SlideShare une entreprise Scribd logo
L’EAU ET LA STERILISATION
DR TOUFIK DJERBOUA
PHARMACIEN MAITRE ASSISTANT EN MICROBIOLOGIE
CHEF DE SERVICE DU LABORATOIRE CENTRAL DE BIOLOGIE MEDICALE
HOPITAL BELLOUA-CHU TIZI-OUZOU
EMAIL : DRTAOUFIK123@HOTMAIL.FR
INTRODUCTION
LA QUALITE DE L’EAU
LA VAPEUR D’EAU
LES PARAMETRES DES LA
STERILISATION
LES AUTOMATES
LE PILOTAGE DE LA STERILISATION
LE CQ DE LA STERILISATION
LE CQ DES AUTOCLAVES
Introduction
 L’eau est un élément central dans l’autoclave, elle y joue plusieurs roles :
 Agent caloporteur lors de la stérilisation
 Utilisée dans les circuits de la pompe a vide
 Utilisée pour le refroidissement
 Pour ces eaux techniques, les exigences en matière de qualité physico-chimique et
micobiologique
qualité durant le nettoyage, la désinfection et l’autoclavage sont variable en fonction de
l’appareil
considéré et de sa fonction dans l’appareil
LA QUALITE DE L’EAU
CRITERES DE DEFINITION
L’eau est définie par
1) Ses paramètres physiques :
 turbidité,
 matières en suspension,
 température
 conductivité
2) Ses paramètres chimiques :
 pH
 dureté (richesse en Calcium et Magnésium exprimée en°f=4ml/L)
 Les Ions (Cl-,K+,nitrates, phosphates , sulfates, les micropolluants comme le Cadmium, le Plomb, lArsenic, le
Chrome…)
 Les matières organiques
3. Les paramètres bactériologiques : concerne la recherche des bactéries pathogènes pour l’homme dans différents
types d’eau comme les eaux potables, les eaux de baignade et les eaux pharmaceutiques.
DEFINITION DES DIFFERENTS TYPES D’EAU
 Eau partiellement adoucie : eau adoucit dans laquelle la dureté a été remonté par mélange
avec de l’eau dure, jusqu’à une dureté ne dépassant pas 10°F.
 Eau adoucie : eau de laquelle le calcium et le magnésium ont été éliminés ; sa dureté =0°F
 Eau déminéralisée : eau dans laquelle tous les sels minéraux ont été sliminess
 Eau osmosée : eau déminéralisée obtenu par un procédé d’osmose inverse
 Eau distillée : eau obtenue par vaporisation et condensation des vapeurs formées.
BESOINS ET CARACTERISTIQUES DES EAUX
TECHNIQUES
Pour de nombreux usages techniques, de l’eau de différents niveaux de qualité est
nécessaire, en particulier pour la stérilisation, la buanderie, les réseaux d’eau de
refroidissement, etc.
• Comme ces eaux n’entrent pas directement au contact du patient, que des critères
de leur qualité sont avant tout physico-chimiques
BESOINS ET CARACTERISTIQUES DES EAUX
TECHNIQUES : LAVEURS-DESINFECTEURS
EN ISO 15883
• En fonction des préconisations des fabricants:
Exemple:
• - prélavage eau de ville 10 à 15 l
• - lavage eau adoucie chaude ou froide 10 à 15 l
• - neutralisation eau adoucie chaude ou froide 10 à 15 l
• - rinçages eau adoucie chaude ou froide 10 à 15 l
• - désinfection thermique 80 à 95° eau osmosée 10 à 15 l
• Les consommations sont de quelques dizaines de litres par cycle avec des débits de 10 à 30
l/mn • (durée de cycle environ 1 heure).
◘ EAU ADOUCIE FROIDE POUR :
Les circuits de pompe à vide et de refroidissement.
•Dureté à 10°F – 100 à 500 L/h
◘ EAU OSMOSEE POUR :
La fabrication de la vapeur: 20 à 30 L/mn – 10 à 100 l/cycle
BESOINS ET CARACTERISTIQUES DES EAUX
TECHNIQUES : LES STERILISATEURS A VAPEUR
BESOINS ET CARACTERISTIQUES DES EAUX
TECHNIQUES : LES STERILISATEURS A VAPEUR
NF EN 285
◘ Résidus d’évaporation : ≤ 10mgl
◘ Silice SiO2 : ≤ 1mg/l
◘ Fer : ≤ 0,2 mg/l
◘ Cadmium : ≤ 0,005 mg/l
◘ Plomb : ≤ 0,05 mg/l
◘ Autres métaux lourds : ≤ 0,1 mg/l
◘ Chlorures Cl- : ≤ 2 mg/l
•
◘ Phosphates P205 : ≤ 0,5
mg/l
◘ Conductivité, à 25°C : ≤
5 μS/cm
◘ pH : 5 à 7,5
◘ Aspect : incolore,
propre, sans sédiments
◘ Dureté : 0,02 mmol/l
La limitation de la charge microbienne des dispositifs de
désinfection/stérilisation est recommandée
• Pour les lavages / disinfection :
Objectifs de qualité au-delà des recommandations en complément des filtrations et
adoucissement exigées :
- Purification primaire par osmose inverse
- Installation commune avec les autoclaves si la boucle de distribution le permet
- Ameliorations des performances et de la maintenance
AU TOTAL : exigences / recommandations en qualité /
traitement des eaux techniques
Le traitement de l’eau par osmose inverse de l’alimentation de la stérilisation
permet :
- une sécurité pour les lavages désinfections.
- de meilleures performances des lavages et dela vapeur stérilisante.
- une meilleure exploitation des installations
- une traçabilité de la qualité d’eau autant que « Matière première »
AU TOTAL : exigences / recommandations en qualité /
traitement des eaux techniques
LA VAPEUR D’EAU
 C’est le corps qui contient le plus d’énergie emmagasinée et libérable instantanément
 Elle permet d’atteindre la température limite de la vie (110°C)
 La notion de « valeur stérilisatrice F0 » qui permet de comparer les différents protocoles
de traitement thermiques, permet de calculer que la puissance destructrice de la
vapeur sur les spores est quasiment infinie
 La vapeur d’eau lors de l’autoclavage permet d’éliminer les microorganismes par :
-Coagulation du contenu intracellulaire
Hydrolyse (Cracking)
INTRODUCTION
1) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction de la température (T) a la
pression atmosphérique :
Rappels :
 pression atmosphérique = 1Atm = 1,003 bar = 1013 hPascal
 L’énergie et la quantité de Chaleur sont exprimés en plusieurs unités en fonction
de la valeur /usage : Calorie , Joule Watt…
 01 Joul =0,239 Calorie / /01 KiloJoul = 239 Calorie / 01 Calorie = quantité
d’energie qui permet de faire augmenter la température de 01 gramme d’eau de
01 C°
 Transformation de l’eau : Solide liquide vapeur
ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES
CONDENSATIONSOLIDIFICATION
FUSION EBULLITION
1) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction
de la température (T) a la pression
atmosphérique :
-Le passage de l’état d’eau liquide d’01 Kg d’eau a 20° a
l’état d’eau bouillante (100°) nécessite 80,10 kCal soit
335,2 kJ
-le passage de la meme quantité d’eau bouillante a l’état
de vapeur nécessite de fournir une énergie
supplémentaire pour contrer la pression athmosphérique
soit 539,20 kCal/2257,0 kJ
=) la vapeur d’eau a préssion athmosphérique est 07
fois plus énergetique que l’eau bouillante
ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES
1) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction de la température (T) a la
pression atmosphérique :
-Le passage de l’état d’eau liquide d’01 Kg d’eau a 20° a l’état d’eau bouillante
(100°) nécessite 80,10 kCal soit 335,2 kJ Cette chaleur est dite Chaleur sensible
-le passage de la même quantité d’eau bouillante a l’état de vapeur nécessite de
fournir une énergie supplémentaire pour contrer la pression atmosphérique soit
459,1 kCal/1922,5 kJ , cette Chaleur qui fait varier l’état a une meme température
est dite Chaleur Latente
=) la vapeur d’eau a pression atmosphérique est 07 fois plus énergétique que
l’eau bouillante
ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES
1) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction de la température (T) a la
pression atmosphérique :
AU TOTAL :
L’Energie emmagasinée par 01 Kg de Vapeur = 80+495 kCal = 539 kCal/Kg de
vapeur , cette chaleur qui est la somme de la chaleur sensible + chaleur latente est
dite CHALEUR TOTALE DE VAPEUR
CETTE CHALEUR TOTALE DE VAPEUR SERA RELIBEREE PAR L’EAU
LORS RETOUR VERS L’ETAT LIQUIDE (CONDENSATION)
Conséquence du transfert de chaleur : chauffage de la masse a stériliser +
MICROBICIDIE
ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES
2) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction de la température (T) et de
la préssion (P) = Table de Regnault:
Rappels :
Pression Relative : Pression indiquée par le manomètre du stérilisateur, elle ne tient
pas compte de la pression atmosphérique (A porte ouverte, le manomètre indique 0
unité de pression (hPa, bar…)
Pression Absolue : est la pression réelle a laquelle la charge est soumise
= pression atmosphérique (1,013 bar/hPa +Pression relative)
Exemple , si le manomètre indique 2,013 (Pression relative) , la pression absolue =
1,013+2,013 = 3,026 bar /hPa
ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES
2) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction de la
température (T) et de la préssion (P) = Table de Regnault:
Formule de Regnault :
Formule empirique (purement expérimentale donnant
l’évolution de la pression en fonction de la température
Cette évolution est variable en fonction de la température, a
approximativement de 90 mbar /01C° entre 134 C° et 137 C°
L’étude de cette formule a donnée naissance a la table de
Regnault, Pivot du contrôle de la stérilisation a la vapeur
d’eau.
ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES
2) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction de la
température (T) et de la préssion (P) = Table de Regnault:
DEFINITIONS :
1. La vapeur d’eau est dite SATUREE, a une température et pression
donnée si elle est atteint l’état d’équilibre entre sa forme de vapeur
ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES
TABLE DE REGNAULT
VERIFICATION DE LA VAPEUR SATUREE LORS DE LA
STERILISATION :
Lire la pression (la plus facile à apprécier avec precision)
Regarder, sur la table de Regnault, si la
température lue se situe bien dans
l’intervalle de 1°C par rapport à la
temperature théorique attendee sur la table
NB :La précision sur la norme NF EN 285en matière
d’enregistreurs est de +/- 01% pour la température ,de +/-
1,6% pour la pression et de ± 5 s pour 3,5 min/± 11 s pour 18
min en matière de temps
EXEMPLES
P= pression
absolue
Vt/Vp =
Valeurs
théoriques
sur la table
de Regnault
Dans cet exemple, a
cette température,
chaque 01C° fait
augmenter la pression
de 90mbar
CONTRÔLE QUALITE DE LA VAPEUR D’EAU
NF CEN ISO/TS 17 665-2 :
Qualification opérationnelle
Test de fuite
Vitesse de changement de pression = pression dynamique
Tests thermométrique
Tests charge creuse
Paquet d’essai métallique
Détecteur d’air
Qualité vapeur (Re QO : vérification annuelle)
 Gaz non condensables
 Siccité vapeur
 Absence de surchauffe (superheat)
 Impuretés dans l’eau
STEAM TEST KIT
 Gaz non condensables : Mesure du volume
de gaz dans la burette rapporté au volume de vapeur
condensée dans l’éprouvette. Ce test mesure le dgré de
saturation en vapeur d’eau.
 3,5% de mL de GNC/100mL de
condensat. Il faut donc pouvoir détecter un
volume de 3,5 mL dans un volume de vapeur
de 50 000mL à 2,5 bar
Ce test présente de très nombreuses limites a son
utilisation
 Siccité de la vapeur = Titre de vapeur:
Mesure de l’augmentation de la température provoquée
par la condensation dune quantité donnée de vapeur , ce
test mesure l’energie latente
 Surchauffe : Mesure de la température
provoquée par la vapeur lorsqu’elle se détend à
pression atmosphérique

Contenu connexe

Tendances

Genérateur de dialyse
Genérateur de dialyseGenérateur de dialyse
Genérateur de dialyse
Khalfaoui Mohamed Amine
 
Dessalement de l'eau de mer
Dessalement de l'eau de merDessalement de l'eau de mer
Dessalement de l'eau de mer
Bilel Loulou
 
Le dessalement,l'alternative durable
Le dessalement,l'alternative durableLe dessalement,l'alternative durable
Le dessalement,l'alternative durable
Degrémont
 
Exposé gestion et valorisation des déchets
Exposé gestion et valorisation des déchets Exposé gestion et valorisation des déchets
Exposé gestion et valorisation des déchets
Youssef Assou
 
Hygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au LaboratoireHygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au Laboratoire
S/Abdessemed
 
Traitement et Recyclage des Déchets
Traitement et Recyclage des Déchets Traitement et Recyclage des Déchets
Traitement et Recyclage des Déchets
AdelFilali
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Mehdi Razzok
 
Gestion et tri des déchets
Gestion et tri des déchets Gestion et tri des déchets
Gestion et tri des déchets
Selma Mouloudj
 
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eauRapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Elyakine Benmebkhout
 
Formation _Lixiviat de CET_jour2_
Formation _Lixiviat de CET_jour2_Formation _Lixiviat de CET_jour2_
Formation _Lixiviat de CET_jour2_
AGID
 
Etude.umpact.fst.settat (1)
Etude.umpact.fst.settat (1)Etude.umpact.fst.settat (1)
Etude.umpact.fst.settat (1)
Margaa Khalid
 
Cours de techniques d'analyse
Cours de techniques d'analyseCours de techniques d'analyse
Cours de techniques d'analyse
Faiza Hamini
 
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
Nissem Abdeljelil
 
Rapport de sortie des étudiants de l'université de zinder département de géog...
Rapport de sortie des étudiants de l'université de zinder département de géog...Rapport de sortie des étudiants de l'université de zinder département de géog...
Rapport de sortie des étudiants de l'université de zinder département de géog...
mahamane manirou abdou
 
Cours gestion de dechets aujourdhui.ppt
Cours gestion de dechets aujourdhui.pptCours gestion de dechets aujourdhui.ppt
Cours gestion de dechets aujourdhui.ppt
ahmat5
 
Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B
 Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B
Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B
Anis Ben Brahim
 
L'épuration des eaux usées
L'épuration des eaux uséesL'épuration des eaux usées
L'épuration des eaux usées
Benslimanemahmoud
 
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.   Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
S/Abdessemed
 
Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)
mejdida
 
Le controle de qualite au laboratoire
Le controle de qualite au laboratoireLe controle de qualite au laboratoire
Le controle de qualite au laboratoire
S/Abdessemed
 

Tendances (20)

Genérateur de dialyse
Genérateur de dialyseGenérateur de dialyse
Genérateur de dialyse
 
Dessalement de l'eau de mer
Dessalement de l'eau de merDessalement de l'eau de mer
Dessalement de l'eau de mer
 
Le dessalement,l'alternative durable
Le dessalement,l'alternative durableLe dessalement,l'alternative durable
Le dessalement,l'alternative durable
 
Exposé gestion et valorisation des déchets
Exposé gestion et valorisation des déchets Exposé gestion et valorisation des déchets
Exposé gestion et valorisation des déchets
 
Hygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au LaboratoireHygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au Laboratoire
 
Traitement et Recyclage des Déchets
Traitement et Recyclage des Déchets Traitement et Recyclage des Déchets
Traitement et Recyclage des Déchets
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
 
Gestion et tri des déchets
Gestion et tri des déchets Gestion et tri des déchets
Gestion et tri des déchets
 
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eauRapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
 
Formation _Lixiviat de CET_jour2_
Formation _Lixiviat de CET_jour2_Formation _Lixiviat de CET_jour2_
Formation _Lixiviat de CET_jour2_
 
Etude.umpact.fst.settat (1)
Etude.umpact.fst.settat (1)Etude.umpact.fst.settat (1)
Etude.umpact.fst.settat (1)
 
Cours de techniques d'analyse
Cours de techniques d'analyseCours de techniques d'analyse
Cours de techniques d'analyse
 
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
 
Rapport de sortie des étudiants de l'université de zinder département de géog...
Rapport de sortie des étudiants de l'université de zinder département de géog...Rapport de sortie des étudiants de l'université de zinder département de géog...
Rapport de sortie des étudiants de l'université de zinder département de géog...
 
Cours gestion de dechets aujourdhui.ppt
Cours gestion de dechets aujourdhui.pptCours gestion de dechets aujourdhui.ppt
Cours gestion de dechets aujourdhui.ppt
 
Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B
 Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B
Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B
 
L'épuration des eaux usées
L'épuration des eaux uséesL'épuration des eaux usées
L'épuration des eaux usées
 
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.   Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
 
Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)
 
Le controle de qualite au laboratoire
Le controle de qualite au laboratoireLe controle de qualite au laboratoire
Le controle de qualite au laboratoire
 

Similaire à Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical water in cleaning desinfection and sterilization

exposé chimie analytique 2012.ppt chimie descriptives
exposé chimie analytique 2012.ppt chimie descriptivesexposé chimie analytique 2012.ppt chimie descriptives
exposé chimie analytique 2012.ppt chimie descriptives
Hasnijilali
 
Guide de la robinetterie bâtiment sanitaire (PROFLUID) - Version 2014
Guide de la robinetterie bâtiment sanitaire (PROFLUID) - Version 2014Guide de la robinetterie bâtiment sanitaire (PROFLUID) - Version 2014
Guide de la robinetterie bâtiment sanitaire (PROFLUID) - Version 2014
PROFLUID
 
Uad fonctionnement eau rejets ab 2008
Uad fonctionnement eau rejets ab 2008Uad fonctionnement eau rejets ab 2008
Uad fonctionnement eau rejets ab 2008
Alain Birbes
 
Chap 5 Osmose Inverse.ppt
Chap 5 Osmose Inverse.pptChap 5 Osmose Inverse.ppt
Chap 5 Osmose Inverse.ppt
dalianouer
 
L´USAGE EFFICIENT DE L´EAU
L´USAGE EFFICIENT DE L´EAUL´USAGE EFFICIENT DE L´EAU
L´USAGE EFFICIENT DE L´EAU
Gracia Salinas
 
Alimentaire / pharmaceutique - 6 solutions pour les défis du nettoyage-en-pla...
Alimentaire / pharmaceutique - 6 solutions pour les défis du nettoyage-en-pla...Alimentaire / pharmaceutique - 6 solutions pour les défis du nettoyage-en-pla...
Alimentaire / pharmaceutique - 6 solutions pour les défis du nettoyage-en-pla...
Laurentide Controls
 
Rapport de stage principe de fonctionnement d'une centrale thermique à vapeur
Rapport de stage principe de fonctionnement d'une centrale thermique à vapeurRapport de stage principe de fonctionnement d'une centrale thermique à vapeur
Rapport de stage principe de fonctionnement d'une centrale thermique à vapeur
Sara Habet
 
S210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermique
S210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermiqueS210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermique
S210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermique
ALIIAE
 
complement de agri cours irrigation.pptx
complement de agri cours irrigation.pptxcomplement de agri cours irrigation.pptx
complement de agri cours irrigation.pptx
IbrahimBasallam
 
Le distillateur
Le distillateurLe distillateur
Le distillateur
S/Abdessemed
 
cours_de_climatisation.doc
cours_de_climatisation.doccours_de_climatisation.doc
cours_de_climatisation.doc
ZEMOURIABDELHAKIM
 
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdfSupport_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
simmsos
 
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdfSupport_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
amtcongress2024
 
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdfSupport_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
simmsos
 
nouvelle presentation du PFE.pptx
nouvelle presentation du PFE.pptxnouvelle presentation du PFE.pptx
nouvelle presentation du PFE.pptx
TarekDHAHRI1
 
Humification et opération unitaire de l'air et déshumidification
Humification et opération unitaire de l'air et déshumidificationHumification et opération unitaire de l'air et déshumidification
Humification et opération unitaire de l'air et déshumidification
pamelabarclay65
 
Introduction à la chimie de l'eau
Introduction à la chimie de l'eauIntroduction à la chimie de l'eau
Introduction à la chimie de l'eau
Enrico Riboni
 
Livret technique : comprendre et choisir la géothermie - Ademe
Livret technique : comprendre et choisir la géothermie - AdemeLivret technique : comprendre et choisir la géothermie - Ademe
Livret technique : comprendre et choisir la géothermie - Ademe
Build Green
 

Similaire à Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical water in cleaning desinfection and sterilization (20)

exposé chimie analytique 2012.ppt chimie descriptives
exposé chimie analytique 2012.ppt chimie descriptivesexposé chimie analytique 2012.ppt chimie descriptives
exposé chimie analytique 2012.ppt chimie descriptives
 
Guide de la robinetterie bâtiment sanitaire (PROFLUID) - Version 2014
Guide de la robinetterie bâtiment sanitaire (PROFLUID) - Version 2014Guide de la robinetterie bâtiment sanitaire (PROFLUID) - Version 2014
Guide de la robinetterie bâtiment sanitaire (PROFLUID) - Version 2014
 
Uad fonctionnement eau rejets ab 2008
Uad fonctionnement eau rejets ab 2008Uad fonctionnement eau rejets ab 2008
Uad fonctionnement eau rejets ab 2008
 
Chap 5 Osmose Inverse.ppt
Chap 5 Osmose Inverse.pptChap 5 Osmose Inverse.ppt
Chap 5 Osmose Inverse.ppt
 
L´USAGE EFFICIENT DE L´EAU
L´USAGE EFFICIENT DE L´EAUL´USAGE EFFICIENT DE L´EAU
L´USAGE EFFICIENT DE L´EAU
 
Alimentaire / pharmaceutique - 6 solutions pour les défis du nettoyage-en-pla...
Alimentaire / pharmaceutique - 6 solutions pour les défis du nettoyage-en-pla...Alimentaire / pharmaceutique - 6 solutions pour les défis du nettoyage-en-pla...
Alimentaire / pharmaceutique - 6 solutions pour les défis du nettoyage-en-pla...
 
Rapport de stage principe de fonctionnement d'une centrale thermique à vapeur
Rapport de stage principe de fonctionnement d'une centrale thermique à vapeurRapport de stage principe de fonctionnement d'une centrale thermique à vapeur
Rapport de stage principe de fonctionnement d'une centrale thermique à vapeur
 
S210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermique
S210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermiqueS210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermique
S210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermique
 
complement de agri cours irrigation.pptx
complement de agri cours irrigation.pptxcomplement de agri cours irrigation.pptx
complement de agri cours irrigation.pptx
 
Le distillateur
Le distillateurLe distillateur
Le distillateur
 
cours_de_climatisation.doc
cours_de_climatisation.doccours_de_climatisation.doc
cours_de_climatisation.doc
 
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdfSupport_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
 
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdfSupport_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
 
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdfSupport_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
 
nouvelle presentation du PFE.pptx
nouvelle presentation du PFE.pptxnouvelle presentation du PFE.pptx
nouvelle presentation du PFE.pptx
 
Humification et opération unitaire de l'air et déshumidification
Humification et opération unitaire de l'air et déshumidificationHumification et opération unitaire de l'air et déshumidification
Humification et opération unitaire de l'air et déshumidification
 
Introduction à la chimie de l'eau
Introduction à la chimie de l'eauIntroduction à la chimie de l'eau
Introduction à la chimie de l'eau
 
Transpa osmose
Transpa osmoseTranspa osmose
Transpa osmose
 
Livret technique : comprendre et choisir la géothermie - Ademe
Livret technique : comprendre et choisir la géothermie - AdemeLivret technique : comprendre et choisir la géothermie - Ademe
Livret technique : comprendre et choisir la géothermie - Ademe
 
Diapos adou
Diapos adouDiapos adou
Diapos adou
 

Plus de Dr Taoufik Djerboua

Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Dr Taoufik Djerboua
 
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / EnterococcusLes streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Dr Taoufik Djerboua
 
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
Dr Taoufik Djerboua
 
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulmaBeta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Dr Taoufik Djerboua
 
beta lactamases : structure , classification and investigations
beta lactamases : structure , classification and investigationsbeta lactamases : structure , classification and investigations
beta lactamases : structure , classification and investigations
Dr Taoufik Djerboua
 
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Dr Taoufik Djerboua
 
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Dr Taoufik Djerboua
 
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Dr Taoufik Djerboua
 
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Dr Taoufik Djerboua
 
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTIONDIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
Dr Taoufik Djerboua
 
Bacteries anaerobies strictes
Bacteries anaerobies strictesBacteries anaerobies strictes
Bacteries anaerobies strictes
Dr Taoufik Djerboua
 
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculoseFamille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Dr Taoufik Djerboua
 
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumanniiPseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Dr Taoufik Djerboua
 
Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique
Dr Taoufik Djerboua
 
La partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologieLa partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologie
Dr Taoufik Djerboua
 
EndNote : notions de base
EndNote : notions de baseEndNote : notions de base
EndNote : notions de base
Dr Taoufik Djerboua
 
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentésFamille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Dr Taoufik Djerboua
 
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoVFamille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Dr Taoufik Djerboua
 
Virologie structure multiplication des virus
Virologie structure multiplication des virusVirologie structure multiplication des virus
Virologie structure multiplication des virus
Dr Taoufik Djerboua
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des Enterobacteriaceae
Dr Taoufik Djerboua
 

Plus de Dr Taoufik Djerboua (20)

Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
 
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / EnterococcusLes streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
 
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
 
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulmaBeta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
 
beta lactamases : structure , classification and investigations
beta lactamases : structure , classification and investigationsbeta lactamases : structure , classification and investigations
beta lactamases : structure , classification and investigations
 
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
 
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
 
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
 
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
 
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTIONDIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
 
Bacteries anaerobies strictes
Bacteries anaerobies strictesBacteries anaerobies strictes
Bacteries anaerobies strictes
 
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculoseFamille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
 
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumanniiPseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
 
Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique
 
La partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologieLa partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologie
 
EndNote : notions de base
EndNote : notions de baseEndNote : notions de base
EndNote : notions de base
 
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentésFamille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
 
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoVFamille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
 
Virologie structure multiplication des virus
Virologie structure multiplication des virusVirologie structure multiplication des virus
Virologie structure multiplication des virus
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des Enterobacteriaceae
 

Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical water in cleaning desinfection and sterilization

  • 1. L’EAU ET LA STERILISATION DR TOUFIK DJERBOUA PHARMACIEN MAITRE ASSISTANT EN MICROBIOLOGIE CHEF DE SERVICE DU LABORATOIRE CENTRAL DE BIOLOGIE MEDICALE HOPITAL BELLOUA-CHU TIZI-OUZOU EMAIL : DRTAOUFIK123@HOTMAIL.FR
  • 2. INTRODUCTION LA QUALITE DE L’EAU LA VAPEUR D’EAU LES PARAMETRES DES LA STERILISATION LES AUTOMATES LE PILOTAGE DE LA STERILISATION LE CQ DE LA STERILISATION LE CQ DES AUTOCLAVES
  • 3. Introduction  L’eau est un élément central dans l’autoclave, elle y joue plusieurs roles :  Agent caloporteur lors de la stérilisation  Utilisée dans les circuits de la pompe a vide  Utilisée pour le refroidissement  Pour ces eaux techniques, les exigences en matière de qualité physico-chimique et micobiologique qualité durant le nettoyage, la désinfection et l’autoclavage sont variable en fonction de l’appareil considéré et de sa fonction dans l’appareil LA QUALITE DE L’EAU
  • 4. CRITERES DE DEFINITION L’eau est définie par 1) Ses paramètres physiques :  turbidité,  matières en suspension,  température  conductivité 2) Ses paramètres chimiques :  pH  dureté (richesse en Calcium et Magnésium exprimée en°f=4ml/L)  Les Ions (Cl-,K+,nitrates, phosphates , sulfates, les micropolluants comme le Cadmium, le Plomb, lArsenic, le Chrome…)  Les matières organiques 3. Les paramètres bactériologiques : concerne la recherche des bactéries pathogènes pour l’homme dans différents types d’eau comme les eaux potables, les eaux de baignade et les eaux pharmaceutiques.
  • 5. DEFINITION DES DIFFERENTS TYPES D’EAU  Eau partiellement adoucie : eau adoucit dans laquelle la dureté a été remonté par mélange avec de l’eau dure, jusqu’à une dureté ne dépassant pas 10°F.  Eau adoucie : eau de laquelle le calcium et le magnésium ont été éliminés ; sa dureté =0°F  Eau déminéralisée : eau dans laquelle tous les sels minéraux ont été sliminess  Eau osmosée : eau déminéralisée obtenu par un procédé d’osmose inverse  Eau distillée : eau obtenue par vaporisation et condensation des vapeurs formées.
  • 6. BESOINS ET CARACTERISTIQUES DES EAUX TECHNIQUES Pour de nombreux usages techniques, de l’eau de différents niveaux de qualité est nécessaire, en particulier pour la stérilisation, la buanderie, les réseaux d’eau de refroidissement, etc. • Comme ces eaux n’entrent pas directement au contact du patient, que des critères de leur qualité sont avant tout physico-chimiques
  • 7. BESOINS ET CARACTERISTIQUES DES EAUX TECHNIQUES : LAVEURS-DESINFECTEURS EN ISO 15883 • En fonction des préconisations des fabricants: Exemple: • - prélavage eau de ville 10 à 15 l • - lavage eau adoucie chaude ou froide 10 à 15 l • - neutralisation eau adoucie chaude ou froide 10 à 15 l • - rinçages eau adoucie chaude ou froide 10 à 15 l • - désinfection thermique 80 à 95° eau osmosée 10 à 15 l • Les consommations sont de quelques dizaines de litres par cycle avec des débits de 10 à 30 l/mn • (durée de cycle environ 1 heure).
  • 8. ◘ EAU ADOUCIE FROIDE POUR : Les circuits de pompe à vide et de refroidissement. •Dureté à 10°F – 100 à 500 L/h ◘ EAU OSMOSEE POUR : La fabrication de la vapeur: 20 à 30 L/mn – 10 à 100 l/cycle BESOINS ET CARACTERISTIQUES DES EAUX TECHNIQUES : LES STERILISATEURS A VAPEUR
  • 9. BESOINS ET CARACTERISTIQUES DES EAUX TECHNIQUES : LES STERILISATEURS A VAPEUR NF EN 285 ◘ Résidus d’évaporation : ≤ 10mgl ◘ Silice SiO2 : ≤ 1mg/l ◘ Fer : ≤ 0,2 mg/l ◘ Cadmium : ≤ 0,005 mg/l ◘ Plomb : ≤ 0,05 mg/l ◘ Autres métaux lourds : ≤ 0,1 mg/l ◘ Chlorures Cl- : ≤ 2 mg/l • ◘ Phosphates P205 : ≤ 0,5 mg/l ◘ Conductivité, à 25°C : ≤ 5 μS/cm ◘ pH : 5 à 7,5 ◘ Aspect : incolore, propre, sans sédiments ◘ Dureté : 0,02 mmol/l La limitation de la charge microbienne des dispositifs de désinfection/stérilisation est recommandée
  • 10. • Pour les lavages / disinfection : Objectifs de qualité au-delà des recommandations en complément des filtrations et adoucissement exigées : - Purification primaire par osmose inverse - Installation commune avec les autoclaves si la boucle de distribution le permet - Ameliorations des performances et de la maintenance AU TOTAL : exigences / recommandations en qualité / traitement des eaux techniques
  • 11. Le traitement de l’eau par osmose inverse de l’alimentation de la stérilisation permet : - une sécurité pour les lavages désinfections. - de meilleures performances des lavages et dela vapeur stérilisante. - une meilleure exploitation des installations - une traçabilité de la qualité d’eau autant que « Matière première » AU TOTAL : exigences / recommandations en qualité / traitement des eaux techniques
  • 13.  C’est le corps qui contient le plus d’énergie emmagasinée et libérable instantanément  Elle permet d’atteindre la température limite de la vie (110°C)  La notion de « valeur stérilisatrice F0 » qui permet de comparer les différents protocoles de traitement thermiques, permet de calculer que la puissance destructrice de la vapeur sur les spores est quasiment infinie  La vapeur d’eau lors de l’autoclavage permet d’éliminer les microorganismes par : -Coagulation du contenu intracellulaire Hydrolyse (Cracking) INTRODUCTION
  • 14. 1) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction de la température (T) a la pression atmosphérique : Rappels :  pression atmosphérique = 1Atm = 1,003 bar = 1013 hPascal  L’énergie et la quantité de Chaleur sont exprimés en plusieurs unités en fonction de la valeur /usage : Calorie , Joule Watt…  01 Joul =0,239 Calorie / /01 KiloJoul = 239 Calorie / 01 Calorie = quantité d’energie qui permet de faire augmenter la température de 01 gramme d’eau de 01 C°  Transformation de l’eau : Solide liquide vapeur ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES CONDENSATIONSOLIDIFICATION FUSION EBULLITION
  • 15. 1) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction de la température (T) a la pression atmosphérique : -Le passage de l’état d’eau liquide d’01 Kg d’eau a 20° a l’état d’eau bouillante (100°) nécessite 80,10 kCal soit 335,2 kJ -le passage de la meme quantité d’eau bouillante a l’état de vapeur nécessite de fournir une énergie supplémentaire pour contrer la pression athmosphérique soit 539,20 kCal/2257,0 kJ =) la vapeur d’eau a préssion athmosphérique est 07 fois plus énergetique que l’eau bouillante ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES
  • 16. 1) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction de la température (T) a la pression atmosphérique : -Le passage de l’état d’eau liquide d’01 Kg d’eau a 20° a l’état d’eau bouillante (100°) nécessite 80,10 kCal soit 335,2 kJ Cette chaleur est dite Chaleur sensible -le passage de la même quantité d’eau bouillante a l’état de vapeur nécessite de fournir une énergie supplémentaire pour contrer la pression atmosphérique soit 459,1 kCal/1922,5 kJ , cette Chaleur qui fait varier l’état a une meme température est dite Chaleur Latente =) la vapeur d’eau a pression atmosphérique est 07 fois plus énergétique que l’eau bouillante ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES
  • 17. 1) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction de la température (T) a la pression atmosphérique : AU TOTAL : L’Energie emmagasinée par 01 Kg de Vapeur = 80+495 kCal = 539 kCal/Kg de vapeur , cette chaleur qui est la somme de la chaleur sensible + chaleur latente est dite CHALEUR TOTALE DE VAPEUR CETTE CHALEUR TOTALE DE VAPEUR SERA RELIBEREE PAR L’EAU LORS RETOUR VERS L’ETAT LIQUIDE (CONDENSATION) Conséquence du transfert de chaleur : chauffage de la masse a stériliser + MICROBICIDIE ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES
  • 18. 2) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction de la température (T) et de la préssion (P) = Table de Regnault: Rappels : Pression Relative : Pression indiquée par le manomètre du stérilisateur, elle ne tient pas compte de la pression atmosphérique (A porte ouverte, le manomètre indique 0 unité de pression (hPa, bar…) Pression Absolue : est la pression réelle a laquelle la charge est soumise = pression atmosphérique (1,013 bar/hPa +Pression relative) Exemple , si le manomètre indique 2,013 (Pression relative) , la pression absolue = 1,013+2,013 = 3,026 bar /hPa ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES
  • 19. 2) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction de la température (T) et de la préssion (P) = Table de Regnault: Formule de Regnault : Formule empirique (purement expérimentale donnant l’évolution de la pression en fonction de la température Cette évolution est variable en fonction de la température, a approximativement de 90 mbar /01C° entre 134 C° et 137 C° L’étude de cette formule a donnée naissance a la table de Regnault, Pivot du contrôle de la stérilisation a la vapeur d’eau. ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES
  • 20. 2) Evolution de l’état physique de l’eau en fonction de la température (T) et de la préssion (P) = Table de Regnault: DEFINITIONS : 1. La vapeur d’eau est dite SATUREE, a une température et pression donnée si elle est atteint l’état d’équilibre entre sa forme de vapeur ASPECTS PHYSIQUES ET THERMODYNAMIQUES
  • 21. TABLE DE REGNAULT VERIFICATION DE LA VAPEUR SATUREE LORS DE LA STERILISATION : Lire la pression (la plus facile à apprécier avec precision) Regarder, sur la table de Regnault, si la température lue se situe bien dans l’intervalle de 1°C par rapport à la temperature théorique attendee sur la table NB :La précision sur la norme NF EN 285en matière d’enregistreurs est de +/- 01% pour la température ,de +/- 1,6% pour la pression et de ± 5 s pour 3,5 min/± 11 s pour 18 min en matière de temps
  • 22. EXEMPLES P= pression absolue Vt/Vp = Valeurs théoriques sur la table de Regnault Dans cet exemple, a cette température, chaque 01C° fait augmenter la pression de 90mbar
  • 23. CONTRÔLE QUALITE DE LA VAPEUR D’EAU NF CEN ISO/TS 17 665-2 : Qualification opérationnelle Test de fuite Vitesse de changement de pression = pression dynamique Tests thermométrique Tests charge creuse Paquet d’essai métallique Détecteur d’air Qualité vapeur (Re QO : vérification annuelle)  Gaz non condensables  Siccité vapeur  Absence de surchauffe (superheat)  Impuretés dans l’eau
  • 25.  Gaz non condensables : Mesure du volume de gaz dans la burette rapporté au volume de vapeur condensée dans l’éprouvette. Ce test mesure le dgré de saturation en vapeur d’eau.  3,5% de mL de GNC/100mL de condensat. Il faut donc pouvoir détecter un volume de 3,5 mL dans un volume de vapeur de 50 000mL à 2,5 bar Ce test présente de très nombreuses limites a son utilisation
  • 26.  Siccité de la vapeur = Titre de vapeur: Mesure de l’augmentation de la température provoquée par la condensation dune quantité donnée de vapeur , ce test mesure l’energie latente
  • 27.  Surchauffe : Mesure de la température provoquée par la vapeur lorsqu’elle se détend à pression atmosphérique