505 582,58 4 510 806,44 4 615 740,09 13,41 % Charges totales de fonctionnement 48 672 383,51 53 908 128,01 54 449 743,73 55 242 915,98 55 995 822,73 56 609 211,49 16,30 % % des charges totales de fonctionnement 8,36 % 8,03 % 8,12 % 8,15 % 8,05 % 8,15 % Dépenses d’investissement 31 Expression artistique 30 185,42 29 777,31 233 098,73 25 359,13 18 472,55 14 997,98 - 50,32 % 32 Conservation et diffusion des patrimoines 478 913,49 339 533,91 662 838,97 937 038,35 622 877,34 170 669,93 - 64,36 % 33 Action culturelle 187 207,90 177 672,80 183 873,31 86 245,09 367 364,68 333 949,96 78,38 % Total fonction 3 696 386,81 546 984,02 1 079 811,01 1 048 642,57 1 028 714,57 519 617,57 - 25,38 % Dépenses totales d’investissement 9 699 933,96 9 437 138,62 11 298 909,07 10 139 377,11 11 164 134,24 7 977 566,86 - 17,75 % % des dépenses d’investissement 7,17 % 5,79 % 9,55 % 10,34 % 9,21 % 6,51 % Total général de la fonction 3 4 766 193,62 4 878 265,89 5 503 032,31 5 554 225,15 5 539 521,01 5 135 357,66 7,74 % Source : présentation, par fonction, des comptes administratifs. C - Partenariats culturels de la ville de Gravelines La ville de Gravelines adhère à des associations nationales ou régionales28 en lien direct avec les activités artistiques ou culturelles de ses équipements. Ces adhésions permettent de bénéficier d’informations régulières sur l’évolution des pratiques, des projets culturels et patrimoniaux à une échelle nationale ou internationale. Elles permettent aussi de bénéficier de partenariat sur des actions ciblées et d’avoir un relais et une visibilité au sein des réseaux artistiques, patrimoniaux et culturels. En outre, pour développer l’action culturelle, la commune de Gravelines coopère avec d’autres collectivités : Etat, région, département, communauté urbaine de Dunkerque, SIVOM29 des rives de l’Aa et de la Colme, communes. 28 Association Nord-Pas-de-Calais en scène, association Fab Lab de Calais, Fédération française de handi danse, association image en bibliothèque, association Icomos, conseil international des monuments et des sites, fondation du patrimoine… 29 SIVOM : syndicat intercommunal à vocation multiple.
  • 33. - 33/35 - Ainsi, le musée du dessin et de l’estampe originale, qui dispose du label « Musée de France », est fréquemment en contact avec d’autres musées pour le prêt ou l’emprunt d’œuvres. Le musée met en place des actions communes : avec l’association des conservateurs du Nord-Pas-de-Calais, des thématiques peuvent être partagées dans une programmation (ateliers, expositions, publications) ; au niveau de l’agglomération, le musée est impliqué avec les musées d’art contemporain pour des projets communs mais et une mutualisation (groupement d’achat) des voyages de presse visant à la promotion des expositions. De même, la scène Vauban / Service culture assure un partenariat avec la scène nationale de Dunkerque « le Bâteau Feu » et permet à la ville d’accueillir des spectacles « hors les murs », qui viennent enrichir la programmation gravelinoise et permettent de proposer aux habitants du théâtre contemporain mais aussi d’attirer à la Scène Vauban le public fidèle du Bâteau Feu. La médiathèque municipale fait partie du réseau des bibliothèques de l’agglomération « Les balises », projet de réseau de lecture publique initié par la communauté urbaine de Dunkerque. Il y a mutualisation d’un logiciel de gestion de bibliothèque entre les villes participantes afin de partager les catalogues informatisés des bibliothèques et d’avoir un site internet commun. L’école municipale de musique et le centre artistique et culturel François Mitterrand développent des partenariats entre différentes écoles de musique de l’agglomération (auditions et concerts communs) ainsi qu’avec le Jazz Club de Dunkerque (équipement soutenu par la communauté urbaine qui propose des master-class ou concerts éducatifs ouverts au public et délocalisés sur le territoire de Gravelines. Le contrat local d’éducation artistique est piloté par la communauté urbaine de Dunkerque et consiste en l’accueil en résidences de quatre à six artistes dans différentes disciplines, de janvier à mai. Selon l’ordonnateur, cette implication et ces résultats (visibilité, pertinence des acteurs, partenariats à différentes échelles) permettent de constater l’efficacité de l’échelle communale pour les équipements culturels de Gravelines. Cette efficacité est liée, entre autre, à la politique de proximité, au travail de terrain et à la qualité des services à la population qui relèvent bien d’une gestion à l’échelle d’une ville, ce qui n’exclut en rien les possibilités de participation active à des actions ou à des programmes culturels qui seraient financés à l’échelle de l’agglomération. La richesse et la variété des équipements culturels et les efforts faits pour mettre ces équipements en synergie avec ceux des autres acteurs de l’agglomération dunkerquoise est notable. Cependant, compte tenu du rayonnement de certains équipements bien au-delà du simple périmètre de la commune, singulièrement dans le cas des musées, la chambre estime que la question du transfert de la compétence de leur gestion à la communauté urbaine de Dunkerque mériterait d’être envisagée.