SlideShare une entreprise Scribd logo
DÉCEMBRE 2016
LA FORMULE
CONTENUS& TECHNOLOGIE,
DUMARKETINGDIGITAL
GAGNANTE
SupplémentenpartenariatavecWebedia
INTERVIEW
GUILLAUME
PEPY,Président
du Directoire
de la SNCF
ENQUÊTE
L’eSPORT
ENTAMESA
RÉVOLUTION
POURDEBON.COM
Les meiLLeurs
PRODUits
DU tERROiR
Livrés
directement
chez vous
déjà plus de
3000 références
Virginie et jean-françois
artisans froMagers
région : Hauts de france
Je me connecte Je choisis Je me fait Livrer Je mange bien
la PlaCE DE MaRChé DEs PRODUCtEURs Et aRtisaNs fRaNçais.
liVraison express 24H après l’expédition par le producteur,
en cHronofresH par cHronopost, et sur rendez-Vous dans les grandes Villes.
CB NEWS . 3 . DÉCEMBRE 2016
Édito
FÉDÉRATEURS
DE TALENTS
DebJam, Pôle Nord, TS3…), et les salles dont
nousopéronsl’exploitation(dontlaSallePleyel
et les théâtres Comédia, Marigny, de la Made-
leine et de la Porte Saint-Martin à Paris, ainsi
que11 sallesdespectacleenprovinceetquatre
parcs d'exposition).
Nous sommes des fédérateurs de talents, nous
accompagnons les artistes et développons les
liens entre la culture, le divertissement et la
technologie. Grâce à ce croi-
sement des mondes, Webedia
est probablement le premier
pureplayer qui opère avec
autant de succès une transi-
tion de ses marques et talents
digitaux vers l’entertainment
traditionnel:spectaclevivant,
TV, cinéma…
Nous aimons surprendre et
être pionniers, nous l’avons
encore montré récemment en
développant nos activités de
gestiondetalentsdigitaux,ou
encore en devenant un leader
européen de l’eSport. Nous
investissonsfortementsurces
nouveaux sujets stratégiques, avec la convic-
tion qu’il s’agit de phénomènes pérennes, qui
impactent d’ores et déjà l’ensemble des médias
et acteurs du divertissement, de la production
à l’exploitation.
Nosambitionssontmondiales,nosactifsetnotre
modèlenouspermettentd’ambitionnerundéve-
loppement toujours plus international pour ce
quiseraen2017unenouvelleLicornefrançaise.
epuis 2013, nous ouvrons chaque
année de nouveaux chapitres fon-
dateurs dans l’histoire de Webedia.
En 3 ans, nous avons bâti avec
Cédric Siré et Véronique Morali
un groupe devenu incontournable
dans le paysage média et digital, en
Franceetàl’international,avecunmodèlequi
s’estbienimplantéauBrésil,enAllemagne,au
Moyen-Orient, en Espagne et
aux États-Unis.
A l’heure où les GAFA trustent
le leadership des moteurs de
recherche, plateformes et
réseaux sociaux, les médias
en ligne qui pourront résister
sont ceux qui auront appris à
tirer parti de cette platefor-
misation et qui maîtriseront
suffisamment ces technolo-
gies pour maintenir et déve-
lopper la puissance de leurs
marques, leurs audiences et
leurs communautés.
Danscettelogique,nousavons
développé avec succès Webe-
dia selon un modèle verticalisé et axé sur les
contenus et la technologie, avec des marques
leaderssurlesthématiquesduloisiretdudiver-
tissement, et grâce au développement d’outils
etdeservicesperformantsàdispositiondepar-
tenaires annonceurs et médias.
Au sein de Fimalac, nous avons organisé effi-
cacement les passerelles d’expertises entre
Webedia et notre pôle Divertissement, les
échanges sont constants avec les producteurs
quicomposent3SEntertainment(dontAuguri,
Gilbert Coullier Productions, Encore, K-Wet,
D
Marc Ladreit de Lacharrière,
PDG de Fimalac
PHOTO :DR.
6/ BRAND FOLIO
8/ TWITTERVIEW
Sananas,
youtubeuse beauté
9/ OUT OF THE BOX
Julien Radic, co-fondateur
de Surprizemi
La grande interview
VÉRONIQUEMORALI ETCÉDRICSIRÉ,
Présidente du Directoire et Directeur Général de Webedia
14
La galaxie
Webedia
16/ PAROLE D'EXPAT
Cyrille Reboul,
CEO de Webedia Brésil
17/ GLOBE TROTTEUR
Jean-Pierre Nadir,
Président fondateur
de Easyvoyage
18/ LE GRAND TÉMOIN
Guillaume Pepy,
Président du Directoire
de la SNCF
20/ PROFIL CB
Chef Damien, de 750g
Entretien
métamorphose
MICHÈLEBENZENO
Directrice Générale en charge
des revenus
24/ L'INVITÉ CINÉ
Xavier Albert,
Directeur Général d’Universal
Pictures France
25/ FOCUS CLIENT
Brand content, les bonnes
recettes de Seb
26/ PLEIN CADRE
Thierry Lacaze, Directeur général
de Wild Bunch Distribution
27/ S'ADAPTER,
C'EST PERFORMER
Arnaud Metral, DG en charge
du publishing
CB NEWS . 4 . DÉCEMBRE 2016
Sommaire
Tiréàpartau
CBNEWS n°54,
décembre2016
22
10
Responsableéditorial
TanguyLeclerc
CréditsPhotos
Denis Guignebourg -Bestimage,
Christophe Panepinto
Maquette,MarjorieLoire
CoordinateursWebedia
AntoineMeunier,AdrienVerseau
Impression,ImprimerieLesaffreSA,
Belgique
Entretien
brand tech
RAPHAELGRANDEMANGE
Directeur Général de Webedia
Brand Services
30/ FOCUS CLIENT
- Hello Bank ! se réinvente
en média
- L'Oréal en mode glamour
32/ SOCIAL LISTENING
Les vrais insights clients sont
dans les conversations des
internautes
33/ FOCUS CLIENT
Danone à l’écoute
du web social
34
Interview
Archisociale
Thierry Boyer : « nos talents sont
des médias à eux tout seuls »
36/ FOCUS CLIENT
Comment FIFA embarque
ses communautés
37/ TALENTS  CIE
Des marques sous influence
Enquête eSport
eSPORTPLUSHAUT,PLUSVITE,PLUSFORT
Plongée au cœur d'un marché en pleine ébullition40
44/ L'ŒIL DE L'EXPERT
Cédric Page, Directeur Général
de Webedia gaming
45/ CULTURE CLUB
Le PSG cultive sa légende online
46/ eSPORT ARENA
Le théâtre des rêves
48/ PURE PLUMES
Julien Bellver (Puremedias) et
Matthieu Renard (Purebreak)
49/ ESPRIT D'ENTREPRISE
Webedia, une marque
corporate pas comme les autres
50/ BOX OFFICE
Les opérations maison qui font
un carton
38
Mobile
attraction
Olivier Cambournac, DGA en
charge des activités mobile
39/ FOCUS CLIENT
20th Century Fox cultive
sa réactivité
CB NEWS . 5 . DÉCEMBRE 2016
Sommaire
28
CB NEWS . 6 . DÉCEMBRE 2016
SITESD’ACTUDESSTARS
PORTAILSFÉMININS
PORTAILSMODE
LUXEBEAUTÉ
SERVICES AUX
PROFESSIONNELS
SITESD’ACTUCINÉMA
GRANDPUBLIC
PRESSECINÉMAPRO
ETGRANDPUBLIC
ÉQUIPES ET
COMPÉTITIONS eSPORT
SITESD’ACTUDUJEUVIDÉO
COMPARATEURS
GUIDESDEVOYAGE
LE BON
N°1AUBRÉSIL
N°2ENFRANCE
N°2AUMOYEN-ORIENT
PHOTOS :DR.
e n t e r t a i n m e n t
GAMING
MOVIES
N°1DANS 5 PAYS
GLAM
TRAVEL
FOOD
N°1DESPUREPLAYERS
SURL'ACTUSTARS
ENFRANCEETAU
MOYEN-ORIENT
N°1AU BRÉSIL
ET 1RE
COMMUNAUTÉ
CUISINE EN
FRANCE
N°1ACTU GAMING
EN EUROPE
N°1DE L'INFOMÉDIATION
VOYAGE EN FRANCE
Source:ComScoremmxmoyenneVU,janvier-juin2016.
FOCUSSURL'UNIVERS
France France
France Espagne
Allemagne Allemagne
Brésil Turquie
USA
FranceFrance
France
USA
France/All./Brésil Esp./Amériquelatine
Allemagne Allemagne
Allemagne
Allemagne
France/Brésil
Moyen-Orient
France Moyen-Orient
France/Brésil Moyen-Orient
France/All./UK Espagne
Italie France
France UK
France
Brésil
FOLIO
Brand
CB NEWS . 7 . DÉCEMBRE 2016
CHIFFRES
Zoom
TOP3ENESPAGNE
1 600
SALARIÉSWW
57%
ENFRANCE
RESSOURCES HUMAINES
100MVISITEURS UNIQUES MENSUELS
2 MDSMONDE DE VUES
52%
DESSALARIÉS
ONT-DE30ANS
PHOTOS :©CHRISTOPHEPANEPINTO.
ELRUBIUS	 ›	 22M
WILLYREX	 ›	 18M
VEGETTA777	 ›	 16M
TOP3AUBRÉSIL
KÉFERABUCHMANN	 ›	 10M
FELIPECASTANHARI	 ›	 8M
CHRISTIANFIGUEIREDO	 ›	 7M
/ MOIS
(2016VS2015)
+48%
CROISSANCE2016ATTENDUE
SURLESMARCHÉS
INTERNATIONAUX
+87%
ATTENDUESURLAZONE
MOYEN-ORIENT
+55%
SURLEMARCHÉBRÉSILIEN
TOP3DESYOUTUBEURSENFRANCE
ENMILLIONS D'ABONNÉSSURYOUTUBE
4 MTRAVEL
FRANCE 28 MVISITEURS UNIQUES MENSUELS
CYPRIEN
10M
NORMAN
8M
SQUEEZIE
7M
CHIFFRED’AFFAIRES
ENMILLIONS D'€
2013 2014 2015 2016(ATTENDUS)
45 60
175 230
AUDIENCES MOBILE
Source:MédiamétrieNetRatings,Internetglobal,moyenneVUjanvieràjuin2016,
etWebediaAnalyticsjuin2016.
MOBILE
(WEB+APPLICATIONS)
TABLETTE
(WEB+APPLICATIONS)
AUDIENCES
ENMILLIONS DEVISITEURSUNIQUESMENSUELS
6 MFOOD
7 MGLAM
6 MGAMING
13 MMOVIES
22BUREAUXPRÉSENTSDANS11PAYS :FRANCE,UK,USA,
ESPAGNE,ALLEMAGNE,BRÉSIL,UAE,SERBIE,LIBAN,IRANETTURQUIE
MOYENNED’ÂGE:
30,5ANS
10 M 8 M
46%
54%
Twitterview
CB NEWS . 8 . DÉCEMBRE 2016
Alicia Keys nouvelle adepte du no make-up ?
Why not? Je trouve ça bien si elle se sent
mieux comme ça. Très jolie et talen-
tueuse #JAiViréMonMaquilleur
#JeFaisDesEconomies #SoWhat
Un conseil à Donald Trump pour arranger sa
coupe de cheveu improbable ?
Les raser ? Franchement je ne sais pas quoi
dire mais côté teint je peux lui conseiller
2-3 trucs je pense  .
Le truc à ne surtout pas oublier quand on
part pour 6 mois dans l’espace, comme le
français Thomas Pesquet ?
Ma maman. Je la vois bien dans le rôle de
Matt Damon s'il nous arrive un truc.
Elle te fait un plat avec une tomate et une
pomme de terre.
La réouverture du Bataclan un an après les
événements du 13 novembre 2015 ?
Bravo à Sting, un grand artiste ! Ça fait froid
dans le dos mais la vie continue ...
All for love  .
Le mannequin challenge le plus dingue que
tu aies vu  ?
Le dog mannequin challenge ! Ahah, c'est à
mourir de rire ! La vidéo This dog's man-
nequin challenge est excellente !
Le fabuleux destin d’Amélie Poulain
adapté en comédie musicale à Brodway, tu
es partante ?
Ça ne me tente pas trop mais c'est Broadway,
donc pourquoi pas ?
Tu es plutôt “Quotidien” de Yann Barthes
ou “Touche pas à mon poste” d’Hanouna ?
Aucun des deux, je regarde rarement la TV.
Game of thrones et The Walking Dead me
prennent beaucoup de temps ;)
Une planche de l’album de Tintin “On a
marché sur la lune” vendue 1,5 M€, est-ce
bien raisonnable ?
C'est une blague ?? ok le prix d'une villa !
L’humanité qui ne devrait pas survivre plus
de 1 000 ans de plus sur Terre selon l’astro-
physicien Stephen Hawking, l’angoisse ?
Rien n'est éternel, pas même la Terre.
Franchement ça ne m'étonne pas, l'homme
ne respecte pas grand chose. C'est triste.
1,3 millions d’abonnés sur ta chaîne
YouTube, si on t’avait dit ça il y a 5 ans ?
J'ai du mal à réaliser encore aujourd'hui !
C'est fou ! Je me souviens que 500 abonnés
c'était déjà un truc de dingue pour moi !
SANANAS
SANANAS,
youtubeusebeauté
aux1,4millions
d'abonnés.
10 question� à
LESMEILLEURESRÉPONSESSONT
LESPLUSCOURTES.140SIGNES
PASPLUS.COMMESURTWITTER.
PHOTO :DR.
CB NEWS . 9 . DÉCEMBRE 2016
l paraissait pour le moins incongru il y a
encore six mois qu’au vu de sa position de
leader européen de l’entertainment
Webedia n’ait pas accéléré sur le e-com-
merce. C’est désormais chose faite avec le
rachatauprintempsdernierdeSurprizemi.
La société spécialisée dans la confection de box
surprises mensuelles livrées à domicile et com-
mercialisées par abonnement est parvenue à
faire sa place sur un secteur ultra concurrentiel
grâce à La Bonne Box, dédiée à l’épicerie fine
(2 500 abonnés/mois), et la Wootbox, estampil-
lée100 % geek, qui propose des goodies emblé-
matiquesdel’universdesjeuxvidéo,enpartena-
riatavecjeuxvideo.com(20 000abonnés/mois).
« ÀelleseuleWootboxréalise90 %denotrechiffre
d’affaires »indiqueJulienRadic,co-fondateurde
Surprizemi avec Maxime Lemarchand. C’est
dire si le produit est couvé par ses créateurs qui
fondent sur lui de gros espoirs à l’international
maintenant qu’il est distribué en Allemagne,
Belgique, Espagne, UK, et qu’une quinzaine
d’autresimplantationsestprogramméeen2017.
« Le contenu de la boîte est commun à tous les
pays, ce qui nous garantit un volume suffisant
pour négocier des exclusivités avec les licences
concernées, un critère essentiel aux yeux de nos
abonnés », précise Julien Radic.
Sur l’univers du food, La Bonne Box étant un
modèle moins facilement optimisable,
Surprizemis’estorientéverslemarchédel’ultra
frais en lançant il y a deux mois Illicofresco, un
servicedelivraisonàdomiciled’unpaniercom-
posé de produits frais et des recettes pour réali-
serlesplatsproposés.« Nousrépondonsàunvrai
besoin consommateur qui est le gain de temps
pour cuisiner », déclare Julien Radic, « et si nous
envoyons pour le moment une centaine de colis
par semaine nous visons à terme entre 20 000 et
30 000paniershebdomadaires,grâceentreautre
à la synergie que nous allons pouvoir créer avec
750g, qui nous permet de légitimer ce service ».
L’appétit venant en mangeant, un autre projet
vient compléter l’offre existante : la place de
marché alimentaire Pourdebon, lancée au
I
PHOTO :DR.
début du mois en association avec Chronofresh
byChronopost,servicedelivraisonquigarantit
le respect de la chaîne du froid. « Nous mettons
en relation directe les meilleurs producteurs et
artisans de France avec les consommateurs sou-
cieux d’une alimentation plus saine et plus goû-
teusedansunelogiquedecircuitcourt »,explique
Nicolas Machard, DG Délégué de Pourdebon,
qui entend travailler avec une centaine de pro-
ducteurs d’ici la fin du premier trimestre 2017.
Mais le projet le plus ambitieux du groupe
concerneincontestablementlesecteurGlamour/
Beauté sur lequel Webedia entend bousculer les
codesendéployantunenouvellemarquedecos-
métique100 %digitaledistribuéeendirectviasa
box beauté, Prescription Lab. « Le principe
consiste à proposer un nouveau type de box haut
degammequis'adresseauxjeunesfemmesCSP+,
soucieuses de la qualité des produits, qui met en
avantnotresélectiondemarquespremiumgrâceà
un univers très qualitatif, le tout en format vente
(et non échantillon) pour essayer plus longtemps
les produits avant de les adopter », confie Julien
Radic. Webedia Shopping Services entend
construire la notoriété de la marque à travers la
boxetmisesurlesinfluenceusesdugroupepour
enassurer la promotion.
E-COMMERCE:
THE BOX
Out of
c’est dans la boîte !
CB NEWS . 10 . DÉCEMBRE 2016CB NEWS . 10 . DÉCEMBRE 2016
INTERVIEW
La Grande
LAPRÉSIDENTEDUDIRECTOIREETLEDIRECTEUR
GÉNÉRALDUGROUPEMÉDIAAFFICHENTUNECONFIANCE
SANSFAILLEDANSLASTRATÉGIEADOPTÉEPARWEBEDIA
POURS’IMPOSERPARMILESLEADERSMONDIAUX
DEL’ENTERTAINMENT.
VÉRONIQUE MORALI / CÉDRIC SIRÉ
présidente du directoire et directeur général de webedia
UNGROUPEQUISEDONNE
WEBEDIAEST
LESMOYENSDESES
AMBITIONS
CB NEWS . 11 . DÉCEMBRE 2016
INTERVIEW
La Grande
…
PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
cbn_ Comment définiriez-vous Webedia
aujourd’hui et quels sont les piliers qui
font sa force ?
cédric siré _ La meilleure formule revient à dire
que nous sommes un éditeur digital vertical. Et
chacun de ces mots est important : comme l’in-
dique notre base line “engaging audiences with
passion”,notremétierdepublisherconsisteàras-
sembler, animer et engager des communautés
autour de contenus forts, centrés sur des points
de passion. Nous sommes par ailleurs des digi-
tal natives et nous resterons 100 % digital. Enfin
nousavonsoptépourunmodèleverticalcardans
un monde dominé par les GAFA il faut choisir ses
combats et acter humblement qu’on a tous perdu
la bataille de la puissance. La seule que l’on peut
gagner c’est celle de l’affinité. Nous avons donc
choisi des thématiques sur lesquelles nous avons
les moyens et les actifs pour rivaliser contre les
géants du Web.
véronique morali_ S’ajoute à cela la dimension
internationale qui est profondément ancrée dans
notre ADN. Sa présence dans une dizaine de pays
fait aujourd’hui de Webedia l’un des leaders mon-
diauxdel’entertainment.
cbn_ À ce sujet, qu’est ce qui explique que vous
ne soyez pas encore présent en Asie ?
cédric siré _ Quand on mène une stratégie inter-
nationale, la priorité c’est d’être solide sur ses
bases.Nousavonsbeaucoupœuvrésurlerestedu
mondedepuistroisanspouryparvenir.L’Asie,on
yseracertainementunjouroùl’autrecarledéve-
loppement de l’eSport nous y conduit naturelle-
ment. Mais trouver sa place là-bas est compliqué.
Ilyadesgéantsasiatiquesquisontaumoinsaussi
puissants que les géants américains et c’est un
marché totalement centralisé au niveau des au-
torités. La marge de manœuvre est donc limitée.
cbn_ Webedia s’est développé sur un modèle
de bild-up en multipliant les acquisitions.
Quelle est la logique de cette stratégie ?
Êtes-vous aujourd’hui en mode pause ?
CB NEWS . 12 . DÉCEMBRE 2016
INTERVIEW
La Grande
gieschoisies,ainsiqu’unprojetfortetconsensuel.
Chez Webedia, il n’y a aucune synergie subie. On
n’oblige à rien. Le respect de l’entrepreneur passe
parlefaitqu’onopèretoutavecagilité.
véronique morali_ Notre objectif est de fédérer
lesentrepreneursquinousrejoignentautourd’un
projet commun tout en donnant à chacun la pos-
sibilitédedéveloppersonactivité.
L’une de nos forces est d’être très réactif, ce qui
nous permet d’agir vite dès lors qu’un projet se
dessineetquesonintérêtestpartagé.
cbn_ Vousconsidérezvoussuffisammentarmés
pouraffronterdansladuréelamenacedesgafa ?
cédric siré _ Sur les verticaux que nous avons
choisis, nous avons les moyens de nos ambitions.
Nousnoussommesparailleurspositionnéssurles
espaces laissés libres par leur approche très glo-
bale. Là où ils travaillent la notoriété en tentant
demaximiserlacouverturedechaqueimpression
publicitaire, nous jouons sur la désirabilité en es-
sayant de construire des dispositifs qui intègrent
des dynamiques créatives, de contenu, de data
thématique, d’influence… qui sont des sujets sur
lesquelsilsnevontpas.
cbn_ N’est-cepascompliquédebâtirungroupe
endevantsanscesses’adapteràdesrévolutions
digitalesmajeures,tellesquecellesdumobile,
dusocial,duprogrammatique,delavidéo…
cédric siré _ La question ne se pose pas en ce
sens. Nous n’avons pas le choix ! Nous sommes
obligés de nous adapter à une réalité dictée par
les nouveaux usages des internautes. 2015 a, par
exemple, été l’année où les audiences de tous nos
sites est devenue majoritairement mobile. Ce qui
nous a amené à revoir les process de production
du groupe pour les rendre mobile-first et faire en
sorte que notre pôle mobile alimente toutes les
entités,quellequesoitlaproblématique.
cbn_ Quelenjeureprésenteleprogrammatique
pourvous?
cédric siré _ Ce n’est pas un sujet que nous abor-
donsd’unpointdevueoutil,maisdavantagemar-
keting. Dans un modèle vertical comme le nôtre,
cela implique d’avoir les meilleures datas et de les
exploiter avec intelligence en réinjectant toute la
connaissanceissuedenosuniversdansnosoutils.
Au-delà de garantir une meilleure protection de
nos données, le partenariat que nous avons noué
avec Tradelab nous permet justement d’offrir une
dimensionuniquedeciblageetdereachauxachats
médiaprogrammatiquessurnosverticales.Enfait,
“ NOTREOBJECTIF
ESTDEFÉDÉRERLES
ENTREPRENEURS
QUINOUS
REJOIGNENT
AUTOURD’UN
PROJETCOMMUN ”
cédric siré _ Ce mouvement de consolidation
ne répond en aucun cas à une stratégie de porte-
feuille ; c’est un modèle industriel basé sur 5 thé-
matiques choisies : le cinéma, les jeux vidéo, le
food,leglamouretletourisme.Surchacuned’elles
nous visons les leaders en termes d’audience afin
debâtirdessusnotrebusinessmodelquireposesur
troispiliers:lapublicité,leserviceauxmarqueset
le e-commerce. Toutes les acquisitions rentrent
danscecadreextrêmementstructuré.
véronique morali_ Cette dynamique de crois-
sance s’inscrit dans un cadre cohérent de rami-
fication et de création de la chaîne de valeur
sur nos verticales. Nous partageons avec notre
actionnaire Fimalac un esprit très entrepreneu-
rial. Nous menons donc les deux formes de crois-
sance - organique et par l’achat - en parallèle, en
cherchantlebonéquilibre.Concernantuneéven-
tuelle pause dans nos acquisitions, je dirais que
l’on n’est jamais au bout d’une logique d’acquisi-
tion et de croissance quand on est entrepreneur.
Nous continuerons donc de nous intéresser aux
domainesquiportentlacroissancededemain.
cbn_ Qu’estcequifaitquel’alchimieopèresi
bienentrelesdifférentesentreprisesquevous
intégrez ?
cédric siré _ Trois choses y contribuent : un mo-
dèled’intégrationextrêmementsouple,dessyner-
PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
CB NEWS . 13 . DÉCEMBRE 2016
INTERVIEW
La Grande
mois sur nos sites, nous n’en avons quasiment
pas. Par ailleurs nous exploitons les 30 % d’es-
paces adblockés sur nos sites pour faire la pro-
motion sans frais de nos produits.
cbn_ Justement, quel regard portez-vous sur
les adblocks ?
cédric siré _ Le phénomène ne devrait qu’aug-
menter et provoquer des ravages. Mais ce n’est
pas un problème qui pourra être résolu de ma-
nière individuelle. Malgré tout, notre modèle y
estmoinsexposépuisquenousbasonslapublicité
surlecontenu,l’influenceetl’hyperdataafindela
rapprocherdel’intérêtdesgens.Cequimefrappe
c’est que nous évoluons dans des métiers où les
frontières deviennent extrêmement poreuses
entre celui d’éditeur, de média, d’agence, de ré-
gie… Il n’est plus possible aujourd’hui de distin-
guerlestâchescarlesadblockstuentcettechaîne
ou l’on séparait jusqu’ici le travail en quatre ou
cinq activités. Nous nous dirigeons vers la nais-
sance de modèles hybrides, un peu, média, un
peu agence, un peu régie, un peu commerçant…
qui mêleront toutes ces composantes pour conce-
voir des stratégies digitales intelligentes. Les
mouvements opérés sur le marché par les grands
groupesmédiasactuellementenattestent.
véronique morali_ Tout l’enjeu est d’inventer de
nouveaux modèles publicitaires qui permettront
de contourner la captation de la valeur par les
GAFA et la façon dont les Millenials envisagent
aujourd’hui la publicité. Ce qui revient à stopper
lesmodèlesinterruptifs.
l’enjeupournousestquel’onsoitdavantageconnu
pour être des spécialistes verticaux y compris sur
leprogrammatiquequecommedesspécialistesdu
programmatiqueàproprementparler.
cbn_ L’avènementdelavidéoestunenjeu
majeursurlequelvousmisezénormément…
cédric siré _ Le sujet de la vidéo sur internet est
avant tout un sujet d’incarnants. Avec le rachat
de Mixicom et la prise de participation dans
Paramaker au Brésil l’an dernier nous nous
sommes effectivement donné les moyens de de-
venirundesleadersmondiauxdusecteureninté-
grant quelques-uns des meilleurs talents du Web,
qui représentent en cumulé plus de 2 milliards de
vidéos vues chaque mois. Cette révolution nous a
également amené à transformer nos rédactions
pour qu’elles acquièrent de nouvelles compé-
tences et la prochaine étape concerne notre capa-
citéàprofiterdesdynamiquesliéesaulive.
véronique morali_ Cette montée en puissance
dans la vidéo nous permet par ailleurs de créer
des passerelles vers les médias traditionnels.
Puisque nous partageons le même ADN enter-
tainment avec certaines entités de notre action-
naire et que nos talents émettent de plus en plus
le désir de se tourner vers d’autres supports que
le web, comme le cinéma, la télévision ou l’édi-
tion, nous allons être amenés à les accompagner
danscesnouvellesvoies.Notreengagementdans
l’eSport en est une parfaite illustration. Nous ai-
mons avoir ce temps d’avance en étant là où les
Millenials sont, ce qui nous amène à sortir du pé-
rimètre digital pour devenir un groupe plurimé-
dia dans l’entertainment.
cbn_ Vousn’avezréellementaccélérésur
lee-commercequ’en2016,pourquoisitard?
cédric siré _ Nous avons pris le temps de choisir
quelle sorte de e-commerce nous souhaitions
faire car les modèles sont souvent déficitaires.
Nous nous sommes donc interrogés pour savoir
comment être rentables. Or il y a deux manière
d’y parvenir : d’abord ne pas avoir de stock, ce
qui implique de vendre des produits dématéria-
lisés, comme on le fait en vendant du e-billet sur
AlloCiné ou en créant la nouvelle place de mar-
ché alimentaire « Pour de bon »; soit d’avoir une
prévisibilité pour les approvisionnements, d’où
la logique d’abonnement à nos box conçues par
Surprizemi (Webedia Shopping Services).
Le deuxième enjeu était de limiter les coûts d’ac-
quisition du client. Or nos clients étant les
28 millions de personnes qui se rendent chaque
“ LESUJETDE
LAVIDÉOSUR
INTERNETEST
AVANTTOUT
UNSUJET
D’INCARNANTS”
PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
INTERNATIONALE
Implantation
CB NEWS . 14 . DÉCEMBRE 2016
RIO DE
JANEIRO
SAO PAULO
46
151
Staff
*VU:nombredevisiteursuniquesenmillions,moyennes
janvier-juin2016issuesdesmesuresderéférencelocales
(Médiamétrie/NetRatings,comScore,AGOF,Gemius,
EffectiveMeasures)oudesdonnéesanalytics.
MOVIES
GAMING
GLAM
TRAVEL
FOOD
MANAGER:
CYRYLLE REBOUL
BRÉSIL VU*
12,4
1,8
5,6
2,5
-
19,0
0,3
TOTALDESVU 39,9 M
WEBEDIA
NEW-YORK
100
LOS ANGELES
4
MANAGER:
JULIEN MARCEL
USA VU*
0,1
6,0
TOTALDESVU 6,1 M
La galaxie
WE
CB NEWS . 15 . DÉCEMBRE 2016
BEYROUTH
104
ISTANBUL
BERLIN
MUNICH
100
85
15
FRANCE VU*
13,1
5,0
1,0
0,6
5,5
5,9
VU*
MADRID
46
MANAGER:
HERVÉ CUVILIEZ
MOYEN-
ORIENT VU*
4,0
2,3
1,9
0,7
1,2
TOTALDESVU 9,2 M
MANAGER:
NICOLAS JOHN
4,0
3,7
2,5
1,6
0,9
0,7
0,5
0,5
TOTALDESVU 9,0 M
ALLEMAGNE VU*
MANAGER:
YALCIN PARMAKSIZ
TURQUIE VU*
4,3
DUBAÏ
35
TÉHÉRAN 6
BELGRADE
30
ESPAGNE VU*
4,4
1,7
1,3
0,6
1,2
TOTALDESVU 7,0 M
MANAGER:
ANTONY DUMAS
ITALIE VU*
0,5
0,8
TOTALDESVU 1,0 M
PARIS
900
3,0
0,9
1,8
1,6
3,8
TOTALDESVU 27,6M
CB NEWS . 16 . DÉCEMBRE 2016
D'EXPAT
Parole
ays le plus peuplé
d’Amérique latine
avec 200 millions
d’habitants, le Brésil
est aussi celui qui
rassemble le plus
grand nombre d’internautes :
76 millions, soit 13,2 % de la
population latino-américaine.
Raides dingues de foot, les
Brésiliens sont aussi accros aux
réseaux sociaux, leur taux de
pénétration parmi la population connectée
atteignant 86 % (vs 74 % pour les États-Unis).
Il était donc naturel que Webedia en face un
marché privilégié à l’international. « Lorsque
nous y avons pris pieds en 2012, le pays possé-
dait toutes les caractéristiques que nous recher-
chions à l’époque », indique Cyrille Reboul,
CEO de Webedia Brésil. « L’anglais n’y est pas
la langue principale, le marché était concentré
autour de portails généralistes qui représen-
taient environ 70% des investissements publici-
taires display et l’écosystème digital de
publishing était très peu consolidé ». En y regar-
dant de plus près, on peut même affirmer que
le Brésil est le pays où ont été développées le
plus grand nombre de “briques” du modèle
Webedia français.
De 2012 à 2015, le groupe s’y développe de
manière organique en lançant ses deux verti-
caux Purebreak et Purepeople, aujourd’hui le
2e
 plus gros site brésilien d’actualité célébrités/
glamour avec 18 millions de visites mensuelles.
PHOTO :DR.
L’AUDIENCE
DESSITESDU
GROUPEWEBEDIA
RASSEMBLE 40 %
DESINTERNAUTES
BRÉSILIENS.
CYRILLE REBOUL
ceo de webedia brésil
DU DIGITAL
« Nous avons également démarré nos activités de
brand services avec un premier contrat pour
L’Oréal qui nous est resté fidèle. Si bien qu’au-
jourd’hui nous réalisons 100% de la production
de contenus digitaux de la marque qui pèse pour
plus du tiers de notre activité locale », poursuit
Cyrille Reboul.
Après le rachat d’AlloCiné (AdoroCinema là-
bas), Webedia Brésil fait le plein de nouveaux
actifs en rachetant en 2015 le leader local du
contenu cuisine/recettes Tudogostoso
(66 millions de visiteurs uniques par mois).
« Cette acquisition nous a permis d’atteindre
une taille critique et de rentrer dans le top 10
des groupes digitaux au Brésil », se félicite le
patron local du groupe.
La montée en puissance s’est poursuivie avec
le rachat du Paramaker, premier réseau de
chaînes YouTube au Brésil qui compte
5 000 chaînes et plus de 550 millions de vues
mensuels ; puis, début 2016 de Digital Stars,
le Mixicom brésilien, qui gère 4 des 5 plus gros
influenceurs locaux. Avec 39,9 millions de
visiteurs uniques sur ses sites propriétaires,
Webedia Brésil est aujourd’hui une place forte
à l’influence grandissante.
Pour 2017, la priorité sera donnée au e-com-
merce et à l’eSport : le groupe a lancé sa divi-
sion sport électronique il y a deux mois en
s’appuyant sur la marque IGN et prévoit d'inau-
gurer une Arena à São Paulo fin janvier 2017.
« Un studio d’enregistrement qui nous permettra
d’être complètement autonomes sur la produc-
tion d’événements », indique Cyrille Reboul.
P
LEBRÉSIL,
PLACEFORTE
internationale
CB NEWS . 17 . DÉCEMBRE 2016
TOURISME
Focus
JEAN-PIERRE NADIR
président fondateur d'easyvoyage
TROTTEUR
Globe
nternet est aujourd’hui une source d’infor-
mationessentiellepourlapréparationd’un
séjour de vacances. 77 % des Français le
consultent en ligne1
, le plus souvent pour
comparer les prix et rechercher les meil-
leures affaires, visualiser les lieux, compi-
ler des informations pratiques et préparer leur
itinéraire. L’internaute français visite en
moyenne 8 sites et passe 2h et 5mn sur des sites
de vente de voyages avant d’acheter. Tant et si
bien que son son parcours d’achat dure en
moyenne55,8 jours2
.Àl’arrivée,lesecteurpèse
pour 1/3 du chiffre d’affaire du E-commerce
français. S’y positionner paraissait donc couler
desourcepourWebedia,lerachatd’Easyvoyage
àl’été2015faisantdeluiunnouveaupoidslourd
de l’industrie du e-tourisme. « Le secteur est très
dynamique et les opportunités de développement
médiasontnombreusessil’onsaitcréerlesbonnes
synergies entre les différents leviers d’audience »,
reconnaîtJean-PierreNadir,présidentetfonda-
teurd’Easyvoyage.Pionnièredel’infomédiation
SPÉCIALISTEDEL’INFOMÉDIATION,
EASYVOYAGESEPOSEENAMBASSA-
DEURDEL’E-TOURISMEFRANÇAIS.
audébutdesannées2000,l’entreprises’estbâtie
au fil du temps une solide expertise en couvrant
l’ensembleduspectredel’activité:contenuédito-
rial, comparateur de prix, notation des hôtels de
séjours,générationdecontenuparlesutilisateurs
(UGC), sites de bons plans en ligne. Un savoir-
fairequileplaceaujourd’huiau5e
rangduclasse-
ment des sites français de voyage avec une
audience de plus de 3 millions de visiteurs
uniques3
etunchiffred’affairesde22 M€.« Notre
ambitionestdecréerunmaximumdeportesd’en-
tréesurlewebdanslesecteurduvoyageendétenant
touteslesinformationsutilesauxvoyageursetainsi
decréerunécosystèmedontl’internauten’aaucune
raison de sortir », indique Jean-Pierre Nadir.
Au-delà de s’assurer un avenir serein face à une
concurrence de plus en plus féroce, Easyvoyage
profitedésormaisdel’expertisedeWebediadans
le dévelopement d’audiences sur Internet pour
étendre encore un peu plus son influence et sus-
citerl’engagementdesinternautes,notammentà
l’international.DucôtédeWebedia,l’acquisition
d’Easyvoyage renforce son offre tourisme née
aveclacréationde“LeBonGuide”,sitedepromo-
tiondeladestinationFrance.
Amélioration du référencement naturel, optimi-
sationdesbasesdedonnéese-mailing,accroisse-
ment des performances en social media… En
ralliantWebedia,Easyvoyages’estdotédesoutils
nécessaires pour s’inscrire dans une nouvelle
dynamique. « L’arrivée de Google flight  Hôtel
ainsi que les forts investissements télé des princi-
pauxacteursnousavaientplacésdansuneposture
de résistance et nous voilà désormais repartis à
l’offensive »,seréjouitJean-PierreNadir.
I
1
ÉtudeOpodo2016
réaliséeparlecabinet
RaffourInteractif.
2
Source : Google.
3
Sources :
Médiamétrie /
NetRatings, Internet
Global, juillet 2016.
Déduplication
Easyvoyage + Officiel
des vacances.
ÇA VAUT
le voyage
PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
CB NEWS . 18 . DÉCEMBRE 2016
cbn _ L’ambitiondelaSNCFestdedevenirun
transporteurdigital,qu’est-cequecelasignifie
réellement?
guillaume pepy_ Cette expression signifie que
le digital est au cœur de notre activité de trans-
porteuretqu’ilestaujourd’huilelevierprincipal
de transformation de l’entreprise. Au-delà du
e-commerce et de la relation client, l’ambition
du plan lancé il y a 20 mois est de mettre le digi-
tal au service de la performance à travers trois
thèmes principaux : le digital pour la relation
clients, le digital pour tous les salariés et l’inter-
netindustriel.Cedernierestsansaucundoutele
chantierleplusprometteurpourl’entreprisecar
il nous permet de réinventer une grande partie
denotreproductionindustrielle.Grâceauxtech-
nologiesdel’internetetauBigdatanoussommes
désormais en mesure d’assurer une mainte-
nance prédictive des infrastructures grâce à des
outils nouvelle génération qui nous permettent
de contrôler plus efficacement le réseau ferré,
nos trains etnos gares.
LEPATRONDELASNCFVEUTEMBARQUER
TOUSSESSALARIÉSDANSLETRAIN
DELATRANSFORMATIONDIGITALE.
GUILLAUME PEPY
président du directoire de la sncf
TÉMOIN
Le grand
DELAVIEDEL’ENTREPRISE
CHACUN
acteur
REND
LENUMÉRIQUE
CB NEWS . 19 . DÉCEMBRE 2016
PHOTO :DR.
cbn _ Comment avez-vous embarqué l’interne
danscesprogrammes?
guillaumepepy_ Pardesinitiativesquiontpermis
àchacundansl’entreprised’êtrepartieprenante
du projet. La plus audacieuse a été la création en
débutd’année2016del’application“InfosNégo”,
conçue par Webedia, destinée à informer les sa-
lariés des négociations sur le nouveau régime de
travail.Elleaenregistré55 000téléchargements
en 3 mois et plus de 1 500 commentaires y ont
étédéposés,libérantainsilaparoledenombreux
salariés du groupe. Son succès nous a d’ailleurs
amenés à rationaliser l’écosystème d’informa-
tion interne du groupe en développant une nou-
velle appli baptisée “Les infos”, qui permet aux
salariésd'obteniruneinformationpersonnalisée
surleboncanaletaubonmoment.
cbn _ Concrètement,quelestl’apportdeces
initiativesdanslaviedel’entreprise?
guillaume pepy_ Leur impact est visible sur au
moins trois domaines sur lesquels nous n’étions
pas suffisamment efficaces au-
paravant : la transparence, l’in-
teractivité et la valorisation du
rôledechacun.
Avec la création “Les infos” les
salariés se sont sentis acteurs de
l’actualité de l’entreprise alors
qu’auparavant ils se sentaient
spectateurs. Cette application
permet à chacun de créer son
propre itinéraire dans la re-
cherche d’informations selon le
métier exercé, son ancienneté
dans l’entreprise, les questions qu’il se pose, etc.
Sa force est de faire en sorte que chacun puisse
se dire : “elle est faite pour moi”, en identifiant
les sujets qu’il veut suivre et les outils qu’il veut
utiliserpouryparvenir.J’ajoutequepourl’enca-
drement ces informations sont précieuses, elles
sontunsupportdumanagement.
cbn _ Enquoil’apportdeWebediavousa-t-il
étéutile?
guillaume pepy_ Le point essentiel auquel nous
nous sommes attaqués avec leurs équipes est
de faire en sorte que le digital au sein de l’en-
treprise ne soit pas l’apanage de quelques-uns.
Nous avons par exemple conçu et lancé il y a
déjà presque 3 ans une communauté interne
dédiée à cette “évangélisation” du digital par
la démonstration souvent très concrète, entre
collègues, de l’intérêt du travail collaboratif per-
mis par le digital. Très vite, nous avons pu nous
appuyersur7500collaborateurscommeautant
d’ambassadeursdesenjeuxetdessolutionsdigi-
tales. Aujourd’hui, la plateforme a changé mais
regroupe plus de 30 000 agents SNCF, en de-
hors de tout positionnement hiérarchique, qui
pensent et créent des outils digitaux véritable-
ment opérationnels au quotidien. La question
que nous nous posons toujours en permanence
est comment embarquer à bord nos clients et
nosagentsdesortequel’onn’oubliepersonneen
routeetqu’onavanceleplus vitepossible.
cbn _ Oùenêtes-vousdansl’avancéedes
chantiersquiconcernentl’améliorationde
l’expérienceclientdesvoyageurs?
guillaume pepy_ L’appétit digital de nos voya-
geurs est inextinguible. Concernant le sujet de
la connectivité, la promesse sur laquelle nous
nous sommes engagés est de faire en sorte que
90 % des voyages en train soient couverts en
Wifi d’ici 2020. Grâce aux efforts fournis par les
opérateurs,OrangeetSFRen
tête, la couverture des lignes
à grande vitesse en 3G et 4G
avance bien. Celle des tun-
nels également. L’épreuve de
vérité est programmée en
janvier 2017 avec une offre
de couverture Wifi dans le
TGV disponible sur les trajets
Paris-Lyon dans un premier
temps, puis Paris-Bordeaux
dèsjuillet.
cbn _ Verra-t-onunjourdescontenus
contextualisésadressésauxvoyageursdurant
leurtrajetentrain?
guillaume pepy_ Nous menons des expérimen-
tations qui s’en rapprochent, telles que l’appli
“G envie”, qui informe les utilisateurs sur tous
les services que les gares peuvent offrir en fonc-
tion de leur temps disponible avant leur trajet,
deleursenviesetdeleurlocalisation.Desoffres
de « sociabilité » à bord de l’iD TGV sont aussi à
l’étude, pour permettre à des voyageurs parta-
geant le même centre d’intérêt de se retrouver à
bord du train dans le cadre d’une communauté
éphémère. Mais il ne faut pas oublier que pour
une majorité de gens le temps passé en trans-
port doit être du temps utile sur lequel ils sou-
haitent garder la main. Difficile dans ces condi-
tionsd’imaginerlesperturbersciemmentparde
la publicité, aussi bien adressée soit-elle.
“ LEDIGITALAUSEIN
DEL'ENTREPRISE
NEDOITPASÊTRE
L'APANAGEDE
QUELQUES-UNS.”
TÉMOIN
Le grand
CB NEWS . 20 . DÉCEMBRE 2016
Les amis dont je ne pourrais pas me passer
Ce sont tous des gens avec qui je travaille
au quotidien. Chef Christophe, mon com-
pagnon de route sur 750g et Chef Régis,
qui collabore avec moi sur les vidéos de
pâtisserie du site et que je côtoie depuis
plus de 20 ans.
J’habite…
À Soissons, dans une maison où je re-
trouve ma famille le temps des week-ends
car en semaine je suis plutôt parisien.
Jecirculeen…
VTC, ce qui me coûte très cher, mais
j’espère bientôt me « scooteriser ».
Madeviseauboulot
Sois sérieux mais ne te prends pas trop
au sérieux.
Maplusgrossebâcheprofessionnelle
À 23 ans j’ai organisé un banquet de
1 000 personnes sans aucune expérience
de traiteur, et le résultat s’est avéré très,
très moyen.
J’ai eu la honte de ma vie et me suis
fait punir pour m’être montré trop
prétentieux.
Maplusgrandefiertéprofessionnelle
Chaque projet que je concrétise. Les
derniers en date sont mes restaurants
« 750g, La Table ».
En 17 mois j’en ai ouvert trois dont
le dernier en date il y a un mois à
Boulogne-Billancourt. J’en tire une
grande fierté car je vois cela comme un
accomplissement.
Madestinationdevacancespréférée
L’Italie, avec une préférence pour Venise,
Rome et la côte amalfitaine.
DAMIENDUQUESNE,CHEF
EMBLÉMATIQUEDE750G,NE
COMPTEPASSESHEURESPOUR
ASSOUVIRSAPASSIONDELA
CUISINE.SONPROFILLEPROUVE.
DAMIEN
CHEF
Vue de l'exposition
Er Xi, Air de Jeux
de Ai Weiwei.
CB
Profil
PHOTO :DR.
CB NEWS . 21 . DÉCEMBRE 2016
PHOTO :DR.
Mondresscode
Il n’est pas très original. Comme je tra-
vaille 18 heures par jour, c’est jean, basket
et veste de cuisine. Et quand je veux être
élégant je mets un sweat dessus…
MonprogrammeTVoumasérieculte
avouableetinavouable
Je ne regarde quasiment jamais la télévi-
sioncarjen’aiabsolumentpasletemps.J’ai
toutefois pris le temps de savourer la série
« En immersion » sur Arte, que j’ai adorée.
L’avantage c’est qu’elle était courte, en
quatre épisodes seulement.
Mes3filmscultes
« Mauvais sang » de Leos Carax,
« Playtime » de Tati, que j’ai vu 50 fois, et
« Inglourious Basterds » de Tarantino.
Marecettepréférée
Leroumazave,unesortedebouillondepot
au feu au gimgembre et au brèdes. C’est le
platnationalmalgachequej’aimangétoute
monenfancepuisquejesuisné là-bas.
Le site de recettes de cuisine 750g fondé
en 2004 par Jean-Baptiste Duquesne, frère
du Chef Damien Duquesne, est la première
communauté de passionnés de cuisine, avec
5,5 millions de visiteurs uniques mensuels,
et 10 millions d’inscrits à ses pages sociales.
Cette success story à la française, qui a re-
joint Webedia en 2014 est présent à l’interna-
tional dans une dizaine de pays, se décline en
presse grâce à « 750g Le Mag » en partenariat
avec Mondadori, et en produits dérivés avec
une gamme d’ustensiles, accessoires et livres
de recettes. En août 2015, Chef Damien
ouvre le restaurant 750g La Table, rue de
Vaugirard dans le XVe
arrondissement de
Paris, puis rue de Turbigo dans le IIIe
arron-
dissement. Un troisième a récemment ouvert
ses portes à Boulogne-Billancourt.
LASUCCESSSTORY
LES AMIS
DÉTERMINANTS
DANS MON
PARCOURS…
J’ai appris
la cusine
avec ALINE
ROCQUE, une
femme chef
autodidacte
qui m’a initié
à la cuisine
familiale.
CLAUDE
DARROZE,
avec qui
j’ai fait mes
premiers
pas dans la
gastronomie.
GEORGES
ROUX,
un grand
monsieur
de 80 ans,
figure de la
gastronomie
française,
toujours au
fourneaux
pour aider,
conseiller et
former des
jeunes, des
amis, des
confrères...
Mon père
spirituel.
Macantinepréférée
« L’ami Jean » de Stéphane Jégo, rue Malar
dans le 7e
arrondissement de Paris, qui dé-
clineavectalentleconceptdebistronomie.
Monderniercoupdecoeurartistique
L’exposition«ErXi,AirdeJeux»,del’artiste
chinoisAiWeiwei,présentéeendébutd’an-
née au Bon Marché Rive Gauche. Je n’avais
jamais vuça.Untalentextraordinaire.
Facebooketmoi
Je suis fan. Je m’y rends tous les jours ma-
tin, midi et soir, uniquement à titre pro-
fessionnel. J‘entretien mon réseau, je réa-
lise des vidéos, et ça me permet aussi de
garder un lien avec mes anciens élèves du
Lycée Hôtelier de Soisson, où j’enseigne
depuis plusieurs années.
CB
Profil
CB NEWS . 22 . DÉCEMBRE 2016
cbn _ Webediaachangédedimensionces
troisdernièresannées,quelaétél’impactde
cettemétamorphosesurl’activitédelarégie ?
michèle benzeno_ Nous avons pris le pari de la
verticalisation, en devenant leader sur les sec-
teurs du Cinéma, du Jeu Vidéo, de la Cuisine
et du Glamour sur lesquels nous intervenons
sur l’ensemble du mix digital.
Cela nous confère une capacité unique à cap-
ter les passions des individus au travers de nos
contenus et services, à y générer de la désira-
bilité pour les marques, et à accompagner les
consommateurs au plus près de l’acte l’achat.
La valeur écrin de nos environnements
médias positionne les annonceurs dans un
contexte premium où l’attention est positive,
ultra-contextualisée et cohérente aux terri-
toires de marques. Des facteurs d’émergence
uniques dans un marché où la course effrénée
au reach délaisse la qualité du contexte, pour-
tant vecteur d’efficacité.
La croissance rapide du Groupe nous a ame-
né à intégrer de nouvelles compétences et à
repenser nos activités traditionnelles de régie
qui ne sont plus qu’une brique de notre offre
globale. Nous sommes désormais un intégra-
teur multi-métiers, un architecte de solutions
intégrées qui propose, par son expertise et sa
proximité avec les acteurs de l’industrie du
divertissement, des activations multiples.
cbn _ Quelssontlesenjeuxdecette
transformation?
michèle benzeno_ Notre challenge est de
créer des synergies entre tous nos métiers,
en préservant les expertises et la chaîne de
valeur de chacun d’eux, dans la plus grande
cohérence avec les enjeux de nos parte-
naires : activations média contextualisées,
audience planning et data, mécaniques d’in-
fluence, émergence organique en SEO et so-
cial, production audiovisuelle et événemen-
tielle, services et solutions BtoB...
cbn _ Cettemutationinduit-elleune
réorganisationmanagériale?
michèle benzeno_ La métamorphose du
groupe nous impose de remodeler les orga-
nisations, ressources et compétences, ainsi
que le mode de collaboration avec nos par-
EN3ANS,LEGROUPEATOTALEMENTREPENSÉ
SESACTIVITÉSTRADITIONNELLESDERÉGIE.
MICHÈLE BENZENO
directrice générale en charge des revenus
MÉTAMORPHOSE
Entretien
NOUSSOMMESUN
INTÉGRATEUR
MULTI-MÉTIERS
CB NEWS . 23 . DÉCEMBRE 2016
tenaires, en miroir d’un marché qui évolue
en ce sens : le marketing se rapproche du
produit, l’expérience client est au centre des
considérations, et le digital réconcilie tous
les points de contacts.
Au cœur de notre organisation opèrent des
commerciaux multi-leviers et des consul-
tants experts sectoriels qui maîtrisent l’éco-
système des industries où nous sommes lea-
der. Ils ont pour mission de représenter tous
nos savoir-faire, et d’apporter de la cohé-
rence dans les solutions proposées pour leur
conférer plus d’efficacité et de qualité. Ils
s’appuient sur des experts research et marke-
ting, spécialisés par verticale et en relation
étroite avec les équipes commerciales.
Nous allons accentuer en 2017 cette logique
tout en préservant nos expertises spécifiques
sur le mobile, le programmatique, les talents,
le social et l’eSport.
cbn _ Celaimpliqueégalementunnouveau
modèled’organisationpourfluidifierla
productiondevoscontenus.
michèle benzeno_ Nous mettons en place un
service Delivery  Measurement chargé d’ac-
compagner la diversification de nos activités
et d’assurer le suivi, la mesure et le reporting
des dispositifs.
Hier, nous étions en charge de produire des
sites, d’y diffuser des contenus et formats
publicitaires. Aujourd’hui nous sommes res-
ponsables d’un écosystème
étendu qui comprend dis-
positifs médias aux scé-
narisations data évoluées,
activations de talents,
dispositifs événementiels
digitaux et physiques, pla-
teformes de ticketing très
riches en insights…
cbn _ Vousêtesdoncdésormaisbienplus
qu’unmédia?
michèle benzeno_ Tout à fait. Le Groupe
Webedia intègre les filières et participe au
développement des industries dans lequel il
est engagé. Sur le Cinéma, nous proposons
des sites, applications et systèmes de billette-
rie pour les exploitants de salles, et sommes
le premier fournisseur mondial de données,
(horaires et programmation) auprès des
studios et des GAFA. Sur le Gaming, nous
développons l’industrie du eSport avec des
clubs eSportifs (en accompagnant notam-
ment le club PSG eSports), un organisateur
d’événements, et la gestion de joueurs et ta-
lents. Dans l’univers du Food, nous sommes
proches des plus grands chefs via l’Académie
du Goût, nous avons développé la première
communauté sociale avec 10 millions de fans
et ouvert trois restaurants 750g pour tou-
jours plus de liens entre digital et physique.
cbn _ Lecontentmarketingest-illameilleure
armecontrelesadblocks?
michèle benzeno_ C’est l’approche contenu-
data-influence qui fonctionne. Notre socle de
data est l’un des plus qualifiés du marché :
via notre DMP, nous collectons en continu
sur tous les devices des informations sur les
univers du cinéma, du gaming, de la cuisine.
En découlent plus de 200 segments basés
sur les comportements de navigation, de
transaction, d’interactions sociales… et une
capacité à trouver des profils thématiques
très différenciant dans des volumes considé-
rables : assidu ou occasionnel cinéma, joueur
console ou PC, fan de salé ou sucré etc. Nous
en maîtrisons aussi la monétisation grâce
au partenariat noué avec Tradelab et son
approche d’audience planning unique sur
100% du web Français, via des algorithmes
qui tiennent compte des particularités des
cycles de vie des industries et qui intègrent
la problématique d’adblocking.
“ LAVALEUR
ÉCRINDENOS
ENVIRONNEMENTS
MÉDIASPOSITIONNE
LESANNONCEURS
DANSUNCONTEXTE
PREMIUM. ”
PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
CINÉ
L'invité
CB NEWS . 24 . DÉCEMBRE 2016
50
our mesurer l’impact de la révolution
digitale sur le métier de distributeur
dans le cinéma, la solution la plus fun
serait sans aucun doute d’effectuer un
trajet de 10 ans en arrière au volant de
laDeLoreanconduiteparMartyMcFly
dans“Retourverslefutur”,etredécou-
vrir comment était assurée la promotion des
films sans l’appui des médias sociaux.
Car leur explosion a multiplié les points de
contact et a transformé une logique de pure
audience média en la couplant à la nécessité de
l’engagement, de la conversation et de l’in-
fluence entre communautés, les spectateurs
devenant des ambassadeurs.
Silabandeannoncedemeurelaprincipalearme
de persuasion massive des distributeurs,
Facebook, Twitter, Instagram ou encore
Snapchatsontdésormaisdesvecteursessentiels
à la destinée d’un film. Mais ils affaiblissent
d’autant l’influence du secteur.
Face à ces bouleversements, Xavier Albert, le
Directeur Général d’Universal Pictures France,
se montre résolument optimiste : « le terrain de
jeu pour l’entertainment s’est considérablement
agrandi », indique-t-il. « L’avènement du mobile,
des plateformes digitales, des réseaux sociaux et
de la data nous offre un champ d’activation mar-
keting inouï. Notre plus gros défi est de le mettre
intelligemment à profit car, paradoxalement, la
multiplication des canaux de communication
nous complique sensiblement la tâche pour faire
émerger nos films, un nouveau titre en chassant
unautre », poursuit-t-il.
« Cela a engendré la création de nouveaux conte-
nus dérivés du film, que ce soit via des influen-
ceurs,commecelaaétécasavecunstuntorganisé
pourlasortiedeJasonBourneavecl’intervention
deMattDamon,oubienleretouraupremierplan
d’événements spéciaux telles que les avant-pre-
mières customisées destinées aux fans, comme
pour Warcraft par exemple, ou les tournées de
talents en province sur les productions
françaises ».
« Maislapuissancedel’idéen’estriensiellen’estpas
coupléeàunciblagepointupermettantdesegmen-
terefficacementlesprofilsdesspectateursenfonc-
tiondeleursgoûtscinématographiquesoudeleurs
centres d’intérêt », prévient notre expert. Pour
Universal Pictures, AlloCiné reste un canal d’in-
fluence incontournable. «Cequim’intéresse,c’est
nonseulementsapatteéditoriale,quenousavons
par exemple utilisée cette année en confiant à ses
équipeslecommunitymanagementdufilm“Agents
presque secrets”, mais aussi sa capacité à gérer la
data et la synergie que le groupe peut activer avec
sesautresentités».
P
NUANCESDE
PHOTO :DR.
L’INFLUENCEDESRÉSEAUXSOCIAUX
SURLADESTINÉED’UNFILMEST
TELLEQU’ELLEIMPLIQUEUNERÉELLE
INTELLIGENCETACTIQUEDANS
SAPROMOTION.
créativité
XAVIER ALBERT
directeur général
d’universal pictures france
CB NEWS . 25 . DÉCEMBRE 2016
ienquelaplusgrossepartdesesinves-
tissements publicitaires soit encore
consacréeàlaTV,ceuxdédiésaudigi-
tal connaissent une progression
constante au sein du groupe Seb. « Le
sujet est central car nous évoluons sur
descatégoriesdeproduitdansl’équipementdomes-
tique où l’expérience consommateur est transfor-
méedeboutenboutduparcoursclientparledigi-
tal »,confieGuillaumePlanet,VPMediaetDigital
marketingglobaldel’entreprise.
« Ilestaussicentralparcequechaquelignedepro-
duit s’adresse à des cibles d’acheteurs spécifiques
que les médias classiques ne nous permettent pas
d’adressercorrectement »,développe-t-il.Lorsque
l’onsaitquelecookingestlatroisièmecatégorie
de requêtes la plus tapée sur Google, et le sujet
“cuisine” le deuxième centre d’intérêt exprimé
surFacebook,oncomprend d’autant mieux l’in-
térêt du spécialiste de l’électroménager pour le
digital et dans ce cadre le content marketing,
dont il a confié les bons soins aux équipes de
Webedia.
« Sonutilisationauneffetdoublementvertueuxsur
nosmarquespuisqu’ilnouspermetdemieuxenga-
gernosconsommateursmaisaussid’enrichirnotre
base de datas, donc notre connaissance clients »,
ajoute Guillaume Planet, qui mène une chasse à
la déperdition d’audience. « Notre vision est de
mieuxoptimisernosinvestissementsmédiasclas-
siquespourêtreenmesured’injecterdavantagede
budgetdansnotrestratégiedecontentmarketing.
Ceafinderentrerdansuncerclevertueuxpermet-
tant d’enrichir fortement l’expérience client, qui
génèrera de la data et permettra de connaître
encoremieuxcesclientsetdoncdelesciblereuxou
leurspairsavecmoinsdedéperdition ».
En 2015, la marque Moulinex a ainsi développé
un ambitieux programme de brand content
pourpromouvoirsonrobotcuisineCompanion.
Au menu, des contenus et des services concoc-
tés sur mesure au sein d’un espace dédié réalisé
en responsive sur le site 750g, allant des clas-
siques recettes vidéo jusqu’à un programme de
coaching pour prendre en main le produit, en
passant par des témoignages de la communau-
té. Un espace lui-même mis en avant par du
contenu natif sur l’ensemble de l’écosystème
Webedia à travers le sponsoring de 30 mots-
clés et près d’une centaine de posts publiés sur
Facebook pour viraliser les contenus tout au
long de l’année. « Une étape importante pour le
groupeseral’activationdestratégiesdecontenus
autour de nos produits connectés, qui devraient
êtrelesoutilscentrauxduCRMdedemain », pré-
dit Guillaume Planet.
Uneambitionquipourraitseconcrétiserparl’ex-
tension du partenariat avec Webedia dans le
domaine du data-driven marketing, Seb comp-
tant s’appuyer sur l’expertise du groupe média
pour optimiser sa stratégie en France comme à
l’international.
B
LEDIGITALPERMETAUGROUPE
ÉLECTROMÉNAGERDERÉINVENTER
L’EXPÉRIENCECLIENTSURSESPRODUITS.
CLIENT
Focus
BRAND CONTENT :
LESBONNESRECETTESDESEB
CB NEWS . 26 . DÉCEMBRE 2016
Le cinéma est à un
momentcharnièreoùtous
les schémas bougent : on
assisteàl’internationalàla
formation d’énormes
structures : Wanda ou
Alibaba qui rachètent
sallesetstudios,lesrumeursoùDisneyrachète-
raitNetflixaprèsavoirmislamainaveclesuccès
que l’on sait (et le prix que l’on connait) sur
Marvel et Lucasfilms. En France on ne voit pas
comment il en serait autrement. Chacun est
attentif à ce que feraient les Chinois de notre
marché (salles ? chaînes de télés ?), quid de
SFR ? Orange ? Free ? Il y a des stratégies de
contenus à prendre en compte et sans doute des
rapprochements probables entre chaines de
télés, salles de cinéma, producteurs, distribu-
teurs, afin de concurrencer à notre niveau ces
mastodontes qui nous entourent.
À côté de cela, le cinéma de niche indépendant
aura toujours sa place dans notre pays, sans
douteensesegmentantencored’avantage,mais
avec un public fidèle. Ce sont les sociétés et les
THIERRY
LACAZE
dg de wild bunch distribution
UNACTEURDECINÉMA:Dustin Hoffman,
acteur de génie dont je peux me passer
en boucle les 20 premiers films de sa
filmographie.
UNESCÈNEDECINÉMA: le départ sur le
quai de la gare de Guy face à Geneviève
dans Les parapluies de Cherbourg, parce
que Demy, Catherine et ses larmes, et la
musique de Legrand.
UNPERSONNAGEDEFILM:le Lauréat, drôle,
pas à sa place, hésitant, et en même temps à
l’âge de tous les possibles. La jeunesse quoi.
UNERÉPLIQUEDEFILM:
«-Tuessibellequeteregarderestunesouffrance.
-Pourtant,hiertudisaisquec’étaitunejoie.
-C’estunejoieetunesouffrance».
Dans deux films extraordinaires de Truffaut.
UNSUPERHÉROS: Deadpool, le plus cool des
superhéros.
UNEINVENTION: le cinéma bien sûr.
UNSITEWEB: booking.com parce que les
vacances c’est tout de même génial !!!
UNEAPPLI:Taxi G7 parce qu’on rentre tard
dans le cinéma.
UNECHANSON: “ Quand on n'a que l’amour ”,
parce que Brel.
UNEIMAGEINOUBLIABLE: Peter O’Toole dans le
désert de Jordanie dans “ Lawrence d’Arabie ”.
Quand l’histoire se confond avec l’Histoire.
films du milieu qui en pâtissent le plus. Leur
place dans les années à venir est préoccupante.
Quelles seront les prochaines étapes détermi-
nantes pour son évolution ?
Le cinéma doitrester une expérience :
- Pour les blockbusters, une expérience riche en
offre premium de confort, de son, de facilité
d’accès,etc.
- Pour les films d’auteurs, partager une expé-
rienceavecd’autresàl’heureoùtoutpeutsevoir
sur un écran partout, tout le temps : des ren-
contres, des débats d’idées, un livre ou un dvd
acheté en sortant. C’est ce que les salles d'art et
essaidoiventfaire pour résister.
-Lachronologiedesmédiaspermetauxsallesde
maintenir un fort niveau d’entrées, et un mail-
lage exceptionnel sur le territoire, mais le
nombredefilmsesttropimportantpourquetous
soient exploités comme ils le doivent. Une sou-
plesse est à prévoir pour que les films qui dispa-
raissent trop vite puissent être visibles au plus
vite sur d’autres supports que la salle. C’est cette
invisibilitéquirendlepiratageimportant,etque
lesauteursnesupportentpas.
VOTRE REGARD SUR
L’INDUSTRIE
DUCINÉMA ?
CADRE
Plein
Sij'étais…
PHOTO :DR.
CB NEWS . 27 . DÉCEMBRE 2016
emandezàArnaudMétralquelestle
verbe qu’il conjugue le plus réguliè-
rement dans le cadre de ses fonc-
tions chez Webedia et la réponse
fuseinstantanément:“s’adapter”.
Que ce soit pour faire face à l’avène-
ment du mobile, à l’explosion de la vidéo ou aux
nouvelles règles de consommation de contenus
vialesplateformesetlesréseauxsociaux,samis-
sionconsisteàouvrirengrandlechampdespos-
siblespourqueWebediaprogressedanslemême
tempoqueceluiimposéparlesnouveauxusages
desinternautes.Cequiconsisteàseréinventerun
peuchaquejour,tantsurlefondquesurlaforme.
Pour y parvenir, le tout est de s’appuyer sur une
organisationsansfaille,etl’intéressén’endémord
pas, Webedia est un modèle du genre. « En
déployant des pôles d’experts dédiés à chacun des
réseauxsurlesquellesnouscréonsducontenunous
nous donnons les moyens d’être réactifs et perfor-
mants quelles que soient les nouvelles “gram-
maires” que nous devons intégrer », déclare-t-il.
Comme par exemple faire court, ludique et ins-
tantané sur Snapchat ; favoriser le live sur
Facebook (ou chaque live atteint entre 30 000 et
100 000 vidéos vues), pousser la présence
d’AlloCiné sur la plateforme (la marque est pas-
sée en deux ans d’1 million de vidéos vues par
mois à 30 millions), ou sur YouTube (plus de
15 millions de vues grâce aux productions mai-
son);mettreenœuvreunestratégiecohérenteet
unifiée pour les applis mobile du groupe ; mais
aussidévelopperlestechnologiesetoutilsdepilo-
tageadaptés ;etgarantirledéploiementrapidede
toutescesnouveautéssurtouslessitesàl’interna-
tional… La démarche est la même lorsqu’il s’agit
d’imaginer de nouveaux modèles de monétisa-
tion en e-commerce ou dans les services BtoB à
destination notamment des exploitants de salles
decinéma,pourlesquelsWebediaproposelages-
tiondeleurbilletterie,deleurssites,applications,
etdeleursventesenligne.ArnaudMétralseposi-
tionne en gardien de l’agilité du groupe, prompt
àluidonnerlesressourcesnécessairespourtisser
satoilesurleWeb.
D
En regroupant les expertises médias de Webedia
etdatadeCampdeBases,WebediaDataServices
propose une offre unique couvrant toute la chaîne
de la data (stratégie, collecte, activation, repor-
ting et analyse) pour faire converger les stratégies
“CRMédia”toutaulongduparcoursclient,viaune
DMPdisponibleenmodeSaaS,«Quintessence».
Cette offre complète celle d’ores et déjà proposée
parWebediaBrandServicesautourdelacréationde
contenusetd’audiencespourdesannonceurs.Nous
travaillons sur l’ensemble des données issues de
l’écosystèmeWebedia,enintégrantlapartieanaly-
tics,lapartieécoutesocialeviaSémantiwebetlapar-
tieréseauxsociauxavecNukeSuite,cequidépasse
trèslargementlestableauxdebordclassiquesutilisés
parlesmarquesqui,souvent,ontuneconnaissance
trèsparcellairedeleursclients.Grâceàcesavoir-faire
en hyperpersonnalisation nous sommes à même
d’élaborer des parcours de contenu spécifiques à
chaqueutilisateurdenoscanauxdediffusion.
D'ÉDITEUR
Parole
ARNAUD MÉTRAL
dg en charge du publishing
C’EST PERFORMER
S'adapter
PHOTOS:© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
LEPOINT
SUR:
WEBEDIA
DATA
SERVICES
parChristophe
Cousin
CB NEWS . 28 . DÉCEMBRE 2016
cbn _ Qu’est-ce qui motive la montée en
puissance du content marketing chez
Webedia ?
raphaël grandemange _  Notre conviction
est que le marketing de demain passe par
la maîtrise de la production et de la distri-
bution du contenu. Il est désormais prouvé
que le content marketing est un levier d’ac-
quisition et de performance extrêmement
efficace, capable de remplir les objectifs que
se fixent les annonceurs, à savoir générer
du trafic, favoriser l’engagement des inter-
nautes et booster les ventes online et offline.
Notre ambition est donc de réinventer les
marques par le contenu, en conciliant le
monde de la création et de la data.
cbn _ Commentsestructurel’activitéde
WebediaBrandService?
raphaël grandemange _  Elle s’appuie sur une
équipe de 300 personnes et s’articule autour de
4 métiers : le conseil, la création de contenu,
l’engagement et la data. Une profondeur de
services qui, il faut bien le reconnaître, n’était
pas correctement identifiée par les annonceurs
jusqu’il y a six mois. Nous avons donc refondu
notre offre afin d’être clairement perçus non
plus comme un simple spécialiste de la pro-
duction de contenu mais comme une agence
full service qui intègre l’ensemble des métiers.
Notre ambition est d’investir sur cette partie
servicespourprendretrèsvitedespartsdemar-
ché et consolider notre position de référent du
secteur. Nous sommes d’ailleurs actuellement
dans une très bonne dynamique puisque l’ac-
tivité du pôle, qui représentait 27 % du chiffre
d’affairesdugroupe en2015,passeraà30 %en
fin d’année.
cbn _ Voussouhaitezdevenirlepremier
acteurdelaBrandTechfrançaise,quelssont
vosatoutspouryparvenir?
raphaël grandemange _  La Brand Tech, c’est
avant tout un état d’esprit qui se traduit par la
maîtrisedesdynamiquesàlafoiscréatives,ana-
lytiques et technologiques. Ma conviction c’est
qu’aujourd’hui le partenaire idéal pour accom-
LEDIRECTEURGÉNÉRALDEWEBEDIA
BRANDSERVICESENTENDFAIRE
DUGROUPELEPREMIERACTEUR
DELABRANDTECHFRANÇAISEEN
CONCILIANTCRÉATIONETDATA
AUSEIND‘UNEOFFREFULLSERVICE.
RÉINVENTERLES
MARQUESPAR
LECONTENU
RAPHAËL GRANDEMANGE
directeur général de webedia brand services
BRAND TECH
Entretien
CB NEWS . 29 . DÉCEMBRE 2016
permettant la veille, la gestion de production et
ladistributiondecontenus,ainsiquelesuivides
performances de nos dispositifs.
cbn _ L’internationalestégalement
unélémentprépondérantdevotreoffre…
raphaël grandemange _  C’est évidemment un
enjeu clé lorsque l’on s’adresse à des groupes
qui ont des activités internationales, et c’est
une composante de différenciation supplémen-
taire vis à vis de la concurrence. Aujourd’hui,
grâce au rachat d’Edit-Place nous sommes en
mesure d’accompagner nos clients dans la pro-
duction de milliers de contenus en plus de 40
langues dans des délais très courts grâce à sa
marketplace réunissant plus de 3 000 profils de
rédacteurs et traducteurs. Nous avons par ail-
leurs une présence dans 10 pays où nous avons
une offre consistante de services.
cbn _ Pourfinir,quelssontselonvous
lesécueilsquifreinentledéploiementdu
contentmarketing?
raphaël grandemange _ Lamesuredel’efficaci-
té est le principal challenge auquel nous faisons
face.Noustravaillonssurdesdispositifsqui,par
nature,sonttrèscomplexesàmesureretnousne
pouvonspasnousreposersurlelastcliccarc’est
lepireennemiducontenu.Ànousdetrouverun
systèmequipermetted’attribuerlabonnevaleur
àchaqueactiond’unecampagne.C’estuntravail
ad hoc à mener avec chaque client, et c’est une
desraisonsquinousontmotivésàmusclernotre
approchesurlapartieanalytics.
pagner les annonceurs est un groupe comme
le nôtre, qui leur propose un guichet unique
pourpiloterleurstratégiedecontentmarketing.
Même si la technologie prend de plus en plus de
place, nous opérons sur un business de talents.
Nousn’hésitonsdoncpasàmusclernotreéquipe
créative - qui représente aujourd’hui 10 % de
l’effectif - pour imaginer des dispositifs origi-
naux qui s’inscrivent dans une dimension data-
driven. Notre valeur ajoutée se situe dans notre
savoir-faire de publisher, de compréhension des
audiencesetindividus(« consumerknowledge »)
et dans notre capacité à réinjecter ces compé-
tences dans la création pour qu’elle soit la plus
efficace possible. Nous lançons d'ailleurs en pa-
rallèle une offre de formation dans les métiers
du digital et du content marketing à destination
desentreprises,WebediaLearning.
cbn _ Vousn’êtespaslesseulsàvousinscrire
danscettedynamique…
raphaël grandemange _  C’est vrai, mais ce qui
nousdistinguedelaconcurrencec’estnotremaî-
trise de la technologie. Nous y avons massive-
mentinvestiendéveloppantàlafoisnospropres
outilsetenfaisantdesacquisitionsquinousper-
mettent de proposer au marché une offre iné-
galée. Nous nous sommes ainsi dotés cette an-
née d’un département Data Services grâce à la
prisedeparticipationmajoritairedanslasociété
Camp de Bases, dédiée à l’accompagnement des
stratégies datamarketing de nos clients. Et par
ailleurs, grâce à l’acquisition de Sémantiweb,
nous nous sommes équipés d’une technologie
exclusive d’écoute du web nous permettant de
démultiplierlapertinencedenoscontenus.
cbn _ AveclerachatdeNukeSuitevousavez
égalemententaméledéveloppementde
votreoffredesolutionsauto-administrées,
WebediaTechnologies.Quelestlesensde
cetteorientation?
raphaël grandemange _  Une de nos missions
pourréinventerlesmarquesparlecontenuc’est
detrouverunenouvellefaçondenousorganiser
afin de répondre au mieux au niveau de matu-
rité très hétérogène de nos clients. L’intégration
de Nuke Suite nous permet de proposer à ceux
quiledésirentuneplateformedegestiondespu-
blicationssociales,enleurgarantissantunepro-
duction de contenus encore plus collaborative,
et d’intégrer de nouvelles possibilités telles que
le social CRM. Webedia Technologies, ce sont
aujourd’hui différentes solutions propriétaires
“ CEQUINOUS
DISTINGUEDELA
CONCURRENCE,
C’ESTNOTRE
MAÎTRISEDELA
TECHNOLOGIE”
PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
CB NEWS . 30 . DÉCEMBRE 2016
uand BNP Paribas décide de lan-
cer son modèle de banque en ligne
Hello bank! à l’été 2013, elle ne
choisit pas la facilité puisque le
secteur est déjà très encombré. De
cette difficulté la nouvelle marque
décide pourtant de faire un atout
en prenant le parti de se différencier de la
concurrence en adoptant un positionnement
lifestyle qui s’inscrit dans les nouveaux usages
de la mobilité. Sa signature publicitaire
“mobile comme vous” résume à elle seule la
philosophie de la marque. Lancée autour de
quatre valeurs : la simplicité, la sécurité, l’hu-
main et le côté smart - puisqu’elle offre toute
la gamme de produits de BNP Paribas – Hello
bank! a été pensée autour d’un écosystème
marketing qui optimise son paid et owned
media. « Il ne suffit pas aujourd’hui de dépenser
de l’argent dans les médias mais également de
produire du contenu et faire en sorte qu’il soit
suffisamment intéressant pour être partagé afin
d’optimiser nos budgets et nos coûts d’acquisi-
tion », déclare Ariel Steinmann, Directrice
Marketing et Communication d'Hello bank!.
Préemptant les territoires du mobile, de l’inno-
vation et de la musique, la marque confie à
Webedia la conception du magazine online
“Hellolife”pourrépondreàtouteslesquestions
que se posent les internautes sur la gestion quo-
tidienne de leur argent (patrimoine, banque en
ligne,immobilier,fiscalité,lafamille…).Chaque
moisuneéquipedédiéed’unedizainedejourna-
listes publie 50 articles dont quelques-uns
abordent avec humour des thèmes plus légers :
les stars et leurs maisons incroyables, l’histo-
rique des visuels sur les billets de banque…
« Nous sommes dans une logique média où la
marquechercheàgénéreruneaudiencevialeréfé-
rencement naturel et les réseaux sociaux », déve-
loppe Ariel Steinmann. Et la formule fonc-
tionne. « Après deux ans d’existence, le site enre-
gistre plus de 3 millions de visites dont la moitié
sur mobile, 1 700 articles ont été publiés et notre
chaîne YouTube compte 7 000 abonnés », pour-
suit-elle.Etsurtout,fin2015Hellobank!possé-
dait 237 000 clients .
Ce succès a poussé le groupe bancaire à lancer il
y 6 mois le pendant d’Hello life pour BNP
Paribas, le magazine “Le Mag”, aujourd’hui
inclus dans le site mabanque.bnpparibas. Plus
informatif qu’Hello life, celui-ci sert davantage
les enjeux CRM de l’établissementbancaire.
Q PHOTO :DR.
AVECSONMAGAZINE“HELLOLIFE”,
LABANQUEENLIGNEDUGROUPE
BNPPARIBASBOUSCULELESCODES
BANCAIRESPARUNEAPPROCHE
CONTENTLIFESTYLERAFRAÎCHISSANTE.
HELLO BANK !
SERÉINVENTEENMÉDIA
CLIENT
Focus
CB NEWS . 31 . DÉCEMBRE 2016
par les célébrités et les influenceuses, l’informa-
tionviadesarticlesnewsettendances,etl’exper-
tise des équipes. « Depuis ses débuts nous avons
clairement fait évoluer le positionnement du site
versuntraitementaxéinfluenceusescarellessont
les nouvelles icônes des millenials », déclare
Delphine Buchotte, Directrice Communication
etDigitaldeL’OréalParisFrance.Positionnement
récemment renforcé par la création en partena-
riat avec YouTube de Beauty Tube, la première
école de coaching de youtubeurs beauté. « Nous
sommes parvenus à créer un storytelling pérenne
en fidélisant notre audience à travers un contenu
divertissant », poursuit Delphine Buchotte. Une
manière intelligente de renforcer la présence à
l’espritdelamarqueetparlàmêmelesintentions
d’achatdeses clientes.
Avec cette approche brand publishing L’Oréal
Paris répond par ailleurs au défi posé par les
adblocksetl’explosiondumobile,quireprésente
aujourd’hui 50% du traffic du site. « Signe que
noussommesdanslevrai,letauxderebonddusite
est assez bas et son taux de revisite inversement
assezélevé »,insisteDelphine Buchotte.
AVECLESITEGETTHELOOK,LEGROUPE
COSMÉTIQUERENFORCEPARLECONTENU
SONINFLUENCESURLESMILLENIALS.
ENMODE
GLAMOUR
Webedia investit près de 15 % de son chiffre d’af-
faires dans les outils et solutions IT, et emploie
plus de 200 ingénieurs et développeurs. Avec
Webedia Technologies, nous développons une
offre 100 % SaaS en nous appuyant sur des actifs
technologiques qui ont fait leur preuve au sein
du groupe, ou sur des acquisitions ciblées qui
permettent de compléter notre offre. A terme,
ces actifs couvriront toute la chaîne de veille sur
les contenus, l'identification des tendances et
des thématiques, la production des contenus, la
distribution, la monétisation de la data associée
et l’analyse de leur performance Plus de cent
clients utilisent déjà nos solutions de gestion
de contenu. Avec l’acquisition récente de Nuke
Suite, nous complétons nos savoir-faire et pas-
sons une nouvelle étape en proposant une offre
totalement libre-service à nos clients, très com-
plémentaire à nos offres sur-mesure autour du
content marketing.
L’ORÉAL
ancéilya4ansparL’OréalParis,lesite
Get the Look avait à l’origine vocation
de couvrir le tapis rouge du Festival de
Cannes, dont le groupe est un parte-
naire fidèle. Son succès d’audience
(10 millionsdevisiteursuniquesdepuis
2012avecunpicà4millionsurl’année2015)lui
vaut aujourd’hui d’être reconnu par ses lectrices
comme un média de référence sur l’actualité
mode/beauté des stars et des influenceurs du
moment. L’ADN du site repose sur quatre items :
laproximitéavecleslectrices,leglamourincarné
L
CLIENT
Focus
LEPOINT
SUR:
WEBEDIA
TECHNO
LOGIES
parAntoine
Hermite,
Directeur
Technologies
etInnovation
PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
CB NEWS . 32 . DÉCEMBRE 2016
ésormais premier lieu d’interac-
tions sociales entre les internautes,
les forums, blogs et autres réseaux
sociaux représentent une mine d’or
en terme d’informations pour qui
saitlesexploiter.C’estenpartantde
ce postulat et poussées par le désir
d’apporterunedimensiontrèsmarketingàl’uni-
versdel’e-réputationqueSoniaLecommandoux
etVirginieBarbieri,fondatricesdeSémantiweb
(ci-dessus), passent au crible depuis cinq ans la
voix des internautes pour mieux cerner leurs
attentes et leurs usages. « Cequenousproposons
auxannonceursc’estunelecturesémantiqueetun
décodage marketing outillé des échanges sponta-
nésduwebafindeleurdonnerdelavaleurstraté-
gique et les rendre opérationnels pour l’entre-
prise », confie Virginie Barbieri.
L’offre de l’agence s’articule autour de trois
briques : l’e-listening, ou audit conversationnel,
permettantd’écouteretdedécodercequedisent
lesconsommateurssurleWeb,InsightTrack,une
suitelogiciellebaséesuruneinterfacedesuivide
conversations sur les médias sociaux, et du
conseilendataexpertiseetconsumercontent.
Pour arriver à ses fins, l’agence s’appuie sur un
savoirméthodologiquespécifiqueportéparune
approche sur-mesure auprès de ses clients. « En
smartdata,cequicomptecen’estpaslevolumede
donnéestraitéesmaisleurreprésentativitéetleur
interprétation », poursuit Virginie Barbieri.
À partir d’algorithmes sémantiques de structu-
ration automatisée de la data, l’agence déploie
donc une technologie propriétaire qui lui per-
met de suivre l’évolution des conversations sur
les dix dernières années en s’appuyant sur des
basesdedonnéescouvrant90 %dequalification
sociodémographique.Lesannonceurssontainsi
capables de mettre en perspective les données
avec des références sectorielles et de cibles, et
ainsi d’enrichir leur stratégie marketing et digi-
taleavecdescontenusnouveaux,enadéquation
avec les attentes des consommateurs.
D
SONTDANSLESCONVERSATIONSDES
INSIGHTS CLIENTS
Les vrais
L’ANALYSESÉMANTIQUE
DESÉCHANGESSPONTANÉS
DUWEBESTLEGAGED’UNE
EFFICACITÉACCRUEDESA
STRATÉGIESOCIALMARKETING.
LISTENING
Social
INTERNAUTES
PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
CLIENT
Focus
CB NEWS . 33 . DÉCEMBRE 2016
hez Danone, l’ouïe est un sens tout
aussi important que le goût.
Entendez par-là que le géant ali-
mentaire apporte une importance
au moins aussi grande à ce que
racontent les consommateurs sur
ses produits qu’au goût qu’ils leur
trouvent. En matière de e-listening, le groupe a
un appétit d’ogre et passe chaque jour au
peigne fin des millions de conversations sur le
web concernant chacune de ses marques et les
sujets food, santé, boisson et enfants, qui sont
dans le top ten des items les plus discutés dans
le monde.
Entre autres objectifs de cette démarche, la
recherche d’insights consommateurs est cen-
trale pour les équipes marketing du groupe.
Mieux comprendre les sujets qui sont discutés,
liés à ses métiers, mais aussi par qui et où ces
sujets sont le plus abordés lui permet de mieux
orienter la communication de ses marques.
S’il sollicite plusieurs prestataires pour l’aider à
interpréter ces contenus conversationnels, il
noue depuis deux ans un lien particulier avec
l’agence Sémantiweb. « La plupart du temps
lorsque l’on fait de l’écoute sur le web, c’est plutôt
à l’aveugle », déclare Christian Veysseyre,
Directeur de la Social Media Intelligence chez
Danone. « Onsaitcequiestdit,maispasprécisé-
ment par qui. Or, ce qui fait la force de
Sémantiweb, c’est leur capacité à qualifier cette
conversation.Façonnerlesdatasrécoltéesafinde
délivrerunerecommandationmarketingestune
spécificité que l’on ne retrouve pas beaucoup ail-
leurs », argumente-t-il.
Jusqu’à présent utilisée essentiellement par la
division Danone Produits Frais, l’expertise de
l’agence a par exemple contribué au nouveau
positionnement d’Activia porté par la signature
“Live InSync”, soit “Vivre en phase”, qui traduit
la nouvelle ambition de la marque : donner de
l’inspiration aux femmes pour exprimer leur
potentiel, à travers le vecteur de l’émotion.
Autre exemple, « sur un produit “enfant”, l’ana-
lyse des éléments sémantiques nous a permis de
nousrendrecomptequelaciblequenousdevions
viser était plus jeune que celle que l’on imagi-
nait », révèle Christian Veysseyre. « Lasouplesse
d’esprit est d’ailleurs une qualité recommandée
lorsque l’on analyse les contenus conversation-
nels spontanés des internautes, car c’est une
approche totalement inductive et il ne faut pas
avoir peur d’être surpris par les enseignements
qu’on en retire ».
C
LEE-LISTENINGPERMETAU
GROUPEALIMENTAIREDEMIEUX
ORIENTERLACOMMUNICATION
DESESMARQUES.
à l’écoute
DANONE
DUWEBSOCIAL
PHOTO :DR.
ARCHISOCIALE
Interview
CB NEWS . 34 . DÉCEMBRE 2016
cbn _ L’influenceestaujourd’huiunlevierclé
encommunication,enquoilacréationdulabel
TalentWebrépond-t-ilàcenouvelenjeu?
thierry boyer_ Talent Web est l’entité qui réu-
nit les activités de tous les talents de Webedia en
France, au Brésil, en Allemagne et en Espagne.
Ils représentent plus de 2 milliards de vidéos
vues par mois, et 350 millions d’abonnés dans
le monde. En France, le label est le premier
réseau de chaînes sur YouTube en concentrant
96 millions d’abonnés et plus de 700 millions
de vidéos vues mensuelles. Sa création en sep-
tembre dernier répond à notre volonté de créer
un cercle vertueux en donnant plus de moyens à
nos influenceurs pour qu’ils créent des contenus
dequalitéàmêmedeséduirelesannonceursdési-
reuxdes’yassocier.
cbn_ Concrètement,quelrôlejouez-vous
auprèsdevostalents?
thierry boyer_ Tous ont besoin d’être accompa-
gnés et financés pour laisser libre cours à leurs
desiderata artistiques, qui sortent de plus en plus
du seul cadre de YouTube. Aujourd’hui la plupart
sont à la fois auteur, réalisateur, producteur, scé-
nariste…nousmettonsdoncàleurdispositionles
moyensnécessairesentermedeproductionpour
qu’ilsseconcentrentsurl’artistique.
cbn_ Commentgérez-vousl’attraitdes
marquespourcestalents?
thierry boyer_ Ils génèrent de telles audiences
que ce sont presque des médias à eux tout seuls.
Rendez-vous compte que Cyprien va bientôt fêter
ses 10 millions d’abonnés ! Par conséquent énor-
mémentdemarqueslescourtisent,carilssontles
premiersprescripteurschezlesMillenials.Maisla
règle pour collaborer avec un influenceur est de
RÉUNISAUSEINDETALENTWEB,
LESYOUTUBEURSLESPLUSINFLUENTS
DUMOMENTÉTENDENTLEURTERRAIN
DEJEUHORSDUNET.
THIERRY BOYER
directeur général de webedia productions
SONTDESMÉDIAS
ÀEUXTOUTSEULS
TALENTS
NOS
ARCHISOCIALE
Interview
CB NEWS . 35 . DÉCEMBRE 2016
respectersonunivers.Cartoutpartduprojetartis-
tiqueetlamarquedoitêtrecapabledes’yintégrer
en participant à sa réalisation, sans chercher un
storytellingquin’yadetoutefaçonpassaplace.
cbn_ Vous vous tournez aujourd’hui vers
de nouveaux médias comme l’événementiel,
la TV, le cinéma…
thierry boyer_ Nous travaillons effectivement
sur différents projets : une fiction TV française
avec Norman et Cyprien en 10 épisodes qui sera
diffusée l’an prochain sur TF1, mais également
des projets de production TV sur les thématiques
enfant, humour et eSport, ou encore des pro-
grammes TV brésiliens mettant en scène des
influenceurs locaux qui seront proposés par des
diffuseursTVnationaux.Nousavonsparailleurs
mis un pied dans le cinéma en coproduisant avec
Gaumont le premier long métrage coécrit par un
youtubeur - Kemar - et dans lequel joueront une
dizainedenostalents.
cbn_ Commentexpliquez-vousl’attraitdes
chaînesTVpourcesnouveauxtalents?
thierry boyer_ Cyprien, Norman et Squeezie,
qui forment le trio de tête des youtubeurs fran-
çais, ont de tels taux d’engagement que leur sta-
tut s’étend aujourd’hui bien au-delà de la com-
munauté YouTube. Ils sont clairement devenus
mainstream. Or que cherchent aujourd’hui les
chaînes TV sinon à rajeunir leur audience ? Pour
elles,cestalentssontuneaubaine.
cbn_ AvecTalentWebEventsvousfaites
jouerlessynergiesaveclesdifférentsactifsdu
groupeWebedia
thierry boyer_ En mutualisant nos ressources
nous ne faisons qu’accroître l’influence de nos
supports, c’est évident. Le dénominateur com-
mun à l’ensemble des entités entertainment du
groupeestlapassion.Lorsquevousréunissezplu-
sieursdizainesdemilliersdepersonneslorsd’une
compétition ESWC et que vous la transformez en
spectacle vivant en y intégrant des influenceurs
sous forme d’animation ou de guest, vous démo-
cratisez la cible est allez chercher un reach plus
important. Et ce qui est vrai pour la France l’est
aussipourl’international.
cbn _ Le merchandising est-il un nouvel
eldorado pour les youtubeurs ?
thierry boyer_ C’est en tout cas un domaine où
Ils superforment. Dans l’édition, où nous avons
noué un partenariat avec les éditions Michel
Lafon, nous avons enregistré des succès colos-
saux : le livre “ Icônne ” de Natoo (2,9 millions
d’abonnés sur YouTube, NDLR) s’est par exemple
vendu à plus de 400 000 exemplaires ! Le manga
“ Ki  Hi ” scénarisé par Le Rire Jaune (3,2 mil-
lions d’abonnés) et sorti fin octobre a dépassé
les 70 000 ventes en quinze jours. Le livre de
recettes FastGoodCuisine (1,5 millions d’abon-
nés) a été tiré à 40 000 exemplaires… Au Brésil,
nous sommes même allés jusqu’à éditer un al-
bum Panini réunissant les plus gros youtubeurs
locaux ! L’explication de ce succès vient du fait
que ce sont des personnages un peu virtuels que
leurs fans n’ont pas trop l’occasion de croiser.
S’identifieràeuxpardesproduitsdérivésestdonc
unmoyendes’enrapprocher.
cbn_ Pourrait-onvoirunjourunyoutubeur
devenirl’égéried’unemarque?
thierry boyer_ Biensûr.Plusieursprojetssonten
coursderéflexion.
cbn_ Pourfinir,àcombiend’annéeestimez-
vousladuréedevied’uninfluenceur?
thierry boyer_ C’est une question à laquelle
Cyprien a déjà donné un élément de réponse en
affirmant qu’il voudrait être le premier retraité
youtubeur.
“ LARÈGLEPOUR
COLLABORERAVEC
UNINFLUENCEUR
ESTDERESPECTER
SONUNIVERS”
PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
CB NEWS . 36 . DÉCEMBRE 2016
asortiedelanouvelleéditiondeFIFAest
chaque année un rendez-vous qui
dépasse la sphère des passionnés du jeu
vidéo. Une effervescence savamment
orchestrée par Electronic Arts, l’éditeur
du jeu, qui actionne à merveille les
leviers de la communication digitale et
événementielle pour doper la dynamique des
ventes. Car outre la campagne média classique
exploitantlepouvoird’attractiondesesambassa-
deurs (cette année Anthony Martial, James
Rodriguez, Eden Hazard et Marco Reus) et le
relais de la presse, la force d’EA Sports pour FIFA
est d’avoir fédéré une communauté de joueurs
grâce à Internet et les réseaux sociaux, et de s’ap-
puyersurdesleadersd’opiniontoujourspromptsà
promouvoir le jeu lorsque l’occasion se présente.
La maîtrise de cette stratégie d’influence garantit
àl’éditeurunpublicdefansacquisàsacausequ’il
engageàlamoindredesesprisesdeparole,lelan-
cementannueldunouveauFIFAétantbienenten-
dulepointd’orguedesastratégie.
Depuis des années tout le gratin des people,
médias,influenceursetsportifsseréunissaitpour
célébrerl’événementlorsd’unesoiréerassemblant
prèsd’unmillierdepersonneschargéesdedonner
unmaximumd’échoaujeuàtraverslesmédiaset
lesréseauxsociaux.« Maisl’événementprenantune
ampleur de plus en plus importante, cela devenait
compliquerdesatisfairetouteslescommunautésle
jour J »,explique Dominique Cor, Directeur
Général France et Benelux d’Electronics Arts.
Cetteannée,décisionfutdoncprisedefractionner
lelancementautourdeplusieurstempsforts« afin
de construire un meilleur storytelling et faire en
sortequechacund’euxcorrespondeaupublicvisé »,
ajoute Dominique Cor. Cette stratégie s’est maté-
rialisée par la mise en place d’actions spécifique-
ment dédiées à ces prises de parole clés, avec le
concours de Webedia Productions. 4 livestreams
démoanimésparplusieurstalentsyoutubeursont
été tournés au sein de l’eSport Arena de Webedia
autour du lancement de la sortie de la démo le
12 septembre. Un rendez-vous plébiscité par les
internautespuisque700 000 vuesontétéenregis-
trées en cumulé sur les différent réseaux diffu-
seurstelsqueTwitchetYouTube.
Désireux de pouvoir créer des contenus frais
exploitables dans la durée pour nourrir la curio-
sité des joueurs jusqu’à la période de Noël, EA a
enregistré le tournage du « Tournoi des célébri-
tés », rendez-vous obligé durant lequel influen-
ceursetVIP(leboxeurToniYoka,MalikBentalha,
Guillaume Pley…) se sont affrontés sur la chaîne
Cyprien Gaming. Résultat : 1 million de vues à
date en cumulé. La suite des festivités s’est étalée
lorsdela«FIFAXperience »,événementorganisé
sur 3 jours du 26 au 29 septembre avec une jour-
née presse et célébrités conclue par la soirée offi-
cielle au Cercle Cadet à Paris, une journée réser-
vée aux influenceurs/youtubeurs retransmise en
live sur le Twich d’EA France, et une après-midi
« kids days » au même endroit avec Cyprien et
Squeezie en guest stars, ponctuée par un soutien
àl’associationd’OmarSy«CéKeduBonheur »en
faveurdesenfantshospitalisés.
Dominique Cor considère la nouvelle stratégie
payante puisque le jeu FIFA 17 s’est d’ores et déjà
écoulé à plus d’1 million d’exemplaire dans
l’Hexagone.
L
FIFA
CLIENT
Focus
EMBARQUESES
communautés
PHOTO :©BESTIMAGE.
Tournoi
desCélébrités
FIFA17surla
chaîneCyprien
Gaming-de
gaucheàdroite:
CodJordan,Tony
Yoka,Cyprien,
Oli,Bigfloet
Squeezie.
CB NEWS . 37 . DÉCEMBRE 2016
our promouvoir la diffusion de la nou-
velle saison de The Walking Dead sur
son antenne, OCS a fait appel à Norman,
2e
 youtuber de France, pour réaliser une
vidéo événementielle. Fan de la série, l’humo-
riste s’est inspiré de l’univers de la fiction et de
ses personnages principaux pour créer un
contenu court d’un nouveau genre sur sa
chaîne. En moins de 5 jours, la vidéo a obtenu
plus de 5 millions de vues, un record exception-
 CIE
Talents
l’occasion de la sortie du nouvel opus de
la licence Just Dance, Ubisoft s’est asso-
cié à la première youtubeuse de France,
Natoo (3 millions d’abonnés), avec une
chanson originale imaginée et interprétée par
la jeune artiste. Cette collaboration inédite a
donné lieu à un clip musical dans lequel ses
fans ont été invités à figurer. Diffusé sur la
chaîne officielle de Natoo, il a généré un
nombrerecordde3,9millionsdevuesenmoins
de 4 jours, et plus de 800 000 likes du clip et du
jeu sur Facebook. En relayant des contenus
exclusifs liés au clip (vidéo de la chorégraphie
liée à la chanson, making of) sur sa chaîne
YouTube de Just Dance France, Ubisoft a obte-
nu plus d’1,3 millions de vues .
À
P
nel, et près de 300 000 likes. Norman a égale-
ment su faire monter le buzz en amont sur ses
réseaux sociaux : sa vidéo du « mannequin
challenge zombie » a atteint plus de 10 millions
de vues sur Facebook en à peine 10 jours !
UBISOFT/NATOO
OCS/NORMANFAITDESVIDÉOS
DESMARQUES
INFLUENCE
sous
PHOTO :DR.
CB NEWS . 38 . DÉCEMBRE 2016
ATTRACTION
Mobile
e mobile consacre la personnalisation et
l’approche centrée client à tous les
niveaux, obligeant les entreprises à
repenser leurs modèles marketing et
organisationnels.Webedian’échappepas
au mouvement et devant ce nouveau
paradigmeOlivierCambournac,Directeurgéné-
ral adjoint en charge des activités mobile du
groupe, n’a qu’un seul credo : accompagner le
développement desusages.
« La tâche est rendue complexe par leur évolution
constantequecesoitsurAndroidouiOS »,admet-il.
« Dansl’universapplicatiflesutilisateurssontpar
exemple bien plus engagés que sur le web (temps
passé,récurrencedesvisites,ndlr),cequiimplique
que nous devons adopter une double logique : de
personnalisationenadaptantnoscontenusenfonc-
tionducomportementspécifiquedechacun,etser-
vicielle  ». L’étude de l’historique et du comporte-
ment de navigation des utilisateurs est
scrupuleusement analysée par les experts qui
composent le département mobile de Webedia
afin d’ajuster la pression des push qui peuvent
être adressés aux utilisateurs d’applications du
groupe. La contextualisation des contenus étant
danscecadre-làunlevieressentielpourfavoriser
l’engagementdesindividus.Surl’approcheservi-
cielle, Webedia multiplie les initiatives. Surfant
surledéveloppementdelaconsommationdeTV
à la demande par les Français, le groupe a lancé
enseptembrel’applicationAlloCinéHome.Sortie
sur iOS et Android, elle permet de savoir sur
quelle plateforme trouver un film ou une série
donnée à télécharger légalement, en passant en
revue les offres de nombreux acteurs comme
iTunes, Netflix, Google Play, SFR, Orange,
CanaPlay, MyTF1 VOD ou encore Fnac Play.
« Dansl’esprit,l'applicationdoitpouvoirrépondre
immédiatementàceuxquidemandentaide-moià
trouverunfilmàregarderchezmoietdis-moioù
levoir »,expliqueOlivierCambournac.
Un comparatif des tarifs s'affiche pour chaque
œuvre lorsque celle-ci est disponible sur plu-
sieurs services, la base de données étant mise à
jour de façon quotidienne. « Lespremierschiffres
sonttrèsencourageantsetnousdevrionsatteindre
300 000 téléchargements d’ici à la fin 2016 », se
réjouit Olivier Cambournac.
2017 verra également apparaître des accès en
premium sous la forme d’abonnements.
L’utilisateurd’AlloCinéauraparexempleaccèsà
des vidéos off line qu’il pourra regarder de n’im-
porte où depuis son mobile sans souci de
connexion, ainsi que des vidéo HD et des conte-
nus sans publicité. La question de savoir à quel
tarif commercialiser l’offre pour combler le
manque à gagner en chiffre d’affaires publici-
tairen’estpasencoretranchée,plusieursoptions
sur le prix et et la périodicité de l’offre étant
actuellement testées. « Àterme,toutesnosappli-
cations proposeront des services premium », pré-
cise toutefois Olivier Cambournac. Dernière
innovation prévue l’an prochain et pas des
moindres,larefontedesapplicationsdestalents
dugroupe,telqueCyprien,Norman,Natoo,etc.
Ne devraient être concernés que ceux qui
dépassent le million d’abonnés sur YouTube.
Cequienfaitdéjà près d’unequinzaine.
L
ACCOMPAGNERLEDÉVELOPPEMENT
DESUSAGESDESINTERNAUTESESTLE
MEILLEURMOYENDESUSCITERLEUR
ENGAGEMENT.
ÊTRECONSUMER
CENTRICOUNEPASÊTRE
OLIVIER CAMBOURNAC
dga en charge des activités mobile
PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
CB NEWS . 39 . DÉCEMBRE 2016
quoi tient le succès d’un film au box
office ? Si producteurs et distribu-
teurs détenaient la formule magique,
cela se saurait. Plutôt que d’espérer
un hypothétique alignement parfait
desplanètes,20th
CenturyFoxFrance
a décidé cette année de forcer le des-
tin en confiant deux de ses blockbusters aux
mains expertes des équipes de Webedia afin de
convaincre les spectateurs de se précipiter en
salles pour les voir. « À chaque nouvelle sortie,
notre objectif est de faire en sorte qu’un maxi-
mum de gens aillent voir le film la première
semaine car c’est elle qui lance sa dynamique »,
avance Frédéric Krebs, Directeur marketing de
20th Century Fox France. D’où le besoin d’in-
suffler un sentiment d’urgence dans l’esprit des
spectateurs afin de réduire autant que possible
l’étendue du choix qui lui est offert. « Nous
sommes en permanence à la recherche du meil-
leur moyen de leur faciliter l’accès à la séance »,
À
CLIENT
Focus
poursuit Frédéric Krebs qui, pour la sortie
d’“Independence day : resurgence”, en juillet
dernier, a misé sur le dispositif “Rush Hour”
conçu avec Webedia. Ue technologie opérée en
programmatique grâce aux outils d’achat de
Tradelab qui permet, via des formats bannières
et interstitiels, l’affichage géolocalisé, et en
temps réel, des prochaines séances d’un film à
proximité auprès des mobinautes visitant les
applications du web français, dont AlloCiné.
« Nous avons adressé plus d’un million de mes-
sages aux cinéphiles que nous avions identifiés
comme susceptibles d’être tentés par le film »,
précise Frédéric Krebs. « Soitàpeudechoseprès
le nombre d’entrées du film en première semaine
», sourit-il, en évitant d’attribuer ce score aux
seuls bienfaits de l’opération… « Je retiens du
dispositif son indéniable précision, mais il nous
faut à mon sens être plus créatifs sur le contenu
que nous adressons si nous voulons, à l’avenir,
accroître son efficacité ».
De la créativité, la maison de production n’en a
pas manqué en revanche pour promouvoir
“Deadpool”, anti-super héros totalement déca-
lé de la galaxie Marvel, qui a séduit 3,7 millions
de spectateurs en France en début d’année.
« Afindecollerauplusprèsdelapersonnalitésul-
fureuse du personnage, nous l’avons laisser
prendre le contrôle de sa page Facebook en
confiant aux équipes de Webedia le soin de l’in-
carner sur les réseaux sociaux », explique
Frédéric Krebs. Une initiative qui a bousculé les
codes du genre dans l’univers du cinéma et qui
a été saluée comme l’une des plus réussies de
l’année par les internautes.
CULTIVE
sa réactivité
20th
CENTURYFOX
PHOTO :DR.
CB NEWS . 40 . DÉCEMBRE 2016
eSPORT
Enquête
CB NEWS . 41 . DÉCEMBRE 2016
eSPORT
Enquête
PLUSFORT
PLUSHAUT,
e Sport
ilnefallaitretenirqu’uneseule
image pour illustrer l’impact
de la déferlante eSport dans
l’Hexagone ces derniers mois,
ce serait celle-là : Bora Kim,
alias YellOwStaR, en une du
« MagazineL’Équipe »du19 no-
vembre dernier, avec ce titre
quel’onpourraitcroireprémo-
nitoire:«lePSGestà lui».
Après avoir été l'un des plus grands noms de
League of Legends, succès planétaire des jeux
vidéo, le jeune homme tout juste âgé de 24 ans
vient d'être propulsé directeur sportif de la sec-
tioneSportduPSG,inauguréeengrandepompe
ily adeux mois(cf.p.45).
N’y voyez pas qu’un simple coup de com’, c’est
une petite révolution. Qu’une personnalité
connuedesseulsfansdeladisciplinefasselaune
d’un titre grand public en dit long sur la montée
enpuissancedel’eSportenFranceetsurlavolon-
tédeses promoteurs de lerendremainstream.
Sa reconnaissance officielle par les pouvoirs
publics obtenue grâce à l’adoption du projet de
loi pour une « République numérique » en mai
dernier a donné un véritable coup de boost à
toutunécosystèmequin’attendaitquecelapour
élargir l’audience d’une discipline que suivent
déjà 7,5 millions de français et bâtir un modèle
économique pérenne. D’autant que la tendance
n’estpasprêtedes’inverserpuisquel’onestimele
nombredeFrançaisconvertisàl’eSportàprèsde
10 millions d’ici2020.
Les revenus générés par le secteur en France
sont quant à eux estimés à 22,4 millions de dol-
lars pour l’année 2016 selon une étude réalisée
parPayPaletlecabinetSuperdata.Ilsdevraient
atteindre les 26 millions de dollars en 2017.
PLUSVITE,
S’
…
CB NEWS . 42 . DÉCEMBRE 2016
eSPORT
Enquête
D’INTERNAUTES FRANÇAIS
11 ANS ET +, DÉCLARENT
AVOIR ENTENDU PARLER
DE L’ESPORT21M
DÉCLARENT
SUIVRE
L’ACTUALITÉ
DE L’ESPORT7,5M
PRÈS DE
Àl’échelleeuropéenne,cesre-
venus atteindraient 300 mil-
lions de dollars cette année
et on table sur un chiffre
d’affaires aux alentours de
400 millions de dollars pour
l’année 2018.
Un marché certes encore ado-
lescent comparé aux grandes
disciplines sportives « tradi-
tionnelles », mais qu’aucun
groupe média ne semble
plus vouloir ignorer. Car l’au-
dience qu’il draine derrière lui attire annon-
ceurs et sponsors, séduits par l’idée de toucher
un public jeune (75 % ont entre 18 et 34 ans)
et au niveau d’engagement sans équivalent.
Vivendi et le groupe Canal, TF1, L’Équipe, BeIN
Sport, SFR Sport… Tout le monde y va de ses
programmes.
Webediapoursapart,sebâtitunpetitempire.Le
groupe média français a récemment procédé à
uneséried'acquisitionsluipermettantdecontrô-
ler une grande partie de la chaîne de valeur de
cet écosystème, de l'organisation de compéti-
tions(ESWC)àlaproductiond'émissionstéléen
passantparlagestiondel'imagedediversesstars
du milieu (Bang Bang Management). Le groupe
installé à Levallois-Perret s’est même offert le
luxe de se doter d’une Arena dédiée aux joueurs
desonéquipeMillenium,l’unedesplusconnues
et plus performantes au niveau européen, mais
également à l’organisation d’événements “mai-
sons” rassemblant la sphère influente du monde
dugaming.
Autre indicateur révélant que l’eSport gagne
de plus en plus de terrain, les plus grands
clubs de football européens ont ces derniers
mois acquis des équipes d’eSport ou monté
leur propre structure. L’enjeu pour eux est de
faire connaître leur marque partout dans le
monde en profitant de l’écho de la discipline,
plus spécialement en Asie où l'eSport est non
seulementtrèsbienimplantémaisvécucomme
une religion.
En France, preuve en est que l’eSport est désor-
mais pris aux sérieux par les clubs, la Ligue
de football professionnel (LFP) a récemment
annoncé la création de la e-Ligue 1, son propre
championnat de France de football virtuel,
dont la diffusion a été confiée au tandem BeIN
Sports-Webedia.
À ce rythme-là, Panini pourrait sortir un album
eSport plusvitequ’onnelepense…
UNMARCHÉ
ENCORE
ADOLESCENT
MAISSURLEQUEL
TOUSLESGROUPES
MÉDIASVEULENT
SEPOSITIONNER
PRÈS DE
LESPLATEFORMESVIDÉOS,SUPPORTS
PLÉBISCITÉSPOURSUIVREL’ESPORT*
Twitch
Millenium
Youtube
Facebook
oGaming
Twitter
Lolesport
Eclypsia
aAa
Jeux
video.com
29
15
66
36
18
19
9
11
7
46
80
44
63
33
37
20
15
15
34
81
71
62
53
46
39
32
28
23
20
30
CB NEWS . 43 . DÉCEMBRE 2016
eSPORT
Enquête
MONTANTGÉNÉRÉ
PARL’ESPORTENFRANCE:
22,4M€DE SPECTATEURS
REGARDENT LES
COMPÉTITIONS
ESPORT EN
FRANCE
EN 2016
1,4M
LESFRANÇAISQUISUIVENT
L’ESPORTYCONSACRENT
DUTEMPSCHAQUESEMAINE
ATTENDU EN 2017 :
26M€
*TOP10basésurlesTOPdesfanshardcoregaming
internautes
fansdegaming
fansdehardcore
gaming
DENOMBREUXSECTEURSLÉGITIMES
POURS’ASSOCIERÀL’ESPORT*
Jeux vidéo
Informatique
et tablettes
Périphériques
d’ordinateur
Boissons
TV, TNT, Photo,
Caméra, vidéo, audio
Abonnement
mobile et internet
Jeux  Paris
(en ligne ou physique)
Vêtements
Fast Food
Voyages
65
43
33
45
31
27
28
25
18
15
89
83
77
53
36
36
38
28
17
90
85
79
59
56
44
44
38
28
15
55
+ 3h
de1hà3h
-1h
INTERNAUTES
40%
45%
15%
FANS
DE GAMING
29%
36%
35%
FANS DE HARDCORE
GAMING
18%
42%
40%
ÉtudeWebediaeSportavecSSI,octobre2016,
réaliséeauprèsd'unéchantillonreprésentatif
de2 300répondants11ansetplus.
LETOP5DESPERSONNALITÉSeSPORT
LESPLUSCONNUES
ZeratoR
DominGo
Skyyart
YellOwStaR
Torlk 
Marmotte
21
29
15
16
11
77
66
66
48
89
83
82
80
78
59
Les clefs du Content Marketing dans le supplément CB News en partenariat avec Webedia
Les clefs du Content Marketing dans le supplément CB News en partenariat avec Webedia
Les clefs du Content Marketing dans le supplément CB News en partenariat avec Webedia
Les clefs du Content Marketing dans le supplément CB News en partenariat avec Webedia
Les clefs du Content Marketing dans le supplément CB News en partenariat avec Webedia
Les clefs du Content Marketing dans le supplément CB News en partenariat avec Webedia
Les clefs du Content Marketing dans le supplément CB News en partenariat avec Webedia
Les clefs du Content Marketing dans le supplément CB News en partenariat avec Webedia
Les clefs du Content Marketing dans le supplément CB News en partenariat avec Webedia

Contenu connexe

Tendances

ACPM Etoiles 2019
ACPM Etoiles 2019ACPM Etoiles 2019
ACPM Etoiles 2019
ACPM
 
des exemples pour réinventer le porno sous 4 pistes d'innovation pour marc do...
des exemples pour réinventer le porno sous 4 pistes d'innovation pour marc do...des exemples pour réinventer le porno sous 4 pistes d'innovation pour marc do...
des exemples pour réinventer le porno sous 4 pistes d'innovation pour marc do...
nous sommes vivants
 
Paris 2.0 : " single air by CELIO " Nathanael Rouas directeur de 5dumat
Paris 2.0 : " single air by CELIO " Nathanael Rouas directeur de 5dumatParis 2.0 : " single air by CELIO " Nathanael Rouas directeur de 5dumat
Paris 2.0 : " single air by CELIO " Nathanael Rouas directeur de 5dumat
PSST (opinions et tendances 2.0) par jeremy dumont
 
La semaine sociale by armstrong - 11022014
La semaine sociale by armstrong - 11022014La semaine sociale by armstrong - 11022014
La semaine sociale by armstrong - 11022014
armstrong
 
ACPM #DemainLaPresse chiffres cles 2019
ACPM #DemainLaPresse chiffres cles 2019ACPM #DemainLaPresse chiffres cles 2019
ACPM #DemainLaPresse chiffres cles 2019
ACPM
 
Webassadors - Mixology #11 - Actu' Web de la semaine du 15.09.14
Webassadors - Mixology #11 - Actu' Web de la semaine du 15.09.14Webassadors - Mixology #11 - Actu' Web de la semaine du 15.09.14
Webassadors - Mixology #11 - Actu' Web de la semaine du 15.09.14
Webassadors
 
Pres. World GMN
Pres. World GMNPres. World GMN
Pres. World GMN
Carmen Aceituno
 
What's up Digital #02 - by ELAN
What's up Digital #02 - by ELANWhat's up Digital #02 - by ELAN
What's up Digital #02 - by ELAN
Agence Elan
 
4 pistes d'innovation pour monétiser le porno face aux contenus gratuits
4 pistes d'innovation pour monétiser le porno face aux contenus gratuits4 pistes d'innovation pour monétiser le porno face aux contenus gratuits
4 pistes d'innovation pour monétiser le porno face aux contenus gratuits
nous sommes vivants
 

Tendances (10)

ACPM Etoiles 2019
ACPM Etoiles 2019ACPM Etoiles 2019
ACPM Etoiles 2019
 
des exemples pour réinventer le porno sous 4 pistes d'innovation pour marc do...
des exemples pour réinventer le porno sous 4 pistes d'innovation pour marc do...des exemples pour réinventer le porno sous 4 pistes d'innovation pour marc do...
des exemples pour réinventer le porno sous 4 pistes d'innovation pour marc do...
 
Paris 2.0 : " single air by CELIO " Nathanael Rouas directeur de 5dumat
Paris 2.0 : " single air by CELIO " Nathanael Rouas directeur de 5dumatParis 2.0 : " single air by CELIO " Nathanael Rouas directeur de 5dumat
Paris 2.0 : " single air by CELIO " Nathanael Rouas directeur de 5dumat
 
La semaine sociale by armstrong - 11022014
La semaine sociale by armstrong - 11022014La semaine sociale by armstrong - 11022014
La semaine sociale by armstrong - 11022014
 
ACPM #DemainLaPresse chiffres cles 2019
ACPM #DemainLaPresse chiffres cles 2019ACPM #DemainLaPresse chiffres cles 2019
ACPM #DemainLaPresse chiffres cles 2019
 
Veille medias et tendances 09111
Veille medias et tendances 09111Veille medias et tendances 09111
Veille medias et tendances 09111
 
Webassadors - Mixology #11 - Actu' Web de la semaine du 15.09.14
Webassadors - Mixology #11 - Actu' Web de la semaine du 15.09.14Webassadors - Mixology #11 - Actu' Web de la semaine du 15.09.14
Webassadors - Mixology #11 - Actu' Web de la semaine du 15.09.14
 
Pres. World GMN
Pres. World GMNPres. World GMN
Pres. World GMN
 
What's up Digital #02 - by ELAN
What's up Digital #02 - by ELANWhat's up Digital #02 - by ELAN
What's up Digital #02 - by ELAN
 
4 pistes d'innovation pour monétiser le porno face aux contenus gratuits
4 pistes d'innovation pour monétiser le porno face aux contenus gratuits4 pistes d'innovation pour monétiser le porno face aux contenus gratuits
4 pistes d'innovation pour monétiser le porno face aux contenus gratuits
 

Similaire à Les clefs du Content Marketing dans le supplément CB News en partenariat avec Webedia

SbTransmettre | l’analyse du marché audiovisuel | 2/4 État des lieux de la Pr...
SbTransmettre | l’analyse du marché audiovisuel | 2/4 État des lieux de la Pr...SbTransmettre | l’analyse du marché audiovisuel | 2/4 État des lieux de la Pr...
SbTransmettre | l’analyse du marché audiovisuel | 2/4 État des lieux de la Pr...
Stéphane BERTHEAU
 
What's up Digital #03 - by ELAN
What's up Digital #03 - by ELANWhat's up Digital #03 - by ELAN
What's up Digital #03 - by ELAN
Agence Elan
 
Friday Dagobert du vendredi 13 avril 2012
Friday Dagobert du vendredi 13 avril 2012Friday Dagobert du vendredi 13 avril 2012
Friday Dagobert du vendredi 13 avril 2012
FridayDagobert
 
BLSTK Replay n°48 > La revue luxe et digitale du 23.05 au 29.05
BLSTK Replay n°48 > La revue luxe et digitale du 23.05 au 29.05BLSTK Replay n°48 > La revue luxe et digitale du 23.05 au 29.05
BLSTK Replay n°48 > La revue luxe et digitale du 23.05 au 29.05
Balistik Art
 
La veille de Red Guy du 11.12.13 - L'autodérision
La veille de Red Guy du 11.12.13 - L'autodérisionLa veille de Red Guy du 11.12.13 - L'autodérision
La veille de Red Guy du 11.12.13 - L'autodérision
Red Guy
 
BLSTK Replay n°109 - La revue luxe et digitale du 24.01 au 30.01.15
BLSTK Replay n°109 - La revue luxe et digitale du 24.01 au 30.01.15BLSTK Replay n°109 - La revue luxe et digitale du 24.01 au 30.01.15
BLSTK Replay n°109 - La revue luxe et digitale du 24.01 au 30.01.15
Balistik Art
 
What's up Digital #01 - by ELAN
What's up Digital #01 - by ELANWhat's up Digital #01 - by ELAN
What's up Digital #01 - by ELAN
Agence Elan
 
Lafayette presentation - 2016
Lafayette presentation - 2016Lafayette presentation - 2016
Lafayette presentation - 2016
Serge Uzzan
 
20190430 balladoradio sarah_achard
20190430 balladoradio sarah_achard20190430 balladoradio sarah_achard
20190430 balladoradio sarah_achard
Sarah A.
 
Veille sur le BRANDED ENTERTAINMENT pour identifier les 50 campagnes les plus...
Veille sur le BRANDED ENTERTAINMENT pour identifier les 50 campagnes les plus...Veille sur le BRANDED ENTERTAINMENT pour identifier les 50 campagnes les plus...
Veille sur le BRANDED ENTERTAINMENT pour identifier les 50 campagnes les plus...
nous sommes vivants
 
BLSTK Replay n°298 la revue luxe et digitale du 30 septembre au 04 octobre 2019
BLSTK Replay n°298 la revue luxe et digitale du 30 septembre au 04 octobre  2019BLSTK Replay n°298 la revue luxe et digitale du 30 septembre au 04 octobre  2019
BLSTK Replay n°298 la revue luxe et digitale du 30 septembre au 04 octobre 2019
Balistik Art
 
BLSTK Replay n°57 > La revue luxe et digitale du 03.10 au 09.10.13
BLSTK Replay n°57 > La revue luxe et digitale du 03.10 au 09.10.13BLSTK Replay n°57 > La revue luxe et digitale du 03.10 au 09.10.13
BLSTK Replay n°57 > La revue luxe et digitale du 03.10 au 09.10.13
Balistik Art
 
20190514 balladoradio sarah_achard
20190514 balladoradio sarah_achard20190514 balladoradio sarah_achard
20190514 balladoradio sarah_achard
Sarah A.
 
Revue Semaine 46
Revue Semaine 46Revue Semaine 46
Revue Semaine 46
grand03
 
Composite Thomas/Fred
Composite Thomas/FredComposite Thomas/Fred
Composite Thomas/Fred
Sympartage
 
BLSTK Replay n°79 > La revue luxe et digitale du 20.03 au 26.03.14
BLSTK Replay n°79 > La revue luxe et digitale du 20.03 au 26.03.14BLSTK Replay n°79 > La revue luxe et digitale du 20.03 au 26.03.14
BLSTK Replay n°79 > La revue luxe et digitale du 20.03 au 26.03.14
Balistik Art
 
Audit du site de Petit Bateau et recommandations sur la stratégie digitale
Audit du site de Petit Bateau et recommandations sur la stratégie digitaleAudit du site de Petit Bateau et recommandations sur la stratégie digitale
Audit du site de Petit Bateau et recommandations sur la stratégie digitale
SaraATavares
 
Les Echos lundi 25 janvier 2016 - Cuir : la filière tirée par l'export
Les Echos lundi 25 janvier 2016 - Cuir : la filière tirée par l'exportLes Echos lundi 25 janvier 2016 - Cuir : la filière tirée par l'export
Les Echos lundi 25 janvier 2016 - Cuir : la filière tirée par l'export
Conseil National du Cuir
 
Friday Dagobert du 25 mai 2012
Friday Dagobert du 25 mai 2012Friday Dagobert du 25 mai 2012
Friday Dagobert du 25 mai 2012
FridayDagobert
 

Similaire à Les clefs du Content Marketing dans le supplément CB News en partenariat avec Webedia (20)

SbTransmettre | l’analyse du marché audiovisuel | 2/4 État des lieux de la Pr...
SbTransmettre | l’analyse du marché audiovisuel | 2/4 État des lieux de la Pr...SbTransmettre | l’analyse du marché audiovisuel | 2/4 État des lieux de la Pr...
SbTransmettre | l’analyse du marché audiovisuel | 2/4 État des lieux de la Pr...
 
What's up Digital #03 - by ELAN
What's up Digital #03 - by ELANWhat's up Digital #03 - by ELAN
What's up Digital #03 - by ELAN
 
Friday Dagobert du vendredi 13 avril 2012
Friday Dagobert du vendredi 13 avril 2012Friday Dagobert du vendredi 13 avril 2012
Friday Dagobert du vendredi 13 avril 2012
 
BLSTK Replay n°48 > La revue luxe et digitale du 23.05 au 29.05
BLSTK Replay n°48 > La revue luxe et digitale du 23.05 au 29.05BLSTK Replay n°48 > La revue luxe et digitale du 23.05 au 29.05
BLSTK Replay n°48 > La revue luxe et digitale du 23.05 au 29.05
 
La veille de Red Guy du 11.12.13 - L'autodérision
La veille de Red Guy du 11.12.13 - L'autodérisionLa veille de Red Guy du 11.12.13 - L'autodérision
La veille de Red Guy du 11.12.13 - L'autodérision
 
BLSTK Replay n°109 - La revue luxe et digitale du 24.01 au 30.01.15
BLSTK Replay n°109 - La revue luxe et digitale du 24.01 au 30.01.15BLSTK Replay n°109 - La revue luxe et digitale du 24.01 au 30.01.15
BLSTK Replay n°109 - La revue luxe et digitale du 24.01 au 30.01.15
 
What's up Digital #01 - by ELAN
What's up Digital #01 - by ELANWhat's up Digital #01 - by ELAN
What's up Digital #01 - by ELAN
 
Lafayette presentation - 2016
Lafayette presentation - 2016Lafayette presentation - 2016
Lafayette presentation - 2016
 
20190430 balladoradio sarah_achard
20190430 balladoradio sarah_achard20190430 balladoradio sarah_achard
20190430 balladoradio sarah_achard
 
Neptuli
NeptuliNeptuli
Neptuli
 
Veille sur le BRANDED ENTERTAINMENT pour identifier les 50 campagnes les plus...
Veille sur le BRANDED ENTERTAINMENT pour identifier les 50 campagnes les plus...Veille sur le BRANDED ENTERTAINMENT pour identifier les 50 campagnes les plus...
Veille sur le BRANDED ENTERTAINMENT pour identifier les 50 campagnes les plus...
 
BLSTK Replay n°298 la revue luxe et digitale du 30 septembre au 04 octobre 2019
BLSTK Replay n°298 la revue luxe et digitale du 30 septembre au 04 octobre  2019BLSTK Replay n°298 la revue luxe et digitale du 30 septembre au 04 octobre  2019
BLSTK Replay n°298 la revue luxe et digitale du 30 septembre au 04 octobre 2019
 
BLSTK Replay n°57 > La revue luxe et digitale du 03.10 au 09.10.13
BLSTK Replay n°57 > La revue luxe et digitale du 03.10 au 09.10.13BLSTK Replay n°57 > La revue luxe et digitale du 03.10 au 09.10.13
BLSTK Replay n°57 > La revue luxe et digitale du 03.10 au 09.10.13
 
20190514 balladoradio sarah_achard
20190514 balladoradio sarah_achard20190514 balladoradio sarah_achard
20190514 balladoradio sarah_achard
 
Revue Semaine 46
Revue Semaine 46Revue Semaine 46
Revue Semaine 46
 
Composite Thomas/Fred
Composite Thomas/FredComposite Thomas/Fred
Composite Thomas/Fred
 
BLSTK Replay n°79 > La revue luxe et digitale du 20.03 au 26.03.14
BLSTK Replay n°79 > La revue luxe et digitale du 20.03 au 26.03.14BLSTK Replay n°79 > La revue luxe et digitale du 20.03 au 26.03.14
BLSTK Replay n°79 > La revue luxe et digitale du 20.03 au 26.03.14
 
Audit du site de Petit Bateau et recommandations sur la stratégie digitale
Audit du site de Petit Bateau et recommandations sur la stratégie digitaleAudit du site de Petit Bateau et recommandations sur la stratégie digitale
Audit du site de Petit Bateau et recommandations sur la stratégie digitale
 
Les Echos lundi 25 janvier 2016 - Cuir : la filière tirée par l'export
Les Echos lundi 25 janvier 2016 - Cuir : la filière tirée par l'exportLes Echos lundi 25 janvier 2016 - Cuir : la filière tirée par l'export
Les Echos lundi 25 janvier 2016 - Cuir : la filière tirée par l'export
 
Friday Dagobert du 25 mai 2012
Friday Dagobert du 25 mai 2012Friday Dagobert du 25 mai 2012
Friday Dagobert du 25 mai 2012
 

Les clefs du Content Marketing dans le supplément CB News en partenariat avec Webedia

  • 1. DÉCEMBRE 2016 LA FORMULE CONTENUS& TECHNOLOGIE, DUMARKETINGDIGITAL GAGNANTE SupplémentenpartenariatavecWebedia INTERVIEW GUILLAUME PEPY,Président du Directoire de la SNCF ENQUÊTE L’eSPORT ENTAMESA RÉVOLUTION
  • 2. POURDEBON.COM Les meiLLeurs PRODUits DU tERROiR Livrés directement chez vous déjà plus de 3000 références Virginie et jean-françois artisans froMagers région : Hauts de france Je me connecte Je choisis Je me fait Livrer Je mange bien la PlaCE DE MaRChé DEs PRODUCtEURs Et aRtisaNs fRaNçais. liVraison express 24H après l’expédition par le producteur, en cHronofresH par cHronopost, et sur rendez-Vous dans les grandes Villes.
  • 3. CB NEWS . 3 . DÉCEMBRE 2016 Édito FÉDÉRATEURS DE TALENTS DebJam, Pôle Nord, TS3…), et les salles dont nousopéronsl’exploitation(dontlaSallePleyel et les théâtres Comédia, Marigny, de la Made- leine et de la Porte Saint-Martin à Paris, ainsi que11 sallesdespectacleenprovinceetquatre parcs d'exposition). Nous sommes des fédérateurs de talents, nous accompagnons les artistes et développons les liens entre la culture, le divertissement et la technologie. Grâce à ce croi- sement des mondes, Webedia est probablement le premier pureplayer qui opère avec autant de succès une transi- tion de ses marques et talents digitaux vers l’entertainment traditionnel:spectaclevivant, TV, cinéma… Nous aimons surprendre et être pionniers, nous l’avons encore montré récemment en développant nos activités de gestiondetalentsdigitaux,ou encore en devenant un leader européen de l’eSport. Nous investissonsfortementsurces nouveaux sujets stratégiques, avec la convic- tion qu’il s’agit de phénomènes pérennes, qui impactent d’ores et déjà l’ensemble des médias et acteurs du divertissement, de la production à l’exploitation. Nosambitionssontmondiales,nosactifsetnotre modèlenouspermettentd’ambitionnerundéve- loppement toujours plus international pour ce quiseraen2017unenouvelleLicornefrançaise. epuis 2013, nous ouvrons chaque année de nouveaux chapitres fon- dateurs dans l’histoire de Webedia. En 3 ans, nous avons bâti avec Cédric Siré et Véronique Morali un groupe devenu incontournable dans le paysage média et digital, en Franceetàl’international,avecunmodèlequi s’estbienimplantéauBrésil,enAllemagne,au Moyen-Orient, en Espagne et aux États-Unis. A l’heure où les GAFA trustent le leadership des moteurs de recherche, plateformes et réseaux sociaux, les médias en ligne qui pourront résister sont ceux qui auront appris à tirer parti de cette platefor- misation et qui maîtriseront suffisamment ces technolo- gies pour maintenir et déve- lopper la puissance de leurs marques, leurs audiences et leurs communautés. Danscettelogique,nousavons développé avec succès Webe- dia selon un modèle verticalisé et axé sur les contenus et la technologie, avec des marques leaderssurlesthématiquesduloisiretdudiver- tissement, et grâce au développement d’outils etdeservicesperformantsàdispositiondepar- tenaires annonceurs et médias. Au sein de Fimalac, nous avons organisé effi- cacement les passerelles d’expertises entre Webedia et notre pôle Divertissement, les échanges sont constants avec les producteurs quicomposent3SEntertainment(dontAuguri, Gilbert Coullier Productions, Encore, K-Wet, D Marc Ladreit de Lacharrière, PDG de Fimalac PHOTO :DR.
  • 4. 6/ BRAND FOLIO 8/ TWITTERVIEW Sananas, youtubeuse beauté 9/ OUT OF THE BOX Julien Radic, co-fondateur de Surprizemi La grande interview VÉRONIQUEMORALI ETCÉDRICSIRÉ, Présidente du Directoire et Directeur Général de Webedia 14 La galaxie Webedia 16/ PAROLE D'EXPAT Cyrille Reboul, CEO de Webedia Brésil 17/ GLOBE TROTTEUR Jean-Pierre Nadir, Président fondateur de Easyvoyage 18/ LE GRAND TÉMOIN Guillaume Pepy, Président du Directoire de la SNCF 20/ PROFIL CB Chef Damien, de 750g Entretien métamorphose MICHÈLEBENZENO Directrice Générale en charge des revenus 24/ L'INVITÉ CINÉ Xavier Albert, Directeur Général d’Universal Pictures France 25/ FOCUS CLIENT Brand content, les bonnes recettes de Seb 26/ PLEIN CADRE Thierry Lacaze, Directeur général de Wild Bunch Distribution 27/ S'ADAPTER, C'EST PERFORMER Arnaud Metral, DG en charge du publishing CB NEWS . 4 . DÉCEMBRE 2016 Sommaire Tiréàpartau CBNEWS n°54, décembre2016 22 10 Responsableéditorial TanguyLeclerc CréditsPhotos Denis Guignebourg -Bestimage, Christophe Panepinto Maquette,MarjorieLoire CoordinateursWebedia AntoineMeunier,AdrienVerseau Impression,ImprimerieLesaffreSA, Belgique
  • 5. Entretien brand tech RAPHAELGRANDEMANGE Directeur Général de Webedia Brand Services 30/ FOCUS CLIENT - Hello Bank ! se réinvente en média - L'Oréal en mode glamour 32/ SOCIAL LISTENING Les vrais insights clients sont dans les conversations des internautes 33/ FOCUS CLIENT Danone à l’écoute du web social 34 Interview Archisociale Thierry Boyer : « nos talents sont des médias à eux tout seuls » 36/ FOCUS CLIENT Comment FIFA embarque ses communautés 37/ TALENTS CIE Des marques sous influence Enquête eSport eSPORTPLUSHAUT,PLUSVITE,PLUSFORT Plongée au cœur d'un marché en pleine ébullition40 44/ L'ŒIL DE L'EXPERT Cédric Page, Directeur Général de Webedia gaming 45/ CULTURE CLUB Le PSG cultive sa légende online 46/ eSPORT ARENA Le théâtre des rêves 48/ PURE PLUMES Julien Bellver (Puremedias) et Matthieu Renard (Purebreak) 49/ ESPRIT D'ENTREPRISE Webedia, une marque corporate pas comme les autres 50/ BOX OFFICE Les opérations maison qui font un carton 38 Mobile attraction Olivier Cambournac, DGA en charge des activités mobile 39/ FOCUS CLIENT 20th Century Fox cultive sa réactivité CB NEWS . 5 . DÉCEMBRE 2016 Sommaire 28
  • 6. CB NEWS . 6 . DÉCEMBRE 2016 SITESD’ACTUDESSTARS PORTAILSFÉMININS PORTAILSMODE LUXEBEAUTÉ SERVICES AUX PROFESSIONNELS SITESD’ACTUCINÉMA GRANDPUBLIC PRESSECINÉMAPRO ETGRANDPUBLIC ÉQUIPES ET COMPÉTITIONS eSPORT SITESD’ACTUDUJEUVIDÉO COMPARATEURS GUIDESDEVOYAGE LE BON N°1AUBRÉSIL N°2ENFRANCE N°2AUMOYEN-ORIENT PHOTOS :DR. e n t e r t a i n m e n t GAMING MOVIES N°1DANS 5 PAYS GLAM TRAVEL FOOD N°1DESPUREPLAYERS SURL'ACTUSTARS ENFRANCEETAU MOYEN-ORIENT N°1AU BRÉSIL ET 1RE COMMUNAUTÉ CUISINE EN FRANCE N°1ACTU GAMING EN EUROPE N°1DE L'INFOMÉDIATION VOYAGE EN FRANCE Source:ComScoremmxmoyenneVU,janvier-juin2016. FOCUSSURL'UNIVERS France France France Espagne Allemagne Allemagne Brésil Turquie USA FranceFrance France USA France/All./Brésil Esp./Amériquelatine Allemagne Allemagne Allemagne Allemagne France/Brésil Moyen-Orient France Moyen-Orient France/Brésil Moyen-Orient France/All./UK Espagne Italie France France UK France Brésil FOLIO Brand
  • 7. CB NEWS . 7 . DÉCEMBRE 2016 CHIFFRES Zoom TOP3ENESPAGNE 1 600 SALARIÉSWW 57% ENFRANCE RESSOURCES HUMAINES 100MVISITEURS UNIQUES MENSUELS 2 MDSMONDE DE VUES 52% DESSALARIÉS ONT-DE30ANS PHOTOS :©CHRISTOPHEPANEPINTO. ELRUBIUS › 22M WILLYREX › 18M VEGETTA777 › 16M TOP3AUBRÉSIL KÉFERABUCHMANN › 10M FELIPECASTANHARI › 8M CHRISTIANFIGUEIREDO › 7M / MOIS (2016VS2015) +48% CROISSANCE2016ATTENDUE SURLESMARCHÉS INTERNATIONAUX +87% ATTENDUESURLAZONE MOYEN-ORIENT +55% SURLEMARCHÉBRÉSILIEN TOP3DESYOUTUBEURSENFRANCE ENMILLIONS D'ABONNÉSSURYOUTUBE 4 MTRAVEL FRANCE 28 MVISITEURS UNIQUES MENSUELS CYPRIEN 10M NORMAN 8M SQUEEZIE 7M CHIFFRED’AFFAIRES ENMILLIONS D'€ 2013 2014 2015 2016(ATTENDUS) 45 60 175 230 AUDIENCES MOBILE Source:MédiamétrieNetRatings,Internetglobal,moyenneVUjanvieràjuin2016, etWebediaAnalyticsjuin2016. MOBILE (WEB+APPLICATIONS) TABLETTE (WEB+APPLICATIONS) AUDIENCES ENMILLIONS DEVISITEURSUNIQUESMENSUELS 6 MFOOD 7 MGLAM 6 MGAMING 13 MMOVIES 22BUREAUXPRÉSENTSDANS11PAYS :FRANCE,UK,USA, ESPAGNE,ALLEMAGNE,BRÉSIL,UAE,SERBIE,LIBAN,IRANETTURQUIE MOYENNED’ÂGE: 30,5ANS 10 M 8 M 46% 54%
  • 8. Twitterview CB NEWS . 8 . DÉCEMBRE 2016 Alicia Keys nouvelle adepte du no make-up ? Why not? Je trouve ça bien si elle se sent mieux comme ça. Très jolie et talen- tueuse #JAiViréMonMaquilleur #JeFaisDesEconomies #SoWhat Un conseil à Donald Trump pour arranger sa coupe de cheveu improbable ? Les raser ? Franchement je ne sais pas quoi dire mais côté teint je peux lui conseiller 2-3 trucs je pense  . Le truc à ne surtout pas oublier quand on part pour 6 mois dans l’espace, comme le français Thomas Pesquet ? Ma maman. Je la vois bien dans le rôle de Matt Damon s'il nous arrive un truc. Elle te fait un plat avec une tomate et une pomme de terre. La réouverture du Bataclan un an après les événements du 13 novembre 2015 ? Bravo à Sting, un grand artiste ! Ça fait froid dans le dos mais la vie continue ... All for love  . Le mannequin challenge le plus dingue que tu aies vu  ? Le dog mannequin challenge ! Ahah, c'est à mourir de rire ! La vidéo This dog's man- nequin challenge est excellente ! Le fabuleux destin d’Amélie Poulain adapté en comédie musicale à Brodway, tu es partante ? Ça ne me tente pas trop mais c'est Broadway, donc pourquoi pas ? Tu es plutôt “Quotidien” de Yann Barthes ou “Touche pas à mon poste” d’Hanouna ? Aucun des deux, je regarde rarement la TV. Game of thrones et The Walking Dead me prennent beaucoup de temps ;) Une planche de l’album de Tintin “On a marché sur la lune” vendue 1,5 M€, est-ce bien raisonnable ? C'est une blague ?? ok le prix d'une villa ! L’humanité qui ne devrait pas survivre plus de 1 000 ans de plus sur Terre selon l’astro- physicien Stephen Hawking, l’angoisse ? Rien n'est éternel, pas même la Terre. Franchement ça ne m'étonne pas, l'homme ne respecte pas grand chose. C'est triste. 1,3 millions d’abonnés sur ta chaîne YouTube, si on t’avait dit ça il y a 5 ans ? J'ai du mal à réaliser encore aujourd'hui ! C'est fou ! Je me souviens que 500 abonnés c'était déjà un truc de dingue pour moi ! SANANAS SANANAS, youtubeusebeauté aux1,4millions d'abonnés. 10 question� à LESMEILLEURESRÉPONSESSONT LESPLUSCOURTES.140SIGNES PASPLUS.COMMESURTWITTER. PHOTO :DR.
  • 9. CB NEWS . 9 . DÉCEMBRE 2016 l paraissait pour le moins incongru il y a encore six mois qu’au vu de sa position de leader européen de l’entertainment Webedia n’ait pas accéléré sur le e-com- merce. C’est désormais chose faite avec le rachatauprintempsdernierdeSurprizemi. La société spécialisée dans la confection de box surprises mensuelles livrées à domicile et com- mercialisées par abonnement est parvenue à faire sa place sur un secteur ultra concurrentiel grâce à La Bonne Box, dédiée à l’épicerie fine (2 500 abonnés/mois), et la Wootbox, estampil- lée100 % geek, qui propose des goodies emblé- matiquesdel’universdesjeuxvidéo,enpartena- riatavecjeuxvideo.com(20 000abonnés/mois). « ÀelleseuleWootboxréalise90 %denotrechiffre d’affaires »indiqueJulienRadic,co-fondateurde Surprizemi avec Maxime Lemarchand. C’est dire si le produit est couvé par ses créateurs qui fondent sur lui de gros espoirs à l’international maintenant qu’il est distribué en Allemagne, Belgique, Espagne, UK, et qu’une quinzaine d’autresimplantationsestprogramméeen2017. « Le contenu de la boîte est commun à tous les pays, ce qui nous garantit un volume suffisant pour négocier des exclusivités avec les licences concernées, un critère essentiel aux yeux de nos abonnés », précise Julien Radic. Sur l’univers du food, La Bonne Box étant un modèle moins facilement optimisable, Surprizemis’estorientéverslemarchédel’ultra frais en lançant il y a deux mois Illicofresco, un servicedelivraisonàdomiciled’unpaniercom- posé de produits frais et des recettes pour réali- serlesplatsproposés.« Nousrépondonsàunvrai besoin consommateur qui est le gain de temps pour cuisiner », déclare Julien Radic, « et si nous envoyons pour le moment une centaine de colis par semaine nous visons à terme entre 20 000 et 30 000paniershebdomadaires,grâceentreautre à la synergie que nous allons pouvoir créer avec 750g, qui nous permet de légitimer ce service ». L’appétit venant en mangeant, un autre projet vient compléter l’offre existante : la place de marché alimentaire Pourdebon, lancée au I PHOTO :DR. début du mois en association avec Chronofresh byChronopost,servicedelivraisonquigarantit le respect de la chaîne du froid. « Nous mettons en relation directe les meilleurs producteurs et artisans de France avec les consommateurs sou- cieux d’une alimentation plus saine et plus goû- teusedansunelogiquedecircuitcourt »,explique Nicolas Machard, DG Délégué de Pourdebon, qui entend travailler avec une centaine de pro- ducteurs d’ici la fin du premier trimestre 2017. Mais le projet le plus ambitieux du groupe concerneincontestablementlesecteurGlamour/ Beauté sur lequel Webedia entend bousculer les codesendéployantunenouvellemarquedecos- métique100 %digitaledistribuéeendirectviasa box beauté, Prescription Lab. « Le principe consiste à proposer un nouveau type de box haut degammequis'adresseauxjeunesfemmesCSP+, soucieuses de la qualité des produits, qui met en avantnotresélectiondemarquespremiumgrâceà un univers très qualitatif, le tout en format vente (et non échantillon) pour essayer plus longtemps les produits avant de les adopter », confie Julien Radic. Webedia Shopping Services entend construire la notoriété de la marque à travers la boxetmisesurlesinfluenceusesdugroupepour enassurer la promotion. E-COMMERCE: THE BOX Out of c’est dans la boîte !
  • 10. CB NEWS . 10 . DÉCEMBRE 2016CB NEWS . 10 . DÉCEMBRE 2016 INTERVIEW La Grande LAPRÉSIDENTEDUDIRECTOIREETLEDIRECTEUR GÉNÉRALDUGROUPEMÉDIAAFFICHENTUNECONFIANCE SANSFAILLEDANSLASTRATÉGIEADOPTÉEPARWEBEDIA POURS’IMPOSERPARMILESLEADERSMONDIAUX DEL’ENTERTAINMENT. VÉRONIQUE MORALI / CÉDRIC SIRÉ présidente du directoire et directeur général de webedia UNGROUPEQUISEDONNE WEBEDIAEST LESMOYENSDESES AMBITIONS
  • 11. CB NEWS . 11 . DÉCEMBRE 2016 INTERVIEW La Grande … PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE. cbn_ Comment définiriez-vous Webedia aujourd’hui et quels sont les piliers qui font sa force ? cédric siré _ La meilleure formule revient à dire que nous sommes un éditeur digital vertical. Et chacun de ces mots est important : comme l’in- dique notre base line “engaging audiences with passion”,notremétierdepublisherconsisteàras- sembler, animer et engager des communautés autour de contenus forts, centrés sur des points de passion. Nous sommes par ailleurs des digi- tal natives et nous resterons 100 % digital. Enfin nousavonsoptépourunmodèleverticalcardans un monde dominé par les GAFA il faut choisir ses combats et acter humblement qu’on a tous perdu la bataille de la puissance. La seule que l’on peut gagner c’est celle de l’affinité. Nous avons donc choisi des thématiques sur lesquelles nous avons les moyens et les actifs pour rivaliser contre les géants du Web. véronique morali_ S’ajoute à cela la dimension internationale qui est profondément ancrée dans notre ADN. Sa présence dans une dizaine de pays fait aujourd’hui de Webedia l’un des leaders mon- diauxdel’entertainment. cbn_ À ce sujet, qu’est ce qui explique que vous ne soyez pas encore présent en Asie ? cédric siré _ Quand on mène une stratégie inter- nationale, la priorité c’est d’être solide sur ses bases.Nousavonsbeaucoupœuvrésurlerestedu mondedepuistroisanspouryparvenir.L’Asie,on yseracertainementunjouroùl’autrecarledéve- loppement de l’eSport nous y conduit naturelle- ment. Mais trouver sa place là-bas est compliqué. Ilyadesgéantsasiatiquesquisontaumoinsaussi puissants que les géants américains et c’est un marché totalement centralisé au niveau des au- torités. La marge de manœuvre est donc limitée. cbn_ Webedia s’est développé sur un modèle de bild-up en multipliant les acquisitions. Quelle est la logique de cette stratégie ? Êtes-vous aujourd’hui en mode pause ?
  • 12. CB NEWS . 12 . DÉCEMBRE 2016 INTERVIEW La Grande gieschoisies,ainsiqu’unprojetfortetconsensuel. Chez Webedia, il n’y a aucune synergie subie. On n’oblige à rien. Le respect de l’entrepreneur passe parlefaitqu’onopèretoutavecagilité. véronique morali_ Notre objectif est de fédérer lesentrepreneursquinousrejoignentautourd’un projet commun tout en donnant à chacun la pos- sibilitédedéveloppersonactivité. L’une de nos forces est d’être très réactif, ce qui nous permet d’agir vite dès lors qu’un projet se dessineetquesonintérêtestpartagé. cbn_ Vousconsidérezvoussuffisammentarmés pouraffronterdansladuréelamenacedesgafa ? cédric siré _ Sur les verticaux que nous avons choisis, nous avons les moyens de nos ambitions. Nousnoussommesparailleurspositionnéssurles espaces laissés libres par leur approche très glo- bale. Là où ils travaillent la notoriété en tentant demaximiserlacouverturedechaqueimpression publicitaire, nous jouons sur la désirabilité en es- sayant de construire des dispositifs qui intègrent des dynamiques créatives, de contenu, de data thématique, d’influence… qui sont des sujets sur lesquelsilsnevontpas. cbn_ N’est-cepascompliquédebâtirungroupe endevantsanscesses’adapteràdesrévolutions digitalesmajeures,tellesquecellesdumobile, dusocial,duprogrammatique,delavidéo… cédric siré _ La question ne se pose pas en ce sens. Nous n’avons pas le choix ! Nous sommes obligés de nous adapter à une réalité dictée par les nouveaux usages des internautes. 2015 a, par exemple, été l’année où les audiences de tous nos sites est devenue majoritairement mobile. Ce qui nous a amené à revoir les process de production du groupe pour les rendre mobile-first et faire en sorte que notre pôle mobile alimente toutes les entités,quellequesoitlaproblématique. cbn_ Quelenjeureprésenteleprogrammatique pourvous? cédric siré _ Ce n’est pas un sujet que nous abor- donsd’unpointdevueoutil,maisdavantagemar- keting. Dans un modèle vertical comme le nôtre, cela implique d’avoir les meilleures datas et de les exploiter avec intelligence en réinjectant toute la connaissanceissuedenosuniversdansnosoutils. Au-delà de garantir une meilleure protection de nos données, le partenariat que nous avons noué avec Tradelab nous permet justement d’offrir une dimensionuniquedeciblageetdereachauxachats médiaprogrammatiquessurnosverticales.Enfait, “ NOTREOBJECTIF ESTDEFÉDÉRERLES ENTREPRENEURS QUINOUS REJOIGNENT AUTOURD’UN PROJETCOMMUN ” cédric siré _ Ce mouvement de consolidation ne répond en aucun cas à une stratégie de porte- feuille ; c’est un modèle industriel basé sur 5 thé- matiques choisies : le cinéma, les jeux vidéo, le food,leglamouretletourisme.Surchacuned’elles nous visons les leaders en termes d’audience afin debâtirdessusnotrebusinessmodelquireposesur troispiliers:lapublicité,leserviceauxmarqueset le e-commerce. Toutes les acquisitions rentrent danscecadreextrêmementstructuré. véronique morali_ Cette dynamique de crois- sance s’inscrit dans un cadre cohérent de rami- fication et de création de la chaîne de valeur sur nos verticales. Nous partageons avec notre actionnaire Fimalac un esprit très entrepreneu- rial. Nous menons donc les deux formes de crois- sance - organique et par l’achat - en parallèle, en cherchantlebonéquilibre.Concernantuneéven- tuelle pause dans nos acquisitions, je dirais que l’on n’est jamais au bout d’une logique d’acquisi- tion et de croissance quand on est entrepreneur. Nous continuerons donc de nous intéresser aux domainesquiportentlacroissancededemain. cbn_ Qu’estcequifaitquel’alchimieopèresi bienentrelesdifférentesentreprisesquevous intégrez ? cédric siré _ Trois choses y contribuent : un mo- dèled’intégrationextrêmementsouple,dessyner- PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
  • 13. CB NEWS . 13 . DÉCEMBRE 2016 INTERVIEW La Grande mois sur nos sites, nous n’en avons quasiment pas. Par ailleurs nous exploitons les 30 % d’es- paces adblockés sur nos sites pour faire la pro- motion sans frais de nos produits. cbn_ Justement, quel regard portez-vous sur les adblocks ? cédric siré _ Le phénomène ne devrait qu’aug- menter et provoquer des ravages. Mais ce n’est pas un problème qui pourra être résolu de ma- nière individuelle. Malgré tout, notre modèle y estmoinsexposépuisquenousbasonslapublicité surlecontenu,l’influenceetl’hyperdataafindela rapprocherdel’intérêtdesgens.Cequimefrappe c’est que nous évoluons dans des métiers où les frontières deviennent extrêmement poreuses entre celui d’éditeur, de média, d’agence, de ré- gie… Il n’est plus possible aujourd’hui de distin- guerlestâchescarlesadblockstuentcettechaîne ou l’on séparait jusqu’ici le travail en quatre ou cinq activités. Nous nous dirigeons vers la nais- sance de modèles hybrides, un peu, média, un peu agence, un peu régie, un peu commerçant… qui mêleront toutes ces composantes pour conce- voir des stratégies digitales intelligentes. Les mouvements opérés sur le marché par les grands groupesmédiasactuellementenattestent. véronique morali_ Tout l’enjeu est d’inventer de nouveaux modèles publicitaires qui permettront de contourner la captation de la valeur par les GAFA et la façon dont les Millenials envisagent aujourd’hui la publicité. Ce qui revient à stopper lesmodèlesinterruptifs. l’enjeupournousestquel’onsoitdavantageconnu pour être des spécialistes verticaux y compris sur leprogrammatiquequecommedesspécialistesdu programmatiqueàproprementparler. cbn_ L’avènementdelavidéoestunenjeu majeursurlequelvousmisezénormément… cédric siré _ Le sujet de la vidéo sur internet est avant tout un sujet d’incarnants. Avec le rachat de Mixicom et la prise de participation dans Paramaker au Brésil l’an dernier nous nous sommes effectivement donné les moyens de de- venirundesleadersmondiauxdusecteureninté- grant quelques-uns des meilleurs talents du Web, qui représentent en cumulé plus de 2 milliards de vidéos vues chaque mois. Cette révolution nous a également amené à transformer nos rédactions pour qu’elles acquièrent de nouvelles compé- tences et la prochaine étape concerne notre capa- citéàprofiterdesdynamiquesliéesaulive. véronique morali_ Cette montée en puissance dans la vidéo nous permet par ailleurs de créer des passerelles vers les médias traditionnels. Puisque nous partageons le même ADN enter- tainment avec certaines entités de notre action- naire et que nos talents émettent de plus en plus le désir de se tourner vers d’autres supports que le web, comme le cinéma, la télévision ou l’édi- tion, nous allons être amenés à les accompagner danscesnouvellesvoies.Notreengagementdans l’eSport en est une parfaite illustration. Nous ai- mons avoir ce temps d’avance en étant là où les Millenials sont, ce qui nous amène à sortir du pé- rimètre digital pour devenir un groupe plurimé- dia dans l’entertainment. cbn_ Vousn’avezréellementaccélérésur lee-commercequ’en2016,pourquoisitard? cédric siré _ Nous avons pris le temps de choisir quelle sorte de e-commerce nous souhaitions faire car les modèles sont souvent déficitaires. Nous nous sommes donc interrogés pour savoir comment être rentables. Or il y a deux manière d’y parvenir : d’abord ne pas avoir de stock, ce qui implique de vendre des produits dématéria- lisés, comme on le fait en vendant du e-billet sur AlloCiné ou en créant la nouvelle place de mar- ché alimentaire « Pour de bon »; soit d’avoir une prévisibilité pour les approvisionnements, d’où la logique d’abonnement à nos box conçues par Surprizemi (Webedia Shopping Services). Le deuxième enjeu était de limiter les coûts d’ac- quisition du client. Or nos clients étant les 28 millions de personnes qui se rendent chaque “ LESUJETDE LAVIDÉOSUR INTERNETEST AVANTTOUT UNSUJET D’INCARNANTS” PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
  • 14. INTERNATIONALE Implantation CB NEWS . 14 . DÉCEMBRE 2016 RIO DE JANEIRO SAO PAULO 46 151 Staff *VU:nombredevisiteursuniquesenmillions,moyennes janvier-juin2016issuesdesmesuresderéférencelocales (Médiamétrie/NetRatings,comScore,AGOF,Gemius, EffectiveMeasures)oudesdonnéesanalytics. MOVIES GAMING GLAM TRAVEL FOOD MANAGER: CYRYLLE REBOUL BRÉSIL VU* 12,4 1,8 5,6 2,5 - 19,0 0,3 TOTALDESVU 39,9 M WEBEDIA NEW-YORK 100 LOS ANGELES 4 MANAGER: JULIEN MARCEL USA VU* 0,1 6,0 TOTALDESVU 6,1 M La galaxie WE
  • 15. CB NEWS . 15 . DÉCEMBRE 2016 BEYROUTH 104 ISTANBUL BERLIN MUNICH 100 85 15 FRANCE VU* 13,1 5,0 1,0 0,6 5,5 5,9 VU* MADRID 46 MANAGER: HERVÉ CUVILIEZ MOYEN- ORIENT VU* 4,0 2,3 1,9 0,7 1,2 TOTALDESVU 9,2 M MANAGER: NICOLAS JOHN 4,0 3,7 2,5 1,6 0,9 0,7 0,5 0,5 TOTALDESVU 9,0 M ALLEMAGNE VU* MANAGER: YALCIN PARMAKSIZ TURQUIE VU* 4,3 DUBAÏ 35 TÉHÉRAN 6 BELGRADE 30 ESPAGNE VU* 4,4 1,7 1,3 0,6 1,2 TOTALDESVU 7,0 M MANAGER: ANTONY DUMAS ITALIE VU* 0,5 0,8 TOTALDESVU 1,0 M PARIS 900 3,0 0,9 1,8 1,6 3,8 TOTALDESVU 27,6M
  • 16. CB NEWS . 16 . DÉCEMBRE 2016 D'EXPAT Parole ays le plus peuplé d’Amérique latine avec 200 millions d’habitants, le Brésil est aussi celui qui rassemble le plus grand nombre d’internautes : 76 millions, soit 13,2 % de la population latino-américaine. Raides dingues de foot, les Brésiliens sont aussi accros aux réseaux sociaux, leur taux de pénétration parmi la population connectée atteignant 86 % (vs 74 % pour les États-Unis). Il était donc naturel que Webedia en face un marché privilégié à l’international. « Lorsque nous y avons pris pieds en 2012, le pays possé- dait toutes les caractéristiques que nous recher- chions à l’époque », indique Cyrille Reboul, CEO de Webedia Brésil. « L’anglais n’y est pas la langue principale, le marché était concentré autour de portails généralistes qui représen- taient environ 70% des investissements publici- taires display et l’écosystème digital de publishing était très peu consolidé ». En y regar- dant de plus près, on peut même affirmer que le Brésil est le pays où ont été développées le plus grand nombre de “briques” du modèle Webedia français. De 2012 à 2015, le groupe s’y développe de manière organique en lançant ses deux verti- caux Purebreak et Purepeople, aujourd’hui le 2e  plus gros site brésilien d’actualité célébrités/ glamour avec 18 millions de visites mensuelles. PHOTO :DR. L’AUDIENCE DESSITESDU GROUPEWEBEDIA RASSEMBLE 40 % DESINTERNAUTES BRÉSILIENS. CYRILLE REBOUL ceo de webedia brésil DU DIGITAL « Nous avons également démarré nos activités de brand services avec un premier contrat pour L’Oréal qui nous est resté fidèle. Si bien qu’au- jourd’hui nous réalisons 100% de la production de contenus digitaux de la marque qui pèse pour plus du tiers de notre activité locale », poursuit Cyrille Reboul. Après le rachat d’AlloCiné (AdoroCinema là- bas), Webedia Brésil fait le plein de nouveaux actifs en rachetant en 2015 le leader local du contenu cuisine/recettes Tudogostoso (66 millions de visiteurs uniques par mois). « Cette acquisition nous a permis d’atteindre une taille critique et de rentrer dans le top 10 des groupes digitaux au Brésil », se félicite le patron local du groupe. La montée en puissance s’est poursuivie avec le rachat du Paramaker, premier réseau de chaînes YouTube au Brésil qui compte 5 000 chaînes et plus de 550 millions de vues mensuels ; puis, début 2016 de Digital Stars, le Mixicom brésilien, qui gère 4 des 5 plus gros influenceurs locaux. Avec 39,9 millions de visiteurs uniques sur ses sites propriétaires, Webedia Brésil est aujourd’hui une place forte à l’influence grandissante. Pour 2017, la priorité sera donnée au e-com- merce et à l’eSport : le groupe a lancé sa divi- sion sport électronique il y a deux mois en s’appuyant sur la marque IGN et prévoit d'inau- gurer une Arena à São Paulo fin janvier 2017. « Un studio d’enregistrement qui nous permettra d’être complètement autonomes sur la produc- tion d’événements », indique Cyrille Reboul. P LEBRÉSIL, PLACEFORTE internationale
  • 17. CB NEWS . 17 . DÉCEMBRE 2016 TOURISME Focus JEAN-PIERRE NADIR président fondateur d'easyvoyage TROTTEUR Globe nternet est aujourd’hui une source d’infor- mationessentiellepourlapréparationd’un séjour de vacances. 77 % des Français le consultent en ligne1 , le plus souvent pour comparer les prix et rechercher les meil- leures affaires, visualiser les lieux, compi- ler des informations pratiques et préparer leur itinéraire. L’internaute français visite en moyenne 8 sites et passe 2h et 5mn sur des sites de vente de voyages avant d’acheter. Tant et si bien que son son parcours d’achat dure en moyenne55,8 jours2 .Àl’arrivée,lesecteurpèse pour 1/3 du chiffre d’affaire du E-commerce français. S’y positionner paraissait donc couler desourcepourWebedia,lerachatd’Easyvoyage àl’été2015faisantdeluiunnouveaupoidslourd de l’industrie du e-tourisme. « Le secteur est très dynamique et les opportunités de développement médiasontnombreusessil’onsaitcréerlesbonnes synergies entre les différents leviers d’audience », reconnaîtJean-PierreNadir,présidentetfonda- teurd’Easyvoyage.Pionnièredel’infomédiation SPÉCIALISTEDEL’INFOMÉDIATION, EASYVOYAGESEPOSEENAMBASSA- DEURDEL’E-TOURISMEFRANÇAIS. audébutdesannées2000,l’entreprises’estbâtie au fil du temps une solide expertise en couvrant l’ensembleduspectredel’activité:contenuédito- rial, comparateur de prix, notation des hôtels de séjours,générationdecontenuparlesutilisateurs (UGC), sites de bons plans en ligne. Un savoir- fairequileplaceaujourd’huiau5e rangduclasse- ment des sites français de voyage avec une audience de plus de 3 millions de visiteurs uniques3 etunchiffred’affairesde22 M€.« Notre ambitionestdecréerunmaximumdeportesd’en- tréesurlewebdanslesecteurduvoyageendétenant touteslesinformationsutilesauxvoyageursetainsi decréerunécosystèmedontl’internauten’aaucune raison de sortir », indique Jean-Pierre Nadir. Au-delà de s’assurer un avenir serein face à une concurrence de plus en plus féroce, Easyvoyage profitedésormaisdel’expertisedeWebediadans le dévelopement d’audiences sur Internet pour étendre encore un peu plus son influence et sus- citerl’engagementdesinternautes,notammentà l’international.DucôtédeWebedia,l’acquisition d’Easyvoyage renforce son offre tourisme née aveclacréationde“LeBonGuide”,sitedepromo- tiondeladestinationFrance. Amélioration du référencement naturel, optimi- sationdesbasesdedonnéese-mailing,accroisse- ment des performances en social media… En ralliantWebedia,Easyvoyages’estdotédesoutils nécessaires pour s’inscrire dans une nouvelle dynamique. « L’arrivée de Google flight Hôtel ainsi que les forts investissements télé des princi- pauxacteursnousavaientplacésdansuneposture de résistance et nous voilà désormais repartis à l’offensive »,seréjouitJean-PierreNadir. I 1 ÉtudeOpodo2016 réaliséeparlecabinet RaffourInteractif. 2 Source : Google. 3 Sources : Médiamétrie / NetRatings, Internet Global, juillet 2016. Déduplication Easyvoyage + Officiel des vacances. ÇA VAUT le voyage PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
  • 18. CB NEWS . 18 . DÉCEMBRE 2016 cbn _ L’ambitiondelaSNCFestdedevenirun transporteurdigital,qu’est-cequecelasignifie réellement? guillaume pepy_ Cette expression signifie que le digital est au cœur de notre activité de trans- porteuretqu’ilestaujourd’huilelevierprincipal de transformation de l’entreprise. Au-delà du e-commerce et de la relation client, l’ambition du plan lancé il y a 20 mois est de mettre le digi- tal au service de la performance à travers trois thèmes principaux : le digital pour la relation clients, le digital pour tous les salariés et l’inter- netindustriel.Cedernierestsansaucundoutele chantierleplusprometteurpourl’entreprisecar il nous permet de réinventer une grande partie denotreproductionindustrielle.Grâceauxtech- nologiesdel’internetetauBigdatanoussommes désormais en mesure d’assurer une mainte- nance prédictive des infrastructures grâce à des outils nouvelle génération qui nous permettent de contrôler plus efficacement le réseau ferré, nos trains etnos gares. LEPATRONDELASNCFVEUTEMBARQUER TOUSSESSALARIÉSDANSLETRAIN DELATRANSFORMATIONDIGITALE. GUILLAUME PEPY président du directoire de la sncf TÉMOIN Le grand DELAVIEDEL’ENTREPRISE CHACUN acteur REND LENUMÉRIQUE
  • 19. CB NEWS . 19 . DÉCEMBRE 2016 PHOTO :DR. cbn _ Comment avez-vous embarqué l’interne danscesprogrammes? guillaumepepy_ Pardesinitiativesquiontpermis àchacundansl’entreprised’êtrepartieprenante du projet. La plus audacieuse a été la création en débutd’année2016del’application“InfosNégo”, conçue par Webedia, destinée à informer les sa- lariés des négociations sur le nouveau régime de travail.Elleaenregistré55 000téléchargements en 3 mois et plus de 1 500 commentaires y ont étédéposés,libérantainsilaparoledenombreux salariés du groupe. Son succès nous a d’ailleurs amenés à rationaliser l’écosystème d’informa- tion interne du groupe en développant une nou- velle appli baptisée “Les infos”, qui permet aux salariésd'obteniruneinformationpersonnalisée surleboncanaletaubonmoment. cbn _ Concrètement,quelestl’apportdeces initiativesdanslaviedel’entreprise? guillaume pepy_ Leur impact est visible sur au moins trois domaines sur lesquels nous n’étions pas suffisamment efficaces au- paravant : la transparence, l’in- teractivité et la valorisation du rôledechacun. Avec la création “Les infos” les salariés se sont sentis acteurs de l’actualité de l’entreprise alors qu’auparavant ils se sentaient spectateurs. Cette application permet à chacun de créer son propre itinéraire dans la re- cherche d’informations selon le métier exercé, son ancienneté dans l’entreprise, les questions qu’il se pose, etc. Sa force est de faire en sorte que chacun puisse se dire : “elle est faite pour moi”, en identifiant les sujets qu’il veut suivre et les outils qu’il veut utiliserpouryparvenir.J’ajoutequepourl’enca- drement ces informations sont précieuses, elles sontunsupportdumanagement. cbn _ Enquoil’apportdeWebediavousa-t-il étéutile? guillaume pepy_ Le point essentiel auquel nous nous sommes attaqués avec leurs équipes est de faire en sorte que le digital au sein de l’en- treprise ne soit pas l’apanage de quelques-uns. Nous avons par exemple conçu et lancé il y a déjà presque 3 ans une communauté interne dédiée à cette “évangélisation” du digital par la démonstration souvent très concrète, entre collègues, de l’intérêt du travail collaboratif per- mis par le digital. Très vite, nous avons pu nous appuyersur7500collaborateurscommeautant d’ambassadeursdesenjeuxetdessolutionsdigi- tales. Aujourd’hui, la plateforme a changé mais regroupe plus de 30 000 agents SNCF, en de- hors de tout positionnement hiérarchique, qui pensent et créent des outils digitaux véritable- ment opérationnels au quotidien. La question que nous nous posons toujours en permanence est comment embarquer à bord nos clients et nosagentsdesortequel’onn’oubliepersonneen routeetqu’onavanceleplus vitepossible. cbn _ Oùenêtes-vousdansl’avancéedes chantiersquiconcernentl’améliorationde l’expérienceclientdesvoyageurs? guillaume pepy_ L’appétit digital de nos voya- geurs est inextinguible. Concernant le sujet de la connectivité, la promesse sur laquelle nous nous sommes engagés est de faire en sorte que 90 % des voyages en train soient couverts en Wifi d’ici 2020. Grâce aux efforts fournis par les opérateurs,OrangeetSFRen tête, la couverture des lignes à grande vitesse en 3G et 4G avance bien. Celle des tun- nels également. L’épreuve de vérité est programmée en janvier 2017 avec une offre de couverture Wifi dans le TGV disponible sur les trajets Paris-Lyon dans un premier temps, puis Paris-Bordeaux dèsjuillet. cbn _ Verra-t-onunjourdescontenus contextualisésadressésauxvoyageursdurant leurtrajetentrain? guillaume pepy_ Nous menons des expérimen- tations qui s’en rapprochent, telles que l’appli “G envie”, qui informe les utilisateurs sur tous les services que les gares peuvent offrir en fonc- tion de leur temps disponible avant leur trajet, deleursenviesetdeleurlocalisation.Desoffres de « sociabilité » à bord de l’iD TGV sont aussi à l’étude, pour permettre à des voyageurs parta- geant le même centre d’intérêt de se retrouver à bord du train dans le cadre d’une communauté éphémère. Mais il ne faut pas oublier que pour une majorité de gens le temps passé en trans- port doit être du temps utile sur lequel ils sou- haitent garder la main. Difficile dans ces condi- tionsd’imaginerlesperturbersciemmentparde la publicité, aussi bien adressée soit-elle. “ LEDIGITALAUSEIN DEL'ENTREPRISE NEDOITPASÊTRE L'APANAGEDE QUELQUES-UNS.” TÉMOIN Le grand
  • 20. CB NEWS . 20 . DÉCEMBRE 2016 Les amis dont je ne pourrais pas me passer Ce sont tous des gens avec qui je travaille au quotidien. Chef Christophe, mon com- pagnon de route sur 750g et Chef Régis, qui collabore avec moi sur les vidéos de pâtisserie du site et que je côtoie depuis plus de 20 ans. J’habite… À Soissons, dans une maison où je re- trouve ma famille le temps des week-ends car en semaine je suis plutôt parisien. Jecirculeen… VTC, ce qui me coûte très cher, mais j’espère bientôt me « scooteriser ». Madeviseauboulot Sois sérieux mais ne te prends pas trop au sérieux. Maplusgrossebâcheprofessionnelle À 23 ans j’ai organisé un banquet de 1 000 personnes sans aucune expérience de traiteur, et le résultat s’est avéré très, très moyen. J’ai eu la honte de ma vie et me suis fait punir pour m’être montré trop prétentieux. Maplusgrandefiertéprofessionnelle Chaque projet que je concrétise. Les derniers en date sont mes restaurants « 750g, La Table ». En 17 mois j’en ai ouvert trois dont le dernier en date il y a un mois à Boulogne-Billancourt. J’en tire une grande fierté car je vois cela comme un accomplissement. Madestinationdevacancespréférée L’Italie, avec une préférence pour Venise, Rome et la côte amalfitaine. DAMIENDUQUESNE,CHEF EMBLÉMATIQUEDE750G,NE COMPTEPASSESHEURESPOUR ASSOUVIRSAPASSIONDELA CUISINE.SONPROFILLEPROUVE. DAMIEN CHEF Vue de l'exposition Er Xi, Air de Jeux de Ai Weiwei. CB Profil PHOTO :DR.
  • 21. CB NEWS . 21 . DÉCEMBRE 2016 PHOTO :DR. Mondresscode Il n’est pas très original. Comme je tra- vaille 18 heures par jour, c’est jean, basket et veste de cuisine. Et quand je veux être élégant je mets un sweat dessus… MonprogrammeTVoumasérieculte avouableetinavouable Je ne regarde quasiment jamais la télévi- sioncarjen’aiabsolumentpasletemps.J’ai toutefois pris le temps de savourer la série « En immersion » sur Arte, que j’ai adorée. L’avantage c’est qu’elle était courte, en quatre épisodes seulement. Mes3filmscultes « Mauvais sang » de Leos Carax, « Playtime » de Tati, que j’ai vu 50 fois, et « Inglourious Basterds » de Tarantino. Marecettepréférée Leroumazave,unesortedebouillondepot au feu au gimgembre et au brèdes. C’est le platnationalmalgachequej’aimangétoute monenfancepuisquejesuisné là-bas. Le site de recettes de cuisine 750g fondé en 2004 par Jean-Baptiste Duquesne, frère du Chef Damien Duquesne, est la première communauté de passionnés de cuisine, avec 5,5 millions de visiteurs uniques mensuels, et 10 millions d’inscrits à ses pages sociales. Cette success story à la française, qui a re- joint Webedia en 2014 est présent à l’interna- tional dans une dizaine de pays, se décline en presse grâce à « 750g Le Mag » en partenariat avec Mondadori, et en produits dérivés avec une gamme d’ustensiles, accessoires et livres de recettes. En août 2015, Chef Damien ouvre le restaurant 750g La Table, rue de Vaugirard dans le XVe arrondissement de Paris, puis rue de Turbigo dans le IIIe arron- dissement. Un troisième a récemment ouvert ses portes à Boulogne-Billancourt. LASUCCESSSTORY LES AMIS DÉTERMINANTS DANS MON PARCOURS… J’ai appris la cusine avec ALINE ROCQUE, une femme chef autodidacte qui m’a initié à la cuisine familiale. CLAUDE DARROZE, avec qui j’ai fait mes premiers pas dans la gastronomie. GEORGES ROUX, un grand monsieur de 80 ans, figure de la gastronomie française, toujours au fourneaux pour aider, conseiller et former des jeunes, des amis, des confrères... Mon père spirituel. Macantinepréférée « L’ami Jean » de Stéphane Jégo, rue Malar dans le 7e arrondissement de Paris, qui dé- clineavectalentleconceptdebistronomie. Monderniercoupdecoeurartistique L’exposition«ErXi,AirdeJeux»,del’artiste chinoisAiWeiwei,présentéeendébutd’an- née au Bon Marché Rive Gauche. Je n’avais jamais vuça.Untalentextraordinaire. Facebooketmoi Je suis fan. Je m’y rends tous les jours ma- tin, midi et soir, uniquement à titre pro- fessionnel. J‘entretien mon réseau, je réa- lise des vidéos, et ça me permet aussi de garder un lien avec mes anciens élèves du Lycée Hôtelier de Soisson, où j’enseigne depuis plusieurs années. CB Profil
  • 22. CB NEWS . 22 . DÉCEMBRE 2016 cbn _ Webediaachangédedimensionces troisdernièresannées,quelaétél’impactde cettemétamorphosesurl’activitédelarégie ? michèle benzeno_ Nous avons pris le pari de la verticalisation, en devenant leader sur les sec- teurs du Cinéma, du Jeu Vidéo, de la Cuisine et du Glamour sur lesquels nous intervenons sur l’ensemble du mix digital. Cela nous confère une capacité unique à cap- ter les passions des individus au travers de nos contenus et services, à y générer de la désira- bilité pour les marques, et à accompagner les consommateurs au plus près de l’acte l’achat. La valeur écrin de nos environnements médias positionne les annonceurs dans un contexte premium où l’attention est positive, ultra-contextualisée et cohérente aux terri- toires de marques. Des facteurs d’émergence uniques dans un marché où la course effrénée au reach délaisse la qualité du contexte, pour- tant vecteur d’efficacité. La croissance rapide du Groupe nous a ame- né à intégrer de nouvelles compétences et à repenser nos activités traditionnelles de régie qui ne sont plus qu’une brique de notre offre globale. Nous sommes désormais un intégra- teur multi-métiers, un architecte de solutions intégrées qui propose, par son expertise et sa proximité avec les acteurs de l’industrie du divertissement, des activations multiples. cbn _ Quelssontlesenjeuxdecette transformation? michèle benzeno_ Notre challenge est de créer des synergies entre tous nos métiers, en préservant les expertises et la chaîne de valeur de chacun d’eux, dans la plus grande cohérence avec les enjeux de nos parte- naires : activations média contextualisées, audience planning et data, mécaniques d’in- fluence, émergence organique en SEO et so- cial, production audiovisuelle et événemen- tielle, services et solutions BtoB... cbn _ Cettemutationinduit-elleune réorganisationmanagériale? michèle benzeno_ La métamorphose du groupe nous impose de remodeler les orga- nisations, ressources et compétences, ainsi que le mode de collaboration avec nos par- EN3ANS,LEGROUPEATOTALEMENTREPENSÉ SESACTIVITÉSTRADITIONNELLESDERÉGIE. MICHÈLE BENZENO directrice générale en charge des revenus MÉTAMORPHOSE Entretien NOUSSOMMESUN INTÉGRATEUR MULTI-MÉTIERS
  • 23. CB NEWS . 23 . DÉCEMBRE 2016 tenaires, en miroir d’un marché qui évolue en ce sens : le marketing se rapproche du produit, l’expérience client est au centre des considérations, et le digital réconcilie tous les points de contacts. Au cœur de notre organisation opèrent des commerciaux multi-leviers et des consul- tants experts sectoriels qui maîtrisent l’éco- système des industries où nous sommes lea- der. Ils ont pour mission de représenter tous nos savoir-faire, et d’apporter de la cohé- rence dans les solutions proposées pour leur conférer plus d’efficacité et de qualité. Ils s’appuient sur des experts research et marke- ting, spécialisés par verticale et en relation étroite avec les équipes commerciales. Nous allons accentuer en 2017 cette logique tout en préservant nos expertises spécifiques sur le mobile, le programmatique, les talents, le social et l’eSport. cbn _ Celaimpliqueégalementunnouveau modèled’organisationpourfluidifierla productiondevoscontenus. michèle benzeno_ Nous mettons en place un service Delivery Measurement chargé d’ac- compagner la diversification de nos activités et d’assurer le suivi, la mesure et le reporting des dispositifs. Hier, nous étions en charge de produire des sites, d’y diffuser des contenus et formats publicitaires. Aujourd’hui nous sommes res- ponsables d’un écosystème étendu qui comprend dis- positifs médias aux scé- narisations data évoluées, activations de talents, dispositifs événementiels digitaux et physiques, pla- teformes de ticketing très riches en insights… cbn _ Vousêtesdoncdésormaisbienplus qu’unmédia? michèle benzeno_ Tout à fait. Le Groupe Webedia intègre les filières et participe au développement des industries dans lequel il est engagé. Sur le Cinéma, nous proposons des sites, applications et systèmes de billette- rie pour les exploitants de salles, et sommes le premier fournisseur mondial de données, (horaires et programmation) auprès des studios et des GAFA. Sur le Gaming, nous développons l’industrie du eSport avec des clubs eSportifs (en accompagnant notam- ment le club PSG eSports), un organisateur d’événements, et la gestion de joueurs et ta- lents. Dans l’univers du Food, nous sommes proches des plus grands chefs via l’Académie du Goût, nous avons développé la première communauté sociale avec 10 millions de fans et ouvert trois restaurants 750g pour tou- jours plus de liens entre digital et physique. cbn _ Lecontentmarketingest-illameilleure armecontrelesadblocks? michèle benzeno_ C’est l’approche contenu- data-influence qui fonctionne. Notre socle de data est l’un des plus qualifiés du marché : via notre DMP, nous collectons en continu sur tous les devices des informations sur les univers du cinéma, du gaming, de la cuisine. En découlent plus de 200 segments basés sur les comportements de navigation, de transaction, d’interactions sociales… et une capacité à trouver des profils thématiques très différenciant dans des volumes considé- rables : assidu ou occasionnel cinéma, joueur console ou PC, fan de salé ou sucré etc. Nous en maîtrisons aussi la monétisation grâce au partenariat noué avec Tradelab et son approche d’audience planning unique sur 100% du web Français, via des algorithmes qui tiennent compte des particularités des cycles de vie des industries et qui intègrent la problématique d’adblocking. “ LAVALEUR ÉCRINDENOS ENVIRONNEMENTS MÉDIASPOSITIONNE LESANNONCEURS DANSUNCONTEXTE PREMIUM. ” PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
  • 24. CINÉ L'invité CB NEWS . 24 . DÉCEMBRE 2016 50 our mesurer l’impact de la révolution digitale sur le métier de distributeur dans le cinéma, la solution la plus fun serait sans aucun doute d’effectuer un trajet de 10 ans en arrière au volant de laDeLoreanconduiteparMartyMcFly dans“Retourverslefutur”,etredécou- vrir comment était assurée la promotion des films sans l’appui des médias sociaux. Car leur explosion a multiplié les points de contact et a transformé une logique de pure audience média en la couplant à la nécessité de l’engagement, de la conversation et de l’in- fluence entre communautés, les spectateurs devenant des ambassadeurs. Silabandeannoncedemeurelaprincipalearme de persuasion massive des distributeurs, Facebook, Twitter, Instagram ou encore Snapchatsontdésormaisdesvecteursessentiels à la destinée d’un film. Mais ils affaiblissent d’autant l’influence du secteur. Face à ces bouleversements, Xavier Albert, le Directeur Général d’Universal Pictures France, se montre résolument optimiste : « le terrain de jeu pour l’entertainment s’est considérablement agrandi », indique-t-il. « L’avènement du mobile, des plateformes digitales, des réseaux sociaux et de la data nous offre un champ d’activation mar- keting inouï. Notre plus gros défi est de le mettre intelligemment à profit car, paradoxalement, la multiplication des canaux de communication nous complique sensiblement la tâche pour faire émerger nos films, un nouveau titre en chassant unautre », poursuit-t-il. « Cela a engendré la création de nouveaux conte- nus dérivés du film, que ce soit via des influen- ceurs,commecelaaétécasavecunstuntorganisé pourlasortiedeJasonBourneavecl’intervention deMattDamon,oubienleretouraupremierplan d’événements spéciaux telles que les avant-pre- mières customisées destinées aux fans, comme pour Warcraft par exemple, ou les tournées de talents en province sur les productions françaises ». « Maislapuissancedel’idéen’estriensiellen’estpas coupléeàunciblagepointupermettantdesegmen- terefficacementlesprofilsdesspectateursenfonc- tiondeleursgoûtscinématographiquesoudeleurs centres d’intérêt », prévient notre expert. Pour Universal Pictures, AlloCiné reste un canal d’in- fluence incontournable. «Cequim’intéresse,c’est nonseulementsapatteéditoriale,quenousavons par exemple utilisée cette année en confiant à ses équipeslecommunitymanagementdufilm“Agents presque secrets”, mais aussi sa capacité à gérer la data et la synergie que le groupe peut activer avec sesautresentités». P NUANCESDE PHOTO :DR. L’INFLUENCEDESRÉSEAUXSOCIAUX SURLADESTINÉED’UNFILMEST TELLEQU’ELLEIMPLIQUEUNERÉELLE INTELLIGENCETACTIQUEDANS SAPROMOTION. créativité XAVIER ALBERT directeur général d’universal pictures france
  • 25. CB NEWS . 25 . DÉCEMBRE 2016 ienquelaplusgrossepartdesesinves- tissements publicitaires soit encore consacréeàlaTV,ceuxdédiésaudigi- tal connaissent une progression constante au sein du groupe Seb. « Le sujet est central car nous évoluons sur descatégoriesdeproduitdansl’équipementdomes- tique où l’expérience consommateur est transfor- méedeboutenboutduparcoursclientparledigi- tal »,confieGuillaumePlanet,VPMediaetDigital marketingglobaldel’entreprise. « Ilestaussicentralparcequechaquelignedepro- duit s’adresse à des cibles d’acheteurs spécifiques que les médias classiques ne nous permettent pas d’adressercorrectement »,développe-t-il.Lorsque l’onsaitquelecookingestlatroisièmecatégorie de requêtes la plus tapée sur Google, et le sujet “cuisine” le deuxième centre d’intérêt exprimé surFacebook,oncomprend d’autant mieux l’in- térêt du spécialiste de l’électroménager pour le digital et dans ce cadre le content marketing, dont il a confié les bons soins aux équipes de Webedia. « Sonutilisationauneffetdoublementvertueuxsur nosmarquespuisqu’ilnouspermetdemieuxenga- gernosconsommateursmaisaussid’enrichirnotre base de datas, donc notre connaissance clients », ajoute Guillaume Planet, qui mène une chasse à la déperdition d’audience. « Notre vision est de mieuxoptimisernosinvestissementsmédiasclas- siquespourêtreenmesured’injecterdavantagede budgetdansnotrestratégiedecontentmarketing. Ceafinderentrerdansuncerclevertueuxpermet- tant d’enrichir fortement l’expérience client, qui génèrera de la data et permettra de connaître encoremieuxcesclientsetdoncdelesciblereuxou leurspairsavecmoinsdedéperdition ». En 2015, la marque Moulinex a ainsi développé un ambitieux programme de brand content pourpromouvoirsonrobotcuisineCompanion. Au menu, des contenus et des services concoc- tés sur mesure au sein d’un espace dédié réalisé en responsive sur le site 750g, allant des clas- siques recettes vidéo jusqu’à un programme de coaching pour prendre en main le produit, en passant par des témoignages de la communau- té. Un espace lui-même mis en avant par du contenu natif sur l’ensemble de l’écosystème Webedia à travers le sponsoring de 30 mots- clés et près d’une centaine de posts publiés sur Facebook pour viraliser les contenus tout au long de l’année. « Une étape importante pour le groupeseral’activationdestratégiesdecontenus autour de nos produits connectés, qui devraient êtrelesoutilscentrauxduCRMdedemain », pré- dit Guillaume Planet. Uneambitionquipourraitseconcrétiserparl’ex- tension du partenariat avec Webedia dans le domaine du data-driven marketing, Seb comp- tant s’appuyer sur l’expertise du groupe média pour optimiser sa stratégie en France comme à l’international. B LEDIGITALPERMETAUGROUPE ÉLECTROMÉNAGERDERÉINVENTER L’EXPÉRIENCECLIENTSURSESPRODUITS. CLIENT Focus BRAND CONTENT : LESBONNESRECETTESDESEB
  • 26. CB NEWS . 26 . DÉCEMBRE 2016 Le cinéma est à un momentcharnièreoùtous les schémas bougent : on assisteàl’internationalàla formation d’énormes structures : Wanda ou Alibaba qui rachètent sallesetstudios,lesrumeursoùDisneyrachète- raitNetflixaprèsavoirmislamainaveclesuccès que l’on sait (et le prix que l’on connait) sur Marvel et Lucasfilms. En France on ne voit pas comment il en serait autrement. Chacun est attentif à ce que feraient les Chinois de notre marché (salles ? chaînes de télés ?), quid de SFR ? Orange ? Free ? Il y a des stratégies de contenus à prendre en compte et sans doute des rapprochements probables entre chaines de télés, salles de cinéma, producteurs, distribu- teurs, afin de concurrencer à notre niveau ces mastodontes qui nous entourent. À côté de cela, le cinéma de niche indépendant aura toujours sa place dans notre pays, sans douteensesegmentantencored’avantage,mais avec un public fidèle. Ce sont les sociétés et les THIERRY LACAZE dg de wild bunch distribution UNACTEURDECINÉMA:Dustin Hoffman, acteur de génie dont je peux me passer en boucle les 20 premiers films de sa filmographie. UNESCÈNEDECINÉMA: le départ sur le quai de la gare de Guy face à Geneviève dans Les parapluies de Cherbourg, parce que Demy, Catherine et ses larmes, et la musique de Legrand. UNPERSONNAGEDEFILM:le Lauréat, drôle, pas à sa place, hésitant, et en même temps à l’âge de tous les possibles. La jeunesse quoi. UNERÉPLIQUEDEFILM: «-Tuessibellequeteregarderestunesouffrance. -Pourtant,hiertudisaisquec’étaitunejoie. -C’estunejoieetunesouffrance». Dans deux films extraordinaires de Truffaut. UNSUPERHÉROS: Deadpool, le plus cool des superhéros. UNEINVENTION: le cinéma bien sûr. UNSITEWEB: booking.com parce que les vacances c’est tout de même génial !!! UNEAPPLI:Taxi G7 parce qu’on rentre tard dans le cinéma. UNECHANSON: “ Quand on n'a que l’amour ”, parce que Brel. UNEIMAGEINOUBLIABLE: Peter O’Toole dans le désert de Jordanie dans “ Lawrence d’Arabie ”. Quand l’histoire se confond avec l’Histoire. films du milieu qui en pâtissent le plus. Leur place dans les années à venir est préoccupante. Quelles seront les prochaines étapes détermi- nantes pour son évolution ? Le cinéma doitrester une expérience : - Pour les blockbusters, une expérience riche en offre premium de confort, de son, de facilité d’accès,etc. - Pour les films d’auteurs, partager une expé- rienceavecd’autresàl’heureoùtoutpeutsevoir sur un écran partout, tout le temps : des ren- contres, des débats d’idées, un livre ou un dvd acheté en sortant. C’est ce que les salles d'art et essaidoiventfaire pour résister. -Lachronologiedesmédiaspermetauxsallesde maintenir un fort niveau d’entrées, et un mail- lage exceptionnel sur le territoire, mais le nombredefilmsesttropimportantpourquetous soient exploités comme ils le doivent. Une sou- plesse est à prévoir pour que les films qui dispa- raissent trop vite puissent être visibles au plus vite sur d’autres supports que la salle. C’est cette invisibilitéquirendlepiratageimportant,etque lesauteursnesupportentpas. VOTRE REGARD SUR L’INDUSTRIE DUCINÉMA ? CADRE Plein Sij'étais… PHOTO :DR.
  • 27. CB NEWS . 27 . DÉCEMBRE 2016 emandezàArnaudMétralquelestle verbe qu’il conjugue le plus réguliè- rement dans le cadre de ses fonc- tions chez Webedia et la réponse fuseinstantanément:“s’adapter”. Que ce soit pour faire face à l’avène- ment du mobile, à l’explosion de la vidéo ou aux nouvelles règles de consommation de contenus vialesplateformesetlesréseauxsociaux,samis- sionconsisteàouvrirengrandlechampdespos- siblespourqueWebediaprogressedanslemême tempoqueceluiimposéparlesnouveauxusages desinternautes.Cequiconsisteàseréinventerun peuchaquejour,tantsurlefondquesurlaforme. Pour y parvenir, le tout est de s’appuyer sur une organisationsansfaille,etl’intéressén’endémord pas, Webedia est un modèle du genre. « En déployant des pôles d’experts dédiés à chacun des réseauxsurlesquellesnouscréonsducontenunous nous donnons les moyens d’être réactifs et perfor- mants quelles que soient les nouvelles “gram- maires” que nous devons intégrer », déclare-t-il. Comme par exemple faire court, ludique et ins- tantané sur Snapchat ; favoriser le live sur Facebook (ou chaque live atteint entre 30 000 et 100 000 vidéos vues), pousser la présence d’AlloCiné sur la plateforme (la marque est pas- sée en deux ans d’1 million de vidéos vues par mois à 30 millions), ou sur YouTube (plus de 15 millions de vues grâce aux productions mai- son);mettreenœuvreunestratégiecohérenteet unifiée pour les applis mobile du groupe ; mais aussidévelopperlestechnologiesetoutilsdepilo- tageadaptés ;etgarantirledéploiementrapidede toutescesnouveautéssurtouslessitesàl’interna- tional… La démarche est la même lorsqu’il s’agit d’imaginer de nouveaux modèles de monétisa- tion en e-commerce ou dans les services BtoB à destination notamment des exploitants de salles decinéma,pourlesquelsWebediaproposelages- tiondeleurbilletterie,deleurssites,applications, etdeleursventesenligne.ArnaudMétralseposi- tionne en gardien de l’agilité du groupe, prompt àluidonnerlesressourcesnécessairespourtisser satoilesurleWeb. D En regroupant les expertises médias de Webedia etdatadeCampdeBases,WebediaDataServices propose une offre unique couvrant toute la chaîne de la data (stratégie, collecte, activation, repor- ting et analyse) pour faire converger les stratégies “CRMédia”toutaulongduparcoursclient,viaune DMPdisponibleenmodeSaaS,«Quintessence». Cette offre complète celle d’ores et déjà proposée parWebediaBrandServicesautourdelacréationde contenusetd’audiencespourdesannonceurs.Nous travaillons sur l’ensemble des données issues de l’écosystèmeWebedia,enintégrantlapartieanaly- tics,lapartieécoutesocialeviaSémantiwebetlapar- tieréseauxsociauxavecNukeSuite,cequidépasse trèslargementlestableauxdebordclassiquesutilisés parlesmarquesqui,souvent,ontuneconnaissance trèsparcellairedeleursclients.Grâceàcesavoir-faire en hyperpersonnalisation nous sommes à même d’élaborer des parcours de contenu spécifiques à chaqueutilisateurdenoscanauxdediffusion. D'ÉDITEUR Parole ARNAUD MÉTRAL dg en charge du publishing C’EST PERFORMER S'adapter PHOTOS:© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE. LEPOINT SUR: WEBEDIA DATA SERVICES parChristophe Cousin
  • 28. CB NEWS . 28 . DÉCEMBRE 2016 cbn _ Qu’est-ce qui motive la montée en puissance du content marketing chez Webedia ? raphaël grandemange _  Notre conviction est que le marketing de demain passe par la maîtrise de la production et de la distri- bution du contenu. Il est désormais prouvé que le content marketing est un levier d’ac- quisition et de performance extrêmement efficace, capable de remplir les objectifs que se fixent les annonceurs, à savoir générer du trafic, favoriser l’engagement des inter- nautes et booster les ventes online et offline. Notre ambition est donc de réinventer les marques par le contenu, en conciliant le monde de la création et de la data. cbn _ Commentsestructurel’activitéde WebediaBrandService? raphaël grandemange _  Elle s’appuie sur une équipe de 300 personnes et s’articule autour de 4 métiers : le conseil, la création de contenu, l’engagement et la data. Une profondeur de services qui, il faut bien le reconnaître, n’était pas correctement identifiée par les annonceurs jusqu’il y a six mois. Nous avons donc refondu notre offre afin d’être clairement perçus non plus comme un simple spécialiste de la pro- duction de contenu mais comme une agence full service qui intègre l’ensemble des métiers. Notre ambition est d’investir sur cette partie servicespourprendretrèsvitedespartsdemar- ché et consolider notre position de référent du secteur. Nous sommes d’ailleurs actuellement dans une très bonne dynamique puisque l’ac- tivité du pôle, qui représentait 27 % du chiffre d’affairesdugroupe en2015,passeraà30 %en fin d’année. cbn _ Voussouhaitezdevenirlepremier acteurdelaBrandTechfrançaise,quelssont vosatoutspouryparvenir? raphaël grandemange _  La Brand Tech, c’est avant tout un état d’esprit qui se traduit par la maîtrisedesdynamiquesàlafoiscréatives,ana- lytiques et technologiques. Ma conviction c’est qu’aujourd’hui le partenaire idéal pour accom- LEDIRECTEURGÉNÉRALDEWEBEDIA BRANDSERVICESENTENDFAIRE DUGROUPELEPREMIERACTEUR DELABRANDTECHFRANÇAISEEN CONCILIANTCRÉATIONETDATA AUSEIND‘UNEOFFREFULLSERVICE. RÉINVENTERLES MARQUESPAR LECONTENU RAPHAËL GRANDEMANGE directeur général de webedia brand services BRAND TECH Entretien
  • 29. CB NEWS . 29 . DÉCEMBRE 2016 permettant la veille, la gestion de production et ladistributiondecontenus,ainsiquelesuivides performances de nos dispositifs. cbn _ L’internationalestégalement unélémentprépondérantdevotreoffre… raphaël grandemange _  C’est évidemment un enjeu clé lorsque l’on s’adresse à des groupes qui ont des activités internationales, et c’est une composante de différenciation supplémen- taire vis à vis de la concurrence. Aujourd’hui, grâce au rachat d’Edit-Place nous sommes en mesure d’accompagner nos clients dans la pro- duction de milliers de contenus en plus de 40 langues dans des délais très courts grâce à sa marketplace réunissant plus de 3 000 profils de rédacteurs et traducteurs. Nous avons par ail- leurs une présence dans 10 pays où nous avons une offre consistante de services. cbn _ Pourfinir,quelssontselonvous lesécueilsquifreinentledéploiementdu contentmarketing? raphaël grandemange _ Lamesuredel’efficaci- té est le principal challenge auquel nous faisons face.Noustravaillonssurdesdispositifsqui,par nature,sonttrèscomplexesàmesureretnousne pouvonspasnousreposersurlelastcliccarc’est lepireennemiducontenu.Ànousdetrouverun systèmequipermetted’attribuerlabonnevaleur àchaqueactiond’unecampagne.C’estuntravail ad hoc à mener avec chaque client, et c’est une desraisonsquinousontmotivésàmusclernotre approchesurlapartieanalytics. pagner les annonceurs est un groupe comme le nôtre, qui leur propose un guichet unique pourpiloterleurstratégiedecontentmarketing. Même si la technologie prend de plus en plus de place, nous opérons sur un business de talents. Nousn’hésitonsdoncpasàmusclernotreéquipe créative - qui représente aujourd’hui 10 % de l’effectif - pour imaginer des dispositifs origi- naux qui s’inscrivent dans une dimension data- driven. Notre valeur ajoutée se situe dans notre savoir-faire de publisher, de compréhension des audiencesetindividus(« consumerknowledge ») et dans notre capacité à réinjecter ces compé- tences dans la création pour qu’elle soit la plus efficace possible. Nous lançons d'ailleurs en pa- rallèle une offre de formation dans les métiers du digital et du content marketing à destination desentreprises,WebediaLearning. cbn _ Vousn’êtespaslesseulsàvousinscrire danscettedynamique… raphaël grandemange _  C’est vrai, mais ce qui nousdistinguedelaconcurrencec’estnotremaî- trise de la technologie. Nous y avons massive- mentinvestiendéveloppantàlafoisnospropres outilsetenfaisantdesacquisitionsquinousper- mettent de proposer au marché une offre iné- galée. Nous nous sommes ainsi dotés cette an- née d’un département Data Services grâce à la prisedeparticipationmajoritairedanslasociété Camp de Bases, dédiée à l’accompagnement des stratégies datamarketing de nos clients. Et par ailleurs, grâce à l’acquisition de Sémantiweb, nous nous sommes équipés d’une technologie exclusive d’écoute du web nous permettant de démultiplierlapertinencedenoscontenus. cbn _ AveclerachatdeNukeSuitevousavez égalemententaméledéveloppementde votreoffredesolutionsauto-administrées, WebediaTechnologies.Quelestlesensde cetteorientation? raphaël grandemange _  Une de nos missions pourréinventerlesmarquesparlecontenuc’est detrouverunenouvellefaçondenousorganiser afin de répondre au mieux au niveau de matu- rité très hétérogène de nos clients. L’intégration de Nuke Suite nous permet de proposer à ceux quiledésirentuneplateformedegestiondespu- blicationssociales,enleurgarantissantunepro- duction de contenus encore plus collaborative, et d’intégrer de nouvelles possibilités telles que le social CRM. Webedia Technologies, ce sont aujourd’hui différentes solutions propriétaires “ CEQUINOUS DISTINGUEDELA CONCURRENCE, C’ESTNOTRE MAÎTRISEDELA TECHNOLOGIE” PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
  • 30. CB NEWS . 30 . DÉCEMBRE 2016 uand BNP Paribas décide de lan- cer son modèle de banque en ligne Hello bank! à l’été 2013, elle ne choisit pas la facilité puisque le secteur est déjà très encombré. De cette difficulté la nouvelle marque décide pourtant de faire un atout en prenant le parti de se différencier de la concurrence en adoptant un positionnement lifestyle qui s’inscrit dans les nouveaux usages de la mobilité. Sa signature publicitaire “mobile comme vous” résume à elle seule la philosophie de la marque. Lancée autour de quatre valeurs : la simplicité, la sécurité, l’hu- main et le côté smart - puisqu’elle offre toute la gamme de produits de BNP Paribas – Hello bank! a été pensée autour d’un écosystème marketing qui optimise son paid et owned media. « Il ne suffit pas aujourd’hui de dépenser de l’argent dans les médias mais également de produire du contenu et faire en sorte qu’il soit suffisamment intéressant pour être partagé afin d’optimiser nos budgets et nos coûts d’acquisi- tion », déclare Ariel Steinmann, Directrice Marketing et Communication d'Hello bank!. Préemptant les territoires du mobile, de l’inno- vation et de la musique, la marque confie à Webedia la conception du magazine online “Hellolife”pourrépondreàtouteslesquestions que se posent les internautes sur la gestion quo- tidienne de leur argent (patrimoine, banque en ligne,immobilier,fiscalité,lafamille…).Chaque moisuneéquipedédiéed’unedizainedejourna- listes publie 50 articles dont quelques-uns abordent avec humour des thèmes plus légers : les stars et leurs maisons incroyables, l’histo- rique des visuels sur les billets de banque… « Nous sommes dans une logique média où la marquechercheàgénéreruneaudiencevialeréfé- rencement naturel et les réseaux sociaux », déve- loppe Ariel Steinmann. Et la formule fonc- tionne. « Après deux ans d’existence, le site enre- gistre plus de 3 millions de visites dont la moitié sur mobile, 1 700 articles ont été publiés et notre chaîne YouTube compte 7 000 abonnés », pour- suit-elle.Etsurtout,fin2015Hellobank!possé- dait 237 000 clients . Ce succès a poussé le groupe bancaire à lancer il y 6 mois le pendant d’Hello life pour BNP Paribas, le magazine “Le Mag”, aujourd’hui inclus dans le site mabanque.bnpparibas. Plus informatif qu’Hello life, celui-ci sert davantage les enjeux CRM de l’établissementbancaire. Q PHOTO :DR. AVECSONMAGAZINE“HELLOLIFE”, LABANQUEENLIGNEDUGROUPE BNPPARIBASBOUSCULELESCODES BANCAIRESPARUNEAPPROCHE CONTENTLIFESTYLERAFRAÎCHISSANTE. HELLO BANK ! SERÉINVENTEENMÉDIA CLIENT Focus
  • 31. CB NEWS . 31 . DÉCEMBRE 2016 par les célébrités et les influenceuses, l’informa- tionviadesarticlesnewsettendances,etl’exper- tise des équipes. « Depuis ses débuts nous avons clairement fait évoluer le positionnement du site versuntraitementaxéinfluenceusescarellessont les nouvelles icônes des millenials », déclare Delphine Buchotte, Directrice Communication etDigitaldeL’OréalParisFrance.Positionnement récemment renforcé par la création en partena- riat avec YouTube de Beauty Tube, la première école de coaching de youtubeurs beauté. « Nous sommes parvenus à créer un storytelling pérenne en fidélisant notre audience à travers un contenu divertissant », poursuit Delphine Buchotte. Une manière intelligente de renforcer la présence à l’espritdelamarqueetparlàmêmelesintentions d’achatdeses clientes. Avec cette approche brand publishing L’Oréal Paris répond par ailleurs au défi posé par les adblocksetl’explosiondumobile,quireprésente aujourd’hui 50% du traffic du site. « Signe que noussommesdanslevrai,letauxderebonddusite est assez bas et son taux de revisite inversement assezélevé »,insisteDelphine Buchotte. AVECLESITEGETTHELOOK,LEGROUPE COSMÉTIQUERENFORCEPARLECONTENU SONINFLUENCESURLESMILLENIALS. ENMODE GLAMOUR Webedia investit près de 15 % de son chiffre d’af- faires dans les outils et solutions IT, et emploie plus de 200 ingénieurs et développeurs. Avec Webedia Technologies, nous développons une offre 100 % SaaS en nous appuyant sur des actifs technologiques qui ont fait leur preuve au sein du groupe, ou sur des acquisitions ciblées qui permettent de compléter notre offre. A terme, ces actifs couvriront toute la chaîne de veille sur les contenus, l'identification des tendances et des thématiques, la production des contenus, la distribution, la monétisation de la data associée et l’analyse de leur performance Plus de cent clients utilisent déjà nos solutions de gestion de contenu. Avec l’acquisition récente de Nuke Suite, nous complétons nos savoir-faire et pas- sons une nouvelle étape en proposant une offre totalement libre-service à nos clients, très com- plémentaire à nos offres sur-mesure autour du content marketing. L’ORÉAL ancéilya4ansparL’OréalParis,lesite Get the Look avait à l’origine vocation de couvrir le tapis rouge du Festival de Cannes, dont le groupe est un parte- naire fidèle. Son succès d’audience (10 millionsdevisiteursuniquesdepuis 2012avecunpicà4millionsurl’année2015)lui vaut aujourd’hui d’être reconnu par ses lectrices comme un média de référence sur l’actualité mode/beauté des stars et des influenceurs du moment. L’ADN du site repose sur quatre items : laproximitéavecleslectrices,leglamourincarné L CLIENT Focus LEPOINT SUR: WEBEDIA TECHNO LOGIES parAntoine Hermite, Directeur Technologies etInnovation PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
  • 32. CB NEWS . 32 . DÉCEMBRE 2016 ésormais premier lieu d’interac- tions sociales entre les internautes, les forums, blogs et autres réseaux sociaux représentent une mine d’or en terme d’informations pour qui saitlesexploiter.C’estenpartantde ce postulat et poussées par le désir d’apporterunedimensiontrèsmarketingàl’uni- versdel’e-réputationqueSoniaLecommandoux etVirginieBarbieri,fondatricesdeSémantiweb (ci-dessus), passent au crible depuis cinq ans la voix des internautes pour mieux cerner leurs attentes et leurs usages. « Cequenousproposons auxannonceursc’estunelecturesémantiqueetun décodage marketing outillé des échanges sponta- nésduwebafindeleurdonnerdelavaleurstraté- gique et les rendre opérationnels pour l’entre- prise », confie Virginie Barbieri. L’offre de l’agence s’articule autour de trois briques : l’e-listening, ou audit conversationnel, permettantd’écouteretdedécodercequedisent lesconsommateurssurleWeb,InsightTrack,une suitelogiciellebaséesuruneinterfacedesuivide conversations sur les médias sociaux, et du conseilendataexpertiseetconsumercontent. Pour arriver à ses fins, l’agence s’appuie sur un savoirméthodologiquespécifiqueportéparune approche sur-mesure auprès de ses clients. « En smartdata,cequicomptecen’estpaslevolumede donnéestraitéesmaisleurreprésentativitéetleur interprétation », poursuit Virginie Barbieri. À partir d’algorithmes sémantiques de structu- ration automatisée de la data, l’agence déploie donc une technologie propriétaire qui lui per- met de suivre l’évolution des conversations sur les dix dernières années en s’appuyant sur des basesdedonnéescouvrant90 %dequalification sociodémographique.Lesannonceurssontainsi capables de mettre en perspective les données avec des références sectorielles et de cibles, et ainsi d’enrichir leur stratégie marketing et digi- taleavecdescontenusnouveaux,enadéquation avec les attentes des consommateurs. D SONTDANSLESCONVERSATIONSDES INSIGHTS CLIENTS Les vrais L’ANALYSESÉMANTIQUE DESÉCHANGESSPONTANÉS DUWEBESTLEGAGED’UNE EFFICACITÉACCRUEDESA STRATÉGIESOCIALMARKETING. LISTENING Social INTERNAUTES PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
  • 33. CLIENT Focus CB NEWS . 33 . DÉCEMBRE 2016 hez Danone, l’ouïe est un sens tout aussi important que le goût. Entendez par-là que le géant ali- mentaire apporte une importance au moins aussi grande à ce que racontent les consommateurs sur ses produits qu’au goût qu’ils leur trouvent. En matière de e-listening, le groupe a un appétit d’ogre et passe chaque jour au peigne fin des millions de conversations sur le web concernant chacune de ses marques et les sujets food, santé, boisson et enfants, qui sont dans le top ten des items les plus discutés dans le monde. Entre autres objectifs de cette démarche, la recherche d’insights consommateurs est cen- trale pour les équipes marketing du groupe. Mieux comprendre les sujets qui sont discutés, liés à ses métiers, mais aussi par qui et où ces sujets sont le plus abordés lui permet de mieux orienter la communication de ses marques. S’il sollicite plusieurs prestataires pour l’aider à interpréter ces contenus conversationnels, il noue depuis deux ans un lien particulier avec l’agence Sémantiweb. « La plupart du temps lorsque l’on fait de l’écoute sur le web, c’est plutôt à l’aveugle », déclare Christian Veysseyre, Directeur de la Social Media Intelligence chez Danone. « Onsaitcequiestdit,maispasprécisé- ment par qui. Or, ce qui fait la force de Sémantiweb, c’est leur capacité à qualifier cette conversation.Façonnerlesdatasrécoltéesafinde délivrerunerecommandationmarketingestune spécificité que l’on ne retrouve pas beaucoup ail- leurs », argumente-t-il. Jusqu’à présent utilisée essentiellement par la division Danone Produits Frais, l’expertise de l’agence a par exemple contribué au nouveau positionnement d’Activia porté par la signature “Live InSync”, soit “Vivre en phase”, qui traduit la nouvelle ambition de la marque : donner de l’inspiration aux femmes pour exprimer leur potentiel, à travers le vecteur de l’émotion. Autre exemple, « sur un produit “enfant”, l’ana- lyse des éléments sémantiques nous a permis de nousrendrecomptequelaciblequenousdevions viser était plus jeune que celle que l’on imagi- nait », révèle Christian Veysseyre. « Lasouplesse d’esprit est d’ailleurs une qualité recommandée lorsque l’on analyse les contenus conversation- nels spontanés des internautes, car c’est une approche totalement inductive et il ne faut pas avoir peur d’être surpris par les enseignements qu’on en retire ». C LEE-LISTENINGPERMETAU GROUPEALIMENTAIREDEMIEUX ORIENTERLACOMMUNICATION DESESMARQUES. à l’écoute DANONE DUWEBSOCIAL PHOTO :DR.
  • 34. ARCHISOCIALE Interview CB NEWS . 34 . DÉCEMBRE 2016 cbn _ L’influenceestaujourd’huiunlevierclé encommunication,enquoilacréationdulabel TalentWebrépond-t-ilàcenouvelenjeu? thierry boyer_ Talent Web est l’entité qui réu- nit les activités de tous les talents de Webedia en France, au Brésil, en Allemagne et en Espagne. Ils représentent plus de 2 milliards de vidéos vues par mois, et 350 millions d’abonnés dans le monde. En France, le label est le premier réseau de chaînes sur YouTube en concentrant 96 millions d’abonnés et plus de 700 millions de vidéos vues mensuelles. Sa création en sep- tembre dernier répond à notre volonté de créer un cercle vertueux en donnant plus de moyens à nos influenceurs pour qu’ils créent des contenus dequalitéàmêmedeséduirelesannonceursdési- reuxdes’yassocier. cbn_ Concrètement,quelrôlejouez-vous auprèsdevostalents? thierry boyer_ Tous ont besoin d’être accompa- gnés et financés pour laisser libre cours à leurs desiderata artistiques, qui sortent de plus en plus du seul cadre de YouTube. Aujourd’hui la plupart sont à la fois auteur, réalisateur, producteur, scé- nariste…nousmettonsdoncàleurdispositionles moyensnécessairesentermedeproductionpour qu’ilsseconcentrentsurl’artistique. cbn_ Commentgérez-vousl’attraitdes marquespourcestalents? thierry boyer_ Ils génèrent de telles audiences que ce sont presque des médias à eux tout seuls. Rendez-vous compte que Cyprien va bientôt fêter ses 10 millions d’abonnés ! Par conséquent énor- mémentdemarqueslescourtisent,carilssontles premiersprescripteurschezlesMillenials.Maisla règle pour collaborer avec un influenceur est de RÉUNISAUSEINDETALENTWEB, LESYOUTUBEURSLESPLUSINFLUENTS DUMOMENTÉTENDENTLEURTERRAIN DEJEUHORSDUNET. THIERRY BOYER directeur général de webedia productions SONTDESMÉDIAS ÀEUXTOUTSEULS TALENTS NOS
  • 35. ARCHISOCIALE Interview CB NEWS . 35 . DÉCEMBRE 2016 respectersonunivers.Cartoutpartduprojetartis- tiqueetlamarquedoitêtrecapabledes’yintégrer en participant à sa réalisation, sans chercher un storytellingquin’yadetoutefaçonpassaplace. cbn_ Vous vous tournez aujourd’hui vers de nouveaux médias comme l’événementiel, la TV, le cinéma… thierry boyer_ Nous travaillons effectivement sur différents projets : une fiction TV française avec Norman et Cyprien en 10 épisodes qui sera diffusée l’an prochain sur TF1, mais également des projets de production TV sur les thématiques enfant, humour et eSport, ou encore des pro- grammes TV brésiliens mettant en scène des influenceurs locaux qui seront proposés par des diffuseursTVnationaux.Nousavonsparailleurs mis un pied dans le cinéma en coproduisant avec Gaumont le premier long métrage coécrit par un youtubeur - Kemar - et dans lequel joueront une dizainedenostalents. cbn_ Commentexpliquez-vousl’attraitdes chaînesTVpourcesnouveauxtalents? thierry boyer_ Cyprien, Norman et Squeezie, qui forment le trio de tête des youtubeurs fran- çais, ont de tels taux d’engagement que leur sta- tut s’étend aujourd’hui bien au-delà de la com- munauté YouTube. Ils sont clairement devenus mainstream. Or que cherchent aujourd’hui les chaînes TV sinon à rajeunir leur audience ? Pour elles,cestalentssontuneaubaine. cbn_ AvecTalentWebEventsvousfaites jouerlessynergiesaveclesdifférentsactifsdu groupeWebedia thierry boyer_ En mutualisant nos ressources nous ne faisons qu’accroître l’influence de nos supports, c’est évident. Le dénominateur com- mun à l’ensemble des entités entertainment du groupeestlapassion.Lorsquevousréunissezplu- sieursdizainesdemilliersdepersonneslorsd’une compétition ESWC et que vous la transformez en spectacle vivant en y intégrant des influenceurs sous forme d’animation ou de guest, vous démo- cratisez la cible est allez chercher un reach plus important. Et ce qui est vrai pour la France l’est aussipourl’international. cbn _ Le merchandising est-il un nouvel eldorado pour les youtubeurs ? thierry boyer_ C’est en tout cas un domaine où Ils superforment. Dans l’édition, où nous avons noué un partenariat avec les éditions Michel Lafon, nous avons enregistré des succès colos- saux : le livre “ Icônne ” de Natoo (2,9 millions d’abonnés sur YouTube, NDLR) s’est par exemple vendu à plus de 400 000 exemplaires ! Le manga “ Ki Hi ” scénarisé par Le Rire Jaune (3,2 mil- lions d’abonnés) et sorti fin octobre a dépassé les 70 000 ventes en quinze jours. Le livre de recettes FastGoodCuisine (1,5 millions d’abon- nés) a été tiré à 40 000 exemplaires… Au Brésil, nous sommes même allés jusqu’à éditer un al- bum Panini réunissant les plus gros youtubeurs locaux ! L’explication de ce succès vient du fait que ce sont des personnages un peu virtuels que leurs fans n’ont pas trop l’occasion de croiser. S’identifieràeuxpardesproduitsdérivésestdonc unmoyendes’enrapprocher. cbn_ Pourrait-onvoirunjourunyoutubeur devenirl’égéried’unemarque? thierry boyer_ Biensûr.Plusieursprojetssonten coursderéflexion. cbn_ Pourfinir,àcombiend’annéeestimez- vousladuréedevied’uninfluenceur? thierry boyer_ C’est une question à laquelle Cyprien a déjà donné un élément de réponse en affirmant qu’il voudrait être le premier retraité youtubeur. “ LARÈGLEPOUR COLLABORERAVEC UNINFLUENCEUR ESTDERESPECTER SONUNIVERS” PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
  • 36. CB NEWS . 36 . DÉCEMBRE 2016 asortiedelanouvelleéditiondeFIFAest chaque année un rendez-vous qui dépasse la sphère des passionnés du jeu vidéo. Une effervescence savamment orchestrée par Electronic Arts, l’éditeur du jeu, qui actionne à merveille les leviers de la communication digitale et événementielle pour doper la dynamique des ventes. Car outre la campagne média classique exploitantlepouvoird’attractiondesesambassa- deurs (cette année Anthony Martial, James Rodriguez, Eden Hazard et Marco Reus) et le relais de la presse, la force d’EA Sports pour FIFA est d’avoir fédéré une communauté de joueurs grâce à Internet et les réseaux sociaux, et de s’ap- puyersurdesleadersd’opiniontoujourspromptsà promouvoir le jeu lorsque l’occasion se présente. La maîtrise de cette stratégie d’influence garantit àl’éditeurunpublicdefansacquisàsacausequ’il engageàlamoindredesesprisesdeparole,lelan- cementannueldunouveauFIFAétantbienenten- dulepointd’orguedesastratégie. Depuis des années tout le gratin des people, médias,influenceursetsportifsseréunissaitpour célébrerl’événementlorsd’unesoiréerassemblant prèsd’unmillierdepersonneschargéesdedonner unmaximumd’échoaujeuàtraverslesmédiaset lesréseauxsociaux.« Maisl’événementprenantune ampleur de plus en plus importante, cela devenait compliquerdesatisfairetouteslescommunautésle jour J »,explique Dominique Cor, Directeur Général France et Benelux d’Electronics Arts. Cetteannée,décisionfutdoncprisedefractionner lelancementautourdeplusieurstempsforts« afin de construire un meilleur storytelling et faire en sortequechacund’euxcorrespondeaupublicvisé », ajoute Dominique Cor. Cette stratégie s’est maté- rialisée par la mise en place d’actions spécifique- ment dédiées à ces prises de parole clés, avec le concours de Webedia Productions. 4 livestreams démoanimésparplusieurstalentsyoutubeursont été tournés au sein de l’eSport Arena de Webedia autour du lancement de la sortie de la démo le 12 septembre. Un rendez-vous plébiscité par les internautespuisque700 000 vuesontétéenregis- trées en cumulé sur les différent réseaux diffu- seurstelsqueTwitchetYouTube. Désireux de pouvoir créer des contenus frais exploitables dans la durée pour nourrir la curio- sité des joueurs jusqu’à la période de Noël, EA a enregistré le tournage du « Tournoi des célébri- tés », rendez-vous obligé durant lequel influen- ceursetVIP(leboxeurToniYoka,MalikBentalha, Guillaume Pley…) se sont affrontés sur la chaîne Cyprien Gaming. Résultat : 1 million de vues à date en cumulé. La suite des festivités s’est étalée lorsdela«FIFAXperience »,événementorganisé sur 3 jours du 26 au 29 septembre avec une jour- née presse et célébrités conclue par la soirée offi- cielle au Cercle Cadet à Paris, une journée réser- vée aux influenceurs/youtubeurs retransmise en live sur le Twich d’EA France, et une après-midi « kids days » au même endroit avec Cyprien et Squeezie en guest stars, ponctuée par un soutien àl’associationd’OmarSy«CéKeduBonheur »en faveurdesenfantshospitalisés. Dominique Cor considère la nouvelle stratégie payante puisque le jeu FIFA 17 s’est d’ores et déjà écoulé à plus d’1 million d’exemplaire dans l’Hexagone. L FIFA CLIENT Focus EMBARQUESES communautés PHOTO :©BESTIMAGE. Tournoi desCélébrités FIFA17surla chaîneCyprien Gaming-de gaucheàdroite: CodJordan,Tony Yoka,Cyprien, Oli,Bigfloet Squeezie.
  • 37. CB NEWS . 37 . DÉCEMBRE 2016 our promouvoir la diffusion de la nou- velle saison de The Walking Dead sur son antenne, OCS a fait appel à Norman, 2e  youtuber de France, pour réaliser une vidéo événementielle. Fan de la série, l’humo- riste s’est inspiré de l’univers de la fiction et de ses personnages principaux pour créer un contenu court d’un nouveau genre sur sa chaîne. En moins de 5 jours, la vidéo a obtenu plus de 5 millions de vues, un record exception- CIE Talents l’occasion de la sortie du nouvel opus de la licence Just Dance, Ubisoft s’est asso- cié à la première youtubeuse de France, Natoo (3 millions d’abonnés), avec une chanson originale imaginée et interprétée par la jeune artiste. Cette collaboration inédite a donné lieu à un clip musical dans lequel ses fans ont été invités à figurer. Diffusé sur la chaîne officielle de Natoo, il a généré un nombrerecordde3,9millionsdevuesenmoins de 4 jours, et plus de 800 000 likes du clip et du jeu sur Facebook. En relayant des contenus exclusifs liés au clip (vidéo de la chorégraphie liée à la chanson, making of) sur sa chaîne YouTube de Just Dance France, Ubisoft a obte- nu plus d’1,3 millions de vues . À P nel, et près de 300 000 likes. Norman a égale- ment su faire monter le buzz en amont sur ses réseaux sociaux : sa vidéo du « mannequin challenge zombie » a atteint plus de 10 millions de vues sur Facebook en à peine 10 jours ! UBISOFT/NATOO OCS/NORMANFAITDESVIDÉOS DESMARQUES INFLUENCE sous PHOTO :DR.
  • 38. CB NEWS . 38 . DÉCEMBRE 2016 ATTRACTION Mobile e mobile consacre la personnalisation et l’approche centrée client à tous les niveaux, obligeant les entreprises à repenser leurs modèles marketing et organisationnels.Webedian’échappepas au mouvement et devant ce nouveau paradigmeOlivierCambournac,Directeurgéné- ral adjoint en charge des activités mobile du groupe, n’a qu’un seul credo : accompagner le développement desusages. « La tâche est rendue complexe par leur évolution constantequecesoitsurAndroidouiOS »,admet-il. « Dansl’universapplicatiflesutilisateurssontpar exemple bien plus engagés que sur le web (temps passé,récurrencedesvisites,ndlr),cequiimplique que nous devons adopter une double logique : de personnalisationenadaptantnoscontenusenfonc- tionducomportementspécifiquedechacun,etser- vicielle  ». L’étude de l’historique et du comporte- ment de navigation des utilisateurs est scrupuleusement analysée par les experts qui composent le département mobile de Webedia afin d’ajuster la pression des push qui peuvent être adressés aux utilisateurs d’applications du groupe. La contextualisation des contenus étant danscecadre-làunlevieressentielpourfavoriser l’engagementdesindividus.Surl’approcheservi- cielle, Webedia multiplie les initiatives. Surfant surledéveloppementdelaconsommationdeTV à la demande par les Français, le groupe a lancé enseptembrel’applicationAlloCinéHome.Sortie sur iOS et Android, elle permet de savoir sur quelle plateforme trouver un film ou une série donnée à télécharger légalement, en passant en revue les offres de nombreux acteurs comme iTunes, Netflix, Google Play, SFR, Orange, CanaPlay, MyTF1 VOD ou encore Fnac Play. « Dansl’esprit,l'applicationdoitpouvoirrépondre immédiatementàceuxquidemandentaide-moià trouverunfilmàregarderchezmoietdis-moioù levoir »,expliqueOlivierCambournac. Un comparatif des tarifs s'affiche pour chaque œuvre lorsque celle-ci est disponible sur plu- sieurs services, la base de données étant mise à jour de façon quotidienne. « Lespremierschiffres sonttrèsencourageantsetnousdevrionsatteindre 300 000 téléchargements d’ici à la fin 2016 », se réjouit Olivier Cambournac. 2017 verra également apparaître des accès en premium sous la forme d’abonnements. L’utilisateurd’AlloCinéauraparexempleaccèsà des vidéos off line qu’il pourra regarder de n’im- porte où depuis son mobile sans souci de connexion, ainsi que des vidéo HD et des conte- nus sans publicité. La question de savoir à quel tarif commercialiser l’offre pour combler le manque à gagner en chiffre d’affaires publici- tairen’estpasencoretranchée,plusieursoptions sur le prix et et la périodicité de l’offre étant actuellement testées. « Àterme,toutesnosappli- cations proposeront des services premium », pré- cise toutefois Olivier Cambournac. Dernière innovation prévue l’an prochain et pas des moindres,larefontedesapplicationsdestalents dugroupe,telqueCyprien,Norman,Natoo,etc. Ne devraient être concernés que ceux qui dépassent le million d’abonnés sur YouTube. Cequienfaitdéjà près d’unequinzaine. L ACCOMPAGNERLEDÉVELOPPEMENT DESUSAGESDESINTERNAUTESESTLE MEILLEURMOYENDESUSCITERLEUR ENGAGEMENT. ÊTRECONSUMER CENTRICOUNEPASÊTRE OLIVIER CAMBOURNAC dga en charge des activités mobile PHOTO :© DENISGUIGNEBOURG-BESTIMAGE.
  • 39. CB NEWS . 39 . DÉCEMBRE 2016 quoi tient le succès d’un film au box office ? Si producteurs et distribu- teurs détenaient la formule magique, cela se saurait. Plutôt que d’espérer un hypothétique alignement parfait desplanètes,20th CenturyFoxFrance a décidé cette année de forcer le des- tin en confiant deux de ses blockbusters aux mains expertes des équipes de Webedia afin de convaincre les spectateurs de se précipiter en salles pour les voir. « À chaque nouvelle sortie, notre objectif est de faire en sorte qu’un maxi- mum de gens aillent voir le film la première semaine car c’est elle qui lance sa dynamique », avance Frédéric Krebs, Directeur marketing de 20th Century Fox France. D’où le besoin d’in- suffler un sentiment d’urgence dans l’esprit des spectateurs afin de réduire autant que possible l’étendue du choix qui lui est offert. « Nous sommes en permanence à la recherche du meil- leur moyen de leur faciliter l’accès à la séance », À CLIENT Focus poursuit Frédéric Krebs qui, pour la sortie d’“Independence day : resurgence”, en juillet dernier, a misé sur le dispositif “Rush Hour” conçu avec Webedia. Ue technologie opérée en programmatique grâce aux outils d’achat de Tradelab qui permet, via des formats bannières et interstitiels, l’affichage géolocalisé, et en temps réel, des prochaines séances d’un film à proximité auprès des mobinautes visitant les applications du web français, dont AlloCiné. « Nous avons adressé plus d’un million de mes- sages aux cinéphiles que nous avions identifiés comme susceptibles d’être tentés par le film », précise Frédéric Krebs. « Soitàpeudechoseprès le nombre d’entrées du film en première semaine », sourit-il, en évitant d’attribuer ce score aux seuls bienfaits de l’opération… « Je retiens du dispositif son indéniable précision, mais il nous faut à mon sens être plus créatifs sur le contenu que nous adressons si nous voulons, à l’avenir, accroître son efficacité ». De la créativité, la maison de production n’en a pas manqué en revanche pour promouvoir “Deadpool”, anti-super héros totalement déca- lé de la galaxie Marvel, qui a séduit 3,7 millions de spectateurs en France en début d’année. « Afindecollerauplusprèsdelapersonnalitésul- fureuse du personnage, nous l’avons laisser prendre le contrôle de sa page Facebook en confiant aux équipes de Webedia le soin de l’in- carner sur les réseaux sociaux », explique Frédéric Krebs. Une initiative qui a bousculé les codes du genre dans l’univers du cinéma et qui a été saluée comme l’une des plus réussies de l’année par les internautes. CULTIVE sa réactivité 20th CENTURYFOX PHOTO :DR.
  • 40. CB NEWS . 40 . DÉCEMBRE 2016 eSPORT Enquête
  • 41. CB NEWS . 41 . DÉCEMBRE 2016 eSPORT Enquête PLUSFORT PLUSHAUT, e Sport ilnefallaitretenirqu’uneseule image pour illustrer l’impact de la déferlante eSport dans l’Hexagone ces derniers mois, ce serait celle-là : Bora Kim, alias YellOwStaR, en une du « MagazineL’Équipe »du19 no- vembre dernier, avec ce titre quel’onpourraitcroireprémo- nitoire:«lePSGestà lui». Après avoir été l'un des plus grands noms de League of Legends, succès planétaire des jeux vidéo, le jeune homme tout juste âgé de 24 ans vient d'être propulsé directeur sportif de la sec- tioneSportduPSG,inauguréeengrandepompe ily adeux mois(cf.p.45). N’y voyez pas qu’un simple coup de com’, c’est une petite révolution. Qu’une personnalité connuedesseulsfansdeladisciplinefasselaune d’un titre grand public en dit long sur la montée enpuissancedel’eSportenFranceetsurlavolon- tédeses promoteurs de lerendremainstream. Sa reconnaissance officielle par les pouvoirs publics obtenue grâce à l’adoption du projet de loi pour une « République numérique » en mai dernier a donné un véritable coup de boost à toutunécosystèmequin’attendaitquecelapour élargir l’audience d’une discipline que suivent déjà 7,5 millions de français et bâtir un modèle économique pérenne. D’autant que la tendance n’estpasprêtedes’inverserpuisquel’onestimele nombredeFrançaisconvertisàl’eSportàprèsde 10 millions d’ici2020. Les revenus générés par le secteur en France sont quant à eux estimés à 22,4 millions de dol- lars pour l’année 2016 selon une étude réalisée parPayPaletlecabinetSuperdata.Ilsdevraient atteindre les 26 millions de dollars en 2017. PLUSVITE, S’ …
  • 42. CB NEWS . 42 . DÉCEMBRE 2016 eSPORT Enquête D’INTERNAUTES FRANÇAIS 11 ANS ET +, DÉCLARENT AVOIR ENTENDU PARLER DE L’ESPORT21M DÉCLARENT SUIVRE L’ACTUALITÉ DE L’ESPORT7,5M PRÈS DE Àl’échelleeuropéenne,cesre- venus atteindraient 300 mil- lions de dollars cette année et on table sur un chiffre d’affaires aux alentours de 400 millions de dollars pour l’année 2018. Un marché certes encore ado- lescent comparé aux grandes disciplines sportives « tradi- tionnelles », mais qu’aucun groupe média ne semble plus vouloir ignorer. Car l’au- dience qu’il draine derrière lui attire annon- ceurs et sponsors, séduits par l’idée de toucher un public jeune (75 % ont entre 18 et 34 ans) et au niveau d’engagement sans équivalent. Vivendi et le groupe Canal, TF1, L’Équipe, BeIN Sport, SFR Sport… Tout le monde y va de ses programmes. Webediapoursapart,sebâtitunpetitempire.Le groupe média français a récemment procédé à uneséried'acquisitionsluipermettantdecontrô- ler une grande partie de la chaîne de valeur de cet écosystème, de l'organisation de compéti- tions(ESWC)àlaproductiond'émissionstéléen passantparlagestiondel'imagedediversesstars du milieu (Bang Bang Management). Le groupe installé à Levallois-Perret s’est même offert le luxe de se doter d’une Arena dédiée aux joueurs desonéquipeMillenium,l’unedesplusconnues et plus performantes au niveau européen, mais également à l’organisation d’événements “mai- sons” rassemblant la sphère influente du monde dugaming. Autre indicateur révélant que l’eSport gagne de plus en plus de terrain, les plus grands clubs de football européens ont ces derniers mois acquis des équipes d’eSport ou monté leur propre structure. L’enjeu pour eux est de faire connaître leur marque partout dans le monde en profitant de l’écho de la discipline, plus spécialement en Asie où l'eSport est non seulementtrèsbienimplantémaisvécucomme une religion. En France, preuve en est que l’eSport est désor- mais pris aux sérieux par les clubs, la Ligue de football professionnel (LFP) a récemment annoncé la création de la e-Ligue 1, son propre championnat de France de football virtuel, dont la diffusion a été confiée au tandem BeIN Sports-Webedia. À ce rythme-là, Panini pourrait sortir un album eSport plusvitequ’onnelepense… UNMARCHÉ ENCORE ADOLESCENT MAISSURLEQUEL TOUSLESGROUPES MÉDIASVEULENT SEPOSITIONNER PRÈS DE LESPLATEFORMESVIDÉOS,SUPPORTS PLÉBISCITÉSPOURSUIVREL’ESPORT* Twitch Millenium Youtube Facebook oGaming Twitter Lolesport Eclypsia aAa Jeux video.com 29 15 66 36 18 19 9 11 7 46 80 44 63 33 37 20 15 15 34 81 71 62 53 46 39 32 28 23 20 30
  • 43. CB NEWS . 43 . DÉCEMBRE 2016 eSPORT Enquête MONTANTGÉNÉRÉ PARL’ESPORTENFRANCE: 22,4M€DE SPECTATEURS REGARDENT LES COMPÉTITIONS ESPORT EN FRANCE EN 2016 1,4M LESFRANÇAISQUISUIVENT L’ESPORTYCONSACRENT DUTEMPSCHAQUESEMAINE ATTENDU EN 2017 : 26M€ *TOP10basésurlesTOPdesfanshardcoregaming internautes fansdegaming fansdehardcore gaming DENOMBREUXSECTEURSLÉGITIMES POURS’ASSOCIERÀL’ESPORT* Jeux vidéo Informatique et tablettes Périphériques d’ordinateur Boissons TV, TNT, Photo, Caméra, vidéo, audio Abonnement mobile et internet Jeux Paris (en ligne ou physique) Vêtements Fast Food Voyages 65 43 33 45 31 27 28 25 18 15 89 83 77 53 36 36 38 28 17 90 85 79 59 56 44 44 38 28 15 55 + 3h de1hà3h -1h INTERNAUTES 40% 45% 15% FANS DE GAMING 29% 36% 35% FANS DE HARDCORE GAMING 18% 42% 40% ÉtudeWebediaeSportavecSSI,octobre2016, réaliséeauprèsd'unéchantillonreprésentatif de2 300répondants11ansetplus. LETOP5DESPERSONNALITÉSeSPORT LESPLUSCONNUES ZeratoR DominGo Skyyart YellOwStaR Torlk Marmotte 21 29 15 16 11 77 66 66 48 89 83 82 80 78 59