SlideShare une entreprise Scribd logo
SFEN 19 février 2014
Tricastin

Apprécier les risques de la
radioactivité et les éléments de
la radioprotection

Pr. Jean Claude Artus
Pour gérer un risque …
 Le

connaître … sa nature … ses
sources …
 Savoir comment on y est exposé …
 Estimer son importance … sa
grandeur
 Le craindre pour ses conséquences …
 Comprendre pour mieux respecter la
réglementation …
Pr JC - Artus SFEN
De la Source à ses Effets
Source

radioactivité, nucléaire, RX, RI ...

Exposition

exposition externe, contamination

Absorption

c’est la dosimétrie ... (Gy, mSv)

Effets

Réglementation
Réglementation

expressions pathologiques

radioprotection
Pr JC - Artus SFEN
Rappels de Physique ! ! ! !

ça part
mal…

Pr JC - Artus SFEN
1 - Natures et sources des
rayonnements ionisants

Pr JC - Artus SFEN
 La

radioactivité

– Nature :
«  », «  », particulaires
«  » électromagnétiques

– Période ou demi-vie, de la sec. à des 106
années
– Énergie s’exprime en multiple d’électronvolt (eV)
– Activité : curies mais surtout en becquerels
Bq A=n
1 Ci = 37.109 Bq = 37 GBq
Pr JC - Artus SFEN
Pr JC - Artus SFEN
Pr JC - Artus SFEN


Sources d’exposition naturelle, 3 composantes
– Tellurique (terrestre) : éléments lourds et légers
(Uraniums 238 et 235 et Thorium 232) et K 40, Ru 87

– Cosmique :
» exposition directe varie avec l’altitude,
» exposition radionucléides secondaires C14 et H3 mais
aussi Pu 239

– Interne :
» Endogène : K40 (), C14 (), soit de 10 kBq pour 75 kg
» Exogène : inhalation du radon, , (U 238), très variable
de 1mSv à 20 mSv/an, ingestion aliments
Pr JC - Artus SFEN
Pr JC - Artus SFEN
Pr JC - Artus SFEN
Sources d’exposition artificielle, trois
composantes
– Origine médicale : radiodiagnostic, radiothérapie
depuis les années 1900 plus la médecine nucléaire
depuis les années 1950
– Origine retombées des essais nucléaires, de 1945
à 1980, dans l’atmosphère terrestre Cs 135 et St 90
– Origine industrielle en fonctionnement normal :
» Rejets liquides (H3, produit activation Co 60) et gazeux
(gaz rares, H3, I 131, C14), les déchets (NON)

– Accidents : Windscale 1957, Three-mile Island
1979, Tchernobyl 1986, Fukushima 2011
Pr JC - Artus SFEN
Pr JC - Artus SFEN
Radiothérapie

Pr JC - Artus SFEN
Répartition des doses médicales

Pr JC - Artus SFEN
Mais je rêve ! ... vous nous
dites qu’il existerait du
« Nucléaire » naturel …!!!
Et encore que la radiologie
serait aussi équivalente au
« Nucléaire » … !

Pr JC - Artus SFEN
2 - Après la source : les
différentes façons de s’y
exposer …

Pr JC - Artus SFEN
Les différents types d’exposition

J-C Artus SFEN
Exposition à distance, (celle du radiodiagnostic

)

par exemple

- Elle ne concerne de principe que les
REM : RX et ; les sont vite arrêtés
- Les paramètres de cette exposition sont :
» La distance « d » : l’exposition diminue comme
le carré de « d » (comme 1/d2)
» L’atténuation exponentielle du faisceau par des
écrans (dépend de leur coefficient
d’atténuation… et donc de leur masse atomique)
» Le temps : l’exposition est directement
proportionnelle au temps
Pr JC - Artus SFEN
ATTENUATION d’un faisceau de REM

Pr JC - Artus SFEN
Pr JC - Artus SFEN
Conséquences
radiologiques

rayonnement
primaire

rayonnement
transmis

rayonnement
diffusé
Pr JC - Artus SFEN
Exposition au contact de la source
celle de la Contamination
-

Elle concerne tous les types de radioactivité et
particulièrement les 
Il faut distinguer la contamination externe, sur la
peau, (dont le traitement est le lavage) de …
l’interne … : respiration, ingestion, effraction
cutanée
Pour la cont. Intern. : ses paramètres sont plus
complexes et dépendent de la nature des
Radioéléments et de leurs affinités pour les organes
Pr JC - Artus SFEN
La double décroissance
La contamination radioactive

Pr JC - Artus SFEN
3 - L’absorption de l’énergie
suite à l’exposition
( à distance ou au contact ! )

DOSIMETRIE
Grandeurs et Unités en
Radioprotection : gray, sievert
Pr JC - Artus SFEN
Grandeurs de base
 Dose

absorbée D = énergie/masse,
1J/kg = 1gray, Gy
Efficace E = D x Wr x Wt
sievert, Sv

 Dose

 Dose

engagée : sommation pour
les contaminations internes
seulement, elle dépend des
paramètres de cette contamination
Pr JC - Artus SFEN
Energie … et EFFETS de l’énergie
De l’énergie dont
la grandeur est
la dose

Des Doses !
Selon
leurs utilisations
De la dose absorbée à la dose efficace

Wr

1 Gy
Pr JC - Artus SFEN
La Dose Efficace (E) est la
grandeur fondamentale de la
radioprotection
C’est la grandeur estimée du risque, pour
l’organisme entier, de voir apparaître des
effets tardifs (les cancers) …
Cette grandeur de radioprotection permet de
ramener ce risque, lors de l’exposition partielle, à un
risque équivalent pour la totalité de l’organisme ; les
risques itératifs, de ce fait, deviennent cumulables…
Pr JC - Artus SFEN
Pr JC - Artus SFEN
Doses annuelles délivrées par les
sources naturelles (en mSv)
Sources

Dose
moyenne
0,41

x 2 (1500 m)

tellurique

0,46

0,3 à 200 mSv

radon

1,30

0,2 à 20 mSv

organisme

0,23

stable

cosmos

Total

Variations

2,4 mSv jusqu'à 400 mSv
Pr JC - Artus SFEN
Importance relative des sources d’exposition

Pr JC - Artus SFEN
Autres exemples de dose
(ordre de grandeur)

Irradiation annuelle au Kérala : 6 à 15 mSv
 Vol Paris/New-York : 0,05 mSv
 Un jour en orbite de la terre : 1 mSv
 Une radiographie du thorax : 0,2 mSv
 Une radiographie dentaire : 0,01 à 0,02 mSv
 Irradiation d’une tumeur correspond à : 20 à
60 Gy!!!


ATTENTION : irradiation totale ou partielle ?
Pr JC - Artus SFEN
Comparaison du risque nucléaire
de cancer avec un autre facteur
cancérigène bien connu !

J-C Artus SFEN
Le Risque d’1 paquet jour / un an
=> À celui de 250/300 mSv
J-C Artus SFEN
Etonnant !
NON ?
J-C Artus SFEN
Pr JC - Artus SFEN
Expositions Médicales

Pr JC - Artus SFEN
Vous l’avez
compris,
l’important
c’est la DOSE

Pr JC - Artus SFEN
Ordre de grandeur de doses délivrées
par les principaux examens médicaux

Pr JC - Artus SFEN
En définitive connaitre le risque
pour la santé est d’une extrême
facilité …

J-C Artus SFEN
4 - Effets Pathologiques des R.I.
(radioactivité, RX, accélérateurs …)

Pr JC - Artus SFEN
Effets élémentaires
Résultent d’ionisations, excitations
qui directement ou indirectement =>
 lésions de l’ADN (pour rester simple…)


importance du TEL lésions simples, dble brin,
lésions complexes (épigénétiques),
chromosomiques, instabilité génétique


Réparation de l’ADN (plusieurs étapes)
– Fidèle « sb » : vie normale cellulaire
– Fautive « db » :
– Influence du débit sur le cycle cellulaire
(réponse adaptative)
Pr JC - Artus SFEN
R.I. ( RX)
R.I. ( RX)
Ionisations, excitations
10-6 s.
10-6 s.

Radiolyse
Radiolyse

Effets directs
Effets directs
Lésion de l’ADN
Lésion de l’ADN

Réparation fautive
Réparation fautive
min.
min.
heures
heures

jours
jours

Mutation non létale
Mutation non létale

Effet létal
Effet létal
Mort
Mort
cellulaire
cellulaire

Réparation fidèle
Réparation fidèle
Survie normale
Survie normale

-

RIEN
RIEN

+

Système
Système
immunitaire
immunitaire

semain. Radiopathologie
semain. Radiopathologie
mois
mois Inflammation, nécrose,
Inflammation, nécrose,

Organes Gonade
Organes Gonade

hypoplasie
hypoplasie

années
années
générat. .
générat

cancers
cancers
Pr JC - Artus SFEN

Anomalies
Anomalies
Héréditaires ?
Héréditaires ?
Pr JC - Artus SFEN
Pr JC - Artus SFEN
Pr JC - Artus SFEN
Quels effets pathologiques ?
Ils sont schématiquement de
deux types :
 D’apparition obligatoire


D’apparition incertaine (estimée
sur 1 grand nombre de cas !)
Pr JC - Artus SFEN
Le « coup de soleil » : obligatoire
Le « cancer cutané » : aléatoire
Pr JC - Artus SFEN
Je peux vous le
confirmer :
- j ’ai toujours un
peu de bronchite
- j’espère ne
jamais avoir une
« saloperie » du
poumon !

Pr JC - Artus SFEN
Effets pathologiques des R.I.
Dose
Obligatoires

Aléatoires
Probabilité

Gravité
augmente
avec la dose
Seuil
RIEN

Le risque de cancers
augmente avec :
- la dose
- le temps
Gravité constante
Seuil incertain

Précoces (semaines)

Tardifs (à partir de 3 ans)
Pr JC - Artus SFEN

Temps
De quels paramètres
dépendent les effets ?
Qu ’il s ’agisse d ’effets déterministes précoces,
ou aléatoires tardifs ...




Avant tout de la DOSE
Du débit de dose !
De la nature du tissu concerné
– exposition corps entier
– exposition partielle




De l ’âge (surtout ) du sexe (peu)
Sûrement de prédispositions génétiques
Pr JC - Artus SFEN
Effets sur la santé (1)
Effets obligatoires exp. CE (rares) :
– obligatoires au dessus d’un seuil de dose, à
débit élevé, 800 mGy
– la gravité augmente avec la dose jusqu’à la
mort pour 6000 mGy
– apparition précoce ( quelques Heures à
quelques Jours ) [brûlures, hémorragies,
stérilités, nécroses, morts ... ]
– Réapparaissent en radiologie interventionnelle …
Pr JC - Artus SFEN
Effets déterministes : Radiopathologie*
(précoces)

0 à 0,8 Gy : aucun signe clinique
 0,8 à 2 Gy : asthénie, vomissements,
 2 à 4,5 Gy : hémorragies, infections,
 4,5 à 6 Gy : accentuation des signes
 > 6 Gy : mort


* Exposition corps entier

Pr JC - Artus SFEN
Doses seuils des effets déterministes
(adulte)

Pr JC - Artus SFEN
Pr JC - Artus SFEN
EFFETS TARDIFS non Déterministe (aléatoires)

La démonstration des effets stochastiques, qu'il
s'agisse de cancers (ou d'anomalies génétiques) :
• repose sur la mise en évidence d'une
augmentation significative de la fréquence de
ces affections sur un ensemble suffisamment
important de sujets exposés
• doit donc s’appuyer sur d'études
épidémiologiques particulièrement difficiles
Pr JC - Artus SFEN
Evaluation du Risque Cancer
en fonction de la Dose
Mais on n’a jamais observé
d’excès de cancers au dessous
de 150 mSv chez l’adulte et au
dessous de 100 mSv chez
l’enfant !
Pr JC - Artus SFEN
Pr JC - Artus SFEN
Pr JC - Artus SFEN
5 – Radioprotection
Organismes
et
Origine des textes
La Radioprotection
Trois grands Principes

Justifier l’exposition
 Justifiée, il faut
l’optimiser
 Et au total, la limiter
(mais pas en
médecine)


La réglementation

Pour les travailleurs :
le code du travail
 Pour le public et les
patients, le code de
santé publique


J-C Artus SFEN
Les textes …

J-C Artus SFEN
Seuil de danger ou réglementaire ?
Ne pas confondre …

 Doses à ne pas dépasser

– pour les effets incertains
(cancers, …) 100/150 mSv (seuil
d ’effet décelable, chez les
adultes)
– pour les effets obligatoires
(brûlures, stérilité, etc.) 800
mGy (dose corps entier)

J-C Artus SFEN

 Dose à ne pas
dépasser
pour le public
– 1 mSv/an (naturelle 2,3
mSv/an)

pour les travailleurs
- 20mSv /an
ORGANISMES
INTERNATIONNAUX
 CIPR : Commission Internationale de Protection
Radiologique (1928), édicte des Recommandations issues donnés
scientifiques disponibles sous forme de publication : ex CIPR 60

 UNSCEAR : comité scientifique de l’ONU (1955)
 BEIR : agence scientifique américaine,
 AIEA : Agence Internationale de l’Energie Atomique,(1956) promotion de
l’utilisation pacifique de l’énergie atomique (sûreté nucléaire)

 OMS : peu !
Il faut retenir de l’existence, déjà ancienne, de ces
organismes, qu’ils sont à l’origine d’une réglementation
internationale largement « considérée » qui préfigure ce
qui pourrait se passer dans d’autres domaines …
La mise en œuvre des
dispositions réglementaires

Les Organismes
Nationaux
Les Organismes en question !
• IRSN : institut de radioprotection et sûreté
nucléaire
• ASN : direction générale de sûreté nucléaire et
de radioprotection
• DRT : direction des relations du travail
Un seul organisme ne peut être juge et partie, il doit
exister une séparation entre le contrôle et
l’expertise … et il ne faut pas confondre les deux
Organisation générale
Depuis le 22 février 2002 (décret 2002-255)
MINISTRE

MINISTRE

MINISTRE

INDUSTRIE

ENVIRONNEMENT

SANTE

Contrôles

ASN

ASN
DRIRE

DRT

ASN
Rég.

Inspection
travail

Expertise
Sûreté nucléaire …
• Ensemble des dispositions prises à tous les stades
–
–
–
–

de la conception
de la construction
de l’exploitation
de l’arrêt

des installations
nucléaires

• pour assurer la protection des personnes et de
l’environnement contre la dispersion des produits
radioactifs.
Pratique médicale : SN = appareillage et installation
Missions de l’ASN
 Elaborer, proposer et mettre en œuvre réglementation en matière
de sûreté nucléaire et de radioprotection
 Prendre des décisions réglementaires à caractère technique pour
compléter les modalités d’application des décrets et arrêtés (…) à
l’exception de ceux ayant trait à la médecine du travail
 Délivrer les agréments requis aux organismes qui participent aux
contrôles et à la veille en matière de sûreté nucléaire ou de
radioprotection
 Organiser des inspections visant au contrôle de la radioprotection
dans les domaines industriel, médical et de la recherche.
 Participer au contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection
et à l’information du public
Les effets biologiques des rayonnements ionisants
Missions et Rôles
 expertise et recherche dans les domaines de
la sûreté nucléaire et de la radioprotection
 contribue à la formation en radioprotection des
travailleurs professionnellement exposés et
des professionnels de santé
 participe à la surveillance radiologique de
l’environnement
Organisme d’information, d’appui technique et d’expertise scientifique
du matériel ; réalisera les mesures de radioactivité ; collecte et exploite
sur la dosimétrie des travailleurs
Raison ou
convictions ?
Les connaissances
ne se décrètent
pas …, elles se
révèlent !
Et pour compléter vos
connaissances (en vous distrayant)

jc.artus@numericable.fr
Pr JC - Artus SFEN

Contenu connexe

Tendances

1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
Med Achraf Hadj Ali
 
SHIELDING CALCULATIONS-Mahender D.pptx
SHIELDING CALCULATIONS-Mahender D.pptxSHIELDING CALCULATIONS-Mahender D.pptx
SHIELDING CALCULATIONS-Mahender D.pptx
Mahender.Damera Mahender.Damera
 
1.2 formation radioprotection des travailleurs exposés radiologues essai
1.2 formation radioprotection des travailleurs exposés radiologues essai1.2 formation radioprotection des travailleurs exposés radiologues essai
1.2 formation radioprotection des travailleurs exposés radiologues essai
radiologie
 
Hygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au LaboratoireHygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au Laboratoire
S/Abdessemed
 
Technique radiologique rachis cervical
Technique radiologique rachis cervicalTechnique radiologique rachis cervical
Technique radiologique rachis cervical
wayma
 
L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012
L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012
L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012
Latie Moun
 
2016-Les-voies-centrales-.pdf
2016-Les-voies-centrales-.pdf2016-Les-voies-centrales-.pdf
2016-Les-voies-centrales-.pdf
hayzen120
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Mehdi Razzok
 
Scanner
ScannerScanner
Scanner
zazay4
 
Le cancer de l'estomac
Le cancer de l'estomacLe cancer de l'estomac
Le cancer de l'estomac
melduf0185
 
cours radiotherapie technique 2023FF.pdf
cours radiotherapie technique 2023FF.pdfcours radiotherapie technique 2023FF.pdf
cours radiotherapie technique 2023FF.pdf
RIM BENALI
 
Cancer Prostate
Cancer Prostate Cancer Prostate
Cancer Prostate
urologiebj
 
Affections acquises de la pathologie vertébrale non traumati
Affections acquises de la pathologie vertébrale non traumatiAffections acquises de la pathologie vertébrale non traumati
Affections acquises de la pathologie vertébrale non traumati
imma-dr
 
Osteosarcome
OsteosarcomeOsteosarcome
Osteosarcome
Nasser Hassane
 
Rayone x
Rayone xRayone x
Ecographie
EcographieEcographie
Ecographie
sousach
 
RADIOTHERAPY CALCULATION
RADIOTHERAPY CALCULATIONRADIOTHERAPY CALCULATION
RADIOTHERAPY CALCULATION
Nik Noor Ashikin Nik Ab Razak
 
fractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant brasfractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant bras
guest195328
 
Td explorations-radiologiques
Td explorations-radiologiquesTd explorations-radiologiques
Td explorations-radiologiques
fati guzel
 

Tendances (20)

1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
 
SHIELDING CALCULATIONS-Mahender D.pptx
SHIELDING CALCULATIONS-Mahender D.pptxSHIELDING CALCULATIONS-Mahender D.pptx
SHIELDING CALCULATIONS-Mahender D.pptx
 
1.2 formation radioprotection des travailleurs exposés radiologues essai
1.2 formation radioprotection des travailleurs exposés radiologues essai1.2 formation radioprotection des travailleurs exposés radiologues essai
1.2 formation radioprotection des travailleurs exposés radiologues essai
 
Hygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au LaboratoireHygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au Laboratoire
 
Technique radiologique rachis cervical
Technique radiologique rachis cervicalTechnique radiologique rachis cervical
Technique radiologique rachis cervical
 
L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012
L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012
L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012
 
2016-Les-voies-centrales-.pdf
2016-Les-voies-centrales-.pdf2016-Les-voies-centrales-.pdf
2016-Les-voies-centrales-.pdf
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
 
Scanner
ScannerScanner
Scanner
 
Le cancer de l'estomac
Le cancer de l'estomacLe cancer de l'estomac
Le cancer de l'estomac
 
cours radiotherapie technique 2023FF.pdf
cours radiotherapie technique 2023FF.pdfcours radiotherapie technique 2023FF.pdf
cours radiotherapie technique 2023FF.pdf
 
Cancer Prostate
Cancer Prostate Cancer Prostate
Cancer Prostate
 
Affections acquises de la pathologie vertébrale non traumati
Affections acquises de la pathologie vertébrale non traumatiAffections acquises de la pathologie vertébrale non traumati
Affections acquises de la pathologie vertébrale non traumati
 
Osteosarcome
OsteosarcomeOsteosarcome
Osteosarcome
 
Rayone x
Rayone xRayone x
Rayone x
 
Ecographie
EcographieEcographie
Ecographie
 
RADIOTHERAPY CALCULATION
RADIOTHERAPY CALCULATIONRADIOTHERAPY CALCULATION
RADIOTHERAPY CALCULATION
 
fractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant brasfractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant bras
 
Anesthesie locale
Anesthesie locale Anesthesie locale
Anesthesie locale
 
Td explorations-radiologiques
Td explorations-radiologiquesTd explorations-radiologiques
Td explorations-radiologiques
 

En vedette

Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître
Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaîtreRayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître
Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître
Conseil Scientifique Santé & Energies d'EDF
 
Comment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Comment Travailler en Sécurité avec de la RadioactivitéComment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Comment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Heather Etchevers
 
Rayonnements ionisants : répondre aux questions des patients
Rayonnements ionisants : répondre aux questions des patientsRayonnements ionisants : répondre aux questions des patients
Rayonnements ionisants : répondre aux questions des patients
Conseil Scientifique Santé & Energies d'EDF
 
La Radioactivité 2008 AmpèRe Bis
La Radioactivité 2008 AmpèRe BisLa Radioactivité 2008 AmpèRe Bis
La Radioactivité 2008 AmpèRe Bis
Pascal Bellanca-Penel
 
Tpe Radioactivite
Tpe RadioactiviteTpe Radioactivite
Tpe Radioactivite
amdnihafez
 
Les forces Sous-Marines Françaises par le Cdt Alexandre Tachon, 13/11/2014
Les forces Sous-Marines Françaises par le Cdt Alexandre Tachon, 13/11/2014Les forces Sous-Marines Françaises par le Cdt Alexandre Tachon, 13/11/2014
Les forces Sous-Marines Françaises par le Cdt Alexandre Tachon, 13/11/2014
Guillaume Vaast
 
L'utilisation médicale des rayonnements ionisants
L'utilisation médicale des rayonnements ionisantsL'utilisation médicale des rayonnements ionisants
L'utilisation médicale des rayonnements ionisants
Conseil Scientifique Santé & Energies d'EDF
 
Argumentaire NucléAire FéVrier 07
Argumentaire NucléAire FéVrier 07Argumentaire NucléAire FéVrier 07
Argumentaire NucléAire FéVrier 07
latteur
 
Biochem mutations
Biochem    mutationsBiochem    mutations
Biochem mutations
MBBS IMS MSU
 
3. Détecter l'émergence d'anomalies génétiques: exemple en bovins
3. Détecter l'émergence d'anomalies génétiques: exemple en bovins3. Détecter l'émergence d'anomalies génétiques: exemple en bovins
3. Détecter l'émergence d'anomalies génétiques: exemple en bovins
Institut de l'Elevage - Idele
 
La Mise en place d'une demarche qualité selon la norme iso 9001 version 2008
La Mise en place d'une demarche qualité selon la norme iso 9001 version 2008La Mise en place d'une demarche qualité selon la norme iso 9001 version 2008
La Mise en place d'une demarche qualité selon la norme iso 9001 version 2008
Daoud Haoues
 
PréSentation Des Outils De La Qualité
PréSentation Des Outils De La QualitéPréSentation Des Outils De La Qualité
PréSentation Des Outils De La Qualité
udotsi33
 
Rapport PFE : Développement D'une application de gestion des cartes de fidéli...
Rapport PFE : Développement D'une application de gestion des cartes de fidéli...Rapport PFE : Développement D'une application de gestion des cartes de fidéli...
Rapport PFE : Développement D'une application de gestion des cartes de fidéli...
Riadh K.
 
Ma présentation PFE : Application Android & Site Web
Ma présentation PFE : Application Android & Site WebMa présentation PFE : Application Android & Site Web
Ma présentation PFE : Application Android & Site Web
Harrathi Mohamed
 
Projet de fin d'etude gestion informatique
Projet de fin d'etude gestion informatiqueProjet de fin d'etude gestion informatique
Projet de fin d'etude gestion informatique
jihene Ab
 
Présentation Projet de fin d'études
Présentation Projet de fin d'étudesPrésentation Projet de fin d'études
Présentation Projet de fin d'études
Salah Eddine BENTALBA (+15K Connections)
 

En vedette (20)

Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître
Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaîtreRayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître
Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître
 
Comment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Comment Travailler en Sécurité avec de la RadioactivitéComment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Comment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
 
Rayonnements ionisants : répondre aux questions des patients
Rayonnements ionisants : répondre aux questions des patientsRayonnements ionisants : répondre aux questions des patients
Rayonnements ionisants : répondre aux questions des patients
 
La Radioactivité 2008 AmpèRe Bis
La Radioactivité 2008 AmpèRe BisLa Radioactivité 2008 AmpèRe Bis
La Radioactivité 2008 AmpèRe Bis
 
Tpe Radioactivite
Tpe RadioactiviteTpe Radioactivite
Tpe Radioactivite
 
Les forces Sous-Marines Françaises par le Cdt Alexandre Tachon, 13/11/2014
Les forces Sous-Marines Françaises par le Cdt Alexandre Tachon, 13/11/2014Les forces Sous-Marines Françaises par le Cdt Alexandre Tachon, 13/11/2014
Les forces Sous-Marines Françaises par le Cdt Alexandre Tachon, 13/11/2014
 
L'utilisation médicale des rayonnements ionisants
L'utilisation médicale des rayonnements ionisantsL'utilisation médicale des rayonnements ionisants
L'utilisation médicale des rayonnements ionisants
 
Argumentaire NucléAire FéVrier 07
Argumentaire NucléAire FéVrier 07Argumentaire NucléAire FéVrier 07
Argumentaire NucléAire FéVrier 07
 
Radioprotection
RadioprotectionRadioprotection
Radioprotection
 
Biochem mutations
Biochem    mutationsBiochem    mutations
Biochem mutations
 
3. Détecter l'émergence d'anomalies génétiques: exemple en bovins
3. Détecter l'émergence d'anomalies génétiques: exemple en bovins3. Détecter l'émergence d'anomalies génétiques: exemple en bovins
3. Détecter l'émergence d'anomalies génétiques: exemple en bovins
 
La Mise en place d'une demarche qualité selon la norme iso 9001 version 2008
La Mise en place d'une demarche qualité selon la norme iso 9001 version 2008La Mise en place d'une demarche qualité selon la norme iso 9001 version 2008
La Mise en place d'une demarche qualité selon la norme iso 9001 version 2008
 
PréSentation Des Outils De La Qualité
PréSentation Des Outils De La QualitéPréSentation Des Outils De La Qualité
PréSentation Des Outils De La Qualité
 
Rapport PFE : Développement D'une application de gestion des cartes de fidéli...
Rapport PFE : Développement D'une application de gestion des cartes de fidéli...Rapport PFE : Développement D'une application de gestion des cartes de fidéli...
Rapport PFE : Développement D'une application de gestion des cartes de fidéli...
 
Ma présentation PFE : Application Android & Site Web
Ma présentation PFE : Application Android & Site WebMa présentation PFE : Application Android & Site Web
Ma présentation PFE : Application Android & Site Web
 
Radioprotection
RadioprotectionRadioprotection
Radioprotection
 
Les outils du management de la qualite
Les outils du management de la qualiteLes outils du management de la qualite
Les outils du management de la qualite
 
Projet de fin d'etude gestion informatique
Projet de fin d'etude gestion informatiqueProjet de fin d'etude gestion informatique
Projet de fin d'etude gestion informatique
 
Radioactivité
RadioactivitéRadioactivité
Radioactivité
 
Présentation Projet de fin d'études
Présentation Projet de fin d'étudesPrésentation Projet de fin d'études
Présentation Projet de fin d'études
 

Similaire à Les effets biologiques des rayonnements ionisants

Part1 Nucléaire : De la perception du risque radiologique à la réalité
Part1 Nucléaire : De la perception du risque radiologique à la réalitéPart1 Nucléaire : De la perception du risque radiologique à la réalité
Part1 Nucléaire : De la perception du risque radiologique à la réalité
Conseil Scientifique Santé & Energies d'EDF
 
Irradiation Prof. Grall
Irradiation Prof. GrallIrradiation Prof. Grall
Irradiation Prof. Grall
radiologieparisouest
 
La-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdf
La-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdfLa-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdf
La-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdf
SettiHorri
 
Part2 Nucléaire : de la perception du risque radiologique à la réalité
Part2 Nucléaire :  de la perception du risque radiologique à la réalitéPart2 Nucléaire :  de la perception du risque radiologique à la réalité
Part2 Nucléaire : de la perception du risque radiologique à la réalité
Conseil Scientifique Santé & Energies d'EDF
 
2013session6 7
2013session6 72013session6 7
2013session6 7
acvq
 
Vuillez jean philippe_p01
Vuillez jean philippe_p01Vuillez jean philippe_p01
Vuillez jean philippe_p01
Elsa von Licy
 
Les sequelles des traumatismes thoraciques
Les sequelles des traumatismes thoraciquesLes sequelles des traumatismes thoraciques
Les sequelles des traumatismes thoraciques
rebas
 
Accidents et complications médicolégales en imagerie digesti
Accidents et complications médicolégales en imagerie digestiAccidents et complications médicolégales en imagerie digesti
Accidents et complications médicolégales en imagerie digesti
imma-dr
 
Mise en perspective des risques liés à l'exposition des rayonnements ionisants
Mise en perspective des risques liés à l'exposition des rayonnements ionisantsMise en perspective des risques liés à l'exposition des rayonnements ionisants
Mise en perspective des risques liés à l'exposition des rayonnements ionisants
Conseil Scientifique Santé & Energies d'EDF
 
Compression médullaire.pptx
Compression médullaire.pptxCompression médullaire.pptx
Compression médullaire.pptx
boutayna5
 

Similaire à Les effets biologiques des rayonnements ionisants (10)

Part1 Nucléaire : De la perception du risque radiologique à la réalité
Part1 Nucléaire : De la perception du risque radiologique à la réalitéPart1 Nucléaire : De la perception du risque radiologique à la réalité
Part1 Nucléaire : De la perception du risque radiologique à la réalité
 
Irradiation Prof. Grall
Irradiation Prof. GrallIrradiation Prof. Grall
Irradiation Prof. Grall
 
La-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdf
La-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdfLa-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdf
La-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdf
 
Part2 Nucléaire : de la perception du risque radiologique à la réalité
Part2 Nucléaire :  de la perception du risque radiologique à la réalitéPart2 Nucléaire :  de la perception du risque radiologique à la réalité
Part2 Nucléaire : de la perception du risque radiologique à la réalité
 
2013session6 7
2013session6 72013session6 7
2013session6 7
 
Vuillez jean philippe_p01
Vuillez jean philippe_p01Vuillez jean philippe_p01
Vuillez jean philippe_p01
 
Les sequelles des traumatismes thoraciques
Les sequelles des traumatismes thoraciquesLes sequelles des traumatismes thoraciques
Les sequelles des traumatismes thoraciques
 
Accidents et complications médicolégales en imagerie digesti
Accidents et complications médicolégales en imagerie digestiAccidents et complications médicolégales en imagerie digesti
Accidents et complications médicolégales en imagerie digesti
 
Mise en perspective des risques liés à l'exposition des rayonnements ionisants
Mise en perspective des risques liés à l'exposition des rayonnements ionisantsMise en perspective des risques liés à l'exposition des rayonnements ionisants
Mise en perspective des risques liés à l'exposition des rayonnements ionisants
 
Compression médullaire.pptx
Compression médullaire.pptxCompression médullaire.pptx
Compression médullaire.pptx
 

Les effets biologiques des rayonnements ionisants

  • 1. SFEN 19 février 2014 Tricastin Apprécier les risques de la radioactivité et les éléments de la radioprotection Pr. Jean Claude Artus
  • 2. Pour gérer un risque …  Le connaître … sa nature … ses sources …  Savoir comment on y est exposé …  Estimer son importance … sa grandeur  Le craindre pour ses conséquences …  Comprendre pour mieux respecter la réglementation … Pr JC - Artus SFEN
  • 3. De la Source à ses Effets Source radioactivité, nucléaire, RX, RI ... Exposition exposition externe, contamination Absorption c’est la dosimétrie ... (Gy, mSv) Effets Réglementation Réglementation expressions pathologiques radioprotection Pr JC - Artus SFEN
  • 4. Rappels de Physique ! ! ! ! ça part mal… Pr JC - Artus SFEN
  • 5. 1 - Natures et sources des rayonnements ionisants Pr JC - Artus SFEN
  • 6.  La radioactivité – Nature : «  », «  », particulaires «  » électromagnétiques – Période ou demi-vie, de la sec. à des 106 années – Énergie s’exprime en multiple d’électronvolt (eV) – Activité : curies mais surtout en becquerels Bq A=n 1 Ci = 37.109 Bq = 37 GBq Pr JC - Artus SFEN
  • 7. Pr JC - Artus SFEN
  • 8. Pr JC - Artus SFEN
  • 9.  Sources d’exposition naturelle, 3 composantes – Tellurique (terrestre) : éléments lourds et légers (Uraniums 238 et 235 et Thorium 232) et K 40, Ru 87 – Cosmique : » exposition directe varie avec l’altitude, » exposition radionucléides secondaires C14 et H3 mais aussi Pu 239 – Interne : » Endogène : K40 (), C14 (), soit de 10 kBq pour 75 kg » Exogène : inhalation du radon, , (U 238), très variable de 1mSv à 20 mSv/an, ingestion aliments Pr JC - Artus SFEN
  • 10. Pr JC - Artus SFEN
  • 11. Pr JC - Artus SFEN
  • 12. Sources d’exposition artificielle, trois composantes – Origine médicale : radiodiagnostic, radiothérapie depuis les années 1900 plus la médecine nucléaire depuis les années 1950 – Origine retombées des essais nucléaires, de 1945 à 1980, dans l’atmosphère terrestre Cs 135 et St 90 – Origine industrielle en fonctionnement normal : » Rejets liquides (H3, produit activation Co 60) et gazeux (gaz rares, H3, I 131, C14), les déchets (NON) – Accidents : Windscale 1957, Three-mile Island 1979, Tchernobyl 1986, Fukushima 2011 Pr JC - Artus SFEN
  • 13. Pr JC - Artus SFEN
  • 15. Répartition des doses médicales Pr JC - Artus SFEN
  • 16. Mais je rêve ! ... vous nous dites qu’il existerait du « Nucléaire » naturel …!!! Et encore que la radiologie serait aussi équivalente au « Nucléaire » … ! Pr JC - Artus SFEN
  • 17. 2 - Après la source : les différentes façons de s’y exposer … Pr JC - Artus SFEN
  • 18. Les différents types d’exposition J-C Artus SFEN
  • 19. Exposition à distance, (celle du radiodiagnostic ) par exemple - Elle ne concerne de principe que les REM : RX et ; les sont vite arrêtés - Les paramètres de cette exposition sont : » La distance « d » : l’exposition diminue comme le carré de « d » (comme 1/d2) » L’atténuation exponentielle du faisceau par des écrans (dépend de leur coefficient d’atténuation… et donc de leur masse atomique) » Le temps : l’exposition est directement proportionnelle au temps Pr JC - Artus SFEN
  • 20. ATTENUATION d’un faisceau de REM Pr JC - Artus SFEN
  • 21. Pr JC - Artus SFEN
  • 23. Exposition au contact de la source celle de la Contamination - Elle concerne tous les types de radioactivité et particulièrement les  Il faut distinguer la contamination externe, sur la peau, (dont le traitement est le lavage) de … l’interne … : respiration, ingestion, effraction cutanée Pour la cont. Intern. : ses paramètres sont plus complexes et dépendent de la nature des Radioéléments et de leurs affinités pour les organes Pr JC - Artus SFEN
  • 26. 3 - L’absorption de l’énergie suite à l’exposition ( à distance ou au contact ! ) DOSIMETRIE Grandeurs et Unités en Radioprotection : gray, sievert Pr JC - Artus SFEN
  • 27. Grandeurs de base  Dose absorbée D = énergie/masse, 1J/kg = 1gray, Gy Efficace E = D x Wr x Wt sievert, Sv  Dose  Dose engagée : sommation pour les contaminations internes seulement, elle dépend des paramètres de cette contamination Pr JC - Artus SFEN
  • 28. Energie … et EFFETS de l’énergie De l’énergie dont la grandeur est la dose Des Doses ! Selon leurs utilisations
  • 29. De la dose absorbée à la dose efficace Wr 1 Gy Pr JC - Artus SFEN
  • 30. La Dose Efficace (E) est la grandeur fondamentale de la radioprotection C’est la grandeur estimée du risque, pour l’organisme entier, de voir apparaître des effets tardifs (les cancers) … Cette grandeur de radioprotection permet de ramener ce risque, lors de l’exposition partielle, à un risque équivalent pour la totalité de l’organisme ; les risques itératifs, de ce fait, deviennent cumulables… Pr JC - Artus SFEN
  • 31. Pr JC - Artus SFEN
  • 32. Doses annuelles délivrées par les sources naturelles (en mSv) Sources Dose moyenne 0,41 x 2 (1500 m) tellurique 0,46 0,3 à 200 mSv radon 1,30 0,2 à 20 mSv organisme 0,23 stable cosmos Total Variations 2,4 mSv jusqu'à 400 mSv Pr JC - Artus SFEN
  • 33. Importance relative des sources d’exposition Pr JC - Artus SFEN
  • 34. Autres exemples de dose (ordre de grandeur) Irradiation annuelle au Kérala : 6 à 15 mSv  Vol Paris/New-York : 0,05 mSv  Un jour en orbite de la terre : 1 mSv  Une radiographie du thorax : 0,2 mSv  Une radiographie dentaire : 0,01 à 0,02 mSv  Irradiation d’une tumeur correspond à : 20 à 60 Gy!!!  ATTENTION : irradiation totale ou partielle ? Pr JC - Artus SFEN
  • 35. Comparaison du risque nucléaire de cancer avec un autre facteur cancérigène bien connu ! J-C Artus SFEN
  • 36. Le Risque d’1 paquet jour / un an => À celui de 250/300 mSv J-C Artus SFEN
  • 37. Etonnant ! NON ? J-C Artus SFEN
  • 38. Pr JC - Artus SFEN
  • 41. Ordre de grandeur de doses délivrées par les principaux examens médicaux Pr JC - Artus SFEN
  • 42. En définitive connaitre le risque pour la santé est d’une extrême facilité … J-C Artus SFEN
  • 43. 4 - Effets Pathologiques des R.I. (radioactivité, RX, accélérateurs …) Pr JC - Artus SFEN
  • 44. Effets élémentaires Résultent d’ionisations, excitations qui directement ou indirectement =>  lésions de l’ADN (pour rester simple…)  importance du TEL lésions simples, dble brin, lésions complexes (épigénétiques), chromosomiques, instabilité génétique  Réparation de l’ADN (plusieurs étapes) – Fidèle « sb » : vie normale cellulaire – Fautive « db » : – Influence du débit sur le cycle cellulaire (réponse adaptative) Pr JC - Artus SFEN
  • 45. R.I. ( RX) R.I. ( RX) Ionisations, excitations 10-6 s. 10-6 s. Radiolyse Radiolyse Effets directs Effets directs Lésion de l’ADN Lésion de l’ADN Réparation fautive Réparation fautive min. min. heures heures jours jours Mutation non létale Mutation non létale Effet létal Effet létal Mort Mort cellulaire cellulaire Réparation fidèle Réparation fidèle Survie normale Survie normale - RIEN RIEN + Système Système immunitaire immunitaire semain. Radiopathologie semain. Radiopathologie mois mois Inflammation, nécrose, Inflammation, nécrose, Organes Gonade Organes Gonade hypoplasie hypoplasie années années générat. . générat cancers cancers Pr JC - Artus SFEN Anomalies Anomalies Héréditaires ? Héréditaires ?
  • 46. Pr JC - Artus SFEN
  • 47. Pr JC - Artus SFEN
  • 48. Pr JC - Artus SFEN
  • 49. Quels effets pathologiques ? Ils sont schématiquement de deux types :  D’apparition obligatoire  D’apparition incertaine (estimée sur 1 grand nombre de cas !) Pr JC - Artus SFEN
  • 50. Le « coup de soleil » : obligatoire Le « cancer cutané » : aléatoire Pr JC - Artus SFEN
  • 51. Je peux vous le confirmer : - j ’ai toujours un peu de bronchite - j’espère ne jamais avoir une « saloperie » du poumon ! Pr JC - Artus SFEN
  • 52. Effets pathologiques des R.I. Dose Obligatoires Aléatoires Probabilité Gravité augmente avec la dose Seuil RIEN Le risque de cancers augmente avec : - la dose - le temps Gravité constante Seuil incertain Précoces (semaines) Tardifs (à partir de 3 ans) Pr JC - Artus SFEN Temps
  • 53. De quels paramètres dépendent les effets ? Qu ’il s ’agisse d ’effets déterministes précoces, ou aléatoires tardifs ...    Avant tout de la DOSE Du débit de dose ! De la nature du tissu concerné – exposition corps entier – exposition partielle   De l ’âge (surtout ) du sexe (peu) Sûrement de prédispositions génétiques Pr JC - Artus SFEN
  • 54. Effets sur la santé (1) Effets obligatoires exp. CE (rares) : – obligatoires au dessus d’un seuil de dose, à débit élevé, 800 mGy – la gravité augmente avec la dose jusqu’à la mort pour 6000 mGy – apparition précoce ( quelques Heures à quelques Jours ) [brûlures, hémorragies, stérilités, nécroses, morts ... ] – Réapparaissent en radiologie interventionnelle … Pr JC - Artus SFEN
  • 55. Effets déterministes : Radiopathologie* (précoces) 0 à 0,8 Gy : aucun signe clinique  0,8 à 2 Gy : asthénie, vomissements,  2 à 4,5 Gy : hémorragies, infections,  4,5 à 6 Gy : accentuation des signes  > 6 Gy : mort  * Exposition corps entier Pr JC - Artus SFEN
  • 56. Doses seuils des effets déterministes (adulte) Pr JC - Artus SFEN
  • 57. Pr JC - Artus SFEN
  • 58. EFFETS TARDIFS non Déterministe (aléatoires) La démonstration des effets stochastiques, qu'il s'agisse de cancers (ou d'anomalies génétiques) : • repose sur la mise en évidence d'une augmentation significative de la fréquence de ces affections sur un ensemble suffisamment important de sujets exposés • doit donc s’appuyer sur d'études épidémiologiques particulièrement difficiles Pr JC - Artus SFEN
  • 59. Evaluation du Risque Cancer en fonction de la Dose Mais on n’a jamais observé d’excès de cancers au dessous de 150 mSv chez l’adulte et au dessous de 100 mSv chez l’enfant ! Pr JC - Artus SFEN
  • 60. Pr JC - Artus SFEN
  • 61. Pr JC - Artus SFEN
  • 63. La Radioprotection Trois grands Principes Justifier l’exposition  Justifiée, il faut l’optimiser  Et au total, la limiter (mais pas en médecine)  La réglementation Pour les travailleurs : le code du travail  Pour le public et les patients, le code de santé publique  J-C Artus SFEN
  • 64. Les textes … J-C Artus SFEN
  • 65. Seuil de danger ou réglementaire ? Ne pas confondre …  Doses à ne pas dépasser – pour les effets incertains (cancers, …) 100/150 mSv (seuil d ’effet décelable, chez les adultes) – pour les effets obligatoires (brûlures, stérilité, etc.) 800 mGy (dose corps entier) J-C Artus SFEN  Dose à ne pas dépasser pour le public – 1 mSv/an (naturelle 2,3 mSv/an) pour les travailleurs - 20mSv /an
  • 66. ORGANISMES INTERNATIONNAUX  CIPR : Commission Internationale de Protection Radiologique (1928), édicte des Recommandations issues donnés scientifiques disponibles sous forme de publication : ex CIPR 60  UNSCEAR : comité scientifique de l’ONU (1955)  BEIR : agence scientifique américaine,  AIEA : Agence Internationale de l’Energie Atomique,(1956) promotion de l’utilisation pacifique de l’énergie atomique (sûreté nucléaire)  OMS : peu ! Il faut retenir de l’existence, déjà ancienne, de ces organismes, qu’ils sont à l’origine d’une réglementation internationale largement « considérée » qui préfigure ce qui pourrait se passer dans d’autres domaines …
  • 67. La mise en œuvre des dispositions réglementaires Les Organismes Nationaux
  • 68. Les Organismes en question ! • IRSN : institut de radioprotection et sûreté nucléaire • ASN : direction générale de sûreté nucléaire et de radioprotection • DRT : direction des relations du travail Un seul organisme ne peut être juge et partie, il doit exister une séparation entre le contrôle et l’expertise … et il ne faut pas confondre les deux
  • 69. Organisation générale Depuis le 22 février 2002 (décret 2002-255) MINISTRE MINISTRE MINISTRE INDUSTRIE ENVIRONNEMENT SANTE Contrôles ASN ASN DRIRE DRT ASN Rég. Inspection travail Expertise
  • 70. Sûreté nucléaire … • Ensemble des dispositions prises à tous les stades – – – – de la conception de la construction de l’exploitation de l’arrêt des installations nucléaires • pour assurer la protection des personnes et de l’environnement contre la dispersion des produits radioactifs. Pratique médicale : SN = appareillage et installation
  • 71. Missions de l’ASN  Elaborer, proposer et mettre en œuvre réglementation en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection  Prendre des décisions réglementaires à caractère technique pour compléter les modalités d’application des décrets et arrêtés (…) à l’exception de ceux ayant trait à la médecine du travail  Délivrer les agréments requis aux organismes qui participent aux contrôles et à la veille en matière de sûreté nucléaire ou de radioprotection  Organiser des inspections visant au contrôle de la radioprotection dans les domaines industriel, médical et de la recherche.  Participer au contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection et à l’information du public
  • 73. Missions et Rôles  expertise et recherche dans les domaines de la sûreté nucléaire et de la radioprotection  contribue à la formation en radioprotection des travailleurs professionnellement exposés et des professionnels de santé  participe à la surveillance radiologique de l’environnement Organisme d’information, d’appui technique et d’expertise scientifique du matériel ; réalisera les mesures de radioactivité ; collecte et exploite sur la dosimétrie des travailleurs
  • 74. Raison ou convictions ? Les connaissances ne se décrètent pas …, elles se révèlent !
  • 75. Et pour compléter vos connaissances (en vous distrayant) jc.artus@numericable.fr Pr JC - Artus SFEN